Le Titre du Roman

AccueilAccueil  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Partagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 18  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:45

- Et les regrets aussi
de Seth Greenland
Éditions Liana Levi / Février 2016


Jeremy Best a deux vies: avocat le jour, poète la nuit. Trentenaire et célibataire, il mène une existence confortable à New-York, tout en se méprisant un peu. Mais deux choses inattendues vont bouleverser sa vie. L'une est blonde, des lunettes en écaille, une dent un peu de travers et un charme irrésistible. L'autre est une grosseur inquiétante au niveau de l'aine. Les deux vont bientôt occuper son esprit, l'assiéger, requérir toute son attention, sans répit. Entre Brooklyn et Long Island, une "Love Story" magnifiée par le regard drôle, tendre et lucide que Seth Greenland porte sur les mauvais choix, les regrets et le temps à ne pas perdre.


- Euphorie
de Lily King
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En 1933, trois jeunes et brillants anthropologues se rencontrent sur les berges du fleuve Sepik, dans le Territoire de Nouvelle-Guinée, alors sous domination anglaise. Inspiré par la vie de Margaret Mead, la célèbre anthropologue américaine qui sut donner du souffle à cette science encore si récente dans les années 30, Euphoria est un roman passionnant où il est question de tribus indigènes, d'ethnocentrisme et de guerres mondiales, mais aussi et surtout de nature, de désir et de possession.


- Hausse de l'abstention
de Philippe Mathieu
Éditions Brumerge / Février 2016


Théo a mis sa vie entre parenthèses. Pas une petite parenthèse. Vingt ans sans rien d'autre que le travail, sa réussite et l'alcool. Vingt ans sans désirs. Vingt ans à réprimer sa violence. Vingt ans de rendez-vous manqués avec son fils. Une vie dépourvue d'intérêt, passée à se prémunir de ces heurts qui pourraient fissurer une digue fragile. Mais Théo est débusqué dans sa tanière. D'abord par Marion qu'il vient de recruter. Ensuite par Marie, nouvelle venue dans le bar où il a ses habitudes. Vingt ans plus tôt, la mère de son fils s'appelait aussi Marie. Sous la simple pression d'un prénom surgi du passé, les années où il connaissait le désir lui reviennent. Mais que peut-on espérer après s'être abstenu de toute relation pendant si longtemps? Ironie, sensibilité et finesse de l'écriture, Hausse de l'abstention, deuxième roman de Philippe Mathieu, dessine le portrait attachant d'un quinquagénaire en plein désarroi.


- Fausse route
de Pierre Merindol
Éditions Le Dilettante / Février 2016


Mérindol, nom rêvé pour un village, ou pour un couteau de poche, l'un qu'on respire fleuri à souhait, l'autre, fidèle, à la main. En l'occurrence, notre Mérindol à nous, Pierre, né Gaston Didier, c'est un zigue de première, complice de Robert "Bob" Giraud, l'auteur du Vin des rues, l'Homère des rades, et Robert Doisneau, l'Orphée du Rolleiflex. Formé après-guerre, le trio triole à souhait quelques années puis s'explose, chacun prenant sa voie : Robert Doisneau devient Doisneau, Giraud reste Bob, se fondant dans son paysage intime, notant, zinc après zinc, les "choses bues" du Paris populaire. Pierre Mérindol, lui, nous apprend Philibert Humm dans sa goûteuse préface, après avoir bezotté pour le galeriste Pierre Loeb, rôdé à la Contrescarpe et poussé une dernière fois, sur scène, la grande Fréhel, s'exfiltre, gagnant Lyon où il se mue en localier au Progrès. De lui nous reste, paru en 1950 aux Éditions de Minuit, aujourd'hui réédité par Le Dilettante, Fausse route. L'histoire d'une paire de drôles, le conteur et son pote Édouard, qui se camionnent la France en tous sens. Ils héritent en cours de route de la Françoise, une drôlesse finaudement mélancolique qui devient leur part à deux, à la pause ou sur les cageots de légumes et finit par se mettre avec Édouard, ouvrant un bar de poche rue Mouffetard. Sortie de route prévisible, hélas, quand se joindra au trio le gars Jules, nigaud ardent et brouilleur de cartes. Sans pause pipi, ni arrêt buffet, au fil de ce road-book noirissime, les routiers de Mérindol taillent la route à la diable, bitume et toiles cirées, en tous sens, panneaux publicitaires succédant à de somptueuses apparitions de villes ou éclosions de campagnes. Le Ciel est aux violents, dit-on, l'enfer aux fous du volant, dont acte.


- Femmes hors-la-loi
de Frédéric Ploquin et Maria Poblete
Éditions Fayard / Février 2016


Autrefois, elles portaient des talons hauts et des bas noirs quand leurs hommes sortaient en costume-cravate. Aujourd'hui, leurs héritières sont plus souvent chaussées de baskets. Celles qui gravitaient au siècle dernier autour des malfrats parisiens, lyonnais, marseillais ou corses étaient serveuses, barmaids ou croupières dans les cercles de jeux, tenaient la comptabilité occulte ou bien géraient en mères maquerelles les maisons de passe. Aujourd'hui, les femmes hors-la-loi ont grandi dans les cités et se sont pour la plupart investies dans le trafic de drogue, l'activité criminelle la plus lucrative du moment, elles sont dealeuses, passeuses, blanchisseuses ou nourrices, sans pour autant laisser tomber les vieilles recettes, à commencer par tout ce qui se rapporte au commerce du sexe. Sans oublier celles qui sont tombées  dans la criminalité par amour, celui d'un homme, d'un frère, d'un clan. Pour donner corps à ce Parrains & caïds  au féminin, Frédéric Ploquin et Maria Poblete ont rencontré ces femmes, ont su tisser des liens avec elles et les ont convaincues de témoigner, de raconter leur vie. Ils ont également souhaité et obtenu l'autorisation de séjourner pendant une semaine dans la seule prison française exclusivement réservée au sexe dit "faible", expression dont on mesurera au fil de ces pages la désuétude. Ces femmes hors-la-loi vous surprendront par leur détermination, leur langage  et leur force de frappe.  


- Gloire tardive
de Arthur Schnitzler
Éditions Albin Michel / Février 2016


La vie du vieux fonctionnaire Edouard Saxberger bascule le jour où un inconnu frappe à sa porte. C'est un jeune poète venu lui dire son admiration et celle de ses camarades pour l'unique œuvre lyrique que publia jadis Saxberger, il y a si longtemps que le vieux monsieur l'a quasiment oubliée. Ramené au souvenir de ses lointaines ambitions artistiques, grisé par ces jeunes qui l'adulent et l'invitent à rejoindre leur cercle, Saxberger oscille entre le rêve de débuter une nouvelle carrière littéraire et la tentation de retrouver la "sourde et molle quiétude" de son existence bourgeoise. Dans ce texte inédit récemment découvert, Arthur Schnitzler fait le portrait d'un vieil homme tourmenté par l'impossible désir de rajeunir, en même temps qu'il brosse le tableau drôle et impitoyable d'un microcosme artistique plus actuel qu'il n'y paraît, où règnent la prétention, la vacuité, la mesquinerie et l'obsession de la publicité.


- Hollywood: dream machine
de Matthew Specktor
Éditions L'Archipel / Février 2016


Quand Beau Rosenwald débarque à Los Angeles, en 1962, il n'a qu'un costume dépareillé et une paire de chaussures de luxe. À la fin des années 1970, il a cofondé et dirige la plus prestigieuse agence de stars d'Hollywood. Par les yeux de son fils illégitime, Nate, le narrateur, on suit Beau et son partenaire se lancer dans une bataille dont les répercussions modifieront en profondeur l'industrie du cinéma. Se croisent alors deux générations d'hommes. Les pères ont réussi malgré d'innombrables revers, mais le déclin les guette. Au début des années 1990, leurs fils, Nate, Severin et Williams, pas encore âgés de 25 ans, avancent à tâtons, cherchent leurs marques, aspirent sinon à la gloire, du moins à se faire une place au soleil. Et font la fête. Une plongée dans les coulisses d'Hollywood, qui dénonce le rôle que joue l'illusion dans nos vies.


- Ici et maintenant
de Pablo Casacuberta
Éditions Métailié / Février 2016


Employé de classe internationale pour hôtel de classe internationale. L'hôtel Samarcanda recrute un nouveau groom. Máximo, dix-sept ans, trois poils de barbe, bien décidé à sortir de l'enfance, se porte candidat. Adolescent solitaire, obsessionnel, passionné par la lecture de revues scientifiques et fasciné par les mécanismes de sa pensée, il est convaincu que cette expérience sera sa véritable entrée dans le monde des adultes. Comme souvent rien n'est conforme à ce qui était prévu, et c'est tant mieux. Passé et futur se bousculent et forment un précipité subtil et drôle, où l'on résout à la fois le mystère de l'origine tout en sautant dans l'inconnu, l'amour peut-être? Où l'on découvre aussi que personne n'est exactement celui qu'on croit: il faut être indulgent. Et même tendre. Ce court roman époustouflant de maîtrise, splendidement écrit, est une des plus belles choses qu'il nous ait été donné de lire sur l'art délicat de grandir.


- Il est mort ?
de Marc Cholodenko
Éditions P. O. L. / Février 2016


Un homme est mort ou plutôt il va mourir, et entérine avant terme son retour à la matière. Voici l'argument, on ne peut plus simple et direct, du nouveau livre de Marc Cholodenko. À partir de là, l'auteur par une prolifération étourdissante de propositions dramatiques, de réminiscences, de raisonnements, d'informations intimes qui mêlent pensée des profondeurs et tours de force syntaxiques, multiplie les occurrences et les occasions d'écriture, de réflexion. Ainsi retarde-t-il l'échéance tout en la rendant encore plus douloureuse, fut-ce au moyen inattendu de l'humour.


- Il était une lettre
de Kathryn Hughes
Éditions Calmann Lévy / Février 2016


À plusieurs décennies d'intervalle… Deux histoires d'amour brisées en plein vol. Deux destins de femmes au cœurs meurtri. Une simple enveloppe peut-elle contenir la clé du bonheur? Et le chagrin d'une femme saurait-il illuminer la vie d'une autre?


- Insaisissable
de Jennifer Dubois
Éditions Robert Laffont / Février 2016


Lorsque Lily arrive en Argentine pour un semestre d'études, elle est enthousiasmée: l'architecture colorée, la nourriture, son mystérieux voisin, tout la libère de l'atmosphère étouffante qui règne dans sa famille, endeuillée par la mort, avant sa naissance, d'une sœur aînée. Sa colocataire, Katy, est assez niaise, mais elle n'est pas venue pour se faire des amis américains, de toute façon. Cinq semaines plus tard, Katy est retrouvée brutalement assassinée dans la maison de leur famille d'accueil. Lily est la première suspecte, et tous les regards se tournent vers elle. Qui est vraiment cette jeune femme de vingt et un ans? Amorale, provocante, instable, pourrait-elle être une meurtrière? Ou est-elle simplement immature, un peu égocentrique, piégée par un système légal que, dans sa naïveté, elle ne prend pas assez au sérieux? Dans les jours qui suivent son arrestation, ces deux visages de Lily apparaissent tour à tour dans les médias et jusque dans les pensées de ses proches. Car les preuves s'accumulent et son indifférence dérange.


- Jackpot
de Denise Bombardier
Éditions Fayard / Février 2016


Machines à sous, roulette, crap, blackjack, baccara, poker: pourquoi tant de gens vont-ils au casino? Comment et pour qui les machines à sous sont-elles conçues? Après avoir fréquenté des casinos partout sur la planète, Denise Bombardier pose un regard lucide et décomplexé sur ces temples modernes du dieu Argent et sur ceux qui les hantent. Ce ne sont pas les victimes du jeu pathologique qui retiennent son attention, mais ces innombrables joueurs à la recherche d'évasion ponctuelle. Dans cet essai surprenant et dérangeant, celle qui se qualifie de "joueuse d'expérience" se penche sur le phénomène grandissant du jeu et du casino. Un style incisif, une analyse éclairée, des propos qui vont à contre-courant: du Denise Bombardier au mieux de sa forme.


- Je me souviens de tous vos rêves
de René Frégni
Éditions Gallimard / Février 2016


L'automne en Provence est limpide et bleu, ce n'est pas une saison, c'est un fruit: les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d'odeurs. Mais si l'écrivain-flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. Les femmes sont aussi très présentes, les servantes d'auberge longuement contemplées, ou Isabelle, "la fiancée des corbeaux", auprès de qui l'écrivain trouve paix et bonheur. Qu'il s'agisse de raconter la mort d'un chat ou la surprise d'entendre une femme qui jouit dans la maison voisine, à chaque page de ce livre vibre une émotion simple et sincère.


- Je mourrai une autre fois
de Isabelle Alonso
Éditions Héloïse d'Ormesson / Février 2016


1931. Dans la douceur de Madrid, Gelín et ses parents savourent la victoire: la République vient d'être proclamée, sans coup de feu, proprement. Les regards se tournent vers l'avenir. Pourtant, la menace de l'extrême droite assombrit la liesse et vient saper les espoirs de la famille. Bercé par des idéaux résolument libéraux, égalitaristes et anticléricaux, Gelín, avec la fougue de ses quinze ans, s'engage "pour botter le cul des fachas". Mais ses convictions se heurtent vite à la réalité du champ de bataille. Sous des allures de conte initiatique, Je mourrai une autre fois est le récit d'un monde fracassé par une guerre fratricide où seul l'amour inébranlable de la liberté vaut pour ne pas sombrer. Isabelle Alonso donne vie à un grand roman espagnol, optimiste et émouvant.


- Je ne suis pas un homme qui pleure
de Fabienne Kanor
Éditions JC Lattès / Février 2016


Fabienne Kanor au sujet de son roman: "À l'origine, il devait être question d'amour ou plutôt d'histoires d'amours inachevées, ou parce qu'elles s'achèvent mal ou parce qu'elles ne commencent jamais. J'imaginais une histoire légère comme un milieu d'été avec une femme qui parle beaucoup et des hommes qui passent trop vite. C'est après l'avoir écrite, que j'ai réalisé ce que j'en avais fait. Je crois y avoir glissé autant de rire que de colère, autant de petites choses qui font battre le cœur que quelques réflexions plus profondes sur notre société française". L'héroïne de ce roman est écrivaine. Au lendemain d'une rupture sentimentale qui fait mal, elle a peur de ne plus savoir aimer, de n'avoir rien de bon à écrire, de ne pas exister dans une société où elle n'a pas de place. L'a-t-elle perdue, cette place? En a-t-elle seulement déjà occupée une? Ce sont ces questions-là qu'elle se pose et d'autres, comme: Comment se débarrasser d'un amant encombrant? La magie antillaise est-elle encore efficace? Quand faut-il confesser à sa mère qu'elle ne sera jamais grand-mère? Qui est Maya Angelou? Elle se souvient des hommes qu'elle a aimés, de ses histoires d'amour qui l'ont souvent menée en Afrique. C'est là qu'elle est devenue romancière, qu'elle a commencé à penser, à regarder le ciel pour voir si Dieu y était. Je ne suis pas un homme qui pleure est un livre bouleversant. Il dit la quête d'une femme, le mensonge des origines, les rêves toujours déçus des mères, les hommes qui s'enfuient et ce qu'ils laissent, et l'écriture qui emporte tout.


- Jeunes loups
de Colin Barrett
Éditions Payot & Rivages / Février 2016


Coup d'essai, coup de maître. Avec Jeunes loups, Colin Barrett frappe fort dès son premier livre. Comparé aux Gens de Dublin de James Joyce par la presse anglaise, lauréat du prestigieux Frank O'Connor Short Story Award, ce recueil de nouvelles dresse le portrait d'une jeunesse irlandaise en plein doute.


- Je voulais juste vivre
de Yeonmi Park
Éditions Kero / Février 2016


Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs: la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable et le risque permanent d'être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n'est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d'épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud. À 22 ans, Yeonmi est désormais une combattante: c'est l'une des plus influentes dissidentes nord-coréennes et une activiste reconnue des droits de l'homme.


- Jours de miel
de Eshkol Nevo
Éditions Gallimard / Février 2016


Quand le riche Américain Jeremiah Mendelstrum décide de faire un legs à la Ville des Justes, en Galilée, afin que la municipalité y édifie un bain rituel à la mémoire de son épouse décédée, il ne sait pas encore que ce don va tout changer pour Anton et Katia, nouveaux immigrants russes dans un quartier excentré de la ville. Ni que les vies de la séduisante professeure de clarinette Yona et de Naïm, un jeune Arabe israélien chargé des travaux, seront bouleversées par ce chantier. Ni que leurs chemins croiseront celui de deux anciens kibboutzniks, Ayélet et Moché, venus dans la Ville des Justes après leur retour à la religion mais dévorés par une passion jamais éteinte. Tous se cherchent, se fuient, se retrouvent, parfois, pour mieux se perdre. Car les personnages de ce truculent roman sont tous en quête de l'autre moitié de leur âme. Mais il est aussi question d'espionnage militaire, de miracles, d'ornithologie, de musique et de religion, des premiers chagrins d'amour et des érections perdues, de pérégrinations en Inde ou au Costa Rica, puis de ces jours de miel que la vie nous accorde parfois, "quand deux êtres humains se rencontrent au bon moment et se transforment en un lieu, un lieu authentique, chacun pour l'autre".


- Juliette dans son bain
de Metin Arditi
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Ronald Kandiotis est richissime. Riche et droit, transparent et humble, un mécène amoureux des arts, un homme exceptionnel en somme. Mais peut-on devenir milliardaire sans dommages? Kandiotis est-il celui qu'il prétend être? Pourquoi les ravisseurs qui ont enlevé Lara, sa fille unique, exigent-ils la publication de dix histoires révélant ses crimes? La presse se déchaîne.


- L'ancêtre en Solitude
de Simone Schwarz-Bart et André Schwarz-Bart
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Louise est l'enfant Solite, la descendante de la Mulâtresse Solitude, grande figure de la résistance des esclaves noirs à la Guadeloupe. Dans la plantation de Mme de Montaignan, portée par l'admiration et la crainte qu'elle suscite auprès de ses pairs, Louise est au centre de l'attention. Se pourrait-il que l'ardent désir de révolte et de liberté de son aïeule se soit à nouveau éveillé en elle?


- L'apiculteur de Bonaparte
de José Luis de Juan
Éditions Viviane Hamy / Février 2016


Pourquoi Napoléon a-t-il fait de l'abeille l'emblème de l'Empire? La question obsède Pasolini, l'apiculteur elbois, convaincu que l'esprit de la ruche a inspiré au grand Corse ses plus belles batailles. Lorsqu'en mai 1814, le souverain déchu arrive sur l'île, l'émotion est à son comble. Alors que le rendez-vous est pris entre les deux hommes, on découvre qu'une Société Bonapartiste, déterminée à libérer l'Italie, voit en Napoléon son homme providentiel. Dans cette atmosphère étouffante, où Pasolini devient fou à force d'attendre la rencontre de sa vie, l'empereur d'Elbe ne rêve que d'un retour triomphal sur le devant de la scène européenne. On est le témoin à la fois des conflits intérieurs de Napoléon, des obsessions de Pasolini et du plaisir joyeux et pervers du narrateur. L'Apiculteur de Bonaparte est un récit à plusieurs voix qui s'inscrit dans les marges de l'Histoire, et qui émerveille par son intelligence et sa langue froide et sensuelle au pouvoir hypnotique.


- L'assassin qui rêvait d'une place au paradis
de Jonas Jonasson
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite: il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main? Dédé accourt. Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin.


- L'espion et l'enfant. Mon grand-père, agent de Moscou
de Ian Brossat
Éditions Flammarion / Février 2016


Été 1983. Un petit garçon prend l'avion avec sa maman. Direction Israël, où il va retrouver son grand-père dans un endroit étrange. Il mettra plusieurs années à comprendre qu'il s'agit d'une prison, dans laquelle "Saba" est enfermé parce qu'on l'accuse d'être un espion. Visite après visite, par bribes, lan Brossat reconstitue le passé de cet homme étonnant, de cette famille, la sienne, pas comme les autres. L'histoire commence en Pologne, quand Marcus Klingberg, juif et petit-fils de rabbin, prend la fuite devant l'invasion nazie pour rejoindre l'Union soviétique, où il s'engage dans l'Armée rouge pour combattre les Allemands. Elle se poursuit en Israël où il codirige l'institut de recherche ultra-secret de Ness Ziona. Elle se termine en détention, lorsqu'il finit par avouer que oui, il a transmis des informations à l'URSS. Pendant trente ans, gratuitement et sans regret. Mais pour quelles raisons? Comment? Son épouse était-elle au courant? Pourquoi Israël le gardait-il au secret, jusqu'à changer son nom? Et Ian Brossat lui-même, enfant, de quelle manière a-t-il vécu ces années où, comme son Saba, il se voyait condamné au secret total? C'est cette fascinante épopée familiale, ainsi que le récit de la relation tendre et forte qui unit, malgré l'adversité, ou grâce à elle?, un petit-fils à son grand-père, que cet ouvrage tout en pudeur et fureur dévoile.


- L'étrange mémoire de Rosa Masur
de Vladimir Vertlib
Éditions Métailié / Février 2016


Pour son 750e anniversaire, la petite ville de Gigricht en Allemagne décide de favoriser l'intégration des étrangers: 5000 marks sont offerts à ceux qui auraient quelque chose d'intéressant à raconter. Rosa Masur, vieille Juive russe à qui on ne la fait pas et dotée d'un sens de l'humour à toute épreuve, se porte candidate. Elle a l'anecdote du siècle. Un siècle qu'elle a vécu de bout en bout, avec ses révolutions, ses guerres mondiales, ses soubresauts. Petite Juive dans un village biélorusse où les pogroms ne sont jamais loin, jeune fille émancipée dans la Leningrad des années 20, ouvrière dans une usine textile, puis traductrice de l'allemand. Pendant l'interminable siège de la ville, mère de deux enfants, elle fait du bouillon avec la colle du papier peint, alors que ses voisins dévorent leur canari, ou pire; après la guerre elle doit batailler pour que son fils puisse étudier, l'antisémitisme étant entre temps revenu à la mode. Sorcières, apparatchiks, soldats, cannibales, passeurs, commères défilent dans une épopée menée tambour battant par une femme extraordinaire, drôle, intelligente, et qui n'a pas froid aux yeux. Même face à Staline. Vladimir Vertlib écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant, qui vous emporte à sa suite aussi sûrement que le cours de l'Histoire.


- L'exception
de Audur Ava Olafsdóttir
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


María sera la dernière femme de la vie de Flóki. Le soir du nouvel an, après onze ans de mariage, ce spécialiste de la théorie du chaos la quitte pour un homme. Sans son mari, María ne sait plus trop comment affronter le quotidien. Heureusement, dans la nuit de l'hiver polaire, Perla, charitable voisine, co-auteur de romans policiers, surgit à tout moment pour secourir la belle délaissée.


- L'homme qui voulut acheter une ville
de Jean-François Haas
Éditions Du Seuil / Février 2016


Un homme est mort: "notre ami". Trois personnes: "mon voisin" et "ma voisine", mariés, et le narrateur, passent la journée de l'enterrement à revisiter leur enfance et leur jeunesse pour essayer de mieux comprendre celui qui fut leur ami, son amour pour Gabriella, et son dernier coup de folie: participer sur Internet à des enchères pour acheter la petite ville de Buford, aux États-Unis. De la cérémonie religieuse du matin jusqu'à la soirée dans le bureau de leur ami, en passant par la collation qui suit l'inhumation, puis par une promenade sur les lieux où ils jouaient enfants et une conversation dans le jardin de "ma voisine", leurs souvenirs reconstruisent leur passé. Ainsi revivent-ils une histoire d'amour qui a bouleversé leur jeunesse, mêlée à des instants d'histoire des années 1960-1970 dans une petite ville de Suisse paisiblement xénophobe.


- L'homme sans maladie
de Arnon Grunberg
Éditions 10-18 / Février 2016


Samarandra Ambani, architecte, décroche le contrat d'un opéra à Bagdad. Lorsqu'il arrive en Irak, la horde de gardes du corps qui l'attend présage de la violence démesurée qui va l'aspirer. Puis il débarque à Dubaï pour y construire la Bibliothèque nationale. L'histoire se répète et Sam découvre qu'un passeport suisse n'est pas une garantie de retour.


- L'horizon à l'envers
de Marc Levy
Éditions Robert Laffont / Février 2016


Ou se situe notre conscience? Est-ce qu'on peut la transférer et la sauvegarder? Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l'un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d'explorer l'impossible et de mettre en œuvre leur incroyable projet. Émouvante, mystérieuse, pleine d'humour aussi, une histoire d'amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu'il serait dommage d'en dévoiler plus.


- L'incroyable et audacieuse entreprise de Jack Quinlan
de Janis Cooke Newman
Éditions Les Escales / Février 2016


Dans le New York des années 1940, Jack n'est pas un adolescent comme les autres. Depuis le bombardement de Pearl Harbor en décembre 1941, il a développé un don incroyable. Grâce à une imagination fantasque, l'adolescent peut littéralement "voir" la radio et recrée en détails toutes les émissions qu'il écoute. Après la mort accidentelle de son père, l'imagination de Jack s'étend à d'autres sphères. Persuadé que son père est toujours vivant, il fait l'école buissonnière et parcourt les rues de New York sur ses traces et sur celles des espions nazis qui, il en est sûr, pullulent dans la ville. Quand il tombe sur Jakob, réfugié berlinois, il pense avoir trouvé le méchant qu'il cherchait. Mais la vérité est toute autre. Jakob a fui l'Allemagne et les persécutions du régime car il est juif; il va raconter à Jack son terrible parcours et sa bouleversante histoire d'amour avec Rebecca. Ces deux âmes solitaires vont partager leur chagrin et mettre en commun leurs forces pour accomplir un acte mémorable et héroïque.    


- L'inhabitable
de Joy Sorman
Éditions Gallimard / Février 2016


L'inhabitable, c'est l'habitat indigne, celui où l'insalubrité se décline sous toutes ses formes. Joy Sorman est allée voir de plus près qui en sont les locataires et comment ils y vivent. Elle raconte souvent le "non croyable" alors qu'Éric Lapierre trace l'histoire de cet état des lieux et des programmes successifs de réhabilitation mis en place par la Ville de Paris, qui ont presque éradiqué ce phénomène.


- L'odyssée du pingouin cannibale
de Yann Kerninon
Éditions Brumerge / Février 2016


"Je n'ai jamais pu me résoudre à la médiocrité et à la platitude décevante du réel tel qu'il est. J'ai toujours voulu croire que l'impossible était possible quand même et que, par exemple, si les pingouins décidaient qu'ils portaient des smokings et y croyaient vraiment très, très fort, cela devenait vrai. J'ai toujours voulu croire aux miracles". Actualité délirante, ennui en entreprise, disparition de tout référentiel religieux ou idéologique crédible, impression de folie planétaire. Chacun fait aujourd'hui l'expérience quotidienne de l'absurde. Comme si le nihilisme punk et les sketchs des Monty Python étaient désormais devenus notre quotidien. Mais comment vivre dans ce monde insensé? À la fois récit autobiographique et histoire vraie de Cannibal Penguin, le groupe de "fuck metal pingouin" fondé par l'auteur lui-même, ce livre est une quête à la recherche du sens perdu.


- L'oreille d'or
de Elisabeth Barillé
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Entendre, mais d'une seule oreille. Ne pas entendre comme il faudrait, donc, à l'école, en société, chez soi, mais entendre autre chose, souvent, entendre mieux, parfois. Dans ce récit intime, Elisabeth Barillé évoque son handicap invisible, malédiction et trésor, qui l'isole mais lui accorde aussi le droit d'être absente, le droit à la rêverie, au retrait, à la rétention, voire au refus. "Merci mon oreille morte. En me poussant à fuir tout ce qui fait groupe, la surdité m'a condamnée à l'aventure de la profondeur". Elle revient sur ce parcours du silence: sa vie d'enfant un peu à part, les refuges inventés, les accidents et les rencontres. De l'imperfection subie au "filon d'or pur", Elisabeth Barillé traverse l'histoire littéraire et musicale, dans une réflexion presque spirituelle.


- La coupe d'or
de James Henry
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


"Est-ce que Charlotte Stant va nous rendre plus grandioses?? Oui, je pense. Parce qu'elle est grandiose. Grandiose par sa nature, par son caractère, par son esprit. Grandiose par sa vie". Prince romain ruiné, Amerigo espère sauver la réputation familiale grâce à son mariage avec Maggie, héritière du richissime collectionneur d'art Adam Verver. Mais l'union d'Adam avec Charlotte risque de briser cet arrangement. Seule leur confidente, Fanny Assingham, sait qu'Amerigo et Charlotte ont eu une relation aussi passionnée qu'impossible. Elle va observer, impuissante, les tourments de ce quatuor amoureux qui s'enfonce dans le drame avec tout le raffinement et la discrétion dont les gens de leur condition sont capables.


- La désolation
de Arnaud Vaulerin
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, été 2013: près de deux ans après le tsunami qui provoqua l'arrêt des réacteurs, l'inondation de la centrale et des explosions en série, sur une terre contaminée, des dizaines de grues, pelleteuses, bulldozers et des milliers de silhouettes anonymes s'affairent pour tâcher de réparer la catastrophe qui a déjà chassé plus de 200 000 personnes de la région du Tohoku. Qui sont ces ouvriers courbés et silencieux, occupés à ramasser les débris radioactifs, la plupart du temps sans combinaison? Ce sont les sacrifiés, vaste armée de travailleurs précaires venus œuvrer, par patriotisme sacrificiel d'abord, puis par nécessité financière, au démantèlement de la centrale. Isolés dans leur propre pays, méconnus ailleurs, Arnaud Vaulerin les a suivis pendant plus de deux ans. Souvent sans compétences, sous-payés et broyés par une administration tentaculaire où les sous-traitants sont aussi nombreux que les travaux à entreprendre, ces "gitans du nucléaires" s'exposent à des niveaux de radiations bien supérieurs au seuil maximal sur un site où règnent l'anarchie et la loi du silence. Des villages abandonnés de la côte aux réacteurs irradiés en passant par les bureaux aseptisés de la puissante Tokyo electric power company (Tepco), l'enquêteur est allé à leur rencontre pour découvrir que le pire reste peut-être à venir: niveaux de radiation records, sécurité limitée, travaux effectués à la va-vite, fuites, bricolage et risques médicaux encore méconnus, la catastrophe est loin d'être terminée. Un grand récit, dans la lignée des Proies d'Annick Cojean, les faits sont établis dans une émotion intense, littéraire; ce n'est pas un incident ou une enquête, c'est une plongée au pays de la mort, invisible, impensable, et qui guette tant de pays.


- La figurante
de Abraham Yehoshua
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Noga, harpiste israélienne de l'Orchestre municipal d'Arnhem, aux Pays-Bas, s'apprête à jouer en soliste le Concerto pour flûte et harpe de Mozart, le couronnement de sa carrière. Il lui faut y renoncer lorsque son frère Honi la supplie de revenir à Jérusalem pour occuper le vieil appartement familial afin qu'il ne soit pas récupéré par ses propriétaires avides durant l'absence de leur mère, partie vivre dans une maison de retraite de Tel-Aviv. Lorsque Noga s'installe, son frère lui déniche des rôles de figurante. Elle se prend au jeu, passe de rôle en rôle, libre de toute attache, curieuse de renouer avec un pays et des compatriotes oubliés dans son confortable exil néerlandais. Elle découvre un quartier métamorphosé par les juifs orthodoxes, retrouve un ancien voisin religieux, fait la connaissance d'Eléazar, inspecteur de police à la retraite, éternel figurant du cinéma local, soupirant paternel et platonique. Et voilà que soudain, son passé la rattrape en la personne d'Ourya, son ex-mari.


- La fille aux papiers d'agrume
de Hanns Zischler
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En Bavière, à la fin des années 1950. Une petite ville quelque part dans les montagnes. L'Allemagne se relève à peine des désastres de la guerre, mais comme punie par la division qui la prive désormais d'une part d'elle-même, où que l'on se trouve, ici "à l'Ouest" ou de l'autre côté de la nouvelle frontière intérieure. Dans La fille aux papiers d'agrumes, Hanns Zischler cite un poème de l'Anglais Robert Browning qui propose une relecture de la légende du "joueur de flûte de Hamelin". Le dernier vers, "And everything was strange and new", pourrait servir d'exergue à son roman. Il caractérise en tout cas au plus juste le sentiment d'inconfort éprouvé par Elsa, la jeune fille du titre: après la mort de sa mère, Elsa et son père ont quitté Dresde pour s'installer à l'Ouest, à Marstein, dans les Alpes bavaroises. Le dialecte, les montagnes abruptes et oppressantes, rien, dans ce nouvel Umwelt, qui puisse lui rappeler la ville de son enfance et le vaste paysage des prairies de l'Elbe. L'étrangeté du dehors se double chez Elsa d'une marque distinctive qui tout ensemble l'élit et l'exclut, en la mettant à part de la communauté des jeunes de son âge, de leurs jeux et de leurs courses: Elsa boite. Un camarade de classe attentif, un professeur bienveillant, une nouvelle élève venue d'Angleterre, un colporteur manchot: autant de figures qui sauront pourtant accompagner et soutenir la marche encore hésitante d'Elsa dans ce monde si neuf. Mais il est un premier ailleurs où Elsa a trouvé refuge pour faire corps malgré tout avec le réel et s'aménager "une chambre à soi": les papiers d'agrumes dont elle fait collection, le miracle sans cesse reconduit, inconnu à l'Est, de leur légèreté et de leurs couleurs chatoyantes, avec les mots et les sonorités de langues étrangères qui invitent au voyage et au rêve, les mythologies inconnues et savantes des images qui les ornent.


- La huitième reine
de Bina Shah
Éditions Actes Sud / Février 2016


À l'automne 2007, après plusieurs années d'exil, Benazir Bhutto rentre au Pakistan pour y mener une nouvelle campagne électorale qui lui coûtera la vie. Ali Sikandar, étudiant et reporter pour une chaîne de télévision privée, doit couvrir ce retour. Témoin privilégié dont la trajectoire personnelle est faite de douleurs intimes, de doutes et d'idéaux, il incarne les questionnements de toute une jeunesse qui, face à la confusion et aux dérives du pays, hésite entre engagement et fuite. La force de ce roman est de faire subtilement entrer en résonance présent et passé, d'éclairer les enjeux et contradictions d'aujourd'hui à la lumière d'un passé aux multiples facettes. Le parcours des protagonistes contemporains est ainsi entrelacé de chapitres consacrés à diverses figures politiques, spirituelles ou artistiques ayant forgé l'identité du Sindh à travers les siècles. Car cette œuvre, en prise directe avec une tragique actualité pakistanaise, est aussi à lire comme une ode à une région, terre de convoitises et de déchirements, dont Bina Shah retrace l'histoire et célèbre la richesse.


- La loi de la Guillotine
de Alain Bouzy
Éditions Cherche Midi / Février 2016


Le 4 janvier 1798, un vieux laboureur, Nicolas Fousset, est assassiné dans sa ferme de Beauce, entre Chartres et Orléans. Des brigands, surnommés les "Chauffeurs", l'ont torturé pour savoir où était son or. Il n'est pas le premier, mais cela tourne à l'affaire d'État. Le "petit" juge de paix du canton d'Orgères et un sous-officier de la gendarmerie de Janville vont s'unir contre cette "horde de voleurs et d'assassins" qui terrifie les campagnes. Alors que Napoléon Bonaparte s'empare du pouvoir après son coup d'État du 18 brumaire (9 novembre 1799) qui signe la fin de la Révolution, la bande est arrêtée par deux pelotons de hussards réquisitionnés et jugée à Chartres. Une centaine d'individus sont condamnés et vingt-et-un guillotinés en place publique: la "bande d'Orgères" vient d'entrer dans l'histoire du crime. En se replaçant dans le contexte politique et socio-économique troublé de l'époque, l'auteur fait revivre cette France qui se cherche, entre Révolution et Empire, liberté et dictature, et démonte les rouages d'une justice encore balbutiante dont l'ultime loi est, plus que jamais, celle de la guillotine. Surtout, il corrige moult contrevérités sur cette affaire qui a fait fantasmer les historiens du dimanche, au risque d'en altérer la vraie dimension. Rendant aux protagonistes leur identité, et donc leur humanité, il revisite ce fait divers sanglant qui se lit comme un roman.


- La plage des baleines
de Emmanuelle Terff
Éditions Robert Laffont / Février 2016


"Garance. Gaïa. La même initiale. J'avais juré de venir à son enterrement, une fois, au début de nos conversations. Je croyais qu'elle plaisantait: nous nous connaissions à peine. Elle avait copié-collé ce serment dans le disque dur de son ordinateur qui me l'avait renvoyé le jour de sa mort comme s'il venait d'elle alors que je savais qu'elle n'était plus de ce monde. Un logiciel "souvienstoi" inventé par un informaticien amoureux qu'elle avait détourné de son application première. La même initiale. Garance, Gaïa. On peut se contenter des commencements. La fin? Je connaissais la fin. Voulais-je vraiment connaître le reste?" À la mort de Garance, une de ses amies Facebook qu'elle n'a jamais rencontrée, Alice accepte de satisfaire à ses dernières volontés: disperser ses cendres en quatre lieux qu'elle lui a indiqués. Quatre adresses, autant de moments de sa vie et de personnes qui l'ont partagée. Tout au long de cet itinéraire initiatique, qui la conduit des États-Unis en Grèce avant son retour en France, Alice recompose peu à peu le véritable visage et la destinée secrète de cette femme à l'existence en grande partie virtuelle. Premier conte Facebook, ce roman au style très singulier, poétique et incisif à la fois, explore une nouvelle forme d'imaginaire.


- La planète Nemausa
de Christian Giudicelli
Éditions Gallimard / Février 2016


Tel cet astronome nîmois qui, au XIXe siècle, s'émerveillait d'avoir découvert une petite planète, Christian Giudicelli observe avec une attention passionnée celle qui lui a été donnée, la nôtre, et recrée bon nombre de personnages qu'il y a rencontrés. Grand-mère corse, vieilles demoiselles protestantes des Cévennes, chauffeur de taxi libanais, moine bouddhiste, femmes du monde parisien, écrivains, acteurs, peintres et compositeurs, certains célèbres, d'autres moins, auxquels s'ajoutent les jeunes gens aimés sous divers cieux. Comme ces passants, au détour d'une phrase ou d'un geste, nous révèlent leurs drames et leurs joies, leur part d'étrangeté, ils marchent tout près de nous. Ce sont nos semblables qui nous tendent la main. Il suffit de les suivre.


- La proie du papillon
de Stéphane Soutoul
Éditions Pygmalion / Février 2016


Sulfureux. Indécents. Mortels... Avez-vous déjà entendu parler des Fils d'Eros? On prétend à mi-voix que ces professionnels de la séduction joueraient avec les sentiments et bouleverseraient la vie de leurs victimes. Judith de Ringis est une femme d'affaires aussi douée qu'impitoyable. Pour se débarrasser d'une concurrente gênante, elle requiert les services de l'un de ces mercenaires. Marco, dit le Papillon, s'engage à briser sa proie. Cependant, manipuler les choses de l'amour n'est jamais simple, surtout quand les plus redoutables prédateurs se révèlent, eux aussi, capables d'émotions.


- La secrète
de Héctor Abad
Éditions Gallimard / Février 2016


Ce roman est une histoire d'amour: celle d'une famille d'origine juive, les Angel, pour une ferme cachée au cœur des Andes, La Secrète. Sur cette terre luxuriante, vaste forêt tropicale devenue riche plantation caféière, plusieurs générations se sont succédé depuis un siècle. Trois voix singulières, celles des trois derniers enfants de la lignée, vont alterner pour nous faire découvrir les destins et les rêves qui se sont croisés à La Secrète. Antonio, le fils, jeune violoniste, quitte la Colombie pour vivre pleinement son homosexualité à New York, mais n'oublie pas pour autant le lieu magique de ses origines. Entre deux répétitions, il réécrit la chronique des pionniers qui s'installèrent sur ces versants et y introduisirent la culture du café au XIXe siècle. Pilar, l'aînée, est la gardienne du logis et de l'héritage; elle a promis de ne jamais vendre la ferme et est prête à toutes les compromissions pour cela. Eva, enfin, la brebis galeuse, incarne la fantaisie, le désir d'indépendance, mais également la force et le courage nécessaires pour affronter les menaces des narcotrafiquants, guérilleros et autres paramilitaires. Les lecteurs retrouveront ici toute la finesse et la sensibilité dont Héctor Abad fait preuve lorsqu'il conte la vie intime d'une famille. Mais La Secrète est aussi une histoire à peine voilée de la Colombie contemporaine: l'épopée d'un pays qui, après des années de guerre civile, réapprend à vivre.    


- La tentation de l'oubli
de Belva Plain
Éditions Belfond / Février 2016


Cécile, élégante et fortunée, Norma, spirituelle et complexée, Amanda, blonde beauté sudiste: un trio inséparable depuis l'université, uni par une promesse, celle de rester soudées, quoi qu'il arrive. Alors que Cécile prépare son mariage, ses deux camarades nourrissent elles aussi l'espoir de rencontrer le prince charmant. Si Norma se morfond, persuadée qu'aucun homme ne saura l'aimer, Amanda, elle, est bien décidée à trouver celui qui saura lui offrir une vie meilleure, loin de sa médiocre famille. Et, quand Larry, le frère de Norma, lui demande sa main, la belle accepte sans hésiter, certaine qu'elle finira par aimer cet homme riche et tellement épris d'elle. Mais le destin des trois amies va plonger dans le drame lorsque éclate un terrible scandale. Pour ou contre Amanda? Cécile et Norma vont devoir prendre parti. Peut-on jamais choisir entre le cœurs et la raison? Entre les liens du sang et ceux de l'amitié?


- La trace
de Forrest Gander
Éditions Sabine Wespieser / Février 2016


La violente agression que subit dans sa salle de bains de La Esmeralda, Mexique, un inconnu vêtu d'un tee-shirt Redskins, c'est la scène inaugurale du livre, n'a pas de lien apparent avec le road movie mélancolique qui conduit Dale et Hoa dans le désert de Chihuahua. Dale fait des recherches sur Ambrose Bierce, l'écrivain mort mystérieusement en 1913 après avoir rejoint la Révolution mexicaine. C'est sur sa trace qu'il emmène sa femme, Hoa. Le silence de leur fils les plonge tous deux dans un profond désarroi. L'angoisse les étouffe dans le huis clos de l'habitacle, les heures s'égrènent, à peine rythmées par quelques arrêts dans des lieux désolés. Tout va de mal en pis quand leur voiture tombe en panne. En parallèle de leur expédition, l'agresseur du début, remonté dans son pick-up Dodge après avoir fait un macabre usage du tee-shirt Redskins, convoie son butin depuis une grotte, celle où Dale a trouvé refuge. Égarés au cœur du domaine des narcotrafiquants, ni Dale ni Hoa ne parviennent à déchiffrer les événements dont ils sont les témoins, encore moins à mesurer le danger qu'ils courent. Ce western tragique, et la magnifique histoire d'amour qu'il révèle, puise sa source dans la sombre beauté du territoire où il est ancré: âpre, implacable, minéral et admirablement évoqué par un poète géologue qui incarne le désert comme le personnage essentiel de son roman.    


- La vie avec Lacan
de Catherine Millot
Éditions Gallimard / Février 2016


"Il fut un temps où j'avais le sentiment d'avoir saisi l'être de Lacan de l'intérieur. D'avoir comme une aperception de son rapport au monde, un accès mystérieux au lieu intime d'où émanait sa relation aux êtres et aux choses, à lui-même aussi. C'était comme si je m'étais glissée en lui. Ce sentiment de le saisir de l'intérieur allait de pair avec l'impression d'être comprise au sens d'être toute entière incluse dans une sienne compréhension, dont l'étendue me dépassait. Son esprit, sa largeur, sa profondeur, son univers mental englobait le mien comme une sphère en contiendrait une plus petite. J'ai découvert une idée semblable dans la lettre où Madame Teste parle de son mari. Comme elle, je me sentais transparente pour Lacan, convaincue qu'il avait de moi un savoir absolu. N'avoir rien à dissimuler, nul mystère à préserver, me donnait avec lui une totale liberté, mais pas seulement. Une part essentielle de mon être lui était remise, il en avait la garde, j'en étais déchargée. J'ai vécu à ses côtés pendant des années dans cette légèreté". Catherine Millot.


- La villa
de Peter Nichols
Éditions Nil / Février 2016


Après s'être soigneusement évités pendant cinquante ans, deux octogénaires, Lulu Davenport et Gerald Rutledge, se croisent au marché de Cala Marsopa, une petite ville de Majorque. Une rencontre explosive et fatale. Autrefois, ils étaient pourtant fous amoureux l'un de l'autre. C'était en 1948. L'année de leur mariage et de leur divorce. Que leur est-il arrivé depuis qui justifie une telle hostilité? À rebours de la chronologie, Peter Nichols déroule l'histoire de leur vie passée sous le soleil de la Méditerranée jusqu'à l'événement qui a bouleversé le cours de leur existence, un demi-siècle de désirs insatisfaits et de douloureux malentendus dans un décor caniculaire. On y rencontre la communauté joyeuse et dépravée de la villa Los Roques, petit hôtel tenu par l'envoûtante Lulu, autour de laquelle gravitent producteurs de cinéma, escrocs plus ou moins repentis et autres promoteurs immobiliers. Et on dénoue une autre histoire d'amour contrariée, celle des enfants de Lulu et Gerald. Parce qu'un simple quiproquo peut avoir des répercussions tragiques.


- Le brigand bien-aimé
de Eudora Welty
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


"L'orage s'était apaisé et le corbeau se taisait, mais qui sait s'il dormait?" Il était une fois en Amérique, les forêts vierges du Mississippi, les voyageurs à cheval, les Indiens embusqués, les bandits, les trappeurs aux visages barbouillés de baies écrasées. En ces temps primordiaux les corbeaux savaient dire "Retourne-t'en, mon cœur, rentre à la maison". Et au fond des bois vivaient Clément Musgrove, un planteur innocent, sa fille Rosamonde, belle comme le jour, une marâtre laide comme la nuit et Jamie Lockhart, le brigand bien-aimé.


- Le choix de Betty
de Jane Gardam
Éditions JC Lattès / Février 2016


Le maître des apparences racontait l'histoire de sir Edward (Eddie) Feathers alias le vieux Filth, son enfance coloniale, sa carrière d'avocat international à Hong Kong, son mariage, ses amis et ses rivaux. Le choix de Betty tisse la même histoire mais vue par sa femme Betty. Orpheline dans les camps japonais, jeune fille non conformiste recrutée pour casser les codes à Bletchley Park, Betty a ses propres passions secrètes et ce n'est pas un hasard si Veneering, le rival détesté de Filth au barreau, exerce sur elle une puissante attraction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:42

- Le clan du sorgho rouge
de Mo Yan
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Dans l'empire chinois, bandes armées communistes et nationalistes se vouent une haine sans merci tout en combattant en ordre dispersé l'envahisseur japonais. À Gaomi, le commandant Yu, chef des brigands du lieu, et Dai Fenglian, maîtresse d'une grande distillerie, héros flamboyants de la résistance, mènent les paysans à la bataille. Bientôt, les champs de sorgho seront détrempés du sang de l'ennemi.


- Le cosaque de la rue Garibaldi
de Claude Gutman
Éditions Gallimard / Février 2016


"Grand-Père prétendait avoir été cosaque. J'aurais donc eu le bonheur d'avoir connu le seul cosaque juif de l'Histoire. Il fallait bien que Grand-Père ait été quelque chose pour toute la famille qui l'avait dézingué. Il n'était rien ou si peu de chose. Juste bon à faire bouillir la marmite dans sa boucherie, traînant son yiddish de pouilleux, méprisable aux yeux de tous les assimilés qui l'entouraient. Pour rendre justice à cet homme qui m'a tendrement aimé, j'ai voulu faire revivre ce petit monde de rescapés à Montreuil dans les années 50. Et moi au milieu, enfant arraché à ma mère, à mon kibboutz, à ma langue, j'ai tenté comme tous ceux de ma génération d'échapper au poids de leurs histoires de guerre. Sans le vouloir, ils nous ont pourri la vie. Notre place, il a fallu se battre pour la trouver". C. G.


- Le crime. Histoire d'amour
de Arni Thorarinsson
Éditions Métailié / Février 2016


Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l'avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée. La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu'est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l'écart, elle les hait autant qu'elle les aime. Elle vit loin d'eux, entourée d'amis bien intentionnés, qui l'aiment, eux. Le Crime est l'histoire inquiétante d'une journée fatale, dont le souvenir obsède longtemps le lecteur, épouvanté et désolé de ce grand gâchis que peut être toute vie. Arni Thorarinsson prouve, une fois encore, son immense talent.


- Le désir des collines éternelles
de Louis Trébuchet
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Février 2016


Le titre de cet ouvrage, qui peut paraître énigmatique, est inspiré du chapitre 49 de la Genèse. Le patriarche Jacob, sentant venir la mort, convoque ses douze fils et leur dit: "Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps. Rassemblez-vous, et écoutez, fils de Jacob. Écoutez Israël, votre père". S'adressant à Joseph, le onzième de la fratrie, et après avoir dit de lui qu'il est "le rejeton d'un arbre fertile" dont "les branches s'élèvent au-dessus de la muraille", il déclare: "Les bénédictions de ton père s'élèvent au-dessus des bénédictions de mes pères jusqu'à la cime des collines éternelles: Qu'elles soient sur la tête de Joseph, sur le sommet de la tête du prince de ses frères". "La cime des collines éternelles": magnifique horizon d'espérance, figurant à merveille le message que Louis Trébuchet entend délivrer à ses lecteurs. À travers l'exposé de sa propre expérience d'homme en quête d'harmonie, l'auteur invite chacun à conquérir sa liberté en portant sur soi comme sur le monde un regard lucide et critique. Véritable apologie de la puissance de l'esprit, exempt de toute empreinte occulte ou magique, ce livre témoigne d'une foi inébranlable en la capacité de l'homme à s'élever au-delà du temps fini, à se construire avec discernement, en dépit des tentations matérielles et des futilités du quotidien. La raison épouse le rêve d'infini. Telle est l'utopie dont l'auteur espère être le héraut.


- Le grand marin
de Catherine Poulain
Éditions De L'Olivier / Février 2016


Une femme rêvait de partir. De prendre le large. Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait: à bord d'un de ces bateaux qui s'en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l'humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures. C'est la découverte d'une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, en camarade. Traîne dans les bars. En attendant de rembarquer. C'est alors qu'elle rencontre le Grand Marin.


- Le festin au crépuscule
de Marie-Claire Blais
Éditions Du Seuil / Février 2016


Un grand écrivain, invité à un congrès en Écosse, attend l'arrivée des autres participants, originaires du monde entier. Il craint que les événements politiques au Moyen-Orient, deux meurtres récents, l'un du côté palestinien, l'autre du côté israélien, ne viennent menacer leur pacifique rencontre. Pendant ce temps, à Rome, un jeune compositeur assiste à la création de sa Nouvelle Symphonie. À Manhattan, un romancier tente de faire le portrait d'un jeune criminel. Et en Floride, un enfant atteint du sida découvre l'amitié. Les autres héros, de l'univers de la nuit et de celui de la littérature, accomplissent leur destin, sous le regard intense de Marie-Claire Blais, qui fait entendre leurs voix multiples, toujours attentive à la fragilité de chacun. Ainsi se poursuit la vaste fresque collective d'artistes et de poètes que la romancière canadienne met en scène, de livre en livre.


- Le fils du capitaine
de Nedim Gürsel
Éditions Du Seuil / Février 2016


Sur ses vieux jours, un ancien journaliste relate au magnétophone les événements importants de sa vie. Élevé par sa grand-mère sous la férule d'un père militaire, autocratique et bambocheur qui soutiendra le coup d'État de 1960, il passe une grande partie de sa scolarité comme interne boursier au lycée Galatasaray d'Istanbul. Ces souvenirs d'enfance et d'adolescence sont marqués par l'absence de la mère, morte lorsque le narrateur était très jeune, par la tyrannie et parfois la brutalité du père, par la réclusion entre les murs du lycée que la camaraderie, les blagues de potache, l'éveil de la sexualité rendent un peu moins pénibles. Dans ce récit tour à tour drôle, amer et cynique, émaillé de considérations sur la Turquie d'aujourd'hui et sur son président, affleure à chaque page une rébellion à peine voilée contre l'autorité, qu'elle soit paternelle ou étatique. Un livre émouvant, qui plonge dans la mémoire intime d'un homme épris de liberté, et rappelle les premiers romans de l'auteur.


- Le frère allemand
de Chico Buarque
Éditions Gallimard / Février 2016


Francisco est le fils du célèbre critique littéraire Sergio de Hollander, personnalité très respectée au Brésil. La maison familiale regorge de livres que sa mère range avec un dévouement maniaque, alors que dans la chambre de son frère ce sont les conquêtes féminines qui défilent. Deux choses qui réjouissent tout particulièrement Francisco, lui qui aime conquérir les amantes déçues par son frère et emprunter en cachette les ouvrages de son père. C'est justement dans l'un de ces livres qu'il découvre une lettre écrite en allemand, datée de 1931, adressée à Sergio de Hollander. Le jeune homme fait traduire ce courrier et y découvre l'existence d'un fils que son père aurait eu avec une certaine Anne Ernst, à Berlin. En secret, Francisco décide de retrouver ce frère inconnu qui s'immisce peu à peu dans son quotidien et dans ses rêves, une figure qui l'obsède et le hante. Francisco le poursuit autant qu'il le fantasme, à travers l'histoire revisitée de son père et la recherche de cette Allemande énigmatique. Chico Buarque construit avec une grande finesse cette figure du frère allemand, figure onirique et pourtant bien réelle qui habite un récit passionnant, émouvant. L'investigation, d'où l'auteur fait surgir une œuvre bouleversante, dépasse la quête personnelle pour explorer l'histoire brésilienne et européenne des années 30 jusqu'aux années 60, ainsi qu'un héritage familial silencieux, douloureux.


- Le génie des coïncidences
de J. W. Ironmonger
Éditions 10-18 / Février 2016


Thomas Post, 30 ans et des poussières, est maître de conférences à l'université de Londres. Il fait autorité dans le domaine des coïncidences qui ne sont, selon lui, que le jeu du hasard et de la nécessité. Sa thèse est mise à mal le jour où Azalea Lewis, une jeune femme marquée par la vie, lui lance ce défi: dénouer le fil sinueux de sa vie, gouvernée par un malheureux enchaînement de coïncidences. C'est le début d'un grand huit intellectuel, émotionnel et ludique qui ricoche d'un paisible village de l'île de Man à un escalator du métro londonien, jusqu'à une mission en Ouganda. Une quête de vérité où toutes les surprises sont permises.


- Le goût de l'ombre
de Georges-Olivier Châteaureynaud
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


À travers ces nouvelles ironiques et poétiques dont il a le secret, Georges-Olivier Châteaureynaud nous convie à l'accompagner à l'extrême lisière de la réalité. Un homme apprend sa mort et entre post mortem en résistance, un milliardaire pêche la sirène, un billet de tombola ressurgit vingt ans plus tard. Il est permis d'acheter, ainsi qu'un bibelot original, la momie neuve d'une jeune fille qui se réveille la nuit, parle, chante. Un poète explore, face à la statue de bronze d'un écolier qui ressemble à l'enfant qu'il a été, un musée consacré à sa propre existence. Ce monde ressemble au nôtre dans ses profondeurs, et l'auteur de L'Autre Rive nous y entraîne avec un parfait naturel, par la grâce d'une écriture élégante et précise. Un recueil envoûtant, par un des plus grands nouvellistes français.


- Le grand n'importe quoi
de J. M. Erre
Éditions Brumerge / Février 2016


L'action se déroule le samedi 7 juin 2042, à 20h42. Durant cette minute qui n'en finit jamais, de nombreux personnages vont se croiser dans les rues d'un petit village de la campagne française après l'apparition d'une soucoupe volante et la tentative d'enlèvement d'un villageois par des extraterrestres. Parmi eux, on suivra notamment le destin de: Alex, un réfugié monégasque qui n'aurait jamais dû se rendre avec sa future ex-fiancée à une soirée costumée pleine de culturistes; Lucas, un auteur de science-fiction en panne d'inspiration qui n'aurait jamais dû ouvrir sa porte à Maryline Monreau; le Grand Joël, auteur de L'Incroyable Révélation, un modeste essai qui apporte une réponse définitive aux plus grands mystères de l'univers; Madeleine, maire du village et conceptrice d'une technique imparable pour échapper aux angoisses existentielles; Bob et Douglas, les philosophes du bar local, qui commentent l'action avec l'ampleur lyrique d'un chœur antique (ou presque); et, en guest star, Alain Delon, dans un rôle inédit. Dans ce nouveau roman jubilatoire de J.M. Erre, c'est le monde de la science-fiction qui sert de terrain de jeu. Pour le plus grand plaisir du lecteur, voici des péripéties et des personnages décalés dans une histoire qui traite de mécanique quantique et de peur de l'autre, de paradoxe temporel et de gobage de poulpe.


- Le jardin d'hiver
de Jane Thynne
Éditions JC Lattès / Février 2016


Berlin, 1937. La ville respire la séduction et l'ambition. Mais partout, le danger rôde… Anna Hansen, future mariée, est pensionnaire d'une de ces fameuses écoles créées par Hitler pour former les jeunes femmes dans l'art de devenir la parfaite épouse d'un officier SS. Mais, une nuit, elle est sauvagement assassinée dans les jardins de l'école. On fait vite disparaître le corps. La nouvelle de sa mort est étouffée, son existence oubliée. Clara Vine est actrice dans les fameux studios de la Ufa à Berlin. Mais cette activité en masque une autre, clandestine celle-là: elle est agent au service du Renseignement britannique. Or elle connaissait Anna et la nouvelle de sa mort l'inquiète. Elle n'arrive pas à comprendre pourquoi on l'occulte ainsi. Elle enquête donc, et découvre peu à peu que le meurtre d'Anna est lié à un lourd secret, compromettant les plus hauts dignitaires du troisième Reich. Avec la prochaine visite à Berlin d'Édouard VIII, qui a récemment abdiqué, accompagné de sa femme Wallis, et la présence des célèbres sœurs Mitford qui rivalisent pour occuper le devant de la scène mondaine, Clara se doit d'œuvrer dans l'ombre pour découvrir la vérité et en informer Londres. C'est une voie périlleuse, d'autant qu'elle bénéficie de l'aide d'un de ces artistes juifs taxés de "dégénérés" par Goebbels. La survie de Clara ne tient qu'à un fil. Un mélange très réussi où se rencontrent Histoire, suspense, amour et liaisons dangereuses. Sur un rythme soutenu et avec la montée du nazisme en toile de fond.


- Le livre d'Aron
de Jim Shepard
Éditions De L'Olivier / Février 2016


"Aron, c'est le nom que mes parents m'ont donné, mais mon père dit qu'ils auraient mieux fait de m'appeler "Dans quoi tu t'es encore fourré"". Aron a 8 ans lorsqu'il se retrouve enfermé, avec toute sa famille, dans le ghetto de Varsovie. Pour ce petit garçon pauvre, habitué à se faire corriger, le ghetto est un autre terrain de jeux, nouveau et excitant. Mais très vite, l'horreur s'installe au cœurs de la vie de tous les jours. La faim, le typhus font rage. Comment survivre? Aron fait l'apprentissage du vol et du mensonge. Il découvre, mêlés l'un à l'autre, le sens de l'héroïsme et le goût de la trahison. Et rencontre l'homme qui va décider de son sort: le directeur de l'orphelinat, Janusz Korczak. Désormais, Aron a une mission. Saura-t-il se montrer à la hauteur de ce que l'on attend de lui?


- Le même ciel
de Ludivine Ribeiro
Éditions JC Lattès / Février 2016


Il y a la chaleur. La pinède. La mer. Des jardins moites et des papillons noirs. Et englués dans cette chaleur, six personnages vivant le même été. Un homme nommé Lupo et son drôle de chien. Line, une adolescente que tout submerge. Tom, un petit garçon plein de questions. Enfin Nils et Tessa, un couple qui s'étourdit dans un tourbillon de fêtes. Le frôlement de ces vies parallèles, sous le même ciel. Une nuit, au cours d'une de ces fêtes, une blonde disparaît. Et cette disparition agit comme un détonateur, faisant remonter des choses enfouies. Qui est cette mystérieuse Vanina Silver? Que fuit Lupo? Quel est le secret de Tessa? Au cœur du livre il y a le temps, l'éphémère, la nostalgie, l'idée que tout s'évapore et que seule l'écriture peut empêcher ce désastre, capturer les fugitifs enchantements d'une vie, pour nous en restituer l'éblouissement à volonté.


- Le nez sur la vitre
de Abdelkader Djemaï
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Parce que son fils ne répond plus à ses lettres, un homme prend l'autocar pour le revoir. Le nez collé contre la vitre, il contemple le paysage, mais aussi son propre reflet, en espérant des retrouvailles sereines avec celui qui l'avait fait vieillir d'un seul coup.


- Le red boy
de Emmanuel Pernoud
Éditions Arléa / Février 2016


Un portrait d'enfant qui disparaît, un homme qui part à sa recherche et qui rencontre une femme. Des peintures encore fraîches que leur auteur s'emploie à détruire une à une. Une toile de musée. Quelqu'un la décroche et va la poser sur la chaise du gardien. La photo d'une femme qui sourit. Derrière elle, deux enfants qui vous fixent gravement, enfermés dans un cadre. Les récits rassemblés dans ce livre ont des lieux: musées, églises, appartement d'un collectionneur, hôtel des ventes, ce sont les endroits où l'on trouve la peinture. Les artistes se nomment Corot, Zurbarán, Cézanne, Gainsborough, Bacon, Matisse, Géricault. Les œuvres sont souvent des portraits et les modèles des enfants. On y croise un châtelain solitaire, un malade gardant la chambre, des garçons de café, une milliardaire de notre temps, un peintre amateur de la Belle Époque, une jeune artiste en vue. Qu'ont-ils en commun? De ne pouvoir vivre sans la peinture et parfois d'en mourir.


- Le retour de Russie
de Iegor Gran
Éditions P. O. L. / Février 2016


Docteur Day est directeur d'hôpital psychiatrique. Sa spécialité: les fous qui se prennent pour des personnalités historiques. Il a guéri un Attila, il tente de soigner une Jeanne d'Arc, un de Gaulle, un Freud. On vient de lui confier un Napoléon. Bizarrerie supplémentaire, ce Napoléon est une jeune femme, ce qui ne s'est jamais vu dans les annales de la psychiatrie napoléonienne. Pauline B. est un Napoléon plus vrai que l'original, hautaine dans son attitude impériale, électrisante par son sens du commandement et lucide quant à ses erreurs historiques passées. Se méfiant des médicaments, n'hésitant pas à appliquer des méthodes iconoclastes, le docteur se demande si la meilleure manière de le guérir n'est pas de l'emmener faire un voyage thérapeutique en Russie. Est-ce la fascinante personnalité de cette patiente hors norme qui a déteint petit-à-petit sur le docteur Day? S'y ajoutent les récits d'incroyables trésors pillés à Moscou en 1812. Il suffirait d'aller retrouver quelques caisses d'or pour faire la fortune de l'hôpital en proie à de bien pénibles contraintes budgétaires. Alors ils finissent par y aller, en Russie, où rien ne se passe comme prévu, bien entendu, car ce pays est un endroit maudit pour tous les Napoléon du monde. Gambadant dans un gothique effrayant dont seule la Russie a le secret, ce roman nous embarque dans une épopée à la frontière du fantastique et de la folie. Entre sorcières et bandits, ivrognes et simples d'esprit, charognards et chasseurs de trésors, entre morts vivants et vivants morts, le chemin pour retrouver la douce France est porté par le souffle exaltant de l'aventure.


- Le train de Varsovie
de Gwen Edelman
Éditions Belfond / Février 2016


Quarante ans après, deux survivants du ghetto de Varsovie reviennent dans la ville où leur existence a basculé. Les souvenirs se réveillent, et avec eux les aveux, les secrets. Une œuvre hypnotique où l'amour et la sensualité éclairent un impossible et poignant retour en arrière.


- Le sommeil des objets
de Richard Millet
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Février 2016


"En son sens le plus immédiat, le rebut est la mémoire de l'inutile, tout le contraire du goût de classer: une sorte de déclassement infini, plutôt, ou un retranchement, une dépossession régulière qui, comme la déperdition, est le destin de l'accumulation, même minime, tout finissant par devenir du rebut ou extraordinairement menacé de l'être. Du moins nous rappelle-t-il que nous sommes des prédateurs, les plus singuliers de la Création, puisque nous demandons aux objets perdus, délaissés, abîmés, méconnaissables, reniés, oubliés même, de nous parler de nous plutôt que d'eux".


- Le voyage de M. de Balzac à Turin
de Max Genève
Éditions Serge Safran / Février 2016


En juillet 1836, le duc Guidoboni-Visconti et sa femme proposent à Balzac de les représenter à Turin, tous frais payés, pour une affaire d'héritage. Cela tombe à pic: ruiné, l'écrivain vient de liquider La Chronique de Paris, acquise six mois plus tôt, ce qui met un terme à ses ambitions politiques. Pour l'accompagner dans ce voyage, l'auteur du Lys dans la vallée, le roman vient de paraître, recrute un jeune page prénommé Marcel. Habillée en homme, mariée, mère de famille, elle s'appelle en vrai Caroline et… Claire Brunne de son nom de plume. En route et en Italie certains croient reconnaître George Sand en Caroline ou Marcel. Balzac ne les détrompe pas. Et, bien évidemment, se noue une intrigue amoureuse d'un genre très particulier. Avec un talent digne de son prédécesseur, Max Genève, dans un roman à la sulfureuse malice et discrète érudition, insuffle à un homme épuisé par un travail acharné, harcelé par ses éditeurs et partagé entre ses différentes maîtresses, ce qu'il n'aura vécu que rarement: un moment de joyeuse insouciance.


- Les ailes du désespoir
de Roselyne Durand-Ruel
Éditions Albin Michel / Février 2016


Leur amour, croyaient-ils, serait plus fort que tout. David et Alia, lui juif, elle musulmane, ont choisi New York pour vivre ce bonheur au grand jour. Avec la mort tragique d'Alia, le 11 septembre, le rêve tourne soudain au cauchemar. Peu importe qu'il soit la victime de sa propre machination, David n'a désormais d'autre but que de venger sa femme. Récit vertigineux d'une métamorphose radicale et de la perte de soi qui l'accompagne, plongée terrifiante au sein des réseaux terroristes où politique, grand banditisme et religion se confondent, Les Ailes du désespoir convoque avec une maîtrise rare l'amour, la violence et la haine au cœur de notre monde.    


- Les amours d'Odon et Fulvia
de Edith Wharton
Éditions Flammarion / Février 2016


En Italie, à la fin du XVIIIe siècle, le jeune Odon Valsecca, héritier présomptif du duc de Pianura, grandit dans une ferme. À la mort de son père, on l'envoie suivre à Turin l'éducation d'un aristocrate de son rang. Il y rencontre Vivaldi et son cercle de libres penseurs gagnés aux idées nouvelles des philosophes français. Odon tombe fou amoureux de celle qui les incarne à ses yeux, Fulvia, la fille de Vivaldi. Mais la mort de son cousin fait de lui le duc légitime de Pianura et le force à accéder au trône. Les Amours d'Odon et Fulvia met en scène, à travers cette passion contrariée, le conflit permanent entre l'idéal révolutionnaire et la réalité du pouvoir.


- Les chagrins ont la vie dure
de Catherine Laborde
Éditions Flammarion / Février 2016


Une femme se retrouve seule en compagnie d'un enfant. En fugue? Elle décide de lui parler et de s'en occuper. Mais le veut-il? Et elle-même, que cherche-t-elle? Elle pense aider un enfant, mais ne serait-ce pas plutôt ce garçon qui va la pousser à s'interroger sur sa vie? Et, le temps d'une échappée bordelaise, la replonger dans ses souvenirs pour la guérir de ses fantômes? Dans ce roman tendre et passionnant, Catherine Laborde brosse le portrait d'êtres singuliers et marquants, de ceux qui en traversant nos vies y laissent une empreinte.


- Les coqs cubains chantent à minuit
de Tierno Monénembo
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


À peine arrivé à La Havane, El Palenque, un Guinéen noceur, s'est fait mettre le grappin dessus par Ignacio, sans aucun doute pour ses dollars. Ensemble, ils cueillent les nuits de cette ville affriolante qui pulse au rythme de la salsa. Pourtant El Palenque n'est pas venu que pour le rhum et les muchachas. Il rôde sur les traces de son histoire qui débute au cœur du Cuba agité des années cinquante.


- Les délices de Tokyo
de Durian Sukegawa
Éditions Albin Michel / Février 2016


"Écouter la voix des haricots": tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager. Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel: un régal.


- Les derniers jours de Rabbit Hayes
de Anna McPartlin
Éditions Cherche Midi / Février 2016


Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu'elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l'espoir de la sauver s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Anna McPartlin nous fait partager ces neuf journées si spéciales dans la vie de Rabbit et de ses proches. Mélancolique et drolatique à la fois, Les Derniers Jours de Rabbit Hayes nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit sur le deuil déborde d'un optimisme rare et nous rappelle que, quelles que soient les circonstances, il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.


- Les femmes de Lazare
de Maria Stepnova
Éditions 10-18 / Février 2016


Un magnifique roman qui retrace le XXe siècle russe à travers la destinée hors du commun d'un génie scientifique, Lazare Lindt et des trois figures féminines de sa vie, Maroussia l'épouse de son mentor, Galina sa femme et Lidotchka sa petite-fille.


- Les fonds noirs
de Camille Villeneuve
Éditions Gallimard / Février 2016


Quand Hugo Casals, le fondateur d'une entreprise réputée d'artisanat de luxe, apprend qu'Antoine Brun, homme d'affaires tout puissant, a lancé contre lui une OPA hostile, il n'hésite pas: l'élégant octogénaire engage contre son rival une lutte sans merci et dangereuse. Car rien n'arrête Antoine Brun qui rachète à tour de bras des entreprises familiales fragiles par des procédés douteux avec le soutien des politiques, des médias et des milieux d'affaires. Mais aux yeux de Casals, Brun n'est pas seulement un ennemi personnel, il incarne la mort d'un certain idéal du luxe: celui qui préfère le produit à la marque, la valeur du travail à celle de l'image. Casals saura-t-il sauver l'œuvre de sa vie? Pour cela, il est prêt à tout, même à explorer les fonds noirs.


- Les grandes et les petites choses
de Rachel Khan
Éditions Anne Carrière / Février 2016


Nina Gary a 18 ans; alors qu'elle tente de devenir une femme, elle réalise que quelque chose cloche. Entre son père gambien qui marche comme un tam-tam, son grand-père à l'accent de Popek qui boit de la vodka, entre le trop d'amour de sa mère cachée pendant la guerre, le rejet de la fac et la violence de la  rue, elle est perdue. Noire, juive, musulmane, blanche et animiste, elle en a gros sur le cœur d'être prise pour une autre, coincée dans des cases exotiques où elle ne se reconnaît pas. Alors, elle court. C'est la solution qu'elle a trouvée pour échapper aux injustices et fuir les a priori d'une société trop divisée pour sa construction intime. Elle fait le choix de  la vitesse pour se prouver qu'elle a un corps bien à elle et se libérer de l'histoire de ses ancêtres, trop lourde pour ses épaules. Un mouvement permanent pour s'oublier, et tout oublier de la Shoah, de l'esclavage, de la colonisation et de la reine d'Angleterre. Courir pour se perdre, s'évader, se tromper, être trompée, se blesser, se relever peut-être. Ne plus croire en rien, seulement au chronomètre et en l'avenir des 12 secondes qui vont suivre. Sentir ses muscles, pour vivre enfin l'égalité, tous égaux devant un 100 mètres, à poil face au temps. Entre les grandes et les petites choses, c'est l'histoire de Nina Gary, une jeune fille qui court pour devenir enfin elle-même.


- Les hors-venus
de Claire Julliard
Éditions Belfond / Février 2016


Désert de Chihuahua, 2012. Au sein d'une communauté dont les principes ne sont que souffrance et soumission, un homme est adulé: Jordan. Castrateur et dangereux, ce gourou exerce pourtant une influence sans limites sur ses fidèles. Dans son royaume, il n'y a plus de libre arbitre, que des châtiments. Mais à chaque dictature sa révolte. Mélanie, Mike et Harlan, lucides, s'échappent de cette prison, en quête de beauté. Commence alors le voyage aussi sublime qu'initiatique de ces trois rescapés, qui, à mesure qu'ils s'éloignent de leur secte, se découvrent ainsi que le monde qui les entoure. Soucieux de se protéger de la violence de Jordan, ils se lancent dans un périple qui les conduira sur une île sauvage et mystérieuse, apparemment déserte. Les deux hommes, maîtres à bord, ont le sentiment de retrouver leur liberté. Mais pour Mélanie, adolescente espiègle, désireuse de ressentir et d'aimer, comment ce bout de terre perdu au milieu des océans pourrait-il être l'Éden tant attendu? À travers le combat de trois êtres qui se questionnent à travers leur regard neuf qui interroge notre monde, Claire Julliard nous offre le récit d'un retour à la vie, porté par une écriture d'une grande poésie.


- Les mijaurées
de Elsa Flageul
Éditions Julliard / Février 2016


En 1992, Lucile et Clara entrent en quatrième dans le même collège parisien. Parce qu'elles se sentent différentes des autres, elles vont se rapprocher, jusqu'à devenir inséparables. Les années 1990 s'achèvent, un nouveau siècle voit le jour, et Lucile et Clara cherchent à se faire une place dans ce monde qui ne les attend pas et que la crise et l'arrivée du sida fragilisent. Leur duo, aussi incandescent, aussi amoureux que le sont les amitiés adolescentes, est une armure pour se jeter dans ce siècle tout neuf, pour découvrir l'amour et s'inventer une vie qu'elles imaginent ensemble, toujours. En 2001, les tours jumelles s'effondrent, la vie est là, avec ses échardes, avec ses blessures, avec la maladie, la passion, la mort, avec aussi parfois des rêves qui se réalisent. Lucile et Clara, ensemble, oui, mais jusqu'à quand et, surtout, comment? De son écriture précise, chatoyante, musicale, Elsa Flageul trace le portrait de deux jeunes femmes d'aujourd'hui que rien n'aura réussi à faire renoncer à leur amitié, même dans les moments les plus dramatiques. À travers leur parcours, c'est aussi toute l'évolution de la société française depuis les trente dernières années qui se déploie sur fond de musique rock et d'événements politiques emblématiques.


- Les noces assassines
de Patrick Weber
Éditions Plon / Février 2016


Rome, 1938. Mussolini accueille Hitler pour célébrer en grande pompe les noces du fascisme et du nazisme durant une journée très particulière. Le jeune archéologue Claudio Rocchi se voit confier la délicate mission de guider le Duce et le Führer dans leur périple à travers les splendeurs romaines. Serait-ce la chance de sa vie? Mais il découvre bientôt qu'un attentat se prépare pour débarrasser l'Europe des deux dictateurs. Un attentat auquel serait mêlée la belle Luisa qui semble inexplicablement avoir jeté son dévolu sur lui. Ce que sa famille, qui entend bien avoir voix au chapitre, ne regarde pas favorablement. Écartelé entre sa passion naissante et ses histoires de famille, Rocchi voit sa mission tourner au cauchemar. Héros malgré lui, il se retrouve aux premières loges d'un événement qui pourrait changer le cours de l'Histoire.


- Les serviteurs inutiles
de Bernard Bonnelle
Éditions La Table Ronde / Février 2016


Têtes huguenotes fichées sur des piques, catholiques brûlés vifs dans leurs églises, villages assiégés et décimés par la famine: plutôt que de prendre parti dans les haines qui déchirent le pays, Gabriel des Feuillades, vétéran des guerres d'Italie retiré dans son domaine périgourdin, préfère parler à ses arbres, contempler les étoiles, courtiser sa servante et dialoguer en silence avec les sages de l'antiquité. Révolté par l'indifférence de son père, accablé par la mort de sa sœur tendrement aimée, Ulysse, le fils de Gabriel, part sur les routes de France. Espérant retrouver la jeune fille qu'il s'apprêtait à épouser, il se jette à corps perdu dans la mêlée. Jusqu'au jour où les voies de la providence mènent ce cœur pur là où il avait juré de ne jamais revenir. Herbier littéraire mystique et sensuel, parabole sur l'adolescence et la maturité, Les Serviteurs inutiles fait résonner en notre siècle la faconde de Brantôme, l'âpreté de Monluc, et peut-être même la sagesse de Montaigne.


- Les silences de la guerre
de Claire Fourier
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Finistère, 1943. Glaoda et son père sont contraints d'accueillir un officier allemand dans leur maison. Affecté à la construction du Mur de l'Atlantique, l'homme n'adhère pas au régime nazi. Contre toute attente, cette cohabitation forcée rapproche les ennemis et les invite à se comprendre. En tombant tout doucement amoureuse de l'officier, Glaoda dit non à la guerre et choisit de résister à sa manière.    


- Les temps perdus
de Juan Pablo Villalobos
Éditions Actes Sud / Février 2016


Après une dure vie de labeur à vendre des tacos douteux dans le centre de Mexico, Teo coule une retraite pittoresque dans un vieil immeuble délabré qu'il partage avec une dizaine de congénères et une impressionnante légion de cafards. Indépendant et fantasque, il refuse obstinément d'intégrer le cercle de lecture du troisième âge initié par la sémillante Francesca, objet de tous ses fantasmes. Il n'a pourtant échappé à personne qu'il est probablement écrivain, puisqu'il passe son temps à noircir des carnets. Converti en ennemi public numéro 1, il détient, fort heureusement, une arme imparable: la Théorie esthétique d'Adorno, véritable bijou multi-usage, paradigme vital tout aussi efficace pour chasser les vendeurs importuns et exterminer les blattidés hostiles que pour river le clou à des vieillards décatis obnubilés par leurs ateliers de macramé, de modelage en mie de pain ou d'analyses de haute volée sur La Recherche du temps perdu. Entre querelles de voisinage hilarantes et pulsions érotiques déjantées, l'auteur embrasse trois quarts de siècle de l'histoire du Mexique avec révolution et contre-révolution, crimes d'État, corruption, assassinats, disparition et marginalité. Une irrévérence affirmée, instructive et salutaire.


- Les tilleuls de Berlin
de Jean Octeau
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


À trente ans, Karl Schuster a déjà conquis le milieu de l'art à Berlin. Il ignore que son voyage au pays natal va bouleverser son existence. Désormais, sa vie sera une aventure de tous les instants. Karl est ébloui par une femme qui accomplit des merveilles dans un monde qui lui est étranger. Plus tard, le rêve d'un bel été devient subitement réalité: avec Esther, il découvre la passion. La séparation, inévitable, ne brisera jamais l'amour qui les a réunis. Avec Janina, l'amour renaît sous une autre forme. Karl devine chez cette femme effacée une clairvoyance qui le guidera parmi les dangers d'une Europe en guerre. À l'heure de l'attentat contre Hitler, que signifie le dernier message de Janina? Quelle machine infernale les nazis cachent-ils au sanatorium d'Obrawalde? Sauvé de la mort par les femmes de Berlin, Karl évite le Goulag soviétique, mais il doit rendre des comptes aux autorités américaines. Réfugié à Vienne, il cherche la trace d'Esther et suit dans la rue un fantôme à peine sorti de l'enfer. Pourquoi la pauvre femme dissimule-t-elle son mystérieux prénom? C'est à cause d'elle que Karl se retrouvera si loin de ses tilleuls de Berlin, et si près de la vérité.


- Lettres du front à sa famille, 1915-1918
de Ernst Jünger
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En août 1914, âgé de 19 ans, Ernst Jünger s'engage dans l'armée allemande. Du front, il écrit régulièrement à ses parents et à son frère Friedrich Georg. Si son courrier rend compte de ses difficultés pratiques et de la fatigue quotidienne, il témoigne par ailleurs de sa passion naissante pour l'entomologie. Ces lettres, en dessinant le portrait d'un jeune engagé animé de convictions nourries de références à la culture classique, constituent un document précieux par la dimension humaine dont elles enrichissent cette expérience exceptionnelle de la guerre.


- Lola ou l'apprentissage du bonheur
de Angélique Barbérat
Éditions Michel Lafon / Février 2016


Tout semble facile et tout devrait l'être, Bertrand et Lola se sont retrouvés. Bertrand a survécu à ces terribles mois où il a été otage en Afrique, seul, déplacé de cache en cache. Lola, depuis son divorce, a décidé de ne plus mentir à personne, et surtout pas à elle-même. Désormais, ils vont former une famille et plus rien ne les éloignera l'un de l'autre. Pourtant, peu à peu, le passé s'incruste dans leur quotidien et perturbe leur bonheur. Des flashs, de plus en plus nombreux, saisissent Bertrand et le ramènent entre les mains de ses geôliers. Il s'enfonce, et occulte sa souffrance. Lola ne perçoit pas son mal-être, elle qui s'efforce pourtant d'agir au mieux, pour ses enfants, pour lui, pour son ex-mari. Et puis, un jour, une étincelle, et la vérité explose au grand jour. Peut-on se reconstruire en homme libre quand on a été une victime? Par-delà leurs cicatrices, Bertrand et Lola arriveront-ils à vivre leur amour, tout simplement?


- Louise
de Louise Bachellerie
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


À Stocourcy Manor, Louise passe une enfance heureuse malgré le peu d'affection que lui porte sa mère, Suzon. Élevée par Kimba, une esclave affranchie, elle attrape très vite le virus de la liberté. Saint-Cyr et un mariage forcé n'auront pas raison de son rêve: devenir comédienne. Envers et contre tout, elle va incarner la femme libre d'esprit et corps en adhérant aux idées et aux mœurs des Lumières.


- Menus souvenirs
de José Saramago
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Une famille de paysans pauvres, une grand-mère analphabète, un père acharné au travail, un oncle qui vend des cochons à la foire aux bestiaux et surtout un enfant qui court dans les oliveraies et passe de longues heures sur les rives du Tage, contemplant la beauté du ciel nocturne. Voici le Portugal d'antan qui renaît dans les menus souvenirs que José Saramago a arrachés à l'usure des années.


- Mektouba
de Karima Berger
Éditions Albin Michel / Février 2016


Quand le vieux El Hadj Ben Amar reçoit une lettre collective de ses trois enfants, tous exilés en France ou au Canada, une sourde colère l'envahit. Lui qui vit à Alger, avec pour seul réconfort son Coran et son jardin, lui qui n'a jamais supporté la corruption et l'inertie de son pays et a cru transmettre aux siens les valeurs morales dont il a hérité, est forcé d'admettre que ses enfants convoitent une seule chose, Mektouba, sa maison, son paradis terrestre. Roman au souffle lyrique et syncopé, Mektouba évoque, à la manière d'un Festen arabe, tous les paradoxes d'une famille éclatée, d'une terre dévastée et d'un héritage impossible.


- Moi et Mister Mac
de Esther Freud
Éditions Albin Michel / Février 2016


1914. Thomas, un adolescent de treize ans sensible et rêveur, vit avec sa sœur et ses parents dans un paisible village côtier du Suffolk, à l'est de l'Angleterre. Rythmée par les saisons, la pêche et la chasse, sa vie est soudainement bousculée par l'arrivée d'un étranger venu d'Écosse. Longue cape et chapeau de feutre noir, Mister Mac, gentleman excentrique, attise sa curiosité. Et, très vite, le couple qu'il forme avec son épouse artiste se lie avec le garçon, éveillant en lui des prédispositions à la peinture et une sensibilité d'esthète. Mais cette amitié naissante est troublée par la déclaration de guerre à l'Allemagne. Les estivants du mois d'août laissent place à des régiments de soldats, et la petite communauté, de plus en plus inquiète, voit en Mister Mac l'ennemi rêvé: un espion à la solde des Allemands. Peinture évocatrice d'un village plongé dans la guerre, Moi et Mister Mac est le portrait poignant d'une amitié vue à travers le regard ingénu d'un jeune garçon. C'est aussi un hommage à l'un des artistes les plus brillants et incompris de sa génération: l'architecte Charles Rennie Mackintosh.


- Moi et toi
de Niccolo Ammaniti
Éditions 10-18 / Février 2016


Une cave. Un garçon. Le projet de se cacher aux yeux du monde et l'arrivée impromptue d'une étrangère. Avec ces quelques ingrédients, Ammaniti construit une histoire à couper le souffle sur le plus simple et le plus impénétrable des mystères: comment devenir adulte?


- Mort d'un homme heureux
de Giorgio Fontana
Éditions Du Seuil / Février 2016


Milan, été 1981: alors que les Années de plomb semblent ne jamais devoir finir, un magistrat hors du commun affronte une cellule dissidente des Brigades rouges, responsable de l'assassinat d'un membre important de la Démocratie chrétienne. Giacomo Colnaghi a moins de quarante ans, une carrière brillante et des origines sociales modestes. Soutenu par une foi puissante, nuancée par le doute et l'inquiétude qui l'animent depuis toujours, il ne se contente pas de chercher les responsables; il sonde aussi bien la douleur des parents de la victime, leur volonté de vengeance, que les raisons qui poussent les terroristes à mettre le pays à genoux. Bravant les risques de l'enquête, Colnaghi aime à se fondre dans le décor de la banlieue ouvrière où il a choisi de vivre, parmi les clients d'un vieux bar, pour y écouter leurs histoires et retrouver la trace d'un père qu'il n'a jamais connu. Et le destin tragique de ce jeune ouvrier communiste assoiffé de justice, engagé dans la Résistance à partir de l'automne 1943, recoupe celui du magistrat en cet été 1981, l'un et l'autre broyés par une histoire nationale qui n'a que faire des idéalistes. Au-delà du défi personnel de Giacomo Colnaghi, le roman touche au destin d'un pays qui tente d'élaborer le drame du terrorisme. Mort d'un homme heureux propose une relecture bouleversante de quarante ans d'histoire italienne.


- Naissance d'un père
de Laurent Bénégui
Éditions Julliard / Février 2016


C'est la question qui se pose à Romain à quelques jours de l'accouchement de Louise. Il avait pourtant espéré que la paternité pousse en lui à mesure que l'enfant se développait dans le ventre de sa compagne. À deux semaines de la naissance d'Alessia, il doit se rendre à l'évidence: son amour reste entièrement réservé à Louise et il est incapable d'éprouver des sentiments pour la petite fille qui arrive. Tout se précipite lorsqu'une tempête s'abat sur la ville. Louise ressent les premières contractions et se rend à la clinique ou d'importants dégâts l'obligent à partager la salle de travail avec Sandrine, une autre femme dont l'accouchement est imminent. Le mari de Sandrine ne viendra pas, il s'est désintéressé de la grossesse de sa femme depuis qu'il sait qu'elle va encore avoir une fille, et Romain n'a pas d'autre choix que d'assister les deux femmes pendant leur travail, tenant la main de l'une, de l'autre, puis des deux en même temps, tandis qu'elles souffrent. Deux femmes, deux accouchements et deux naissances en quelques heures: c'est beaucoup pour un homme qui a déjà du mal à assumer la perspective d'être père. Qui plus est s'il s'agit de deux nouveau-nés aux sorts contraires. Car Alessia va bien, mais Romain ne parvient ni à la prendre dans ses bras ni à prononcer son prénom. Tandis que l'autre petite fille, elle, est née avec une lourde malformation cardiaque et se voit dirigée aux urgences pédiatriques. En quatre jours, Romain devra surmonter un choc terrible pour que toutes ses certitudes, ou plutôt ses incertitudes, s'effondrent devant les implacables, magnifiques et terrifiantes exigences de la vie. Pour qu'enfin il crée un lien charnel avec son enfant et libère, comme après un hiver trop long, toute l'affection contenue en lui.


- Nègre de personne
de Roland Brival
Éditions Gallimard / Février 2016


Sur le pont d'un paquebot en route vers l'Amérique, un jeune homme, accoudé au bastingage, contemple l'horizon. Il s'appelle Léon-Gontran Damas, il vient de publier à Paris son premier recueil, Pigments, préfacé par Robert Desnos, et il est, avec Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, l'un des fondateurs du mouvement de la Négritude. Ce voyage, il l'a décidé sur un coup de tête, et le prétexte en est tout trouvé: aller à la rencontre des intellectuels noirs américains de la "Harlem Renaissance". Mais il est loin de se douter que ce rendez-vous qu'il s'est lui-même fixé avec l'histoire bouleversera sa vie de fond en comble et l'obligera, à travers les pages du journal de voyage qu'il destine à ses deux compagnons, à revoir ses propres convictions d'une manière radicale. Loin aussi d'imaginer qu'une jeune femme rebelle et passionnée va bientôt entrer dans sa vie, et qu'elle est de celles qui savent pousser leurs amants dans leurs derniers retranchements.


- Nom d'un chien
de André Alexis
Éditions Denöel / Février 2016


Tout commence par un pari alcoolisé entre Hermès et Apollon: si les animaux avaient l'intelligence humaine, seraient-ils aussi malheureux que les hommes? Les deux dieux décident alors d'accorder conscience et langage à un groupe de chiens passant la nuit dans une clinique vétérinaire de Toronto. Tout à coup capable d'élaborer des raisonnements plus complexes, la meute se divise: d'un côté les chiens qui refusent de se soumettre à ce nouveau mode de pensée, de l'autre les canidés progressistes qui y adhèrent sans condition. Depuis l'Olympe, les dieux les observent, témoins de leurs tâtonnements dans ce nouveau monde qui s'offre à eux. Car, si Hermès veut l'emporter, au moins un des chiens doit être heureux à la fin de sa vie. Alexis André nous offre une réflexion douce-amère sur les beautés et les dangers qu'implique la conscience de soi. Nom d'un chien, oscillant entre rêverie et désillusion, à la fois hilarant et dérangeant, remet au goût du jour la satire animale dans la droite lignée d'Orwell et Kipling, le mordant en plus.


- Notice rouge
de William Browder
Éditions 10-18 / Février 2016


Notice rouge de Bill Browder est un incroyable thriller. Pourtant tout est vrai. "Mon grand-père était le secrétaire général du parti communiste américain; j'ai décidé d'être le premier capitaliste en Russie". Et Bill Browder l'a fait, en pariant sur la gigantesque campagne de privatisation des entreprises russes. En 1996, il s'installe à Moscou et crée le fonds Hermitage avec Edmond Safra, un banquier libanais milliardaire. Mais, en 2005, tout s'écroule: Poutine l'expulse de Russie et le déclare "menace pour la sécurité nationale".


- Nous étions animales
de Emma Jane Unsworth
Éditions Fleuve Noir / Février 2016


Manchester. Voilà plusieurs années que Laura squatte un placard chez Tyler, sa foldingue de colocataire américaine, croqueuse d'hommes et plus excentrique que n'importe quelle Britannique. Les fêtes s'enchaînent et chaque matin, elle cuve sa gueule de bois au centre d'appels où elle gagne sa croûte en attendant. En attendant quoi? De finir son roman, qui avance à trop petits pas. D'épouser le sobre et si sage Jim. De lendemains douloureux en dérapages successifs, les sirènes de l'âge adulte commencent à sonner à ses oreilles. Laura envisage de tout arrêter, même la drogue. Devenir maman, peut-être. Mais renonce-t-on si facilement à l'âge de la fête éternelle?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:39

- Nous ne sommes pas nous-mêmes
de Matthew Thomas
Éditions 10-18 / Février 2016


Les rêves ne sont-ils jamais que des rêves? Découvrez le désir d'ascension d'une femme et ses désillusions. Un grand roman qui interroge en finesse l'American Dream.


- Otage de marque
de Antoine Billot
Éditions Gallimard / Février 2016


En 1943, après un régime d'assignation à résidence et d'emprisonnement en France, Léon Blum est déporté au Falkenhof, une dépendance du camp de concentration de Buchenwald. Il est désormais un "otage de marque" des Allemands, qui envisagent de l'utiliser comme monnaie d'échange en cas de défaite. Isolé du monde, étroitement surveillé par le commandant de Buchenwald, Blum partage cet étrange lieu de détention avec Georges Mandel, qui sera bientôt assassiné. En attendant que son tour vienne, l'exil intérieur est pour Blum le seul refuge possible. Mais Jeanne Reichenbach, sa dernière passion amoureuse, a décidé envers et contre tout de le rejoindre dans sa prison.


- Personne ne disparaît
de Catherine Lacey
Éditions Actes Sud / Février 2016


Un soir, à la volée, conversation mondaine, un inconnu vous propose de profiter de sa chambre d'amis, si un jour vos pas vous entraînent vers chez lui. Et vous voilà dans un avion pour le bout du monde, toutes amarres larguées. Pour Elyria, qui plaque tout sans prévenir personne, c'est une tentative d'évasion très directement dirigée contre la réalité. Même si elle sait que, d'après les critères en vigueur, elle peut cocher toutes les lignes de la check-list, mari, travail, appartement, mère indigne, et s'estimer heureuse, fermer les yeux sur la banale, insipide, parfois tragique médiocrité des choses est au-dessus de ses forces. Ainsi, regard écarquillé et logique extrêmement personnelle en bandoulière, la jeune New-Yorkaise atterrit à Wellington, Nouvelle-Zélande, pour rejoindre la ferme isolée où se trouve ladite chambre d'amis, à l'autre bout de l'île du Sud. Expérience de vertige introspectif en autostop, Personne ne disparaît prend la tangente au pied de la lettre: trajectoire intérieure vouée à se mordre la queue (car partout l'on s'emmène avec soi), c'est aussi un envol, jalonné de rencontres improbables et de rendez-vous manqués, entre paysages grandioses et bords de route anonymes. Sur la douloureuse déception d'être soi, le souffle court des promesses et la séduction du précipice, le premier roman de Catherine Lacey fait retentir une voix inoubliable, d'une originalité radicale et d'une drôlerie inespérée.


- Pourquoi Tokyo ?
de Agathe Parmentier
Éditions Au Diable Vauvert / Février 2016


En 2012, Agathe Parmentier décide de quitter la France et part à l'aventure, s'installer au Japon avec une simple valise. Elle gagnera de quoi manger et se loger dans une chambre de 9 m2 en donnant des cours de français. Témoin volontaire respectueuse, distanciée et attentive, elle observe et découvre la ville et ses habitants avec rigueur et nous raconte son quotidien, ses expériences et ses expéditions de française curieuse et maladroite, mais toujours respectueuse, devenue apprentie tokyoïte. Récit d'une expérience humaine et journal de voyage, Pourquoi Tokyo ? est un document passionnant, vivant et plein d'humour, où l'on découvre par les détails l'ordinaire et l'âme d'un pays radicalement différent et qui fascine.


- Pretty girls
de Karin Slaughter
Éditions Mosaïc / Février 2016


Deux sœurs. Deux étrangères. Plus de vingt ans auparavant, Julia a disparu à seize ans sans laisser de trace. Depuis, Claire et Lydia, ses sœurs, ne se sont plus parlé. Seule la haine farouche qu'elles nourrissent l'une pour l'autre les rapproche encore. La haine, et le désespoir: jamais elles ne se sont remises de la tragédie qui a fracassé leur famille. Deux événements violents vont venir cruellement raviver leurs blessures mais aussi les obliger à se confronter: l'assassinat du mari de Claire, et la disparition d'une adolescente. À tant d'années de distance, ces événements ont-ils un lien quelconque avec Julia? Lasses de se faire la guerre, Claire et Lydia plongent dans la noirceur du passé familial. Une spirale sanglante. Avec la froide efficacité qui l'a rendue célèbre, Karin Slaughter fait ressurgir la noirceur et la sauvagerie au sein d'une famille frappée par la perte. Elle explore au scalpel les liens qui unissent les personnages et écorche leurs secrets. Un roman puissant, à vif, par l'un des écrivains contemporains les plus marquants.


- Quand j'étais enfant, je lisais des livres
de Marilynne Robinson
Éditions Actes Sud / Février 2016


Depuis la parution, en 1980, de son premier roman, Marilynne Robinson s'est acquis une réputation internationale non seulement en tant que romancière mais aussi en tant qu'essayiste. Le présent recueil convoque une pensée élaborée sur la longue durée pour approfondir les grands thèmes qui n'ont cessé de nourrir son travail d'écrivain et d'accompagner son parcours philosophique: de la fragmentation sociale à l'œuvre dans nos sociétés à la vulnérabilité de l'homme, en passant par la question, pour elle centrale, de la foi. S'élevant contre la tentation contemporaine de séculariser et de rationaliser le monde à outrance, ce livre d'intervention, qui interroge les choix politiques et économiques de notre temps et les limites de plus en plus patentes d'un capitalisme manipulateur, constitue un plaidoyer contre l'austérité sous toutes ses formes et défend la primauté de l'éthique pour accéder à des solutions authentiques allant de pair avec un nécessaire dépassement de soi. Marqué par une tension permanente entre les injonctions du collectif et l'aspiration humaine à la solitude (la poésie étant à considérer comme le plus bel usage que l'on puisse faire de cette dernière), cet ouvrage sans égal, d'une ironie parfois mordante, rend un hommage d'une rare profondeur tant au sens de la communauté qu'à la nécessité pour l'homme de ne pas se laisser réduire aux seules frontières de son espèce.


- Quatuor
de Anna Enquist
Éditions Actes Sud / Février 2016


Anna Enquist nous entraîne dans un avenir proche et dans une ville qui, jamais nommée, ressemble étrangement à Amsterdam. Un quatuor amateur réunit des amis à qui la pratique musicale offre un dérivatif bienvenu à une vie professionnelle ou personnelle difficile. Caroline (violoncelle) est médecin généraliste; Jochem (alto) est luthier; Heleen (deuxième violon) est infirmière; Hugo (premier violon) dirige un centre culturel qui n'en a plus que le nom. Et puis il y a Reinier, ancien soliste virtuose auprès de qui Caroline prend toujours des leçons, vieillard vivant reclus dans la terreur du monde qui l'entoure. Tandis que la musique de Mozart, Schubert ou Dvoïâk est une consolation pour les quatre amis, la ville alentour est le théâtre d'une affaire criminelle qui, de prime abord, ne semble pas les concerner. Dans l'avenir proche esquissé par Anna Enquist, la culture est un luxe inutile, l'assurance maladie un privilège, et la vieillesse une disgrâce que l'on camoufle dans des institutions aux allures pénitentiaires. Un monde inhospitalier, inquiétant, et qui pourtant nous est familier. À la beauté du motif musical, la grande romancière néerlandaise ajoute ici des éléments nouveaux dans son œuvre: une critique politique et sociale aux accents visionnaires et une intrigue digne d'un thriller.


- Ritzy
de Pauline-Gaïa Laburte
Éditions Albin Michel / Février 2016


Rien ne destinait César Ritz, né dans une famille paysanne du Valais, à l'hôtellerie et encore moins à la gloire. Arrivé à Paris pour l'exposition universelle de 1867, il se forme sur le tas, grimpe les échelons, devient serveur, maître d'hôtel, gérant puis directeur de palaces sur la Riviera, à Londres et bientôt à Paris. Génie entrepreneur, visionnaire, il incarne désormais le faste et les plaisirs des têtes couronnées d'Europe et des magnats américains. Mais tout prodige a ses démons et Ritz sombrera. Échappant à la biographie, Pauline-Gaïa Laburte évoque en phrases courtes et percutantes, maniant dérision et anachronismes savoureux, fantaisie et tragique, la fabuleuse ascension d'un homme dont le nom, partout dans le monde, est synonyme de luxe à la française.


- Sans oublier la baleine
de John W. Ironmonger
Éditions Stock / Février 2016


À Saint-Piran, en Cornouailles, on se souvient encore du jour où le jeune homme nu a été rejeté sur la plage par l'océan. Une entrée en scène des plus originales. Les villageois se portent bien sûr à son secours: l'ineffable Dr Books, le glaneur Kenny Kennett, Demelza, romancière à l'eau de rose ou encore la pimpante épouse du vicaire. Sans oublier la baleine, à l'arrière-plan, qui ne veut plus quitter la côte. Personne ne sait alors que Joe Haak a fui la City, terrorisé à l'idée que le programme de prédictions qu'il a inventé n'entraîne l'effondrement de l'économie mondiale. Avec ce nouveau venu, un sentiment de fin du monde vient contrarier la quiétude de Saint-Piran. On peut compter, bienheureusement, sur l'optimisme éclairé et l'esprit délicieusement anglais de l'auteur pour sauver ce petit monde.


- Scipion
de Pablo Casacuberta
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Aníbal n'a jamais été à la hauteur des attentes de son père, illustre historien. Chassé de l'université, il a sombré dans l'alcoolisme. Deux ans après sa mort, il reçoit sa part du testament: trois boîtes à l'étrange contenu. Ce père qu'il n'a fait que décevoir lui jouerait-il des tours depuis sa tombe? Indigné et un brin maniaque, Aníbal part en guerre pour récupérer l'héritage familial.


- Tous au gîte
de Monika Peetz
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Après un pèlerinage et une cure détox, nos dames du mardi n'ont eu pour une fois aucun mal à trouver la destination de leur excursion annuelle: ce sera Birkow, village d'ex-Allemagne de l'Est, où vit désormais Kiki. Cette dernière a acheté une ancienne école avec l'idée de la retaper pour en faire une pension avec poules et potager, et elle était loin d'imaginer l'ampleur du chantier. Eva, Caroline, Estelle et Judith vont devoir retrousser leurs manches et faire face à toutes sortes de problèmes, pulsions adultérines pour l'une, menaces de mort pour l'autre, ou encore tracas financiers. Alors quand un inconnu vient semer la zizanie dans leur petit groupe bien soudé, c'est la goutte d'eau. Parviendront-elles à terminer les travaux avant l'arrivée d'un groupe d'enfants défavorisés que Kiki s'est engagée à accueillir?


- Treize façons de voir
de Colum McCann
Éditions Belfond / Février 2016


Tout le talent, la poésie, l'émotion de Colum McCann déployés dans un court roman et quatre nouvelles reliés par la violence, quotidienne, guerrière, psychologique, politique ou sociale, mais surtout par ces moments de grâce qui font qu'au bout du compte l'espoir reste. Ces nouvelles étaient presque achevées à l'été 2014, quand j'ai été victime, le 27 juin, d'une agression à New Haven, dans le Connecticut. Certains de ces récits ont été composés avant cette mésaventure, et d'autres après. Il me semble parfois que nous écrivons notre vie à l'avance et que, d'autres fois, nous sommes seulement capables de regarder derrière nous. Mais en fin de compte, chaque mot que nous écrivons est autobiographique, peut-être plus encore quand nous essayons d'éviter toute autobiographie. Malgré tout ce qu'elle doit à l'imagination, la littérature prend des chemins inimaginables.


- Trois jours avec Norman Jail
de Éric Fottorino
Éditions Gallimard / Février 2016


Qui est vraiment Norman Jail? Quand Clara pousse la porte de sa maison du bord de mer, au printemps de l'an 2000, elle veut comprendre pourquoi ce mystérieux écrivain est resté l'homme d'un seul roman, Qui se souviendra de nous?, paru l'année de ses vingt ans en pleine Occupation. Étudiante en littérature, la jeune femme découvre peu à peu que derrière le pseudonyme de Norman Jail se cache un maître de l'illusion dévoré par la rage d'écrire, auteur de nombreux manuscrits inédits sous les noms d'Alkin Shapirov, de José Manuel Ortega ou de Jean-François Purcell. Norman Jail ne dit pas forcément la vérité. Le secret de cet homme fascinant est à rechercher dans les plis de la fiction. Trois jours avec Norman Jail est un roman brillant, jubilatoire, en même temps qu'une réflexion passionnante sur la force et la magie de l'écriture.


- Un été polaire
de Anne Swärd
Éditions Brumerge / Février 2016


"Quelqu'un est venu jusqu'à notre maison. Quelqu'un est venu avec Kaj enveloppée dans une doudoune jaune. C'était au milieu de l'hiver, j'avais quatre ans et Kaj quelques mois seulement. La femme a dit que c'était la fille de papa et il n'a pas nié, ni reconnu, selon maman. Il s'est contenté de recevoir le balluchon jaune dans le vestibule, comme un paquet qu'il aurait attendu". Après deux ans d'absence, Kristian revient dans la maison de son enfance pour s'occuper de sa sœur Kaj. Pendant quelques semaines tendues, ils vivent en huis clos, avec Lisette, la belle-sœur de Kristian, qu'il désire en secret. Mais celle autour de qui tout gravite est Kaj, vingt-deux ans, innocente et imprévisible, dont l'arrivée dans la famille a été le début de la fin. Et tandis que les brûlantes journées d'été s'amenuisent, tandis que les autres membres de la famille resurgissent les uns après les autres, la situation se tend inexorablement.


- Un homme sur deux est une femme: en string et en colère
de Noémie de Lattre
Éditions Flammarion / Février 2016


Noémie de Lattre est une femme. Elle aime être élégante et sexy. Elle aime qu'on l'invite au resto, elle s'épile, se maquille, change régulièrement de couleur de cheveux, porte parfois des jupes très courtes et souvent des talons très hauts, et elle envisage même de se faire refaire les seins. Elle n'aime pas se faire siffler dans la rue, voudrait que les congés parentaux soient aussi pris par les pères, ne supporte pas l'image des femmes dans les publicités, en a assez d'entendre "mais t'as tes règles ou quoi?" dès qu'elle hausse le ton, souhaiterait avoir le droit de ne pas s'intéresser aux enfants des autres et voudrait avoir les mêmes chances qu'un homme pour obtenir un poste, ainsi que le même salaire et les mêmes opportunités. Bref, elle prône la différence et l'égalité entre les hommes et les femmes. Noémie de Lattre est féministe. Et vous?


- Un jeune homme superflu
de Romain Monnery
Éditions Au Diable Vauvert / Février 2016


Dans une forme de journal intime composé de séquences, de micro fictions comme on en tient sur un blog, Romain Monnery donne les instantanés de la vie d'un jeune homme d'aujourd'hui dont l'existence s'efface peu à peu dans l'inanité de son destin et de son époque. Mémoires d'un jeune homme superflu est le carnet de route drôle, détaché et mélancolique d'une disparition au monde, un monde où la profusion des objets et des signes souligne l'absence de rêves et de raisons d'être, le vide existentiel et la solitude des êtres. À la fois réaliste et poétique, ironique et grave, profond et léger, Romain Monnery, cousin de Tao Lin et petit frère de DFW, confirme la place singulière qu'il occupe dans le roman français.


- Un parfum d'encre et de la liberté
de Sarah Mccoy
Éditions Michel Lafon / Février 2016


1859. La jeune et impétueuse Sarah apprend qu'elle ne pourra jamais avoir d'enfant. Mais comment trouver un sens à sa vie dans ce monde régi par les hommes? Comment trouver sa place quand on est la fille de John Brown, célèbre abolitionniste qui aide des esclaves à fuir?
2014. Eden et son mari emménagent dans la banlieue de Washington dans l'espoir de sauver leur mariage et fonder enfin une famille. En explorant sa nouvelle demeure, la jeune femme découvre une tête de poupée ancienne. Que signifient les mystérieuses lignes qui la recouvrent? Plus de cent cinquante ans séparent Eden de Sarah, mais sur la grande carte du monde et de l'Histoire, les destins de ces deux femmes se rejoignent en plus d'un point. Un voyage exaltant, à la redécouverte du courage, de la famille, de l'amour et de l'héritage.


- Un seul souvenir
de Olivier Schefer
Éditions Arléa / Février 2016


Rien n'est simple dans une rencontre amoureuse, encore moins lorsqu'elle a lieu dans les Balkans dont, comme le narrateur, nous ignorons tout ou presque. Pour des recherches iconographiques, un historien de l'art parcourt la Bulgarie, la Serbie et la Macédoine, et nous fait découvrir la géographie de l'Orient, les splendeurs byzantines, les strates historiques si complexes de ces pays malmenés par les guerres, les réminiscences (et les clichés) littéraires de Théophile Gautier à Lamartine, la modernité d'Orhan Pamuk, les nuits d'orage sur le Mont Athos. Il suffit de savoir regarder, de déchiffrer les images pour que, dans le mystère des rencontres, surgisse l'éblouissement. Un seul souvenir est le premier roman d'Olivier Schefer.


- Un si joli mois d'Août
de Pierre-Étienne Musson
Éditions Denöel / Février 2016


Août 1914, la déclaration de guerre vient bouleverser le quotidien tranquille des villageois de Nouan-le-Fuzelier en Sologne. Antoine Richerand, l'instituteur, part pour le front, laissant derrière lui Inès, sa ravissante épouse. Au printemps 1915, grièvement blessé par un éclat d'obus, Antoine est hospitalisé à Paris. Inès lui rend visite régulièrement, s'efforçant de tenir son rôle d'épouse aimante, mais elle découvre un homme transformé, traumatisé par son expérience de la guerre, entre prostration et accès de violence. Exténuée par ses voyages incessants, consciente que l'avenir espéré avec Antoine est désormais impossible, Inès se met à rêver d'une autre vie. Un jour sur les quais de Seine, elle fait la connaissance d'Isidore Lambiot, un vieux garçon un peu excentrique. Ému par la détresse de la jeune femme, il lui propose son aide. Dès lors, Inès va devoir choisir.


- Une année dans la vie d'une femme
de Guillemette de la Borie
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Alia est une Parisienne qui croque la vie: la cinquantaine épanouie, deux grands adolescents déjà embarqués dans l'existence, un ex-mari pas trop dérangeant, un boulot confortable, un cercle d'amies qu'elle retrouve avec bonheur pour un dîner chaque premier lundi du mois. Son seul souci, c'est Campniac, la vaste maison périgourdine familiale où personne ne va plus jamais, et qui se dégrade. Pas d'autre solution que de la vendre. Mais la révélation d'une maladie rare va tout bouleverser. Alia éprouve alors le besoin de revenir en Périgord. Et se laisse rattraper par ses souvenirs. Elle comprend que derrière les murs de la bâtisse, sa famille ne dessine pas les contours qu'elle imaginait. Un roman d'aujourd'hui, un portrait de femme tout en finesse.


- Une maison de rêve
de Craig Higginson
Éditions Mercure de France / Février 2016


Une magnifique maison, une des plus belles de cette jolie vallée sud-africaine, avec sa roseraie, sa laiterie modèle, son chenil impeccable... oui, une maison de rêve. Et pourtant... D'abord elle vient d'être vendue. Ses propriétaires sont aujourd'hui âgés, malades, et ils n'ont plus la force de s'occuper de leur exploitation. Ce soir, Patricia compte ses derniers cartons, avant le grand départ, tandis que Richard, son mari, perdu dans les brumes de la maladie d'Alzheimer, erre dans le jardin en marmonnant des phrases dépourvues de sens. Mais peut-être en ont-elles. Les images, les noms, les bribes de souvenirs se mêlent pour faire revivre un passé que tous ont voulu oublier, les employés, les domestiques, et surtout Patricia et Richard. La mort de Grace, la jolie fille qui travaillait à la laiterie, ils savent que ce n'était pas un accident mais un meurtre. Et quand revient Looksmart, le jeune Zoulou qui a grandi là et tant aimé Grace autrefois, les vérités les plus douloureuses seront mises au jour. Un livre magnifique, dur, porté par une écriture d'une grande poésie. Un peu à l'image de cette Afrique du Sud d'après l'apartheid qui se cherche encore, sans être entièrement débarrassée des entraves du passé.


- Une très belle jeune femme
de Julian Lopez
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


Buenos Aires, dans les années 1970. Le narrateur, un jeune garçon, vit seul avec sa mère dans les quartiers pauvres de la ville. Abandonné par son père, il voue un amour inconditionnel à cette "belle jeune femme" qu'il aurait bien prise pour maîtresse si elle ne lui avait pas donné la vie. Une jeune femme dont il ignore tout tant elle s'évertue à cultiver son mystère: pourquoi ne répond-elle aux questions de son fils que par d'autres questions? Où va-t-elle lorsqu'elle l'abandonne à l'improviste, le soir ou au milieu du Jardin des Plantes? Pourquoi entretient-elle des relations aussi houleuses avec son frère? Pourquoi refuse-t-elle parfois d'ouvrir les volets de son appartement ou de prendre le téléphone lorsque sa voisine vient la prévenir d'un appel? Autant de silences et d'incompréhensions qui font surgir de nombreuses interrogations quant à ses activités: est-elle impliquée dans des affaires criminelles? A-t-elle un amant? Julian Lopez fait le portrait émouvant de la relation entre une mère et son fils à Buenos Aires, pendant les années les plus sombres de la dictature argentine de Peron. Suivant le point de vue d'un enfant qui ne comprend pas ce qui lui arrive, sa mère s'efforçant de le protéger de la dure réalité politique, l'auteur glisse, au fil des pages, des détails et de petits indices qui permettent au lecteur d'appréhender cet univers angoissant, ce monde voilé et rempli de secrets qui devient de plus en plus palpable. Jusqu'à la fin où son enfance se trouve définitivement brisée avec la disparition de sa mère: séquestrée ou emprisonnée? Il ne le saura jamais, de même qu'il ne connaîtra jamais les motifs de cet enlèvement. Aussi littéraire que politique, ce texte est servi par une voix poétique qui exprime des sentiments profonds, parfois contradictoires, avec une grande fluidité et beaucoup de subtilité.


- Une vague idée du début
de Norbert Gstrein
Éditions Gallimard / Février 2016


Que savons-nous vraiment de nos proches? C'est la question que se pose Anton, professeur de lettres et d'histoire, en voyant une photo un peu floue dans le journal local où il croit reconnaître un de ses anciens élèves. L'homme serait impliqué dans une affaire d'alerte à la bombe. Anton s'interroge, et se remémore le jeune et brillant Daniel. Le lycéen avec qui il avait noué une relation très particulière pendant tout un été, dix ans plus tôt, aurait-il pu devenir un dangereux terroriste? Daniel était un élève avide de conseils de lecture, et Anton prenait plaisir à lui prêter des livres, puis à l'inviter chez lui dans une petite propriété qu'il possède au bord de la rivière. Dans ce lieu idyllique en dehors de la ville, la littérature et le théâtre, mais aussi la religion, leur offraient des sujets de discussion infinis. Dix ans plus tard, Anton ne retrouve aucune trace de Daniel. Il se souvient alors de ces moments un peu hors du temps, pleinement heureux, et repense à la signification de cette amitié inhabituelle, aussi bien pour son ancien élève que pour lui-même. Dans une narration très dense et subtile, au charme mélancolique mais non dénuée de suspense, l'auteur autrichien nous plonge dans l'âme d'un homme en quête de sa propre vérité et nous offre un roman d'une puissance d'évocation exceptionnelle.


- Victoria Bretagne
de Emmanuelle Guattari
Éditions Mercure de France / Février 2016


"Qui est Victoria Bretagne?", telle est la question que se pose la narratrice de ce roman. De cette jeune fille, on sait peu de choses en effet, sinon qu'elle impose à tous le respect. Sa grâce, son port altier, sa noblesse naturelle impressionnent et fascinent. La côtoyer semble un privilège, l'approcher une récompense. Après les paysages de son enfance, ce sont les visages qu'Emmanuelle Guattari scrute désormais avec délicatesse, et celui de Victoria Bretagne, barré d'une impressionnante cicatrice, n'est pas le moins énigmatique. Comme un miniaturiste, grâce à son écriture sensible où se mêlent détails cocasses et émouvants, elle dessine ses personnages pour en sublimer la beauté et en capter les mystères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:37

- Ahlam
de Marc Trévidic
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


Lorsqu'en 2000 Paul, célèbre peintre français, débarque aux Kerkennah en Tunisie, l'archipel est un petit paradis pour qui cherche paix et beauté. L'artiste s'installe dans "la maison de la mer", noue une forte amitié avec la famille de Farhat le pêcheur, et particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul: une œuvre unique et totale où s'enlaceraient tous les arts. Mais dix ans passent et le tumulte du monde arrive jusqu'à l'île. Ben Ali est chassé. L'islamisme gagne du terrain. L'affrontement entre la beauté de l'art et le fanatisme religieux peut commencer.


- À la table des hommes
de Sylvie Germain
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Son obscure naissance au cœur d'une forêt en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S'il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l'espèce animale, dont une corneille qui l'accompagne depuis l'origine. À la table des hommes tient autant du fabuleux que du réalisme le plus contemporain. Comme Magnus, c'est un roman hanté par la violence prédatrice des hommes, et illuminé par la présence bienveillante d'un être qui échappe à toute assignation, et de ce fait à toute soumission.


- À l'intérieur
de Jodi Picoult
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


Adolescent atteint du syndrome d'Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d'emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d'une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout: la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s'empêcher d'expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste. Mais lorsqu'un assassinat se produit dans le quartier, l'attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l'intolérance et l'incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement. Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix. Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre?


- Allegra
de Philippe Rahmy
Éditions La Table Ronde / Janvier 2016


Londres, été 2012. Tandis que les Jeux olympiques se préparent dans l'effervescence, Abel erre à travers la ville, un carton sous le bras. Jeune trader plein d'avenir, père attentionné, il vient de tout perdre. Lizzie, sa compagne, l'a chassé de leur appartement et Firouz, son ami, son mentor, l'a viré de la banque où il l'avait fait embaucher. Échoué dans un hôtel au milieu d'autres laissés-pour-compte, migrants et réfugiés, Abel décide de remettre de l'ordre dans sa vie. Il se heurte à l'hostilité de Lizzie, qui refuse de le laisser voir Allegra, leur petite fille, et au chantage odieux que Firouz exerce sur lui. Quel prix devra-t-il payer pour redevenir celui qu'il était? Dans ce roman sous haute tension, Philippe Rahmy brosse le portrait d'un homme consumé à la fois par le désir et le déni.


- American pandemonium
de Benjamin Hoffmann
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Marc et Colin vivent de nos jours aux États-Unis lorsque Israël et l'Iran entrent en guerre. Irrésistiblement, le monde est pris dans un engrenage militaire aux conséquences apocalyptiques. Un bombardement frappe New York et le chaos se répand à travers le pays. Colin part à la recherche de son frère, dont il ignore s'il est encore en vie, accompagné par Marc, un auteur persuadé de tenir le sujet du grand livre qu'il n'est jamais parvenu à écrire. Leur quête les mène dans une communauté assiégée au sud de Boston puis dans les ruines de Détroit où ils sont enlevés par les bâtisseurs du Béhémoth, une machine colossale dont ils veulent faire l'instrument de leur domination sur ce qui reste des États-Unis. American Pandemonium est une fresque sur l'Amérique ravagée par la guerre, une réflexion sur les médias, le terrorisme et le pouvoir de la fiction. C'est notre monde actuel au bord du précipice qui est ici raconté de manière fascinante.


- Appelez-moi Lorca Horowitz
de Anne Plantagenet
Éditions Stock / Janvier 2016


"Je voulais comprendre comment Lorca Horowitz avait mis en place son plan d'anéantissement sans éveiller le moindre soupçon, et avait osé monter une à une, sans jamais reculer ni même hésiter, les marches qui la menaient droit à son crime. Je voulais comprendre pourquoi elle l'avait fait. Mais surtout en quoi cela me concernait, me touchait. Qu'avais-je à voir là-dedans?"


- Apprendre à marcher aux enfants
de Mikaël Ollivier
Éditions Le Passage / Janvier 2016


"Quelques mois seulement après la naissance de mon aînée, l'image fantomatique, et désagréable, de mon futur gendre m'est apparue mentalement. J'ai aussitôt imaginé l'histoire d'un homme qui peine à trouver le sommeil quand, pour la première fois, sa fille passe la nuit à la maison dans le même lit que son amoureux. Dix-sept ans plus tard, quand ma fille atteignait l'âge de mon héroïne, j'ai mis le point final à Apprendre à marcher aux enfants. J'ai alors réalisé que la rédaction de ce livre m'avait accompagné tout au long de ces années à la fois pleines et furtives qui m'avaient vu traverser les affres et les joies de la paternité. Carnet de bord déguisé d'un papa? Journal intime caché derrière la fiction? Ce livre est plein de pères qui sont tous un peu moi". Avec Apprendre à marcher aux enfants, un recueil de quinze fictions à la fois sensibles et lucides, pleines d'humour et d'invention, Mikaël Ollivier nous livre quinze portraits de pères, quinze figures d'hommes d'aujourd'hui.


- April
de Angelika Klüssendorf
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


Au début, il y a une valise avec de maigres affaires et une chambre en sous-location. La jeune fille qui s'est donné le nom d'April, d'après la chanson de Deep Purple, a quitté son foyer social et a interrompu son apprentissage pour un poste d'employée de bureau. Elle essaie de trouver ses marques dans le Leipzig de la fin des années soixante-dix, en se heurtant souvent à ses propres limites. Elle franchit cependant toutes les barrières qui lui sont imposées, y compris la frontière qui sépare les deux Allemagne, lorsqu'elle rejoint le Berlin-Ouest des années quatre-vingt. Mais à tout nouveau départ succède une rechute, à tout instant de bonheur une destruction, à toute ivresse le dégrisement. Et toujours revient la question des modèles de l'enfance, de l'empreinte laissée par une mère irresponsable et un père alcoolique. Angelika Klüssendorf signe une œuvre bouleversante. Dans une prose sans complaisance ni pathos, elle relate le parcours d'un être qui se libère d'un passé apparemment sans issue.


- Arrive un vagabond
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


C'est au cours de l'été 1948 que Charlie Beale arriva à Brownsburg. Il était chargé de deux valises, l'une contenait quelques affaires et des couteaux de boucher, l'autre une importante somme d'argent. Charlie y tomba deux fois amoureux. D'abord, il s'éprit de cette ville paisible de Virginie dont les habitants semblaient vivre dignement, dans la crainte supportable d'un Dieu qu'ils avaient toutes les raisons de trouver plutôt bienveillant à leur égard. Une preuve parmi d'autres: il n'y avait encore jamais eu de crime à Brownsburg. La deuxième fois que Charlie tomba amoureux fut le jour où il rencontra Sylvan Glass.


- Astres sans éclat
de K. D. Miller
Éditions Les Allusifs / Janvier 2016


À l'automne 1962, Brenda et Jori, deux adolescentes mal adaptées, tissent une relation ambiguë qui se soldera tragiquement. Dans une écriture subtile, K. D. Miller livre avec Astres sans éclat un drame psychologique intense, véritable creuset d'émotions relatant les périls d'un voyage à travers le territoire du doute.    


- Au bord du monde
de Brian Hart
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Aux confins de l'Ouest américain, ils sont venus chercher la fortune. Les tempêtes du Pacifique ont balayé leurs rêves. Lui, Jacob, le faux médecin, l'imposteur. Elle, Nell, l'épouse dévouée, la mère de Duncan, leur unique enfant. Dans le Port où se mêlent la boue et la sciure, la fin du monde semble au bout de leurs bras. Voguant d'une obscurité à l'autre, arriveront-ils à trouver la lumière?


- Aujourd'hui dans le désordre
de Guillaume Rihs
Éditions Kero / Janvier 2016


Janvier à Genève. Louise et ses frères ont inscrit le grand appartement familial sur un site afin d'accueillir des voyageurs pour quelques jours. Leur première invitée est Victoria, une jeune Anglaise en quête d'aventure. L'appartement se remplit au rythme des arrivées alors que dehors le climat se dégrade. Bientôt, une tempête de neige va bloquer tout le monde à l'intérieur, les forçant à s'organiser. Entre réflexion sur la décroissance et comédie enjouée, Guillaume Rihs signe un roman plein de charme et de fantaisie.


- Autopsie d'un père
de Pascale Kramer
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Ania, qui n'a guère vu son père Gabriel ces dernières années, apprend par sa nouvelle femme qu'il vient de se suicider. Cette mort volontaire semble faire suite au scandale qui a éclaboussé ce journaliste et intellectuel de gauche quand il a publiquement pris la défense de deux jeunes "Français" qui ont massacré un Comorien sans-papiers. Comment les haines ont-elles pu en arriver là? Dans le village où il doit être enterré, l'ambiance est délétère, chacun prenant parti pour ou contre Gabriel. Que s'est-il passé pour que ce père en vienne à rétrécir ses vues au point de tremper dans une affaire aussi sordide et de devenir un paria? En auscultant une France sous tension et au bord de l'explosion, Pascale Kramer nous offre un puissant roman sur le basculement politique et le repli sur soi, qu'elle met en scène de manière intime et collective.


- Autour du soleil
de Karine Silla
Éditions Plon / Janvier 2016


Un jour de pluie, Louise rencontre un homme dans un train. En quelques minutes, la jeune femme décide de quitter sa vie raisonnable pour cet inconnu qui lui parle de son pays, le Vietnam; son bonheur la contamine et l'emporte. Au milieu des immenses étendues vertes et marécageuses, elle découvre l'amour, la jouissance, la joie, et enfante un fils. En partant, Louise a laissé derrière elle un mari, épousé parce qu'elle n'a jamais su dire non, et une fille, Marie, avec qui elle n'a jamais su faire. Malgré la certitude d'avoir fait le bon choix, le secret de Louise envahit peu à peu sa vie et celle de Marie, qui la croit morte et grandit sur un mensonge. Jusqu'à ce que tout vole en éclats.


- Avant Godot
de Stéphane Lambert
Éditions Arléa / Janvier 2016


Octobre 1936. Samuel Beckett a trente ans. Il entreprend un étonnant voyage en Allemagne nazie afin de s'y confronter à l'art au moment même où le régime évacue des collections publiques les œuvres dites dégénérées. Le 14 février 1937 à Dresde, il note laconiquement dans un carnet sa prédilection pour un petit tableau de Caspar David Friedrich, Deux hommes contemplant la lune, dont il dira plus tard qu'il est la source d'inspiration d'En attendant Godot. À partir de cet énigmatique et unique repère, Stéphane Lambert, comme dans ses précédents livres sur Nicolas de Staël ou Mark Rothko, creuse la relation qui peut s'établir entre deux créateurs de disciplines différentes, et nous dit comment un artiste parvient à éclairer sa voie grâce à ce que l'œuvre d'un autre lui révèle. Au-delà de la création (qui n'est jamais qu'une métaphore de la vie), Stéphane Lambert explore la place déterminante de l'autre dans notre propre cheminement, et voit dans la rencontre la source d'une force qui nous permet d'outrepasser la paralysie du doute, et d'avancer. Son approche érudite, sensible, visionnaire est une réflexion sur la manière dont on devient soi grâce à l'autre.


- Avant les singes
de Sibylle Grimbert
Éditions Anne Carrière / Janvier 2016


Sabine pensait que ce week-end dans un hôtel perdu au milieu des montagnes marquerait le début de sa nouvelle vie. Son mari allait recevoir un trophée pour sa dernière invention miraculeuse. Elle serait associée à son triomphe comme elle l'avait été à son travail, et pourrait enfin prendre sa revanche sur un destin contrarié. Mais le rêve se fissure dès les premiers instants. Sa mère tant redoutée ne s'est pas seulement invitée sans raison à la fête, elle figure en bonne place au programme du congrès. Une femme inconnue semble si familière à Sabine qu'elle a l'impression de se regarder dans un miroir moqueur. Bientôt son malaise gagne les autres invités, alors que les portes se referment et qu'ils se retrouvent tous prisonniers d'une nuit où les dimensions se mêlent et où le temps perd sa logique. S'agira-t-il pour Sabine de fuir, ou de se retrouver?


- Babybatch
de Isabelle Coudrier
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Babybatch. Ainsi Dominique a-t-elle surnommé Benedict Cumberbatch, le héros éponyme de la série Sherlock. Quant à elle, et bien qu'elle appartienne à l'immense communauté virtuelle des fans de l'acteur anglais, elle refuse de se laisser contaminer par le délire de ses congénères. À quinze ans, Dominique est une jeune fille quasi désuète dans sa discrétion et dans son expression méticuleuse quand il s'agit d'évoquer les sentiments. Mais elle est aussi un étrange produit de son époque, non pas tant dans la traque de son idole sur le net, que dans son ironie de petite amoureuse revenue de tout. Chez elle, l'amour ne peut être vécu qu'après avoir été rêvé, pensé. À moins que dans sa version ultime, il soit peu soucieux de se matérialiser. Forte de cette passion unilatérale, Dominique comprend mieux son inclination pour les êtres mélancoliques: le professeur d'anglais à la voix si basse que ses cours sont inaudibles; Paul Rissac, cet élève brillant qui traite le malheur avec une désinvolture intrigante; son père, qui semble douter d'être un jour l'artisan du plus petit bonheur sur la terre. Les observant, les comparant à son cher Benedict, Dominique tisse un monde dont le lecteur voudrait ne jamais sortir.


- Bellevue
de Claire Berest
Éditions Stock / Janvier 2016


Alma se réveille à quatre heures du matin. Dans un hôpital psychiatrique. Deux jours plus tôt, elle fêtait ses trente ans. Écrivain prometteur, Alma est une jeune Parisienne ambitieuse qui vit avec Paul depuis plusieurs années; tout lui sourit. Et, d'un coup, tout bascule. Son angoisse va l'emporter dans une errance aussi violente qu'incontrôlable et la soumettre à d'imprévisibles pulsions destructrices. Que s'est-il passé pendant ces quarante-huit heures?


- Bel-ordure
de Élise Fontenaille
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


Eva est une lle de l'aube plutôt solitaire, Adama, un oiseau de nuit connu du Tout-Paris. Elle est aussi petite, ronde, blonde et blanche qu'il est grand, noir et sculptural. Eva est foudroyée par leur rencontre, émerveillée par leurs différences, fascinée par cet homme sans attaches, qui ne possède rien et semble ne vivre qu'au présent. Mais passés les premiers mois d'aveuglement, le mystère s'estompe pour révéler, derrière sa stupéfiante beauté, une autre facette d'Adama. Adama boit, Adama la trompe, Adama vit des femmes qu'il rencontre, Adama sait-il seulement aimer? Élise Fontenaille, à travers Eva, son double littéraire, met à nu le cœur d'une femme amoureuse, incendiée par sa passion pour un pharaon aux pieds nus. Un texte généreux et sans fard, où alternent révoltes et colères mais aussi moments d'intimité empreints d'une profonde tendresse.


- Bistros
de Hélène Millerand
Éditions Arléa / Janvier 2016


Hélène Millerand aime les bistros. Ils font partie de sa vie. Mais ne nous y trompons pas: rien à voir avec une fâcheuse addiction qui nuirait à sa santé. C'est attablée devant un café, qu'elle passe de longs moments à écrire, observer, rêver aussi. Le bistro, prolongement d'un lieu à soi, havre de solitude qui protège, inspire ou réconforte. À chaque époque, son bistro. Le tabac des Jardies à Sèvres, où, enfant, elle accompagnait son père et buvait du Coca à la paille, n'a rien à voir avec Le Champo, rue des écoles où, étudiante, elle croisa Pierre Goldman pour la première fois. Le café de la Mairie, place Saint-Sulpice, où, femme mariée et mère débordée, elle reprenait souffle n‘est pas à confondre avec Le Réveil, boulevard Henry IV, lorsque la vie professionnelle la sauva de la délectation morose. Bref, on l'a compris, c'est bien d'un récit de vie qu'il s'agit, mais rien d'impudique dans ces demi-confidences. Hélène Millerand, peu adepte de l'introspection littéraire, préfère, avec élégance, s'en tenir à une liste secrète, celle des cafés qui ont jalonné son existence, comme une carte du Tendre qui nous mène de la rive gauche à la rive droite de la Seine, où l'on croise des gens connus ou moins connus, de Christian de Portzamparc à Georges Lavaudant, de Claude Miller à Ginette, Paulette, et autres Violette. Et de ce maillage fin, fait de rencontres, d'habitudes, de portraits toujours justes, de noms de garçon de café, de changements de gérants, se dessine en creux le chemin d'une vie: enfance solitaire, découverte de la liberté et de la conscience politique, amours, blessures, découverte du théâtre et apprentissage de l'écriture. Avec toujours, comme un refuge, le bonheur de pousser la porte d'un bistro, le bistro du moment, et d'y retrouver, d'un regard jeté sur l'inconnu qui passe, la juste mesure de la joie ou de la douleur.


- Black iris
de Leah Reader
Éditions Prisma / Janvier 2016


Laney Keating, adolescente marginale révoltée par l'hypocrisie du monde qui l'entoure, ne vit que pour la poésie. Lorsqu'elle tombe dans un piège sur les réseaux sociaux, son univers bascule. Pour se venger de ceux qui l'ont humiliée, elle est prête à repousser toutes les limites. Quitte à manipuler, à haïr et à écorcher son cœurs dans une virée machiavélique. Parviendra-t-elle à se libérer de ses chaînes et à vivre son amour en toute liberté?


- Bonnes nouvelles de Chassignet
de Gérard Oberlé
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Érudit non conformiste, gastronome distingué, œnologue jouisseur, aventurier mélomane, amoureux de l'amitié, le Morvandiau Chassignet, personnage emblématique des premiers romans de Gérard Oberlé, ressemble beaucoup à son créateur, tout comme les trois histoires qu'il nous conte ici. En Egypte, dans un hôtel d'Assouan où il passe ses hivers, une femme mystérieuse fascine Chassignet: par quel étrange destin Mitzi se trouve-elle sur les bords du Nil pour y  jouir d'une ultime escale? En Nouvelle Calédonie, un bourlingueur au bout du rouleau trouve enfin la sérénité dans une tribu kanak. En Arizona, deux copains tombent en panne dans un bled perdu peuplé de ploucs racistes qui les retiennent otages. Non, nous ne sommes ni chez Paul Bowles ou Agatha Christie, ni chez le Simenon de Quartier nègre, ni chez le Douglas Kennedy de Cul-de-sac: les lecteurs enthousiastes de  Retour à Zornhof retrouveront ici la "magie-Oberlé". Un grand vent d'audace et de liberté souffle à travers ses livres, qui font de lui le plus brillant et le plus souriant représentant du baroque dans les Lettres contemporaines.


- Boucles d'or
de Aurélien Rousseau
Éditions Le Passage / Janvier 2016


Un train quitte la gare d'Austerlitz pour le pays Basque. Quand les wagons s'ébranlent, un des passagers ne peut s'empêcher de tourner la tête vers la forme sombre de l'hôpital qui surplombe les voies et qui fut son monde pendant plusieurs mois. Une vérité s'impose à lui: il lui faudra replonger dans cet univers et oser enfin affronter la part de lui-même qu'il a découverte là-bas. Boucle d'or est l'histoire de cette lutte, avec et contre son propre corps, qu'il faut mener lorsque la maladie nous conduit au plus près de la mort et qu'elle charrie avec elle ses démons, ses hallucinations, parfois sous la figure douce et rassurante des héros des contes de notre enfance. Dans un récit sensible et plein d'humanité nourri d'une expérience intime, Aurélien Rousseau nous fait partager l'aventure poignante de la résistance finalement victorieuse d'un homme contre la maladie. Boucle d'or est aussi une interrogation sur la capacité à se délester, à faire enfin de son enfance son passé, à apprendre à aimer et à être libre.


- Brillante
de Stéphanie Dupays
Éditions Mercure de France / Janvier 2016


Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d'une grande école, cadre marketting d'un groupe agroalimentaire, elle construit sa carrière avec talent. Dans son travail, elle a la confiance de ses supérieurs et gère des projets ambitieux. Sa vie privée est à l'avenant et le couple qu'elle forme avec Antonin, lui-même cadre dans la finance, renvoie l'image du bonheur parfait. Mais soudain, Claire vacille. Au travail, celle dont on louait les qualités se sent peu à peu évincée, des nouvelles recrues empiètent sur ses dossiers, sa supérieure hiérarchique lui tourne ostensiblement le dos. Après une phase de déni, Claire doit se rendre à l'évidence: c'est la disgrâce. Elle est placardisée. La descente aux enfers commence.


- Calme-toi, Lison
de Jean Frémon
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


C'est un monologue intérieur, Louise Bourgeois parle, se parle, passe en revue des bribes de sa longue vie, dans le désordre. Tout est ici imaginaire, ce n'est pas une biographie. Mais tout est plausible, les humeurs, les saillies, les ressentiments, les pudeurs. C'est le portrait, de mémoire, d'une femme qui a voué sa vie à son art, une vie qui se confond avec le siècle, et a été reconnue tardivement comme l'une des artistes majeurs de notre temps. C'est drôle, touchant, empathique, respectueux et documenté. Le livre de jean Frémon est résolument une fiction. Il exprime de l'intérieur à la fois les tensions tragiques confinant à la névrose et les légèretés enfantines de l'un des plus grands artistes du siècle. Louise Bourgeois, née à Paris en 1915, a émigré aux États-Unis en 1938 à la suite de son mariage avec Robert Goldwater, un historien d'art réputé. Des années quarante aux années quatre-vingt, elle a développé une œuvre de sculpteur de la première importance sans que le monde de l'art y prête réellement attention. Ce n'est qu'en 1982 que le Musée d'Art moderne de New York lui consacre une exposition. C'est la première fois que cet honneur revient à une femme. À partir de là, son œuvre n'a cessé de conquérir un public plus vaste et de gagner en audace et en liberté.


- Camping-car
de Sophie Brocas
Éditions Julliard / Janvier 2016


Trois jeunes sexagénaires décident de faire une virée en camping-car. Malgré une longue amitié et une confiance mutuelle indéfectible, des non-dits se sont installés entre eux. Mais au fil de la route et de quelques péripéties cocasses, les langues vont se délier et l'humour ramener chaque chose à sa juste place. Camping-car, c'est l'histoire inédite d'une tranche de vie qui s'écrit et s'invente aujourd'hui autour de la soixantaine. Une période où l'on se connaît enfin, avec des projets, une vitalité, des élans. Un moment où l'on cherche à défier le temps en s'approchant de sa vérité tout en se moquant des conventions. Touchant, drôle, mais toujours profond, ce road trip à la française est une ode à l'amitié masculine, incarnée par des personnages truculents.


- Celle que vous croyez
de Camille Laurens
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook: vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n'est pas la vôtre, hélas. C'est pourtant de ce double fictif que Christophe, pseudo KissChris, va tomber amoureux. En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d'une femme qui ne veut pas renoncer au désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:34

- Choisir de vivre
de Mathilde Daudet
Éditions Carnets Nord / Janvier 2016


"Parler de moi ne fait pas partie des choses que j'aime mais je le fais pour deux raisons. D'abord pour celles et ceux qui se sentent prisonniers de leur propre corps, parce que c'est le livre d'un passage réussi, et puis j'ai aussi l'espérance de lever une partie du voile sur un tabou important de notre société, et d'entrouvrir les esprits les plus fermés". Thierry aime le risque, la vitesse, frôler la mort pour se prouver qu'il est homme. Sa sœur Mathilde cultive sa douceur, ses secrets. Deux vies séparées et pourtant intimement mêlées. Deux héros qui n'en sont qu'un, tels des siamois. Choisir de vivre est l'histoire d'un combat, avec soi-même et contre la norme, mais aussi celui d'un changement de vie, qui prouve qu'on peut trouver le courage d'être "soi", malgré les défis. Choisir de vivre est une autobiographie qui utilise les clefs du roman, pour nous permettre d'approcher au plus près de la réalité.


- City on fire
de Garth Risk Hallberg
Éditions Plon / Janvier 2016


31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu'à l'autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie attend Samantha pour assister à un concert punk. À quelques encablures de là, dans Hell's Kitchen, Mercer Goodman tourne et retourne un délicat carton d'invitation. Et s'il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William, son amant, lui a toujours cachée? Pourquoi ne pas saisir l'occasion d'en apprendre plus sur lui, l'ancien leader du groupe punk Ex Post Facto? Bientôt, des coups de feu retentissent dans Central Park. Une ombre s'écroule dans la neige. Qu'est-ce qui peut bien relier ces personnages à ce drame? Alors que rien ne les prédestinait à se rencontrer, leurs histoires ne vont cesser de se croiser et de s'entremêler jusqu'au blackout du 13 juillet 1977. Une immense coupure de courant plonge alors New York dans le noir. Leurs vies en seront bouleversées à jamais. City on Fire est une ode à New York, un roman flamboyant et inoubliable sur l'amour, la trahison et le pardon, sur l'art, la vérité et le rock, et sur cette interrogation: qu'est-ce qui rend la vie digne d'être vécue?


- Clandestinos
de Jack Kerley
Éditions Mosaïc / Janvier 2016


Spécialiste des enquêtes complexes, Carson Ryder pense avoir vu ce que l'homme peut faire de pire. Mais dès son arrivée à Miami, où il vient d'intégrer le centre anti-criminel de Floride, il est appelé sur une scène de crime particulièrement atroce: une colonne de béton où ont été coulés des corps de femmes, des corps dont le visage garde à tout jamais, figée dans la pierre, une effroyable expression de souffrance et de terreur. Pour percer le secret de cette colonne, Ryder va devoir plonger dans l'univers sordide du trafic d'êtres humains. Et retrouver une jeune femme qui pourrait lui permettre de comprendre ce qui s'est passé. Sauf qu'il n'est pas le seul à vouloir mettre la main sur elle. Et que ceux qui la traquent n'hésiteront pas à tuer pour voir leur secret préservé.


- cœurs tambour
de Scholastique Mukasonga
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Personne ne savait plus trop qui était cette présumée princesse africaine appelée Nyabinghi. Son nom était venu s'échouer sur les plages de la Jamaïque en d'étranges circonstances. Le 12 décembre 1935, peu de temps avant l'invasion de l'Éthiopie par l'Italie fasciste, paraissait dans le journal Jamaïca Times un article intitulé "Une société secrète pour détruire les Blancs": vingt millions de nègres, au nom d'une mystérieuse reine appelée Nya-Binghi, allaient déferler sur l'Europe et l'Amérique, Nya-Binghi signifiant "mort aux Blancs". Les rastas, qui adoptèrent le nom de nyabinghi, n'avaient rien de sanguinaire et, dans la torpeur bienheureuse de l'herbe sacrée, ne songeaient nullement à massacrer quiconque. Les tambours suffisaient à leur rébellion". Du Rwanda à la Caraïbe, à l'Amérique: mystères, initiations, naissance de la musique rasta, et, dans les bouleversements du monde, quand bat le tambour et le cœur de l'Afrique, un crime fondateur. Qui a tué l'inoubliable diva Kitami, surnommée aux quatre points de l'horizon "l'Amazone noire"?


- cœur-volant
de Philippe Bordas
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Chaque soir, Natacha m'apprend la respiration. Elle me donne le sens de Paris et son goût de mer. Dans mon carnet à spirale, j'ai copié un vers ancien qui revêt sa personne comme une peau d'agneau. Elle est née de Paris, bercée à la fontaine des Orateurs sacrés, mais tout en elle, même son habit, supplante l'arrogance des Parisiennes. D'une gaze d'amnésie, elle tamise la violence du monde. Elle n'aperçoit ni les pavés disjoints ni la ronde des séducteurs. Elle oublie la monnaie sur la coupelle de la pharmacie du drugstore. Ses parapluies restent dans l'autobus et voyagent du Pont-Neuf jusqu'à la porte de Châtillon. Ses pupilles sont envahies d'ajours où des feuilles de bouleau tourbillonnent dans un ciel de Lituanie. Ses yeux regardent pour moi. Son odeur ne me quitte plus. Aux mondes hauts, moyens et bas préside Natacha". Œuvre lyrique et magnétique, troublante comme un parfum de femme, Cœur-Volant rassemble dans un même bouquet la note subtile de l'amour courtois et l'arôme violent du Paris moderne.


- Comme neige
de Colombe Boncenne
Éditions Brumerge / Janvier 2016


À la maison de la presse de Crux-la-Ville, Constantin Caillaud découvre par hasard Neige noire, un roman d'Émilien Petit dont il croit pourtant avoir tout lu. Excellente trouvaille, elle va lui donner l'occasion rêvée de recontacter Hélène, sa maîtresse évanescente qui lui a fait aimer cet auteur. Mais au moment de la revoir pour lui confier le livre-sésame, il ne parvient plus à le retrouver. Il cherche alors sur Internet: aucune trace. S'adresse à l'éditeur: le titre n'a jamais figuré au catalogue. Qu'à cela ne tienne, Constantin écrit à Émilien Petit et à ses amis écrivains: tous nient l'existence de Neige noire. Un jeu malicieux entre fiction et réalité qui peut donner le vertige.


- Consumés
de David Cronenberg
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Naomi Seberg et Nathan Math œuvrent avec succès dans le photojournalisme à sensation de l'ère des nouveaux médias. À la fois amants et concurrents professionnels, ils arpentent le globe séparément, ne se croisent que dans des hôtels d'aéroports ou n'ont de rapports que par Internet, et sont toujours à la recherche d'histoires spectaculaires, si possible sordides. Celle de Célestine et Aristide Arosteguy, anciens professeurs de philosophie à la Sorbonne et couple libertin, a tout pour attirer Naomi. Célestine a en effet été retrouvée morte, mutilée, dans son appartement parisien. La police suspecte son mari, qui a disparu, de l'avoir assassinée et d'avoir mangé des parties de son corps. Avec l'aide d'Hervé Blomqvist, un étudiant singulier, elle se lance sur les traces d'Aristide, qui la mènent jusqu'à Tokyo. De son côté, Nathan se trouve à Budapest pour photographier le travail d'un chirurgien controversé, Zoltán Molnár, qui a été recherché par Interpol pour trafic d'organes et pratique désormais des interventions illégales. En couchant avec l'une des patientes de Molnár, Nathan contracte l'étrange "maladie de Roiphe", que l'on croyait disparue. Il s'envole alors pour Toronto, bien décidé à rencontrer le médecin qui a identifié ce mystérieux syndrome. Ces histoires parallèles finissent par se croiser dans une intrigue hallucinée mêlant la technologie et le corps, l'impression 3D et la philosophie, le festival de Cannes et le cannibalisme, la mort et le sexe sous toutes ses formes (fétichisme, voyeurisme, échangisme).


- Corps conducteurs
de Sean Michaëls
Éditions Payot & Rivages / Janvier 2016


C'est un premier roman comme on en lit peu, qui donne les pleins pouvoirs à l'imaginaire. Corps conducteurs retrace la vie d'un personnage réel, Lev Theremin, musicien et inventeur de génie. Tel Wes Anderson dans Grand Budapest Hotel, Michaëls narre chaque événement en technicolor: Lev traverse les rutilantes années 20 à New York, donne des concerts à guichets fermés, rencontre Gerschwin, adule Lénine, joue les espions pour le régime et atterrit au Goulag. Michaëls nous offre du plaisir à l'état pur, celui de l'aventure, de la fiction sans limites, de l'amour fou pour une femme à jamais perdue.


- Correspondances étrangères
de Mohsin Hamid
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Le monde est sa patrie. Il est né au Pakistan, il a vécu en Italie, en Angleterre, aux États-Unis. Jeune romancier surdoué (L'intégriste malgré lui, Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante), Mohsin Hamid est aussi un infatigable voyageur, riche d'une culture cosmopolite devenue rare de nos jours. Passant avec une aisance déconcertante et un enthousiasme contagieux de la chronique intime à la réflexion sur la mondialisation, de la littérature à la politique, du cinéma au questionnement religieux, les 36 essais rassemblés dans ce recueil dressent un tableau saisissant de notre monde, et un autoportrait intellectuel non moins original. Qu'il nous livre ses réflexions sur la paternité ou sur les rapports entre l'Islam et l'Occident, qu'il nous raconte la projection d'un film hollywoodien à Lahore ou qu'il rende hommage aux écrivains qui l'inspirent, de Toni Morrison à Murakami en passant par Camus ou Tabucchi, jamais Mohsin Hamid ne se départ de son humour et de sa lucidité. Réjouissante déclaration de guerre à tous les dogmatismes, cet essai pluriel est la profession de foi d'un véritable honnête homme de notre temps.


- Dans le ventre
de Sergio Claudio Perroni
Éditions Bernard de Fallois / Janvier 2016


La guerre de Troie a bien eu lieu. Sergio Claudio Perroni nous en raconte un épisode capital: après des années de combat, un énorme cheval de bois dissimulant des guerriers grecs va tromper les Troyens, qui y voient un don des dieux, et s'apprêtent à le faire entrer à l'intérieur de leurs murailles. Perroni donne la parole à un soldat, un anonyme, enfermé dans la machine en compagnie de trois rois-guerriers: Ulysse, qui n'est pas encore le héros de l'Odyssée; Epéios, qui a construit le cheval sur les ordres de la déesse Athéna, et un adolescent, Néoptolème, fils du défunt Achille. Cependant les trois chefs ne sont pas assurés du succès de la ruse. Des signes inquiétants alourdissent l'atmosphère des flèches lancées contre le cheval, la chute d'un casque ou d'une épée, l'unique chandelle qui s'éteint, et surtout l'apparition d'une "Femme" mystérieuse. Ulysse réagit avec calme et sagesse, et Epéios en constructeur habile, sûr de son fait. Mais le jeune fils d'Achille a peur: il souffre d'être enfermé, de ne pas voir la mer, il doute du succès final et surtout du soutien des dieux. Est-il lucide? Ou pessimiste? Sergio Claudio Perroni réussit "le prodige" de transformer en roman à suspens une histoire dont chacun connaît le dénouement. Ces héros légendaires, malgré leur courage, sont les jouets des dieux, qui les manipulent à leur guise. Ils expriment avec lyrisme les éternelles questions existentielles que se posent les humains. Mais l'aube approche, et le cheval commence à avancer.


- De ce pas
de Caroline Broue
Éditions Sabine Wespieser / Janvier 2016


"Envoûtée, comme enivrée, Marjorie l'était à nouveau en regardant l'homme et la femme onduler sous ses yeux. Leurs bras chantaient en canon. Leurs mains se croisaient à intervalles réguliers. Le mouvement était répété plusieurs fois, puis la musique s'emballait, et leur pas de deux se terminait par un porté de haute volée. Pour Marjorie, qui parlait la danse mieux que personne, la signification était très claire. Après une phase d'atermoiements, de faux-fuyants et de méfiance, l'homme et la femme faisaient le choix de la concorde, de l'harmonie. Ensemble, ils effaçaient le temps de l'incertitude. Ou, mieux, ils l'oubliaient". Ancienne danseuse étoile, Marjorie a fait ses adieux à la scène au moment où elle admire ce pas de deux. Elle vit avec Paul, une petite fille est née, et elle s'interroge sur son avenir. Toute la tension dramatique de ce premier roman remarquable de concision est contenue dans la description du couple dansant: après l'éblouissement de la rencontre, le temps pour Marjorie et Paul est aux faux-fuyants. L'un et l'autre ont voulu croire qu'ils pourraient faire fi de leur passé: Marjorie de ses origines cambodgiennes; Paul, un protestant ardéchois, des névroses familiales. Leurs deux silences, qui leur furent d'abord un refuge, s'entrelacent jusqu'à les éloigner. Par-delà l'histoire de Marjorie et de Paul, Caroline Broué, en de brèves séquences syncopées, scrute les doutes d'adultes de quarante ans aujourd'hui: ceux que la vie oblige à prendre leur destin à bras-le-corps et dont c'est le tour d'entrer en scène. De ce pas est un très beau roman sur le temps qui passe, et sur ses bienfaits.
   

- Défaite des maîtres et possesseurs
de Vincent Message
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Iris n'a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu'ils mènent ensemble est interdite, et qu'ils n'ont été protégés jusque-là que par la clandestinité? C'est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment: nous n'y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux. Plongeant dans un des enfers invisibles de notre modernité, retraçant l'histoire d'un amour difficile, Défaite des maîtres et possesseurs nous entraîne dans une fable puissante où s'entrechoquent les devenirs possibles de notre monde.    


- De l'influence des intellectuels sur les talons aiguilles
de Roland Jaccard
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Janvier 2016


"Ce que j'appelle le néo-nihilisme est une forme de résistance à la chape de plomb du sérieux et de la croyance au vivre-ensemble (expression grotesque) harmonieux de ceux qui prônent le bien avec le même esprit que les boyscouts d'antan, et qui n'auraient pas retenu la principale leçon du siècle passé: les hommes ne sont pas faits pour s'aimer. Islamisme radical d'un côté, boyscoutisme planétaire de l'autre: les deux faces d'une même médaille. Le nihiliste, lui, rêve plutôt d'une euthanasie générale tout en observant le pire avec humour et légèreté".


- Des petites filles modèles...
de Romain Slocombe
Éditions Belfond / Janvier 2016


En 1858, la Comtesse de Ségur présente Les Petites Filles modèles comme la suite des Malheurs de Sophie, et ces deux livres figurent depuis lors au cœurs du répertoire classique de la littérature française pour la jeunesse. Portraits d'enfants bien nés saisis au moment où ils s'interrogent sur le bien et le mal, tableaux d'un milieu social où ne cesse de se poser la question des normes et des limites, les petites filles doivent y être "modèles" en vertu d'un idéal de comportement. Mais l'atteindre n'est pas si simple. Et l'on a amplement pointé, au-delà des récits en apparence innocents et inoffensifs de la Comtesse de Ségur, les bourgeons de l'ambiguïté. Dans son remake, Romain Slocombe les fait éclore: ses petites filles modèles deviennent les héroïnes d'un conte inquiétant et pervers, érotique et vampirique. Comme si la comtesse de Ségur avait retiré la sourdine pour écrire un roman destiné à des enfants plus âgés, laissant libre cours à la progression de la cruauté. Comme si elle avait quelquefois rêvé d'être Sade, non plus Comtesse mais Marquise.


- Des vies et des poussières
de Louis Chédid
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


Des vies et des poussières, c'est un livre à l'atmosphère drolatique, des bribes d'existence où quelque chose se grippe, se voile, se disloque. Un univers cruel et assassin jamais loin de l'absurde ni dénué d'humour. Au fil de ces seize nouvelles qui, chacune, s'ouvrent sur une petite morale, Louis Chedid nous étonne et nous cueille par surprise, avec un art certain de la chute.


- Deux livres de chair
de Florence Delaporte
Éditions François Bourin / Janvier 2016


"– Oui, dit-il, c'est joli des gros seins, quand c'est découvert. Le désir vient rien qu'à les voir. Me baigner dans tes seins, c'est énorme. Ils ont vraiment quelque chose de particulier. Naturellement, je sucerai doublement l'autre".
C'est l'histoire d'une reconstruction. L'histoire d'un corps que le cancer menace et qu'il faut amputer pour le sauver. Mais cette part que l'on retire, c'est ce qui constitue une femme dans son identité et son intégrité: le sein. Florence Delaporte traverse le cancer comme on traverse les apparences. Elle lutte contre les institutions, les représentations et les lieux communs qui font loi. Et contre elle-même. Elle remue les images du passé, convoque les amours mortes et les nouveaux amants. Tout ce qui la remodèle en même temps que la chirurgie. Elle résiste, regimbe, bataille, pour reprendre enfin sa liberté et la mener plus loin encore. Passer de l'autre côté. Entière.


- Dispersés
de Inaam Kachachi
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Âgée de quatre-vingts ans, Wardiya quitte à contrecœur son pays natal, l'Irak, pour venir vivre en France auprès de sa nièce. Elle est invitée, un mois à peine après son arrivée, au palais de l'Élysée pour assister à la réception organisée par le président de la République en l'honneur du pape Benoît XVI. Elle fait désormais partie de cette communauté d'Irakiens chrétiens forcés à l'exil, devenus symboles politiques malgré eux. Wardiya a été une brillante gynécologue dans son pays, depuis son premier poste à Diwaniya jusqu'à son installation à Bagdad. Femme pleine d'idéaux, elle n'a cessé de lutter pour l'amélioration des soins prodigués aux femmes dans une société profondément patriarcale. Attachée à sa terre, elle a vu la société entière se désagréger au fil des conflits, ce qui l'a obligée à fuir, comme ses propres enfants avant elle: Hinda partie s'installer au Canada, Yasmine à Dubaï et Barraq en mission à Haïti. Loin de la souffrance et des combats, Wardiya et ses proches restent marqués par les souvenirs de cet Irak natal terrassé, et découvrent en même temps les difficultés de la condition d'immigré. Dans un style à la fois direct et poétique, Inaam Kachachi nous raconte l'extraordinaire histoire de cette gynécologue prête à tout pour survivre et exercer dans son pays, prête à le quitter pour continuer à l'aimer en exil. Son récit embrasse des destins multiples et interroge l'identité de ces chrétiens d'Irak, dispersés à travers le monde.


- Écoute le chant du vent. Fipper, 1973
de Haruki Murakami
Éditions Belfond / Janvier 2016


Après trente-sept ans, Haruki Murakami autorise enfin la publication de ses deux premiers romans, Écoute le chant du vent, lauréat du prestigieux prix Gunzo 1979, suivi de Flipper, 1973, tous deux jusqu'ici inédits en France. Enfin traduits et réunis en un seul volume, précédés d'une préface de Murakami qui en explique la genèse, ils composent les deux premiers tomes de la "trilogie du Rat", que clôt La Course au mouton sauvage. J'écrivais toujours sur la table de la cuisine, tard dans la nuit, jusqu'au petit matin. C'est la raison pour laquelle je nomme ces deux romans "écrits sur la table de la cuisine". Avec beaucoup d'amour et une certaine gêne. Pour rien au monde je ne voudrais les changer. Un peu comme de très vieux amis. Peut-être que je ne les rencontrerai plus, que je ne leur parlerai plus, mais il est certain que jamais je ne les oublierai. Ils sont précieux pour moi, irremplaçables. Ils m'encouragent, me réchauffent le cœur.


- Eileen
de Ottessa Moshfegh
Éditions Fayard / Janvier 2016


Une vieille femme se souvient avec un cynisme minutieux de la semaine qui a fait basculer sa vie cinquante ans plus tôt. En 1964, alors âgée de vingt-quatre ans, elle vit avec son père alcoolique dans une maison délabrée, près de Boston, et travaille comme agent d'accueil dans une prison pour délinquants mineurs. Elle subit cette existence sinistre avec un mélange d'impuissance, de colère et de haine, contre elle-même surtout. L'arrivée d'une fascinante jeune femme fraîche émoulue de Harvard et chargée de mission après des détenues joue un rôle de détonateur. Dès lors, tous les mécanismes s'emballent. Un roman à la construction rigoureuse et à l'écriture incisive, où la tension devient peu à peu insoutenable.


- Et j'ai su que ce trésor était pour moi
de Jean-Marie Laclavetine
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Je commence. Cesse de t'agiter sous ton drap blanc, Julia. L'hôpital, les tuyaux translucides qui te font une chevelure de déesse du futur, la musique des appareils, le clapotis des sandales sur le sol du couloir, les appels, les chariots, les murs pâles où danse la lumière, les reflets sur l'acier du lit, tout cela va s'évanouir. Chaque nuit je viendrai à ton chevet te raconter une histoire écrite pour toi dans la journée. Jusqu'à ce que tu reviennes. Attends-toi à des surprises". Pour réveiller Julia, Marc invente à partir de leur histoire d'amour un torrent de récits où se mêlent le suspense et l'émotion, la gravité et le rire, exaltant le pouvoir enchanteur de l'invention romanesque.


- Et leurs baisers au loin les suivent
de Corinne Royer
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Cassandre vient déclarer à la gendarmerie la disparition de son mari. Pourtant elle sait où il se trouve, et qu'il ne reviendra plus. Bientôt, elle reçoit de mystérieux courriers annonçant des révélations au sujet du passé de Léon. Que peut-elle ignorer de cet époux taiseux, qu'elle a aimé résolument un tiers de siècle durant dans le quotidien rugueux d'une ferme de Saône-et-Loire? Et connaissait-il bien sa femme, son étrangère à la peau sombre qui ne lui a pas donné d'enfant et n'a cessé de rêver du lointain pays de ses ancêtres? On ne mesure jamais les zones de violence que recèle toute vie, la part de mensonge que contient tout amour, la force des liens qui nous attachent à la terre et aux hommes. D'Haïti à la mer Égée, de l'Algérie au Mexique, de l'Antarctique aux États-Unis, ce roman fiévreux à l'écriture envoûtante explore les géographies intimes au hasard desquelles les fragiles destins humains s'abîment, se heurtent et malgré tout se bâtissent.


- Excursion dans les bas-fonds
de Christophe Mouton
Éditions Fayard / Janvier 2016
   

Ceux qui gèrent la communication s'appellent les "communicants". Ceux à qui s'adresse la communication s'appellent les "communiqués". Quand la communication est efficace, les communicants décident et les communiqués obéissent. Les parents de Mathieu, par exemple, qui vivent dans le Nord-Pas-de- Calais, ont été très mal communiqués. Ils trouvent de bon goût de s'habiller chez Decathlon et pensent que, bien qu'il gagne à peu près cinq fois plus d'argent, Mathieu n'a pas aussi bien réussi que son frère, qui a passé son Capes et est devenu prof. Mais qu'importe. Un professionnel du talent de Mathieu, qui code subtilement des messages à longueur de journée, est aussi capable de décrypter les signes sociaux, et n'est pas dupe de lui-même dans son désir d'ascension et de revanche familiale. La supériorité du communicant en général et de Mathieu en particulier tient à cela: il n'est dupe de rien. Du moins, jusqu'à ce qu'il croise Elise. Il n'aurait pas dû s'y intéresser, vu qu'elle travaille à l'étage inférieur, et donc dans un service subalterne. Mais Elise résiste à tout déchiffrage, toute classification. Aurait-elle cette chose rarissime que Mathieu appelle un style? Mathieu doit en avoir le cœurs net. Mais l'homme qui n'est dupe de rien n'est pas au bout de ses errances. Dans une langue brutale et précise, Christophe Mouton rend compte d'un monde où les inconscients, les relations aux autres et le langage sont pervertis. Un monde qui se révèle peu à peu avoir plus soif de conditionnement généralisé, d'appartenance et d'aliénations collectives que d'aventures et d'amour. Notre monde.


- Fabrique-nous un dieu !
de Georges Lewi
Éditions François Bourin / Janvier 2016


Le jour de ses vingt ans, Moïse apprend de ses parents qu'il n'est pas leur fils biologique. Madame Putifar l'a trouvé dans un panier d'osier à la piscine. "Parti dans la vie sur un mensonge, rien ne pourra dorénavant ajourner sa recherche de vérité". Jeune chercheur idéaliste et imprévisible, Moïse réussirat-il à abolir la souffrance et multiplier par deux le temps de la vie humaine? C'est bien connu, ceux qui se connaissent un destin ne goûtent pas toujours aux fruits de leur découverte et n'atteignent pas tous la terre promise. Moïse sera-t-il une exception?


- Femme au foyer
de Jill Alexander Essbaum
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Best-seller aux États-Unis, le premier roman de la poétesse américaine Jill Alexander Essbaum renouvelle de manière magistrale la réflexion sur l'identité féminine et la quête de soi. Anna, une Américaine de trente-sept ans, est l'épouse modèle d'un banquier suisse. Femme au foyer, elle se consacre à leurs trois enfants qu'elle élève dans une riche banlieue de Zurich. Une cage dorée très vite gagnée par l'ennui. Incapable de communiquer avec un mari de plus en plus distant, Anna enchaîne les aventures sexuelles, mais mettre fin à ces relations devient de plus en plus difficile. Portrait intime et intense d'une femme en rupture, ce livre, où réalisme et poésie se mêlent subtilement, interroge la sexualité et le désir dans toute leur force libératrice et subversive.    


- Féroces
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler. C'étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l'esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Sling, c'était la seule chose qu'ils prenaient au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d'ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker. Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi: on ne parle jamais à l'extérieur de ce qui se passe à la maison. À la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient féroces.


- Giratoire
de Dominique Paravel
Éditions Serge Safran / Janvier 2016


Lui, Joaquin, est chargé de concevoir la décoration d'un rond-point pour une petite ville de la Drôme. Elle, Vivienne, est mandatée afin de l'assister, ou de le surveiller. Elle arrive de Paris en Mercedes et, sans se connaître, ils partent ensemble assister à la réunion du conseil municipal de La Virote, non loin de Montélimar. S'enchaînent alors, dans une sorte de road novel, multiples péripéties rencontrées par ces deux personnages que tout oppose et qui portent chacun un lourd secret. Leur aventure prendra une tournure inattendue. À la fois cocasse et tragique, en tout cas, hors du commun. Par sa construction originale, son écriture incisive, Giratoire confronte un homme et une femme obsédés par le désir de la fuite, le désir d'un lieu où la mort s'abolit dans la beauté.


- Golem
de Pierre Assouline
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Soupçonné du meurtre de son ex-femme, décédée dans un mystérieux accident de voiture, Gustave Meyer, grand maître international d'échecs, voit soudain sa vie basculer. En un instant, ce solitaire devient un fugitif partout recherché. Dissimulé sous une autre identité, isolé des siens, il est rattrapé par ses failles: l'étrange opération chirurgicale qu'il a subie à son insu et qui l'a "golémisé" en décuplant ses facultés mentales; la relation ambiguë qu'il entretient avec l'ami qui l'a opéré; le sentiment diffus de ne plus s'appartenir et de devenir un monstre au regard de la société. Une clé lui manque, qu'il part chercher en errant au cœur de la vieille Europe, deux femmes à ses trousses: Emma, sa propre fille, qui essaie de l'aider, et Nina, chargée de l'enquête policière. Meyer y parviendra-t-il à temps? Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité qu'il va découvrir?


- Grand chasseur blanc
de Denis Parent
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Simon Sorreau, un écrivain cabossé et cynique, se retrouve en cavale à Bali. Écrasé sous le soleil de l'exil, il exsude son trop-plein d'alcool et de rancune. Jean-Bat, un colosse québécois homosexuel qui a l'ivresse mystique, devient son camarade de débauche. Alors, dans ce bagne qu'il s'est lui-même choisi, Simon s'aperçoit que la vie lui réserve encore une bonne dose de rencontres, d'amitié et d'amour.


- Gregorius
de Bengt Ohlsson
Éditions Phébus / Janvier 2016


Stockholm, au début du XXe siècle. Le pasteur Gregorius, un homme d'âge mûr, inspire le dégoût à sa jeune épouse Helga. Cette dernière l'évite en prétextant une santé fragile et des douleurs mystérieuses, que confirme complaisamment son médecin, l'intrigant docteur Glas. Sa prescription est sans appel: l'abstinence la plus stricte. Frustré, Gregorius se noie alors dans d'incessantes réflexions sur l'amour, l'âge et le désir. Dépassant le simple jeu littéraire, Bengt Ohlsson offre avec Gregorius une variation brillante autour d'un personnage secondaire du classique Docteur Glas de Hjalmar Söderberg (1869-1941), publié en 1905. Son tour de force: rester proche de son modèle tout en composant dès les premières pages un roman singulier, qui voit les rôles s'inverser, et le bon docteur Glas devenir quatre-vingt-dix-neuf ans plus tard un personnage secondaire dans la vie du pasteur Gregorius.


- Hérétiques
de Leonardo Padura
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Disparu dans le port de La Havane en 1939, un Rembrandt est repéré dans une vente aux enchères à Londres. Propriété de sa famille dès le XVIIe siècle, le tableau a une valeur inestimable pour Elías Kaminsky. Il lui rappelle le destin tragique de ses aïeux, déportés alors qu'ils tentaient de rejoindre Cuba. Qui mieux que le désabusé Mario Conde pourrait partir sur les traces du chef-d’œuvre?


- Histoire de la violence
de Édouard Louis
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


J'ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée en France de son père, qui avait fui l'Algérie. Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu'il allait me tuer. Il m'a insulté, étranglé, violé. Le lendemain, les démarches médicales et judiciaires ont commencé. Plus tard, je me suis confié à ma sœur. Je l'ai entendue raconter à sa manière ces événements. En revenant sur mon enfance, mais aussi sur la vie de Reda et celle de son père, en réfléchissant à l'émigration, au racisme, à la misère, au désir ou aux effets du traumatisme, je voudrais à mon tour comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là. Et par là, esquisser une histoire de la violence.


- Ici même
de Taleb Alrefai
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Mêlant fiction et réalité, Taleb Alrefai met en scène son propre personnage, témoin d'une histoire d'amour malheureuse. Lui-même, sa femme et sa fille, ses faits et gestes au ministère koweïtien de l'Information où il travaille, ses soucis de santé ou encore son addiction à Twitter se fondent dans la trame du récit de Kawthar, l'héroïne de son roman. Appartenant à une grande famille chiite, riche, cultivée et plutôt libérale, Kawthar est comptable dans une banque internationale. À vingt-sept ans, elle tombe amoureuse d'un homme marié, père de trois enfants, et qui a de surcroît le tort d'être sunnite. Sa relation à sa famille, y compris à son père tant admiré, ne cesse alors de se détériorer, si bien qu'elle finit par décider, en contrevenant aux traditions sociales les plus inviolables, de quitter la maison familiale. Mais pourra-t-elle désormais, "ici même", au Koweït, s'assumer en femme indépendante et libre?


- Il est des morts qu'il faut qu'on tue
de Roger Martin
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


À la fin du XIXe siècle… En ce temps-là, Paris est une guerre civile. En ce temps-là, on invente le terme "racisme", l'expression "socialisme national" et le slogan "La France aux Français". Les scandales fleurissent. Les attentats anarchistes se multiplient. Les nationalistes préparent un coup d'État. La République vacille. Bientôt, l'affaire Dreyfus cristallisera toutes les passions. Romain Delorme est jeune et audacieux. Son mentor, l'ex-préfet de police Andrieux, un deus ex machina proche de Clemenceau, a fait de lui son agent au cœur du mouvement antisémite. Romain est devenu l'ami du marquis de Morès, redoutable duelliste, de ses gardes du corps, les terribles bouchers de La Villette, de Jules Guérin, dont le journal L'Antijuif et l'épisode du Fort Chabrol immortaliseront le nom, et d'Édouard Drumont, l'auteur de La France juive qui, dans les colonnes de La Libre Parole, exalte la haine des Juifs. Il devra feindre, ruser, prendre des risques inouïs avant d'être mêlé à une affaire insensée autant qu'incroyable, l'assassinat d'Émile Zola, et de découvrir le secret de ses propres origines. De la Commune de Paris à la Libération, un roman noir historique à la documentation impressionnante. Palpitant.


- Il est minuit, monsieur K
de Patrice Franceschi
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Dans un bar perdu de Madagascar, le bar de la Dernière Chance, deux agents secrets, Monsieur O et Monsieur K, s'affrontent pour la possession du dossier le plus incroyable de l'histoire de l'espionnage: le dossier Alpha. Son contenu empêchant tout emploi de la force, ils ne disposent, le temps d'une nuit, que de la puissance des mots pour vaincre ou mourir. À minuit, un combat hors normes s'engage.


- Illettré
de Cécile Ladjali
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Illettré raconte l'histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, porte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l'usine et s'installe devant sa presse ou son massicot. Dans le vacarme de l'atelier d'imprimerie, toute la journée défilent des lettres que Léo identifie vaguement à leur forme. Élevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l'ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l'école. Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d'adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l'oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine, Sibylle, l'infirmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire? Renouer avec les mots? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible, mais la tâche est ardue et l'incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques: le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l'humanité des autres ignore. Centré sur le combat de Léo contre son illettrisme, le nouveau roman de Cécile Ladjali est un livre d'énergie et de conviction qui ouvre une voie imprévue et poétique sur ce handicap invisible, poursuivant une réflexion qui lui est chère autour des mots, de l'école, de la dignité et de l'estime de soi, impossibles sans le langage.


- Jacob, Jacob
de Valérie Zenatti
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Jacob est le plus sensible de sa fratrie. Il aime éprouver le vertige sur le pont suspendu de Constantine, la musique, le contact de l'eau. Lorsqu'il quitte l'Algérie pour servir l'armée française en 1944, le foyer souffre de son absence. Sa mère, sans nouvelles depuis des mois, part à sa recherche, prête à tout pour le revoir quelques instants. Elle ignore que son fils vient de débarquer en Provence.


- Je dirai malgré tout que cette vie fut belle
de Jean d'Ormesson
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Pour se défendre dans un procès qu'il s'intente à lui-même, l'auteur fait défiler au galop un passé évanoui. Il va de l'âge d'or d'un classicisme qui règne sur l'Europe à l'effondrement de ce "monde d'hier" si cher à Stefan Zweig. De Colbert, Fouquet, Bossuet ou Racine à François Mitterrand, Raymond Aron, Paul Morand et Aragon. Mais les charmes d'une vie et les tourbillons de l'histoire ne suffisent pas à l'accusé: "Vous n'imaginiez tout de même pas que j'allais me contenter de vous débiter des souvenirs d'enfance et de jeunesse? Je ne me mets pas très haut, mais je ne suis pas tombé assez bas pour vous livrer ce qu'on appelle des Mémoires". Les aventures d'un écrivain qui a aimé le bonheur et le plaisir en dépit de tant de malheurs cèdent peu à peu la place à un regard plus grave sur le drame qui ne cesse jamais de se jouer entre le temps et l'éternité, et qui nous emportera.


- J'envisage de te vendre, j'y pense de plus en plus
de Frédérique Martin
Éditions Belfond / Janvier 2016


Vous allez reconnaître les papiers peints, les rues pavillonnaires et les temples d'achat, la campagne bucolique et votre quotidien. Votre femme, votre mari, votre mère ne sont pas loin; tout vous semblera familier. Oui, ça se passe près de chez vous. Mais les choses ont mal tourné. De quoi demain sera-t-il fait? En déréglant les curseurs de notre société, Frédérique Martin convoque le règne des indignités ordinaires et flanque nos libertés au vestiaire. Voici venir le grand show des luttes de classes et de sexe, des dominations ou de la logique marchande. On peut désormais nous séquestrer, nous forcer à jouer, orienter nos choix ou décider à notre place. On peut aussi envisager de nous vendre. Mais pas que. Vous aimez vous faire peur pourvu qu'à la fin tout se termine bien? Vous verrez, on en a tenu compte.


- Je suis Marianne
de Lydia Guirous
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


"11 janvier 2015, 4 millions de Français défilèrent pour Charlie. 13 novembre 2015, l'islam radical tue plus de 130 personnes et fait plusieurs centaines de blessés: des vies volées, des destins brisés. Leur crime: être libres. Renoncements, lâchetés et déni, la République a été frappée en plein cœur. Que s'est-il donc passé, dans ce pays, pour que les coupables de janvier aient été perçus comme des victimes? Pour que les défenseurs de la République soient montrés du doigt et sommés de se taire? Pour que la laïcité soit abandonnée et le communautarisme triomphant? Pour que le combat féministe oublie ses propres exigences? Pour que l'école soit livrée à ceux qui la détruisent? Pour que l'autorité  et l'ordre, enfin, soient regardés comme des valeurs d'hier, et, à ce titre, démodées et méprisables? On dirait que Marianne, désormais, dérange tout le monde. Sera-t-elle, demain, lapidée?"


- Jeune homme
de Karl Ove Knausgaard
Éditions Denöel / Janvier 2016


Par une belle journée d'août 1969, une famille emménage dans sa nouvelle maison de Tromøya, dans le sud de la Norvège. C'est ici que le fils cadet, Karl Ove, va passer son enfance, rythmée par les expéditions à vélo, les filles, les matchs de football, les canulars pyrotechniques et la musique. Pourtant, le jeune Karl grandit dans la peur de son père, un homme autoritaire, imprévisible et omniprésent. Ce troisième opus est le portrait sans fard d'un enfant à la personnalité complexe et terriblement sensible. Knausgaard y dépeint un monde dans lequel enfants et adultes évoluent selon des trajectoires qui ne se croisent jamais, cette période de la vie durant laquelle chaque victoire et chaque défaite est ressentie avec violence, où toute tentative de se construire est vouée à la frustration. Un récit sur l'enfance et la famille, doublé d'un portrait de l'écrivain en jeune homme, nouveau volume de l'exceptionnelle fresque autobiographique de Karl Ove Knausgaard.


- Journal d'un vampire en pyjama
de Mathias Malzieu
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


"Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur". M. M.


- Kannjawou
de Lyonel Trouillot
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Cinq jeunes gens à l'orée de l'âge adulte rêvent en vain d'avenir dans le misérable quartier de la rue de l'Enterrement, proche du grand cimetière où même les morts doivent lutter pour se trouver une place. Confrontés à la violence des rapports sociaux et aux dégâts causés par des décennies d'occupation militaro-humanitaire dans leur pays placé sous contrôle de la communauté internationale, ils n'ont pour viatique que le fantasme d'improbables révolutions, les enseignements du "petit professeur" et de sa vaste bibliothèque, ou les injonctions de man Jeanne, farouche gardienne des règles d'humanité élémentaires, règles que bafouent allègrement les nantis et les représentants interchangeables des ONG planétaires. Ces derniers, le soir venu, aiment à s'encanailler au "Kannjawou", un bar local aussi pittoresque qu'authentique aux yeux de visiteurs décomplexés et surentraînés à détourner résolument le regard de l'enfer ordinaire que vit un peuple simplement occupé à ne pas mourir. Dans la culture populaire d'Haïti, le mot kannjawou désigne, à l'origine, la fête, le partage. Mais à quelles réjouissances songer quand la souffrance, qui fait vieillir trop vite, accule à la résignation jusqu'à détruire la solidarité des communautés premières? En convoquant avec éclat la dimension combative dont toute son œuvre porte la trace ardente, Lyonel Trouillot met ici en scène la tragédie d'un pays qui, sous la férule d'enjeux qui ne sont pas les siens, pris en otage par les inégalités, les jeux de pouvoir et la précarité, dérive dans sa propre histoire, privé de tout projet collectif rédempteur.


- Kidnapping
de Gaspard Koenig
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


En débarquant à Londres, Ruxandra est devenue "Roxy", une nanny roumaine parmi des milliers d'autres, au service exclusif du petit George, deux ans. Tout semble séparer David, le père, angoissé par sa carrière à la City, et cette jeune femme qui observe le mode de vie de ses employeurs avec un mélange de convoitise et de mépris. Jusqu'au jour où un important projet d'autoroute trans-européenne met la Roumanie au cœur des préoccupations de David. Et si Roxy détenait désormais la clé de ses ambitions? L'Est et l'Ouest, le village et la mégalopole, la tradition et la raison: qui finira par kidnapper l'autre? Des beaux quartiers londoniens aux monastères des Carpates en passant par les bureaux de Bruxelles et le détroit de Gibraltar, Gaspard Koenig nous offre un roman trépidant, une satire lucide et documentée des rêves européens.


- L'anatomiste
de Maryline Fortin
Éditions Terra Nova / Janvier 2016


Né dans une famille miséreuse, Blaise est vendu par son père alors qu'il n'est encore qu'un enfant. Dans l'atelier d'un peintre, il perfectionne son art du dessin et rêve de devenir un grand artiste. Mais en 1539, la Renaissance a beau étendre ses lumières sur la France, elle éclaire difficilement ceux qui, comme lui, sont issus de la fange des ruelles. Les hasards de la vie font qu'il est contraint à travailler pour Gaspar de Vallon. Ce chirurgien méprisant et ambitieux lui demande d'illustrer son traité anatomique. Il impose à Blaise toujours plus de séances de dissections de cadavres et le force à une quête effrénée et illégale pour dénicher des corps dans les cimetières de Paris. Une rencontre vient toutefois bouleverser ce parcours: celle de Marie-Ursule, une prostituée énigmatique. Captivé par la beauté de la jeune femme, Blaise sent renaître son âme d'artiste et sa volonté de déjouer le mauvais sort qui semble s'acharner.


- L'anniversaire du roi
de Marc Trillard
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


À trente-six ans, Victor-Vong, peintre métis à la grâce asiatique, ex-enfant chéri de l'art contemporain, est déjà au creux de la vague, éjecté du cercle de la jet-set parisienne pour lui avoir tendu un miroir trop ingrat. Mais son instinct de survie n'a d'égal que sa détermination. Le voilà à Phnom Penh, ville de ses origines perdues, avec un projet oecuménique et consensuel imbattable: "Quatre-vingt-dix figures pour le roi", une série de portraits en hommage au monarque Norodom Sianouk sur le point de fêter ses quatre-vingt-dix ans, idée brillante qui devrait lui gagner le soutien logistique et surtout matériel de tous les partenaires possibles, palais royal, université, ambassade... Derrière le symbole, il s'agit pour V. V de financer son exil, le temps de voir venir jusqu'à la prochaine bonne idée, de se réinventer aussi. Mais rien ne se passe comme prévu dans un Cambodge où le brasier de l'histoire crépite encore. Et tout en affrontant une succession de revers tragicomiques, Victor-Vong va devoir apprivoiser les séquelles de l'horreur du génocide, comme une langue maternelle oubliée. Satire féroce du jeu de l'artiste et du système, L'Anniversaire du roi est aussi et surtout une réflexion aiguë sur la persistance du passé dans un pays dont les plus terrifiants fantômes sont bien vivants. Un roman stratège et plastique qui place le lecteur au cœur d'une expérience de la responsabilité. Avec une exactitude imparable, Marc Trillard y orchestre les noces amères de la passion et de la lucidité.


- L'arbre du pays Toraja
de Philippe Claudel
Éditions Stock / Janvier 2016


"Qu'est-ce que c'est les vivants? À première vue, tout n'est qu'évidence. Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu'est-ce que cela signifie, profondément, être vivant? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant? Quand je sens la chaleur douce d'Elena, suis-je davantage vivant? Quel est le plus haut degré du vivant?" Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L'Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.


- L'assassinat de Gilles Marzotti
de Christophe Desmurger
Éditions Fayard / Janvier 2016


Raoul ne manque ni de talent ni d'énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l'argent qu'il gagne. Seulement c'est plus fort que lui: quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes: déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s'octroyer des vacances objectivement méritées. L'argent qu'il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l'argent qu'il a dépensé sans l'avoir le hante: les dettes, les crédits, les pénalités de retard, les intérêts cumulés. Or cet argent a un visage, posé au-dessus d'un torse vêtu d'une éternelle chemise bleu gendarmerie: le visage de Gilles Marzotti. C'est lui qui oblige Raoul à louvoyer, tromper, mentir, même à ses proches, au risque de les perdre. Lui qui poursuit Raoul jusque dans son sommeil, ricane de ses échecs, précipite sa chute, l'empêche de vivre. Gilles Marzotti. Banquier de profession. Qui n'a jamais rêvé d'assassiner son banquier?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:31

- L'autre Joseph
de Kéthévane Davrichewy
Éditions Sabine Wespieser / Janvier 2016


"Joseph Djougachvili, dit Staline, surnommé Sosso dans les premières années de sa vie, est né en Géorgie, à Gori, en 1878. Quelques années plus tard, à quelques rues de là, naissait un autre Joseph, Davrichachvili, ou Davrichewy". Dès les premières lignes de son nouveau livre, Kéthévane Davrichewy avertit son lecteur: la mémoire familiale en sera la matière. Mais, quand son arrière-grand-père a grandi avec Staline, l'histoire intime prend très vite une dimension vertigineuse. Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l'enfance de "l'autre Joseph": fils du préfet de Gori, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s'il partage avec le petit Djougachvili des rêves d'héroïsme et de grandeur, son camarade, exalté, batailleur et arrogant, l'agace. D'autant qu'on ne cesse de souligner leur ressemblance physique, frappante en effet. Des rumeurs ne circulent-elles pas sur une liaison entre le préfet Davrichewy et la mère de Sosso? Jusqu'à la révolution de 1905, où les ardents activistes que sont devenus les deux Joseph combattront côte à côte, leurs destins s'écrivent en parallèle. Tous deux poursuivent leur scolarité à Tiflis: Sosso au séminaire, où il s'avère une agitateur notoire; Joseph au collège, où il prend sous sa protection un garçon romantique et malingre, Lev Rosenfeld, le futur Kamenev. Alors que Sosso est envoyé en prison, puis exilé en Sibérie, Joseph part étudier à Paris, bouillonnant d'idées révolutionnaires. Quand ils se retrouvent à Tiflis, Joseph se bat pour une Géorgie indépendante, alors que Sosso le Bolchevik a d'autres visées. La distance se creuse, nourrie par les anciennes rivalités. Comme autant de ponctuations rythmant les tumultueuses aventures des deux jeunes gens, des chapitres plus personnels interrogent le destin familial: qu'en aurait-il été des Davrichewy si, depuis sa tendre enfance, Joseph n'avait pas été obligé de prendre en compte son encombrant camarade, et supposé demi-frère? Dans sa passionnante enquête sur son mystérieux arrière-grand-père, l'écrivain s'empare de l'histoire pour la mettre à sa vraie place: dans sa vie. Les dernières pages de son roman éclairent de manière bouleversante la dédicace à son propre père.    


- L'espoir a-t-il un avenir ?
de Monique Atlan et Roger-Pol Droit
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Et si l'on osait reparler d'espoir? Et pas seulement en parler, mais le vivre à nouveau. Dorénavant, l'avenir fait peur au lieu de faire envie. Chacun nourrit toujours des espoirs intimes, mais les grands espoirs collectifs sont en panne. Comment redonner un avenir à l'espoir? Voilà ce que nous cherchons. En explorant d'abord ses sources grecques, juives et chrétiennes. En suivant ses tribulations occidentales, du mythe de Pandore au siècle des révolutions, qui le révèlent tour à tour ambigu, religieux, politique, continûment orienté par un désir de futur. Pourtant, dans notre monde obsédé par l'immédiat et le seul présent, l'espoir en vient à manquer d'horizon, de temps, d'action, de pensée vivifiante. Nous proposons de reprendre l'espoir au sérieux, de lui redonner sa place et ses chances, d'en refaire l'apprentissage. Contre tous les philosophes qui s'en sont méfiés ou l'ont rejeté, nous jugeons vitale cette singulière émotion pensante. Sans un espoir lucide et bien tempéré, l'humanité perdrait sa dignité.


- L'été arctique
de Damon Galgut
Éditions De L'Olivier Janvier 2016


En 1912, le SS City of Birmingham approche des côtes indiennes. À son bord, le jeune romancier Edward Morgan Forster, qui écrira plus tard Route des Indes et Maurice. E. M. Forster laisse derrière lui la bourgeoisie anglaise à laquelle il appartient, et ses compagnons d'écriture Virginia et Leonard Woolf, Henry James, D.H. Lawrence. Dans l'autre monde des colonies, il part chercher l'inspiration et ce qu'il n'ose s'avouer: plus qu'une amitié, l'amour de ceux qu'il aime, les hommes. L'Été arctique met en scène Forster dans son cheminement intime et littéraire. Au-delà de la biographie de l'un des plus grands écrivains britanniques, c'est un admirable roman sur la solitude et l'acceptation de soi.


- L'étoile d'argent
de Jeannette Walls
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


1970. Jean Holladay, alias "Bean", a douze ans et sa sœur, Liz, quinze, quand leur artiste de mère prend sa voiture et disparaît, en quête de "la magie en toute chose". Elle finit toujours par rentrer, se disent les filles. Or, cette fois-ci, l'argent vient rapidement à manquer et elles n'ont guère le choix: il leur faut aller en Virginie, trouver refuge chez cet oncle Tinsley dont elles ne gardent qu'un vague souvenir. Figé dans le passé, le manoir Holladay, ou habite Tinsley, ressemble à un vestige coupable de l'époque ségrégationniste mais, entre ses murs délabrés, Bean et Liz se laissent bercer par la quiétude d'une petite vie familiale. Jusqu'au jour où, pour gagner un peu d'argent, elles entrent au service de Jerry Maddox, l'homme qui règne en maître sur la ville.


- L'étoile du Hautacam
de Pierric Bailly
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Où sont passés les rêves de Simon Meyer, ses rêves de cinéma, de grand spectacle? Qu'est devenue sa passion pour les formes populaires? Les emballements: reniés; les collections: revendues; l'appartement: vidé. La flamme est éteinte. Quand cette histoire commence, Simon quitte la ville pour s'établir dans son village d'enfance. Mais au moment de le rejoindre, un étrange événement le précipite dans un autre monde. Le rideau s'ouvre sur un monde imaginaire, un monde presque similaire au nôtre, à la seule différence que le village est désormais perché à quinze kilomètres d'altitude au sommet d'une gigantesque tour de béton armé. L'endroit est à l'image de la décrépitude de Simon, superficiel, sans âme, d'une propreté asphyxiante. Ses 365 jours d'ensoleillement annuel en font un site visité par les touristes du monde entier. Simon l'intègre tout à fait naturellement et reprend sa vie là où il l'avait laissée sur Terre, entre footings et missions d'intérim. Il apparaît peu à peu que notre héros n'est pas étranger à la situation insolite des lieux. Son retour, puis ses retrouvailles avec son premier amour, ne sont pas sans conséquences. Un danger plane sur le village, un danger auquel Simon pourrait bien être lié. Alors il n'a plus d'autre choix que d'assumer l'influence mystérieuse de ce galet de magma qualifié de Cœur-étoile, moteur du territoire céleste, symbole de force et de passion. Toutes les fictions qui l'ont bercé durant sa jeunesse, cette mémoire enfouie, remontent à la surface pour s'incarner dans sa vie et l'entraîner dans une suite d'aventures rocambolesques, avec son lot de rebondissements, de coups de théâtre et de personnages farfelus et attachants. L'Étoile du Hautacam fait le pari de l'action, du romanesque, jouant avec l'invraisemblable et les clichés, lorgnant sans détour du côté du cinéma d'animation, du blockbuster hollywoodien, du manga japonais. C'est une fable épique, un roman à grand spectacle.


- L'hiver dans la bouche
de Frédérique Clémençon
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Tu sais, je crois que tu devrais changer ta manière de t'habiller". Ce reproche, aussi cruel que banal, c'est Antoine qui le fait à Jeanne, sa femme. S'ensuit une courte conversation qui met fin à dix-huit années de mariage. Deux ans plus tard, Jeanne s'envole pour New York. Un voyage qu'elle espère salutaire. En quête des preuves d'un amour désavoué dont il ne reste peut-être plus rien, elle remonte le temps, jusqu'aux premières années d'une enfance peu aimable. De son écriture inspirée, Frédérique Clémençon ausculte nos sentiments, malmenés par le temps et le poids de la vie matérielle. Existe-t-il vraiment une "vie commune"?


- L'or des femmes
de Mambou Aimée Gnali
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Il y avait foule autour de Bouhoussou, ce soir-là. Pas que des jeunes de sa génération, ou des gamins un peu curieux, mais des adultes de la génération juste avant la leur. Les temps changeaient décidément. C'était à qui l'étreindrait le plus fort et le plus longtemps. Ce qu'on appelait un peu abusivement "jouer avec les seins". Mavoungou ne put supporter la scène qui se déroulait sous ses yeux". Captive du cercle de ses soupirants, captive de la tradition vili au Congo, la jeune et belle Bouhoussou est soumise aux rites drastiques de l'initiation des filles nubiles. Mavoungou, non moins beau et jeune, est tombé amoureux d'elle. Mais elle est destinée à épouser "l'or des femmes", un homme noble et bien plus âgé qu'elle. La contestation gronde chez les jeunes. Les femmes devront-elles toujours payer un prix exorbitant pour accéder à "l'or", c'est-à-dire à l'homme? D'aventure en aventure, au cœur d'une société africaine qui s'ouvre, dans une rare intimité, sous nos yeux, ce roman nous montre, avec la sensualité la plus vive, les carcans bientôt insupportables d'une cruelle tradition que les désirs, par éclairs, détournent.


- L'ours
de Claire Cameron
Éditions Kero / Janvier 2016


Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu'ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu'elle et Stick sont désormais seuls, et que c'est à elle, la "grande", qu'il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance. Les mots d'une petite fille essayant de donner un sens à un monde soudainement devenu hostile confèrent à ce roman une puissance toute particulière.


- L'ours est un écrivain comme les autres
de William Kotzwinkle
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Il était une fois un ours qui voulait devenir un homme… et qui devint écrivain. Ayant découvert un manuscrit caché sous un arbre au fin fond de la forêt du Maine, cet ours comprend qu'il a sous la patte le sésame susceptible de lui ouvrir les portes du monde humain, et de ses supermarchés aux linéaires débordants de sucreries. Le texte sous le bras, il part pour New York, où les éditeurs vont s'arracher l'œuvre de cet écrivain si singulier, certes bourru et imprévisible, mais tellement charismatique. Devenu la coqueluche du monde des lettres sous le nom de Dan Flakes, l'ours caracole bientôt en tête de liste des meilleures ventes.


- La ballade du voleur au whisky
de Julian Rubinstein
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Attila Ambrus a toujours affectionné le Johnnie Walker, les voitures de luxe et les filles en pantalon léopard. Installé à Budapest en 1988, il a cumulé bon nombre de petits boulots, avant de se mettre à braquer des banques. Attila est alors devenu un véritable gentleman cambrioleur, offrant des fleurs aux employées des banques qu'il dévalisait et laissant des bouteilles de champagne à l'intention de ses poursuivants. Suite à son évasion en 1999, une véritable chasse à l'homme, largement médiatisée, est menée par l'inspecteur Lajos Varju, inconditionnel de la série Columbo, qui s'identifiait étrangement au célèbre policier à l'imperméable.


- La chute des princes
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


"Quand on craque une allumette, la première nano seconde elle s'enflamme avec une puissance qu'elle ne retrouvera jamais. L'incandescence originelle. Un éclat instantané, fulgurant. En 1980, j'ai été l'allumette. Cette année-là, je me suis embrasé pour n'être plus qu'une flamme aveuglante". New York, années 1980. Bienvenue au bal des vanités, où une bande de jeunes hommes vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson, une place sur le manège le plus enivrant que la vie ait à leur offrir. Et ces princes vont jouer toute la partie: les fêtes, les drogues, l'alcool, les corps parfaits des deux sexes, les pique-niques dans la vaisselle de luxe, les costumes sur mesure taillés par des Anglais dans des tissus italiens, les Cadillac, le sexe encore et toujours, les suites à Las Vegas, des morts que l'on laisse en chemin mais pour lesquels il n'est pas besoin de s'attarder parce qu'on va les retrouver vite. Vite, toujours plus vite, c'est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper.


- La douleur porte un costume de plumes
de Max Porter
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Une mère meurt. Elle laisse derrière elle deux petits garçons et leur père terrassés par le chagrin. Un soir, on frappe à la porte de leur appartement londonien. Surgit alors un étrange personnage: un corbeau, doué non seulement de parole mais d'une verve enfiévrée, d'un aplomb surprenant et d'un sens de l'humour ravageur. Qu'il soit chimère ou bien réel, cet oiseau de malheur s'est donné une mission auprès des trois âmes en péril. Il sera leur confident, baby-sitter, analyste, compagnon de jeu et d'écriture, l'ange gardien et le pitre de service, et il les accompagnera jusqu'à ce que la blessure de la perte, à défaut de se refermer, guérisse assez pour que la soif de vivre reprenne le dessus. Bouleversante, hilarante, audacieuse et unique, cette fable moderne est un bijou littéraire qui nous rappelle ceci: ce sont les pouvoirs de l'imaginaire et la force des mots qui nous tiennent en vie.


- La fabrique du monstre
de Philippe Pujol
Éditions Les Arènes / Janvier 2016


Sous son ciel bleu, Marseille est un vrai jeu de domino. Noir. Blanc. L'économie de survie pousse le marché noir. Qui alimente les trafics d'armes et de drogue. Qui nourrissent la corruption immobilière. Qui vit du clientélisme électoral. Qui fabrique les petits malfrats, des minots de vingt ans, qui vont s'entretuer ensuite. Au bout du compte, ces facteurs ouvrent un boulevard au Front National. Depuis dix ans, Philippe Pujol, prix Albert-Londres 2014, plonge chaque jour dans un entrelacs d'HLM immondes, de crimes répétitifs, de drogues trafiquées, de règlements de comptes, de favoritisme et surtout d'humanité piétinée. Personne ne peut sortir de ces zones, dont les enfants ne connaissent même pas la mer. Personne ne veut y entrer. D'une délinquance à l'autre, à chaque nouvelle strate de populations immigrées, cette situation fabrique un monstre. Authentique héritier d'un Albert Londres plongé dans l'enfer du bagne de Cayenne, Philippe Pujol porte la plume loin dans cette plaie-là.


- La frontière du loup
de Sarah Hall
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2016


Rachel Caine est le meilleur expert britannique de la biologie et du comportement des loups. Elle réside et travaille dans une réserve indienne de l'Idaho. Mais depuis plusieurs mois, l'excentrique comte d'Annerdale, un des hommes les plus riches du Royaume-Uni, propriétaire d'un immense domaine dans le comté natal de Rachel, cherche à la recruter. Militant de la cause environnementale, il entend en effet réintroduire le loup gris, si ce n'est dans l'ensemble de la région, au moins dans sa propriété. Rachel, tombée enceinte à la suite d'une aventure passagère, finit par accepter la mission. Elle rentre donc en Combrie, où elle se trouve confrontée à plusieurs défis simultanément: la maternité, la réconciliation avec sa famille désunie et la réintroduction d'un animal disparu de l'île depuis plus de cinq siècles. Sur fond de tumulte politique, indépendance de l'Écosse, réforme territoriale, luttes de pouvoir, La Frontière du loup interroge la nature fondamentale de l'homme et de l'animal, se penche sur les concepts d'écologie et de progrès, sur les dangers qui pèsent sur l'environnement rural moderne, sur les préoccupations les plus obsédantes de l'humanité. Ceci à travers une galerie de personnages que Sarah Hall campe avec empathie. Mais les loup, tantôt visibles tantôt non, car ils vont et viennent dans le monde réel comme dans celui des rêves, sont incontestablement le clou du spectacle.


- La femme du gardien de zoo
de Diane Ackerman
Éditions L'Archipel / Janvier 2016


Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre Mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie. Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs, officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays. Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront  sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple  soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur.


- La grande arche
de Laurence Cossé
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Il existe à travers le monde une légende presque universelle, selon laquelle on ne peut pas construire un monument si un être humain n'est pas sacrifié. Sinon, le bâtiment s'écroule, et s'écroule toutes les fois qu'on essaye de le remonter. Pour conjurer cette malédiction, il faut emmurer quelqu'un de vivant dans les fondations. On recense plus de sept cents versions de cette histoire. Celle de la Grande Arche de la Défense est la plus récente. Ce récit brosse l'épopée de la construction d'un des monuments les plus connus de Paris, dont on ignore qu'il fut l'enjeu de luttes politiques au couteau sous le règne de François Mitterrand. C'est surtout le portrait et l'histoire de son créateur, Johan Otto Von Spreckelsen, un architecte danois très secret, professeur aux Beaux-Arts de Copenhague. Lauréat d'un prestigieux concours international en 1983, fêté pour son projet à son arrivée à Paris, cet homme du Nord découvre avec stupéfaction la désinvolture et les revirements à la française. L'affaire finit tragiquement pour lui, alors que se construit ce portique de marbre qui paraît la sérénité même. Dans ce roman puissant, Laurence Cossé conjugue l'art de la narration romanesque et la précision d'une longue enquête pour évoquer un destin d'architecte parmi les plus beaux et les plus paradoxaux, les plus absolus et les plus violents du XXe siècle.


- La nuit de Zelemta
de René-Victor Pilhes
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


À la fin de l'été 1953, Jean-Michel Leutier quitte l'Algérie pour continuer ses études dans un lycée toulousain. Lors d'un week-end à Albi, il fait une rencontre qui va changer sa vie: Abane Ramdane, le plus célèbre prisonnier politique de France, l'un des fondateurs du FLN. Quatre ans plus tard, devenu officier français patrouillant dans la région de Zelemta, il le retrouve sur sa route, fuyant vers le Maroc. Ce face-à-face passionnant entre un mythe de la Révolution algérienne et un jeune pied-noir aussi brillant que naïf contient en soi toute la complexité des rapports entre Algériens et Français, les enjeux de la guerre nationale comme les paradoxes de l'Histoire coloniale. René-Victor Pilhes a toujours exploré, dans une œuvre au style alerte tour à tour féroce, baroque et lyrique, les heures sombres de l'Histoire, en dénonçant les clichés et en éclairant les points aveugles.


- La plage
de Marie Nimier
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus.


- La plantation
de Leila Meacham
Éditions Charleston / Janvier 2016


Caroline du Sud, 1835. Silas Toliver n'a qu'un seul rêve, celui de partir pour le Texas avec sa bien-aimée Lottie, pour y établir une plantation. Mais lorsqu'il est privé de son héritage et se retrouve sans argent, il voit son rêve s'écrouler. Fille d'un riche propriétaire terrien, Jessica Wyndham a caché un esclave fugitif. Pour laver l'honneur de la famille, son père propose un marché à Silas: il financera son expédition vers l'Ouest s'il accepte d'épouser Jessica et de partir avec elle. Réussiront-ils à surmonter leurs différences et à vivre heureux ensemble? Et quelle est cette mystérieuse malédiction qui semble toucher les Wyndham et les Toliver?


- La poupée de Kafka
de Fabrice Colin
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Au cours d'un séjour à Berlin, la jeune Julie Spieler, en quête d'une improbable réconciliation avec son père, Abel, séducteur impénitent, époux volage, menteur invétéré et professeur de littérature allemande à la Sorbonne, débusque la récipiendaire putative de textes inédits de Kafka, écrivain qui fait l'objet d'une folle idolâtrie de la part de son inconséquent géniteur. La jeune fille entame alors de difficiles tentatives d'approche auprès de cette vieille dame particulièrement revêche qui porte en elle toute la mémoire d'un siècle traversé de guerres, d'exils et d'horreurs. L'été suivant, contre toute attente, ces trois personnages se retrouvent dans un chalet, face au mont Blanc, pour dénouer les nœuds et secrets obscurs dont chacun a tressé sa vie. De Paris à Berlin en passant par Prague, sous l'éternel regard de l'iconique Kafka ou dans l'inquiétante ombre portée d'une impériale montagne, le roman fait se rencontrer les vivants et tous les spectres qui les hantent sur une scène où les protagonistes se débattent comme pour échapper au cruel sortilège qu'ils ont eux-mêmes concouru à forger. Convoquant une structure narrative limpide où le réalisme le dispute aux images mouvantes et la gravité à un humour féroce, Fabrice Colin mène ici une superbe enquête romanesque sur les liens qui nous lient et nous délient au fil d'une libératrice traversée des apparences.


- La renverse
de Olivier Adam
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Ce n'est qu'au moment d'entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m'a vraiment heurté, qu'elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J'ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s'allumait sur une chaîne d'information en continu. À l'instant où j'y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s'est figé sur l'écran. J'ai demandé qu'on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l'information, qu'il n'avait pas été fait mention de ma mère m'a traversé l'esprit". Dans La renverse, Olivier Adam retrace l'itinéraire d'Antoine, dont la vie s'est jusqu'à présent écrite à l'ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l'impunité et l'humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l'univers politique.


- La splendeur dans l'herbe
de Patrick Lapeyre
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Pour changer de ce culte de la réussite qu'on nous vend partout, Patrick Lapeyre a voulu créer un couple de perdants: un homme et une femme (Homer et Sybil) qui se rencontrent un peu par hasard, après avoir été quittés par leurs conjoints. Ces derniers, qui sont partis vivre ensemble à Chypre, vont devenir l'objet principal de leurs conversations. Car ils ne vont plus cesser de se parler. Jusqu'au moment où va se nouer une étrange relation amoureuse entre eux deux. Relation dont l'accomplissement semble toujours retardé, comme si la conversation avait pris le pas sur tout le reste. Pour traduire le caractère obsessionnel des personnages, Patrick Lapeyre a utilisé une construction répétitive. De sorte que leurs longues plages de conversation, toujours dans les mêmes lieux, avec les mêmes rituels, donnent l'idée d'une immobilité à la limite du sommeil, comme dans ces contes où les personnages sont victimes d'un enchantement. On pourrait aussi parler d'une musique répétitive, dans la mesure où chaque séquence est une variation par rapport à la précédente. Toute cette histoire, qui sert de fil conducteur au livre, se déroule de nos jours, sur une année environ, et le point de vue adopté est celui de Homer. Parallèlement est racontée une année de l'enfance de Homer, à l'âge de dix ans. De façon à ce que le lecteur mette lui-même en relation (on ne lui donne aucune explication) les événements de l'enfance et ceux de l'âge adulte. Il y a environ trente années de distance entre les deux. Si la première histoire (celle de Homer et de Sybil) se déroule dans la région parisienne, la seconde se passe à Bâle, en 1981, et le point de vue adopté est celui d'Ana, la mère de Homer. Personnage lui aussi obsessionnel et répétitif. Enfin, viennent s'intercaler six séquences dialoguées entre Homer (adulte) et des personnes qu'il semble interviewer. Chacune lui racontant un épisode étrange et décisif de son existence. Le lecteur ayant toute liberté d'imaginer un lien secret entre ces épisodes et Homer lui-même. Mais ce n'est pas un roman psychologique. C'est un livre sur la conversation, sur le plaisir érotique de la conversation et sur la vibration de certains silences: car le plus important évidemment est toujours ce qu'on ne parvient pas à dire. Il y a toutes sortes de silences dans ce roman. Le titre, emprunté à un poète romantique anglais (Wordsworth), fait justement référence à un de ces moments de silence et de perfection, où les personnages, dans un moment d'absence, ont tout à coup l'impression d'apercevoir devant eux "le cœur lumineux de la vie". Comme si c'était le sujet caché de ce livre.


- La straniera
de Stéphanie Vermot-Outhenin
Éditions La Grande Ourse / Janvier 2016


Après sa rupture avec Claudio, son mari, Marianne quitte Rome où elle vit depuis une vingtaine d'années, pour se réfugier chez sa grand-mère dans le Jura. Elle espère ainsi gommer le geste irréparable qu'elle a commis à l'annonce de la trahison de son époux. Dans cette maison où elle a passé son enfance, entre Lorette, sa grand-mère qui l'a élevée, et Dominique, sa mère, taciturne et distante, aujourd'hui décédée, l'angoisse de Marianne ne fait qu'augmenter. Pourtant, jour après jour, confidences après révélations, Marianne relève la tête, ouvre grands ses yeux et trouve enfin la force de briser les chaînes de la culpabilité.


- La vie en Rosalie
de Nicolas Barreau
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2016


"Deux pas seulement le séparaient de la plus grande aventure de sa vie. Et comme les plus grandes aventures sont toujours celles du cœur, on aurait également pu dire que deux pas seulement le séparaient de l'amour". Rosalie, jeune propriétaire d'une jolie papeterie au cœur de Saint-Germain, passe ses journées à peindre les vœux des autres sur des cartes postales en attendant que les siens se réalisent. Jusqu'au jour où Max Marchais, le célèbre auteur jeunesse, débarque dans sa boutique pour lui proposer d'illustrer son nouvel album. Rosalie est comblée. Mais c'était sans compter sur l'irruption d'un professeur de littérature américain qui assure que ce conte lui appartient. Commence alors une enquête haletante pour démêler le mystère qui entoure le manuscrit. Cette comédie au charme irrésistible invite à une savoureuse promenade dans un Paris littéraire, où le destin et l'amour s'écrivent à l'encre bleue.


- La vocation
de Sophie Fontanel
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


"Les revues, je les laisse", elle annonce à l'employé de l'émigration. On dirait que c'est une décision qu'elle prend, et non qu'elle en est réduite à cette dernière extrémité. Elle ouvre un des Vogue, en arrache une page, et la glisse, pliée, sous sa manche. Soudain, elle va vers un garçon splendide dont, dira-t-elle, elle a remarqué les babouches ouvragées, différentes. Une fois près de lui, elle voit qu'il a des cils d'ânesse. Elle ne s'est pas trompée. Elle dépose les cinq Vogue devant les babouches couleur mandarine: "Tiens, c'est pour toi". Ma grand-mère, son cœur battant lui sort du buste. Sur ce quai de l'exode, du malheur et de l'expropriation, ce n'est pas rien de donner quelque chose à un ennemi qui vous a déjà pris l'essentiel". Traversant tout le XXe siècle, La Vocation raconte le destin d'une famille d'émigrants arméniens fascinée par l'élégance française. En 1923, Méliné a vingt-deux ans et fuit les persécutions subies par son peuple, une page de Vogue coincée dans sa manche. Elle rêve de mode. Quatre-vingts ans plus tard, sa petite-fille, Sophie, journaliste, est nommée au poste de directrice de la mode à Elle, accomplissant ainsi le destin familial. Qui fut la plus heureuse des deux? Méliné, qui cousait elle-même ses robes et admirait les belles dames depuis un banc, boulevard du Montparnasse, à Paris, dans les années 1930, ou Sophie, placée au premier rang des défilés de mode, avec un titre rutilant et du pouvoir? Et où est l'élégance tant rêvée, au bout du compte?


- Le bleu entre le ciel et la mer
de Susan Abulhawa
Éditions Denöel / Janvier 2016


1947. La famille Baraka vit à Beit Daras, village paisible de Palestine entouré d'oliveraies. Nazmiyeh, la fille aînée, s'occupe de leur mère, une veuve sujette à d'étranges crises de démence, tandis que son frère Mamdouh s'occupe des abeilles du village. Mariam, leur jeune sœur aux magnifiques yeux vairons, passe ses journées à écrire en compagnie de son ami imaginaire. Lorsque les troupes israéliennes se regroupent aux abords du village, Beit Daras est mis à feu et à sang, et la famille doit prendre la route, au milieu de la fumée et des cendres, pour rejoindre Gaza et tenter de se reconstruire dans l'exil. Seize ans plus tard, Nur, la petite-fille de Mamdouh, s'est installée aux États-Unis. Tombée amoureuse d'un médecin qui travaille en Palestine, elle décide de l'y suivre. Un voyage au cours duquel elle découvrira que les liens du sang résistent à toutes les séparations, même la mort. Le Bleu entre le ciel et la mer est une histoire de femmes, de déracinement, de séparation et d'amour. Avec ce conte d'une beauté bouleversante, empreint d'humanité à l'état pur, Susan Abulhawa montre l'histoire de la Palestine sous un nouveau jour.


- Le bout du monde
de Marc Victor
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


Pascal a ouvert un restaurant, Le Bout du Monde, à Kaboul. Hommes, femmes, voyageurs aux grandes causes et aux bagages trop lourds s'y retrouvent pour comploter, rire, boire, aimer, oublier. Mais après l'excitation des premières années, ne faut-il pas s'en aller encore? Pascal passe de plus en plus de temps dans son minuscule bureau, à écouter les rumeurs du monde et à se souvenir de ses vies passées. La disparition de son ami d'enfance, Corto, compagnon de toutes ses aventures, pourrait l'obliger à sortir de sa léthargie pour tenter de le retrouver. Un roman empreint d'un mélange unique d'humour et de mélancolie, du souffle des grands voyages et des rêveries immobiles.


- Le carnaval des innocents
de Evelio Rosero
Éditions Métailié / Janvier 2016


Le docteur Justo Pastor Proceso a tout pour être heureux. Il est gynécologue dans une petite ville du sud de la Colombie, il a une résidence secondaire, une femme coquette, deux filles et un hobby: enquêter sur la véritable histoire de Simón Bolívar. Pour le carnaval de décembre 1966, il décide de frapper un grand coup en faisant construire un char burlesque qui révélera la face cachée de Simón Bolívar: le Libérateur s'est attribué des victoires sur des champs de bataille où il n'a jamais mis les pieds, a trahi ses amis, menti sans pudeur, enlevé et violé des petites filles à peine nubiles. Pareille offense au héros national ne passe pas inaperçue: on crie au scandale, les notables se liguent contre lui, on attaque l'atelier à l'arme à feu. Pour couronner le tout, en pleine folie carnavalesque, il découvre que sa femme le trompe (avec un général et quelques autres), ses filles le méprisent et ses amis se servent de lui. On quitte le vaudeville pour la farce, mais le drame n'est jamais loin. Dans la Colombie de la fin des années 60 on préfère vivre dans le mensonge plutôt que de remettre les mythes en question. Dans ce roman à la fois ironique et totalement tragique, Evelio Rosero confirme son très grand talent de styliste et de raconteur d'histoires.


- Le chagrin des vivants
de Anna Hope
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l'Angleterre attend l'arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d'hommes ont disparu, cette cérémonie d'hommage est bien plus qu'un simple symbole, elle recueille la peine d'une nation entière. À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l'armée; Ada, qui ne cesse d'apercevoir son fils pourtant tombé au front; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d'anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d'hommes incapables de retrouver leur place au sein d'une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l'équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s'apaisent.


- Le chant de la Tamassee
de Ron Rash
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


La Tamassee, protégée par le Wild and Scenic Rivers Act, dessine une frontière entre la Caroline du Sud et la Géorgie. Ruth Kowalsky, 12 ans, venue pique-niquer en famille sur sa rive, fait le pari de poser un pied dans chaque État et se noie. Les plongeurs du cru ne parviennent pas à dégager son corps, coincé sous un rocher à proximité d'une chute. Inconscient des dangers encourus, son père décide de faire installer un barrage amovible qui permettra de détourner le cours de l'eau. Les environnementalistes locaux s'y opposent: l'opération perturbera l'état naturel de leur rivière, qui bénéficie du label "sauvage". Les deux camps s'affrontent violemment tandis que le cirque médiatique se déchaîne de répugnante manière et que des enjeux plus importants que la digne sépulture d'une enfant apparaissent. Le Chant de la Tamassee, deuxième roman de Ron Rash, est le plus représentatif de l'engagement de l'auteur pour la protection de l'environnement. Tout en décrivant un drame humain déchirant, il y rend hommage à ses références avouées, Peter Matthiessen et Edward Abbey.


- Le choix des Morrison
de Mary Lawson
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Crow Lake, au nord de l'Ontario, une terre magnifique et rude où vit une petite communauté de fermiers régie par une austérité toute presbytérienne qui n'a d'égale que la solidarité s'exerçant en cas de coup dur. Après le décès accidentel de leurs parents, Kate Morrison, sept ans, ses grands frères, Luke et Matt, et sa petite sœur Bo voient leur destin basculer. Si Luke, l'aîné rebelle, renonce à ses études pour s'occuper tant bien que mal de ses cadets, c'est Matt que la fillette idolâtre comme un héros. Matt, porteur de tous les espoirs d'une famille destinée à s'élever par l'instruction, mais avant tout un adolescent fragilisé par la tragédie. Une fois adulte, Kate, professeur de biologie à l'université de Toronto, appréhende son retour à Crow Lake et ses retrouvailles avec Matt. Devenue une étrangère parmi les siens, elle devra affronter les conséquences des choix douloureux faits vingt ans plus tôt.


- Le démon de la vie
de Patrick Grainville
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


À la lisière de la forêt des Maures, dans un village peuplé de touristes anglais, un tigre s'échappe. Il appartient à un esthète solitaire qui, dans sa vaste demeure, reçoit les visites d'Hélène, sa complice, une jeune fille d'une nature puissante. Louise et Luc, âgés d'à peine quinze ans, se passionnent pour la fuite du fauve, dont ils espèrent qu'il déjouera tous les moyens mis en œuvre pour le retrouver: gendarmerie, armée, zoologues, jusqu'à l'arrivée d'un chasseur rocambolesque et spécialisé. Les deux adolescents, profitant de la relation conjugale dévastée de leurs parents respectifs, se prodiguent leur amour précoce. Mais ils sont les témoins directs de l'adultère dévorant, blessant, de la mort, de l'argent, de la perversion qui caractérisent l'existence commune. Eux jouissent du sursis d'une île de lumière. Celle qui précède les compromis, les reniements et d'autres tentations de la maturité. Roman d'initiation et de fascination, Le Démon de la vie saisit l'été d'un âge d'or qu'il faut quitter.


- Le dernier battement de cœurs
de Simona Sparaco
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


Luce et Pietro attendent avec impatience la dernière échographie de leur bébé. Le petit Lorenzo est au cœur de leurs préoccupations et de leur bonheur de devenir bientôt parents. Mais lorsque le médecin prend les premières mesures, l'inquiétude peut se lire sur son visage. "Il est trop petit". À l'annonce de ce diagnostic commence une brutale descente aux enfers pour le couple, confronté à l'impensable.


- Le dieu du tourment
de Hugo Ehrhard
Éditions Le Dilettante / Janvier 2016


Mai 2012, la scène est à Madrid, mai 1999, la scène est à Paris, novembre 2002, toujours Paris, la vie d'Olivier Busnel alias "Monsieur tout, tout de suite", de bars en boîtes, d'hôtels chic en conseils d'administration, part en vrille et file en bulles comme un cachet dans l'eau, de ceux qu'il prend pour dissoudre ses gueules de bois. Rien ne va plus, le jour où ce nightclubber au psychisme tortueux (1985, Noël, la scène est en famille), cet être joueur, cassant et intransigeant marqué par le spectacle soudain de la mort de son père, rencontre Clara Poirson qui de lui exige, avant le mariage, l'obtention d'un pass permanent  "honnêteté/sincérité", Clara qui doit gérer au mieux ce long goulot qu'est la vie d'Olivier, tunnel parcouru d'un incessant flux d'alcool, Clara dont la disparition énigmatique, au lendemain d'un psychodrame familial et violent, accentue, entre cuites et prostituées, la chute d'Olivier Busnel dans le maelström. On suit ainsi, par tableaux à la chronologie chavirée, en privé ou au travail, les moments phares, les scènes clés, de la vie d'Olivier Busnel, une saga sordide, une longue dérive dont on n'apprend qu'à l'ultime fin la cause secrète, la raison souterraine.


- Le fard et le poison
de Béatrice Egémar
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


1751. Dans le très respectable couvent de l'Assomption, celui-là même qui abrite la fille de la marquise de Pompadour, une jeune novice est retrouvée morte. Une sœur affirme avoir vu des traces de sang sur le socle d'un chandelier. S'agirait-il d'un meurtre? On a vite fait d'interner l'indiscrète à la Salpêtrière. Depuis sa boutique le Bouquet de Senteurs, la jolie Manon Vérité suit l'affaire en voisine, jusqu'au jour où elle découvre avec effroi que ses fards ont été empoisonnés. La Pompadour, sa meilleure cliente et la favorite du roi, serait-elle visée? De la rue Saint-Honoré au sublime château de Bellevue, des coulisses de Versailles au sinistre hospice de la Salpêtrière, bruissent rumeurs et complots. Aussi Manon décide-t-elle de mener l'enquête, au parfum de scandale, avec son flair d'exquise parfumeuse.


- Le gardien de la source
de Vanessa Terral
Éditions Pygmalion / Janvier 2016


"Puis elle le vit L'individu qui l'observait se tenait en retrait, à l'opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l'assemblée des gens bien nés. D'ailleurs, ceux-ci l'évitaient. C'était presque imperceptible, mais le flot des civilités s'écartait de lui dans une valse consommée". En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d'Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d'un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n'est plus tout à fait la même. Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d'Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante?


- Le gardien de nos frères
de Ariane Bois
Éditions Belfond / Janvier 2016


Rien ne prédestinait Simon et Léna à se rencontrer. Lui appartient à la bourgeoisie juive parisienne, patriote, laïque et assimilée; il a été maquisard et blessé au combat. Elle est issue d'un milieu de petits commerçants polonais et a réussi à survivre au Ghetto de Varsovie. En 1945, la guerre leur a tout pris. Chacun de leur côté, ils vont accepter une mission très particulière: rechercher des enfants juifs cachés par leurs parents dans des familles, des orphelinats ou des couvents, quand il s'avère que ceux-ci ne rentreront pas des camps. Simon parce que son petit frère Elie a disparu dans des conditions mystérieuses; Léna car elle espère ainsi redonner du sens à sa vie. Et cela va les entraîner bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer. C'est l'histoire de deux jeunes révoltés qui, dans une France exsangue, vont se reconstruire grâce à la force de l'amour. De Paris à Toulouse, d'Israël à New-York, un roman d'aventure porté par le souffle de l'Histoire.


- Le grand vivant
de Patrick Autréaux
Éditions Verdier / Janvier 2016


Un cyclone arrive sur la ville. Enfermé chez lui, le narrateur regarde par la fenêtre le vent, la pluie malmener les maisons et les arbres. Soudain, il se rend compte que le vieil orme, auquel il se confie depuis longtemps, est menacé. Commence alors une plongée intérieure allant de l'incertitude à la terreur, au bord du vertige, vers un recommencement.


- Le marchand de premières phrases
de Matéi Visniec
Éditions Jacqueline Chambon / Janvier 2016


L'homme contemporain, devenu un mutant de la société de consommation, est de plus en plus obsédé par les commencements. Il a faim de tout commencer et recommencer sans cesse. Un certain Guy Courtois en a d'ailleurs fait son gagne-pain et se propose de choisir pour les écrivains en mal d'inspiration, ce qui est le cas de notre héros, la première phrase de leur livre, puisque le plus important est de commencer. Entre les deux hommes s'engage alors une correspondance dans laquelle Guy Courtois révèle dans quelles conditions les plus fameuses "premières phrases" de la littérature mondiale virent le jour.


- Le monde sensible
de Nathalie Gendrot
Éditions De L'Olivier / Janvier 2016


Delphine navigue sur les océans et rencontre des monstres marins. Elle fait des équations, des calculs, établit des courbes. Elle croise une femme en robe couleur de Soleil et une femme en robe couleur de Nuit. Toutes deux sont en réalité les infirmières qui se relaient à son chevet. Les chiffres, eux, désignent les variations de la douleur. Et la navigation commence quand la morphine coule dans ses veines. Car Delphine est hospitalisée à la suite d'un accident. Et Morphée est devenu le centre de ses désirs et de ses rêves. Le Monde sensible raconte ce voyage intérieur. Il n'est pas certain que la narratrice souhaite en revenir.


- Le mur de Planck
de Christophe Carpentier
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


L'homme a de tous temps construit des murs pour se protéger des invasions guerrières ou des fléaux naturels. Par-delà ces ouvrages en dur, dont la plupart n'ont pu résister aux vicissitudes de l'histoire, il en existe un qui, parce qu'il n'est pas fait de matière, est demeuré à ce jour infranchissable. Il s'agit du Mur de Planck. Cet édifice théorique qui protège les mystères de la naissance de l'univers, aucun mathématicien, aucun astronome n'est encore parvenu à le franchir. Quoiqu'il en soit, et loin des théories physiques et quantiques, le samedi 2 avril 2016, Marvin Taylor assassine 10 obèses réunis pour un barbecue dans la petite ville de Long Cross au Texas. Lorsque le lendemain, les agents du F.B.I, Tilda Lindgrenet Travis Bogen arrivent sur la scène du crime, ils découvrent, en plus des dix cadavres, Marvin Taylor assis sur une chaise dans un état de prostration aussi totale qu'inexpliquée. La Police Scientifique ayant découvert que Taylor a filmé son massacre grâce à des lunettes-caméra haute définition, les deux agents du F.B.I visionnent le film, et résolvent l'énigme de sa prostration: des entités capables de se métamorphoser en toutes sortes d'êtres vivants sont intervenues pour le châtier en le plongeant dans un état d'hébétude définitive. Parallèlement à l'existence de ces entités qui se font appeler les Particules Baryoniques, les agents Bogen et Lindgren apprennent que l'action menée contre Marvin Taylor n'est qu'un emphase d'entraînement avant le déclenchement d'une offensive planétaire de purification de l'humanité qui aura lieu le 4 avril à 16 heures GMT. Le lendemain, le lundi 4 avril 2016, a lieu, pile à l'heure prévue, l'offensive de purification planétaire qui plonge 650 millions d'humains, parmi les plus nocifs que compte l'humanité, dans une hébétude définitive. Et ça n'est pas fini. Quelques années plus tard, après bien des aventures, beaucoup de morts violentes, une invasion de notre planète par des robots chargés d'exterminer l'humanité, et devant la résistance de celle-ci, les particules Baryoniques décident de la dissolution atomique de la terre en une gigantesque caravane éthérée disparaissant dans le Cosmos. L'humanité sera-t-elle anéantie après avoir passé le Mur de Planck? Se réinventera-t-elle?
Suite au prochain épisode.


- Le parfum des sentiments
de Cristina Caboni
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


Quand Elena, vingt-six ans, surprend son petit ami avec une autre dans la cuisine du restaurant dont ils ont tous deux la gestion, son univers s'écroule. Elle, qui pensait avoir enfin trouvé l'équilibre après une enfance malheureuse, doit maintenant affronter la vie seule et cesser d'avancer avec des oeillères. Il est temps qu'elle accepte son don, celui que chacune des femmes de sa famille s'est transmis au fil des siècles: la capacité à traduire les sentiments et les atmosphères en parfum. Elle quitte alors Florence pour s'installer à Paris, où elle est recrutée par un parfumeur de renom. Et, quand elle fait la rencontre du mystérieux Cail McLean, le bonheur semble enfin à portée de main. Pourtant.


- Le piano dans l'éducation des jeunes filles
de Stéphane Barsacq
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Peut-on trouver le grand amour dans une société vouée à la jouissance et à l'individualisme? Volodia, jeune professeur d'Histoire épris de littérature, de musique et d'absolu en a la certitude. Mais qui fera son éducation sentimentale? Sonia, jeune pianiste ambitieuse et maîtresse insatiable? Asma, férue de mystique et d'érotisme oriental? Ou Sophie, artiste adulée à la troublante beauté? Pour nous entraîner dans ce voyage initiatique, Stéphane Barsacq trempe son encre d'humour, d'esprit et de verve. On rit et on pleure du tragi-comique des situations, et de ce que révèle son regard sur notre monde singulièrement déjanté.


- Le piège de la mémoire
de Lisa Ballantyne
Éditions Belfond / Janvier 2016


Margaret Holloway vient d'être victime d'un grave accident de voiture. Un accident qui lui aurait été fatal sans l'intervention miraculeuse de ce géant défiguré qui l'a libérée des flammes avant de tomber dans le coma. En apparence, un inconnu, un homme sans famille. Pourtant, Margaret s'interroge: cet ange gardien qui a risqué sa vie pour elle, qui est-il? Pourquoi a-t-elle l'impression de le connaître? D'où viennent ces étranges cauchemars qui l'assaillent? Pour ouvrir sa mémoire et libérer les terribles secrets qu'elle recèle, Margaret va devoir remonter le fil de sa propre histoire, du temps où elle s'appelait Molly. Mais aussi découvrir celle de l'inconnu aux yeux bleus, dont le destin est intimement lié au sien, bien plus qu'elle ne peut l'imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:26

- Le pique-nique des orphelins
de Louise Erdrich
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


La dernière chose que Mary et Karl entrevoient de leur mère, c'est la flamme de ses cheveux roux émergeant du biplan qui l'emporte pour toujours aux côtés d'un pilote acrobate. Devenus orphelins, les enfants montent dans un train de marchandises afin de trouver refuge chez leur tante, dans le Dakota du Nord. Ainsi commence, en 1932, une chronique familiale qui s'étend sur plus de quarante ans, et fait vivre toute une galerie de personnages hors du commun en proie aux paradoxes de l'amour. Cette nouvelle traduction du deuxième roman de Louise Erdrich, paru aux États-Unis en 1986, permet de (re)découvrir l'un de ses plus beaux livres, qui préfigure déjà la puissance et la beauté d'une des œuvres les plus singulières de la littérature américaine.


- Le poids du cœur
de Rosa Montero
Éditions Métailié / Janvier 2016


Bruna Husky, la réplicante de combat des Larmes sous la pluie, a du vague à l'âme, la brièveté de sa vie programmée l'angoisse. Sa nouvelle enquête l'embarque dans une sombre affaire de poubelles atomiques aux confins du monde connu, dans une zone où règne une guerre permanente. Elle est accompagnée dans son aventure d'un "tripoteur" séduisant autant qu'inquiétant et d'une réplicante née de la même matrice industrielle qu'elle, son portrait craché. Cet alter ego plus jeune l'amène à s'interroger sur son humanité et son destin. Ses vieux amis, Yiannis l'archiviste, qui change d'humeur au gré de sa pompe à endorphines, Bartolo le boubi glouton, le taciturne inspecteur Lizard sont toujours là pour lui sauver la mise. Bruna Husky est une survivante qui se débat entre l'indépendance totale et un besoin d'affection désespéré, un animal sauvage prisonnier de sa courte vie. Rosa Montero construit des mondes extraordinaires, étranges et cohérents, avec une maestria de conteuse hors pair. Elle écrit tout à la fois un roman d'aventures politique et écologique, un thriller futuriste, une réflexion sur la création littéraire, une métaphore sur le poids de la vie et l'obscurité de la mort et rappelle l'urgence de vivre et d'aimer quel que soit le monde qui nous est dévolu.


- Le premier méchant
de Miranda July
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Cheryl, quadragénaire hypersensible, vit seule avec son globus hystericus: une boule d'angoisse dans la gorge. Elle travaille pour une association spécialisée dans l'autodéfense féminine. Et elle est persuadée qu'un de ses collègues est son âme sœur et qu'ils fileront bientôt le parfait amour. Quand ses patrons lui demandent si leur fille de vingt ans, Clee, peut s'installer chez elle pendant quelque temps, le monde maniaque de Cheryl la célibataire explose. Et pourtant c'est Clee, la bombe égoïste, blonde et cruelle, qui, à force de persécutions, va précipiter Cheryl dans le monde réel. Avec ce premier roman surprenant d'originalité et plein de malice, Miranda July s'impose comme une des nouvelles voix les plus inspirées de la littérature américaine.


- Le remplacement
de François Garcia
Éditions Verdier / Janvier 2016


"La visite du docteur, c'était l'événement, et le remplaçant une aubaine, leur récréation, j'étais trop tendre, ils pouvaient y aller, insister, un médicament, un certificat, c'était sans fin. En courant, fallait que je parte. Attendez. ils criaient". À travers marais et canaux, chemin de halage et route forestière ou dans le cabinet du petit bourg vendéen, le jeune médecin fait son apprentissage. Dans ce monde rural des années soixante-dix qui semble n'avoir pas bougé depuis des siècles, il se trouve confronté à des situations dramatiques, poignantes et parfois burlesques. Mais la solitude de Paco est sans cesse visitée par ses rêves d'Espagne et par la figure aimée mais bien peu rassurante d'Hélène. Que cachent ses mensonges? Ses amitiés anciennes nées dans les engagements révolutionnaires de sa jeunesse?


- Le revers de la médaille
de Olga Lossky
Éditions Denöel / Janvier 2016


Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d'une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n'est pas celui qu'il attendait. Les années ont passé. Installé à Londres, l'artiste, assisté de sa femme, la fidèle Nicky, est devenu l'un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c'est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu'il a jadis été. Ainsi qu'il le craignait, cette rencontre avec le pape va l'entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement. On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d'Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d'un homme d'exception, marqué par son époque et prisonnier d'une histoire qui le hante.


- Le sang de l'espoir
de Samuel Pisar
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


Samuel Pisar est né en Pologne en 1929. Encore adolescent, il est déporté à Auschwitz dont il sera l'un des plus jeunes rescapés. Réfugié ensuite aux États-Unis, il devient un avocat reconnu internationalement, puis le conseiller spécial de John Fitzgerald Kennedy qui le fera naturaliser américain. Dans Le Sang de l'espoir, il raconte son histoire, une expérience hors du commun marquée par la volonté acharnée, animale, de lutter et de survivre, afin de renaître pour créer. Paru en 1975, unanimement loué et considéré comme un témoignage majeur, Le Sang de l'espoir a connu un succès international. Samuel Pisar est décédé en 2015.


- Le silence
de Jean-Claude Pirotte
Éditions Stock / Janvier 2016


"J'aime le vin parce qu'il m'est étrange, parce qu'il m'est familier, parce qu'il est incompréhensible et fabuleux. J'aime le vin parce que je ne peux m'empêcher d'aimer les hommes. Dans ma cave, il n'y a pas de vin. Il n'y a que d'heureuses espérances". J.-C. Pirotte
Si l'ombre et la mort planent dans ce magnifique récit posthume, on n'y ressent nulle plainte, on est invité à la célébration du paysage et du souvenir chers à l'auteur.


- Le talisman
de Mathieu Terence
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


"Ce n'est pas seulement qu'elle mentait comme elle respirait, c'est qu'elle mentait pour respirer. Et cette manie n'a pas été pour rien dans l'attrait que tu lui as trouve". Comment inventer sa vie sans la perdre? Quels fils mystérieux relient les êtres que l'on a pu aimer? Peut-on sortir indemne de l'affolement général? Qu'est-ce que le syndrome du saint-bernard? Mais surtout, qui était vraiment Farrah?    


- Le train d'Alger
de Béatrice Fontanel
Éditions Stock / Janvier 2016


"J'aimerais bien vous raconter mon enfance, docteur… mais dès que j'entre dans votre bureau, j'ai l'impression que mes idées volent en éclats, comme les vitres de notre appartement à Alger". Le premier souvenir d'enfant de cette narratrice, le souvenir fondateur, c'est un "Boum" qui la hante encore, cinquante ans plus tard, celui du train qui a sauté, miné par les explosifs du FLN, alors qu'âgée de trois ans elle accompagnait sa mère. Le wagon échoué comme un cétacé, les corps inertes aperçus dans les rues, les noms effacés des boîtes aux lettres, les voisins qui disparaissent, la guerre d'Algérie est vue par les yeux d'une petite fille qui se sauve grâce à une imagination impérieuse. Toujours tentée de dérailler, alors que ses parents vieillissent, elle dit la féerie du désastre et la possibilité de vivre, malgré tout.


- Le vol du Sancy
de Juliette Benzoni
Éditions Plon / Janvier 2016


Accusé d'avoir volé le Sancy, célèbre diamant des joyaux de la Couronne de France, Aldo Morosini va vivre la plus dangereuse aventure de sa vie.


- Le vrai st@tut de ma vie
de Liz Fenton et Lisa Steinke
Éditions Prisma / Janvier 2016


Un feel good book pétillant à découvrir de toute urgence. Kate, 35 ans, est accro aux réseaux sociaux. Aussi, quand son fiancé la quitte la veille de leur mariage, elle hésite puis finit par partager sa peine sur Facebook. Au fil de ses publications, un étrange phénomène se produit alors: sa vie réelle devient le parfait reflet de ses statuts Facebook. C'est l'occasion rêvée pour remonter le temps et tenter de réécrire son histoire d'amour avec Max, mais rien ne se déroule comme prévu.


- Les affreux
de Jacques Shartor
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


Ce n'est pas vraiment qu'il soit raciste, Baldo Croupot, un petit gros excité du cran d'arrêt qui se pose beaucoup de questions sur le monde d'aujourd'hui. C'est plutôt qu'il veut rendre "l'Europe blanche aux chrétiens et la France aux Français". Avec son copain d'enfance Philippe, le narrateur, un beau garçon assez ordinaire, il s'est engagé au service de la Ligue de défense des nations européennes. Alors quand le président de cette organisation lui demande de brûler la boutique d'un vieux juif pour en faire porter la responsabilité aux islamistes et enflammer le pays, il accepte la mission, d'autant qu'il a de bonnes raisons de se venger de la bande de Mourad qui sème la terreur dans son quartier. Sauf que dans ce genre d'histoires remplies de pyromanes, rien ne se passe jamais comme prévu.


- Les âmes et les enfants d'abord
de Isabelle Desesquelles
Éditions Belfond / Janvier 2016


À Venise, une femme rencontre celle qui n'a plus de corps, plus de face: la mendiante. Son âme engloutie par quelque chose de plus noir encore que les eaux de la Sérénissime: l'indifférence. L'une tient la main d'un enfant, l'autre tend la sienne vers un ciel aveugle. Il y a celle debout; il y a celle à genoux. Immobiles toutes deux. La misère est à exacte hauteur des enfants. On vit avec. Avant même qu'ils ne sachent lire et écrire, ce que nous offrons à ceux que nous élevons, c'est la pauvreté à hauteur de leurs yeux. À bonne hauteur, elle ne le sera jamais. Le chemin de l'école redevient une cour des miracles que pas un enfant ne devrait traverser. Pour grandir, il lui faudra d'abord regarder le malheur dans les yeux. Tout comme ses parents, il s'y habituera vite, et arrivera le moment où la misère le dépassera. Elle est où l'humanité? L'inhumanité est sous nos fenêtres, on peut ne pas la regarder en face, elle vous saute à la gueule. La vérité que contiennent ces 110 pages, vous la croisez à chaque coin de rue. Un récit que l'on lit d'une traite, un bijou qui brille de feux sombres. Il vous happe et c'est une force qui nous entoure. Elle est là l'humanité.


- Les âmes rouges
de Paul Greveillac
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Moscou. U.R.S.S. La culture est enrégimentée afin de servir l'État. Vladimir Katouchkov et Pavel Golchenko, la vingtaine, se rencontrent un soir par hasard. Le premier est censeur au sein du GlavLit, qui statue sur tout ce qui paraît dans le pays. Le second est projectionniste au Goskino, le cinéma des officiels du Parti. Deux institutions où sont quotidiennement interdites, coupées, asservies les œuvres d'une nouvelle génération d'écrivains et de cinéastes qui tente de s'épanouir depuis la mort de Staline. Vladimir Katouchkov, écœuré par le système, décide d'en dénoncer l'hypocrisie. À ses risques et périls. Et bientôt au détriment de ceux qui l'entourent. Les âmes rouges est un roman hommage aux plus indépendants des artistes soviétiques et aux chefs-d'œuvre de ce que l'on a appelé "la dissidence". C'est aussi une ode à l'amitié: celle qui lie, à travers les épreuves et les ans, le Russe Vladimir Katouchkov et l'Ukrainien Pavel Golchenko.


- Les années du silence. Tome1. De la tourmente à la délivrance
de Louise Tremblay-d'Essiambre
Éditions Charleston / Janvier 2016


1942. À l'aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l'opprobre sur sa famille. Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l'hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse. Recluses à l'orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu'il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l'amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves? Et l'amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l'absence et la guerre qui se profile?


- Les brasseurs de la ville
de Evains Wêche
Éditions Philippe Rey / Janvier 2016


Port-au-Prince. Une famille négocie sa survie au jour le jour: il est maître pelle sur un chantier; elle est repasseuse chez les messieurs célibataires du quartier, n'hésitant pas à se donner à eux car sinon "la chaudière ne monterait pas le feu". Cinq enfants. Leur fille aînée, Babette, adolescente, est leur seul espoir: elle a son brevet, et sa beauté leur offrira un gendre riche. Sa mère la rêve en Shakira. Un certain M. Erickson se présente un jour, bien plus âgé qu'elle, généreux pour la famille qu'il installe dans une confortable maison. Mais qui est-il réellement, cet homme mystérieux aux trois maîtresses, vivant dans le luxe, entouré de gardes du corps? Pourquoi métamorphose-t-il Babette en blonde au point que le quartier la nomme dorénavant la Barbie d'Erickson? Sa mère constate, désolée: "Ma fille n'est plus ma fille". En "putanisant" Babette, ses parents semblent s'être engagés sur une voie aux multiples périls, dont ils pressentent avec effroi qu'elle est sans retour. Dans Les brasseurs de la ville, épopée à travers les quartiers pauvres de Port-au-Prince, chaque personnage invente ses propres pas pour danser avec sa croix. Evains Wêche signe un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs où s'entremêlent des histoires de courage, d'amour et de folie.


- Les chemins d'escampette
de Laurent Guillemot
Éditions Bernard de Fallois / Janvier 2016


"Il y a des contes qui sont si merveilleux que même les adultes se surprennent parfois à y croire". Ainsi commence la première des vingt-quatre histoires que l'auteur a réunies dans ce volume. Elles ont toutes pour cadre un même village, quelque part en France. Un lieu immuable, hors du temps et à l'écart du monde. On y voit évoluer un groupe d'hommes tout à la fois solidaires et hostiles, qui ont en commun les mêmes échecs, les mêmes regrets, une fascination pour les femmes qu'ils n'auront pas, et l'insouciante obstination de ceux qui ont tout perdu. On y croise un muet ventriloque, une sirène d'eau douce (chose très rare) un veuf qui continue d'écrire à sa femme, un vigneron qui a des mulots dans son piano, un savant fou et un curé qui prie saint Vauban. Les héros de ces histoires ne sont pas du tout des personnages héroïques. Impuissants, ils assistent à l'accomplissement de ce qu'ils avaient prévu. Ils ne croient pas au hasard et ce qui leur arrive leur paraît toujours de leur faute. Le narrateur se fond lui-même dans ce groupe indifférencié. À moins qu'il ne s'engage avec la désinvolture de celui qui n'en est pas à sa première trahison.


- Les enfants de Toumaï
de Thomas Dietrich
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Emmanuel et Sakineh viennent tous deux du Tchad. Elle est musulmane, issue d'une famille de haut rang. Lui est un étudiant pauvre, un doux rêveur qui a troqué la foi chrétienne de sa mère pour le Petit livre rouge. Ils se rencontrent au Caire et c'est comme s'ils n'avaient vécu que pour ce moment-là. Leur amour impossible empruntera dès lors toutes les routes de l'exil, de l'injustice, notamment celle faite aux femmes, mais aussi de la foi en l'autre. Thomas Dietrich raconte l'Afrique telle qu'il l'a connue: différente, à mille lieues des sentiers battus.


- Les enfants qui mentent n'iront pas au paradis
de Nicolas Rey
Éditions Au Diable Vauvert / Janvier 2016


Elle s'est rapprochée. Elle a reniflé son cou, sa nuque et ses oreilles. Ses lèvres se sont placées à quelques millimètres des siennes. Elle a chuchoté: "Tu savais que la lubricité est l'invention d'un bourgeois très à droite. Les gens de gauche échangent tellement de théories, qu'ils en oublient de baiser". Gabriel, écrivain quadra précaire épuisé par l'amour et la vie, tombe amoureux de Catherine, institutrice de son fils et membre du Parti National. Toute la grâce et l'impertinence de Nicolas Rey pour ce portrait d'un romantique désenchanté, plus actuel que jamais.


- Les guérir
de Olivier Charneux
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


"L'homme le plus important du Reich après Hitler avait affrété spécialement un avion militaire pour acheminer le docteur Carl Værnet et sa famille du Danemark à Berlin. Himmler l'avait reçu dans son bureau en pleine guerre, le 15 février 1944, entouré de ses principaux collaborateurs. Il lui avait ouvert les portes du camp de concentration de Buchenwald. Il l'avait financé. Carl Værnet n'en revenait toujours pas de leur complicité. Il entendait encore le Reichsführer évoquer son père éleveur de chevaux dans le Jütland, comme si Himmler l'avait connu au Danemark et qu'il était de la famille. Il l'entendait aussi parler des paysans, dont il se sentait proche, et de l'élevage, qui était son premier métier. Sa préoccupation de la question homosexuelle les avait définitivement rapprochés. Était-ce un crime de vouloir les guérir?" Dans cette biographie romancée, Olivier Charneux révèle l'entreprise délirante et monstrueuse d'un médecin danois, Carl Værnet, obsédé par l'idée de régler la question de l'homosexualité pour "le bien de l'humanité". Porté par une écriture sobre et rigoureuse, ce récit restitue dans sa terrible vérité le parcours d'un homme presque ordinaire guidé par une vision moralisatrice et régulatrice de la société qui conduit encore aujourd'hui dans certains pays du monde à exclure, voire à exterminer tous ceux qui sont perçus comme "différents".


- Les indociles
de Murielle Magellan
Éditions Julliard / Janvier 2016


"Ce n'est pas une romance, pense Olympe. On ne voit rien d'elle que ses mains, et pourtant on a la sensation de son emprise sur lui. Pas de l'amour; du pouvoir. Olympe scrute. Sonde. Dans sa chambre ronde, assise en tailleur sur son lit, l'ordinateur entre ses cuisses, Jean-Sébastien Bach dans le casque, elle agrandit l'image. Une main, un dos. C'est le sujet du peintre. À l'arrière-plan, c'est de l'aquarelle noire. Elle aime cette main de femme. Elle aime ce dos rose d'homme. Musclé mais rose bonbon. Elle voudrait être avec eux. Dans le tableau. Surtout dans ce qu'on ne voit pas du tableau". Les Indociles dressent le portrait plus vrai que nature d'un don Juan au féminin, créature irrésistible et vénéneuse, toute en contradictions. D'une grande finesse, ce roman, qui n'est pas sans rappeler Les Liaisons dangereuses, nous livre une belle réflexion sur l'amour et sur la création artistique.


- Les jours areuh
de François d' Epenoux
Éditions Anne Carrière / Janvier 2016


3 heures du matin. Assis dans un fauteuil sous le rond de lumière d'un abat-jour, un homme de 50 ans donne le biberon à son nourrisson de 3 mois. Entre eux: un demi-siècle et 96 kilos de différence. D'un côté un homme mûr, encore tout étourdi de cette paternité tardive. Revigoré par cette vie naissante, mais mesurant combien la sienne sera balisée désormais, et projeté brutalement dans un avenir lointain: il aura 80 ans quand cet enfant en aura 30. Confiant dans l'espoir qu'incarne ce petit être, mais terrifié aussi à l'idée de le jeter dans le bain d'un monde angoissant. Perplexe devant cette posture de papa poule, lui qui, encore célibataire quelques mois plus tôt, biberonnait à sa façon dans le monde de la nuit. Fier de cet enracinement patriarcal mais triste à l'idée de renoncer en grande partie, par cette sédentarisation même, aux voyages, à l'imprévu, à l'aventure. De l'autre, minuscule dans les bras de son père, un bébé qui a la vie devant lui; qui tète goulûment entre deux endormissements; qui gigote dans son body, gazouille et grogne, comme enivré, d'autant plus assoiffé de vie qu'il est né "en état de mort apparente" et a été "récupéré à M7", c'est-à-dire après 7 minutes de massages cardiaques. Dans ce dialogue silencieux, qui commence à l'heure bien réelle d'un biberon pour s'achever dans une intemporalité imaginaire, s'expriment tous les paradoxes d'une confrontation entre un nouveau-né et un père encore jeune, mais déjà avancé dans la vie, et tous les enjeux et questionnements qu'un tel événement peut impliquer. Une drôle de fable à découvrir, en somme. Une comptine qui, entre l'anecdotique et l'onirique, l'humour et la poésie, pose un regard sur le monde et le redoutable bonheur d'être père.


- Les passants de Lisbonne
de Philippe Besson
Éditions Julliard / Janvier 2016


"On ne renonce jamais vraiment, on a besoin de croire que tout n'est pas perdu, on se rattache à un fil, même le plus ténu, même le plus fragile. On se répète que l'autre va finir par revenir. On l'attend. On se déteste d'attendre mais c'est moins pénible que l'abandon, que la résignation totale. Voilà: on attend quelqu'un qui ne reviendra probablement pas". Hélène a vu en direct à la télévision les images d'un tremblement de terre dévastateur dans une ville lointaine; son mari séjournait là-bas, à ce moment précis. Mathieu, quant à lui, a trouvé un jour dans un appartement vide une lettre de rupture. Ces deux-là, qui ne se connaissent pas, vont se rencontrer par hasard à Lisbonne. Et se parler. Une seule question les taraude: comment affronter la disparition de l'être aimé? Et le manque? Au fil de leurs déambulations dans cette ville mélancolique, dont la fameuse saudade imprègne chacune des ruelles tortueuses, ne cherchent-ils pas à panser leurs blessures et à s'intéresser, de nouveau, aux vivants?


- Les portes de fer
de Jens Christian Grøndahl
Éditions Gallimard / Janvier 2016


C'est le portrait d'un homme, de ses remords et de ses désirs les plus profonds, que Jens Christian Grøndahl entreprend de brosser en trois moments de vie. Les jeunes années d'abord, la découverte de la littérature et de la langue allemande, l'engagement communiste et la découverte de la sensualité. Un jeune homme romantique et plein d'idéaux, prêt à quitter son confort bourgeois pour rejoindre Erika à Berlin où il découvrira ses premières désillusions. Arrive ensuite l'âge de raison, le mariage, la naissance de sa fille Julie, et le divorce. Le narrateur a une quarantaine d'années, il est à présent enseignant et accueille un garçon d'origine serbe dans sa classe. Stanko le fascine mais c'est la rencontre avec la mère du jeune homme qui le trouble encore davantage. Passion à nouveau éphémère qui le renvoie à sa condition d'homme solitaire et de père en alternance. À la veille de ses soixante ans enfin, c'est à Rome que nous le retrouvons. Grand-père depuis peu, le narrateur fait une nouvelle rencontre inopinée, avec une jeune photographe cette fois-ci. Elle l'invite chez elle pour lui montrer son travail avant d'accepter de partir avec lui à Paestum, photographier des ruines encore vivantes. Les femmes sont omniprésentes dans la vie du narrateur, à chaque basculement dont elles sont souvent à l'origine. Les Portes de Fer parle d'amour et de solitude, mais également du désenchantement de l'individu occidental, de ce drame bourgeois que le grand auteur danois réussit à croquer avec une lucidité et une élégance toutes singulières.


- Les singes de Dieu
de Patrick Wald Lasowski
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


Nous sommes à Paris au XVIe siècle. Du haut de la chaire, Jean Boucher apostrophe, exalte, terrifie les fidèles. Sa parole est une arme, qui appelle à mettre à mort tous les hérétiques. Docteur en Sorbonne et curé de Saint-Benoît, à la tête des Seize, il attise par ses sermons la fureur du peuple. Bientôt, la journée des barricades, la première dans l'histoire de Paris, oblige Henri III à prendre la fuite. Maîtres des lieux, les Seize rêvent de remplacer la monarchie par une dictature théocratique. Boucher triomphe. À ses côtés, Pierre Tison, qui s'est fait capucin, est le plus fidèle, le plus aimé de ses disciples. Secrétaire et confident, porte-drapeau, porte-glaive, il est le Dix-septième. Mais quel secret, quelle blessure le jeune moine cache-t-il? À travers les violences de la guerre, de la peste et de la famine, quels sont les liens qui l'unissent à Madeleine Longeville? En racontant l'histoire de destins exceptionnels, confrontés aux luttes que mènent Henri III, Henri de Navarre et les Guise, Les singes de Dieu montre l'intolérance des prédicateurs habités par la haine. Alors que les horreurs du fanatisme religieux constituent l'une des tragédies de notre époque, Patrick Wald Lasowski met à nu les passions de ceux qu'aveuglent la gloire et la terreur de Dieu.


- Les trois mariages de Manolita
de Almudena Grandes
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


À la fin de la guerre civile, survivre est compliqué pour Manolita dont le père et la belle-mère sont en prison et dont le frère Antonio, vit caché dans un tablao de flamenco. Elle a dix-huit ans et la charge de ses deux sœurs et de deux très jeunes demi-frères. L'arrivage de deux machines à polycopier  de l'étranger dont le mode d'emploi est incompréhensible va nécessiter sa coopération. Son frère, qui entend continuer la résistance par de la propagande clandestine, l'envoie rencontrer la seule personne capable de les aider. Mais ce génie de la mécanique, un jeune homme timide et peu séduisant, se trouve en prison. Et pour le rencontrer, Maria doit l'épouser. Ce sera le premier de ses trois mariages. Un nombre considérable d'événements auront lieu avant que ne soit célébré son troisième et dernier mariage.


- Les vies multiples de Jeremiah Reynolds
de Christian Garcin
Éditions Stock / Janvier 2016


Étonnant et fulgurant destin que celui de Jeremiah Reynolds: après avoir probablement été le premier homme à poser le pied sur le continent antarctique en 1829 et avoir fait de cette expédition un récit qui influença Edgar Allan Poe pour ses Aventures d'Arthur Gordon Pym, il devint colonel pendant la guerre civile chilienne, chef militaire des armées mapuches, avocat à New York, effectua un demi-tour du monde, et écrivit un récit de chasse au cachalot blanc qui fut peut-être à la source d'un des romans les plus lus et les plus commentés de la littérature américaine et mondiale.


- Les vieux ne pleurent jamais
de Céline Curiol
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


À soixante-dix ans, Judith Hogen vit désormais seule. Actrice à la retraite, elle a cessé de fréquenter les scènes artistiques new-yorkaises et se contente de la compagnie de sa voisine, Janet Shebabi, une femme de son âge fantasque et malicieuse. Trouvant un soir entre les pages d'un roman de Louis-Ferdinand Céline une vieille photographie, Judith est transportée cinquante ans en arrière et soudain submergée de tendresse et de ressentiments. Face à ce visage longtemps aimé, elle se surprend à douter des choix du passé. C'est ce moment que choisit Janet pour lui proposer de partir, de s'embarquer dans un voyage organisé aussi déroutant que burlesque au cours duquel s'établit entre elles un compagnonnage heureux hors des convenances de l'âge. De retour à Brooklyn, Judith doit bien admettre que la raisonnable passivité que lui impose la société devient insupportable. Elle décide de repartir en voyage, dans son pays natal, cette France quittée dans les années soixante, là où demeure cet homme, celui de la photo, ce héros. Céline Curiol convoque ici avec humour les paradoxes de l'âge à travers le mystère de la permanence, de la persistance des liens entre les êtres. Qu'ils soient amis, frère et sœur ou amants, que reste-t-il de ces attaches qui les construisent, les rassurent ou les abîment?


- Leçons d'Italie
de Marina Stepnova
Éditions Les Escales / Janvier 2016


L'existence d'Ivan Ogariov semblait destinée à une morosité toute soviétique. Une enfance sans amour, un service militaire traumatisant. C'est grâce à sa carrière de thérapeute en clinique privée et à sa clientèle moscovite qu'Ivan relève la tête. Pourtant, à quarante-deux ans, sa vie est superficielle et routinière; travail la semaine, courses le samedi, visites à ses parents le dimanche et ternes relations conjugales. Cette existence si réglée et sans saveur est bouleversée lors de sa rencontre avec Malia, jeune femme exceptionnelle de vingt-quatre ans. Leur folle histoire d'amour sort Ogariov de sa morne existence et le projette dans une relation passionnelle où seuls comptent la poésie, la gastronomie, l'amour et l'Italie. Il tire un trait définitif sur son mariage et quitte son travail. Las de son pays natal auquel il restera à jamais étranger, il voyage et laisse libre cours à ce bonheur retrouvé. Mais alors qu'Ivan est déterminé à protéger sa vie avec Malia, la jeune femme, elle, a une idée bien différente en tête.    


- Magic time
de Doug Marlette
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


1965. Alors que le mouvement des droits civiques porté par Martin Luther King s'étend dans tous les États-Unis, le pays a les yeux fixés sur Troy, une petite localité du Mississippi. Quatre jeunes activistes y ont péri dans l'incendie d'une église. Deux membres du Ku Klux Klan sont arrêtés et condamnés à perpétuité.
1990. L'un des condamnés libère sa conscience en désignant le vrai responsable du crime. Un nouveau procès se prépare donc à Troy. De retour dans sa ville natale, Carter Ransom, ancien sympathisant dans la lutte pour les droits civiques et journaliste au New York Examiner, est aux avant-postes. Son premier amour, Sarah Solomon, faisait partie des victimes et son père, le tout-puissant juge Mitchell Ransom, avait conduit le premier procès. Carter veut faire toute la lumière sur cette période qui l'a marqué à jamais. Et c'est dans le passé qu'il va devoir fouiller pour mettre au jour une vérité aussi terrible qu'inattendue. Doug Marlette retrace ici toute une époque, trouble, pleine de non-dits, de soupçons et de positions ambiguës, mais aussi de courage, de droiture et de passion. Celle de la lutte pour les droits civiques.


- Magnificence
de Lydia Millet
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


Peu de temps après la perte de son mari, Susan hérite de la maison d'un oncle qu'elle connaissait peu. En visitant la demeure, elle découvre la passion de celui-ci pour la taxidermie. Chaque pièce, chaque chambre est remplie d'animaux empaillés, certains dans des décors artificiels. Dans cette immense maison, Susan évolue et se perd au milieu des animaux, des souvenirs et des fantômes. Mais, bientôt, sa solitude est rompue. Jim, un homme marié qu'elle fréquente, la rejoint, ainsi qu'un groupe de vieilles femmes. En même temps que la paix, Susan cherche l'entrée d'un sous-sol figurant sur les plans de la maison mais dont l'accès demeure introuvable. Lydia Millet interroge la manière dont nous affrontons la perte, que ce soient la mort, la séparation ou l'extinction. Peut-on vivre avec ses peurs et ses fantômes? Sont ici décortiqués, avec un talent et une précision hors pair, les ressorts de l'anéantissement et de la réinvention, de la parentalité et de l'acceptation.


- Manhattan people
de Christopher Bollen
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


Comme la plupart des New-Yorkais, Joseph Guiteau n'est pas né à Manhattan. Originaire de l'Ohio, il est venu y bâtir sa carrière d'acteur quinze années auparavant. À l'aube de ses trente-quatre ans, son visage n'est apparu que dans des spots publicitaires. Pourtant, ce constat d'échec importe peu au vu d'un secret douloureux: une malédiction familiale frappe tous les hommes du clan Guiteau à l'âge de trente-quatre ans. Face à ce compte à rebours anxiogène, autour de Joseph, tout semble soudain malicieux. Sa nouvelle compagne grecque lui impose de l'épouser pour obtenir une green card; son meilleur ami William, comédien raté et destructeur, le soupçonne de décrocher des rôles derrière son dos; et une veuve fortunée traque Joseph pour qu'il incarne le rôle de son mari assassiné. Entre malaise et ambition, mortalité et exode, un tourbillon étourdissant émane des nombreux New-Yorkais d'adoption croisés dans ce premier roman. Manhattan y incarne le théâtre de toutes les désillusions face au grand rêve américain. Une fresque des temps modernes dévoilant l'élan de survie nécessaire aux Manhattan People d'aujourd'hui.


- Mariages de saison
de Jean-Philippe Blondel
Éditions Brumerge / Janvier 2016


Juillet 2013 en province. Comme chaque été, Corentin retrouve, au côté de son parrain, Yvan, son emploi saisonnier de vidéaste de mariage. Chargé d'accompagner les couples des premières heures de la journée la plus importante de leur vie jusqu'au matin suivant, il recueille leurs espoirs et leurs désillusions, leurs joies et leurs détresses, parfois. Mais à vingt-sept ans, il est temps de faire des choix, amoureux tout autant que professionnels. Corentin a devant lui cinq mariages et aucun enterrement pour trouver sa voie. Analyse des sentiments, amertume et plaisir, empathie pour les personnages. On retrouve dans Mariages de saison tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel.


- Martin
de Bertrand Schefer
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Bertrand Schefer, qui est aussi cinéaste, a longtemps travaillé sur le scénario d'un film dans lequel il voulait raconter l'histoire d'un cher ami d'enfance qui s'était peu à peu coupé du monde et vivait en marge de la société, errant sans domicile fixe et sans travail. Son destin hantait Bertrand Schefer et sa figure grandissait en lui avec les années, absorbant ses forces. Il vivait avec ce qui était devenu comme un double obscur, une part d'ombre qui le dévorait de remord et de culpabilité. Grâce au cinéma il espérait en finir avec ce fantôme et se libérer du passé. Le film n'a pas pu se faire, mais de cet échec est sorti un texte, ce récit d'un homme hanté par un double dont la figure et les choix de vie radicaux ont fixé à lamais l'époque de la jeunesse. Entre le temps de l'éloignement et celui du retour, le narrateur retrace sous la forme d'un rapport factuel, comme pour donner de la réalité à sa mémoire trouée, l'histoire réelle et fantasmée d'une amitié fondatrice.


- Ma sœur, cette fée carabossée
de Clément Moutiez
Éditions Carnets Nord / Janvier 2016


"Dis, c'est comment dans ta tête? Il pleut, il vente, ça cogne, ça tambourine, ça tempête ou bien c'est calme, plat, doux, blanc, pur, cotonneux, résonnant. Je te scannérise le cerveau depuis des années, mais je ne comprends pas ce qu'y vois, ce que je n'y vois pas. Comme un buffet renversé où les tiroirs pendent, brinquebalants. Un distributeur de bonbons, sur lequel la tirette fait résistance. Il me faut un télescope ou un microscope pour y voir à l'intérieur?" Clément avait sept ans lorsque ses parents décidèrent d'adopter, et qu'il rencontra pour la première fois sa petite sœur. Domitille, six semaines, trisomique. Elle a aujourd'hui vingt-six ans et a dynamité leur existence. Avec humour et émotion, Clément nous fait partager leur vie de famille faite de grands questionnements et de scènes cocasses. Un récit politiquement incorrect qui respire la tolérance et l'amour fraternel.


- Mathias et la Révolution
de Leslie Kaplan
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Mathias et la Révolution est le récit d'une journée prérévolutionnaire aujourd'hui à Paris. Mathias traverse la ville, il a un rendez-vous important, il fait des rencontres, il pense à la Révolution, il en parle. Dans le livre tout le monde pense à la Révolution, en parle. Et il y a des émeutes, pour des raisons précises, un accident dans un hôpital de banlieue où il y a eu un mort. Il faut être clair par rapport au mot "révolution". Dans le titre, ce n'est pas par hasard, s'il y a une majuscule. Il s'agit de la Révolution française. Leslie Kaplan l'a prise comme point d'appui pour parler d'aujourd'hui. Si Mathias et la Révolution s'appuie sur l'Histoire, si c'est un livre où l'on se réfère à la Révolution, les personnages, les situations sont d'aujourd'hui. Aujourd'hui, l'idée de révolution vise un nouveau changement du cadre de pensée: s'extirper du capitalisme néolibéral. Il y a une remise en cause des fondements mêmes de la société pour essayer d'aller vers un système qui prenne en compte le collectif et le commun, sans tomber dans des choses qui ont existé et dont plus personne ne veut entendre parler, à raison, comme le communisme d'État. "On ne peut plus continuer comme ça, on veut autre chose", est dans l'air. On est dans une période qui cherche. Personne dans le livre n'est un révolutionnaire professionnel. Mais chacun essaie de faire des choses différentes, d'agir différemment, chacun dans son domaine propre, bien qu'il n'ait pas d'indications sur comment faire. Et le fait que la Révolution française a existé dit que c'est possible de changer l'état des choses, de faire bouger la façon de penser des gens. C'est un roman polyphonique, il y a toutes sortes de personnages, avec des points de vue différents, parfois opposés, et il y a beaucoup de dialogues et de questions, la propriété privée, le marché, vendre et se vendre, le poids du passé colonial, le racisme, la culture, le conformisme, la violence et un désir général de liberté, d'égalité, le refus des inégalités, des idéologies de la supériorité. C'est un roman "d'idées" qui montre comment on vit concrètement dans sa vie les idées aujourd'hui, un roman politique, qui interroge comment vivre ensemble ici et maintenant, et dans le moment actuel qui est souvent un moment déprimé et cynique c'est un livre qui met au contraire l'accent sur le désir de mouvement, de changement, sur la joie de ce désir, et qui dit qu'un autre point de vue est possible.


- Mauvais sang ne saurait mentir
de Walter Kirn
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Walter Kirn fut l'ami de l'excentrique Clark Rockefeller. Pendant plus de dix ans, ce dernier a fait croire qu'il était héritier de la richissime famille américaine, alors qu'en réalité il était un ressortissant allemand du nom de Christian Gerharts-reiter, arrivé aux États-Unis dans les années 1980. Clark Rockfeller a vécu sous une kyrielle de noms d'emprunt avant d'être inculpé pour meurtre. Pourquoi Walter Kirn, journaliste aguerri, n'a-t-il jamais rien soupçonné?


- Ma vie, côté père
de Michel Contat
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2016


Journaliste littéraire (Le Monde) et musical (Télérama), Michel Contat a beaucoup travaillé sur Sartre, qu'il a bien connu. En 2000, il a publié Paris 1959 (Zoé), ouvrage dans lequel il racontait son année d'études de lettres à la Sorbonne, son amitié avec Michel Thévoz, qui allait devenir le principal théoricien et historien de l'Art Brut, avec qui il jouait du jazz. Ma vie, côté père constitue sa première réelle incursion dans la littérature personnelle. Il y évoque la figure de son père, personnage très romanesque, avec qui il avait eu dans son adolescence des rapports assez tourmentés. Né en Suisse en 1906, son père a en quelque sorte traversé l'histoire européenne, bien que venant d'un pays épargné par les guerres. Il avait commencé sa carrière dans les assurances à Berlin, avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Il avait perdu sa place après celle-ci, la firme pour laquelle il travaillait appartenant à un juif qui en avait été dépossédé. Juste après la guerre, il était tombé amoureux d'une très jeune Allemande, veuve d'un général de la Wehrmacht, et avait quitté pour elle femme et enfants. C'était extrêmement audacieux ou totalement inconscient et irresponsable: en conséquence, il fut, à 40 ans, mis au ban de son milieu bourgeois. Il devint ensuite représentant de commerce pour des appareils médicaux puis des livres de luxe. Il fréquentait les casinos d'Europe. Puis il épousa une femme fortunée et mena une vie d'homme riche entouré de jeunes femmes plus ou moins vénales. Il fit des affaires en Indonésie. Il profitait en somme éhontément des "trente glorieuses". Sa femme finit par le chasser. Il se relança en s'associant à un financier aventureux, qui fit une faillite frauduleuse. Il refit front une nouvelle fois en devenant traducteur free lance pour une grande banque zurichoise. Il mourut pour ainsi dire à sa table de travail, laissant d'énormes dettes. Ses proches découvrirent à sa mort qu'il avait épousé peu de temps auparavant une call-girl française pour qu'elle ait un passeport suisse. Un drôle d'exemple pour un fils. Mais ce n'est nullement un portrait à charge ni un règlement de comptes que Michel Contat propose ici. Tout joueur compulsif et amateur de femmes qu'était son père, il a toujours nourri de l'affection pour cet homme qui avait de l'esprit, des idées politiques libérales, une formation de juriste et d'économiste. Un homme qui, vivant selon le principe de plaisir, mettait à l'épreuve ses convictions d'intellectuel de gauche, tentant de lui inculquer son sens des réalités économiques et du caractère passager de la vie. Au fil des apparitions-disparitions de la figure paternelle et du parcours du narrateur lui-même, l'on croise en outre des personnalités historiques et intellectuelles, au premier rang desquelles Sartre, avec qui Michel Contat s'était lié d'amitié, celui-ci devenant en quelque sorte son père de substitution. Plus qu'un portrait, Ma vie, côté père est donc également le roman de la formation d'un jeune homme, qui grandit avec et contre son père, s'initie à la politique (les évènements de Mai 68, la guerre d'Algérie, sont autant d'éléments qui apparaissent en filigrane), à la littérature et au jazz.


- Métamorphoses
de François Vallejo
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Alix est bouleversée: son demi-frère Alban s'est converti à l'islam. Redoutant le pire, elle va tout chambouler: sa vie d'abord, celle de sa mère et de son beau-père, celle des nouveaux amis d'Alban, quitte à le mettre en danger. Il s'agit de comprendre la métamorphose qui transforme petit à petit Alban en Abdelkrim. Il ne peut être qu'un pion manipulé. Et pourtant.


- M le mari
de Marcela Iacub
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


"Je crois qu'on s'est mariés un 2 juillet. J'étais tout en noir et le costume du futur époux était trop large. J'avais l'allure d'une veuve et lui d'un singe déguisé en humain. "Mais il est où, l'heureux élu?", nous demanda le maire qui avait pris le fiancé pour mon jeune frère ou pour mon secrétaire. Pour se rattraper, il a fait un discours si spirituel que tout le monde a éclaté de rire. Qu'avait-il dit au juste? Impossible de m'en souvenir".    


- Morphine monojet
de Thierry Marignac
Éditions Du Rocher / Janvier 2016


Lorsque Al, camé impénitent à la fiabilité incertaine, dérobe un Morphine Monojet, seringue de morphine pour les soldats britanniques pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans un sous-sol chez la belle Jackie, Orientale mélancolique, où les aléas du manque l'ont poussé lui et ses deux compagnons, Fernand et le fils perdu, il les lance du même coup à sa poursuite, bientôt effrénée, dans le Paris charnière de 1979, en proie aux reconstructions qui en feront une ville du XXIe siècle. Al vivra-t-il la meilleure défonce de sa vie?


- Mort subite
de Alvaro Enrigue
Éditions Brumerge / Janvier 2016


Le 4 octobre 1599, à midi tapant, sur les cours de tennis de la Plaza Navona, deux hommes s'apprêtent à défendre leur honneur à coups de raquette. L'un est un poète espagnol, voyou et criminel à ses heures, dont les vers traverseront les siècles. L'autre est le plus prisé et le plus canaille des peintres de Rome. À lui seul, il a posé les fondements de la peinture moderne. Les trois sets de ce match imaginaire entre Quevedo et Le Caravage, et le mystère qui entoure les véritables raisons de leur querelle forment le cœur du roman kaléidoscopique d'Álvaro Enrigue: des destins mêlés de Cortés et de l'Empire aztèque aux cruels errements matrimoniaux d'Henri VIII en passant par les secrets de la papauté et les vies dissolues de nos deux duellistes, Mort subite explore ce moment charnière de l'histoire, la Renaissance, à travers le prisme le plus inattendu et le plus original qui soit: cette fièvre nouvelle qui s'est emparée du monde, le tennis. Dans la grande tradition de l'esperpento ibérique, Mort subite est une époustouflante satire postmoderne qui rebat les cartes de l'histoire pour mieux éclairer nos vacillements contemporains.


- Mount Terminus
de David Grand
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Mount Terminus: un promontoire rocheux aux confins du désert mojave en Californie. À son sommet, une villa bâtie aux temps des conquêtes espagnoles dont les dédales regorgent de mystères. Délimitant la propriété, d'extraordinaires jardins à la végétation luxuriante. Au-delà, rien. Une plaine balayée par les vents qui se jette dans l'océan Pacifique. C'est là, au tout début du XXe siècle, que viennent s'installer Jacob Rosenbloom et son jeune fils Bloom. Jacob, inventeur de génie, a conçu pour Thomas Edison le mécanisme du premier projecteur d'images en mouvement, et le cinéma est né. Pourquoi, malgré la fortune, père et fils ont-ils dû fuir la côte est? Frères maudits, femmes fatales, barons du crime, artistes visionnaires, businessmen ivres de pouvoir et scientifiques éclairés: autant de destins qui se croisent dans cette magistrale épopée et qui participent, à travers l'invention du cinéma, la création de Los Angeles et l'essor d'Hollywood, de la grandeur et décadence d'une Californie en marche vers son destin.


- Mourir et puis sauter sur son cheval
de David Bosc
Éditions Verdier / Janvier 2016


Daily Express, 4 septembre 1945 : " Personne ne sait encore pourquoi Sonia A., une artiste espagnole de vingt-trois ans, a chuté mortellement de 80 pieds sur le pavé de Queensway, Bayswater. Hier matin, elle a passé un appel téléphonique depuis l'immeuble. Quelques minutes plus tard, elle gisait nue et mourante dans la rue". Quand on a vécu son enfance dans une absolue liberté et que l'entrée dans l'âge adulte ne s'est assortie d'aucun harnais, d'aucune obligation ni désir de servir, de consacrer les bonnes heures du jour au travail, aux soins des enfants ou des animaux, alors la faim de liberté se déplace, elle mute, elle trouve aussitôt d'autres murs à quoi se heurter, d'autres insuffisances : la société, bien sûr, la liberté qu'on n'a pas d'y faire ceci, d'y être cela, mais aussi la limitation du corps et la limitation de l'esprit. Poursuivant un désir à quoi rien ne saurait répondre, Sonia amorce un envol qui n'aura pas de fin.


- Mr bridge
de Evans S. Connell
Éditions Belfond / Janvier 2016


Attention, chef(s)-d'œuvre. Souvent il pensait: "Ma vie a commencé le jour où je l'ai connue". Elle aurait été ravie, sans aucun doute, de l'apprendre, mais il ne savait pas comment le lui dire. Et les années passaient; ils eurent trois enfants et s'habituèrent à leur vie conjugale. Puis Mr. Bridge décida finalement que c'était là tout ce que sa femme devait attendre de lui. Après tout il n'était pas poète mais avocat. Jamais il ne pourrait prétendre être ce qu'il n'était pas.


- Mrs bridge
de Evans S. Connell
Éditions Belfond / Janvier 2016


Mrs. Bridge et son pendant, Mr. Bridge, forment une œuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d'après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers. Portée par une écriture d'une précision redoutable, un ton à l'élégance distanciée et une construction virtuose. Attention, chef(s)-d'œuvre.


- Ne mets pas de glace sur un cœurs vide
de Patrick Besson
Éditions Plon / Janvier 2016


Malakoff, juillet 1989: au Café du Carrefour, boulevard Gabriel-Péri, Vincent et Philippe commentent avec ironie le défilé extravagant qui a eu lieu sur les Champs Elysées pour fêter le deux centième anniversaire de la Révolution Française. Vincent, malade du cœur qui attend une greffe, et Philippe, professeur de lettres passionné de vélo et de sexe, sont des voisins qui deviendront des amis, puis des rivaux et enfin des ennemis. À cause d'une belle et brillante veuve algérienne, ils vivront l'aventure la plus singulière et la plus troublante de leur existence. Au travers de cette tragi-comédie à suspens dont le déroulement surprendra les lecteurs, Patrick Besson fait revivre la France de la fin du siècle dernier, continent presque déjà disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:18

- Nos années éperdues
de François Bott
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


Un ancien jeune homme revient en Normandie et, cédant aux caprices de sa mémoire, se souvient de sa rencontre avec Raphaël, en 1947. Raphaël qui deviendra l'ami majuscule, le frère électif. Dans les années 1950, "la vie ressemblait encore à une promesse". François Bott a la nostalgie tendre et joyeuse lorsqu'il évoque les mythologies littéraires et cinématographiques qui séduisaient ses amis, surnommés "Les Mousquetaires": Édith Piaf, Rita Hayworth, Gene Tierney, Françoise Sagan, Jean-Paul Sartre, Albert Camus. Un seul homme politique les fait rêver: Pierre Mendès France. Le destin est un "despote sénile et gâteux". La guerre d'Algérie sifflera la fin de la récréation. Raphaël résiliera son sursis et sera tué dans les Aurès en mars 1962, quelques semaines avant le cessez-le-feu. François Bott suit ses personnages à la trace. Il n'est dupe de rien ni de personne, car le temps vient toujours où les vies "prennent des couleurs d'arrière-saison". De la guerre d'Algérie à Mai 68, c'est l'histoire d'une génération, les sixties.


- Notre mère
de Koren Zailckas
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Trois enfants, une belle maison, un couple uni: bienvenue chez les Hurst. Mais attention, sous le vernis de la famille idéale, se cachent de profondes ténèbres.


- Nous sommes deux
de Marianne Rubinstein
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Ils ont trente ans, ils sont jumeaux et vont se marier en même temps, dans un an. D'ici là leur vie va être bouleversée, celle de leurs parents et de leurs beaux-parents aussi. Pas si simple de former un couple quand d'autres se défont, quand on a été perçu toute son enfance comme une seule entité, quand on est confronté à ce qui restreint le désir de liberté. Au-delà du mystère de la gémellité et du mariage, Marianne Rubinstein explore avec justesse les rapports familiaux et générationnels dans une société qui croit pouvoir passer sous silence ses peurs les plus secrètes. Elle construit une œuvre singulière où alternent récits à l'ombre de la Shoah et romans à l'épreuve du temps dont Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.


- Nous traverserons ensemble
de Denis Lemasson
Éditions Plon / Janvier 2016


En plein Paris, Zaher, un jeune réfugié afghan, meurt poignardé sous les yeux de Luc, qui échoue à le ranimer. Pourquoi a-t-il été assassiné? Qui était-il? Luc reconstitue le parcours de la victime et découvre, au fil de ses rencontres dans les rues de la capitale, le monde invisible des exilés. À son enquête se mêlent les voix d'un gamin de Kaboul et d'un mystérieux traducteur afghan qui relatent leur stupéfiante odyssée pour rejoindre Paris. Luc en est convaincu: ce n'est qu'en comprenant l'histoire de ces destins brisés par la guerre qu'il approchera la vérité du meurtre. Par ce roman choral tendu et poignant, Denis Lemasson, médecin et écrivain, qui a travaillé en Afghanistan pour Médecins sans Frontières, donne vie, voix et corps à un des enjeux majeurs de notre époque.


- No women's land
de Camilia Panhard
Éditions Les Arènes / Janvier 2016


Il existe un monde sans repères où les femmes sont des proies, des corps. Un monde où la violence est sans début ni fin, absurde et quotidienne. Camilla Panhard a partagé́ la vie de ces femmes, migrantes centra-méricaines. Elles fuient le Honduras, le Salvador ou le Guatemala. Elles veulent simplement "donner à leurs enfants des études en héritage, qu'ils aient au moins trois repas par jour, qu'ils ne souffrent pas autant". Accrochée aux mots, aux pas de ces héroïnes anonymes, jusqu'aux écolières mexicaines tremblantes de peur sur le trajet de l'école, Camilla Panhard reconstitue les destins vertigineux de ces femmes, marchandises pour les passeurs, les gangs et les cartels. Avec une écriture sèche et sans concession, ce récit puissant leur redonne une voix, des gestes, un visage. C'est un livre qui résonne longtemps encore dans la mémoire après l'avoir refermé́.


- Oh la vache !
de David Duchovny
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Vous connaissez Emma Bovary? Voici sa cousine américaine, une adorable petite vache au destin tout aussi romanesque. Pour Elsie Bovary, le bonheur a toujours été dans le pré, jusqu'au jour où elle comprend qu'elle est vouée à finir en steak haché. Flanquée de deux complices, Shlomo le cochon converti au judaïsme et Tom le dindon qui voulait voir Istanbul, Elsie, déterminée à éviter l'abattoir, se lance dans un rocambolesque projet de Grande Évasion. Pour son premier roman, l'acteur David Duchovny détourne la fable animalière avec un toupet irrésistible. Best-seller aux États-Unis, Oh la vache !, signé par le plus célèbre chasseur d'aliens de toute l'histoire télévisée, est l'OVNI littéraire de l'année: une comédie aussi drôle et déjantée qu'un film Pixar, bourrée de clins d'œil, politiquement incorrecte et moins candide qu'il n'y paraît, entre George Orwell et Tex Avery. David Duchovny écrivain? Meuh non. Meuh si.


- On inventera bien quelque chose
de Giorgio Scianna
Éditions Liana Levi / Janvier 2016


Un ticket de caisse pour chaque achat. C'est ce que le juge des tutelles ordonne à Mirko et Tommaso, deux orphelins de dix-sept et onze ans. Et les deux frères s'y tiennent scrupuleusement. De même qu'ils suivent sans trop de ratés les autres injonctions: ne pas être en retard à l'école, manger des protéines, ranger l'appartement, vider leur sac de sport en rentrant à la maison, changer de pyjama une fois par semaine. Et rendre compte de tout à oncle Eugenio qui habite à cinquante kilomètres de chez eux. Une mécanique précise et bien huilée qu'un match décisif de l'Inter de Milan va faire déraper, car celui-ci a lieu à Madrid. Et pour y assister mille deux cents euros sont nécessaires. Avec ou sans ticket de caisse.


- On ne meurt pas de chagrin
de Frédéric Schiffter
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Le début de ma vie au Sénégal, jusqu'à mes sept ans environ, s'est passé dans une relative insouciance. La réalité alentour sur laquelle, toi, mon père, tu régnais, constituait ce que l'on appelle un monde. Chaque moment du jour et chaque période de l'année obéissait à un emploi du temps cosmique: l'école, les repas, les déplacements, les devoirs, les heures de jeu avec les voisins de mon âge, les week-ends à la plage de N'Gor ou de Popenguine, les grandes vacances en France, le mois d'octobre de scolarité à Biarritz, puis le retour à Dakar chaque début de novembre. Mon enfance tournait sans à-coups, assez heureuse. Le bonheur suppose de ne pas penser et je ne pensais pas. Si tout avait continué ainsi, je n'aurais jamais pensé. En fait, je n'étais pas né. Chaque humain passe par deux naissances. La première, biologique. La seconde, biographique. Ma biographie commence par ta mort, dix ans après ma venue au monde".


- Ouest
de François Vallejo
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Aux tréfonds des terres de l'Ouest, le garde-chasse Lambert découvre son nouveau maître: le jeune l'Aubépine. Il ne parle que de révolution. Lambert bougonne et se ronge les sangs: les dettes s'accumulent, les fermiers et les terres deviennent sauvages. Et puis, il y a toutes ces femmes que le baron ramène et qui repartent terrorisées. Dans la région, on prétend qu'il est dérangé.


- Parmi les dix milliers de choses
de Julia Pierpont
Éditions Stock / Janvier 2016


Dans la famille Shanley: Jack, charmeur impénitent, est un artiste reconnu; Deb a renoncé quant à elle, avec une certaine allégresse, à une carrière de danseuse de ballet pour élever leurs deux enfants. Un appartement à Manhattan, une famille presque heureuse tant Deb s'applique à fermer les yeux sur les infidélités de son mari. Jusqu'au jour où un paquet anonyme ébranle le foyer: une simple boîte en carton, remplie d'emails chroniquant sans pudeur la vie secrète de Jack. Le paquet, adressé à Deb, tombe malencontreusement entre les mains des enfants. Rien ne sera plus comme avant. Roman d'une famille en déconstruction, Parmi les dix milliers de choses est une comédie humaine à quatre voix, saisissante d'audace et de justesse.


- Phalène fantôme
de Michèle Forbes
Éditions La Table Ronde / Janvier 2016


Belfast, 1969: tension dans les rues, trouble dans les âmes. De loin, Katherine a tout d'une femme comblée. Trois petites filles, un bébé adorable, un mari valeureux, George, ingénieur et pompier volontaire. Seulement, Katherine a un passé. En 1949, chanteuse lyrique amateur, passionnée par son rôle de Carmen, elle fait la connaissance de Tom, jeune tailleur chargé de lui confectionner son costume de scène. Le coup de foudre est immédiat, mais elle est déjà fiancée à George et la double vie a un prix. Vingt ans après le drame qui a décidé de son destin, Katherine ne parvient plus à garder ses émotions sous cloche. Au moment où sa ville se déchire, où certains de ses voisins protestants la regardent d'un mauvais œil, où ses filles grandissent et se mettent à poser des questions, elle sent son corps la lâcher. Fatigue, douleur lancinante dans le dos, le verdict est implacable. Talonnée par le temps, Katherine doit affronter les zones d'ombre de son passé. Exploration de la mémoire, de l'enfance, de l'amour illicite et de la perte, Phalène fantôme dépeint des morceaux de vie ordinaire qui ouvrent sur de riches paysages intérieurs.


- Phrères
de Claire Barré
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


Reims, 1925. Lecomte, adolescent charismatique, vit une amitié passionnelle avec Daumal, jeune homme réservé et brillant. Ils ont formé, avec Vailland, le dandy, et Meyrat, dit la Stryge, une communauté initiatique et poétique: les Phrères simplistes. Croyant en l'expérimentation comme seul moyen de connaissance, adeptes de Rimbaud et de son "dérèglement de tous les sens", ils rêvent de monter à Paris, pour fonder une revue poétique qui détrônerait les surréalistes. Mais le père de Lecomte s'oppose à son départ. Désespérés par une vie trop éloignée de leur idéal, Lecomte et Daumal décident de se suicider. Ils n'ont plus que quelques jours pour vivre. Quelques jours pour écrire les plus beaux poèmes: testament laissé aux siècles futurs.


- Pour la peau
de Emmanuelle Richard
Éditions De L'Olivier Janvier 2016


"La première fois que je vois E. je le trouve quelconque sinon laid. Il a le teint gris et il fume, ce sont les seules choses que je remarque". E. est adossé à la porte verte de son agence lorsqu'Emma l'aperçoit. Il doit lui faire visiter un studio. Cette scène, Emma ne cesse d'y revenir. Emportés par un amour auquel ils ne s'attendaient pas, ils se sont aimés, puis séparés. Pour la peau raconte l'histoire de cette passion: violente, totale, obsédante.


- Presque
de Yoram Kaniuk
Éditions Fayard / Janvier 2016


Dans cet ultime roman, Yoram Kaniuk met en scène un vieux peintre désabusé, dont la spécialité est de représenter les morts. Un matin à l'aube, il reçoit l'appel d'une étrange femme qui sollicite ses services alors qu'elle vient de perdre son mari. Cette rencontre va lui permettre de retrouver le seul être qui ait aimé et (peut-être) compris son œuvre. À qui s'adresse l'artiste? Une œuvre d'art existe-t-elle uniquement si elle est vue? Avant de nous quitter, Yoram Kaniuk, peintre et grand connaisseur d'art, nous fait part de sa vérité.


- Presagio
de Andrea Molesini
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


À la veille de la Première Guerre, la clientèle cosmopolite de l'Excelsior, un palace du Lido vénitien, brille de ses derniers feux sous le regard aigu de son directeur, Niccolò Spada. La belle Margarete von Hayek, ressortissante autrichienne et cliente de l'hôtel, attire particulièrement son attention. Or, cette jeune femme aux mœurs très libres séjourne en réalité à Venise pour des raisons plus que sombres. À Paris peu de temps auparavant, elle fut l'amante de son professeur bien plus âgé, Viktor, avant de séduire son jeune fils Gustave, dont elle démolit le cœur. Mais bientôt Margarete ne pourra plus cacher ses secrets à Niccolò. Parviendra-t-elle enfin à aimer un homme sans en ravager l'existence? Presagio se savoure tel un joyau parfaitement aiguisé, une intrigue tragique en pleine Belle Époque désenchantée, une fresque viscontienne de frivolité désespérée.


- Pristina
de Toine Heijmans
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2016


Albert Drilling est un officier spécial du gouvernement du royaume des Pays-Bas. Fonctionnaire zélé, il se voit confier une mission particulière: s'assurer que les demandeurs d'asile retournent dans leur pays d'origine lorsque toutes les procédures légales d'accueil ont été épuisées. Ceci avec le minimum de désagréments pour son ministre de tutelle. C'est la raison pour laquelle il est envoyé sur une île située au large de la côte nord de la Hollande, pour rechercher une migrante demeurée illégalement sur le territoire après que le centre de détention local ait été fermé. La seule information qu'il ait en sa possession pour la retrouver est son nom: Irin Past. Réfugiée sur cette île, la jeune femme s'est parfaitement intégrée. Les habitants eux-mêmes se sont pris d'affection pour elle. Le capitaine du ferry, le maire ainsi que le plus grand entrepreneur de l'île se considèrent comme ses amis. Mais l'exemplarité de ce parcours ne détourne pas Albert de sa mission première. Une forme de fierté professionnelle le pousse néanmoins à vouloir rechercher l'environnement le plus sûr, le plus accueillant pour les demandeurs d'asile renvoyés dans leur pays d'origine. Dans le cas d'Irin, il s'agit de savoir d'où elle vient réellement. Car si son père lui a toujours assuré qu'elle avait des origines égyptiennes, il semble que cette croyance soit le pur produit de son imagination. Albert se rend pourtant au Caire, à la recherche de la maison où elle serait née. À son arrivée, il se trouve plongé dans les évènements du Printemps arabe. Il observe tout cela avec autant de distance que possible mais ne ressort pas indemne de cette expérience chaotique. Poursuivant son enquête, il finit par découvrir que les véritables racines familiales d'Irin sont à chercher du côté de la capitale du Kosovo, Pristina, son prénom en étant l'anagramme. Pour Albert, c'est un motif suffisant pour exiger qu'Irin soit renvoyée dans cette ville. Découragés, Irin et ses amis renoncent à toute tentative de résistance. À moins que, contre toute attente, les lois et les régulations gouvernementales puissent malgré tout offrir une issue. Dans ce roman, impeccablement structuré, Toine Heijmans propose une réflexion passionnante sur le mystère des origines, la solitude de celui qui cherche un asile. Par contraste, il décrit la rigidité d'un système juridique extrêmement clinique qui se fait passer pour humain.


- Quand nous serons heureux
de Carole Fives
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Il y a la prof qui a disparu pour vivre sa vie d'artiste, celui qui ment sur les sites de rencontre, la jeune mère qui dissuade son amie de tomber enceinte, ou ce couple séparé qui harcèle sa progéniture… Victimes ou bourreaux? Tous se cherchent, et expriment le même malaise: la difficulté à survivre dans une société centrée sur la normalité et les apparences de la réussite.


- Quarante roses
de Thomas Hürlimann
Éditions Verdier / Janvier 2016


"Nous avons commis une faute, une faute grave, la plus grave : nous avons défié le Temps. Nous avons essayé de retenir son cours. Et à présent, Max, à présent, il nous montre son pouvoir". Ainsi s'adresse, en son for intérieur, Marie Minet à son mari, Max Meier, un politicien suisse en vue dont la carrière a absorbé toute son énergie, la conduisant à renoncer à sa vocation de pianiste pour jouer le rôle de first lady idéale. Chaque année, au cours d'une fête dans un grand hôtel, Max contraint Marie à accepter pour son anniversaire un bouquet de quarante roses, comme si elle avait toujours quarante ans : aussi la comédie devient-elle chaque année un peu plus dérisoire et un peu plus cruelle. À la fin de ce roman, elle atteindra à l'intolérable. Au cours de cette soirée, c'est toute la vie de Marie qui défile dans sa mémoire, mêlée à la légende de sa famille, une dynastie de grands couturiers juifs originaires d'Europe centrale. Mais laquelle des deux Marie est la vraie ? Celle du miroir, Marie Meier, toujours en représentation, ou la " Marie-Étoile", Marie Minet, qui conserve comme un trésor le souvenir des histoires du passé ? L'auteur, en grand romancier, laisse chaque lecteur libre de juger.


- Question de géométrie
de Lea Arthemise
Éditions Liana Levi / Janvier 2016


Des rangées de platanes, des rues au cordeau, des pavillons tout confort: Bonnie est installée dans une banlieue résidentielle, à vingt kilomètres de la capitale. Pourtant, à un moment de sa vie, elle a su être moins sage. C'était sept ans plus tôt, l'été du bac. L'été où elle traînait avec Alain et Adel. Un jour, les garçons ont voulu braquer un bar-tabac. Pour partir en cavale, ils avaient besoin de Bonnie et d'une voiture. Mais aujourd'hui, Bonnie est mère de famille, Alain est en prison et Adel est mort. En alternant dans des scènes courtes et rythmées les voix de ses personnages, Léa Arthemise compose un roman tour à tour caustique et tendre sur les grands ensembles périurbains et les illusions perdues de la jeunesse.


- Randall
de Johnattan Gibbs
Éditions Brumerge / Janvier 2016


Que se serait-il passé si Damien Hirst n'avait jamais existé? Si le jeune artiste britannique le plus célèbre et le plus influent des trente dernières années avait été quelqu'un d'autre? Quelqu'un d'encore plus provocateur, plus scandaleux et de beaucoup, beaucoup plus drôle? C'est le scénario que met en scène Randall, formidable premier roman campé dans le Londres des années 1990, de la "Cool Britannia", et de l'émergence des "Young British Artists". Randall retrace la trajectoire de son héros éponyme, un subversif et génial artiste contemporain, depuis son diplôme d'école d'art jusqu'aux somptueuses soirées financées par de richissimes banquiers de la City. L'intrigue se noue autour de la découverte, par la veuve et le meilleur ami de Randall, des années après sa mort, d'une cache de dessins et peintures pornographiques qui compromettent l'ensemble des acteurs du monde de l'art et de la finance de l'époque. Que faire de ces brûlots estimés à des millions de dollars et qui révolutionneront sans aucun doute l'histoire de l'art contemporain? Intrigant portrait d'artistes en devenir, histoire d'amour et d'amitié s'il en est, Randall propose une plongée dans un moment clé de l'histoire de l'art et relate avec humour et cruauté la folie financière contemporaine et l'explosion d'une société où ne fait plus sens que ce qui s'achète, et s'achète cher.


- Rhapsodie française
de Antoine Laurain
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Un entrepreneur du Net soudainement populaire au point que les Français voudraient en faire leur prochain président, un artiste contemporain dont la dernière œuvre, un cerveau géant de vingt-cinq mètres de haut, vient d'être installée dans les jardins des Tuileries, le leader mégalomane d'un groupuscule d'extrême droite, une starlette de films X venue du fin fond de la Russie, un antiquaire décédé dans des circonstances bien particulières, un médecin généraliste en quête d'une cassette contenant les chansons du groupe de pop dont il faisait partie dans les années 80. Leur point commun? Une lettre qui aurait pu donner un tout autre cours à leur vie, et qui vient d'arriver à son destinataire avec trente-trois ans de retard. Dans ce conte moderne, Antoine Laurain entrecroise avec malice les destins de personnages hauts en couleurs et compose un étonnant portrait de la France d'aujourd'hui.


- Rien que des mots
de Adeline Fleury
Éditions François Bourin / Janvier 2016


Dans un avenir qui ressemble à notre futur proche, Adèle a décidé de tenir son fils Nino éloigné de la lecture. Privée dans son enfance de la tendresse d'un père écrivain accaparé par son œuvre, elle fera tout pour éviter un tel sort à son fils. Pour qu'il reste dans la vraie vie, pour l'empêcher d'être tenté par la grande aventure de l'écriture, elle proscrira autour de lui la présence des livres. Elle les brûlera, elle va jusqu'à nier leur existence. Mais l'enfance est têtue et tous les silences ne peuvent rien contre sa curiosité. Nino, après une longue quête, finira par trouver sa voie en assumant d'une manière inattendue cet héritage de mots et de papier. Dans cette fable initiatique, Adeline Fleury nous donne à lire un conte cruel où les angoisses les plus archaïques se ravivent au contact des réalisations de notre hypermodernité. L'ambivalence de notre rapport au livre, livre sacré ou interdit, se trouve interrogée dans ces pages où se projettent comme des ombres expressionnistes nos tabous les plus enfouis.


- Roman
de Linda Lê
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2016


L. a failli être emportée par une rupture d'anévrisme. Elle a cependant échappé à la mort. Elle venait de faire paraître un essai sur les amours occultées de trois passionnées, trois "aimantes inouïes", selon l'expression de Rilke, qui ont vécu dans l'ombre de grands hommes: Taos Amrouche, l'amante de Jean Giono, Catherine Pozzi, la Béatrice de Paul Valéry, Camille Claudel, la "divinité" de Rodin. Rendue à la vie, L. fait retour sur ce qui a compté dans son existence: les livres et l'écriture d'une part, de l'autre deux personnages dont on pourrait dire que tous les oppose: B. , le compagnon des dernières années, le grand rationaliste, et Roman, un jeune homme né à Montevideo, arrivé en France à l'âge de six mois, qui est de ces égarés qu'on dit "fous". Pour L., qui est à la poursuite d'un rêve, celui de découvrir en l'autre un frère de substitution, un véritable alter ego, Roman joue le rôle du jumeau perdu et retrouvé. La passion, la folie et la mort cheminent de concert dans ce tableau d'une résurrection, dont le dernier mot pourrait bien être l'impossible quête, la quête d'un double sublimé en qui s'exiler.


- Sa majesté maman
de Anne B. Ragde
Éditions Fleuve Noir / Janvier 2016


À la fin d'un après-midi de détente, Birte Ragde pose à sa fille la question cruciale: "quelle mère ai-je été?". Cet échange est le début d'un voyage dans le passé, qui dresse le portrait sincère d'une mère célibataire, indépendante, forte et parfois excessive. Conductrice en chef d'un chariot élévateur chez un fabricant de sacs plastique, Birte Ragde exerce un métier atypique. Dotée d'un caractère haut en couleur, de capacités intellectuelles insoupçonnées, et d'une fidélité viscérale envers le Parti conservateur norvégien, c'est également une débrouillarde hors pair, capable de concevoir des mets savoureux à partir de rien du tout. De son parcours dans l'existence émerge un tableau délicieusement coloré, à l'image de son tempérament: provocant et captivant à la fois.


- Sanguinaires
de Denis Parents
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


"Bonhomme, ton papa est parti..., je murmure, un rat dans la gorge. Déjà? Comment ça, déjà? Il avait dit qu'on partirait ensemble, c'est ce qu'il a dit pendant la récré. Tu l'as vu? Ben non, il m'a appelé. Il a juste dit on va partir toi et moi, c'est notre complot". Sanguinaires, c'est l'histoire d'un homme qui n'assiste pas à l'enterrement de son propre fils. Qui tait à son petit-fils le meurtre de son père. L'histoire d'un musicien qui préfère le cuivre des cymbales à l'acier d'un calibre. Et qui, fuyant son île, la Corse, part sur les routes avec le petit garçon, un gamin surdoué et farceur, pour le protéger de la malédiction familiale. Mais ils sont suivis. Par un tueur. Par un ange gardien. Sur une trame de thriller, un roman plein de fureur et de tendresse ou le pouvoir des mots, la force de l'imagination transcendent la réalité.


- Schlott
de Eléona Uhl
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2016


"Je savais à quelle heure Mlle Bernadette sortait de sa maison et quand elle rentrait. Je savais qui elle rencontrait et ce qui se disait. Je savais ce qu'elle portait et qui elle s'offrait. Je savais qui elle convoitait et qui elle dégustait". Bernadette, unique nom comme point d'ancrage pour deux femmes que tout oppose, et qui sont pourtant si proches. Aspirée par une spirale vertigineuse, Bernadette s'immisce dans les pas de son double, l'espionne à longueur de journée, envie sa vie libre et décomplexée, et la jalouse jusqu'à se perdre. Ses propos incohérents sont relatés à un tiers qui, bercé par ce fil de confidences, pénètre dans un univers instable, aux confins d'un esprit schizophrène, dual et violent. Face à cette folie contagieuse, saura-t-il jamais la vérité? Porté par une voix unique, bouleversante et tourmentée, Schlott est un uppercut littéraire.


- Sirius
de Crown Jonathan
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


Brillant fox-terrier capable de communiquer en messages codés, Sirius émigre aux Etats-Unis avec la famille Liliencron, qui fuit l'Allemagne nazie. Arrivé à Hollywood, il devient la coqueluche des studios Warner Bros et s'acoquine avec les plus grands: Rita Hayworth, Billy Wilder, John Wayne et Cary Grant n'ont plus de secrets pour lui. Engagé ensuite par le cirque Barnum, son ascension dans le showbiz tourne court lorsqu'un tour de magie échoue et le fait "réapparaître" à Berlin. Il sera alors le dernier confident d'Hitler.


- Suburra
de Giancarlo de Cataldo et Carlo Bonini
Éditions Métailié / Janvier 2016


Samouraï, ex-leader fasciste devenu gangster, est sur le point de réaliser le couronnement de sa carrière criminelle: piloter en sous-main un gigantesque projet immobilier prévoyant la bétonisation du territoire, du bord de mer jusqu'à la capitale. Pour cela, il lui faut maintenir à tout prix la paix entre les différentes mafias qu'il fédère: Calabrais, Napolitains, Gitans… Il s'appuie aussi sur les réseaux de Malgradi, politicien priapique et véreux. Mais une nuit de débauche tourne mal et la pagaille et les règlements de comptes s'installent. Samouraï voit se dresser contre lui un ex-disciple, Marco Malatesta, désormais à la tête d'une unité d'élite de carabiniers. À ses côtés Michelangelo, procureur pianiste de jazz, et trois femmes, Alba, collègue et ex-petite amie, Alice, son nouvel amour, blogueuse altermondialiste, et Sabrina, ex-pute, incarnation du bon sens populaire au pays de la gauche caviar médiatique. Des salons chics aux gigantesques night-clubs de la périphérie où l'on mange, se drogue, tue et se prostitue avec une monstrueuse vitalité, Giancarlo de Cataldo et Carlo Bonini racontent les coulisses criminelles de Rome.


- Sur une majeure partie de la France
de Franck Courtès
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


Comment raconter cette impression de dépossession quand je retourne à la campagne? Une campagne où je n'ai pas grandi mais où j'ai fait grandir en moi, lors des weekends et des vacances, la certitude que la beauté était en péril? Inspiré par mes souvenirs, j'ai voulu dérouler les destins parallèles de deux enfants, Quentin et Gary, sur une période de trente années, dans un village situé à moins de 80 kilomètres de Paris, passé du paradis à l'enfer. Enfant sensible, Quentin aime profondément la nature; Gary, lui, inquiète déjà par sa sauvagerie et son agressivité. En grandissant, Quentin s'éprend d'une jeune fille nommée Anne; ils échangent leurs premières étreintes tandis que Gary s'entoure d'un gang, vole, fume et se met à écouler de la drogue fournie par les Marocains de la cité voisine, allant jusqu'à embringuer le jeune frère de Quentin.


- Ta façon d'être au monde
de Camille Anseaume
Éditions Kero / Janvier 2016


Elles sont amies d'enfance. L'une est inquiète, rêveuse, introvertie; l'autre est souriante, joyeuse, lumineuse. Ensemble, elles grandissent, découvrent la vie, l'amour. Jusqu'à ce qu'un drame bouleverse le monde qu'elles se sont bâti. Un roman poignant sur l'amitié, le deuil, et sur ce point de bascule irréversible qui sonne la fin de l'insouciance.


- Terre déchue
de Patrick Flanery
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


D'un bout à l'autre du palier, gribouillés au pastel gras rouge d'une écriture qui ne peut être que celle d'un enfant, courent les mots: Dégage Dégage Dégage. Sur la porte d'une des chambres, entouré par la tempête des Dégage, il y a un autre mot écrit en majuscules et au marqueur noir: Négresse. Une Amérique crépusculaire, ou les rêves ne sont que des leurres. Une société détraquée par la paranoïa et fascinée par le mythe de la sécurité absolue. Un lotissement isolé ou des villas surprotégées se dressent au milieu de terrains vagues. Dans ces lieux désolés, trois adultes et un enfant vivent un huis clos terrifiant. Quand ils emménagent dans la plus belle villa du lotissement, Nathaniel et Julia se félicitent de leur chance. Mais pendant la nuit les meubles sont déplacés et les murs tagués. Nathaniel accuse leur fils, Copley, somnambule, de vandaliser les pièces dans son sommeil. Ne pouvant croire à la culpabilité d'un enfant de sept ans, Julia soupçonne Nathaniel. Copley, lui, répète que quelqu'un se cache chez eux et qu'ils sont en danger. Il a raison: dans le bunker secret qu'il a construit au sous-sol, l'ancien propriétaire, ruiné, rumine sa vengeance contre ceux qui habitent sa maison.


- Terres rares
de Sandro Veronesi
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


En l'espace de vingt-quatre heures, un homme perd le contrôle de sa vie: il commet une faute professionnelle, se fait retirer son permis de conduire et égare son téléphone portable. De retour à son bureau, il trouve sa secrétaire en pleurs, la police a tout emporté et son associé a pris la fuite. Pendant ce temps, alors que son monde s'écroule autour de lui, sa compagne le quitte et sa fille part s'installer chez sa tante. Cet homme, c'est Pietro Paladini, le héros de Chaos calme, soudain pris dans le tourbillon de la vie. Seul, craignant d'être traqué par la police pour des délits dont il ne sait rien, Pietro décide de disparaître à son tour et cherche désespérément à retrouver la vie normale qu'il a perdue ou du moins, qu'il pensait être la sienne.


- Tocqueville à la plage
de Xavier Gardette
Éditions Arléa / Janvier 2016


Un couple, un vieux couple aimant, Sylvie et Olivier, passent des vacances protégées dans un ghetto de villas blanches, non loin de l'océan, sur la côte vendéenne. Sylvie en a décidé ainsi. La vie est là, simple et tranquille. La rumeur des vagues apporte pourtant avec elle une réminiscence insaisissable, attachée à cette plage qu'arpentait autrefois Olivier enfant, ou peut-être était-ce une autre plage, Olivier ne sait plus. L'effort de mémoire va se muer en quête obsessionnelle, dans un vertige de photos anciennes et d'images arrachées à la mémoire. Ce nouvel état de conscience empêche Olivier de travailler à la biographie de Marie Motley, l'épouse d'Alexis de Tocqueville, couple miroir. À cette panne d'écriture s'ajoutent les effets d'une rencontre féminine, silhouette entrevue sur la plage où il se rend seul, Sylvie préférant la piscine de la villa. Peu à peu, Olivier se détache du monde réel, alors que Sylvie, de son côté, fait face à un deuil inopiné et à un accident imprévisible. Il faudra écourter les vacances. Rentrer chez soi où, enfin, Olivier trouvera avec stupeur la clef du souvenir et de la paix revenue. Dans une langue limpide et précise, Xavier Gardette nous invite dans l'intimité d'un couple dont la quiétude apparente recèle des surprises: infimes blessures, complicités anciennes, amnésies entêtantes. Que laisse-t-on derrière soi lorsqu'on aime? C'est la question, in fine, que Xavier Gardette nous pose, dans un texte délicat et fort à la fois.


- Tous les vivants. Le crime de Quiet Dell
de Jayne Anne Phillips
Éditions De L'Olivier Janvier 2016


En 1931, à Park Ridge (Illinois), un certain Cornelius O. Pierson assassina une jeune veuve, Asta Eicher, et ses trois enfants. En enquêtant sur leur disparition, la police découvrit que Pierson n'était autre que Harry Powers, un serial killer qui recrutait ses victimes par le biais d'annonces matrimoniales. Cette affaire qui bouleversa l'Amérique inspira à Charles Laughton son admirable film, La Nuit du chasseur. Tous les vivants est le "roman vrai" de cette histoire. Jayne Anne Phillips reconstitue avec minutie le déroulement de la tragédie, la traque du meurtrier et son arrestation. Mais c'est d'abord son extraordinaire imagination romanesque qui frappe à la lecture de ce livre. La voix de la petite Annabel, assassinée par Powers, se mêle à celle des vivants, qu'ils soient réels ou inventés de toutes pièces, comme Emily Thornhill, la journaliste qui mène les investigations. Porté par un souffle puissant, Tous les vivants explore un territoire où se mêlent le réel et le surnaturel, l'innocence et la perversité, la beauté et l'horreur. C'est aussi une radiographie de l'Amérique profonde des années 30, de ses peurs et de ses espoirs, au lendemain de la "Grande Dépression" qui l'a dévastée.


- Tout est halluciné
de Hyam Yared
Éditions Fayard / Janvier 2016


Justine est née une deuxième fois à l'âge de cinq ans, au sortir d'un coma qui l'a laissée amnésique. Dans la poussière et le vacarme du Caire, pour l'aider à reconstituer ses souvenirs, elle ne peut pas compter sur son père, qui préfère lui réciter en français des versets des Evangiles, pleurer des siècles plus tard la chute de l'empire chrétien d'Orient, et qui refuse, que ce soit en français ou en arabe, de prononcer certains mots, parmi lesquels "mère" et "Liban", leur pays d'origine. Justine devra combler elle-même les blancs du langage paternel, qui sont aussi ceux de son existence. Cette mère dont l'absence prend tant de place, ce pays ravagé autrefois berceau de tant d'espoirs. Ainsi mesurera-t-elle, comme en écho à ses propres aspirations à la liberté, combien d'illusions brisées jalonnent l'histoire du Moyen-Orient. Des rêves d'émancipation aux violences les plus absurdes, de la Grande Syrie laïque d'Antoun Saadé aux ruines de Beyrouth, il lui faudra découvrir ce que les armes et les ceintures d'explosifs auront coûté à sa propre enfance pour espérer trouver un jour sa place dans le chaos du monde.


- Toutes nos vies
de Stéphane Guibourgé
Éditions Du Rocher / Janvier 2016


C'est une lettre d'amour. Celle d'un homme à la femme qu'il aime. Il lui raconte l'enfance et les mouvements du ciel. Les départs, les voyages, parfois l'exil. Il se rappelle la marque de l'abandon et les empreintes que laisse  le plaisir sur la peau, que laisse la mémoire dans la chair. C'est une échappée belle, une cavalcade ourlée d'ombre et de soleil. C'est une façon de célébrer la liberté, le bonheur avant qu'il ne s'enfuie. Retenir un instant les visages, les regards et l'amitié, juste avant de leur dire adieu. Tourner le dos à la colère et gagner enfin la sérénité. C'est un homme amoureux qui écrit, et demande pardon. Sa vie? Toutes nos vies.


- Trop rouge
de Gustavo Dessal
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Au-delà des mots que nous nous adressons, c'est le silence. Dans le silence se livre une autre bataille, une lutte de regards imperturbables et affûtés. Je lui arrache un bout de vie, elle m'en arrache un autre à moi. Il n'est pas facile d'en finir avec nous. Nous sommes terriblement forts. Elle l'est, je le suis. Nous allons durer encore longtemps. G.D.


- Un autre monde
de Michka Assayas
Éditions Payot & Rivages / Janvier 2016


Au moment où son fils se passionne pour la musique, Michka Assayas revient sur son expérience cocasse dans un groupe de rock. Un roman générationnel, très attendu par tous les amoureux du rock, foisonnant de tableaux saisissants et d'anecdotes truculentes, qui évoque avec finesse les questions de la transmission et de l'héritage dans un monde en pleine mutation.


- Un fils en or
de Shilpi Somaya Gowda
Éditions Mercure de France / Janvier 2016


Anil est le fils aîné d'un riche propriétaire terrien à la tête d'un vaste domaine qu'il administre d'une main ferme. Normalement, Anil doit succéder un jour à son père. Mais à la surprise de sa famille, il annonce, jeune encore, vouloir être médecin. Il doit donc partir étudier loin de chez lui, d'abord encore en Inde, puis plus tard, aux États-Unis, consécration suprême croit-on autour de lui. Curieusement sa redoutable mère ne s'oppose pas à la vocation de son fils chéri, ni à son éloignement du berceau familial. Au pays des mariages arrangés, elle souhaite bien sûr une union prestigieuse pour Anil. Or depuis qu'il est petit, elle l'a vu jouer un peu trop souvent avec Leena, la fille d'un pauvre métayer. Quand celle-ci est devenue une très belle jeune fille, il faut l'éloigner, s'en débarrasser, en la mariant à la va-vite à un homme qui se révèlera être un véritable tortionnaire pour sa jeune épouse. Les destins croisés d'Anil et de Leena forment la trame de ce roman, lui en Amérique qu'il croyait être l'eldorado et où il se heurtera, au Texas, au racisme le plus violent. Et elle en Inde, où sa vie sera celle de millions de femmes victimes de traditions cruelles. Ils se reverront un jour, chacun prêt à prendre sa vie en main, après beaucoup de souffrances. Ils se rapprocheront l'un de l'autre, mais auront-ils droit au bonheur?


- Un hiver long et rude
de Mary Lawson
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Rien ne va plus chez les Cartwright. Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau une échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun, décide de voler de ses propres ailes. À vingt et un ans, l'heure est venue pour la jeune fille de se libérer des siens. Adieu le Grand Nord canadien, bonjour le swinging London. Pendant que Megan se cherche dans la Vieille Europe, les Cartwright, eux, tentent de survivre. Qui pour s'occuper du foyer, désormais? Pour remplir le frigo? Pour protéger Adam, quatre ans, et ses frères de la folie douce d'Emily, uniquement absorbée par son nourrisson et négligeant tout le reste? Le silence qui étouffe les Cartwright peut-il être conjuré? Et si le plus difficile, parfois, était l'espoir?


- Un instant de grâce
de Clémence Boulouque
Éditions Flammarion / Janvier 2016


1964. Dublin. Mel Ferrer, le mari d'Audrey Hepburn, organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu'elle n'a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s'est perdue dans le fracas de la Seconde Guerre Mondiale. Vacances Romaines, Sabrina, Diamants sur Canapé ont fait d'Audrey Hepburn l'une des icônes d'Hollywood et l'objet de tous les regards, mais en filigrane de cette réunion se dessinent sa personne secrète et les pans de vie qu'elle a voulu sublimer: la mémoire de l'Occupation, une survie miraculeuse, une vocation contrariée de danseuse, des doutes et fêlures qui ne rendent que plus inconditionnel son désir de donner et de vivre. Par-delà les triomphes et les fantômes, c'est une femme aussi fragile que volontaire et terriblement exigeante envers elle-même, implacablement humble et anxieuse que Clémence Soulouque s'attache à dépeindre avec une austère douceur.


- Un lieu à soi
de Virginia Woolf
Éditions Denöel / Janvier 2016


Un lieu à soi rassemble une série de conférences sur le thème de la fiction et des femmes que Virginia Woolf prononça en 1928 à l'université de Cambridge. Ce vaste sujet a donné naissance à une tout autre question, celle du lieu et de l'argent, qui donne son titre à l'essai: "Une femme doit avoir de l'argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction". À la manière d'un roman, et s'appuyant sur l'histoire littéraire, Virginia Woolf retrace ainsi le cheminement qui l'a conduite vers cette célèbre thèse, qui reste incontournable de nos jours. Chef-d'œuvre de la littérature féministe, Un lieu à soi brille d'un nouvel éclat sous la plume de Marie Darrieussecq. Jouant de l'humour et de l'ironie de Virginia Woolf, cette traduction propose une remise en perspective essentielle de la question de l'écriture et des femmes au sein de la littérature contemporaine.


- Un marin chilien
de Agnès Mathieu-Daude
Éditions Gallimard / Janvier 2016


En acceptant de prendre un café avec la belle Thórunn, Alberto n'imaginait pas qu'il se retrouverait dès le lendemain matin de son arrivée en Islande propriétaire d'une usine de salage désaffectée, quelques jours plus tard sur les pentes d'un volcan déchaîné puis en cavale à travers le pays avec une jeune fugueuse. Confronté à une nature apocalyptique et au caractère farouche des autochtones de l'île, l'orphelin de Santiago est obligé pour la première fois de s'interroger sur le sens de sa vie. À l'heure des comptes, quand les anciennes culpabilités ressurgissent pour dessiner un homme moins lisse qu'il n'y paraît, au milieu des nains, licornes devenues narvals, mules mapuches, marins patibulaires, et de pas mal de moutons, il est encore temps de faire les bons choix.


- Un pays pour mourir
de Abdellah Taïa
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Paris, été 2010. Zahira, une prostituée marocaine en fin de carrière, est une femme généreuse malgré les humiliations et la misère. Son ami Aziz, sur le point de changer de sexe, est dans le doute. Motjaba, un révolutionnaire iranien homosexuel qui a fui son pays, loge chez elle durant le mois du ramadan. Jusqu'au jour où Allal, son premier amour venu à Paris pour la retrouver, frappe à sa porte.


- Un peu plus bas vers la terre
de Renaud Cerqueux
Éditions Le Dilettante / Janvier 2016


L'homme, je n'apprends rien à personne, descend du singe. Ce qui ne plaît guère à l'homme qui se venge en les descendant, les singes, ou, à défaut, en les astreignant à des rôles humiliants, des postures grotesques telle celle d'astronaute amateur. Ce fut le cas d'Enos, l'un d'entre eux, envoyé durant les années guerre froide, tester dans l'espace la technologie extraterrestre américaine. Ce que devint Enos ? Rien, épars dans la fosse commune dévolue aux singes spatiaux. Mais se méfier du singe, qui de se venger sait l'art. Enos s'est reconverti en chimère, devenant la hantise, l'hallucination en continu d'Éric Salaün, le héros de la première histoire d'Un peu plus bas vers la terre, recueil de nouvelles de Renaud Cerqueux. On enchaîne sur la rencontre d'Hikari, gardien du zoo installé sur le site de Fukushima, et Yoko, originaire d'Hiroshima, rencontre qui donne tout son sens à l'expression "avoir des atomes crochus". On retrouve un autre singe, devisant avec un trader en année sabbatique dans les moiteurs de la jungle guyanaise, mais là, il s'agit d'un orang-outang extraterrestre, seigneur dominant les hommes. Hallucination ? Tout aussi décoiffante, cette autre nouvelle sur une procédure de zombification planétaire décrétée par Haim Ginsburg, autre trader qui s'est découvert, suite à la percussion accidentelle d'un auto-stoppeur et aux conseils d'un rasta slave, un don spontané de régénérer des morts-vivants. Fin de partie avec l'assassinat d'un père Noël en tournée par un chômeur amer et désargenté, l'occasion, pour ce dernier, de retrouver plein emploi et sens à la vie. Beaux comme des santons modelés dans de l'uranium, les personnages de Cerqueux nous offrent les contes et légendes post-apocalypse.


- Un printemps 76
de Vincent Duluc
Éditions Stock / Janvier 2016


"Grandir dans ma province avec Saint-Étienne juste à côté, en 1976, c'était habiter Naples au pied du Vésuve, c'était savoir que le cœur de l'univers avait soudain été déplacé, qu'il se rapprochait de nous mais sans nous inclure, et c'est pour cela que l'on se levait, pour voyager, franchir la frontière et ressentir l'appartenance au monde. Là-bas, juste à côté, Saint-Étienne avait les Verts, la ville avait cette fièvre, un pays venu prendre son pouls, et sous ses yeux la classe ouvrière mourait en chantant Qui c'est les plus forts?"


- Un mirage finlandais
de Kjell Westö
Éditions Autrement / Janvier 2016


"Le Club du mercredi avait commencé, des gloussements virils lui parvinrent dès qu'elle monta l'escalier en pierre. Matilda distingua la voix de Thune, celle de Grönroos, et d'autres aussi. Elle se figea". Matilda est une sténodactylo hors pair. Elle travaille à Helsinki pour l'avocat Claes Thune. Ce soir de mars 1938, le Club du mercredi, un groupe de gentlemen qui se retrouvent chaque mois pour refaire le monde, est réuni dans le cabinet de son patron. Soudain, Matilda reconnaît la voix d'un homme qu'elle aurait préféré oublier. La vengeance n'est-elle pas un plat qui se mange froid? Kjell Westö signe un remarquable roman à suspense avec, en toile de fond, une Finlande méconnue, écartelée entre l'Union soviétique et l'Allemagne.


- Une allure impeccable
de Aude Lechrist
Éditions Stock / Janvier 2016


Pour Christian Dior, pour l'excentrique Jacques Fath et la maison Lanvin, elle a défilé. C'est la fin de la Seconde Guerre, la haute couture est en plein essor. Freddy raconte les défilés, l'euphorie des coulisses, les coupes de cheveux à la garçonne, les liaisons amoureuses. Avec sa bande d'amies mannequins, Bettina, Praline, Lucky, Patricia, elle va conquérir le monde. Jusqu'à ce que la tragédie les rattrape. Se dessine l'autre visage de Freddy, son identité dans un Paris nocturne, encouragée par Marlene Dietrich qu'elle a connue toute jeune. Partant de la vie d'une femme qui fut assez célèbre pour publier ses mémoires, Aude Lechrist allie imagination et style pour combler les intermittences de ce destin singulier. Un roman intime et rythmé, à l'image de ces jeunes femmes qui brillent, aiment et font rêver.


- Une colère noire. Lettre à mon fils
de Ta-nehisi Coates
Éditions Autrement / Janvier 2016


Dans cet ouvrage, le journaliste américain démontre qu'en dépit des luttes pour les droits civiques, de la production d'une culture avec ses icônes (Frederick Douglass, Billie Holliday, Martin Luther King) et de l'élection d'un président noir, les violences contre les Noirs n'ont jamais cessé aux États-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:15

- Une famille normale
de Garance Meillon
Éditions Fayard / Janvier 2016


Cassiopée et Damien ne font l'amour que le mardi, quand les enfants ont leurs activités parascolaires. Lucie aussi fait l'amour le mardi, pendant que ses parents la croient à son cours de danse. Et Benjamin dessine le système solaire sur les murs de sa chambre. Mais pourquoi Cassiopée se montre-t-elle irrémédiablement incapable de pleurer, même à la mort de sa propre mère? Et quelle lubie prend soudain Damien de vider l'appartement de la moitié de ses meubles? On se parle peu, et sans doute se comprend-on encore moins. Mais on donne le change. Jusqu'à quand?


- Une femme simple et honnête
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truitt, magnat local craint et respecté, attend un train en retard alors que s'annonce une tempête de neige. Ce train renferme son dernier espoir, une promesse de bonheur et d'harmonie retrouvée. Ralph Truitt a placé plusieurs mois auparavant une annonce dans un journal de Chicago, dans laquelle il a écrit qu'il était à la recherche d'une femme fiable, ayant renoncé aux illusions romantiques, mais sachant apprécier le confort d'un foyer. Dans le train, Catherine Land s'apprête à le rencontrer. Elle lui a répondu qu'elle était cette femme simple et honnête qu'il appelait de ses vœux. Pour mieux l'en convaincre, elle se débarrasse de ses derniers atours de courtisane et se déguise en cette épouse modèle qu'elle compte bien incarner à la perfection, le temps de parvenir à ses fins.


- Une jeunesse de Blaise Pascal
de Marc Pautrel
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Il regarde la grande roue tourner et donner un sens à l'eau, il a la bizarre sensation qu'il est lui-même devenu à la fois la roue et l'eau, comme le fruit d'une inéluctable union, il est en même temps l'artisan et l'outil. Parce que ses questions sont immenses et que toujours il voudra découvrir le lieu où vont se cacher les morts, ses découvertes elles aussi sont devenues immenses".


- Une nuit d'été
de Chris Adrian
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Le roman de Chris Adrian est un livre surprenant, où réalité et féerie se télescopent pour interroger la nature exacte de l'amour. Henry, Will et Molly ne se connaissent pas mais ils ont quelque chose en commun. Tous trois viennent de perdre un être cher dans la mort ou la rupture. Un soir d'été, tandis qu'ils se rendent à une soirée, ils s'égarent dans Buena Vista Park sans savoir que ce lieu est devenu le refuge secret de Titania et Obéron, les souverains du royaume légendaire immortalisés dans la pièce de Shakespeare, inconsolables depuis la mort de leur fils. Ensemble, ils vont vivre une nuit à nulle autre pareille. Chris Adrian explore la puissance et le mystère de l'amour, se jouant de la frontière entre mythe et réalité, grâce et gravité. Il réussit un roman drôle et émouvant, d'une inventivité rarement égalée.


- Une vie parfaite
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


À 47 ans, Blaise McCarthy est une des journalistes les plus influentes des États-Unis. De son second mariage, elle a eu une fille, Salima, devenue aveugle à cause d'un diabète sévère. La jeune fille est placée dans un établissement spécialisé, ce qui permet à Blaise de se concentrer sur sa carrière. Mais un événement inattendu les réunit à New York et le nouvel auxiliaire de vie qui doit s'occuper de Salima, le séduisant Simon, vient bouleverser leur univers.


- Venise, aller simple
de Alain Veinstein
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


En 2002, pour les besoins d'un roman, j'ai inventé un personnage d'intervieweur. Comme à l'époque je faisais de la radio, on a pu être tenté de confondre le vrai intervieweur avec le faux. Pourtant, mon rapport à la radio n'avait pas grand-chose à voir avec celui décrit dans le roman. C'est peut-être ce qui m'a conduit, des années après, à vouloir retrouver ce personnage. Ne serait-ce que pour clarifier les choses. Ça tombait bien, je venais de mettre un terme à mon aventure radiophonique et disposais donc de la distance et de la disponibilité nécessaires à une vue plus juste de ce qui avait été la passion de ma vie. En même temps, ce personnage était voué à substituer d'autres passions (pourquoi pas un grand amour?) à celle dont le temps du deuil était venu. Comment allait-il s'accommoder de cette infortune? Un aller simple pour Venise suffirait-il à combler l'immense vide ouvert devant lui?


- Veracruz
de Olivier Rolin
Éditions Verdier / Janvier 2016


"J'avais prolongé mon séjour à Veracruz tant qu'elle avait été là, je l'aurais prolongé jusqu'à la fin du monde, s'il n'avait tenu qu'à moi. Maintenant qu'elle avait disparu, je le prolongeais dans l'espoir de la retrouver, ou au moins d'apprendre quelque chose sur les raisons de sa disparition. Un jour, un pli me parvint à l'hôtel, expédié par la poste, ne comportant aucune indication de provenance, aucun mot d'accompagnement. Il contenait les quatre récits, brefs et terribles, qu'on va lire".


- Veronica
de Nelly Kaprielian
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


"Elle mentait aux journalistes. Le département publicité de la Paramount s'en était vite aperçu. Ça avait commencé par des détails, parce que ça commence toujours ainsi… Elle mentait sur sa couleur préférée: rouge, répondait-elle à l'un, violet, à un autre. Enfin, ils réalisèrent qu'elle se faisait passer pour ce qu'elle n'était pas. Elle disait que sa famille était aristocrate, que ses ancêtres étaient anglais, qu'elle avait vécu en Suisse, qu'elle était née dans une rivière". Quel secret cache Nicole Smith dite Nikkie dite Veronica, star de l'âge d'or hollywoodien? Pourquoi semble-t-elle fuir sa mère, les hommes, jusqu'à ses enfants? Et que révèlent ses mémoires inquiétants, retrouvés près de son corps sans vie? Cinquante ans après la disparition de Veronica, une journaliste française se penche sur cette affaire irrésolue, comme une photographie ou une séquence légendaire en fourreau noir. Mais ce Los Angeles de cinéma ne livre pas facilement ses secrets. Nelly Kaprièlian nous offre une plongée fascinante dans le destin d'une star oubliée, victime de sa mère, de ses mauvais amis, du Moloch cinéma, cruelle aussi.


- Vers l'abîme
de Erich Kästner
Éditions Anne Carrière / Janvier 2016


En 1931, Erich Kästner, alors au sommet de sa notoriété, publie un roman satirique, Fabian, qui lui vaut les foudres de la critique, prompte à dénoncer l'immoralité supposée des œuvres qui osent appeler un chat un chat. Il faut dire qu'il n'y va pas de main morte: son héros s'y livre à une critique féroce du Berlin de la République de Weimar, lieu de toutes les débauches et de tous les compromis. Rien d'étonnant à ce que, dès 1933, l'ouvrage ait été brûlé lors des autodafés décrétés par le régime nazi. Pourtant, le livre avait subi la censure d'un éditeur prudent, qui en avait soustrait les audaces les plus éclatantes. Une réédition récente nous permet fort heureusement de redécouvrir Fabian dans une version plus conforme à l'idée initiale de Kästner. On n'en est que plus saisi par l'étrange entre-deux dans lequel se meut le jeune Fabian, désespéré par la veulerie de ses contemporains, pressentant l'approche du désastre, mais incapable d'agir et de s'engager. Un roman décapant, qui parvient à conjuguer l'ironie, la compassion et la poésie singulière d'une modernité déboussolée.


- Vers la nuit
de Isabelle Bunisset
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Céline. Parler de lui? Tout a été dit ou presque sur l'écrivain. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il est là. Incontestable, même lorsqu'il est contesté. Parler pour lui? Fendre le masque marmoréen du monument, tenter de regarder l'homme derrière, de capter un filet de voix mourante? Non, il ne s'agit ni de parler pour lui ou comme lui, mais de parler avec lui. Foin du marbre, de la grande statue dont l'ombre elle-même est si immense qu'elle écrase tout. Chair à chair, pour une fois. Se glisser dans les interstices, chercher à les remplir comme le ferait un ami venu le visiter en toute humilité, l'ami fût-il anonyme. Rester au chevet du malade, auquel le temps paraît bien court, et une éternité, pourtant. Nauséabond, soit. Jusqu'à l'os, parfois. Propre sur lui, rarement. Probe, à sa façon, certainement, vulnérable toujours: Céline, tel qu'en lui-même, tel que je le vois, dans sa nuit, la dernière". Isabelle Bunisset.


- Westwood
de Stella Gibbons
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Réservée et sensible, Margaret n'est pas une séductrice née. À l'inverse, son amie Hilda multiplie les prétendants. Dans le Londres de l'après-Blitz, le célèbre dramaturge Gérard Challis entre par hasard dans la vie des deux jeunes femmes. Margaret lui voue une admiration sans bornes et ne rêve que de découvrir Westwood, sa somptueuse demeure. Gérard Challis, lui, poursuit Hilda de ses assiduités.


- Vie et œuvre de Constantin Eröd
de Julien Donadille
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Un jeune attaché culturel à l'ambassade de France à Rome au milieu des années 1990 fait la connaissance du prince héritier de Slovanie. Ce doux vieux monsieur, Constantin Eröd, a avec lui des conversations charmantes, il est affable et attachant. À la suite des guerres yougoslaves, Constantin devient roi de Slovanie. Et c'est avec consternation que le jeune homme découvre par les médias quel usage sanglant M. Eröd fait de son pouvoir recouvré. Quinze ans après ces événements, il est convoqué à l'ambassade de Slovanie à Paris pour y apprendre que son "ami" maintenant mort lui a légué un bien dont on ignore la nature. Que contient le coffre? Qu'a été la vraie vie de Constantin Eröd? Celle d'un vieux monsieur exquis, ou celle d'un roi tyrannique? Peut-on vraiment connaître les hommes? Un roman tout en intrigues et en pièges, en sous-entendus et en mensonges, sur les postures et les mensonges de la personnalité.    


- Vivant, où est ta victoire ?
de Steve Toltz
Éditions Belfond / Janvier 2016


Aldo et Liam, deux amis, deux paumés, deux virtuoses du fiasco. Aldo, inventeur insatiable de films de zombies made in Australia, de chewing-gums pour chiens, de vêtements de grossesse gothiques. Aldo, malchanceux perpétuel, phobique chronique, ami encombrant, amant lamentable. Aldo dont la vie semble guidée par une force qui le dépasse: l'échec. Liam, ami indéfectible, flic cynique, écrivain raté, se détestant lui-même et détestant encore plus la société. Liam qui porte en lui, c'est certain, un chef-d’œuvre. Et qui voit en l'existence même d'Aldo le matériau qui lui manquait. Et Liam de se lancer un défi: devenir le biographe d'Aldo. Pour découvrir au passage que la cruauté humaine n'a guère de limites; que Dieu rit de ses créatures; et que nous créons de l'art parce que, être vivant, c'est être l'otage de ravisseurs silencieux dont nous ne pouvons même pas deviner les revendications.


- Vois se pencher les défuntes années
de Madeleine Lazard
Éditions Bernard de Fallois / Janvier 2016


Ayant à l'origine entrepris de rédiger ses Mémoires à la demande de ses petits-fils, l'auteur les offre aujourd'hui aux jeunes gens de ce nouveau siècle, non pour parler d'elle, mais pour leur présenter des images du temps qu'elle a vécu. Elle évoque ainsi les souvenirs d'une jeunesse mouvementée durant la Seconde Guerre Mondiale, en France, puis en Afrique du Nord. Viennent ensuite ceux des séjours dans l'Iran des années 1950 et la Californie des années 1960. Son métier de professeur au lycée, puis à l'université, qu'elle a beaucoup aimé, lui a inspiré des réflexions sur l'art et le plaisir de l'exercer et une grande tristesse devant l'actuel naufrage de l'école. Il lui a offert aussi, par des rencontres de toute sorte en France et à l'étranger, l'occasion de nourrir une curiosité toujours en éveil des hommes et des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:55

- Couché
de David Whitehouse
Éditions 10-18 / Décembre 2015


On s'est tous dit un jour: "Aujourd'hui j'aurais mieux fait de rester couché". Malcolm, lui, a décidé un matin de le faire, et il n'a plus jamais trouvé de raison de se lever. Et il ne se relèvera pas.


- Kaléidoscope
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Décembre 2015


Sam rencontre sa femme lorsqu'il est en garnison dans Paris libéré, c'est le coup de foudre. Après la guerre, Solange le rejoint aux États-Unis où Sam devient bientôt le plus grand acteur de Broadway. Ils auront trois filles, Hilary, Alexandra et Megan. Orphelines très tôt, alors que l'aînée n'a pas dix ans, elles sont séparées et connaissent des destins très différents. À l'âge adulte, Hilary, fera tout pour retrouver ses petites sœurs, mais sans succès. C'est grâce à l'aide d'un homme rongé par le remords que les trois jeunes femmes se retrouveront enfin. Mais alors la vérité éclate, et les protagonistes du drame sont confrontés à un terrible secret.


- L'affaire William Smith
de Patricia Wentworth
Éditions 10-18 / Décembre 2015


Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, William Smith est un modeste artisan dans un atelier de jouets. Mais, pendant le conflit, il fut interné dans un camp de concentration allemand. Devenu amnésique après avoir reçu un coup à la tête, il doit en partie sa survie à un rêve où il était heureux, autrefois, dans une vaste demeure. Retrouvé avec un médaillon où figurait le nom William Smith, il a adopté ce nom et tente maintenant de redevenir un simple citoyen. Mais le sort s'acharne sur lui et il est bientôt victime d'une série de dangereux accidents. Pourtant, il aspire tant à vivre en paix depuis qu'il a rencontré une mystérieuse inconnue qui s'intéresse à lui. Miss Silver trouvera là une enquête fort difficile à démêler.


- Le bout du monde
de Maxence Trièves
Éditions du Mot Passant / Décembre 2015


En ce milieu du XVème siècle, époque trouble et moribonde qui précède la Renaissance, le Dauphiné sort affaibli d'un long siècle de guerre et d'épidémies successives. Jacquemin Ougier, berger originaire de l'Oisans, accompagné par son cousin Colin Rodier, s'en va à la recherche de son jeune frère Thomas. Ce dernier se retrouve en très mauvaise posture suite à sa venue sur Grenoble, ayant souhaité traiter illégalement une affaire de cristaux. Il faudra aux deux montagnards plus que du courage pour affronter les nombreuses péripéties qui les guettent à chaque instant dans la cité alpine, et bien au-delà, afin d'espérer sauver leur parent. Ce périple sera l'occasion pour ces deux pays, de s'affranchir de leur innocence dans un monde qui les dépasse. Les soutiens providentiels d'un aubergiste mystérieux et de leur oncle Symond, homme ténébreux, leur permettront d'aller au Bout du Monde.


- Le fidèle Rouslan
de Gueorgui Vladimov
Éditions 10-18 / Décembre 2015


À travers le portrait de Rouslan, chien de garde dans un goulag, Guéorgui Vladimov livrait un brûlot, description aussi fascinante que glaçante de l'enfer concentrationnaire et, au-delà, de l'atroce absurdité du système soviétique. Écrit au début des années 1960, publié clandestinement en Allemagne en 1973 par une maison d'édition fondée par des réfugiés russes, puis en France pour la première fois en 1978, Le Fidèle Rouslan ne paraîtra en URSS qu'après la perestroïka.


- Le lecteur inconstant
de Carlos Liscano
Éditions 10-18 / Décembre 2015


Une œuvre à deux têtes: un essai bouleversant sur la dualité entre l'écrivain et l'homme, suivi d'une fantaisie littéraire débridée autour d'un corbeau blanc mythomane. Un diptyque émouvant et savoureux, mêlant à l'émotion de l'autoportrait la jouissance pure du récit d'aventures.


- Mousseline la sérieuse
de Sylvie Yvert
Éditions Héloïse d'Ormesson / Décembre 2015


Venise, 1850. La duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, entreprend, au couchant de sa vie, de raconter la singulière histoire qui est la sienne. Née en 1778, la jeune princesse mène une enfance heureuse au château de Versailles. Mais le 14 juillet 1789, son univers bascule dans les ténèbres de la nuit révolutionnaire. Commence alors pour Marie-Thérèse Charlotte de France un parcours tragique. Son père, sa mère, sa tante sont décapités; son dernier frère, Louis XVII, meurt peu après. Unique survivante du Temple, son avenir sera ponctué de deuils, d'exils et de trop éphémères bonheurs. D'une plume délicate et poignante, Sylvie Yvert se glisse dans les pas de Madame Royale et donne voix à cette femme au destin hors du commun qui traversa les événements avec fierté et détermination. Une plongée dans cette histoire de France que nous croyons connaître.


- Une époque exquise
de Dawn Powell
Éditions 10-18 / Décembre 2015


Amanda Keeler, ravissante jeune femme de l'Ohio, est devenue une figure new-yorkaise grâce à son mariage avec un magnat de la presse. C'est avec empressement que Vicky, encore sous le coup d'un échec sentimental, accepte l'invitation de son ancienne camarade de classe, et vient tenter sa chance à New York.


- Yo-yo
de Steinunn Sigurdardóttir
Éditions 10-18 / Décembre 2015


Martin Montag, 34 ans, est radiothérapeute à Berlin. Lorsqu'il détecte une tumeur arrondie chez un patient, l'image d'un yo-yo rouge vif l'assaille, ce yo-yo qui l'a détourné de son chemin alors que, petit garçon, il rentrait de l'école.


- Ainsi résonne l'écho infini des montagnes
de Khaled Hosseini
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Khaled Hosseini nous emmène dans un voyage bouleversant, d'un village afghan des années 1950 à la Californie des années 2000, et signe une fresque familiale renversante d'émotion, d'une ampleur et d'une audace inouïe.


- À la recherche de la reine blanche
de Jonas T. Bengtosson
Éditions 10-18 / Novembre 2015


À 6 ans, Peter ne va pas à l'école. Son père et lui déménagent sans cesse et vivent en marge de la société. Que fuient-ils? Chaque soir, en guise de réponse, son père lui raconte les aventures d'un roi et d'un prince qui, comme eux, n'ont plus de maison et voyagent à travers le monde pour tuer une reine blanche. Peter admire ce père un peu magique qui exerce tous les métiers, tantôt ébéniste, éclairagiste ou jardinier. Inconscient du danger, il l'accompagne comme dans un jeu, une vie sur mesure qui pourrait durer toujours.


- Avant, après
de Vincent Brocvielle et Carl Aderhold
Éditions JC Lattès / Novembre 2015


Simplissime: Le principe du livre est très simple, on le comprend avec les exemples suivants.
Page de gauche, le télégramme. Page de droite, le tweet.
Page de gauche, les Clark's. Page de droite, les Croc's.
Page de gauche, la carte Michelin, la Gauloise, le zinc du café du coin. Page de droite, le GPS, la cigarette électronique, le comptoir du Starbuck's.
Avant: le monde des années 1960-1980, celui des parents, de grands frères et grandes sœurs.
Après: le monde d'aujourd'hui, des geeks, des jeunes, des technos, mais aussi celui dans lequel on vit tous, évidemment.
(Anti)Nostalgique: Grâce aux pages de gauche, le livre s'inscrit dans la thématique "nostalgie", "mes années de jeunesse", "génération 60-70"... Tous les lecteurs de plus de 35 ans y retrouveront le monde qu'ils ont connu. Mais grâce aux pages de droite, le livre fait exploser cette nostalgie, qui prend un vrai coup de jeune, et explique le monde d'aujourd'hui.
Familial: Ce livre est une façon amusante de mettre à jour ses connaissances. Selon son âge, onrévise à gauche et on découvre à droite, ou l'inverse. Le livre est évidemment pour tout public. Cette opposition avant/après parle aux ados et aux adultes.
Page-turner: Le livre est un plaisir à lire, grâce à l'humour, très fin, très réussi, des deux auteurs, C. Aderhold et V. Brocvielle. Quand on commence on ne peut pas s'arrêter, comme avec un bol de cacahuètes ou un tube de Pringles.


- Avant la haine
de Thierry Cohen
Éditions Flammarion / Novembre 2015


En 2014, Raphaël décide de quitter la France avec sa famille suite à l'agression antisémite dont a été victime son fils. Son ami d'enfance Mounir aimerait le convaincre de rester et de tenir bon, mais les deux hommes ne se parlent plus. Le Juif et le musulman se remémorent leur relation marquée par le désir de s'intégrer, l'espoir, les déceptions, le racisme et pour finir des engagements opposés.


- Beatles
de Lars Saabye Christensen
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Ils sont quatre, comme les Beatles, leurs idoles: Ola, Seb, Gunnar et Kim. En 1965, ils ont quinze ans, le cheveu long et l'amitié à toute épreuve. Le soir, en rêvant aux filles et à leur futur groupe, ils écoutent, allongés par terre, le dernier tube sur le mange-disque. Mais autour d'eux, toute une génération européenne se soulève et se barricade. Au rythme des chansons, les Fab Four de Norvège s'accrochent eux aussi à l'innocence fragile qui leur échappe des mains et continuent de trinquer sur quelques accords à la santé du groupe mythique de leur jeunesse.


- Boulevard Saint-Germain
de Gabriel Matzneff
Éditions La Table Ronde / Novembre 2015


Sur ce boulevard qui traverse les cinquième, sixième et septième arrondissements de Paris, Gabriel Matzneff rencontre saint Germain, Giacomo Casanova, les lycéennes de Fénelon, l'empereur Julien, Jean-Paul II, les trois mousquetaires, Giorgio Armani et bien d'autres encore; il nous amène au restaurant, à l'église, à la piscine, à l'hôtel, au cinéma, dans des jardins, chez des libraires. Ce récit où le présent mêle ses eaux à celles du passé, où alternent les scènes croquées sur le vif et les souvenirs, où la vie intime de l'auteur s'amalgame à l'histoire du Quartier latin, constitue à la fois des mémoires et un guide à l'usage du touriste: un genre littéraire hybride, mais, en définitive, extrêmement romanesque.


- Café existence
de Horace Engdahl
Éditions Serge Safran / Novembre 2015


Café Existence est un ensemble de textes allant de l'aphorisme au court essai avec des côtés insolites qui nous amènent à considérer des questions on ne peut plus centrales: amour, pouvoir, ennui, distance, intimité… Quels rapports entretient un homme avec l'image que la société lui renvoie, ambition, valeur du travail, succès, échec; la société et ce qui la régit, courage et conformisme, innovation et tradition; lecteur, auteur ou critique littéraire face à une œuvre. Pas nécessairement des réponses aux questions posées, mais un art de formuler ces questions, avec acuité d'analyse et élégance du style, qui captive et invite à réfléchir ou rêver.


- Celles de la rivière
de Valérie Geary
Éditions Mosaïc / Novembre 2015


La femme qu'emporte la rivière Crooked flotte entre deux eaux. Sur la rive, deux fillettes qui jouent dans l'après-midi ensoleillé. Elles sont les premières à découvrir le corps et, soudain, leurs jeux cessent. Leur enfance bascule dans la dureté du monde des adultes. La veille, leur père les a laissées seules suffisamment longtemps pour qu'elles puissent le croire coupable de meurtre. Pour ne pas le perdre, comme elles ont perdu leur mère quelques semaines auparavant, elles décident de mentir sur son emploi du temps et resserrent bien malgré elles les mailles du soupçon autour de lui, le livrant en pâture à une petite ville dont les préjugés et les rancunes lui laissent peu de chances. À travers les yeux et les pensées de Sam, juste entrée dans l'adolescence, et de Ollie, encore enfant et qui s'est enfermée dans le silence, Valérie Geary mène son lecteur dans une enquête tissée de secrets, de mensonges, de semi vérités et d'adieu à l'enfance. À la tension générale de l'intrigue et à l'atmosphère, qui doit beaucoup à la superbe présence de la nature, s'ajoute les voix d'esprits bienveillants qui guident les fillettes dans leur quête de vérité.


- Cercle vicieux
de Wilbur Smith
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2015


Hector Cross, ancien membre des forces spéciales britanniques, part pour une mission toute personnelle: venger sa femme, Hazel, sauvagement abattue par deux motards. De Londres au Moyen-Orient, en passant par le cœur de l'Afrique, Hector est prêt à tout pour retrouver ceux qui ont commandité ce crime odieux et pour protéger l'enfant, dont Hazel venait d'accoucher. Fausses pistes, trahisons, secrets de famille. Un excellent roman d'aventures et de suspense.


- Codex Botticelli
de Agnès Michaux
Éditions Belfond / Novembre 2015


Florence, 1497, Bûcher des vanités. Ce matin, des bandes d'enfants ont terrorisé la rue pour confisquer tous les objets incarnant la richesse ou le plaisir. Savonarole peut compter sur son "armée des anges". Le feu qui consumera tout à l'heure le paganisme et l'impiété sera son triomphe. Songeur, Sandro Botticelli observe l'une de ses plus belles œuvres se faire dévorer par les flammes, quand une main se pose sur son épaule. Léonard de Vinci, son vieil ami, son plus grand ami est revenu en terre florentine. Mais l'artiste apporte une triste nouvelle: sa mère, Caterina, est morte, lui laissant pour tout héritage une étrange lettre indéchiffrable. Alors entraînés dans une incroyable odyssée, Sandro et Léonard se lancent à la recherche d'un manuscrit aussi puissant que dangereux. Un manuscrit qui, encore de nos jours, hante scientifiques et curieux: le Voynich. Avec Codex Botticelli, Agnès Michaux lui offre une histoire et plonge le lecteur dans les secrets de la fin d'une époque, le Quattrocento. Tandis qu'on observe Botticelli converser avec Michel-Ange, Machiavel, Raphaël ou Copernic, on se délecte de ce temps exalté et inspiré qui s'offre à nous, dans la plus belle des langues, et dont on souhaiterait demeurer prisonniers.


- Compagnie K.
de William March
Éditions Gallmeister / Novembre 2015


Décembre 1917. Une compagnie de marines est envoyée au front, en France. Pour la première fois, les hommes de la Compagnie K découvrent la guerre: balles qui sifflent, ordres absurdes, la pluie et le froid, la tentation de déserter. Les cent treize soldats qui composent cette compagnie prennent tour à tour la parole pour raconter leur guerre, les guerres, décrire près d'un an de combats, puis le retour au pays pour les traumatisés, les blessés, ceux hantés à jamais. Tableau saisissant de la Grande Guerre, roman inoubliable salué comme un chef-d'œuvre, Compagnie K  est le grand classique américain sur la Première Guerre Mondiale.


- Danse avec les truites
de John Gierach
Éditions Gallmeister / Novembre 2015


Avec la joyeuse ironie qui est sa marque de fabrique, John Gierach narre ses voyages en quête de bonnes rivières à pêcher et d'histoires à raconter. Pêche à la truite en Alaska, au saumon en Écosse et à presque tout au Texas. La pêche sur glace, ou de nuit, les tournois, l'art délicat d'attacher la mouche à la canne ou celui de se perdre dans la nature: autant de moments précieux partagés avec le lecteur. On y apprend aussi les meilleures techniques de chasse comme, par exemple, celle qui consiste à lire un bon livre en levant les yeux de temps à autre pour voir si par hasard un cerf passe par là. Toujours divertissant, souvent insolent et lumineux, le plus célèbre des écrivains-pêcheurs américains invite les lecteurs à partager son mode de vie et les emporte avec lui à la découverte de nouvelles merveilles de la nature.


- De la curiosité
de Alberto Manguel
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


La curiosité a de tout temps été considérée à la fois comme le moteur de notre désir de connaissance et comme un "vilain défaut" susceptible de conduire tout un chacun à s'aventurer dans des zones aussi dangereuses que parfois interdites. La grande question du "Pourquoi?" n'a cessé, tout au long de l'histoire de l'humanité, de se décliner dans les contextes les plus différents et sous une grande variété de formes: Pourquoi le mal existe-t-il? Mais aussi: Qu'est-ce que la beauté? Comment le langage nous façonne-t-il? Qu'en est-il de ce qui définit notre identité? Quelle est notre responsabilité ici-bas? Dans ce livre, sans doute le plus personnel à ce jour, Alberto Manguel raconte comment il a assouvi sa propre curiosité par le commerce incessant qu'il a entretenu sa vie durant avec les livres, grâce auxquels il s'est frayé un chemin dans l'énigme et la complexité du monde. Chaque chapitre est dédié à un penseur, à un artiste, à un homme de science ou à quelque autre figure tutélaire ayant inventé une nouvelle façon de poser la question "Pourquoi?". Ces grands curieux ont pour noms Thomas d'Aquin, David Hume, Lewis Carroll, Rachel Carson, Socrate et, par-dessus tout, Dante. C'est ainsi qu'Alberto Manguel réaffirme ici les vertus du pacte que curiosité et lecture ne cessent de reconduire au bénéfice des plus féconds accomplissements que nous réserve notre imaginaire.


- Déneiger le ciel
de André Bucher
Éditions Sabine Wespieser / Novembre 2015


David a soixante ans et vit dans une ferme isolée, sur les hauteurs. Pour la première fois en vingt-six ans, il a décidé de ne pas déneiger la commune. Mais ce 23 décembre glacial, quand son vieil ami berger, puis celui qu'il nomme son "fils de rechange", l'appellent à l'aide, il n'y tient plus. Son tracteur est en panne, il part à pied. Commence alors une nuit hallucinée. Pour résister au froid et à l'ivresse de la neige omniprésente, David se grise de ses souvenirs, chante et danse. Dans cette veille au pays des ombres, là où la frontière entre ciel et terre a disparu, la nature déchaîne ses sentiments comme les éléments, convoquant les fantômes du passé et les silhouettes du présent. L'image de sa femme, tuée par un chauffard, celle de sa fille, venue lui annoncer son divorce, Muriel encore, qu'il voudrait savoir aimer, ou une mystérieuse disparue que charrie la rivière mènent autour de lui un bal étrange.


- Dis-leur qu'ils ne sont que cadavres
de Jordi Soler
Éditions 10-18 / Novembre 2015


En 1937, de retour du Mexique où il a croisé Malcolm Lowry et abondamment usé de peyotl et autres champignons hallucinogènes, Antonin Artaud trouve le bâton sacré de saint Patrick, le patron des Irlandais. Plus d'un demi-siècle plus tard, trois hommes partent en pèlerinage: un écrivain mexicain égaré dans une ambassade désargentée; un poète édenté qui vit avec son cheval ; et enfin un collectionneur excentrique au faciès d'oiseau. Ce qui les unit? Une faiblesse coupable pour l'eau-de-vie et une passion dévorante pour Artaud.


- Du bonheur d'être morphinomane
de Hans Fallada
Éditions Denöel / Novembre 2015


Le quotidien d'un morphinomane. Un alcoolique cherche à se faire emprisonner pour arriver enfin à se désintoxiquer. Une paysanne au mari jaloux perd son alliance pendant la récolte des pommes de terre. Un cambrioleur rêve de retourner en prison où la vie est, finalement, si tranquille. Un mendiant vend sa salive porte-bonheur. Hans Fallada nous offre une plongée passionnante dans son époque, qui tend un miroir singulier à la nôtre: c'est cet écho qui a guidé le choix de ces textes. Exercices d'écriture quotidiens, anecdotes ou tranches de vie au long cours, ces nouvelles sont très souvent autobiographiques. Elles reflètent remarquablement la diversité de l'écriture de Hans Fallada, retraçant sa vie, ses obsessions, ses passions et ses vices, ses lubies et ses trouvailles, et son inépuisable désir de raconter le monde tel qu'il est, au quotidien, chez monsieur et madame Tout-le-monde.


- Écrits de jeunesse
de Walt Whitman
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


Préfigurant l'œuvre d'un des plus grands poètes américains, voici six nouvelles de Walt Whitman, inédites en France et demeurées dans l'ombre jusqu'en 1927. Elles illustrent certains aspects de l'Amérique des années 1840 et comportent quelques gros plans sur des faits de société, mais sont aussi le reflet d'une période de la vie de Whitman, où, contraint d'abandonner New York pour Long Island, il exerça la charge d'instituteur itinérant pendant cinq ans.


- Entre rouge et noir
de Jan Guillou
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


Survivants au sein d'un continent dévasté, les frères Lauritzen sortent très affaiblis de la Première Guerre, accablés à la fois financièrement et personnellement. Les Anglais, vainqueurs, ont confisqué les biens qu'Oscar possédait en Afrique. Sverre, lui, est chassé de la propriété où il a vécu durant presque vingt ans, à la suite de la mort de son bien-aimé Albie sur le champ de bataille. Quant à Lauritz, il fuit Bergen pour s'installer en Suède avec sa famille afin de sauver son fils, menacé de mort en raison de ses sympathies pro-allemandes. Peu à peu, à Berlin et à Saltsjöbaden, leurs conditions de vie s'améliorent, et tous se trouvent emportés dans le tourbillon des Années folles. Alors que l'Europe s'étourdit de la prospérité retrouvée, l'Allemagne se reconstruit et compromet l'équilibre précaire de la sécurité reconquise. La famille Lauritzen, comme toutes les autres, n'a pas conscience de la menace qui va précipiter l'ensemble du monde dans une tourmente encore plus grande.


- Et elle me parla d'un érable, du sourire de l'eau et de l'éternité
de Antoine Paje
Éditions Fleuve Noir / Novembre 2015

 
Alexandre Khraunos a tout pour être heureux. Une belle gueule, une bonne place comme gestionnaire de patrimoine, et un appartement dans un quartier tranquille de la capitale. Dorloté par sa voisine Élise, une vieille dame qui lui mitonne de délicieux petits plats, il semble parfaitement épanoui. Mais lorsque cette dernière meurt à l'hôpital, abandonnée de tous, il réalise soudain combien il s'est montré égoïste. Et combien sa propre vie est un désert affectif. Bien décidé à changer le cours des choses, il reprend contact avec un ancien camarade de classe, Guillaume, qu'il découvre père de famille et marié à une femme remarquable, Emma. Grâce à ce couple aussi dynamique que bienveillant, et aux gens croisés lors d'un voyage aux États-Unis, Alexandre va se mettre à l'écoute des minutes décisives qui changent l'aiguillage de nos vies.


- Et le ciel sera bleu
de Tamara Mckinley
Éditions L'Archipel / Novembre 2015


Angleterre, 1939. La vie n'a pas été tendre pour la jeune Sally Turner, 16 ans, qui élève seule son frère de six ans, Ernie, atteint de polio. Leur mère, Florrie, les a abandonnés dès que la guerre a éclaté, et leur père a été appelé sous les drapeaux. Tous deux trouvent alors refuge à Cliffehaven, une bourgade située sur la côte sud de l'Angleterre. Ils y sont accueillis par Peggy Reilly, la propriétaire de la Pension du Bord de Mer et Jim, son mari quelque peu bourru. Sally trouve, auprès de la famille Reilly, un foyer d'adoption qui lui permettra de s'épanouir. Elle obtient un emploi dans une usine de confection d'uniformes, où ses talents de couturière se révèlent. Sally fait de plus la rencontre de John Hicks, un mystérieux pêcheur. Mais la guerre et l'arrivée de Florrie à Cliffehaven menacent ce fragile équilibre.


- Haïm; à la lumière d'un violon
de Gérald Garutti
Éditions Robert Laffont / Novembre 2015


"Je raconte ici l'histoire vraie de Haïm Lipsky, qui a traversé le siècle et survécu à Auschwitz grâce à son violon. Résonance d'un parcours inouï, du Yiddishland à la Terre promise, ce récit témoigne de la survie par l'art, du fil de la transmission, de l'espoir préservé jusqu'au cœur des ténèbres, de la destruction surmontée par la volonté.  Voici donc le fil ténu d'une vie taillée à coups d'archet, à la lumière d'un violon".


- Hanna
de Laurence Peyrin
Éditions Kero / Novembre 2015


Suffirait-il de partir pour tout oublier? En tout cas, c'est ce qu'a voulu croire Hanna. Pour effacer le souvenir de son amant, la jeune femme a quitté l'Irlande et a ouvert à New York une librairie, Pemberley, un endroit chaleureux où l'on vient piocher un bon livre et rester des heures à grignoter les meilleures pâtisseries de Manhattan. Au milieu de cette nouvelle vie il y a la petite Eleanor, 6 mois, qui, bien malgré elle, complique tout et rend l'oubli impossible. Hanna l'ignore encore, mais elle n'est pas la seule à avoir enfoui un secret trop grand pour elle. Bientôt, elle va découvrir que ses proches ont tous quelque chose à lui cacher: son mari, sa sœur, et même la mystérieuse Zelda Zonk depuis l'au-delà. Que se passera-t-il pour Hanna lorsqu'un tout petit événement, presque anodin, fera éclater la vérité?


- Haute tension a Palmetto
de Erskine Caldwell
Éditions Belfond / Novembre 2015


"Dans ce gros village assoupi que l'on devine cuit et recuit au soleil, l'été, où les passions alanguies, sans prétexte, longtemps endormies, ont figé les êtres dans leur petite vie maniaque, mesquine, répétitive et exsangue, l'irruption de Vernona, splendide et libre, porte à chaud et à blanc les défauts et les vices de chacun. Les grotesques, les tarés, les innocents, les démunis, presque tous de cette maîtresse d'école rêvent de faire leur maîtresse. Dures, impitoyables, cyniques, douées pour le mal, ainsi se révèlent toutes les femmes du livre. Rusés, roués, butés, incrustés dans leurs frustrations, médiocres, ainsi se donnent à voir les hommes".


- Hippolyte ou les orages de l'histoire
de Frédéric Surville
Éditions Cherche Midi / Novembre 2015


Le climat joua-t-il un rôle dans la Révolution française? Hippolyte, un tout jeune orphelin, est initié dès 1783 à une science nouvelle, la météorologie. Suivant les travaux de son protecteur qui relève les désordres climatiques, il constate leurs répercussions économiques et sociales, telle cette pénurie de grains à l'origine d'une augmentation du prix du pain culminant le 14 juillet 1789. De Londres à La Rochelle en passant par Paris, de l'éruption du volcan islandais Laki en 1783 à l'hiver rigoureux de 1789, sans oublier l'orage de grêle de 1788, Hippolyte va côtoyer des personnalités comme Choderlos de Laclos, Jacques Brissot, la comtesse de Genlis ou encore Parker-Forth, un agent d'influence anglais sulfureux, le tout sur fond d'intrigues menées par la faction d'Orléans. Un roman historique passionnant et documenté.


- Jack Holmes et son ami
de Edmund White
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Jack Holmes et Will Wright débarquent à New York dans les années 1960. Collègues dans un journal culturel, ils deviennent bons amis. C'est même Jack qui présente Will à sa future femme. Mais c'est une amitié compliquée: Jack est amoureux de Will.


- Jonathan Livings ton le goéland
de Richard Bach
Éditions Flammarion / Novembre 2015


Jonathan n'est pas un goéland comme les autres. Alors que ses parents et les autres membres de son clan volent uniquement pour se nourrir, lui vole pour son seul plaisir. Et en volant toujours plus haut, toujours plus vite, il sait qu'il découvrira un sens plus noble à sa vie, et rencontrera de nouveaux amis. Édition augmentée d'une quatrième partie inédite de ce conte initiatique publié en 1960.


- L'étoile polaire
de Michel Onfray et Mylène Farmer
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


Rien ne paraît plus surprenant que la rencontre entre un philosophe admiré et une chanteuse adulée, entre une artiste qui remplit Bercy ou le Stade de France et le penseur de l'Université Populaire de Caen. Et pourtant… Pour ceux qui les connaissent, il y a bien un lexique commun entre Mylène Farmer et Michel Onfray, puisque tous deux entretiennent une relation particulière au sacré, au mystère, au fantastique, à la fidélité spirituelle. Du coup, s'est produite une étrange histoire: Michel Onfray a écrit un conte qui, par d'étranges cheminements, a été lu par Mylène Farmer. En quelques échanges, ces deux créateurs qui ne se connaissaient pas sont convenus de travailler ensemble: à l'un les mots, à l'autres les images. Résultat magnifique. On ne racontera pas ici l'histoire dudit "conte": résumer ce nouveau "Petit Prince" serait l'abîmer. Et pourquoi dénaturer le miracle d'une intrigue toute en nuances, en allusions, en fantasmagories? Disons seulement qu'on y retrouvera une étoile polaire, une baleine, des aventures, des créatures venues d'ailleurs. Quoique… La mort et la résurrection, le souvenir, sont les vrais acteurs de cette belle histoire. Il suffit de s'y abandonner.


- La fille qui cherchait son chien (et trouva l'amour)
de Meg Donohue
Éditions Mosaïc / Novembre 2015


Pas besoin d'être amoureux des chiens pour lire cette comédie profonde qui déploie des trésors d'humour et d'amour. Elle ravira tous ceux qui aiment rire et pleurer. Une jolie psy qui ne tourne pas rond et qui a perdu l'amour. Une ado qui parcourt inlassablement les rues de la ville à la recherche de son chien. Un garçon amoureux en secret qui la suit. Une famille un brin bancale. Un séduisant célibataire qui fuit les sentiments. Dans ce roman décalé et rafraîchissant, où bat le cœur de San Francisco, Meg Donohue brosse une galerie de portraits drôles et attachants où chaque personnage, toujours relié aux autres, cherche son chien à sa manière: avec nostalgie, avec passion, avec vulnérabilité et finit par se trouver lui-même et rencontrer l'amour. Un regard tendre et drôle porté sur les liens qui unissent les êtres humains entre eux, et à leurs compagnons les plus fidèles.


- La griffue
de Jacques Béal
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2015


D'un accident qui aurait pu lui être fatal, elle a gardé une cicatrice sur le visage. Et un surnom: la Griffue. Mais là n'est pas sa seule singularité. À vingt ans, Marie-Suzanne Fortin est la digne héritière d'une grande dynastie de chasse-marée. Elle doit livrer le meilleur et le plus frais des poissons du port de Boulogne jusqu'aux Halles de Paris, avec son attelage galopant à vive allure sur la route du Poisson. Un exploit. Et une passion. Car Marie-Suzanne n'aime rien tant que sa liberté, ses chevaux, la criée de Boulogne et le monde haut en couleur du ventre de Paris. Mais, en 1843, la mort pour le moins étrange de son père, chasse-marée aguerri, contraint la jeune femme à revenir sur les zones d'ombre et les secrets de sa famille.


- La jeune fille sur la falaise
de Lucinda Riley
Éditions Charleston / Novembre 2015
 

En plein chaos sentimental, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande, dans la ferme familiale. C'est là, au bord d'une falaise, qu'elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille étrange qui va changer sa vie. En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, Grania va découvrir le lien qui unit leurs deux familles depuis des années. D'une histoire d'amour impossible à Londres en temps de guerre à une relation compliquée dans le New York d'aujourd'hui, de la dévotion pour un enfant trouvé aux souvenirs oubliés d'un frère perdu, les destins des Ryan et des Lisle s'entremêlent tragiquement depuis un siècle. Mais quel est ce secret à l'origine de près de cent ans de chagrins? Obsédante, exaltante et bouleversante, l'histoire d'Aurora raconte le triomphe de l'amour sur la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:50

- La maison de Noé
de Marilynne Robinson
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


Dans une petite ville du Far West naguère éprouvée par une tragédie ferroviaire dont le souvenir obsède tous les habitants, Ruth et Lucille, hantées par le sentiment d'une précarité universelle, grandissent puis survivent dans leur maison de famille cernée de paysages mutants en convoquant les rituels du quotidien pour tenir à distance les dangereux mystères d'une nature omniprésente et prédatrice.


- La modestie et autres récits
de Enrique Vila-Matas
Éditions Christian Bourgois / Novembre 2015


Dans ce volume, Enrique Vila-Matas a souhaité regrouper des nouvelles et des textes courts, inédits pour certains, d'autres étant déjà parus dans des recueils précédents, afin de leur donner une nouvelle visibilité, de faire émerger une autre signification liée à cette nouvelle juxtaposition. Sont ainsi mis en relation des textes issus d'Une maison pour toujours, Explorateurs de l'abîme, Suicides exemplaires, Enfants sans enfants et d'autres inédits en français.


- La prophétie de Jonas
de Joshua Feldman
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Jeune avocat à Manhattan, Jonas a tout pour lui: beau, en bonne santé, deux femmes sublimes prêtes à passer leurs vies à ses côtés et une carrière qui s'envole. Lors d'une soirée où il fête sa promotion, une vision étrange ébranle ses certitudes. Jonas tente en vain d'oublier ce qu'il a vu. Mais sa vie va vite s'en trouver bouleversée. Bien que ces visions, peut-être divines, soient la cause de pertes irréversibles dans sa vie, elles sont aussi la raison de sa rencontre avec Judith Bulbrook, une femme passionnée et terriblement intelligente, qui elle aussi a connu la perte.


- La voix sombre
de Ryoko Sekiguchi
Éditions P. O. L. / Novembre 2015


Il faut entendre le titre La Voix sombre dans les deux sens possibles. La tristesse, mais aussi la disparition. Ce livre est en effet une suite de pensées sur ce qu'il reste d'une voix quand celle ou celui à qui elle appartenait n'est plus. Qu'est-ce qu'une voix enregistrée? Qu'est-ce que la trace que laisse une voix? Est-elle matérielle, corporelle? Et de là, le livre s'étend à l'image, aux odeurs, et puis il devient une réflexion sur l'absence, la mort.


- Le chat andalou
de Eugen Ruge
Éditions Les Escales / Novembre 2015


Un homme décide de tout quitter: sa ville, son pays, son ex-femme et leur fille. Sans beaucoup plus qu'un hamac et quelques carnets dans ses valises, il part vers le Sud. Le hasard le conduit à Cabo de Gata, un village de pêcheurs perdu sur la côté méditerranéenne de l'Espagne. Un paysage hostile balayé par les vents où il ne fait pas bon de vivre. Seul hôte de la pension locale tenue par une vieille veuve, l'homme décide pourtant de rester et d'écrire un livre. La routine du quotidien rythme ses journées qu'il passe à ramasser des coquillages et à observer la vie alentour, les allées et venues des chiens, des hommes, des mouettes et des bateaux. De temps à autre, la rencontre d'un touriste de passage vient égayer cette existence à laquelle l'étranger commence à prendre goût. Ils discutent littérature et écriture. Mais, au village, personne ne semble comprendre le nouveau venu. Personne, à part un chat.


- Le jardin d'hiver
de Frédérique de Keyser
Éditions Pygmalion / Novembre 2015


Photographe de presse, Sophia se trouve rarement très loin de son objectif. Malheureusement, il n'est pas facile de faire reconnaître son talent, malgré son travail. Alors, lorsque le célèbre Sam Nahash, écrivain mystérieux que personne n'a jamais pu voir, la convoque, elle est plus qu'étonnée.


- Le mont perclus de ma solitude
de Frédéric Léal
Éditions P. O. L. / Novembre 2015


Un auteur méconnu rumine contre le manque de reconnaissance dont il souffre. Il croit saisir une occasion de réparer cette injustice quand des membres du Club alpin français lui proposent une randonnée dans les Pyrénées, où il sera question de converser autour d'un de ses romans qui se déroule en montagne. Sourd aux mises en garde de sa compagne, il voit là un exercice de réconciliation, la reconquête d'un hypothétique lectorat. Bien entendu, la randonnée confortera ses pires cauchemars. Incompréhension, conversations avortées et malentendus lui permettront de couiner comme jamais, une véritable aubaine. Et c'est seul, littéralement, qu'il finira, après qu'un orage dantesque a soufflé ses dernières illusions. Dans un style aérien (montagne oblige), s'amusant beaucoup avec la typographie, Frédéric Léal explore le sentiment de vacuité qui accompagne tout acte de création. Ce livre est autant un constat autocritique qu'un roman d'aventures pyrénéistes. Misanthropie et paranoïa y côtoient l'humour et la poésie, débridés, qu'affectionne l'auteur tandis qu'il démontre que la frustration peut être un moteur de fiction.


- Le mystère du tapis d'Ardabil
de Julie Wolkenstein
Éditions P. O. L. / Novembre 2015


Le Motif dans le récit, qui emprunte son titre à la célèbre nouvelle de James, Le Motif dans le tapis, est un essai. Il porte sur un ensemble d'œuvres de fictions, littéraires et cinématographiques, qui ont d'abord en commun d'être parmi mes préférées. Du coup, cette réflexion, sous des dehors volontairement sérieux, est aussi, peut-être, l'un de mes ouvrages les plus personnels. C'est l'occasion, en effet, d'étudier une forme de récit qui me séduit plus que n'importe quelle autre: le récit d'enquête, avec une dimension policière plus ou moins accentuée. J'ai choisi d'étudier Citizen Kane, Vertigo, Blow Up, Meurtre dans un jardin anglais notamment, et plus précisément la présence, dans ces enquêtes, d'une œuvre d'art supposée contenir l'énigme et permettre de l'élucider. Et la manière dont j'ai procédé relève elle-même de l'enquête policière: il s'agissait pour moi de faire de la critique à la manière d'un détective, mais aussi, comme les détectives, ou enquêteurs qu'on trouve dans ces films ou dans ces textes, en assumant l'échec relatif de mes investigations. Car ce dont je suis sûre, et que j'ai cherché à faire apparaître, à mettre en évidence, c'est que l'absence de solution est plus stimulante qu'une résolution parfaite. D'où le sous-titre "Enquête inachevée", qui renvoie à la fois aux œuvres elles-mêmes, à la manière dont elles déçoivent notre besoin de conclusions, et à l'étude que j'en propose, elle-même irrésolue.


- La nébuleuse
de Pier Paolo Pasolini
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015
 

Vous tenez dans les mains un film de Pier Paolo Pasolini. C'est-à-dire un explosif. Rospo et ses amis, dans La nebbiosa (on parle aujourd'hui de "nébuleuses terroristes") forment une bande de losers: ces pilleurs, ces violeurs, ces voleurs, ces profanateurs, à l'instant où la nausée est à son comble, que le lecteur, c'est-à-dire le spectateur commence à parfaitement les haïr, voilà que Pasolini, par leurs rires, par leur naïveté, par leur douleur aussi, par leur abandon surtout, parvient in extremis à nous rappeler qu'ils sont: des enfants. Et il nous dit ceci, que l'enfance est une longue nuit, que l'enfance, que l'adolescence ne sont pas la vie, mais son hideux brouillon, son nauséeux laboratoire, et que seuls ceux qui n'en ont eues aucune sont en mesure de pouvoir les regretter".


- Le pied à l'étrier
de Marie-Laure Danglade et Gérard Danglade
Éditions Phébus / Novembre 2015


"À présent, tu es hors de tes sentiers. Cela n'est pas sans risque. Sache demeurer absolument street smart, l'œil ouvert, l'esprit vigilant aux intentions d'autrui".
1927: appelé à la succession de Mont-Alibet, petit pays pyrénéen, le jeune Charles ne se sent pas prêt. Deux ans de voyage devraient lui mettre le pied à l'étrier. Tel est le pari lancé par sa marraine, prétexte à un échange épistolaire. Deux êtres se parlent, se sondent. Tendresses duvetées, à la dérobée, petits combats à fleurets mouchetés infiltrent le cours des pérégrinations comme la chronique saisonnière de Mont-Alibet. Récit d'une formation, ce premier roman à quatre mains s'articule autour d'une interview, d'une correspondance, d'un glossaire: un objet littéraire à identifier.


- Le voyage chez les yeux-pales
de Philippe Brassart
Éditions Michel Lafon / Novembre 2015

 
1827. Six Indiens venus de leur Missouri natal débarquent au Havre avec armes, plumes et bagages. Ils veulent voir comment vivent ceux qu'ils nomment les "Yeux-Pâles". L'accueil est délirant: on s'arrache les "sauvages", quatre guerriers et deux femmes. Les voilà à Rouen, et à Paris où le roi Charles X les reçoit. Ils sont exhibés dans les théâtres, des artistes font leur portrait, les gazettes ne parlent que d'eux. Puis la France se lasse de ces visiteurs du Nouveau Monde. Abandonnés, les malheureux vont alors errer durant des mois dans une Europe dont le développement fébrile les déroute. Jusqu'à Montauban, où ils trouveront un soutien inespéré. Pourront-ils jamais revoir la terre de leurs ancêtres? Comme celle de la Vénus Hottentote quelques années avant eux, l'histoire bouleversante de ces Indiens fait partie de ces récits qui marquent à jamais.


- Les choses
de Georges Perec
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Dans ce classique, Georges Perec dresse le portrait d'une génération prise dans le balbutiement des années 1960. Sylvie et Jérôme cultivent une idée matérialiste du bonheur, à laquelle ils s'asservissent au risque de se laisser happer par le vertige des choses.


- Les collines de Belleville
de Georges-Arthur Goldschmidt
Éditions Jacqueline Chambon / Novembre 2015


Un "appelé" français né allemand revit ses origines dans l'Allemagne de l'après-guerre, où il cherche une identité définitivement scindée. Conçu comme un testament, ce texte reprend tous les thèmes de l'œuvre de Goldschmidt: l'exil, l'orphelinat, les premiers émois sexuels et, surtout, une vie partagée entre l'Allemagne où il n'a jamais vécu et la France, sa vraie patrie. Tous ces tiraillements, qui fondent la matière même de son écriture, s'ancrent dans l'expérience qu'il fit très jeune dans sa chair: avoir été juif sous le nazisme.


- Les histoires cruelles finissent mal (en général)
de Nicolas Cauchy
Éditions Belfond / Novembre 2015


Quoi de plus cruel qu'un joli conte de Noël? Pourquoi ce cadre d'entreprise tente-t-il désespérément d'effacer son numéro de portable inscrit sur le mur? Qui sauvera cette jeune fille offerte au caïd local? Et qui a bien pu souhaiter la mort du grand écrivain si talentueux? Cette année, Noël sent le sapin avec les 24 anti-héros de ces Histoires cruelles qui finiront vraiment très mal (en général). Petits arrangements entre ennemis et bassesses quotidiennes, micmacs de couples à la dérive et vengeances bien macérées: bienvenue dans le monde merveilleux des pères-Noël assassins et des calendriers de l'avent macabres.


- Les maisons aussi ont leur jardin secret
de Véronique Pingault
Éditions Quadrature / Novembre 2015


Il est ici question de l'endroit où l'on vit. La maison, l'appartement ; le toit que l'on a, ou que l'on n'a pas. Notre habitation parle de nous, de notre mode de vie, de nos choix ou de nos renoncements, de nos envies. En Bretagne, des parpaings avec vue sur mer. À Madison, des bardeaux de bois. En Provence, de la pierre éclaboussée de soleil. À Paris, du béton avec terrasse. Mais les murs protègent d'autres trésors que le plancher de chêne et le bruit de la pendule du salon : un bourdonnement de vie, l'ambiguïté, le ridicule, la fragilité de ses habitants.


- Les pétales de sang
de Dorothy Koomson
Éditions Belfond / Novembre 2015


Tami pensait avoir une famille parfaite. Jusqu'à ce soir tragique où la jeune femme, impuissante, voit son mari Scott se faire menotter sous les yeux de leurs deux fillettes terrifiées. Le choc est total: Scott est accusé d'un acte odieux, impensable. Et c'est sa meilleure amie Mirabelle qui a porté plainte. Qui croire? L'homme qu'elle aime depuis toujours, le père de ses enfants? Ou celle en qui elle plaçait une confiance aveugle, sa presque sœur? Alors que Scott nie tout en bloc et que Mirabelle fuit les explications, Tami enquête. Et bientôt, le passé trouble de Mirabelle se dévoile. Mais aussi les nombreux secrets que Scott dissimule depuis tant d'années. Il est des vérités plus difficiles à supporter que le mensonge. Et si le pire, pour Tami et les siens, était à venir?


- Les sept tours du diable
de Éric le Nabour
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2015


1923. L'Europe et une partie du monde entrent dans une période de turbulences. À l'invitation d'Ahmed Nahas, archéologue et conservateur au musée du Caire, Gabriel Langevin, fils d'un banquier français qui s'est mystérieusement donné la mort et fiancé de Nancy Carnarvon, l'un des découvreurs de Toutankhamon, se joint à une expédition dans le sud de l'Égypte. À leur côté: un prêtre, Angelo Beliali, et une romancière, Asmodée Timothy Bancroft. L'entreprise est couronnée de succès. La découverte de la tombe de Djouqed Anty, mage et astrologue, révèle des trésors archéologiques inestimables. Mais dès le lendemain, toute l'expédition a levé le camp. Gabriel, désemparé, se retrouve seul, en proie à de nombreuses interrogations: quelles étaient les réelles intentions de ses compagnons de fouilles? Au-delà de l'aspect scientifique de l'expédition, Gabriel comprend bientôt que les liens qui unissent Ahmed Nahas, Beliali et Asmodée ne sont pas seulement la résultante d'intérêts communs à la Turquie de Mustapha Kemal, au Vatican et au parti nazi d'Adol f Hitler. Ne s'agit-il pas plutôt, selon de très anciennes prophéties, de réactiver les énergies diaboliques des sept tours du diable? Sept tours censées distribuer sur terre les influences sataniques seules capables de déclencher la guerre et la terreur.


- Les sept vies des chats d'Athènes
de Takis Théodoropoulos
Éditions Sabine Wespieser / Novembre 2015


Les chats, paraît-il, ont sept vies. En grec, on dit qu'ils ont sept âmes. Takis Théodoropoulos imagine que les philosophes de l'Antiquité se sont réincarnés à Athènes en chats de gouttière. Or, parce que les Jeux olympiques se tiennent dans la capitale grecque et qu'on ne plaisante pas avec la sécurité et la salubrité, il est question de supprimer ces encombrants matous. Branle-bas de combat au comité de défense des sept-âmes: sous la houlette de leur très charismatique et séduisant président, ses membres, pour l'essentiel des dames d'un certain âge, se lancent dans une rocambolesque défense et illustration des félins menacés. Drôle, incisif et truculent, ce petit livre s'achève par les biographies imaginaires des chats philosophes, joyeuses occasions de revisiter ses classiques et de honnir à tout jamais les organisations internationales de tout poil.


- Les sautes d'humour d'Elisabeth II
de Dolby Karen
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2015


Petites phrases d'Elisabeth II et anecdotes sur la vie publique et privée de celle que son époux surnomme "Sausage" (Saucisse), une reine d'Angleterre qui a beaucoup plus d'humour qu'on ne pourrait le croire, et qui à partir de l'automne 2015 aura régné plus longtemps que Victoria.


- Les sautes d'humour du Docteur Freud
de Mannoni Olivier
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2015


Au travers d'anecdotes et de propos réunis par l'un des traducteurs de Freud, une percée insolite dans l'intimité du fondateur de la psychanalyse, qui pratiquait un humour féroce au quotidien, dans ses conversations et sa correspondance mais pas dans ses livres.


- Obsèques
de Lars Saabye Christensen
Éditions 10-18 / Novembre 2015


Le 4 janvier 2001, Kim Karlsen, âgé de 50 ans, se réveille un matin dans une chambre d'hôtel au nord de la Norvège. Il ne se souvient de rien. Il ne le sait pas encore, mais il est mort. Dans un univers à la fois surréaliste et onirique, situé dans des paysages âpres et parfois surnaturels, Kim évolue dans une vie après la mort et croise des silhouettes familières. La réalité bientôt nous rattrape, lorsque les proches de Kim doivent à leur tour affronter sa mort. Comment réagit-on face à la perte de son ami d'enfance, quand bien même on ne l'a plus vu depuis vingt  ans?


- Prix Clara 2015
Écrit en collectif
Éditions Héloïse d'Ormesson / Novembre 2015


Inspirées par H. P. Lovecraft, les Pink Floyd, Maupassant ou encore Kate Bush, ces sept nouvelles vont vous surprendre. Au programme, une expérience par-delà la mort, une rencontre du troisième type avec un robot au grand cœur, ou le combat d'une jeune humanitaire contre Ebola. Drôles, mélancoliques, parfois violentes, les histoires de Lucie, Anne-Lise, Tamara, Louise, Elora, Marie et Chimène nous invitent à partager leurs préoccupations, leur regard tendre, amusé ou révolté sur l'actualité. En filigrane, les mots, spontanés, laissent se dessiner les courbes de leur sensibilité et de leurs rêves.


- Reines tragiques
de Juliette Benzoni
Éditions Bartillat / Novembre 2015


Dans ce recueil, Juliette Benzoni a choisi de raconter le destin de dix-huit femmes, de dix-huit reines toutes célèbres par leur beauté et le tragique de leur destinée. Des aventures de la paysanne du Kiang-Sou aux appétits de puissance de Draga, reine de Serbie, quarante siècles d'Histoire déroulent leurs fastes de l'Égypte à Byzance, de la Chine aux rives de la Seine et de la Tamise. On vivra avec passion la lutte de Frédégonde contre Brunehaut, le règne sanglant d'une concubine impériale chinoise, les rancœurs d'Aliénor d'Aquitaine deux fois reine et toujours déçue, la folie macabre de Jeanne la mère de Charles Quint, le douloureux roman de Caroline-Mathilde de Danemark, la prisonnière de Kroenberg. Magistralement orchestrées et contées par le style romanesque et le talent d'historienne de Juliette Benzoni, les vies de ces reines tragiques vont nous entraîner dans une épopée dramatique, où l'amour, la haine, l'ambition côtoient le crime, la folie et la raison d'État.


- Secrètes histoires
de François Heisbourg
Éditions Stock / Novembre 2015


Nous savons tous, en gros, que le monde actuel, avec ses crises endémiques et ses acteurs en quête de puissance ou de revanche, est né de l'effondrement de l'URSS et du triomphe en trompe-l’œil des États-Unis. Mais nous ignorons les histoires, petites ou grandes, qui ont accompagné ou précédé les décisions les plus spectaculaires. Nous ne connaissons pas le "dessous des cartes". À travers des exemples puisés dans sa propre expérience de conseiller au plus haut niveau, François Heisbourg révèle quelques-uns de ces secrets: certains sont piquants, d'autres dénotent beaucoup d'aveuglement de la part des décideurs, et on apprend aussi que la paix du monde a tenu parfois à bien peu de chose, au courage d'un marin soviétique, par exemple.


- Sex beast
de Stéphane Bourgoin
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


"Depuis 1979, j'ai rencontré soixante-dix-sept tueurs en série. Chaque interrogatoire est difficile, stressant, usant d'un point de vue psychologique et moral, mais les heures passées en compagnie de Gerard John Schaefer restent parmi les plus marquantes de ma carrière. Dès l'instant où je me suis retrouvé face à lui, j'ai eu la chair de poule. Mon corps et mon esprit ont été l'objet d'une véritable attaque psychique. J'ai été submergé par une sorte d'aura maléfique, qui reste encore inexplicable à ce jour". S. B.
Policier en Floride au moment où il est condamné pour deux homicides et une double tentative de kidnapping, Gerard Schaefer est suspecté de trente-quatre assassinats de jeunes femmes. Après leur rencontre en novembre 1991, le serial killer avoue à Stéphane Bourgoin, dans plusieurs courriers, qu'il aurait commis une centaine de meurtres. Le 3 décembre 1995, il est poignardé de quarante coups de couteau à quelques pas du couloir de la mort. Après des années d'enquêtes au côté du shérif et des avocats des victimes, de nombreux entretiens avec les codétenus et l'ex-petite amie du serial killer, Stéphane Bourgoin achève enfin le portrait terrifiant et douloureux de l'incarnation du Mal: Sex Beast.


- Sortie parc, gare d'Ueno
de Yu Miri
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


Dans le parc d'Ueno, un homme âgé s'est installé. Après une vie de labeur passée loin des siens, il imaginait une retraite paisible, en famille. Mais la vie en a décidé autrement. Après la mort de sa femme, il n'a pas la force de rester dans leur maison et préfère revenir se perdre dans l'anonymat de Tokyo. Sous les arbres, il se construit une cabane de bâches et de planches, affrontant ainsi le temps et les saisons. Posant son regard paisible sur les promeneurs, tendant l'oreille aux commentaires des visiteurs du musée attenant au jardin, aux chants des oiseaux comme aux mots insolites de ses compagnons de misère, le vieil homme vaque en silence aux abords de l'étang ou s'avance dans le hall de la gare, là où l'espace fourmille encore d'urgences et d'horaires, il se souvient. Dans le parc d'Ueno, le vieillard écoute la beauté et la misère mêlées. Mais les opérations spéciales de nettoyage sont de plus en plus nombreuses en ces lieux, épreuves chaque fois plus traumatisantes pour les sans-logis car il leur faut fuir, sans délai déconstruire leurs baraquements, effacer toute trace de leur dérive. Au passage de l'empereur, comme aux yeux du monde à l'approche des Jeux olympiques de 2020, il s'agit là de ne pas dénaturer l'image de Tokyo.


- Tous pareils
de Danny Wallace
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2015


"Tom, Je ne t'ai pas quitté. Mais je suis partie. S'il te plaît, ne change rien à tes habitudes. Je t'aime toujours. Hayley". Que faire lorsqu'on découvre que sa petite amie a pris la clé des champs avec, pour seule explication, un mot griffonné sur un morceau de papier? C'est ce que se demande Tom Adoyo, trentenaire londonien. L'a-t-elle quitté, oui ou non? Va-t-elle revenir? Si oui, quand? Les questions se bousculent, les événements aussi. Alors que Tom tente désespérément de retrouver Hayley, il découvre l'existence d'un petit groupe d'excentriques au passe-temps pour le moins inhabituel. La jeune femme les aurait-elle rejoints? Danny Wallace signe une comédie désopilante et noire qui, entre deux tranches de rire, propose une réflexion passionnante sur notre société standardisée.


- Ubu roi
de Alfred Jarry et Étienne Delessert
Éditions Gallimard / Novembre 2015


Ubu roi a paru en volume aux Éditions du Mercure de France en 1896. L'argument en est bien connu: le père Ubu, officier du roi, prend le pouvoir à l'instigation de sa malfaisante épouse; souverain tyrannique et grotesque d'une Pologne imaginaire, il part en guerre et, pourchassé, est contraint à la fuite. Ce qui n'était d'abord qu'une farce lycéenne collective est devenue, sous l'autorité d'Alfred Jarry, un texte majeur sur l'arrogance, l'absurdité et la grossièreté du pouvoir, marquant, par ses outrances bouffonnes et sa violence parodique, une rupture profonde dans le répertoire théâtral du XXe siècle. Cent-vingt ans après sa publication et sa création, les Éditions Gallimard reprennent le chef d'œuvre d'Alfred Jarry, magnifiquement mis en images par Étienne Delessert. Illustrateur, réalisateur de dessins animés, Étienne Delessert est né en 1941 à Lausanne. Il vit aujourd'hui aux États-Unis. Connu dans le monde entier, illustrateurs de plus de 80 livres dont les Contes de Ionesco, il a grandement contribué au renouvellement du livre de jeunesse. Son œuvre a été couronnée par de très nombreux prix, et plusieurs expositions lui ont été consacrées.


- Un jour
de David Nicholls
Éditions 10-18 / Novembre 2015


15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tous les oppose, pourtant ce jour marque le début d'une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s'attendre, dans les remous étourdissants de leur existence.


- Une mer, une terre
de Maayan Ben Hagai
Éditions Phébus / Novembre 2015


Au milieu des vieux albums photos et des bibelots poussiéreux, Anna, la quarantaine bien sonnée, range, nettoie et trie l'appartement de son enfance. Elle y démêle les souvenirs de sa mère, Claudia, aujourd'hui disparue, une femme fascinante, aussi belle, rayonnante et sophistiquée qu'Anna est solitaire, besogneuse et effacée. Une femme au destin romanesque, issue d'une riche famille russe chassée par les pogroms, ayant connu l'opulence au Caire, avant d'émigrer, ruinée, en Israël. Entre admiration et rejet, Anna a toute sa vie tenté d'échapper à sa mère et son histoire. Pourra-t-elle échapper à l'empreinte de ses souvenirs? Parviendra-t-elle à se libérer du monde clinquant de sa mère pour inventer le sien? Premier roman de Maayan Ben Hagai, Une mer, une terre est un roman de deuil et de souvenirs, où l'auteur exprime à merveille les émotions d'une femme aux contours évanescents, mais s'agit-il de la mère ou de la fille?


- Versailles
de Elizabeth Massie
Éditions Michel Lafon / Novembre 2015

 
1667. Louis XIV a vingt-huit ans. Le décès de sa mère Anne d'Autriche lui laisse enfin les mains libres pour gouverner. Traumatisé par le souvenir de la Fronde, le jeune monarque veut à tout prix garder les nobles sous contrôle. La splendeur et la démesure du palais qu'il va imaginer à la place d'un modeste pavillon de chasse de Versailles seront leur prison dorée. Tandis que de nouveaux murs s'élèvent, que des canaux sont creusés, des arbres, plantés, Louis aime, trompe, manœuvre et manipule. Mais à qui faire confiance quand on est un grand roi? À ses plus proches ministres? Au valet ou à l'ami le plus fidèle? Au frère complexé, aux maîtresses blessées et courtisanes enamourées? Inspiré de la série éponyme diffusée sur Canal +, ce roman historique nous entraîne dans les dédales sulfureux d'un château destiné à servir les ambitions vertigineuses du Roi-Soleil.


- 4 décembre
de Nathalie Rykiel
Éditions Plon / Octobre 2015


Au cœur de ce récit littéraire très personnel où Nathalie Rykiel se raconte sans tabou, une question: comment être femme, être soi, à soixante ans? "Être bien à soixante ans, ce n'est sûrement pas ressembler à une jeune fille. C'est plutôt qu'une jeune fille ait envie de vous ressembler, quand elle aura soixante ans". Dans ce récit littéraire et singulier, ou tout est peut-être faux et rien n'est sans doute tout à fait vrai, elle se raconte en morceaux choisis: la mode, l'amour des hommes et de la littérature, la relation mère-fille qui s'inverse parfois, la dépression, l'âge et la maladie, la maternité et la féminité, et toujours, au centre, la quête de l'amour et du bonheur. Pour être femme, être soi, à soixante ans.  


- 33 Jours
de Léon Werth
Éditions Viviane Hamy / Octobre 2015


Fin 1940, Antoine de Saint-Exupéry vient rendre visite en avion à son ami, Léon Werth, qui, en cette période de guerre, et d'antisémitisme, reste caché dans sa maison de Saint-Amour (Jura). Werth confie à l'aviateur le récit qu'il a rédigé au cours de son exode qui l'a conduit de Paris à Chantemerle, sa maison d'été. 33 jours est né. Lorsque Saint-Exupéry s'embarque pour les États-Unis, il emporte avec lui le manuscrit. Son idée? Le faire publier chez son éditeur américain, Brentano's, avec une préface de sa main, intitulée "Lettre à l'ami". Il ne cessera de remodeler ce texte jusqu'à ce qu'il paraisse sous le titre de "Lettre à un otage" dans ses Écrits de guerre. Pour des raisons inconnues, cette publication ne vit jamais le jour et la préface s'égara. C'était sans compter sur la curiosité de Denis Johnson, directeur de Melville House Publishing. La maison d'édition new-yorkaise a retrouvé le texte initial de la préface dans une revue québécoise et a fait paraître 33 days en mai 2015, rendant ainsi à cette publication son caractère originel. Les deux textes et les deux amis étaient à nouveau réunis: quel plus beau signe pour préparer une nouvelle édition française et faire (re)découvrir l'un des plus grands textes sur l'exode qui verra, en 1940, des milliers de français prendre la route pour fuir les Allemands qui entrent dans Paris?


- À ce stade de la nuit  
de Maylis de Kerangal
Éditions Verticales / Octobre 2015


Lampedusa. Une nuit d'octobre 2013, une femme entend à la radio ce nom aux résonances multiples. Il fait rejaillir en elle la figure de Burt Lancaster, héros du Guépard de Visconti et du Swimmer de Frank Perry, puis, comme par ressac, la fin de règne de l'aristocratie sicilienne en écho à ce drame méditerranéen: le naufrage d'un bateau de migrants. Écrit à la première personne, cet intense récit sonde un nom propre et ravive, dans son sillage, un imaginaire traversé de films aimés, de paysages familiers, de lectures nomades, d'écrits antérieurs. Lampedusa, île de littérature et de cinéma, devenue l'épicentre d'une tragédie humaine. De l'inhospitalité européenne aussi. Entre méditation nocturne et art poétique, À ce stade de la nuit est un jalon majeur dans le parcours littéraire de Maylis de Kerangal.


- Aimons-nous les uns les autres
de Catherine Clément
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


En 1871, la Commune de Paris embrase les cœurs et les rues. Sous le feu des balles et des passions, Abel Gornick et Léo Frankel ont scellé leur amitié. Le premier, franc-maçon ukrainien, prêche la paix et l'amour. Le second, communiste hongrois, vit pour la révolution. Jusqu'au jour où sa route croise celle d'Élisabeth Dmitrieff, comtesse russe envoyée dans la tourmente par Karl Marx.


- À la vie, à la mort
Euthanasie, le grand malentendu
de Philippe Bataille
Éditions Autrement / Octobre 2015


À partir de son expérience en tant que membre pendant cinq ans du Centre d'éthique clinique de l'hôpital Cochin à Paris, le sociologue évoque les malades en fin de vie, les familles et les problèmes éthiques qu'il a rencontrés.


- Aliénor, un dernier baiser avant le silence
de Mireille Calmel
Éditions XO / Octobre 2015


1204. À l'heure où la majestueuse Aliénor tente une ultime fois de sauver son royaume, son fils Jean sans Terre règne sans partage sur l'Angleterre, déterminé à éteindre jusqu'au souvenir de son défunt frère, l'illustre Richard Cœur de Lion. Traquée jusqu'au cœur de la forêt de Brocéliande, sa filleule, la belle et puissante Eloïn Rudel, descendante de Merlin et compagne illégitime de Richard Cœur de Lion, rédige pour leurs enfants les mémoires de sa vie d'aventures. Car elle est la seule à posséder l'arme capable de contrer Jean et de protéger les siens: La vérité. Comme un dernier baiser avant le silence. Entre la riante Aquitaine et le souffle brûlant de l'Orient, l'histoire follement moderne d'une femme dans l'ombre d'Aliénor, partagée entre son destin exceptionnel et son amour pour un roi de légende.


- Au-delà des apparences
de Marylise Trécourt
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


Un vœu… Un inconnu… Un mystère… Une seconde chance… Camille vient de perdre son mari, un mari qu'elle a passionnément aimé mais dont elle s'est doucement éloignée avec le temps, lasse d'être son épouse parfaite, jolie, discrète, toujours d'humeur égale et trop souvent négligée. Après les obsèques, elle est abordée par Romain, un homme séduisant avec qui elle noue timidement une amitié amoureuse. Mais qui est-il vraiment, au-delà des apparences, et pour quelle raison mystérieuse met-il tant de cœur à aider Camille à se reconstruire et à échapper aux conventions qu'elle s'impose? Sa générosité est-elle parfaitement honnête? C'est le twist final qui donne la clé de ce roman chaleureux et plein d'humanité qui maintient avec talent son joli suspense. Marilyse Trécourt invite à faire tomber les masques et à insuffler de l'espoir dans la vie. Sans oublier la petite dose de magie dont chacun ose rêver.


- Bonsaï
de Alejandro Zambra
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


Petit chef-d'œuvre d'intelligence, d'humour et de mélancolie, le premier roman d'Alejandro Zambra a été un véritable phénomène international. Traduit dans une quinzaine de langues, ce jeune auteur montre qu'en moins de 100 pages, on peut écrire un roman aussi puissant que l'œuvre proustienne sur le même thème: comment retenir le temps, la jeunesse perdu?


- Botul au bordel
de Frédéric Pagès
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


On ne présente plus Jean-Baptiste Botul, fictif et néanmoins célèbre philosophe "de tradition orale", surtout depuis qu'en 2010, une retentissante méprise de Bernard-Henri Lévy, évoquée dans ce nouvel ouvrage, en a encore accru la renommée. Ce petit livre s'inscrit donc dans la continuité des ouvrages de Botul (La Vie sexuelle d'Emmanuel Kant (1999), Landru, précurseur du féminisme (2001)...); cette fois, il est signé Frédéric Pagès. Il s'agit de la transcription d'une conférence donnée au Salon Botul le 21 mars 2013, dans laquelle Pagès a rendu compte de son exploration de boîtes d'archives découvertes à Lairière, la commune de naissance du philosophe: celle-ci permet de reconstituer, par recoupement de témoignages, la sombre "affaire de Carcassonne". En juin 1928, Botul, éphémère prof de philo, emmena sa classe de garçons dans un bordel nommé Mon Caprice: en vue non pas d'un divertissement mais d'une véritable initiation, qui renoue avec la grande tradition des banquets antiques et agite des questions philosophiques sur "l'éducation, la virilité et la République française". Frédéric Pagès nous accompagne dans notre découverte réjouie du botulisme "avec la joyeuse insouciance de kangourous bondissant dans un champ de mines". En mêlant érudition authentique et jubilation potache, et grâce à une mise en scène vivante de la parole de l'auteur qui s'efface tour à tour devant des intervenants hauts en couleur, il aborde des questions sérieuses, et non savantes, en montrant que le rire et la pensée peuvent faire bon ménage.


- Carthage
de Joyce Carol Oates
Éditions Philippe Rey / Octobre 2015


Tout semble aller comme il se doit dans la petite ville de Carthage en ce début de juillet 2005, si ce n'est que Juliet Mayfield, la ravissante fille de l'ancien maire a, pour des raisons peu claires, rompu ses fiançailles avec le caporal Brett Kincaid, héros de retour de la guerre d'Irak. Un héros très entamé dans sa chair et dans sa tête, dont pourtant Cressida, la jeune sœur rebelle de Juliet, est secrètement amoureuse. Or, ce soir-là, Cressida disparaît, ne laissant en fait de traces que quelques gouttes de son sang dans la jeep de Brett. Qui devient alors le suspect numéro 1 et, contre toute attente, avoue le meurtre. Sept ans après, un étrange personnage surgit qui va peut-être résoudre l'impossible mystère. C'est ce que vise Joyce Carol Oates qui est sur tous les fronts: violence, guerre, dérangement des esprits et des corps, amour, haine. Et même exploration inédite des couloirs de la mort. Un roman puissant et captivant.


- Ce monde disparu
de Dennis Lehane
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


En 1943, le monde est en guerre mais aux USA la mafia est prospère. Après avoir régné sur le trafic d'alcool en Floride, Joe Coughlin a passé la main à son second Dion Bartolo. Joe agit comme conseiller occulte pour les gangsters Meyer Lansky et Lucky Luciano. Mais un jour, il reçoit la visite d'un gardien de prison qui est porteur d'un terrible message: quelqu'un veut sa peau. Troublé par cette mise en garde, Joe cherche à découvrir qui est son ennemi. L'enjeu est d'autant plus sérieux qu'une taupe a rencardé la police sur l'existence d'un labo de drogue clandestin.  


- Ce samedi-là
de Estelle le Caer
Éditions Du Palio / Octobre 2015


30 juillet 1949. Pour la plupart des Français, voilà déjà quatre ans que la guerre a pris fin. Pour Christian et Ludmila, c'est ce samedi-là seulement, dans un bal de village, que la page se tourne. Enfant de l'Assistance publique, résistant alors qu'il est encore imberbe, Christian a été déporté à Buchenwald. L'espoir de retrouver sa mère qu'il a toujours aimée malgré leur éloignement, la détermination et l'autonomie auxquelles l'a habitué sa jeunesse difficile, lui ont permis de survivre. Un bombardement américain l'a fait échapper à la pendaison, puis rejoindre les partisans tchèques à Prague. De retour en France à la Libération, il peine à y trouver sa place. De cinq ans sa cadette, Ludmila étouffe dans son village de Bourgogne. Née dans l'Yonne d'une mère slovaque et d'un père morave, la vie l'a tellement contrariée qu'à l'âge où rêvent les jeunes filles, elle hésite à faire des projets d'avenir. Pourquoi, pour l'un et l'autre, ce samedi-là a-t-il un goût de délivrance? On le comprend à l'issue du récit que, sous la forme du journal de Ludmila, Estelle le Caër fait des années de jeunesse de ses grands-parents.


- Ceux qui restent
de Wlodka Blit-Robertson / David Lescot / Paul Felenbok
Éditions Gallimard / Octobre 2015
 

"Nous sommes assis sur un banc, place du Général-de-Gaulle, à Lille, en octobre 2011, et Véronique me parle de son père. Dans un an et demi, ce sera le soixante-dixième anniversaire de l'insurrection du ghetto de Varsovie. Son père, Paul Felenbok, est né à Varsovie avant la guerre, il a vécu enfant dans le ghetto; jusqu'ici il n'a jamais pu en parler publiquement, mais maintenant il veut le faire. Quelque temps après, Véronique me parle de Wlodka Blit-Robertson, la cousine de Paul, qui vivait avec sa famille au même endroit que les Felenbok. Elle est la fille de Lucjan Blit, un responsable important du Bund, l'organisation socialiste juive. L'histoire de Paul et celle de Wlodka dans le ghetto commencent de manière identique: les deux familles vivent ensemble dans un immeuble, rue Leszno. Puis leurs parcours divergent: les Felenbok s'échappent par les égouts avec l'aide de passeurs, tandis que Wlodka et sa sœur jumelle Nelly passent par-dessus le mur, grâce aux contacts de leur père, et sont cachées dans une famille polonaise. Cette histoire, j'ai su dès le départ que je ne voulais pas l'écrire moi-même, en faire une œuvre d'auteur. Je voulais simplement faire en sorte que les témoins se racontent eux-mêmes. Je ne voulais pas parler pour eux, mais parler avec eux". D. L.


- Chroniques de Downton Abbey
Des grands salons aux offices, la famille Crawley et les domestiques se dévoilent...
de Jessica Fellowes
Éditions Charleston / Octobre 2015


Série télévisée britannique créée par Julian Fellowes, Downton Abbey met en scène la vie de la famille Crawley et de leurs domestiques à Downton, une demeure anglaise dans les années 1910. Depuis sa création, cette série connaît un succès d'audience et critique sans précédent. Dans ce livre compagnon officiel de la saison 3, nous partons à la rencontre des personnages de la série. Les fans sont conviés derrière les portes du manoir pour une visite exceptionnelle. Construit autour de deux catégories (les maîtres et les serviteurs), Chroniques de Downton Abbey vous présente en détail tous les personnages: le comte et la comtesse de Grantham, leurs trois filles, Mary, Sybil et Edith, la délicieuse comtesse douarière, mais également Mr Carson et Mrs Hughes, John Bates, Matthew Crawly et bien d'autres. On y découvre des révélations inédites sur le tournage et la vie des acteurs. Superbement illustré, Chroniques de Downton Abbey analyse le contexte politique et social de cette époque et présente, grâce à des documents d'époque, les hommes et les femmes qui ont inspiré la série.


- Comédia infantil
de Henning Mankell
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Quelque part en Afrique, la nuit, un homme assis sur le toit d'un théâtre contemple la ville. À ses pieds, un enfant blessé est en train de mourir. Nelio, âgé de dix ans, a vécu la guerre civile et l'errance. Il lui raconte son histoire, en opposant à la barbarie des hommes la poésie et la générosité d'un imaginaire enfantin. Une parole poignante qui résonne comme une fable universelle.


- Comme un feu secret
de Belva Plain
Éditions Belfond / Octobre 2015


Pour l'amour de Gérald, étudiant en médecine désargenté mais promis à un bel avenir, Hyacinthe n'a pas hésité à braver l'autorité de sa mère. Malgré sa jeunesse et son manque d'expérience, elle était sûre de lui, et de ses propres sentiments. Après son mariage, elle a aussi renoncé à sa carrière artistique pour se consacrer à son époux, bientôt associé dans une clinique de chirurgie esthétique, et à leurs deux jeunes enfants, ne peignant plus que dans ses rares moments de loisir. Jusqu'au jour où son couple, qu'elle imaginait indestructible, se fendille. Lentement, elle prend conscience qu'elle n'est pas vraiment heureuse auprès d'un homme trop ambitieux et trop amateur de femmes. Aux premiers doutes succèdent alors les premiers tourments. Quand la preuve de l'infidélité de Gérald éclate, Hyacinthe, en proie à la douleur autant qu'à la fureur, commet l'irréparable. Un acte qui va bouleverser de fond en comble son existence, et dont son mari va user pour se livrer sur elle au plus cruel chantage qu'on puisse imposer à une mère.


- De face sur la photo
de Ronit Matalon
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Envoyée en longues vacances chez son oncle, patron de pêcheries et self-made-man levantin installé au Cameroun, Esther, adolescente israélienne indocile, découvre la très étrangère vie des Blancs en Afrique. À travers sa relecture de photos de famille, elle déchiffre le passé de ces juifs d'Égypte, cosmopolites et polyglottes, façonnés par le colonialisme du Levant. Sous son regard libre, féroce et amusé, s'anime un monde hétéroclite et décadent, un monde qui a tourné le dos au sionisme et fait le choix d'un néocolonialisme bricolé et bancal. Où l'on découvre une famille qui s'ébat avec aisance dans sa villa avec piscine et fréquente la communauté française locale. Mais aussi la vie parallèle, si loin si proche, des Noirs qui gravitent autour, entre intimité ignorée et distance affirmée. À la fois chronique et coup de semonce, mêlant vitriol et nostalgie, De face sur la photo reconstitue une histoire qui n'a pas fini de redistribuer les rôles de maîtres et d'esclaves. Montage, collage, enquête, chanson faussement douce, c'est une lecture aussi envoûtante qu'insaisissable. Premier roman de Ronit Matalon publié en 1995, et réédité quinze ans plus tard, il a marqué la littérature israélienne contemporaine de sa modernité et de son audace.


- Dernier appel pour les vivants
de Peter Farris
Éditions Gallmeister / Octobre 2015


Pour Charlie, ce ne devait être rien d'autre qu'une banale journée de travail à la banque. Pour Hicklin, ce ne devait être qu'un casse de plus. Histoire de se refaire un peu à sa sortie de prison. Pour sa petite amie accro au crack, peu importe, puisque de toute façon rien ne se passe jamais comme prévu. Surtout si, dès le départ, on tente de doubler ses partenaires de la Fraternité aryenne. Et puis pourquoi prendre le jeune guichetier en otage? Maintenant, combien de temps faudra-t-il aux flics et aux membres du gang pour les retrouver?


- Des baisers sous la neige
de Nora Roberts
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


Il n'a pas fallu plus d'une seconde à Samantha pour décider de quitter Philadelphie et partir aider sa sœur jumelle, enceinte, qui doit rester alitée. Mais une fois installée dans le magnifique ranch de cette dernière, Samantha sent bientôt l'agacement ternir sa joie d'avoir retrouvé sa sœur: Jake Tanner, leur voisin, est un homme horripilant, arrogant. En même temps, il ne ressemble à aucun homme qu'elle a connu. Et un seul de ses regards suffit à faire battre plus vite son cœur. Une impression qui ne fait que se renforcer au fil des jours, et qui laisse Samantha  de plus en plus troublée. Sauf que Jake doit épouser bientôt une riche héritière, et qu'il n'y a pas de place pour elle dans sa vie.


- Des millions de larmes et de rires
de Karma Brown
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


Une femme vient de perdre son enfant à naître. Pour l'aider à émerger de la profonde mélancolie dans laquelle elle demeure plongée, son mari la persuade de laisser le fardeau de son épreuve derrière elle et de partir avec lui redécouvrir les lieux magiques, sensuels et lumineux où ils ont été heureux ensemble, la Thaïlande, l'Italie et Hawaï. Trois escales d'un voyage qui est aussi, surtout, cheminement intérieur pour renouer pas à pas avec le plaisir, la joie, l'amour. Dans un style moderne et touchant, Karma Brown revisite le roman féminin et rappelle que la vie, tissée de toutes nos larmes et de tous nos rires, vaut la peine qu'on la réinvente. Elle donne aussi à découvrir un roman émouvant à savourer, auquel son dénouement imprévisible inattendu ajoute comme une surprenante pincée d'épices.


- Du blues pour les cannibales
Une histoire pas naturelle de l'Amérique
de Charles Bowden
Éditions Albin Michel / Octobre 2015


L'écrivain américain poursuit ici sa traversée hallucinée des États-Unis, à la rencontre des fantômes de l'histoire collective, mêlant tout à la fois paysages, faits divers, politique et société en une fresque qui renferme les questions essentielles de notre temps. On y croise un prisonnier obsédé par son art, des délinquants sexuels dont les pulsions ne sont pas aussi folles que nous pourrions l'imaginer, un assassin dont l'exécution n'apporte aucune réponse. Saisissant avec autant d'amour que de rage les lignes de force qui gouvernent le monde, la plume de Charles Bowden interroge la soif de vivre  dans une ère de pillage globalisé et de violence déchaînée, signant une œuvre inclassable dont la portée et la vitalité ne peuvent laisser indifférent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:41

- En ce lieu enchanté
de René Denfeld
Éditions 10-18 / Octobre 2015


Dans le couloir de la mort, les condamnés attendent leur heure. Le narrateur y croupit depuis longtemps. Il ne parle pas, n'a jamais parlé, mais il observe ce monde "enchanté" et toutes les âmes qui le peuplent: le prêtre déchu qui porte sa croix en s'occupant des prisonniers, le garçon aux cheveux blancs, seul, une proie facile. Et surtout la dame, qui arrive comme un rayon de soleil, investie d'une mission: sauver l'un d'entre eux. Fouiller les dossiers, retrouver un détail négligé, renverser un jugement. À travers elle naît une bribe d'espoir, un souffle d'humanité. Mais celui à qui elle pourrait redonner la vie n'en veut pas. Il a choisi de mourir.


- En toute mauvaise foi
Sur un paradoxe littéraire
de Maxime Decourt
Éditions De Minuit / Octobre 2015


Dire toute la vérité et rien que la vérité. Vivre dans la transparence et la franchise. Ces préceptes, les chantres du vrai ont voulu les appliquer de force à ce que tout nous désigne comme une forme retorse du mensonge: la littérature. Quelle est la légitimité de cette posture? N'est-on pas amené à la suspecter, à en reconnaître la fragilité et les impasses? Car, examinant l'inlassable guerre qui a opposé les tenants de la sincérité (Rousseau, Leiris, Sartre) à leurs détracteurs (Molière, Laclos, Dostoïevski, Gary, Perec), on aperçoit se profiler une autre définition de ce qu'est la littérature. En toute mauvaise foi: ne serait-ce donc pas ainsi que les œuvres se présentent à nous et se jouent de nous? C'est-à-dire en s'inscrivant dans une structure qui n'est ni le mensonge ni la vérité, mais leur mélange incertain. Qui affirme en niant et qui dément en proclamant. Sommes-nous pourtant prêts à accepter que tout discours échappe à ce qu'il est tout en continuant de l'être, à admettre que la littérature ne produise qu'une vérité, parfois contradictoire, et non la vérité? Percevoir la manière dont l'œuvre pose la mauvaise foi, la suscite et la défie, c'est approcher ce qui constitue sa matière même, tant le moteur de ses intrigues que sa métaphysique implicite ou explicite. Mais c'est aussi repenser son rapport au lecteur, au réel et au savoir. Car il y a un paradoxe commun au menteur et au sincère que seule la mauvaise foi permet de décrire en s'arrachant à nos routines intellectuelles.


- Et les rêves prendront leur revanche
de Hugues Royer
Éditions L'Âge d'Homme / Octobre 2015


La plupart du temps, la vie engloutit nos rêves: la pression sociale et le poids du quotidien les étouffent dans l'œuf sans leur donner la moindre chance d'éclore. Mais il arrive aussi qu'en un sursaut décisif l'individu noyé dans la masse renoue avec le fil de son destin singulier. En découvrant ces nouvelles, vous croiserez des êtres à fleur de peau, pris dans les filets de leurs névroses, souvent boiteux de n'avoir pas été assez aimés, ou encore déshumanisés par le culte de la technologie, qui s'est imposé au cœur de notre intimité. Des résistants qui veulent encore croire à leurs rêves. Et qui, en déjouant la fatalité, jettent un regard parfois féroce sur notre époque. Une star de la chanson hantée par un avortement, un mari troublé par l'apparition d'un canapé dans le salon conjugal, un patient confronté à l'indifférence de son médecin, une mère accusée de maltraitance envers son fils, une employée vieillissante acculée au suicide, une attachée de presse scotchée aux réseaux sociaux, un père réduit en esclavage par sa fille de sept ans, un peintre en panne d'inspiration qui prend soudain goût à la vie.


- Étonnez-moi
de Maggie Shipstead
Éditions Belfond / Octobre 2015


La grâce. C'est ce que voit Joan lorsqu'elle regarde danser Arslan Rusakov. La grâce qui la sépare, elle, petite ballerine à l'Opéra Garnier, de cette superstar du ballet soviétique. Pour s'en approcher, une fois, une seule, Joan se glisse un soir dans sa loge pour une étreinte furtive, passionnée, comme une supplique: "Étonnez-moi". Vingt ans plus tard, Joan vit dans une petite ville de banlieue en Californie, où elle se consacre désormais à son mari et à son fils, Harry. Son passé de danseuse, elle a choisi de l'oublier: toutes ces années de passion, d'efforts, de compétition permanente, et surtout ce moment où elle a compris qu'elle ne rejoindrait jamais Arslan au firmament. Mais comment oublier quand elle regarde Harry danser? L'enfant montre de prodigieuses aptitudes. Pour lui, Joan va renouer avec l'univers du ballet, ce monde aussi cruel que merveilleux, qui a brisé son cœur, son corps et tous ses rêves. Un monde où évolue encore Arslan Rusakov.


- Etta et Otto (et Russell et James)
de Emma Hooper
Éditions Les Escales / Octobre 2015


Dans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, 83 ans, n'a jamais vu l'océan. Un matin, elle enfile ses bottes, emporte un fusil et du chocolat et entame les 3 232 kilomètres qui la séparent de la mer. "J'essaierai de ne pas oublier de rentrer". C'est le mot qu'elle laisse à Otto, son mari. Lui a déjà vu l'océan, il l'a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision de sa femme mais, maintenant qu'elle n'est plus là, ne sait plus comment vivre. Russell, l'ami d'enfance d'Otto, a passé sa vie à aimer Etta de loin. Il ne peut se résoudre à la laisser seule et part à sa suite. Et qui sait, peut-être pourra-t-il chasser le caribou en chemin. Bercé par le rythme des vagues, Etta et Otto (et Russell et James) vogue du souvenir à l'oubli. Un roman lumineux sur la mémoire, l'amour et la poésie des mots.


- Eva Trout
de Elizabeth Bowen
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


Dernier livre d'Elizabeth Bowen, Eva Trout est peuplé de personnages loufoques et attachants. Tout l'art de cette célèbre romancière irlandaise est de nous révéler peu à peu le caractère fantasque de son héroïne, jeune héritière encombrée par sa féminité.


- Fièvre
de Megan Abbott
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


Deenie Nash est une adolescente typique. Avec ses meilleures amies, Lise, Gabby et Skye, elles ne parlent que d'une chose: qui l'a déjà fait? Est-ce que ça fait mal? Elles échangent ragots et potins par textos interposés. Un matin, en classe, Lise est soudain prise d'une violente crise de convulsions et emmenée à l'hôpital. Dans les couloirs du lycée, on ne parle que de ça. Deux jours après, c'est Gabby qui subit le même type de crise. La panique s'étend à la famille, au lycée et à toute la communauté. Qu'est-il arrivé à Lise et à Gabby? Est-ce un virus? Ou, comme le pense la mère de Lise, désemparée, la faute des garçons et l'attrait du sexe? Les théories du complot les plus fumeuses circulent dans le lycée, d'autant plus que d'autres jeunes filles sont saisies d'étranges symptômes, qui laissent les autorités médicales perplexes et provoquent chez les parents une tempête de protestations. Deenie s'inquiète. Va-t-elle être elle aussi saisie par cette fièvre? Megan Abbott décrit avec talent le malaise, l'hystérie collective et les jeux de pouvoirs des adolescents américains.


- Fox-trot
de Michel Quint
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2015


Février 1934. Tandis que les gramophones jouent Deux sous de fleurs, l'affaire Stavisky éclabousse la classe politique française. De violentes émeutes menées par les ligues d'extrême droite éclatent. Malgré ces troubles, le spectacle continue. Le haut du pavé se presse pour admirer Lisa Kaiser qui se produit au "Sphinx", un cabaret lillois. Mais la trapéziste est sauvagement assassinée. Assiste-t-on à une contagion de la violence? Charles, qui en pinçait pour la voltigeuse, va mener l'enquête tout en acceptant d'être la taupe du maire socialiste, Roger Salengro, chez les Croix-de-Feu. Un jeu qui s'avère dangereux. Entre music-hall, effroi et paranoïa, Fox-trot est un roman sur une époque où pointe en tout la barbarie. L'intrigue policière, implacable, est portée par un rythme martelé comme des pas de danse sur un vieux plancher.


- Froid devant !
de Jean-Michel Cosnuau
Éditions Robert Laffont / Octobre 2015


En 1996, Jean-Michel Cosnuau est un homme heureux, il dirige une importante agence de publicité et connaît un grand amour. Mais après que la femme qu'il aime a péri dans le crash du Boeing TWA 800, il lâche tout pour ouvrir un bar rock à Moscou. Il découvre alors l'ébullition de la nouvelle Russie en voie de reconstruction. Le début d'une passion inentamable, de vingt années de vie festive et périlleuse, d'imprévus, d'amitiés intenses, de trahisons et de rencontres amoureuses, qu'il nous raconte avec un mélange de détachement amusé, de fatalisme, d'émotion et d'humour jubilatoire. En vingt ans, il conçoit une dizaine de clubs, bars et restaurants, apprend tout du banditisme ambiant et de la corruption, devient une référence des nuits moscovites, gagne seul un procès contre l'un des géants du tabac américain, survit à un lymphome indolent, à une hépatite C galvanisée par la vodka, et retombe perpétuellement amoureux de la Russie, de sa force vitale et de ses femmes puissantes ou mystiques. Une description ébouriffante de Moscou, incroyablement juste et enivrante, qui nous fait adorer les Russes, leur énergie, leur absence de limites, leur amour de la vie et du rapport de forces. Le livre retrace ainsi l'évolution de la Russie ces deux dernières décennies, et rompt avec la vision stéréotypée qui prévaut dans la presse occidentale.


- G.
de John Berger
Éditions de l'Olivier / Octobre 2015


Fils bâtard d'une aristocrate anglaise et d'un négociant italien, G., le protagoniste de ce roman, est tôt séparé de ses parents. C'est en orphelin qu'il se construit. Plusieurs expériences vont développer en lui une passion pour le corps singulier des femmes, et celui, collectif, des masses en lutte dans l'histoire. Rien en lui d'un séducteur, pourtant; G. est plutôt laid, et s'il fascine, c'est par la force dérangeante de son regard. Épique, G. est traversé par le grondement des révoltes, le souffle des guerres, mais aussi le sillage des premiers héros de l'aviation. Intimiste, il reconstruit le monde perdu de l'enfance, explore celui du désir et du sentiment amoureux. Matérialiste, il doit beaucoup à Marx, mais surtout à Diderot, le Diderot du Neveu de Rameau, et aux écrivains érotiques du XVIIIe, dont il retourne le propos: avec G., Don Juan ne vient plus asservir les femmes à son désir, mais les libérer.


- Hamlet au Paradis
de Jo Walton
Éditions Denöel / Octobre 2015


Londres. 1949. Viola Lark a coupé les ponts avec sa noble famille pour faire carrière dans le théâtre. Quand on lui propose de jouer le rôle-titre dans un Hamlet modernisé où les genres ont été chamboulés, elle n'hésite pas une seconde. Mais l'euphorie est de courte durée, car une des actrices de la troupe vient de mourir dans l'explosion de sa maison de banlieue. Chargé de l'affaire, l'inspecteur Carmichael de Scotland Yard découvre vite que cette explosion n'est pas due à une des nombreuses bombes défectueuses du Blitz. Dans le même temps, Viola va cruellement s'apercevoir qu'elle ne peut échapper ni à la politique ni à sa famille dans une Angleterre qui embrasse la botte allemande et rampe lentement vers un fascisme de plus en plus assumé.


- Hendaye
de Marcos Eymar
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Dans une vieille méthode d'espagnol trouvée chez un bouquiniste, Jacques a bien du mal à reconnaître la langue ardente de ses tantes venues à Paris pleurer la mort de sa mère. Il sombre dans l'alcool et quitte son emploi pour se lancer à corps perdu dans l'apprentissage obsessionnel de cette langue maternelle interdite, convaincu qu'elle seule peut expliquer les fractures de son enfance (l'émigration de ses parents dans les années 1960, l'énigmatique disparition du père communiste, le passé trouble de la mère). Bientôt il se voit proposer de faire franchir à une mystérieuse mallette la frontière des Pyrénées, lors d'hypnotiques allers-retours par le train de nuit. S'installe alors un périlleux va-et-vient entre Paris et Madrid, le français et l'espagnol, le passé et le présent pour cet homme impliqué à son corps défendant dans une dangereuse affaire criminelle de contrebande et une impossible histoire de fascination sexuelle et linguistique. Sous ses allures de roman policier, ce livre écrit dans une langue très singulière dit la difficulté de se structurer sans le recours de la langue identitaire, et de n'avoir que la frontière pour condition et patrie.


- Heureux celui qui n'a pas de patrie
de Hannah Arendt
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


La poésie fut la grande affaire de sa vie: pendant près de quarante ans, de 1924 à 1961, moment du procès Eichmann, Hannah Arendt ne cessa d'en écrire. Ses poèmes, où l'on croisera les figures de Martin Heidegger et de Walter Benjamin, parlent d'exil, d'amour et de mort, de nature et de nostalgie. Rassemblés ici pour la première fois, souvent totalement inédits, ils nous font pénétrer dans le jardin secret de la plus grande philosophe du XXe siècle.


- Hiver
de Christopher Nicholson
Éditions La Table Ronde / Octobre 2015


Dans la maison qu'il a lui-même construite au cœur du Dorset, aux côtés de Wessex, son chien fidèle, et de Florence Dudgale, sa secrétaire et épouse en secondes noces, Thomas Hardy entre dans l'hiver de sa vie. À quatre-vingt-quatre ans, l'auteur de Jude l'Obscur pense en avoir fini avec la passion quand une adaptation de Tess d'Urberville est montée au village. La jeune Gertrude Bugler, qui tient le rôle-titre, le charme et le fascine par son talent et sa fraîcheur. Sous le regard amer de son épouse qui souffre de la pesante atmosphère d'une maison isolée et encerclée d'arbres, Hardy vit son ultime amour. Christopher Nicholson esquisse un portrait tantôt mélancolique, tantôt désopilant, mais toujours saisissant, d'un couple vieillissant, et met en lumière les interactions entre la vie et l'œuvre de l'un des plus grands auteurs britanniques.


- Hôtel Mahrajane
de Robert Solé
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


L'hôtel Mahrajane est l'un des joyaux de Nari, un petit port arabe de la Méditerranée. Dans cette ville cosmopolite, séparée de la capitale par un désert, chacun, musulman, chrétien ou juif, trouve sa place. On n'y vit pas vraiment ensemble, mais en voisins. Les amours entre personnes de communautés différentes ne vont pas jusqu'au mariage, sauf à provoquer des drames. Depuis la mort du fondateur, c'est son gendre, Haïm Lévy-Hannour, qui dirige l'hôtel, aux côtés de sa séduisante épouse, Nissa. Le Mahrajane fait office de club pour la bonne société locale. La famille du narrateur en est exclue, mais l'oncle Louca y a ses entrées, par la porte de service. Au cours des déjeuners dominicaux, ce personnage fantasque, adoré des enfants, en révèle une partie des secrets. Le narrateur découvrira à son tour les coulisses du Mahrajane. Mais cet hôtel de charme peut-il résister aux bouleversements politiques et religieux qui affectent la région? Il connaîtra des transformations successives, jusqu'au feu d'artifice final.


- Il est de retour
de Timur Vermes
Éditions 10-18 / Octobre 2015


Nous sommes à Berlin en 2011 et il est de retour. Qui? Hitler. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content: plus personne ne fait le salut nazi. L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe. Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays. Il est temps d'agir. Le Führer est de retour. Une équipe de télé, par l'odeur du bon client alléchée, est toute prête à lui fournir une tribune. La machine médiatique s'emballe.


- Invincible
de Amy Reeder
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


Tout le monde prévoit de mourir. Mais qui prévoit de SURVIVRE? Je ne vous apprends rien: l'hôpital, ça craint. Surtout quand on pense qu'on va mourir et qu'on voit les autres qui ont toute la vie devant eux. Alors vous allez me trouver sacrément ingrate si je vous dis que finalement, la maladie ne m'a pas eue, que je suis bien vivante, et que pourtant je suis sonnée. À terre. Agressive. En colère. Parce que je n'avais pas prévu ça. VIVRE. Parce que tout le monde attend de moi que je sois heureuse. Ce que je suis? Une fille qui cherche sa route. Et le seul qui me prend telle que je suis, c'est Marcus.


- J'ai construit la grande pyramide
de Christian Jacq
Éditions XO / Octobre 2015


Je suis né il y a cinq mille ans dans un village du sud de l'Égypte. J'aurais dû rester paysan, comme mon père. Mais je me suis révolté contre un scribe de la corvée, le Profiteur, et je me suis enfui pour échapper à la prison. Dans la capitale, j'ai eu la chance d'être recruté sur un gigantesque chantier, celui de la future Grande Pyramide de Khéops. Embauché au bas de l'échelle, j'ai écouté les paroles de mes maîtres afin de devenir tailleur de pierre. Et j'ai été associé à toutes les étapes de la construction d'une pyramide unique et inégalable. Vingt ans. Vingt ans d'une aventure peuplée de dangers, au cours de laquelle j'ai connu de rudes épreuves, des amitiés indestructibles et un amour fou. La vie dont je rêvais et qui s'est construite par mes mains. Christian Jacq nous fait vivre la formidable aventure d'un tailleur de pierre prêt à donner sa vie pour que s'élève, à jamais, la Grande Pyramide: la dernière des Sept Merveilles du monde encore visible. Il nous révèle les secrets de ce chef-d’œuvre érigé il y a cinq mille ans, qui devait permettre à l'âme de Khéops, le pharaon, de rejoindre les paradis de l'autre monde.


- Je te vois
de Béatrice Shalit
Éditions Julliard / Octobre 2015


De la fenêtre de son cabinet de psychanalyste, Éva contemple l'agitation mystérieuse qui règne sur le chantier de l'autre côté de sa rue. Elle est fascinée par ces hommes bottés, casqués et casaqués de jaune fluo qui s'agitent sans raison évidente, à l'exception du grutier qui, du haut de son engin surnaturel, manipule des charges considérables avec une délicatesse et une précision de couturière. Éva regarde les ouvriers et les ouvriers regardent Éva, surtout Louis, le chef de chantier, et Pedro, le grutier. Or, à force de regarder, on finit par voir des choses. C'est ainsi qu'Éva assiste au passage à tabac d'un ouvrier par des malfrats qu'elle ne peut identifier, mais qui lui font savoir cruellement qu'il vaudrait mieux pour elle qu'elle n'ait rien vu du tout. Cet incident provoque des relations entre deux mondes qui n'auraient jamais dû se croiser. On se rencontre, on se parle. La vie de chacun des personnages va s'en trouver profondément bouleversée. Qui aurait pu penser que Louis, le veuf, l'inconsolable chef de chantier, éprouverait le besoin de se lancer dans une psychanalyse et qu'Éva se trouverait attirée par ce nouveau patient d'une manière que la déontologie réprouve? Qui aurait pu croire que derrière le ballet si bien réglé des ouvriers du bâtiment se dissimulent la misère, l'exploitation, les haines raciales, les faiblesses et les désarrois les plus tragiques? Un roman choral contemporain, douloureux et sensible.


- John meurt à la fin
de David Wong
Éditions 10-18 / Octobre 2015


John et Dave sont deux potes. À un concert, John rencontre le "Jamaïcain", qui lui fait essayer une nouvelle drogue. Les effets sont radicaux. En plein "bad trip", John hallucine sévèrement. Peu rassuré, Dave le conduit à l'hôpital. À la suite de quoi la police leur fait subir un interrogatoire en règle: tous ceux qui ont pris ce soir-là la drogue du Jamaïcain sont morts ou se sont évaporés. Ensuite, autant vous prévenir: ça devient carrément dingue. Bienvenue dans le monde de John: le mec qui risque fort de mourir à la fin.


- Kaé ou les deux rivales
de Sawako Ariyoshi
Éditions Mercure de France / Octobre 2015


Vers 1785, dans une petite ville japonaise. La jolie et douce Kaé va épouser par procuration le jeune et brillant Umpei, retenu pour plusieurs années encore à Tokyo où il étudie la médecine. C'est alors une coutume au Japon: un mariage "virtuel" célébré en bonne et due forme, mais en l'absence du mari. Kaé va donc aller vivre chez ses beaux-parents en attendant le retour d'Umpei, qu'elle n'a jamais vu. Au début, elle est très heureuse, subjuguée par la beauté et le charme de sa belle-mère, l'impérieuse Otsugi, qui lui manifeste beaucoup d'affection. Mais tout change quand arrive Umpei, la prunelle des yeux de sa mère, qui voit sa belle-fille comme une rivale qu'il lui faut dominer entièrement. Umpei, lui, se consacre à son métier de chirurgien, avec une obsession: mettre au point un anesthésique suffisamment puissant pour pouvoir opérer les cancers, du sein plus particulièrement. Il commence par faire des expériences sur des animaux, mais quand au bout de dix ans, il pense avoir trouvé, il va devoir se tourner vers des cobayes humains, Otsugi et Kaé se proposent toutes les deux, les deux rivales qui maintenant se haïssent et se disputent son amour. Laquelle sortira victorieuse de cet atroce combat, dont l'auteur ne nous épargnera aucun cruel moment? Née en 1931 et morte à Tokyo en 1984, Sawako Ariyoshi reste une des plus prestigieuses romancières japonaises contemporaines. Traduit dans de nombreuses langues, Kaé ou les deux rivales avait été publié en France en 1981, mais jamais réédité.


- L'Arménienne: l'indestructible fil de la vie
de Gaya Guerian
Éditions XO / Octobre 2015


L'histoire d'un indestructible "fil de vie" de mère en fille. "Je suis l'enfant de multiples orages, la fille de rivières de sang. L'Arménie m'a enfantée, mais le pays de mon cœur a été détruit. Gamine, à Paris, j'ai écouté les échos lointains du peuple arménien qui a été égorgé là-bas, en 1915. Toute ma vie, j'ai entendu parler de "là-bas". Achrène, ma grand-mère, était de là-bas, Azad, ma mère, était de là-bas. Comme des milliers de femmes battues, vendues, violées, déportées, comme tous ces enfants noyés, elles étaient promises à la mort. Elles ont survécu par miracle. Pendant des années, j'ai reconstitué leur histoire. Ce livre, je l'ai écrit avec l'encre de mon âme". En racontant l'incroyable histoire de sa grand-mère et de sa mère, Gaya Guérian révèle la cruauté terrifiante du génocide arménien. Elle montre aussi qu'avec le plus lourd des héritages, on peut embrasser la vie. Un livre pour savoir et ne jamais oublier. C'est en 2004, trois ans après la mort de sa mère, que Gaya Guérian se met à écrire. Toutes les nuits, elle noircit des pages de cahier, reconstituant, peu à peu, les fils de son histoire.


- L'aviatrice
de Paula McLain
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


Beryl Markham a deux ans lorsque sa famille s'installe au Kenya en 1904. Très vite abandonnée par sa mère, elle est élevée par son père, entraîneur de chevaux de course, et par les natifs de la tribu Kipsigi, qui vivent sur les terres paternelles. Cette éducation non-conventionnelle pour quelqu'un de son rang fait d'elle une jeune femme audacieuse et farouche, qui voue un amour sans bornes à la nature sauvage et se moque de la bienséance. De mariages ratés en liaisons contrariées, elle tombe éperdument amoureuse de Denys Finch Hatton, l'amant de l'auteure Karen Blixen, Beryl va peu à peu s'imposer comme l'une des femmes les plus singulières de son temps. Elle sera la première aviatrice à accomplir un vol transatlantique en solitaire d'est en ouest. Avec pour décors les paysages majestueux de l'Afrique du début du XXe siècle, Paula McLain nous livre l'histoire d'une femme hors du commun qui n'aspire qu'à être libre.


- L'homme qui fuyait le Nobel
de Patrick Tudoret
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


Tristan Talberg, écrivain reconnu, se voit décerner le prix Nobel. Mais il n'en veut pas. Misanthrope, en deuil d'une épouse aimée, il est pris de panique devant le vacarme médiatique provoqué par le prix et décide de s'enfuir de Paris. Réfugié chez des amis, traqué par la police qui pense à un enlèvement et par une meute de journalistes en quête d'un scoop, il doit encore fuir vers des horizons dont il ignore tout. Sur la route de Compostelle, il retrouvera le goût de vivre. Bouleversant et drôle à la fois, c'est le roman d'un amour fou où s'entrecroisent récit et lettres à une femme aimée.


- L'intérêt de l'enfant
de Ian McEwan
Éditions Gallimard / Octobre 2015


À l'âge de cinquante-neuf ans, Fiona Maye est une brillante magistrate spécialiste du droit de la famille. Passionnée, parfois même hantée par son travail, elle en délaisse sa vie personnelle et son mari Jack. Surtout depuis cette nouvelle affaire: Adam Henry, un adolescent de dix-sept ans atteint de leucémie, risque la mort. Les croyances religieuses de ses parents interdisant la transfusion sanguine qui pourrait le sauver, les médecins s'en remettent à la cour. Après avoir entendu les deux parties, Fiona décide soudainement de se rendre à l'hôpital, auprès du garçon. Mais cette brève rencontre s'avère troublante et, indécise, la magistrate doit pourtant rendre son jugement. Dans ce court roman, Ian McEwan allie avec justesse la froideur de la justice à la poésie et à la musicalité qui imprègnent la vie des personnages. Dans un style limpide, il crée une ambiance oppressante et fait preuve d'une complexité thématique impressionnante. Les certitudes se dérobent: où s'arrête et où commence l'intérêt de l'enfant?


- L'intime secret d'une mère
de Violette Falzone-Martel
Éditions Les Presses Du Midi / Octobre 2015


À l'heure où les cigales chantent dans les grands pins parfumés, deux jeunes amants inconscients et heureux sont étendus sur un tapis d'aiguilles sèches. Inlassablement leurs corps ondulent au rythme des pointus colorés qui dansent, sur les vaguelettes en contrebas des roches blanches, dans le petit port de la calanque de Sormiou. Puis lentement l'été fait place à l'automne cachant jalousement ses fruits sous le feuillage pourpre duveteux. À présent, sur la place de l'église de Mazargues, ils s'assoient sur un banc pour parler de projets, tout en observant le mistral arracher une à une les feuilles des platanes qui tourbillonnent et balaient par la même, la vie toute tracée de Clémence. Et, dans la mouvance des saisons, sournoisement l'hiver dans son habit sombre perdurera pour cette jeune femme une décennie.


- L'origine du monde
de Philip le Roy
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Au cœurs des livres sacrés. Sabbah Shabi a fui la Syrie après avoir dérobé à une secte judéo-chrétienne millénaire trois preuves qui remettent en question 1 400 ans d'histoire. Traquée, la jeune franco-syrienne, enceinte de quatre mois, trouve refuge dans le Nagaland au sein de la confrérie du Serpent. Elle y fera une découverte exceptionnelle: la confrérie protège de précieux manuscrits menacés de destruction, dont un rouleau biblique de Qumrân qui rétablit la vérité sur les origines de l'humanité. Susceptible d'ébranler les fondements des trois religions monothéistes, ce texte révèle aussi l'existence d'un trésor inestimable qui peut sauver le monde. Mais Sabbah a entraîné le mal dans son sillage. Après La Porte du Messie, Philip Le Roy, grand prix de littérature policière pour Le Dernier Testament, poursuit son cycle romanesque dédié aux livres sacrés. Il remonte cette fois aux sources de l'humanité et s'attaque à sa plus grande menace: l'homme. Fondé sur des recherches historiques et archéologiques encore confidentielles, cet ouvrage spectaculaire, mystique et charnel, développe un suspense toujours plus intense qui aboutit à un dénouement pour le moins inédit. L'écriture de ce cycle a bénéficié de la collaboration du théologien Guillaume Hervieux.


- La balade des pas perdus
de Brooke Davis
Éditions Fleuve Noir / Octobre 2015


Millie Bird, alias "Capitaine Funérailles", est fascinée par les Choses Mortes. À tout juste 7 ans, elle en possède tout une collection: son chien Rambo, le vieil homme dans la rue, des araignées, des oiseaux. .. et sur tout son père. Assez pour ne pas se démonter quand un jour sa mère l'abandonne dans un centre commercial. C'est alors qu'elle rencontre Karl. Karl, le dactylographe de 87 ans, tapait autrefois des mots d'amour sur la peau de sa femme. Mais depuis qu'elle est morte, il les tape désormais en l'air, à chaque fois qu'il parle. Interné dans une maison de retraite par son fils, il a profité d'un éclair de lucidité pour s'échapper. Quant à Agatha Pantha, du haut de ses 82 ans, elle n'a plus quitté sa maison ni adressé la parole à quiconque depuis des lustres. Mais quand elle découvre à son tour l'histoire de la petite Millie, son sang ne fait qu'un tour: elle décide de retrouver cette maman indigne, pour lui dire de quel bois elle se chauffe. Lancé sur les routes de l'Ouest australien, l'improbable trio n'en est encore qu'au tout début de ses aventures.


- La bouche ouverte
de Shmuel T. Meyer
Éditions Serge Safran / Octobre 2015


Théo aime Caroline, Gabriel aime tante Ingrid, Ingrid aime l'amour et Fanny la vie. Un siècle, deux générations, trois familles aux destins mêlés; l'une juive, les deux autres pas. La ville de Genève, son lac, sa nostalgie, et la gourmandise, beaucoup de gourmandise entre les pages. À chaque chapitre, un aliment typique évocateur de souvenirs ou d'aspirations: tapioca, longeole, gratin de cardons. Récit émouvant et drôle de plusieurs femmes et quelques hommes attachants, parfois désarmés devant la providence et la puissance d'une histoire qui leur échappe. Amours, suicide assisté, gastronomie, coffre-fort et secrets de famille. Une sacrée et savoureuse cuisine.


- La conspiration Alexandrie
de Adrian d'Hagé
Éditions Les Escales / Octobre 2015


Dans les sables mouvants du désert d'Egypte, des rumeurs circulent à propos d'un mystérieux papyrus, qui révélera la vraie raison d'être des Pyramides de Gizeh. Et si ces antiques monuments étaient la source d'une nouvelle forme d'énergie, qui ne coûterait rien à la planète? L'agent du CIA Curtis O'Connor, aidé de l'archéologue Aleta Weizman sont déterminés à le découvrir. Non loin, un groupe énigmatique et puissant, appelé Pharos, se rassemble à Alexandrie dans le plus grand secret. Son premier objectif: créer le chaos dans les marchés financiers internationaux en lançant une série d'attaques terroristes spectaculaires sur les gisements d'énergie fossile. Au Caire, dans l'anarchie de la place Tahrir, des voleurs font effraction dans le Musée des Antiquités et dérobent l'un des objets les plus précieux du monde: le masque de Toutankhamon. Ce vol audacieux est-il lié au groupe Pharos? Tissant habilement politique, histoire et science à une intrigue captivante, La Conspiration Alexandrie est une phénoménale chevauchée entre l'Afghanistan et Washington, entre Sydney et Londres.


- La cure de Framley
de Anthony Trollope
Éditions Fayard / Octobre 2015


Le révérend Mark Robarts, qui occupe la cure de Framley, dans le Barset, et Ludovic Lufton, lord et futur maître du manoir de Framley, sont amis d'enfance. La mère de Ludovic, Lady Lufton, qui tient à affirmer son pouvoir social dans ce petit monde de province, a beaucoup œuvré pour favoriser le mariage du jeune ecclésiastique avec Fanny Monsell, et elle se montre tout aussi déterminée à voir son fils convoler avec une jeune fille digne de son rang. Par l'intermédiaire de Ludovic, Mark rencontre Nathaniel Sowerby, un député à la fréquentation compromettante qui le pousse à contresigner des billets de reconnaissance de dettes. Frôlant la catastrophe pour sa famille et le déshonneur pour lui-même, Mark risque aussi de compromettre le mariage de sa sœur. Le héros, souvent fort peu héroïque, de ce roman loué au XIXe siècle par Elizabeth Gaskell et Henry James est entouré de personnages féminins remarquables et attachants, qui comptent parmi les plus belles réussites de Trollope et nous rappellent la place essentielle des femmes dans son univers romanesque.


- La dame à la licorne
de Tracy Chevalier
Éditions La Table Ronde / Octobre 2015


Désireux d'orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, le noble Jean Le Viste commande une série de six tapisseries à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Le commanditaire est riche, il rêve de grandes scènes de chasse et de batailles. Surpris d'avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l'artiste accepte après avoir entrevu la fille de Jean La Noble dont il s'éprend. Elle deviendra l'inspiratrice et le modèle des tapisseries. Cette passion entraînera Nicolas dans le labyrinthe de relations délicates entre maris et femmes, parents et enfants, amants et servantes. À Bruxelles, le lissier Georges de La Chapelle est confronté au plus grand défi de sa carrière. Jamais il n'a accepté un travail aussi ambitieux dans des délais aussi brefs. Mais les commandes sont rares et le marchand est puissant. Toute la vie de son atelier et de sa famille en sera bouleversée. En élucidant le mystère d'un chef-d'œuvre magique, Tracy Chevalier ressuscite un univers de passion et de désirs dans une France où le Moyen Âge s'apprête à épouser la Renaissance.


- La dame de pierre
de Xavier-Marie Bonnot
Éditions Belfond / Octobre 2015


De la famille Verdier, il ne reste plus qu'eux, Pierre et Claire, le frère et la sœur. Lui, a repris la ferme familiale, dans la vallée de Saint-Vincent, auprès de leur montagne. Elle, vit à Paris. De l'existence de sa sœur, il ne sait rien, ou si peu de choses. Simplement qu'elle lui rendra toujours visite, immanquablement, deux fois l'an, dans cette maison de famille où rien n'a changé. Mais cette fois-là, c'est différent. Claire a des cauchemars. Toutes les nuits, elle a peur pour une certaine Vicky, et prétend qu'elle-même sera bientôt morte. Pour Pierre, l'homme de la terre, les secrets et les névroses de sa sœur ne sont que des faiblesses. Un matin d'hiver pourtant, Claire part et ne revient pas. Lorsqu'on retrouve son corps sans vie, étrangement vêtu, c'est Pierre qui est désigné comme le coupable. Pierre est seul à présent. Lui, le taciturne qui vit reclus depuis le drame qui a brisé sa carrière d'alpiniste, aurait-il pu commettre l'irréparable? Tant il est vrai que dans la famille Verdier les mystères et les secrets sont légions. Et qui est cette Vicky dont personne dans l'entourage de Claire ne semble connaître l'existence? Pierre comprendra bien tard qu'elle était le secret le mieux caché de sa sœur.


- La dernière leçon
de Noëlle Châtelet
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Lorsque sa mère, à l'âge de 92 ans, décide de mettre fin à ses jours, la narratrice est submergée d'effroi. Comment se prépare-t-on à une telle épreuve? Elle accompagnera jusqu'au bout celle qui lui a donné la vie et partagera les derniers instants de tendresse et de complicité. Elle apprendra par amour sa dernière leçon: celle qui lui manquait pour apprivoiser la mort.


- La femme d'argile et l'homme de feu
de Helene Wecker
Éditions Robert Laffont / Octobre 2015


Lorsqu'elle se réveille en cette fin de XIXe siècle, Chava est dans une malle au fond d'un navire qui les emmène, elle et Otto Rotfeld, son nouveau mari, à New York, loin de la Pologne. Elle vient seulement de naître avec l'aspect d'une femme, l'esprit d'une personne qui a encore tout à apprendre et le besoin irrépressible de réaliser les moindres désirs de son maître. C'est une golem. Otto l'a fait fabriquer par un ancien rabbin qui a abandonné Dieu il y a longtemps pour se consacrer à l'occultisme. Or, avant même de pouvoir profiter de sa nouvelle épouse, il meurt en plein milieu de l'océan. La golem est désespérée: son unique raison de vivre a disparu et, en l'absence de son maître, c'est tout son entourage qu'elle entend. Leurs peurs, leurs besoins, leurs désirs, leurs peines. Arrivée à New York, elle vole du pain pour un enfant dont elle ressent profondément la faim. Bientôt lynchée par la foule qui ne tarde pas à l'entourer, elle est secourue et recueillie par le rabbin Meyer, qui l'héberge et l'introduit peu à peu à la vie, en commençant par la communauté juive de son quartier du Lower East Side. Lorsque le djinn se réveille, il est violemment projeté sur le sol de l'atelier de l'étameur Arbeely, un immigré syrien. L'instant d'avant, c'est-à-dire un millier d'années auparavant, il était encore un djinn dans le désert, un être composé de feu, libre comme l'air, sans forme précise, aux pouvoirs exceptionnels, dont celui de plier les métaux selon sa volonté. Une chance pour l'étameur qui, une fois sa surprise passée, embauche cet être à l'apparence humaine et à la beauté incandescente comme assistant et voit bientôt la clientèle syrienne de Washington Street s'arracher ses services. La golem et le djinn se rencontrent au hasard d'une rue et se voient tels qu'ils sont réellement. Chacun sait que l'autre n'est pas humain. Après une première rencontre houleuse, la golem et le djinn se donnent rendez-vous une fois par semaine, la nuit, pour arpenter les rues de Manhattan, qu'ils découvrent avec émerveillement. La golem se délestera progressivement de sa peur d'être découverte et se libérera, à l'image du djinn, désinvolte et pourtant bien prisonnier de sa nouvelle condition. Mais une menace plane sur eux: le créateur de la golem, d'un âge très avancé, est prêt à tout pour échapper à une mort qui lui promet de terribles souffrances dans l'au-delà. Or il a vu où se cachait le secret de la vie éternelle: à New York.


- La liberté nous a conduits ici
de Gunnar Ardelius
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Nous sommes à la fin des années 1960. Venus du froid de la Suède, Hektor, Margret et leur fils Mårten s'installent tout juste au Liberia. Recruté par la compagnie d'exploitation minière Lamco, Hektor se réjouit à l'idée d'assurer la fonction de directeur du personnel. Mais ses espoirs de réussite tournent court: choqués par l'attitude des dirigeants vis-à-vis de la population locale, les employés s'agitent et une grève violente se prépare. De son côté, confinée dans son rôle de femme d'expatrié, Margret peine à trouver sa place. La chaleur et la poussière lui tapent sur les nerfs, les Libériens l'angoissent et la panique s'empare d'elle lorsqu'elle se retrouve confrontée à ses propres préjugés. Quant à Mårten, il rêve de révolution mondiale et de solidarité internationale du prolétariat, se lie d'amitié avec le Garçon-serpent, le jardinier, et l'incite à lutter aux côtés des Libériens opprimés contre les nouveaux colonisateurs. Dans ce roman, Gunnar Ardelius dépeint la face obscure des débuts de la mondialisation. D'une écriture riche et sensuelle, il parvient à capter toute l'ambiguïté des années 1960, qui oscillent entre un optimisme inconscient et une insatisfaction désabusée, et la cristallise dans la subtilité psychologique de ces personnages pris au piège de la néo-colonisation.


- La liste de Freud
de Goce Smilevski
Éditions 10-18 / Octobre 2015


1938. L'Allemagne nazie s'apprête à envahir l'Autriche. Alors qu'on lui délivre des visas pour l'Angleterre, Freud est autorisé à soumettre une liste de vingt personnes qu'il souhaite emmener avec lui. Y figurent, entre autres, son médecin, ses femmes de ménage, son chien et sa belle-sœur; mais pas ses propres sœurs, qui mourront toutes les quatre dans les camps nazis, tandis que le père de la psychanalyse terminera ses jours à Londres. Et Adolfina raconte tout: l'enfance, les souvenirs, les regrets aussi, et l'incompréhension devant la décision de celui dont elle était pourtant la plus proche.


- La Maison Zeidawi
de Olga Lossky
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


De ses racines libanaises, Fouad n'a gardé que son prénom. Sa mère, arrivée très jeune en France, ne lui a rien transmis: ni la langue, ni ses souvenirs. Lorsqu'il vient à Beyrouth pour signer la vente de la maison Zeidawi, il découvre le pays de ses ancêtres. Confrontation avec un passé qu'il avait toujours fui, son voyage prend alors les accents d'une quête intérieure dont il sortira renouvelé.


- La mémoire de l'eau
de Teresa Viejo
Éditions Terra Nova / Octobre 2015


Après le décès de sa mère, Alvaro découvre une lettre et une photo qui remettent en cause son histoire familiale. Ses recherches le conduisent vers un lieu oublié de tous: la station thermale de La Isabela. Construite au XIXe siècle, c'était le lieu de prédilection de la haute bourgeoisie européenne. Mais tout a changé le jour où un curiste est mort alors qu'il était en train de "prendre les eaux". Pendant la guerre, l'ancien établissement thermal a été reconverti en hôpital psychiatrique. Que cache cet effrayant hôpital aujourd'hui en ruines où de sinistres expériences ont été menées? Et quel est le lien d'Alvaro avec ce passé? Dans ce lieu perdu, l'eau semble avoir une mémoire, tel le gardien silencieux et impitoyable d'un terrible secret.


- La mer en hiver
de Susanna Kearsley
Éditions Charleston / Octobre 2015


Printemps 1708, une flotte jacobite de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d'Écosse afin de réclamer sa couronne. De nos jours, Carrie McClelland s'inspire de cet épisode historique dans son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d'un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d'une de ses ancêtres, Sophia, et commence à écrire. Mais elle se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l'intrigue de 1708, elle découvre une histoire d'amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé. Une histoire d'amour puissante et ensorcelante, entre passé et présent.


- La mort est une femme comme les autres
de Marie Pavlenko
Éditions Flammarion / Octobre 2015


La mort, lasse d'accomplir sa besogne, décide de ne plus intervenir. La vie des hommes ne connaît alors plus de fin. En proie à la mélancolie, Emm rencontre Suzie. Touchée par la gentillesse de la jeune femme, elle découvre la beauté qui se cache dans la nature humaine.


- La note secrète
de Marta Morazzoni
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Dans la Milan du XVIIIe siècle, l'histoire de Paola Pietra, religieuse malgré elle, qui découvre, grâce au chant et à sa sensualité, un autre monde et sa propre liberté. Une œuvre qui entraîne le lecteur dans un jeu subtil avec les codes de la grande tradition romanesque.


- La patience du franc-tireur
de Arturo Pérez-Reverte
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Un véritable graffeur n'a pas de nom. Sniper, lui, n'a pas de visage. Il contrôle à distance sa guérilla urbaine sans que personne n'ait jamais réussi à mettre la main sur lui. Alejandra Varela, spécialiste d'art urbain, est lancée à sa poursuite, afin de lui proposer un marché juteux. Très vite, celle qui croyait chasser devient la proie: elle est entrée dans la ligne de mire du franc-tireur.


- La taverne des ratés de l'aventure
de Bertrand Lacarelle
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Octobre 2015


Pendant près d'un mois le narrateur écrit dans un bistrot découvert par hasard, La Taverne des ratés de l'aventure, rue Gît-le-cœur à Paris. Le lieu a été créé en hommage au poète Stanislas Rodanski par le patron, Bernard Schwartz, ancien parachutiste à la vie légendaire qui a été son ami. Il est fréquenté par Alexis Morenne et son "Club des ratés de l'aventure", spécialiste du poète, et par des habitués étranges ("Néon", Clara, le comte de Sans-Refus) qui accompagnent le narrateur dans sa quête. Ce dernier se plonge dans les bibliothèques sauvages de la taverne et, de lectures en lectures, se met à écrire son propre livre. Cela commence par un essai sur Rodanski, obsédé par l'aventure et la recherche de la réalité à travers le néant moderne, mais qui a passé la moitié de sa vie dans un asile psychiatrique. Son destin suscite une réflexion sur les liens entre aventure et littérature, une critique de la société de l'image etdes "vivants-morts", un appel au réveil encouragé par les chevaliers-poètes et les ratés magnifiques. Dans cette renaissance au sein de la taverne, le narrateur sera guidé par des victimes, des résistants ou des prophètes comme Jack Kerouac, Chrétien de Troyes, Etienne de la Boétie, Thoreau, Baudelaire, Henry Miller, Bernard Lamarche-Vadel, Fritz Zorn, Witold Gombrowicz, Dominique de Roux, Milo Manara, René Daumal, Herman Hesse ou encore George Romero et F.J. Ossang.


- La ville noire
de Boris Akounine
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


"C'est absurde, songea Eraste Pétrovitch. Je suis en proie à une hallucination. Vous êtes là, installé dans votre chambre d'hôtel, occupé à lire La Cerisaie, tentant pour la énième fois de comprendre pourquoi l'auteur a qualifié de comédie cette pièce d'une tristesse intolérable, et tout à coup un fou en uniforme de général fait irruption et commence à vous débiter une histoire à dormir debout, mêlant Ulysse, Athéna et on ne sait quel Mannlicher à visée optique. Tous les deux mots, il répète: "Vous seul pouvez sauver l'honneur d'un vieux soldat", tandis que ses yeux à fleur de tête s'emplissent de larmes". 1914. La vie du tsar est menacée. Eraste Fandorine est chargé de capturer le révolutionnaire Ivan Ivanovitch Ivantsov pour le mettre hors d'état de nuire. Il découvre vite que l'homme, surnommé Ulysse, s'est réfugié à Bakou. Bakou, la ville noire. Bakou, la ville la plus riche de l'Empire russe, contrôlée par quelques magnats du pétrole de toutes nationalités, et qui, en cette veille de Première Guerre Mondiale, constitue un nid d'espions particulièrement actifs. Et dangereux.


- La voleuse de corail
de Rebecca Stott
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


Tout commence par une brûlante soirée de juillet 1815, quelques semaines après la reddition de Napoléon face aux armées alliées à Waterloo. Daniel Connor, brillant et ambitieux étudiant du Derbyshire, se rend à Paris par malle poste, muni de coraux et de lettres d'introduction auprès de l'illustre professeur Cuvier, du Jardin des Plantes. En chemin, il croise une brune envoûtante, dont les idées hétérodoxes sur la transformation des espèces et l'origine de la vie le fascinent. Mais quand Daniel se réveille, à l'aube, elle a disparu, lui dérobant ce qu'il possédait de plus précieux. À la poursuite de sa mystérieuse voleuse philosophe, Daniel découvre dans le dédale des rues et des tripots de Paris une ville bruissant d'émigrés et d'idées radicalement nouvelles. Quand il finit par la retrouver, elle l'entraîne au cœur des étourdissants bas-fonds parisiens où tout paraît possible. Mais les jours de la voleuse de coraux sont comptés: la police est à ses trousses. Pour lui échapper, elle enrôlera Daniel dans un cambriolage, dont la réussite tiendra du prodige.


- Le diable met le feu à Nothing Hill
de Rachel Johnson
Éditions Bernard de Fallois / Octobre 2015


Mimi, la journaliste héroïne dans Le diable vit à la campagne, et Ralph, son mari, retournent à Notting Hill, quartier aisé de la capitale anglaise. Sentiments et politique viennent chambouler le quotidien de Mimi. Une satire sociale sur le monde fait d'excès et de potins des Londoniens branchés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:37

- Le donjon
de Jennifer Egan
Éditions Stock / Octobre 2015


Danny et Howie ont partagé les mêmes jeux d'enfants, des mondes inventés, peuplés de héros et de salauds, jusqu'à ce que Howie plonge dans la dépression suite à un tour sinistre combiné par son cousin. Vingt ans plus tard, les rôles ont été redistribués: Howie a fait fortune alors que Danny accumule les échecs. À la demande de Howie, il le rejoint pour rénover un château médiéval en Europe de l'Est. Dans un climat de paranoïa extrême, coupés du monde extérieur, les protagonistes vont alors rejouer le terrible événement de leur adolescence. Au même moment, depuis la cellule d'une prison américaine, Ray raconte une histoire qui relie étrangement les délits du passé et du présent. Jennifer Egan signe un roman gothique des temps modernes sur le pouvoir et les dangers de l'imagination.


- Le festin de John Saturnal
de Lawrence Norfolk
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


John a hérité de sa mère un grimoire qui conte la légende du festin des Saturnales. Engagé aux cuisines du Manoir de Buckland, le jeune homme pénètre un univers de faste et d'abondance. Il s'éprend de Lucretia, la fille du maître des lieux, promise à son cousin. Parvenu à une maîtrise parfaite de son art, John prépare le repas de noces de Lucretia et Piers, quand on apprend que le roi a été destitué.


- Le feu de Jeanne
de Marta Morazzoni
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


"Ceci est l'histoire d'un voyage d'il y a quelques années, à la recherche d'une histoire d'il y a quelques siècles", déclare au lecteur, d'emblée, Marta Morazzoni. Et le personnage qu'elle tente de saisir, à travers des traces multiples, textes, lieux, témoignages contradictoires, œuvres picturales et musicales, contaminations avec le présent, est d'autant plus difficile à cerner qu'il a été auréolé, mais aussi occulté, par la légende et les innombrables interprétations qui en ont été faites, et les passions qu'il a suscitées. Subtile connaisseuse du Moyen Âge, Marta Morazzoni évoque aussi, autour de Jeanne d'Arc, quelques contemporains, comme Jacques cœurs ou la belle Agnès Sorel, qu'elle fait resurgir dans toute leur singularité. Mais c'est le mystère de Jeanne qui l'obsède et la fascine, malgré (ou à cause de) tout ce qui la sépare d'elle, et qu'elle questionne en refusant tout a priori, ouverte à toutes les hypothèses, tournant autour d'elle comme autour d'une flamme insaisissable. Bien qu'il ne soit pas dit, nous souffle l'auteur, "que les droites parallèles, prolongées à l'infini", ne finissent pas par se rencontrer.


- Le fils de l'homme
de Olivier Merle
Éditions Bernard de Fallois / Octobre 2015


Le roman de Jésus et de ses disciples. S'appuyant sur les travaux les plus récents des exégètes et des chercheurs, Olivier Merle raconte la naissance du christianisme dans un roman historique remarquablement documenté. Replaçant Jésus dans le contexte politico-religieux de la Palestine du Ier siècle, le roman inscrit son message dans les attentes juives de l'époque et retrace son itinéraire depuis la rencontre avec Jean le Baptiste sur les rives du Jourdain jusqu'à la crucifixion à Jérusalem.


- Le jardin blanc
de Stéphanie Barron
Éditions 10-18 / Octobre 2015


En 2008, Jo Bellamy, jeune paysagiste, arrive à Sissinghurst, pour étudier le célèbre jardin blanc créé par l'amie de Virginia Woolf, Vita Sackville-West. Un jour après l'annonce de son départ, son grand-père Jock se suicide. Jo découvre qu'il avait travaillé dans ce jardin et décide de profiter de son voyage pour comprendre son geste. Elle y découvre par hasard un journal intime portant le nom de son grand-père. Il lui apparaît cependant que ce n'est pas le sien. Elle soupçonne son auteur d'être Virginia Woolf, mais un détail sème le doute: le 28 mars 1941, Virginia s'est suicidée. Or le journal commence le 29.


- Le joueur de flûte de Hamelin
de Thomas Baas
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


La vie était facile pour les habitants de la ville Hamelin en Allemagne. Mais au lieu d'être contents, ces gens se montraient égoïstes, et ne pensaient qu'à festoyer. Les parents trouvaient que les enfants leur causaient trop de soucis. C'est alors qu'un horrible événement eut lieu à Hamelin: une invasion de rats qui sema le chaos. Un mystérieux joueur de flûte se présenta comme le sauveur. Le célèbre conte dans une version expressionniste de Thomas Baas, terrible d'ambiguïté.


- Le livre d'or
de Deborah Copaken Kogan
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Vingt ans après avoir partagé un appartement à Harvard, quatre amies sont conviées à la réunion des anciens élèves. Ce week-end teinté de nostalgie les invite à réfléchir sur leur vie. Entre leurs espoirs d'alors et les réalités d'aujourd'hui, leur existence a pris un tour inattendu. Cette réunion est aussi l'occasion pour elles de revoir leurs anciens camarades de promotion, qu'elles n'ont jamais vraiment perdus de vue. En effet, tous les cinq ans, les anciens diplômés de Harvard doivent remplir le livre d'or dans lequel chacun est tenu d'écrire un court essai sur sa vie, sa famille et ses projets. Mais, entre l'image que l'on veut montrer au monde et la vérité, il y a parfois une différence.


- Le livre d'un homme seul
de Gao Xingjian
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


"Il n'a pas oublié qu'il a eu une autre vie". Un dramaturge chinois en exil et une jeune juive allemande se découvrent au gré des cicatrices qui dessinent leurs corps. De la profondeur des silences et des tabous, dans la chaleur des corps amoureux, jaillit le récit d'une vie de terreur. Le héros raconte les purges et la barbarie du régime de Mao, mais aussi la fuite et l'espoir.


- Le mariage de Pavel
de Jean-Pierre Milovanoff
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


Un soir d'été, dans la grande maison sous les platanes où il s'est retiré, Pavel, un homme discret et silencieux, protégé du monde par la fumée de ses cigarettes, confie à son fils Jean-Pierre le récit de sa vie. Russe blanc, il fuit à quinze ans sa famille, son pays et la mort promise à un jeune bourgeois issu d'une école militaire tsariste, payant son exil d'une solitude définitive. Il traverse à pied l'Ukraine à feu et à sang, parvient à Sébastopol puis à Constantinople et enfin en France. Devenu ingénieur dans les Cévennes, il rencontre deux sœurs, Rénata l'institutrice et Odine, danseuse et chorégraphe. Il épouse la plus jeune qui ne peut vivre loin de son aînée. Ainsi devient-il, de son propre gré, prisonnier de ces "étoiles doubles", rivales mais inséparables. Avec humour et ce détachement souverain des seigneurs qui prennent congé du monde, nimbé d'un halo de fumée, Pavel révèle ses secrets, entre tragédie et légende, au futur écrivain qui ne cessera de bâtir la grande maison de mots où réfugier son propre exil intérieur.  


- Le mystère Dyatlov
de Anna Matveeva
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


Russie, février 1959. Ils s'appellent Igor, Aleksandr, Roustem, Zina, Lioussia, Iouri, Gueorgui et Nikolaï. Ils sont jeunes, enthousiastes, idéalistes. Ils veulent célébrer le XXIe congrès du Parti communiste en accomplissant un exploit sportif. Mais de leur expédition dans l'Oural, ils ne reviendront jamais. Des années plus tard, Ania décide de mener l'enquête. Que leur est-il arrivé? Pourquoi les a-t-on retrouvés morts, leurs cadavres marqués d'atroces blessures, loin de leur campement? Pourquoi l'affaire a-t-elle été classée secrète? Un document précieux sur la vie des jeunes Soviétiques en pleine période de dégel, mais avant tout une histoire incroyable qui se lit comme un thriller et qui, à mesure que progressent les investigations de la narratrice, devient de plus en plus terrifiante.


- Le mystère du hareng saur
de Jasper Fforde
Éditions 10-18 / Octobre2015


Dans le Monde des livres, la tension est à son comble entre le Roman Grivois et son voisin, la Littérature Féminine. Dernière chance d'éviter un conflit, les pourparlers de paix, auxquels Thursday doit participer. Or personne ne sait où elle est passée, et sans elle, les négociations courent à l'échec.


- Le nom du fils
de Ernest J. Gaines
Éditions Liana Levi / Octobre 2015


Au début des années 70 la lutte pour l'égalité des droits est loin d'être terminée pour les Noirs américains. Pour certains c'est même le combat de chaque instant. Le révérend Phillip Martin, leader du mouvement dans une petite ville de Louisiane, est de ceux-là; il a bâti autour de ce combat une vie solide et respectable. Jusqu'au jour où un mystérieux jeune homme vient rôder sans but apparent autour de sa maison. Ernest J. Gaines, avec son immense talent, nous entraîne dans une histoire où tension et suspense vont crescendo. Ernest J. Gaines, né en 1933, a été surnommé "le Faulkner noir" aux États-Unis où le National Book Critic Award lui a été décerné en 1994 pour Dites-leur que je suis un homme.


- Le peigne de Cléopâtre
de Maria Ernestam
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Trois amis de longue date ont monté une société appelée Le Peigne de Cléopâtre, qui se propose de résoudre les problèmes des gens. Chacun se débat dans sa vie privée mais apporte ses compétences, qui en jardinage, qui en déco d'intérieur ou en comptabilité, et la PME se développe avec succès. Jusqu'au jour où une vieille dame se présente à l'agence avec une étrange requête: elle souhaite que Le Peigne de Cléopâtre élimine son mari.


- Le préféré
de Valérie Nivet-Doumer
Éditions Anne Carrière / Octobre 2015


Tom a quatre ans lorsque ses parents reviennent du Brésil, le jour de Noël, avec un nouveau-né, Ben, qu'ils mettent sous le sapin en guise de cadeau pour lui. Au fil des ans, la préférence flagrante de sa mère pour Ben ne fera que s'accentuer. Tom a beau s'appliquer à devenir le fils modèle que ses parents pourraient enfin aimer, rien n'y fait. L'irréparable survient quand, étudiant à Sciences Po, il tombe amoureux d'une jeune fille; son frère s'en étant épris lui aussi, leur mère demande à Tom d'y renoncer. Cherchant à comprendre pour quelle raison elle le rejette, Tom part au Brésil avec pour seuls indices l'extrait de naissance de Ben et le nom de sa mère biologique, qu'il espère bien retrouver.


- Le premier mai tomba la dernière neige
de Jan Costin Wagner
Éditions Jacqueline Chambon / Octobre 2015


Accident, délit de fuite, double meurtre… Retour de l'inénarrable Kimmo Joentaa, commissaire nécrophile, lancé sur plusieurs fausses pistes à la fois qui pourraient n'en faire qu'une, une vraie. Entre élégie tendue sur la mort et tendre fête de la vie, Jan Costin Wagner mêle deuil et bonheur comme personne.


- Le prétendant
de Hanne-Vibeke Holst
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2015


Suite à l'écrasante défaite du gouvernement aux élections, Gert Jacobsen, ex-ministre des Finances, brigue la tête du parti et se lance dans une ambitieuse course à la popularité pour s'attirer les suffrages. Toutefois, derrière l'excellence de son parcours, le leader social-libéral dissimule une part d'ombre. Sa femme, Linda, ne cesse d'en faire les frais. Quand les accès de violence du "prétendant" dépassent la sphère intime, sa campagne est mise en péril. Sait-on vraiment qui nous gouverne? Jusqu'où la vie privée des politiques doit-elle être protégée? Récit d'une quête effrénée du pouvoir, Le Prétendant est un suspense d'une vérité criante, où les fragilités et les forces de chacun se confondent.


- Le saloon des derniers mots doux
de Larry McMurtry
Éditions Gallmeister / Octobre 2015


Fin XIXe siècle, Long Grass, presque dans le Kansas mais pas tout à fait. Presque aussi dans le Nouveau-Mexique mais pas tout à fait. Wyatt Earp et Doc Holliday sont, certes, des cow-boys mais plus tout à fait. Ils observent leur monde qui s'échappe: s'ils dégainent, c'est pour rater toutes les cibles, alors ils se tirent dessus avec des balles à blanc pour se donner en spectacle. Le bétail part en cavalcade, les femmes demandent les hommes en mariage et dressent les mustangs, on poursuit des Indiens pour ne pas perdre la main. Dans ce monde à l'envers, les deux amis errent de ville en ville, une enseigne Saloon sous le bras, avec l'espoir de l'accrocher dans un lieu où ce mot aurait encore un sens. Ce roman décalé qui joue les westerns chante avec tendresse et humour un Grand Ouest sauvage en passe de devenir un décor de carton-pâte.


- Le sang dans nos veines
de Miquel Bulnes
Éditions Actes Sud / Octobre 2015

Été 1921. Le capitaine Augusto Santamaría del Valle commande le petit poste avancé d'Igueriben dans la colonie espagnole du Rif, mais au terme d'un siège dramatique, il doit se replier devant les forces berbères. Seul rescapé, Santamaría rejoint les lignes espagnoles à Melilla avant d'être rapatrié. Désormais invalide, Santamaría est muté dans la police et nommé commissaire de la Sûreté dans un quartier de Madrid. À peine est-il en poste qu'un meurtre est commis dans une maison close. Lavictime était en possession d'un carnet où se trouvaient consignés les noms de personnes ayant trempé dans une ténébreuse affaire de pédophilie et de meurtres d'enfants qui s'était déroulée à Barcelone dans les années 1910. Santamaría se met à sa recherche. Au même moment, l'Espagne s'enfonce dans le chaos politique. Après la cuisante défaite du Rif, le gouvernement cherche à reporter la responsabilité de la défaite sur l'armée et traduit certains gradés devant les tribunaux militaires. Après un procès expéditif et orienté, Santamaría est l'un des rares officiers condamnés. Ce qui ne l'empêche pas, avec un groupe d'officiers, d'ecclésiastiques et de politiciens ultra-conservateurs précurseurs du franquisme, de comploter en faveur d'un coup d'État militaire. Immense fresque, Le Sang dans nos veines brosse le portrait stupéfiant de la respectabilité corrompue et de l'attrait du vice. Faisant montre d'une maîtrise remarquable, l'auteur opère des changements de perspective permanents et ménage avec brio coups de théâtre, ruptures, retours en arrière, extraits de correspondance ou de journaux, documents officiels, doublant ainsi le caractère kaléidoscopique de son récit par une sorte de patchwork textuel. Peuplé de dangereux sadiques et d'enfants perdus, de politiciens corrompus et de justiciers inflexibles, Le Sang dans nos veines est un roman d'une ambition rare.


- Le temps des bohèmes
de Dan Franck
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


Le temps des Bohèmes est le roman vrai des aventuriers de l'art moderne, quand Paris était la capitale du monde. Ils étaient peintres, poètes, écrivains, sculpteurs, musiciens. Leurs vies furent flamboyantes comme leurs œuvres. Et leurs œuvres, belles comme la vie. Ils demeurent à jamais les personnages de leurs propres légendes.
Première saison: Bohèmes. Sur les trottoirs de Montmartre et de Montparnasse, entre le Bateau-Lavoir et la Closerie des Lilas, allaient les sublimes trublions: Jarry, son hibou et ses revolvers, Picasso sympathisant anarchiste, Apollinaire l'érotomane, Max Jacob et ses hommes, Modigliani et ses femmes, Aragon le flambeur, Soutine le solitaire, Man Ray, Braque, Matisse, Breton et les autres... Ils venaient de tous les pays. Fauves, cubistes, surréalistes, fêtards, amoureux-libres.
Deuxième saison: Libertad! Les héros s'appellent Malraux, Saint-Exupéry, Dos Passos, Prévert, Hemingway, Orwell, Dali… Un éventail d'enthousiasmes et d'illusions tendu entre la montée du fascisme et la guerre d'Espagne. Ici, Aragon vend son âme à Staline; là, Gide pontifie aux obsèques de Gorki; ailleurs, Gala passe des bras d'Eluard à ceux de Dali tandis que Picasso peint et que Robert Capa photographie tout ce qui bouge, ou meurt. Nous sommes entre Paris, Madrid, Berlin et Moscou, dans une époque qui hésite entre l'espoir et le chaos.
Troisième saison: Minuit. L'épopée des écrivains, des artistes et des intellectuels sous l'Occupation. Sartre et Beauvoir, Camus, René Char, Vercors, Aragon et Elsa, Prévert, Desnos, Saint-Exupéry, Drieu La Rochelle, Picasso, Prévert, Cocteau et tant d'autres: le grand bal de la France qui écrit, peint, dessine, filme, joue, publie, collabore, résiste, s'accommode. De Paris à Marseille dans ladébandade de l'exode, de Marseille à New York dans les bateaux de l'espoir, de Paris à Berlin dans les trains de la honte, des gares de la déportation aux camps de la nuit et du brouillard, autant de destins d'une génération dont la tragédie de l'Histoire a transformé la vie en roman.  


- Le train des orphelins
de Christina Baker-Kline
Éditions Belfond / Octobre 2015


Entre 1854 et 1929, des trains sillonnaient les plaines du Midwest avec à leur bord des centaines d'orphelins. Au bout du voyage, la chance pour quelques-uns d'être accueillis dans une famille aimante, mais pour beaucoup d'autres une vie de labeur, ou de servitude. Vivian Daly n'avait que neuf ans lorsqu'on l'a mise dans un de ces trains. Elle vit aujourd'hui ses vieux jours dans une bourgade tranquille du Maine, son lourd passé relégué dans de grandes malles au grenier. Jusqu'à l'arrivée de Mollie, dix-sept ans, sommée par le juge de nettoyer le grenier de Mme Daly, en guise de travaux d'intérêt général. Et contre toute attente, entre l'ado rebelle et la vieille dame se noue une amitié improbable. C'est qu'au fond, ces deux-là ont beaucoup plus en commun qu'il n'y paraît, à commencer par une enfance dévastée.


- Le trésor de monsieur Isakowitz
de Danny Wattin
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


Lorsque Leo Wattin apprend au détour d'une conversation que son arrière-arrière-grand-père, Hermann Isakowitz, avait dissimulé un trésor avant d'essayer de fuir le régime nazi, il propose à son père, Danny, et à son grand-père, Hans, de partir à sa recherche. Voici donc trois générations rassemblées dans une voiture pour un incroyable roadtrip, depuis leur point de départ en Suède jusqu'à la ville natale de leur aïeul, Malbork, en Pologne. À travers ce récit à la fois émouvant et humoristique d'un des chapitres les plus sombres de l'Histoire, Danny Wattin brosse avec tendresse et malice les relations familiales, les difficultés et les conflits, mais aussi l'amour qui existe entre père et fils.


- Le voyage infini
de Malcolm Lowry
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


En juin 1944, alors que Malcolm Lowry mène une existence pour le moins rustique sur la côte pacifique canadienne en compagnie de sa seconde épouse Margerie Bonner, un drame fondateur survient: leur modeste cabane prend feu. Le couple tente vaillamment d'extraire du brasier les centaines de pages des manuscrits de Lowry. L'essentiel de Sous le Volcan est sauvé mais la version quasi achevée d'un autre texte, In Ballast to the White Sea, part en flammes. Ce manuscrit disparu, comme d'autres dans la vie de l'auteur, ne sera désormais plus évoqué que pour nourrir la légende d'écrivain maudit qui suit Malcolm Lowry comme son ombre. Il faudra attendre la disparition en 2001 de Jan Gabrial, la première femme de Lowry, pour découvrir qu'un carbone d'un premier jet avait été déposé chez les parents de Jan, avant que le couple n'entame son fameux voyage au Mexique, matrice du chef-d'œuvre à venir, Sous le volcan. C'est la traduction de ce roman inachevé, édité par une équipe de chercheurs d'Ottawa University, qui est présentée ici. Curiosité littéraire s'il en est, ce roman au charme puissant explore déjà tous les grands thèmes chers à Lowry, la fascination de la mer, la question du double, l'addiction à l'alcool et s'affirme dès lors comme une importante pièce du puzzle bibliographique de Malcolm Lowry.


- Les amis du paradis
de Caroline Vermalle
Éditions Belfond / Octobre 2015


Antoine est un jeune homme timide qui rêve d'être un héros. Rose est une violoncelliste de talent, mais qui a perdu sa flamme intérieure. Et le Paradis est un somptueux cinéma, où le vieux Camille invite à rêver en projetant des films tous les dimanches soirs. Lors d'une nuit glaciale, une tempête de neige enveloppe le petit village, et Camille meurt. C'est à Antoine qu'il revient de continuer à faire vivre le Paradis, seule animation du village. Mais des choses étranges se passent. Dans le cœurs solitaire d'Antoine, Camille n'a pas disparu, il est même là qui lui parle et le conseille chaque fois qu'Antoine se retrouve seul dans le cinéma, presque abandonné. Et puis surtout la mairie décide de vendre le Paradis, et le promoteur qui compte l'acheter va le détruire pour profiter du terrain. Soudainement Antoine n'est plus seul et c'est tout le village qui va se battre pour sauver le cinéma de Camille, la mémoire du village. Même Rose, la discrète musicienne, revenue dans la maison de son enfance depuis quelques semaines. Se souviendra-t-elle d'Antoine avec qui elle avait joué, enfant, aux châteaux de sable, plusieurs juillets de suite? Est-ce seulement dans les films projetés au Paradis que des femmes comme Rose tombent amoureuses d'hommes comme Antoine?


- Les chemins de la fraternité
de Jean-François Nahmias
Éditions Albin Michel / Octobre 2015


En rupture avec sa famille bourgeoise, Frédéric débarque en 1865 dans le Paris brillant et effervescent du Second Empire, mais ce n'est pas pour faire fortune. À dix-huit ans, sans un sou et sans relations, il ne connaît rien de la vie. La volage Bouton d'or et un oncle franc-maçon vont se charger de son éducation amoureuse et intellectuelle juste au moment où la montée en puissance de la Prusse précipite la France vers un conflit désastreux. Dans une capitale assiégée où la fête s'éteint soudainement pour laisser place au froid, à la peur et à la faim, Frédéric, enflammé par les idées révolutionnaires, découvre sur les barricades de la Commune la fraternité, mais aussi la haine: devenu chef des services du contre-espionnage, il est poursuivi par la rancune de la redoutable "Veuve noire", proche de l'impératrice, qui n'a d'autre idée que de l'éliminer. Jean-François Nahmias nous entraîne au cœurs d'une fresque passionnante pour décrire, en fin connaisseur des coulisses de l'Histoire, ce Paris qui souffre tout en refusant la défaite. Et nous faire découvrir, à travers l'engagement des francs-maçons, un pan totalement méconnu de la Commune.


- Les enfants du Bronx
Dans l'intimité d'une famille portoricaine
de Adrian-Nicole LeBlanc
Éditions de l'Olivier / Octobre 2015


Adrian Nicole LeBlanc n'a que 25 ans lorsque son journal l'envoie couvrir le procès de "Boy George", un jeune trafiquant d'héroïne portoricain du Bronx. Pour mieux comprendre, elle s'immerge dans le ghetto où vit la famille de Boy George. Son enquête durera douze ans. Unique en son genre, Les Enfants du Bronx décrit au jour le jour la vie de cette famille qui a adopté la journaliste comme une des leurs. Adrian Nicole LeBlanc raconte tout: la drogue, l'argent, la misère, les amours adolescentes, les mariages, la violence, les enfants nés trop tôt, dans cet extraordinaire reportage semblable à un roman où tout serait vrai.


- Les étrangères
de Irina Teodorescu
Éditions Gaïa / Octobre 2015


Joséphine est une petite fille à la fois roumaine et française. Privilégiée, car elle peut circuler librement sous le régime communiste, mais rejetée, car elle est étrangère à Bucarest comme à Paris. Joséphine s'interroge: peut-on être amoureuse de sa professeure de violon? Puis elle devient photographe, connaît le succès. Elle rencontre Nadia. Leur passion est brûlante, le Mur est tombé, le Palais du Peuple est de moins en moins gris. Mais l'amour bascule, aveugle, emporte tout. Nadia la louve, la danseuse, est un fleuve en colère. Elle s'exile à son tour, fuit Joséphine, cherche un lieu où s'apaiser. Peut-être Kalior, la ville orientale, la belle endormie. Trouver les épaules dorées sur lesquelles se réinventer, comme on s'invente des dieux auxquels se raccrocher.  


- Les humeurs insolubles
de Paolo Giordano
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Pendant des années ils se sont abandonnés à ses soins, à la sécurité qu'elle leur transmettait: madame A., la servante au grand cœur, a élevé avec amour le petit Emanuele et materné ses parents, faisant face à toutes leurs incertitudes. Aussi, quand elle s'éloigne discrètement pour affronter seule la maladie, le monde semble s'écrouler. Nora et le narrateur s'aiment, mais cela ne suffit pas; ils se sentent soudain démunis, ne savent comment s'y prendre, et les humeurs de chacun prennent le dessus. Contrairement à ce qu'ils pensaient, les fluides qui coulent en eux ne peuvent se mélanger. Mais, avant de les quitter définitivement, madame A. saura leur insuffler le courage de prendre en main leur vie. Dans ce roman d'apprentissage familial, intimiste, habité, une histoire de deuil se mue en histoire d'amour.


- Les jeunes mortes
de Selva Almada
Éditions Métailié / Octobre 2015


Années 80, dans la province argentine: trois crimes, trois affaires jamais élucidées qui prennent la poussière dans les archives de l'histoire judiciaire. Des "faits divers", comme on dit cruellement, qui n'ont jamais fait la une des journaux nationaux. Les victimes sont des jeunes filles pauvres, encore à l'école, petites bonnes ou prostituées: Andrea, 19 ans, retrouvée poignardée dans son lit par une nuit d'orage; María Luisa, 15 ans, dont le corps est découvert sur un terrain vague; Sarita, 20 ans, disparue du jour au lendemain. Troublée par ces histoires, Selva Almada se lance trente ans plus tard dans une étrange enquête, chaotique, infructueuse; elle visite les petites villes de province plongées dans la torpeur de l'après-midi, rencontre les parents et amis des victimes, consulte une voyante. Loin de la chronique judiciaire, avec un immense talent littéraire, elle reconstitue trois histoires exemplaires, moins pour trouver les coupables que pour dénoncer l'indifférence d'une société patriarcale où le corps des femmes est une propriété publique dont on peut disposer comme on l'entend. En toute impunité. À l'heure où les Argentins se mobilisent très massivement contre le féminicide (1808 victimes depuis 2008), ce livre est un coup de poing, nécessaire, engagé, personnel aussi. Mais c'est surtout un récit puissant, intense, servi par une prose limpide.


- Les notes fragiles
de Sophie Rollet
Éditions Les Presses Du Midi / Octobre 2015


L'amour de la musique pour surmonter la mort de l'amour, la rencontre de deux femmes que tout oppose mais que réunit la volonté de retrouver leur liberté, le réconfort d'un refuge au cœurs d'une nature splendide et isolée, la découverte de l'univers d'un musicien baroque oublié. Voici ce qui va permettre à Martha, une violoncelliste sous l'emprise d'un mari violent et dominateur, de reconstruire sa vie. Dans ce troisième roman contemporain, Sophie Rollet trace au cœur des paysages sauvages de la campagne ardéchoise le portrait de deux femmes, l'une fragile, hypersensible, en quête de la perfection de son art, l'autre intuitive et déterminée.


- Les oiseaux de malheur
de Ross MacDonald
Éditions Gallmeister / Octobre 2015


La journée commence mal pour Lew Archer. D'abord, un homme débarque chez lui au petit matin, le tire de son lit et lui demande de faire la lumière sur la mort soudaine de son père, sénateur de l'État de Californie. Puis, ce même type manque de l'étrangler avant de lui voler sa voiture. Et voici comment le détective se retrouve impliqué dans les affaires de la famille Hallman où les succès politiques côtoient escroqueries, infidélités, vengeances et morts suspectes. Il va sans dire que nombreux sont ceux qui préféreraient tenir Archer à l'écart des secrets de famille. Par soif de pouvoir et d'argent, les membres de la famille Hallman s'entre-déchirent sans pour autant faire fuir les oiseaux de malheur qui planent au-dessus de leur têtes.


- Les petites rébellions
de Jean-Pierre Brouillaud
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


Henri Brunovilliers est notaire. Depuis toujours, il mène une existence réglée et plutôt morose. Il aimerait commettre, enfin, pour une fois, un acte illégal. Pas une infraction grave, non, mais tout de même. C'est une nécessité, soudain; il lui faut s'affranchir des règles. Son acte de bravoure, après de longues cogitations, est tout trouvé: il prendra le métro sans ticket. Henri Brunovilliers, il est vrai, cumule les handicaps. Une vie familiale à la fois terne et compliquée, un métier pas vraiment choisi et qui l'ennuie au plus haut point, des questionnements nombreux par rapport à son passé, à son éducation. Et cette vie lisse, bien trop lisse depuis si longtemps. Cette soif nouvelle de liberté le surprend et le grise. Son acte, à priori dérisoire, aura de grandes conséquences. En chemin, notre héros d'appartement croisera d'autres personnages qui, comme lui, grâce à de petites rébellions, poursuivront leur quête de liberté. Mais peut-on vraiment se libérer de ses chaînes, échapper à son destin? Les Petites Rébellions est un roman drôle, absurde et tonique. Un pied de nez bienveillant à la grisaille du quotidien.


- Les vies multiples d'Amory Clay
de William Boyd
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la très jeune Amory Clay se voit offrir par son oncle Greville un appareil photo et quelques conseils rudimentaires pour s'en servir. Elle ignore alors que c'est le déclencheur d'une passion qui façonnera irrévocablement sa vie future. Un bref apprentissage dans un studio et des portraits de la bonne société laissent Amory sur sa faim. Sa quête de vie, d'amour et d'expression artistique l'emporte bientôt dans un parcours audacieux et trépidant, du Berlin interlope des années vingt au New York des années trente, de Londres secoué par les émeutes des Chemises noires à la France occupée et au théâtre des opérations militaires, où elle devient l'une des premières femmes photo-reporters de guerre. Sa soif d'expériences entraîne Amory vers d'autres conflits, des amants, un mari, des enfants, tandis qu'elle continue à poursuivre ses rêves, à combattre ses démons. À travers le destin singulier et l'objectif téméraire d'une femme indépendante et généreuse, William Boyd nous promène au gré des événements les plus marquants de l'histoire contemporaine. Une ode magnifique à la liberté des femmes.


- Les voies du bonheur sont imprévisibles
de Alexander McCall Smith
Éditions Les Deux Terres / Octobre 2015


Dans une ville aux abords d'Édimbourg, un garçon fait le récit détaillé d'une vie qui n'est pas la sienne. Il décrit parfaitement une île sur la côte écossaise, qu'il ne peut absolument pas connaître, et la maison qui s'y trouve, dans laquelle il prétend avoir vécu. Quand la mère du garçon demande son aide à Isabel Dalhousie, elle sent qu'il est de son devoir de tirer cette affaire au clair. Mais la découverte de la maison ne fait qu'engendrer de nouvelles interrogations. Par ailleurs, Isabel s'inquiète pour sa nièce, Cat, engagée dans une relation avec un homme qui ressemble étonnamment à son propre mari, Jamie. Pour Isabel et ses proches, les voies du bonheur sont imprévisibles.


- Madame H
de Régis Debray
Éditions Gallimard / Octobre 2015


"Madame H. nous a quittés. Nous voilà veufs. Et s'il n'y avait pas de quoi pleurer? H. ou l'Histoire avec une majuscule. Notre haschich officiel, depuis des lustres, en France, où la consommation a toujours été plus élevée qu'ailleurs. Le stupéfiant Histoire, avatar halluciné de l'Histoire sainte, nous a légué autant de héros que de tyrans, de défricheurs que de fossoyeurs. La fin récente de l'ère chrétienne et progressiste ne nous oblige-t-elle pas à reconsidérer nos rapports avec cette grande puissance d'enthousiasme et d'illusion? Dans ce récit fantasque à la première personne, où le drolatique le dispute au sérieux, le lecteur pourra trouver à la fois le compte rendu d'une désintoxication et l'esquisse d'un mode d'emploi: comment sortir de l'Histoire sans broyer du noir? Comment changer de civilisation sans verser dans une nouvelle barbarie? Pour substituer, autant que faire se peut, à une espérance sans gaieté, la perpétuelle attente du Jour des récompenses, quelque chose comme une gaieté sans espérance, un meilleur usage du monde". R. D.


- Marie Curie prend un amant
de Irène Frain
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Le 4 novembre 1911, un journal à grand tirage annonce une nouvelle extravagante: Marie Curie a un amant. La presse et l'opinion s'enflamment. Procès, duels, publication de lettres volées, l'ouragan médiatique est énorme. Marie manque d'y laisser la vie. C'est vrai, elle a une liaison. Veuve depuis cinq ans de Pierre Curie, le chercheur avec qui elle avait découvert le radium et reçu son premier prix Nobel, elle s'est éprise d'un homme marié, Paul Langevin, ami d'Einstein, et lui aussi savant d'exception. Mais surtout elle dérange. Icône de la science mondiale, elle s'apprête à recevoir un second Nobel. Veuve, génie et amoureuse, c'en est trop. Comme le capitaine Dreyfus vingt ans plus tôt, on l'abrutit de calomnies. On va jusqu'à lapider sa maison. Au plus fort de la tourmente, elle reste fidèle à ses deux passions: Paul, l'amant, et Pierre, son mari tragiquement disparu. Quel secret les unissait? Pour le comprendre, Irène Frain a interrogé des archives négligées, des photos méconnues, des lieux inexplorés. Et ressuscité, par-delà le thriller médiatique d'une modernité souvent glaçante, une femme-courage prête à tout risquer pour ceux qu'elle aime.


- Maraudes
de Sophie Pujas
Éditions Gallimard / Octobre 2015


Maraudes explore Paris à travers les silhouettes qui la traversent, toutes porteuses d'histoires, comme autant de micro-fictions. Un sans-abri rue de l'Odéon, une jeune mère au parc Monceau, un contrôleur de bus rue Oberkampf, un bibliophile rue Brancion, un street artist rue de l'Équerre. Leurs états d'âme composent un paysage mouvant. Les lieux ont aussi leur mémoire: artistes potaches de la place du Tertre à l'aube du vingtième siècle, un aviateur tombé pont de Tolbiac au moment de la Libération, Kerouac rendant visite à la statue de Balzac dans les années soixante, autant de fantômes qui rôdent. Le portrait de la ville se construit par fragments, au fil des rues et des saisons.    


- Mes contes de Perrault
de Tahar Ben Jelloun
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Il était une fois une petite paysanne nommée Soukaïna. Elle était si belle que les oiseaux et animaux de la forêt accouraient à son passage. Sa grand-mère était souffrante alors elle s'enveloppa d'une burqa rouge pour lui porter des crêpes et un pot de gelée royale. Pour notre plus grand plaisir, Tahar Ben Jelloun réinvente les contes de Perrault en leur insufflant un parfum de Mille et Une Nuits.


- Mes documents
de Alejandro Zambra
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


Alejandro Zambra, ou plutôt son double de fiction, nous ouvre ses "Documents", fichiers intimes soigneusement enregistrés sur son disque dur. Dans ces éclats de mémoire à la Perec, Zambra mêle l'immense à l'infiniment petit, qu'il parle de son addiction au tabac, du paradoxe de l'enfance ou de la dictature de Pinochet.


- Meyer et la catastrophe
de Steven Boykey-Sidley
Éditions Belfond / Octobre 2015


L'avantage de l'angoisse, c'est que le ciel peut bien vous tomber sur la tête, vous êtes paré. C'est un peu la philosophie de Meyer depuis qu'il a passé le cap de la quarantaine. Il faut dire qu'entre ses ex-femmes, sa future ex-petite amie, son père déclinant, ses enfants qu'il ne voit jamais, son patron qu'il déteste et sa carrière ratée de saxophoniste, Meyer a de quoi jongler, niveau situations potentiellement explosives. Sauf qu'à force de tendre le dos, il faut bien que ça craque. Mais rien ne pouvait réellement préparer Meyer à l'ampleur des catastrophes qu'il va devoir affronter. Un véritable tsunami, si énorme et si dévastateur qu'il va le forcer à tout remettre à plat. Tout commence par un coup de fil à sa première ex-femme.


- Moi, Abraham
de Jérôme Charyn
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2015


Jérôme Charyn poursuit sa réécriture d'une certaine histoire américaine en s'attaquant au mythe de Lincoln. Dans ce roman qui mêle le picaresque et le récit d'aventures, Charyn explore une facette méconnu du grand homme, dépeint en être tourmenté et mélancolique. Un roman à la puissance d'écriture exceptionnelle.


- Mon chat Yugoslavia
de Statovci Pajtim
Éditions Denöel / Octobre 2015


Dans la Yougoslavie des années 1980, en pleine campagne kosovare, une jeune Albanaise est mariée à un jeune homme qu'elle connaît à peine. Emine fait de son mieux pour être une bonne épouse, mais la vie ne lui apporte qu'une série de déceptions. Elle donne naissance à quatre enfants. Lorsque la guerre éclate, la famille d'Emine décide de fuir et choisit la Finlande comme destination d'exil. Dans ce pays froid où les étrangers sont supposés accepter avec gratitude la place qu'on leur offre dans la société, leur intégration se passe mal et le quotidien d'Emine se dégrade. De nos jours, Bekim, le fils cadet d'Emine, est étudiant à Helsinki. Il fait beaucoup d'efforts pour s'intégrer à la société finlandaise dans laquelle il a grandi depuis sa petite enfance, ce qui ne s'accorde cependant pas toujours très bien avec son homosexualité et sa quête de rencontres multiples. Bekim s'achète un boa constricteur, qu'il laisse en liberté dans son appartement. Il s'identifie à cet animal majestueux, dangereux et solitaire. Puis il rencontre un "chat" dans un bar gay, qui va très vite dominer ses nuits et son esprit, avant de se révéler être une nouvelle déception amoureuse. Alors Bekim décide de partir en voyage jusqu'à ses racines, au Kosovo, où le cruel destin de sa famille a commencé. Le Maître et Marguerite de Boulgakov revisité de nos jours à Helsinki. LA sensation littéraire de l'automne dernier en Finlande.


- M'man
de Claude Durand
Éditions Fayard / Octobre 2015


Jeanne, dite M'man, a épousé Gervais, garçon réservé, travailleur, peu prodigue de mots et de marques d'amour, qui, par sa carrière rectiligne, garantira à leur couple une sécurité de moins en moins étriquée. M'man aura élevé trois enfants. Une fois les enfants grandis, Gervais retraité, M'man et lui se retrouvent dans un tête-à-tête qu'ils n'ont jamais connu et qu'ils ne savent trop comment occuper. Heureusement, quelques voyages organisés vont, pendant un temps, distraire une Jeanne ravie et son mari, moins épris de dépaysement. Bientôt l'âge fait son œuvre et Gervais va s'épuiser à tenir sa femme à bout de bras dans leur modeste maison de banlieue. Ce récit en accéléré de près d'un siècle se lit comme l'humble épopée d'une de ces vies faites de détresses discrètes, d'envies réfrénées, d'élans contenus, de journées quasi immobiles mais pourtant bien remplies, celles aussi de deux êtres entre lesquels la parole est devenue un bruit de fond. Composé de cent courts chapitres qui sont autant d'éclats d'un portrait en mosaïque, M'man donne à mesurer ce que furent les conditions de dépendance des femmes au foyer au XXe siècle, à maints égards plus proches de celles de leurs devancières du XIXe siècle que du sort actuel de la plupart de leurs descendantes.


- Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
de Harper Lee
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


Maycomb, petite ville de l'Alabama, pendant la Grande Dépression. Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il décide, envers et contre les préjugés moraux et politiques de son époque, de défendre un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Dénonciation audacieuse de l'Amérique de la ségrégation, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur est aussi l'un des plus grands romans jamais écrits sur l'enfance, et le regard de la jeune Scout, plein de tendresse et de drôlerie, a su attraper le cœur de plusieurs générations de lecteurs au fil des années. Plus qu'un "grand classique" ou un "livre culte", ce roman, couronné par le prix Pulitzer en 1961 et adapté au cinéma avec Gregory Peck, est devenu un véritable mythe, d'autant qu'il sera resté pendant longtemps la seule œuvre de son auteur. Jusqu'à aujourd'hui: en 2015, l'oiseau moqueur se transforme en phénix, et Scout revient sous la plume de Harper Lee qui publie, après plus d'un demi-siècle de silence, Va et poste une sentinelle.  


- Nos larmes ont la même couleur
de Anne Guion
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Deux mères, chacune orpheline d'un fils tué. L'une est israélienne, l'autre est palestinienne. Elles connaissent toutes deux la douleur fulgurante de la perte d'un enfant. Robi Damelin est israélienne. En 2002, son fils David, 28 ans, est abattu par un sniper alors qu'il effectue sa période de réserve (affectation suivant le service militaire, obligatoire pour tout Israélien actif) dans les territoires palestiniens. Mahmoud, Palestinien de 17 ans, fils de Bushra Awad, est, quant à lui, tué en 2008 par des soldats israéliens dans son village de Cisjordanie. Ces deux femmes devraient se haïr. Pourtant, elles militent ensemble au sein du Cercle des parents-Forum des familles, une association qui rassemble des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées par le conflit. Si ceux qui ont payé le prix fort, la mort d'un être aimé, sont capables d'empathie et de dialogue avec les éplorés du camp adverse, sans chercher vengeance, alors tout semble encore possible.


- Nuit de noces
de Jacqueline Raoul-Duval
Éditions L'Âge d'Homme / Octobre 2015


"J'avais dix-huit ans et une peur terrible de ma mère. J'ai dit oui. Oui à tout. C'était dans l'air du temps. Puis le vent s'est levé, j'ai dit non. Non à mon mari, non à bien des formes de pouvoir. Je n'ai jamais voté, pas une seule fois. Jeune, j'avais été communiste, aveuglément; c'était dans l'air du temps. Selon mon imagination, ma mémoire, et ce que je suis devenue, une étourdie au passé pas si simple, j'ai construit un roman". Jacqueline Raoul-Duval a d'abord été professeur d'histoire, puis directrice littéraire, puis ghost writer. Son dernier roman a été traduit en onze langues.


- On s'aimera
de Clémentine Célarié
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Une famille engluée dans sa richesse matérielle, smartphones, écrans divers et autres symboles du "progrès" de la technologie, se retrouve soudain bloquée dans sa luxueuse maison par une violente tempête de neige. Pour survivre, chacun sera obligé de se souvenir de l'humain qu'il est; le père, la mère et les trois enfants devront réapprendre à se parler, à s'écouter, à se regarder, à se toucher, à s'aimer.


- Oreilles rouges et son maître
de François Matton
Éditions P. O. L. / Octobre 2015


François Matton est féru de méditation et de sagesse orientale. Mais comme on le sait, il n'est pas dépourvu d'humour non plus. Le mélange des deux donnant ce petit livre irrésistible qui raconte les relations mouvementées d'un sage, le Maître, donc et de son disciple, son assistant, pas très discipliné, "Oreilles rouges". "Oreilles rouges" étant ainsi nommé parce que le Maître ne peut s'empêcher de les lui tirer, les oreilles, quand l'autre exagère de bêtise ou d'insolence. Ainsi rejoignent-ils sur un mode modeste et charmant, Puntilla et son valet Matti, Don Juan et Sganarelle, Don Quichotte et Sancho Panza, Jacques le fataliste et son maître. Le récit étant bien sûr, pour notre plaisir, rythmés par les dessins de l'auteur.


- Ostland
de David Thomas
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


Berlin, 1941. Le jeune et ambitieux Georg Heuser entre dans la police en tant qu'inspecteur à la brigade criminelle. Il est rapidement affecté à la traque d'un tueur en série qui terrorise la ville. Sous la tutelle de son supérieur et mentor, il affirme ses dons d'enquêteur, apprend la loyauté envers ses collègues et se jure d'œuvrer toujours au service des innocents. Jusqu'au jour où, pour le féliciter, on le promeut au sein de la SS. Envoyé à Minsk, Georg va prendre en charge l'arrivée des convois de déportés juifs et l'organisation du ghetto. Soucieux de plaire à sa hiérarchie, il obéit aux ordres et s'interdit de penser au crime odieux auquel il est en train de participer. Mais peut-on rester dans cet état d'insensibilité lorsqu'on devient soi-même le monstre qu'on s'est toujours promis de poursuivre? Dérangeant et poignant. Un thriller, inspiré d'une histoire vraie, qui pose une question extrêmement délicate, celle de la responsabilité.


- Paradise city
de Elizabeth Day
Éditions Terra Nova / Octobre 2015


Trois femmes et un homme. Ils ne se connaissent pas. Ils semblent n'avoir qu'un point commun: habiter tous les quatre dans la même ville. Et pourtant. Il y a Beatrice, qui a quitté son lointain pays pour une vie meilleure en Occident. Howard, lui, est un self made man, devenu millionnaire à force de travail. Mais l'argent n'est pas tout et il vit toujours dans l'ombre de la disparition inexpliquée de sa fille quelques années plus tôt. Carol est devenue veuve récemment et a perdu le goût de vivre. Enfin, Esme, jeune journaliste en quête du scoop qui fera décoller sa carrière, aimerait donner un vrai sens à sa vie. Un jour, dans cette ville des possibles, par les hasards tortueux dont le destin a le secret, les existences de ces quatre personnes se croisent et s'entrechoquent. Leurs vies vont changer. À tout jamais.


- Passent les heures
de Justin Gakuto Go
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Étudiant à San Francisco, Tristan reçoit un étrange appel. Selon un cabinet d'avocats londonien, il pourrait être l'héritier de l'immense fortune d'Ashley Walsingham, alpiniste disparu en 1924. Seul bémol: il n'a que quelques semaines pour le prouver. C'est le début d'une course contre la montre semée de fausses pistes, dans toute l'Europe, sur les traces d'Ashley et de l'amour de sa vie, Imogen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:33

- Patte de velours, œil de lynx
de Maria Ernestam
Éditions Gaïa / Octobre 2015
 

Sara et Björn s'installent à la campagne dans la maison qu'ils viennent de rénover. Un paradis d'espace et de liberté pour eux comme pour leur chat. Le couple d'en face, leurs seuls voisins, est charmant. Ils n'ont qu'un seul défaut, leur propre chat, un animal belliqueux qui défend son territoire toutes griffes dehors. Bientôt, une guerre des nerfs s'engage, oeil de lynx contre patte de velours. Et c'est délicieusement cruel. On ne choisit pas ses voisins. Leur chat encore moins.


- Peindre, pêcher et laisser mourir
de Peter Heller
Éditions Actes Sud / Octobre 2015


Peintre en vogue, pêcheur ardent, philosophe artisanal, Jim Stegner tombe dans un engrenage fatal le jour où, témoin accidentel, il prend la défense d'une petite jument maltraitée. C'est qu'il est un poil sanguin, ce père orphelin, en quête d'une sérénité à jamais perdue avec sa fille violemment arrachée à la vie, son mariage pulvérisé, son rapport au monde passablement conflictuel. Pour ne rien arranger, l'homme est profondément allergique à l'injustice, et dangereusement réactif à la violence. Pourtant, au large de la petite ville de Paonia, Colorado, concentré sur une discipline et une sobriété appliquées, c'est dans l'exercice de son art que le peintre tente de tout canaliser: la douleur, la colère, la peur même. Et voilà que, du jour au lendemain, son quotidien vire à la course poursuite permanente: Jim devient la proie mouvante, et la terreur numéro un, d'une bande de solides ordures qui ne plaisantent pas avec la vengeance. Mélange explosif de virilité tendue et de lyrisme écolo, d'humour noir et de métaphysique maison, d'action haletante et de poésie contemplative, Peindre, pêcher et laisser mourir raconte avec maestria les dérapages incontrôlables de la vie, le pied sur l'accélérateur et l'œil sur la beauté des paysages.


- Père et fils
de Larry Brown
Éditions Gallmeister / Octobre 2015


Après trois ans derrière les barreaux, Glen sort tout juste de prison. Il rentre chez lui, dans ce Sud écrasé par la chaleur où son père, son frère, sa petite amie et le fils qu'elle a eu de lui, l'attendent. Quarante-huit heures plus tard, Glen a déjà commis un double meurtre. Aucun indice ne peut mener jusqu'à lui. Mais tout va conduire à faire rejaillir à la surface les secrets enfouis depuis deux générations, les démons qui hantent les âmes en peine de cette famille aux prises avec son destin. Père et Fils ménage une tension croissante semblable à la marche implacable d'une famille en route pour l'enfer.


- Petites méchancetés sans grandes conséquences
de Marc Menu
Éditions Quadrature / Octobre 2015


Vous savez comment ça se passe. Un mot en entraîne un autre, et encore un autre, et puis on ne sait pas jusqu'où ça peut nous mener. C'est qu'ils sont pervers, les mots, ils ont leur petite vie propre. Ils n'ont l'air de rien, comme ça, mais vu la façon dont il les aligne… bonjour les dégâts. Quand on pense que ce garçon avait l'air si convenable. Enfin, il faut espérer que tout ça n'aura pas de conséquences.


- Pointe
de Brandy Colbert
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


Theo va mieux. Elle a recommencé à s'alimenter, sort avec des garçons presque recommandables et elle est sur la bonne voie pour devenir une danseuse de ballet d'exception. Mais lorsque réapparaît, son plus vieil ami, Donovan, après quatre longues années de séquestration, la voici à nouveau fragilisée. La découverte dans la presse que le ravisseur de Donovan n'est autre que son ex-petit ami, qui, à l'époque, lui a aussi menti notamment sur son âge, la met face à un dilemme: dire toute la vérité au prix de sa future carrière et sa réputation, ou ne rien dire et protéger un criminel. Brandy Colbert éblouit dans ce roman à la fois émouvant et plein d'espoir qui nous apprend à nous libérer de nos secrets les plus honteux.


- Pour quelques minutes de célébrité
de Anaïs Maquine-Denecker
Éditions Anne Carrière / Octobre 2015


Jeune journaliste fraîchement diplômée, Julia Bouvier décroche son premier job dans une société de production audiovisuelle. Entre nous est le talk-show le plus regardé de France, notamment en raison de la "qualité" de ses témoins. Mais lorsqu'elle se retrouve chargée du casting du programme, Julia comprend vite qu'elle va devoir faire quelques entorses à la déontologie pour s'adapter aux critères plutôt trash de sa patronne, la charismatique et cynique Jenny Laurens. Pression de l'audimat, reportages bidonnés, personnel exploité, invités maltraités... Julia découvre les secrets de fabrication des émissions de télévision, au milieu d'une galerie de personnages déroutants: le présentateur d'un magazine d'investigation truffé de préjugés et décidé à les transmettre à l'antenne, une star de la télé-réalité prête à tout pour prolonger son quart d'heure de gloire, un directeur des programmes qui n'a jamais mis les pieds sur un tournage. Comment survive dans ce mode où tout état d'âme, tout scrupule semble proscrit? Julia est-elle vraiment une oie blanche au milieu des requins?


- Quelqu'un pour qui trembler
de Gilles Legardinier
Éditions Fleuve Noir / Octobre 2015


Pour soigner ceux que l'on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu'il apprend que la femme qu'il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n'importe quel inconnu. Est-il possible d'être un père quand on arrive si tard? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l'aide de ceux que le destin placera sur sa route. Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies.  


- Remèdes littéraires
Émile Berthoud
de Susan Elderkin
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


Que vous souffriez d'agoraphobie, de la crise de la quarantaine, d'une jambe cassée, du hoquet ou d'un chagrin d'amour, soyez rassuré. Vous trouverez dans ce livre le roman qui vous soignera et remplacera avantageusement toute votre armoire à pharmacie. Grâce à nos Remèdes littéraires, vous pourrez traiter les pathologies suivantes: abandon, alcoolisme, calvitie, chagrin d'amour, mal de dos, hémorroïdes, hypertension, insomnie, jalousie, maternité, obésité, rhume des foins, solitude, vieillissement… Et bien d'autres encore. Adapté à la sensibilité française par le journaliste littéraire Alexandre Fillon, ce dictionnaire offre une promenade étonnante dans l'histoire de la littérature mondiale.


- Rendez-vous à Crawfish Creek
de Nickolas Buttler
Éditions Autrement / Octobre 2015


"Ils évoluaient ensemble dans l'obscurité glaciale, si proches que Kat sentait le corps de Pieter enveloppé de caoutchouc, ses palmes dans l'eau froide et noire". Ils se sont rencontrés dans un parc d'attractions désert: Kat est abonnée aux échecs amoureux, Pieter vient de rentrer d'Afghanistan. Coup de foudre. Kat se laisse convaincre d'accompagner Pieter à un bain de minuit dans le lac, le 1er janvier, sous un mètre de glace. Peut-elle lui faire confiance? En dix nouvelles, qui sont autant de balades le long des routes de l'Amérique profonde, Nickolas Butler déplace les frontières entre bien et mal, et confirme son talent pour croquer la meilleure part des hommes.


- Retour à Duvert
de Gilles Sebhan
Éditions Le Dilettante / Octobre 2015


"Tony Duvert, le dernier maudit peut-être" confie sobrement, à un détour de son livre, Gilles Sebhan. Sebhan qui compose là, plein de rigueur patiente et de ferveur retenue, un magnifique "tombeau" pour l'auteur de Paysage de fantaisie et de Quand mourut Jonathan. Ni hommage larmoyant, ni déploration hagiographique, mais tentative, pièces en main, photos à l'appui et fort de témoignages sincères (ceux du journaliste Jean-Pierre Tison et du philosophe René Schérer notamment), de dire l'ardent mystère et l'ascèse fatale d'un homme porteur au front d'un signe caïnique, celui des amours pédophiles et d'un attrait exalté pour l'enfance. Une marque infâme le vouant à la solitude, l'exil, l'oubli et à une mort de reclus en 2008, corps confiné et oublié. Remettant ses pas dans ceux de Duvert, Gilles Sebhan suit avec intense gravité, de l'adolescence brillante à l'ermitage coupable, la courbe d'une vie tragique: jeunesse toute en vitalité, émergence d'une sexualité que seule la fréquentation du Maghreb permet d'accomplir, amours secrètes, militantisme frondeur et castagneur, succès de plume, puis repli, solitude, trépas sordide, cendres. Complété de textes rares et de photos privées, Retour à Duvert est une tentative d'accompagner, par-delà la mort, le destin terriblement tenu et voulu d'un écrivain pour qui  ce qui était en jeu (...) c'était la redéfinition de l'enfance, sans quoi l'homme n'a pas de sens.


- Retour sur terre
de Mélanie Rose
Éditions L'Archipel / Octobre 2015


Michaela Anderson, une jeune Anglaise de 25 ans travaillant dans une compagnie d'assurances, a accepté de participer avec quelques collègues à un baptême de saut en parachute. Au moment de s'élancer dans le vide, la dernière, elle est emportée par une bourrasque qui l'éloigne des autres. Quand elle retrouve la terre ferme, l'aérodrome est désert, sa voiture a disparu et il fait presque nuit. C'est alors qu'elle découvre avec stupeur sa photo sur des affichettes prétendant qu'elle a disparu… il y a six ans et demi. Qu'a-t-il bien pu se passer? Aurait-elle perdu la raison? Serait-elle devenue amnésique? A-t-elle été victime d'une faille spatiotemporelle? Mais, surtout, qu'a-t-elle bien pu faire au cours de tout ce temps?


- Rien où poser sa tête
de Françoise Frenkel
Éditions Gallimard / Octobre 2015
 

En 1921, Françoise Frenkel, une jeune femme passionnée par la langue et la culture françaises, fonde la première librairie française de Berlin, "La Maison du Livre". Rien où poser sa tête raconte son itinéraire: contrainte en 1939 de fuir l'Allemagne, où il est devenu impossible de diffuser livres et journaux français, elle gagne la France, où elle espère trouver refuge. C'est en réalité une vie de fugitive qui l'attend, jusqu'à ce qu'elle réussisse à passer clandestinement la frontière suisse en 1943. Le récit, écrit en français, qu'elle en tire aussitôt dresse un portrait saisissant de la France du début des années quarante. De Paris à Nice, en passant par Avignon, Vichy, Grenoble, Annecy, Françoise Frenkel est témoin de la violence des rafles et vit sans cesse menacée en raison de ses origines juives. Tantôt dénoncée, tantôt secourue, incarcérée puis libérée, elle découvre des Français divisés par la guerre dont elle narre le quotidien avec objectivité. Rien où poser sa tête, soixante-dix ans après sa publication en 1945 à Genève, conserve, miraculeusement intacts, la voix, le regard, l'émotion d'une femme qui réussit à échapper à un destin tragique.


- Rien que la vie
de Alice Munro
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


"Il deviendrait difficile d'expliquer, plus tard dans sa vie, ce qui au juste était acceptable à l'époque et ce qui ne l'était pas. Après quoi on s'enferrerait immanquablement en disant que le fait d'avoir une quelconque idée sérieuse, pour ne rien dire d'une quelconque ambition, ou peut-être même que le simple fait de lire un vrai livre risquaient d'être considérés comme suspects".


- Sans plus attendre
de Kristan Higgins
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


Tic, tac… Tic, tac. À 35 ans, encore célibataire et zéro bébé en vue, Honor est convaincue que son horloge biologique lui fait les gros yeux. Elle se résout à parler mariage à l'homme qu'elle aime depuis le lycée et avec lequel elle entretient une relation amoureuse extrêmement intermittente. Résultat? Un refus gentiment emballé mais sans équivoque. Déjà sonnée, Honor reçoit le coup de grâce quelques semaines plus tard, quand l'ex homme de sa vie annonce son mariage avec celle qu'elle considérait jusque-là comme sa meilleure amie. Prête à tout pour redonner un peu de tenue à son amour-propre ratatiné, Honor (envisage cette fois le mariage de convenance et)  fait une proposition à un certain Tom Barlow, professeur d'anglais de Manningsport qui a désespérément  besoin d'une green card pour rester aux États-Unis. Sur le coup, l'idée lui semble géniale avant que la situation ne s'emballe et n'échappe totalement à son contrôle. Avec son talent unique pour peindre des héroïnes gaffeuses, drôles, et complètement attendrissantes, Kristan Higgins nous livre ici sa version moderne et détonante du thème de la trentenaire paniquée par le désir d'enfant.


- Show me a hero
de Lisa Belkin
Éditions Kero / Octobre 2015


"Montrez-moi un héros, et je vous écrirai une tragédie". F. Scott Fitzgerald
Yonkers, dans l'État de New York. Ville paisible où il fait bon vivre. S'il n'y avait pas cette ligne invisible qui sépare Yonkers en deux: d'un côté des quartiers aux pavillons coquets, aux rues propres bordées d'arbres. De l'autre, les barres d'immeubles, les graffitis. La foule, le bruit, la misère. Lorsque tombe l'annonce qu'une loterie permettra à certaines familles modestes d'intégrer des maisons flambant neuves dans les beaux quartiers, ce qui paraît comme un rêve pour certains est vécu comme un cauchemar par d'autres. Éclate alors une lutte sans merci où tous les coups sont permis et qui dresse Blancs contre Noirs, riches contre pauvres. Un jeune débutant en politique qui doit déjouer tout un système, un juge incorruptible, un architecte visionnaire mais arrogant, une mère célibataire luttant férocement pour offrir un avenir meilleur à ses enfants. À la fois chronique juridique, thriller politique et tragédie humaine, Show Me a Hero transforme un fait divers en un drame haletant qui est toujours d'une brûlante actualité.


- Sing
de Kylie Scott
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


Des boulots minables, Lena en a enchaîné pas mal. Mais ce n'est rien à côté de son travail d'assistante de l'une des plus grandes, et plus égoïstes, stars du moment: Jimmy, le chanteur des Stage Dive. Après le scandale qui a mené Jimmy en cure de désintox, il incombe à Lena de le maintenir sur le droit chemin. Et elle est déterminée à garder leurs relations strictement professionnelles et ne pas se laisser charmer par le rocker sexy. Mais Jimmy a l'habitude de toujours obtenir ce qu'il veut.


- Solstice
de François Taillandier
Éditions Stock / Octobre 2015


En Espagne, l'émir omeyyade Abdéramane affronte le petit royaume chrétien des Asturies, regroupé autour de la légende de saint Jacques et du tombeau de Compostelle: ainsi prend corps un mythe qui imprègne toujours nos sensibilités. À Aix-la-Chapelle, la capitale qu'il a fondée pour rivaliser avec Constantinople, Charles, roi des Francs, s'efforce de fusionner la "Francie" romanisée et la Germanie encore païenne, tandis que les papes de Rome veulent faire de lui l'empereur de l'Occident. À ces personnages historiques, le romancier en adjoint un autre, imaginaire: Ahasvérus, le "juif errant", l'homme qui a vu crucifier Jésus. Sa légende, souvent l'expression d'un vieil anti-judaïsme chrétien, se mue ici en une quête à la fois historique et spirituelle. Ahasvérus, éternel migrant, est le témoin de tous les grands événements, et du destin du peuple juif dispersé, obstinément fidèle à un Dieu qui semble l'avoir abandonné. L'empire de Charlemagne se disloque, la civilisation arabo-musulmane s'épanouit, la "Reconquista" espagnole commence. Le monde poursuit son histoire entre ordre et chaos, clarté et ténèbres. D'où l'invocation du solstice d'hiver, célébré à la fois dans les cultures païennes et chrétienne: le moment le plus sombre de l'année, qui promet la lumière et le recommencement.


- Soupe de cheval
de Vladimir Sorokine
Éditions de l'Olivier / Octobre 2015


"Olia, puis-je vous demander un service? Et seulement à vous.
- Ça dépend duquel.
Bourmistrov agrippa la table, comme s'il s'apprêtait à l'arracher du sol.
- Pouvez-vous manger pour moi? Ici. Maintenant.
- Comment ça, pour vous?
- Je veux dire, en sorte que je puisse vous regarder. Simplement vous regarder".
Ensuite, Bourmistrov propose à Olia de réitérer ce rituel, la regarder manger, chaque premier lundi du mois, contre une forte rétribution. Leurs rencontres ont lieu dans un appartement ordinaire, typiquement soviétique, puis dans un appartement luxueux. La nourriture se modifie, devient de plus en plus moulinée, indiscernable. Jusqu'au jour où le moindre aliment évoque à Olia une masse morte et effrayante, tandis que Bourmistrov s'entoure d'acolytes de plus en plus violents. Vladimir Sorokine met magnifiquement en scène cette confrontation cruelle et perverse.


- Suite à la dernière leçon
de Noëlle Châtelet
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Douze ans après, Noëlle Châtelet revit les étapes majeures de son expérience la plus intime et la plus fondamentale: la mort volontaire que s'est donnée sa mère. Car le combat de société qu'implique ce geste n'est pas terminé. Et l'adaptation de La Dernière Leçon au cinéma éclaire tout cela d'un jour nouveau. Suite au succès de La Dernière Leçon, Noëlle Châtelet s'est très fortement engagée pour la mort volontaire et l'assistance en fin de vie. Le livre qu'elle propose ici est une réflexion au fil des jours et des mois, jalonnée par l'actualité sur le sujet (l'affaire Vincent Lambert, et d'autres reportages au fil des jours) mais aussi et surtout par les différentes étapes de la préparation du film tiré de La Dernière Leçon: car transposer le livre à l'écran, c'est un peu refaire vivre sa mère, et c'est en même temps faire l'épreuve d'une forme de dépossession.


- Tea-Bag
de Henning Mankell
Éditions Le Cercle Points / Octobre 2015


Dans un camp de transit de la côte espagnole, les migrants attendent patiemment d'entrer en Europe. Tea-Bag, une jeune Africaine, tente d'oublier les cris de ceux qui ont péri dans le naufrage et ne sont pas parvenus jusqu'à cette plage. Lorsqu'un journaliste lui offre, en échange de son témoignage, un voyage en Suède, l'espoir renaît. Parviendra-t-elle à infléchir le cours de son destin?


- Terres amères
de Joyce Carol Oates
Éditions Philippe Rey / Octobre 2015


Seize nouvelles brutales et décapantes, parfois insoutenables. Certes, la prose de Joyce Carol Oates n'a jamais été recommandée comme berceuse mais, en ce qui concerne ce recueil, les enfants auront intérêt à aller se coucher encore plus tôt car, très vite, Joyce Carol Oates se montre sans pitié pour eux. Bien entendu, les véritables aficionados en redemanderont. Joyce Carol Oates a superbement disséqué le chagrin et le choc provoqués par la mort en 2008 de son premier mari, Ray Smith, et il n'est donc pas surprenant que la perte et le deuil soient les thèmes dominants de ce recueil rageur, dur et viscéralement dérangeant, écrit au lendemain du malheur. On y cherchera en vain la résignation de la veuve: Joyce Carol Oates semble déterminée à nous convaincre que la femme en deuil est une sorte de coupable, une victime qui dans un sens mérite tout ce qui lui arrive (et ce n'est pas toujours tendre). La démonstration est réussie, et quel bonheur de lecture que ces pages qui font tomber les idoles et les clichés avec une santé, une énergie, et une plume, d'une jeunesse éblouissante.


- Un hiver avec Schubert
de Olivier Bellamy
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


"En savourant le livre Un été avec Montaigne d'Antoine Compagnon, je me suis dit sur le mode de la plaisanterie: à condition de passer l'hiver avec Schubert. Et je me suis piqué au jeu. Schubert m'est toujours apparu comme une sorte de chaînon entre Mozart et Proust. Une quarantaine de textes ont vu le jour, au moment où les nuits sont longues. Le portrait d'un homme terriblement émouvant m'est apparu. Un cœur pur, un grand esprit, le meilleur des amis. Et toujours seul. Premier des romantiques tout en demeurant un classique, Schubert reste le plus mystérieux des compositeurs. Parce que sa musique éprouve la douleur sans cesser de sourire et qu'elle regarde la mort droit dans les yeux tout en nous faisant aimer la vie. Cet art subtil répond étonnamment à la crise de notre époque en nous offrant une introspection lucide et courageuse, une mystique tendre pour écouter le monde autrement. Et tellement d'amour".


- Une étonnante retraite
de Donatien Grau
Éditions Gallimard / Octobre 2015


À l'approche de la soixantaine, au sommet d'une brillante carrière, Anders Hill s'attend à récolter les lauriers de son dur labeur. Mais contre toute attente, c'est le sentiment d'un grand vide existentiel qui l'envahit. Rongé par l'insatisfaction, il divorce de sa femme, abandonne le confort de leur énorme maison du Connecticut et prend sa retraite anticipée d'une grande banque de New York. Alors que les festivités de Noël se préparent, Anders commence pourtant à réaliser que tout envoyer valser n'était peut-être pas la meilleure option. Un an à peine après avoir pris sa décision, il doit déjà envisager la possibilité que le monde qu'il a rejeté soit en fait le seul qui lui convienne. Ted Thompson passe avec une habileté remarquable de l'ironie réjouissante au tragique absolu. Analysant quarante ans de mariage, il réussit à cerner les sentiments contradictoires d'un homme d'âge mûr, les attentes d'une femme qui a consacré sa vie à s'occuper des autres, et le désarroi adolescent qui parfois se prolonge à l'âge adulte.    


- Une jolie fille comme ça
de Alfred Hayes
Éditions Gallimard / Octobre 2015


Alors qu'il s'échappe de la villa où une fête hollywoodienne bat son plein, un scénariste en vogue aperçoit une jeune femme se jeter dans l'océan en contrebas. L'ayant sauvée d'une noyade assurée, lui qui regarde avec dédain les artifices et la vanité de son milieu ne tardera pourtant pas à vendre son âme, ou plutôt sa liberté, faute de savoir résister à la tentation. S'agit-il pour lui de jouer les héros? ou d'oublier l'ennui et le naufrage de son mariage en se laissant aller à une énième liaison? Et qui est-elle vraiment, cette jolie fille à la carrière d'actrice mal engagée et dont les fêlures, notamment amoureuses, prennent une tournure menaçante? Toutes ces questions n'empêchent pas les deux êtres de plonger dans une relation venimeuse, qui réveille les démons de chacun. Le lecteur ne connaîtra jamais le nom des deux protagonistes de ce court roman, mais la langue de Alfred Hayes, d'une précision clinique, redoutable, les fait exister d'emblée, dans tous leurs travers, leurs faiblesses, leurs contradictions. Animé d'un désespoir existentiel évident, Alfred Hayes livre un portrait féroce de nos ambitions et de nos illusions, au sein duquel il réussit à distiller une ironie salvatrice.


- Une mariée de trop
de Louise Vianey
Éditions Mosaïc / Octobre 2015


La robe blanche sublime, l'entrée solennelle au bras de son père, les alliances scintillantes et le murmure d'émotion qui traverse l'assistance: depuis qu'elle en rêve, de son mariage avec Gabriel, Margot a eu le temps de l'imaginer dans ses moindres détails. Son futur époux a tenu à tout organiser lui-même, pour lui faire, a-t-il dit, une surprise dont elle se souviendra toute sa vie; et elle lui fait totalement confiance pour rendre la réalité encore plus belle que dans ses rêves les plus fous. Si bien qu'en montant les marches de l'église de la place Frantz-Liszt dans une robe de conte de fées pour rejoindre l'homme qu'elle aime, Margot se sent pousser des ailes. Loin, très loin d'imaginer que le plus beau jour de sa vie est sur le point de prendre les couleurs d'un véritable cauchemar.


- Une odeur de gingembre
de Oswald Wynd
Éditions La Table Ronde / Octobre 2015


1903. Disant adieu à son adolescence écossaise, Mary Mackenzie embarque pour l'Orient extrême. À Pékin, dans le quartier des ambassades, l'attend son futur mari, un homme dont elle ne sait rien, représentant la Couronne britannique auprès du dernier empereur. Très vite, la jeune Mary étouffe sous le carcan des convenances diplomatiques et conjugales alors que, dehors, l'aventure l'appelle. Des rues grouillantes aux senteurs enivrantes des marchés, de l'art floral au rituel du thé, de la Cité interdite à l'insurrection des Boxers, sa quête éblouie va la mener à l'amour. Éprise d'un officier nippon, rejetée par son mari, méprisée par ses compatriotes, Mary doit fuir au Japon où l'attendent de nouveaux combats.


- Une vie entière
de Robert Seethaler
Éditions Sabine Wespieser / Octobre 2015


Bien souvent dans le restant de sa vie, Andreas Egger repensera à ce matin de février dix-neuf cent trente-trois où il a découvert le chevrier Jean des Cornes agonisant sur sa paillasse. Dans une hotte arrimée à son dos, il l'a porté au village, sur un sentier de montagne de plus de trois kilomètres enfoui sous la neige. Pour se remettre d'aplomb après cette course hallucinée, il fait halte à l'auberge: quand le corsage de Marie, la jeune femme qui lui sert son schnaps, effleure son bras, une petite douleur l'envahit tout entier. Andreas Egger a déjà trente-cinq ans alors, et il a construit sa vie tout seul: orphelin, il a été recueilli à quatre ans par une brute dont les coups l'ont rendu boiteux. Malgré cela, comme il le dit à Marie au moment de lui demander sa main: un homme doit  "élever son regard, pour voir plus loin que son petit bout de terre, le plus loin possible". Aussi prend-il part à l'aventure des téléphériques, qui vont ouvrir sa vallée à la modernité, avant d'être envoyé sur le front de l'Est, dans les montagnes du Caucase. À son retour, "le maire n'est plus nazi, à la place des croix gammées les géraniums ornent de nouveau les fenêtres des maisons" et les étables vidées de leurs bêtes abritent les skis des touristes. Pris par la force visuelle de certaines scènes, la déclaration d'amour à Marie est un morceau d'anthologie, et par une langue sobre et rythmée où chaque mot est pesé, on ne lâche pas ce saisissant portrait d'un homme ordinaire, devenu bouleversant parce qu'il ne se donne d'autre choix que d'avancer.


- Va et poste une sentinelle
de Lee Harper
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


Jean Louise Finch, dite "Scout", l'inoubliable héroïne de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, est de retour dans sa petite ville natale de l'Alabama, Maycomb, pour rendre visite à son père, Atticus. Vingt ans ont passé. Nous sommes au milieu des années 1950, et la nation se déchire autour des questions raciales. Confrontée à la société qui l'a façonnée mais dont elle croit s'être affranchie en partant vivre à New York, Jean Louise va découvrir ses proches sous un jour inédit. Chronique douce-amère de l'adieu à l'enfance, entre tendresse et férocité, espoir et désenchantement, révolte et révélations, Va et poste une sentinelle est le deuxième roman de l'auteur de Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur mais fut écrit avant son livre culte, prix Pulitzer en 1961. Si sa publication constitue aujourd'hui un événement majeur, ce n'est pas seulement parce qu'il aura fallu attendre plus d'un demi-siècle pour connaître son existence, ni parce qu'il a d'ores et déjà battu tous les records de ventes (plus d'1,1 million d'exemplaires en une semaine lors de sa parution aux États-Unis), mais aussi, et surtout, parce qu'il s'agit d'un grand livre, puissant, émouvant, dérangeant: un troublant miroir tendu à un monde qui, malgré le passage du temps, nous parle toujours du nôtre.  


- Vernissage et crustacé
de Anne Cabrol
Éditions Coëtquen / Octobre 2015


Anna, 45 ans, mère de quatre enfants, finalise son exposition de peintures. Alors qu'elle s'apprête à poster les invitations pour son vernissage, elle apprend qu'elle souffre d'un cancer du sein. Entre deux résultats médicaux, elle a la vision brutale d'un musée virtuel. Les toiles de son exposition en habillent les murs. Ce lieu chimérique devient son plus grand allié et son univers pendant près de neuf mois. Elle s'y rend en unique spectatrice, à chaque fois que la véhémence de l'épreuve est insoutenable. Les toiles aux parfums d'iode sur l'univers de la pêche qu'elle avait peintes se mettent à retracer les épisodes heureux ou regrettables de sa vie, à la cadence imposée par ce vulgaire crabe. Son "étrille" selon son appellation poétique. Ses tableaux ne sont plus que le reflet de son âme. Au rythme d'un journal, Anna joue avec l'interprétation de ses toiles, découvre, fait découvrir le difficile parcours du traitement du cancer du sein, et expose sa solution pour le vivre du mieux possible.


- Ville noire
de Boris Akounine
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2015


1914. La vie du tsar est menacée. Eraste Fandorine est chargé de capturer le révolutionnaire Ivan Ivanovitch Ivantsov pour le mettre hors d'état de nuire. Il découvre vite que l'homme, surnommé Ulysse, s'est réfugié à Bakou. Bakou, la ville noire. Bakou, la ville la plus riche de l'Empire russe, contrôlée par quelques magnats du pétrole de toutes nationalités, et qui, en cette veille de Première Guerre mondiale, constitue un nid d'espions particulièrement actifs. Et dangereux.


- Vivre au lieu d'exister
La vie exceptionnelle de Berty Albrecht, Compagnon de la Libération
de Mireille Albrecht
Éditions Du Rocher / Octobre 2015


Comme Jean Moulin, Berty Albrecht disparaîtra dans d'étranges conditions. Sa très forte personnalité et l'intégrité de son engagement ont elles aussi fini par déranger. Issue d'une famille bourgeoise, Berty réfute très jeune son milieu, s'engage aux côtés des luttes sociales, milite pour le droit à l'avortement, et devient l'une des premières surintendantes d'usine. Après avoir infiltré le système de Vichy, elle détourne de nombreux documents, crée avec Henri Frenay un mouvement de résistance, trouve des imprimeries, et fonde le journal Combat en pleine occupation. Arrêtée en 1943, emprisonnée à Lyon, elle réussit à s'évader une première fois. Quelques mois plus tard, sur dénonciation, elle est appréhendée par la Gestapo. On ne retrouvera son corps qu'en 1945. Telle une journaliste d'investigation, Mireille Albrecht va consacrer sa vie à élucider le mystère de la disparition de sa mère. Pendant vingt-cinq ans, elle va enquêter, des archives de Fresnes aux couloirs de l'Élysée, et réussir enfin à retrouver la personne qui l'a dénoncée. Cette femme, un agent double qui travaillait à la fois pour la Gestapo et les hautes autorités françaises, finira par tout lui avouer. Mireille ne manquera pas de filmer cette confession, replaçant la disparition de Berty Albrecht au cœur des secrets politiques passés à la trappe de l'histoire. Dans ce livre, Mireille Albrecht nous entraîne dans les vingt années passées auprès de sa mère. C'est un document qu'on peut lire comme un conte dont la morale unirait le dépassement de soi à l'amour de la vie.


- Voyage au bout d'une vie
de Bertrand Vergely
Éditions Bartillat / Octobre 2015


Elle, c'est une mère. Lui, c'est un fils. Un matin de janvier, elle meurt dans un hôpital de banlieue, près de Paris. Il est à ses côtés. Elle a tout connu de la vie: l'amour, des rencontres avec des écrivains, des penseurs, des spirituels en quête de vérité, des drames aussi. Il est philosophe. Depuis des années, il écrit et il réfléchit sur la souffrance et la mort, en enseignant entre autres dans des centres de soins palliatifs. Ce livre en forme de journal est l'histoire d'un accompagnement, mais aussi d'une question venue des confins de la vie confrontée à la violence d'une épreuve radicale. Que reste-t-il à faire et à dire quand il n'y a plus rien à faire et à dire? Sans doute, une seule chose. Être là, dans un côte à côte essentiel avec l'autre qui part et découvrir au fond de ce rien, rien que l'essentiel.


- Voyage en Suède
de Danièle Saint-Bois
Éditions Julliard / Octobre 2015


Entourée de ses deux fils et d'un mari mafieux qui contrôle ses moindres faits et gestes, Viviane étouffe dans son village méditerranéen. Jusqu'au jour ou l'aborde un inconnu qui lui propose de devenir, le temps d'un tournage, la doublure d'une célèbre actrice. Intriguée, Viviane accepte de rencontrer celle dont on ne cesse de lui répéter qu'elle est le sosie parfait. Mais rien ne se déroule comme prévu. Depuis quelques années, Danièle Saint-Bois poursuit son exploration du roman à suspense, en jonglant avec toutes les facettes du genre. Ainsi, Voyage en Suède tient tout à la fois du thriller avec son scénario en forme de puzzle; du roman policier à l'anglaise, tourné sur l'intimité des personnages; et du roman noir, lorsque l'auteur s'adonne, avec une férocité non dénuée d'humour, à son goût pour la critique sociale, toujours politiquement incorrecte. Au fil d'une intrigue implacable, elle entrecroise jusqu'au vertige les thèmes de l'identité et de la mémoire.


- & fils
de Gilbert David
Éditions Actes Sud / Septembre 2015


C'est à l'enterrement de son meilleur ami qu'Andrew N. Dyer est soudain saisi par l'imminence fatale de sa propre mort. Aussi le grand romancier culte, semi-reclus au prestige intact, décide-t-il de réunir ses deux fils adultes et éloignés pour leur confier solennellement leur plus jeune (demi) frère, garçon fantasque aux origines troubles auquel il voue une dévotion plus trouble encore. Racontée depuis la lisière des choses par Philip Topping, le fils du mort jamais aussi complètement adopté par les Dyer qu'il l'aurait espéré, cette histoire de famille potentiellement atomique explore avec un humour féroce et une liberté radicale les ramifications de l'amitié et de la transmission, les enjeux littéraires de la vérité, et notre insatiable besoin d'éternité. Autour de ce vieil écrivain qui tente de renouer les liens brisés avec ses fils, David Gilbert déploie un grand roman familial furieusement new-yorkais qui interroge l'élasticité du réel, l'endurance des faibles et la ténacité des rêves. Avec ce magistral & Fils, il signe un classique instantané.


- Adrienne ne m'a pas écrit
de Michelle Fourez
Éditions Luce Wilquin / Septembre 2015


Je ne vous ai vue qu'une seule fois, Adrienne, au hasard d'une rencontre mondaine après l'un de mes concerts. […] Non, je ne me souviens pas vraiment de votre visage. De votre voix, oui. Je me souviens que vous n'êtes pas très jeune, pas très belle, mais il me semble que personne, jamais, n'a compris ma musique comme vous l'aviez comprise, ce soir-là. Des vies meurtries. La puissance de la musique. Un amour purement épistolaire qui se concrétisera enfin par-delà les peurs et les pudeurs.


- Ambitions
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2015


À la tête de l'une des plus grosses entreprises des États-Unis, Fiona Carson ne devrait plus avoir à prouver ses compétences de dirigeante: diplômée de Harvard et stratège hors-pair, chacune de ses décisions est savamment pesée, chaque risque évalué. Pourtant, certaines personnes continuent à penser qu'elle n'est pas à sa place et, pour survivre dans ce monde d'hommes, Fiona, mère célibataire dévouée, a dû laisser sa vie personnelle de côté. Marshall Weston est aussi un patron remarquable, à la vie exemplaire. Sa femme, Liz, a abandonné sa carrière pour élever leurs enfants. Mais elle est loin de se douter que son mari, aveuglé par sa soif de pouvoir et de conquête, joue au quotidien avec le danger et menace d'éclabousser sa société par un énorme scandale. Le moment est venu pour chacun de faire un choix décisif; que seront-ils prêts à sacrifier pour cela?


- Au nom du père
de Françoise Bourdin
Éditions Belfond / Septembre 2015


Gabriel Larcher règne en maître sur sa famille, influençant profondément les destinées de ses deux fils et de sa fille. Si Dan et Valentine ont suivi les traces de cet ancien champion de Formule 1, Nicolas, jeune homme sensible et amoureux de la nature, a choisi d'être médecin dans leur petite ville de La Ferté-Saint-Aubin. Aujourd'hui, les trois enfants Larcher cachent leurs blessures. Dan et Valentine peuvent-ils trouver leur place dans un univers où seul leur père veut briller? Et quel est donc le lourd secret d'Albane, leur mère, en apparence si douce et si parfaite? Dans leur maison familiale de Sologne, les Larcher semblaient heureux et unis. Mais les non-dits et les secrets couvent, prêts à éclater au grand jour.


- Avant la fête
de Sasa Stanisic
Éditions Stock / Septembre 2015


C'est la nuit à Fürstenfelde, avant la fête de la Sainte-Anne. Le village se couche de bonne heure. À l'exception du passeur, il est mort. Madame Kranz, l'artiste peintre locale, ambitionne quant à elle de réaliser son premier tableau nocturne. Le sonneur et son apprenti veulent sonner les cloches. Monsieur Schramm, ancien lieutenant-colonel de l'Armée nationale populaire, puis garde forestier, n'a pas encore décidé s'il allait acheter des cigarettes ou se mettre une balle dans le crâne. Ils ont tous une mission à accomplir avant la fin de la nuit. Ils composent d'une voix ce roman, la mosaïque d'un village avec ses habitants de longue date et ses nouveaux venus, les morts et les vivants, les artisans, étudiants et chômeurs en T-shirt…


- Bel-Air
de Lionel Salaün
Éditions Liana Levi / Septembre 2015


Perchée sur la colline, à l'écart du centre-ville, une cité ouvrière et son bistrot: le Bel-Air. Au comptoir, le patron s'enflamme contre les Arabes du foyer de travailleurs et, depuis le baby-foot, les jeunes reluquent la serveuse en se prenant pour Marlon Brando. Gérard et Franck ont grandi là comme des frères. Mais alors qu'une guerre se termine en Indochine et qu'une autre débute en Algérie, leurs premiers choix d'hommes vont brutalement les séparer. Bien des années plus tard, alors que le Bel-Air est sur le point de disparaître, une ultime rencontre jettera un éclairage nouveau sur le passé et sur leurs certitudes. Bel-Air renoue avec l'écriture fougueuse et les thèmes chers à Lionel Salaün: le racisme ordinaire, le clivage social, l'amitié, la loyauté.


- Bella figura
de Yasmina Reza
Éditions Flammarion / Septembre 2015


Boris et sa maîtresse Andréa se disputent sur le parking d'un restaurant. Elle ne comprend pas comment il a pu l'emmener dîner dans un établissement conseillé par son épouse. Pour couronner le tout, en faisant une marche arrière, Boris renverse Yvonne, la belle-mère de la meilleure amie de sa femme.


- Bien comme il faut
de Sandip Roy
Éditions Les Escales / Septembre 2015


Une ville universitaire au cœurs de l'Illinois. Dans son petit appartement, Romola, jeune mariée fraîchement arrivée d'Inde, attend sa première lettre en provenance du pays. Quand elle ouvre par erreur la mauvaise enveloppe, sa vie change à jamais. Des années plus tard, lorsque son fils Amit tombe sur cette même enveloppe, il pense avoir découvert le secret de sa mère. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Amit ne sait pas qu'Avinash, son père dévoué, surfe à l'occasion sur les sites gays, incapable de refouler son attirance de toujours pour les hommes. Avinash, lui, ne se doute pas que sa femme, si docile, a été courtisée jadis par un bel acteur de Bollywood, dont elle garde le souvenir dans les pages de son journal intime, caché parmi ses saris de soie. À Calcutta, Amit a toujours été protégé des secrets de ses parents. Son diplôme d'ingénieur en poche, il s'installe à San Francisco, tiraillé entre sa nouvelle vie et celle qu'il a laissée derrière lui.


- Bombay girl
de Kavita Daswani
Éditions Bernard de Fallois / Septembre 2015


Sohana veut démontrer ses compétences à gérer les affaires familiales. Elle a besoin pour cela d'un homme rencontré à Los Angeles, mais celui-ci ne semble pas décidé à faire le déplacement. Sauf quand Sohana obtient douze millions de dollars de son père pour mener ses projets à bien. Un portrait des classes aisées et branchées de l'Inde qui contraste fortement avec la pauvreté du peuple.


- Boomerang
de Tatiana de Rosnay
Éditions Héloïse d'Ormesson / Septembre 2015


Sa sœur était sur le point de lui révéler un secret et c'est l'accident. Elle est grièvement blessée. Seul, l'angoisse au ventre, alors qu'il attend qu'elle sorte du bloc opératoire, Antoine fait le bilan de son existence: sa femme l'a quitté, ses ados lui échappent, son métier l'ennuie et son vieux père le tyrannise. Comment en est-il arrivé là? Et surtout, quelle terrible confidence sa cadette s'apprêtait-elle à lui faire? Rattrapé par le passé, Antoine Rey vacille. Angèle, une affriolante embaumeuse, lui apportera une aide inattendue dans sa recherche de la vérité. Entre suspense, comédie et émotion, Boomerang brosse le portrait d'un homme bouleversant, qui nous fait rire et nous serre le cœur.


- Brut de décoffrage
de Claude Michelet
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


Pour la première fois, Claude Michelet s'autorise à jeter un regard vers le passé à travers la relecture de ses carnets, auxquels il confie depuis plusieurs décennies ses humeurs du jour et ses opinions sur la marche du monde. "Je n'ai pas écrit mes Mémoires, disons plutôt quelques souvenirs", déclare Claude Michelet à propos de cet ouvrage. Des souvenirs exceptionnels, qui nous permettront de découvrir ou de redécouvrir le parcours hors du commun d'un agriculteur de Corrèze (dont le père, résistant, fut ministre du général de Gaulle) devenu depuis la fin des années 1970 l'un des plus célèbres romanciers français par la grâce du succès phénoménal de la saga d'une famille paysanne, les Vialhe, narrée sur près d'un siècle. Mais Brut de décoffrage, comme son nom l'indique, est beaucoup plus qu'un livre de souvenirs. C'est surtout, sur près de quarante ans d'histoire de France, le témoignage d'un homme libre, franc et sans concession. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Claude Michelet ne mâche pas ses mots. Admirateur de De Gaulle et de Malraux, pourfendeur de l'intelligentsia, il demeure aujourd'hui encore un homme en colère qui met la même passion à partager ses enthousiasmes que ses détestations.


- Burn out
de Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


Un chômeur envoie un mail au quotidien local de sa région: "Je suis allé à Pôle emploi avec 5 litres d'essence pour me brûler, mais c'est fermé le 12 février 2013, alors ça sera demain le 13 ou le 14, car ce serait vraiment préférable au sein de Pôle emploi merci". Le lendemain, l'homme tient parole. Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah ont voulu comprendre ce geste. Alors il leur a fallu tout imaginer. En 2007, alors qu'ils sont encore lycéens, Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah écrivent leurs premiers reportages à quatre mains pour le Bondy Blog. Ensuite, ils créent des balades radiophoniques à deux voix, stylées et engagées, pour France inter.


- Casanova l'aventure
de Alain Jaubert
Éditions Gallimard / Septembre 2015


Comment écrire sur Casanova, qui s'est lui-même chargé de tout dire sur ses aventures, périlleuses, amoureuses, rocambolesques, dans Histoire de ma vie? Jaubert relève brillamment le défi en un récit composé d'une trentaine d'historiettes, pièces de théâtre, dont Casanova est le héros, faisant fi de la chronologie et empêchant ainsi l'ennui dont son sujet aurait eu horreur. L'insatiable curiosité de l'auteur ne se hausse jamais du col et permet de décrire, au détour d'une phrase, une anecdote incroyable, une nouvelle péripétie. Venise est partout, dans ses prisons où Casanova a tant souffert, dans les gondoles, dans les bordels, dans les salons où l'on pratique la magie. Casanova est hanté par le sexe et l'on découvre cent portraits vifs de jeunes charmeuses. Mais il manie l'humour avec verve, même à ses dépens. Le corps est là, décrit dans ses fonctions les plus nobles comme les moins ragoûtantes. Le lecteur est bousculé par ce fil sans cesse rompu, repris, rabouté, et est entraîné inexorablement dans un univers de poète, un peu truand, drôle, souvent sentimental. Venise au XVIIIe siècle sert de toile de fond à ces tableaux. Les récits d'Alain Jaubert forment un portrait diffracté, inoubliable, d'un homme extraordinaire, un prince des Lumières fragile et attachant.


- Ce qui ne nous tue pas...
de Carole Declercq
Éditions Terra Nova / Septembre 2015


1944, pendant l'Occupation. Les Français vivent désormais dans l'espoir d'un débarquement allié et l'inquiétude gagne l'armée allemande, accentuant les crispations et les duretés perpétrées contre la population française. Maximilian Von Wreden, officier du Renseignement allemand, est en poste à Paris depuis quelques mois quand il rencontre Marianne, une étudiante en philosophie de vingt et un ans. Sa peau est douce, ses lèvres sont tendres, elle réussit à apaiser ses démons intérieurs. Ce que Maximilian ne sait pas, c'est que la jeune femme travaille en réalité pour un réseau de résistants. Elle a volontairement été jetée dans la gueule du loup pour le séduire et lui soutirer des informations sensibles. Pour elle, il est d'abord l'homme à abattre. Mais pas seulement. Dans le feu de l'Histoire, le destin d'un homme et d'une femme que tout sépare.


- Chers tous deux: lettres à ses parents, 1931-1942
de Claude Lévi-Strauss
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


"Après la mort de Claude, j'ai dû faire de l'ordre dans ses papiers. J'ai lu ces paquets de lettres avec un plaisir étonné: j'entendais sa voix, je revoyais ses traits, les descriptions me rappelaient l'homme avec lequel j'ai vécu presque soixante ans. Être réservé, si intimidant et mal connu. De Strasbourg durant son service militaire, de Mont-de-Marsan où il exerça pour la première fois le métier de professeur, de New York en exil, ces lettres écrites presque quotidiennement forment une sorte de journal. Et un journal n'est rien d'autre qu'un autoportrait. En le rendant public, je voudrais faire connaître l'homme qui se cachait derrière le savant".


- Comment faire tomber un dictateur quand on est seul, tout petit, et sans armes
de Srdja Popovic
Éditions Payot & Rivages / Septembre 2015


Un livre pour agir, à destination des mécontents, des activistes, des utopistes qui veulent réussir leur révolution (petite ou grande). Toutes les astuces et stratégies non violentes qui ont prouvé leur efficacité, au centre desquelles figure l'humour. Par l'architecte secret du printemps arabe (pressenti un temps pour le prix Nobel de la paix), dont le mouvement Otpor fit chuter Milosevic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:28

- Conversations d'un enfant du siècle
de Frédéric Beigbeder
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2015


"Écrire, c'est parler en silence, et réciproquement: parler, c'est écrire à haute voix. J'ai interrogé les auteurs de ce livre comme un apprenti garagiste questionnerait un professionnel sur la meilleure manière de changer un joint de culasse. Je voulais déchiffrer leur méthode, comprendre les rouages de leur travail, voler leurs secrets de fabrication. C'est fou comme on se sent bien en écoutant les dernières personnes intelligentes sur terre". F. B.
Liste de mes interlocuteurs, de 1999 à 2014, par ordre chronologique d'apparition sur le papier: Bernard Frank, Philippe Sollers, Jean-Jacques Schuhl, Guillaume Dustan, Antonio Tabucchi, Umberto Eco, Gabriel Matzneff, Chuck Palahniuk, Catherine Millet, Jay McInerney, Albert Cossery, Françoise Sagan, Simon Liberati, Tom Wolfe, Charles Bukowski, Alain Finkielkraut, Michel Houellebecq, Jean d'Ormesson, Bernard-Henri Lévy, Moi, Bret-Easton Ellis, Paul Nizon, Francis Scott Fitzgerald, James Salter.


- Correspondance (1920-1927)
de Romain Rolland et Stefan Zweig
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Romain Rolland (1866-1944) et Stefan Zweig (1881-1942): deux écrivains humanistes, symbole d'une "Europe des esprits" humiliée par la Grande Guerre. Au-delà de l'amitié qui les lie, Rolland et Zweig partagent une même conscience du danger face aux nouvelles idéologies de l'Europe d'après-guerre, où violences et assassinats politiques revêtent déjà un caractère antisémite. D'une richesse inouïe, cette correspondance nous entraîne dans l'entre-deux-guerres, avec en toile de fond la montée des totalitarismes et l'engrenage qui mena l'humanité d'un conflit à un autre.


- Dans la chambre d'Iselle
de François Dominique
Éditions Verdier / Septembre 2015


Quelques siècles après un cataclysme suivi de profonds bouleversements politiques, la Reconstruction voit le jour. Franck, musicien compositeur, et Lucy, chercheuse en biologie, vivent à Paris-la-Neuve. Autour d'eux un nouveau monde se met en place sur lequel pèsent de graves menaces. L'une des plus inquiétantes est sans aucun doute l'extinction de l'humanité devenue stérile. Franck et Lucy ont le privilège d'échapper à ce destin, mais l'attente joyeuse de l'enfant est assombrie par l'inquiétude de Franck, qui ne parvient pas à terminer son opéra. Dans ce roman de la gestation, François Dominique, avec inventivité et grâce, croise les fils d'une méditation sur la Cité, la création et l'énigme de la naissance.


- Demande au miroir
de Chahla Chafiq
Éditions L'Âge d'Homme / Septembre 2015


Demande au miroir, premier roman en français de l'écrivaine Chahla Chafiq, a pour arrière-fond la révolution Iranienne et les bouleversements qu'elle a engendrés. Guita Salim, le personnage principal, est une jeune Iranienne de 21 ans, fille d'une famille de classe moyenne. Elle émigre avec son mari en France pour fuir une vie enténébrée par les morts qui se suivent dans l'ambiance post-révolutionnaire, notamment celle de sa sœur aînée, membre de la guérilla de gauche, piégée et tuée par les pasdarans (armée islamiste).


- Des mensonges dans nos têtes
de Robin Talley
Éditions Mosaïc / Septembre 2015


Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah. Rien que des mensonges? 1959, en Virginie. C'est l'histoire de deux filles qui croient qu'elles se détestent, parce qu'elles n'ont pas la même couleur de peau et qu'elles ne sont pas nées du même côté. C'est l'histoire de Sarah et Linda qui croient qu'elles se détestent mais c'est aussi l'histoire de l'année où tout va changer, parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s'en trouver bouleversés pour toujours. Un roman insolent, vrai, courageux et poignant.


- Des mensonges nécessaires
de Diane Chamberlain
Éditions Mosaïc / Septembre 2015


Elle a 15 ans et la vie devant elle, mais elle est pauvre. Ils sont du bon côté de la société, et ils veulent décider pour elle. 1960. Dans les champs de tabac de Caroline du Nord, Jane Forrester et Ivy Hart ne pourraient mener des existences plus différentes. À quinze ans, Ivy travaille dur pour faire vivre sa famille, notamment "bébé William", âgé de deux ans qui souffre d'un retard mental. Au contraire, Jane est confortablement mariée et rien, dans son milieu bien-pensant, n'exige d'elle qu'elle donne de sa personne. Sauf sa conscience et sa sensibilité. Bravant son mari et les conventions sociales, elle s'engage au service des pauvres, au service de la famille d'Ivy Hart. Une proximité qui lui ouvre les yeux sur des secrets insoupçonnables et un scandale humain qui devient sa bataille. Une histoire inspirée d'événements réels, dans le Sud profond des États-Unis, qui plonge le lecteur au cœur d'une tragédie et d'une solidarité incroyablement émouvante et romanesque entre femmes.


- Deux messieurs sur la plage
de Michael Köhlmeier
Éditions Jacqueline Chambon / Septembre 2015


En 1929, sur une plage de Californie, eut lieu la rencontre improbable de deux Anglais: Charlie Chaplin, le tramp des bas-fonds londoniens, et Winston Churchill, l'aristocrate qui allait bientôt sauver l'Angleterre de la barbarie nazie. Ils se découvrirent un ennemi commun: leur mélancolie, et décidèrent que chaque fois que l'un d'eux serait en proie au chien noir, nom que donnait Churchill à sa dépression, il appellerait l'autre à l'aide. Et c'est ce qu'ils firent. Ces rencontres nous font pénétrer dans l'intimité de deux monstres sacrés du XXe siècle et nous ouvrent les portes de deux univers à première vue incompatibles: Hollywood et l'Angleterre d'avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale.


- Dis-moi qui je suis
de Samuel Brussell
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2015


C'est à Casablanca, au petit matin, dans une salle de jeu enfumée, et au milieu des éclats de rire des amazones qui juraient dans un arabe savoureux, que ce livre a jailli de ma mémoire. J'ai soudain imaginé le passé de cette ville où était née Tsippy, ma mère, et ce fut pour moi le début d'un long voyage dans le passé. "Dis-moi qui je suis", ai-je demandé à Tsippy. Elle a souri. Et je n'ai eu qu'à la suivre dans ses errances, qui furent aussi les miennes. À travers elle, j'ai été ainsi de Casablanca à Haïfa, en passant par Paris et Marseille. Et j'ai revécu, au fil de son histoire, l'épopée sioniste, l'espérance de sa génération, ses défis et ses désarrois. Au début des années 1960, j'ai atterri avec Tsippy à Paris et, quelque temps plus tard, c'est dans cette ville que je fis mon apprentissage de la liberté en compagnie de quelques âmes généreuses: un éminent écrivain français, un cinéaste anarchisant de l'après-68, un acteur qui jouait encore la comédie même quand il cessait d'être un acteur, un dramaturge venu de l'autre hémisphère et qui fit de ses vices une comédie à répétition. Tous, et tant d'autres, furent mes éclaireurs sur le chemin de la vie. Ce livre veut leur dire ma gratitude. C'est à eux, et à Tsippy, que je dois, pour le meilleur et le pire, d'être ce que je suis.


- Du temps où j'étais mac
de Iceberg Slim
Éditions Belfond / Septembre 2015


La redécouverte de textes inédits de l'auteur culte de la "trilogie du ghetto", Pimp, Trick Baby et Mama Black Widow: Robert Beck, alias Iceberg Slim, célèbre proxénète noir qui a dynamité la littérature afro-américaine des années 1970 et inspiré tout un courant artistique. Une galerie de vignettes hallucinantes sur le Chicago interlope des années 1940 et le Los Angeles underground des années 1960, la confession d'un mac repenti, profession de foi d'un homme en colère, en lutte contre le racisme et l'injustice sociale, engagé haut et fort dans le combat pour les droits civiques.


- Encre, sueur, salive et sang
de Sony Labou-Tansi
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


"Pourquoi avez-vous si peur d'apprendre qu'on existe? Effectivement, je vous le dis, on existe. Si vous avez peur, c'est que vous êtes dans le camp de la catastrophe. C'est que vous fuyez la vie et ça ne suffit pas pour inexister. Ça ne sera jamais tout à fait moi qui parle, mais le monstre en moi. Ça ne sera d'ailleurs jamais tout à fait vous en face, mais la part de monstre en vous endormie, et que je réveille intentionnellement, dans une véritable affaire d'identité. C'est-à-dire que vous n'y verrez clair que si vous avez le pied profondément humain. Je répugne. C'est mon métier". Homme de théâtre, romancier et poète disparu au Congo-Brazzaville en 1995 à l'âge de quarante-huit ans, Sony Labou Tansi est l'une des figures les plus troublantes de la dénonciation de l'"état honteux" du monde et de la tragédie contemporaine des agenouillés, qu'ils soient d'Afrique ou d'ailleurs.


- En toute franchise
de Richard Ford
Éditions de l'Olivier / Septembre 2015


"Il est matériellement quasi impossible d'avoir plus de cinq vrais amis. C'est bien pourquoi j'ai limité mon temps-pour-autrui à du temps avec Sally, mes deux enfants (qui habitent des villes lointaines, Dieu merci) et mon ex-femme Ann, qui a élu domicile dans un mouroir chiquissime trop proche de mon domicile pour mon confort personnel. Reste donc un créneau et un seul. Charité bien ordonnée, j'ai décidé de me le réserver; je serai ainsi mon meilleur et mon dernier ami". À soixante-huit ans, Frank Bascombe en a fini avec sa vie d'ancien journaliste sportif et d'agent immobilier. Il coule désormais une retraite paisible dans une ville du New Jersey. Paisible, jusqu'à ce que l'ouragan Sandy vienne frapper à sa porte. Sincère, touchant, politiquement incorrect, Frank Bascombe, sous la plume incisive et profondément humaine de Richard Ford, demeure l'un des personnages les plus attachants de la littérature américaine.


- Femmes de l'âme
de Isabelle Mons
Éditions Payot & Rivages / Septembre 2015


La psychanalyse est souvent perçue comme une affaire d'hommes. Pourtant, les femmes aussi ont contribué à son histoire, et ce dès l'origine. Patientes, disciples, elles sont devenues praticiennes et ont largement contribué, souvent au péril de leur réputation voire de leur vie, à faire évoluer les théories élaborées alors par Freud à Vienne, Jung à Zurich, avant Lacan à Paris. Éternelles exilées, elles furent en Europe et aux États-Unis les passeuses d'une science encore controversée. Le début du XXe siècle accompagne l'ascension de ces pionnières qui posent les jalons d'une réflexion sur l'âme, telles Emma Eckstein, première femme psychanalyste, ou Lou Andreas-Salomé et Marie Bonaparte, fidèles partisanes de Freud. Leurs confrères, sceptiques, apprennent bientôt à compter avec elles sur les bancs de l'université. Margarethe Hilferding, docteure en médecine, est ainsi la première à entrer dans le cercle très fermé de l'Association psychanalytique de Vienne. Au sortir de la guerre, en 1920, au congrès de La Haye, elles sont presque toutes déjà là, aux côtés des hommes: Anna Freud, Melanie Klein, Sabina Spielrein, Helene Deutsch, Eugénie Sokolnicka et Hermine Von Hug-Hellmuth. Alors que les femmes partout en Europe se mobilisent pour la cause féminine, elles jettent un regard nouveau sur l'inconscient, la femme, la sexualité et l'enfant, avec Françoise Dolto. Un bel hommage à quatorze de ces femmes du XXe siècle, qui connurent des destins parfois tragiques, mais toujours exceptionnels, et sans lesquelles celles d'aujourd'hui n'auraient pas gagné le droit de penser autrement.


- Hallali pour un chasseur
de Jean-François Samlong
Éditions Gallimard / Septembre 2015


"Je tiens le pari que cette chasse ne sera comparable à nulle autre, avais-je dit à Malika, et, crois-moi, je suis le premier à déplorer qu'il y ait beaucoup de chasses et si peu d'aventures. J'ignorais qu'un tel pari, sans tarder, aurait l'effet d'un boomerang, parce que j'avais commencé à soulever le ciel contre nous". Nous sommes au cœur de La Réunion. Un soir, Malika propose à Babel d'aller traquer la papangue géante dans les cirques de l'île volcanique. Une chasse hors saison, inédite, voire déraisonnable et interdite. Mais pour l'amour d'elle et de la chasse, il organise une expédition contre le rapace, pensant fuir la monotonie de sa vie ou obéissant à un sentiment de vengeance. Yasushi nous le dit bien: "Le chasseur vise, et tire sur son malheur, ou sa malchance, en tout cas quelque chose de présent en lui et dont il entend se venger". Dans la beauté de la nature, quand le chasseur amoureux et jaloux devine la proie, nous suivons passionnément ses confessions. Babel Mussard nous tend un miroir initiatique: ne sommes-nous pas, ici, dans la magie de l'écriture, lectrices et lecteurs fascinés, traqués par nos propres démons?


- Insoumis
de Tzvetan Todorov
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


Ils ont vécu à des époques différentes, fait face à des ennemis qui ne sont pas de même nature, et leurs réponses ne sont pas univoques. Tous, pourtant, ont renoncé au confort d'une vie tranquille au nom d'un amour intransigeant: celui des êtres humains, celui de la vérité. Ils ont refusé de se soumettre: à l'agresseur venu du dehors, à leurs démons intérieurs aussi. Tous ont, parfois dès l'origine, parfois après une conversion religieuse ou laïque répudié l'usage de la violence dans leurs luttes. Si ce livre d'histoires n'est pas seulement un livre d'histoire, c'est que chacun des insoumis dont Todorov retrace le destin a pour nous des résonances profondes, bien au-delà des circonstances que l'auteur relate et qui dépassent le caractère héroïque, voire tragique, de certains des personnages. Soixante-dix ans après sa déportation et sa disparition à Auschwitz, la voix de la jeune Etty Hillesum nous émeut et nous inspire par sa volonté de partager le lot commun plutôt que de se sauver, elle, et d'affirmer la beauté du monde en toutes circonstances. C'est par sa religion du vrai et du juste, et aussi par son inaltérable sens de l'humour, sa façon de considérer les humains non en blocs ethniques, nationaux, politiques, religieux, mais un par un, que Germaine Tillion, ethnologue, historienne, résistante, s'attache à notre cœurs. Entre les deux grands écrivains russes Boris Pasternak et Alexandre Soljenitsyne, que de différences de tempérament. Pasternak se cache dans une résistance intérieure presque invisible pour édifier le roman majeur qu'est Le Docteur Jivago; Soljenitsyne, guerrier sans relâche, faisant de son œuvre et de sa position publique une arme de combat contre le régime soviétique. Malgré les apparences premières, il y a plus de points communs entre ces deux figures de la lutte contre les discriminations raciales que sont Nelson Mandela et Malcolm X, qu'il s'agisse du combat contre l'apartheid en Afrique du Sud ou de la révolte contre le racisme aux États-Unis, dans leur jeunesse l'un comme l'autre n'ont pas hésité à prêcher la violence contre la violence. Mais l'un comme l'autre y ont renoncé. Avec l'exemple de l'historien israélien David Shulman, militant pacifique inlassable des droits des Palestiniens, Todorov n'hésite pas à aborder un conflit aux racines historiques complexes et aux résonances émotionnelles mondiales; en achevant son livre sur la figure du lanceur d'alerte Edward Snowden, il ne fuit pas la controverse et nous entraîne au cœurs d'un débat démocratique contemporain majeur.


- Je m'appelle Blue
de Solomonica de Winter
Éditions Liana Levi / Septembre 2015


Je m'appelle Blue et j'ai treize ans. Je suis une fille sans mots. Vous voulez savoir quand j'ai arrêté de parler? Le jour où Ollie a braqué une banque pour rembourser ses dettes. Des dettes contractées auprès de James qui voulait s'emparer de son restaurant. Ça, c'était avant. Avant qu'Ollie, mon papa, me donne mon livre. Avant qu'il meure. Maintenant que le sourire est tombé de mon visage, je suis accro au silence. Au Magicien d'Oz. Et à l'envie incontrôlable de tuer James.


- Je ne te mangerai pas tout de suite
de Emmanuèle Sandron
Éditions Luce Wilquin / Septembre 2015


Et là je sens que je souris de toute ma bouche, de tous mes yeux, de tous mes cheveux, de tout mon corps. Et j'ai une énorme, une terrible, une folle envie de la prendre dans mes bras, et je me bats contre moi-même et contre le bonheur qui monte, je me bats pour le faire, pour la prendre dans mes bras, et je me bats pour ne pas le faire, la prendre dans mes bras, et je me dis: "Non, non, attends encore, attends encore un peu. Si tu le fais tout de suite, ce sera fait, et le bonheur de la première fois sera derrière toi, il ne sera pas devant toi comme maintenant, jouis, profite de l'idée de ce bonheur qui vient, qui n'est pas encore là, mais qui va arriver, là, maintenant, tout de suite, tantôt, plus tard". Sept nouvelles qui explorent le désir, en passant par les cases de l'interdit, de la transgression et de la volupté.


- Journal de la canicule
de Thierry Beinstingel
Éditions Fayard / Septembre 2015


Avant, le soir, pour me détendre, je faisais des croquis, avec règle et compas, comme on me l'a appris pendant mes études de dessin industriel. Maintenant j'écris sur un cahier volé dans la maison d'en face, désertée par ses occupants. Je me suis toujours fait l'effet d'un homme sans histoires. Ce qui m'a pris d'entrer dans cette maison, je ne saurais l'expliquer. La poussière qui s'accumulait sur la voiture garée devant, la boîte aux lettres qui débordait de publicités ont dû me faire craindre un événement dans le genre des faits divers dont parlent parfois la télévision ou les journaux. Ce que j'y ai découvert n'avait rien de spectaculaire. Pourtant, ce cahier que j'y ai ramassé dans une chambre d'enfant allait bouleverser mon existence.


- Jugan
de Jérôme Leroy
Éditions La Table Ronde / Septembre 2015


En vacances à Paros, le narrateur rêve à Noirbourg. Noirbourg où, douze ans plus tôt, il a entamé sa carrière d'enseignant au collège Barbey-d'Aurevilly, "en plein Cotentin, au carrefour de trois routes à quatre voies". C'est là que débarque un beau matin Joël Jugan, ancien leader du groupe d'extrême gauche Action Rouge. Il vient de purger une peine de dix-huit ans. En prison, il est "devenu un monstre, au physique comme au moral". Son ancienne complice Clotilde Mauduit le recrute au sein d'une équipe d'aide aux devoirs pour les élèves de la Zone. Il y croise Assia, une étudiante en comptabilité. Très vite, Assia est envoûtée par l'homme au visage ravagé. Ensorcelée aussi, peut-être, par la Gitane en robe rouge, qui, surprise à voler dans les rayons de la supérette de son père, lui a craché au visage d'étranges imprécations.


- L'enfant sans visage
de Anne Révah
Éditions Mercure de France / Septembre 2015


Il y avait eu un processus psychologique, un état difficile à décrire où le corps n'avait pas entendu ce qui se passait en lui. Mais voilà qu'à la seconde où la gynécologue lui confirmait d'une voix ferme et chaleureuse, qu'elle était enceinte, Bénédicte ouvrait ses yeux sur ce qui venait de se passer en elle pendant des semaines. Bénédicte en était là, enceinte pour de vrai. Il était temps de reprendre le fil de cette grossesse, au début. Bénédicte et Guillaume, déjà parents d'une petite Émilie de deux ans, forment un couple heureux. Bénédicte achève ses études de médecine, pourtant ce n'est qu'au bout de quatre mois de grossesse qu'elle comprend et accepte, devant l'évidence des tests médicaux, qu'elle est de nouveau enceinte. Très vite, on diagnostique chez elle des complications. Le corps médical inquiète les parents qui se sentent démunis et en colère.


- L'envoyé de Dieu
de Gilbert Sinoué
Éditions L'Archipel / Septembre 2015


Tout commence à Médine, en l'an 672 de l'ère commune. Voici quarante ans que le Prophète a rendu son âme au Tout-Puissant. Ceux qui l'ont connu ont disparu. Certains sont morts, d'autres se sont dispersés entre aube et crépuscule, dans l'immensité de l'Orient. Tous, sauf un homme. Un vieillard. Il est le dernier témoin. L'ultime mémoire. Un jeune scribe, Hussein Abdel Jawad, fervent adorateur de l'Envoyé de Dieu, fonce à travers le désert. Le temps presse. Jawad est convaincu que c'est le Très-Haut lui-même qui lui a attribué cette mission sacrée: recueillir les souvenirs, afin de les transmettre au monde. Arrivera-t-il à temps? Ce vieillard aura-t-il conservé intacts tous les détails de l'incroyable destinée qui fut celle de Muhammad, béni soit son saint nom? Seul le temps connaît la réponse.


- L'homme-tigre
de Eka Kurniawan
Éditions Sabine Wespieser / Septembre 2015


Quand, à la fin du premier chapitre de ce roman impeccablement construit, les autorités demandent à Margio, de toute évidence coupable du meurtre d'Anwar Sadat, pourquoi il a sauvagement assassiné ce notable, il répond: "Ce n'est pas moi, il y a un tigre dans mon corps". Ce tigre, "blanc comme un cygne, cruel comme un chien féroce", lui vient de son grand-père. Si, à diverses occasions, il l'a senti pénétrer dans son corps, il a toujours tenté de le réfréner. Personnage à part entière de ce drame qui plonge ses racines dans les croyances animistes, le tigre ne jaillira qu'au moment où le jeune homme ne pourra plus contenir la colère qu'il réprime. Pour élucider les raisons du meurtre, Eka Kurniawan revient sur le passé de Margio. Rien en effet dans la vie de l'inoffensif Anwar Sadat ne laissait présager une fin aussi violente: peintre amateur, il vivait aux crochets de sa riche épouse, et employait ses heures d'oisiveté à jouer aux échecs, regarder des matches de football et courir les femmes. Avant que le père de Margio ne se décide à exercer en ville son métier de coiffeur, sa petite famille vivait paisiblement au cœur de la campagne indonésienne. L'arrivée dans la maison des faubourgs marque pour Nuraeni, la mère de Margio, le début de la désillusion. Et, pour Margio, celui de la révolte. Au fil des années et de la mésentente entre ses parents, la colère va croître en lui, envahissant tout, comme les plantes que Nuraeni cultive sur leur misérable lopin de terre. Leur foyer devient une jungle étouffante, à laquelle cette femme, encore jeune et belle, essaye d'échapper en allant effectuer des travaux domestiques chez d'autres. Notamment dans la demeure d'Anwar Sadat. Dès lors se nouent les fils de la tragédie qui va irrémédiablement lier la destinée des deux familles, et provoquer le surgissement du tigre blanc.


- L'immeuble Taub
de Jean Anglade
Éditions Bartillat / Septembre 2015


Jean Anglade nous fait vivre en 1948 dans l'immeuble Taub, le seul bâtiment resté debout au milieu des ruines d'une ville allemande rhénane, rempli d'une humanité grouillante, luttant âprement pour les besoins primaires de la vie. Parmi cent combats, le plus étrange, celui du professeur Graunke, qui s'étant débarrassé machiavéliquement de sa sœur, ira, brûlé par son secret jusqu'à se dénoncer à la police, ou encore celui de l'orphelin, Fred Illig, qui se prostitue dans un cabaret tout en rêvant de déterrer un banquier enseveli pour le déposséder de ses bagues. Ce roman constitue un tableau hallucinant de la vie allemande au lendemain de la guerre. S'identifiant aux bons comme aux mauvais, Jean Anglade signe une œuvre pleine d'acuité et plonge avec ce roman haletant et envoûtant au cœur de l'âme humaine.


- L'imposteur
de Javier Cercas
Éditions Actes Sud / Septembre 2015


Icône nationale anti-franquiste, symbole de l'anarcho-syndicalisme, emblème de la puissante association des parents d'élèves de Catalogne, président charismatique de l'Amicale de Mauthausen, qui pendant des décennies a porté la parole des survivants espagnols de l'Holocauste, Enric Marco s'est forgé l'image du valeureux combattant de toutes les guerres justes. En juin 2005, un jeune historien met au jour l'incroyable imposture: tel un nouvel Alonso Quijano, qui à cinquante ans réinvente sa vie pour devenir Don Quichotte, Enric Marco a bâti le plus stupéfiant des châteaux de cartes; l'homme n'a jamais, en vérité, quitté la cohorte des résignés, prêts à tous les accommodements pour seulement survivre. L'Espagne d'affronter sa plus grande imposture, et Javier Cercas sa plus audacieuse création littéraire. L'Imposteur est en effet une remarquable réflexion sur le héros, sur l'histoire récente de l'Espagne et son amnésie collective, sur le business de la "mémoire historique", sur le mensonge (forcément répréhensible, parfois nécessaire, voire salutaire?), sur la fonction de la littérature et son inhérent narcissisme, sur la fiction qui sauve et la réalité qui tue.


- L'infini + un
de Amy Harmon
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle: l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n'est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. La seule chose qu'il demande: qu'on lui donne enfin sa chance. Une main tendue et quelques coïncidences plus loin, et les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer que les anéantir. Une romance addictive ou il est question d'étoiles filantes, aussi bien de cages plus ou moins dorées et de destinées forgées envers et contre tout.


- L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage
de Haruki Murakami
Éditions 10-18 / Septembre 2015


"Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort". À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge; Ômi était Bleu; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. Pour affronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.


- L'orée
de Daniel De Bruycker
Éditions Luce Wilquin / Septembre 2015


Quelque part en Europe, il y a quatre ou cinq mille ans, à l'aube du néolithique. Par un matin de printemps, Orée, un vieux bûcheron, emmène sa petite-fille, Maï, pour une longue promenade dans sa forêt. Chemin faisant, au fil des bosquets et des zones de coupe, il entreprend de lui raconter sa propre vie et celle de leur clan, depuis le jour où ils délaissèrent la vie nomade en forêt pour fonder leur village dans la Vallée, leurs découvertes, leurs doutes, leurs catastrophes, et en même temps initie l'enfant aux signes qu'il a gravés sur les écorces pour préserver la mémoire de ce passé et témoigner des disparus. Transmission ou héritage? Au soir de cette journée de marche, Orée reviendra-t-il bien au village avec Maï pour célébrer la Fête du Temps, qui marque l'anniversaire de cette nouvelle vie du clan dans la lumière de la Vallée, ou s'apprête-t-il à repartir, seul, vers la forêt de ses origines?


- L'ours
Histoire d'un roi déchu
de Michel Pastoureau
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


Longtemps en Europe, le roi des animaux ne fut pas le lion mais l'ours. Les cultes dont il a fait l'objet plusieurs dizaines de millénaires avant notre ère ont laissé des traces dans l'imaginaire et les mythologies jusqu'au cœur du Moyen Âge chrétien. De bonne heure, l'Église chercha à les éradiquer, effrayée par la force brutale du fauve, et surtout par la croyance selon laquelle il était sexuellement attiré par les jeunes filles. Michel Pastoureau retrace les différents aspects de cette lutte de l'Église contre l'ours pendant près d'un millénaire. Inscrivant l'histoire culturelle de l'ours dans la longue durée, il tente ainsi de cerner ce qui, jusqu'à nos jours, a survécu de son ancienne dignité royale et retrace l'étonnante transformation d'un fauve en ours en peluche, dernier écho d'une relation passionnelle venue du fond des âges.


- La cathédrale engloutie
de Bernard William
Éditions Les Presses Du Midi / Septembre 2015


Bernard William, de son vrai nom Bernard Mabille de Paoli Leoni, né en 1947 à Toulon, est comédien, chanteur lyrique, metteur en scène, pianiste, producteur de spectacles vivants. À ses multiples talents s'ajoute aujourd'hui l'écriture d'un passionnant roman dans lequel le lecteur, pris dans la magie d'une intrigue dont il ne pourra pas se défaire avant d'en connaître le fin mot, va se retrouver piégé d'une manière si fulgurante, qu'à la dernière page il ne résistera pas au besoin de revenir au début de cette incroyable histoire afin d'en dérouler le pelote à la lumière de ce qui vient si subitement de le bluffer.


- La couleur du lait
de Nell Leyshon
Éditions 10-18 / Septembre 2015


1831. Mary une jeune fille de 15 ans mène une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l'écriture. Mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Un apprentissage qui lui servira à coucher noir sur blanc le récit tragique de sa destinée. Et son implacable confession. Nell Leyshon réalise un travail d'orfèvre avec ce portrait inoubliable, où vibre la voix lucide et magnifique de son héroïne.


- La faille
de Isabelle Sorente
Éditions JC Lattès / Septembre 2015

 
Lucie Scalbert était la plus belle fille du lycée. Avec un je ne sais quoi de dingue dans le regard. Je n'ai pas été surprise qu'elle devienne comédienne, je l'ai perdue de vue alors que le succès semblait l'attendre. Voilà que je la retrouve cinq ans plus tard. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle a abandonné sa carrière, elle prononce le nom de VDA, son mari, avec un mélange d'effroi et de rancœur. Ce vieillissement précoce, cette voix enfantine, ce rire désespéré: je comprends que c'est cela, une relation d'emprise. Ce qui fascine une romancière, en l'occurrence, Mina Liéger, mon double fictionnel, c'est ce lien étrangement raisonnable qui unit une femme à un homme qui la rend folle. À mesure que je reconstituais l'histoire de Lucie Scalbert, il devenait évident que ce lien relevait moins de la psychologie que de la possession: une force mettait Lucie à la merci des hommes dont elle tombait amoureuse. Ce rapport destructeur produisait chez ceux qui en étaient témoins un sentiment de déjà-vu, comme si nous en reconnaissions l'empreinte dans nos faux-semblants et nos secrets de famille, et jusque dans les événements qui bouleversaient nos vies. L'emprise de VDA sur Lucie obéissait à des lois trompeuses, cruelles et romanesques qui tissaient la toile dans laquelle nous étions pris.


- La fête des mères
de Jacques Bauchot
Éditions Carnets Nord / Septembre 2015


"Je suis arrivé le lendemain soir au Kalher Hotel, maman m'attendait dans le bar désert, seule à une table d'angle. Elle fumait, ne m'a pas vu tout de suite, portait le deuil avec la grâce de l'habitude. Son chignon était impeccable, elle était mieux que Grace Kelly, plus trouble, morcelée, déchirée. Hitchcock, Clouzot, lui auraient donné un rôle d'empoisonneuse, de criminelle. Godard, lui, l'aurait mise nue, et il nous aurait sauvés, nous ses mâles. Plus que le crime, c'était l'amour, la passion qui lui manquaient, à mon avis. Elle avait envie de s'exhiber, ne pouvait pas, sinon déguisée en riche bourgeoise, en veuve. Elle a levé les yeux. Je me suis assis à côté d'elle sur la banquette de cuir rouge, elle a continué de fumer". Début des années soixante, La fête des mères nous emmène dans l'histoire de Jacques, le cadet de quatre frères. Sa mère est une femme possessive, dévorante. Face à elle, un père, riche banquier, qui semble impuissant à jouer son rôle. Derrière les apparences d'un monde feutré, d'une famille nantie, Jacques découvre sa vérité et décide qu'il veut vivre, malgré tout. Autobiographie romancée ou pure fiction? Qu'importe. Jacques Bauchot signe ici un grand roman des sentiments.


- La femme comète
de Alexandre Feraga
Éditions Fayard / Septembre 2015


Aéroport d'Athènes. Suite à son extradition, un homme d'affaires qui a siphonné les milliards du plan de sauvetage européen doit être jugé pour blanchiment et fraude envers l'État. Andréas, un jeune activiste l'abat de trois balles dans la tête.  Paris. Édouard, jeune diplômé sans emploi qui écrit des poèmes désespérés rejoint chaque soir le pavillon de banlieue décrépide ses parents qu'il méprise. Son père, agent ERDF, et sa mère, à l'agence Pôle Emploi, côtoient la détresse sociale au quotidien. Justine, leur fille, a coupé tout lien et milite "hors du système". Épuisé par son errance personnelle et la dislocation de leur noyau familial, Édouard, un matin, part aussi, une bombe et ses carnets de poèmes dans son sac à dos. Nantes. Suite au suicide de sa mère, Rosa perd pied, passe ses journées à boire et se gaver devant des séries policières. Sa jumelle, sportive qui lâche aussi peu que Rosa se laisse couler, la convainc de l'accompagner à Paris où elle va courir un marathon, subterfuge: elle veut sauver sa sœur de sa dépression et provoquer les retrouvailles avec leur père, célèbre pianiste, inaccessible et éternel absent. Rien ne semble relier ces personnages, et pourtant. Dans ce scénario où bat la violence du monde, la poésie ouvre les derniers espaces d'espoir et les pages d'une grande histoire d'amour.


- La fiancée de Bruno Schulz
de Agata Tuszynska
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2015


"Józefina Szeliska, dite Juna, fut entre 1933 et 1937 la fiancée de Bruno Schulz, peintre et écrivain de génie, âme tourmentée, assassiné en 1942 dans sa ville natale de Drohobycz, en Pologne. Elle fut sa compagne et sa muse. Mais Bruno Schulz était incapable d'aimer, sinon de vivre. Accaparé par sa seule véritable passion, son œuvre, il devait inexorablement s'éloigner de Juna, et du monde. Elle ne l'oublia jamais, et continua de vivre avec son fantôme jusqu'à sa propre disparition, en 1991. De cette histoire, elle ne dit rien, à personne, pendant près d'un demi-siècle. Après-guerre, à la rubrique état-civil des formulaires, elle écrivait: seule. Voilà pour les faits. Tout le reste n'est que le jeu de l'histoire, de la mémoire et de l'imagination". Agata Tuszynska


- La fille aux sept noms
de Hyeonseo Lee
Éditions Stock / Septembre 2015


"Quand on quitte la Corée du Nord, on ne quitte pas un pays mais plutôt une autre galaxie. Je sais que je n'en serai jamais vraiment libérée où que j'aille". Hyeonseo a passé son enfance en Corée du Nord, piégée comme des millions d'autres par l'une des plus secrètes et brutales dictatures. Elle grandit dans la ville de Hyesan près d'une rivière qui trace une frontière naturelle avec la Chine, un autre monde insaisissable. Au milieu des années 1990, la famine s'abat sur le pays. Chaque jour témoin de la répression et de la pauvreté, elle comprend que sa patrie ne peut être "le meilleur des mondes" qu'on lui vante depuis toujours. À 17 ans, au cœur de l'hiver, Hyeonseo décide de traverser la rivière gelée. Elle ne peut imaginer alors qu'elle ne reverra pas les siens avant longtemps. C'est un voyage sans retour. Elle apprend à survivre clandestinement en Chine, échappant à la police et aux trafiquants, grâce à un esprit de débrouillardise et une témérité incroyables. Douze ans plus tard, et presque autant de vies, elle revient à la frontière pour une mission plus périlleuse encore: faire sortir du pays sa mère et son frère et les conduire jusqu'en Corée du Sud.


- La grosse colère
de Hallgrimur Helgason
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2015


Au Centre de l'univers, Dieu et quelques assistants triés sur le volet observent et contrôlent les 714 espèces humaines qu'il a engendrées. La vie suit son cours sereinement, jusqu'au jour où le Créateur apprend que les habitants de la planète 607, la Terre, se sont mis à cloner des individus, s'autoproclamant ainsi dieux. Le Tout-Puissant réunit ses plus proches collaborateurs lors d'une réunion de crise, dont la conclusion est sans appel: il faut éliminer ces insolents et former une nouvelle espèce. Mais les anciens Terriens ne l'entendent pas de cette oreille. Le multi-réincarné Napoléon Nixon décide de prendre les choses en main et d'aller à la rencontre du diable. Lui seul pourra triompher du Très-Haut.


- La maîtresse du commandant Castro
de Eduardo Manet
Éditions Le Cercle Points / Septembre 2015


C'est un secret qui a marqué ma vie au fer rouge. Pendant quarante ans, je l'ai porté, supporté. Pourquoi ne pas tout dire à présent? Ce n'était pas un rêve. En 1958, l'année de mes dix-sept ans, moi, l'effacée, la transparente, dans les montagnes de la sierra Maestra, j'ai été la maîtresse de Fidel Castro. Le Commandant. Le héros révolutionnaire. Et mon existence n'a plus jamais été la même.


- La nébuleuse de la tête de cheval
de Ola Bauer
Éditions Gaïa / Septembre 2015


Tom, onze ans, apprend la vie avec sa mère Lister, dans les beaux quartiers d'Oslo et la campagne lumineuse de la Norvège d'après-guerre. Lister peint des scènes bucoliques, elle est distante, elle est belle et fait jaser. Son amant à temps partiel, le Moine, qui fut enfant de l'assistance publique puis résistant, est revenu de déportation plein d'ombres et de douleurs. Tom l'adore. Mais il y a aussi l'oncle Bobbie. Lister aime l'indolence de cet ancien pilote de guerre devenu zazou, pianiste de jazz et ouvreur de cinéma. Lorsque déboule Helga, une costaude fille islandaise, les désirs fulgurants font voir des étoiles, jusqu'à la constellation d'Orion. Un roman burlesque et viril, où il est question de pêche à la mouche, de course à pied et de ski de fond, servi par une écriture bouillonnante et irrévérencieuse.


- La nuit de feu
de Éric-Emmanuel Schmitt
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


À vingt-huit ans, Eric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée dans le grand sud algérien. Au cours de l'expédition, il perd de vue ses compagnons et s'égare dans l'immensité du Hoggar. Sans eau ni vivres durant dans la nuit glaciale du désert, il n'éprouve nulle peur mais sent au contraire se soulever en lui une force brûlante. Poussière d'étoiles dans l'infini, le philosophe rationaliste voit s'ébranler toutes ses certitudes. Un sentiment de paix, de bonheur, d'éternité l'envahit. Ce feu, pourquoi ne pas le nommer Dieu? Cette nuit de feu, ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique, Éric Emmanuel Schmitt la raconte pour la première fois, dévoilant au fil d'un fascinant voyage intérieur son intimité spirituelle et l'expérience miraculeuse qui a transformé sa vie d'homme et d'écrivain. Les chemins qu'il trace ici sont inscrits en chacun de nous.


- Là où tombent les Anges
de Charlotte Bousquet
Éditions Gulf Stream / Septembre 2015


Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêves, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l'épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l'exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Quand la Première Guerre Mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C'est l'occasion pour Solange de s'affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s'organisent peu à peu sans les hommes.


- La parenthèse incandescente
de Robin Rinaldi
Éditions Cherche Midi / Septembre 2015


Et si vous aviez une année entière pour réaliser toutes vos envies? Robin a 42 ans et mène une vie confortable. Mais, pour que son bonheur soit total, il lui manque juste un enfant. Et Scott, son mari, refuse d'en avoir. Robin n'a alors qu'une crainte: regretter. Elle prend donc une décision importante. Pendant un an, elle et son mari auront une relation libre. Elle accepte de renoncer à la maternité, seulement, en contrepartie, elle pourra sortir de cette monogamie qui l'étouffe pour découvrir une nouvelle forme de vie amoureuse et sexuelle. Une analyse juste de la vie d'une femme en pleine crise de la quarantaine, qui se retrouve face à ses propres choix et essaie de satisfaire des désirs souvent contradictoires. Robin Rinaldi nous livre un récit d'une honnêteté rare, sans complexe.


- La petite galère
de Sacha Després
Éditions L'Âge d'Homme / Septembre 2015


Après le suicide de sa mère, Laura, seize ans, est élevée par sa grande sœur Marie. Les filles affrontent seules la petite galère dans La Prairie. Ce livre traduit le malaise d'une génération de banlieusards fauchés qui cumulent les handicaps: peu de ressources, famille toxique, troubles psychiques en cascades. Entre les faiblesses des uns et les excès des autres, est-il possible pour Laura de trouver un équilibre, dans cette folie dévoratrice?


- La révolution de la lune
de Andrea Camilleri
Éditions Fayard / Septembre 2015


Palerme, en 1677, est la capitale d'une Sicile sous domination espagnole. Quand son vice-roi, don Angel de Guzmàn, meurt en pleine séance du Conseil, les notables siciliens cupides et dépravés exultent: cette brève vacance du pouvoir est une aubaine inespérée. Mais don Angel a laissé un testament, et le successeur qu'il désigne pour l'intérim n'est autre que sa propre épouse, donna Eleonora di Mora. Si la stupeur est grande dans la ville, elle tourne vite à la fascination, car cette femme tirée de l'ombre se révèle d'une beauté envoûtante, d'une intelligence redoutable et d'une équanimité révolutionnaire.


- La Vénus aux kakis
de Anna Druesne
Éditions Serge Safran / Septembre 2015


Quand Emma Berger croise Charles Mayer dans une librairie, elle n'imagine pas dans quelles aventures elle va être entraînée. Prisonnière d'une triste relation de couple, Emma découvre qu'elle est trompée. C'est alors qu'elle se voit proposer, en tant que décoratrice, la rénovation d'une bastide à Aix-en-Provence. Son propriétaire n'est autre que le banquier Charles Mayer, homme aux yeux kaki et au charme inquiétant, d'origine à la fois autrichienne et tzigane. Aux côtés de Charles, Emma redevient femme. Et, tout en rénovant la vieille bâtisse, déterre de lourds secrets familiaux. Le père de Charles serait né du viol d'une Tzigane par un dignitaire nazi à qui l'ancienne propriétaire de la bastide aurait soutiré, par chantage, beaucoup d'argent. Y aurait-il encore des témoins de ce trouble passé? Une palpitante enquête s'ensuit qui les mène à Vienne et à Prague. Emma décide enfin de tenter sa chance pour une nouvelle vie.


- La vie amoureuse de Nathaniel P.
de Adelle Waldman
Éditions Le Cercle Points / Septembre 2015


S'engager auprès d'une unique personne toute sa vie? Renoncer à la liberté, la surprise et la nouveauté? Nate peut passer des nuits blanches sur son roman pour être reconnu par l'élite new-yorkaise, mais s'engager, non, il ne peut pas. Ses sentiments amoureux se métamorphosent sans cesse. Pourtant, comment pourrait-il résister à l'idée de vivre aux côtés d'Hannah?


- La vie, la mort, la vie
de Éric Orsenna
Éditions Fayard / Septembre 2015


Treize années durant, chaque jeudi après-midi, l'Académie française m'a offert le privilège d'avoir comme voisin le Prix Nobel de médecine, François Jacob. Comme deux potaches, nous bavardions. Mon ignorance abyssale en biologie l'accablait. C'est lui qui m'a donné l'idée de ce livre: "Puisque, par on ne sait quel désolant hasard, tu occupes le fauteuil de Pasteur, plonge-toi dans son existence, tu seras bien obligé d'apprendre un peu". Voici, racontés par un ignorant qui se soigne, quelques-uns des principaux mécanismes de la vie. Voici mises à jour les manigances des microbes, voici dévoilés les sortilèges de la fermentation, voici l'aventure des vaccinations. Voici, bien sûr, la guerre victorieuse contre la rage. Voici Marie: plus qu'une épouse, une complice, une organisatrice, une alliée dans tous les combats. Voici un père qui a vu trois de ses filles emportées par la maladie à deux ans, neuf ans et douze ans. La mort ne lui aura jamais pardonné d'avoir tant fait progresser la vie. Dans ce XIXe siècle assoiffé de connaissances, voici LE savant.


- La vie quand elle était à nous
de Marian Izaguirre
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Lola regrette le temps où son existence était peuplée de promesses et d'illusions, de livres et de discussions enflammées, d'amour et de projets pour bâtir une Espagne démocratique. L'espoir de 1936. Quinze années ont passé et ses rêves se sont envolés. Il ne lui reste de cette époque, à elle et à son mari Matias, qu'une petite librairie dans les ruelles sombres d'un quartier de Madrid. C'est dans ce modeste lieu de résistance culturelle que Lola fait la connaissance d'Alice, une anglaise hantée par son passé et particulièrement par la mort de l'homme qu'elle aimait. Intriguée par un livre en vitrine, Alice entraîne Lola dans une lecture singulière et bouleversante: La fille aux cheveux de lin, l'histoire de Rose, anglaise comme elle, soupçonnée d'être la fille du duc d'Ashford. Une amitié sincère voit le jour à mesure que les deux femmes découvrent ce livre qui va lier leur destin à jamais. Des paysages de Normandie à l'Angleterre de la première guerre mondiale, du Paris des années folles à l'Espagne des Brigades internationales, la romancière Marian Izaguirre nous entraîne dans un véritable voyage à travers la littérature, vibrant hommage à la force des mots.


- La vie volée de Jun Do
de Adam Johnson
Éditions Le Cercle Points / Septembre 2015


Jun Do grandit bercé par la propagande nord-coréenne. Soldat modèle, il exécute sans ciller les ordres du terrible leader Kim Jong-il. Mais sous les cieux du "royaume ermite", la disgrâce est aussi terrible qu'imprévisible. Après un échec, Jun Do est envoyé au bagne. Il prend alors l'identité d'un soldat mort pour pouvoir réaliser son rêve: mener une vie normale aux côtés de la femme qu'il aime.


- Le bercail
de Marie Causse
Éditions Gallimard / Septembre 2015


"Ma grand-mère ne m'a jamais raconté en détail en quoi consistait l'activité de son père, tout d'abord parce qu'elle n'en savait pas grand-chose. Soixante-neuf ans après son arrestation, elle attendait encore des réponses: comment la Gestapo avait-elle découvert son dépôt d'armes, perdu en pleine campagne, et ces armes, d'où venaient-elles? Bien sûr, savoir n'a jamais fait revenir les morts, mais si j'étais toujours impuissante à la consoler, je pouvais au moins essayer de l'apaiser en lui apportant des réponses. J'ignore pourquoi j'ai attendu si longtemps, mais en janvier 2013 j'ai décidé que j'allais essayer de découvrir ce qui avait mené à l'arrestation d'Émile".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: Les romans :: 1. Les romans-
Sauter vers: