Le Titre du Roman

PortailPortail  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Nouveautés   Sam 21 Jan - 21:05

- Baisser de rideau
de Jacques Desponds
Éditions Rebelle / 15 décembre 2016


Le Titre du Roman

Acteur de théâtre prestigieux, vénéré du Tout-Paris, Olivier Verdan jouit d'une vie de famille privilégiée, entouré de sa femme Odile et de leur petite fille, Sophie. Le soir de la première du Misanthrope, c'est la douche froide: Sophie a disparu. Comble de malheur, peu après, le portable d'Odile reste désespérément muet.


- Phitanie
de Tiphaine Croville
Éditions Rebelle / 15 décembre 2016


Le Titre du Roman

Définie par son rôle d'orpheline, Héloïne, 18 ans, rêve d'évasion. Lorsqu'elle se retrouve propulsée en Phitanie, elle découvre un nouveau monde où magie et animaux extraordinaires cohabitent. Elle fait la rencontre d'êtres exceptionnels qui deviendront le centre de son nouvel univers. En Phitanie, Héloïne trouve enfin l'opportunité d'être elle-même. Mais la liberté a un prix et elle devra affronter des épreuves que jamais elle n'aurait cru devoir surmonter.


- Cette histoire n'est plus la nôtre mais à qui la voudra
de Jean-Jacques Viton
Éditions P. O. L. / 05 décembre 2016


Le Titre du Roman

Comme son titre l'indique assez ce nouveau livre de Jean-Jacques Viton est un constat désolé, un genre d'adieu à un monde qui n'a pas tenu ses promesses. Et pourtant, au long de ces pages, sont disposées toutes les raisons, tous les mots qui pouvaient justifier sinon l'espoir, au moins l'étonnement devant la réalité, sa richesse, son mystère inépuisable, ses rencontres. Le texte est scindé en petits blocs, on dirait des poèmes, ce sont des poèmes, mais aussi un texte qui se suit et d'où toute "poésie", il faut entendre tout lyrisme déplacé, est exclue. La poésie est ici suscitée par les rapprochements, les confrontation, plutôt que par la fluidité et les rythmes. Deux parties, Une ombre sans ombre pour dire l'effacement du monde, et Sa voix est celle d'un fantôme dont le sens s'éclaire quand on sait qu'on appelle fantôme, dans une bibliothèque, la carte mise dans un rayonnage à la place du livre absent.


- L'heure de la nuit
de Alexandre Pouchkine
Éditions De La Différence / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

Après une vie de désordres, après les clubs révolutionnaires, les innombrables duels, les écrits séditieux et tout ce qui lui valut l'exil de ses jeunes années, c'est-à-dire l'assignation à résidence hors de la capitale sous Alexandre Ier, Alexandre Pouchkine (1799-1837), en dépit du succès foudroyant de ses premières œuvres, lance le jour de son vingt-neuvième anniversaire: "Vie, don inutile, don fortuit / à quoi bon m'es-tu donnée?". La conscience, le remords et la conviction intime de son iniquité, hantent l'œuvre des dernières années. Il se sent poursuivi par un homme noir, menacé par un malheur qu'il ne peut ni éviter ni prévoir. Lecteur assidu de la Bible à laquelle, en filigrane, il fait partout référence, il a la conviction que l'inspiration est authentique révélation et, jusqu'à la veille de sa mort, souligne le caractère sacré de l'œuvre poétique.


- La diplomatie expliquée à une jeune fille du XXIe siècle
de Philippe Selz
Éditions Riveneuve / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

"Un ami bouquiniste à l'esprit vif-argent m'interpelle un jour d'hiver et m'apprend que sa fille souhaite savoir ce qu'est la diplomatie, car elle songe à devenir diplomate. Quel ne fut pas mon étonnement lorsqu'il ajouta qu'elle était en classe de seconde, donc fort jeune, encore assez loin des études supérieures. Deux heures de conversation avec cette jeune fille m'ont peu après suffi pour comprendre qu'elle n'avait pas perdu de temps et que son esprit s'était affûté au contact des meilleurs auteurs". En suivant le fil rouge de Talleyrand, redoutable diplomate ayant traversé tous les régimes du 18e siècle, l'ouvrage fourmille de conseils et d'anecdotes. L'auteur, ayant lui-même "épousé la carrière" qu'il a quitté en 2005, revient avec humour sur son expérience à un moment où la parité homme-femme progresse vite dans un milieu traditionnellement assez masculin.


- La mer les emportera
de Nick Dybek
Éditions 10-18 / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

Dans le Grand Nord américain, les hommes de Loyalty Island partent chaque automne pêcher le crabe royal au péril de leur vie. C'est la survie de toute l'île qui dépend de cette industrie. Lorsque le décès de John Grant, le propriétaire de la flotte, menace la communauté, Henry est prêt tout pour sauver son avenir et celui des marins. Tout. Mais son fils, Cal, devine ses projets et se trouve dès lors face à un dilemme insoluble. Doit-il dénoncer le héros de son enfance ou se taire? Un roman puissant dans lequel Dybek explore toutes les facettes de la nature humaine.


- La revanche du manant
de Pierre Guelff
Éditions Jourdan / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

Nous sommes au cœur du Xe siècle. L'An Mil, qui fait si peur, approche. Ghislain Pierre, un jeune Ardennais maltraité par ses parents, veut quitter la masure familiale. Il est alors conseillé et protégé par les moines d'une célèbre abbaye, qui l'emploient comme apprenti enlumineur et décèlent en lui certaines qualités. Secrètement, l'abbé croit connaître une noble filiation à ce jeune manant. Secret qui le mènera en Galice, sur le chemin de Compostelle et dans la cour des plus grands. Dans ce roman historique et d'aventure, les voyages et séjours passionnants, intrigants, dangereux, parsemés de rencontres haletantes, se déroulent principalement aux Xe et XIe siècles. Nantis, rebouteux, ensorceleurs, moines, parfois lubriques et fanatiques, passion amoureuse, trahison, belles âmes et truands, complots, branche maudite des puissants rois de Bourgogne.forment la trame de cette saga captivante.


- Un parfait inconnu
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

Unique enfant d'un riche banquier français et d'une marquise espagnole, Raphaella est une jeune fille choyée. À dix-huit ans, elle épouse le meilleur ami de son père, John Henry Phillips, financier de renommée internationale qui est tombé fou amoureux d'elle. Après sept années d'un bonheur sans nuages, John Henry est victime d'un malaise qui le laisse paralysé à vie. Raphaella se consacre alors entièrement à son mari, dans la prison dorée qu'est devenue leur belle demeure de San Francisco. Jusqu'au jour où elle fait la connaissance d'un jeune avocat, brillant et séduisant, qui lui fait entrevoir la promesse d'un avenir. Raphaella osera-t-elle rêver à un bonheur qui lui semble défendu?


- Une sorte de paradis
de Amanda Smyth
Éditions 10-18 / 01 décembre 2016


Le Titre du Roman

Les Caraïbes. En intégrant la police de Trinidad, Martin, Anglais frileux de 49 ans, s'est épris de l'île, et de la jeune Safiya. Comment l'avouer à sa femme et sa fille, venues pour les vacances? C'est dans ce cadre édénique que la tragédie va frapper: un soir, une bande de garçons s'introduit dans leur villa. Martin découvre alors combien l'enfer est proche du paradis. Avec talent, Amanda Smyth mêle sensualité et violence, thriller exotique et méditation sur l'exil, l'amour et l'appartenance.


- Le chant pour celui qui désire vivre
de Jorn Riel
Éditions 10-18 / 24 novembre 2016


Le Titre du Roman

Voyagez sur la piste du chaman Heq et son clan qui, en l'an mil, migrent à travers le Grand Nord canadien: au Groenland. D'Arluk, au XVe siècle, qui explora les confins de ce "pays merveilleux", épopée d'une vie. De Soré, jeune Groenlandaise des années 1970, en quête d'identité, happée par la légende de ses ancêtres. Ouvrez ce livre fabuleux, et écoutez le chant du peuple Inuit. Conteur amoureux de l'Arctique, l'auteur signe une puissante fresque ethnologique: empreinte de lyrisme, époustouflante d'authenticité et vibrante d'humanité.


- Les femmes de Brewster Place
de Gloria Naylor
Éditions 10-18 / 24 novembre 2016


Le Titre du Roman

Il y a Mattie, la matriarche, Etta Mae, invincible au volant de sa Cadillac, Kiswana la révoltée, baby Cora Lee, Ciel, et les deux filles du n° 312. Toutes échouées à Brewster Place, ghetto noir du Nord des États-Unis, au cœur des 70's. Sept femmes qui résistent, à la misère, à la violence, à l'intolérance. Sept destins, unis par un espoir farouche. Roman culte de la littérature afro-américaine, saluant Toni Morrison et Alice Walker, ce portrait choral vibrant d'émotions brutes est une ode aux héroïnes de la marge. Magnifique.


- Les jeunes mariés
de Nell Freudenberger
Éditions 10-18 / 24 novembre 2016


Le Titre du Roman

Depuis toute petite, Amina rêve d'ailleurs. De chocolat Cadbury et de pantalons à l'occidentale. D'hivers rigoureux et de discussions en anglais. De quitter le Bangladesh pour offrir un nouvel avenir à ses parents vieillissants. Lorsqu'elle rencontre George sur internet, elle accepte sans hésiter sa demande en mariage. Mais si la famille de George essaie tant bien que mal de l'accueillir, Amina perçoit dans l'atmosphère hypocrite des déjeuners dominicaux tous leurs préjugés. Quand s'ajoutent au fossé culturel les non-dits d'une relation apparemment sans histoires, les États-Unis cessent définitivement de ressembler à une terre promise pour Amina.


- Philosophie de la barbe
de Thomas S. Gowing
Éditions Bartillat / 24 novembre 2016


Le Titre du Roman

Victorien, excentrique et drôle, ce livre plaide en faveur du port de la barbe, symbole essentiel de la distinction virile depuis les temps anciens. Dans ce charmant manifeste, Thomas S. Gowing oppose la liberté et l'audace des hommes barbus au conformisme du rasé de frais. Illustré et publié ici pour la première fois en français, cet essai de 1854, informé et curieux, à l'esprit vintage, nous vante les mérites d'un poil ciselé et impertinent.


- Une vie de racontars
de Jorn Riel
Éditions 10-18 / 24 novembre 2016

Le Titre du Roman

À 19 ans, Jørn Riel embrasse une vie d'aventures au Groenland. De ce périple, il tirera ses fameux "racontars", contes croquant le Grand Nord et son peuple, dont on retrouve la verve amusée dans cet album autobiographique. Souvenirs d'enfance, escales surprenantes, anecdotes savoureuses: l'écrivain ici se confie, dans une ode truculente et poétique au voyage, et à la rencontre. Entre témoignage, chronique sociale et humour givré, Jørn Riel, héros polaire et conteur hors pair, offre un regard joyeusement tendre et éclairé sur le monde.


- Bridget Jones baby
de Helen Fielding
Éditions Albin Michel / 16 novembre 2016


Le Titre du Roman

C'est le plus beau moment dans la vie d'une femme: être mère pour la première fois. Mais Bridget n'est pas une femme tout à fait comme les autres. Lorsqu'elle apprend qu'elle est enceinte, elle hésite entre euphorie est désespoir: qui est le père de l'enfant? Telle est la question (entre autres) qui la taraude. Dans son journal, la célibataire la plus désopilante de la littérature anglaise se livre complètement. Une comédie éblouissante, très différente du film Bridget Jones Baby.


- La colline du dernier adieu
de Marion Zimmer Bradley
Éditions Pygmalion / 16 Novembre 2016


Le Titre du Roman

Des siècles avant la naissance du roi Arthur et la venue des dames du Lac dans l'île d'Avalon, au temps de la conquête de la Grande-Bretagne par Rome, Elane, fille de druide, aime d'un amour interdit un jeune Romain. ©Electre 2016


- Le piège de la belle au bois dormant
de Mary Higgins Clark et Alafair Burke
Éditions Albin Michel / 16 novembre 2016


Le Titre du Roman

La productrice de Suspicion, l'émission de télé-réalité spécialisée dans la reconstitution de cold cases, s'est laissée convaincre par Casey Carter, tout juste libérée de prison après une peine de quinze ans pour le meurtre de son fiancé, Hunter Raleigh. Si pour la presse et l'opinion publique Casey reste une criminelle, celle-ci continue de clamer son innocence, et Suspicion est sa seule chance de la prouver. Entre les nombreuses jalousies et rivalités que suscitaient les fiançailles de Casey et Hunter, héritier d'une des plus grandes fortunes américaines, et l'arrivée d'un jeune loup aux dents longues pour remplacer le précédent présentateur de Suspicion, l'enquête et l'émission de Laurie s'annoncent difficiles.


- Piégés
de Christy Saubesty
Éditions Pygmalion / 16 novembre 2016 2017


Le Titre du Roman

Londres, en 1853. Aaron Wendell, riche héritier et libertin, rencontre Abigail Fischer, une jeune fille aveugle issue d'un milieu modeste. Quand Aaron sauve Abigail de la noyade, les apparences l'obligent à l'épouser afin d'éviter le scandale. ©Electre 2016


- Si loin des siens
de Tamara Mckinley
Éditions L'Archipel / 16 novembre 2016


Le Titre du Roman

Septembre 1940. Polly Brown a accepté un poste d'infirmière à l'hôpital Cliffehaven, sur la côte Sud de l'Angleterre, afin de se rapprocher de Jack, son mari, grièvement blessé au front. Elle a dû se séparer d'Alice, sa fillette de 5 ans, envoyée au Canada pour fuir l'Europe en guerre. À Cliffehaven, Polly emménage à la Pension du Bord de Mer, tenue par les époux Reilly. Là, elle y fait la connaissance de Danuta, une jeune Polonaise qui a perdu toute sa famille au début de la guerre. Les deux femmes se serrent les coudes. En effet, bien que Polly soit une soignante qualifiée, l'infirmière en chef de l'hôpital refuse de lui accorder sa confiance et la traite comme une bonne à tout faire. Au moment où Polly commence à se résoudre que Jack ne survivra peut-être pas à ses blessures, un télégramme parvient à la Pension. Un U-boat allemand a torpillé le bateau dans lequel se trouvait Alice.


- Génie la folle
de Ines Cagnati
Éditions Denöel / 14 novembre 2016


Le Titre du Roman

Au milieu des vignes, des fermes et des cuisines sombres, Marie attend sa mère. Quand elle ne l'attend pas, Marie court derrière elle à travers champs et chemins. Sa mère, c'est Génie la folle, cette fille de bonne famille devenue ouvrière agricole qui oppose un silence indéfectible à tout et à tous. Une silhouette mystérieuse et inaccessible que Marie poursuit inlassablement, rêvant de la faire sourire. C'est animée par cet espoir sans faille que la petite fille raconte sa mère.


- La destruction de Nice
de Michel Orcel
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 14 novembre 2016


Le Titre du Roman

Tout commence par une destruction: celle de Nice secouée par un tremblement de terre sous les yeux ravis de Nietzsche, et finit par une naissance: celle de l'ourson, dont la mère doit lécher la  première peau pour le mettre définitivement au monde. Revenir à l'animalité bienheureuse, tel est le pari de cette sorte de récit de voyage et de rêveries qui, semblable à une boîte à surprises, ouvre sur mille vues et visions, uniques en leur genre. Car Michel Orcel sait dépouiller les apparences de la civilisation et de la gloire pour mieux en raconter l'histoire secrète: pour mieux revenir à la nudité des origines. Encore s'agit-il d'une nudité souvent vue à travers le prisme italien. L'auteur, en peintre-né, connaît ses "sujets", presque tous saisis du côté des Alpes.


- Le long silence
de Thomas Mcguane
Éditions Gallmeister / 14 novembre 2016


Le Titre du Roman

Et si le secret du bonheur se trouvait dans quelques échappées solitaires au bord des plus belles rivières du monde? Si le monde trouvait enfin son sens alors qu'armé de sa canne à pêche, on tente pour la millième fois le lancer parfait? Avec ce récit autobiographique, Thomas McGuane nous ouvre la porte d'une enfance et d'une vie passée au contact de la nature et nous invite à une parenthèse salvatrice pour mieux savourer la richesse du monde qui nous entoure et "éveiller de plus grandes réverbérations en nous-mêmes". Icône du nature writing américain, enfant terrible de l'Ouest, Thomas McGuane nous berce de sa prose sans égale nous entraînant dans un monde sauvage dont il sait parfaitement révéler la lumineuse splendeur.


- Les dames de Kimoto
de Sawako Ariyoshi
Éditions Mercure de France / 14 novembre 2016


Le Titre du Roman

Hana a vingt ans et c'est le jour de son mariage, arrangé comme le veut la coutume, alors qu'elle n'a vu son fiancé qu'une seule fois. Sa grand-mère, Toyono, qui l'a élevée, incarne la tradition, immuable, ancestrale et veut que sa petite-fille la respecte. Mais on est à l'aube de XXe siècle et déjà le monde change. Hana va vite se retrouver déchirée entre le carcan des obligations familiales et sociales et ses aspirations personnelles. Mère à son tour, elle devra affronter la génération montante en la personne de Fumio, sa fille qui, après de violents conflits, saura prendre des temps anciens et des temps nouveaux ce qu'ils ont de meilleur. Née en 1931 et morte à Tokyo en 1984, Sawako Ariyoshi reste une des plus prestigieuses romancières japonaises contemporaines, auteur de plus de vingt romans.


- Fil du soleil
de Jack London
Éditions Libretto / 11 novembre 2016


Le Titre du Roman

De retour de sa croisière à travers le Pacifique Sud, Jack London, qui vient de publier Martin Eden (1909) et Radieuse Aurore (1910), compose, sous la forme de huit nouvelles, ce véritable "roman" des mers du Sud, soit le récit haut en couleur des aventures de David Grief, dandy de la bourlingue et capitaine du Wonder (La Merveille), qui mène un commerce houleux avec ses contemporains plus ou moins civilisés: un gaillard policé mais rude, il sait très bien rendre la monnaie d'une pièce, qui va se trouver aux prises avec tous les malfrats, escrocs, toqués, alcooliques et trafiquants du Tropique. Où London adresse un filial hommage à Stevenson (celui de L'Ile au Trésor et du Trafiquant d'épaves), mais aussi au Robinson Crusoé de Daniel Defoe. Et où Michel Tournier, préfacier, retrouve les traces de son Vendredi.


- La dame d'Aquitaine
de Jacquie Béal
Éditions Terra Nova / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Périgord, 1637. Altaïre de Claviérac est élevée dans une grande liberté, bien loin des règles de bienséance de la noblesse. Indépendante et farouche, elle monte à cheval comme un garçon, jure comme un homme d'armes, chante comme un troubadour et rêve d'épopées comme un chevalier. Mais l'Histoire est en marche. Les violences de la Fronde vont tout bouleverser et, à la mort de ses parents, Altaïre est forcée de quitter le monde de l'enfance pour se soumettre aux règles strictes qui régissent l'éducation des jeunes filles du siècle. Sous la tutelle d'un oncle auquel elle ne veut pas se soumettre, elle est envoyée au couvent. Mais bien vite, on nourrit d'autres projets pour elle et un mariage lui est imposé. Son destin paraît scellé, mais Altaïre ne renonce jamais: la liberté et le bonheur doivent se conquérir.


- Le fils du loup
de Jack London
Éditions Libretto / 11 novembre 2016


Le Titre du Roman

Écrit en 1900 et inspiré par la ruée vers l'or du Klondike où Jack London manqua de laisser sa peau, Le Fils du Loup est le premier livre du grand écrivain américain qui lui valut le surnom de "Kipling du Froid". Ce recueil de nouvelles, inspirées par la violente poésie des grands espaces du Nord, est une introduction idéale à l'imaginaire d'un auteur qui toujours proclama que la civilisation moderne périrait d'avoir oublié la grandeur de ses origines "sauvages".


- 84, charing cross road
de Hélène Hanff
Éditions Autrement / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

3 novembre 1949. Les livres me sont bien parvenus, le Stevenson est tellement beau qu'il fait honte à mes étagères bricolées avec des caisses à oranges. Moi qui ai toujours eu l'habitude du papier trop blanc et des couvertures raides et cartonnées des livres américains, je ne savais pas que toucher un livre pouvait donner autant de joie. Livre culte depuis sa première publication en 1970, ce petit joyau de correspondance est une véritable déclaration d'amour aux livres et aux librairies.


- Au bout du voyage
de Meg Rosoff
Éditions Albin Michel / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Mila a un talent exceptionnel pour lire le monde qui l'entoure, elle devine ce qu'on lui cache, sent les émotions enfouies des uns et des autres. Lorsque Matthew, l'ami d'enfance de son père, disparaît mystérieusement, Mila cueille un à un les indices qui la mettraient sur la voie. Au comble de l'excitation, la jeune fille embarque avec son père pour un road trip, direction la frontière canadienne où Matthew possède une hutte dans la forêt. Toute à sa mission de retrouver Matthew, Mila ne perçoit pas que son père, dont elle est si  proche, cache également ses propres secrets.


- Cent reflets du paysage. Petit traité de haïkus
de François Berthier
Éditions Arléa / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

C'est aussi à cause de simples sons que, en une aube printanière, j'ai composé mon premier poème: c'était une nuit de mars; la pluie pianotait doucement sur le toit. Soudain, au point du jour, un oiseau se mit à chanter: le printemps était revenu. François Berthier, au travers d'une centaine de haïkus commentés, nous invite à faire quelques pas sur la sente étroite et brève du paysage et de la poésie japonaise. L'évocation des saisons, de la faune et de la flore, des dieux et des bouddhas ou de joyeuses miscellanées sont alors autant de reflets de l'impermanence du monde ou de l'insolence du Zen.


- C'est tout ce que j'ai à déclarer
de Richard Brautigan
Éditions Le Castor Astral / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Sa vie se partageait entre le San Francisco des Diggers, le Japon adulé et son ranch dans le Montana auprès de ses amis Jim Harrison, Tom McGuane, Peter Fonda et Sam Peckinpah. Il aimait Baudelaire, le Grateful Dead et Janis Joplin, Emily Dickinson et William Carlos Williams, les haïkus de Bashô et Issa, les winchesters et le whisky. Ses poèmes, qu'il nommait ses "fleurs de papier avec de l'amour et de la mort", figurent parmi les plus réjouissants et les plus inventifs de la littérature américaine. Inventeur de formes littéraires, il mitonnait l'humour à feu doux, même si la mort le hantait. Il concevait la poésie comme le roman, et vice versa. Ses chefs-d'œuvre imparables ont fait de lui l'auteur culte des sixties et des seventies. Il demeure surtout comme le plus original des auteurs américains recensés en un demi-siècle de contre-culture. Son œuvre poétique complète est ici pour la première fois réunie. Et en version bilingue.


- Jenny
de Fabrice Colin
Éditions Sonatine / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Cayucos, Californie. Dans une villa au bord du Pacifique, un homme désespéré se confie. Dans la baignoire à l'étage, le cadavre d'une femme obèse. Comment est-il arrivé ici? Le moment est venu pour l'homme de raconter son histoire. Quelques mois plus tôt... Après la disparition de son épouse, le journaliste Bradley Hayden, détruit, s'étourdit dans des liaisons sans lendemain via un site de rencontres. Un jour se présente une femme qui ne correspond en rien à la description qu'elle a faite d'elle. Jenny, 300 livres, QI redoutable, lui montre une vidéo de son épouse. April est en vie. Elle ne le restera que s'il lui obéit en tout. Dès lors, Bradley est contraint de suivre Jenny dans une épopée meurtrière. Qui est vraiment Jenny? A-t-elle choisi April au hasard? Bradley pourra-t-il retrouver sa femme à temps? Entre passé et présent, scandales politiques et cavale meurtrière, déserts brûlants et cités labyrinthiques, un terrible compte à rebours est enclenché, aux portes de la folie.


- Je regarde passer les chauves
de Sandrine Senes
Éditions Quadrature / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Qu'elle croise un bellâtre qui admire son reflet dans une vitre, un gros caïd qui lit Babar à son bébé, une femme qui se prend pour un contrôleur de train ou un vieux chauve qui lui rappelle un chauve plus jeune, l'auteure met en lumière des anonymes croisés dans le métro. Drôles, tendres ou acides, ses portraits, qui nous dévoilent aussi un peu d'elle, nous donnent envie de relever la tête pour regarder les autres.


- L'affaire de la belle évaporée
de J. J. Murphy
Éditions Baker Street / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

31 décembre, New York, pendant la Prohibition. En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l'hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l'un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu'un cas de variole vient d'être détecté, et l'hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s'arrête pas là: quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l'extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne. Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l'enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D'un étage à l'autre, questions, dilemmes et révélations s'enchaînent et s'entrechoquent, alors que le meurtrier, lui, continue à échapper aux membres du Cercle Vicieux.


- L'affreuse embrouille de via Merulana
de Carlo Emilio Gadda
Éditions Du Seuil / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans un immeuble cossu de via Merulana à Rome, les bijoux d'une comtesse vénitienne ont été dérobés; et voilà qu'on retrouve la belle Liliana Balducci assassinée de façon sanglante. Les enquêteurs sont sur les dents: indices, poursuites, interrogatoires… un vrai roman policier. Mais pour le nonchalant commissaire Ingravallo, chaque effet a une multitude de causes, chacune en cachant d'autres. Et dans le cas d'un crime, aucun des courants qui convergent dans ce tourbillon ne peut être négligé. Ainsi l'enquête prend son temps et s'embrouille affreusement, sillonnant, pour le plus grand bonheur du lecteur, les rues de la Ville éternelle, où le présent se mêle au passé mythique tandis que résonnent les multiples dialectes et les innombrables accents. Dans cette escalade sonore, la phrase gaddienne se déploie, s'étire et se retire, jouant sur tous les tons: la farce pour évoquer le peuple, le sarcasme pour Mussolini, la poésie pour un défilé de nuages. La nouvelle traduction, magistrale, de Jean-Paul Manganaro nous en restitue aujourd'hui toute la verve foisonnante. Avec L'Affreuse Embrouille de via Merulana, chef-d'œuvre des lettres italiennes, l'ingénieur Carlo Emilio Gadda, passionné de mathématiques et de philosophie, devient en 1957 un écrivain mondialement connu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Nouveautés   Sam 21 Jan - 20:20

- L'appel des étoiles
de Ken Follett
Éditions Robert Laffont / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Les jumeaux Price en ont assez de devoir s'occuper de leur petit cousin enquiquinant. L'été promet d'être long. Mais un oncle sorti de nulle part leur propose bientôt des vacances inoubliables à l'autre bout de la galaxie. Écrit pour ses enfants, ce roman inédit de Ken Follett est enfin disponible en français.


- La croisière des ombres
de Jean Ray
Éditions Alma / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

En février 1929, Jean Ray sort de prison. Il y sera resté près de trois ans. Dans la légende, qu'il entretiendra, cette mise à l'ombre serait la sanction de ses complicités avec la contrebande d'alcool sur le "rumrow", l'avenue du Rhum, aux frontières des États-Unis, alors en proie à la prohibition. En fait, il avait été sanctionné pour une escroquerie financière dans sa ville natale de Gand. Qu'importe. Cet admirateur et ami de Blaise Cendrars se rêve une autre vie et d'autres amarrages dans ce recueil fulgurant de récits et de contes nés de ses hantises: la mer, les bouges, les nuits de lune, les vaisseaux fantômes, les trafiquants, les ruelles obscures… La croisière des ombres sort fin 1931. Jean Ray a 44 ans. Si le fou est celui qui a tout perdu sauf la raison, Jean Ray se montre ici bien fou, c'est-à-dire radicalement raisonnable. Il met au service de l'étrange la rigueur et la clarté d'un imperturbable rationalisme. Efficace, ramassé, il fait naître des mondes en quelques lignes: La croisière des ombres commence au large de Manhattan et s'achève sous l'égide d'un psautier imprimé à Mayence au XVe siècle, boussole insensée d'un navire hauturier. Le virtuose du "réalisme panique" fait son entrée dans le tripot de la littérature.


- La mer dans une goutte d'eau
de Ryszard Kapuscinski et Hanna Krall
Éditions Noir Sur Blanc / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

"J'ai découvert le monde à travers des gens comme Hanna Krall et Ryszard Kapuściński", confiait récemment Svetlana Alexievitch, lauréate du prix Nobel de littérature. Réunir en un seul volume les deux grands noms du reportage polonais, dont se réclament aujourd'hui les meilleures plumes de la "littérature du réel", est l'occasion de faire découvrir leurs textes les plus anciens, d'une remarquable qualité littéraire. Les récits-reportages de Kapuściński sur les années 1960 et ceux de Krall sur la décennie suivante abordent souvent des thématiques semblables et témoignent d'une même empathie face aux plus démunis, aux victimes de l'oppression. Soumis à un contrôle sévère, le reporter de l'époque communiste ne pouvait critiquer le système dans son ensemble: il lui fallait se tourner vers les destins individuels, vers le détail qui prendrait soudain une signification plus large, plus universelle. "Nous disions du reportage qu'il était l'art de voir la mer dans une goutte d'eau", rappelle le grand opposant Adam Michnik. Au fil de textes où le lecteur ne boude pas son plaisir, une éclatante illustration des ruses du cœur et de l'intelligence face à la censure.


- La mort attendra
de Gilbert Bordes
Éditions Belfond / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Michel Hilger est "altiste peintre", compositeur, pianiste, chef de chœur, professeur, et père de quatre garçons. Adopté à l'âge de trois ans, il ignore tout de ses origines. Celles-ci lui ont pourtant laissé en héritage une grave anomalie du système nerveux. À 42 ans, il fait sans le savoir un premier AVC en plein concert mais réussit à terminer la partition d'Une petite musique de nuit de Mozart. Quelques années plus tard, un second AVC hémorragique le condamne, et de ses phases comateuses il entend les médecins envisager de récupérer ses organes. Sauf que Michel n'a aucune intention de mourir. Il veut vivre. Et se réveille, paralysé du côté droit. Le corps médical lui suggère une rééducation classique et lui annonce qu'il ne touchera plus jamais un alto. Michel refuse la maladie et ses séquelles. Animé par une volonté inouïe, contre l'avis de tous, il décide avec toute sa foi et son expérience d'artiste de rentrer chez lui et, par le réapprentissage des gestes quotidiens, de reprendre sa vie là où il l'avait laissée. Tout simplement. Né "Éric" de parents inconnus, déclaré pupille de la nation sans motif officiel avant d'être accueilli par sa famille de cœur, Michel Hilger n'a pas encore résolu le mystère de son ascendance mais il a toujours cru en ses rêves. Puisse-t-il, à travers cet ouvrage, vous aider à accomplir les vôtres.


- La vérité vraie
de Dan Gemeinhart
Éditions Robert Laffont / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Mark est un enfant comme les autres. Il a un chien nommé Beau et un rêve: escalader un jour le mont Rainier. Mais ce jour arrive plus tôt que prévu. Car Mark a une maladie. Du genre à rater une année entière de classe. Du genre dont on ne réchappe pas toujours. Alors, Mark fugue: rien ne les empêchera, lui et son chien Beau, de gravir cette montagne. Et peu importe si c'est la dernière chose qu'il fait de sa vie. Le voyage d'un petit garçon en quête de vérité, le premier roman magistral d'un professeur des écoles, qui touchera au cœur petits et grands.


- La vie selon Juan Salvador
de Michell Tom
Éditions Fleuve Noir / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

1975: Tom Michell, la vingtaine fraîchement entamée, avait tout bien prévu: un billet d'avion, une place d'enseignant dans une école huppée d'Argentine et un mois de vacances pour parcourir l'Amérique latine. À moto, cheveux au vent, l'esprit libre, à la Che Guevara, quoi. Pourtant, un soir, lors d'une ultime balade sur une plage d'Uruguay, il assiste à une scène inattendue: piégé dans une nappe de pétrole, un manchot lutte pour sa survie. Sans hésiter, Tom le secourt, le nettoie, puis le ramène à la mer. Mais l'animal ne veut plus le quitter. Le jeune enseignant décide alors d'embarquer avec lui le palmipède, désormais baptisé Juan Salvador. Au fil des mois, l'espiègle oiseau va transformer, chambouler et illuminer de ses facéties la vie de tous ceux qu'il croise sur sa route. Et avant tout celle de son sauveur.


- La vieille dame qui avait vécu dans les nuages
de Maggie Leffler
Éditions Harper Collins / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Un roman sur le courage de ces femmes oubliées de l'Histoire qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont participé à l'effort de guerre. A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu'elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l'a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu'à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin. A qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute ? La réponse arrive en la personne d'une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu'elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d'une amitié aussi belle qu'improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu'à l'émouvante révélation finale. Ce roman est inspiré de faits réels, le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès.


- Le bouquin de Noël
Écrit en collectif
Éditions Bouquins / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Cet ouvrage, qui offre autant de récits enchanteurs que de découvertes littéraires, rassemble les récits, poèmes et contes de Noël des plus grands écrivains de tous les temps et de tous les pays, aussi bien français qu'allemands, anglais, américains, scandinaves, russes, espagnols ou italiens. Source d'inspiration inaltérable depuis le Moyen Âge, cette littérature d'abord inscrite dans la plus haute tradition chrétienne connaît à l'époque romantique une résurrection spectaculaire qui a touché, ému et émerveillé depuis lors des lecteurs de toutes générations. Certains récits sont devenus très célèbres, comme le Chant de Noël de Dickens, Les Trois Messes basses de Daudet ou La Petite Fille aux allumettes d'Andersen. Mais d'autres, trop méconnus, méritaient d'être exhumés: de petits chefs-d'oeuvre ciselés par l'émotion tels que Fleur-de-Blé de Camille Lemonnier, Les Sabots du petit Wolff de François Coppée ou La Noël de Marthe d'Anatole Le Braz. C'est l'âme enfouie de Noël que nous dévoilent les auteurs médiévaux, comme celui de La Chasse sauvage, Orderic Vital, ou le conteur anonyme de Sire Gauvain et le Chevalier vert, relayés au XIXe siècle par Hoffmann, Gogol, Erckmann-Chatrian ou Selma Lagerlöf. Tous célèbrent à leur manière l'éternité de l'enfance et sa magie particulière à travers ses joies, ses drames et ses bonheurs.


- Le cahier noir
de François Mauriac
Éditions Bartillat / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Publié sous le pseudonyme de Forez, en 1943, Le Cahier noir est écrit pendant la période qui vit François Mauriac, condamné par les nouveaux maîtres à un demi-silence, participer à la presse clandestine de la Résistance. L'auteur y stigmatise l'attitude du maréchal Pétain et des Français qui acceptent de collaborer avec l'ennemi. C'est dans ce texte qu'il compare la croix gammée à une "araignée repue, gonflée de sang". Ces pages, qui lui firent courir de grands risques, sont surtout pour lui l'occasion de se dresser avec force contre une conception machiavélique du pouvoir. À l'oppression régnante il oppose des paroles d'espérance et il renouvelle sa foi en l'homme. Le Cahier noir a valu à Mauriac l'admiration de nombreux intellectuels de tous bords. Elle ne s'est pas démentie depuis. L'idéal de justice et de liberté qu'il revendique pour ce peuple enchaîné reste d'actualité dans un monde menacé par l'intolérance.


- Le journal intime de baby George
de Clare Bennett
Éditions Autrement / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Superstar médiatique. Titan de la mode internationale. Sauveur potentiel de l'Écosse. Combien de rôles ces gens veulent-ils que je remplisse?". Mon nom est George, Prince George de Cambridge, mais vous pouvez m'appeler Baby George. Je suis le fils aîné de William et de Kate, l'héritier de la couronne d'Angleterre, le bébé le plus photographié au monde. J'ai décidé de vous dévoiler l'intimité de mon quotidien royal et celui de mon illustre famille. Pour la toute première fois, l'œil perçant d'un minuscule colosse littéraire, petit de taille mais doté d'un énorme pouvoir, dévoile les secrets les plus jalousement gardés de la monarchie britannique. Comment est-ce possible? Simplement parce qu'il est l'un d'entre eux.


- Le testament Aulick
de Pierre Servent
Éditions Robert Laffont / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Alexandre Plainlevé est depuis son plus jeune âge passionné par l'histoire et les traces laissées par ceux qu'il appelle les "anciens vivants". Devenu professeur, il tâche d'intéresser des classes parfois difficiles à sa matière en apportant, lors de ses cours, des objets du temps passé qu'il chine chez les brocanteurs de Montpellier. Un jour, il fait chez l'un d'eux, M. Licorne, une découverte extraordinaire: un document de première main écrit par un Allemand ayant perdu son âme dans les tourments des deux guerres. Qui est celui qui signe d'un "K" ses lettres d'adieu? Pourquoi ce jeune catholique bavarois s'est-il fourvoyé dans le nazisme et comment a-t-il fini par participer à la déportation des Juifs de Hongrie alors qu'il n'était pas antisémite? Alexandre confie la traduction de ces Mémoires d'outre-tombe à Clara, une de ses collègues, dont il tombe amoureux. Mais au fur et à mesure des révélations du testament, le passé prend le pas sur le présent et semble faire obstacle à leur histoire. D'autres secrets, relatifs à la jeune germaniste ou au mystérieux M. Licorne, viennent au jour.


- Les figures du mal
de Écrit en collectif
Éditions Sonatine / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Si l'Histoire a distingué, à juste titre, les exploits de combattants valeureux, héros humanistes et autres défenseurs de la paix, elle porte aussi en elle, comme un miroir sans tain, les méfaits de personnages violents, cruels et pervers. Leurs crimes nous sont connus grâce aux actes de procès, aux récits d'exécution et aux articles de faits divers. Entre la réalité et le mythe, l'angoisse et le fantasme, qui sont véritablement ces hommes et femmes qui incarnent, dans la mémoire commune, le Mal absolu?  Dirigé par Victor Battaggion, rédacteur en chef adjoint du magazine Historia, cet ouvrage collectif nous présente, au travers de vingt-deux portraits, ces personnifications de la noirceur humaine à travers les siècles. De Caligula, dont la cruauté n'eut d'égale que sa frénésie meurtrière, au nord-coréen Kim Jong-Un, dernier rejeton d'une stupéfiante lignée despotique, les parcours criminels se suivent et ne se ressemblent pas. Pour preuve: Gilles de Rais, assassin maniaque de près de 140 enfants au XVe siècle; la Voisin, sorcière ayant défrayé la chronique dans la sulfureuse affaire des Poisons; Pol Pot, utopiste dément qui ensanglanta le Cambodge, Charles Manson, leader charismatique d'une communauté hippie qu'il entraîna dans des meurtres ignobles, ou encore Ben Laden, ennemi public mondial de l'après 11 septembre.


- Nous allons mourir ce soir
de Gillian Flynn
Éditions Sonatine / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d'expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il de donner des conseils à des âmes en peine. Lorsqu'elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle lui propose de l'aider. Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l'habite désormais? Si une bonne nouvelle se reconnaît à la puissance de sa chute, Gillian Flynn nous livre ici un véritable morceau d'anthologie. En quelques pages, elle dessine des personnages inoubliables, construit une histoire haletante, qu'elle mène à une conclusion proprement sidérante. Mordant, noir, machiavélique et ironique: tout l'univers de l'auteur, experte incomparable en manipulation et rebondissements, se trouve concentré ici.


- Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus
de Richard Brautigan
Éditions Le Castor Astral / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

En 1954, Richard Brautigan s'apprête à quitter Eugene, dans l'Oregon, pour tenter sa chance à San Francisco. Peu avant son départ, il rend visite à Edna Webster, la mère de son seul lecteur et aussi de sa première petite amie. Il lui tend une liasse de feuilles et dit: "Quand je serai riche et célèbre, Edna, ce sera ta sécurité sociale". Du haut de ses 21 ans, Brautigan sait déjà ce qu'il veut: mettre l'imagination au pouvoir, et des ailes aux mots de tous les jours. Un alchimiste du verbe est né, un génie précoce qui fait ses gammes avec ce qu'il faut de confiance en soi et d'ingénuité. Le tout explose comme un feu d'artifice à l'aube. Trente-six ans plus tard, en 1992, soit huit ans après la disparition de l'auteur, Edna Webster montre enfin le manuscrit à un libraire qui n'en croit pas ses yeux.


- Shore
de Sara Taylor
Éditions Robert Laffont / 10 novembre 2016


Le Titre du Roman

Au large de la Virginie, un archipel oublié des Américains et du reste du monde, Shore, abrite depuis des siècles deux familles isolées par l'océan. Sur le rivage, on croise des chevaux sauvages parcourant des terres à la rare végétation, des routes parsemées de coquilles d'huîtres, des maisons délabrées, abandonnées par des femmes dans la misère, fuyant un mari ou un père irascible, capable de meurtre. À l'abri des regards, ces mêmes femmes s'adonnent à la magie noire. Elles luttent contre la sécheresse de leur terre, la violence des hommes, la pauvreté, sans jamais perdre de vue l'amour qu'elles portent à leur famille. Incroyablement ambitieux, Shore est l'œuvre d'une jeune auteure prodige qui maîtrise parfaitement les enchâssements de plusieurs histoires à des décennies d'intervalle et parvient à sublimer les vérités les plus crues grâce à un style au réalisme magique.


- Entre les bourrasques
de Louise Tremblay-d'Essiambre
Éditions Charleston / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

À la ferme des Cliche où il a été accueilli à bras ouverts, Sébastien tente de recoller les morceaux de sa vie, tandis que celle de François semble s'écrouler comme un château de cartes. Lui-même confronté à la terrible maladie dont il a maintes fois constaté les ravages parmi ses protégés, François se voit contraint de remettre en question à la fois le bonheur ultime de se savoir bientôt père et sa vie avec Marie-Hélène, sa flamme, son amour, celle qu'il a, bien malgré lui, entraînée au cœur même de sa bouleversante épreuve. Un récit où les émotions intenses se succèdent, où des personnages attachants livrent un combat farouche contre le destin, tentent de se bâtir une vie ou de la préserver, et poursuivent leur quête du bonheur malgré les embûches.


- Fille de Gaza
de Asmaa Alghoul et Sélim Nassib
Éditions Calmann Lévy / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Alors que le Hamas interdit aux femmes de circuler à vélo, elle traverse le territoire à bicyclette du nord au sud. Les femmes n'ont plus le droit au narguilé en public? Elle s'attable aussitôt à une terrasse de café pour fumer. Oui, Asmaa, 32 ans, bloggeuse, journaliste et écrivain est une Fille de Gaza libre, une véritable provocation vivante dans son pays. Tout a commencé pendant la campagne électorale de 2006. La jeune femme qui se définit comme croyante et libérale, autrement dit de gauche et favorable à la laïcité, promet: "Si le Hamas emporte les élections, j'enlève mon voile". Depuis, elle est l'une des rares filles de Gaza à se promener tête nue; sa vie quotidienne est devenue un combat permanent, harassant et risqué contre les préjugés et les intégrismes religieux au sein même de sa famille. Dans une lettre ouverte adressée à l'un de ses oncles responsable de la sécurité du Hamas, elle rappelle des souvenirs d'enfance heureux et lance: "Est-ce là la patrie que tu veux pour nous?". La réponse ne tarde pas: pressions sur ses parents et menaces de mort. Son audace, son anticonformisme dans un monde où les femmes doivent baisser les yeux sont intolérables. Pourtant, Asmaa persiste et signe. Au-delà des critiques à l'égard du régime, rien n'échappe à son esprit critique, ni les organisations des droits de l'homme corrompues ni les mouvements féministes plus ou moins hypocrites ni bien sûr l'occupation israélienne et la guerre. Chronique d'un quotidien tragique, le livre est aussi le portrait d'une jeune femme de son temps, drôle et indomptable.      


- La petite fille qui devait apprendre à aimer
de Julian et Tracy Austwick
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

"La première fois que Shocks, le petit âne, a vu Amber, il a baissé la tête pour qu'elle mette ses bras autour de son museau. C'était comme s'il avait perçu leurs souffrances réciproques. Comme deux êtres brisés s'aidant l'un l'autre". Amber est née très prématurément au point que les médecins ne pensaient pas qu'elle survivrait. Après plusieurs opérations, le diagnostic est tombé: la petite fille sera lourdement handicapée, incapable de marcher, de parler et de nouer une relation affective. De son côté, Shocks a passé des années attaché à une corde dans une ferme en Irlande. Maigre, maltraité, il a été sauvé d'une mort certaine et placé dans un refuge. Quand Amber, alors âgée de 4 ans, rencontre Shocks, le coup de foudre est réciproque. Ces deux êtres blessés nouent une véritable amitié. Et un miracle se produit: en disant "Je t'aime" à son âne, la petite fille s'ouvre enfin à la vie. L'histoire vraie d'une amitié entre une petite fille handicapée et un âne qui a transformé sa vie.


- Le goût secret du passé
de Rosanna Ley
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Les couleurs, les saveurs et les parfums enivrants du Maroc. C'est exactement ce dont Nell a besoin pour s'étourdir et tenter d'oublier la douleur de la disparition de sa mère. Elle a emporté dans la tombe un secret qu'elle a toujours refusé de révéler: la véritable identité du père de Nell. Sous le soleil de la Méditerranée, Nell rencontre Amy, une jeune photographe talentueuse qui prépare une exposition. Les deux femmes se lient d'amitié et, au fil des jours, découvrent un lien surprenant dans leurs histoires familiales. Cette connexion entraîne Nell et Amy dans un voyage bien plus lointain que le Maroc. Des riads intimes aux majestueuses montagnes de l'Atlas, des plages d'Essaouira aux falaises de Cornouailles, les deux femmes vont tenter de lever enfin le voile sur le secret de leurs origines.


- Les 9 vies d'une petite robe noire
de Jane L. Rosen
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Elles sont neuf. Neuf femmes qui ne se connaissent pas, mais dont la vie va pourtant être transformée par la même petite chose: une simple robe noire. Il y a Felicia qui aime un homme en secret depuis vingt ans et qui va enfin oser déclarer sa flamme. Natalie, elle, a le cœur brisé depuis que son petit ami est parti avec une autre femme. Quant à Sally, elle débarque de la campagne et caresse le rêve, a priori inaccessible, de devenir mannequin et de conquérir New York. Et il a aussi Andie, Sophie, Marylin... Les destins entremêlés de ces femmes sont sur le point de changer grâce à la même petite robe. Un bijou d'élégance qui redonne confiance, fait battre le cœur plus vite. Et qui, surtout, guérit les âmes blessées.


- Les consolantes
de François Emmanuel
Éditions Actes Sud / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans un asile psychiatrique, trois femmes partagent la même chambre. Une nouvelle venue, Madame, est endormie. Autour d'elle, les autres s'affairent pour vider son sac et connaître la raison de sa venue.


- Les larmes de Cassidy
de Amy Wane Loth
Éditions Charleston / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Paris, 1935. Matthew Alban-Wilson est un jeune et brillant docteur qui exerce dans un hôpital parisien. Il s'intéresse tout particulièrement à une patiente dans le coma, arrivée sept ans plus tôt. Lorsque celle qu'il a prénommée Blanche se réveille miraculeusement, le docteur ne peut refréner sa curiosité. Inspiré par les travaux de sa mère, écrivaine, et de sa grand-mère, psychiatre, Matthew demande à Blanche de lui raconter son histoire. La jeune femme est en réalité Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise. De Clifden à Paris en passant par l'Inde, les mots de Cassidy et la plume de Matthew retracent l'histoire d'une fille de l'Eire, l'histoire d'une femme du XXe siècle. Mais avec près d'une décennie perdue, Cassidy retrouvera-t-elle le goût de vivre?


- Les tombes d'Attila
de Clive Cussler et Thomas Perry
Éditions Grasset & Fasquelle / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Lorsqu'Albrecht Fisher, professeur d'archéologie, découvre en Hongrie un site funéraire d'une importance historique sans précédent, il fait aussitôt appel à ses amis chasseurs de trésors, Sam et Remi Fargo. Tout semble indiquer que les mille squelettes mis au jour sont ceux de guerriers Huns, tués sans opposer la moindre résistance. Traqués par Arpad Bako, un homme d'affaires sans scrupule qui vit de trafics et se croit descendant du grand Attila, Sam et Remi se lancent dans une véritable course contre la montre pour élucider cette énigme. Guidés de loin par Albrecht, contraint de se réfugier aux États-Unis, ils se retrouvent alors sur la trace de la sépulture d'Attila et de son fabuleux trésor. Dans un jeu de piste qui les mène de la Hongrie au Kazakhstan, en passant par l'Italie, la France et la Russie, ils ne tardent pas à comprendre qu'il y a en réalité plusieurs tombes.


- Nos 14 Novembre
de Aurélie Silvestre
Éditions JC Lattès / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

"C'était un vendredi, la vie était belle". Le cauchemar est arrivé un soir de novembre sans crier gare et la vie d'Aurélie ne sera plus jamais comme avant. Matthieu avait prévu de rentrer tôt après le concert d'Eagles of death metal. À 21h46, il lui envoie son dernier texto: "ça, c'est du rock". Quelques secondes plus tard, les terroristes entrent au Bataclan et font basculer des dizaines de familles dans l'horreur. Matthieu ne reviendra pas. Aurélie, au moment du drame, est mère de leur fils de trois ans et enceinte de cinq mois. Entre deuil et naissance, le livre raconte, d'un automne sanglant à un printemps layette, le combat invisible et émouvant d'une jeune femme qui ne veut pas renoncer à l'énergie, à la joie et au bonheur. Comment préparer une naissance lorsque l'on pleure le père de l'enfant à venir? Comment rebondir quand tout vous assigne au statut décourageant de victime? En partant de photos qui disent la quotidienneté de l'absence et la puissance de la vie qui s'accroche, elle témoigne de ce que fut une histoire d'amour assassinée et de ce que sera sa famille, amputée mais debout. Quand la vraie vie ressemble à une tragédie où la mort et la vie se livrent un combat féroce.


- Nos vies à écrire
de Laurent Caillaud
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Lucile est une jeune star de la chanson au caractère bien trempé. Elle est riche, célèbre, et a tout pour être heureuse. En tout cas en apparence. Quand elle a un accident sur une route de Normandie et que son frère décède, son monde déjà bien fragile s'effondre. Blessée à la main, elle est incapable d'écrire et engage Rudy, un écrivain public pour l'aider. Ce scribe des temps modernes prête sa plume aux uns et aux autres pour faire le récit de leur vie ou rédiger une lettre aux impôts. Mais il se laisse un peu pourrir la vie par des tics et des tocs, notamment son obsession pour les prévisions météo. Entre Lucile et Rudy, les relations ne tardent pas à devenir à la fois orageuses et intimes. Surtout quand un secret vient semer le trouble dans ce méli-mélo. Et si leurs chemins ne s'étaient pas croisés par hasard? Et si la vie réservait des surprises permettant de reprendre goût aux choses?


- Personne ne te croira
de Mary Manning
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

L'histoire de Mary commence de façon ordinaire et heureuse. Jusqu'à ce qu'un cancer emporte son père et que sa mère se remarie. Au début, son beau-père est gentil et lui apporte son soutien dans les moments difficiles. Mais progressivement, Mary subit des attouchements et, à l'âge de douze ans, elle est violée. "Si tu parles, personne ne te croira", lui répète sans arrêt son beau-père. Et en effet, personne ne peut admettre cette histoire horrible, même pas sa mère, qui a sombré dans l'alcoolisme. Pire encore: Mary aura cinq enfants issus de ces viols. Le cauchemar va durer plus de vingt ans. Et lorsqu'elle parvient enfin à raconter son histoire, les services sociaux ne lui offrent aucune protection. Le chemin de la délivrance sera long et difficile.


- Retiens ton souffle
de Holly Seddon
Éditions City / 09 novembre 2016


Le Titre du Roman

Cela fait quinze ans que Amy est dans le coma sur un lit d'hôpital. Adolescente, elle avait disparu plusieurs jours avant d'être retrouvée à l'article de la mort. Depuis, en dépit de ce que croient les médecins, Amy est consciente. Mais elle est prisonnière dans son propre corps, victime du locked in syndrom. Alex, une journaliste sur le déclin, décide d'enquêter sur cette affaire qui n'a jamais été élucidée. Elle réalise qu'elle a vécu dans la même ville qu'Amy, écouté les mêmes musiques, fréquenté les mêmes personnes. Que s'est-il passé quinze ans plus tôt? Tout pousse à croire que la jeune fille avait une relation, mais avec qui? Et pourquoi ses proches sont-ils murés dans un silence presque coupable? Alors qu'Alex s'immerge dans le passé d'Amy, elle risque de devenir, à son tour, une victime.


- Italia magica
de Gianfranco Contini
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du <br />Roman

Moravia, Landolfi, Bontempelli, Palazzeschi, Zavattini, Baldini, Lisi, Morovich, bref tous ceux qui ont fondé, à la suite de Pirandello, la littérature italienne moderne. Autant d'auteurs de fiction que l'on s'est plu à loger ensuite, malgré leurs différences, à l'enseigne du "réalisme magique". Les voici rassemblés, dans ce recueil qui fit date lors de sa parution après la guerre et que l'on vient de rééditer en Italie (Einaudi, 1988). On s'étonnera, comme vient de faire toute la presse transalpine, de leur tranquille et déconcertante (parfois grinçante) modernité. À mi-chemin de Kafka et de Marcel Aymé: le réel n'est jamais aussi vrai, familier et étranger tout ensemble, que lorsqu'il apparaît à travers le prisme de sa secrète et irréductible monstruosité.


- King Jesus
de Robert Graves
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

L'histoire de la vie de Jésus que nous connaissons tous ne fut peut-être pas seulement celle de l'avènement d'une nouvelle religion. Le royaume des cieux étant aussi terrestre, l'épopée du Christ fut tout autant mystique que politique, marquée par le conflit pour l'accession au trône du royaume de Judée et la lutte contre l'occupant romain. C'est cette version controversée, qui marie christianisme et paganisme, que nous propose le grand écrivain Robert Graves dans ce roman historique et érudit où la relecture des grands mythes originels s'unit au climat des tragédies antiques pour nous offrir une expérience littéraire unique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Nouveautés   Sam 21 Jan - 20:17

- La tête légère
de Olga Slavnikova
Éditions Mirobole / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Maxime T. Ermakov, publicitaire talentueux, est aussi l'heureux détenteur d'une tête très particulière. Un jour, les agents d'obscurs services secrets sonnent à la porte de son appartement moscovite: son anomalie physique perturbe l'harmonie du monde, il doit se suicider au plus tôt, geste qui pourra sauver des millions de gens. On lui remet donc une arme en le priant de se conduire en patriote. Mais le suicide n'entre pas dans les projets de Maxime, et les agents doivent insister: ils hantent son immeuble, colportent des rumeurs dans son quartier, investissent son bureau. Bientôt Moscou le traite en ennemi social, et un nouveau jeu vidéo fait fureur: il s'agit de tuer virtuellement Maxime T. Ermakov.
Olga Slavnikova questionne l'impossible innocence humaine dans ce roman terrible et absurde servi par une écriture magnifique mêlant cruauté, ironie et poésie.


- L'homme qui fouettait les enfants
de Ernest J. Gaines
Éditions Liana Levi / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Il a crié "Fils" et il lui a tiré dessus, en plein tribunal. Puis le vieux Brady a demandé que le shérif lui laisse deux heures, et il est parti. Si tout le monde connaît les faits ici, à Bayonne, en Louisiane, ils sont peu nombreux à pouvoir les expliquer. Sauf peut-être les vieux du salon de coiffure qui passent leur journée à discuter. Eux connaissent Brady, l'homme qui fouettait les enfants, et savent bien pourquoi il agissait ainsi autrefois. Pour eux tout est clair, mais il faudra que le narrateur, jeune reporter au journal local, passe la journée à les écouter pour comprendre. Et pour que se dessine le portrait d'un homme au passé et à la personnalité complexes, et d'une communauté noire confrontée depuis toujours aux mêmes difficultés. Un récit plein de verve et d'humanité.


- L'odyssée du jazz
de Noël Balen
Éditions Liana Levi / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Des premiers esclaves africains aux dernières fulgurances électroniques, en passant par les prêcheurs de spirituals, les cris du Delta, les 78 tours écorchés, les nuits vaporeuses de Harlem, les hors-la-loi de la 52e Rue, les microsillons légendaires, les nonchalances ouatées de la côte ouest, les rebelles de Newport ou les scansions cuivrées du funk, cette grande saga du jazz est une invitation au voyage.


- La conscience
de Hubert Lucot
Éditions P. O. L. / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

C'est un des sales privilèges de l'âge que de voir mourir autour de soi, avant de se retrouver soi-même face à l'épreuve. Hubert Lucot n'est pas épargné et ses livres en portent la trace depuis la maladie et la mort de sa femme, AM, son inspiratrice si souvent, et de sa sœur. À ces récits il ajoute des commentaires et des considérations extrêmement percutants sur le monde tel qu'il va ou plutôt ne va pas, il évoque les souvenirs des disparus ou disparaissant, et tisse ainsi une tapisserie riche, si contrastée, dont le temps est la trame. Cette fois la figure centrale de son nouveau livre qui en raconte encore une fois la maladie et la mort, c'est Thierry Fourreau, puisque lorsqu'il est mort, en mai 2015, cela faisait plus de vingt-cinq ans qu'il y travaillait.


- La mer c'est rien du tout
de Joël Baqué
Éditions P. O. L. / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Ce livre est constitué de micro-textes qui racontent l'enfance de l'auteur, sa carrière de policier, profession qu'il exerce encore aujourd'hui. Il décrit sa découverte de la littérature à partir d'un livre trouvé sur la plage où il travaillait comme maître-nageur-sauveteur des CRS. Ses souvenirs professionnels, parfois durs, souvent insolites, côtoient des constats, tendres et amusés, sur les enfants et sur nombre de situations du quotidien. Des figures récurrentes traversent ce récit éclaté (les parents, une sœur aînée d'une rare beauté) et une même langue simple et précise, doucement ironique s'y fait entendre, lui donnant son unité et sa force. Une existence est ainsi reconstituée au fil des pages, dans un livre où l'expérience particulière rejoint le destin commun.


- La vie rêvée d'Henrietta
de Rebecca MacKenzie
Éditions Denöel / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Chine, province de Jiangxi, 1941. Au plus haut des légendaires montagnes de Lushan se dresse un internat réservé à des enfants de missionnaires anglais. Henrietta S. Robertson dite Etta, dix ans, est l'une de ces jeunes pensionnaires. Gamine malicieuse désespérément en quête d'attention, elle décrète un jour posséder un don divin, celui de pouvoir prédire la mort de ceux qui l'entourent. Elle a tôt fait de révéler ce pouvoir miraculeux à ses camarades, et se retrouve enrôlée dans le club très fermé des prophétesses. Lorsque la guerre arrive, détruisant tout sur son passage, la divine mission d'Henrietta et de ses amies va revêtir une toute nouvelle importance; les prophétesses en culottes courtes vont vite s'apercevoir que la limite qui sépare l'imaginaire de la réalité et le bien du mal peut parfois devenir dangereusement floue. La Vie rêvée d'Henrietta est un roman inoubliable sur la fougue de l'adolescence, évoquant des jeunes filles qui entrent dans l'âge adulte alors même que le monde se dérobe sous leurs pieds.


- Le fantôme et Mrs Muir
de R. A. Dick
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Au début des années 1900, en Angleterre, une jeune et belle veuve, Lucy Muir, décide de louer un cottage dans la station balnéaire de Whitecliff où elle s'installe avec fils, sa fille et sa fidèle servante, Martha, afin d'échapper à sa belle-famille. Dès le premier soir, elle surprend l'apparition du fantôme de l'ancien propriétaire, un capitaine de marine du nom de Daniel Gregg. Se noue alors entre eux une relation d'abord amicale, à peine troublée par quelques bouderies.


- Le sabre d'honneur
de Alexander Kent
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

L'amiral Richard Bolitho regagne l'Angleterre après plusieurs mois d'une campagne éprouvante au large des côtes américaines. La guerre avec les États-Unis n'est pas encore finie, cependant la nouvelle de la défaite de Napoléon puis celle de son abdication ont frappé de stupeur la marine et les sujets de Sa Majesté, laissés exsangues par des années de conflit en Europe. Alors que la victoire semblait un rêve impossible, Bolitho peut désormais envisager son avenir avec sérénité. Pourtant, l'Amirauté l'envoie à Malte sans beaucoup d'égards. Doit-il voir dans cette affectation une marque de confiance ou au contraire une ruse perverse destinée à l'éloigner de la femme qu'il aime et de la liberté à laquelle il aspire tant? Il l'ignore, mais l'appel du devoir résonne plus fort que jamais, plus fort que le message que lui dicte son cœur. Et sur la mer Méditerranée, où il a déjà connu la gloire comme le malheur, Bolitho se trouve confronté aux soubresauts de l'histoire et à la renaissance d'un tyran détesté. Saura-t-il en réchapper?


- Les amants d'Oxford
de Elizabeth Goudge
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Un jeune vagabond de quatorze ans, doué pour l'étude, gagne l'illustre cité d'Oxford en cette fin de XVIe siècle, capitale intellectuelle du tout jeune empire britannique alors sous le règne d'Elizabeth Ière. Amours contrariées, combats de l'honneur et de l'ambition, fastes d'une noblesse éprise de soi et du théâtre fier de ses oripeaux, c'est tout le parfum d'un monde oublié qui revit dans ces pages. Dans ce roman paru initialement en 1938, Elizabeth Goudge se révèle comme la digne descendante de William Shakespeare.


- Les dix soirées malheureuses. Ou les contes d'un endormeur
de Mohammed Al-Mahdi
Éditions Libretto / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Voici un livre placé sous le signe des Mille et Une Nuits; toutefois, les dix soirées malheureuses auxquelles assistera le lecteur relèveront davantage d'un genre aujourd'hui oublié, le "miroir des princes", que d'un fantastique échevelé. L'auteur dépeint dans ce volume tout un ensemble de situations cocasses et édifiantes qui composent une sorte de parcours initiatique. Ces histoires raviront tous les amateurs d'une certaine libre pensée et irrévérence qui sont la marque d'un esprit tant mis à mal aujourd'hui.


- Mourir au printemps
de Ralf Rothmann
Éditions Denöel / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Allemagne, 1945. Alors que la défaite allemande semble imminente, Walter et Fiete, deux amis de dix-sept ans, se retrouvent enrôlés de force par les SS et envoyés en Hongrie. Le premier est affecté au ravitaillement, mais le second, moins chanceux, est envoyé directement sur le front. Walter, qui a sauvé la vie du fils d'un général, se voit accorder quelques jours de permission afin de retrouver la tombe de son père. À son retour, il apprend que Fiete, arrêté après une tentative de désertion, vient d'être condamné à mort. Et son officier supérieur, qui trouve là un plaisir sadique, lui confie la terrible tâche d'exécuter son meilleur ami. À travers le regard de Walter, nous suivons ce printemps de la défaite du côté allemand, point de vue inédit qui met des mots sur l'horreur et la folie de cette fin de guerre apocalyptique. Ralf Rothmann donne ainsi la parole à une génération sacrifiée et fait de la question du père l'axe central du roman: que transmettent à leurs fils ces hommes qui ont vécu la guerre?


- Parmi les cendres
de Manuel Arroyo-Stephens
Éditions La Table Ronde / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

À en croire le narrateur de ce livre, les choses arrivent seulement à qui sait les raconter. Un narrateur qui revient sur son parcours de libraire et d'éditeur, repense à ses périples avec José Bergamín sur les traces du torero gitan Rafael de Paula, se remémore les histoires des anciens, au village, dans une taverne imaginaire, retourne passer une soirée avec sa mère auprès de la tombe de son frère. Ce narrateur, qui foule les cendres d'un bois brûlé aux abords de la maison de son enfance, c'est Manuel Arroyo-Stephens, fondateur des Éditions Turner. Roman ou autobiographie, ces récits, faits d'amis, de livres, de discussions et de voyages, sont aussi une histoire récente de l'Espagne intellectuelle et, surtout, un ouvrage où rôde la mort: que ce soit celle de la mère de l'auteur, celle de Bergamín ou celle d'une époque, elle est la seule certitude à laquelle chacun peut se préparer.


- Traité du zen et de l'art de la pêche à la mouche
de John Gierach
Éditions Gallmeister / 04 novembre 2016


Le Titre du Roman

Les récits qui composent ce traité parlent de pêche à la mouche, d'amitié et de tout ce qui fait une vie de pêcheur, du café de bivouac aux voitures en passant par les cannes à mouche et autres équipements. Ni traité philosophique, ni récit d'aventures, ni manuel de pêche, ce livre combine des éléments de ces trois veines, avec en prime une bonne dose d'humour et d'esprit. Sous la plume faussement légère de John Gierach, l'un des plus merveilleux auteurs du nature writing d'aujourd'hui, se dissimulent de subtiles considérations sur la nature et un amour profond pour ce monde dans lequel il a choisi de s'exprimer.


- Animals
de Ceridwen Dovey
Éditions Héloïse d'Ormesson / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Une moule victime de Pearl Harbor, un ours affamé durant le siège de Sarajevo, un chien fauché sur le front au cours de la Seconde Guerre mondiale, un perroquet tombé sous les bombes à Beyrouth, ou encore une tortue, ayant appartenu à la fille de Tolstoï, évanouie dans l'espace pendant la guerre froide. Les âmes de dix animaux pris au cœur des conflits racontent chacune leur étonnante histoire. À travers ces dix trajectoires, autant d'hommages littéraires (à Kafka, Colette ou Hemingway) et de regards sur l'humanité dans son absurde brutalité, Ceridwen Dovey offre, sous la forme d'une fable malicieuse, une relecture de l'histoire contemporaine qui dote la littérature et l'imaginaire d'un véritable pouvoir de rédemption.


- Ça m'énerve
de Marie-Ange Guillaume
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Par pur esprit de vengeance, ce livre traite des nuisances. Pas des nuisances graves, comme la guerre, la mort et les avions qui se cassent la gueule. Non, juste les irritations, les furoncles, les casse-couilles en tout genre, les hot-lines, les paperasses et les télécommandes, le principe de précaution, le garçon de café qui met trois plombes à noter votre présence, la housse de couette récalcitrante, la vieille dame à qui vous cédez votre place dans le bus et qui vous pompe l'air tout le reste du trajet. Bref, tout ce qui arrive à vous zigouiller une journée qui commençait si bien.


- Dalva
de Jim Harrison
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s'installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient: l'amour de Duane, les deuils, l'arrachement à ce fils nouveau-né qu'elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l'histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d'une Amérique violente. Chef-d'œuvre humaniste, Dalva est un hymne à la vie.


- Je suis Paris
Écrit en collectif
Éditions Michel Lafon / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Ce matin-là, les agents de la propreté de Paris sont venus nettoyer le boulevard qui fait face au Bataclan, jonché de fleurs fanées. Parmi eux, la même chasuble jaune fluo sur le dos, Audrey ramasse une affiche “Je suis Paris”. Elle est archiviste. Elle ne jette ni ne choisit: elle sauve tout ce qui est mis en danger par les intempéries. Le singe en peluche restera un peu; les lettres et dessins, eux, seront confiés à son confrère, là-bas dans la camionnette. Vincent y ausculte et classe chaque pièce, du plus au moins humide. Émilie, la restauratrice de l'équipe, soupire devant les cartons, comme autant de patients à remettre sur pied. Car, en réalité, tout est très mouillé. Elle préfère ne rien lire, pour ne pas se laisser submerger. Vincent, lui, ne peut pas s'en empêcher, “Surtout les mots d'enfants”. Plus habitué à collecter des documents administratifs du siècle dernier, il a l'impression, ici, de créer une matière qui racontera l'histoire dans cent ans. Car l'objectif est bien là: conserver un échantillon de l'histoire de Paris, à laquelle appartient déjà cette soirée du 13 novembre 2015, qui a coûté la vie à 130 personnes". C'était le 10 décembre 2015. Depuis, 7 709 documents collectés sur les lieux des événements tragiques qui ont endeuillé la France en sa capitale ont rejoint les Archives de Paris dans des centaines de cartons réunis sous la même étiquette: "Sq. Bataclan. 10/12/2015. Bd R. Lenoir".
Séchage, dépoussiérage, classement, numérisation: durant plusieurs mois, en collaboration avec la Ville, les équipes des Archives, sous la direction de Guillaume Nahon, n'ont eu de cesse de préserver, entretenir et conserver les hommages de milliers d'anonymes, et constituer ainsi un corpus unique en forme de vivant mémorial. Ce livre réunit un millier d'entre eux.


- J'y suis presque
de Nuala O'Faolain
Éditions Sabine Wespieser / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Avec le succès de son premier récit autobiographique, très rapidement suivi d'un roman, la vie de Nuala O'Faolain a radicalement changé: d'éditorialiste solitaire, les pieds solidement ancrés dans la terre irlandaise, elle est devenue un écrivain reconnu, installé une partie de l'année aux États-Unis. Intelligent, lucide et généreux, J'y suis presque, son deuxième livre de mémoires, est avant tout le roman d'une vie, la sienne: celle d'une femme dans la cinquantaine à qui tout sourit enfin, mais dont la quête de sérénité se heurte sans trêve aux fantômes du passé. Si elle y est presque, rien n'est jamais gagné, et c'est à la lumière de cette contradiction intime que s'est écrite l'œuvre intense de cet auteur trop tôt disparu (née en 1940, Nuala O'Faolain est morte en 2008).


- L'art & la manière de conclure en beauté
de Lauren Weisberger
Éditions Fleuve Noir / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

À 24 ans, Charlotte Silver, dite "Charlie", a tout pour elle. Dotée d'une plastique parfaite, elle figure parmi les meilleures joueuses du monde. Les médias et les fans l'adorent. Seule ombre au tableau: elle n'a jamais remporté une victoire en Grand Chelem. Lorsqu'une blessure l'oblige à abandonner Wimbledon, Charlie prend une mesure drastique. Elle renvoie sa coach de toujours et la remplace par l'entraîneur star Todd Feltner, aussi réputé pour ses mauvaises manières que pour sa redoutable efficacité. Ce pacte avec le diable propulse Charlie aux sommets des classements, comme en couverture des magazines people. Et sa relation avec le joueur "le plus sexy du monde" est une alliée de taille dans cette quête de la gloire: terre battue ou tapis rouge, Charlie Silver devient la it-girl du tennis féminin que tout le monde s'arrache. Mais entre fêtes, tromperies et compétition, la célébrité n'est pas qu'une partie de plaisir. surtout quand une éternelle rivale ne recule devant rien pour prendre le dessus. Jusqu'où Charlie sera-t-elle prête à aller pour être la meilleure?


- L'étrange bibliothèque
de Haruki Murakami
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Japon, de nos jours. Un jeune garçon se rend à la bibliothèque municipale. Jusqu'ici, rien que de très banal, le garçon est scrupuleux, il rend toujours ses livres à l'heure. Cette fois, pourtant, rien ne se passera comme prévu. Entre rêve et cauchemar, Haruki Murakami nous livre une nouvelle inédite, hypnotique, grinçante, superbement mise en images par la talentueuse illustratrice allemande Kat Menschik.


- L'ombre du sabre
de Owen Matthews
Éditions Les Escales / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Tchétchénie, années 1990. Alexei, jeune reporter, couvre l'occupation d'un village des montages tchétchènes par l'armée russe. Au camp, il partage le quotidien des soldats fait de moments de grande violence comme de terrible ennui. Lors de son séjour, Alexei rencontre Zeliha, l'instutrice du village, une femme forte, la seule à tenir tête aux soldats et dont il tombe immédiatement amoureux. Il vit avec elle quelques instants volés dans le plus grand secret. Quand les rebelles tchétchènes bombardent le camp, les soldats mènent une expédition punitive et commettent l'irréparable sous les yeux impuissants d'Alexei. Des années plus tard, Alexei vit à Istanbul. Un jour, il rencontre Zeliha accompagnée de sa fille Dilara, adolescente troublée attirée par le djihad. Dilara sent vite que ce vieil ami peut lui apprendre la vérité sur ce père dont elle ignore tout et dont sa mère se refuse à parler. Quand elle comprend le secret de sa mère, Dilara disparaît, prête à tout pour venger sa mère. Alexei, qui porte la culpabilité de sa lâcheté, accepte d'aller chercher Dilara, partie rejoindre la guérilla tchétchène. Commence alors une course contre la montre pour arrêter la jeune fille avant qu'il ne soit trop tard.


- La dame des deux terres
de Wallace Wendy
Éditions Presses De La Cité / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

À vingt-trois ans, Harriet Heron, gravement asthmatique depuis l'enfance, n'a quasiment jamais quitté Londres, pourtant fortement polluée par les fumées à cette époque de la révolution industrielle. Passionnée d'égyptologie, elle convainc sa mère Louisa de l'emmener à Alexandrie, afin de soigner son asthme. Sa tante Yael, vieille fille bigote, sera du voyage. Elles rencontrent au cours de la traversée un peintre séduisant, qui s'avère être une ancienne connaissance de Louisa. Arrivée à Alexandrie, Harriet est envoûtée par les lieux, la jeune fille surprotégée commence enfin à vivre. Elle est toutefois troublée par le mystérieux passé de sa mère, et des émeutes meurtrières viennent perturber le séjour. Harriet devra alors surmonter son handicap et triompher du danger qui la menace.


- La maison des enfants
de Charles Lambert
Éditions Anne Carrière / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans un manoir délabré vit Morgan Fletcher, héritier défiguré d'une fortune aux origines mystérieuses. Morgan consacre sa vie de reclus à l'étude, se tenant à l'écart des miroirs et du lac au bout de son jardin. Un jour, deux enfants, Moïra et David, viennent frapper à sa porte. Morgan recueille les deux orphelins, les laissent s'installer à leur guise dans le manoir que régente sa gouvernante, Engel. Bientôt, cette étrange société trouve son équilibre dans le silence et le respect des secrets de chacun. Mais voilà que d'autres enfants viennent trouver refuge chez Morgan, qui s'en satisferait volontiers s'il ne venait rapidement à leur trouver un comportement étrange. Car ces enfants polis, discrets, aimables et déterminés semblent chercher quelque chose dans sa maison, et il apparaît bientôt qu'ils ne l'ont pas choisie par hasard. Entre le conte gothique, l'horreur et la fable politique, Charles Lambert, auteur anglais prolifique, nous offre avec cette Maison des enfants un voyage de l'autre côté du miroir.


- La petite boutique des caractères
de Gabor
Éditions Cherche Midi / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Un cimetière, c'est plein d'amour en retard. Je le sais parce que c'est là que j'ai appris que ma mère, elle aimait mon père. Même elle, ça se trouve, c'est là qu'elle l'a appris. Mon père, il était marin et il s'est noyé quand j'avais huit ans, mais on l'a jamais retrouvé. Quand on me l'a appris, j'ai rempli un verre d'eau salée et je l'ai laissé fondre au soleil. Y a pas de petite vengeance. Quand j'étais petite petite, je pleurais en fermant mes poings dans mes yeux comme pour frapper des images qu'avaient rien à faire là. Je pleure plus comme ça maintenant, mais je pleure toujours. Mon problème, c'est que quand je pense à la mer, je pleure, et que quand je pleure, je pense à la mer. Moi je crois que c'est pas un hasard si ça a le même goût". Plaidoyer poétique et surréaliste pour les figures du fou et de l'enfant, ce petit conte philosophique fragmenté est une ode autant qu'une critique aux débordements (in)contrôlés de l'imagination.


- La rivière des doutes
de Emmanuelle Becker-Papin
Éditions Anne Carrière / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

À l'aube de ses 30 ans, Jeanne, jeune Parisienne à la vie trépidante, est réveillée presque chaque nuit par un cauchemar récurrent: un inconnu l'appelle à l'aide. Le mystère s'épaissit lorsque sa libraire lui apprend qu'une vieille femme la recherche activement pour lui délivrer un message essentiel, d'une urgence vitale. De guerre lasse, sur les conseils de son compagnon, la jeune femme répond à cet appel et se trouve embringuée dans une histoire qui dépasse toutes ses croyances. Dans une course-poursuite exaltante contre le temps et la raison, Jeanne va devoir se jeter à corps perdu dans cette "rivière des doutes" pour mener avec courage et détermination une véritable quête initiatique. Réussira-t-elle à traverser cette épreuve? Une ode à l'intuition, à la sagesse et au lâcher-prise.


- Le dernier exploit de Poxl West
de Torday Daniel
Éditions Les Escales / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Après avoir échappé aux nazis en Tchécoslovaquie au début de la Seconde Guerre mondiale, le jeune Poxl West fuit aux Pays-Bas où il leur dame le pion une nouvelle fois et où il tombe éperdument amoureux de la belle Françoise. Pourtant, un beau jour, il tourne les talons et gagne la Grande-Bretagne. Réfugié à Londres, il n'a qu'un seul but: devenir pilote. Après avoir sauvé de nombreuses vies pendant le Blitz et croiser la route de la jeune Glynnis, il intègre enfin la Royal Air Force. Bientôt, il participe à de périlleux bombardements aériens sur l'Allemagne. Véritable destinée de personnage de roman, la vie de Poxl est émaillée de rebondissements et péripéties. Aujourd'hui retraité aux États-Unis, il fascine son neveu, Eli Goldstein, en lui racontant ses actes de bravoure, aventures et romances. Il en rassemble les meilleurs épisodes dans son autobiographie Skylock qui devient un best-seller dès sa parution. Eli ne cesse de lire et de relire les épisodes de la vie trépidante de cet oncle qui incarne pour lui la quintessence.de la virilité. Pourtant, un jour, le mythe s'écroule: un journaliste du New York Times a enquêté sur Poxl et met en question la véracité de ses exploits. Poxl West aurait-il pu s'arranger avec la réalité et trahir ses lecteurs en commençant par Eli?


- Le monde merveilleux de la crise de la quarantaine
de Jason Hazeley
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Quand vous étiez petit, le monde était si simple.
Maintenant que vous êtes grand, vous n'y comprenez plus rien.
Cette collection a été créée pour vous aider à supporter l'absurdité totale de votre existence.
Dans cet album, découvrons ensemble une mystérieuse maladie inconnue des enfants: la crise de la quarantaine.


- Le monde merveilleux de la gueule de bois
de Jason Hazeley
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Quand vous étiez petit, le monde était si simple.
Maintenant que vous êtes grand, vous n'y comprenez plus rien.
Cette collection a été créée pour vous aider à supporter l'absurdité totale de votre existence.
Dans cet album, découvrons ensemble une drôle d'expérience inconnue des enfants: la gueule de bois.


- Le monde merveilleux du mari modèle
de Jason Hazeley
Éditions 10-18 / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Quand vous étiez petit, le monde était si simple.
Maintenant que vous êtes grand, vous n'y comprenez plus rien.
Cette collection a été créée pour vous aider à supporter l'absurdité totale de votre existence.
Dans cet album, découvrons ensemble un étrange animal inconnu des enfants: le mari modèle.


- Les neuf (premières) vies de Pandora
de Renaud Santa Maria
Éditions Belfond / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Qui est Pandora? Au fil de ces dix histoires, elle est la féminité, le compagnon fidèle des errances nocturnes, l'Humanité, l'indomptable amoureuse, la personnification d'un joyeux memento mori, celle qui réconcilie les frères ennemis dans les tranchées. Aux multiples facettes mais bien une seule et même chatte, Pandora est le fil conducteur et surtout, le lien à la vie. Tout l'inverse du chat noir d'Edgar Allan Poe. Du Paris occupé d'Augustin et de Clara dans Le Coeur en berne, qui reste à ce jour la plus célèbre nouvelle de l'auteur, en passant par la figure du kamikaze japonais qui trouve un étrange écho dans notre époque, jusqu'au New York de Basquiat, Renaud Santa Maria nous livre le large spectre de son univers, entre espérances et quête d'absolu. Tiraillé par ce qui semble inéluctable à tous, l'auteur cherche, au travers de ce qu'il nomme "les néants en vacations", ce qui peut encore faire tenir debout les hommes blessés par la lucidité qu'ils ont de leur destinée. Le rêve, la beauté, l'art, l'amour, l'ivresse, la poésie, les idéaux, l'humour... Dieu?


- Mr North
de Thornton Wilder
Éditions Belfond / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

C'est au printemps 1926 que je démissionnai. Dans les jours qui suivent une telle décision, on se sent comme au sortir de l'hôpital après une longue maladie. On réapprend lentement à marcher. Lentement et non sans émerveillement, on relève la tête. Jeune intellectuel désargenté, Theophilus North débarque le temps d'un été dans le Rhode Island des années 1920. Dans cette comédie de mœurs à la fois tendre et cynique, Theophilus, tour à tour amant, professeur, médecin, anthropologue et magicien, brosse au fil de ses rencontres le portrait d'une époque.


- Promenades en bords de mers et étonnements heureux
de Olivier de Kersauson
Éditions Cherche Midi / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Ce livre est un récit d'un genre neuf, celui du style de vie d'un marin considérable doublé d'un poète. "Quand je regarde la mer, je me promène dans le temps du monde". Vous l'ouvrirez à n'importe quelle page, il n'y a pas d'ordre dans les plaisirs, pas de classement dans les enchantements. C'est de ceux-là dont Olivier de Kersauson nous entretient. Voici donc le catalogue original d'un esthète singulier amoureux de la mer. "Il y a des artistes qui peignent des tableaux. Moi, je peins le sillage blanc sur le bleu des mers".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Nouveautés   Sam 21 Jan - 20:13

- Saint-Exupéry. Le cartable Aux souvenirs
de Patrick Poivre d'Arvor
Éditions Michel Lafon / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Antoine de Saint-Exupéry est l'une des personnalités françaises les plus fascinantes du XXe siècle. Aviateur de l'Aéropostale et de l'armée de l'air, il est surtout un auteur au succès mondial, notamment grâce au Petit Prince, conte intemporel qui a bercé des générations entières. Patrick Poivre d'Arvor nous invite à redécouvrir la vie de cet homme qui le passionne depuis l'enfance à travers les éléments les plus marquants de son existence. De sa naissance à Lyon à son dernier vol, le 31 juillet 1944, en passant par ses proches, famille, amis, amantes, ses passions et les objets qui lui étaient chers, comme sa gourmette qui permit d'identifier, au large de Marseille dans les années 2000, le P38-Lightning qu'il pilotait pour son ultime mission, c'est tout Saint-Ex qui se dévoile dans ce bréviaire illustré. Au fil de photographies et des mots, l'amour que Patrick Poivre d'Arvor porte à son idole se dessine et nous plonge sur les traces du plus célèbre pilote de guerre français.


- Sans même un adieu
de Robert Goddard
Éditions Sonatine / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

1911, Geoffrey Staddon, jeune architecte plein d'élans et d'espoir, vient de concevoir une magnifique demeure, Clouds Frome. Et il est tombé amoureux fou de la femme de son commanditaire, Consuela Caswell, une jeune Brésilienne perdue dans un mariage de convenance. Alors qu'il lui a promis de s'enfuir avec elle, il l'abandonne à son triste sort, préférant se consacrer pleinement à ses ambitions professionnelles.
1923, en lisant le journal, Geoffrey tombe sur un article qui lui glace le sang. Consuela Caswell est accusée de meurtre et risque la peine capitale. Bouleversé par cette nouvelle qui réveille bien des fantômes et ravive son sentiment de culpabilité, il ne peut rester sans rien faire. D'autant plus qu'il est persuadé que Consuela n'a pas pu commettre un crime aussi terrible. Il n'a pas le choix, il doit revenir à Clouds Frome pour savoir ce qu'il s'y est réellement passé. Il ne se doute pas encore des sombres secrets qu'il va y découvrir et qui vont bouleverser son existence. Dans une forme éblouissante, Robert Goddard revient ici à sa période de prédilection, le début du XXe siècle, à ses thèmes favoris, l'Histoire, les non-dits, les secrets de famille, et nous offre un roman magistral, aux multiples révélations.


- Une famille trop parfaite
de Rachel Abbott
Éditions Belfond / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

Olivia Brookes et ses trois enfants se sont volatilisés. Pourtant, dans leur jolie maison des quartiers chic de Manchester, tout semble normal: la voiture de la jeune femme n'a pas bougé, aucune affaire ne semble manquer. Même le sac à main et le téléphone d'Olivia traînent encore dans la cuisine. Un mystère pour la police. Plus étrange encore: l'école assure ne pas avoir vu les enfants depuis plusieurs semaines; Robert, le mari d'Olivia, semble plus furieux que désespéré; et surtout, le nom de la jeune femme revient dans une ancienne affaire de disparition. Car, deux ans plus tôt, c'est Olivia qui lançait, affolée, un avis de recherche pour retrouver son mari et leurs enfants, dont elle était sans nouvelles. Qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez les Brookes? Quels sombres secrets cache cette famille que tout le voisinage pensait si tranquille?


- Zone d'anomalie
de Kokotyukha Andriy
Éditions Michel Lafon / 03 novembre 2016


Le Titre du Roman

À cause de l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, Tamara Tomilina n'a jamais connu son village natal, Pidlisne, au nord de l'Ukraine. Sa mère et tous les habitants avaient été évacués. Mais depuis quelque temps, la nuit, Tamara perçoit un irrésistible appel de ce lieu où elle n'a pourtant jamais mis les pieds. Elle a entendu dire que d'autres avaient ressenti la même chose, s'étaient rendus sur place et avaient disparu dans la zone de Tchernobyl. Elle entre en contact avec un journaliste de Faits incroyables, Victor Chamray, pour qu'il publie son histoire. Il accepte mais il est peu convaincu par les allusions de la jeune femme à des événements surnaturels. Le lendemain de la publication, Tamara disparaît. Victor décide de se rendre à Pidlisne et de mener l'enquête. Mais lorsqu'il est kidnappé et menacé, il comprend vite qu'il a mis le doigt dans un engrenage bien plus inquiétant et réel que les prétendus fantômes de Tamara.


- À l'ombre du diable
de Andrea H. Japp
Éditions Flammarion / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

La mort de son mari, escroc et menteur, pèse lourdement sur les épaules de Gabrielle d'Aurillay. La malédiction du diptyque que son époux venait de gagner au jeu la poursuit plus dangereusement que la peste qui sévit à Paris où elle venait achever sa grossesse. ©Electre 2016


- Attenter à la mort
de Abdelamir Chawki
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Bagdad en 2003, des scènes apocalyptiques déchirent la ville, anéantissant les vestiges d'un passé millénaire. Comme dans un conte, le poète évoque un passé où se mêlent fiction et réalité. La Mésopotamie y est placée au regard des astres d'une part, comme une quête, et, de l'autre, de la flore fertile et féconde, constituée de palmiers, de roseaux et de vignes. Abreuvée par le Tigre et l'Euphrate, cette terre nourrit en son sein les civilisations les plus puissantes mais aussi les plus destructrices. Seulement, en 2003, l'ennemi est à la fois le dictateur qui s'approprie injustement le pays et sa population, et le soldat impuissant à comprendre ce que lui donne à voir le viseur de son fusil. C'est avec cette ignorance-là que le poète veut en finir. Et c'est d'une profusion de savoirs surgis du passé de l'humanité, d'un espoir intime, qu'il rend compte à travers l'image du père disparu, dressée comme un obélisque dans un décor chaotique. Après ce premier recueil où la mythologie s'immisce dans les récits d'enfance du poète et ses rêves d'adulte, le second, plus matériel, plus optimiste aussi, accorde une place importante au présent. On y trouve une poésie dédiée tantôt à la volupté qu'évoque l'amour de la bien-aimée, tantôt au rêve que convoquent l'immensité de la mer et l'infini des nuages. Irrémédiablement, en même temps qu'il se réfère aux grands poètes et aux mystiques arabes, ainsi qu'aux peintres de la Renaissance, Chawki Abdelamir raccroche son œuvre aux thèmes les plus universels de l'art et de la foi.


- Au revoir Monsieur Friant
de Philippe Claudel
Éditions Stock / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Les œuvres peintes sont souvent de grands miroirs qui nous invitent à nous contempler. Notre matière profonde se mêle à celle que le peintre a déposée sur la toile. Ainsi naissent des frères parfois. Émile Friant, bien que né un siècle avant moi, en est un. Dans ce roman, j'ai voulu parler de lui, et parler de moi à travers lui, mener en quelque sorte une conversation imaginaire et sincère. Il s'est écrit alors que j'avais publié deux ou trois livres seulement, et il y en a eu bien d'autres depuis, mais de tous, c'est celui qui a laissé le plus de traces en moi. Sans doute parce qu'il recèle une fraîcheur et un élan que le temps n'est pas parvenu à faner".


- Avant, il y avait la mer
de Eléonore Douspis
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Avant, il y avait la mer, une mer calme et limpide" La vie ainsi était douce pour l'enfant, son amie Oumy et tous les habitants de l'île. Mais un matin le soleil ne se lève pas. Bientôt, les gens s'enfuient, les maisons sont démontées et la mer se retire. L'enfant, resté seul, veut lui aussi s'évader, mais il est bel et bien enfermé dans son histoire, prisonnier des pages de son livre. Il essaie alors de reconstruire un monde sur les ruines de l'ancien, mais la solitude est insupportable. Un jour, enfin, une petite faille apparaît et, de l'autre côté, l'enfant entend des rires familiers.


- Ciel rouge
de Luke Short
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Il y a de l'argent à la clé, Jim, pour nous deux, beaucoup d'argent". La cupidité commerciale oppose deux hommes, et la fille de l'un d'eux aime celui qui s'apprête à escroquer son père. Sur fond d'élevage de bétail et de vengeance d'Indiens croupissant dans des réserves dépourvues de bonnes terres, Luke Short compose un western intense, qui s'éloigne des stéréotypes du genre. Adapté par Robert Wise avec Robert Mitchum sous le même titre.


- Dans la tête d'Andrew
de Edgar Lawrence Doctorow
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans ce qu'on imagine être le cabinet d'un psychanalyste, un homme évoque l'un de ses amis, un chercheur en sciences cognitives répondant au prénom d'Andrew, qui n'est autre que lui-même. Victime d'un délitement mental peut-être lié aux recherches requises par sa discipline, Andrew s'est convaincu que le cerveau n'était qu'une machine à mentir et à feindre qui fait de lui un prisonnier à vie. Imperméable à la culpabilité, au chagrin comme au bonheur, il est persuadé que chacun de ses actes nuit aux êtres qu'il aime, qu'un désastre va se produire quoi qu'il fasse, alors que lui-même sort indemne de toutes les épreuves de la vie. Tandis que l'étrange narrateur se confesse, le lecteur s'interroge: ledit Andrew a-t-il bien, lorsqu'il était enfant, provoqué un accident de voiture? A-t-il, de fait, empoisonné par mégarde son propre bébé? Une femme a-t-elle vraiment disparu à cause de lui un certain 9 septembre? A-t-il pour de bon bu des cocktails avec des nains? Et est-il exact que le président ait été son camarade de chambre pendant ses études à Yale?


- De chant et d'amour
de Virginie Tharaud
Éditions JC Lattès / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Novembre 1766. Abandonnée enceinte à dix-huit ans par le baron de Beaumesnil, Adélaïde de Villars serait condamnée au couvent par son père si ses dons de musicienne ne lui offraient un refuge, l'Académie royale de musique, où les femmes sont sous la seule autorité du roi. Elle remplace au pied levé la grande Sophie Arnould et triomphe sous le nom de "Mlle Beaumesnil" espérant ainsi attirer l'attention de son amour perdu. Ce rêve l'aide à affronter le quotidien, la jalousie de Sophie, les rivalités, les manœuvres, les protecteurs qu'il faut bien s'assurer. Adélaïde séduit le duc de Chartres, dont elle attend un enfant, mais tandis que le destin de l'Opéra bascule avec l'arrivée de Glück qui ambitionne de révolutionner l'art lyrique, tous ses espoirs s'écroulent: elle perd l'enfant, le baron la rejette, le maître la dédaigne. Pour trouver la force de se relever, Adélaïde devra accomplir sa vraie vocation: composer.


- Des clairons dans l'après-midi
de Ernest Haycox
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Avec la fameuse bataille de Little Big Horn pour toile de fond, le plus célèbre des écrivains de l'Ouest américain dresse un portrait du général Custer et de sa 7e cavalerie à travers les tribulations de deux capitaines déchirés par une rivalité amoureuse. Un western documenté et passionnant.


- D'un moi l'autre
de Massin
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Massin, figure majeure du graphisme et de la typographie dont les œuvres sont exposées dans le monde entier, se livre dans ces Mémoires qui s'étendent des années 30 au début du XXIe siècle à une prouesse stylistique étonnante: faire éclater le puzzle de son existence et en donner les fragments en désordre. Et c'est un régal d'histoires courtes, drolatiques, absurdes ou tragiques qui sont autant de portraits d'écrivains et d'artistes dont Doisneau, Aragon, Ionesco, Malraux, Queneau, Céline ou Genet qu'il croque par le détail insolite, tendre et amusé. Massin jongle avec son enfance en Beauce, sa jeunesse bohème à Paris, le milieu de l'édition et celui de l'art en homme pressé, en chroniqueur inspiré, curieux et toujours en éveil.


- La petite communiste qui ne souriait jamais
de Lola Lafon
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Retraçant le parcours d'une fée gymnaste qui, dans la Roumanie des années 1980 et sous les yeux émerveillés de la planète entière, mit à mal guerres froides, ordinateurs et records, ce roman délivre une passionnante méditation sur l'invention et l'impitoyable évaluation du corps féminin.


- La reine du tearling
de Erika Johansen
Éditions JC Lattès / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l'escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling. Kelsea ne s'est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu'elle découvre vont la pousser à commettre un acte d'une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge. La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d'embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende ou la détruira.


- La terre des silences
de Laura Walden
Éditions City / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Nouvelle-Zélande, 1930. Après un long voyage en bateau, Eva Schindler débarque au "Pays du Nuage Blanc". La jeune femme arrive d'Europe, seule et sans un sou pour s'installer dans le domaine viticole d'une branche éloignée de sa famille qu'elle n'a encore jamais rencontrée. Accueillie très froidement, elle parvient malgré tout à s'intégrer. Sur cette terre aux paysages grandioses, Eva noue une relation passionnée avec Adrian. Elle se prend aussi d'affection pour Lucie, la grand-mère d'Adrian, une descendante des Maoris. Des années plus tôt, Lucie a renié ses origines pour épouser un Occidental. En prenant ainsi son destin en main, elle a déclenché une série de tragédies aux conséquences dévastatrices. Jusqu'à aujourd'hui.


- La vie idéale
de Jon Raymond
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Changer de vie et revenir à l'essentiel: voilà ce à quoi aspirent Damon et Amy, deux trentenaires originaires de Los Angeles, en couple depuis six ans. C'est justement ce que propose "Rain Dragon", une grande ferme bio du nord-ouest des États-Unis qui pratique l'agriculture raisonnée. Un projet alternatif qui attire beaucoup de jeunes en quête d'un idéal de vie et dans lequel tous deux vont peu à peu  se faire une place, en s'éloignant inéluctablement l'un de l'autre.


- La vieille dame qui avait vécu dans les nuages
de Maggie Leffler
Éditions Harper Collins / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Un roman sur le courage de ces femmes oubliées de l'Histoire qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont participé à l'effort de guerre. À 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu'elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve: devenir aviatrice. Cette passion, Mary l'a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu'à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin.  À qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute? La réponse arrive en la personne d'une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu'elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d'une amitié aussi belle qu'improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu'à l'émouvante révélation finale. Ce roman est inspiré de faits réels, le rôle courageux et désintéressé joué par les femmes pilotes américaines pendant la Seconde Guerre Mondiale, longtemps tenu secret. En 2009, Barack Obama leur a rendu hommage devant le Congrès.


- Le jeune homme qui voulait savoir si le paradis existait
de François Lelord
Éditions JC Lattès / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Y-a-t-il une vie après cette vie?" demande Antoine au jeune homme vêtu d'un sari qu'il croise au pied de l'Himalaya. "Tu ferais mieux d'apprendre à te concentrer"  lui répond l'autre avec un doux sourire. À son réveil, Antoine se demande si ce promeneur n'était pas le Bouddha. Et que dire de cet autre rêve, où une femme assise au bord d'une fontaine lui donne à boire puis lui révèle qu'elle est Samaritaine? Voilà ce qui arrive quand on se pose trop questions sur le sens de la vie, et qu'on suit une jeune fille très catholique dont on est éperdument amoureux jusqu'au Katmandou des années soixante-dix, à la recherche d'un thé mystérieux: en fait un secret bien gardé des moines du Tibet tout proche, et qui donnerait la claire vision du Nirvana ou du Paradis. Sur leur chemin, Antoine et Clotilde rencontrent Tara, une trop jolie tibétaine qui veut devenir nonne bouddhiste. Puis Karsten et Noémie, un couple de jeunes hippies déçus de leur séjour en Ashram. Pendant que ces jeunes gens échangent sur Jésus, Bouddha et Ganesh, ils ne soupçonnent pas que des agents de grandes puissances sont lancées à leur poursuite, car qu'arriverait-il à l'ordre du Monde si après quelques gorgées du thé, chaque humain avait soudain la certitude absolue que cette vie terrestre ne compte pas vraiment et que le Paradis l'attend? Une aventure amoureuse et  philosophique à  la poursuite d'une question éternelle.


- Le mobile
de Javier Cercas
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Quand il n'officie pas dans le modeste cabinet juridique qui l'emploie, Álvaro pense à Flaubert. Comme lui, il veut écrire un grand roman. Son idée,simple et efficace, consiste à produire une nouvelle variation sur le couple et ses avatars: l'amour, l'argent, le crime. Le plan est précis, la routine efficace; il ne manque plus que la réalité lui fournisse l'essentiel: le matériau, la vérité de son histoire. C'est ainsi qu'avec une méticulosité aussi attentive que soudaine, Álvaro jette son dévolu sur ses voisins et, ne reculant devant aucun sacrifice pour approfondir son sujet, en vient à prendre d'assaut la truculente concierge. Dans une mécanique parfaite, se met en place l'intraitable jeu de la fiction et du hasard. Sur le modèle classique du marionnettiste manipulé, Javier Cercas excelle à organiser vertige et dérapage, et à faire plier le réel de sa fiction. Le lecteur trouvera, dans cet irrésistible roman de jeunesse, la manière et les obsessions qui ont fait le succès de l'auteur ainsi qu'une bien belle définition de la vocation.


- Le règne du vivant
de Alice Ferney
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Magnus Wallace, militant écologiste, parcourt les mers à bord de l'Arrowhead pour arraisonner les navires baleiniers qui braconnent en zones protégées. Un combat pour les droits de l'animal, une insurrection singulière qui force l'admiration, racontés dans un roman qui célèbre la beauté du vivant et la nécessité d'une prise de conscience.


- Le tableau
de Laurence Venturi
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Qui n'a jamais rêvé de trouver un chef-d'œuvre dans sa cave ou son grenier? Pour Laura, c'est une histoire vraie. Et le début d'une enquête folle et passionnante, entre Paris et Rome, sur les traces d'un trésor signé Modigliani qui va bouleverser sa vie. Coups de théâtre, rebondissements, suspense: le récit d'un conte de fées devenu réalité.


- Le Baron de Belsolles
de Thibaut d'Anthonay
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Les femmes se l'arrachent, les hommes le détestent: liberté d'esprit, tempérament de feu, courage… Hadrien, baron de Belsolles, est un homme que l'on admire ou que l'on craint. Lorsqu'il débarque à Fort Saint-Pierre en 1654, il ne tarde pas à provoquer le scandale. Sur ce territoire encore peuplé de redoutables Indiens caraïbe, il fait rapidement fortune là où tout le monde a échoué: dans la canne à sucre, l'or blanc de la Martinique. Justicier dans l'âme, Hadrien veut affranchir ses esclaves, que ses ennemis disent envoûtés, et vit au grand jour sa passion pour une belle mulâtresse. Mais les sbires d'un Mazarin acharné à sa perte ne désespèrent pas de retrouver un jour cet insaisissable détenteur du secret le plus convoité au monde.


- Les Dieux de la steppe
de Andreï Guelassimov
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Juillet 1945, à la veille du bombardement de Hiroshima et de Nagasaki, la vie dans un petit village aux confins extrême-orientaux de la Russie. Des gamins qui jouent à la guerre et veulent devenir des héros, un médecin japonais qui cherche à comprendre pourquoi ses compatriotes, prisonniers de guerre, meurent comme des mouches dans la mine voisine.


- Marie Curie, portrait d'une femme engagée (1914-1918)
de Marie-Noëlle Himbert
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

En août 1914, veuve depuis huit ans, Marie Curie est une femme seule. En prenant tous les risques pour acheminer sur les lignes de front la technologie des rayons X, elle a sauvé des centaines de milliers de vies et a redonné un sens à la sienne. Portrait documenté par des archives inédites d'une femme exemplaire, dont l'intrépidité, l'humanité et le génie nous bouleversent encore.


- Ma vie de pingouin
de Katarina Mazetti
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

En croisière sur l'Orlovsky, Tomas et Wilma filent vers l'Antarctique. Lui a élu les icebergs comme lieu idéal pour mettre fin à ses jours. Elle reste d'un inébranlable optimisme malgré le secret qui assombrit sa vie. Sur le paquebot, la globe-trotteuse Alba répertorie les similitudes entre humains et animaux. Un roman frissonnant sur l'amour, l'amitié, et l'avenir de la planète.


- Mon dernier continent
de Midge Raymond
Éditions Stock / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Ushuaia, la fin du monde, le début de tout. Deb et Keller se retrouvent chaque année au cœur des eaux froides de l'Antarctique pour étudier les manchots empereurs et les Adélie. Dans ce bout du monde entouré de glaciers et d'icebergs, ils oublient pour un temps les chagrins de leurs vies. Mais l'Antarctique, comme leur amour, est fragile et menacé. Une nouvelle saison commence. Au moment de lever l'ancre, Keller n'est pas à bord du Cormoran, le bateau qui doit les conduire à la station de recherche. Peu après, le Cormoran reçoit un signal de détresse d'un paquebot de croisière prisonnier des glaces. Midge Raymond nous entraîne dans un voyage inoubliable aux confins du continent blanc, territoire à la beauté âpre où le moindre faux pas peut s'avérer tragique.


- Petites infamies en cuisine
de Jessica Tom
Éditions Harper Collins / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Foodista talentueuse, mais jeune et naïve, Tia Monroe s'installe à New York avec de grandes ambitions: côtoyer les stars du dining et devenir l'une d'elles. Mais du chef étoilé au critique gastronomique du New York Times, tout le monde la méprise et la manipule. Roman d'apprentissage à la sauce aigre-douce, Petites Infamies en cuisine ne ménage ni son héroïne ni la galerie de figures à la mode du monde de la grande cuisine. Jessica Tom les épingle tous, depuis le critique qui a perdu le sens du goût et s'offre sans vergogne et à peu de frais le talent de l'héroïne pour écrire à sa place, jusqu'à l'ambitieux des fourneaux, prêt à la séduire pour atteindre plus vite la gloire.


- Pour tout ce que la vie nous donne
de Valérie Motté
Éditions Pygmalion / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

"Nous traversons actuellement une période de grandes transformations énergétiques qui bousculent le monde entier. Certains s'interrogent sur ce chaos et sont effrayés ; d'autres ressentent le besoin de se recentrer sur l'essentiel et sont en quête de vérité. Au final, la majorité d'entre nous aspire à la paix, au respect et à l'équité. Les drames familiaux qui m'ont touchée ont révélé ma médiumnité et mon cheminement m'a conduite à développer ma spiritualité et à écouter mon cour. Je suis infiniment reconnaissante pour chacun de ces instants expérimentés, pour la confiance que le monde invisible et ses messagers m'ont accordée, pour ce caractère qui m'offre cette conscience de la préciosité de la vie et de ses charmes si nombreux. J'ai souhaité partager avec vous mon parcours pour, peut-être, donner envie à quelques-uns d'entre vous d'envisager la vie différemment. Pour témoigner qu'il est toujours possible de voir la lumière dans l'obscurité".


- Rachel
de Andreï Guelassimov
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Un professeur se remémore sa vie, rythmée par trois mariages. Trois femmes, trois époques de sa vie, trois versions de lui-même et trois plans dans cet ambitieux roman qui tresse références bibliques, grande Histoire et drame familial.


- Radio imagination
de Seiko Ito
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans une petite ville de la côte japonaise, un homme emporté par la vague géante est resté accroché au sommet d'un cyprès. Il semble ne pas savoir si la mort l'a épargné ou si l'état dans lequel il se trouve préfigure un étrange purgatoire. Animateur de radio féru de pop-rock et de rap, cet insolite naufragé tente pourtant d'appréhender la situation. Depuis son perchoir à douze mètres de haut, il convoque ses derniers souvenirs et retrouve ainsi presque naturellement le ton et le rythme de son émission, fondée sur la confidence et la sincérité. Du bas de l'arbre ou de beaucoup plus loin, des voix s'élèvent et lui répondent. L'émission semble bonne, certains la captent, d'autres non, mais déjà les récits rapportés par les uns font revivre les autres, à moins que l'imaginaire en ces terres dévastées ne soit le seul moyen de penser et de dire, de poursuivre et survivre. Ou plus simplement: d'envisager le présent. Par ce roman aux cadences de manga, Seikô Itô transcende la sidération et invente une nouvelle façon de dire et de penser la catastrophe, bien au-dessus des discours convenus et des récupérations politiques.


- Sully
de Chelsey B. Sullenberger
Éditions Harper Collins / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Janvier 2009. Le monde assiste à l'un des plus spectaculaires amerrissages en urgence de l'histoire de l'aviation de ligne: le commandant Sullenberger pose son Airbus A320, privé de réacteurs, sur la rivière Hudson, sauvant ainsi la vie de 155 passagers et membres d'équipage. Dans ce témoignage vibrant raconté à la première personne, ce qui frappe par-dessus tout, c'est le sang-froid devant l'impensable, allié à l'incroyable énergie déployée pour sauver des vies. Depuis ses premiers souvenirs d'élève pilote, alors qu'il était encore adolescent et faisait ses armes aux commandes d'un avion à hélice dans le ciel du Texas, jusqu'à ses années dans l'US Air Force à bord d'un F-4 Phantom, le commandant de bord Chesley B. Sullenberger, "Sully", livre le récit d'une existence passionnée au service de l'aviation. Ou comment un jeune garçon qui rêvait de voler est devenu le "héros de l'Hudson", un homme qui a mis l'expérience de toute une vie dans ces quelques secondes où tout pouvait basculer.


- Temps du rêve
de Henry Bauchau
Éditions Babel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Temps du rêve raconte un amour aussi fulgurant qu'insidieusement délétère, par lequel un jeune garçon est ébloui puis désenchanté, et condamné à chercher dans l'imaginaire d'autres illuminations. À quatre-vingts ans de distance, Henry Bauchau relit et préface son tout premier récit publié sous pseudonyme.


- Une tache au front. La bâtardise aux XVIe et XVIIe siècles
de Sylvie Steinberg
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

De nos jours, le vieux mot "bâtard" reste une insulte cuisante, comme pour rappeler ce qu'il y a d'essentiel dans  l'appartenance familiale et la filiation. Sujet anthropologique ou sociologique, la bâtardise est aussi objet d'histoire. Confrontant études de cas, réflexions juridiques et représentations littéraires, Sylvie Steinberg montre de façon saisissante qu'elle fut paradoxalement un pivot de l'ordre absolutiste. Mais comment une société fondée sur le mariage chrétien, monogame et indissoluble, fit-elle une place, au sein de l'institution familiale, à des individus dont l'identité témoignait de l'inconduite de leurs géniteurs? Les bâtards, qu'ils soient issus de la paysannerie ou de l'aristocratie, furent au centre de débats juridiques et moraux, portant sur les comportements des individus et des groupes, et se trouvèrent à partir de la fin du XVIe siècle au cœur du dispositif de mise en discipline de la société. La loi de 1600, qui exigeait une naissance légitime ou légitimée de tout membre de la noblesse, faisait entrer en conflit règles de filiations et conditions sociales. Elle donna à l'État un droit de regard sur des questions qui relevaient auparavant de l'ordre privé. Par-delà droit et théologie, cette histoire de la filiation aborde enfin la dimension vécue des liens entre enfants et parents, qui ne se réduisaient pas aux problèmes de nom et de patrimoine. Entre les "sans-familles" et leurs parents, l'amour, l'attachement, les sentiments de possession ou d'exclusion composaient un tableau changeant des normes et des comportements. Sommes-nous étrangers à cette histoire?


- Vendredi noir et nuits blanches
de Esther Benbassa
Éditions JC Lattès / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Dans le sillage des attentats de janvier 2015, la nuit tragique du 13 novembre a fait basculer la France dans une ère de violence, de deuil et d'anxiété. Dans un enchaînement de catastrophes, le pays paraît s'enfoncer lentement dans le chaos. Une secousse qui bouscule aussi les êtres, jusque dans leurs retranchements, faisant remonter les vécus enfouis qui se confondent parfois avec ceux des hommes et des femmes fauchés par les balles des terroristes. Qui donc étaient ces morts? Leurs histoires interpellent les nôtres, les associant à celle de toute une nation en panique. Une femme venue d'ailleurs essaie de relire ce qui est arrivé à l'aune de ses errances passées, avec empathie, dans ses nuits désormais blanches. Elle croise les vies, les lieux, les époques, les libertés évanouies, la politique en berne, et refuse obstinément de céder au désespoir ambiant. Elle descend dans ses propres décombres pour redonner un peu de vie à ces morts dont l'ombre a pesé de tout son poids sur les événements des mois qui ont suivi. Célébration de la liberté, ce récit est aussi un regard sur le monde d'où la vie, malgré tout, sort victorieuse.


- Youth
de Paolo Sorrentino
Éditions Albin Michel / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

Amis depuis toujours, deux vieillards se retrouvent chaque année dans un hôtel de luxe des Alpes suisses: un chef d'orchestre anglais qui a renoncé depuis longtemps à son métier et un cinéaste américain qui prépare fiévreusement son "film-testament". Les deux hommes savent que le temps leur est compté.


- Zinc
de David Van Reybrouck
Éditions Actes Sud / 02 novembre 2016


Le Titre du Roman

David Van Reybrouck retrace ici l'histoire d'un infime territoire coincé entre la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, un confetti au statut unique en Europe, car déclaré neutre par les grandes puissances après la chute de Napoléon et jusqu'en 1919, faute d'un accord sur le tracé des frontières alentour. Il s'agissait à l'origine d'un banal conflit d'intérêts puisque se trouvait là un important gisement de zinc, minerai dont l'exploitation déjà ancienne connut son apogée au XIXe siècle. Un siècle de neutralité heureuse du village de Moresnet, une sorte d'Europe en miniature: les nationalités s'y côtoient, les lois sont françaises, l'administration germano-belge, le service militaire est longtemps ignoré. Mais en 1914 l'Allemagne l'occupe, avant que le traité de Versailles ne l'attribue à la Belgique. Et ce n'est qu'un début, car les guerres du XXe siècle ne cesseront de meurtrir la population de cette enclave autrefois privilégiée. Cette histoire, David Van Reybrouck nous la conte à travers le destin d'Emil Rixen. Né en 1903, cet homme ordinaire changera cinq fois de nationalité sans jamais traverser de frontière: Ce sont les frontières qui l'ont traversé. Mais à travers ce destin singulier, et avec lui celui de la communauté méconnue des Belges germanophones, c'est à deux sujets d'une actualité brûlante que David Van Reybrouck nous invite à réfléchir: la fin d'une utopie européenne et le retour des frontières, véritables matérialisations sur le terrain de la résurgence des nationalismes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Nouveautés   Sam 21 Jan - 20:07

- Hôtel universal
de Simona Sora
Éditions Belfond / 27 octobre 2016


Au cœur du vieux Bucarest, dans les couloirs de l'Hôtel Universal, résonnent les voix des femmes qui ont fait l'histoire de ce lieu, tour à tour auberge au XIXe siècle, hôtel de passe sous la dictature et enfin haut lieu de la bohème estudiantine dans les années 1990. Porté par une écriture envoûtante, quelque part entre rêve, confession et réalité, un roman sur la transmission et la quête d'identité.


- Le cycle de Jehovah
de James Morrow
Éditions Au Diable Vauvert / 27 octobre 2016


Long de trois kilomètres, le corps de Dieu dérive au large du Golfe de Guinée. Pour le remorquer discrètement, le Vatican affrète un super tanker sous le double commandement d'un baroudeur et d'un père jésuite. Conte philosophique, satire irrésistible de la religion, de l'église, de l'Amérique et de son mercantilisme, trilogie d'aventure débridée conduit tambour battant, réflexion métaphysique sur l'ontologie et la liberté humaine, Le cycle de Jéhovah est tout cela à la fois, une pure jubilation.


- Mélodie de Vienne
de Ernst Lothar
Éditions Liana Levi / 27 octobre 2016


Dans un immeuble cossu de Vienne, en 1888, la famille Alt occupe tous les étages. Leur titre de noblesse? Le piano sur lequel a joué Mozart, construit par Christoph Alt, le fondateur. Des ateliers sortent encore des pièces exceptionnelles. Une réputation qui leur impose de s'astreindre aux règles de la haute société viennoise. L'arrivée dans la famille de la trop belle Henriette Stein, d'origine juive qui plus est, sème le trouble. La jeune femme plonge dans le tourbillon de fêtes et de création qui s'empare de la ville en cette fin de siècle. Un tourbillon où l'on percevra bientôt les fêlures du rêve austro-hongrois: le suicide du prince héritier, l'assassinat de l'archiduc suivi de la guerre de 14-18, l'essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme. Le destin mouvementé de la famille Alt suivra les soubresauts de l'Histoire.


- Mise en garde
de Klaus Mann
Éditions Phébus / 27 octobre 2016


Klaus Mann (1906-1949) assiste à la montée en puissance du parti nazi, l'avènement d'Adolf Hitler et la défaite de l'Allemagne "des poètes, des penseurs et des musiciens de génie". Jeune écrivain engagé, il multiplie textes et prises de parole pour mettre en garde contre la barbarie et la guerre. Contraint à l'exil puis déchu de sa nationalité, il ne renonce pas à se battre: il a compris qu'il ne s'agit pas d'une simple révolte de la jeunesse, de l'humiliation d'une guerre perdue ou du désespoir né de la crise économique; il s'agit au contraire de dénoncer une barbarie nouvelle, qui n'a besoin que de notre indifférence et de notre paresse pour prospérer. Une barbarie, surtout, qui menace le monde entier.


- Water knife
de Paolo Bacigalupi
Éditions Au Diable Vauvert / 27 octobre 2016


La guerre de l'or bleu fait rage autour du fleuve Colorado. Détective, assassin et espion, Angel Velasquez coupe l'eau pour la Direction du Sud Nevada qui assure la survie de Las Vegas. Lorsque remonte à la surface la rumeur d'une nouvelle source, Angel gagne la ville dévastée de Phoenix avec une journaliste endurcie et une jeune migrante texane. Quand l'eau est plus précieuse que l'or, une seule vérité régit le désert: un homme doit saigner pour qu'un homme boive.


- Hollywood, la cité des femmes
Histoires des actrices de l'âge d'or d'Hollywood. 1930-1955
de Antoine Sire
Éditions Actes Sud / 26 octobre 2016


Hollywood, la cité des femmes est le premier livre à décrire avec précision la trajectoire des femmes qui ont construit le mythe hollywoodien. D'une plume érudite et passionnée, l'auteur évoque plus d'une centaine d'actrices et ouvre sur une nouvelle lecture de l'histoire d'Hollywood, à travers le rôle des femmes.


- L'homme et le bois
de Lars Mytting
Éditions Gaïa / 26 octobre 2016


Quel est le secret de ce livre qui connaît un succès éditorial sans frontières? Vous adorez les balades en forêt, vous habitez un petit appartement citadin dépourvu de cheminée, ou bien vous avez un poêle et faites chaque année votre bois pour l'hiver, et vous piétinez d'impatience à l'idée de faire vrombir la tronçonneuse: Ouvrez ce livre. Ce manuel ne quittera bientôt plus votre poche. Le bois, matière noble et ancestrale, au cœur des questions écologiques et environnementales, vous fera rêver et voyager. Henry David Thoreau écrit: "Chaque homme regarde sa pile de bois avec une sorte d'affection". Mytting, non sans malice, ajoute qu'un bon mari se reconnaît à la façon dont il l'empile. Seul un bûcheron zélé et talentueux romancier côtoyant les forêts les plus septentrionales d'Europe pouvait nous faire goûter ainsi la magie et les secrets du bois.


- La maison pâle
de Luke McCallin
Éditions Du Toucan / 26 octobre 2016


Début 1944, le capitaine Gregor Reinhardt, officier des services de renseignements militaires, vient d'être réaffecté dans les Feldjaegerkorps, une nouvelle branche de la police militaire aux pouvoirs très étendus. Alors que l'armée allemande tâche de se retirer de Yougoslavie sans trop de pertes, Reinhardt est contacté par les témoins d'un massacre de civils commis, semble-t-il, par les rebelles croates Oustachis. Mais Reinhardt découvre très vite qu'il y a là bien plus qu'un simple incident de guerre. Quand il identifie les cinq premiers corps mutilés, son enquête commence à attirer l'attention du pouvoir. Ses amis sont arrêtés et les enjeux montent. Tandis qu'il tente de découvrir la vérité, son propre passé et ses liens avec les Oustachis menacent de ruiner ses efforts. Certains ont la mémoire longue et se souviennent trop bien de Reinhardt.


- Le livre des songes
de Jenny Offill
Éditions Calmann Lévy / 26 octobre 2016


Grace Davitt, huit ans, est une petite rêveuse qui perçoit le monde comme plein d'étranges merveilles. Sa mère ornithologue, Anna, y contribue en transformant à ses yeux leur ville au cœur du Vermont en un lieu de mystères empli de langages secrets. L'esprit indompté d'Anna s'oppose à celui de son mari, Robert, un professeur de chimie avide d'ordre et de rationalité. Alors qu'Anna sombre peu à peu dans la folie, en nourrissant sa fille de fables et d'histoires oniriques, Robert se réfugie derrière les chiffres et les théorèmes qui fondent son existence, jusqu'à en fuir femme et enfant. Quand sa famille se déchire, Grace comprend qu'elle va se retrouver seule aux côtés d'Anna, dans l'ombre de sa folie. Commence alors un formidable voyage jusqu'au cœur même de sa propre imagination sans limites.


- Le vent dans les roseaux
de Wendell Pierce
Éditions Du Sous-Sol / 26 octobre 2016


29 août 2005. La tempête Katrina frappe La Nouvelle-Orléans et dévaste tout sur son passage, privant des milliers d'Américains de leurs foyers. Plus de 1500 personnes perdent la vie. Quelques temps après s'élève une voix des décombres: celle de Samuel Beckett au travers de Wendell Pierce interprétant un Vladimir prophétique. Vladimir: J'ai cru que c'était lui. Estragon: Qui? Vladimir: Godot. Estragon: Pah! Le vent dans les roseaux. Car alors que tout s'est effondré, Wendell Pierce joue cette pièce au milieu d'un paysage apocalyptique, parmi des spectateurs effondrés à qui il veut offrir une catharsis, un répit. S'il est connu pour ses rôles d'inspecteur Bunk dans The Wire et du tromboniste Antoine Batiste dans Treme, on sait moins qu'il est également un artiste et un homme engagé, qui a grandi à Ponchartrain Park, première banlieue afro-américaine construite après la seconde guerre mondiale. Dans Le vent dans les roseaux, Wendell Pierce livre un récit poignant et passionnant sur sa Nouvelle-Orléans, en nous plongeant dans son histoire familiale. Des champs de cannes à sucre aux lois ségrégationnistes de Jim Crow, il dépeint l'élévation sociale qui a été la sienne et dessine en creux le portrait de la lutte des noirs américains contre la discrimination, passée et présente. S'autorisant des digressions truculentes où il revient sur son expérience d'acteur, il nous offre du même coup une véritable ode à l'art qui "nous apprend qui nous sommes et nous dit qui nous devons devenir".


- Les fantômes du souvenir
de Serge Toubiana
Éditions Grasset & Fasquelle / 26 octobre 2016


"L'amour du cinéma se joue dans l'enfance. Pour moi ce furent les westerns, les péplums ou les films comiques avec Jerry Lewis. Mon premier souvenir de cinéma remonte à La strada, que j'ai vu avec mes parents à l'âge de six ans. Depuis, le cinéma est entré dans ma vie. Il n'en est plus jamais sorti. J'ai grandi avec lui et lui m'a vu grandir. Les années 60 furent politiques, mais surtout celles de l'éveil aux nouvelles vagues. J'ai aimé les films de Godard, Truffaut, Resnais, Bertolucci, Milos Forman, qui m'ouvraient une fenêtre sur le monde. J'ai mûri avec Antoine Doinel, alias Jean-Pierre Léaud, mon alter ego. Les années 70 furent des années de formation en fréquentant la meilleure école: celle des Cahiers du cinéma. Aux côtés de Serge Daney, j'ai appris à voir un film et à écrire sur le cinéma. Ainsi j'ai multiplié les rencontres avec des cinéastes, dont je tente de brosser le portrait. François Truffaut, dont le souvenir est intact, plus de trente ans après sa disparition en 1984. Mais aussi Godard, Marco Ferreri, Jean Eustache, Wim Wenders, David Lynch, Scorsese, Clint Eastwood, Maurice Pialat… Les acteurs aussi: Micheline Presle, Alain Delon, Isabelle Huppert, Gérard Depardieu ou Michel Piccoli. C'est ce parcours subjectif avec le cinéma, de l'enfance à l'âge adulte, dont j'ai voulu faire le récit". Serge Toubiana


- Les jumelles
de Claire Douglas
Éditions Harper Collins / 26 octobre 2016


Après un accident tragique, obsédée par la mort de sa sœur Lucy, Abi s'installe à Bath dans l'espoir de reprendre pied. Mais elle y rencontre Beatrice et Ben, un couple de jumeaux qui l'attirent dans leur univers privilégié et trouble. Invitée par Bea à vivre dans l'hôtel particulier qu'elle partage avec Ben, Abi met tout en œuvre pour satisfaire les exigences de ses amis. Aimantée par eux mais déstabilisée par leurs comportements étranges, elle est poussée vers la folie quand elle est visée, mais l'est-elle vraiment, par des événements inquiétants qui se produisent dans la maison.


- Un roman d'Allemagne
de Régine Robin
Éditions Stock / 26 octobre 2016


"Je vis toujours avec une fêlure, une blessure, une béance qui a pour nom l'Allemagne. Je sais que je n'en aurai jamais fini avec l'Allemagne et que l'Allemagne n'en aura jamais fini avec moi", confie Régine Robin. Dans ce livre hybride et envoûtant, elle mêle fragments autobiographiques, déambulations, réflexions, rêveries et analyses. Chemin faisant, elle fait des rencontres, s'invente des vies et croise parfois des personnages sortis d'un roman pour trinquer avec elle. Telle Nelly la libraire rencontrée à Mayence, dont le récit troublant évoque celui d'un ouvrage de Christa Wolf. Nous la suivons dans les marchés aux puces, à la recherche de cartes postales fanées qui sont souvent l'amorce de micro-fictions. En sa compagnie et celle de quelques fantômes, nous voyageons entre passé et présent, entre le Berlin d'avant la chute du Mur et celui d'aujourd'hui, marchant d'une commémoration à l'autre. Elle nous fraie un parcours mélancolique à travers les œuvres littéraires des écrivains de l'ancienne RDA et dans cette mémoire juive est-allemande confrontée à toutes les tragédies du XXe siècle. Dans cette balade poignante, Régine Robin sauve le souvenir des espoirs perdus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Ven 21 Oct - 10:14

- Au fil du chant
de Oxmo Puccino et Pierre-Luc Jamain
Éditions Au Diable Vauvert / 20 octobre 2016


Nous voilà, une bande de dix gamins devenus grands et prêts à partir en quête. Enfermés des jours entiers, nous répétons. La nuit et le jour n'existent plus, bientôt le nom du mois sera oublié. Musicien, pianiste, claviériste, compositeur, arrangeur et producteur, Pierre-Luc "Ito" Jamain a joué avec Feist, Arthur H, Sergent Garcia, Charlotte Gainsbourg et accompagne Oxmo Puccino sur scène depuis dix ans. Il s'est mué en reporter photo pendant la tournée de La Voix Lactée pour nous faire découvrir l'intimité d'un artiste et son équipe, de ville en ville. De magnifiques instantanés ponctués des mots de l'homme à la voix de miel qui racontent en noir et blanc le travail des artisans de l'ombre, les instants figés dans l'attente du soir, lorsque le noir éclaire la salle, que les premières notes résonnent, que la tension dans le public se fait palpable et que l'artiste entre en scène


- Avec Dieu au goulag
de Walter J. Ciszek et Daniel Flaherty
Éditions Le Cercle Points / 20 octobre 2016


Capturé par l'armée russe durant la seconde guerre mondiale, Walter J. Ciszek, prêtre américain, a passé vingt-trois ans dans les prisons soviétiques et les camps de travaux forcés de Sibérie, entre 1940 et 1963. Il livre son histoire, ses souffrances et sa vie quotidienne, mais aussi tout son cheminement spirituel, ses doutes et ses incompréhensions face aux épreuves, jusqu'à sa découverte de l'abandon à la volonté divine. À partir de là, il ne dépendra plus que de Dieu, et sa vie se transformera totalement. Un cheminement humain hors du commun, et le récit d'un itinéraire spirituel impressionnant.


- Dans l'île
de Thomas Rydahl
Éditions Belfond / 20 octobre 2016


Son nom est Erhard mais tout le monde l'appelle "l'Ermite". Il a la soixantaine, il est danois et a quitté femme et enfants pour s'exiler à Fuerteventura, au large de l'Espagne. Le jour, il fait le taxi, accorde des pianos et lit beaucoup. La nuit, il rejoint Raúl et Beatriz, un couple d'amis, pour se soûler au lumumba, ce cocktail rhum-chocolat qui lui fait souvent perdre la tête. Une vie d'ermite bien tranquille, en somme. Jusqu'à ce terrible fait divers: sur Cotillo Beach, le corps d'un bébé est retrouvé dans une voiture abandonnée. Curieusement, la police se désintéresse rapidement de l'affaire. Erhard, lui, décide de lancer son enquête, à l'ancienne, sans ordinateur ni téléphone portable. Et chaque nouvelle piste semble révéler un nouveau secret. Quand il retrouve Beatriz battue à mort, il comprend qu'il a mis le pied dans un engrenage fatal. Mais pour découvrir la vérité, l'Ermite est prêt à tout, quitte à faire voler en éclats la quiétude de l'île.


- Je puais le sang d'âne
de Hafez Khiyavi
Éditions Serge Safran / 20 octobre 2016


Un jeune homme doit tuer un âne pour gagner la main de la fille qu'il aime. L'épreuve tourne mal. Couvert du sang de l'âne, il se cache dans la grange du père, où il attend la fille. Quand survient le père, le jeune homme s'enfuit, en oubliant son portable sur place. Un enfant est surpris en train de tuer un chat, tandis qu'un autre s'interroge en découvrant le désir sexuel et la honte devant Dieu. Portraits d'enfants ou de jeunes adultes dominent ces récits révélant les contraintes religieuses et un regard désabusé ou amusé sur les travers de la société iranienne. Je puais le sang d'âne alterne naïveté enfantine, violence familiale, doux cynisme et scènes parfois cruelles.


- L'oubli
de David Foster Wallace
Éditions De L'Olivier / 20 octobre 2016


Les huit nouvelles de ce recueil mettent en scène des Américains moyens des années 2000, écrasés par une société capitaliste poussée à son paroxysme. Pour y échapper, ils trouvent refuge dans l'effacement, l'oubli: dans l'art le plus absurde, la folie, la chirurgie esthétique, une lettre désespérée, ou même le suicide. Chacune de ces histoires dessine un univers aussi maîtrisé qu'un roman, avec la vision singulière et l'humour glaçant d'un des plus grands auteurs américains du XXe siècle.


- Les vies multiples d'Amory Clay
de William Boyd
Éditions Le Cercle Points / 20 octobre 2016


Amory Clay a un prénom d'homme et des rêves de grandeur. Dévorée dès son plus jeune âge par sa passion pour la photographie, elle ne recule ni devant l'adversité ni devant le scandale. Portraitiste mondaine, photographe de mode ou reporter de guerre, elle multiplie les rôles et les clichés audacieux aux quatre coins du monde. Amory mène sa vie de femme comme elle l'entend. Furieusement et à toute vitesse.


- Laissé pour mort à l'Everest
de Beck Weathers et Stephen G. Michaud
Éditions Le Cercle Points / 20 octobre 2016


Le 10 mai 1996, Beck Weathers, un Américain de 49 ans, survit miraculeusement à la tempête qui a coûté la vie à huit membres de deux expéditions dans l'ascension de l'Everest (8 848 mètres). Il relate comment, désorienté, quasi aveugle, les deux mains gelées et le visage rongé par le froid, il a trouvé la force de redescendre seul au camp 4, à 8 000 mètres. Et comment cette expérience a littéralement permis sa renaissance.


- Lettres à Delphine
de Louis Pergaud
Éditions Mercure de France / 20 octobre 2016


En août 1914, lorsqu'il est mobilisé, Louis Pergaud est un auteur reconnu. Il a déjà publié au Mercure de France De Goupil à Margot (prix Goncourt en 1910), La Guerre des boutons (1912) et Le roman de Miraut (1913). Il entretient aussi depuis longtemps une abondante correspondance. Avec la mobilisation, les lettres sont désormais envoyées du front, des tranchées ou des postes de repos quelques kilomètres en arrière. Pergaud écrit beaucoup, tous les jours, à quelques amis et membres de sa famille mais surtout à Delphine, son épouse. Les mots qu'il lui adresse sont empreints d'une grande sensualité: le désir et le manque s'y lisent à chaque ligne. À celle qu'il appelle affectueusement "ma petite gosse chérie", Pergaud raconte la réalité de cette guerre, dit crûment le froid, la faim, la vermine. Sans rien lui cacher des problèmes de la vie quotidienne, qu'il continue ainsi de partager avec elle par le pouvoir de l'écriture épistolaire, il veille cependant toujours à rassurer celle qui s'inquiète à l'arrière. La correspondance de Pergaud est un document historique et littéraire exceptionnel duquel émerge Delphine, figure lumineuse, belle et vaillante.


- Meilleur ami / Meilleur ennemi
de James Kirkwood
Éditions Joelle Losfeld / 20 octobre 2016


Peter Kilburn est un adolescent dont la mère est morte et dont le père, star du cinéma muet, éprouvé par la crise de 1929, vit désormais d'expédients. Quand il arrive dans un pensionnat dans le New Hampshire, le directeur, protestant puritain, prend aussitôt en haine cet adolescent californien au père "catholique et divorcé", pour lui symbole de la "décadence de Hollywood". Quand Peter choisit comme meilleur ami Jordan Legier, le directeur ne sait pas qu'en essayant de les éloigner il met en place un terrible engrenage.


- Nouvelles fantastiques
de Adolfo Bioy Casares
Éditions Robert Laffont / 20 octobre 2016


Un recueil qui révèle le talent d'Adolfo Bioy Casares à imaginer la réalité invisible se cachant dans les interstices de la vie quotidienne. Dans le sillage de son chef-d'oeuvre L'Invention de Morel, Adolfo Bioy Casares nous offre ici un recueil d'onze nouvelles ayant toutes comme trait commun l'élément fantastique. Que ce soit dans un domaine perdu au fin fond de l'Argentine, dans un club sportif de Buenos Aires, sur un bateau de croisière, dans un hôtel suisse ou un bistrot africain, sous les éclairages les plus divers, romanesque, angoissant, tragi-comique ou baroque, on retrouve dans chacune d'elles "Monsieur Tout-le-Monde" aux prises avec des événements insolites. Si Adolfo Bioy Casares nous mène à la lisière imprécise et mouvante qui sépare le connu de l'inconnu, son imagination part toujours d'une réalité vivante et quotidienne. L'ironie et la satire sont présentes à chaque page, sans jamais exclure la chaleur ni la tendresse humaines. C'est cette balance délicate qui marque toute l'oeuvre de Bioy Casares, et que son ami, le grand écrivain Jorge Luis Borges, a caractérisé en disant que "si son invention est fantastique, elle n'a rien d'impossible".


- Only
de Winston Groom
Éditions Cherche Midi / 20 octobre 2016


George et Alice Martin, jeunes mariés, accueillent un nouveau membre dans leur famille: Only, un chien de berger orphelin et pataud. C'est le bonheur, mais ils s'aperçoivent vite que le chiot a des idées bien arrêtées et que, lorsqu'il veut quelque chose, il est prêt à tout pour l'obtenir. Observateur sensible et insolite, Only regarde ses humains évoluer et s'aventurer vers des horizons inattendus. Perplexe, il décide un jour d'abandonner la maison pour partir à la rencontre du vaste monde. Le voyage ne sera pas de tout repos. Préparez-vous donc à éprouver une empathie et une affection inconditionnelles pour Only, à trembler pour lui, l'encourager, rire et pleurer, jusqu'à un dénouement absolument inoubliable. Un pur moment de grâce et d'émotion.


- People bazaar
de Jean-Pierre de Lucovich
Éditions Séguier / 20 octobre 2016


Prenez un verre avec Peter O'Toole, Maurice Ronet et Tom Wolfe, bavardez avec Alfred Hitchcock et François Truffaut, riez avec Salvador Dalí et Orson Welles, partez en vacances chez Christina Onassis, en week-end chez Françoise Sagan, rencontrez Madame Claude, Marcello Mastroianni, David Lynch, interviewez Serge Gainsbourg et Woody Allen, fumez le cigare avec Dennis Hopper, admirez Yves Saint Laurent, Ursula Andress... Figure de la nuit parisienne, chroniqueur mondain tendance caustique, journaliste voyageur, Jean-Pierre de Lucovich vous emmène en voyage dans ses souvenirs. En sa compagnie, vous passerez la porte de chez Castel et de chez Régine, découvrirez le Saint-Germain-des-Prés des années cinquante, le Las Vegas de l'an 2000, les nuits rouges de Moscou et les boîtes folles de New York. Un âge d'or que ressuscite la mémoire de cet auteur privilégié, et qu'illustrent de nombreuses photos exclusives.


- Personne ne se sauve tout seul
de Margaret Mazzantini
Éditions 10-18 / 20 octobre 2016


Delia et Gaetano ont la trentaine, un âge où tout est possible. Ils se sont aimés. Ils se sont séparés. Autour d'un dîner, ils se retrouvent pour organiser les vacances de leurs fils. Meurtris, d'abord envahis par la rancœur, ce pugilat conjugal va se transformer en voyage parmi les souvenirs de leur vie commune: ruines, flammes, sentiments. L'histoire d'un couple d'aujourd'hui.


- Petites chroniques de la vie comme elle va
de Etienne Gruillot
Éditions Le Cercle Points / 20 octobre 2016


Treize textes comme autant de méditations vagabondes où la pensée retrouve son mordant et sa chair. De l'odeur à l'impudeur, du tact à la vieillesse, de la fraternité à l'opacité, treize invitations à se laisser toucher par ce que disent les mots. Étienne Gruillot essaie de retrouver la vérité cachée derrière les comportements de ses contemporains, de comprendre le sens de ce qui est dit et de ce qui est vécu. Sa prose buissonnière évoque avec poésie les palpitations du monde sensible.


- Rachel et Rosa
de Ismaël Saidi
Éditions Jourdan / 20 octobre 2016


Entre les brumes de Central Park et la douleur de la porte du Voyage sans retour, entre New York et l'île de Gorée, Rachel, la juive, et Rosa, la musulmane, n'étaient pas faites pour se rencontrer. Il fallait la plume tendre et l'œil malicieux d'Ismaël Saidi pour rendre ce chemin de vie possible. Parce que, plus que tout, les promesses, même les plus folles, sont faites pour être tenues au-delà de nous-mêmes.


- Rien de ce qui est inhumain ne m'est étranger
de Martin Steffens
Éditions Le Cercle Points / 20 octobre 2016


Chacun de nous porte en lui une part d'ombre: le mal que nous ne voudrions pas faire mais que l'on fait quand même, le bien que nous voudrions faire mais que l'on ne fait pas, nos combats souterrains. Martin Steffens nous guide pas à pas dans cette lutte intérieure inhérente à l'homme. S'avouer notre fragilité morale, accepter cette part d'ombre, ce n'est pas sombrer: c'est tomber de haut, certes, mais c'est aussi ouvrir dans l'abîme du mal un abîme plus grand encore, et se relever, plus fort.


- S'appartenir
de Karim Miske et Antoine Silvestri
Éditions Viviane Hamy / 20 octobre 2016


Né d'un père mauritanien diplomate et musulman, d'une mère française, assistante sociale puis professeure, athée et féministe, Karim Miské est une bizarrerie pour les autres: une "tête d'Arabe avec des manières de Blanc". Sans cesse balloté entre une identité et une autre, il essaiera "d'appartenir" à toutes pour finalement faire le choix de n'en accepter aucune pour simplement s'appartenir, l'idéal de tout être humain. C'est de cette ambivalence qu'il nourrit son activité professionnelle. Documentaires, scénarii, livres, tous ses travaux tournent autour d'un même thème: l'appartenance. Écartelé entre des univers différents, Arabe, Blanc, Noir, chrétien, athée, musulman, communiste; puis entre la France, la Mauritanie, auxquelles s'ajoute l'Albanie d'Enver Hoxha (pour laquelle sa mère s'est aveuglément engagée), Karim Miské s'est trouvé un unique navire pour traverser l'existence: la littérature.


- Soleil amer
de Jacques Verdier
Éditions Anne Carrière / 20 octobre 2016


Pierre et Juliette sont adolescents. Ils vivent à Saint-Gaudens, une petite ville du piémont pyrénéen. Nous sommes dans les années 1970: les chansons de Brel, Brassens, Barbara et surtout Léo Ferré ensemencent les esprits. Les débats fleurissent dans les médias, les écoles, les familles. Pierre a perdu son père, qu'il adorait. Il se réfugie dans le dessin. Juliette a quatorze ans. Ses parents ne se sont jamais vraiment occupés d'elle. Elle se sent abandonnée. Pierre et Juliette tracent leur chemin à tâtons vers la vie d'adultes, entre boxe et peinture, équitation et prostitution. Tous les doutes les traversent, aucune violence ne leur est épargnée. Ils doivent combattre seuls. Leurs routes vont se croiser. Ils s'aimeront très vite, émerveillés l'un par l'autre. Entre des adolescents qui se cherchent et des adultes en perte d'identité, ce roman, incisif, se lit avec bonheur.


- Un fauve
de Enguerrand Guépy
Éditions Du Rocher / 20 octobre 2016


Dix ans qu'il attend ce moment, des mois qu'il se prépare, s'impose un régime draconien, s'entraîne, ne boit plus une goutte d'alcool, ne se drogue plus. Il est à quelques heures d'entrer sur le plateau de tournage, d'incarner Marcel Cerdan sous la direction de Claude Lelouch. Dans le taxi qui le conduit aux Champs-Élysées, l'acteur pourtant à son firmament vacille, doute... Il a peur de ne pas être à la hauteur. Des souvenirs refont surface, le spleen l'envahit. Hanté par ses frustrations, sa paranoïa, sa quête insatiable de reconnaissance, ce fauve en réalité si vulnérable, cet écorché vif, parviendra-t-il à faire taire ses démons? On a beau connaître la fin, et s'en rapprocher inexorablement, comme dans toute tragédie, l'action ne dépasse pas "une révolution de soleil", la fascination reste intacte et l'on continue d'espérer. Un roman haletant qui nous plonge dans les états d'âme de l'indomptable Patrick Dewaere tout en cultivant sa légende et son mystère. Un très bel hommage.


- Une pluie sans fin
de Michaël Farris Smith
Éditions 10-18 / 20 octobre 2016


Après des années de catastrophes naturelles successives, une frontière a été tracée entre le nord et le sud des États-Unis. Le sud, de la Louisiane à la Floride, est devenu un véritable no man's land. La région a été évacuée et n'est plus qu'une zone de non-droit ravagée par les tempêtes incessantes. Cohen est l'un des rares qui a choisi de rester. C'est un homme hanté par le décès de sa femme et de leur enfant à naître. Son errance solitaire prend fin lorsqu'il trouve une colonie de survivants menée par un prêcheur fanatique qui retient prisonnier des femmes et des enfants. Cohen va les libérer et entamer avec eux un dangereux périple vers le nord.


- Wunderkind
de Nikolai Grozni
Éditions 10-18 / 20 octobre 2016


Sofia, Bulgarie, les années 1980. Sous le joug du régime communiste, Konstantin, quinze ans, prodige du piano, fume, boit, aime, et trouve refuge dans les sonates de Chopin. Sagace, arrogant, sensible et cruel, il tente d'apprivoiser sa vie, déchirée entre les paradoxes de son âge et les affres du génie, le désir brûlant d'être le meilleur et l'irrésistible tentation de l'échec. Rhapsodie survoltée et hymne vibrant à la musique, à l'esprit de rébellion et à la beauté: Nikolai Grozni signe un premier roman fulgurant, à l'écriture incandescente.


- Zigzag
de Ross Thomas
Éditions Sonatine / 20 octobre 2016


Artie Wu et Quincy Durant se sont rencontrés enfants dans un orphelinat. Depuis, Artie le rusé et Quincy le colérique forment un duo de choc, passé maître dans les jeux de dupes, auquel le gouvernement américain fait parfois appel pour des missions loin d'être officielles. Installés dans une luxueuse maison sur la côte californienne, nos deux hommes auraient peut-être pu prétendre à une existence tranquille si Artie ne s'était pas vautré un beau matin sur un pélican mort. Secouru par leur voisin, "l'homme aux six lévriers", un richissime homme d'affaires, Artie en profite pour lui faire une étonnante proposition qui pourrait leur permettre à tous de gagner beaucoup d'argent. Bien sûr, avec Artie et Quincy, le hasard n'en est jamais vraiment un. Et ce qui commençait comme une escroquerie savamment élaborée va bientôt prendre un tournant totalement inattendu et devenir une enquête entêtante sur le meurtre d'un sénateur américain. Zigzag est un pur plaisir de lecture: des dialogues désopilants, une intrigue palpitante et aussi tordue que ses protagonistes, des héros férocement attachants et une ambiance délicieusement 70's.


- Commissaire-priseur
de Simon de Pury
Éditions JC Lattès / 19 octobre 2016


Simon de Pury a connu et travaillé auprès de Ernst Beyeler qui passait pour le meilleur marchand et connaisseur d'art du XXe siècle. Il a été conservateur de la plus grande collection privée du monde, celle du Baron Thyssen-Bornemisza, à Lugano. Son livre fourmille d'anecdotes et d'histoires de tous genres sur le monde des grands collectionneurs, des grands marchands et de ceux qui les entourent. Des millionnaires asiatiques à ceux de Wall Street, de la guerre ancestrale que se livre Christie et Sotheby's, à la façon de lancer un artiste. Sa carrière proprement dite de commissaire-priseur ne commencera qu'en 1987, à Genève, avec la vente des bijoux de la duchesse de Windsor. Il organisera la première vente aux enchères à Moscou en 1988 et cela avant les oligarques; une grande publicité pour Sotheby's qui fut "première en Russie, première dans le monde, de quoi enfoncer Christie's". À partir de là, son marteau sera son passeport. Il est le premier commissaire-priseur à opérer aussi bien à Londres, qu'à New-York. Il inventera des ventes aux enchères cocasses comme celle de la montre Swatch. En 1988, il arrachera à Christie's la vente des bijoux d'Albina de Boisrouvray née Patiño qui rapportera 100 millions de dollars, pulvérisant ainsi tous les records. Un livre passionnant qui éclaire un monde qui n'étale pas ses secrets.


- Etc.
de Bernard Chambaz
Éditions Flammarion / 19 octobre 2016


Ce recueil est composé de cinq séquences autonomes se faisant écho et déclinant des variations, sur le thème de l'automne et de la mélancolie. ©Electre 2016


- Géographie de nos amours
de Rebecca Walker
Éditions L'Archipel / 19 octobre 2016


Étudiante à Yale, la narratrice est une jeune Afro-Américaine qui se cherche encore. Elle décide de prendre une année sabbatique pour partir en compagnie de son amie Miriam, de deux ans son aînée, à la découverte du continent africain. Le Caire, d'abord, les superbes pyramides de Gizeh, l'ambiance urbaine de Nairobi, la ville côtière de Malindi, puis l'île de Lamu, au milieu de l'Océan Indien. Là, elle rencontre Adé. C'est le coup de foudre immédiat. Tandis que Miriam continue son périple, elle décide de rester sur cette île paradisiaque. Adé lui donne le prénom musulman de Farida, "la femme qui est exceptionnelle" et ils décident de se marier. Mais Farida contracte la malaria, et les voilà tous deux pris dans les feux de la guerre civile qui éclate. Leur amour si pur, si intense, pourra-t-il y résister?


- Good night idaho
de Keith Lee Morris
Éditions Calmann Lévy / 19 octobre 2016


Les Addison, Julia et Tonio, leur fils de dix ans Dewey et l'oncle Robbie, traversent les États-Unis en voiture pour ramener Robbie d'une de ses nombreuses cures de désintoxication. Quand un violent blizzard les surprend à l'entrée de la ville de Good Night, dans l'Idaho, ils s'abritent au Refuge des voyageurs. Dans cet hôtel, en son temps glorieux mais croulant aujourd'hui, les lois de la physique semblent ne pas s'appliquer. Une fois à l'intérieur, la famille se sépare: les parents se perdent dans cette bâtisse labyrinthique, alors que Dewey s'aventure à l'extérieur jusqu'à un dîner secret aux clients énigmatiques. De son côté, Robbie est la proie de ses anciens vices. À mesure que les heures passent, ils sont happés dans un monde parallèle sens dessus dessous où les rêves et les souvenirs se mélangent, et où les Addison se cherchent sans jamais se retrouver, comme si une force mystérieuse les en empêchait. Julia pourra-t-elle sauver sa famille en les empêchant de devenir des Souvenirs, ces habitants prisonniers des limbes de Good Night depuis toujours? Entre histoire d'horreur, conte de fées et saga familiale, Keith Lee Morris nous entraîne au-delà du monde connu. Avec une écriture étourdissante et un superbe portrait de monde mystique, voici une réflexion détonante sur notre état de conscience et les liens familiaux.


- Le chat qui est chien
de Alex Cousseau et Charles Dutertre
Éditions Le Rouergue / 19 octobre 2016


C'est l'histoire d'un chat qui se sent chien, perdu dans ce pays où tout est bien rangé. Il rencontre un roi qui se sent ours et d'autres êtres hybrides qui s'interrogent sur leur existence et leur devenir à l'instar de cette grenouille qui veut précipiter son destin de princesse. Leur chemin les mènera jusqu'au pays où tout est possible, là où la différence est admise. Alex Cousseau et Charles Dutertre proposent dans cette fable une réflexion sur l'identité et la liberté nécessaire. Nous sommes ce que nous devenons, dit l'ours. Nous devenons ce que nous sommes, ajoute le chien.


- Le pays qu'habitait Albert Einstein
de Étienne Klein
Éditions Actes Sud / 19 octobre 2016


Albert Einstein, c'est l'audace intellectuelle alliée à une fraîcheur déconcertante, c'est l'imagination ardente soutenue par une obstination imperturbable. Mais comment approcher une façon de penser et de créer à nulle autre pareille? Étienne Klein est parti sur ses traces, il s'est attaché aux époques et aux villes où le destin d'Einstein a basculé: Aarau où, à seize ans, Einstein se demande ce qu'il se passerait s'il chevauchait un rayon de lumière; Zurich, où il devient ingénieur en 1901 et se passionne pour la physique expérimentale; Berne où, entre mars et septembre 1905, il publie cinq articles, dont celui sur la relativité restreinte qui révolutionnera les relations de l'espace et du temps, tout en travaillant à l'Office fédéral de la propriété intellectuelle; Prague où, en 1912, il a l'idée que la lumière est déviée par la gravitation, esquissant ainsi la future théorie de la relativité générale. Puis Bruxelles, Anvers et, enfin, Le Coq-sur-Mer où, en 1933, Einstein se réfugie quelques mois avant de quitter l'Europe pour les États-Unis. Définitivement. Albert Einstein (1879-1955), c'est une vie d'exils successifs, arrimée à la physique. C'est un art du questionnement fidèle à l'esprit d'enfance. C'est un mystère qu'Étienne Klein côtoie avec autant d'affection que d'admiration.


- Stefan Zweig. Le monde d'hier
de Laurent Seksik
Éditions Flammarion / 19 octobre 2016


Stefan Zweig, l'auteur de 24 heures de la vie d'une femme et du Joueur d'échecs, adressa le manuscrit du Monde d'hier à son éditeur la veille de son suicide, en 1942. Au-delà du récit de sa vie, Stefan Zweig fait un formidable livre d'histoire, de géographie, un livre d'art, la narration d'un grand voyage qui le mena de la Vienne de 1900 au Paris de Montparnasse, du Berlin des années 1920 au Londres de 1940, un chef-d’œuvre. Ce fin connaisseur de l'âme humaine y dresse également le portrait de tous les grands hommes qu'il croisa, de Freud à Mahler, d'Einstein à Klimt, en passant par Rilke, Rodin, Dalí… C'est enfin la description des bouleversements dont Stefan Zweig a été le témoin, autant que la victime (la MittelEurope de 1900, le grand massacre de 1914-1918, la renaissance de l'Europe après-guerre, les espoirs suscités par la République de Weimar, les craintes du Moscou de Staline, l'ascension du nazisme). Le Monde d'hier est bel et bien la biographie du tournant du XXe siècle. De ce document unique et foisonnant, Laurent Seksik a rêvé de faire un beau livre, de marcher dans les pas de l'auteur en montrant ce que Stefan Zweig a vu. Des passages entiers du livre choisis avec soin seront ainsi illustrés de photographies et de documents d'époque (avec l'accès aux Archives Zweig de l'Université de l'État de New York), introduits et commentés par Laurent Seksik.


- Théo contre le squale
de Didier Leterq
Éditions Le Pommier / 19 octobre 2016


Théo, escorté de ses parents et de ses amis Electre et Benjamin, accompagne Grand-Pa en Normandie à une remise de décoration. Après la cérémonie, nos héros découvrent sur l'une des plages du débarquement un sous-marin échoué, rendu visible grâce à une marée basse exceptionnelle. Grand-Pa tressaille: il reconnaît le submersible du "Squale", un ancien commandant nazi particulièrement sanguinaire. Dans ce sous-marin se trouve une machine qui lui permettra de déchiffrer un message, intercepté pendant la guerre, indiquant l'endroit où se cache le fabuleux trésor des Normands, amassé par Guillaume le Conquérant lors de sa conquête de l'Angleterre au XIe siècle. Le fameux message décrypté révèle qu'un indice décisif se trouve sur la tapisserie de Bayeux. Mais le jeu de piste se complique. Il semble que le redoutable Squale ait ressurgi du passé pour réclamer sa part du butin.


- Destinées croisées
de Ferrari Alexis
Éditions Les Presses Du Midi / 13 octobre 2016


Olivier est enlevé à Niamey alors qu'il était venu rendre visite, avec son épouse Laura, à leur filleul dans le cadre de l'association "Aide et Action". Pendant six mois il sera l'otage d'Aqmi dans le Nord du Mali. Deux geôliers se relaieront une semaine sur deux pour le "surveiller" en plein désert: l'un est un fou furieux avec lequel aucune communication n'est possible, l'autre pourrait être son fils. C'est pourtant un terrorise qui opère au Maroc. Olivier, ignorant son devenir, veut laisser une trace de son parcours à l'intention de ses descendants. Il laisse aussi un "petit traité de philosophie" personnel. Destinées croisées retrace la vie et la rencontre de Mohamed et Olivier.


- Ève
de Marek Halter
Éditions Robert Laffont / 13 octobre 2016


"Les yeux d'Ève coururent sur les visages qui lui faisaient face.? Mais oui, bien sûr. Vous êtes venus dans cette cour pour cela, pauvres gens d'Hénoch. L'Éden, l'Éden. Le jardin d'Adam et d'Ève. Tout savoir sur ce jardin de la faute, comme l'appelle notre fils Seth. Vous êtes venus m'interroger. Et vous avez raison. Elle se redressa, nous offrant son sourire si particulier, si envoûtant. Ce sourire qui aujourd'hui me manque tant. Il est temps que cela soit dit". L'annonce du Déluge déchaîne la terreur chez les hommes. Ils veulent comprendre. Quelle est cette faute originelle dont ils subissent le châtiment? Que s'est-il vraiment passé au jardin de l'Éden? Quittant la ville d'Hénoch, ils partent interroger les premiers ancêtres, Adam et Ève. Avec Ève, Marek Halter s'attache à la plus mystérieuse et à la plus calomniée des femmes de la Bible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Lun 17 Oct - 16:01

- 22 lettres imaginaires d'écrivains bien réels
de Maria Negroni et Jean-François Martin
Éditions Noir Sur Blanc / 13 octobre 2016


Ce livre présente vingt-deux lettres apocryphes de ces auteurs qui, pour tant d'enfants et de jeunes en Amérique, constituèrent leur première bibliothèque. Herman Melville, Emilio Salgari, Hans Christian Andersen, Louisa May Alcott, J. M. Barrie, Charles Dickens, Robert Louis Stevenson, Carlo Collodi, Lewis Carroll, Jean Webster, Johanna Spyri, Jonathan Swift, les frères Grimm, Jules Verne, Mark Twain, Charlotte Brontë, Rudyard Kipling, Jack London, Daniel Defoe, Mary Shelley, Edgar Allan Poe et J. D. Salinger.
"Ces lettres inventent avec irrévérence, mais n'écartent pas la citation cachée, ni ne tentent d'occulter le lien étroit aux circonstances biographiques historiques et sociales qui les entourent". María Negroni nous offre une vision intimiste d'une tranche de vie de ces grands écrivains. Habitée d'une plume sensible et d'une trame minutieusement tissée, chaque lettre est une plongée passionnante dans des destins bien distincts, hors du temps et de l'espace, et ayant en commun, à des degrés divers, le coût souvent excessif de l'activité littéraire ressentie jusque dans leur chair.


- 100 poèmes du monde pour les enfants
de Jean Orizet
Éditions Cherche Midi / 13 octobre 2016


Voici 100 poèmes issus des cinq continents, émanant de voix aujourd'hui connues dans le monde entier: Ismaïl Kadaré pour l'Albanie, Kiril Kadiiski pour la Bulgarie, Vénus Khoury-Ghata pour le Liban, Abdellatif Laâbi pour le Maroc, Édouard Maunick pour l'île Maurice, Léopold Sédar Senghor pour le Sénégal, Jacques Chessex pour la Suisse, Mahmoud Darwich pour la Palestine, Nâzim Hikmet et Özdemir Ince pour la Turquie et, pour la France, Jean de La Fontaine, Gérard de Nerval, Théophile Gautier, Victor Hugo, Verlaine et des poètes contemporains. Tous les thèmes sont présents, l'amour, la famille, l'amitié, le temps et les saisons, la Terre, l'univers, tout ce qui vit sur la planète et dans les océans. Dans cette anthologie, les textes sont classés par ordre alphabétique des pays.


- Adopte un jules.com
de Elisa Valentin, André Gaston
Éditions Cherche Midi / 13 octobre 2016


Dorénavant, les jeunes femmes vont réussir à dénicher le prince charmant sur Internet, et à lui passer la bague au doigt. Grâce à Adopte un Jules.com, le livre, et à ses conseils, illustrations et jeux en tous genres, le célibat de ces demoiselles fait déjà partie du passé. Terminés la solitude, les plans d'un soir et les soirées en tête-à-tête avec son chat ou sa copine (solidaire donc solitaire aussi). Grâce à Adopte un Jules.com, le livre, les princesses ne resteront plus libres très longtemps. Elles sauront enfin comment décrocher le gros lot et le garder pour la vie. Les princes charmants n'ont qu'à bien se tenir, on ne vous dit que ça. Quant au chat... Adopte un Jules.com est un livre "girly", léger, drôle et dans l'air du temps.


- Alexandre ou la vie éclatée
de Alexei Varlamov
Éditions Du Rocher / 13 octobre 2016


Russie. 1963-1993, de Brejnev à Eltsine. Dans sa quête du sens de la vie et, aussi, de Cosette, le seul amour véritable de sa courte existence, le héros, Alexandre, le petit, le sans-grade, le "paumé", traverse, sans la comprendre, et animé de son seul instinct "d'amour et de mort", cette période charnière de la fin prochaine de l'Union soviétique et de l'éclatement de son empire, avec, pour tout avenir, la promesse improbable de l'arrivée d'une Russie dite "nouvelle". "Ça c'est un roman" s'exclame le lecteur en refermant ce livre. Car il y a tout ici, absolument tout: l'amour et la solitude, le passé et l'incertain présent, le plus improbable avenir, la religion et son absence, la ville et la nature, l'histoire et le particulier, la Russie et le sentiment de celle-ci, ce vieux mystère irréductible, que tous les géants de la littérature russe ont tenté en vain, semble-t-il, de sonder. Elle est là, demeure, noyau caché et incandescent, et pourtant plus menacée par la sourde modernité, son éclatement absurde, qu'elle ne l'avait été par les coups de boutoir du communisme. L'auteur, un romancier qui sait lire les signes de son temps et un homme qui déchiffre les énigmes contradictoires de l'âme, bref un grand écrivain, nous fait vivre ici les bouleversements de la Russie post-Gorbatchev à travers la vie éclatée de son héros.


- Au pays de l'ailleurs
de Tahereh Mafi
Éditions Michel Lafon / 13 octobre 2016


Avec sa peau pâle et ses cheveux de neige, Alice détonne à Ferenwood, ce monde éclatant où les couleurs sont révélatrices d'un don magique. L'incolore jeune fille de douze ans n'a donc apparemment aucun intérêt, et les habitants de ce lieu en ont fait une paria. Aussi, lorsque Oliver lui propose de l'aider à chercher son père, la seule personne qui a toujours cru en elle, Alice accepte. Même si le garçon est son ancien ennemi de classe et que son talent consiste à tromper son monde. Même si, pour retrouver celui qui a disparu trois ans plus tôt, ils devront explorer le dangereux pays de l'Ailleurs. Un endroit où rien n'est ce que l'on croit, et où les pièges pullulent. Un endroit où ils trouveront peut-être plus que ce qu'ils sont venus y chercher.


- Chroniques en Thalys
de Alex Vizorek
Éditions Le Cercle Points / 13 octobre 2016


Si la Belgique était une île, elle serait reliée à la France par le pont Vizorek. Dans ses chroniques, l'humoriste bruxellois vante les illustrations du calendrier de Clara Morgane, décrit avec une pointe de jalousie le sex-appeal de Patrick Bruel et compare sans complexe la Tour Eiffel au Manneken-Pis. Bref, il croque la France comme il croquerait une frite: avec amour.


- Comment prendre le large sans perdre sa perruque !
de Catharina Ingelman-Sundberg
Éditions Fleuve Noir / 13 octobre 2016


Le Gang des dentiers part en croisière et pose ses valises en France. C'est la panique chez le Gang des dentiers: les caisses sont vides. Victimes de leurs largesses et de leur aversion pour les bilans comptables, Martha et ses amis se retrouvent sans le sou et obligés de sortir une fois de plus de la légalité pour se renflouer. Après un petit braquage "de routine" dans un village voisin, ils déménagent à Djursholm, banlieue huppée de Stockholm. Ce nouvel environnement donne un tour inattendu à leurs aventures: Martha y découvre l'existence des paradis fiscaux. Les réserves des banques font pâle figure à côté des sommes que le Gang pourrait rafler dans ces eldorados pour milliardaires. Les voilà donc embarqués dans une croisière à destination des Bahamas. Ce voyage leur permet d'étudier les méthodes des grands escrocs et d'extorquer aux passagers et propriétaires les plus riches tout cet argent non déclaré, afin de le mettre à profit de manière plus citoyenne. En effet, le Gang caresse le doux rêve de s'installer en France et de faire de cette nouvelle villégiature un paradis du troisième âge.


- Cris de guerre Avenue C
de Jerome Charyn
Éditions Mercure de France / 13 octobre 2016


Les avenues A, B, C et D forment une espèce d'appendice crasseux du Lower East Side de Manhattan: ces îlots à initiale sont devenus territoire indien, le pays du meurtre et de la cocaïne. Interrogés sur les origines de leur Alphabetville, les habitants répondront que le Christ s'est arrêté à l'entrée de l'avenue A. Mais enfoncez-vous un peu plus loin dans le quartier. L'avenue B, où tous les repères rassurants s'évaporent, arbore les couleurs de la pauvreté les plus primaires. Or c'est quasiment la civilisation comparée à la C. Avenue C, ce sont des patrouilles d'ados qui font régner l'ordre, enfin, leur ordre, protégeant les dealers du coin et dissuadant les malfrats du nord de la ville de venir s'aventurer par là. Leur chef est une femme, Sarah, surnommée Saïgon, parce qu'elle a été infirmière militaire au Vietnam. Avec Howie, son amour d'enfance, on va se laisser emporter dans des aventures qui défient l'imagination la plus enfiévrée, entre les rois de la drogue, les agents doubles, les truands de haut vol, les coups tordus des uns, les crimes des autres. Et dans le tourbillon de la langue de Jerome Charyn qui ne ressemble à aucune autre.


- Detroit, dit-elle. Économies de la survie
de Marianne Rubinstein
Éditions Verticales / 13 octobre 2016


"Parce que le monde me semblait de plus en plus incompréhensible, j'ai décidé de partir pour Detroit (Michigan), symbole de l'ancien capitalisme industriel, mais aussi du nouveau dans ses folies et ses dérèglements (crise des subprimes, désertification urbaine, problèmes écologiques, discriminations, ultra-violence...). Là-bas, j'ai vu les maisons éventrées, les usines et les écoles murées, j'ai écouté des récits de vie, noué des amitiés profondes. C'était aussi pour moi une façon de clore une période de deux ans et demi d'intimité avec le cancer, les opérations, la chimiothérapie. De fait, au fur et à mesure que l'écriture avançait, tout s'est mis à faire écho: mon corps, la ville, le monde. Nous nous trouvions dans un passage étroit et périlleux, un détroit en somme. Nous étions dans une économie de la survie". M. R.


- Du vent
de Xavier Hanotte
Éditions Belfond / 13 octobre 2016


Dans une ville portuaire, le lieutenant Bénédicte Gardier vient prendre ses nouvelles fonctions au sein d'un important dépôt stratégique. Tandis qu'elle gagne son hôtel, comment se douterait-elle des ennuis qui l'attendent? Dans le port sicilien de Lilybée, le triumvir Lépide débarque avec ses légions. Il vient prêter main forte à son collègue Octave, dont l'ambition démesurée commence à l'inquiéter. Pourquoi ne prendrait-il pas enfin la part de pouvoir qui lui revient? Entre ces deux débuts d'histoires, quel lien? Leur auteur. Le romancier Jérôme Walque s'est lancé dans une double entreprise de narration. Seulement voilà... La littérature serait-elle davantage que du vent? Quand les récits se mettent à déborder sur la réalité et que de mystérieux personnages, éditeurs ou policiers, s'en mêlent, Jérôme commence à douter.


- Froidure
de Kate Moses
Éditions La Table Ronde / 13 octobre 2016


L'hiver en cette année 1962 à Londres est terriblement froid. Le déménagement est inachevé, l'appartement inconfortable. Aucun ami, pas de téléphone, tout juste de jeunes enfants malades. Sylvia est seule. Ted, son mari, est si loin. Ted l'infidèle, qui n'est plus là pour la secourir. Elle peuple de poèmes ses longues nuits sans sommeil. Chante l'heureux temps de leur mariage, le vieux manoir de Court Green, niché dans la campagne anglaise, en célèbre les fleurs du jardin, les fruits du verger, la douceur des jours... Et pleure son amour perdu. Sylvia est submergée par la tristesse et le désespoir. Elle se sent happée par les démons de la dépression qui la poursuivent depuis si longtemps. Pour Frieda et Nicholas, ses enfants, elle se doit de résister. Elle veut croire en une vie nouvelle, au retour de l'été, des abeilles, du soleil. Mais cet hiver 1962 à Londres est décidément froid, trop froid.


- Hôtel Angleterre
de Marie Bennett
Éditions Denöel / 13 octobre 2016


Suède, hiver 1940. Georg est appelé sous les drapeaux. Exposée à des températures extrêmes, mal équipée, sous-alimentée, son unité se trouve à la merci d'officiers incompétents qui exposent les soldats à des risques inutiles et n'hésitent pas à leur infliger châtiments et humiliations. Lorsque cinq recrues meurent, c'est la mutinerie, et Georg est envoyé en camp de travail. De son côté, Kerstin, la femme de Georg, survit comme elle peut à Malmö. Les années passent, et avec elles l'espoir de revoir un jour son époux. Mais une rencontre bouleverse sa vie, celle de Viola, femme riche, belle et cultivée dont Kerstin tombe éperdument amoureuse. C'est le début d'une liaison d'autant plus passionnée qu'elle est interdite. Pourtant, aveuglée par la jalousie, Kerstin détruit ce bonheur fugace. Le soir de Noël 1943, les deux époux se retrouvent enfin. Pourront-ils reprendre le cours de leur existence après avoir traversé autant d'épreuves. Un superbe roman sur l'amour, la trahison et les remords.


- Irena Sendlerowa. Juste parmi les nations
de Gilbert Sinoué
Éditions Don Quichotte / 13 octobre 2016


À partir de 1942, au péril de sa vie, Irena Sendlerowa, employée au Comité d'Aide sociale de Varsovie, réussit à faire évader près de deux mille cinq cents enfants du ghetto juif, alors gardé jour et nuit par les soldats nazis. Rusant auprès des autorités, elle les fait passer par les caves ou par les canalisations, dans des boîtes en carton, des valises, des sacs à dos, des taies d'oreiller, sous des ordures et même, une nuit, dans une boîte à outils. Irena Sendlerowa (1910-2008), résistante polonaise, a été déclarée "Juste parmi les nations" en 1965.


- L'acteur qui voulait tuer Staline
de Paul Goldberg
Éditions Sonatine / 13 octobre 2016


URSS, février 1953. Alors que les purges antisémites font rage, trois émissaires du gouvernement soviétique débarquent au beau milieu de la nuit chez le vieux Solomon Shimonovich Levinson, ancien acteur du défunt théâtre yiddish de Moscou. À leur grande surprise, Solomon s'avère un adepte hors pair du close-combat et sa réaction est aussi inattendue que douloureuse. En fuite, notre homme imagine la solution qui lui permettrait d'arranger ses affaires, et par la même occasion celles de son pays: en finir avec Staline. Il décide donc de réunir un petit groupe d'acteurs et d'intellectuels dans le but d'assassiner le "petit père des peuples". Il faut dire que depuis quelque temps déjà ce dernier a sombré dans la folie. Le complot juif fait à nouveau la une des journaux. On parle de convois de déportés juifs vers la Sibérie, d'un nouvel holocauste. Devant la menace d'une guerre nucléaire, les Occidentaux hésitent à intervenir. Solomon, entouré entre autre d'un médecin et d'un ingénieur noir américain, arrivera-t-il à mener sa mission à bien? Le 5 mars 1953, Joseph Staline meurt officiellement des suites d'une hémorragie cérébrale. Que s'est-il réellement passé? Le genre pourtant éprouvé du roman historique est parcouru d'un nouveau frisson. Avec un récit iconoclaste, anachronique, provocateur, Paul Goldberg bouleverse en effet avec une audace inédite et un humour ravageur les fondamentaux du genre et nous offre une remarquable réflexion sur notre monde doublée d'un rare plaisir de lecture. Ayant émigré en 1973 d'Union soviétique aux États-Unis, Paul Goldberg est journaliste d'investigation. Il a dénoncé de nombreux scandales, en particulier liés aux laboratoires pharmaceutiques.


- L'inclinaison
de Christopher Priest
Éditions Denöel / 13 octobre 2016


Compositeur de musique renommé, Alesandro Sussken est né dans un pays en guerre, clos, dirigé par une impitoyable junte militaire. Parti au front, son frère Jacj n'est jamais revenu. Un jour, on propose à Alesandro une tournée de neuf semaines dans certaines îles de l'Archipel du Rêve, dont la volcanique Temmil, sur laquelle vit And Ante, un guitariste de rock qu'Alesandro considère comme un plagiaire éhonté. Cette tournée, aux distorsions temporelles incompréhensibles, va changer la vie d'Alesandro d'une façon inattendue. Il va tout perdre: sa femme, ses parents, sa liberté. Pour comprendre sa descente aux enfers, il n'aura pas d'autre solution que de retourner dans cet Archipel du Rêve, aussi séduisant que dangereux. Avec ce langoureux roman sur le thème du double et la nature graduelle du temps, Christopher Priest prouve une fois de plus sa maestria littéraire.


- La prunelle de ses yeux
de Ingrid Desjours
Éditions Robert Laffont / 13 octobre 2016


Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l'entraîner dans ses ténèbres. Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie. Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence: il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions. La cécité de conversion est une pathologie aussi méconnue qu'effrayante: suite à un profond traumatisme psychologique, vous êtes aveugle. C'est ce qui est arrivé au personnage principal de ce roman.


- La voix des vagues
de Jackie Copleton
Éditions Les Escales / 13 octobre 2016


Lorsqu'un homme horriblement défiguré frappe à la porte d'Amaterasu Takahashi et qu'il prétend être son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu est bouleversée. Elle aimerait tellement le croire, mais comment savoir s'il dit la vérité? Ce qu'elle sait c'est que sa fille et son petit-fils sont forcément morts le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki; elle sait aussi qu'elle a fouillé sa ville en ruine à la recherche des siens pendant des semaines. Avec l'arrivée de cet homme, Amaterasu doit se replonger dans un passé douloureux dominé par le chagrin, la perte et le remord. Elle qui a quitté son pays natal, le Japon, pour les États-Unis se remémore ce qu'elle a voulu oublier: son pays, sa jeunesse et sa relation compliquée avec sa fille. L'apparition de l'étranger sort Amaterasu de sa mélancolie et ouvre une boîte de Pandore d'où s'échappent les souvenirs qu'elle a laissé derrière elle.


- Le goût de l'absolu
de Elisabeth Barillé
Éditions Mercure de France / 13 octobre 2016


On ne résiste pas à l'absolu: on lui abandonne tout de soi. L'homme ou la femme d'absolu veut tout, en effet, tout de suite et pour toujours. Croire atteignable l'impossible, défier la nature ou la physiologie, ne sont-ils pas des moyens de réaliser ce que la vie trop souvent refuse? Mais vivre l'absolu n'est pas de tout repos, l'absolu épuise, l'absolu isole, vouloir l'imposer autour de soi ne va jamais sans souffrance ou sans échec. Comment l'atteindre et qu'attendre de lui qui ne soit pas confisqué par le réel? Réponse et mode d'emploi avec des experts du tout pour l'art, du tout pour l'amour et du tout pour le tout, Balzac, Cézanne, Camille Claudel, Nicolas de Staël, Gustave Flaubert, Alberto Giacometti, Charles Juliet, Kafka, Van Gogh, Louis Aragon, F. Scott Fitzgerald, Mme de La Fayette, Alfred de Musset, André Velter, François Augiéras, Isabelle Eberhardt, Louise Michel, Simone Weil, et bien d'autres.


- Le goût de vivre
de Steven Uhly
Éditions Presses De La Cité / 13 octobre 2016


Depuis que sa femme l'a quitté, emmenant avec elle leurs deux enfants, Hans n'a plus goût à rien. Il vit seul, sans travail ni projets. Un jour, contraint de descendre les sacs-poubelle accumulés dans son appartement, il découvre, abandonné dans l'un des containers, un bébé. Frétillant, bien vivant. Hans le prend et l'emmène chez lui. Grâce à Félicia, il va réapprendre à vivre et à s'ouvrir aux autres, à commencer par ses voisins, M. Wenzel, qui tient le tabac du coin, et les Tarsi. Mais il ne peut ignorer plus longtemps la réalité qui les rattrape: Félicia est recherchée par la police. Pire encore, sa mère est accusée de meurtre. Mi-fable mi-roman social, un livre tout en finesse qui dévoile avec beaucoup de justesse qu'il suffit d'un seul être dans une vie pour tout repeupler. Une ode à l'amitié, à l'amour, à la volonté... à la vie, en somme.


- Le jazz et les gangsters
de Ronald L. Morris
Éditions Le Passage / 13 octobre 2016


Que seraient devenus Duke Ellington, Louis Armstrong, Earl Hines ou King Oliver sans les gangsters qui les employaient ? Ces mobsters et ces racketeers, souvent juifs ou siciliens, n'étaient pas aveuglés par les préjugés racistes qui empêchaient l'establishment blanc d'apprécier et de soutenir les musiciens noirs. Dans les clubs qui proliférèrent pendant la Prohibition, ils assurèrent la sécurité de l'emploi nécessaire à la constitution d'orchestres stables et à la maturation d'un style. Et ce sont les politiciens conservateurs qui, en faisant de la Mafia leur bouc émissaire, ont mis fin à l'âge d'or du jazz. À l'appui de cette thèse étonnante, Le Jazz et les gangsters propose une enquête et une documentation exceptionnelles, une peinture réaliste de la vie des premiers musiciens de jazz et du milieu de la pègre à la Nouvelle-Orléans, à Chicago, New York et Kansas City. Ronald L. Morris lève ainsi le voile sur un pan méconnu de l'histoire de la culture populaire. Les gangsters, conclut-il, se sont comportés avec les jazzmen comme les grands mécènes de la Renaissance: "Il n'y eut peut-être jamais, dans toute l'histoire de l'art, d'association plus heureuse".


- Le linguiste était presque parfait
de David Carkeet
Éditions Le Cercle Points / 13 octobre 2016


À l'institut Wabash, qui fait aussi office de crèche bon marché? Jeremy Cook étudie les babillages des nourrissons. Quand son collègue Stiph est retrouvé raide mort, les autres linguistes n'ont qu'à bien se tenir, Jeremy s'improvise détective. Qui de Milke, le séducteur, Woeps, le discret, Aaskhugh, la commère, Orffmann, le mal-aimé, ou encore Wach, le chef despote, a bien pu faire le coup?


- Le monstre nounou
de Tuutikki Tolonen
Éditions Robert Laffont / 13 octobre 2016


Il y a des nounous rigolotes, des nounous trop sévères, d'autres qui vous laissent faire les quatre cents coups, et puis il y a le monstre nounou. En l'absence de leurs parents, Halley, Koby et Mimi vont être gardés par cette étrange créature poilue et poussiéreuse qui sent fort le renfermé. Voilà qui promet des vacances pas comme les autres.


- Le sang des sorcières
de Carole Sandrel
Éditions François Bourin / 13 octobre 2016


Qui transforma en sorcières ces milliers de femmes torturées et brûlées vives entre le XVe et XVIIe siècles? Ces prétendues sorcières étaient surtout des paysannes, des guérisseuses apportant au village le réconfort de leur solidarité et de leurs connaissances en herbes médicinales. Sans médecins ni médicaments, il fallait bien quelqu'un pour faire accoucher les femmes, soigner les malades, assister les mourants et toiletter les morts. Mais trop de mort-nés et trop d'accouchées mourant de fièvre puerpérale désignaient les sorcières à la vindicte générale. Et la misogynie ambiante fit le reste. Au motif qu'il fallait trouver les marques que le diable imprimait en guise de signature dans le secret de leur chair, on leur fit subir des tortures au-delà de l'imaginable. Un récit inédit qui nous retrace la tragédie de ces femmes sacrifiées et oubliées. Une négation de la chair et un crime contre la féminité trop longtemps sous-estimés.


- Le syndrome du papillon
de Maxence Fermine
Éditions Michel Lafon / 13 octobre 2016


Hugo Mars, 17 ans, n'est pas un garçon comme les autres. Atteint d'un mal étrange, le syndrome du papillon, il est interné en hôpital psychiatrique. Mais la vie est parfois surprenante. Car c'est là qu'il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts, gothique et lunaire. Hugo tombe aussitôt sous son charme. Jusqu'à ce que la jeune fille disparaisse.


- Lettre au dernier grand pingouin
de Jean-Luc Porquet
Éditions Verticales / 13 octobre 2016


Le 3 juin 1844, sur l'île d'Eldey, non loin du cercle polaire, des pêcheurs islandais ont tué les deux derniers spécimens de grands pingouins. En "honnête homme" du XXIe siècle, Jean-Luc Porquet sait que, à l'image de cet oiseau incapable de voler, toutes sortes d'animaux sont en train de disparaître, que la sixième extinction de masse des espèces est en cours, que la Terre n'a pas connu pareil massacre depuis 65 millions d'années et que les hommes, ses semblables, en sont les maîtres d'œuvre irresponsables. Comment faire face à ces vérités-là sans céder à la panique ni au déni? L'auteur écrit au Grand Pingouin pour nous prendre à témoin et interroger en miroir nos destinées solidaires. Cette lettre à bâtons rompus se fait tour à tour intime, érudite et rêveuse: une élégie funèbre, mais combative.


- Merfer
de China Miéville
Éditions Fleuve Noir / 13 octobre 2016


Dans un monde désertique, une seule voie à suivre: celle du chemin de fer. Et aux côtés du capitaine Abacat Naphi, partir en chasse de Moker-Jack, la taupe géante. Merfer. Un monde apocalyptique, désertique, aux océans mourants à cause d'une catastrophe inconnue, à la terre stérile colonisée par les rats-taupes géants creusant sans cesse des tunnels immenses. À sa surface court un réseau de voies ferrées à l'origine indéterminée et à la destination tout aussi mystérieuse. Et sur celles-ci, un train est en marche, mené par la capitaine Abacat Naphi dans une quête jusqu'au-boutiste, cruciale: trouver Moker-Jack, la plus gigantesque des taupes géantes, à la fourrure ivoire, et qui a emporté le bras de Naphi. Désormais, pour la capitaine au verbe haut, la chasse ne pourra prendre fin qu'avec la mort de son ennemi juré. Embarqué dans cette folle aventure pour sa première chasse à la taupe, le jeune Sham assiste fasciné au ballet des harponneurs et aux mises à mort qui font la gloire des uns et l'infortune des autres. Jamais il ne s'est senti autant en vie que lors de cette extraordinaire expédition sur la Merfer. Jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent face à ce train naufragé, et que Sham découvre dans l'épave les indices de quelque chose... quelque part... une impossibilité, un mystère qui le conduira bien au-delà de ce pour quoi il avait signé. Bientôt, à bord du train lancé dans sa folle odyssée, poursuivis par les pirates et les pilleurs, ils atteindront la fin de la Merfer, l'extrémité du monde connu.


- Mésaventures à Honolulu
de Jack Handey
Éditions Le Cercle Points / 13 octobre 2016


D'accord, je venais encore de me faire virer. De là à accepter de suivre mon ami Don dans les mers du Sud pour une chasse au trésor. Avec la carte d'une vieille sorcière, nous voilà pourtant lancés sur la piste du Singe d'Or à Honolulu. La ville est un cauchemar puant. Sans parler des arnaqueurs, des peaux de banane, des pirates et des fléchettes empoisonnées. Je déteste vraiment les tropiques.


- Nouvelle lyrique
de Annemarie Schwarzenbach
Éditions Verdier / 13 octobre 2016


Dans le Berlin du début des années trente, un jeune homme qui hésite sur sa vocation et que sa famille destine à une carrière diplomatique, se trouve arraché à son train de vie bourgeois et à ses préoccupations d'étudiant par la rencontre d'une chanteuse de cabaret. Celle-ci ne s'appelle pas pour rien Sibylle: à la suite de cette figure énigmatique qui n'est peut-être qu'un reflet, le narrateur découvre la vie nocturne de la ville et plonge dans un univers cosmopolite fait d'inquiétantes rencontres et de fuites incessantes, que l'écriture d'Annemarie Schwarzenbach restitue en de brefs chapitres puissamment évocateurs. Dans cette nouvelle où l'homosexualité de l'auteur trouve à s'exprimer sous le masque d'un narrateur masculin, c'est l'énigme du désir et celle de la féminité qui viennent fracturer l'univers du héros, obligé de réviser radicalement les valeurs du monde bourgeois, et tenté de fuir dans l'alcool, la vitesse, la solitude ou la mort. Paru au printemps 1933, ce court récit d'atmosphère montrait la voie d'un "lyrisme narratif" dépouillé, à l'opposé des grandes fresques romanesques de l'époque. La date de sa publication lui confère une aura supplémentaire: il sonne le glas du Berlin cosmopolite sur lequel allait s'abattre le national-socialisme.


- Quand je serai grand, je serai Nana Mouskouri
de David Lelait-Helo
Éditions Anne Carrière / 13 octobre 2016


Dès l'enfance, Milou a des ambitions qui ont de quoi surprendre. Dans la cour de récréation, ce drôle de petit garçon aime jouer à la princesse, et faire de ses copines ses soldats. Il s'imaginera aussi un destin dans la peau d'un monstre orange, le Casimir de L'île aux enfants, avant de se mettre en tête qu'il est la plus puissante des reines d'Égypte. Mais quand il a treize ans, une voix fait chavirer tous ses projets. Celle de Nana Mouskouri. C'est décidé: il sera cette femme-là. Que d'embûches. Car Milou n'est pas grec, il ne porte ni lunettes ni longue robe pailletée, il ne sait pas chanter et, pire que tout, il découvre, effaré, qu'il est un garçon. Pourtant, Milou a plus d'un tour dans son sac. Son truc à lui, au fil des années, jusqu'au soir de ses quarante ans, c'est de défier le réel pour suivre son rêve. Un rêve qui le mènera bien plus loin qu'il ne l'avait imaginé. Le récit d'un homme qu'un rêve d'enfance a guidé et sauvé de tout. David Lelait-Helo pose la question de la construction de soi au fil de l'enfance et de l'adolescence. Il nous parle de notre quête d'idéal, de notre part de rêve, de la complexité de notre identité, mais aussi du jeu trouble de l'identification du fan avec la star.


- Quand les femmes parlent d'amour. Une anthologie de la poésie féminine
de Françoise Chandernagor
Éditions Cherche Midi / 13 octobre 2016


Dans cette anthologie très personnelle, les textes émanant de femmes poètes francophones de tous horizons sont accompagnés de récits détaillés de leurs vies, souvent riches en péripéties. De ces regards de femmes sur l'amour émerge peu à peu, au sein d'un patrimoine poétique jusqu'ici essentiellement masculin, un chant singulier. De la très sensuelle Béatriz de Die à la romantique Marceline Desbordes-Valmore, de la sulfureuse Renée Vivien à la pieuse Marie Noël, des "troubadouresses" aux "garçonnes" et des plumes québécoises aux plumes libanaises, ce choix offre au lecteur la chance de découvrir de grandes poétesses restées injustement ignorées. On constate en effet, une fois de plus, que dans ses jugements le "milieu littéraire" fut et demeure résolument misogyne. Un panorama incomparable de l'amour vu par les femmes poètes de langue française.


- Regarde le trader tomber
de Boris Picano-Nacci
Éditions Presses De La Cité / 13 octobre 2016


Histoire d'un trader flamboyant qui en l'espace d'une journée va connaître le destin des anges déchus. Récit halluciné de l'une des affaires financières les plus "krachs" de ces vingt dernières années. 751 millions d'euros envolés en moins d'une semaine. Le cauchemar du front-office. Vendredi noir, donc, en ce 10 octobre 2008, où un opérateur de marché trop fougueux signe l'incroyable déroute d'une grande banque française et le début de son propre déclin. Car la faillite de Lehman Brothers, le krach des marchés actions et ce qui deviendra l'une des plus grosses pertes de trading de tous les temps ne sont pas une fin en soi. C'est au contraire le moment où le récit comme la réalité basculent en terre inconnue. La vie privé et l'économie mondiale se font écho dans cette perte de repères, cette descente aux enfers, la première entraînée par la froide mécanique judiciaire, la seconde par la finance mondiale en surchauffe. Dans cette chronique d'une débâcle annoncée, entre autofiction et fable morale, Boris Picano-Nacci brosse la fin d'un monde aliéné tout en se livrant à une introspection à vif, sans fard, émouvante d'honnêteté. Économie mondiale qui s'affole, système bancaire survolté, amours perdues et amitiés retrouvées, tout ici va très vite, très haut, un peu comme un algorithme financier où se croiseraient l'avidité et la misère, le courage et la vanité.


- Retour vers David Goodis
de Philippe Garnier
Éditions La Table Ronde / 13 octobre 2016


En 1947, à trente ans, David Goodis a le monde dans sa poche, un film à succès avec Humphrey Bogart et Lauren Bacall tiré de son roman Dark Passage, un emploi lucratif dans l'un des plus grands studios de Hollywood. Les livres et les idées percolent dans son imagination fertile (La nuit tombe, Le Casse...). En 1950, il balance tout aux orties, retourne à Philadelphie, vit chez ses parents pratiquement jusqu'à sa mort et tout comme ses héros déchus choisissent désormais le caniveau, préfère écrire pour les collections de poche bon marché où il a tout loisir d'explorer les recoins troubles de sa nature. Il aurait pu être complètement oublié s'il n'avait été publié en France dans la légendaire Série Noire et porté aux nues par les intellectuels de Saint-Germain-des-Prés pour ses héros "existentiels". Suivant l'exemple de François Truffaut (Tirez sur le pianiste, 1960), les cinéastes ont fait de ses livres de nombreux films que l'auteur, mort en 1967 à 49 ans, n'a jamais pu voir.
En été 1982, Philippe Garnier décide de satisfaire sa curiosité: pourquoi Goodis était-il adulé en France, mais oublié dans son propre pays? Publié deux ans plus tard, Goodis: La vie en noir et blanc était moins une biographie, ou un livre de plus sur le polar, qu'un essai sur la culture populaire américaine dans tous ses états: industrie des pulps et des paperbacks, cinéma, télévision, et surtout une enquête sur les images ou clichés qui la parasitent au point, parfois, de prendre sa place. Plus de trente ans après, l'angle a sensiblement changé: Retour vers David Coodis rend compte du culte dont il fait désormais l'objet aux États-Unis, notamment dans sa ville natale de Philadelphie.


- Sibérie
de Olivier Rolin
Éditions Verdier / 13 octobre 2016


"Fleuves géants, déserts glacés, taïga sans limites, températures extrêmes : en Sibérie, la géographie n'y va pas de main morte. L'Histoire non plus, qui en a fait la terre des bagnards et des déportés, l'un des noms du Malheur au XXe siècle. On peut pourtant trouver un charme secret à cette partie du monde que désigne assez bien le vieux mot de solitudes, et qui est comme le grand large sur terre. C'est mon cas. Les chroniques ici réunies témoignent à leur façon d'une inclination contre-nature". Olivier Rolin


- Sur le fil
de Hannah Kohler
Éditions Plon / 13 octobre 2016


22 novembre 1963. La mère de Kip, 14 ans, et de Jeannie, 19 ans, trouve la mort dans un accident tragique. Quelques heures plus tard, le président Kennedy est assassiné. Pris dans la rencontre fortuite de leur drame familial et de l'Histoire, les deux adolescents sont laissés sans repères. Jeannie, qui devient serveuse un peu par hasard, tombe enceinte d'un jeune médecin de bonne famille. Pour préserver les conventions, elle se marie mais peine à trouver sa place dans ce monde qui lui est étranger: celui de la bourgeoisie et des traditions. Jusqu'à sa rencontre avec Lee, une jeune femme qui affirme sa liberté. Kip, lui, sombre peu à peu dans la petite délinquance. Il croit néanmoins trouver une forme de salut en s'engageant dans l'armée. Mais, dans la frénésie du front vietnamien, il commet l'impardonnable et ouvre une plaie difficile à cicatriser. Jeannie et Kip sont comme deux symboles vivant d'une Amérique sur le fil du rasoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Lun 17 Oct - 15:57

- Toujours maudit
de David Safier
Éditions Presses De La Cité / 13 octobre 2016


Quelle sale journée pour Daisy. Ça commence avec ses colocataires, qui lui réclament les loyers impayés. Ensuite, elle rate son audition pour le prochain James Bond et, pour finir, elle s'écrase contre un camion. Et avec Marc Barton, par-dessus le marché, l'acteur le plus désagréable qu'elle ait jamais rencontré. Il faut dire que Daisy n'est pas un cadeau, elle non plus. Avec un tel karma, en quoi ces deux-là auraient-ils pu se réincarner, sinon en fourmis? Ça ne se passera pas comme ça. Tour à tour poissons, oiseaux, escargots, ils sont bien déterminés à gravir aussi vite que possible les échelons de la réincarnation pour reprendre forme humaine et empêcher le mariage du meilleur ami de Daisy et de l'ex-femme de Barton. Pas une mince affaire quand on a d'aussi mauvais caractères.


- Touriste
de Julien Blanc-Gras
Éditions Au Diable Vauvert / 13 octobre 2016


"Certains veulent faire de leur vie une œuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit".


- Tout dire
de Jeremías Gamboa
Éditions Du Seuil / 13 octobre 2016


Un matin de septembre, dans une banlieue de Lima, un jeune homme s'assied devant son ordinateur et se met à écrire son premier roman, sa propre histoire. Il s'appelle Gabriel Lisboa. Issu d'un milieu très pauvre, il parvient à obtenir une bourse pour l'université de Lima, une des plus prestigieuses du pays. L'ambition de Gabriel est de devenir écrivain et lorsqu'il décroche un stage dans l'un des grands journaux du pays, sa vie bascule. L'initiation au métier de journaliste, la poursuite de brillantes études, la rencontre de jeunes poètes lui permettent de surmonter peu à peu ses complexes de classe, sa peur des femmes et de s'ouvrir à la culture et à la littérature. Roman sur la jeunesse, l'amitié et l'amour, Tout dire est aussi un grand roman d'apprentissage, un récit passionnant sur la difficulté pour un jeune homme déshérité de trouver sa place dans le monde et de se construire une identité.


- Toxicologie wagnérienne
de Philippe Berthier
Éditions Bartillat / 13 octobre 2016


"Wagner est une maladie, qui a vite pris un essor pandémique: Nietzsche a été le premier à le dire, confirmé par Barrès, Claudel, Thomas Mann et tant d'autres. Dès la création du Festival de Bayreuth, les écrivains n'ont cessé d'être fascinés par cette formidable machine à jouir, dont la foncière obscénité est dédouanée par les plus hautes garanties de l'Art total, qui, ainsi que nul n'en ignore, élève et purifie tout ce qu'il touche. Église, bordel et hôpital tout ensemble, non seulement on n'a pas honte d'y aller, mais on s'en vante, l'équipée sexuelle camouflant ses spasmes inavouables dans le noble drapé du sacrement et de la cure. On en espère la grâce ou la guérison, mais on vient surtout pour s'offrir sans avoir à rougir au mascaret érotique que fait déferler une musique dont on dirait qu'elle est la première, et peut-être la seule, à pousser à ce point littéralement inouï la capacité de l'expression sonore à exprimer et susciter le désir. Au-delà de leurs variations, les textes littéraires ici analysés ont tous en commun de présenter des exemples de ces pathologies que provoque l'œuvre wagnérienne, censée pourtant y remédier. C'est toute l'ambivalence de ce que les Grecs appelaient pharmakon: à la fois ce qui inocule le mal et en délivre".


- Une légère blessure
de Laurent Mauvignier
Éditions De Minuit / 13 octobre 2016


Une femme reçoit ses parents à dîner, elle veut que tout soit parfait et se fait aider par une jeune fille, qui ne comprend pas le français. La femme peut lui avouer ses secrets, ses peurs, elle sait qu'on ne la contredira pas. Elle évoque des souvenirs, ses amies, ses amants, des blessures insignifiantes et terribles qu'elle croyait avoir oubliées. Car elle parle avant tout dans l'espoir de saisir ce qui lui échappe: sa propre vie.


- Voyage au centre
de Pierre Patrolin
Éditions P. O. L. / 13 octobre 2016


Si on veut essayer de se représenter quelqu'un qui décide, un matin au réveil, de se rendre jusqu'au centre de la Terre depuis la chambre de son appartement parisien, il faut d'abord commencer par l'imaginer préparer une tasse de café avant d'emprunter l'escalier qui descend de chez lui vers la rue. Puis atteindre les caves qui s'enfoncent sous le bâtiment, et se diriger, tant bien que mal, vers les couches plus profondes du sous-sol du Bassin parisien. Tout commence donc par la perception du sol et du parquet, la conscience du galbe de la tasse entre les doigts et de l'amertume du café dans le gosier, ou du matelas et des draps dans le lit. Puis, parvenu dans les rues de Paris, celle des trottoirs et des chaussées, et la réponse sensible du sol sous chaque pied. Dans la quête naturelle d'un point de départ, nécessaire pour entamer le voyage vers l'intérieur de la terre depuis la surface du sol. Sans imaginer encore ce qu'il y en dessous. Dans la seule intention de s'enfoncer progressivement dans l'épaisseur de la planète. Et son obscurité. Mais, depuis la douche jusqu'à la cafetière, il faut également parvenir à concevoir ce que peut signifier l'idée du centre d'une terre dont la masse et la substance paraissent inaccessibles. Et inconnues. Pour entreprendre un voyage impossible, et atteindre ce que la science actuelle présume être une sorte de boule de feu, il faut aussi échafauder les conditions du possible et de son contraire, et envisager les conditions techniques d'une telle odyssée vers des températures, des pressions et une pesanteur considérables. Sous les contraintes extrêmes que devra supporter le vaisseau. Et le corps du voyageur. Et surtout, afin de pouvoir suivre le personnage emporté dans cette aventure, il faut savoir partager chacune de ses inspirations, et les vertiges physiologiques, physiques aussi bien que métaphysiques, qu'il devra éprouver en chemin. Accepter l'expérience du silence et de l'obscurité, la géométrie d'un déplacement sans paysage, la désorientation naturelle d'un corps privé des repères usuels qui n'ont plus de raison d'être quand on prétend se rendre au cœur de la matière, au point d'admettre qu'un tel voyage sera devenu un voyage dans le temps autant qu'un voyage dans l'espace.


- "De moi, pauvre, je veux parler". Vie et mort de François Villon
de Sophie Cassagnes-Brouquet
Éditions Albin Michel / 12 octobre 2016


S'il est un mystère dans l'histoire de la littérature, c'est celui du poète appelé pour la postérité François Villon (né en 1431 et disparu en 1463). Ruffian, ribaud, espiègle, qui était donc cet "écolier" de génie, né l'année où Jeanne d'Arc, "la bonne Lorraine", a péri sur le bûcher, et qui reste à jamais comme le premier écrivain français à avoir introduit "la conscience de soi" dans nos lettres? C'est à ce paradoxe unique, un poète dont on ignore jusqu'à la date de mort, mais qui a parlé de lui comme nul autre, que s'attelle Sophie Brouquet avec une connaissance exceptionnelle du XVème siècle. L'occasion de visiter avec elle le cimetière des Innocents, de s'interroger sur les Dames du temps jadis comme sur Montfaucon, la Sorbonne ou la taverne de la Pomme de Pin. L'occasion surtout de comprendre la destinée d'un homme qui n'a cessé d'inspirer les fantasmes les plus divers à mesure que le Moyen Age est revenu hanter les rêves et les désirs. Une biographie enfin exhaustive à l'usage de ceux que François Villon, l'insoumis par excellence, appelait ses "frères humains".


- Hors de contrôle
de Georgia Caldera
Éditions Pygmalion / 12 octobre 2016


Une attitude un brin brutale, un caractère des plus ombrageux, une façon de parler bien à lui, mais incroyablement fascinant. Malgré le fiasco de la soirée de gala, Axel est tout cela, et bien plus encore. Une seule chose est certaine pour Sonia: elle doit le retrouver. Dans quel but? Ont-ils toujours un avenir ensemble? Rien n'est moins sûr. Et pourtant, c'est ainsi, les papillons refusent de mourir.


- Inferno
de Dan Brown
Éditions JC Lattès / 12 octobre 2016


C'est l'une des plus grandioses œuvres de la littérature italienne, L'Enfer de Dante, qui est le fil conducteur de cette nouvelle aventure. En Italie, plongé dans une atmosphère aussi opaque que mystérieuse, le héros de Dan Brown, Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard va devoir affronter un adversaire diabolique sorti des limbes de l'Enfer et déchiffrer l'énigme la plus complexe de sa carrière. Elle le fait plonger dans un monde où l'art et la science de pointe tissent un écheveau qui exige de sa part toute son érudition et son courage pour le démêler. S'inspirant du poème épique de Dante, Langdon se lance dans une course contre la montre pour trouver des réponses et découvrir en traversant les Cercles de l'Enfer ceux qui détiennent la vérité, avant que le monde ne soit irrévocablement changé.


- L'auberge des cœurs blessés
de Manuela de Seltz
Éditions City / 12 octobre 2016


À la mort de ses parents, Cordelia hérite d'un bel hôtel qui tombe en ruines. Pour lui redonner vie et retaper la vieille bâtisse, elle décide d'en faire un lieu pour les couples sur le point de se séparer. Un endroit où ils pourront se donner une dernière chance ou, au contraire, célébrer leur divorce. Dès son ouverture, l'établissement voit défiler des personnages hauts en couleur. Pour réparer ces cœurs blessés, Cordelia a réuni autour d'elle une équipe de choc. Il y a Françoise l'avocate hippie déjantée, Claude le bricoleur au cœur tendre et Liz la réceptionniste qui n'a pas la langue dans sa poche. Grâce à leur soutien, Cordelia va également trouver le courage d'affronter son douloureux passé. En retrouvant confiance en elle, la jeune femme découvre la force de l'amitié et de l'amour. C'est un nouveau départ dans sa vie et le début d'une métamorphose.


- L'Orient derrière soi
de André Tubeuf
Éditions Actes Sud / 12 octobre 2016


Qui n'a rêvé l'Orient devant soi, au bout de son désir? Le jeune André, né à Smyrne de parents français, a connu cet Orient pluriel et chatoyant, grandissant entre la Turquie, la Syrie et le Liban, au gré des affectations professionnelles paternelles et des alliances familiales: la mer Noire, Stamboul, Alep, Beyrouth comme autant d'étapes d'une irrésistible expulsion. À la fois gosse d'ici et Français de l'étranger, André s'incorpore du mieux qu'il peut dans le petit clan des enfants d'expatriés, avant de regagner la France avec l'étrange impression, au contraire, de s'exiler. De ces racines multiples, André Tubeuf a tiré la matière d'un récit d'apprentissage porté par le motif de l'exil, du départ permanent, de l'absence d'attaches, des amarres que l'on largue, de ce qui fait une appartenance ou un enracinement. Un “Itinéraire de Smyrne à Paris” qui est aussi un adieu à l'enfance, un hommage tendre et inconditionnel à l'Orient, ses paysages, ses cultures et ses religions mêlées. Mais surtout à son hospitalité, sa générosité, sa tolérance. Une mélopée méditerranéenne composée comme une confidence ininterrompue teintée de joies toujours vivantes, mais qui résonne à demi-voix avec un Orient désormais douloureux.


- La chambre noire d'Edith Tudor-Hart
de Peter Stephan Jungk
Éditions Jacqueline Chambon / 12 octobre 2016


Peter Stephan Jungk raconte la vie ardente de sa grand-tante, la photographe autrichienne Edith Tudor-Hart qui, réfugiée en Angleterre dans les années 1930, a recruté pour le compte de l'URSS Kim Philby, le plus célèbre des "Cinq de Cambridge".


- La grande épopée des chevaliers de la Table ronde. Tome 1. Arthur et Merlin
de Sophie Lamoureux et Olivier Charpentier
Éditions Actes Sud / 12 octobre 2016


Dans ce premier volume en cinquante épisodes de la grande épopée de la Table ronde, on fait la connaissance d'Arthur, adolescent confronté à des phénomènes étranges. On croise Merlin, que l'on retrouvera souvent, on voit se succéder combats, épreuves et prodiges. Un récit fascinant qui plonge le lecteur dans un récit mythique peuplé de magiciens et de fées séductrices.


- La maraude
de Ahmed Kalouaz
Éditions Le Rouergue / 12 octobre 2016


Le père de Théo a disparu depuis deux semaines. Un voisin dit l'avoir aperçu dans une rue de Grenoble, à la dérive. Parti à sa recherche, l'adolescent va découvrir durant trois jours le monde des sans-domicile-fixe, leurs terribles conditions de vie, leur histoire personnelle, ainsi que l'aide que leur apportent les équipes de maraude. Dans une belle langue, un roman émouvant sur le peuple souterrain des grandes villes.


- La petite gamberge
de Robert Giraud
Éditions Le Dilettante / 12 octobre 2016


Ils seront donc cinq. Comme les jeudis de LA semaine ou les heures de la Marquise, cinq qui tiennent comme grains en grappe à leur poisseuse table de La Bonne Treille, une rade de la montagne Sainte-Geneviève, qui leur sert de rocher à moules, de quartier général et d'abreuvoir. Alors, j'énumère: lui, c'est Bouboule, le cogito de la bande, le cérébré du quintette, l'autre c'est la Tenaille, fringante jeunesse, voilà en trois la Douleur, camionneur, suit le Manchot, comme son ombre l'indique, on clôt avec Robert dit Robert. Un bel équipage qui fait honneur à l'établissement, des zigues affûtés, hauts en truandaille et madrés en diable. À l'issue d'un coup d'élite en bordure de Seine, de quoi se voir retraité, Robert se fait poisser, panique chez les messeigneurs-la-pince qui s'égaillent d'autant que Pierrot a marié une goualeuse et la Douleur joue les obligés du volant avec les gens des puces. Qui a fait quoi? Qui doit payer? Une histoire d'hommes, sombre à souhait, où il n'y a pas que les rues qui soient en pente. Cette Petite Gamberge vaut moins pour l'intrigue qui là sert d'espalier, que pour la flamboyante vigne vierge poétique qui se déploie dans le livre, un lierre de mots qui enserre au plus près le mystère de Paris; avec Giraud, Paris se hume, se scrute, se savoure, se lampe à longs traits, lumières, parfums, cadences, silhouettes, tout fait brin dans cet herbier urbain proche des dérades d'un Yonnet, d'un Fargue ou d'un Calet. Alors, chaussez solide, le paysan de Paris a la foulée ample et la rêverie au long cours. Pour ceux qui ont besoin d'un guide, Olivier Bailly, impeccable préfacier, a fléché le parcours et sous-titré les plaques de rues, donc pas d'excuse.


- Le bazar des mauvais rêves
de Stephen King
Éditions Albin Michel / 12 octobre 2016


"J'ai écrit ces nouvelles rien que pour vous. Mais attention. Les meilleures ont des dents…" Stephen King
Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds… 20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d'une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture.


- Le chien
de Éric-Emmanuel Schmitt
Éditions Albin Michel / 12 octobre 2016


"Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l'homme". Quel est donc le secret qui cadenasse l'âme de Samuel Heymann, ce médecin apprécié de tous mais qui reste un inconnu même aux yeux de sa fille? Quelle est l'admirable relation qui le lie depuis 40 ans à ses chiens? Mené comme une enquête policière, ce texte émouvant traite de la communication entre les êtres, de la vengeance et du pardon: une surprenante et bouleversante leçon d'humanité.


- Le commis
de Bernard Malamud
Éditions Payot & Rivages / 12 octobre 2016


Une petite épicerie de quartier à Brooklyn devient le théâtre d'une fable morale, qui s'interroge sur la possibilité de rédemption, sur la nature humaine et le rêve américain.


- Le porteur d'histoire
de Christophe Gaultier et Alexis Michalik
Éditions Les Arènes / 12 octobre 2016


Par une nuit pluvieuse, au fin fond des Ardennes, Martin Martin doit enterrer son père. Il est alors loin d'imaginer que la découverte d'un carnet manuscrit va l'entraîner dans une quête vertigineuse à travers l'Histoire et les continents. Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille disparaissent mystérieusement. Elles ont été entraînées par le récit d'un inconnu, à la recherche d'un amas de livres frappés d'un étrange calice, et d'un trésor colossal, accumulé à travers les âges par une légendaire société secrète. C'est une histoire composée d'une multitude de tableaux, tous plus fascinants les uns que les autres, où l'on y croise Alexandre Dumas, le pape Clément VI, Eugène Delacroix et une mystérieuse famille, les Saxe de Bourville, semblant irrémédiablement liée à tous les bouleversements historiques.


- Les derniers jours de René Girard
de Benoît Chantre
Éditions Grasset & Fasquelle / 12 octobre 2016


René Girard avait écrit en 1972: "La violence essentielle revient sur nous de façon spectaculaire, non seulement sur le plan de l'histoire, mais sur le plan du savoir". Il s'est éteint dans la semaine qui a précédé les attentats du 13 novembre 2015. Il n'avait rien d'un prophète de malheur. Sa pensée donne forme et sens à notre avenir. Nous devons réentendre sa voix. Il m'a fallu répondre au choc de deux événements conjoints: la mort d'un maître et d'un ami, et les horreurs parisiennes. Ces réalités constituent une énigme où se confrontent l'invisible et le monstrueux, la violence et le secret, l'élégance et l'obscénité. Elles m'ont forcé à évoquer les "derniers jours": ceux de René Girard et la fin des temps qu'il pensa dans son œuvre. Mais beaucoup se sont mépris sur son pessimisme. L'annonce d'un démembrement du monde révélait moins la mélancolie d'un romantique que la joie du Royaume entrevu un soir d'été en Avignon ou dans le silence parfumé de Stanford. J'ai voulu rendre présent ce penseur apocalyptique qui fut drôle et discret, dont l'espérance était profonde. Ce livre raconte une amitié. Il présente l'œuvre de René Girard dans la lumière rétrospective que constitue sa fin. C'est au "jour de colère" que se fait entendre la parole. La sienne et celle des textes qu'il sut génialement interpréter: les Évangiles, Shakespeare, Stendhal ou Proust garderont longtemps pour moi l'accent du Midi.


- Les nouveaux amants
de Alexandre Jardin
Éditions Grasset & Fasquelle / 12 octobre 2016


Un homme rencontre une femme. L'homme? Oscar, 42 ans, marié avec une actrice, Anne. Auteur de théâtre à succès, cet homme comblé ignore, au début du roman, qu'il va vivre, et non plus seulement écrire la pièce la plus turbulente de sa vie. Ce sera, pour lui, une comédie risquée, une anthologie de douleurs, une foire aux ivresses, un malheur merveilleux. La femme? Ce n'est pas son épouse, bien sûr. Elle se nomme Roses de Tonnerre, 25 ans, une fille très "fête en larmes", une orgie de contradictions, un merveilleux danger. Cette Roses ne respecte que l'imprévu et les jeux sans règles. Elle est, de plus, sexuellement très curieuse et d'un haut voltage sensuel. Oscar + Roses: un mélange explosif et charmant. Leurs questions: un couple peut-il s'acclimater à la passion? Faut-il tout essayer en amour? Est-il recommandé de rompre et de se soumettre plusieurs fois par jour? Ces deux héros super jardiniens, pour notre plaisir, ne sont pas très encombrés de prudence ni de sagesse. Confondant sans cesse freins et accélérateurs, ils sont toqués de désirs incontrôlés. Leurs frasques vont faire sourire et rire. On les envie, on les plaint, on les envie. Qu'a donc vécu Alexandre Jardin pour écrire ce roman fou-fou-fou à ce moment précis de sa vie? Qui est cette Roses? Qui est Anne? Qui perdra quoi au fil de cette tragi-comédie si singulière, si universelle? On entend les trois coups. La pièce peut commencer.


- Les sautes d'humour d'Albert Einstein
de Albert Einstein / Alice Calaprice / Hélène Hinfray
Éditions Payot & Rivages / 12 octobre 2016


Provocateur dans l'âme, Albert Einstein (1879-1955) a toujours voulu que ses propos fassent mouche (sur la politique ou sur la science, sur lui-même ou sur Dieu), tout en riant de sa propre célébrité. L'inventeur de la relativité relativisait bien des choses en ce bas monde, d'où ce florilège de réflexions drôles et cinglantes sur bien d'autres sujets que la physique, avec aussi beaucoup de confidences intimes. Un personnage aussi populaire que Churchill pour ce nouvel opus de "Sautes d'humour" tirées du travail pharaonique d'Alice Calaprice, laquelle a collecté durant quinze ans quelque 1600 citations dont voici les plus savoureuses.


- Les sautes d'humour de Georges Feydeau
de Georges Feydeau et Ewan Pez
Éditions Payot & Rivages / 12 octobre 2016


On parle volontiers de la misogynie de Georges Feydeau (1892-1921), mais ce sont tous ses personnages qui, quels que soient leur sexe et leur condition, se parent de ridicule pour notre plus grand plaisir. Hommes et femmes, mufles et faux amis, ploucs et aristos, médecins et domestiques: nul n'est épargné dans ces pièces indémodables régulièrement montées, notamment pour les fêtes de fin d'année. Ce volume cruellement jubilatoire est constitué de répliques hilarantes mais aussi de bons mots de l'homme Feydeau. Mieux qu'un recueil, c'est un vaudeville en soi, d'une telle modernité qu'on dirait de la télé-réalité avant l'heure, mais en beaucoup plus drôle.


- Ma cabane
de Loïc Froissart
Éditions Le Rouergue / 12 octobre 2016


Un randonneur se rend dans une cabane cachée au milieu de la forêt. Les paysages semblent lui appartenir mais il n'est pas si seul, un ours aussi généreux que discret le suit comme son ombre et lui abandonne son environnement.


- Malraux en son temps
de Philippe Lorin et Alain Malraux
Éditions L'Archipel / 12 octobre 2016


On peut choisir son Malraux: le romancier conquérant du réel et de l'imaginaire, le militant au poing levé, le jeune visionnaire d'une Voie royale ou le chasseur affranchi de têtes gréco-bouddhiques, l'agnostique obsédé du divin, le chevalier aux ailes brisées de l'escadrille España, le colonel attendu et inattendu de la brigade Alsace-Loraine, le porte-parole mystique du Général entré dans l'Histoire, le ministre, non de la Culture mais des Affaires culturelles. Organisé en 9 chapitres et complété d'une chronologie détaillée, cet album offre une biographie de l'écrivain par son meilleur témoin, son fils adoptif, illustrée de plus de 100 dessins originaux de Philippe Lorin: portraits de Malraux ou de contemporains (Genet, Mao, de Gaulle, Picasso, Chagall…), de monuments (Panthéon, Angkor…), d'événements historiques (Débarquement, guerre d'Espagne…).


- Mes vacances à Pétaouchnok
de Olivier Pouteau
Éditions Le Rouergue / 12 octobre 2016


On ne peut pas faire grand chose contre la pire journée de sa vie, à part peut-être tracer la route. Pour cela, rien de mieux que de partir en voiture avec Richard, le meilleur ami de son père (et totalement farfelu). Direction: les Alpes. Mission: retrouver le premier amour de CP de Richard. Faites rugir le moteur, l'aventure commence. Un roman plein d'humour et de sensibilité où les plus adultes ne sont pas toujours ceux que l'on croit.


- Nains, hercules et géants. Humanités prises par la taille
de Claude Ribouillault
Éditions Le Rouergue / 12 octobre 2016


Par définition, le droit à la différence n'exclut pas la différence; il ne la digère pas non plus pour la rendre invisible. Si ce qui échappe à la norme a frappé les imaginations au point d'alimenter les mythologies, c'est que plus généralement nul n'est exactement semblable aux autres. Dans cette permanente confrontation des identités de chacun, l'humanité peut se questionner aussi par la taille. Nains, hercules et géants ont ainsi alimenté des imagiers, plus ou moins trafiqués, plus ou moins fantasmés, qui ont trouvé un âge d'or avec les premiers pas de la photographie. Construit autour d'albums d'images rassemblés par Claude Ribouillault, ce livre témoigne de la manière dont la réalité constamment alimente le rêve. Les physiques extrêmes, piments des théogonies, mènent ainsi naturellement aux tréteaux des foires, au théâtre, au cirque voire aux palais où les puissants de ce monde se plurent à collectionner nains de compagnie et milices de géants. Fous des princes, nains circassiens, crétins des sommets, hercules de pacotille et colosses authentiques croisent leurs démesures dans cet imagier qui nous jette littéralement aux yeux la diversité de nos humanités et questionne la puissance et la persistance des stéréotypes.


- Perdus & sans colliers
Écrit en collectif
Éditions City / 12 octobre 2016


Il y a Star, le rottweiler timide, Bryn, le colley au grand cœur, Wriggler, le chaton orphelin et des dizaines d'autres. Ce livre raconte les histoires de ces chats et chiens qui, après avoir été maltraités et abandonnés, ont changé la vie de leurs nouveaux maîtres. Grâce à l'amour de ces boules de poils, des dizaines de personnes ont retrouvé goût à la vie. Harper, ancien chien errant, a aidé son jeune maître à affronter une maladie auto-immune. Le flair incroyable de Bryn a conduit sa maîtresse à découvrir sa vocation: sauveteuse. La joie de vivre de Lucky, un chaton à trois pattes, a permis à un vieil homme de faire enfin le deuil de sa femme. En leur offrant un foyer, toutes ces personnes ont changé le destin d'un chat ou d'un chien abandonné. Mais surtout, ce sont les animaux qui ont transformé la vie de leurs nouveaux maîtres.


- Petits crimes conjugaux
de Éric-Emmanuel Schmitt
Éditions Albin Michel / 12 octobre 2016


Gilles est victime d'un mystérieux accident. Amnésique, étranger à lui-même, il revient chez lui auprès de Lisa, sa femme depuis quinze ans. Qui est-il? Qui est Lisa? Comment vivait leur couple? À partir de ce qu'elle lui raconte, il tente de recomposer son existence. Mais si Lisa mentait? Un suspense étonnant sur le couple à la recherche de sa vérité. Une comédie noire pleine de surprises où le marivaudage alterne avec la guerre totale.


- Qu'est-ce qui nous rend heureux ?
de Marie-Agnès Gaudrat et Carme Solé Vendrell
Éditions Les Arènes / 12 octobre 2016


"Parlons de bonheur avec nos enfants. Sinon, c'est la société qui leur délivrera ses leçons et les entraînera sur ses fausses pistes, matérialistes, égoïstes et compétitives. Ce livre joyeux, pratique et poétique, aidera adultes et enfants à dialoguer et réfléchir sur ce qui rend heureux, et à cheminer vers un bonheur authentique et généreux".


- Un fauteuil (roulant) pour deux
de Dan Marshall
Éditions Kero / 12 octobre 2016


Le diagnostic de la maladie de son père fait replonger Dan dans la folie ordinaire que représente sa famille réunie à son chevet: sa mère dont le vocabulaire ferait rougir un marin, son frère décidément furax de devoir échanger les bars gay de Chicago contre des temples mormons, ses sœurs dont l'une est atteinte du syndrome d'Asperger et l'autre entretient une relation secrète avec son prof de sport de 20 ans son aîné. Mais aussi dysfonctionnels qu'ils soient, quand les Marshall décident d'affronter une crise ils y vont, et au diable les conséquences. À Salt Lake City, haut lieu du mormonisme et de la tempérance, les Marshall, portés sur l'alcool et les jurons, ont toujours détonné. Provocateur, d'une franchise sans bornes, parfois cru mais toujours sincère, le portrait d'une famille pas comme les autres.


- La légende des anges. Hermès, Gabriel, Türing
de Michel Serres
Éditions Le Pommier / 11 octobre 2016


Aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Pia, jeune femme sage et vivante, médecin qui ne quitte guère son lieu de travail, et Pantope, informaticien sans cesse en voyage, se retrouvent et discutent: "Croyez-vous aux Anges?", demande Pia. Voici le début d'un long dialogue, passionné.
"Construisons-nous, sans la voir, une culture neuve qui convoque, ensemble, sciences, droits et religions, c'est-à-dire notre raison, nos exigences de justice et nos blessures d'amour?" Depuis les années soixante, Michel Serres prédit la construction d'une société de la communication incarnée par Hermès. Il nous invite ici à penser les heurs et les travers de cette ère nouvelle: au-delà des promesses incarnées par Petite Poucette, celle-ci s'accompagne d'une misère croissante et d'une révoltante inégalité. Parviendrons-nous à nous y opposer?


- Autobiographie d'une courgette
de Gilles Paris
Éditions Plon / 06 octobre 2016


"Depuis tout petit, je veux tuer le ciel à cause de maman qui me dit souvent: - Le ciel, ma Courgette, c'est grand pour nous rappeler qu'on est pas grand-chose dessous. - La vie, ça ressemble en pire à tout ce gris du ciel avec ces saloperies de nuages qui pissent que du malheur. - Tous les hommes ont la tête dans les nuages. Qu'ils y restent donc, comme ton abruti de père qui est parti faire le tour du monde avec une poule. Des fois, maman dit n'importe quoi". Ainsi commence l'histoire de Courgette, un petit garçon de neuf ans, qui à défaut de tuer le ciel, tue accidentellement sa mère. Placé dans une maison d'accueil, il découvre l'amitié et les prémices des amours enfantines. Entre fous rires et larmes, naïveté et émotion, l'apprentissage d'une vie...


- Croc Blanc
de Jack London
Éditions Libretto / 06 octobre 2016


À l'épreuve du Grand Nord, un jeune chien-loup apprend à survivre dans ce paysage glacé et sauvage. Il sera recueilli par des Indiens qui lui donneront son nom: Croc-Blanc. Il découvre auprès de ces hommes la chaleur et la quiétude mais aussi le goût du sang. Racheté par un homme blanc sans foi ni loi, il deviendra chien de combat et découvrira un sentiment inconnu de lui jusqu'alors: la haine. Texte mythique et universel paru en 1906, Croc-Blanc est ici à redécouvrir dans la traduction inédite de Stéphane Roques qui dépoussière les dialogues dans une langue beaucoup plus nerveuse.


- Derrière la porte
de Sarah Waters
Éditions 10-18 / 06 octobre 2016


Londres, 1922. Frances vit encore avec sa mère. Endettées, elles prennent des locataires, mais l'arrivée de Lilian et Leonard Barber va bousculer leur existence. La vieille fille et la jeune épouse nouent une relation inattendue, découvrant des plaisirs qu'elles croyaient interdits. Bientôt elles rêvent de fuir ensemble. Avant que Lil tombe enceinte, et qu'on assassine Leonard. Tissant fresque sociale et sentimentale, l'auteure offre un mélodrame sensuel et envoûtant, et un remarquable portrait de femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Lun 17 Oct - 15:53

- Détecteur de mes songes
de Kenan Görgün
Éditions Quadrature / 06 octobre 2016


Ce monde-ci a été façonné en sept nuits. Sept nuits de rêves et de cauchemars. Pour ceux qui verraient dans le nombre avancé une allusion biblique, je jure de n'avoir pas fait exprès: j'ai créé et détruit au gré de mon inconscient. Sept nuits. Les plus excitantes de ma vie.


- Elisée, avant les ruisseaux et les montagnes
de Thomas Giraud
Éditions La Contre Allée / 06 octobre 2016


En imaginant ce qu'ont pu être certains épisodes de la vie d'Elisée Reclus (1830-1905), avant qu'il ne devienne l'auteur d'Histoire d'un ruisseau et Histoire d'une montagne, ce premier roman nous met dans les pas d'un personnage atypique et toujours d'une étonnante modernité.


- Elsa Z.
de Marie-Chantal Guilmin
Éditions Hugues de Queyssac / 06 octobre 2016


Un roman d'une intense émotion, quand la grande Histoire tient lieu d'écrin à la petite histoire d'Elsa Zilberbogen, enfant juive de Varsovie.


- Et tu trouveras le trésor qui dort en toi
de Laurent Gounelle
Éditions Kero / 06 octobre 2016


Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d'enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l'aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l'hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l'homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles. Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l'homme de s'élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable.


- Interview d'une vache et scandale au Palais
de Jean-Marie Gourio
Éditions Julliard / 06 octobre 2016


Journaliste au magazine Votre Temps, Pierre tombe des nues lorsque son rédacteur en chef lui ordonne d'interviewer une vache. Pivoine, jolie Bretonne Pie Noir, se révèle diserte, intelligente, un brin contestatrice. L'article crée l'événement, si bien que la vache se retrouve sur tous les plateaux de télés et coqueluche des radios. Le succès monte aussi vite à la tête des ruminants qu'à celle des humains. Célèbre, Pivoine est propulsée dans les salons de l'Élysée ou le président de la République ne sait qu'inventer pour lui être agréable. Tenu à l'écart, humilié, Pierre n'a plus qu'à attendre son heure. Qui viendra. Jean-Marie Gourio laisse s'épanouir avec délectation sa fantaisie. Grâce à sa maîtrise du dialogue et à son humour ravageur, il nous offre une farce désopilante et furieusement d'actualité, un chef-d'œuvre de drôlerie et de férocité.


- J'ai vu un homme
de Owen Sheers
Éditions Payot & Rivages / 06 octobre 2016


Michael laisse planer le doute jusqu'à la dernière page, tel un héros de Hitchcock. Est-il simplement un mari détruit par la mort de sa femme, reporter de guerre tuée au Pakistan? Ou un personnage manipulateur?


- Jeux de clés
de Dominique Marny
Éditions Presses De La Cité / 06 octobre 2016


Capucine est la créatrice d'une marque de papeterie en plein essor, Sentimental Corner. Octave est conseiller en gastronomie française à travers le monde. Lors d'une joyeuse soirée chez des amis communs, tous les deux sont les grands perdants d'un jeu de société. Pour honorer le gage fixé par leurs hôtes, ils sont obligés de troquer les clés de leurs appartements parisiens. Alors qu'ils se connaissent à peine, ils vont dormir l'un chez l'autre. Que naîtra-t-il de cet échange imposé? Dans leur entourage, Bertrand collectionne les éditions rares. Stéphanie élève seule son jeune fils. Sébastien se débat dans ses problèmes conjugaux. En pleine crise d'adolescence, Lucas ne se passionne que pour le cosmos et l'astrophysique. Des personnages attachants pour un roman intimiste et sensible, aux résonances très actuelles.


- L'astrée
de Honoré d'Urfé
Éditions Libretto / 06 octobre 2016


Le noble Céladon s'éprend de la jeune bergère Astrée dans une Gaule de fantaisie du Ve siècle de notre ère. Et voici nos jeunes héros embarqués dans un livre empli d'aventures en tous genres: enlèvements, accidents, traîtrise… le tout porté par une langue fluide dont la force narrative est ici restituée par les extraits choisis par Gérard Genette. Tout à coup, l'ouvrage n'est plus un objet d'étude mais recouvre son statut de roman. Plus qu'un livre, le chef-d'œuvre Honoré d'Urfé devient un véritable mouvement culturel qui inspirera écrivains, peintres, compositeurs et décorateurs pendant deux siècles. Une œuvre où viendront puiser Rousseau, Châteaubriand, Sand jusqu'à Eric Rohmer ou le compositeur Gérard Pesson.


- La famille Singer. L'autre exil-Londres
de Maurice Carr
Éditions Le Bord de l'Eau / 06 octobre 2016


Plus que le récit de la vie d'une famille d'écrivains, c'est l'histoire d'un jeune garçon qui a grandi à Londres entre les deux guerres mondiales dans une famille juive réfugiée et pauvre. Sa mère Esther Kreitman, sœur aînée de Israel Joshua et Isaac Bashevis Singer, fut la première à écrire. Mais dans ces familles hassidiques, une fille est destinée au mariage, à avoir des enfants et à s'occuper des tâches ménagères. Esther qui voulait être écrivain a consenti à un mariage arrangé avec Avrum Kreitman, le fils d'un riche négociant. Elle est partie à Anvers, et à la suite des bombardements de la Première Guerre mondiale, elle, son mari et le petit Maurice, Moshe comme on l'appelait, âgé de six mois, se sont enfuis à Londres se retrouvant sous le Blitz. Esther, tout comme ses frères, a rejeté l'orthodoxie, a enlevé sa perruque, Avrum, lui, s'est rasé la barbe. Quand le père d'Avrum a eu vent de la nouvelle, il leur a coupé les vivres. Ils se sont retrouvés réduits à faire des petits boulots, dépendants de l'aide de l'Agence Juive. Mais Esther a néanmoins continué à écrire. Dans cet ouvrage, Maurice se souvient de son enfance, des rêves fous et des souvenirs de sa mère, de l'école où il a subi l'antisémitisme, de son séjour en Pologne où il a rencontré sa famille, la famille Singer. Ce récit nous permet d'entrer en conversation avec l'œuvre foisonnante des Singer.


- La ligne des glaces
de Emmanuel Ruben
Éditions Payot & Rivages / 06 octobre 2016


Un jeune diplomate en herbe est envoyé dans un mystérieux pays de la Baltique orientale, en vue de proposer une délimitation de ses frontières maritimes. Mission impossible dont il se désintéresse peu à peu, gagné par une mélancolie que ne fait qu'aviver l'hiver. Une exploration, aussi audacieuse que singulière, des confins du grand Nord.


- La petite dame dans la grande maison
de Jack London
Éditions Libretto / 06 octobre 2016


L'Amérique bien-pensante de 1916 hurla au scandale quand Jack London publia La Petite Dame dans la Grande Maison: évocation d'un amour libéré des entraves ordinaires (un ménage à trois), mais surtout, entre les lignes, véritable manifeste en faveur du libre choix amoureux que la société si longtemps refusa à la femme. Un Jack London étrangement féministe. Une histoire à la fois violente et touchante.


- La révolte des cafards
de Oscar Zeta Acosta
Éditions 10-18 / 06 octobre 2016


Los Angeles, 1969. Avocat cramé et écrivain gonzo en quête d'une bonne histoire, Oscar Acosta embrasse la cause des Chicanos, ces émigrés mexicains, "cafards" de l'Amérique WASP, son peuple. Devenu héraut malgré lui, le "Bison" raconte avec une rage hilare cette épopée politico-cinglée où fusent cocktails Molotov, LSD, sexe, procès tonitruants et bouillantes espérances.


- Le charmant cottage d'Amelia
de Abby Clements
Éditions Prisma / 06 octobre 2016


Alors qu'elle s'apprête à fêter ses 30 ans, Amelia retrouve dans un tiroir une liste de souhaits qu'elle s'était promis de réaliser. Parmi ces vœux figure en bonne place: "Vivre à la campagne, dans un cottage". Le quotidien d'Amelia est pourtant bien différent: elle occupe avec son mari Jack un minuscule appartement à Londres, quelques mètres carrés où elle se sent étouffer à petit feu. Bien décidée à concrétiser son rêve, la jeune femme se lance avec enthousiasme à la recherche d'un cottage où s'installer. Limité par un budget serré, le couple opte finalement pour une vieille bâtisse pleine de charme, mais nécessitant d'être rénovée de fond en comble. Lorsqu'elle pose ses valises dans sa nouvelle demeure, Amélia est loin de se douter de l'ampleur des travaux à mener. Elle ignore aussi combien ce déménagement va bouleverser profondément sa vie familiale et sentimentale. De surprises en rebondissements, le cottage sera-t-il finalement prêt pour Noël?


- Le livre de Goha le simple
de Albert Josipovici et Albert Aldès
Éditions Libretto / 06 octobre 2016


Dieu, ou plutôt Allah, sait quel djinn a jeté un sort à Mahmoud pour l'empêcher d'avoir un héritier à qui léguer sa prospère entreprise de céramique. Il a cependant eu pas moins de douze filles qui contribuent à égayer sa demeure et si son unique fils, Goha, a grandi en force et en beauté, son intelligence est restée naine. Ainsi Goha est-il à vingt-cinq ans une figure légendaire du Caire à cause de sa simplicité d'esprit. Sur son compte courent des histoires d'une drôlerie irrésistible et lui-même rit, sans comprendre, avec les rieurs. Pour créer leur personnage de Goha, les auteurs puisèrent dans les histoires de l'inénarrable Nasr Eddin Hodja.


- Les blondes
de Emily Schultz
Éditions 10-18 / 06 octobre 2016


Hazel Hayes est dans une mauvaise passe. Sa thèse est au point mort, elle est loin de chez elle et elle vient de découvrir qu'elle est enceinte de son professeur d'université, un homme marié. Les choses pourraient difficilement aller plus mal. Et pourtant, des attaques meurtrières se multiplient aux quatre coins de New York. Une mystérieuse épidémie transforme les blondes en tueuses sanguinaires. Cherchant à fuir la ville en proie à la panique pour retourner chez elle à Toronto, elle entreprend un voyage dans une Amérique paralysée par le fléau blond, épopée au terme de laquelle elle trouvera une alliée pour le moins inattendue. Drôle et glaçant, Les blondes est un délicieux mélange de comédie et de film d'horreur. Un roman intelligent et inoubliable.


- Les chérubins électriques
de Guillaume Serp
Éditions Payot & Rivages / 06 octobre 2016


Publié en 1983, et depuis longtemps introuvable, ce livre n'existait plus qu'au travers de quelques rares allusions, et s'était peu à peu acquis la réputation d'un livre culte, secret bien gardé dont on s'échangeait le titre entre initiés, avant qu'il ne fasse l'objet d'une réédition en 2013 par L'Éditeur Singulier. C'est que cet unique roman de Guillaume "Serp" Israël, chanteur du groupe new wave Modern Guy, décédé prématurément à 27 ans, est une rare chronique de la jeunesse parisienne du tournant des années 70/80. Paris, 1978: ils sont une petite bande de garçons et de filles à vivre comme on joue. Nuits toujours trop courtes, alcoolisées et droguées, où l'on danse sur Kraftwerk, les B-52's ou les Stinky Toys, et où tous les excès sont permis. Journées trop longues où l'on trompe comme on peut l'ennui: la drogue, les jeux de l'amour et, pour certains, les mirages de l'écriture et de la musique.


- Les divins secrets des petites yaya
de Rebecca Wells
Éditions Charleston / 06 octobre 2016


"Une danseuse de claquettes maltraite ses enfants". Quand Vivi Walker lit dans le Sunday New York Times le portrait que brosse d'elle sa fille Siddy, metteur en scène à succès, elle la renie sur-le-champ. Afin d'aider à renouer le dialogue entre la mère et sa fille, les amies intimes de Vivi finissent par la persuader d'envoyer à Siddy son album souvenir: "Les divins secrets des petites ya-ya". Siddy va alors plonger dans l'univers des ya-ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donné lors de leur folle jeunesse en Louisiane. Elle découvre un petit groupe à part, soudé par une amitié que rien n'a jamais pu affaiblir. À travers ces souvenirs fragmentés, Siddy découvre une image inattendue de l'exubérante Vivi, une femme meurtrie que seul le soutien indéfectible de ses amies a pu maintenir debout.


- Les filles du Nightingale
de Donna Douglas
Éditions Charleston / 06 octobre 2016


Londres, 1936. Trois jeunes femmes complètement différentes deviennent apprenties infirmières dans un grand hôpital. Dora a décidé de quitter sa misérable maison bondée de la classe ouvrière pour une meilleure vie, mais également pour échapper à son détestable beau-père. Possède-t-elle ce qu'il faut pour suivre les autres filles mieux éduquées? Helen est la plus calme des trois, une jeune femme qui évite toute sorte d'amusement. Dans l'ombre de sa toute puissante mère, administratrice de l'hôpital et de la vie de sa fille, arrivera-t-elle à trouver sa propre voie? Millie, Lady Camilla, est une aristocrate rebelle, dont l'attitude insouciante lui vaudra de se heurter encore et encore à l'infirmière en chef, la terrifiante Sister Hyde. Retournera-t-elle à la vie luxueuse pour laquelle elle est née ou gardera-t-elle courage pour continuer sa carrière?


- Les pouvoirs de Jean
de Roger Béteille
Éditions Le Rouergue / 06 octobre 2016


Jean Pelous, éleveur, quarante ans, enterre sa mère, Séverine. Depuis des années, ils tenaient ensemble la ferme familiale, dans ce hameau des hauteurs qu'une pente abrupte sépare de la rivière et que la modernité tarde à conquérir. Le rassemblement familial achevé, les parents compatissants repartis, Jean se retrouve dans des lieux muets, oppressé par l'épreuve qui s'annonce: vivre seul, entouré de voisins qui lorgnent sur ses terres et n'attendent qu'une chose, qu'il renonce et quitte le village, comme tant d'autres avant lui qui ont manqué de courage. C'est mal le connaître, sans doute, car loin de se résoudre au célibat, Jean décide de s'inscrire dans une agence matrimoniale. Mais, alors qu'il vient de rencontrer une jeune femme, Cathy, on lui demande de soigner une jeune fille gravement brûlée. C'est que Séverine Pelous, sa mère, avait le pouvoir de guérir le feu. Un pouvoir que, peut-être, elle lui a transmis. Sans imaginer où ils vont le conduire, Jean pour la première fois répète les gestes et les formules qui guérissent. Avec le sens aigu des comédies humaines qui traverse son œuvre, Roger Béteille livre avec ce roman le portrait d'un homme que l'adversité pousse à se révéler. Et si les pouvoirs de Jean finiront par l'emporter, ce sera au prix du doute et d'une longue lutte.


- Les tortues de Tasmanie
de Jack London
Éditions Libretto / 06 octobre 2016


Dernier livre paru du vivant de Jack London, ce recueil regroupe huit nouvelles inédites en France qui sont autant d'hommages à des écrivains français tels que Maupassant ou Victor Hugo. La rencontre d'êtres "différents", tantôt destructrice, tantôt positive, et source violente de conflits intérieurs, est le thème dominant de cet ensemble. De cet univers peuplé de marginaux ou de criminels sourdent pourtant, telles des lueurs, les notions de rédemption, d'amour ou de sacrifice toujours possible. Entre pessimisme tragique et indéfectible foi en l'humanité, Jack London donne là une sorte de testament littéraire, enfin publié tel qu'il l'avait souhaité.


- Témoin
de Sophie G. Lucas
Éditions La Contre Allée / 06 octobre 2016


"C' est une drôle de chose l' écriture. Quand je lis Testimony de Charles Reznikoff, je sais. Je sais que c' est là que je veux aller. Je veux tenter l' expérience du poète américain mais pas à partir d' archives. Je veux me rendre dans un tribunal. Je veux assister à des procès. Je veux frotter l' écriture à cette réalité. Je veux capter des paroles, travailler des voix, des histoires. Je veux comprendre ce que disent ces procès de notre société. J'ai entamé ce travail. J'ai suivi des procès en correctionnel au Tribunal de Grande Instance de Nantes de septembre à décembre 2013, en janvier et juin 2014 pour essayer d'approcher ce qui se cache derrière les violences, les faits divers. À ce travail, d'autres fils se sont mêlés, inattendus, personnels, ceux d'un père en marge, dont la vie chaotique a trouvé des échos dans celles des prévenus, au fur et à mesure des procès. Et si c'était là l'objet de toute cette démarche initiale? Tenter de comprendre un père impossible en me faisant témoin d'autres vies, essayer de faire se manifester une vérité parmi d'autres possibles?" Sophie G. Lucas


- Démonologie
de Rick Moody
Éditions De L'Olivier / 06 octobre 2016


"Le type qui travaillait de neuf à cinq sous un masque de poulet, c'était moi, même si j'avais fait d'assez longues études en gestion commerciale, même si je présentais plutôt bien et si je ne parlais pas trop mal, même si je venais de ce qu'on appelle une bonne famille". Ils peuplent les fast-foods, les agences d'évènementiel ou le monde de la finance. De l'extérieur, tout va bien pour les héros de Démonologie. En réalité chacun lutte pour garder l'équilibre. Et la chute n'est jamais loin. La mort d'une sœur, l'aliénation, un amour impossible, une addiction: comme un vernis qui se craquelle, le quotidien laisse affleurer à sa surface les failles les plus intimes.


- Hôtels d'Amérique du Nord
de Rick Moody
Éditions De L'Olivier / 06 octobre 2016


Sur Internet, Reginald Edward Morse est le roi. Il est le chroniqueur star du site NotezVotreHotel.com, où il évalue ses séjours dans des hôtels américains. Mais pas seulement. Au-delà de ses commentaires bien sentis sur les musiques d'ascenseur, la sexualité hôtelière et la prolifération inquiétante des coussins de lits, Morse se confie: ses métiers, son divorce douloureux, sa relation avec la mystérieuse K... Dans l'univers aseptisé d'hôtels de tous genres, il fait le point sur sa vie. Et soudain, en 2014, les chroniques s'arrêtent. Morse a disparu. Pourquoi? Tout ce qui reste de lui, ce sont ses écrits, pièces d'un puzzle que Rick Moody recompose. Se dessine alors le parcours d'un homme d'aujourd'hui, englouti (ou sauvé?) par l'American way of life et l'ultra-moderne solitude du web.


- Il n'est jamais trop tard pour le plus grand amour
de Michaël Lonsdale
Éditions Philippe Rey / 06 octobre 2016


"Je suis un enfant naturel, né hors mariage de l'amour de ma mère et de son amant, un enfant considéré comme une "honte" par sa famille. Quel long chemin depuis ce départ si difficile jusqu'à aujourd'hui, où je suis habité de paix et de confiance. Cela aurait pu mal finir, mais Dieu m'a sauvé. À des moments importants de ma vie, j'ai écouté Ses appels et j'y ai répondu. Nous sommes tous appelés. Dans un monde si dur, marqué par le chômage, la violence, la pauvreté, les familles disloquées, la solitude…, l'amour de Dieu est pour nous la plus belle des espérances. J'ai voulu écrire ce livre car on me pose tant de questions sur mon chemin spirituel, ma foi, ma prière, mon lien d'amour avec Dieu. J'ai souhaité raconter et partager. Admirer aussi les êtres qui m'ont guidé et inspiré. Dieu est si présent, si actif dans nos vies que tout est possible. À n'importe quel moment, à n'importe quel âge, qu'on soit riche ou pauvre, homme ou femme, pratiquant ou pas, bien portant ou malade, oui, tout est encore possible. Il nous faut juste nous ouvrir, nous offrir à Lui. Il n'est jamais trop tard pour le plus grand Amour". Michaël Lonsdale


- Je n'imagine pas un monde sans toi
de Hugues Royer
Éditions Michalon / 06 octobre 2016


"Il y a un an, j'ai commencé l'écriture d'un roman. J'attendais l'été pour m'y atteler de nouveau. La réalité m'a rattrapé. Aucune fiction ne peut être plus forte que le cauchemar qui a démarré le 5 juin dernier. Aucun projet n'est plus urgent que la tenue de ce journal. Pour moi, qui écris d'ordinaire la fin de chaque livre dans la foulée du début, le suspense est total. J'ignore comment tout ça va finir. Moi, face à la maladie. Lequel des deux sera le plus malin?"


- Kabukicho
de Dominique Sylvain
Éditions Viviane Hamy / 06 octobre 2016


À la nuit tombée, Kabukicho, sous les néons, devient le quartier le plus sulfureux de la capitale nipponne. Au cœur de ce théâtre, les faux-semblants sont rois, et l'art de séduire se paye à coup de gros billets et de coupes de champagne. Deux personnalités dominent la scène: le très élégant Yudai, dont les clientes goûtent la distinction et l'oreille attentive, et Kate Sanders, l'Anglaise fascinante, la plus recherchée des hôtesses du Club Gaïa, l'un des derniers lieux où les fidèles apprécient plus le charme et l'exquise compagnie féminine que les plaisirs charnels. Pourtant, sans prévenir, la jeune femme disparaît. Le piège de Kabukicho s'est-il refermé? À Londres, son père reçoit sur son téléphone portable une photo où elle apparaît, les yeux clos, suivie de ce message: "Elle dort ici". Bouleversé, mais déterminé à retrouver sa fille, Sanders prend le premier avion pour Tokyo, où Marie, colocataire et amie de Kate, l'aidera dans sa recherche. Yamada, l'imperturbable capitaine de police du quartier de Shinjuku, mènera quant à lui l'enquête officielle. Entre mensonges et pseudo-vérités, il sera difficile de démêler les fils d'une manipulation démoniaque; pour le plus grand plaisir du lecteur.


- La bastide des figuières
de Jean-Michel Barra
Éditions Les Presses Du Midi / 06 octobre 2016


Au travers d'une intrigue, l'auteur vous fait partager sa passion entre deux territoires qui lui sont chers. Le Piémont, berceau de ses parents, plus encore la Val Varaita "bella d'estate e stupenda d'inverno", avec ses bergers et leur mélodieux "mazzolin deifiori", où, enfant, il jouait pendant ses vacances d'été et sa Provence, aux oliviers et figuiers aromatisés par les senteurs de thym et de lavande, sous le chant des cigales, où le soleil, poussé par l'accent du mistral, réchauffe les cœurs à l'envi, en entonnant un vibrant "couposanto".


- Le bonheur d'être suisse
de Jean Ziegler
Éditions Le Cercle Points / 06 octobre 2016


Ce livre est un récit: Jean Ziegler par lui-même, si l'on veut. Autrement dit: l'histoire des idées d'un écrivain engagé, honnête et prêt à tout, sincère et fragile, amoureux des femmes et prisonnier de ses passions. Ici les concepts, la théorie et l'analyse s'effacent pour laisser apparaître les visages, les lieux, les êtres aimés ou combattus, et, à travers eux, l'histoire et la vérité d'un engagement. Ombre et lumière. À l'heure où les brasiers de la révolution se sont éteints, le combat mérite-t-il d'être poursuivi? Lorsque se pose la question, il est urgent pour un homme de comprendre ce qu'il a fait de ce qu'on a fait de lui. Alors écoutons Jean Ziegler: "Je suis né en Suisse, un jour d'avril 1934, à trois heures de l'après-midi".


- Le cimetière englouti
de Goran Tribuson
Éditions Serge Safran / 06 octobre 2016


Ivan Hum, quarantenaire tout juste sorti de prison, retourne dans sa ville natale, à la recherche de la tombe de sa mère. Mais trente-cinq ans après sa disparition, il ne reste plus ni trace de la tombe, ni de sa maison d'enfance. S'installant chez Marilina, qui héberge déjà des ouvriers travaillant dans le voisinage, il se lance dans une enquête sur son passé et celui de quelques habitants. Dans cette ville inhospitalière vivant sous la menace des crues et peuplée de personnages excentriques, voire fous, son enquête le mène aux frontières du réel, entre spiritisme et religion, passion et folie.


- Le tunnel aux pigeons. Histoires de ma vie
de John le Carré
Éditions Du Seuil / 06 octobre 2016


"Du monde secret que j'ai connu jadis, j'ai essayé de faire un théâtre pour les autres mondes que nous habitons. D'abord vient l'imaginaire, puis la quête du réel. Et ensuite retour à l'imaginaire, et au bureau devant lequel je suis assis à cet instant". John le Carré
Depuis ses années de service dans le renseignement britannique pendant la Guerre froide jusqu'à une carrière d'écrivain qui l'emmena du Cambodge en guerre à Beyrouth après l'invasion israélienne de 1982, en passant par la Russie avant et après la chute du mur de Berlin, John le Carré s'est toujours placé au cœur de notre histoire contemporaine. Dans ce livre de mémoires inédits, il relate d'une plume aussi incisive que drolatique et avec la subtilité morale qui caractérise ses romans les événements dont il fut le témoin. Qu'il décrive le perroquet d'un hôtel de Beyrouth imitant à la perfection le crépitement des mitraillettes ou les premières notes de la Cinquième de Beethoven, sa découverte des charniers du génocide rwandais, son réveillon du Nouvel An 1982 avec Yasser Arafat, la sagesse du génial physicien Andreï Sakharov, sa rencontre avec deux anciens chefs du KGB ou avec l'humanitaire française qui lui inspira l'héroïne de La Constance du jardinier, son regard est souvent caustique, toujours pénétrant. Mais surtout John le Carré nous dévoile son parcours d'écrivain sur plus de six décennies et sa quête infatigable de l'étincelle humaine qui a insufflé tant de vie et de cœur à ses personnages de fiction. John le Carré, né en 1931, a étudié aux universités de Berne et d'Oxford, enseigné à Eton, et a été membre du service du renseignement britannique pendant la Guerre froide. Il se consacre à l'écriture depuis plus de soixante ans et partage sa vie entre Londres et la Cornouailles.


- Lola de Terrasson
de Alexandre Briano
Éditions Les Presses Du Midi / 06 octobre 2016


Récemment, lors d'une succession, l'auteur mit la main sur une mallette en carton qui semblait dormir depuis les années soixante. Il y trouva un important dossier avec des textes écrits en français, d'autres écrits en russe et en allemand et deux albums de photos en noir et blanc d'hommes en uniforme militaire et de dames sous chapeau cloche. Le tout, sans classement, pouvait paraître banal. En vérité, c'était un important dossier concernant une famille juive qui, échappant aux pogroms de Russie de 1904, s'était réfugiée à Paris où elle fit souche.Son histoire contemporaine commence en Dordogne, lors des congés payés de l'été 1939. Puis, ce fut la guerre et l'extermination d'une partie de cette famille, comme celle de milliers d'autres à Auschwitz. Quand ce gros dossier parvint dans les mains d'Alexandre Briano, il voulut le porter à la connaissance du public. Pour cela, après l'avoir patiemment classé, il dut effectuer de nombreuses recherches, en divers points de notre territoire, en commençant par le Service historique de la Défense, à Vincennes, suivi du mémorial de la Shoah à Paris. Il consulta aussi les services de l'état civil de Drancy d'où était originaire cette famille et enfin les archives municipales de la ville de Terrasson-Lavilledieu où il rencontra des témoins encore vivants de l'époque de l'Occupation. À la faveur de ses recherches, l'auteur découvrit la très grande solidarité durant la guerre, d'une partie de la population périgourdine qui, au péril de sa vie, cacha et protégea des réfugiés juifs français et étrangers. Ainsi, autour de la petite Lola de Terrasson, il a voulu tisser un fil d'Ariane qui vous mènera à voyager à travers le beau pays de Dordogne et vivre simplement, comme ses habitants, durant le conflit 1939-1945.


- Où est votre stylo ?
de Tom Wolfe
Éditions Robert Laffont / 06 octobre 2016


Cassius Clay, Cary Grant, Natalie Wood, les Beatles et les Rolling Stones... Phil Spector, le mannequin Jane Holzer, la danseuse topless Carol Doda, le collectionneur d'art contemporain Robert Scull, Hugh Hefner... Bien d'autres encore. Superstars charismatiques à la gloire éternelle, excentriques géniaux tombés dans l'oubli, figures emblématiques des années 1960, tous réunis au générique de ces éblouissantes chroniques d'Amérique et d'ailleurs mises en scène par Tom Wolfe. Tom Wolfe, pionnier du "nouveau journalisme", cette manière inédite, et très libre, d'évoquer le temps présent. Tom Wolfe, aux premières loges pour témoigner de la phénoménale explosion du rock et de l'affirmation de la jeunesse triomphante. Tom Wolfe, plume acérée et débit mitraillette en bandoulière, utilisant son stylo à la fois comme un micro et comme une caméra. Un monde est en train de naître et de s'inventer dont il est l'observateur privilégié, un monde flamboyant et délirant auquel il donne ses lettres de noblesse littéraires, dont il révèle la syntaxe et la psyché pour nous offrir un voyage fascinant au cœur de la contre-culture.


- Purple America
de Rick Moody
Éditions De L'Olivier / 06 octobre 2016


Au fond d'un manoir décrépit du Connecticut, un drame se prépare. Après une longue absence, Hex Raitliffe se rend au chevet de sa mère. Il ne se doute pas qu'affaiblie par la maladie, abandonnée par son mari, elle va lui demander l'impossible. Le temps d'un week-end sur les lieux de son enfance, Hex doit alors régler ses comptes avec le passé. Dans ce livre époustouflant de maîtrise, Rick Moody mêle à l'atmosphère du roman gothique l'histoire d'une vie de famille au bord de l'explosion.


- Querida
de Parra Michel
Éditions Les Presses Du Midi / 06 octobre 2016


Mendier, chiper, chaparder, vivre de petits larcins, de maraudages ou de grivèleries pour subvenir au quotidien, telle est l'étonnante histoire d'une fillette abandonnée, livrée à elle-même.


- Trauermarsch. L'Orchestre de Paris dans l'Argentine de la dictature
de Estebán Buch
Éditions Du Seuil / 06 octobre 2016


Décembre 1977: les relations franco-argentines sont en crise à la suite de l'assassinat des deux religieuses françaises proches des mères des disparus. La visite de Daniel Barenboïm et de l'Orchestre de Paris à Buenos Aires en juillet 1980 pose la question du pouvoir critique des musiciens face à cette dictature féroce. Au Teatro Colón, la Cinquième Symphonie de Gustav Mahler, qui s'ouvre sur la Trauermarsch, une gigantesque marche funèbre, où Adorno avait entendu "un cri d'effroi devant pire que la mort", fut suivie d'une ovation interminable en l'honneur des musiciens français et de leur chef israélo-argentin, de retour dans sa ville natale après vingt années d'absence. Mais comment l'interpréter? Trente-six ans plus tard, Esteban Buch propose un essai sur les significations politiques de la musique où l'auteur devient acteur de son propre récit: "J'y associe l'histoire de ma famille errant entre les nazis et les militaires latino-américains, et une réflexion sur le rôle des arts dans le comportement des élites argentines pendant la dictature. Ce parcours entre histoire et mémoire débouche sur une discussion théorique du concept de résistance et ses variantes, dissidence, dissensus, protestation, opposition, négativité, critique, qui souligne le plus petit dénominateur commun à tous, le mot non". Nourri de musicologie, de sciences sociales et de littérature, ce livre retrace une énigme musicale au cœur d'une Argentine devenue le théâtre silencieux d'un des crimes majeurs du XXe siècle.


- Une autre saison comme le printemps
de Pierre Pelot
Éditions Héloïse d'Ormesson / 06 octobre 2016


Devenu un auteur à succès aux États-Unis, où il vit désormais, François Dorall revient en France pour participer à un festival de polar, à Metz. Une nuit, lorsque Elisa, une amie d'enfance, le supplie de retrouver son fils de 9 ans qui a été kidnappé, il a soudain l'étrange impression d'être plongé dans l'un de ses livres. N'est-il pas spécialiste des disparitions mystérieuses? Dorall hésite, mais ne lui doit-il pas cela? Le romancier se mue en enquêteur. Et pendant ce temps-là, un petit garçon se dirige vers le Sud en compagnie d'un homme qu'il appelle papa. Une autre saison comme le printemps est une histoire qui ne ressemble à aucune autre, où les indices de l'énigme sont savamment distillés au détour des mots. Mais c'est avant tout une interprétation poignante de ce que peut faire l'amour quand la mort l'a privé de son objet.


- Venez, vous dont l'œil étincelle
de Jean-Christophe Duchon-Doris
Éditions Julliard / 06 octobre 2016


En cette année 736, le duc Mauronte, patrice de Marseille, s'inquiète pour l'indépendance de son fief, menacé au nord par les Francs de Charles Martel et au sud par les Sarrasins. S'il veut survivre, il doit s'allier à l'un des deux camps. Un choix d'autant plus délicat que Childebrand, le frère de Charles Martel, et Youssouf, le gouverneur musulman de Narbonne, sont tombés fous amoureux de sa fille, Blanche. Pour l'aider à prendre sa décision, le duc décide d'ouvrir son palais à des conteurs venus des deux contrées ennemies. Durant d'innombrables nuits, les narrateurs affluent et c'est un feu d'artifice de récits magnifiques ou tout l'imaginaire des hommes est exalté: l'amour, l'érotisme, la cruauté, la beauté, le fantastique... Chacun cherche à toucher, au plus secret, la raison du père et le cœur de la fille. Mais seuls les dieux savent qui sera l'heureux vainqueur de ce combat singulier.


- Ma vie entre tes mains
de Suzanne Aubry
Éditions Robert Laffont / 05 octobre 2016


Le passé finit toujours par nous rattraper. Michel l'apprend à ses dépens quand sa femme et son fils disparaissent brusquement, l'obligeant à revenir dans le pays de sa jeunesse. S'amorce alors une longue quête, qui va faire exploser les secrets et les démons enfouis dans les consciences de la petite communauté des Prairies qu'il a dû fuir quinze ans plus tôt. Au cœur des somptueux paysages de l'Ouest canadien, une grande et belle histoire de résilience et de rédemption.


- Petite fantôme
de Alet Mathilde
Éditions Luce Wilquin / 05 octobre 2016


Quand on a une grande sœur, on passe les quinze premières années de sa vie à essayer de lui ressembler et les suivantes à essayer d'être différente. Les sœurs Gil et Jo Agnelli entretiennent leur complicité en se retrouvant chaque mercredi à la même heure au café Les Trois Compères, qu'elles surnomment Les Deux Commères. Gil est assistante auprès d'un cabinet d'avocats et apprentie-écrivain. Son rêve de faire publier son premier roman rétrécit à mesure qu'elle reçoit les lettres de refus des maisons d'édition. Suivant les conseils de Jo, elle décide d'écrire un autre livre. Un livre qui sera publié, commenté, lu. Un bestseller. Les deux sœurs se lancent alors dans une aventure littéraire qui bouleverse leurs repères, perturbe même leurs sacro-saints rendez-vous du mercredi. Que reste-t-il d'un lien quand on en perd les habitudes ?


- Une vierge et une cuillère en bois
de Aurelia Jane Lee
Éditions Luce Wilquin / 05 octobre 2016


On retrouve dans Une vierge et une cuillère en bois, Juan Esperanza Mercedes de Santa María de los Siete Dolores à l'âge de vingt et un ans. Peintre abstinent, amant impénitent, chercheur solitaire, homme-arbre dont le bois semble craquer de toutes parts, il poursuit sa route, tentant de remonter aux origines de son existence. La vie l'entraînera une fois encore, à travers d'improbables détours, vers de nouvelles amours et des horizons artistiques insoupçonnés, pendant que Don Isaac, Clara Luz, Remedios et tous ceux qui l'ont aimé se laisseront, eux aussi, surprendre par le destin. Car les êtres qui croisent la route de cet orphelin en ressortent à jamais transformés et libérés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 4 Oct - 16:44

- Alice et les orties
de Julie Bonnie et Robin Feix
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


"Alice est envahie par son histoire, une sale histoire dont elle voudrait tant se débarrasser. Parce que le silence tue, que la honte étouffe, Alice se met en quête des mots pour écrire son récit, puis le brûler, l'évincer une fois pour toutes de sa vie. Comment trouver les mots qui racontent l'indicible? Sur le chemin d'Alice, on croise des monstres, des morts, des personnages loufoques. Tous vont l'aider à comprendre enfin ce qui lui est arrivé: très jeune, elle a croisé le chemin d'un garçon perturbé qui l'a agressée sexuellement. J'avais envie, j'avais besoin de raconter l'histoire d'Alice. J'aimerais délivrer les enfants non-coupables de la honte et de la culpabilité qui les hantent. En écrivant, j'imaginais des dessins. Leurs contours restaient flous, et puis j'ai eu un déclic: depuis le début, c'étaient les illustrations de Robin qui accompagnaient mon écriture. Je ne sais pas pourquoi. Robin, je l'ai rencontré il y a une quinzaine d'années dans des loges, sur des scènes, dans des bars, la nuit. Son groupe, Louise Attaque, avait invité le mien, Cornu, pour une trentaine de premières parties. Puis le temps a passé. Il a suffi d'un coup de fil. Sa réponse a pris deux jours. Il avait aimé Alice, il allait l'illustrer. Nous nous connaissons peu mais avec ce texte je lui en disais long sur mes angoisses, et il me répondait avec ses dessins. Nous n'avons pas eu besoin de nous parler, le projet s'est enfanté tout seul, comme une évidence".


- Baba Segi, ses épouses, leurs secrets
de Lola Shoneyin
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


Malgré les études qu'elle a menées brillamment et qui pourraient lui assurer un avenir différent, Bolanle devient la quatrième femme de Baba Segi, de vingt ans son aîné. Elle n'est pas la bienvenue auprès des autres épouses qui cumulent sept enfants: elle est la nouvelle, la plus jeune, et pire que tout elle est instruite. Bolanle comprend vite que, pour se faire accepter, elle va devoir devenir mère. Mais les mois passent sans qu'elle tombe enceinte, et sa stérilité supposée menace l'équilibre de la maisonnée. C'est avec hardiesse et humour que Baba Segi, ses épouses, leurs secrets s'empare d'un sujet de société en n'éludant aucun de ses aspects psychologiques, économiques, sexuels. Quand le vaudeville polygame tourne au drame pour dénoncer l'hypocrisie du Nigeria contemporain, qui exalte la maternité et dénie toute autonomie à la femme, Lola Shoneyin s'impose avec talent comme l'une des voix les plus engagées de la jeune garde nigériane.


- Continents à la dérive
de Russell Banks
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


À l'orée de l'an 1980, Bob Dubois, réparateur de chaudières dans une petite ville du New Hampshire, convainc sa femme de plaquer travail, maison et amis pour rejoindre avec leurs deux filles son frère, qui a fait fortune en Floride. Nourri de rêves de réussite et de prospérité, Bob espère, à l'aube de ses trente ans, s'élever comme lui au-dessus de sa condition d'ouvrier. À quelques milliers de kilomètres de là, Vanise Dorsinville fuit Haïti, avec son bébé et son neveu Claude, afin de gagner elle aussi la Floride, où le père de Claude les attend. Elle a choisi de quitter la violence institutionnalisée, la pauvreté et le chaos de son pays natal pour atteindre l'Amérique de ses rêves. Quelles forces poussent ces êtres à s'exiler? Crise existentielle pour l'un, exode contraint pour l'autre, Bob et Vanise aspirent à une seule et même chose: prendre un nouveau départ. Mais au cours de leur voyage, c'est une tout autre réalité qu'ils vont découvrir: celle de l'isolement affectif, de l'injustice, du déclassement social et de l'altérité. Deux égarés dont les destins finiront par se croiser. Dans cette odyssée contemporaine et métaphysique, Russell Banks nous livre une vision désabusée du rêve américain, en même temps qu'un tableau intemporel de la tragique condition humaine. Continents à la dérive est un roman âpre, éminemment politique et d'une justesse imparable, qui, trente ans après sa sortie, continue à entrer en résonance avec notre temps.


- Débarrassés du bonheur
de Sylvie Aymard
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


Mundi, Servanne et Sandro, les trois personnages de ce roman, pressentent que le bonheur est illusoire. Leurs destins vont se croiser et les éloigner d'une petite vie tranquille. Servanne est une jeune fille d'aujourd'hui, issue d'un milieu aisé de Toulouse. Son existence semblait sans histoires jusqu'au drame qui la sépare de ses parents à l'adolescence. Elle se retrouve seule, désemparée, et va tomber entre les mains de Mundi, puissant manipulateur, beaucoup plus âgé qu'elle. Mundi est arrivé à Marseille à cinq ans avec les siens, à la fin de la guerre d'Algérie. Adulte, il s'installe à Toulouse. C'est un aventurier charismatique au passé chargé. Il veut Servanne pour lui. Celle-ci, libre et exaltée, ne peut s'épanouir à côté de cet homme. Elle veut lui échapper. Elle s'enfuit, se cache, trouve un village perdu où elle essaye d'avoir une vie normale. Elle y rencontre Sandro, l'étranger de passage, homme blessé, ombrageux et solitaire qui va tenter d'arrêter la fuite en avant de la jeune femme. C'est l'histoire d'une poursuite mouvementée entre ces trois protagonistes. Réussiront-ils enfin à être heureux?


- Elle lui bâtira une ville
de Raj Kamal Jha
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


Alors que la nuit tombe sur New City, une mère se remémore la séparation dramatique d'avec sa fille enfin retrouvée, mais qui semble brisée. Pendant ce temps, dans le dernier métro, un jeune homme rêve de meurtre. À un autre bout de la ville, un nouveau-né est déposé sur les marches d'un orphelinat par une femme qui se hâte de remonter dans le rickshaw qui l'a amenée. Ce qu'ont en commun ces trois protagonistes, désignés sous l'appellation générique d'Homme, de Femme, d'Enfant, ne se révélera que progressivement. Car à ce trio viendront s'adjoindre une grande diversité de personnages: La Fille au Ballon (inspirée du film d'Albert Lamorisse), Bhow, la maternelle chienne des rues, une présentatrice vedette de la télévision, une ouvreuse de cinéma dotée de singuliers pouvoirs, et même un cafard en quête de réincarnation qui a élu domicile au fond d'une piscine. Si la virée glaçante, mais non dénuée de tendresse, à laquelle nous convie le journaliste-écrivain mobilise toutes les ressources de la littérature et s'autorise même parfois à égratigner la syntaxe, ce n'est pas par goût de la démonstration, mais afin de donner à sa mise en garde le maximum de chances d'être entendue: une mégapole édifiée sur des blessures ouvertes ne peut que s'effondrer.


- En route vers toi
de Sara Lövestam
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


Une broche en argent, une paire de lunettes tordue, une vieille règle en bois et des bottines à l'élégance désuète, quatre objets d'un autre temps viennent faire irruption dans la vie désenchantée de Hanna. Ce sont les derniers témoins de la passion clandestine de deux amantes, Signe et Anna, un siècle plus tôt, à la veille du combat pour le droit de vote des femmes en Suède. Intriguée, Hanna remonte obstinément la piste de ces objets qui sont pour elle devenus talismans. En 1906, dans la petite ville de Tierp, Signe lance un coup de pied dans un arbre. La jeune institutrice s'indigne de la différence salariale entre hommes et femmes, confirmée par la lettre qu'elle vient de recevoir de Stockholm. Lorsque la grande oratrice Brita Löfstedt arrive à Tierp avec l'envoûtante Anna à ses côtés, sa vie bascule. S'impliquant corps et âme auprès des suffragettes suédoises, Signe s'embarque aussi dans une aventure amoureuse dont elle n'aurait jamais pu imaginer la portée. Les désillusions d'aujourd'hui se heurtent aux passions d'antan dans cette fresque romanesque lumineuse. Avec une grande sensibilité et une intelligence critique redoutable, Sara Lövestam nous entraîne dans les méandres d'un amour impossible et une lutte politique qui n'a rien perdu de son actualité.


- Eux & nous
de Bahiyyih Nakhjavani
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


Quand Bibijan, bientôt octogénaire, se résout enfin, sous la pression de ses deux filles, à quitter Téhéran, elle a pour destination Los Angeles, siège d'une vaste communauté iranienne en exil, où son aînée, Goli, a fondé une effrayante famille qui se veut plus américaine que nature. Mais la vieille dame n'est pas davantage attirée par Paris, où vit sa cadette, Lili, artiste conceptuelle bohème, dont sa mère a découvert non sans répulsion l'appartement incommode sous les toits d'une décevante Ville Lumière. Armée de la précieuse "carte verte" dont chacun ne cesse en vain de lui vanter les vertus, Bibijan, qui ne vit plus, de fait, que pour connaître le sort de son fils, Ali, mystérieusement disparu dans les montagnes kurdes, navigue, ballottée entre ses filles qui se disputent son destin, dans les décors d'un Occident dont l'a d'emblée révulsée le matérialisme éhonté qui semble avoir gravement contaminé l'exil de ses compatriotes. À travers le destin d'une famille incarnant une communauté aux mille visages qui transcende les frontières, Bahiyyih Nakhjavani dresse, sous les dehors d'une satire jubilatoire, l'attachant portrait, toutes générations confondues, d'un peuple qui, déchiré par la succession des tyrannies anciennes et nouvelles, et désormais seulement relié par l'usage de la langue ancestrale partagée, ne cesse d'osciller entre nostalgie et déni, offrant ainsi, sur l'histoire d'une nation régulièrement placée sous les feux de l'actualité la plus névralgique, un éclairage aussi inédit que subversif.


- Hyde
de Daniel Levine
Éditions Fayard / 05 octobre 2016


Hyde est au pied du mur. Enfermé dans le cabinet du docteur Jekyll, il compte les heures avant son inévitable arrestation. Quatre jours s'écoulent, pendant lesquels il entreprend de raconter l'histoire de sa brève et prodigieuse existence. Venu à la vie grâce à d'étranges potions, Hyde ignore quand et pour combien de temps il aura le contrôle du "corps". Lorsqu'il est en sommeil, il observe la vie de Jekyll dans la haute société, emprisonné dans son esprit. Bientôt, leur existence mutuelle est menacée, non seulement par la science instable dont il est le fruit, mais aussi par un mystérieux harceleur qui obsède Hyde. Des jeunes filles disparaissent, un meurtre est commis. Qui se cache dans l'ombre pour le surveiller? Dans le brouillard de cette conscience partagée, Hyde peut-il être sûr de ne pas être l'auteur de ces crimes? À travers cette réécriture virtuose de L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde racontée du point de vue de Hyde, Daniel Levine apporte un nouvel éclairage au classique de Stevenson.


- J'aurais voulu être français
de Guy Sorman
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


Au départ de ce livre, une indignation. Quand, en 2015, les réfugiés du Proche-Orient se sont présentés aux portes de l'Europe, nous avons entendu pour ne pas les accueillir les mêmes arguments que ceux qui furent opposés en son temps au propre père de l'auteur.  Guy Sorman se livre ici à un exercice inédit: le tressage serré de l'autobiographie et de l'essai. Fils d'un loueur de chevaux de Varsovie, son père a fui la Pologne en 1916 pour échapper à l'enrôlement dans l'armée russe, puis l'Allemagne en 1933 pour échapper aux hordes nazies, puis Paris en 1940 pour échapper aux Allemands, puis le Lot-et-Garonne en 1942 pour échapper aux gendarmes français: une vie dans le siècle, pourchassé par les séides de Lénine, Hitler et Pétain, à courir plus vite que les idéologies totalitaires. Le fils Guy aussi, à sa manière, rencontre la grande histoire: son cousin Herschel Grunspan (Grynspan) a tué Ernst Von Rath, secrétaire de l'Ambassadeur d'Allemagne à Paris, servant de prétexte au déclenchement le lendemain de la Nuit de Cristal. Il passe son adolescence à Sartrouville où opère le bon docteur Destouches, alias Louis-Ferdinand Céline? Le "N" de trop du patronyme Sormann (décret de naturalisation de ses parents en 1947) va-t-il le poursuivre toute son existence, rappelant une Odyssée commencée en 1492, passant par Istanbul, Varsovie, Berlin, Paris, New York? Ce père voulut être américain mais n'y parvint pas. Le fils, lassé de n'être que français, ou plutôt de découvrir à 46 ans qu'il était demeuré apatride aux yeux de la loi française (pas recensé en 1947, tous ses efforts pour "faire un bon français", études brillantes, ENA, Légion d'honneur, élu local, épouse et enfants catholiques, cabinet d'Alain Juppé, initiation à la franc-maçonnerie- échoueront devant un fonctionnaire de police de Boulogne-Billancourt au moment de renouveler sa carte d'identité.) a opté pour la double nationalité. Il raconte ici avec entrain et cocasserie les épisodes les plus marquants d'une vie à cheval entre deux nations: le plus américain des français et le plus français des américains n'est-il pas le mieux placé pour décrire de l'intérieur ce qui distingue profondément ces deux pays aux prétentions universelles? Pas seulement la nature de leur vision du capitalisme, mais plus profondément, leurs relations respectives au corps, à l'espace, à la religion, à la charité, à autrui, à la vérité, à la transcendance... Et à l'ego: ses portraits sans concession des grands de ce monde en "pompeux cornichons" réjouiront tous les lecteurs.


- Je me voyage
de Julia Kristeva et Samuel Dock
Éditions Fayard / 05 octobre 2016


Pour la première fois, la linguiste, psychanalyste, romancière  Julia Kristeva, reconnue à l'étranger parmi les plus importants intellectuels de notre époque, dévoile des facettes intimes de sa vie, qu'elle éprouve comme un voyage. Trois quarts de siècle en affinité avec les vertiges identitaires de l'exil et de l'amour. Ce livre nous donne à voir l'enfant née en Bulgarie, puis la jeune femme découvrant Paris et qui éclot dans le bouillonnement de Saint-Germain-des-Prés des années 1970, mais aussi l'amante, l'épouse, la mère. Je me voyage nous convie à la suivre dans la chair des mots et à partager en sa compagnie cette traversée: Europe de l'après-guerre en ruine puis reconstruite, communisme, libéralisme, mondialisation, mais aussi dépression nationale, terrorisme, désir de France, sans oublier la littérature et l'expérience intérieure. Par-delà la genèse d'une œuvre et de sa philosophie, c'est une vitalité existentielle, à l'affût des mutations historiques de notre monde que nous communiquent ces Mémoires sous forme d'entretiens.


- L'argent des autres
de Justin Cartwright
Éditions Babel / 05 octobre 2016


La vénérable banque Tubal & Co est en danger. Julian Trevelyan-Tubal a fragilisé l'établissement en investissant dans des crédits toxiques. Son père en serait horrifié, mais la sénilité le préserve heureusement de ce triste spectacle. Tragicomédie à l'humour féroce, L'Argent des autres dépeint les travers d'un XXIe siècle où certains tiennent le haut du pavé grâce à l'argent des autres.


- L'art d'écosser les haricots
de Wieslaw Mysliwski
Éditions Babel / 05 octobre 2016


Le narrateur, vieux gardien d'un village de vacances, reçoit un jour la visite d'un inconnu qui souhaite lui acheter des haricots. Pendant qu'ils les écossent ensemble, le maître des lieux raconte, dans une sorte d'improvisation savante, les événements et les rencontres qui ont marqué sa vie. Lauréat du prix littéraire polonais le plus prestigieux (le prix Nike), ce drôle de roman philosophique s'empare du lecteur dès la première ligne.


- L'homme debout
de Frédéric Tissot et Marine de Tilly
Éditions Stock / 05 octobre 2016


C'est l'histoire d'un type né en Algérie en 1951, rentré en France en 1962, diplômé de médecine en 1980, devenu French doctor en Afghanistan, au Kurdistan, au Maroc et puis conseiller de ministres, foudroyé un sale matin par le destin, et le lendemain nommé Consul Général de France au Kurdistan, le premier de l'Histoire. De l'humanitaire à la diplomatie, debout, à dos de mulet ou en fauteuil roulant, de dispensaires de fortune en palais républicains, le destin de Frédéric Tissot, est saturé d'ombres et de lumières. Il a soigné civils et combattants, héroïques ou anonymes, cru en la reconstitution d'un peuple, d'une nation et d'un État, éprouvé l'absurdité des rapports économiques et la toute-puissance des "intérêts" géostratégiques, démasqué la générosité qui tue juste derrière celle qui sauve. Sa vie est une étourdissante odyssée géographique et humaine: quelque chose qui ressemble à la liberté.


- La dernière partie
de Wieslaw Mysliwski
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


En mettant de l'ordre dans son vieux calepin, un homme d'affaires polonais d'aujourd'hui espère accéder à sa mémoire. Resurgissent alors les femmes qui ont croisé sa route, ses années de formation pour devenir peintre, puis tailleur et antiquaire, mais aussi les gens du village de son enfance, encore traumatisés par la Seconde Guerre Mondiale. Et qu'est-elle devenue, Maria, son amour de jeunesse qui n'a cessé de lui écrire des lettres passionnées? Philosophie, poésie et ironie imprègnent cette Dernière Partie de l'immense auteur polonais Wiesław Myśliwski.


- La femme qui lisait trop
de Bahiyyih Nakhjavani
Éditions Babel / 05 octobre 2016


Téhéran, seconde moitié du XIXe siècle. La cour du shah bruisse d'intrigues de palais, de complots et autres tentatives d'assassinat. C'est là que fait un jour irruption une poétesse fort lettrée dont les textes agissent comme de puissants catalyseurs d'énergies subversives, ou même hérétiques? Cet envoûtant roman, qui a le langage pour héros véritable, propose une admirable réflexion sur le pouvoir, séculier ou symbolique, selon qu'il est exercé par les hommes ou par les femmes.


- La fleur de l'illusion
de Keigo Higashino
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


Lino vient de perdre son cousin Naoto. Personne ne comprend pourquoi ce dernier a mis fin à ses jours: il ne montrait aucun signe de dépression et son groupe de musique était aux portes du succès. À l'occasion du drame, la jeune femme se rapproche de son grand-père. Elle découvre alors ses extraordinaires cultures de fleurs. Fascinée, elle lui propose de tenir un blog pour présenter son travail. Le grand-père accepte mais à une condition: ne rien poster sur une certaine fleur jaune qu'elle a vue chez lui. Quelques jours plus tard, Lino rend visite à son aïeul et retrouve son corps sans vie. S'apercevant que le pot contenant l'énigmatique fleur jaune a disparu, elle décide de mettre en ligne une photo du cultivar. Rapidement, un certain Gamo Yosuke, qui se prétend botaniste, la contacte, lui conseille de supprimer la photo et de lui apporter la fleur. Chez lui, elle fait par hasard la connaissance de son jeune frère Sota, qui ne comprend pas pourquoi son aîné s'intéresse à cette fleur et s'est fait passer pour un botaniste alors qu'il travaille dans la police. Lino et Sota se mettent à enquêter ensemble pour découvrir ce qui se cache derrière cette mystérieuse fleur. Minutieux orfèvre, Keigo Higashino a conçu sa Fleur de l'illusion comme un véritable origami policier. Le lecteur y admire tour à tour la fantastique complexité des innombrables plis, l'extrême raffinement de la forme et la trompeuse simplicité d'un art subtil.


- La folle histoire du Picasso que personne n'a jamais vu
de Laurent Flieder
Éditions JC Lattès / 05 octobre 2016


Un fameux coup de foudre: c'est ce que ressent Picasso lorsqu'il rencontre, en novembre 1918, la sulfureuse Mara Bijou, patronne de la maison close la plus artistique de Montparnasse. De ce choc naîtra une toile inégalable, celle qui révolutionnera la peinture moderne au point que chacun voudra la posséder. Or, si elle ne figure dans aucun musée, aucun livre d'histoire de l'art, c'est qu'elle n'a cessé de se dérober à tous. Mara et sa complice, l'audacieuse journaliste Jeanne Laguerre, aux prises avec un tueur en série amateur d'énigmes, auront fort à faire pour retrouver la trace du tableau dans le Paris cosmopolite et troublé des Années folles.


- La traversée de l'été
de Truman Capote
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


New York, un été. Les parents de Grady McNeil, dix-sept ans, partent pour l'Europe. Elle reste seule dans le splendide appartement de la Cinquième Avenue, en face de Central Park. Alors que rien ne devait bouleverser ces vacances paisibles dans l'Upper East Side, elle tombe amoureuse d'un gardien de parking, Clyde Manzer. Folie passagère d'une jeune fille de bonne famille? Insolence à l'égard de ses parents? Grady l'aime, mais sa fierté provocante et la nonchalance de Clyde entraînent le couple vers de dangereux précipices. Sacrifieront-ils leur idylle à la bienséance? Survivront-ils à leur passion destructrice? Voici l'histoire d'une passion brève, le temps d'une saison, dans une des plus belles villes du monde. Ce roman de jeunesse révèle les prémices du génie de Truman Capote, ses personnages subtils, jamais caricaturaux et la fantaisie de ses descriptions.


- Le huitième envoyé
de Renato Baretic
Éditions Gaïa / 05 octobre 2016


Ah, la Croatie, et ses îles paradisiaques. Un émissaire est envoyé sur Terzola, l'île la plus isolée de la mer Adriatique. Sur place, à peine l'eau et l'électricité, pas un seul réseau téléphonique ni de connexion Internet, deux églises mais pas de prêtre. Sa mission, et punition : organiser, en tant qu'émissaire du gouvernement croate, des élections locales. Ses sept prédécesseurs ont échoué. Homme politique découvrant les dialectes et coutumes pour le moins farfelus de cet îlot quasi oublié, le "huitième envoyé" réussira-t-il à honorer ses fonctions? Vous ne rêverez plus jamais de passer vos vacances isolé dans le dernier phare de Croatie.


- Les choix de Clara
de Sophie Di Paolantonio
Éditions Flammarion / 05 octobre 2016


Clara, la trentaine, travaille au service succession d'une banque à Paris. Elle se partage entre ses amis et ses collègues, mais désespère de trouver l'amour. Un jour, Alexandre Mondolini l'appelle pour régler des retards inexpliqués dans la succession de sa mère. Elle décide de l'aider à comprendre les mystères de sa famille, mais doit respecter le secret professionnel. ©Electre 2016


- Les forêts profondes
de Adrien Absolu
Éditions JC Lattès / 05 octobre 2016


"Fin décembre 2013, un garçonnet du bout du monde décède de symptômes qu'on associe trop vite à une dysenterie. Tout le monde ignore que, dans un coin de forêt reculé de la Guinée, le virus Ebola vient de prendre sa première victime en Afrique de l'Ouest. C'est là que mon récit démarre: dans le village de Meliandou. Douze mois plus tard, le virus Ebola a touché à la postérité: celle qui s'offre aux grandes calamités, qui, par l'émotion qu'elles suscitent, marquent l'opinion toujours et parfois une époque. Entre temps, l'épidémie Ebola a fait 10 000 morts. Pendant les douze mois de l'année 2014, le temps a été comme suspendu en Guinée, dans une sorte d'état d'urgence sanitaire, où ce sont les humanitaires (MSF, OMS) et les laboratoires de biosécurité qui ont dit ce qu'était la Loi. Pour limiter les infections, on a donc cessé de se serrer la main pour se saluer, d'acheter sur les étals marchands de la viande de brousse boucanée, et même d'aller à l'école. On a pourtant continué à vivre. Et bientôt les légendes de la forêt sacrée et les rites des ancêtres sont venus concurrencer les grands axiomes de la santé publique, dans un inévitable choc des cultures. Ce récit, écrit entre Paris et Conakry, relate ce qui s'est réellement passé en Guinée en 2014. Et qu'on n'a jamais lu". A. A.  


- Les loups à leur porte
de Jérémy Fel
Éditions Payot & Rivages / 05 octobre 2016


Un premier roman magistral qui nous plonge dans une atmosphère trouble, entre Stephen King et David Lynch, et nous mène, de rebondissement en rebondissement, à explorer la face monstrueuse du "self made man" américain.


- Mademoiselle Belle
de Truman Capote
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


Récemment découvertes dans les archives de la New York Public Library, ces quatorze nouvelles écrites par le jeune Truman entre ses 15 et 19 ans forment un recueil d'une impressionnante maturité. Elles permettent d'observer son style en puissance, sa fascination pour l'intimité des gens ordinaires et la place centrale du Sud des États-Unis dans son œuvre. Truman Capote élabore d'intenses personnages, l'insaisissable Mademoiselle Belle vivant retirée dans son domaine de Rose Lawn, Lucy à la magnifique voix teintée de Blues qui arrive à New York pour travailler au service d'une famille blanche ou Sally, la rêveuse, qui fait défiler ses vies fantasmées pendant les cours de mathématiques, il affine ses registres, crée des univers éphémères dans lesquels il plonge ses lecteurs avec brio. Les nouvelles inédites regroupées dans ce recueil dessinent un parcours à travers les racines de l'œuvre de Truman Capote, révélant les contours de son premier roman débuté à l'âge de 19 ans, La traversée de l'été, mais aussi les prémices de ses futurs grands classiques: Petit déjeuner chez Tiffany et De sang-froid.


- Maëlle et Margot
de Danny Parker et Freya Blackwood
Éditions Grasset & Fasquelle / 05 octobre 2016


Dans une gare, deux petites filles se rencontrent : Maëlle et Margot vont vite partager leurs jeux. Au cours de leur voyage en train, sérieuses ou espiègles, elles apprennent à se connaître, rient, se chamaillent. Au fil de ces petits riens qui sont si importants, ces mots que l'on laisse s'échapper et que l'on regrette aussitôt, ceux qu'il faut trouver pour se réconcilier, avancer ensemble et surmonter les différences et les obstacles, une véritable métaphore de la vie, et de toute relation, se dessine sous nos yeux: ce voyage mouvementé et joyeux rappelle l'importance et la préciosité de la rencontre, de l'échange, l'amitié, et de l'instant présent.


- Maurice et Mahmoud
de Flemming Jensen
Éditions Babel / 05 octobre 2016


Maurice est un expert-comptable à l'indécrottable humour danois en pleine procédure de divorce. Mahmoud, son assistant, est un jeune musulman un peu geek qui n'a jamais eu de petite amie. Le premier est cynique et désabusé, le deuxième idéaliste et romantique. Et le premier habite chez le deuxième depuis que sa femme l'a mis dehors.


- Modérément moderne
de Rémi Brague
Éditions Flammarion / 05 octobre 2016


Cet essai philosophique aborde de manière érudite et humoristique les paradoxes de la modernité à travers les notions de culture, d'histoire, de sécularisation, de progrès... ©Electre 2016


- Songwriting / L'été sans fin / C'est un lieu qui existe encore
de Vincent Delerm
Éditions Actes Sud / 05 octobre 2016


- Songwriting: Écriture, enregistrement studio, collègues chanteurs, vie de tournée, hôtels, trajets, salles de concert, la création... Cet ouvrage témoigne de toutes ces heures, toutes ces villes traversées, que l'auteur n'aurait pas connues s'il n'avait pas été songwriter.
- L'Été sans fin: Voici un travail sur la restitution de l'impression ressentie. En ce sens, il fonctionne exactement comme l'écriture d'une chanson. Le lecteur est plongé en été, dans ses lumières, ses odeurs, ses matières.
- C'est un lieu qui existe encore: Ce livre retrace la jeunesse d'un homme de la première moitié du XXe siècle à Paris, à partir d'entretiens réalisés par Vincent Delerm avec son grand-père, peu avant sa disparition. Les souvenirs personnels se mélangent à l'ombre de la Seconde Guerre Mondiale. Les images, toutes prises aujourd'hui, illustrent en miroir de ces témoignages la permanence des choses, de tous ces lieux qui existent encore.


- Tout s'effondre
de Chinua Achebe
Éditions Babel / 05 octobre 2016


Ce formidable roman qui a marqué son époque, au point que le monde anglophone a fêté en 2008 le cinquantenaire de sa parution, a immédiatement inscrit Chinua Achebe (1930-2013) au rang des écrivains d'Afrique les plus lus et étudiés. Riche et dense, il brasse des thèmes tels que la destruction de la vie tribale à la fin du XIXe siècle à la suite de l'arrivée des Européens, la conversion au christianisme, la vie quotidienne des femmes et des enfants d'un village de forêt.


- Un long chemin
de Herbjorg Wassmo
Éditions Gaïa / 05 octobre 2016


Dans l'extrême nord de la Norvège, une famille survit sous l'occupation allemande. Le père est résistant et passeur. Lorsque la situation devient trop dangereuse, il fuit avec sa femme et leur garçon de cinq ans. C'est leur tour de gagner la Suède, par le chemin des montagnes, par −30 °C. Cela s'est passé pendant l'hiver 1944-1945, mais se passe encore de nos jours ailleurs dans le monde. Le chemin de la souffrance et de la liberté. Destin tragique d'une famille ordinaire, Un long chemin raconte la lutte pour la survie de ces héros discrets, oubliés par l'histoire, qu'une nuit d'enfer glacé aura marqué à tout jamais.


- Une Femme
de Janine Boissard
Éditions Flammarion / 05 octobre 2016


Un roman autobiographique où l'enfance de l'auteure croise sa vie d'adulte. Elle livre l'histoire d'une petite fille mal dans sa peau qui se promet de devenir écrivain, puis celle d'une mère de quatre enfants qui est obligée de se séparer de son mari. ©Electre 2016
 

- Accidents
de Olivier Bordacarré
Éditions Phébus / 03 octobre 2016


Sergi Vélasquez, artiste peintre et prisonnier des apparences, s'amourache d'une rousse flamboyante qu'il croise dans l'ascenseur. Il est dingue de son corps, mais elle est hystérique; c'est du moins ce que pense Julia, psychanalyste et sœur de l'artiste. Faut-il s'en inquiéter? Roxane, elle, est photographe. Il y a quelques années, son visage a été brûlé dans un accident de voiture. Aujourd'hui, elle se réconforte, isolée dans une nature sans voisinage. Jusqu'à ce qu'elle prenne des clichés de son corps, pour mieux l'accepter, et que ses photographies, exposées à Paris, séduisent Sergi Vélasquez.


- Après le silence
de Didier Castino
Éditions Liana Levi / 03 octobre 2016


"Quand on parle de moi, il y a toujours l'usine. Pas facile de parler d'autre chose". Dans un monologue destiné au plus jeune de ses fils, Louis Catella se dévoile. Mouleur syndicaliste aux Fonderies et Aciéries du Midi, il s'épuise dans la fournaise des pièces à produire et le combat militant. Il raconte aussi la famille, l'amour de Rose, le chahut des garçons, les efforts rageurs pour se payer des vacances... Une vie d'ouvrier, pas plus, pas moins. Jusqu'au grand silence du 16 juillet 1974. Louis meurt accidentellement. Et pourtant l'impossible monologue se poursuit, retraçant la vie sans père de ce fils qui n'avait que sept ans au moment du drame. Partagé entre le désir d'échapper à ce fantôme encombrant dont tout le monde tisse l'éloge et la peur de trahir, c'est à lui maintenant de devenir un homme. Ce roman intense brosse la chronique de la France ouvrière des années 60-70, le récit intime de l'absence, la honte et la fierté mêlées des origines.


- Aquarium
de David Vann
Éditions Gallmeister / 03 octobre 2016


Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d'une banlieue de Seattle. Afin d'échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l'école, elle court à l'aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme. La prose cristalline de David Vann nous apprend comment le désir d'amour et l'audace de la jeunesse peuvent guérir les blessures du passé. Aquarium est un pur moment de grâce offert par l'un des plus grands écrivains américains actuels.


- Carthage
de Joyce Carol Oates
Éditions Le Cercle Points / 03 octobre 2016


Un soir de juillet à Carthage, Cressida Mayfield disparaît. Ses parents et sa sœur Juliet refusent d'imaginer le pire. Des cheveux et des traces de sang sont retrouvés dans la jeep de Brett, caporal brisé par la guerre en Irak et ex-fiancé de Juliet. Suspect numéro un, il confesse le meurtre. Mensonge? Cauchemar? Sept ans plus tard, un étrange personnage pourrait résoudre ce mystère impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 4 Oct - 16:38

- Dahlia noir et rose blanche
de Joyce Carol Oates
Éditions Philippe Rey / 03 octobre 2016


Chez Joyce Carol Oates, les aspects les plus triviaux de la vie quotidienne peuvent tourner au cauchemar. Ces onze nouvelles dérangeantes et inventives en offrent encore une fois la preuve, disséquant les sentiments et les actes de personnages aux prises avec un univers lisse en surface, mais toujours susceptible de basculer. L'horreur n'est jamais loin: variation autour du meurtre du célèbre Dahlia noir, colocataire de la future Marilyn Monroe; tourments d'une prof vieillissante dont le désir d'enseigner vire à la catastrophe; angoisse d'une adolescente arrachée par la police à son cours de maths; mésaventures d'une femme au foyer insatisfaite qui croit voir un intrus chez elle. Comme à son habitude, Joyce Carol Oates démontre son sens aigu de l'observation et son humour noir décapant quand elle croque les réactions désordonnées d'une mère apprenant que sa fille est victime de violences; les tribulations d'un couple d'Américains en pleine crise de la quarantaine à Rome; la rage rentrée d'un enfant non reconnu; ou les efforts pitoyables d'un homme en quête de rédemption. Une chose est sûre: les nouvelles de ce recueil procureront au lecteur rires nerveux et délicieux frissons.


- Guide des égarés
de Jean d'Ormesson
Éditions Gallimard / 03 octobre 2016


Nous ne savons ni pourquoi nous sommes nés ni ce que nous devenons après la mort. Nous sommes tous des égarés. C'est à la question: "Qu'est-ce que je fais là?" que s'efforce de répondre ce manuel de poche qui n'a pas d'autre ambition que de décrire avec audace, avec naïveté, avec gaieté ce monde peu vraisemblable où nous avons été jetés malgré nous et de fournir vaille que vaille quelques brèves indications sur les moyens d'en tirer à la fois un peu de plaisir et, s'il se peut, de hauteur.


- Histoire d'un chien mapuche
de Luis Sepúlveda et Joëlle Jolivet
Éditions Métailié / 03 octobre 2016


Le chien, prisonnier, affamé, guide la bande d'hommes lancée à la poursuite d'un Indien blessé dans la forêt d'Araucanie. Il sait sentir la peur et la colère dans l'odeur de ces hommes décidés à tuer. Mais il a aussi retrouvé dans la piste du fugitif l'odeur d'Aukamañ, son frère-homme, le compagnon auprès duquel il a grandi dans le village mapuche où l'a déposé le jaguar qui lui a sauvé la vie. Dans la forêt, il retrouve les odeurs de tout ce qu'il a perdu, le bois sec, le miel, le lait qu'il a partagé avec le petit garçon, la laine que cardait le vieux chef qui racontait si bien les histoires et lui a donné son nom: Afmau, Loyal. Le chien a vieilli mais il n'a pas oublié ce que lui ont appris les Indiens Mapuches: le respect de la nature et de toutes ses créatures. Il va tenter de sauver son frère-homme, de lui prouver sa fidélité, sa loyauté aux liens d'amitié que le temps ne peut défaire. Avec son incomparable talent de conteur, Luis Sepúlveda célèbre la fidélité à l'amitié et le monde des Mapuches et leurs liens avec la nature.


- Impurs
de David Vann
Éditions Gallmeister / 03 octobre 2016


Été 1985. En plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen, vingt et un ans ans, vit seul avec sa mère. Étouffé par son amour exclusif, le jeune homme se réfugie dans la méditation. Leur existence est rythmée par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu'ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l'accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l'obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l'explosion. Un roman haletant sur la lente descente aux enfers, véritable tour de force d'un romancier exceptionnel.


- Journal d'un homme heureux
de Philippe Delerm
Éditions Du Seuil / 03 octobre 2016


"Je me suis levé ce matin en pensant que la journée allait être bonne. Je crois que je me coucherai ce soir en me disant que je suis le plus heureux des hommes. Comment ne pas frissonner un peu à cette idée? Je suis riche, incommensurablement riche de ce qui manque à presque tout le monde: le temps". Ce journal est celui d'un âge d'or. Choisir de vivre à la campagne loin des milieux littéraires et parisiens. Regarder par la fenêtre pousser les fleurs de son jardin, au rythme des saisons. Prendre le temps de vivre sa vie, d'admirer sa compagne, d'aimer son enfant. Écrire en pensant qu'on sera, un jour peut-être, reconnu. Philippe Delerm n'a tenu son journal qu'une seule année de sa vie. Il avait 37 ans. Bien longtemps avant l'ouragan du succès de La Première Gorgée de bière. "Je n'ai sans doute jamais été plus heureux que cette année-là".


- L'art jusqu'à la folie. Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaz
de Alain Vircondelet
Éditions Du Rocher / 03 octobre 2016


Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaz: trois femmes, trois immenses artistes que la puissance de leur génie a conduites à la folie et à la solitude des asiles. Ces trois personnalités, aux destins parallèles, revivent ici grâce à des témoignages nouveaux et inédits, ainsi qu'à des archives et des correspondances. Vies délirantes au sens propre du terme, vies peuplées de mondes connus d'elles seules, vies de souffrances aussi, prix à payer de leur quête d'absolu. Vies minuscules devenues majuscules, inséparables de l'histoire de l'art du XXe siècle.


- L'effroi
de François Garde
Éditions Gallimard / 03 octobre 2016


Quand, un soir de première à l'Opéra Garnier, Louis Craon, chef d'orchestre de renommée internationale, fait le salut nazi, la stupeur est si grande que personne ne bouge dans la fosse, ni dans la salle. Personne, sauf un altiste, Sébastien Armant, qui le premier se lève et tourne le dos au chef. En quelques secondes, ce geste spontané et presque involontaire, immédiatement relayé par les médias, transforme Sébastien Armant en héros. Dès le lendemain, toutes les rédactions s'arrachent "l'homme qui a dit non". Le musicien jusqu'ici inconnu se laisse emporter dans un tourbillon de sollicitations incessantes, jusqu'au moment où un mystérieux groupe extrémiste revendiquant le geste de Craon le prend pour cible. Récit au jour le jour d'une existence qui bascule, L'effroi pose de manière originale la question de l'obéissance et de l'héroïsme ordinaires.


- La boiteuse
de Françoise Grard
Éditions Gulf Stream / 03 octobre 2016


Je n'aurais pu dire pourquoi cette certitude se glissait en moi comme un serpent froid entre mes omoplates. Seulement que je savais que mon salut ne passerait plus par lui; une évidence monstrueuse qui ne me révoltait même pas. Wilfred ne viendrait plus. Trahie par Wilfred, qui l'a abandonnée seule et blessée au milieu des Highlands désertes, Aurore, revenue infirme d'Écosse, se protège des autres et de l'amour comme elle le peut. La jeune femme se reconstruit à tâtons et étouffe en elle colère et angoisses, bien décidée à ne plus jamais entendre parler de celui qu'elle a tant aimé. Mais à la suite d'étranges révélations et de signes inquiétants, elle doit se résigner, malgré elle, à remonter sa piste. Tandis que le mystère s'épaissit, elle s'aperçoit que, prise au piège des apparences, elle s'est trompée sur lui. Découvrir la vérité sur Wilfred entraînera la jeune fille au cœur de lourds secrets et d'un terrible drame familial.


- La Cheffe, roman d'une cuisinière
de Marie NDiaye
Éditions Gallimard / 03 octobre 2016


"Elle trouvait excessives les louanges dont on s'est mis à couvrir sa cuisine. Elle comprenait les sensations puisqu'elle s'appliquait à les faire naître, n'est-ce pas, et que leur manifestation sur la figure des convives l'enchantait, c'est tout de même bien ce à quoi elle s'évertuait jour après jour, depuis tant d'années, presque sans repos. Mais les mots pour décrire tout cela lui paraissaient indécents". Le narrateur raconte la vie et la carrière de la Cheffe, une cuisinière qui a connu une période de gloire, dont il a longtemps été l'assistant, et l'amoureux sans retour. Au centre du récit, la cuisine est vécue comme une aventure spirituelle. Non que le plaisir et le corps en soient absents, au contraire: ils sont les instruments d'un voyage vers un au-delà, la Cheffe allant toujours plus loin dans sa quête d'épure. Les phrases de Marie NDiaye se déploient lentement, comme pour envelopper le lecteur avec un charme constricteur. Les replis de l'âme de chaque personnage sont explorés avec une détermination calme dans la volonté de dissoudre la pénombre des êtres. Le récit dévoile une humanité violente, claire, à la fois mélancolique et enviable.


- La montagne rouge
de Olivier Truc
Éditions Métailié / 03 octobre 2016


Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes. Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l'abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l'enclos, au pied de la Montagne rouge. Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L'enjeu. le droit à la terre. est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays: qui était là le premier? La patrouille P9 de la police des rennes est chargée de l'affaire, mais l'identification du squelette, en l'absence de crâne, est difficile. Klemet et Nina commencent une enquête auprès des musées et des institutions, et découvrent un XIXe siècle collectionneur de types humains et un XXe siècle porté sur les idéologies purificatrices, perdus dans les tréfonds nauséabonds de l'histoire suédoise. Ils se heurtent à l'inertie, à la défiance voire à l'hostilité de l'administration. Ils découvrent aussi une mystérieuse vague de disparition d'ossements et de vestiges sami, autant de preuves potentielles de la présence originelle des Sami. Klemet, plus que jamais empêtré dans sa double identité lapone, et Nina, qui le supporte de moins en moins, croisent des personnages souvent ambigus. Des archéologues aux agendas obscurs qui s'affrontent. Petrus, le chef sami, écartelé entre son devoir, son fils et la poursuite des rêves de son père dans les paysages grandioses et désolés des forêts primaires du fin fond de la Laponie. Bertil l'antiquaire au passé politique douteux, et Justina l'octogénaire aux étranges talents de conductrice d'engins et son groupe d'adeptes de la marche nordique et du bilbingo. Sans oublier une masseuse thaïlandaise. Ce troisième tome des aventures de la police des rennes est passionnant et troublant, ses héros sont complexes et attachants, le talent de conteur d'histoires d'Olivier Truc se déploie entre suspense, émotion et humour, et prouve une fois de plus que les 22 jurys de lecteurs qui lui ont à ce jour décerné leurs prix ne se sont pas trompés.


- La neige de Saint Pierre
de Leo Perutz
Éditions Zulma / 03 octobre 2016


En 1932, Georg Friedrich Amberg, jeune médecin engagé par le baron von Malchin, quitte Berlin pour le lointain village de Morwede. Afin de soigner les paysans? Pas si évident, car dans le secret de son laboratoire le baron vient de découvrir la neige de saint Pierre, un champignon parasite du blé capable d'agir sur les esprits comme une drogue. Et dont il compte bien se servir pour restaurer la ferveur religieuse et le Saint Empire romain germanique. Mais la drogue, expérimentée sur les paysans de Morwede et l'entourage du baron, les fera brandir le drapeau d'une tout autre religion. Interdit par les nazis dès sa parution en 1933, la Neige de Saint Pierre est, par-delà l'enquête aux allures de rêve hallucinatoire, le roman de la manipulation et du pouvoir.


- Le bon fils
de Steve Weddle
Éditions Gallmeister / 03 octobre 2016


À vingt-six ans, Roy Allison retrouve la liberté après dix années passées en prison. De retour chez lui, il a la ferme intention de redevenir un type bien. Pas question de replonger. Mais dans cette région à la frontière de l'Arkansas et de la Louisiane, la crise économique a fait des ravages, la guerre a brisé des familles, et le monde qu'il retrouve part à la dérive. Et personne n'a oublié les raisons pour lesquelles Roy s'était retrouvé derrière les barreaux ni ne lui a pardonné ses erreurs. Alors, à quoi sert de se comporter en bon fils dans ce pays en ruine où seul le crime vous donne encore l'impression d'être en vie? Roman choral à la construction parfaitement maîtrisée, Le Bon Fils nous offre un portrait aussi sombre que poétique d'une Amérique rurale qui tente de nier son passé et d'échapper vainement à son histoire.


- Le dentier du Maréchal, Madame Volotinen, et autres curiosités
de Arto Paasilinna
Éditions Denöel / 03 octobre 2016


Volomari Volotinen a deux passions dans la vie: son épouse, Laura, et les antiquités. Le père de Volomari consacrait déjà son temps libre à amasser des vieilleries (qu'il conservait avec une ferveur quasi obsessionnelle) jusqu'au jour où ses trésors partirent en fumée lors d'un incendie qui détruisit le domicile familial. Ce jour-là, Volomari s'est juré de devenir à son tour collectionneur, à ceci près que ses trouvailles seront bien plus rares et précieuses que les antiquailles paternelles. De voyages en Laponie en expéditions archéologiques, il va constituer une collection très particulière. D'une touffe de poils pubiens préhistorique à un canon (chargé) de la dernière guerre, du véritable slip de Tarzan au dentier d'un vénérable maréchal en passant par une authentique clavicule du Christ datée de 700 apr. J.-C. (!), toutes les époques sont revisitées par ce roman, véritable apologie des collectionneurs en tout genre et, somme toute, de la vie.


- Le donjon
de Jennifer Egan
Éditions Le Cercle Points / 03 octobre 2016


Enfants, Danny et Howie ont partagé les mêmes jeux, jusqu'à ce que Danny trahisse Howie. Vingt ans plus tard, les rôles ont changé: Howie a fait fortune alors que Danny accumule les échecs. Ce dernier rejoint Howie aux confins de la Bohême pour rénover un château médiéval. Dans un climat de tension extrême, coupés du monde, les protagonistes vont rejouer le terrible événement de leur jeunesse.


- Le gang de la clef à molette
de Edward Abbey
Éditions Gallmeister / 03 octobre 2016


Révoltés de voir le somptueux désert de l'Ouest défiguré par les industriels, quatre insoumis décident d'entrer en lutte contre la "Machine". Un vétéran du Vietnam accro à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette, et de quelques bâtons de dynamite, ils doivent affronter les représentants de l'ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.


- Le hibou
de Nissim Aloni
Éditions Viviane Hamy / 03 octobre 2016


Les légendes courent: un hibou vieux de mille ans rendrait aveugle quiconque ose l'approcher; le diable fréquente tous les soirs le Café de monsieur Pinto; la nuit, des hurlements filtrent des murs du fournil de monsieur Sasson. Mais c'est le soldat turc d'Edirne qui hante les esprits: fonce-t-il toujours vers les positions ennemies alors qu'une bombe lui a arraché la tête? Notre jeune héros y croit dur comme fer, bien plus que ses copains. Dans ce quartier populaire de Tel Aviv, au début des années 40, leurs aventures dans le terrain vague ou le long de la voie ferrée sont bien plus essentielles que la Guerre qui n'est qu'une voix émanant du poste de radio.


- Le pays que j'aime
de Caterina Bonvicini
Éditions Gallimard / 03 octobre 2016


Valerio et Olivia grandissent ensemble dans la magnifique villa de la famille Morganti, à Bologne: Olivia est l'héritière des Morganti, de riches entrepreneurs du bâtiment, et Valerio est le fils du jardinier. Après avoir partagé une enfance de rêve, ils ne cessent de se séparer, de se retrouver, puis de se perdre de nouveau. Valerio suit d'abord sa mère à Rome quand celle-ci quitte son père. Plus tard, alors qu'ils sont étudiants, c'est Olivia qui part à Paris pour échapper aux disputes de son clan. Chacun d'eux est animé de forces centrifuges qui les empêchent de poursuivre leur relation, aussi sincère que burlesque. Valerio est ambitieux et poursuit le rêve de devenir magistrat, Olivia, elle, tente désespérément de trouver son chemin. Autour d'eux, c'est toute l'Italie berlusconienne qui tangue comme un bateau ivre et avance inexorablement vers un naufrage tragicomique. Le pays que j'aime parcourt l'histoire italienne récente, de 1975 à 2013, à travers le destin d'un couple, d'une famille et de toute une société. Les répliques fusent dans cette cruelle comédie à l'italienne, menée tambour battant grâce au talent de Caterina Bonvicini.


- Le Titanic fera naufrage
de Pierre Bayard
Éditions De Minuit / 03 octobre 2016


A l'image du romancier américain Morgan Robertson, qui raconta le naufrage du Titanic avec quatorze années d'avance, les créateurs semblent disposer d'un accès privilégié vers l'avenir, qui leur permet d'anticiper les guerres, les dictatures ou les catastrophes naturelles. Prendre la mesure de cette capacité prémonitoire ne devrait pas seulement inciter à leur confier des responsabilités politiques et à les associer aux recherches de la science, mais aussi à remettre en cause notre lecture des œuvres ainsi que notre représentation de l'histoire littéraire et artistique.


- Les années à rebours
de Nadia Terranova
Éditions La Table Ronde / 03 octobre 2016


Messine, années 1970. Aurora est l'aînée d'une fratrie de six enfants. Père fasciste et mère transparente. Timide derrière ses lunettes à grosse monture, elle est la meilleure de la classe. Giovanni, lui, est le dernier d'une famille de communistes. Père avocat reconnu, mère agile aux fourneaux. Impétueux et charismatique, il est nul en classe mais rêve de faire la révolution. C'est à la fac de philo que les deux se rencontrent. Première passion, escapades sur l'Etna, et très vite un mariage accepté contre toute attente par la famille. D'autant qu'Aurora est enceinte. Les Brigate Rosse commencent à faire parler d'elles et, le soir, les jeunes mariés refont le monde avec leurs camarades d'utopie. Giovanni veut toujours vivre plus que ce que l'existence lui offre et fomente un attentat en rêvant de se faire emprisonner pour pouvoir marquer l'Histoire. Mais son attentat passe inaperçu et c'est en se droguant qu'il pallie ses frustrations de révolutionnaire raté. Avant la naissance de Mara, un fossé se creuse entre Aurora et Giovanni. Aurora devient institutrice, élève sa fille seule, entre deux apparitions de son mari-fantôme. Giovanni à la dérive est envoyé par son père à Milan, pour travailler dans un cabinet d'avocat, mais il se drogue plus que jamais. À son retour en Sicile, il passe plusieurs mois dans une communauté installée dans la campagne et retrouve une certaine sérénité, tandis qu'Aurora s'est décidée à reprendre une thèse. Mara est leur trait d'union, et leur donne la force de continuer. Enfin abstinent, Giovanni découvre qu'il est séropositif. Il vit le dernier été de sa vie avec sa fille de dix ans à peine, qu'il aime du mieux qu'il peut avant de mourir sur un lit d'hôpital de Messine, auprès d'Aurora. Simple et universel, ce roman est l'histoire d'un couple ancrée dans la réalité d'une époque. les années de plomb, l'invasion de la drogue, la désillusion des années 1980, le fléau du sida.


- Les hauts du bas
de Pascal Garnier
Éditions Zulma / 03 octobre 2016


"Thérèse n'insista pas. Quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, le vieux n'arriverait pas à altérer la bonne humeur qui lui gonflait la poitrine depuis son réveil. Elle se sentait sereine, heureuse d'un de ces bonheurs qui vous tombe dessus comme le gros lot.
- Qu'est-ce qui vous fait sourire?
- Rien. Il fait beau.
- Pff... Dans le désert il fait beau tout le temps, vous croyez que ça fait rigoler les Bédouins?"
Édouard Lavenant, aussi arrogant qu'irascible, s'est retiré dans la Drôme avec Thérèse, sa dame de compagnie. La principale occupation de ce curieux couple consiste à regarder planer les vautours. De façon imperceptible, M. Lavenant perd la mémoire. Et tandis que les morts s'accumulent autour de lui comme une épidémie, Édouard Lavenant semble trouver un nouvel appétit de vivre.


- Les pleurs du vent
de Medoruma Shun
Éditions Zulma / 03 octobre 2016


"Jusqu'à présent, personne n'avait jamais eu l'idée de parler sérieusement du crâne qui pleure à quelqu'un d'extérieur au village. D'abord parce que le sentiment d'avoir une dette envers ceux qui étaient morts à la guerre interdisait aux survivants de parler à tort et à travers des disparus, mais surtout parce que quiconque entendait la triste lamentation du vent ne pouvait qu'être saisi de stupeur". Tout commence par un jeu d'enfants au pied de l'ancien ossuaire, sur l'air de chiche qu'on grimpe sur la falaise, pour aller voir de plus près le crâne humain qu'on aperçoit d'en bas, et qui gémit sous le vent. De toute la bande, seul Akira a le courage de monter. Et de tout le village, seul Seikichi, le père d'Akira, s'oppose à ce qu'un journaliste de la métropole tourne un reportage autour de la légende du crâne qui pleure, objet sacré, emblème des heures terribles de la bataille d'Okinawa. Les Pleurs du vent conte magnifiquement la paix retrouvée des âmes.


- Les séances
de Fabienne Jacob
Éditions Gallimard / 03 octobre 2016


Eva est photographe de mode pour enfants. Un appel pressant de sa sœur Liv l'oblige à revenir séance tenante dans son village natal de la frontière franco-allemande. Sur l'autoroute, souvenirs et pensées affluent et se bousculent à bord de la voiture de location: son rapport, parfois cynique, aux enfants qu'elle prend en photo, son enfance avec Liv, qui soigne aujourd'hui les gens à coups de petites phrases énigmatiques, et aussi les visites rendues à Irène, leur mère, perdue dans les méandres de sa mémoire défaillante. Au terme de ce long voyage sur l'autoroute rectiligne, Eva n'est plus la même. Ce roman est celui d'une modification intérieure. Mêlant les temps et les portraits de trois femmes aux prises avec leur époque, il sonde en profondeur les rouages d'une société fondée sur le profit, le court terme, et remet en question la place de l'enfant et celle de la femme. Sa construction non linéaire est rythmée par des séances qui s'entrechoquent et s'éclairent les unes les autres. D'une écriture limpide, ce livre est une ode à la possibilité, loin des itinéraires tout tracés, de bifurquer. D'échapper.


- Les tourments
de Rodrigo Hasbún
Éditions Buchet Chastel / 03 octobre 2016


Bolivie, années 1950: Hans Ertl, ancien cameraman de Leni Riefenstahl, a quitté l'Allemagne avec sa famille pour s'installer à La Paz. Là, dans cette Amérique latine sauvage et mystérieuse, le patriarche hors norme se réinvente un destin d'explorateur, obsédé jusqu'à la folie par la cité inca perdue de Païtiti dans la forêt amazonienne. Ni sa femme ni ses trois filles ne sortiront indemnes de ces aventures; et alors que la famille se délite et que chacun tente d'émerger de ce maelström, les soubresauts d'une autre histoire, celle des mouvements de libération nationale qui secouent l'Amérique latine, viennent à leur tour bouleverser la destinée des Ertl. Le texte prend corps à travers les voix des trois filles et d'un des amants de l'aînée, Monika; s'y mêle, sur près de vingt ans, fiction, éléments biographiques et faits historiques pour livrer une fresque concise et subtilement nostalgique sur le destin d'une de ces familles marquées au fer par les errances idéologiques du XXe siècle et sur l'histoire sanglante d'un pays, la Bolivie.
 

- Littoral
de Bertrand Belin
Éditions P. O. L. / 03 octobre 2016


Trois marins pêcheurs, du côté de Quiberon, à un moment de l'Histoire qui pourrait être la Deuxième Guerre Mondiale, et l'Occupation, mais ça n'est pas si sûr. Le patron qui n'est jamais autrement appelé que "l'autre", un premier employé, le plus ancien, nommé "le troisième homme" et un jeune, "le plus jeune". Leurs gestes quotidiens, la pêche, leurs relations tendues à cause de la personnalité violente de "l'autre", les vexations par exemple. La dernière journée: on croit que l'important c'est ce cormoran qui s'est pris dans les filets, mais non, beaucoup plus important, "l'autre" a tué un soldat de l'armée d'occupation le matin au moment d'embarquer. Le soir il est arrêté et sera exécuté. C'est tout et c'est énorme tant Bertrand Belin sait densifier la moindre phrase, le moindre mot dans cette phrase, les charger d'informations cachées, les rendre menaçants. Ce court texte est d'une rare intensité nourrie de rythmes subtils, de répétitions pas tout à fait exactes, de déplacements et d'un vocabulaire extrêmement riche.


- Mal de pierres
de Milena Agus
Éditions Liana Levi / 03 octobre 2016


Entourée de jeunes hommes qui pourraient demander sa main, l'héroïne tarde pourtant à trouver un mari car elle rêve de l'amour idéal. À trente ans, elle est déjà considérée une vieille fille par les siens, dans une Sardaigne qui connaît les affres de la Seconde Guerre Mondiale. Et lorsqu'elle conclut une union très attendue, c'est en affirmant haut et fort que ce n'est pas par amour mais par raison. Comme son unique enfant, l'amour se fera attendre. Elle finira par le rencontrer sur le Continent, lors d'une cure thermale destinée à guérir son "mal de pierres", des calculs rénaux, mais qui aura raison aussi de son "mal d'amour". À sa petite-fille, elle racontera quelques décennies plus tard ses émotions, ses cheminements, tout en laissant des zones d'ombres. La vérité ne se recomposera que longtemps plus tard, de façon inattendue, lorsque la dernière pièce du puzzle se retrouvera entre les mains de la narratrice. Mais quelle est au juste la vérité?


- Maman est en haut
de Caroline Sers
Éditions Buchet Chastel / 03 octobre 2016


Cerise, la quarantaine bien entamée, vit seule avec ses deux enfants, supporte sa mère, a des élans hypocondriaques, se demande si elle ne devrait pas changer de boulot et, dans les moments extrêmes, ouvre une bouteille de blanc pour réfléchir. Un matin, lors du traditionnel appel téléphonique agressif de sa mère, elle perd le fil de la conversation et n'écoute plus. Pourtant quand Marie lui assène "J'ai eu raison, n'est-ce pas?", prise de court, elle acquiesce. Le soir même, c'est la gendarmerie qui la contacte: sa mère est en garde-à-vue, mais ils refusent d'en dire plus. Qu'a-t-elle bien pu faire, encore? Pendant les quelques semaines qu'il lui faudra pour comprendre, Cerise traverse d'autres turbulences: retour de son ex-mari avec une bien curieuse proposition, changement de direction et débarquement de "jeunes" dans l'entreprise où elle travaille. Maman est en haut: dans le nord; perchée depuis des années; en haut de l'arbre généalogique. Une position idéale pour lâcher quelques bombes. Question: "Où est-on mieux qu'au sein de sa famille?" Réponse: "Partout ailleurs".
   

- Mon petit bled au Canada
de Zarqa Nawaz
Éditions Denöel / 03 octobre 2016


Zarqa Nawaz n'a que six ans quand ses parents, musulmans pakistanais aisés, s'installent au Canada. Le choc culturel est rude pour la fillette, qui doit affronter les préjugés de ses camarades autant que le conservatisme religieux de ses pairs. Jeune femme, elle a tôt fait de s'autoproclamer sultane de la dérision, et elle nous plonge dès les premières pages de ce roman tendre et hilarant dans la peau de cette enfant impertinente et lucide. Des mésaventures scolaires de la petite Zarqa à l'amour vache qui la lie à son flegmatique mari en passant par l'éducation de ses enfants, tout est délicieusement absurde, réaliste et d'une infinie tendresse dans ce récit d'une famille éternellement confrontée à sa différence culturelle et religieuse, et le résultat est savoureux, politiquement incorrect et salutaire.


- My first Sony
de Benny Barbash
Éditions Zulma / 03 octobre 2016


"Je lui dis, Papa, tout m'intéresse, et il me répondit, alors, tu n'as qu'à tout enregistrer". Yotam, avec la curiosité de ses dix ans et son indispensable petit magnétophone Sony multicolore, laisse traîner ses oreilles partout, mémoire vivante de la famille à mi-hauteur et sur cassettes audio. La matière est riche, et rien ne se perd: le présent, le passé, les non-dits autant que les élans, et à travers l'intimité de cette famille tout sauf ordinaire, c'est un pan entier de la société israélienne qui défile dans ce flot étourdissant. À la fois drôle, hyperréaliste et merveilleusement émouvant.


- Neko café
de Elsa Boyer
Éditions P. O. L. / 03 octobre 2016


Neko Café est le prolongement d'une mission Stendhal d'un mois au Japon, entre Tokyo et Kyoto, qui aura permis à Elsa Boyer de se confronter à une architecture, des lieux, un imaginaire loin des inspirations américaines de ses premiers livres. Ce roman essaie donc de restituer quelque chose du Japon qui ne soit ni exotique ni prisonnier de l'image de mégalopole que renvoie souvent Tokyo. Il lui fallait donc trouver un lieu précis pour commencer et surtout pour éviter de n'aborder le Japon que sous l'angle de la catastrophe, trop général. Ce lieu est repris dans le titre, Neko Café, ces cafés où chats, serveuses et serveurs accueillent les clients, qui payent à la demi-heure ou à l'heure peuvent consommer des boissons, parfois manger, au milieu des animaux. C'est ici que convergent les différents personnages du roman: le patron du café, ancien génie de la robotique qui voudrait trouver le moyen de guérir son pays; son assistant; un garçon et une fille qui se font embaucher dans le café. Le récit suit ces différents personnages à travers la ville, dans les cafés à thème (Neko café, Maid café), dans les salles de jeu, les restaurants, les onsens (lieux de bain), les centres commerciaux, les temples, les couloirs des lignes du métro tokyoïte. À partir de cette ligne narrative ancrée dans le quotidien se déploie une série d'événements et de figures à la limite du fantastique. Des secousses agitent la ville, perturbent les perceptions, font perdre la mémoire à certains, ouvrent la voie à des hordes de fantômes à la fois humains et animaux qui colonisent les corps des vivants. Face à ces dangers provenant aussi bien de la terre que du domaine des spectres (qui au Japon font partie de la vie ordinaire), une firme construit d'immenses robots censés stopper les secousses et les tsunamis. Mais l'histoire qu'esquisse ce livre est peut être celle d'un amour aux contours flous, dont l'intensité s'est déjà éteinte quand commence le récit: ce garçon et cette fille séparés parce qu'après une secousse le garçon a perdu la mémoire et n'est jamais rentré chez eux. Cet amour défait, c'est aussi celui des spectres, ceux qui font retour, qui ont la force de revenir hanter les vivants, des vivants qui à leur tour se laissent hanter, posséder. Neko Café entrelace ainsi des lieux, activités, objets du quotidien à des formes issues de l'imaginaire japonais, que ce soit les contes de fantômes, leur reproduction à travers les estampes, les robots géants des mangas et animés, ou encore l'univers des jeux vidéo.


- Par la ville, hostile
de Bertrand Leclair
Éditions Mercure de France / 03 octobre 2016


Ce qui lui fait peur, c'est cette violence folle que ses fils peuvent libérer à l'extérieur, d'une seconde à l'autre, métamorphosés, bouffis de haine, à terroriser tout le quartier. La violence. Depuis quand? Voilà une question qui l'agite, tout au fond d'elle-même, là où elle ne peut pas empêcher que les mots soient encore un peu vivants. Depuis quand, elle a peur de la violence de ses garçons? Depuis quand, tout est parti en vrille? Une femme est seule chez elle, immobile sur un fauteuil, dans un appartement presque vide. Plus de rideaux aux fenêtres, plus de télé, plus de canapé. Elle attend qu'on vienne la jeter dehors. Puisqu'on va l'expulser. Elle le sait et elle ne veut pas, le savoir. Elle voudrait juste chasser les mots, ne plus penser, et surtout pas à ses deux enfants qu'elle ne va plus jamais voir, au parloir de la prison. Elle ne leur a rien dit de l'expulsion qui se prépare, ultime conséquence de leur condamnation pour trafic de drogue.


- Pascal
de Michel Schneider
Éditions Buchet Chastel / 03 octobre 2016


De Pascal, Michel Schneider a choisi de faire le portrait, non d'un visage, mais d'une écriture ; non d'un croyant, mais d'un auteur. Il fait entendre les mots de la dramaturgie pascalienne, repris et entrelacés, dans des motifs presque musicaux: ordre, vérité, cœur, figure, preuve, Dieu.
"Pascal n'est personne. Il est celui qui ne sait pas qui il est mais qui le sait mieux que personne. Il est chacun de nous. Écrites pour lui seul, amères, sévères, les Pensées parlent à tous ceux qui ont souffert, désiré, perdu".  


- Première à éclairer la nuit
de Jocelyn Desverchere
Éditions P. O. L. / 03 octobre 2016


A aime B qui est mariée avec C, dont elle a une petite fille mais qui la trompe avec D. B l'apprenant elle succombe, mi par amour mi par vengeance, aux avances de A dont elle est rapidement enceinte. Mais elle choisit finalement de revenir avec C qui élèvera la fille de A comme si c'était la sienne. A refera sa vie avec E qui est l'infirmière qui le soigne après un grave accident. Que A s'appelle Antoine, B Christine, C Louis, et E Viviane (tandis que D n'a pas de prénom, c'est simplement "la grande") ne change rien au fait qu'il s'agit d'une histoire d'amour, de tromperie, de rupture à la fois conventionnelle et triste à laquelle son simple résumé ne saurait rendre justice. Car tout, dans ce roman bref est exceptionnel. Le milieu d'abord, dans lequel évoluent les personnages et auquel on est pas habitué dans la littérature contemporaine: celui de petits employés administratifs, sans grande ambition mais sans amertume non plus, chez qui la vie passe simplement. Il y a dans ces pages, souvent, une atmosphère à la Emmanuel Bove. Les sentiments ensuite, le désir, les passions, qui les agitent comme ils agitent des héros de tragédie ou de drame, pas moins. Et enfin l'écriture, pour en rendre compte. Elle joue des ruptures de ton, des syncopes narratives. Elle s'attache à des détails incongrus qu'elle développe et puis, tout d'un coup, elle devient efficacement lapidaire, comme pour exacerber telle émotion, telle sensation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 4 Oct - 16:24

- Ronde de nuit
de Michel Rio
Éditions Sabine Wespieser / 03 octobre 2016


Cultivés, ironiques, éloquents, les personnages de Michel Rio mènent ici une ronde de six éblouissantes conversations. Sous la passerelle des Arts, le dialogue entre un ex-banquier devenu clochard et un journaliste développe un implacable réquisitoire contre le cynisme de la petite poignée de ceux à qui profite la dérégulation générale de l'économie. Laissant le dirigeant déchu avec la promesse de le fournir régulièrement en excellente vodka, le journaliste s'en va interroger l'héritière d'une considérable collection de peinture flamande, également députée européenne, sur les raisons de son engagement. Son visiteur congédié, Monica de Velde reçoit, dans un cadre plus intime, le romancier Jérôme Avalon, féroce et intarissable sur la république des lettres. C'est de théologie que devisent le même Avalon et un cardinal mathématicien, particulièrement inspiré par les joints nombreux que lui roule son interlocuteur, avec une libéralité non dénuée de calcul. Cardinal que le lecteur retrouvera en chaire, se livrant, sous prétexte d'oraison funèbre, à une charge virulente contre l'American way of life. Sa cible principale, un sénateur réactionnaire, s'en ira, frappé par la vérité du prêche, partager sur les quais de Seine "a swig of vodka" avec le banquier clochardisé. Impeccablement orchestré, cet "essai avec personnages" n'est pas seulement réjouissant par son intelligence crépitante, son humour froid et la somme des connaissances qu'il synthétise. Exemplaire de la manière d'un écrivain qui, au fil d'une œuvre majeure, a toujours conjugué savoir et imaginaire, aventures de la pensée et péripéties du corps, rêve et logique, Ronde de nuit est aussi un formidable pari sur l'audace et la curiosité de son lecteur.


- Sacrifice
de Joyce Carol Oates
Éditions Philippe Rey / 03 octobre 2016


1987, dans un quartier noir délabré d'une ville du New Jersey, une mère cherche partout sa fille, Sybilla, disparue depuis trois jours. L'adolescente sera retrouvée, ligotée, le corps barbouillé d'excréments et d'injures racistes, dans les sous-sols d'une vieille usine abandonnée. Emmenée aux urgences, elle accuse des "flics blancs" de l'avoir enlevée, battue et violée. Ce terrible acte de violence choque profondément sa communauté, où personne ne fait confiance à la police blanche, et exacerbe les tensions raciales frémissant depuis des décennies. Un pasteur noir et son frère, avocat militant des droits civiques récupèrent l'affaire qu'ils exploitent au mieux de leurs intérêts; imités rapidement par le Prince noir, leader du Royaume de l'islam, plus redoutable encore. La vérité n'importe guère à ces leaders religieux, les médias s'en soucient tout aussi peu, et pourtant les faits se révèlent progressivement de plus en plus troubles. Dans un chœur de voix et de points de vue qui va crescendo. de la police aux médias en passant par la victime et sa famille, l'auteure offre une nouvelle compréhension, choquante, du pouvoir et de l'oppression, de l'innocence et de la culpabilité, de la vérité et du sensationnalisme, de la justice et du châtiment. S'inspirant, comme souvent, d'un fait divers réel, Joyce Carol Oates explore les lignes de faille d'une société toujours troublée par la question de la race et signe un roman profond et incendiaire.


- Téléphonez-moi. La revanche d'Echo
de Frédérique Toudoire-Surlapierre
Éditions De Minuit / 03 octobre 2016


Quoi de plus simple en apparence que de téléphoner? Quels rapports à l'autre le téléphone engage-t-il? Le moins que l'on puisse dire est que le monde contemporain s'est évertué à diversifier et à complexifier ce rapport à l'autre en multipliant les possibilités d'un contact vocal à distance: appeler ou recevoir un appel, le manquer, y répondre ou laisser sonner, prendre un message… Les possibilités sont nombreuses et disent en filigrane la multiplicité des enjeux identitaires et communautaires dès lors qu'on prend un téléphone en main. Celui-ci a subrepticement pris le pouvoir. Alors qu'il se présente de prime abord comme un écho sonore, nous transformant en autant d'Échos, nous nous sommes employés à en faire un reflet de nous-mêmes, à le narcissiser en quelque sorte. Passionnel ou conflictuel, introspectif ou expansif, le rapport que nous entretenons au téléphone se dévoile au prisme du mythe de Narcisse et d'Écho. D'une manière inattendue, se joue le face-à-face (plus ou moins amical) des médias et de la culture. Parce qu'il ne doute de rien, le téléphone concurrence la littérature, allant jusqu'à lui subtiliser ses propres modalités dialogiques, littéraires et mêmes esthétiques. Il suscite un nouvel usage de soi dont le téléphone portable est l'emblème médiatiquement narcissique où se révèlent autant le plaisir d'une parole qui a su se dérober aux exigences de la présence qu'une inquiétude sourde, ce risque toujours latent de perdre le contact avec l'autre. Mais, au téléphone, suffit-il de raccrocher?


- Un Attentat. Petit-Clamart, 22 Août 1962
de Jean-Noël Jeanneney
Éditions Du Seuil / 03 octobre 2016


Jean-Noël Jeanneney livre un récit captivant de l'attentat qui faillit coûter la vie à de Gaulle quelques semaines après la fin de la guerre d'Algérie. Le 22 août 1962, emmené par le lieutenant-colonel Bastien-Thiry, un commando de fanatiques opposés à l'indépendance de l'Algérie tenta d'assassiner le chef de l'État, en ouvrant le feu sur la DS présidentielle, au Petit-Clamart, à proximité de l'aéroport de Villacoublay. Quelques mois plus tard, au terme d'un procès au cours duquel il put exposer à loisir ses raisons et sa haine du "tyran", Bastien-Thiry fut fusillé. Jean-Noël Jeanneney a plongé dans les archives de la police, de la justice et de la présidence de la République, et dans les mémoires des principaux acteurs, pour reconstituer avec une netteté passionnante l'attentat, le complot qui le précède et ses suites. Il dévoile un paysage haut en couleurs, où se croisent les activistes de l'OAS, des catholiques traditionalistes lecteurs de Thomas d'Aquin et des réfugiés hongrois à la frontière du banditisme qui se considèrent comme les pieds-noirs de l'Europe. Chemin faisant, il jette une lumière neuve sur la personnalité de Charles de Gaulle, il éclaire les relations entre la puissance du hasard et les forces profondes qui sont au travail, et il fait entendre des échos inattendus entre cette époque et la nôtre: devant les fanatismes meurtriers, jusqu'où une démocratie menacée peut-elle accepter des atteintes aux libertés publiques fondamentales, au risque d'y perdre son âme?


- Les combattantes. Les aviatrices soviétiques contre les as de la Luftwaffe
de Luba Vinogradova
Éditions Héloïse d'Ormesson / 02 octobre 2016


Puisant dans les récits passionnants des pilotes de chasse survivantes de la Seconde Guerre Mondiale, Liouba Vinogradova révèle leur histoire oubliée. Ce document poignant raconte ces parcours de vie extraordinaires qui les ont conduites des bals mondains aux tombes anonymes, des victoires joyeuses à l'indicible horreur de la Bataille de Stalingrad.


- À l'aube l'espoir se lève aussi
de Belva Plain
Éditions Belfond / 01 octobre 2016


Margaret Crawfield vit le plus terrible drame qu'une mère puisse connaître: assister impuissante à l'affaiblissement de son fils Peter, rongé par la mucoviscidose; et découvrir, au hasard d'un énième test sanguin, que l'enfant qu'elle chérit n'est pas le sien. Le médecin est formel: si fou que cela paraisse, un échange de bébés aurait eu lieu à la maternité, dix-neuf ans plus tôt. Comment cela a-t-il pu arriver? Margaret veut comprendre. Mais plus que tout, elle veut rencontrer son fils biologique, s'assurer qu'il va bien, qu'il est aimé. Au risque de provoquer un nouveau drame dans une autre famille. À une centaine de kilomètres de là, Laura Rice mène une vie paisible auprès de son mari et de leurs deux garçons. Jusqu'au jour où les Crawfield viennent sonner à sa porte.  


- Borowitz broie du noir
de Steven Boykey Sidley
Éditions Belfond / 01 octobre 2016


Jared Borowitz ne croit qu'à une chose, la rassurante et sublime certitude qu'apporte la science. Jour après jour, ce brillant physicien pose des hypothèses, résout inconnues et équations et arrive régulièrement à la même conclusion: le monde est un ramassis de crétins superstitieux. Oui mais voilà. Tu n'as jamais compris que ton rôle était d'être heureux, pas d'avoir raison. Il suffira d'une phrase, prononcée sur son lit de mort par celui qui fut son mentor, peut-être le dernier homme sur terre que Borowitz respectait encore, pour que ce beau rempart de certitudes se fissure. Et finisse par s'écrouler lors d'un week-end à la campagne. Un week-end explosif qui va forcer l'homme de science à porter un nouveau regard sur le monde et sur lui-même.


- Comme une respiration
de Jean Teulé
Éditions Julliard / 01 octobre 2016


Tout l'art de Jean Teulé résumé en quarante brèves nouvelles, détonantes, surprenantes, poétiques et drôles. Pour échapper à l'atmosphère plombée qui nous étouffe, Jean Teulé a décidé d'aller voir les gens, de s'asseoir à leur table et d'écouter leurs histoires. Il n'a pas regretté le voyage. Ils sont incroyables, les gens. Ils sont capables de tout. Ou vont-ils chercher cette stupéfiante énergie? Comment peut-on se montrer tour à tour si meurtris et si joyeux? Être tout à la fois si tendres, émouvants et féroces. Ne jamais renoncer, ne jamais céder, toujours inventer, toujours rêver et toujours rire. Et comme le disait si bien Verlaine: Écoutez la chanson bien douce Qui ne pleure que pour vous plaire Elle est discrète, elle est légère. Un frisson d'eau sur de la mousse. Respirez. À fond. Et laissez vous emporter par la fantaisie malicieuse et cruelle de Jean Teulé qui dit l'extraordinaire des destins ordinaires.


- Instincts. 3 mois seule à pied, en survie dans l'Ouest sauvage australien
de Sarah Marquis
Éditions Michel Lafon / 01 octobre 2016


Un face-à-face avec la nature, sans réserves de nourriture ni traces d'humains à l'horizon. Juste des rivières infestées de crocodiles, des serpents, une végétation inextricable, la solitude, la faim, et surtout la soif. Elle a survécu grâce aux techniques ancestrales des aborigènes. Une aventure inoubliable dans des décors à couper le souffle, mais aussi un voyage intérieur qui lui permet de nous faire entrevoir les ressources fabuleuses que chacun de nous possède au fond de lui. Sarah ne donne ni conseils ni recettes, c'est nous qui les découvrons au fil de ses pas. Oublier la peur pour mieux évaluer le danger, accepter de revenir en arrière quand on s'est trompé de chemin, se relier à la Terre en la respectant et se fier à ses instincts. Croire à la magie de nos vies et faire de leurs zones d'inconfort des "sur-vies" où nous donnerions le meilleur de nous-mêmes.


- L'oiseau des neiges
de Tracy Rees
Éditions Presses De La Cité / 01 octobre 2016


Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow. À ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre. Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l'aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l'héritage qui lui revient. Amy s'embarque alors pour un périple aux quatre coins de l'Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre.


- La sénilité de Vladimir P.
de Michaël Honig
Éditions Presses De La Cité / 01 octobre 2016


Dans un futur proche, reclus dans une luxueuse datcha de la campagne moscovite, l'octogénaire Vladimir P. délire, s'imaginant encore président. Le vieil homme entretient de longues conversations avec ses ex-complices: les oligarques qui l'ont porté au pouvoir et les anciens du KGB. Entouré vingt-quatre heures sur vingt-quatre par une kyrielle de domestiques tous plus corrompus les uns que les autres, Vladimir pourrait bien finir sur la paille. Seul Nikolaï Ilitch Cheremetiev, son infirmier, ne profite pas de lui. Mais le monde du brave homme s'écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison pour avoir critiqué le régime. Si sa famille ne paie pas l'énorme caution demandée contre sa libération, le sort du garçon est scellé. Inspiré par l'ancien politicien qui, entre deux crises hallucinatoires, revit ses moments de gloire, Nikolaï se lance dans l'art du chantage et de la magouille. Un roman à l'humour corrosif et politiquement incorrect.


- Nous irons tous au paradis
de Fannie Flagg
Éditions Cherche Midi / 01 octobre 2016


Elmwood Springs, Missouri. Elner Shimfissle, pétillante octogénaire, dérange un essaim de guêpes en cueillant des figues dans son arbre, se fait piquer et tombe de l'échelle. À l'hôpital, elle est déclarée morte. La nouvelle se propage vite dans la communauté. Tous ou presque évoquent cette femme d'un incroyable optimisme, toujours prête à rendre service. Son décès brutal pousse également ses proches à s'interroger sur le sens de la vie en général, et de la leur en particulier. C'est peut-être Elner elle-même qui, contre toute attente, détient les réponses à leurs questions. Revenue inopinément d'entre les morts, à la grande surprise des médecins et de sa famille, elle rapporte en effet des souvenirs de son bref passage dans l'au-delà. Ceux-ci vont bouleverser l'existence de cette petite ville jusqu'ici bien tranquille. On retrouve dans Nous irons tous au paradis: humour, émotion, des personnages plus attachants les uns que les autres et, à travers les petites contrariétés de la vie, un appel au bonheur qui résonnera longtemps après avoir refermé ce livre.  


- Octosong
de Levi Henriksen
Éditions Presses De La Cité / 01 octobre 2016


Lors du baptême de son neveu, le producteur Jim Gystad est tiré de sa gueule de bois par le magnifique chant de trois voix célestes. Désabusé par la médiocrité de la production musicale de ces dernières années, son sang ne fait qu'un tour. Quelle n'est pas sa surprise, lorsqu'il se retourne, de découvrir trois octogénaires, un frère et deux sœurs, puis d'apprendre que ceux-ci étaient célèbres dans leur jeunesse ! Dès lors, Jim n'a qu'une obsession: remettre le trio Thorsen sur le devant de la scène. Armé de patience, il s'installe dans leur petit village et reprend son métier d'électricien. Mais pour séduire Maria et Tamar, il lui faudra avant tout convaincre leur frère, l'inabordable Timoteus, et percer son douloureux secret.


- Pas trop saignant
de Guillaume Siaudeau
Éditions Alma / 01 octobre 2016


Pour certains fuir se résume à entrer dans un beau rêve. Pour d'autres les choses ont besoin d'être plus concrètes. Joe est de cette trempe. Il veut se sentir bien. Vivant. Pour de vrai. Voilà pourquoi, émergeant d'un demi-sommeil existentiel, il passe à l'action.  Un beau jour, Joe, un jeune homme, employé aux abattoirs, entend à la télévision un couple retraité expliquer qu'ils ont vendu la maison pour acheter un camping-car et qu'ils vont partir sur les routes histoire de ne pas mourir idiot. Illico, Joe décide lui aussi de mettre les voiles. Sur son lieu de travail, il fauche une bétaillère (bestiaux compris), passe prendre son plus proche ami, Sam un enfant placé, et file au volant de l'engin sur les routes montueuses de la région. Évidemment, la gendarmerie est alertée mais la chasse à l'homme commence plutôt mollement. L'insurgé, l'enfant et les six vaches auront le temps de rencontrer d'épatantes personnes. Dont l'une hors-champs et dont on ne peut rien dire sinon qu'elle porte une blouse blanche.


- Toutes ces grandes questions sans réponse
de Douglas Kennedy
Éditions Belfond / 01 octobre 2016


Le bonheur n'est-il qu'un instant fugace? Sommes-nous les victimes ou bien les artisans de notre infortune? Pourquoi le pardon est-il (hélas) l'unique solution? Ce sont là quelques-unes des grandes questions que pose Douglas Kennedy dans un livre témoignage, à mi-chemin entre confessions et essai littéraire, un véritable manuel d'art de vivre dans lequel il se dévoile comme jamais. Une lecture vivifiante d'une formidable érudition, touchante et drôle, fourmillante d'anecdotes, nourrie d'expériences personnelles tantôt dramatiques, tantôt comiques. Une œuvre à part où l'on apprend que la tragédie serait le prix à payer pour être de ce monde et que, dans la vie comme dans le patin à glace, l'important est d'avancer. Et qu'on a tous quelque chose en nous de Kennedy.  


- Une nuit en Crête
de Victoria Hislop
Éditions Les Escales / 01 octobre 2016


Au fil de dix nouvelles au charme indéniable, Victoria Hislop nous emmène à travers les rues d'Athènes et les parcs ombragés des villages grecs. En évoquant leur atmosphère si particulière, elle donne vie à un grand nombre de personnages inoubliables: un prêtre solitaire, deux frères qui n'arrêtent pas de se quereller, un étranger indésirable ou encore un jeune marié à la mémoire défaillante. Ces nouvelles douces-amères ont pour thème l'amour, la loyauté, la séparation et la réconciliation et sont écrites avec le style si reconnaissable et propre à Victoria Hislop.


- Victor
de Pierre Decock
Éditions Hugues de Queyssac / 01 octobre 2016


Victor est un petit garçon pas comme les autres. À peine âgé de six ans, il lit et écrit couramment plusieurs langues étrangères; il jongle avec l'informatique, les mathématiques et joue en cachette sur les sites boursiers. Pourtant, par peur des conséquences que pourrait avoir la découverte de ses petits talents, Victor a pris la décision de rien révéler de sa précocité. Aussi s'efforce-t-il, maladroitement parfois, de se comporter tel un enfant de son âge. Mais voilà, cette avance spectaculaire n'a rien d'anodin; elle cache un autre secret bien plus terrible; un secret que Victor lui-même va devoir affronter. C'est ainsi que l'auteur nous emmène dans l'une de ses histoires où s'entremêlent énigme policière et fantastique, meurtres et réincarnation. Le lecteur partira avec Victor à la découverte de son passé, y faisant des découvertes troublantes, des rencontres déroutantes. L'enquête qu'il mènera pour percer le mystère de ses origines fera peu à peu sortir de l'ombre le visage d'un disparu, un disparu dont tout le rapproche. Malgré son malaise, il poursuivra son enquête jusqu'à ce qu'éclate la vérité.


- Cellule
de Lou Marcouly-Bohringer
Éditions Flammarion / 28 septembre 2016


Dans ce récit vif et percutant, Lou Marcouly-Bohringer nous plonge dans le quotidien d’une famille confrontée à la maladie. Sur un rythme implacable, elle scande les sentiments comme autant de cris d’amour.


- Chevaucher le vent. Écrits sur la méditation et le silence
de Marc de Smedt
Éditions Albin Michel / 28 septembre 2016


Ce volume regroupe trois essais majeurs de l'auteur qui s'inscrivent dans une continuité: Le Rire du Tigre: dix ans d'expériences et de voyages avec le maître japonais Taisen Deshimaru (1914-1982) qui introduisit la pratique de la méditation zen en France et sa philosophie. Éloge du silence, devenu un classique, où il interroge tous les états du silence, qui se teinte de toutes les infinies nuances de nos vies. Éloge du bon sens dans la quête du sens: un livre visionnaire car, en ces temps où fanatismes et sectarismes se développent de façon dramatique, l'auteur y traque les dénominateurs communs de nos diverses croyances et dénonce les multiples détournements de sens, tout en définissant les principes, moraux et pratiques, d'une véritable métapsychologie moderne, accessible à tous, athées ou croyants.  


- Demain les chats
de Bernard Werber
Éditions Albin Michel / 28 septembre 2016


Pour nous une seule histoire existait: celle de l'Humanité. Mais il y a eu LA rencontre. Et eux, les chats, ont changé à jamais notre destinée.


- D'or et de sang
de Catherine Hermary-Vieille
Éditions Albin Michel / 28 septembre 2016


Ils ont été les derniers rois de la Renaissance. Violents, cruels, dégénérés, soumis à la férule de Catherine de Médicis, mère abusive, régente ambitieuse, qui tiendra jusqu'au bout un pouvoir que ses fils étaient incapables d'assumer. François II, Charles IX, Henri III, le duc d'Anjou… tous disparaîtront dans la fleur de l'âge, assassinés, emportés par la maladie ou la folie. Libre, rebelle, sensuelle, leur sœur Marguerite, "la perle des Valois", affiche une vie dissolue, collectionnant les amants. Elle acceptera pourtant de se plier à la raison d'Etat en épousant Henri de Navarre, le futur Henri IV. Femme fatale, la reine Margot domine l'extraordinaire roman de Catherine Hermary-Vieille qui nous plonge dans les fastes et les horreurs d'une cour de France hantée par les espions, les empoisonneurs et les spadassins, gouvernée par des fauves sanguinaires qui s’entre-déchireront jusqu'à la mort de leur dynastie.


- Géraldine, reine des Albanais
de Joséphine Dedet
Éditions Belfond / 28 septembre 2016


Avec l'arrivée de Géraldine Apponyi à la cour de Tirana en 1938, le glamour et la modernité entrent en Albanie. De mère américaine et de père hongrois, de confession catholique et apparentée à toutes les familles royales de la vieille Europe, la "Rose blanche de Hongrie" tombe sous le charme du petit État des Balkans et de Zog Ier, son souverain musulman. Si la rencontre a été arrangée, le coup de foudre surprend la jeune comtesse et le roi dès le premier regard, dès le premier bal. Mais, un an plus tard, c'est le drame: l'Italie fasciste envahit l'Albanie et, tandis qu'elle vient de mettre au monde le prince héritier Leka, la reine doit fuir. Commence alors pour elle une vie d'errance, plus de soixante années d'exil qui ne prendront fin qu'en 2002, lorsque Géraldine rentrera triomphalement dans une Albanie délivrée du communisme. De l'Empire austro-hongrois à la montée du nazisme, de la guerre froide à la chute du mur de Berlin, Géraldine, reine des Albanais est une superbe fresque historique où l'épopée lumineuse et tragique de l'héroïne se confond avec celle d'une Europe à jamais disparue.


- L'amour, le Japon, les sushis et moi
de Naïma M. Zimmermann
Éditions Albin Michel / 28 septembre 2016


Lucrèce déménage au Japon: sa mère a obtenu le poste de ses rêves là-bas, et il ne reste plus qu'à prendre l'avion, petit frère bizarre et chien paillasson sous le bras. Lucrèce n'y voit pas d'inconvénient: après tout, quand on a 15 ans et qu'on est hyper-connecté, aller vivre à l'autre bout du monde n'a rien d'effrayant, pas vrai? Mais entre le choc culturel et les difficultés d'adaptation, l'acclimatation n'est pas aussi facile que prévue. Tandis que sa mère s'enthousiasme pour tout et que son petit frère joue le bourreau des cœurs à la garderie, Lucrèce peine à trouver sa place. Elle ne parvient pas à se faire des amis et le club des amateurs de sushis auquel elle s'est inscrite ne tient pas vraiment ses promesses. Mais lorsqu'elle découvre, dans le local poubelle de son immeuble, un sac rempli de partitions de grande valeur, c'est le début pour Lucrèce d'une enquête qui pourrait bien se terminer par une histoire d'amour.


- L'enfant et le cheval de vent
de Rupert Isaacson
Éditions Albin Michel / 28 septembre 2016


L'Enfant cheval racontait un voyage insensé: celui d'un père et de son fils autiste à travers les steppes de Mongolie. Le petit Rowan s'était éveillé à la vie au terme de cet incroyable périple, aidé par le pouvoir des chamans et le contact avec les chevaux. Mais, un an après, il se met à régresser. Son père se souvient alors des mots d'un chaman: il faudra encore trois voyages pour le relier définitivement au monde. L'Enfant et le cheval de vent donne vie à cette nouvelle aventure, de leur rencontre avec les Bushmen de Namibie et les Aborigènes du Queensland en Australie à celle des indiens Navajos du sud-ouest des États-Unis. Nourri par la magnifique énergie de l'amour d'un père pour son fils, un récit poignant, unique et plein d'espoir, tout autant qu'un document passionnant sur l'enfance et le handicap.


- La ballade de l'enfant gris
de Baptiste Beaulieu
Éditions Mazarine / 28 septembre 2016


C’est l’histoire de Jo’, jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
C’est l’histoire de No’, un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l’hôpital.
C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l’enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres. Jo’ devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères. Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l’un de ses jeunes patients, l’auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s’illuminent.


- Les feuilles d'ombre
de Hogan Desmond
Éditions Grasset & Fasquelle / 28 septembre 2016


"Parfois mes enfants me demandent, à moi l’avocat vieillissant, comment c’était d’être jeune. Je réponds des mensonges. Je dis que c’était merveilleux". Cinq amis, dans une petite ville de l'ouest de l'Irlande à la fin des années 1940. Cinq jeunes gens privilégiés, à qui la vie promettait l'aisance et l'insouciance; le destin en décidera autrement. Pris dans la ronde des amours incertaines et la tourmente d'un pays hanté par son histoire, il leur faudra apprendre à quitter l'enfance et ses sortilèges. Au centre de cette constellation de cœurs, un fantôme: celui de Christine Kenneally, la mère de l'un d'entre eux, fascinante exilée russe, qui un jour entra dans la rivière pour ne jamais en ressortir. Deuxième roman de Desmond Hogan, paru en 1980, Les Feuilles d'ombre est une ode vibrante et mélancolique à l'amitié, à la jeunesse et à ses illusions perdues. Un livre d'une beauté saisissante, qui confirme le génie poétique d'un auteur unique et secret, redécouvert après trente ans de silence.


- Les larmes
de Pascal Quignard
Éditions Grasset & Fasquelle / 28 septembre 2016


"Je n'ai jamais ressenti aucun sentiment de nation. Aucun sentiment de territoire. Seules les langues m'émerveillent. Rare l'instant où on voit sur les lèvres d'un enfant l'instant où le son devient un mot. Très rares les humains qui ont pu voir filmée, ou dessinée, ou enregistrée, ou narrée la scène exacte où ils ont pris origine juste avant l'instant x où ils sont conçus. Mais plus encore l'instant de bascule d'un système symbolique dans un autre: la date de naissance de leur langue, les circonstances, les lieux dans l'espace,le temps qu'il faisait dans le site, la rivière, les arbres, la neige.... C'est une chose extraordinaire que d'être resté en contact avec la contingence de l'origine. Le français a cette chance. Le 14 février 842, un vendredi, à la fin de la matinée, sur le bord de l'Ill, dans un froid terrible, sur les lèvres des soldats francs, quand ils ont à proclamer leurs serments, une étrange brume se lève. On a appelé cette brume le "français". Nithard, le premier a écrit le français. Je vais vous raconter l'histoire de Nithard et de son frère jumeau Hartnid". Pascal Quignard                                                                                                                


- Trop géniale !
de Christophe Gresland
Éditions City / 28 septembre 2016


La trentaine épanouie, Athéna a vraiment une vie trop géniale. Enfin, façon de parler... parce que sa vie est surtout très compliquée. Entre son fils Stan, le petit prodige qu'elle a eu très jeune avec un guitariste agité, et son job de journaliste, il est parfois difficile de faire face. Et voilà que sa rédactrice en chef lui donne une mission de taille: interviewer Charles de Brissac, romancier et futur prix Nobel de littérature. Mais l'homme est tellement secret que pour obtenir un rendez-vous, elle va devoir jouer de tous ses charmes et de son intelligence. Un mystérieux informateur lui révèle alors que l'écrivain dissimule pas mal de zones d'ombre dans sa vie. Et son secrétaire particulier n'est pas très net non plus avec sa tête de mafieux. Les incidents se multiplient autour de Tina et tout se détraque, au point de révolutionner sa vie, pour le pire et, surtout, pour le meilleur.


- Un homme cruel
de Gilles Jacob
Éditions Grasset & Fasquelle / 28 septembre 2016


C'est l'histoire vraie d’une star tombée dans l’oubli. Un comédien qui fut aussi renommé que Charlie Chaplin ou Rudolf Valentino, un personnage de légende qui n’occupe plus aujourd’hui que quelques lignes dans les histoires du cinéma. Et pourtant, quelle vie que la sienne. Né au Japon en 1889, parti très jeune pour l'Amérique, Sessue Hayakawa devient, dès les années 1910, au temps du muet, la première grande star d'origine asiatique de Hollywood. Et l’un de ses plus grands séducteurs. Son charisme, son charme, son regard ont fait fondre de nombreuses comédiennes, provoquant auprès de ses admiratrices des scènes d’hystérie. C'est l’histoire d’un des derniers nababs du cinéma, dont les réceptions fabuleuses dans son château californien firent la une des journaux de l’époque. Jusqu’au jour où le racisme anti-japonais provoque la chute de l’idole et une vertigineuse fuite en avant. Il devient l'homme de tous les voyages et de tous les dangers, des succès tonitruants et des échecs cuisants. L’opium, le jeu, les tentatives d'assassinats, les années folles, la résistance pendant la Seconde guerre mondiale, sans oublier le tournage du mythique Pont de la rivière Kwai, le film aux 7 Oscars, qui fera à nouveau de lui une vedette planétaire en 1957. Un destin aussi extraordinaire ne pouvait connaître qu’une fin sublime, digne d’un film de Kurosawa: qui eut dit qu'après toutes ces péripéties, cette fougue, cette fureur, Sessue Hayakawa se retirerait à 72 ans dans un monastère bouddhiste, très loin des lumières de Hollywood, parmi les statues de pierre et les moines du silence et de la paix?


- Adrienne ne m'a pas écrit
de Michelle Fourez
Éditions Luce Wilquin / 22 septembre 2016


"Je ne vous ai vue qu’une seule fois, Adrienne, au hasard d’une rencontre mondaine après l’un de mes concerts. […] Non, je ne me souviens pas vraiment de votre visage. De votre voix, oui. Je me souviens que vous n’êtes pas très jeune, pas très belle, mais il me semble que personne, jamais, n’a compris ma musique comme vous l’aviez comprise, ce soir-là". Des vies meurtries. La puissance de la musique. Un amour purement épistolaire qui se concrétisera enfin par-delà les peurs et les pudeurs.


- Je ne te mangerai pas tout de suite
de Emmanuèle Sandron
Éditions Luce Wilquin / 22 septembre 2016


"Et là je sens que je souris de toute ma bouche, de tous mes yeux, de tous mes cheveux, de tout mon corps. Et j’ai une énorme, une terrible, une folle envie de la prendre dans mes bras, et je me bats contre moi-même et contre le bonheur qui monte, je me bats pour le faire, pour la prendre dans mes bras, et je me bats pour ne pas le faire, la prendre dans mes bras, et je me dis : " Non, non, attends encore, attends encore un peu. Si tu le fais tout de suite, ce sera fait, et le bonheur de la première fois sera derrière toi, il ne sera pas devant toi comme maintenant, jouis, profite de l’idée de ce bonheur qui vient, qui n’est pas encore là, mais qui va arriver, là, maintenant, tout de suite, tantôt, plus tard". Sept nouvelles qui explorent le désir, en passant par les cases de l’interdit, de la transgression et de la volupté


- L'orée
de Daniel de Bruycker
Éditions Luce Wilquin / 22 septembre 2016


Quelque part en Europe, il y a quatre ou cinq mille ans, à l’aube du néolithique. Par un matin de printemps, Orée, un vieux bûcheron, emmène sa petite-fille, Maï, pour une longue promenade dans "sa" forêt. Chemin faisant, au fil des bosquets et des zones de coupe, il entreprend de lui raconter sa propre vie et celle de leur clan, depuis le jour où ils délaissèrent la vie nomade en forêt pour fonder leur village dans la Vallée, leurs découvertes, leurs doutes, leurs catastrophes, et en même temps initie l’enfant aux signes qu’il a gravés sur les écorces pour préserver la mémoire de ce passé et témoigner des disparus. Transmission ou héritage ? Au soir de cette journée de marche, Orée reviendra-t-il bien au village avec Maï pour célébrer la Fête du Temps, qui marque l’anniversaire de cette nouvelle vie du clan dans la lumière de la Vallée, ou s’apprête-t-il à repartir, seul, vers la forêt de ses origines ?


- Scream Test
de Grégoire Hervier
Éditions Au Diable Vauvert / 22 septembre 2016


Six jours, six balles, six perdants et seulement un survivant. Qui sera le dernier? À vous de choisir.
Los Angeles, de nos jours. Le lieutenant Clara Redfield est chargé de retrouver les candidats de l’émission de télé-réalité The Last One, qui fait trembler l’Amérique. C’est d’un suspense et d’un humour insoutenables, mais répétez-vous:
Ce n’est qu’un roman…
Ce n’est qu’un roman…
Ce n’est qu’un roman…


- Vintage
de Grégoire Hervier
Éditions Au Diable Vauvert / 22 septembre 2016


Comment un jeune journaliste à la recherche de la mythique Moderne de Gibson, Saint Graal des guitares vintage, découvre le passé mystérieux d’un pionnier maudit du rock’n’roll. De Pigalle aux rives du loch Ness, de Sydney à la route du blues, un road trip palpitant et plein d’humour qui, de meurtres en courses-poursuites, remonte aux origines culturelles, artistiques et techniques du rock.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Ven 23 Sep - 14:43

- Adios
de Thomas Morales
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 22 septembre 2016


"Notre béguin pour les voitures fantasques, les actrices racées, les plats en gelée, l'odeur saturée des chais, les romans amers des Hussards, les films d'Audiard, le profil d'une lycéenne aperçue dans un jardin public, toutes ces choses dérisoires et essentielles qui rendaient la vie si piquante disparaîtraient. Qui se souviendrait après nous des Alfa Giulia enchantant la Riviera, du charme vénéneux de Porfirio Rubirosa, des comédies mélancoliques de Philippe de B., des larges lunettes de Monica V., des seins conquérants de Sophia L. ou du sourire mauresque de Claudia C.? Notre alphabet du cœur. Nous savourions ces derniers instants et protégions jalousement les images fugaces de nos glorieuses années comme le plus précieux des trésors. Nous ignorions tous les profanateurs de notre nostalgie qui nous encerclaient, nous enserraient". Thomas Morales ne se contente pas de nous livrer, clefs en main, le panthéon d'une très longue jeunesse, la malle aux trésors éblouissante d'où jailliraient soudain non-stop tous les livres, toutes les B.D., les émissions de télé et les films culte qui ont marqué notre imaginaire depuis les fifties jusqu'aux eighties. En artiste-né, c'est carrément le frisson qu'il nous donne. Quand il fait crépiter en rafales le portrait d'un monstre sacré et, crevant l'habituel décor de carton-pâte où il végète, ouvre à notre mémoire tout un horizon inattendu où les moindres gestes résonnent tout à coup si juste qu'on les croirait proches à nous toucher. Voyez ce que Thomas Morales fait de l'accent d'Arletty, des cavales de Jean-Paul Belmondo, du sexe chez Tinto Brass ou de cette satisfaction qui fait subitement ressembler l'académicien Maurice Druon à un homme de la Renaissance. En subtil metteur en scène qui ne néglige ni les coups de génie ni les petits riens de l'existence, Thomas Morales remet toujours tout en place et fait tourner le monde, "notre" monde.


- Avide de réel
de David Shields
Éditions Au Diable Vauvert / 22 septembre 2016


Depuis le siècle dernier et Aragon, on sait que l'important dans le roman n'est pas le vrai, mais le réel. Que toute fiction est un mentir-vrai. En forme de promenade ludique en littérature composée de citations courtes, d'aphorismes et de lumineuses réflexions, ce court livre très accessible est devenu en cinq ans la réflexion littéraire la plus débattue dans le monde et un véritable succès commercial. Il nous montre comment, à l'ère de la téléréalité comme auto représentation sociale, la question du réel est au centre d'une société d'autant plus hantée par la réalité qu'elle l'expérimente de moins en moins par elle-même. Usant de sources nombreuses dans toutes les époques et particulièrement dans les classiques français, Avide de réel repense brillamment la création littéraire à l'aune de la question du réel et de sa représentation, centrale pour comprendre la littérature contemporaine.


- Big John de Paname
de Big John
Éditions Anne Carrière / 22 septembre 2016


Pour le peuple de la nuit, il est Cerbère. Celui dont le "oui" ou le "non" vous fait entrer au paradis des beautiful people ou vous renvoie dans l'enfer des gens ordinaires. Devant la porte d'une boîte de nuit au prestige inversement proportionnel à la taille, il se tient là, chaque nuit pendant des heures, objet de toutes les séductions et des plus grands mouvements de colère. Et tandis que tous guettent son assentiment, lui est au théâtre. Parce que ce poste de guet, ces quelques mètres carrés de bitume sur le trottoir d'une rue parisienne chic, est une scène à nulle autre pareille. Dans ce livre hilarant et monstrueux, Big John de Paname, cette unique fois, vous propose d'entrer. Et si vous pensiez connaître les limites de la dinguerie humaine, attendez-vous à tourner les pages, bouche bée, devant la folie suscitée par une simple porte. À moins, bien sûr, comme le tisse habilement Big John dans cette ronde frénétique d'histoires cocasses, que cette porte dise autre chose. Que ce "oui" ou ce "non" renvoie chacun à quelque chose de plus profond: une reconnaissance, une appartenance, une identité… Et que celui qui se tient devant la porte soit en fait le bras armé d'une discrimination violente, puisqu'elle sanctionne précisément l'idée que se fait de lui-même celui qui se présente.


- Bottins proustiens
Personnages et lieux dans À la recherche du temps perdu
de Michel Erman
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


Du héros omniprésent aux silhouettes fugaces d'une mondaine ou d'un valet, combien de personnages peuplent les sept volumes d'À la recherche du temps perdu? Dans combien de décors, réels ou inventés, évoluent-ils? C'est ce que Michel Erman a cherché à savoir, et qu'il recense ici sous la forme de deux Bottins.


- Chante, Luna
de Paule du Bouchet
Éditions Gallimard Jeunesse / 22 septembre 2016


Varsovie 1939. Luna, jeune Juive d'origine polonaise, n'a qu'une passion, la musique et le chant. Sa voix est merveilleuse. Elle a quatorze ans lorsque les troupes allemandes entrent en Pologne. Très vite, la population juive est enfermée dans le ghetto. Commencent alors la persécution, la misère, la peur, la mort. Luna voit peu à peu disparaître tous les siens. Dans le cauchemar de la guerre, elle participe à la résistance du ghetto de Varsovie avec, pour seules forces, sa voix hors du commun et sa volonté de vivre et d'aimer.


- Godescalc, le moine du destin
de Ariel Suhamy
Éditions Alma / 22 septembre 2016


Issu d‘une grande famille saxonne, Godescalc se révolte contre son propre destin. Il refuse de se soumettre à la loi paternelle, qu'elle soit celle de sa famille ou de son ordre religieux. Il élabore une doctrine paradoxale de la prédestination: puisque Dieu seul est le maître du destin de l'homme aucun pouvoir humain ne saurait s'imposer à nous et nous dicter notre conduite. Quittant son monastère pour une vie de prédicateur errant, Godescalc porte à vif les tensions dans l'Empire carolingien et l'Église d'Occident. Ariel Suhamy campe ce monde de bruit et de fureurs, tout en faisant revivre l'audace et la sophistication du débat intellectuel et religieux – nécessairement politique. La prédestination selon Godescalc resurgit avec une virulence intacte lors de la Réforme et de la crise janséniste. Et c'est Spinoza qui, par-delà les siècles, lui répond de manière fascinante.


- Il suffit d'une nuit
de William Somerset Maugham
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


Florence, 1938, dans une demeure prêtée par des amis, Mary, jeune veuve mélancolique, reçoit la visite d'Edgar qu'elle connaît depuis l'enfance. Aux antipodes de son défunt mari, joueur invétéré porté sur la boisson, cet homme bon et attentionné la demande en mariage. Mary se donne le temps de réfléchir. En attendant qu'Edgar revienne de Florence, elle accepte une invitation à une soirée mondaine où elle fait la connaissance de Rowley, séducteur impénitent, dont elle sait la réputation et n'est pas dupe. Mais alors qu'elle repart seule chez elle, elle fait une rencontre inattendue qui l'obligera à se tourner vers lui pour se sortir d'une situation délicate.


- La nuit des chats bottés
de Frédéric H. Fajardie
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


Par amour pour Jeanne, jeune femme désenchantée, Stéphan et Paul, deux anciens militaires, vont lancer la plus grande opération de plasticage de tous les temps. Jeanne a souffert de voir son père humilié par la société. Stéphan et Paul vont lui offrir une revanche posthume: "La vie est une opération de commando, c'est une razzia sur l'amour, l'amitié, la tendresse, la bagarre, le pouvoir…" Masqués de cagoules, ils vont s'attaquer à une banque, à un P.M.U., à une clinique, aux usines Renault, au ministère des Finances, et même au Sacré-Cœur. Livre fondateur d'un romantisme noir et anarchique, La nuit des Chats bottés est une œuvre emblématique, un règlement de comptes phénoménal, saluée à sa sortie par une presse unanime.


- La vengeance des mères
de Jim Fergus
Éditions Cherche Midi / 22 septembre 2016


1875. Dans le but de favoriser l'intégration, un chef cheyenne, Little Wolf, propose au président Grant d'échanger mille chevaux contre mille femmes blanches pour les marier à ses guerriers. Grant accepte et envoie dans les contrées reculées du Nebraska les premières femmes, pour la plupart "recrutées" de force dans les pénitenciers et les asiles du pays. En dépit de tous les traités, la tribu de Little Wolf ne tarde pas à être exterminée par l'armée américaine, et quelques femmes blanches seulement échappent à ce massacre. Parmi elles, deux sœurs, Margaret et Susan Kelly, qui, traumatisées par la perte de leurs enfants et par le comportement sanguinaire de l'armée, refusent de rejoindre la civilisation. Après avoir trouvé refuge dans la tribu de Sitting Bull, elles vont prendre le parti du peuple indien et se lancer, avec quelques prisonnières des Sioux, dans une lutte désespérée pour leur survie. Avec cette aventure passionnante d'un petit groupe de femmes prises au milieu des guerres indiennes, Jim Fergus nous donne enfin la suite de Mille femmes blanches. Le miracle se produit à nouveau et cette épopée fabuleusement romanesque, véritable chant d'amour à la culture indienne et à la féminité, procure un incommensurable plaisir de lecture.


- Le fils de la montagne froide
de Han Shan
Éditions De Borée / 22 septembre 2016


Han Shan fut-il l'ermite qui vécut dans la première moitié du VIIe siècle de notre ère ou un moine dont l'existence se déroule deux siècles plus tard? Y aurait-il eu un Han Shan I et un Han Shan II? Quelles que soient les controverses qui le rangent du côté du bouddhisme ou du taoïsme, Han Shan ou Montfroid reste insaisissable. Les seuls renseignements "historiques" qu'on puisse recueillir se trouvent dans ses poèmes et les poèmes s'écrivent d'eux-mêmes comme "la voie se trace en marchant" (Tchouang Tseu). Han Shan a marqué son époque et nombre d'auteurs jusqu'à aujourd'hui. Sa sincérité, son non-conformisme, son sens de l'humour qui se rit des conventions et des disciplines, font de lui une figue irrécupérable de la liberté.


- Le grand écrivain
de William Somerset Maugham
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


"Quand un ami, en votre absence, vous a téléphoné en insistant pour être rappelé, soyez sûr qu'il s'agit d'une affaire plus importante pour lui que pour vous. S'il pense à vous offrir un cadeau ou à vous rendre service, il sait modérer son impatience. Ainsi débute le roman de Somerset Maugham, esprit cosmopolite, voyageur infatigable de l'imaginaire mais aussi observateur inlassable de l'âme humaine qui restera comme l'un des plus habiles peintres de la société internationale du premier demi-siècle". François Rivière.


- Le manteau de Proust. Histoire d'une obsession littéraire
de Lorenza Foschini
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


C'est en interviewant le costumier de Luchino Visconti que Lorenza Foschini apprend par hasard l'existence, dans les réserves du musée Carnavalet, du manteau de Marcel Proust, cette pelisse noire décrite aussi bien par Cocteau que par Morand et dans laquelle l'écrivain s'est emmitouflé à la fin de sa vie. Jacques Guérin, grand collectionneur et amoureux de la Recherche, en a fait don au musée peu avant sa mort. La journaliste, passionnée elle aussi de Proust, n'a alors de cesse de connaître toute l'histoire. Le Manteau de Proust est le récit de sa captivante enquête.


- Le détour
de S.A. Bodeen
Éditions Michel Lafon / 22 septembre 2016


À 17 ans, Livvy Flynn est la romancière à succès d'une série fantastique pour adolescents. Un jour comme les autres, elle prend sa voiture pour se rendre à un atelier d'écriture loin de chez elle. Mais il suffit d'une mauvaise indication du GPS, d'une seconde d'inattention sur une route cabossée, et c'est l'accident. Lorsqu'elle reprend conscience, Livvy découvre avec horreur qu'elle est emprisonnée dans la cave d'une ferme, au milieu de nulle part. Ses ravisseuses, une mère et sa fille désaxée, lui en veulent pour une raison qu'elle ignore. Livvy comprend vite qu'elle a peu de temps pour sortir de ce piège fatal.


- Le prince des cravates
de Lucien Daudet et Jean-Christophe Napias
Éditions La Table Ronde / 22 septembre 2016


Parmi les lettres qui attendent Albert Salvage à Paris lorsqu'il revient de son service militaire, il y a une énorme enveloppe à la large écriture. Celle de lord Archibald Glenlyon Stetson, un ancien ami de son père, qui l'invite à séjourner dans sa propriété, près de Londres. "Guanhamara, disait en terminant l'aimable Anglais, sera heureuse de revoir son petit ami Albert". Ce prénom extravagant évoque instantanément au héros la ravissante épouse de lord Archibald, beaucoup plus jeune que son mari, et la senteur de rose qui traînait dans son sillage. Un mois en Angleterre dans le célèbre domaine de Broadmore lui semble soudain la meilleure façon de reprendre pied dans la vie.


- Lol est aussi un palindrome. Journal d'une prof au bord de la crise (de rire)
de Mathilde Levesque
Éditions Le Cercle Points / 22 septembre 2016


Tel un journal de bord, Mathilde Levesque a compilé tous les traits d'esprit les plus drôles de ses élèves. Avec tendresse et réalisme, elle rend compte des relations qui s'établissent entre un enseignant et sa classe à travers ces dialogues authentiques, truffés de punchlines. Un sens de la repartie décapant. Mathilde Levesque est agrégée de lettres modernes et docteur en langue et littérature françaises. Elle enseigne en zone sensible depuis 2011.


- Ode maritime et autres poèmes de Alvaro de Campos
de Fernando Pessoa
Éditions De La Différence / 22 septembre 2016


Fernando Pessoa naît à Lisbonne le 13 juin 1888. Son frère décède lorsqu'il a cinq ans et, entre 1896 et 1905, il vit à Durban, en Afrique du Sud, où le second mari de sa mère exerce les fonctions de Consul. De retour au Portugal, il ne quitte guère Lisbonne, où il meurt le 30 novembre 1935, pauvre et méconnu du grand public, malgré son rôle incontesté de chef de file du modernisme portugais et l'importance, qualitative et quantitative, de ses collaborations aux revues littéraires de l'époque. De son vivant, Fernando Pessoa n'a publié que peu de livres; des dizaines de volumes ont vu le jour depuis sa mort.


- Par le temps qui court
de Michel Butor
Éditions De Borée / 22 septembre 2016


Il y a des trésors dans la poésie de Michel Butor: mieux que tout autre, la forme de l'anthologie sait en recueillir les fulgurations, les rythmes, les éblouissements. Le choix, fait par l'écrivain, dessine la trajectoire d'une œuvre sur plus de soixante années d'écriture. "Le temps qui court", c'est donc d'abord le temps d'une vie consacrée à la littérature. Une vie pleine de vies multiples, rencontrées dans les voyages aux quatre coins du monde et dans les bibliothèques fabuleuses anciennes et modernes. L'écrivain apparaît en explorateur des langues et des imaginaires, en orpailleur du verbe, en archéologue du genre humain, en témoin de ses détresses et de ses espoirs qu'il partage. Les poèmes de Michel Butor, c'est aussi, l'espace d'un quatrain, de quelques octosyllabes, souvent de vers impairs, les épiphanies du quotidien: un portrait de l'artiste en salopette, les moindres signes d'humain sur la pierre des cavernes et de nos aujourd'hui, des "climats" contrastés, de neige, de médina, de forêts, d'aubes "de rosée d'épices de sel". "Le temps qui court" désigne alors le présent, chaque fois unique, du vécu et les strophes versifiées comme autant d'instantanés. La poésie de Michel Butor, c'est aussi la jauge d'une actualité intempestive, cruelle, désespérante: alors, "par les temps qui courent", refrain, ritournelle, litanie, mobile deviennent éminemment politiques et épinglent avec une impressionnante lucidité les souffrances contemporaines: le silence avant les bombardements le silence après les bombardements; "les nouvelles tours de Babel"; les crises et effondrements monétaires; les occasions manquées de réveil, de pardon, de guérison.


- Rester en vie
de Matt Haig
Éditions Philippe Rey / 22 septembre 2016


À vingt-quatre ans, souffrant d'anxiété et de dépression, Matt Haig s'est retrouvé au bord d'une falaise, les pieds à moitié dans le vide, sur le point de se précipiter... Rester en vie: cela paraît si difficile à celles et ceux qui sont au fond de l'abîme, qui ne voient poindre aucune lueur. Ce livre vif et sensible, plein d'humour aussi, raconte les batailles que l'auteur a menées pour comprendre ce qui lui arrivait, le partager avec les autres (pas toujours compréhensifs) et se mettre sur le chemin de la guérison. En cinq chapitres, Tomber, Atterrir, Se relever, Vivre, Être, Matt Haig explique avec sincérité comment il a progressivement vaincu sa maladie et trouvé le bout du tunnel. Car les raisons de rester en vie sont nombreuses, et détaillées ici avec force et optimisme. Ouvrir ce livre, c'est entamer une exploration joyeuse des façons d'exister, d'aimer mieux, de se sentir plus vivant.


- Sixtine. Roman de la vie cérébrale
de Rémy de Gourmont
Éditions Mercure de France / 22 septembre 2016


Sixtine avait de la grâce et les contours s'accordaient selon le rapport voulu pour évoquer le mot de beauté. Blonds, les cheveux, et d'un vert doré, les yeux; violente, la bouche et très blanches, les dents. Ah! la bouche violente rompait l'harmonie, un esthéticien froid l'eût déclaré, mais, et preuve qu'Hubert était déjà la proie du désir, en aimait la destructive violence, n'y voyait qu'une plus assurée promesse de plaisir. Les yeux faisaient un contraste de nonchalance et l'ensemble du visage vraiment avait de l'équivoque. Sixtine met en scène un aristocrate esthète, Hubert d'Entragues, écartelé entre sa soif d'idéalisme et son désir pour une jeune femme, Sixtine. Plus que l'histoire d'un amour malheureux, Sixtine est un roman sur la littérature. Inspiré par son propre amour fou pour Berthe de Courrière, Remy de Gourmont emprunte en effet à tous les genres, dans une construction narrative d'une grande modernité.


- Un si long chemin jusqu'à moi
de Fabienne Perrineau
Éditions Denöel / 22 septembre 2016


Tout commence à Roissy, ce fameux jour de 2010 où un volcan islandais au nom imprononçable, l'Eyjafjöll, s'est brusquement réveillé, interdisant tout trafic aérien. Ce jour-là, Arielle, restauratrice de tableaux, devait s'envoler pour le Japon. Elle vit depuis des années sous la coupe de son mari, un obstétricien de renom, qui l'a isolée de ses amis, poussée à abandonner son métier et à prendre des médicaments pour la calmer, dit-il. D'autant que Daniel, son frère jumeau, son confident, est mort brutalement il y a quelques mois. Dans le chaos de l'aéroport un homme, Jack, séduisant et étonnamment généreux, propose de la ramener à Paris. Cette rencontre est-elle l'amorce d'une renaissance pour Arielle? Quel chemin Arielle empruntera-t-elle pour sortir de son chagrin et de l'enfermement dans lequel son mari la maintient depuis des années?


- Addict
de Marie de Noailles
Éditions Grasset & Fasquelle / 21 septembre 2016


"Le 8 mai 1975, je vois le jour, moi Marie Alicia Eugénie Charlotte Blandine, seconde fille du duc et de la duchesse de Noailles. Trente ans plus tard, je choisis la vie. Je m'arrache à l'alcool, à l'herbe, à la cocaïne, à ces dépendances qui, depuis quinze ans, me possèdent et me consument. À moi la libération. Le 29 mars, date de mon retour parmi les vivants, où que je sois, je m'agenouille et je prie Dieu, dont je ne suis pas sûre de connaître le nom. Je m'appelle Marie, j'ai deux anniversaires et une seule vie. Que j'ai failli perdre et choisi de sauver. Je suis née deux fois". M. de N.
Jolie jeune femme, issue d'une des plus grandes familles de France, Marie de Noailles découvre la drogue à treize ans, une nuit d'extase et de mauvais hasard. Enfant choyée, drôle, flottante, éperdue de tristesse, elle s'essaye à tous les cachets, à toutes les boissons. À toutes les rencontres. Pendant des années, elle traverse la nuit parisienne, ses figures, ses âmes damnées, ses secrets. Blonde, dévastée, elle vole, elle ment, toujours plus accro. Une longue chute impossible à arrêter. À presque trente ans, méconnaissable, usée, Marie de Noailles est placée par sa famille  dans un centre au Royaume Uni, qui pratique la méthode "Minnesota". Une tentative ultime, violente et radicale. Marie change, se sauve, devient à son tour psychologue et soigne désormais des patients, souvent fameux, venant du monde entier pour la rencontrer.


- L'histoire des juifs. Volume 1
de Simon Schama
Éditions Fayard / 21 septembre 2016


L'histoire que Simon Schama entreprend de nous conter ici est à nulle autre pareille. Tout au long des dernières décennies, des découvertes archéologiques ont renouvelé notre vision de la manière dont a vu le jour la Bible, qui allait devenir le patrimoine d'une bonne partie de la planète. D'une extrémité du monde juif à l'autre ont été exhumées des mosaïques qui bouleversent notre idée de ce qu'étaient une synagogue et le culte juif, mais aussi de tout ce que cette religion, dans ses formes, partageait avec le paganisme et le christianisme primitif. Cette histoire s'étend sur les millénaires et les continents, de l'Inde à l'Andalousie, des bazars du Caire aux rues d'Oxford. Elle nous emmène d'un royaume juif dans les montagnes de l'Arabie du Sud à une synagogue syrienne aux murs peints étincelants, en passant par la colonie juive installée dans l'île d'Éléphantine, en Haute-Égypte, dès le vie siècle avant notre ère. Simon Schama nous conte avec maestria cette épopée où l'héroïsme de la vie quotidienne côtoie les grandes tragédies, et pose son regard d'historien de l'art sur les trésors qu'elle nous a légués. L'histoire des Juifs n'est pas, comme on l'imagine souvent, celle d'une culture à part, mais celle d'un monde juif immergé dans les peuples au milieu desquels il a vécu et marqué par eux, des Égyptiens aux Grecs, des Arabes aux chrétiens. C'est en cela qu'elle est l'histoire de tous.


- Le gang des Dalton. Notre véritable histoire
de Véronique Blanchard
Éditions Payot & Rivages / 21 septembre 2016


"Une chose était de dire qu'on les affronterait, une autre était de le faire". Calamity Jane, Jesse James, les Dalton: le Far-West a ses légendes. Celle du gang des Dalton, qui terrifia le Grand-Ouest et enflamma les imaginations, est racontée à hauteur de six-coups par Emmett Dalton, seul survivant du sanglant braquage de Coffeyville. Au-delà des attaques de trains, de diligences, de banques, duels et règlements de comptes, ce livre nous apprend aussi qu'un membre important du groupe était une femme, Miss Moore, et qu'à l'origine les Dalton étaient des hommes de loi intègres, craints et respectés, qui ne basculèrent de "l'autre côté" que lorsque la corruption du système qui les employait leur devint insupportable. Beyond the Law, titre original de ce livre, c'est aussi cela: la difficulté à garder une éthique dans un monde profondément amoral.


- Mon fric / Les époux
de David Lescot
Éditions Actes Sud / 21 septembre 2016


Mon fric: De l'enfance à l'âge mur, l'argent rythme nos vies, au gré d'entrées fructifiantes, au fil des dettes. Mon fric est un texte choral au rythme trépidant, drôle et léger, qui balaie les étapes d'une vie, dans ses rapports au fric.
Les Époux: Pendant quinze ans, Elena Petrescu et Nicolae Ceausescu ont mis la Roumanie à genoux. Ces dictateurs capricieux aux mains sales ont fait régner la peur au plus profond de chacun des Roumains, avant de finir exécutés devant les caméras de télévision, aux yeux du monde entier. Leur biographie est une comédie noire où le grotesque de leur démesure apparaît.


- Pour être enfin libre
de Shirin Ebadi
Éditions L'Archipel / 21 septembre 2016


Première musulmane à obtenir le prix Nobel de la paix en 2003, Shirin Ebadi, raconte son combat contre la République islamique iranienne, décidée à la réduire au silence, elle et ses proches. Dès l'accession au pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad, en 2005, les événements s'accélèrent: téléphone mis sur écoute, agents secrets la suivant, proches harcelés, voire condamnés, comme sa sœur arrêtée pour des motifs inventés de toute pièce. Shirin Ebadi aurait pu croire qu'il s'agissait là d'un roman d'espionnage. C'était sa vie. Quand, un jour de 2009, elle réalise que le gouvernement est prêt à tout pour lui prendre ce qu'elle a de plus cher, son mariage, ses amis, ses collègues, jusqu'à son prix Nobel, elle choisit l'exil. Ne lui reste alors que ce dont elle s'est toujours servi avec audace: sa liberté d'expression et ses convictions. Un seul mot d'ordre: continuer coûte que coûte le combat pour que les droits de l'Homme soient enfin respectés en Iran. Ce témoignage est l'histoire de ce combat.


- La vitesse sur la peau
de Fanny Chiarello
Éditions Le Rouergue / 15 septembre 2016


Depuis que sa mère est décédée dans un accident de la circulation, Élina se tait. Son périmètre s’est réduit: elle va du collège au domicile de son père, en passant par le jardin des Plantes. C’est là, sur un banc, qu’elle rencontre Violette, une femme en fauteuil roulant, qui lui rend les mots et lui apprend même à courir.


- Les règles d'usage
de Joyce Maynard
Éditions Philippe Rey / 15 septembre 2016


Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé: sa mère part travailler et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, fait place à la sidération. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre. Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine, et idéalise. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres: une adolescente tout juste devenue mère, un libraire clairvoyant et son fils autiste, un jeune à la marge qui recherche son grand frère à travers tout le pays. Wendy lit beaucoup, découvre Le Journal d’Anne Frank et Frankie Addams, apprend à connaître son père, se lie d’amitié avec sa belle-mère éleveuse de cactus, comprend peu à peu le couple que formaient ses parents, et les raisons de leur séparation. Ces semaines californiennes la prépareront-elles à aborder la nouvelle étape de sa vie? Retournera-t-elle à Brooklyn auprès de ceux qui l’ont vue grandir? Émouvante histoire de reconstruction, Les règles d’usage évoque avec brio la perte d’un être cher, l’adolescence et la complexité des rapports familiaux. Un roman lumineux.


- Poupe
de François Cérésa
Éditions Du Rocher / 15 septembre 2016


On connaît le vers de Lamartine: "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé". Le père du narrateur est mort. Il l'appelait Poupe. C'était un sacré bonhomme avec un sacré caractère. Une force de la nature. Un héros de western. Origine italienne. Il aimait, entre autres, les belles carrosseries, la bonne chair et les parties de tennis avec son fils, qui lui offre, dans ce roman, le plus beau des tombeaux: "Mon père si dur. Mon père si doux. Mon père, ce héros si dur au regard si doux". À la mort de Poupe, un monde s'écroule, va disparaître. Avec des mots serrés comme une gorge nouée, ce texte du souvenir mêle grande histoire et petites histoires intimes. On croise Céline et Alphonse Boudard, Louis Nucéra et Jean Daniel. La bande-son marie Charles Trenet, Verdi et Tino Rossi. Au cinéma: Rio Bravo. On voyage aussi, du Sud à la Normandie en passant par la capitale. Cérésa s'adresse à tous. Il nous touche. Poupe, de son nuage, peut être fier de son fils. Le roman lu d'une traite, on pense aux mots d'Henri Calet: "Ne me secouez pas, je suis plein de larmes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 17 Sep - 18:03

- Après Charlie: le déni de la représentation
de Dominique Chateau
Éditions Le Bord de l'Eau / 15 septembre 2016


On a assassiné les dessinateurs de Charlie Hebdo comme si leurs caricatures n'étaient pas des dessins. "Je n'ai pas l'impression d'égorger quelqu'un avec un feutre", disait Charb. Mais les assassins ne voient pas le feutre et oublient l'image en tant que telle. Ce déni de la représentation, qui justifie les actes les plus odieux, participe aussi de notre vie quotidienne, de la pratique de l'audiovisuel et de l'Internet.


- Claire
de Louise Bachellerie
Éditions Le Cercle Points / 15 septembre 2016


Claire est tout sauf une jeune femme ordinaire: elle préfère la science aux bals et à la danse. Passionnée d'astronomie, déguisée en homme, elle parvient à se faire enrôler dans la fameuse expédition de M. de La Pérouse. À bord de la Boussole et de l'Astrobole, elle réalise son rêve: parcourir le monde. Comme sa grand-mère Suzon, dont elle a fait son idole, l'horizon est sa seule limite.


- Comment construire une cathédrale
de Mark Greene
Éditions Plein Jour / 15 septembre 2016


"Je m'aperçois, à ce moment-là, qu'il n'a presque plus de dents. C'est ainsi: il n'a presque plus de dents, et il s'en porte à merveille. Il est comme ça, Justo: il construit une cathédrale, excusez du peu, quand d'autres se font faire des implants. Tout de suite, j'ai pensé: je me réjouis qu'il n'ait plus de dents. Je lui en suis reconnaissant. Il n'est pas important d'avoir de belles dents. On ne doit pas s'en faire, pour ses propres dents. Ce qui compte, c'est la vérité". L'histoire de Justo Gallego qui, depuis plus de cinquante ans, construit, seul, une cathédrale dans la banlieue de Madrid. Quand un romancier rencontre un héros de l'acte absurde, Don Quichotte s'incarne soudain, et le roman devient réalité.


- Daisy Miller et neuf autres nouvelles. Portraits de femmes
de Henry James
Éditions De La Différence / 15 septembre 2016


Le chef-d'œuvre qu'est Daisy Miller, qui ouvre le présent recueil, a tout de suite été une sorte de best-seller. Daisy est l'archétype de l'aguicheuse ravissante et innocente, victime du scandale qu'elle provoque malgré elle, à Rome, dans une société corrompue dont elle veut ignorer les règles. Irrité par le succès immédiat de son personnage, James a créé en contrepartie des Daisy calculatrices voire prédatrices comme par exemple Pandora ou Miss Gunton of Poughkeepsie. Sont groupés ici d'autres délicieux portraits qui révèlent toute l'évolution de son attitude envers les jeunes femmes. James avait en lui une composante puissamment féminine, de sorte qu'il s'est senti d'abord en empathie avec les femmes, avec leur sensibilité faisant d'elles des victimes conscientes ou naïves de la froideur ou du cynisme des hommes et des mœurs; puis il est passé à une espèce d'effroi devant leur pouvoir sexuel sur les hommes.


- Danseuse étoile
de Agnès Lestestu et Gérard Mannoni
Éditions Buchet Chastel / 15 septembre 2016


La danseuse étoile Agnès Letestu a marqué les plus grands rôles par la profondeur et l'originalité de ses interprétations, à l'Opéra de Paris et sur les scènes les plus prestigieuses, du Bolchoï à la Scala, de Tokyo à Cuba… Elle a mis son extraordinaire virtuosité au service des personnages qu'elle a incarnés, des plus directement passionnels et figuratifs, comme la Dame aux camélias ou Giselle, aux abstractions des créations contemporaines. Danseuse, créatrice de costumes, professeur, Agnès Letestu livre dans cet ouvrage écrit avec Gérard Mannoni un vaste propos sur la danse: les années d'apprentissage mais aussi l'enseignement, le rapport du mental et du physique, les grands rôles, le corps comme ami et comme ennemi, les relations avec les chorégraphes... Rarement une très grande danseuse s'était livrée ainsi, avec tant de franchise, de finesse et d'intelligence.


- De l'esprit d'aventure
de Gérard Chaliand / Patrice Franceschi / Jean-Claude Guilbert
Éditions Le Cercle Points / 15 septembre 2016


Qu'est-ce que l'esprit d'aventure? Quel rôle joue-t-il au sein des sociétés? Trois hommes qui nourrissent un goût sans fin pour la liberté, le savoir, le risque et le non-conformisme entreprennent une réflexion sur l'aventure et le voyage à travers le temps, l'histoire, les livres et les esprits. Convoquant leur propre parcours mais aussi ceux de figures historiques comme Galilée, Zapata, Kant, ou fictives comme Ulysse et Don Quichotte, ils développent une vision libérée du monde qui ose agir et repousser toujours les limites de la connaissance.


- Dissimulons !
de Noël Herpe
Éditions Plein Jour / 15 septembre 2016


"Au lendemain de ses nuits passées sur mon canapé, il repartait vers de nouvelles chimères, petit soldat de l'impossible, jamais découragé par la malchance. Sa silhouette s'éloignait au bout de la rue. Ce rêve de roman que j'avais caressé lors de mes premiers voyages en province, il l'incarnait à sa manière. D'une manière que je n'avais pas prévue, dérisoire et grandiose". Certains attendent le soir pour s'habiller en femme. D'autres combattent un monde qui ne veut pas de leur étrangeté. Excentriques, parias, individus sans feu ni lieu: Noël Herpe se promène à la rencontre d'une humanité déchue et lumineuse, poétique et burlesque, dans ces marges du monde "normal" où nos identités se métamorphosent.


- Drôle de voyage
de Pierre Drieu la Rochelle
Éditions Le Castor Astral / 15 septembre 2016


"Je ne peux pas m'absorber dans une femme, mais si une femme voulait se prêter avec moi à ce drôle de mouvement du monde, si une femme voulait avec moi faire mesure égale d'ironie et de détachement et de tendresse pour tout ce qu'on voit pendant ce drôle de voyage, nous pourrions nous asseoir l'un à côté de l'autre". Gille Gambier, jeune diplomate qui ne l'est guère, s'éprend de Béatrix Owen, la fille d'un lord anglais. Il la suit jusqu'à Grenade, mime des fiançailles, mais repart sans avoir demandé sa main. Pourquoi? Attachant mais désinvolte, intrépide mais cynique, Gille est aussi peu fait pour le mariage que pour l'adultère. Il rêve pourtant de fusion amoureuse. Mais comment aimer sans se salir, épouser une femme sans acquiescer au monde? C'est le sujet, grave et pourtant drôle, de ce curieux autoportrait.


- En quête de L'étranger
de Alice Kaplan
Éditions Gallimard / 15 septembre 2016


La lecture de L'Étranger tient du rite d'initiation. Partout dans le monde, elle accompagne le passage à l'âge adulte et la découverte des grandes questions de la vie. L'histoire de Meursault, cet homme dont le nom même évoque un saut dans la mort, n'est simple qu'en apparence, elle demeure aussi impénétrable aujourd'hui qu'elle l'était en 1942, avec ses images à la fois ordinaires et inoubliables: la vue qui s'offre depuis un balcon par un dimanche d'indolence, les gémissements d'un chien battu, la lumière qui se reflète sur la lame d'un couteau, une vue sur la mer à travers les barreaux d'une prison. Et ces quatre coups de feu tirés en illégitime défense. Comment un jeune homme, qui n'a pas encore trente ans, a-t-il pu écrire dans un hôtel miteux de Montmartre un chef-d'œuvre qui, des décennies après, continue à captiver des millions de lecteurs? Alice Kaplan raconte cette histoire d'une réussite inattendue d'un auteur désœuvré, gravement malade, en temps d'occupation ennemie. "J'ai bien vu à la façon dont je l'écrivais qu'il était tout tracé en moi". Le lecteur repère les premiers signes annonciateurs du roman dans les carnets et la correspondance de Camus, traverse les années de son élaboration progressive, observe d'abord l'écrivain au travail, puis les mots sur la page, accompagne l'auteur mois après mois, comme par-dessus son épaule, pour entendre l'histoire du roman de son point de vue. En quête de L'Étranger n'est pas une interprétation de plus: c'est la vie du roman.


- Face à la mer
de Françoise Bourdin
Éditions Belfond / 15 septembre 2016


Mathieu tient une librairie indépendante au Havre depuis plus de vingt ans. Il a consacré sa vie à son entreprise, ce qui lui a valu un divorce et l'a empêché de voir grandir sa fille, Angélique. Passionné par son métier, entouré de collaborateurs qui l'admirent, il réussit pleinement. Mais le succès a un prix, et un jour, c'est le burn-out. Impossible pour Mathieu de pousser la porte de sa librairie. Déprimé, apathique, il décide de tout plaquer et de se réfugier à Sainte-Adresse, dans la maison de son vieil ami César qui vient de mourir. Alors qu'il n'aspire qu'à la solitude, ses proches s'invitent les uns après les autres. Tess, sa compagne amoureuse mais impuissante à l'aider, son ex-femme, ses quatre frères, qui ne comprennent pas les raisons d'une telle crise. Seule Angélique prend la mesure de la situation et, malgré sa jeunesse, décide de veiller sur la librairie et de motiver chaque jour les employés, quitte à négliger ses études. Tandis que Mathieu tente de trouver dans son passé l'origine du mal qui l'anéantit, la détermination sans faille d'Angélique pourrait bien l'aider à se reconstruire et à envisager une nouvelle façon d'exercer son métier. Surtout si des dangers surgissent.


- Fleur et sang
de François Vallejo
Éditions Le Cercle Points / 15 septembre 2016


Un seul sang, une seule lignée. Deux hommes, deux docteurs, deux destins. Né sous Louis XIV, Urbain Delatour officie avec son père chirurgien en milieu rural. Dans la France d'aujourd'hui, Étienne Delatour est un cardiologue réputé. À des siècles de distance, l'ancêtre et le descendant soignent les corps, réparent les cœurs et rencontrent l'amour. La passion prendra-t-elle le pas sur la médecine?


- La maison au bout du monde
de Åke Edwardson
Éditions 10-18 / 15 septembre 2016


Erik Winter a failli mourir noyer au fond d'une piscine de la Costa del Sol. Après deux ans de repos, il souffre toujours d'un implacable acouphène. Il vient de rentrer en Suède afin de reprendre son travail et a laissé derrière lui sa famille en Espagne. Son retour est intense: la ville est paralysée par le froid et il doit faire face à un premier crime des plus monstrueux: une femme et deux enfants ont été assassinés dans une villa de banlieue. Le seul survivant de cette scène d'horreur est un nourrisson retrouvé dans la maison. Le bébé est mal en point. Une foule de questions s'imposent alors aux enquêteurs. Pourquoi personne n'a-t-il donné l'alarme? Pourquoi le bébé a-t-il été épargné? Et enfin, comment a-t-il survécu tout ce temps?


- La Révolution buissonnière. Ou la vie héroïque de François de Llucia
de François Jonquères
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 15 septembre 2016


François de Llucia (1752-1794), qui s'illustra comme député à l'Assemblée législative avant de devenir maire de Perpignan, n'a pas sa langue dans sa poche pour fustiger les atrocités d'une Révolution dont il avait pourtant caressé le rêve. En digne enfant du Roussillon, fier descendant des héros de la Reconquista, l'homme n'est pas du genre à refuser le combat, même perdu d'avance. Les troupes de l'envahisseur espagnol qui ont croisé le fer avec lui après avoir rencontré son légendaire "regard de loup" en tremblent encore. Hélas, si vaillant et glorieux qu'il fût, Llucia n'en sera pas moins arrêté sur la foi d'obscurs soupçons. Mais s'il pleut des têtes par milliers, depuis que Dame Guillotine règne en maître sur la République née moribonde, ce sont aussi d'innombrables masques qui tombent pour notre plus grand plaisir sous les coups de plume et d'épée de l'heureux Llucia. Car François de Llucia, c'est un peu le don Quichotte de la Révolution. Ami de Laclos, de l'abbé Birotteau ou même de Danton, qu'il surnomme "le Gros Georges", il tombe amoureux contre ses propres principes quand il ne sauve pas des vies ou ne cause pas passionnément littérature avec son  geôlier. Ce qui est certain, c'est qu'il parvient, en toutes circonstances, à nous faire oublier l'horreur de l'Histoire grâce à ce merveilleux sens de la bagarre, dont la fougue et la drôlerie n'auraient  pas déplu aux Trois Mousquetaires.


- Le beau-fils
de Emmanuel Bove
Éditions Le Castor Astral / 15 septembre 2016


Tout commence par un mariage, celui d'Annie Villemur et Jean- Melchior Œtlinger. Mais ce mariage est une mésalliance. Annie vient d'une famille bourgeoise et Jean-Melchior est pauvre. Il a eu aussi un fils, Jean-Noël, avec une mégère qu'il abandonne sans remords. Après la mort de Jean-Melchior, dix ans plus tard, Annie et Jean-Noël retournent à Paris. Veule, le jeune garçon n'en finit pas de décevoir sa belle-mère. Il commet les mêmes erreurs que son père: épouser des femmes qu'il n'aime pas et ne jamais achever ses études. Pourtant, son seul désir semble de plaire à Annie. Dans son roman le plus ouvertement autobiographique, lui qui sera allé de la pauvreté à l'opulence dans un éprouvant mouvement de balancier, Bove transpose de façon saisissante les épisodes les plus ambigus de son histoire familiale.


- Le chemin du vrai bonheur
de Un Chartreux
Éditions Plon / 15 septembre 2016


Chacun de nous cherche le bonheur, mais nous sommes peu nombreux à l'atteindre. Comment orienter notre vie? Comment devenir ce que l'on est vraiment? En réponse à nos angoisses et à notre quête de sens, un moine chartreux nous propose une lecture vivifiante des Évangiles et nous guide, à partir des Béatitudes, sur la voie de la sérénité. Les Chartreux sont des hommes de silence. Quand ils parlent, ils pèsent leurs mots et ces mots valent de l'or. Pétri à la fois de tradition chrétienne et de culture contemporaine, ce maître de vie spirituelle nous transmet toute son expérience. En nous faisant passer par la porte du cœur, il nous apprend à purifier nos attitudes, nos affections, nos manières de penser, notre relation à Dieu. Ce livre qui s'adresse aussi bien au cœur qu'à l'intelligence est à la portée de chacun. Il offre un chemin de libération intérieure qui permet d'accéder à une plénitude de vie et d'amour.


- Le club Jane Austen
de Karen Joy Fowler
Éditions 10-18 / 15 septembre 2016


Chronique sur six mois de la vie sentimentale et amoureuse tourmentée des six membres du club Jane Austen, en Californie. Cinq femmes et un homme réunis autour d'un même goût pour les œuvres de la romancière britannique. ©Electre 2016


- Le cœur du problème
de Christian Oster
Éditions Le Cercle Points / 15 septembre 2016


Quand je rentre chez moi ce soir-là, Diane prend un bain et il y a un homme mort dans le salon. Elle me quitte. Je me retrouve seul avec mes questions et un cadavre. Je ne connais même pas ce type, et maintenant je dois vivre avec, en quelque sorte. Je l'ai enterré dans le jardin, j'essaie d'oublier. Sauf que je suis devenu ami avec un ex-flic qui veut racheter ma maison.


- Le fils de mille hommes
de Valter Hugo Mãe
Éditions Métailié / 15 septembre 2016


Crisóstomo, un pêcheur solitaire, décide à quarante ans de prendre son destin en main. Il se construit une famille, puisque l'amour est avant tout la volonté d'aimer. Il choisit un fils en apprivoisant le petit orphelin abandonné par le village, puis une femme au passé tourmenté les rejoint, et autour de ce noyau se forme une famille peu commune de laissés-pour-compte et d'éclopés. Dans cette communauté d'êtres bizarres, tout droit sortis des fables, ce bricolage affectif se révèle inventif et profitable, et chacun finit par s'inventer une famille, même dans les cas les plus désespérés. Ce texte sensible et humain au style ciselé est un éloge de tous ceux qui résistent aux injonctions de l'évidence et fait comprendre comment finalement le rêve change la vie.


- Le Français qui possédait l'Amérique
de Pierre Ménard
Éditions Cherche Midi / 15 septembre 2016


Crozat ne fut ni Maréchal, ni Premier ministre, ni Cardinal. Il ne nous a rien laissé en tant que peintre, écrivain, philosophe ou musicien. Il n'était ni Grand Seigneur, ni grand bâtisseur. Oublié de tous, même de ses rares descendants, il ne se rappelle au bon souvenir que de quelques visiteurs égarés du château de Versailles, qui croisent par mégarde son portrait dans une aile retirée du château. Pourquoi écrire la biographie d'un personnage oublié? Parce qu'il est l'un des personnages les plus importants et les plus modernes des XVIIe et XVIIIe siècles. Parti de peu, celui que l'on croit fils de cocher, parvient à force d'intelligence, de stratégies et de coups tordus à devenir "l'homme le plus riche de Paris" (Saint Simon) sous Louis XIV, et probablement l'un des hommes les plus fortunés de tous les temps (cinq fois la fortune de Bill Gates). Tissant son réseau avec préméditation, il est vite l'homme de confiance des grands personnages du royaume et du Roi Soleil lui-même. Plus grand trafiquant d'esclaves du XVIIIe siècle, il contrôle en parallèle une majeure partie du commerce maritime mondial, devenant un des acteurs-clefs et pourtant méconnus de la mondialisation. En 1712, consécration suprême d'une ascension fulgurante, il se voit conférer la Louisiane, soit le quart des États-Unis actuels. Le financier, qui ne répugne pas aux détournements de fonds, spéculations et manipulations en tous genres, est lié aux plus grands événements de son temps, de l'affaire des poisons au système de Law (dont il sera l'un des inspirateurs). Son palais parisien n'est autre que l'actuel Ritz, et c'est lui qui finance la construction de l'Élysée. Quant à la fabuleuse collection de tableaux de sa famille, rachetée par Catherine II, elle deviendra le cœur du musée de l'Ermitage. Malgré une vie si mouvementée, Crozat a soigneusement été effacé de l'histoire de France. Il était temps de lui rendre justice.


- Les vichysto-résistants
de Bénédicte Vergez-Chaignon
Éditions Perrin / 15 septembre 2016


Les révélations sur les attaches du président de la République François Mitterrand avec Vichy ont fait en leur temps l'effet d'une bombe: les Français se sont demandé comment on pouvait prétendre avoir été à la fois résistant et partisan de Pétain. Grâce à de nombreuses archives, Bénédicte Vergez-Chaignon dresse un panorama complet de cette résistance au profil très particulier, née en 1940 autour du thème de la revanche militaire. Au fil des pérégrinations idéologiques et des rapprochements tactiques, on voit notamment défiler le Maréchal de Lattre, Marie-Madeleine Fourcade, Henri Frenay, André Bettencourt, Maurice Clavel et beaucoup d'autres. Richesse des sources, sûreté de l'analyse et péripéties multiples font de ce livre récompensé par l'Académie française en 2009 un ouvrage indispensable.


- Orfeo
de Richard Powers
Éditions 10-18 / 15 septembre 2016


À la suite d'une infection bactériologique dans un hôpital de l'Alabama, le septuagénaire Peter Els, compositeur sans histoires, se retrouve soupçonné de terrorisme. Plutôt que de se rendre à la police, il décide de fuir une société qui a fait de la surveillance son maître mot. Hanté depuis toujours par la musique, il entame un périple à travers l'Amérique et son passé. ©Electre 2016


- Où mène le souvenir. Ma vie
de Saul Friedländer
Éditions Du Seuil / 15 septembre 2016


En 1978, dans Quand vient le souvenir, Saul Friedländer se penchait sur son enfance: l'incompréhensible drame qui fait qu'un petit garçon juif, tchèque, enfant unique chéri de ses parents, devient à dix ans catholique, français et orphelin. Ce livre reprend le récit au moment où le premier s'arrête: en 1948, quand l'auteur âgé de seize ans fugue du lycée Henri-IV où il est pensionnaire pour rejoindre clandestinement le jeune État d'Israël, comme l'ont fait d'autres orphelins de sa génération. Il ne parvient pas à s'y fixer. Très vite s'établit une existence partagée entre trois mondes: l'Europe, les États-Unis et Israël, entre français, anglais et hébreu. À plus de trente ans vient le choix de l'écriture et de l'histoire. Saul Friedländer renoue alors les fils de son passé en se confrontant au nazisme, dont il devient l'un des plus brillants historiens, engagé dans tous les débats de son temps. Voici le récit d'une vie marquée par la Shoah, dans laquelle la recherche n'a jamais été dissociée de l'engagement. D'une écriture pudique et souvent bouleversante, Saul Friedländer raconte comment, à partir de la perte, se construit une vie d'homme.


- Un chien dans le moteur
de Charles Portis
Éditions 10-18 / 15 septembre 2016


Ray Midge part en quête de ce qu'il a perdu au Mexique et au Honduras: sa femme, sa carte de crédit, sa Ford Torino et sa tranquillité d'esprit. Dans son périple, il rencontrera des escrocs rêveurs, des hippies réactionnaires, des religieux en tous genres et le docteur Reo Symes, praticien radié sans aucune moralité. ©Electre 2016


- Une autre histoire
de Claude Ribbe
Éditions Cherche Midi / 15 septembre 2016


Le roman vrai d'une trentaine de figures méconnues ou oubliées. Depuis le XVe siècle, la France, à l'instar d'autres pays d'Europe, s'est aventurée sur les mers. À mesure que les navigateurs, nourris d'angoisses et de fantasmes, descendaient vers ce qu'ils avaient cru être les limites du monde, et qu'ils y découvraient des peuples différents, apparaissait le préjugé de couleur qui servirait de justification facile à l'esclavage et à la colonisation. Par la force des choses, de la rencontre avec les côtes d'Afrique et les îles d'Amérique, sont nées bien des figures remarquables. Plusieurs d'entre elles ont joué un rôle éminent. Pourtant, l'histoire officielle les a longtemps négligées ou écartées. À travers ces portraits de personnalités oubliées ou occultées de l'histoire de France, souvent inédits, toujours romanesques, Claude Ribbe lève un coin du voile sur une autre histoire, bien étonnante, qui donne à réfléchir et permet de mieux comprendre la France d'hier et d'aujourd'hui.


- Une semaine, 7 lundis
de Jessica Brody
Éditions Gallimard / 15 septembre 2016


"Moi, Ellie Spark, j'ai survécu au pire lundi de tous les temps. Une journée HO-RRI-BLE qui n'a été qu'une succession de catastrophes. Alors, quand j'ai découvert le lendemain que j'avais une chance de tout recommencer, j'ai remercié mon étoile et je me suis mis en tête de reconquérir le garçon de mes rêves". Parce que l'on a parfois besoin d'une semaine entière de lundis pour comprendre ce que l'on veut vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 17 Sep - 17:58

- À la recherche de Robert Proust
de Diane de Margerie
Éditions Flammarion / 14 septembre 2016


Une lecture de l'œuvre de M. Proust à la lumière de sa relation avec son frère cadet, Robert de Margerie perçoit, malgré une absence totale de ce frère dans l'écriture, sa présence comme un double qui guette sans cesse le narrateur. ©Electre 2016


- Arendt et Heidegger. Extermination nazie et destruction de la pensée
de Emmanuel Faye
Éditions Albin Michel / 14 septembre 2016


N'y a-t-il pas une contradiction dans l'œuvre d'Arendt? On y trouve une description critique du totalitarisme national-socialiste, mais aussi l'apologie de Heidegger érigé, malgré son éloge de la "vérité interne et grandeur" du mouvement nazi, en roi secret de la pensée. L'étude des Origines du totalitarisme montre qu'Arendt développe une vision heideggérienne de la modernité. Dans Condition de l'homme moderne, la conception déshumanisée de l'humanité au travail et le discrédit jeté sur nos sociétés égalitaires procèdent également de Heidegger. En outre, des lettres inédites montrent qu'Arendt a décidé de marcher sur les pas de Heidegger avant leurs retrouvailles de l'année 1950. Il s'agit d'une adhésion intellectuelle, irréductible à la seule passion amoureuse, et qui mérite d'être prise au sérieux. Certes, Arendt ne partage pas l'antisémitisme exterminateur de Heidegger confirmé par ses Cahiers noirs. Que devient cependant la pensée, instrumentalisée dans l'opposition, nouveau mythe moderne, entre Heidegger, le "penseur" retiré sur les hauteurs neigeuses de sa hutte de Todtnauberg, et Eichmann, l'exécutant sans pensée, le "clown" muré dans sa cage de verre?


- Aussi longtemps que dure l'amour
de Alain de Botton
Éditions Flammarion / 14 septembre 2016


Un roman philosophique sur les moments importants de la vie amoureuse notamment la quête balbutiante de l'âme sœur durant l'enfance, le fantasme de l'inconnu, le début de l'histoire d'amour, la première fois, à travers l'histoire de deux personnages. ©Electre 2016


- La montagne magique
de Thomas Mann
Éditions Fayard / 14 septembre 2016


Écrite entre 1912 et 1924, La Montagne magique est l'un des romans majeurs du vingtième siècle. Cette œuvre magistrale radiographie une société décadente et ses malades, en explorant les mystères de leur psychisme. Le jeune Hans Castorp rend visite à son cousin dans un luxueux sanatorium de Davos, en Suisse. Piégé par la magie de ce lieu éminemment romanesque, captivé par des discussions de haut vol, il ne parvient pas à repartir. Le jeune Allemand découvre son attirance pour un personnage androgyne et, au mépris du danger, se laisse peu à peu envoûter par cette vie de souffrances, mais aussi d'aventures extrêmes en montagne et de dévergondage, où fermentent des sentiments d'amour et de mort. Évocation ironique d'une vie lascive en altitude, somme philosophique du magicien des mots, ce vertigineux roman du temps retrouve tout son éclat dans une nouvelle traduction qui en restitue l'humour et la force expressive.


- Le portrait de Dorian Gray non censuré
de Oscar Wilde
Éditions Grasset & Fasquelle / 14 septembre 2016


Tout le monde connaît le chef-d'œuvre d'Oscar Wilde tel qu'il a été publié en volume en 1891. Cette version diffère considérablement du manuscrit qu'il avait soumis quelques mois plus tôt au Lippincott's Magazine où le roman devait paraître en prépublication. Le directeur, par pruderie, l'avait sérieusement raboté, ce qui ne l'a pas empêché de provoquer un premier soulèvement d'indignation. Par la suite, Wilde a augmenté et remanié son roman, estompant ses passages les plus audacieux. La critique instruisait déjà son procès en immoralité. Il a fallu attendre 2011 pour que, en Angleterre, des universitaires rendent disponible le texte initial, avant les censures successives. C'est cette version que les Cahiers rouges publient pour la première fois en France. La trame reste inchangée. Dans le Londres fin de siècle, le peintre Basil Hallward tombe en adoration devant son modèle, le beau Dorian Gray. Leur chaste idylle commence, troublée par l'intervention d'un vieux camarade de Hallward, Lord Henry. Dandy hédoniste amoureux des bons mots, affichant avec insolence son homosexualité, il convainc Dorian de l'importance capitale de sa beauté. Un jour viendra où la vieillesse l'aura défiguré et plus personne ne le regardera. Horrifié, Dorian conclut un pacte faustien avec le portrait que Hallward a peint de lui: ce n'est plus lui que le temps abîmera, mais l'image du tableau. Le Portrait de Dorian Gray non censuré est encore plus délicieusement décadent et surtout plus ouvertement homosexuel. Le pouvoir érotique de Dorian est exacerbé, nombre de phrases rendent indubitable et intense la nature des sentiments de Hallward pour lui. On retrouvera bien sûr les saillies du spirituel Lord Henry, notamment le fameux: "De nos jours on sait le prix de tout, mais on ne connaît la valeur de rien".


- La vie secrète du fonctionnaire
de Arnaud Friedmann
Éditions JC Lattès / 14 septembre 2016


Les dix nouvelles de La vie secrète du fonctionnaire mettent en scène des salariés de la fonction publique confrontés à un quotidien sclérosant, à la surenchère des réglementations et à l'obsession statistique de leur hiérarchie. À l'occasion d'une rencontre ou d'un moment critique, ils osent (ou rêvent de) briser la routine, faire un pas de côté pour s'affranchir de la norme. Apercevant une occasion de rompre avec la monotonie quotidienne et de peut-être tout reconstruire, certains passent le pas, d'autres hésitent ou ne peuvent s'y résoudre. Chaque personnage a une voix identifiable, une façon propre de se comporter et d'entrer en résistance avec les contraintes de son activité professionnelle. Une cadre stressée a recours au covoiturage un jour de grève: sous l'effet de l'ambiance délétère qui règne dans le véhicule, elle en vient à reconsidérer ses priorités et ses préventions envers le conducteur. Un guichetier SNCF, dont les deux principaux talents consistent à savoir estimer à l'unité près le nombre de clients qui patientent dans la file d'attente et à élaborer des tactiques savantes pour attirer à son guichet les jeunes femmes qui lui plaisent, croit soudain reconnaître sa fille disparue et abandonne son poste pour la suivre. Avec beaucoup d'empathie et d'humour, ces nouvelles dressent le portrait d'une génération qui s'interroge sur son rapport à un monde du travail de plus en plus objectivé, une génération qui cherche par tous les moyens à préserver son humanité dans ou hors du cadre professionnel. Le stress des fonctionnaires n'est pas, toujours, là où on l'attend.


- Les nuits de Williamsburg
de Frédéric Chouraki
Éditions Le Dilettante / 14 septembre 2016


"Chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière / La seconde âme en nous se greffe à la première", a édicté un beau jour, se ratissant la barbe d'une main auguste, le père Hugo. Bien beau tout cela, marmonne et maugrée Samuel Goldblum, notre héros, mais quelle nuit choisir pour s'y fondre ? Dans quelle ombre propice refonder sa vie ? Et puis quelle foutue âme est donc la mienne ? Rejeton frondeur d'une famille juive de Clamart, romancier au succès en pleine détumescence houspillé par une éditrice foutraque et capiteuse, Goldblum backroome en roue libre dans les nuits pouacres du gay Marais. Mais le désenchantement menaçant, il opte pour un réenracinement loin de Maman et des moustachus. Le voilà plongé (entendez à la plonge), à Brooklyn, sans un sou, dans les nuits de Williamsburg (son pont, ses hips et ses hassidims), famélique otage d'un impitoyable pizzaiolo. Fuyant ce cauchemar à calzone, à la rue il est sauvé de la voirie par une famille de juifs religieux au centre de laquelle flamboie Rébecca la rousse, un vrai pique-nique de soleil. L'âme enluminée par la lecture du Zohar et les reins bizarrement embrasés par la fille de la maison, il se croit un temps sur la voie du salut. Que nenni, une nuit il se fait la belle, l'autre, et retourne aux fièvres new-yorkaises hantées par les fantômes de la Beat Generation. Pour finir, back to Paris, avec dans la musette Les Nuits de Williamsburg, enfin de quoi se ragaillardir la plume.


- Mauvaise compagnie
de Laura Lippman
Éditions Du Toucan / 14 septembre 2016


Deux petites filles, exclues d'une fête de quartier, trouvent une poussette abandonnée avec un enfant à l'intérieur dans une rue peu fréquentée de Baltimore. Ce qui se produira ensuite sera terrible, causant des ravages irréparables dans trois familles. Sept ans plus tard, Alice Manning et Ronnie Fuller, âgées de dix-huit ans, sortent de prison et tentent de reprendre le cours de leurs vies. Mais des secrets tourbillonnent encore autour de leur crime et continuent de hanter les parents, les avocats, la police et tous les adultes qui ont croisé les existences d'Alice et de Ronnie. Jusqu'à ce qu'un autre enfant disparaisse, dans des circonstances étrangement similaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: 1. Les romans :: Les dernières parutions-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: