Le Titre du Roman

AccueilAccueil  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 19  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 14:07

- L'art de revenir à la vie
de Martin Page
Éditions Du Seuil / Avril 2016


Martin vient d'avoir 41 ans. Il se rend à Paris pour rencontrer une productrice qui souhaite adapter un de ses romans au cinéma. Logé chez un ami artiste, il découvre la dernière œuvre de celui-ci, une curieuse "Machine à remonter le temps". Il s'y glisse et s'y endort. le temps d'une nuit, le voilà revenu 29 ans plus tôt, face à un double de lui-même âgé de 12 ans. Le lendemain, il retrouve la productrice pour discuter de l'adaptation de son roman. Mais très vite, tout déraille. Chaque nuit que compte ce séjour parisien où rien ne se passe comme prévu, Martin et son jeune-moi poursuivent leur conversation. Tout en lui révélant une partie de son avenir, le quadragénaire cherche à donner des conseils à l'adolescent, il veut l'aider et lui éviter les expériences douloureuses. Mais la relation se complique: ce jeune double a l'esprit de contradiction et ses remarques poussent Martin à se remettre en question. Vie rêvée et vie réelle deviennent aussi déstabilisantes et excitantes l'une que l'autre. À la fois décalé, drôle et profond, le nouveau roman de Martine Page est aussi une réplique au pessimisme et une défense de l'imagination comme arme existentielle.


- L'enfant du lac
de Kate Morton
Éditions Presses De La Cité / Avril 2016


1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a-t-il pu disparaître durant la nuit de la Saint-Jean? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon. Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune détective londonienne en vacances dans les Cornouailles, curieuse et momentanément désœuvrée, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête, au grand dam de l'une des sœurs aînées de Theo, Alice, devenue écrivain à succès.


- L'improbabilité de l'amour
de Hannah Rothschild
Éditions Belfond / Avril 2016


Ce jour-là à Londres, les flashs crépitent devant la maison de vente aux enchères Monachorum & Sons. Des collectionneurs de tous bords aux puissants marchands d'art, des oligarques russes aux magnats du pétrole, du rappeur esthète à la star du sport, tous défilent pour une des plus grosses ventes de l'histoire: celle de L'Improbabilité de l'amour, un tableau d'Antoine Watteau, disparu au milieu du XXe siècle et miraculeusement retrouvé. Celle qui, par un incroyable hasard, a remis la main sur le trésor dans une petite brocante poussiéreuse se nomme Annie McDee. Fascinée par la poésie et le raffinement du tableau, cette jeune chef cuisinière au cœur tendre va entreprendre d'en percer les secrets. Un périple à travers l'Histoire qui verra l'inestimable toile voyager de l'atelier parisien d'un peintre du XVIIIe à cette petite échoppe londonienne d'aujourd'hui, en passant par les salons cossus de la grande aristocratie européenne.


- L'ombre couvre leurs yeux
de Elie Treese
Éditions Payot & Rivages / Avril 2016


Une jeune femme se présente chez un vieillard solitaire, au plus profond d’un marais. Ce personnage énigmatique va lui conter l’histoire d’Hector, un fils de bonne famille disparu dans des circonstances étranges, une vingtaine d’années auparavant. Mais les plaies peuvent rester vives, malgré le temps. Et la ravissante Aude, au cœur de cette nature inquiétante, percevra bientôt les contours d’un drame qui ne pourra la laisser indifférente. Campant un cadre romanesque séduisant où le mythe (l’auteur reprend les épisodes clé de L’Iliade) imprègne la petite et la grande Histoire à partir d’un canevas très dense qui mêle traumatisme de guerre, vols d’objet d’art, règlement de compte et vengeance de sang dans un Sud aux accents de légende, Elie Treese parvient à décrire la porosité des destinées humaines. Porté par un souffle épique, son récit s’attache à saisir la part d’éclat qui réside en chaque entreprise, même la plus insensée.


- L'ombre s'allonge
de Jean-Paul Goux
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Venus en urgence de Paris au chevet d'un ami très cher qu'un accident cérébral finira par éloigner définitivement du monde, deux amis bouleversés revisitent les épisodes marquants d'une longue histoire commune, à la manière d'une enquête tout affective d'où surgit le soupçon que cette absence, désormais irrémédiable, n'est que la forme ultime du destin d'un homme dont chacun, sous couvert d'amitié, s'est si souvent employé à ignorer les tourments et à mésinterpréter les choix, les paroles et les gestes. Car que faire, à présent, des révélations que délivre le domicile naguère occupé par Arnaud dans cette petite ville de province où il s'était, aux yeux de ces amis parisiens, "exilé"? De telle fenêtre, par exemple, devant laquelle ce solitaire aimait, semble-t-il, à se tenir longuement, dans cette maison où il vivait sans projet explicite, tous livres refermés? Que faire d'une vie devenue inintelligible, et comment vérifier l'angoissante intuition qu'on a pu, des années durant, "passer à côté" d'autrui avec toute l'arrogance de mortels insoucieux de se connaître véritablement les uns les autres? C'est avec une impressionnante intensité que Jean-Paul Goux, en archéologue de l'inquiétude, convoque ici d'une manière inédite la réflexion qu'il n'a, de livre en livre, cessé de mener sur le temps et les lieux que l'homme tente de faire siens.


- L'Ouzbek muet et autres histoires clandestines
de Luis Sepúlveda
Éditions Le Cercle Points / Avril 2016


Il était une fois, dans les années 1960, un pays où la politique était tout pour les jeunes gens. Ils s'attaquaient avec plus ou moins succès au capitalisme. Apprenaient le taekwondo à l'ambassade de Corée du Nord. Braquaient une banque pour bâtir une école. Offraient un condor pour sceller l'amitié avec Cuba. Ce pays, c'était le Chili, tiraillé entre deux idéologies et avide de tracer son propre chemin.


- La chambre n°12 et autres nouvelles
de Naguib Mahfouz
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Dans une chambre d'hôtel à proximité du Caire, des événements absurdes se succèdent dans le noir; un mystérieux tueur en série échappe à l'enquêteur chargé du dossier et le pourchasse; une veuve belle et riche se trouve convoitée par les malfrats du quartier; un cheikh est muté dans une mosquée située au cœur du quartier des prostituées; un officier de police suscite la peur et la méfiance des habitants de son secteur après avoir éliminé les gros bras qui les terrorisaient. Par la diversité de leurs thèmes, leur habile restitution de la vie sociale dans une ville tentaculaire en pleine mutation, leur maîtrise jamais en défaut et l'étonnante capacité de renouvellement technique de Mahfouz, ces dix-huit nouvelles, extraites de sept recueils publiés entre 1962 et 1984, constituent un indispensable complément à ses grands romans. Plusieurs ont fourni la trame de scénarios mis en scène par des cinéastes égyptiens avant et après la disparition de l'auteur.


- La colonie
de Chris Dolan
Éditions Métailié / Avril 2016


Elspeth Baillie, jeune actrice écossaise, est choisie par Lord Coak, un énigmatique imprésario, pour jouer dans la troupe de théâtre qu'il veut créer dans l'île de la Barbade. Après un accueil flatteur de la part de l'aristocratie coloniale, sa vie dans les Caraïbes est bouleversée par le passage meurtrier d'un ouragan. Elspeth est contrainte d'endosser un rôle ambigu dans le monde fermé d'une lointaine plantation de sucre. L'intendant, le Capitaine Shaw, s'emploie à construire une nouvelle Calédonie, peuplée d'émigrés écossais fuyant la misère du pays natal. Les espoirs d'Elspeth pour un nouveau monde plein de théâtre et de passion entrent en collision avec les drames trop réels et les amours illusoires de la vie coloniale. Elle devient prisonnière de la Colonie, cette entreprise dont le principe fondateur est la domination blanche. Avec sa richesse linguistique et sa narration hypnotique pleine de retournements, ses personnages pleins de désir de vivre et de croire, le roman de C. Dolan interroge sur ce qui fait une nation. Les lignées? Le langage? L'Histoire? Ou un idéal pour l'avenir?


- La couleur de l'aube
de Yanick Lahens
Éditions Sabine Wespieser / Avril 2016


"Fignolé, pourquoi nous obliger à respirer à des hauteurs si difficiles? Fignolé récalcitrant. Fignolé rebelle, habité de poésie, fou de musique. Fignolé n'a pas sa place dans cette île où la débâcle a défait les âmes. Fignolé, m'entends-tu? Traverse indemne la foudre et le feu de cette ville si tu veux mais reviens-nous. Reviens-nous vite. Sans mal et sans blessure. Plus vivant qu'aucun chrétien vivant ne l'a jamais été sur cette terre. Fignolé, m'entends-tu?" Poignante description de l'angoisse des deux sœurs de Fignolé, jeune militant du parti des Démunis disparu dans une ville en proie au chaos, La Couleur de l'aube a, lors de sa parution en 2008, imposé Yanick Lahens comme une des grandes voix de la littérature haïtienne. Se faisant l'écho du désespoir des deux jeunes femmes qui, un jour durant, poursuivent leur enquête, l'écrivain dessine la géographie de la ville, Port-au-Prince, et du pays où elle vit et qu'elle connaît intimement.    


- La disparue
de Catherine Neykov
Éditions Michalon / Avril 2016


Par une association d'idées fortuite, Catherine Neykov brise un secret de famille et retrouve le souvenir de Juliette, sa tante et marraine, qu'elle visitait enfant à l'hôpital psychiatrique de Maison-Blanche. Née dans l'Indochine coloniale, cette jeune femme gracieuse mais réservée s'y fiança à un homme que ses parents l'empêchèrent d'épouser. Une recherche à travers l'univers parfois kafkaïen des archives va révéler le parcours singulier de cette amie de jeunesse de Marguerite Duras, qui inspira vraisemblablement le personnage d'Hélène Lagonelle dans "L'Amant". Conseillère d'orientation dans les années 1950, elle milite pour l'accès des filles aux études secondaires quand, victime de harcèlement moral, elle est internée à l'initiative de sa hiérarchie. Juliette Ropion était-elle vraiment schizophrène? L'examen du dossier médical, analysé avec l'aide d'un psychiatre historien, montre que non et constitue un témoignage accablant sur la pratique asilaire de l'époque. Une enquête historique et littéraire sur les traces d'une héroïne oubliée, portée par une écriture exigeante, élégante et poétique.


- La dorade me donne le hoquet
de Jesse Eisenberg
Éditions JC Lattès / Avril 2016


Un garçon de neuf ans qui écrit des critiques gastronomiques, une étudiante obsédée par le génocide bosniaque qui s'immisce dans la vie amoureuse de son jeune frère, un adepte de la  théorie des genres qui tente de séduire une femme dans un bar: autant d'asociaux notoires que nous livre Jesse Eisenberg dans des situations farfelues, parfois cocaces, avec toujours beaucoup d'humour et qui révèlent une subtile représentation de notre monde.


- La Famille Hightower
de Brian Francis Slattery
Éditions 10-18 / Avril 2016


Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents, pour l'écriture, pour l'ivresse, pour la pornographie, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie: celui d'ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur qui attend depuis des années son nouveau roman; son redressement fiscal, qui porte sur près de 1 million de dollars; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d'ignorer les réalités, il est aujourd'hui dans l'impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu.


- La fièvre de l'aube
de Péter Gardos
Éditions Robert Laffont / Avril 2016


Hongrois, rescapé des camps d'extermination nazis, Miklós est, depuis la fin de la guerre, accueilli en Suède pour soigner sa tuberculose. Dans l'espoir de trouver l'épouse qui lui conviendra, il écrit à cent dix-sept jeunes Hongroises réfugiées en Suède. Parmi les réponses qu'il reçoit, une seule lui fait battre le cœur: celle de Lili Reich. Elle a dix-huit ans et, comme lui, est rescapée des camps. De septembre 1945 à février 1946, Miklós et Lili s'écrivent presque quotidiennement. Et de lettre en lettre, tombent amoureux l'un de l'autre. Dès lors, avec le courage et la force de ceux qui veulent croire au bonheur pour oublier l'horreur, Lili et Miklós vont soulever des montagnes pour se rencontrer. Cette histoire d'amour est celle des parents de l'auteur: après la mort de son mari, Lili a confié à leur fils, Péter, la liasse des lettres qu'elle avait échangées avec Miklós.


- La guitare magique de Frankie Presto
de Mitch Albom
Éditions Kero / Avril 2016


Frankie Presto, né dans une église en feu et vite devenu orphelin, est élevé dans une petite ville d'Espagne par son professeur de musique aveugle. Puis la guerre bouleverse sa jeune vie. À neuf ans, il embarque sur un bateau pour l'Amérique, accompagné de ses seuls biens: un chien sans poils, une vieille guitare et six cordes dont il ignore encore la mystérieuse puissance. Pendant son irrésistible ascension comme le plus grand musicien de son temps, il découvre petit à petit l'immense pouvoir que lui confèrent ses six cordes de guitare magiques. Mais ce don sera aussi son fardeau. Frankie réussira-t-il à trouver sa propre voie, et à retrouver Aurora, l'unique femme qui avait su toucher son cœur? Un roman foisonnant et plein de charme qui donne envie de fredonner sa chanson préférée.  


- La jeune épouse
de Alessandro Baricco
Éditions Gallimard / Avril 2016


Italie, début du XXe siècle. Un beau jour, la Jeune Épouse fait son apparition devant la Famille. Elle a dix-huit ans et débarque d'Argentine car elle doit épouser le Fils. En attendant qu'il rentre d'Angleterre, elle est accueillie par la Famille. La Jeune Épouse vit alors une authentique initiation sexuelle: la Fille la séduit et fait son éducation, dûment complétée par la Mère, et le Père la conduit dans un bordel de luxe où elle écoutera un récit édifiant, qui lui dévoilera les mystères de cette famille aux rituels aussi sophistiqués qu'incompréhensibles. Mais le Fils ne revient toujours pas, il se contente d'expédier toutes sortes d'objets étranges, qui semblent d'abord annoncer son retour puis signifient au contraire sa disparition. Quand la Famille part en villégiature d'été, la Jeune Épouse décide de l'attendre seule, une attente qui sera pleine de surprises.


- La libraire
de Pénélope Fitzgerald
Éditions La Table Ronde / Avril 2016


Rien ne semble troubler la paix de Hardborough, aimable bourgade de l'East Anglia. Mais Florence Green, une jeune veuve, a décidé d'y ouvrir une librairie, ce qui déplaît aux notables de la ville. Florence voulait créer innocemment un lieu de sociabilité inédit; elle découvre l'enfer feutré des médisances. Puis l'ostracisme féroce d'une partie de la population. Surtout lorsqu'elle s'avise de mettre en vente Lolita, le sulfureux roman de Nabokov. Alors, la guerre est déclarée, les clans s'affrontent, les personnages révèlent leur acrimonie. Florence sera très seule pour affronter le conformisme ambiant.


- La lumière des étoiles mortes
de John Banville
Éditions 10-18 / Avril 2016


"Où tout cela va-t-il donc quand nous mourons, tout ce que nous avons été? Qu'est-ce qui sépare la mémoire de l'imagination?" Cette question hante Alex alors qu'il se remémore son premier, peut-être son unique, amour, Mme Gray, la mère de son meilleur ami d'adolescence. Pourquoi ces souvenirs resurgissent-ils maintenant, à cinquante ans de distance, se télescopant avec ceux de la mort de sa fille, Cass, dix ans plus tôt?


- Lamentation
de C. J. Sansom
Éditions Belfond / Avril 2016


Rien ne va plus au royaume des Tudor: alors qu'il s'apprête à pousser son dernier soupir, le tyrannique Henri VIII tente un ultime rapprochement avec le catholicisme dans l'espoir de recommander son âme à Dieu. La chasse aux hérétiques protestants est de nouveau ouverte, les bûchers ne désemplissent plus. C'est dans ce contexte explosif que Matthew Shardlake est contacté par Catherine Parr, sixième épouse du souverain. Celle-ci est terrifiée: fervente protestante, elle a couché ses pensées dans un journal intime qui a disparu, et dont quelques feuillets ont été retrouvés chez un imprimeur fraîchement assassiné. Et si les conseillers catholiques du roi avaient en leur possession la preuve de l'hérésie de la reine? Que risque-t-elle si l'affaire arrive aux oreilles d'Henri VIII? Prêt à tout pour aider sa fidèle protectrice, Shardlake se lance dans une enquête particulièrement dangereuse. À qui se fier? Les amis protestants seraient-ils plus dangereux que les ennemis catholiques? Comment infiltrer le milieu des fanatiques sans risquer d'être soi-même accusé d'hérésie et de finir au bûcher?


- La marque et le vide
de Paul Murray
Éditions Belfond / Avril 2016


De l'action. Du changement. Une nouvelle vie. C'est un peu tout ça que Claude, jeune trader ambitieux, est venu chercher en quittant sa morne banlieue parisienne pour Dublin, le nouvel eldorado bancaire du début des années 2000. En réalité, Claude passe ses journées à étudier les fluctuations des cours et des taux, ne sort qu'en compagnie de ses collègues et s'autorise une seule fantaisie: desserrer sa cravate le vendredi. Aussi, quand un écrivain prénommé Paul le contacte, entrevoit-il enfin l'excitation qui viendra briser sa routine. Longtemps en panne d'inspiration, Paul a pour projet d'écrire un livre sur la vie d'un monsieur Tout le monde. Et Claude en est un parfait spécimen. Enfin une perspective intéressante. Devenir un héros de roman. Le début de la gloire.
Ou le début des ennuis.


- La petite boutique japonaise
de Isabelle Artus
Éditions Flammarion / Avril 2016


La jolie Pamela qui, allez savoir pourquoi, voulait devenir geisha, grandit dans un pavillon à Melun-Sénart. Autant dire que ce n'était pas gagné d'avance. Pendant ce temps, après une enfance morose rythmée par les épisodes de la série Kung Fu, le jeune Thad fini par devenir un homme de main. Leur histoire vous apprendra que pour trouver l'amour, il faut d'abord se connaître soi-même et en passer par maintes aventures et autres rebondissements au pays du Soleil levant.


- La petite couturière du Titanic
de Kate Alcott
Éditions L'Archipel / Avril 2016


Avril 1912. Tess Collins, une jeune servante anglaise, est venue à Cherbourg vivre de sa passion, la couture. Hélas, la maison qui l'emploie la traite comme une domestique. Lorsqu'elle apprend qu'un paquebot se dirigeant vers les Etats-Unis va faire escale à Cherbourg, elle décide d'embarquer pour tenter l'aventure. À bord du Titanic, elle fait connaissance de Lucy Duff Gordon, célébrité de la haute couture anglaise, qui s'apprête à présenter sa nouvelle collection à New York. Sa femme de chambre lui ayant fait faux bond, elle décide d'employer Tess. En première classe du navire, Tess découvre un monde fastueux. Elle fait la rencontre de deux hommes, Jim, un marin, et Jack, un self-made-man américain. Mais, tandis qu'un triangle amoureux s'installe, le paquebot, sans que ses occupants s'en doutent, fonce vers un iceberg. Réchappant à la catastrophe, Tess découvre que sa maîtresse a embarqué à bord d'un autre canot de sauvetage. Mais celle-ci a-t-elle survécu aux dépens d'autres passagers? Elle se trouve bientôt face à un dilemme: rester fidèle à sa maîtresse ou dire ce qu'elle a découvert des circonstances du drame?


- La petite filles aux ballons
de Colette Berthès
Éditions Riveneuve / Avril 2016


Laïla enquête. De Bethléhem à Hébron en passant par Ramallah, de villes en camps de réfugiés, auprès de sa famille et auprès d'inconnus, elle suit la piste de sa fille Amal. Cette mère désespérée mais lucide veut comprendre. Pourquoi, comment et avec qui sa fille, jeune avocate moderne, a-t-elle mené une opération suicide à Jérusalem-Ouest? À travers sa quête, ses rencontres, ses découvertes, c'est l'actualité de la Palestine qui se dévoile, vue et vécue au quotidien au plus près des gens ordinaires. C'est aussi l'Histoire, lointaine ou récente, qui est retracée avec son cortège de guerres, d'occupations, d'intifadas, d'espoir de paix et de désenchantement. Une fiction haletante, tellement nourrie de réalités qu'elle permet de cerner ce que l'actualité brouillonne nous empêche de comprendre. Elle raconte avec justesse les répercussions de ces événements sur une société déchirée qui aspire à  vivre libre.


- La république du bon dieu
de Yvon Mauffret
Éditions Riveneuve / Avril 2016


1636, Buenos Aires, un siècle après sa fondation dans l'empire espagnol des Amériques. Pierre, un petit jeune homme d'à peine seize ans, perd coup sur coup son père français, ébéniste, et sa mère espagnole. Un soir, vient à lui un étrange visiteur: un Indien envoyé par son oncle jésuite. Il lui propose de le rejoindre au Paraguay, à la "Réduction", ce territoire où habite la population indienne des Guaranis que les jésuites veulent protéger  des méfaits de la colonisation, préservant leur manière de vivre et, surtout, leur langue. Pierre est très vite séduit par ce nouvel univers. Le voilà intégré sans problème dans cette "République du bon Dieu" où voisinent et se parlent deux conceptions de la vie: celle de la religion des jésuites et celle de la culture guarani. Roman d'apprentissage, cette belle histoire, la dernière qu'Yvon Mauffret nous ait laissée, invite à mieux comprendre  comment surmonter les violences de notre monde actuel. En valorisant les différences  humaines pour mieux s'en nourrir et se rapprocher les uns des autres.


- La sœur de la tempête
de Lucinda Riley
Éditions Charleston / Avril 2016


À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Ally d'Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Ally, la deuxième sœur au tempérament tempétueux, est navigatrice et musicienne. Lorsqu'une nouvelle tragédie la touche, la jeune femme décide de partir sur les traces de ses origines. Les indices que lui a laissés son père en guise d'héritage vont la mener au cœur de la Norvège et de ses fjords sublimes. Entourée par la beauté de son pays natal, Ally découvre l'histoire intense d'une lignée de virtuoses célébrés pour leur talent, un siècle plus tôt, une famille aux lourds secrets. Quel est son lien avec la belle Anna Landvik, merveilleuse chanteuse qui fut une proche d'Edvard Grieg et interpréta son célèbre Peer Gynt? Et, plus que tout, Ally arrivera-t-elle à laisser son passé pour construire son avenir?


- La terre des Wilson
de Lionel Salaün
Éditions Liana Levi / Avril 2016


Un bout de terre aride au nord de l'Oklahoma où peu de gens s'aventurent; une poignée de fermes misérables, écrasées de chaleur ou chahutées par les tornades. Petit garçon, Dick a fui cet endroit maudit et sa brute de père, le vieux Samuel Wilson. Quinze ans plus tard, un jour d'avril 1935, Dick est pourtant de retour avec chapeau blanc et fine moustache, au volant d'une élégante voiture. Quelle fortune vient-il chercher ici? Peut-être l'or noir dont la rumeur prétend qu'il va jaillir de la prairie. Peut-être l'or jaune qui coule dans les bars clandestins de ce territoire où la Prohibition n'a pas encore été abolie. Ou peut-être le cœur d'Annie Mae qui appartient désormais au vieux Samuel. C'est dans une Amérique profonde malmenée par l'Histoire que nous emporte Lionel Salaün pour ce troisième roman; celle de la Grande Dépression et du "Dust Bowl", ces gigantesques nuages de poussière qui ont mis à genoux des milliers d'agriculteurs pendant près d'une décennie. Un monde féroce, où la vengeance de la nature rivalise avec celle des hommes.


- La tête pleine de joies
de Ognjen Spahić
Éditions Gaïa / Avril 2016


Mettre une chemise noire pour avoir l'air triste, et au cimetière tous ces gens couchés qui se taisent… Brr. Danilo préfère la pêche. À l'heure de la retraite, une femme quitte la salle de classe avec, roulée sous le bras, la carte du monde accrochée durant toutes ces années au tableau, dédicacée: Bonne chance. Une fiole vénitienne d'huile de rose et un Walther P38 se transmettent comme le suicide dans la famille de Danilo. L'écrivain a trente-six ans et une calvitie naissante. Rien de tout ce qui a été écrit précédemment n'est vrai, pourtant Danilo existe. Des nouvelles se répondent, entrelacent les personnages, des scènes de vie se font écho, et l'écrivain commente le processus de création littéraire, à deux pas de la folie. Convoquant Raymond Carver, Thomas Bernhard, ou Boulgakov.


- La vie ou l'amour
de Jérôme-Arnaud Wagner
Éditions Cherche Midi / Avril 2016


Un recueil de poèmes oublié sous le siège d'un avion. Emmanuel va tout faire pour le restituer à Emmanuelle, son auteur. De cette rencontre résulteront un coup de foudre, un mariage et des jumeaux, fruits de leur passion dévorante. Quelques années plus tard, sur une route départementale, un 4 x 4 fauche Emmanuelle sous les yeux de son mari et de leurs enfants. Et si ce n'était pas un simple accident? Si Emmanuel avait la possibilité de rejouer sa vie et d'empêcher la mort d'Emmanuelle? Si le destin leur donnait à choisir, non entre la vie et la mort, mais entre la vie et l'amour?


- La ville haute
de Eliane Serdan
Éditions Serge Safran / Avril 2016


Hiver 1956. Dans une petite ville du sud de la France, Anna, une fillette arrivée du Liban, vit ses premiers mois d'exil. Un soir de pluie, elle se réfugie sous le porche d'une maison. Un homme est là. Pierre. Lui aussi étranger. Seul, fragilisé par la perte de son métier de relieur à la suite d'une mutilation de la main. Resurgissent pour lui les fantômes d'un passé qu'il a cherché à oublier toute sa vie. À l'âge de neuf ans, en Turquie, il a assisté à l'enlèvement d'Anouche, la fille de sa nourrice arménienne, qui a sans nul doute subi les pires outrages. Elle avait l'âge et le visage d'Anna. Cette coïncidence inattendue lui donne l'impulsion d'enquêter sur la disparition d'Anouche pour enfin apprendre la vérité. La rencontre de ces deux êtres en exil permet à l'enfant d'échapper à la solitude et offre à l'homme la possibilité de se libérer du passé. Un superbe roman sur l'exil et la beauté du sud en hiver, avec la neige sur les oliviers et en toile de fond, le souvenir nostalgique de la mer Noire.


- Le capitaine à l'heure des ponts tranquilles
de Gérard Greverand
Éditions Les Escales / Avril 2016


À ses quinze ans, en 1932, Archibald Van Kortrijk, dit Bart, décide de s'engager comme mousse sur le Black Star, un cargo assurant la liaison Amsterdam-Cape Town. Il découvre la dureté des jours en mer, la promiscuité avec l'équipage, la mauvaise cuisine, la beauté du monde. Un après-midi, une rixe violente éclate avec Andriezsoon, le second du navire. Si Bart s'impose, il connaît désormais un ennemi éternel.
1949. Après plusieurs années à quai, Bart peut à nouveau naviguer. Il embarque pour l'Indonésie, ignorant que là-bas, dans cette île chaude et suave, l'attend la ravissante Kusuma. Mais les marins, paraît-il, n'ont d'autre épouse que la mer. Dans ce roman qui mêle folles aventures, amours et souvenirs, on croisera Rackham le Rouge et Jacques Brel, entre les brumes hollandaises et la douceur de Jakarta.    


- Le cercle
de Anne Goscinny
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2016


"Son sourire aujourd'hui me donne envie de découvrir le monde. Elle oublie, je le vois, l'échéance des trois jours. Elle oublie que le temps est compté, elle oublie l'ombre et son murmure. Il fait doux, Nice ouvre ses cadeaux. Il n'y a personne dans les rues. Je marche, enveloppée dans un caban trop large. Je ne pense qu'à ma mère. Je sais que la parenthèse se referme sur nous. Ma promenade, au gré du vent, au gré de rien, me conduit dans un joli jardin. Je m'assieds sur un banc, déboutonne mon manteau. Je respire. Trois pastels et mon carnet vont immortaliser le bleu, le vert et l'ocre. C'est alors que je remarque cet homme. Il est là, tout près, assis sur un banc. Il me regarde. Il se lève. Vient vers moi". A. G.
C'est à Noël, sous le soleil d'hiver, qu'Anne Goscinny réunit une mère et sa fille pour un dernier voyage. Un roman poétique et personnel.


- Le chasseur et autres histoires
de Dashiell Hammett
Éditions Gallimard / Avril 2016


Jusqu'ici le nom de Dashiell Hammett restait associé au roman noir américain, dont il a posé les bases au milieu des années 1920 à travers une soixantaine de nouvelles policières et cinq romans fondateurs, dont Le faucon maltais, symbole s'il en est de la mythologie du privé coriace et taciturne. Le chasseur et autres histoires réunit ses nouvelles littéraires inédites et trois scénarios. Plus qu'une curiosité, ce recueil donne pour la première fois l'étendue de son talent d'écrivain. Une occasion rare, par ailleurs, de revenir sur la vie de Dashiell Hammett. Si, par leur qualité, ces fictions attestent ses ambitions littéraires, elles expriment également ses préoccupations sur la place de l'homme et de la femme dans une société en mutation. Le courage et l'altruisme, la cupidité et le cynisme traversent ces textes non dénués de légèreté, grâce à l'humour caustique de leur auteur.


- Le club des miracles relatifs
de Nancy Huston
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Dans un pays situé quelque part au nord d'un continent puissant, naît un enfant très sensible, surdoué, inquiet. Quand son père quitte la maison, n'ayant plus en tant que pêcheur le droit d'exercer son métier sur un océan surexploité, le jeune Varian perd pied. Quelque temps plus tard, sans plus aucune nouvelle il part à la recherche de ce père sacrifié, est embauché dans cet autre monde où le sol est sondé, retourné bouleversé, le sable violenté comme les êtres.


- Le congrès de littérature
de César Aira
Éditions Christian Bourgois / Avril 2016


César est écrivain. Il vit essentiellement de ses traductions mais mène également une vie secrète de savant un peu fou. Le livre s'ouvre sur l'énigme séculaire du "Fil de Macuto", que César résout avec succès. Il se rend ensuite au Venezuela, où il est invité à participer à un congrès de littérature dans la petite ville de Merida. Sous des abords inoffensif, il dévoile en réalité le plan démoniaque qu'il a en tête pour dominer le monde: cloner l'ADN de l'écrivain mexicain Carlos Fuentes dans le but de créer une armée de sujets soumis et belliqueux. On ne sait comment il comptait s'y prendre précisément. Dans les faits, il va cloner une cellule, non pas de Fuentes, mais de sa cravate en soie. Des milliers d'asticots de soie bleu électrique se répandent ainsi dans la ville de Merida. Dans un monde onirique, peuplé d'images et de métaphores, le lecteur évolue à la lisière du réel, jusqu'à l'apothéose psychédélique du dernier chapitre. Cette belle parabole de la création littéraire offre une échappée flamboyante dont ses idées sur l'écriture et la traduction ne sortiront pas exemptes. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Le Congrès de littérature n'a rien d'un texte théorique. César Aira met en abyme ses réflexions sur la création littéraire dans un récit ironique, baroque. Plus qu'un roman-manifeste, il s'agit d'un précieux témoignage de ce que l'imagination littéraire représente aux yeux de César Aira. On y retrouve les composantes les plus attachantes de son œuvre: son art de la scène croquée sur le vif et de l'embardée digressive, l'impression d'aller dans une "fuite en avant" sans que jamais ne se rompe le fil de la continuité narrative, tendu avec virtuosité.


- Le dédale du passé
de James Scudamore
Éditions Stock / Avril 2016


Jasper Scriven habite Wreaking, un hôpital psychiatrique désaffecté sur la côte sud de l'Angleterre. Il erre dans les bâtiments vides dont il cherche à capturer les souvenirs et les consigne sur des feuilles volantes qu'il envoie chaque semaine à sa fille Cleo. Cleo est monteuse pour une chaîne d'informations à Londres, l'actualité est sa matière, un présent envahissant qui la maintient à l'écart des traumas et des démons du passé. À quelques pas pourtant, chaque soir, Roland, un géant au grand cœur et ami d'enfance, la surveille. Ces héros solitaires sont liés par un terrible accident qui s'est joué il y a bien longtemps dans l'enceinte de Wreaking, un drame qui les hante et dont ils cherchent à se libérer. Mais pour cela, il leur faut regarder le passé en face. Une histoire d'amour et de folie ordinaire, glaçante et envoûtante.


- Le fol marbre
de Dennis Cooper
Éditions P. O. L. / Avril 2016


Passages dérobés, chambres secrètes, esprits et sexualités troublés: on ne sait quoi dans ce livre en gouverne l'épais mystère, le labyrinthe mental. Il y est question, parfois sur le mode de la farce qui n'est pas le moins efficace, de transmission, mais aussi de viol, de torture, de cannibalisme. Dennis Cooper joue d'une culture française qui l'a fortement imprégné et de l'esthétique gore pour brouiller des pistes qui mènent cependant toutes à un malaise contemporain, au problématique passage à l'âge adulte de jeunes gens profondément désorientés.


- Le fracas du temps
de Julian Barnes
Éditions Mercure de France / Avril 2016


Il est difficile encore aujourd'hui de se représenter ce que pouvait être réellement la vie sous dictature communiste, en l'occurrence, ici, celle des artistes sous la férule stalinienne. Staline les surveillait de près: il fallait obéir, sinon... Un trait de plume du tyran vous condamnait à mort. Et quand un des plus grands musiciens de l'époque, jusque-là plutôt en faveur, découvre un matin dans La Pravda un article qui le démolit, il sait que ses jours sont comptés. Il s'agit de Dimitri Chostakovitch. On est en 1936. Et la question essentielle, cruciale, que pose ce nouveau roman de Julian Barnes, c'est: que fallait-il faire? Et en corollaire, qu'est-ce que moi j'aurais fait? Le fracas du temps est bien un roman, même si tous les faits sont avérés: les hallucinantes conversations avec Staline, les comparutions devant des "juges" qui ne savent même pas lire une partition. On a beaucoup critiqué Chostakovitch d'avoir cautionné le régime, d'avoir été un "collabo". Mais on ne doit pas oublier qu'il risquait sa vie mais aussi celle de sa femme, celle de ses enfants et celle de sa mère. Un romancier peut aller plus loin que l'historien dans l'exploration de l'âme d'un immense artiste, un être complexe, attachant, qui se débattait comme il pouvait dans le chaos de son époque, en essayant de ne pas renoncer à sa musique. Oui, que fallait-il faire? Julian Barnes nous laisse trouver les réponses.


- Le garçon dans l'ombre
de Neil Bartlett
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Londres, 1952, année du couronnement d'Elizabeth II. Le jeune Reggie Rainbow, au corps déformé par une polio contractée dans l'enfance, travaille comme homme de l'ombre pour Mr Brookes, aussi talentueux prestidigitateur que détestable individu. Introverti et solitaire, Reggie, qui a en horreur la commisération que suscite son infirmité, ne survit qu'en se raccrochant à l'idée que sa mère veille sur lui, du fond d'un introuvable cercueil. Les temps sont durs pour le music-hall, et le despotique Mr Brookes, menacé d'avoir à réduire son train de vie de dandy, accepte avec soulagement la proposition que lui fait un théâtre de Brighton de l'engager pour la saison estivale. Il recrute à cet effet une nouvelle assistante, Pamela Rose, très indépendante d'esprit et néanmoins capable de se plier à l'effrayante discipline exigée par les numéros du maître. Entre les deux souffre-douleur de l'illusionniste s'instaure bientôt une solidarité qui permet à Reggie de mieux supporter les affres d'une homosexualité inavouée et particulièrement difficile à assouvir dans cette venteuse et crépusculaire ville de bord de mer, où les deux complices vont concocter au magicien quelques surprises de leur cru au moins égales à celles que leur maître aime réserver à son bien-aimé public. Illusions, disparitions, jeux de miroirs, à la scène comme à la ville, fantasmes démultipliés: dans ce fascinant et sulfureux roman, l'univers de la magie devient un parfait théâtre de la cruauté pour célébrer les avatars du corps souffrant et désirant, à une époque où le fait d'être infirme, femme ou homosexuel revenait à disparaître de la scène du monde.


- Le menteur
de Nicholas Searle
Éditions Fayard / Avril 2016


Quand Roy, un escroc de haut vol octogénaire, rencontre sur Internet Betty, une riche veuve esseulée, il pense être tombé sur une proie de choix. Il ne tarde pas à s'installer dans son coquet cottage et à l'accompagner dans un voyage romantique en Allemagne. Même si le petit-fils de Betty désapprouve cette idylle, Roy est sûr de parvenir à ses fins. Après tout, il sait parfaitement ce qu'il fait. Mais tandis que se déploie leur relation, le passé de Roy et de Betty surgit petit à petit, convoquant des pages sombres de l'histoire, des temps d'une intolérable cruauté et d'une étonnante résilience. Le Menteur est un roman fascinant sur le mensonge et la survie, une histoire renfermant des secrets, des mystifications et des trahisons qui finissent par révéler leur nature infâme.


- Le mystère Henri Pick
de David Foenkinos
Éditions Gallimard / Avril 2016


En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d'œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l'écrivain et apprend qu'il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n'a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses. Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n'était qu'une machination? Récit d'une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu'un roman peut bouleverser l'existence de ses lecteurs.


- Le nuage d'obsidienne
de Eric McCormack
Éditions Christian Bourgois / Avril 2016


Harry Steen, ingénieur des mines, est invité à participer à une conférence au Mexique. Lorsqu'un violent orage éclate, il trouve refuge dans une librairie de livres anciens. Il y fait une découverte lourde de sens. Un ouvrage daté du milieu du XIXe siècle, intitulé Le Nuage d'Obsidienne, relate un phénomène inexpliqué: un nuage noir aux propriétés réfléchissantes s'est immobilisé au-dessus de Duncairn, un bourg des Uplands écossais, où il a provoqué plusieurs décès mystérieux. Curieux hasard: Harry a bien connu ce village puisqu'il y a enseigné, jeune homme, après la mort de ses parents. C'est également à Duncairn qu'il avait rencontré Miriam Galt, qu'il aime depuis lors, malgré sa trahison. À son retour à Camberloo (ville imaginaire du Canada), Harry contacte un expert de livres rares à Glasgow, qui lui propose d'étudier l'ouvrage s'il lui envoie. Tandis que ce dernier l'analyse, Harry fait le récit de son parcours, depuis son enfance dans les taudis de Glasgow jusqu'à l'explosion d'une bombe, pendant la Seconde Guerre Mondiale qui souffle son immeuble et tue ses parents, puis ses périples en Afrique, en Amérique du Sud et au Canada (dans l'Ontario), où il possède une usine. Ce roman est peuplé de personnages singuliers. Parmi eux, Jacob Nelson, un violoniste exhibitionniste qui devient le logeur de Harry après la mort de ses parents, et le recommande pour son premier emploi d'enseignant. Quant à Miriam, jeune femme impénétrable, elle vit dans un manoir, à l'écart de la société, en compagnie de son vieux père. Harry tombe éperdument amoureux d'elle et demande sa main. Mais elle refuse de l'épouser, révélant qu'elle est fiancée au patron de Harry. Enfin, Gordon Smith, un riche entrepreneur canadien rencontré en Amérique du Sud, propose à Harry de l'engager comme vendeur pour son entreprise de pompes industrielles. À son arrivée au siège de l'entreprise, à Camberloo, Gordon lui présente sa fille, Alicia. Il est alors évident que, plus qu'un vendeur, le père cherche un mari pour sa fille. Quoique secrètement toujours amoureux de Miriam, Harry épouse la jeune femme, avec qui il aura deux fils. Tout en continuant poursuivre ses recherches liées au Nuage d'Obsidienne et à son propre passé.


- Le parcours du combattant
de Michaël Malone
Éditions 10-18 / Avril 2016


Marié, deux enfants, Raleigh Wittier Hayes, 45 ans, est aux yeux de tous un citoyen modèle et un bon père de famille. Cet agent d'assurances prospère a planifié sa retraite aussi soigneusement que son existence. Le jour où il apprend que son père, Earley, a disparu de l'hôpital après avoir vidé ses comptes, pour prendre la route dans une Cadillac cabriolet jaune en compagnie d'une adolescente noire qu'il dit vouloir épouser, l'existence de Raleigh vole en éclats. À la recherche de son père, notre homme va devoir affronter des épreuves plus riches en rebondissements les unes que les autres. À l'issue de ce formidable périple initiatique, l'ennuyeux et routinier Raleigh Wittier Hayes ne sera plus jamais le même.


- Le passage de Vénus
de Róbert Hász
Éditions Viviane Hamy / Avril 2016


En 1768, les savants du monde entier s'organisent pour observer depuis différents points du globe le prochain passage de Vénus devant le Soleil. Maximilianus Hell, éminent astronome à la cour impériale de Vienne, choisit János Sajnovics, un jeune jésuite, pour l'accompagner dans son voyage jusqu'à Vardø, en Laponie, afin d'étudier le phénomène. Leur pérégrination, au rythme de péripéties et de rencontres étonnantes, les mène de ville en ville à travers l'Europe, dévoilant la complexité des systèmes idéologico-politiques et des échanges intellectuels de ce XVIIIe siècle riche en découvertes et en mutations. En parallèle se lit le questionnement intérieur de János. Tourmenté par la fragilité de sa vocation, le jeune prêtre affronte les tentations de la chair tout en se voyant offrir la possibilité de participer à l'édification d'un monde nouveau fondé sur le rationalisme scientifique, "une entreprise qui peut changer le cours de l'Histoire". Ici encore, l'écrivain explore "l'homme, et son rôle dans l'Histoire, esclave du monde matérialiste, dans l'Antiquité comme dans le présent". Le Passage de Vénus devient ainsi un roman initiatique d'une envergure et d'une ambition prodigieuses, dont seul Hász en a le secret.


- Le secret du dernier fils
de Rafael Nadal
Éditions Terra Nova / Avril 2016


1918. Dans un petit village du sud de l'Italie, un bébé pousse son premier cri tandis que l'Europe sort tout juste de la guerre. Ce nouveau-né ne connaîtra jamais son père, mort au combat, tout comme vingt autres hommes de la famille. Vitantonio est donc le dernier fils d'une lignée dont les hommes semblent frappés de malédiction. Pour qu'il ne connaisse pas le même sort, le jour de sa naissance, Vitantonio est adopté par une autre famille, très aisée. Il est élevé comme le jumeau de Giovanna, née le même jour. Les deux enfants grandissent, vivent dans l'insouciance et se rapprochent. Mais la Seconde Guerre Mondiale éclate. La tragédie va déchirer le voile du secret des origines de Vitantonio. Le dernier fils pourra-t-il à échapper à son destin et à la malédiction des siens?


- Le talent ou la vertu
de Isabelle Siac
Éditions Belfond / Avril 2016


Paris, hiver 1789. À la Comédie-Française, la bataille ne fait que commencer entre Rouges révolutionnaires et Noirs prudents. Depuis que le jeune Talma a créé Charles IX, attaquant de front l'Eglise et son alliée monarchique, la troupe est en émoi. Mais dans cette époque théâtromaniaque, le spectacle ne se joue plus seulement sur scène. Il envahit la salle, où l'émeute permet à chaque camp de se compter; s'installe à l'Assemblée, où les orateurs rivalisent d'éloquence; et se déverse dans la rue que la foule a durablement investie, d'insurrections plus ou moins spontanées en fêtes grandioses orchestrées par des artistes députés. Dramaturges et comédiens, habitués à faire l'événement, sont bientôt dépassés, pressés par un public devenu plus tyrannique que le Roi déchu, un peuple triomphant de tous les pouvoirs avant d'être lui-même pris au piège de la Terreur. Les artistes, qui avaient cru la liberté possible, devront déchanter. Avec sa bande de théâtre, son mentor David et ses alliés Mirabeau puis Danton, Talma tiendra le cap de l'audace. Tombeur de règles esthétiques surannées, marié à une artiste riche et influente, nourri à Shakespeare, il est le tragédien iconique d'une époque tragique.


- Le vieux blanc d'Abidjan dans sa prison de Yopougon
de Michel Field
Éditions Julliard / Avril 2016


"Le vieux Blanc d'Abidjan", c'est mon père. À soixante-dix ans, il croupit depuis plus d'un an dans la prison de Yopougon en attente de son procès. Et quel procès. Celui des "milliards" qu'il est accusé d'avoir détournés, victime collatérale de règlements de comptes au plus haut niveau. Ce livre est le roman d'une folle journée ou, réveillé à l'aube, j'obtiens l'audience tant espérée avec le président Félix Houphouët-Boigny pour que soit enfin fixée la date d'un procès. Mais au-delà de situations toutes plus cocasses les unes que les autres, ou le rire le dispute aux larmes, ce livre est aussi un hymne à cette Afrique sensuelle et généreuse, fantasque et hypnotique qui a marqué à vie le jeune homme que j'étais. Michel Field


- Les adieux pour débutant
de Anne Tyler
Éditions 10-18 / Avril 2016


Homme d'habitudes, Aaron a passé son enfance sous la domination d'une sœur aînée. Lorsqu'il rencontre Dorothy, jeune femme indépendante, c'est une bouffée d'air pur. Il l'épouse et s'installe dans une vie conjugale harmonieuse. La mort de Dorothy l'anéantit. Seul le retour épisodique de sa femme d'entre les morts l'aide à trouver un peu de paix. Il se rend chaque matin au bureau, une maison d'édition familiale à compte d'auteur qui publie entre autres des guides destinés aux nuls et novices pour affronter les vicissitudes de l'existence. Il découvre ainsi peu à peu qu'il est possible d'apprendre à faire ses adieux quand on est un débutant en la matière.


- Les gens heureux n'ont pas d'histoire
de Eloïse Lièvre
Éditions JC Lattès / Avril 2016


Ce livre est une sorte de calendrier de l'avent. Pendant les quarante jours qui ont précédé mon quarantième anniversaire, j'ai écrit un texte par jour et par année en m'appuyant chaque jour sur une photographie me mettant en scène de zéro (quelques jours à peine) à trente-neuf ans. Il s'agissait moins de dresser un bilan que de tenter de se réapproprier la vie qui passe, de tisser des fils entre les événements pour apercevoir, espérer, fabriquer une cohérence. Les Gens heureux n'ont pas d'histoire, cette phrase de Tolstoï traînait dans ma tête parce que j'étais heureuse et croyais n'avoir rien vécu. Mon calendrier de l'avent raconte, par le récit de soi qui est nécessairement fiction, comment l'on devient, un caractère et une personne, des rêves et des ambitions, orientés, déterminés, polis par ceux qui nous précèdent et nous accompagnent, aïeux et parents, puis ceux qui nous côtoient et nous forment, camarades, amis, amoureux, enseignants, et tous ces objets qui passent en nous, les films, les tableaux, les livres, les chansons, leurs personnages et leurs auteurs, mais aussi ces événements que nous vivons, l'historique aussi intimement que l'intime, de l'élection d'un président de gauche, à des attentats meurtriers dans le RER, en passant par la chute du mur de Berlin, du premier contact avec la mort à la naissance de nos enfants, en passant par l'unique gifle reçue, la première expérience sexuelle, le premier chagrin d'amour, et le lancinant, l'enlisant quotidien.


- Les loups de Sherwood
de Nicolas Digard
Éditions Plon / Avril 2016


"Quel est ton nom, messire? Robin. Robin d'où? Robin de nulle part. Je ne veux plus dépendre d'aucune terre. La vieille caresse la capuche de loup de ses doigts minces. Robin Hood, dit-elle en appuyant le mot. Que Dieu te garde".
1189: le royaume Plantagenêt, qui s'étend de l'Écosse à l'Aquitaine, est ruiné par la croisade d'un roi Richard élevé en Poitou qui ne parle pas un mot d'anglais et déteste l'Angleterre. Le quotidien est sombre et violent, pour les modestes paysans qui s'efforcent de survivre aux hivers rigoureux comme pour les noblions qui tentent d'assouvir leur ambition au prix des plus viles bassesses. Dans ce contexte troublé, Robin de Loxley, homme révolté, dévoré par la vengeance et l'ambition, fin stratège, chef de bande violent et tyrannique, construit sa légende. Lorsqu'il s'empare lors d'un pillage de la jeune Marianne de Beaumont, le Loup de Sherwood est loin d'imaginer le destin qui les attend. Voici leur histoire, bien loin de la version romantique que nous connaissions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:30

- Les pêcheurs
de Chigozie Obioma
Éditions De L'Olivier / Avril 2016


Un jour de janvier 1996, dans un village du Nigeria, quatre frères profitent de l'absence de leur père pour pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala. Le sorcier Abulu, qui les a vus, lance sur eux une terrible malédiction: l'aîné, Ikenna, mourra assassiné par l'un de ses frères. La prophétie bouleverse les esprits, et hante la famille jusqu'au dénouement tragique. Avec cet admirable récit dans lequel le tempo du conte africain accompagne la peinture du monde contemporain, Chigozie Obioma invente une forme nouvelle d‘écriture romanesque.


- Les petits soleils de chaque jour
de Ondine Khayat
Éditions Michel Lafon / Avril 2016


Clélie vit une retraite paisible après avoir fait le bonheur des clients de la boulangerie Destempes en leur vendant pains et gâteaux confectionnés avec amour. Mais à l'aube de l'été, Colline, la petite-fille de la maison, bouleversée par le divorce de ses parents, perd littéralement le goût de vivre. Touchée par la détresse de l'enfant de neuf ans, Clélie lui propose de venir passer les grandes vacances avec elle. Elle va lui présenter ses voisins et amis de la place des Ternes, qui, chacun à sa manière, vont tenter de répondre à ses interrogations sur le sens de la vie et l'aider à trouver sa place dans le monde. L'histoire tendre et émouvante d'une amitié entre deux générations. Un roman pour apprendre à se réjouir des petits soleils de chaque jour.


- Les petites consolations
de Eddie Joyce
Éditions Payot & Rivages / Avril 2016


Eddie Joyce retrace l'histoire d'une famille italo-américaine. Frappés par la tragédie du 11-Septembre, le fils préféré, pompier new-yorkais, meurt dans l'effondrement des tours, les membres du clan doivent faire leur deuil, chacun à sa manière. Addictif comme une série télé, ce roman attachant a connu un joli succès en Amérique. Car Eddie Joyce introduit dans le canevas classique de la saga une magie bien à lui: celle de l'empathie, de la grâce, des personnages inoubliables qui vous touchent en plein cœur. Une révélation traduite dans une dizaine de langues.  


- Les pierres vives
de Anne Guglielmetti
Éditions Actes Sud / Avril 2016


À la tête d'une abbaye bénédictine normande du XIe siècle, l'abbé Mainier a, par charité, pris sous son aile un orphelin de huit ans, Benoît, que ses remarquables dispositions semblent destiner à une vie monastique capable de lui épargner les vicissitudes de la pauvreté et les tentations du monde séculier. Mais, associés au secret qui pousse régulièrement Benoît à fuguer dans la forêt profonde entourant le monastère, les troubles de l'Histoire qui s'invitent alors au cœurs même des édifices de la foi vont en décider autrement. Banni de l'abbaye, Benoît, désormais à l'orée de l'âge adulte, se trouve jeté, en compagnie du "géant", un moine servant qui s'est juré de le protéger, sur la route de l'Italie où est en train de s'édifier, entre Naples et Bari, le vaste complexe monastique normand de Venosa, aboutissement tant religieux qu'architectural de l'extraordinaire épopée des descendants des Vikings. Dans ce roman initiatique qui convoque un Moyen Age où tout est signe et mystère, où une nature encore enchantée fait le siège des représentations humaines, où le religieux cohabite avec la superstition et les pratiques magiques, Anne Guglielmetti fait entrer un très lointain passé en intense résonance avec nos sociétés contemporaines au sein desquelles toutes les demeures, de l'homme ou de ses croyances, restent constamment à bâtir.


- Les princesses assassines
de Jean-Paul Desprat
Éditions Du Seuil / Avril 2016


Juillet 1652. Dans les derniers jours de la Fronde, le duc de Beaufort, petit-fils d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées, tue en duel le duc de Nemours, son beau-frère. La mort du "beau Nemours" laisse ruinées Jeanne Baptiste et Marie-Françoise, ses deux filles. Élisabeth de Nemours, leur mère, va dès lors tout mettre en œuvre pour les marier. Jeanne Baptiste épouse le duc de Savoie, Marie-Françoise le roi du Portugal. Mais le sort semble s'acharner sur les deux princesses. Le mari de la première se révèle être un pervers couvert de maîtresses; quant au roi du Portugal, la rumeur le dit fou à lier. Il faudra aux deux jeunes femmes toute leur force de caractère, dont elles ne manquent pas, mais aussi les leçons qu'elles ont tirées chacune de leur fréquentation assidue de l'école des Précieuses, pour se tirer d'une situation en apparence inextricable. Mais à quel prix? À travers le roman tumultueux de ces deux princesses devenues mantes religieuses, l'auteur des Bâtards d'Henri IV fait revivre le Grand Siècle alors à son apogée, les hautes faits de sa noblesse, mais aussi sa violence et son goût du sang.


- Les putes voilées n'iront jamais au paradis !
de Chahdortt Djavann
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2016


Ce roman vrai, puissant à couper le souffle, fait alterner le destin parallèle de deux gamines extraordinairement belles, séparées à l'âge de douze ans, et les témoignages d'outre-tombe de prostituées assassinées, pendues, lapidées en Iran. Leurs voix authentiques, parfois crues et teintées d'humour noir, surprennent, choquent, bousculent préjugés et émotions, bouleversent. Ces femmes sont si vivantes qu'elles resteront à jamais dans notre mémoire. À travers ce voyage au bout de l'enfer des mollahs, on comprend le non-dit de la folie islamiste: la haine de la chair, du corps féminin et du plaisir. L'obsession mâle de la sexualité et la tartufferie de ceux qui célèbrent la mort en criant "Allah Akbar" pour mieux lui imputer leurs crimes. Ici, la frontière entre la réalité et la fiction est aussi fine qu'un cheveu de femme.


- Les tribulations du camarade Lepiaf
de Arthur Koestler
Éditions Calmann Lévy / Avril 2016


Dans ce roman inédit écrit en 1934, Arthur Koestler met en scène des enfants emprisonnés dans les camps de concentration ou eux-mêmes exilés, ont dû se séparer d'eux, ne pouvant plus subvenir à leurs besoins. Ces petits héros, Dédé le Voleur, Ullrich l'Opposition, Mathile aux Polypes, ont ses jeux bien étranges: ils s'amusent à reproduire les débats qu'ils ont connus dans leurs familles. Ils élisent leurs représentants, organisent des réunions hebdomadaires, émettent des revendications, et créent un tribunal pour statuer sur le cas d'un voleur de chocolat. Dans ce récit teinté de surréalisme, l'auteur parvient à rendre avec facuité l'ambiance intellectuelle de l'époque, à la fois sarcastique, canaille et tragique. Il écrit ici l'un des premiers textes consacrés aux exactions de la SA en Allemagne, aux premiers départs pour les camps de concentration, aux angoisses des exilés. Cette dimension historique en fait un roman splendide et bouleversant.


- Les petits vieux d'Helsinki se couchent de bonne heure
de Minna Lindgren
Éditions Calmann Lévy / Avril 2016


Siiri, Irma et Anna-Liisa sont de retour au Bois du Couchant après leur petite Escapade en colocation. Cependant, l'endroit a bien changé, et plus aucun petit vieux ne s'y sent chez lui. Devenue une pointure technique  ans la gestion du troisième âge, la résidence fonctionne désormais en circuit fermé, sans plus aucun être humain pour la superviser, si ce n'est quelques volontaires d'une association chrétienne. Alors que les résidents subissent, non sans humour, les joies d'une technologie aussi moderne qu'absurde, le Bois du Couchant est peu à peu envahi par les rats et les bénévoles, lesquels se font prédicateurs et experts en droits de succession tout à la fois. Siiri et Irma sentent que quelque chose de peu catholique se trame et, une dernière fois, vont tout mettre en œuvre pour que triomphent la vieillesse et la bonne humeur au sein d'une maison de retraite au crépuscule de son existence, à mesure que ses derniers habitants tirent leur révérence.


- Les sœurs Brontë
de Stéphane Labbe
Éditions Au Diable Vauvert / Avril 2016


À vingt ans, Charlotte envoie ses vers au plus grand poète de son époque. Mais justement l'époque victorienne ne lui est guère favorable. Implacable, le grand homme lui conseille de rester à sa place: à la maison. Elle et ses deux petites sœurs, Emily et Anne, sont d'ailleurs priées de s'effacer devant leur frère ainé, Branwell, que leur père considère comme un génie. Mais le presbytère familial, la lande à perte de vue, le climat austère et surtout le désir inassouvi d'amours charnelles et grandioses leur inspireront les chefs d'œuvre du romantisme anglais.


- Leucate univers
de Gérard Gavarry
Éditions P. O. L. / Avril 2016


Histoire dans ce roman est femme. Femme narratrice qui, parmi les paysages et au temps même où se déroule ce qu'elle conte, chemine, regarde, montre, s'arrête, se tait, songe et toujours guide l'auteur qui la suit, sauf écarts, la questionnant et l'écoutant, sauf moments de distraction. Ainsi avec ce couple le lecteur entrera-t-il dans plusieurs aventures: un épisode méconnu des guerres de religion, en 1589; des vendanges au milieu des eaux en 1955, tandis que s'aggrave la guerre d'Algérie; les amours et loisirs de jeunes vacanciers sur fond de tueries contemporaines. Et à quelque époque que les choses se passent elles se passent à Leucate, Languedoc, presqu'île resserrée entre mer et étangs et devenue comme le théâtre de toute raconterie.


- Leurs mains sont bleues
de Paul Bowles
Éditions Le Cercle Points / Avril 2016


Paul Bowles parcourut la planète à la rencontre de la diversité des hommes et des cultures avant que la modernité ne les ronge, dans les années 1950. De Ceylan à Tanger, en Turquie, dans les souks de la Corne d'or, au cœur de l'absolu saharien, il a rédigé ce carnet de voyages comme un itinéraire géographique et littéraire, un ensemble de relevés fragmentaires baignés de lumière et de musique. On ne saurait trouver plus bel "état des lieux" de notre terre.


- Lisario ou le plaisir infini des femmes
de Antonella Cilento
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Devenue muette à la suite d'une opération ratée, Lisario Morales, à peine adolescente, lit en cachette Shakespeare et Cervantès et se confie par lettres à la Sainte Vierge. Pour fuir le mariage qu'on veut lui imposer, elle se réfugie, telle l'héroïne d'un conte de fées, dans le sommeil. Jusqu'au jour où un médecin espagnol, qui aspire à se forger une réputation, trouve une thérapie pour le moins inattendue et transgressive. Situé dans la Naples du XVIIe siècle, celle des peintres caravagesques et de la révolution du plébéien Masaniello, le roman d'Antonella Cilento nous raconte, dans la plus pure tradition picaresque, l'éveil d'une jeune fille éprise de liberté, objet des fantasmes d'un homme qui rêve de percer à jour les mystères du plaisir féminin. Dans une ville où la révolte gronde, où les complots abondent et où la vie la plus rutilante côtoie sans cesse les ombres de la mort, Lisario ou le plaisir infini des femmes nous entraîne dans des aventures à rebondissements où les identités sexuelles se confondent, dans un jeu de miroirs et d'illusions digne des "théâtres pour l'œil" de Jacques Colmar, peintre et scénographe, dont l'existence sera bouleversée par sa rencontre avec Lisario. Un livre qui, sous des dehors intensément romanesques, pose des questions brûlantes et étonnamment actuelles.


- Loin d'être malheureux
de Guillaume Tavard
Éditions Brumerge / Avril 2016


"Vers les huit heures on était dans la vieille caisse pourrave de Dan et on roulait comme des cinglés en écoutant NOFX les fenêtres grandes ouvertes pour respirer malgré la chaleur tenace de ce début de soirée, et aussi on tenait à ce que les autres puissent en profiter, que pour une fois dans leurs petites vies chiantes ils puissent écouter de la bonne musique, ne serait-ce qu'une ou deux secondes". Loin d'être malheureux met en scène des jeunes gens, parfois puérils, parfois désabusés. Avec eux, on suit quelques moments de leur existence; ils sont souvent en rupture amoureuse et ils le prennent plus ou moins bien. Tout cela se passe de nos jours. Ces textes (nouvelles, ou courts récits) sont très animés et décrivent des moments clés. Guillaume Tavard a une écriture fluide, un regard tendre et plein d'humour. On pense, en le lisant, à la désinvolture élégante de Frédéric Berthet.


- Lorette
de Laurence Nobécourt
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2016


"Pour la première fois, en 2013, m'a été révélé le sens de mon prénom d'origine: Laurence; qui signifie "l'or en soi" dans la langue des oiseaux. Prénom dont je décide de signer mes livres à venir. À quoi m'aura servi ce prénom de Lorette que j'ai porté tant d'années, sans pourtant qu'il fût mien? Maintenant, je m'appelle Laurence. C'est mon prénom d'origine. J'ai réussi à ne pas l'égarer. J'ai tout perdu, mais j'ai retrouvé mon nom".


- Madison square park
de Abha Dawesar
Éditions Héloïse d'Ormesson / Avril 2016


Enfant, Uma a quitté son Inde natale pour les États-Unis. À trente ans, elle habite New York avec Thomas. Pour protéger leur relation, elle cloisonne sa vie en gardant à distance le poids d'un passé qu'il ne faudrait surtout pas remuer. Mais le jour où elle apprend qu'elle est enceinte, ce fragile équilibre bascule. Madison Square Park est une tragi-comédie sur fond de quête identitaire. Abha Dawesar y explore le devenir-femme par le dépassement de lourds héritages qui s'inscrivent jusque dans les gènes. Elle offre à ses personnages une liberté toujours vacillante, entre repli sur soi et ouverture à l'autre, où seul triomphe l'acharnement à vivre et à aimer.


- Mémoire de fille
de Annie Ernaux
Éditions Gallimard / Avril 2016


"J'ai voulu l'oublier cette fille. L'oublier vraiment, c'est-à-dire ne plus avoir envie d'écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n'y suis jamais parvenue". Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l'Orne. Nuit dont l'onde de choc s'est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. S'appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu'elle a été dans un va-et-vient implacable entre hier et aujourd'hui.


- Mémoires d'un bon à rien
de Gary Shteyngart
Éditions Le Cercle Points / Avril 2016


Igor, frêle garçon juif et asthmatique, courait gaiement autour de son premier amour, Vladimir… qui n'est autre que l'immense statue de Lénine à Leningrad. Quand Igor quitte la Russie pour New York, une nouvelle vie commence: celle d'un fils d'émigrés dépassé par les ambitions de ses parents, qui le rêvent avocat et le rebaptisent Gary, parce que ce "bon à rien" a "déjà assez d'emmerdes comme ça".


- Mes impudeurs
de Marco Missiroli
Éditions Payot & Rivages / Avril 2016


À la mort de sa mère, Libero Marsell (dont le prénom signifie "libre") entreprend d'écrire ses mémoires sur les conseils de son psychanalyste. De son enfance et son adolescence à la naissance de son premier enfant, entre Paris, New York et Milan, nous suivons dans ce livre sans pudeur son éducation sentimentale et sexuelle, jusqu'au moment où, grâce à une femme-muse, il trouvera enfin le grand amour. À rebours d'un certain cynisme et d'une froideur revendiquée dans la littérature contemporaine, Marco Missiroli raconte avec beaucoup de charme la transmission, la quête d'identité et les liens affectifs qui constituent la trame de nos vies. Aussi envoûtant qu'un roman de Alberto Moravia, Mes impudeurs a rencontré un grand succès dans son pays, s'écoulant à plus de 35 000 exemplaires.  


- Mon amant du dimanche
de Alexandra Lucas Coelho
Éditions Du Seuil / Avril 2016


Profondément blessée, une femme crie vengeance: un homme l'a trahie et elle est bien décidée à avoir sa peau. Celle qui raconte cette histoire est célibataire, sans enfants et trouve dans ses cinquante ans et ses cinquante kilos une énergie sans limites. Vivant dans l'Alentejo où elle travaille comme correctrice pour une maison d'édition, elle ne quitte sa campagne qu'une fois par semaine. Elle se rend alors à Lisbonne où elle a pour mission de changer, chaque dimanche, la caisse du chat d'une amie partie en voyage. C'est entre son bureau, l'appartement de son amie et la piscine où elle fait toujours une halte qu'elle prendra sa revanche. Son plan l'occupera tout un mois et sa réussite sera totale. Ses complices? Les livres, la natation, un été torride. Et trois amants du dimanche, aussi différents que vivifiants.


- Moro-sphinx
de Julie Estève
Éditions Stock / Avril 2016


Lola est une trentenaire parisienne, comme les autres. Enfin pas tout à fait. Jamais la phrase dite par Charles Denner dans L'homme qui aimait les femmes de François Truffaut n'a été si bien appliquée: les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le monde en tous sens. Lola arpente la ville, amazone, chaque fois que son envie devient plus forte que la raison, l'homme succombe, chasseur devenant proie, même le plus repoussant. À la fin de l'acte, clac, elle lui coupe un ongle. Lola, c'est M la maudite, aux pulsions guerrières. Elle semble sortie d'un manga, bouche rouge et grands yeux. Jusqu'à ce que Lola tombe amoureuse. Mais est-elle vraiment faite pour l'amour? Et si la passion, c'était la fin du rêve?


- Moze
de Zahia Rahmani
Éditions Sabine Wespieser / Avril 2016


"Cet homme concerne l'histoire. Il n'en est pourtant pas. Il n'aurait pas dû être. On le nomme vite, très vite, harki. Harki est le mot pacte qui le désigne. Le mot que ses enfants doivent dire, pour dire qu'ils sont ici par ce père qui l'est; parce qu'ils sont enfants de… Je me dis, je me désigne, enfant de ça. Le dire ce mot qui me justifie. Ce qui me justifie est… Harki est sa peine, celle qui l'assigne ici, qui lui interdit l'ailleurs…" Arrivée en France en 1967, après que son père a passé cinq ans dans les prisons algériennes, Zahia Rahmani, née en 1962, grandit au côté de cet homme banni, dont la vie s'achève par le suicide, en Picardie, le 11 novembre 1991. Des années plus tard, elle rend compte par la littérature de son geste, et de sa portée. Moze, paru en 2003, initie une œuvre puissante et singulière qui témoigne pour tous les parias de l'histoire.    


- M train
de Patti Smith
Éditions Gallimard / Avril 2016


Patti Smith a qualifié ce livre de "carte de mon existence". En dix-huit "stations", elle nous entraîne dans un voyage qui traverse le paysage de ses aspirations et de son inspiration, par le prisme des cafés et autres lieux qu'elle a visités de par le globe. M Train débute au 'Ino, le petit bar de Greenwich Village où elle va chaque matin boire son café noir, méditer sur le monde tel qu'il est ou tel qu'il fut, et écrire dans son carnet. En passant par la Casa Azul de Frida Kahlo dans la banlieue de Mexico, par les tombes de Genet, Rimbaud, Mishima, ou encore par un bungalow délabré en bord de mer, à New York, qu'elle a acheté juste avant le passage dévastateur de l'ouragan Sandy, Patti Smith nous propose un itinéraire flottant au cœur de ses références (on croise Murakami, Blake, Bolaño, Sebald, Burroughs... ) et des événements de sa vie. Écrit dans une prose fluide et subtile qui oscille entre rêve et réalité, passé et présent, évocations de son engagement artistique et de la perte tragique de son mari, le guitariste Fred "Sonic" Smith, M Train est une réflexion sur le deuil et l'espoir, le passage du temps et le souvenir, la création, les séries policières, la littérature, le café. Après Glaneurs de rêves (Gallimard, 2014), Patti Smith nous propose un nouveau livre inclassable, profondément sensible et sincère, illustré par les photographies en noir et blanc qu'elle prend depuis toujours, et qui confirme qu'elle est l'une des artistes actuelles les plus singulières et indépendantes.


- Murmures dans un mégaphone
de Elliott Rachel
Éditions Payot & Rivages / Avril 2016


Depuis trop longtemps, Miriam Delaney vit recluse. De sa bouche ne s'échappent que des murmures. Mais elle se sent enfin prête à faire entendre sa voix. Ralph, lui aussi, amorce sa révolution. Son mariage avec Sadie est au bord de l'implosion et c'est un autre genre de silence qu'il brise: celui des compromis, des décisions sans cesse repoussées. Bien sûr, Miriam et Ralph vont se connaître, se reconnaître. Et tenter de prouver, pour faire mentir la chanson, que les histoires d'amour finissent bien (en général).


- Nos années sauvages
de Karen Joy Fowler
Éditions Presses De La Cité / Avril 2016


Il était une fois deux sœurs, un frère et leurs parents qui vivaient heureux tous ensemble. Rosemary était une petite fille très bavarde, si bavarde que ses parents lui disaient de commencer au milieu lorsqu'elle racontait une histoire. Puis sa sœur disparut. Et son frère partit. Alors, elle cessa de parler jusqu'à aujourd'hui. C'est l'histoire de cette famille hors normes que Rosemary va vous conter, et en particulier celle de Fern, sa sœur pas tout à fait comme nous. "Cela fait des années que je ne me suis pas sentie autant passionnée par un livre. Quand je l'ai terminé à 3 heures du matin, je pleurais, puis quand je me suis réveillée, j'ai relu la fin et je me suis remise à pleurer". Ruth Ozeki


- N'oubliez pas de tomber amoureuse à Paris
de Mademoiselle Peppergreen
Éditions Mazarine / Avril 2016


Gemma, jeune Franco-Américaine fraîchement diplômée, ne réalise pas encore: elle a décroché à Paris le job dont rêvent des milliers de filles, elle va s'occuper des stars pour le show télé du moment, "Lost in Music". Sa mission: gérer les demandes extravagantes de Beyoncé, Madonna ou Mariah Carey. Mais aussi les délires des producteurs. Car, derrière le glamour et les paillettes, Gemma découvre les coulisses d'un monde hostile. Aspirée dans un tourbillon, elle peine à s'adapter à la ville pourtant la plus romantique du monde et tombe, en plus, sous le charme vénéneux de l'animateur vedette. Va-t-elle réussir à sauver sa peau, et surtout son cœur?


- Nous
de David Nicholls
Éditions 10-18 / Avril 2016


Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. L'été s'annonce chargé pour les Petersen. Douglas, le père, est extatique. Connie, la mère, est plus mesurée. Pour Albie, leur fils de 17 ans, c'est carrément l'enfer. Et pour tous, c'est peut-être l'occasion d'un nouveau départ. Pour Douglas, c'est la dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père super fun. Connie devra affronter le souvenir de celle qu'elle était, étudiante en art en quête de folles expériences. Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arrivera-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes?


- Nous autres à Vauquois
de André Pézard
Éditions La Table Ronde / Avril 2016


"L'œuvre de Pézard est la plus ambitieuse de toutes les œuvres de guerre: si comme les meilleures elle prétend révéler la vérité, elle semble être la seule qui ait entrepris d'exprimer l'inexprimable, de dire l'indicible, de montrer cette vérité qui ne peut s'énoncer par des mots, celle qui est du domaine de l'intuition, du pur sentiment, cette vérité pourtant si évidente aux combattants qu'elle les tourmenta et leur fit dire que l'essentiel de la guerre est ce qui n'a jamais été dit parce que cela ne peut se traduire en paroles humaines".


- Nulle part
de Kalyan Ray
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2016


Tout commence par la mort mystérieuse d'un couple au cœur d'une paisible résidence en Nouvelle-Angleterre, de nos jours. À moins que tout ne commence en réalité cent cinquante ans plus tôt, et un océan plus loin. Nous sommes en 1843, dans une Irlande ravagée par la famine. Padraig Aherne et Brendan McCarthaigh sont unis par une amitié que rien ne semblait pouvoir briser, jusqu'au jour où Padraig, contraint à l'exil, disparaît dans la nature, sans savoir qu'il laisse derrière lui une petite fille, née de ses amours illicites. C'est le début d'une fabuleuse odyssée de destins croisés, une épopée chevauchant continents et générations qui verra nos deux héros et leur descendance pris dans le tourbillon de la marche du monde. De l'indépendance de l'Irlande à la partition de l'Inde, des ghettos de l'Europe de l'Est aux toits de New York embrasés par un incendie meurtrier, Nulle part est un roman d'aventures ambitieux, tissé de multiples intrigues, qui puise autant aux sources de la grande histoire qu'à celles de l'imagination littéraire la plus généreuse.


- On a volé la boîte aux lettres de Burley Cross
de Nicola Barker
Éditions Jacqueline Chambon / Avril 2016


Quelques jours avant Noël, la boîte aux lettres du charmant petit village de Burley Cross est fracturée. Le sergent Roger Topping est chargé de déterminer si des lettres ont pu être subtilisées. Il se met à éplucher les lettres une à une, découvrant petits travers et secrets intimes, querelles de voisinage et haines tenaces. À l'heure d'Internet, Nicola Barker compose un roman épistolaire fantasque et délirant et mène l'enquête au cœur de la campagne anglaise.


- Paradis quartier bas
de Antoine Audouard
Éditions Gallimard / Avril 2016


Saint-Gabriel, village de Provence: un passé ouvrier qui s'étiole, des touristes béats, le racisme rampant... À la sortie du village, quelques maisons groupées en un ancien hameau, c'est Paradis, quartier bas. François Balestre, la cinquantaine un peu découragée, journaliste occasionnel pour une revue locale, est venu s'y réfugier et se fait l'aède de ses microscopiques héros. Tandis qu'il s'obstine à essayer de mettre dans son lit son amie Florence, médecin du village, voici que deux de ses copains d'enfance viennent lui demander asile. Le premier, poursuivi par des mafieux vindicatifs, a besoin de lui pour écrire un roman pornographique; le second veut mettre en pension dans son jardin un lama nommé Bowie. Dans ce thriller délirant, Antoine Audouard donne libre cours à une imagination pleine de verve et de loufoquerie. Saint-Gabriel, où il avait situé deux de ses romans précédents, devient le lieu d'une comédie romantique déjantée, où des thèmes très sérieux sont traités avec un humour qui n'épargne rien ni personne.


- Parents à perpétuité
de Sophie Moulinas et Dominique Moulinas
Éditions Flammarion / Avril 2016


"Nous sommes les parents d'un tueur et violeur. Nous sommes pétris de honte, de chagrin, de culpabilité. Pourtant, nous aimons toujours notre fils. Nous restons ses parents. À perpétuité. Nous sommes les parents de Matthieu. Le 16 novembre 2011, il a violé puis assassiné Agnès Marin. Elle avait treize ans, lui dix-sept. Seize mois plus tôt, il avait déjà violé une camarade de classe puis il avait été remis en liberté dans l'attente de son jugement. Nous pensons constamment à ses victimes et à leurs proches. Après quatre années de silence, nous voulons, ici, essayer de comprendre. En remontant le fil de notre histoire, de nos décisions de parents, bonnes ou mauvaises, sans rien omettre, sans rien cacher. En parlant du système judiciaire et des ratés des expertises psychiatriques. En parlant de notre fils. Parce qu'avant de devenir un criminel, il était un enfant malade". S. M.


- Parfois le loup
de Urban Waite
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Le shérif Patrick Drake s'efforce de vivre la tête haute dans sa petite ville de montagne, mais un jour sa femme tombe malade. Il est seul à faire bouillir la marmite, alors pour faire face, il se met à avoir de mauvaises fréquentations. Bientôt, il est arrêté et condamné pour l'un des pires crimes qu'ait connu l'histoire locale. Douze ans plus tard, Patrick entame sa conditionnelle sous l'œil circonspect de son fils, Bobby, shérif adjoint dans l'ancien bureau de son père. Hanté par les casseroles du paternel, et secrètement rongé par une culpabilité mal placée, Bobby n'a pas eu la vie facile non plus et son mariage s'en ressent. Il a bien cherché à tourner la page, mais les esprits étroits des petites villes ont la mémoire longue. Et peu de temps après sa sortie de prison, une menace terrifiante ressurgit du passé de Patrick. Cette fois, personne ne sera épargné. De roman en roman, Urban Waite fait montre d'une rare constance.


- Perdre le nord
de Basile Panurgias
Éditions Héloïse d'Ormesson / Avril 2016


C'est à Paris qu'il fait la connaissance de Mette, riche héritière danoise. Éprise de l'écrivain paumé, elle va le soutenir. Jusqu'à ce que, lasse de ses éternels doutes, elle reprenne le chemin de Copenhague avec leur fille. Exilé à Bruxelles, il se console dans les bras d'une jeune étudiante. L'ennui le guette pourtant. Il lui est apparemment aussi difficile de s'engager affectivement que de trouver un éditeur. La rencontre inopinée avec Noël Cluzat, directeur de la maison du même nom, est-elle une aubaine? Des mondains germanopratins aux losers de la capitale belge, de petits boulots en grandes désillusions, Perdre le nord est la chronique caustique du vagabondage d'un auteur en quête de sens aux prises avec un monde de l'édition sans pitié.


- Point d'autre livre que le monde
de Leah Hager Cohen
Éditions Christian Bourgois / Avril 2016


À la lisière d'une forêt, Ava et son frère Fred vivent une enfance idyllique, au moins en apparence, dans l'enceinte d'une école libertaire expérimentale. Élevés par des parents radicalement progressistes, leur père est un pédagogue obsédé par Rousseau, ils sont encouragés à voler de leurs propres ailes, écouter leurs rêves et suivre leurs instincts. Tandis qu'Ana est discrète et réservée, Fred se révèle être garçon étrange. S'il est à peu près évident qu'il souffre de troubles du comportement, l'environnement dans lequel il évolue rejette tellement les normes que toute tentative d'évaluation ou d'intervention à son égard est repoussée. Fred grandit ainsi protégé, Ava constamment à ses côtés. Dix ans plus tard, leurs parents ont disparu, la vie a installé une distance entre le frère et la sœur. Ana apprend soudain que Fred est en prison, soupçonné d'être l'auteur d'un crime épouvantable. Profondément choquée, elle met tout en œuvre pour tenter de comprendre ce qui s'est réellement passé. Car si elle sait que Fred vit en marginal, elle ne peut imaginer qu'il ait réellement tué ce jeune garçon. Obsédée par la recherche de la vérité, Ana se plonge dans l'étude des moindres détails du crime, persuadée qu'elle est la seule à pouvoir ébranler son frère et lui faire prendre conscience de son innocence pour la clamer au monde entier. Ce traumatisme déclencheur du récit rythme la construction du texte qui alterne entre passé et présent. Passant d'une perspective à l'autre, le livre reconstitue ce qui s'est réellement passé tandis qu'Ava tente simultanément de donner un sens à son passé.


- Première personne du singulier
de Patrice Franceschi
Éditions Le Cercle Points / Avril 2016


Toute existence peut s'achever sur un choix impossible et tragique, si terrifiant qu'on donnerait tout pour l'éviter. Flaherty le vieux marin, le sous-lieutenant Vernaud, Wells l'idéaliste égaré, les résistants Madeleine et Pierre-Joseph vivent les plus radicaux de ces choix ultimes. Ils les affrontent seuls. Avec ce sens du tragique qui permet de surmonter toutes les épreuves.


- Quand la nuit devient jour
de Sophie Jomain
Éditions Pygmalion / Avril 2016


"On m'a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m'enfonce une épine dans le pied, décrire l'échauffement d'une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j'ai trop mangé, de l'élancement lancinant d'une carie, mais je suis incapable d'expliquer ce qui me ronge de l'intérieur et qui me fait mal au de-là de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n'est en mesure de m'aider. Dieu, la science, la médecine, même l'amour des miens a échoué. Ils m'ont perdue. Sans doute depuis le début. J'ai vingt-neuf ans, je m'appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée".


- Quand le destin s'emmêle
de Anna Jansson
Éditions Robert Laffont / Avril 2016


Angelika tient un salon de coiffure à Visby, ville pittoresque de l'île de Gotland, au large d Stockholm. Généreuse et pleine d'humour, Angelika est une amoureuse de la vie. La coiffure, pour elle, est bien plus qu'un métier, c'est une vocation. Son ambition est de rendre les gens heureux. Et pour cela, elle n'hésite pas à se faire entremetteuse. Dans sa boutique, il n'y a que deux fauteuils: un pour le client et un autre laissé libre pour l'âme sœur que chacun espère. Angelika, quant à elle, vit seule depuis sept ans, maintenant. N'est-il pas temps qu'elle rencontre à nouveau quelqu'un? Un soir, elle croise le regard d'un homme mystérieux qui dégage un charme fou et qu'elle va surnommer Arsène Lupin.


- Quelqu'un en vue
de Inès Benaroya
Éditions Flammarion / Avril 2016


"L'observation vire à l'obsession. Soir après soir, il mate. Chacune de leurs fenêtres est une vignette dans laquelle serpente, au rythme des apparitions et disparitions, un microcosme muet et fascinant. Son regard en perpétuel mouvement s'introduit et dissèque le va-et-vient. Du haut de sa tour d'où personne ne le voit, il infiltre les secrets. C'est lui le maton à présent. Les prisonniers sont en face, dans leur cellule baignée de lumière". Un roman en vis-à-vis, sur le piège des apparences et le vertige de la liberté.    


- Quoi qu'il arrive
de Laura Barnett
Éditions Les Escales / Avril 2016


En 1958, Eva a dix-neuf ans, elle est étudiante à l'université de Cambridge et amoureuse de David, un acteur follement ambitieux. En chemin pour un cours, son vélo roule sur un clou. Un homme, Jim, assiste à la scène. Que va-t-il se passer? Ce moment sera déterminant pour leur avenir commun. Un point de départ, trois versions possibles de leur histoire: le roman suit les différents chemins que les vies de Jim et d'Eva pourraient prendre après cette première rencontre. Des vies faites de passion, de trahisons, d'ambition et sous-tendues par un lien si puissant qu'il se renforce au fil du temps. Car, quoi qu'il arrive, Eva et Jim vivront une magnifique histoire d'amour. Fine analyse de la complexité du sentiment amoureux, cette comédie romantique moderne et intelligente a été numéro un des ventes en Angleterre.    


- Révolution. Tome 1. L'idéal
de Hilary Mantel
Éditions Sonatine / Avril 2016


Trois jeunes avocats ambitieux sont venus à Paris dans l'intention d'y faire carrière. Criblé de dettes, Jacques Danton rêve de gloire et de fortune. Malgré sa disgrâce physique, il dégage un puissant magnétisme érotique. Maximilien de Robespierre est un jeune homme brillant, frêle et appliqué, que la violence effraie. Sensible et épris de liberté, il souhaite ardemment changer le système inégalitaire de la France. Camille Desmoulins est un pamphlétaire de génie. Fantasque et charmeur, il est obsédé par une femme mais fiancé à une autre, sa fille. Ces trois amis vont bientôt se retrouver au cœur de la Révolution. Après avoir goûté l'ivresse du pouvoir, que restera-t-il de leurs idéaux? Et de leur amitié? Accompagné de cet impressionnant trio, le lecteur plonge à corps perdu dans les bouleversements de la Révolution française et côtoie des dizaines de personnages réels. L'esprit de l'époque est là, incandescent, enivrant et inquiétant sous la plume de l'auteur qui nous entraîne au cœur des sentiments humains, où l'Histoire prend ses racines. Cette immense œuvre en deux volets, qui a demandé plus de vingt ans de travail à Hilary Mantel, peut être considérée comme le roman incontournable de la Révolution française.


- Rivière fantôme
de Dominique Botha
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Garçon brillant, issu d'une famille de Boers établis depuis très longtemps dans l'Orange Free State, Paul Botha est un jeune homme sensible, artiste dans l'âme, qui pourrait devenir poète, écrivain véritable. Mais Paul est avant tout un être rebelle qui refuse toute discipline. Renvoyé de l'établissement prestigieux où il étudie, il part à l'armée, déserte et s'adonne peu à peu aux dérives de la drogue. Dominique, la narratrice de ce livre, est la sœur de Paul. Enfant, elle partage avec lui des échappées secrètes au sommet des grands arbres de la nuit sud-africaine, des escapades au cœur d'une nature infinie de beauté. Plus tard, elle le soutient et le suit, à ses risques et périls, de la campagne à la grande ville où il va s'installer. Mais cet ange mélancolique appartient comme elle à une famille d'éleveurs qui se bat pour l'égalité entre les Noirs et les Blancs mais qui tient néanmoins aux règles ancestrales de l'éducation des enfants, et qui plus est s'agissant d'un fils aîné. Et même si Paul semble affranchi de toute reconnaissance familiale, la dérive à laquelle il se livre n'en est que plus vertigineuse. La singularité de ce roman tient à l'élégance avec laquelle Dominique Botha entrelace le récit de son amour pour celui qui lui ouvrit les portes de l'émancipation à l'histoire de son pays, alors sur le point de basculer vers la réalisation d'un État égalitaire. Ainsi porte-t-elle un regard subtil sur l'engagement politique de ses parents tout en soulignant la dissonance de leur incapacité à accepter les chemins de traverse au sein même de leur propre famille.


- Sanctuaires ardents
de Katherine Mosby
Éditions La Table Ronde / Avril 2016


Depuis l'arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L'intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscitent l'admiration des uns, l'effroi des autres, les commérages de tous. Un jour, Willard s'en va, laissant Vienna élever seule leurs enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multiplient, se cristallisent. Puis le destin commence à s'acharner sur les Daniels. Forte de sa foi païenne, de son appétit de vivre, de l'amour qu'elle porte à Willa et Elliott, Vienna entre éperdument en résistance.


- Sans bagage
de Clara Bensen
Éditions JC Lattès / Avril 2016


Après un passage difficile de sa vie, Clara Bensen, vingt-cinq ans, décide de s'inscrire sur un site de rencontre en ligne. Elle n'aurait jamais pensé y faire la connaissance de Jeff, un professeur d'université débordant d'énergie et réputé pour son rejet des conventions. Tout son opposé. À peine se connaissent-ils qu'ils se lancent dans une expérience de voyage périlleuse qui les mènera à travers huit pays en l'espace de trois semaines. La règle du jeu? Pas de réservation d'hôtel, pas de programme, juste les billets aller-retour et, surtout, pas de bagage, rien sinon les vêtements qu'ils portent. Comment trouver le courage de sortir de sa zone de confort? Peut-on aimer en délaissant les étiquettes et le besoin d'engagement? Est-il réellement possible de partir sans entrave? À la fois histoire d'amour et carnet de voyage, Sans bagage apporte un éclairage sur des questions actuelles et saura séduire autant les aventuriers que les casaniers.


- S'enfuir
de Mélanie Finn
Éditions Les Escales / Avril 2016


Abandonnée par son mari, Pilgrim Jones est une femme aux abois. Sans amis ni attaches, elle vit dans l'opprobre car elle a commis un acte terrible, indicible, qu'elle ne pourra jamais surmonter. Rejetée par les habitants du village qui ne lui pardonneront jamais, elle décide de tout quitter et de fuir. N'importe où. À l'aéroport, elle jette un œil aux tableaux des départs et prend un billet pour le premier vol. Quand elle atterrit en Afrique, Pilgrim veut oublier. Sur cette terre magique à la fois désolée et lumineuse, elle se laisse porter par le hasard. Elle est alors entraînée dans un monde inquiétant peuplé de mercenaires, de philanthropes, de héros délirants, de mauvais sorts et de sorciers habillés de polyester. Dans cette errance alourdie par la culpabilité, elle tente d'oublier le passé avant qu'il ne la rattrape. Un roman brutal et puissant sur la quête d'une rédemption impossible.    


- Sens dessus dessous
de Milena Agus
Éditions Liana Levi / Avril 2016


Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c'est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l'immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n'est-ce pas là la clef de voûte de toute vie? Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme dans lequel souffle un vent délicieusement frondeur.


- Skagboys
de Irvine Welsh
Éditions Au Diable Vauvert / Avril 2016


Mark Renton, est le fils d'une famille de ces classes moyennes brutalement déclassées sous les années Thatcher. Et lorsque la déchéance sociale frappe sa famille, il sombre dans l'héroïne. Comme ses copains d'enfance, Tommy, qui bascule dans la petite délinquance et la violence, Spud, viré de son job, et Franco Begbie dont l'univers devient totalement psychotique. Seul Sick Boy semble pouvoir remonter la pente de l'exclusion sociale. On pense au Vernon Subutex de Virginie Despentes en dévorant ce pavé passionnant, drôle, vrai et émouvant. Comme elle, Welsh est auteur d'une œuvre déjà considérable dont l'ambition s'inscrit ici dans l'histoire. Skagboys est le grand roman de la déchéance sociale de ces classes moyennes violemment déclassées dans les années 80 du Thatchérisme, qui ont changé pour toujours la Grande- Bretagne. Irvine Welsh y porte son travail sur l'écriture du réel et de l'oralité à un niveau jamais atteint et réhabilite les voix misérables en littérature. Il incarne de façon incontournable, avec son complice John King, le roman réaliste social anglais.


- Souriez, vous êtes ruiné
de Yves Bourdillon
Éditions Du Rocher / Avril 2016


Pénurie d'essence et de camemberts. Grèves. Émeutes. Sommets européens de l'ultime dernière chance. C'est une sorte de Mai 68, mais avec moins de sexe que le journaliste Fred Beaumont doit couvrir, au risque de la schizophrénie, pour deux journaux antagonistes. Un double jeu qui menace de lui causer de légers désagréments avec beaucoup de monde, ses amis, ses employeurs, sa fille, la femme de sa vie, pendant que s'affrontent "ceux qui ne veulent plus donner et ceux qui veulent continuer à recevoir". Une comédie incisive, et peut être prémonitoire, sur la crise de notre modèle social que le monde entier nous envie, mais se garde bien d'imiter.


- Sous terre
de Rodolfo-Enrique Fogwill
Éditions Denöel / Avril 2016


Début juin 1982, au plus froid de l'hiver des îles Malouines. Les soldats Pipo et Quiquito, ainsi que vingt-deux autres jeunes recrues ayant déserté l'armée argentine, passent les ultimes semaines de guerre tapis dans l'obscurité d'une grotte souterraine. Terrifiés, ils se cachent avec leurs compagnons d'infortune dans les tunnels de cette île si inhospitalière, où règnent le blizzard et la grisaille. La nuit, ils s'aventurent à la surface pour se ravitailler tant bien que mal. Puis ils regagnent leur tanière au lever du jour, où ils attendent, au son de la radio anglaise, des bombes assourdissantes et des histoires qu'ils se racontent inlassablement, la fin de la guerre. Fogwill tire de ce conflit violent et méconnu un court récit d'une force inouïe. Il nous parle de la guerre, de ces êtres sommés d'y risquer leur peau, pour une cause absurde et perdue d'avance. Impertinent et provocateur, Sous terre est un classique de la littérature argentine, traduit en français pour la première fois.


- Sweetgirl
de Travis Mulhauser
Éditions Autrement / Avril 2016


"Quand j'ai senti sa petite main qui m'agrippait, mon cœurs s'est arrêté de battre". Il était posé là, dans le courant d'air glacial, le visage déjà couvert de flocons. Un bébé. Minuscule sous l'ampoule nue de cette chambre poussiéreuse. Je le voyais pleurer, ses cris se perdaient dans le vent. Je n'ai pas réfléchi: je l'ai pris dans mes bras et je me suis enfuie. Je m'appelle Percy. J'ai seize ans. Voici mon histoire.


- Sympa
de Alain Schifres
Éditions Le Dilettante / Avril 2016


C'est ainsi : plus les temps sont durs, plus les gens sont mous, plus les ombres s'allongent, plus ils s'encocoonent contents, se lovant sous la couette lavable de leur prêt-à-penser nigaud, n'offrant guère au talon d'airain de la violence généralisée qu'une consistance mollassonne qu'agrémente un sourire bonasse de réglisse éventée, des mirettes de cockers neurasthéniques et surtout, le pire du pire, une dévotion pour le "sympatoche", un goût du cool, de l'équitable, de l'écoute Bisounours qui donne la nausée. C'est pourquoi, avalant quatre à quatre les marches de la tribune et s'emparant du micro comme de l'épée de Condé, Alain Schifres (dont on sait l'application virtuose à crier haro sur les poncifs) dénonce, au fil de Sympa, le devenir chamallow de la conscience occidentale et décrète la Saint-Valentin du cliché, la Saint-Barthélemy de la neuneuserie béate et l'éradication du poutou. Tout y passe : le goût du calinou, la coolitude organisée, les marronniers de l'info et la sacro-sainte mamie, le culte du "c'est mieux sans" qui promeut la voiture sans conducteur et la Terre sans hommes, la dictature des "cellules d'écoute psychologique" et l'omniprésence du "Rien ne sera plus comme avant" faisant du petit bois des "quadras" avenants et des "mousquetaires" d'un jour, pilonnant sans trêve les "santons du sympa" regroupés dans la crèche à ravir de la niaiserie commune. Pour une France sans sucrette ni additif de synthèse, votez Schifres. (et surtout lisez Sympa).


- Tamarisk row
de Gérald Murnane
Éditions Brumerge / Avril 2016


Campé dans une petite ville de la région de Victoria en Australie, à la fin des années 1940, Tamarisk Row retrace l'enfance de Clément Killeaton. Entre une mère dévote et un père joueur, Clément trompe l'ennui et s'évade en cédant à une obsession familiale: les courses de chevaux. Ces compétitions, leur splendeur animale et les voyages réels ou imaginaires dans lesquels elles entraînent le jeune Clément forment le cœur vibrant de ce livre. Merveilleuse évocation de l'enfance, de l'amour filial, mais aussi de ce pays en devenir, l'Australie des communautés catholiques irlandaises installées depuis peu dans ces paysages majestueux, Tamarisk Row est une plongée magistrale dans l'imaginaire de Clément, un texte qui donne voix à la singularité de son regard sur le monde. Considéré comme le chef-d'œuvre inaugural de Gérald Murnane, ce roman ouvrira la voie à une carrière littéraire exceptionnelle, encore inachevée à ce jour.


- Tant qu'on rêve encore
de Chris Killen
Éditions Fleuve Noir / Avril 2016


À 20 ans, on largue son copain parce qu'il n'a pas bonne haleine, on transforme un chagrin d'amour en succès littéraire, on se rêve musicien célèbre et on prend le large sur un coup de tête. Ian, Paul et Lauren n'ont pas fait exception. Une décennie plus tard, le temps a fait son œuvre et les espoirs les plus fous ont laissé place à la vraie vie. Aujourd'hui, Paul cherche désespérément l'inspiration pour un deuxième roman dans les bras d'une de ses étudiantes pendant que Ian, désabusé par une carrière qui ne décolle pas, prend ses quartiers dans le cagibi de sa jumelle. Quant à Lauren, après une virée de l'autre côté du globe, la voici de retour dans sa ville natale, où elle partage son temps entre un boulot sans intérêt et des soirées en solo. Jusqu'au jour où la découverte d'une vieille correspondance la met face à cette question: que sont donc devenus mes rêves et ces gens qui jadis étaient mes amis?


- Tenir tête aux dieux
de Mahmoud Hussein
Éditions Gallimard / Avril 2016


Nadia l'attend depuis neuf mois. Neuf mois qu'il a été incarcéré. Elle lui écrit tous les jours, de longues lettres où elle lui raconte ce qu'elle fait, ce qu'elle pense. Elle lui parle comme s'ils se trouvaient encore l'un à côté de l'autre. Jusqu'à quand une jeune femme aussi belle et indépendante continuera-t-elle de tenir à lui? Jusqu'à quand pourra-t-il accepter qu'elle continue? Le narrateur est un étudiant égyptien à l'âme rebelle, farouchement épris de liberté. Il a été arrêté, avec beaucoup d'autres, au cours de la grande rafle décidée par le président Nasser, en 1959, contre tous ceux qui s'opposent à son pouvoir autocratique. Le récit entrelace plusieurs temps, celui de la vie quotidienne dans le camp de concentration d'El-Fayyoum, en plein désert; celui de l'enfance du narrateur dans un milieu modeste de la province égyptienne; celui de son éveil à un amour dont la pureté transfigure les épreuves qu'il traverse. Sous le patronyme de Mahmoud Hussein sont réunis Bahgat El Nadi et Adel Rifaat, auteurs d'essais novateurs devenus des livres de référence, sur l'histoire politique de l'Égypte et, plus récemment, sur l'islam des origines. Ils nous offrent ici un roman inspiré, qui nous captive par la peinture des mentalités et des faits d'une époque rarement évoquée dans la littérature, et nous séduit par une musique qui nous rappelle, loin du pessimisme des temps actuels, que pour ceux qui font confiance à leurs rêves, au cœur même de l'adversité, le monde est un matin.


- Tomber
de Éric Genetet
Éditions Héloïse d'Ormesson / Avril 2016


Le 5 juin 1983, Yannick Noah s'apprête à disputer la finale de Roland-Garros. Si son idole l'emporte, Mariano s'est promis de parler à son père, barricadé dans son mutisme. Car depuis le départ de sa mère, le silence pèse dans leur maison de Wissembourg. Et ce gamin de treize ans ne peut s'empêcher de se sentir responsable, même s'il parvient à s'évader par le sport et à conjurer la tristesse à coups de madeleines fourrées à l'abricot. Mais en ce grand jour, Mariano va voir le cours de sa vie basculer. Avec sensibilité, Éric Genetet dépeint le goût doux-amer d'une enfance délaissée et le difficile apprentissage de l'existence. Tomber est un récit intime, où seuls l'espoir et la volonté permettent de se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:26

- Tracks
de Robyn Davidson
Éditions Stock / Avril 2016


Robyn Davidson, que l'on surnomme dans son pays la Camel Lady, n'a pas usurpé son titre. Alors qu'elle n'a "jamais tenu un marteau, reprisé des chaussettes, changé un pneu ou utilisé un tournevis", elle débarque en 1975 à Alice Springs, au beau milieu de l'Australie, avec cinq dollars en poche et un rêve un peu fou: apprivoiser et domestiquer des chameaux pour traverser le désert. Une fois prête, elle s'embarque pour ce voyage périlleux avec Dookie, Bub, Zeleika et Goliath, ses chameaux. Elle veut défier le monde moderne en vivant au rythme de la société aborigène traditionnelle et tester ses propres limites. Au bout du chemin, elle trouve refuge dans un modeste appartement londonien où elle entreprend d'écrire le récit de son aventure.


- Treize hommes
de Sonia Faleiro
Éditions Actes Sud / Avril 2016


Le 22 janvier 2014, une jeune femme porte plainte pour un viol collectif commis par treize hommes dans un district rural du Bengale-Occidental. Ce viol aurait eu lieu à l'instigation du conseil de village pour venger le "déshonneur" qu'elle aurait répandu sur la communauté santal, à laquelle elle appartient, en entretenant une relation sexuelle avec un outsider, marié et musulman de surcroît. Alors que le viol a quitté la une des journaux, Sonia Faleiro se rend sur place pour examiner l'ensemble du dossier et rencontrer tous ceux qui sont concernés, au premier rang desquels la victime présumée, placée sous protection policière.


- Tronche de zèbre
de Vincent Thibodeau
Éditions JC Lattès / Avril 2016


Quand ma mère a découvert que j'étais zèbre, elle a pleuré de joie peut-être et de crainte aussi car elle savait ce que représentait la vie d'un enfant à "haut potentiel intellectuel" (HPI). Vincent est aujourd'hui un pré-adolescent, heureux, joyeux, plein d'humour et surtout épanoui. Mais à l'âge de huit ans, il s'est senti  inutile. Trop de pression, trop de mal être, trop de maltraitance à l'école, accompagné d'une perte lente, lourde et sourde de son estime de lui. Il se sentait submergé. Dans ce livre, il raconte avec ses mots, sa sensibilité exacerbée, son hyperémotivité, son parcours chaotique avant qu'il ne comprenne ce qui se passait en lui. Mais avant tout, Vincent a écrit ce livre pour aider les enfants "comme lui", à surmonter les pièges et les embûches liés à cette particularité, celle de ces enfants qui réfléchissent autrement.


- Truffe et sentiments
de Émilie Devienne
Éditions Pygmalion / Avril 2016


"Bonjour, je m'appelle Gibus. Je suis un pur SPA et fier de l'être. Quand Rose et Julien m'ont recueilli, je pensais couler des jours sereins dans leur grande maison avec jardin et croquettes de premier choix. Or, "patte à tra": ils divorcent. Bien sûr, ils ont tout prévu: garde alternée pour les enfants, partage équitable des meubles, nouvel appartement... Et qu'en est-il de moi? Pour m'avoir, tous les coups sont permis. Mais c'est sans compter sur les plans épiques de mes jeunes maîtres, Paul et Sophie. Pendant ce temps, Pinotte refuse mes avances, la mère de Rose tombe amoureuse à plus de soixante ans et encore, je ne vous dis pas tout". Quand les désaccords se multiplient dans un couple, comment gérer la crise sans y laisser son pelage? Rassurez-vous, fin psychologue et philosophe à ses heures, Gibus a plus d'une astuce sous la patte.


- Un soir à Sanary
de Michèle Kahn
Éditions Le Passage / Avril 2016


À Cologne, scène mondiale de l'art moderne, dans les années 30, le jeune critique d'art Max Hoka épouse Rosa, une femme rayonnante, et croit trouver le bonheur… lorsque les nazis s'emparent de l'Allemagne. Opposants, Max et Rosa doivent s'enfuir. Après une halte à Paris, ils s'établissent à Sanary-sur-Mer, petit port de pêche varois surnommé "Montparnasse-sur-Mer" ou "capitale de la littérature allemande" depuis que tant d'artistes allemands et autrichiens y ont déjà trouvé refuge, appréciant le charme et la sérénité d'un lieu où Thomas Mann, Bertolt Brecht et même le britannique Aldous Huxley ont imprimé leur marque. Mais la guerre qui éclate met vite un terme à ce séjour idyllique. À leur arrivée en France, Max et Rosa ont été accueillis avec chaleur. Maintenant, bien qu'antinazis farouches, ils sont désignés comme "ressortissants d'une puissance ennemie" et incarcérés aux camps des Milles et de Gurs. Puis c'est pour Max l'épisode rocambolesque du "train fantôme", qui le voit traverser et retraverser le pays dans des conditions épouvantables, et la menace de la Gestapo face à laquelle tous deux doivent fuir de nouveau.


- Une autre voix que la mienne
de Catherine Balance
Éditions JC Lattès / Avril 2016


C'est dans l'appartement où Maude passe ses vacances qu'elle découvre pour la première fois un livre du romancier Thomas Lubeigt. Fascinée, elle s'empresse de plonger dans l'univers de ce célèbre auteur. Mais à mesure qu'elle découvre son œuvre, Maude est confrontée à une révélation stupéfiante: des pans entiers de sa vie se retrouvent dans ces pages, comme si Thomas la connaissait personnellement. Quelle est donc l'étrange connexion qui les unit? Peut-on imputer au seul hasard ces coïncidences frappantes? Personne ne peut répondre à ses questions, pas même Thomas Lubeigt qu'elle parvient à rencontrer. À force d'essayer de comprendre, Maude s'enfonce dans l'obsession, jusqu'à la perte de conscience. À son réveil, elle n'a oublié qu'une seule chose: l'existence même de Thomas Lubeigt. Commence alors pour elle un parcours initiatique qui la conduira des replis enfouis de sa mémoire jusqu'à Bali, au cœur d'une intrigue empreinte de phénomènes inexpliqués, d'irrationnel et de rituels ancestraux.


- Une question d'harmonie
de Bérangère de Chocqueuse
Éditions Belfond / Avril 2016


Elle aime sortir avec ses amis, passer des week-end chez ses parents, poursuit ses études d'histoire de l'art en se demandant quand même régulièrement ce qu'elle va bien pouvoir faire de sa vie.
Lui est un musicien de l'orchestre national de France, aime s'enfermer dans son appartement en tête à tête avec sa contre basse, ses parents ont quitté ce monde depuis de nombreuses années et il revit chaque jour le chagrin de son amour perdu.
Elle essaie d'en savoir plus sur lui à chacun de leurs rendez-vous.
Il garde close la porte de son cœur et pourtant il ne manquerait aucun de leurs rendez-vous.
Elle, c'est Julia, elle a 25 ans.
Lui, c'est Paul, il en a 80.
L'harmonie n'est pas une question d'âge mais de rencontre, et voici l'histoire d'amitié fabuleuse entre deux êtres que plus d'un demi-siècle sépare mais qui ont tellement à apprendre l'un de l'autre.


- Une requête de Bruno Schulz
de Maxim Biller
Éditions Actes Sud / Avril 2016


À l'automne 1938 surgit dans la petite ville polonaise de Drohobycz un étrange et inquiétant personnage qui se fait passer pour Thomas Mann. Bruno Schulz, l'un des habitants de cette bourgade, décide alors d'écrire une lettre au véritable Thomas Mann pour l'en avertir et lui demander l'impossible. L'impossible, c'est la requête que lui, Schulz, petit écrivain juif polonais, adresse au géant de la littérature allemande, tout juste émigré aux États-Unis. Très "simplement", il lui demande de lire sa nouvelle écrite en allemand (Le Retour au pays) et d'engager avec lui un dialogue littéraire. Le génie de Maxim Biller est de reconstituer en quelque cent pages l'univers réel et littéraire de Schulz et de traiter sur un mode drolatique le désespoir et la peur d'un monde voué à la disparition. Dans ce court récit, le style surtout est impressionnant, mêlant satire et fantastique, tragique et grotesque, à la façon des six dessins de Schulz qui accompagnent le texte.


- Venise
de Delphine Gachet et Alessandro Scarsella
Éditions Robert Laffont / Avril 2016


Ce livre permet au lecteur d'approfondir les aspects de Venise qui lui sont familiers et de lui en faire découvrir d'autres, qu'il ne soupçonne pas. S'il y est bien sûr question de carnaval ou de la Mostra, de Casanova ou de Vivaldi, il évoque aussi des éléments moins connus, s'attachant ainsi à lever le masque de Venise pour en découvrir les mille visages. La volonté de comprendre la complexité "d'un rêve humain qui s'est fait pierre", à la fois immuable et en perpétuel changement, a déterminé la structure du volume, résultat de deux points de vue convergents: le premier est celui des contributeurs francophones, amoureux de Venise et qui ont fait de l'histoire, de l'art, de la culture vénitienne l'objet de leurs recherches, et le second, d'auteurs et de chercheurs italiens. Deux approches qui se croisent et se révèlent complémentaires. L'une vise à recueillir et, surtout, à accueillir les éléments canoniques du mythe de Venise, et à se laisser conquérir par son caractère exceptionnel et par son charme qui résiste à toute forme d'analyse. L'autre propose un abord plus critique par ceux qui vivent cette ville au quotidien. La première partie relate l'histoire de Venise depuis ses origines. Les auteurs montrent comment cette cité est devenue une nation. 697-1797: de l'élection du premier doge à la chute de la République, pendant plus de mille ans, la puissance de cet État autonome s'illustrera à travers les noms qui la désignent: la Sérénissime, la Dominante... Le mythe de Venise, tel qu'il se forgera au fil du temps, sera d'abord politique. Cette République rebelle ne se soumet ni au pape ni à l'Inquisition, devenue une puissance maritime redoutable.


- Vincent qu'on assassine
de Marianne Jaegle
Éditions Gallimard / Avril 2016


Auvers-sur-Oise, juillet 1890. Vincent Van Gogh revient du champ où il est allé peindre, titubant, blessé à mort. Il n'a pas tenté de se suicider, comme on le croit d'ordinaire. On lui a tiré dessus. Inspiré par les conclusions des historiens Steven Naifeh et Gregory White Smith, ce roman retrace dans un style épuré les deux dernières années de la vie du peintre et interroge sa fin tragique. Qui est responsable de sa mort? Pourquoi l'a-t-on tué? Comment la légende du suicide a-t-elle pu perdurer cent vingt années durant? En montrant Vincent Van Gogh aux prises avec son temps, avec ceux qui l'entourent et avec la création, le roman rend justice à un homme d'exception que son époque a condamné à mort.


- Vouloir voler
de Martine Merlin-Dhaine
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2016


"Ça ne s'arrête jamais dans ma tête, jamais. Ça tourne, ça tourne sans arrêt. Faudrait que ça s'arrête. Me tirer de ce cauchemar, retourner sur l'ordinateur, me plonger vite dans mes jeux ou les sites de pays lointains, regarder, écouter, m'envoler loin. Quand ça va trop mal, je m'imagine en train de marcher comme grand-père, à reculons. Je saurais marcher, peut-être, comme ça, peut-être que mes jambes pourraient me porter à l'envers?" Tonio, 13 ans, vit avec sa mère Alenya dans une cité des environs de Paris. Handicapé, cloué à son fauteuil roulant, il ne parle plus depuis le départ de son père. L'apparition de Lola  va bousculer leur existence. C'est la nouvelle femme de l'oncle de Tonio. Elle est solaire, vibrante, le teint charbon. Sur son passage, elle laisse un parfum sucré, celui d'un ailleurs plein de promesses. Tonio tisse avec elle une complicité qui le mènera jusqu'à son rêve de toujours: s'envoler. Avec Vouloir voler, Martine Merlin-Dhaine nous offre une chronique sociale bouleversante. Ses personnages à la grâce fébrile disent toute la rage de notre époque. Un premier roman porté par une prose brute et poétique.


- Vous serez tous surpris
de Monique Persoons
Éditions Quadrature / Avril 2016


L'effet papillon ? Le grain de sable ? La nature intrinsèque de l'homme ? Qu'est-ce qui fait dérailler une vie ? Dans ce premier recueil de nouvelles, au long du fil tendu du quotidien, on se laisse déséquilibrer, surprendre parfois avec des héros qui n'ont que leur peau d'humains comme excuse. L'auteure n'a aucune pitié pour les bons sentiments.


- Voyons voir
de Jamaica Kincaid
Éditions De L'Olivier / Avril 2016


"Voyons voir où en étaient alors Mrs. Sweet et Mr. Sweet: la voix de son épouse irritait Mr. Sweet, surtout sa sonorité; ce n'était pas une soprano, c'était sa femme, aussi banale qu'un poisson ou une viande ou des légumes dans son assiette pour le dîner, ou que le facteur qui apportait les factures de l'eau, du gaz, de l'électricité, du téléphone et du fuel". Mr. Sweet quitte Mrs. Sweet. Dans un même élan de rage, tous deux entreprennent l'autopsie de leur mariage: failles, trahisons, détails insupportables du quotidien, tout y passe, sous le regard des enfants, Persephone et Heracles. À travers la fureur des sentiments, passant sans transition du sublime au sordide, Jamaica Kincaid nous offre le roman universel d'une séparation.


- Wash
de Margaret Wrinkle
Éditions 10-18 / Avril 2016


Sa force, Wash la puise dans les voix de ses ancêtres africains; dans les souvenirs de sa mère, Mena; dans les rituels chamaniques auxquels elle l'a initié dans son enfance; et aujourd'hui, dans ces instants volés le long de la rivière, auprès de Pallas, esclave elle aussi. Sa force, c'est ce qui lui a permis de survivre. Aux humiliations, aux coups et au marquage au fer rouge, sur sa joue, de la lettre des fugitifs. Cette force l'aide à supporter Richardson, son maître, qui, pour sauver la plantation, l'utilise désormais comme étalon reproducteur. Qui le loue aux propriétaires voisins pour féconder leurs esclaves. Et quand sa force vacille, Wash se raccroche à Pallas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:23

- 33 chambres d'amour
de François Emmanuel
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Un homme revisite en rêve quelques chambres d'amour. Tour à tour charmé, captif, éconduit, envoûté, il n'en finit pas d'explorer ce continent troublant et enchanteur qu'est la femme rêvée. Qu'elle soit gymnaste ou navigatrice, voyante ou botaniste, dompteuse, reine de beauté ou criminologue, chacune de ces héroïnes est au cœur d'un monde. Et même si le malentendu amoureux n'est jamais loin, toutes les aventures qui composent cette suite éclairent d'un jour joyeux le mystère de la rencontre des corps. La drôlerie, la sensualité, la musique ne sont pas en reste. Affleure peu à peu, chambre après chambre, une malicieuse cartographie du désir.


- 45 tours
de Mark Greene
Éditions Payot & Rivages / Mars 2016


Retiré à la campagne, dans un isolement total, un homme se rappelle comment, trente ans plus tôt, en compagnie de son meilleur ami, il a composé une chanson qui a fait le tour du monde et transformé sa vie. C'était en 1985, un matin de janvier, alors qu'il neigeait sur le Quartier latin, huit petites notes d'apparence anodine, dont les jeunes gens vont découvrir, peu à peu, toute la puissance. Par touches successives, le narrateur va reconstituer la genèse et l'histoire d'un tube, qui est aussi l'histoire de son amitié avec Richard, devenu un naufragé de l'art, et de sa fascination pour un  producteur de musique, Wilfried M. Parvenu à l'extrême pointe de sa solitude, il décidera alors de tout reprendre à zéro.


- 75
de Anna-Louise Milne
Éditions Gallimard / Mars 2016


Anna-Louise Milne retrace l'histoire d'une petite rue du nord de Paris, alors que des travaux de réhabilitation bouleversent la physionomie du quartier. Elle y passe régulièrement et se laisse de visite en visite surprendre par des détails qui surnagent dans le chaos des chantiers, découvrant l'enchevêtrement d'anecdotes que les décombres laissent encore deviner, ou que les habitants lui racontent. L'énorme imprimerie qui se trouvait là et employait des milliers de personnes est à elle seule un pan de l'histoire parisienne, et à travers les souvenirs qu'elle laisse, c'est l'évolution de la société française tout entière au cours du dernier siècle qui se dévoile. Roman sans fiction, le texte d'Anna-Louise Milne est un mélange fascinant de poésie urbaine, d'étude historique et d'archéologie intime. Cette flânerie assidue, écrite dans une langue d'une sûreté et d'une précision remarquables, révèle une quête au charme particulier et touchant. Anna-Louise Milne cherche sa demeure dans les mots d'une autre langue, dans un pays qui n'est pas le sien mais qui fait désormais partie d'elle-même.


- 86, année blanche
de Lucile Bordes
Éditions Liana Levi / Mars 2016


Au printemps 1986, le monde découvre Tchernobyl. Sous le nuage radioactif qui traverse l'Europe, trois femmes se racontent. Lucie, dans le sud de la France, se demande s'il va passer la frontière et bouleverser sa vie d'adolescente. Ludmila, dans la ville ultramoderne qui jouxte la centrale, veut croire que tout est sous contrôle dans l'invincible URSS. Ioulia, à Kiev, rêve d'indépendance et de son jeune amant français. Un moment crucial pour chacune d'entre elles, un moment crucial de notre Histoire. Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, Lucile Bordes se souvient de la peur, de l'attente et du silence. Dans une langue affûtée et poignante, elle dit aussi l'amour, l'engagement et le sens du sacrifice.


- Ainadamar, la fontaine aux larmes
de Serge Mestre
Éditions Sabine Wespieser / Mars 2016


Au petit matin du 18 août 1936, non loin de Grenade, au lieu baptisé "ainadamar", la fontaine aux larmes, Federico García Lorca est lâchement assassiné par des phalangistes. Il meurt à l'âge de trente-huit ans, en compagnie de deux banderilleros anarchistes et d'un instituteur, chacun de ces hommes à sa manière engagé dans le renouveau républicain. En de brefs et poignants chapitres, Serge Mestre retrace les sept dernières années de leurs vies. En 1929, Federico García Lorca embarque pour New York: il laisse ses amis et ses tumultueuses amours, Dalí et Buñuel qui à ses yeux l'ont trahi, pour nourrir son inspiration à la source de la musique des Noirs de Harlem. Cuba, Buenos Aires, Montevideo seront les nouvelles étapes de ses voyages, sa réputation et ses succès littéraires allant croissant. De retour en Espagne, quand, en 1931, la République a chassé le roi, il prend la tête d'une troupe itinérante de théâtre, La Barraca, qui ira jouer dans les villages les plus reculés. Pendant ce temps, les deux banderilleros militent pour une autre utopie, la totale refondation de la politique agraire du pays. L'instituteur, lui, se bat pour une école publique prenant modèle sur celle de la République de Weimar. Inspirée, joyeuse, libre, la prose de Serge Mestre, dont le roman, et ce n'est pas sa moindre qualité, est un formidable hommage à l'œuvre de Lorca dont il se nourrit, parvient, à travers l'évocation de ces quatre destins, illustre ou anonymes, à rendre palpable le souffle d'espoir et de liberté qui souleva l'Espagne avant qu'elle ne sombre dans le silence.    


- À la lumière de ce que nous savons
de Zia Haider Rahman
Éditions Christian Bourgois / Mars 2016


Un matin de septembre 2008, dans le quartier chic de Kensington, à Londres: le narrateur, un banquier d'investissement âgé d'une quarantaine d'années, dont la carrière et la vie conjugale partent à vau-l'eau, reçoit une visite inattendue à son domicile. Dans un premier temps, il n'identifie pas l'homme qui se présente sur le pas de sa porte, sac au dos, l'air épuisé, s'adressant pourtant à lui comme s'il reprenait une conversation interrompue depuis peu. Au bout de quelques instants, il reconnaît Zafar, un ami de l'université, brillant étudiant à Oxford, perdu de vue depuis quelques années. Il lui offre aussitôt l'hospitalité. C'est le début d'un long échange entre les deux hommes. Ainsi s'ouvre ce roman ample, riche et ambitieux. Au-delà du simple récit de la vie d'un personnage, il nous invite à un véritable voyage à travers le monde (du Royaume-Uni à l'Europe continentale, des États-Unis à l'Asie, avec le Bangladesh, le Pakistan et l'Afghanistan), au sein de classes sociales très différentes et dans la diversité des champs de l'expérience et de la connaissance humaine. Il est en effet successivement question de science, d'économie, de technique, d'histoire, de géopolitique, de religion ou encore de littérature. Mais des questionnements plus profonds sur les notions d'origines, d'ancrage et de déracinement, de fidélité et de trahison, d'amitié et d'amour rythment également le récit. Deux voix alternent et dialoguent: celle du narrateur, dont le parcours se dessine par petites touches, souvenirs d'enfance et de jeunesse dans un milieu privilégié, érudit et cosmopolite, itinéraire professionnel dans la finance et vie de couple avec Meena, d'origine pakistanaise comme lui, et celle de son ami Zafar. Au travers des conversations et récits, des extraits de ses propres carnets, le chemin suivi par Zafar constitue l'essentiel du livre. L'on suit ses humbles débuts au sein d'une famille bangladaise immigrée en Angleterre, les études remarquables qu'il mène en mathématiques et en droit, sa vie professionnelle, trader à New York, puis avocat lorsqu'il revient à Londres d'où il part travailler à Dacca avant d'être envoyé en mission à Kaboul. Nous sont également dévoilées ses aventures amoureuses, surtout la liaison longue et complexe qu'il entretient avec Emily, forte figure féminine issue de la haute société britannique. Ces vastes pans de sa vie sont développés, sans progression linéaire, plutôt par fragments, échos et analogies, au fil de digressions qui, au fur et à mesure, entrent en résonance pour former un vaste tableau. Le roman est placé sous l'image du double: duo d'amis que sont les personnages principaux, récit fait par Zafar mais recomposé par le narrateur, double culture, déchirement entre Occident et Orient, souffrance de l' entre-deux, fossés sociaux également avec l'accession néanmoins jamais pleine et entière à la classe aisée pour Zafar, né dans un milieu et une région du monde parmi les plus pauvres. Le livre se déroule dans le contexte d'un monde marqué par le chaos et l'incertitude, en proie à de nombreux bouleversements, aux crises et aux conflits (militaires, économiques, éthiques...); et, si les dernières décennies du XXe siècle occupent là une place importante, Zia Haider Rahman nous offre également une fresque du XXIe siècle commençant.


- Apparitions
de Ludovic Janvier
Éditions Gallimard / Mars 2016


"Une fois de plus installé pour écrire dans une position de lecteur couché, sur le dos, tout écoute et les yeux fermés, muni d'un cahier rigide destiné à la récolte, encore une fois j'ai vu et entendu venir à moi des éclats de monde m'imposant à la fois leur présence et leur mystérieuse brièveté. Autant d'apparitions qui, sous la forme de scènes, rêveries, dialogues, événements, portraits, chacune selon son rythme et sa voix, ont crevé la nue de cette brume heureuse qui est la matrice de toute invention. Épiphanies que je confie, cher lecteur, à ton goût pour les surprises". L. J.


- À quoi bon la révolution si je ne peux danser
de Ece Temelkuran
Éditions JC Lattès / Mars 2016


Sur le toit d'une terrasse à Tunis, quatre femmes se retrouvent par hasard, et tandis que résonnent les youyous suraigus d'un mariage elles bavardent, boivent du whisky, assistent à un feu d'artifice. Il y a Maryam, l'historienne égyptienne, qui a fait preuve d'une liberté sexuelle surprenante quand elle déclare avoir fait l'amour sur la place Tahrir, lors du soulèvement. Et Amira, la jeune tunisienne de retour de New York, activiste politique, danseuse du ventre et Mme Lilla, la plus âgée, qui a vécu à Paris et à Londres, et qui veut entraîner les autres en Libye, sur les lieux des cités antiques où a vécu la déesse Didon. Après une traversée rocambolesque de la Libye à bord d'une voiture conduite par un chauffeur local, puis à dos de chameau, elles vont tenter de rejoindre Tripoli à bord du yacht d'un oligarque russe qui finira par les débarquer à Beyrouth. Un roman au charme tout oriental où mythes et réalité s'entrecroisent.


- Arithmétique de la chair
de Macha Méril
Éditions Flammarion / Mars 2016


Bettina n'est pas une femme comme les autres. Expert-comptable, elle pèse 96 kilos, est passionnée par les mathématiques et vit seule, en compagnie de ses ordinateurs et de ses idoles d'Internet: les chercheurs et les savants. Un jour, elle ose se présenter à un concours de calcul mental télévisé, le gagne et sa vie bascule. Elle devient une star médiatique et rencontre l'amour. Où la conduiront ces succès et cette gloire rapides? Que désire-t-elle vraiment? Connaît-elle le bonheur? Voici une fable moderne où Cendrillon gouverne son destin et se pose les grandes questions de l'existence: où allons-nous, que devenons-nous, qui sommes-nous?


- À travers ciel
de Jean-Luc Cattacin
Éditions Phébus / Mars 2016


Un enfant s'éveille au mystère du monde. En classe, il s'étonne de la taille du cosmos et des nombres qui le mesurent. Que ses parents le disputent, et il se cache dans les champs de maïs, les genoux peau nue dans la terre séchée par l'été. Le jour, il traque un vieux sanglier dans la forêt, la nuit dans la rivière un poisson noir et luisant, qu'il croit tapi à l'attendre, sa tête énorme dans l'eau trouble. Car tout le fascine, le soleil comme la pluie, les animaux comme les adultes qui s'efforcent d'enfouir les secrets têtus qui les lient. En une suite de scènes qui se font écho, Jean Luc Cattacin nous offre un premier roman enchanté: dans la lignée des grands écrivains du quotidien, un chant de drôlerie, de grâce et de cruauté.


- Au début de l'amour
de Judith Hermann
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Stella mène une existence sans histoire dans un paisible quartier résidentiel de banlieue, avec son mari et sa fillette de quatre ans. Un jour, un inconnu sonne à sa porte. Elle ne l'a jamais vu, il veut lui parler, il insiste. Pour Stella, c'est le début d'un cauchemar. Mais à la peur légitime se mêlent des sentiments plus troubles. Peu à peu, insidieusement, cet homme remet en question les fondements mêmes de sa vie. Avec Au début de l'amour, Judith Hermann, l'une des grandes voix de la littérature allemande d'aujourd'hui, publie son premier roman après trois recueils de nouvelles. Tendu par un véritable suspense, marqué par sa voix grave et profonde, il rassemble avec maestria tous les thèmes chers à l'auteur et analyse avec une acuité fascinante les ambiguïtés de l'amour, le deuil impossible de la jeunesse et le nécessaire apprentissage de la sagesse.


- Audrey Hepburn, la vie et moi
de Lucy Holliday
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Quand elle touche le fond, Libby Lomax connaît un remède imparable: se rouler en boule dans son canapé pour savourer un de ces films hollywoodiens dont elle est une fan inconditionnelle. Son icône absolue? L'exquise Audrey Hepburn. Son film préféré? Diamants sur canapé. De la pure magie. C'est justement un de ses jours "sans" qu'une chose totalement folle se produit: Audrey Hepburn sort de l'écran. Une Audrey Hepburn parée de sa petite robe noire, de ses perles et de son fume-cigarette. Venue aider Libby à relancer sa vie en lui prodiguant conseils d'élégance et d'art de vivre. Hallucination? Bonne fée?… ou charmante calamité? Entre conseils, confidences et coups de gueule, une relation loufoque et tendre entre Libby, jeune femme en quête de confiance en elle, et une Audrey Hepburn tombée du ciel étoilé d'Hollywood, fidèle à son mythe mais rendue plus humaine encore et plus amusante par ses maladresses. Car toute star qu'elle soit, Audrey ne peut débarquer à notre époque sans être un brin décalée.


- Au fond
de Philippe Artières
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Comment rompre le silence traumatique d'une famille lié à la disparition brutale d'un enfant? C'est la question que se pose Philippe Artières dans Au fond. Un narrateur qui lui ressemble tente de reconstituer les morceaux d'un puzzle épars et se sert de ses propres méthodes d'historien pour y arriver: il étudie le cadre géographique dans lequel évoluait sa famille au moment de la disparition de ce frère (les grandes forêts propriété de la famille depuis des générations); il enquête sur les houillères de Lorraine dans les années 1960, où son père, ingénieur, faisait carrière sans cependant devoir aller "au fond" de la mine; surtout, il interroge sa mère sur ce frère aîné si tôt disparu. La douleur enfouie resurgit tout entière dans le récit de cette femme qui parle enfin: les longues journées jamais oubliées de la mort de l'enfant jusqu'à son enterrement, les voisins, la famille, le père anéanti, la petite sœur encore bébé qui oblige par sa présence à ne pas baisser les bras. Un récit qui vient s'entremêler aux voix des mineurs en grève et à celle des hommes de la forêt et qui donne vie à une région marquée au fer rouge par les combats sociaux.


- Au paradis des manuscrits refusés
de Irving Finkel
Éditions JC Lattès / Mars 2016


La Bibliothèque des Refusés est un établissement des plus singuliers: elle recueille, plus encore, elle sauvegarde, tout texte ayant essuyé refus sur refus de la part des éditeurs. Littérature, poésie, mémoires, récits épistolaires, tous les écrits trouvent leur place sur les étagères de la Bibliothèque des Refusés. L'arrivée impromptue d'une insupportable bibliothécaire américaine, l'imposture d'une actrice se faisant passer pour une étudiante dans l'idée de voler des idées pour son prochain film, la menace de cambrioleurs convaincus de trouver là le gros lot, sans compter l'irruption de nombreux aspirants écrivains, autant de mésaventures qui viennent perturber l'ordre tranquille de la Bibliothèque. Entre personnages hauts en couleur et situations cocasses, le tout dans un irrésistible humour british, Au paradis des manuscrits refusés est également une merveilleuse déclaration d'amour aux livres et aux manuscrits en tout genre.


- Avec mon ami Sergueï au crépuscule de l'URSS
de Dominique Thoirain
Éditions Le Bord de l'Eau / Mars 2016


Au cours d'un premier voyage en URSS (1964), alors qu'elle étudie le russe au lycée, l'auteur rencontre un jeune Moscovite, Sergueï Gorev, avec lequel va s'établir une relation soutenue, pendant les vingt-cinq dernières années de la Guerre froide. Leur correspondance nourrit ce récit, les lettres de Sergueï reflétant l'état d'esprit et le parcours d'un homme épris de justice et de paix, marginalisé par son attitude critique à l'époque de la Stagnation qui a précédé l'implosion de l'URSS. Quant aux certitudes de jeunesse de l'auteure, éduquée dans une famille de militants communistes, elles vont peu à peu s'émousser. Ce récit émouvant de la relation avec l'ami soviétique décrit les étapes, vécues parfois de façon si intime, de l'évolution de l'URSS jusqu'à sa dislocation. Sergueï Gorev s'est engagé dans la vie politique, lors du tournant libéral des années 1990, les années Eltsine qui sont aussi les dernières d'une vie interrompue prématurément.


- Azyme
de Jean-Philippe de Tonnac
Éditions Actes Sud / Mars 2016


Ahava se saisit de la jarre par l'anse et la ramène contre son sein. Le pot est lourd, la farine grosse d'un manque d'eau, d'une impatience. Par le puits de la cour on perçoit l'agitation au-dehors, les préparatifs de la Pâque qui mobilise les familles, les hordes de pèlerins montées de partout, de Galilée, de Samarie, de tout le pays de Judée. Jérusalem comme un œuf, ce soir, au seder, sera brisée.


- Barbe rose
de Mathieu Simonet
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Mathieu Simonet reconstitue dans ce livre la personnalité de son père, écrivain, fou de littérature et supportant de moins en moins la vie sociale. Dans une alternance de scènes drôles ou émouvantes, mais aussi d'extraits de lettres échangées avec le romancier et éditeur Jean Cayrol, de fragments de journaux intimes et de livres inachevés, l'auteur sonde la psychologie de cet homme angoissé et bienveillant, tolérant et fuyant, fantasque et imprévisible. Il tente de donner forme à l'œuvre virtuelle que ce père biologique et littéraire n'aura jamais publiée. Sans vouloir figer une image globale de cette figure paternelle, il esquisse un véritable manifeste de l'écriture morcelée et intime, en rendant compte des rapports complexes, d'amour et de rivalité, entre père et fils. Au point de se demander si, au fond, cette esthétique du fragment, qu'il défend jusque dans sa vie personnelle et professionnelle, il ne la tient pas de ce père, attachant et insaisissable.


- Bonbon désespéré
de Vincent Ravalec
Éditions Du Rocher / Mars 2016


Il y a, dans Bonbon désespéré, des notables qui veulent faire revivre une région, de jolies filles en danger, un gourou portugais, un faux trésor, de vrais méchants, et un héros pour les combattre. Il y a, surtout, un écrivain qui n'arrive pas à se faire éditer, mais dont les livres décrivent les choses avant qu'elles n'arrivent. Il en est de même de cette terrible histoire: l'écrivain assiste aux événements dont il connaît par avance le déroulement et se demande s'il doit intervenir, et si oui, comment? Car on ne peut changer ce qui est écrit. Sauf qu'on se demande si le lecteur n'a pas son mot à dire dans le déroulement de l'histoire. Cela se passe dans un trou paumé où, sur la place de l'église, trône un gigantesque bonbon. Polar trépidant avec une pointe de fantastique, roman d'aventures où les destinées banales acquièrent une épaisseur tragi-comique, Bonbon désespéré s'avale comme une sucrerie délicieusement acidulée.


- Boxing-club
de Daniel Rondeau
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Boxing club est une leçon de vie et de littérature. Daniel Rondeau a découvert la boxe il y a plus de dix ans dans un modeste club de province, riche d'un palmarès étonnant et où règne un esprit singulier. Dix ans de rendez-vous hebdomadaires avec la discipline, l'humilité, la force, la douleur. Dix ans aussi de combats contre des ombres; la littérature n'est jamais loin de la boxe. Avec ce récit vif argent qui enchaîne portraits et réflexions sur le noble art, Rondeau nous surprend, une fois encore. Il a partagé avec ces boxeurs d'exception, pour la plupart ouvriers dans les caves de Champagne, des défaites et des victoires, le goût de l'effort et de l'accomplissement. Ce sont ces moments privilégiés qu'il nous livre ici. "Trois minutes, le temps du premier round, suffisent souvent à un boxeur pour savoir s'il a poussé la porte d'un rêve ou celle d'un cauchemar. Mais attention: les dernières secondes ne sont pas les moins dangereuses. La foudre peut toujours tomber quand on ne l'attend plus. Un ring est une boîte à surprises".


- Branques
de Alexandra Fritz
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Voici la chronique de deux filles et deux garçons internés dans un hôpital psychiatrique. Jeanne, qui y tient son journal, tente de comprendre son basculement dans "l'anormal" et de disséquer à vif les raisons de son amputation de liberté. Rageuse, pugnace, elle a pour compagnons de "branquerie", comme elle dit, Tête d'Ail, Isis et Frisco. L'un obsédé sexuel, l'autre pédante philosophe, tous transpercés par le désir amoureux autant que par la solitude, par des idéaux de justice comme par  des pulsions suicidaires. À très exactement parler, ils en bavent. Avalant des gouttes et digérant des cachets, ils refusent d'être assimilés à une faune hallucinée souvent obèse et déprimante, où les médecins ne sont pas les moins dérangés de tous. Comment ne pas crever de tristesse et de rage? Dans un quotidien absurde, le sarcasme cautérise les plaies. Que va-t-il arriver à ces quatre personnages dérisoires comme l'humain, attachants comme la faute? Un premier roman pareil à un rire dans la nuit.


- Brooklyn
de Colm Tóibín
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


Enniscorthy, Irlande, années 1950. Comme de nombreuses jeunes femmes de son âge, Eilis Lacey ne parvient pas à trouver du travail. Par l'entremise d'un prêtre, on lui propose un emploi en Amérique, à Brooklyn. Poussée par sa famille, Eilis s'exile à contrecœurs. Au début, le mal du pays la submerge. Mais comment résister aux plaisirs de l'anonymat, à l'excitation de la nouveauté? Loin du regard de ceux qui la connaissent depuis toujours, Eilis goûte une sensation de liberté proche du bonheur. Puis un drame familial l'oblige à retraverser l'Atlantique. Au pays, Brooklyn se voile de l'irréalité des rêves. Eilis ne sait plus à quel monde elle appartient, quel homme elle aime, quelle vie elle souhaite. Elle voudrait ne pas devoir choisir, ne pas devoir trahir.


- Ce qui nous sépare
de Anne Collongues
Éditions Actes Sud / Mars 2016


Un soir d'hiver, dans un RER qui traverse la capitale et file vers une lointaine banlieue au nord-ouest de Paris. Réunis dans une voiture, sept passagers sont plongés dans leurs rêveries, leurs souvenirs ou leurs préoccupations. Marie s'est jetée dans le train comme on fuit le chagrin; Alain, qui vient de s'installer à Paris, va retrouver quelqu'un qui lui est cher; Cigarette est revenue aider ses parents à la caisse du bar-PMU de son enfance; Chérif rentre dans sa cité après sa journée de travail; Laura se dirige comme tous les mardis vers une clinique; Liad arrive d'Israël; Frank rejoint son pavillon de banlieue. Attentive et bienveillante, Anne Collongues fait tourner la lanterne magique de l'existence et livre un texte subtil, aussi juste dans l'analyse psychologique de ses personnages qu'émouvant dans la représentation de leur beauté banale. Ce qui les sépare, c'est finalement ce qui les rapproche: cette humanité qui fait de chacun d'eux un petit monde accomplissant sa modeste révolution, traçant une destinée minuscule qui, au fil de ce trajet dans la nuit des cités-dortoirs, va connaître sa modification.


- C'est où le Nord ?
de Sarah Maeght
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Si vous commencez le roman de Sarah Maeght, vous ne le lâcherez plus… Ses phrases galopent, ses mots crépitent. Elle raconte avec rage et pleine d'espoir le quotidien d'une prof, les errances d'une fille de vingt-quatre ans qui ne sait pas très bien où elle va. C'est où, le nord? Elle l'ignore. Mais elle y va gaiement. C'est le portrait d'une génération, une photographie de la France d'aujourd'hui, un verre de grenadine avec trois doigts de désespoir et quelques substances interdites. Les jeunes s'y retrouveront, les parents qui se posent des questions aussi. Des romans comme celui-là, on les ouvre et on reste planté à tourner les pages, la langue pendante. Sarah Maeght n'a pas peur de l'émotion, elle ne triche pas, et c'est pour ça que vous allez l'adorer.

- Charmer, s'égarer et mourir
de Christine Orban
Éditions Albin Michel / Mars 2016


"C'est Marie-Antoinette que je voulais écouter. L'écouter comme si j'avais été sa confidente. Sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Je l'ai entendue. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique. Je perçois l'incertitude de son timbre, sa sensualité, je perçois des sons graves et légers comme l'eau d'une rivière, une rivière de larmes". Christine Orban


- Chasseurs de neige
de Paul Yoon
Éditions Albin Michel / Mars 2016


1954. À la fin de la guerre de Corée et au sortir des camps de prisonniers établis par les Américains, Yohan, un jeune soldat du Nord, se voit proposer, comme à des milliers de ses camarades d'infortune, de s'expatrier. Il choisit le Brésil, dont il ne sait rien et ne parle pas la langue, et s'installe, en vertu d'un accord passé avec les Nations unies, dans un village sur la côte où il trouve du travail. Bien qu'étranger sur cette terre, Yohan trouve un père en la personne de son employeur, Kiyoshi, un tailleur japonais établi là depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, puis une famille auprès de Peixe, fils de pêcheurs devenu gardien de l'église du quartier, et de deux jeunes orphelins. Mais vouloir se construire un présent n'efface pas un passé douloureux, et Yohan devra se battre pour chasser les démons qui le hantent.


- Choisissez !
de Aïssa Lacheb
Éditions Au Diable Vauvert / Mars 2016


Après les attentats de Paris, Aïssa Lacheb interroge la nature des terroristes, français d'origine arabe, le racisme et la fabrique de misère qu'est l'exclusion sociale. Désignant le coupable de ces rapports de domination et d'exploitation de l'un par l'autre, le capitalisme, il en appelle à ses concitoyens, au peuple de France et à l'État: assez d'hypocrisie. Choisissez le monde dans lequel vous souhaitez vivre.


- Ciao connard
de Florian Eglin
Éditions La Grande Ourse / Mars 2016


Deux hommes sont enfermés dans une cave. Avec un stylo-plume, un très beau stylo-plume laqué noir de marque japonaise, l'un torture l'autre. Tour à tour moqueur, abattu, lucide, le supplicié supporte de son mieux ce que son bourreau lui inflige. Il endure avec un sourire sardonique et hautain ces parties du corps qu'on lui arrache, et résiste. Peu à peu, on comprend au travers de l'étrange conversation qu'ils ont entamée que ces deux hommes se connaissent bien, très bien même, car ce qui s'y dit relève de l'intime, du privé, du familier. Puis on découvre que la cave est en fait une bibliothèque qui contient des ouvrages écrits de la main même du supplicié. Autant de livres que le bourreau, narquois et accusateur, brandit de temps en temps avant d'infliger ses tortures vicieuses et compliquées. Alors, de quoi s'agit-il? Pur délire, hallucinations, vengeance ou mise au point méthodique? C'est en fait de tout cela dont il s'agit. Un roman noir "psycho-déjanté", au style percutant et aux dialogues subtils. Humour, esprit et autodérision.


- Comme un américain
de Karim Dimechkie
Éditions Stock / Mars 2016


Max grandit seul avec son père, Rasheed Boulos, sur Marion Street, un quartier à la mixité plutôt joyeuse, entre les affables Yang, une séduisante médecin camerounaise et Coach Tim, l'ami pilier. Amateur de baseball et de burgers, Rasheed refuse de se laisser définir par quelque endroit lointain, parce que "quand on est en Amérique, on est américain". Il a effacé son passé de manière si radicale que Max ne pense jamais à l'interroger. De sa mère, il ne sait rien, sinon qu'elle a été assassinée par des cambrioleurs à Beyrouth, avant leur fuite vers les États-Unis. À 17 ans, Max apprend que son père lui a menti, son arbre généalogique n'a pas été complètement déraciné. Cette révélation bouleverse l'univers du garçon qui n'a d'autre choix que de partir pour Beyrouth, la ville des origines, en quête de sa vérité.


- Comment papa est devenu danseuse étoile
de Gavin's Clemente-Ruiz
Éditions Mazarine / Mars 2016


Depuis qu'il est au chômage, Lucien Minchielli, 47 ans, est affalé sur le canapé du salon. Sophie, sa femme, n'en peut plus. Un jour, subitement, il reprend le sport et s'inscrit au cours de danse de sa fille Sarah, qui en est mortifiée. Paul, le petit dernier, se réfugie chez sa grand-mère, une ancienne danseuse étoile du Bolchoï que son mari a abandonnée à l'annonce de sa grossesse. Si la danse est une histoire de famille chez les Minchielli, Lucien s'était jusque-là bien gardé de s'y intéresser. Comment la famille va-t-elle survivre à ce nouvel épisode qui bouscule tout leur équilibre? Lucien va-t-il finir par s'expliquer sur cette soudaine et incompréhensible lubie?


- Crâne
de Patrick Declerck
Éditions Gallimard / Mars 2016


Crâne raconte l'opération du cerveau pratiquée sur Alexandre Nacht, double autobiographique de Patrick Declerck, afin de retirer l'essentiel d'une tumeur qui le menaçait depuis des années. Intervention de plusieurs heures, réalisée éveillé et crâne ouvert. Expérience-limite à hauts risques que l'auteur décrit ici, pas à pas: l'hôpital, les médecins, son propre corps, cet ennemi qui lui semble maintenant étranger, et sa rage de vouloir survivre malgré tout. Dans Crâne, au travers de Nacht son héros, Patrick Declerck s'observe, pèse le monde, et médite cette agression chirurgicale au siège même de sa pensée. Et s'il a survécu à cette intrusion qui a permis de prolonger sa vie, le coût philosophique autant que psychique en est maintenant de ne plus pouvoir échapper, un seul instant, à l'évidence de n'être jamais plus à lui-même que sa propre illusion. Un survivant, n'en déplaise, n'est plus tout à fait un vivant.


- Damnés
de Chuck Palahniuk
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Satan, es-tu là? C'est moi, Madison. J'ai 13 ans et je viens juste de débarquer en Enfer. Nettement mieux que ce que j'imaginais. Promis, je serai un cadavre exemplaire. Pour toi, je me tuerai au travail. Le problème, c'est que j'ai une addiction chronique à l'espoir. Oui, je connais le mot addiction, je suis morte, pas attardée. J'aimerais juste savoir pourquoi je me retrouve au royaume des damnés.


- Dans la peau d'Erica
de Michelle Painchaud
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Grâce à la chirurgie esthétique, Violet ressemble désormais à s'y méprendre à l'adolescente que serait devenue Erica, la fille des Silverman kidnappée à cinq ans et jamais retrouvée. Et à force d'entraînement, Violet parle, pense, agit comme Erica. Elle est prête à tenir le rôle pour lequel son père adoptif la dresse depuis l'enfance, et à accomplir sa mission: conquérir le cœur des Silverman et mettre ainsi la main sur leur fortune. Mais le jour où elle "réapparaît" dans la peau d'Erica, des émotions et des sentiments auxquels aucune répétition ne l'a préparée l'assaillent. Jusqu'où ira-t-elle sans craquer? Un talent est né. Ce premier roman saisit le lecteur dès le début par son sujet original et son héroïne inoubliable. On a le cœur qui bat avec celui de Violet, et on retient son souffle chaque fois qu'elle franchit une étape vers son étrange destin.


- Dans son propre rôle
de Fanny Chiarello
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Fennella, domestique dans une vaste demeure aristocratique, a perdu la parole à la suite d'un traumatisme. Jeanette, jeune veuve de guerre, est femme de chambre au Grand Hôtel de Brighton. En quête d'absolu, elles rêvent toutes les deux de bouleverser leurs destins. Une lettre mal adressée et une passion commune pour l'opéra vont provoquer leur rencontre.


- Décembre
de Nicolas Bouyssi
Éditions P. O. L. / Mars 2016


Afin de préparer une opération immobilière de rénovation d'un quartier plutôt mal fréquenté, du point de vue des autorités, le narrateur étudie, pour le compte d'un architecte-promoteur, les comportements de ses habitants. Passablement instable, ce personnage va des uns aux autres, des unes aux autres surtout, glaner des informations, réfléchir, interpréter. Cela l'amène à pénétrer pratiquement par inadvertance un réseau de type mafieux qui cherche à mettre la ville en coupe. Comme souvent avec Nicolas Bouyssi on évolue ici dans un monde qui est à la fois le nôtre et préfigure aussi un avenir quasi totalitaire, mais de ce totalitarisme rampant qui s'impose par les drogues médicamenteuses, les loisirs programmés, le travail, l'abrutissement internet, etc. La révolte ne s'y exprime que par la folie ou la marge, toute tentative d'échapper à ce médiocre meilleur des mondes est vouée à l'échec. Désespérant, sombre, désabusé, ce roman est d'autant plus efficace et impressionnant que l'écriture de Nicolas Bouyssi y atteint une précision presque clinique.


- De la nature des dieux
de Antonio Lobo Antunes
Éditions Christian Bourgois / Mars 2016


Modeste employée de librairie, mère célibataire à la vie précaire, Fatima devient contre toute attente la confidente d'une vieille femme richissime qui vit recluse dans une immense maison au bord de la mer, non loin de Lisbonne. Ne commandant des livres qu'à seule fin de recevoir sa visite, Madame impose à Fatima de s'asseoir à ses côtés pendant des heures pour l'écouter raconter sa vie. Elle s'attache en particulier à se remémorer l'ascension irrésistible de son père, qui lui inspire une haine ambiguë. Ne reculant devant aucune vile manœuvre pour faire prospérer son empire industriel et financier, celui-ci aura su s'imposer comme un personnage de premier rang, recevant têtes couronnées et puissants de ce monde pour des dîners fastueux et des parties de tennis. Pendant la guerre, il fait commerce de wolfram, en louvoyant entre les Anglais et les Allemands. Il a l'oreille du dictateur (sénile), lequel facilite ses activités dans les colonies africaines. Incapable de la moindre humanité (du moins, en apparence), il consacre toute son énergie à mépriser sa fille, son épouse, ses petits-enfants, et semble entraîné dans une fuite en avant, désirant toujours plus de richesses, toujours plus de maîtresses, conquises avec la même avidité rapace, sans que son mal de vivre en soit aucunement atténué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:20

- Dernier vol pour l'enfer
de Stéphane Koechlin
Éditions Fayard / Mars 2016


Il ne supportait la vie au sol que sous les lustres des fêtes ou entre les bras d'une femme. Sans cesse il aspirait à repartir, fendre les nuages, s'approcher du firmament. Héros de la Première Guerre Mondiale, ailier du mythique Baron rouge, membre de cette nouvelle chevalerie du ciel où les combats acharnés n'excluaient pas le respect de l'adversaire, il a tenté ensuite, la paix revenue, de reprendre son envol pour le compte d'une industrie en plein essor, le cinéma, qui l'a emmené à Hollywood. Puis la guerre a une fois de plus déchiré l'Europe. Pour lui qui se moquait éperdument de la politique, c'était seulement l'occasion de voler, voler encore, voler toujours. Quitte à entrer sans le savoir dans les plans d'une propagande qui le dépassait. Quitte à être manipulé. Passionné d'aviation, Stéphane Koechlin retrouve dans ce nouveau roman son univers familier et ce style unique pour décrire les prouesses des pilotes qui valut son succès à La légende du Baron Rouge. Mais l'épopée, dans le cas d'Udet, se transforme en tragédie personnelle: celle d'un ancien héros instrumentalisé et broyé par l'histoire.


- Des chauves-souris, des singes et des hommes
de Paule Constant
Éditions Gallimard / Mars 2016


Dans un village africain, une fillette heureuse cajole une chauve-souris. De jeunes garçons rapportent fièrement de la forêt le cadavre d'un beau singe au dos argenté. Ainsi débute une série d'événements qui frappent tour à tour les protagonistes de cette histoire: habitants des cases, coupeurs d'hévéas, marchands ambulants, piroguiers, soignants, et même primatologues en mission. Un mal pernicieux se propage silencieusement au pied de la Montagne des nuages, et le long d'une rivière sur laquelle glisseront bientôt les pirogues funèbres. La plupart l'ignorent superbement, d'autres en cherchent vainement l'explication dans la magie, la science ou la nature. C'est avec poésie et humour que Paule Constant nous fait vivre ce conte déchirant de notre temps, dans un style dont la paradoxale légèreté parvient à nous faire partager tant de douloureuses péripéties, en nous conduisant aussi pas à pas vers une fin qui n'est peut-être qu'un autre début.


- Des femmes qui dansent sous les bombes
de Céline Lapertot
Éditions Viviane Hamy / Mars 2016


"Savez-vous pourquoi l'on a accepté de nous livrer ainsi à vous, dans ce que nous avons de plus intime. C'est parce que vous avez marché avec nous. Vous avez couru à nos côtés, la caméra embarquée. Vous avez marché aux côtés de nos mères, lorsqu'elles vendaient nos haricots, nos œufs et notre lait. Vous avez partagé la sueur de nos mères. Vous les avez suivies tout le temps. Vous nous suivez partout, que nous nous battions, que nous vendions, que nous produisions. Vous avez constaté une chose: nous marchons. Nous marchons toujours. La marche est notre socle, le fondement de notre petite civilisation de femmes. Nous marchons pour vendre, nous courons pour fuir mais nous marchons encore pour tuer". Dans ce pays d'Afrique, la guerre civile fait rage et nul destin n'est tracé. Celui de Séraphine s'annonce heureux, elle épousera bientôt l'homme qu'elle aime, mais il bascule lorsque des miliciens saccagent son village. Elle perd alors toute sa famille, et son innocence. Sauvée in extremis grâce à l'intervention d'une faction de l'armée régulière conduite par l'exceptionnelle Blandine, elle se joindra à sa troupe de "Lionnes impavides", qui luttent dans l'espoir fou d'un retour à la paix. Il est impossible de lâcher ce roman, d'une pudeur et d'une justesse saisissantes, hymne à l'héroïsme des êtres qui transforment leurs silences en un cri de courage et de fureur.


- Désir d'enfant et autres nouvelles
de Marc Bressant
Éditions Bernard de Fallois / Mars 2016


Quatorze nouvelles sur le thème du désir d'enfant: une jeune anglaise romantique en quête des gènes du plus grand poète de son temps, un vieux général confessant lors d'un dîner mondain son envie de devenir mère, une cromagnienne en chasse d'un géniteur dans une contrée où tous les mâles ont disparu.


- Des pierres dans ma poche
de Kaouther Adimi
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Si je réécrivais un peu l'histoire, je tairais les policiers devenus des vautours, la jeunesse égarée, le gouvernement appelant les terroristes au cessez-le-feu, les enfants qui ne jouent plus parce que les rêves les ont quittés trop vite. Je passerais sous silence mon grand-père à la tête vide, l'herbe desséchée par le soleil, les fourmis rouges dévoreuses de peau, les douches prises à minuit lorsqu'un peu d'eau coulait enfin du robinet. Je feindrais le bonheur de vivre désormais dans une ville étrangère, loin des amis d'enfance et de la lumière enveloppante d'Alger. J'oublierais les coups de fil incessants de ma mère qui se désespère de me savoir célibataire à trente ans. Resterait la perspective de revenir en Algérie avec l'image détestable des gens qui quittent leur pays sans remords pour vivre là-bas.


- Deux idées de bonheur
de Luis Sepulveda et Carlo Petrini
Éditions Métailié / Mars 2016


Ce texte est né d'une conversation entre deux hommes venus d'horizons et de pays différents, l'écrivain chilien Luis Sepúlveda et le gastronome italien Carlo Petrini, défenseur du slow food et du "manger local". De l'Amazonie au cœur de l'Afrique, de l'expérience amère de l'exil à la communion collective de Terra Madre, les souvenirs et pensées de ces deux auteurs d'exception tissent une conversation qui passe en revue l'actualité et la littérature, la gastronomie et la politique, la défense de la nature et de la tradition. Rencontres, récits, histoires de grands leaders et de petits héros du quotidien, Petrini et Sepúlveda nous entraînent à leur suite dans cette quête du droit au plaisir qui est aujourd'hui le plus révolutionnaire, le plus démocratique, le plus humain des objectifs. Avec cependant la lenteur et la sagesse de l'escargot. Parce que nous aussi nous pouvons cesser de courir vers une destination inconnue, et recommencer pleinement à exister.


- Disent-ils
de Rachel Cusk
Éditions De L'Olivier / Mars 2016


Au cœurs de l'été, une romancière britannique se rend à Athènes pour animer un atelier d'écriture. D'elle, nous ne saurons presque rien. Parce qu'elle est parfaitement vacante, elle prête une oreille attentive à ce que disent les autres et devient comme une chambre d'écho. Les voix de ceux qu'elle croise sur son chemin, hommes mariés, séparés, courtisans, femmes écrivains, féministes, se répondent et dessinent une histoire. À travers eux, en filigrane, c'est sa propre vie qui se révèle sous un autre jour.


- Dispersez-vous, ralliez-vous !
de Philippe Djian
Éditions Gallimard / Mars 2016


Tout commence alors que Myriam est encore adolescente. Extrêmement introvertie, elle vit chez son père qui l'a élevée seul. La mort de leur voisine fait débarquer dans le quartier un homme d'une quarantaine d'années, Yann, qui très vite devient son premier amant. Peu après, les voici mariés et Myriam se libère de ses inhibitions de jeune fille. Elle accouche d'une petite Caroline, sans éprouver aucun sentiment maternel. Et quand son frère et sa mère réapparaissent dans sa vie pour se disputer l'héritage paternel, Myriam tranche la question en incendiant la maison de son enfance. Drogue, amants, maîtresses, confusion des sentiments. Ce roman, chronique d'une émancipation borderline, raconte une vie hors des codes, entièrement construite à la faveur de rencontres. On croit tout savoir de Myriam, mais peut-être nous a-t-on caché l'essentiel?


- Dompter le diable
de Morgan Katioucha
Éditions Du Toucan / Mars 2016


"C'est comme ça qu'on s'est quitté. J'allais combattre les fascistes, eux ils retournaient à la fac. À Rennes, la maudite. 4 septembre 1993. On était dans les environs de Zadar. République Serbe de Krajina, la "RSK". Derrière, dans les montagnes là-bas, c'était parti la lambada. L'entre-massacre consciencieux. Et pas au lance-pierres. Alors ça m'a pris comme ça, la bravitude. Ce matin. Dejana m'avait amené à un officier. Enfin un officier. En 93, c'était un peu la fête à la médaille dans les milices serbes. Tout le monde était un peu "quatre étoiles" là-dedans. On pouvait faire rapidement carrière. C'était l'époque. Mais vue l'ambiance dans les balkans, elle pouvait être courte. M'ont accepté. Tu parles! Surtout en Krajina! La chasse à courre! Pas de tri! Prenaient ce qu'ils avaient. À peine regardé, l'officier. Un grand maigre. Et tout roux. Même les cils! Roux! À faire dégueuler un rat! Direct, m'a collé un Mauser. Walther G43. Semi-Automatique. Bidule ramassé sur les champs de bataille de la guerre de 100 ans. Comme ça! Dans les pognes! Pas de discours, d'explications, de "formation". "T'appuies là". Et encore c'était en Yougoslavitch. Fallu que Dejana me traduise".


- Droiture et mélancolie
de Pierre Vesperini
Éditions Verdier / Mars 2016


Marc Aurèle est aujourd'hui considéré comme un philosophe stoïcien à part entière, au même titre que Sénèque ou Épictète. Pierre Vesperini remet ici en cause cette opinion commune à partir d'un nouvel examen des écrits de l'auteur, notamment de passages souvent ignorés, croisés avec toutes les autres sources, exceptionnellement nombreuses, dont nous disposons à son propos. Conformément à une pratique courante dans l'Antiquité, Marc Aurèle utilise les "discours philosophiques" (logoi philosophoi) pour rester droit, lorsque l'âme est ébranlée par les affects produits par le monde extérieur ou par le déséquilibre des humeurs, notamment de l'humeur mélancolique. Par ailleurs, Pierre Vesperini montre combien l'éthique ancienne est éloignée des conceptions de Pierre Hadot et de Michel Foucault. Le "soi" visé par les pratiques éthiques n'est pas un "soi" intérieur, mais un "soi" tout extérieur, entièrement soucieux du regard des autres, et de donner la plus belle image possible. La "droiture" ne consiste pas en l'adoption d'un "mode de vie" spécifique, mais au contraire en l'adoption d'un mode de vie le plus conforme possible aux attentes sociales, en fonction du statut de chacun. Enfin, l'éthique philosophique n'est jamais coupée du religieux, dans la mesure où  "bien vivre", c'est "vivre avec les dieux".


- Effacer sa trace
de Malika Wagner
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Un appartement dans les beaux quartiers, un métier envié, une vie plutôt agréable. Sous la façade, on sent pourtant que quelque chose ne va pas. La narratrice semble aussi étrangère à son environnement qu'à elle-même. Quand son père meurt, dans une cité HLM de banlieue, c'est tout un pan de la façade qui s'écroule pour lui renvoyer une autre image de son histoire. Le récit bascule pour nous entraîner de l'autre côté de la méditerranée à travers les tribulations mi-tragiques, mi-burlesques du cercueil paternel, qui décidément, s'avère être un fardeau. Dans un style limpide, truffé de dérision, ce roman utilise tous les ressorts de la fiction pour évoquer les questions ô combien actuelles de l'appartenance sociale et culturelle en évitant le pathos, la démonstration ou la morale.


- Elizabeth et son jardin allemand
de Elizabeth Von Arnim
Éditions Bartillat / Mars 2016


Elizabeth et son jardin allemand raconte la passion d'une femme pour son jardin. En un an, l'héroïne s'efforce de créer un environnement unique qui lui sert de refuge où elle donne libre cours à sa conception du jardin, monde clos et idéal. Là s'expriment la liberté et l'amour qui lui sont refusés par ailleurs. Épouse anglaise d'un comte prussien, mère de trois petites filles, Elizabeth aspire à une vie plus riche en émotions. Écrit sous la forme d'un journal intime, ce roman restitue le rythme des saisons: l'épanouissement de ce jardin "à soi" se mêle à la vie intime et sociale d'Elizabeth qui affronte son existence avec une pointe d'humour provocateur. Philosophe, la jeune femme se confie et dévoile ainsi ses plus profondes aspirations. Aujourd'hui encore, l'expérience d'Elizabeth Von Arnim peut nourrir l'inspiration de tous les amoureux de jardins. Paru anonymement à Londres en 1898, ce récit autobiographique, plein d'esprit et de poésie, grand succès lors de sa publication, fut redécouvert dans les années 1980 avec le reste de l'œuvre d'Elizabeth Von Arnim.


- Le jardin d'enfance
de Elizabeth Von Arnim
Éditions Bartillat / Mars 2016


Au milieu de sa vie, Elizabeth, la narratrice, retourne au jardin de la maison familiale. Les souvenirs affluent: peu à peu, elle laisse surgir un domaine personnel où s'expriment toutes les nuances de la sensibilité et du souvenir. Chapitre oublié de son classique Elizabeth et son jardin allemand, Le Jardin d'enfance, ici publié pour la première fois en français et en édition séparée comme il avait été fait à l'origine, reflète le talent empreint de grâce et de délicatesse d'Elizabeth Von Arnim. De son vrai nom Mary Annette Beauchamp, Elizabeth Von Arnim (1866-1941), cousine de Katherine Mansfield, naquit en Australie.


- Elvis cadillac
de Nadine Monfils
Éditions Fleuve Noir / Mars 2016


Bienvenue au pays du King Elvis. Mais non, pas celui des grands espaces vierges, des quarter pounders et du Strip de Las Vegas, celui des polders, de la bande dessinée, de la bière, et des faits divers. Car ici, notre King n'est qu'une réplique. Le plus minable des sosies du plus grand chanteur de l'histoire, made in Charleroi, en Belgique. Ridicule? Un peu. Mais pas le genre à lésiner sur les moyens. Au volant de sa Cadillac rose Chamallow, et toujours accompagné de sa chienne malodorante Priscilla, le King from Charleroi n'a peur de rien. Il promène ses santiags et ses regards chaloupés de mariages ringards en cuites à la bière belge. Une existence de rêve. Jusqu'au jour où sa "môman" fait un retour fracassant dans sa vie. Alléchée par le succès du fiston, la chère femme a décidé de devenir sa "manager". Le début du chemin vers la gloire. Première mission: animer l'anniversaire d'une vieille dame autrefois éprise de l'idole (la vraie).


- Enfants du diable
de Liliana Lazar
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Roumanie, années 70. Elena Cosma est sage-femme dans une maternité de Bucarest. Disgracieuse, un physique robuste de paysanne, elle a plus ou moins renoncé à se marier mais caresse encore l'espoir d'être mère un jour. Elena parvient à persuader une belle femme rousse venue se faire avorter de mener la gestation jusqu'à son terme et de lui confier l'enfant. C'est chose faite, mais après quelques années, la mère biologique étant prise de remords, Elena préfère fuir la capitale avec le petit Damian. Elle obtient sa mutation dans un village lointain de Moldavie, Prigor, où, avec la complicité du maire Ivanov, aparatchik sans scrupules et vétérinaire du village, dont l'épouse est morte dans des conditions douteuses, elle ouvre un orphelinat. La suite de l'intrigue, fertile en révélations et conduite avec une rare maestria, nous plonge alors dans le martyre que vivent ces "enfants du diable", abandonnés de tous, jusqu'au coup de théâtre final.


- Entre ciel et Lou
de Lorraine Fouchet
Éditions Héloïse d'Ormesson / Mars 2016


Bretagne. Jo prévoit de profiter d'une joyeuse retraite sur l'île de Groix. Mais la deuxième vie qu'il imaginait aux côtés de sa bien-aimée, il devra l'inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi: celui d'insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n'a d'autre choix que d'honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l'amour, la mission s'avère difficile mais réserve son lot d'heureuses surprises, car il n'est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s'engueule et, surtout, on s'aime.  


- Être ici est une splendeur. Vie de Paula M. Becker
de Marie Darrieussecq
Éditions P. O. L. / Mars 2016


Paula Modersohn-Becker voulait peindre et c'est tout. Elle était amie avec Rilke. Elle n'aimait pas tellement être mariée. Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris. Elle voulait peut-être un enfant - sur ce point ses journaux et ses lettres sont ambigus. Elle a existé en vrai, de 1876 à 1907. Paula Modersohn-Becker est une artiste allemande de la fin du XIXème siècle, peintre, célèbre en Allemagne et dans beaucoup d'autres pays au monde, mais à peu près inconnue en France bien qu'elle y ait séjourné à plusieurs reprises et fréquenté l'avant-garde artistique et littéraire de son époque. Née en 1876 et morte en 1907 des suites d'un accouchement, elle est considérée comme l'une des représentantes les plus précoces du mouvement expressionniste allemand. La biographie que lui consacre Marie Darrieussecq (nouveau territoire pour l'auteur de "Il faut beaucoup aimer les hommes") reprend tous les éléments qui marquent la courte vie de Paula Modersohn-Becker. Mais elle les éclaire d'un jour à la fois féminin et littéraire. Elle montre, avec vivacité et empathie, la lutte de cette femme parmi les hommes et les artistes de son temps, ses amitiés (notamment avec Rainer Maria Rilke), son désir d'expression et d'indépendance sur lesquels elle insiste particulièrement.


- Fais-moi danser, beau gosse
de Tim Gautreaux
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Paul, dit Beau Gosse, aime la bagarre et danser le jitterbug, trop souvent avec d'autres femmes que la sienne, Colette, la plus jolie fille de Tiger Island; la plus maligne, aussi. Lasse des frasques de son mari autant que de son job de caissière à la banque, Colette part tenter sa chance en Californie. Jaloux, Paul la suit. Ils reviendront vite fait, ayant découvert là-bas, elle, le harcèlement sexuel, lui, les pratiques malhonnêtes de la côte Ouest. À leur retour au pays, la crise pétrolière se résume à deux mots: chômage généralisé. Tandis que Paul tente de reconquérir sa belle, celle-ci retrousse ses manches et se lance dans diverses aventures pour assurer la survie de sa famille: chasse au ragondin et pêche à la crevette en haute mer. Sur fond de misère conjoncturelle et d'exploitation des travailleurs, Gautreaux déroule un récit porté par les valeurs traditionnelles. La vaillance des protagonistes dans un contexte plus qu'hostile, les fameuses tempêtes du Golfe ne chôment pas, elles..., entretient un suspense constant, et la poésie des bayous confère un charme indéniable à ce premier roman drôle et généreux, salué dès sa parution aux États-Unis par une critique unanime.


- Femmes
de Andrea Camilleri
Éditions Fayard / Mars 2016


Chacun des trente-neuf courts chapitres qui composent ce recueil est consacré à une figure féminine. Dans cette galerie de portraits inédite, Andrea Camilleri rassemble aussi bien des femmes de son entourage (sa grand-mère, son éditrice Elvira Sellerio, des amies, des rencontres d'un jour, des amantes d'amis, etc.) que des personnages littéraires ou historiques (Antigone, Néfertiti, Desdémone, la Béatrice de Dante, Jeanne d'Arc…). Classées par ordre alphabétique de prénoms, ces destinées intenses, originales, émouvantes, parfois drôles, sont toujours racontées avec admiration par un Andrea Camilleri ouvertement du côté des femmes. Loin de tout voyeurisme ou parfum de scandale, le grand écrivain italien livre ici le jardin secret de ses images féminines et rend avec pudeur un hommage plein de gratitude à celles qui ont marqué son parcours d'homme et d'écrivain.


- Frère des astres
de Julien Delmaire
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Benoît est un pèlerin de notre temps, un drôle de randonneur qui traverse la France, les yeux tournés vers les étoiles. Figure de clochard céleste, digne d'un roman de Kerouac, Benoît va à la rencontre de son destin avec douceur et naïveté. Librement inspiré de la vie de Saint Benoît Labre, le vagabond mystique du XVIIIème siècle, Frère des astres est un "road-book", nourri de rencontres improbables, de paysages grandioses et de couleurs saturées. Frère des astres s'écoute comme une ballade folk de Johnny Cash. Profondément humain, ce roman chante la joie d'être au monde.


- Groom
de François Vallejo
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Que faisait Antoine au musée d'Art moderne pendant ses heures de bureau? C'est une bonne question, la plus simple des questions, et Véra Carmi ne parvient pas à la poser à son mari. Son attitude évasive, étrange, l'intrusion soudaine de Mlle Rotheim et de sa pension digne de Balzac, et puis cette étrange histoire d'une série de tableaux de Soutine ne font qu'épaissir le mystère.


- Hier encore, c'était l'été
de Julie de Lestrange
Éditions Mazarine / Mars 2016


Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l'enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l'adolescence, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir apprendre à se battre pour exister. À travers les drames subsistent l'amitié, les fous-rires et les joies. Et l'amour, qui les sauvera. Tendre portrait d'une génération, Hier encore c'était l'été est un roman résolument optimiste qui accroche le cœur pour ne plus le lâcher. C'est l'histoire de nos guerres quotidiennes, de nos victoires et de nos peines. C'est surtout l'histoire de la vie et d'une bande d'amis dont on voudrait faire partie.


- Histoire de petite fille
de Sacha Sperling
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Je suis nue, dos au mur. Je ne vois rien. La lumière est tellement forte. On dirait un projecteur braqué sur une prisonnière qui s'évade. J'entends la voix du réalisateur qui résonne dans le studio. Je dois lui obéir. "Tu peux te mettre de profil, s'il te plaît. Voilà, c'est bien. Tourne la tête vers moi. Maintenant l'autre côté. On fait toujours ça devant un mur blanc pour que ce soit le plus neutre possible. Il faut qu'on te voie bien. Dans les moindres détails. Lève la tête. Baisse le menton. Maintenant, tourne-toi. Oui, comme ça. Il faut qu'on entende ta voix. Regarde-moi et présente-toi. Ton nom, ton âge".


- Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d'enfants et puis...
de Michaël Cunningham
Éditions Belfond / Mars 2016


On connaît la chanson: la Belle succombe au charme de la Bête, Hansel et Gretel échappent à la sorcière, le crapaud se change en prince sous le baiser de la princesse, et tous vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Et puis les années passent. La Belle regrette-t-elle d'avoir épousé la Bête? Que devient la sorcière, vieille et seule dans sa maison de pain d'épices? Et la princesse? Quelle est cette mélancolie qui la tenaille? Ce manque qu'elle ne parvient pas à formuler? Cette nostalgie d'un moment perdu qu'elle se rejoue encore et encore; ce moment où, juste avant que ses lèvres ne se posent sur celles du crapaud, juste avant que la monstrueuse créature ne se transforme en prince charmant, tout était encore possible.


- Il y a mieux à vivre
de Benjamin Markovits
Éditions Christian Bourgois / Mars 2016


Greg Marnier, dit Marny, était parti tenter sa chance en Europe à l'issue de ses études. Sans succès. Il revient aux États-Unis mais peine à trouver sa place dans une société américaine ébranlée par la crise des subprimes. Le roman se situe en effet en 2009, au début de "l'ère Obama". Déçu par le rêve américain, Robert James, un jeune homme fortuné que Marny a rencontré pendant ses études, initie une expérience de renouvellement urbain à Detroit, ville sinistrée par le déclin de l'industrie automobile. Répondant à l'appel de son ami, Marny se lance dans cette aventure. Il tente de se forger une nouvelle vie aux côtés de personnalités diverses qui, dans l'esprit des Pères pèlerins, s'efforcent de reconstruire et repeupler les quartiers sinistrés de Detroit, ville ouvrière autrefois prospère. Dans cet élan collectif, l'on assiste à l'ébauche d'une société fondée sur l'espoir et la générosité. Mais les idéaux se heurtent rapidement aux réalités, laissant ressurgir les vieux démons de l'Amérique: incompréhensions, affrontements raciaux, relents de colonialisme et corruption larvée. Observateur de premier plan de ces tensions, Marny n'est pas épargné. Il va lui-même va se trouver impliqué dans une bagarre opposant deux de ses amis avant d'être appelé à témoigner dans un procès à connotation raciale. Il noue une relation amoureuse avec une enseignante du quartier, relation qui s'avère chaotique. Il croise également le Président des États-Unis, avec qui il joue un match de basket. Mais son association avec James tourne à la confrontation et il se verra contraint de quitter ce quartier qu'il avait adopté. Après sa trilogie byronienne, Benjamin Markovits replonge dans le vingt-et-unième siècle avec ce roman narré par un observateur impliqué. Le tableau qu'il brosse du parcours de ces nouveaux pionniers rend compte de l'espoir qui sous-tend toutes les initiatives de la société américaine. Mais la réalité tue parfois les idéaux. Ce roman illustre le processus et la renaissance qui s'ensuit. Car on n'arrête pas de tout recommencer. Optant pour un cadre contemporain, Benjamin Markovits brouille la frontière entre la fiction et la réalité pour mieux saisir une imperceptible tendance qui touche la politique, l'économie et la société américaines visiblement menacés par l'explosion.


- Invisible sous la lumière
de Carrie Snyder
Éditions Gallimard / Mars 2016


Après avoir couru toute sa vie, Aganetha Smart, aujourd'hui centenaire, vit dans un hospice où elle ne quitte plus son fauteuil roulant. Lorsqu'un duo d'inconnus l'emmène, prétextant la réalisation d'un documentaire sur sa carrière sportive, la vieille dame se doute que ce n'est pas le seul motif de leur visite. Lors de cette excursion qui se transforme en voyage dans le temps, Aganetha s'égare entre passé et présent, revivant ses souvenirs les plus marquants. La vie à la ferme aux côtés de son frère et de ses sœurs, la guerre impitoyable et les maladies soudaines qui frappent sa famille, mais surtout la découverte d'une passion qui l'aide à affronter tous les drames: la course. Cette passion grâce à laquelle elle rencontre l'amour et l'amitié, et qui lui fera vivre son heure de gloire lors des Jeux olympiques de 1928. Carrie Snyder nous plonge dans le destin tourmenté de cette femme athlète dont la performance historique marque profondément le monde du sport des années 1920. Avec force et délicatesse, elle entraîne le lecteur dans une course haletante sans que sa voix ne s'essouffle jamais, aux côtés d'Aganetha qui, elle, court sans espérer accomplir un exploit mais pour se donner le courage de vivre.


- J'ai toujours voulu tuer ma mère
de Patrick Iratni
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mars 2016


"Aux prises avec sa géométrie absurde, je tente de comprendre comment le cube du fauteuil "Relax, modèle Pompadour" va pouvoir passer la porte trapézoïdale de l'automobile. Bien sûr, j'aurais dû prévoir, mesurer. En me retournant, j'aperçois, collée à la vitrine de son magasin, la silhouette de la vendeuse, qui m'épie. Se moque-t-elle du fils modèle, névrosé poids moyen occidental, aux prises avec l'amour filial? Ai-je envie qu'elle vienne à mon secours? Peut-être pas, ou peut-être? L'air humide et chaud, comme un avant-goût de l'enfer, ralentit mes gestes et mes neurones. Dans le musée des moments cruels de l'existence, celui-ci serait considéré comme un chef-d’œuvre ultime". L'on pourrait se croire projeté dans l'un de ces énièmes récits de fin de vie en milieu hospitalier, requérant compassion et mines de circonstance Si l'absurde, embusqué au chevet du Grand sommeil, ne venait rendre son inimitable verdict. Comment, dès lors, ne pas succomber à la charge d'ironie qui chaque soir échange insidieusement les rôles entre une mère toujours bon pied bon oeil bien qu'au seuil de la mort, et un fils qui n'a guère de vie malgré tous ses efforts. Le malade n'est peut-être pas celle qui occupe la chambre. Le remède? Sans doute l'enfance, omniprésente dans chaque cœurs, qui continuera jusqu'à la fin de dérouler sa joyeuse ligne claire pour mieux réunir les territoires secrets de l'un et de l'autre.


- Jardins de la dissidence
de Jonathan Lethem
Éditions De L'Olivier / Mars 2016


Rose Zimmer est furieuse. Juive, communiste et new-yorkaise, surnommée la "Reine Rouge du Queens", elle est injustement exclue du Parti pour avoir fréquenté un policier noir. Nous sommes en 1955, et sa colère ne faiblira jamais. Sa fille Miriam en hérite, et lutte à son tour contre l'ordre établi en épousant la contre culture des années 1970. Quarante ans plus tard, Sergius, le fils de Miriam, veut se tenir éloigné des combats politiques. Mais peut-on échapper à une telle famille et cesser de croire en un monde meilleur? Du maccarthysme au mouvement Occupy, en passant par les luttes pour les droits civiques, Jardins de la dissidence couvre un demi-siècle de l'histoire de l'"autre Amérique", celle des radicaux. Une fresque puissante qui confirme le talent épique de Jonathan Lethem et fait revivre, par sa langue et sa bande-son, le quartier historiquement rebelle de New York, Sunnyside Gardens.


- J'attendrai la fin du monde
de Alain Gordon-Gentil
Éditions Julliard / Mars 2016


En 1967, les Mauriciens sont partagés entre indépendantistes et partisans de la domination britannique. Au cœurs de ce conflit, Horace Baudelaire, journaliste de son état, a bien du mal à trouver sa place. Descendant d'un des plus grands poètes français, ce gentil garçon souffre d'un mal étrange: il ne peut s'empêcher d'agir (et d'écrire) à rebours de ses convictions profondes. Avec un mélange d'humour toujours un peu cruel et de tendresse lucide, Alain Gordon-Gentil dépeint la société mauricienne qu'il connaît si bien. Retraçant un demi-siècle d'histoire, il nous livre ici une réflexion originale sur la question très actuelle de l'identité et des origines.


- Je m'appelle Radar
de Reif Larsen
Éditions Nil / Mars 2016


L'histoire est un cercle, et la vie un spectacle de marionnettes. Au commencement, Radar. Il naît dans le New Jersey en 1975 alors qu'une panne d'électricité plonge l'hôpital dans le noir. Le petit garçon vient au monde avec une peau d'un "noir d'aubergine" tandis que ses parents, Charlene et Kermin, sont blancs et que Charlene est une femme fidèle. Déboussolée, elle le soumet à une batterie de tests. Après des années de vaine quête auprès de différents médecins, Charlene et Kermin tentent un ultime essai: ils acceptent la bizarre invitation de Kirkenesferda, un groupe d'artistes-scientifiques du Grand Nord norvégien.  


- Je me souviens de l'imperméable rouge que je portais l'été de mes vingt ans
de Lydia Flem
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Les habits collent à la peau. Ils nous protègent et nous exposent. Le vêtement happe le regard social et trahit notre part d'ombre. Les hommes et les femmes ne sont pas égaux dans cette course aux apparences. Dans ce livre, Lydia Flem raconte les vêtements de ses souvenirs. Elle mêle avec malice le grave au frivole. Sur un mode ludique, elle poursuit sa quête de l'intime en adoptant une forme devenue classique depuis les Je me souviens de Georges Perec dans les années 1970. Cette forme, Perec l'a métamorphosée après l'avoir empruntée à l'artiste américain Joe Brainard, ami de son ami Harry Mathews. De la petite fille à l'amante, de la séductrice à la militante des droits de la femme et des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans), Lydia Flem s'amuse à psychanalyser nos gestes et nos codes vestimentaires. Cette promenade personnelle croise la garde-robe de nos souvenirs collectifs, photographies de mode, stéréotypes du savoir-vivre, scènes de cinéma, mots de la littérature, images de l'histoire et de l'actualité.


- Je ne me souviens pas
de Mathieu Lindon
Éditions P. O. L. / Mars 2016


Je me souviens ou je ne me souviens pas, telle est la question. Tout le monde se souvient du célèbre "Je me souviens" de Georges Perec ou de celui de Joe Brainard ("I remember"). Mais il est peut-être une autre manière de se décrire, en creux, en angle perdu ou mort, et c'est d'essayer de faire remonter à la surface ce dont on NE se souvient PAS. Paradoxale, cette proposition est déconcertante, elle déplace les lignes du souvenir et de l'oubli, elle perturbe l'ordre intime auquel, bon an mal an, nous nous efforçons de soumettre le temps passé. Elle autorise toutes les réévaluations, les approfondissements, les découvertes. Elle nécessite un travail intense et, ici, littérairement enthousiasmant. Entrant dans ce livre, nous participons à la mise en jeu hasardeuse d'une sorte d'autobiographie modeste, spéculative et méticuleuse et, comme on le dit d'une prise de vue, malgré tout quelque peu bougée, délicieusement bougée.


- J'enquête
de Joël Egloff
Éditions Brumerge / Mars 2016


Une nuit d'hiver, enneigée et glaciale. Un village endormi. Un détective privé, le narrateur, arrive sur les lieux pour mener une bien étrange enquête. Ce détective est un timide qui n'aime pas déranger son prochain. Il n'a plus d'argent et n'a pas vraiment l'habitude de ce métier. Il ressemble plutôt à un homme qui serait aux abois. J'enquête est le nouveau roman de Joël Egloff. Le lecteur retrouvera avec bonheur ses personnages décalés, sa poésie et son sens de l'absurde.


- Je vous écris de Téhéran
de Delphine Minoui
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Sous la forme d'une lettre posthume à son grand-père, Delphine Minoui, journaliste franco-iranienne, raconte ses années passées à Téhéran, de 1997 à 2009. Elle porte un regard neuf sur son pays d'origine, tiraillé entre ouverture et repli. À ses côtés, on s'infiltre dans les soirées interdites, on pénètre dans l'intimité des mollahs et des miliciens bassidjis, on suit les espoirs et les déceptions du peuple.


- Jukebox motel
de Tom Graffin
Éditions JC Lattès / Mars 2016


1967. Dans un bar de Los Angeles, Johnny Cash livre ses états d'âme à un inconnu. Le chanteur, pourtant au sommet de sa gloire, dit ne plus se reconnaître et rêver d'un endroit tranquille où il pourrait oublier "tout ce cirque". En face, l'inconnu se nomme Thomas James Shaper, jeune peintre underground qui vient de faire fortune et voit dans sa rencontre avec Cash le signe qu'il attendait. Comme lui, il s'est éloigné de ses racines. Comme lui, il sent que le monde bascule dans un vaste cirque. Alors, autant se mettre immédiatement en quête de ce "diable d'endroit". Peut-être pourra-t-il y retrouver lui aussi l'homme qu'il était? Entre réalité et fantasme, entre le rêve et la chute, Tom Graffin signe un premier roman foisonnant et résolument moderne.


- L'air adulte
de Ann-Marie Mac Donald
Éditions Flammarion / Mars 2016


Mary Rose a mis de côté sa carrière d'auteur à succès pour s'occuper de ses deux enfants adoptés avec sa compagne Hilary, metteur en scène. Lorsque celle-ci part en tournée, Mary Rose se retrouve débordée entre les enfants et ses parents vieillissants. C'est alors qu'elle éprouve les symptômes d'une maladie oubliée et doit plonger dans son passé pour réparer les blessures de son enfance. ©Electre 2016


- L'amant japonais
de Isabel Allende
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Alma Belasco, à 80 ans passés, toujours belle et pleine d'allant, décide de quitter la vaste demeure familiale de Sea Cliff où elle a grandi afin de s'installer à Lark House, une résidence pour personnes âgées des environs de San Francisco. Dans cette institution insolite où se croisent les personnes les plus fantasques, Alma se lie d'amitié avec Irina, une jeune infirmière moldave, qui cache derrière sa douceur et sa prévenance sans faille une blessure profonde et un passé qui continue de la hanter. Seth Belasco, le petit-fils d'Alma, tombe amoureux d'elle au premier regard et, au prétexte d'écrire une histoire de la famille, il rend de plus en plus souvent visite à sa grand-mère, qui se prête avec espièglerie au jeu des souvenirs. Au fil des mois, face à cet amour naissant et contrarié de deux êtres qu'elle chérit, Alma commence à raconter l'histoire de sa vie: sa fuite de Pologne dans les années 1930, son installation chez son oncle et sa tante à Sea Cliff, sa profonde amitié avec son cousin Nathaniel et surtout son histoire d'amour avec Ichimei, le fils du jardinier et le compagnon des jeux de son enfance.


- L'ami d'éternité
de Victoire Theismann
Éditions Pygmalion / Mars 2016


"J'ai eu le bonheur de vivre une magnifique amitié avec un être inclassable. Bernard Giraudeau était un être hors norme. Rien n'était de l'ordre du commun chez lui. Notre amitié a été à l'image de cela". Victoire Theismann a 17 ans lorsqu'elle rencontre Bernard Giraudeau pour la première fois lors d'un casting. Une amitié profonde s'installe, qui durera jusqu'à la mort de l'acteur. Il la pousse, la bouscule, l'aide à se rencontrer elle-même. Elle est un refuge, un espace de paix et d'échange pour cet éternel insatisfait, qui trouvera une voie d'apaisement dans la maladie. Cette histoire, cette quête de Soi, Victoire la partage dans un échange à une voix avec son ami disparu trop tôt. Une longue lettre qui devient un carnet de voyage au fil d'une amitié exceptionnelle.


- L'amour caché de Charlotte Brontë
de Jolien Janzing
Éditions L'Archipel / Mars 2016


1842. Deux des sœurs Brontë, Charlotte et Emily, âgées de 26 et 24 ans, quittent leur foyer austère pour Bruxelles, où elles vont suivre des cours de français. D'un naturel enjoué et curieux, Charlotte rêve de conquérir sa liberté. Sur place, elle et sa sœur font connaissance de Claire Heger, la directrice du pensionnat qui les héberge, et de Constantin, son époux, qui y enseigne le français. Charlotte voit en cet homme le symbole de l'intelligence et de la virilité. Ce maître, qui joue de son pouvoir sur ses jeunes élèves, devient vite l'objet de ses fantasmes, tant intellectuels, physiques que sentimentaux. Le retour en Angleterre est rude, d'autant qu'avant son départ Constantin lui a avoué qu'il partageait ses sentiments. Charlotte n'aura dès lors qu'une idée: fuir et retourner à Bruxelles pour vivre sa passion, quitte à s'y consumer.


- L'anesthésiste
de Richard Torrielli
Éditions Arléa / Mars 2016


Le docteur V. est anesthésiste. Il tient dans ses mains le sommeil de ceux qui ne doivent pas mourir. Chaque jour il refait ces gestes inquiétants qui plongent ses patients dans un coma artificiel protecteur. Ne plus rien ressentir, s'absenter, perdre conscience. Il se tient, tel un veilleur dans la salle d'opération. Puis il écrit, sans cesse. Sur le désir enfui mais qui taraude encore, la vie à l'hôpital, les victoires sur la mort, les échecs aussi. Nous le suivons pas à pas, mot à mot, dans ce parcours qui nous est révélé et qui bientôt dépasse les murs de l'hôpital. Comment ne pas parler de soi quand tout devient plus clair, plus simple aussi. L'Anesthésiste est l'histoire bouleversante d'un effacement.


- L'année de la comète
de Sergeï Lebedev
Éditions Verdier / Mars 2016


Si l'on retrouve dans ce roman un procédé cher à Lebedev, l'enquête, c'est surtout la chronique familiale qui est au centre du récit. L'apparition de la comète, qui invite le narrateur à interroger la vie de ses proches, est vue surtout à travers l'histoire de la grand-mère Tania qui en a été le témoin dans son enfance. La grande histoire ne se laisse approcher que par l'écriture et ne montre jamais sa face monumentale. Au travers de l'intime et de l'infime, maison, école, datcha, se dessinent cependant les vecteurs essentiels qui ont orienté la vie quotidienne et intérieure des Soviétiques pendant la période de transition. Sergeï Lebedev a cherché à donner place au vacillement identitaire de toute une génération, la sienne, et à comprendre les mécanismes des mutations qui ont accompagné son entrée dans la vie consciente, mais aussi les pièges politiques qui guettaient la Russie à ce moment-là. Pressentant que le réel possède un double fond, le narrateur se livre à une exploration des replis de l'existence qui, après l'avoir conduit au bord du danger extrême, lui livrera les clés pour comprendre son destin et sa propre personne.


- L'anticorps
de Julio Jose Ordovas
Éditions De L'Olivier / Mars 2016


"On volait comme des mouches, sans but précis et sans sortir du quartier. On s'alimentait de graines de tournesol, de bière et de fumée, en déversant notre rage contre le caillot de nuages qui gangrenait le ciel. On avait l'air idiot et on l'était probablement. Affalés sur notre banc, on s'amusait, c'était la seule chose qui comptait". Jesús rencontre Josu. Jesús est jeune, Josu est punk. Franco est mort, l'Espagne se remet à peine de la dictature. Leur amitié lui ouvre les portes de la liberté: Jesús découvre le rock, les filles, la drogue. Son monde est réenchanté. Mais la réalité rattrape toujours ceux qui la fuient.


- L'arracheuse de dents
de Franz-Olivier Giesbert
Éditions Gallimard / Mars 2016


Sous le plancher de sa maison de famille, un professeur retrouve par hasard les Mémoires inédits de son aïeule Lucile Bradsock, réfugiée en pleine Révolution française chez un célèbre dentiste parisien qui lui a appris le métier. Sa vie claque comme une épopée. Devenue l'une des premières femmes dentistes de l'Histoire, cette scandaleuse soigne Robespierre aussi bien que le fils du roi, avant de partir en Amérique sur un bateau négrier. Grâce à ses talents de praticienne et au fil de ses aventures entre les deux continents, Lucile rencontre Louis XVI, Washington, La Fayette ou Napoléon, tous décrits sous un jour inattendu. Prenant fait et cause pour les esclaves du Sud ou les Indiens de l'Ouest, ce Monte-Cristo en jupons cherche toujours à infléchir le cours de l'Histoire sans oublier de redresser les torts et de faire justice elle-même. Infatigable séductrice, Lucile Bradsock professe un goût immodéré de l'amour et des hommes. Sa devise: "Merci la vie". Cette odyssée truculente est finalement un hymne à la joie.


- L'atelier des poisons
de Sylvie Gibert
Éditions Plon / Mars 2016


Paris, 1880. À l'académie Julian, le premier atelier à ouvrir ses portes aux femmes, la vie n'est pas facile. L'apprentissage du métier de peintre est ardu, long et coûteux. Seules les jeunes filles dotées d'un véritable talent et, surtout, d'une grande force de caractère, parviennent à en surmonter les obstacles. Du talent, Zélie Murineau n'en manque pas. De la force de caractère non plus. N'a-t-elle pas déjà prouvé qu'elle était prête à tout pour parvenir à ses fins? Pourtant, lorsque Alexandre d'Arbourg, le commissaire du quartier du Palais-Royal, lui demande de faire le portrait de sa filleule, sa belle assurance est ébranlée: comment ne pas croire que cette commande dissimule d'autres motifs? Même si elle en connaît les risques, elle n'est pas en mesure de refuser le marché que lui propose le beau commissaire: elle sera donc "ses yeux". Des auberges mal famées jusqu'aux salons de la grande bourgeoisie, elle va l'aider à discerner ce que les grands maîtres de la peinture sont les seuls à voir: les vérités qui se cachent derrière les apparences.


- L'autre
de Marta Rojals
Éditions Jacqueline Chambon / Mars 2016


En décrivant, à l'époque des Indignados, la vie quotidienne d'un couple de Barcelonais trentenaires, Marta Rojals fait le portrait saisissant d'une génération d'adultes frappée de plein fouet par la crise économique et qui, habituée à vivre sans contrainte, hésite entre résignation et indignation. Lorsque Manel, son compagnon, est licencié par son journal, Anna prend les choses en mains et, comme Cati, sa patronne, sue sang et eau pour honorer les contrats décrochés. Mais si Anna se bat pour mettre son couple à l'abri, elle ne renonce pas pour autant à vivre. Et quand elle tombe amoureuse du tout jeune Teo, elle se jette dans cette passion avec une fougue qui étonne chez cette femme réservée jusqu'à la froideur. La complexité du personnage, sa rigidité, ses angoisses et ses phobies, reste entière jusqu'au surprenant renversement final. Thriller psychologique, L'Autre est un roman criant de modernité, à la langue rafraîchissante et acérée, qui brasse les thèmes de la crise économique, de la maternité, de la sexualité, de l'isolement et des réseaux sociaux, de l'aveuglement du désir, sans jamais perdre de vue son centre névralgique: la figure d'Anna, omniprésente, addictive.


- L'étoile du chien qui attend son repas
de Hwang Sok-Yong
Éditions Serge Safran / Mars 2016


En Corée du Sud, dans les années soixante. Chun et son copain Inho abandonnent les cours pour vivre dans une grotte puis faire l'été une grande virée dans leur pays encore marqué par l'occupation japonaise et la guerre. De retour à Séoul, ils reprennent leurs études, forment un cénacle avec leur nouvel ami, le peintre Chang Mu, se retrouvent tous au café Mozart. Chun et Mia entament une relation amoureuse qui les entraîne vers l'île de Cheju. Mais Mu meurt de la tuberculose et Chun est arrêté pour avoir manifesté. En prison il rencontre "Lieutenant" avec qui il part travailler sur des chantiers et en mer. C'est alors qu'il découvre, par une belle nuit, l'"étoile du chien qui attend son repas", autrement dit Vénus. Enfin, après avoir voulu devenir moine et rescapé d'une tentative de suicide, il est appelé sous les drapeaux. Ainsi ce beau périple initiatique à plusieurs voix, où s'entremêlent premières amitiés et amours, recherche spirituelle, aspiration à la liberté, se termine avec ironie par le départ pour le Viet Nam du principal narrateur, enrôlé pour cette guerre américaine qui n'est pas la sienne.


- L'heure d'or
de William Nicholson
Éditions Bernard de Fallois / Mars 2016


Dans l'Angleterre bourgeoise et provinciale, celle du Sud, Henry et Laura Broad mènent la vie apparemment délicieuse de deux quinquagénaires. Une semaine les sépare d'un dîner qui réunira quatre couples, tous des intellectuels: Andrew et Maggie, la trentenaire qui hésite à s'engager, Diana et Roddy, le sexagénaire qui veut tout plaquer, Liz et Alan, les quadragénaires. Liz, harcelée par sa mère, la vieille Mme Dickinson. Alan, le scénariste d'un film tourné dans la campagne anglaise, pendant L'Heure d'Or, celle qui précède le coucher du soleils Sept jours au cours desquels, au gré d'événements même mineurs qui dérèglent leurs vies, les personnages de ce roman s'interrogent et dévoilent leurs angoisses les plus profondes. Les nôtres. Après L'Intensité secrète de la vie quotidienne et Quand vient le temps d'aimer, William Nicholson campe ce troisième roman dans la chaleur exceptionnelle d'une semaine de juillet dans le Sussex. Un récit vrai, avec ce regard et cet humour qui permettent aux Anglais de garder de la distance envers les passions des autres. Si vrai que le lecteur s'engouffre dans la vie des personnages et reconnaît la sienne.    


- L'invention des ailes
de Sue Monk Kidd
Éditions 10-18 / Mars 2016


Caroline du Sud, 1803. Fille d'une riche famille de Charleston, Sarah Grimké sait dès le plus jeune âge qu'elle veut faire de grandes choses dans sa vie. Pour ses 11 ans, sa mère lui offre la petite Handful comme esclave personnelle. Sarah se dresse contre les horribles pratiques de telles inégalités. Une belle amitié naît entre les deux fillettes, qui aspirent toutes deux à s'échapper de la maison Grimké. Au fil des années, elles deviennent des jeunes femmes avides de liberté et d'indépendance, qui se battent pour affirmer leur droit de vivre et se faire une place dans le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:16

- L'étoile du chien qui attend son repas
de Hwang Sok-Yong
Éditions Serge Safran / Mars 2016


En Corée du Sud, dans les années soixante. Chun et son copain Inho abandonnent les cours pour vivre dans une grotte puis faire l'été une grande virée dans leur pays encore marqué par l'occupation japonaise et la guerre. De retour à Séoul, ils reprennent leurs études, forment un cénacle avec leur nouvel ami, le peintre Chang Mu, se retrouvent tous au café Mozart. Chun et Mia entament une relation amoureuse qui les entraîne vers l'île de Cheju. Mais Mu meurt de la tuberculose et Chun est arrêté pour avoir manifesté. En prison il rencontre "Lieutenant" avec qui il part travailler sur des chantiers et en mer. C'est alors qu'il découvre, par une belle nuit, l'"étoile du chien qui attend son repas", autrement dit Vénus. Enfin, après avoir voulu devenir moine et rescapé d'une tentative de suicide, il est appelé sous les drapeaux. Ainsi ce beau périple initiatique à plusieurs voix, où s'entremêlent premières amitiés et amours, recherche spirituelle, aspiration à la liberté, se termine avec ironie par le départ pour le Viet Nam du principal narrateur, enrôlé pour cette guerre américaine qui n'est pas la sienne.


- La 2CV verte sans retour
de Manu Causse-Plisson
Éditions Denöel / Mars 2016


Isaac est un petit garçon vide. Un corps, des yeux, mais rien à l'intérieur. Il ne parle pas, sauf quand il hurle. Ses parents se sont détruits peu à peu à coups d'amertume et de culpabilité. Éric, le père, est épuisé et désemparé. Jusqu'au jour où il hérite d'une vieille 2 CV, une 2 CV verte. Et quand Isaac la voit, quelque chose change. Tout s'emballe: le père décide d'enlever son fils de la clinique et de partir à l'aventure au volant de la 2 CV. Aidés par une adolescente lunatique, traqués par un gendarme amateur de champignons et accompagnés d'un chaton bavard et arrogant, le père et le fils nous plongent dans un conte initiatique tendre et loufoque.


- La baignoire
de Lee Seung-U
Éditions Serge Safran / Mars 2016


Sous un banal prétexte, un homme revient dans l'appartement qu'il a partagé avec une jeune veuve rencontrée au cours d'un voyage d'affaires au Mexique. Mal marié, la trentaine bien avancée, d'une situation honorable quoique menacée, il part à la recherche de souvenirs que sa mauvaise conscience a relégués dans le marais de sa mémoire. Soucieux de respectabilité, conscient de son âge, il s'interroge sur ses sentiments: pourquoi, lui, ne peut-il être heureux comme ces jeunes Mexicains qui s'embrassent et s'enlacent si librement sur la plage? Pourquoi ce paradis lui est-il refusé? Roman profondément lyrique, où les thèmes de l'amour, du bonheur et de la mort sont magnifiés par l'évocation de la mythologie maya et l'image sublimée de la clarté de la lune sur la mer. L'eau, matrice et menace, est partout présente. Aux Caraïbes comme dans la baignoire qui trône dans la chambre de la jeune femme. Roman d'une étonnante modernité, beau et mélancolique.


- La compagnie des artistes
de Chris Womersley
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Tom, dix-huit ans, a quitté sa campagne natale pour étudier à l'université de Melbourne. Envoûté par l'énergie qui fait vibrer la capitale culturelle et artistique de l'Australie dans ces années 1980, il découvre "Cairo", la résidence Art nouveau quelque peu décrépite où il emménage dans un appartement dont ses parents ont hérité. Aussitôt, le jeune homme est adopté par une singulière colonie d'artistes. L'un d'eux, Max Cheever, musicien fantasque, bohème et anarchiste, va tout lui apprendre. Premières amours, premiers méfaits et première arnaque autour d'un des plus célèbres tableaux du XXe siècle. Tom en sera transformé à jamais. Mais il en tirera une cruelle leçon: il faut toujours s'efforcer de distinguer le vrai du faux. Dans ce roman d'apprentissage au suspense psychologique captivant, l'auteur réussit un saisissant portrait d'une jeunesse excentrique au seuil de l'âge adulte, face aux illusions et aux déceptions qui l'accompagnent.


- La cuisinière
de Mary Beath Keane
Éditions 10-18 / Mars 2016


Immigrée irlandaise arrivée seule à New York, Mary Mallon travaille comme lingère avant de se découvrir un talent pour la cuisine. Malheureusement, dans toutes les maisons bourgeoises où elle est employée, les gens contractent la typhoïde et certains en meurent. Mary, de son côté, n'en présente aucun symptôme. Des médecins finissent par s'intéresser à son cas, mais la cuisinière déteste qu'on l'observe comme une bête curieuse et refuse de coopérer. Les autorités sanitaires, qui la considèrent comme dangereuse, décident de l'envoyer en quarantaine sur une île au large de Manhattan. Commence alors pour Mary Mallon, femme indépendante, un combat à armes inégales pour sa liberté.


- La faim du loup
de Stephen Marche
Éditions Actes Sud / Mars 2016


Des chasseurs ont retrouvé son corps nu dans la neige. C'est ainsi que s'ouvre le roman de Stephen Marche, dont le dernier ouvrage a été qualifié par la New York Times Book Review de "mélange de genres le plus excitant depuis L'Atlas des nuages de David Mitchell". Le corps dans la neige, retrouvé dans un endroit retiré au nord du Canada, est celui de Ben Wylie, l'héritier d'une dynastie qui a constitué la deuxième fortune des États-Unis. Loin de là, à New York, Jamie Cabot, le fils des domestiques des Wylie, va tenter de comprendre comment Ben Wylie est mort, et pour quel terrible secret. Roman tout à la fois fitzgeraldien et lycanthropique, La Faim du loup mêle le roman familial à une subtile et glaçante métaphore de la bestialité du capitalisme.


- La femme sur l'escalier
de Bernhard Schlink
Éditions Gallimard / Mars 2016


Quand le narrateur de ce roman, un grand avocat allemand âgé d'une soixantaine d'années, tombe par hasard sur un célèbre tableau montrant une femme nue sur un escalier, dans une galerie d'art à Sydney, il décide de ne pas prendre son vol de retour et de mener l'enquête. Est-ce pour essayer de comprendre comment ce tableau de l'illustre Karl Schwind a atterri en Australie ou pour tenter de retrouver la femme qui a servi de modèle au peintre? Ou peut-être venir à bout d'un sentiment de remords qui le ronge depuis trente-cinq ans, depuis sa rencontre avec Irène, femme de l'industriel Gundlach et maîtresse de Schwind. Son rôle d'avocat devait se limiter à régler le différend entre les deux hommes, mais c'était sans compter sur Irène, dont il tomba fou amoureux. Prêt à tout pour elle, il avait risqué sa carrière, avant de comprendre qu'Irène l'avait seulement utilisé pour s'enfuir. Quand la presse internationale révèle la présence du tableau à Sydney, Gundlach et Schwind se mettent eux aussi en quête de la vérité, et de la femme qui détient seule la clef du mystère. La femme sur l'escalier nous parle avec force des interrogations qui traversent parfois nos existences, cette envie de savoir si elles auraient pu être différentes si. Ces "si" qui ne reçoivent que rarement des réponses.    


- La fille du froid
de Rupert Thomson
Éditions Denöel / Mars 2016


Katherine Carlyle naît à la fin des années 1980 grâce à une fécondation in vitro. L'embryon a été congelé durant huit ans, avant d'être implanté dans le ventre de sa mère. Katherine grandit dans une famille aisée et aimante. Pourtant, les réminiscences de ces huit années restent profondément ancrées en elle. Lorsque sa mère meurt d'un cancer, Katherine a dix-neuf ans et se retrouve isolée avec un père de plus en plus distant. Fantasque et libre d'esprit, elle semble toutefois mener une vie légère et séduisante, pleine de possibilités. Pourtant, quelques semaines avant d'entrer à l'université d'Oxford, Katherine disparaît sans un mot. Elle se lance alors dans un étrange voyage au bout du monde, se dirigeant toujours plus vers le froid. Katherine compte ainsi mettre à l'épreuve l'amour paternel, faire le deuil de sa mère et s'émanciper enfin. Ce roman profond et émouvant offre une variation fascinante du mythe des origines. La Fille du froid s'annonce comme le chef-d'œuvre de Rupert Thomson.


- La foule
de Driss Chraïbi
Éditions Denöel / Mars 2016


Toute ressemblance avec des personnes et des faits réels ne saurait être que fortuite…
Octave Mathurin, brave fils d'officier de réserve, malheureux professeur d'histoire sans ambition et sans autorité, n'arrive à calmer ses élèves qu'en leur racontant des histoires drôles. Un beau jour, une éminence grise voit en lui le chef idéal du pays: un benêt certes, mais sympathique, et la Foule justement, ne réclame rien d'autre. Le voilà donc propulsé à la tête de l'État. Son premier acte pour affirmer sa virilité et son pouvoir: boire six canettes de bière. Sa préoccupation principale: ne surtout pas être dérangé lorsque sa femme fait la cuisine. À travers sa lecture de La Foule, Éric Fottorino, figure incontournable de la scène journalistique et littéraire, nous invite à redécouvrir l'œuvre de Driss Chraïbi, son humour féroce et sa grande liberté de ton.


- La gloire d'Inès
de Philippe Delaroche
Éditions Stock / Mars 2016


"Ma fille Inès a péri dans un incendie en plein Paris. Sept ans ont passé, soit le tiers de son existence. Il est temps pour moi de faire mémoire de la jeune fille qu'elle était, de l'éblouissante promesse qu'elle incarnait. De reprendre la conversation que sa mort n'a pas interrompue. S'il m'est odieux d'en être séparé depuis le 21 mars 2009, je ne l'ai pas perdue. Et c'est au bras d'Inès que je me suis découvert des amis, des frères et des sœurs, du lointain passé comme du brûlant présent. Poètes, écrivains, philosophes, peintres, musiciens, tous ces parents orphelins m'ont guidé vers une secrète vérité. L'événement capital n'est pas la mort d'Inès, mais qu'il nous ait été donné de la voir naître, exister, s'exprimer, et qu'en la glorifiant finisse par filtrer le sentiment mystérieux de sa présence". P. D.


- La grève des femmes formidables
de Alex Riva
Éditions Denöel / Mars 2016


"Chères femmes formidables, (et chers messieurs curieux),
Si vous vous dites souvent que:
- Vous êtes fatiguées de tout gérer, pour tout le monde, tout le temps.
- Vous répétez à vos enfants chaque jour la même chose sans effet.
- Vous vous retenez de donner votre démission à chaque crise de votre patron.
- Vous aimeriez bien avoir une vingt-cinquième heure juste pour vous.
Alors il est temps de venir découvrir mes aventures et celles de mes amies Alice, Andréa et Chloé. Elles vous rappelleront sûrement des moments que vous avez déjà vécus, des rires, des larmes, des colères, des moments de blues. Bref, tous les instants de la vie d'une femme formidable parce que, vous aussi, vous en êtes une. Si vous prenez autant de plaisir à lire notre histoire que nous en avons eu à la vivre, c'est que j'ai bien fait de vous écrire". Emma


- La maison de vacances
de Anna Fredriksson
Éditions Denöel / Mars 2016


Eva a complètement coupé les ponts avec son frère Anders et sa sœur Maja. Alors qu'ils n'ont eu aucun contact depuis plusieurs années, la mort brutale de leur mère les réunit. Très vite, une violente dispute éclate concernant l'héritage: Eva estime que la maison de vacances sur l'archipel suédois que sa mère aimait tant lui revient de droit, mais Anders et Maja ne sont pas du même avis. Eva se réfugie alors sur l'archipel. Mais, quelques jours plus tard, Anders et Maja arrivent à leur tour avec conjoints et enfants. Au fil des jours, tous vont apprendre à se connaître, mais est-il encore possible de renouer des liens brisés depuis si longtemps? Anna Fredriksson nous parle de ce lieu où se nouent et se dénouent les drames familiaux, où les liens se resserrent, dans ce roman émouvant et intelligent sur les relations fraternelles compliquées, le chagrin et l'amour.    


- La maison des hautes falaises
de Karen Viggers
Éditions Les Escales / Mars 2016


Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Très vite, il tombe sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent. Peu de temps après son arrivée, sa route croise celle de Callista, artiste passionnée, elle aussi blessée par la vie. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à se comprendre et à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs pour guérir et faire de nouveau confiance à la vie?    


- La nébuleuse de l'insomnie
de Antonio Lobo Antunes
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


"enfuis-toi à Trafaria puisque c'est là que le monde se termine sur un ponton qui s'avance dans le fleuve et sur le ponton mon grand-père et moi en train de penser à toi, Maria Adélaïde, pas malade, immobile dans le potager un ruban dans les cheveux, je me souviens si bien de ce ruban et ce qu'il peut m'exalter, vraiment, ses ondulations au gré de tes pas".


- La nuit appartient au tigre
de Michel Honaker
Éditions Denöel / Mars 2016


Ancien des forces spéciales, Derek Ardo cherche à fuir son lourd passé. Reconverti dans l'humanitaire, il est engagé par une fondation pour prendre la tête d'une médiathèque dans un quartier neuf d'Aramsha, en Inde. Hormis Aparajita, une petite fille au caractère bien trempé, et Trishna, une jeune femme bannie par sa famille pour avoir fui un mariage forcé, les visiteurs sont rares, et sa vie s'annoncerait des plus tranquilles s'il n'y avait la présence d'un tigre mangeur d'hommes, dont les victimes se multiplient. Un climat de méfiance et de peur s'installe en ville, et Derek engage alors une guerre personnelle contre le fauve. Michel Honaker soulève des questions intemporelles telles que la relation de l'homme à la nature, sa volonté de contrôle et de domination, ou encore le poids des traditions. Tout à la fois roman d'aventures, d'initiation et fable écologique contemporaine, La nuit appartient au tigre est un roman court, dense et inoubliable.


- La petite échappée
de Macha Lemière
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


"Je suis sortie de la maison, chargée d'un sac à dos et d'une énorme valise bourrée des choses que ma mère destinait à la sienne, dont des pots de confiture vides. Je n'ai pas flanché. Fonçant tête baissée, j'ai fait irruption dans le hall de la gare. Les néons cliquetaient et il flottait un air d'abandon sur les sièges en plastique. Le vent secouait les portes battantes, la poussière et les gobelets roulaient sur le sol. Il n'y avait personne. J'ai étudié le panneau des départs. À cette heure-là, il ne restait que le train de 22 h 22 à destination de Tours. Quant à savoir si Nevers était sur le chemin de Tours, je n'en savais rien". Un jour, sans crier gare, Magali la timide décide de quitter sa famille. Elle espère retrouver Pierre, un jeune et beau guitariste dont elle est tombée amoureuse. Sans trop savoir ou cela la conduira, elle monte dans un train, et vogue l'aventure. Au cours de ses pérégrinations, Magali va rencontrer toute une galerie de personnages fantasques et indisciplinés, libres comme la vie.


- La prime lumière
de Emmanuelle Tonon
Éditions Verdier / Mars 2016


C'est vrai : elle est morte. Elle, c'est la mère du narrateur. Originaire d'un petit village de Calabre, issue d'une famille pauvre, mariée de force, partie s'installer dans le nord de l'Italie, loin du courroux familial, afin de porter jusqu'à terme l'enfant qui était en elle, le fruit du mal, un viol. Cet enfant, c'est Emanuele. Dont la vie bascule lorsque, trentenaire, sa mère meurt soudainement. Le texte est une prise de conscience radicale qui devient un long cri de désespoir où le narrateur tente de reconstruire la figure de la mère morte, chante son amour et son déchirement, plongeant dans les souvenirs, les regrets, dans les histoires et les confidences maternelles. C'est le cri de douleur d'un fils abandonné, trahi par une mère qui a fui dans la mort, coupable et adorée, impardonnable. C'est aussi le cri de révolte d'un écrivain contre le sort des pauvres impitoyablement délaissés par Dieu et par les hommes. Le récit est empli d'un sentiment de solitude infinie et de colère, il a la profondeur d'une douleur sans larmes.


- La sagesse du cœurs
de Henry Miller
Éditions Bartillat / Mars 2016


Comme toujours l'activité de l'écrivain est au centre de ses réflexions, mais ce qui compte avant tout à ses yeux est de vivre pleinement. Ainsi: "J'ai commencé dans un chaos et une obscurité absolus, dans une tourbière ou un marais d'idées, d'émotions et d'expériences. Aujourd'hui encore je ne me tiens pas pour un écrivain, au sens ordinaire du mot. Je suis quelqu'un qui raconte l'histoire de sa vie, processus qui semble de plus en plus inépuisable à mesure que j'avance. Comme l'évolution du monde, il est sans fin". Henry Miller recommande à chacun de suivre son destin personnel, de l'accepter, quelle que soit la direction. Conçu juste avant et pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce livre de mélanges transfigure Henry Miller en une sorte de prophète pour notre temps où il s'agit avant tout de rester vivant.


- La veillée
de Virginie Carton
Éditions Stock / Mars 2016


"C'était si étrange, si inattendu, de se retrouver soudain tous les deux seuls après des années d'éloignement, sans conjoints, sans enfants. Juste une maison vide et un mort à veiller". La mort d'un père qui n'a pas livré tous ses secrets. Deux amis d'enfance pour le veiller. Marie et Sébastien ont une nuit pour découvrir la vérité. Et peut-être, enfin, se la dire. Entre rires et larmes, un roman plein de tendresse et d'aveux. Un roman d'amitié.


- La veuve Basquiat
de Jennifer Clement
Éditions Christian Bourgois / Mars 2016


New York, dans les années 1980: une ville fascinante et un peu folle. Berceau du hip hop et de la culture underground, elle débordait d'une énergie créative inégalée qui a vu naître les créations artistiques parmi les plus significatives du XXe siècle. C'est à cette époque que Jean-Michel Basquiat, aujourd'hui l'un des peintres les plus côtés sur le marché de l'art, régulièrement exposé dans les plus grands musées du monde, est devenu un artiste d'avant-garde. Durant les dernières années de sa vie, avant sa mort à l'âge de 27 ans, il a partagé sa vie avec Suzanne Mallouk, son amante et sa muse. Tous deux s'étaient rencontrés dans un bar du Lower East Side, après que Suzanne a fui son foyer canadien. Ce fut le point de départ d'une relation agitée et passionnée, qui a profondément influencé le travail de Basquiat. C'est de cette relation que Jennifer Clement fait le récit, du point de vue de son amie Suzanne Mallouk.


- Le bigorneau fait la roue
de Hervé Pouzoullic
Éditions Anne Carrière / Mars 2016


Marc est un jeune étudiant rêveur, paresseux et cultivé. Puisqu'il est temps de devenir un homme, il dresse son propre bilan de compétences: la seule chose qui le motive vraiment dans la vie, c'est le grand amour, et il lui faut bien reconnaître qu'en la matière il est le pire des cancres. Il part se ressourcer dans sa famille, en Bretagne, auprès de ses parents et de sa grand-mère qui lui révèlent un grand secret: ce qui fait durer les couples, c'est l'incompréhension mutuelle. Il transforme alors cette conviction en plan de bataille et décide de tenter sa chance à l'international, auprès d'étrangères dont il est sûr qu'elles ne le comprendront pas. Marc va se lancer au fil des ans dans trois campagnes téméraires, en Italie, aux États-Unis et en Russie. Malheureusement pour lui, les femmes sont les plus clairvoyants des stratèges, et il lui faudra affronter des débâcles sanglantes avant de prétendre à une galante victoire.


- Le blues de Bertie
de Alexander McCall Smith
Éditions 10-18 / Mars 2016


Las de supporter jour après jour la tyrannie de sa maniaco-névrosée de mère, Bertie décide de prendre des mesures drastiques et de se mettre en vente sur eBay. De son côté, Domenica, récemment fiancée à Angus Lordie, doit faire face aux problèmes qu'implique la vie à deux. À Moray Place, Mattew et Elspeth Harmony reviennent de la maternité avec des triplés dans les bras. Bref, les résidents du 44 sont au sommet de leur forme.


- Le bon plaisir
de Françoise Giroud
Éditions Mazarine / Mars 2016


Il y a des hommes-soleil qu'il ne faut pas aimer, surtout lorsqu'on a vingt ans. En s'approchant trop près, on brûle; en s'éloignant, on a froid. Celui dont la petite Claire aux yeux mauves est parvenue à s'arracher pour se soustraire à l'inacceptable, elle croyait, après dix ans, l'avoir oublié, bien qu'il soit devenu le personnage le plus important de l'État. Mais voilà qu'à cause d'elle, il se trouve en danger de scandale. Car il y a des lettres qu'il ne faut pas écrire quand on se prépare à un destin national. Et qu'il ne faut pas garder quand on les reçoit d'un homme public. À moins que… Dérobée par un voleur qui joue avec le feu, recherchée par un ministre sentimental, exploitée par un journaliste avisé, cette lettre finira comme elle aurait dû commencer. Mais entretemps, un homme que l'ambition rend implacable et une femme qu'un certain amour rend irréductible auront joué l'un contre l'autre une fameuse partie. Plus de trente ans après sa parution, le premier roman de Françoise Giroud n'a rien perdu de sa saveur ni de son impertinence.


- Le célibataire
de Stella Gibbons
Éditions Héloïse d'Ormesson / Mars 2016


Londres est sous les bombes. Dans le comté de Hertfordshire, l'air est plus respirable. C'est du moins ce que pense Miss Fielding qui règne sans partage sur la demeure familiale de Sunglades où elle vit avec son frère, Kenneth, éternel célibataire, et sa cousine. Tout est parfaitement en ordre. Mais le Blitz l'oblige à remplir les chambres. Voici qu'arrivent une jolie veuve, Betty, son fils, Richard, et la nouvelle servante, une jeune réfugiée baïramienne joyeusement impertinente. Sans compter d'imprévisibles visiteurs. Et dans l'apparente tranquillité de la campagne anglaise, il se pourrait bien qu'un autre danger rôde, celui de l'amour. Avec une pénétrante intuition et une redoutable perspicacité, Stella Gibbons, dans ce chassé-croisé amoureux, dépeint l'Angleterre en guerre et sa bourgeoisie pétrie de certitudes.


- Le cœurs régulier
de Olivier Adam
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Depuis la mort de son frère, Sarah est perdue. Ce n'était pas un accident, croit-elle. Pour en avoir le cœur net, elle se rend dans un village côtier au Japon, au pied des falaises où il fut heureux. Chez Natsume, vieil homme solitaire qui a guéri Nathan de son désespoir, Sarah va revivre les derniers moments de la vie de ce frère tant aimé. Éprouver les mêmes sensations mais aussi les mêmes vertiges.


- Le complexe d'Icare
de Erica Jong
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


Isadora Wing, jeune New-Yorkaise séduisante et insolente, est dans une situation embarrassante. Alors qu'elle a peur en avion, elle se retrouve embarquée à dix milles mètres d'altitude avec cent dix-sept psychanalystes, dont sept l'ont eue comme analysante. Assis à ses côtés, le septième est aujourd'hui son second mari, avec qui elle part à Vienne pour une conférence de psychanalyse. Elle s'apprête à passer une semaine de séminaires fastidieux, parmi ses anciens psys et son mari qui l'ennuie terriblement. Cependant, sa rencontre avec Adrian Goodlove, un bel Anglais au charme irrésistible, va bouleverser son voyage, son mariage et sa vie. Érotique et littéraire, sensuel et intelligent, ce roman captivant sur le désir féminin a suscité une polémique lors de sa publication aux États-Unis en 1973 et a fait connaître à Erica Jong un succès international à vingt-neuf ans. Femme fatale à l'humour détonant et croustillant, Isadora Wing est un personnage emblématique de la littérature américaine. La voix franche de cette héroïne rabelaisienne a produit comme une onde de choc en plein mouvement de la libération des femmes pendant les années 1970. En plus d'être une déclaration d'indépendance, Le Complexe d'Icare est aussi un chef-d’œuvre comique avec les confidences d'une copine à la Bridget Jones ou à la Carrie Bradshaw. Il reste d'une insolence monumentale, saisissant d'actualité.


- Le dernier colonel
de Jean Lods
Éditions Phébus / Mars 2016


Depuis qu'il y a une forteresse, il y a un colonel pour la commander. Et une fille de colonel pour dévaler la colline et aller danser. Entendez-vous la musique des fêtes? Elle vient de la mer comme l'odeur du large. Qui reconnaîtra que le métal des notes commence à se fêler? Car la surface des marécages ne cesse de croître et la frontière de reculer. La tempête approche. Et, avec elle, les ennemis insaisissables sur leurs chevaux légers. "Mais nous tiendrons", murmure le vieux colonel. Auteur célébré par la critique et les prix, Jean Lods n'avait pas publié de roman depuis vingt ans. Il nous offre aujourd'hui un conte métaphysique rempli de tendresse et d'ironie: le récit d'un homme en lutte avec l'inéluctable.


- Le fantôme de la Mary Céleste
de Valérie Martin
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Entre mythe et réalité, la grande romancière Valerie Martin, revisite l'histoire d'une des plus célèbres énigmes maritimes: le 4 décembre 1872, la Mary Celeste, un brigantin américain en route vers Gênes, est retrouvé dérivant au large des Açores. À son bord, aucune trace de l'équipage, de son capitaine, Benjamin Briggs, de son épouse et de sa fille qui l'accompagnaient. Pour le jeune écrivain Arthur Conan Doyle, cette disparition est une source d'inspiration inespérée. Pour Violet Petra, médium réputée dans les cercles huppés de Philadelphie, un cauchemar. Et pour le public de l'époque victorienne, obsédé par la mort, un fascinant mystère. Un navire surgi d'une brume semblable aux ténèbres, un écrivain naissant à la veille de la gloire, l'émergence d'une ferveur spirituelle troublante et inédite: trois trames qui convergent tout au long d'un récit aussi tumultueux que les océans menaçant d'engouffrer la Mary Celeste. Un roman ambitieux sur l'amour, la perte, et les légendes parfois plus fortes que la vérité.


- Le jardin au clair de lune
de Corina Bomann
Éditions Charleston / Mars 2016


Le jour où un étrange vieil homme lui offre un violon orné d'une rose qui aurait appartenu à sa famille, Lilly Kaiser voit sa vie basculer. Quelle énigme renferment l'instrument et la partition intitulée Le Jardin au clair de lune dissimulée à l'intérieur? De Berlin à Londres en passant par l'Italie, ses recherches vont mener Lilly jusqu'à Sumatra, une île d'Indonésie intense au riche passé colonial. Des plantations de canne à sucre aux concerts éblouissants, Lilly met ses pas dans ceux de deux violonistes virtuoses, Rose et Helen, qui ont enchanté les foules cent ans plus tôt. Elle est encore bien loin de se douter qu'en pénétrant dans le mystérieux et sublime jardin "au clair de lune", elle a rendez-vous avec sa propre histoire et avec l'amour.


- Le jour des ours volants
de Evelina Santangelo
Éditions Les Allusifs / Mars 2016


Il s'était retourné pour regarder les oiseaux toujours campés sur leur falaise, les ailes repliées, le bec affilé qui semblait flairer l'air. Indifférents et de plus en plus lointains, tandis qu'il sentait monter autour de lui, démesurée, toute cette mer. Jon Scripcaru a fui la guerre des Balkans et vit tant bien que mal dans une ville qui pourrait être Palerme. Malgré son quotidien précaire, il conserve un motif de dignité et d'espoir peu banal: son ours, qu'il a appris à dresser chez les Tziganes. Le jeune homme se donne pour défi de lui apprendre à monter à bicyclette. Pour cela, il faudra que naisse une solidarité avec les gens de la ville, plutôt méfiants devant cet étranger, un de plus, qui a trouvé refuge chez eux. Une entreprise assez folle entrecoupée par l'évocation de son passé et de ce qui l'a amené à ce présent en terre étrangère, seul, en survie. Pudique, poignant, ciselé, un roman qui flirte avec la fable et le reportage de guerre, transposant en fiction le réel le plus cru et le rêve le plus improbable.


- Le monde extérieur
de Jorge Franco
Éditions Métailié / Mars 2016


En 1971, à Medellín, un riche homme d'affaires est enlevé. Grand admirateur de la culture allemande, il avait fait construire au centre d'un vaste parc tropical un pastiche de château fort. Il y vivait à l'abri du monde en écoutant Wagner entouré de sa femme et de sa fille, Isolda. Fuyant l'atmosphère oppressante de la demeure, l'adolescente trompe sa solitude dans le parc. Elle y évolue dans un monde de fées, de lucioles et d'esprits des bois, mais aussi sous l'œil fasciné de Mono et des gamins des quartiers pauvres. La police quadrille la ville sans succès, les négociations de la rançon piétinent. Mono est l'un des ravisseurs, et des menaces invisibles venues du monde extérieur se glissent silencieusement entre les arbres du parc. S'inspirant de faits et de personnages réels (l'un des complices de Mono se nommait Pablo Escobar), dans une Medellín qui ne va pas tarder à basculer dans la spirale de la violence et du trafic de drogue, Jorge Franco construit, avec un remarquable sens de la tension, un conte de fées ténébreux, chronique d'un crime et histoire d'une obsession amoureuse, celle du kidnappeur pour la fille de son otage.


- Le roman d'Esther
de Pauline Flepp
Éditions Flammarion / Mars 2016


Le romancier Antoine Gardel est envoyé en prison pour avoir tué Esther Monau, une étudiante qui lui consacrait son mémoire. Il raconte à son avocat ce qui s'est précisément passé en attendant son procès. Un roman sur la passion amoureuse. ©Electre 2016


- Le silence des cartes
de Eugène Nicole
Éditions De L'Olivier / Mars 2016


Le Silence des cartes redonne vie au monde des îles Saint-Pierre, Miquelon et Langlade, inépuisable source de rêverie. Dans ces miscellanées poétiques qui rassemblent des textes très divers, fragments d'histoires, notes, poèmes en vers ou en prose, on croise des personnages familiers, des figures fantasmagoriques et des écrivains admirés. On y retrouve aussi les thèmes chers à Eugène Nicole: l'enfance, l'insularité, l'exil, l'écriture.


- Le soldat fantôme
de Jean-Guy Soumy
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


Mars 1945. Les Alliés marchent sur Berlin. En leur sein, le 23e régiment, inconnu de tous, et pour cause: composé de scénaristes, comédiens, techniciens du cinéma, sa mission est de leurrer les troupes d'Hitler en donnant l'illusion qu'à sa place manœuvre une immense armée. Steven est l'un de ces soldats "Cecil B. DeMille" dont les opérations permettront de sauver trente mille vies. Hanna, elle, fuit Berlin. Francophile passionnée, armée de son seul vélo, elle veut rejoindre Paris. Après des semaines de traversée d'une Allemagne en pleine débâcle, elle arrive dans un village au bord du Rhin, là où est stationné Steven. Entre eux c'est l'amour fou, immédiat, absolu. Mais qu'est-ce qu'un amour fondé dès l'origine sur un terrible mensonge, puisque Steven, soldat fantôme, ne peut révéler à Hanna qui il est réellement?


- Le sommeil de Grâce
de François Emmanuel
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Grâce est plongée dans le coma. Alertés, ses proches se réunissent dans l'ancienne maison familiale de Chavy, en Normandie. Ils attendent des nouvelles de l'hôpital. La nuit tombe, la neige fige toute chose. Dans ce temps indécis, intenable, Jivan, le frère adoptif de Grâce, Marina et Alexia, ses sœurs, se retrouvent livrés à eux-mêmes autant qu'ils se livrent les uns aux autres.


- Le voyage de Théo
de Catherine Clément
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Comment faire lorsque l'on a quatorze ans et que l'on est atteint d'une maladie incurable? La tante de Théo décide d'accompagner l'adolescent dans un voyage initiatique autour du monde, qui va le confronter aux différentes religions et lui ouvrir les portes de la sérénité. Catherine Clément nous offre une formidable et émouvante découverte des grands courants spirituels de l'humanité.


- Les âmes égarées
de Joseph O'Connor
Éditions 10-18 / Mars 2016


Les âmes égarées  traduisent l'essence d'une Irlande à la fois éternelle et contemporaine. Sombres, et soudain lumineuses, elles parlent de solitude, de désespoir, mais aussi de foi en l'avenir et en l'homme, d'amitié et d'amour, sentiments que l'auteur analyse et décrit en maître. Ralliant le Londres et le Dublin d'aujourd'hui au New York du XIXe siècle, tantôt avec ironie, tantôt avec simplicité, les nouvelles de Joseph O'Connor incarnent les rêveurs et les âmes perdues de notre monde dans ces moments magiques de la vie où tout semble possible.


- Les aventures improbables de Julie Dumont
de Cassandra O'donnell
Éditions Pygmalion / Mars 2016


"Il y a des filles qui n'ont pas de bol. Celles qui ont tiré les mauvaises cartes dès le début. Celles-là, on ii a ni envie de les engueuler ni de leur tirer dessus. Puis il y a celles qui prennent les mauvaises décisions quoi qu'il arrive. Bref, les filles à emmerdes. J'appartiens clairement à la deuxième catégorie. Oh, je ne m'en glorifie pas. C'est un état de fait. J'attire les catastrophes. Quoique je dise ou quoique je fasse, il y a toujours un couac. Celui du jour est sans nul doute de m'être portée au secours d'un type qu'on venait de balancer nonchalamment dans un fossé. Parce qu'une chose est sûre, si j'avais su dans quoi je mettais les pieds en ramassant ce porte-poisse, j'aurais tourné les talons et poursuivi ma route sans me retourner. Mais, la curiosité est un vilain défaut et, dans le petit bourg de province normand où j'ai grandi, les secrets et les drames prolifèrent aussi vite que la gastro et les cancans rattrapent toujours les coupables".


- Les buveurs de lune
de Pierre Chazal
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Balthazar erre comme une âme en peine depuis l'internement forcé de Stan, son frère aîné. Les bords de Seine sentent la vase, les cuites à gogo n'y changent rien. Tout l'ennuie, tout l'écœure. Sa rencontre avec la pétillante Sarah et le retour du frère prodigue changent radicalement la donne. Ensemble, ils réinventent un monde à leur image le temps d'une fugue enchantée loin des trottoirs parisiens.


- Les couleurs et la mitraille
de Anne Martin-Fugier
Éditions Le Passage / Mars 2016


Septembre 1870: l'étau prussien se referme, Paris est assiégé. De nombreux peintres s'engagent dans la Garde nationale. Parmi eux, Henri Regnault, beau jeune homme déjà célèbre pour son pinceau mais aussi pour sa voix, et son fidèle ami Georges Clairin, "Jojotte". Tous deux risquent leur vie pour tenter de briser le siège, au grand dam de la fiancée du "petit Regnault", Geneviève Bréton, une jeune femme cultivée et exaltée, amoureuse éperdue de l'artiste. Autour de ces personnages, Paris affamé et gelé pendant l'hiver 1870; l'horreur de la Commune au printemps 1871; les peintres Manet, Courbet, Degas, Bazille… les musiciens Augusta Holmès, Saint-Saëns… les écrivains Gautier, Hugo… les comédiens Sarah Bernhardt, Mounet-Sully… unis durant cette page tragique de l'histoire de France.


- Les disparues de Pumplestone
de Audren
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Au camp d'été de Pumplestone, Tiffany-Claire a disparu. Lorsqu'une jeune fille du même nom est retrouvée amnésique près du lac, les enfants sont formels: ce n'est pas la même. Quand celle-ci s'évapore à son tour, c'est la stupéfaction. Pour l'inspecteur Ramjay, il y a forcément une explication rationnelle. Mais ce que les pensionnaires du camp vont découvrir, même le meilleur des policiers ne pourrait y avoir songé.


- Les dunes sauvages
de Marie Dô
Éditions Plon / Mars 2016


Rien ne va plus. Divorce, métier éreintant, fuite en avant, alcool et somnifères inopérants: Sébastien n'a pas le choix, il doit prendre des vacances. En urgence. Ses finances exsangues le contraignent à atterrir au camp Robinson, dans le bungalow de son ex-femme, qu'il n'a jamais pris le temps de visiter. Sur place, le quarantenaire en crise, roi de l'hyper-contrôle et maniaque des apparences découvre, atterré, son pire cauchemar: un camp naturiste et ses occupants à la spiritualité à des années-lumière de la sienne. Le corps et le cœur à nus, Sébastien doit composer avec ses étranges congénères. Au milieu des dunes, face à l'infini de l'océan, il se débat avec ses préjugés, ses fantômes et ses doutes, pour échapper au marasme existentiel qui le dévore.


- Les exozomes
de Charles Pennequin
Éditions P. O. L. / Mars 2016


Qu'est-ce que c'est qu'un exozome? Disons que c'est un homme, c'est l'homme, c'est l'humanité telle que la voit Charles Pennequin: grandiose et dérisoire, triviale et sublime, gueulante et prostrée, stupide et géniale. C'est l'homme en soi et hors de soi, l'autre et soi-même à la fois. Ce livre tout autant fait pour être déclamé que pour être lu silencieusement est une suite de textes liés plus ou moins les uns aux autres: ils racontent des histoires, ou plutôt des commentaires d'histoire, ils vitupèrent le genre humain dans une sarabande verbale endiablée et colorée, pleine de colère et d'amour. Il y est beaucoup question de littérature, de ce qu'elle peut et ne peut pas, de ses pouvoirs infinis et de sa faiblesse inhérente.


- Les flamboyants d'Abidjan
de Vincent Hein
Éditions Stock / Mars 2016


"Nous vivions, mes parents, ma sœur et moi, dans une maison blanche au sud d'Abidjan. Le quartier était connu pour être l'un des plus animés de la ville. La villa n'avait pas de volets mais des grilles d'hacienda protégeaient ses fenêtres. L'intérieur était continuellement rafraîchi par d'imposants climatiseurs. Dehors c'était un jardin tropical. Ici et là, avaient été plantés quelques bananiers, un caoutchouc luisant duquel tombait le cri d'oiseaux exaltés, des manguiers, un flamboyant et un papayer solide, avec ses feuilles en forme d'étoiles. Une haie d'hibiscus, d'impatiens de Zanzibar et de becs de perroquets nous servait de clôture et nous isolait de la vie africaine". Cette vie, l'enfant de huit ans la découvrira à travers les paysages et les saisons; le bouillonnement des rues; l'affection d'un couple de domestiques au service de sa famille; l'humour et les drames, qui marqueront ses jeunes années.


- Les guerres de Lisa
de Anne-Cathrine Riebnitzsky
Éditions Gaïa / Mars 2016


Lisa est en mission en Afghanistan pour l'armée danoise. Elle rentre d'urgence au Danemark au chevet de sa jeune sœur. Le temps d'un crépuscule sans fin à mesure que l'avion remonte les fuseaux horaires, Lisa raconte son histoire. Un passé lourd à porter: dans la ferme familiale au bord de la faillite, une mère manipulatrice et dépressive, un père violent. Mais surtout quatre frères et sœurs liés par un même combat: survivre, à la guerre comme dans la vie. Un roman ancré dans le réel, suscitant le tiraillement des émotions.


- Les invisibles
de Hugh Sheehy
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Hantées par de mystérieuses disparitions, des traces de violence ou une odeur de sang encore fraîche, les nouvelles de Hugh Sheehy sont autant d'éclats de noirceur au sein d'une Amérique singulière et étrange. Tous les personnages pourraient être "invisibles" à nos yeux, sans les drames qui les percutent de plein fouet et viennent bouleverser le cours de leurs existences. Une institutrice est séquestrée par deux marginaux dans le sous-sol de son école, avec l'un de ses élèves. Une adolescente de dix-sept ans en vient à envier ses meilleurs amis, certainement victimes d'un tueur en série. Un jeune homme retourne dans sa ville natale pour apprendre que son amour de jeunesse a été sauvagement assassinée.


- Les jonquilles de Green Park
de Jérôme Attal
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


"Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu'au mois d'avril. Pour voir, une fois encore, les jonquilles de Green Park. Elles se tiennent ensemble, chaque saison. Belles et fières dans le vent puissant et douloureux d'avril. Comme nous autres en ce moment". Septembre 1940. Tommy vit avec ses parents et sa grande sœur Jenny. C'est le début des bombardements allemands sur Londres. Ils se préparent tout de même à fêter Noël. Tommy et ses copains se passionnent pour les super-héros: Superman, Buck Rogers et Winston Churchill. L'aventure ne serait pas la même sans deux petites frappes: Nick Stonem et Drake Jacobson, aussi vilain que sa jumelle, Mila, est belle. Dans un Londres en lambeaux, ces jeunes adolescents vont se créer leurs propres histoires et se perdre dans les brumes et le fracas d'une ville enflammée. Mais fêter Noël et revoir les jonquilles en avril restent la plus belle des résistances.


- Les oiseaux de passage
de Bénédicte des Mazery
Éditions Anne Carrière / Mars 2016


Paris, 1838. À onze ans, Jacques est arrêté en plein carnaval, puis incarcéré à la Petite-Roquette, où sont détenus des centaines d'enfants, vagabonds, mendiants, voleurs ou, comme lui, fils de famille placés là "pour correction paternelle". D'abord terrifié, il y rencontre des compagnons d'infortune: Narcisse l'insurgé, Octave à la bouche édentée, Séraphin le doux rêveur et Charles qui déclame à tue-tête les vers du grand poète. Un chœur d'enfants entre les murs de cette "ville composée d'une foule de petites solitudes", que décrira justement Victor Hugo, dans un Paris frappé par la misère, le choléra et les révolutions. Bientôt confinés dans des cellules qui les isolent les uns des autres, n'ayant de contacts qu'avec des adultes, les surveillants, le directeur, l'instituteur et l'abbé Crozes, un humaniste, les jeunes détenus n'ont plus que leurs rêves pour repousser les murs. Ténèbres et silence. Solitude infinie. Mais ils résistent: Narcisse, dans le sillage de Raspail et d'Évariste Galois, Jacques dans le doux souvenir de sa mère, Octave dans l'attente d'un père, Charles avec ses poèmes et ses chimères, et le petit Séraphin qui vole dans sa tête. Leurs voix intérieures vont s'élever et bientôt traverser les murailles, et les oiseaux de passage s'en iront. Libres.


- Les portes du néant
de Samar Yazbek
Éditions Stock / Mars 2016


Figure de l'opposition au régime de Bachar al-Assad, Samar Yazbek est contrainte de quitter son pays tant aimé en juin 2011. Depuis son exil, elle ressent l'urgence de témoigner. Au mépris du danger, elle retourne clandestinement dans son pays, en s'infiltrant par une brèche dans la frontière turque. Trois voyages en enfer dans la région d'Idlib où elle vit de l'intérieur l'horreur de la guerre civile, aux côtés des activistes. Des premières manifestations pacifiques pour la démocratie, à la formation de l'Armée Syrienne Libre, jusqu'à l'émergence de l'État islamique, Samar Yazbek livre un témoignage courageux sur le quotidien des combattants, des enfants, des hommes et des femmes ordinaires qui luttent pour survivre. Elle dit l'odeur de la terre après l'explosion d'une bombe, l'effroi dans le regard des mères, les corps mutilés; elle dit l'une des plus grandes tragédies du XXIe siècle.


- Les premiers de leur siècle
de Christophe Bigot
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Pour s'arracher à l'anonymat, Henri Lehmann, jeune peintre allemand, entre dans l'atelier d'Ingres. Fasciné par ce maître de génie, il le suit à Rome. Dans les salons de la Villa Médicis, la rencontre du célèbre Franz Liszt et de la comtesse d'Agoult bouleverse son existence. Subjugué par ce couple à l'agonie, obsédé par sa propre insignifiance, Henri sacrifie sa vie et ses ambitions à leur gloire.


- Les ragazzi
de Pier Paolo Pasolini
Éditions Brumerge / Mars 2016


Les Ragazzi, roman cru et cruel s'il en est, saisit la vie et les errances d'une bande d'adolescents marginaux dans la Rome crépusculaire d'après-guerre: des destins rythmés par le crime, de petits larcins en prostitution, de cavale en prison. Dans cette effroyable période de l'histoire italienne, Pasolini décide de s'intéresser aux plus faibles des faibles, ceux que même le parti communiste prend de haut et dont "la rage pré-politique", comme il la nomme, le fascine. Grand texte politique et moral, Les Ragazzi, premier roman de Pier Paolo Pasolini, est aussi un monument littéraire et installe l'auteur parmi les immenses voix du XXe siècle. Entièrement traduit du romanesco, dialecte parlé dans les faubourgs de Rome et dans les régions alentour, et ponctué d'un argot savoureux, le texte résonne d'une grande modernité, admirablement rendue par la nouvelle traduction de Jean-Paul Manganaro.


- Les révolutions de Bella Casey
de Mary Morrissy
Éditions La Table Ronde / Mars 2016


Bella Casey, aînée d'une fratrie protestante irlandaise, a tôt fait de comprendre que l'étude est le meilleur moyen de s'arracher à son sort en cette fin de dix-neuvième siècle. La musique, la littérature, l'école normale, autant d'échappatoires pour cette jeune fille intelligente et ambitieuse qui doit faire fi des brimades de sa mère. La future institutrice a d'humbles projets: épouser un homme attentionné, avoir des enfants, préserver le lien avec son petit frère Jack, le miraculé. Mais la vie n'est pas toujours comme on l'espère. Devenue la proie du révérend Leeper, directeur de l'école dans laquelle elle exerce, Bella doit trouver un mari au plus vite. Le clairon Mick Beaver semble correspondre aux critères, et elle croit avoir échappé à l'infamie. C'est méconnaître la dure condition de femme de soldat, dans une situation politique et sociale tendue à la veille de la révolution irlandaise. Lorsque, en pleine Insurrection de Pâques 1916, elle tombe sur un piano abandonné dans une rue de Dublin, elle n'a qu'une idée: l'emporter chez elle. C'est le point de départ que choisit Mary Morrissy pour raconter la vie romancée de l'énigmatique sœur de l'écrivain et dramaturge Seán O'Casey, fervent défenseur de la culture gaélique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:11

- Les sœurs Brelan
de François Vallejo
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Quel sera le destin des sœurs Brelan? À la mort de leur père, le conseil de famille doit trancher. L'acariâtre Tante Rose exige d'être leur tutrice. Mais Marthe la pragmatique, Sabine l'ambitieuse et Judith l'idéaliste ont fait vœu de ne jamais se séparer et de vivre librement dans cette France d'après-guerre. Et ni la tuberculose, ni le mariage, ni même un tueur en série ne pourront les en empêcher.


- Les vrais durs
de T. C. Boyle
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Alors qu'il est en croisière en Amérique centrale avec son épouse, Sten Stensen, ancien Marine, sauve les touristes d'un gang armé en tuant leur chef à mains nues. À son retour, notre héros malgré lui n'aspire qu'à retrouver sa vie de paisible retraité sous le soleil californien. Seulement voilà. Sten a un fils, Adam. Et Adam ne va pas très bien. Souffrant depuis longtemps d'une forme aiguë de psychose paranoïaque et délirante (il est notamment persuadé d'être la réincarnation d'un coureur des bois du 19e siècle), le jeune homme est tombé dans les filets d'une dénommée Sara Hovarty Jennings, de quinze ans son aînée. Sara vit seule avec son chien, et le reste du monde est son ennemi. Elle nourrit une haine viscérale contre "le gouvernement illégitime des États-Unis d'Amérique" et contre toute forme d'autorité. Sous son influence, Adam va devenir incontrôlable et basculer dans une folie qui est aussi celle de l'Amérique contemporaine, hantée par le démon de la violence.


- Les vraies histoires d'amour commencent à Paris
de Cathy Kelly
Éditions Presses De La Cité / Mars 2016


Meilleures amies de la mariée, Leila et Susie sont aussitôt désignées comme demoiselles d'honneur, mais les deux sœurs ne se parlent plus depuis quelques temps. Le mariage leur permettra-t-il de retrouver leur complicité d'antan? Birdie, la mère de Katy vit dans l'ombre de son mari Desmond, capitaine de l'industrie. Grâce une révélation inattendue, les noces seront pour elle l'occasion de commencer une nouvelle vie. De son côté, Vonnie, pâtissière chargée de la pièce montée pour le grand jour, se bat pour faire fonctionner sa famille recomposée. Entre une demande romantique en diable et une noce féerique à souhait, la route n'est pas toute tracée, et le récit de Cathy Kelly nous emmène dans de délicieux chemins de traverse.


- Limousines blanches et blondes platine
de Dan Fante
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Sans ressources, accro aux médocs et à l'alcool, Bruno Dante exulte quand il obtient un travail de chauffeur de maîtres. C'est le début d'une folle existence avec son lot d'amitiés et de révoltes. Sur Sunset Boulevard, il subit les caprices de la jet-set de L.A, se déchaîne dans des soirées débridées et rencontre l'espiègle madame Smart, grâce à qui il part à la recherche de sa sobriété perdue.


- Lola Bensky
de Lily Brett
Éditions 10-18 / Mars 2016


Londres, 1967. Lola, 19 ans, pige pour le magazine Rock-Out. Sans diplôme, trop ronde, trop sage, celle dont le seul bagage est d'être l'enfant de survivants de la Shoah plonge au cœurs de la scène rock, causant bigoudis, sexe ou régime avec Hendrix, Mick Jagger, Janis Joplin. Des portraits inattendus qui révèlent son inconsciente quête identitaire. Entre guitares électriques et survie, avec humour et tendresse: un roman survolté, poignant autoportrait et savoureux hommage aux génies du rock des années 60-70. Une pépite.


- Madame est servie !
de Thomas Moralès
Éditions Du Rocher / Mars 2016


La télévision perd son sang-froid, c'est la panique sur les plateaux. Une jeune étoile montante du petit écran vient d'être sauvagement assassinée. Et quand l'image se brouille, il n'existe qu'un professionnel pour démasquer les faux-semblants: c'est Joss Beaumont. Le détective privé, flegmatique et nostalgique, reprend du service dans cette nouvelle enquête. Au volant de son break usé, il fouine partout à la recherche d'indices, se trompant souvent mais n'abandonnant jamais. Amours impossibles, ambition, jalousie. Dans ce road-movie décalé, au parfum des années soixante-dix, les sentiments se bousculent. Aidé par ses fidèles Merlin et Tabourin, secondé par la fantasque Samira, Joss B. découvre un monde où la lumière des projecteurs aveugle. Meurtre, complot et suicide en prime time: la notoriété aurait-elle le prix du sang?


- Maintenant ou jamais
de Joseph O'Connor
Éditions Phébus / Mars 2016


Robbie et Fran se rencontrent au début des années 80 dans les couloirs d'une université de la périphérie londonienne. De leur amitié naît l'idée d'un groupe que rejoignent rapidement les jumeaux Seán et Trez, The Ships in the Night. Portés par les excentricités de Fran, un tube planétaire et une tournée mythique en 1986, leur trajectoire météorique marquera l'histoire de la musique populaire de la décennie. Trente ans plus tard, quinquagénaire rincé par la vie, Robbie tente d'écrire ses mémoires. Récit ironique et fiévreux, Maintenant ou jamais célèbre l'insouciance de la jeunesse, les amitiés perdues pour toujours. Avant qu'un soir de 2012 à Dublin, The Ships in the Night ne remontent sur scène.


- Marathon
de Pascal Silvestre
Éditions JC Lattès / Mars 2016


Autrefois réservée à une élite d'athlètes, la distance marathon, 42,195 km, attire désormais des coureurs de tous âges et de tous niveaux. Qui sont les coureurs et quel autre rêve se cache derrière l'exploit sportif? Au détour de dix nouvelles conçues comme les mouvements d'une même symphonie, Marathon fait le portrait d'hommes et de femmes embarqués dans une aventure qui bouleversera et transcendera leur existence. D'Angélique, la vieille dame amoureuse de Mimoun, à Bourvil, le bénévole énergique; de Matthieu, qui prie en courant, à Claire, la jeune femme en quête de repères; d'André, le stakhanoviste confronté à l'épreuve de la blessure, à Bertrand, l'avocat quinquagénaire égaré à New York, Marathon explore les failles de ces coureurs anonymes et capte avec tendresse la formidable pulsion de vie qui unit les marathoniens.


- Mary Barton
de Elizabeth Gaskell
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Beauté émouvante et ambition débordante sont une dangereuse association pour une jeune fille. En 1839, à Manchester, Mary Barton rêve d'échapper à sa dure condition d'apprentie couturière en épousant Harry, fils du patron d'une filature. Elle dédaigne ainsi Jem Wilson, ouvrier émérite, qui l'aime depuis l'enfance. Mary risque-t-elle de tout perdre avec ses rêves de grandeur?


- Maudits
de Joyce Carol Oates
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


En ce mois de juin 1905, Princeton est un havre de savoir paisible. Woodrow Wilson, Upton Sinclair ou Jack London appartiennent à cette éminente communauté. Quand au matin de son mariage, Annabel Slade est enlevée par un homme qui pourrait être le diable lui-même, une série d'événements surnaturels secoue la ville. Noirceur maléfique ou hystérie collective? Josiah part à la recherche de sa sœur disparue.


- Metal
de Jānis Joņevs
Éditions Gaïa / Mars 2016


Au début des années 90, Jelgava, qui fut la capitale des ducs de Courlande, est une bourgade grise et provinciale. Dans une Lettonie en transition après l'effondrement de l'Union soviétique, une jeunesse aventureuse s'enflamme pour la culture alternative et le rock metal. La mort de Kurt Cobain, le 5 avril 1994, allume la mèche. Le destin de Jānis et de sa bande, Kārlis, La Mort, Zombis, Le Nez et les autres, sort de sa voie toute tracée. Que faire maintenant? Envoyer tout valser, monter un groupe, tenter mille expériences pour découvrir les zones interdites de la vie. Une chose est sûre, l'avenir sera metal, ou ne sera pas: Stay heavy, stay brutal. Autobiographie revendiquée alliant humour et mélancolie, Metal explore les ressorts de la radicalité juvénile. Est-il possible d'accéder à l'âge adulte sans perdre son intégrité, sa rage de vivre et sa liberté.


- Monsieur Sapiro
de Benny Barbash
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Une jolie serveuse déambule avec un écriteau parmi les tables: "On demande Monsieur Sapiro". Personne ne répond. L'occasion est trop belle pour Miki, cinquantenaire dépressif et ex-artiste aux rêves de gloire enterrés: pourquoi ne pas se faire passer pour ce génial faussaire spécialisé dans les tableaux de maître? Sous cette nouvelle identité, adieu tous les problèmes.


- Moura, la mémoire incendiée
de Alexandra Lapierre
Éditions Flammarion / Mars 2016


Dans les tourmentes de la révolution bolchevique, d'une guerre à l'autre, Moura a traversé mille mondes. Aristocrate d'origine russe, elle s'est appelée Maria Zakrevskaïa, Madame Benckendorff, la Baronne Budberg... Elle a été la passion d'un agent secret britannique, la muse de Maxime Gorki, la compagne de H.G. Wells et l'égérie de l'intelligentsia londonienne. Elle a côtoyé tous les grands du XXe siècle, le Tsar, Staline, Churchill, de Gaulle. Les uns chantèrent son courage, sa chaleur et sa fidélité. Les autres dénoncèrent ses mensonges. Tous s'entendirent néanmoins sur un point: Moura incarna la Vie. La vie a tout prix. Sur les traces de son héroïne, Alexandra Lapierre a fouillé les bibliothèques du monde entier durant trois ans. Elle s'est glissée dans les contradictions de son personnage pour brosser un magnifique portrait de femme. Son talent romanesque, son regard à la fois lucide et bienveillant font revivre une multitude de figures captivantes, qui viennent éclairer des pans de la grande Histoire. Adorée par ceux qu'elle aima, honnie par ceux qui la jugèrent insaisissable, Moura a bien existé.


- Nature morte aux miettes de pain
de Anna Quindlen
Éditions Belfond / Mars 2016


En trente ans, Rebecca Winter est passée d'icône féministe des seventies à artiste has been et ruinée. Unique solution pour soulager ses finances: quitter Manhattan. Qui sait, peut-être trouvera-t-elle en province le matériau qui lui permettra de renouer avec le succès de Nature morte aux miettes de pain, cette photo qui avait lancé sa carrière et bouleversé son existence. Sauf que la vie champêtre n'a rien d'idyllique: sa maison tient plus de l'abri de jardin que du cottage cosy, elle partage le grenier avec un raton laveur et, les soirs de pluie, c'est l'inondation assurée. Et l'inspiration ne vient toujours pas. Mais sa rencontre avec Jim, jeune charpentier passionné d'ornithologie, pourrait bien tout changer. Alors qu'elle l'accompagne dans son observation des rapaces, la photographe se laisse peu à peu gagner par le mystère des lieux; par l'envie de découvrir cet homme secret, solitaire. Et si, pour rompre avec le passé et cette Nature morte qui la retient prisonnière, Rebecca devait apprendre à voir au-delà de l'objectif? À s'ouvrir au possible


- Naufragés
de Emily Bleeker
Éditions Michel Lafon / Mars 2016


Lillian, épouse et mère de deux enfants, a accepté d'accompagner sa belle-mère dans un voyage aux Fidji gagné lors d'un jeu. Mais les vacances de rêve se transforment rapidement en cauchemar, quand leur petit avion s'écrase sur une île déserte. Deux ans plus tard, seule Lillian et son guide, Dave, sont retrouvés par hasard et secourus. À leur retour, leur histoire incroyable fait la joie des médias. Comment ont-ils pu survivre durant tout ce temps et qu'est-il arrivé aux autres passagers? Tous deux relatent une même version sans fausse note: à la presse bien sûr mais aussi à leur famille et leurs amis. Quand Genevieve Randall, une journaliste à la dent dure, se met en tête qu'ils cachent un secret, elle n'imagine pas que son enquête va prendre une dimension inattendue.


- Non exclusif
de Catherine Charrier
Éditions Kero / Mars 2016


Alors qu'elle s'apprête à partir en week-end, Laure accepte un verre de dernière minute avec des amis. Par inadvertance, ils vont lui apprendre que Vincent, son nouvel amour, est déjà en couple avec une autre femme: Anne, peintre. Sous le choc, elle appelle Vincent, alors en déplacement professionnel. Ils décident d'attendre son retour pour s'expliquer. Laure a quinze jours pour réfléchir à leur relation, à l'autre femme, à la fidélité, à ce qu'elle attend de l'amour. Quinze jours pour faire un choix. Quinze jours qui vont faire vaciller ses certitudes et ses constructions personnelles. Quinze jours qui ne laisseront personne indemne.    


- Nos vies insoupçonnées
de Anaïs Jeanneret
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Une petite fille perdue. Une femme qui a fait le mauvais choix. Un commissaire désabusé et romantique. Une institutrice en colère. Une gloire des médias au parcours inattendu. Une mère et son fils dont la rencontre a scellé des liens d'autant plus solides que leurs passés furent chancelants. Autant de vies en apparence si banales jusqu'à ce que l'écriture d'Anaïs Jeanneret en dévoile les subtils décalages et entrelacs: cette part du hasard, de la rencontre, ou encore du désir qui les fait soudainement palpiter et les relie les unes aux autres sous l'effet d'une force insoupçonnée.


- Nous faisions semblant d'être quelqu'un d'autre
de Shani Boianjiu
Éditions 10-18 / Mars 2016


Camarades depuis l’école primaire, trois jeunes Israéliennes fantasques cherchent des dérivatifs à leur ennui dans un village près de la frontière ou rien ne se passe, sinon le pire. Sarcastique et autoritaire, Léa donne les règles du jeu, entraînant l’espiègle Yaël et la sombre Avishag. La fin de leur scolarité signe la fin de leur insouciance. Propulsées dès dix-huit ans dans le monde brutal de l’armée pour effectuer leur service militaire, elles font face à la violence d’un pays en état d’alerte permanent. Chacune à sa manière tente de traverser ces terribles années. Portrait implacable d’une génération perturbée, ce roman initiatique met en lumière la difficulté universelle d’être jeune et de forger son identité.


- Nuit de septembre
de Angélique Villeneuve
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


"Une nuit, ton fils s'est tué dans sa chambre, au premier étage de votre maison. Au matin à huit heures, avec son père tu l'as trouvé. Depuis, à voix basse, tu lui parles. Tu lui demandes s'il se souvient. La mer étale à huit heures du soir, les talus hérissés d'iris, les pierres de la cour tièdes sous la peau du pied, les filles dont les yeux sourient, toutes les choses belles et la lande silencieuse. Tu espères tant qu'il est parti gonflé d'elles. Mais comme tu n'es pas sûre qu'en aide, en ailes, ces choses lui soient venues cette nuit-là, tu les lui donnes par la pensée, la respiration, le murmure". Avec une sensibilité vibrante, lumineuse et poétique, Angélique Villeneuve dit l'après: comment exister sans celui dont on respecte silencieusement le choix d'être parti? Quelle place trouver parmi les vivants et comment leur dire, à travers ce livre, toute la beauté du monde?


- Nuit d'orage
de Gilles Bornais
Éditions Fayard / Mars 2016


Manuel est de retour dans son village natal après vingt-quatre ans d'absence. Personne ne le reconnaît. Il trouve à s'employer dans une ferme, chez des paysans dont l'économie de paroles sert de pudeur à la bienveillance. Manuel parvient à y faire embaucher Flavien, surnommé Petit Père, qu'il est allé attendre à sa sortie de prison. Petit Père y était enfermé depuis vingt-quatre ans. Que s'est-il passé entre les deux hommes un quart de siècle auparavant? Et depuis? À quoi Manuel et Petit Père, mais aussi les gens du village, auront-ils employé toutes ces années? Au pardon? À l'oubli? Ou à veiller les secrets, les mauvais souvenirs et les rancœurs? Dans la France rurale des années 1960, entre l'humanité muette de quelques-uns et les préjugés bavards de beaucoup d'autres, Gilles Bornais trace le portrait poignant d'un homme simple qui tente de faire la paix avec son passé.


- On n'est jeune que deux fois
de Adena Halpern
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Et si c'était à refaire? En soufflant ses bougies d'anniversaire, Ellie, soixante-quinze ans, fait un vœu: retrouver pour un jour ses vingt-neuf ans et tout recommencer différemment. Hélas, tout le monde sait que ce genre de vœu n'a aucune chance de se réaliser. Le lendemain matin, devant son miroir, Ellie frôle la crise cardiaque: une beauté à couper le souffle lui fait face. Aucun doute possible: son vœu a été exaucé. Dans le corps retrouvé de sa jeunesse, elle se sent prête pour une folle journée d'aventures et de plaisirs. Peu importe que sa famille se demande qui est cette étrangère qui occupe l'appartement de la bonne vieille Ellie et utilise ses cartes de crédit. Seule Lucy, sa petite-fille, a découvert le secret.


- On regrettera plus tard
de Agnès Ledig
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Cela fait bientôt sept ans qu'Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu'à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d'un destin que l'on croyait tout tracé? Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l'existence et du cœur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.


- Orfex
de Patrick Laurent
Éditions Gallimard / Mars 2016


Alix Koepler, chercheuse en bio-informatique, travaille à la mise au point d'un robot dernière génération quand elle se découvre atteinte d'une tumeur au cerveau. Elle invente alors, à son seul usage, une sorte d'Orphée expérimental qu'elle baptise Orfex, un robot narrateur d'apparence humaine, chargé d'observer le monde et de lui raconter ses histoires, afin de reculer l'heure de sa mort. Shéhérazade et le sultan réunis en une seule personne. Exercice dangereux. Surtout quand le robot découvre les merveilleuses possibilités que lui offre le langage et que la frontière entre le créateur et sa créature commence à s'estomper. Patrick Laurent fait preuve, dans le dialogue croisé entre le robot et son inventrice, d'une fantaisie langagière très joyeuse, tout en maîtrisant la construction complexe de sa trame narrative. Le lecteur y trouvera le plaisir d'une aventure littéraire audacieuse, émouvante, pleine de vitalité.


- Orgasme
de Chuck Palahniuk
Éditions Sonatine / Mars 2016


Penny Harrigan, jeune femme modèle et aspirante avocate, travaille dans un prestigieux cabinet new-yorkais. C'est là, au détour d'un couloir, qu'elle rencontre le magnat des médias, Linus Maxwell, venu régler les détails de son divorce avec la star française Alouette d'Ambrosia. Le soir même, Linus invite Penny à dîner. Comment s'habiller lorsqu'on sort avec l'homme le plus riche du monde? Comment se comporter quand son hôte compte parmi ses conquêtes les femmes les plus célèbres et les plus puissantes de la planète? Et pourquoi un homme comme lui invite-t-il à dîner une fille aussi désespérément normale? Malgré toutes ces questions, Penny passe une soirée de rêve, et c'est le début d'un véritable conte de fées. Notre Cendrillon des temps modernes tombe en effet sous le charme de son chevalier servant. Amoureux platonique, celui-ci l'enchante. Aussi, quand elle croise Alouette à Paris et que celle-ci lui conseille de ne surtout jamais faire l'amour avec Maxwell, Penny ne comprend d'abord pas très bien. Mais, très vite, tout s'éclaire. Maxwell voue en effet une véritable obsession au plaisir féminin, une obsession aux conséquences multiples et très étonnantes.


- Où va le chagrin quand il s'en va ?
de Claire Vassé
Éditions JC Lattès / Mars 2016


Il y a quatre ans, Solange a perdu Lenny, l'homme qu'elle aimait et le père de sa fille. Depuis, elle a "refait sa vie" avec Paul. Une vie de famille paisible et heureuse, jusqu'au jour où le numéro de téléphone de Lenny éclaire à nouveau l'écran de son portable. Cet appel est-il le fruit du hasard? Ou celui d'un imposteur? Ou le signe du destin? Et s'il s'agissait de Lenny, s'exprimant par-delà les limbes, pour ramener Solange à la réalité de leur amour et de son chagrin de l'avoir perdu? Car en vérité, son chagrin, l'a-t-elle vraiment vécu? Et si oui, qu'est-il devenu? Où va le chagrin quand il s'en va ? Pour avoir enfin le courage de se confronter à cette question, Solange se laisse emporter, là où les vivants côtoient les morts, là où l'effroi devant les manquements de l'existence n'est plus l'obstacle à fuir mais le miroir à traverser pour accéder à la vitalité de ses sentiments. Où va le chagrin quand il s'en va ? raconte aussi la peur d'une petite fille âgée de six ans d'accéder à l'âge de raison et de perdre le lien avec son père mort. Et celle de Paul, le nouvel amour, bien vivant, qui craint soudain de ne plus faire le poids. Avec comme toile de fond la ville des amoureux, Paris, des quais de la Seine aux bancs du canal Saint Martin, comme autant de souvenirs et de fantasmes dessinant la carte du tendre de Solange.


- Parade sauvage
de Jean-Jacques Salgon
Éditions Verdier / Mars 2016


Comme des astres lointains depuis longtemps disparus mais dont on continue de capter l'éclat dans l'œil des télescopes, les bêtes de Chauvet continuent de courir et de se bousculer sur les parois de la grotte, à la poursuite d'un monde perdu. Lions des cavernes, rhinocéros laineux, mammouths au long pelage, ours des cavernes, mégacéros, aucun de ces sublimes animaux n'a survécu à la fin de la dernière glaciation. Équipés pour le froid, ces princes des steppes et des savanes, ces souverains emmitouflés dans leurs fourrures, s'en furent il y a dix mille ans finir leur vie vers les plaines glacées de la Sibérie. À Chauvet, ils nous adressent une dernière révérence sous les regards éblouis de ceux qui furent leurs sujets, mais qui, par un de ces desseins secrets de la nature, étaient déjà destinés à leur survivre.


- Pas sans lui
de Katie Mcgarry
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Je m'appelle Rachel. On a une belle maison, de l'argent, mes parents m'aiment, mes frères aussi. Alors dites-moi pourquoi je souffre? Pourquoi, si souvent, j'étouffe d'être moi. Dans ces moments-là, je ne connais qu'un moyen de me libérer: la vitesse. Je monte dans ma voiture, je fais rugir le moteur, bondir mon bolide et je roule comme une folle. Je roule toute la nuit. J'aurais dû me douter que, la nuit, on rencontre forcément le garçon qu'il ne faut pas. Je m'appelle Isaiah. Je fais partie de ces mecs qui n'ont jamais eu de chance. Pas de famille, pas de foyer, pas d'espoir. Même l'amour m'a tourné le dos. Mais une chose de m'a jamais, jamais trahi: ma caisse, même quand je la lance à  200 à l'heure. Alors, je n'aurais jamais imaginé qu'elle m'apporterait un jour les pires ennuis: une fille qui n'aurait jamais dû se trouver sur ma route.


- Peleliu
de Jean Rolin
Éditions P. O. L. / Mars 2016


Assis sur ce banc, écoutant glouglouter dans leur fuite des créatures aquatiques (ou amphibies) dérangées par mon arrivée, je pensais au gag, un classique, du type qui s'assoit sur un tronc d'arbre et découvre, trop tard, qu'il s'agit en fait d'un crocodile, et je me disais que ces derniers ayant la réputation de vivre vieux, il s'en trouvait encore probablement, dans la mangrove, qui avaient été témoins de la bataille, et peut-être avaient saisi cette opportunité d'introduire un peu de variété dans leur alimentation. De septembre à novembre 1944, l'île de Peleliu, dans l'archipel des Palaos, a été le théâtre d'une des batailles les plus meurtrières de la guerre du Pacifique.


- Périmètre de sécurité
de Michaël Pitre
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Ils ont une vingtaine d'années. Sanglés dans leurs gilets pare-balles, écrasés de chaleur sous l'implacable soleil d'Irak, les Marines du lieutenant Donovan parcourent les routes entre Falloujah et Ramadi avec la mission d'y détecter des engins explosifs improvisés et de les neutraliser. Nous sommes au plus fort du conflit entre Américains et groupuscules armés. Chaque nid-de-poule peut cacher une bombe, chaque bosquet un sniper, chaque carcasse de véhicule un lance-roquettes. Le danger est partout, la mort rôde, puis frappe. Cinq ans plus tard, à La Nouvelle-Orléans, le lieutenant Donovan est rongé par le remords; Lester Pleasant, l'infirmier de la section, tente d'oublier sa lâcheté; le caporal Zahn a sombré dans l'alcool tandis que Dodge, le jeune Irakien qui leur servait d'interprète, se retrouve contre son gré au cœur des émeutes de Tunis aux premiers frémissements du Printemps arabe. Comment refaire sa vie quand on a fait la guerre? Ancien Marine, Michaël Pitre puise dans son expérience pour livrer un portrait bouleversant de l'âme humaine lorsqu'elle est poussée dans ses plus intimes retranchements.


- Plaise au ciel
de Christine Marquet de Vasselot
Éditions L'Archipel / Mars 2016


Paris, 1906. Gabrielle, jolie jeune fille issue d'une famille de mécènes et d'industriels, se rend à une séance de pose chez Anatole, un sculpteur prisé de l'intelligentsia. Elle y fait connaissance d'Édouard Frisset. C'est le coup de foudre. Et si leur rendez-vous sont épisodiques, ils n'en sont que plus passionnés. Vivant seul dans un appartement prêté par la famille de Gabrielle sur l'Île Saint-Louis, ce sculpteur de génie refuse de se plier aux convenances et de suivre les cours de l'Académie des Beaux-Arts. Un jour, contre toute attente, Edouard ferme sa porte à la jeune Gabrielle. Qu'est-ce qui a provoqué le dédain de son aimé? La jeune femme est loin de se douter que ses pérégrinations sentimentales, entre faux espoirs et déconvenues, ne font que commencer. La jeune fille se métamorphosera en une femme affirmée, mais consumée par la vie.


- Pour survivre
de Katie McGarry
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Il fait nuit. Haley est sortie acheter des médicaments pour son père. Elle est agressée par deux jeunes drogués. Mais ce n'est pas elle qui prend les coups: un garçon de son âge, un parfait étranger, se jette héroïquement dans la bagarre pour la protéger. Il s'appelle West. Quelques jours plus tard, Haley tombe sur lui au lycée. Il vient tout juste de s'inscrire. Les ennuis ne tardent pas: piqué par la jalousie, l'ex petit ami de Haley, Matt, cherche un moyen radical de se débarrasser de ce nouveau rival. Il lui lance un défi: dans deux mois, ils se retrouveront pour un combat entre mecs. Haley est terrifiée. Contre Matt, membre de l'équipe de boxe thaïe, West n'a aucune chance. À moins qu'elle décide d'enfiler ses propres gants de boxe et d l'entraîner West. Mais malgré son désir de venir en aide à West, elle a une sombre raison d'hésiter à remonter sur un ring. Un secret qui la hante.


- Prêts à tout
de Katie Mcgarry
Éditions Mosaïc / Mars 2016


Cheveux noirs, ongles vernis noirs, piercing et fringues de skateuse, Beth a enterré depuis belle lurette la petite fille blonde et heureuse qu'elle était avant que son père s'en aille et que sa mère sombre dans l'alcool. Elle traîne, vit au jour le jour, prend soin de sa mère et adopte une attitude dure pour se protéger des sentiments. Comme ce jour où le beau Ryan essaie de l'aborder, dans un café. Elle le déteste tout de suite: elle n'a rien, il a tout;  pourquoi s'intéresserait-il à elle? À propos de l'auteur: Katie McGarry était adolescente à l'époque du grunge et des boys bands, et se rappelle avec nostalgie ces années qui ont été à la fois les meilleures et les pires de sa vie. Elle y puise son talent particulier pour décrire les difficultés et les émotions du passage à l'âge adulte.


- Quelqu'un comme toi
de Xavier Bosch
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


Gina préfère les frilosités d'une vie tranquille aux dangers du grand amour. Puis un jour, un inconnu sonne chez elle. Dans un livre acheté chez un bouquiniste, il a trouvé un message: "Appelle-moi", suivi d'un numéro de téléphone et d'une adresse. Curieux, il est venu voir. Gina reconnaît l'écriture de Paulina, sa mère, morte alors qu'elle-même n'était qu'une enfant. Surprise, elle part sur les traces de Paulina à Paris, ville mythique qui depuis toujours accueille les amants. Là, elle découvre la passion intense, d'une immense générosité, qui lia sa mère, jeune bourgeoise mariée, à un galeriste parisien. Elle en sera transformée.


- Ravie
de Sylvie Ohayon
Éditions Fayard / Mars 2016


Bourgeoise entre deux âges revenue de tout et parvenue à rien, Raphaëlle projette d'enlever Cindy, la jeune maîtresse de son mari, pour la séquestrer au fond d'une cave, la transformer en porc et ainsi récupérer le père de ses enfants. Mais dans cette lutte sans pitié qui oppose les deux femmes, un homme va s'immiscer: Steven, visage d'ange et passé sombre, insoumis et libre, vorace et violent. Steven apporte avec lui le désir de la réconciliation. Est-ce au moment où elle pensait s'abandonner entièrement à la haine que Raphaëlle la mal-aimée, l'épouse odieuse, la mauvaise mère, hystérique et jalouse, aura droit à cette fameuse seconde chance à laquelle aspirent les déçus de l'existence? Sylvie Ohayon signe avec Ravie un roman d'un genre nouveau entre le drame, la comédie et le récit d'apprentissage, où des personnages qui n'auraient jamais dû se croiser s'inventent ensemble une autre vie, une rédemption, l'espoir en des jours meilleurs.


- Requiem pour une révolution
de Robert Littell
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


À l'aube de la révolution d'Octobre, Alexander Til, immigré américain, rejoint sa Russie natale. Idéaliste passionné, il s'engage dans le mouvement bolchevik et côtoie Trotski, Lénine et Staline. Ses rêves d'égalité tournent au cauchemar quand il est témoin des atrocités perpétrées au nom de la cause communiste. Inlassablement, celui qu'on surnomme Zander lutte pour réconcilier révolution et justice.


- Roland est mort
de Nicolas Robin
Éditions Anne Carrière / Mars 2016


Roland est mort. Les sapeurs pompiers l'ont retrouvé la tête dans la gamelle du chien. Ils viennent enlever le corps et se débarrassent du caniche en le confiant à son voisin de palier, un homme proche de la quarantaine, au chômage, très seul. Roland est mort depuis une semaine. Son voisin ne le connaissait pas vraiment, mais il aurait dû s'en douter: il n'entendait plus les chansons de Mireille Mathieu, derrière le mur. Il écope du chien puis de l'urne contenant les cendres du défunt. Que faire de ce lourd héritage chargé de poils et de céramique? Le voisin va tout tenter pour s'en débarrasser, mais en a-t-il vraiment envie? Ce livre est un ovni. La force des mots, l'immense sensibilité qui s'en dégage font qu'il laisse une trace et qu'on le quitte avec regret.


- Rouge
de Carl Aderhold
Éditions Les Escales / Mars 2016


Après la mort de son père, alors qu'il doit vider la maison, Carl est assailli par son passé: de vieux numéros de L'Humanité, des portraits de Marx et Lénine et, surtout, un cahier d'enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main: "Histoire de ma famille", et en dessous: "De Cologne à Paris, quatre générations d'Aderhold". Ce sont les traces de sa jeunesse, une jeunesse rouge, à la fois exaltante et honteuse. Des brumes de la mémoire surgit alors un monde dans lequel la politique contrôlait tout: les lectures, les jeux, les sentiments, les rêves. La débâcle sera terrible. Mais la remémoration des défaites n'est-elle pas, pour l'écrivain, à la fois consolation et chant d'amour? Dans une langue éblouissante, Rouge explore la filiation impossible, les trahisons, les colères d'une génération, et retrace la folle histoire d'une famille française à travers le XXe siècle.    


- Show devant
de Lily Brett
Éditions La Grande Ourse / Mars 2016


Manhattan, années 2000. Ruth Rothwax ne reconnaît plus son père. Pourquoi Edek ne vient-il plus l'aider au bureau, lui qui aime tant se rendre utile? Depuis quand délaisse-t-il ses delicatessen préférés pour en tester de nouveaux? Et voilà maintenant qu'il veut déménager. Un veuf presque nonagénaire a-t-il besoin d'un plus grand appartement? Qu'est-il en train de manigancer? Edek est devenu incontrôlable, et Ruth totalement impuissante. Un roman optimiste et plein d'humour sur la passion amoureuse à quatre-vingts ans passés et sur l'énergie que donne l'amour. Un roman tendre sur les relations père-fille et la réconciliation entre les peuples.


- Snow Queen
de Michaël Cunningham
Éditions 10-18 / Mars 2016


Un soir de novembre, en pleine déprime amoureuse, Barrett traverse Central Park et aperçoit une lumière mystérieuse, comme si quelqu'un, quelque part, le regardait avec bienveillance. Une lumière qui lui évoque son frère, Tyler, cocaïnomane, musicien talentueux qui n'a jamais percé; Beth, la fiancée de Tyler, qui se meurt d'un cancer; Liz, leur amie commune, leur presque mère. Une lumière qui illumine aussi ses propres failles, ses ambitions ratées, ses amours déçues. Une lumière comme une manifestation du sublime. Comme l'amour qui, malgré tout, unit ces êtres blessés. Ou le rappel que, si le temps passe et les rêves aussi, reste la tendresse.


- Souviens-toi de moi comme ça
de Bret Anthony Johnston
Éditions Albin Michel / Mars 2016


Cela fait quatre ans que le jeune Justin Campbell a disparu sans laisser de trace. Fugue? Kidnapping? Accident? C'est une véritable tragédie pour sa famille qui, faute de certitudes, cherche des échappatoires: sa mère s'est prise de passion pour la protection des dauphins; son père a une liaison; et son frère passe ses journées à faire du skateboard dans la piscine à sec d'un motel abandonné. Lorsqu'enfin Justin réapparaît, loin de retrouver un équilibre, sa famille se divise davantage, écrasée par la culpabilité et le désir de faire justice elle-même.


- Tea-Bag
de Henning Mankell
Éditions Le Cercle Points / Mars 2016


Dans un camp de transit de la côte espagnole, les migrants attendent patiemment d'entrer en Europe. Tea-Bag, une jeune Africaine, tente d'oublier les cris de ceux qui ont péri dans le naufrage et ne sont pas parvenus jusqu'à cette plage. Lorsqu'un journaliste lui offre, en échange de son témoignage, un voyage en Suède, l'espoir renaît. Parviendra-t-elle à infléchir le cours de son destin?


- Terminus oasis
de Lawrence Osborne
Éditions Calmann Lévy / Mars 2016


David et son épouse Jo, couple bancal, se rendent au Maroc le temps d'un week-end de luxe. Une somptueuse fête y est organisée par leur ami Richard, un mondain propriétaire  d'une superbe kasbah à l'orée du désert. Il aime y convier les invités triés sur le volet pour de courts séjours de grand faste: champagne, repas gastronomiques, drogues et nuits blanches. Une vitrine d'opulence au sein d'une population qui survit péniblement, et qui regarde ces excès occidentaux d'un mauvais œil. David et Jo louent une voiture pour rejoindre les festivités, et en chemin, la nuit tombée, heurtent accidentellement un jeune Marocain. Paniqués, ils mettent son corps dans le coffre et arrivent en état de choc. Richard ne veut surtout pas compromettre sa bacchanale et ordonne de le cacher dans le garage, mais peu à peu les domestiques, les invités puis les villageois ont vent de la rumeur, et David se retrouve dans un face-à-face terrible avec le père de sa victime, un Berbère qui entend bien obtenir réparation. Pour David, la descente aux enfers ne fait que commencer.


- The age
de Nancy Lee
Éditions Brumerge / Mars 2016


Nous sommes en 1984, en pleine guerre froide, et alors qu'un navire de guerre soviétique sillonne l'Atlantique Nord, la jeune Gerry cherche sa place dans le monde et chez elle: sa mère entame une nouvelle vie amoureuse avec un drôle de type et l'adolescente ne se remet pas du départ de son père qu'elle tente vainement de remplacer en fréquentant assidûment son grand-père paternel, un ancien présentateur de télé un brin excentrique. Alors que la menace nucléaire grandit, Gerry s'engage corps et âme auprès d'un charismatique groupe d'activistes. Des actions violentes sont prévues lors d'une manifestation pacifique: entre rêveries post-apocalyptiques et réalité, la tension monte et poussera bientôt Gerry à confronter les démons qui la tenaillent. Un beau roman d'apprentissage qui saisit la fragilité de la condition adolescente, ce point de basculement vers tous les possibles, y compris les plus effroyables.


- Tout dort paisiblement, sauf l' amour
de Claude Pujade-Renaud
Éditions Actes Sud / Mars 2016


En 1855, aux Antilles danoises dont son époux est le gouverneur, Regine Olsen apprend la disparition de Soren Kierkegaard qui l'aima avec ferveur et rompit leurs fiançailles. Séparée de ces événements par un océan et quinze années, bien que mariée et heureuse, elle ne cesse de s'interroger: de quelle difficulté à vivre Kierkegaard souffrait-il, pourquoi une étrange malédiction semble-t-elle peser sur sa famille? Au fil des ans, des décennies, de retour à Copenhague, Regine poursuit sa quête dans ses lectures, ses souvenirs, ses échanges avec un neveu et une nièce du disparu, cependant que grandit la renommée de ce dernier. Nourri notamment des journaux et de la correspondance de Kierkegaard, ce roman à plusieurs voix explore les dimensions tout à la fois poétiques et tragiques d'un penseur qui ne se voulait pas philosophe et chérissait les arbres, les chevaux, les oiseaux et Mozart. Un personnage énigmatique qui tour à tour se révèle et se dérobe à travers ce tissage entre l'existence et l'œuvre.


- Tout est sous contrôle. Le tumultueux quotidien d'Olympe Mcqueen
de Sophie Henrionnet
Éditions Charleston / Mars 2016


Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu'à moitié, une fille de 12 ans bien plus mature qu'elle, une famille déjantée, des copines délurées et un ex-mari, Bertrand, qui l'appelle chaton. Lorsqu'elle perd son job, elle supplie son meilleur ami Hugo, qui tient une agence de détectives spécialisée dans les arnaques aux assurances de l'embaucher. Faisant valoir son expérience de photographe, elle réussit à intégrer l'équipe de détectives à une condition: elle ne devra s'occuper que des affaires les plus simples. Bien entendu, Olympe n'est pas assez raisonnable pour respecter les consignes et l'appel des commissions versées à chaque résolution d'affaires est trop fort pour qu'elle garde ses fesses confortablement posées sur le siège de sa voiture. Mais que va-t-il se passer quand les cadavres commencent à s'accumuler et que l'on cherche à l'éliminer à son tour?


- Tout va très bien Madame la Comtesse !
de Francesco Muzzopappa
Éditions Autrement / Mars 2016


La comtesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna est effondrée: elle a dû se séparer de la quasi-totalité de ses domestiques et la voilà réduite à faire ses propres courses au supermarché. Tout ça à cause d'un fils, beau comme un dieu et bête comme une huître, qui a jugé malin d'offrir le dernier joyau familial à une starlette décérébrée. Pour sortir de ce pétrin, il va falloir faire preuve d'imagination.


- Un bon garçon
de Paul Mcveigh
Éditions Philippe Rey / Mars 2016


Irlande du Nord, fin des années 80, en plein conflit entre catholiques et protestants à Ardoyne, quartier difficile de Belfast. Mickey, le narrateur, vit sa dernière journée à l'école primaire avant les vacances d'été. Bon élève, il se réjouit d'avoir été admis dans une Grammar school, collège "d'élite", et d'échapper ainsi à ses condisciples actuels. Mais, lors d'un surréaliste rendez- vous chez le directeur, il apprend que son père a dépensé l'argent censé payer sa scolarité. Ce sera donc St. Gabriel, le collège de base fréquenté par son grand frère et tous les gamins du coin. Le petit chien offert par ses parents ne suffit évidemment pas à faire oublier le goût âpre de ces vacances qui commencent, et Mickey décompte avec angoisse le nombre de semaines le séparant de la rentrée. Rêveur, il passe son temps à inventer des histoires et à imaginer ce que serait sa vie en Amérique. Il adore sa mère et sa petite sœur, mais redoute son père alcoolique et sa brute de grand frère qui, comme tous les garçons du quartier, n'aime rien tant que le tourmenter. Parce que, tous s'accordent à le dire, Mickey est "différent": enfant doué et sensible pour la plupart des adultes, "petit pédé" qui joue avec les filles pour les autres. L'IRA, les bombes, les émeutes, les affrontements avec l'armée britanniques: Mickey évolue au milieu de ce climat troublé avec son innocence et ses rêves de gamin. Son chien est tué par une bombe, un soldat meurt devant ses yeux. Les "Troubles" viennent frapper à sa porte et Mickey réalise que pour protéger sa mère et sa sœur il va lui falloir franchir quelques lignes. Avec beaucoup de sensibilité, de tendresse et d'humour, Paul McVeigh réussit à nous faire partager le point de vue du petit Mickey. Et là est la grande force de ce roman: donner à nos yeux d'adultes ce regard d'enfant.


- Un été sans fin
de Serge Koster
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mars 2016


Les nuits de Serge Koster ont toujours été mouvementées. Et depuis Parkinson, plus hallucinées que jamais. Paralysis agitons? Et si c'était l'inverse? Et si c'était, au troisième coup de glas, rien moins que le troisième oeil qui venait de s'ouvrir chez notre poète veilleur? Convoquant à ses pieds l'itinéraire désordonné de sa vie. Mais aussi le monde qui, en vérité, se pétrifie de jour en jour, incapable de conversation française, indifférent aux subtiles douleurs et joies que modèle notre littérature sur un air de gloire. Et Serge Koster de sortir irrésistiblement de son corps, d'enfant, de père ou même d'époux, pour ne garder qu'une seule ligne de conduite: la grâce.


- Un fauteuil sur la Seine
de Amin Maalouf
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


En racontant la vie et les aventures des dix-huit personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l'Académie française depuis 1634, Amin Maalouf ne retrace pas seulement cette "généalogie en partie fictive" dont parlait son prédécesseur Lévi-Strauss; il nous fait revivre de manière charnelle, incarnée, quatre siècles d'histoire de France. Si "un roman est un miroir que l'on promène le long d'un chemin", selon le mot de Stendhal, le roman de la France que nous relate ici l'auteur est une Légende des Siècles à partir d'un fauteuil. Son premier occupant se noie dans la Seine, Montherlant se suicide dans son appartement avec vue sur la Seine, et l'Académie elle-même siège dans un petit périmètre longé par la Seine, entre le Louvre et le quai Conti; unité d'un lieu à partir duquel se déploie le kaléidoscope d'une histoire en train de se faire. Le pouvoir des rois et des cardinaux, des hommes d'épée et des négociateurs, l'autorité grandissante ou déclinante des philosophes et des savants, l'influence des poètes, des librettistes, des dramaturges et des romanciers: autant de visages de la gloire qui nous parlent des âges différents de la Nation. Les conflits d'idées et d'égos, les cabales pour faire trébucher Corneille, Voltaire ou Hugo, les intrigues de couloir et les histoires d'amour contrariées tissent la trame de cette si singulière histoire de France. On revisite ici la querelle du Cid et la révocation de l'Edit de Nantes, la Fronde et le jansénisme, l'expulsion des jésuites et l'émergence de la franc-maçonnerie, la Révolution de 1789, l'insurrection du 13 Vendémiaire et le coup d'état du 18 Brumaire, le Second Empire, la guerre de 1870 et la Commune de Paris, l'invention de l'anesthésie et celle des funérailles nationales, l'Affaire Dreyfus et les grandes guerres du XXe siècle. À partir d'un simple fauteuil, lieu de mémoire fragile et chaleureux posé sur les bords de la Seine, Amin Maalouf nous fait redécouvrir les riches heures du passé de la France, la permanence de son "génie national", ainsi que ses constantes métamorphoses.  


- Un homme à histoires
de Patrick Rotman
Éditions Du Seuil / Mars 2016


Milieu des années 50. François Mitterrand n'a pas quarante ans et ambitionne déjà les sommets de l'État. Il aimante les femmes, et collectionne les ennuis. Il est au cœur de tous les "scandales" qui défraient la chronique, de l'affaire des fuites en 1954 à l'attentat de l'Observatoire en 1959… Vingt ans après, un de ses amis, un journaliste qui collabora à L'Express et fut de toutes les coulisses, raconte ces années troubles. Des dessous des négociations de Genève au chaudron du 13 mai 1958 à Alger, des plateaux de cinéma hantés par un Mitterrand en quête de starlettes aux dîners chez Lipp, des Conseils des ministres aux déjeuners chez Pierre Lazareff à Louveciennes où défile le Tout-Paris, voici le vrai roman d'une époque où se croisent des personnages bien réels, Mitterrand, Salan, Mendès France, Mauriac, Camus, Françoise Giroud et tant d'autres, flics de l'ombre et agents doubles. À la fois roman historique et polar politique, Un homme à histoires se lit comme on regarde un film, pour notre plus grand bonheur.


- Un homme de parole
de Imma Monso
Éditions Robert Laffont / Mars 2016


Comète et Lot se sont aimés pendant seize ans, depuis leur première rencontre dans un club de jazz jusqu'à la mort brutale de Comète. Pour maintenir vivant dans sa mémoire cet homme si essentiel pour elle, Lot conçoit alors le projet d'écrire leur histoire. Vibrante d'émotion, elle recrée leur vie. Bouleversante de lucidité, elle dit le deuil. Car raconter un grand amour disparu, c'est tenter de concilier les contraires: oublier et se souvenir, pour continuer à vivre et donner toutes ses chances à l'amour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:08

- Un mariage d'amour
de Françoise Bourdin
Éditions Belfond / Mars 2016


Lorsque sa femme Laura le quitte pour vivre à Paris avec Nils, son jeune demi-frère, Victor Cazals est fou de douleur. Trahi et par la femme qu'il aime et par ce petit frère fragile qu'il a toujours protégé, mais aussi privé de son petit garçon Thomas, Victor perdrait pied sans le soutien de sa famille. Heureusement son frère aîné Maxime, avec qui il a repris l'étude de notaire paternelle, Martial, leur père qui malgré son grand âge n'a rien perdu de ses pouvoirs de séduction, et Blanche, leur mère, qui a toujours choyé et surprotégé Nils, pourtant fruit des amours adultères de son mari, vont lui prêter main-forte. Résolu à ne pas s'enliser dans le chagrin, Victor vend sa maison ultramoderne et accepte la proposition de son père de s'installer aux Roques, la demeure familiale aux environs de Sarlat, une grande et belle bâtisse isolée à rénover. Or sa voisine Virginie, une séduisante architecte brisée elle aussi par un chagrin d'amour, suscite chez lui un vif intérêt. Mais dans cette maison inhabitée depuis des années, Victor va exhumer des photos du passé et un cahier où figure une sinistre litanie. Entre souvenirs douloureux et tabous, Victor va découvrir la vérité sur le calvaire de sa mère mais aussi sur sa vengeance. Devra-t-il révéler la vérité? Et comment regarder à présent Nils et les troubles qui l'ont toujours perturbé? Surtout, comment regarder Blanche à présent?


- Un petit glaçon dans la tête
de Valérie Péronnet
Éditions Calmann Lévy / Mars 2016


L'histoire étrange d'un jeune homme enfermé dans ses rêves. Max ne grandit pas comme les autres petits garçons: les mots peinent à s'extraire de sa bouche et il regarde le monde comme une immense palette de couleurs. Même quand sa petite sœur Emma voit le jour, il ne parvient pas à lui parler. Ses parents se font de plus en plus de souci, surtout depuis qu'il se cache mystérieusement sous l'escalier. Des années plus tard, Max est un adulte toujours ancré dans l'enfance, mais qui tente enfin de reconquérir la parole manquante. Quelle est l'origine de son silence? Est-il dû aux fureurs et aux larmes de sa mère? Comment se fait-il que Max sente dans sa tête un grand froid qui glace ses pensées? Emma parviendra-t-elle à aider son grand frère à revenir au monde? Un second roman tendre et poétique, construit en allers-retours entre enfance et âge adulte, insouciance et non-dits, secrets de famille et ricochets.


- Un silence
de Bernard Fauconnier
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mars 2016


"- Nous sommes des soldats, dit mon grand-père. Nous avons combattu dans la même guerre. Je vous demande de ne pas faire une chose pareille. - Pourquoi? - Parce que ce n'est pas bien. Cet enfant, vous ne le connaissez pas. Il n'est rien pour vous. - Qu'est-ce que vous en savez? Vous n'êtes pas dans ma tête, ni dans mon corps. Vous n'avez pas souffert ce que je... - J'ai eu mon compte, dit Augustin. - Je vous ai donné un fils, dit le Capitaine". Dans ce roman où flottent les visages d'une France fantomatique, survivante des années 14-18, Bernard Fauconnier découvre, par-delà le regard bleu du vieil Augustin, l'étendue d'un drame muet. Un silence qui se noue sur trois générations. Une blessure d'amour racontée comme une blessure de guerre.


- Une année particulière
de Thomas Montasser
Éditions Presses De La Cité / Mars 2016


"Ma nièce Valérie doit s'occuper de tout". Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné. La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir peu à peu la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa... Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main. Texte après texte, échange après échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c'est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d'un charmant inconnu qui l'aideront à écrire le chapitre décisif de son existence.  


- Une chance unique
de Erwan Desplanques
Éditions De L'Olivier / Mars 2016


À Stockholm, deux amies cherchent un sens à leur vie devant l'enclos d'un ours suicidaire. Un jeune cinéaste se passionne pour la vie sexuelle des méduses et des hippocampes. Un homme se fait voler ses auto-stoppeuses sur une aire d'autoroute. Un couple assiste en direct à un suicide dans une émission télévisée. Un plongeur passe ses nuits au fond d'étangs de parcours de golf. Ces dix nouvelles, marquées par l'absurde ou l'incongru, mettent en scène des drames infimes, des rencontres incertaines, des situations apparemment ordinaires. Les personnages d'Une chance unique avancent au gré de leurs engouements, de leurs obsessions, cherchent un nouveau départ ou un alter ego. Le narrateur les observe avec un humour complice.


- Une fatalité de bonheur
de Philippe Forest
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


Je prends au hasard vingt-six mots plus ou moins présents dans la poésie de Rimbaud de sorte, cependant, que leurs initiales correspondent aux vingt-six lettres de l'alphabet. Je regarde les phrases ou les vers d'où ils viennent et que je considère comme leur glose. J'en fais un texte où je les interprète comme s'ils me concernaient. Le miracle est que l'oracle dit vrai. La série des commentaires s'arrange en une sorte de roman où je retrouve celui de ma vie". P. F.
De Deuil à Enfant, en passant par Gloire, Néant, Vertige ou Zanzibar, Philippe Forest propose, en vingt-six mots empruntés à l'œuvre rimbaldienne, une lecture de sa vie. Il livre ainsi une manière d'autoportrait à la fois original et virtuose.


- Une heure avant minuit
de Ida Simons
Éditions Belfond / Mars 2016


Totalement inédit en France, roman d'inspiration autobiographique, Une heure avant minuit retrace le destin d'une petite fille passionnée de musique et celui de sa famille dans la communauté juive flamande de l'entre-deux-guerres. Une œuvre drôle et poignante qui aurait pu élever Ida Simons au rang des grands noms de la littérature si son décès prématuré ne l'avait plongée dans l'oubli.


- Une nuit au Mississipi
de Craig Shreve
Éditions Les Allusifs / Mars 2016


Dans le Mississippi du milieu des années 1960 où sévit encore une ségrégation à peine dissimulée, Graden Williams, jeune militant pour l'égalité des droits entre Noirs et Blancs, est brutalement assassiné. Au cours des décennies suivant la parodie de procès des meurtriers qui a débouché sur un non-lieu, son frère, Warren, coupe tous les ponts avec le reste de sa famille et erre d'un bout à l'autre des États-Unis, chargé du fardeau de la mort de Graden dont il se sent responsable. Lorsque, quarante ans plus tard, les autorités rouvrent l'enquête, Warren se voue entièrement à la traque des assassins de son frère afin qu'ils soient traduits en justice. Conduit par une série d'indices dans une petite ville du nord de l'Ontario, il y trouve Earl Olsen, le dernier des tueurs en fuite, et réduit enfin au silence les démons qui tant d'années durant l'ont hanté.


- Une petite chose sans importance
de Catherine Fradier
Éditions Au Diable Vauvert / Mars 2016


Atteint du syndrome d'asperger, Sacha porte à quatorze ans un regard décalé et innocent sur le monde. Retiré de l'école, il vit avec sa mère, médecin humanitaire. Lors d'une mission en république démocratique du Congo, il sympathise avec Destinée, une enfant soldat. Les deux ados se retrouvent embarqués dans une aventure dangereuse, pleine de suspense et d'émotions, pour échapper aux griffes de trafiquants sans scrupule.


- Une vie de paysages
de Béatrice Commengé
Éditions Verdier / Mars 2016


"Lawrence Durrell m'avait ouvert la porte en me demandant : "Aimez-vous l'Indian Curry ?" Sans une hésitation aucune, il me proposait de partager son délice d'enfant. Mon cerveau traduisit aussitôt : Darjeeling, 1920. C'était donc là qu'il vivait quand il avait faim, en enfance. Il se promenait dans un paysage dont on l'avait arraché à onze ans et qu'il n'avait jamais revu. J'étais venue chercher la Provence, la Grèce, l'Égypte, Alexandrie, et il m'offrait l'Himalaya. L'homme de soixante-quatre ans vivait toujours au pays de Kipling". Ce voyage sur les pas de Lawrence Durrell nous conduit d'abord à Sommières où, en 1976, la narratrice rencontra l'écrivain avant de nous emporter à travers tous les continents vers les multiples demeures et paysages qu'il a habités.


- Une vie oubliée
de Naomi Jacobs
Éditions Michel Lafon / Mars 2016


Comment reprendre le contrôle de sa vie quand on se réveille un jour et qu'on a 15 ans au lieu de 32? C'est l'expérience hallucinante qu'a vécue Naomi Jacobs un matin de 2008, en découvrant une adulte dans son miroir et un jeune garçon qui s'obstine à l'appeler "maman". C'est un cauchemar. Elle ne reconnaît pas la maison où elle habite, ne sait pas ce qu'est Internet ou un Smartphone, ni comment s'occuper de son fils. Les médecins vont finir par découvrir que Naomi souffre d'une forme d'amnésie très rare. Aidée par son entourage, elle va dès lors entamer une longue démarche de réintégration. Mais le plus difficile est de constater à quel point sa vie d'adulte est un échec. Chômage, dépression, amours désastreuses, dépendances… Alors pour comprendre comment elle en est arrivée là, elle décide d'écrire un journal.


- Vacher l'éventreur
de Régis Descott
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2016


En 1897, la France découvrait Joseph Vacher, serial killer arrêté après des années de traque. Le "tueur de bergers" finira par avouer douze meurtres, l'instruction lui en attribuant une trentaine. Sur l'échelle du crime, Jack l'Eventreur est dépassé. Mais qui était vraiment Vacher? Halluciné se dépeignant comme envoyé de Dieu, pauvre type errant d'un crime à l'autre, ou assassin méticuleux parvenant à s'échapper sans laisser de traces? Grâce à un montage de documents originaux (reportages, télégrammes, procès-verbaux, lettres…) tirés des archives du plus grand fait divers de la fin du XIXe siècle, Régis Descott inaugure une forme inédite de roman-enquête et nous entraîne dans une plongée sans précédent au cœur du crime et de la folie. Une immersion passionnante dans cette France de chromos, qui restitue à Joseph Vacher sa place dans la sombre constellation des grands assassins.


- Vends maison de famille
de François-Guillaume de Lorrain
Éditions Flammarion / Mars 2016


"Oui, je voulais bazarder cette maison. J'avais mes raisons. Autrement dit: des souvenirs". En faisant le portrait d'un homme partagé entre l'amour qu'il porte à sa mère et ce refus d'héritage qu'il lui oppose, François-Guillaume Lorrain nous raconte une histoire aussi singulière que collective, celle d'une maison de famille.


- Virgile
de Jean Giono
Éditions Brumerge / Mars 2016


Dans la vie d'un lecteur, certains auteurs occupent une place à part: lectures inaugurales, compagnons de tous les jours, sources auxquelles on revient. La collection "Les auteurs de ma vie" invite de grands écrivains contemporains à partager leur admiration pour un classique dont la lecture a particulièrement compté pour eux. Oscillant entre essai, récit et rêve, Jean Giono glisse doucement de la campagne lombarde de l'Antiquité qui a vu naître Virgile à l'évocation de sa terre natale, Manosque, et mêle ainsi sa vie à celle du poète latin, jusqu'à la confusion.


- Vladimir M. et ses quatre muses
de Robert Littell
Éditions Baker Street / Mars 2016


Lilia, Tatiana, Elly, Nora: quatre femmes réunies à Moscou en 1953 autour d'un étudiant américain, R. Litzky. Elles ont aimé le même homme, l'immense poète russe Vladimir Maïakovski. Lilia Brik, volage et envoûtante. Tatiana Iakovlevna, l'aristocrate, la seule qui s'est refusée à lui. Elly Jones, l'âme sœur. Nora Polonskaïa, la belle comédienne. Elles pensent toutes connaître ses secrets. Et pourtant, vingt-cinq après sa mort, en confrontant leurs souvenirs du jeune bolchevique tourmenté, elles dévoilent des détails de plus en plus intimes, charnels. Les révélations s'enchaînent. Son suicide, magistralement mis en scène, ne fait qu'épaissir le mystère autour de cette figure emblématique de la Révolution. Le nouveau roman présente, à travers les yeux de ses quatre maîtresses, le grand poète Maïakovski, tiraillé entre son art et ses idéaux. Robert Littell joue plus que jamais avec l'Histoire. Le ton est parfois impudique, le langage des personnages, tout comme leurs mœurs, est des plus libres.


- Voulez-vous partager ma maison ?
de Janine Boissard
Éditions Fayard / Mars 2016


Elle s'appelle Line, elle a la cinquantaine et elle vient de perdre son mari. Afin de pouvoir garder sa belle maison avec jardin, près d'Angers, elle a décidé de la partager avec trois locataires. Mais alors qu'elle visait une joyeuse et enrichissante cohabitation, c'est l'enfer qui va s'inviter avec la jeune Priscille, ange ou démon?, qui cache un redoutable secret de famille. Line en sortira-t-elle indemne? "La maison", mot magique, lieu de rencontre et de dialogue, est le personnage central de cette comédie où les fous-rires alternent avec les larmes. Du pur Janine Boissard.


- Voyage amoureux de Pondichéry à Goa
de Franck Pavloff
Éditions Carnets Nord / Mars 2016


Nanti d'un carnet à spirales et d'un appareil photo, Franck Pavloff est parti en Inde, au-devant des villes jumelles de son imaginaire d'adolescent: Pondichéry et Goa. Sur les traces de Vasco de Gama, du commerce du poivre et de la soie d'organdi à Pondichéry, de la secte Auroville et de la jeunesse internationale qui danse la transe à Goa, Franck Pavloff est curieux de tout. Un récit de voyage, prétexte à un voyage intérieur de l'auteur, qui nous plonge dans le désordre flamboyant de l'Inde et sa richesse religieuse, culturelle, historique.


- Wanderer
de Sarah Léon
Éditions Héloïse d'Ormesson / Mars 2016


Compositeur et maître de musique, Hermin vit retiré dans les confins du Bourbonnais, absorbé par l'écriture d'un Hommage à Schubert. Mais par une rude soirée de janvier, sa studieuse quiétude est interrompue. Son ancien élève, Lenny, pianiste prodige, vient mystérieusement frapper à sa porte. Les deux hommes se retrouvent alors confrontés aux fantômes de leur passé, entre osmose musicale, aveuglement et attente d'une révélation. Porté par une mélodie schubertienne, Wanderer est un roman d'une délicatesse rare, un adagio crépusculaire au cœur de l'hiver, une ode subtile au romantisme allemand.


- Zazous
de Gérard de Cortanze
Éditions Albin Michel / Mars 2016


On n'est pas sérieux quand on a quinze ans, même en pleine Occupation. Chaque jour, au café Eva, une bande de zazous se retrouve pour écouter du jazz. Josette, Pierre et Jean sont lycéens, Sarah est coiffeuse, Charlie trompettiste, Marie danseuse, Lucienne apprentie mannequin. Dans un Paris morose, ils appliquent à la lettre les mots d'ordre zazous: danser le swing, boire de la bière à la grenadine, lire des livres interdits, chausser en toutes circonstances des lunettes de soleil et enfiler de longues vestes à carreaux. À mesure que les Allemands montrent leur vrai visage, ces jeunes gens qui ne portent pas encore le nom d'adolescents couvrent les murs de Paris du "V" de la victoire, sèment la panique dans les salles de cinéma et les théâtres, déposent une gerbe le 11 novembre sous l'Arc de Triomphe, arborent, par solidarité et provocation, l'étoile jaune. Traqués par les nazis, pourchassés par les collaborateurs, rejetés par la Résistance, les zazous ne veulent pas tant changer la vie qu'empêcher qu'on ne leur confisque leur jeunesse. Dans cet ample roman aux accents de comédie musicale, Gérard de Cortanze nous plonge au cœur d'un véritable fait de société trop souvent ignoré, dans le quotidien d'un Paris en guerre comme on ne l'avait encore jamais vu, et nous fait découvrir la bande-son virevoltante qui, de Trenet à Django Reinhardt, sauva une génération de la peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 13:05

- Abraham et fils
de Martin Winckler
Éditions P. O. L. / Février 2016


Un jour du printemps 1963, une Dauphine jaune se gare devant le monument aux morts, sur la grand-place de Tilliers, petite ville de la Beauce. Elle transporte Abraham Farkas, médecin rapatrié d'Algérie, proche de la cinquantaine et son fils Franz, âgé de neuf ans et demi. Abraham n'a qu'une seule préoccupation: son fils. Franz, lui, en a deux: son père et les livres. Leur vie a été brisée un an plus tôt par un "accident" qui a laissé Franz amnésique et dont Abraham ne lui parle jamais. Ils s'installent rue des Crocus, dans la grande maison où Abraham va se remettre à travailler. Ils vont devoir apprendre a vivre avec le reste du monde et à lui faire face, ensemble et séparément. Pour Abraham, qui n'est pas aussi monolithique que son fils le pense, la situation est simple: soigner est son métier, et il va l'exercer à Tilliers comme il le faisait à Alger. Quant à Franz, il n'est pas aussi fragile que son père le croit. Comment voit-on le monde quand on n'a que son père comme repère? Comment comprend-on les sous-entendus des uns, les agressions des autres? Comment fait-on la différence entre le bien et le mal? Et comment grandit-on quand on a oublié qui on est, et quand la seule personne qui le sait reste muette? À défaut de pouvoir explorer les recoins de sa mémoire, Franz se met à explorer la grande maison et la petite ville qui constituent désormais leur univers. Il y débusque des mystères et des silences, un terrain d'exercice idéal pour son imagination qui, sous l'influence de ses lectures se débride. À travers deux récits entrecroisés, les souvenirs de Franz et ceux d'un mystérieux narrateur omniscient, ce roman décrit une relation filiale singulière. C'est aussi une réexploration de la France au début des années soixante à travers les yeux et les oreilles d'un garçon de dix ans qui découvre tout en même temps la cruauté de la vie, les pièges de la mémoire, les secrets enfouis par l'Histoire avec sa grande hache, les surprises de l'amour et les forces qui animent notre imaginaire.


- Après Sara
de Amanda Coe
Éditions Denöel / Février 2016


Années 1980. Patrick, jeune dramaturge charismatique et ambitieux, enfant terrible du théâtre, tombe follement amoureux de Sara. Mais Sara est déjà mariée. Elle abandonne mari et enfants pour vivre pleinement son destin de muse. Image parfaite du couple rêvé, alliant beauté et talent, Sara et Patrick deviennent les chouchous du public. Trente-cinq ans plus tard, Patrick vit seul après la mort brutale de Sara. Il ne lui reste que son whisky, son carnet de notes et une rage toujours intacte contre le monde entier. Louise et Nigel, les enfants de Sara, désormais adultes, cherchent à comprendre qui était leur mère et pourquoi elle a choisi de les abandonner. Sara, malgré son absence, va réunir ces trois personnes. Chacun à leur manière, ils devront apprendre à faire leur deuil et à se reconstruire malgré les blessures qui ne guériront jamais, les questions restées sans réponse et la perte d'un être que personne ne pourra jamais remplacer. Après Sara est un roman dérangeant, à l'humour féroce, terriblement juste sur le chagrin, l'égoïsme et la persistance des blessures anciennes.


- À toute berzingue
de Kenneth Cook
Éditions Autrement / Février 2016


"Piste d'Obiri. Danger. D'ici à Obiri, la chaleur, les sables mouvants et autres dangers rendent la traversée extrêmement périlleuse. En cas de panne, n'abandonnez jamais votre voiture". Katie et Shaw se connaissent depuis vingt-quatre heures à peine. Pourtant, entre eux, c'est déjà "à la vie, à la mort", au sens propre du terme. Coincés dans une petite Honda lancée à toute berzingue sur la piste d'Obiri, six cents kilomètres de fournaise et de poussière au cœur de l'outback australien, ils sont poursuivis par une monstrueuse créature prête à tout pour les éliminer. Doivent-ils rebrousser chemin et affronter leur assaillant? Ou continuer leur course folle sur cette piste qui semble mener droit en enfer?


- Au premier chant du merle
de Linda Olsson
Éditions L'Archipel / Février 2016


Déception sentimentale? Lassitude de vivre? Élisabeth Blom s'est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s'appelle Blom. Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre? Ou faudra-t-il attendre un drame, et l'intervention inattendue d'Otto, libraire à la retraite, pour faire entrer la lumière dans son appartement? Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d'une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture.


- Aux jours heureux
de Alex Shearer
Éditions Terra Nova / Février 2016


Un jour, Alex reçoit un appel: son frère Louis est gravement malade et va mourir. Dans leur enfance, Louis était le grand frère protecteur. Le héros. Mais désormais, la maladie bouleverse l'ordre des choses. Depuis l'annonce de sa condamnation, Louis est désorienté, incapable de faire face. Superman a oublié comment se battre. Mais Alex est bien décidé à lui montrer que tant que l'on n'est pas mort, il faut vivre. Comme autrefois, ensemble, ils vont batailler. En se remémorant les souvenirs des jours heureux, en accomplissant ces choses qu'ils ont toujours rêvé de faire. En prouvant, une fois de plus, qu'à deux ils sont forts et peuvent battre tout le monde, comme avant. Même la mort.


- Ballade pour Leroy
de Willy Vlautin
Éditions Albin Michel / Février 2016


La première chose que voit Leroy lorsqu'il sort du coma, c'est la photo d'une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent son départ pour l'Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu'à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu'il a été? Alors qu'il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui: Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau. Willy Vlautin signe un roman très fort sur les oubliés du rêve américain. Un livre magnifique sur ceux qui s'accrochent à la vie envers et contre tout, où courage et bienveillance font contrepoids à la noirceur du quotidien.


- Bianca
de Loulou Robert
Éditions Julliard / Février 2016


Parce qu'elle devrait manger davantage et n'aurait pas dû s'ouvrir les veines à un si jeune âge, Bianca est admise dans l'unité psychiatrique pour adolescents de sa ville natale. Bianca ne s'élève pas contre cette décision. Elle ne se révolte pas. Même si elle ne voit pas en quoi le fait d'être enfermée et soumise à de multiples interdits peut atténuer la souffrance qui la détruit, Bianca se tait, obéit et regarde. Elle observe le monde chaotique qui l'entoure. Tous, médecins, soignants, patients et familles ont l'air si fragiles, si démunis... Aucun remède ne semble exister, aucune lumière ne paraît capable d'éclairer ce lieu opaque ou Bianca a le sentiment effrayant de s'être enfermée toute seule. Et pourtant. La vie est là. Les sensations, les émotions, les visages, les événements, les affrontements, les pulsions, les sentiments vous cernent et vous travaillent au corps. On peut croire qu'on ne sait plus vivre, on vit tout de même. Et Bianca observe avec une attention scrupuleuse ce flot de vie inexorable qui, sans qu'elle n'y puisse rien, l'envahit, la ranime et la submerge. Avec une retenue rare et une lucidité tranquille, Loulou Robert retrace le déroulé de cette traversée singulière.


- Bienvenue à Big Stone Gap
de Adriana Trigiani
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Big Stone Gap, Ave Maria Mulligan y a passé toute sa vie. Elle aime tant ce village niché dans les montagnes de Virginie. Seulement cette jolie célibataire trentenaire n'est pas pleinement heureuse. Lorsqu'elle apprend que Fred Mulligan n'était pas son père biologique, c'en est fini de la sage et conciliante Ave Maria. Le moment est venu de renouer avec ses origines, au cœur des Alpes italiennes.


- Bienvenue chez les riches
de Lydia Lecher
Éditions Michel Lafon / Février 2016


"Grand domaine dans le Var cherche gardiens". C'est cette petite annonce qui a changé la vie de Lydia et de son mari. Recrutée en tant que gardienne et gouvernante pour s'occuper d'une superbe bastide du sud de la France et servir ses propriétaires fortunés, Lydia passera ensuite quinze ans de sa vie au service des riches. Banquiers, châtelains, grands noms de la mode: des patrons différents mais tous semblables quant à l'exigence. Horaires à rallonge, port de l'uniforme, tyrannie de la sonnette, mépris, injures, surveillance à outrance. Un classique, le piège du Petit Poucet: Madame cache un grain de riz sous un tapis, un noyau de cerise dans un tiroir, un coton-tige au fond du dressing pour mieux pouvoir accuser son employée de négligence. L'argent rend-il fou? Dans un domaine où elle a travaillé, Lydia avait interdiction de marcher sur les allées de graviers pour qu'on ne voie pas les traces de ses pas et devait s'esquiver quand Monsieur arrivait, car il ne supportait pas de voir les domestiques. Quand on travaille chez les riches, on doit être discret, voire invisible. Si invisible que certains n'ont même pas de contrat. Aujourd'hui, Lydia ne veut plus se taire. Et elle parle ici au nom de tous ces serviteurs que personne ne voit.


- Blitz
de David Trueba
Éditions Flammarion / Février 2016


"Le message disait: "je ne lui ai encore rien dit. C’est si difficile". Mais il ne m'était pas destiné. La vie change quand les messages d'amour ne nous sont pas destinés. Celui-ci, qui arriva comme un éclair, inattendu et foudroyant, changea ma vie". La foudre s'abat sur Beto Sanz, jeune architecte paysagiste espagnol, sous la forme d'un SMS. Désormais seul à Munich, il doit repenser sa vie et sa vocation. C'est dans ce monde apparemment hostile qu'une rencontre imprévue, aussi dérangeante que stimulante, va le révéler à lui-même et laisser entrevoir à cet homme égaré un nouvel avenir.


- Blonde à forte poitrine
de Camille de Peretti
Éditions Kero / Février 2016


"La fille était le fantasme absolu, la vierge et la putain réunies. Incroyable, inconcevable que personne ne l'ait encore remarquée. C'est de cette façon qu'il en parlerait à la presse par la suite, la version officielle du moins, et quand on lui demanderait de se justifier, il ferait le parallèle avec les chercheurs d'or: elle était la pépite d'une vie, elle était exceptionnelle". À 17 ans, Vickie, jeune fille naïve d'une petite ville texane, tombe enceinte de son copain. Rejetée par sa mère et bientôt par sa belle-famille, elle trouve refuge dans un club de strip-tease avec son bébé. Un peu trop grande, un peu maladroite, elle est pourtant vite remarquée pour le pouvoir d'attraction qu'elle exerce sur les hommes. De playmate à star de la téléréalité, son ascension sera fulgurante. Mais qu'il est dur de rester soi quand le monde entier convoite votre corps.


- Branches obscures
de Nikolaj Frobenius
Éditions Actes Sud / Février 2016


Auteur respecté du paysage littéraire norvégien, le père de famille Jo Uddermann mène une petite vie tranquille dans une banlieue endormie d'Oslo. Il vient de publier un roman biographique sur un ami d'enfance décédé, un livre dans lequel il n'hésite pas à étaler, au nom de la vérité littéraire, les détails les plus intimes sur son ami, à s'interroger sur l'obscurité de son âme, à se livrer à des spéculations sur sa véritable nature, dressant ainsi le portrait d'un garçon instable, manipulateur et pervers. Le roman fait polémique et bientôt des petites irrégularités viennent troubler son quotidien: des SMS étranges provenant d'un numéro masqué, une intrusion chez lui sans motif apparent, une Barbie décapitée, un chien mort gisant devant son garage, la sensation d'être surveillé. Et lorsque son éditeur l'appelle pour accuser réception de son autobiographie, sa vie bascule dans le chaos: il n'en est pas l'auteur et la seule personne qui aurait pu l'écrire à sa place n'est plus de ce monde. Nikolaj Frobenius est de retour avec un roman insidieux profondément troublant où les frontières entre le réel et le romanesque s'effritent imperceptiblement jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucune certitude. La limite est franchie, les rôles sont inversés, l'heure de la vengeance du personnage sur son auteur a sonné.


- Candide et lubrique
de Adam Thirlwell
Éditions De L'Olivier / Février 2016


"Je ne suis pas du tout un gros bonnet, ni un truand. Je ne suis pas un tombeur. Les filles m'ont toujours intimidé. Dans le rôle du macho de première, je suis à peu près aussi crédible que les nanas blanches qui posent sur des photos en faisant des signes de gang. Ce n'était vraiment pas normal pour moi de me réveiller sans savoir comment j'étais arrivé là". Le héros de Candide et lubrique est un jeune homme bien sous tous rapports. Marié à une femme qu'il aime, ce garçon rêveur vit chez ses parents et cultive son image d'ex-enfant prodige. Un matin, il se réveille dans le lit de sa meilleure amie, inconsciente après ce qui semble avoir été une nuit d'excès en tout genre. Premier faux-pas d'une série de mauvais choix, volontaires ou guidés par un destin farceur qui mettront son équilibre psychique à rude épreuve, d'adultères en abus de drogues, d'orgies en braquages au pistolet à eau.


- Ce sera ma vie parfaite
de Camille de Villeneuve
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


En ce matin de printemps, Victor des Ulmières pressent sa mort. Autour du domaine familial rôde Serge, son jeune protégé avec lequel il s'est battu au couteau la veille. C'est dans la bruyante compagnie de jeunes danseurs et musiciens que Victor choisit de passer cette trouble journée. Une ultime décision s'impose: comment mettre en scène le plus flamboyant des finals?


- Cet été-là, de braise et de cendre
de Alain Vircondelet
Éditions Fayard / Février 2016


Alain Vircondelet signe ici le premier roman qui met en scène Marguerite Duras. Il raconte la naissance de l'écrivain, au sortir de la guerre, au cours de l'été 1945. Elle séjourne auprès de son mari, Robert Antelme, en convalescence en Haute-Savoie, revenu depuis quelques semaines seulement des camps. Dionys, son amant, les rejoint. Ce n'est plus la guerre et c'est encore la guerre. Hiroshima, Nagasaki, les derniers combats. La solitude et la douleur. Comment renouer avec la paix, et surtout écrire? L'écriture est, pour elle, la vie, "rien de plus sauf elle, la vie"?


- Chambres vides
de Mitch Parry
Éditions Les Allusifs / Février 2016


Dennis Ryan voyage du Canada à Manchester, en Grande-Bretagne, pour y disperser tes cendres de sa mère. Là-bas, il tente d'élucider les circonstances qui ont incité ses parents à abandonner un milieu stérile dans l'espoir de connaître des jours meilleurs en un pays lointain, mais aussi celles qui ont conduit deux êtres qu'un fossé social et intellectuel séparait à concevoir un projet illusoire. Au fil du récit apparaissent des personnages profondément humains qu'une réalité implacable dépasse. Peu à peu, les raisons qui ont poussé Dennis à fuir sa cellule familiale s'éclaircissent, l'origine des souvenirs qui le hantent se précise, et te voile se lève sur le mystère qui entoure la personnalité maternelle. Avec ce livre, Mitch Parry conçoit une quête psychologique intense, à l'atmosphère envoûtante, où les chambres vides que l'on quitte en laissent entrevoir d'autres remplies de promesses non tenues.


- Charles Draper
de Xavier de Moulins
Éditions JC Lattès / Février 2016


À la demande de Mathilde, Charles a quitté Paris et son appartement de la rue de Vaugirard pour s'installer à la campagne avec leurs deux filles, le rêve d'une vie. Une vie au vert, rythmée par ses allers-retours vers la capitale pour s'occuper de sa société. Le bonheur de Mathilde n'a pas de prix, tout le monde le sait, Charles ferait tout pour sa famille. Alors pourquoi Mathilde est-elle de plus en plus distante? Est-ce le regret de Paris, de sa vie d'avant? Le voisin, Clément, qui lui a montré la voie d'un ailleurs possible? Ou bien ce reflet dans le miroir, ces quelques kilos en trop qui ont surgi sur la balance, ce profil d'homme mûr, moins ferme que dans leur jeunesse? Il y a forcément quelque chose. Si seulement Charles pouvait comprendre. Apparence, apparences, mensonges et faux-semblants: chez Xavier de Moulins, les héros ont tous cette beauté éclatante, solaire, qui cache les plus noirs secrets


- cœurs croisé
de Pilar Pujadas
Éditions Mercure de France / Février 2016


Déborah, Marie-France, Muriel, Ève et Béatrice: cinq femmes d'âges et d'origines très différentes se succèdent dans le même appartement. Chacune a une bonne raison de se trouver là, plus ou moins légitime, plus ou moins honnête. À tour de rôle, elles tombent sur le même objet: le soutien-gorge rouge vif de la propriétaire, négligemment abandonné. Devant cet objet intime, chaque femme réagit de manière singulière. La présence du "cœur croisé" provoque en elles des sentiment confus, et réveille le souvenir d'épisodes du passé. Chaque chapitre de Cœur croisé ressemble à une nouvelle. Mais, c'est bien un roman que composent ces différentes histoires qui se croisent et s'éclairent mutuellement, distillant le mystère, les énigmes et les surprises.


- cœurs en travers
de Jeff Bartsch
Éditions Anne Carrière / Février 2016


Stanley et Vera sont deux adolescents surdoués et maladroits qui se rencontrent en finale du concours d'orthographe national. Leurs parents forment pour eux des espoirs à la hauteur de leur potentiel: Stanley sera sénateur, Véra mathématicienne. L'autre point commun de nos héros est qu'ils n'ont pas l'intention de s'y conformer. Le plan de "grande évasion" de Stanley est d'épouser Véra pour transformer la liste de mariage en un petit capital qui lui permettra de s'émanciper financièrement et de poursuivre son seul rêve: devenir le plus grand créateur de mots croisés de tous les temps. Alors qu'il embarque Véra dans sa folle entreprise, il ne néglige qu'un infime détail: la jeune fille est éperdument amoureuse de lui. Et s'il réussit brillamment à s'évader de son destin tout tracé, il perd dans l'opération, et sans s'en rendre compte, le grand amour. Il ne lui faudra pas trop d'une vie et de milliers de grilles de mots croisés pour rattraper son erreur.


- Comme la nuit se fait lorsque le jour s'en va
de Libar M. Fofana
Éditions Gallimard / Février 2016


Tout commence à Conakry, en Guinée, dans une cour des miracles de nos jours où une femme meurt en couches. Ses congénères, des misérables qui survivent ou trépassent entre deux mondes, se disputent le nouveau-né afin de l'offrir, devant les mosquées, à la charité ostentatoire des fidèles. Bientôt le petit Bouya partira avec ses amis à la recherche de sa sœur kidnappée. L'errance des enfants-mendiants, comme des étoiles perdues dans le sable, fera s'entrecroiser jusqu'à Marseille d'autres quêtes, cent autres destinées affamées, cocasses et révélatrices de notre monde. Au cœur de l'histoire, Malick qui, pour un billet d'avion, vend sa virilité; et Khady vendue à un vieil homme par son père, plutôt qu'un lopin de terre, et qui tombe amoureuse de Malick. Les commerces humains et inhumains ne s'arrêtent pas là. C'est la misère éperdue des migrants, que l'auteur a vécue de près. C'est aussi l'espoir d'un retour aux sources et à la force des origines.


- Confidences d'une fille sensible (et révoltée !)
de L. Rozett
Éditions Mosaïc / Février 2016


Et MOI dans tout ça?
1 - C'est l'enfer au lycée - je ne suis JAMAIS au Top des Stylés.
2 - C'est l'enfer à la maison - ma mère veut m'emmener chez le psy et m'imposer un beau-père.
3 - C'est l'enfer dans ma tête - mon petit ami ne gère pas ses sentiments.
Et MOI dans tout ça? J'ai DÉCIDÉ d'être enfin moi-même. De trouver un SENS à ma vie. Parce que si je ne le fais pas, qui le fera pour moi? Dans quelques jours, il y a une audition. CHANTER. Sortir de l'ombre. Crier ma RAGE. Voilà. Je suis peut-être sur le point de trouver MA VOIE.


- Dans la peau de Coventry
de Sue Townsend
Éditions Charleston / Février 2016


"Il faut d'abord que je vous dise deux choses sur moi: la première, c'est que je suis belle, la deuxième, c'est que, hier, j'ai tué un homme du nom de Gerald Fox. Je suis une femme très ordinaire qui n'a aucun talent particulier, aucune relation influente parmi les membres de sa famille, aucune qualification en quoi que ce soit et aucun revenu. Hier, j'avais un mari et deux enfants adolescents. Aujourd'hui, seule et en fuite, je suis à Londres, sans mon sac à main". Fuyant un mari ennuyeux qui voue un amour inconditionnel à ses quatre tortues domestiques, une existence monotone dans le lotissement des Chemins Gris où il ne se passe jamais rien, et surtout la police, Coventry va se découvrir une âme d'aventurière et de fugitive sans le sou. Tandis que tout le monde la recherche activement, ses tribulations en plein cœurs de Londres, aux côtés de personnages tous plus rocambolesques les uns que les autres, vont se révéler bien plus drôles qu'une vie de femme au foyer dans la banlieue anglaise.


- Danser
de Astrid Eliard
Éditions Mercure de France / Février 2016


Danser coûte que coûte, tel est le credo des personnages d'Astrid Eliard. Sans cette passion commune, Chine, Delphine et Stéphane ne se seraient jamais rencontrés: milieux sociaux, origines géographiques, motivations, histoires familiales, tout les opposait. À l'école de Danse de l'Opéra, ils vont cohabiter, se détester, se jauger, s'aider. Mais danser n'est pas gagné. Chine, Delphine et Stéphane iront-ils au bout de leurs rêves? Avec beaucoup d'humour et de tendresse, Astrid Eliard nous entraîne dans le monde des petits rats de l'Opéra. Pas seulement peuplé de tutus, de collants roses et de chaussons. Car ses trois aspirants-danseurs sont aussi des adolescents, préoccupés par les questions de leur âge et de leur époque. Leurs corps sont en train de devenir des objets de désir. Il leur faudra donc vivre ce changement, assumer le trouble des premiers émois amoureux, et concilier l'idéal de perfection avec la trivialité du réel.


- De la lycanthropie
de Jean-Michel Gentizon
Éditions L'Âge d'Homme / Février 2016


"Lecteur, cet essai n'aurait pas vu le jour si elle ne s'était pas présentée dans mon bureau de psychiatre de l'hôpital Sainte-Anne. Elle, une femme panthère venue trouver asile chez les hommes au sortir de plusieurs jours d'errance diurne et nocturne dans les rues de Paris. Haletante, animale encore dans son apparence, son regard et sa voix, sur les traits de son visage, elle retrouvait forme humaine au fur et à mesure qu'elle me racontait son histoire incroyable". C'est en tant que psychiatre et clinicien que Jean-Michel Gentizon a enquêté sur le mal méconnu qu'est la lycanthropie.


- Dernier refuge avant la nuit
de Gwen Edelman
Éditions Belfond / Février 2016


À la fin des années quatre-vingt, dans une librairie new-yorkaise, Kitty Jacobs rencontre Joseph Kruger. Elle a trente-deux ans, lui soixante. Délicate et sensible, elle aspire à écrire; lui est un célèbre dramaturge juif viennois, accueilli par la critique comme le nouveau Kafka. Il est arrogant, impatient, cynique, brave toutes les convenances, mais dégage un tel magnétisme que Kitty, subjuguée, se donnera à lui. Durant des semaines où ils se gorgeront de nourriture, d'alcool et de sexe, Joseph dévoilera peu à peu à Kitty le récit de sa vie: Amsterdam, la Palestine, Paris, sa famille déportée, la clandestinité. Et les femmes, innombrables, son dernier refuge dans un monde où il n'a plus rien à perdre. Dix ans plus tard, alors que Kitty se rend à l'enterrement de son ancien amant, les souvenirs de leur passion ressurgissent.


- Des bienfaits du jardinage
de Patrice Robin
Éditions P. O. L. / Février 2016


En mars 2014 on a proposé à Patrice Robin une résidence d'écriture dans un établissement Public de Santé Mentale et plus précisément dans le centre horticole implanté en son sein. Il a hésité, d'abord parce qu'il s'imaginait mal écrire sur le jardinage, ensuite et surtout parce qu'il ne se voyait pas passer du temps dans un hôpital psychiatrique à l'heure où sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis huit ans, sombrait dans la démence. Puis il a visité le jardin, rencontré les patients et pensé qu'écrire sur eux lui permettrait peut-être d'écrire aussi sur elle, via leur étrangeté commune, d'écrire sur la vie qu'ils vivaient encore un peu ensemble et ainsi, qui sait, de ralentir, un temps, leur irrémédiable éloignement. Des bienfaits du jardinage dit les allers-retours de Patrice Robin entre elle et eux durant ces quelques mois de résidence, allers-retours entre les vies, celles brisées parfois, tassées souvent, de ces hommes et femmes lourdement médicamentés, celle de plus en plus immobile et silencieuse de sa mère. Des bienfaits du jardinage dit aussi la sienne, déstabilisée, accompagnant sa mère, en fils, vers sa fin, mais aussi l'enregistrant et la prenant en photo, en écrivain, comme il prenait en photo le jardin et recueillait les témoignages de ses usagers. Des bienfaits du jardinage dit son trajet vers ces derniers, lent, difficile, douloureux parfois, puis apaisé enfin, dit surtout comment ils l'ont accompagné, apporté un peu de paix, sans le savoir, tout au long d'un printemps, d'un été et d'un début d'automne.


- Deux ans de vacances et plus
de Luc-Michel Fouassier
Éditions Quadrature / Février 2016


Qu'il s'agisse de participer à une course d'endurance, de mettre le point final à un roman, de retrouver les héros de son enfance, de parvenir au terme d'un repas affligeant, de refaire le voyage de noces de ses parents, de séduire Isabelle Adjani ou d'accompagner son meilleur ami au cimetière, la tâche s'avère à chaque fois difficile. Pourtant, les personnages de ces sept nouvelles sont décidés. Ils iront jusqu'au bout.


- Elephant Island
de Luc Baba
Éditions Belfond / Février 2016


"Il m'a fallu des nuits et des nuits pour aimer l'enfant que je fus". Lorsque son père meurt en 1917 sur le front belge, Louis est placé dans un pensionnat loin de sa mère et de ses frères et sœurs. À l'ombre d'un conflit qui s'éternise, il rêve d'un bateau pour échapper à ce temple de la discipline et des mauvais traitements. Comment se construire dans un lieu où les enfants sont livrés aux agissements les plus barbares des adultes? Comment rêver un avenir quand la guerre anéantit l'espoir? Face à la fragilité des siens et à la violence de l'Histoire, Louis, marqué pour sa vie entière par une profonde entaille, reste au port à contempler ce bateau qui le fascine et qu'il ne parvient pas à prendre. Mais le nom d'Elephant Island va résonner à son oreille et l'arracher à son silence.


- En attendant Doggo
de Marc Mills
Éditions Belfond / Février 2016


Dire de Dan qu'il traverse une mauvaise passe serait très en dessous de la réalité: alors qu'il vient de perdre son boulot, sa petite amie lui annonce qu'elle le quitte. Cerise sur le cupcake, elle lui laisse Doggo, le chien le moins sexy que la Terre ait porté, mélange inédit de labrador et de pékinois. Malgré leur méfiance réciproque, l'un et l'autre ont un point commun: leur profonde solitude. Et tandis que Doggo révèle peu à peu d'improbables charmes, dont un étonnant capital sympathie, assorti d'une inexplicable fascination pour l'actrice Jennifer Aniston, Dan, lui, fendille sa carapace de trentenaire égocentrique pour dévoiler une âme sensible, qui n'attendait que de prendre soin d'un autre. Entre l'animal revêche à moitié chauve et le loser patenté, c'est le début d'une véritable et hilarante complicité. Nouveau job, nouvelles conquêtes, nouveau destin... Et si Dan avait rencontré en Doggo son plus formidable allié, le plus inattendu des Cupidon?


- Enfant terrible
de John Niven
Éditions 10-18 / Février 2016


Los Angeles, 2013. Si Kennedy Marr possède de nombreux talents, pour l'écriture, pour l'ivresse, pour la pornographie, il y a un domaine dans lequel il frôle le génie: celui d'ignorer tout ce qui le dérange. Son éditeur qui attend depuis des années son nouveau roman; son redressement fiscal, qui porte sur près de 1 million de dollars; ou encore sa mère, gravement malade en Europe. À force d'ignorer les réalités, il est aujourd'hui dans l'impasse. Seul un miracle pourrait le sauver de la faillite financière et spirituelle. Et ce miracle a lieu.


- Enfants dans le temps
de Ricardo Menéndez Salmón
Éditions Jacqueline Chambon / Février 2016


La fin d'un couple à travers la mort de leur fils, le récit de l'enfance imaginée de Jésus et le voyage d'une femme vers une île sont les trois fragments d'une histoire qui conduit au même étonnement: le fait aussi merveilleux qu'énigmatique que toujours, d'une manière ou d'une autre, la vie s'ouvre un chemin. Enfants dans le temps gravite autour de l'amour comme prodige et comme catastrophe, mais il interroge aussi le pouvoir de la littérature d'exorciser la douleur et de nous faire retrouver, non ce que nous avons perdu, mais nous-même; au point de sauver notre dignité et notre sagesse quand toutes les lumières se sont éteintes. Ricardo Menéndez Salmon nous offre ici un de ses livres les plus surprenants, une affirmation de la vie annoncée avec un souffle épique autant qu'intime, dans une forme qui cisèle les détails et dévoile une vérité profonde: l'art est la seule activité humaine qui nous enseigne que la vie est plus importante que l'art lui-même.


- Et je serai toujours avec toi
de Armel Job
Éditions Robert Laffont / Février 2016


Automne 1995. Victime d'un incident mécanique, un homme vient demander de l'aide dans la maison la plus proche. Teresa, la jeune veuve et catholique fervente qui lui donne asile le temps de faire réparer son véhicule, se convainc très vite que cet homme lui est, en réalité, envoyé par Dieu en réponse à la promesse de son défunt mari. "Et je serai toujours avec toi" n'est-elle pas l'épitaphe que ce dernier a demandé que l'on grave sur sa tombe? Tadeusz et André, les fils de Teresa, âgés tous deux d'une vingtaine d'années, voient pour leur part d'un mauvais œil l'irruption de cet inconnu qui vient troubler le deuil familial. Un fait divers tragique ne va pas tarder à révéler que celui qui se dit réfugié croate n'est pas tout à fait celui qu'il prétend être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:45

- Et les regrets aussi
de Seth Greenland
Éditions Liana Levi / Février 2016


Jeremy Best a deux vies: avocat le jour, poète la nuit. Trentenaire et célibataire, il mène une existence confortable à New-York, tout en se méprisant un peu. Mais deux choses inattendues vont bouleverser sa vie. L'une est blonde, des lunettes en écaille, une dent un peu de travers et un charme irrésistible. L'autre est une grosseur inquiétante au niveau de l'aine. Les deux vont bientôt occuper son esprit, l'assiéger, requérir toute son attention, sans répit. Entre Brooklyn et Long Island, une "Love Story" magnifiée par le regard drôle, tendre et lucide que Seth Greenland porte sur les mauvais choix, les regrets et le temps à ne pas perdre.


- Euphorie
de Lily King
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En 1933, trois jeunes et brillants anthropologues se rencontrent sur les berges du fleuve Sepik, dans le Territoire de Nouvelle-Guinée, alors sous domination anglaise. Inspiré par la vie de Margaret Mead, la célèbre anthropologue américaine qui sut donner du souffle à cette science encore si récente dans les années 30, Euphoria est un roman passionnant où il est question de tribus indigènes, d'ethnocentrisme et de guerres mondiales, mais aussi et surtout de nature, de désir et de possession.


- Hausse de l'abstention
de Philippe Mathieu
Éditions Brumerge / Février 2016


Théo a mis sa vie entre parenthèses. Pas une petite parenthèse. Vingt ans sans rien d'autre que le travail, sa réussite et l'alcool. Vingt ans sans désirs. Vingt ans à réprimer sa violence. Vingt ans de rendez-vous manqués avec son fils. Une vie dépourvue d'intérêt, passée à se prémunir de ces heurts qui pourraient fissurer une digue fragile. Mais Théo est débusqué dans sa tanière. D'abord par Marion qu'il vient de recruter. Ensuite par Marie, nouvelle venue dans le bar où il a ses habitudes. Vingt ans plus tôt, la mère de son fils s'appelait aussi Marie. Sous la simple pression d'un prénom surgi du passé, les années où il connaissait le désir lui reviennent. Mais que peut-on espérer après s'être abstenu de toute relation pendant si longtemps? Ironie, sensibilité et finesse de l'écriture, Hausse de l'abstention, deuxième roman de Philippe Mathieu, dessine le portrait attachant d'un quinquagénaire en plein désarroi.


- Fausse route
de Pierre Merindol
Éditions Le Dilettante / Février 2016


Mérindol, nom rêvé pour un village, ou pour un couteau de poche, l'un qu'on respire fleuri à souhait, l'autre, fidèle, à la main. En l'occurrence, notre Mérindol à nous, Pierre, né Gaston Didier, c'est un zigue de première, complice de Robert "Bob" Giraud, l'auteur du Vin des rues, l'Homère des rades, et Robert Doisneau, l'Orphée du Rolleiflex. Formé après-guerre, le trio triole à souhait quelques années puis s'explose, chacun prenant sa voie : Robert Doisneau devient Doisneau, Giraud reste Bob, se fondant dans son paysage intime, notant, zinc après zinc, les "choses bues" du Paris populaire. Pierre Mérindol, lui, nous apprend Philibert Humm dans sa goûteuse préface, après avoir bezotté pour le galeriste Pierre Loeb, rôdé à la Contrescarpe et poussé une dernière fois, sur scène, la grande Fréhel, s'exfiltre, gagnant Lyon où il se mue en localier au Progrès. De lui nous reste, paru en 1950 aux Éditions de Minuit, aujourd'hui réédité par Le Dilettante, Fausse route. L'histoire d'une paire de drôles, le conteur et son pote Édouard, qui se camionnent la France en tous sens. Ils héritent en cours de route de la Françoise, une drôlesse finaudement mélancolique qui devient leur part à deux, à la pause ou sur les cageots de légumes et finit par se mettre avec Édouard, ouvrant un bar de poche rue Mouffetard. Sortie de route prévisible, hélas, quand se joindra au trio le gars Jules, nigaud ardent et brouilleur de cartes. Sans pause pipi, ni arrêt buffet, au fil de ce road-book noirissime, les routiers de Mérindol taillent la route à la diable, bitume et toiles cirées, en tous sens, panneaux publicitaires succédant à de somptueuses apparitions de villes ou éclosions de campagnes. Le Ciel est aux violents, dit-on, l'enfer aux fous du volant, dont acte.


- Femmes hors-la-loi
de Frédéric Ploquin et Maria Poblete
Éditions Fayard / Février 2016


Autrefois, elles portaient des talons hauts et des bas noirs quand leurs hommes sortaient en costume-cravate. Aujourd'hui, leurs héritières sont plus souvent chaussées de baskets. Celles qui gravitaient au siècle dernier autour des malfrats parisiens, lyonnais, marseillais ou corses étaient serveuses, barmaids ou croupières dans les cercles de jeux, tenaient la comptabilité occulte ou bien géraient en mères maquerelles les maisons de passe. Aujourd'hui, les femmes hors-la-loi ont grandi dans les cités et se sont pour la plupart investies dans le trafic de drogue, l'activité criminelle la plus lucrative du moment, elles sont dealeuses, passeuses, blanchisseuses ou nourrices, sans pour autant laisser tomber les vieilles recettes, à commencer par tout ce qui se rapporte au commerce du sexe. Sans oublier celles qui sont tombées  dans la criminalité par amour, celui d'un homme, d'un frère, d'un clan. Pour donner corps à ce Parrains & caïds  au féminin, Frédéric Ploquin et Maria Poblete ont rencontré ces femmes, ont su tisser des liens avec elles et les ont convaincues de témoigner, de raconter leur vie. Ils ont également souhaité et obtenu l'autorisation de séjourner pendant une semaine dans la seule prison française exclusivement réservée au sexe dit "faible", expression dont on mesurera au fil de ces pages la désuétude. Ces femmes hors-la-loi vous surprendront par leur détermination, leur langage  et leur force de frappe.  


- Gloire tardive
de Arthur Schnitzler
Éditions Albin Michel / Février 2016


La vie du vieux fonctionnaire Edouard Saxberger bascule le jour où un inconnu frappe à sa porte. C'est un jeune poète venu lui dire son admiration et celle de ses camarades pour l'unique œuvre lyrique que publia jadis Saxberger, il y a si longtemps que le vieux monsieur l'a quasiment oubliée. Ramené au souvenir de ses lointaines ambitions artistiques, grisé par ces jeunes qui l'adulent et l'invitent à rejoindre leur cercle, Saxberger oscille entre le rêve de débuter une nouvelle carrière littéraire et la tentation de retrouver la "sourde et molle quiétude" de son existence bourgeoise. Dans ce texte inédit récemment découvert, Arthur Schnitzler fait le portrait d'un vieil homme tourmenté par l'impossible désir de rajeunir, en même temps qu'il brosse le tableau drôle et impitoyable d'un microcosme artistique plus actuel qu'il n'y paraît, où règnent la prétention, la vacuité, la mesquinerie et l'obsession de la publicité.


- Hollywood: dream machine
de Matthew Specktor
Éditions L'Archipel / Février 2016


Quand Beau Rosenwald débarque à Los Angeles, en 1962, il n'a qu'un costume dépareillé et une paire de chaussures de luxe. À la fin des années 1970, il a cofondé et dirige la plus prestigieuse agence de stars d'Hollywood. Par les yeux de son fils illégitime, Nate, le narrateur, on suit Beau et son partenaire se lancer dans une bataille dont les répercussions modifieront en profondeur l'industrie du cinéma. Se croisent alors deux générations d'hommes. Les pères ont réussi malgré d'innombrables revers, mais le déclin les guette. Au début des années 1990, leurs fils, Nate, Severin et Williams, pas encore âgés de 25 ans, avancent à tâtons, cherchent leurs marques, aspirent sinon à la gloire, du moins à se faire une place au soleil. Et font la fête. Une plongée dans les coulisses d'Hollywood, qui dénonce le rôle que joue l'illusion dans nos vies.


- Ici et maintenant
de Pablo Casacuberta
Éditions Métailié / Février 2016


Employé de classe internationale pour hôtel de classe internationale. L'hôtel Samarcanda recrute un nouveau groom. Máximo, dix-sept ans, trois poils de barbe, bien décidé à sortir de l'enfance, se porte candidat. Adolescent solitaire, obsessionnel, passionné par la lecture de revues scientifiques et fasciné par les mécanismes de sa pensée, il est convaincu que cette expérience sera sa véritable entrée dans le monde des adultes. Comme souvent rien n'est conforme à ce qui était prévu, et c'est tant mieux. Passé et futur se bousculent et forment un précipité subtil et drôle, où l'on résout à la fois le mystère de l'origine tout en sautant dans l'inconnu, l'amour peut-être? Où l'on découvre aussi que personne n'est exactement celui qu'on croit: il faut être indulgent. Et même tendre. Ce court roman époustouflant de maîtrise, splendidement écrit, est une des plus belles choses qu'il nous ait été donné de lire sur l'art délicat de grandir.


- Il est mort ?
de Marc Cholodenko
Éditions P. O. L. / Février 2016


Un homme est mort ou plutôt il va mourir, et entérine avant terme son retour à la matière. Voici l'argument, on ne peut plus simple et direct, du nouveau livre de Marc Cholodenko. À partir de là, l'auteur par une prolifération étourdissante de propositions dramatiques, de réminiscences, de raisonnements, d'informations intimes qui mêlent pensée des profondeurs et tours de force syntaxiques, multiplie les occurrences et les occasions d'écriture, de réflexion. Ainsi retarde-t-il l'échéance tout en la rendant encore plus douloureuse, fut-ce au moyen inattendu de l'humour.


- Il était une lettre
de Kathryn Hughes
Éditions Calmann Lévy / Février 2016


À plusieurs décennies d'intervalle… Deux histoires d'amour brisées en plein vol. Deux destins de femmes au cœurs meurtri. Une simple enveloppe peut-elle contenir la clé du bonheur? Et le chagrin d'une femme saurait-il illuminer la vie d'une autre?


- Insaisissable
de Jennifer Dubois
Éditions Robert Laffont / Février 2016


Lorsque Lily arrive en Argentine pour un semestre d'études, elle est enthousiasmée: l'architecture colorée, la nourriture, son mystérieux voisin, tout la libère de l'atmosphère étouffante qui règne dans sa famille, endeuillée par la mort, avant sa naissance, d'une sœur aînée. Sa colocataire, Katy, est assez niaise, mais elle n'est pas venue pour se faire des amis américains, de toute façon. Cinq semaines plus tard, Katy est retrouvée brutalement assassinée dans la maison de leur famille d'accueil. Lily est la première suspecte, et tous les regards se tournent vers elle. Qui est vraiment cette jeune femme de vingt et un ans? Amorale, provocante, instable, pourrait-elle être une meurtrière? Ou est-elle simplement immature, un peu égocentrique, piégée par un système légal que, dans sa naïveté, elle ne prend pas assez au sérieux? Dans les jours qui suivent son arrestation, ces deux visages de Lily apparaissent tour à tour dans les médias et jusque dans les pensées de ses proches. Car les preuves s'accumulent et son indifférence dérange.


- Jackpot
de Denise Bombardier
Éditions Fayard / Février 2016


Machines à sous, roulette, crap, blackjack, baccara, poker: pourquoi tant de gens vont-ils au casino? Comment et pour qui les machines à sous sont-elles conçues? Après avoir fréquenté des casinos partout sur la planète, Denise Bombardier pose un regard lucide et décomplexé sur ces temples modernes du dieu Argent et sur ceux qui les hantent. Ce ne sont pas les victimes du jeu pathologique qui retiennent son attention, mais ces innombrables joueurs à la recherche d'évasion ponctuelle. Dans cet essai surprenant et dérangeant, celle qui se qualifie de "joueuse d'expérience" se penche sur le phénomène grandissant du jeu et du casino. Un style incisif, une analyse éclairée, des propos qui vont à contre-courant: du Denise Bombardier au mieux de sa forme.


- Je me souviens de tous vos rêves
de René Frégni
Éditions Gallimard / Février 2016


L'automne en Provence est limpide et bleu, ce n'est pas une saison, c'est un fruit: les touristes sont partis, la nature exulte dans une profusion de couleurs et d'odeurs. Mais si l'écrivain-flâneur célèbre avec sa sensualité coutumière Manosque et la campagne provençale, il est avant tout attentif à ceux qui vivent dans les recoins de la société, les pauvres, les fous, les errants dont il se sent frère, et dont il parle sans apitoiement. Les femmes sont aussi très présentes, les servantes d'auberge longuement contemplées, ou Isabelle, "la fiancée des corbeaux", auprès de qui l'écrivain trouve paix et bonheur. Qu'il s'agisse de raconter la mort d'un chat ou la surprise d'entendre une femme qui jouit dans la maison voisine, à chaque page de ce livre vibre une émotion simple et sincère.


- Je mourrai une autre fois
de Isabelle Alonso
Éditions Héloïse d'Ormesson / Février 2016


1931. Dans la douceur de Madrid, Gelín et ses parents savourent la victoire: la République vient d'être proclamée, sans coup de feu, proprement. Les regards se tournent vers l'avenir. Pourtant, la menace de l'extrême droite assombrit la liesse et vient saper les espoirs de la famille. Bercé par des idéaux résolument libéraux, égalitaristes et anticléricaux, Gelín, avec la fougue de ses quinze ans, s'engage "pour botter le cul des fachas". Mais ses convictions se heurtent vite à la réalité du champ de bataille. Sous des allures de conte initiatique, Je mourrai une autre fois est le récit d'un monde fracassé par une guerre fratricide où seul l'amour inébranlable de la liberté vaut pour ne pas sombrer. Isabelle Alonso donne vie à un grand roman espagnol, optimiste et émouvant.


- Je ne suis pas un homme qui pleure
de Fabienne Kanor
Éditions JC Lattès / Février 2016


Fabienne Kanor au sujet de son roman: "À l'origine, il devait être question d'amour ou plutôt d'histoires d'amours inachevées, ou parce qu'elles s'achèvent mal ou parce qu'elles ne commencent jamais. J'imaginais une histoire légère comme un milieu d'été avec une femme qui parle beaucoup et des hommes qui passent trop vite. C'est après l'avoir écrite, que j'ai réalisé ce que j'en avais fait. Je crois y avoir glissé autant de rire que de colère, autant de petites choses qui font battre le cœur que quelques réflexions plus profondes sur notre société française". L'héroïne de ce roman est écrivaine. Au lendemain d'une rupture sentimentale qui fait mal, elle a peur de ne plus savoir aimer, de n'avoir rien de bon à écrire, de ne pas exister dans une société où elle n'a pas de place. L'a-t-elle perdue, cette place? En a-t-elle seulement déjà occupée une? Ce sont ces questions-là qu'elle se pose et d'autres, comme: Comment se débarrasser d'un amant encombrant? La magie antillaise est-elle encore efficace? Quand faut-il confesser à sa mère qu'elle ne sera jamais grand-mère? Qui est Maya Angelou? Elle se souvient des hommes qu'elle a aimés, de ses histoires d'amour qui l'ont souvent menée en Afrique. C'est là qu'elle est devenue romancière, qu'elle a commencé à penser, à regarder le ciel pour voir si Dieu y était. Je ne suis pas un homme qui pleure est un livre bouleversant. Il dit la quête d'une femme, le mensonge des origines, les rêves toujours déçus des mères, les hommes qui s'enfuient et ce qu'ils laissent, et l'écriture qui emporte tout.


- Jeunes loups
de Colin Barrett
Éditions Payot & Rivages / Février 2016


Coup d'essai, coup de maître. Avec Jeunes loups, Colin Barrett frappe fort dès son premier livre. Comparé aux Gens de Dublin de James Joyce par la presse anglaise, lauréat du prestigieux Frank O'Connor Short Story Award, ce recueil de nouvelles dresse le portrait d'une jeunesse irlandaise en plein doute.


- Je voulais juste vivre
de Yeonmi Park
Éditions Kero / Février 2016


Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs: la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable et le risque permanent d'être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n'est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d'épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud. À 22 ans, Yeonmi est désormais une combattante: c'est l'une des plus influentes dissidentes nord-coréennes et une activiste reconnue des droits de l'homme.


- Jours de miel
de Eshkol Nevo
Éditions Gallimard / Février 2016


Quand le riche Américain Jeremiah Mendelstrum décide de faire un legs à la Ville des Justes, en Galilée, afin que la municipalité y édifie un bain rituel à la mémoire de son épouse décédée, il ne sait pas encore que ce don va tout changer pour Anton et Katia, nouveaux immigrants russes dans un quartier excentré de la ville. Ni que les vies de la séduisante professeure de clarinette Yona et de Naïm, un jeune Arabe israélien chargé des travaux, seront bouleversées par ce chantier. Ni que leurs chemins croiseront celui de deux anciens kibboutzniks, Ayélet et Moché, venus dans la Ville des Justes après leur retour à la religion mais dévorés par une passion jamais éteinte. Tous se cherchent, se fuient, se retrouvent, parfois, pour mieux se perdre. Car les personnages de ce truculent roman sont tous en quête de l'autre moitié de leur âme. Mais il est aussi question d'espionnage militaire, de miracles, d'ornithologie, de musique et de religion, des premiers chagrins d'amour et des érections perdues, de pérégrinations en Inde ou au Costa Rica, puis de ces jours de miel que la vie nous accorde parfois, "quand deux êtres humains se rencontrent au bon moment et se transforment en un lieu, un lieu authentique, chacun pour l'autre".


- Juliette dans son bain
de Metin Arditi
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Ronald Kandiotis est richissime. Riche et droit, transparent et humble, un mécène amoureux des arts, un homme exceptionnel en somme. Mais peut-on devenir milliardaire sans dommages? Kandiotis est-il celui qu'il prétend être? Pourquoi les ravisseurs qui ont enlevé Lara, sa fille unique, exigent-ils la publication de dix histoires révélant ses crimes? La presse se déchaîne.


- L'ancêtre en Solitude
de Simone Schwarz-Bart et André Schwarz-Bart
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Louise est l'enfant Solite, la descendante de la Mulâtresse Solitude, grande figure de la résistance des esclaves noirs à la Guadeloupe. Dans la plantation de Mme de Montaignan, portée par l'admiration et la crainte qu'elle suscite auprès de ses pairs, Louise est au centre de l'attention. Se pourrait-il que l'ardent désir de révolte et de liberté de son aïeule se soit à nouveau éveillé en elle?


- L'apiculteur de Bonaparte
de José Luis de Juan
Éditions Viviane Hamy / Février 2016


Pourquoi Napoléon a-t-il fait de l'abeille l'emblème de l'Empire? La question obsède Pasolini, l'apiculteur elbois, convaincu que l'esprit de la ruche a inspiré au grand Corse ses plus belles batailles. Lorsqu'en mai 1814, le souverain déchu arrive sur l'île, l'émotion est à son comble. Alors que le rendez-vous est pris entre les deux hommes, on découvre qu'une Société Bonapartiste, déterminée à libérer l'Italie, voit en Napoléon son homme providentiel. Dans cette atmosphère étouffante, où Pasolini devient fou à force d'attendre la rencontre de sa vie, l'empereur d'Elbe ne rêve que d'un retour triomphal sur le devant de la scène européenne. On est le témoin à la fois des conflits intérieurs de Napoléon, des obsessions de Pasolini et du plaisir joyeux et pervers du narrateur. L'Apiculteur de Bonaparte est un récit à plusieurs voix qui s'inscrit dans les marges de l'Histoire, et qui émerveille par son intelligence et sa langue froide et sensuelle au pouvoir hypnotique.


- L'assassin qui rêvait d'une place au paradis
de Jonas Jonasson
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Après trente ans de prison, Johan Andersson, alias Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite: il s'associe à Per Persson, réceptionniste sans le sou, et à Johanna Kjellander, pasteur défroqué, pour monter une agence de châtiments corporels. Des criminels ont besoin d'un homme de main? Dédé accourt. Per et Johanna, eux, amassent les billets. Alors, le jour où Dédé découvre la Bible et renonce à la violence, ses deux acolytes décident de prendre les choses en main et de le détourner du droit chemin.


- L'espion et l'enfant. Mon grand-père, agent de Moscou
de Ian Brossat
Éditions Flammarion / Février 2016


Été 1983. Un petit garçon prend l'avion avec sa maman. Direction Israël, où il va retrouver son grand-père dans un endroit étrange. Il mettra plusieurs années à comprendre qu'il s'agit d'une prison, dans laquelle "Saba" est enfermé parce qu'on l'accuse d'être un espion. Visite après visite, par bribes, lan Brossat reconstitue le passé de cet homme étonnant, de cette famille, la sienne, pas comme les autres. L'histoire commence en Pologne, quand Marcus Klingberg, juif et petit-fils de rabbin, prend la fuite devant l'invasion nazie pour rejoindre l'Union soviétique, où il s'engage dans l'Armée rouge pour combattre les Allemands. Elle se poursuit en Israël où il codirige l'institut de recherche ultra-secret de Ness Ziona. Elle se termine en détention, lorsqu'il finit par avouer que oui, il a transmis des informations à l'URSS. Pendant trente ans, gratuitement et sans regret. Mais pour quelles raisons? Comment? Son épouse était-elle au courant? Pourquoi Israël le gardait-il au secret, jusqu'à changer son nom? Et Ian Brossat lui-même, enfant, de quelle manière a-t-il vécu ces années où, comme son Saba, il se voyait condamné au secret total? C'est cette fascinante épopée familiale, ainsi que le récit de la relation tendre et forte qui unit, malgré l'adversité, ou grâce à elle?, un petit-fils à son grand-père, que cet ouvrage tout en pudeur et fureur dévoile.


- L'étrange mémoire de Rosa Masur
de Vladimir Vertlib
Éditions Métailié / Février 2016


Pour son 750e anniversaire, la petite ville de Gigricht en Allemagne décide de favoriser l'intégration des étrangers: 5000 marks sont offerts à ceux qui auraient quelque chose d'intéressant à raconter. Rosa Masur, vieille Juive russe à qui on ne la fait pas et dotée d'un sens de l'humour à toute épreuve, se porte candidate. Elle a l'anecdote du siècle. Un siècle qu'elle a vécu de bout en bout, avec ses révolutions, ses guerres mondiales, ses soubresauts. Petite Juive dans un village biélorusse où les pogroms ne sont jamais loin, jeune fille émancipée dans la Leningrad des années 20, ouvrière dans une usine textile, puis traductrice de l'allemand. Pendant l'interminable siège de la ville, mère de deux enfants, elle fait du bouillon avec la colle du papier peint, alors que ses voisins dévorent leur canari, ou pire; après la guerre elle doit batailler pour que son fils puisse étudier, l'antisémitisme étant entre temps revenu à la mode. Sorcières, apparatchiks, soldats, cannibales, passeurs, commères défilent dans une épopée menée tambour battant par une femme extraordinaire, drôle, intelligente, et qui n'a pas froid aux yeux. Même face à Staline. Vladimir Vertlib écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant, qui vous emporte à sa suite aussi sûrement que le cours de l'Histoire.


- L'exception
de Audur Ava Olafsdóttir
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


María sera la dernière femme de la vie de Flóki. Le soir du nouvel an, après onze ans de mariage, ce spécialiste de la théorie du chaos la quitte pour un homme. Sans son mari, María ne sait plus trop comment affronter le quotidien. Heureusement, dans la nuit de l'hiver polaire, Perla, charitable voisine, co-auteur de romans policiers, surgit à tout moment pour secourir la belle délaissée.


- L'homme qui voulut acheter une ville
de Jean-François Haas
Éditions Du Seuil / Février 2016


Un homme est mort: "notre ami". Trois personnes: "mon voisin" et "ma voisine", mariés, et le narrateur, passent la journée de l'enterrement à revisiter leur enfance et leur jeunesse pour essayer de mieux comprendre celui qui fut leur ami, son amour pour Gabriella, et son dernier coup de folie: participer sur Internet à des enchères pour acheter la petite ville de Buford, aux États-Unis. De la cérémonie religieuse du matin jusqu'à la soirée dans le bureau de leur ami, en passant par la collation qui suit l'inhumation, puis par une promenade sur les lieux où ils jouaient enfants et une conversation dans le jardin de "ma voisine", leurs souvenirs reconstruisent leur passé. Ainsi revivent-ils une histoire d'amour qui a bouleversé leur jeunesse, mêlée à des instants d'histoire des années 1960-1970 dans une petite ville de Suisse paisiblement xénophobe.


- L'homme sans maladie
de Arnon Grunberg
Éditions 10-18 / Février 2016


Samarandra Ambani, architecte, décroche le contrat d'un opéra à Bagdad. Lorsqu'il arrive en Irak, la horde de gardes du corps qui l'attend présage de la violence démesurée qui va l'aspirer. Puis il débarque à Dubaï pour y construire la Bibliothèque nationale. L'histoire se répète et Sam découvre qu'un passeport suisse n'est pas une garantie de retour.


- L'horizon à l'envers
de Marc Levy
Éditions Robert Laffont / Février 2016


Ou se situe notre conscience? Est-ce qu'on peut la transférer et la sauvegarder? Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, lié par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l'un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d'explorer l'impossible et de mettre en œuvre leur incroyable projet. Émouvante, mystérieuse, pleine d'humour aussi, une histoire d'amour hors du temps, au dénouement inoubliable, et si originale qu'il serait dommage d'en dévoiler plus.


- L'incroyable et audacieuse entreprise de Jack Quinlan
de Janis Cooke Newman
Éditions Les Escales / Février 2016


Dans le New York des années 1940, Jack n'est pas un adolescent comme les autres. Depuis le bombardement de Pearl Harbor en décembre 1941, il a développé un don incroyable. Grâce à une imagination fantasque, l'adolescent peut littéralement "voir" la radio et recrée en détails toutes les émissions qu'il écoute. Après la mort accidentelle de son père, l'imagination de Jack s'étend à d'autres sphères. Persuadé que son père est toujours vivant, il fait l'école buissonnière et parcourt les rues de New York sur ses traces et sur celles des espions nazis qui, il en est sûr, pullulent dans la ville. Quand il tombe sur Jakob, réfugié berlinois, il pense avoir trouvé le méchant qu'il cherchait. Mais la vérité est toute autre. Jakob a fui l'Allemagne et les persécutions du régime car il est juif; il va raconter à Jack son terrible parcours et sa bouleversante histoire d'amour avec Rebecca. Ces deux âmes solitaires vont partager leur chagrin et mettre en commun leurs forces pour accomplir un acte mémorable et héroïque.    


- L'inhabitable
de Joy Sorman
Éditions Gallimard / Février 2016


L'inhabitable, c'est l'habitat indigne, celui où l'insalubrité se décline sous toutes ses formes. Joy Sorman est allée voir de plus près qui en sont les locataires et comment ils y vivent. Elle raconte souvent le "non croyable" alors qu'Éric Lapierre trace l'histoire de cet état des lieux et des programmes successifs de réhabilitation mis en place par la Ville de Paris, qui ont presque éradiqué ce phénomène.


- L'odyssée du pingouin cannibale
de Yann Kerninon
Éditions Brumerge / Février 2016


"Je n'ai jamais pu me résoudre à la médiocrité et à la platitude décevante du réel tel qu'il est. J'ai toujours voulu croire que l'impossible était possible quand même et que, par exemple, si les pingouins décidaient qu'ils portaient des smokings et y croyaient vraiment très, très fort, cela devenait vrai. J'ai toujours voulu croire aux miracles". Actualité délirante, ennui en entreprise, disparition de tout référentiel religieux ou idéologique crédible, impression de folie planétaire. Chacun fait aujourd'hui l'expérience quotidienne de l'absurde. Comme si le nihilisme punk et les sketchs des Monty Python étaient désormais devenus notre quotidien. Mais comment vivre dans ce monde insensé? À la fois récit autobiographique et histoire vraie de Cannibal Penguin, le groupe de "fuck metal pingouin" fondé par l'auteur lui-même, ce livre est une quête à la recherche du sens perdu.


- L'oreille d'or
de Elisabeth Barillé
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Entendre, mais d'une seule oreille. Ne pas entendre comme il faudrait, donc, à l'école, en société, chez soi, mais entendre autre chose, souvent, entendre mieux, parfois. Dans ce récit intime, Elisabeth Barillé évoque son handicap invisible, malédiction et trésor, qui l'isole mais lui accorde aussi le droit d'être absente, le droit à la rêverie, au retrait, à la rétention, voire au refus. "Merci mon oreille morte. En me poussant à fuir tout ce qui fait groupe, la surdité m'a condamnée à l'aventure de la profondeur". Elle revient sur ce parcours du silence: sa vie d'enfant un peu à part, les refuges inventés, les accidents et les rencontres. De l'imperfection subie au "filon d'or pur", Elisabeth Barillé traverse l'histoire littéraire et musicale, dans une réflexion presque spirituelle.


- La coupe d'or
de James Henry
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


"Est-ce que Charlotte Stant va nous rendre plus grandioses?? Oui, je pense. Parce qu'elle est grandiose. Grandiose par sa nature, par son caractère, par son esprit. Grandiose par sa vie". Prince romain ruiné, Amerigo espère sauver la réputation familiale grâce à son mariage avec Maggie, héritière du richissime collectionneur d'art Adam Verver. Mais l'union d'Adam avec Charlotte risque de briser cet arrangement. Seule leur confidente, Fanny Assingham, sait qu'Amerigo et Charlotte ont eu une relation aussi passionnée qu'impossible. Elle va observer, impuissante, les tourments de ce quatuor amoureux qui s'enfonce dans le drame avec tout le raffinement et la discrétion dont les gens de leur condition sont capables.


- La désolation
de Arnaud Vaulerin
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, été 2013: près de deux ans après le tsunami qui provoqua l'arrêt des réacteurs, l'inondation de la centrale et des explosions en série, sur une terre contaminée, des dizaines de grues, pelleteuses, bulldozers et des milliers de silhouettes anonymes s'affairent pour tâcher de réparer la catastrophe qui a déjà chassé plus de 200 000 personnes de la région du Tohoku. Qui sont ces ouvriers courbés et silencieux, occupés à ramasser les débris radioactifs, la plupart du temps sans combinaison? Ce sont les sacrifiés, vaste armée de travailleurs précaires venus œuvrer, par patriotisme sacrificiel d'abord, puis par nécessité financière, au démantèlement de la centrale. Isolés dans leur propre pays, méconnus ailleurs, Arnaud Vaulerin les a suivis pendant plus de deux ans. Souvent sans compétences, sous-payés et broyés par une administration tentaculaire où les sous-traitants sont aussi nombreux que les travaux à entreprendre, ces "gitans du nucléaires" s'exposent à des niveaux de radiations bien supérieurs au seuil maximal sur un site où règnent l'anarchie et la loi du silence. Des villages abandonnés de la côte aux réacteurs irradiés en passant par les bureaux aseptisés de la puissante Tokyo electric power company (Tepco), l'enquêteur est allé à leur rencontre pour découvrir que le pire reste peut-être à venir: niveaux de radiation records, sécurité limitée, travaux effectués à la va-vite, fuites, bricolage et risques médicaux encore méconnus, la catastrophe est loin d'être terminée. Un grand récit, dans la lignée des Proies d'Annick Cojean, les faits sont établis dans une émotion intense, littéraire; ce n'est pas un incident ou une enquête, c'est une plongée au pays de la mort, invisible, impensable, et qui guette tant de pays.


- La figurante
de Abraham Yehoshua
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


Noga, harpiste israélienne de l'Orchestre municipal d'Arnhem, aux Pays-Bas, s'apprête à jouer en soliste le Concerto pour flûte et harpe de Mozart, le couronnement de sa carrière. Il lui faut y renoncer lorsque son frère Honi la supplie de revenir à Jérusalem pour occuper le vieil appartement familial afin qu'il ne soit pas récupéré par ses propriétaires avides durant l'absence de leur mère, partie vivre dans une maison de retraite de Tel-Aviv. Lorsque Noga s'installe, son frère lui déniche des rôles de figurante. Elle se prend au jeu, passe de rôle en rôle, libre de toute attache, curieuse de renouer avec un pays et des compatriotes oubliés dans son confortable exil néerlandais. Elle découvre un quartier métamorphosé par les juifs orthodoxes, retrouve un ancien voisin religieux, fait la connaissance d'Eléazar, inspecteur de police à la retraite, éternel figurant du cinéma local, soupirant paternel et platonique. Et voilà que soudain, son passé la rattrape en la personne d'Ourya, son ex-mari.


- La fille aux papiers d'agrume
de Hanns Zischler
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En Bavière, à la fin des années 1950. Une petite ville quelque part dans les montagnes. L'Allemagne se relève à peine des désastres de la guerre, mais comme punie par la division qui la prive désormais d'une part d'elle-même, où que l'on se trouve, ici "à l'Ouest" ou de l'autre côté de la nouvelle frontière intérieure. Dans La fille aux papiers d'agrumes, Hanns Zischler cite un poème de l'Anglais Robert Browning qui propose une relecture de la légende du "joueur de flûte de Hamelin". Le dernier vers, "And everything was strange and new", pourrait servir d'exergue à son roman. Il caractérise en tout cas au plus juste le sentiment d'inconfort éprouvé par Elsa, la jeune fille du titre: après la mort de sa mère, Elsa et son père ont quitté Dresde pour s'installer à l'Ouest, à Marstein, dans les Alpes bavaroises. Le dialecte, les montagnes abruptes et oppressantes, rien, dans ce nouvel Umwelt, qui puisse lui rappeler la ville de son enfance et le vaste paysage des prairies de l'Elbe. L'étrangeté du dehors se double chez Elsa d'une marque distinctive qui tout ensemble l'élit et l'exclut, en la mettant à part de la communauté des jeunes de son âge, de leurs jeux et de leurs courses: Elsa boite. Un camarade de classe attentif, un professeur bienveillant, une nouvelle élève venue d'Angleterre, un colporteur manchot: autant de figures qui sauront pourtant accompagner et soutenir la marche encore hésitante d'Elsa dans ce monde si neuf. Mais il est un premier ailleurs où Elsa a trouvé refuge pour faire corps malgré tout avec le réel et s'aménager "une chambre à soi": les papiers d'agrumes dont elle fait collection, le miracle sans cesse reconduit, inconnu à l'Est, de leur légèreté et de leurs couleurs chatoyantes, avec les mots et les sonorités de langues étrangères qui invitent au voyage et au rêve, les mythologies inconnues et savantes des images qui les ornent.


- La huitième reine
de Bina Shah
Éditions Actes Sud / Février 2016


À l'automne 2007, après plusieurs années d'exil, Benazir Bhutto rentre au Pakistan pour y mener une nouvelle campagne électorale qui lui coûtera la vie. Ali Sikandar, étudiant et reporter pour une chaîne de télévision privée, doit couvrir ce retour. Témoin privilégié dont la trajectoire personnelle est faite de douleurs intimes, de doutes et d'idéaux, il incarne les questionnements de toute une jeunesse qui, face à la confusion et aux dérives du pays, hésite entre engagement et fuite. La force de ce roman est de faire subtilement entrer en résonance présent et passé, d'éclairer les enjeux et contradictions d'aujourd'hui à la lumière d'un passé aux multiples facettes. Le parcours des protagonistes contemporains est ainsi entrelacé de chapitres consacrés à diverses figures politiques, spirituelles ou artistiques ayant forgé l'identité du Sindh à travers les siècles. Car cette œuvre, en prise directe avec une tragique actualité pakistanaise, est aussi à lire comme une ode à une région, terre de convoitises et de déchirements, dont Bina Shah retrace l'histoire et célèbre la richesse.


- La loi de la Guillotine
de Alain Bouzy
Éditions Cherche Midi / Février 2016


Le 4 janvier 1798, un vieux laboureur, Nicolas Fousset, est assassiné dans sa ferme de Beauce, entre Chartres et Orléans. Des brigands, surnommés les "Chauffeurs", l'ont torturé pour savoir où était son or. Il n'est pas le premier, mais cela tourne à l'affaire d'État. Le "petit" juge de paix du canton d'Orgères et un sous-officier de la gendarmerie de Janville vont s'unir contre cette "horde de voleurs et d'assassins" qui terrifie les campagnes. Alors que Napoléon Bonaparte s'empare du pouvoir après son coup d'État du 18 brumaire (9 novembre 1799) qui signe la fin de la Révolution, la bande est arrêtée par deux pelotons de hussards réquisitionnés et jugée à Chartres. Une centaine d'individus sont condamnés et vingt-et-un guillotinés en place publique: la "bande d'Orgères" vient d'entrer dans l'histoire du crime. En se replaçant dans le contexte politique et socio-économique troublé de l'époque, l'auteur fait revivre cette France qui se cherche, entre Révolution et Empire, liberté et dictature, et démonte les rouages d'une justice encore balbutiante dont l'ultime loi est, plus que jamais, celle de la guillotine. Surtout, il corrige moult contrevérités sur cette affaire qui a fait fantasmer les historiens du dimanche, au risque d'en altérer la vraie dimension. Rendant aux protagonistes leur identité, et donc leur humanité, il revisite ce fait divers sanglant qui se lit comme un roman.


- La plage des baleines
de Emmanuelle Terff
Éditions Robert Laffont / Février 2016


"Garance. Gaïa. La même initiale. J'avais juré de venir à son enterrement, une fois, au début de nos conversations. Je croyais qu'elle plaisantait: nous nous connaissions à peine. Elle avait copié-collé ce serment dans le disque dur de son ordinateur qui me l'avait renvoyé le jour de sa mort comme s'il venait d'elle alors que je savais qu'elle n'était plus de ce monde. Un logiciel "souvienstoi" inventé par un informaticien amoureux qu'elle avait détourné de son application première. La même initiale. Garance, Gaïa. On peut se contenter des commencements. La fin? Je connaissais la fin. Voulais-je vraiment connaître le reste?" À la mort de Garance, une de ses amies Facebook qu'elle n'a jamais rencontrée, Alice accepte de satisfaire à ses dernières volontés: disperser ses cendres en quatre lieux qu'elle lui a indiqués. Quatre adresses, autant de moments de sa vie et de personnes qui l'ont partagée. Tout au long de cet itinéraire initiatique, qui la conduit des États-Unis en Grèce avant son retour en France, Alice recompose peu à peu le véritable visage et la destinée secrète de cette femme à l'existence en grande partie virtuelle. Premier conte Facebook, ce roman au style très singulier, poétique et incisif à la fois, explore une nouvelle forme d'imaginaire.


- La planète Nemausa
de Christian Giudicelli
Éditions Gallimard / Février 2016


Tel cet astronome nîmois qui, au XIXe siècle, s'émerveillait d'avoir découvert une petite planète, Christian Giudicelli observe avec une attention passionnée celle qui lui a été donnée, la nôtre, et recrée bon nombre de personnages qu'il y a rencontrés. Grand-mère corse, vieilles demoiselles protestantes des Cévennes, chauffeur de taxi libanais, moine bouddhiste, femmes du monde parisien, écrivains, acteurs, peintres et compositeurs, certains célèbres, d'autres moins, auxquels s'ajoutent les jeunes gens aimés sous divers cieux. Comme ces passants, au détour d'une phrase ou d'un geste, nous révèlent leurs drames et leurs joies, leur part d'étrangeté, ils marchent tout près de nous. Ce sont nos semblables qui nous tendent la main. Il suffit de les suivre.


- La proie du papillon
de Stéphane Soutoul
Éditions Pygmalion / Février 2016


Sulfureux. Indécents. Mortels... Avez-vous déjà entendu parler des Fils d'Eros? On prétend à mi-voix que ces professionnels de la séduction joueraient avec les sentiments et bouleverseraient la vie de leurs victimes. Judith de Ringis est une femme d'affaires aussi douée qu'impitoyable. Pour se débarrasser d'une concurrente gênante, elle requiert les services de l'un de ces mercenaires. Marco, dit le Papillon, s'engage à briser sa proie. Cependant, manipuler les choses de l'amour n'est jamais simple, surtout quand les plus redoutables prédateurs se révèlent, eux aussi, capables d'émotions.


- La secrète
de Héctor Abad
Éditions Gallimard / Février 2016


Ce roman est une histoire d'amour: celle d'une famille d'origine juive, les Angel, pour une ferme cachée au cœur des Andes, La Secrète. Sur cette terre luxuriante, vaste forêt tropicale devenue riche plantation caféière, plusieurs générations se sont succédé depuis un siècle. Trois voix singulières, celles des trois derniers enfants de la lignée, vont alterner pour nous faire découvrir les destins et les rêves qui se sont croisés à La Secrète. Antonio, le fils, jeune violoniste, quitte la Colombie pour vivre pleinement son homosexualité à New York, mais n'oublie pas pour autant le lieu magique de ses origines. Entre deux répétitions, il réécrit la chronique des pionniers qui s'installèrent sur ces versants et y introduisirent la culture du café au XIXe siècle. Pilar, l'aînée, est la gardienne du logis et de l'héritage; elle a promis de ne jamais vendre la ferme et est prête à toutes les compromissions pour cela. Eva, enfin, la brebis galeuse, incarne la fantaisie, le désir d'indépendance, mais également la force et le courage nécessaires pour affronter les menaces des narcotrafiquants, guérilleros et autres paramilitaires. Les lecteurs retrouveront ici toute la finesse et la sensibilité dont Héctor Abad fait preuve lorsqu'il conte la vie intime d'une famille. Mais La Secrète est aussi une histoire à peine voilée de la Colombie contemporaine: l'épopée d'un pays qui, après des années de guerre civile, réapprend à vivre.    


- La tentation de l'oubli
de Belva Plain
Éditions Belfond / Février 2016


Cécile, élégante et fortunée, Norma, spirituelle et complexée, Amanda, blonde beauté sudiste: un trio inséparable depuis l'université, uni par une promesse, celle de rester soudées, quoi qu'il arrive. Alors que Cécile prépare son mariage, ses deux camarades nourrissent elles aussi l'espoir de rencontrer le prince charmant. Si Norma se morfond, persuadée qu'aucun homme ne saura l'aimer, Amanda, elle, est bien décidée à trouver celui qui saura lui offrir une vie meilleure, loin de sa médiocre famille. Et, quand Larry, le frère de Norma, lui demande sa main, la belle accepte sans hésiter, certaine qu'elle finira par aimer cet homme riche et tellement épris d'elle. Mais le destin des trois amies va plonger dans le drame lorsque éclate un terrible scandale. Pour ou contre Amanda? Cécile et Norma vont devoir prendre parti. Peut-on jamais choisir entre le cœurs et la raison? Entre les liens du sang et ceux de l'amitié?


- La trace
de Forrest Gander
Éditions Sabine Wespieser / Février 2016


La violente agression que subit dans sa salle de bains de La Esmeralda, Mexique, un inconnu vêtu d'un tee-shirt Redskins, c'est la scène inaugurale du livre, n'a pas de lien apparent avec le road movie mélancolique qui conduit Dale et Hoa dans le désert de Chihuahua. Dale fait des recherches sur Ambrose Bierce, l'écrivain mort mystérieusement en 1913 après avoir rejoint la Révolution mexicaine. C'est sur sa trace qu'il emmène sa femme, Hoa. Le silence de leur fils les plonge tous deux dans un profond désarroi. L'angoisse les étouffe dans le huis clos de l'habitacle, les heures s'égrènent, à peine rythmées par quelques arrêts dans des lieux désolés. Tout va de mal en pis quand leur voiture tombe en panne. En parallèle de leur expédition, l'agresseur du début, remonté dans son pick-up Dodge après avoir fait un macabre usage du tee-shirt Redskins, convoie son butin depuis une grotte, celle où Dale a trouvé refuge. Égarés au cœur du domaine des narcotrafiquants, ni Dale ni Hoa ne parviennent à déchiffrer les événements dont ils sont les témoins, encore moins à mesurer le danger qu'ils courent. Ce western tragique, et la magnifique histoire d'amour qu'il révèle, puise sa source dans la sombre beauté du territoire où il est ancré: âpre, implacable, minéral et admirablement évoqué par un poète géologue qui incarne le désert comme le personnage essentiel de son roman.    


- La vie avec Lacan
de Catherine Millot
Éditions Gallimard / Février 2016


"Il fut un temps où j'avais le sentiment d'avoir saisi l'être de Lacan de l'intérieur. D'avoir comme une aperception de son rapport au monde, un accès mystérieux au lieu intime d'où émanait sa relation aux êtres et aux choses, à lui-même aussi. C'était comme si je m'étais glissée en lui. Ce sentiment de le saisir de l'intérieur allait de pair avec l'impression d'être comprise au sens d'être toute entière incluse dans une sienne compréhension, dont l'étendue me dépassait. Son esprit, sa largeur, sa profondeur, son univers mental englobait le mien comme une sphère en contiendrait une plus petite. J'ai découvert une idée semblable dans la lettre où Madame Teste parle de son mari. Comme elle, je me sentais transparente pour Lacan, convaincue qu'il avait de moi un savoir absolu. N'avoir rien à dissimuler, nul mystère à préserver, me donnait avec lui une totale liberté, mais pas seulement. Une part essentielle de mon être lui était remise, il en avait la garde, j'en étais déchargée. J'ai vécu à ses côtés pendant des années dans cette légèreté". Catherine Millot.


- La villa
de Peter Nichols
Éditions Nil / Février 2016


Après s'être soigneusement évités pendant cinquante ans, deux octogénaires, Lulu Davenport et Gerald Rutledge, se croisent au marché de Cala Marsopa, une petite ville de Majorque. Une rencontre explosive et fatale. Autrefois, ils étaient pourtant fous amoureux l'un de l'autre. C'était en 1948. L'année de leur mariage et de leur divorce. Que leur est-il arrivé depuis qui justifie une telle hostilité? À rebours de la chronologie, Peter Nichols déroule l'histoire de leur vie passée sous le soleil de la Méditerranée jusqu'à l'événement qui a bouleversé le cours de leur existence, un demi-siècle de désirs insatisfaits et de douloureux malentendus dans un décor caniculaire. On y rencontre la communauté joyeuse et dépravée de la villa Los Roques, petit hôtel tenu par l'envoûtante Lulu, autour de laquelle gravitent producteurs de cinéma, escrocs plus ou moins repentis et autres promoteurs immobiliers. Et on dénoue une autre histoire d'amour contrariée, celle des enfants de Lulu et Gerald. Parce qu'un simple quiproquo peut avoir des répercussions tragiques.


- Le brigand bien-aimé
de Eudora Welty
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


"L'orage s'était apaisé et le corbeau se taisait, mais qui sait s'il dormait?" Il était une fois en Amérique, les forêts vierges du Mississippi, les voyageurs à cheval, les Indiens embusqués, les bandits, les trappeurs aux visages barbouillés de baies écrasées. En ces temps primordiaux les corbeaux savaient dire "Retourne-t'en, mon cœur, rentre à la maison". Et au fond des bois vivaient Clément Musgrove, un planteur innocent, sa fille Rosamonde, belle comme le jour, une marâtre laide comme la nuit et Jamie Lockhart, le brigand bien-aimé.


- Le choix de Betty
de Jane Gardam
Éditions JC Lattès / Février 2016


Le maître des apparences racontait l'histoire de sir Edward (Eddie) Feathers alias le vieux Filth, son enfance coloniale, sa carrière d'avocat international à Hong Kong, son mariage, ses amis et ses rivaux. Le choix de Betty tisse la même histoire mais vue par sa femme Betty. Orpheline dans les camps japonais, jeune fille non conformiste recrutée pour casser les codes à Bletchley Park, Betty a ses propres passions secrètes et ce n'est pas un hasard si Veneering, le rival détesté de Filth au barreau, exerce sur elle une puissante attraction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:42

- Le clan du sorgho rouge
de Mo Yan
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Dans l'empire chinois, bandes armées communistes et nationalistes se vouent une haine sans merci tout en combattant en ordre dispersé l'envahisseur japonais. À Gaomi, le commandant Yu, chef des brigands du lieu, et Dai Fenglian, maîtresse d'une grande distillerie, héros flamboyants de la résistance, mènent les paysans à la bataille. Bientôt, les champs de sorgho seront détrempés du sang de l'ennemi.


- Le cosaque de la rue Garibaldi
de Claude Gutman
Éditions Gallimard / Février 2016


"Grand-Père prétendait avoir été cosaque. J'aurais donc eu le bonheur d'avoir connu le seul cosaque juif de l'Histoire. Il fallait bien que Grand-Père ait été quelque chose pour toute la famille qui l'avait dézingué. Il n'était rien ou si peu de chose. Juste bon à faire bouillir la marmite dans sa boucherie, traînant son yiddish de pouilleux, méprisable aux yeux de tous les assimilés qui l'entouraient. Pour rendre justice à cet homme qui m'a tendrement aimé, j'ai voulu faire revivre ce petit monde de rescapés à Montreuil dans les années 50. Et moi au milieu, enfant arraché à ma mère, à mon kibboutz, à ma langue, j'ai tenté comme tous ceux de ma génération d'échapper au poids de leurs histoires de guerre. Sans le vouloir, ils nous ont pourri la vie. Notre place, il a fallu se battre pour la trouver". C. G.


- Le crime. Histoire d'amour
de Arni Thorarinsson
Éditions Métailié / Février 2016


Avant ils étaient heureux, une famille heureuse, et puis ils l'avaient appris et leur vie était devenue un enfer. Ils ont tout caché, surtout pour leur fille, mais se sont engagés à lui parler le jour de ses dix-huit ans. Tous les trois ils ont attendu ce jour et craint son arrivée. La mère veut, contre vents et marées, tenir sa promesse. Le père doute que la vérité les libère du cauchemar qu'est leur vie. La fille se révolte, essaie de survivre, de les tenir à l'écart, elle les hait autant qu'elle les aime. Elle vit loin d'eux, entourée d'amis bien intentionnés, qui l'aiment, eux. Le Crime est l'histoire inquiétante d'une journée fatale, dont le souvenir obsède longtemps le lecteur, épouvanté et désolé de ce grand gâchis que peut être toute vie. Arni Thorarinsson prouve, une fois encore, son immense talent.


- Le désir des collines éternelles
de Louis Trébuchet
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Février 2016


Le titre de cet ouvrage, qui peut paraître énigmatique, est inspiré du chapitre 49 de la Genèse. Le patriarche Jacob, sentant venir la mort, convoque ses douze fils et leur dit: "Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps. Rassemblez-vous, et écoutez, fils de Jacob. Écoutez Israël, votre père". S'adressant à Joseph, le onzième de la fratrie, et après avoir dit de lui qu'il est "le rejeton d'un arbre fertile" dont "les branches s'élèvent au-dessus de la muraille", il déclare: "Les bénédictions de ton père s'élèvent au-dessus des bénédictions de mes pères jusqu'à la cime des collines éternelles: Qu'elles soient sur la tête de Joseph, sur le sommet de la tête du prince de ses frères". "La cime des collines éternelles": magnifique horizon d'espérance, figurant à merveille le message que Louis Trébuchet entend délivrer à ses lecteurs. À travers l'exposé de sa propre expérience d'homme en quête d'harmonie, l'auteur invite chacun à conquérir sa liberté en portant sur soi comme sur le monde un regard lucide et critique. Véritable apologie de la puissance de l'esprit, exempt de toute empreinte occulte ou magique, ce livre témoigne d'une foi inébranlable en la capacité de l'homme à s'élever au-delà du temps fini, à se construire avec discernement, en dépit des tentations matérielles et des futilités du quotidien. La raison épouse le rêve d'infini. Telle est l'utopie dont l'auteur espère être le héraut.


- Le grand marin
de Catherine Poulain
Éditions De L'Olivier / Février 2016


Une femme rêvait de partir. De prendre le large. Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait: à bord d'un de ces bateaux qui s'en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l'humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures. C'est la découverte d'une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, en camarade. Traîne dans les bars. En attendant de rembarquer. C'est alors qu'elle rencontre le Grand Marin.


- Le festin au crépuscule
de Marie-Claire Blais
Éditions Du Seuil / Février 2016


Un grand écrivain, invité à un congrès en Écosse, attend l'arrivée des autres participants, originaires du monde entier. Il craint que les événements politiques au Moyen-Orient, deux meurtres récents, l'un du côté palestinien, l'autre du côté israélien, ne viennent menacer leur pacifique rencontre. Pendant ce temps, à Rome, un jeune compositeur assiste à la création de sa Nouvelle Symphonie. À Manhattan, un romancier tente de faire le portrait d'un jeune criminel. Et en Floride, un enfant atteint du sida découvre l'amitié. Les autres héros, de l'univers de la nuit et de celui de la littérature, accomplissent leur destin, sous le regard intense de Marie-Claire Blais, qui fait entendre leurs voix multiples, toujours attentive à la fragilité de chacun. Ainsi se poursuit la vaste fresque collective d'artistes et de poètes que la romancière canadienne met en scène, de livre en livre.


- Le fils du capitaine
de Nedim Gürsel
Éditions Du Seuil / Février 2016


Sur ses vieux jours, un ancien journaliste relate au magnétophone les événements importants de sa vie. Élevé par sa grand-mère sous la férule d'un père militaire, autocratique et bambocheur qui soutiendra le coup d'État de 1960, il passe une grande partie de sa scolarité comme interne boursier au lycée Galatasaray d'Istanbul. Ces souvenirs d'enfance et d'adolescence sont marqués par l'absence de la mère, morte lorsque le narrateur était très jeune, par la tyrannie et parfois la brutalité du père, par la réclusion entre les murs du lycée que la camaraderie, les blagues de potache, l'éveil de la sexualité rendent un peu moins pénibles. Dans ce récit tour à tour drôle, amer et cynique, émaillé de considérations sur la Turquie d'aujourd'hui et sur son président, affleure à chaque page une rébellion à peine voilée contre l'autorité, qu'elle soit paternelle ou étatique. Un livre émouvant, qui plonge dans la mémoire intime d'un homme épris de liberté, et rappelle les premiers romans de l'auteur.


- Le frère allemand
de Chico Buarque
Éditions Gallimard / Février 2016


Francisco est le fils du célèbre critique littéraire Sergio de Hollander, personnalité très respectée au Brésil. La maison familiale regorge de livres que sa mère range avec un dévouement maniaque, alors que dans la chambre de son frère ce sont les conquêtes féminines qui défilent. Deux choses qui réjouissent tout particulièrement Francisco, lui qui aime conquérir les amantes déçues par son frère et emprunter en cachette les ouvrages de son père. C'est justement dans l'un de ces livres qu'il découvre une lettre écrite en allemand, datée de 1931, adressée à Sergio de Hollander. Le jeune homme fait traduire ce courrier et y découvre l'existence d'un fils que son père aurait eu avec une certaine Anne Ernst, à Berlin. En secret, Francisco décide de retrouver ce frère inconnu qui s'immisce peu à peu dans son quotidien et dans ses rêves, une figure qui l'obsède et le hante. Francisco le poursuit autant qu'il le fantasme, à travers l'histoire revisitée de son père et la recherche de cette Allemande énigmatique. Chico Buarque construit avec une grande finesse cette figure du frère allemand, figure onirique et pourtant bien réelle qui habite un récit passionnant, émouvant. L'investigation, d'où l'auteur fait surgir une œuvre bouleversante, dépasse la quête personnelle pour explorer l'histoire brésilienne et européenne des années 30 jusqu'aux années 60, ainsi qu'un héritage familial silencieux, douloureux.


- Le génie des coïncidences
de J. W. Ironmonger
Éditions 10-18 / Février 2016


Thomas Post, 30 ans et des poussières, est maître de conférences à l'université de Londres. Il fait autorité dans le domaine des coïncidences qui ne sont, selon lui, que le jeu du hasard et de la nécessité. Sa thèse est mise à mal le jour où Azalea Lewis, une jeune femme marquée par la vie, lui lance ce défi: dénouer le fil sinueux de sa vie, gouvernée par un malheureux enchaînement de coïncidences. C'est le début d'un grand huit intellectuel, émotionnel et ludique qui ricoche d'un paisible village de l'île de Man à un escalator du métro londonien, jusqu'à une mission en Ouganda. Une quête de vérité où toutes les surprises sont permises.


- Le goût de l'ombre
de Georges-Olivier Châteaureynaud
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


À travers ces nouvelles ironiques et poétiques dont il a le secret, Georges-Olivier Châteaureynaud nous convie à l'accompagner à l'extrême lisière de la réalité. Un homme apprend sa mort et entre post mortem en résistance, un milliardaire pêche la sirène, un billet de tombola ressurgit vingt ans plus tard. Il est permis d'acheter, ainsi qu'un bibelot original, la momie neuve d'une jeune fille qui se réveille la nuit, parle, chante. Un poète explore, face à la statue de bronze d'un écolier qui ressemble à l'enfant qu'il a été, un musée consacré à sa propre existence. Ce monde ressemble au nôtre dans ses profondeurs, et l'auteur de L'Autre Rive nous y entraîne avec un parfait naturel, par la grâce d'une écriture élégante et précise. Un recueil envoûtant, par un des plus grands nouvellistes français.


- Le grand n'importe quoi
de J. M. Erre
Éditions Brumerge / Février 2016


L'action se déroule le samedi 7 juin 2042, à 20h42. Durant cette minute qui n'en finit jamais, de nombreux personnages vont se croiser dans les rues d'un petit village de la campagne française après l'apparition d'une soucoupe volante et la tentative d'enlèvement d'un villageois par des extraterrestres. Parmi eux, on suivra notamment le destin de: Alex, un réfugié monégasque qui n'aurait jamais dû se rendre avec sa future ex-fiancée à une soirée costumée pleine de culturistes; Lucas, un auteur de science-fiction en panne d'inspiration qui n'aurait jamais dû ouvrir sa porte à Maryline Monreau; le Grand Joël, auteur de L'Incroyable Révélation, un modeste essai qui apporte une réponse définitive aux plus grands mystères de l'univers; Madeleine, maire du village et conceptrice d'une technique imparable pour échapper aux angoisses existentielles; Bob et Douglas, les philosophes du bar local, qui commentent l'action avec l'ampleur lyrique d'un chœur antique (ou presque); et, en guest star, Alain Delon, dans un rôle inédit. Dans ce nouveau roman jubilatoire de J.M. Erre, c'est le monde de la science-fiction qui sert de terrain de jeu. Pour le plus grand plaisir du lecteur, voici des péripéties et des personnages décalés dans une histoire qui traite de mécanique quantique et de peur de l'autre, de paradoxe temporel et de gobage de poulpe.


- Le jardin d'hiver
de Jane Thynne
Éditions JC Lattès / Février 2016


Berlin, 1937. La ville respire la séduction et l'ambition. Mais partout, le danger rôde… Anna Hansen, future mariée, est pensionnaire d'une de ces fameuses écoles créées par Hitler pour former les jeunes femmes dans l'art de devenir la parfaite épouse d'un officier SS. Mais, une nuit, elle est sauvagement assassinée dans les jardins de l'école. On fait vite disparaître le corps. La nouvelle de sa mort est étouffée, son existence oubliée. Clara Vine est actrice dans les fameux studios de la Ufa à Berlin. Mais cette activité en masque une autre, clandestine celle-là: elle est agent au service du Renseignement britannique. Or elle connaissait Anna et la nouvelle de sa mort l'inquiète. Elle n'arrive pas à comprendre pourquoi on l'occulte ainsi. Elle enquête donc, et découvre peu à peu que le meurtre d'Anna est lié à un lourd secret, compromettant les plus hauts dignitaires du troisième Reich. Avec la prochaine visite à Berlin d'Édouard VIII, qui a récemment abdiqué, accompagné de sa femme Wallis, et la présence des célèbres sœurs Mitford qui rivalisent pour occuper le devant de la scène mondaine, Clara se doit d'œuvrer dans l'ombre pour découvrir la vérité et en informer Londres. C'est une voie périlleuse, d'autant qu'elle bénéficie de l'aide d'un de ces artistes juifs taxés de "dégénérés" par Goebbels. La survie de Clara ne tient qu'à un fil. Un mélange très réussi où se rencontrent Histoire, suspense, amour et liaisons dangereuses. Sur un rythme soutenu et avec la montée du nazisme en toile de fond.


- Le livre d'Aron
de Jim Shepard
Éditions De L'Olivier / Février 2016


"Aron, c'est le nom que mes parents m'ont donné, mais mon père dit qu'ils auraient mieux fait de m'appeler "Dans quoi tu t'es encore fourré"". Aron a 8 ans lorsqu'il se retrouve enfermé, avec toute sa famille, dans le ghetto de Varsovie. Pour ce petit garçon pauvre, habitué à se faire corriger, le ghetto est un autre terrain de jeux, nouveau et excitant. Mais très vite, l'horreur s'installe au cœurs de la vie de tous les jours. La faim, le typhus font rage. Comment survivre? Aron fait l'apprentissage du vol et du mensonge. Il découvre, mêlés l'un à l'autre, le sens de l'héroïsme et le goût de la trahison. Et rencontre l'homme qui va décider de son sort: le directeur de l'orphelinat, Janusz Korczak. Désormais, Aron a une mission. Saura-t-il se montrer à la hauteur de ce que l'on attend de lui?


- Le même ciel
de Ludivine Ribeiro
Éditions JC Lattès / Février 2016


Il y a la chaleur. La pinède. La mer. Des jardins moites et des papillons noirs. Et englués dans cette chaleur, six personnages vivant le même été. Un homme nommé Lupo et son drôle de chien. Line, une adolescente que tout submerge. Tom, un petit garçon plein de questions. Enfin Nils et Tessa, un couple qui s'étourdit dans un tourbillon de fêtes. Le frôlement de ces vies parallèles, sous le même ciel. Une nuit, au cours d'une de ces fêtes, une blonde disparaît. Et cette disparition agit comme un détonateur, faisant remonter des choses enfouies. Qui est cette mystérieuse Vanina Silver? Que fuit Lupo? Quel est le secret de Tessa? Au cœur du livre il y a le temps, l'éphémère, la nostalgie, l'idée que tout s'évapore et que seule l'écriture peut empêcher ce désastre, capturer les fugitifs enchantements d'une vie, pour nous en restituer l'éblouissement à volonté.


- Le nez sur la vitre
de Abdelkader Djemaï
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Parce que son fils ne répond plus à ses lettres, un homme prend l'autocar pour le revoir. Le nez collé contre la vitre, il contemple le paysage, mais aussi son propre reflet, en espérant des retrouvailles sereines avec celui qui l'avait fait vieillir d'un seul coup.


- Le red boy
de Emmanuel Pernoud
Éditions Arléa / Février 2016


Un portrait d'enfant qui disparaît, un homme qui part à sa recherche et qui rencontre une femme. Des peintures encore fraîches que leur auteur s'emploie à détruire une à une. Une toile de musée. Quelqu'un la décroche et va la poser sur la chaise du gardien. La photo d'une femme qui sourit. Derrière elle, deux enfants qui vous fixent gravement, enfermés dans un cadre. Les récits rassemblés dans ce livre ont des lieux: musées, églises, appartement d'un collectionneur, hôtel des ventes, ce sont les endroits où l'on trouve la peinture. Les artistes se nomment Corot, Zurbarán, Cézanne, Gainsborough, Bacon, Matisse, Géricault. Les œuvres sont souvent des portraits et les modèles des enfants. On y croise un châtelain solitaire, un malade gardant la chambre, des garçons de café, une milliardaire de notre temps, un peintre amateur de la Belle Époque, une jeune artiste en vue. Qu'ont-ils en commun? De ne pouvoir vivre sans la peinture et parfois d'en mourir.


- Le retour de Russie
de Iegor Gran
Éditions P. O. L. / Février 2016


Docteur Day est directeur d'hôpital psychiatrique. Sa spécialité: les fous qui se prennent pour des personnalités historiques. Il a guéri un Attila, il tente de soigner une Jeanne d'Arc, un de Gaulle, un Freud. On vient de lui confier un Napoléon. Bizarrerie supplémentaire, ce Napoléon est une jeune femme, ce qui ne s'est jamais vu dans les annales de la psychiatrie napoléonienne. Pauline B. est un Napoléon plus vrai que l'original, hautaine dans son attitude impériale, électrisante par son sens du commandement et lucide quant à ses erreurs historiques passées. Se méfiant des médicaments, n'hésitant pas à appliquer des méthodes iconoclastes, le docteur se demande si la meilleure manière de le guérir n'est pas de l'emmener faire un voyage thérapeutique en Russie. Est-ce la fascinante personnalité de cette patiente hors norme qui a déteint petit-à-petit sur le docteur Day? S'y ajoutent les récits d'incroyables trésors pillés à Moscou en 1812. Il suffirait d'aller retrouver quelques caisses d'or pour faire la fortune de l'hôpital en proie à de bien pénibles contraintes budgétaires. Alors ils finissent par y aller, en Russie, où rien ne se passe comme prévu, bien entendu, car ce pays est un endroit maudit pour tous les Napoléon du monde. Gambadant dans un gothique effrayant dont seule la Russie a le secret, ce roman nous embarque dans une épopée à la frontière du fantastique et de la folie. Entre sorcières et bandits, ivrognes et simples d'esprit, charognards et chasseurs de trésors, entre morts vivants et vivants morts, le chemin pour retrouver la douce France est porté par le souffle exaltant de l'aventure.


- Le train de Varsovie
de Gwen Edelman
Éditions Belfond / Février 2016


Quarante ans après, deux survivants du ghetto de Varsovie reviennent dans la ville où leur existence a basculé. Les souvenirs se réveillent, et avec eux les aveux, les secrets. Une œuvre hypnotique où l'amour et la sensualité éclairent un impossible et poignant retour en arrière.


- Le sommeil des objets
de Richard Millet
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Février 2016


"En son sens le plus immédiat, le rebut est la mémoire de l'inutile, tout le contraire du goût de classer: une sorte de déclassement infini, plutôt, ou un retranchement, une dépossession régulière qui, comme la déperdition, est le destin de l'accumulation, même minime, tout finissant par devenir du rebut ou extraordinairement menacé de l'être. Du moins nous rappelle-t-il que nous sommes des prédateurs, les plus singuliers de la Création, puisque nous demandons aux objets perdus, délaissés, abîmés, méconnaissables, reniés, oubliés même, de nous parler de nous plutôt que d'eux".


- Le voyage de M. de Balzac à Turin
de Max Genève
Éditions Serge Safran / Février 2016


En juillet 1836, le duc Guidoboni-Visconti et sa femme proposent à Balzac de les représenter à Turin, tous frais payés, pour une affaire d'héritage. Cela tombe à pic: ruiné, l'écrivain vient de liquider La Chronique de Paris, acquise six mois plus tôt, ce qui met un terme à ses ambitions politiques. Pour l'accompagner dans ce voyage, l'auteur du Lys dans la vallée, le roman vient de paraître, recrute un jeune page prénommé Marcel. Habillée en homme, mariée, mère de famille, elle s'appelle en vrai Caroline et… Claire Brunne de son nom de plume. En route et en Italie certains croient reconnaître George Sand en Caroline ou Marcel. Balzac ne les détrompe pas. Et, bien évidemment, se noue une intrigue amoureuse d'un genre très particulier. Avec un talent digne de son prédécesseur, Max Genève, dans un roman à la sulfureuse malice et discrète érudition, insuffle à un homme épuisé par un travail acharné, harcelé par ses éditeurs et partagé entre ses différentes maîtresses, ce qu'il n'aura vécu que rarement: un moment de joyeuse insouciance.


- Les ailes du désespoir
de Roselyne Durand-Ruel
Éditions Albin Michel / Février 2016


Leur amour, croyaient-ils, serait plus fort que tout. David et Alia, lui juif, elle musulmane, ont choisi New York pour vivre ce bonheur au grand jour. Avec la mort tragique d'Alia, le 11 septembre, le rêve tourne soudain au cauchemar. Peu importe qu'il soit la victime de sa propre machination, David n'a désormais d'autre but que de venger sa femme. Récit vertigineux d'une métamorphose radicale et de la perte de soi qui l'accompagne, plongée terrifiante au sein des réseaux terroristes où politique, grand banditisme et religion se confondent, Les Ailes du désespoir convoque avec une maîtrise rare l'amour, la violence et la haine au cœur de notre monde.    


- Les amours d'Odon et Fulvia
de Edith Wharton
Éditions Flammarion / Février 2016


En Italie, à la fin du XVIIIe siècle, le jeune Odon Valsecca, héritier présomptif du duc de Pianura, grandit dans une ferme. À la mort de son père, on l'envoie suivre à Turin l'éducation d'un aristocrate de son rang. Il y rencontre Vivaldi et son cercle de libres penseurs gagnés aux idées nouvelles des philosophes français. Odon tombe fou amoureux de celle qui les incarne à ses yeux, Fulvia, la fille de Vivaldi. Mais la mort de son cousin fait de lui le duc légitime de Pianura et le force à accéder au trône. Les Amours d'Odon et Fulvia met en scène, à travers cette passion contrariée, le conflit permanent entre l'idéal révolutionnaire et la réalité du pouvoir.


- Les chagrins ont la vie dure
de Catherine Laborde
Éditions Flammarion / Février 2016


Une femme se retrouve seule en compagnie d'un enfant. En fugue? Elle décide de lui parler et de s'en occuper. Mais le veut-il? Et elle-même, que cherche-t-elle? Elle pense aider un enfant, mais ne serait-ce pas plutôt ce garçon qui va la pousser à s'interroger sur sa vie? Et, le temps d'une échappée bordelaise, la replonger dans ses souvenirs pour la guérir de ses fantômes? Dans ce roman tendre et passionnant, Catherine Laborde brosse le portrait d'êtres singuliers et marquants, de ceux qui en traversant nos vies y laissent une empreinte.


- Les coqs cubains chantent à minuit
de Tierno Monénembo
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


À peine arrivé à La Havane, El Palenque, un Guinéen noceur, s'est fait mettre le grappin dessus par Ignacio, sans aucun doute pour ses dollars. Ensemble, ils cueillent les nuits de cette ville affriolante qui pulse au rythme de la salsa. Pourtant El Palenque n'est pas venu que pour le rhum et les muchachas. Il rôde sur les traces de son histoire qui débute au cœur du Cuba agité des années cinquante.


- Les délices de Tokyo
de Durian Sukegawa
Éditions Albin Michel / Février 2016


"Écouter la voix des haricots": tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager. Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel: un régal.


- Les derniers jours de Rabbit Hayes
de Anna McPartlin
Éditions Cherche Midi / Février 2016


Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n'a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu'elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l'espoir de la sauver s'amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s'interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage. Anna McPartlin nous fait partager ces neuf journées si spéciales dans la vie de Rabbit et de ses proches. Mélancolique et drolatique à la fois, Les Derniers Jours de Rabbit Hayes nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit sur le deuil déborde d'un optimisme rare et nous rappelle que, quelles que soient les circonstances, il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.


- Les femmes de Lazare
de Maria Stepnova
Éditions 10-18 / Février 2016


Un magnifique roman qui retrace le XXe siècle russe à travers la destinée hors du commun d'un génie scientifique, Lazare Lindt et des trois figures féminines de sa vie, Maroussia l'épouse de son mentor, Galina sa femme et Lidotchka sa petite-fille.


- Les fonds noirs
de Camille Villeneuve
Éditions Gallimard / Février 2016


Quand Hugo Casals, le fondateur d'une entreprise réputée d'artisanat de luxe, apprend qu'Antoine Brun, homme d'affaires tout puissant, a lancé contre lui une OPA hostile, il n'hésite pas: l'élégant octogénaire engage contre son rival une lutte sans merci et dangereuse. Car rien n'arrête Antoine Brun qui rachète à tour de bras des entreprises familiales fragiles par des procédés douteux avec le soutien des politiques, des médias et des milieux d'affaires. Mais aux yeux de Casals, Brun n'est pas seulement un ennemi personnel, il incarne la mort d'un certain idéal du luxe: celui qui préfère le produit à la marque, la valeur du travail à celle de l'image. Casals saura-t-il sauver l'œuvre de sa vie? Pour cela, il est prêt à tout, même à explorer les fonds noirs.


- Les grandes et les petites choses
de Rachel Khan
Éditions Anne Carrière / Février 2016


Nina Gary a 18 ans; alors qu'elle tente de devenir une femme, elle réalise que quelque chose cloche. Entre son père gambien qui marche comme un tam-tam, son grand-père à l'accent de Popek qui boit de la vodka, entre le trop d'amour de sa mère cachée pendant la guerre, le rejet de la fac et la violence de la  rue, elle est perdue. Noire, juive, musulmane, blanche et animiste, elle en a gros sur le cœur d'être prise pour une autre, coincée dans des cases exotiques où elle ne se reconnaît pas. Alors, elle court. C'est la solution qu'elle a trouvée pour échapper aux injustices et fuir les a priori d'une société trop divisée pour sa construction intime. Elle fait le choix de  la vitesse pour se prouver qu'elle a un corps bien à elle et se libérer de l'histoire de ses ancêtres, trop lourde pour ses épaules. Un mouvement permanent pour s'oublier, et tout oublier de la Shoah, de l'esclavage, de la colonisation et de la reine d'Angleterre. Courir pour se perdre, s'évader, se tromper, être trompée, se blesser, se relever peut-être. Ne plus croire en rien, seulement au chronomètre et en l'avenir des 12 secondes qui vont suivre. Sentir ses muscles, pour vivre enfin l'égalité, tous égaux devant un 100 mètres, à poil face au temps. Entre les grandes et les petites choses, c'est l'histoire de Nina Gary, une jeune fille qui court pour devenir enfin elle-même.


- Les hors-venus
de Claire Julliard
Éditions Belfond / Février 2016


Désert de Chihuahua, 2012. Au sein d'une communauté dont les principes ne sont que souffrance et soumission, un homme est adulé: Jordan. Castrateur et dangereux, ce gourou exerce pourtant une influence sans limites sur ses fidèles. Dans son royaume, il n'y a plus de libre arbitre, que des châtiments. Mais à chaque dictature sa révolte. Mélanie, Mike et Harlan, lucides, s'échappent de cette prison, en quête de beauté. Commence alors le voyage aussi sublime qu'initiatique de ces trois rescapés, qui, à mesure qu'ils s'éloignent de leur secte, se découvrent ainsi que le monde qui les entoure. Soucieux de se protéger de la violence de Jordan, ils se lancent dans un périple qui les conduira sur une île sauvage et mystérieuse, apparemment déserte. Les deux hommes, maîtres à bord, ont le sentiment de retrouver leur liberté. Mais pour Mélanie, adolescente espiègle, désireuse de ressentir et d'aimer, comment ce bout de terre perdu au milieu des océans pourrait-il être l'Éden tant attendu? À travers le combat de trois êtres qui se questionnent à travers leur regard neuf qui interroge notre monde, Claire Julliard nous offre le récit d'un retour à la vie, porté par une écriture d'une grande poésie.


- Les mijaurées
de Elsa Flageul
Éditions Julliard / Février 2016


En 1992, Lucile et Clara entrent en quatrième dans le même collège parisien. Parce qu'elles se sentent différentes des autres, elles vont se rapprocher, jusqu'à devenir inséparables. Les années 1990 s'achèvent, un nouveau siècle voit le jour, et Lucile et Clara cherchent à se faire une place dans ce monde qui ne les attend pas et que la crise et l'arrivée du sida fragilisent. Leur duo, aussi incandescent, aussi amoureux que le sont les amitiés adolescentes, est une armure pour se jeter dans ce siècle tout neuf, pour découvrir l'amour et s'inventer une vie qu'elles imaginent ensemble, toujours. En 2001, les tours jumelles s'effondrent, la vie est là, avec ses échardes, avec ses blessures, avec la maladie, la passion, la mort, avec aussi parfois des rêves qui se réalisent. Lucile et Clara, ensemble, oui, mais jusqu'à quand et, surtout, comment? De son écriture précise, chatoyante, musicale, Elsa Flageul trace le portrait de deux jeunes femmes d'aujourd'hui que rien n'aura réussi à faire renoncer à leur amitié, même dans les moments les plus dramatiques. À travers leur parcours, c'est aussi toute l'évolution de la société française depuis les trente dernières années qui se déploie sur fond de musique rock et d'événements politiques emblématiques.


- Les noces assassines
de Patrick Weber
Éditions Plon / Février 2016


Rome, 1938. Mussolini accueille Hitler pour célébrer en grande pompe les noces du fascisme et du nazisme durant une journée très particulière. Le jeune archéologue Claudio Rocchi se voit confier la délicate mission de guider le Duce et le Führer dans leur périple à travers les splendeurs romaines. Serait-ce la chance de sa vie? Mais il découvre bientôt qu'un attentat se prépare pour débarrasser l'Europe des deux dictateurs. Un attentat auquel serait mêlée la belle Luisa qui semble inexplicablement avoir jeté son dévolu sur lui. Ce que sa famille, qui entend bien avoir voix au chapitre, ne regarde pas favorablement. Écartelé entre sa passion naissante et ses histoires de famille, Rocchi voit sa mission tourner au cauchemar. Héros malgré lui, il se retrouve aux premières loges d'un événement qui pourrait changer le cours de l'Histoire.


- Les serviteurs inutiles
de Bernard Bonnelle
Éditions La Table Ronde / Février 2016


Têtes huguenotes fichées sur des piques, catholiques brûlés vifs dans leurs églises, villages assiégés et décimés par la famine: plutôt que de prendre parti dans les haines qui déchirent le pays, Gabriel des Feuillades, vétéran des guerres d'Italie retiré dans son domaine périgourdin, préfère parler à ses arbres, contempler les étoiles, courtiser sa servante et dialoguer en silence avec les sages de l'antiquité. Révolté par l'indifférence de son père, accablé par la mort de sa sœur tendrement aimée, Ulysse, le fils de Gabriel, part sur les routes de France. Espérant retrouver la jeune fille qu'il s'apprêtait à épouser, il se jette à corps perdu dans la mêlée. Jusqu'au jour où les voies de la providence mènent ce cœur pur là où il avait juré de ne jamais revenir. Herbier littéraire mystique et sensuel, parabole sur l'adolescence et la maturité, Les Serviteurs inutiles fait résonner en notre siècle la faconde de Brantôme, l'âpreté de Monluc, et peut-être même la sagesse de Montaigne.


- Les silences de la guerre
de Claire Fourier
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Finistère, 1943. Glaoda et son père sont contraints d'accueillir un officier allemand dans leur maison. Affecté à la construction du Mur de l'Atlantique, l'homme n'adhère pas au régime nazi. Contre toute attente, cette cohabitation forcée rapproche les ennemis et les invite à se comprendre. En tombant tout doucement amoureuse de l'officier, Glaoda dit non à la guerre et choisit de résister à sa manière.    


- Les temps perdus
de Juan Pablo Villalobos
Éditions Actes Sud / Février 2016


Après une dure vie de labeur à vendre des tacos douteux dans le centre de Mexico, Teo coule une retraite pittoresque dans un vieil immeuble délabré qu'il partage avec une dizaine de congénères et une impressionnante légion de cafards. Indépendant et fantasque, il refuse obstinément d'intégrer le cercle de lecture du troisième âge initié par la sémillante Francesca, objet de tous ses fantasmes. Il n'a pourtant échappé à personne qu'il est probablement écrivain, puisqu'il passe son temps à noircir des carnets. Converti en ennemi public numéro 1, il détient, fort heureusement, une arme imparable: la Théorie esthétique d'Adorno, véritable bijou multi-usage, paradigme vital tout aussi efficace pour chasser les vendeurs importuns et exterminer les blattidés hostiles que pour river le clou à des vieillards décatis obnubilés par leurs ateliers de macramé, de modelage en mie de pain ou d'analyses de haute volée sur La Recherche du temps perdu. Entre querelles de voisinage hilarantes et pulsions érotiques déjantées, l'auteur embrasse trois quarts de siècle de l'histoire du Mexique avec révolution et contre-révolution, crimes d'État, corruption, assassinats, disparition et marginalité. Une irrévérence affirmée, instructive et salutaire.


- Les tilleuls de Berlin
de Jean Octeau
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2016


À trente ans, Karl Schuster a déjà conquis le milieu de l'art à Berlin. Il ignore que son voyage au pays natal va bouleverser son existence. Désormais, sa vie sera une aventure de tous les instants. Karl est ébloui par une femme qui accomplit des merveilles dans un monde qui lui est étranger. Plus tard, le rêve d'un bel été devient subitement réalité: avec Esther, il découvre la passion. La séparation, inévitable, ne brisera jamais l'amour qui les a réunis. Avec Janina, l'amour renaît sous une autre forme. Karl devine chez cette femme effacée une clairvoyance qui le guidera parmi les dangers d'une Europe en guerre. À l'heure de l'attentat contre Hitler, que signifie le dernier message de Janina? Quelle machine infernale les nazis cachent-ils au sanatorium d'Obrawalde? Sauvé de la mort par les femmes de Berlin, Karl évite le Goulag soviétique, mais il doit rendre des comptes aux autorités américaines. Réfugié à Vienne, il cherche la trace d'Esther et suit dans la rue un fantôme à peine sorti de l'enfer. Pourquoi la pauvre femme dissimule-t-elle son mystérieux prénom? C'est à cause d'elle que Karl se retrouvera si loin de ses tilleuls de Berlin, et si près de la vérité.


- Lettres du front à sa famille, 1915-1918
de Ernst Jünger
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


En août 1914, âgé de 19 ans, Ernst Jünger s'engage dans l'armée allemande. Du front, il écrit régulièrement à ses parents et à son frère Friedrich Georg. Si son courrier rend compte de ses difficultés pratiques et de la fatigue quotidienne, il témoigne par ailleurs de sa passion naissante pour l'entomologie. Ces lettres, en dessinant le portrait d'un jeune engagé animé de convictions nourries de références à la culture classique, constituent un document précieux par la dimension humaine dont elles enrichissent cette expérience exceptionnelle de la guerre.


- Lola ou l'apprentissage du bonheur
de Angélique Barbérat
Éditions Michel Lafon / Février 2016


Tout semble facile et tout devrait l'être, Bertrand et Lola se sont retrouvés. Bertrand a survécu à ces terribles mois où il a été otage en Afrique, seul, déplacé de cache en cache. Lola, depuis son divorce, a décidé de ne plus mentir à personne, et surtout pas à elle-même. Désormais, ils vont former une famille et plus rien ne les éloignera l'un de l'autre. Pourtant, peu à peu, le passé s'incruste dans leur quotidien et perturbe leur bonheur. Des flashs, de plus en plus nombreux, saisissent Bertrand et le ramènent entre les mains de ses geôliers. Il s'enfonce, et occulte sa souffrance. Lola ne perçoit pas son mal-être, elle qui s'efforce pourtant d'agir au mieux, pour ses enfants, pour lui, pour son ex-mari. Et puis, un jour, une étincelle, et la vérité explose au grand jour. Peut-on se reconstruire en homme libre quand on a été une victime? Par-delà leurs cicatrices, Bertrand et Lola arriveront-ils à vivre leur amour, tout simplement?


- Louise
de Louise Bachellerie
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


À Stocourcy Manor, Louise passe une enfance heureuse malgré le peu d'affection que lui porte sa mère, Suzon. Élevée par Kimba, une esclave affranchie, elle attrape très vite le virus de la liberté. Saint-Cyr et un mariage forcé n'auront pas raison de son rêve: devenir comédienne. Envers et contre tout, elle va incarner la femme libre d'esprit et corps en adhérant aux idées et aux mœurs des Lumières.


- Menus souvenirs
de José Saramago
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Une famille de paysans pauvres, une grand-mère analphabète, un père acharné au travail, un oncle qui vend des cochons à la foire aux bestiaux et surtout un enfant qui court dans les oliveraies et passe de longues heures sur les rives du Tage, contemplant la beauté du ciel nocturne. Voici le Portugal d'antan qui renaît dans les menus souvenirs que José Saramago a arrachés à l'usure des années.


- Mektouba
de Karima Berger
Éditions Albin Michel / Février 2016


Quand le vieux El Hadj Ben Amar reçoit une lettre collective de ses trois enfants, tous exilés en France ou au Canada, une sourde colère l'envahit. Lui qui vit à Alger, avec pour seul réconfort son Coran et son jardin, lui qui n'a jamais supporté la corruption et l'inertie de son pays et a cru transmettre aux siens les valeurs morales dont il a hérité, est forcé d'admettre que ses enfants convoitent une seule chose, Mektouba, sa maison, son paradis terrestre. Roman au souffle lyrique et syncopé, Mektouba évoque, à la manière d'un Festen arabe, tous les paradoxes d'une famille éclatée, d'une terre dévastée et d'un héritage impossible.


- Moi et Mister Mac
de Esther Freud
Éditions Albin Michel / Février 2016


1914. Thomas, un adolescent de treize ans sensible et rêveur, vit avec sa sœur et ses parents dans un paisible village côtier du Suffolk, à l'est de l'Angleterre. Rythmée par les saisons, la pêche et la chasse, sa vie est soudainement bousculée par l'arrivée d'un étranger venu d'Écosse. Longue cape et chapeau de feutre noir, Mister Mac, gentleman excentrique, attise sa curiosité. Et, très vite, le couple qu'il forme avec son épouse artiste se lie avec le garçon, éveillant en lui des prédispositions à la peinture et une sensibilité d'esthète. Mais cette amitié naissante est troublée par la déclaration de guerre à l'Allemagne. Les estivants du mois d'août laissent place à des régiments de soldats, et la petite communauté, de plus en plus inquiète, voit en Mister Mac l'ennemi rêvé: un espion à la solde des Allemands. Peinture évocatrice d'un village plongé dans la guerre, Moi et Mister Mac est le portrait poignant d'une amitié vue à travers le regard ingénu d'un jeune garçon. C'est aussi un hommage à l'un des artistes les plus brillants et incompris de sa génération: l'architecte Charles Rennie Mackintosh.


- Moi et toi
de Niccolo Ammaniti
Éditions 10-18 / Février 2016


Une cave. Un garçon. Le projet de se cacher aux yeux du monde et l'arrivée impromptue d'une étrangère. Avec ces quelques ingrédients, Ammaniti construit une histoire à couper le souffle sur le plus simple et le plus impénétrable des mystères: comment devenir adulte?


- Mort d'un homme heureux
de Giorgio Fontana
Éditions Du Seuil / Février 2016


Milan, été 1981: alors que les Années de plomb semblent ne jamais devoir finir, un magistrat hors du commun affronte une cellule dissidente des Brigades rouges, responsable de l'assassinat d'un membre important de la Démocratie chrétienne. Giacomo Colnaghi a moins de quarante ans, une carrière brillante et des origines sociales modestes. Soutenu par une foi puissante, nuancée par le doute et l'inquiétude qui l'animent depuis toujours, il ne se contente pas de chercher les responsables; il sonde aussi bien la douleur des parents de la victime, leur volonté de vengeance, que les raisons qui poussent les terroristes à mettre le pays à genoux. Bravant les risques de l'enquête, Colnaghi aime à se fondre dans le décor de la banlieue ouvrière où il a choisi de vivre, parmi les clients d'un vieux bar, pour y écouter leurs histoires et retrouver la trace d'un père qu'il n'a jamais connu. Et le destin tragique de ce jeune ouvrier communiste assoiffé de justice, engagé dans la Résistance à partir de l'automne 1943, recoupe celui du magistrat en cet été 1981, l'un et l'autre broyés par une histoire nationale qui n'a que faire des idéalistes. Au-delà du défi personnel de Giacomo Colnaghi, le roman touche au destin d'un pays qui tente d'élaborer le drame du terrorisme. Mort d'un homme heureux propose une relecture bouleversante de quarante ans d'histoire italienne.


- Naissance d'un père
de Laurent Bénégui
Éditions Julliard / Février 2016


C'est la question qui se pose à Romain à quelques jours de l'accouchement de Louise. Il avait pourtant espéré que la paternité pousse en lui à mesure que l'enfant se développait dans le ventre de sa compagne. À deux semaines de la naissance d'Alessia, il doit se rendre à l'évidence: son amour reste entièrement réservé à Louise et il est incapable d'éprouver des sentiments pour la petite fille qui arrive. Tout se précipite lorsqu'une tempête s'abat sur la ville. Louise ressent les premières contractions et se rend à la clinique ou d'importants dégâts l'obligent à partager la salle de travail avec Sandrine, une autre femme dont l'accouchement est imminent. Le mari de Sandrine ne viendra pas, il s'est désintéressé de la grossesse de sa femme depuis qu'il sait qu'elle va encore avoir une fille, et Romain n'a pas d'autre choix que d'assister les deux femmes pendant leur travail, tenant la main de l'une, de l'autre, puis des deux en même temps, tandis qu'elles souffrent. Deux femmes, deux accouchements et deux naissances en quelques heures: c'est beaucoup pour un homme qui a déjà du mal à assumer la perspective d'être père. Qui plus est s'il s'agit de deux nouveau-nés aux sorts contraires. Car Alessia va bien, mais Romain ne parvient ni à la prendre dans ses bras ni à prononcer son prénom. Tandis que l'autre petite fille, elle, est née avec une lourde malformation cardiaque et se voit dirigée aux urgences pédiatriques. En quatre jours, Romain devra surmonter un choc terrible pour que toutes ses certitudes, ou plutôt ses incertitudes, s'effondrent devant les implacables, magnifiques et terrifiantes exigences de la vie. Pour qu'enfin il crée un lien charnel avec son enfant et libère, comme après un hiver trop long, toute l'affection contenue en lui.


- Nègre de personne
de Roland Brival
Éditions Gallimard / Février 2016


Sur le pont d'un paquebot en route vers l'Amérique, un jeune homme, accoudé au bastingage, contemple l'horizon. Il s'appelle Léon-Gontran Damas, il vient de publier à Paris son premier recueil, Pigments, préfacé par Robert Desnos, et il est, avec Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, l'un des fondateurs du mouvement de la Négritude. Ce voyage, il l'a décidé sur un coup de tête, et le prétexte en est tout trouvé: aller à la rencontre des intellectuels noirs américains de la "Harlem Renaissance". Mais il est loin de se douter que ce rendez-vous qu'il s'est lui-même fixé avec l'histoire bouleversera sa vie de fond en comble et l'obligera, à travers les pages du journal de voyage qu'il destine à ses deux compagnons, à revoir ses propres convictions d'une manière radicale. Loin aussi d'imaginer qu'une jeune femme rebelle et passionnée va bientôt entrer dans sa vie, et qu'elle est de celles qui savent pousser leurs amants dans leurs derniers retranchements.


- Nom d'un chien
de André Alexis
Éditions Denöel / Février 2016


Tout commence par un pari alcoolisé entre Hermès et Apollon: si les animaux avaient l'intelligence humaine, seraient-ils aussi malheureux que les hommes? Les deux dieux décident alors d'accorder conscience et langage à un groupe de chiens passant la nuit dans une clinique vétérinaire de Toronto. Tout à coup capable d'élaborer des raisonnements plus complexes, la meute se divise: d'un côté les chiens qui refusent de se soumettre à ce nouveau mode de pensée, de l'autre les canidés progressistes qui y adhèrent sans condition. Depuis l'Olympe, les dieux les observent, témoins de leurs tâtonnements dans ce nouveau monde qui s'offre à eux. Car, si Hermès veut l'emporter, au moins un des chiens doit être heureux à la fin de sa vie. Alexis André nous offre une réflexion douce-amère sur les beautés et les dangers qu'implique la conscience de soi. Nom d'un chien, oscillant entre rêverie et désillusion, à la fois hilarant et dérangeant, remet au goût du jour la satire animale dans la droite lignée d'Orwell et Kipling, le mordant en plus.


- Notice rouge
de William Browder
Éditions 10-18 / Février 2016


Notice rouge de Bill Browder est un incroyable thriller. Pourtant tout est vrai. "Mon grand-père était le secrétaire général du parti communiste américain; j'ai décidé d'être le premier capitaliste en Russie". Et Bill Browder l'a fait, en pariant sur la gigantesque campagne de privatisation des entreprises russes. En 1996, il s'installe à Moscou et crée le fonds Hermitage avec Edmond Safra, un banquier libanais milliardaire. Mais, en 2005, tout s'écroule: Poutine l'expulse de Russie et le déclare "menace pour la sécurité nationale".


- Nous étions animales
de Emma Jane Unsworth
Éditions Fleuve Noir / Février 2016


Manchester. Voilà plusieurs années que Laura squatte un placard chez Tyler, sa foldingue de colocataire américaine, croqueuse d'hommes et plus excentrique que n'importe quelle Britannique. Les fêtes s'enchaînent et chaque matin, elle cuve sa gueule de bois au centre d'appels où elle gagne sa croûte en attendant. En attendant quoi? De finir son roman, qui avance à trop petits pas. D'épouser le sobre et si sage Jim. De lendemains douloureux en dérapages successifs, les sirènes de l'âge adulte commencent à sonner à ses oreilles. Laura envisage de tout arrêter, même la drogue. Devenir maman, peut-être. Mais renonce-t-on si facilement à l'âge de la fête éternelle?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:39

- Nous ne sommes pas nous-mêmes
de Matthew Thomas
Éditions 10-18 / Février 2016


Les rêves ne sont-ils jamais que des rêves? Découvrez le désir d'ascension d'une femme et ses désillusions. Un grand roman qui interroge en finesse l'American Dream.


- Otage de marque
de Antoine Billot
Éditions Gallimard / Février 2016


En 1943, après un régime d'assignation à résidence et d'emprisonnement en France, Léon Blum est déporté au Falkenhof, une dépendance du camp de concentration de Buchenwald. Il est désormais un "otage de marque" des Allemands, qui envisagent de l'utiliser comme monnaie d'échange en cas de défaite. Isolé du monde, étroitement surveillé par le commandant de Buchenwald, Blum partage cet étrange lieu de détention avec Georges Mandel, qui sera bientôt assassiné. En attendant que son tour vienne, l'exil intérieur est pour Blum le seul refuge possible. Mais Jeanne Reichenbach, sa dernière passion amoureuse, a décidé envers et contre tout de le rejoindre dans sa prison.


- Personne ne disparaît
de Catherine Lacey
Éditions Actes Sud / Février 2016


Un soir, à la volée, conversation mondaine, un inconnu vous propose de profiter de sa chambre d'amis, si un jour vos pas vous entraînent vers chez lui. Et vous voilà dans un avion pour le bout du monde, toutes amarres larguées. Pour Elyria, qui plaque tout sans prévenir personne, c'est une tentative d'évasion très directement dirigée contre la réalité. Même si elle sait que, d'après les critères en vigueur, elle peut cocher toutes les lignes de la check-list, mari, travail, appartement, mère indigne, et s'estimer heureuse, fermer les yeux sur la banale, insipide, parfois tragique médiocrité des choses est au-dessus de ses forces. Ainsi, regard écarquillé et logique extrêmement personnelle en bandoulière, la jeune New-Yorkaise atterrit à Wellington, Nouvelle-Zélande, pour rejoindre la ferme isolée où se trouve ladite chambre d'amis, à l'autre bout de l'île du Sud. Expérience de vertige introspectif en autostop, Personne ne disparaît prend la tangente au pied de la lettre: trajectoire intérieure vouée à se mordre la queue (car partout l'on s'emmène avec soi), c'est aussi un envol, jalonné de rencontres improbables et de rendez-vous manqués, entre paysages grandioses et bords de route anonymes. Sur la douloureuse déception d'être soi, le souffle court des promesses et la séduction du précipice, le premier roman de Catherine Lacey fait retentir une voix inoubliable, d'une originalité radicale et d'une drôlerie inespérée.


- Pourquoi Tokyo ?
de Agathe Parmentier
Éditions Au Diable Vauvert / Février 2016


En 2012, Agathe Parmentier décide de quitter la France et part à l'aventure, s'installer au Japon avec une simple valise. Elle gagnera de quoi manger et se loger dans une chambre de 9 m2 en donnant des cours de français. Témoin volontaire respectueuse, distanciée et attentive, elle observe et découvre la ville et ses habitants avec rigueur et nous raconte son quotidien, ses expériences et ses expéditions de française curieuse et maladroite, mais toujours respectueuse, devenue apprentie tokyoïte. Récit d'une expérience humaine et journal de voyage, Pourquoi Tokyo ? est un document passionnant, vivant et plein d'humour, où l'on découvre par les détails l'ordinaire et l'âme d'un pays radicalement différent et qui fascine.


- Pretty girls
de Karin Slaughter
Éditions Mosaïc / Février 2016


Deux sœurs. Deux étrangères. Plus de vingt ans auparavant, Julia a disparu à seize ans sans laisser de trace. Depuis, Claire et Lydia, ses sœurs, ne se sont plus parlé. Seule la haine farouche qu'elles nourrissent l'une pour l'autre les rapproche encore. La haine, et le désespoir: jamais elles ne se sont remises de la tragédie qui a fracassé leur famille. Deux événements violents vont venir cruellement raviver leurs blessures mais aussi les obliger à se confronter: l'assassinat du mari de Claire, et la disparition d'une adolescente. À tant d'années de distance, ces événements ont-ils un lien quelconque avec Julia? Lasses de se faire la guerre, Claire et Lydia plongent dans la noirceur du passé familial. Une spirale sanglante. Avec la froide efficacité qui l'a rendue célèbre, Karin Slaughter fait ressurgir la noirceur et la sauvagerie au sein d'une famille frappée par la perte. Elle explore au scalpel les liens qui unissent les personnages et écorche leurs secrets. Un roman puissant, à vif, par l'un des écrivains contemporains les plus marquants.


- Quand j'étais enfant, je lisais des livres
de Marilynne Robinson
Éditions Actes Sud / Février 2016


Depuis la parution, en 1980, de son premier roman, Marilynne Robinson s'est acquis une réputation internationale non seulement en tant que romancière mais aussi en tant qu'essayiste. Le présent recueil convoque une pensée élaborée sur la longue durée pour approfondir les grands thèmes qui n'ont cessé de nourrir son travail d'écrivain et d'accompagner son parcours philosophique: de la fragmentation sociale à l'œuvre dans nos sociétés à la vulnérabilité de l'homme, en passant par la question, pour elle centrale, de la foi. S'élevant contre la tentation contemporaine de séculariser et de rationaliser le monde à outrance, ce livre d'intervention, qui interroge les choix politiques et économiques de notre temps et les limites de plus en plus patentes d'un capitalisme manipulateur, constitue un plaidoyer contre l'austérité sous toutes ses formes et défend la primauté de l'éthique pour accéder à des solutions authentiques allant de pair avec un nécessaire dépassement de soi. Marqué par une tension permanente entre les injonctions du collectif et l'aspiration humaine à la solitude (la poésie étant à considérer comme le plus bel usage que l'on puisse faire de cette dernière), cet ouvrage sans égal, d'une ironie parfois mordante, rend un hommage d'une rare profondeur tant au sens de la communauté qu'à la nécessité pour l'homme de ne pas se laisser réduire aux seules frontières de son espèce.


- Quatuor
de Anna Enquist
Éditions Actes Sud / Février 2016


Anna Enquist nous entraîne dans un avenir proche et dans une ville qui, jamais nommée, ressemble étrangement à Amsterdam. Un quatuor amateur réunit des amis à qui la pratique musicale offre un dérivatif bienvenu à une vie professionnelle ou personnelle difficile. Caroline (violoncelle) est médecin généraliste; Jochem (alto) est luthier; Heleen (deuxième violon) est infirmière; Hugo (premier violon) dirige un centre culturel qui n'en a plus que le nom. Et puis il y a Reinier, ancien soliste virtuose auprès de qui Caroline prend toujours des leçons, vieillard vivant reclus dans la terreur du monde qui l'entoure. Tandis que la musique de Mozart, Schubert ou Dvoïâk est une consolation pour les quatre amis, la ville alentour est le théâtre d'une affaire criminelle qui, de prime abord, ne semble pas les concerner. Dans l'avenir proche esquissé par Anna Enquist, la culture est un luxe inutile, l'assurance maladie un privilège, et la vieillesse une disgrâce que l'on camoufle dans des institutions aux allures pénitentiaires. Un monde inhospitalier, inquiétant, et qui pourtant nous est familier. À la beauté du motif musical, la grande romancière néerlandaise ajoute ici des éléments nouveaux dans son œuvre: une critique politique et sociale aux accents visionnaires et une intrigue digne d'un thriller.


- Ritzy
de Pauline-Gaïa Laburte
Éditions Albin Michel / Février 2016


Rien ne destinait César Ritz, né dans une famille paysanne du Valais, à l'hôtellerie et encore moins à la gloire. Arrivé à Paris pour l'exposition universelle de 1867, il se forme sur le tas, grimpe les échelons, devient serveur, maître d'hôtel, gérant puis directeur de palaces sur la Riviera, à Londres et bientôt à Paris. Génie entrepreneur, visionnaire, il incarne désormais le faste et les plaisirs des têtes couronnées d'Europe et des magnats américains. Mais tout prodige a ses démons et Ritz sombrera. Échappant à la biographie, Pauline-Gaïa Laburte évoque en phrases courtes et percutantes, maniant dérision et anachronismes savoureux, fantaisie et tragique, la fabuleuse ascension d'un homme dont le nom, partout dans le monde, est synonyme de luxe à la française.


- Sans oublier la baleine
de John W. Ironmonger
Éditions Stock / Février 2016


À Saint-Piran, en Cornouailles, on se souvient encore du jour où le jeune homme nu a été rejeté sur la plage par l'océan. Une entrée en scène des plus originales. Les villageois se portent bien sûr à son secours: l'ineffable Dr Books, le glaneur Kenny Kennett, Demelza, romancière à l'eau de rose ou encore la pimpante épouse du vicaire. Sans oublier la baleine, à l'arrière-plan, qui ne veut plus quitter la côte. Personne ne sait alors que Joe Haak a fui la City, terrorisé à l'idée que le programme de prédictions qu'il a inventé n'entraîne l'effondrement de l'économie mondiale. Avec ce nouveau venu, un sentiment de fin du monde vient contrarier la quiétude de Saint-Piran. On peut compter, bienheureusement, sur l'optimisme éclairé et l'esprit délicieusement anglais de l'auteur pour sauver ce petit monde.


- Scipion
de Pablo Casacuberta
Éditions Le Cercle Points / Février 2016


Aníbal n'a jamais été à la hauteur des attentes de son père, illustre historien. Chassé de l'université, il a sombré dans l'alcoolisme. Deux ans après sa mort, il reçoit sa part du testament: trois boîtes à l'étrange contenu. Ce père qu'il n'a fait que décevoir lui jouerait-il des tours depuis sa tombe? Indigné et un brin maniaque, Aníbal part en guerre pour récupérer l'héritage familial.


- Tous au gîte
de Monika Peetz
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Après un pèlerinage et une cure détox, nos dames du mardi n'ont eu pour une fois aucun mal à trouver la destination de leur excursion annuelle: ce sera Birkow, village d'ex-Allemagne de l'Est, où vit désormais Kiki. Cette dernière a acheté une ancienne école avec l'idée de la retaper pour en faire une pension avec poules et potager, et elle était loin d'imaginer l'ampleur du chantier. Eva, Caroline, Estelle et Judith vont devoir retrousser leurs manches et faire face à toutes sortes de problèmes, pulsions adultérines pour l'une, menaces de mort pour l'autre, ou encore tracas financiers. Alors quand un inconnu vient semer la zizanie dans leur petit groupe bien soudé, c'est la goutte d'eau. Parviendront-elles à terminer les travaux avant l'arrivée d'un groupe d'enfants défavorisés que Kiki s'est engagée à accueillir?


- Treize façons de voir
de Colum McCann
Éditions Belfond / Février 2016


Tout le talent, la poésie, l'émotion de Colum McCann déployés dans un court roman et quatre nouvelles reliés par la violence, quotidienne, guerrière, psychologique, politique ou sociale, mais surtout par ces moments de grâce qui font qu'au bout du compte l'espoir reste. Ces nouvelles étaient presque achevées à l'été 2014, quand j'ai été victime, le 27 juin, d'une agression à New Haven, dans le Connecticut. Certains de ces récits ont été composés avant cette mésaventure, et d'autres après. Il me semble parfois que nous écrivons notre vie à l'avance et que, d'autres fois, nous sommes seulement capables de regarder derrière nous. Mais en fin de compte, chaque mot que nous écrivons est autobiographique, peut-être plus encore quand nous essayons d'éviter toute autobiographie. Malgré tout ce qu'elle doit à l'imagination, la littérature prend des chemins inimaginables.


- Trois jours avec Norman Jail
de Éric Fottorino
Éditions Gallimard / Février 2016


Qui est vraiment Norman Jail? Quand Clara pousse la porte de sa maison du bord de mer, au printemps de l'an 2000, elle veut comprendre pourquoi ce mystérieux écrivain est resté l'homme d'un seul roman, Qui se souviendra de nous?, paru l'année de ses vingt ans en pleine Occupation. Étudiante en littérature, la jeune femme découvre peu à peu que derrière le pseudonyme de Norman Jail se cache un maître de l'illusion dévoré par la rage d'écrire, auteur de nombreux manuscrits inédits sous les noms d'Alkin Shapirov, de José Manuel Ortega ou de Jean-François Purcell. Norman Jail ne dit pas forcément la vérité. Le secret de cet homme fascinant est à rechercher dans les plis de la fiction. Trois jours avec Norman Jail est un roman brillant, jubilatoire, en même temps qu'une réflexion passionnante sur la force et la magie de l'écriture.


- Un été polaire
de Anne Swärd
Éditions Brumerge / Février 2016


"Quelqu'un est venu jusqu'à notre maison. Quelqu'un est venu avec Kaj enveloppée dans une doudoune jaune. C'était au milieu de l'hiver, j'avais quatre ans et Kaj quelques mois seulement. La femme a dit que c'était la fille de papa et il n'a pas nié, ni reconnu, selon maman. Il s'est contenté de recevoir le balluchon jaune dans le vestibule, comme un paquet qu'il aurait attendu". Après deux ans d'absence, Kristian revient dans la maison de son enfance pour s'occuper de sa sœur Kaj. Pendant quelques semaines tendues, ils vivent en huis clos, avec Lisette, la belle-sœur de Kristian, qu'il désire en secret. Mais celle autour de qui tout gravite est Kaj, vingt-deux ans, innocente et imprévisible, dont l'arrivée dans la famille a été le début de la fin. Et tandis que les brûlantes journées d'été s'amenuisent, tandis que les autres membres de la famille resurgissent les uns après les autres, la situation se tend inexorablement.


- Un homme sur deux est une femme: en string et en colère
de Noémie de Lattre
Éditions Flammarion / Février 2016


Noémie de Lattre est une femme. Elle aime être élégante et sexy. Elle aime qu'on l'invite au resto, elle s'épile, se maquille, change régulièrement de couleur de cheveux, porte parfois des jupes très courtes et souvent des talons très hauts, et elle envisage même de se faire refaire les seins. Elle n'aime pas se faire siffler dans la rue, voudrait que les congés parentaux soient aussi pris par les pères, ne supporte pas l'image des femmes dans les publicités, en a assez d'entendre "mais t'as tes règles ou quoi?" dès qu'elle hausse le ton, souhaiterait avoir le droit de ne pas s'intéresser aux enfants des autres et voudrait avoir les mêmes chances qu'un homme pour obtenir un poste, ainsi que le même salaire et les mêmes opportunités. Bref, elle prône la différence et l'égalité entre les hommes et les femmes. Noémie de Lattre est féministe. Et vous?


- Un jeune homme superflu
de Romain Monnery
Éditions Au Diable Vauvert / Février 2016


Dans une forme de journal intime composé de séquences, de micro fictions comme on en tient sur un blog, Romain Monnery donne les instantanés de la vie d'un jeune homme d'aujourd'hui dont l'existence s'efface peu à peu dans l'inanité de son destin et de son époque. Mémoires d'un jeune homme superflu est le carnet de route drôle, détaché et mélancolique d'une disparition au monde, un monde où la profusion des objets et des signes souligne l'absence de rêves et de raisons d'être, le vide existentiel et la solitude des êtres. À la fois réaliste et poétique, ironique et grave, profond et léger, Romain Monnery, cousin de Tao Lin et petit frère de DFW, confirme la place singulière qu'il occupe dans le roman français.


- Un parfum d'encre et de la liberté
de Sarah Mccoy
Éditions Michel Lafon / Février 2016


1859. La jeune et impétueuse Sarah apprend qu'elle ne pourra jamais avoir d'enfant. Mais comment trouver un sens à sa vie dans ce monde régi par les hommes? Comment trouver sa place quand on est la fille de John Brown, célèbre abolitionniste qui aide des esclaves à fuir?
2014. Eden et son mari emménagent dans la banlieue de Washington dans l'espoir de sauver leur mariage et fonder enfin une famille. En explorant sa nouvelle demeure, la jeune femme découvre une tête de poupée ancienne. Que signifient les mystérieuses lignes qui la recouvrent? Plus de cent cinquante ans séparent Eden de Sarah, mais sur la grande carte du monde et de l'Histoire, les destins de ces deux femmes se rejoignent en plus d'un point. Un voyage exaltant, à la redécouverte du courage, de la famille, de l'amour et de l'héritage.


- Un seul souvenir
de Olivier Schefer
Éditions Arléa / Février 2016


Rien n'est simple dans une rencontre amoureuse, encore moins lorsqu'elle a lieu dans les Balkans dont, comme le narrateur, nous ignorons tout ou presque. Pour des recherches iconographiques, un historien de l'art parcourt la Bulgarie, la Serbie et la Macédoine, et nous fait découvrir la géographie de l'Orient, les splendeurs byzantines, les strates historiques si complexes de ces pays malmenés par les guerres, les réminiscences (et les clichés) littéraires de Théophile Gautier à Lamartine, la modernité d'Orhan Pamuk, les nuits d'orage sur le Mont Athos. Il suffit de savoir regarder, de déchiffrer les images pour que, dans le mystère des rencontres, surgisse l'éblouissement. Un seul souvenir est le premier roman d'Olivier Schefer.


- Un si joli mois d'Août
de Pierre-Étienne Musson
Éditions Denöel / Février 2016


Août 1914, la déclaration de guerre vient bouleverser le quotidien tranquille des villageois de Nouan-le-Fuzelier en Sologne. Antoine Richerand, l'instituteur, part pour le front, laissant derrière lui Inès, sa ravissante épouse. Au printemps 1915, grièvement blessé par un éclat d'obus, Antoine est hospitalisé à Paris. Inès lui rend visite régulièrement, s'efforçant de tenir son rôle d'épouse aimante, mais elle découvre un homme transformé, traumatisé par son expérience de la guerre, entre prostration et accès de violence. Exténuée par ses voyages incessants, consciente que l'avenir espéré avec Antoine est désormais impossible, Inès se met à rêver d'une autre vie. Un jour sur les quais de Seine, elle fait la connaissance d'Isidore Lambiot, un vieux garçon un peu excentrique. Ému par la détresse de la jeune femme, il lui propose son aide. Dès lors, Inès va devoir choisir.


- Une année dans la vie d'une femme
de Guillemette de la Borie
Éditions Presses De La Cité / Février 2016


Alia est une Parisienne qui croque la vie: la cinquantaine épanouie, deux grands adolescents déjà embarqués dans l'existence, un ex-mari pas trop dérangeant, un boulot confortable, un cercle d'amies qu'elle retrouve avec bonheur pour un dîner chaque premier lundi du mois. Son seul souci, c'est Campniac, la vaste maison périgourdine familiale où personne ne va plus jamais, et qui se dégrade. Pas d'autre solution que de la vendre. Mais la révélation d'une maladie rare va tout bouleverser. Alia éprouve alors le besoin de revenir en Périgord. Et se laisse rattraper par ses souvenirs. Elle comprend que derrière les murs de la bâtisse, sa famille ne dessine pas les contours qu'elle imaginait. Un roman d'aujourd'hui, un portrait de femme tout en finesse.


- Une maison de rêve
de Craig Higginson
Éditions Mercure de France / Février 2016


Une magnifique maison, une des plus belles de cette jolie vallée sud-africaine, avec sa roseraie, sa laiterie modèle, son chenil impeccable... oui, une maison de rêve. Et pourtant... D'abord elle vient d'être vendue. Ses propriétaires sont aujourd'hui âgés, malades, et ils n'ont plus la force de s'occuper de leur exploitation. Ce soir, Patricia compte ses derniers cartons, avant le grand départ, tandis que Richard, son mari, perdu dans les brumes de la maladie d'Alzheimer, erre dans le jardin en marmonnant des phrases dépourvues de sens. Mais peut-être en ont-elles. Les images, les noms, les bribes de souvenirs se mêlent pour faire revivre un passé que tous ont voulu oublier, les employés, les domestiques, et surtout Patricia et Richard. La mort de Grace, la jolie fille qui travaillait à la laiterie, ils savent que ce n'était pas un accident mais un meurtre. Et quand revient Looksmart, le jeune Zoulou qui a grandi là et tant aimé Grace autrefois, les vérités les plus douloureuses seront mises au jour. Un livre magnifique, dur, porté par une écriture d'une grande poésie. Un peu à l'image de cette Afrique du Sud d'après l'apartheid qui se cherche encore, sans être entièrement débarrassée des entraves du passé.


- Une très belle jeune femme
de Julian Lopez
Éditions Christian Bourgois / Février 2016


Buenos Aires, dans les années 1970. Le narrateur, un jeune garçon, vit seul avec sa mère dans les quartiers pauvres de la ville. Abandonné par son père, il voue un amour inconditionnel à cette "belle jeune femme" qu'il aurait bien prise pour maîtresse si elle ne lui avait pas donné la vie. Une jeune femme dont il ignore tout tant elle s'évertue à cultiver son mystère: pourquoi ne répond-elle aux questions de son fils que par d'autres questions? Où va-t-elle lorsqu'elle l'abandonne à l'improviste, le soir ou au milieu du Jardin des Plantes? Pourquoi entretient-elle des relations aussi houleuses avec son frère? Pourquoi refuse-t-elle parfois d'ouvrir les volets de son appartement ou de prendre le téléphone lorsque sa voisine vient la prévenir d'un appel? Autant de silences et d'incompréhensions qui font surgir de nombreuses interrogations quant à ses activités: est-elle impliquée dans des affaires criminelles? A-t-elle un amant? Julian Lopez fait le portrait émouvant de la relation entre une mère et son fils à Buenos Aires, pendant les années les plus sombres de la dictature argentine de Peron. Suivant le point de vue d'un enfant qui ne comprend pas ce qui lui arrive, sa mère s'efforçant de le protéger de la dure réalité politique, l'auteur glisse, au fil des pages, des détails et de petits indices qui permettent au lecteur d'appréhender cet univers angoissant, ce monde voilé et rempli de secrets qui devient de plus en plus palpable. Jusqu'à la fin où son enfance se trouve définitivement brisée avec la disparition de sa mère: séquestrée ou emprisonnée? Il ne le saura jamais, de même qu'il ne connaîtra jamais les motifs de cet enlèvement. Aussi littéraire que politique, ce texte est servi par une voix poétique qui exprime des sentiments profonds, parfois contradictoires, avec une grande fluidité et beaucoup de subtilité.


- Une vague idée du début
de Norbert Gstrein
Éditions Gallimard / Février 2016


Que savons-nous vraiment de nos proches? C'est la question que se pose Anton, professeur de lettres et d'histoire, en voyant une photo un peu floue dans le journal local où il croit reconnaître un de ses anciens élèves. L'homme serait impliqué dans une affaire d'alerte à la bombe. Anton s'interroge, et se remémore le jeune et brillant Daniel. Le lycéen avec qui il avait noué une relation très particulière pendant tout un été, dix ans plus tôt, aurait-il pu devenir un dangereux terroriste? Daniel était un élève avide de conseils de lecture, et Anton prenait plaisir à lui prêter des livres, puis à l'inviter chez lui dans une petite propriété qu'il possède au bord de la rivière. Dans ce lieu idyllique en dehors de la ville, la littérature et le théâtre, mais aussi la religion, leur offraient des sujets de discussion infinis. Dix ans plus tard, Anton ne retrouve aucune trace de Daniel. Il se souvient alors de ces moments un peu hors du temps, pleinement heureux, et repense à la signification de cette amitié inhabituelle, aussi bien pour son ancien élève que pour lui-même. Dans une narration très dense et subtile, au charme mélancolique mais non dénuée de suspense, l'auteur autrichien nous plonge dans l'âme d'un homme en quête de sa propre vérité et nous offre un roman d'une puissance d'évocation exceptionnelle.


- Victoria Bretagne
de Emmanuelle Guattari
Éditions Mercure de France / Février 2016


"Qui est Victoria Bretagne?", telle est la question que se pose la narratrice de ce roman. De cette jeune fille, on sait peu de choses en effet, sinon qu'elle impose à tous le respect. Sa grâce, son port altier, sa noblesse naturelle impressionnent et fascinent. La côtoyer semble un privilège, l'approcher une récompense. Après les paysages de son enfance, ce sont les visages qu'Emmanuelle Guattari scrute désormais avec délicatesse, et celui de Victoria Bretagne, barré d'une impressionnante cicatrice, n'est pas le moins énigmatique. Comme un miniaturiste, grâce à son écriture sensible où se mêlent détails cocasses et émouvants, elle dessine ses personnages pour en sublimer la beauté et en capter les mystères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:37

- Ahlam
de Marc Trévidic
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


Lorsqu'en 2000 Paul, célèbre peintre français, débarque aux Kerkennah en Tunisie, l'archipel est un petit paradis pour qui cherche paix et beauté. L'artiste s'installe dans "la maison de la mer", noue une forte amitié avec la famille de Farhat le pêcheur, et particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul: une œuvre unique et totale où s'enlaceraient tous les arts. Mais dix ans passent et le tumulte du monde arrive jusqu'à l'île. Ben Ali est chassé. L'islamisme gagne du terrain. L'affrontement entre la beauté de l'art et le fanatisme religieux peut commencer.


- À la table des hommes
de Sylvie Germain
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Son obscure naissance au cœur d'une forêt en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S'il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l'espèce animale, dont une corneille qui l'accompagne depuis l'origine. À la table des hommes tient autant du fabuleux que du réalisme le plus contemporain. Comme Magnus, c'est un roman hanté par la violence prédatrice des hommes, et illuminé par la présence bienveillante d'un être qui échappe à toute assignation, et de ce fait à toute soumission.


- À l'intérieur
de Jodi Picoult
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


Adolescent atteint du syndrome d'Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d'emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d'une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout: la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s'empêcher d'expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste. Mais lorsqu'un assassinat se produit dans le quartier, l'attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l'intolérance et l'incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement. Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix. Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre?


- Allegra
de Philippe Rahmy
Éditions La Table Ronde / Janvier 2016


Londres, été 2012. Tandis que les Jeux olympiques se préparent dans l'effervescence, Abel erre à travers la ville, un carton sous le bras. Jeune trader plein d'avenir, père attentionné, il vient de tout perdre. Lizzie, sa compagne, l'a chassé de leur appartement et Firouz, son ami, son mentor, l'a viré de la banque où il l'avait fait embaucher. Échoué dans un hôtel au milieu d'autres laissés-pour-compte, migrants et réfugiés, Abel décide de remettre de l'ordre dans sa vie. Il se heurte à l'hostilité de Lizzie, qui refuse de le laisser voir Allegra, leur petite fille, et au chantage odieux que Firouz exerce sur lui. Quel prix devra-t-il payer pour redevenir celui qu'il était? Dans ce roman sous haute tension, Philippe Rahmy brosse le portrait d'un homme consumé à la fois par le désir et le déni.


- American pandemonium
de Benjamin Hoffmann
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Marc et Colin vivent de nos jours aux États-Unis lorsque Israël et l'Iran entrent en guerre. Irrésistiblement, le monde est pris dans un engrenage militaire aux conséquences apocalyptiques. Un bombardement frappe New York et le chaos se répand à travers le pays. Colin part à la recherche de son frère, dont il ignore s'il est encore en vie, accompagné par Marc, un auteur persuadé de tenir le sujet du grand livre qu'il n'est jamais parvenu à écrire. Leur quête les mène dans une communauté assiégée au sud de Boston puis dans les ruines de Détroit où ils sont enlevés par les bâtisseurs du Béhémoth, une machine colossale dont ils veulent faire l'instrument de leur domination sur ce qui reste des États-Unis. American Pandemonium est une fresque sur l'Amérique ravagée par la guerre, une réflexion sur les médias, le terrorisme et le pouvoir de la fiction. C'est notre monde actuel au bord du précipice qui est ici raconté de manière fascinante.


- Appelez-moi Lorca Horowitz
de Anne Plantagenet
Éditions Stock / Janvier 2016


"Je voulais comprendre comment Lorca Horowitz avait mis en place son plan d'anéantissement sans éveiller le moindre soupçon, et avait osé monter une à une, sans jamais reculer ni même hésiter, les marches qui la menaient droit à son crime. Je voulais comprendre pourquoi elle l'avait fait. Mais surtout en quoi cela me concernait, me touchait. Qu'avais-je à voir là-dedans?"


- Apprendre à marcher aux enfants
de Mikaël Ollivier
Éditions Le Passage / Janvier 2016


"Quelques mois seulement après la naissance de mon aînée, l'image fantomatique, et désagréable, de mon futur gendre m'est apparue mentalement. J'ai aussitôt imaginé l'histoire d'un homme qui peine à trouver le sommeil quand, pour la première fois, sa fille passe la nuit à la maison dans le même lit que son amoureux. Dix-sept ans plus tard, quand ma fille atteignait l'âge de mon héroïne, j'ai mis le point final à Apprendre à marcher aux enfants. J'ai alors réalisé que la rédaction de ce livre m'avait accompagné tout au long de ces années à la fois pleines et furtives qui m'avaient vu traverser les affres et les joies de la paternité. Carnet de bord déguisé d'un papa? Journal intime caché derrière la fiction? Ce livre est plein de pères qui sont tous un peu moi". Avec Apprendre à marcher aux enfants, un recueil de quinze fictions à la fois sensibles et lucides, pleines d'humour et d'invention, Mikaël Ollivier nous livre quinze portraits de pères, quinze figures d'hommes d'aujourd'hui.


- April
de Angelika Klüssendorf
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


Au début, il y a une valise avec de maigres affaires et une chambre en sous-location. La jeune fille qui s'est donné le nom d'April, d'après la chanson de Deep Purple, a quitté son foyer social et a interrompu son apprentissage pour un poste d'employée de bureau. Elle essaie de trouver ses marques dans le Leipzig de la fin des années soixante-dix, en se heurtant souvent à ses propres limites. Elle franchit cependant toutes les barrières qui lui sont imposées, y compris la frontière qui sépare les deux Allemagne, lorsqu'elle rejoint le Berlin-Ouest des années quatre-vingt. Mais à tout nouveau départ succède une rechute, à tout instant de bonheur une destruction, à toute ivresse le dégrisement. Et toujours revient la question des modèles de l'enfance, de l'empreinte laissée par une mère irresponsable et un père alcoolique. Angelika Klüssendorf signe une œuvre bouleversante. Dans une prose sans complaisance ni pathos, elle relate le parcours d'un être qui se libère d'un passé apparemment sans issue.


- Arrive un vagabond
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


C'est au cours de l'été 1948 que Charlie Beale arriva à Brownsburg. Il était chargé de deux valises, l'une contenait quelques affaires et des couteaux de boucher, l'autre une importante somme d'argent. Charlie y tomba deux fois amoureux. D'abord, il s'éprit de cette ville paisible de Virginie dont les habitants semblaient vivre dignement, dans la crainte supportable d'un Dieu qu'ils avaient toutes les raisons de trouver plutôt bienveillant à leur égard. Une preuve parmi d'autres: il n'y avait encore jamais eu de crime à Brownsburg. La deuxième fois que Charlie tomba amoureux fut le jour où il rencontra Sylvan Glass.


- Astres sans éclat
de K. D. Miller
Éditions Les Allusifs / Janvier 2016


À l'automne 1962, Brenda et Jori, deux adolescentes mal adaptées, tissent une relation ambiguë qui se soldera tragiquement. Dans une écriture subtile, K. D. Miller livre avec Astres sans éclat un drame psychologique intense, véritable creuset d'émotions relatant les périls d'un voyage à travers le territoire du doute.    


- Au bord du monde
de Brian Hart
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Aux confins de l'Ouest américain, ils sont venus chercher la fortune. Les tempêtes du Pacifique ont balayé leurs rêves. Lui, Jacob, le faux médecin, l'imposteur. Elle, Nell, l'épouse dévouée, la mère de Duncan, leur unique enfant. Dans le Port où se mêlent la boue et la sciure, la fin du monde semble au bout de leurs bras. Voguant d'une obscurité à l'autre, arriveront-ils à trouver la lumière?


- Aujourd'hui dans le désordre
de Guillaume Rihs
Éditions Kero / Janvier 2016


Janvier à Genève. Louise et ses frères ont inscrit le grand appartement familial sur un site afin d'accueillir des voyageurs pour quelques jours. Leur première invitée est Victoria, une jeune Anglaise en quête d'aventure. L'appartement se remplit au rythme des arrivées alors que dehors le climat se dégrade. Bientôt, une tempête de neige va bloquer tout le monde à l'intérieur, les forçant à s'organiser. Entre réflexion sur la décroissance et comédie enjouée, Guillaume Rihs signe un roman plein de charme et de fantaisie.


- Autopsie d'un père
de Pascale Kramer
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Ania, qui n'a guère vu son père Gabriel ces dernières années, apprend par sa nouvelle femme qu'il vient de se suicider. Cette mort volontaire semble faire suite au scandale qui a éclaboussé ce journaliste et intellectuel de gauche quand il a publiquement pris la défense de deux jeunes "Français" qui ont massacré un Comorien sans-papiers. Comment les haines ont-elles pu en arriver là? Dans le village où il doit être enterré, l'ambiance est délétère, chacun prenant parti pour ou contre Gabriel. Que s'est-il passé pour que ce père en vienne à rétrécir ses vues au point de tremper dans une affaire aussi sordide et de devenir un paria? En auscultant une France sous tension et au bord de l'explosion, Pascale Kramer nous offre un puissant roman sur le basculement politique et le repli sur soi, qu'elle met en scène de manière intime et collective.


- Autour du soleil
de Karine Silla
Éditions Plon / Janvier 2016


Un jour de pluie, Louise rencontre un homme dans un train. En quelques minutes, la jeune femme décide de quitter sa vie raisonnable pour cet inconnu qui lui parle de son pays, le Vietnam; son bonheur la contamine et l'emporte. Au milieu des immenses étendues vertes et marécageuses, elle découvre l'amour, la jouissance, la joie, et enfante un fils. En partant, Louise a laissé derrière elle un mari, épousé parce qu'elle n'a jamais su dire non, et une fille, Marie, avec qui elle n'a jamais su faire. Malgré la certitude d'avoir fait le bon choix, le secret de Louise envahit peu à peu sa vie et celle de Marie, qui la croit morte et grandit sur un mensonge. Jusqu'à ce que tout vole en éclats.


- Avant Godot
de Stéphane Lambert
Éditions Arléa / Janvier 2016


Octobre 1936. Samuel Beckett a trente ans. Il entreprend un étonnant voyage en Allemagne nazie afin de s'y confronter à l'art au moment même où le régime évacue des collections publiques les œuvres dites dégénérées. Le 14 février 1937 à Dresde, il note laconiquement dans un carnet sa prédilection pour un petit tableau de Caspar David Friedrich, Deux hommes contemplant la lune, dont il dira plus tard qu'il est la source d'inspiration d'En attendant Godot. À partir de cet énigmatique et unique repère, Stéphane Lambert, comme dans ses précédents livres sur Nicolas de Staël ou Mark Rothko, creuse la relation qui peut s'établir entre deux créateurs de disciplines différentes, et nous dit comment un artiste parvient à éclairer sa voie grâce à ce que l'œuvre d'un autre lui révèle. Au-delà de la création (qui n'est jamais qu'une métaphore de la vie), Stéphane Lambert explore la place déterminante de l'autre dans notre propre cheminement, et voit dans la rencontre la source d'une force qui nous permet d'outrepasser la paralysie du doute, et d'avancer. Son approche érudite, sensible, visionnaire est une réflexion sur la manière dont on devient soi grâce à l'autre.


- Avant les singes
de Sibylle Grimbert
Éditions Anne Carrière / Janvier 2016


Sabine pensait que ce week-end dans un hôtel perdu au milieu des montagnes marquerait le début de sa nouvelle vie. Son mari allait recevoir un trophée pour sa dernière invention miraculeuse. Elle serait associée à son triomphe comme elle l'avait été à son travail, et pourrait enfin prendre sa revanche sur un destin contrarié. Mais le rêve se fissure dès les premiers instants. Sa mère tant redoutée ne s'est pas seulement invitée sans raison à la fête, elle figure en bonne place au programme du congrès. Une femme inconnue semble si familière à Sabine qu'elle a l'impression de se regarder dans un miroir moqueur. Bientôt son malaise gagne les autres invités, alors que les portes se referment et qu'ils se retrouvent tous prisonniers d'une nuit où les dimensions se mêlent et où le temps perd sa logique. S'agira-t-il pour Sabine de fuir, ou de se retrouver?


- Babybatch
de Isabelle Coudrier
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Babybatch. Ainsi Dominique a-t-elle surnommé Benedict Cumberbatch, le héros éponyme de la série Sherlock. Quant à elle, et bien qu'elle appartienne à l'immense communauté virtuelle des fans de l'acteur anglais, elle refuse de se laisser contaminer par le délire de ses congénères. À quinze ans, Dominique est une jeune fille quasi désuète dans sa discrétion et dans son expression méticuleuse quand il s'agit d'évoquer les sentiments. Mais elle est aussi un étrange produit de son époque, non pas tant dans la traque de son idole sur le net, que dans son ironie de petite amoureuse revenue de tout. Chez elle, l'amour ne peut être vécu qu'après avoir été rêvé, pensé. À moins que dans sa version ultime, il soit peu soucieux de se matérialiser. Forte de cette passion unilatérale, Dominique comprend mieux son inclination pour les êtres mélancoliques: le professeur d'anglais à la voix si basse que ses cours sont inaudibles; Paul Rissac, cet élève brillant qui traite le malheur avec une désinvolture intrigante; son père, qui semble douter d'être un jour l'artisan du plus petit bonheur sur la terre. Les observant, les comparant à son cher Benedict, Dominique tisse un monde dont le lecteur voudrait ne jamais sortir.


- Bellevue
de Claire Berest
Éditions Stock / Janvier 2016


Alma se réveille à quatre heures du matin. Dans un hôpital psychiatrique. Deux jours plus tôt, elle fêtait ses trente ans. Écrivain prometteur, Alma est une jeune Parisienne ambitieuse qui vit avec Paul depuis plusieurs années; tout lui sourit. Et, d'un coup, tout bascule. Son angoisse va l'emporter dans une errance aussi violente qu'incontrôlable et la soumettre à d'imprévisibles pulsions destructrices. Que s'est-il passé pendant ces quarante-huit heures?


- Bel-ordure
de Élise Fontenaille
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


Eva est une lle de l'aube plutôt solitaire, Adama, un oiseau de nuit connu du Tout-Paris. Elle est aussi petite, ronde, blonde et blanche qu'il est grand, noir et sculptural. Eva est foudroyée par leur rencontre, émerveillée par leurs différences, fascinée par cet homme sans attaches, qui ne possède rien et semble ne vivre qu'au présent. Mais passés les premiers mois d'aveuglement, le mystère s'estompe pour révéler, derrière sa stupéfiante beauté, une autre facette d'Adama. Adama boit, Adama la trompe, Adama vit des femmes qu'il rencontre, Adama sait-il seulement aimer? Élise Fontenaille, à travers Eva, son double littéraire, met à nu le cœur d'une femme amoureuse, incendiée par sa passion pour un pharaon aux pieds nus. Un texte généreux et sans fard, où alternent révoltes et colères mais aussi moments d'intimité empreints d'une profonde tendresse.


- Bistros
de Hélène Millerand
Éditions Arléa / Janvier 2016


Hélène Millerand aime les bistros. Ils font partie de sa vie. Mais ne nous y trompons pas: rien à voir avec une fâcheuse addiction qui nuirait à sa santé. C'est attablée devant un café, qu'elle passe de longs moments à écrire, observer, rêver aussi. Le bistro, prolongement d'un lieu à soi, havre de solitude qui protège, inspire ou réconforte. À chaque époque, son bistro. Le tabac des Jardies à Sèvres, où, enfant, elle accompagnait son père et buvait du Coca à la paille, n'a rien à voir avec Le Champo, rue des écoles où, étudiante, elle croisa Pierre Goldman pour la première fois. Le café de la Mairie, place Saint-Sulpice, où, femme mariée et mère débordée, elle reprenait souffle n‘est pas à confondre avec Le Réveil, boulevard Henry IV, lorsque la vie professionnelle la sauva de la délectation morose. Bref, on l'a compris, c'est bien d'un récit de vie qu'il s'agit, mais rien d'impudique dans ces demi-confidences. Hélène Millerand, peu adepte de l'introspection littéraire, préfère, avec élégance, s'en tenir à une liste secrète, celle des cafés qui ont jalonné son existence, comme une carte du Tendre qui nous mène de la rive gauche à la rive droite de la Seine, où l'on croise des gens connus ou moins connus, de Christian de Portzamparc à Georges Lavaudant, de Claude Miller à Ginette, Paulette, et autres Violette. Et de ce maillage fin, fait de rencontres, d'habitudes, de portraits toujours justes, de noms de garçon de café, de changements de gérants, se dessine en creux le chemin d'une vie: enfance solitaire, découverte de la liberté et de la conscience politique, amours, blessures, découverte du théâtre et apprentissage de l'écriture. Avec toujours, comme un refuge, le bonheur de pousser la porte d'un bistro, le bistro du moment, et d'y retrouver, d'un regard jeté sur l'inconnu qui passe, la juste mesure de la joie ou de la douleur.


- Black iris
de Leah Reader
Éditions Prisma / Janvier 2016


Laney Keating, adolescente marginale révoltée par l'hypocrisie du monde qui l'entoure, ne vit que pour la poésie. Lorsqu'elle tombe dans un piège sur les réseaux sociaux, son univers bascule. Pour se venger de ceux qui l'ont humiliée, elle est prête à repousser toutes les limites. Quitte à manipuler, à haïr et à écorcher son cœurs dans une virée machiavélique. Parviendra-t-elle à se libérer de ses chaînes et à vivre son amour en toute liberté?


- Bonnes nouvelles de Chassignet
de Gérard Oberlé
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Érudit non conformiste, gastronome distingué, œnologue jouisseur, aventurier mélomane, amoureux de l'amitié, le Morvandiau Chassignet, personnage emblématique des premiers romans de Gérard Oberlé, ressemble beaucoup à son créateur, tout comme les trois histoires qu'il nous conte ici. En Egypte, dans un hôtel d'Assouan où il passe ses hivers, une femme mystérieuse fascine Chassignet: par quel étrange destin Mitzi se trouve-elle sur les bords du Nil pour y  jouir d'une ultime escale? En Nouvelle Calédonie, un bourlingueur au bout du rouleau trouve enfin la sérénité dans une tribu kanak. En Arizona, deux copains tombent en panne dans un bled perdu peuplé de ploucs racistes qui les retiennent otages. Non, nous ne sommes ni chez Paul Bowles ou Agatha Christie, ni chez le Simenon de Quartier nègre, ni chez le Douglas Kennedy de Cul-de-sac: les lecteurs enthousiastes de  Retour à Zornhof retrouveront ici la "magie-Oberlé". Un grand vent d'audace et de liberté souffle à travers ses livres, qui font de lui le plus brillant et le plus souriant représentant du baroque dans les Lettres contemporaines.


- Boucles d'or
de Aurélien Rousseau
Éditions Le Passage / Janvier 2016


Un train quitte la gare d'Austerlitz pour le pays Basque. Quand les wagons s'ébranlent, un des passagers ne peut s'empêcher de tourner la tête vers la forme sombre de l'hôpital qui surplombe les voies et qui fut son monde pendant plusieurs mois. Une vérité s'impose à lui: il lui faudra replonger dans cet univers et oser enfin affronter la part de lui-même qu'il a découverte là-bas. Boucle d'or est l'histoire de cette lutte, avec et contre son propre corps, qu'il faut mener lorsque la maladie nous conduit au plus près de la mort et qu'elle charrie avec elle ses démons, ses hallucinations, parfois sous la figure douce et rassurante des héros des contes de notre enfance. Dans un récit sensible et plein d'humanité nourri d'une expérience intime, Aurélien Rousseau nous fait partager l'aventure poignante de la résistance finalement victorieuse d'un homme contre la maladie. Boucle d'or est aussi une interrogation sur la capacité à se délester, à faire enfin de son enfance son passé, à apprendre à aimer et à être libre.


- Brillante
de Stéphanie Dupays
Éditions Mercure de France / Janvier 2016


Claire est une trentenaire comblée. Diplômée d'une grande école, cadre marketting d'un groupe agroalimentaire, elle construit sa carrière avec talent. Dans son travail, elle a la confiance de ses supérieurs et gère des projets ambitieux. Sa vie privée est à l'avenant et le couple qu'elle forme avec Antonin, lui-même cadre dans la finance, renvoie l'image du bonheur parfait. Mais soudain, Claire vacille. Au travail, celle dont on louait les qualités se sent peu à peu évincée, des nouvelles recrues empiètent sur ses dossiers, sa supérieure hiérarchique lui tourne ostensiblement le dos. Après une phase de déni, Claire doit se rendre à l'évidence: c'est la disgrâce. Elle est placardisée. La descente aux enfers commence.


- Calme-toi, Lison
de Jean Frémon
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


C'est un monologue intérieur, Louise Bourgeois parle, se parle, passe en revue des bribes de sa longue vie, dans le désordre. Tout est ici imaginaire, ce n'est pas une biographie. Mais tout est plausible, les humeurs, les saillies, les ressentiments, les pudeurs. C'est le portrait, de mémoire, d'une femme qui a voué sa vie à son art, une vie qui se confond avec le siècle, et a été reconnue tardivement comme l'une des artistes majeurs de notre temps. C'est drôle, touchant, empathique, respectueux et documenté. Le livre de jean Frémon est résolument une fiction. Il exprime de l'intérieur à la fois les tensions tragiques confinant à la névrose et les légèretés enfantines de l'un des plus grands artistes du siècle. Louise Bourgeois, née à Paris en 1915, a émigré aux États-Unis en 1938 à la suite de son mariage avec Robert Goldwater, un historien d'art réputé. Des années quarante aux années quatre-vingt, elle a développé une œuvre de sculpteur de la première importance sans que le monde de l'art y prête réellement attention. Ce n'est qu'en 1982 que le Musée d'Art moderne de New York lui consacre une exposition. C'est la première fois que cet honneur revient à une femme. À partir de là, son œuvre n'a cessé de conquérir un public plus vaste et de gagner en audace et en liberté.


- Camping-car
de Sophie Brocas
Éditions Julliard / Janvier 2016


Trois jeunes sexagénaires décident de faire une virée en camping-car. Malgré une longue amitié et une confiance mutuelle indéfectible, des non-dits se sont installés entre eux. Mais au fil de la route et de quelques péripéties cocasses, les langues vont se délier et l'humour ramener chaque chose à sa juste place. Camping-car, c'est l'histoire inédite d'une tranche de vie qui s'écrit et s'invente aujourd'hui autour de la soixantaine. Une période où l'on se connaît enfin, avec des projets, une vitalité, des élans. Un moment où l'on cherche à défier le temps en s'approchant de sa vérité tout en se moquant des conventions. Touchant, drôle, mais toujours profond, ce road trip à la française est une ode à l'amitié masculine, incarnée par des personnages truculents.


- Celle que vous croyez
de Camille Laurens
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Vous vous appelez Claire, vous avez quarante-huit ans, vous êtes professeur, divorcée. Pour surveiller Jo, votre amant volage, vous créez un faux profil Facebook: vous devenez une jeune femme brune de vingt-quatre ans, célibataire, et cette photo où vous êtes si belle n'est pas la vôtre, hélas. C'est pourtant de ce double fictif que Christophe, pseudo KissChris, va tomber amoureux. En un vertigineux jeu de miroirs entre réel et virtuel, Camille Laurens raconte les dangereuses liaisons d'une femme qui ne veut pas renoncer au désir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:34

- Choisir de vivre
de Mathilde Daudet
Éditions Carnets Nord / Janvier 2016


"Parler de moi ne fait pas partie des choses que j'aime mais je le fais pour deux raisons. D'abord pour celles et ceux qui se sentent prisonniers de leur propre corps, parce que c'est le livre d'un passage réussi, et puis j'ai aussi l'espérance de lever une partie du voile sur un tabou important de notre société, et d'entrouvrir les esprits les plus fermés". Thierry aime le risque, la vitesse, frôler la mort pour se prouver qu'il est homme. Sa sœur Mathilde cultive sa douceur, ses secrets. Deux vies séparées et pourtant intimement mêlées. Deux héros qui n'en sont qu'un, tels des siamois. Choisir de vivre est l'histoire d'un combat, avec soi-même et contre la norme, mais aussi celui d'un changement de vie, qui prouve qu'on peut trouver le courage d'être "soi", malgré les défis. Choisir de vivre est une autobiographie qui utilise les clefs du roman, pour nous permettre d'approcher au plus près de la réalité.


- City on fire
de Garth Risk Hallberg
Éditions Plon / Janvier 2016


31 décembre 1976. New York se prépare pour le réveillon. Chez les Hamilton-Sweeney, Felicia accueille financiers et mondains tandis qu'à l'autre bout de la ville, dans le Lower East Side, Charlie attend Samantha pour assister à un concert punk. À quelques encablures de là, dans Hell's Kitchen, Mercer Goodman tourne et retourne un délicat carton d'invitation. Et s'il se rendait à la réception des Hamilton-Sweeney pour retrouver Regan, cette sœur que William, son amant, lui a toujours cachée? Pourquoi ne pas saisir l'occasion d'en apprendre plus sur lui, l'ancien leader du groupe punk Ex Post Facto? Bientôt, des coups de feu retentissent dans Central Park. Une ombre s'écroule dans la neige. Qu'est-ce qui peut bien relier ces personnages à ce drame? Alors que rien ne les prédestinait à se rencontrer, leurs histoires ne vont cesser de se croiser et de s'entremêler jusqu'au blackout du 13 juillet 1977. Une immense coupure de courant plonge alors New York dans le noir. Leurs vies en seront bouleversées à jamais. City on Fire est une ode à New York, un roman flamboyant et inoubliable sur l'amour, la trahison et le pardon, sur l'art, la vérité et le rock, et sur cette interrogation: qu'est-ce qui rend la vie digne d'être vécue?


- Clandestinos
de Jack Kerley
Éditions Mosaïc / Janvier 2016


Spécialiste des enquêtes complexes, Carson Ryder pense avoir vu ce que l'homme peut faire de pire. Mais dès son arrivée à Miami, où il vient d'intégrer le centre anti-criminel de Floride, il est appelé sur une scène de crime particulièrement atroce: une colonne de béton où ont été coulés des corps de femmes, des corps dont le visage garde à tout jamais, figée dans la pierre, une effroyable expression de souffrance et de terreur. Pour percer le secret de cette colonne, Ryder va devoir plonger dans l'univers sordide du trafic d'êtres humains. Et retrouver une jeune femme qui pourrait lui permettre de comprendre ce qui s'est passé. Sauf qu'il n'est pas le seul à vouloir mettre la main sur elle. Et que ceux qui la traquent n'hésiteront pas à tuer pour voir leur secret préservé.


- cœurs tambour
de Scholastique Mukasonga
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Personne ne savait plus trop qui était cette présumée princesse africaine appelée Nyabinghi. Son nom était venu s'échouer sur les plages de la Jamaïque en d'étranges circonstances. Le 12 décembre 1935, peu de temps avant l'invasion de l'Éthiopie par l'Italie fasciste, paraissait dans le journal Jamaïca Times un article intitulé "Une société secrète pour détruire les Blancs": vingt millions de nègres, au nom d'une mystérieuse reine appelée Nya-Binghi, allaient déferler sur l'Europe et l'Amérique, Nya-Binghi signifiant "mort aux Blancs". Les rastas, qui adoptèrent le nom de nyabinghi, n'avaient rien de sanguinaire et, dans la torpeur bienheureuse de l'herbe sacrée, ne songeaient nullement à massacrer quiconque. Les tambours suffisaient à leur rébellion". Du Rwanda à la Caraïbe, à l'Amérique: mystères, initiations, naissance de la musique rasta, et, dans les bouleversements du monde, quand bat le tambour et le cœur de l'Afrique, un crime fondateur. Qui a tué l'inoubliable diva Kitami, surnommée aux quatre points de l'horizon "l'Amazone noire"?


- cœur-volant
de Philippe Bordas
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Chaque soir, Natacha m'apprend la respiration. Elle me donne le sens de Paris et son goût de mer. Dans mon carnet à spirale, j'ai copié un vers ancien qui revêt sa personne comme une peau d'agneau. Elle est née de Paris, bercée à la fontaine des Orateurs sacrés, mais tout en elle, même son habit, supplante l'arrogance des Parisiennes. D'une gaze d'amnésie, elle tamise la violence du monde. Elle n'aperçoit ni les pavés disjoints ni la ronde des séducteurs. Elle oublie la monnaie sur la coupelle de la pharmacie du drugstore. Ses parapluies restent dans l'autobus et voyagent du Pont-Neuf jusqu'à la porte de Châtillon. Ses pupilles sont envahies d'ajours où des feuilles de bouleau tourbillonnent dans un ciel de Lituanie. Ses yeux regardent pour moi. Son odeur ne me quitte plus. Aux mondes hauts, moyens et bas préside Natacha". Œuvre lyrique et magnétique, troublante comme un parfum de femme, Cœur-Volant rassemble dans un même bouquet la note subtile de l'amour courtois et l'arôme violent du Paris moderne.


- Comme neige
de Colombe Boncenne
Éditions Brumerge / Janvier 2016


À la maison de la presse de Crux-la-Ville, Constantin Caillaud découvre par hasard Neige noire, un roman d'Émilien Petit dont il croit pourtant avoir tout lu. Excellente trouvaille, elle va lui donner l'occasion rêvée de recontacter Hélène, sa maîtresse évanescente qui lui a fait aimer cet auteur. Mais au moment de la revoir pour lui confier le livre-sésame, il ne parvient plus à le retrouver. Il cherche alors sur Internet: aucune trace. S'adresse à l'éditeur: le titre n'a jamais figuré au catalogue. Qu'à cela ne tienne, Constantin écrit à Émilien Petit et à ses amis écrivains: tous nient l'existence de Neige noire. Un jeu malicieux entre fiction et réalité qui peut donner le vertige.


- Consumés
de David Cronenberg
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Naomi Seberg et Nathan Math œuvrent avec succès dans le photojournalisme à sensation de l'ère des nouveaux médias. À la fois amants et concurrents professionnels, ils arpentent le globe séparément, ne se croisent que dans des hôtels d'aéroports ou n'ont de rapports que par Internet, et sont toujours à la recherche d'histoires spectaculaires, si possible sordides. Celle de Célestine et Aristide Arosteguy, anciens professeurs de philosophie à la Sorbonne et couple libertin, a tout pour attirer Naomi. Célestine a en effet été retrouvée morte, mutilée, dans son appartement parisien. La police suspecte son mari, qui a disparu, de l'avoir assassinée et d'avoir mangé des parties de son corps. Avec l'aide d'Hervé Blomqvist, un étudiant singulier, elle se lance sur les traces d'Aristide, qui la mènent jusqu'à Tokyo. De son côté, Nathan se trouve à Budapest pour photographier le travail d'un chirurgien controversé, Zoltán Molnár, qui a été recherché par Interpol pour trafic d'organes et pratique désormais des interventions illégales. En couchant avec l'une des patientes de Molnár, Nathan contracte l'étrange "maladie de Roiphe", que l'on croyait disparue. Il s'envole alors pour Toronto, bien décidé à rencontrer le médecin qui a identifié ce mystérieux syndrome. Ces histoires parallèles finissent par se croiser dans une intrigue hallucinée mêlant la technologie et le corps, l'impression 3D et la philosophie, le festival de Cannes et le cannibalisme, la mort et le sexe sous toutes ses formes (fétichisme, voyeurisme, échangisme).


- Corps conducteurs
de Sean Michaëls
Éditions Payot & Rivages / Janvier 2016


C'est un premier roman comme on en lit peu, qui donne les pleins pouvoirs à l'imaginaire. Corps conducteurs retrace la vie d'un personnage réel, Lev Theremin, musicien et inventeur de génie. Tel Wes Anderson dans Grand Budapest Hotel, Michaëls narre chaque événement en technicolor: Lev traverse les rutilantes années 20 à New York, donne des concerts à guichets fermés, rencontre Gerschwin, adule Lénine, joue les espions pour le régime et atterrit au Goulag. Michaëls nous offre du plaisir à l'état pur, celui de l'aventure, de la fiction sans limites, de l'amour fou pour une femme à jamais perdue.


- Correspondances étrangères
de Mohsin Hamid
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


Le monde est sa patrie. Il est né au Pakistan, il a vécu en Italie, en Angleterre, aux États-Unis. Jeune romancier surdoué (L'intégriste malgré lui, Comment s'en mettre plein les poches en Asie mutante), Mohsin Hamid est aussi un infatigable voyageur, riche d'une culture cosmopolite devenue rare de nos jours. Passant avec une aisance déconcertante et un enthousiasme contagieux de la chronique intime à la réflexion sur la mondialisation, de la littérature à la politique, du cinéma au questionnement religieux, les 36 essais rassemblés dans ce recueil dressent un tableau saisissant de notre monde, et un autoportrait intellectuel non moins original. Qu'il nous livre ses réflexions sur la paternité ou sur les rapports entre l'Islam et l'Occident, qu'il nous raconte la projection d'un film hollywoodien à Lahore ou qu'il rende hommage aux écrivains qui l'inspirent, de Toni Morrison à Murakami en passant par Camus ou Tabucchi, jamais Mohsin Hamid ne se départ de son humour et de sa lucidité. Réjouissante déclaration de guerre à tous les dogmatismes, cet essai pluriel est la profession de foi d'un véritable honnête homme de notre temps.


- Dans le ventre
de Sergio Claudio Perroni
Éditions Bernard de Fallois / Janvier 2016


La guerre de Troie a bien eu lieu. Sergio Claudio Perroni nous en raconte un épisode capital: après des années de combat, un énorme cheval de bois dissimulant des guerriers grecs va tromper les Troyens, qui y voient un don des dieux, et s'apprêtent à le faire entrer à l'intérieur de leurs murailles. Perroni donne la parole à un soldat, un anonyme, enfermé dans la machine en compagnie de trois rois-guerriers: Ulysse, qui n'est pas encore le héros de l'Odyssée; Epéios, qui a construit le cheval sur les ordres de la déesse Athéna, et un adolescent, Néoptolème, fils du défunt Achille. Cependant les trois chefs ne sont pas assurés du succès de la ruse. Des signes inquiétants alourdissent l'atmosphère des flèches lancées contre le cheval, la chute d'un casque ou d'une épée, l'unique chandelle qui s'éteint, et surtout l'apparition d'une "Femme" mystérieuse. Ulysse réagit avec calme et sagesse, et Epéios en constructeur habile, sûr de son fait. Mais le jeune fils d'Achille a peur: il souffre d'être enfermé, de ne pas voir la mer, il doute du succès final et surtout du soutien des dieux. Est-il lucide? Ou pessimiste? Sergio Claudio Perroni réussit "le prodige" de transformer en roman à suspens une histoire dont chacun connaît le dénouement. Ces héros légendaires, malgré leur courage, sont les jouets des dieux, qui les manipulent à leur guise. Ils expriment avec lyrisme les éternelles questions existentielles que se posent les humains. Mais l'aube approche, et le cheval commence à avancer.


- De ce pas
de Caroline Broue
Éditions Sabine Wespieser / Janvier 2016


"Envoûtée, comme enivrée, Marjorie l'était à nouveau en regardant l'homme et la femme onduler sous ses yeux. Leurs bras chantaient en canon. Leurs mains se croisaient à intervalles réguliers. Le mouvement était répété plusieurs fois, puis la musique s'emballait, et leur pas de deux se terminait par un porté de haute volée. Pour Marjorie, qui parlait la danse mieux que personne, la signification était très claire. Après une phase d'atermoiements, de faux-fuyants et de méfiance, l'homme et la femme faisaient le choix de la concorde, de l'harmonie. Ensemble, ils effaçaient le temps de l'incertitude. Ou, mieux, ils l'oubliaient". Ancienne danseuse étoile, Marjorie a fait ses adieux à la scène au moment où elle admire ce pas de deux. Elle vit avec Paul, une petite fille est née, et elle s'interroge sur son avenir. Toute la tension dramatique de ce premier roman remarquable de concision est contenue dans la description du couple dansant: après l'éblouissement de la rencontre, le temps pour Marjorie et Paul est aux faux-fuyants. L'un et l'autre ont voulu croire qu'ils pourraient faire fi de leur passé: Marjorie de ses origines cambodgiennes; Paul, un protestant ardéchois, des névroses familiales. Leurs deux silences, qui leur furent d'abord un refuge, s'entrelacent jusqu'à les éloigner. Par-delà l'histoire de Marjorie et de Paul, Caroline Broué, en de brèves séquences syncopées, scrute les doutes d'adultes de quarante ans aujourd'hui: ceux que la vie oblige à prendre leur destin à bras-le-corps et dont c'est le tour d'entrer en scène. De ce pas est un très beau roman sur le temps qui passe, et sur ses bienfaits.
   

- Défaite des maîtres et possesseurs
de Vincent Message
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Iris n'a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu'ils mènent ensemble est interdite, et qu'ils n'ont été protégés jusque-là que par la clandestinité? C'est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment: nous n'y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux. Plongeant dans un des enfers invisibles de notre modernité, retraçant l'histoire d'un amour difficile, Défaite des maîtres et possesseurs nous entraîne dans une fable puissante où s'entrechoquent les devenirs possibles de notre monde.    


- De l'influence des intellectuels sur les talons aiguilles
de Roland Jaccard
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Janvier 2016


"Ce que j'appelle le néo-nihilisme est une forme de résistance à la chape de plomb du sérieux et de la croyance au vivre-ensemble (expression grotesque) harmonieux de ceux qui prônent le bien avec le même esprit que les boyscouts d'antan, et qui n'auraient pas retenu la principale leçon du siècle passé: les hommes ne sont pas faits pour s'aimer. Islamisme radical d'un côté, boyscoutisme planétaire de l'autre: les deux faces d'une même médaille. Le nihiliste, lui, rêve plutôt d'une euthanasie générale tout en observant le pire avec humour et légèreté".


- Des petites filles modèles...
de Romain Slocombe
Éditions Belfond / Janvier 2016


En 1858, la Comtesse de Ségur présente Les Petites Filles modèles comme la suite des Malheurs de Sophie, et ces deux livres figurent depuis lors au cœurs du répertoire classique de la littérature française pour la jeunesse. Portraits d'enfants bien nés saisis au moment où ils s'interrogent sur le bien et le mal, tableaux d'un milieu social où ne cesse de se poser la question des normes et des limites, les petites filles doivent y être "modèles" en vertu d'un idéal de comportement. Mais l'atteindre n'est pas si simple. Et l'on a amplement pointé, au-delà des récits en apparence innocents et inoffensifs de la Comtesse de Ségur, les bourgeons de l'ambiguïté. Dans son remake, Romain Slocombe les fait éclore: ses petites filles modèles deviennent les héroïnes d'un conte inquiétant et pervers, érotique et vampirique. Comme si la comtesse de Ségur avait retiré la sourdine pour écrire un roman destiné à des enfants plus âgés, laissant libre cours à la progression de la cruauté. Comme si elle avait quelquefois rêvé d'être Sade, non plus Comtesse mais Marquise.


- Des vies et des poussières
de Louis Chédid
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2016


Des vies et des poussières, c'est un livre à l'atmosphère drolatique, des bribes d'existence où quelque chose se grippe, se voile, se disloque. Un univers cruel et assassin jamais loin de l'absurde ni dénué d'humour. Au fil de ces seize nouvelles qui, chacune, s'ouvrent sur une petite morale, Louis Chedid nous étonne et nous cueille par surprise, avec un art certain de la chute.


- Deux livres de chair
de Florence Delaporte
Éditions François Bourin / Janvier 2016


"– Oui, dit-il, c'est joli des gros seins, quand c'est découvert. Le désir vient rien qu'à les voir. Me baigner dans tes seins, c'est énorme. Ils ont vraiment quelque chose de particulier. Naturellement, je sucerai doublement l'autre".
C'est l'histoire d'une reconstruction. L'histoire d'un corps que le cancer menace et qu'il faut amputer pour le sauver. Mais cette part que l'on retire, c'est ce qui constitue une femme dans son identité et son intégrité: le sein. Florence Delaporte traverse le cancer comme on traverse les apparences. Elle lutte contre les institutions, les représentations et les lieux communs qui font loi. Et contre elle-même. Elle remue les images du passé, convoque les amours mortes et les nouveaux amants. Tout ce qui la remodèle en même temps que la chirurgie. Elle résiste, regimbe, bataille, pour reprendre enfin sa liberté et la mener plus loin encore. Passer de l'autre côté. Entière.


- Dispersés
de Inaam Kachachi
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Âgée de quatre-vingts ans, Wardiya quitte à contrecœur son pays natal, l'Irak, pour venir vivre en France auprès de sa nièce. Elle est invitée, un mois à peine après son arrivée, au palais de l'Élysée pour assister à la réception organisée par le président de la République en l'honneur du pape Benoît XVI. Elle fait désormais partie de cette communauté d'Irakiens chrétiens forcés à l'exil, devenus symboles politiques malgré eux. Wardiya a été une brillante gynécologue dans son pays, depuis son premier poste à Diwaniya jusqu'à son installation à Bagdad. Femme pleine d'idéaux, elle n'a cessé de lutter pour l'amélioration des soins prodigués aux femmes dans une société profondément patriarcale. Attachée à sa terre, elle a vu la société entière se désagréger au fil des conflits, ce qui l'a obligée à fuir, comme ses propres enfants avant elle: Hinda partie s'installer au Canada, Yasmine à Dubaï et Barraq en mission à Haïti. Loin de la souffrance et des combats, Wardiya et ses proches restent marqués par les souvenirs de cet Irak natal terrassé, et découvrent en même temps les difficultés de la condition d'immigré. Dans un style à la fois direct et poétique, Inaam Kachachi nous raconte l'extraordinaire histoire de cette gynécologue prête à tout pour survivre et exercer dans son pays, prête à le quitter pour continuer à l'aimer en exil. Son récit embrasse des destins multiples et interroge l'identité de ces chrétiens d'Irak, dispersés à travers le monde.


- Écoute le chant du vent. Fipper, 1973
de Haruki Murakami
Éditions Belfond / Janvier 2016


Après trente-sept ans, Haruki Murakami autorise enfin la publication de ses deux premiers romans, Écoute le chant du vent, lauréat du prestigieux prix Gunzo 1979, suivi de Flipper, 1973, tous deux jusqu'ici inédits en France. Enfin traduits et réunis en un seul volume, précédés d'une préface de Murakami qui en explique la genèse, ils composent les deux premiers tomes de la "trilogie du Rat", que clôt La Course au mouton sauvage. J'écrivais toujours sur la table de la cuisine, tard dans la nuit, jusqu'au petit matin. C'est la raison pour laquelle je nomme ces deux romans "écrits sur la table de la cuisine". Avec beaucoup d'amour et une certaine gêne. Pour rien au monde je ne voudrais les changer. Un peu comme de très vieux amis. Peut-être que je ne les rencontrerai plus, que je ne leur parlerai plus, mais il est certain que jamais je ne les oublierai. Ils sont précieux pour moi, irremplaçables. Ils m'encouragent, me réchauffent le cœur.


- Eileen
de Ottessa Moshfegh
Éditions Fayard / Janvier 2016


Une vieille femme se souvient avec un cynisme minutieux de la semaine qui a fait basculer sa vie cinquante ans plus tôt. En 1964, alors âgée de vingt-quatre ans, elle vit avec son père alcoolique dans une maison délabrée, près de Boston, et travaille comme agent d'accueil dans une prison pour délinquants mineurs. Elle subit cette existence sinistre avec un mélange d'impuissance, de colère et de haine, contre elle-même surtout. L'arrivée d'une fascinante jeune femme fraîche émoulue de Harvard et chargée de mission après des détenues joue un rôle de détonateur. Dès lors, tous les mécanismes s'emballent. Un roman à la construction rigoureuse et à l'écriture incisive, où la tension devient peu à peu insoutenable.


- Et j'ai su que ce trésor était pour moi
de Jean-Marie Laclavetine
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Je commence. Cesse de t'agiter sous ton drap blanc, Julia. L'hôpital, les tuyaux translucides qui te font une chevelure de déesse du futur, la musique des appareils, le clapotis des sandales sur le sol du couloir, les appels, les chariots, les murs pâles où danse la lumière, les reflets sur l'acier du lit, tout cela va s'évanouir. Chaque nuit je viendrai à ton chevet te raconter une histoire écrite pour toi dans la journée. Jusqu'à ce que tu reviennes. Attends-toi à des surprises". Pour réveiller Julia, Marc invente à partir de leur histoire d'amour un torrent de récits où se mêlent le suspense et l'émotion, la gravité et le rire, exaltant le pouvoir enchanteur de l'invention romanesque.


- Et leurs baisers au loin les suivent
de Corinne Royer
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Cassandre vient déclarer à la gendarmerie la disparition de son mari. Pourtant elle sait où il se trouve, et qu'il ne reviendra plus. Bientôt, elle reçoit de mystérieux courriers annonçant des révélations au sujet du passé de Léon. Que peut-elle ignorer de cet époux taiseux, qu'elle a aimé résolument un tiers de siècle durant dans le quotidien rugueux d'une ferme de Saône-et-Loire? Et connaissait-il bien sa femme, son étrangère à la peau sombre qui ne lui a pas donné d'enfant et n'a cessé de rêver du lointain pays de ses ancêtres? On ne mesure jamais les zones de violence que recèle toute vie, la part de mensonge que contient tout amour, la force des liens qui nous attachent à la terre et aux hommes. D'Haïti à la mer Égée, de l'Algérie au Mexique, de l'Antarctique aux États-Unis, ce roman fiévreux à l'écriture envoûtante explore les géographies intimes au hasard desquelles les fragiles destins humains s'abîment, se heurtent et malgré tout se bâtissent.


- Excursion dans les bas-fonds
de Christophe Mouton
Éditions Fayard / Janvier 2016
   

Ceux qui gèrent la communication s'appellent les "communicants". Ceux à qui s'adresse la communication s'appellent les "communiqués". Quand la communication est efficace, les communicants décident et les communiqués obéissent. Les parents de Mathieu, par exemple, qui vivent dans le Nord-Pas-de- Calais, ont été très mal communiqués. Ils trouvent de bon goût de s'habiller chez Decathlon et pensent que, bien qu'il gagne à peu près cinq fois plus d'argent, Mathieu n'a pas aussi bien réussi que son frère, qui a passé son Capes et est devenu prof. Mais qu'importe. Un professionnel du talent de Mathieu, qui code subtilement des messages à longueur de journée, est aussi capable de décrypter les signes sociaux, et n'est pas dupe de lui-même dans son désir d'ascension et de revanche familiale. La supériorité du communicant en général et de Mathieu en particulier tient à cela: il n'est dupe de rien. Du moins, jusqu'à ce qu'il croise Elise. Il n'aurait pas dû s'y intéresser, vu qu'elle travaille à l'étage inférieur, et donc dans un service subalterne. Mais Elise résiste à tout déchiffrage, toute classification. Aurait-elle cette chose rarissime que Mathieu appelle un style? Mathieu doit en avoir le cœurs net. Mais l'homme qui n'est dupe de rien n'est pas au bout de ses errances. Dans une langue brutale et précise, Christophe Mouton rend compte d'un monde où les inconscients, les relations aux autres et le langage sont pervertis. Un monde qui se révèle peu à peu avoir plus soif de conditionnement généralisé, d'appartenance et d'aliénations collectives que d'aventures et d'amour. Notre monde.


- Fabrique-nous un dieu !
de Georges Lewi
Éditions François Bourin / Janvier 2016


Le jour de ses vingt ans, Moïse apprend de ses parents qu'il n'est pas leur fils biologique. Madame Putifar l'a trouvé dans un panier d'osier à la piscine. "Parti dans la vie sur un mensonge, rien ne pourra dorénavant ajourner sa recherche de vérité". Jeune chercheur idéaliste et imprévisible, Moïse réussirat-il à abolir la souffrance et multiplier par deux le temps de la vie humaine? C'est bien connu, ceux qui se connaissent un destin ne goûtent pas toujours aux fruits de leur découverte et n'atteignent pas tous la terre promise. Moïse sera-t-il une exception?


- Femme au foyer
de Jill Alexander Essbaum
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Best-seller aux États-Unis, le premier roman de la poétesse américaine Jill Alexander Essbaum renouvelle de manière magistrale la réflexion sur l'identité féminine et la quête de soi. Anna, une Américaine de trente-sept ans, est l'épouse modèle d'un banquier suisse. Femme au foyer, elle se consacre à leurs trois enfants qu'elle élève dans une riche banlieue de Zurich. Une cage dorée très vite gagnée par l'ennui. Incapable de communiquer avec un mari de plus en plus distant, Anna enchaîne les aventures sexuelles, mais mettre fin à ces relations devient de plus en plus difficile. Portrait intime et intense d'une femme en rupture, ce livre, où réalisme et poésie se mêlent subtilement, interroge la sexualité et le désir dans toute leur force libératrice et subversive.    


- Féroces
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler. C'étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l'esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Sling, c'était la seule chose qu'ils prenaient au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d'ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker. Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi: on ne parle jamais à l'extérieur de ce qui se passe à la maison. À la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient féroces.


- Giratoire
de Dominique Paravel
Éditions Serge Safran / Janvier 2016


Lui, Joaquin, est chargé de concevoir la décoration d'un rond-point pour une petite ville de la Drôme. Elle, Vivienne, est mandatée afin de l'assister, ou de le surveiller. Elle arrive de Paris en Mercedes et, sans se connaître, ils partent ensemble assister à la réunion du conseil municipal de La Virote, non loin de Montélimar. S'enchaînent alors, dans une sorte de road novel, multiples péripéties rencontrées par ces deux personnages que tout oppose et qui portent chacun un lourd secret. Leur aventure prendra une tournure inattendue. À la fois cocasse et tragique, en tout cas, hors du commun. Par sa construction originale, son écriture incisive, Giratoire confronte un homme et une femme obsédés par le désir de la fuite, le désir d'un lieu où la mort s'abolit dans la beauté.


- Golem
de Pierre Assouline
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Soupçonné du meurtre de son ex-femme, décédée dans un mystérieux accident de voiture, Gustave Meyer, grand maître international d'échecs, voit soudain sa vie basculer. En un instant, ce solitaire devient un fugitif partout recherché. Dissimulé sous une autre identité, isolé des siens, il est rattrapé par ses failles: l'étrange opération chirurgicale qu'il a subie à son insu et qui l'a "golémisé" en décuplant ses facultés mentales; la relation ambiguë qu'il entretient avec l'ami qui l'a opéré; le sentiment diffus de ne plus s'appartenir et de devenir un monstre au regard de la société. Une clé lui manque, qu'il part chercher en errant au cœur de la vieille Europe, deux femmes à ses trousses: Emma, sa propre fille, qui essaie de l'aider, et Nina, chargée de l'enquête policière. Meyer y parviendra-t-il à temps? Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité qu'il va découvrir?


- Grand chasseur blanc
de Denis Parent
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Simon Sorreau, un écrivain cabossé et cynique, se retrouve en cavale à Bali. Écrasé sous le soleil de l'exil, il exsude son trop-plein d'alcool et de rancune. Jean-Bat, un colosse québécois homosexuel qui a l'ivresse mystique, devient son camarade de débauche. Alors, dans ce bagne qu'il s'est lui-même choisi, Simon s'aperçoit que la vie lui réserve encore une bonne dose de rencontres, d'amitié et d'amour.


- Gregorius
de Bengt Ohlsson
Éditions Phébus / Janvier 2016


Stockholm, au début du XXe siècle. Le pasteur Gregorius, un homme d'âge mûr, inspire le dégoût à sa jeune épouse Helga. Cette dernière l'évite en prétextant une santé fragile et des douleurs mystérieuses, que confirme complaisamment son médecin, l'intrigant docteur Glas. Sa prescription est sans appel: l'abstinence la plus stricte. Frustré, Gregorius se noie alors dans d'incessantes réflexions sur l'amour, l'âge et le désir. Dépassant le simple jeu littéraire, Bengt Ohlsson offre avec Gregorius une variation brillante autour d'un personnage secondaire du classique Docteur Glas de Hjalmar Söderberg (1869-1941), publié en 1905. Son tour de force: rester proche de son modèle tout en composant dès les premières pages un roman singulier, qui voit les rôles s'inverser, et le bon docteur Glas devenir quatre-vingt-dix-neuf ans plus tard un personnage secondaire dans la vie du pasteur Gregorius.


- Hérétiques
de Leonardo Padura
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Disparu dans le port de La Havane en 1939, un Rembrandt est repéré dans une vente aux enchères à Londres. Propriété de sa famille dès le XVIIe siècle, le tableau a une valeur inestimable pour Elías Kaminsky. Il lui rappelle le destin tragique de ses aïeux, déportés alors qu'ils tentaient de rejoindre Cuba. Qui mieux que le désabusé Mario Conde pourrait partir sur les traces du chef-d’œuvre?


- Histoire de la violence
de Édouard Louis
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


J'ai rencontré Reda un soir de Noël. Je rentrais chez moi après un repas avec des amis, vers quatre heures du matin. Il m'a abordé dans la rue et j'ai fini par lui proposer de monter dans mon studio. Ensuite, il m'a raconté l'histoire de son enfance et celle de l'arrivée en France de son père, qui avait fui l'Algérie. Nous avons passé le reste de la nuit ensemble, on discutait, on riait. Vers six heures du matin, il a sorti un revolver et il a dit qu'il allait me tuer. Il m'a insulté, étranglé, violé. Le lendemain, les démarches médicales et judiciaires ont commencé. Plus tard, je me suis confié à ma sœur. Je l'ai entendue raconter à sa manière ces événements. En revenant sur mon enfance, mais aussi sur la vie de Reda et celle de son père, en réfléchissant à l'émigration, au racisme, à la misère, au désir ou aux effets du traumatisme, je voudrais à mon tour comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là. Et par là, esquisser une histoire de la violence.


- Ici même
de Taleb Alrefai
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Mêlant fiction et réalité, Taleb Alrefai met en scène son propre personnage, témoin d'une histoire d'amour malheureuse. Lui-même, sa femme et sa fille, ses faits et gestes au ministère koweïtien de l'Information où il travaille, ses soucis de santé ou encore son addiction à Twitter se fondent dans la trame du récit de Kawthar, l'héroïne de son roman. Appartenant à une grande famille chiite, riche, cultivée et plutôt libérale, Kawthar est comptable dans une banque internationale. À vingt-sept ans, elle tombe amoureuse d'un homme marié, père de trois enfants, et qui a de surcroît le tort d'être sunnite. Sa relation à sa famille, y compris à son père tant admiré, ne cesse alors de se détériorer, si bien qu'elle finit par décider, en contrevenant aux traditions sociales les plus inviolables, de quitter la maison familiale. Mais pourra-t-elle désormais, "ici même", au Koweït, s'assumer en femme indépendante et libre?


- Il est des morts qu'il faut qu'on tue
de Roger Martin
Éditions Cherche Midi / Janvier 2016


À la fin du XIXe siècle… En ce temps-là, Paris est une guerre civile. En ce temps-là, on invente le terme "racisme", l'expression "socialisme national" et le slogan "La France aux Français". Les scandales fleurissent. Les attentats anarchistes se multiplient. Les nationalistes préparent un coup d'État. La République vacille. Bientôt, l'affaire Dreyfus cristallisera toutes les passions. Romain Delorme est jeune et audacieux. Son mentor, l'ex-préfet de police Andrieux, un deus ex machina proche de Clemenceau, a fait de lui son agent au cœur du mouvement antisémite. Romain est devenu l'ami du marquis de Morès, redoutable duelliste, de ses gardes du corps, les terribles bouchers de La Villette, de Jules Guérin, dont le journal L'Antijuif et l'épisode du Fort Chabrol immortaliseront le nom, et d'Édouard Drumont, l'auteur de La France juive qui, dans les colonnes de La Libre Parole, exalte la haine des Juifs. Il devra feindre, ruser, prendre des risques inouïs avant d'être mêlé à une affaire insensée autant qu'incroyable, l'assassinat d'Émile Zola, et de découvrir le secret de ses propres origines. De la Commune de Paris à la Libération, un roman noir historique à la documentation impressionnante. Palpitant.


- Il est minuit, monsieur K
de Patrice Franceschi
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Dans un bar perdu de Madagascar, le bar de la Dernière Chance, deux agents secrets, Monsieur O et Monsieur K, s'affrontent pour la possession du dossier le plus incroyable de l'histoire de l'espionnage: le dossier Alpha. Son contenu empêchant tout emploi de la force, ils ne disposent, le temps d'une nuit, que de la puissance des mots pour vaincre ou mourir. À minuit, un combat hors normes s'engage.


- Illettré
de Cécile Ladjali
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Illettré raconte l'histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, porte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l'usine et s'installe devant sa presse ou son massicot. Dans le vacarme de l'atelier d'imprimerie, toute la journée défilent des lettres que Léo identifie vaguement à leur forme. Élevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l'ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l'école. Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d'adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l'oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine, Sibylle, l'infirmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire? Renouer avec les mots? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible, mais la tâche est ardue et l'incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques: le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l'humanité des autres ignore. Centré sur le combat de Léo contre son illettrisme, le nouveau roman de Cécile Ladjali est un livre d'énergie et de conviction qui ouvre une voie imprévue et poétique sur ce handicap invisible, poursuivant une réflexion qui lui est chère autour des mots, de l'école, de la dignité et de l'estime de soi, impossibles sans le langage.


- Jacob, Jacob
de Valérie Zenatti
Éditions Le Cercle Points / Janvier 2016


Jacob est le plus sensible de sa fratrie. Il aime éprouver le vertige sur le pont suspendu de Constantine, la musique, le contact de l'eau. Lorsqu'il quitte l'Algérie pour servir l'armée française en 1944, le foyer souffre de son absence. Sa mère, sans nouvelles depuis des mois, part à sa recherche, prête à tout pour le revoir quelques instants. Elle ignore que son fils vient de débarquer en Provence.


- Je dirai malgré tout que cette vie fut belle
de Jean d'Ormesson
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Pour se défendre dans un procès qu'il s'intente à lui-même, l'auteur fait défiler au galop un passé évanoui. Il va de l'âge d'or d'un classicisme qui règne sur l'Europe à l'effondrement de ce "monde d'hier" si cher à Stefan Zweig. De Colbert, Fouquet, Bossuet ou Racine à François Mitterrand, Raymond Aron, Paul Morand et Aragon. Mais les charmes d'une vie et les tourbillons de l'histoire ne suffisent pas à l'accusé: "Vous n'imaginiez tout de même pas que j'allais me contenter de vous débiter des souvenirs d'enfance et de jeunesse? Je ne me mets pas très haut, mais je ne suis pas tombé assez bas pour vous livrer ce qu'on appelle des Mémoires". Les aventures d'un écrivain qui a aimé le bonheur et le plaisir en dépit de tant de malheurs cèdent peu à peu la place à un regard plus grave sur le drame qui ne cesse jamais de se jouer entre le temps et l'éternité, et qui nous emportera.


- J'envisage de te vendre, j'y pense de plus en plus
de Frédérique Martin
Éditions Belfond / Janvier 2016


Vous allez reconnaître les papiers peints, les rues pavillonnaires et les temples d'achat, la campagne bucolique et votre quotidien. Votre femme, votre mari, votre mère ne sont pas loin; tout vous semblera familier. Oui, ça se passe près de chez vous. Mais les choses ont mal tourné. De quoi demain sera-t-il fait? En déréglant les curseurs de notre société, Frédérique Martin convoque le règne des indignités ordinaires et flanque nos libertés au vestiaire. Voici venir le grand show des luttes de classes et de sexe, des dominations ou de la logique marchande. On peut désormais nous séquestrer, nous forcer à jouer, orienter nos choix ou décider à notre place. On peut aussi envisager de nous vendre. Mais pas que. Vous aimez vous faire peur pourvu qu'à la fin tout se termine bien? Vous verrez, on en a tenu compte.


- Je suis Marianne
de Lydia Guirous
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


"11 janvier 2015, 4 millions de Français défilèrent pour Charlie. 13 novembre 2015, l'islam radical tue plus de 130 personnes et fait plusieurs centaines de blessés: des vies volées, des destins brisés. Leur crime: être libres. Renoncements, lâchetés et déni, la République a été frappée en plein cœur. Que s'est-il donc passé, dans ce pays, pour que les coupables de janvier aient été perçus comme des victimes? Pour que les défenseurs de la République soient montrés du doigt et sommés de se taire? Pour que la laïcité soit abandonnée et le communautarisme triomphant? Pour que le combat féministe oublie ses propres exigences? Pour que l'école soit livrée à ceux qui la détruisent? Pour que l'autorité  et l'ordre, enfin, soient regardés comme des valeurs d'hier, et, à ce titre, démodées et méprisables? On dirait que Marianne, désormais, dérange tout le monde. Sera-t-elle, demain, lapidée?"


- Jeune homme
de Karl Ove Knausgaard
Éditions Denöel / Janvier 2016


Par une belle journée d'août 1969, une famille emménage dans sa nouvelle maison de Tromøya, dans le sud de la Norvège. C'est ici que le fils cadet, Karl Ove, va passer son enfance, rythmée par les expéditions à vélo, les filles, les matchs de football, les canulars pyrotechniques et la musique. Pourtant, le jeune Karl grandit dans la peur de son père, un homme autoritaire, imprévisible et omniprésent. Ce troisième opus est le portrait sans fard d'un enfant à la personnalité complexe et terriblement sensible. Knausgaard y dépeint un monde dans lequel enfants et adultes évoluent selon des trajectoires qui ne se croisent jamais, cette période de la vie durant laquelle chaque victoire et chaque défaite est ressentie avec violence, où toute tentative de se construire est vouée à la frustration. Un récit sur l'enfance et la famille, doublé d'un portrait de l'écrivain en jeune homme, nouveau volume de l'exceptionnelle fresque autobiographique de Karl Ove Knausgaard.


- Journal d'un vampire en pyjama
de Mathias Malzieu
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


"Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur". M. M.


- Kannjawou
de Lyonel Trouillot
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Cinq jeunes gens à l'orée de l'âge adulte rêvent en vain d'avenir dans le misérable quartier de la rue de l'Enterrement, proche du grand cimetière où même les morts doivent lutter pour se trouver une place. Confrontés à la violence des rapports sociaux et aux dégâts causés par des décennies d'occupation militaro-humanitaire dans leur pays placé sous contrôle de la communauté internationale, ils n'ont pour viatique que le fantasme d'improbables révolutions, les enseignements du "petit professeur" et de sa vaste bibliothèque, ou les injonctions de man Jeanne, farouche gardienne des règles d'humanité élémentaires, règles que bafouent allègrement les nantis et les représentants interchangeables des ONG planétaires. Ces derniers, le soir venu, aiment à s'encanailler au "Kannjawou", un bar local aussi pittoresque qu'authentique aux yeux de visiteurs décomplexés et surentraînés à détourner résolument le regard de l'enfer ordinaire que vit un peuple simplement occupé à ne pas mourir. Dans la culture populaire d'Haïti, le mot kannjawou désigne, à l'origine, la fête, le partage. Mais à quelles réjouissances songer quand la souffrance, qui fait vieillir trop vite, accule à la résignation jusqu'à détruire la solidarité des communautés premières? En convoquant avec éclat la dimension combative dont toute son œuvre porte la trace ardente, Lyonel Trouillot met ici en scène la tragédie d'un pays qui, sous la férule d'enjeux qui ne sont pas les siens, pris en otage par les inégalités, les jeux de pouvoir et la précarité, dérive dans sa propre histoire, privé de tout projet collectif rédempteur.


- Kidnapping
de Gaspard Koenig
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2016


En débarquant à Londres, Ruxandra est devenue "Roxy", une nanny roumaine parmi des milliers d'autres, au service exclusif du petit George, deux ans. Tout semble séparer David, le père, angoissé par sa carrière à la City, et cette jeune femme qui observe le mode de vie de ses employeurs avec un mélange de convoitise et de mépris. Jusqu'au jour où un important projet d'autoroute trans-européenne met la Roumanie au cœur des préoccupations de David. Et si Roxy détenait désormais la clé de ses ambitions? L'Est et l'Ouest, le village et la mégalopole, la tradition et la raison: qui finira par kidnapper l'autre? Des beaux quartiers londoniens aux monastères des Carpates en passant par les bureaux de Bruxelles et le détroit de Gibraltar, Gaspard Koenig nous offre un roman trépidant, une satire lucide et documentée des rêves européens.


- L'anatomiste
de Maryline Fortin
Éditions Terra Nova / Janvier 2016


Né dans une famille miséreuse, Blaise est vendu par son père alors qu'il n'est encore qu'un enfant. Dans l'atelier d'un peintre, il perfectionne son art du dessin et rêve de devenir un grand artiste. Mais en 1539, la Renaissance a beau étendre ses lumières sur la France, elle éclaire difficilement ceux qui, comme lui, sont issus de la fange des ruelles. Les hasards de la vie font qu'il est contraint à travailler pour Gaspar de Vallon. Ce chirurgien méprisant et ambitieux lui demande d'illustrer son traité anatomique. Il impose à Blaise toujours plus de séances de dissections de cadavres et le force à une quête effrénée et illégale pour dénicher des corps dans les cimetières de Paris. Une rencontre vient toutefois bouleverser ce parcours: celle de Marie-Ursule, une prostituée énigmatique. Captivé par la beauté de la jeune femme, Blaise sent renaître son âme d'artiste et sa volonté de déjouer le mauvais sort qui semble s'acharner.


- L'anniversaire du roi
de Marc Trillard
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


À trente-six ans, Victor-Vong, peintre métis à la grâce asiatique, ex-enfant chéri de l'art contemporain, est déjà au creux de la vague, éjecté du cercle de la jet-set parisienne pour lui avoir tendu un miroir trop ingrat. Mais son instinct de survie n'a d'égal que sa détermination. Le voilà à Phnom Penh, ville de ses origines perdues, avec un projet oecuménique et consensuel imbattable: "Quatre-vingt-dix figures pour le roi", une série de portraits en hommage au monarque Norodom Sianouk sur le point de fêter ses quatre-vingt-dix ans, idée brillante qui devrait lui gagner le soutien logistique et surtout matériel de tous les partenaires possibles, palais royal, université, ambassade... Derrière le symbole, il s'agit pour V. V de financer son exil, le temps de voir venir jusqu'à la prochaine bonne idée, de se réinventer aussi. Mais rien ne se passe comme prévu dans un Cambodge où le brasier de l'histoire crépite encore. Et tout en affrontant une succession de revers tragicomiques, Victor-Vong va devoir apprivoiser les séquelles de l'horreur du génocide, comme une langue maternelle oubliée. Satire féroce du jeu de l'artiste et du système, L'Anniversaire du roi est aussi et surtout une réflexion aiguë sur la persistance du passé dans un pays dont les plus terrifiants fantômes sont bien vivants. Un roman stratège et plastique qui place le lecteur au cœur d'une expérience de la responsabilité. Avec une exactitude imparable, Marc Trillard y orchestre les noces amères de la passion et de la lucidité.


- L'arbre du pays Toraja
de Philippe Claudel
Éditions Stock / Janvier 2016


"Qu'est-ce que c'est les vivants? À première vue, tout n'est qu'évidence. Être avec les vivants. Être dans la vie. Mais qu'est-ce que cela signifie, profondément, être vivant? Quand je respire et marche, quand je mange, quand je rêve, suis- je pleinement vivant? Quand je sens la chaleur douce d'Elena, suis-je davantage vivant? Quel est le plus haut degré du vivant?" Un cinéaste au mitan de sa vie perd son meilleur ami et réfléchit sur la part que la mort occupe dans notre existence. Entre deux femmes magnifiques, entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L'Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie.


- L'assassinat de Gilles Marzotti
de Christophe Desmurger
Éditions Fayard / Janvier 2016


Raoul ne manque ni de talent ni d'énergie. Plein de projets, prêt à payer de sa personne, il mérite l'argent qu'il gagne. Seulement c'est plus fort que lui: quand il dispose de 1000, Raoul en dépense 1100. Toutes les excuses sont bonnes: déguiser un achat en investissement, fêter une bonne nouvelle, s'octroyer des vacances objectivement méritées. L'argent qu'il a lui brûle les doigts. Mais par-dessus tout l'argent qu'il a dépensé sans l'avoir le hante: les dettes, les crédits, les pénalités de retard, les intérêts cumulés. Or cet argent a un visage, posé au-dessus d'un torse vêtu d'une éternelle chemise bleu gendarmerie: le visage de Gilles Marzotti. C'est lui qui oblige Raoul à louvoyer, tromper, mentir, même à ses proches, au risque de les perdre. Lui qui poursuit Raoul jusque dans son sommeil, ricane de ses échecs, précipite sa chute, l'empêche de vivre. Gilles Marzotti. Banquier de profession. Qui n'a jamais rêvé d'assassiner son banquier?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 12:31

- L'autre Joseph
de Kéthévane Davrichewy
Éditions Sabine Wespieser / Janvier 2016


"Joseph Djougachvili, dit Staline, surnommé Sosso dans les premières années de sa vie, est né en Géorgie, à Gori, en 1878. Quelques années plus tard, à quelques rues de là, naissait un autre Joseph, Davrichachvili, ou Davrichewy". Dès les premières lignes de son nouveau livre, Kéthévane Davrichewy avertit son lecteur: la mémoire familiale en sera la matière. Mais, quand son arrière-grand-père a grandi avec Staline, l'histoire intime prend très vite une dimension vertigineuse. Avec sobriété et naturel, la romancière entre de plain-pied dans l'enfance de "l'autre Joseph": fils du préfet de Gori, il est élevé au milieu des gamins des rues, fascinés comme lui par les légendes bibliques et les bandits caucasiens. Même s'il partage avec le petit Djougachvili des rêves d'héroïsme et de grandeur, son camarade, exalté, batailleur et arrogant, l'agace. D'autant qu'on ne cesse de souligner leur ressemblance physique, frappante en effet. Des rumeurs ne circulent-elles pas sur une liaison entre le préfet Davrichewy et la mère de Sosso? Jusqu'à la révolution de 1905, où les ardents activistes que sont devenus les deux Joseph combattront côte à côte, leurs destins s'écrivent en parallèle. Tous deux poursuivent leur scolarité à Tiflis: Sosso au séminaire, où il s'avère une agitateur notoire; Joseph au collège, où il prend sous sa protection un garçon romantique et malingre, Lev Rosenfeld, le futur Kamenev. Alors que Sosso est envoyé en prison, puis exilé en Sibérie, Joseph part étudier à Paris, bouillonnant d'idées révolutionnaires. Quand ils se retrouvent à Tiflis, Joseph se bat pour une Géorgie indépendante, alors que Sosso le Bolchevik a d'autres visées. La distance se creuse, nourrie par les anciennes rivalités. Comme autant de ponctuations rythmant les tumultueuses aventures des deux jeunes gens, des chapitres plus personnels interrogent le destin familial: qu'en aurait-il été des Davrichewy si, depuis sa tendre enfance, Joseph n'avait pas été obligé de prendre en compte son encombrant camarade, et supposé demi-frère? Dans sa passionnante enquête sur son mystérieux arrière-grand-père, l'écrivain s'empare de l'histoire pour la mettre à sa vraie place: dans sa vie. Les dernières pages de son roman éclairent de manière bouleversante la dédicace à son propre père.    


- L'espoir a-t-il un avenir ?
de Monique Atlan et Roger-Pol Droit
Éditions Flammarion / Janvier 2016


Et si l'on osait reparler d'espoir? Et pas seulement en parler, mais le vivre à nouveau. Dorénavant, l'avenir fait peur au lieu de faire envie. Chacun nourrit toujours des espoirs intimes, mais les grands espoirs collectifs sont en panne. Comment redonner un avenir à l'espoir? Voilà ce que nous cherchons. En explorant d'abord ses sources grecques, juives et chrétiennes. En suivant ses tribulations occidentales, du mythe de Pandore au siècle des révolutions, qui le révèlent tour à tour ambigu, religieux, politique, continûment orienté par un désir de futur. Pourtant, dans notre monde obsédé par l'immédiat et le seul présent, l'espoir en vient à manquer d'horizon, de temps, d'action, de pensée vivifiante. Nous proposons de reprendre l'espoir au sérieux, de lui redonner sa place et ses chances, d'en refaire l'apprentissage. Contre tous les philosophes qui s'en sont méfiés ou l'ont rejeté, nous jugeons vitale cette singulière émotion pensante. Sans un espoir lucide et bien tempéré, l'humanité perdrait sa dignité.


- L'été arctique
de Damon Galgut
Éditions De L'Olivier Janvier 2016


En 1912, le SS City of Birmingham approche des côtes indiennes. À son bord, le jeune romancier Edward Morgan Forster, qui écrira plus tard Route des Indes et Maurice. E. M. Forster laisse derrière lui la bourgeoisie anglaise à laquelle il appartient, et ses compagnons d'écriture Virginia et Leonard Woolf, Henry James, D.H. Lawrence. Dans l'autre monde des colonies, il part chercher l'inspiration et ce qu'il n'ose s'avouer: plus qu'une amitié, l'amour de ceux qu'il aime, les hommes. L'Été arctique met en scène Forster dans son cheminement intime et littéraire. Au-delà de la biographie de l'un des plus grands écrivains britanniques, c'est un admirable roman sur la solitude et l'acceptation de soi.


- L'étoile d'argent
de Jeannette Walls
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


1970. Jean Holladay, alias "Bean", a douze ans et sa sœur, Liz, quinze, quand leur artiste de mère prend sa voiture et disparaît, en quête de "la magie en toute chose". Elle finit toujours par rentrer, se disent les filles. Or, cette fois-ci, l'argent vient rapidement à manquer et elles n'ont guère le choix: il leur faut aller en Virginie, trouver refuge chez cet oncle Tinsley dont elles ne gardent qu'un vague souvenir. Figé dans le passé, le manoir Holladay, ou habite Tinsley, ressemble à un vestige coupable de l'époque ségrégationniste mais, entre ses murs délabrés, Bean et Liz se laissent bercer par la quiétude d'une petite vie familiale. Jusqu'au jour où, pour gagner un peu d'argent, elles entrent au service de Jerry Maddox, l'homme qui règne en maître sur la ville.


- L'étoile du Hautacam
de Pierric Bailly
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Où sont passés les rêves de Simon Meyer, ses rêves de cinéma, de grand spectacle? Qu'est devenue sa passion pour les formes populaires? Les emballements: reniés; les collections: revendues; l'appartement: vidé. La flamme est éteinte. Quand cette histoire commence, Simon quitte la ville pour s'établir dans son village d'enfance. Mais au moment de le rejoindre, un étrange événement le précipite dans un autre monde. Le rideau s'ouvre sur un monde imaginaire, un monde presque similaire au nôtre, à la seule différence que le village est désormais perché à quinze kilomètres d'altitude au sommet d'une gigantesque tour de béton armé. L'endroit est à l'image de la décrépitude de Simon, superficiel, sans âme, d'une propreté asphyxiante. Ses 365 jours d'ensoleillement annuel en font un site visité par les touristes du monde entier. Simon l'intègre tout à fait naturellement et reprend sa vie là où il l'avait laissée sur Terre, entre footings et missions d'intérim. Il apparaît peu à peu que notre héros n'est pas étranger à la situation insolite des lieux. Son retour, puis ses retrouvailles avec son premier amour, ne sont pas sans conséquences. Un danger plane sur le village, un danger auquel Simon pourrait bien être lié. Alors il n'a plus d'autre choix que d'assumer l'influence mystérieuse de ce galet de magma qualifié de Cœur-étoile, moteur du territoire céleste, symbole de force et de passion. Toutes les fictions qui l'ont bercé durant sa jeunesse, cette mémoire enfouie, remontent à la surface pour s'incarner dans sa vie et l'entraîner dans une suite d'aventures rocambolesques, avec son lot de rebondissements, de coups de théâtre et de personnages farfelus et attachants. L'Étoile du Hautacam fait le pari de l'action, du romanesque, jouant avec l'invraisemblable et les clichés, lorgnant sans détour du côté du cinéma d'animation, du blockbuster hollywoodien, du manga japonais. C'est une fable épique, un roman à grand spectacle.


- L'hiver dans la bouche
de Frédérique Clémençon
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Tu sais, je crois que tu devrais changer ta manière de t'habiller". Ce reproche, aussi cruel que banal, c'est Antoine qui le fait à Jeanne, sa femme. S'ensuit une courte conversation qui met fin à dix-huit années de mariage. Deux ans plus tard, Jeanne s'envole pour New York. Un voyage qu'elle espère salutaire. En quête des preuves d'un amour désavoué dont il ne reste peut-être plus rien, elle remonte le temps, jusqu'aux premières années d'une enfance peu aimable. De son écriture inspirée, Frédérique Clémençon ausculte nos sentiments, malmenés par le temps et le poids de la vie matérielle. Existe-t-il vraiment une "vie commune"?


- L'or des femmes
de Mambou Aimée Gnali
Éditions Gallimard / Janvier 2016


"Il y avait foule autour de Bouhoussou, ce soir-là. Pas que des jeunes de sa génération, ou des gamins un peu curieux, mais des adultes de la génération juste avant la leur. Les temps changeaient décidément. C'était à qui l'étreindrait le plus fort et le plus longtemps. Ce qu'on appelait un peu abusivement "jouer avec les seins". Mavoungou ne put supporter la scène qui se déroulait sous ses yeux". Captive du cercle de ses soupirants, captive de la tradition vili au Congo, la jeune et belle Bouhoussou est soumise aux rites drastiques de l'initiation des filles nubiles. Mavoungou, non moins beau et jeune, est tombé amoureux d'elle. Mais elle est destinée à épouser "l'or des femmes", un homme noble et bien plus âgé qu'elle. La contestation gronde chez les jeunes. Les femmes devront-elles toujours payer un prix exorbitant pour accéder à "l'or", c'est-à-dire à l'homme? D'aventure en aventure, au cœur d'une société africaine qui s'ouvre, dans une rare intimité, sous nos yeux, ce roman nous montre, avec la sensualité la plus vive, les carcans bientôt insupportables d'une cruelle tradition que les désirs, par éclairs, détournent.


- L'ours
de Claire Cameron
Éditions Kero / Janvier 2016


Anna, 5 ans, et son petit frère Stick campent avec leurs parents dans un parc naturel sauvage lorsqu'ils sont surpris en pleine nuit par ce que la petite fille confond avec un gros chien. Le lendemain, Anna découvre qu'elle et Stick sont désormais seuls, et que c'est à elle, la "grande", qu'il incombe de protéger son frère. Débute alors pour les deux enfants isolés une dangereuse errance. Les mots d'une petite fille essayant de donner un sens à un monde soudainement devenu hostile confèrent à ce roman une puissance toute particulière.


- L'ours est un écrivain comme les autres
de William Kotzwinkle
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Il était une fois un ours qui voulait devenir un homme… et qui devint écrivain. Ayant découvert un manuscrit caché sous un arbre au fin fond de la forêt du Maine, cet ours comprend qu'il a sous la patte le sésame susceptible de lui ouvrir les portes du monde humain, et de ses supermarchés aux linéaires débordants de sucreries. Le texte sous le bras, il part pour New York, où les éditeurs vont s'arracher l'œuvre de cet écrivain si singulier, certes bourru et imprévisible, mais tellement charismatique. Devenu la coqueluche du monde des lettres sous le nom de Dan Flakes, l'ours caracole bientôt en tête de liste des meilleures ventes.


- La ballade du voleur au whisky
de Julian Rubinstein
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Attila Ambrus a toujours affectionné le Johnnie Walker, les voitures de luxe et les filles en pantalon léopard. Installé à Budapest en 1988, il a cumulé bon nombre de petits boulots, avant de se mettre à braquer des banques. Attila est alors devenu un véritable gentleman cambrioleur, offrant des fleurs aux employées des banques qu'il dévalisait et laissant des bouteilles de champagne à l'intention de ses poursuivants. Suite à son évasion en 1999, une véritable chasse à l'homme, largement médiatisée, est menée par l'inspecteur Lajos Varju, inconditionnel de la série Columbo, qui s'identifiait étrangement au célèbre policier à l'imperméable.


- La chute des princes
de Robert Goolrick
Éditions 10-18 / Janvier 2016


"Quand on craque une allumette, la première nano seconde elle s'enflamme avec une puissance qu'elle ne retrouvera jamais. L'incandescence originelle. Un éclat instantané, fulgurant. En 1980, j'ai été l'allumette. Cette année-là, je me suis embrasé pour n'être plus qu'une flamme aveuglante". New York, années 1980. Bienvenue au bal des vanités, où une bande de jeunes hommes vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson, une place sur le manège le plus enivrant que la vie ait à leur offrir. Et ces princes vont jouer toute la partie: les fêtes, les drogues, l'alcool, les corps parfaits des deux sexes, les pique-niques dans la vaisselle de luxe, les costumes sur mesure taillés par des Anglais dans des tissus italiens, les Cadillac, le sexe encore et toujours, les suites à Las Vegas, des morts que l'on laisse en chemin mais pour lesquels il n'est pas besoin de s'attarder parce qu'on va les retrouver vite. Vite, toujours plus vite, c'est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper.


- La douleur porte un costume de plumes
de Max Porter
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


Une mère meurt. Elle laisse derrière elle deux petits garçons et leur père terrassés par le chagrin. Un soir, on frappe à la porte de leur appartement londonien. Surgit alors un étrange personnage: un corbeau, doué non seulement de parole mais d'une verve enfiévrée, d'un aplomb surprenant et d'un sens de l'humour ravageur. Qu'il soit chimère ou bien réel, cet oiseau de malheur s'est donné une mission auprès des trois âmes en péril. Il sera leur confident, baby-sitter, analyste, compagnon de jeu et d'écriture, l'ange gardien et le pitre de service, et il les accompagnera jusqu'à ce que la blessure de la perte, à défaut de se refermer, guérisse assez pour que la soif de vivre reprenne le dessus. Bouleversante, hilarante, audacieuse et unique, cette fable moderne est un bijou littéraire qui nous rappelle ceci: ce sont les pouvoirs de l'imaginaire et la force des mots qui nous tiennent en vie.


- La fabrique du monstre
de Philippe Pujol
Éditions Les Arènes / Janvier 2016


Sous son ciel bleu, Marseille est un vrai jeu de domino. Noir. Blanc. L'économie de survie pousse le marché noir. Qui alimente les trafics d'armes et de drogue. Qui nourrissent la corruption immobilière. Qui vit du clientélisme électoral. Qui fabrique les petits malfrats, des minots de vingt ans, qui vont s'entretuer ensuite. Au bout du compte, ces facteurs ouvrent un boulevard au Front National. Depuis dix ans, Philippe Pujol, prix Albert-Londres 2014, plonge chaque jour dans un entrelacs d'HLM immondes, de crimes répétitifs, de drogues trafiquées, de règlements de comptes, de favoritisme et surtout d'humanité piétinée. Personne ne peut sortir de ces zones, dont les enfants ne connaissent même pas la mer. Personne ne veut y entrer. D'une délinquance à l'autre, à chaque nouvelle strate de populations immigrées, cette situation fabrique un monstre. Authentique héritier d'un Albert Londres plongé dans l'enfer du bagne de Cayenne, Philippe Pujol porte la plume loin dans cette plaie-là.


- La frontière du loup
de Sarah Hall
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2016


Rachel Caine est le meilleur expert britannique de la biologie et du comportement des loups. Elle réside et travaille dans une réserve indienne de l'Idaho. Mais depuis plusieurs mois, l'excentrique comte d'Annerdale, un des hommes les plus riches du Royaume-Uni, propriétaire d'un immense domaine dans le comté natal de Rachel, cherche à la recruter. Militant de la cause environnementale, il entend en effet réintroduire le loup gris, si ce n'est dans l'ensemble de la région, au moins dans sa propriété. Rachel, tombée enceinte à la suite d'une aventure passagère, finit par accepter la mission. Elle rentre donc en Combrie, où elle se trouve confrontée à plusieurs défis simultanément: la maternité, la réconciliation avec sa famille désunie et la réintroduction d'un animal disparu de l'île depuis plus de cinq siècles. Sur fond de tumulte politique, indépendance de l'Écosse, réforme territoriale, luttes de pouvoir, La Frontière du loup interroge la nature fondamentale de l'homme et de l'animal, se penche sur les concepts d'écologie et de progrès, sur les dangers qui pèsent sur l'environnement rural moderne, sur les préoccupations les plus obsédantes de l'humanité. Ceci à travers une galerie de personnages que Sarah Hall campe avec empathie. Mais les loup, tantôt visibles tantôt non, car ils vont et viennent dans le monde réel comme dans celui des rêves, sont incontestablement le clou du spectacle.


- La femme du gardien de zoo
de Diane Ackerman
Éditions L'Archipel / Janvier 2016


Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre Mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie. Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs, officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays. Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront  sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple  soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur.


- La grande arche
de Laurence Cossé
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Il existe à travers le monde une légende presque universelle, selon laquelle on ne peut pas construire un monument si un être humain n'est pas sacrifié. Sinon, le bâtiment s'écroule, et s'écroule toutes les fois qu'on essaye de le remonter. Pour conjurer cette malédiction, il faut emmurer quelqu'un de vivant dans les fondations. On recense plus de sept cents versions de cette histoire. Celle de la Grande Arche de la Défense est la plus récente. Ce récit brosse l'épopée de la construction d'un des monuments les plus connus de Paris, dont on ignore qu'il fut l'enjeu de luttes politiques au couteau sous le règne de François Mitterrand. C'est surtout le portrait et l'histoire de son créateur, Johan Otto Von Spreckelsen, un architecte danois très secret, professeur aux Beaux-Arts de Copenhague. Lauréat d'un prestigieux concours international en 1983, fêté pour son projet à son arrivée à Paris, cet homme du Nord découvre avec stupéfaction la désinvolture et les revirements à la française. L'affaire finit tragiquement pour lui, alors que se construit ce portique de marbre qui paraît la sérénité même. Dans ce roman puissant, Laurence Cossé conjugue l'art de la narration romanesque et la précision d'une longue enquête pour évoquer un destin d'architecte parmi les plus beaux et les plus paradoxaux, les plus absolus et les plus violents du XXe siècle.


- La nuit de Zelemta
de René-Victor Pilhes
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


À la fin de l'été 1953, Jean-Michel Leutier quitte l'Algérie pour continuer ses études dans un lycée toulousain. Lors d'un week-end à Albi, il fait une rencontre qui va changer sa vie: Abane Ramdane, le plus célèbre prisonnier politique de France, l'un des fondateurs du FLN. Quatre ans plus tard, devenu officier français patrouillant dans la région de Zelemta, il le retrouve sur sa route, fuyant vers le Maroc. Ce face-à-face passionnant entre un mythe de la Révolution algérienne et un jeune pied-noir aussi brillant que naïf contient en soi toute la complexité des rapports entre Algériens et Français, les enjeux de la guerre nationale comme les paradoxes de l'Histoire coloniale. René-Victor Pilhes a toujours exploré, dans une œuvre au style alerte tour à tour féroce, baroque et lyrique, les heures sombres de l'Histoire, en dénonçant les clichés et en éclairant les points aveugles.


- La plage
de Marie Nimier
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Une jeune femme sans nom arrive sur une île, en été. Elle traverse en autobus un paysage aride jusqu'à une plage où elle est déjà venue avec un ami. Elle se souvient d'une grotte où ils se sont aimés. Il n'y a personne sur la plage, pas un souffle de vent. La taverne est fermée. Elle se baigne nue. Est-elle aussi seule qu'elle le croit? En quittant la plage quelques jours plus tard, elle ne sera plus la même. Jamais plus.


- La plantation
de Leila Meacham
Éditions Charleston / Janvier 2016


Caroline du Sud, 1835. Silas Toliver n'a qu'un seul rêve, celui de partir pour le Texas avec sa bien-aimée Lottie, pour y établir une plantation. Mais lorsqu'il est privé de son héritage et se retrouve sans argent, il voit son rêve s'écrouler. Fille d'un riche propriétaire terrien, Jessica Wyndham a caché un esclave fugitif. Pour laver l'honneur de la famille, son père propose un marché à Silas: il financera son expédition vers l'Ouest s'il accepte d'épouser Jessica et de partir avec elle. Réussiront-ils à surmonter leurs différences et à vivre heureux ensemble? Et quelle est cette mystérieuse malédiction qui semble toucher les Wyndham et les Toliver?


- La poupée de Kafka
de Fabrice Colin
Éditions Actes Sud / Janvier 2016


Au cours d'un séjour à Berlin, la jeune Julie Spieler, en quête d'une improbable réconciliation avec son père, Abel, séducteur impénitent, époux volage, menteur invétéré et professeur de littérature allemande à la Sorbonne, débusque la récipiendaire putative de textes inédits de Kafka, écrivain qui fait l'objet d'une folle idolâtrie de la part de son inconséquent géniteur. La jeune fille entame alors de difficiles tentatives d'approche auprès de cette vieille dame particulièrement revêche qui porte en elle toute la mémoire d'un siècle traversé de guerres, d'exils et d'horreurs. L'été suivant, contre toute attente, ces trois personnages se retrouvent dans un chalet, face au mont Blanc, pour dénouer les nœuds et secrets obscurs dont chacun a tressé sa vie. De Paris à Berlin en passant par Prague, sous l'éternel regard de l'iconique Kafka ou dans l'inquiétante ombre portée d'une impériale montagne, le roman fait se rencontrer les vivants et tous les spectres qui les hantent sur une scène où les protagonistes se débattent comme pour échapper au cruel sortilège qu'ils ont eux-mêmes concouru à forger. Convoquant une structure narrative limpide où le réalisme le dispute aux images mouvantes et la gravité à un humour féroce, Fabrice Colin mène ici une superbe enquête romanesque sur les liens qui nous lient et nous délient au fil d'une libératrice traversée des apparences.


- La renverse
de Olivier Adam
Éditions Flammarion / Janvier 2016


"Ce n'est qu'au moment d'entrer dans le bar-tabac que la nouvelle m'a vraiment heurté, qu'elle a commencé à filer le tissu du drap que je tendais depuis des années sur cette partie de ma vie. J'ai demandé deux paquets de cigarettes, salué les habitués du plat du jour. Au-dessus des tables, un téléviseur s'allumait sur une chaîne d'information en continu. À l'instant où j'y ai posé les yeux, le visage éminemment télégénique de Jean-François Laborde s'est figé sur l'écran. J'ai demandé qu'on augmente le volume. On annonçait son décès dans un accident de voiture. Suivait un rappel succinct de sa biographie. Fugacement, la pensée, absurde étant donné le temps accordé à l'information, qu'il n'avait pas été fait mention de ma mère m'a traversé l'esprit". Dans La renverse, Olivier Adam retrace l'itinéraire d'Antoine, dont la vie s'est jusqu'à présent écrite à l'ombre du scandale public qui a éclaboussé sa famille quand il était encore adolescent. Et ce faisant, il nous livre un grand roman sur l'impunité et l'humiliation, explorées au sein de la famille comme dans l'univers politique.


- La splendeur dans l'herbe
de Patrick Lapeyre
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


Pour changer de ce culte de la réussite qu'on nous vend partout, Patrick Lapeyre a voulu créer un couple de perdants: un homme et une femme (Homer et Sybil) qui se rencontrent un peu par hasard, après avoir été quittés par leurs conjoints. Ces derniers, qui sont partis vivre ensemble à Chypre, vont devenir l'objet principal de leurs conversations. Car ils ne vont plus cesser de se parler. Jusqu'au moment où va se nouer une étrange relation amoureuse entre eux deux. Relation dont l'accomplissement semble toujours retardé, comme si la conversation avait pris le pas sur tout le reste. Pour traduire le caractère obsessionnel des personnages, Patrick Lapeyre a utilisé une construction répétitive. De sorte que leurs longues plages de conversation, toujours dans les mêmes lieux, avec les mêmes rituels, donnent l'idée d'une immobilité à la limite du sommeil, comme dans ces contes où les personnages sont victimes d'un enchantement. On pourrait aussi parler d'une musique répétitive, dans la mesure où chaque séquence est une variation par rapport à la précédente. Toute cette histoire, qui sert de fil conducteur au livre, se déroule de nos jours, sur une année environ, et le point de vue adopté est celui de Homer. Parallèlement est racontée une année de l'enfance de Homer, à l'âge de dix ans. De façon à ce que le lecteur mette lui-même en relation (on ne lui donne aucune explication) les événements de l'enfance et ceux de l'âge adulte. Il y a environ trente années de distance entre les deux. Si la première histoire (celle de Homer et de Sybil) se déroule dans la région parisienne, la seconde se passe à Bâle, en 1981, et le point de vue adopté est celui d'Ana, la mère de Homer. Personnage lui aussi obsessionnel et répétitif. Enfin, viennent s'intercaler six séquences dialoguées entre Homer (adulte) et des personnes qu'il semble interviewer. Chacune lui racontant un épisode étrange et décisif de son existence. Le lecteur ayant toute liberté d'imaginer un lien secret entre ces épisodes et Homer lui-même. Mais ce n'est pas un roman psychologique. C'est un livre sur la conversation, sur le plaisir érotique de la conversation et sur la vibration de certains silences: car le plus important évidemment est toujours ce qu'on ne parvient pas à dire. Il y a toutes sortes de silences dans ce roman. Le titre, emprunté à un poète romantique anglais (Wordsworth), fait justement référence à un de ces moments de silence et de perfection, où les personnages, dans un moment d'absence, ont tout à coup l'impression d'apercevoir devant eux "le cœur lumineux de la vie". Comme si c'était le sujet caché de ce livre.


- La straniera
de Stéphanie Vermot-Outhenin
Éditions La Grande Ourse / Janvier 2016


Après sa rupture avec Claudio, son mari, Marianne quitte Rome où elle vit depuis une vingtaine d'années, pour se réfugier chez sa grand-mère dans le Jura. Elle espère ainsi gommer le geste irréparable qu'elle a commis à l'annonce de la trahison de son époux. Dans cette maison où elle a passé son enfance, entre Lorette, sa grand-mère qui l'a élevée, et Dominique, sa mère, taciturne et distante, aujourd'hui décédée, l'angoisse de Marianne ne fait qu'augmenter. Pourtant, jour après jour, confidences après révélations, Marianne relève la tête, ouvre grands ses yeux et trouve enfin la force de briser les chaînes de la culpabilité.


- La vie en Rosalie
de Nicolas Barreau
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2016


"Deux pas seulement le séparaient de la plus grande aventure de sa vie. Et comme les plus grandes aventures sont toujours celles du cœur, on aurait également pu dire que deux pas seulement le séparaient de l'amour". Rosalie, jeune propriétaire d'une jolie papeterie au cœur de Saint-Germain, passe ses journées à peindre les vœux des autres sur des cartes postales en attendant que les siens se réalisent. Jusqu'au jour où Max Marchais, le célèbre auteur jeunesse, débarque dans sa boutique pour lui proposer d'illustrer son nouvel album. Rosalie est comblée. Mais c'était sans compter sur l'irruption d'un professeur de littérature américain qui assure que ce conte lui appartient. Commence alors une enquête haletante pour démêler le mystère qui entoure le manuscrit. Cette comédie au charme irrésistible invite à une savoureuse promenade dans un Paris littéraire, où le destin et l'amour s'écrivent à l'encre bleue.


- La vocation
de Sophie Fontanel
Éditions Robert Laffont / Janvier 2016


"Les revues, je les laisse", elle annonce à l'employé de l'émigration. On dirait que c'est une décision qu'elle prend, et non qu'elle en est réduite à cette dernière extrémité. Elle ouvre un des Vogue, en arrache une page, et la glisse, pliée, sous sa manche. Soudain, elle va vers un garçon splendide dont, dira-t-elle, elle a remarqué les babouches ouvragées, différentes. Une fois près de lui, elle voit qu'il a des cils d'ânesse. Elle ne s'est pas trompée. Elle dépose les cinq Vogue devant les babouches couleur mandarine: "Tiens, c'est pour toi". Ma grand-mère, son cœur battant lui sort du buste. Sur ce quai de l'exode, du malheur et de l'expropriation, ce n'est pas rien de donner quelque chose à un ennemi qui vous a déjà pris l'essentiel". Traversant tout le XXe siècle, La Vocation raconte le destin d'une famille d'émigrants arméniens fascinée par l'élégance française. En 1923, Méliné a vingt-deux ans et fuit les persécutions subies par son peuple, une page de Vogue coincée dans sa manche. Elle rêve de mode. Quatre-vingts ans plus tard, sa petite-fille, Sophie, journaliste, est nommée au poste de directrice de la mode à Elle, accomplissant ainsi le destin familial. Qui fut la plus heureuse des deux? Méliné, qui cousait elle-même ses robes et admirait les belles dames depuis un banc, boulevard du Montparnasse, à Paris, dans les années 1930, ou Sophie, placée au premier rang des défilés de mode, avec un titre rutilant et du pouvoir? Et où est l'élégance tant rêvée, au bout du compte?


- Le bleu entre le ciel et la mer
de Susan Abulhawa
Éditions Denöel / Janvier 2016


1947. La famille Baraka vit à Beit Daras, village paisible de Palestine entouré d'oliveraies. Nazmiyeh, la fille aînée, s'occupe de leur mère, une veuve sujette à d'étranges crises de démence, tandis que son frère Mamdouh s'occupe des abeilles du village. Mariam, leur jeune sœur aux magnifiques yeux vairons, passe ses journées à écrire en compagnie de son ami imaginaire. Lorsque les troupes israéliennes se regroupent aux abords du village, Beit Daras est mis à feu et à sang, et la famille doit prendre la route, au milieu de la fumée et des cendres, pour rejoindre Gaza et tenter de se reconstruire dans l'exil. Seize ans plus tard, Nur, la petite-fille de Mamdouh, s'est installée aux États-Unis. Tombée amoureuse d'un médecin qui travaille en Palestine, elle décide de l'y suivre. Un voyage au cours duquel elle découvrira que les liens du sang résistent à toutes les séparations, même la mort. Le Bleu entre le ciel et la mer est une histoire de femmes, de déracinement, de séparation et d'amour. Avec ce conte d'une beauté bouleversante, empreint d'humanité à l'état pur, Susan Abulhawa montre l'histoire de la Palestine sous un nouveau jour.


- Le bout du monde
de Marc Victor
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


Pascal a ouvert un restaurant, Le Bout du Monde, à Kaboul. Hommes, femmes, voyageurs aux grandes causes et aux bagages trop lourds s'y retrouvent pour comploter, rire, boire, aimer, oublier. Mais après l'excitation des premières années, ne faut-il pas s'en aller encore? Pascal passe de plus en plus de temps dans son minuscule bureau, à écouter les rumeurs du monde et à se souvenir de ses vies passées. La disparition de son ami d'enfance, Corto, compagnon de toutes ses aventures, pourrait l'obliger à sortir de sa léthargie pour tenter de le retrouver. Un roman empreint d'un mélange unique d'humour et de mélancolie, du souffle des grands voyages et des rêveries immobiles.


- Le carnaval des innocents
de Evelio Rosero
Éditions Métailié / Janvier 2016


Le docteur Justo Pastor Proceso a tout pour être heureux. Il est gynécologue dans une petite ville du sud de la Colombie, il a une résidence secondaire, une femme coquette, deux filles et un hobby: enquêter sur la véritable histoire de Simón Bolívar. Pour le carnaval de décembre 1966, il décide de frapper un grand coup en faisant construire un char burlesque qui révélera la face cachée de Simón Bolívar: le Libérateur s'est attribué des victoires sur des champs de bataille où il n'a jamais mis les pieds, a trahi ses amis, menti sans pudeur, enlevé et violé des petites filles à peine nubiles. Pareille offense au héros national ne passe pas inaperçue: on crie au scandale, les notables se liguent contre lui, on attaque l'atelier à l'arme à feu. Pour couronner le tout, en pleine folie carnavalesque, il découvre que sa femme le trompe (avec un général et quelques autres), ses filles le méprisent et ses amis se servent de lui. On quitte le vaudeville pour la farce, mais le drame n'est jamais loin. Dans la Colombie de la fin des années 60 on préfère vivre dans le mensonge plutôt que de remettre les mythes en question. Dans ce roman à la fois ironique et totalement tragique, Evelio Rosero confirme son très grand talent de styliste et de raconteur d'histoires.


- Le chagrin des vivants
de Anna Hope
Éditions Gallimard / Janvier 2016


Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l'Angleterre attend l'arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d'hommes ont disparu, cette cérémonie d'hommage est bien plus qu'un simple symbole, elle recueille la peine d'une nation entière. À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l'armée; Ada, qui ne cesse d'apercevoir son fils pourtant tombé au front; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d'anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d'hommes incapables de retrouver leur place au sein d'une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l'équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s'apaisent.


- Le chant de la Tamassee
de Ron Rash
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


La Tamassee, protégée par le Wild and Scenic Rivers Act, dessine une frontière entre la Caroline du Sud et la Géorgie. Ruth Kowalsky, 12 ans, venue pique-niquer en famille sur sa rive, fait le pari de poser un pied dans chaque État et se noie. Les plongeurs du cru ne parviennent pas à dégager son corps, coincé sous un rocher à proximité d'une chute. Inconscient des dangers encourus, son père décide de faire installer un barrage amovible qui permettra de détourner le cours de l'eau. Les environnementalistes locaux s'y opposent: l'opération perturbera l'état naturel de leur rivière, qui bénéficie du label "sauvage". Les deux camps s'affrontent violemment tandis que le cirque médiatique se déchaîne de répugnante manière et que des enjeux plus importants que la digne sépulture d'une enfant apparaissent. Le Chant de la Tamassee, deuxième roman de Ron Rash, est le plus représentatif de l'engagement de l'auteur pour la protection de l'environnement. Tout en décrivant un drame humain déchirant, il y rend hommage à ses références avouées, Peter Matthiessen et Edward Abbey.


- Le choix des Morrison
de Mary Lawson
Éditions 10-18 / Janvier 2016


Crow Lake, au nord de l'Ontario, une terre magnifique et rude où vit une petite communauté de fermiers régie par une austérité toute presbytérienne qui n'a d'égale que la solidarité s'exerçant en cas de coup dur. Après le décès accidentel de leurs parents, Kate Morrison, sept ans, ses grands frères, Luke et Matt, et sa petite sœur Bo voient leur destin basculer. Si Luke, l'aîné rebelle, renonce à ses études pour s'occuper tant bien que mal de ses cadets, c'est Matt que la fillette idolâtre comme un héros. Matt, porteur de tous les espoirs d'une famille destinée à s'élever par l'instruction, mais avant tout un adolescent fragilisé par la tragédie. Une fois adulte, Kate, professeur de biologie à l'université de Toronto, appréhende son retour à Crow Lake et ses retrouvailles avec Matt. Devenue une étrangère parmi les siens, elle devra affronter les conséquences des choix douloureux faits vingt ans plus tôt.


- Le démon de la vie
de Patrick Grainville
Éditions Du Seuil / Janvier 2016


À la lisière de la forêt des Maures, dans un village peuplé de touristes anglais, un tigre s'échappe. Il appartient à un esthète solitaire qui, dans sa vaste demeure, reçoit les visites d'Hélène, sa complice, une jeune fille d'une nature puissante. Louise et Luc, âgés d'à peine quinze ans, se passionnent pour la fuite du fauve, dont ils espèrent qu'il déjouera tous les moyens mis en œuvre pour le retrouver: gendarmerie, armée, zoologues, jusqu'à l'arrivée d'un chasseur rocambolesque et spécialisé. Les deux adolescents, profitant de la relation conjugale dévastée de leurs parents respectifs, se prodiguent leur amour précoce. Mais ils sont les témoins directs de l'adultère dévorant, blessant, de la mort, de l'argent, de la perversion qui caractérisent l'existence commune. Eux jouissent du sursis d'une île de lumière. Celle qui précède les compromis, les reniements et d'autres tentations de la maturité. Roman d'initiation et de fascination, Le Démon de la vie saisit l'été d'un âge d'or qu'il faut quitter.


- Le dernier battement de cœurs
de Simona Sparaco
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


Luce et Pietro attendent avec impatience la dernière échographie de leur bébé. Le petit Lorenzo est au cœur de leurs préoccupations et de leur bonheur de devenir bientôt parents. Mais lorsque le médecin prend les premières mesures, l'inquiétude peut se lire sur son visage. "Il est trop petit". À l'annonce de ce diagnostic commence une brutale descente aux enfers pour le couple, confronté à l'impensable.


- Le dieu du tourment
de Hugo Ehrhard
Éditions Le Dilettante / Janvier 2016


Mai 2012, la scène est à Madrid, mai 1999, la scène est à Paris, novembre 2002, toujours Paris, la vie d'Olivier Busnel alias "Monsieur tout, tout de suite", de bars en boîtes, d'hôtels chic en conseils d'administration, part en vrille et file en bulles comme un cachet dans l'eau, de ceux qu'il prend pour dissoudre ses gueules de bois. Rien ne va plus, le jour où ce nightclubber au psychisme tortueux (1985, Noël, la scène est en famille), cet être joueur, cassant et intransigeant marqué par le spectacle soudain de la mort de son père, rencontre Clara Poirson qui de lui exige, avant le mariage, l'obtention d'un pass permanent  "honnêteté/sincérité", Clara qui doit gérer au mieux ce long goulot qu'est la vie d'Olivier, tunnel parcouru d'un incessant flux d'alcool, Clara dont la disparition énigmatique, au lendemain d'un psychodrame familial et violent, accentue, entre cuites et prostituées, la chute d'Olivier Busnel dans le maelström. On suit ainsi, par tableaux à la chronologie chavirée, en privé ou au travail, les moments phares, les scènes clés, de la vie d'Olivier Busnel, une saga sordide, une longue dérive dont on n'apprend qu'à l'ultime fin la cause secrète, la raison souterraine.


- Le fard et le poison
de Béatrice Egémar
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


1751. Dans le très respectable couvent de l'Assomption, celui-là même qui abrite la fille de la marquise de Pompadour, une jeune novice est retrouvée morte. Une sœur affirme avoir vu des traces de sang sur le socle d'un chandelier. S'agirait-il d'un meurtre? On a vite fait d'interner l'indiscrète à la Salpêtrière. Depuis sa boutique le Bouquet de Senteurs, la jolie Manon Vérité suit l'affaire en voisine, jusqu'au jour où elle découvre avec effroi que ses fards ont été empoisonnés. La Pompadour, sa meilleure cliente et la favorite du roi, serait-elle visée? De la rue Saint-Honoré au sublime château de Bellevue, des coulisses de Versailles au sinistre hospice de la Salpêtrière, bruissent rumeurs et complots. Aussi Manon décide-t-elle de mener l'enquête, au parfum de scandale, avec son flair d'exquise parfumeuse.


- Le gardien de la source
de Vanessa Terral
Éditions Pygmalion / Janvier 2016


"Puis elle le vit L'individu qui l'observait se tenait en retrait, à l'opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l'assemblée des gens bien nés. D'ailleurs, ceux-ci l'évitaient. C'était presque imperceptible, mais le flot des civilités s'écartait de lui dans une valse consommée". En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d'Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d'un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n'est plus tout à fait la même. Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d'Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante?


- Le gardien de nos frères
de Ariane Bois
Éditions Belfond / Janvier 2016


Rien ne prédestinait Simon et Léna à se rencontrer. Lui appartient à la bourgeoisie juive parisienne, patriote, laïque et assimilée; il a été maquisard et blessé au combat. Elle est issue d'un milieu de petits commerçants polonais et a réussi à survivre au Ghetto de Varsovie. En 1945, la guerre leur a tout pris. Chacun de leur côté, ils vont accepter une mission très particulière: rechercher des enfants juifs cachés par leurs parents dans des familles, des orphelinats ou des couvents, quand il s'avère que ceux-ci ne rentreront pas des camps. Simon parce que son petit frère Elie a disparu dans des conditions mystérieuses; Léna car elle espère ainsi redonner du sens à sa vie. Et cela va les entraîner bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer. C'est l'histoire de deux jeunes révoltés qui, dans une France exsangue, vont se reconstruire grâce à la force de l'amour. De Paris à Toulouse, d'Israël à New-York, un roman d'aventure porté par le souffle de l'Histoire.


- Le grand vivant
de Patrick Autréaux
Éditions Verdier / Janvier 2016


Un cyclone arrive sur la ville. Enfermé chez lui, le narrateur regarde par la fenêtre le vent, la pluie malmener les maisons et les arbres. Soudain, il se rend compte que le vieil orme, auquel il se confie depuis longtemps, est menacé. Commence alors une plongée intérieure allant de l'incertitude à la terreur, au bord du vertige, vers un recommencement.


- Le marchand de premières phrases
de Matéi Visniec
Éditions Jacqueline Chambon / Janvier 2016


L'homme contemporain, devenu un mutant de la société de consommation, est de plus en plus obsédé par les commencements. Il a faim de tout commencer et recommencer sans cesse. Un certain Guy Courtois en a d'ailleurs fait son gagne-pain et se propose de choisir pour les écrivains en mal d'inspiration, ce qui est le cas de notre héros, la première phrase de leur livre, puisque le plus important est de commencer. Entre les deux hommes s'engage alors une correspondance dans laquelle Guy Courtois révèle dans quelles conditions les plus fameuses "premières phrases" de la littérature mondiale virent le jour.


- Le monde sensible
de Nathalie Gendrot
Éditions De L'Olivier / Janvier 2016


Delphine navigue sur les océans et rencontre des monstres marins. Elle fait des équations, des calculs, établit des courbes. Elle croise une femme en robe couleur de Soleil et une femme en robe couleur de Nuit. Toutes deux sont en réalité les infirmières qui se relaient à son chevet. Les chiffres, eux, désignent les variations de la douleur. Et la navigation commence quand la morphine coule dans ses veines. Car Delphine est hospitalisée à la suite d'un accident. Et Morphée est devenu le centre de ses désirs et de ses rêves. Le Monde sensible raconte ce voyage intérieur. Il n'est pas certain que la narratrice souhaite en revenir.


- Le mur de Planck
de Christophe Carpentier
Éditions P. O. L. / Janvier 2016


L'homme a de tous temps construit des murs pour se protéger des invasions guerrières ou des fléaux naturels. Par-delà ces ouvrages en dur, dont la plupart n'ont pu résister aux vicissitudes de l'histoire, il en existe un qui, parce qu'il n'est pas fait de matière, est demeuré à ce jour infranchissable. Il s'agit du Mur de Planck. Cet édifice théorique qui protège les mystères de la naissance de l'univers, aucun mathématicien, aucun astronome n'est encore parvenu à le franchir. Quoiqu'il en soit, et loin des théories physiques et quantiques, le samedi 2 avril 2016, Marvin Taylor assassine 10 obèses réunis pour un barbecue dans la petite ville de Long Cross au Texas. Lorsque le lendemain, les agents du F.B.I, Tilda Lindgrenet Travis Bogen arrivent sur la scène du crime, ils découvrent, en plus des dix cadavres, Marvin Taylor assis sur une chaise dans un état de prostration aussi totale qu'inexpliquée. La Police Scientifique ayant découvert que Taylor a filmé son massacre grâce à des lunettes-caméra haute définition, les deux agents du F.B.I visionnent le film, et résolvent l'énigme de sa prostration: des entités capables de se métamorphoser en toutes sortes d'êtres vivants sont intervenues pour le châtier en le plongeant dans un état d'hébétude définitive. Parallèlement à l'existence de ces entités qui se font appeler les Particules Baryoniques, les agents Bogen et Lindgren apprennent que l'action menée contre Marvin Taylor n'est qu'un emphase d'entraînement avant le déclenchement d'une offensive planétaire de purification de l'humanité qui aura lieu le 4 avril à 16 heures GMT. Le lendemain, le lundi 4 avril 2016, a lieu, pile à l'heure prévue, l'offensive de purification planétaire qui plonge 650 millions d'humains, parmi les plus nocifs que compte l'humanité, dans une hébétude définitive. Et ça n'est pas fini. Quelques années plus tard, après bien des aventures, beaucoup de morts violentes, une invasion de notre planète par des robots chargés d'exterminer l'humanité, et devant la résistance de celle-ci, les particules Baryoniques décident de la dissolution atomique de la terre en une gigantesque caravane éthérée disparaissant dans le Cosmos. L'humanité sera-t-elle anéantie après avoir passé le Mur de Planck? Se réinventera-t-elle?
Suite au prochain épisode.


- Le parfum des sentiments
de Cristina Caboni
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2016


Quand Elena, vingt-six ans, surprend son petit ami avec une autre dans la cuisine du restaurant dont ils ont tous deux la gestion, son univers s'écroule. Elle, qui pensait avoir enfin trouvé l'équilibre après une enfance malheureuse, doit maintenant affronter la vie seule et cesser d'avancer avec des oeillères. Il est temps qu'elle accepte son don, celui que chacune des femmes de sa famille s'est transmis au fil des siècles: la capacité à traduire les sentiments et les atmosphères en parfum. Elle quitte alors Florence pour s'installer à Paris, où elle est recrutée par un parfumeur de renom. Et, quand elle fait la rencontre du mystérieux Cail McLean, le bonheur semble enfin à portée de main. Pourtant.


- Le piano dans l'éducation des jeunes filles
de Stéphane Barsacq
Éditions Albin Michel / Janvier 2016


Peut-on trouver le grand amour dans une société vouée à la jouissance et à l'individualisme? Volodia, jeune professeur d'Histoire épris de littérature, de musique et d'absolu en a la certitude. Mais qui fera son éducation sentimentale? Sonia, jeune pianiste ambitieuse et maîtresse insatiable? Asma, férue de mystique et d'érotisme oriental? Ou Sophie, artiste adulée à la troublante beauté? Pour nous entraîner dans ce voyage initiatique, Stéphane Barsacq trempe son encre d'humour, d'esprit et de verve. On rit et on pleure du tragi-comique des situations, et de ce que révèle son regard sur notre monde singulièrement déjanté.


- Le piège de la mémoire
de Lisa Ballantyne
Éditions Belfond / Janvier 2016


Margaret Holloway vient d'être victime d'un grave accident de voiture. Un accident qui lui aurait été fatal sans l'intervention miraculeuse de ce géant défiguré qui l'a libérée des flammes avant de tomber dans le coma. En apparence, un inconnu, un homme sans famille. Pourtant, Margaret s'interroge: cet ange gardien qui a risqué sa vie pour elle, qui est-il? Pourquoi a-t-elle l'impression de le connaître? D'où viennent ces étranges cauchemars qui l'assaillent? Pour ouvrir sa mémoire et libérer les terribles secrets qu'elle recèle, Margaret va devoir remonter le fil de sa propre histoire, du temps où elle s'appelait Molly. Mais aussi découvrir celle de l'inconnu aux yeux bleus, dont le destin est intimement lié au sien, bien plus qu'elle ne peut l'imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 14 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: Les romans :: 1. Les romans-
Sauter vers: