Le Titre du Roman

AccueilAccueil  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 Les dernières parutions

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Mar 20 Fév - 20:58

- Le talent et les assassins
de Philippe Dessertine
Éditions Anne Carrière / 23 février 2018


Le Titre du Roman

Dans le secret de la grande bibliothèque du Vatican se déroule en 2012 le plus improbable des colloques; celui réunissant des théoriciens de l'économie, des spécialistes de la dette souveraine et des anciens ou futurs chefs d'état. Leur objet? Bâtir la paix au Proche Orient en utilisant la plus formidable expérience monétaire de tous les temps: la création de l'euro. Ils sont persuadés que l'alliance du pragmatisme, des idéaux et de la rationalité peuvent provoquer un choc positif, permettant de sortir enfin de la spirale de guerre devenue le destin fatal de la région. Ils n'ont seulement pas saisi qu'ils touchent aussi à des interdits, à des intérêts occultes, dont la puissance les dépassent; au point de provoquer des ondes de choc insensées. Jusqu'à la démission du dernier pape européen? Philippe Dessertine imagine une histoire où tout pourrait être vrai, faisant de l'aventure monétaire le thème central d'un thriller haletant où se mêlent comme dans la réalité finance et géopolitique. Et si derrière la fiction son premier objectif était de comprendre l'ambition immense, à l'échelle de l'Histoire, des desseins européens, de la création de l'euro, avant qu'il ne soit trop tard, avant que la jeunesse ne comprenne que le pire est toujours évitable?


- Américains d'Amérique
de Gertrude Stein
Éditions Bartillat / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Voici l'histoire d'une famille émigrée en Amérique au XIXe siècle, une vaste chronique écrite très librement au fil des souvenirs et qui s'est imposé comme un classique moderne. Dans cette version destinée au public français, la grande Gertrude Stein ne s'est pas contentée de peindre un fragment de l'Amérique, mais une famille complète, une famille qui est toute l'Amérique, en sa fuite, en ses migrations, ses installations et ses conquêtes, une famille sans interruption et sans lacune. Américains d'Amérique constitue un document d'une valeur considérable, œuvre d'une femme qui pendant trois générations a été à l'avant-garde des lettres et des arts et la créatrice d'un style précurseur. C'est toute une idée de l'Amérique qui ressort à travers ces pages: "L'entrée d'un vieux peuple dans un monde nouveau, la naissance d'un peuple nouveau".


- L'académie des âmes abîmées
de Thierry Cohen
Éditions Plon / 22 février 2018


Le Titre du Roman

À l'Académie des Âmes Abîmées, réparer les vivants est un enseignement, une vocation. Mieux: une mission. Quand Lana et Dylan, deux adolescents en perdition, y sont recueillis, ils sont loin d'imaginer ce qui les attend. Blessés par la vie, perdus dans un monde de haine et de violence, ils vont tenter de se reconstruire. Mais peut-on retrouver confiance un jour après avoir survécu à de tels drames? Et quel rôle leurs parrains, Dimitri et Romane, joueront-ils dans la reprise en main de leur destin? Entre renaissance, découverte des sentiments, échanges avec des professeurs hors normes et mise en pratique des cours, cette institution secrète dessine un nouvel avenir. Et si elle pouvait changer le monde?


- La danse sacrale
de Alejo Carpentier
Éditions Gallimard / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Cette grandiose fresque historique retrace le vécu de toute une génération de part et d'autre de l'Atlantique, depuis la guerre civile espagnole jusqu'à la victoire de Fidel Castro. Deux couples sont les étoiles de cette œuvre conçue comme un ballet à l'échelle cosmique. Vera la danseuse d'origine russe et Enrique le Cubain d'abord, puis Calixto et Mirka, élèves de Vera à La Havane: lui est noir, elle est blanche. L'aventure personnelle et culturelle des protagonistes s'inscrit constamment dans l'histoire: la résistance cubaine à la dictature de Machado, qui oblige Enrique à s'exiler en Europe, les principales étapes de la guerre d'Espagne, puis de la Seconde Guerre mondiale, le régime sanglant de Batista qui provoque la révolte armée de Fidel Castro et de ses guérilleros sous-tendent le récit et infléchissent les destins. Le livre s'achève avec la bataille de la baie des Cochons. Baroque à souhait par l'évocation des fêtes où les riches font congeler l'eau des piscines tropicales, lyrique et réaliste, le récit d'Alejo Carpentier est aussi une chronique de la vie culturelle de toute une époque: Picasso et les surréalistes, Jean Cocteau et Django Reinhardt nous sont contés de la même manière que les "bals nègres" de Paris et la folle urbanisation de Caracas. L'un des plus grands écrivains de l'Amérique latine nous fait participer à son expérience et à celle des personnalités qu'il a fréquentées.


- La mer dans la littérature française
de Simon Leys
Éditions Robert Laffont / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Pierre Loti est un écrivain marin, tout le monde le sait. Mais Victor Hugo? Selon Simon Leys, Hugo est tout simplement le plus grand écrivain marin de la littérature universelle, et il en apporte la démonstration éclatante. Chemin faisant, le lecteur fera auprès d'auteurs qu'il croyait connaître des découvertes tout aussi saisissantes, biscornues, inspirées, drôles, bouleversantes… L'une des originalités du livre de Simon Leys est de montrer comment la mer a inspiré les écrivains français les plus divers, de toutes les époques et de tous les styles. De Montaigne, Pascal, La Fontaine ou Corneille à La Bruyère, Rousseau, Chateaubriand, Voltaire, Flaubert ou Michelet. Et parmi les écrivains plus contemporains: Apollinaire, Bloy, Maupassant, Nerval, Rimbaud, sans parler de Jules Verne. Simon Leys rassemble ici des œuvres consacrées non à la littérature de la mer, excluant récits et témoignages d'exploration ou de navigation, mais à la mer dans la création littéraire. Son choix porte exclusivement sur des textes d'écrivains, poètes ou romanciers. Leys s'est aussi fixé comme règle de n'accueillir que des auteurs de langue française ou dont les écrits ont été, comme c'est le cas de Joseph Conrad, directement rédigés dans notre langue. Il montre ainsi la place prédominante que la mer occupe dans notre patrimoine littéraire et à quel point elle fut et demeure pour la plupart des écrivains un thème constant et inépuisable d'inspiration.


- Le dictateur qui ne voulait pas mourir
de Bogdan Teodorescu
Éditions Agullo / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Cloîtré dans une serre au verre sali par la pluie, d'où il dirige la Roumanie d'une main de fer depuis plus d'un demi-siècle, le dictateur s'apprête à lancer son grand défi à l'Histoire. Pour échapper à l'érosion du temps, il a fait construire en secret un portail entre présent et passé, capable de ramener les morts. Et demain, il ramènera le plus illustre d'entre eux: un grand homme, un grand guerrier, un grand patriote... Michel Le Brave. Mais quand le leader d'une époque où empaler ses adversaires était pratique courante débarque dans notre réalité, les réactions en chaîne sont pour le moins imprévisibles. Dans ce roman énigmatique, Bogdan Teodorescu nous confronte à un passé qui vient rappeler que l'homme reste un loup pour l'homme.


- Le dogue noir
de Neil Gaiman et Daniel Egnéus
Éditions Au Diable Vauvert / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Dans un village rural du nord, on raconte qu'un chien noir fantôme sort de l'obscurité juste avant votre mort. Ombre est sur la route depuis un bout de temps mais ce soir, il ne se sent pas d'aller plus loin, pas sous la pluie battante. Par chance, un couple d'Anglais lui offre le logis pour la nuit, du whisky et des légendes locales. Mais lorsque l'homme tombe, Ombre comprend qu'ici une chose a été passée sous silence. Une chose ancienne, une chose dans les murailles du village. Une chose qui les enténèbre tous.


- Les cœurs fragiles de la maison bleue
de Juliet Ashton
Éditions Prisma / 22 février 2018


Le Titre du Roman

À Londres, au cœur de Notting Hill, se dresse une belle maison bleue divisée en cinq appartements. Sarah, psychologue pour enfants, habite l'un d'entre eux. Au fil des années, la jeune trentenaire a sympathisé avec les autres propriétaires: une vieille dame un peu revêche, un jeune couple dynamique, une mère et sa fille très secrètes... Mais depuis son divorce d'avec Léo, six mois plus tôt, Sarah ne profite plus comme avant de l'élégante maison victorienne et de son petit jardin. Et pour cause: son ancien mari, qui l'a quittée pour une autre, s'est installé deux étages plus bas, avec sa nouvelle compagne. Pour Sarah, l'heure des choix a sonné. Doit-elle profiter de cette occasion pour essayer de reconquérir Léo, qui ne cesse de la troubler? Ou, au contraire, quitter définitivement la maison bleue? Tirer un trait sur le passé et prendre un nouveau départ? Alors qu'elle s'apprête à écrire une nouvelle page de sa vie, Sarah sait qu'elle pourra compter sur l'aide et le soutien de ses voisins.


- Love machine
de Jacqueline Susann
Éditions Presses De La Cité / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Les années 1960 battent leur plein. Les hommes fument cigarette sur cigarette. Les femmes veulent le tour de taille d'Audrey Hepburn et la poitrine de Marilyn. Dans les quartiers pavillonnaires, la middle class américaine découvre les joies de la télévision. À l'intérieur de la petite boîte, un homme aimante le regard. Cet homme, c'est Robin Stone. Énigmatique, brillant et froid, il semble griller toutes les étapes. Et ces dames, Amanda, sublime cover-girl condamnée par une maladie incurable, Maggie, apprentie comédienne dévorée d'ambition, Judith, mariée et membre de la haute société, se damneraient pour conquérir son cœur. Certains hommes, aussi. Mais si Robin fait don de son corps, gare à qui tentera de se pencher sur les plaies secrètes de son passé. Entre New York et la côte Ouest, dans une société qui débride sa pratique sexuelle et découvre la magie des substances illicites, Robin et la pléiade de personnages qui gravitent autour de lui vont se précipiter dans un ballet amoureux qui laissera apparaître le vrai visage d'un monde souvent régi par des tractations sordides. Et Robin Stone sera peut-être le premier à faire les frais de ce gigantesque miroir aux alouettes.


- Un peu par amour, un peu par rage
de Pino Cacucci
Éditions Christian Bourgois / 22 février 2018


Le Titre du Roman

Un peu par amour, un peu par rage n'est pas un livre ordinaire. C'est une invitation de Pino Cacucci à partager reportages, récits, portraits, invectives écrits en vingt ans de vagabondages de par le monde. Des pages d'amour pour la planète, les "combattants", les paysages et parfois pour sa ville, une Bologne démasquée et éraflée d'un sourire malicieux. Pino Cacucci nous raconte ses voyages mais également ses rencontres avec des personnages inoubliables, ses héros, ses rebelles, il retrace ses pérégrinations aux quatre coins du globe, son œil ouvert sur l'injustice appelle à prendre conscience de l'urgence.


- Hâte-toi de vivre !
de Laure Rollier
Éditions Mazarine / 21 février 2018


Le Titre du Roman

7 h 52. Collision. Accident de voiture. À son réveil à l'hôpital, Léo, jeune professeure de philosophie âgée de trente ans, se retrouve nez à nez avec Mamie Lina, qui n'est autre que sa grand-mère décédée. Personnage haut en couleurs à l'humour cinglant qui donne son avis sur tout, sans qu'on le lui ait demandé, celle-ci s'immisce dans la vie quotidienne hésitante de Léo et de ses amis Louise et Juju, à un moment décisif de leur vie. Par ses interventions intempestives, cette grand-mère pas comme les autres chamboule tout sur son passage. Mais en confrontant Léo à ses peurs et à ces secrets qui hantent toute famille, elle fait à sa petite-fille le plus beau cadeau: le courage de saisir la vie à pleine main, et de donner une chance au bonheur.


- La quatrième dimension
de Nona Fernandez
Éditions Stock / 21 février 2018


Le Titre du Roman

"Son visage en couverture d'un de ces magazines, et la photo barrée d'un titre en lettres blanches: j'ai torturé". Le 27 août 1984, Andrés Antonio Valenzuela Morales, agent du renseignement des Forces Armées Chiliennes livre à une journaliste des aveux glaçants sur l'enlèvement, la torture et l'assassinat de milliers de personnes disparues. Son témoignage marque profondément Nona Fernández, alors âgée de treize ans. Des années plus tard, au moment où le Chili prône la réconciliation nationale et le droit à l'oubli, elle décide d'écrire son histoire. La Quatrième Dimension est une œuvre littéraire puissante, construite comme une enquête haletante. Une œuvre nécessaire qui résonne très loin, dépassant largement les frontières chiliennes.


- Le maître des pyramides
de Jean-Michel Thibaux
Éditions Calmann Lévy / 21 février 2018


Le Titre du Roman

Le Caire, 1854. Fabien Fuentès, ingénieur français au service du gouvernement égyptien, se rêve en nouveau Champollion et consacre son temps libre aux fouilles archéologiques. Blessé lors d'un affrontement avec des voleurs de momies, Fabien est soigné par Fati, une jeune paysanne aux pouvoirs de guérisseuse dont la grand-mère, Aïcha, au cours d'une transe mystique, le met en garde contre un certain Zaïd le Noir. À l'évocation de ce seul nom, les interlocuteurs de Fabien pâlissent. Zaïd le Noir serait le maître d'un ordre secret de moines guerriers dont l'origine se perd dans la nuit des temps et qui a toujours farouchement lutté pour l'indépendance de l'Égypte. Sollicité par Lesseps pour participer au chantier du canal de Suez, Fabien ne le sait pas encore: il est le premier sur la liste des étrangers dont la secte sanguinaire veut purifier la terre des pyramides.


- Les héritiers du roi-soleil
de Gilbert Mercier
Éditions Bernard de Fallois / 21 février 2017


Le Titre du Roman

L'enfant de cinq ans, futur Louis XV, amené tout tremblant au chevet de Louis XIV, la veille de sa mort, le 1er septembre 1715, était un successeur inattendu à la couronne de France. Rescapé d'une hécatombe d'héritiers sans précédent, son extrême jeunesse et une santé délicate déclenchèrent un formidable appétit du pouvoir autour de lui. Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé fut la première à manifester une ambition à la mesure du renom du Grand Condé, son aïeul. La prétention de Philippe d'Orléans, fils du propre frère de Louis XIV, à exercer la régence lui devint insupportable. Pour elle, bien que fils bâtard du Roi-Soleil, son mari, le duc du Maine, réunissait toutes les conditions pour accéder à la plus haute marche du pouvoir. On savait qu'il était le fils préféré du roi, et Mme de Maintenon, à laquelle Louis XIV ne refusait rien, le considérait elle-même comme son propre enfant. La jeune duchesse ne fut satisfaite que le jour où elle eut la certitude que Monsieur du Maine, élevé au rang des princes du sang, se trouvait couché sur le testament royal. Le récit de Gilbert Mercier met en lumière les aspects romanesques, parfois même rocambolesques, de la vie de cette femme à l'ambition démesurée. Brillante, attirant tous les regards, sa cour de Sceaux fut d'abord un défi permanent à la vieille cour de Versailles. L'ouverture du testament royal, mettant face à face le duc d'Orléans et le duc du Maine, donna le signal d'une fuite en avant à laquelle Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé ne sut pas résister. Elle crut son heure arrivée, complota, conspira, entraîna son mari et son entourage dans une folie qui la poussa jusqu'à tenter d'enlever le duc d'Orléans. Elle en paya le prix fort. Les conjurés seront relâchés après avoir fait amende honorable, ainsi que, plus tard, leurs complices. Les fêtes de Sceaux reprennent: si Voltaire se fait rare, la duchesse du Maine reçoit Marivaux, Réaumur, Mme du Deffand. Mais il n'y a plus cet enthousiasme, cette légèreté d'antan. Le duc s'est enfermé avec ses livres. Il meurt en 1736. La duchesse se retire à Paris où elle meurt en 1753.


- Les livres qui ont dévoré mon père
de Afonso Cruz
Éditions Les Allusifs / 21 février 2018


Le Titre du Roman

Elias Bonfim, douze ans, n'a jamais connu son père: ce modeste fonctionnaire amateur de littérature a définitivement disparu des radars après s'être engouffré un bel après-midi dans L'île du docteur Moreau de H. G. Wells. Taraudé par cette insolite fugue paternelle, le jeune garçon part à sa recherche. À travers ce bref roman au tempo endiablé, Afonso Cruz nous fait partager ses aventures loufoques, passant de Lao-tseu et Ray Bradbury au héros de Dostoïevski, Raskolnikov, et à d'autres personnages encore, dans un périple qui est aussi un merveilleux hommage à la littérature, aux livres et à la lecture.


- Bon retour à la maison
de Debbie Macomber
Éditions Charleston / 20 février 2018


Le Titre du Roman

En grandissant, Cassie Carter et ses sœurs, Karen et Nichole, étaient extrêmement proches. Jusqu'à ce qu'un événement les sépare. Après l'université, Cassie a fui sa maison pour épouser un homme mauvais, jetant aux orties ses études et brisant le cœur de ses parents. À maintenant 31 ans, Cassie est de retour à Washington avec sa fille, espérant laisser son passé derrière elle. Après avoir mis fin à un mariage compliqué, elle tente de reconstruire le puzzle de sa vie. Malgré ses tentatives, elle n'a jamais réussi à faire la paix avec ses sœurs. Karen, la plus âgée, est une femme occupée, entre sa carrière et l'éducation de ses deux enfants. Et Nichole, la plus jeune, est une mère au foyer dont le mari passe tous les caprices. Mais un jour, Cassie reçoit une lettre de Karen, qui laisse espérer une réconciliation. Et alors que Cassie se permet de croire à l'avenir, en s'excusant auprès de ses sœurs et en trouvant l'amour, elle réalise le pouvoir de la compassion, et la possibilité d'un nouveau départ. Un merveilleux roman sur la persévérance et la confiance, un voyage excitant à travers les challenges et les joies de la vie.


- Ta vie ou la mienne
de Guillaume Para
Éditions Anne Carrière / 16 février 2018


Le Titre du Roman

Hamed Boutaleb naît à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Orphelin à l'âge de huit ans, il part vivre chez son oncle et sa tante à Saint-Cloud, commune huppée de l'Ouest parisien. Pour la première fois, une existence sans adversité s'offre à lui. Hamed saisit sa chance et s'épanouit avec une passion: le football. Il brille dans le club de la ville, où il se lie d'amitié avec l'un de ses coéquipiers, François. À seize ans, le jeune homme tombe amoureux de Léa, qui appartient à un autre monde, la haute bourgeoisie. L'amour passionné qui les lie défie leurs différences et la mystérieuse tristesse qui ronge l'adolescente. Hamed touche du doigt le bonheur, mais celui-ci vole en éclats lorsque la jeune fille lui avoue que son père la viole depuis ses douze ans. Une nuit, le père de Léa est blessé au cours d'une agression. Il en restera paralysé. Hamed est rapidement mis en cause avant d'être incarcéré. En prison, où il passera quatre ans, la violence devient sa seule alliée. Par instinct de survie, il refuse de revoir Léa. Lorsqu'elle accouche d'un petit Louis, c'est François qui offre son réconfort à la mère et l'enfant, tandis qu'en détention Hamed sombre dans la haine et la colère. Hamed et Léa se retrouveront, quelques années après. Mais leur amour, toujours présent, suffira-t-il à les réunir?


- Après les tournesols
de Sarah Berti
Éditions Luce Wilquin / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Mons, mai 2006, Lena Orioles est retrouvée morte à son domicile, le crâné fracassé. Son amant, un père de famille du voisinage, avoue très vite le meurtre, l'arme du crime ayant été retrouvée dans son jardin. Un seul témoin de la scène : Paloma, un bébé. Le fils aîné de dix-huit ans prend alors ses deux petites sœurs en charge, et tous trois grandissent comme ils le peuvent, entre colère et désespoir.
Juin 2016, un témoignage inattendu innocente l'accusé. Smeralda, rentrée de l'école après le meurtre, est devenue une jeune femme sensible, éprise de danse. Hantée par le souvenir de sa mère, elle décide de prouver à tout prix la culpabilité de l'accusé et mène sa propre enquête. À travers de nouvelles pistes non explorées au moment des faits, elle se découvre une mère amoureuse de l'art, de la beauté, gourmande d'amour, une femme forte et déterminée, dont les fêlures ont précipité le destin.


- Emma dans la nuit
de Wendy Walker
Éditions Sonatine / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Emma, 17 ans, et Cass, 15 ans, sont les sœurs Tanner, devenues tragiquement célèbres depuis leur inexplicable disparition. Après trois ans d'absence, Cass frappe à la porte de chez ses parents. Elle est seule. Elle raconte comment sa sœur et elle ont été victimes d'un enlèvement puis retenues captives sur une mystérieuse île. Emma y serait toujours. Mais la psychiatre qui suit cette affaire, le Dr Abigail Winter, doute de sa version des faits et s'intéresse de plus près aux Tanner. Elle finit par découvrir, sous le vernis des apparences, une famille dysfonctionnelle régentée par une mère narcissique. Que s'est-il réellement passé trois ans auparavant? Cass dit-elle toute la vérité? Passée maître dans l'art de tisser sa toile psychologique, l'auteur réussit une fois encore à nous emporter avec ce récit sombre et fort. Chaque personnage livre peu à peu sa personnalité, fascinante, trouble et complexe, et les liens familiaux deviennent bientôt comme un bâton de dynamite dont on aurait allumé la mèche.


- Histoire d'un assassin
de Marie Ferranti
Éditions Gallimard / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Dominique Zincoli vit dans un village non loin de Bastia, en 1913, avec son épouse Teresa et son fils Petru. Il ne s'est jamais remis de la mort précoce de sa mère, Françoise, qui avait été rejetée de la famille par son père, le patriarche Jean Bonifazzi, pour être tombée amoureuse d'un paysan pauvre. Dominique a grandi dans la haine de son grand-père, qu'il juge responsable de la mort de Françoise, et dans la détestation de Marcus, son frère cadet, proche de Jean. Le roman s'ouvre sur une tragédie. Dans le village, on chuchote, on prend parti, les médisances et les rumeurs circulent. Histoire d'un assassin décrit avec une ironie souvent cruelle les relations à l'intérieur d'une société villageoise minée par les jalousies, les mesquineries, les superstitions et les désirs inavoués. Un monde clos où les tyrannies secrètes sont exercées aussi bien par les hommes que par certaines femmes.


- La baleine de Dublin
de Ray Bradbury
Éditions Denöel / 15 février 2018


Le Titre du Roman

En 1953, Ray Bradbury est appelé dans les environs de Dublin par John Huston pour écrire le scénario de Moby Dick. Celui qui n'est encore que l'auteur relativement obscur des Chroniques martiennes et de Farenheit 451 se trouve confronté à deux monstres: l'un, monstre sacré du cinéma, homme truculent à l'humeur fantasque, et le second, monstre qu'est l'animal mythique imaginé par Melville. Mais ce voyage est aussi l'occasion pour lui de découvrir un pays où le merveilleux et le loufoque sont toujours prêts à surgir de la grisaille du quotidien.


- La femme de dos
de Alice Moine
Éditions Serge Safran / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Surnommée l'Œil, Jane est directrice de casting à Paris. Un été, un producteur célèbre lui confie la recherche d'une "perle rare" pour le film La Femme de dos de Telo Ruedigger, un artiste dont les œuvres défraient la chronique. Au même moment, Jane est appelée dans le sud de la France au chevet de sa mère dans le coma. Vingt-huit ans auparavant, Les Vignettes, maison d'enfance de Jane, servait de décor au film Les Innocents d'André Téchiné. Jane découvrait le monde du cinéma et l'amour avec Tristan, photographe de plateau, disparu en ne laissant comme trace qu'une photo d'elle marchant de dos sur une digue. La similitude avec le style de Telo Ruedigger la trouble. Lors d'un repérage près de Toulon, elle croit reconnaître en Charline, jeune employée de péage d'autoroute, la "perle rare".


- La petite musique de Jeanne
de Ethel Salducci
Éditions Luce Wilquin / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Si la ville de Sens en avait un pour Jeanne, ce serait la musique. Quand elle y débarque avec deux valises et son envie d'ailleurs, la mer est loin et la maîtresse de maison arbore un air sévère, mais Jeanne sait que les cigales patientent sous terre avant de passer l'été à chanter. "Sur l'estrade, Jeanne s'apaise, absorbée par les gestes simples. Régler le pupitre. Vérifier la coulisse du trombone. Ne pas regarder l'assistance. De toute façon, elle n'y connaît personne. Ne pas perdre de vue son objectif, partager la musique. Premier morceau. Un Caprice de Jérôme Naulais. Vibration des lèvres sur l'embouchure, le souffle s'est placé, et le staccato s'articule sans anicroche. Après une pause symbolique, poursuivre avec la réduction pour trombone de la Danse macabre de Camille Saint-Saëns. Pourquoi avoir choisi un titre aussi lugubre? Envie de rire… Non, pas ici, pas maintenant. Jouer, jouer et devenir musique".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Mar 20 Fév - 20:52

- La vie qui va
de Charles Trenet / Cabu
Éditions Robert Laffont / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Oeuvre posthume de deux créateurs de génie, ce livre réalise l'un des derniers rêves de Cabu: illustrer un recueil des meilleurs textes de Charles Trenet en dehors de ses chansons. Des centaines d'écrits de tonalité et de genre divers, nés au fil du temps et de la plume, parus pour la plupart dans des journaux ou restés inédits. Retrouvés et rassemblés par Vincent Lisita, ils constituent l'"oeuvre parallèle" du Fou chantant, demeurée jusqu'ici inaccessible en raison de son éparpillement, et nous plongent dans l'univers intime et singulier de l'auteur de La Mer et de Douce France. On y découvre, au gré de l'inspiration comme de la fantaisie du chanteur, des contes surréalistes, des souvenirs de jeunesse, des réflexions sur la poésie, la littérature et le cinéma, ou encore des témoignages inattendus, notamment le récit de son emprisonnement aux États-Unis en 1948 pour une présumée "affaire de mœurs". C'est dans les pages du Coq catalan, la revue dirigée par le poète et journaliste Albert Bausil, devenu son mentor, que Trenet fit paraître son premier article: c'était en 1925, il avait douze ans. Par la suite, il publiera dans Le Coq catalan reportages, chroniques et poèmes, avant de travailler avec d'autres périodiques et de dire ou de lire de façon impromptue dans des émissions de radio ou de télévision des textes qu'il venait tout juste de terminer. On retrouve dans La Vie qui va tout ce que Cabu et ses innombrables admirateurs aimaient dans le répertoire de Trenet: un hymne à la "vie tendre, grave et légère" que le dessinateur accompagne avec la même sensibilité qui donne à cet ensemble son émouvante et belle harmonie.


- La voix manquante
de Frédérique Berthet
Éditions P. O. L. / 15 février 2018


Le Titre du Roman

La Voix manquante retrace l'apparition fugitive et inoubliable de Marceline Loridan dans Chronique d'un été, une enquête mi-sérieuse mi-facétieuse de Jean Rouch et Edgar Morin (comment, en 1960, se débrouille-t-on avec la vie?). Dans ce film de "cinéma-vérité", les souvenirs poignants de la déportation de "Marceline" sont stylisés. Magistralement. Brièvement. Par ciné-transe. La Voix manquante raconte les coulisses de ces images. Et fait aussi l'histoire de la fabrique d'un personnage qui n'eut pas les "quinze ans de tout le monde". Une histoire par l'écoute. Un décryptage des signaux lancés à la surface de l'écran et depuis des bandes magnétiques oubliées. Une vingtaine d'heures furent enregistrées. Elles bruissent du quotidien partagé, rêvé, bataillé par l'équipe de cinéma pendant trois saisons. Reste, dans le film "fini", la chronique du seul été. Les formes de cette disparition, réinvention du temps, ont intrigué Frédérique Berthet. Elle a voulu retrouver le direct de la prise, des tâtonnements, des désirs, des coups de gueule, des ajustements. À entendu des voix vivre et grandir sur magnétophone. L'auteur a choisi un des vingts débuts possibles (le film réunit une vingtaine de participants): celui du sillon sonore tracé par "Marceline", une jeune femme s'avançant mine de rien vers l'avenir. À tant se rapprocher du film, Frédérique Berthet a fini par traverser les supports. Et les années aussi. Jusqu'à ouvrir le livre au présent de son écriture. Elle a cherché, dans des paysages désormais presque anodins, les traces fantomatiques du trajet de la déportée, d'une petite fille en Petit Poucet. Elle a repéré d'où venaient les cailloux déposés, ces phrases suspendues, cette histoire ramassée en si peu de mots, dans le décor de Chronique d'un été.
Frédérique Berthet a écrit d'entre les lignes, les coupes, depuis le manque. Elle a été attentive aux premières émissions de la voix de "Marceline" pour ravauder, et pour nous tous, ce qui a été déchiré intimement par l'histoire.


- Le foyer des mères heureuses
de Amulya Malladi
Éditions Mercure de France / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Elles n'auraient jamais dû se rencontrer: Priya, américano-indienne, mariée à un brillant homme d'affaires, à l'avenir tout tracé aux États-Unis, et Asha, petite paysanne indienne, mariée à un brave homme couvert de dettes, deux enfants, sans argent et sans avenir. Priya sait qu'elle ne sera jamais mère. Elle sait aussi qu'en Inde on peut facilement recourir aux "services" d'une mère porteuse, il suffit de payer. Et le mari d'Asha a entendu parler de ce qu'il faut bien appeler un "commerce". La machine ne sera pas longue à se mettre en marche. Ce roman, très émouvant, n'est pas écrit pour porter un ou des jugements. Il raconte l'histoire, puis le face-à-face, pas toujours facile, de ces deux femmes que tout sépare et que va réunir ce qu'il y a de plus beau, de plus important: un enfant.


- Le goût sucré des souvenirs
de Beate Teresa Hanika
Éditions Les Escales / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Elisabetta Shapiro, 80 ans, vit seule dans sa maison familiale au cœur de Vienne. De son enfance, elle a conservé des dizaines de pots de confiture d'abricot. Tous sont soigneusement étiquetés et indiquent l'année de leur fabrication. Véritable madeleine de Proust, la confiture fait immanquablement jaillir les souvenirs: les jours tranquilles rythmés par les chants de sa mère, Franz, le voisin dont elle était follement amoureuse, ses grandes sœurs qu'elle jalousait secrètement. Et puis la montée du nazisme dans les années 1930, l'arrestation de toute sa famille par les SS, la solitude et la perte des repères. Quand Pola, une jeune danseuse, emménage chez la vieille dame, ses habitudes sont chamboulées. D'autant plus que Pola lutte elle aussi contre ses propres démons. Malgré leurs différences, les deux femmes vont peu à peu se rapprocher et nouer des liens plus forts qu'elles ne l'auraient imaginé.  


- Le retour de Gustav Flötberg
de Catherine Vigourt
Éditions Gallimard / 15 février 2018


Le Titre du Roman

"Flaubert se mit à la table avec les trois derniers livres de Flötberg, la "fameuse trilogie" comme l'indiquait un bandeau rouge en travers qu'il trouva fâcheux. Pour lui, c'était un travail. Connaître le malheureux écrivain dont il portait le nom, qui choisissait des titres étranges: La femme qui voulait marcher dans le ciel avec des palmes. Quelle idée. La première phrase était: "Quand Klara débarqua dans le jardin elle crut d'abord que l'homme dormait." Une fille qui débarque sans le moindre bateau. Quinze millions d'exemplaires dans le monde?" Gustave Flaubert s'endort un soir de juillet 1850 au Caire, alors qu'il est en expédition avec son ami le photographe Maxime Du Camp. Il se réveille le 3 juillet 2014 dans un grand hôtel parisien. En l'espace d'une nuit, non seulement il a changé de monde mais aussi d'identité: il est désormais Gustav Flötberg, écrivain islandais de sagas à succès.


- Les folies grenelle
de Gérard Doulsan
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 15 février 2018


Le Titre du Roman

"Plaie de la République comme la rivalité des Bureaux fut celle de l'Ancien Régime, la guerre des cabinets ne connaît jamais de trêve. Elle rougit même jusqu'à l'incandescence lorsque deux coteries se voient contraintes de partager un territoire ministériel absurdement découpé comme une carte d'Afrique par les services de l'Élysée et de Matignon. Les meilleures énergies sont bandées, les volontés les plus farouches arc-boutées pour pilonner les positions d'un rival qu'une tradition mortifère commande de haïr et, quoi qu'il en coûte, de paralyser. Et l'intensité de cette haine, pour ainsi dire ordinaire, était encore avivée par le lien de subordination qui attachait le secrétariat d'État au ministère". Sabine Régina, nommée secrétaire d'État, sorte de reine vierge à la réputation aussi redoutable qu'immaculée, va semer la zizanie au sommet de l'Administration, où règne un fort sexisme, et gérer de nombreux scandales de nature variable (financière, sociale, sexuelle...) Une satire irrésistible, portée par la verve haute en couleurs de Gérard Doulsan.


- Un amour de liberté
de Nathalie Salmon
Éditions Baker Street / 15 février 2018


Le Titre du Roman

New York, années 1860. Jeune immigré juif et lorrain au courage fécond, Adolphe Salmon connaît une réussite fulgurante. Un ardent amour le lie bientôt à une lumineuse Américaine d'origine allemande, Sarah, au port de reine et aux yeux diaphanes, moderne avant l'heure. Fondateur d'un cercle influent, pionnier du commerce international, Adolphe devient un fervent défenseur de l'amitié franco-américaine. Sa rencontre avec Auguste Bartholdi marquera un tournant. Le sculpteur de la future Statue de la Liberté s'appuiera toute sa vie sur cet allié précieux qui saura favoriser sa reconnaissance, obtenir des soutiens et susciter l'enthousiasme du public américain.


- Un intrus
de Charles Beaumont
Éditions Belfond / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Parue en 1959 aux États-Unis et en 1960 en France, adaptée au cinéma par Roger Corman, une analyse aussi virtuose que glaçante de la montée du populisme pour un Vintage noir choc, qui n'a malheureusement pas perdu une once de son actualité. La petite ville sudiste de Caxton est déboussolée: l'arrêt de la Cour suprême vient de tomber; désormais, les écoles publiques sont ouvertes aux enfants noirs. On s'étonne, on s'agace, et puis finalement on laisse faire. Jusqu'à l'arrivée d'un intrus. L'inconnu s'installe, intrigue, séduit, et petit à petit distille le poison: des Noirs? Avec vos enfants chéris? Vous n'y pensez pas. Alors on s'invective, on rugit, on brandit le poing. Et puis montent la fureur, la haine, le sang…


- La débrouillardise
de Lucie Land
Éditions Grasset & Fasquelle / 14 février 2018


Le Titre du Roman

Katarina est une jeune Rom de 17 ans qu'on a virée du lycée. Elle traîne dans Paris et, la nuit venue, elle retrouve son père Zéus et ses quatre petits frères, tous musiciens, qui vivent dans un campement. Ce qu'elle aime, c'est lire des romans et partir. Le mouvement est ma maison, dit-elle. "Pis je m'en fous. Je me sens indestructible. Y'a du soleil. J'ai faim. Un jour je serai quelqu'un…" Avec une amie elle va partir pour Marseille où elle rencontrera Benti, un vieil homme fascinant qui allumera en elle le goût d'une aventure initiatique.  


- La fille qui mentait pour de vrai
de Catherine Grive
Éditions Le Rouergue / 14 février 2018


Le Titre du Roman

Mais pourquoi ment-elle tout le temps, Kimberley? Gros mensonges ou mensonges drôles et gratuits. Comme son père, d'origine suédoise et chauffeur poids lourds vers les pays du grand Nord, elle a une capacité à s'évader tout le temps, au collège, en famille, en disant n'importe quoi. Jusqu'à ce que sa mère semble, elle aussi, être entrée dans un grand mensonge par omission. Une tranche de vie pleine de charme, souvent drôle et très juste dans son personnage d'ado encore très indécise dans la recherche de sa vérité.


- Le jardin de l'oubli
de Clarisse Sabard
Éditions Charleston / 13 février 2018


Le Titre du Roman

1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d'un secret. Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d'une dépression, se rend dans l'arrière-pays niçois afin d'écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l'histoire d'Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir.


- L'or et l'obscurité
de Alberto Salcedo Ramos
Éditions 10-18 / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Kid Pambelé, issu d'un modeste village du département de BolÍvar, en Colombie, est le premier champion du monde de boxe de son pays, un titre gagné en 1972 qu'il défendra vingt et une fois. Propulsé héros national, il gagne des fortunes colossales, fréquente des personnalités, devient la coqueluche des médias et des foules. Il incarne un modèle de réussite pour les Colombiens. Mais après l'ascension fulgurante vient la descente aux enfers: l'alcool, la drogue et un tempérament instable ont raison de son titre et de sa gloire. Le boxeur autrefois adulé tombe en disgrâce, oublié de tous. Alberto Salcedo Ramos, journaliste hors pair, part à la recherche de cette légende vivante. Il relate avec une grande maîtrise des années d'enquête et raconte le destin exceptionnel de ce héros déchu, de son ascension à sa chute.


- La faim blanche
de Aki Ollikainen
Éditions 10-18 / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Hiver 1867, la famine frappe la Finlande. Marja abandonne ferme et mari avec Mataleena et Juho, ses deux enfants, pour tenter de rejoindre Saint-Pétersbourg et ses promesses de vivres. Mais la route est longue jusqu'à la capitale de l'Empire russe et nombreux sont ceux qui, poussés par la faim, se dirigent vers le sud. Le froid mordant, la fatigue et la peur tentent d'avoir raison de l'humanité de ceux qui se battent pour leur survie, réduits à des spectres faméliques parmi les ombres. Alors que partager revient à se condamner, Marja mendie et se prive pour nourrir ses enfants. La limite qui séparait les morts des vivants s'amenuise à mesure que les affamés progressent au cœur de l'implacable hiver.


- Les insouciants
de Peter Behrens
Éditions 10-18 / 15 février 2018


Le Titre du Roman

Billy Lange est né en 1909 sur l'île de Wight, en Angleterre, où son père est skipper pour un riche baron juif allemand. Enfant, Billy est fasciné par la fille du baron, l'insaisissable et volontaire Karin von Weinbrenner. Après la Première Guerre mondiale durant laquelle la famille Lange a dû émigrer, Billy et Karin, réunis par hasard à Francfort, se découvrent un intérêt commun pour l'Ouest sauvage et ses histoires racontées par Karl May. À partir de là, d'année en année, les deux jeunes gens multiplient les passions communes: vitesse, jazz, boîtes de nuit, et un tenace rêve d'évasion. Face à la montée du nazisme, Billy et Karin vont faire front, taraudés par une même question: faut-il rester ou se résoudre à fuir?


- La ballade silencieuse de Jackson C. Franck
de Thomas Giraud
Éditions La Contre Allée / 10 février 2018


Le Titre du Roman

Ses chansons se transmettent, depuis 1965, tels de précieux secrets. Des admirateurs comme Simon & Garfunkel ont repris les pépites neurasthéniques de son unique album, Blues Run the Game, perpétuant le mythe du plus célèbre des chanteurs folk inconnus, capable d'émouvoir jusqu'aux Daft Punk qui, en 2006, utilisèrent le titre Dialogue (I want to be alone), dans la bande originale de leur long-métrage, Electroma. Le Monde. 2013 - Stéphane Davet
Durant son enfance dans la petite ville de Cheektowaga (État de New York), Jackson C. Frank réchappe à l'incendie qui ravage son école. Ses brûlures lui valent une greffe au visage et c'est au cours de sa longue convalescence à l'hôpital que son oncle lui offre une guitare. Ce cadeau soulage ses mois de calvaire et sert alors de guide à une voix et une vocation naissantes. La Ballade silencieuse de Jackson C. Frank est un récit qui imagine ce qu'a pu être la vie de cet auteur compositeur interprète folk américain, contemporain de Bob Dylan, à travers ses drames, ses hasards, ses rencontres... Surtout, ce texte tente de comprendre comment il put concevoir son seul et unique album et ensuite tomber dans le silence et l'anonymat.


- Printemps amers
de Françoise Grard
Éditions Nadeau / 10 février 2018


Le Titre du Roman

Trois portraits de femme composent ce récit. Celui d'une grand-mère, Marthe, aimante mais brisée, une mère, Geneviève, absente mais irresponsable, une belle-mère, Janine égoïste et despotique face à la fratrie de trois jeunes sœurs. Exister, grandir, s'émanciper est un parcours d'obstacles que la narratrice conte admirablement. Nous sommes tous formés des êtres fondamentaux qui ont porté leur ombre sur le matin de notre vie. Nous sommes tous tissés de leurs voix, de leurs regards, et nous portons dans notre chair et pour toujours la marque indélébile de leur influence et de leurs bons ou mauvais traitements. À travers ces trois portraits, "La maison de Marthe" qui se déroule dans le midi de la France, "L'Étrangeté de Geneviève" à Paris dans un milieu ultra-conservateur, "L'Énigme Janine" à l'étranger en suivant de poste en poste l'itinéraire d'un père diplomate, l'auteure évoque ici les fantômes qui la constituent en partie pour le meilleur et pour le pire.


- Ceux qui te mentent
de Nuala Ellwood
Éditions Michel Lafon / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Kate est reporter de guerre et souffre de stress post-traumatique. À cause, entre autres, d'un enfant qu'elle n'a pas pu sauver à Alep. Quand elle rentre à Herne Bay pour les obsèques de sa mère, Kate se souvient de cet endroit où tout allait bien jusqu'à la mort de David, son petit frère. Un accident, dira-t-on. Ensuite plus rien n'a jamais été pareil. Leur père est devenu violent. Leur mère a perdu la raison. Puis sa sœur, Sally, a sombré elle aussi, malgré l'aide de son mari, Paul. Dès son retour dans la maison de sa mère, Kate se sent oppressée et abuse des somnifères. Elle entend un petit garçon crier la nuit chez les voisins et ne sait plus ce qui est réel ou le fruit de son imagination torturée. Alors elle prévient Paul et Sally qui ne la croient pas, la police non plus, il n'y a pas d'enfant chez la voisine qui vit seule. Pourtant elle l'a vu. Dans le jardin d'à côté. Elle sait qu'il existe.


- Eli, Eli
de Wojciech Tochman
Éditions Noir Sur Blanc / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Nous sommes aux Philippines, dans les bidonvilles de Manille, parmi les plus pauvres, òù chacun semble crier: "Eli, Eli, lama sabachthani? (Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonne?)" W. L. Tochman, un des chefs de file de l'école polonaise du reportage littéraire, interroge notre façon de nous tenir devant la douleur des autres (Susan Sontag). S'il se penche sur les habitants et leur misère, il refuse d'être un de ces "purs regards" auxquels personne ne croit plus. Sans cesse, il nous montre celui qui regarde, qu'il soit touriste ou reporter, il interroge sa place, son éthique et son utilité. Bien entendu, Tochman élargit son cadrage quand il veut éclairer les ressorts d'une oppression économique: néocolonialisme américain, tourisme sexuel, poids de l'Église, corruption... mais c'est surtout la responsabilité individuelle, à commencer par la sienne, comme homme et comme écrivain, qu'il entend exposer. Une femme que sa maladie de peau fait ressembler a un monceau de grains de raisin, un gamin qui habite un tombeau (dans un cimetière où tous les tombeaux sont habités), un caïd maigre et tatoué, qui a pour un instant troqué sa lame contre un biberon. À mesure que se constitue cette galerie de portraits inoubliables, le reporter vérifie qu'on ne saurait rencontrer quiconque sans se lier, sans s'impliquer dans une histoire, entre compassion, désarroi et espérance têtue.


- Enfin le royaume
de François Cheng
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Forme brève, mais moins abrupte que le haïku, le quatrain ne s'en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l'émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, esquisser un chant. À la suite des poètes chinois des origines, mais aussi d'Omar Khayyâm et d'Emily Dickinson, François Cheng atteste ici du pouvoir singulier de ce mode d'expression resserré, pourtant si peu enclos, si ouvert aux résonances, aux errances fertiles, voire à une manière salutaire d'envoûtement simple.


- Jake
de Bryan Reardon
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Simon Connolly est l'heureux père de deux enfants, Jake et Laney. Sa situation d'homme au foyer est pour le moins originale et Simon n'est pas toujours très à l'aise dans ce rôle. Mais, cahin-caha, la famille coule des jours paisibles. Jusqu'au matin où Doug Martin-Klein, un gamin insociable dont Jake est le seul copain, tire sur plusieurs camarades de classe avant de se donner la mort. Les survivants et les blessés sont peu à peu évacués, mais Jake est introuvable. Et très vite soupçonné d'être le complice de Doug. Commence alors pour Simon une véritable descente aux enfers. Comment une chose pareille a-t-elle pu arriver? Comment a-t-il pu ne rien entrevoir du drame qui se profilait? Jake est-il coupable? Où est-il passé?


- L'âge de raison
de Jami Attenberg
Éditions Les Escales / 08 janvier 2018


Le Titre du Roman

Autour d'Andréa, célibataire légèrement alcoolique ayant renoncé à sa vocation artistique, tout le monde semble avoir une idée bien précise de ce que signifie "être adulte": Indigo, sa meilleure amie, a choisi de se marier, son frère vient de devenir papa, et son ami Matthew consacre tout son temps à la peinture en espérant percer un jour. Pour Andréa, la vie d'adulte ressemble surtout à une lutte permanente. À l'ombre de l'Empire State Building, elle cherche sa voie. Comment tracer son chemin à New-York quand on aime les pas de côté? Existe-t-il vraiment un âge de raison?


- L'été de la haine
de David Means
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Lors de son retour de la guerre du Vietnam, le jeune vétéran américain Eugene Allen passe tout son temps à taper à la machine un roman intitulé Hystopia, qui sera découvert et publié après sa mort, dans les années soixante-dix. Il y dépeint une Amérique parallèle dans laquelle le gouvernement de John Fitzgerald Kennedy a mis au point un traitement pour guérir les soldats rescapés du Vietnam de leur trauma. Sous l'influence d'un stupéfiant très puissant, le Tripizoïde, ils rejouent les scènes de combat qu'ils y ont vécues et finissent par oublier leurs véritables souvenirs. Le traitement de "repliement" se révèle toutefois partiellement efficace et certains soldats "mal repliés" sèment le chaos dans le pays, poursuivant la guerre qui se joue toujours dans leur tête. La Brigade Psycho tente de maintenir l'ordre. L'agent Singleton, un vétéran "replié", et l'agent Wendy sont aux trousses de Rake, un rescapé particulièrement meurtrier. Malgré sa mémoire effacée, Singleton devine que quelque chose le relie à Rake. À travers le personnage d'Eugene Allen, David Means compose un roman ténébreux et brutal qui démontre qu'utopie et dystopie ne font parfois qu'un.


- La dernière France
de Jacques Jouet
Éditions P. O. L. / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Ça se passe de nos jours. Lémoni et sa sœur Clotilde perdent leur père et mère simultanément. Ils en sont tristes et héritent du couple de commerçants modestes et banalement républicains. Leur héritage se compose de quelques biens ordinaires et d'une chose qui ne l'est pas: une bibliothèque cachée, très orientée, un "enfer". C'est une bibliothèque très complète (inachevée) de la pensée et de l'activisme éditorial et journalistique d'extrême droite en France depuis Edouard Drumont jusqu'à Vichy. Cette collection, livrée par les parents sans commentaire, est embarrassante. Les héritiers n'ont aucun indice pour l'expliquer. C'est le sujet du roman: la façon dont les protagonistes, Clotilde et Lémoni, vont se débrouiller de ce fardeau, tout en "entrant dans la vie" à la faveur du deuil. Clotilde y entre en femme d'affaires volontaire et fonçeuse qui ne craint pas de prendre des coups. Sa carrière entrepreneuriale est racontée de façon burlesque. Lémoni y entre à reculons, manifestement incapable de s'intéresser le moins du monde au travail, à l'argent, à l'entreprise, à l'action, à la France, à l'Europe, à la réussite. Il observe. La lecture de la bibliothèque dont il a hérité parsème le roman tout au long, car il se sent investi par une sorte de devoir de lecture: s'il ne jette pas son héritage à la décharge ou au feu, alors il doit le boire jusqu'à la lie, ce qui ne veut pas dire en épouser les idées, bien au contraire. Au cours du roman, on saura tout de ses amours successives, de sa sensibilité forte à la culture allemande, de sa passion soudaine pour une pratique théâtrale puriste et radicale, le théêtre, théorisé et pratiqué par l'artiste dramatique Pierre-Germain Dizerbo, lequel est soutenu dans son travail par Nurinber, un conseiller régional membre du Front national. On rencontrera aussi, en Amérique du Sud, une autre "bibliothèque brune" qui a été constituée par un très vieil homme (plus de 120 ans) et sa fille, lesquels tenteront de fournir à Lémoni quelques hypothèses sur la signification du geste parental). C'est un roman linéaire et non oulipien, donné dans le livre même, en deux versions, la version longue (le gigot), au sein de laquelle est glissée la version courte (la souris, la farce, la gousse d'ail, dans une proportion de 1 à 12).


- La femme à la fenêtre
de A. J. Finn
Éditions Presses De La Cité / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bétabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russel, un père, une mère et un adorable ado, qui vient d'emménager en face. Un soir, Anna est témoin d'un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison?


- La guerre des mères
de Kaui Hart Hemmings
Éditions Denöel / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Mele Bart tient un blog culinaire. Installée à San Francisco, elle a vingt-huit ans, une magnifique petite fille de deux ans, Ellie, et un ex, Bobby, qui lui a appris qu'il était déjà fiancé à une autre le jour où elle lui a annoncé qu'elle était enceinte. Quand ce dernier lui demande que leur petite fille soit demoiselle d'honneur à son mariage, Mele accepte, un peu à contrecœur. Pour se changer les idées, elle décide donc de s'inscrire à un concours de recettes de cuisine organisé par le Club des mamans de San Francisco. Si elle peine au départ à se faire une place parmi le cercle fermé des mamans parfaites, toujours promptes à la critique, les amis qu'elle va se faire deviendront rapidement ses meilleurs alliés. Très vite, elle trouve en eux soutien et réconfort, mais aussi une source d'inspiration culinaire, chacune de ses recettes étant basée sur une anecdote vécue. Et qui sait, peut-être que l'amour l'attend aussi au bout du chemin.


- La nuit et des poussières
de Jean-Baptiste Gendarme
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

"Même si elles ne se fréquentaient pas beaucoup, Paloma avait toujours été proche de sa mère. Elles s'appelaient régulièrement.
– Tu vois, lui confia-t-elle en sirotant un spritz en terrasse, il tourne en rond, il n'a plus vraiment de projet.
– Ça va revenir, temporisa Sylvia. Avec ton père, ça n'a pas toujours été simple. Ça s'entretient l'amour... Vous, vous voulez...
– Je t 'en prie! Ne me sors pas les conneries des magazines, la coupa Paloma en prenant une photo de son verre de spritz, avec, en profondeur de champ, la Méditerranée.
Sur son téléphone, elle recadra l'image et la posta sur Instagram. Hashtag apéro, hashtag Cadaques, hashtag spritz, hashtag Costabrava, hashtag weekendsansenfantsnimari, hashtag laviestbelle". Dans un style concis, limpide, factuel, tendu, Jean-Baptiste Gendarme nous offre un grand récit de la solitude moderne.


- La route de la mer
de Philippe le Guillou
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Sur les bords de la Tamise où il est venu installer ses dernières sculptures, de grandes figures de bronze disposées près du fleuve, un homme écoute la Vallée d'Obermann de Liszt et se souvient. Il vient de perdre sa sœur aînée, la pianiste Anna Horberer, et il revoit sa vie, dans la presqu'île de Crozon, sur la côte normande, au Havre et à Paris, dans l'ombre de cette femme brillante, très tôt éprise de piano, folle de Liszt et habitée avant tout par sa vocation d'artiste. Il revoit les lieux d'enfance et retrace l'itinéraire de sa sœur, crainte et admirée, une sœur qui savait capter les regards, les affections et qui lui a tout pris, jusqu'à son meilleur ami Stéphane. Une époque renaît, celle des années 80-90, une vie aussi, avec ses passions, ses tensions, ses désirs cachés, ses voyages, une existence placée sous le signe de la musique et de l'art. Anna Horberer était une immense interprète, reconnue et adulée, mais c'était avant tout une femme, sensible, aimante, sans cesse entourée de disciples et d'amis, de protecteurs aussi. Avec émotion, le frère inconsolable brosse le portrait de cette sœur lointaine et si proche, de ceux qui l'accompagnent, Stéphane, son fils Simon, Mikaël le mécène toujours présent. On entre dans l'intimité d'une artiste, d'une épouse et d'une mère, au cœur des souvenirs et des sons, des épreuves et des doutes, on entend la pulsation des années, la rage de jouer et de vaincre: un lien mystérieux, inaltérable, affleure, porté par l'amour de la musique, le sacerdoce qu'elle exige, la passion des êtres, des villes et des paysages des bords de mer.


- Le café des petits miracles
de Nicolas Barreau
Éditions Héloïse d'Ormesson / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Timide et romantique, Éléonore adore s’évader dans la lecture et croit aux présages, petits messagers du destin. N’ayant pas hérité de l’intrépidité de sa grand-mère, elle n’est pas le genre à prendre une décision sur un coup de tête. Mais la vie est parfois imprévisible ! Et une phrase énigmatique trouvée dans un vieux livre peut avoir des conséquences inattendues, de celles qui bouleversent une existence. Éléonore l’ignore encore, par ce froid matin de janvier, quand elle saute dans un train pour Venise... Destination la Sérénissime où Nicolas Barreau nous embarque dans une magnifique histoire, d’un campo l’autre, au gré des calli et au pied des campanili. Son Café des petits miracles nous invite à prendre le bonheur par la main et à croire en l’amour.


- Le cas singulier de Benjamin T.
de Catherine Rolland
Éditions Les Escales / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Depuis quelque temps, plus rien ne va dans la vie de Benjamin Teillac. Quitté par sa femme, rejeté par son fils, il risque maintenant de perdre son travail d'ambulancier. En cause: ses crises d'épilepsie, qui ont recommencé brutalement et que les traitements conventionnels ne suffisent plus à contrôler. Lorsque sa neurologue lui propose de tester un nouveau médicament révolutionnaire, il décide d'accepter, malgré la réticence de David, son meilleur ami. C'est alors que d'étranges visions commencent à l'assaillir, des rêves récurrents au réalisme troublant. Sur un chemin enneigé, le voilà qui fait le guet en compagnie de soldats qu'il ne connaît pas et à qui, pourtant, il s'adresse comme à des familiers. Par quel phénomène singulier s'est-il soudain retrouvé en 1944, au beau milieu du maquis? Là, alors que le danger rôde, une autre existence s'ouvre à lui, un autre possible. Se pose alors la seule véritable question: qui Benjamin veut-il être?


- Le temps des hyènes
de Carlo Lucarelli
Éditions Métailié / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Une épidémie de suicides s'empare de la colonie italienne d'Érythrée: le sort des indigènes n'intéresse guère, mais quand on découvre le corps du marquis Sperandio, propriétaire des terres et pionnier enthousiaste, pendu au plus haut sycomore d'Afelba, les autorités s'émeuvent. Aussitôt le capitaine des carabiniers royaux Colaprico et Ogbà, son Sherlock Holmes abyssin, accourent. Nos deux enquêteurs s'égarent dans des fausses pistes à dos de mulet, du port de Massaoua aux hauts plateaux d'Asmara: il faudra bien scruter la terre rouge. Une vieille sorcière, un étrange chien féroce, une princesse noire, d'anciennes amitiés, deux sales types qui cachent bien leur jeu et des métaphores à base de piment viennent épaissir le mystère. Les agioteurs mafieux ne sont pas loin, le temps des hyènes a commencé. Cupidité des colons, hostilité des soldats, racisme crasse font de ce court polar un petit bijou du genre, drôle, efficace et diablement sensuel. Il n'y manque ni le recours aux langues locales de la corne de l'Afrique et de la botte italienne, ni la morale finale comme on l'aime. Une réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Mar 20 Fév - 19:42

- Les Orphée
de Éric Metzger
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Un jour, Louis, trentenaire à la vie monotone, achète un vieux téléphone dans une brocante. Une fois chez lui, alors qu'il s'amuse à le tester, Louis découvre que son nouvel appareil est en réalité une machine à téléphoner dans le passé. Grâce à celle-ci, il parvient à joindre son père, pourtant défunt depuis des années. Le téléphone pourra-t-il empêcher la disparition de ce dernier? Un soir, Orphée décide de partir à la recherche d'Eurydice. Malheureusement, il ne connaît rien d'elle, ne sait pas du tout à quoi elle ressemble: elle est un fantasme impossible, une lumière au bout d'un couloir sans fin. Tout ce qu'il espère finalement, c'est qu'une fois dans ses bras, il trouvera enfin la paix. L'enfer d'Orphée, c'est la nuit, les soirées, l'alcool, les souvenirs. Il l'arpente, guidé par le fidèle Virgile, et dévore les cercles nocturnes les uns après les autres, remplis de nymphes et de démons: Eurydice où es-tu? Louis et Orphée, le jour et la nuit, chacun poursuivant une chimère. Jusqu'où la folie peut-elle les conduire?


- Les rois d'Islande
de Einar-Màr Gudmundsson
Éditions Zulma / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Le clan Knudsen règne depuis plus de deux siècles sur Tangavík, petit port de pêche battu par les vents ou fief d'armateurs, question de point de vue. Chez les Knudsen, on est potentiellement marin de père en fils, sauf à faire carrière à la caisse d'épargne. On compte dans la famille de grands hommes, des hôtesses de l'air et de gentils simplets. Ils ont été ministres, bandits, avocats, ivrognes patentés et parfois tout cela en même temps. Les Knudsen ont bâti des empires et les ont perdus avec le même panache. Ils ont monté des conserveries de harengs, composé des symphonies, roulé en belle américaine et sacrément magouillé. Ils ont été portés au pinacle et mis au pilori. Toujours persuadés, de génération en génération, d'être les rois d'Islande. L'histoire mirifique des Knudsen, de ses représentants et de tous ceux qui passaient par là est, on l'aura compris, un tourbillon de portraits hautement réjouissants, la saga contemporaine d'une famille exubérante et totalement déjantée.


- Madame Einstein
de Marie Benedict
Éditions Presses De La Cité / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Zurich, 1886. Mileva Marić quitte sa Serbie natale et décide de braver la misogynie de l'époque pour vivre sa passion de la science. À l'Institut polytechnique, cette étrangère affublée d'une jambe boiteuse, seule femme de sa promotion, est méprisée par tous ses camarades. Tous, sauf un étudiant juif farfelu, aux cheveux ébouriffés, stigmatisé par sa religion. C'est Albert Einstein. Les deux parias tombent aussitôt amoureux. Et élaborent ensemble leur pensée scientifique. Mais y a-t-il de la place pour deux génies dans un même couple? De drames domestiques en humiliations conjugales, Mileva apprend la dure réalité du mariage, passé les premières ferveurs de l'amour. Dans un récit à la première personne aux poignants accents de vérité, Marie Benedict rend hommage à l'une des femmes les plus bafouées de l'histoire du XXe siècle, dont la contribution à la théorie de la relativité a donné lieu à un virulent débat, et brosse un portrait nuancé, mais toujours documenté, de celui qui reçut à lui seul tous les honneurs.


- Marcher à Kerguelen
de François Garde
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Pendant vingt-cinq jours, dans la pluie, le vent et le froid, en l'absence de tout sentier, François Garde et ses compagnons ont réalisé la traversée intégrale de Kerguelen à pied en autonomie totale. Une aventure unique, tant sont rares les expéditions menées sur cette île déserte du sud de l'océan Indien aux confins des quarantièmes rugissants, une des plus inaccessibles du globe. Cette marche au milieu de paysages sublimes et inviolés, à laquelle l'auteur avait longtemps rêvé, l'a confronté quotidiennement à ses propres limites. Mais le poids du sac, les difficultés du terrain et du climat, les contraintes de l'itinérance, l'impossibilité de faire demi-tour n'empêchent pas l'esprit de vagabonder. Au fil des étapes, dans les traversées de rivières, au long des plages de sable noir, lors des bivouacs ou au passage des cols, le pas du marcheur entre en résonance avec le silence et le mystère de cette île et interroge le sens même de cette aventure.


- Midwinter
de Fiona Melrose
Éditions La Table Ronde / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Landyn Midwinter et Vale, son fils, agriculteurs dans le Suffolk, sont des hommes du terroir. Les temps sont durs, et face à la concurrence des grandes entreprises ils doivent lutter pour garder leur propriété, leur gagne-pain et leur héritage. Mais un combat plus profond et plus brutal est à l'œuvre en arrière-plan: un face-à-face à propos de l'horrible mort de Cecelia, épouse et mère adorée, dix années auparavant en Zambie; un passé que tous deux ont refusé d'affronter jusque-là. Lors d'un hiver particulièrement éprouvant, Landyn et Vale se débattent avec leurs souvenirs et leur douleur, remuant ce qui reste de leur fragile unité familiale sans cesse menacée d'éclatement. Tandis que Vale prend des décisions de plus en plus désespérées, Landyn se réfugie auprès de sa terre et de ses bêtes. Dans une langue à la fois sensible, orale et elliptique, les récits de Landyn et de Vale alternent pour raconter à la fois le Suffolk et la Zambie. Un va-et-vient temporel et géographique remarquablement construit. Midwinter est un roman naturaliste et poétique qui traite de la culpabilité et des occasions perdues, de la relation entre ces deux hommes aussi fragiles que leur quotidien est rude. Un premier roman polyphonique, sombre et magistral.


- Mort d'un cheval dans les bras de sa mère
de Jane Sautière
Éditions Verticales / 08 février 2018


Le Titre du Roman

"Ce livre a commencé un matin. Je me réveille en larmes d'un rêve où réapparaît mon chien, mort il y a plus de cinquante ans. J'ai voulu nouer à nouveau ce couple, enfance et animal. Il y a, non sans raison, un bestiaire à l'œuvre dans chaque berceau. Dans celui de notre humanité aussi. Pour rendre compte de cette présence persistante dans ma vie citadine, je suis remontée à l'image pariétale du cheval, issue d'une préhistoire personnelle, ainsi qu'au corbeau fabuleux ou à d'autres animaux qu'on domestique, qu'on chérit, qu'on tue et qu'on mange. Il en va du désespoir politique de la domination infligée par mon espèce à ce qu'elle estime posséder. Et de la joie pure de cet autre monde qui élargit le nôtre".


- Normal
de Ellis Warren
Éditions Au Diable Vauvert / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Prévoir le futur. Certains nomment ça fixer l'abîme. À Normal Head on accueille des veilleurs stratégiques civils ou militaires rendus fous par leurs visions de bouleversements géopolitiques, guerres de drones et apocalypses diverses. Quand on retrouve à la place d'un patient un tas d'insectes dans son lit, les névrosés et déséquilibrés de l'institut se lancent dans une folle enquête, entre aliénation et surveillance.


- Olga et les siens
de Alain Jomy
Éditions Alma / 08 février 2018


Le Titre du Roman

1940. C'est l'Éxode. Olga et les siens doivent fuir à nouveau. Pourtant, ils ont déjà tellement voyagé, ils viennent déjà de si loin, de ces communautés juives de Russie, de Pologne, de Bucovine; ils sont passés par l'Allemagne, sont arrivés à Paris, et voilà qu'ils se retrouvent perdus dans un petit village de Corrèze, où le mari d'Olga meurt. Perdus? Au contraire, ils s'y sentent protégés, mis à l'abri par quelques habitants qui auront le courage de les aider, leur permettant de fuir le danger, de s'esquiver quand il le faudra, alors que la terreur s'abat. Et la jeune veuve se dépense pour sa famille. Presque tous seront sauvés. Le petit Alain Jomy est l'un d'eux. Soixante-dix ans plus tard, il raconte ici la longue histoire de sa famille, leurs souffrances mais aussi leurs bonheurs, faisant revivre un monde disparu. Avec le cœur d'un enfant et les mots d'un écrivain.


- Poétique de l'emploi
de Noémi Lefebvre
Éditions Verticales / 08 février 2018


Le Titre du Roman

"J'évitais de penser à chercher un travail, ce qui est immoral, je ne cherchais pas à gagner ma vie, ce qui n'est pas normal, l'argent je m'en foutais, ce qui est inconscient en ces temps de menace d'une extrême gravité, mais je vivais quand même, ce qui est dégueulasse, sur les petits droits d'auteur d'un roman débile, ce qui est scandaleux, que j'avais écrit à partir des souvenirs d'une grande actrice fragile rescapée d'une romance pleine de stéréotypes, ce qui fait réfléchir mais je ne sais pas à quoi". Les dix leçons aux jeunes poètes d'aujourd'hui donnent à ce livre fulgurant la dimension d'un nouveau Traité de savoir-survivre à l'usage des désœuvrés volontaires.


- Quelle n'est pas ma joie
de Jens Christian Grøndahl
Éditions Gallimard / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Ellinor a soixante-dix ans. Elle vient de perdre Georg, son mari, et elle a rapidement décidé de vendre leur maison, dans la banlieue chic de Copenhague, afin de retourner vivre à Vesterbro, le quartier populaire de son enfance. Et Ellinor va se raconter. Elle s'adresse à Anna, sa meilleure amie, qui était la première femme de Georg. Et la maîtresse de Henning, son mari à elle. Anna et Henning ont été emportés par une avalanche dans les Dolomites, pendant des vacances que les deux couples passaient ensemble, au cours des années soixante. Ce roman d'une vie vécue longuement à la place d'une autre mêle les surprises, la rancœur, l'agressivité et la jalousie. Et les regrets: "Nous, qui ne sommes plus aimés, nous devons choisir entre la vengeance et la compréhension", écrit ainsi Ellinor. Ce livre est une apostrophe, à la fois exercice de deuil, de mémoire et de réflexion, où le "tu" donne une immédiateté nouvelle à la palette du grand écrivain qu'est Jens Christian Grøndahl.


- Si j'avais un perroquet je l'appelerais Jean-Guy
de Blandine Chabot
Éditions Cherche Midi / 08 février 2018


Le Titre du Roman

C’est dans un roman de Françoise Sagan emprunté à la bibliothèque que Catherine trouve un marque-page bien particulier: y sont inscrits le nom d’un homme, Jean-Philippe, et son numéro de téléphone, suivis de l’invitation "Appelle quand tu veux". Célibataire mais anéantie par sa dernière relation amoureuse, Catherine se lance dans un projet que son amie Margaux situe à mi-chemin entre le plus fou des désespoirs et le plus admirable des espoirs. Appeler ce Jean-Philippe. Si j’avais un perroquet, je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco c’est déjà pris), c’est l’histoire d’une rencontre improbable, d’un chat nommé Luc, d’une collection de miroirs, d’une Bénédicte aux cheveux roux, d’une impératrice russe et d’une profonde aversion pour les chemises à manches courtes. Blandine Chabot, en magicienne des mots, sait nous faire passer du rire aux larmes comme personne. Mélodique et brillamment loufoque, son style incomparable élabore une langue unique: c’est cru, intelligent, comique, surprenant. Et voilà que, totalement embarqué, on rit (beaucoup), on réfléchit, on s’émeut, on vibre… Un délicieux moment.


- Sous les étoiles silencieuses
de Laura McVeigh
Éditions Fleuve Noir / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Été 1990. Afsana, 15 ans, se trouve à bord du Transsibérien vers la Russie. Elle vient de loin. De très loin. Sa ville, Kaboul, l'endroit où elle se sentait jadis chez elle, a été ravagée par la guerre civile, suite à l'arrivée des talibans. Depuis, Afsana et les siens sont en fuite, parcourant le pays d'un bout à l'autre, en perpétuelle recherche d'un lieu où enfin trouver la paix. Cet ultime trajet en train est l'occasion de se remémorer les événements qui ont précédé le départ, mais aussi toutes les étapes de cette longue fuite en famille. Afsana se souvient de la belle maison au cœur de la ville et de l'arbre de Judée dans le jardin, de l'amour de ses parents, de leur foi en l'avenir. Du bonheur d'être unis. Mais aussi de l'horreur qui s'immisce progressivement dans le quotidien et qui finit par les contraindre à partir. Avec, au bout du voyage, une unique question: comment recommencer lorsque tout a été perdu?


- Teigneux
de Daniel Kraus
Éditions Fleuve Noir / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Neuf ans se sont écoulés depuis cette nuit terrible au cours de laquelle Ry Burke, tout juste âgé de dix ans, a fui la fureur dévastatrice de son père. Il n'a dû sa survie qu'à ses jouets, les Trois Inommables: le réconfortant et malicieux Mister Oursington, le sage Jésus en plastique, et l'étrange et inquiétant Teigneux, qui lui ont transmis force et conseils. Aujourd'hui l'heure est venue de quitter la ferme, et cette terre maudite de l'Iowa qui semble refuser de produire depuis que Marvin, le père tyrannique et maître des lieux, est en prison. Les Burke sont enfin prêts à se libérer du passé. Mais leurs démons refusent de lâcher prise, et la pluie des météorites qui s'abat sur la région va les déchaîner. Le matin du départ, Ry entend un fredonnement trop familier s'échapper de la cuisine. Marvin est de retour.


- Un fiancé inattendu
de Karen King
Éditions Prisma / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Tout va bien dans la vie de Cassie. Elle est journaliste et fiancée à un brillant avocat, Timothy. Seul bémol agaçant, sa future belle-mère très envahissante a décidé d'avancer leur mariage et se mêle de tout... Bien sûr Cassie envisageait d'épouser un jour Timothy, mais pas dans trois mois. Tout va beaucoup trop vite, et lorsque l'affreuse belle-maman engage à sa place un photographe réputé pour le mariage, Cassie n'a aucune idée de la catastrophe qui s'annonce. Car Jared est en réalité son ex-grand amour, qui l'avait quittée pour accomplir ses rêves et poursuivre sa carrière aux quatre coins du monde. Cassie a mis des années à l'oublier et à surmonter leur rupture. Lorsqu'il ressurgit, plus réfléchi et toujours aussi irrésistible, toutes les convictions de Cassie volent en éclat: va-t-elle vraiment épouser Timothy, parfait en apparence, ou craquer de nouveau pour Jared, qui lui avoue qu'il l'aime encore?


- Une passion pour le Y
de Mary Dorsan
Éditions P. O. L. / 08 février 2018


Le Titre du Roman

"J'ai une passion pour le Y.
- Une passion pour le Y?
- Oui, pour le Y.
- Pourquoi pour le Y?
- Parce que c'est la plus belle lettre de l'alphabet, elle est debout et lève ses bras vers le ciel.
Ils sont assis dans une cour intérieure. L'homme aux cheveux noirs, aux yeux noirs et la femme à la peau claire, aux yeux verts". Ainsi commence le nouveau texte de Mary Dorsan. Il l'a suivie en quelque sorte puisque nous ne sommes plus ici dans un appartement thérapeutique avec des adolescents pour le moins perturbés mais dans l'hôpital psychiatrique de jour où elle travaille à présent. Elle y est pour, comme elle écrit à un moment: "éprouver plus fortement encore l'espérance", au milieu d'êtres, des adultes cette fois, qui ont commis l'irréparable, un meurtre pour certains d'entre eux, des violences en tout cas, sur eux ou sur les autres. Elle écrit leurs échanges avec elle, et entre eux. Ces paroles, "leurs mots tracés, entrelacés dans un roman, on reconnaîtra leur valeur". Elle écrit leur malheur, elle témoigne, elle restitue leur voix étonnante de lucidité et de profondeur.


- Urgences et sentiments
de Kristof Magnusson
Éditions Métailié / 08 février 2018


Le Titre du Roman

Toutes les nuits, Anita, médecin urgentiste, parcourt Berlin dans une ambulance de premiers secours. Elle aime son métier et le fait bien, sauve des vies à un rythme digne des meilleures séries télé au cours d'opérations méticuleuses qu'on suit avec passion, dans une ville tentaculaire qui ne fonctionne pas si bien que ça. Le jour, elle essaie de survivre aux complications de sa vie sentimentale qu'elle mène avec une incroyable maladresse. Son mari, médecin, l'a quittée pour une femme douée pour la décoration intérieure, qui désire une vie parfaite de confort et d'élégance. Son fils adolescent a l'air de préférer ce confort aux capacités d'improvisation de sa mère. Un roman au rythme entraînant et au timing totalement maîtrisé.


- Appelle-moi par ton nom
de André Aciman
Éditions Grasset & Fasquelle / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Elio Perlman se souvient de l'été de ses 17 ans, à la fin des années quatre-vingt. Comme tous les ans, ses parents accueillent dans leur maison sur la côte italienne un jeune universitaire censé assister le père d'Elio, éminent professeur de littérature. Cette année l'invité sera Oliver, dont le charme et l'intelligence sautent aux yeux de tous. Au fil des jours qui passent au bord de la piscine, sur le court de tennis et à table où l'on se laisse aller à des joutes verbales enflammées, Elio se sent de plus en plus attiré par Oliver, tout en séduisant Marzia, la voisine. L'adolescent et le jeune professeur de philosophie s'apprivoisent et se fuient tour à tour, puis la confusion cède la place au désir et à la passion. Quand l'été se termine, Oliver repart aux États-Unis, et le père d'Elio lui fait savoir qu'il est loin de désapprouver cette relation singulière. Quinze ans plus tard, Elio rend visite à Oliver en Nouvelle-Angleterre. Il est nerveux à l'idée de rencontrer la femme et les enfants de ce dernier, mais les deux hommes comprennent finalement que la mémoire transforme tout, même l'histoire d'un premier grand amour. Quelques années plus tard, ils se rendent ensemble à la maison en Italie où ils se sont aimés et évoquent la mémoire du père d'Elio, décédé depuis. Appelle-moi par ton nom est un roman d'amour singulier tout autant qu'une réflexion sur la mémoire et l'oubli. La langue à la fois précise et sensuelle d'André Aciman parvient à évoquer la tyrannie des corps, mais aussi la part de brutalité qui se niche dans tout éveil au sentiment amoureux, avec une élégance rare.


- Attends-toi au pire
de Petteri Nuottimaki
Éditions Gaïa / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Matti est issu d'une famille finlandaise qui lutta farouchement pour l'indépendance du pays, parfois en vain. Jeune homme, il émigre en Suède dans les années 1960 avec sa femme Beata. Des années plus tard, Matti, atteint d'un cancer, apprend qu'il est condamné, et décide de proposer à chacun de ses trois enfants 100 000 couronnes, sous réserve qu'ils aient un vrai projet. Celui qui fera le meilleur investissement héritera de l'entreprise familiale et de ses insectes prédateurs. Entre l'écrivaillon raté, le dealeur spécialiste en plans vaseux et la gentille fille qui s'entiche toujours du mauvais bonhomme, la compétition sera rude et les rebondissements nombreux. Une saga familiale sous le prisme de l'anecdote, par un conteur facétieux et irrévérencieux.


- Beau ravage
de Christopher Bollen
Éditions Calmann Lévy / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Ian, jeune homme issu du milieu new-yorkais huppé, se retrouve soudain déshérité. Il repense alors à Charlie, son richissime meilleur ami d'enfance d'origine grecque qui mène désormais une vie rêvée à Patmos, entre yachts de luxe et soirées festives. Charlie invite aussitôt son vieil ami à le rejoindre dans son paradis. Cependant, Ian n'a pas la tête à passer du bon temps: son seul but est d'emprunter de l'argent à Charlie, ce qui se révèle plus compliqué que prévu. Charlie finit par refuser, mais lui fait néanmoins une offre inespérée: devenir son bras droit dans la compagnie de location de yachts qu'il a fondée récemment. Un bon salaire et un toit gratuit, alliés au plaisir d'avoir retrouvé sur l'île une femme aimée, Ian ne peut qu'accepter. À partir de ce moment, l'Éden vire au cauchemar: Charlie disparaît du jour au lendemain, laissant Ian découvrir qu'il est loin d'être un saint. Alors que Ian tente de retrouver sa trace, il prend conscience du piège dans lequel il est tombé. Dans un cadre de rêve, une descente aux enfers addictive qui questionne les faux-semblants, la force de l'amitié et le poids du destin.


- Corps étrangers. Tome 1. Avant tout ne pas nuire
de Patrick Froehlich
Éditions Les Allusifs / 07 février 2018


Le Titre du Roman

"Tu n'as jamais fait mal à un enfant?" demande un jour Véga à son père, spécialiste en chirurgie pédiatrique. Cette simple question, à laquelle une réponse négative s'impose d'abord comme une évidence, ouvre la porte à une réflexion profonde sur la douleur, parfois infligée à dessein en dépit du précepte médical qui la récuse: primum non nocere. En remontant le cours d'un itinéraire personnel, le narrateur entreprend une exploration de son rapport à la douleur provoquée à la fois comme médecin et comme père, abordant le sujet de façon sensible et ouvrant un angle littéraire subtil sur l'essence même de l'humain. Hippocrate enseignait qu'un patient est aussi un être qui souffre; Avant tout ne pas nuire pose un regard lucide sur l'usage de cette souffrance et la nécessité ultime de ne la perpétuer sur aucun enfant, malade ou sain.


- Dans le ventre du loup
de Héloïse Guay de Bellissen
Éditions Flammarion / 07 février 2018


Le Titre du Roman

C'est un conte, un conte bien réel. Une jeune femme ouvre les archives du tribunal d'Annecy pour revenir sur le fait divers qui a détruit sa famille, trente ans auparavant. Pourquoi ne lui a-t-on jamais parlé de sa cousine Sophie, victime à 9 ans du "monstre d'Annemasse"? Elle plonge dans son histoire comme on plonge dans la gueule du loup. Le loup qui la guette depuis l'enfance. Le loup qui a tué, jeune assassin dont la vie a été pulvérisée par un drame. Le loup qui agit silencieusement au sein de chaque famille. Héloïse fait œuvre de vérité, met en images les mauvais rêves, revient dans la maison de vacances où les petites filles vivaient en dehors du temps des adultes. Revisitant le mythe du Chaperon rouge, Héloïse Guay de Bellissen, dans son roman le plus ambitieux, décrit admirablement le monde noir et solaire de l'enfance, et redonne au fantôme d'une fillette existence, dignité et amour.


- Débâcle
de Lize Spit
Éditions Actes Sud / 07 février 2018


Le Titre du Roman

À Bovenmeer, un petit village flamand, seuls trois bébés sont nés en 1988: Laurens, Pim et Eva. Enfants, les “trois mousquetaires” sont inséparables, mais à l'adolescence leurs rapports, insidieusement, se fissurent. Un été de canicule, les deux garçons conçoivent un plan: faire se déshabiller devant eux, et plus si possible, les plus jolies filles du village. Pour cela, ils imaginent un stratagème: la candidate devra résoudre une énigme en posant des questions; à chaque erreur, il lui faudra enlever un vêtement. Eva doit fournir l'énigme et servir d'arbitre si elle veut rester dans la bande. Elle accepte, sans savoir encore que cet “été meurtrier” la marquera à jamais. Treize ans plus tard, devenue adulte, Eva retourne pour la première fois dans son village natal. Cette fois, c'est elle qui a un plan. Véritable coup de tonnerre dans le paysage littéraire aux Pays-Bas et en Belgique, immense succès de librairie qui a valu à son auteur les plus grands éloges, Débâcle est un roman choc, servi par une écriture hyperréaliste et intransigeante. Une expérience de lecture inoubliable.


- De l'autre côté des montagnes
de Kévin Canty
Éditions Albin Michel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

1972, Silverton, petite ville du nord-ouest des États-Unis. La mine d'argent fournit du travail aux hommes, régit la vie des familles et domine les existences. Certains se résignent à une vie de rude labeur, d'autres ne rêvent que d'échapper à ce destin. Mais lorsqu'une catastrophe survient à la mine, coûtant la vie à des dizaines d'hommes, c'est toute une communauté qui est frappée par une onde de choc et de chagrin. Kevin Canty s'attache aux conséquences de cette tragédie sur des hommes et des femmes qui, malgré tout, ne perdent pas espoir. Comme Jordan, qui se retrouve désormais seule pour élever ses jumelles, ou David, forcé de renoncer à ses études après la mort de son frère. Quant à Ann, qui voulait à tout prix un enfant, la voici à vingt-deux ans dépossédée de sa vie. Et pour Lyle, l'un des rescapés, l'existence prend soudain un autre sens. S'inspirant d'un fait réel, Kevin Canty saisit ces destins à la perfection et fait revivre toute une époque, nous offrant des pages débordantes d'humanité.


- Destiny
de Pierrette Fleutiaux
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Une femme jeune, enceinte, noire, totalement démunie, qui dit s'appeler Destiny. L'autre, Anne, bientôt grand-mère, blanche, classe moyenne éduquée. Par hasard, s'enclenche entre ces deux-là une relation fragile et chaotique. La jeune Nigériane a fui son pays, traversé les déserts et la mer, subi la menace effrayante de prédateurs de toute espèce. Anne se heurte à la violence de ce passé, se perd dans les malentendus, vacille parfois. Destiny lui fait l'effet d'une femme puissante, dérangeante. "J'ai un destin", répète la jeune femme, même au plus profond de sa misère. Destiny ne dit pas tout. Mais, au travers des zones d'ombre, Anne voit se dresser peu à peu une figure magnifique, celle d'une héroïne de notre époque. Substituant aux généralités du phénomène migratoire les aléas d'une véritable rencontre, une expérience singulière se raconte ici, qui invente les codes d'une communication inédite, pour approcher une simple humanité partagée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Mar 20 Fév - 19:36

- Étoiles dans le ciel du sud
de Elizabeth Haran
Éditions L'Archipel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Londres, 1954. Estella mène une vie des plus confortables jusqu'à ce qu'elle découvre que son mari, en plus d'avoir fermé son cabinet d'avocat et dilapidé leur fortune, la trompe. Le cœur brisé, Estella décide de refaire sa vie en Australie, où un poste de vétérinaire l'attend. Mais la jeune femme n'est pas seule à effectuer la traversée: elle est enceinte. Arrivée à Kangaroo Crossing, Estella déchante. Peuplé d'une poignée d'habitants, le hameau est infesté de mouches et la chaleur y est suffocante. Et tous observent la nouvelle venue d'un œil suspicieux. Parviendra-t-elle à gagner le respect et la confiance des habitants du village, plutôt rustres? Un pari d'autant plus difficile à relever qu'elle leur a caché plusieurs pans de son passé. Et que ce dernier pourrait bien la rattraper. Dans un décor aussi magnifique que âpre, tous les éléments qui ont fait le succès des sagas de Tamara McKinley et de Sarah Lark se trouvent ici réunis.


- Il est toujours minuit quelque part
de Cédric Lalaury
Éditions Préludes / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Bill Herrington est un homme heureux. La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes... jusqu'au jour où il trouve dans son casier l'exemplaire d'un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu: Richard Philip Kirkpatrick. Pas de quoi chambouler Bill. À un détail près: ce roman raconte une histoire vraie. Celle d'un crime dont Bill était persuadé que personne n'avait jamais eu connaissance. Sur une île qu'il aurait voulu oublier pour toujours. Ce livre envahit bientôt l'existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable, ainsi que son équilibre psychologique, vont vite menacer de voler en éclats sous l'effet dévastateur de ce roman vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.


- J'aurai tant aimé
de Emmanuel Venet
Éditions JC Lattès / 07 février 2018


Le Titre du Roman

J'aurai tant aimé relève le défi: 480 souvenirs de bonheurs légers, un inventaire des petites joies qui scandent les jours et s'envolent aussitôt éprouvées. De se trouver ainsi épinglées et réunies, elles acquièrent une force poétique insoupçonnée, ouvrant à une autre manière de savourer les plaisirs et les jours.
Extraits:
"J'aurai tant aimé croire que j'ai un cancer et découvrir que c'est une tendinite".
"J'aurai tant aimé la magie des commencements amoureux, la découverte d'une femme encore superposable à l'idée que je m'en fais, avant la révélation plus ou moins douloureuse de l'écart entre les deux".
"J'aurai tant aimé les orages, et compter les secondes entre l'éclair et le tonnerre".
"J'aurai tant aimé préparer du jus d'orange, opération salissante et fastidieuse produisant un nectar que je n'arrive jamais à boire assez lentement".
"J'aurai tant aimé faire répéter des bêtises à l'écho".


- Je suis en vie et tu ne m'entends pas
de Daniel Arsand
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Quand Klaus Hirschkuh débarque à la gare de Leipzig, ce jour de novembre 1945, c'est une ville détruite qu'il redécouvre pas à pas. Le jeune homme qui marche dans ces décombres est lui-même en morceaux. Il vient de passer quatre ans à Buchenwald. Parce qu'il est homosexuel. À bout de forces, il est une ombre, un fantôme. Scandaleusement vivant pourtant. Et il n'a pas fi ni d'expier. Survivre: un miracle et une responsabilité dont la réalisation n'a pas à être spectaculaire mais qui relève d'un combat intime, tenace, insurmontable parfois, solitaire souvent, et toujours sans répit. Le roman de Daniel Arsand invente la langue digne de ce combat à poursuivre, mélange rigoureux et explosif de sécheresse, de rage et de lumière. Je suis en vie et tu ne m'entends pas est un texte crucial, qu'on voudrait confier personnellement à chacun de ses lecteurs, comme un viatique, un talisman.


- L'appel du fleuve
de Robert Olen Butler
Éditions Actes Sud / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Deux frères qui s'ignorent depuis cinquante ans se trouvent confrontés à la mort imminente de leur père. Professeur à l'université, Robert était encore étudiant quand il s'est engagé dans l'armée en 1967. Affecté au Sud-Vietnam, il a connu là-bas son premier amour et y a commis un acte qui le hante encore un demi-siècle plus tard. Quant à son frère Jimmy, farouchement opposé à la guerre, il a choisi un itinéraire différent en s'expatriant au Canada, après une violente altercation avec leur père, lui-même vétéran de la Seconde Guerre. L'heure des retrouvailles est peut-être venue, et chacun revisite son passé, s'interroge sur ses allégeances, les choix qu'il a faits. Des secrets vont être révélés, des malentendus levés, des questions posées. Pourquoi les hommes font-ils la guerre? Comment surmonter les défis de l'intimité sur le long terme? Est-ce une trahison de quitter sa famille et son pays? Quels liens demeurent quand les convictions vous séparent? Grande voix de la littérature américaine, Robert Olen Butler signe un roman d'une intensité émotionnelle et dramatique rare, assurément l'un des sommets de son œuvre.


- L'homme qui est tombé dans l'oubli
de Mia Ajvide
Éditions Actes Sud / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Un jour, Jack rentre chez lui et découvre un autre homme assis à sa place à la table du dîner. Sa femme, Aino, le regarde avec des yeux remplis de terreur et le chasse de la maison tel un intrus. Elle ne le reconnaît plus. Il a été effacé de sa mémoire, comme si toutes leurs années de vie commune n'avaient jamais existé. Et cette amnésie semble se généraliser: à son travail, ses collègues se montrent soudain très distants, voire méfiants. Même sa vieille mère le fixe d'un air apeuré et refuse de lui ouvrir sa porte. Personne ne sait plus qui il est. Pire encore, il se rend compte que tous ceux qu'il croise l'oublient dès qu'ils l'ont quitté des yeux. Toute interaction devient impossible. Peu à peu, Jack réalise qu'il n'est pas le seul, d'autres sont atteints du même mal que lui. Rejoignant la communauté des oubliés, il comprend qu'il existe un moyen d'établir un contact avec les autres. Et il va tout risquer pour tenter de reconstruire les souvenirs d'une vie et reconquérir sa femme. Dans ce premier roman aux airs de conte kafkaïen, Mia Ajvide emprunte autant au thriller psychologique qu'au fantastique et mêle habilement enquête historique et drame personnel. L'absurdité et la terreur se côtoient, résonnant dangereusement avec une réalité que la plupart préfèrent oublier.


- L'île
de Sigridur Hagalin Bjornsdottir
Éditions Gaïa / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Il arrive que se produisent des choses qui rassemblent l'humanité tout entière, et chacun se rappelle l'endroit où il se trouvait quand il a appris la nouvelle. Le monde peut devenir si petit qu'il se résume à un seul être humain. À un homme minuscule dans un fjord abandonné d'Islande. Un homme qui se souvient: comment toute communication avec le monde extérieur fut soudain coupée, comment réagirent le gouvernement, les médias, la population. Comment il réagit lui-même, journaliste politique flirtant avec les sphères du pouvoir, en couple avec María, musicienne d'origine étrangère. Le pays, obsédé par son passé, croit pouvoir vivre en autarcie, rejette dangereusement tout ce qui n'est pas islandais, et réactive des peurs ancestrales. Faire face à la faim, dans un pays de volcans cerné par les eaux. Comme un piège qui se referme.


- L'une et l'autre
de François Cérésa
Éditions Du Rocher / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Sexagénaire fringuant, Marc est marié à Mélinda, à peine plus jeune que lui. Le couple, hier flamboyant et amoureux, semble aujourd'hui avoir du plomb dans l'aile. Le désir s'est émoussé, le plaisir n'est plus une idée neuve. Mélinda a perdu de sa superbe, et Marc fait preuve en toute occasion d'un cynisme grinçant. L'histoire d'amour touche-t-elle à sa fin? Soudain, un 31 décembre au soir, on sonne à la porte et, ô miracle, Mélinda apparaît telle qu'elle était à trente ans: le portrait de Jane Fonda dans Les Félins.


- La contre-nature des choses
de Tony Burgess
Éditions Actes Sud / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Un homme au bout du rouleau, le narrateur, sillonne un paysage de fin du monde sans lever les yeux. Tout là-haut, dans ce qu'il reste de l'ancien ciel et qu'il évite de regarder, l'Orbite charrie un milliard de cadavres. Parce qu'au bout du compte, l'apocalypse zombie aura surtout généré un gigantesque problème de gestion des déchets. Les brûler dans des fours géants? Trop de mauvais souvenirs. Les enterrer? On a bien essayé, mais pour se retrouver avec des hectares de boue grouillante. Alors on s'est mis à les envoyer là-haut. Quant à lui, il doit se trouver un fils avant le soir, autrement dit kidnapper un gosse pour qu'il l'aide à accomplir une mystérieuse mission. Et puis il y a Dixon, son double maléfique, une vieille connaissance devenue vendeur de cadavres et un authentique génie du mal. Dixon pratique des tortures d'une barbarie et d'une sophistication pornographique qui en font l'homme le plus redouté parmi ce qu'il reste de survivants sur cette planète presque totalement inhospitalière. Entre le narrateur et lui, un duel s'engage. L'occasion, pour Tony Burgess, d'ajouter à l'Enfer de Dante une multiplicité de cercles dont la puissance tient autant à leur imagerie traumatiquement poétique qu'à leur caractère politique de prémonition.


- La facture
de Jonas Karlsson
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

5 700 000 couronnes: c'est le montant de la facture qu'un organisme de recouvrement adresse un beau jour au modeste employé d'un vidéoclub. Esseulé depuis la mort de ses parents, négligé par ses amis qui ont charge de famille et mènent carrière, ce célibataire se contente d'une vie aussi paisible qu'insignifiante. Mais voilà que l'Administration a décidé d'une taxe sur le bonheur. Or, si frugale que soit l'existence de notre homme, des petits riens suffisent à le réjouir et font de lui, pour ce nouvel impôt, un contribuable de choix. Soupçonnant d'abord un canular ou une arnaque, il doit très vite se rendre à l'évidence: c'est bien à lui qu'on demande de régler l'addition. Mais est-il vraiment heureux au point de devoir une telle somme? Un apologue loufoque et plein de sagesse qui invite à prendre conscience des plaisirs simples du quotidien.


- La splendeur
de Régine Detambel
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Roman biographique et méditation sur les mystères du génie créateur, La Splendeur est le récit de la vie de Girolamo Cardano (1501-1576), médecin, astrologue, savant, mathématicien et inventeur qui évolua aux côtés des plus grands, de Charles Quint à Ambroise Paré. Prototype de l'humaniste et de l'esprit libre, Cardano inspira les libertins du XVIIe avant d'intriguer les encyclopédistes et de susciter l'intérêt de Gérard de Nerval, Honoré de Balzac ou Paul Valéry. Féru de rêves et de songes prophétiques, Cardano prétendait posséder son démon personnel, qui lui soufflait traités mathématiques et prédictions astrologiques. C'est à ce malicieux génie tutélaire que Régine Detambel confie le rôle du narrateur dans une fiction aussi baroque qu'enthousiasmante, qui explore la mentalité extraordinaire d'un XVIe siècle déchiré entre rationalité et fascination à l'égard des forces occultes, et célèbre les extases de la pensée en mouvement.


- La suivante
de Sarah Emmerich
Éditions Flammarion / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Agnès enterre son père, historien d'art, rescapé d'Auschwitz. Discrète souris grise chargée de rédiger les discours de la Maire de Paris, elle semblait jusque-là se contenter d'une vie austère, ponctuée de moments de folie soigneusement dissimulés. Depuis quelque temps une femme la suit, sans jamais l'aborder. Elle est toujours là, au coin de la rue, sur ses talons. Agnès aperçoit parfois un pan de manteau, entend le froissement d'un vêtement. Qui est-elle et, surtout, qui l'envoie? Son ancien amant, seul homme avec qui elle ait eu une relation suivie? Ou serait-ce une présence qui la poursuivrait depuis l'enfance? Malgré sa solitude dans la grisaille des rues parisiennes, une rencontre inattendue et lumineuse lui permettra peut-être d'apprivoiser l'ombre portée par la terrible histoire de son père et de rendre leur humanité à ceux qui en ont été privés.


- Le troisième temple
de Yishaï Sarid
Éditions Actes Sud / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Le Troisième Temple, c'est celui qui doit être reconstruit à la fin des temps, quand le Messie arrivera, que les morts ressusciteront et que la paix la plus absolue régnera sur le monde. Telle est la croyance traditionnelle juive: un horizon d'utopie, un messianisme sous forme d'attente et de promesse. Inaugurant un genre qu'on pourrait qualifier d'anticipation biblique, et sous les atours du conte cauchemardesque, l'auteur du Poète de Gaza imagine la reconstruction de ce troisième temple, pour mieux en prophétiser la destruction. Dans un avenir au goût de retour en arrière, après l'éradication de la ville de Tel-Aviv par l'ennemi amalécite, le peuple d'Israël revient au Livre au pied de la lettre et court à sa perte. À travers le sidérant récit du fils infirme du roi, sourd aux avertissements d'un ange qu'il prend pour le diable, se joue l'éternel combat de la foi en Dieu et de la confiance en l'homme. Hypnotique dans sa restitution des rituels, saisissant dans le jusqu'au-boutisme de l'engrenage, Le Troisième Temple est une expérience de lecture extrême. Parce qu'une certaine frange minoritaire de la droite dure israélienne prône actuellement ce retour aux sources bibliques, parce qu'il n'exagère finalement rien et se contente de déplier l'utopie dans le détail, le roman de Yishaï Sarid, entre charge politique et démonstration par l'absurde, peut se lire comme l'avertissement inquiet d'un observateur contemporain dont la mémoire est le gouvernail.


- Les faux plis de l'amour
de Katherine Heiny
Éditions JC Lattès / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Graham Cavanaugh a divorcé de sa première épouse pour épouser sa petite amie, Audra, une femme aussi incontrôlable que spontanée et drôle. Or Graham apprend à ses dépens que la vie avec Audra peut aussi être épuisante, car elle est constamment interrompue par des appels téléphoniques interminables, des invités difficiles à nourrir qui éternisent leur séjour et des invitations à des mariages où il ne connaît personne. Audra est convaincue que la pure force de sa personnalité peut l'aider à se jouer des relations sociales les plus improbables, et la voilà qui escorte son fils à des goûters bizarres au club d'origami, et qui décide de nouer une amitié avec Elspeth, la première épouse de Graham. Ce dernier n'est pas sûr de bien saisir pourquoi elle veut tant se lier d'amitié avec la femme dont il a divorcé. Et d'ailleurs, comment a-t-il pu aimer deux femmes si différentes? A-t-il fait le bon choix? Et surtout, le bon choix existe-t-il? Roman divinement drôle sur les difficultés du couple, le plaisir et la complexité à élever des enfants et la tentation irrésistible de s'interroger sur le chemin que l'on n'a pas suivi.


- Tout dort paisiblement, sauf l'amour
de Claude Pujade-Renaud
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

En 1855, aux Antilles danoises dont son époux est le gouverneur, Regine Olsen apprend la disparition de Søren Kierkegaard qui l'aima avec ferveur et rompit leurs fiançailles. Séparée de ces événements par un océan et quinze années, bien que mariée et heureuse, elle ne cesse de s'interroger: de quelle difficulté à vivre Kierkegaard souffrait-il, pourquoi une étrange malédiction semble-t-elle peser sur sa famille? Au fil des ans, des décennies, de retour à Copenhague, Regine poursuit sa quête dans ses lectures, ses souvenirs, ses échanges avec un neveu et une nièce du disparu, cependant que grandit la renommée de ce dernier. Nourri notamment des journaux et de la correspondance de Kierkegaard, ce roman à plusieurs voix explore les dimensions tout à la fois poétiques et tragiques d'un penseur qui ne se voulait pas philosophe et chérissait les arbres, les chevaux, les oiseaux et Mozart. Un personnage énigmatique qui tour à tour se révèle et se dérobe à travers ce tissage entre l'existence et l'œuvre.


- Maria
de Angélique Villeneuve
Éditions Grasset & Fasquelle / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Dans le cœur de Maria, il y a d'abord Marcus, son petit-fils de trois ans. Ensemble, ils guettent les oiseaux, collectionnent les plumes et s'inventent des mondes. À l'arrivée d'un deuxième enfant, les parents de Marcus font un choix radical. Nul ne saura le sexe du nouveau-né. Ni fille, ni garçon, leur bébé sera libéré des contraintes de genre. Maria est sous le choc. Abasourdie, abandonnée, elle se débat pour trouver sa place et ses mots. Reste l'éblouissement de l'amour pour Marcus, restent les oiseaux dont les ailes les abritent. Mais pour combien de temps?


- Mauvaise mère
de Amy M. Homes
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Adoptée à la naissance, Jody Goodman est une jeune fille de vingt-quatre ans brillante, sensible, appréciée de tous. Animée depuis toujours par l'envie de devenir réalisatrice, elle est pourtant terrifiée à l'idée de devoir quitter New York quand sa candidature au département cinéma de l'université de Los Angeles est enfin retenue. Soucieuse de comprendre les ressorts psychologiques qui l'empêchent de réaliser son rêve d'enfance et la bloquent dans sa carrière, elle décide de reprendre une thérapie. Claire Roth a quarante ans. Bien mariée, mère de deux garçons, satisfaite de son travail, elle a tout pour être heureuse. Mais le souvenir de la petite fille qu'elle a dû abandonner à la naissance il y a presque vingt-cinq ans la hante. L'une est la patiente, l'autre la psychanalyste. Entre les deux femmes se noue bientôt une relation addictive, dérangeante, de plus en plus nocive. Avec l'humour féroce qui la caractérise, A. M. Homes use de toute son impertinence pour dynamiter les mythes contemporains liés à la maternité, à la condition féminine et à la psychanalyse.


- Panique à Needle Park
de James Mills
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

New York, 1967: Manhattan est balayé par une épidémie d'héroïnomanie qui touche toutes les classes sociales. À Sherman Square, rebaptisé par les junkies “le parc aux seringues” (Needle Park), Bobby lutte pour se payer ses doses, à force de rapines, prostitution ou petits boulots. Il rencontre Helen, une jeune étudiante bohème dont il tombe follement amoureux. Bobby va vite initier Helen à l'héroïne et à son quotidien de galère. Mais, dans les rues froides de New York, un drame se noue: une pénurie de drogue sans précédent. Panique à Needle Park est le récit poignant de la chute éperdue de ces deux jeunes amants idéalistes, de l'inexorable pourrissement de leur histoire d'amour dans l'enfer de la toxicomanie.


- Phare 23
de Hugh Howey
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Pendant des siècles, les gardiens de phare ont assuré la sécurité des bateaux. C'est un boulot solitaire et bien souvent ingrat, où l'ennui s'avère parfois plus difficile à endurer que l'instabilité des éléments. Jusqu'à ce que quelque chose se passe. Qu'un navire soit en détresse. Au XXIIIe siècle, on pratique toujours ce métier, mais dans l'espace. Un réseau de phares guide dans la Voie lactée des vaisseaux qui voyagent à plusieurs fois la vitesse de la lumière. Ces engins ont été conçus pour être d'une solidité à toute épreuve. Ils ne connaissent jamais d'avaries. En théorie du moins. Hugh Howey revient avec un roman au suspense haletant. Dans un monde en proie aux aliens et à la guerre interstellaire, il met en scène le destin d'un homme rongé par un mal tout aussi redoutable: l'infinie solitude des confins de l'espace.


- Plaidoyer pour Eros
de Siri Hustvedt
Éditions Babel / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Du pouvoir des émotions à l'engagement intellectuel, de la littérature comme référence nourricière à l'écriture comme pratique aussi exigeante que vitale, des paysages d'une lointaine Norvège familiale et du Minnesota natal aux rues de New York, la ville élue et passionnément aimée, de lieux de mémoire en territoires de l'imaginaire, voici une série d'essais où Siri Hustvedt dresse avec autant de simplicité que d'humanité la cartographie d'une vocation impérieuse, indissociable d'un parcours très personnel. Loin de tout narcissisme, les textes rassemblés dans Plaidoyer pour Éros livrent le portrait attachant d'un écrivain qui questionne sans détour son rapport à la littérature aussi bien que les chemins qu'a empruntés toute sa vie de femme, à l'aune des présences, réelles ou fictives, vivantes ou disparues, anonymes ou glorieuses, qui ont nourri et accompagné son geste créateur.


- Pour que je sois la dernière
de Nadia Murad
Éditions Fayard / 07 février 2018


Le Titre du Roman

La vie de Nadia Murad a basculé le 15 octobre 2014, lorsque les djihadistes de Daech sont entrés dans le petit village de Kocho, en Irak. Ce jour-là, après avoir rassemblé tous les habitants de cette communauté yézidie dans l'école, les terroristes les ont méthodiquement tués ou kidnappés. L'horreur avait été programmée: les hommes qui refusaient de se convertir à l'islam devaient rejoindre dans les fosses les femmes jugées trop vieilles pour servir. Et parmi elles, la mère de Nadia Murad. La jeune Yézidie est emmenée à Mossoul avec des milliers d'autres jeunes filles pour y être vendue. Servante, esclave sexuelle, elle devient la prisonnière de combattants de l'État islamique, jusqu'à sa fuite miraculeuse, grâce à l'aide d'une famille irakienne sunnite. Nadia Murad, meurtrie par la disparition de tant des siens et par ce qu'elle a subi, vit aujourd'hui en Allemagne. Malgré les humiliations, elle a décidé de prendre la plume pour tout raconter. Pas pour elle, puisqu'il est déjà trop tard, mais pour tous les Yézidis et pour toutes les autres femmes victimes de violences. Aujourd'hui, Nadia Murad n'a qu'un seul souhait: "Être la dernière fille au monde à avoir à raconter une histoire pareille". Ce livre est son histoire.


- Requiem pour un chat
de Olivier Bellamy
Éditions Grasset & Fasquelle / 07 février 2018


Le Titre du Roman

La disparition d'un être cher nous bouleverse parfois au-delà de ce qu'on pouvait imaginer. Dans le cas d'un animal familier, c'est l'âme silencieuse d'une maison qui s'en va. Comme si le piano familial devenait muet. Le chagrin qui nous étreint alors s'apparente à la fois à un chagrin d'enfant dont la fulgurance semble devoir durer toujours, et à une peine d'adulte, lourde de souvenirs anciens et de blessures enfouies. Pendant la maladie de sa chatte Margot, Olivier Bellamy a tenu un registre médical qui est vite devenu un journal sentimental. Dans cet état de vulnérabilité propice aux rendez-vous vrais, il s'est rapproché des vivants, notamment de sa mère pour mieux comprendre les griffures du passé. Il a aussi vu réapparaître des fantômes, en particulier un amour perdu qui traversa la vie comme un chat sauvage. Dans ce livre sensible et non dénué d'humour, le journaliste musical préféré des Français compose une émouvante "sonate des adieux", où il se dévoile comme malgré lui, et marque d'une voix qui sonne juste son entrée en littérature.


- Rois d'Alexandrie
de José Carlos Llop
Éditions Jacqueline Chambon / 07 février 2018


Le Titre du Roman

Au début des années 1970, le narrateur de ce roman découvre à Majorque une contre-culture nourrie des prémisses de la révolution sexuelle et du rock'n'roll. C'est l'avènement d'un monde où la poésie serait reine, où vivre sans entraves dans l'exaltation des sens conduirait à la liberté. Devenu étudiant à Barcelone, il prend conscience qu'elle se déploie aussi dans une révolte politique qui peut s'avérer dangereuse. De ce temps de l'insouciance et de la ferveur, de la camaraderie et de l'amour, Llop fait un chant porté par les poèmes d'Ezra Pound, scandé par les tubes des sixties et des seventies, de Neil Young et de Bob Dylan en passant par les Stones, Leonard Cohen et bien d'autres, magnifié par la découverte du sexe et des paradis artificiels. Mais les rois d'Alexandrie sont des rois qui jamais ne régnèrent et, avec le désenchantement marqué par la fin d'un monde où tout semblait possible et l'apparition du sida, cet éther doré va se ternir et disparaître. Certains mourront, la plupart rentreront dans le rang, seule demeurera une nostalgie lumineuse dont se nourrira l'œuvre naissante de Llop. D'un lyrisme sublimé jusqu'au désespoir, cette magnifique ode à l'amour et à la liberté nous offre un témoignage bouleversant de cette période où Palma et Barcelone, jalons fondamentaux dans la vie de l'auteur, commençaient à émerger de la longue nuit franquiste.


- Un plan mortel
de Bogdan Costin
Éditions Autrement / 07 février 2018


Le Titre du Roman

"Dans la pub, on t'apprend que le sexe fait vendre. Sex sells. Que la peur fait vendre. Que les enfants et les chiots font vendre. Que les soldes font vendre. La mort, peu de gens y pensent". Tout se vend. Même la mort. Notre héros l'a bien compris. Publicitaire à Bucarest, il abandonne toute morale pour s'enrichir. Son filon? Faire sponsoriser la mort des gens par des marques célèbres, et empocher le pactole. Mais il veut toujours plus et sa folie va le conduire jusqu'au marché hollywoodien. Bogdan Costin nous dresse un portrait sans fard et grinçant d'une société où l'argent fait l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Ven 2 Fév - 19:48

- Lolito
de Ben Brooks
Éditions La Belle Colère / 02 février 2018


Le Titre du Roman

Etgar est encore un gamin, mais écrit déjà des lettres imaginaires à ses propres enfants à ne pas naître. Etgar n'aimerait boire que du thé, mais s'enfile bière sur bière. Les amis d'Etgar pleurent, comme lui, mais lorsqu'ils discutent, c'est toujours en rigolant. Il parcourt les rues grises de sa ville, mais c'est sur Internet qu'Etgar est trahi. C'est aussi là qu'il va découvrir l'amour, un amour chaleureux et étrange, dans le confort d'une femme mûre, aussi impuissante face à la vie que lui. Lolito c'est L'Attrape-coeurs avec connexion haut débit, un Wes Anderson cauchemardesque et un roman d'apprentissage 2.0. Lolito est une merveille écrite par l'un des meilleurs chroniqueurs de sa génération.


- Après l'incendie
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Diana Cooke est née avec le siècle, mais son nom remonte bien plus loin, jusqu'aux pères fondateurs de l'Amérique. Descendante d'une grande lignée, elle habite Saratoga, une magnifique propriété de Virginie qui fait la fierté de la famille. Mais cette maison, comme son nom, est lestée par deux dettes abyssales. La première est financière, et le seul moyen de s'en acquitter est au prix d'un mariage. La seconde est plus profonde: la maison des Cooke et le prestige de leur nom sont bâtis sur le plus sombre péché du Sud, l'esclavage. Et cette dette-là ne se rembourse que par une malédiction. La voici peut-être qui s'avance sous la forme du capitaine Copperton. Dans ce splendide roman, Robert Goolrick nous offre une fable sur l'amour, la dette et le poids du péché de nos pères.


- Bissextile
de Eric Russon
Éditions Robert Laffont / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Depuis plus de vingt ans, Sarah a rompu toute relation avec sa mère, une violoncelliste mondialement connue mais une femme totalement dénuée d'amour maternel. Pourtant, le jour où Élise, la domestique de cette dernière, vient lui apprendre qu'elle se meurt, Sarah doit se résoudre à la revoir et à retourner dans la maison de son enfance, dont elle hérite. Une villa à l'atmosphère inquiétante, entre mer et forêt, totalement coupée du monde, qu'Élise continue d'entretenir. Peu à peu, Sarah se met à chercher les réponses aux questions qu'elle s'est toujours posées. Pourquoi sa mère était-elle si froide avec elle? Pourquoi avait-elle brutalement interrompu sa carrière, pourtant exceptionnelle? Pourquoi s'était-elle réfugiée dans un lieu si isolé? Et qui envoie à Sarah ces photos d'elle petite fille qui atterrissent mystérieusement dans sa boîte aux lettres? Dans ce palpitant thriller familial, Éric Russon s'interroge sur les liens entre les êtres, la désobéissance, et la façon dont l'histoire collective influence les destins individuels.


- Ce soir, on regardera les étoiles
de Ali Ehsani
Éditions Belfond / 01 février 2018


Le Titre du Roman

La guerre, c'est le quotidien d'Alì, huit ans. Les rues de Kaboul englouties sous les tirs de mortier, les terrains de foot improvisés au milieu des décombres, le petit garçon est habitué. Mais un soir, au retour de l'école, c'est sa maison qui a disparu et, avec elle, ses parents. Sans famille ni argent, Alì et son grand-frère Mohammed prennent la route. Direction l'Iran, la Turquie, la Méditerranée, d'autres rives, à la recherche d'autres étoiles sous lesquelles trouver refuge. Cinq ans plus tard, Alì est devenu un adolescent. Un gamin de treize ans cramponné au châssis d'un poids lourd en partance pour l'Italie. Un jeune homme épuisé, qui rassemble ses forces pour fuir, toujours plus loin. Seul. Car Mohammed, son grand frère, son héros, s'est égaré en chemin. Qu'est-il arrivé? Les deux garçons pourront-ils jamais tenir leur promesse d'être réunis, libres et heureux, sous les étoiles?


- Ces morts heureux et héroïques
de Luke Mogelson
Éditions Gallmeister / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Un vétéran cherche à reconquérir sa femme et part la retrouver chez ses parents, là où elle s'est réfugiée après qu'il l'a frappée. Une mère célibataire fait de longs trajets pour aller voir son fils en prison, il a tué un homme d'un coup de poing lors d'une permission. Un infirmier de retour de mission élit domicile dans un réduit de l'arsenal de la Garde nationale de New York, incapable de rentrer chez lui. Un journaliste raconte sa vie en Afghanistan, entre ironie et désespoir, avant qu'une bombe ne fasse sauter le café dans lequel il se trouve. En dix histoires subtilement liées les unes aux autres, Luke Mogelson dépeint les conséquences de la guerre sur les combattants et les civils, et la manière dont la violence subie ou infligée à l'autre bout du monde se répercute jusqu'aux États-Unis.


- Chien blanc et balançoire
de Mo Yan
Éditions Du Seuil / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Au canton nord-est de Gaomi, le pays littéraire de Mo Yan, les histoires deviennent paraboles et légendes. Chien blanc et balançoire est le premier récit ainsi ancré dans sa terre, dans les souvenirs de sa jeunesse. Très vite, d'une nouvelle à l'autre, il mène son lecteur dans un monde outré, violent, souvent décalé, où le comique grossier fait, paradoxalement, surgir une étonnante finesse de sentiments. De La Femme de Commandant à Grande Bouche (la "grande gueule" de Mo Yan en jeune narrateur), il nous fait rire aux larmes, rêver, et comprendre la dure réalité de son temps. Mo Yan, en conteur hors pair, nous guide sur les chemins de sa terre natale dans une farandole débridée. Ces nouvelles sont le point de départ, on pourrait dire la mise en bouche, des longs romans qui suivront et du "réalisme hallucinatoire" qui a fait sa marque.


- Chaos
de Mathieu Brosseau
Éditions Quidam / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Une jeune femme est enfermée pour des raisons obscures dans un asile d'aliénés, au centre d'une ville sans nom. C'est La Folle. Nuit et jour, elle voit une masse chaotique en plein ciel, sorte de Big Bang qui met à mal les lois admises de l'espace et du temps. Aidée par un interne en médecine, elle s'évade et part à la rencontre de sa sœur jumelle, qu'elle n'a pas vue depuis des années. Quête abracadabrante, délire gorgé de sens aussi construit qu'éruptif, roman politique autant que métaphysique, Chaos fuse débridé vers l'inconnu et le rêve fulgurant d'une femme hors-sol.


- Converti à Jaffa
de Marek Hlasko
Éditions Mirobole / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Dans l'Israël de la fin des années 1960, en pleine saison des pluies, deux escrocs désabusés survivent en échafaudant des arnaques au mariage: Robert invente des scénarios qui attendriront les femmes vieillissantes et les feront payer, Jacob jouera la comédie. Leur prochaine cible est un couple de Canadiens: un pasteur protestant et sa femme. Le pasteur, venu en Israël pour convertir des juifs au christianisme, s'apprête à rentrer bredouille dans son pays. L'échec de la mission qu'il s'était fixée le pousse à boire. Jacob prend le missionnaire en pitié et se fait passer pour un juif désirant recevoir le baptême.


- En route vers Okhotsk
de Eleonore Frey
Éditions Quidam / 01 février 2018


Le Titre du Roman

"Loin d'ici, voilà mon but" écrivait Kafka. Otto, le médecin qui a les pieds sur terre, planifie un voyage sur les traces d'un bonheur évanoui. Il rêve de nature et de grands espaces. Sophie, mère divorcée, imagine parfois trouver la liberté dans la toundra. Therese, déjà un peu hors d'elle, s'éparpille et se répand pour combler le vide qui se creuse dans son esprit. Toutes deux sont amoureuses de Robert, alias Mischa Perm, auteur d'En route vers Okhotsk. Robert semble tout droit sorti des romans d'Enrique Vila-Matas: il ne veut plus, ne peut plus écrire, sa Sibérie est intérieure. Récit de voyageurs sans voyage, En route vers Okhotsk invite à renouer avec le monde et donne une belle légèreté à ce thème universel de la littérature qu'est la disparition de soi.


- Entrez dans la danse
de Jean Teulé
Éditions Julliard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement et s'est répandue dans Strasbourg. De telle sorte que, dans leur folie, beaucoup se mirent à danser et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois sans interruption, jusqu'à tomber inconscients. Beaucoup sont morts. Chronique alsacienne, 1519


- Filles de la mer
de Mary Lynn Bracht
Éditions Robert Laffont / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Sur l'île de Jeju, au sud de la Corée, Hana et sa petite sœur Emi appartiennent à la communauté haenyeo, au sein de laquelle ce sont les femmes qui font vivre leur famille en pêchant en apnée. Un jour, alors qu'Hana est en mer, elle aperçoit un soldat japonais sur la plage qui se dirige vers Emi. Aux deux filles on a maintes fois répété de ne jamais se retrouver seules avec un soldat. Craignant pour sa sœur, Hana rejoint le rivage aussi vite qu'elle le peut et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d'autres Coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie. Ainsi commence l'histoire de deux sœurs violemment séparées. Alternant entre le récit d'Hana en 1943 et celui d'Emi en 2011, Filles de la mer se lit au rythme des vagues et dévoile un pan sombre et bouleversant de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale en Asie. Au fil du récit, par la grâce de leurs liens indéfectibles, les deux héroïnes nous ramènent vers la lumière, où l'espoir triomphe des horreurs de la guerre.


- Gabacho
de Aura Xilonen
Éditions Liana Levi / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Liborio n'a rien à perdre et peur de rien. Enfant des rues, il a fui son Mexique natal et traversé la frontière au péril de sa vie à la poursuite du rêve américain. Narrateur de sa propre histoire, il raconte ses galères de jeune clandestin qui croise sur sa route des gens parfois bienveillants et d'autres qui veulent sa peau. Dans la ville du sud des États-Unis où il s'est réfugié, il trouve un petit boulot dans une librairie hispanique, lit tout ce qui lui tombe sous la main, fantasme sur la jolie voisine et ne craint pas la bagarre. Récit aussi émouvant qu'hilarant, Gabacho raconte l'histoire d'un garçon qui tente de se faire une place à coups de poing et de mots. Un roman d'initiation mené tambour battant et porté par une écriture ébouriffante.


- Guerres
de Timothy Findley
Éditions Libretto / 01 février 2018


Le Titre du Roman

En 1915, Robert Ross, anéanti par la mort de sa sœur, décide de s'engager dans l'armée canadienne et rejoint les Alliés sur le front belge. La traversée cauchemardesque de l'Atlantique, à fond de cale avec troupes et chevaux dans les tempêtes de décembre, est un avant-goût de ce qui l'attend dans la boue des Flandres. Là, l'enfer semble atteint: tranchées, mines, tirs de barrage, gaz asphyxiants menacent de tout anéantir. Au fil de ce journal de guerre polyphonique s'ouvre une méditation sur la violence, la lâcheté, la peur et la souffrance qui s'insinuent jusque dans le cerveau des hommes.


- Inquisition
de David Gibbins
Éditions Les Escales / 01 février 2018


Le Titre du Roman

258. Rome. Menacé de mort par l'empereur Valérien, le pape Sixte II confie une mission de la plus haute importance à l'un de ses fidèles: protéger la coupe utilisée par le Christ pendant la Cène. Poursuivi par les hommes de main de Valérien, le fidèle s'enfonce dans les catacombes avec le Saint Calice.
1684. Tanger. Samuel Pepys, chargé d'organiser le départ des Anglais de la colonie, rencontre dans le plus grand secret un émissaire du sultan. Serait-il sur le point de retrouver la plus vénérée de toutes les reliques, disparue depuis plus d'un millénaire? Mais il n'est pas le seul intéressé: l'Inquisition est prête à tout pour s'en emparer.
De nos jours. Lors de la fouille d'une épave sur la côte de Cornouailles, l'archéologue Jack Howard fait une découverte qui pourrait le mener à un objet d'une valeur inestimable. Mais le spectre de l'Inquisition rôde toujours, et c'est une véritable plongée aux enfers qui attend Jack. Le bien le plus précieux du monde chrétien ne se laisse pas approcher aussi facilement.


- L'amour qu'elle n'attendait plus
de Jean-Claude Kaufmann
Éditions Hugo&Cie / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Anastasia se sent piégée, piégée par son mari qu'elle n'aime pas, déçue par un amant dont elle attend trop. Anastasia est absente de sa propre vie car elle ne croit pas vraiment à l'amour.. Comment va-t-elle gérer ces relations frustrantes qui ne l'épanouissent pas? Sous la forme épistolaire, Jean-Claude Kaufmann, qui se met en scène lui-même, explore les ressorts des forces destructrices entretenues par des couples qui vivent et restent ensemble sans s'aimer. Au fil de leurs échanges, Jean-Claude Kaufmann va aider Anastasia à dénouer les liens toxiques qu'elle entretient avec les hommes de son entourage jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux sur ce que peut être aussi le véritable amour.


- L'oiseau, le goudron et l'extase
de Alexander Maksik
Éditions Belfond / 01 février 2018


Le Titre du Roman

L'oiseau l'attaque violemment et la douleur lui perfore les poumons.
Le goudron s'infiltre dans chacun de ses pores et tétanise ses membres, jusqu'à l'étouffement.
Et l'extase le rend fou, l'électrise pour lui donner des ailes.
Quand il a rencontré Tess Wolff au cours d'un été pluvieux, Joe March a été saisi d'une violente transe amoureuse, un désir qui le dévore. Cette première déflagration sera suivie d'une seconde, encore plus forte: en ce même été, sa mère, son adorée, commet l'irréparable.
L'oiseau, c'est l'existence de Joe qui explose en mille morceaux.
Le goudron, c'est la peur qui l'engloutit.
Et l'extase, c'est cet élan vital, qui chaque jour va lui donner la force d'avancer.


- L'organisation
de Maria Galina
Éditions 10-18 / 01 février 2018


Le Titre du Roman

1979, une ville portuaire russe. Rosa, 17 ans et un brin naïve, obtient un emploi comme secrétaire au Centre d'assainissement du port, bureau SSE-2. Entre ses collègues revêches, voire inquiétantes, et un travail d'un ennui total, elle ne comprend pas très bien ce qu'elle fait là et encore moins la mission de son service. Peu importe. Rosa préfère s'évader dans les aventures d'Angélique, marquise des anges. Mais lorsque deux cadavres mutilés sont retrouvés, la jeune fille découvre la véritable activité du bureau: la lutte contre les parasites de nature non biologique, aussi appelés démons. Tandis que la panique gronde, Rosa se retrouve plongée au cœur d'événements dramatiques qui surpassent de loin ceux de ses romans d'aventure favoris.


- La classe verte
de Benjamin Pitchal
Éditions Gallimard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Avoir vingt ans en l'an 2000, quelle chance. Et alors? Benjamin en veut plus. Son grand-père a été le dernier explorateur d'Amazonie, l'éditeur de Georges Bataille, d'Antonin Artaud, un ami des surréalistes. Le petit-fils se verrait bien prendre la suite. Son grand-père va lui montrer comment. Car sinon, que faire? Fumer de l'herbe, en acheter, en vendre, en convoyer, tomber amoureux, fréquenter des hangars mal famés, mener grand train. Notre jeune poète finit par se retrouver sous les verrous. De cet apprentissage, Benjamin Pitchal s'entend à restituer la musique à la fois légère, grave et enfantine. La classe verte, roman picaresque au temps des go fast, est paisiblement écrit à toute vitesse. Entre Paris et Amsterdam, en plein cœur de l'Europe décervelée, le petit-fils fait savoir au grand-père que l'aventure continue.


- La fin d'où nous partons
de Megan Hunter
Éditions Gallimard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Une femme s'apprête à accoucher au moment où Londres est menacée par une inquiétante et mystérieuse montée des eaux. Elle et R, son mari, doivent fuir avec leur nouveau-né, qu'ils ont baptisé Z. R et la narratrice sont rapidement séparés. Cette dernière prend la mer avec Z et O, une autre femme poursuivant seule son chemin avec son tout jeune enfant. À l'abri sur une île, elles attendent. Que l'inondation et les incendies cessent, que leurs compagnons réapparaissent, que leur vie retrouve son ancien cours. Pendant ce temps, les premières dents de Z percent dans sa bouche espiègle et le lien de plus en plus profond qui le relie à sa mère devient très vite, parmi la confusion et l'incertitude environnantes, le havre le plus sûr. Megan Hunter excelle dans l'expression des sensations, des émotions et des angoisses liées à la découverte de la maternité. Au-delà de cette sphère intime, elle fait également écho aux questionnements actuels sur l'écologie, les migrations de populations et l'effondrement de notre civilisation.


- La journée de la vierge
de Julie Marx
Éditions De L'Olivier / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Un 15 août dans la grande ville. Une femme à bout de souffle s'est donné 24 heures pour faire le point. Elle est auteure de stand-up, traverse une passe difficile, mais n'a pas dit son dernier mot. D'ailleurs, la voici qui nous parle. Boires et déboires, aventures et mésaventures s'enchaînent en une cavalcade burlesque et mélancolique qui ne s'achèvera qu'au bout de la nuit. Ce roman dans lequel la solitude ne se laisse jamais oublier est aussi un manuel de survie destiné à tous ceux pour qui l'humour tient lieu de boussole. Julie Marx y fait flèche de tout bois et met à nu son époque avec une incroyable virtuosité.


- La nuit introuvable
de Gabrielle Tuloup
Éditions Philippe Rey / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Nathan Weiss vient d'avoir quarante ans lorsqu'il reçoit un appel d'une inconnue: sa mère Marthe souhaite le revoir en urgence. Cette mère, voilà quatre ans, depuis le décès de son père, qu'il s'efforce de l'oublier. Ce n'est pas un hasard s'il s'est expatrié jusqu'en Slovénie. Il va pourtant obéir et revenir à Paris. Sa mère a changé: elle est atteinte d'Alzheimer et ne le reconnaît presque plus. Nathan apprend alors que Marthe a confié huit lettres à sa voisine, avec pour instruction de les lui remettre selon un calendrier précis. Il se sent manipulé par ce jeu qui va toutefois l'intriguer dès l'ouverture de la première lettre. Ces textes d'une mère à son fils, d'une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu'elle formait avec son mari Jacques, la difficulté qu'elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu'il découvre ce testament familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé? Dans ce premier roman, d'une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l'émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire.


- La réceptionniste
de Janet Groth
Éditions Du Sous-Sol / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Janet Groth entre au New Yorker en 1957, pour en repartir en 1978. Vingt-et-un ans de bons et loyaux services derrière le desk du plus prestigieux magazine américain. Elle y débarque toute jeune femme, dix-neuf ans, belle, ambitieuse, des étoiles plein les yeux et des rêves plein la tête, elle en ressort diplômée de littérature et professeur. Car au 18e étage de la mythique revue, Janet rêve d'écrire, un jour… Mais avant cela, il s'agit de répondre au téléphone, conseiller, accompagner, raccompagner, rassurer les conjoints, transmettre les messages de cette faune cosmopolite d'auteurs à contenter. Parmi ces personnages haut-en-couleurs, on retrouve Joseph Mitchell avec qui elle déjeune tous les vendredis, Muriel Spark, dont elle recueille les confidences ou encore E. B. White, un des auteurs phares du magazine. Et bien d'autres. Alors que la révolution sexuelle est en marche, Janet se libère, expérimente et s'interroge. Sur les hommes. Et sur la place des femmes dans une société civile et littéraire encore étriquée. Curieuse et entière, elle livre sans fausse pudeur ses passions d'un été, ses histoires amoureuses déçues autant que ses relations parfois houleuses avec certains de ses collègues masculins. Vrai-faux roman d'apprentissage, Janet Groth dépeint dans La Réceptionniste le quotidien de ce temple du journalisme et par là-même une galerie de portraits d'une fraîcheur réjouissante.


- Le Dieu nu
de Robert Margerit
Éditions Libretto / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Le jeune Bruno, le narrateur de cette histoire, est présenté à Jacqueline Beaufort, meilleure amie de sa sœur. Jacqueline est mariée, mais s'épanouit peu dans cette union qui lui a été imposée. Une histoire d'amour se tisse entre les deux protagonistes, bien que la jeune femme ne puisse pas divorcer. Robert Margerit rend dans Le Dieu nu un vibrant hommage à Charles Baudelaire et tisse une atmosphère sensuelle aérienne suggérée par la chaleur d'une nuque dévoilée ou le froissement d'une étoffe, alimentée par la frustration qui imprègne les objets comme les paysages. Chez Robert Margerit, tout est érotisme, ce qui rend plus acerbe encore sa dénonciation d'une société d'avant-guerre engoncée de façon tout à fait hypocrite dans sa morale de façade.


- Le divan rouge
de Catherine Briat
Éditions Héloïse d'Ormesson / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Le Divan rouge est l'histoire d'une femme en reconstruction, sur le fil, dont l'équilibre peut à tout moment vaciller, d'une mère qui a trouvé un refuge pour elle et ses deux enfants. Le témoin de sa nouvelle vie, le complice muet, mais attentif de tous les instants du quotidien, c'est ce canapé rouge. Parce qu'elle a fuit et craint encore que le passé ne la rattrape, la mère reste anonyme, pas un nom, ni un prénom, juste ce meuble familier, seul référent, emblématique de la cohésion du trio, qui renforce l'impression de suspense.  


- Le temps de la fête et des roses
de Alberto Garlini
Éditions Gallimard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Dans la campagne émilienne. Roberto, neuf ans, assiste à un rituel effrayant: on tue le cochon. Ce jour-là, il se fait un nouvel ami, Riccardo, et ils croisent par hasard un jeune écrivain, Pier, qui les protège contre les drogués du coin. Pasolini a été assassiné la veille, une époque se termine, place à une ère nouvelle: les années quatre-vingt se profilent déjà à l'horizon. Pour les deux garçons, vient alors le temps de l'adolescence. C'est aussi le temps des amours: Riccardo a Chiara, l'amour de sa vie, et Roberto retrouve Pier, qui l'aime puis l'abandonne. Ils traversent ces années en pleine ivresse, fonçant à tombeau ouvert sur les routes d'Europe, des fêtes d'Ibiza à la Rome des premiers grands festivals culturels, d'Odessa à Barcelone, jusqu'à l'inévitable catastrophe. Le temps de la fête et des roses suit leur parcours à tous les quatre, Pier, Roberto, Riccardo et Chiara, que cette période violente et sombre va réunir puis séparer, sacrifiant certains et sauvant miraculeusement les autres. Lyrique et envoûtant, Le temps de la fête et des roses est une étape supplémentaire dans le voyage qu'accomplit Alberto Garlini dans l'histoire italienne récente. Cette fois, il nous plonge dans les années quatre-vingt, dont il dresse un portrait noir et festif, subtil et violent, mais toujours sans concession.


- Les 948 jours du ghetto de Varsovie
de Bruno Halioua
Éditions Liana Levi / 01 février 2018


Le Titre du Roman

La légendaire histoire du ghetto de Varsovie commence le 12 octobre 1940, jour de Kippour, lorsque les autorités nazies donnent l'ordre de transférer dans un périmètre clôturé tous les Juifs de la ville. Elle se terminera très exactement 948 jours plus tard avec l'extermination des derniers résistants et le dynamitage de la grande synagogue Tlomackie. C'est la fin de la plus importante communauté juive d'Europe; la seule qui ait opposé une résistance armée à l'extermination. En s'appuyant sur les nombreux témoignages écrits pendant et après la période concernée, Bruno Halioua relate le quotidien de plus de 380 000 personnes: la multiplication des mesures anti-juives, les stratagèmes pour manger, travailler, prier malgré l'enfer, le courage nécessaire pour résister à la machine de mort mise en place par le Troisième Reich. Ce livre de synthèse, précis et édifiant, est indispensable à tous ceux qui souhaitent mieux comprendre cet événement majeur du XXe siècle.


- Les alphabets du feu
de Marc Alyn
Éditions Le Castor Astral / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Au centre des Alphabets du Feu rutile et palpite l'Orient que l'auteur a longtemps parcouru en quête des sources magiques de l'écriture. Partant du tombeau d'Ahiram (Byblos), où sont gravées les lettres de notre alphabet, le "scribe errant" rencontre la "parole planète": six millénaires de bruit, de fureur et de voluptés asiatiques dont il fait revivre la prodigieuse saga. Les Alphabets du Feu constituent un périple initiatique, au terme duquel nous accédons à la "chambre secrète" de l'origine retrouvée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Ven 2 Fév - 19:44

- Les biffins
de Marc Villard
Éditions Joelle Losfeld / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Cécile est toujours en mouvement. Quand elle ne parcourt pas Paris en métro pour passer la soirée dans des bars ou pour rentrer chez elle de l'autre côté du périphérique, elle est en maraude nocturne avec le Samu social. Son travail est une réelle vocation. Elle s'occupe, souvent à leur corps défendant, d'une population de SDF, de démunis, de gens qui vivent en marge et s'aventure dans les recoins de Paris qui sont les leurs. Cette vie entièrement dédiée aux déshérités finit par lui peser: pas de temps pour se consacrer à ses passions, pas de temps pour vivre une histoire d'amour. Alors elle décide de changer d'association et de s'occuper des "biffins", ces vendeurs en tout genre qui étalent leurs marchandises aux franges des puces de Saint-Ouen. Cette reconversion qui devait lui offrir une vie plus calme et plus sédentaire est pourtant obscurcie par le meurtre d'un SDF que Cécile ne parvient pas à ignorer, elle qui a pourtant souvent croisé la mort dans son travail contre le froid et la nuit. Grâce à un langage vigoureux, juste et sans détails superflus, Les biffins se lit comme un roman, mais aussi comme un document d'un réalisme qui jamais ne déshumanise ni ne tombe dans le misérabilisme.


- Les carnets d'un peintre chinois de Paris à Florence
de Yongyu Huang
Éditions Philippe Picquier / 01 février 2018


Le Titre du Roman

"J'ai l'œil accueillant, je pose mon pinceau et me repose, bois de l'eau et fume une cigarette, je me lève et regarde autour de moi. Huang Yongyu a planté son chevalet aux quatre coins de Paris, Rome, Sienne ou Florence." Ses carnets de voyage fourmillent d'anecdotes où Modigliani, Raphaël et Dante voisinent allègrement avec ses amis chinois et ses souvenirs. Il rêve sur les ponts, s'allonge dans l'herbe au pied d'une statue de Bourdelle, marche beaucoup avec son attirail de peintre sur le dos, comme une fourmi solitaire. Je n'ai rien vu et m'étonne de tout, dit-il. Une curiosité joyeuse, une parole libre et fantasque, le regard original d'un créateur qui n'a jamais fréquenté d'école d'art et a tout appris de la vie et de ses rencontres. Huang Yongyu est né en 1924 dans la province de Hunan. Il a travaillé dur dès l'âge de quatorze ans et a appris par lui-même la peinture et la littérature, ce qui lui donne un style unique qui se distingue de toutes les écoles, marqué par une vitalité exceptionnelle. C'est un artiste reconnu pour ses gravures sur bois et peintures à l'encre, ainsi que pour ses poèmes, essais et romans.


- Les infidèles
de Dominique Sylvain
Éditions Viviane Hamy / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Alors qu'elle préparait un reportage sur l'adultère, Salomé Jolain, une jeune journaliste de TV24 à la renommée croissante a été sauvagement assassinée. On a retrouvé son corps dans la poubelle d'un square du 15e arrondissement de Paris, à proximité de l'hôtel de la Licorne. L'enquête est confiée au commandant Barnier, flic stoïque à la vie privée compliquée, et à son adjoint, l'énigmatique lieutenant Maze. Tous les proches de la jeune femme sont sur la liste des suspects, mais un nom retient toute l'attention de la Crim', celui d'Alice Kléber, la tante de la victime et créatrice du site lovalibi.com qui fournit aux amateurs d'aventures extraconjugales des excuses et des preuves clés en main pour justifier leurs absences. Un lien qui ne peut relever de la simple coïncidence...


- Les indifférents
de Julien Dufresne-Lamy
Éditions Belfond / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Ils sont les enfants bénis. Les élus. Ils se surnomment les Indifférents. Une bande d'adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d'Arcachon. Justine arrive d'Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan. De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l'océan. Cette vie d'insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains. Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont certainement coupables. La bande est devenue bestiale. Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d'une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.


- Les oiseaux sans tête
de Hedwige Jeanmart
Éditions Gallimard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

"Blanche n'a pas dit au revoir à Daniel. Ce n'était pas grave en soi, elle savait qu'elle ne le reverrait pas, d'ailleurs elle n'en avait pas envie quand bien même elle l'aurait pu. Elle ne l'aimait pas particulièrement, il l'agaçait. Pour être tout à fait honnête, elle ne l'aimait pas tout court. Il faut dire les choses comme elles sont, c'est toujours plus facile avec le recul. Pourtant, au moment où elle le quittait sans un au revoir ni rien d'autre qui aurait pu faire l'affaire, Blanche devinait déjà que cette carence de mots aurait des séquelles. Ne disposer d'aucune formule et donc ne rien dire, c'était comme laisser une porte entrouverte, depuis ça faisait courant d'air". Des années après avoir côtoyé Daniel Deur, un meurtrier récidiviste, Blanche, encore troublée par cette rencontre, se rend sur les lieux où il a vécu. Au fil de son enquête se révèle peu à peu la vie insignifiante d'un homme dont les crimes, dénués de mobiles, constituent la seule trace, ou presque.


- Mangées
de Catherine Simon
Éditions Sabine Wespieser / 01 février 2018


Le Titre du Roman

"Qu'elles aient basculé dans le luxe, façon Brazier, ou soient restées fidèles à une cuisine plus économe, les mères avaient nourri la ville entière. On passait de l'une à l'autre comme on change de chemise, se régalant ici d'une tarte légère à la praline, là d'un saint-marcellin crémeux ou d'une salade de cochonnailles. Souvent du solide, parfois de l'aérien. Toujours des produits frais. Pas de congélateur et quelquefois (chez les anciennes) pas de frigo. Elles formaient à elles seules une famille méconnue, hétéroclite et laborieuse, dessinant une géographie sociale de la ville, déroulant un siècle d'histoire. Elles avaient façonné les quartiers, les avaient bercés, accompagnés". C'est avec la mère Brazier qu'Étienne Augoyard commence son feuilleton sur les mères cuisinières pour Le Progrès de Lyon. Jamais à court d'informations ni d'envolées lyriques, le journaliste a bien l'intention de tout révéler sur celle à qui le Michelin attribua, dès 1933, trois étoiles pour ses deux restaurants. Mais Monica Jaget, sa camarade photographe, ne l'entend pas de cette oreille: ils n'ont que dix jours pour boucler leur série d'articles. On comprend vite que le livre de Catherine Simon fonctionnera comme le "making of" de leur enquête. Au gré de leurs investigations, et de leurs querelles, s'écrit sous nos yeux la vie de ces femmes de tête et de pouvoir, pionnières en matière de cuisine, mais aussi, sans le dire, d'émancipation féminine. Ces filles de ferme, travailleuses acharnées à qui rien n'a été offert, ont témoigné d'une volonté de fer pour ouvrir leurs propres restaurants, à une époque où elles n'étaient pas censées disposer seules d'un compte en banque ni gérer un commerce. Sur les traces des mères les plus célèbres, de La Génie à Marie-Thé Mora, en passant par Eugénie Brazier, Léa Bidaut ou Paule Castaing, le récit nous invite à un voyage étonnant, à la fois historique et gastronomique, dans Lyon et ses environs. Grâce au passionnant travail de Catherine Simon, les mères lyonnaises redeviennent ce qu'elles étaient: des femmes d'exception, à qui le monde de la restauration doit un chapitre essentiel de son histoire.


- Ma vie avec contumace
de Jean-Pierre Brouillaud
Éditions Buchet Chastel / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Il est champion de scrabble, s'entraîne et joue chaque jour. Ce qui a un peu déteint sur son cerveau et son rapport aux mots. Il a des parents, respectueux, distants mais légèrement inquiets de la solitude dans laquelle il s'obstine. Il les rassure en affirmant qu'il n'est pas seul puisqu'il vit avec Contumace, un aimable poisson rouge, qui tourne dans son bocal à la vitesse précise, harmonieuse et rassurante de dix-sept tours minute. Un matin, pourtant, un évènement étrange va perturber ce petit monde... Jean-Pierre Brouillaud raconte, avec humour et légèreté, l'épopée surréaliste d'un héros d'appartement.


- Mourir après le jour des rois
de Manuel de la Escalera
Éditions Christian Bourgois / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Mourir après le jour des Rois est un chef-d'œuvre des lettres espagnoles. Il rassemble plusieurs textes que Manuel de la Escalera écrivit en prison entre 1944 et 1962. Le plus long de ces récits est le journal tenu entre le 15 décembre 1944 et le 17 janvier 1945, dans les couloirs de la mort de la prison d'Alcalá de Henares où l'auteur attend d'être fusillé. Car dans l'Espagne catholique, apostolique et romaine du général Franco, on ne fusille pas entre la Nativité et l'Épiphanie. Alors, durant la trêve, les prisonniers continuent de vivre et attendent le télégramme portant les noms de ceux qui vont mourir, peut-être le leur n'y figurera pas. Les autres récits dressent quelques portraits des compagnons disparus, racontent la captivité. Raconter pour ne pas oublier. Tous ces récits disent la tragédie de la mort et de l'enfermement, l'appétit de vivre, la dignité, le rire. L'émotion palpable qu'éveille ce texte en fait un témoignage universel contre la barbarie de tous les temps, une lecture nécessaire.


- Ô pulchérie !
de Nathalie Sauvagnac
Éditions Denöel / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Déserté peu à peu par ses habitants, le village de Saint-Éloi dépérit. Un beau jour arrivent Sylviane et Norbert, les amoureux marginaux, qui prennent possession de la maison de la Morte. Leur arrivée va réveiller la petite communauté vieillissante. Norbert fait une cuisine divine et Sylviane fait des enfants. Pour qu'ils ne s'enfuient pas, le village tout entier prend en charge la famille, la protège du monde extérieur. Pulchérie rebelle et sensuelle, Martian malade des autres, Nicomède indomptable et fragile, Albiane éternelle enfant qui parle avec les morts, sont les enfants sauvages et asociaux de la famille Lecœur. La vie s'écoule, à l'abri de la maison. Jusqu'au jour où Pulchérie se met en tête de gagner le concours de majorettes local. Tout Saint-Éloi se mobilise pour que la jeune fille réalise son rêve… Et c'est alors que les murs de la maison commencent à s'effriter.


- Phénomènes naturels
de Jonathan Franzen
Éditions De L'Olivier / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Louis Holland, jeune homme passionné par l'univers de la radio, vient de s'installer dans la région de Boston. Sa vie suit un cours normal, entre petits boulots et relations familiales compliquées, jusqu'au jour où séisme vient tout remettre en cause de manière inattendue. La seule victime n'est autre que l'excentrique grand-mère par alliance de Louis Holland, laquelle laisse derrière elle une fortune estimée à 22 millions de dollars, provoquant déchirures et affrontements dans le clan Holland. Mais ce qui n'était qu'une comédie familiale se transforme rapidement en un roman politique quand on découvre l'origine du séisme.


- Rosa Panthère
de Emmanuelle Guattari
Éditions Mercure de France / 01 février 2018


Le Titre du Roman

J'aime qu'on me regarde. J'ai toujours aimé danser. James savait faire toutes sortes de choses et il parlait aux bêtes. Les bêtes l'écoutaient, les oiseaux surtout l'écoutaient. Voici l'histoire de James tandis que je suis devenue Rosa Panthère. Cœur captif, prise dans les rets de l'amour, Rosa, dans le tic-tac des jours, rêve les exploits extravagants de son idole: James le dompteur de canaris, artiste lunaire et fantasque, qui a disparu dans le grand monde. Pourtant un secret lie à jamais Rosa et James.


- Sans lendemain
de Jake Hinkson
Éditions Gallmeister / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Billie Dixon sillonne les États-Unis des années 1940, s'efforçant de vendre des films dans les salles de cinémas des petites villes du Midwest. Elle apprécie son boulot et le contact avec les clients. Jusqu'à ce que dans un bled paumé de l'Arkansas, un prédicateur fanatique s'en prenne à elle, bien décidé à bouter hors de la ville tout ce qui ressemble à du cinéma. Billie aimerait bien le convaincre de changer d'avis, mais les choses se compliquent encore lorsqu'elle commence à se sentir attirée par Amberly, l'épouse du pasteur. Un désir qui va la conduire à s'emmêler dans un filet de mensonges et de supercheries, jusqu'à l'inévitable point de non-retour. Bel hommage aux classiques du genre, Sans lendemain est un bâton de dynamite dont la mèche se met à crépiter dès le premier paragraphe.


- Simon
de Jocelyn Desverchere
Éditions P. O. L. / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Simon a six ans. C'est lui qui parle, c'est lui qui raconte ce qu'il voit, ce qu'il entend, ce qu'il comprend, ce qu'il ne comprend pas. Et aussi ce qu'il comprend sans le savoir, entre les gestes et les mots. Les mots? ceux qu'il emploie sont simples, mais ils n'ont rien d'enfantin, Jocelyne Desverchère n'a pas essayé d'imiter le langage d'un enfant de six ans. Cependant, la pureté de sa langue, et la syntaxe si particulière de l'auteur, si sensible, immédiate, brève, restituent l'impression d'une innocence propre à l'enfance. Simon s'entend bien avec sa mère, ils sont complices, ils s'amusent, il y a beaucoup d'amour et de tendresse. Ses parents semblent s'entendre plutôt bien, c'est une famille. Mais le père a une liaison, que la mère découvre. Elle se suicide. Alors son père s'en va travailler très loin et il confie pour un temps Simon a des amis paysans, proches, Fernand et Fifine. Simon va passer de belles semaines avec eux, à la ferme, grâce à leur tendresse bourrue. Il va comprendre la nature, les animaux, la vie simple. Mais les parents de sa mère, ses grands-parents, veulent le reprendre. Il va s'enfuir et, dans sa fuite, se noyer. C'est une histoire très triste et pourtant lumineuse, à cause sans doute de cette manière inimitable qu'a Jocelyne Desverchère de raconter, très influencée par l'écriture scénaristique, faite de ruptures et de syncopes dans la narration, tantôt elliptique, tantôt s'attachant à des détails apparemment anodins, révélateurs en fait, jamais gratuits.


- Un état d'urgence
de Mathieu Bermann
Éditions P. O. L. / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Louise, une jeune avocate, tombe amoureuse de Maxence. Cela se passe dans un bar, où il travaille, le soir des attentats du vendredi 13 novembre 2015. Bien sûr, Louise est horrifiée par ce qu'elle voit à la télévision et qui se passe à quelques arrondissements de là, comment ne pas l'être? Mais son désir pour Maxence n'en est pas moins fort. Louise habite le quartier latin, et Maxence celui de La Courneuve. Elle a des diplômes et il n'en a pas. Elle est célibataire, il s'avère qu'il est en couple. Ils ne devraient rien avoir à faire ensemble et pourtant Louise ne veut rien d'autre qu'être avec lui, qui paraît moins pressé, plus hésitant, parfois en retrait. Amoureuse comme elle ne l'a jamais été, elle se moque des différences entre eux, mais à quel point? La politique, Louise ne s'y intéresse pas plus que cela, mais elle a malgré tout des convictions. Et voilà qu'au détour d'une conversation Maxence en manifeste d'autres qu'elle juge inadmissibles: il semble prêt à voter Front National aux prochaines élections. Il n'a pas l'air d'un militant, tout juste d'un électeur, si tant est qu'il aille vraiment voter. L'histoire pourrait s'arrêter là, c'est une tentation; mais aussi bien elle commence à ce moment précis. Maxence est fasciné autant qu'agacé par le monde que représente Louise, et auquel il n'a pas accès si ce n'est grâce à elle. Louise, elle, n'a pas conscience d'appartenir à un monde en particulier et ne se rend pas vraiment compte qu'il en existe plusieurs. Ou plus exactement: elle préfère l'ignorer.  Il est certaines vérités qu'elle voudrait garder abstraites et lointaines. Louise pensait justement que l'amour la protègerait du réel et c'est exactement l'inverse qui se passe: il la force à regarder ce qu'elle n'a jamais voulu voir. Jusqu'où peut-on aimer quelqu'un d'autre?


- Un jeune homme en colère
de Salim Bachi
Éditions Gallimard / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Tristan, le narrateur, a dix-huit ans. Rien ou presque ne trouve grâce à ses yeux dans le monde d'aujourd'hui. Sa mère est une snob; son père, écrivain à succès, ne produit selon lui que des nullités. Il est en colère contre tout: les livres, les peintures, les filles… D'où vient cette révolte qui s'exprime dans un langage très savoureux, à la fois cru et raffiné? On le devine peu à peu: Eurydice, la sœur bien-aimée de Tristan, est morte à Paris dans des circonstances tragiques. Sous le soliloque radical et rageur contre l'époque, ses hypocrisies et ses faux-semblants, affleure le chant d'amour à ce qui est perdu.


- Un singulier garçon
de Kate Summerscale
Éditions 10-18 / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Juillet 1895. Nathaniel et Robert Coombes, deux frères âgés de douze et treize ans, se retrouvent seuls pendant dix jours. Leur père est en mer et, selon leurs dires, leur mère est à Liverpool. Les voisins commencent à s'interroger sur cette absence prolongée, tandis qu'une odeur pestilentielle envahit la rue. La police se rend sur les lieux et découvre, à l'étage de la maison, le corps en décomposition de Madame Coombes. Interpellé, Robert admet l'avoir tuée à coups de couteau. Des années plus tard, libéré pour bonne conduite, il fait partie des contingents d'anciens prisonniers envoyés en Australie. Loin du matricide et de la prison, Robert change de vie: il intègre l'armée et revient en héros. Auprès des siens, en Australie, il mène désormais la vie d'un homme bien.


- Une confession
de Maxime Gorki
Éditions Libretto / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Ce roman, publié en 1908, considéré par Gorki comme son œuvre "la plus mûre", salué à sa sortie par un concert d'applaudissements, et de sarcasmes (Lénine condamnera sans appel son "mysticisme"), traduit en français dès 1909, sera exclu des Œuvres complètes de l'écrivain par la censure marxiste et condamné, de fait, à près d'un siècle d'oubli. Matveï, qui lui ressemble comme un frère, fait ses classes sur la route avec les vagabonds, pratique tous les métiers, et finit par trouver la Voie,celle d'un christianisme social parfaitement hérétique, au fil de rencontres hautes en couleur. La sainte Russie est vaste, tout comme ce roman qui contient la terre immense, avec ses chemins semés d'embûches et de merveilles.


- Une minute d'attraction
de Carrie Elks
Éditions Presses De La Cité / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Londres, 31 décembre 1999, une soirée de réveillon ultra chic. Gothique jusqu'au bout des ongles et armée d'un sens de la répartie hors norme, Hanna donne un coup de main à sa mère, traiteur. Aux antipodes, Richard, impeccable dans son costume cravate, est un New-Yorkais aisé que son père destine à Wall Street. Hanna le désarçonne autant qu'elle le séduit. Il n'a jamais rencontré une fille comme elle. 12 mai 2012. Hanna et Richard ne se sont plus adressé la parole depuis des années. Elle est pourtant là, à New York, pour lui révéler un secret explosif.


- Une verrière sous le ciel
de Lenka Hornakova-Civade
Éditions Alma / 01 février 2018


Le Titre du Roman

"Dans les contes de mon pays, il y a souvent trois fées qui se penchent sur le berceau du bébé pour lui souhaiter une vie de telle ou telle couleur, sous de bons auspices ou au contraire pleine d'embûches. À quoi cela tient-il? À leur bonne humeur?" Il était une fois, en 1988, une jeune fille envoyée en colonie de vacances en France par le parti communiste tchécoslovaque. Au dernier moment, sur le quai de la gare de l'Est, Ana refuse de rentrer. Elle vient d'avoir 18 ans et décide de changer le cours de son destin. Écrit avec la même splendide énergie, Une verrière sous le ciel nous place dans le Paris de la fin des années 1980, auprès d'un personnage qui se demande comment grandir, être libre, connaître le monde au-delà des apparences. Ana le découvrira à travers les mots et les gestes des autres.


- Ubu roi: "merdre !"
de Patrice Trigano
Éditions Mercure de France / 01 février 2018


Le Titre du Roman

Dès demain le Père Ubu quittera la scène pour devenir votre double. Tous vos amis vous surnommeront Père Ubu. Ils riront de votre insolence, de votre cynisme, de votre suffisance en vous voyant adopter des comportements de sagouin, en observant vos agissements de mufle, en vous écoutant parler de vous-même à la première personne du pluriel: comme les rois. Ainsi, en vertu des pouvoirs insoupçonnés de la catharsis, devenu l'incarnation de l'abjection et de l'ignoble saleté, vous purgerez la vie. Votre humour destructeur bafouera le monde de la bêtise et de la cupidité. Alfred Jarry a vingt-trois ans quand il crée Ubu Roi au théâtre de l'Œuvre en 1896. Il a dû batailler et revoir ses exigences à la baisse mais la représentation a bien lieu le 10 décembre, et c'est le scandale espéré. Jarry est définitivement lancé dans la vie artistique parisienne. Il passera le reste de son existence à entretenir et peaufiner sa réputation sulfureuse, avec force provocations. Heureusement, à ses côtés, des amis fidèles veillent, qui tentent de le protéger de ses propres excès. De cette existence exubérante et pathétique, Patrice Trigano, avec une plume alerte, a fait un roman enlevé.


- En attendant Monsieur Bellivier
de Britta Röstlund
Éditions JC Lattès / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Helena Folsadu aurait dû dire non. Elle ne connaît pas cet homme qui s'adresse à elle au café. Mais, sans explication, et soudain inspirée par une force inconnue, elle dit oui. Peu après, elle se retrouve dans une tour à La Défense, dans un bureau désert, face à un ordinateur. Sa mission est de transmettre des e-mails, pour la plupart des combinaisons incompréhensibles de chiffres, à un certain Monsieur Bellivier. Le travail prendra trois semaines et en récompense, elle touchera une grosse somme d'argent. Mancebo est épicier, sa petite épicerie se trouve au pied de Montmartre. Il mène une vie tranquille en s'occupant de sa boutique où les clients ne se précipitent pas. Un jour, une femme magnifique, prénommée Cat, s'y présente. Elle le supplie de l'aider: lui seul le peut. Il s'agit d'une mission secrète pour laquelle elle est prête à payer cher. Mancebo accepte et, du jour au lendemain, sa vie va basculer.


- Avec le corps qu'elle a...
de Christine Orban
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Elle a vingt ans, et son premier roman vient d'être accepté par un éditeur. Ce jour d'été, au bord de la mer, aurait dû être le plus heureux de sa vie, si Beau-Père ne l'avait pas réduite à un corps dont la beauté serait le seul atout. Debout, au-dessus d'elle, il lui avait lancé devant tous les invités: "Avec le corps qu'elle a, ça va être facile pour elle". Ces mots vont fracasser son existence pendant des années et la mener au bord du gouffre. Dans ce roman, Christine Orban explore, avec une grande sensibilité et des accents fitzgéraldiens, les "blessures invisibles" d'une jeune femme, et sa difficulté d'être elle-même dans un monde où triomphent les apparences et la domination masculine.


- Brisa
de Bénédicte Martin
Éditions JC Lattès / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Elle s'appelait Brisa, lui Pierre. C'étaient les grands-parents de Bénédicte Martin. Aujourd'hui Bénédicte vit avec son fils dans leur appartement, à Paris, face à la prison de la Santé. Dans ces pièces, l'auteur s'interroge sur son héritage: qui étaient cet homme et cette femme, que lui ont-ils laissé, quelle femme est-elle devenue grâce ou à cause d'eux, quelle est sa dette? Son roman raconte leur histoire, leur amour, fait de passion, d'une grande liberté, de non-dits et de secrets. Entre Brisa et Pierre, il y avait une femme, une héroïne singulière: Eléonore, devenue Madame Yvonne. Elle était la fille d'un riche armateur de Toulon et d'une blanchisseuse, elle n'aimait que les femmes, vécut des années au Lutetia puis dans un hôtel du XVIIIe arrondissement qui était surtout un bordel, elle avait les cheveux courts, sortait chaque soir au Monocle ou Chez Moune, elle était autoritaire, rebelle et libre. Elle devint une amie de Pierre, et tomba follement amoureuse de Brisa. Bénédicte Martin raconte les destinées de Brisa, de Pierre et d'Yvonne, ces vies flamboyantes, leur amour, leur liberté folle, leur audace.
"J'ai grandi avec des maisons où trônaient partout des photos de Madame Yvonne, même si j'ai compris un jour que, bien que je voyais un homme en costume, il s'agissait d'une femme. Elle m'a longtemps fait peur car elle imposait toujours le silence quand je voulais parler d'elle à mes grands-parents. Pendant plus de vingt ans, j'ai cru que c'était un sort, alors qu'en fait, c'était ma chance. J'ai compris que mon héritage n'était pas sonnant et trébuchant mais plutôt un legs insaisissable".


- Keila la rouge
de Isaac Bashevis Singer
Éditions Stock / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

"À trente-deux ans, Yarmi comptait déjà quatre séjours à la prison de Pawiak pour vol, sa spécialité étant de forcer les serrures. Il avait aussi été arrêté plusieurs fois pour traite des blanches. À vingt-neuf ans, Keila la Rouge s'était successivement distinguée dans trois bordels, un rue Krochmalna, un rue Smocza et un rue Tomkes". Dans ce grand roman inédit, le conteur malicieux de la rue Krochmalna, le magicien des synagogues et des bordels, ressuscite le monde disparu de la culture yiddish, un monde de couleurs vives qui devint après la guerre un monde gris de cendres.


- L'été circulaire
de Marion Brunet
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Fuir leur petite ville du Midi, ses lotissements, son quotidien morne: Jo et Céline, deux sœurs de quinze et seize ans, errent entre fêtes foraines, centres commerciaux et descentes nocturnes dans les piscines des villas cossues de la région. Trop jeunes pour renoncer à leurs rêves et suivre le chemin des parents qui triment pour payer les traites de leur pavillon. Mais, le temps d'un été, Céline se retrouve au cœur d'un drame qui fait voler en éclats la famille et libère la rage sourde d'un père impatient d'en découdre avec le premier venu, surtout s'il n'est pas "comme eux". L'été circulaire est un roman âpre et sombre, portrait implacable des "petits Blancs", ces communautés périurbaines renfermées sur elles-mêmes et apeurées. L'écriture acérée, la narration tendue imposent d'emblée le talent de Marion Brunet.


- L'honneur du samouraï
de David Kirk
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Japon, 1600. Musashi Miyamoto était le plus grand guerrier de tous les temps. Avant que lui et ses hommes ne soient vaincus lors de la bataille de Sekigahara qui a vu les Armées de l'Est renverser l'ancien pouvoir. Survivant mais seul, Musashi doute. Jusqu'alors, il avait vécu et combattu comme un samouraï, fier de sa tradition, loyal aux préceptes de la Voie. Depuis sa défaite, se soumettre aux exigences de l'Honneur, l'une des sept vertus du samouraï, signifie se donner la mort. Et Musashi veut vivre. Mais, considéré comme un ennemi de la nation, sa tête est mise à prix. S'il a renoncé à la violence, il lui faut se protéger et préparer sa vengeance contre ceux qui veulent sa mort. Pour cela, il n'a qu'un adage: "Le sabre donne la vie. Le sabre donne la mort".


- L'infinie patience des oiseaux
de David Malouf
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Lorsqu'en 1914, Ashley Crowther revient en Australie, dans le Queensland, pour s'occuper de la propriété héritée de son père, il découvre un paysage merveilleux peuplé de bécasses, d'ibis et de martins-chasseurs. Il y fait également la connaissance de Jim Saddler, la vingtaine comme lui, passionné par la faune sauvage de l'estuaire et des marais. Au-delà de leurs différences personnelles et sociales, les deux jeunes hommes ont en commun un véritable amour de la nature. Et ils partagent un rêve: créer un sanctuaire destiné aux oiseaux migrateurs. Loin de là, l'Europe plonge dans un conflit d'une violence inouïe. Celui-ci n'épargnera ni Jim, qui rejoint un camp d'entraînement à Salisbury, ni Ashley, envoyé à Armentières. Seul témoin de la parenthèse heureuse qui les a réunis, Imogen, une photographe anglaise amoureuse comme eux des oiseaux, saura-t-elle préserver le souvenir des moments exceptionnels qu'ils ont connus? Traduit pour la première fois en français, ce roman signé par l'un des plus grands écrivains australiens contemporains, et publié il y a près de quarante ans, s'impose avec le temps comme un chef-d'œuvre empreint de poésie et de lumière.


- La cité des femmes
de Stephan Liberski
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Se retrouver à Cinecittà face à Fellini en plein tournage de La Cité des femmes, jamais Étienne n'aurait osé en rêver. Très vite le jeune homme se lie avec les muses du Maître que ce dernier rudoie, adule ou congédie au gré de ses caprices. Grisé par le climat d'extravagance qui règne sur le plateau, Étienne entame alors une liaison amoureuse avec l'une d'elles, une jeune femme étrange qui jongle avec la séduction, les fantasmes, les mensonges et un déni de la réalité si troublant qu'il va s'y perdre. Plongée dans la vie romaine du début des années 80, le nouveau roman de Stefan Liberski en recrée la magie, les beautés, la démesure, mais aussi les dangers, les ambiguïtés et les perversités.


- La distance de courtoisie
de Sophie Bassignac
Éditions JC Lattès / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

On appelle distance de courtoisie ces quelques mètres imposés aux usagers des lieux publics pour protéger la confidentialité de chacun. Invisible ailleurs, elle conditionne pourtant l'ensemble de nos échanges. Étienne Bellamy a tout perdu. Sa femme, son entreprise et son appartement. Échoué en province, il survit depuis quelques mois grâce à un emploi improbable dans un musée local. Lors du vernissage d'une exposition, sa vie bascule une deuxième fois. Le même soir, il rencontre une troublante comédienne et se voit accusé du vol d'un tableau. Effrayé par l'intérêt que lui porte la jeune femme et par l'insistance du flic qui voit en lui un suspect idéal, il se raccroche aux vestiges de sa vie passée, persuadé que son exil provincial n'aura qu'un temps. Ce roman évoque la triste et scandaleuse injustice de ne pas être aimé pour ce que nous sommes: des gens formidables. Comment survivons-nous à ce rejet de l'autre, si incompréhensible et désastreux pour l'estime de soi? Ici, Héloïse aime Étienne qui aime Sylvana, Adélaïde aime Ivan qui aime Luzia, Marthe aime Gaspard qui lui préfère sa liberté. S'inventant des parades et de saines illusions, tous se battent pour donner le change et trouver leur place dans une chaîne amoureuse idéale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Ven 2 Fév - 19:38

- La poubelle des merveilles
de Serguei
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Fruit de l'union contre-nature entre une chenille géante dotée du pouvoir de voler les âmes et un loup noir à l'appétit vorace, Pablo Cuchilla, arraché à sa jungle natale, est sauvé du déluge par un ferry dont l'équipage a fui Buenos Aires. Dérivant dans le delta du rio de la Plata, celui-ci s'échoue sur une colline de détritus au nom étrangement radieux: "Maravilla". Jadis envahie par les rats puis par les chats, l'île est devenue le lieu de rencontres improbables où une société tente de se construire, libérée des paramètres et des contraintes habituelles de la réalité. Mais jusqu'où l'utopie est-elle possible? Roman onirique, fable politique, La Poubelle des merveilles met à l'honneur la langue truculente et l'imagination débordante de Serguei, célèbre dessinateur et collaborateur du Monde. Dans l'esprit des grands romans de la littérature latino-américaine, la satire d'une Amérique latine hantée par la dictature.


- Le 15h17 pour Paris
L'histoire d'un train, d'un terroriste et de trois héros
de Anthony Sadler
Éditions L'Archipel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

21 AOÛT 2015, 15 H 17. Le Thalys n° 9364 quitte Bruxelles pour rejoindre Paris. Parmi les voyageurs, Ayoub El Khazzani, un terroriste armé d'un fusil d'assaut AK-47 et d'un Luger .9 mm. Il s'apprête à commettre un carnage. Ont également pris place à bord du train trois jeunes Américains. Dès le premier coup de feu, n'écoutant que leur courage, Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone passent à l'action. En quelques minutes ces trois garçons vont devenir des héros. On estime en effet à plus de cinq cents le nombre de vies qu'ils ont sauvées. De cet extraordinaire récit, Clint Eastwood s'est inspiré pour son nouveau film, en grande partie tourné en France, où les héros interprètent leur propre rôle.


- Le cirque de la solitude
de Nadia Galy
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Jacques a été élu depuis peu président de la Collectivité territoriale corse quand il apprend la mort d'un ouvrier clandestin sur son domaine viticole.  Doit-il étouffer l'affaire ou livrer le responsable à la justice alors qu'il est l'un des siens? Hanté par le retour au pays de son amour de jeunesse et la mort de sa mère, figure charismatique de l'Ile, celui qui croit à son destin politique va devoir choisir entre les liens qui l'unissent à sa terre, le combat politique et la morale. Le cirque de la solitude est le roman de la Corse éternelle, de ses familles soudées, du silence qui recouvre ses affaires, de ses paradoxes tragiques et de sa beauté ensorcelante.


- Le coquillage d'Anataï
de Carlo Sgorlon
Éditions Du Rocher / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans la Russie du tsarisme finissant, au cœur d'une Sibérie dangereuse et grandiose, une diaspora de Frioulans, composée de tailleurs de pierres, de menuisiers, de terrassiers et de forgerons, participe à la construction de la ligne transsibérienne. Ponctuée d'épisodes tragiques, leur lutte est épuisante, aggravée par des conditions de vie extrême. Avec les Tartares et les Mongols, ils forment une communauté villageoise chaleureuse et contrastée, même si le sentiment d'être en terre étrangère est toujours vif en eux. Ensemble, ils poursuivent cette tâche titanesque, artisans acharnés de la modernité, dans une nature vierge, sauvage et glacée où vivent les forces primitives. Une lutte forcenée où ils prennent la stature de héros. Le vieil Anataï, chasseur légendaire, attaché à son grand coquillage de mer, est la mémoire de cette terre mythique et Aïdym, la jeune Kirghize, la déesse tutélaire du foyer. Carlo Sgorlon signe un roman riche d'humanité, traversé par le souffle puissant de la tragédie et de l'épopée. Une œuvre envoûtante.


- Le livre contre la mort
de Elias Canetti
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

"La mort me brûle": tout au long de sa vie, le prix Nobel de littérature Elias Canetti n'a cessé d'écrire et de réfléchir au thème de la mort. Conçu comme le pendant de Masse et Puissance, le livre qu'il projetait de lui consacrer voit enfin le jour. Principalement composé d'inédits découverts après la disparition, en 1994, de l'auteur d'Auto-da-fé, ce recueil mêle notes, aphorismes, portraits et réflexions. Le regard de l'anthropologue alterne avec celui du romancier qui commente poètes, philosophes et scientifiques, tandis que le critique invoque mythes et satires. Et toujours, au cœur de sa réflexion, ce questionnement, qui illustre la blessure du XXe siècle: pourquoi les hommes se tuent-ils avec tant de fougue? À l'image d'un auteur au talent protéiforme, ce livre déploie les multiples facettes d'une pensée hors normes et toujours d'actualité.


- Les abysses du mal
de Marc Charuel
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Mon boulot: filmer le supplice des victimes avant de faire disparaître leur corps. Mon but: être le tueur le plus inventif. Parce que la mort est un spectacle, certains sont prêts à payer très cher pour y assister. Voyeurs protégés par un écran, tortionnaires par procuration… C'est la face cachée du Net. Un monde parallèle qui happe ses proies au hasard et fournit des frissons à prix d'or. Des réseaux sociaux incontrôlables aux mafias spécialisées dans le marché de la mort en direct, l'auteur dévoile les forces insoupçonnées de la perversion humaine.


- Les prix d'excellence
de Regis Wargnier
Éditions Grasset & Fasquelle / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Les prix d'excellence, ce sont Mathilde et George, vingt ans d'écart: elle, une fille de la bonne bourgeoisie textile du nord de la France; lui, le fils d'un G.I. et d'une Vietnamienne, adopté par de petits épiciers parisiens. Dans les années 80, Mathilde, passionnée de cinema, rompt avec sa famille, fait sa vie avec un cheminot, devient scénariste; George suit de brillantes études en Suisse, puis part pour les Etats-Unis où il se spécialise dans la biologie. Lorsqu'ils se rencontrent, en 1989, leur entente est immédiate, évidente. Ils ne deviennent pas amants, car chacun aime intensément de son côté (Mathilde, son mari; George, un Nord-coréen), mais ils se savent unis par la passion. Ils s'écrivent, ils s'admirent. Le succès vient, et l'espoir: Mathilde est primée pour un film à Cannes, George fait des découvertes scientifiques de première importance. Mais le vieux monde, celui de la convention et de l'envie, n'en veut pas: une cabale se monte. Mathilde et George recevront-ils le prix d'excellence de la vie? Une histoire d'amour romanesque et trépidante, avec, en arrière-plan, les bruissements du monde de mai 68 à nos jours.


- Lettre à une trop jeune morte
de Roger Bichelberger
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Foulques, le puissant comte d'Anjou, l'un des hommes les plus cruels du royaume de France, rentre de son troisième pèlerinage à Jérusalem. À Metz, sentant sa fin venir, il dicte à un jeune scribe ses mémoires en forme de lettre à sa première épouse, morte toute jeune dans l'incendie de leur château. Il y confie ses crimes lors des guerres incessantes qu'il a menées contre la Touraine, Saumur et Blois et le pardon qu'il a cru obtenir en édifiant moult châteaux, églises et abbayes et en prenant le chemin de la Terre sainte en simple pénitent. Mais ce qu'il cherche à expier plus que toutes les horreurs commises, c'est sa conduite envers Elisabeth de Vendôme, la seule femme qu'il ait aimée et qu'il a sacrifiée à une soif de vengeance irrépressible. Dans cet étonnant portrait d'un grand féodal déchiré entre ses pulsions guerrières, sa foi en Dieu et la passion amoureuse, Roger Bichelberger évoque autant les affres du guerrier médiéval que les paradoxes d'un homme entre obscurité et lumière que seul l'amour peut racheter.


- Noyé vif
de Johann Guillaud-Bachet
Éditions Calmann Lévy / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le soleil brille haut, la mer est calme. Six apprentis marins, quatre hommes et deux femmes, quittent le port de Sète dans une joyeuse anarchie encadrée par un moniteur de voile. Parmi eux, le narrateur, un homme sombre et secret, porte sur cette bande hétéroclite un regard doux-amer. Sous ses yeux qui en ont sans doute déjà trop vu se joue un concentré de comédie humaine. C'est alors que se lève la plus effroyable des tempêtes. Une déferlante emporte le moniteur. Ils sont maintenant six néophytes sur ce bateau, dont un blessé. Les secours contactés les rassurent: un patrouilleur va se dérouter vers eux. Mais le canal d'urgence de la radio grésille à nouveau. Une voix très jeune supplie, en anglais: "S'il vous plaît, nous sommes nombreux, le bateau est cassé, il prend l'eau". Le dilemme surgit aussitôt: qui doit être secouru en premier? Six Français sur un voilier qui ne tiendra peut-être pas jusqu'au bout, ou un bateau de migrants? Tandis que les éléments continuent à s'acharner sur eux, les six s'affrontent sur la marche à suivre et la valeur des vies à sauver.


- Où passe l'aiguille
de Véronique Mougin
Éditions Flammarion / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Et voici Tomas, dit Tomi, gaucher contrariant, tête de mule, impertinent comme dix, débrouillard comme vingt, saisi en 1944 par la déportation dans l'insouciance débridée de son âge, 14 ans. Ce Tom Sawyer juif et hongrois se retrouve dans le trou noir concentrationnaire avec toute sa famille. Affecté à l'atelier de réparation des uniformes rayés alors qu'il ne sait pas enfiler une aiguille, Tomas y découvre le pire de l'homme et son meilleur: les doigts habiles des tailleurs, leurs mains invaincues, refermant les plaies des tissus, résistant à l'anéantissement. À leurs côtés, l'adolescent apprendra le métier. Des confins de l'Europe centrale au sommet de la mode française, de la baraque 5 aux défilés de haute couture, Où passe l'aiguille retrace le voyage de Tomi, sa vie miraculeuse, déviée par l'histoire, sauvée par la beauté, une existence exceptionnelle inspirée d'une histoire vraie.


- Petit cœur
de Kim Kooten
Éditions Calmann Lévy / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

L'anniversaire des cinq ans de Puck restera gravé dans sa mémoire: non seulement sa mère, bimbo blonde désespérée, lui présente son nouveau beau-père, un "très vieux monsieur", mais elles quittent aussitôt leur taudis pour emménager dans son "château". Du jour au lendemain, c'est le conte de fées pour la mère: luxe à tous les étages et accès illimité à la carte bancaire de Monsieur. Éberluée, Puck l'observe, plus aguicheuse chaque jour, se pavaner  devant son mari. Cependant, ce dernier ne semble en rien sensible à ses charmes. C'est plutôt avec Puck qu'il aime passer du temps. Il adore lui laver les cheveux, la regarder dans son bain, puis la photographier. Alors que sa perversité se déploie chaque jour, sa mère ferme les yeux. Mais combien de temps Puck peut-elle encore tenir pour ne pas briser les rêves de sa mère? Un premier roman aussi bouleversant que perturbant. Le portrait d'une mère dans le déni à couper le souffle, et un regard inédit sur l'inceste. D'après un écit de Pauline Barendregt.


- Un mari idéal
de Leah McLaren
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Depuis la naissance de leurs jumeaux il y a trois ans, Maya et Nick ne sont plus sur la même longueur d'onde: Maya ne se pardonne pas d'avoir renoncé à sa carrière d'avocate pour s'occuper des enfants; Nick, qui a vu la battante qu'il aimait se transformer en mère au foyer, fuit leur quotidien routinier en se noyant dans le boulot. Si Maya espère voir Nick s'investir dans leur vie de famille, Nick, lui, n'a qu'un souhait: divorcer. Le seul hic, son salaire de nabab dans la pub. Sur les conseils d'un ami avocat, il élabore un plan d'attaque: jouer au mari idéal, histoire d'inciter sa femme à reprendre le travail et réduire ainsi la pension à lui verser. Parviendra-t-il à convaincre Maya? Avec un humour ravageur, Leah McLaren signe une comédie de mœurs très perspicace et un portait ironique du mariage et de la parentalité aujourd'hui.


- Un peu, beaucoup, à la folie
de Liane Moriarty
Éditions Albin Michel / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue entre voisins par un beau dimanche ensoleillé: tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors, pourquoi, deux mois plus tard, les invités ne cessent-ils de se répéter: "si seulement nous n'y étions pas allés"? Liane Moriarty continue de dévoiler la noirceur qui rôde sous les vies ordinaires et nous plonge au cœur des redoutables petits mensonges et des inavouables secrets de l'âme humaine. Fin, décapant, et jubilatoire.


- Voyage d'un faux derviche en Asie Central
de Armin Vámbéry
Éditions Libretto / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

En automne 1861, Armin Vambery, linguiste et orientaliste distingué de Bratislava, quitte Constantinople pour un formidable périple. Déguisé en derviche sunnite, il rallie Trébizonde à Téhéran, où il se mêle, sous le nom de Rashid Effendi, à une caravane de pèlerins revenant de La Mecque. Puis il traverse Chiraz, Ispahan, et atteint les cités légendaires de Khiva et Samarcande. Ces contrées sont dangereuses, mais toujours son intelligence, sa sagesse et sa bonne humeur feront dévier les soupçons qui pèsent sur lui. Humour, tolérance, perspicacité: le récit de ses tribulations, paru en 1864, connut un succès retentissant.


- Wittgenstein à l'aéroport
de Husch Josten
Éditions Grasset & Fasquelle / 31 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le hasard existe-t-il? Lorsqu'on échappe de peu à l'effondrement des Twin Towers puis à l'attentat du marathon de Boston, peut-on parler de prédestination ou de fatalité? Frôler la mort ou tomber amoureux, comment savoir quelles lois mystérieuses gouvernent nos vies? Après une crise d'angoisse qui la surprend dans la salle d'embarquement de l'aéroport de Heathrow, la jeune journaliste Caren tente de reprendre ses esprits. Elle pense à ce photographe avec qui elle a passé la nuit quelques mois plus tôt, juste après l'attentat de Charlie Hebdo. Puis elle se tourne vers son voisin, qu'elle surnomme Wittgenstein à cause de ses lectures. Ce dernier semble avoir deviné toutes les questions qu'elle se pose et l'entraîne dans une discussion animée. La situation se complique encore quand Caren découvre que son petit ami Ben a sans doute déclenché l'alerte à la bombe qui retarde son vol pour Paris. Wittgenstein à l'aéroport est un roman à suspense autant qu'une réflexion sur notre inlassable quête du bonheur. Un coup de maître de la romancière allemande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 25 Jan - 21:18

- 492. Confessions d'un tueur à gages
de Klester Cavalcanti
Éditions Métailié / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

Júlio Santana, bon chasseur et bon tireur dans son Amazonie natale, a appris la profession de tueur à gages à 17 ans avec son oncle qui lui assure que, s'il récite dix Ave Maria et vingt Pater Noster après chaque meurtre, il n'ira pas en enfer. Il note soigneusement sur un cahier d'écolier le nom des victimes, le nom des commanditaires, la date et le lieu du crime, ce qui lui a permis de compter 492 personnes au long de 35 années de carrière. Júlio raconte ses drames, ses rêves, ses faiblesses. C'est un homme sensible, un bon fils, un mari aimant et un père affectueux. Il a pour commanditaires l'armée, des maris jaloux ou des pères vengeurs, des grands propriétaires terriens qui éliminent des syndicalistes ou des sans terre. Pour la première fois, un reportage raconte, avec un grand talent littéraire, la vie surprenante d'un homme que tout destinait à être un pêcheur comme son père et son grand-père, mais qui est devenu le plus grand tueur professionnel connu au monde.


- Bicyclettres
de Jean-Acier Danès
Éditions Du Seuil / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

Un tout jeune homme, fou de vélo, amoureux des livres, entreprend un tour de France des écrivains qu'il affectionne, en se rendant sur leurs lieux de vie, d'écriture et de sépulture. Du cimetière marin de Paul Valéry, à Sète, à la villa du Mont Noir de Marguerite Yourcenar dans les Flandres, d'Illiers-Combray, au cœur de la Beauce, où Proust passa son enfance, jusqu'à la Touraine de Balzac, Jean-Acier file d'étape en étape, sur sa bicyclette qu'il a affectueusement baptisée "Causette". À l'abstraction des cartes se substitue peu à peu la réalité rêvée, vécue, puis couchée sur des carnets de voyage, des lieux traversés. Mais le personnage principal de cette épopée minuscule n'est pas l'auteur. C'est la mosaïque d'un pays, son imaginaire, ses rencontres improbables, ses vallons perdus et ses portes closes, car il arrive aussi que la maison où certains écrivains passaient le plus clair de leur temps soit fermée, ou sous la coupe d'un gardien vigilant. Émaillé de mille anecdotes et péripéties, ce livre est autant le récit d'un voyage en France, aujourd'hui, que l'acte de naissance d'un écrivain qui, sur son vélo, part à la rencontre de tous les autres.


- Cette putain si distinguée
de Juan Marsé
Éditions Christian Bourgois / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

1949: à Barcelone, une prostituée est assassinée dans un cinéma par le projectionniste lui-même. S'il reconnaît avoir tué la jeune femme, il est en revanche incapable d'expliquer son geste.
1982: un écrivain est engagé par un producteur de cinéma pour écrire le préscénario d'un film inspiré de ce fait divers. Il aura pour principal informateur l'assassin, libéré après avoir purgé sa peine. Au cours de leurs entretiens, l'écrivain essaiera de démêler l'écheveau bien embrouillé de la mémoire de son informateur, sans savoir si elle est réellement oublieuse ou s'il se livre à la manipulation de ses propres souvenirs, car la mémoire, nous dit Juan Marsé, est une "putain distinguée".


- Iboga
de Christian Blanchard
Éditions Belfond / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

28 octobre 1980. Jefferson Petitbois, condamné à la peine de mort, est incarcéré à la maison d'arrêt de Fresnes. Pour rejoindre sa cellule dans le couloir de la mort, il croise la "Louisette". Comme un outrage à la dignité humaine, un doigt d'honneur à la vie, la guillotine trône au milieu de la cour. Accompagné de deux gardiens, il la frôle et sent son odeur de graisse et de limaille. Dix-sept ans. Suffisamment grand pour tuer donc assez vieux pour mourir. Deux ans auparavant, Jefferson avait rencontré Max, son protecteur et mentor. Iboga était alors entré en lui. Iboga l'avait rendu plus puissant. Immortel. Meurtrier. Une fois, Max m'a dit quelque chose que j'ai compris plus tard: Si tu commences à mentir, mec, tu seras obligé de le faire tout le temps et tu seras piégé un jour parce qu'il y aura des incohérences, des trucs qui n'iront pas ensemble. En revanche, si tu dis la vérité, tu ne seras jamais mis en défaut. J'ai dit la vérité aux flics, avocats, juges et jurés. J'ai pris perpète et failli avoir la tête tranchée. Ce livre raconte la vérité. La vérité selon Jefferson Petitbois. Un homme trop jeune pour mourir.


- Je veux brûler tout mon temps
de François Jonquet
Éditions Du Seuil / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

Valérie Lang avait 17 ans quand nous nous sommes rencontrés. J'avais alors 23 ans. Une amitié profonde est née, elle a duré trente ans, jusqu'à sa mort tragique. Son charme, sa liberté, et même ses caprices m'ont séduit instantanément. Elle aimait follement les êtres, son métier d'actrice, ses combats politiques: tout en elle témoignait d'une âme généreuse, et éprise d'absolu. Elle me fit découvrir son monde, celui de son père Jack Lang, alors ministre de la Culture de François Mitterrand. Et le revers de cette vie séduisante: la difficulté pour la fille d'un homme célèbre de trouver sa place. J'ai tenté d'écrire un livre à son image. J'y ai rassemblé souvenirs, lettres, mails, écrits intimes de Valérie retrouvés ou confiés par sa famille et ses amis. Alors que j'y travaillais, j'ai eu certains jours la sensation d'entendre son cœur battre. "Écouter mon cœur c'est le travail de ma vie. Il n'y a que ça qui me passionne fondamentalement", a-t-elle écrit.


- La dernière confidence d'Hugo Mendoza
de Joaquin Camps
Éditions Presses De La Cité / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

À titre posthume.
Malgré les menaces de la mafia russe à qui il doit de l'argent et les accusations de viol formulées à son encontre par l'une de ses étudiantes, le séduisant professeur de littérature Victor Vega accepte une proposition insolite: découvrir pourquoi, chaque 3 décembre, la veuve du célèbre écrivain Hugo Mendoza reçoit sous pli anonyme un nouveau manuscrit de son défunt mari. Épaulé par Paloma, mathématicienne obèse férue de poésie et d'humour graveleux, Santa Tecla, bonne sœur diplômée en informatique, et une femme à la beauté énigmatique dont il tombe éperdument amoureux, Victor s'engouffre dans une enquête baroque et échevelée, jalonnée de secrets de famille, de trahisons et d'usurpations d'identité. Au programme: agents littéraires véreux, universitaires carriéristes, tortionnaires et navigateurs naufragés, qui se croisent pour happer le lecteur dans un tourbillon de suspense, de frissons et de retournements de situation.


- Le journal d'une âme rêveuse
de Camille Pujol
Éditions Michel Lafon / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

Alors que l'été touche à sa fin, Adélaïde annonce à Noah qu'elle part et ne souhaite pas le revoir. Tout ce qui reste d'elle désormais, c'est la clé d'une boîte postale qui accompagne sa lettre. Dans cette boîte, Noah trouve une enveloppe contenant le journal d'Adélaïde. Celle-ci y décrit ses rêves, ses espoirs, mais aussi le drame secret que cache ce départ précipité. Mais Noah n'a pas dit son dernier mot, et si Adélaïde pense que tout est perdu, le garçon est déterminé à lui montrer qu'ensemble ils peuvent réaliser un nouveau rêve. Même s'il s'agit peut-être du dernier.


- Quatre lettres d'amour
de Niall Williams
Éditions Héloïse d'Ormesson / 25 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quatre lettres d'amour est un récit qui ne craint pas de s'aventurer sur le terrain du merveilleux, qui nous dit l'âme irlandaise, la magie d'aimer, l'enfance perdue et le miracle d'être vivant. Un récit où chaque signe du hasard est éloquent, où le destin et dieu se mêlent de la vie des hommes pour décupler la force de l'amour. Sur une petite île au large de Galway, Isabel Gore grandit paisiblement. Après une adolescence en internat, elle suit le schéma familial et fait un mariage de raison, avec un homme qui ne la mérite pas. Dans la banlieue de Dublin, Nicholas Coughlan voit son enfance se déliter le jour où dieu pousse son père à abandonner son travail pour devenir peintre, conformément à son aspiration profonde. Des années plus tard, le jeune homme se met en quête du dernier tableau peint par son père qui appartient désormais à la famille Gore. Lorsque Isabel et Nicholas se rencontrent c'est le coup de foudre. Alors que Nicholas dépérit d'amour, et qu'Isabel est retournée auprès de son mari, il va lui révéler sa flamme. Mais aucune de ses trois premières lettres, interceptées par la mère de la jeune fille, n'arriva à bon port. Incapable de renoncer, Nicholas écrira une dernière missive et le destin, encore une fois, s'en mêlera.


- Des yeux comme les miens
de Kamal Sheena
Éditions JC Lattès / 24 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le téléphone la réveille à 5 heures du matin. Et avant 7 heures, un appel n'annonce jamais rien de bon. Nora ne connaît pas Everett Walsh mais celui-ci est persuadé qu'elle doit savoir quelque chose sur sa fille adoptée récemment disparue. Perturbée, mal comprise, Nora déjà submergée par ces problèmes personnels, refuse de s'impliquer. Jusqu'à ce qu'elle voie la photo. Une jeune fille, une adolescente, qui a ses yeux. Comment pourrait-elle lui tourner le dos? Mais partir à la recherche de sa fille renvoie Nora à un passé qu'elle préférerait oublier. À mesure qu'elle progresse dans son enquête, elle découvre une dangereuse conspiration à travers les ruelles sombres et pluvieuses de Vancouver jusqu'aux flancs enneigés des Rocheuses canadiennes. Pour finir, elle devra affronter son démon le plus terrible: une ombre surgie de son propre passé.


- La volupté des neiges
de Vladimir Fédorovski
Éditions Le Livre De Poche / 24 janvier 2018


Le Titre du Roman

La Russie éternelle est au cœur de l'œuvre de Vladimir Fédorovski. Dans La Volupté des neiges, l'auteur, russe lui-même, évoque les grandes amoureuses de son pays, tsarines redoutées, égéries exaltées ou femmes de l'ombre, nous conte leur destin et explore les paysages de leur âme. Relations orageuses de Sophie et Léon Tolstoï, passion folle d'Eva Hanska pour Honoré de Balzac, ou encore d'Olga Knipper pour Anton Tchekhov, amours de la Grande Catherine et du beau Potemkine, de la flamboyante Katia Dolgorouki et du tsar Alexandre II... Des ors du Kremlin aux steppes enneigées de Sibérie, d'Odessa à Iasnaïa Poliana, voici le roman de ces femmes en quête d'absolu, en proie à tous les excès.


- Le disparu de l'Hôtel-Dieu
de Éric Fouassier
Éditions JC Lattès / 24 janvier 2018


Le Titre du Roman

Juin 1515, des hommes vêtus de noir pénètrent, la nuit, dans l'Hôtel-Dieu de Paris et n'hésitent pas à semer plusieurs cadavres derrière eux pour s'emparer d'un mystérieux médaillon. Le jeune Étienne, un enfant intrépide d'une douzaine d'années, hérite par hasard du pendentif. Pris pour cible, il doit se jeter dans la Seine pour échapper à ses poursuivants. Ce qu'il ignore, c'est que le fameux médaillon est en fait une clé permettant de décrypter un code secret vénitien. A la veille de la nouvelle campagne d'Italie projetée par François 1er, sa possession revêt une importance stratégique capitale. Pour retrouver Étienne, son fils unique, Héloïse Sanglar, femme-apothicaire, doit mener sa propre enquête et se mêler aux affrontements souterrains qui opposent les espions des deux camps. Finalement, en désespoir de cause, elle n'aura d'autre choix que de faire appel au chevalier Bayard, son ancien amour, qu'elle n'a pas revu depuis plus de douze ans. Tous deux devront se joindre aux troupes françaises en route pour l'Italie, où la belle Héloïse aura de multiples occasions d'exercer son art auprès des soldats blessés. Alternant les chapitres consacrés aux mésaventures du jeune Étienne et ceux dédiés à la quête d'Héloïse et Bayard, le livre est construit comme une montée crescendo qui culmine avec les retrouvailles des trois héros sur le fameux champ de bataille de Marignan. Disparition de cadavres, enlèvements, vol de documents, trahisons, assassinats, guet-apens, poursuites, batailles rangées, joutes amoureuses, les rebondissements sont multiples.


- Le dossier M. Livre 2
de Grégoire Bouillier
Éditions Flammarion / 24 janvier 2018


Le Titre du Roman

M comme une histoire d'amour, mais quand on a dit ça, on n'a pas dit les conséquences. On n'a rien expliqué. On n'a pas dit le secret.


- Souvenirs culinaires d'une enfance heureuse
de Alice Danchokh
Éditions Du Rocher / 24 janvier 2018


Le Titre du Roman

Joyeux et attachants, ces Souvenirs culinaires d'une enfance heureuse évoquent avec tendresse et poésie la vie quotidienne d'un pays qui n'existe plus.En se remémorant son enfance soviétique, Alice Danchokh brosse avec grâce et douceur le portrait d'une époque, dont le lecteur français ne sait rien. L'action se déroule dans les années soixante, au sein une famille de l'intelligentsia moscovite. L'évocation du quotidien de cette famille constitue le cœur du récit. Pour nous, l'URSS se résume aux privations, à la répression et au goulag. Or ce livre respire la joie de vivre, l'affection et la culture. Les plaisirs culinaires ajoutent au charme indéniable du texte, dont la lecture réjouit tout en faisant réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 18 Jan - 16:16

- Coupez !
de Cameron McCabe
Éditions Sonatine / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Années 1930, Londres. Cameron McCabe travaille au montage d'un film, lorsque son producteur lui demande de couper toutes les scènes dans lesquelles intervient une jeune actrice, Estella Lamare. Elle joue pourtant un rôle de premier plan. McCabe a du mal à comprendre cette décision aussi surprenante que soudaine. Le lendemain, le corps sans vie d'Estella est retrouvé dans la salle de montage. McCabe décide alors de mener seul son enquête. Il nous raconte ses pérégrinations dans le monde du cinéma, l'incompétence de la police, et compte les suspects, nombreux autour de lui. Tout à coup, son récit s'arrête. Et l'affaire prend une tournure tout à fait inattendue. Publié en 1937 et inédit en France, Coupez !, qui évoque les intrigues particulièrement élaborées d'un Paul Auster, est d'une modernité tout à fait exceptionnelle. L'identité de l'auteur, qui est restée un mystère pendant des décennies, a elle-même donné lieu à une enquête passionnante relatée en annexe de l'ouvrage. Cameron McCabe est un pseudonyme. Coupez ! est son seul roman publié sous ce nom.


- De beaux jours à venir
de Megan Kruse
Éditions 10-18 / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Depuis des années, Amy subit la violence de Gary. Jusqu'au jour où elle reçoit le coup de trop et décide de s'enfuir avec ses deux enfants, Jackson, dix-huit ans, et Lydia, treize ans. Premier arrêt au Starlight, motel crasseux qui va leur servir de refuge. Tous les trois s'endorment soulagés, mais au petit matin Jackson a disparu. Croyant gagner l'amour d'un père qui le rejette, il est retourné auprès de lui et a trahi sa mère et sa sœur en révélant l'adresse du motel. Amy comprend que si elle veut assurer sa sécurité et celle de Lydia, elle va devoir abandonner son fils. Jackson, de son côté, doit désormais se débrouiller seul, tiraillé entre la recherche désespérée de l'amour paternel, sa culpabilité et sa difficulté à gérer son homosexualité naissante.


- Dernière saison dans les rocheuses
de Shannon Burke
Éditions 10-18 / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

En 1820, aux Amériques, le commerce des fourrures est un moyen périlleux de faire fortune. À peine le jeune William Wyeth s'est-il engagé auprès de la compagnie de trappeurs la plus téméraire de l'État qu'il manque de se faire tuer. Il découvre alors la force des liens entre les hommes, dont la survie ne dépend que de leur solidarité. Chasse au bison, nuits passées à dormir sur des peaux de bête, confrontations aux forces de la nature ou aux tribus indiennes, la vie de trappeur est rude, mais William a soif d'aventures. Il a quitté sa famille pour le grand Ouest, sauvage et indompté. Il devra réunir plus de courage et d'habileté qu'il ait jamais cru avoir pour en sortir vivant.


- Des souvenirs américains
de Michaël Collins
Éditions 10-18 / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

En 2008, alors que les États-Unis sont plongés dans un chaos économique et social, Norman Price assiste à un effondrement bien plus personnel. Après la mort aussi soudaine que violente de ses parents, il doit gérer sa rupture difficile avec son compagnon, Kenneth. À des kilomètres de là, au Canada, Nate Feldman, veuf esseulé, exilé depuis quarante ans et souffrant encore de la mort de son épouse, ne semble plus rien attendre de la vie. Au cœur d'un univers ébranlé et incertain, Michaël Collins tisse avec empathie et virtuosité les liens qui unissent deux êtres qui ne savaient rien de leur passé commun.


- Double fond
de Elsa Osorio
Éditions Métailié / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Qui est Juana? Une militante révolutionnaire qui a trahi? Une mère qui échange sa vie contre celle de son enfant? Ou la prisonnière d'un cauchemar qui tente de survivre? Une femme, médecin sans histoire, est retrouvée noyée près de Saint-Nazaire. La jeune journaliste locale ne croit pas à la thèse du suicide et remonte le fil: elle découvre l'horreur de la dictature argentine, et un étrange échange de mails entre un jeune homme en colère et une femme qui a bien connu cette période. Parallèlement, une mère raconte à son fils pourquoi il a dû grandir sans elle. Perdue dans les marécages de la dictature militaire, cette militante révolutionnaire a échangé sa liberté contre la vie de son enfant et accepté de collaborer avec la dictature, en particulier au Centre pilote de Paris. Traître aux yeux de tous, avec la survie pour seul objectif, elle va disparaître. Elsa Osorio construit un kaléidoscope vertigineux et bouleversant. Les péripéties s'enchaînent, haletantes: tortionnaires mafieux, violence, passion amoureuse, habileté à jouer avec les identités clandestines, dans un intense suspense psychologique. L'auteur de Luz ou le temps sauvage atteint ici le sommet de son art de romancière profonde et habile.


- Du sang sur les mains
de Matt Kindt
Éditions Monsieur Toussaint Louverture / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

À Diablerouge, à la frontière avec le Canada, dans les années 1960, le célèbre Inspecteur Gould se trouve confronté à une vague de criminels singuliers sévissant dans sa ville: une voleuse de chaises proustiennes, un pickpocket amnésique, un don juan aux mille visages… Saura-t-il résoudre toutes ces affaires? Décèlera-t-il les liens entre elles? Comprendra-t-il que, dans l'ombre, un être diabolique arme patiemment un piège destiné à l'anéantir, lui et ses idéaux? Matt Kindt porte un regard lucide et plein d'empathie sur des criminels qui, à travers leurs méfaits, cherchent davantage un sens à la vie qu'à s'enrichir. Roman graphique machiavélique et irrésistible jeu de piste livrant une réflexion sur l'art et la morale.


- Eliza et ses monstres
de Francesca Zappia
Éditions Robert Laffont / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fi lle timide, intelligente, un peu étrange et... qui n'a pas d'amis. Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire. Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star. Mais Eliza ne peut s'imaginer aimer le monde réel plus qu'elle n'aime sa communauté numérique. Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d'être vécue hors ligne.


- Et mon luth constellé
de Ariane Schreder
Éditions Héloïse d'Ormesson / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ariane Schréder explore les traumatismes de l'enfance et la magie des livres. Dans une douce mélancolie, son héroïne retrouve la force d'une amitié qu'elle avait crue disparue à jamais. Louise vient d'apprendre la mort d'Iris. Elle part se réfugier dans son village natal, au creux des Pyrénées, abrité par un château Cathare. Elle avait promis de tenir la petite boutique de ses parents durant l'été et pourtant la mort d'Iris la hante. En retournant dans le hameau de son enfance, Louise replonge dans l'histoire de cette amitié qui l'a construite et l'a déchirée. Iris était arrivée au village une nuit d'été, jeune femme charismatique, qui avait décidé de poser ses valises pour quelques temps. Comédienne, elle avait fait revivre la librairie (du chat qui dort) et son propriétaire, vieil ours pétri de chagrin. Sa venue avait transformé le petit village montagnard, se liant d'amitié avec les uns et les autres et prenant Louise, enfant de dix ans, sous son aile comme une grande sœur. Ses lectures dans l'unique café étaient devenues le rendez-vous immanquable des habitants. Et pourtant, un jour sans dire au-revoir, alors que la petite Louise était hospitalisée, elle était partie, presque en cachette. Laissant derrière elle les cours gros et l'incompréhension d'une enfant, qui croyait-elle, avait été abandonnée.


- Evangelia
de David Toscana
Éditions Zulma / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Et voilà qu'Il éprouvait à présent une passion bien humaine: de la colère mêlée à l'envie de rejeter ses propres fautes sur les autres. C'est qu'après avoir béni tant de membres de son peuple en leur accordant des fils uniques ou des premiers-nés mâles, après avoir donné à Jacob treize enfants, dont douze garçons, il se trouvait que Lui avait eu une fille".
Voilà ce qui arrive quand on ne fait pas les choses soi-même et qu'on envoie un ange jouer les marieuses. Ainsi naquit Emmanuelle, fille de Dieu, dont la vie promet de ne pas être un long fleuve tranquille. Il va lui falloir faire ses preuves auprès de son irascible Père qui est aux cieux, s'imposer en icône révolutionnaire à Jérusalem pour que les prophéties s'accomplissent, malgré l'inénarrable misogynie ambiante et les embûches semées par son frère cadet, Jacob, bientôt connu sous le nom de Jésus. C'est donc ainsi que la Sainte Trinité devient Tétrade, et que Dieu, dans tout ça, y perd sacrément son latin. Ce roman est un pari fou relevé avec un talent inouï, un monument irrésistible d'érudition et d'humour.


- Garder la tête hors de l'eau
de Nicolaia Rips
Éditions 10-18 / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Si les plus célèbres résidents du Chelsea Hotel à New York, Andy Warhol, Leonard Cohen ou encore Patti Smith, ne hantent plus ses couloirs depuis longtemps, l'atmosphère festive de ce lieu mythique est demeurée intacte. Fille d'un avocat devenu romancier et d'un ancien mannequin, Nicolaia Rips a grandi dans cet écrin d'artistes et d'originaux. Elle-même différente des autres enfants, ses tentatives maladroites d'intégration se soldent systématiquement par des échecs fracassants. Et si son principal talent, celui de porter des toasts, fait la fierté de son père, il se révèle peu utile pour nouer des amitiés. C'est donc tout naturellement dans la faune excentrique du Chelsea Hotel qu'elle va trouver sa véritable famille. Avec candeur et humour, Nicolaia Rips livre le récit haut en couleur de son enfance si singulière.


- Juste après la vague
de Sandrine Collette
Éditions Denöel / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une petite barque, seule sur l'océan en furie. Trois enfants isolés sur une île mangée par les flots. Un combat inouï pour la survie d'une famille. Il y a six jours, un volcan s'est effondré dans l'océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et sœurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n'y a plus qu'une étendue d'eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île. Et l'eau recommence à monter. Les parents comprennent qu'il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l'aide. Mais sur leur barque, il n'y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants. Une histoire terrifiante qui évoque les choix impossibles, ceux qui déchirent à jamais. Et aussi un roman bouleversant qui raconte la résilience, l'amour, et tous ces liens invisibles mais si forts qui soudent une famille.    


- L'atelier des souvenirs
de Anne Idoux-Thivet
Éditions Michel Lafon / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Lorsqu'elle hérite de la maison de sa grand-mère dans la Meuse, Alice décide de quitter sa vie de thésarde parisienne qui ne mène nulle part et de s'installer à la campagne. Elle se lance alors dans l'animation d'ateliers d'écriture dans deux maisons de retraite. Suzanne, Germaine, Jeanne, Élisabeth, Georges, Lucien… les anciens dont elle croise la route sont tous plus attachants les uns que les autres. Au fil des séances d'écriture, les retraités dévoilent des bribes de leur passé et s'attachent à la jeune femme, dont ils devinent la solitude. Bien décidés à lui redonner le sourire, la joyeuse bande de seniors se donne pour mission de l'aider à trouver l'amour.


- L'émir
de Saïdeh Pakravan
Éditions Belfond / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Auteur de récits de voyages, Virginie Page se retrouve de façon inattendue au coeur d'un conflit majeur qui marquera les décennies à venir. À l'été 1990, alors qu'elle doit rencontrer Saddam Hussein, elle apprend que le dictateur irakien se prépare à envahir le Koweït. Dans le cadre des entretiens menés pour son ouvrage traitant de l'islam dans les pays arabes, Virginie rencontre l'émir d'Osmanie, Khaled Hourani, un personnage sortant de l'ordinaire. Entre les grondements des tanks de Saddam et des avions américains, se noue entre eux une histoire destinée à durer. Ils sont tous deux conscients des enjeux de leur époque et si leurs discussions passionnées tournent autour de la façon dont chacun emplit la vie de l'autre, elles portent aussi sur l'islam radical qui a fait du choc des civilisations une réalité et rendu notre monde terrifiant. À travers la rencontre de deux individus que rien n'oppose si ce n'est leur appartenance à des cultures différentes, à travers leur parcours dans la période qui a vu le clan Bush et ses alliés du Moyen-Orient déstabiliser l'ordre mondial, Saïdeh Pakravan nous offre un roman d'une intelligence époustouflante sur la genèse d'une des confrontations les plus dangereuses de notre époque.


- L'enfant de mon mari
de Deborah O'Connor
Éditions Presses De La Cité / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Heidi et Jason ne forment pas un couple ordinaire: elle a perdu sa petite fille, il cherche désespérément son fils, Barney, enlevé cinq ans plus tôt. Ces drames les ont rapprochés. Un jour, en déplacement pour son travail, Heidi aperçoit dans une arrière-boutique un garçon qui pourrait bien être Barney. Emmené sur place, Jason refuse d'y croire. Mais Heidi n'en démord pas. L'intuition vire à l'obsession, et la jeune femme se plonge dans une enquête qui fragilise son couple. Jason lui cache-t-il quelque chose? L'impossible deuil de sa fille a-t-il rendu Heidi paranoïaque? À qui peut-elle se fier? Mais surtout, qui est cet homme trouble qui accompagne le petit garçon partout? Une adrénaline de chaque instant, jusqu'au dénouement, dérangeant et moite.


- La fêlure
de Kate McNaughton
Éditions Les Escales / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ce livre raconte l'histoire d'Eva et Adam. Une histoire qui s'achève dès les premières pages. Quand Eva et Adam reviennent d'une fête et se couchent, épuisés mais heureux, ils pensent avoir la vie devant eux. Pourtant, leur histoire d'amour s'achève brusquement. Que faire alors des confidences, de la tendresse, des non-dits et des liens tissés quand l'autre n'est plus? Eva vit dans les souvenirs, hantée par les questions demeurées en suspens. Parmi elles, une ne cesse de revenir: pourquoi Adam allait-il si souvent à Berlin, cette ville où, fille d'une réfugiée d'Allemagne de l'Est, elle avait toujours refuser de se rendre? Eva, qui pensait connaître son mari et leur mythologie commune, décide de gagner la capitale allemande. En se penchant sur les zones d'ombre de son couple, elle va découvrir les fêlures de sa propre histoire familiale. Un premier roman lumineux et sensible, d'une grande profondeur.


- La femme est un dandy comme les autres
de Alister
Éditions Fayard / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Pourquoi le mot "dandy" serait-il réservé aux hommes? L'histoire de cette mouvance d'origine anglo-française apparue vers 1800 montre que ce sont les hommes qui en ont posé les bases. Mais, près de deux siècles plus tard, n'est-il pas nécessaire de leur présenter celle qu'ils n'ont jamais vraiment reconnue: la "Lady Dandy"? Car aucun de ce qu'on pourrait appeler les "dandy commandements", élégance formelle, esprit, anticonformisme et surtout le fameux je-ne-sais-quoi, cette arme secrète qui permet de rester insaisissable, n'échappe aux compétences féminines. Des salons parisiens aux cocktails new-yorkais, de Sarah Bernhardt à Dorothy Parker en passant par Marlène Dietrich, de l'art de porter le pantalon à celui de faire scandale, du sens de la répartie aux mille et une façons de claquer son argent, ce livre démontrera que, oui, décidément, les femmes savent y faire.


- La fissure
de Jean-Paul Didierlaurent
Éditions Au Diable Vauvert / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dernier représentant d'une entreprise de nains de jardin rachetée par une holding américaine, Xavier Barthoux mène une vie bien rangée entre la tournée de ses clients, son épouse, son chien et sa résidence secondaire des Cévennes. Mais quand il découvre une fissure dans le mur de sa maison, c'est tout son univers qui se lézarde. Animé par une unique obsession, réparer la fissure, il entreprend un périple extrême et merveilleux jusqu'à l'autre bout du monde.


- Le rendez-vous
de Jean Lesieur
Éditions Du Toucan / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Un roman contemporain aux forts accents de vérité, où le lecteur pourrait bien reconnaître des hommes et des femmes politiques actuels. Une intrigue où se croisent quatre personnages qui partagent des secrets, journalistes et "grands serviteurs de l'État" dont les vies sont largement mêlées. Peut-être comme dans la réalité. De la jungle politico-médiatique de Paris aux collines du Vermont et de la Nouvelle-Angleterre, entre les emportements d'un vieux jeune homme naïf et les sauvages réalités d'une société au bord du gouffre -la nôtre-, une histoire d'amour et de mort, de rêves nobles et souvent fracassés.


- Les poésies d'amour
de Thomas Hardy
Éditions Circé / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Lorsque Emma Lavinia Gifford, épouse Thomas Hardy, décède le 27 novembre 1912, le couple qu'elle forme avec le célèbre romancier et poète, est depuis plusieurs années marqué par la maladie d'Emma, sa réclusion, la défiance mutuelle, le silence, l'indifférence apparente de Thomas, la séparation physique dans la maison de Max Gate. Une femme, Florence Dugdale, existe dans la vie de Hardy: elle deviendra sa deuxième épouse. Pourtant, le décès d'Emma, que le poète conçoit comme imprévu et brutal, elle n'a même pas proféré d'Au-revoir, va précipiter la composition de ses Poèmes d'amour à Emma, que Claire Tomalin décrit comme des "Élégies inattendues". Lui qui ne lui parlait plus de son vivant, et semblait si singulièrement indifférent à son état, ne va cesser de l'interpeller sur le mode du "te souvient-il", de revisiter par la poésie les lieux chéris de leurs randonnées et promenades communes dans cette contrée du Wessex mythique explorée dans les romans. L'évocation de la façade Atlantique, avec ses falaises et ses promontoires, le dispute à celle des chemins, routes et chemins familiers qu'ils empruntaient ensemble. Chez cet écrivain qu'admirait Proust et contemporain de Henry James, c'est tout un processus de remémoration qui se met en place, visant à reconstruire l'image d'Emma disparue à travers des instantanés de souvenirs vivaces. À force de l'interpeller, le poète finit par faire parler Emma d'outre-tombe, et faire entendre la voix fantomatique de celle qui se définit elle-même comme "Celle Qui Hante".


- Livre(s) de l'inquiétude
de Fernando Pessoa
Éditions Christian Bourgois / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

C'est à Teresa Rita Lopes, spécialiste reconnue de Pessoa, et professeur des universités, que l'on doit le nouveau texte du magnum opus de Pessoa, composé à partir de trois auteurs parfaitement différenciés, menant chacun leur propre vie. Aux côtés des fragments de Vicente Guedes et de Bernardo Soares s'alignent désormais ceux du baron de Teive, conformément au souhait de Pessoa lui-même: peu avant sa mort, il les avait inclus dans le dossier (qui se trouve à la Bibliothèque nationale de Lisbonne) où il réunissait le matériel destiné au livre de sa vie. Le lecteur accompagne, sans les confondre, les trois monologues, et en imagine l'interaction non sans étendre le dialogue à Fernando Pessoa lui-même. On doit considérer que chacune des trois voix, ces "lunes jumelles" de la planète Pessoa selon Teresa Rita Lopes, a sa musique propre, qui les différencie et les caractérise: la "prose" et le style recherché chez Guedes, la retenue, voire l'austère pudeur chez Teive, les divagations ironiques chez Bernardo Soares.


- Né un mardi
de John Elnathan
Éditions Métailié / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dantala vit dans la rue avec les voyous de Bayan Layi, fume la wee-wee sous le baobab, fait le coup de poing pour le Petit Parti. Souvent, les bagarres tournent mal mais, comme on dit, tout ce qui arrive est la volonté d'Allah. Un soir d'émeutes, pris en chasse par la police, il doit s'enfuir. Sans famille, il trouve refuge à Sokoto auprès d'un imam salafiste. Il apprend l'anglais avec son ami Jibril, tombe amoureux, psalmodie l'appel à la prière, lit tout ce qu'il peut. Le gamin naïf mais curieux découvre l'étendue de ses contradictions et la liberté de la pensée, et gagne sa place et son nom dans un monde chaotique et violent. Alors que les tensions entre communautés ne cessent de croître, un imam irascible fait sécession et part à la campagne fonder une secte extrémiste. Loin de l'exotisme et du tiers-mondisme bien-pensant, Elnathan John nous emmène dans une région dont on ignore presque tout: harmattan, poussière des routes, vendeurs de koko, et le goût du dernier morceau de canne à sucre, le meilleur. On brandit des machettes, on assiste à des matchs de lutte, on prend toutes sortes de transports, on marche, on court, on aime, on est Dantala de bout en bout, passionnément. Un formidable roman d'apprentissage, sensible et poignant, dont on sort complètement retourné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 18 Jan - 16:13

- Place Oberdan à Trieste
de Boris Pahor
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

"C'était l'époque de l'essor économique et culturel slovène, ce qui ne faisait l'affaire ni de la municipalité de Trieste ni de certains milieux nationalistes, c'est pourquoi l'avenir de la ville ne s'annonçait pas radieux. Néanmoins les Slovènes de Trieste avaient fondé de nombreuses institutions et ils se défendaient aussi si quelque bande fanatique s'attaquait à eux au retour d'un de leurs cercles de lecture. Guglielmo, blond, élancé, de nature réservée, enleva le k final de son nom de famille et se mit à fréquenter les irrédentistes. Il ne s'adonna probablement pas à leurs rixes urbaines, il s'inscrivit à l'École polytechnique de Vienne et fut bientôt appelé au service militaire. Ne voulant pas servir sous les ordres de la capitale autrichienne haïe, il jeta son uniforme aux orties et franchit la frontière. Psychiquement instable, il était obsédé par une seule idée, comment réveiller le cœur de Trieste et allumer chez ce peuple commerçant la flamme de la révolte? Il voulait se sacrifier, donner l'exemple, scandaliser si nécessaire; et au moment de son arrestation à Ronchi, il répéta avec ostentation que sa bombe était bien destinée à l'empereur François Joseph qui devait venir à Trieste en 1 882. Il l'affirma encore résolument devant le tribunal afin d'être condamné comme, en quelque sorte, un coupable qui aurait déjà lancé la bombe. Oui, voilà des choses bien connues, me disais-je tout en constatant que ma façon de voir ce jeune homme avait changé. Il est vrai qu'il avait abandonné sa consonne finale, me disais-je, mais il n'avait pas pu rejeter, avec elle, ce qui était archétypique dans la lignée de Jozefa Marija, cette tendance à l'idéalisme et à la recherche de l'universalité. Le jeune homme avait transmis l'aspiration de la petite communauté maternelle à dépasser son cadre étroit à un groupe de fanatiques qui rêvaient de liberté et luttaient contre le puissant empire. C'est ainsi que dans la crypte qui lui est dédiée, là où la corde a serré sa nuque, il y a la statue d'un homme nu qui est un martyr pour la communauté italienne et, pour la communauté slovène, un cas typique de ses nombreuses pertes, tragiques et pitoyables à la fois. J'ai évidemment pensé à Franc Kavs, un jeune homme de Tolmin, à sa ceinture bourrée d'explosifs, qui aurait dû libérer la population de la dictature fasciste lors de la visite de Mussolini; mais Kavs avait un idéal de liberté bien différent. Il ne fut pas pris avant l'attentat, il y renonça de lui-même car l'explosion aurait ôté la vie à des écoliers venus saluer le grand chef. Malgré cet acte profondément éthique, Kavs fut condamné à mort puis gracié; mais le juge italien, comme avant lui son collègue autrichien, le condamna ensuite sur sa seule intention". Boris Pahor, chantre de la mémoire slovène, évoque à travers ces nouvelles inédites les actes de résistance tantôt frappants tantôt subtils, les souffrances passées inaperçues et les gestes d'amour de quelques héros anonymes.


- Une bobine de fil bleu
de Anne Tyler
Éditions 10-18 / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ils se croyaient uniques: c'était peut-être la preuve supplémentaire que les Whitshank étaient une famille comme les autres. Abby Whitshank est mère de cinq enfants devenus adultes. Elle excelle à les rassembler tous autour d'un repas ou d'une conversation. Pourtant, si aujourd'hui tous les enfants sont de retour à Baltimore, c'est parce que Abby les inquiète par ses comportements étranges et ses pertes de mémoire. Le cœur de la famille Whitshank semble battre de travers. Même Denny, le fils rebelle, s'en émeut. Avec humour et mélancolie, Anne Tyler recompose le drame doux-amer d'une famille qui se croyait plus heureuse que les autres. Elle l'était, c'est vrai, mais au prix de mille petits arrangements avec la réalité.


- Une vie meilleure
de Rachel Rhys
Éditions Denöel / 18 janvier 2018


Le Titre du Roman

Juillet 1939, Lilian Shepherd, vingt-cinq ans, embarque sur un paquebot à destination de l'Australie, laissant derrière elle un pays sur lequel plane l'ombre de la guerre. Le navire est rempli de passagers venus d'horizons les plus divers, mais tous partagent un désir commun: repartir de zéro sur ce nouveau continent. Pour une jeune femme à l'existence plutôt terne jusqu'alors, c'est un voyage magique. Il y a un orchestre à bord, des bals costumés pour tous, et Lily n'a de comptes à rendre à personne. Elle découvre à chaque escale des lieux qui n'étaient pour elle que des noms mythiques, Naples, Le Caire, Ceylan, et se lie avec des passagers qui, d'ordinaire, n'auraient pas daigné la regarder. Des amitiés se tissent, des amours naissent… Mais les paillettes peuvent cacher de lourds secrets, et Lily s'aperçoit peu à peu qu'elle n'est pas la seule à fuir son passé. Dans ce microcosme où les normes sociales sont bouleversées et où l'imminence de la guerre renforce les préjugés, tous les éléments sont réunis pour que le rêve tourne au drame. Une chose est sûre, la vie de Lily s'en trouvera changée à jamais.


- Celle qui racontait des histoires d'amour
de Friedrich Christian Delius
Éditions Fayard / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Marie mène à Francfort une vie paisible de mère de famille, loin des remous de la fin des années soixante. Décidée à s'atteler au projet d'écriture romanesque qu'elle porte depuis longtemps, elle part à La Haye enquêter sur la romance entre Guillaume Ier d'Orange et une danseuse étoile berlinoise, ses lointains aïeuls. Au cours de son voyage, ce ne sont pas une mais trois histoires d'amours contrariées, nouées en des temps troublés, qui surgissent: l'idylle secrète entre Guillaume d'Orange et sa danseuse, l'amour âpre des parents de Marie, elle, héritière de la bourgeoisie allemande, lui, capitaine sous-marinier pendant la grande guerre; sa propre histoire enfin, avec Reinhard, retenu cinq ans prisonnier par l'armée soviétique au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Au fil de son récit, Marie la conteuse, Marie l'écrivain apprend à se libérer des blessures, humiliation, culpabilité, mésalliance, héritées de l'histoire nationale et familiale. À travers cette saga intergénérationnelle, Friedrich Christian Delius, une des grandes voix de la littérature allemande contemporaine, livre un récit poétique d'une grande sensibilité.


- Dans l'utérus du volcan
de Andrea Genovese
Éditions Nadeau / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Vanni, écrivain italien résident en France, revient dans sa Sicile natale avec sa femme lyonnaise pour recevoir un Prix de poésie chrétienne richement doté et décerné par un ponte de la Mafia. Sous l'influence de l'Etna toujours prêt à s'enflammer, l'apparition de la pulpeuse Lilina va provoquer l'éruption des sens du poète et mettre à mal l'équilibre du couple. Dans une ambiance de polar, qui peut faire penser à l'écrivain sicilien Leonardo Sciascia, l'auteur nous entraîne, sous la violence d'un été torride, des Îles Éoliennes à l'Etna, dans l'agonie d'un monde refermé sur lui-même. Nostalgie, sensualité effrénée, mythologie, l'écriture éclate comme une éruption volcanique.


- Exit west
de Mohsin Hamid
Éditions Grasset & Fasquelle / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une grande ville au bord de la guerre civile, quelque part au Moyen-Orient. Saïd y rencontre Nadia, une jeune femme indépendante, sensuelle et déterminée. Jour après jour, les explosions, les échanges de tirs et les points de contrôle sauvages transforment un peu plus la vie des habitants en enfer. Nadia et Saïd doivent se cacher pour vivre leur passion naissante, mais l'escalade de la violence finit de les transformer en prisonniers et les pousse à tout tenter pour partir, jusqu'à emprunter l'une de ces portes mystérieuses dont on dit qu'elles ouvrent sur l'Occident. Avec cette histoire d'amour poignante sur fond d'exil et de crise migratoire, Mohsin Hamid nous prouve par son inventivité de conteur qu'un sujet d'actualité n'exclut pas la poésie ni même la magie. Une fable contemporaine et intemporelle.


- Habiletés sociales
de Camille Cornu
Éditions Flammarion / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

"J'ai grandi dans un foyer, ça s'appelait l'assistance sociale à l'enfance, moi je dis le foyer des enfants abandonnés, mais les gens qui l'ont nommé préféraient mettre l'accent sur leur propre rôle".
À dix-huit ans, la narratrice se dirige douloureusement vers l'âge adulte. Elle découvre qu'on peut se retrouver à la rue, qu'elle n'était que de passage dans son foyer ou à l'hôpital, qu'elle croyait immuables. Lorsque l'hôpital vous déclare inadapté, ou "Hors-Saveur" comme elle choisit de le traduire, être un adulte "officiel" semble d'autant plus difficile. Pourtant, elle s'acharne à suivre les séances d'"Entraînement aux Habiletés Sociales" dans l'espoir de trouver sa place dans la société. Traduire le monde qui l'entoure et renommer les choses devient une façon de s'inventer un espace dans lequel survivre, forger un langage qui deviendra, avec l'humour et l'amitié, une arme de résistance.


- Holocauste
de Laurence Rees
Éditions Albin Michel / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

"De loin le livre le plus éclairant jamais écrit sur l'Holocauste, mais aussi le meilleur pour comprendre les origines du projet, son caractère aberrant, autant que son déroulement chaotique". Antony Beevor


- L'amour après
de Marceline Loridan-Ivens et Judith Perrignon
Éditions Grasset & Fasquelle / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Le téléphone sonne. C'est Charlotte qui m'appelle d'Israël. Nous étions dans la même classe à Montélimar. Elle a été arrêtée après moi, mais je ne l'ai pas croisée à Birkenau.
- Qu'est-ce que tu fais en ce moment? demande-t-elle.
- Je travaille sur l'amour.
Un silence alors, comme si le mot amour s'égarait, se cognait dans sa tête. Elle ne sait qu'en faire.
- L'amour au camp ou quoi?
- Après les camps.
- Ah, c'est mieux. L'amour au camp, j'en ai pas vu beaucoup".
Comment aimer, s'abandonner, désirer, jouir, quand on a été déportée à quinze ans?
Retrouvant à quatre-vingt-neuf ans sa "valise d'amour", trésor vivant des lettres échangées avec les hommes de sa vie, Marceline Loridan-Ivens se souvient. Un récit merveilleusement libre sur l'amour et la sensualité.


- L'attrape-souci
de Catherine Faye
Éditions Mazarine / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Décembre 2001. Lucien, onze ans, vient d'arriver à Buenos Aires avec sa mère. Dans une librairie, il est captivé par de mystérieuses petites boîtes jaunes. Dedans, de minuscules poupées. Selon une légende, si on leur confie ses soucis avant de s'endormir, le lendemain, ils se sont envolés. Le temps qu'il choisisse son attrape-souci, c'est sa mère qui s'est envolée. Disparue. Lucien part à sa recherche. Se perd. Au fil de ses errances, il fait des rencontres singulières. Cartonniers, prostituées, gamins des rues avec qui il se lie, un temps. Et grâce à qui, envers et contre tout, il se construit, apprend à grandir. Autrement. Rebaptisé Lucio par ses compagnons de route, cet enfant rêveur et déterminé incarne ce possible porte-bonheur que chacun a en soi.  


- La désertion
de Emmanuelle Lambert
Éditions Stock / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Le premier jour d'absence il était descendu à l'heure du déjeuner pour l'attendre dans le parc, caché derrière l'arbre d'où il observait la sortie de ses subordonnés. Il avait ensuite vérifié les registres de la badgeuse. Aucune trace d'elle". Un jour, Eva Silber disparaît volontairement. Pourquoi a-telle abandonné son métier, ses amis, son compagnon, sans aucune explication? Tandis que, tour à tour, ses proches se souviennent, le fait divers glisse vers un récit inquiétant, un roman-enquête imprévisible à la recherche de la disparue.


- LaRose
de Louise Erdrich
Éditions Albin Michel / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dakota du Nord, 1999. Un vent glacial souffle sur la plaine et le ciel, d'un gris acier, recouvre les champs nus d'un linceul. Ici, des coutumes immémoriales marquent le passage des saisons, et c'est la chasse au cerf qui annonce l'entrée dans l'automne. Landreaux Iron, un Indien Ojibwé, est impatient d'honorer la tradition. Sûr de son coup, il vise et tire. Et tandis que l'animal continue de courir sous ses yeux, un enfant s'effondre. Dusty, le fils de son ami et voisin Peter Ravich, avait cinq ans. Ainsi débute le nouveau roman de Louise Erdrich. L'auteur continue d'y explorer le poids du passé, de l'héritage culturel, et la notion de justice. Car pour réparer son geste, Landreaux choisira d'observer une ancienne coutume en vertu de laquelle il doit donner LaRose, son plus jeune fils, aux parents en deuil. Une terrible décision dont Louise Erdrich, mêlant passé et présent, imagine avec brio les multiples conséquences.  


- Le choix d'Edith
de Edith Eger
Éditions JC Lattès / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

À 16 ans, Edith Eger est déportée à Auschwitz avec sa famille. Repérée par Joseph Mengele, elle est choisie pour rejoindre la troupe de danseuse du camp. Elle survivra et réussira avec le temps à transformer le choc de l'horreur en formidable énergie de vie au service des traumatisés de l'existence: soldats en plein chaos, femmes battues ou violées, enfants en profonde souffrance. La vie du Dr Eger est une succession de choix pour s'échapper de son passé. Elle s'installe aux États-Unis en 1947, suit des études de psychologie pour comprendre le moteur de sa survie et celui des monstres qu'elle a fréquentés, choisit de donner la vie alors que les médecins le lui interdisent, s'occupe de grands blessés de la vie pour leur insuffler l'extraordinaire énergie et volonté qu'elle s'est forgée. Comment aider ses patients à faire le choix de la vie, de la reconstruction, c'est tout l'enjeu de la mission que le Dr Eger s'est donnée et qu'elle restitue dans cet ouvrage à partir de nombreux témoignages profondément émouvants de patients qu'elle a soignés et pour certains sauvés.


- Le roi, Donald Duck et les vacances du dessinateur
de Patrick Roegiers
Éditions Grasset & Fasquelle / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

- Vous avez le permis pour regarder le lac?
- C'est combien?
- 50 francs suisses.
- Ce n'est pas donné.
- Tout se paye.
- On l'a noté.
- Pas de sous, pas de Suisse.
- Quel beau pays.
Hergé, le père de Tintin, et Léopold, le roi des Belges, se rencontrent au bord du lac Léman, en juillet 1948. L'un est en dépression, l'autre en exil. Ils sont les protagonistes d'un film où ils jouent leur propre personnage et qui se tourne à mesure que le roman s'écrit. La distribution comprend Marlene Dietrich, Humphrey Bogart et Ava Gardner notamment, mais aussi Tex Avery, Walt Disney et Harold Lloyd. Le film est dans le roman, le roman est dans le film. Un livre vraiment original, drôle, inattendu, mordant et sarcastique, où la virtuosité s'allie à la plus haute fantaisie.


- Les flamboyantes
de Robin Wasserman
Éditions Fayard / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Battle Creek, 1991. Hannah Dexter est une jeune fille sage et solitaire, cible des sarcasmes de ses camarades de classe. Jusqu'au jour où le meneur de l'équipe de basket est retrouvé au fond des bois avec une balle dans le crâne et un revolver à la main. Cette tragédie, qui ébranle toute la ville, rapproche Hannah de Lacey, la nouvelle du lycée. Bientôt, Lacey et Hannah se jettent corps et âme dans les méandres d'une amitié exclusive, violente et toxique. Se croyant invulnérables, ces filles incandescentes, éprises de rébellion, s'enchantent du chaos qu'elles sèment derrière elles. Mais Lacey traîne un lourd secret qui menace de bouleverser leur amitié.


- Pour Siri avec amour
de Judith Newman
Éditions JC Lattès / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tout a commencé quand Gus, un garçon de treize ans atteint d'autisme, a découvert une entité virtuelle capable de lui fournir des informations relatives à ses diverses obsessions (les trains, les avions, les escalators et la météo), mais aussi d'engager avec lui un pseudo discussion, sans jamais se lasser. Cet interlocuteur s'appelait Siri et logeait dans l'iPhone de sa mère. À travers des épisodes tour à tour drôles, poignants et inspirants, Judith Newman nous conte son expérience avec cet enfant exceptionnel. Du plus charmant (l'insistance de Gus à emporter avec lui son iPad à l'Apple Store, "comme ça il peut rendre visite à ses amis"), du plus douloureux (s'entendre suggérer de mettre son fils de six ans sous traitement médicamenteux). Pour Siri avec amour nous ouvre les yeux sur la magie et les défis d'une vie qui sort de l'ordinaire. C'est aussi un hommage à la technologie. À une époque où l'on s'inquiète de voir les gadgets électroniques nous abrutir, elle révèle qu'ils peuvent offrir une voix à certains, notamment les enfants autistes.


- Quichotte, autoportrait chevaleresque
de Éric Pessan
Éditions Fayard / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

S'est-on jamais demandé ce que ferait Don Quichotte aujourd'hui? Accablé par les nouvelles venues des quatre coins du monde, toutes plus terribles les unes que les autres, l'auteur de ce livre ne trouve de consolation que dans la littérature. Là se trouve l'ultime façon de résister au monde tel qu'il est. Là se trouvent les héros. Là se trouve le fabuleux chevalier à la triste figure, que l'auteur invite à revenir parmi nous. Notre triste époque ne fourmille-t-elle pas d'éplorés à protéger, de torts à redresser? Et si, mieux encore que la consolation, de la littérature venait le salut?


- Qui suis-je ?
de Thomas Gornet
Éditions Le Rouergue / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Qui est donc Vincent? Il ne le sait pas lui-même. Comme tant d'autres ados, il a du mal à trouver sa place parmi les autres collégiens et à comprendre ses émotions. Notamment quand débarque un nouveau, Cédric, un sportif, lui. Il va lui falloir une année de 3e pour prendre conscience de son homosexualité. Ce bref roman touche par sa profondeur, son humour, sa finesse, en évitant tous les clichés.


- Revers
de Dominique Quélen
Éditions Flammarion / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

La nuit. Belle leçon d'art et de beauté. On l'inflige à un oiseau? Comme à l'objet dont la fuite et le fin gazouillis de joie ont un son égal. Quel vol? Quel cri est-ce? C'est une rage qu'il faille le dire dans ce poème. L'ai-je mis en ordre? Il est naturel d'oser des visions de choses diurnes sur des choses nocturnes. Des jours. Naturel d'oser l'ordre de dissiper l'obscurité dans chaque faille. L'oiseau a une limite. Il est enragé en vol. Le mur du son. Énorme. Et de la nuit la fin est prévue. La voici. C'est à toi. Un oiseau ou toi avez l'opportunité de tirer la leçon alors tire-la.


- Sexe
de Christophe Donner
Éditions Grasset & Fasquelle / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ce magnifique roman peut se lire comme une sorte de "Recherche du sexe perdu" contemporain, miniaturisé et recomposé. Premier mouvement, une manière de "Temps retrouvé" dans une veine comique: les symptômes d'un écrivain hypocondriaque qui finit par se rendre vraiment malade de ne pas parvenir à achever son roman Sexe commencé il y a vingt ans. Flashback "du côté de chez Moïse", de Sodome et de Gomorrhe: la rencontre avec Moïse, un jeune Mexicain avec lequel Christophe va traverser mille et une nuits de stupre et de luxure dans les boxons de Mexico, avant de ramener son trophée aztèque à Paris pour le "sauver". Succèdent "Le prisonnier" et "Moïse disparu": l'amour-passion dans la claustration, la trahison, la jalousie, la rupture, le désamour… Seul, libre et dévasté, Christophe rencontre une femme. Un autre amour, une autre sexualité: voici soudain, contre toute attente, "Le côté de Dora". Un corps de femme à découvrir, un mariage, une famille libanaise, une mère bigote qu'il faut emmener se faire bénir par la Pape… et les souvenirs de la prime adolescence qui resurgissent, avec les amis d'enfance détruits par leur ogre de père pervers. Des backrooms de Mexico à Saint-Pierre de Rome, du crime pédophilique originel à la castration symbolique de l'écrivain valétudinaire, de Moïse à Dora, le sens de cette épopée tient tout entier dans un mot sans article et sans adjectif, qui mène le monde: Sexe.


- Tout le pouvoir aux soviets
de Patrick Besson
Éditions Stock / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Marc Martouret, jeune banquier né d'une mère russe antisoviétique et d'un père communiste français, porte en lui ces deux personnes énigmatiques dont on découvrira les secrets tout au long du roman qui nous emmène du Paris de Lénine en 1908 au Moscou de Poutine en 2015, ainsi que dans l'URSS de Brejnev pour le cinquantième anniversaire d'octobre 17. L'épopée révolutionnaire, ses héros et ses martyrs, ses exploits et ses crimes, ses nombreuses ambiguïtés, sont ressuscités au fil des pages. Trois histoires d'amour se croiseront et seule la plus improbable d'entre elles réussira. Tout le pouvoir aux soviets est aussi une réflexion, chère à l'auteur, sur les rapports entre le pouvoir politique quel qu'il soit et la littérature. Le titre est de Lénine et on doit la construction aux célèbres poupées russes.


- Tyrannie
de Richard Malka
Éditions Grasset & Fasquelle / 17 janvier 2018


Le Titre du Roman

Aux portes de l'Occident, un dictateur opprime son peuple au nom de la transparence et de la pureté. Dans cette prison à ciel ouvert, les enfants ont le visage masqué et les citoyens récitent en masse un petit livre dont l'idéologie venimeuse contamine peu à peu le monde. À Paris, dans une salle d'audience scrutée par la presse internationale, un homme, évadé de ce pays de cauchemar et seul rescapé d'un massacre, tente de justifier son crime politique. Saura-t-il réveiller les consciences? Son avocat, un grand plaideur ombrageux, ambigu, sensuel, doit accomplir l'impossible: obtenir l'acquittement d'un meurtrier qui revendique son acte. À ses côtés, la nuit, le jour, une réfugiée politique irrésistible à laquelle il se lie de passion trouble: qui manipule qui? Journalistes, témoins, psychiatres, juges ou avocats, c'est notre temps qui se joue dans ce procès du siècle, avec ses mensonges, ses secrets et ses grâces inattendues. Rappelant 1984 de George Orwell et Douze hommes en colère, entre utopie politique, roman d'amour et thriller judiciaire, Tyrannie est un premier roman comme la scène littéraire française n'en offre pas.


- Fille de bohème
de Vania Prates
Éditions Charleston / 16 janvier 2018


Le Titre du Roman

Mélissandre a tout ce qu'elle désire dans la vie: un bon travail, le fiancé parfait, l'appartement de ses rêves. Son avenir est, selon elle, d'ores et déjà tracé. Mais un soir, lors de l'enterrement de vie de jeune fille de sa meilleure amie, une étrange femme va la mettre au défi de tenter l'expérience de l'hypnose et sa vie va s'en trouver complètement chamboulée. Revivant, en songe, la vie aussi dangereuse qu'exaltante d'Éveline, bohémienne de la cour des Miracles, Mélissandre commence à perdre pied. Qui est cette fille qui lui fait revivre des souvenirs d'une vie lointaine, vécue à une autre époque? Pourquoi cela semble-t-il avoir un tel impact sur elle? Et pourquoi le beau Ric, qu'elle rencontre à Montmartre, ressemble-t-il tant au mystérieux Cam de ses rêves?


- La mort tient mon stylo
de Emmanuel Sys
Éditions Ravet Anceau / 15 janvier 2018


Le Titre du Roman

Auteur d'un best-seller, Alain Moreau a connu une ascension fulgurante sur la scène littéraire. Sa chute l'est tout autant: son livre suivant, un polar, est boudé par la critique. Pour redorer son image, le professeur de français s'attelle à l'écriture d'un nouveau roman. Mais il n'a pas le temps de le voir publié: son cadavre est retrouvé dans son duplex lillois, une feuille dactylographiée à ses côtés. Le capitaine Preux est chargé de l'affaire avec sa nouvelle coéquipière, la tourmentée Sophie Cléry. Autour de la victime se dessine une foule de suspects: auteurs aigris, éditeurs cupides, maîtresse possessive… Au fil de l'enquête, Preux et Cléry reconstituent le portrait peu flatteur de la victime. L'écrivain n'aurait-il pas lui-même signé sa propre fin?


- Où que tu sois. Prisonnière de son passé à Arras
de Juliette Dierckens
Éditions Ravet Anceau / 15 janvier 2018


Le Titre du Roman

Lucie Ducairne est hantée par ses souvenirs. Dans ses rêves, elle revoit inlassablement sa coéquipière Alicia tomber du haut d'un immeuble arrageois alors qu'elles pourchassaient toutes deux le Faucheur, un tueur en série d'une cruauté inégalée. Le meurtrier s'attaquait à de jolies femmes aux yeux clairs, les obligeant à se maquiller avant de les torturer et de les égorger. Un temps tranquille, le voilà qui assassine à nouveau. Lucie reprend l'affaire avec l'aide du lieutenant Luc Martin. Obnubilée par sa vengeance, elle laisse peu à peu son collègue pénétrer son monde de douleur. Et comprend bientôt que c'est avec elle que le Faucheur veut jouer.


- Trois jours en baie
de Béatrice de Lavalette
Éditions Ravet Anceau / 15 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le tonnerre gronde au Crotoy lorsque Marie, énergique septuagénaire, est retrouvée assassinée dans sa maison. Sa voisine Bedia, jeune Bosniaque venue s'installer récemment en baie de Somme avec son compagnon, replonge alors dans le traumatisme de la guerre et des deuils qu'elle a vécus enfant. Quant à côté, Edith, une amie de Marie, elle encaisse le choc aux côtés d'un époux taciturne. Leur vie commune, faite d'habitudes et de rancœurs, prend un tournant décisif un soir de tempête durant lequel son époux montre son vrai visage. Favre et Lejeune, les deux policiers qui enquêtent sur le crime, cernent peu à peu les personnalités de ces hommes et femmes peu loquaces, souvent fuyants. Arriveront-ils à percer le secret qui entoure la mort de Marie?


- Ressentiments distingués
de Christophe Carlier
Éditions Phébus / 12 janvier 2018


Le Titre du Roman

Sur l'île, le facteur ne distribue plus de lettres d'amour. Mais des missives anonymes et malveillantes qui salissent les boîtes aux lettres. Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l'on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt? Irène, la solitaire? Ou bien Adèle qui goûte tant les querelles? Ou encore Émilie, Marie-Lucie ou Félicien? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Et l'inquiétude s'accroît. Jusqu'où ira cet oiseau maléfique?


- Un savoir gai
de William Marx
Éditions De Minuit / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le sexe est chose mentale. Il colore notre vision du monde, il transforme la connaissance que nous en avons, et en partie même il la fonde. La sexualité implique un rapport spécifique au vrai, au beau, au bien, autrement dit, un savoir, une esthétique, une éthique, une politique. Or, quand le désir change, la vision du monde en est changée. Que sait un gai sur le monde? Quelle expérience en a-t-il? Qu'en ignore-t-il? Trois mille ans de littérature occidentale ont exploré l'intellect hétérosexuel et la vision du monde qui l'accompagne. Il est temps d'explorer une autre face, celle du savoir gai, celle de l'étrangement. Il ne sera pas seulement question d'amour, de drague, de fantasmes, de pornographie et de taille du pénis, mais aussi de Platon, Vélasquez, Proust, Oshima et Cat Stevens, des chauffeurs de taxi, des colonies de vacances, du mariage pour tous, de la longévité des chats et des baleines bleues. De la vie érotique de l'auteur, et de celle de Jésus également. Bref, de la vie tout court. Lecteur, tu en apprendras ici beaucoup sur l'homosexualité, sur l'hétérosexualité, mais d'abord et surtout sur toi-même. Tu es le sujet de ce livre, toi et ton désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 11 Jan - 10:04

- Camisole-moi
de Martine Roffinella
Éditions François Bourin / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Auteur Tardif de Quarante-Huit ans [AT48] connaît une folle passion pour Femme Éditrice de Cinquante-Huit ans [FE58], la directrice de la maison d'édition qui la publie. Entre ces deux femmes qui se séduisent, se défient, se brûlent, la liaison qui se noue est cruelle, tactique. Dans ce roman à deux voix, la soumission de l'une se heurte à l'indifférence sournoise de l'autre, au cours d'une relation d'autant plus exaltée qu'elle est platonique. Mais l'abandon de soi n'est jamais très éloigné de la rébellion. Un texte d'une grande puissance, servi par une langue aussi cinglante et enflammée que son sujet.


- Cet été-là à Blumental
de Ursula Werner
Éditions Mercure de France / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Juillet 1944. À Blumental, tout près de la Suisse, la famille Eberhardt, grand-mère, fille et petites-filles est venue se mettre à l'abri des bombardements sur Berlin. On voit rarement le grand-père, haut dignitaire du régime nazi. Il fait très beau, cet été-là. Mais on commence à réaliser que l'Allemagne va perdre la guerre. Mais le pasteur de la petite ville a de bien étranges activités clandestines. Et Marina, sa complice, la fille du général Eberhardt, ministre de l'économie d'Hitler, cache des enfants juifs jusque dans la cave de la maison de son père, ce que ce dernier va finir par découvrir.


- Ceux d'ici
de Jonathan Dee
Éditions Plon / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Howland, petite ville du Massachusetts, est un havre de paix pour les vacanciers venus de New York. Mark, lui, fait partie des locaux. Entrepreneur en bâtiment, il peine à joindre les deux bouts. Engagé par Philip Hadi, New-Yorkais richissime, bien décidé à s'installer à Howland, il est fasciné par cet homme qui brasse des millions. Et si le moment était venu pour lui de tenter sa chance? Avec son frère, Mark décide de se lancer dans les placements immobiliers. Lorsque Hadi devient maire de la ville, utilisant ses fonds privés pour faire la pluie et le beau temps, le fossé se creuse encore un peu plus entre le New-Yorkais et les habitants de la petite ville. Mettant en scène la montée d'un nouvel autoritarisme, c'est la fin du rêve américain que Jonathan Dee décrypte ici de main de maître. Un roman social non seulement brillant, mais aussi inquiétant de réalisme.


- Chafouine
de Alain Galan
Éditions Buchet Chastel / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

À La Tremblaie, tous, Delhot, Mélie, le facteur..., affirment avoir aperçu un chat à tête de chouette. Serait-il le fruit d'un accouplement contre nature, un survivant de la faune ancienne ou l'une de ces "bêtes ignorées" dont nous parlent les cryptozoologistes? Infatigable coureur de bois, André Delhot, tout au long du récit-journal qu'il consacre à l'affaire, s'efforce-t-il vraiment de la tirer au clair? Ou, au contraire, s'attache-t-il à brouiller les pistes? Mais alors, à quelle fin?


- Chocs
de Pascal Torres
Éditions Le Passage / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tout allait bien dans la vie d'Amparo. Elle partageait depuis peu sa destinée avec Pau. Tout allait bien pour eux, jusqu'à l'inauguration de leur nouveau restaurant. Le soir de la Saint Valentin, alors que Pau interprète au piano les Goyescas d'Enric Granados pour la clientèle huppée dînant aux Caprices, deux terroristes font irruption. Peut-on se réveiller du cauchemar de l'Histoire? L'humour, la sensualité, l'espoir, la musique et la littérature offrent autant de tentatives de réponse à cette question qui longtemps hantera la conscience et les rêves d'Amparo et de ses clients.


- Collection privée
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans une banque new-yorkaise, un coffre abandonné. À l'intérieur, des lettres, quelques photos d'un couple glamour datant des années 1950 et, surtout, des bijoux d'une valeur extraordinaire. Mais qui était donc leur propriétaire, Marguerite Wallace Pearson di San Pignelli? Et pourquoi n'a-t-elle pas laissé de testament? Jane Willoughby, stagiaire au tribunal, contacte Phillip Lawton, employé chez Christie's, afin de procéder à l'expertise, puis à la vente des bijoux dans le cas où aucun héritier ne serait trouvé. Alors qu'ils tentent de rassembler des informations sur la mystérieuse Marguerite, Jane et Phillip se passionnent pour son incroyable destin et remontent sa trace, de New York à Paris, puis de Rome jusqu'à Naples. Son histoire trouve une résonance particulière auprès de Phillip: le jeune homme découvre qu'il partage bien plus qu'il ne le pensait avec la défunte.


- De A à X
de John Berger
Éditions De L'Olivier / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Xavier est incarcéré dans la cellule n°73 de la prison de Suse, où il purge une peine de détention à vie pour terrorisme. Aida est l'amante de Xavier. Elle est libre. Elle lui écrit. De A à X est l'ensemble de ces lettres, miraculeusement retrouvées par John Berger. Un roman par lettres, donc. Quel genre de roman? L'amour y est présent à chaque phrase, mais on ne peut dire qu'il en soit le sujet. On pense à un manuel de résistance ou à un traité de guérilla urbaine. Ou à un recueil d'exercices spirituels. Avec ce livre, John Berger donne la réplique à son époque. Il le fait à sa manière: précise et elliptique. Précise, parce qu'écrire est un travail qui s'apparente à la soudure, à la réparation d'objets cassés ou au fait de recoudre une plaie par balle. Elliptique, parce que comprenne qui voudra. Dès lors, peu importe que cette histoire se déroule à Mexico, à Ramallah, à Kaboul ou ailleurs. Partout où des hommes, des femmes, et même des enfants, résistent à l'oppression, la voix fraternelle de John Berger les accompagne, comme une chanson de marche pour traverser la nuit.


- Dans la grande violence de la joie
de Chanelle Benz
Éditions Du Seuil / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Les tribulations d'un frère et d'une sœur braqueurs de banque promis à la potence dans l'ouest américain. Une bande d'enfants tentant d'aider leur voisine à retrouver son amour de jeunesse, quitte à pervertir les règles du conte de fées. Une fille de diplomate plongée dans les eaux troubles et dangereuses des services secrets. Une esclave poète traversant le Sud ségrégationniste et récitant ses sonnets devant la bonne société. Un archéologue découvrant son propre passé dans les décombres d'une secte millénariste. Violence, trahison, vengeance et filiation, tels sont les fils rouges de ce recueil qui revisite avec panache le panorama des lettres d'Amérique. En dix nouvelles étourdissantes de variété, Dans la grande violence de la joie tord le cou à la langue et se joue de toutes les frontières pour créer un univers chatoyant, peuplé d'héroïnes puissantes et tarantinesques en diable. Iconoclaste, poétique, polymorphe, l'écriture de Chanelle Benz est un enchantement sans cesse renouvelé, qui met en scène les pouvoirs de l'imagination et démontre avec éclat que la fiction peut demeurer une grande aventure.


- Dans l'eau je suis chez moi
de Aliona Gloukhova
Éditions Verticales / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le 7 novembre 1995, alors qu'elle a onze ans, Aliona apprend que son père a disparu lors du naufrage d'un voilier au large de la Turquie. Contre-enquête initiatique menée à partir des lambeaux de souvenirs de la petite fille devenue adulte, ce roman ausculte l'impalpable attente, tout en inventant un destin à cet homme absent.


- Dankala
de Isabelle Sivan
Éditions Serge Safran / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dankala est un petit pays d'Afrique noire écrasé par le soleil, où les ressortissants français, les expatriés, essaient de tuer le temps chacun à leur façon. Le meurtre isolé d'un soldat français vient soudain perturber cette société blanche et désœuvrée. Et lorsque d'autres meurtres sauvages viennent s'ajouter, ils perturbent la communauté française de la capitale, les discussions s'enflamment, ragots et rumeurs vont bon train, certains cœurs même s'émoustillent. Richemont, le consul, dégote de la matière pour le roman dont il rêve, les commerçants profitent du tourisme que l'affaire amène, le colonel Patte avance ses hypothèses sur le tueur, tandis que Marie-Claire Richemont, la femme du consul, se trouve de nouveaux amis pour meubler sa solitude…


- Demain m'appartient
de Claire Mabrut
Éditions Hugo&Cie / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

C'est l'histoire d'une presque quadra qui plaque tout pour repartir de zéro, avec tout ce que ça implique comme déboires et bonnes surprises, introspections, et expériences nouvelles qu'elle osera ou pas tenter. Sexe, plaisir, soirées entre filles, sites de rencontres, consultations de voyantes, de numérologues, sans oublier l'incontournable psy… tout y passe, sans filtre ni tabou, avec audace et humour. Une Nouvelle Éloïse 2.0, qui raconte sans fards comment elle a décidé, de vivre enfin la vie qu'elle s'était imaginée, comme aurait dit Henry James. Un journal écrit au son d'une playlist qui s'égrène au fil des pages et des photos qu'elle poste sur Instagram. Autant de points qui se relient pour dessiner la newlife et le portrait d'une fille fière de réaliser qu'elle est autant une pomme d'amour qu'une irrésistible emmerdeuse. Ni vraiment la petite sœur de Bridget et pas tout à fait la cousine Frenchy de Carrie (Bradshow de Sex and the City), elle se débat entre ses envies et ses contradictions, se prend les pieds dans ses doutes de femme en devenir et ses péripéties amoureuses, et pleure autant qu'elle rit. Finalement, Éloïse porte un peu de nous toutes en elle, et c'est pour ça qu'on l'aime.


- Des jours sans fin
de Sebastian Barry
Éditions Joelle Losfeld / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Chassé de son pays d'origine par la Grande Famine, Thomas McNulty, un jeune émigré irlandais, vient tenter sa chance en Amérique. Sa destinée se liera à celle de John Cole, l'ami et amour de sa vie. Dans le récit de Thomas, la violence de l'Histoire se fait profondément ressentir dans le corps humain, livré à la faim, au froid et parfois à une peur abjecte. Tour à tour Thomas et John combattent les Indiens des grandes plaines de l'Ouest, se travestissent en femmes pour des spectacles, et s'engagent du côté de l'Union dans la guerre de Sécession. Malgré la violence de ces fresques se dessine cependant le portrait d'une famille aussi étrange que touchante, composée de ce couple inséparable, de Winona leur fille adoptive sioux bien-aimée et du vieux poète noir McSweny comme grand-père. Sebastian Barry offre dans ce roman une réflexion sur ce qui vaut la peine d'être vécu dans une existence souvent âpre et quelquefois entrecoupée d'un bonheur qui donne l'impression que le jour sera sans fin.


- Et moi, je vis toujours
de Jean d'Ormesson
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Il n'y a qu'un seul roman, et nous en sommes à la fois les auteurs et les personnages: l'Histoire. Tout le reste est imitation, copie, fragments épars, balbutiements. C'est l'Histoire que revisite ce roman-monde où, tantôt homme, tantôt femme, le narrateur vole d'époque en époque et ressuscite sous nos yeux l'aventure des hommes et leurs grandes découvertes. Vivant de cueillette et de chasse dans une nature encore vierge, il parvient, après des millénaires de marche, sur les bords du Nil où se développent l'agriculture et l'écriture. Tour à tour africain, sumérien, troyen, ami d'Achille et d'Ulysse, citoyen romain, juif errant, il salue l'invention de l'imprimerie, la découverte du Nouveau Monde, la Révolution de 1789, les progrès de la science. Marin, servante dans une taverne sur la montagne Sainte-Geneviève, valet d'un grand peintre ou d'un astronome, maîtresse d'un empereur, il est chez lui à Jérusalem, à Byzance, à Venise, à New York. Cette vaste entreprise d'exploration et d'admiration finit par dessiner en creux, avec ironie et gaieté, une sorte d'autobiographie intellectuelle de l'auteur.


- Être
de René Belletto
Éditions P. O. L. / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Héros et narrateur de l'aventure, je n'ai pas voulu (comme le lecteur l'apprendra et comme il en apprendra les raisons) que mon nom figurât sur la couverture du livre. Ah oui, "aventure": je ne parle pas de ces prestigieuses aventures de jadis, comme écrites d'avance, ni de ces aventures sans lendemain errant à jamais entre les murs du désespoir, non, mon désir était plus ambitieux, je voulais me concevoir au cœur d'une aventure sans aujourd'hui, comme si le grand livre du Destin avait brûlé dans l'incendie de quelque bibliothèque. Mais alors, pourquoi m'inquiéter à ce point quand Nathalie me téléphona en pleine nuit et m'annonça qu'elle craignait pour sa vie? Je lui dis que j'arrivais au plus vite. Je traversai la ville en voiture. Toute sa maison était éclairée, la porte du rez-de-chaussée entrebâillée. J'entrai. Personne en bas. J'appelai. Nulle réponse. Je montai au premier, le cœur battant. Qu'allais-je découvrir? Le spectacle qui m'attendait dans sa chambre dépassait mes craintes les plus inimaginables".


- Evangelia
de David Toscana
Éditions Zulma / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Et voilà qu'Il éprouvait à présent une passion bien humaine: de la colère mêlée à l'envie de rejeter ses propres fautes sur les autres. C'est qu'après avoir béni tant de membres de son peuple en leur accordant des fils uniques ou des premiers-nés mâles, après avoir donné à Jacob treize enfants, dont douze garçons, il se trouvait que Lui avait eu une fille". Voilà ce qui arrive quand on ne fait pas les choses soi-même et qu'on envoie un ange jouer les marieuses. Ainsi naquit Emmanuelle, fille de Dieu, dont la vie promet de ne pas être un long fleuve tranquille. Il va lui falloir faire ses preuves auprès de son irascible Père qui est aux cieux, s'imposer en icône révolutionnaire à Jérusalem pour que les prophéties s'accomplissent, malgré l'inénarrable misogynie ambiante et les embûches semées par son frère cadet, Jacob, bientôt connu sous le nom de Jésus. C'est donc ainsi que la Sainte Trinité devient Tétrade, et que Dieu, dans tout ça, y perd sacrément son latin. Ce roman est un pari fou relevé avec un talent inouï, un monument irrésistible d'érudition et d'humour.


- Fugitive parce que reine
de Violaine Huisman
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Maman était une force de la nature et elle avait une patience très limitée pour les jérémiades de gamines douillettes. Nos plaies, elle les désinfectait à l'alcool à 90°, le Mercurochrome apparemment était pour les enfants gâtés. Et puis il y avait l'éther, dans ce flacon d'un bleu céruléen comme la sphère vespérale. Cette couleur était la sienne, cette profondeur du bleu sombre où se perd le coup de poing lancé contre Dieu". Ce premier roman raconte l'amour inconditionnel liant une mère à ses filles, malgré ses fêlures et sa défaillance. Mais l'écriture poétique et sulfureuse de Violaine Huisman porte aussi la voix déchirante d'une femme, une femme avant tout, qui n'a jamais cessé d'affirmer son droit à une vie rêvée, à la liberté.


- Géographie d'un adultère
de Agnès Riva
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ema et Paul sont amants. Comme d'autres avant eux ils se sont rencontrés au travail, sont mariés, ont des enfants et se donnent rendez-vous à l'abri des regards. La voiture de Paul, un coin de la maison d'Ema, une chambre d'hôtel... Mais très vite leur relation souffre de ce cadre trop étroit et Ema décide de les mettre tous deux en danger sur ce mince territoire, au risque de tout perdre. En s'attachant de manière inédite aux lieux de la passion, Géographie d'un adultère jette un regard bouleversant sur l'attente et le désir.


- Il n'en revint que trois
de Gudbergur Bergsson
Éditions Métailié / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une ferme perdue en Islande, à des kilomètres du premier village, entre un champ de lave, des montagnes et des rivages désolés. Le ciel est vide et les visiteurs sont rares. Mais l'écho de la Deuxième Guerre mondiale ne va pas tarder à atteindre ses habitants. Soudain soldats, déserteurs, espions débarquent, mais aussi radio, route, bordels et dollars. Puis viendront les touristes. L'ordre ancien vacille et ne se relèvera jamais. Les personnages de Bergsson sont tout d'une pièce, rugueux et âpres comme la terre qui les a vus naître. Il y a ceux qui partent, ceux qui restent, ceux qui reviennent. Faut-il s'arracher à ce morceau de terre où rien ne pousse? Ou guetter le renard en ignorant les secousses de l'histoire? Un texte sec et fort qui décrit le basculement brutal de l'Islande dans la modernité, les bégaiements de l'histoire, la force magnétique de certains paysages, qui sont comme des gardiens de la tradition familiale: nul n'y échappe.


- J'ai tué Barbara / La chanson de Madame Rosenfelt
de Pierre Notte
Éditions Philippe Rey / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

En 1993, Pierre Notte envoie à Barbara un exemplaire de son premier roman, La chanson de Madame Rosenfelt, dont la chanteuse lui a inspiré le personnage. À cette époque, le jeune homme de vingt-trois ans mène une existence chaotique. Il n'a plus l'amitié ou l'amour de nombreux proches, qui l'ont renié. Son père se noie dans l'alcool, sa mère perd pied. Il est seul et ne souhaite plus vivre. Il absorbe quarante pilules de Temesta, et commence à s'endormir lorsqu'il entend une voix sur son répondeur: "C'est Barbara. Écoutez, voilà. J'ai reçu votre livre. Je vous rappellerai. Ou vous me rappelez". Et ce message le ramène à la vie. Vingt-cinq ans plus tard, l'auteur revient sur les faits. Il raconte ses amours, les ruptures, les morts, sa violence, sa sexualité, ses errances, les dialogues surréalistes avec son éditeur Maurice Nadeau, ses chansons, ses débuts de comédien et, en contrepoint, les disques de Barbara, ses concerts, puis le "choc" du spectacle Lily Passion avec Gérard Depardieu: des textes qui entrent en forte résonance avec les dérives de l'écrivain et irriguent cette confession. Une nouvelle version de la mort de la chanteuse constitue l'une des surprises de ce texte fulgurant, et rend encore plus puissant pareil hommage à la force des mots et de la musique de la Dame en noir.


- Konbini
de Sayaka Murata
Éditions Denöel / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Depuis l'enfance, Keiko Furukura a toujours été en décalage par rapport à ses camarades. À trente-six ans, elle occupe un emploi de vendeuse dans un konbini, sorte de supérette japonaise ouverte 24h/24. En poste depuis dix-huit ans, elle n'a aucune intention de quitter sa petite boutique, au grand dam de son entourage qui s'inquiète de la voir toujours célibataire et précaire à un âge où ses amies de fac ont déjà toutes fondé une famille. En manque de main-d'œuvre, la supérette embauche un nouvel employé, Shiraha, trente-cinq ans, lui aussi célibataire. Mais lorsqu'il apparaît qu'il n'a postulé que pour traquer une jeune femme sur laquelle il a jeté son dévolu, il est aussitôt licencié. Ces deux êtres solitaires vont alors trouver un arrangement pour le moins saugrenu mais qui leur permettra d'éviter le jugement permanent de la société. Pour combien de temps.


- L'année de l'éducation sentimentale
de Dominique Barbéris
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Muriel, Anne et Florence, anciennes amies de fac, se retrouvent après des années dans le jardin de Muriel, à la campagne. C'est la fin de l'été; elles parlent de tout et de rien, de leur vie. Que faire d'autre dans un jardin? Il fait très chaud, l'orage menace, le soir porte aux confidences, aux souvenirs, à une angoisse vague comme la vie. Elles étaient jeunes au temps de la mort de Claude François, de l'élection de Mitterrand. Elles avaient une bande d'amis, elles suivaient un cours sur L'Éducation sentimentale. Maintenant, elles ont des enfants, des maris avec qui elles se disputent ou qui les quittent; elles ont l'âge où l'héroïne de Flaubert vient se jeter, trop tard, à la tête de son grand amour, Frédéric.


- L'aventuriste
de Hipps J Bradford
Éditions Belfond / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Henry Hurt, c'est vous, c'est moi. Le type normal, la trentaine, célibataire, petit propriétaire qui occupe un poste confortable dans une boîte d'informatique. Le collègue sympa qui paye le café, rit aux bonnes blagues et flirte avec Jane du marketing. Le commercial discret mais efficace, pas le requin mais celui à qui on peut confier une mission en toute tranquillité. Mais comme vous, comme moi, Henry doute parfois. Il se demande si sa vie entière doit tourner autour de son job. S'il doit continuer de courir après cette augmentation qu'on lui promet depuis trop longtemps. S'il a seulement un avenir avec Jane du marketing. Et puis, comme vous, comme moi, Henry retourne parfois dans sa famille. Il voit son père qui décline, sa sœur qui a dû sacrifier sa carrière. Il observe cette ville où il a grandi et se demande s'il ne serait pas temps de tout envoyer valser. Mais l'aventuriste est-il seulement un aventurier?


- L'enlèvement des sabines
de Émilie de Turckheim
Éditions Héloïse d'Ormesson / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Elle est laide et vulgaire. Elle a la beauté qui rend les hommes méchants. Il me la faut".
Sabine reste sans voix lorsque ses collègues lui offrent une sex doll pour fêter son départ. La poupée insolite élit domicile chez elle et son compagnon Hans, génial metteur en scène obsédé par Titus Andronicus, la plus sanglante tragédie de Shakespeare. Au fil des jours, l'immobile invitée devient la confidente de Sabine, la muse, l'objet de tout désir, et bientôt la seule alliée contre la violence qui s'est installée au cœur d'un couple en ruines.


- L'éveil de Zoé
de Marie-France de Palacio
Éditions François Bourin / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Enseignante respectée, mère et épouse comblée, Zoé est pourtant confrontée à un profond sentiment de mal-être, dont elle ne comprend pas vraiment les causes. C'est alors, comme provoqué par le destin, qu'un incident professionnel survient et provoque une déviation sur son chemin tout tracé: Zoé craque; les choses s'accélèrent. Bon gré mal gré, elle décide alors, épaulée par ses proches, de partir en quête de sa véritable identité et de remettre en question ce qu'elle croyait acquis. Médecines alternatives, méditation, hypnose, champignons hallucinogènes…: ce cheminement-limite la conduira sur des hauteurs inattendues, où la nature semble animée, où les repères d'espace et de temps ne paraissent plus si assurés, ou les bornes fixées par autrui et elle-même s'effritent pour ouvrir les portes d'un univers insoupçonné. Chenille devenue papillon, Zoé découvrira que le développement "personnel" n'a de sens que s'il relie à plus grand que soi.


- L'éternité des ânes
de Daniel Henriot
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"L'étendue de Champagne pouilleuse où s'étiole le plateau de Rethel précède un terroir à la géographie et l'histoire théâtrales. À proximité des méandres de la Meuse, des mystères de la Thiérache, des gorges de l'Argonne, il guette dans les lotissements pavillonnaires une ferme rescapée des invasions susceptible d'abriter un membre de sa tribu. Deux siècles après que Talleyrand a offert à la Nation les biens religieux, la somme des alliés doit, à raison de six enfants par reproducteur et par génération, atteindre le millier. Si la plupart ont émigré, il en reste assez pour qu'une main serrée au hasard soit celle d'un lointain cousin. Le mascaret de sang et de larmes de la politique et de l'histoire noie les souvenirs dans les tombes; à la façon dont les proches se cabraient sous des questions jugées impertinentes, il a mesuré la difficulté d'une quête des origines dans un pays de taiseux. Son enfance fut dorée, de l'alliage à neuf carats que l'humour africain dit or fétiche. L'or des péquenauds, éternel défi des hystériques de la croissance, le snob, lui, s'épate des particules d'un temps où le bourgeois la jouait noble en articulant sa roture sur le toponyme d'un lieu-dit, puits, bois, pont, cul de basse-fosse, pour relever son allure d'une touche ci-devant exonérée de guillotine. Pivot des ombres qui défilent à l'arrière-plan, Dache chevauche les générations à l'éclairage romanesque d'une contrée médiévale qui a prolongé le XIXe siècle au mitan du XXe. L'enfermement où végétait son clan datait du crétacé, désormais le paysan et sa vache sont le trompe-l'oeil de l'Europe. Les chanteurs de la Star'Ac hurleraient de rire aux paroles qu'il fredonnait, de l'église au fond du hameau qui se mire dans l'eau pure d'une rivière ne subsistent qu'un village dépeuplé, un désert sans curé, un clocher chauve, un ruisseau vaseux".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 11 Jan - 9:55

- La belle histoire d'une jeune femme
Qui avait le canon d'un fusil dans la bouche
de Denis Faick
Éditions Fleuve Noir / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Josiane est femme de ménage. Josiane est un peu laide. Josiane est presque grosse. Elle est assise sur la cuvette des toilettes de la Gare du Nord, le canon d'un fusil dans la bouche. Après trente ans de bons et loyaux services en tant qu'être humain, elle a décidé d'en finir. Mais avant de tirer, comme l'exigent la légende et son amour pour le cinéma, elle va vivre un dernier film dont elle sera l'héroïne, et laisser son histoire défiler. Avec, pour bande-son, les drôles d'énergumènes d'un hall de gare et des trains en partance. Ce qu'elle va découvrir sur elle-même et sur ceux qui ont croisé sa route jusqu'à cet instant crucial dépasse ce qu'elle pouvait penser. Est-ce sa vie qui foutait le camp ou ses yeux qui lui jouaient des tours? Dans une langue tonique et une délicate alternance d'instants magiques et de cruauté, voilà un conte moderne que porte une héroïne à laquelle le lecteur intime l'ordre de rester vivante.

- La grande roue
de Diane Peylin
Éditions Les Escales / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Été 1986. Emma, les cheveux flamboyants, rencontre Marc au pied d'une Grande Roue. Elle est si jeune, il est si fort. C'est une histoire d'amour qui commence, autour d'une barbe-à-papa, les pieds dans le sable. Une histoire intense. Vitale. Mais ce ''Il était une fois'' se transforme bientôt. Et le conte de fées devient celui de l'ogre et de la poupée. Au côté d'Emma, il y a Tess dans la nuit, David en haut d'une montagne et Nathan dans un bureau de flic. D'autres personnages pour d'autres destins, d'autres chaos. Les ruptures de chacun les ont isolés du reste du monde. Ils marchent. Chacun à leur rythme, ils marchent. À la recherche de leur identité. Dans ce labyrinthe romanesque, où Lynch rencontre Kafka, le réel a besoin des chimères pour se révéler. Et permettre, petit à petit, à toutes les pièces du puzzle d'Emma de se dessiner. Emma, qui n'est pas qu'une poupée.


- La nuit passera quand même
de Émilie Houssa
Éditions Denöel / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans la famille Bernstein, Squatsh est le deuxième des trois enfants: avant lui il y a Ludovic, après lui Marie. Ses parents se nomment Simon et Martha. Ils tiennent une boutique, La Vie moderne, située au 393, rue des Pyrénées à Paris. Outre une famille, Squatsh Bernstein a des principes, comme de s'enfermer aux toilettes pour réfléchir ou de ne jamais porter d'imprimé fleuri. Il fait de la boxe et aime la danse. Pour le reste, il possède peu de choses: un scarabée dans une boîte en carton, des livres, une solide réputation et, quelque part, nichée dans un creux, la mélancolie des gens qui se cognent au monde.


- La revenue
de Donatella Di Pietrantoni
Éditions Du Seuil / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Je n'ai pas prononcé son nom pendant des années. Tout ce temps-là le mot maman est resté tapi au fond de ma gorge, comme une couleuvre qui refuse de sortir… J'étais la Revenue. Je m'exprimais dans une autre langue et j'ignorais à qui me rattacher".
À treize ans, la narratrice apprend brutalement qu'elle n'est pas la fille de ceux qui l'ont élevée. Enfant unique, choyée, étés à la plage et cours de danse, elle doit quitter la ville où elle a grandi pour être rendue à sa famille biologique: dans son nouveau foyer, au village, il lui faut désormais partager une chambre et de bien maigres repas avec une sœur et quatre frères. Pauvreté, violence, usages, dialecte: tout, ici, lui est incompréhensible. "Orpheline de deux mères vivantes", elle ne sait plus qui elle est. Car, finalement, de qui est-on l'enfant? Pourquoi ses parents adoptifs l'ont-ils abandonnée? Et l'amour fraternel de Vincenzo, l'aîné, et d'Adriana, la cadette, sera-t-il assez fort pour dissiper les doutes et la détresse qui l'assaillent? Roman d'apprentissage d'une immense délicatesse, portrait d'une jeune fille qui renaît à elle-même en s'ouvrant au monde, La Revenue fait partie de ces textes précieux qui bouleversent et qui restent.


- Le cœur content
de Nanoucha Van Moerkerkenland
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"La brutalité est une tendresse trop longtemps contenue. Je me retourne et je marche sur elle. La serviette dénouée coule de ma taille sur le sol. Mon sexe tendu au bord de ses lèvres assises. Elle ne sait pas à quoi il ressemble au repos. Je lui appuie sur la tête. Il ne vient jamais à l'idée des hommes que les femmes pourraient mordre. Les yeux d'Elsa roulent vers la cuisine. Elle gémit pour prévenir. Sur la poignée, la main de Zacharie se ravise". Elsa aime Zacharie et Andreï. Le chaste et torturé Zacharie, le rude et sentimental Andreï. Ils ont vingt-cinq ans et font ménage à trois. Ils voudraient vivre d'amour, d'art et de justice. Ils resteraient vivants. Un drame, ou est-ce l'époque?, vient mettre fin à leurs illusions, celles d'enfants terribles d'aujourd'hui.


- Le serpent de l'Essex
de Sarah Perry
Éditions Christian Bourgois / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Cora Seaborne, jeune veuve férue de paléontologie, quitte Londres en compagnie de son fils Francis et de sa nourrice Martha pour s'installer à Aldwinter, dans l'Essex, où elle se lie avec le pasteur William Ransome et sa famille. Elle s'intéresse à la rumeur qui met tout le lieu en émoi: le Serpent de l'Essex, monstre marin aux allures de dragon apparu deux siècles plus tôt, aurait-il ressurgi de l'estuaire du Blackwater? Dans un cadre marqué par une brume traversée d'étranges lumières, Cora Seaborne construit sa liberté. En cette fin d'ère victorienne dont les problèmes sociaux ne doivent pas faire oublier les triomphes, nous suivons, au gré de leurs aventures et de leur correspondance, des hommes qui s'acceptent tels qu'ils devraient être, des femmes qui découvrent devoir être ce qu'elles sont et un monstre effroyable qui redevient ce qu'il était.


- Les nouveaux voisins
de Catherine McKenzie
Éditions Michel Lafon / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Julie Prentice, son mari Daniel et leurs jumeaux de six ans emménagent à Cincinnati pour échapper à une femme qui a harcelé Julie après la parution de son roman Le Jeu de l'assassin, devenu un best-seller. Un charmant quartier résidentiel semble l'endroit parfait pour un nouveau départ. Mais la présidente de l'association du quartier ne leur rend pas la tâche facile. À grand renfort d'e-mails et de lettres sur les règles de bonne conduite à suivre, elle régit la vie de tous et oppresse Julie qui doit faire face à la curiosité du voisinage. Lorsqu'elle reçoit des menaces, Julie prend peur: sont-elles le fait de sa harceleuse ou de voisins malveillants? Alors que la tension monte, les ennemis se révèlent et le calme apparent d'une rue sans histoires se transforme en cauchemar.


- Les nuits indomptables
de Hicham Nazzal
Éditions Plon / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans un train, Karim, 25 ans, d'une beauté sans égal, éclate en sanglots. Dans un autre train, le même Karim regarde le paysage défiler, l'air plus léger. Entre ces deux trains, un séjour dans un Paris pluvieux et sombre pendant lequel il commet une série de crimes. Aucune préméditation. Pourtant, toutes les victimes présentent un point commun. Ce n'est pas l'histoire d'un serial killer, c'est l'histoire d'une série de passages à l'acte. L'histoire d'une recherche inconsciente qui s'affine. Chacun de nous a été, est, ou sera, ce tueur en puissance. Chacun de nous, à un moment, est confronté au voyage.


- Ma ZAD
de Jean-Bernard Pouy
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Camille Destroit, quadra, célibataire, responsable des achats du rayon frais à l'hyper de Cassel, est interpellé lors de l'évacuation du site de Zavenghem, occupé par des activistes. À sa sortie de GAV, le hangar où il stockait des objets de récup' destinés à ses potes zadistes (ZAD = Zone à défendre), n'est plus qu'un tas de ruines fumantes. Son employeur le licencie, sa copine le quitte et il se fait tabasser par des crânes rasés. Difficile d'avoir pire karma et de ne pas se radicaliser.Heureusement, la jeune Claire est là qui, avec quelques compagnons de lutte, égaye le quotidien de Camille et lui redonne petit à petit l'envie de se révolter et de tuer tous les affreux: en l'occurrence la famille Valter, les potentats locaux et ennemis désignés des zadistes, sur qui Camille va enquêter pour trouver de quoi les neutraliser.Long soliloque à peine interrompu par les personnages secondaires, ce roman est l'œuvre d'un Pouy au meilleur de sa forme littéraire: clins d'œil à ses maîtres, références picturales nombreuses, calembours, turlupinades et facéties...


- Maudit soit l'espoir
de Burhan Sönmez
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Les couleurs d'Istanbul se démultiplient à mesure que la brume se dissipe, ses murailles, ses tours et ses coupoles. Un châle rouge, une paire de boucles d'oreilles, la montre de Serafet Bey, la boutique de Kamo le Barbier deviennent source de mille récits. Recroquevillés dans une cellule étroite, trois niveaux sous terre, quatre hommes se racontent des histoires. Pendant qu'ils attendent que la porte de fer s'ouvre et que les gardes viennent les chercher, ils narrent leurs destins, confient leurs amours et rient aux éclats. En rêvant la liberté, ils conjurent l'avenir. En imaginant l'allégresse, ils dessinent le présent et le passé, le sous-sol et le ciel d'une Istanbul éternelle. Burhan Sönmez évoque ici l'universel face à une réalité accablante. Il conte une ville qui évolue dans l'orbite de la douleur mais malgré tout espère.


- Microfilm
de Emmanuel Villin
Éditions  Asphalte / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Paris, de nos jours. Un figurant pour le cinéma échoue à décrocher un nouveau contrat et se fait embaucher au pied levé par la mystérieuse "Fondation pour la paix continentale", sise place Vendôme. Parachuté spécialiste en microfilms par la magie des bases de données, il entame une nouvelle vie d'employé de bureau, côtoyant des collègues aussi énigmatiques que la Fondation elle-même. D'abord armé de sa bonne volonté, le personnage se laisse bientôt déborder par l'absurdité de ses missions, puis entraîner dans une spirale d'événements étranges et menaçants. Farce ironique émaillée de clins d'œil au cinéma, Microfilm est une variation contemporaine sur la servitude volontaire.


- Ne m'oublie pas
de Victoria Stevens
Éditions Hugo&Cie / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

À la mort de sa mère, Hazel est envoyée en Australie chez un homme qu'elle connaît à peine, laissant derrière elle tout ce qu'elle a toujours aimé. Mais le soleil, la mer et le sable blond sont bien trop futiles pour consoler sa peine. Jusqu'au jour où elle rencontre Red et Luca, des frères jumeaux qui vivent dans la maison d'à côté. Elle commence à réaliser qu'elle passe sans doute à côté de sa vie. Alors qu'elle tente de se reconstruire peu à peu, elle va comprendre qu'elle n'est pas la seule à lutter contre ses fantômes. Mais peut-elle accepter si facilement qu'un cœur brisé peut parfois guérir?


- Ne préfère pas le sang à l'eau
de Céline Lapertot
Éditions Viviane Hamy / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Cette sensation de fin du monde, quand tu as dix ans et que tu comprends, du haut de ton mètre vingt, qu'il va falloir abandonner la sécheresse de ton ocre si tu ne veux pas crever. Je serais restée des millénaires, agenouillée contre ma terre, si je n'avais pas eu une telle soif. Maman a caressé la peau de mon cou, toute fripée et desséchée, elle m'a vue vieille avant d'avoir atteint l'âge d'être une femme. Elle a fixé les étoiles et, silencieusement, elle a pris la main de papa. On n'a pas besoin de discuter pendant des heures quand on sait qu'est venu le moment de tout quitter. J'étais celle à laquelle on tient tant qu'on est prêt à mourir sur les chemins de l'abîme. J'étais celle pour laquelle un agriculteur et une institutrice sont prêts à passer pour d'infâmes profiteurs, qui prennent tout et ne donnent rien, pourvu que la peau de mon cou soit hydratée. J'ai entendu quand maman a dit On boira toute l'humiliation, ce n'est pas grave. On vivra. Il a fallu que je meure à des milliers de kilomètres de chez moi". À Cartimandua se trouve la plus grande citerne d'eau du monde. Les peuples les plus assoiffés se pressent pour boire à en perdre la raison. Mais comme un trésor, les habitants de Cartimandua protègent cette citerne, quitte à élire un tyran qui promet la sécurité et l'eau. Les esprits s'enflamment et la contestation grandit jusqu'à ce que la réserve explose.    


- Nous sommes tous la pègre
Les années 68 de Blanchot
de Jean-François Hamel
Éditions De Minuit / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le 18 mai 1968, sous les drapeaux rouges et noirs de la Sorbonne occupée, se constitue le Comité d'action étudiants-écrivains. Pendant des mois, ses militants se réunissent pour produire des tracts, des affiches et des bulletins et les distribuer au carrefour des rues, sur les marchés, aux portes des usines, à l'exemple des centaines de comités apparus dans la région parisienne. Délaissant la littérature, ils défendent l'espace public oppositionnel créé par le soulèvement, où ils reconnaissent l'émergence d'une parole d'outrage et la préfiguration d'un communisme libertaire. Aux côtés de Marguerite Duras, Daniel Guérin, Jean-Jacques Lebel, Dionys Mascolo et d'une vingtaine d'autres écrivains et intellectuels, Maurice Blanchot s'engage corps et âme dans ce comité. Se mêlant aux foules insurgées, il prend le parti de la "pègre", des "émeutiers" et des "enragés", de tous ceux qui s'éprouvent ingouvernables. Ces semaines insurrectionnelles qui viennent clore pour lui une décennie d'engagements antiautoritaires lui donnent le sentiment d'être à la fin de l'histoire, toute communauté dissoute, tout pouvoir destitué: "la révolution est derrière nous".


- Paris-Venise
de Florent Oiseau
Éditions Allary / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise, le train de nuit le plus en retard d'Europe. Un signe. Lui non plus n'est pas très en avance dans sa vie. À presque trente ans, décrocher ce poste de couchettiste ressemble à une consécration. Les trafics de clandestins, les douaniers avinés, les descentes de pickpockets venus piller la diligence: tout peut arriver dans ce théâtre ambulant. Même tomber amoureux. Inspiré de faits réels, Paris-Venise confirme le talent de Florent Oiseau qui mêle admirablement humour et sensibilité.


- Pique-nique
de Camille Guichard
Éditions Mercure de France / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tous les dimanches, invariablement, Pierre et ses parents pique-niquent dans la forêt avec la famille Galas. Pierre a treize ans et attend ce moment avec impatience, car Jeanne Galas suscite chez lui un émoi indicible. Pourtant ce dimanche ne sera pas comme les autres, Pierre le comprend vite. En effet, caché derrière les buissons ou perché à la cime des arbres, Pierre surprend des regards et des gestes équivoques qui remettent en question le bel ordonnancement dominical. Et si son propre père et Jeanne Galas entretenaient une relation adultère. Cette révélation projette Pierre hors du monde de l'enfance: le lieu du pique-nique devient une arène.


- Pleasantville
de Attica Locke
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Houston, Texas, 1996. Les élections municipales approchent, qui voient s'affronter Sandy Wolcott, actuelle procureure du comté et Axel Hathorne, l'ancien chef de la police. Pour la première fois, un afro-américain est sur le point de l'emporter grâce au soutien massif des habitants de Pleasantville, bastion de la middle-class noire avec lequel la famille Hathorne entretien des liens politiques et sociaux très étroits.Alors que la campagne bat son plein, la jeune Alicia Nowell disparaît. S'agit-il d'une fugue? D'un nouveau crime de celui qui a déjà violé et tué impunément deux jeunes femmes de la région? D'un coup tordu pour infléchir le cours de l'élection? Malgré le désespoir qui l'habite depuis que sa femme est morte, et en dépit de la promesse qu'il s'est faite de se consacrer désormais exclusivement à ses deux enfants, Jay Porter, habitant et avocat acharné des familles du quartier, entreprend de dénouer les fils de cette épineuse affaire qui met à mal la réputation d'une de ses plus ancienne et respectable famille .Mêlant intrigue familiale et mœurs politiques, Attica Locke nous dévoile avec finesse les arcanes du système électoral américain. Collusion, lutte de pouvoir, secrets de famille, manipulation, mercantilisme,… et nous montre que les représentants de  la communauté noire américaine ne sont pas épargné par ses dérives.


- Rages de chêne, rages de roseau
de Mathieu Lindon
Éditions P. O. L. / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tout en poursuivant cette pensée qui se nourrit des paradoxes qu'elle développe, Mathieu Lindon introduit dans ce nouveau livre des changements de registre et un changement de méthode sans pour autant abandonner ce qui fait son esthétique si personnelle, cette manière de contraindre la langue et une tonalité unique (ironie, esprit d'enfance), mais il les pousse plus loin encore jusqu'à fabriquer un étrange objet dont le genre est pour le moins indéfinissable, nouveau? De quoi s'agit-il, puisqu'il ne s'agit ni d'écrire sur soi, ni d'écrire une histoire? En fait, le secret de ce livre réside peut-être dans ses premières lignes, à partir desquelles il prend son essor qui ne va plus cesser de nous surprendre: "Tout à coup, le monde ne convient pas. Rien de particulier ne s'est produit: semble-t-il que ça durait depuis toujours et il a dû y avoir cristallisation, sédimentation, soudain l'inadéquation saute aux yeux. Ce n'est pas plus grave que ça - à qui convient-il? Mais le monde ne convient pas et tout à coup il prend ça à cœur. Tout à coup, il n'y comprend rien et c'est une conquête. C'est ça, la vie? Il l'avait entrevue différemment. C'est ça, l'amour, le travail, la vie en société, la société? Il y a eu la révolution pendant la nuit, l'humain a changé du tout au tout? Il ne comprend pas pourquoi il ne comprend plus ce qu'il comprenait sans problème, sans blessure. Tout à coup, c'est une force, il n'y comprend rien". Alors, cette incompréhension de plus en plus rageuse va devenir un moteur ("une force") d'interrogation sur le monde, sur tous les aspects de ce qui fait le monde où nous vivons ("l'amour, le travail, la vie en société, la société" et bien davantage), une machine à poser des questions, à créer des contradictions, à les confronter, les peser, passer de l'une à l'autre à une vitesse considérable et avec une énergie bouleversante. Elle emprunte pour avancer toutes les formes disponibles, du flux de conscience au dialogue théâtral, de l'apologue au poème et à l'essai. Elle se développe, augmente, et prend une ampleur impressionnante, en volume comme en intensité. S'il s'agit d'un traité de philosophie, ce qui n'est pas exclu, on n'en a jamais vu de pareil... c'est du langage-pensée, de la pensée portée par la langue, du jamais entendu, du jamais lu.


- Retour à Séfarad
de Pierre Assouline
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Il y a deux ans, Sa Majesté Felipe VI m'a dit: "Comme vous nous avez manqué". En fait, il s'adressait à l'ensemble des séfarades à travers le monde, ces descendants des Juifs expulsés d'Espagne en 1492. À l'occasion d'une nouvelle loi nous accordant la citoyenneté, le roi d'Espagne nous offrait de revenir au pays. Sur le moment, je l'avoue, j'ai un peu hésité. Cinq siècles après, tout de même... Puis j'ai pris pour moi cet appel historique. J'ai déposé un dossier et, sans attendre ma naturalisation, je suis parti en Espagne, le pays du Quichotte et d'Almodóvar, de Goya et du Real Madrid, de l'Inquisition et de la post-Movida, celle qui explore son passé et celle qui le refoule. Je suis allé à la rencontre des gens, des écrivains, des poètes, des professeurs mais aussi de l'homme de la rue. Pendant ce temps dans les bureaux des administrations, mon dossier rencontrait quantité d'obstacles imprévus…" Pierre Assouline


- Se mettre en quatre
de Sonia Simmenauer
Éditions Alma / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quatre musiciens décident de jouer ensemble. Quoi de plus simple? Apparemment… Voici quatre personnes qui ne se quitteront guère pendant dix ans, vingt ans, ou plus, si affinités. Mais, précisément, d'affinités il ne s'en trouve peut-être pas, en dehors de l'art musical suprême qu'est le quatuor à cordes. Ces musiciens, hommes, femmes, vont passer l'essentiel de leur vie de répétitions en concerts aux quatre coins du monde, dans des conditions matérielles souvent aléatoires, et en constante interdépendance, alors qu'ils mènent par ailleurs d'autres existences avec d'autres projets, d'autres goûts. En plongeant le lecteur au cœur de la vie du quatuor, Sonia Simmenauer témoigne d'une expérience du "vivre ensemble" qui, lors de la parution du livre en Allemagne, a aussi fasciné les chefs d'entreprises et les spécialistes du management.


- Terre promise
de Thierry Cruvellier
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ils ont tout enduré.
Le peuple de Sierra Leone a vu son pays si riche devenir le plus pauvre du monde. Ils ont vu disparaître électricité, eau, routes, hôpitaux et écoles, eux qui avaient été le phare universitaire de l'Afrique de l'Ouest.Ils ont connu l'État policier et le parti unique. Ils ont subi la terreur des seigneurs de guerre et des cortèges d'enfants soldats drogués jusqu'aux yeux. Ils ont nourri les prébendiers, hébergé les vendeurs d'Évangile et les pilleurs de diamant. Ils ont traversé l'épouvante de la plus grande épidémie de fièvre Ebola, celle qui impose le temps, disait Camus, "des sentiments monotones". Pourtant, ils n'ont jamais perdu le sens de l'entraide, une tolérance religieuse hors du commun, un humour inébranlable et le goût de la liberté. Voici l'épopée tragique et héroïque d'un peuple, maître de l'endurance, capable de supporter l'intolérable et de le surmonter sans perdre son âme. Un récit de la condition humaine dans tous ses extrêmes, où surgissent l'homme-rat des taudis de la capitale et le coupeur de bras d'une révolution éventée, mais d'où émergent toujours le chant souverain de l'ironie, une bienveillance apaisante et la force de l'espérance.


- Tombée des nues
de Violaine Bérot
Éditions Buchet Chastel / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Baptiste et Marion vivent ensemble et sont heureux. Ils ont repris une ferme, à la lisière d'un village un peu paumé et élèvent des bêtes. Une nuit, Marion est prise de douleurs foudroyantes et accouche, à son plus grand étonnement, d'une petite fille. Le roman, qui fait entendre les voix des différents personnages, raconte ces quelques journées sidérantes.


- Touche pas à ma langue
de Jean Yvane
Éditions Pierre Guillaume De Roux / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

"L'auteur présente son ouvrage comme un roman. On aurait pu le sous-titrer sotie et l'assigner à ce genre médiéval burlesque, s'il ne se trouvait qu'il s'agit, par son sujet et son propos, et en dépit des nombreux aspects comiques voulus par un auteur qui s'est manifestement amusé à l'écrire, d'un ouvrage très sérieux, qui mène un combat tout à fait justifié contre deux traits caractéristiques du français contemporain, l'un et l'autre susceptibles de dérision: d'une part, par les excès de l'américanisation du vocabulaire français et, d'autre part, les manies de prononciation qui se répandent aujourd'hui comme le e muet et quelquefois la voyelle nasale an qui ponctuent souvent des mots terminés par une consonne, par exemple dans Bonjouran, ou bien des mots terminés par une voyelle, par exemple dans ouian.
Le héros, Barbet, est un père de famille pris entre une sollicitude, qui serait bien naturelle, pour sa femme, théâtreuse et cantatrice, que ses outrances agacent et stupéfient, et son fils Tom, dont il affronte comme il peut les foucades d'adolescent. C'est, qu'en réalité, cet homme, dépeint avec talent par l'auteur, est un être habité: son obsession, dont les aspects pathologiques sont présentés avec beaucoup d'humour, c'est la défense de la langue française contre toutes les agressions qu'il croit devoir dénoncer, qu'il s'agisse de l'entrée massive d'américanismes ou de formulations à la mode, l'un et l'autre suscitant sa fureur sinon ses réactions hystériques. Ses étudiants et disciples finissent, excédés, par le quitter, sa famille ne comprend guère sa folie, ou lui tourne le dos, de sorte qu'à supposer qu'il mène un combat justifié, il demeure un personnage de roman. Car Jean Yvane, en romancier expérimenté, ne présente pas ici une thèse, mais bien une histoire, dont il sait agencer les épisodes en combinant les idées avec des notations concrètes donnant aux personnages, à leurs gestes, à leurs exclamations, à leurs nombreuses interjections, ou expressions à l'effet comiquement inattendu, par exemple: "Assure, Saussure, t'as la pointure" une réalité d'êtres humains. On prendra donc plaisir à la lecture de ce roman peu commun, dont le héros énigmatique fait rire en même temps qu'il fait réfléchir".


- Trente jours
de Annelies Verbeke
Éditions Fleuve Noir / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Trente jours de la vie d’Alphonse, musicien, artisan… et faiseur de miracles. Récemment installé avec Kat, sa femme, dans un village de Flandre Occidentale, il a renoncé à sa carrière de contrebassiste de jazz pour devenir peintre en bâtiment. Un choix qui lui a révélé un curieux don : au-delà de leurs murs, ce sont les failles de leur intimité que ses clientes lui confient, dans l’attente d’un conseil, d’une aide ou d’un pardon. Alphonse improvise les résolutions de querelles entre voisins, les apaisements après un deuil, les petits raccords de corps et d’âme… Kat dit que sa couleur "soutane de l’ecclésiastique" invite à la confession. Car Alphonse est Noir. Et, confronté au racisme ouvert ou latent des locaux, il n’oppose qu’une réponse, aider et panser les plaies. Pourtant, ce bonheur quotidien qui apporte son lot de lumière dans la vie d’Alphonse va-t-il perdurer?


- Trouville casino
de Christine Montalbetti
Éditions P. O. L. / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le 25 août 2011, un braquage a lieu au casino de Trouville. Mais rien n'est comme d'habitude. Le braquage a lieu en plein après-midi. Le braqueur est seul. Il a 75 ans. Trouville Casino retrace cette étrange journée. S'inspirant d'un fait-divers réel, l'écriture est sans cesse attentive à faire le partage entre les faits auxquels elle a eu accès, les différentes versions qui circulent, les hypothèses, et la part d'invention où s'imaginent les journées ordinaires qui ont conduit à ce geste. Le récit minuté du casse et de la course-poursuite procède par séquences presque cinématographiques, qui tendent le suspense du roman. S'y tressent des évocations de la petite ville de l'Orne dans laquelle habite celui que les flashes d'information finiront par appeler "le malfaiteur", de sa vie à la maison, des paysages qui l'entourent, de la pluie comme des traces d'Histoire, et des petits voyages que la narratrice fait pour nourrir ses descriptions des lieux, dans l'Orne comme à Trouville, avec laquelle elle entretient un lien privilégié. Mais les décors changent vite, et le roman parle aussi de ce tourbillon des modifications des lieux, qui emportent avec elles la fragile mémoire de ce qui s'y est déroulé, et que ces pages cherchent à retenir. Peu à peu, ce retraité que tout le monde disait sans histoires et qui a accompli ce geste surprenant, imprévisible et singulier, nous devient familier, et on se découvre un peu tous "des papys de la côte normande".


- Un candide à moto
de Come Levin
Éditions Plon / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Mai 2014, Côme Levin quitte Paris. Embarquant le minimum vital, il va parcourir 4 421 km sur sa moto jusqu'à Istanbul. Daech n'a pas encore attaqué l'Europe, la route des migrants n'est pas entravée de barbelés. Côme, lui, s'émerveille de chaque paysage, s'enrichit de chaque rencontre. Il a vingt-trois ans, il découvre les Balkans, les cicatrices des guerres de Yougoslavie, le mariage des influences entre l'Occident chrétien et l'Orient musulman. De l'asphalte émerge une vocation: la géopolitique. "Je pars. C'est absurde. L'objectif est tellement loin, l'itinéraire pour l'atteindre si long qu'ils n'ont pas de réalité dans mon esprit. Devant moi, le ruban d'asphalte défile et je le perçois comme une immense passerelle vers l'Asie. Une passerelle qui traverserait l'espace, mais aussi le temps. Il est maintenant clair que ce voyage est une bulle dans ma vie, d'une légèreté aérienne. Tout y est possible et à la fois isolé, sans conséquence. Je ne suis ni attendu ni soumis au moindre engagement. Je suis libre de faire ce que je veux. Libre de m'arrêter tout de suite, là ou je me trouve. De faire demi-tour et de rentrer chez moi. Ou de changer de route. Ou de continuer dans la même direction. Et pour l'instant je continue. Cap sud-est".


- Vie de David Hockney
de Catherine Cusset
Éditions Gallimard / 11 janvier 2018


Le Titre du Roman

Né en 1937 dans une petite ville du nord de l'Angleterre, David Hockney a dû se battre pour devenir un artiste. Il a vécu entre Londres et Los Angeles, traversé les années sida et secoué le monde de l'art avec une vitalité et une liberté que n'ont entamées ni les chagrins amoureux, ni la maladie, ni les conflits, ni le deuil. Sous la plume incisive de Catherine Cusset, ce livre à mi-chemin du roman et de la biographie dresse un portrait intime, émouvant, habité, du peintre anglais vivant le plus connu.


- Apprendre à lire
de Sébastien Ministru
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Approchant de la soixantaine, Antoine, directeur de presse, se rapproche de son père, veuf immigré de Sardaigne voici bien longtemps, analphabète, acariâtre et rugueux. Le vieillard accepte le retour du fils à une condition: qu'il lui apprenne à lire. Désorienté, Antoine se sert du plus inattendu des intermédiaires: un jeune prostitué aussitôt bombardé professeur. S'institue entre ces hommes la plus étonnante des relations. Il y aura des cris, il y aura des joies, il y aura un voyage. Le père, le fils, le prostitué. Un triangle sentimental qu'on n'avait jamais montré, tout de rage, de tendresse et d'humour. Un livre pour apprendre à se lire.


- Après les ténèbres
de Martine Delomme
Éditions L'Archipel / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Marion partage sa vie entre Bordeaux, où elle étudie le droit et l'histoire de l'art, et la ville d'Apt, en Provence, où ses parents tiennent une prospère fabrique de fruits confits. De retour auprès des siens, elle entre comme stagiaire au cabinet de Me Goldberg, dont la carrière politique s'annonce brillante. Troublé par le charme et l'entrain de Marion, l'ambitieux notaire l'invite à visiter le domaine familial pour admirer les toiles de maître de son père, célèbre marchand d'art. Mais un tableau de Matisse intrigue la jeune femme: ce Soleil couchant à Collioure ne fait-il pas partie des œuvres d'art réputées introuvables depuis la Seconde Guerre mondiale? Cette découverte pourrait bien bouleverser le destin de Marion et de ceux qu'elle aime.


- Armaguedon strip
de Frédérick Houader
Éditions Le Dilettante / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Bon sang ne saurait mentir. Il y a pourtant des cas, extrêmes, où votre sang vous trahit. C'est ce que manque d'expérimenter Véronique Cordier, mère de famille divorcée et membre convertie des Témoins de Yahweh et, à ce titre, infatigable démarcheuse évangélique et démonstratrice biblique. Salement percutée à un carrefour, gisant sur le billard, sa vie ne tient plus qu'à un fil qui prend hélas l'aspect maléfique d'une perfusion. "Le sang de ton prochain, jamais ne siphonnera", proclament les Témoins, nul ne va outre. Une limite que finissent par mordre Éphèz et Isa, ses propres rejetons, donnant feu vert à une médecine qui, au final, ne franchira pas la ligne rouge. Un sang, d'ailleurs, dont ils n'ont guère cure: l'un dessinateur de BD, pur traceur et encreur strict, l'autre étant militante végane. L'événement ayant secoué la vie du trio, et après la visite à l'appartement maternel submergé par la propagande religieuse, les enfants se mettent à réinterroger la personnalité de leur mère. C'est là qu'intervient le talent redoutable de Frédérick Houdaer, nous montrant comment l'intégrisme biblique de la mère, sa folie compacte rayonnent, pèsent et contaminent leurs vies. Une angoisse sourde, un malaise latent qui, masqués par la fausse décontraction du récit, amènent à un dénouement inattendu. Qu'il soit bon ou mauvais, votre sang ne vous lâche pas, c'est sans doute la morale de cette singulière histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Jeu 11 Jan - 9:42

- Autoportrait à la guillotine
de Christophe Bigot
Éditions Stock / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Longtemps, j'ai cru que j'avais été guillotiné dans une vie antérieure. Cet aveu a toutes les allures d'une énormité, je sais. Tout ce que je puis dire à ma décharge est que ma croyance est révolue, quoiqu'elle fasse encore partie de moi. Il y a quinze ans, souffrant de problèmes de dos, j'ai consulté sur le conseil d'une amie un masseur versé en sophrologie. Tout en me pétrissant les lombaires, il m'a questionné sur mon passé. Avec une certaine réticence, j'ai évoqué cette croyance déjà ancienne. Lui a pris la chose très au sérieux. Aussi sec, il m'a parlé d'une patiente qui ressentait des douleurs aiguës entre les omoplates. Elles s'expliquaient, à l'en croire, par des coups de poignard reçus au XVe siècle, alors que la dame était assaillie par des Ottomans en plein marché. J'ai trouvé ça exotique. Poétique, presque. En même temps, je me suis retenu de rire. Quand il est question de moi, hélas, je suis incapable de la même légèreté". Comment guérir l'obsession d'une vie? À la créativité instinctive de l'enfance répondent les armes de l'âge adulte: l'humour et la volonté de comprendre. Entre les deux, l'amour maternel, indéfectible.


- Celui qui comptait être heureux longtemps
de Irina Teodorescu
Éditions Gaïa / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans les premiers jours de la vie de Bo, il y a des bombes, une cigarette qui part en fumée, une société totalitaire qui s'installe. Bo grandit, aime la musique, les mathématiques, ses amis, une femme, une autre. Il bricole les ondes et les transistors, invente une télécommande et un réveil-cafetière-tourne-disque. Pour sauver son fils, Bo doit quitter le pays. Alors les autorités proposent un marché: devenir leur agent pour partir. Comment assumer son choix, quel qu'il soit? Sur fond de jazz et de be-bop, porté par une écriture facétieuse, Celui qui comptait être heureux longtemps conte une histoire lumineuse et tragique à la fois.


- Celui qui disait non
de Adeline Baldacchino
Éditions Fayard / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quand August et Irma comprennent que la politique rattrape toujours ceux qui s'en défendent, il est déjà trop tard pour survivre, mais encore temps de mourir libres. Le 13 juin 1936, un homme perdu dans la foule, sur le quai d'un chantier naval de Hambourg, refuse de saluer Hitler. Le 28 avril 1942, une femme fait partie du premier convoi des gazées de Ravensbrück. Ou comment une histoire d'amour devient une histoire d'insoumission. Ce roman est leur tombeau, dédié aux vivants qui voudraient se souvenir de l'avenir.


- Hortense et Marie
de Charles Dupêchez
Éditions Flammarion / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Il y a une Marie que vous trouverez toujours, c'est celle qui vous aime et vous admire".
C'est en ces termes affectueux que la comtesse d'Agoult témoigne du lien puissant qui l'unit à son amie Hortense Allart. Rien ne prédestinait pourtant ces deux femmes, si différentes, à s'apprécier. Personnalité mondaine et cultivée, ayant fui une famille conservatrice pour vivre en plein jour sa passion interdite avec Franz Liszt, Marie est aussi impitoyable dans ses critiques qu'acerbe dans ses formules. C'est tout le contraire de l'enthousiaste Hortense, une bourgeoise espiègle au caractère trempé, qui a mené sa vie amoureuse en bravant toutes les conventions. Pourtant, les deux femmes sont immédiatement conquises l'une par l'autre. Petit à petit, elles entreprennent de s'apprivoiser avec autant de respect que de sincérité. Du ciel de Florence au hameau d'Herblay, de Sainte-Beuve à George Sand, de la monarchie de Juillet au Second Empire, leur correspondance couvre trente-cinq années d'une indéfectible amitié. Aventures sentimentales, mariage et ruptures, enfants, condition des femmes de lettres, débats politiques… Leurs échanges à cœur ouvert surprennent par leur franchise et leur modernité. Au milieu d'un siècle qui passe pour compassé, un surprenant vent de fraîcheur.


- La minette de Sikirida
de Rachid El-Daïf
Éditions Actes Sud / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

La pauvre minette de Sikirida, inlassablement à la recherche d'un abri, n'apparaît que très subrepticement dans ce roman de Rachid el-Daïf, mais elle est la métaphore de tous les personnages dont il raconte l'histoire douloureuse dans le contexte d'une guerre atroce et interminable: Sikirida d'abord, la bonne éthiopienne qui couche de gré ou de force avec des hommes de passage et qui finit par tomber enceinte et donner naissance à un enfant de père inconnu; sa maîtresse, Mama Adiba, une dame de soixante-dix ans, musulmane pieuse sans bigoterie, qui vit seule après bien des vicissitudes, éprouve de la tendresse pour sa bonne et s'efforce de lui trouver un mari temporaire pour lui épargner le scandale; Radwân, le fils de Sikirida, qui se fraye difficilement son chemin dans la vie malgré la sollicitude attentive de Mama Adiba; Amal, la jeune fille handicapée, abandonnée dès sa naissance, avec sa mère, par un père indigne, mais qui, devenue femme, assume pleinement son désir de maternité. Toutes ces femmes se comportent avec un courage exemplaire, défiant le machisme ambiant que la violence guerrière a exacerbé. Rachid el-Daïf leur rend hommage avec son talent habituel de conteur, sa langue souple qui ne s'interdit pas l'usage du parler libanais et un humour discret qui allège le pathétique des situations.


- La première nuit
de Ghislain Loustalot
Éditions JC Lattès / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

À quarante-cinq ans, Milan est toujours séduisant mais aussi alcoolique, taiseux et destructeur. Son ex-femme a obtenu la garde de leurs trois enfants et sa compagne, Catherine, vient de le quitter. En ce dimanche soir de découragement dans son appartement blanc immaculé, deux visites surprises vont rebattre les cartes: celle de Théo, son fils, et d'Émilien, son père, tous les deux à la recherche d'un refuge pour la nuit. La réunion familiale prend alors des allures de poker menteur où se posent les questions dont on craint les réponses, où chacun règle ses comptes et où trois générations d'hommes vont s'affronter, se détruire, et peut-être se sauver. Une nuit d'alcool, de violences et de larmes, de secrets gardés, d'humour noir et de rancœurs crachées au visage.


- La soie du sanglier
de Emmanuelle Delacomptée
Éditions JC Lattès / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Au fond de la campagne française, dans le Périgord noir, Bernard, la cinquantaine, débraillé, bourru, vit seul dans une cahute où il fume et boit comme dix. Il a perdu sa mère quand il était jeune et son père, le plus riche agriculteur des environs, le rabaisse sans cesse. Bernard travaille comme homme à tout faire, chasse, bricole. Les gens du village le méprisent. Et depuis qu'Isabelle, la femme qu'il aimait, est partie, les malheurs se succèdent. Seule la nature qu'il connaît parfaitement, l'apaise. Ses mains puissantes calment les douleurs. Il devine les esprits mauvais dans les maisons anciennes. Surtout, c'est un homme bon, doux. Il rêve secrètement de douceur féminine. Jusqu'à ce qu'il rencontre Marie, une aristocrate de vingt-cinq ans son aînée, veuve, qui sait voir la beauté de son rapport au monde.


- La vérité même
de James Rayburn
Éditions Calmann Lévy / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tout commence dans un Vermont entièrement sous la neige. Deux jeunes attaquent une école élémentaire à la mitraillette et tombent, bien malheureusement pour eux, sur Kate Swift, une ex-tueuse de la CIA devenue lanceuse d'alertes. Elle les abat froidement mais, au lieu d'attendre qu'on la félicite d'avoir sauvé des dizaines d'enfants, s'enfuit au Canada avec sa fillette. Impossible pour elle de voir sa véritable identité révélée: sa vie et celle de son enfant sont en danger. Commence alors pour Kate et sa fille une cavale sur trois continents et la recherche effrénée de Harry Hook, le seul homme qui, Kate le sait, pourrait la sauver d'un certain Lucien Benway, lui aussi de la CIA, qui a déjà tué son mari et entend bien se venger de sa trahison. Hook, l'ancien "arrangeur" de la CIA tombé en disgrâce, parviendra-t-il à l'aider alors qu'il essaie d'oublier ses propres fantômes en buvant? Portraits d'agents secrets qui n'en sont pas moins des hommes et des femmes "presque" comme tout le monde, événements d'une incroyable brutalité, paysages enchanteurs et réflexions sur le vrai patriotisme, ce roman renouvelle profondément le genre du roman d'espionnage.


- Le destin de Cassandra
de Anna Jacobs
Éditions L'Archipel / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

1861. Le Lancashire subit la crise. Privées de coton, les filatures ferment une a une en Angleterre, plongeant la population dans la misre. Cassandra Blake, ses trois sœurs cadettes et leur père Edwin tentent malgré tout de faire face à l'adversité. Mais la mort du patriarche vient tout bouleverser. Leur oncle Joseph décide de prendre ses nièces sous son aile, malgré l'opposition de son acariâtre épouse, qui commandite en secret l'enlèvement de Cassandra. Elle menace alors ses sœurs de faire subir à la jeune femme les pires sévices si elles ne quittent pas le pays. Contraintes de dire adieu à leur Lancashire natal, elles embarquent pour l'Australie. Les quatre sœurs parviendront- elles à se retrouver à l'autre bout du monde, et à construire une vie nouvelle? Une saga au souffle puissant, qui nous entraîne dans une Australie encore sauvage, où tous les rêves sont permis.


- Le haha
de David Kirby
Éditions Actes Sud / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Typique du paysage anglais, le "haha" est un mur au fond d'un fossé: il permet la présence de vaches et de moutons sur votre pré, mais à une agréable distance, évitant la malodorante inélégance d'une trop grande proximité. De même, dans son recueil de poèmes, l'américain David Kirby, artiste du coq à l'âne. Sa poésie narrative et taquine est une exploration des manières qu'a l'esprit d'inviter le chaos tout en le tenant à distance. Avec un humour qui est ici une forme radicale et turbulente d'intelligence, et un sens du jeu joyeusement contagieux.


- Le réconfort
de Pierre Dayme
Éditions Fayard / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Il y a deux sortes de rencontres. Celles que l'on oublie et les autres. Ma rencontre avec Quentin appartient à la seconde catégorie. Notre histoire ne fut pas heureuse; à vrai dire, je ne sais même pas s'il y eut, entre nous, assez de matière pour parler d'une histoire qui puisse être la nôtre. En dépit des rares fois où se sont croisés nos chemins, nous n'avons jamais vécu autre chose que deux histoires séparées. De celle de sa courte existence, j'ai été l'invisible et, fidèle, figurant; dans la mienne, il s'est maintenu au rang de personnage principal. Il fut à l'origine de déceptions innombrables et programmées, de calculs infinis et de cruautés coupables. Fallait-il que la mort nous sépare, pour que l'amour qu'il m'avait un jour refusé devienne la source inespérée de mon réconfort?


- Les enseignements d'une ex-prostituée à son fils handicapé
de Savatie Bastovoi
Éditions Jacqueline Chambon / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Échappée folle d'un duo de Laurel et Hardy moldaves en quête de richesse sur fond de scandale national dans un orphelinat après la mort d'un jeune garçon, Les Enseignements d'une ex-prostituée à son fils handicapé est un conte drôle et cruel, une photographie de la Moldavie post-soviétique passée à la loupe et au vitriol de la caricature.


- Les passagers du siècle
de Viktor Lazlo
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Yamissi, arrachée à sa famille en Centrafrique pour être vendue comme esclave, est achetée à Cuba par Ephraïm Sodorowski, un marchand juif polonais. Un amour improbable naît entre ces deux êtres. Il se prolongera par la rencontre à Dantzig, quarante ans plus tard, de leur fille Josefa avec Samuel Wotchek, un anarchiste juif en quête de pureté. L'odyssée de ces personnages, liés par leurs tragédies, s'adosse à la grande Histoire sur trois continents et cinq générations, de 1860 à nos jours. Ce grand roman unit dans un ample mouvement la traite négrière et la Shoah, double expérience de l'horreur qui a façonné les héros sans qu'ils renoncent jamais à leur quête de liberté.


- Les rêveurs
de Isabelle Carré
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quand l'enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l'époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d'une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d'écriture.


- Larmes blanches
de Hari Kunzru
Éditions JC Lattès / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Carter et Seth, âgés d'une vingtaine d'années, appartiennent a des mondes opposés. Le premier est l'héritier d'une grande fortune américaine, l'autre est un misfit social sans le sou, timide et maladroit. Ils forment un tandem uni par une passion commune, la musique, qu'ils écoutent dans leur studio. Seth, obsédé par le son, enregistre par hasard un chanteur de blues inconnu dans Washington Square. Carter, enthousiasmé par la mélodie, l'envoie sur Internet, prétendant que c'est un disque de blues des années 20, un vinyle perdu depuis longtemps, œuvre d'un musicien obscur, Charlie Shaw. Lorsqu'un vieux collectionneur les contacte pour leur dire que leur faux musicien de blues a réellement existé, Seth accompagné par Leonie, la sœur de Carter, partent dans le Mississipi sur les traces de ce personnage.


- Manger l'autre
de Ananda Devi
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une jeune adolescente, née obèse, mange, grossit et s'isole. Sa mère s'enfuit, horrifiée par son enfant. Ses camarades de classe la photographient sans répit pour nourrir le grand Œil d'internet. Son père, convaincu qu'elle aurait dévoré in utero sa jumelle, cuisine des heures durant pour nourrir "ses princesses". Seule, effrayée par ce corps monstrueux, elle tente de comprendre qui elle est vraiment. Quand elle rencontre par accident l'amour et fait l'expérience d'autres plaisirs de la chair, elle semble enfin être en mesure de s'accepter. Mais le calvaire a-t-il une fin pour les êtres différents? Conte de la dévoration et roman de l'excès, Manger l'autre est une allégorie de notre société avide de consommer, obsédée par le culte de la minceur et de l'image conforme. Avec force, virtuosité, et humour, Ananda Devi brise le tabou du corps et expose au grand jour les affres d'un personnage qui reflète en miroir notre monde violemment intrusif et absurdement consumériste.


- Millenium blues
de Faïza Guène
Éditions Fayard / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Le monde a changé à partir du forfait Millénium. Désormais, on se parlerait sans limites. On pourrait se dire autre chose que l'essentiel. La jeunesse devenait Millénium, le monde, sous nos yeux, était en train de devenir Millénium. J'ai le Millénium Blues. Vous l'avez aussi? Est-ce qu'on en guérira un jour?"
De la fin des années 1990 à nos jours, Zouzou promène sur son époque son regard d'enfant, d'adolescente, puis de jeune femme, et enfin de mère, tout cela dans le désordre ou presque. On suit par épisodes, par âges, le parcours tourmenté de ce personnage, reflet de sa génération, bousculée par l'arrivée du nouveau millénaire. Chaque épisode fort de la vie intime de Zouzou est lié de près ou de loin à un événement de notre vie collective. La coupe du monde 1998, le 11 septembre 2001, le second tour de l'élection présidentielle de 2002 ou encore la Grippe A... Mais si le monde change à un rythme de plus en plus rapide, une chose demeure: l'amitié qui lie Zouzou à Carmen, et qui va traverser le temps et les épreuves. Tout commence à Paris, par un accident, en août 2003, en plein cœur de la canicule…


- Mille soleils
de Nicolas Delesalle
Éditions Préludes / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

ls sont quatre, réunis en Argentine par le travail et des passions communes. Vadim le taiseux aime la physique des particules, et le bel Alexandre a installé des panneaux solaires sur les 1 600 cuves de l'observatoire astronomique de Malargüe. Avec ses yeux clairs, Wolfgang est un astrophysicien rêveur, spécialiste des rayons cosmiques d'ultrahaute énergie. Quant au jeune Simon (qui consulte toujours Clint Eastwood avant de se décider), il doit écrire un article sur ces rayons pour le CNRS. Ils ont quelques heures pour parcourir 200 kilomètres de piste et prendre leur avion à Mendoza. Pourtant, en une seconde, leur existence va basculer. Que faire quand le drame survient et que, du haut d'un volcan, seul le ciel immense de la pampa vous contemple? Avec ce huis clos à ciel ouvert, Nicolas Delesalle signe une histoire d'une intense émotion parcourue de paysages sublimes, d'instants tragiques mais aussi d'humour et de poésie. Un roman envoûtant, qui reste longtemps en tête une fois le livre refermé.


- Nos souvenirs sont des fragments de rêves
de Kjell Westö
Éditions Autrement / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

"La première fois où j'ai fait l'amour avec Stella, j'ai su que je ne pourrai jamais plus vivre sans: elle passera toujours avant les convenances, la carrière, avant même la morale".
Helsinki, années 1970. Stella, Alex et leurs amis sont remplis d'ambitions et de hautes espérances. Dans la fougue de l'adolescence, ils font les quatre cent coups. Mais une passion dévorante vient troubler leur insouciance, et arrive le temps de l'âge adulte et des compromis. Mais oublie-t-on jamais son amour de jeunesse? Porté sur cinquante ans par un souffle irrésistible, ce roman est le portrait sensible d'un amour destructeur et de l'éveil au monde de toute une génération. Au sommet de son écriture, Kjell Westö tire avec brio les fils du destin.


- Play boy
de Constance Debré
Éditions Stock / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une femme enchaîne les conquêtes amoureuses. Héritière d'une dynastie célèbre, avocate en rupture de ban, sa vie tourne autour de la sensualité et de la séduction.
"J'ai même pas osé mettre la langue la première fois que j'ai embrassé une fille. C'était après Laurent. Avant je savais mais c'était théorique. J'ai fait un effort pour la deuxième. Je lui ai roulé une vraie pelle. Ça m'avait flattée comme un mec qu'elle soit mannequin. On progressait. J'avais toujours peur, mais moins. Sauf qu'à chaque fois on en était restées là. Ou plutôt elles en étaient restées là avec moi. Des hétéros qui se posaient vaguement la question et qui avaient calé. Des filles plus jeunes que moi, mais des filles comme moi".


- Quand Dieu apprenait le dessin
de Patrick Rambaud
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Venise la récalcitrante excite les convoitises et s'exaspère du pouvoir de Rome. Le 31 janvier 828, le doge de Rialto envoie deux tribuns en mission à Alexandrie pour ramener par tous les moyens la dépouille momifiée de saint Marc. Sous la protection d'un évangéliste de cette renommée, Venise pourra traiter d'égale à égale avec Rome et fonder ainsi une république de mille ans. Le roman d'une époque méconnue, racontée avec brio et ironie par Patrick Rambaud.


- Tina
de Christian Laborde
Éditions Du Rocher / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quand Tina danse au bal du 14 juillet, à Lussac, ses cheveux se soulèvent comme un orage. Elle danse, change de cavalier et fredonne La Femme à la rose, la chanson d'Emma Liébel que Placidie, sa grand-mère, chantait en taillant ses rosiers: "Voici mon cœur/qui veut m'aimer/Voici mes bras/pour s'y pâmer…" Tina est une femme libre dans un pays qui ne l'est pas. La France est occupée, la maison familiale réquisitionnée. Aux bottes allemandes succèdent les tondeuses de l'épuration. Pour rester vivante, sauver sa chevelure flamboyante qui lui donne des airs de Veronica Lake, Tina s'enfuit et trouve refuge à Toulouse, où le hasard fait des miracles, où les poètes sont chez eux.


- Toni
de Line Papin
Éditions Stock / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

"J'ai eu envie d'écrire Toni parce qu'aussi vite qu'un météore, il est venu, puis reparti de notre vie. Il me fallait coucher par écrit ces quelques souvenirs qui me restaient de lui afin de les graver, qu'ils ne s'envolent pas comme lui s'est envolé, à jamais". De Hambourg à Berlin, Toni nous plonge dans l'insouciance de la jeunesse et des nuits magnétiques rythmées par les fêtes clandestines.


- Trois filles d'Eve
de Elif Shafak
Éditions Flammarion / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Mariée à un riche promoteur, Peri assiste à un grand dîner dans une somptueuse villa du Bosphore. Au cours du repas, chacun commente les événements dramatiques que traverse la Turquie pendant qu'elle repense à sa jeunesse, à l'affrontement entre son père laïc et sa mère très pieuse, puis étudiante à Oxford entre ses deux amies: Shirin, Iranienne émancipée, et Mona, musulmane pratiquante et féministe. Elle se remémore aussi sa rencontre avec Azur, le flamboyant professeur de philosophie qui les a réunies. Cette soirée pas comme les autres fera ressortir les contradictions de la femme d'aujourd'hui et les impasses dans lesquelles se débat une société coincée entre tradition et modernité. Elif Shafak signe une satire violente de la bourgeoisie stambouliote comme du fanatisme religieux, également aveugles aux aspirations d'une jeunesse en quête de vérité et de liberté.


- Un homme en vue
de Roger Béteille
Éditions Le Rouergue / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Rodez. Années soixante-dix. Automne radieux. La pierre donne un formidable coup de jeune à la ville et bâtit les réussites des hommes en vue. René Marcillac? Solide, estimé, respecté. Sans histoires. Depuis sa vaste demeure campée en haut de son parc, la Vernière, il a vue sur la ville, son champ de bataille de bâtisseur, sur ses semblables, sur les mondanités, les jeux de pouvoir et d'argent. Mais s'il rentre d'une échappée en Afrique, c'est qu'il a eu besoin d'une parenthèse de solitude, loin de son épouse Antonine, avec laquelle les sentiments s'entretiennent désormais d'habitudes plus que de passion. Or, son beau-fils Charles, qu'il a élevé comme s'il en était le père, lui révèle sa décision de se présenter à la députation. Tandis que sa femme tisse de mystérieux réseaux d'influence, Marcillac ne tarde pas à devenir la cible d'insidieuses menaces. Et alors que les mêmes sentiments de vulnérabilité et d'indécision qu'avant son voyage africain s'insinuent à nouveau en lui, une femme inattendue s'impose soudain dans sa vie. Avec ce roman des vérités sans fard, Roger Béteille livre la peinture d'une société en mue rapide, de laquelle, au-delà des faux-semblants, sourdent les tensions et les secrets du présent ou du passé. Il fait aussi, dans toute sa complexité, le portrait d'un homme à sa maturité, luttant contre les incertitudes de la cinquantaine, quand la route de l'existence semble franchir un col.


- Un regard de sang
de Lina Meruane
Éditions Grasset & Fasquelle / 10 janvier 2018


Le Titre du Roman

Avec Ignacio et quelques amis, Lina se trouve à une soirée lorsque survient la catastrophe qu'elle redoutait depuis longtemps. Son ophtalmologue lui annonce qu'elle devra attendre plusieurs semaines avant de pouvoir subir une intervention chirurgicale, il lui suggère de partir se reposer auprès de sa famille à Santiago du Chili. Retour dans la ville de son enfance, plongée dans les souvenirs d'une vie qui lui semble déjà lointaine. Quand Ignacio la rejoint, Lina le guide dans cette cité devenue floue et qu'elle bâtit d'images passées. Elle compense sa vue diminuée par ses autres sens, par le fantasme aussi, en attendant le retour à New York et la délicate opération. Un regard de sang est un texte qui ne ressemble à aucun autre. Lina crée un monde de songes et de poésie, un monde rongé par la peur de la cécité. Aussi inquiétant qu'envoûtant, ce livre raconte la maladie et l'espoir, l'amour et la nostalgie. Une lecture bouleversante.    


- Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux
de Martha Hall Kelly
Éditions Charleston / 09 janvier 2018


Le Titre du Roman

À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c'est tout son quotidien qui va être bouleversé. De l'autre côté de l'océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, renonce à son enfance pour rejoindre la Résistance. Mais la moindre erreur peut être fatale. Quant à l'ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre de montrer enfin toutes ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes. Les vies de ces trois femmes seront liées à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes. À travers les continents, de New York à Paris, de l'Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l'Histoire n'oublie jamais les atrocités commises.


- Une vie minuscule
de Philippe Krhajac
Éditions Flammarion / 05 janvier 2018


Le Titre du Roman

Phérial a quatre ans et s'apprête à entrer dans un orphelinat pour enfants en régression. Loin de se douter que le chemin sera périlleux, il traverse sa réalité d'enfant abandonné en se jouant comme il peut du cortège des misères sans fin, des familles d'accueil, des éducations aux mille règles, mille abus, mille mensonges. Ne perdant jamais de vue son désir profond: retrouver peut-être, un jour, sa maman, il avance sans relâche et au cours de ses péripéties rencontre trois femmes d'exception. Trois fées, n'est-ce pas d'excellent augure pour que l'enfant puisse devenir le fils du père, le fils de la mère puis l'homme qu'il doit être? Récit initiatique des temps modernes, Une vie minuscule est un premier roman dans lequel la poésie, portée par une magistrale fureur de vivre, gifle tour à tour déception et tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Sam 6 Jan - 16:21

- 1144 livres
de Jean Berthier
Éditions Robert Laffont / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s'était transformée en livres".
Ainsi s'exprime le narrateur, né sous X, bibliothécaire de profession, qui voit sa vie bouleversée par la lettre d'un notaire. Il y apprend que sa mère biologique, dont il ignore absolument tout, vient de mourir et lui laisse un héritage singulier: 1 144 livres. Que penser de ce geste? Faut-il accepter l'héritage de quelqu'un qui vous a abandonné? Qui était la femme cachée derrière ces ouvrages? Seront-ils le chemin vers une mère retrouvée? Cet événement confronte soudainement le narrateur à ses origines et à son amour des livres.


- Ariane
de Myriam Leroy
Éditions Don Quichotte / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Quand j'ai eu douze ans, mes parents m'ont inscrite dans une école de riches. J'y suis restée deux années. C'est là que j'ai rencontré Ariane. Il ne me reste rien d'elle, ou presque. Trois lettres froissées, aucune image. Aucun résultat ne s'affiche lorsqu'on tape son nom sur Google. Ariane a vécu vingt ans et elle n'apparaît nulle part. Quand j'ai voulu en parler, l'autre jour, rien ne m'est venu. J'avais souhaité sa mort et je l'avais accueillie avec soulagement. Elle ne m'avait pas bouleversée, pas torturée, elle ne revient pas me hanter. C'est fini. C'est tout".
Elles sont collégiennes et s'aiment d'amour dur. L'une vient d'un milieu modeste et collectionne les complexes. L'autre est d'une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L'autre, c'est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu'elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr. Premier roman sur une amitié féroce, faite de codes secrets et de signes de reconnaissance, à la vie à la mort.


- Arrête avec tes mensonges
de Philippe Besson
Éditions 10-18 / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter: "Arrête avec tes mensonges". J'inventais si bien les histoires, paraît-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd'hui, voilà que j'obéis enfin à ma mère: je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d'emblée: pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper.


- Avancez masqués
de Hélène Bonafous-Murat
Éditions Le Passage / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Spécialiste d'art contemporain, Olivia Lespert vivote en écrivant des articles pour le magazine Art Globe. Lors d'un dîner qui lui procure une dérangeante et inattendue fête des sens, elle croise la ministre de la Culture en compagnie d'un photographe célèbre. Peu de temps après, la ministre est assassinée. Olivia se retrouve soudain sollicitée par un correspondant anonyme: il la bombarde de messages cryptés à teneur érotique qui semblent vouloir lui donner les clés du meurtre. Olivia navigue d'interprétation en supposition: qui a tué? Et pourquoi l'assassin frappe-t-il de nouveau? Qu'essaie-t-on de lui dire? Entre les œuvres malsaines du photographe et une exposition de jeunes sculpteurs à Marseille, Olivia tente de lever le voile. Mais du Louvre au Mucem, de la Fondation Vuitton à la piscine d'un grand hôtel parisien, elle se sent constamment épiée et découvre des enjeux qui la dépassent. Roman iconoclaste qui profane les tableaux des grands maîtres, course effrénée vers la quête du sens esthétique contemporain, Avancez masqués est aussi une réflexion sur l'art et la violence, sur la société et ses tabous.


- Avant les singes
de Sibylle Grimbert
Éditions 10-18 / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Sabine rejoint en Suisse, dans un hôtel, son mari qui doit recevoir un trophée pour une invention. Après beaucoup de déconvenues, sa vie, elle en est sûre, va prendre ici un nouvel élan. Mais ce ne sera pas celui qu'elle avait prévu. Car la réalité, soudain, se dérègle. Des femmes qui ressemblent beaucoup à Sabine se mettent à lui tourner autour. Sa mère, qui n'a rien à faire là, surgit tout à coup. Les autres invités se montrent de plus en plus étranges, comme s'ils appartenaient à un autre univers. Quand les portes de l'hôtel se bloquent et que tous se retrouvent prisonniers, les dimensions et le temps s'affolent, font s'entrechoquer les mondes parallèles, les doubles, les époques. Que découvrira Sabine au bout de cette sidérante glissade dans l'inconnu, où même un singe venu du futur aura des révélations à lui faire? La vérité, peut-être.


- BettieBook
de Frédéric Ciriez
Éditions Verticales / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Quel obscur désir anime Stéphane Sorge, critique littéraire respecté, alors qu'il enquête sur une jeune booktubeuse consacrant ses coups de cœur vidéo à des dystopies grand public? Au gré d'une intrigue hypnotique, le bref thriller de Frédéric Ciriez se fait tour à tour drôle, érotique et assassin. Il incarne avec une cruauté loufoque les enjeux actuels de l'industrie culturelle, ses splendeurs déchues, ses leurres en vogue et ses lueurs insoupçonnées.


- Bye bye bird
de François Garcia
Éditions Verdier / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Au milieu des années soixante, Paco et ses camarades débarquent à Bristol pour un séjour linguistique. Très vite, un malaise s'installe au contact de familles anglaises traditionnelles. Mais une jeunesse middle class est en train de s'inventer une façon de vivre à travers les Rolling Stones, les Animals, le Bye bye bird des Moody Blues ou les codes vestimentaires décalés. Un désir de liberté sexuelle s'affirme en même temps que se fait jour une prise de conscience politique. L'adolescent va alors faire l'apprentissage d'un monde nouveau. Au rythme d'une écriture emportée par l'impatience du jeune âge, le narrateur voyage dans ses souvenirs et la mémoire d'une époque qu'il fait résonner avec finesse, sur une tonalité complice et railleuse, comme un présent restitué.


- Calypso
de Anne Luthaud
Éditions Buchet Chastel / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Ne pas avoir de maison, c'est aussi apprendre à quitter sans cesse. Un pas puis l'autre. Être dans un lieu sans imaginer le suivant, en profiter en sachant qu'on n'y sera bientôt plus. Et ce soir? Calypso n'y pense pas".
Calypso attendait depuis plus de deux mille ans que l'on écrive la suite de son histoire. Dans l'Odyssée, elle disparaît du récit lorsque les dieux l'obligent à laisser partir Ulysse. Aujourd'hui, délivrée de toute attache, elle traverse une ville, refusant les lieux qui rassurent et enferment à la fois. Elle quitte tout pour avancer dans un présent fait de liberté et d'oubli. Simon, lui, poursuit en parallèle une odyssée virtuelle. Il vit retiré du monde, entouré d'écrans depuis lesquels il traque, ici et là, les mouvements de la vie. Un jour, les images de l'une, bien réelles, apparaissent dans les écrans de l'autre. Une exploration captivante de notre monde et des images qu'il fabrique.


- Ce bien qui fait mal à l'âme
de Michel Terestchenko
Éditions Don Quichotte / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Au sortir de cette chose difforme et noire, qu'on appelle le bagne, l'évêque lui avait fait mal à l'âme comme une clarté trop vive lui eût fait mal aux yeux en sortant des ténèbres. La vie future, la vie possible qui s'offrait désormais à lui toute pure et toute rayonnante le remplissait de frémissements et d'anxiété". Victor Hugo, Les Misérables
Face au bien qu'incarnent le prince Mychkine ou Aliocha Karamazov, face à l'innocence que porte le beau matelot Billy Budd ou encore face à l'incrédulité de Jean Valjean devant le don insensé de l'évêque de Digne, nul ne reste indifférent: ni les personnages qui gravitent autour d'eux, ni le lecteur qui se trouve, à son tour, sommé de répondre à une expérience existentielle radicale. Telle est la puissance du bien que le nouvel ouvrage de Michel Terestchenko explore dans des exercices de lecture généreux, où se découvre la profonde humanité de l'homme.


- C'est moi
de Marion Guillot
Éditions De Minuit / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Depuis son licenciement, Tristan et moi on vivait côte à côte plus qu'ensemble. Les jours se suivaient et se ressemblaient, les livres s'entassaient par terre et le canapé, qui fait office de lit, à quoi bon le replier? On n'avait pas besoin d'une photographie. Ni de Charlin, pour couronner le tout.


- Cette nuit
de Joachim Schnerf
Éditions Zulma / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Au matin de Pessah, la Pâque juive, un vieil homme se remémore cette nuit si particulière que sa famille rejoue à huis clos et à guichet fermé chaque année, une comédie extravagante et drolatique dont elle a le secret. Il y a Michelle, la cadette qui enrage pour un rien et terrorise tout son monde, à commencer par Patrick, le très émotif père de ses enfants. Il y a Denise, l'aînée trop discrète, et son mari Pinhas, qui bâtit des châteaux en Espagne et des palais au Maroc. Et bien sûr Salomon, le patriarche rescapé des camps, et son humour d'un genre très personnel qui lui vaut quelques revers et pas mal d'incompréhension. Mais en ce matin de Pessah, pour la première fois, Salomon s'apprête à vivre cette nuit sans sa femme, sa douce et merveilleuse Sarah. Un roman au charme irrésistible, émouvant, drôle, et magnifiquement enlevé.


- Dans la baie fauve
de Sara Baume
Éditions Noir Sur Blanc / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

C'est le printemps, dans une petite ville côtière de l'Irlande. Le narrateur de cinquante-sept ans est cabossé par la vie. Trop vieux pour prendre un nouveau départ et trop jeune pour baisser tout à fait les bras, il traîne sa solitude de plus en plus difficilement. Quand il croise la route d'un chien borgne et famélique, il n'hésite pas longtemps: il en fera son compagnon de misère. Leur amitié, d'abord fragile, deviendra indéfectible. Jusqu'à ce que les habitants du coin décident de s'en mêler. Servi par une langue étincelante et une intrigue menée tambour battant, Dans la baie fauve est un roman poignant sur l'alliance de deux êtres abîmés.


- Défaillances
de B. A. Paris
Éditions Hugo&Cie / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Tout a commencé cette nuit-là, dans la forêt. Cassandra ne s'est pas arrêtée pour proposer son aide à la conductrice de la voiture immobilisée sur le bord de la chaussée, en plein orage. Lorsqu'elle apprend le lendemain que la femme a été retrouvée sauvagement assassinée, Cass est assaillie par la culpabilité. Et les coups de fil anonymes qu'elle reçoit désormais chez elle ravivent son angoisse. Elle en est persuadée: quelqu'un l'a vue, ce soir-là. Quelqu'un qui continue de l'observer. Quelqu'un qui pourrait bien être l'assassin. Pourtant ni son mari, ni sa meilleure amie ne prennent ses craintes au sérieux. Et alors que Cass elle-même commence à douter face à ses trous de mémoire de plus en plus fréquents, ses angoisses se transforment en terreur.


- Douces déroutes
de Yanick Lahens
Éditions Sabine Wespieser / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

À Port-au-Prince, la violence n'est jamais totale. Elle trouve son pendant dans une "douceur suraiguë", douceur qui submerge Francis, un journaliste français, un soir au Korosòl Resto-Bar, quand s'élève la voix cassée et profonde de la chanteuse, Brune.
Le père de Brune, le juge Berthier, a été assassiné, coupable d'être resté intègre dans la ville où tout s'achète. À l'annonce de la mort de ce père qui lui a appris à "ne jamais souiller son regard", la raison de sa fille a manqué basculer. Six mois après cette disparition, tout son être refuse encore de consentir à la résignation. Son oncle Pierre n'a pas non plus renoncé à élucider ce crime toujours impuni. Après de longues années passées à l'étranger, où ses parents l'avaient envoyé très jeune, l'homosexualité n'était pas bien vue dans la petite bourgeoisie, il vit reclus dans sa maison, heureux de rassembler ses amis autour de sa table les samedis. Aux côtés de Brune et de Pierre; d'Ézéchiel, le poète déterminé à échapper à son quartier misérable; de Nerline, militante des droits des femmes; de Waner, non-violent convaincu; de Ronny l'Américain, chez lui en Haïti comme dans une seconde patrie, et de Francis, Yanick Lahens nous entraîne dans une intrigue haletante. Au rythme d'une écriture rapide, électrique, syncopée, comme nourrissant sa puissance des entrailles de la ville, elle dévoile peu à peu, avec une bouleversante tendresse, l'intimité de chacun. Tout en douceur, elle les accompagne vers l'inévitable déroute de leur condition d'êtres humains. Russell Banks l'affirme dans sa préface à l'édition américaine de Bain de lune: "Ce qui est indéniablement vrai des personnages de Lahens l'est indéniablement pour chacun d'entre nous".


- Du tout au tout
de Arnaud le Guilcher
Éditions Robert Laffont / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"La jeune femme chantait pour elle-même un air saturé d'émotions. Il y avait du Billie Holiday dans cette mélopée. Elle avait un grain dans la voix qui abrasait la rugosité des jours. Elle prenait pour elle le trop-plein, l'infect et l'insoutenable, et elle le trans formait en chant. Elle prenait ça à sa charge comme pour en libérer l'auditeur. Sa douleur, c'était notre cadeau. Alors, à genoux au milieu de la foule, j'ai fondu en larmes. Je savais que ce que je cherchais existait. Même si j'avais dû mourir, là à quatre pattes sur les pavés, je serais parti l'esprit tranquille. Je l'avais trouvée".
Pierre Pierre est un ultrasensible qui pleure à gros bouillons face à la beauté. Un jour de balade, il rencontre le fantasque fondateur d'une sorte d'arche de Noé remplie d'artistes. Pierre y est embauché, à la recherche d'une voix qui le ferait fondre. Au moment ou il se cogne à la perle rare, sa boîte est rachetée par une multinationale. Très vite, les cadences s'accélèrent et à mesure que les conditions de travail se dégradent, l'arche devient galère. Burn-out en cascade, management absurde et invasion de la vie privée. Arnaud Le Guilcher livre une satire hilarante du monde du travail ainsi qu'un plaidoyer follement poétique en faveur de la liberté de création.


- Edgar et Lucy
de Victor Lodato
Éditions Liana Levi / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Edgar a huit ans, et la peau si blanche qu'elle en est presque translucide. Ultra-sensible et délicat, il vit entre une jeune mère irresponsable, Lucy, et une grand-mère aimante mais rongée par la mort de son fils. C'est sur ce lien fragile qui unit les deux femmes que l'enfant avance comme un funambule dans une existence ponctuée par les rituels et les histoires qu'il s'invente. Mais un jour, le lien se rompt, c'est la chute, et la main secourable qui se tend n'est peut-être pas celle qu'il aurait fallu saisir. Une histoire d'amour et de deuil aux allures de thriller poétique et poignant.


- En camping-car
de Ivan Jablonka
Éditions Du Seuil / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le camping-car nous a emmenés au Portugal, en Grèce, au Maroc, à Tolède, à Venise. Il était pratique, génialement conçu. Il m'a appris à être libre, tout en restant fidèle aux chemins de l'exil. Par la suite, j'ai toujours gardé une tendresse pour les voyages de mon enfance, pour cette vie bringuebalante et émerveillée, sans horaires ni impératifs. La vie en camping-car. Ivan Jablonka


- Encore heureux
de Yves Pagès
Éditions De L'Olivier / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Bruno Lescot est en cavale. Sa jeunesse, il l'a passée à collectionner les délits, jusqu'à son dernier exploit, ce faux braquage qui a coûté la vie à un policier. Aujourd'hui, coupable tout désigné aux yeux des juges, il préfère disparaître. C'est donc sans lui que se déroule son procès, et que s'enchaînent les expertises et les témoignages de ceux qui l'ont côtoyé. Le portrait qui se dessine alors est celui d'un homme de sac et de corde, aux fidélités multiples, prêt à toutes les aventures, pourvu qu'elles défient l'ordre et ses gardiens dont il aime à se moquer. Car Lescot est un ironiste d'un genre particulier, plaçant si haut la liberté qu'il est prêt à la perdre pour un mot d'esprit retors. Encore heureux? Une bombe littéraire. Au lecteur d'allumer la mèche.


- Et ne reste que des cendres
de Oya Baydar
Éditions 10-18 / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Ne reste que des cendres. Des cendres chaudes, brûlantes, des poussières incandescentes au goût âcre: les vestiges des feux allumés par toute une génération qui croyait pouvoir enrayer le mécanisme infernal des dictatures militaires et des fanatismes. Une génération de révolutionnaires, de militants, parmi lesquels la flamboyante Ülkü. Personnage obsédant, amoureuse éperdue, elle traverse la tête haute et le cœur battant les tourmentes politiques et sociales qui ont secoué la Turquie depuis les années 70. Elle qui a vécu dans sa chair la torture et les deuils; dans son cœur: la passion, la fascination et la lâcheté des hommes.


- Et vous avez eu beau temps ?
de Philippe Delerm
Éditions Du Seuil / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Est-on sûr de la bienveillance apparente qui entoure la traditionnelle question de fin d'été: "Et… vous avez eu beau temps?" Surtout quand notre teint pâlichon trahit sans nul doute quinze jours de pluie à Gérardmer… Aux malotrus qui nous prennent de court avec leur "On peut peut-être se tutoyer?", qu'est-il permis de répondre vraiment? À la ville comme au village, Philippe Delerm écoute et regarde la comédie humaine, pour glaner toutes ces petites phrases faussement ordinaires, et révéler ce qu'elles cachent de perfidie ou d'hypocrisie. Mais en y glissant également quelques-unes plus douces, Philippe Delerm laisse éclater son talent et sa drôlerie dans ce livre qui compte certainement parmi ses meilleurs.


- Face au vent
de Jim Lynch
Éditions Gallmeister / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans la famille Johannssen, la voile est une question d'ADN. Installés au cœur de la baie de Seattle, le grand-père dessine les voiliers, le père les construit, la mère, admiratrice d'Einstein, calcule leur trajectoire. Si les deux frères, Bernard et Josh, ont hérité de cette passion, c'est la jeune et charismatique Ruby qui sait le mieux jouer avec les éléments. Seule sur un bateau, elle fait corps avec le vent. Mais lorsqu'un jour elle décide d'abandonner cette carrière toute tracée, la famille explose. Bien des années plus tard, les parents se sont éloignés, Bernard a pris la fuite sur les océans, Ruby travaille dans l'humanitaire en Afrique. Quant à Josh, il cherche inlassablement son idéal féminin sur un chantier naval à Olympia. Douze ans après la rupture, une ultime course sera l'occasion de retrouvailles risquées pour cette famille attachante et dysfonctionnelle. Oscillant sans cesse entre rires et larmes, le roman de Jim Lynch donne une furieuse envie de prendre le large.


- Faire mouche
de Vincent Almendros
Éditions De Minuit / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

À défaut de pouvoir se détériorer, mes rapports s'étaient considérablement distendus avec ma famille. Or, cet été-là, ma cousine se mariait. J'allais donc revenir à Saint-Fourneau. Et les revoir. Tous. Enfin, ceux qui restaient. Mais soyons honnête, le problème n'était pas là.


- Falaise des fous
de Patrick Grainville
Éditions Du Seuil / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

1868-1927: de l'invention de l'impressionnisme à la traversée de l'Atlantique par Lindbergh, un Normand établi à Étretat entreprend le récit de sa vie. Orphelin de mère, jamais reconnu par son père, il s'est installé chez son oncle, dans la splendeur des falaises, après avoir été blessé lors de la sanglante aventure coloniale en Algérie. Sous son regard, un homme peint: c'est Monet. Pour le jeune homme, qui ne connaît rien à la peinture, c'est un choc. La naissance d'un art et d'une époque se joue là, et, dès lors, il n'aura de cesse d'en suivre les métamorphoses, guidé par deux amantes, Mathilde, une bourgeoise mariée, sensuelle, puis Anna, passionnée. Elles l'initient à Monet, présent de bout en bout, mais aussi à Courbet, Boudin, Degas, Flaubert, Hugo, Maupassant… Tous passent à Étretat ou dans son voisinage. De la débâcle de la guerre de 1870 à la découverte de New York, de l'affaire Dreyfus au gouffre de la Grande Guerre, c'est tout un monde qui surgit, passe et cède la place à un autre. Dans la permanence des falaises lumineuses, la folie de Monet affrontant l'infini des Nymphéas. Le tout sous la plume d'un homme qui a beaucoup vécu, beaucoup ressenti, aimé et perdu. Fresque historique vertigineuse, saga familiale et amoureuse, évocation puissante de la pulsion créatrice: avec Falaise des fous, Patrick Grainville signe son roman le plus accompli, le roman d'une vie.


- Félix Austria
de Sofia Andrukhovych
Éditions Noir Sur Blanc / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Felix Austria se déroule à Stanislaviv, l'actuelle Ivano-Frankivsk, autour de 1900. Nous sommes dans l'une des capitales culturelles de la Galicie, province de l'Empire d'Autriche-Hongrie. La vie de cette paisible ville des confins est vue à travers les yeux d'une jeune femme engagée comme cuisinière dans une famille aisée. Le récit explore les destins entrecroisés de Stefania et Adèle, la domestique et sa maîtresse, empêtrées dans une relation fusionnelle qui tournera mal. Dans sa transition vers la modernité, si bien décrite par Musil ou Stefan Zweig, ce monde s'avère à la fois hermétique et incroyablement divers, un brassage d'ethnies, de langues et de religions. À Stanislaviv, les habitants mènent leurs petites affaires: ils éprouvent des amours non partagées, dissimulent leurs secrets dans des armoires, se passionnent pour les sciences ou des spectacles de magie, s'amusent dans les bals et les carnavals. Cependant, malgré sa prospérité et sa stabilité apparentes, cette société porte les ferments de sa propre dissolution. Pour Sofia Andrukhovych, le mythe de la Felix Austria ("Autriche heureuse") évoque un monde disparu, une société tolérante, prospère et multiculturelle. Une plongée dans l'Europe centrale d'avant 1914, où l'on pressent les bouleversements du siècle à venir.


- Fraternelle mélancolie
de Stéphane Lambert
Éditions Arléa / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le 5 août 1850, alors qu'il travaillait à son livre sur la baleine, Herman Melville rencontra Nathaniel Hawthorne, dont le roman La Lettre écarlate, venait de connaître un tel succès qu'il l'avait propulsé au rang de plus grand écrivain américain. Entre les deux hommes allait naître une amitié littéraire aux accents passionnels. Quelque seize mois plus tard, paraîtrait Moby Dick, que Melville dédierait à son nouvel ami. À cette relation complexe de deux êtres qu'un même fond de mélancolie rapproche et que des tempéraments opposés séparent, Stéphane Lambert entrelace des éléments de vie romanesques, et des interrogations sur la création, la fraternité ou le désir. Écrire devient alors une autre manière d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Les dernières parutions   Sam 6 Jan - 16:18

- Gauchère
de Hélène Millerand
Éditions Arléa / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Hélène Millerand, après son dernier livre Bistros, où elle traçait la carte des cafés parisiens qui ont jalonné sa vie de femme, revient avec une retenue élégante pour ne pas sombrer dans la mélancolie, sur ses premières années, de sa naissance dans une famille aussi attachante qu'atypique, qui compte quand même un président de la République, Alexandre Millerand; à ses vingt ans, qu'elle fête comme il se doit à Athènes, au bar de l'hôtel Hymette, sirotant un mojito préparé par un vieux grec d'Alexandrie qui lui fit cadeau d'un principe de vie qui ne l'a plus quittée: il faut cent ans pour apprendre à vivre et cent ans pour vivre après. Ces vingt années fondatrices, elle les raconte avec émotion. La petite fille, qui écoute et observe plus qu'elle ne parle, nous prend par la main et déroule pour nous, les événements qui la marquent. Que comprend des transformations du monde qui va, une enfant recluse dans son monde, celui qu'elle s'est construit, avec détermination, où les engouements et les éblouissements n'ont d’égale que les déceptions et le sentiment violent d'une solitude. Les souvenirs s'entremêlent et pèsent tous leur poids de vie. Le parfum enivrant d'un mimosa compte autant que les premiers émois amoureux. La lecture avide des numéros de Paris-Match, les échos de la guerre d'Indochine et d'Algérie, la grâce d'Audrey Hepburn, la présence d'un frère mort trois ans avant sa naissance, l'amour inconditionnel pour un père et la présence magnétique d'une mère admirée, tout cela forme, à l'estompe, une enfance. Ni plus ni moins qu'une enfance. Celle d'où elle vient et qui l'a faite ce qu'elle est.


- Histoire vraie de nos vies formidables
de Elizabeth Crane
Éditions Phébus / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une mère et une fille se regardent et se racontent au prisme du temps passé. Betsy, aspirante écrivaine, écrit l'histoire de sa mère, Lois, une enfant du Midwest qui a tout quitté dans les années 50 pour embrasser une carrière à l'opéra. En retour, cette dernière confie à sa fille, ses souvenirs. Entre complicité et réconciliation, le livre d'Elizabeth Crane est un entrelacs subtil de tendresse, de regret et d'anecdotes enjouées qui dresse deux portraits de femmes puissantes aux prises avec leurs époques respectives.


- Janvier
de Julien Bouissoux
Éditions De L'Olivier / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Au cours de la restructuration de la grande entreprise qui l'emploie, Janvier est oublié dans son bureau, au fond d'une impasse. Plutôt que de rester chez lui et être payé à ne rien faire, il décide de continuer à se rendre au travail pour y mener, enfin, une vie sans entrave. S'occuper de la plante verte, amorcer une correspondance avec un fournisseur, bénéficier de l'équipement pour s'essayer à la poésie. Mais combien de temps Janvier pourra-t-il profiter des charmes de la vie de bureau avant que la société ne retrouve sa trace? L'écriture sobre et précise de Julien Bouissoux explore la métamorphose d'un homme qui, par un étrange concours de circonstances, s'adonne enfin à l'existence idéale qu'il ignorait vouloir mener.


- Je ne suis pas une héroïne
de Nicolas Fargues
Éditions P. O. L. / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Géralde est une jeune femme de 30 ans. Elle est belle, cultivée, maline mais, voilà, ça ne marche pas avec les garçons. Il faut dire que, bizarrement, elle collectionne les mauvais coups… Pourtant, une rencontre lui redonne espoir: Pierce, un jeune homme néozélandais, posé, séduisant, d'une délicatesse et d'une attention auxquelles elle n'était pas habituée. Cela n'est pas vraiment un coup de foudre, mais une agréable opportunité. La contrepartie est que si elle veut que cela ne soit pas sans lendemain, elle doit rejoindre Pierce en Nouvelle Zélande où il est rentré. Il se trouve que Géralde est noire. Est-ce que cela suffit à expliquer certaines de ses réactions sociales ou amoureuses, ses complexes? Mais déjà les relations avec Pierce, l'accueil de sa famille déconcertée, voire gênée par sa couleur et qui ne trouve qu'à s'extasier sur sa coiffure, préfigurent une rupture qui devient inéluctable. Si voilà Géralde de nouveau libre, c'est pour retomber aussitôt dans les bras d'un séduisant journaliste quadragénaire qui donne une conférence à l'Alliance française de Wellington. Il s'appelle Hadrien, il est blanc. Dès lors commence un ballet, un marivaudage qui ne seront pas sans conclusion mais se prolongeront au-delà de cette conclusion alors que Géralde et Hadrien visitent en amoureux les plus beaux paysages de l'île. Un marivaudage étrange au cours duquel les réserves de Géralde nées de la différence qu'elle pense fondamentale entre eux s'envolent, puis reviennent pour disparaître encore, et revenir sans cesse jusqu'à parfois en faire à ses propres yeux une angry black woman à moins que ce ne soit, à l'inverse, une bounty. Si l'on ajoute à cela qu'elle sauve d'une mort certaine une députée du coin et devient de ce fait, le temps d'un emballement des réseaux sociaux, une vedette internationale, et qu'à l'occasion d'un malaise d'Hadrien elle découvre qu'il lui a caché une double vie, tous les ingrédients d'une crise personnelle majeure semblent réunis. C'est la première fois que Nicolas Fargues prend une femme comme personnage principal et narratrice de l'un de ses romans. Il y poursuit et y approfondit sa réflexion sur les sociétés, sur la passion, les malentendus amoureux et notre solitude. Il s'attache aussi à analyser avec acuité, humour et cruauté toutes les arrière-pensées qui creusent d'infranchissables fossés entre les cultures et les origines.


- Je suis Jeanne
de Caroline Poiron
Éditions Des Équateurs / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Je suis Jeanne… Je souhaite changer d'identité. Je ne veux plus être celle qui souffre. Jeanne est mon patronyme de souffrance, le nom obligé de ma crise. Je suis Jeanne parce que Caroline était une femme heureuse. Cinq ans que mon mari est mort dans mes bras.Cinq ans que mes bras ne le lâchent pas. Je suis Jeanne, oui. Je suis perdue. Je me rattache à la vie en écrivant ces pages".
Caroline Poiron et Gilles Jacquier sont journalistes de guerre. Ils s'aiment. Ils viennent d'avoir des filles jumelles. Le 11 janvier 2012, ils sont à Homs, en Syrie. Ils ne se quittent pas des yeux. Un moment, Gilles s'absente. Il est tué à la dérobée. Assassiné. C'est une mort illégitime. Début d'une autre guerre, intime cette fois. Caroline sombre dans la dépression, se relève, s'occupe de ses enfants. Elle habite le quartier de la Bastille à Paris quand ont lieu les attentats contre Charlie puis le Bataclan. Les crépitements des kalaches la rattrapent sous sa fenêtre. Caroline est atteinte du syndrome post-traumatique. Elle devient alors une autre: Jeanne, le pseudonyme qu'elle utilisait comme signature pour ses photos de guerre. C'est aussi le prénom de sa grand-mère, une femme qui connut les temps noirs de l'Occupation et dansa à la Libération. Ce livre est un témoignage au souffle inouï, où le réel est transfiguré par la spiritualité, le récit du triomphe de la lumière contre le royaume des ombres. Caroline Poiron est journaliste-photographe à France 2. Elle a publié Attentat Express au Seuil en 2013. Elle vit désormais en Loire-Atlantique, au bord de la mer.


- Je voulais leur dire mon amour
de Jean-Noël Pancrazi
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Cela faisait plus de cinquante ans que je n'étais pas revenu en Algérie où j'étais né, d'où nous étions partis sans rien. J'avais si souvent répété que je n'y retournerais jamais. Et puis une occasion s'est présentée: un festival de cinéma méditerranéen auquel j'étais invité comme juré à Annaba, une ville de l'Est algérien, ma région d'origine. J'ai pris en décembre l'avion pour Annaba, j'ai participé au festival, je m'y suis senti bien, j'ai eu l'impression d'une fraternité nouvelle avec eux tous. Mais au moment où, le festival fini, je m'apprêtais à prendre comme convenu la route des Aurès pour revoir la ville et la maison de mon enfance, un événement est survenu, qui a tout arrêté, tout bouleversé. C'est le récit de ce retour cassé que je fais ici". Jean-Noël Pancrazi.


- L'ange du patriarche
de Kettly Mars
Éditions Mercure de France / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Haïti. Lorsque Couz, soixante-dix-neuf ans, convoque sa cousine Emmanuela pour lui raconter de sombres histoires de famille, lui parler d'anges, de démons et d'un karma sauvage, Emmanuela l'écoute à peine, elle considère ces histoires de fantômes et d'esprits vengeurs comme peu crédibles. Pourtant, elle doit bien reconnaître que des choses de plus en plus inquiétantes se passent autour d'elle. Elle commence à avoir peur. Et si les propos de Couz n'étaient pas seulement le fruit d'un esprit dérangé. Kettly Mars nous entraîne dans une histoire haletante aux nombreux rebondissements, alliant souffle épique et moments d'émotion intense, prouvant que la culture vodoue est une source d'inspiration et un incroyable moteur romanesque


- L'arpenteur des ténèbres
de Antoni Casas Ros
Éditions Le Castor Astral / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Antoni est un jeune auteur embauché par le Cabinet des investigations littéraires. Pendant un an, il doit décrire le monde selon une esthétique. Il choisit celle du chaos et une destination: New York. Le monde vit alors sous la menace d'un vaste réseau terroriste visant à instaurer le chaos. Arrivé à New York, Antoni rencontre une street artist, Anca, qui émaille la ville de tags érotiques afin de stigmatiser le puritanisme américain. C'est le début d'une folle passion qui les pousse à sillonner l'Amérique à la recherche de Tomas Emin, écrivain mythique, qu'ils rêvent d'interviewer. Durant leur périple, ils écrivent des fictions qui s'entremêlent avec leur propre réalité. Il convient alors de voguer d'une fiction à l'autre et de gommer les identités: nous sommes ce que nous lisons, ce que nous écrivons.


- L'étang
de Claire-Louis Bennett
Éditions De L'Olivier / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

La narratrice de L'Étang est une jeune femme d'un genre particulier. Son nom? Inconnu. Sa biographie? Tout aussi floue. Elle a abandonné une thèse en cours de route puis elle est partie à la campagne pour changer de vie. En Irlande, apparemment. À côté de la maison qu'elle habite se trouve un étang, auprès duquel elle va souvent se promener. Immergée dans la nature, cette solitaire retrace au jour le jour le récit de sa vie matérielle, faite de tâches domestiques et d'une attention remarquable à l'infra-ordinaire. La relation qu'elle entretient avec le monde extérieur devient de plus en plus intense. Dans ce texte à l'originalité surprenante, Claire-Louise Bennett mêle avec talent les registres de langue, l'humour et le sérieux, et interroge la puissance du langage et sa capacité à habiter le monde.


- L'immense regret qui me conduit sur le chemin de chez moi
de Alain Sevestre
Éditions Phébus / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Elle est arrêtée derrière la porte close. Elle lève la tête vers le plafond de la cage d'escalier, bouche ouverte, cherche de l'air. Elle descend l'escalier en somnambule. En bas, sur du plat, c'est moins évident, elle appuie l'épaule contre les boîtes à lettres, il va falloir sortir. Et puis, ce printemps. Partout, dans les squares, dans l'air, dans les arbres, même si on ne peut plus leur faire confiance, partout, c'est le printemps, le jour plus clair plus tôt, et des gens qui ne savent pas comment s'habiller pour la journée, se ravissent. L'implacable printemps. Elle marche dans la rue. Marcher, c'est facile. Elle marche beaucoup". Alain Sevestre nous offre l'inoubliable portrait d'une femme qui aime.


- L'inconnu me dévore
de Xavier Grall
Éditions Des Équateurs / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Je fus souvent dans ma famille un sujet d'étonnement. Ça continue. Quand, cet été, ma mère m'interrogeait sur mes projets de livres, je lui fis l'aveu que j'aimerais écrire un ouvrage mystique qui pourrait s'appeler Lettre à mes filles sur l'amour de Dieu. La surprise passée, il y eut dans ses yeux une larme de joie. Et mon projet se confirme. Et ma hantise me poursuit. Le temps est venu de transmettre à mes filles un héritage secret. J'aimerais ouvrir mes portes. Raviver les lampes. Indiquer les points fixes sur l'obscurité de la mer. Il n'y a que Dieu. À présent, il va falloir me mettre au travail, tisonner ce feu intérieur, avec un mélange de détresse et de joie. Je dirai tout. Je vais ouvrir le bief. Mes filles, pas trop de bruit. J'ai besoin de silence. (Ce billet a paru dans La Vie en 1969.)
L'inconnu me dévore est la lettre d'un père à ses cinq filles, "ses Divines". C'est un cri d'amour, un cantique à la Terre, une méditation sur la joie d'être au monde. Plus qu'un "livre de chevet", c'est un "livre au chevet", qu'on ne laisse jamais s'éloigner. Qu'on emporte avec soi comme une lampe-tempête. Xavier Grall veille sur nous. Il faut aussi des hommes fragiles pour trouver la consolation.


- L'oubli
de Philippe Forest
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Un matin, un mot m'a manqué. C'est ainsi que tout a commencé. Un mot. Mais lequel, je ne sais pas".
Un homme se réveille, convaincu d'avoir égaré un mot dans son sommeil, incapable de se le rappeler. Une idée s'insinue dans son esprit et prend bientôt l'allure d'une obsession: son langage se défait, sa vie se vide à mesure que les souvenirs se détachent de lui. Un homme, peut-être le même, peut-être un autre, observe l'océan depuis sa fenêtre. Une brume perpétuelle recouvre l'horizon, au loin il s'imagine distinguer une forme qui lui fait signe et qui l'appelle. L'histoire se dédouble, à moins qu'il ne s'agisse de deux histoires différentes dont demeure mystérieux le lien qui les unit. Tandis que les mots et la mémoire s'abîment dans un même précipice, l'univers recouvre amoureusement l'apparence splendide indispensable pour chacun au recommencement de l'existence.


- La belle n'a pas sommeil
de Eric Holder
Éditions Du Seuil / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Une presqu'île qui s'avance sur l'Océan, on y devine le Médoc venteux et ensoleillé de tous les derniers livres d'Éric Holder. L'intérieur de la presqu'île est boisé. Dans une grange au milieu de la végétation épaisse, Antoine a installé sa bouquinerie. L'endroit est quasi introuvable, et, sans l'intervention d'une mystérieuse madame Wong, le libraire crèverait de faim. Antoine paraît heureux dans sa tanière. Il caresse ses spécimens, les habille de papier cristal, nourrit ses chats, s'interroge sur un voleur qui lui chaparde des livres, toujours du même auteur. C'est alors que déboule la blonde Lorraine, une conteuse professionnelle qui tourne de ville en ville. Antoine est vieux, aime se coucher à heure fixe: la belle n'a pas sommeil. Ce sera donc l'histoire d'une idylle saisonnière, mais de celles qui laissent sous la peau des échardes cuisantes. Qui a dit que la campagne était un endroit tranquille? Dans une langue merveilleusement ouvragée, Holder décrit un monde à la fois populaire et marginal, profondément singulier, qu'il connaît comme personne. Le sien.


- La femme qui tuait les hommes
de Eve de Castro
Éditions Robert Laffont / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Jeanne pense souvent au point de bascule. L'instant ou la vie change de cours. Ou l'homme qui n'était qu'un voisin, un parent, un amant, un fonctionnaire, un commerçant, devient un criminel ou une victime. Quand elle compulse ses dossiers, quand elle punaise une coupure de presse sur son mur, c'est ce mystère qui la hante. L'instant ou le passé, le présent et l'avenir cristallisent sans remède".
Paris, 2017. Saint-Pétersbourg, 1909. Une rencontre sur un quai de métro. Un hallucinant fait divers. Un voyage entre deux mondes ou se noue le destin d'une couturière octogénaire, d'un écrivain coureur de jupons, du jeune Lénine et d'une terrible justicière. Une comtesse savoyarde y côtoie un poseur de rails et un cirque ambulant. De la Russie prérévolutionnaire au Paris littéraire, mêlant humour, tendresse et gravité, Eve de Castro nous embarque, nous bouscule, nous envoûte.


- La folie des autres
de Jordi Bonells
Éditions Robert Laffont / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Dans ce roman épique à l'écriture flamboyante, Jordi Bonells relate les aventures d'un jeune psychiatre latino-américain, féru de philosophie, d'échecs, de littérature et de révolution. Assistant en 1969 dans la toute récente université de Vincennes, le voilà chargé de répandre son savoir auprès d'une trentaine d'étudiants envoûtés par ce nouveau Gombrowicz qui les entraîne à travers les délires d'un vingtième siècle apparemment imaginaire. Périple qui les conduit du Moscou des grandes purges à l'Argentine de Perón, de l'Allemagne nazie à la Chine de la révolution culturelle, de l'Europe d'avant-guerre à la région amazonienne de Lago Agrio en Équateur, auprès de populations indiennes. Dans ce monde convulsé qui annonce et préfigure le nôtre, nulle folie n'est la "vraie" folie, ni aucune raison la "vraie" raison. En chacune d'elles on retrouve le grotesque reflet de l'autre, faisant du rire le seul possible réconfort.


- La guitare bleue
de John Banville
Éditions Robert Laffont / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Oliver Orme, vous le savez sans doute, est un peintre dont le talent est reconnu dans le monde entier. Ce que vous ignorez encore, c'est qu'il a cessé de peindre, en proie à des doutes esthétiques. Et qu'il a passé sa vie à voler des choses de valeurs diverses à son entourage, non par cupidité mais par goût, éprouvant un plaisir quasi érotique à subtiliser des objets. L'un de ces objets subtilisés à d'autres, en l'occurrence à son ami Marcus, est Polly, dont il fait sa maîtresse. Mais, tout comme il a fui son épouse Gloria, il finit par la laisser un jour ou il ressent le besoin de se réfugier dans sa maison natale, aussi délabrée soit-elle. Or bientôt Polly le retrouve, et leur histoire d'amour renaît de ses cendres. Entre passion, désillusion, jalousie et égoïsme, Oliver déverse le flux de ses pensées comme il brossait autrefois ses toiles, cherchant toujours le mot juste, pour être le plus vrai possible, si tant est que le vrai existe en ce monde.


- La mise à nu
de Jean-Philippe Blondel
Éditions Buchet Chastel / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Louis Claret est un professeur vieillissant qui habite en province. Séparé de sa femme depuis quelques années, ses filles vivant désormais des vies très différentes de ce qu'il avait imaginé, il se laisse bercer par le quotidien. C'est sans réfléchir et pour remplir une soirée bien vide qu'il se rend au vernissage d'une exposition de peintures d'Alexandre Laudin, un ancien élève, jadis très effacé mais devenu une célébrité dans le monde artistique. Il ne se figure pas un seul instant à quel point ces retrouvailles avec Laudin vont bouleverser sa vie. La Mise à nu parle de ce qu'on laisse derrière soi, au bout du compte. Des enfants. Des amis. Des livres ou des tableaux... Jean-Philippe Blondel, dans une veine très personnelle, évoque avec finesse ce moment délicat où l'on commence à dresser le bilan de son existence tout en s'évertuant à poursuivre son chemin, avec un sourire bravache.


- La petite famille
de Sophie Avon
Éditions Mercure de France / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Depuis la naissance du petit Sacha, les relations entre Camille et Ron se sont dégradées. Lorsque Camille renoue avec Nina, une amie d'enfance qu'elle n'a pas vue depuis sept ans et qui vient leur rendre visite à Amsterdam, les deux jeunes femmes retrouvent leur complicité d'antan. Nina s'installe plus longtemps que prévu: peu à peu, elle remet de l'ordre dans l'appartement négligé, s'occupe de l'enfant, apaise les relations du couple. Les trois adultes et l'enfant forment désormais une petite famille dont l'équilibre est miraculeux, à la fois idéal et transgressif.


- La vie princière
de Marc Pautrel
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

"Puisque le Domaine est une propriété privée et qu'il ne passe ici qu'un ou deux véhicules par jour, nous marchons en plein milieu de la chaussée, la route nous appartient, on dirait qu'elle a été tracée pour nous seuls au milieu des vallons, percée à flanc de coteau puis parfaitement aplanie, égalisée et goudronnée uniquement pour que toi et moi puissions y marcher tous les deux côte à côte le plus confortablement possible, et parler, parler sans cesse, expliquer, imaginer, se souvenir, inventer, interroger, démontrer, raconter, échanger nos idées, nos mots, nos vies".


- Le bon cœur
de Bernard Michel
Éditions La Table Ronde / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Michel Bernard, homme de l'Est, s'intéresse ici à la figure la plus célèbre d'une certaine mythologie française. Jeanne d'Arc concentre les grands thèmes de son œuvre, elle incarne, pour reprendre le titre d'un de ses précédents livres, "le corps de la France", un corps que l'on croit détruit mais qui ressuscite sans cesse. Le Bon Cœur est le roman d'une voix, celle d'une paysanne de dix-sept ans qui retint le royaume de France sur le bord de l'abîme, le sauva et en mourut. Elle changea le cours de l'Histoire en réveillant dans le cœur usé des hommes la force de croire et d'aimer.


- Le chant de la cité sans tristesse
de Anosh Irani
Éditions Philippe Rey / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Chamdi, dix ans, n'a jamais quitté son orphelinat en plein cœur de Bombay. Jusqu'au jour où, espérant retrouver le père qui l'a abandonné tout bébé, il franchit le mur d'enceinte et atterrit seul dans le chaos de la grande ville. Chamdi avait toujours imaginé Bombay comme un paradis de couleurs vives qui répondrait mieux au nom de "Kahunsha", la cité sans tristesse. Mais, devenu un gamin des rues qui mendie pour vivre, il découvre une tout autre réalité dans une ville ensanglantée par les émeutes de 1993 opposant violemment hindous et musulmans. L'écriture d'Anosh Irani restitue à la fois la candeur du petit garçon et la dureté de la rue indienne. Tour à tour drôle et poignant, comme le regard dénué de préjugés que Chamdi pose sur le monde qui l'entoure, Le chant de la cité sans tristesse entraîne le lecteur dans une aventure périlleuse et magnifique dont nul ne sortira indemne.


- Le colis
de Anosh Irani
Éditions Philippe Rey / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Madhu est une hijra: née dans un corps d'homme, amputée de ses attributs sexuels masculins, elle est une sorte de troisième sexe, ni homme ni femme. La quarantaine passée, après des années de prostitution, Madhu doit mendier pour vivre et rester auprès de sa gurumai, sa guide. Par l'entremise de cette dernière, Madame Padma, tenancière redoutée, lui confie une mission qu'elle ne peut refuser: s'occuper d'un colis. Les colis, ce sont ces fillettes, vendues par leurs familles pour devenir des esclaves sexuelles, à qui il faut faire comprendre que leur sort est scellé, qu'elles ne pourront jamais s'échapper de Kamathipura, le quartier rouge de Bombay. Beaucoup de souvenirs remontent à l'esprit de Madhu: son enfance engoncée dans un corps qui n'était pas le sien, sa rencontre avec celle qui fera d'elle une hijra, le rejet de sa famille, ses années fastes, puis les regrets, la nostalgie, les remords aussi. Malmenée par la vie, éminemment lucide, Madhu raconte la noirceur du monde dans lequel elle vit. Pour autant, une petite lueur continue à lui dire qu'une rédemption est possible, si ce n'est pour elle, peut-être pour les autres. Anosh Irani signe ici un roman d'une grande puissance, sombre et émouvant. Et fait résonner longtemps chez son lecteur l'âme et la voix de Madhu.


- Le figurant
de Didier Blonde
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

À dix-neuf ans, le narrateur a rencontré Judith sur le tournage de Baisers volés de François Truffaut où ils étaient tous les deux figurants. Quarante-cinq ans plus tard, il cherche à savoir ce qui s'est passé ces jours-là et ce qu'elle est devenue. L'enquête dans laquelle il se lance lui fait traverser un Paris peuplé de fantômes, où ce qui reste du décor et des coulisses du film ne coïncide pas toujours avec ses souvenirs ni avec la réalité. Quelles traces a laissées leur brève histoire? Sommes-nous les acteurs de notre propre vie ou de simples passants? se demande Didier Blonde tout au long de ce roman tissé de réminiscences d'un temps aujourd'hui enfui.


- Le Ministère du Bonheur Suprême
de Arundhati Roy
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Le Ministère du Bonheur Suprême nous emporte dans un voyage au long cours, des quartiers surpeuplés du Vieux Delhi vers la nouvelle métropole en plein essor et, au-delà, vers la Vallée du Cachemire et les forêts de l'Inde centrale, où guerre et paix sont interchangeables et où, de temps à autre, le retour à "l'ordre" est déclaré. Anjum, qui fut d'abord Aftab, déroule un tapis élimé dans un cimetière de la ville dont elle a fait son foyer. Un bébé apparaît soudain un peu après minuit sur un trottoir, couché dans un berceau de détritus. L'énigmatique S. Tilottama est une absence autant qu'une présence dans la vie des trois hommes qui l'aiment. Cette histoire d'amour poignante et irréductible se raconte dans un murmure, dans un cri, dans les larmes et, parfois, dans un rire. Ses héros sont des êtres brisés par le monde dans lequel ils vivent, puis sauvés, réparés par l'amour et l'espoir. Aussi inflexibles que fragiles, ils ne se rendent jamais. Ce livre magnifique et ravageur repousse les limites du roman dans sa définition et dans sa portée.


- Le sang et le pardon
de Nadeem Aslam
Éditions Du Seuil / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

Aux abords de la ville de Zamana, lorsqu'une fusillade éclate entre des tueurs pakistanais et un espion américain, la vie de Nargis bascule. Pris dans les tirs croisés, Massud, son mari, architecte comme elle, épris de beauté et de justice, meurt avant qu'elle ait pu lui avouer son terrible secret. Menacée par un officier des services du renseignement qui la somme d'accorder son pardon au meurtrier américain, Nargis craint que la vérité sur son passé n'éclate au grand jour. Car depuis quelque temps, du haut des minarets de la ville, un inconnu dévoile l'intimité de certains habitants. Dans un pays où les accusations de blasphème sont monnaie courante, ces dénonciations anonymes sèment la terreur parmi la population. Nargis prend alors la fuite en compagnie de deux jeunes gens, Helen, la chrétienne, et Imran, le mystérieux Cachemirien, à la recherche d'un îlot de paix et d'amour, loin de la violence et de la folie des hommes. Par la magie de cette prose lumineuse qui caractérise le style de Nadeem Aslam, le passé et le présent du Pakistan, marqués par la corruption, l'intolérance, mais aussi la résilience et l'espoir, se reflètent dans un même miroir.


- Le syndrome de Garcin
de Jérôme Garcin
Éditions Gallimard / 04 janvier 2018


Le Titre du Roman

L'enfance de Jérôme Garcin a été marquée par deux grands-pères éminents, le neurologue Raymond Garcin et le pédopsychiatre Clément Launay, qui avaient en commun d'être des humanistes, toujours à l'écoute du patient. Ils étaient issus de longues dynasties médicales. Après eux, cette chaîne s'est interrompue. Pourquoi? C'est à cette question que tente de répondre ce livre, croisant l'histoire intime d'une famille et les mutations récentes d'une discipline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Revenir en haut 
Page 1 sur 19Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: Les romans :: 1. Les romans-
Sauter vers: