Le Titre du Roman

AccueilAccueil  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Partagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 18  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 8:32

- L'indulgence du soleil et de l'automne
de Patrick Besson
Éditions Fayard / Janvier 2015


Patrick Besson nous donne, dans ce nouveau recueil, quelques nouvelles du monde: à Nice, le philosophe allemand Nietzsche tombe un peu amoureux d'une promeneuse célibataire; un écrivain français rencontre, à Mumbai, une traductrice sikh qui va changer sa vie et son œuvre; un professeur de philosophie poursuit jusqu'à Londres une chanteuse de R'n'B dont le nom est sur tous les rêves; une joueuse de tennis russe est pourchassée à travers le monde par un jeune milliardaire indien qui veut savoir si elle crie autant pendant l'amour que sur un court; une caissière rousse de brasserie, à Paris, ne tue que des Patrick; un ancien présentateur vedette de TF1 vit, à Bangkok, une passion bizarre: à Berlin, en 1942, des comédiens français sont reçus par un jeune officier allemand trop tendre; un prof français de français, à Cancun, revoit son père mort et le marché des Enfants-Rouges est, pour finir, le théâtre d'un drôle de drame.


- L'involontaire
de Blandine de Caunes
Éditions Phébus / Janvier 2015


Entre un champion du monde qui se dérobe parce que ses performances sportives sont inversement proportionnelles à ses performances amoureuses et un vieillard qui s'évertue à vivre l'été en hiver, Jane fait son éducation sentimentale. L'amour, le sexe, le cynisme, la solitude, la bouffe, la tendresse, la mort. Autant que la difficulté à devenir soi-même, ce roman décrit la répulsion-fascination qu'une jeune fille peut ressentir devant les manifestations de la vieillesse. Et c'est avec une froideur d'entomologiste que Jane observe Bertin. Jane veut tout comme on veut tout à vingt ans et, à défaut de s'aimer elle-même, elle aime son corps, sa jeunesse dont elle ne veut rien perdre, obsédée déjà par la fuite du temps. Elle serait une jeune fille comme on en trouve beaucoup si elle n'exprimait pas son exigence de bonheur avec une détermination si passionnée et une amoralité souvent désarmante. Nul attendrissement dans cette insolite éducation sentimentale où la verdeur du vocabulaire alterne avec un langage des plus classiques: celui des états d'âme.


- L'olive et l'aurore
de Jan Orti
Éditions Les Allusifs / Janvier 2015


Un homme passe devant la vitrine d'un café, regarde à l'intérieur, fait trois pas et puis s'effondre: voilà comment s'amorce le récit de L'Olive et l'Aurore. Mais ne serait-il pas au contraire en train de s'achever? Cette farce moderne, conte d'amour, de folie et de mort narré à rebours, loufoque à souhait, irrévérencieux et débridé, enchâsse les lieux, les époques et les personnages. Au son du cliquetis d'une splendide bicyclette au cadre foncé, le lecteur découvre les ravages du disco en Équateur, l'importance de savoir jouer du air guitar, l'intérêt de Stan Smith pour autre chose que le tennis, ainsi que la personnalité de Dieu lui-même, loin d'être celui auquel on donnerait le Bon Dieu sans confession. Ian Orti signe un texte unique, où les histoires s'assemblent et permettent une exploration à la fois tendre et hilarante des zones grises de l'existence.


- L'ultime auberge
de Imre Kertész
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Dans un ultime effort artistique, un écrivain gravement malade conçoit un texte dont la réalisation est constamment mise en difficulté, entravée. En livrant, avec une sincérité radicale et une lucidité sans faille, ses réflexions politiques, l'enfer de sa maladie, ses pensées intimes, sa vie recluse, les épreuves de son mariage et les fragments littéraires qu'il parvient malgré tout à extirper, cet artiste refuse d'exister dans ce qu'il appelle le "Jardin des trivialités". Le style, l'ironie et la férocité de l'ensemble bouleversent toutes nos certitudes, sauf celle que l'art triomphe. Imre Kertész transforme ici le duel entre sa maladie de Parkinson et l'écriture d'un nouveau roman en une œuvre auto-fictionnelle sublime et poignante. Le Prix Nobel de littérature témoigne ainsi jusqu'au bout du combat de l'individu pour sa dignité dans des circonstances extrêmes.


- L'une contre l'autre
de Sylvie Ohayon
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Mani n'a pas été désirée, et ses parents le lui ont vite fait comprendre. Elle encombre sa mère, elle ennuie son père. Mani est une enfant délaissée, une pousse sauvage. C'est à l'âge de ses premiers pas que son père la frappe pour la première fois. Sa mère, trop anxieuse de perdre l'homme de sa vie, ferme les yeux. Heureusement, Mani a Gabrielle, sa tante, pour veiller sur elle. Gabrielle donne à sa nièce tout l'amour qu'elle a en elle. Tant d'amour que la mère de Mani lui interdit brutalement de voir l'enfant. Gabrielle ne supporte pas la séparation: brisée de chagrin, elle se jette par la fenêtre. Les voisins la trouvent morte sur le bitume de la cité. Pourtant, Gabrielle continue de veiller sur sa nièce. Depuis son au-delà. Elle se rend vite compte, à sa grande surprise, qu'elle peut influer sur le cours du bas monde et communiquer subtilement avec Mani. Elle suit sa nièce du coin de l'œil, la veille quand elle dort, prévient les drames de son existence et tente de lui faire renouer les liens avec sa mère. Elle va la sauver. Et si les anges gardiens existaient?


- La bibliothèque des cœurs cabossés
de Katarina Bivald
Éditions Denöel / Janvier 2015


Tout commence par les lettres que s'envoient deux femmes très différentes: Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l'Iowa. Après deux ans d'échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu'Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis, et pas uniquement les personnages de ses romans préférés, qui l'aident à monter une librairie avec tous les livres qu'Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel.


- La cigogne
de Akram Musallam
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Dans un village de Palestine, un modeste enfant aux longues jambes grêles, aux épaules tombantes et au nez allongé se retrouve affublé par sa grand-mère d'un malencontreux sobriquet composé en arabe de deux segments identiques, laqlaq ("la cigogne"), sobriquet qui inoculera à l'enfant la manie d'en inverser les syllabes à l'infini. La vie du personnage sera à l'image de son nom: une suite absurde de séparations, de dislocations, de dédoublements, qui l'amèneront, comme un oiseau déboussolé, à ne plus savoir de quel côté de la ligne il se trouve. Akram Musallam nous offre un nouvel opus subtilement mené, dans lequel, explorant la figure de la frontière, il s'attache à déconstruire les logiques spatiales de la domination. Avec une ironie mordante, il met à nu leurs effets sur la vie intime de gens paisibles et ordinaires, un grand-père attaché à ses oliviers et au souvenir des morts, une grand-mère espiègle, une vieille voisine diseuse de bonne aventure, son fils arriviste, que rien ne destinait à faire face à de telles équivoques ni de tels imbroglios.


- La confession de la lionne
de Mia Couto
Éditions Métailié / Janvier 2015


Lorsque le chasseur Arcanjo Baleiro arrive à Kulumani pour tuer les lions mangeurs d'hommes qui ravagent la région, il se trouve pris dans des relations complexes et énigmatiques, où se mêlent faits, légendes et mythes. Une jeune femme du village, Mariamar, a sa théorie sur l'origine et la nature des attaques des bêtes. Sa sœur, Silência, en a été la dernière victime. L'aventure est racontée par ces deux voix, le chasseur et la jeune fille, au fil des pages on découvre leurs histoires respectives. La rencontre avec les bêtes sauvages amène tous les personnages à se confronter avec eux-mêmes, avec leurs fantasmes et leurs fautes. La crise met à nu les contradictions de la communauté, les rapports de pouvoir, tout autant que la force, parfois libératrice, parfois oppressive, de leurs traditions et de leurs croyances. L'auteur a vécu cette situation de très près lors d'un de ses chantiers. Ses fréquentes visites sur le théâtre du drame lui ont suggéré l'histoire inspirée de faits et de personnages réels qu'il rapporte ici. Clair, rapide, déconcertant, Mia Couto montre à travers ses personnages forts et complexes la domination impitoyable sur les femmes, la misère des hommes, la dureté de la pénurie et des paysages.


- La fille sans nom  
de Angelika Klüssendorf
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2015


C'est l'histoire d'une fille livrée à la fureur destructrice d'une mère infantile et sadique. La fille se défend comme elle peut contre cette femme instable, mais aussi contre le monde extérieur: les adultes qui la jugent, ses camarades de classe qui l'évitent. Elle tourmente son petit frère, vole dans les magasins, partout elle se distingue par son comportement asocial. Jamais elle ne demande d'aide.  À qui, d'ailleurs, pourrait-elle s'adresser? Elle est seule et doit se construire seule. C'est la trajectoire bouleversante d'une fille mal aimée qui, malgré tout, possède une force et un appétit de vivre qui lui permettent d'avancer. Avec La fille sans nom, Angelika Klussendorf nous fait découvrir l'une des faces sombres de l'ex-République démocratique allemande, celle où l'enfance n'avait pas sa place, et signe un roman d'une grande sobriété, sans pathos ni misérabilisme.


- La fleur du capital
de Jean-Noël Orengo
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


Bienvenue à Pattaya, en Thaïlande, capitale mondiale de la prostitution, station balnéaire familiale la plus populaire d'Asie du Sud-Est et paradis des transsexuelles, noctambules, bandits, expatriés venus des quatre coins du globe. Une ville-univers, symbole de tous les paradoxes de notre époque, où le sexe, la mort et l'argent cohabitent avec la spiritualité la plus intense: fleur du Capital et clash des civilisations d'un genre particulier. Ce roman baroque et polyphonique est conçu comme un gigantesque théâtre où se déploie la danse frénétique de l'Occident décadent et de l'Orient renaissant. Cinq voix nous guident à travers la multitude des rues et des bars, à la rencontre de figures splendides et déchues: Marly, l'exilé en sursis; Porn, la ladyboy parfaite, dont il est amoureux; Kurtz, le guerrier de la passe; Harun, l'architecte obsédé; et Scribe, l'auteur fétichiste de la cité. Dans une langue puissamment inventive, tranchante et hypnotique, ce premier roman nous emporte aux tréfonds de l'Extrême-Orient, au cœur du désir humain.


- La folie Dartigaud
de Christian Jouhaud
Éditions De l'Olivier / Janvier 2015


Dartigaud a-t-il existé? Oui et non. Ce livre est le fruit de cette incertitude. Vie d'un historien, ombre inquiétante de l'auteur, essai sur l'écriture de l'histoire, souvenir d'une puissance inexpliquée: la folie du personnage, engendrée par l'avidité d'un rapport déréglé au passé, produit une science historique sans recoins sombres ni portes dérobées. Dans ce livre à surprises, on croise un meurtrier condamné à mort, un policier devenu tenancier de bistrot, quelques grandes figures des sciences sociales naissantes, un curé-poète du XVIIe siècle et aussi François Mauriac et Henri de Toulouse-Lautrec. Et même un psychanalyste sans nom et sans visage qui constate un jour que Dartigaud n'a plus d'ombre. Est-il donc guéri?


- La gaieté
de Justine Lévy
Éditions Stock / Janvier 2015


"C'est le paradis, c'est mon paradis, je ne sais plus rien de la politique, des livres qui paraissent, des films, des projets de Pablo, de l'autre vie, la leur, c'est comme un jeûne, une ascèse puéricultrice, c'est comme si j'avais été opérée de ma vie d'avant, je ne sais pas si ça reviendra, je ne sais même pas si je le souhaite, j'adore cette nouvelle vie de mère de famille un peu débile mais résignée, les jours cousus les uns aux autres par l'habitude et la routine, je me voue tout entière à mes enfants, je les tiens fort dans mes bras, je les tiens fort par la main, et bien sûr qu'eux aussi me tiennent et qu'ils m'empêchent de tomber, de vriller, bien sûr qu'eux aussi me rassurent, me comblent, me protègent et me procurent cette joie bizarre, assez proche de la tristesse peut-être, parce que je vois bien que ce n'est plus seulement de l'amour, ça, au fond, c'est de l'anéantissement".


- La guerre d'hiver
de Philip Teir
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Au premier abord, la famille Paul incarne le rêve de la classe moyenne scandinave: célèbre dans les années 90 pour son étude sur la vie sexuelle des Finlandais, Max est un sociologue réputé. Avec sa femme, Katriina, D.R.H. dans un hôpital, ils vivent dans un appartement spacieux au cœur d'Helsinki. Mais à y regarder de plus près, le tableau est loin d'être idyllique: Max a perdu bien des illusions et désespère de pouvoir terminer un jour son nouveau livre. Son couple bat de l'aile, et ses filles, l'une à Londres, l'autre à Helsinki, mènent leurs vies sans lui. Alors, quand l'une de ses anciennes étudiantes devenue journaliste lui propose de l'interviewer pour son soixantième anniversaire, il accepte sans hésiter ni imaginer les conséquences de cet entretien sur sa vie et celle des siens.


- La maison atlantique
de Philippe Besson
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Jusqu'à l'été de ses dix-huit ans, tout le séparait de son père, un séducteur impénitent, sûr de lui, et qui s'était surtout illustré par son absence. Alors quand père et fils se trouvent enfin réunis dans la maison familiale, face à l'océan, l'occasion semble propice à la réconciliation. Mais en huis clos, les rancœurs enfouies peuvent resurgir, le souvenir d'une disparue remonter à la surface. Et certaines retrouvailles, prendre des allures de vengeance en marche.


- La maison de Salt hay Road
de Carin Clevidence
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Dans la maison de Salt Hay Road cernée de marais, trois générations cohabitent cahin-caha sous l'autorité du patriarche Scudder. Entre un fils vieux garçon, une fille revenue au nid et des petits-enfants orphelins, chacun tente de faire sa place au cœur de cette famille branlante, entamée par les aléas. Jusqu'au jour ou l'explosion d'une usine voisine amorce leur dérive en venant fissurer ce fragile équilibre.


- La maison-guerre
de Marie Sizun
Éditions Arléa / Janvier 2015


Lorsque Vera confie sa petite fille de quatre ans à ce qui va devenir, dans son imaginaire d'enfant, la "maison-guerre", un lieu silencieux occupé par de vieilles personnes, elle ne songe qu'à la protéger de la cruauté des temps. Mais le lieu, si présent, si fort, dans une époque si tourmentée, deviendra dans l'esprit de la fillette une ressource de mystères et d'émotions, une blessure et un refuge, un apprentissage de la vie qui n'aura pas d'équivalent. Dans ce livre, Marie Sizun écrit avec une tendresse poignante une enfance dans la guerre, marquée par le secret et le non-dit, par la violence des choses qui ne devraient pas être, de celles qui sont tues et soudain révélées, et qui résonnent aujourd'hui encore dans le cœur de la narratrice.


- La maison du lys tigré
de Ruth Rendell
Éditions Les Deux Terres / Janvier 2015


Stuart Font, jeune et beau propriétaire londonien, se demande s'il a eu raison de convier tous les occupants de son immeuble à sa pendaison de crémaillère. Il craint qu'en ayant invité sa maîtresse Claudia, son mari se manifeste lui aussi. Par ailleurs, il est de plus en plus intrigué par la jolie Asiatique solitaire, cultivatrice de lys tigrés, qui habite en face. Stuart, assez naïf, est loin de se douter que cette petite fête restera violemment gravée dans toutes les mémoires. Comme dans un conte de fée urbain, la mystérieuse jeune fille semble n'être sortie de la maison du Lys tigré que pour jeter un terrible sort.


- La nostalgie du crépuscule
de Alessia Valli
Éditions Michalon / Janvier 2015


Cassandre est étudiante en première année de droit. Mélancolique et solitaire, elle sort d'une adolescence fragile, et aspire à renaître sous une nouvelle identité. Dans une librairie milanaise, un livre l'attire, un recueil de lettres. Le soir même, elle écrit un mot à l'auteur. Patrizio Di Ponte philosophe à succès, ne tarde pas à lui donner rendez-vous. Elle rêve d'une fusion spirituelle, il veut jour de l'instant présent. Elle a vingt ans, il en a soixante-dix.


- La permanence des rêves
de Christophe Carpentier
Éditions P. O. L. / Janvier 2015


Humphrey Winock est un américain de 54 ans, chercheur en dermatologie, qui intervient à l'université de Princeton dans le cadre d'un plan pédagogique antisecte financé par l'Unesco. Winock est en effet le co-fondateur d'une association internationale d'aide aux victimes du gourou Thomas Prudhomme.
Thomas Prudhomme est un gourou français de 29 ans, qui prône la théorie de la Vérité Cellulaire, théorie dont les principes apparaîtront au gré du récit. Après s'être fait amputer des jambes, des bras, s'être fait couper la langue, et crever les yeux et la cavité nasale dans une clinique privée de New Delhi, Thomas Prudhomme s'exhibe, telle une œuvre d'art, dans son hôtel particulier de la rue Frochot, située dans le IXe arrondissement de Paris. Cette exhibition traumatique à haute teneur mystique a déjà déclenché chez plus de 500 visiteurs, parmi les plus fragiles, des actes d'automutilation, dont Prudhomme ne peut être rendu coupable aux yeux de la loi, compte tenu de son statut d'œuvre d'art, statut âprement défendu par la batterie d'avocats au service de sa démarche délirante. À travers un exposé oral intitulé "autopsie de la pensée dégénérative de Thomas Prudhomme", qui relate la biographie du gourou depuis son enfance jusqu'à son basculement dans la folie mutilatrice, Humphrey Winock espère démontrer que Prudhomme n'est qu'un pauvre type comme le ventre de l'humanité en enfante tant, et non un nouveau Christ comme ses adeptes le prétendent. Humphrey Winock a déjà été confronté à ce genre de pensée dégénérative par l'intermédiaire de son fils William Winock qui, trois ans plus tôt, a assassiné un blogueur qui avait sali la réputation de Michel Houellebecq, un écrivain qu'il adulait, avant de se donner la mort dans la cellule de sa prison parisienne. Les circonstances de ces deux drames seront bien entendu exposées en détail. Nous suivons en effet Humphrey à la fois à l'université, lors de ses interventions devant ses étudiants, et chez lui, dans sa vie de tous les jours, ainsi que durant ses intenses réflexions sur le mauvais père et le mari décevant qu'il a conscience d'avoir été. Lors de ses interventions à l'université, Humphrey se lie d'amitié avec deux étudiants, Henry et Shannon Johnson, qui, initiés dans leur enfance à l'ébénisterie par leur grand-père paternel, ont conscience de s'enliser dans des études supérieures qui ne leur conviennent absolument pas. Auprès d'eux, Humphrey va s'amender du mauvais père qu'il fut envers William, et construire une relation de confiance et d'estime qui va également lui permettre de jeter un regard plus empathique sur la jeunesse qu'a vécue Thomas Prudhomme. En effet, d'abord présenté par Humphrey comme un être maléfique et dangereux, nous verrons tout au long du roman que les choses ne sont pas aussi simples qu'il y paraît, et qu'Humphrey lui-même, pourtant censé le diaboliser, finira par considérer ce gourou comme une victime supplémentaire d'une société dématérialisée qui excite ce qu'il appelle la "Jubilation Autobiographique Spéculative", autrement dit la création d'un romanesque débridé et narcissique à l'intérieur de nos vies. Quoi qu'il en soit, Prudhomme continue de faire des victimes, mais surtout, il entreprend une tournée des plus grands musées d'art contemporain internationaux qui le conduira de Londres à Brasilia en passant par New York, et dont le point d'orgue sera une exposition de son martyr à la Chapelle Sixtine du Vatican. Pour l'association de défense de ses victimes c'en est trop, il faut réagir. Le kidnapping de Prudhomme est organisé par Humphrey, les jumeaux Johnson et 274 autres complices venus du monde entier, en plein cœurs du MoMA de New York par un bel après-midi de mai 2016. L'opération est un succès. Les vigiles sont neutralisés et Prudhomme, l'homme-tronc, est enlevé en catimini. Humphrey embarque aussitôt avec lui clandestinement sur un navire en partance pour Saint-Petersburg en Russie. C'est en effet dans les vastes forêts de Komi, situées au cœur de l'Oural, qu'il confiera le gourou emblématique à une secte d'illuminés qui prônent la "Régénération Préhistorique". Tandis que tous les protagonistes du kidnapping attendent leur procès dans leur pays respectif, à la toute fin du roman, Thomas Prudhomme prend la parole pour la première fois, depuis le fin fond du cosmos, où son esprit décorporisé, affranchi de ses cinq sens, a désormais élu domicile.Le mystère constitutif de toute vie est un des principaux thèmes de ce roman. Non pas le mystère de la création ontologique, mais le mystère autobiographique dont chaque existence est porteuse. Ici, l'existence des personnages finit par devenir une nébuleuse d'intentions inavouées et d'influences ancestrales qui composent pour chacun d'eux une identité approximative et fluctuante dont ils ne peuvent même pas se vanter d'être l'unique propriétaire. Outre son aspect pédagogique et initiatique, ce roman a pour toile de fond les tensions intérieures que génère en nous un rapport trop intellectualisé au réel. William Winock, Thomas Prudhomme, et l'institution de Princeton dans son entier symbolisent cette course effrénée vers la dématérialisation croissante de notre mode de vie, et par voie de conséquence, de notre environnement mental. En analysant les raisons du suicide de William Winock, et de la mutation de Thomas Prudhomme en une icône martyrisée, le roman tente de démontrer que cette dématérialisation passe par celle du langage qui, en devenant de plus en plus spéculatif et théorique, vide l'individu de son identité originelle qui, pour rester cohérente, doit être enracinée dans des expériences sensorielles concrètes avec la matière, avec le vivant.


- La piscine-bibliothèque
de Alan Hollinghurst
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Véritable bombe littéraire qui suscita les passions lors de sa parution en Angleterre, La Piscine-bibliothèque est le premier roman d'Alan Hollinghurst. Introuvable en France depuis plus de dix ans, cette œuvre majeure reparaît dans une nouvelle et magistrale traduction, établie en collaboration avec l'auteur. Elle nous plonge dans l'atmosphère débridée du Londres des années 80, avant que le sida ne décime la communauté homosexuelle. Au bord de la piscine du Corinthian, lieu de drague et de sexe, un jeune dandy extraverti rencontre un homme plus âgé, puissant et conservateur, qui lui demande décrire sa biographie.


- La promesse
de Jean-Guy Soumy
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


En ce temps où il n'était pire crime que se suicider. Inspiré d'une réalité historique méconnue, un grand roman d'amour, subversif, troublant et follement romantique. "Camille s'agenouilla près du corps de Jeanne. Ses doigts se posèrent sur la cheville glacée. Il ferma les yeux. C'était il y a longtemps. Un jour d'été. Ils ruisselaient, l'un et l'autre, d'eau et de soleil. Ils avaient treize ans. Peut-être quatorze. Dans une anse sableuse de la Dordogne, ils s'étaient baignés toute l'après-midi. L'eau était chaude et coulait sur les graviers dorés. Parfois, l'ombre d'un poisson filait dans le cristal du courant. Le temps n'existait plus. Il n'y avait ni passé ni lendemain. Que l'instant présent, d'une densité écrasante. La joie qui l'avait essoufflé faisait encore aller et venir sa poitrine maigre. Battre son cœur sous ses côtes. Le pied de Jeanne était venu se poser comme un oiseau au creux de sa main. La peau était fine, douce. Lisse. Le talon s'emboîtait parfaitement à sa paume. Penché sur Jeanne, il ne vit pas que les autres faisaient cercle dans son dos. À un moment, il se retourna et les découvrit. Mais son visage n'était plus le même et tous reculèrent. Soucieux de ne pas approcher de trop près un si grand chagrin". À l'âge du premier grand amour, Camille a laissé sa famille le séparer de Jeanne. Toutes ces années, fidèle à leur promesse, elle l'a attendu. Il n'est pas venu. Quand elle meurt, on l'accuse de s'être défenestrée. Et, en ce temps ou il n'est pire crime que se suicider, c'est Camille que désigne la justice pour incarner dans son procès le "corps et la voix" de Jeanne.


- La route de Beit Zera
de Hubert Mingarelli
Éditions Stock / Janvier 2015


Stepan vit avec sa chienne quelque part en Israël dans une maison isolée près des bois. Il écrit chaque jour à son fils Yankel, forcé de se cacher à l'autre bout du monde. Il raconte ainsi sa vie de solitude et dit son espoir, un jour, de le retrouver. En faisant face à son chagrin, il se souvient de l'époque où il contrôlait les Palestiniens aux postes-frontières, éprouvait de la haine, de la honte ou de la compassion. Depuis quelque temps, un adolescent mystérieux lui rend visite et s'attache peu à peu à la chienne. Livre de la paternité et de la transmission, il aborde la question de la séparation, celle d'un père et d'un fils mais aussi celle des peuples qui vivent avec les fautes commises par leurs aînés. Et dit, à hauteur d'homme, la vie quotidienne éprouvée par le conflit israélo-palestinien.


- La saison des mangues
de Cécile Huguenin
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2015


Trois femmes, trois générations, trois pays, trois destins. Inde coloniale. Radhika est mariée par son père à un Major anglais, qui se révèle odieux. La naissance de leur fille, Anita, ne fait qu'exacerber sa tyrannie. Angleterre. Élevée dans la stricte tradition britannique, la petite fille s'épanouit néanmoins dans le cocon qu'elle et sa mère se sont construit. Après la décolonisation, Radhika, opprimée par son mari et nostalgique de son Inde natale, l'empoisonne et repart avec sa fille au pays. Dans l'avion, elles rencontrent François, un français passionné par l'Inde. Anita tombe immédiatement amoureuse de cet homme qu'elle épousera. De leur union naît Mira, au doux visage couleur de mangue. En France, Mira, "la quarteronne", grandit écartelée entre toutes ses cultures et se sent étrangère dans son propre pays. C'est en Afrique qu'elle parvient enfin à trouver sa place. Elle aidera Laurent, jeune français en mission humanitaire, à combattre les préjugés, et à accepter l'autre. Mais le chemin est sinueux et l'apprentissage dangereux. Personne n'en sortira indemne.


- La silhouette, c'est peu
de Nathalie Peyrebonne
Éditions Phébus / Janvier 2015


"Des mains anonymes griffonnent ou impriment chaque jour ces dictons impérissables dont la présence est devenue évidente. Ils sont un repère pour qui ouvre un œil le matin, un filet de sécurité: les mots nous protègent du vide, c'est un fait". Depuis quelques jours des "semeurs" font fleurir des dictons dans les rues de Paris, sous forme de petits papiers laissés à l'arrière des taxis, sur les tables des cafés ou de mots tracés à la craie sur les murs: "La nuit d'août trompe les sages et les fous", "En septembre, le fainéant peut aller se pendre", "À la Sainte-Catherine, tout arbre prend racine". Personne n'y prête attention au début, mais ils s'installent imperceptiblement dans les esprits et vont tout doucement inciter les citadins à interroger leurs amours, leurs amitiés ou leurs choix de vie. Diane, conductrice de taxi, Agnès, scaphandrière en eaux troubles, ou Angélique, ex-secrétaire tranquillement retirée dans son appartement, croiseront ainsi le chemin d'Edmé, vagabond décalé, protecteur des laissés-pour-compte de son quartier. Tous vont se frôler, s'influencer pour un avenir où les frustrations et les peurs pourraient n'être plus les seules à gouverner les hommes.


- La tentation de l'indifférence
de Véronique Maumusson
Éditions Anne Carrière / Janvier 2015


Paris, 1938. Anne Gassin a vingt ans lorsqu'elle arrive à Paris pour entreprendre des études de philosophie à la Sorbonne. Une opportunité inespérée pour cette fille d'ouvriers rouennais. Elle y fait la connaissance de Pierre, Léo, Philippe, Simone et Hélène, un groupe d'étudiants brillants et privilégiés, choyés par la vie. Consciente de sa différence, Anne est pourtant immédiatement séduite par le groupe, et plus particulièrement par Pierre. Un amour passionné naît entre les deux jeunes gens. Mais la guerre, la capitulation de la France, l'Occupation viennent modifier la donne. Les orientations politiques vont peser et conduire chacun d'eux à prendre position. Collaboration paridéologie, collaboration de facto, résistance par conviction, résistance forcée, telles sont les options qui vont se présenter à ces étudiants, condamnés à vivre leur jeunesse dans une époque trouble. Et nous, qu'aurions-nous fait à cette époque?


- La tombe de mon père
de Stéphane Denis
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


Voué aux soldats franco-britanniques tombés lors de la guerre d'indépendance de la Grèce, le vieux cimetière de Kalamaki est en réfection. Philipp Julius est appelé sur place par les autorités alliées qui vont procéder à l'exhumation du cercueil de son père, mort dans un attentat en 1963 à Athènes et enterré à Kalamaki sans que l'on sache pourquoi. Que faire du mort? La France et la Grande-Bretagne se disputent le cercueil dont les allers-retours en avion rythment cet imbroglio où passent un consul de France et sa drôle de fille, un faux espion nommé Pope Dickens, un croque-mort qui mélange plusieurs langues sans en parler vraiment aucune, les mystérieux ports-francs de Genève, des milliardaires grecs réfugiés à Londres et l'histoire secrète de la Deuxième Guerre Mondiale. Dans une Grèce ravagée par la crise, ce sera à Philipp de décider s'il fait de son père un escroc ou un héros, un membre du fameux Bataillon Sacré ou un aventurier sur qui personne n'a jamais réussi à mettre la main.


- La vie de jardin
de Alexis Brocas
Éditions Gallimard / Janvier 2015


Elle s'appelle Estelle, Marie-Laure, Florence ou Solenne. Un jour, elle quitte Paris pour une maison avec jardin. Pour une banlieue près des flux d'argent, loin du bruit des pompes: l'endroit idéal pour élever des enfants. Il s'appelle Aymeric, Benoît, Flavien ou Pierre. Son quotidien: branlettes, brimades, quatre cents coups, amitiés éternelles. Au pensionnat, qu'a-t-il à faire des rêves de sa mère? Il est financier, avocat, agent immobilier ou chercheur. Tard le soir, il construit le monde de demain. Et si ce devait être notre monde? Alexis Brocas nous offre le récit d'une riche banlieue pavillonnaire: un roman d'une ambition folle, la peinture d'une époque. À suivre sur trente ans, la vie de dizaines de personnages. La subtilité de l'analyse sociologique rejoint le plaisir de raconter une histoire.


- Le castor
de Mohammed-Hasan Alwan
Éditions Du Seuil / Janvier 2015


Ghâleb, quadragénaire saoudien échoué sur les rives de la Willamette, à Portland, se retrouve un jour nez à nez avec une drôle de créature: un mammifère à queue plate dont il ignore le nom, mais qui lui rappelle singulièrement l'entourage qu'il a laissé derrière lui. Aussitôt, il est renvoyé à son passé familial et à ses échecs personnels. Né d'un premier mariage malheureux, Ghâleb a toujours été un étranger pour les siens. Sa relation clandestine avec Ghâda, une femme qu'il n'a pu épouser pour cause d'incompatibilité sociale entre familles, ne lui procure plus grand-chose, et il s'agirait pour lui de mettre fin à cette histoire impossible. Seul, en crise, il voudrait prendre un nouveau départ dans la vie. Mais comment? Ateliers de développement personnel, thérapie par la pêche, consommation effrénée d'alcool, sans parler des lettres qu'il adresse à son coiffeur de Riyad ou à un célèbre animateur de talk-shows, Ghâleb va tout tenter dans le plus grand désordre. Roman familial, conte cruel et facétieux sur la crise de la quarantaine, récit sur l'immigration, Le Castor déplie avec jubilation les complexités de la société saoudienne et nous montre que, finalement, la zoologie est l'un des plus courts chemins pour comprendre l'homme.


- Le cœur du Pélican
de Cécile Coulon
Éditions Viviane Hamy / Janvier 2015


Anthime, un adolescent inséparable de sa sœur Helena, vient d'emménager dans une banlieue de province avec toute sa famille. Il craint de ne pas s'intégrer dans cette nouvelle communauté où personne ne l'attend. Pourtant, il va vite trouver le moyen de se distinguer et de se faire connaître. Lors d'une kermesse, il s'illustre par sa rapidité au jeu de quilles. Il n'en faut pas plus à Brice, un entraîneur obèse et bonhomme, pour l'enrôler dans la course à pied. Anthime, surnommé le Pélican, excelle dans cette discipline et devient un exemple et un symbole pour toute la région. Sa voisine Joanna l'adule mais le coureur n'a d'yeux que pour Béatrice, une camarade de classe, belle et charnelle, et qui ne reste pas, elle non plus, insensible à son charme. La veille d'une course déterminante, ils échangent un baiser qui scellera leur relation devenue désormais impossible à cause de la chute d'Anthime, qui s'effondre aux portes de la gloire. Vingt ans plus tard, alors qu'il a tout abandonné, désormais bedonnant, et qu'il vit un amour médiocre avec Joanna, Anthime reçoit un électrochoc. Il sort de sa torpeur lorsque ses anciens camarades de classe lui lancent le défi de traverser le pays en courant. Le Pélican retrouvera-t-il en lui la force de redevenir un champion et combler, par la même occasion, son orgueil? Porté par une extrême émotion, Le Cœur du Pélican nous parle de la gloire et de sa fragilité, du sport et de sa souffrance. Il raconte le courage et la destinée à la fois banale et extraordinaire d'un homme qui réussit, connaît le succès, tombe et se relève. Cécile Coulon parvient formidablement à incarner ses personnages aux prises avec leurs désirs et aveuglés par les non-dits.


- Le maître
de Patrick Rambaud
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


"C'était il y a vingt-cinq siècles dans le royaume de Song, entre le Fleuve Jaune et la rivière Houaï: Tchouang naquit les yeux ouverts et sans un cri. Il était froissé, édenté, chauve, puisque les nouveau-nés ressemblent aux vieillards: les hommes entrent en scène aussi démunis qu'ils en sortent". Bienvenu dans la Chine du Vème siècle avant Jésus-Christ. Un monde poétique et violent, où "tombe" soudain cet enfant, fils du Surintendant des présents et cadeaux. Dans ce royaume gigantesque, l'or est partout, la faim aussi, les princes et les rois ont des esclaves, des éléphants, des nains, ils écoutent des poèmes, font commerce de femmes et d'épices, lisent Confucius. Avec son immense talent, Patrick Rambaud nous conte la vie de cet enfant, curieux, libre, attentif à la vie, aux métiers, à la pratique du monde; bientôt inventif et sage; au plus près du peuple. C'est ainsi qu'il deviendra le plus grand philosophe chinois, Tchouang Tseu, donnant son nom à son livre légendaire, suite magnifique d'histoires vivantes, où l'on croise des bouchers, des seigneurs, des tortues, des faux sages. C'est un destin inouï que nous raconte le romancier à mi-chemin de la fable et de la philosophie. On rit, on apprend, on découvre, on s'étonne, dans ce monde dont le vrai prince est un philosophe.


- Le manteau réversible
de Odile Barski
Éditions La Grande Ourse / Janvier 2015


Louise décide de faire le vide. Son amant, son mari, ses fringues, sa maison. Tout. Elle largue tout. Seul son vieux manteau résiste à ce grand nettoyage méthodiquement orchestré. Sans se retourner, elle s'en va au volant de son coupé Mercedes. Hanté par le départ de sa femme, happé par le même vide, Laurent se lance à ses trousses. Dans une agglomération-fantôme où l'affolement et le chaos général font écho au chaos des cœurs, une course-poursuite à deux voix s'engage, sans cesse freinée par des rencontres menaçantes et semée d'embûches mortelles. Plongée dans l'encre rouge de la mémoire, la plume acérée d'Odile Barski trace obstinément les contours du mot vérité.


- Le meilleur du monde
de Virginia Bart
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Jeanne a bientôt quarante ans. Elle est mariée avec Nicolas depuis presque vingt ans et vit à Paris où elle est journaliste. Elle est cérébrale, rationnelle, ambitieuse, soucieuse des apparences et impassible. En réalité, elle souffre et elle s'ennuie. La vie lui paraît fade et le vrai bonheur hors d'atteinte. Un soir d'été à Sète, elle retrouve Christophe, son amour de jeunesse. Instinctif, sensuel, dilettante, rebelle, insouciant, il est son contraire. Pourtant c'est le coup de foudre. Pendant quelques mois, Jeanne vit enfin en osmose avec elle-même et avec le monde. Au nom de la promesse d'une vie enfin rayonnante et vibrante, elle décide alors de tout quitter. Mais le merveilleux peut-il durer?


- Le meilleur livre du monde
de Peter Stjernström
Éditions Cherche Midi / Janvier 2015


Titus Jensen est un écrivain stockholmois en pleine crise existentielle. Nostalgique de sa période de gloire passée, alcoolique, le voici aujourd'hui réduit à devoir faire le pitre sur scène pour amuser la galerie à ses dépens, au cours de lectures qui servent d'ouverture aux performances de son ami Eddie X, poète en vogue. Lors d'une conversation avec ce dernier, Titus a l'idée d'écrire le bestseller ultime: un livre qui pourrait être numéro un des ventes dans chacune des catégories, puisqu'il serait à la fois roman policier, essai d'histoire de l'art, livre de recettes, guide de bien-être... Astra, son éditrice, ne lui donne le feu vert qu'à deux conditions: l'assiduité et la sobriété absolues. Titus se lance donc dans l'écriture du Meilleur livre du monde, mais commence à soupçonner son ami Eddie X de lui avoir volé l'idée et d'être en train d'essayer de le prendre de vitesse. Un concept de génie, un livre qui assurerait argent, gloire et immortalité: l'enjeu est en effet séduisant. Mais dans la lutte qui s'engage entre les deux amis, il ne pourra y avoir qu'un seul vainqueur.. Ce meilleur livre du monde, foisonnant, truffé d'humour acerbe et d'auto-dérision, est un roman extrêmement divertissant. Peter Stjernström y manipule son lecteur d'une main de maître. Dressant un tableau impitoyable et féroce de la vie quotidienne suédoise, il fait également un portrait saisissant du nombrilisme et du cynisme du monde de l'édition. Surtout, ce jeune écrivain débordant de talent a créé avec Titus un antihéros qui restera dans toutes les mémoires.


- Le monde selon Billy Boy
de Gilles Leroy
Éditions Mercure de France / Janvier 2015


En cette toute fin des années cinquante, Éliane a vingt ans quand elle tombe enceinte. André, le futur père, n'en a que dix-sept et ses parents s'opposent au mariage. Éliane a peur. Sa propre mère la renie, André disparaît. Où trouver le courage de porter puis d'élever seule cet enfant? Gilles Leroy renoue ici avec la veine personnelle de son œuvre. Car Éliane et André sont ses propres parents. Dans ce roman familial, il dresse les portraits émouvants d'une mère séduisante et combative, d'un père amoureux et flambeur, tous deux adorés et complexes. Avec une infinie tendresse, essayant d'imaginer leur vie avant lui et ce qu'elle aurait pu être sans lui, il cherche aussi à savoir d'où il vient, livrant de lui-même un autoportrait en creux.


- Le pas du lynx
de Joana de Fréville
Éditions Les Allusifs / Janvier 2015


Afin d'honorer un étrange contrat, un peintre et une jeune photographe, tous deux exilés, se retrouvent chaque soir pour danser en silence. Ils ont en commun un objectif: ne rien dire de soi, ne rien savoir de l'autre, jusqu'au moment où un événement compromet cet accord. À travers ce premier roman, Joana de Fréville chorégraphie la part secrète de deux solitaires que leur rencontre désarçonne. Oscillant entre tragique et légèreté, elle rend un hommage insolite au tango argentin et à la soif irrépressible de vivre.


- Le printemps des débutantes
de T. J. Brown
Éditions Mosaïc / Janvier 2015


Angleterre, 1914. Le fastueux domaine de Summerset Abbey est en effervescence. Entre visites mondaines et confection de nouvelles toilettes, lady Summerset prépare l'entrée dans le monde de ses deux nièces sans imaginer un seul instant que l'aînée, Rowena, est amoureuse de Jon, un bel aviateur issu d'une famille honnie, et ce, au mépris de toutes les convenances. Quant à Victoria, la cadette, blessée de voir ses articles scientifiques refusés pour l'unique raison qu'elle est une femme, elle s'est engagée au côté des suffragettes dans un combat aussi passionné que périlleux. Un combat qui la conduit à Londres, où elle retrouve Prudence, qu'elle n'a pas revue depuis que cette dernière, bouleversée par la révélation du secret sur ses origines, a fui Summerset Abbey, un mois plus tôt, pour se marier à la hâte avec un homme qu'elle connaît à peine. Déterminées à écrire elles-mêmes leur propre destin, les trois jeunes femmes vont, à l'aube du XXe siècle, conquérir leur liberté dans un monde près de changer à tout jamais.


- Le prix
de Antoinette Rychner
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Une fois de plus, il n'a pas remporté le Prix. Celui pour lequel il travaille sans relâche, celui qui fait tout le sens de son existence. Nous voilà plongés dans l'esprit tourmenté d'un sculpteur de "Ropfs", étranges créatures mi-organiques, mi-artisanales qui surgissent de son nombril. Son désir d'absolu se heurte aux perpétuelles demandes d'amour et d'attention de sa femme et de son fils Mouflet. Que dire alors de la naissance de Remouflet qui s'annonce, et va de nouveau tout bouleverser, jusqu'au drame. À travers un monologue intérieur halluciné et cocasse, l'auteur nous embarque dans une épopée domestique où le réel s'évertue à battre en brèche la volonté d'exister pour soi. Et pose des questions qui nous concernent tous: comment concilier vie familiale, professionnelle, quotidienne, et vie intérieure? On rêve parfois aux grandes choses qu'on accomplirait, si l'on vivait dans la solitude. Mais que ferions-nous vraiment, séparés de ceux qui nous entourent, nous encombrent et nous aiment? Un premier roman à l'humour ravageur, illuminé d'éclairs de tendresse.


- Le procès du dragon
de Emmanuel Pierrat
Éditions Le Passage / Janvier 2015


Je m'étais pourtant interdit de fouiller, de m'enliser dans la lecture d'affaires périmées. Mon cabinet parisien, "Maître Emmanuel Tapiro & associés", suffoquait pour de bon mais, seul descendant des fondateurs, j'avais beaucoup de mal à me séparer de la masse de papier accumulée par mes aïeux et prédécesseurs. C'est ainsi que j'attrapai, un après-midi, une pile de cartonnages desséchés, ligotés par une mince cordelette, et que je dénouai le fagot pour découvrir ce qui était baptisé en capitales tracées à l'aide d'une règle: "le procès du dragon". Un geste qui allait de nouveau mettre mes pas dans ceux de mon grand-père, maître Vincent Tapiro, et m'entraîner sur l'île de Komodo, près d'un siècle plus tôt, dans les méandres d'une sombre affaire de disparition d'une famille de missionnaires hollandais. Un geste, surtout, qui allait m'apprendre combien réouvrir un vieux dossier peut s'avérer dangereux et révéler de lourds secrets.


- Le roman des Écameaux
de Roger Knobelspiess
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


"Quel bonheur pur, écrivait Maurice Nadeau, quelle jubilation (amère) que de tomber sur ce faux roman qui dès les premières lignes vous empoigne, puis vous secoue, vous dessille les yeux sur des réalités qu'on ne faisait que soupçonner, vous fait partager la révolte d'un homme hors du commun, mais homme au plein sens du mot". Après dix-sept ans de prison, il en fera vingt-six au total, devenu célèbre grâce à son livre QHS (Quartier de Haute Sécurité), Roger Knobelspiess publie dans une indifférence quasi générale Le Roman des Écameaux, retour chez lui du détenu gracié par Mitterrand, dans cette cité des environs d'Elbeuf, en Normandie, qu'on appelle "Les Écameaux", et où il retrouve sa mère Gaby, et tout "un monde d'écrasés vivants". Voyage terrible et éprouvant dans la misère sociale de la France de 1984. Trente ans plus tard, rien n'a changé. Cette écriture si singulière, violente et poétique, maniée "comme une arme à fouiller le réel", nous parle toujours au présent. Knobelspiess écrit "pour prendre la réalité d'assaut". Mais, entre ses clameurs de révolte et sa précision d'entomologiste du malheur, surgissent les blessures inguérissables de l'enfance: "Gamin, je goûtais l'ampleur du temps, mes yeux sur le ciel très haut, mystérieux, l'imaginaire inconnu des nuages m'accaparait. Ce bleu infini, la pluie les jours de pluie, des tonnes d'eau déversées. L'immense arrosoir du ciel, l'eau sur les yeux, c'était bon, je fermais les paupières, me repliais intérieurement, la nature me peaufinait, m'aimait, m'aimait. J'arrêtais le temps, je m'hébétais d'observations étranges".


- Le sens de l'orientation
de Arrigo Lessana
Éditions Christian Bourgois / Janvier 2015


Ferdinand aime la moto, le foot, la montagne. Bien concentré sur son métier de chirurgien du cœur, il est mal orienté dans sa vie amoureuse. Sa femme le quitte. Dans un Paris imaginaire, il trace une nouvelle carte du Tendre et rencontre Paola au café de l'Étoile du Nord. "Comme le jour, qui se lève toujours, Ferdinand vint à penser, ravi, qu'elle viendrait toujours, confondant le toujours d'aujourd'hui avec l'autre, le toujours à venir, dont personne ne sait rien". Ferdinand consulte son médecin des âmes, Valentin, qui dilue ses propres émotions dans le jeu. Une irrésistible ascension semblera tracer son destin dans la neige. Un récit délicat, ironique, percutant.


- Le système
de Antoine Rault
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Il y a tout juste trois siècles, un Écossais, joueur de cartes de génie, se targue de pouvoir sauver l'État français de la faillite. Il convainc le Régent de mettre son système à l'épreuve. Au début, cela marche à merveille. Mais bientôt, la machine s'emballe, et soudain, la bulle explose. John Law vient d'inventer la crise financière.


- Le voile de Téhéran
de Parinoush Saniee
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


"Quand j'ai repris mes esprits, je me trouvais chez cet homme, dans la chambre à coucher. Debout dans un coin de la pièce, je serrais étroitement contre moi le tchador blanc dont on m'avait affublée avant de me conduire dans cette maison. J'essayais de ne faire aucun bruit, espérant qu'il ne remarquerait pas ma présence. Dans ce silence absolu, les larmes coulaient jusque sur ma poitrine. Mon Dieu, comment comprendre ces mœurs? Un jour, ma famille voulait me tuer sous prétexte que j'avais échangé quelques mots avec un homme que je connaissais depuis deux ans, sur lequel je savais beaucoup de choses, que j'aimais et que j'étais prête à suivre au bout du monde, et le lendemain elle prétendait m'obliger à coucher dans le même lit qu'un étranger dont j'ignorais tout et qui ne m'inspirait que de la terreur". Massoumeh, seize ans, n'a qu'un désir: poursuivre ses études. Un rêve accessible aux filles depuis que le shah a modernisé l'Iran. Mais quand ses frères découvrent qu'elle vit une histoire d'amour, très innocente, avec un voisin, ils la marient à un homme qu'elle ne connaît pas et n'a même jamais vu. D'abord désespérée, Massoumeh se rebelle et prend son existence en main.


- Les 33  
de Hector Tobar
Éditions Belfond / Janvier 2015


5 août 2010. En plein cœurs du désert d'Atacama, une mine de cuivre s'effondre: 33 mineurs sont pris au piège à plus de 700 mètres sous terre. Pendant 69 jours, le monde entier va retenir son souffle, guettant la moindre nouvelle de ceux qu'on appelle désormais les 33, admirant le courage des familles qui campent près des lieux du drame, l'acharnement des sauveteurs. Et applaudissant à tout rompre ce jour d'octobre où les mineurs sont remontés à la vie. Mais, ce qu'on ignore, c'est que dans leur cercueil minéral les 33 ont fait un pacte: ce qui s'est vraiment passé dans la mine doit rester secret. Pendant quatre ans, rien ne filtrera. Journaliste, romancier et fils d'immigrés guatémaltèques, Héctor Tobar a su les convaincre de livrer leur histoire. Aujourd'hui, les 33 disent tout: la faim, la soif, la chaleur infernale, bien sûr; l'angoisse, les prières, l'extraordinaire solidarité qui naît de leur isolement; et puis, le premier contact avec l'extérieur, l'espoir qui renaît et avec lui, paradoxalement, les premières dissensions, les tensions, la violence. Mais toujours cette petite flamme: la fureur de survivre.
 

- Les Chiens du Seigneur
Histoire d'une chasse aux sorcières
de Roger Bevand
Éditions Cherche Midi / Janvier 2015


Henri Institoris fut l'un des plus fameux chasseurs de sorcières de la fin du Moyen Âge. Cet inquisiteur dominicain, qui sévissait aux confins du Saint Empire romain germanique, publia Le Marteau des sorcières, un manuel très complet destiné à démasquer et à punir ces hérétiques. Au travers du journal imaginaire d'un clerc qui accompagna Institoris dans la rédaction de son traité comme dans les terribles interrogatoires où la torture précédait le bûcher, Roger Bevand nous entraîne dans ces traques médiévales et brosse, avec une grande rigueur historique, le portrait d'un fanatique, un "chien du Seigneur", qui voulut sauver le monde en brûlant des femmes. En France, la dernière exécution d'une "sorcière" eut lieu en 1856.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 8:28

- Les coqs cubains chantent à minuit
de Tierno Monénembo
Éditions Du Seuil / Janvier 2015


Ignacio Rodríguez Aponte, un Noir de La Havane, gagne sa vie en allant cueillir à l'aéroport les gringos pleins aux as et les Européens romantiques. Un jour, Ignacio récupère à sa descente d'avion un certain El Palenque, venu rôder sur les traces de sa propre histoire qu'il ignore. Natif de Guinée, ses racines maternelles sont ici. Tout a commencé un matin lointain des années cinquante, quand les "barbus" de Fidel Castro pourchassés par les troupes de Batista trouvent refuge sur le domaine agricole du grand-père Alfonso. Une amitié bourrue naît entre les deux hommes et le grand-père obtient, de la main de Castro, une lettre signée lui garantissant dans le futur paradis communiste la propriété privée de son domaine. C'est cette lettre qui vaudra tous les ennuis du monde à la jeune et belle Juliana, et aussi sa passion amoureuse pour un saxophoniste guinéen, beau garçon aux manières de brute. Tierno Monénembo nous entraîne dans une aventure foisonnante où le malheur se noie dans les rythmes de la salsa, les ondulations des corps et le rhum à flots. Un hymne aux origines africaines de Cuba.


- Les dépossédés
de Steve Sem-Sandberg
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Le ghetto de Lotz, créé en 1940, deviendra la plus grande ville-atelier de Pologne. À sa tête, Chaïm Rumkowski, directeur tyrannique et pédophile, reste un monstre pour les uns, un héros pour les autres. En nourrissant son roman de l'exigence historique, Sem-Sandberg pénètre les flous et les interdits afin de cerner ce personnage controversé, dont les paradoxes n'autorisent pas toujours de réponses.


- Les désengagés
de Frédéric Vitoux
Éditions Fayard / Janvier 2015


"Je me suis souvent demandé quels écrivains avaient été assez malchanceux pour publier un livre en avril ou mai 1968. Le point de départ, malicieux, des Désengagés est né de cette interrogation-là. Se sont imposées à moi l'image d'un romancier à peine échappé de l'adolescence: Octave, solitaire, ombrageux, provocateur à l'occasion; et celle d'une femme d'une quarantaine d'années, Marie-Thérèse, responsable littéraire d'une petite maison d'édition, qui aime et protège Octave tout autant qu'elle entend défendre le premier manuscrit qu'il lui a confié. Les personnages de fiction n'engagent pas seulement un dialogue avec ceux qui les inventent ou ceux qui les lisent. Ils se répondent entre eux. D'un siècle à l'autre, parfois. Ainsi la comtesse du Mariage de Figaro nous annonce-t-elle la Maréchale du Chevalier à la rose d'Hofmannsthal, mis en musique par Richard Strauss. Cette dernière filiation, j'ai tenu à la prolonger, sur un ton de comédie mélancolique, en rêvant d'une femme au crépuscule de sa beauté, et d'un jeune amant qu'elle va encourager secrètement à se libérer d'elle, à se désengager". F.V.


- Les disparus de Mapleton
de Tom Perrotta
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Un événement inexpliqué, le "Ravissement", a provoqué la disparition de millions de personnes à travers le monde. A Mapleton, bourgade du Midwest, c'est un bouleversement pour la famille Garvey, qui fait partie des survivants. Kevin devient le nouveau maire, sa femme Laurie, leurs enfants, Tom et Jill, se débattent pour redonner un sens à leur vie. Tandis que Laurie part rejoindre une secte de "pénitents", sa fille, autrefois lycéenne modèle, se livre à tous les excès. La chronique décapante et intimiste d'une famille américaine moyenne après un traumatisme qui les dépasse.


- Les événements
de Jean Rolin
Éditions P. O. L. / Janvier 2015


Les Événements est le récit d'une traversée de la France dans le contexte d'une guerre civile dont les enjeux, pas plus que les causes, ne seront précisés. Il ne s'agit aucunement, en effet, d'un ouvrage de prospective ou de politique-fiction, mais d'une tentative de description d'un pays "normal" (comme son actuel président), soudainement confronté à la violence, à la destruction, à la pénurie, et plus généralement à une perturbation massive de ses habitudes et de son mode de vie. De telles choses arrivent, y compris dans le contexte de pays européens et relativement "développés": elles se sont produites il y a une vingtaine d'années dans l'ex-Yougoslavie, elles se produisent de nos jours en Ukraine. C'est surtout aux traces de ces changements dans le paysage, urbain ou rural, que s'attache le récit, fait alternativement à la première personne par "le narrateur", celui qui traverse la France, d'abord au volant d'une voiture menaçant ruine, puis, pour finir, à pied, et à la troisième personne par un commentateur non-identifié des tribulations du précédent. Cette traversée de la France, de Paris à Port-de-Bouc via la Beauce, la Sologne et l'Auvergne, se déroule entre la fin de l'hiver et le solstice d'été: car s'il s'agit, à certains égards, d'un récit de guerre (d'ailleurs plutôt burlesque que tragique), il s'agit aussi d'une description des variations qu'entraîne dans le paysage le cycle des saisons.


- Les Forrest
de Emily Perkins
Éditions JC Lattès / Janvier 2015


Il y a Lee, la mère, et Frank, le père. Dorothy et ses sœurs, Eve et Ruth, leur frère Michael. Et Daniel, le fils quasi adoptif, au passé tumultueux. Dans cette famille, excentrique et sans le sou, chacun essaye de se construire en dépit des failles des autres. Pour Dorothy, le salut, ce sera Daniel. Un amour secret, initié dans l'enfance à l'abri des hautes herbes de la communauté hippie qui les accueillera un temps. Mais quelques années plus tard, Dorothy s'est mariée avec un autre et c'est désormais Eve qui partage le lit de Daniel. Daniel, personnage magnétique, omniprésent mais disparaissant sans cesse, sorte de Heathcliff au charme envoûtant. Récit sensuel et palpitant, ode à l'énergie vitale qui existe en chacun de nous, Les Forrest nous entraîne dans le sillage de Dorothy. Trop perméable aux sensations du monde qui l'entoure, elle assiste peu à peu à l'effondrement de tout ce qu'elle a construit. Un seul espoir, retrouver Daniel, un jour, dans une autre vie peut-être. Une structure romanesque remarquable, audacieuse, au service d'une exploration extrêmement juste des ressorts humains et des valeurs familiales.


- Les lance-flammes
de Rachel Kushner
Éditions Stock / Janvier 2015


Reno a trois passions: la vitesse, la moto et la photographie. Elle débarque à New York en 1977 et s'installe à Soho, haut lieu de la scène artistique, où elle fréquente une tribu dissolue d'artistes rêveurs, narcisses qui la soumettent à une éducation intellectuelle et sentimentale. Reno entame alors une liaison avec l'artiste Sandro Valera, fils d'un grand industriel milanais qu'elle suit en Italie où ils sont bientôt emportés dans le tourbillon de violence des années de plomb. Un tour de force, un roman électrique au centre duquel Reno, jeune femme "en quête d'expériences", se construit face au miroir déformant de l'art et du mensonge.


- Les luminaires
de Eleanor Catton
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Nouvelle-Zélande, 1866. En pleine ruée vers l'or, l'île voit débarquer sur ses côtes tout ce que la vieille Europe compte d'ambitieux et de désespérés. Parmi eux, Walter Moody, un jeune britannique ruiné bien décidé à trouver fortune accoste au port d'Hokitika, sur la côte Ouest, après un éprouvant voyage. Mais une étrange assemblée l'attend dans le petit hôtel où il a trouvé refuge. Là, dans une atmosphère des plus tendues, douze hommes du cru tiennent une réunion secrète pour tenter d'élucider des faits étranges qui agitent la communauté depuis plusieurs semaines. Un riche notable a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours, et on a découvert une immense fortune dans la maison d'un pauvre ivrogne, mort lui aussi. Moody succombe bientôt à l'irrésistible attrait du mystère et se retrouve plongé dans un entrelacs d'intrigues et de destins vertigineux. Formidable restitution des grands romans anglo-saxons du XIXe siècle, Les Luminaires est une narration ambitieuse dont la structure emprunte à l'astrologie pour livrer un inoubliable roman d'amour, une histoire de fantômes, de pouvoirs et d'énigmes insolubles campés dans une Nouvelle-Zélande ou la fièvre de l'or est reine.


- Les mirages du destin
de Belva Plain
Éditions Belfond / Janvier 2015


Fils de modestes fermiers du Sud, Robb MacDaniel vient d'obtenir une bourse inespérée pour financer ses études de droit. Un nouveau défi dans lequel Robb se lance à corps perdu. Et l'acharnement paie: diplômé avec les honneurs, il ne tarde pas à se faire une place dans l'un des plus prestigieux cabinets d'avocats de la ville. C'est là qu'il rencontre Ellen Grant, la fille d'un homme de loi renommé, illustratrice brillante et passionnée. Commence alors une nouvelle vie, aisée, heureuse. Mais le jeune avocat en veut toujours plus: richesse, réussite, amour, rien ne semble pouvoir le combler. Et pourtant, comment parvenir à oublier Lily, son premier amour? Robb pourra-t-il jamais renier ses racines? Combien de temps avant que sa bonne étoile, sa plus solide alliée, ne l'abandonne? À courir après des chimères, Robb ne voit pas se profiler les drames qui menacent non seulement sa vie, mais aussi celle de sa femme et de sa fille.


- Les noces du palais
de Naguib Mahfouz
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Abbas Karam, un dramaturge cairote débutant, a écrit une pièce, intitulée Les Noces du palais, qui est promise à un grand succès de scandale car il y raconte à sa manière les turpitudes de sa famille. Quatre personnages se relaient pour apporter chacun sa version de l'histoire: l'acteur principal, amoureux de la femme de l'auteur, qui l'accuse d'avoir dénoncé à la police la vie dissolue de ses propres parents et causé la mort de sa femme et de son fils; le père d'Abbas, metteur en scène toxicomane et véreux, qui accrédite dans ses grandes lignes la charge de l'acteur contre son fils; la mère, caissière du théâtre, qui se lamente sur son existence malheureuse, fustige la veulerie de son mari et n'arrive pas à croire que son fils bien-aimé ait pu la dépeindre sous des traits aussi sombres; enfin, l'auteur lui-même, idéaliste écorché vif, qui exorcise ses démons d'une plume acérée, forçant parfois le trait pour se venger du passé, renaître de ses cendres et s'inventer un avenir.


- Les roses noires
de Jane Thynne
Éditions JC Lattès / Janvier 2015


1933. Clara Vine, jeune et jolie actrice anglaise pleine d'ambition, décide de partir tenter sa chance à Berlin, sur les conseils d'un ami. Elle découvre alors les studios mythiques de l'Ufa et se retrouve rapidement coincée dans le cercle des femmes des hauts dirigeants nazis, dont la petite amie de Goering, Emmy Sonnemann, et l'impressionnante Magda Goebbels. Lorsque Léo Quinn, agent sous couverture travaillant pour le renseignement anglais, rencontre Clara, il voit en elle la recrue idéale. En effet, déterminée à agir contre ses nouvelles relations, Clara Vine n'hésite pas à jouer de ses dons d'actrice pour les espionner et recueillir leurs confidences intimes, incarnant son rôle à merveille en dépit du danger. Mais lorsque Magda Goebbels lui révèle un lourd secret et lui confie une mission des plus délicates, toutes ses certitudes basculent. Tiraillée entre son devoir, son affection grandissante pour Léo et le service que Magda lui demande, Clara va se retrouver confrontée à un choix difficile.


- Les vacances de Mr. Lynch
de Catherine O'flynn
Éditions Jacqueline Chambon / Janvier 2015


Lomaverde devait être le nouvel eldorado espagnol pour tous ceux qui cherchent leur place au soleil. Mais la crise financière est passée par là, et Lomaverde n'est plus qu'une ville fantôme. C'est là que, par un beau matin, Dermot Lynch, chauffeur de bus et veuf, fait son apparition. Il vient rendre visite à son fils Eammon, sauf que celui-ci n'a jamais ouvert la lettre de Dermot annonçant sa venue. Le père et le fils se révèlent peu à peu les raisons qui les ont poussés chacun à partir de chez eux. Histoire émouvante et drôle sur le choc des générations, Les Vacances de M. Lynch nous donne à voir la façon dont les familles se fracturent puis se ressoudent.


- Limbes
de Mélania G. Mazzucco
Éditions Flammarion / Janvier 2015


À la veille de Noël, Manuela Paris, 27 ans, rentre dans sa ville natale en bord de mer, près de Rome. Des années auparavant, elle avait tout quitté pour s'enrôler dans l'armée. Manuela fuyait une adolescence malheureuse, difficile. À force de courage, de détermination et de sacrifices, elle a réussi à avoir la vie dont elle rêvait: elle est devenue chef de peloton dans le désert afghan. Cette fois, c'est à tout autre chose qu'elle essaie d'échapper. Manuela est hantée par le souvenir d'un attentat dont elle est sortie gravement blessée. Ses cicatrices l'ont menée à une guerre nouvelle, non moins insidieuse, contre les cauchemars, la désillusion, la souffrance et la victimisation. C'est en rencontrant un inconnu qu'elle va revenir à la vie. Leur relation oblige Manuela à revisiter son passé et à découvrir les secrets qu'elle et les siens ont refoulés au plus profond d'eux-mêmes. Limbes est l'histoire d'une renaissance.


- Loup solitaire
de Jodi Picoult
Éditions Michel Lafon / Janvier 2015


Luke Warren est un spécialiste du comportement des loups. Il s'est rendu célèbre en partageant la vie d'une meute pendant près de deux ans dans le Grand Nord canadien. Mais à son retour, sa famille se disloque. Son fils Edward coupe les ponts après une dispute irréparable, sa femme Georgie le quitte, et sa fille, Cara, qui vit avec lui, se brouille avec son frère qu'elle considère comme responsable du divorce de ses parents. Six ans plus tard, Edward s'est construit une vie en Thaïlande. Mais un coup de téléphone vient bouleverser son existence: son père est dans le coma à la suite d'un grave accident, et ses deux enfants doivent être présents pour décider de son sort. Cara attend un miracle, mais Edward veut arrêter l'acharnement thérapeutique et faire don des organes de Luke. Agit-il par altruisme ou par vengeance? Que cache son départ au bout du monde? Jusqu'où Cara ira-t-elle pour l'empêcher de prendre une décision irrévocable? Et quel est le secret qui la tourmente?


- Love
de Richard Morgiève
Éditions Carnets Nord / Janvier 2015


"La fin du monde est survenue après Montélimar. Le canal de dérivation du Rhône franchi, Chance a vu de la fumée noire sortir brusquement d'une des tours de refroidissement de la centrale nucléaire du Tricastin. Ce n'était pas prévu, il faudrait qu'il s'adapte à la situation. La rame a freiné. Une lueur rouge orangé a couru le long d'un bâtiment abritant un des réacteurs. Dans le wagon de première, les voyageurs étaient partagés entre l'excitation morbide, la stupéfaction et l'affolement". Love peint un monde en feu, livré au crime et à la violence des sentiments, perdu entre réalité et virtualité.


- Lucy
de Cristina Comencini
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


Au fil des pages se recompose l'histoire de cette famille, la rencontre de Franco et Sara en Grèce, leur mariage, la naissance de leurs deux enfants, le travail de Sara, paléontologue, qui l'entraîne pendant de longs mois loin de chez elle et des siens, dans la Vallée du grand rift, mère absente et épouse inexistante, si bien que le couple se déchire. Matilde et Alex grandissent tant bien que mal et essaient de se construire entre les larmes de leur mère et le silence de leur père. Franco, lui, refait sa vie, mais ses relations avec ses enfants sont tendues et le souvenir de son ex-femme, qui le hante, se ravive soudain à la lecture d'une lettre qu'elle lui a écrite avant de disparaître. Dans ces quelques lignes, pleines d'amour et de regret, il peine à reconnaître Sara, au caractère si fort et qui préfère d'ordinaire regarder vers l'avenir plutôt que de se tourner vers le passé. Mais Sara vit désormais dans un autre monde.


- Luxuosa
de Brice Matthieussent
Éditions P. O. L. / Janvier 2015


C'est le plus beau paquebot de la PSC, la Poseidon Sea Cruises (où l'on peut aussi déchiffrer les initiales du Parti Socialo-Capitaliste). Plus long que la Tour Eiffel, plus haut que l'Arc de Triomphe, ce Léviathan fut commandé par Hannibal Kadhafi, le fils du tyran libyen, avec à fond de cale un aquarium à requins. Montant à son bord pour une croisière en Méditerranée, le narrateur rejoint 3500 passagers et 1500 hommes d'équipage. Sitôt la passerelle franchie, il devient Lola, splendide grue cendrée, curieuse et indépendante, chaussée de Converse et portant un sac Tati à rayures rouges et blanches. Sur le Luxuosa, personne ne s'étonne de sa présence. Lola découvre une ville, une barre d'immeuble, un centre commercial doublé d'un parc à thèmes et d'une base de loisirs. Tout y obéit à deux systèmes, le Playmobil® pour infantiliser le client, ainsi, il n'y a pas de vraie piscine où nager, seulement des pataugeoires et des jacuzzis où barboter, et le business pour lui faire dépenser le plus d'argent possible. Lola remarque aussi qu'en une métaphore grandiose de l'ordre du monde, l'organisation verticale des ponts se calque sur la richesse de ceux qui les occupent: les passagers les plus fortunés tout en haut, les employés dans des dortoirs sans hublot aménagés au niveau de la ligne de flottaison ou plus bas. Et puis, tous les clients sont blancs, les employés tous basanés, originaires d'une multitude de pays du tiers ou du quart-monde et baragouinant une sorte de novlangue à peine compréhensible. Dès qu'elle rejoint sa cabine pour dormir, Lola cauchemarde. En compagnie d'autres oiseaux prisonniers, elle roule en camion vers un camp. Puis un tapis roulant l'emmène vers un centre de tri où des soldats lui baguent la patte avant de la faire monter dans un autre camion. Comme dans W de Georges Perec, deux récits alternent alors, chacun trouvant son sens dans le miroir de l'autre: À bord du Luxuosa, Lola rencontre un Parisien fanatique des croisières, en proie à une crise existentielle où sa veulerie éclate au grand jour. Puis, au restaurant, Lola se lie d'amitié avec une famille de Wallons qui, elle aussi, cauchemarde. Lola fait la connaissance de Charles, un employé malgache, qui la met en garde contre le Parti Socialo-Capitaliste et lui apprend l'existence d'une langue secrète, l'Ixotl, parlée par les seuls membres du parti. L'autre récit, lacunaire, elliptique, est celui des cauchemars de Lola: de banales activités de loisirs, la gymnastique en piscine, le jogging sur le pont, ou une soirée au casino, dégénèrent insensiblement en séances de tortures collectives: face à un officier sarcastique, les clients-passagers-prisonniers cernés de soldats doivent effectuer des flexions-extensions ou courir pendant des heures sous la menace des fusils. Au casino du bord, on impose aux prisonniers de jouer à la roulette russe. Certains détails font converger les deux récits. Ainsi, dans le rêve de Lola on jette les cadavres dans un bassin à requins. Et Charles, l'employé malgache, lui raconte bientôt sa découverte de l'aquarium aux requins dans une zone interdite du Luxuosa. Quand Charles, puis Lola, apprennent qu'ils ne peuvent plus descendre à terre aux escales, la grue cendrée décide de s'évader de cette prison où elle est sans doute condamnée à mort. Une nuit, entre la Sicile et la Tunisie, Charles, Lola et la famille wallonne quittent le Luxuosa dans un canot de sauvetage, mettent le cap vers la terre la plus proche. À l'aube, ils croisent des migrants rescapés de leurs passeurs et d'une récente tempête. Ils les font monter à bord et entament avec eux une navigation d'un genre entièrement nouveau.


- Mais la musique soudain s'est tue. Journal 2009-2013
de Gabriel Matzneff
Éditions Gallimard / Janvier 2015


Avec ses journaux intimes aux titres flamboyants, provocateurs, Un galop d'enfer, Mes amours décomposées, Calamity Gab, Gabriel Matzneff s'est depuis sa jeunesse attiré une fâcheuse réputation de libertin, de mauvais sujet. Trop beau, trop libre, trop heureux, trop insolent, trop de lycéennes dans son lit, ça indispose les honnêtes gens. Le temps passe, irrémédiablement, même pour les plus obstinés polissons. Mais la musique soudain s'est tue est un joli titre. Toutefois, si Billy Wilder ne l'avait pas précédé, Gabriel Matzneff aurait volontiers intitulé Boulevard du crépuscule ce journal intime des années 2009-2013. Certes, il demeure fidèle à ses passions, il est amoureux, il voyage, il a la dalle en pente et un solide coup de fourchette, il combat pour les causes qu'il croit être justes, bref, il aime toujours la vie, mais peut-être, désormais, est-ce la vie qui a cessé de l'aimer.


- Ma philosophie de l'homme
de Michel Lacroix
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Ce livre est une profession de foi philosophique. Michel Lacroix nous fait partager les valeurs auxquelles il croit et qui ont orienté sa vie: la confiance dans la raison, l'exigence de liberté, la passion de l'éducation, le souci de l'esprit. Loin de dénigrer notre héritage occidental, comme on le fait si souvent, il proclame son attachement à la civilisation qui a forgé l'idéal, universellement valable, de la personne éclairée et autonome, c'est-à-dire libre de ses jugements et de ses actes. Mais aujourd'hui, cet idéal d'émancipation est menacé par des obscurantismes, des aliénations, des fanatismes nouveaux. La notion même d'universalisme est remise en question. En nous exposant sa philosophie de l'homme, Michel Lacroix ne nous livre pas seulement un témoignage sur ses convictions personnelles, il nous donne aussi des repères pour affronter le périlleux XXIe siècle.


- Marathon
de Xavier Lapeyroux
Éditions Fayard / Janvier 2015


Galo a disparu. Aussitôt alerté, son frère cadet, Selbi, part à sa recherche. Mais comment retrouver la trace d'un homme qui, à trente-huit ans, mène plusieurs vies de front, cloisonnées par de vastes zones d'ombre? Dans un présent instable, où certitudes et corps vacillent, Selbi interroge les amis de Galo, collecte des fragments disparates qui peu à peu éclairent un personnage complexe, multiple et extrême: photographe de mode, doctorant en philosophie, coureur de fond. Qui peut porter tant d'ambitions à de vertigineux sommets sans finir par se mettre en danger? Malgré son désarroi et les écueils auxquels il se heurte, Selbi est trop inquiet pour renoncer. Même s'il pressent que l'objet de sa quête se transforme. S'agit-il encore seulement de retrouver Galo, ou d'élucider le mystère de ces personnalités qui semblent courir, d'excès en excès, jusqu'à leur fin inéluctable? Roman construit en forme de triptyque, Marathon franchit à chaque étape un degré de plus dans l'analyse psychologique, celle de Galo bien sûr, mais aussi celle de son frère.


- Mentir n'est pas trahir
de Angela Huth
Éditions La Table Ronde / Janvier 2015


Gladwyn Purser a tout pour être heureux. La plus belle épouse, le fils le plus facile, la plus jolie maison dans la plus paisible banlieue de Londres. Les douces séductions du train-train quotidien. Mais on mesure son bonheur une fois qu'on l'a perdu. Un jour qu'il rend visite à sa mère dans les Downs, Gladwyn porte secours à une jeune femme victime d'une chute de bicyclette. En la conduisant à l'hôpital, il ment impulsivement sur sa situation, et se voit bientôt faire ce qu'il croyait réservé aux autres: jongler avec deux téléphones, échafauder des scénarios rocambolesques, multiplier les voyages d'affaires. Est-on goujat lorsqu'on aime sincèrement deux femmes à la fois? A-t-on alors le droit d'éprouver de la jalousie à l'égard de sa femme? De faire miroiter à sa maîtresse de faux espoirs? Chef d'orchestre, la vie se charge de résoudre les dilemmes: un voisin inquiétant, un cottage isolé, une situation incontrôlable et le triangle amoureux passe du vaudeville au roman noir. Creusant ses sujets favoris, Angela Huth fait ici le portrait d'une bourgeoisie anglaise attachée aux traditions et déstabilisée par la modernité, la peinture d'une nature sauvage qui reflète les passions des hommes, l'analyse des tumultes de l'amour.


- Meurtre sur la plage
de Leonid Guirchovitch
Éditions Verdier / Janvier 2015


"Vendredi 16 juin 1933, vers dix heures et demie du soir, Haïm Arlozorov, chef de la section politique de l'Agence juive, fut tué d'une balle pendant qu'il se promenait avec sa femme Sima sur la plage de Tel-Aviv. Il décéda peu après minuit à l'hôpital Hadassah. Ayant achevé une tournée de deux mois en Europe, il était rentré l'avant-veille à Jérusalem". Un voyage ponctué de mystères que le narrateur, Israélien émigré d'Union soviétique, tente de reconstituer au cours d'une enquête où il donne successivement la parole à la veuve, aux experts, aux juges, aux témoins. Un kaléidoscope de versions également convaincantes. Arlozorov fut-il tué par des Arabes? Par des Juifs du Betar? Par les services secrets britanniques? Mais voilà que le journal intime, récemment retrouvé, d'une jeune fille allemande dont le lecteur sera peut-être surpris de découvrir l'identité, jette une nouvelle lumière sur l'affaire. Les Allemands et les Soviétiques avaient, eux aussi, toutes les raisons de vouloir se débarrasser d'Arlozorov. Ou peut-être s'agit-il simplement d'un crime passionnel? À mesure que l'enquête progresse, le lecteur s'enfonce dans le labyrinthe des variantes. C'est alors qu'une dernière déposition, celle du narrateur lui-même, livre la clé de l'énigme: celui-ci la détenait depuis le début sans le savoir.


- Mon doux jumeau
de Nino Haratischwili
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Stella a, dirait-on, tout pour être heureuse: à 36 ans, elle travaille pour un quotidien régional et mène une existence bourgeoise dans un quartier chic de Hambourg avec son fils et son mari, réalisateur à la télévision. Pourtant, tout s'écroule le jour où ressurgit Ivo. Stella et Ivo se connaissent depuis qu'ils sont enfants. Stella avait six ans quand son père a noué une liaison avec la mère d'Ivo. Un an plus tard, une tragédie scelle et lie leurs destins: le père d'Ivo assassine sa femme d'un coup de fusil. Les parents de Stella se séparent, c'est le père qui élève les enfants et recueille le jeune Ivo demeuré seul. Stella et Ivo ont donc grandi ensemble. Peu à peu, leur complicité s'est muée en amour, un amour interdit parce qu'incestueux et empoisonné par la tragédie qu'ils ont vécue. Ils ont beau lutter, ils sont sans cesse ramenés l'un vers l'autre; mais, ensemble, ils semblent incapables de connaître le bonheur et se détruisent. Après sept ans d'absence, Stella pensait ne plus jamais revoir Ivo, mais celui-ci la supplie de le suivre une dernière fois, en Géorgie, sur les traces d'un musicien qui, dans les années 1990, a combattu pour l'indépendance de l'Abkhazie. Stella se laisse convaincre et quitte fils et mari. À Tbilissi, elle découvre la tragédie récente de cette ex-république soviétique et, pas à pas, tente de démêler en quoi l'histoire de ce musicien peut les aider, Ivo et elle, à comprendre et accepter leur propre histoire. Un roman d'amour, de guerre et de tragédie familiale, qui aborde des questions existentielles à travers une histoire forte. Une exploration sans concession de toutes les formes de dévastation provoquées par les conflits, ceux que se livrent les peuples comme les individus, au sein de la famille ou du couple.


- Monologues de la boue
de Colette Mazabrard
Éditions Verdier / Janvier 2015


Une femme marche seule, de frontière à frontière, de Boulogne-sur-Mer à la Belgique, du nord de la France au Jura, des Ardennes à la Suisse; puis plein ouest, vers une fin de terre, au-delà de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle s'enfonce dans le paysage et s'y confond, se fait brume et pluie, terre, humus, boue. Les nuits dans les forêts dictent ses jours. La marche peuple sa solitude de la compagnie des bêtes, de conversations entendues dans les cafés ou d'échanges sur les chemins. Ses pas heurtent des mots, lèvent des souvenirs, épuisent l'absence et les séparations, fatiguent le corps dans une tentative farouche de se réinventer une vie.


- New York, petite Pologne
de Emmanuelle Guattari
Éditions Mercure de France / Janvier 2015


Lorsque la narratrice arrive à New York, dans les années 80, elle n'y connaît personne. Pas à pas, elle va découvrir la ville. Rien ne semble l'effrayer ni même l'étonner: ce monde nouveau, elle l'appréhende à sa manière tranquille, sensitive et sensible. Arpentant New York comme la campagne de son enfance, c'est-à-dire ouverte à toutes les surprises et à tous les possibles, attentive aux détails, aux choses et aux individus. Avec son style inimitable, fait de fragments de sa vie quotidienne, tantôt cocasses tantôt émouvants, Emmanuelle Guattari dresse le portrait iconoclaste d'une New York très personnelle.


- Nord-nord-ouest
de Sylvain Coher
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Ils ont traversé la France en diagonale, de la frontière italienne à la Bretagne, et veulent quitter le pays au plus vite. Lucky et le Petit ont poussé comme des frères, à la vie à la mort, et s'en sont toujours sortis en se serrant les coudes. À Saint-Malo, une fille qui s'est entichée de Lucky dérègle leur routine. Le Petit la voudrait loin, ou bien plus près de lui. L'idée est simple et folle: ils vont rallier l'Angleterre sur un voilier de plaisance. Ils ont grandi dans le calme bleu de la Méditerranée, ne connaissent pas grand-chose de la mer, seule la Fille a naguère pris quelques cours de voile. D'ici deux jours, ils espèrent boire une Guinness dans un bar à marins de l'autre côté de la Manche. Une vie nouvelle pourra commencer. Dans ce huis clos à ciel ouvert, la mer, mystérieuse étendue de beauté fourbe, confronte chacun aux deux autres et à ses propres cauchemars. La liberté et la peur, la solidarité et la solitude, la jeunesse et la destinée, tels sont les motifs de ce voyage incertain sublimé par une écriture au rythme précis, aux métaphores saisissantes, à la poésie vénéneuse


- Notre famille
de Akhil Sharma
Éditions De l'Olivier / Janvier 2015


Ajay n'a pas dix ans lorsque sa famille quitte l'Inde pour s'installer aux États-Unis. Lui et son grand frère Birju découvrent émerveillés ce pays étonnant, promesse d'un avenir radieux. Mais pour Birju, le destin va en décider autrement. Dans l'ombre de son frère aîné, Ajay reste seul à porter les espoirs de ses parents. Adolescent rêveur trouvant refuge dans la littérature, tiraillé entre deux cultures, il va devoir lutter pour trouver sa voie, sans jamais oublier les siens. Akhil Sharma ne nous cache rien des pensées d'Ajay, y compris les plus dérangeantes. Il livre avec Notre famille un récit bouleversant, marqué par un humour et une force de vie inextinguibles.


- Notre mère
de Koren Zailckas
Éditions Belfond / Janvier 2015


Qu'est-ce qui a conduit Violet Hurst, seize ans, en hôpital psychiatrique? Qu'est-ce qui l'a poussée à attaquer Will, son petit frère autiste, à coups de couteau? Un de ces accès de colère dont elle est devenue coutumière? Ou, comme le suggère sa mère, Josephine, un coup de folie? Dangereuse pour elle et pour les autres, mise à l'écart de sa famille, la jeune fille réfléchit, ressasse, cherche l'origine de sa détresse psychologique, de sa récente addiction au LSD, de ses tendances à l'autodestruction. Tente de comprendre ce qui pousse son père à se noyer dans le travail, dans l'alcool; ce qui brise chaque jour un peu plus la fragile confiance en soi de Will; ce qui a poussé sa sœur aînée Rose à fuir le domicile familial un an plus tôt sans laisser d'adresse. Et si la raison était à chercher du côté de Josephine? Entre Violet et sa mère, le combat s'annonce dantesque. Le prix à payer pour trouver enfin la vérité.


- Nous ne sommes pas nous-mêmes  
de Matthew Thomas
Éditions Belfond / Janvier 2015


De son enfance dans un minuscule appartement du Queens d'après-guerre, fille unique d'un père camionneur idole du quartier, et d'une mère qui noyait sa mélancolie à grands coups de scotch, Eileen Tumulty a tiré un principe: toujours viser plus haut, ne jamais renoncer à sortir de sa condition. Faire des études, décrocher un diplôme d'infirmière: Eileen s'accroche, s'endurcit. Tomber amoureuse, épouser Ed: Eileen s'envole, elle a de l'ambition pour deux. Donner naissance à un fils, trouver la maison de ses rêves, former une vraie famille: Eileen veut encore plus, encore mieux. Et pourtant... Les rêves ne sont-ils jamais que des rêves? Sentir la menace, redouter le pire, se révéler dans l'épreuve. Et puis choisir de continuer à vivre, malgré tout.  


- Paradis éphémères
de Donald Richie
Éditions Flammarion / Janvier 2015


"Ma conception du voyage est modelée par un sens particulièrement intense du temps qui passe". Au tournant du siècle dernier, Donald Richie, écrivain et journaliste américain, parcourt l'Orient, de l'Égypte au Japon, son pays d'adoption, en passant par le Bhoutan, la Birmanie, la Thaïlande, la Mongolie, la Chine, la Corée, Yap la mystérieuse... Il voyage à la recherche des paradis fragiles qu'offrent encore ces pays - paradis d'autant plus fuyants qu'ils sont menacés par le développement du tourisme. Sous le regard acéré et rêveur de Richie, villes, temples, plages, forêts, dieux, musiciens et danseurs se colorent d'une dimension élégiaque, ironique et poignante, qui fait de ces Paradis éphémères un guide unique, subtil, dans une Asie en éternelle mutation.


- Peut-être Esther
de Katja Petrowskaja
Éditions Du Seuil / Janvier 2015


Comprendre d'où l'on vient, n'est-ce pas la première responsabilité de l'âge adulte? Katja Petrowskaja a grandi dans une famille juive à Kiev, en Ukraine, dans les années soixante-dix. De son enfance, lui reste un étrange sentiment de manque. Qu'est-ce qui n'était pas dit autour de la grande table familiale? Dans quelle béance de l'Histoire ces ancêtres dont on taisait les noms avaient-ils été happés? Peut-être Esther est le fruit de cette quête des origines. Pas à pas, une découverte après l'autre, Katja Petrowskaja raconte sa filiation. Un arrière-grand-oncle dont l'attentat contre un ambassadeur allemand pourrait avoir déclenché la Seconde Guerre mondiale; un grand-père prisonnier de guerre réapparu quarante et un ans plus tard; une arrière-grand-mère qui s'appelait peut-être Esther, qui à Kiev en 1941 s'est rendue d'elle-même au ravin de Babi Yar, où l'occupant éliminait alors en masse tous les habitants juifs de la ville.


- Pierre noire
de Chantal Forêt
Éditions L'Archipel / Janvier 2015


Nicolas Vernet, jeune enseignant venu de la ville, s'est installé avec Isabelle, sa femme, dans un village du Bourbonnais. Un jour, au bout d'un chemin, au lieudit "Pierre noire", il découvre une maison abandonnée dont le charme l'envoûte. Il décide de l'acheter et d'y entreprendre des travaux. Mais Isabelle se sent mal à l'aise dans cette masure sinistre, à laquelle elle ne s'habitue pas. Malgré tous les efforts de Nicolas, la jeune femme sombre lentement dans la dépression. D'autant que Georges et Léa, propriétaires de la ferme voisine, leur ont raconté l'histoire de "Marie la folle", une émigrée polonaise retrouvée pendue dans la maison: depuis la guerre, elle attendait le retour de son mari. Peu à peu, un sentiment de panique gagne Isabelle, victime d'une fausse couche. Un jour, elle disparaît. Mais Nicolas refuse de voir qu'une menace plane sur son couple et peut-être sur sa vie.


- Pourquoi cette puissance...
de Françoise Lalande
Éditions Luce Wilquin / Janvier 2015


Le narrateur de ce roman tente de transmettre à deux jeunes Parisiens ce qu'il sait de Germain Nouveau, dont il fut l'ami le plus proche les dix dernières années de sa vie. Mais que sait-on des autres? Le narrateur, comme tous les témoins, comme tous les "Je l'ai très bien connu", quand il ne sait pas, invente. Germain Nouveau avait décidé de consacrer sa vie à l'amour, à la poésie et à Dieu. Trois domaines qui relèvent de l'infini. Or, l'infini… De sorte qu'il vivra des amours bricolées, ne sera connu que de rares initiés et brûlera sa folie aux porches des églises de France et du Liban. Un temps à Paris, il fréquentera Charles Cros, Verlaine, divers cercles de poètes. En 1874, il accompagnera Rimbaud dans un mystérieux voyage à Londres. Il poussera ses curiosités de nomade jusqu'en Orient avant de revenir dans le village de sa naissance dans le Var. Il fut beatnik à une époque où le mot n'était pas encore inventé.


- Prends garde
de Milena Agus et Luciana Castellina
Éditions Liana Levi / Janvier 2015


Pouilles, printemps 1946. D'un côté il y a les sœurs Porro, qui vivent recluses dans leur palais et ignorent le monde environnant. De l'autre les ouvriers agricoles, bousculés par la guerre et tenaillés par la faim. Les sœurs continuent à tenir leur rang, à se rendre à l'église, à se pencher sagement sur leurs broderies. Les travailleurs, eux, se mobilisent pour obtenir un emploi, nourrir leurs enfants, contenir la pression des réfugiés qui affluent dans la botte du pays. Ce jour de mars 1946 la foule se rassemble sur la place où s'élève la noble demeure pour un meeting syndical lorsqu'un coup de fusil retentit.


- Providence
de Olivier Cadiot
Éditions P. O. L. / Janvier 2015


Olivier Cadiot a rencontré un jour William Burroughs. Burroughs s'est approché de lui et lui a mis la main sur l'épaule. Young man, lui a-t-il dit, il attendait la suite avec impatience, mais le brouhaha autour d'eux et son accent si particulier ont fait disparaître les phrases qui suivirent dans un tunnel noir. Olivier Cadiot n'a rien compris. Plus tard, il lui est arrivé de se dire que sa vie aurait peut-être été modifiée; il aurait pu suivre les précieux conseils d'un maître. Cette anecdote est l'un des points de départ de Providence. On y verra, en quatre récits, des personnages en conflit avec leurs modèles. Dans "Quel lac aimons-nous" une créature de papier abandonnée se retourne violemment contre son auteur. Est-ce qu'on peut se passer de narrateur? Avec "Comment expliquer la peinture à un lièvre mort", un jeune homme, dans le début des années 1980, comprend que l'art moderne est terminé mais qu'il n'a d'autre issue que de partir à contre-sens de l'histoire. L'héroïne d'"Illusions perdues" vit sa vie en accéléré, grimpe à la capitale, et découvre que son artiste idéal est littéralement devenu une pièce de musée. Avec "Providence", on voit un vieil homme perdre le sens commun et faire une conférence pour prouver qu'il n'est pas fou. Quatre autobiographies. Quatre vies qui se font écho. On y croise des vieilles dames remarquables, John Cage en Allemagne du nord, des jumelles collectionneuses tyranniques, un spécialiste en ricochet, un amateur de quadriphonie installé au bord d'un lac, des gardes-chasse trop zélés et des spécialistes en bonheur. Et comme on le comprend, on y retrouve l'esprit si peu conformiste d'Olivier Cadiot, sa formidable et concrète inventivité, mais cette fois exprimés à travers une écriture plus classique, en apparence, calmée dirait-on. Une écriture moins en recherche d'équilibre par le mouvement, comme elle était dans les livres précédents. Sans doute parce que l'auteur s'interroge sur son parcours, interroge l'art et la littérature, à travers des histoires, des monologues qui, mine de rien, réinterprètent une vie tout entière.


- Quand j'étais vivant
de Estelle Nollet
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Ils sont quatre. Quatre à avoir vécu sur la même réserve africaine, à l'avoir vue se transformer d'éden touristique en lieu de massacre. Quatre à découvrir que ni l'amour ni l'amitié n'empêchent la violence et la trahison. Quatre à être liés pour l'éternité. Estelle Nollet excelle autant à décrire la vie sauvage, majestueuse et libre, que les détails précis, singuliers et impitoyables quand la bestialité et la vénalité surgissent. Une vision du monde crue et tonique, imprégnée de réalisme magique.


- Que ta volonté soit faite
de Maxime Chattam
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Bienvenue à Carson Mills, petite bourgade du Midwest avec ses champs de coquelicots, ses forêts, ses maisons pimpantes, ses habitants qui se connaissent tous. Un véritable petit coin de paradis. S'il n'y avait Jon Petersen. Il est ce que l'humanité a fait de pire, même le Diable en a peur. Pourtant, un jour, vous croiserez son chemin. Et là…Réveillera-t-il l'envie de tuer qui sommeille en vous? Maxime Chattam nous manipule tout au long de ce récit troublant dont le dénouement, aussi inattendu que spectaculaire, constitue l'essence même du roman noir: la vérité et le crime.


- Qui dira la souffrance d'Aragon ?
de Gérard Guégan
Éditions Stock / Janvier 2015


"Entre nous, s'interroge Aragon, notre histoire, c'est quoi? Un coup de foudre? La vraie question, répond Mahé, ce n'est pas de savoir si c'est un coup de foudre, la vraie question c'est de se demander s'il y aura un lendemain. J'ai envie de te répondre que oui mais, tu le sais, nous sommes des clandestins et nous sommes condamnés à le rester". En septembre 1952, Aragon a cinquante-cinq ans, et Mahé, vingt-huit. Le premier, figure du grand écrivain, siège aussi au comité central du Parti communiste. Le second est un émissaire du Kominform venu à Paris pour veiller au bon déroulement d'un procès politique d'importance. Très vite, entre Aragon et Mahé, une passion se noue en même temps que se multiplient les complots, les mensonges, les chausse-trappe. C'est que, dans cette France de l'après-guerre où les communistes tiennent le haut du pavé, il est impossible à Aragon comme à Mahé de s'afficher pour ce qu'ils sont. Comment s'aimer? Comment s'aimer alors sans se renier? Telles sont les questions auxquelles Gérard Guégan nous confronte avec finesse et émotion.


- Rose
de Thierry lévy
Éditions Plon / Janvier 2015


Lecteur, je vous envie. Cette petite fille traversant au mois d'août 1914 la rue Saint-Sauveur, une rue pavée de Verdun, vous allez la connaître mieux que moi, qui suis pourtant son fils.


- Rudik, l'autre Noureev
de Philippe Grimbert
Éditions Plon / Janvier 2015


Mais qui va réellement mener la danse? De retour de sa première visite en Russie depuis son célèbre saut vers la liberté, le danseur étoile Rudolf Noureev, très déprimé, consulte Tristan Feller, psychanalyste du Tout-Paris. Le thérapeute est rapidement déstabilisé par la personnalité hors du commun de "Rudik", qui impose un cours peu orthodoxe à la cure: plongée dans l'histoire d'une légende vivante mais aussi affrontement entre les deux hommes durant lequel se déploient jeux de pouvoir et de fascination. À travers ce roman d'une analyse exceptionnelle, c'est à un voyage au-delà des masques que nous convie Philippe Grimbert.


- Samarcande Samarcande
de Matthias Politycki
Éditions Jacqueline Chambon / Janvier 2015


Obsédé par Samarcande, cette ville mythique d'Ouzbékistan, l'écrivain allemand Matthias Politycki imagine la cité en 2027, en passe de devenir le phare d'une Europe sous domination islamiste. Roman d'anticipation et d'aventures, quête spirituelle sur la vie et la mort, ce livre est aussi une réflexion sur le XXIe siècle qui, avec la généralisation de la guerre, pourrait voir un retour à un Moyen Âge futuriste, où la technologie la plus avancée servirait la barbarie la plus primitive.


- Scipion
de Pablo Casacuberta
Éditions Métailié / Janvier 2015


Comment peut-on survivre lorsqu'on a été prénommé Hannibal par un père historien? Vaincu dès le départ, notre héros, lui aussi historien, n'a jamais été à la hauteur des rêves de son géniteur. Chassé de l'université, il a sombré dans l'alcoolisme et la lamentation paranoïaque. À la mort de son père, il hérite de trois boîtes au contenu hétéroclite. Au milieu des journaux intimes et des souvenirs de l'enfance se cache le début d'un plan machiavélique qui va pousser Aníbal vers des personnages excentriques et d'anciennes amours. Névrosé, plein de ressentiment, entraîné vers des aventures inattendues, Aníbal découvre la duplicité des tours que joue parfois la génétique. Il se retrouve alors plus proche de son père qu'il ne l'a jamais été de son vivant. Sa colère cède la place à l'empathie tandis que tout nous donne à penser que ce que nous haïssons le plus est peut-être la vision de ce que nous n'arriverons pas à être. Un roman original où un sens du comique exceptionnel se déploie dans des plans et des rythmes variés, une littérature rare. Un plaisir de lecture absolument délectable.  


- Seul, invaincu
de Loïc Merle
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Cela fait sept ans que Charles a laissé derrière lui la petite ville de C., parti se soumettre à d'autres combats, s'engageant sous les drapeaux comme on se range au coffre. Mais quand il apprend la maladie de Kérim, c'est sans tergiverser qu'il laisse en plan son désert, sa guerre, son poste aux transmissions, et vient prendre son tour de garde au chevet de l'ami qui régna sur son enfance et sa jeunesse. De retour dans la bourgade assoupie, restée le territoire du charismatique et trouble Kérim, Charles, sous l'empire immédiatement réaffirmé de cette amitié cardinale, tente de tracer un chemin qui puisse être sien. Sur les enjeux de l'engagement et les choix de l'âge d'homme dans un monde en guerre, dans une époque qui a confisqué le sens de l'histoire, de l'aventure et de l'héroïsme, Seul, invaincu est le chant déchirant d'une bataille intérieure patiemment délivrée du passé.


- Singuliers
de Christophe Carlier
Éditions Phébus / Janvier 2015


"C'est curieux que je tombe sur toi". Franck et Pierre-François, qui ne s'étaient pas revus depuis des années, se retrouvent dans le café qui jouxte un théâtre. L'heure de la représentation approche. Les gens se frôlent, s'ignorent ou se dévisagent. Entre ces êtres rassemblés par le hasard, se tisse une histoire moins attendue que celle qui sera jouée dans un instant sur scène. À la lisière de leur monde où toute rencontre amicale ou amoureuse semble facile, une femme rôde, insaisissable, qui réunit leurs destins par un fil invisible.


- Soumission
de Michel Houellebecq
Éditions Flammarion / Janvier 2015


Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s'engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l'enseignement, il s'attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu'à provoquer son effondrement. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve. Le talent de l'auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigu et glissant, son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions poétiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste. Ce livre est une saisissante fable politique et morale.


- Sous l'eau  
de Déborah Levy
Éditions Flammarion / Janvier 2015


En arrivant avec sa famille et un couple d'amis dans une villa sur les hauteurs de Nice, Joe Jacobs découvre un corps dans la piscine. Bien vivant. La créature s'appelle Kitty Finch: elle se dit botaniste, elle porte du vernis à ongles vert, et c'est toute nue qu'elle se présente à eux, plongeant au cœurs des vacances de Joe et des siens. Pourquoi est-elle ici? Que veut-elle? Huis clos envoûtant, Sous l'eau prouve une fois encore que même les secrets les mieux gardés finissent par remonter à la surface.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 8:23

- Sous un ciel qui s'écaille  
de Goran Petrovic
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Kraliévo, petite ville serbe. Sous sa voûte étoilée, l'Uranie attire une faune bigarrée: malfrats, artistes ratés, exhibitionnistes, confiés aux bons soins du projectionniste Bonitch et d'un perroquet baptisé Démocratie. Guerres, communisme, dictature, ce drôle de cinéma a survécu aux folies de l'Histoire, jusqu'à cet après-midi de mai 1980, celui de la dernière séance. Avec cette fable savoureuse menée tambour battant, l'Emir Kusturica des lettres serbes signe un portrait cocasse en diable de la nature humaine et de l'(ex-)Yougoslavie.


- Souviens-toi que l'amour n'existe pas
de Diane Gontier
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Ce roman est l'histoire d'une double vie: celle de Françoise et Mila, une seule et même personne qui mène deux existences cloisonnées et distinctes. Françoise navigue au quotidien entre ses cours de droit à l'Université, sa famille recomposée, ses copines et la relation tendre et complice qu'elle entretient avec son meilleur ami, Pierre. Fuyant les sentiments après une déception amoureuse, Mila se prostitue occasionnellement la nuit avec des hommes rencontrés sur Internet, satisfaisant ainsi ses propres fantasmes. À moitié par jeu et par souci d'anonymat, elle porte au cours de ces sorties un loup noir pour dissimuler son visage. Mais une rencontre inattendue va tout faire basculer. Un soir, Mila accepte un rendez-vous avec son professeur de droit qui l'a contactée sous pseudonyme. Dès lors se noue une relation sulfureuse et clandestine qu'elle croit maîtriser alors qu'elle ne cesse de lui échapper. À travers ces nouvelles "liaisons dangereuses", l'auteur livre le portrait d'une génération lucide et désenchantée, en mal de repères, tiraillée par des aspirations contraires. Diane Gontier révèle, dans ce premier roman, un talent de narratrice et un sens de l'intrigue saisissant.


- Tableau de chasse
de Arnaud Guillon
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2015


Manon et Vincent. Un jeune couple déjà usé par la routine, un désir d'enfant inassouvi, l'éloignement, puis la résignation. Au cours d'un séjour à la campagne chez ses beaux-parents, Manon est attirée par Éric, un vieil ami de la famille. De retour à Paris, leur passion lui offre une véritable bouffée d'oxygène. Mais sa belle-mère ne tarde pas à découvrir leur liaison et met Éric au pied du mur. La volonté de protéger son fils la pousse à lui révéler, près de trente ans après, un secret accablant. Éric ne cède pas au chantage, et Manon quitte Vincent, dévasté. La mort tragique de Claire va précipiter les révélations, conduisant inéluctablement vers une chute, aussi inattendue que brutale, qui nous laisse le souffle coupé. Comédie dramatique menée d'une main de maître, Tableau de chasse est la démonstration d'une vérité souvent occultée: nous vivons tous avec le poids de nos secrets. De sa plume précise et délicatement nostalgique, l'auteur nous rappelle qu'à force de prétendre, on en oublie souvent d'être, jusqu'au jour où.


- Tolstoï, oncle Gricha et moi
de Lena Gorelik
Éditions Les Escales / Janvier 2015


Sofia écrit des listes, partout et tout le temps. Des listes des diminutifs les plus gênants, des phrases qu'elle aurait souhaité ne jamais avoir dites ou des restaurants les plus mauvais. Une obsession qui lui permet d'affronter un quotidien morose: sa fille de deux ans et demi doit se faire opérer du cœurs pour la troisième fois, Alzheimer emporte peu à peu sa grand-mère, et ce n'est certainement pas sa mère Anastasia, grande collectionneuse d'autocollants Panini et adoratrice de Tolstoï, qui peut lui apporter son aide. De ses origines russes, la jeune femme ne sait que très peu de choses. C'est en trouvant chez sa grand-mère de mystérieuses listes écrites en cyrillique qu'elle découvre l'existence de Gricha, un oncle dont elle ignorait tout. Qui était cet homme passionné, fougueux et marginal? À travers lui, l'histoire familiale de Sofia se dévoile peu à peu pour livrer ses plus lourds secrets. Un roman à la fois cocasse et grave qui s'interroge avec justesse sur les liens familiaux et la quête identitaire.


- Tout ce que je suis
de Anna Funder
Éditions 10-18 / Janvier 2015


Berlin,1933, leur vie bascule. Militants anti-nazis, persécutés, exilés, la photographe Ruth Becker, son mari Hans, l'écrivain socialiste Ernst Toller et son amante, l'ardente Dora, tentent depuis Londres d'alerter le monde sur la menace hitlérienne, en vain. Leur fraternité vacille, Dora est assassinée. Soixante-dix ans après, exhumant les Mémoires d'Ernst, Ruth se souvient. Inspiré d'une histoire vraie, ce magnifique roman d'amour et d'espionnage tisse les destinées tragiques de ces héros de l'ombre dans un hommage virtuose.


- Tout et rien d'autre  
Conversation avec Jonathan Cott
de Susan Sontag
Éditions Flammarion / Janvier 2015


En 1978, Susan Sontag, est l'intellectuelle la plus en vogue des États-Unis. Elle vient notamment de faire paraître deux essais-phares de la révolution culturelle américaine: Sur la photographie et La Maladie comme métaphore. L'entretien qu'elle donne alors à Jonathan Cott pour le magazine Rolling Stone, inédit en français à ce jour, livre un autoportrait saisissant d'une femme à la stature exceptionnelle. Sontag y parle d'elle, des épreuves personnelles qu'elle traverse, de ses écrits et de ses lectures, du monde intellectuel, des écrivains et des artistes, de la philosophie et de la politique, de l'amour et du sexe, du rock, de la photographie, du cinéma, de la guerre, de la honte et de la culpabilité avec une liberté et une profondeur hors du commun. Cette conversation drôle, émouvante et brillante est une superbe introduction à la personne et à l'œuvre de Susan Sontag.


- Trois frères
de Peter Ackroyd
Éditions Philippe Rey / Janvier 2015


Ils sont trois frères nés, l'un après l'autre, un 8 mai d'après-guerre, à un an de distance. Le père, contraint de renoncer à ses ambitions littéraires, se fait veilleur de nuit puis camionneur. La mère disparaît sans laisser d'explication pour resurgir inopinément des années plus tard. Les garçons s'élèvent seuls et partent chacun tracer leur chemin dans un monde aussi varié que dangereusement fascinant. Harry, l'aîné, actif et déterminé, qui a vite compris que "les mots ne coûtent rien et se fabriquent au mètre", devient journaliste, tandis que Daniel, le cadet, timide et solitaire, poursuit des études qui le mènent à Cambridge et à une carrière de critique littéraire, célèbre pour ses recensions d'une méchanceté raffinée. Quant à Sam, le benjamin, c'est le rêveur, le vagabond dépourvu d'ambition (le travail, pour lui, est "une forme de mort"), amateur de nonnes, de clochards et d'âmes en détresse. Très vite, les trois frères perdent tout contact jusqu'au jour où une sombre histoire de marchand de sommeil, de scandale politique et de meurtre les réunit, les révélant à eux-mêmes de manière tragique. Mais qu'on ne s'y trompe pas: c'est Londres le personnage central de ce roman dont la richesse visionnaire évoque irrésistiblement Charles Dickens. Londres dont le passé, comme le démontre brillamment Peter Ackroyd de livre en livre, ne cesse de dévorer le présent.


- Trois langues dans ma bouche
de Frédéric Aribit
Éditions Belfond / Janvier 2015


Il croyait l'avoir perdue à jamais: sa langue maternelle se réveille. Agitée par les coups du hasard, elle secoue le Basque qui sommeille en lui et le propulse dans les vies minuscules de son enfance. Alors il n'a plus le choix. Cette langue devenue étrangère, il la tourne mille fois dans sa bouche. Et elle met son corps à l'épreuve d'un long baiser qui embrasse avec une même fougue les livres qu'il lit, les gens qu'il aime et ceux qui meurent, broyés parfois dans les mâchoires des revendications politiques. Furieusement poétique, Trois langues dans ma bouche est l'aventure saisissante d'un homme en quête d'identité, avec le basque aux trousses et l'écriture pour horizon.


- Trompe-la-mort
de Jean-Michel Guenassia
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Tom Larch est-il vraiment immortel? Aucun être humain n'aurait pu survivre aux accidents dont il s'est tiré. A-t-il un secret qui le protège des coups du sort? Ou un ange gardien qui veille sur lui? Est-ce le hasard ou son instinct de vie qui lui permet de s'en sortir à chaque fois? Obligé de quitter New Delhi pour Londres à huit ans, Tom est depuis toujours écartelé entre ses deux cultures. Celle de sa mère, indienne, et celle de son père, ingénieur anglais. À dix-huit ans, il s'engage dans les Royal Marines, et devient un héros, malgré lui. Rendu à la vie civile, il devra affronter ses propres démons quand l'un des hommes les plus riches du monde lui demandera d'aller en Inde à la recherche de son fils, que Tom est le seul à pouvoir retrouver.


- Un an après
de Anne Wiazemsky
Éditions Gallimard / Janvier 2015


"La traque des étudiants se poursuivait boulevard Saint-Germain et rue Saint-Jacques. Des groupes de jeunes, garçons et filles mélangés, se battaient à mains nues contre les matraques des policiers, d'autres lançaient différents objets ramassés sur les trottoirs. Parfois, des fumées m'empêchaient de distinguer qui attaquait qui. Nous apprendrions plus tard qu'il s'agissait de gaz lacrymogènes.  Le téléphone sonna. C'était Jean-Luc, très inquiet, qui craignait que je n'aie pas eu le temps de regagner notre appartement. "Écoute Europe numéro 1, ça barde au Quartier latin". Nous étions le 3 mai 1968". A. W.


- Un été
de Vincent Almendros
Éditions De Minuit / Janvier 2015


Jean, mon frère, venait d'acheter un voilier et m'invitait à passer quelques jours en mer. Je n'étais pas certain que ce soit une bonne idée que nous partions en vacances ensemble. Quand je dis nous, je ne pensais pas à Jean. Je pensais à Jeanne. À Jeanne et moi.


- Un été à Bluepoint
de Stuart Nadler
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Arthur Wise est devenu en peu de temps l'un des plus puissants avocats des États-Unis. Fort de cette ascension fulgurante, il s'offre une maison à Bluepoint, non loin de Cape Cod, à proximité de celle de son associé, Robert Ashley. C'est là, durant l'été 1952, que Hilton, son fils de dix-sept ans, se lie d'amitié avec Lem Dawson, le boy de couleur chargé de l'entretien des lieux et du courrier. Bien que sensible à la discrimination, les Wise sont juifs, son père voit d'un mauvais œil cette complicité. Mais ce même été, lorsque l'adolescent tombe amoureux de Savannah, la nièce de Lem, il ne sait pas encore que l'innocente idylle va tourner au drame, lui révélant la face cachée de son père et signant pour ainsi dire l'arrêt de mort de Lem. Des années plus tard, hanté par le souvenir de la jeune fille qu'il n'a jamais oubliée, Hilly part à sa recherche. Mais la culpabilité et les bonnes intentions peuvent-elles racheter le passé?


- Un faux pas dans la vie d'Emma Picard
de Mathieu Belezi
Éditions Flammarion / Janvier 2015


Emma Picard et ses quatre enfants se sont installés entre Sidi Bel Abbes et Mascara à la fin des années 1860. Le gouvernement tentait de peupler l'Algérie récalcitrante et offrait aux colons des terres agricoles. L'auteur fait revivre cette période effroyable pour les colons pauvres confrontés à une avalanche de catastrophes naturelles.


- Un hiver à Paris
de Jean-Philippe Blondel
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Jeune provincial, le narrateur débarque à la capitale pour faire ses années de classe préparatoire. Il va découvrir une solitude nouvelle et un univers où la compétition est impitoyable. Un jour, un élève moins résistant que lui craque en plein cours, sort en insultant le prof et enjambe la balustrade. On retrouve dans Un hiver à Paris tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel: la complexité des relations; un effondrement, suivi d'une remontée mais à quel prix; l'attirance pour la mort et pour la vie; la confusion des sentiments; le succès gagné sur un malentendu; le plaisir derrière la douleur; l'amertume derrière la joie. Sont présents les trois lieux qui guident la vie de l'auteur: Troyes, Paris, les Landes.


- Un hiver long et rude  
de Mary Lawson
Éditions Belfond / Janvier 2015


Rien ne va plus chez les Cartwright. Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau une échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun, décide de voler de ses propres ailes. À vingt et un ans, l'heure est venue pour la jeune fille de se libérer des siens. Adieu le Grand Nord canadien, bonjour le swinging London. Pendant que Megan se cherche dans la Vieille Europe, les Cartwright, eux, tentent de survivre. Qui pour s'occuper du foyer, désormais? Pour remplir le frigo? Pour protéger Adam, quatre ans, et ses frères de la folie douce d'Emily, uniquement absorbée par son nourrisson et négligeant tout le reste? Qui pour arracher Edward aux ruminations d'un passé qui le hante? Accablé par la culpabilité depuis le décès de son meilleur ami, Tom, brillant étudiant, renonce chaque jour un peu plus à ses rêves. Et si le moment était venu pour lui d'assumer son rôle d'aîné? Le silence qui étouffe les Cartwright peut-il être conjuré? Et si le plus difficile, parfois, était l'espoir?  


- Un jour
de Michel Crépu
Éditions Gallimard / Janvier 2015


"Longtemps, j'ai été à me dire: "Quand mon père mourra, ce sera énorme". Je voyais ça comme une rupture d'ordre cosmique. Je n'arrivais pas à imaginer mon père absent du monde. Lui et le monde, ça faisait tout un. Cela était peut-être dû au fait que mon père, toute sa vie, a construit des maisons. Des années entières, il s'est débrouillé pour faire tenir debout des volumes dans l'espace. Crayon, T, équerre, gomme, compas, table à dessin: voilà pour les munitions, le carquois. Mon père en blouse blanche, noyé dans les calques, les devis, les plans, est une des images cardinales que je garde de son passage sur cette terre. Vous l'avez sûrement croisé. On ne pouvait pas le rater". Michel Crépu.


- Un jour on se rencontrera
de Lizzie Doron
Éditions Héloïse d'Ormesson / Janvier 2015


Aliza ignore où est son père. Elle s'est toujours heurtée au silence de sa mère et de son entourage. Alors elle l'a inventé: héros, vivant aux États-Unis, peut-être même se cachant pour ne pas qu'elle le retrouve? Aujourd'hui, la plupart de ceux qui connaissaient la vérité ont disparu. C'est d'ailleurs au cimetière en compagnie de ces morts qu'elle revoit régulièrement Dorit, sa meilleure amie, Brakha, Khayale et les autres. Pris en étau entre passé et présent, ces enfants de survivants de la Shoah portent le poids des secrets de leurs aînés. Cependant, après toutes ces années, les langues enfin se délient et les souvenirs ressurgissent. Aliza veut comprendre pourquoi sa mère a choisi de se taire. Au fil de son enquête, les pièces du puzzle s'assemblent et dévoilent la réalité à la fois tragique et cocasse.


- Un kiwi dans le cendrier
de Catherine Deschepper
Éditions Quadrature / Janvier 2015


"Inès sourit. Elle est un kiwi. Sa présence au Lutetia est aussi incongrue que celle du fruit. Dans le cendrier. Qui n'est jamais qu'un autre lieu: même fonction, mêmes enjeux. Tout ira à la décharge, comme les humains laisseront tous leurs corps à la poussière, leurs cendres iront s'envoler dans les airs, leurs os pourrir dans la terre. Qu'ils nourriront pour multiplier. Mais le voyage… le réceptacle… la qualité du cercueil".


- Un membre permanent de la famille
de Russell Banks
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Un mari humilié qui rôde dans la maison de son ex-femme, un serveur déprimé qui invente à une inconnue une vie qui n'est pas la sienne pour la sauver d'un hypothétique désespoir, des hommes et des femmes qui, pour transcender leur existence ordinaire, mentent ou affabulent à l'envi, sous le soleil de Miami ou sous des cieux plus sombres. Dans ces douze nouvelles d'une extraordinaire intensité et peuplées de personnages cheminant sur le fil du rasoir, Russell Banks, convoquant les angoisses et les tensions où s'abîment les fragiles relations que l'être humain tente d'entretenir avec ses semblables, transmue magistralement le réel et le quotidien en authentiques paraboles métaphysiques.


- Un nageur dans la ville
de Joaquín Pérez-Azaústre
Éditions Du Seuil / Janvier 2015


Jonas, photographe de presse, a pour habitude de se rendre tous les jours à la piscine et de nager en compagnie de son ami Sergio. Séparé de sa compagne, il vit seul, dans la banalité d'un quotidien sans surprises. Mais la disparition inexpliquée de sa mère, puis celle d'un collègue photographe, et de plusieurs personnes de son entourage introduit le chaos dans l'ordre des jours. Sans explication aucune, les gens, soudain, ne sont plus là: ils ne se présentent plus sur leur lieu de travail, ou ne rentrent pas chez eux, les écoles se vident, des commerces ferment sans que l'apparente normalité de la ville s'en trouve affectée. Une réalité parallèle s'installe, absurde, vide, oppressante, que Jonas tente de conjurer en allant nager dans la piscine déserte, où la seule trace d'une présence humaine est un exemplaire du Temps retrouvé. La beauté de l'écriture illumine ce roman d'une troublante originalité, métaphore de la solitude de l'homme contemporain.


- Un palace en enfer
de Alice Quinn
Éditions Michel Lafon / Janvier 2015


Sexy et grande gueule, Rosie Maldonne est une jeune mère de trois enfants qui a pour seules ressources les versements du RSA. Elle vit dans une vieille caravane, posée sur un terrain vague à quelques encablures de Cannes. Alors qu'elle se démène tous les jours pour trouver de l'argent, le destin finit par frapper à sa porte: des enveloppes bourrées de billets lui tombent dessus sans prévenir. Dès lors, les ennuis commencent et les questions affluent. Pourquoi sa meilleure amie a-t-elle disparu avec son bébé? Qui est ce flic trop mignon qu'elle croise partout? Et cet argent tombé du ciel, va-t-il lui ouvrir les portes d'un palace, ou celles d'un enfer? Un palace en enfer est la première enquête trépidante de Rosie Maldonne.


- Un pays pour mourir
de Abdellah Taïa
Éditions Du Seuil / Janvier 2015


Paris, été 2010. Zahira, une prostituée marocaine en fin de carrière, est une femme généreuse malgré les humiliations et la misère. Son ami Aziz, sur le point de changer de sexe, est dans le doute. Mojtaba, un révolutionnaire iranien homosexuel qui a fui son pays, croise son chemin et loge chez elle durant le mois du ramadan. Allal, son premier amour, va quitter le Maroc pour la retrouver. À travers des fragments de vie qui s'entrechoquent violemment les uns contre les autres, Un pays pour mourir suit ces émigrés, rêveurs et invisibles, dans leur dernier combat. Des destins fracassés au cœur d'un monde post-colonial où trouver sa vraie place, avoir une deuxième chance s'avère impossible.


- Une sorte de paradis
de Amanda Smyth
Éditions Phébus / Janvier 2015


Martin Rawlinson est anglais, il a 49 ans. Il travaille pour la police de Trinidad et espère que l'essai sera concluant, car il espère bien changer de vie et s'installer définitivement sur l'île avec une belle trinadienne de 28 ans, Safiya. Son seul problème réside en une question: comment annoncer cela à sa femme, Miriam, et sa fille Gloria, restées en Angleterre? Mais justement, elles viennent le rejoindre pour quelques semaines de vacances, histoire de combler le fossé qui entre eux semble s'être creusé. Il loue pour l'occasion une villa luxueuse à Tobago donnant sur une plage de rêve. Miriam est pleine d'espoir mais le vent va bientôt tourner. Dans ce cadre paradisiaque, c'est la tragédie qui va frapper: un soir surgit de nulle part une bande de garçons. Gloria est violée, Miriam molestée et Martin roué de coups. Martin découvre bien vite que la police indigène est corrompue jusqu'à l'os, que les hôpitaux menacent ruine, que tout ici va à vau-l'eau et que le danger est partout. Et que le paradis n'a jamais autant ressemblé à l'enfer.


- Une valse à trois temps
de Patricia Gaffney
Éditions Charleston / Janvier 2015


Veuve depuis peu, Carrie est submergée par un sentiment de culpabilité: elle sait que son couple était mort bien avant qu'une crise cardiaque emporte son mari. Pour sa fille Ruth, encore adolescente, et Dana, sa mère possessive, elle tient bon. Peu à peu, elle émerge de son chagrin et commence à tourner la page. Jess, son premier amour, réapparaît dans sa vie et lui offre la main secourable dont elle a besoin. Forte d'une passion qu'elle n'aurait osé imaginer, Carrie saura-t-elle puiser dans ce nouvel amour la force d'apporter un équilibre à une famille en proie à ses souffrances et ses déceptions?


- Une vie après l'autre
de Kate Atkinson
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


11 février 1910: Ursula Todd naît - et meurt aussitôt.
11 février 1910: Ursula Todd naît - et meurt, quelques minutes plus tard, le cordon ombilical enroulé autour du cou.
11 février 1910: Ursula Todd naît - le cordon ombilical menace de l'étouffer, mais cette fois le médecin est là pour le couper, et Ursula survit.
Ursula naîtra et mourra de nombreuses fois encore, à cinq ans, noyée; à douze ans dans un accident domestique; ou encore à vingt ans, dans un café de Munich, juste après avoir tiré sur Adolf Hitler et changé ainsi, peut-être, la face du monde. Établis dans un manoir bucolique du nom de Fox Corner, les Todd portent sur leur environnement le regard distancié, ironique et magnanime de ceux que les tragédies de l'Histoire épargnent. Hugh, le père, travaille à la City, tandis que Sylvie, la mère, reste à la maison et élève ses enfants à l'ancienne. Mais le temps, en la personne d'Ursula, va bientôt se détraquer, se décomposer en une myriade de destins possibles qui vont, chacun à sa manière, bouleverser celui de la famille. Si l'on avait la possibilité de changer le cours de l'histoire, souhaiterions-nous vraiment le faire?


- Une vie si convenable
de Ruth Rendell
Éditions Les Deux Terres / Janvier 2015


Grace et Andrew, frère et sœur, se sont toujours bien entendus. Lorsqu'ils héritent de la maison de leur grand-mère, il leur paraît naturel d'y emménager ensemble. Mais quand le compagnon d'Andrew s'installe à son tour, la vie dans la maison tourne au conflit. Pour échapper aux tensions, Grace, l'universitaire, se plonge dans un manuscrit du début du XXe siècle, jamais publié en raison de ses thèmes "subversifs". Elle y découvre l'histoire d'un frère et d'une sœur, lui homosexuel, elle mère célibataire, confrontés à la violence du regard de la société. Lorsque la vie des trois colocataires est bouleversée à son tour, au fil de sa lecture, Grace voit se télescoper les époques en un écho glaçant.


- Vernon Subutex. Tome 1
de Virginie Despentes
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


Qui est Vernon Subutex?
Une légende urbaine.
Un Ange Déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d'un secret.
Le dernier témoin d'un monde disparu.
L'ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.
Le retour de Virginie Despentes.


- Vivre comme un prince
de Henry-David Thoreau
Éditions Flammarion / Janvier 2015


Lorsque Henry David Thoreau écrit ses premiers essais, jamais traduits en français jusqu'à ce jour, il a dix-sept ans. Le premier d'entre eux, "Suivre la mode", date de 1834: Thoreau vient d'entrer à l'université de Harvard pour y étudier la rhétorique, le Nouveau Testament, la philosophie et les sciences grâce à une bourse. Il y rencontrera plus tard Ralph Waldo Emerson, qui deviendra son ami, puis son mentor. En 1837, l'année de l'essai "Barbarie et civilisation" qui clôt ce volume, Thoreau est encore seul mais déjà déterminé, selon les mots de Michel Onfray, à "refuser les fausses valeurs de la civilisation: la mode, l'argent, les honneurs, les richesses, le pouvoir, la réputation, les villes, l'art, l'intellectualisme, le succès, les mondanités; et à vouloir les vraies valeurs de la nature: la simplicité, la vérité, la justice, la sobriété, le génie, le sublime, la volonté, l'imagination, la vie".


- Vivre vite
de Philippe Besson
Éditions Julliard / Janvier 2015


En trois films et un crash automobile, James Dean est devenu une icône intemporelle, toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, porte un regard intime et inédit sur l'existence tumultueuse du jeune prodige, mort à l'âge de 24 ans. "Regardez-moi bien. Qui sait si je serai encore là demain". Aussi célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d'un garçon de l'Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d'une beauté irrésistible, qui s'est donné à tous, sans jamais appartenir à personne: un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.


- Vous avez Jupiter dans la poche
de Catherine Soullard
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Janvier 2015


"– Prenez, battez, coupez. Vous allez voir, les images sont différentes mais le symbolisme est intéressant... Vous restez attachée aux échecs d'autrefois. Il faut lâcher cet état d'incertitude et de ruine qui vous aliène. Nouvelle naissance, nouvelle naissance, ce n'est pas un enfant, vous m'avez bien comprise, c'est très joli, après la stérilité, un nouveau départ. Vous avez été isolée, mise au placard et tout d'un coup, c'est fini". Cette femme qui court les cabinets de tarologues, de cartomanciens et d'astrologues, ne court pas exactement après l'annonce du bonheur, qu'il soit sentimental, professionnel ou financier. Mais après un frisson. Celui que suscitent en elle, passé les premiers moments de réconfort offerts par ces havres d'un genre bien particulier, les messages extraordinaires des cartes et des étoiles que décryptent pour elle leurs pythies délirantes. Elle n'espère rien, elle imagine. Son imagination aussi court, galope presque jusqu'à la perdre. C'est finalement le travail "sur le dur" qui la sauvera des mirages, ces bijoux qu'elle dessine, puis sculpte et cisèle de ses mains, qu'elle place entre elle et ses peurs. Tels des talismans, des élixirs de vie pour se prémunir du passé comme du lendemain.  


- Vous seriez ce garçon
de Christine Vigneron
Éditions Arléa / Janvier 2015


Dans un lycée parisien, l'éblouissement d'une femme, professeur de mathématiques, face à l'un de ses élèves. Un adolescent secret que les mathématiques semblent protéger. Se révèle entre eux l'évidence d'une affinité profonde. Plutôt qu'une froide résolution de problèmes, elle reconnaît dans ses calculs une même quête d'absolu. Après son départ, à la fin de l'année scolaire, elle écrit, ne peut faire autrement que lui écrire. Comme si résonnait toujours en elle un appel qui la bouleverse et l'enchaîne. Ce qu'elle veut garder de lui, ce qu'il faut préserver, elle l'ignore mais n'y renonce pas. Mails, livres, longues marches dans le Jardin du Luxembourg, il consent à tout, se prête au jeu, n'oppose de résistance que sa propre énigme. Et toujours laisse planer la menace de sa disparition. Vous seriez ce garçon est le récit fiévreux de cette relation étrange, fragile, nouée et dénouée dans l'émotion de l'écriture.


- Voyage de noces avec ma mère
de Véronique Sels
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2015


Anne, fraîchement mariée à Raphaël, choisit la côte Ouest des États-Unis et une Ford Mustang rouge décapotable pour son voyage de noces. Joyeuses perspectives pour ce duo amoureux. Mais c'est sans compter sur sa mère, en plein divorce, qu'ils embarquent avec eux, n'ayant pas le cœurs de la laisser seule avec son chagrin. Commence alors un road trip burlesque, où les personnages, une jeune mariée enceinte à bout de nerfs, une mère dispersée autant qu'envahissante et un gendre, à première vue, idéal, règlent leurs comptes, se déclarent l'amour ou la guerre, et ne cessent d'interroger les liens qui les unissent les uns aux autres. Dans ce roman, savant mélange d'épisodes hilarants et émouvants, Véronique Sels aborde avec finesse des sujets complexes et universels tels que le couple, la famille ou la relation mère-fille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 20:05

- C'est dimanche et je n'y suis pour rien
de Carole Fives
Éditions Gallimard / Décembre 2014


Peintre de formation, Léonore a cessé de peindre pour enseigner. À plus de quarante ans, elle n'a pas créé la grande œuvre dont elle rêvait, n'a ni famille ni enfant. Du jour au lendemain, elle décide de s'envoler vers le Portugal, le pays de José, son premier amour, disparu tragiquement à dix-neuf ans, disparition dont elle se sent encore aujourd'hui responsable. Dans ce récit raconté au jour le jour, Carole Fives parvient à retranscrire, avec humour et sensibilité, la fragilité de nos existences, tout en évoquant, avec beaucoup de pudeur, le destin ordinaire d'une famille d'immigrés, s'installant en France dans les années soixante-dix.


- Discordance
de Anna Jörgensdotter
Éditions 10-18 / Décembre 2014


Cinq frères et sœurs grandissent dans une petite communauté suédoise au pied du mont Kungsberg: deux frères, Edwin et Otto, et trois sœurs, Karin et Sofia, qui restent inséparables jusqu'à ce que l'amour puis la mort les sépare, tandis qu'Emilia sillonne les rues à bicyclette en rêvant d'évasion. Tout commence en 1938, lorsqu'une maison prend feu, celle de Mlle Filipsson, femme singulière venue d'on ne sait où. Edwin est le seul à la pleurer. Un an plus tard, c'est l'Europe qui s'embrase. Le jour même de l'invasion de la Pologne, une petite fille naît, et Karin, sa mère, agonise. Chacun des membres de la fratrie poursuit sa vie, entre rêves et désillusions.


- Évariste
de François-Henri Désérable
Éditions Gallimard / Décembre 2014


À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques, à dix-huit, il les révolutionne, à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l'amour et la mort à l'aube, sur le pré. C'est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.


- Je n'ai pas peur
de Niccolò Ammaniti
Éditions 10-18 / Décembre 2014


Italie, été 1978. Dans un petit hameau de la région des Pouilles, alors que leurs parents s'enferment toute la journée pour se protéger du soleil, des enfants s'amusent dehors, se lançant des gages. Au cours d'un de ces jeux, dans une maison abandonnée, Michèle tombe accidentellement dans un trou. Le petit garçon de 9 ans se retrouve alors nez à nez avec un enfant nu, à l'air malade et faible, enchaîné là comme un animal. Le petit Michèle ne dira rien à personne et organisera en secret des expéditions solitaires pour rendre visite au prisonnier mystérieux et le nourrir. Jusqu'à la révélation qui va changer pour toujours sa vision des adultes.


- Le consul
de Salim Bachi
Éditions Gallimard / Décembre 2014


En juin 1940, en pleine débâcle, Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal à Bordeaux, sauva la vie de milliers de personnes en désobéissant à son gouvernement. Entre trente mille et cinquante mille réfugiés de toutes nationalités et religions bénéficièrent d'un visa signé de sa main qui leur permit de fuir la menace nazie. Plus de dix mille juifs échappèrent à une mort certaine dans les camps. Relevé de ses fonctions, exilé dans son propre pays, oublié de tous, Aristides de Sousa Mendes paya jusqu'à la fin de sa vie le prix fort pour ses actes de courage. Salim Bachi retrace, dans ce roman en forme de confession, le destin exceptionnel d'un homme mystérieux et tourmenté, croyant épris de liberté et père de quatorze enfants que l'amour d'une femme et de l'humanité vont transfigurer.


- Les derniers jours de Smokey Nelson
de Catherine Mavrikakis
Éditions 10-18 / Décembre 2014


Dans ce grand livre choral, quatre voix alternent pour évoquer celui dont l'exécution est prévue le 15 août 2008. Sydney Blanchard qui est noir comme Smokey Nelson, a été arrêté par erreur et a purgé une peine de prison avant que le vrai coupable soit identifié. Pearl Watanabe a découvert la scène du crime dans le motel des environs d'Atlanta où elle travaillait alors. Elle est repartie vivre à Honolulu après le drame et sera rattrapée par le cauchemar qui la hante depuis un matin d'octobre 1989. Ray Ryan, lui, se prépare à quitter ses montagnes de Géorgie pour aller assister à la mort programmée, il écoute la voix de Dieu, qui l'enjoint à trouver l'apaisement dans la vengeance: c'est sa fille qui a été assassinée avec son mari et ses deux enfants. Auteur du quadruple meurtre, Smokey Nelson voit se dérouler ses toutes dernières heures avant l'injection mortelle.


- Les irréguliers
de Patrick Autréaux
Éditions Gallimard / Décembre 2014


Ivan apprend par un coup de fil que son ami Virgilio a été arrêté et aussitôt conduit au Centre de rétention de Vincennes, où sont enfermés les sans-papiers avant leur expulsion. Il part le rejoindre. Après une longue attente devant et derrière les grilles de ce centre, il parviendra à échanger quelques mots avec lui, les derniers. L'imminence de la perte de l'être aimé va faire ressurgir le souvenir de deux grands absents, son frère et sa mère, et de leurs destins tragiques. Écrit comme une longue confidence, Les irréguliers croise un drame amoureux et le voyage intérieur d'un homme en quête de réconciliation.


- Mes oncles d'Amérique
de Françoise Bouillot
Éditions Gallimard / Décembre 2014


"Ce quatuor arrêté dans une rue de New York, parmi la ruine de l'avenue C, la brise sale et chaude venue de l'East River soufflant sur nos jambes nues, depuis combien d'années ne l'avais-je pas convoqué?" Jours lointains des années 80, bruyantes fiestas dans les immeubles brûlés, cris des dealers, musique portoricaine, rires des petits Blancs, futurs artistes, futurs losers. Alphabet City n'est pas encore l'East Village. Parmi eux, deux filles venues d'Europe qui courent la ville en baskets et santiags, et deux hommes cravatés serré, venus trente ans plus tôt d'une Angleterre disparue. Ces oncles d'adoption, les filles vont les accompagner au bout de leur histoire, y perdant la jeunesse, y gagnant l'âge adulte.


- Aller simple pour Nomad Island
de Joseph Incardona
Éditions Du Seuil / Novembre 2014


Iris consulte les sites de clubs de vacances quand s'affiche sur son écran: "L'île de vos rêves vous aime déjà, Iris..." Juste ce qu'il lui faut: épouse de banquier suisse et mère de deux enfants, elle s'embête ferme au bord du lac Léman, et son couple bat de l'aile. Dès leur arrivée à l'aérodrome de Nomad First, les Jensen constatent des dysfonctionnements laissant à penser que le paradis annoncé n'en a que l'apparence. Ils ignorent encore qu'il n'est répertorié sur aucune carte. Bientôt, l'on se demande ce qui va se détériorer en premier, de la cellule familiale fragilisée ou du bonheur vanté par "la Brochure", qu'impose à de bien étranges "résidents" un encadrement pour le moins dirigiste. Thriller allégorique et satire sociale, Aller simple pour Nomad Island est un roman noir qui joue avec la paranoïa et la psychose tout en posant la question fondamentale du bonheur à tout prix. Frissons et malaise garantis.


- À l'ombre des vainqueurs
de Marie-Laure de Cazotte
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


Été 1940, Joseph a sept ans. L'Alsace est annexée à l'Allemagne. Du jour au lendemain, Joseph et les habitants de son village sont contraints de parler allemand et de se plier à la dictature du Reich. Les livres en français sont brûlés, la cathédrale de Strasbourg fermée, les juifs et les insoumis expulsés. Soudain, le père de Joseph est arrêté. Il ne reviendra que six ans plus tard, prisonnier de ses obsessions et de son passé. Un passé dont le secret se cache dans l'ombre de l'Histoire et dont il va révéler à son fils la terrible vérité. Tendre, bouleversant, souvent truculent, ce roman dérangeant nous dévoile tout un pan de la mémoire d'une Alsace ballotée entre deux drapeaux.


- Assise
de François Cheng
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


"Comme tous ceux qui, depuis la plaine de l'Ombrie, voient Assise pour la première fois, je fus saisi, en sortant de la gare, par son apparition dans la clarté d'été, par la vision de cette blanche cité perchée à flanc de colline, suspendue entre terre et ciel, étendant largement ses bras dans un geste d'accueil. Figé sur place, j'eus le brusque pressentiment que mon voyage ne serait pas que touristique, qu'il constituerait un moment décisif de ma vie. Je me surpris à m'exclamer en moi-même: Ah, c'est là le lieu, mon lieu! C'est là que mon exil va prendre fin".


- Berlin – Moscou
de Tariq Ali  
Éditions Sabine Wespieser / Novembre 2014


Vlady Meyer, ancien dissident d'Allemagne de l'Est, s'adresse à son fils qui, lui, a parfaitement pris le virage de la social-démocratie dans une Allemagne tout juste réunifiée. Sa fidélité à ses convictions marxistes a coûté à Vlady son poste à l'université. Désemparé face à un monde qui semble avoir fait du capitalisme son horizon indépassable, il tente d'expliquer ce que fut la belle utopie du communisme et remonte pour cela dans la généalogie familiale. Fils d'une communiste juive allemande réfugiée en Union soviétique, il a vécu son enfance à Moscou pendant la Deuxième Guerre Mondiale. En 1945, fidèle parmi les fidèles, sa mère revient avec lui dans ce qui est devenu la RDA, où se déroulera toute son existence militante. Alors qu'il se regarde dans le miroir de l'histoire, Vlady tente de découvrir s'il est véritablement le fils du célèbre Ludwig, agent secret soviétique en rupture avec le Komintern, assassiné sur ordre de Staline alors qu'il s'apprêtait à rejoindre Trotski, en qui l'on reconnaîtra la figure historique d'Ignace Reiss. Sa quête de vérité est d'autant plus ardente qu'elle est assortie de terribles soupçons sur le rôle qu'aurait joué dans cette disparition sa propre mère. Tariq Ali écrit sur les illusions trahies et les espérances détruites, donne chair et corps à une incroyable galerie de portraits et nous entraîne, de Moscou à Berlin, en passant par Vienne, Hanoï, Barcelone ou Paris, dans les méandres d'une histoire politique exaltante et tragique.


- Berlinoise
de Wilfried N'Sondé
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


30 décembre 1989. Stan et Pascal arrivent à Berlin pour y passer le réveillon. Au pied du mur, que Berlinois et visiteurs sont occupés à détruire dans la liesse générale, ils rencontrent une fille à la peau brune et aux yeux vairons, Maya, qui subjugue immédiatement Stan. Déjà installés tous deux dans des vies grises malgré leur âge, Stan et Pascal sont conquis par la ferveur d'un peuple vivant une formidable réconciliation nationale. Ils décident de rester dans cette ville où tout paraît possible. Texte solaire et sensuel, Berlinoise est un hymne au désordre, à la poésie des corps, à l'ardeur et à la candeur, dans lequel Maya la femme et Berlin la ville sont comme deux incarnations jumelles de l'utopie. Porté par un air de blues qui raconterait l'apprentissage de la désillusion, ce roman d'une éducation politique et sentimentale compose tout à la fois une déclaration d'amour et une lettre d'adieu à la folle jeunesse.


- Bienvenue dans ce monde
de Amanda Svensson
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


Trois cœurs novices et rêveurs forment une constellation électrisante qui menace à tout moment de voler en éclats. Il y a d'abord Greta qui travaille dans un restaurant en attendant que sa vie commence enfin. Dans son journal intime, elle évoque ces blessures que personne ne voit. Greta souffre de graves crises d'asthme et, au lieu de prendre ses médicaments, plonge ses ongles entre ses côtes en s'efforçant de penser à un vent de force sept et à des chevaux lancés au grand galop. Il y a ensuite Simon: il dessine des triangles et il n'est pas comme les autres. Les pistes sonores de son cœur défilent deux fois trop vite. D'après les médecins il est condamné aux "affres de la solitude", en lingua vulgaris il serait "impossible à aimer" d'un point de vue clinique. Mais Simonest obsédé par l'espoir du grand amour et lit Les Hauts de Hurlevent depuis l'âge de sept ans. Avec Greta c'est le coup de foudre. Dans le sillage de Simon vient aussi Claus, son ami d'enfance. Porteur d'un gène appelé "gène de la dépendance", il suit Simon partout. Sa piste sonore est supersonique et sa spécialité est de toujours tout faire échouer. Dans une écriture inventive, nerveuse et contemplative, Amanda Svensson met en scène ces personnages singuliers avec tendresse, humour et un imaginaire poétique étonnant. Déployant une histoire d'amour fragile et fulgurante, ce roman semble nous plonger à l'intérieur d'une merveilleuse boule à neige.


- Ce que j'ai voulu taire
de Sándor Márai
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


"J'ai voulu me taire... Parfois ce n'est pas la réponse la moins dangereuse. Rien n'irrite autant l'autorité qu'un silence qui la nie". Longtemps présumé perdu avant d'être retrouvé et de paraître en 2013 à Budapest, Ce que j'ai voulu taire constitue le dernier volet inédit des Confessions d'un bourgeois. Le récit se construit autour de deux dates: le 12 mars 1938, lorsque l'Allemagne nazie annexe l'Autriche, et le 31 août 1948, lorsque l'écrivain et sa famille quittent la Hongrie, désormais pays satellite de l'U.R.S.S. Mêlant confession intime et analyse historique, Sándor Márai évoque cette période cruciale de la Hongrie, auscultant une société tiraillée entre désir d'indépendance et rêve de grandeur nationale qui va finir par servir l'Allemagne nazie. Véritable réquisitoire contre le fascisme et la barbarie, le récit révèle un humaniste engagé, un homme conscient qui aspire à une autre voie que celle de l'État totalitaire dans laquelle le pays va s'engouffrer. D'une grande honnêteté intellectuelle, Ce que j'ai voulu taire est le témoignage exceptionnel d'un des plus grands auteurs du XXe siècle, contraint de quitter un pays qui a nourri son œuvre. Il éclaire aussi, par une réflexion résolument moderne, les paradoxes de la Hongrie et de l'Europe d'aujourd'hui.


- Certaines n'avaient jamais vu la mer
de Julie Otsuka
Éditions 10-18 / Novembre 2014


Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXe siècle pour épouser aux États-Unis, sur la foi d'un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s'élèvent pour raconter l'exil: la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l'humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l'oubli. D'une écriture incantatoire, Julie Otsuka redonne chair à ces héroïnes anonymes dans une mosaïque de la mémoire éblouissante. Un roman bouleversant.


- Cher John
de Nicholas Sparks
Éditions Michel Lafon / Novembre 2014


John et Savannah tombent amoureux dès le premier regard, sur une plage de Caroline du Nord. Étudiante libre et passionnée, elle est prête à se laisser porter par le destin. Soldat dévoué à sa patrie, il n'est là que le temps d'une permission. Après deux semaines d'une romance sans nuage, le jeune couple se sépare, se promettant de s'écrire jusqu'aux prochaines retrouvailles. S'ensuit une correspondance enflammée, dans laquelle chacun laisse libre cours à ses fantasmes et à ses sentiments. Les amoureux n'ont désormais qu'une hâte: se revoir et bâtir un avenir ensemble. Mais une menace de guerre vient soudain assombrir le monde, balayant toutes leurs certitudes.


- Criminels
de Philippe Di Folco et Yves Stavridès
Éditions Sonatine / Novembre 2014


Depuis que Cain a trucidé Abel, l'humanité a accouché d'une ribambelle d'assassins aussi féroces qu'hétéroclites. Leurs motivations tournent toujours autour des mêmes obsessions, passions contrariées, vénalité, haine viscérale de la société, folie incontrôlable. Aussi pourrait-on parier que les tueurs qui hantent cet ouvrage ne sortent pas du lot. Ce serait commettre une erreur impardonnable. En effet, ces "virtuoses" ne se sont pas contentés de liquider des êtres humains sans laisser d'autre trace qu'une tombe dans un cimetière. Non, ils ont fait mieux. Beaucoup mieux. Non seulement leurs crimes s'inscrivent dans l'histoire, mais ils ont carrément modifié son cours, sur le plan politique, militaire, juridique ou social. Autant dire que les auteurs de ces méfaits devraient figurer dans n'importe quel manuel scolaire ou autre grand livre d'or du bestiaire humain. Ce qui n'est pas le cas. D'où la nécessité de réparer cette injustice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 20:02

- Cris
de Laurent Gaudé
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


Du fond des tranchées de Verdun s'élèvent les voix de Marius, Jules, Renier, Ripoll, M'Bosolo, frères d'armes jetant leur vie dans le flux et le reflux des assauts, des soldats hantés par les cris d'un des leurs, un type devenu fou depuis qu'il s'est perdu entre les deux lignes de front. Le premier roman de Laurent Gaudé.


- Dernières lettres
de Walter Benjamin
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2014


Prélevées dans l'abondante correspondance de Walter Benjamin, ces dernières lettres sont un témoignage irremplaçable sur les conditions de vie et de travail à la veille de la guerre et dans les premiers mois du conflit. Souvent rédigées en français, elles évoquent aussi les longues semaines passées, à l'automne 1939, dans le camp où Benjamin est interné à proximité de Nevers. Dans son ultime message d'adieu, daté du 25 septembre 1940, Benjamin, sur le point de mettre fin à ses jours, évoque "toutes ces lettres que j'eusse voulu écrire".


- Des vies à écrire
de David Lodge
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2014


En vivant, en écrivant. Dans cet essai brillant, David Lodge s'intéresse à des écrivains mythiques comme Graham Greene ou Kingsley Amis. Au-delà de l'œuvre, David Lodge retrace le parcours intime d'hommes et de femmes qui ont choisi le métier d'écrire. C'est le risque personnel qui intéresse David Lodge: comment supporter les aléas du succès, les caprices des ventes et de la critique? Peut-on vraiment vivre quand on décide de consacrer son existence à la fiction?


- Deux zèbres sur la 30e Rue
de Marc Michel-Amadry
Éditions Héloïse d'Ormesson / Novembre 2014


Pour remplacer ses zèbres morts de faim, Mahmoud Barghouti, directeur du modeste zoo de Gaza, se résout à peindre des rayures à deux ânes. James, correspondant du New York Times au Moyen-Orient, s'empare de ce fait divers insolite, porteur d'un message d'espoir et de paix. Une chronique dont les échos dépassent les frontières et qui bouleverse des destins. Entre Paris et Berlin, New York et Gaza, d'un ambitieux consultant à une artiste peintre branchée, d'un intrépide journaliste de guerre à une volcanique DJ, deux couples sont réunis grâce à la magie de ces zèbres pas comme les autres. Bijou d'optimisme, sésame vers le bonheur, Deux zèbres sur la 30e Rue est une incitation à oser vivre à la hauteur de ses rêves.


- El Dorado
de Robert Juan-Cantavella
Éditions Cherche Midi / Novembre 2014


Trevor Escargot est envoyé pour faire un reportage à Marina d'Or, un immense bloc de béton édifié sur la côte du Levant, dans le but de vendre "le bonheur aux masses". Sa valise bourrée de cachets et autres substances hallucinogènes ne sera pas de trop. Ce qui tombe bien, puisqu'on ne peut pas attendre d'Escargot, adepte d'un "punk journalisme" dérivé du gonzo, un article classique et ronronnant sur le vacancier moyen. Se méfiant des pièges de la narration réaliste, il lui préfère, au choix et dans le désordre, la pure affabulation, la parodie malicieuse, le mensonge sincère, la spéculation kamikaze, l'absurdité gratuite, l'irresponsabilité immédiate. Au fil de ses pérégrinations dans les installations aussi futuristes que désespérantes de Marina d'Or, Escargot, qui recherche la philosophie particulière de ces centres de vacances, observe et relate, avec une sobriété qui n'est pas sans évoquer celle du héros de Las Vegas Parano. Ce faisant, il va faire des rencontres étonnantes, et son séjour, vite transformé en une quête haletante de l'El Dorado perdu, atteindra son point culminant avec la visite du pape à Valence, à l'occasion des Rencontres mondiales des familles. Dans ce roman qui joue la carte truquée de l'absolue vraisemblance, Robert Juan-Cantavella dépeint avec un humour féroce cet univers de la consommation où nous croyons vivre.


- Home
de Toni Morrison
Éditions 10-18 / Novembre 2014


Frank Money est Noir, brisé par la guerre de Corée, en proie à une rage folle. À Atlanta, il doit retrouver sa jeune sœur Cee, cobaye d'un médecin blanc, pour regagner Lotus en Géorgie, la ville de son enfance, le pire endroit du monde. S'engage pour lui un périple dans l'Amérique ségrégationniste des années 1950 ou dansent toutes sortes de démons. Avant de trouver, peut-être, l'apaisement. Parabole épurée, violemment poétique, Home conte avec une grâce authentique la mémoire marquée au fer d'un peuple et l'épiphanie d'un homme.


- Irmina
de Barbara Yelin
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


Inspiré d'une histoire vraie, le parcours d'une femme allemande des années 1930 à 1980. Un drame poignant sur le conflit entre l'intégrité personnelle et les compromis auxquels peut conduire l'ambition. À travers des images suggestives et pleines d'atmosphère, l'évocation d'une carrière pleine de fractures, exemplaire de la complicité que beaucoup ont nouée avec le régime hitlérien, en détournant les yeux et parce qu'ils y trouvaient avantage.


- J'ai tué Phil Shapiro
de Ethan Coen
Éditions de l'Olivier / Novembre 2014


Un détective privé mordu par un de ses clients, un boxeur incapable de se défendre, un mafioso inoffensif, un tueur à gages malchanceux… Embarqués malgré eux dans des histoires féroces, hilarantes et dérisoires, ces anti-héros sont comme les répliques des perdants magnifiques qui habitent les films des frères Coen.


- Jeu de société
de David Lodge
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2014


Que se passe-t-il lorsqu'une sémiologue rencontre le directeur d'une entreprise de métallurgie? C'est le duo imaginé par David Lodge dans Jeu de société. Derrière l'étonnante alliance des contraires, David Lodge interroge la société anglaise et son obsession des classes. Subvertissant le modèle du roman social par l'humour, David Lodge tisse une comédie intelligente, qui a conquis plus de 180 000 lecteurs en France.


- L'azalée blanche
de Yi Ch'ongjun
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


Issu d'une famille pauvre et d'une région particulièrement déshéritée de la Corée du Sud, Yi Ch'ongjun n'est devenu écrivain que parce que sa mère, l'éloignant et se sacrifiant pour qu'il s'instruise, l'a précocement placé face aux exigences de l'avenir, écrasé des attentes de sa réussite, grevé d'une dette morale qui jamais ne pourrait être effacée. Voilà sans doute pourquoi la figure maternelle (douloureuse ou amère, absente ou inconsolable) hante ces récits tramés de culpabilité et d'impossible rémission des fautes. Sinueuse, itérative, obsessive, l'écriture de Yi Ch'ongjun suit les méandres de la conscience, la résurgence des souvenirs et la résistance que leur oppose l'obstination de ne pas rouvrir les cicatrices.


- L'homme avisé dans les allées du pouvoir
de Baltasar Gracián
Éditions Fayard / Novembre 2014


Que prône, à l'aube de l'ère moderne, un homme sage, désabusé par la tyrannie de ses congénères, par leur vanité et leur goût des apparences, quand il est clairvoyant sur leurs jeux de pouvoir? Il prône le renoncement permanent aux illusions qui ne cessent de se renouveler, toujours. "La vie humaine est un combat contre la malice de l'homme même". Il n'y a plus qu'à répertorier les tactiques et stratégies de domination, à les épingler finement dans leur ambivalence, mêlant le bien et le mal. Désormais, le désenchantement est notre lot: aucun acte ne sera plus dans le bien pur. Dès lors, il faut s'en remettre à la prudence, c'est-à-dire s'efforcer de percer la vérité des êtres et des choses, et se garder de la déraison. Cet homme, l'homme prudent pénétré de l'âpre vérité, c'est Baltasar Gracián (1601-1659), jésuite espagnol, auteur en 1649 d'un ouvrage sulfureux. Composé de 300 aphorismes et maximes, son "oracle" politique livre une vision inouïe, radicale, des mécanismes du pouvoir. Traduit en français sous le titre L'Homme de cour, son livre a connu un retentissement formidable à travers les siècles. Il faut dernièrement le livre préféré de Guy Debord.


- L'inondation
de Evgueni Zamiatine
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


À quarante ans, Sophia n'a toujours pas d'enfant quand elle décide d'adopter une jeune orpheline de treize ans. Mais à la douleur de ne pouvoir enfanter succède alors dans la maison une autre blessure.


- La chica zombie
de Laura Fernández
Éditions Denöel / Novembre 2014


Dans la ville fictive d'Elron, à la fin des années 90, une poignée d'élèves et de professeurs se préparent au célèbre bal des Monstres du lycée Robert-Mitchum. Erin, seize ans, se réveille un matin et découvre avec effroi que ses cheveux sont pleins de vers, que ses doigts tombent les uns après les autres. Tout semble indiquer qu'elle est morte. Pourtant, malgré son odeur pestilentielle et sa chair en lambeaux, Erin doit quand même aller en cours. Elle cache son corps putréfié de zombie derrière des vêtements informes et du maquillage, et personne ne semble s'apercevoir de son état. Derrière un récit survolté et gorgé de références à la Pop culture se dessine une description juste de l'adolescence, entre exploration de soi et désir de se fondre dans la masse. Le tout servi par un style vif et original, un ton irrévérencieux et des rebondissements tout à fait loufoques.


- La fiancée du kamikaze
de Jean-Jacques Antier
Éditions Calmann Lévy / Novembre 2014


En mars 1945, alors que l'archipel japonais est pilonné sans relâche par les bombardiers américains, l'aspirant Zawa, pilote de la Marine de l'empire du Soleil levant, se porte volontaire pour suivre un entraînement de kamikaze. Il devra être capable d'aller faire exploser son appareil sur l'un des porte-avions qui assurent à l'ennemi la totale maîtrise des airs. Le sacrifice de Zawa plonge Baïka, sa fiancée, dans le désespoir. Parfaitement anglophone, elle a été affectée au service de renseignement du ministère de la Marine à Tokyo. Elle a pour mission de traduire les messages radio de la flotte américaine. Au cœur de la machine de guerre japonaise, côtoyant la plus haute hiérarchie militaire impériale, elle se met en tête d'arracher Zawa, coûte que coûte, à son destin fatal. Jean-Jacques Antier est un spécialiste incontesté de l'histoire navale et en particulier de la guerre du Pacifique, mais il est aussi un maître du roman d'aventures. Au cœur d'un Japon d'Apocalypse, il nous fait vivre une extraordinaire histoire de fanatisme et de rédemption.


- La passion secrète de Fjordur et autres racontars
de Jørn Riel
Éditions Gaïa / Novembre 2014


Fjordur pensait à sa passion, il lui arrivait d'en avoir des palpitations comme un garçon de dix-sept ans avant un rendez-vous d'amoureux, et cette pensée le rendait à la fois nerveux et sauvage. Mais Fjordur luttait. Il réprimait ses pulsions du mieux qu'il pouvait, parce qu'il savait qu'ici aussi, mises à jour, elles risquaient de faire de lui un homme marqué à vie. Pendant deux ans, à la cabane de Hauna, il tint bon, chassant assidûment pour tenir sa passion à distance. Mais la troisième année, quand fut installé l'émetteur de Cap Rumpel, sa passion fit voler en éclats les garde-fous patiemment édifiés. Dans un état proche de la transe, il partit à Cap Rumpel pour envoyer un télégramme à Copenhague.


- La vie par effraction
de Jacinthe Mazzocchetti
Éditions Quadrature / Novembre 2014


Quelques heures. Quelques jours tout au plus. Intrusion dans l'histoire de treize adolescents. Morceaux de vies. Arrachées. Rêvées. Courses effrénées pour tenter d'exister. Les pas de Jessica se perdent dans les rues froides de Bruxelles, tandis que ceux d'Églantine se cherchent. Les yeux assassins de Nina. Les yeux gris de Marine. Du gris de la pluie au soleil des collines. Les rêves hauts de Maria. Le couteau de Julien. Par amour. Le couteau de Vlad. Pour les faire taire. Tous. Ne pas baisser la tête. Jamais.


- La voyageuse des îles
de Marie-Odile Ascher
Éditions Anne Carrière / Novembre 2014


À l'île Maurice, dans la seconde moitié du XIXe siècle, Sita, une petite servante indienne maltraitée, et intellectuellement surdouée, vit à cheval sur les trois mondes qui composent alors la société mauricienne: les maîtres blancs, les ouvriers agricoles et domestiques indiens, et les anciens esclaves noirs. Sita devient amie avec la fille des maîtres et rêve d'appartenir à cette caste mais, contrairement à ses espérances, l'univers des grands mounes, les "grands Blancs", demeure impitoyablement fermé aux gens de couleur. Sa beauté fait d'elle une proie, et il lui faudra user de toutes ses ressources pour échapper à ceux et à celle qui la convoitent. Elle a quinze ans lorsqu'elle apprend que sa propre famille prévoit de la marier contre son gré et fera tout alors pour échapper à cette union imposée. À la même époque, en Bourgogne, Guillaume est un simple instituteur de campagne, bien décidé à tout mettre en œuvre pour échapper à un destin écrit à l'avance. Il saura saisir la chance lorsque celle-ci se présentera et, un jour, débarquera à Maurice, terre lointaine de tous les possibles. Usurpation d'identité, amours contrariées, violences et aventures seront le lot de Guillaume et de Sita, avant que la vie ne leur permette de se trouver et de construire, en dépit des préjugés, une destinée commune.


- Le chemin des forçats
de Alexandre Soljénitsyne
Éditions Fayard / Novembre 2014


Récit en vers traduit du russe par Hélène Henry Composé au bagne entre 1948 et 1952 ce long poème autobiographique constitue une étape essentielle dans l'édification de l'œuvre en prose qu'entreprendra Soljénitsyne une fois libéré. À l'origine, la forme versifiée était destinée à favoriser la mémorisation: le texte sitôt composé était appris par cœur, puis détruit. Le poème suit le "chemin" emprunté par son jeune héros: son enfance à Rostov-sur-le-Don dans une famille pauvre et persécutée, sa "double foi", chrétienne par tradition familiale, communiste par éducation et conviction et, surtout, son engagement dans les combats de la Seconde Guerre Mondiale, jusqu'à son arrestation. Cette suite de portraits et de scènes décrivant une Russie stalinienne déchirée est aussi l'amorce de la quête historique, culturelle, morale, spirituelle que poursuivra, sa vie durant, l'auteur de l'Archipel du Goulag.


- Le fantôme du Petit Marcel
de Élyane Dezon-Jones
Éditions Viviane Hamy / Novembre 2014


Pourquoi le fantôme de Marcel Proust enfant a quitté les années 1900 pour rejoindre le XXIe siècle? Alix et Clarisse, les deux cousines et héroïnes de l'histoire, vont faire sa connaissance et plonger dans la "Belle époque". De leurs rencontres et échanges, elles vont comprendre que le petit garçon est en train d'écrire un livre. Mais, il a un problème à résoudre: trouver son titre. Sans se poser de questions, elles se lancent, avec Marcel, dans cette recherche. Pétri de références discrètes en forme de clins d'œil à l'œuvre de Marcel Proust, Le Fantôme du petit Marcel porte en lui une réflexion sur la modernité de ses écrits et sur ses constantes réécritures. Comme dans un kaléidoscope, l'ancien rencontre le moderne. Que se serait-il passer si le petit Marcel avait connu l'ordinateur? Né de la rencontre entre une spécialiste des manuscrits proustiens et un dessinateur passionné par la saga de l'auteur, drôle et attendrissant, nous entraîne, enfant, parent ou grand-parent, dans une initiation fantastique et ludique. Finie l'intimidation, et place à la découverte de La Recherche.


- Le livre bleu
de A. L. Kennedy
Éditions de l'Olivier / Novembre 2014


C'est sur un paquebot de croisière, en compagnie de son petit ami Derek, qu'Elizabeth feint de rencontrer Arthur pour la première fois. Car leurs chemins se sont déjà croisés: tous deux ont formé autrefois un couple de médiums qui prétendaient parler aux morts. En pleine mer, une tempête fait rage, et Elizabeth se trouve prise entre les feux de sa passion ravivée pour Arthur et la vie rangée que lui promet Derek. Mais voici que le Livre Bleu apparaît, dévoilant peu à peu le passé mystérieux et douloureux des deux amants. Romantique, poignant, ironique, Le Livre Bleu convie le lecteur au cœur même de son intrigue, pour une saisissante expérience de lecture.


- Le livre de Dina Big Book
de Herbjorg Wassmo
Éditions 10-18 / Novembre 2014


Sur les hauteurs sauvages de l'extrême Norvège, Dina règne en déesse obscure. Enfant coupable et délaissée, future maîtresse du domaine de Reisnes, elle grandit et traverse son destin dans un bouillonnement féroce que rien ne peut brider. Autour d'elle, le drame se noue dans le feu et la glace. Car Dina, Ève brûlante, éternelle indomptée, chevauche à travers vents sans trouver le repos. Déjà entrée au panthéon de la littérature scandinave, Herbjørg Wassmo donne vie à sa plus grande héroïne dans une trilogie incantatoire et légendaire.


- Le mal jaune
de Jean Larteguy
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2014


"Ce roman est l'histoire de deux villes qui n'existent plus: Hanoi et Saigon. Ceux qui les aimèrent, et ils furent nombreux, contractèrent auprès d'elles un mal dont ils n'arrivent point à se guérir: le mal jaune, une sorte de nostalgie qui devient poussée de fièvre certains soirs de cafard, certains jours d'abandon". Jean Lartéguy Sur les traces de Jérôme, journaliste, spécialiste de l'Extrême-Orient, et d'autres Français, baroudeurs, militaires, correspondants étrangers, tous marqués par la bataille de Diên Biên Phu, Le Mal jaune est un beau roman nostalgique sur le passé de l'Indochine française mais lucide sur son avenir.


- Le pouvoir du chien
de Thomas Savage
Éditions Belfond / Novembre 2014


En évoquant la lente dégradation des relations entre deux frères, que vient troubler l'arrivée d'une femme, Thomas Savage signe un huis clos d'une rare intensité psychologique, un western littéraire d'avant-garde qui scandalisa la critique lors de sa sortie en 1967 pour avoir porté atteinte au mythe du rude et viril cow-boy de l'Ouest. Inexplicablement resté dans les limbes de l'édition pendant de longues décennies, redécouvert à la fin des années 1990, Le Pouvoir du chien est aujourd'hui reconnu comme un chef-d’œuvre de la littérature américaine du XXe siècle. À lire ou à relire d'urgence.


- Le voyage de Ruth
La Mama d'autant en emporte le vent
de Donald McCaig
Éditions Michel Lafon / Novembre 2014


Découvrez pour la première fois le destin hors du commun de Ruth, la Mama d'Autant en emporte le vent. "Les mamas s'pavanent pas. Elles voient c'qu'elles doivent voir et savent c'qu'elles doivent savoir. La plupart du temps, elles s'taisent. Elles laissent les autres leur dire c'qu'elles savent déjà. Les mamas hochent la tête et sourient". 1804, sur l'île de Saint-Domingue, un massacre n'épargne qu'une seule vie, celle d'une petite fille noire. Recueillie par deux Français, l'enfant qu'ils prénomment Ruth part vivre avec eux dans la bouillonnante ville de Savannah, au sud des États-Unis. Ainsi commence l'incroyable destin de celle qui grandira dans un pays à la veille de la guerre de Sécession, et tombera follement amoureuse d'un Noir libre, avant de devenir "la Mama" qui élèvera l'irrésistible Scarlett. Derrière le masque de la domestique dévouée, on découvre la vie secrète et les pensées de Ruth. Elle aime avec férocité, et n'oublie jamais ceux qui ont succombé aux ravages de l'Histoire. Entre résilience et rêves brisés, Le Voyage de Ruth jette une nouvelle lumière sur l'une des inoubliables héroïnes d'Autant en emporte le vent.


- Les chemins de Katmandou
de René Barjavel
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2014


Olivier, étudiant en mai 1968, a décidé de fuir la capitale, ses rêves et ses utopies pour conquérir pouvoir et fortune dans le sillage de son père, un homme d'affaires qui organise des voyages pour milliardaires à Katmandou, au Népal. En chemin, il rencontre la jolie Jane, hippie britannique un peu paumée, à la recherche, comme tant d'autres, d'un idéal de vie communautaire dans la ville sacrée. Ils tombent amoureux l'un de l'autre. Amours, drogues, illusions perdues. Il est des chemins pour se perdre ou pour se retrouver: les chemins de Katmandou. Un grand classique de René Barjavel.


- Les chiens du rideau de fer
de Marie-Luise Scherer
Éditions Actes Sud / Novembre 2014


Il y a vingt-cinq ans s'ouvrait la frontière inter-allemande, longue de 1400 km. Le rideau de fer côté allemand disparaissait. Dans un récit saisissant, Marie-Luise Scherer raconte l'histoire des chiens qui l'ont gardé pendant quatre décennies: les trafics en tout genre pour les acquérir et les former, leur souffrance extrême, reflétant la brutalité avec laquelle on les traitait, leurs maîtres et ce qu'ils sont devenus après 1989. Grand classique du genre en Allemagne, ce reportage brillant rend inoubliable la folie dans laquelle l'État est-allemand s'était enfermé.


- Les fantômes d'Eden
de Patrick Bauwen
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


Il était une fois en Floride, cinq ados partis à l'aventure. Ils vous feront rire. Pleurer. Frissonner. Mais ce qu'ils affronteront les changera à jamais. Et l'un d'eux sera assassiné. C'est sur ce crime que j'enquête... parce que le mort, c'est moi.


- Les loups du solstice
de Anne Rice
Éditions Michel Lafon / Novembre 2014


C'est le début du mois de décembre et au manoir de Nideck Point, les Morphenkinder s'apprêtent à célébrer à leur façon le rituel païen du solstice d'hiver. Tout le monde est invité, même ceux de leur race qui continuent de pratiquer le sacrifice humain. Reuben Golding, dernier à avoir reçu le don, accepte encore difficilement sa nouvelle nature d'Homme-Loup, luttant pour contrôler ses désirs et sa soif de sang. Tiraillé entre son amour pour la lumineuse Laura et sa terreur de lui imposer une vie de paria, il se réfugie dans les préparatifs de la fête. Mais quand un spectre du passé apparaît dans l'obscurité, Reuben doit faire un choix qui changera l'avenir des Hommes-Loups pour toujours. Dans la forêt, le vent hurle, apportant la rumeur d'un étrange purgatoire et d'esprits séculaires qui  possèdent leurs propres pouvoirs occultes. Reuben et ses compagnons se retrouvent au cœur d'un conflit immémorial. Qui sortira vainqueur de la nuit du solstice?


- Les meilleurs élèves
de Bronwen Hruska
Éditions Plon / Novembre 2014


Erin Brockovich au masculin: lorsque Sean découvre le scandale que cache l'école huppée et élitiste de son fils, il part en croisade contre un système opaque et beaucoup plus dangereux qu'il n'y paraît. À Manhattan, la course à l'excellence commence dès le primaire et les places dans les meilleures écoles sont chères, au sens propre comme au figuré. Sean, père célibataire sans le sou, a la chance de pouvoir compter sur ses beaux-parents pour payer les frais de scolarité de Toby, élève à la prestigieuse Bradley School fréquentée par les enfants de l'élite new-yorkaise. Quand un professeur explique à Sean que Toby est hyperactif et qu'il doit suivre un traitement, il est dubitatif. Mais Sean n'ose pas mettre en doute cette parole craignant plus que tout l'échec scolaire pour son fils. À contrecœurs, il donne des médicaments à Toby. Sean va alors mettre à jour un système opaque et complexe, dans lequel des intérêts colossaux sont en jeu qu'il ne fait pas bon déranger.


- Les mensonges ne meurent jamais
de Séverine de la Croix
Éditions Michel Lafon / Novembre 2014


Une femme qui disparaît.
Un couple en danger.
Les terribles secrets d'une famille.
Un compte à rebours implacable.


- Les poètes de la Grande Guerre
de Jacques Béal
Éditions Cherche Midi / Novembre 2014


Un grand nombre d'écrivains et de poètes ont été confrontés à la Première Guerre mondiale. Leur œuvre en fait écho. Certains y ont laissé leur vie: Charles Péguy, Alain-Fournier; d'autres, une part physique d'eux-mêmes: Blaise Cendrars, Guillaume Apollinaire. La poésie prit part au renforcement moral des millions de Français engagés dans les combats. Elle eut un rôle mobilisateur, venant même d'auteurs reconnus qui s'exprimaient depuis le confort de lieux étrangers au cataclysme. D'autres poètes s'exposèrent en première ligne. La boue, les tranchées, les corps-à-corps sanglants, la souffrance, les salves d'artillerie furent autant de thèmes qui les aidèrent à survivre ou à mourir. Sont ici rassemblés nombre de textes signés par de grands écrivains contemporains: Roland Dorgelès, Jean Cocteau, Henry de Montherlant, Pierre Mac Orlan, Paul Éluard, Georges Duhamel, Philippe Soupault, Paul Fort, Paul Claudel, entre autres. Tous disent à leur manière ce que la guerre fait naître de haine et d'émotion.


- Les rumeurs du Nil
de Sally Beauman
Éditions JC Lattès / Novembre 2014


Envoyée en Égypte en 1922 pour se remettre de la mort de sa mère, la petite Lucy, onze ans, est prise dans l'effervescence qui entoure la recherche obsessionnelle du tombeau de Toutânkhamon. Sa rencontre avec Frances, la fille d'un archéologue américain, bouleverse son existence. Alors que les deux fillettes épient les adultes pour percer à jour les secrets qu'ils gardent jalousement, se forge entre elles un lien d'amitié indestructible. Des décennies plus tard, hantée par les fantômes et les erreurs de son passé, Lucy les exhume pour tenter de donner un sens aux étranges événements qui se sont déroulés au Caire et dans la Vallée des Rois. Et pour la première fois de sa vie, elle réussit à affronter ce qui s'est passé après l'Égypte, au moment où Frances avait le plus besoin d'elle.


- Loup solitaire
de Jodi Picoult
Éditions Michel Lafon / Novembre 2014


Luke Warren est un spécialiste du comportement des loups. Il s'est rendu célèbre en partageant la vie d'une meute pendant près de deux ans dans le Grand Nord canadien. Mais à son retour, sa famille se disloque. Son fils Edward coupe les ponts après une dispute irréparable, sa femme Georgie le quitte, et sa fille, Cara, qui vit avec lui, se brouille avec son frère qu'elle considère comme responsable du divorce de ses parents. Six ans plus tard, Edward s'est construit une vie en Thaïlande. Mais un coup de téléphone vient bouleverser son existence: son père est dans le coma à la suite d'un grave accident, et ses deux enfants doivent être présents pour décider de son sort. Cara attend un miracle, mais Edward veut arrêter l'acharnement thérapeutique et faire don des organes de Luke. Agit-il par altruisme ou par vengeance? Que cache son départ au bout du monde? Jusqu'où Cara ira-t-elle pour l'empêcher de prendre une décision irrévocable? Et quel est le secret qui la tourmente?


- Matière première
de Nadine Ribault
Éditions D'Un Noir Si Bleu / Novembre 2014


Les vagues s'écrasaient sur le sable avec un bruit que Maddalena entendait encore, mat et sombre. Marco avançait, seul, vers l'or du soleil, et lui avait semblé, à elle, soudain, plus qu'un homme, comme un oiseau, un grand oiseau de feu, comme un grand oiseau du soleil. Assurément, elle avait encore, puissant en elle, le souvenir de cette promenade au bord de l'eau. C'était sur la plage de Sperlonga. Pour cette fois, elle n'avait pas voulu se rendre à la grotte de Tibère. Ils avaient juste marché sur le sable, longtemps, vers les longs nuages blancs étranglés à l'horizon. Et Marco avait dit et puis tout est si beau ici, tout est si beau, n'est-ce pas, Maddalena chérie, toi surtout dont je subis l'attrait.


- Monsieur mon amour
de Alexandra de Broca
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


Princesse vertueuse totalement dévouée à Marie-Antoinette ou conspiratrice et séductrice aux mœurs dépravées? Marie-Thérèse de Savoie-Carignan, princesse de Lamballe, fut en son temps l'objet des plus folles rumeurs. Au fil d'une bouleversante correspondance imaginaire, Alexandra de Broca se glisse dans la peau de cette jeune aristocrate turinoise, veuve à dix-neuf ans du descendant d'un bâtard de Louis XIV, qui lui aura fait subir les pires affronts. Comme tant d'autres victimes expiatoires du régime de la Terreur, cette femme fragile, attachée à la famille royale au point de reprendre ses fonctions après la fuite du roi, connaîtra une fin atroce. Du fond de la geôle parisienne où elle attend son jugement, Marie-Thérèse écrit chaque jour à Philippe d'Orléans, député et proche de Robespierre. Comme la vertu s'adresse au vice, elle commence ses lettres par "Monsieur mon Amour".


- Noël était venu sans rien dire à personne
de Roger Bichelberger
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


Mineur, menuisier, maçon ou paysan, la plupart des personnages de ces nouvelles vivent dans cette Lorraine traversée par les guerres, tantôt française, tantôt allemande. Mis à l'épreuve par la vie et par l'Histoire, ils ont pourtant gardé leur innocence. Roger Bichelberger déploie un monde qui lui est propre, réaliste mais aussi intérieur, où l'amour, la foi et la vie simple exorcisent les drames de l'existence.


- Nos mensonges
de Louise Douglas
Éditions Presses De La Cité / Novembre 2014


Ce doit être une hallucination. En plein jour, Hannah aperçoit, dans les allées du musée où elle travaille, son amie d'enfance Ellen Brecht, pourtant décédée il y a plus de vingt ans. Enfants, Ellen, Hannah et son voisin Jago étaient inséparables. Ils avaient pour repaire une plage connue d'eux seuls, où ils ont enfoui leurs secrets. Mais l'adolescence apporte son lot d'épreuves, jusqu'à l'annonce brutale du décès d'Ellen: Jago s'enfuit alors au Canada, tandis que Hannah est victime de troubles maniaco-dépressifs. Vingt ans plus tard, alors qu'elle est toujours hantée par cette tragédie, que doit-elle penser de cette apparition? A-t-elle réellement sombré dans la folie ou est-elle au centre d'un drame bien plus mystérieux? Cet événement rouvre des plaies mal refermées et la ramène sur les plages de Cornouailles, où tout a commencé.


- Passent les heures
de Justin Gakuto Go
Éditions Les Escales / Novembre 2014


Étudiant à San Francisco, Tristan Campbell reçoit un jour un étrange coup de téléphone d'un cabinet d'avocats londonien: il pourrait être l'héritier de l'immense fortune d'Ashley Walsingham, disparu en tentant de conquérir l'Everest en 1924. Tristan entame alors une course contre la montre car il n'a que quelques semaines pour prouver qu'il est bien le descendant de l'alpiniste et de l'amour de sa vie avant que l'héritage ne revienne à l'État. Lancé sur leurs traces, Tristan va reconstituer le puzzle de son histoire. Des tranchées de Picardie au Berlin des années vingt, des sommets de l'Himalaya aux fjords d'Islande, il découvre peu à peu leur fulgurante passion, prise dans les tourments de la Première Guerre Mondiale. Obsédé par les amants tragiques, Tristan parcourt l'Europe et prend conscience du véritable enjeu de cette quête.


- Sept fois presque rien
de Estelle Granet
Éditions D'Un Noir Si Bleu / Novembre 2014


"Debout, c'est l'heure d'Eduino", murmuraient les mères aux enfants nichés dans les hamacs. Eduino est le premier sur la berge du fleuve, tous les matins. Le premier à ressentir la profondeur de ce fleuve, sa profondeur dans le temps aussi. Le premier à saisir les légendes des divinités qui l'habitent, à appréhender le monde d'au-delà l'horizon. Le fleuve, axe de cette partie du Brésil, souligne par son flux puissant la possibilité permanente d'un ailleurs. Les personnages de ce livre à facettes font tous un pas de côté en dehors de leurs propres chemins, se lancent pour un temps à la poursuite de leurs ailleurs intimes. Leurs trajets s'imbriquent comme les bras du fleuve pour tisser, par touche, la trame d'une histoire unique. Entre recueil de nouvelles et roman, Sept fois presque rien nous invite à une promenade au sein d'une humanité généreuse.


- Un tout petit monde
de David Lodge
Éditions Payot & Rivages / Novembre 2014


Où sont les campus d'antan où des profs besogneux erraient comme des âmes en peine entre deux cours, l'intelligence en jachère, la libido en sommeil? Les médias ont changé tout cela, les arrachant à leur solitude, les amenant à communiquer avec leurs collèges à l'autre bout du monde. L'ère du campus global est arrivée et ses liturgies favorites sont les congrès. D'universités en colloques, de cocktails en salles d'embarquement, étudiants, érudits, écrivains en herbe, grands manitous de la fac, universitaires ratés, têtes pensantes, parfois rêveuses ou volontiers dévergondées, virevoltent, une valise à la main, une coupe de champagne dans l'autre, dans une quête éperdue de reconnaissance internationale, d'amour et de fantaisie.


-  Une fille
de Juliette Kahane
Éditions de l'Olivier / Novembre 2014


Enfant, elle grandit entre sa grand-mère et sa mère, entre désordre et mélancolie, dans un véritable capharnaüm. De temps en temps, un homme séduisant qui l'impressionne et la rend muette l'emmène dîner dans une boîte de nuit. Cet homme est son père, Maurice Girodias, don Juan et dandy, éditeur de Lolita, Miller et Burroughs, héros de la lutte contre la censure pour certains, aventurier sans scrupules pour d'autres. L'enfant devient adolescente, et comprend qu'elle doit compter sur elle-même. Au milieu des années 60, elle a dix-sept ans et entreprend une traversée de la Californie, qui à cette époque libertaire prend vite l'allure d'un voyage initiatique. De retour en France, l'adolescente devenue femme se révolte. Nous sommes en mai 68. Mais est-il possible de mener le récit d'une enfance et d'une adolescence sans faire face au silence, à la honte et au mensonge? Juliette Kahane affronte l'histoire de son père, ouvre les caisses d'archives qu'elle a héritées de lui, et se résout enfin à lire son autobiographie, Une journée sur la terre.


- Une symphonie américaine
de Alex George
Éditions Belfond / Novembre 2014


De son enfance dans un minuscule appartement du Queens d'après-guerre, fille unique d'un père camionneur idole du quartier, et d'une mère qui noyait sa mélancolie à grands coups de scotch, Eileen Tumulty a tiré un principe: toujours viser plus haut, ne jamais renoncer à sortir de sa condition. Faire des études, décrocher un diplôme d'infirmière: Eileen s'accroche, s'endurcit. Tomber amoureuse, épouser Ed: Eileen s'envole, elle a de l'ambition pour deux. Donner naissance à un fils, trouver la maison de ses rêves, former une vraie famille: Eileen veut encore plus, encore mieux. Et pourtant... Les rêves ne sont-ils jamais que des rêves? Sentir la menace, redouter le pire, se révéler dans l'épreuve. Et puis choisir de continuer à vivre, malgré tout.


- Accords parfaits
de Daria Bignardi
Éditions Les Escales / Octobre 2014


Un été, Arno rencontre Sara sur les plages de Marina di Pietrasanta. Il a quinze ans, elle en a treize. C'est le coup de foudre immédiat. Quand elle le quitte après quelques semaines d'amours estivales, son désespoir est absolu. Des années plus tard, violoncelliste à la Scala, marié à Sara qu'il a fini par reconquérir et père de trois enfants, Arno pense avoir atteint le bonheur parfait. Pourtant, quatre jours avant Noël, Sara disparaît, laissant sur la table de la cuisine un billet laconique pour toute explication. Commence alors pour Arno une quête à travers l'Italie, de Milan à la Sardaigne, et à travers le passé de la femme de sa vie pour finalement tenter de se trouver lui-même. Du coup de foudre adolescent au désenchantement de la vie de couple, peut-on jamais vraiment connaître la personne qu'on aime?


- Aimons-nous les uns les autres
de Catherine Clément
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


En 1871, la Commune de Paris, la révolution la plus généreuse que la Terre ait portée, embrase les
cœurs et les rues. "J'avais beau me souvenir que notre Commune voulait refaire le monde sous le feu de deux armées, celle des Prussiens et celle du Foutriquet installé à Versailles, j'avais beau me dire chaque jour que la Commune était foutue d'avance, eh bien, elle avançait". Catherine Clément raconte avec fièvre ces mois d'espoirs et de rêves, jusqu'à la fameuse "Semaine sanglante". Son roman convoque des figures historiques devenues légendaires (Louise Michel, Charles Delescluze, Giuseppe Garibaldi, Victor Hugo, Karl Marx, Georges Clemenceau) mais aussi d'inoubliables anonymes, qui réinventent le récit de ces jours tragiques et glorieux. Un couple anime l'histoire: le tout juste nommé ministre du Travail, Léo Frankel, un juif hongrois, et la sublime Elisabeth Dmitrieff, jeune Russe ascétique et flamboyante, envoyée par Marx au cœur de la tourmente. Savoureux, haletant, d'une intraitable liberté de ton, ce roman donne à voir une Commune enfin démythifiée, plus proche de nous qu'elle ne le fut jamais.


- Ainsi résonne l'écho infini des montagnes
de Khaled Hosseini
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Dans le village de Shadbagh, Abdullah, 10 ans, veille sur sa petite sœur Pari, 3 ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu'il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d'un travail et ces jours où la faim les tenaille. Un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d'autres encore. Des années 1950 à nos jours, d'une petite cahute dans la campagne afghane aux demeures cossues de Kaboul, en passant par le Paris bohème des seventies et le San Francisco clinquant des années 1980, Khaled Hosseini le conteur nous emmène dans un voyage bouleversant, une flamboyante épopée à travers les grands drames de l'Histoire.


- À la lumière de ton visage
de Rabbin Pauline Bebe
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Pauline Bebe exerce comme rabbin depuis vingt-cinq ans à Paris; elle est la première femme à remplir ces fonctions en France et en Europe continentale après la guerre. À la lumière de ton visage propose une suite de moments saisis sur le vif, perles quotidiennes, sources de réflexion pour le lecteur. En s'inspirant de la sagesse juive, de sa connaissance de la psychologie humaine et de sa pratique rabbinique, Pauline Bebe aborde les grands thèmes de la vie, la justice, la liberté, l'humour, la beauté, l'amour, l'espoir, l'éthique des relations humaines. Les trente-six textes composant ce recueil sont des gouttes de lumière qui éclairent notre vie.


- Anatomie d'une nuit
de Anna Kim  
Éditions Jacqueline Chambon / Octobre 2014


Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 2008, onze personnes se donnèrent la mort dans une petite ville perdue du Groenland oriental. À partir de cette histoire vraie, Anna Kim retrace cette brutale série de suicides touchant des gens de toute condition, autochtones ou non, riches ou pauvres, jeunes ou vieux. Superficiellement observées, ces morts n'avaient aucun rapport, seules quelques-unes des victimes se connaissaient de vue. Mais est-il juste d'additionner ainsi les morts? Chacune n'était-elle pas unique comme l'est chaque vie? Et pourtant, difficile de ne pas voir un signe dans cet événement inouï, impossible de ne pas incriminer cette nuit trop sombre, trop froide, trop inhumaine. À travers les dernières heures de ces hommes et de ces femmes, Anna Kim nous raconte le Groenland, ce pays des extrêmes où la noirceur de la nuit se mêle à l'obscurcissement des âmes, hantées pas les esprits des anciens, noyées dans les vapeurs de mauvais alcools. Avec pudeur et sensibilité, elle reconstitue la vie de chacun de ses personnages jusqu'à cette nuit funeste, qui ne révélera pas le pourquoi de leur acte mais fera entrevoir l'inéluctabilité de leur destin.


- Assortiment de friandises pour l'esprit ou l'art de positiver au quotidien
de Agnès Abécassis
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Un livre qui traite du bien-être, du bonheur, et du zen, autour d'une sélection de thèmes qui font du bien au moral. Le maître mot: positiver. À la fin de chaque chapitre, le lecteur est invité à intervenir, soit autour d'une activité créatrice, soit autour d'un coloriage relaxant comportant une touche d'humour. Ceci est un bouquet de pensées positives, une déclinaison de citations inspirantes, un éventail d'activités relaxantes, une palette de rires et de sourires, un journal d'intimité, un enivrant parfum de détente, des miscellanées de choses à savoir, un cadeau à s'offrir à soi-même. Ceci n'est pas un roman. Ceci est votre livre.


- À travers les champs bleus
de Claire Keegan
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Récidivant dans l'art délicat du clair-obscur, Claire Keegan raconte huit destins sur le fil. Solitudes, joug des traditions, amours impossibles ou interdites, rivalités, adieux... Autant d'instants sur le point de basculer et de personnages aux prises avec leurs propres failles, au cœur d'une nature sauvage et silencieuse ou chaque éclat de vie, saisie sur le vif, entre en résonance.


- Au bord du fleuve
de Christopher Isherwood
Éditions Fayard / Octobre 2014


Deux frères se retrouvent en Inde après une longue séparation. Oliver, le plus jeune, un idéaliste, s'apprête à renoncer à tout désir humain et à prononcer ses vœux de moine hindou. Patrick, un brillant éditeur londonien, avec femme et enfants à Londres et amant en Californie, feint d'admirer les convictions d'Oliver tout en critiquant ses choix en privé. Avec force et subtilité, Christopher Isherwood raconte ici le tragique affrontement de deux êtres complexes, liés par le sang mais que tout oppose: chacun est pris dans la lutte éternelle entre le plaisir et le devoir, l'égoïsme et Dieu, et se trouve déchiré par des tourments secrets qu'il doit mettre à nu pour trouver sa voie.


- Bad Girl
de Nancy Huston
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Quels sont les facteurs improbables qui transforment une enfant née dans l'Ouest du Canada au milieu du XXe siècle en une romancière et essayiste bilingue et parisienne? Connaissant les écueils et les illusions du discours sur soi, Nancy Huston tutoie tout au long de ce livre le fœtus qu'elle fut et qu'elle nomme "Dorrit", afin de lui raconter sur le mode inédit d'une "autobiographie intra-utérine" le roman de sa vie. Arrière-grand-père fou à lier, grand-père pasteur, tante missionnaire, grand-mère féministe, belle-mère allemande, père brillant mais dépressif, déménagements constants, piano omniprésent, mère dont les ambitions intellectuelles entrent en conflit avec son rôle familial; ainsi la création littéraire devient-elle pour Dorrit la seule manière de survivre. Citant ses mentors, Beckett, Barthes, Gary, Weil, Woolf, mais aussi Anaïs Nin ou Anne Truitt, Nancy Huston traque l'apparition, dans le cheminement de la petite Dorrit, des thèmes qui marqueront son œuvre. Ce livre est fondamental dans la trajectoire littéraire de la romancière. Au plus près du territoire de l'intime, il offre un nouvel éclairage sur son œuvre.


- Baumes
de Valentine Goby
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Je me demande si le père de mon père, que je n'ai pas connu, portait l'odeur d'usine dans toute sa peau et tout son vêtement. S'il rentrait lui aussi imprégné d'essences pures, si sa présence provoquait de semblables, silencieuses apocalypses, pouvait défaire le monde dans lequel il surgissait, en imposer un autre, avec ses propres protocoles, que sa disparition renversait aussitôt et les souris dansaient. S'ils se sont transmis ça, en même temps que le patronyme, le patriarcat, la maison magnifique parmi les oliviers: cette capacité à occuper l'espace, le saturer. Le confisquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 19:56

- Bonjour tristesse
de Françoise Sagan
Éditions Julliard / Octobre 2014


Il y a soixante ans paraissait Bonjour tristesse.
Pour célébrer la postérité du premier roman de Françoise Sagan, disparue il y a dix ans, les Éditions Julliard réimpriment une version identique à l'édition originale parue en 1954. "Sur ce sentiment inconnu dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, j'hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse". Ainsi commence Bonjour tristesse, le premier roman d'une jeune femme qui, en 1954, n'a pas encore atteint l'âge de la majorité et vient pourtant d'écrire un livre qui bouleversera des générations entières. "La gloire, je l'ai rencontrée à 18 ans en 188 pages, c'était comme un coup de grisou", dira-t-elle plus tard, à ce sujet. Cécile, adolescente insouciante, a passé son enfance en pension. Elle vit depuis deux ans avec son père, Raymond, veuf séduisant et homme à femmes. Cécile mène une existence aisée et oisive, tout en bénéficiant d'une grande liberté. Son père a de nombreuses maîtresses qui n'interfèrent pas dans son quotidien. L'été de ses 17 ans, Cécile, son père, et Elsa, sa compagne du moment, partent en villégiature sur la Côte d'Azur. Raymond a également invité Anne, une femme brillante et belle, amie de son épouse défunte. Très vite, Anne prend en main la vie de Cécile et décide notamment de lui faire travailler son baccalauréat. Anne voit aussi d'un mauvais œil l'aventure que Cécile vit avec Cyril, un étudiant de passage. Peu à peu, Raymond, désireux de se réformer, délaisse Elsa et devient l'amant d'Anne. Décidé à changer de vie pour elle, il envisage même de l'épouser. Cécile craint alors de perdre sa précieuse liberté. La présence de cette femme intelligente et calme trouble sa délicieuse existence, agitée et futile. Jalouse, elle réussit à convaincre Cyril de simuler une aventure amoureuse avec Elsa. Raymond ne parvient pas à résister à cette provocation. Irrité de voir son ancienne maîtresse se tourner vers un adolescent à peine plus âgé que sa fille, il se retrouve bientôt dans ses bras. Anne les surprend par hasard. Désespérée, elle s'enfuit et se tue dans un accident de voiture. Cécile et son père reprennent alors leur mode de vie frivole, mais la jeune fille souffre à présent d'un sentiment nouveau: la tristesse. Symbole d'une génération désinvolte et bourgeoise, Bonjour tristesse a non seulement fait scandale dès sa sortie, mais est surtout devenu instantanément un best-seller mondial. Interrogée quelques années plus tard sur ce sujet, Françoise Sagan déclarera: "En fait, j'ai été très surprise de la réaction que ce livre a suscitée. Pour les trois quarts des gens, le scandale de ce roman, c'était qu'une jeune femme puisse coucher avec un homme sans se retrouver enceinte, sans devoir se marier. Pour moi, le scandale dans cette histoire, c'était qu'un personnage puisse amener par inconscience, par égoïsme, quelqu'un à se tuer".


- Bridget Jones: folle de lui
de Helen Fielding
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Que faire lorsque votre toy boy fête ses 30 ans le soir où votre meilleure amie célèbre ses 60 ans? Est-il moralement condamnable d'aller chez le coiffeur quand vos enfants ont attrapé des poux? Est-ce mal de tricher sur son âge sur les sites de rencontre? Confrontée à ces graves problèmes, et à quelques autres non moins angoissants, Bridget relève courageusement le défi d'élever seule deux jeunes enfants, d'apprendre à maîtriser tweets et textos et, surtout, redécouvre sa sexualité à l'heure de (aïe ! le mot qui fâche) l'âge mûr. À la fois tendre, touchant, mélancolique et absolument hilarant, le retour tant attendu de notre Anglaise préférée.


- Ça peut pas rater
de Gilles Legardinier
Éditions Fleuve Noir / Octobre 2014


- J'en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir !
Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir: je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d'un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers. La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume.


- Chopin ou la fureur de soi
de Dominique Jameux
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2014


À la fois étude musicologique et biographie de Chopin, cet ouvrage se veut tout ensemble une "vie et œuvre". C'est la musique qui commande ici le récit des événements, cette musique intime, qui parle à l'oreille, où tout est beau et tout est court. De chef-d'œuvre en chef-d'œuvre, on suit le musicien sous la monarchie de Juillet, depuis la violence de ses vingt ans jusqu'à une forme d'apaisement intérieur et de stabilisation amoureuse, avant la ruine finale. Un ouvrage en ombres et en lumières, entièrement nourri par l'amour de la musique de Chopin.


- Churchill m'a menti
de Caroline Grimm
Éditions Flammarion / Octobre 2014


C'est une histoire vraie et oubliée. Celle de l'île de Jersey, abandonnée par Churchill en juin 1940, envahie par les Allemands deux mois plus tard. Comment vont survivre les habitants de l'île livrés à l'ennemi? Pour qui les nazis font-ils construire les seuls camps de concentration de l'Europe de l'Ouest? Des centaines de Français y seront déportés. Pourquoi Churchill n'en a-t-il jamais parlé? Ces années de lutte, Caroline Grimm les raconte en suivant le quotidien palpitant de personnages qui n'ont eu d'autre choix que de collaborer avec l'ennemi ou de résister. Un roman passionnant et bouleversant sur un chapitre ignoré de la Seconde Guerre Mondiale.


- Cœurs de cristal
de Frédéric Lenoir
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Dans un royaume lointain, un jeune prince est victime d'un terrible sort: son cœurs, enveloppé d'une gangue de cristal, ne peut ni vibrer ni aimer. Seul un feu d'amour brûlant permettrait de faire fondre le cristal et de libérer son cœur. Alors qu'il est en âge de se marier, et malgré tous ses efforts, aucune femme ne lui inspire cet amour. C'est ainsi qu'il décide de partir sur les routes du monde, à la recherche de celle qui le délivrerait du maléfice. Semée de bien des obstacles, sa quête l'amène à méditer sur le sens de la vie, mais aussi à découvrir le redoutable secret qui pèse sur sa naissance. En conteur autant qu'en philosophe, Frédéric Lenoir se penche sur le cœur des hommes: siège de l'amour, siège aussi de la peine et du deuil. Un conte universel à destination des enfants, de leurs parents et de leurs grands-parents.


- Dans la peau de Sheldon Horowitz
de Derek Miller B.
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Ex-sniper octogénaire, Sheldon Horowitz se rend bon gré mal gré à Oslo auprès de sa petite-fille. Pour un vétéran new-yorkais qui se croit traqué depuis la guerre de Corée, s'enterrer dans un pays de glace n'a rien de réjouissant. À moins que le destin n'ait prévu de lui confier une dernière mission à la hauteur de ses fantômes: sauver coûte que coûte le fils de la voisine, assassinée par un gang de Kosovars.


- Darkmans
de Nicola Barker  
Éditions Jacqueline Chambon / Octobre 2014


L'Histoire n'est rien d'autre qu'une mauvaise blague qui ne fait que se répéter. Soit, mais alors qui, au juste, pourrait bien nous la raconter? Et pourquoi? John Scogin, l'infâme bouffon d'Édouard IV, dont le passe-temps favori consistait à brûler vifs des gens (juste pour s'amuser)? Andrew Board, le médecin d'Henri VIII, aimable biographe dudit John Scogin? Ou un petit Kurde dénommé Gaffar, un ancien champion de boxe qui tourne de l'œil dès qu'il voit une salade? Ou bien une jolie jeune fille aux os ridiculement fragiles qui va rencontrer Dieu dans une chambre d'hôpital? Ou alors un homme qui garde Beckley Wood avec un sabre de samouraï et une chienne enceinte Darkmans est un livre très moderne, situé à Ashford (une ville ridiculement moderne), qui traite de sujets très vieux jeu: l'amour et la jalousie. Darkmans est aussi un livre sur l'invasion, l'obsession, le déplacement et la possession, sur la comédie, l'art, les médicaments sur ordonnance et la podologie. Et le personnage principal? Le passé, qui s'approche furtivement du présent et lui chuchote quelque chose de très sombre, de tout à fait innommable, à l'oreille. Avec Darkmans, Nicola Barker signe un roman d'une démesure parfaite et d'une ambition hors norme: écrire la grande geste du "frottement épouvantable des choses".


- Dead Stars
de Bruce Wagner
Éditions Sonatine / Octobre 2014


Vous vous demandez quelle est l'influence d'Internet, de la pornographie et de la culture people sur les adolescents? Disons qu'ils y gagnent en vivacité ce qu'ils y perdent en morale. Et que leur ambition peut désormais prendre des formes quelque peu baroques. Prenez Thelma, 13 ans, la plus jeune survivante au monde d'un cancer du sein, qui, après des années de gloire victimaire, doit maintenant penser à sa reconversion, son titre étant menacé par une toute jeune Canadienne. Son rêve? Jouer dans Glee. Pour cela, quoi de plus simple que d'appeler à l'aide un autre rescapé célèbre du cancer, Michael Douglas? Passons à Reeyonna, 16 ans. Passionnée par les adolescents les plus célèbres d'Hollywood, Reeyonna rêve de faire un jour la une des magazines, comme son idole Rihanna. Alors qu'elle met tout en œuvre pour y arriver, son petit ami, Rikki, passe quant à lui ses journées à regarder du porno sur Internet pendant que son frère, Jerzy, traque les photos de stars malades pour un site spécialisé. Autant de jeunes addicts à la célébrité, à l'argent, au spectacle, prêts à tout pour faire parler d'eux, quitte à avoir recours aux solutions les plus extrêmes. Leur parcours dans l'usine à rêve promet d'être explosif.


- D'entre les pierres
de David Lelait-Helo
Éditions Anne Carrière / Octobre 2014


"Les murs ont des oreilles, il faudra vous y faire. Vous l'avez souvent dit, sans jamais y croire. Car vous ne le vouliez pas, mais je vous place aujourd'hui au pied du mur, excusez le jeu de mots, je suis blagueuse […] Ah, si les murs pouvaient parler ! Je vous le dis, ils parlent. Mes parquets grincent en mille bavardages, mes boiseries craquent en petits cris et, en dépit de mon grand âge, mes fenêtres voient loin, au-delà du temps qui passe et par-delà les siècles. L'Histoire ne s'écrit pas dans les livres, elle se respire. À l'encre et au papier, elle préfère le vent et le sang". Une très ancienne maison de Buenos Aires prend la parole qu'on ne lui avait jamais donnée. À l'heure d'être détruite, elle révèle ce qu'elle a vu et gardé trop longtemps secret: le drame de Soledad Salvador, la femme qui aura vécu entre ses murs plus de cinquante ans, un drame qu'elle a été impuissante à empêcher. Au fil de récits de vies, la maison, rescapée de temps révolus, évoque entre rêve et réalité la fondation de la ville cinq siècles plus tôt, l'immigration qui au xixe siècle a donné le jour à l'Argentine, le mythe Eva Peron, la dictature durant les années 1970. Ce roman traite du lien intime que nous entretenons avec notre décor et des secrets dont regorgent nos vies. Il est un voyage au cœur des mythologies argentines, une rêverie qui renferme de grandes leçons de vie, d'amour et de paix.


- Des milliers de places vides
de Alain Wagneur
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Rentrée des classes, automne 1942. Des enfants manquent à l'appel, laissant des milliers de places vides sur les bancs des écoles de France. Arrêtés lors de la grande rafle de juillet, ils seront portés absents, souvent sans autre commentaire. Alain Wagneur, directeur d'école à Paris, a cherché dans les comptes rendus des conseils des maîtres, les registres d'inscription et les circulaires administratives de l'époque, comment ses collègues avaient réagi face aux lois anti-juives et à l'arrestation de leurs élèves. À travers ce récit, qui se lit comme un roman de l'enquête, il retrouve le souvenir de ces écoliers "partis sans prévenir" et interroge une institution scolaire encore insuffisamment confrontée à son histoire. Il rend aussi hommage aux enseignants qui ont contribué à sauver leurs élèves menacés. Ce texte qui entre en résonance avec notre époque pose inlassablement la question de l'attitude que nous aurions eue en ces heures tragiques, et de celle que nous pourrions avoir si le racisme et la xénophobie devaient gagner la partie sur les principes de la République et de son École.


- Discours de réception à l'Académie Française
de Amin Maalouf de l'Académie française
"Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Mesdames et Messieurs de l'Académie, Quand on a le privilège d'être reçu au sein d'une famille comme la vôtre, on n'arrive pas les mains vides. Et si on est l'invité levantin que je suis, on arrive même les bras chargés. Par gratitude envers la France comme envers le Liban, j'apporterai avec moi tout ce que mes deux patries m'ont donné: mes origines, mes langues, mon accent, mes convictions, mes doutes, et plus que tout peut-être mes rêves d'harmonie, de progrès et de coexistence. Ces rêves sont aujourd'hui malmenés. Un mur s'élève en Méditerranée entre les univers culturels dont je me réclame. Ce mur, je n'ai pas l'intention de l'enjamber pour passer d'une rive à l'autre. Ce mur de la détestation, entre Européens et Africains, entre Occident et Islam, entre Juifs et Arabes, mon ambition est de le saper, et de contribuer à le démolir. Telle a toujours été ma raison de vivre, ma raison d'écrire, et je la poursuivrai au sein de votre Compagnie. Sous l'ombre protectrice de nos aînés. Sous le regard lucide de Claude Lévi-Strauss". A. M.
Ce volume reprend le discours de réception à l'Académie française d'Amin Maalouf, prononcé le 14 juin 2012, suivi de la réponse de Monsieur Jean-Christophe Rufin. Comme le veut la tradition, ces deux textes sont suivis du discours de remise de l'épée, prononcé par Jean d'Ormesson.


- Épicure en Corrèze
de Marcel Conche
Éditions Stock / Octobre 2014


"Comment un philosophe a-t-il pu surgir des buissons corréziens?" C'est avec cette interrogation que Marcel Conche, né en 1922 à Altillac, non loin de Beaulieu-sur-Dordogne, retrouve, "plein d'âge et de raison" comme dit le poète, sa Corrèze natale. Il n'avait pas prévu de revenir habiter ici, sauf peut-être pour y être enterré dans le petit cimetière en pente au pied de l'église qui domine le vallon. Le hasard de la vie, le même hasard qui l'a fait philosophe quand rien ne l'y destinait, en a décidé autrement: en 2009, il entassait dans le coffre de sa Clio ses livres essentiels (Montaigne et puis ses chers Grecs: Parménide, Héraclite, Épicure…) et se réinstallait à la Maisonneuve, la maison de son enfance. Pour lui, revenir à la Maisonneuve, c'est boucler une boucle. Qu'importe si la maison ne ressemble plus du tout à celle qu'il a connue et aimée enfant. Il a fait sienne la philosophie dépouillée d'Épicure: la voie du bonheur passe par la réalisation des désirs naturels et nécessaires (se nourrir, s'abriter, philosopher), et le dédain des désirs vains (l'argent, la gloire, la gourmandise, la passion amoureuse). Où Marcel Conche a-t-il entendu sa vocation philosophique? Est-ce dans les bois d'Altillac où il se plaît à côtoyer Dionysos? Est-ce dans le courant de la Dordogne, devant laquelle il médite sur le temps qui passe bien avant d'avoir lu Héraclite? Est-ce dans le rythme des jours qui lui a donné la lenteur nécessaire à la pensée? Est-ce là, en Corrèze, malgré l'ennui que lui procure sa "condition paysanne", qu'il a choisi comme une évidence la philosophie naturaliste d'Épicure? Alternant souvenirs d'enfance, véritable chronique de la vie paysanne du début du XXe siècle, évocations de ses amours et leçons de philosophie, il se raconte, solitaire, dans un monde où les dieux grecs, les seuls auxquels il croit, parfois se manifestent.


- Fugue d'hiver
de Ketil Bjørnstad
Éditions JC Lattès / Octobre 2014


Après la mort de Marianne Skoog, Aksel Vinding tente de retrouver goût à la vie. Torturé par un sentiment de culpabilité, il ne sait plus quelle voie suivre dans sa carrière de pianiste. Jusqu'au jour où il décide de couper les ponts avec tout ce qui le lie à Oslo et de partir dans la Norvège du Nord, dans l'espoir de trouver un nouveau lieu où ancrer sa vie. La rencontre avec Sigrun, la sœur de Marianne, va être déterminante. Sa présence va raviver le souvenir de Marianne, mais aussi tous les événements du passé.


- Hommages
Portraits de musiciens
de André Tubeuf
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Chaque mois depuis quinze ans, André Tubeuf donne dans Classica un de ces portraits de musiciens dont il a le secret. Les grands anciens, comme Rubinstein, il les a connus, interrogés, et nous les montre vus de près, en témoin et en ami. Il a tout de suite repéré ceux qui, comme Jonas Kaufmann, apportaient quelque chose de neuf. Quant aux ancêtres, depuis Caruso, il a vécu avec leurs disques, et les présente, les raconte comme des vivants. Il était temps de rassembler ces chroniques. Quand tant d'interprètes que nous aimons ne sont que des noms sur des pochettes de disques, André Tubeuf nous dessine leurs caractères, retrace leurs carrières, leurs combats, leurs drames, on croit entendre le timbre de leurs voix. Informé, il l'est plus que quiconque. Mais quelque chose de plus rare parle chez lui: la sympathie.


- Jésus et Tito
de Velibor Čolić
Éditions Gaïa / Octobre 2014


En 1970, dans la Yougoslavie de Tito, Velibor a six ans et veut devenir footballeur. Noir et Brésilien, de préférence. "Relativement tôt, je me suis rendu compte que mes souvenirs, mon enfance, toute ma vie d'avant, appartenaient au Jurassic Park communiste, disparu et enterré avec l'idée de la Yougoslavie". Velibor feuillette ses souvenirs: une enfance sous le signe de la bonne étoile, rouge, et une adolescence sous influence rock'n roll. On ne choisit pas toujours ses icônes: le petit Jésus contre le maréchal Tito est un match qui se joue tous les jours à la maison. Velibor navigue entre Jack London et Pelé, puis dans les années 80 entre les Clash et Bukowski. Son grand amour sera la littérature. Devenu grand, Velibor rêve d'être poète. Maudit, évidemment.


- J'existe à peine
de Michel Quint
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2014


Alexandre Sénéchal, forain, admirateur de Fregoli, reconstitue des faits divers, scabreux de préférence. Lâché par sa troupe à la suite d'un tragique accident, il se réfugie dans son Nord natal. Là-bas l'attend Julius, le curé qui l'a pris sous son aile alors que ses parents adoptifs le maltraitaient. Pour sauver la paroisse déclinante, le talentueux transformiste monte deux spectacles attendus par la communauté. Il s'attelle à la mise en scène, tandis que le père Julius cherche à lui révéler l'identité de sa mère biologique. Pour vivre enfin sa propre vie, Alex devra déposer les masques qu'il a jusqu'alors arborés. Mais saura-t-il esquiver les coups de théâtre et ne pas se laisser duper sur l'échiquier de la vérité?


- Joë
de Guillaume de Fonclare
Éditions Stock / Octobre 2014


"Durant des mois, je vous ai lu, j'ai vécu avec vous, et vous avez été l'objet de bien de mes pensées; je savais que, quoi que m'eût apporté ma journée, le soir, bien calé sur mon lit et dans le creux de mon oreiller, je retrouverais l'atmosphère bienveillante de votre chambre, les lourdes tentures tirées devant la porte et les fenêtres aux volets fermés, le grésillement de votre pipe d'opium et les volutes bleutées s'élevant doucement vers le plafond, avec aux murs les tableaux de Dalí, Max Ernst, Dubuffet, veilleurs de vos songes étranges. Et pour peu que je doive, pour dormir un peu, prendre un cachet de morphine, j'aurais le sentiment de communier avec vous dans la bousculade de mes pensées; les mots auraient un sens, et, pour une heure ou deux, je serais poète avec vous". Guillaume de Fonclare propose un portrait subtilement croisé avec le poète Joë Bousquet, qui, paralysé durant la Grande Guerre, produisit une œuvre intense et fulgurante.


- Joujou
de Ève de Castro
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Russie polonaise, 1741. Tombée dans la misère, la comtesse Boruwlaska vend son fils à une amie fortunée. Comme jouet humain. À neuf ans, Joseph a la taille d'un enfant à la naissance. Idéalement proportionné, les traits fins, ravissant. C'est une "réduction humaine", un lilliputien. Doué d'une intelligence exceptionnelle. Un monstre parfait. Le sort qui l'attend est celui d'un animal de compagnie ou d'une bête de foire. "Joujou" va vivre quatre-vingt-dix-huit ans à cheval entre les fastes de l'Ancien Régime et les débuts de la révolution industrielle, jouer du violon pour des rois et pour des putains, séduire des femmes, sillonner l'Europe à feu et à sang, exciter la convoitise des savants, devenir une légende. De sa plume vive et élégante, Eve de Castro s'empare avec brio de ce fascinant destin. Celui d'un aigle enfermé dans le corps d'une puce.


- Juste une fois
de Alexandre Jardin
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


À trois heures de son mariage new-yorkais, César dévisage la sœur cadette de celle qu'il s'apprête à épouser et comprend que c'est elle, la femme de sa vie. "Puisque notre histoire n'est pas possible, j'aimerais que nous nous aimions... juste une fois dans notre vie, lui propose-t-il. Pour n'avoir aucun regret. Choisis le moment Hannah. Et je ferai comme si je n'avais rien dit. J'attendrai". Quinze ans plus tard, ils se retrouvent au bord d'un lac québécois, à trois semaines du mariage d'Hannah. Sera-t-elle fidèle à sa parole ou à ses souvenirs? Veuf, César est guéri de tout romantisme. Revenue de ses rêveries, Hannah a renoncé au sentimentalisme. Peut-on croire encore à la passion quand on a cessé d'y croire?


- Kif
de Laurent Chalumeau
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Pas toujours facile d'imposer le respect quand on s'appelle Georges Clounet et qu'on se retrouve catapulté à la tête du Kif, une boîte de nuit interlope de la Côte d'Azur. L'incorruptible Georges entend bien faire le ménage dans sa petite entreprise totalement vérolée. Mais en ce début d'automne 2011 au climat déjà bien alourdi par les querelles truquées sur la "filière halal", les prières dans la rue et le débat sur l'identité nationale, ils sont en prime nombreux à lui compliquer la tâche: un ex-acteur porno recyclé dans le proxénétisme mondain; un milliardaire saoudien autoproclamé "DSK de la Riviera"; un converti à l'islam radical qui se voit déjà calife; une élue du FN qui croit son heure venue. Un million d'euros cash rangé dans une mallette va échauffer l'esprit de tout ce petit monde, tandis que diverses amours contrariées et pulsions contrariantes viennent compliquer l'affaire, car une société se raconte aussi par la façon particulière qu'y ont les hommes de haïr les femmes. Jonglant avec les codes du polar, du western et de la comédie de mœurs, Laurent Chalumeau embrase le bûcher de nos vanités et signe une fresque où les divers extrémismes qui nous menacent passent un mauvais quart d'heure, contrairement au lecteur.


- L'héritière
de Hanne-Vibeke Holst
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2014


Copenhague, à l'approche des fêtes. Charlotte Damgaard, trente-cinq ans, mère de deux enfants, s'apprête à suivre son mari en Afrique quand l'appel du Premier ministre lui proposant le ministère de l'Environnement vient tout chambouler. C'est une opportunité que cette militante écologiste ne peut refuser, mais un choix lourd de conséquences. Au cœur du gouvernement, Charlotte connaît une ascension fulgurante qui l'expose aux intrigues et aux scandales médiatiques. Parviendra-t-elle à préserver son intégrité et sa vie privée ? L'héritière est la chronique haletante d'une femme au pouvoir décidée à se battre jusqu'au bout pour ses idées.


- L'heure indigo
de Kristin Harmel
Éditions Denöel / Octobre 2014


À Cape Cod, dans le Massachusetts, Hope s'affaire derrière les fourneaux de la pâtisserie familiale. Entre son travail, la rébellion de sa fille adolescente, son récent divorce et ses soucis financiers, elle frôle parfois le surmenage. Hope s'enfonce peu à peu dans la déprime et la résignation. Aussi, quand sa grand-mère Rose lui demande d'aller en France retrouver sa famille disparue pendant la guerre, Hope accepte sans hésiter. Décidée à reprendre sa vie en main, elle s'envole pour Paris en quête de ce passé dont elle ignore tout. Car le temps est compté: atteinte de la maladie d'Alzheimer, la mémoire de Rose faiblit. Pour tout indice, elle a donné à sa petite-fille une simple liste de noms et une adresse. Kristin Harmel nous embarque avec une émotion et une vitalité rares dans le récit d'une femme qui s'apprête à découvrir le douloureux secret de ses origines, tout en peignant avec finesse et mordant les relations houleuses entre mère et fille.


- L'homme sans maladie
de Arnon Grunberg
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2014


Samarandra Ambani, architecte zurichois d'origine indienne, mène une existence rangée, jusqu'au jour où il décroche le contrat d'un opéra à Bagdad. Lorsqu'il arrive en Irak, ce n'est pas Puccini qui l'attend mais une horde de gardes du corps, présage de la violence démesurée qui va l'aspirer. À peine remis de son séjour tourmenté, le voilà de nouveau embarqué à Dubaï pour y construire la Bibliothèque nationale. Seulement l'histoire se répète impitoyablement, et Sam découvre qu'un passeport suisse n'est pas une garantie de retour. Tel un Kafka contemporain, Arnon Grunberg entraîne son héros, naïf et idéaliste, à travers des tribulations grotesques et cruelles, pour mieux le réduire en cafard d'une dérisoire comédie humaine.


- Dans un si beau pays
Série "The Big Sky". Tome III
de Alfred Bertram Guthrie
Éditions Actes Sud / Novembre 2015


Voici le troisième tome de la saga The Big Sky d'Alfred Bertram Guthrie: Dans un si beau pays. Quelques temps après avoir quitté brutalement ses compagnons de route sur la piste de l'Oregon, Dick Summers retrouve la liberté solitaire des grands espaces. Alors qu'il retourne vers l'est pour regagner la région du Missouri et les horizons qui l'ont enchanté pendant sa vie de trappeur, il est rattrapé par son passé. Que restera-t-il de ce pays de castors et de bisons, alors que l'avancée de l'homme blanc avide d'or et de sang se fait chaque jour plus pressante?


- La route de l'ouest
Série "The Big Sky". Tome II
de Alfred Bertram Guthrie
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Dick Summers, un des héros de La Captive aux yeux clairs (Actes Sud, 2014), guide un convoi de pionniers vers l'Oregon. Cette fresque intense et hyperréaliste nous fait vivre de l'intérieur l'aventure dramatique, passionnante et humaine d'hommes et de femmes qui abandonnent tout dans l'espoir de découvrir un monde meilleur. Sans bien se rendre compte des dangers qu'ils vont devoir affronter. Ce deuxième tome de la série The Big Sky, pour lequel A. B. Guthrie a reçu le prestigieux prix Pulitzer, a été porté à l'écran sous le même titre.


- La captive aux yeux clairs
Série "The Big Sky". Tome I
de Alfred Bertram Guthrie
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


En 1832, Boone Caudill et ses amis trappeurs rejoignent une expédition vers le Haut-Missouri, vaste région sauvage où vivent les Indiens Blackfeet. Teal Eye, une jeune Blackfoot, fait partie du voyage. Va-t-elle pouvoir servir de "cadeau" pour les Indiens qui défendent farouchement leur territoire? Dans les paysages immenses et mythiques de l'Ouest américain se déroulera alors une grande épopée encore plus impressionnante, plus iconoclaste, plus vaste que le chef-d’œuvre de Howard Hawks (1952), qui n'en a adapté qu'une partie, un des plus grands westerns de l'histoire du cinéma.


- La disparition du nombril
de Émilie de Turckheim
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2014


Dès l'instant où elle découvre le trait bleu sur le test de grossesse, Émilie se confie à son journal. Avec une sincérité sidérante, elle partage tout, les anecdotes du quotidien, ses amis, ses amours passées et présentes, son fils de deux ans qui babille. Et surtout l'émouvante rencontre avec la "petite prune" qui grandit jour après jour dans ce ventre qui lentement s'arrondit et s'alourdit jusqu'à faire disparaître son nombril. Émilie a mille vies, elle est écrivain, modèle, visiteuse de prison, maman, aime le sexe, les voyages, les cactus et les gâteaux aux amandes. On rit, on pleure, on la suit aveuglément dans ce roman d'une vie où elle livre sans détour ni tabous son univers intime qui résonne comme une expérience universelle.


- La famille Hightower
de Brian-Francis Slattery
Éditions Anne Carrière / Octobre 2014


C'est une histoire de coïncidences. L'histoire de trois Peter Henry Hightower.
Le premier est né au début du XXe siècle. Il s'appelait Petro Garko quand il était un petit immigré ukrainien orphelin de père, élevé dans les quartiers pauvres et industriels de Cleveland. Puis Peter Ukulélé, à la fin de l'adolescence, quand il a choisi la carrière de bootlegger et de commis de la mafia russe. Enfin, Peter Henry Hightower, quand il a fallu blanchir la colossale fortune qu'il avait amassée à coup d'assassinats et d'extorsions, ou en infiltrant les fortunes de Cleveland, qu'elles soient du côté de la légalité ou non.
Le deuxième, surnommé Petey, est l'un de ses petits-fils, une "tête de con" selon sa famille. Une petite frappe qui veut se faire plus grosse que le bœuf et s'embarque dans un réseau du crime international, plus connecté, terrifiant et efficace que jamais.
Le troisième, surnommé Pete, est le cousin du précédent. Il n'a pas hérité du gène criminel, grâce à son père qui l'a conçu en Afrique et exfiltré depuis toujours du clan Hightower, dont la puissance repose encore sur des dizaines de cadavres. Pete ne sait rien des siens. Quel hasard lui vaut de porter le même nom que celui de son imbécile de cousin et d'être pris pour lui? À moins que le hasard n'ait pas sa place ici et qu'il s'agisse d'une dette que la famille Hightower doit payer aux cadavres qu'elle laisse derrière elle. Ou d'une morale fondée sur l'impossibilité de se soustraire aux liens du sang, celui qui court dans nos veines et celui qui a coulé sur l'asphalte.


- La ferme de Bonne-Espérance
de Alain Dubos
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


1899. Marthe, infirmière parisienne, épouse un fermier sud-africain rencontré en France, Piet Marais, qui la ramène chez lui au moment où la guerre commence entre les Boers ("fermiers" en néerlandais), les premiers colons de langue néerlandaise, et les nouveaux maîtres britanniques qui cherchent à mettre la main sur les mines d'or et de diamants du pays. Arrivée au Transvaal dans la ferme de Bonne-Espérance, Marthe est rapidement entraînée dans la tourmente par Piet qui participe activement aux combats et la met à contribution pour soigner les blessés. D'abord contenus, les Anglais percent le front et gagnent du terrain, brûlant les fermes, confisquant le bétail, déportant la population dans des camps de concentration. La situation du couple est bientôt désespérée. Marthe n'échappe à une embuscade anglaise en pleine brousse que pour être capturée par les Zoulous qui veulent se servir d'elle comme monnaie d'échange. Quant à Piet, chargé de transférer en lieu sûr des réserves d'or du Transvaal, il tombe dans les filets d'Howard, un agent britannique qui le surveille sans relâche depuis son séjour en France.


- La fille du roi araignée
de Chibundu Onuzo
Éditions Les Escales / Octobre 2014


À dix-sept ans, Abike Johnson, la fille d'un richissime magnat de Lagos, a l'habitude de se laisser porter par l'immense Mercedes noire de son père dans les rues de la ville. Un jour, alors que la voiture est assaillie par des vendeurs à la sauvette, le regard d'Abike croise celui d'un colporteur: jeune, beau, élégant sous ses haillons, il détonne dans la foule. Lui vit dans un quartier mal famé. Tous les jours, il parcourt des kilomètres en vendant des glaces pour subvenir aux besoins de sa sœur et de sa mère. Abike découvre un univers inconnu qui la fascine et invite à son tour le jeune homme dans son monde. Mais le coup de foudre initial se transforme bientôt en un jeu de séduction mortel, entre amour et haine, tandis que des secrets de famille les obligent à choisir leur camp.


- La jeune fille dans le jardin
de Kamala Nair
Éditions Belfond / Octobre 2014


Architecte américaine d'origine indienne, Rakhee s'apprête à dire oui à son fiancé. Mais le bonheur de la jeune femme est bientôt troublé par l'arrivée d'une mystérieuse lettre en provenance d'Inde. Soudain, les souvenirs affluent: Rakhee revoit sa mère, cette femme à la beauté mélancolique; le voyage effectué à ses côtés, en Inde, l'été de ses onze ans; la rencontre avec les Varma, sa famille maternelle sur laquelle semblait planer une menace; et surtout sa découverte d'un jardin interdit, une découverte qui allait bouleverser sa vie. Après toutes ces années, l'heure est venue pour Rakhee d'affronter son passé. Mais trouvera-t-elle la force de retourner dans ce petit village indien, là où tout a commencé? De dévoiler ses secrets à l'homme qu'elle aime? De pardonner à celle qui a brisé son enfance pour reconstruire sa vie, enfin?


- La maison des sables et des brumes
de André Dubus
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Dans la banlieue de San Francisco, une femme et un homme se livrent une guerre sans merci pour une petite maison. L'Américaine Kathy Lazaro a été expulsée de chez elle à la suite d'une erreur administrative kafkaïenne. Quant au colonel Behrani, c'est un Iranien ruiné par la révolution islamique. Ces deux exclus de la société souffrent et s'accrochent aux murs de la maisonnette comme à une bouée de sauvetage. La tragédie n'est pas loin. Encensé par la critique et le public, adapté au cinéma en 2002 avec Jennifer Connelly et Ben Kingsley dans les rôles principaux, ce livre au suspense psychologique hors pair dresse le portrait dur et violent d'un pays en proie à la névrose.


- La mécanique des fluides
de Lidia Yuknavitch
Éditions Denöel / Octobre 2014


Nageuse depuis sa plus tendre enfance et espoir pour les Jeux olympiques, Lidia cherche à tout prix à échapper à un univers familial malsain et oppressant, entre un père alcoolique et une mère dépressive. Elle accepte une bourse sportive pour entrer dans une université au Texas, mais est renvoyée aussi sec pour consommation de drogues et d'alcool. Lidia décide alors de participer au projet d'écriture de Ken Kesey, auteur culte de Vol au-dessus d'un nid de coucou, car, elle en est convaincue, l'écriture est sa vocation. La mécanique des fluides n'est pas une histoire d'addiction, d'abus et de perdition: c'est le triomphe implacable du pouvoir des mots et de l'écriture. Un roman coup de poing sur la résilience, dans lequel le récit autobiographique est magnifié par une écriture originale et percutante.


- La puissance du détail
de Jean-Claude Milner
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


"Pour bien voir un tableau et y prendre plaisir, il faut parfois se rendre attentif à un détail. Il en va de même pour les textes philosophiques. Une phrase, un mot manquant, une fracture du sens, et l'intelligence s'arrête, intriguée. Alors commence un travail de dépliage, d'où naît un texte nouveau. Pour ceux qui aiment lire, un plaisir leur est alors promis: le plaisir de comprendre. Mais aujourd'hui, ce plaisir s'accompagne d'un devoir. Dans un univers que hantent les bouleversements de l'économie et les travestissements de la politique, ce qu'on ne comprend pas peut conduire à la servitude. On ne saurait s'y résigner, spécialement quand il s'agit de philosophes. Platon, Kafka, Marx, Nietzsche, Lévi-Strauss, Primo Levi et Benny Lévy, Lacan, Foucault, Lénine, tous m'ont convoqué, un jour ou l'autre, au devoir de comprendre. Pour mon plaisir, j'ai donné à mes dépliages la forme de l'enquête. Amateur de fictions policières, j'en ai retrouvé le style. Mais à la fin, il ne s'agit pas de nommer un coupable. Il s'agit plutôt d'empêcher, détail par détail, la perpétuation d'un préjugé. Par ce moyen, la peinture, la philosophie et la politique s'entrecroisent et concourent à la liberté de penser". J. C. M.


- La reine aux pieds nus
de Ildefonso Falcones
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


En 1748, Caridad, esclave cubaine noire affranchie, pose ses pieds nus sur la terre sévillane sans un sou en poche. Elle est recueillie par un vieux Gitan au caractère ombrageux, Melchor, qui l'impose à sa famille et à toute sa communauté dans les faubourgs de la ville. Tout en travaillant, elle roule des cigares de contrebande, Caridad se lie d'amitié avec Milagros, la petite-fille de Melchor, une jeune femme fière, qui revendique son indépendance à travers la danse. Rejetée par la plupart des Gitans, secrètement amoureuse de Melchor mais incapable d'exprimer au grand jour ses désirs, Caridad parviendra-t-elle à se faire accepter pour ce qu'elle est, une femme courageuse et magnifique? Et Milagros échappera-t-elle à la domination de son mari, un être méprisable qui profite d'elle pour s'enrichir en la prostituant?


- La route qui mène à la ville
de Natalia Ginzburg
Éditions Denöel / Octobre 2014


Hommage magnifique d'une romancière à une autre, Marie Darrieussecq salue le don d'observation de Natalia Ginzburg, qui éclate impitoyable et lucide à chaque ligne. En Italie dans les années 40, Delia grandit entourée de ses frères et sœurs. Dans la maison crasseuse et trop étroite, où le gramophone joue en boucle le même air entêtant, il n'y a que le vide et l'absence de désir. Alors, pour tromper l'ennui ou pour s'inventer des rêves, Delia emprunte chaque jour la route qui mène à la ville. L'Italienne Natalia Ginzburg compose un court roman au cordeau, qui se niche au plus près des sentiments humains.


- La secte des Anges
de Andrea Camilleri
Éditions Fayard / Octobre 2014


Palizzolo, bourgade imaginaire de Sicile, 1901. Deux familles d'aristocrates ayant été discrètement placées en quarantaine par le médecin, d'inquiétantes rumeurs de choléra se répandent. La situation s'aggrave quand sept des huit prêtres de la ville désignent en chaire la brebis galeuse responsable de ce châtiment divin: maître Teresi, l'avocat défenseur des petites gens. Contraints d'intervenir, les carabiniers rétablissent vite la réalité des faits: le secret médical ne cachait pas une épidémie, mais deux grossesses scandaleuses de jeunes filles dont la morale et la piété étaient pourtant exemplaires. Or elles ne sont pas les seules, et toutes refusent de révéler l'identité du père. Le grand romancier nous régale ici d'un nouvel épisode de sa comédie sicilienne, dont les figures fortes sont avant tout des justes.


- La séparation
de Dinah Jefferies
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


En Malaisie, la guerre civile fait rage en 1955. Chez les Cartwright, une famille de colons, le départ pour l'Angleterre est imminent: il est devenu trop dangereux de rester. Mais, du haut de ses onze ans, Emma ne comprend pas les raisons qui poussent son père à hâter les préparatifs sans même attendre le retour de sa mère, Lydia. Elle se heurte à un mur de silence et doit bientôt embarquer sur un bateau pour l'Europe avec lui et sa jeune sœur. Après un séjour passé au chevet d'une amie souffrante, Lydia rentre chez elle pour trouver sa maison vide. Aucun signe de son mari, Alec, ou de leurs filles, ni même des serviteurs. Désespérée, elle se lance dans un périlleux voyage à travers la Malaisie pour retrouver ses enfants, sans se douter que des milliers de kilomètres les séparent.


- La société
de Dan Franck
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Un homme, appelons-le Off, tombe hors de sa vie, de son monde, de la société. Il était scénariste, vivait avec sa femme et ses enfants jusqu'au jour où…Et le voici recroquevillé dans les quelques mètres carrés de ce qui fut le garage à vélos de son immeuble, survivant de ses maigres droits d'auteur et cherchant désespérément à rompre son isolement. Les relations qu'il tente de nouer, cocasses, tendres ou mélancoliques, ne font que creuser son sentiment d'absence à une collectivité qui s'affaire désormais sans lui. Seul en ce monde, Off est une manière de Bartleby contemporain, attachant, invisible, universel.


- La vallée des poupées
de Jacqueline Susann
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


Cultissime. Pilules rouges, vertes ou jaunes. Pilules pour s'évader, dormir, maigrir, ou rester jeune. De l'alcool pour les avaler. Du sexe. Voici le monde cruel de La Vallée des poupées. Anne, Neely et Jennifer sont jeunes et belles lorsqu'elles arrivent à New York. Le succès et la gloire leur semblent à portée de main. Des coulisses de Broadway aux plateaux d'Hollywood, de la vie nocturne new-yorkaise aux cures de désintox, très vite, elles réalisent le prix à payer pour une victoire aussi précaire qu'éphémère. Jugé subversif lors de sa parution en 1966, La Vallée des poupées reste aujourd'hui, avec 30 millions d'exemplaires vendus dans le monde, un classique.


- La vérité qui est en moi
de Julie Berry
Éditions Les Grandes Personnes / Octobre 2014


Il y a de cela quatre ans, Judith et sa meilleure amie ont disparu du village de Rosewell Station sans laisser de traces. Deux ans plus tard, seul Judith est revenue, définitivement mutilée, la langue tranchée, et s'est vue mise au ban de sa communauté. Incapable de parler, refusant de s'expliquer, la jeune fille vit depuis tel un fantôme hagard dans sa propre maison, ne s'adressant qu'en pensée au garçon qui a ravi son cœur depuis toujours, son ami d'enfance, Lucas. Cependant, lorsque Rosewell Station est attaqué, Judith va devoir faire un choix: continuer à vivre dans le silence et voir les siens massacrés, ou retrouver sa voix et affronter par la même occasion les démons de son passé et son ravisseur. Un roman littéraire à la violence sourde qui vous laissera hantés par l'inoubliable voix, touchante et torturée, de son héroïne.


- Le chat, Mélie, Tom et puis Paulette
de Barbara Constantine
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


En quatre romans et à peine sept ans, Barbara Constantine est devenue un véritable phénomène de librairie. Son univers humaniste et bucolique, au style inimitable, s'est imposé naturellement et ses milliers de lecteurs ne s'y sont pas trompés. Le fil rouge de l'œuvre romanesque de Barbara, c'est bien la tendresse pétrie d'optimisme, qui fait se croiser et se répondre petits et grands, de 0 à 95 ans. Il nous a alors semblé évident d'offrir à tous ses personnages un espace pour les rassembler. Les voici donc réunis dans ce panthéon champêtre, augmenté d'une nouvelle inédite, My beautiful week-end, où on retrouve avec délice la plume de Barbara.


- Le club des femmes d'astronautes
de Lily Koppel
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Le 4 octobre 1957, les Russes envoient Spoutnik 1 dans l'espace. La nouvelle terrifie autant qu'elle ravit. En pleine guerre froide, la menace d'un conflit nucléaire est réelle. Pour ne pas être distancés, les États-Unis se lancent dans une course à l'espace qui ne s'achèvera qu'en 1975. Tout est prouesses techniques, mais aussi prouesses d'hommes qui risquent leur vie (et bon nombre la perdront) pour réaliser le rêve de Kennedy en juillet 1969: envoyer un homme sur la Lune. Quid des épouses? Pour elles, tout change. De femmes de pilotes d'essai vivant chichement dans des bases aériennes, elles deviennent instantanément des femmes de super-héros que le monde entier admire. Et quand leur homme monte dans une fusée, ou, mieux encore, fait le tour de la lune ou y pose le pied, c'est la gloire absolue. Invitations à la Maison-Blanche, thé en compagnie des puissants du monde entier, argent, maisons, voitures, bateaux, elles ont tout. Tableau idyllique? C'est vite oublier les médias qui n'ont aucun respect pour l'intimité, oublier la peur vissée au ventre de voir son mari carbonisé, la solitude de l'épouse qui doit s'occuper des enfants et ne voit son homme que de temps en temps, homme qui, souvent, la trompe tant il a de groupies à ses pieds. C'est l'envers du décor que la journaliste Lily Koppel restitue dans ce livre. Un envers qui fait à la fois rire et pleurer.


- Le diamantaire
de Esther Kreitman
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Guedalia Berman est un riche négociant anversois. Cupide, arrogant, il mène son commerce de diamants d'une main de fer. Tout comme sa vie familiale. Sa douce femme Rachel est soumise à son autorité absolue. Quant à ses enfants, ils doivent vivre selon sa loi et selon celles qui président à l'existence de toute bonne famille juive. Cependant le royaume de Berman commence à vaciller. Si Jacques et Jeannette, ses cadets, semblent se conformer à sa volonté, David, l'aîné, ne cesse de provoquer l'ire paternelle. Et il en est ainsi de tout ce qui échappe au diamantaire, d'ailleurs. Alors quand la Première Guerre Mondiale s'abat sur l'Europe, malgré son obstination farouche, l'univers de Berman vole en éclats. Il aura beau attendre la dernière minute pour évacuer la ville, il devra tôt ou tard se réfugier avec les siens et des milliers d'autres, chez le cousin anglais où les bouleversements qui l'attendent risquent d'être bien plus grands encore. Esther Kreitman opère par touches, colorées et saisissantes, usant d'ironie légère, pour nous narrer les tribulations d'une famille juive traditionnelle à l'heure où le monde entre dans la modernité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 19:24

- Le dilemme du prisonnier
de Richard Powers
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Chez les Hobson, on ne parle pas des choses graves si ce n'est sous forme de devinettes. Aussi, lorsque le père de famille tombe malade, son jeune fils Eddie Jr. cherche à comprendre d'où vient ce mal étrange qui le ronge. Remontant l'histoire paternelle, il lève peu à peu le voile sur toute une Amérique en train de se faire, depuis l'exposition universelle de 1939 en passant par les premiers essais nucléaires. Une Amérique dont sa famille porte la secrète et douloureuse empreinte.


- Le nœud de la sorcière
de Deborah Harkness
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Après un séjour en 1590, Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter d'anciens ennemis et de nouveaux dangers. Dans le domaine familial de Sept-Tours, la sorcière et le vampire vont retrouver amis et membres de leur vaste clan, à une exception près. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s'ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l'Ashmole 782. Mais ils ne sont pas les seuls engagés dans cette quête, or le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme et Matthew a de son côté décidé de défier la Congrégation qui régit la vie de toutes les créatures surnaturelles. De vieux châteaux en laboratoires universitaires, s'appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l'Auvergne jusqu'aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles.


- Le palais des ombres
de Maxence Fermine
Éditions Michel Lafon / Octobre 2014


Paris, dans les années 1960. Nathan Thanner, trentenaire taciturne et discret qui ne vit que pour ses marionnettes confectionnées dans le secret de sa boutique, voit sa vie bouleversée par une lettre de son père auquel il ne parle plus depuis vingt ans. Cet ex-romancier à succès, dont la rumeur veut qu'il soit devenu fou, lui annonce son décès et l'héritage qu'il lui lègue: l'énigmatique maison où il vivait reclus, Le Palais des Ombres. Mais, même dans la mort, Hugo Thanner reste un être fuyant et mystérieux, à l'image de cette demeure diabolique qui semble se jouer de Nathan. Commence alors pour le jeune homme un inquiétant jeu de pistes dont l'issue pourrait le changer à jamais.


- Le poison d'amour
de Éric-Emmanuel Schmitt
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Quatre adolescentes de seize ans liées par un pacte d'amitié éternelle tiennent le journal de leur impatience, de leurs désirs, de leurs conquêtes et de leurs rêves. Comment éviter les désastres affectifs dont les couples parentaux donnent l'image quotidienne? Hier encore des enfants, les voilà prises au piège de cette émotion bouleversante, l'amour, prêtes à entrer dans ce domaine mystérieux, cette folie qui peut les transformer en monstres. Tandis qu'au lycée, on s'apprête à jouer Roméo et Juliette, imprévisible et fatal, un drame se prépare.


- Le prisonnier écossais
de Diana Gabaldon
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


Lake District, Angleterre, 1760. L'Écossais Jamie Fraser vivrait presque une existence paisible, depuis sa libération conditionnelle, si le souvenir de Claire, sa femme disparue, ne venait le hanter chaque nuit et si un ancien camarade de rébellion, Quinn, ne s'était mis en tête de le rallier encore une fois à sa cause contre les Anglais. Mais Jamie s'est juré de ne plus jamais se mêler de politique. Londres, la même année. L'Anglais Lord John Grey, aristocrate, soldat et espion, se retrouve en possession de documents révélant une affaire de corruption au sein de l'armée britannique. Pire, une lettre, écrite en gaélique, laisse entrevoir une menace bien plus effrayante: une nouvelle insurrection. Grey n'a pas d'autre choix que de convoquer Jamie, malgré leurs différends passés, pour qu'il lui traduise la missive. Bientôt, les deux hommes arpentent les périlleuses routes d'Irlande sur les pas d'un officier qui serait la clé d'un vaste complot.


- Le puits
de Iván Repila
Éditions Denöel / Octobre 2014


Deux frères, le Grand et le Petit, sont prisonniers au fond d'un puits de terre, au milieu d'une forêt. Ils tentent de s'échapper, sans succès. Les loups, la soif, les pluies torrentielles: ils survivent à tous les dangers. À leurs côtés, un sac de victuailles donné par la mère, mais ils ont interdiction d'y toucher. Jour après jour, le Petit s'affaiblit. S'il doit sauver son frère, le Grand doit risquer sa vie. Le Petit sortira-t-il? Le Grand survivra-t-il? Comment surtout se sont-ils retrouvés là? Le Puits est un conte brutal à la fin cruelle et pleine d'espoir. Une fable sur l'amour fraternel, la survie et la vengeance, un roman "qui a mérité sa place au panthéon des Jules Verne, Alain-Fournier et autres Antoine de Saint-Exupéry, selon Zoé Valdés. Un roman indispensable, alors que beaucoup d'entre nous avions déjà annoncé la défaite de l'imagination contre la quotidienneté médiocre et étriquée".


- Le secret du Graal
de Glenn Cooper
Éditions Cherche Midi / Octobre 2014


Du secret du suaire de Turin à la tombe présumée de Jésus-Christ, un voyage au cœurs d'énigmes historiques et ésotériques passionnantes. Jérusalem, 33. Lors de son dernier repas, Judas fait en sorte que Jésus utilise un calice bien particulier, que lui a remis un mystérieux visiteur. Normandie, 1450. Un chevalier anglais, Thomas Malory, découvre un manuscrit à l'origine obscure, relatif au roi Arthur. Obsédé par son contenu, il se met sur la piste du Graal. Londres, 2014. Descendant de Thomas Malory, Arthur Malory est lui aussi passionné par les mystères du Graal. Lorsque l'un de ses amis, Andrew Holmes, professeur à Oxford, est assassiné avant d'avoir pu lui faire part de la stupéfiante découverte qu'il a faite à propos de leur passion commune, Arthur décide d'explorer, en compagnie de Claire, jeune physicienne française, les pistes suivies par Holmes. Commence alors pour lui une incroyable aventure passionnante qui, de Londres, va le mener au monastère de Montserrat en Espagne, puis à Jérusalem, à l'église du Saint-Sépulcre. Pourquoi Judas, après avoir récupéré le corps de Jésus, Joseph d'Arimathie a-t-il consacré son existence à la dissimulation du Graal? Quels mystères renferme la Résurrection? Le roi Arthur a-t-il réellement existé et, si oui, que cachait son obsession du Graal? Autant de questions auxquelles Glenn Cooper apporte dans ce roman palpitant des réponses aussi passionnantes que plausibles.


- Le secret magnifique
de Belva Plain
Éditions Belfond / Octobre 2014


Berlin, 1939. Alors que l'Allemagne s'enfonce peu à peu dans les ténèbres, Caroline croise le chemin de Walter. Ils sont jeunes, séduisants, naïfs; entre eux, la passion, dévastatrice, évidente. Mais la mère de Caroline est juive; le père de Walter est un cadre du régime nazi. Pourtant, les deux amants veulent y croire. Réfugiée avec Walter en Suisse aux côtés de Lore, sa sœur adoptive, Caroline organise leur prochain départ vers les États-Unis, leur mariage. Leur bébé. Mais au matin d'embarquer vers la liberté, Walter disparaît. Qu'est-ce qui a pu le pousser à rompre précipitamment? Et si, comme l'affirme Lore, le jeune homme avait finalement décidé de rejoindre les forces d'Hitler? Le destin fera-t-il se retrouver Caroline et Walter?


- Le septième jour
de Yu Hua
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Inspiré du mythe biblique de la création du monde, ce roman se déploie sur sept jours pendant lesquels dérive la mémoire du narrateur avant de lui offrir le repos des réponses espérées. Yang Fei vient de mourir dans une explosion. Seul, extrêmement pauvre du temps de son vivant, il arrive sur l'autre rive sans pouvoir prétendre à la moindre sépulture. Ainsi est-il condamné à errer là où certains semblent attendre, quand d'autres savent depuis toujours que misère et solitude les consignent à jamais dans ce paisible entre-deux. Déambulant en toute quiétude, Yang Fei croise des êtres depuis longtemps perdus, parvient à donner un sens aux incomplétudes de son existence sans jamais renoncer à l'idée de retrouver son père, ce cher vieillard qui une nuit s'échappa de leur logis en espérant ainsi adoucir leur si triste avenir. Un roman d'une beauté prégnante où les êtres cheminent vers la douceur en convoquant pour mieux s'en déprendre leur vie de souffrances et d'offenses, dans une Chine d'aujourd'hui au pouvoir arrogant et brutal.


- Le tabac Tresniek
de Robert Seethaler  
Éditions Sabine Wespieser / Octobre 2014


En août 1937, le jeune Franz Huchel quitte ses montagnes de Haute-Autriche pour venir travailler à Vienne avec Otto Tresniek, buraliste unijambiste, bienveillant et caustique, qui ne plaisante pas avec l'éthique de la profession. Au Tabac Tresniek, se mêlent classes populaires et bourgeoisie juive de la Vienne des années trente. Si les rumeurs de la montée du national-socialisme et la lecture assidue de la presse font rapidement l'éducation politique du montagnard mal dégrossi, sa connaissance des femmes, elle, demeure très lacunaire. Ne sachant à quel saint se vouer avec Anezka, la jeune artiste de cabaret dont il est éperdument amoureux, il va chercher conseil auprès du "docteur des fous", Sigmund Freud en personne, client du tabac et grand fumeur de havanes, qui habite à deux pas. Bien qu'âgé et tourmenté par son cancer de la mâchoire, le professeur va finir par céder à l'intérêt tenace que lui témoigne ce garçon du peuple, vif et curieux. Mais les temps ne sont guère propices aux purs et, dès mars 1938, l'Anschluss va mettre un terme brutal à l'apprentissage de Franz et à sa prestigieuse amitié. Otto Tresniek, peu disposé à boycotter sa clientèle juive, s'attire les foudres de la Gestapo, tandis que Freud se résigne à émigrer en Angleterre. Par la grâce d'une langue jubilatoire, d'une intrigue où la tension ne se relâche pas, et de personnages forts et attachants, voici un roman qui se lit d'un trait. L'humour viennois d'Otto Tresniek et de Freud est la politesse du désespoir dans une société déboussolée où ils ne trouvent plus leur place. Pas plus que leur protégé, plein de vie et de poésie, qui tentera pourtant, fidèle à leur enseignement, de nager à contre-courant.


- Le temps du déluge
de Margaret Atwood
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Adam Premier, le chef spirituel des "Jardiniers de Dieu", prédit depuis longtemps le Déluge des Airs, une catastrophe naturelle qui toucherait uniquement les hommes pour les punir des méfaits qu'ils font subir à la Terre, à sa faune et à sa flore. Lorsque se produit le désastre, seules deux femmes semblent avoir survécu: Toby et Ren. Partout autour d'elles prolifèrent des espèces transgéniques créées par l'Homme qui menacent les êtres vivants. Dans ce monde terrifiant, tout est devenu danger. Il leur faudra pourtant s'aventurer à l'extérieur pour tenter de subsister et partir à la recherche d'éventuels rescapés.


- Le voisin
de Roope Lipasti
Éditions Gaïa /Octobre 2014


C'est l'histoire de deux voisins. Le premier agit avec une énergie et un optimisme intarissables. Le second observe, vient sur place prodiguer des conseils entre deux coups de pistolet à clous. Ou se tient à distance, muni de jumelles pour épier l'avancement des travaux, les six enfants qui gravitent dans une joyeuse pagaille et une maman délicieuse à croquer. À mesure que le sauna s'érige et que l'audacieux bricoleur s'esquinte la santé dans ses travaux pharaoniques, le quotidien terne de son voisin reprend des couleurs. Une aubaine pour ce professeur d'histoire en vacances qui vit seul dans un pavillon propret entouré d'un gazon impeccable.


- Les brumes du Caire
de Rosie Thomas
Éditions Charleston / Octobre 2014


Ruby, une adolescente en pleine rébellion, vient chercher refuge au Caire dans la vieille maison d'Iris Black, sa grand-mère de 82 ans qu'elle connaît à peine. Alors que tout les oppose, un lien étonnant s'établit lentement entre elles tandis que Ruby aide Iris à se remémorer ses souvenirs du Caire scintillant et cosmopolite de la Seconde Guerre Mondiale. Elles retracent ainsi peu à peu l'histoire du grand amour d'Iris, l'énigmatique capitaine Alexander Molyneux, que les ravages du conflit lui ont arraché. Déterminant dans la vie d'Iris, dans celle de sa fille et de sa petite-fille, cet amour perdu les affectera à nouveau, toutes les trois, d'une façon qu'elles n'auraient jamais imaginée.


- Les dandys de Manningham
de Jan Guillou
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Les Dandys de Manningham se situe dans le monde des beaux-arts à l'époque du Bloomsbury Group. À l'issue de ses études en génie civil à Dresde, Sverre, le troisième fils de pêcheur norvégien, s'enfuit à Londres avec son jeune amant, Albert. Ce dernier vient d'hériter du titre de comte de Manningham à la suite du décès de son père, et doit désormais s'acquitter de son devoir familial et veiller au bon fonctionnement de son grand domaine dans le Wiltshire. Au lendemain des poursuites à l'encontre d'Oscar Wilde, l'heure n'est pas encore à l'acceptation et les deux amoureux sont contraints de tromper les apparences au sein de l'aristocratie anglaise. C'est parmi les artistes libertins du Bloomsbury Group que le couple découvre la joie de pouvoir donner libre cours à son amour et à sa vie intellectuelle. Dans ce monde à part, les conventions de la bienséance sont balayées d'un revers de main au profit de la stimulation artistique et culturelle. Là, le talent de Sverre pour la peinture s'épanouit enfin. Et personne ne semble deviner que de menaçants nuages obscurcissent déjà l'horizon. Comment imaginer le sombre sort qui attend le monde d'art et de beauté dans le sillon de la Grande Guerre?


- Les fausses dents de Berlusconi
de Jacques Drillon
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Voici un livre de notes. Sans préjuger de ce qui pourrait être élevé à la dignité de pensée gravée dans le marbre, et de ce qui devrait demeurer dans les caves de l'oubli, de ce qui passera, et de ce qui restera, Jacques Drillon a rassemblé mille et trois post-it sur l'art et les artistes, l'histoire et ceux qui la font. Il a noté, mais sans annoter. Pas d'explication à ce qu'il raconte, pas de jugement dans ce qu'il nous montre. Un traité du bref savoir.


- Les furets de Mr Allbones
de Fiona Farrell
Éditions Fayard / Octobre 2014


À la fin de l'ère victorienne, dans la campagne anglaise, Walter Allbones, jeune homme miséreux, vit de larcins, de braconnage et de paris sur des combats de rats. Une nuit, alors qu'il vient de chasser les lapins à l'aide d'un de ses furets, il est surpris par un naturaliste réputé, Mr Pitford, et sa petite-fille, jeune personne d'une beauté envoûtante. C'est le début d'aventures surprenantes: un voyage périlleux à l'autre bout du monde, en Nouvelle-Zélande, où les furets sont jugés nécessaires pour éliminer les lapins qui prolifèrent. Un roman historique drôle et féroce, inspiré par l'idéologie darwinienne, où percent des préoccupations écologiques très modernes, liées à l'équilibre précaire de la nature.


- Les hommes n'appartiennent pas au ciel
de Nuno Camarneiro
Éditions JC Lattès / Octobre 2014


En 1910, le passage de deux comètes au-dessus de la terre propagea une onde de panique. Partout dans le monde des hommes devinrent fous, se suicidèrent ou simplement observèrent, silencieux et vaincus, ce qu'ils croyaient être la fin du monde. Les personnages de ce roman vécurent à l'époque où le ciel prit feu, trois hommes trop sensibles et intelligents pour vivre une vie normale et portant en eux un monde imaginaire foisonnant. En dépit des milliers de kilomètres qui séparent Karl, ce jeune immigré qui nettoie les vitres des gratte-ciels de New York, Jorge, cet enfant argentin qui s'invente des mondes et Fernando, ce jeune homme qui déambule dans Lisbonne sans savoir comment vivre, leurs vies sont liées par leur sensibilité, le regard qu'ils portent sur les hommes qui les entourent, les lieux où ils ont grandi et sont devenus des adultes. Alors que leurs contemporains se laissèrent emporter par la peur, par une vision tragique des comètes, Karl, Jorge et Fernando furent touchés par le génie. Cent ans plus tard tous trois demeurent dans nos mémoires. Un premier roman époustouflant de la nouvelle voix de la littérature portugaise, qui rend hommage à sa manière à trois figures littéraires majeures du XXe siècle: Borges, Pessoa et Kafka.


- Les sautes d'humour de Jane Austen
de Jane Austen et Dominique Enright  
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2014


Sous le couvert d'intrigues sentimentales, Jane Austen (1775-1817) se considérait comme une romancière comique armée d'un solide bon sens. Voilà pourquoi elle a si bien décortiqué la nature humaine sans jamais sortir de son milieu, la gentry anglaise. Ces petites gourmandises tirées de ses livres et de sa correspondance nous apprennent beaucoup sur cette célibataire espiègle et discrète, mais elles nous expliquent surtout comment gouverner notre vie avec le sourire en conciliant raison et sentiments. Car plus que de bals et de modes, de livres et de lectures, il est question ici de mariages et de vanités, de relations encombrantes et d'amitiés précieuses.


- Les sautes d'humour de Winston Churchill
de Winston Churchill et Dominique Enright
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2014


Tous les Français connaissent Winston Churchill (1874-1965) comme Premier ministre de Grande-Bretagne pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais bien peu savent qu'il le redevint dans les années 1950 et qu'il eut une carrière politique aussi longue qu'agitée. Tout le monde sait qu'il avait un humour à toute épreuve, mais on a oublié qu'il reçut le prix Nobel de littérature en 1953 et qu'il adorait peindre. Pour découvrir ou redécouvrir un personnage aussi colossal, rien de tel que ce petit recueil de réflexions et confidences humoristiques, avec pour thèmes principaux sa passion pour la politique, bien sûr, mais encore son amour des mots et des animaux, son sacré caractère et ses relations avec les femmes, ses verdicts sur les nations étrangères et les soi-disant amis, et puis aussi l'alcool, sans lequel Winston ne serait pas devenu Churchill


- Lettres mortes
de Robert Allison
Éditions Denöel / Octobre 2014


1942, au beau milieu du désert libyen. Un jeune soldat anglais reprend connaissance, sa moto totalement détruite à quelques mètres de lui. Il a sauté sur une mine et est grièvement blessé. Une musette pleine de lettres gît à ses côtés. Il ne se souvient de rien, ni de qui il est, ni pourquoi il se retrouve dans cet endroit. À la surprise de tous, il se remet peu à peu de ses blessures et occupe sa convalescence à lire les missives. L'une d'entre elles le touche particulièrement: celle qu'un lieutenant, Tuck, a écrite à la femme aimée. Le jour où une tribu de Bédouins attaque le campement, le jeune amnésique saisit l'occasion de changer d'identité et d'endosser celle de Tuck. Il va s'inventer une vie rêvée. Lettres mortes est un voyage hypnotique qui nous parle de la solitude des soldats, de leur courage et, parfois, de leur lâcheté. Robert Allison nous emmène dans les dunes fascinantes et dangereuses du Sahara, qui offrent un décor magistral, à la hauteur de la noirceur du cœur de la guerre.


- Liberté sans condition
de Seth Morgan
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Joe Barker est un de ces damnés de San Francisco sur qui le destin passe ses nerfs. Junkie paumé, mi-chanteur dans un club de strip-tease mi-dealer, il lui suffit d'un vol qui tourne mal pour se retrouver en prison. Alors, derrière les barreaux, c'est l'enfer qui commence. Entre gardiens, codétenus cinglés et lois des gangs, Joe poursuit sa chute, sous l'ombre menaçante du caïd de la pègre.


- Lire au lit
de Sue Gee
Éditions Charleston / Octobre 2014


Amies depuis l'université, avec des vies actives à présent derrière elles, Dido et Georgia s'imaginaient profiter de leur retraite en remplissant leurs journées de lectures, de promenades, de longues conversations et de détente. Hélas, la vie est rarement telle qu'on la souhaite, et toutes deux affrontent des drames inattendus. Dido, pour la première fois, doute de son mari; Georgia, récemment veuve, a la certitude que le sien lui reviendra. S'ajoutent à cela une vieille cousine excentrique qui perd les pédales, des enfants malheureux en amour, et une santé qu'on croyait parfaite brutalement menacée. Les deux femmes devraient tout naturellement se tourner l'une vers l'autre, mais même une amitié aussi ancienne n'échappe pas à pareille tempête. On ferme les écoutilles, le silence s'installe. Il leur faudra mobiliser toute leur loyauté et leur humour pour retrouver la confiance qui les liait autrefois.


- Loin de son absence
de Shez
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Ofra et Moshé vivent en couple, partagent leur appartement, leur lit, elle veut lui plaire, il la désire, elle l'exaspère, il la manipule, la tient à distance mais finit toujours par revenir vers elle. Elle a trente-quatre ans, lui la soixantaine, et cette femme vit toujours avec son père qui est aussi son amant. Dans une langue simple et poétique, ce roman raconte l'histoire d'une détresse peu ordinaire, dans la banlieue de Tel-Aviv. En toile de fond, quelques voisins, la psychologue et l'amie, Shez, elle-même victime d'inceste dans son enfance. Cette dernière, qui a visiblement surmonté ses traumatismes, fait de son mieux, avec la psychologue, pour arracher Ofra à cette relation interdite. Or il n'est pas facile de renoncer à la chaleur et à l'amour du seul homme qui l'ait jamais approchée. Jusqu'à ce que sonne l'heure où le choix ne dépend plus seulement d'elle et de lui.


- Mademoiselle B.
de Maurice Pons
Éditions Denöel / Octobre 2014


Hippolyte Girardot et Maurice Pons, c'est la rencontre de l'intelligence, du charme et de l'insolence discrète. Une savoureuse fantaisie à laquelle tous deux nous convient. Du village où il vit, Maurice Pons raconte les étranges rumeurs qui entourent une certaine Mademoiselle B.: une créature sans âge, toujours vêtue de blanc, qui attirerait les hommes et les pousserait au suicide. Maurice Pons, alors en mal d'écriture, se retrouve pris au cœur de l'enquête. Tout aussi méfiant que fasciné, il se passionne pour le cas de Mademoiselle B.


- Marie Blanche
de Jim Fergus
Éditions Cherche Midi / Octobre 2014


1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille d'aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a connu un destin hors du commun, qui l'a menée de son petit village natal de la région de Senlis jusqu'aux États-Unis, en passant par les sables de l'Égypte. D'un caractère entier, froide et tyrannique, elle a brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie-Blanche, la mère de Jim. Pour essayer de la comprendre, et peut-être de lui pardonner, celui-ci va tenter de retracer son parcours. En parallèle, à travers le journal intime de sa mère, l'écrivain nous fait entrer dans l'intimité de celle-ci. Internée en 1966 dans un asile de Lausanne, Marie-Blanche se souvient de sa vie, commencée comme un conte de fées mais qui prit peu à peu des allures de tragédie. Jim Fergus s'inspire ici de son histoire personnelle pour nous offrir une saga familiale bouleversante. On retrouve surtout dans cette fresque qui s'étend sur un siècle et trois continents toute la puissance romanesque de l'auteur associée à une force d'émotion rare.


- Maux d'excuse
Les mots de l'hypocondrie
de Patrice Delbourg et Gérard Pussey
Éditions Cherche Midi / Octobre 2014


Maux d'excuse est une partie de ping-pong entre deux amis, malades imaginaires à tout crin. Cetandem de compères a en commun le journalisme, quelques auteurs de chevet et un grand nombre de maladies incurables. Mais attention, ce ne sont pas des hypocondriaques amateurs, des dilettantes, ils partagent des pathologies lourdes. Enragés du syndrome alarmant, ils prennent leur tension artérielle plusieurs fois par jour, scrutent leurs selles, soupèsent sans cesse leurs ganglions, évaluant leurs chances de survie, et se harcèlent mutuellement, par courrier, avec leurs affections respectives. Or, ils pratiquent le même médecin, à leur insu.


- Menteurs amoureux
de Richard Yates
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


À travers ces portraits plus vrais que nature et ces fragments de vie saisis à la manière d'instantanés, Richard Yates confirme qu'il est un grand écrivain américain. Parce que c'est un recueil étonnamment personnel, Menteurs amoureux éclaire de manière définitive l'œuvre de celui qui a inspiré tant d'écrivains contemporains. Il y a en effet beaucoup de Richard Yates dans ces nouvelles parues en 1978 aux États-Unis. En cheminant de la première à la dernière histoire, chaque lecteur peut en assembler les motifs autobiographiques comme dans une mosaïque qui redessinerait, de manière délicieusement subjective, son itinéraire chahuté par les circonstances. Dans une ambiance d'après-guerre encore traumatisé, un jeune soldat parachuté sur le Vieux Continent se souvient avoir éprouvé dans le combat tour à tour "fierté, terreur, fatigue et consternation" ("Une permission exceptionnelle"). Sa seule consolation est d'avoir traversé l'Atlantique pour découvrir la France ou la Grande-Bretagne et d'échapper à un destin trop convenu ou à une mère omniprésente. Car, dans une époque qui chante la gloire du rêve américain, les questions d'ego taraudent chaque individu, et le couple, la famille sont autant d'obstacles à l'épanouissement et à l'affirmation de soi. Des enfants dans leurs jupes, les femmes décident de gagner leur indépendance ("Une fille unique en son genre"), de prendre des risques ("Relever le défi"), de vivre la bohème en espérant la reconnaissance sociale ("Oh, Joseph, je suis si fatiguée"). De terribles désillusions les guettent. Les hommes, quant à eux, se révèlent souvent pathétiques, avec leur refus d'admettre l'échec et leurs embarrassants fantasmes de gloire ("Menteurs amoureux"), leurs espoirs vains de devenir la prochaine coqueluche de Hollywood ("Et dire adieu à Sally"), leurs fanfaronnades sur leur besoin de partir à Paris pour écrire (" Bonjour chez toi "). Pour chacun des personnages, homme ou femme, l'alcool coule à flots, bien sûr, offrant une couverture floue au désœuvrement et comme un arrière-goût de l'époque fitzgéraldienne.


- Mon gourou et son disciple
de Christopher Isherwood
Éditions Fayard / Octobre 2014


Dans ce récit autobiographique, Christopher Isherwood rend hommage, avec humour et tendresse, à celui qui fut son maître spirituel pendant près de quarante ans: le prêtre hindou Swami Prabhavananda, fondateur, à Hollywood, d'un centre consacré à l'étude et à la pratique de la philosophie hindoue. L'écrivain, qui envisagea un temps de se faire moine, évoque avec talent les doutes et tergiversations d'un homme partagé entre son attachement aux plaisirs sensuels et son désir d'accomplissement spirituel. Grande figure littéraire du vingtième siècle, Christopher Isherwood (1904-1986) quitta l'Angleterre en 1929 pour séjourner à Berlin et dans plusieurs pays d'Europe, avant de parcourir la Chine en compagnie de W.H. Auden. Tous deux s'installèrent ensuite aux États-Unis, où Christopher Isherwood devint, en 1946, citoyen américain. Son œuvre abondante est nourrie des voyages et des rencontres qui ont jalonné sa vie.


- Mon Holocauste
de Tova Reich  
Éditions Cherche Midi / Octobre 2014


Bienvenue dans la famille Messer. Le père et le fils, Maurice et Norman, vivent par et pour le génocide juif. Le premier dirige le musée de l'Holocauste de Washington, le second préside une société, Holocaust Connections, Inc., chargée de distribuer une appellation "Holocauste compatible" aux produits de ses clients. Autour d'eux se presse une foule de donateurs, d'artistes, d'intellectuels, tous soucieux d'obtenir un label socialement désirable et commercialement rentable. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où Nechama, la fille de Norman, décide de se convertir au catholicisme et d'entrer au carmel d'Auschwitz. Avec ce roman furieux, sans hypocrisie ni tabou, Tova Reich s'en prend, sous la forme d'une satire irrésistible, aux "professionnels de l'Holocauste". Salué par la critique américaine, comparé aux œuvres de Philip Roth, Mon Holocauste a fait scandale lors de sa sortie aux États-Unis.


- Mon nouveau siècle
Un jour dans l'année (2001-2011)
de Christa Wolf
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


En 1935, Maxime Gorki avait invité les écrivains du monde entier à raconter une journée de leur vie, la même pour tous: le 27 septembre. L'idée avait été reprise en 1960, et une nouvelle génération s'était alors essayée à l'exercice. À cette date, Christa Wolf eut envie de relever le défi, elle tint donc la chronique de cette journée du 27 septembre 1960, puis, prise par le jeu, s'astreignit à cette discipline jusqu'à sa mort, survenue le 1er décembre 2011. Un premier volume de ce Journal, couvrant les années 1960-2000, a paru en 2006. En voici le deuxième et dernier, celui des années 2001-2011. Au cœur de cette décennie, l'écrivaine assaillie par le doute et rongée par la maladie interroge inlassablement ses faiblesses et ses impuissances. Elle fait face avec courage et lucidité au temps qui passe. Et si l'intérêt de cette chronique des événements courants chez les Wolf et dans le monde entier est d'abord d'offrir une documentation tout à la fois personnelle et historique, l'obstination avec laquelle l'un des plus grands écrivains contemporains s'arc-boute au pacte d'honneur qu'elle a passé avec la vérité est proprement bouleversante. Née en 1929, Christa Wolf est l'auteur d'une œuvre considérable, traduite dans le monde entier et distinguée en Allemagne par les prix les plus prestigieux. Son dernier roman, Ville des anges, a paru au Seuil en 2012. Elle est décédée le 1er décembre 2011.


- Moscou Babylone
de Owen Matthews
Éditions 10-18 / Octobre 2014


Avec ses bonnes manières oxfordiennes et son costume en tweed, Roman Lambert arrive à Moscou en 1995, déterminé à profiter de la jungle moscovite postsoviétique. D'origine anglaise, est-ce le sang russe de sa mère qui le rend aussitôt apte à toutes les démesures? Des soirées dans les derniers clubs à la mode aux manifestations protofascistes de Limonov, des scènes de résilience et de survie quotidiennes aux week-ends orgiaques dans sa datcha, le jeune étranger se fond dans ce monde impitoyable et violent. Commence alors une métamorphose que précipite sa rencontre avec Sonia. Une descente aux enfers qui va l'emmener par-delà le bien et le mal, jusqu'à commettre l'irréparable. Mais, à Moscou Babylone, comment trouver les voies de la rédemption?


- Noces de cire
de Rupert Thomson
Éditions Denöel / Octobre 2014


Florence, 1691. Zummo est un sculpteur de génie qui crée des statues de cire si délicates qu'elles semblent avoir pris vie. Il a fui sa Sicile natale pour trouver refuge dans une ville vérolée par la corruption, aveuglée par l'austérité, où les citoyens les plus riches assouvissent leurs désirs les plus pervers. Convoqué par le grand-duc qui lui a commandé une Vénus de cire grandeur nature, Zummo parcourt les ruelles labyrinthiques à la recherche d'une femme suffisamment parfaite pour servir de modèle. Mais la Toscane regorge de secrets et de dangers. La torture et les exécutions vont bon train, et, lorsqu'on trouve le cadavre d'une jeune femme sur les bords de l'Arno, le sculpteur commence à croire que le vice prend sa source à la cour des Médicis. Tout en poursuivant sa création, essayant d'insuffler la vie à sa Vénus de cire, il se demande si cette femme parfaite va le mener à son salut ou à sa perte.


- Not that kind of girl
de Lena Dunham
Éditions Belfond / Octobre 2014


Un événement. Le premier livre de Lena Dunham, la géniale créatrice de la série Girls. Une sorte de guide de survie à l'usage des filles/femmes d'aujourd'hui, désopilant, profond, engagé, porté par la voix de celle que les médias surnomment "la fille de Woody Allen et Susan Sontag". On peut n'avoir même pas trente ans, avoir créé une série culte, avoir déjà été qualifiée pêle-mêle de "voix d'une génération" et de "fille naturelle de Susan Sontag et de Woody Allen", figurer dans la liste du Times des 100 personnes les plus influentes du monde, avoir vu Joyce Carol Oates chanter vos louanges, avoir décroché un contrat faramineux avec une des plus grandes maisons d'édition américaines, et pourtant être percluse de tocs, de complexes et d'angoisses existentielles. Lena Dunham, c'est la bonne copine. Celle qui vous raconte par le menu ses plans drague foireux, ses accidents sexuels, ses premiers boulots minables. Mais Lena Dunham, c'est aussi la philosophe néo-féministe qui nous explique qu'il vaut mieux pour notre santé mentale bannir à jamais le mot régime de notre vocabulaire, que dans la vie, il y a les hommes et il y a les connards, que New York est la plus belle ville du monde et qu'à la fin, puisqu'il n'y a rien, autant rigoler.


- Notre vie antérieure
de Anne-Sophie Brasme
Éditions Fayard / Octobre 2014


Bertier aimait Laure, Laure aimait Aurélien et Aurélien aimait la vie. Ils étaient jeunes et sans doute pouvaient-ils encore espérer qu'avec le temps ce triangle amoureux revisité finisse par trouver son équilibre. Il n'en fut rien. Devenue écrivain, Laure n'a pourtant jamais évoqué dans son œuvre cette période de sa vie. Dix-sept romans, mais pas une ligne sur les nuits blanches à Saint-Germain-des-Prés, les après-midis studieux à la bibliothèque Sainte-Geneviève, les interminables journées de vacances sur l'île d'Oléron. Que s'est-il passé qui justifie ce blanc laissé au milieu des centaines de pages qu'elle a noircies depuis? À bientôt soixante-cinq ans, Laure Narsan entame ce qui sera sans doute son dernier livre. Et accepte enfin de revenir sur cet événement qu'il lui aura fallu quarante ans et dix-sept succès de librairie pour oser affronter.


- N'oublie pas de respirer
de Hélène Frappat
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Lorsqu'elle traverse les buissons odorants du maquis, en passant par les cuves du lavoir installé sous les arbres, l'odeur verte perd ses pouvoirs. Elle s'affaiblit au contact d'un plus puissant enchantement: la rumeur, toujours égale, toujours renouvelée, des eaux claires et fraîches du fleuve, que l'on écoute, des heures entières, en somnolant, en rêvant, sur les pierres brûlantes et douces, les yeux mi-clos. Auprès d'une mère inaccessible, visage d'Anna Magnani dissimulé derrière la fumée bleue d'une Gitanes, un souvenir est soudain convoqué puis diffracté par celui, lumineux, violent et âpre, granit et ombres bruissantes, de l'été corse. Dans une langue habitée, puissante de tragédie et de modernité mêlées, Hélène Frappat retrouve ici la géographie des origines, l'héritage choisi par les enfants de l'exil.


- Nymphes
de Sari Luhtanen et Miikko Oikkonen
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


Belle, sexy et fatale. Didi est une nymphe. Didi, chevelure de feu et visage d'ange, s'est toujours sentie, malgré son extraordinaire beauté, comme toutes les jeunes filles de son âge. À seize ans, sa principale préoccupation est sa "première fois". Mais, lorsque cet événement tant attendu se produit enfin et que son petit ami meurt entre ses bras, Didi comprend qu'elle n'est pas tout à fait comme les autres adolescentes. Après le choc, les révélations viennent: elle est une Nymphe, condamnée à tuer tous les hommes avec qui elle fera l'amour. Et il se pourrait bien qu'elle coure un grand danger, des Satyres étant à sa poursuite. Mythologie, suspense et romance: trois raisons de se laisser séduire par cet étonnant roman.


- ÔFémininPointConne
de Lorina Chattinski
Éditions Denöel / Octobre 2014


Être prise pour une imbécile par la presse féminine, c'est grave? Se voir répéter par elle, chaque semaine et chaque mois, qu'on devrait acheter un tas de produits, c'est un problème? Et lire sans cesse qu'on est supposée faire tout un tas de choses pour être plus mince, plus performante, meilleure mère, meilleure épouse, meilleure au lit, plus ceci, moins cela, c'est embêtant? Oui. Surtout quand elle vous fait payer pour ça, et que tous les magazines que vous lisez finissent par vous enfermer dans l'idée que vous, les femmes, vous avez une place clairement assignée, à laquelle vous devez rester. Si possible sans trop réfléchir, sans trop remettre en question ce business qui tire profit de vos complexes et de vos doutes. Dans quel but? Pour mieux vous tenir en laisse, captives de cette envie de faire mieux, insécurisées, poussées à consommer. ÔFémininPointConne vous propose de tirer un peu sur la laisse. La presse féminine ne vous aime pas telle que vous êtes? Rendez-lui donc la monnaie : découvrez son vrai visage. Vous choisirez ensuite de l'aimer ou non, de la lire ou non, d'acheter ses produits ou pas.


- Orange is the New Black
de Piper Kerman
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


Une année au cœur d'une prison américaine pour femmes, un récit saisissant qui a inspiré la série télévisée du même nom, déjà culte aux États-Unis. Piper Kerman est une jeune femme comme tant d'autres: elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d'argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l'a rattrapée. Condamnée à quinze mois d'incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal. De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d'esprit. Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c'est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre: pour témoigner au nom de toutes celles qui n'ont pas la possibilité de s'exprimer.


- Oublier Bucarest
de Victor I. Stoichita
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Bucarest, 1956. Le narrateur a sept ans, et sa famille, une lignée de médecins-chercheurs et artistes, éprouvée par les expropriations et les emprisonnements arbitraires, est réunie pour fêter la libération du grand-père et de l'oncle. En grandissant, il se passionne pour la littérature et l'histoire; le régime roumain se détend, les jeunes s'entichent des Beatles tout en bûchant leurs examens en faculté. À l'issue de la première année universitaire, une lueur d'espoir: quelques bourses sont proposées pour l'étranger, mais la fin brutale du Printemps de Prague rend tout rêve incertain. Le récit de cette jeunesse roumaine se lit comme une traversée salvatrice du rideau de fer, tenue par la posture résiliente d'un narrateur étonnamment conscient de sa chance au cœur d'un système qui aurait pu le broyer. Loin de l'imagerie grise et plombée d'une dictature communiste, on découvre la version nettement plus contrastée d'une vie sociale, culturelle et familiale qui force les liens en dépit de la peur, qui connaît le prix de chaque once de libre arbitre ou d'évasion. Avec comme indiscutable vertu d'ouvrir une fenêtre généreuse, humaniste et authentique sur une Roumanie inattendue.


- Panthère noire dans un jardin
de Jean-François Haas
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


Le Seigneur dit à Caïn: "Où est ton frère Abel? Je ne sais, répondit-il. Suis-je le gardien de mon frère?" Liées à ces questions, trois histoires... Celle de Paul Bergwald, victime du cancer de l'amiante comme le fut son père, de son frère Jacques et de son ami Favre, commissaire à l'Identité judiciaire. Celle de Maudruz, propriétaire de boutiques de vêtements pour jeunes, qui disparaît. Celle de Thomi et d'Ardian, deux "cabossés" que tout jette l'un contre l'autre. Tandis que ces histoires se mêlent, Favre ne cesse de se demander si Paul a pu devenir un meurtrier, si le pardon est possible, si l'on peut encore espérer en Caïn, et si Caïn peut espérer renaître de ses actes.


- Pars avec lui
de Agnès Ledig
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


On retrouve dans Pars avec lui l'univers tendre et attachant d'Agnès Ledig, avec ses personnages un peu fragiles, qui souvent nous ressemblent. L'auteur sait tendre la main aux accidentés de la vie, à ceux qui sont meurtris, à bout de souffle. Mais aussi nous enseigner qu'envers et contre tout, l'amour doit triompher, et qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, non d'où l'on vient.


- Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes
de Flemming Jensen  
Éditions Gaïa / Octobre 2014


Quelle chance d'être obligé de se lever la nuit pour des besoins physiologiques. C'est l'occasion de donner libre cours à ses pensées sans risquer d'être dérangé. Si l'on n'est pas censé filer à la cuisine pour une collation nocturne, alors pourquoi les frigos sont-ils dotés d'une lampe ? Grâce au rituel qui s'installe, notre homme va désormais pouvoir philosopher en paix et régler pas mal de questions, de l'existence de Dieu à la guerre en Irak. Rien que ça.


- Piégé
de Lisa Moore
Éditions Denöel / Octobre 2014


Juin 1978. David Slaney s'échappe de prison. En cavale, il n'a qu'un but: retrouver Brian Hearn, son ancien complice, pour monter la plus grande opération de contrebande de cannabis jamais vue au Canada. Monter une telle opération, cela veut dire traverser le pays en stop, s'embarquer sur un voilier et mettre le cap vers la Colombie. Cela veut dire l'horizon infini, les femmes, la liberté. Tout ce qui manque si cruellement à un homme enfermé entre les quatre murs d'une cellule. D'abord étonné de la facilité avec laquelle les astres semblent favoriser son entreprise, Slaney se demande peu à peu à qui il doit cette chance qui lui sourit avec autant d'insistance. Piégé est une histoire d'ambition démesurée et d'amour, d'innocence perdue, de courage et de trahison, de tempêtes en haute mer, de collusion entre le gouvernement et le crime organisé, et de centaines de ballots de marijuana. Lisa Moore a l'art de réconcilier une intrigue musclée avec une profonde compréhension de la psychologie humaine.


- Police du peuple
de Norman Spinrad
Éditions Fayard / Octobre 2014


Depuis le passage de l'ouragan Katrina, La Nouvelle-Orléans est en crise. Sa population souffre autant de la détérioration du climat que de la crise monétaire. Refusant désormais de faire le sale boulot des politiciens, des affairistes et des banquiers, Luke Martin, flic, et Jean-Baptiste Lafitte, tenancier de maison close et mafieux, se liguent, à l'approche des élections, pour proposer une candidate proche du peuple: Marylou, la chanteuse de rue. Mais à travers elle, ce sont les dieux vaudous qui s'expriment, menaçant la Louisiane d'un nouvel ouragan si l'un des leurs n'est pas élu au poste de gouverneur. Sur fond de scènes de carnaval, d'émeutes populaires et de répressions policières, Norman Spinrad poursuit sa critique acerbe d'un pays gouverné par l'argent et la bêtise, imaginant un État libre de Louisiane, où le Mardi gras bat son plein et où la Police du Peuple s'oppose à la finance.


- Presque jamais
de Daniel Sada
Éditions de l'Olivier / Octobre 2014


1945. Au fin fond du Mexique, Demetrio Sordo est à mille lieues de se soucier de la guerre qui fait rage. Dans un bordel qu'il fréquente assidûment, il est comme ensorcelé par Mireya, une prostituée. Mais le jeune homme a l'âge de se marier, et lorsqu'il rencontre une fille de bonne famille, Renata, il sait qu'il est temps pour lui de se ranger. Cependant, tandis qu'il courtise Renata dans les règles de l'art, il ne peut résister aux plaisirs de la chair. Admiré par Roberto Bolaño pour sa prose jaillissante et inspirée, Daniel Sada est considéré comme l'un des plus grands auteurs sud-américains. Dans Presque jamais, il s'empare du désir dévorant qui anime son héros, confronté à la pudibonderie et à l'hypocrisie du monde.


- Respire
de Anne-Sophie Brasme
Éditions Fayard / Octobre 2014


Charlène et Sarah s'aiment comme deux sœurs. Mais la passion fait des ravages. S'instaure peu à peu une relation perverse entre les deux jeunes filles: Sarah provoque, multiplie les humiliations publiques, accable de reproches son amie, qui accepte son sort. Jusqu'à l'irréparable. Anne-Sophie Brasme avait dix-sept ans lors de la parution de Respire en 2001. Salué pour son incroyable lucidité, ce premier roman vertigineux a remporté un grand succès en France et dans les nombreux pays où il a été traduit.


- Rêves et secrets
de Danuta Walesa
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2014


Gdańsk, rue Polanki. Les cars de touristes ralentissent systématiquement aux abords du numéro 54. Il y a là une maison à étage qui ressemble à un manoir. Rue Polanki: une maison, un jardin, l'endroit dont Danuta Wałęsa dit: "C'est mon endroit, c'est ici que je me suis établie, c'est ici que je suis heureuse". Avant cela, le 10 décembre 1983, lors de la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix à Lech Wałęsa, empêché de se déplacer à Oslo par le pouvoir polonais, le monde découvre Danuta, son épouse. C'est elle qui, ce jour-là, prononce le discours d'acceptation. Une quinzaine d'années auparavant, à la fin des années 1960, elle avait quitté Krypy, dans la campagne polonaise, pour travailler à Gdańsk, désireuse de sortir de sa condition paysanne. C'est là qu'elle rencontre Lech, alors qu'elle vend des fleurs dans un kiosque. Après leur mariage en 1969, leur premier enfant naît en 1970. Sept autres suivront. Danuta Wałęsa, mère et épouse, participe dans l'ombre à la carrière politique de son mari, jusqu'à l'accession de celui-ci à la présidence. C'est elle qui a assuré, dans les coulisses, le quotidien du foyer. Avec ces mémoires, Danuta prend à son tour sa part de lumière et raconte sa vie, ordinaire et exceptionnelle, nous replongeant en même temps dans un pays sous le joug du communisme et la férule de Moscou. C'est l'histoire d'une femme simple dont le destin s'est finalement conjugué à celui de la Pologne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 19:15

- Rideau de fer
de Anne Applebaum
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Il y a deux manières de renouveler l'Histoire: poser de nouvelles questions sur des sujets apparemment rebattus et trouver de nouveaux documents ou de nouveaux témoins. Dans ce livre magistral, Anne Applebaum accomplit les deux. S'interrogeant sur le "Haut Stalinisme" (1944-1956), soit les douze années de soviétisation de l'ancien Lebensraum nazi (en se concentrant essentiellement sur trois pays emblématiques: Allemagne, Hongrie et Pologne), l'auteur renverse complètement le point de vue: non plus l'Est vu par l'Ouest mais l'Est vu par l'Est. Les sources archivistiques et orales inédites, lectures dans au moins cinq langues, entretiens, voyages, témoignages personnels, enrichissent considérablement les réponses aux questions que l'observateur contemporain de l'Europe de l'Est se pose face aux échecs ou aux revers de la démocratisation des nouvelles nations émancipées du joug soviétique depuis 1989. Rideau de fer prend exactement la suite chronologique de l'ouvrage de Timothy Snyder, Terres de sang, consacré au nazisme et au stalinisme de 1933 à 1945: il raconte, comme cela n'avait jamais été fait, la manière dont ces "terres de sang" ont été soviétisées (réparations économiques, nettoyages ethniques systématiques que l'on associe rarement à cette période de l'Histoire, récupération partielle de l'appareil policier hérité du nazisme...). Ce grand livre a été unanimement salué comme un des chefs-d'œuvre de l'Histoire récente.


- Rien que la vie
de Alice Munro
Éditions de l'Olivier / Octobre 2014


Une mère perd la trace de son enfant, un soldat saute du train qui le ramenait chez lui, une femme se lie avec un inconnu... Au fil de quatorze nouvelles, Alice Munro décrit, avec la grâce et la cruauté d'un "Tchekov de notre temps", les lignes de force qui font basculer une vie.


- Romance viennoise
de David Vogel
Éditions de l'Olivier / Octobre 2014


Michaël Rost mène une existence désordonnée, ponctuée de revers de fortune et de moments euphoriques, de solitude et d'errances. Quand il arrive à Vienne avec l'audace de ses dix-huit ans et pas un sou en poche, ce jeune juif russo-polonais est bien déterminé à conquérir la capitale impériale. Il fréquente les cafés peuplés d'émigrés juifs, d'officiers de l'armée autrichienne, de bureaucrates, de bourgeois, d'anarchistes, de comédiens, de chanteurs et de prostituées… Peter Dean, un personnage mystérieux, le prend sous sa protection et lui permet de louer une chambre dans une famille bourgeoise. Rost se laisse séduire par la maîtresse de maison, Gertrude Stift, dont le mari est en voyage d'affaires, et séduit en même temps Erna, leur fille encore adolescente.


- Saving Joseph
de Laurent Clerc
Éditions Denöel / Octobre 2014


Être un homme aujourd'hui, qu'est-ce que c'est? Trouver sa niche et s'y terrer? La quarantaine, crâne dégarni et mal dans son couple (sans lien de cause à effet), le héros est un type sans histoire. Mais, le jour où il se retrouve dans une chapelle à l'approche de Noël, lui qui ne met plus les pieds à l'église, sa vie bascule. Alors que tout le monde est en adoration devant la Vierge Marie, le héros prend le parti de Joseph: père adoptif contre son gré, sommé de fermer les yeux sur cette grossesse suspecte et relégué au rang de figurant de la crèche, c'est lui le pigeon de l'histoire. Tandis qu'il tente de reconquérir sa compagne par des moyens plus ou moins judicieux, le héros entame un dialogue fantasmé avec Joseph qui le mènera sur les chemins les plus vertueux et les plus sulfureux. Avec humour et fantaisie, Laurent Clerc signe la chronique drôle et moderne d'un homme de tous les jours pris dans les contradictions de la société.


- Schlump
de Hans Herbert Grimm
Éditions Presses De La Cité / Octobre 2014


Schlump n'a pas dix-sept ans lorsque la Première Guerre Mondiale éclate. Malgré son jeune âge, il se porte volontaire. Envoyé en France dans une petite commune occupée par les Allemands, il est chargé d'administrer la vie de plusieurs villages. Mais la guerre n'a pas seulement besoin de bureaucrates. Schlump doit rejoindre le front. Crasse, maladie, désespoir, déluge de feu. Le jeune soldat découvre l'enfer des tranchées, l'hôpital, puis les séjours plus paisibles dans les campagnes françaises. Il y croise des filles en mal d'amour, des planqués, des profiteurs, mais aussi des compagnons de misère qui tentent de survivre alors que l'armistice tarde à venir. Paru en 1928, peu de temps avant "À l'Ouest rien de nouveau d'Erich Maria Remarque", Schlump a été d'emblée considéré comme un ouvrage pacifiste, d'une immense valeur littéraire et humaine. Brûlé par les nazis dès 1933, puis tombé dans l'oubli, sa redécouverte est aujourd'hui fondamentale.


- Si nous vivions dans un endroit normal
de Juan Pablo Villalobos
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Le jeune Oreste vit au sommet d'une colline dans une bourgade mexicaine peuplée de vaches, de prêtres et d'ingénus qui croient aux fantômes, aux ovnis et aux miracles. Sa nombreuse fratrie, affublée de prénoms grecs par un père professeur d'éducation civique, se dispute tous les soirs les sempiternelles quesadillas préparées par une mère mélodramatique, acharnée à convaincre sa progéniture que la piteuse famille appartient à la classe moyenne. Alors qu'une fraude électorale sème la zizanie dans le village, la disparition dans un supermarché des "jumeaux pour de faux" Castor et Pollux fournit à Oreste le prétexte rêvé pour entreprendre l'odyssée de sa vie et découvrir le vaste monde qui s'étend au pied de sa butte. Louvoyant habilement entre peste et choléra (nationalisme populiste et catholicisme pathologique), l'auteur fige son pays dans une désopilante caricature pour stigmatiser les errements d'une société livrée au non-sens: corruption, violence, pauvreté, trafics en tout genre. André Breton tenait le Mexique pour un pays surréaliste, on observe que ce serait là un moindre mal.


- Son visage et le tien
de Alexis Jenni
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


"Ce qui est là, et d'une façon très intense, c'est la vie avant la mort, celle où je suis, celle où nous sommes ensemble, celle qui me porte, m'imprègne et m'anime. Cette vie-là a valeur d'éternité". Dans une méditation nourrie de souvenirs, Alexis Jenni, Prix Goncourt pour L'Art français de la guerre, compose un hymne à nos cinq sens. Sentir, c'est alors croire, et c'est aimer. C'est encore saisir l'intensité d'une présence qui réside entre deux visages, lorsque l'amour abolit toute distance et révèle l'éternité.


- Surtout rester éveillé
de Dan Chaon
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Sobriété et élégance du style. Puissance émotionnelle de personnages aux vies apparemment ordinaires: un père de famille dont le petit garçon fait des cauchemars en trouve la cause dans son propre passé; un homme tout juste veuf tente désespérément de déchiffrer des mots qu'il imagine lui être destinés; un jeune homme réalise que la maison dont il a hérité à la mort de ses parents est habitée par une force obscure; une femme divorcée se retrouve face à une existence qu'elle n'avait pas imaginée. De la réalité, Dan Chaon fait surgir l'étrangeté. Une étrangeté obsédant et intranquille qui donne à ses nouvelles une profondeur et une tension dramatique inattendues.


- Tanta vita !
de Paolo Di Paolo
Éditions Belfond / Octobre 2014


Fraîchement débarqué à Turin de sa province piémontaise, Moraldo se cherche, s'interroge sur sa vocation, son orientation politique. Fils d'un simple vendeur de chaussures, le jeune homme rêve de devenir l'égal de Piero, un étudiant pour lequel il cultive une admiration mêlée de jalousie. C'est qu'à vingt-cinq ans Piero a déjà fondé une revue et une maison d'édition dangereusement engagées. Avec ses camarades de faculté, il combat par ses écrits la dictature de Mussolini, au pouvoir depuis trois ans. Persuadé que Piero saura donner un sens à son existence, Moraldo lui adresse lettre sur lettre. Qui restent sans réponse. Dépité, Moraldo décide d'aller à Paris oublier ses échecs et poursuivre de ses ardeurs l'insaisissable Carlotta. Paris, justement. Où Piero, persécuté par les milices fascistes, a été contraint de trouver refuge, loin de sa femme et de leur fils nouveau-né. En ce mois de février 1926, le destin vient de donner rendez-vous aux deux hommes.


- Tout pour plaire
de Ingrid Desjours
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Rien n'est plus suspect qu'une personne qui a tout pour plaire. Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture. Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu'une belle et brillante jeune femme n'a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ça, sans être influencée. Ou vénale. Parce qu'un séducteur avide de pouvoir n'a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques. Oui les ragots vont bon train. Alors quand s'installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s'échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n'arrange rien. Bien au contraire. Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d'un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus. Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture...


- Un abécédaire
de Alexandre Vialatte
Éditions Julliard / Octobre 2014


Pour les amoureux de Vialatte... et pour tous ceux qui aimeraient le découvrir. Le cercle des lecteurs d'Alexandre Vialatte, "auteur notoirement méconnu", comme il aimait lui-même à se qualifier, ne cesse de s'agrandir depuis sa disparition en 1971, et sa gloire posthume continue de prospérer. Méconnu, Vialatte le demeure cependant encore, hélas, du grand public. Un abécédaire vient opportunément réparer cette injustice. De l'Auvergne, d'où il était originaire, à Kafka, qu'il traduisit; de l'Hippopotame, qu'il chérissait, à l'Homme, motif d'inspiration inépuisable, en passant par Napoléon, Sempé ou le Western, les entrées de ce recueil, qui puise à toutes les sources de l'œuvre (romans, chroniques, correspondance...), proposent de faire connaissance de manière ludique avec l'univers à nul autre pareil d'Alexandre Vialatte et révèlent en filigrane le portrait sensible d'un auteur désormais culte.


- Un américain bien tranquille
de Graham Greene
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Saigon, 1952. Le cadavre d'Alden Pyle est retrouvé sur les berges boueuses du Mékong. Pour Thomas Fowler, journaliste britannique pour le London Times, cette découverte macabre fait ressurgir de sombres souvenirs. Deux ans plus tôt, en pleine guerre d'Indochine, il a fait la connaissance de ce jeune Américain idéaliste et candide, fraîchement débarqué au Vietnam en tant que membre d'une mission d'aide médicale. Rien n'attache Fowler, désabusé et cynique, à la vie si ce n'est le corps d'une jolie Vietnamienne au charme éthéré, Phuong. Pyle et Fowler se lient rapidement d'amitié, mais celle-ci va peu à peu se transformer en rivalité lorsque Pyle s'éprendra de la jeune maîtresse de Fowler. Entre temps, les événements sanglants de la guerre coloniale qui fait rage amènent les deux hommes à frôler la mort, lors de deux missions dans des territoires soumis aux attaques des communistes. C'est en enquêtant sur les activités du général Thé, le commandant d'une petite armée indépendante, que Fowler découvre d'étonnants secrets sur Pyle, dont l'objet du voyage au Vietnam semble bien éloigné de la simple mission humanitaire. Espérant naïvement faire triompher au Vietnam une "troisième force" politique, Pyle est en réalité un agent sous couverture de la CIA chargé d'apporter un soutien logistique au général Thé dans des attentats contre les Français. Entre ces trois personnages, sur fond de guerre, va ainsi se jouer la tragi-comédie de l'amour et de la mort.


- Un dernier moment de folie
Nouvelles oubliées
de Richard Yates
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Les nouvelles posthumes de Richard Yates: un dernier moment de folie, une ultime jubilation. Un dernier moment de folie est le troisième recueil des nouvelles complètes du grand Richard Yates. Il rassemble neuf histoires non publiées de son vivant, sans doute les plus belles qu'il ait jamais écrites. Neuf histoires qui se déroulent dans les années 1950, neuf instantanés de vies qui en disent long sur le destin de leurs personnages, toujours aussi déconcertés par l'existence. Dans ce recueil moins ouvertement autobiographique que Menteurs amoureux, on retrouve par touches certains de ses sujets favoris, l'ancien combattant revenu brisé de la Seconde Guerre Mondiale, la mère qui rêve d'une autre vie, la fascination naïve de tous pour l'Europe, mais on découvre aussi de nouveaux motifs, de nouvelles figures, comme cette petite fille qui fait l'amère expérience de l'arbitraire (Une chose bien à soi) ou bien ce contrôleur de gestion d'une firme new-yorkaise qui reçoit une cruelle leçon de management (Le Contrôleur des finances et le jeune loup). On reconnaît surtout cette patte d'entomologiste qui permet à Yates de croquer en quelques lignes les déconvenues de ces losers magnifiques: il raconte avec une rapidité et une précision prodigieuses les blessures narcissiques subies par ses personnages, que ce soit lors d'un dîner ou chacun raconte sa guerre ou lors d'une réunion entre collègues ou l'on vante sa carrière, au cours d'une convalescence forcée ou le temps d'une nuit avec un inconnu en uniforme. Tous se voudraient plus brillants, plus courageux, plus séduisants, plus forts. Humains, trop humains. Invariablement, leurs histoires serrent le cœur mais ravissent l'âme.


- Un homme: Klaus Klump
& La Machine de Joseph Walser
de Gonçalo M. Tavares
Éditions Viviane Hamy / Octobre 2014


La publication en français du Royaume, l'ambitieux projet de Gonçalo M. Tavares (Jérusalem a paru en 2008, et Apprendre à prier à l'ère de la technique en 2010), touche à sa fin avec la parution de ce roman, ou en serait-ce deux? Un homme: Klaus Klump et La Machine de Joseph Walser. Construit en deux parties distinctes, il raconte les histoires de Klaus Klump et Joseph Walser. Même paysage, même temps, même centre: la guerre scande les jours, les tanks sont dans la rue, l'homme est retourné à son état primitif. Chaque citoyen connaît un nouveau quotidien, celui des tirs, des viols, des morts et de la violence anonyme. Les machines sont reines, la vie n'est plus, pas plus que la distinction entre le Bien et le Mal. Klaus est éditeur. Les livres qu'il publie sont comme de petites bombes qu'il lance contre l'économie, la politique. Il sait que pour survivre en temps guerre, le mieux est de rester neutre, d'être lâche, donc... pourtant il entre en résistance. Joseph, quant à lui, travaille dans une usine et adore SA machine. La guerre ne semble pas l'atteindre. Jusqu'à ce qu'il soit victime de l'accident. Les deux protagonistes ne se connaissent pas, mais leurs destins se répondent, correspondent avec harmonie tout au long de ce roman qui se déploie comme une réflexion sur le sens de l'existence, l'Histoire, la dualité de l'être humain, capable du meilleur comme du pire. L'écriture minimaliste de Gonçalo M. Tavares, délestée de toute affectivité, intensifie la mise en abîme de l'attitude d'êtres humains confrontés à une situation extrême. Un regard désenchanté sur le monde qui nous donne à voir la réalité dans ce qu'elle a de plus terrible. Le lecteur est piqué au vif, pris au piège d'une spirale d'aphorismes et d'images d'une virtuosité inouïe. Envoûté, fasciné, il est traversé par un va-et-vient constant entre répulsion et fascination. Un tour de force réussi.


- Un vrai génie !
de Patrick Dennis
Éditions Flammarion / Octobre 2014


Leander Starr est un célèbre réalisateur mais aussi le plus mauvais payeur. Il part en cavale au Mexique afin d'échapper au fisc américain, à ses ex-femmes, à sa fille, à ses créanciers ainsi qu'à une soupirante milliardaire.


- Une femme blessée
de Marina Carrère d'Encausse
Éditions Anne Carrière / Octobre 2014


Fatimah vit au Kurdistan irakien avec son mari, leurs enfants et la famille de son mari. Un jour, elle est emmenée à l'hôpital de Souleymanyeh, très grièvement brûlée. Un accident domestique, apparemment. "Apparemment" car ces accidents dont sont victimes de nombreuses femmes, en général très jeunes, masquent souvent des crimes d'honneur. Tandis que Fatimah va lutter pour vivre malgré ses blessures, pour ses enfants et le bébé qu'elle porte et qu'elle appelle le "bébé de la honte", la vie dans son village s'organise sans elle. À tel point qu'il semble qu'elle n'ait jamais existé. Seule sa fille aînée continuera à évoquer son souvenir. Que va devenir Fatimah? Que s'est-il passé le jour de l'"accident"? le jour où le "bébé de la honte" a été conçu? Quels mystères planent sur cette femme? Un roman poignant pour décrire la terrible réalité des crimes d'honneur.


- Viens
de Janne Teller
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2014


À la veille de faire paraître un best-seller, un éditeur très en vue reçoit la visite de Petra Vinter, jeune auteur de "poésie mathématique". Celle-ci lui demande d'annuler la parution du roman promis au succès: elle y a reconnu un épisode dramatique de sa propre vie, qu'elle avait raconté à l'auteur lors d'une soirée deux ans plus tôt. L'éditeur doit partir le lendemain pour Vienne afin d'y prononcer un discours sur l'éthique et la littérature. Mais sa conversation avec Petra Vinter l'obsède, et le souvenir de leur échange hante et parasite sa conférence: l'art peut-il tout se permettre? Est-il dégagé de toute exigence morale? Ne serait-ce pas au contraire son devoir, voire sa raison d'être, que de chercher à dire la vérité? Cette quête de la vérité, amoureuse, professionnelle et artistique, voilà le cœur de ce roman où le tourment intime d'un homme débouche, avec finesse, sur une interrogation éthique qui renvoie chacun à sa propre responsabilité.


- Westwood
de Stella Gibbons
Éditions Héloïse d'Ormesson / Octobre 2014


Margaret, institutrice réservée et sensible, n'est "pas du genre à séduire les hommes, autant regarder les choses en face", dixit sa mère. À l'inverse, son amie, la pétillante Hilda, a un charme irrésistible et un don pour le bonheur. Dans le Londres de l'après-Blitz, lorsque Margaret trouve un carnet de rationnement égaré, le célèbre dramaturge Gérard Challis entre dans la vie des deux jeunes femmes. Tandis que Margaret admire servilement Challis et sa somptueuse demeure de Westwood, Challis idolâtre Hilda, insensible à ses avances. Westwood est une histoire d'amour, de désir et d'amitié merveilleusement drôle et savoureuse.


- Will le magnifique
de Stephen Greenblatt
Éditions Flammarion / Octobre 2014


Qui était Shakespeare? De l'homme, rien ou presque n'a survécu. Seule l'œuvre a traversé les siècles. Se pourrait-il qu'elle éclaire une partie de ce mystère que le dramaturge semble avoir délibérément entretenu? Stephen Greenblatt le croit. Et avec sa tranquille érudition nous en offre une lecture passionnante, la confrontant à l'histoire du XVIe siècle élisabéthain et aux plus récentes découvertes. La voix de Shakespeare est alors si présente, l'Angleterre décrite si vivante qu'elles donnent à l'ouvrage une saveur d'autobiographie. Le monde dans lequel le dramaturge a grandi revit sous nos yeux, les rites et les traditions, les travaux des jours et des saisons, les expériences sensorielles et émotionnelles. On découvre avec étonnement comment s'est forgé l'imaginaire de l'artiste, de quels souvenirs son œuvre est pétrie, quelles associations d'idées sont à l'origine d'un vers ou d'une scène, comment cet homme, qui a fui sa province natale et le métier de gantier qui lui était promis, a transformé sa vie, sans appui ni héritage, en une incroyable success story. Mais le portrait serait incomplet s'il n'avait pour toile de fond l'Angleterre elle-même, Londres et sa prodigieuse vitalité, cœurs d'une nation déchirée par les persécutions religieuses et sur le point de basculer du Moyen Âge vers les Temps modernes, dans cette Renaissance foisonnante que Stephen Greenblatt raconte mieux que personne.


- Y comme Romy
Romy Idol, presque 30 ans, presque un mec, presque un boulot
de Myriam Levain et Julia Tissier
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Ma vie amoureuse est à l'image de ma vie professionnelle, c'est-à-dire extrêmement précaire. J'enchaîne les CDD, voire les stages, rien qui puisse, en tout cas, aboutir à un CDI. J'ai quand même une relation stable: celle que j'entretiens avec mon portable, sans parler de mon chat Jean-Paul Sartre, mais ça ne compte pas vraiment, désolée, Jean-Paul. Je m'appelle Romy, je suis un pur produit de la génération Y et je vais vous raconter ma vie. Romy a grandi en jouant aux pogs, en regardant les Tortues Ninja et en chattant sur MSN bien avant l'arrivée de Facebook. À presque trente ans, elle vit dans un studio, à défaut de pouvoir se payer un appartement d'"adulte", et papillonne de soirée en soirée avec sa B.F.F. Sonia à la recherche du grand amour ou au moins de quoi égayer ses nuits. Mecs, boulot, famille, quotidien: Romy, c'est nous en pire.


- À l'orée de la nuit
de Charles Frazier
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


Dans l'Amérique des Sixties, au fin fond des Appalaches où elle vit retranchée, loin des soubresauts du monde, Luce, jeune femme farouche et indépendante, se voit confier la charge des jumeaux de sa sœur défunte. Ayant vu leur père, Bud, une brute épaisse, assassiner leur mère, les orphelins traumatisés se sont réfugiés dans un mutisme inquiétant, où sourd une violence prête à exploser à tout moment. Patiemment, Luce va tenter de réapprendre la vie à ces deux écorchés vifs, et elle-même de reprendre goût à l'amour et à la compagnie des hommes. À celle, en particulier, de Stubblefield, nouveau propriétaire des terres où elle s'est établie. Mais leur idylle est menacée par le retour de Bud, blanchi du meurtre de sa femme et bien décidé à retrouver le magot que les deux enfants, croit-il, lui ont volé. C'est le début d'une longue "nuit du chasseur": un western d'une beauté crue et crépusculaire, où Charles Frazier se révèle une fois de plus, après l'immense succès de Retour à Cold Mountain, comme l'un des grands romanciers des espaces américains.


- Annabel
de Kathleen Winter
Éditions 10-18 / Septembre 2014


1968, un bourg côtier du Labrador au Canada. Un enfant naît, ni garçon ni fille. Intersexué. Ils sont trois à partager ce secret: les parents et une voisine de confiance. On décide de faire opérer l'enfant; ce sera Wayne, le choix du père. Mais dans l'eau trouble de l'adolescence, son moi caché, cette Annabel qui l'accompagne comme une ombre, réapparaît. Et avec elle, la vérité. Un magnifique roman sur la différence et l'identité, porté par une langue poétique ou vibrent intimement la nature et les êtres.


- Aux portes de l'éternité
de Ken Follett
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


1961. Les Allemands de l'Est ferment l'accès à Berlin-Ouest. La tension entre les États-Unis et l'Union soviétique s'exacerbe pour atteindre un point culminant l'année suivante avec la crise des missiles de Cuba. Le monde scindé en deux blocs se livre une guerre froide qui risque de devenir une guerre nucléaire. Confrontées à toutes les tragédies de la fin du XXe siècle, plusieurs familles, russe, allemande, américaine et anglaise, sont emportées dans le tumulte de ces immenses troubles sociaux, politiques et économiques. George Jakes dans le bus des Freedom Riders, Jasper Murray dans la jungle vietnamienne, Tania Dvorkine en Sibérie, Dave Williams et Walli Franck, rockers à Berlin ou San Francisco, vont se battre, trouver le chemin de l'amour et participer chacun à leur façon à la formidable révolution en marche.


- Avis à mon exécuteur
de Romain Slocombe
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


Lundi 10 février 1941, Washington, hôtel Bellevue. Un homme arrivé la veille est retrouvé mort d'une balle dans la tête, une arme près de lui. La police conclut au suicide. Nul ne sait encore quel'inconnu a été l'un des plus importants agents secrets des services de renseignements soviétiques, le témoin des pires conflits politiques du XXe siècle. Un suicide, vraiment? En 1936, Victor rêve encore de la révolution mondiale quand il découvre l'emprise stalinienne sur la révolution en Catalogne, prisons secrètes dignes de l'Inquisition, assassinats de militants soupçonnés de trotskysme, trafics d'œuvres d'art. Malgré lui, il participe à l'élimination d'un transfuge soviétique, mais il est trop tard pour quitter les rangs; l'époque est à la suspicion et aux purges. Tandis qu'à Moscou, les fonctionnaires du NKVD se défenestrent pour échapper à l'arrestation et aux tortures, Victor doit gagner Paris et honorer une mission: la traque de son meilleur ami et l'assassinat de la femme de celui-ci. En dépit des menaces qui pèsent sur sa propre famille, il refuse de commettre ce dernier crime. Désormais condamné à une exécution officieuse, le chasseur Krebnitsky devient gibier, ne pouvant plus compter que sur sa ruse et son talent de caméléon. Il reste un moment à Paris auprès du fils de Trotsky, sous la protection du gouvernement de Léon Blum, dans l'ombre des nombreux intellectuels français qui chantent les prodiges du socialisme russe. Puis il fuit aux États-Unis, une arme explosive en poche: le document secret prouvant la trahison et le "grand mensonge" de Staline. S'en servir signifie la mort. Pourtant, c'est la seule chance qu'il lui reste de sauver son épouse et son fils. Vaste fresque au parfum de roman d'espionnage à travers l'Europe de l'Ouest et l'Amérique de la fin des années 1930, inspiré d'événements réels, comme l'affaire Ignace Reiss, Avis à mon exécuteur dénonce les ravages de l'infiltration, la lâcheté des gouvernements occidentaux de l'époque et l'embrigadement des plus grands esprits du XXe siècle: Louis Aragon, Elsa Triolet, Henri Barbusse, Romain Rolland, les Américains Dashiell Hammett et Lillian Hellman et l'Allemand Bertolt Brecht.


- Bain de lune
de Yanick Lahens
Éditions Sabine Wespieser / Septembre 2014


Après trois jours de tempête, un pêcheur découvre, échouée sur la grève, une jeune fille qui semble avoir réchappé à une grande violence. La voix de la naufragée s'élève, qui en appelle à tous les dieux du vaudou et à ses ancêtres, pour tenter de comprendre comment et pourquoi elle s'est retrouvée là. Cette voix expirante viendra scander l'ample roman familial que déploie Yanick Lahens, convoquant les trois générations qui ont précédé la jeune femme afin d'élucider le double mystère de son agression et de son identité. Les Lafleur ont toujours vécu à Anse Bleue, un village d'Haïti où la terre et les eaux se confondent. Entre eux et les Mésidor, devenus les seigneurs des lieux, les liens sont anciens, et le ressentiment aussi. Il date du temps où les Mésidor ont fait main basse sur toutes les bonnes terres de la région. Quand, au marché, Tertulien Mésidor s'arrête comme foudroyé devant l'étal d'Olmène (une Lafleur), l'attirance est réciproque. L'histoire de ces deux-là va s'écrire à rebours des idées reçues sur les femmes soumises et les hommes prédateurs. Mais, dans cette île également balayée par les ouragans politiques, des rumeurs de terreur et de mort ne tardent pas à s'élever. Un voile sombre s'abat pour longtemps sur Anse Bleue. Pour dire le monde nouveau, celui des fratries déchirées, des déprédations, de l'opportunisme politique, Yanick Lahens s'en remet au chœur immémorial des paysans: eux ne sont pas dupes, qui se fient aux seules puissances souterraines. Leurs mots puissants, magiques, donnent à ce roman magistral une violente beauté.


- Big Brother
de Lionel Shriver
Éditions Belfond / Septembre 2014


Femme d'affaires en pleine réussite, mariée à Fletcher, un artiste ébéniste, belle-mère de deux ados, Pandora n'a pas vu son frère Edison depuis quatre ans quand elle accepte de l'héberger. À son arrivée à l'aéroport, c'est le choc: Pandora avait quitté un jeune prodige du jazz, séduisant et hâbleur, elle découvre un homme obèse, contraint de se déplacer en fauteuil, négligé, capricieux et compulsif. Que s'est-il passé? Comment Edison a-t-il pu se laisser aller à ce point? Pandora a-t-elle une part de responsabilité? Entre le très psychorigide Fletcher et le très jouisseur Edison, la tension ne tarde pas à monter et c'est Pandora qui va en faire les frais. Jusqu'à se retrouver face au pire des dilemmes: choisir entre son époux et son frère. Qui aura sa préférence? Pourra-t-elle sortir son frère de la spirale dans laquelle il s'est enfermé? Edison le veut-il seulement? Peut-on sauver malgré eux ceux qu'on aime?


- Born to be wild
Dennis Hopper. Un voyage dans le rêve américain
de Tom Folsom
Éditions Payot & Rivages / Septembre 2014


On se souvient de lui au guidon d'un chopper, traçant la route dans Easy Rider. En fou visionnaire, un Nikon en bandoulière, aux côtés d'un Marlon Brando complètement cinglé, dans la jungle d'Apocalypse Now. En terrifiant psychopathe dans Blue Velvet. En jeune voyou dans La Fureur de vivre. En acteur indomptable, jusqu'à ses derniers rôles. En metteur en scène d'une poignée de films cultes (Out of the Blue, Colors, Hot Spot), dans un Hollywood en pleine révolution. En amateur éclairé de pop art. En photographe inspiré. Dennis Hopper reste le symbole de l'artiste rebelle, sans cesse sur la brèche d'un underground à la recherche de nouvelles frontières. De "l'ami américain", bien au-delà du film de Wim Wenders. Loin d'être une stricte biographie, ce texte électrique propose une chevauchée sauvage à travers ses nombreuses vies, folles et brillantes. Un portrait au couteau, vif et nerveux, réalisé à partir d'une multitude d'interviews de ses collègues et amis, acteurs, artistes, musiciens, ex-femmes, ou simples habitants de Taos, Nouveau Mexique, où Dennis Hopper passa d'une bonne partie de son existence. Bref, un livre à son image.


- Cent sept ans
de Marie-Aimée Lebreton
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


"Je suis née au creux des montagnes, là où le ciel change de couleur dans la courbure du vent. Derrière le vent, en contrebas de la colline, se dressait le minaret du village. À heures régulières, la voix du muezzin annonçait le nom des dernières victimes tombées sous les bombes. Étrangers à eux-mêmes, au milieu d'un champ de ruines, les cœurs trop lourds s'efforçaient de se décharger de l'horreur. Hier, des enfants étaient nés sans mère, d'autres tiraient désespérément sur le cordon, à contretemps des projectiles. Voilà qui aurait dû suffire à nous rendre fous". De son enfance, Nine ne sait rien d'autre: rien que la rencontre de ses parents en Algérie, leur amour trop bref, et son père fauché par la guerre dont on a déposé le cœur "dans une cabane en bois". Madame Plume, sa mère, ne parle pas de ce passé, de son pays, de ses souvenirs. Un jour, elle s'est arrachée à la sollicitude de Fatma la douce, elle a fui son village de Kabylie pour emmener sa petite dans une ville du nord de la France, où elles ont vécu toutes les deux en étroit duo. Alors "une autre errance commence, célébrant le désert sous un ciel trop bas". Nine grandit tout contre sa mère, avec une soif de savoir, de comprendre et de se libérer qui passera par l'apprentissage du piano, du langage, et aussi par un retour en Kabylie, sur la terre des origines. Ce court récit de l'exil épouse le rythme et la poésie du conte pour nous évoquer la quête identitaire d'une enfant éblouie par son histoire silencieuse.


- Ces instants-là
de Wassmo Herbjorg
Éditions Gaïa / Septembre 2014


Elle grandit dans le nord de la Norvège, entre une mère insaisissable mais présente, une petite sœur qu'elle protège, un père qu'elle méprise avant de le haïr. Elle n'est pas coupable du mal qu'il lui fait. Puis elle aime le rock, la danse, les mains de l'apprenti électricien. Elle surnage face à la honte, part à la ville étudier. Son père est loin, c'est bien, mais son jeune fils aussi est loin. Elle lit, et brave son silence dans l'écriture. Elle se marie, publie, devient écrivain. Se bat pour sa liberté et son droit à vivre comme elle le souhaite. Avec pudeur et sans fard, Herbjørg Wassmo raconte ce qui fait une vie, en la présence majestueuse du Grand Nord.


- Chéri-Chéri
de Philippe Djian
Éditions Gallimard / Septembre 2014


Denis a la quarantaine. Le jour, il mène une vie tranquille d'écrivain et de critique fauché. La nuit, il s'appelle Denise et danse dans un cabaret, même sa femme Hannah ne trouve rien à y redire. Jusqu'au jour où ses beaux-parents décident d'emménager juste en dessous de chez lui. Paul, son beau-père, révulsé par l'excentricité de son gendre, a bien l'intention de le faire changer. Et en bon mafieux, il croit savoir comment y parvenir. Quant à Veronica, sa belle-mère, c'est tout le contraire: il lui plaît beaucoup, un peu trop même. Denis pourrait facilement tirer un roman de cet encombrant voisinage, mais pour l'heure, il va devoir surtout sauver sa peau.


- Comment être quelqu'un?
de Sheila Heti
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


Ils sont jeunes, artistes, et n'ont qu'un seul but: devenir célèbres sans se compromettre. Sheila, elle aussi, voudrait être quelqu'un. Mais son cœur est en miettes et sa pièce de théâtre n'avance pas. Quand elle rencontre Margaux, peintre à l'esprit libre, et Israël, amant provocateur, Sheila décide de s'immiscer dans leur vie et de s'en inspirer. Pour savoir qui elle est vraiment. L'histoire se passe à Toronto, New York, Miami et Paris. Sheila s'y expose sans fard. Sa quête de l'amour, de la beauté et de l'amitié n'est autre que le "roman de la vie" d'une génération qui court après ses rêves. C'est aussi une comédie percutante où rien ni personne n'est épargné, une foire aux vanités de notre époque.


- Dans les yeux des autres
de Geneviève Brisac
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


Anna est idéaliste. Molly, sa sœur, est réaliste. L'une traque la vérité dans les mots, l'autre la réalité dans l'action. Mais toutes deux militent pour la victoire de la Révolution. Avec leurs compagnons, Marek et Boris, elles se prennent pour les trois mousquetaires de la liberté. Vingt ans après: Anna est devenue écrivain, elle a connu le succès, puis le dénuement et l'oubli. Molly est médecin et affronte la misère du monde. Marek est mort en prison au Mexique, après l'échec de la lutte armée. Boris, lui, continue à se battre, en vain? C'est alors qu'Anna décide de relire ses carnets. Une mère excentrique, des amants inconstants, le rêve d'une communauté utopique et l'éclat trompeur du milieu littéraire, une balade dans l'Italie "rouge" sont quelques-uns des thèmes et des personnages de ce roman incroyablement vivant, dont l'humour ne parvient pas toujours à dissiper la mélancolie. Complice mais féroce, Geneviève Brisac se penche sur leur destin, leurs engagements et leurs désillusions. Car c'est, bien sûr, d'une éducation sentimentale qu'il s'agit ici. Celle d'une génération qui, à défaut de se perdre, n'a jamais cédé sur son désir.


- De chez nous
de Christian Authier
Éditions Stock / Septembre 2014


Les frontières de notre pays sont mouvantes. Elles viennent du passé et ne cessent de se renouveler en guettant l'horizon, elles n'épousent pas une identité nationale réduite à des papiers officiels, une feuille d'impôts ou une carte d'électeur. Pour les dessiner et peindre les visages qui en composent le cœur battant, nous aurons recours à l'Histoire, à la littérature, aux poètes, aux amis, aux vivants et aux morts, à des sentiments ordinaires et rares, à des souvenirs et à des espérances. Nous emprunterons des chemins buissonniers et d'autres plus balisés, des raccourcis et des digressions, des tangentes et des lignes droites. Bienvenue chez nous.


- De gré ou de force
de Elsebeth Egholm
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Deux attentats frappent simultanément le centre-ville d'Århus, au Danemark. Une première bombe explose dans un institut de beauté, causant la mort d'une jeune handicapée, une autre dans la voiture de Francesca Olsen, candidate controversée à la mairie. Témoin de la première explosion, la journaliste Dicte Svendsen est immédiatement au cœurs de l'action. Alors que la police creuse la piste terroriste, Dicte s'intéresse de près à Francesca Olsen. De toute évidence, quelqu'un cherche à briser la carrière politique de celle-ci, en dévoilant à la presse des vérités de plus en plus dérangeantes sur son compte. Bientôt, une relation complexe se noue entre les deux femmes. Dans ce roman, salué par la critique danoise, Elsebeth Egholm mêle habilement actualité politique, faits de société, intrigue criminelle et vie personnelle.


- De si jolies ruines
de Jess Walter
Éditions Fleuve Noir / Septembre 2014


Porto Vergogna, ce ne sont que douze maisons branlantes nichées dans les plis des falaises, sur la côte des Cinque Terre, au nord de l'Italie. Un village hors du monde, accessible seulement par la mer, ou quelques familles s'accrochent à la fuite du temps. Jusqu'au jour de 1962 ou une actrice américaine y débarque en déroute. Dee Moray est persuadée qu'elle souffre d'un cancer, et que sa toute jeune carrière, qui devait commencer à Rome sur le tournage de Cléopâtre, avec Liz Taylor, est déjà sur le point de s'achever. Ému par son destin, et ébloui par sa beauté, le jeune tenancier de l'unique hôtel du village en tombe aussitôt amoureux. Mais dans le sillage de la belle débarquent bientôt son insupportable producteur et l'illustre acteur Richard Burton, avec chacun leur raison de lui courir après. Entre appât du gain, amour et culpabilité, une toile de sentiments se tisse autour de la magnifique blonde. C'est le début d'une tempête d'émotions qui va balayer leurs existences et inextricablement lier leurs destins à tous.


- Des voix parmi les ombres
de Karel Schoeman
Éditions Phébus / Septembre 2014


En 1901, un commando de Boers investit une petite ville de la colonie du Cap, Fouriesfontein. Trois voix s'élèvent, fantomatiques, obsessionnelles, bouleversantes pour raconter un événement qui dressera les communautés les unes contre les autres et fera retentir dans une bourgade apparemment paisible le tumulte d'une guerre. Voix d'Alice, fille d'un magistrat anglais, voix d'un jeune clerc boiteux, Kallie, enfin voix de mademoiselle Godby, sœur d'un médecin britannique. Tous sont témoins de haines raciales inextinguibles. Tous sont des témoins impuissants. Leurs récits s'entremêlent aux regards que portent aujourd'hui sur Fouriesfontein un explorateur et un photographe professionnel venus mener l'enquête sur le héros Adam Balie, métis battu à mort. Voici deux hommes confrontés à une ville spectrale d'où ils ne reviendront peut-être pas.


- Du jour sans lendemain
de Alain Veinstein
Éditions Du Seuil / Septembre 2014


Pendant vingt-neuf ans, Alain Veinstein s'est entretenu, chaque soir de la semaine, avec un auteur de l'actualité littéraire, notoire ou discret, dans une ambiance nocturne. L'émission s'appelait Du jour au lendemain. Par décision de la direction de France Culture, elle devait s'arrêter début juillet 2014, pour toujours. C'était donc le moment d'un adieu, sobre, précis, solennel comme il se doit. Un adieu singulier, à la première personne, sans autre invité que l'auditeur devant son poste. Un texte d'homme de radio et plus encore, un texte d'écrivain. Par une initiative intempestive, cette émission a été déprogrammée à la dernière minute par la direction de la station. Autant dire qu'elle a été censurée.


- En ce lieu enchanté
de René Denfeld
Éditions Fleuve Noir / Septembre 2014


La dame n'a pas encore perdu le son de la liberté. Quand elle rit, on entend le vent dans les arbres et l'eau qui éclabousse le trottoir. On se souvient de la douce caresse de la pluie sur le visage et du rire qui éclate en plein air, de toutes ces choses que dans ce donjon, nous ne pouvons jamais ressentir. Dans le couloir de la mort, enfoui dans les entrailles de la prison, le temps s'écoule lentement. Coupés du monde, privés de lumière, de chaleur, de contact humain, les condamnés attendent leur heure. Le narrateur y croupit depuis longtemps. Il ne parle pas, n'a jamais parlé, mais il observe ce monde "enchanté" et toutes les âmes qui le peuplent: le prêtre déchu qui porte sa croix en s'occupant des prisonniers, le garçon aux cheveux blancs, seul, une proie facile. Et surtout la dame, qui arrive comme un rayon de soleil, investie d'une mission: sauver l'un d'entre eux. Fouiller les dossiers, retrouver un détail négligé, renverser un jugement. À travers elle naissent une bribe d'espoir, un souffle d'humanité. Mais celui à qui elle pourrait redonner la vie n'en veut pas. Il a choisi de mourir. La rédemption peut-elle exister dans ce lieu où règnent violence et haine? L'amour, la beauté éclore au milieu des débris?


- Enon
de Paul Harding
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


"La plupart des hommes de ma famille font de leurs épouses des veuves, et de leurs enfants des orphelins. Je suis l'exception. Ma fille unique, Kate, est morte renversée par une voiture alors qu'elle rentrait de la plage à bicyclette, un après-midi de septembre, il y a un an. Elle avait treize ans. Ma femme Susan et moi nous sommes séparés peu de temps après". Ainsi commence Enon, du nom de la bourgade de Nouvelle-Angleterre où Charlie Crosby, détruit par cette tragédie, va entamer une longue descente aux enfers qui le mènera aux confins de la folie. Dans un paysage de fin du monde, Charlie se débat avec les démons de la drogue et le peuple des fantômes qui ne cessent de l'assaillir: celui de sa fille, dont l'existence trop brève se reconstitue à travers le prisme de ses souvenirs chaotiques, mais aussi celui des autres morts d'Enon, endormis sous la terre du petit cimetière paroissial que hante Charlie, errant nuit et jour à la recherche de la délivrance.


- Entre frères de sang
de Ernst Haffner
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2014


Berlin, 1930. L'Allemagne est en pleine dépression économique et sociale. À la suite de la Première Guerre mondiale, des milliers de jeunes se sont retrouvés à la rue. Abandonnés, orphelins, fugueurs. Tous ont vécu la même injustice. Tous ont les mêmes ennemis: le froid, la faim, la police. La maladie souvent. Ensemble cependant ils sont plus forts. Ils sont frères de sang; comme Jonny et sa bande, prêts à en découdre pour survivre dans ce Berlin dont ils ont fait leur territoire. Ernst Haffner nous plonge au cœur de la misère allemande des années trente avec un réalisme troublant, presque visionnaire.


- Esprit de petitesse
de Philippe Caubet
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


En 1935, Bruno Schulz, écrivain polonais, assassiné en 1942 par un nazi, écrivait: "Il y a en nous un esprit de petitesse qui attaque, creuse, brise, fracasse, désagrège, sape le rocher de la grandeur. C'est le travail incessant, fébrile, souterrain de la petitesse". Les multiples agissements récents de l'esprit de petitesse ont pour résultat une bien étrange barbarie, celle de notre temps, une barbarie qui ne fait pas couler le sang, à l'inverse de ce que firent les précédentes, mais qui, en quelque sorte, l'empêche de circuler. Les barbaries se détestent entre elles. La précédente sert de contre-exemple et de repoussoir à la suivante. Mais elle s'en inspire pour frapper plus fort, plus efficacement. L'ennemi est en ce moment plus redoutable encore: on ne sait pas qu'il existe. Et il nous inflige, sous prétexte de nous protéger, ce qu'il y a de pire, ce qui fait son essence: l'incertain, ce moyen terriblement sophistiqué grâce auquel règne l'invisible. Dans cet essai en forme de pamphlet, vif et incisif, Philippe Caubet nous invite à ouvrir les yeux sur notre société qui décrète la sécurité, la convivialité et l'infini atteignables, et regrette de ne pas encore pouvoir faire la pluie et le beau temps. Mais qui y travaille.


- Et rien d'autre
de James Salter
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


La Seconde Guerre Mondiale touche à sa fin. À bord d'un porte-avions au large du Japon, Philip Bowman rentre aux États-Unis. Il a deux obsessions, qui l'accompagneront tout au long de sa vie: la littérature et la quête de l'amour. Embauché par un éditeur, il découvre ce milieu très fermé, fait de maisons indépendantes, et encore dirigées par ceux qui les ont fondées. Bowman s'y sent comme un poisson dans l'eau, et sa réussite s'avère aussi rapide qu'indiscutable. Reste l'amour, ou plutôt cette sorte d'idéal qu'il poursuit, et qui ne cesse de se dérober à lui. L'échec d'un premier mariage, l'éblouissement de la passion physique et le goût amer de la trahison sont quelques-uns des moments de cette chasse au bonheur dont l'issue demeure incertaine.


- Exister par deux fois
de Pierre Bergounioux
Éditions Fayard / Septembre 2014


Depuis une trentaine d'années, Pierre Bergounioux construit l'une des œuvres littéraires les plus influentes et les plus singulières de la période contemporaine. Cet ouvrage rassemble entretiens, essais, interventions, dans lesquels il affronte les grandes questions qui animent sa démarche: sa conception de la littérature, son rapport à l'écriture et à la narration romanesque, son origine géographique et sociale. Il développe également un ensemble de réflexions plus générales sur l'écriture de soi, sur le rapport entre sociologie et littérature, sur la modernité, sur la place du langage dans le jeu des classes sociales, sur l'École, sur le marxisme. Que signifie être un écrivain dans une société inégalitaire? Comment écrire dans un monde où l'accès à la culture demeure un privilège de classes? Quelle forme pourrait revêtir une littérature non excluante? Telles sont les grandes énigmes auxquelles Pierre Bergounioux, dans un souci constant de lier politique et esthétique, s'efforce de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 19:07

- Figures publiques
de Antoine Lilti
Éditions Fayard / Septembre 2014


Bien avant le cinéma, la presse à scandale et la télévision, les mécanismes de la célébrité se sont développés dans l'Europe des Lumières, puis épanouis à l'époque romantique sur les deux rives de l'Atlantique. Des écrivains comme Voltaire, des comédiens comme Garrick, des musiciens comme Liszt furent de véritables célébrités, suscitant la curiosité et l'attachement passionné de leurs "fans". À Paris comme à Londres, puis à Berlin et New York, l'essor de la presse, les nouvelles techniques publicitaires et la commercialisation des loisirs entraînèrent une profonde transformation de la visibilité des personnes célèbres. On pouvait désormais acheter le portrait de chanteurs d'opéra et la biographie de courtisanes, dont les vies privées devenaient un spectacle public. La politique ne resta pas à l'écart de ce bouleversement culturel: Marie-Antoinette comme George Washington ou Napoléon furent les témoins d'un monde politique transformé par les nouvelles exigences de la célébrité. Lorsque le peuple surgit sur la scène révolutionnaire, il ne suffit plus d'être légitime, il importe désormais d'être populaire. À travers cette histoire de la célébrité, Antoine Lilti retrace les profondes mutations de la société des Lumières et révèle les ambivalences de l'espace public. La trajectoire de Jean-Jacques Rousseau en témoigne de façon exemplaire. Écrivain célèbre et adulé, celui-ci finit pourtant par maudire les effets de sa "funeste célébrité", miné par le sentiment d'être devenu une figure publique que chacun pouvait façonner à sa guise. À la fois désirée et dénoncée, la célébrité apparaît comme la forme moderne du prestige personnel, adaptée aux sociétés démocratiques et médiatiques, comme la gloire était celle des sociétés aristocratiques. C'est pourtant une grandeur toujours contestée, dont l'histoire éclaire les contradictions de notre modernité.


- Giovanni le bienheureux
de Giovanni Arpino
Éditions Belfond / Septembre 2014


Pour Giovanni, vingt-trois ans, chaque jour est une célébration des plaisirs fugaces: un réveil tardif dans une petite pension de Gênes, la première cigarette, la tournée des troquets avec les compagnons d'occasion, une poignée de fèves et un bout de pain à savourer face à la mer. Parfois, un peu de castagne, un passage au mitard avec ses compères, Mario, le beau parleur, et Mange-Trous, saltimbanque avaleur de feu et de grenouilles; de temps à autre, un petit boulot pour se remettre à flot avant la prochaine disette, voire de la contrebande quand la faim se fait pressante. Quelquefois aussi, Giovanni donne son cœurs, mais jamais tout à fait, à la sensuelle Olga, à l'intrigante Maria. Car Giovanni n'a qu'une philosophie: n'être attaché qu'au soleil. Mais dans un monde devenu trop sérieux, incessante est la lutte pour faire de la vie une fête.


- Gueule de bois
de Olivier Maulin
Éditions Denöel / Septembre 2014


Tout commence par une gigantesque nuit d'ivresse. Pierre, journaliste pour le magazine Santé pour tous, boit un coup avec un collègue après s'être rendu à une conférence de presse. De plus en plus ivres, ils défilent de bar en bar et leur groupe s'agrandit. Entre Fanfan, grand dépressif, Ollier, alcoolique désabusé, Bassefosse, critique d'art sur le carreau, et Pierre, lui-même enclin à la folie douce, la bande va vivre des aventures absurdes et délirantes. Ces pérégrinations, qui oscillent entre farce rabelaisienne et parodie du milieu mondain et littéraire parisien, offrent aussi une réflexion existentielle et lucide, aux antipodes du politiquement correct, sur notre société trop policée. À l'instar d'un Michel Audiard ou d'un Frédéric Dard, Olivier Maulin n'a pas son pareil pour parler de son temps en dézinguant à tout va, avec la plus grande humanité. Un véritable rugissement littéraire.


- Ici ça va
de Thomas Vinau
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Un jeune couple s'installe dans une maison en apparence abandonnée. Leur idée? La rénover. Tandis qu'elle chantonne et jardine, lui, à pas prudents, essaie de retrouver ses souvenirs dans ce lieu qu'il habita enfant, avant que la mort soudaine du père coupe le temps en deux. Dans ce paysage d'herbes folles et de rivière, ce sont les gestes les plus simples, les événements les plus ordinaires qui vont réenchanter la vie. La petite voisine, la canne à pêche, les ragondins, le mélodica, le frère...


- Il bouge encore
de Jennifer Murzeau
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


"Trop de rituels. Vautré sur un banc, face aux murs d'une école, le coccyx malmené par la dureté du bois, les jambes écartées et le regard flou, Antoine les a énumérés. Puis il les a trouvés suspects. Trop nombreux, donc suspects. Il s'est dit qu'ils avaient lissé sa vie, qu'il avait laissé son existence s'aplatir sous leur poids. Ils ont décapité les reliefs, comblé les aspérités, ils lui ont fait une petite vie, ces rituels, toute petite et prévisible. Sans le fard du travail, elle lui est apparue, elle est venue le frapper au visage, sa vie, lui serrer la gorge". Par un matin ensoleillé, Antoine est licencié. Le choc est brutal. Son couple tangue, ses certitudes s'effondrent, son ego vacille. Mais à mesure qu'il se libère de ses habitudes, d'une consommation vengeresse et de l'agitation stérile qui l'avaient mû jusque-là, la vérité se fait jour. Il bouge encore raconte cette odyssée sédentaire qui lui rend la vue. Jennifer Murzeau analyse la dérive d'un homme et le naufrage d'un couple de façon crue et chirurgicale. Elle dresse le tableau d'une époque ou la réflexion et les questionnements sont des actes de résistance.


- Jacob, Jacob
de Valérie Zenatti
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


"Le goût du citron glacé envahit le palais de Jacob, affole la mémoire nichée dans ses papilles, il s'interroge encore, comment les autres font-ils pour dormir. Lui n'y arrive pas, malgré l'entraînement qui fait exploser sa poitrine trop pleine d'un air brûlant qu'elle ne parvient pas à réguler, déchire ses muscles raides, rétifs à la perspective de se tendre encore et se tendant quand même". Jacob, un jeune Juif de Constantine, est enrôlé en juin 1944 pour libérer la France. De sa guerre, les siens ignorent tout. Ces gens très modestes, pauvres et frustes, attendent avec impatience le retour de celui qui est leur fierté, un valeureux. Ils ignorent aussi que l'accélération de l'Histoire ne va pas tarder à entraîner leur propre déracinement.


- J'ai toujours aimé ma femme
de Gilles Bornais
Éditions Fayard / Septembre 2014


Un simple message laissé sur la table de cuisine. "Je ne rentrerai pas". Pour Jean-Baptiste, c'est insensé. Injuste. Mylène ne peut pas avoir mis fin à plus de vingt ans d'un amour sans nuages aussi brutalement, sans explication. Détective improvisé, le voilà qui traîne de Paris à Honfleur partout où Mylène aimait aller, paye à boire à ses collègues, lit ses e-mails, examine ses comptes bancaires. Mais même après de si longues années de vie commune, nul ne plonge impunément dans l'intimité d'autrui. Et il se pourrait que ces investigations en révèlent bien plus sur Jean-Baptiste que sur sa femme. Celles et ceux qui veulent percer le mystère des contradictions masculines, entre grandes déclarations et petites lâchetés, auront à apprendre de cette saisissante autopsie d'un couple ordinaire.


- Je t'emmènerai danser chez Lavorel
de Dominique Fabre
Éditions Fayard / Septembre 2014


J'ai entendu parler du dancing de Lavorel, je devais avoir dix ans. Ça fait pas mal de temps que je veux y aller, du coup. Une nuit d'automne, j'ai rêvé que j'y retrouvais tous les gens que j'ai connus depuis mon enfance. Ils étaient encore tous là pour moi. Je suis allé chez Lavorel avec elle, les lui présenter. Bien sûr nous avons dansé, mais, surtout, ils m'ont parlé, j'ai dû noter tout cela. Nous nous serons beaucoup aimés, dans la vie. Je t'emmènerai danser chez Lavorel évoque cet amour-là. D.F. Enfance abandonnée, mélancolie des banlieues et de ceux qui se sentent condamnés à errer à la périphérie de la vie, les thèmes qui hantent l'œuvre de Dominique Fabre trouvent dans sa poésie une expression poignante de sincérité et de simplicité qui révèle plus que jamais ses espoirs et sa soif d'amour. Dominique Fabre est romancier, poète et nouvelliste. Salués par la presse française, plusieurs de ses livres ont été traduits et très bien accueillis à l'étranger.


- Jim
de Harold Cobert
Éditions Plon / Septembre 2014


Le Roi Lézard a-t-il étouffé le poète Jim Morrison? Mars 1971, le mythique chanteur des Doors rejoint sa compagne Pamela à Paris. Loin de la rock star à la silhouette filiforme et gainée de cuir noir, Jim, gros, barbu, les cheveux longs et grisonnants, déambule telle une ombre dans les rues de la Ville lumière. Dégoûté par l'industrie du disque, il s'enfonce lentement dans la dépression et pense arrêter la musique pour se consacrer à la poésie. Dans ses errances et ses outrances éthyliques, il cherche à démêler les fils obscurs qui ont tissé sa destinée d'enfant de militaire ballotté de ville en ville, devenu une icône de la scène rock mondiale et réfugié en paria à Paris, cité des écrivains maudits. À travers ces confessions imaginées, Harold Cobert se glisse dans la peau de Jim Morrison confronté à ses démons.


- Joseph
de Marie-Hélène Lafon
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


Joseph est ouvrier agricole dans une ferme du Cantal. Il a bientôt soixante ans. Il connaît les fermes de son pays, et leurs histoires. Il est doux, silencieux. Il a aimé Sylvie, un été, il avait trente ans. Elle n'était pas d'ici et avait beaucoup souffert, avec et par les hommes. Elle pensait se consoler avec lui, mais Joseph a payé pour tous. Sylvie est partie au milieu de l'hiver avec un autre. Joseph s'est mis à boire, comme on tombe dans un trou. Joseph a un frère, marié, plus beau et entreprenant, qui est allé faire sa vie ailleurs et qui, à la mort du père, a emmené la mère vivre dans sa maison. Joseph reste seul et finira seul. Il est un témoin, un voyeur de la vie des autres.


- Journal de la chute
de Michel Laub
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


Journal de la chute revisite jusqu'à l'obsession trois catastrophes, trois chutes, qui traversent la quête d'identité du narrateur, un jeune quadra brésilien mal dans sa peau. Celle du grand-père suicidaire, d'abord, survivant d'Auschwitz exilé au Brésil qui taira jusque dans le secret de son journal l'atrocité des camps. Celle de João ensuite, un jeune goy victime jusqu'au drame des brimades constantes de ses camarades d'une école juive de Porto Alegre à laquelle est inscrit le narrateur. Et enfin la plongée dans l'alcool et la dépression de l'auteur fictif de ce terrible journal intime. Avec une violence et une force incroyables, ce "je" fouille les éléments clés de son passé, les interroge à travers les faits, le temps, les générations, les triture sans relâche jusqu'à ce qu'ils livrent leur secret et lui permettent, peut-être, d'enfin reprendre pied. Époustouflant de précision littéraire, de minimalisme et de puissance émotionnelle, ce bouleversant roman de Michel Laub interroge nos destins et notre histoire jusqu'au vertige.


- Jules Matrat
de Charles Exbrayat
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Parmi l'œuvre prolifique de Charles Exbrayat (1906-1989), célèbre auteur de romans policiers, Jules Matrat tient une place à part. Couronné en 1975 par le prix des Maisons de la Presse, ce roman poignant qui dénonce les ravages psychologiques de la Première Guerre Mondiale, est un vibrant hommage aux générations sacrifiées sur l'autel de la patrie. S'il a survécu à l'horreur des tranchées, Jules Matrat, jeune paysan de la Loire, y a tout perdu: ses illusions, son innocence, et son meilleur ami, Louis, paysan comme lui, avec qui il rêvait d'un avenir meilleur. C'est donc un homme brisé qui revient chez lui auprès de sa fiancée. Un homme qui a eu le tort, aux yeux des villageois, de ne pas mourir à la guerre, comme tant d'autres.


- Jusqu'à la fin des temps
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2014


Petit avocat fiscaliste dans l'entreprise familiale, Bill décide de tout laisser tomber pour suivre sa voie. Avec le soutien indéfectible de sa femme, Jenny, consultante de mode adorée du tout New York, il devient pasteur dans un village reculé du Wyoming. Jenny le rejoint bientôt, profitant de ce nouveau départ pour essayer de fonder une famille. Quarante ans plus tard, Robert ferait tout pour sortir sa maison d'édition de l'atonie financière dans laquelle elle est plongée. Il est à la recherche du best-seller qui pourrait tout changer. Lillibeth, jeune amish responsable de la vie de sa famille depuis le décès de sa mère, profite de chaque instant de libre pour lire ou coucher sur le papier le roman qui lui tient à cœurs. Se pourrait-il qu'elle soit la réponse tant attendue aux prières de Robert? Deux magnifiques histoires situées à quarante ans d'intervalle qui disent la beauté d'un amour incommensurable.


- Jusqu'ici et pas au-delà
de Joachim Meyerhoff
Éditions Anne Carrière / Septembre 2014


Ce roman autobiographique raconte la jeunesse de l'auteur entre les murs de la clinique psychiatrique Hesterberg, que dirigeait son père, pédopsychiatre. L'histoire de cette enfance "parmi les fous" a été la sensation littéraire 2013 en Allemagne. Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l'attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d'un parc. Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d'épisodes marquants de son enfance: sa découverte d'un cadavre dans les jardins ouvriers de sa petite ville; ses rapports avec les jeunes patients de son père; ses relations difficiles avec ses deux aînés; ses accès de rage; les lubies de son père. En soi, des moments presque ordinaires, si l'on excepte le fait de grandir au milieu de pensionnaires internés en psychiatrie. C'est là que l'autre aspect du texte se révèle: c'est un semblant de comédie pris dans l'étau du tragique. Et Meyerhoff en serre rigoureusement les vis. La profondeur du texte, l'acuité et la finesse des descriptions, la tendresse sans complaisance qui se manifeste dans le récit, l'humour incroyable qui se dégage de certains passages et qui tient en grande partie à l'absence d'effets spectaculaires. Tout concourt à ce que ce roman se retrouve baigné d'un parfum d'étrangeté, sans que jamais il y ait un effort visible pour aller dans ce sens. C'est l'art du récit, dans sa simplicité, qui instaure ce décalage, cette distanciation, cet "étonnement" fondamental. En même temps, cette distance n'induit pas de condescendance, bien au contraire: elle dit les choses, mais avec amour.


- Kaboul était un vaste jardin
Histoire d'une famille afghane
de Qais Akbar Omar
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


"Cette autobiographie envoûtante retrace l'odyssée inimaginable d'une famille dont le monde s'est totalement effondré. Mais c'est aussi une chronique poétique, puissante et inoubliable. Lire ce témoignage, c'est comprendre l'Afghanistan d'aujourd'hui".


- Kafka
Poète de la honte
de Saul Friedländer
Éditions Du Seuil / Septembre 2014


Kafka. Poète de la honte est l'occasion pour Saul Friedländer de se pencher sur la vie du célèbre écrivain qui, comme lui, a grandi à Prague. L'historien fait de Kafka le poète de ses égarements, luttant toute sa vie contre le poids de la honte et de la culpabilité, une lutte dont les traces sont bien visibles dans ses lettres et son journal comme dans ses œuvres de fiction. "Très tôt, écrit Saul Friedländer, Kafka dut saisir à quel point il était différent d'une grande partie de son entourage, qu'il s'agisse de sa libido ou de sa puissance d'imagination et de création. En apparence, il s'adaptait: à un entourage familial qu'il ne quittera pour de bon qu'un an avant sa mort; aux codes réglementant ses liaisons avec les femmes et ses prétendus projets de mariage; à sa carrière d'employé modèle dans une compagnie d'assurance. Autant d'arrangements à multiples facettes qui, à divers degrés, lui faisaient horreur. Et tandis qu'il jouait pleinement son rôle dans le monde, il cherchait à s'en protéger en le sabotant avec acharnement dans ses textes". Prenant délibérément à contre-pied la biographie-hagiographie de Max Brod, l'ami et exécuteur testamentaire de Kafka, Saul Friedländer plaide pour une lecture non censurée des textes. Son interprétation audacieuse est aussi l'une des meilleures invitations à lire et à relire l'un des plus grands écrivains du XXe siècle.


- L'écrivain national
de Serge Joncour
Éditions Flammarion / Septembre 2014


En résidence d'auteur à Donzières, dans le centre de la France, un écrivain apprend la disparition d'un vieux maraîcher. Un couple de jeunes, Aurélick et Dora, est soupçonné de l'avoir assassiné. Fasciné par Dora, l'écrivain va sillonner la région à la recherche de pistes susceptibles de faire la lumière sur cette affaire.


- L'histoire d'un amour
de Catherine Locandro
Éditions Héloïse d'Ormesson / Septembre 2014


Au comptoir de l'Alfredo, en face du lycée où il enseigne la philo, Luca lit La Repubblica. Ce matin-là, un article le ramène en 1967 lorsque, figurant pour une émission de variétés de la RAI, il croisa la Chanteuse. S'ensuivit une liaison, aussi ardente que brève, avec cette diva tristement célèbre pour sa tentative de suicide après la mort tragique de son compagnon. Une passion qui fit de Luca un homme à part, à distance du monde. Les révélations de ce journaliste lui offrent la chance de reprendre son existence en main. Au gré d'évocations romaines, les ruelles bruyantes du Trastevere, la boucherie-triperie de la Via  della Scala, Catherine Locandro nous livre un roman sur la perte amoureuse et le poids des secrets, tout en délicatesse et émotion.


- L'homme qui est mort debout
de Isabelle Marnier
Éditions Michalon / Septembre 2014


Lorsque Marianne réchappe d'un terrible accident qui coûte la vie à son mari, elle est plus proche de la mort que de la vie. Pierre, grand séducteur, est dans la force de l'âge, et s'éprend de cette femme d'apparence fragile qu'il décide d'épouser. Mais tandis que Marianne reprend sa place parmi les vivants, il fait plusieurs infarctus et voit ainsi la fin de sa vie se rapprocher inéluctablement. C'est impensable pour Pierre de mourir à l'hôpital: il doit mourir debout et se cherchera un adversaire mythique qu'il affrontera dans un face-à-face ultime. Un duel dont l'issue sera l'acceptation de sa propre mort, la gagner dans une épopée où la nature est toujours présente.


- L'homme sans maladie
de Arnon Grunberg
Éditions Héloïse d'Ormesson / Septembre 2014


Samarandra Ambani, architecte zurichois d'origine indienne, mène une existence rangée, jusqu'au jour où il décroche le contrat d'un opéra à Bagdad. Lorsqu'il arrive en Irak, ce n'est pas Puccini qui l'attend mais une horde de gardes du corps, présage de la violence démesurée qui va l'aspirer. À peine remis de son séjour tourmenté, le voilà de nouveau embarqué à Dubaï pour y construire la Bibliothèque Nationale. Seulement l'histoire se répète impitoyablement, et Sam découvre qu'un passeport suisse n'est pas une garantie de retour.


- L'incertitude de l'aube
de Sophie Van Der Linden
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


En ce jour de Fête de la Rentrée, à Beslan, Anushka est heureuse. Elle court avec Miléna, sa meilleure amie, sur le chemin de l'école. À peine arrivée, elle se retrouve prise au piège dans le gymnase. Ils seront plusieurs centaines d'enfants, prisonniers de terroristes tchétchènes. C'était il y a dix ans. D'un bout à l'autre de ce roman émouvant, le lecteur va suivre les pensées d'Anushka, qui égrène les souvenirs. Progressivement, avec la faim et la soif, avec la peur, la conscience de la jeune fille va glisser dans un imaginaire qui se substitue au réel. Roman poétique et grave, L'Incertitude de l'aube est un hommage à l'enfance.


- L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage
de Haruki Murakami
Éditions Belfond / Septembre 2014


Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge; Ômi était Bleu; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.


- La ballade du mauvais garçon
de Nan Aurousseau
Éditions Stock / Septembre 2014


"J'étais sorti de prison depuis cinq ans. J'avais déjà quatre livres publiés et je venais de terminer mon premier court-métrage, tourné avec l'équipe de La Bande du Rex, dont j'avais coécrit le scénario. J'avais vachement souffert parce qu'on était tenus pour la rédaction des séquences à un cahier des charges qui ne me plaisait pas du tout, mais bon, mon fils venait de naître, j'avais besoin de fric, alors j'avais signé. Pendant les préparations du film, le producteur, qui nous avait invités à manger chez lui, s'est fait cambrioler. "Ça serait pas Nan?" qu'il a demandé. Encore une fois mon passé me poursuivait. J'ai haussé les épaules et j'ai continué ma route".


- La chute des princes
de Robert Goolrick
Éditions Anne Carrière / Septembre 2014


"Quand on craque une allumette, la première nanoseconde elle s'enflamme avec une puissance qu'elle ne retrouvera jamais. L'incandescence originelle. Un éclat instantané, fulgurant. En 1980, j'ai été l'allumette. Cette année-là, je me suis embrasé pour n'être plus qu'une flamme aveuglante". New York, années 1980. Robert Goolrick nous invite au bal des vanités, où une bande de jeunes hommes vont vendre leur âme au dollar et se consumer dans une ronde effrénée, sublime et macabre. Ils ont signé pour le frisson, une place sur le manège le plus enivrant que la vie ait à leur offrir. Et ces princes vont jouer toute la partie: les fêtes, les drogues, l'alcool, les corps parfaits des deux sexes, les pique-niques dans la vaisselle de luxe, les costumes sur mesure taillés par des Anglais dans des tissus italiens, les Cadillac, le sexe encore et toujours, les suites à Las Vegas, des morts que l'on laisse en chemin mais pour lesquels il n'est pas besoin de s'attarder parce qu'on va les retrouver vite. Vite, toujours plus vite, c'est la seule règle de ce jeu. Aller suffisamment vite pour ne pas se laisser rattraper. Parce que les princes sont poursuivis par de terrifiants monstres: le sida, les overdoses, le regard chargé de honte de leurs parents, le dégoût croissant de soi-même, un amour s'excusant de n'avoir sauvé personne.


- La couleur du lait
de Nell Leyshon
Éditions Phébus / Septembre 2014


En cette année 1831, Mary, une jeune fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence: un père brutal, une mère insensible, en bref, une banale vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset. Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée chez le pasteur Graham, pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur. Avec elle, elle apprend la bienveillance. Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l’écriture… mais aussi obéissance, avilissement et humiliation. Finalement l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.


- La décision
de Britta Böhler
Éditions Stock / Septembre 2014


En 1933, Thomas Mann quitte Munich pour un voyage d'agrément en Suisse, avec sa femme Katia et les petits. Pendant ce temps, dans la patrie, le monde s'écroule. C'est le début de l'exil. Un exil d'abord résigné, jusqu'à ce jour de février 1936 où Thomas Mann se résout à condamner publiquement le régime nazi dans une lettre qu'il destine au Neue Zürcher Zeitung. Lorsque le roman s'ouvre, Thomas Mann pénètre dans l'enceinte du journal pour remettre la lettre à son ami Korrodi, mais ce dernier est souffrant et la publication retardée de trois jours. Trois longs jours durant lesquels le doute va s'emparer de lui. Peut-on continuer à être un écrivain lorsqu'on a perdu la reconnaissance de sa patrie, de ses lecteurs? En tant que père a-t-on le droit de mettre en péril la vie des siens? Mais en tant qu'homme et citoyen, "lorsqu'on hait le mal de toute son âme, on devra dire adieu au pays natal".


- La famille Middlestein
de Jami Attenberg
Éditions Les Escales / Septembre 2014


Bienvenue chez les Middlestein, une famille au bord de la crise de nerfs depuis que Edie, la mère, risque d'y passer si elle ne prend pas au sérieux ses problèmes d'obésité. Cerise sur le gâteau, le père la quitte pour découvrir à soixante ans les affres du speed dating. Une trahison impardonnable pour leur célibataire invétérée de fille, un rebondissement que voudrait bien oublier le fils en fumant son joint quotidien, si sa femme ne s'était pas mis en tête de sauver Edie à grand renfort de Pilates et de Weight Watchers, quand elle n'oblige pas leurs jumeaux à répéter leur chorégraphie hip-hop pour leur bar-mitsvah. Une question taraude toutefois les Middlestein: et s'ils étaient tous un peu responsables du sort d'Edie?


- La femme qui dit non
de Gilles Martin-Chauffier
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


Une femme hors du commun, inspirée par la grand-mère de l'auteur, se remémore et nous raconte son incroyable existence. 1938. Alors que le destin de l'Europe s'apprête à basculer à Munich, un voilier anglais accoste sur l'Ile-aux-Moines. À son bord, Charles Evans et sa fille Marge. La jeune fille anglaise rencontre là deux jeunes Bretons, Blaise de Méaban et son meilleur ami Mathias. Elle épouse Blaise et, se croyant enceinte, ne peut l'accompagner à Londres lorsqu'il s'embarque pour répondre à l'Appel du Général de Gaulle. Esseulée, elle fait alors de Mathias son amant, et le véritable père de son fils. Ce trop lourd secret de famille et les guerres feront le reste. De la débâcle 1940 à l'épuration en passant par la déportation, de la guerre d'Indochine aux Jeux olympiques de 1964 en passant par la guerre d'Algérie, ce trio amoureux traverse un quart de siècle où la petite histoire se mêle à la grande. On y lit la lâcheté et l'opportunisme des hommes, mais aussi leur grandeur. Marge, joueuse et intrépide, délurée, tolérante et libre, raconte leurs choix et leurs trahisons, leurs défaites et leurs victoires, leurs joies et leurs amertumes. Elle aura fait de sa vie une fête galante et incarné une certaine idée de la France. Marge, à la marge des conventions; Marge, au centre de tous ces destins.


- La langue des oiseaux
de Claudie Hunzinger
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


"La nuit où j'ai rencontré Kat-Epadô, j'étais seule dans une baraque isolée, porte fermée à double tour. Autour de moi, la tempête. À perte de vue, des forêts". ZsaZsa, une romancière, quitte Paris pour aller dans les montagnes étudier la langue des oiseaux. Elle n'imaginait pas que le soir même, allumant l'écran, elle allait rencontrer une étrange Japonaise dont l'écriture la fascine aussitôt par son charme maladroit. Un jour, celle-ci débarque. Elle a peur. Pourquoi ces deux jeunes femmes vont-elles fuir ensemble à travers les forêts? De nuit? Qu'est-ce qui les lie? Qui les poursuit?


- La lumière des étoiles mortes
de John Banville
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


Où tout cela va-t-il donc quand nous mourons, tout ce que nous avons été? Quand je songe à ceux que nous avons aimés et perdus, je m'identifie à un promeneur errant à la tombée de la nuit dans un parc peuplé de statues sans yeux. L'air autour de moi bruisse d'absences. Je pense aux yeux bruns et humides de Mme Gray et à leurs minuscules éclats dorés. Quand on faisait l'amour, ils viraient de l'ambre à la terre d'ombre puis à une nuance de bronze opaque. "Si on avait de la musique, disait-elle dans la maison Cotter, si on avait de la musique, on pourrait danser." Elle-même chantait, tout le temps, et toujours faux, "La veuve joyeuse", "L'homme qui fait sauter la banque", "Les roses de Picardie", et un machin sur une alouette, alouette, dont elle ne connaissait pas les paroles et qu'elle ne pouvait que fredonner, complètement faux. Ces choses que nous partagions, celles-là et une myriade d'autres, une myriade, myriade, elles demeurent, mais que deviendront-elles lorsque je serai parti, moi qui suis leur dépositaire, le seul à même de préserver leur mémoire? Qu'est-ce qui sépare la mémoire de l'imagination? Cette question hante Alex alors qu'il se remémore son premier, peut-être son unique, amour, Mme Gray, la mère de son meilleur ami d'adolescence. Pourquoi ces souvenirs resurgissent-ils maintenant, à cinquante ans de distance, se télescopant avec ceux de la mort de sa fille, Cass, dix ans plus tôt?


- La mer à courir
de Jean-Luc Marty
Éditions Julliard /Septembre 2014


Paul, le Tahitien, débarque en métropole pour continuer ses études de géographie. L'ami qui a promis de l'héberger n'est pas à l'aéroport mais a envoyé un proche qui le conduit dans une cité de banlieue. Paul s'était imaginé habiter Paris. À Tahiti, sa mère lui a confié une enveloppe contenant un mystérieux livre de bord, comme on en trouve sur les bateaux. Paul doit le remettre à une jeune fille qu'il ne connaît pas. Elle s'appelle Virginie. Âgée de vingt-cinq ans, elle vient d'être engagée à la Hub Media Corporation en tant que journaliste stagiaire. Chaque matin, elle rejoint un gigantesque immeuble de verre dans une banlieue de la capitale. Paul n'est pas censé la rencontrer, juste déposer le paquet à l'accueil de l'entreprise de presse. Mais il est curieux de voir à qui on remettra l'enveloppe. Ni l'un ni l'autre ne se doutent que le livre de bord se transforme en journal intime. Celui d'un homme qui a joué un rôle dans leur existence, à des moments différents. Tout comme ils ne savent pas encore que leur vie va enfin leur appartenir, au bout d'une longue spirale de confusion et d'errance sur les rives d'un fleuve, comme une promesse de mer. Au-delà d'une chronique amoureuse entre deux jeunes gens, Jean-Luc Marty dresse le portrait de deux mondes clos. Ceux de la cité et de l'entreprise. La première abrite tous les peuples du monde, avec ses vies de palier, ses solidarités, ses faits divers. Et Paul, le Tahitien, y accomplit le voyage que les "Français de souche" ne feront pas. Dans l'entreprise, l'économie mondialisée transforme les métiers et la presse n'y échappe pas. Virginie peine à accumuler les dépêches et à nourrir le buzz pour un vague projet de Web magazine, dans un bureau aussi anonyme qu'une cellule. On assiste tout au long de ce livre à la mise en miroir d'univers qui se frôlent sans se rencontrer. La Mer à courir est aussi l'occasion pour l'auteur d'entrer en résonance avec une mélancolie contemporaine, en s'affirmant comme un écrivain d'aujourd'hui, porté par une écriture qui ne lâche rien, ni l'épaisseur du réel ni la poésie.


- La mer les emportera
de Nick Dybek
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2014


Dans le Grand Nord américain, non loin de l'Alaska, les hommes de Loyalty Island partent chaque automne pêcher le crabe royal. Pendant plusieurs mois, ils bravent l'océan, au péril de leur vie, pour ramener ce qui permettra à leurs familles de survivre. Alors, quand John Gaunt, le riche propriétaire de la flotte, se meurt, c'est toute une communauté qui est menacée de disparaître. Chez les Bollings, ce décès imminent exacerbe les tensions entre les parents de Cal. Henry, son père, est obnubilé par le sort de l'entreprise, dont l'unique héritier des Gaunt ne se soucie guère. Il est prêt à tout pour sauver son avenir et celui des autres marins. Tout. Y compris les actes les plus inavouables. Mais Cal devine ses projets. Dès lors, le garçon se retrouve confronté à un insoluble dilemme. Doit-il dénoncer le héros de son enfance, ou se taire? Des années plus tard, Cal, désormais adulte, est toujours hanté par ce choix.


- La nuit commencera
de Thierry Illouz
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


Une mère assiste au procès où son fils unique comparaît comme accusé. Il a vingt-trois ans; il va être condamné à treize ans de prison ferme, pour meurtre. Pourtant, de sa vie, il n'a jamais rien fait de mal. Il a toujours été "un bon petit". Elle le sait, elle qui a vécu avec lui toutes ces années. Elle qui a été seule avec lui, et qui lui a tout donné. Ecrasée par la douleur, la mère essaie de faire face à cette solitude nouvelle et à cette nuit, définitive, qui commence. Le roman est un monologue intérieur, la voix de la mère, qui fait alterner moments du passé et moments du procès. L'auteur, lui-même avocat, met remarquablement en scène la machinerie de la Justice, toute sa violence et, aussi, toute son absurdité.


- La promo 49
de Don Carpenter
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Portland, 1949, portrait de groupe: Clyde, Sissy, Blaze et leurs camarades terminent le lycée. La vie s'égrène, une cuite, un bal, un examen raté, une virée à la mer. On rêve d'une fille, de popularité, d'avenir. Puis le réel, les accidents, les désirs contrariés, et rien ne sera plus pareil. Troquant l'insouciance contre la nécessité, il leur faut basculer vers l'âge adulte. Dans cet "album" doux-amer, Don Carpenter porte sur sa génération un regard empathique et lucide, et restitue, avec un remarquable sens de l'épure, la grâce précaire de la jeunesse.


- La terreur
de Patrick Wald Lasowski
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Mars 1793. Un homme s'interroge. Malade, rongé par le cancer qu'il soigne en mêlant grains d'opium et verres de ratafia, le commissaire Grand-Jacques découvre les effets de la Terreur mise à l'ordre du jour. Que veulent-ils? Qu'est-ce qui les fait danser, les Enragés, les Indulgents, les missionnaires, les juges et les jurés du Tribunal révolutionnaire et la meute des lécheurs de guillotine qui attend le passage des condamnés? Est-ce une puissance de mort ou de vie? Est-ce un charnier ou un berceau? Et lui-même, Grand-Jacques, qui poursuit ses enquêtes ordinaires, assisté de ses deux lieutenants, Chêneville et Cloüet, qu'attend-il des mois qui lui restent à vivre? Du moins y a-t-il les moments partagés avec son ami mélomane, Bruiant Fauve-Roussel, et les rêves que suscite Adeline, la fille galante de la maison voisine, aux yeux charbonnés et aux lèvres gourmandes. Voilà pourtant qu'une série de crimes d'une extrême violence relance son désir de justice, au-delà de la pitié. Le vieux limier se met en quête. Parmi les victimes quotidiennes de la Terreur, ces prostituées assassinées sont des mortes de trop.


- La vie financière des poètes
de Jess Walter
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Doux rêveur, Matt quitte son job de business reporter pour parier toutes ses économies sur un site Web d'analyses financières en vers (Poetfoliuo.com). Avec une économie mondiale en déroute, Matt se réveille un beau matin sans boulot, criblé de dettes et face à un compte à rebours plus que flippant: il n'a que huit jours pour sauver sa maison des créanciers. Sans compter sa femme qu'il a surprise flirtant sur Internet avec un ex-petit ami. Bref, un scénario catastrophe jusqu'à sa rencontre avec deux jeunes types, dans une supérette, qui lui proposent de partager un joint et une virée nocturne particulièrement effusive. C'est la révélation: avec ce climat de crise, suffisamment de gens respectables "comme lui" voudront trouver dans le cannabis une échappatoire. Le projet weeds est lancé.


- La vie volée de Jun Do
de Adam Johnson
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


"Citoyens, rassemblez-vous devant vos haut-parleurs. Dans votre cuisine, votre bureau, votre atelier, partout où vous pouvez nous entendre, montez le son, et écoutez l'histoire de la plus grande nation du monde, la République populaire démocratique de Corée". Jun Do grandit bercé par la voix de la propagande nord-coréenne. Devenu soldat, il exécute sans ciller les ordres criminels du terrible leader Kim Jong-il. On le fête comme un héros. Mais sous les cieux du "royaume ermite", la disgrâce est aussi terrible qu'imprévisible: Jun Do est torturé et doit changer d'identité. Hanté par son passé, mais porté par sa rencontre avec l'actrice Sun Moon, il décide alors de réaliser son rêve.


- Le bal des hommes
de Gonzague Tosseri
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


Des bars coloniaux de la rue de Lappe aux établissements de bains de la rue Saint-Lazare, des promenoirs du Gaumont, sur les Grands Boulevards, aux pissotières de la gare du Nord, des michetonneurs de la porte Saint-Martin aux masseurs de la Folie-Méricourt, tout ce que Paris comptait de vénalité mâle connaissait les ciseaux de ses grandes jambes et la manière singulière que Blèche avait de fondre sur ses proies pour les interroger, en les fixant avec intensité. Ses collègues de la Mondaine étaient réputés pour leur habitude de jouer aux idiots avec les tauliers, de finasser, d'insinuer qu'ils en savaient plus qu'ils paraissaient en dire, à croire qu'on leur avait enseigné que les menaces sont plus lourdes et les dégelées plus terrorisantes quand elles sont pratiquées par des flics à l'air bonasse. Blèche, lui, posait des questions brèves et tranchantes, qui sortaient à une vitesse stupéfiante de sa bouche sans que cela fît vaciller ses moustaches noires. Une nuit de 1934, un inconnu pénètre dans le zoo de Vincennes, abat et émascule deux fauves avant de prendre la fuite. Les autorités sont convaincues que les pénis tranchés vont alimenter un trafic d'aphrodisiaques destiné aux homosexuels parisiens. L'affaire est confiée à l'inspecteur Blèche. Cet homme glacé, doté d'une intelligence supérieure, est chargé à la Brigade mondaine de surveiller les "invertis". Son enquête le conduira à exhumer de dangereux secrets dans le "gay Paris" des années 1930, monde extraordinaire à jamais disparu.


- Le Bonhomme Pons
de Bertrand Leclair
Éditions Belfond / Septembre 2014


Le cousin Pons de Balzac était un ringard, le bonhomme Pons de Bertrand Leclair est un fastueux débris de 68 égaré dans une époque qui n'est pas la sienne. Prenez un vieux musicien déchu qui a fêté Mai 68 et l'élection de Mitterrand, précipitez-le dans l'univers contemporain des communicants cyniques qui regardent les œuvres d'art des zéros plein les yeux, puis laissez jouer les rapports de force: comment la fatalité sociale pourrait-elle épargner Fernand Pons, et à travers lui la passion de l'art? En livrant son narrateur à l'observation minutieuse de Pons, Bertrand Leclair joue sur le décalage et s'adonne à une étude sociologique réjouissante qui fait revivre en sous-texte la puissance  incomparable du geste romanesque de Balzac. Et prouve à quel point sont encore brûlants les rapports de force entre l'art et le social.


- Le cercle des femmes
de Sophie Brocas
Éditions Julliard / Septembre 2014


Lia vient d'avoir vingt ans. À la mort de son arrière-grand-mère, elle se retrouve dans sa maison de famille, dans les Landes, avec sa mère, sa grand-mère et la meilleure amie de la défunte. Durant ces quelques jours de funérailles, de deuil et d'intimité partagée, vient le moment d'échanger ses souvenirs, mais aussi de mettre de l'ordre dans les affaires de l'aïeule. Lia découvre à cette occasion des carnets de notes et des lettres soigneusement consignés dans une boîte à chaussures. À sa grande surprise, ces écrits relatent une version bien différente de la disparition du mari de son arrière-grand-mère que celle racontée depuis toujours dans le cercle familial. Poignantes, ces lettres révèlent surtout un destin brisé par la honte et le chagrin. Lia doit-elle garder pour elle un secret jalousement protégé pendant soixante ans par son arrière-grand-mère? Ces révélations ne risquent-elles pas de déclencher un cataclysme parmi ces quatre générations de femmes? Et que faire de l'image si lisse, et en vérité si faussée, qu'elle avait de cette très vieille dame? Comment lui pardonner son mensonge? Les conséquences de cette falsification de l'histoire familiale s'éclairent peu à peu dans l'esprit de la jeune fille et bousculent son propre rapport à la famille, aux hommes, à l'amour. Car c'est toute une lignée de femmes qui semble en avoir été victime, en porter les stigmates. Roman initiatique, Le Cercle des femmes démontre qu'un secret de famille marque, radicalement parfois, toute une descendance. Telle cette tribu très attachante qui a laissé peu de place à l'élément masculin dans le huis clos familial, sans jamais en saisir la raison. Lia saura-t-elle transformer ce sentiment de trahison en pardon? Sa colère en bienveillance? Saura-t-elle rompre la fatalité du "cercle des femmes" pour s'ouvrir aux hommes et à l'amour? Servi par une écriture originale, pleine de fraîcheur, Le Cercle des femmes est porté par une petite musique qui nous entraîne d'une page à l'autre dans une galerie de personnages féminins aussi touchants que fantasques.


- Le ciel nous appartient
de Katherine Rundell
Éditions Les Grandes Personnes / Septembre 2014


Tout le monde pense de Sophie qu'elle est une orpheline. Nulle femme n'a en effet survécu au naufrage qui la laissa, à l'âge d'un an, flottant dans un étui à violoncelle au beau milieu de la Manche. La fillette demeure cependant intimement persuadée que sa mère n'a pas sombré avec le navire. Alors, lorsque les services d'Aide à l'enfance anglais menacent Charles Maxim, son tuteur, érudit généreux aussi courtois que maladroit, aux méthodes d'éducation  fantasques, de lui reprendre la garde de Sophie, celle-ci, suivant l'enseignement de ce doux rêveur, décide de ne négliger aucune possibilité, et part pour Paris en sa compagnie sur les traces de sa mère. Une cavale menée sous le signe de l'espoir, qui conduira la fillette aux cheveux couleur des éclairs sur les toits de la ville-lumière. Elle y fera la connaissance de Matteo et de sa bande de danseurs du ciel. Froussards et phobiques des hauteurs s'abstenir: mieux vaut avoir le cœur bien accroché  pour pouvoir suivre ces gamins-là.


- Le clan du sorgho rouge
de Mo Yan
Éditions Du Seuil / Septembre 2014


Le Clan du sorgho rouge nous plonge dans l'Empire chinois des années 30, à feu et à sang. Bandes armées communistes et nationalistes se vouent une haine sans merci tout en combattant, en ordre dispersé, l'envahisseur japonais. À Gaomi, au pays de Mo Yan, le grand-père du narrateur, chef des brigands du lieu, et la grand-mère, maîtresse d'une grande distillerie d'alcool de sorgho, héros flamboyants de la résistance, mènent les paysans à la bataille. Scènes d'amour, de frénésie et de cruauté, où l'horreur se mêle au comique, se succèdent dans cette ode à la liberté et à l'indépendance. Les villageois ne se battent que par attachement à leurs proches, à leurs héros et surtout à la terre mère. Idéologie et prestance militaire virent au grotesque. Le sang coule et inonde les champs de sorghos rouges et la rivière noire. Le soleil couvre de reflets d'or l'eau, la terre imbibée de sang, les figures des hommes ivres et emporte le lecteur dans la tempête. Ce livre est la version intégrale inédite de ce roman, premier succès de Mo Yan célébré pour la liberté et à la force de son style. Reçu comme une remise en cause de l'histoire autorisée des débuts du Parti Communiste, il a été sauvé de la critique officielle par son vrai héros: le petit peuple des paysans pauvres.


- Le clan suspendu
de Étienne Guéreau
Éditions Denöel / Septembre 2014


Un clan haut perché dans les bois. Un ennemi étrange. Seule une jeune fille osera désobéir afin d'échapper à son destin. Ismène vit parmi les siens, dans un village accroché à dix mètres de hauteur. Tous pratiquent des rites immuables et répètent inlassablement Antigone, la tragédie qu'il leur faut connaître sur le bout des doigts. Descendre leur est interdit, car en bas une créature sanguinaire massacre ceux qui s'aventurent sur son territoire. Quand le jeune Hémon décide de contester l'ordre établi, tout bascule. Pour fuir cet univers oppressant et comprendre le sens profond de la tradition qui leur a été inculquée, Ismène va devoir percer le secret qui menace son clan.


- Le manteau de Greta Garbo
de Nelly Kaprièlian
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


En décembre 2012, la garde-robe de l'icône la plus secrète de l'histoire du cinéma a été exposée durant trois jours, puis vendue aux enchères à Los Angeles. Huit cents pièces. Les vêtements d'une femme peuvent-ils raconter une vie, éclairer ses mystères? Pourquoi Greta Garbo achetait-elle des centaines de robes alors qu'elle n'en portait aucune, ne se sentant bien que dans des tenues masculines? S'habille-t-on pour se travestir et se mettre en scène dans un rôle rêvé? Pour donner une image de soi acceptable ou démentir une place assignée? Pour séduire ou pour déplaire? Se fondre dans une société ou s'y opposer? Quels désirs secrets et enfouis, quelles pulsions obscures et inavouables, fondent-ils notre goût, notre style? Et moi-même, pourquoi avais-je acheté, lors de cette vente, le manteau rouge de Greta Garbo, alors qu'il n'était pas mon genre? Ce qui devait être un essai s'est peu à peu mué en roman: les vêtements racontent ces fictions que sont nos identités, et donnent à lire les narrations, souvent mystérieuses, que sont nos vies.


- Le merveilleux
de Jean-François Chabas
Éditions Les Grandes Personnes / Septembre 2014


Un saphir exceptionnel, le Merveilleux, héros de cette histoire, fait, par le biais de ses propriétaires successifs, voyager le lecteur à travers des territoires et des milieux sociaux très différents. Depuis les montagnes sauvages et meurtrières du nord de L'Inde, d'où le joyau sera extrait, jusqu'aux faubourgs de la capitale de l'Empire britannique, où il achèvera son périple, il est un révélateur de la bonté, de la candeur, de la cupidité, des tourments ou des grandes joies des êtres qui tour à tour entrent en sa possession. Un roman choral, qui alterne les procédés narratifs, correspondance, dialogues, récit à la troisième personne, pour servir son propos. Jean-François Chabas nous livre ici un roman d'aventure à la façon du XIXe siècle, à l'image de ceux de ses grands maîtres que sont Dickens  Melville, ou Stevenson, mais avec le regard du XXIe siècle, pour ce qui est entre autres du racisme de certains personnages, des a priori sociaux. Un texte exigeant et ambitieux, sans langue de bois, qui explore une fois de plus le visage des hommes dans leurs pires travers, leur complexité, mais aussi leur humanisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 19:01

- Le monde libre
de David Bezmozgis
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Les ruelles de Rome, en cet été 1978, assistent à un étrange défilé: profitant du fait que Brejnev ait entrebâillé le Rideau de fer, les juifs d'URSS affluent massivement dans la Ville éternelle, point de passage obligé vers le monde libre. Parmi eux, la famille Krasnansky. Samuil, le grand-père converti au communisme le plus viscéral; Karl, le fils aîné, prêt à en découdre avec les possibilités que lui offre l'Occident; Alec, le benjamin, play-boy désinvolte, et sa nouvelle épouse, une goy qui, par amour, a quitté sa famille. Pendant six mois, plongés dans les affres d'une administration kafkaïenne romaine, les Krasnansky tentent de survivre, suspendus à la promesse de cette nouvelle vie qui, peut-être, les attend de l'autre côté de l'Atlantique.


- Le monde n'a pas de fin
de Bilal Tanweer
Éditions Stock / Septembre 2014


Le monde n'a pas de fin est une ode à Karachi, l'hommage d'un "écrivain dans la ville" qui ne veut pas qu'elle soit réduite à sa violence. Il en rassemble les fragments pour voir au-delà des apparences et faire surgir le monde fascinant d'avant l'islamisation forcenée, d'avant les bombes. Dans le bus qui mène du centre ville à la mer, se croisent ainsi trois générations de personnages qui racontent leur histoire: le père magicien, l'écolier repenti, le Camarade poète Sukhanza, le caïd amoureux, le diseur de mauvaise aventure. "Quand on raconte une histoire à quelqu'un, nous sommes dans le même monde", écrit Bilal Tanweer et, avec lui, on aime cette ville bruyante et vivante en toutes circonstances.


- Le pays silencieux
de Christine Cerrada
Éditions Michalon / Septembre 2014


Laure Brenner a quarante-huit ans. Malade, elle se sait condamnée bien que son entourage lui assure le contraire. Elle décide alors de mettre par écrit les étapes du chemin qu'elle suit désormais, qui passe par l'âpreté de la révolte, l'introspection, le questionnement et enfin l'acceptation de la réalité. Entourée de son mari, de son fils, de son père et de son ami d'enfance, la poursuite de ce chemin va l'amener à vivre des moments étonnamment riches et émouvants. Cette quête qui lui apportera finalement paix et sérénité, n'est-elle pas aussi l'expérience d'un surprenant bonheur?


- Le soleil
de Jean-Hubert Gailliot
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


Alexandre Varlop cherche Le Soleil, un manuscrit volé par des enfants, en 1961 à Mykonos. Depuis l'époque surréaliste, une légende circule auprès des initiés: ce serait, dit-on, un "absolu de la littérature". Où se trouve cet écrit? Que contient-il? Qui en est l'auteur? Déboussolé par ces questions, Varlop s'égare. Il se laisse détourner de son enquête par une jeune femme et revit sur l'île grecque des mythes très anciens. Il décide de se rendre à Palerme et se perd dans les bas-fonds de la ville, où il reçoit les confidences de deux frères, propriétaires d'un drôle de cabaret. Leurré par tous ceux qu'il rencontre, il a constamment l'impression qu'on se joue de lui. Ainsi se rapproche-t-il, pas à pas, mais par des voies imprévues, de ce qu'il cherchait vraiment.


- Le syndrome indigo
de Clemens J. Setz
Éditions Jacqueline Chambon / Septembre 2014


En Autriche existe une école internationale pour les enfants souffrant d'un dérangement très singulier, le syndrome indigo. Dès leur naissance, les "enfants indigo", dotés de capacités suprasensibles, causent à leurs proches des troubles inexpliqués: vertiges, vomissements, violents maux de tête. Clemens J. Setz, jeune mathématicien, enseigne dans cette école et remarque que des élèves, déguisés d'étrange façon, partent en voiture pour une destination inconnue et ne reviennent plus. Clemens J. Setz se met à poser des questions sur ce que la direction de l'école appelle pudiquement des relocalisations, mais il est aussitôt remercié. Quinze ans plus tard a lieu le procès très médiatisé d'un ancien professeur de mathématiques accusé d'avoir tué un homme qui torturait des animaux. Ce roman tendre et énigmatique se lit comme une enquête où l'univers de la science-fiction coexiste avec celui de la pédagogie et de la psychiatrie la plus en pointe. Entre lucidité exacerbée et macabre opacité, Clemens J. Setz radicalise le geste amorcé par ses nouvelles. Avec une liberté parfaitement maîtrisée et un goût avoué pour l'épouvante et nos psychoses contemporaines.


- Le testament de Descartes
de Christian Carisey
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Stockholm, 1650. Dans une chambre, un homme écrit. Il sait qu'il va bientôt mourir et qu'il lui reste peu de temps pour dire la vérité. Cet homme, c'est René Descartes, l'un des plus grands philosophes de l'époque. En exil chez la reine Christine de Suède, il subit l'hostilité des courtisans et la vindicte des Jésuites. Malgré la fatigue, il rédige l'histoire de sa vie. Il revient sur son éducation, ses travaux, ses livres, son engagement dans l'armée, ses errances, ses rencontres, ses amours et la perte de sa fille Francine. Ce "testament" est aussi traversé par les figures remarquables de cette première moitié du XVIIe siècle, comme Pascal, Galilée ou saint Vincent de Paul. Descartes y apparaît comme le personnage du roman de la raison, un penseur libre dans une période de violence religieuse, un écrivain poursuivi pour ses idées, un philosophe qui se demande ce que peut la philosophie face à la disparition d'un enfant.


- Les barrages de sable
de Jean-Yves Jouannais
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


"Je savais aujourd'hui que les barrages contre les océans, les forts de résistance, les murs d'Hadrien en sable, les lignes Maginot de coquillages, ces discrets autels de l'enfance dédiés à la bataille, demeuraient, le plus innocemment du monde, ce que l'on avait trouvé de plus juste pour rappeler la mémoire des hommes perdus à la guerre, non pas seulement au sens statistique des pertes, mais au sens d'égarés. Les égarés, les combattus. Et que cela concernait, plus largement, l'ensemble des hommes qui nous avaient précédés, les pères, évidemment, en premier lieu".


- Les convoités
de Jean Anglade
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2014


Fils d'un "héros" porté disparu pendant la Première Guerre Mondiale, Elio Battilana grandit dans le souvenir de l'absent et dans l'espoir secret de son retour. Double désillusion pour l'enfant, le père ne revient pas, et sa mère, la belle Carla, épouse en secondes noces un Slovène, Josip, ouvrier au chantier naval. Dans les rues de Trieste, dorénavant italienne, en ces années 1920, le climat est trouble, entre montée du fascisme et rivalité italo-slovène. Elio, devenu grand, veut honorer la mémoire de son père, sans connaître les véritables raisons qui ont conduit ce dernier sur le front.


- Les enfants du Khan  
de Armand Herscovici
Éditions Flammarion / Septembre 2014


À la mort de Gengis Khan, ses fils se révèlent si médiocres qu'ils laissent leurs épouses s'emparer du pouvoir. Intelligentes, charismatiques, elles vont s'imposer sur l'immense Empire mongol, prenant en main la plupart des domaines de l'État: politique, économie, culture et religieux. Une épopée reconstituée à travers le récit d'une jeune esclave.


- Les femmes de Lazare
de Marina Stepnova
Éditions Les Escales / Septembre 2014


Moscou, 1918. À son arrivée dans la capitale, Lazare Lindt, étudiant prodige et sans le sou, est recueilli par son professeur de sciences. Il devient alors le fils dont Serguéï Alexandrovitch Tchaldonov et sa femme Maroussia n'osaient plus rêver. Le jeune homme tombe aussitôt éperdument amoureux de la douce épouse de son mentor, qui ne lui témoignera jamais plus qu'un dévouement maternel. Ce n'est qu'après la mort de Maroussia que Lazare rencontre Galina, ravissante idiote qu'il épouse de force. Il est désormais le plus grand scientifique du pays: rien ni personne ne lui résiste. Devenue mère malgré elle, Galina vouera une haine féroce à son mari comme à leur enfant. Le jour ou Lidia, leur petite-fille, se retrouve orpheline, Galina n'a d'autre choix que de l'adopter. Élevée sans amour, Lidia, pourtant promise à un brillant avenir de danseuse étoile, n'aura de cesse de chercher ce dont elle a toujours manqué.


- Les feux de l'automne
de Irène Némirovsky
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Publié en 1948, Les Feux de l'automne suit l'évolution d'un couple issu de la petite bourgeoisie parisienne à la veille de la Grande Guerre. Thérèse, jeune femme attachée à ses principes, et Bernard, l'ami d'enfance idéaliste et patriote. Engagé volontaire à dix-huit ans, c'est sans honneurs ni avenir que celui-ci revient du front, cédant par cynisme au tourbillon des Années folles, dans une société où l'argent, devenu la valeur suprême, a remplacé la morale. D'une plume implacable, Irène Némirovsky décrit l'envers du décor, dans le climat fiévreux et délétère du Paris des "planqués" et des profiteurs au lendemain de la guerre.


- Les filles de rêve
de Alain Corbin
Éditions Fayard / Septembre 2014


La Déesse Diane séduisait les chasseurs sans jamais se donner. Depuis des siècles, les hommes, notamment les plus jeunes, ont confié avoir été éblouis par une jeune fille tout juste croisée, ou par une fiancée de rêve, à laquelle leur vie durant ils sont restés attachés. La disparition récente des filles de rêve marque une rupture majeure dans l'histoire de l'imaginaire occidental. Est-il possible aujourd'hui de les décrire sans ironie et sans les conspuer? Est-il possible de reconstituer ce qu'était la femme idéale, sans anachronisme? Alain Corbin s'est risqué à cette entreprise. Il fait donc revivre dans ce livre dix-neuf filles de rêve, celles des mémoires, des romans et des légendes. Il ouvre ainsi une porte sur le romantisme masculin, cette manière subtile d'échapper à soi en pensant à un être aimé inaccessible. Un voile est levé sur une face mystérieuse de la virilité. Finalement, ce voyage à travers l'amour pur est une délicieuse invitation au fantasme.


- Les inoubliables
de Jean-Marc Parisis
Éditions Flammarion / Septembre 2014


Une photo trouvée par hasard: cinq enfants juifs réfugiés à La Bachellerie pendant la guerre, arrêtés par les Allemands puis déportés avec leur mère après l'exécution de leur père. Ce beau village en Dordogne, l'auteur le connaît bien pour y avoir passé de longues vacances chez ses grands-parents, des années plus tard. Des jours de joie cernés d'un silence: on ne lui avait rien raconté de cette rafle de mars 1944, de ces hommes fusillés au village, de ce château incendié cachant des toiles de maîtres, mystérieusement disparues. Jean-Marc Parisis revient alors sur les lieux, enquête et retrouve Benjamin Schupack. À quatorze ans, Benjamin a pu échapper à la tragédie qui emporta sa mère, son frère cadet et une grande partie de sa famille. De cette rencontre essentielle naît un récit croisant l'Histoire et l'introspection, doublé d'une réflexion sur ce qui lie les êtres et les lieux dans le temps.


- Les réputations
de Juan Gabriel Vasquez
Éditions Du Seuil / Septembre 2014


Célèbre caricaturiste politique colombien, pouvant faire tomber un magistrat, renverser un député ou abroger une loi avec pour seules armes du papier et de l'encre de Chine, Javier Mallarino est une légende vivante. Certains hommes politiques le craignent, d'autres l'encensent. Il a soixante-cinq ans et le pays vient de lui rendre un vibrant hommage, quand la visite d'une jeune femme le ramène vingt-huit années en arrière, à une soirée lointaine, à un "trou noir". Qu'avait fait ce soir-là le député Adolfo Cuéllar et qu'avait vu exactement Javier Mallarino? Deux questions qui conduisent le dessinateur à faire un douloureux examen de conscience et à reconsidérer sa place dans la société. Juan Gabriel Vásquez poursuit dans ce magistral roman son exploration du passé, des failles de la mémoire et du croisement de l'intime et de l'Histoire. Mais il livre surtout une intense réflexion sur les conséquences parfois dévastatrices de l'effacement des frontières entre vie privée et vie publique dans un monde où l'opinion et les médias détiennent un pouvoir grandissant.


- Les tribulations du dernier sijilmassi
de Fouad Laroui
Éditions Julliard / Septembre 2014


Adam Sijilmassi revenait d'Asie ou il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu'il survolait la mer d'Andaman, il se posa soudain une question dérangeante: "Que fais-je ici?" Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n'avaient jamais dépassé la vitesse d'un cheval au galop? Ce fut une illumination. Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision. Arrivé à l'aéroport de Casablanca, il entreprit de rejoindre la ville à pied, ce qui lui valut de rentrer chez lui encadré par deux gendarmes. Dès que sa femme comprit ce qu'il voulait faire, elle retourna vivre chez sa mère, en emportant le chat. À peine avait-il donné sa démission que son employeur le mettait à la porte de son appartement de fonction. Qu'importe, il ne céderait pas. Il se débarrasserait de cette défroque d'ingénieur, nourri au lait du lycée français de Casablanca. Il viderait sa tête de tout ce fatras de fragments de littérature française qui lui compliquait la vie. Il redeviendrait le Marocain authentique qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être. Il partit (à pied) vers son village natal. Fatale décision. Certes, il redécouvrit la bibliothèque de son grand-père et dévora la littérature et la philosophie qu'avaient produites quelques génies au temps béni de l'Andalousie arabe. Mais, dans son village, personne ne comprenait pourquoi un ingénieur de Casablanca venait s'enfermer dans la maison délabrée de sa famille. Était-il un fou? Ou un perturbateur? Un prophète? Fallait-il l'abattre ou le vénérer?


- Les vrais héros ne portent pas de slip rouge
de Axel Sénéquier
Éditions Quadrature / Septembre 2014


Les sacs commencèrent alors à circuler dans les rangées. On entendait les cœurs battre. Tout le monde ne pensait qu'à une chose: sauver sa peau et sortir de ce traquenard au plus vite. Surtout, ne pas mourir pour quelques euros. Il n'y avait que Jean-Claude qui trépignait sur son siège. Dans son supermarché du quinzième arrondissement, il n'arrêtait que des garnements qui volaient des bonbons ou des clochards qui piquaient leur litron de rouge pour la journée. Jamais encore il n'avait pu montrer ce qu'il avait réellement dans le ventre, et là, l'occasion s'offrait enfin à lui. À sa place, Steven, Chuck ou Arnold n'auraient pas hésité une seconde. C'étaient des héros, des vrais, il ne pouvait pas les décevoir après tout ce qu'ils lui avaient apporté.


- Lady B.
de Maya Angelou
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


Maya Angelou a raconté son extraordinaire vie dans de nombreuses autobiographies, qui ont remporté un vif succès. Aujourd'hui, elle en partage enfin l'aspect le plus intime: sa relation avec sa mère. Pour la première fois, Maya Angelou révèle les joies et les difficultés qu'elle a connues du fait d'être la fille de Vivian Baxter, une femme d'une détermination à toute épreuve dont la petite taille donnait la fausse impression d'une présence plus grande que nature, une présence absente durant presque toute l'enfance de sa fille. Quand son mariage commença à battre de l'aile, Vivian, qui habitait en Californie, envoya Maya, alors âgée de trois ans, et son frère aîné vivre chez leur grand-mère à Stamps, en Arkansas. Pendant de longues années, Maya vécut avec le sentiment d'avoir été abandonnée, mais ses retrouvailles avec sa mère, dix plus ans plus tard, marquèrent le début d'une histoire encore jamais racontée. Dans Lady B., Angelou relate avec beaucoup d'émotion le long cheminement menant à leur réconciliation, révélant les moments profondément troublants qui firent évoluer les sentiments d'amour et de respect entre elles. Lady B. explore la façon dont, au fil des ans, s'est opérée la guérison et développé l'amour entre les deux femmes, amour qui permit à Maya Angelou de se hisser hors d'abîmes insondables pour atteindre des sommets insoupçonnés.


- Menus souvenirs
de José Saramago
Éditions Du Seuil / Septembre 2014


Dans une écriture limpide et poétique, José Saramago nous livre une mosaïque de souvenirs d'enfance et d'adolescence. Entre Azinhaga, la terre de ses grands-parents, où il est né, et Lisbonne, où il a grandi, images, sensations, anecdotes reviennent pêle-mêle à la mémoire du grand écrivain: une famille de paysans pauvres, une grand-mère analphabète, un père devenu fonctionnaire de police à force de travail, et un enfant qui court dans les oliveraies, passe de longues heures sur les rives du Tage, contemple les beautés d'un ciel nocturne, marche pendant plusieurs jours en compagnie de son oncle pour aller vendre des cochons à une foire aux bestiaux, s'évade, solitaire, dans la lecture, ou cède à la magie des cinémas lisboètes.


- Mon ami Jésus
de Lars Husum
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Que fait-on quand Jésus fait irruption chez soi, en pleine nuit, sans crier gare? Nikolaj n'y réfléchit pas à deux fois: il l'assomme. Après la mort de sa mère, célèbre chanteuse adulée dans le pays tout entier, Nikolaj entre dans une spirale de violence et d'autodestruction. Pendant dix ans, sa sœur aînée tente désespérément de le protéger de lui-même et du monde extérieur. Mais Nikolaj se bagarre avec tout ce qui se trouve en travers de son chemin. Jusqu'à ce qu'il rencontre un grand barbu en sandales. Cet homme-là le pousse à devenir meilleur.


- Mon frère et son frère
de Håkan Lindquist
Éditions Gaïa / Septembre 2014


Jonas est fils unique. Pourtant, dès l'âge de trois ans, il sent qu'il n'aurait pas dû l'être. Il regarde la photo de Paul, qui le regarde. Quand Jonas est triste, Paul est triste. Quand Jonas est joyeux, Paul est joyeux. Paul est mort 502 jours avant la naissance de Jonas, un accident idiot qui prive Jonas de frère. À treize ans, Jonas se lance dans une quête: il part à la recherche de son frère, à la recherche de celui avec qui il ne fera pas toutes ces choses qu'ils auraient pu faire ensemble. Qui était Paul, qu'a-t-il vécu, qu'était-il lorsqu'il est mort? Jonas questionne ses parents et Daniel l'ami de la famille, découvre le journal intime de Paul. Au fil de son enquête, Jonas apprend. Il reconstruit la courte existence de Paul, se construit lui aussi, adolescent en proie aux doutes et aux questionnements. Et se découvre lui-même. Mon frère et son frère raconte très sobrement la douleur et le besoin de savoir, et aborde avec simplicité et justesse les thèmes du deuil et de l'homosexualité. Un très beau texte accessible à un large public, y compris aux adolescents.


- Morteparole
de Jean Védrines
Éditions Fayard / Septembre 2014


Paul croyait aux mots qui disent la beauté du monde, ceux de l'école et des poètes, déclamés sur l'estrade par des maîtresses lumineuses, descendantes des antiques vestales. Giovan, fils d'immigrés italiens abonné aux mauvaises notes, ne croyait pour sa part qu'aux mots de la révolution. Pourtant Paul et Giovan étaient amis. Parce que dans l'enfance les espoirs en un monde meilleur et les visions des poètes peuvent sembler une seule et même chose, pourvu que les mots vibrent, vivent. Mais qu'en est-il quelques décennies plus tard? Certains ne voient jamais se réaliser leurs rêves, d'autres les trahissent. Paul, qui a vieilli dans le métier de professeur, subit la parole morte et technique qu'impose désormais l'institution scolaire. Et Giovan l'anarchiste? De livre en livre, Jean Védrines forge une langue libre, une poétique de la révolte, refusant que la littérature soit réduite à un instrument de pouvoir, de commerce ou de domination.


- Negra
de Wendy Guerra
Éditions Stock / Septembre 2014


"Cuba est une femme". Nirvana del Risco, jeune mannequin noire, incarne cette île à la fois sensuelle, métissée et mystérieuse. Elle se montre à nue et livre son histoire sans complexes ni tabous. Celle d'une femme libre et passionnée qui, le temps d'un voyage à Paris et Marseille, vit une aventure sulfureuse avec une amie cubaine puis un Français. De retour à La Havane elle lance une affaire de produits naturels, initiative périlleuse dans un pays tiraillé entre traditions ancestrales et socialisme tropical. Dans une langue brute et poétique, Wendy Guerra nous entraîne, au rythme des percussions, au cœur d'un Cuba intime et versatile.


- Nous faisions semblant d'être quelqu'un d'autre
de Shani Boianjiu
Éditions Robert Laffont / Septembre 2014


Camarades de classe depuis l'école primaire, trois jeunes Israéliennes fantasques cherchent des dérivatifs à leur ennui dans un village près de la frontière ou rien ne se passe, sinon le pire. Sarcastique et autoritaire, Léa donne les règles du jeu, entraînant l'espiègle Yaël et la sombre Avishag. La fin de leur scolarité signe la fin de leur insouciance. Propulsées dès dix-huit ans dans le monde monotone et brutal de l'armée pour effectuer leur service militaire, elles se collettent avec toute la violence d'un pays en état d'alerte permanent. Léa est postée à un checkpoint en Cisjordanie, Avishag sert dans une unité de combat chargée de surveiller la frontière égyptienne et Yaël entraîne les soldats au maniement des armes. Chacune tente de traverser à sa manière ces terribles années. Portrait implacable d'une génération perturbée, ce roman initiatique met en lumière la difficulté universelle d'être jeune et de forger son identité.


- Nous sommes l'eau
de Wally Lamb
Éditions Belfond / Septembre 2014


Toute sa vie, Annie Oh a été terrifiée. Terrifiée à l'idée de tomber amoureuse; de se dévoiler à Orion, son ex-mari psychologue si désespérément prêt à l'épauler; de ne pas être une bonne mère pour ses trois enfants; de ne pas savoir soulager les colères de son fils, les angoisses de ses filles; d'affronter le souvenir des drames qui ont dévasté son enfance. Cette terreur, Annie a tenté de l'évacuer dans ses sculptures, ses tableaux chargés de rage. Alors qu'elle s'apprête à se remarier avec Viveca, charismatique galeriste new-yorkaise qui l'a rendue célèbre, la peur la saisit de nouveau. Comment avouer à la femme qu'elle aime les raisons qui l'empêchent de célébrer leurs noces à Three Rivers, Connecticut? Comment lui révéler ce qui s'est réellement passé dans cette ville, un soir de 1963? Chaque jour qui sépare Annie et les siens du mariage les rapproche de vérités terribles, indicibles, qu'ils devront faire éclater pour tenter de renaître, enfin.


- Oona & Salinger
de Frédéric Beigbeder
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


Il arrive toujours un moment où les hommes semblent attendre la catastrophe qui réglera leurs problèmes. Ces périodes sont généralement nommées: avant-guerres. Elles sont assez mal choisies pour tomber amoureux. En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, 21 ans, rencontre Oona O'Neill, 15 ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l'été suivant, quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood. Ils ne se marièrent jamais et n'eurent aucun enfant.


- Petit art de la fuite
de Enrico Remmert
Éditions 10-18 / Septembre 2014


"Laissez votre surf dehors, ici il n'y a pas de place pour des réalités aussi subjectives". Trois trentenaires turinois se retrouvent embarqués dans un voyage improbable du nord au sud de l'Italie: Vittorio, violoncelliste torturé et hypocondriaque; Francesca, sa fiancée de toujours au bord de la rupture; Manuela, leur amie loufoque, gogo-danseuse et monitrice d'auto-école à ses heures perdues (ou l'inverse). Rapidement, avec l'ex de cette dernière aux trousses, le voyage dans la poussive Baronne à doubles commandes devient une course-poursuite, une épopée déjantée et douce-amère où chacun se révèle.


- Petits oiseaux
de Yôko Ogawa
Éditions Actes Sud / Septembre 2014


Il est le seul à pouvoir apprendre la langue pawpaw afin de communiquer avec son frère aîné, cet enfant rêveur qui ne parle que le langage des oiseaux, n'emploie que ces mots flûtés oubliés depuis longtemps par les humains. Après la mort de leurs parents, les deux hommes demeurent ensemble dans la maison familiale. D'une gentillesse extrême, l'aîné, qui ne travaille pas, se poste chaque jour tout contre le grillage de la volière de l'école maternelle. Peu à peu, la directrice remarque son calme rassurant pour les oiseaux, sa façon subtile de les interpeler, et lui confie l'entretien de la cage. Quant au cadet, régisseur de l'ancienne résidence secondaire d'un riche propriétaire du pays, le jardin de roses, les boiseries des salons, la transparence des baies vitrées sont à la mesure de son attachement pour les lieux de mémoire. Parfois, les deux frères décident de partir en voyage. Valises en main, ils font halte devant la volière. Ravis de palabrer avec les moineaux de Java, les bengalis ou les canaris citron, ils oublient dans l'instant tout projet de départ. Un jour pourtant le calme du quartier semble en danger, une enfant de l'école disparaît. Petits oiseaux est un roman d'une douceur salvatrice qui nous confie un monde où la différence n'influe pas sur le bonheur, où la solitude conduit à un bel univers, un repli du temps préservant l'individu de ses absurdes travers, un pays où s'éploient la voix du poème, celle des histoires et des chants d'oiseaux, celle des mots oubliés.


- Philida
de André Brink
Éditions Actes Sud / Septembre 2014


Afrique du Sud, 1832. La jeune esclave Philida, tricoteuse du domaine Zandvliet, a eu quatre enfants avec François Brink, le fils de son maître. Lorsqu'il se voit contraint d'épouser une femme issue d'une grande famille du Cap, dont la fortune pourrait sauver l'exploitation familiale, François trahit sa promesse d'affranchir Philida, et envisage de la vendre dans le Nord du pays. Celle-ci décide alors d'aller porter plainte contre la famille Brink auprès du protecteur des esclaves. Tandis que les rumeurs d'une proche émancipation se répandent de la grande ville aux fermes reculées, l'abolition de l'esclavage dans l'Empire britannique sera proclamée en 1833, l'opiniâtre Philida brise peu à peu ses entraves au fil d'un chemin jalonné de luttes, de souffrance, de révélations, d'espoir. À partir d'un épisode de son histoire familiale, André Brink compose un roman à la langue poétique, âpre et sensuelle. Parce qu'il n'est pas de justice sans sincérité, ni d'indépendance sans langage, il orchestre un chœur de voix narratives offrant à chacun l'occasion de dire sa vérité. Murmures, prières et cris scandent ainsi un hymne à la liberté rêvée, qui donne son souffle à ce récit puissant.


- Photos volées
de Dominique Fabre
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


"Je n'ai pas pensé tout de suite à lui proposer de boire un verre. Elle n'aurait sans doute pas le temps. Elle n'avait jamais eu de temps pour moi. Je ne lui en voulais plus, c'était même quelque chose de bizarre, au bout du compte, et que je n'ai jamais compris tout à fait. Comment admettre que les gens dont nous avons été si proches n'inspirent plus que de la bienveillance, avec le temps?" Jean, à 58 ans, vient de perdre son emploi. Il entreprend de mettre un peu d'ordre chez lui, l'occasion de plonger dans les photographies accumulées lorsqu'elles étaient sa passion et son métier. Ses amours et ses pertes, ses amis, ses déambulations urbaines, ses regrets, ses espoirs: c'est sa vie tout entière qui soudain se révèle à lui. Mais ce dévoilement laisse intacte la part de mystère qui demeure en lui comme en chacun de nous. Roman de l'inachèvement, Photos volées nous rappelle que l'évocation du passé peut rendre le présent moins volatil.


- Portrait craché
de Jean Claude Pirotte
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


"La paralysie faciale a déformé ses traits. Pour parler de lui, il convient de trouver un ton objectif, ce qui n'est pas si facile. Il est sourd de l'oreille gauche, le préciser est déjà entrer en lui comme par effraction. Il n'est plus jeune, loin s'en faut, et son esprit commence à vagabonder". Ni plainte ni complainte dans ce roman cru et nu où l'auteur fait corps avec son personnage pour tenir une chronique où le scalpel de l'humour noir découpe à vif humeurs et tumeurs. Les mots contre les maux. "Les livres sont des analgésiques", écrit Jean-Claude Pirotte. Ils survivront à cette humanité moribonde où le silence et la mort sont siamois. La littérature comme remède. Les ouvrages des écrivains qu'il aime, sa famille élective, font rempart autour de lui. L'écrivain plonge en eux pour revenir à la source, à l'orgueil de finir debout.


- Postérité  
de Jake Lamar
Éditions Payot & Rivages / Septembre 2014


Jake Lamar a inventé une peintre new-yorkaise d'origine hollandaise, Femke Versloot. Subissant avec malice les caprices de la gloire, Femke est une vieille dame indigne pleine de charme, qui aime entretenir sa légende. Elle a résisté en Hollande pendant la Seconde Guerre Mondiale, dit-elle, et connu De Kooning ou Pollock. Mais les légendes, bien sûr, cachent toujours leur part d'ombre.


- Selon Vincent
de Christian Garcin
Éditions Stock / Septembre 2014


Dans les années 1990, un homme qui se croit possédé quitte métier, maîtresse, femme et enfants pour s'exiler au bout du monde.
En 1812, juste avant le passage de la Bérézina, un soldat napoléonien est fait prisonnier par les Russes et confie à des feuilles volantes le détail de ses deux terribles années de captivité.
En 2013, deux amis, l'un franco-chinois, l'autre franco-argentin, partent en Patagonie à la recherche de l'oncle de l'un d'eux, disparu depuis vingt ans, et rencontrent le propriétaire de la Lune.
En 1882, un médecin astronome participe à une expédition internationale vers la Terre de Feu pour observer les mouvements de la planète Vénus, et établit des contacts avec les Indiens Yahgans, dont le peuple fut exterminé quelques décennies plus tard. Ces histoires n'en forment qu'une, qui rebondit de chapitre en chapitre autour d'un drame inavoué, entre Marseille et Punta Arenas, la Russie et les paysages grandioses du sud de la Patagonie.


- Son of a gun
de Justin St. Germain
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2014


Septembre 2001. Alors que les Twin Towers viennent d'être attaquées à New York, un autre drame, plus intime, se joue à Tombstone, en Arizona. Debbie, la mère de Justin St. Germain, est retrouvée morte dans sa caravane, le corps criblé de balles. Son cinquième mari, Ray, est introuvable. Dix ans plus tard, Justin revient sur ce tragique événement, redécouvrant les paysages désolés de son enfance et ceux qui les ont peuplés, fouillant le passé pour tenter de comprendre l'insondable: la descente aux enfers d'une femme instable, fragile malgré les apparences, et aimante. Sa mère. Que Debbie ait été tuée à Tombstone, ville qui fut le théâtre de la fameuse fusillade d'O.K. Corral, prend alors une autre dimension. Sans complaisance ni apitoiement, Justin St. Germain brosse le portrait d'une société qui n'est pas prête à rendre les armes. Une voix juste et percutante, tout en finesse et émotion. Un récit saisissant.


- Sur place, toute peur se dissipe
de Monika Held
Éditions Flammarion / Septembre 2014


Francfort, années 1964. Lena, interprète lors des grands procès des criminels nazis, tombe sous le charme de Heiner, survivant d'Auschwitz, qu'elle épouse. Mais leur histoire d'amour est fragilisée par les nuits d'Heiner peuplées de terribles cauchemars. Quelques années plus tard, ils entreprennent un voyage en Pologne pour entrer en résonance avec le passé et mieux appréhender leur présent.


- Tous les oiseaux du ciel
de Evie Wyld
Éditions Actes Sud / Septembre 2014


Jake Whyte, une jeune Australienne, s'est réfugiée sur une île britannique où elle s'occupe seule d'un élevage de moutons. Le jour où plusieurs de ses bêtes sont sauvagement mutilées, la police locale ne semble pas prendre sa plainte au sérieux. Pourtant, Jake se sent menacée. Ce passé tourmenté et douloureux qu'elle pensait avoir laissé derrière elle en fuyant sa terre natale l'aurait- il rattrapée? Tandis que Jake mène son enquête, nous sont révélés, dans un reflux de la mémoire, les événements à l'origine de son départ d'Australie. Des instantanés de vie qui éclairent peu à peu la personnalité de cette femme secrète. La ténacité de l'espoir et la fureur de (sur)vivre imprègnent ce roman noir que viennent illuminer de vrais moments d'humanité. Une très belle réussite.


- Transatlantic
de Colum McCann
Éditions 10-18 / Septembre 2014


"Nos vies sont des tunnels qui parfois se connectent, laissant entrer le jour à des moments inattendus, puis elles nous plongent dans le noir". 1845, Lily quitte Dublin pour le Nouveau Monde, bouleversant le destin de ses descendantes: Emily, Lottie, Hannah. Des vies minuscules marquées par l'Histoire et ses héros, l'esclave Frederick Douglass, les aviateurs Alcock et Brown. Entre l'Irlande et l'Amérique, du XIXe siècle à nos jours, leurs voix se mêlent, tissant une fresque vertigineuse sur l'exil, et l'espoir. Avec cette épopée d'une rare humanité, portée par une écriture exquise et une construction virtuose, Colum McCann signe son roman le plus audacieux. Poignant, universel, magistral.


- Trois enfants du siècles
de Cyril Massarotto
Éditions XO / Septembre 2014


France a vingt ans, elle est belle et vit dans le XVIe. Sur les Champs-Élysées, elle fait la connaissance de Salim, une "racaille". Elle l'invite à une soirée où elle doit retrouver Matthias, fervent adhérent d'un groupuscule d'extrême droite. La rencontre entre les deux jeunes hommes est explosive. Surtout lorsqu'ils se rendent compte que pour France, il n'est pas question de faire un choix: elle veut coucher avec eux deux, ensemble, sinon rien. Un périlleux ménage à trois commence. Salim et Matthias parviendront-ils à passer outre leurs convictions, leurs idées reçues, leur méfiance? Et France, que veut-elle exactement?


- Un adversaire sur mesure
de Lynn Coady
Éditions 10-18 / Septembre 2014


Rank est un colosse, à 14 ans il en paraît 20. Son père, Gordon senior, modeste marchand de glaces, l'a dressé en véritable " chien de garde " et l'envoie s'occuper avec une perversion étonnante des clients indésirables. Jusqu'au jour où l'un d'entre eux ne se relève pas. Passage obligé par la maison de redressement, il finit par intégrer l'université grâce à ses talents de hockeyeur. Vingt ans plus tard, Rank découvre qu'il est devenu le personnage principal du roman de son meilleur ami de fac, son seul confident. Véritable trahison pour lui, il sort immédiatement de ses gonds et se met à traquer l'ami infidèle au travers d'e-mails venimeux.


- Un homme amoureux
de Karl Ove Knausgaard
Éditions Denöel / Septembre 2014


Un homme amoureux n'est pas un livre comme les autres. Récit autobiographique d'une force littéraire inouïe, il a remporté une avalanche de prix littéraires tout en déclenchant une virulente polémique lors de sa parution. Karl Ove Knausgaard aborde le thème du coup de foudre, la fusion et la séparation, toutes les étapes du sentiment amoureux, qu'il décrit avec la même énergie brute et la même justesse. Car Knausgaard est devenu père et cette expérience bouscule tout sur son passage. Il évoque les luttes quotidiennes d'une vie de famille, les vacances qui tournent mal, l'humiliation des cours de musique prénatale, les disputes avec les voisins, les tensions pendant l'anniversaire des enfants et comment pousser un landau dans Stockholm quand tout ce que l'on veut faire, c'est écrire. Le lecteur voit, sidéré, la vie de l'auteur-narrateur se dérouler sous ses yeux, dans toute sa rage et sa profonde sincérité: un homme à l'irrépressible envie d'écrire, pour qui l'art et la nature sont un besoin physique, qui oscille en permanence entre énergie vitale et pensées morbides.


- Un jeune homme prometteur
de Gautier Battistella
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


"J'ai découvert l'existence du mal un samedi matin. Je m'en souviens, il n'y avait pas école". Tout commence à Labat, petit village des Pyrénées. Orphelin rêveur et blessé par un premier amour déçu, le narrateur quitte son frère et leur enfance buissonnière pour monter à l'assaut de la capitale. Que cherche ce Rastignac en herbe démangé par la vocation romanesque? Une mère inconnue, la liberté, une revanche, la gloire peut-être. Mais au lieu du noble parnasse littéraire dont il avait rêvé, il découvre un univers de faux-semblants: celui des grands imposteurs du monde des lettres. Bien décidé à s'en débarrasser, le voici embarqué dans une quête dangereuse qui l'entraînera au-delà de lui-même, au bout du monde et au bord de la folie. Un premier roman d'une ambition peu commune, tour à tour émouvant, sarcastique et cruel, porté par une écriture dont le souffle évoque les grandes fresques initiatiques.


- Un monde flamboyant
de Siri Hustvedt
Éditions Actes Sud / Septembre 2014


Méconnue de son vivant, une artiste new-yorkaise, Harriet Burden, fait, après sa disparition, l'objet d'une étude universitaire en forme d'enquête qui, menée auprès de ceux qui l'ont côtoyée, dessine le parcours d'une femme aussi puissante que complexe n'ayant cessé, sa vie durant, de souffrir du déni dont son œuvre a été victime. Épouse irréprochable d'un célèbre galeriste régnant en maître sur la scène artistique de New York, mère aimante de deux enfants, "Harry" a traversé la vie de ses contemporains avec élégance et panache, déguisant en normalité triomphante son profond exil intérieur au sein d'une société qui s'est consciencieusement employée à la réduire au statut de "femme de" et d'artiste confidentielle. La mort brutale de son mari signe, pour Harriet, un retour aussi tardif qu'impérieux à une vocation trop longtemps muselée qu'elle choisit de libérer en recourant, à deux reprises, à une mystification destinée à prouver le bien-fondé de ses soupçons quant au sexisme du monde de l'art. Mais l'éclatant succès de l'entreprise l'incite alors à signer témérairement un pacte avec le diable en la personne d'un troisième "partenaire" masculin, artiste renommé, dont le jeu pervers va lui porter le coup de grâce. Gravitant de masques en masques et sur un mode choral autour de la formidable création romanesque que constitue le personnage de Harriet Burden, Un monde flamboyant s'impose comme une fiction vertigineuse où s'incarnent les enjeux de la représentation du monde en tant que réinvention permanente des infinis langages du désir.


- Un secret du docteur Freud
de Eliette Abécassis
Éditions Flammarion / Septembre 2014


Vienne, mars 1938. S. Freud et sa fille Ana ont réuni les adhérents de la Société psychanalytique pour une session extraordinaire. Une soixantaine de membres ont répondu présent et se sont réunis autour du maître qui s'exprime devant eux, peut-être pour la dernière fois.


- Un tango en bord de mer
de Philippe Besson
Éditions Julliard / Septembre 2014


Lui est un écrivain célèbre, la quarantaine passée. L'autre est un jeune homme qui cherche encore sa voie. Quelques années auparavant, ils se sont follement aimés, déchirés puis quittés. Ils se retrouvent par hasard, au beau milieu de la nuit, dans le bar désert d'un grand hôtel en bord de mer. Une atmosphère irréelle, propice au souvenir et à la confidence. Mais la magie d'un décor peut-elle suffire à faire renaître la vérité des êtres et des sentiments?


- Un verre de pluie
de Martine Rodmanski
Éditions La Grande Ourse / Septembre 2014


Que se passe t-il entre Claire et Marc? Pourquoi cet éloignement ainsi que cette difficulté à communiquer? Où est passée la complicité des premiers émois? Ce soir encore, Claire sort seule. Elle se rend au théâtre. La lumière à peine éteinte, elle sent une main frôler sa nuque, glisser sur ses cheveux et jouer avec ses mèches. Elle s'attend à voir Marc, mais c'est un inconnu qu'elle découvre. Très vite, elle apprend qu'il s'appelle Louis et qu'il est autiste. Alors que le couple qu'elle forme avec Marc continue sa marche inéluctable vers le degré zéro de la communication, un contact parvient à s'établir entre Claire et Louis. Étape après étape, leurs univers s'ajustent, s'adaptent et installent un mode d'échange dont le langage n'est plus l'élément central. D'autres formes d'expression prennent le relais, étranges, atypiques mais toujours sensibles, et ouvrent des perspectives sur des moments de vie harmonieux.


- Une si jolie petite fille
de Gitta Sereny
Éditions Plein Jour / Septembre 2014


En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par le monde entier comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée. Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle le dossier de ses crimes. Pendant des mois, elle l'interroge inlassablement, recoupe sa version des faits avec les autres témoignages, mène sa propre enquête, cherche le point où la vérité surgit du discours et de la mémoire. Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qu'elle-même ne peut comprendre et qui est aussi l'histoire d'une lente reconstruction, d'une sortie progressive de l'horreur, celle dont elle s'est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère, personnage sombre, effrayant, l'avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d'elle-même, pourra enfin regarder en face. Peut-on affronter sa propre monstruosité? Comment pardonner, comment se pardonner? Qu'est-ce que la nature humaine, qu'apprend-on à son sujet au travers des êtres terribles qui semblent l'avoir un jour trahie? En confrontant la Mary Bell de 40 ans à l'enfant meurtrière qu'elle a été, Gitta Sereny soulève des questions cruciales sur la culpabilité et le traumatisme, sur l'horreur des actes et la pitié que peut inspirer celle qui, conduite au désespoir par la cruauté des adultes, les a commis. Elle porte à son degré d'incandescence l'obsession de la vérité, et fait d'Une si jolie petite fille un grand livre sur le mal et la rédemption, d'une force et d'une profondeur qui donnent le vertige.


- Une vie d'emprunt
de Boris Fishman
Éditions Buchet Chastel / Septembre 2014


Slava, jeune Juif russe de New York, est un modèle d'intégration. Fuyant sa communauté, sa langue maternelle et le poids du destin familial, il s'est installé à Manhattan où, à défaut de réaliser ses rêves d'écrivain, il a dégoté un poste de larbin pour la prestigieuse revue Century avec, en prime, une petite amie américaine branchée et sexy. Mais la mort de sa grand-mère le ramène brutalement parmi les siens, à Brooklyn, et plus précisément chez son grand-père. Le vieux Guelman a souffert dans la vie parce qu'il était juif, parce qu'il était citoyen de seconde zone en Union soviétique, puis immigré russe en proie au mépris d'une Amérique triomphante, et voudrait bien, aujourd'hui, obtenir réparation. Mais il n'est éligible à aucun programme d'indemnisation. Qu'à cela ne tienne, Slava est écrivain, il sait raconter des histoires.


- Vince Taylor n'existe pas
de Maxime Schmitt et Giacomo Nanni
Éditions de l'Olivier / Septembre 2014


Vince Taylor n'existe pas est la biographie, en partie, imaginaire d'un personnage réel. Mêlant les faits avérés de la vie du "Démon noir du rock n'roll" et la présence fictive de l'une de ses très jeunes fans, ce roman graphique fait le choix délibéré de l'outrance, de la poésie et du fantastique pour épouser la vie délirante et l'esprit troublé de son personnage. Bad boy, psychopathe et schizophrène, a-t-il vraiment, comme il le prétend, assassiné tous ses rivaux ayant, à la recherche du succès, emprunté son célèbre costume de cuir noir? Habité, à Paris, dans la réplique de la Statue de la Liberté? Est-il le seul génie dont toutes les icônes des années 60 ne seraient que les plagiaires? En donnant une forme graphique et littéraire à la vie de Vince Taylor, Maxime Schmitt et Giacomo Nanni ont écrit le roman inédit d'une époque et d'une existence vécues jusqu'à la folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 18:57

- Wash
de Margaret Wrinkle
Éditions Belfond / Septembre 2014


Sa force, Wash la puise dans les voix de ses ancêtres africains; dans les souvenirs de sa mère, Mena; dans les rituels chamaniques auxquels elle l'a initié dans son enfance; dans les talismans qu'elle lui a légués; et aujourd'hui, dans ces instants volés le long de la rivière, auprès de Pallas, esclave elle aussi, métisse et guérisseuse. Sa force, c'est ce qui lui a permis de survivre. Aux humiliations de ses anciens maîtres, jaloux de sa capacité à endurer le pire sans jamais montrer sa douleur; aux coups qui lui ont ôté un oeil; au marquage au fer rouge, sur sa joue, de la lettre des fugitifs. Cette force, c'est ce qui l'aide à supporter que Richardson, son maître, pour sauver la plantation d'une ruine annoncée, l'utilise désormais comme étalon reproducteur. Qu'il le loue chaque vendredi aux propriétaires voisins pour féconder leurs esclaves. Et quand sa force vacille, Wash se raccroche à Pallas et l'écoute parler du lien qui unit maître et esclaves dans une toile d'araignée aussi fragile qu'inévitable.


- À l'origine notre père obscur
de Kaoutar Harchi
Éditions Actes Sud / Août 2014


Enfermée depuis son plus jeune âge dans la "maison des femmes", une bâtisse ceinte de hauts murs de pierre où maris, frères et pères mettent à l'isolement épouses, sœurs et filles coupables, ou soupçonnées, d'avoir failli à la loi patriarcale, prise en otage par les mystères qui entourent tant de douleur en un même lieu rassemblée, une enfant a grandi en témoin impuissant de l'inéluctable aliénation de sa mère qu'un infini désespoir n'a cessé d'éloigner d'elle. Menacée de dévoration par une communauté de souffrance, meurtrie par l'insondable indifférence de sa génitrice, mais toujours aimante, l'abandonnée tente de rejoindre enfin ce "père obscur" dont elle a rêvé en secret sa vie durant. Mais dans la pénombre de la demeure du père, où sévit le clan, la guette un nouveau cauchemar où l'effrayant visage de l'oppression le dispute aux monstrueux délires de la névrose familiale dont il lui faudra s'émanciper pour découvrir le sentiment d'amour. Entre cris et chuchotements, de portes closes en périlleux silences, Kaoutar Harchi écrit à l'encre de la tragédie et de la compassion la fable aussi cruelle qu'universelle de qui s'attache à conjurer les legs toxiques du passé pour s'inventer, loin des clôtures disciplinaires érigées par le groupe, un ailleurs de lumière, corps et âme habitable.


- Aux jardins des Acacias
de Marie-Claire Blais
Éditions Du Seuil / Août 2014


Petites Cendres, artiste de cabaret, court le long de l'Atlantique, sur cette île de Floride. Au même moment, l'enfant Angel est accueilli aux Jardins des Acacias, refuge médicalisé destiné aux malades du sida. Fleur, jeune compositeur de génie, fait face à un prêtre dépravé, qui semble incarner le Mal. Le poète Adrien écrit les derniers vers de sa longue vie en regardant la mer. Le romancier Daniel tente de comprendre ses enfants qui s'émancipent. Le tueur Christophe efface son passé en devenant comédien. Frédéric le peintre se souvient de Charles l'écrivain, en essayant de venir au secours d'un jeune drogué japonais. Chacun expérimente en ces quelques heures concentrées une étape essentielle de son existence fragile. Peut-être qu'aux Jardins des Acacias, ce n'est pas la tragédie qui attend ces personnages, mais une merveilleuse rédemption, lors d'une croisière en mer. La grande romancière québécoise profite de ce nouveau tableau polyphonique pour faire le point sur son œuvre, dans un entretien qui suit le roman.


- Blanès
de Hedwige Jeanmart
Éditions Gallimard / Août 2014


"Et si on allait à Blanès? C'était mon idée. Je l'avais lancée le samedi 10 mars vers onze heures du matin, après mes deux cafés, consciente de ce que je disais et aussi du fait que je le disais pour lui faire plaisir, sans soupçonner une seconde que cette phrase innocente serait celle qui me ferait chuter tout au fond du gouffre où je suis. Pourtant des phrases, j'en ai dit. J'ai trop dit je t'aime alors que je savais que cela le fatiguait, j'ai dit des choses intelligentes aussi, puis des conneries comme tout le monde. Mais je n'aurai pas survécu à cette phrase-là. Samuel a répondu pourquoi pas? Ça te dirait? J'ai dit oui ça me dirait, on n'est jamais allés à Blanès, ce n'est pas si loin, une heure en voiture depuis Barcelone, à peine plus. On s'est mis d'accord, on irait le lendemain. Le soir, on s'est couchés en chien de fusil dans des draps blancs comme un linceul, j'ai respiré son odeur du soir, un peu âcre, et senti la chaleur de sa cuisse sur laquelle j'avais posé la main. Je me suis endormie heureuse sûrement, sans doute, pourquoi pas? Je ne savais plus bien à présent, et le matin du dimanche 11 mars, en fin de matinée, nous avons pris chacun un livre et nous sommes partis pour Blanès".


- Blond cendré
de Éric Paradisi
Éditions JC Lattès / Août 2014


Si les morts parlent aux vivants, c'est pour leur apprendre comment vivre et ne se souvenir que de l'amour. Alba et Maurizio se rencontrent à Rome pendant la guerre. Elle transmet les messages de la Résistance, il est coiffeur dans le ghetto. Déporté à Auschwitz, Maurizio survit en devenant le barbier de sa baraque, sans jamais renoncer au souvenir d'Alba, à la délicatesse de son visage dessiné sur du papier volé. Ce portrait, comme sa souffrance, Maurizio l'a confié à sa petite-fille. Des années plus tard, au cours d'une interminable nuit, elle raconte à l'homme qu'elle aime cette histoire qui est son héritage. Mais à mesure que la nuit avance, le drame resurgit.


- Bureau des spéculations
de Jenny Offill
Éditions Calmann Lévy / Août 2014


Bureau des spéculations est la radiographie d'une histoire d'amour. Une femme adresse à son mari des lettres au dos desquelles elle indique, en guise d'expéditeur: "Bureau des spéculations". Ils se sont aimés, ont fondé une famille, mais les fissures apparaissent. Elle a oublié ses rêves, est écrasée par les aléas de son quotidien, un logement insalubre, un bébé qui souffre de coliques, l'infidélité. Alors elle s'en remet à la sagesse des grands penseurs. Pour apaiser son mal-être et éviter d'être engloutie par ses angoisses. Pour se sauver elle-même et, peut-être, sauver son couple du naufrage annoncé. Chef-d'œuvre de concision, ce roman se dévore d'une seule traite. Dans une langue d'où sourdent la rage, l'ironie et le désir, Jenny Offill dissémine des souvenirs parcellaires, des maximes littéraires, des bribes de chansons et de conversations. Au lecteur de suivre le flux de conscience: la forme éclatée fait écho à l'état émotionnel de l'héroïne. Un véritable tour de force.


- Bye Bye Elvis
de Caroline de Mulder
Éditions Actes Sud / Août 2014


Graceland, 16 août 1977, Elvis Presley disparaît et laisse derrière lui des millions d'adorateurs éperdus. Crépuscule du Roi du Rock. Jusqu'à la fin, la longue fréquentation du désastre ne lui avait pas fait perdre toute sa candeur. Dix-sept ans plus tard, Yvonne entre au service de John White, un vieil Américain au physique fragile. Elle va passer vingt ans à ses côtés, tissant une relation de dépendance avec cet homme dont elle ne sait rien et qu'elle s'efforce de sauver d'une fin misérable. La vie de White et celle d'Elvis s'entrelacent, dessinant des créatures identiques dans leur difformité et leur isolement. Entre les deux, il est possible qu'un lien existe, à moins qu'ils ne se soient croisés que dans ce roman. Portrait impitoyable et tendre en miroir d'une fiction, Bye Bye Elvis est un roman mélancolique et venimeux, rythmé par une métrique impeccable.


- Cataract City
de Craig Davidson
Éditions Albin Michel / Août 2014


"Je connais deux garçons qui suivent un sentier secret pour aller pêcher des perches dans le bassin du Niagara, leurs cannes à l'épaule comme des carabines. Je connais le flot sans fin des chutes qui rugit dans mes veines. Je connais des forêts infestées la nuit de loups gris". Avec la puissance et la sensibilité révélées par Un goût de rouille et d'os, adapté au cinéma par Jacques Audiard, Craig Davidson explore dans ce roman vertigineux le conflit intérieur de deux hommes liés par un secret d'enfance. Duncan Diggs et Owen Stuckey ont grandi à Niagara Falls, surnommée par ses habitants Cataract City, petite ville ouvrière à la frontière du Canada et des États-Unis. Ils se sont promis de quitter ce lieu sans avenir où l'on n'a d'autre choix que de travailler à l'usine ou de vivoter de trafics et de paris. Mais Owen et Duncan ne sont pas égaux devant le destin. Tandis que le premier, obligé de renoncer à une brillante carrière de basketteur, s'engage dans la police, le second collectionne les mauvaises fréquentations. Un temps inséparables, sont-ils prêts à sacrifier le lien qui les a unis, pour le meilleur et pour le pire?


- Ce sont des choses qui arrivent
de Pauline Dreyfus
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2014


1945. Saint-Pierre-de-Chaillot, l'une des paroisses les plus huppées de Paris. Toute l'aristocratie, beaucoup de la politique et pas mal de l'art français se pressent pour enterrer la duchesse de Sorrente. Cette femme si élégante a traversé la guerre d'une bien étrange façon. Elle portait en elle un secret. Les gens du monde l'ont partagé en silence. "Ce sont des choses qui arrivent", a-t-on murmuré avec indulgence. Revoici donc la guerre, la Seconde Guerre Mondiale, la guerre de Natalie de Sorrente. À l'heure où la filiation décide du sort de tant d'êtres humains, comment cette femme frivole va-t-elle affronter la révélation de ses origines? Les affaires de famille, ce sont des choses qu'on tait. La littérature, ce sont des choses qu'on raconte. Dans ce roman où l'ironie est à la mesure du fracas des temps, Pauline Dreyfus révèle une partie du drame français.


- Chant furieux
de Philippe Bordas
Éditions Gallimard / Août 2014


Photographe, Mémos est contacté par un éditeur pour suivre Zinedine Zidane jour et nuit, pendant trois mois, afin de réaliser un livre sur le champion en pleine gloire. Une connivence immédiate s'établit entre les deux hommes. Issus des quartiers difficiles, ils parlent la même langue. Par-delà le tourbillon de la vie de Zidane, prince des stades et idole médiatique, le roman raconte surtout la quête de Mémos, venu du parler rudimentaire et rageur des cités, parti à la conquête de la haute langue de Chrétien de Troyes, Rabelais, Saint-Simon et Céline. Tissé à l'intention d'un ami aveugle admirateur de Zinedine, qui n'a jamais vu son visage ni ses dribbles virtuoses, le récit de Mémos prend une dimension épique et flamboyante, pour devenir une chanson de geste moderne. Faisant revivre la bande de gamins dépenaillés débarquant jadis à la gare du Nord comme des barbares, il ne se contente pas de rendre hommage à ces êtres que personne ne défend, il leur offre une existence de pleine lumière et invente pour eux un français riche et vivant, réconciliant la langue d'en bas et celle d'en haut, autour de la figure mythologique et solaire de Zinedine Zidane.


- Charlotte
de David Foenkinos
Éditions Gallimard / Août 2014


Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant: "C'est toute ma vie". Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.


- Constellation
de Adrien Bosc
Éditions Stock / Août 2014


Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d'Air France, le Constellation, lancé par l'extravagant M. Howard Hughes, accueille trente-sept passagers. Le 28 octobre, l'avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l'île Santa Maria, dans l'archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n'est pas tant comment, mais pourquoi? Quel est l'enchaînement d'infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l'avion vers le mont Redondo? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend "nécessaire" ce tombeau d'acier? Et qui sont les passagers? Si l'on connaît Marcel Cerdan, l'amant boxeur d'Édith Piaf, si l'on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l'auteur lie les destins entre eux. "Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarante-huit hommes et femmes, comme autant de constellations, vie et récit".


- Contrecoups
de Nathan Filer
Éditions Michel Lafon / Août 2014


"Je vais vous raconter ce qui s'était passé, parce que ce sera l'occasion de vous présenter mon frère. Il s'appelle Simon. Je pense que vous allez l'aimer. Vraiment. Mais d'ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n'a plus jamais été le même". Matthew a 19 ans, et c'est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu'il entend partout, tout le temps… Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui "ressemble à un serpent". Pour comprendre son passé et s'en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l'enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents; l'adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana; la lente descente dans la folie, l'internement. Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l'hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l'ennui abyssal. Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.


- Damnés
de Chuck Palahniuk
Éditions Sonatine / Août 2014


Madison, 13 ans, est la fille d'une star du cinéma et d'un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l'adoption d'orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances: sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d'une bande de jeunes marginaux, une jolie fille, un sportif, un geek et un rocker, soit la version Six Feet Under de Breakfast Club. Alors qu'elle se lance dans l'exploration de ce nouvel environnement, qui lui réserve de multiples surprises, Madison se remémore sa courte existence pour essayer de comprendre ce qui a bien pu la mener à la damnation. Pour découvrir, aussi, les raisons de sa mort.En enfer, vous ne pouvez pas faire un pas sans bousculer quelqu'un de célèbre: Marilyn Monroe, James Dean, Susan Sontag. River Phoenix, Kurt Cobain. John Lennon, Jimi Hendrix, Jim Morrison, Janis Joplin. Un Woodstock permanent. Mais si l'enfer est pavé de bonnes intentions, la prose de Chuck Palahniuk ne l'est pas.


- Du sexe
de Boris le Roy
Éditions Actes Sud / Août 2014


Esprit brillant et visionnaire, Eliel se contente de végéter sur les voies secondaires du grand rêve démocratique. Sa vie sexuelle, en revanche, hyperactive et singulièrement théorique, tutoie les sommets. Mais tandis qu'il applique ses utopiques calculs paritaires à d'obscures études statistiques, son frère Simon, fils à maman aux ambitions concrètes, se voit frappé d'inéligibilité. C'est alors qu'Eliel rencontre la très fatale Hana, jeune louve en mal de revanche personnelle, fille secrète du président en exercice. Pour elle, il s'échafaude un destin. À trois, ils vont inventer la république binominale. Audacieux, drôle et troublant, Du sexe est un roman moderne et sans concession sur l'avenir du désir et sur la mort du couple, sur notre rapport au monde et à nous autres qui pousse la réflexion sur la conquête, le sens et l'exercice du pouvoir dans ses retranchements les plus fertiles et jubilatoires.


- En face
de Pierre Demarty
Éditions Flammarion / Août 2014


Jean Nochez décide de quitter sa femme et le monde.
Rien ne l'intéresse, sauf une maquette de bateau qui l'embarque dans ses rêves de voyages, d'aventures et de grand large.


- Excelsior
de Olivier Py
Éditions Actes Sud / Août 2014


Réveillé au cœur de la nuit, un architecte s'enfonce en courant dans la ville endormie, traverse les quartiers résidentiels puis commerçants, atteint des espaces en déshérence, sans savoir ce qu'il cherche, sinon un cloître immatériel où trouver l'apaisement. Renommé et comblé d'honneurs, il ne croit plus à la puissance de ses constructions, est écrasé par la vacuité de son œuvre et abhorre les liens qu'entretient la culture avec l'argent, la politique et le pouvoir. Où rencontrer l'Absolu? En huit étapes d'une crise lancinante, il lui faut traverser les cercles du désespoir, affronter les visages de l'illusion, mettre à l'épreuve les masques qui l'attirent et connaître les renoncements qui l'illuminent. Excelsior: le très haut, le plus haut. Paradoxe d'un roman en quête d'une spiritualité sans dogme. Car Olivier Py ne convoque nul Dieu, n'invoque nul Éros, mais accompagne l'homme dans une douloureuse et intransigeante mise à nu de la vie intérieure. Roman aux limites de la méditation, poétique de l'attente et de la révélation, ce texte altier n'a pas d'autre sujet que l'humain, le désir de transcendance et la nécessité de la beauté, dont l'Art scarifie en nous la fugitive et bouleversante expérience.


- F
de Luis Seabra
Éditions Payot & Rivages / Août 2014


Linz, avocat mal vu du régime, est enfermé arbitrairement dans la prison de Schendorff, mastodonte pénitentiaire d'un État totalitaire d'un nouveau genre, fondé sur la "séparation préventive" des asociaux, repérés puis enfermés dès leur plus jeune âge. Il ignore qu'il n'est qu'un rouage au sein d'un plan insensé mis en œuvre par F., un faux détenu travaillant en réalité pour le tout-puissant Ministère des Libertés et des privations publiques. Sous la double influence de Borges et de Kafka, ce premier roman extrêmement maîtrisé, au style d'une grande élégance littéraire, concis, serré, presque clinique, se présente comme une exploration vertigineuse centrée sur le thème du faux et du factice.


- Faux nègres
de Thierry Beinstingel
Éditions Fayard / Août 2014


Lors de la dernière présidentielle, c'est dans un petit village de l'est de la France qu'un parti d'extrême droite réalise son meilleur score. Des journalistes sont dépêchés pour se pencher sur le phénomène. Parmi eux, de retour en France après avoir passé vingt ans au Moyen-Orient, coupé du pays natal depuis trop longtemps pour manier un discours de circonstance, Pierre arrive sur les lieux. Accompagné d'un preneur de son aveugle, hébergé dans un gîte rural, il écoute les habitants éluder ses questions, parler d'invasions qu'ils n'ont pas subies ou évoquer une pierre préhistorique enfouie sous les fondations de l'église. Chacun réinvente une histoire différente mais les protagonistes ignorent encore qu'un drame va les réunir. Mêlant une narration romanesque avec le langage collectif, Faux nègres confronte notre histoire avec l'actualité la plus récente.


- Fleur et sang
de François Vallejo
Éditions Viviane Hamy / Août 2014


Urbain Delatour, né sous Louis XIV, suit l'enseignement de son père, maître chirurgien-apothicaire. Héritier respectueux et docile, il combat sa répulsion pour les sanies et autres plaies purulentes, et l'assiste dans les soins octroyés au seigneur de Montchevreüil, lorsqu'il tombe sous le charme d'Isabelle de Montchevreüil, une amazone inquiétante qui effraie les paysans de la région. Elle semble prête à tout pour l'empêcher d'approcher son père. Au XXIe siècle, la chirurgie de pointe a remplacé l'herboristerie: Étienne Delatour est promis à un avenir brillant. Il accomplit en virtuose les opérations les plus sophistiquées. Son talent reconnu de tous le protège de ses accès d'émotion. Un jour, il se voit proposer le poste de directeur du service cardiologie d'un hôpital parisien réputé dirigé par M. Saint-Aubin, le père d'une de ses anciennes conquêtes, Irène. Mais la vie le prend à revers lorsque la rumeur d'une surmortalité dans son service se répand, au moment même où ses honoraires connaissent une nette inflation. Fleur et Sang construit un pont entre deux destins, deux époques.


- Incident voyageurs
de Dalibor Frioux
Éditions Du Seuil / Août 2014


L'enfer, tout passager d'un train de banlieue sait à quoi il pourrait ressembler: un wagon bondé, abandonné quelque part sur le réseau, après avoir vogué d'incident en incident. Coincés dans un tunnel du RER A, la ligne la plus chargée d'Europe, les deux mille voyageurs entassés n'ont tout d'abord pas voulu y croire. Ça ne durerait qu'une heure, qu'une matinée tout au plus. Mais c'est en vain que les batteries des portables se sont déchargées, que les larmes ont coulé et que les signaux d'alarme ont été tirés. Les semaines, les mois passent, les années peut-être. Dans ce huis clos sous néons aveuglants, Anna, jolie mère célibataire, Vincent, cadre supérieur raffiné qui espérait s'envoler pour Buenos Aires, et Kevin, entreprenant chômeur en fin de droits, se demandent comme tous les autres s'ils sont les derniers des oubliés, les uniques survivants d'une catastrophe ou les participants d'un stage de réinsertion, et ce qu'ils ont fait pour mériter cela. Qu'être, que faire dans cette foule définitive où l'espoir, l'ambition et le sexe renaissent sous des formes perverses et délirantes? Aux commandes de ce roman à trois voix, conte cruel de la surpopulation, de la promiscuité et de l'emploi que les hommes font les uns des autres, le lecteur savourera enfin tout le temps perdu dans les transports en commun.


- L'aménagement du territoire
de Aurélien Bellanger
Éditions Gallimard / Août 2014


La France est devenue un paysage lointain. Dans un village oublié par l'histoire, un château se délabre au bord d'une rivière. Les travaux d'une ligne à grande vitesse vont pourtant réveiller quelque chose qui sommeillait ici depuis la nuit des temps. Une machination secrète que chacun va chercher à faire jouer en sa faveur. Le village devient alors le théâtre d'une lutte acharnée entre les opposants au projet et ses promoteurs. D'autres entrevoient, derrière le passage du train, des enjeux plus complexes. Un capitaine d'industrie croit discerner les frontières de son futur empire. Un préfet retraité est admis dans une société secrète. Un activiste solitaire rêve d'un événement qui relancerait l'histoire. Un vieil aristocrate défend d'étranges théories. Un archéologue est confronté à la plus grande découverte de sa carrière. Les intérêts, les complots, les temps s'entremêlent et menacent de se neutraliser. Tout peut encore advenir. Bientôt, le TGV viendra sceller l'énigme.


- L'amour et les forêts
de Éric Reinhardt
Éditions Gallimard / Août 2014


À l'origine, Bénédicte Ombredanne avait voulu le rencontrer pour lui dire combien son dernier livre avait changé sa vie. Une vie sur laquelle elle fit bientôt des confidences à l'écrivain, l'entraînant dans sa détresse, lui racontant une folle journée de rébellion vécue deux ans plus tôt, en réaction au harcèlement continuel de son mari. La plus belle journée de toute son existence, mais aussi le début de sa perte. Récit poignant d'une émancipation féminine, L'amour et les forêts est un texte fascinant, où la volonté d'être libre se dresse contre l'avilissement.


- L'audience
de Oriane Jeancourt Galignani
Éditions Albin Michel / Août 2014


Dans une petite ville du Texas, une jeune enseignante, mère de trois enfants, attend en silence le verdict de son procès. Qu'a-t-elle fait pour être traînée en justice, et risquer cinq ans de prison ferme? Elle a entretenu des rapports sexuels avec quatre de ses élèves, tous majeurs. Un crime passible d'emprisonnement au Texas, depuis 2003. Mais pourquoi l'accusée, Deborah Aunus, s'obstine-t-elle à se taire? Pourquoi son mari, combattant en Afghanistan, se montre-t-il si compréhensif? Pourquoi les déclarations de sa mère l'accablent-elles? Au fil d'un récit implacable, écrit d'une pointe sèche et précise, Oriane Jeancourt Galignani tient le journal de cet ahurissant procès où la vie privée d'une femme est livrée en pâture à la vindicte populaire, et sa liberté sexuelle pointée comme l'ennemie d'une société ultra puritaine. Construit à partir d'un fait divers qui a bouleversé l'Amérique, ce huis-clos haletant donne lieu à un roman aussi cru que dérangeant.


- L'autoroute
de Luc Lang
Éditions Stock / Août 2014


"C'est à l'instant précis où je me demandais s'il fallait encore attendre le dernier train  d'Armentière ou chercher une chambre d'hôtel dans cette petite ville baignée d'une neige précoce, déjà grise et liquide, qu'elle m'aborda avec son compagnon". Elle c'est Thérèse, lui c'est Lucien, un couple que la vie n'aurait pu réunir sans le décès d'une tante et l'héritage de sa propriété à la sortie d'Orchies, tout près de l'autoroute, au bord des champs. Fred, le narrateur, est un saisonnier, il passe ses nuits d'automne dans les plaines du Nord, au volant d'une arracheuse à déterrer des hectares de betteraves, et dans sa tête résonnent des mélodies de jazz qui lui donnent la certitude qu'un jour il sera un grand saxophoniste. Et le voici capturé par ce couple, englué dans leur vie en douce et ses secrets nocturnes, prisonnier de leur palais en ruine d'où il faudrait s'enfuir s'il n'était pas déjà sous l'hypnose de leur tentaculaire humanité.


- L'enfant des marges
de Franck Pavloff
Éditions Albin Michel / Août 2014


Dans une Barcelone étourdie par la crise, vibrante de toute l'énergie d'une jeunesse qui refuse le monde tel qu'il est, un homme part à la recherche de son petit-fils adolescent. Lui-même a tout quitté: sa solitude, la paix et l'oubli qu'il croyait avoir trouvés au fin fond des Cévennes. Et voici que dans la capitale catalane bruyante et révoltée, où plane l'ombre des combattants de 36, c'est sa propre histoire qu'il rencontre et dont il peut enfin se libérer.


- L'odeur du minotaure
de Marion Richez
Éditions Sabine Wespieser / Août 2014


De la blessure que lui firent les fils de fer barbelés, alors qu'elle s'élançait, confiante, dans un champ où broutaient des vaches, la petite fille n'a gardé qu'une trace sur le bras. Elle qui ne voulait pas grandir a réussi un parcours sans faute. Son enfance terne, sa première histoire d'amour avec un jeune homme aussi rangé qu'elle, elle les a remisées bien loin. Marjorie, après de brillantes études, est devenue la "plume" d'un ministre. Caparaçonnée dans ses certitudes, belle et conquérante, elle se joue des hommes et de son passé. Mais le numéro qui s'affiche sur l'écran de son téléphone portable tandis qu'elle s'apprête à rejoindre son ministère, elle le reconnaîtrait entre mille, bien qu'elle ne l'ait plus composé depuis longtemps: sa mère l'appelle au chevet de son père mourant. Quand, au volant de sa puissante voiture, elle quitte l'autoroute qui la conduisait chez ses parents, pensant prendre un raccourci, un choc violent la fait s'arrêter net. Elle vient de heurter un animal. Bouleversée, tremblante dans la nuit de la forêt, elle recueille le dernier souffle du grand cerf qu'elle a tué. Et c'est à ce moment que sa vie bascule. L'Odeur du Minotaure, comme les contes initiatiques auxquels il s'apparente par l'extrême concision de sa langue et la simplicité de sa structure, est un beau roman de la métamorphose.


- L'ordinateur du paradis
de Benoît Duteurtre
Éditions Gallimard / Août 2014


Arrivé aux portes du paradis, un nouvel élu, fraîchement décédé, découvre les normes d'hygiène et de sécurité désormais fixées pour la vie éternelle. Au même moment, sur terre, un projet de pénalisation des images pornographiques perturbe la tranquillité de Simon Laroche, haut fonctionnaire bon teint qui redoute de se voir démasqué pour ses escapades sur Internet. Pourtant, c'est une simple phrase, filmée à son insu, qui va le précipiter dans un engrenage cauchemardesque. Dans cette société à peine imaginaire où les réseaux se dérèglent, où les informations des uns arrivent sur les ordinateurs des autres, où les femmes et les hommes guerroient sans relâche, deux jeunes banlieusards opposent une résistance dérisoire à l'ordre établi. L'intrigue nourrie par toutes les peurs de l'époque alterne avec les interventions débonnaires du Grand Saint Pierre.  


- La ballade d'Ali Baba
de Catherine Mavrikakis
Éditions Sabine Wespieser / Août 2014


Dédiée "aux quarante voleurs", La Ballade d'Ali Baba est un hommage ébouriffant au père disparu. De Key West, où il conduit ses filles dans sa Buick Wildcat turquoise afin de saluer la naissance de l'année 1969, à Kalamazoo, où il les dépose pour une semaine et où il ne viendra jamais les récupérer, en passant par Las Vegas où il prétend utiliser son aînée de dix ans, Érina, comme porte-bonheur près des tables de jeu, Vassili Papadopoulos donne le change et veut épater la galerie. De ce père fantasque et séducteur, qui très tôt usa la patience de sa femme, et qu'elle ne revit que sporadiquement après le divorce de ses parents, Érina, la narratrice du roman, n'a pas été dupe longtemps. Le premier saisissement passé, c'est à peine si la spécialiste de Shakespeare qu'elle est devenue s'étonne de le retrouver, vieillard frêle et vêtu d'un léger pardessus, dans les rues de Montréal balayées par une tempête de neige, alors qu'il est mort neuf mois plus tôt. Sans avoir rien perdu de son aplomb, il lui explique doctement, lui qui a quitté l'école à quatorze ans, que son apparition lui permettra de comprendre enfin la phrase de Hamlet, "le temps est hors de ses gonds", à laquelle elle a consacré deux chapitres de sa thèse. Érina pressent qu'il ne va pas s'arrêter là. Catherine Mavrikakis tutoie les fantômes et se joue de la chronologie dans cet éblouissant portrait d'un homme dont l'existence nous est donnée par éclats, comme à travers un kaléidoscope. À Rhodes qu'il quitta en 1939 avec sa famille, à Alger où, très jeune, il dut gagner sa vie, à New York où il vint en 1957 "faire l'Américain": partout, il est terriblement présent, et terriblement attachant.


- La belle de l'étoile
de Nadia Galy
Éditions Albin Michel / Août 2014


Après la mort de l'homme qu'elle aimait, une femme choisit de s'exiler à Saint-Pierre-et-Miquelon, île battue par les vents, espace sans frontière. Ce sera son refuge pour relire la correspondance de son amant, qu'elle se fait expédier de Paris, et y répondre, comme s'il était encore vivant. Comment survivre à la perte? Défier l'inéluctable? Mêlant le rire et l'effroi, le style singulier de Nadia Galy, l'auteur d'Alger, lavoir galant et du Cimetière de Saint-Eugène, sublime la violence de cette expérience dans un récit plein de grâce et de poésie. Roman sur le deuil et l'amour, La belle de l'étoile raconte avant tout la renaissance d'une femme, magnifique personnage habité par la force et l'énergie salvatrice des mots.


- La chance que tu as
de Denis Michelis
Éditions Stock / Août 2014


Ici au moins, il est au chaud.
Ici au moins, il est payé, nourri, blanchi.
Ici au moins, il a du travail.
L'enfermement le fait souffrir certes, mais pense un peu à tous ceux qui souffrent vraiment.
Ceux qui n'ont plus rien.
Alors que toi, tu as une situation et un toit où dormir, ça n'est pas rien tu sais.
Et tu oses te plaindre.


- La dévoration
de Nicolas d' Estienne d'Orves
Éditions Albin Michel / Août 2014


"Je suis chez moi dans le carnage. Mes livres sont des meurtres. Le mal est ma respiration". L'écrivain Nicolas Sevin aime l'opéra, la littérature et le sang. Judith, son éditrice, voudrait qu'il se renouvelle, qu'il se démasque, en un mot qu'il se mette à nu. En choisissant de se replonger dans l'affaire du Japonais cannibale Morimoto, Nicolas Sevin prend le risque de se confronter à ses peurs et à ses démons: son enfance, sa relation ambiguë avec sa mère, un noir secret gardé par son père, ses parties de chasse sexuelle avec son amie de toujours. Et si les bourreaux qui le hantent étaient plus proches de lui qu'il n'ose le croire? Au terme de sa descente en enfer, il dresse un constat sans concession: certains savent dompter l'écriture, d'autres se font dévorer par elle.


- La légende de Loosewood Island
de Alexi Zentner
Éditions JC Lattès / Août 2014


La famille Kings habite sur l'île de Loosewood depuis trois cents ans. Les richesses de la mer et l'abondance des homards ont permis à toutes les générations de régner sans partage sur l'activité de la pêche. Après la disparition tragique de son petit frère, Cordelia va reprendre la couronne que lui cède son père. Partagée entre les rivalités avec ses deux sœurs, la lutte farouche qu'il lui faut mener contre les trafiquants de drogue qui transitent dans les eaux poissonneuses de l'île à quelques encablures de la terre ferme et l'amour qu'elle porte au marin de son bateau, la jeune fille doit résister aux dangers qui l'entourent et rendent son avenir incertain.


- La loi sauvage
de Nathalie Kuperman
Éditions Gallimard / Août 2014


"Votre fille, c'est une catastrophe". C'est ce que dit la maîtresse à une mère un matin devant l'école. La phrase fait son chemin dans l'esprit fragile de Sophie et la renvoie à une douleur ancienne, également d'origine scolaire. Ressurgissant au contact du mot "catastrophe", cet événement traumatique entraîne toutes sortes de perturbations dans sa vie, y compris dans son travail. Chargée de rédiger des notices pour appareils ménagers, elle laisse affleurer ses angoisses dans les modes d'emploi qui deviennent de plus en plus loufoques. La loi sauvage est une descente en spirale dans l'univers mental d'une mère aux prises avec la vie scolaire de sa fille, mais aussi avec sa vie quotidienne, sentimentale et professionnelle. L'amour maternel est ici décrit, avec l'originalité et l'humour propres à l'auteur, à la fois comme un recours salutaire et une passion toxique.


- La malédiction du bandit moustachu
de Irina Teodorescu
Éditions Gaïa / Août 2014


Quelque part à l'est au début du XXe siècle, Gheorghe Marinescu se fait faire une beauté chez le barbier. Déboule un homme à longue moustache qui réclame la meilleure lame du commerçant. Gheorghelie amitié avec le moustachu, découvrant qu'il ne jure que par la bouillie de haricots blancs. Accessoirement ce bandit de grand chemin, qui amasse des trésors pour les redistribuer aux nécessiteux, révèle sa planque. Ni une ni deux, l'envieux Marinescu commet l'irréparable. Voilà comment une malédiction s'abat sur Gheorghe et toute sa descendance, jusqu'en l'an deux mille. Le rythme est trépidant, le ton enlevé, un premier roman tragique et loufoque à la fois.


- La peau de l'ours
de Joy Sorman
Éditions Gallimard / Août 2014


Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie malheureuse. Ayant progressivement abandonné tout trait humain pour prendre l'apparence d'une bête, il est vendu à un montreur d'ours puis à un organisateur de combats d'animaux, traverse l'océan pour intégrer la ménagerie d'un cirque où il se lie avec d'autres créatures extraordinaires, avant de faire une rencontre décisive dans la fosse d'un zoo. Ce roman en forme de conte, qui explore l'inquiétante frontière entre humanité et bestialité, nous convie à un singulier voyage dans la peau d'un ours. Une manière de dérégler nos sens et de porter un regard neuf et troublant sur le monde des hommes.


- La prophétie de Jonas
de Joshua Max Feldman
Éditions Plon / Août 2014


New-yorkais, enfiévré, moderne et symbolique, Le livre de Jonas est un premier roman très ambitieux, fascinant, à l'image de l'Amérique elle-même, broyeuse d'âmes, sublimatrice d'expériences, et inspiratrice de rêves toujours plus grands. Jonas est avocat d'affaires, il travaille nuit et jour, s'octroie parfois un week-end avec sa compagne, une soirée avec sa maîtresse, mais jamais de temps mort. Le déluge va le forcer à s'arrêter. Un jour d'orage, la foule s'est amassée dans le métro, guettant l'accalmie pour sortir. C'est là que Jonas rencontre un juif hassidique; l'homme lui raconte l'histoire de Jonas qui, en désobéissant à Dieu, provoqua sa colère, et le met en garde contre les dangers d'une âme vide. Le soir, fêtant sa promotion, Jonas s'enivre. Jusqu'à cette hallucination, ou il voit le monde s'écrouler autour de lui. À son réveil, deux jours plus tard, la vie telle qu'il la menait est devenue inconcevable. Judith a tout réussi, c'est une élève brillante, admise à Harvard, et entourée d'une famille aimante. Mais le 11 septembre 2001, ils sont à bord de l'avion destiné à s'écraser sur le Pentagone. Orpheline, Judith doit se reconstruire. Errant de Paris à Los Angeles, elle tente des expériences artistiques, sexuelles et professionnelles susceptibles de combler ce vide en elle. Rien n'y fait. Tout au long de leurs jeunes existences, Jonas et Judith se croisent: il voit sa photo, elle lui demande son chemin dans la rue, il la cherche sans savoir pourquoi. Deux âmes perdues en quête de sens, qui se retrouveront à Las Vegas, Ninive du XXIe siècle, deux vies dépensées, essoufflées et fiévreuses, à la fois modernes et intemporelles.


- La route sombre
de Jian Ma
Éditions Flammarion / Août 2014


Meili, une jeune paysanne chinoise, est mariée à Kongzi, lointain descendant de Confucius. Voulant à tout prix un fils pour assurer sa lignée, il met enceinte Meili alors qu'ils ont déjà une fille, défiant la politique de l'enfant unique. Pour éviter les agents de contrôle, ils doivent fuir et commencer une vie de cavale à travers la Chine.


- La trace du fils
de Gaspard-Marie Janvier
Éditions Fayard / Août 2014


"Je ne crois pas qu'il soit du rôle d'un père de faire poursuivre un enfant par des hommes en uniforme". Il s'abreuva dans une flaque à flanc de colline, tira une pomme de sa poche. Il arpentait la montagne aux trousses d'un fils qui n'était même pas le sien. Les ondes colportaient les abus des maris sur les femmes, des pères sur les fils. Cela faisait donc, Cecil compta, cinq jours: cinq jours qu'Abel court, court toujours, droit devant. Ils avaient fait un grand tas de bois et y avaient mis le feu au moyen du dernier Dauphiné dont la une titrait: "Abel est-il encore vivant?" Pour la première fois Abel se sentait intimidé par un paysage dont les proportions ne semblaient jamais devoir cesser de grossir à mesure qu'il progressait. Ainsi son premier père pourrait lui arriver dans une volée de neige blanche.


- Le bonheur national brut
de François Roux
Éditions Albin Michel / Août 2014


Le 10 mai 1981, la France bascule à gauche. Pour Paul, Rodolphe, Benoît et Tanguy, dix-huit ans à peine, tous les espoirs sont permis. Trente et un ans plus tard, que reste-t-il de leurs rêves, au moment où le visage de François Hollande s'affiche sur les écrans de télévision? Le bonheur national brut dresse, à travers le destin croisé de quatre amis d'enfance, la fresque sociale, politique et affective de la France de ces trois dernières décennies. Roman d'apprentissage, chronique générationnelle: François Roux réussit le pari de mêler l'intime à l'actualité d'une époque, dont il restitue le climat avec une sagacité et une justesse percutantes.


- Le chant des esprits
de Sarah Lark
Éditions L'Archipel / Août 2014


Gwyneira élève sa petite-fille Kura et s'inquiète pour elle. La jeune métis de quinze ans, surnommée la reine maorie, possède un physique et une voix magnifiques qui suscitent l'admiration. Mais, capricieuse et uniquement intéressée par la musique, Kura refuse d'assumer son rôle d'héritière de Kiward Station, le domaine familial. Gwyneira décide alors de l'envoyer en pensionnat pour lui donner une éducation stricte. C'est alors que Kura rencontre William Martyn, le fiancé de sa cousine, la petite-fille d'Hélène, autre héroïne du Pays du nuage blanc. Le coup de foudre est réciproque. Kura et William décident de se marier, au grand dam de tous. Kura pourra-t-elle cependant se contenter d'un rôle d'épouse alors qu'une grande carrière musicale lui est promise?


- Le ciel nous appartient
de Katherine Rundell
Éditions Les Grandes Personnes / Août 2014


Tout le monde pense de Sophie qu'elle est une orpheline. Nulle femme n'a en effet survécu au naufrage qui la laissa, à l'âge d'un an, flottant dans un étui à violoncelle au beau milieu de la Manche. La fillette demeure cependant intimement persuadée que sa mère n'a pas sombré avec le navire. Alors, lorsque les services d'Aide à l'enfance anglais menacent Charles Maxim, son tuteur, érudit généreux aussi courtois que maladroit, aux méthodes d'éducation  fantasques, de lui reprendre la garde de Sophie, celle-ci, suivant l'enseignement de ce doux rêveur, décide de ne négliger aucune possibilité, et part pour Paris en sa compagnie sur les traces de sa mère. Une cavale menée sous le signe de l'espoir, qui conduira la fillette aux cheveux couleur des éclairs sur les toits de la ville-lumière. Elle y fera la connaissance de Matteo et de sa bande de danseurs du ciel. Froussards et phobiques des hauteurs s'abstenir: mieux vaut avoir le cœur bien accroché pour pouvoir suivre ces gamins-là.


- Le fils
de Philipp Meyer
Éditions Albin Michel / Août 2014


Vaste fresque de l'Amérique de 1850 à nos jours, Le FilsLe Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l'Histoire, et une exploration fascinante de la part d'ombre du rêve américain.


- Le jour où tu m'as quittée
de Vanessa Schneider
Éditions Stock / Août 2014


"Où es-tu mon amour, que fais-tu? Ton absence me donne des vertiges, je n'arrive plus à marcher droit. Tout se brouille, tout s'enroule. J'aperçois la brume de tes cheveux mousseux, la courbe de ton nez, ta veste élimée dansant sur les trottoirs. Je donnerais tout pour que tu reviennes". Mais il ne revient pas et ne reviendra pas. Jeanne, divorcée, mère de deux petits-enfants, est brutalement quittée par un beau jour d'été, et c'est comme le ravissement de tous ses espoirs, le début d'une longue descente, et surtout le retour de tous ses démons: une mère trop présente, un père absent, une identité fragile qui casse comme du verre. Ressusciter, se reconstruire, aimer à nouveau?


- Le printemps du loup
de Andrea Molesini
Éditions Calmann Lévy / Août 2014


Pietro a dix ans. Orphelin rêveur et débrouillard, il possède son univers et son langage à lui, à la fois cocasses et surréalistes. Ainsi quand il quitte précipitamment, au printemps 1945, le couvent de Saint-François-du-Désert, c'est pour fuir les "hommes d'A-H", autrement dit les Allemands. Avec lui, un petit groupe hétéroclite: Dario, son meilleur ami taiseux mais fort en maths, qui s'il a les oreilles décollées n'a pas pour autant tué Jésus; deux vieilles dames juives, les sœurs Maurizia et Ada Jesi; et puis Elvira, une jeune religieuse, aussi suspecte que belle, qui tient un journal et dont le récit alterne avec celui de Pietro. Traqués par les nazis, ils reçoivent l'aide d'un pêcheur "qui vit comme une mouette" et d'un frère énergique "aux silences qu'on écoute". Ils sont rejoints par un déserteur allemand, dont le secret affectera de manière tragique le destin collectif. Sous des lunes immenses, au cœur de forêts noires et de fermes en ruines, leur folle équipée les conduira au-devant de partisans et fascistes désorientés, alors que la guerre touche à sa fin: si les hommes et les lieux sont chargés de défiance et de terreur, une lueur de bonté réussit, de temps en temps, à percer les ténèbres.


- Le règne du vivant
de Alice Ferney
Éditions Actes Sud / Août 2014


Aiguillonné par la curiosité, et très vite porté par l'admiration, un journaliste norvégien s'embarque sur l'Arrowhead avec une poignée de militants s'opposant activement à la pêche illégale en zone protégée. À leur tête, Magnus Wallace, figure héroïque et charismatique qui lutte avec des moyens dérisoires, mais un redoutable sens de la communication, contre le pillage organisé des richesses de la mer et le massacre de la faune. Retraçant les étapes de cette insurrection singulière, témoignant des discours et des valeurs qui la fondent, Alice Ferney s'empare d'un sujet aussi urgent qu'universel pour célébrer la beauté souveraine du monde marin et les vertus de l'engagement. Alors que l'homme étend sur les océans son emprise prédatrice, Le règne du vivant questionne le devenir de "cette Terre que nous empruntons à nos enfants" et rend hommage à la dissidence nécessaire, face au cynisme organisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 18:51

- Le retour
de Robert Goddard
Éditions Sonatine / Août 2014


Cornouailles, 1981. Chris Napier revient pour la première fois depuis des années à Tredower House, le domaine familial, acquis entre les deux guerres par son grand-oncle Joshua, pour assister au mariage de sa nièce. Au beau milieu de la cérémonie, Nick Lanyon, l'ami d'enfance de Chris, fait irruption et annonce, à la surprise de tous, que son père, Michaël Lanyon, exécuté pour avoir commandité le meurtre de Joshua en 1947, était innocent. Il en a la preuve. Le lendemain, on retrouve Nick pendu. Par fidélité envers son ami, et pour dissiper des silences et des zones d'ombre qui depuis trop longtemps hantent sa famille, Chris décide de faire la lumière sur l'assassinat de son grand-oncle. Mais il y a des secrets qu'il est parfois bon de laisser en sommeil et Chris est loin de se douter des dangers qu'il encourt en exposant ainsi la légende familiale à la lumière de la vérité.


- Le voltigeur
de Marc Pondruel
Éditions JC Lattès / Août 2014


"Je ne suis jamais retourné à Lille. Mais ce que j'ai construit ici, avec Merve, moi qui ne savais pas faire grand-chose, la maison de Varna, c'est aussi la preuve d'avoir avancé. On ne change jamais vraiment, au fond. C'est seulement les années, seulement les années qui sont passées. Tous ces gens sont loin. Je ne sais pas ce qu'ils font de leurs vies. Moi, j'ai essayé d'être heureux". Dans une paisible maison d'hôtes en Bulgarie, un homme revient sur son passé et raconte tout à celle qu'il aime. Vingt ans plus tôt, c'était Lille, l'Institut, la jeunesse, l'insouciance. C'était Witold, le voltigeur, et la bande, quatre amis à l'âme vaste comme le monde, peur de rien sauf du temps qui passe et arrondit les angles. Mais la vie finit toujours par vous rattraper. Il faudra trois ans d'errance à notre narrateur, trois ans d'errance à travers le monde, pour oublier Witold, qui le fascine au-delà du raisonnable. Pour survivre à Nina, qui a failli causer sa perte. Pour finalement trouver sa place, au détour d'une auberge et des nuits d'Istanbul, dans l'odeur de musc et le fouillis des cheveux de Merve. Des rues pavées de Lille aux grandes avenues de San Francisco, de la place Rouge aux rives de la mer Noire, tout est affaire de voltige: être assez malin pour réinventer les choses, s'autoriser un pas de côté. Une voltige intérieure qui, à vingt ans de distance, montre toute la beauté du chemin parcouru. Le voltigeur, c'est aussi le nom du soldat dans l'armée de Napoléon, celui qui cavale sans cesse sur le champ de bataille, très légèrement armé pour aller plus vite.


- Les amants spéculatifs
de Hélène Risser
Éditions JC Lattès / Août 2014


Au plus fort de la crise des subprimes, Hélène, journaliste dans un quotidien économique, doit écrire l'autobiographie d'une banquière. Elle se souvient d'Anna B., interviewée autrefois, et dont l'ambition et la réussite incarnent l'argent fou et la féminité insolente. Anna accepte l'idée du livre, mais semble davantage préoccupée par sa vie conjugale que par la conjoncture et les dérives du système. Encore que. Et si, sur le grand marché des sentiments, le respect des règles financières permettait de limiter les pertes de l'investisseur? Quand son mari la trahit, elle tente une expérience, le trading sentimental, sous les yeux ébahis d'Hélène. Mais la spéculation n'est-elle pas plus aventureuse lorsqu'il s'agit du cœur?


- Les bénéfices du hasard
de Nadine Diamant
Éditions La Grande Ourse / Août 2014


Lili et Ricky sont mariés depuis quelques années et sombrent inéluctablement dans la spirale infernale des critiques et des reproches mutuels. Alors que Lili tente de redonner de l'élan à son couple et à sa sexualité, Ricky, après une longue période d'immobilisme, rencontre Mariana qui devient sa maîtresse et avec laquelle il retrouve toute son énergie et sa joie de vivre. À la faveur de cette liaison et d'un enchaînement d'événements qui vont rapidement le dépasser, Ricky sera amené à révéler un lourd secret qu'il porte en lui douloureusement depuis l'enfance.


- Les fils de rien, les princes, les humiliés
de Stéphane Guibourgé
Éditions Fayard / Août 2014


Avoir seize ans, avoir vingt ans dans les années quatre-vingt. L’époque est à la rigueur. Des pères vaincus baissent les yeux devant leurs fils. Il s'agit alors de s'échapper, de fuir le mauvais côté du périphérique. Se frayer un chemin à travers les jardins ouvriers à l'abandon. Quitter ses amis, les princes, les humiliés. Kader, Abdou, Jean-Phi. Choisir la vitesse et la violence. Puis, un soir, rejoindre enfin une meute skinhead. Voici la trajectoire d'un fils de rien. Nom de guerre: Falco. Vingt-cinq ans plus tard, retiré du monde, il se souvient, et se fait face. Voici la confession d'un exilé et la quête de ce qui demeure en lui d'humanité et d'espérance.


- Les hommes meurent, les femmes vieillissent
de Isabelle Desesquelles
Éditions Belfond / Août 2014


Dix portraits de femmes. Quatre générations. Une famille. Naître, grandir, aimer, donner la vie ou mourir, elles sont toutes à la veille de ces heures qui marquent une existence. "La bouche la plus scellée n'empêchera pas un corps de révéler ce qu'on a fait de lui". Elles sont dix. Mères, sœurs, cousines, petites et arrière-petites-filles, elles vont chercher un oubli à L'Éden, l'institut de beauté d'Alice. Certaines sont au bout de leur existence, d'autres au début. Tour à tour, elles dévoilent leurs secrets, leur fragilité aussi. Sans rien dissimuler, elles disent la jouissance et la défaite, l'allégresse à aimer et les renoncements. Les rides et les bonheurs. Toutes sont terriblement attachantes et font face à un silence qu'elles apprivoisent. Celui d'Ève, l'absente, sans laquelle elles ont appris à vivre. Autour de son souvenir, elles réapprendront à être une famille.


- Les mots qu'on ne me dit pas
de Véronique Poulain
Éditions Stock / Août 2014


"Salut, bande d'enculés!"
C'est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison. Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu'ils sont sourds. Je vais leur prouver que je dis vrai.
"Salut, bande d'enculés !" Et ma mère vient m'embrasser tendrement". Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte. Son père, sourd-muet. Sa mère, sourde-muette. L'oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot. Le quotidien. Les sorties. Les vacances. Le sexe. D'un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie. D'une famille différente, un livre pas comme les autres.


- Les nouveaux monstres. 1978-2014
de Simonetta Greggio
Éditions Stock / Août 2014


En Italie, la ligne la plus droite entre deux points est l'arabesque. Il faudra un jour étudier l'importance du baroque sur le peuple italien, comme le disait Ennio Flaiano. La criminalité s'y décline en trois composantes: attentats et massacres à des fins politiques, corruption transversale à tous les niveaux, différentes mafias. Qui a tiré les ficelles? La réalité est complexe, insaisissable, perverse. À travers la relation entre don Saverio, jésuite, héritier de la lignée Valfonda, et sa petite-nièce Aria, journaliste d'investigation à laquelle il confie ses secrets, ce roman raconte la fin de la dolce vita, l'implosion de la Démocratie chrétienne et du parti communiste et la montée en puissance du berlusconisme sur fond de mafia, d'argent sale et d'affaires troubles au Vatican. Mais aussi la merveille de cette terre où l'on sait encore sourire, sa beauté, ses héros au quotidien. Dans cette Italie sublime et tragique Silvio Berlusconi a débarqué sur la scène politique comme surviennent les grandes pestes. Jugé inéligible en 2014, le vieux caïman n’est pas mort.


- Les révolutions de Jacques Koskas
de Olivier Guez
Éditions Belfond / Août 2014


Il s'était rêvé Don Juan, journaliste de haut vol ou intellectuel viennois fin de siècle... Comment être simplement Jacques, épris de sexe et d'absolus, tiraillé par ses propres contradictions, fils aimant de ses parents envahissants? "Jacques déplia son long corps et se frotta les yeux en bâillant, aveuglé par les néons de la synagogue séfarade de la bonne ville de S. Il desserra son nœud de cravate; comme chaque année, le bedeau avait mal réglé le chauffage et Jacques s'ennuyait ferme à Kippour". Ainsi commencent les aventures tragi-comiques de Jacques Koskas. Jacques veut vivre sa vie, mais laquelle? Oscillant entre son pur esprit et la chair accueillante de ses maîtresses, il cornaque un joueur de foot au soleil du Brésil en théorisant sur Vienne fin de siècle. Jacques jouit, mais avec entraves. Jacques pense la révolution, mais sexuelle. Jacques, c'est terrible, s'appelle Jacques, comme son père. Impossible et attachant, looser magnifique et idéaliste indécis, notre héros mène son épopée vers la seule cohérence que son destin lui permet.


- Madame
de Jean-Marie Chevrier
Éditions Albin Michel / Août 2014


C'est une étrange éducation que Madame, veuve excentrique et solitaire, s'obstine à donner au fils de ses fermiers dans un lointain domaine menacé par la décadence. Que cherche-t-elle à travers lui? Quel espoir, quel souvenir, quelle mystérieuse correspondance? Curieusement, le garçon accepte tout de cette originale. Avec elle, il habite un autre temps que celui de ses parents et du collège. Un temps hanté par l'ombre de Corentin, l'enfant perdu de Madame.


- Madame Diogène
de Aurélien Delsaux
Éditions Albin Michel / Août 2014


Madame Diogène ne vit pas dans un tonneau mais dans un appartement transformé en terrier. Elle y a accumulé au fil du temps des tombereaux d'immondices dont les remugles ont alerté les voisins. Elle n'en a cure, elle règne sur son domaine, observe le monde de sa fenêtre, en guette l'effondrement et le chaos. Elle sait qu'autre chose se prépare. Plongée vertigineuse dans la folie, analyse minutieuse de la solitude radicale, ce premier roman d'Aurélien Delsaux explore avec une force et une maîtrise étonnantes un territoire aussi hallucinant qu'insoupçonné.


- Mon âge
de Fabienne Jacob
Éditions Gallimard / Août 2014


"Quand on entre dans un rêve, un cinéma, un hypermarché, une forêt ou un autre corps, on n'a plus d'âge". Au commencement, il y a une femme qui se démaquille devant son miroir. Quel âge a-t-elle? Tous les âges et aucun. L'âge de ses expériences. Celles qui font descendre au plus profond de soi, plonger dans la matière rugueuse d'une écorce d'arbre auquel on s'enroule, dans le noir bruissant d'une penderie de maîtresse d'école ou dans une piscine de maison de repos. Que ce soit au fond des cinémas tendus de rouge ou au fond des lits tièdes, le temps n'est pas ce que l'on croit. C'est un tournoiement qui rend toute séduction et tout jugement caducs. Jusqu'à la seule question qui vaille vraiment: celle du temps intérieur. Le seul qui ne passe pas.


- Monsieur est mort
de Karine Silla
Éditions Plon / Août 2014


Quand survient la mort du père, est-ce le temps de la fin des secrets et du pardon? Ou bien celui de la culpabilité? À la mort de son père, Vincent quitte l'Inde où il vit depuis quinze ans pour revenir à Paris. Telle une bombe à retardement, cette disparition fait resurgir du passé des traumatismes enfouis. Ce retour sera-t-il le déclencheur pour que se brisent enfin les tabous, que soient dévoilés les secrets et les non-dits familiaux? Un roman sur la culpabilité, le pardon et le pouvoir de destruction du silence.


- Ne pars pas avant moi
de Jean-Marie Rouart
Éditions Gallimard / Août 2014


Qu'est-ce qui décide de notre destin? Pourquoi les choses arrivent-elles? Quelle est la part de la volonté, du hasard et de la fatalité dans l'accomplissement d'une vie? Dans ce roman autobiographique, Jean-Marie Rouart s'interroge sur le mystère de la destinée et tente d'en comprendre les rouages secrets. Il met son cœur à nu et avoue ses faiblesses: une adolescence à l'horizon bouché, un bac inlassablement raté, l'amour pour une jeune fille qui ne cesse de le tromper, la médiocrité dans une chambre de bonne à échafauder des rêves au-dessus de ses moyens. Par quel sortilège conjurer le mauvais sort? Comment passer de la pauvreté parmi les pêcheurs de Noirmoutier à la fréquentation des heureux du monde, de l'humiliation des livres refusés à l'Académie française? L'amour, sa cruauté et ses ivresses ponctuent un récit alerte et piquant dans lequel alternent romantisme et humour.


- Nos disparus
de Tim Gautreaux
Éditions Du Seuil / Août 2014


Sam Simoneaux, dont la famille a été massacrée quand il avait six mois, débarque en France le jour de l'Armistice. De la Première Guerre, il ne connaîtra que le déminage des champs de bataille de l'Argonne. À La Nouvelle-Orléans, devenu responsable d'étage aux grands magasins Krine, il ne peut empêcher l'enlèvement de la petite Lily Weller. Licencié, sommé par les parents Weller de retrouver leur enfant, il embarque comme troisième lieutenant - maintenir l'ordre et à l'occasion jouer du piano - sur l'Ambassador, bateau d'excursion à aubes qui sillonne le Mississippi. Le roman se déploie alors le long du fleuve, scandé par la musique de jazz, orchestre noir, orchestre blanc et alcool à volonté. Au gré des escales et des bagarres, Sam met au jour un commerce d'enfants mené par quelques spécimens peu reluisants de la pègre des bayous.


- Nunuche story
de Margaux Guyon
Éditions Plon / Août 2014


Traductrice de romans érotiques, Léna voit l'univers des livres auxquels elle consacre ses journées envahir brutalement son quotidien. Léna et Thomas s'aimaient d'amour tendre. Moralité: ils s'ennuient au logis. Léna attend désespérément une réponse pour le manuscrit auquel elle a consacré un an d'efforts. Elle trompe son inquiétude écrivant des frivolités, et en traduisant Dangereux Louboutin, la série romanesque qui révolutionna l'érotisme outre-Atlantique, désormais prête à conquérir l'Europe des amateurs d'eau de rose corsée. Thomas aspire à se réaliser dans l'architecture éphémère. En attendant, il travaille dans une agence dont chaque projet apporte une pierre à l'édifice de son ennui. Et voici que la romance américaine fait irruption dans leur existence parisienne sous les traits d'un jeune étalon bodybuildé à intellect limité. Léna succombera-t-elle? Son amour pour Thomas résistera-t-il à la tentation de l'éphémère? Bref, notre civilisation tout entière s'abandonnera-t-elle enfin à la tentation du Nunuche?


- On ne voyait que le bonheur
de Grégoire Delacourt
Éditions JC Lattès / Août 2014


"Une vie, et j'étais bien placé pour le savoir, vaut entre trente et quarante mille euros. Une vie; le col enfin à dix centimètres, le souffle court, la naissance, le sang, les larmes, la joie, la douleur, le premier bain, les premières dents, les premiers pas; les mots nouveaux, la chute de vélo, l'appareil dentaire, la peur du tétanos, les blagues, les cousins, les vacances, les potes, les filles, les trahisons, le bien qu'on fait, l'envie de changer le monde. Entre trente et quarante mille euros si vous vous faites écraser. Vingt, vingt-cinq mille si vous êtes un enfant. Un peu plus de cent mille si vous êtes dans un avion qui vous écrabouille avec deux cent vingt-sept autres vies. Combien valurent les nôtres?" À force d'estimer, d'indemniser la vie des autres, un assureur va s'intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité.


- Parle-moi du sous-sol
de Clotilde Coquet
Éditions Fayard / Août 2014


La fable prétend que le travail est un trésor. Mais pour certains, il est seulement alimentaire. Ils sont nombreux, les employés sur-qualifiés de ce grand magasin de luxe, à enchaîner les contrats d'une semaine. Comme ce démonstrateur de karaoké spécialiste de Baudelaire. Ou cet ancien militaire, embauché comme vigile juste avant Noël pour éviter un attentat au rayon jouets. Caissière depuis peu au niveau - 1 avec un bac + 7, la narratrice ne serait-elle pas en droit d'espérer mieux? Elle refuse de croire que ses perspectives se résument au fascicule "Encaisser sans problème" qu'on distribue aux débutants. Un inconnu à la cantine lui a bien promis des jours meilleurs, mais elle ne les voit pas venir. Et si c'était ça, la vraie vie? Si l'avenir n'avait rien d'autre à lui offrir que cette menue monnaie à ranger méthodiquement dans le tiroir? S'ils avaient tous passé leur tour?


- Pas pleurer
de Lydie Salvayre
Éditions Du Seuil / Août 2014


Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l'Église contre "les mauvais pauvres". Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et "mauvaise pauvre", qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l'insurrection libertaire par laquelle s'ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d'Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie. Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l'art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.


- Peau vive
de Gérald Tenenbaum
Éditions La Grande Ourse / Août 2014


Ève, 37 ans, biologiste, souffre d'une phobie du toucher qui lui interdit toute vie normale et notamment de fonder un couple avec André, son amour d'enfance. Un soir d'octobre 1988, elle se trouve par hasard au cinéma Saint-Michel, à Paris, dans une salle où un attentat incendiaire est déclenché. Paralysée par l'idée de frôler les spectateurs qui se ruent vers la sortie, elle hésite. Longtemps, trop longtemps. Elle finit par perdre connaissance et tomber dans le coma. Grâce à l'intervention d'un mystérieux passant, elle est sauvée in extremis et transportée à l'hôpital. À son réveil, décidée à vaincre sa phobie pour enfin vivre pleinement sa vie et sa passion, elle choisit de se rendre à Berlin-Est, de l'autre côté de ce mur souvent évoqué dans son enfance, symbole de toutes les séparations. Durant ce voyage périlleux vers sa propre libération, elle croise à nouveau le passant, cet inconnu bienveillant qui l'accompagne depuis toujours, veillant discrètement sur elle, et qui va l'aider de manière inattendue à se délivrer de ses démons.


- Peine perdue
de Olivier Adam
Éditions Flammarion / Août 2014


Alors qu'une tempête ravage la côte, Antoine, jeune joueur de football, se fait agresser à coups de batte de base-ball à la veille de disputer un match important. Vingt-deux voix se succèdent, toutes en rapport avec ces deux événements.


- Prières pour celles qui furent volées
de Jennifer Clément
Éditions Flammarion / Août 2014


Ladydi, 14 ans, vit dans les montagnes de Guerrero, au Mexique, où les barons de la drogue règnent sans partage. Il ne fait pas bon être une fille dans cette région où elles doivent se déguiser en garçon ou s'enlaidir pour éviter de tomber aux mains des cartels qui en font des esclaves sexuelles. Avec ses amies, elle rêve d'un avenir plein de promesses.


- Rouge ou mort
de David Peace
Éditions Payot & Rivages / Août 2014


"Et les supporters du Spion Kop jettent leurs écharpes à Bill. Leurs écharpes rouges. Une pluie d'écharpes tombe sur Bill. En guise de remerciement. Toutes leurs écharpes. Leurs écharpes rouges. Et Bill ramasse leurs écharpes. Toutes leurs écharpes. Leurs écharpes rouges. Et Bill noue une écharpe autour de son cou. Une écharpe rouge. Et Bill brandit une autre écharpe. Une autre écharpe rouge. Entre ses poings. Une écharpe. Une écharpe rouge. Tenue bien haut. Entre ses bras levés. En signe de remerciement". C'est dans un style incantatoire et hypnotique que David Peace raconte l'histoire du Liverpool Football Club lorsque Bill Shankly en prit la direction. Il prend, dans Rouge ou mort, une hauteur extraordinaire et signe le grand roman de l'année.


- Sauf quand on les aime
de Frédérique Martin
Éditions Belfond / Août 2014


Ils sont jeunes, et alors? Quand la jeunesse ne va plus de soi, que l'âge adulte n'est pas donné, la voie est étroite pour quatre copains qui se veulent du bien. Claire, Juliette et Kader ont un peu plus de vingt ans, et la vie les a déjà malmenés. Dans un contexte peu accueillant, ils se sont adoptés et ont fabriqué ensemble une nouvelle famille. L'arrivée de l'indomptable Tisha et les tourments enflammés de monsieur Bréhel vont tout bousculer. De Toulouse à Tunis, pris entre amour et amitié, ils se frôlent et se heurtent, mais tentent à tout prix de préserver leur tendresse et leur solidarité. Jusqu'au jour où la violence leur impose la mesure du réel. Sauf quand on les aime ébauche le portrait d'une jeunesse silencieuse qui peine à se mettre au monde. Une jeunesse meurtrie en quête de liberté et d'avenir, confrontée au défi d'aimer.


- Tout ce que je sais de l'amour
de Michela Marzano
Éditions Stock / Août 2014


Partant de sa propre vie autant que de ses lectures, l'auteur évoque la recherche du Prince Charmant, un objectif qui se révèle inaccessible, le désir d'enfant, la maternité, l'absence d'amour qui fonde parfois nos bancales existences, l'acceptation des limites de cet amour. Tournant un regard compréhensif pour chacun mais souvent impitoyable envers elle-même, elle aboutit à un constat personnel, où se reflète toute expérience humaine: "On reste seule avec ses peurs. Seule avec une autre liste, elle aussi sans fin, pleine de questions sans réponses. Cette fois, c'est différent. Car même si je perds tout, je ne me perdrai pas moi-même. Ni cette envie de recommencer. Ni la certitude que personne ne peut plus me voler qui je suis, même si, ensuite, la nuit m'anéantit".


- Toute ressemblance avec le père
de Franck Courtès
Éditions JC Lattès / Août 2014


"Au même âge que mon fils, je m'étais hissé au sommet d'une meule un soir, au bord du plateau. Je dominais la vallée de l'Ourcq. La nuit approchait. Les nuages venaient de loin et j'avais un peu froid. Devant moi, la terre brune, les bois sombres, le vent dans mon dos, dessinaient les contours du bonheur, les points cardinaux d'une boussole imaginaire. J'étais un cristal de garçon". Comment se défait-on des fantômes du passé? Ils sont trois personnages, une mère et ses deux enfants, Mathis et Vinciane, à tenter de survivre après la mort accidentelle de Jacques. Si Mireille, inconsolable, s'est figée dans son destin de veuve d'un héros magnifié, Vinciane, elle, traverse les océans pour oublier. Quant à Mathis, prisonnier de l'image paternelle, il enchaîne les conquêtes et s'abîme dans la séduction. Tous se débattent mais le fantôme de Jacques rôde, un fantôme qui épouserait les fantasmes et les culpabilités de chacun. Mais vient un jour où il faut solder les comptes et songer à l'avenir.


- Un été en famille
de Arnaud Delrue
Éditions Du Seuil / Août 2014


C'est l'été. La sœur de Philippe, le narrateur, meurt subitement. On l'enterre. Il y a la mère, et Marie, la petite sœur collégienne. Et l'oncle Paul, ami de Duval, le médecin qui leur prête sa belle propriété au bord du lac. La vie reprend ses droits. Philippe noue une relation avec une jeune collègue de travail, il passe du bon temps avec son meilleur ami, Basile. Tout semble paisible. Mais en fait, non. On ressent dès les premières pages un malaise. Quelle relation Philippe entretenait-il avec sa sœur? De quelle maladie celle-ci était-elle atteinte? Pourquoi le narrateur s'adresse-t-il à Marie dans ce qui ressemble à une longue confession, une dernière tentative pour renouer les fils du destin? L'étrangeté des situations grandit au fil d'un récit entrecoupé de magnifiques descriptions des paysages français, dans une traversée du territoire vers le Sud et l'Espagne, en camionnette, comme une fuite sans espoir.


- Un hiver en enfer
de Jo Witek
Éditions Actes Sud / Août 2014


Le fils se réfugie dans les jeux vidéos pour échapper à l'enfer familial, la mère n'a jamais su aimer son fils. Leur face-à-face débute brutalement le jour où le père disparaît. C'est un huis clos qui s'engage, en plein cœur de l'hiver, entre ces deux êtres si différents. Le drame se noue mais lequel des deux dit la vérité? Un seul, forcément.


- Une constellation de phénomènes vitaux
de Anthony Marra
Éditions JC Lattès / Août 2014


Dans un village enneigé de Tchétchénie, Havaa, une fillette de huit ans, regarde, cachée dans les bois, les soldats russes emmener en pleine nuit son père, accusé d'aider les rebelles. De l'autre côte de la rue, Akhmed, son voisin et ami de sa famille, observe lui aussi la scène, craignant le pire pour l'enfant quand les soldats mettent le feu à la maison. Mais quand il trouve Havaa tapie dans la forêt avec une étrange valise bleue, il prend une décision qui va bouleverser leur vie. Il va chercher refuge dans un hôpital abandonné où il ne reste qu'une femme pour soigner les blessés, Sonja Rabina. Pour Sonja, chirurgienne russe talentueuse et implacable, l'arrivée d'Akhmed et de Havaa est une mauvaise surprise. Exténuée, débordée de travail, elle n'a aucune envie de s'ajouter ce risque et cette charge. Car elle a une bonne raison de se montrer prudente: accueillir ces réfugiés pourrait compromettre le retour de sa sœur disparue. Pourtant, au cours de cinq jours extraordinaires, le monde de Sonja va basculer et révéler l'entrelacs de connexions qui lie le passé de ces trois compagnons improbables et décidera de leur destin. À la fois récit d'un sacrifice et exploration du pouvoir de l'amour en temps de guerre, Une constellation de phénomènes vitaux est surtout une œuvre portée par le souffle profond de la compassion, vers ce qui doit être et ce qui demeure.


- Une éducation catholique
de Catherine Cusset
Éditions Gallimard / Août 2014


""Remarque, je la comprends. C'est plus amusant de lire un roman que d'aller à la messe". Papa, furieux, se retourne contre maman et l'accuse de saper les fondements de ma foi. Elle rétorque qu'elle n'a rien dit de mal, que de toute façon chacun est libre de penser comme il veut, et que je suis bien capable de juger par moi-même ce qui, de la lecture d'un roman ou de la messe, est le plus amusant. "Elle n'a qu'à rester à la maison! hurle papa. Puisque c'est comme ça, j'irai seul". Vite je ferme mon livre, je me lève, je mets mon manteau, je suis papa".


- Une vie à soi
de Laurence Tardieu
Éditions Flammarion / Août 2014


La narratrice, Laurence, en pleine tourmente personnelle, visite par hasard la rétrospective consacrée à la photographe Diane Arbus du Jeu de Paume, et c'est un choc pour elle, d'abord esthétique puis existentiel: elle va revisiter sa vie intime et familiale à la lumière de la photographe. En partant à sa recherche, Laurence se reconnaît dans le miroir. Récit autobiographique.


- Visible la nuit
de Franck Maubert
Éditions Fayard / Août 2014


Été 1976, été de canicule, à Paris. Mao-Mao, vingt ans, passionné d'art, survit en exerçant des petits boulots. Dans le quartier des Halles, il croise tout un monde d'écrivains, d'acteurs, de galeristes, de musiciens, de prostituées et de punks. Parmi eux, Robert, un artiste, un vrai, un pur. Leur amitié a la fulgurance de l'évidence, de celle qui unit les rêveurs lucides et les paumés déterminés. Robert a deux fois son âge. Il n'est plus l'artiste en vogue qu'il était, le milieu se détourne de lui. Il se réinvente sans cesse, ne renie rien de sa liberté de création. Happé à sa suite, Mao-Mao vit ses premières aventures artistiques. Pour Robert, ce seront les dernières. Mao-Mao va l'accompagner dans sa course vertigineuse de vie et de mort, dans les gerbes de paillettes de ses derniers tableaux et au son du rock. Jusqu'à la veille de son suicide, en août 1980. Visible la nuit est le roman d'une époque traversée par la figure flamboyante de Robert Malaval et disparue avec lui. Malaval n'était pas un personnage de fiction, il se voyait lui-même en héros et en artiste maudit, dans les marges du Paris de la fin des années 1970.


- Viva
de Patrick Deville
Éditions Du Seuil / Août 2014


En brefs chapitres qui fourmillent d'anecdotes, de faits historiques et de rencontres ou de coïncidences, Patrick Deville peint la fresque de l'extraordinaire bouillonnement révolutionnaire dont le Mexique et quelques-unes de ses villes (la capitale, mais aussi Tampico ou Cuernavaca) seront le chaudron dans les années 1930. Les deux figures majeures du roman sont Trotsky, qui poursuit là-bas sa longue fuite et y organise la riposte aux procès de Moscou tout en fondant la IVe Internationale, et Malcolm Lowry, qui ébranle l'univers littéraire avec son vertigineux Au-dessous du volcan. Le second admire le premier: une révolution politique et mondiale, ça impressionne. Mais Trotsky est lui aussi un grand écrivain, qui aurait pu transformer le monde des lettres si une mission plus vaste ne l'avait pas requis. On croise Frida Kahlo, Diego Rivera, Tina Modotti, l'énigmatique B. Traven aux innombrables identités, ou encore André Breton et Antonin Artaud en quête des Tarahumaras. Une sorte de formidable danse macabre où le génie conduit chacun à son tombeau. C'est tellement mieux que de renoncer à ses rêves.


- Voyageur malgré lui
de Minh Tran Huy
Éditions Flammarion / Août 2014


En 2012, Line découvre l'existence d'Albert Dadas. Le destin de ce premier cas de touriste pathologique, recensé au XIXe siècle, lui remet en mémoire l'histoire de sa famille, en particulier celle de Thinh, cousin de son père, rendu fou par l'exil, et celle de sa cousine Hoai disparue depuis sa tentative de fuite du Vietnam communiste par la mer.


- Zou !
de Anne-Véronique Herter
Éditions Michalon / Août 2014


"Ils emballent, rassemblent, trient, mais ne jettent rien. Chaque objet, même cassé, chaque lettre, chaque papier nous permet de garder un bout de notre passé, une preuve de son existence et de son importance dans nos vies". Ce n'est pas seulement la maison de vacances appartenant à sa famille depuis plusieurs générations que Chance doit quitter, mais aussi tous les fantômes qui l'habitent, ceux de son imagination, ceux de son passé, ceux des histoires que lui racontait son père. Avec la perte de cette immense demeure, nichée dans un grand jardin séparé de la mer par un petit muret en pierre, lieu d'introspection privilégié de tous pour observer le bleu à l'infini, Chance perd également ses repères et se pose des questions quant à son identité. Est-elle vraiment, comme l'a toujours dit sa grand-mère, la réincarnation de son frère qu'elle n'a pas connu? "Zou !", c'est le signal d'un nouveau départ, d'un renouveau qui s'impose comme une nécessité, un impératif de survie. "Zou !", si simple à écrire, si court à prononcer et pourtant si difficile à accepter. Ce roman à la délicatesse émouvante vous plongera au cœur de la Bretagne, dans les petits travers et les grandes émotions qui marquent chaque famille. Un récit polyphonique où la voix de Chance fait écho à celle de son ordinateur, de sa maison de famille, de son muret de pierre, et à ses fantômes tant aimés.


- Au début
de François Begaudeau
Éditions 10-18 / Juillet 2014


Au commencement était la grossesse, le ventre rond, empli de vie, gros de promesses. Mais aussi d'appréhensions, de réflexions, de souvenirs... Car l'attente de l'heureux événement engendre une foule de sentiments et de mouvements contradictoires et c'est pour les futurs parents l'occasion, souvent, de faire le point sur leur propre existence. Avec Au début François Bégaudeau nous entraîne dans l'infini mystère de la gestation et signe un magnifique recueil de récits pleins de suspense, d'humour et d'amour sur la maternité.


- Avis de recherches
de Beth Gutcheon
Éditions Belfond / Juillet 2014


Un enfant disparaît sans laisser de traces. Pour sa mère, le plus terrible commence: l'attente... Bouleversant, haletant, un roman puissant qui nous plonge dans la tête d'une mère confrontée à la plus douloureuse, la plus insupportable des injustices. Inspiré de faits réels, un roman culte aux États-Unis, à redécouvrir. Bouleversante, haletante, l'histoire d'une mère confrontée à la plus douloureuse, la plus insupportable des injustices. Comme chaque matin, Susan embrasse Alex, son fils de sept ans, avant de le regarder tourner à l'angle de la rue pour rejoindre son école. Mais ce jour-là, Alex n'arrivera jamais en classe. Fugue? Accident? Kidnapping? Un enfant peut-il se volatiliser sans laisser de traces? Quelqu'un doit bien savoir quelque chose. Mais vers qui se tourner lorsqu’aucune rançon n'est réclamée? Comment ne pas baisser les bras quand chaque piste est une nouvelle impasse? Quand les médias se lassent et quand la police s'apprête à classer l'affaire? Alors que famille et amis retournent peu à peu à une vie normale, Susan, elle, s'obstine à penser qu'Alex est vivant, quelque part. Accrochée de toutes ses forces à cet espoir infime, la jeune femme va mener sa propre enquête. Au risque de se perdre complètement.


- La Saga Maeght
de Yoyo Maeght
Éditions Robert Laffont / Juillet 2014


À l'occasion des 50 ans de la Fondation Maeght, Yoyo Maeght retrace pour la première fois l'aventure de sa famille extraordinaire. Aimé Maeght, génial marchand d'art, collectionneur et mécène, voua sa vie à l'art moderne et contemporain. Simple ouvrier lithographe, il travailla avec Bonnard puis Matisse. De ces deux rencontres décisives naquit la galerie Maeght, à Paris, en 1945, ou furent exposés maîtres modernes et talents en devenir. C'est ainsi qu'Aimé forgea de magnifiques amitiés avec Braque, Miró, Giacometti, Léger, Chagall, Calder, Tàpies, Chillida... mais aussi Malraux, Prévert, Aragon, Char, Reverdy, Sartre, ou Genet. Pour eux, il créa, en 1964, la Fondation Marguerite et Aimé Maeght à Saint-Paul-de-Vence. Yoyo Maeght, petite-fille d'Aimé, raconte le quotidien de sa famille élargie, ou artistes et écrivains se côtoient et travaillent. Elle livre ses souvenirs d'une vie passée dans un tourbillon de vernissages, fêtes, expositions, projets, échecs et réussites, drames et joies, entre Paris et Saint-Paul-de-Vence. Elle évoque aussi les fractures qui vont progressivement disloquer la famille. La Saga Maeght est à la fois l'épopée d'une dynastie amoureuse des arts sur trois générations, l'aventure triste d'un clan déchiré à la mort du patriarche et un voyage dans l'intimité des plus grands artistes de notre histoire contemporaine.


- Le baiser, peut-être
de Belinda Cannone
Éditions 10-18 / Juillet 2014


Geste universel, gage d'amour ou de reconnaissance, le baiser exprime autant qu'il suscite. En le mettant à l'honneur d'un dialogue à trois voix qui évoquent souvenirs, rituels et philosophie, Belinda Cannone fait se rejoindre les émotions et les sens, explorant avec subtilité les facettes d'une des plus belles manifestations de l'humanité.


- Les risques de l'improvisation
de Delphine Solère
Éditions Michalon / Juillet 2014


Saxophoniste fringant et gouailleur, Élysée Gaumont, la cinquantaine parisienne, aime le jazz, l'alcool et les femmes. Hélas, son amour des bonnes choses va lui coûter un AVC. Direction le Sud, pour se reposer dans les calanques marseillaises. Mais entre deux tasses de thé vert, voilà notre musicien mêlé à une sombre affaire d'enlèvement et de meurtre, qui l'entraînera bien malgré lui sur les traces d'une bicyclette volée et d'un trafic de poulets. Élysée Gaumont, au mauvais endroit au mauvais moment? Accompagné de son fidèle Vauch, trompettiste et Marseillais "jusqu'au fond de la respiration" et de Déborah, la belle contorsionniste douce comme une ballade de Richard Galliano, notre héros parviendra-t-il à se refaire une santé? Entre humour, jazz et suspense, un polar loufoque porté par un souffle digne d'une impro de Charlie Parker.


- Moi, j'attends de voir passer un pingouin
de Geneviève Brisac
Éditions 10-18 / Juillet 2014


Un livre, c'est d'abord une voix. Ici celle d'une femme qui tient chronique des jours qui passent en songeant, comme le faisait Gauguin, qu'on se fout de la réalité. De toutes manières, la vie est si pleine de choses redoutables. Surgissent une femme de ménage, Céleste, qui porte le même prénom que celle de Marcel Proust, un fils rebelle, un lapin nain nommé Grateful, un rat frileux, des buffles, un chat impossible à abandonner, sans oublier Flush, le seul épagneul immortalisé par Virginia Woolf. Et ce n'est plus un livre mais une fable urbaine et légendaire, où bouillonne notre condition humaine.


- 911
de Shannon Burke
Éditions Sonatine / Juin 2014


Lorsqu'il devient ambulancier dans l'un des quartiers les plus difficiles de New York, Ollie Cross est loin d'imaginer qu'il vient d'entrer dans un monde fait d'horreur, de folie et de mort. Scènes de crime, blessures par balles, crises de manque, violences et détresses, le combat est permanent, l'enfer quotidien. Alors que tous ses collègues semblent au mieux résignés, au pire cyniques face à cette misère omniprésente, Ollie commet une erreur fatale: succomber à l'empathie, à la compassion, faire preuve d'humanité dans un univers inhumain et essayer, dans la mesure de ses moyens, d'aider les victimes auxquelles il a affaire. C'est le début d'une spirale infernale qui le conduira à un geste aux conséquences tragiques.


- A kiss in the dark
de Cat Clarke
Éditions Robert Laffont / Juin 2014


L'amour peut-il survivre au plus gros des mensonges? Un roman qui vous fera revivre les délices et les frissons de votre premier amour. Lorsque Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate. Il a de l'humour, il est beau et un brin timide: tout ce que Kate recherche chez un petit ami. Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté: Alex ne peut résister à son charme. L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leurs vies.


- À l'aide, Jacques Cousteau
de Gil Adamson
Éditions 10-18 / Juin 2014


Hazel est une adolescente typique: dans cette période intermédiaire entre l'enfance et l'âge adulte, elle s'interroge et scrute le monde qui l'entoure. Les membres de sa famille, si différents soient-ils, se trouvent quant à eux unis par une même tendance à la bizarrerie et à l'étrangeté. Dans ce fascinant portrait d'une famille excentrique, transmis par la voix originale de cette jeune fille, Gil Adamson déploie une écriture parfaitement maîtrisée qui combine une attention au détail, un sens de l'humour grinçant et une poésie sensible dans le choix de ses mots et de ses images.


- Chanson de la neige silencieuse
de Hubert Selby Jr
Éditions de l'Olivier / Juin 2014


D'Hubert Selby Jr., on connaît le magistral Last Exit to Brooklyn, mais peu ont eu la chance jusqu'alors de lire ses nouvelles écrites entre 1957 et 1981. On y retrouve les anges déchus du rêve américain, chez qui parfois, au milieu de l'errance, surgit l'expression fugace et poétique du bonheur: dans une délicieuse nuit d'amour sans lendemain, la chaleur d'un manteau ou le confort d'une salle de cinéma. Et quand tout aura disparu, restera la chanson de la neige silencieuse. Hubert Selby Jr. déploie au fil de ces quinze nouvelles ses talents de conteur tragique et puise dans la langue des rues la prose qui l'a rendu inoubliable.


- Comme un chant d'espérance
de Jean d'Ormesson
Éditions Héloïse d'Ormesson / Juin 2014


"J'ai aimé Dieu, qui n'est rien aux yeux des hommes qui ne sont rien. Je n'ai détesté ni les hommes ni les femmes. Et j'ai aimé la vie qui est beaucoup moins que rien, mais qui est tout pour nous. Je chanterai maintenant la beauté de ce monde qui est notre tout fragile, passager, fluctuant et qui est notre seul trésor pour nous autres, pauvres hommes, aveuglés par l'orgueil, condamnés à l'éphémère, emportés dans le temps et dans ce présent éternel qui finira bien, un jour ou l'autre, par s'écrouler à jamais dans le néant de Dieu et dans sa gloire cachée". À partir d'une promenade dans nos origines, ce livre raconte l'histoire de l'univers. Sous les traits d'un détective métaphysique, Jean d'Ormesson mène l'enquête et tente avec gaieté de percer ce mystère du rien, c'est-à-dire du tout. Ravissements et surprises sont au rendez-vous de son épatante entreprise.


- Désirable
de Yann Queffelec
Éditions Cherche Midi / Juin 2014


Quel dépit secret ronge Yolanda Vern? Quelle haine ou quels remords hantent Nividic, son mari? Lui, ancien play-boy aux cheveux longs, dessinateur de BD, dresse un bilan bien noir de son parcours. Pas d'enfant, une existence minable au fond d'un village déserté d'Ille-et-Vilaine, une femme caractérielle, un ami qui court après elle, rien ne va plus. Elle, auxiliaire de vie, épouse rabrouée, cherche un remède à la solitude. Le couple se déchire. Pas d'enfant?... C'est vite dit. Un après-midi qu'il traverse en voiture le bois d' Ar Fol, absorbé dans ses pensées douloureuses, une jeune fille en chemise de nuit se jette sous ses roues. Il ralentit, prend la fuite, revient. Personne. Il sort de son véhicule et s'enfonce dans les bois à la recherche de la fille.


- De toutes les richesses
de Stefano Benni
Éditions Actes Sud / Juin 2014


Martin, un professeur d'âge mûr, poète et misanthrope, s'est retiré en compagnie de son fidèle écuyer, son chien Ombra, dans un village de montagne. Un village dont la tranquillité trompeuse cache peut-être de lourds secrets. Or, voilà qu'en face de sa maison s'installe un jeune couple de citadins, la blonde Michelle et Aldo, son compagnon. Tel le personnage des Nuits blanches, notre professeur se reprend à rêver, à attendre, à désirer. Entre lui et la ravissante Michelle naît un sentiment qui n'ose dire son nom, à la fois reflet d'un grand amour de jeunesse et signe que la vie, encore et toujours, recèle d'innombrables richesses. Et c'est au cœur d'une fête villageoise que, défiant l'âge, les préjugés et les mauvaises langues, Martin entraîne Michelle, et nous avec lui, dans une valse inoubliable, jouée par un accordéoniste de génie. Mêlant avec virtuosité prose et poésie, rêve et réalité, légendes et satire contemporaine, humour et mélancolie, Stefano Benni propose un roman chatoyant et polyphonique, dans lequel l'automne d'une vie se pare de toutes les couleurs de la palette.


- Du sang sous les collines
de Marie-Bernadette Dupuy
Éditions L'Archipel / Juin 2014


Les corps d'un jeune couple de marginaux sont retrouvés dans un souterrain proche d'Angoulême. Nouvelle recrue à la gendarmerie, Maud Delage enquête sur ce double meurtre avec l'aide de ses collègues Irwan et de Xavier, qui ne sont pas indifférents à ses charmes. Jusqu'où la jeune policière est-elle prêt à aller pour ne pas être la prochaine victime? Un coureur automobile, riche industriel et self-made man, participe au circuit des Remparts, course de voitures se disputant dans le vieil Angoulême, à laquelle assiste Maud Delage. Soudain, son véhicule explose sans raison apparente. Selon toute vraisemblance, le pilote a été victime d'un attentat. Maud devra déployer toutes ses ressources pour trouver la clé de l'énigme. D'autant que de nouveaux crimes surviennent.


- Get Up ! Stand Up !
de Perry Henzell
Éditions Sonatine / Juin 2014


Un pays des Caraïbes, qui fait fortement penser à la Jamaïque. D'un côté, une caste privilégiée qui tient le gouvernement, l'armée, les médias, la justice et toutes les richesses locales, une élite corrompue, qui oscille entre volonté d'indépendance et soumission aux riches investisseurs étrangers. De l'autre, le ghetto, les gangs, le trafic de ganja, une misère de plus en plus noire. Un mélange explosif qu'une seule étincelle suffirait à faire exploser. Et si celle-ci venait de Zack Clay, une star du reggae de retour au pays après un triomphe international? Lui seul a en effet le pouvoir de rassembler les gangs et la rue pour venir à bout de l'oppression, des injustices et des inégalités. Mais entre un message prophétique de paix et le passage à la lutte armée, le fossé est grand. Zack devra ainsi faire un choix dont pourrait dépendre le sort de l'île tout entière. Mêlant musique et politique, Perry Henzell nous offre un portrait sans concession d'une société dévorée par les inégalités et la corruption. On reconnaîtra à travers la figure de Zack l'ombre de Bob Marley.


- Imagine le reste
de Hervé Commère
Éditions Fleuve Noir / Juin 2014


Dans la sacoche de cuir patiné, deux millions d'euros en liasses épaisses. Assis à l'avant de la Supercinq, les deux amis contemplent l'horizon comme on contemple une nouvelle vie. Ce sont deux caïds du nord de la France. Après des années de larcins minables, ils ont enfin pu prendre le large, en délestant plus gros qu'eux. Mais la fortune a son revers. Fred ne se doute pas que Karl, totalement vrillé par l'événement, pourrait lui jouer un drôle de tour. Karl ne se doute pas que Nino, qui les file en douce deux voitures en arrière, pourrait lui aussi s'en mêler. Et tous trois ne savent de quoi le propriétaire de la sacoche, un vrai dur du crime organisé, est capable pour récupérer la prunelle de ses yeux. Dans la sacoche de cuir patiné, il n'y a pas que des billets. Il y a surtout le point de bascule de leur vie à tous. Le début de la fin. La fin du début. Plus rien ne sera comme avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 18:43

- Inavouable héritage
de Barbara Wood
Éditions Presses De La Cité / Juin 2014


Quoique née en Angleterre, Andrea a toujours vécu en Californie. Alors qu'elle vient de rompre avec son petit ami, elle apprend que son grand-père maternel, Robert, est mourant. Elle décide de se rendre au chevet de cet homme dont elle ignore tout. Dès son arrivée, elle éprouve des sensations bizarres, pense voir des gens quand il n'y a en réalité personne. Sa grand-mère met cela sur le compte de la fatigue due au décalage horaire, mais Andrea n'en croit rien. Bientôt, elle assiste à des scènes étranges, comme si le passé se rejouait sous ses yeux. Elle comprend qu'il s'agit de ses arrière-grands-parents et démêle peu à peu l'entrelacs de mensonges et de faux-semblants sur lequel s'est construite la légende familiale. Robert a toujours pensé qu'il était issu d'un viol, mais la vérité, comme Andrea va le découvrir, est tout autre.


- L'énigme éternelle
de Pearl Buck
Éditions L'Archipel / Juin 2014


Ohio, années 1930. Randolph Colfax, dit Rann, est un adolescent surdoué. À la mort de son père, il abandonne ses études pour chercher librement sa voie. Il quitte les États-Unis pour l'Europe, où deux femmes vont lui faire découvrir les nuances de l'amour: Lady Mary, une aristocrate anglaise qui lui enseigne la sensualité, et Stéphanie Kung, une Sino-Américaine dont le père, un riche marchand d'art, offre à Rann sa succession et la main de sa fille. Le jeune homme refuse, et s'engage dans l'armée américaine. De son expérience sur le front, en Corée, il tire un roman qui lui vaut un succès immédiat. De retour aux États-Unis, il retrouve Stéphanie, qui refuse à son tour de l'épouser.


- L'héritière des Diamond
de Jackie Collins
Éditions Charleston / Juin 2014


Red Diamond est un milliardaire brutal et détesté. Ses trois fils, Max, Chris et Jett, sont convoqués à New York pour une réunion de famille qui va bouleverser leur monde. Diahann, belle femme noire, ex chanteuse, est la gouvernante de Red, un travail que sa fille, Liberty, n'approuve pas. Serveuse se voulant elle-même chanteuse, Liberty poursuit ses rêves, tandis que Damon P. Donnell, magnat absolu du hip-hop, marié, la poursuit. Jeune héritière new-yorkaise, Amy Scott-Simon, est fiancée à Max. À sa soirée d'enterrement de vie de jeune fille, elle rencontre Jett qui n'a pas la moindre idée de qui est Amy. Pas plus qu'elle ne comprend qui il est. Leur aventure d'une nuit va entraîner les pires complications. Alors que les vies de ces personnages s'entremêlent, le pouvoir, l'argent, la célébrité et l'amour sont des liens qui unissent, bien au-delà des sentiments, dans cette histoire d'amour au suspense haletant, comme seule Jackie Collins en a le secret.


- La fille du bourreau
de Oliver Pötzsch
Éditions Jacqueline Chambon / Juin 2014


En 1659, dans la petite ville bavaroise de Schongau, un jeune garçon est repêché, mourant, dans le Lech. Sur son épaule est maladroitement tatoué un signe de sorcellerie. On accuse aussitôt la sage-femme Martha Stechlin, que son métier amène à connaître les simples et les mystères de la vie, ce qui suffit aux yeux de beaucoup à en faire une adepte de Satan. Le bourgmestre et ses conseillers voudraient qu'on brûle immédiatement la sorcière pour rétablir le calme dans la ville et ordonnent donc au bourreau Jakob Kuisl de soumettre Martha Stechlin à la question. Mais celui-ci, convaincu de son innocence, va tout tenter pour la sauver, aidé par Simon, un jeune médecin, et par sa fille Magdalena. D'autant que les événements tragiques se succèdent: deux autres garçons sont assassinés et une fillette enlevée. L'hystérie envahit peu à peu les habitants de Schongau tandis que le diable, sous l'apparence d'un boiteux doté d'une main de squelette, rôde dans la ville. Ce superbe roman plonge dans les noirceurs et les infinies ressources de l'âme humaine, et fait vivre avec une grande véracité des hommes du XVIIe siècle terrorisés par les croyances irrationnelles. Oliver Pötzsch campe en Jakob Kuisl une magnifique figure de bourreau, brutal et humaniste, savant et rustre.


- La jeune fille sous l'olivier
de Leah Fleming
Éditions Belfond / Juin 2014


1938. Invitée à rejoindre sa sœur à Athènes, la jeune et fougueuse Penny voit dans ce voyage l'occasion de rompre avec le carcan de la bonne société anglaise et de prendre enfin son indépendance. C'est là, dans la riche cité antique, que son chemin croise celui de Bruce, un séduisant archéologue néo-zélandais. Mais la guerre s'apprête à changer son destin... Décidée à partager la lutte des Grecs contre les forces nazies, Penny se porte volontaire pour aider la Croix-Rouge en Crète et s'improvise infirmière dans un hôpital de fortune. Mais, tandis que la guerre fait rage, comment tenir sans nouvelles de Bruce, devenu résistant? Comment protéger son amie Yolanda, jeune infirmière juive? Et, surtout, comment ne pas céder à cette fascination pour Rainer, ce haut gradé allemand que le hasard ne cesse de mettre sur sa route? En 2001, alors que la Crète rend hommage à ses anciens combattants, une vieille femme s'apprête à redécouvrir une île quittée il y a bien longtemps. Et à livrer les derniers secrets de ces jours passés sous l'olivier.


- La lettre oubliée
de Nina George
Éditions Charleston / Juin 2014


Il a toujours un livre en tête pour soulager les maux de l'âme: dans sa "Pharmacie littéraire" installée sur une péniche, le libraire Jean Perdu vend des romans comme on vendrait des remèdes pour vivre mieux. Il sait soigner tout le monde, à l'exception de lui-même. Cela fait vingt-et-un an, déjà, que Manon, la belle Provençale, s'est éclipsée pendant qu'il dormait en lui laissant pour tout adieu une lettre qu'il n'a jamais osé ouvrir. Mais voilà qu'arrive l'été, un été pas comme les autres qui verra Jean Perdu s'échapper de la rue Montagnard pour s'engager dans un voyage au pays des souvenirs, en plein cœur de la Provence, avant de revenir à la vie. Une histoire pleine de chaleur, de réflexion et de drôlerie, racontée avec beaucoup de finesse, qui va tout droit au cœur du lecteur.


- La ligne bleue
de Ingrid Betancourt
Éditions Gallimard / Juin 2014


Buenos Aires, années 70. Julia a hérité de sa grand-mère Josefina un don précieux et encombrant: parfois des scènes de l'avenir lui apparaissent, vues à travers le regard de l'autre. À charge pour elle d'interpréter sa vision. Dès l'âge de cinq ans, elle doit intervenir pour empêcher le déroulement d'événements malheureux. L'histoire de Julia va basculer lors du retour de Perón en Argentine. Sympathisants du mouvement des Montoneros, elle et son compagnon vont connaître le destin de cette jeunesse idéaliste et révolutionnaire d'Amérique latine, fascinée tout autant par la figure du Christ que par celle de Che Guevara et confrontée à la réalité de la dictature militaire. Capturés par des escadrons de la mort, ils réussiront à s'évader. On retrouve ici certains des thèmes qui traversaient Même le silence a une fin, le grand récit d'Ingrid Betancourt relatant ses années de captivité dans la jungle: la privation de liberté et ses conséquences, le courage individuel et la servilité collective, l'espoir en l'avenir de l'humanité considéré comme un acte de foi. Mais de ce dilemme entre le choix de la vengeance et celui de la vie, elle a d'abord fait la matière d'un vrai roman d'aventures.


- La probabilité du bonheur
de Lily Tuck
Éditions Jacqueline Chambon / Juin 2014


"Elle ne peut imaginer une vie sans Philip. Elle ne le veut pas non plus". Devant son mari, mort subitement tandis qu'il se reposait dans son lit, l'esprit de Nina erre sans pouvoir se fixer entre un présent encore incompréhensible et des souvenirs qui affleurent en autant d'instantanés aussi épars que lumineux. Sa vie ressemble aux verres de couleur échappés d'un kaléidoscope, certes toujours aussi brillants mais incapables de former  désormais la moindre figure. Comme si seul l'homme allongé devant elle avait été capable de donner un sens à leurs quarante-deux ans de vie commune. Avec élégance, la narratrice semble s'effacer pour dresser le portrait magnifique d'un homme doué pour le bonheur, d'un mathématicien brillant qui savait relativiser les aléas de l'existence en en faisant la matière de démonstrations aussi absconses qu'amusantes. Dans ce roman d'amour, vibrant de sensualité, où les moments heureux semblent être autant d'hymnes à une vie désormais éteinte, Lily Tuck dessine en creux, sans presque le nommer, l'absolu malheur de la perte.


- La promesse de Lola
de Cecilia Samartin
Éditions L'Archipel / Juin 2014


Sebastian est âgé d'une dizaine années. Né avec une malformation cardiaque, il est exclu des jeux de son âge et subit à l'école les railleries de ses camarades. Sa mère, de surcroît, se montre autoritaire et hyper protectrice. Son seul havre de réconfort, il le trouve auprès de sa grand-mère, abuela Lola, à qui il rend visite tous les soirs après la classe. Mais, un jour, Sebastian la trouve chez elle, inanimée. Abuela Lola est alors emmenée à l'hôpital où, à son chevet, elle voit sa famille réunie pour la première fois depuis bien longtemps. Prenant conscience que les liens entre chacun sont distendus, Lola décide d'enfreindre la promesse qu'elle avait faite à ses enfants: elle se remet à cuisiner. Les bons plats qu'elle leur prépare, tous issus de la tradition sud-américaine, sont aussi le prétexte pour Lola d'évoquer un certain événement familial. Et ainsi de ressouder les siens. En bonus, les meilleures recettes d'abuela Lola sont reproduites dans une brochure offerte avec le livre.


- La splendeur de Cavendon Hall
de Barbara Taylor Bradford
Éditions Presses De La Cité / Juin 2014


La magnifique propriété du Yorkshire abrite depuis des générations la famille de Charles Ingham, comte de Mowbray, et celle de leurs fidèles serviteurs depuis près de deux cents ans, les Swann. Entre elles règnent une entière confiance et une parfaite entente. Parmi les six enfants du comte et de la comtesse, Daphné, à tout juste dix-sept ans, est une véritable beauté. Promise à un beau mariage, elle sera bientôt présentée à la Cour et tous les espoirs de son père reposent sur elle. Mais un évènement tragique va bouleverser sa vie et menacer de salir le nom des Ingham. Plus grave encore, la menace de la Première Guerre Mondiale pèse sur les deux familles. Trahisons, crime, disputes: les heures paisibles sont comptées à Cavendon Hall.


- La vérité sur Anna
de Rebecca James
Éditions XO / Juin 2014


Dans mes rêves, la maison semble avoir des intentions macabres, comme si ses fondations mêmes renfermaient une force maléfique qui rampait sous les planchers et dans les murs, contaminait son atmosphère et marquait la destinée de tous ceux qui y pénétraient. En réalité, Fairview n'est pas responsable de ce qui s'est passé. Ce sont des gens qui ont fait tout ce mal. Lorsque Tim emménage dans une somptueuse demeure victorienne d'un quartier huppé de Sydney, il pense avoir trouvé une solution à ses problèmes. Notamment à sa relation toxique avec son ex petite amie. Mais bientôt, d'étranges et terrifiants phénomènes se produisent. Des hurlements retentissent. Des ombres pénètrent dans la chambre de Tim en pleine nuit. Et le comportement de la propriétaire, la fragile et glaciale Anna, est tout aussi inquiétant. Personne ne semble vouloir répondre à ses questions. Quel terrible secret cache Fairview? Tim n'a que peu de temps pour le découvrir, car les événements sont en route.


- La vie troublée d'un tailleur pour dames
de Bulbul Sharma
Éditions Albin Michel / Juin 2014


Janak le tailleur est mélancolique. Il rêve de gagner l'amour de Rama, sa si belle et maussade épouse, sans oser lui avouer sa flamme. Car à Giripul, au pied de l'Himalaya, le mariage est moins une affaire de sentiments que de raison. Dans sa boutique, par contre, les clientes adorent se confier à Janak, lui raconter leurs rêves. Ou leurs cauchemars. Un soir, alors que la communauté est rassemblée sous le chapiteau d'un magicien ambulant, un cadavre se matérialise devant la boutique de Janak, bouleversant la vie du paisible Giripul. Tout le monde devient suspect: la coiffeuse chinoise, maitresse du chef de village, Shankar le pêcheur qui s'est improvisé détective, Lala, le patron du salon de thé et son cuisinier ex-tueur à gages. Le petit tailleur arrivera-t-il à résoudre le mystère et Giripul à retrouver enfin la sérénité? Regorgeant des parfums, des couleurs, des sons d'un petit paradis oublié par le temps, un roman sur l'Inde comme on en lit peu, servi par la plume sensuelle, pleine de tendresse et d'humour de Bulbul Sharma.


- Le Cercle Pouchkine
de Simon Montefiore
Éditions Belfond / Juin 2014


Moscou, 1945. Tandis que Staline et ses courtisans célèbrent leur victoire sur Hitler, des coups de feu retentissent. Sur un pont proche du Kremlin gisent les corps de deux adolescents, un garçon et une fille. Meurtre passionnel? Suicide? Et s'il s'agissait d'un complot contre l'État? Car un carnet a été retrouvé sur l'une des victimes. À l'intérieur, les fondements d'un parti romantique créé par les membres du Cercle Pouchkine, quelques lycéens amateurs de littérature. Emportés dans la tourmente d'une chasse aux sorcières menée par Staline lui-même, Sérafima, Andreï et leurs camarades signataires du Cercle sont un à un convoqués à la Loubianka, la pire des prisons moscovites, et forcés de témoigner contre leurs amis, mais aussi contre leurs parents, tous des proches du régime. Secrets de famille, histoires d'amour interdites... Dans un monde dominé par la peur, la moindre parole imprudente a des conséquences fatales.


- Le chant du pipiri
de Anne de Bourbon-Siciles
Éditions L'Archipel / Juin 2014


Le soleil brille, la vie est douce pour la petite Louise dans la Martinique des années 1950. Son meilleur ami, Emmanuel, dit Man, est le fils du régisseur noir. Le chant du pipiri, c'est celui de cet oiseau qui, chaque aurore, siffle l'heure des rendez-vous amoureux. Quand les parents de Louise voient que cette amitié se transforme en amour, ils envoient leur fille à Paris. Les amants s'écrivent chaque jour, jusqu'à ce que Louise reçoive une lettre lui annonçant la mort de Man. Le jour même, elle apprend qu'elle attend un bébé. Furieuse, sa famille la cache à Saint-Raphaël chez une tante antiquaire. Un bébé naît alors sous le prénom de Rodolphe. Lorsqu'il atteint dix-huit ans, Louise tombe gravement malade. Juste avant de mourir, elle lui dit toute la vérité. Accompagné d'une aristocrate italienne, Marie-Caroline, Rodolphe prend alors le chemin de la Martinique, sur les traces de son passé.


- Le chat et moi
de Nils Uddenberg et Ane Gustavsson
Éditions Presses De La Cité / Juin 2014


Alors qu'il rentre de vacances, Nils découvre un petit chat gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, un petit chat le fixant de ses grands yeux jaunes. D'où vient-il? S'est-il perdu? Jour après jour, Nils le revoit à la même place. Il met des affichettes dans le quartier; contacte un refuge; prévient la police. Rien. Personne ne recherche l'animal. De toute façon, il est trop tard, Nils s'est attaché à cette mignonne boule de poils. Petit à petit, le félin prend ses aises, s'aventure dans la maison. Et pourtant, Nils, psychiatre à la retraite, s'était juré qu'il ne s'encombrerait jamais d'un animal de compagnie. Une jolie histoire d'amour, racontée non sans ironie et auto-dérision, dans laquelle l'auteur analyse, déformation professionnelle oblige, la relation de l'animal avec l'homme.


- Le fait est
de Ali Smith
Éditions de l'Olivier / Juin 2014


Si quelqu'un s'installait chez vous avec la ferme intention d'y rester, que feriez-vous? Les Lee sont désemparés: au beau milieu d'un dîner mondain, Miles Garth, l'un des invités, est parti s'enfermer dans leur chambre d'amis. Les journaux s'emparent de l'histoire, et Miles l'ermite moderne devient une célébrité. Pour se débarrasser de cet hôte encombrant, les Lee font appel à ceux qui l'ont fréquenté: Anna, depuis peu au chômage, Mark, homosexuel qui entend sa défunte mère lui parler en vers, et May, une vieille dame aux portes de la folie. Leurs souvenirs esquissent un étrange portrait de Miles. Que cherche-t-il vraiment? Dans cette fable contemporaine, Ali Smith se joue, avec un humour très britannique, de l'hypocrisie des rapports humains et de la folie des médias.


- Le génie des coïncidences
de John Ironmonger
Éditions Stock / Juin 2014


Thomas Post, trente ans et des poussières, gauche et dégingandé, est maître de conférences à l'Université de Londres. Il fait autorité dans le domaine des coïncidences qui ne sont, selon lui, que le jeu du hasard et de la nécessité. Sa thèse est mise à mal le jour où la séduisante Azalea Lewis, une jeune femme marquée par la vie, lui lance ce défi: dénouer le fil sinueux de sa vie, gouvernée par un malheureux enchaînement de coïncidences. C'est le début d'un grand huit intellectuel, émotionnel et ludique qui ricoche d'un paisible village de l'île de Man à un escalator du métro londonien, jusqu'à une mission en Ouganda. Une quête de vérité où toutes les surprises sont permises.


- Le grand feu
de Daniel Vigoulette
Éditions Albin Michel / Juin 2014


Qui a mis le feu à la propriété d'André Parentis, provoquant sa mort? Tout semble désigner le fils des voisins, Sylvain, un jeune légionnaire, dont on a retrouvé le briquet dans les cendres. Mais les preuves ne sont pas suffisantes pour l'inculper. Alors qu'on ne connaissait pas d'héritiers au vieil André, son neveu, las du stress de Bordeaux, décide de s'installer au pays. Gabriel, voyageur de commerce, est jovial et bon vivant, sa femme Marion aussi douce que jolie. Le couple et leur petite fille fait vite l'unanimité au village, et même la conquête du farouche Sylvain. Mais le sort semble s'acharner sur la famille de Parentis. Un roman plein de suspense, qui nous entraîne au cœur des immenses forêts de pins des Landes de Gascogne, théâtre d'affrontements mystérieux et de passions brûlantes.


- Le manteau fatal
de Pierrette Champon
Éditions Brumerge / Juin 2014


Après avoir participé à un thé dansant, Annick se rend compte qu'une autre s'est trompé de manteau. Elle se trouve avec un manteau de marque et tente de retrouver le sien à travers une enquête menée auprès de l'organisateur de la soirée, des vendeurs de prêt à porter... Hélas! Ce qu'elle va découvrir n'est pas très réjouissant.


- Le silence de Saida
de Leena Lander
Éditions Actes Sud / Juin 2014


Un beau jour, Risto enfourche son vélo et laisse femme et maison derrière lui pour retrouver les terres de son enfance. Il met le cap sur la côte finlandaise, postant sa demande de divorce sur le chemin, et s'installe dans la vieille cabane en pierre héritée de sa grand-mère Saida. Dans sa solitude, les vieux souvenirs l'appellent et les vestiges du passé animent en lui le besoin de comprendre le destin de cette femme hors norme qui portait un lourd secret jamais révélé. Risto décide que l'heure est venue de le percer à jour. S'immisçant dans l'histoire familiale, il revient sur la période la plus terrifiante de l'histoire de la Finlande. En 1918, une guerre civile, suite dramatique à la fois de la Grande Guerre et de la révolution russe, a divisé la population et l'a obligée à faire des choix. Quel a été celui de Saida? À travers le destin d'une femme éprouvée, la brillante romancière finlandaise Leena Lander revisite à sa manière le combat d'un pays limitrophe de l'Union soviétique pour son identité, sa liberté.


- Le temps de vrais bonheurs
de Farooki Roopa
Éditions Gaïa / Juin 2014


"Il est temps de cesser le combat et de rentrer chez soi". Aruna lit ces vers d'un poète bengali, et décide soudain de quitter Londres, sans avertir son mari, pour retourner à Singapour. Hassan, ledit poète, est sur le point de mourir à Kuala Lumpur et se remémore son existence. Il aimerait partir en paix, réconcilié avec son fils Jazz. Qui s'apprête à revoir Aruna, son âme sœur, et son premier amour. Même s'il est plus facile de fuir, Jazz a toujours su qu'Aruna finirait par rentrer chez elle. Mais sait-elle seulement où c'est, chez elle? Des tragédies ordinaires, ou l'art de traiter de sujets graves avec une douce légèreté.


- Les Augustins
de Mélisa Godet
Éditions JC Lattès / Juin 2014


Malika est une jeune journaliste Web prometteuse et têtue. Son nouveau sujet, difficile à défendre auprès de sa rédaction, la mène aux portes d'un univers méconnu et ultra-codifié: un squat en plein cœur de la ville, les Augustins, dirigé par l'abrupt mais bienveillant Lino. Là ont trouvé refuge Gabor, Antoine, Jacquotte, Adal et tant d'autres. Accidentés de la vie, en marge malgré eux, artistes, clandestins, fugueurs, militants, travailleurs précaires ou étudiants fauchés, ils ont reconstitué une grande famille. Un joyeux bazar, avec ses codes, ses règles, ses coups de gueule et une solidarité indéfectible. Mais la société est-elle prête à entendre ce qu'ils ont à dire? Et surtout, Malika est-elle réellement là pour leur redonner une parole, un droit de cité? Son histoire se révèlera intimement liée à celle des Augustins et, au-delà de son enquête, la jeune femme trouvera des réponses à ses propres questions. Un premier roman engagé et original, où chaque personnage trouve sa voix propre dans une société qui cherche à les étouffer.


- Les héritières de Rome
de Kate Quinn
Éditions Presses De La Cité / Juin 2014


Élégante et ambitieuse, Cornelia, l'aînée de la famille, incarne la parfaite épouse romaine. Lorsque l'empereur Galba choisit son mari pour héritier, elle se voit déjà impératrice. Sa sœur, Marcella, se passionne pour l'histoire et consacre ses journées à l'écriture. Lollia, leur cousine, se marie et se remarie au gré des valses du pouvoir, garantissant ainsi la sécurité des siens et s'assurant les faveurs des puissants. Sa petite sœur, Diana, n'a quant à elle d'yeux que pour les chevaux et les courses de chars. Mais un coup d'État meurtrier bouleverse leurs vies: Cornelia voit ses rêves brisés, tandis que Lollia devient la première dame de l'Empire; Diana se renferme encore plus, au contraire de Marcella, qui se découvre un goût pour l'intrigue. Dorénavant, il n'est plus question pour elle d'observer l'histoire en marche, mais d'y participer, pour le meilleur et pour le pire. Mais, à la fin, il ne peut y avoir qu'un empereur et une seule impératrice. Les quatre cousines l'apprendront à leurs dépens.


- Love Addict
de Marianne Tran
Éditions XO / Juin 2014


Claire Carlson est américaine, trentenaire, abandonnée à Paris. Son riche mari s'est volatilisé, la laissant criblée de dettes. Alors que la situation semble désespérée, cette jolie blonde pétillante est engagée par un groupe de médias pour développer Love Addict, un site Internet dédié à l'amour. Dès son arrivée, elle doit composer avec le directeur général, un bel homme froid à l'inquiétante réputation de séducteur. Jusqu'au jour où elle succombe et plonge dans une liaison passionnée qui lui fait découvrir Paris sous un jour très sensuel. Mais voilà, Claire va devoir affronter la jalousie d'un puissant bienfaiteur, les manœuvres d'une ex-maîtresse et l'ombre menaçante du passé de son amant. Entre sentiments, sexe et humour, une histoire qui vous laissera complètement Addict.


- Moi, empereur du Sahara
de Jean-Jacques Bedu
Éditions Albin Michel / Juin 2014


Après avoir fait les quatre cents coups entre casinos, cabarets, demi-mondaines et Jockey Club, Jacques Lebaudy, richissime héritier des Sucres Lebaudy, décide de conquérir un empire, à l'instar de cet Antoine de Tounens qui avait fondé le royaume de Patagonie. Il jette son dévolu sur la pointe septentrionale de l'Afrique où il débarque le 18 juin 1903, s'autoproclamant Jacques 1er, empereur du Sahara. Cette folle équipée, qui sèmera la panique au sein de toutes les chancelleries, fera de lui le personnage le plus ridicule de la Belle Époque. Un grand roman d'aventures tragi-comiques, qui nous entraîne sur fond de conquête coloniale dans les tribulations d'un singulier mégalomane. Une histoire rocambolesque et pourtant véridique qui a valu à Jean-Jacques Bedu le prix Pierre Benoit du roman romanesque.


- Moloka'i
de Alan Brennert
Éditions Charleston / Juin 2014


Hawai, 1892. Rachel Kalama, petite Hawaïenne de sept ans à l'esprit vif et malicieux, rêve de visiter des contrées lointaines à l'image de son père, qui officie dans la marine marchande. Jusqu'au jour où une tache rosâtre apparaît sur sa peau, et où ses rêves d'ailleurs s'envolent aussi sec. Arrachée à son foyer et à sa famille, Rachel est envoyée à Kalaupapa, campement de quarantaine installé sur l'île de Moloka'i. C'est là que sa vie doit se terminer, mais elle s'aperçoit qu'en réalité, elle ne fait que commencer. Débordant de chaleur, d'humour, de compassion, et fort d'une galerie de personnages campés à merveille, ce chef-d'œuvre de narration nous parle d'un peuple qui, face à la terrible réalité de la mort, a choisi la vie.


- Muchachas 3
de Katherine Pancol
Éditions Albin Michel / Juin 2014


Pour certaines, c'est l'heure de la revanche.
Pour d'autres, celle de la délivrance.
Ou de l'espérance.
Tout se noue, se dénoue, se renoue.
Les muchachas avancent à grand pas.
On ne sait jamais ce qui va arriver.
On retient son souffle, on croise les doigts.
Et viva las muchachas.


- Muchachas 2
de Katherine Pancol
Éditions Albin Michel / Avril 2014


Ces filles-là sont intrépides.
Elles ne demandent rien aux autres.
Tout à elles-mêmes.
Cachent leur peur sous un sourire.
C'est le plus sûr moyen pour avancer, inventer, s'inventer.
Elles se sentent pousser des ailes, s'envolent, tombent et repartent de plus belle.
Il y a des secrets, des mystères, des trahisons.
Des obstacles à surmonter.
Des mots d'amour lancés à la volée.
La vie, quoi!


- Muchachas 1
de Katherine Pancol
Éditions Albin Michel / Février 2014


Les filles sont partout dans ce roman.
Elles mènent la danse.
De New York à Paris, de la Bourgogne à Londres ou à Miami.
Des filles qui inventent, s'enflamment, aiment.
Des filles qui se battent pour la vie.
Et les hommes? Ils sont là aussi.
Mais ce sont les muchachas qui dansent, dansent, dansent.
Elles font voler les destins en éclats.
Et ça n'en finit pas.


- Omaha
de Norman Ginzberg
Éditions Héloïse d'Ormesson / Juin 2014


6 juin 1944, Omaha Beach. Walton et Karl Zimmermann sont deux frères que tout oppose. Walton, qui a quitté Chicago, les terrains de base-ball et sa fiancée pour répondre à l'appel de l'Oncle Sam, débarque sous le feu nourri des Allemands. Karl, enrôlé dans les Jeunesses hitlériennes dès 1938, s'apprête à affronter les troupes alliées à la tête d'une colonne de Panzer SS. Échapperont-ils à la confrontation tant redoutée? Récit poignant des quelques jours où se scella l'issue des combats, Omaha nous livre sans concession ni manichéisme tous les visages de la guerre, chaque camp ayant son lot de pleutres et de héros, de monstres et de braves. Un devoir de mémoire indispensable.


- Patience
de John Coates
Éditions Belfond / Juin 2014


Jeune, naïve, jolie et satisfaite de son existence, Patience a été pendant sept ans une épouse soumise et une mère de famille parfaite, subissant le devoir conjugal en bonne catholique, mais sans jamais éprouver le moindre plaisir. Jusqu'à ce que son chemin croise celui du beau Philip. La révélation est fulgurante: oui, le péché est bien plus réjouissant que le devoir! Si seulement l'adultère ne la condamnait pas à l'enfer. Que faire, désormais, pour vivre cet amour naissant et soulager sa conscience? Interdit en Irlande lors de sa sortie en 1953, ce truculent portrait d'une Emma Bovary des temps modernes a marqué les esprits comme l'une des plus délicieuses satires sociales et religieuses de l'Angleterre post-victorienne. Adapté au théâtre, publié en France en 1957, ce roman drôle, provoquant, subversif, empreint d'une grande liberté de ton, a imposé John Coates au rang de maître de l'humour anglais. À redécouvrir sans modération.


- Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles
de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
Éditions Belfond / Juin 2014


Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachusetts, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler. À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita Vincenzo s'interroge: comment joindre les deux bouts dans un pays rationné? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien? Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat. Recettes pour lutter contre la morosité, conseils de jardinage, échange de confidences, de potins de voisinage et de secrets plus intimes. Unies par un inébranlable optimisme, Glory et Rita vont partager une intense complicité épistolaire. Et découvrir que, même dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve toujours un chemin.


- Plan de table
de Maggie Shipstead
Éditions 10-18 / Juin 2014


C'est l'événement de la saison sur l'i^le de Waskeke: Daphnée, l'aînée des Van Meter, se marie. Famille et amis sont en effervescence. Seul Winn, son père, arbore une mine maussade: sa fille très enceinte se marie en robe virginale; il supporte les commentaires gras des cousins et les discours éméchés de sa belle-sœur; une fuite de homard sème la panique et une baleine vient de s'échouer sur la plage. Et son éducation l'empêche de succomber à la jeune Agatha, demoiselle d'honneur si accorte. Non. Le vrai scandale pour Winn? Pourquoi les portes du Pequod, club huppé de l'île, lui restent-elles désespérément closes? Plus que deux jours à tenir et ce mariage sera de l'histoire ancienne.


- Pour une fois
de David Nicholls
Éditions 10-18 / Juin 2014


La poisse, Stephen McQueen connait bien. Un divorce mal cicatrisé, une enfant qui le prend de haut, un studio minable dans une banlieue perdue, un CV qui déborde de rôles de figuration muette et inanimée. Pour ce trentenaire londonien, la vie a un goût amer. Pourtant, il le sait, il le sent, il ne lui manque pas grand-chose pour enfin mettre son nom en haut de l'affiche. Et voici que le destin semble lui offrir une chance de révéler son talent. Promu doublure-remplaçant du célébrissime et so sexy Josh Harper, Stephen attend chaque soir l'occasion de jouer les premiers rôles. Mais l'arrogante star n'est pas prête à partager la vedette, et prend même un malin plaisir à tourmenter et humilier ce pauvre Stephen. Alors que ce dernier pensait avoir touché le fond, la fortune place sur son chemin la belle et sensible Nora, la femme de Josh.
L'amour ou la gloire, telle est la question.


- Psychanalyse d'un meurtrier
Le remords
de Gérard Bonnet
Éditions Payot & Rivages / Juin 2014


Un jour, sans raison, alors qu'il est encore adolescent, Didier poignarde sauvagement sa voisine. Jugé irresponsable, imprévisible et extrêmement dangereux, il est interné. Dix ans plus tard, il demande à rencontrer un psychanalyste. Ce livre fascinant montre comment un acte horrible, inacceptable, peut aussi être un appel, un message venu des zones de notre esprit où la pulsion règne en maître et croit pouvoir régler les choses sans tenir compte de la réalité.


- Quand nous étions heureux
de Rebecca Coleman
Éditions Presses De La Cité / Juin 2014


Jill et Cade, vingt et un ans, sont étudiants et amoureux. Ils semblent promis à un avenir radieux. Malgré leur relation fusionnelle, Cade refuse de présenter Jill à sa famille, qui vit dans un coin reculé du New Hampshire. Lorsque Jill tombe enceinte, ils décident de passer l'été là-bas. Bien que la famille de Cade se révèle très éloignée de celle dans laquelle elle rêvait d'élever son enfant, Jill parvient à établir une relation avec chacun de ses membres. Eddy, le père de Cade, diminué par une attaque; Candy, la sœur aînée, très croyante; Dodge, le beau-frère, réactionnaire et raciste; Leela, la mère qui passe ses journées à confectionner des drapeaux américains destinés aux familles de soldats. Mais c'est surtout d'Elias, le frère de vingt-trois ans, jeune vétéran souffrant de stress post-traumatique, que Jill se rapproche. Entre eux, une complicité ambiguë va s'installer. Peu après que Jill a accouché, Elias se tire une balle dans la tête. Cet événement tragique bouleverse la famille et les projets de Jill et Cade, qui renoncent alors plus ou moins tacitement à leurs rêves. La situation empire, jusqu'au basculement final dans la tragédie.


- Son fils
de Ellen Willer
Éditions La Grande Ourse / Juin 2014


C'est à l'occasion d'un déménagement que Loubna tombe sur "le cahier". Celui qu'elle veut tout d'abord jeter à la poubelle mais qu'elle récupère in extremis, juste avant qu'il ne disparaisse à jamais dans la benne à ordures. Mais on ne jette pas une histoire d'amour. Surtout celle-là. Loubna se rappelle alors cette période fiévreuse de son adolescence: flash-back sur les circonstances peu banales de leur rencontre. Zoom sur un fabuleux coup de foudre. Mais stop devant l'interdit qui frappe cette relation. Car Charles est le fils du nouveau compagnon de la mère de Loubna, et ils vivent tous sous le même toit.


- Un pays plus vaste que la terre
de Wiley Cash
Éditions 10-18 / Juin 2014


Quand la folie des hommes s'exerce au nom de Dieu. En apparence, Marshall a tout des bourgades tranquilles du Vieux Sud. Mais derrière ses fenêtres calfeutrées, l'église de la ville héberge un personnage troublant. Imposition des mains, transes, confrontation avec des serpents. Par ses méthodes très personnelles, le pasteur Chambliss entend exorciser le mal qui hante la vallée. C'est du moins ce que pensent ses ouailles. À commencer par Julie, bonne mère de famille, qui ne jure plus que par le charismatique pasteur. Aussi, quand celui-ci lui assure pouvoir rendre la parole à son fils muet de naissance, Julie accepte. Quelles sont alors les vraies intentions de Chambliss? L'homme cache de lourds secrets qu'il compte bien protéger à tout prix. Quitte à détruire une famille et briser toute une communauté.


- Un si beau jour
de Elin Hilderbrand
Éditions JC Lattès / Juin 2014


Tout devait être absolument parfait le jour de ce magnifique mariage sur Nantucket, qui unira les familles Carmichael et Graham. Jenna a tout planifié selon les vœux de sa défunte mère qui, avant de mourir, lui a laissé le Journal: un recueil d'instructions spécifiques et détaillées pour l'organisation de ses futures noces. Mais très vite, la situation devient orageuse: une sœur aînée divorcée sceptique quant à l'amour, un père remettant en question sa nouvelle union, une belle-mère remariée deux fois au même homme, sans compter quelques demoiselles d'honneur dévoyées, des garçons d'honneur intenables, et la menace de la pluie. Avant la fin des festivités, l'amour sera mis à rude épreuve, des scandales éclateront, des cœurs seront brisés et guéris. Un roman poignant, sondant l'institution du mariage, la fidélité et les engagements.


- Une journée avec Monsieur Jules
de Diane Broeckhoven
Éditions 10-18 / Juin 2014


Comme chaque jour, Alice déguste au réveil le café que lui a préparé son mari. Les deux retraités profitent ensuite du calme de leur vie réglée. Mais aujourd'hui, quelque chose est différent. Car son époux est mort à l'aube. Que faire? Doit-elle téléphoner aux pompes funèbres? Hors de question: en moins d'une heure, des croque-morts viendraient chercher le corps de Jules et exhiberaient aux yeux d'Alice leurs sinistres catalogues, pleins de cercueils. Puisque de surcroît il neige dehors, elle décide de ne rien précipiter et de garder son homme à ses côtés une journée encore pour prendre le temps de lui confier tout ce qu'elle n'avait pas pu, ou su, lui dire de son vivant. Un roman délicat et lumineux, dans la tendresse d'un dernier tête-à-tête volé au temps qui passe.


- 65-84
de Stéphane Gillier
Éditions Phébus / Mai 2014


"Mes parents connaissaient mon affectation, c'est tout, il m'était interdit de donner quelque information que ce soit sur le travail que j'effectuais. Papa, je couche avec des filles en Afghanistan mais cela n'a rien à voir avec le travail à proprement parler, je vois de petits enfants sales, j'écris ce que les gens me racontent, je trouve les gens qui racontent le mieux, j'envoie ce que j'écris à des gens, qui écrivent à leur tour à partir de ce que j'ai pu écrire, des hommes lisent, papa, je t'aime beaucoup, je fais des voyages, je suis un autre, et puis je reviens et je suis moi de nouveau, dans un bureau, où j'écris sur ce que j'ai pu écrire, pour qu'on soit bien sûr d'avoir compris ce qui s'était joué, là-bas". Être un agent de renseignements, d'accord, mais à quel prix? Que reste-il d'un homme, de ses rêves, de ce qu'il peut espérer construire lorsqu'il lui faut, régulièrement, disparaître, mentir, arranger le réel? 65-84, du nom de code du narrateur, raconte de l'intérieur le parcours d'un étudiant entré dans l'armée par goût de l'aventure et progressivement happé par un monde discret, méticuleux, fragile parfois, qui, s'il est bien loin des idées reçues, n'en demeure pas moins hors normes.


- Adultère
de Paulo Coelho
Éditions Flammarion / Mai 2014


"Une vie sans amour vaut-elle la peine d'être vécue?" Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite: elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété à Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d'être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d'autre qu'un sentiment grandissant d'apathie et d'indifférence. Jusqu'au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d'une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps: la passion. Elle fera tout pour conquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d'elle-même pour enfin trouver le bonheur.


- À la grâce des hommes
de Hannah Kent
Éditions Presses De La Cité / Mai 2014


Agnès Magnúsdóttir, servante dans l'Islande austère et violente du XIXe siècle, est condamnée à mort pour l'assassinat de son amant et placée dans une ferme reculée en attendant son exécution. Horrifiés à l'idée d'héberger une meurtrière, le fermier, sa femme et leurs deux filles évitent tout contact avec Agnès, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Seul Tóti, le révérend chargé de préparer la jeune femme à sa fin prochaine, tente de la comprendre. Au fil des mois, Agnès raconte sa vérité, aussi terrible soit-elle à accepter. Mais la justice des hommes est en marche, et pourquoi Agnès réapprendrait-elle à vivre si c'est pour mourir? Inspiré d'une histoire vraie, À la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous pensons connaître et celle à laquelle nous voulons croire. Avec ce premier roman à l'atmosphère lyrique et ample, Hannah Kent s'impose d'ores et déjà comme l'un des grands écrivains de sa génération.


- Anna des miracles
de Virginie Langlois
Éditions Buchet Chastel / Mai 2014


Anna est une caissière de supermarché qui, découragée par le monde de la consommation, décide de partir en pèlerinage à Compostelle. Très rapidement, à sa grande surprise et bien malgré elle, ses mains se mettent à faire des miracles. Déjà certains pèlerins accélèrent le pas, d'autres rebroussent chemin pour la rencontrer, la rumeur se répand, s'enflamme même via les réseaux sociaux, on parle de ses guérisons dans les journaux. Anna possède-t-elle réellement un pouvoir? Quel est le rôle de Jean, cet inconnu qui s'est joint à elle et qui, chaque soir, l'invite à fumer d'étranges cigares? Le chemin apportera-t-il des réponses? Anna des Miracles, roman au rythme lent et doux, est l'histoire d'un Voyage - loin des modes et des intentions spirituelles. Lorsque le temps s'arrête, l'éternité s'entrouvre.


- Après minuit
de Irmgard Keun
Éditions Belfond / Mai 2014


Nous sommes à Francfort, en 1936, et la ville est surexcitée. Partout des banderoles, des oriflammes, les uns ont mis leurs plus beaux habits, les autres leurs uniformes tout neufs. Le Führer vient d'arriver, il prendra la parole à l'Opéra. C'est la fête. Gaie, vive, jolie, Suzanne Moder a dix-huit ans. Avec ses amies, elle se moque des garçons dans leurs tenues de parade. Amourettes, chansons, discussions passionnées, pourquoi ne pas s'abandonner à ce monde nouveau, enthousiaste et fascinant? Mais en réalité, Suzanne a peur. Certains signes l'inquiètent: la police et ses perquisitions, les juifs et leurs regards traqués, les ouvriers qui murmurent. Témoignage unique sur les tensions, les ambiguïtés et l'hystérie régnant dans l'Allemagne des années 1930, dénonciation sans appel de l'horreur totalitaire, un roman plein de charme et d'humour, lors même qu'il décrit les premiers instants d'un cauchemar. Un chef-d'œuvre à redécouvrir, par une des personnalités les plus fascinantes et les plus injustement méconnues des lettres allemandes.


- Ashford Park
de Lauren Willig
Éditions Presses De La Cité / Mai 2014


Juriste dans une grande entreprise new-yorkaise, Clémentine a tout sacrifié à sa carrière. À trente-quatre ans, c'est seule qu'elle se rend à la fête d'anniversaire organisée pour les quatre-vingt-dix-neuf ans de sa grand-mère, Addie. Pendant les festivités, Clémentine découvre un secret de famille enfoui depuis des années. Lorsqu'elle arrive à Ashford Park, en 1905, Addie a à peine cinq ans et est orpheline. Bien que son oncle et sa tante lui fassent comprendre qu'elle n'a été recueillie que par charité, elle passe une enfance et une adolescence heureuses auprès de sa cousine, la belle et audacieuse Béa. Quand la guerre éclate, leurs chemins se séparent. Addie s'engage comme infirmière tandis que Béa fait un mariage de convenance. Après un scandaleux divorce, cette dernière quitte Londres pour épouser le petit ami d'Addie, et s'enfuir avec lui au Kenya. Les deux cousines ne se parleront plus pendant quelques années jusqu'au jour où Béa supplie Addie de venir lui rendre visite en Afrique. Leurs retrouvailles sont de courte durée: Béa disparaît tragiquement lors d'un safari, ne laissant derrière elle qu'une écharpe ensanglantée. Que lui est-il arrivé? A-t-elle été assassinée, attaquée par des fauves? S'est-elle enfuie? Si les retrouvailles avec sa cousine ne furent pas celles qu'Addie espérait, elles lui laissent entrevoir un tout autre avenir.


- Au bord des grèves
de Marie le Gall
Éditions Phébus / Mai 2014


L'existence est faite de rencontres, de ces accidents qui font se télescoper les chemins de personnes qui ignoraient la veille tout l'une de l'autre. Elles sont comme le vent qui réveille les vagues et modifie les couleurs du ciel. Elles peuvent être éphémères, lumineuses, ou servir de déflagration pour que les choses changent. Léna, la cinquantaine, originaire des Montagnes Noires de Bretagne, travaille à Paris et revient dès que possible sur les grèves de son enfance profiter du ressac, des criques et du repos. Les yeux clos, seule la plupart du temps, plongée dans une sorte de coma émotionnel à la suite d'une accumulation de peines, cette femme magnétique pour certains hommes, cherche un peu de paix à défaut du bonheur. L'apparition d'un Américain, de quinze ans son cadet, tellement différent d'elle, les cheveux ébouriffés, discrètement tatoué, nonchalant et le contact facile, va réveiller en elle le désir. Il sera comme un soleil noir, de ceux dont le contact réchauffe, qui semblent la vie même et qui peuvent progressivement faire de l'autre un tas de cendre. Une rencontre en forme de séisme lent. La première marche d'un escalier invisible qui mènera Léna vers Maria, femme sereine et forte, et l'idée que, malgré tout, quelque part, toujours, une personne vous attend.


- Avons-nous assez navigué
de Dominique Schneidre
Éditions JC Lattès / Mai 2014


Peut-on s'enflammer, lorsqu'on a comme Viviane Rivet l'âge de raison largement dépassé, pour quelqu'un croisé à l'Opéra, après trente ans de brouille? La représentation qu'on donne ce soir-là ,Eugène Onéguine, y est-elle pour quelque chose puisqu'elle raconte exactement la même histoire? La narratrice, qui depuis l'enfance est l'inséparable complice de Viviane, se retrouve en position d'essayer de la raisonner. Ainsi prend-elle la mesure du temps qui a passé, de ses propres renoncements, alors que Viviane, qui ne se voit pas vieillir, qui vit "sur quatre générations" comme elle dit, avec une vieille tante, des enfants et des petits-enfants qu'elle adore, avec un métier qu'elle a choisi et qu'elle choisirait encore, elle est libraire, continue de croire que tout est encore ouvert. Antoine Fournier, cet homme passionnant mais pas passionné, a-t-il cette fois-ci quelque chose à offrir à Viviane? Est-on, trente ans après, celui qu'on était? Une amie peut-elle être objective? À l'occasion de cette rencontre, que l'une juge heureuse et l'autre pas, les différences entre les deux femmes, s'accentuent. Comment se raconte-t-on sa vie? Deux visions du monde, trois même si on ajoute celle d'Antoine et quatre si on tient compte de celle de Pouchkine.


- Baby Jane
de Sofi Oksanen
Éditions Stock / Mai 2014


"Elle payait le taxi, cherchait des sièges libres, veillait sur le bien-être de sa compagne. Dans les bars homos, on coupait la file d'attente et elle me présentait à tout le monde. Dans les soirées nanas, on dansait des slows et elle respirait encore sur ma nuque. C'était la perfection". Qu'est-il arrivé à Piki, la fille la plus cool d'Helsinki, qui vit désormais recluse dans son appartement? Submergée par de terribles crises d'angoisse, elle ne parvient plus à faire face au quotidien. Faire des courses? Impensable. Boire un verre dans un bar? Impossible. Sans compter sur les problèmes financiers. Comment gagner sa vie lorsqu'on refuse d'interagir avec le monde? La narratrice, son grand amour, tente de l'aider comme elle peut. Ensemble, elles vont monter une entreprise d'un goût douteux pour exploiter la faiblesse des hommes. Au mépris d'elle-même, elle va essayer de la sauver. Mais à quel prix?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 18:36

- California dream
de Ismet Prcic
Éditions 10-18 / Mai 2014


Invité en Écosse avec sa troupe de théâtre, Ismet parvient à fuir la guerre et Tuzla pour le ciel trop bleu de Californie. Devenu Izzy, hanté par ceux qu'il a laissés, il se met à écrire: ses jeux d'enfant, le destin fantasmé du soldat Mustafa, un pays abandonné, l'absurdité de la vie, déchirée entre sa face A-méricaine et sa face B-osniaque. Un premier roman autobiographique aussi beau que bouleversant sur la jeunesse en temps de guerre et la douleur de l'exil.


- Ce qui est arrivé aux Kempinski
de Agnès Desarthe
Éditions de l'Olivier / Mai 2014


"Mon âme, dit-elle. Mon âme, que vaut-elle? Mon âme est une liste de courses. Mon âme est une déclaration d'impôts, un bulletin de notes au bas duquel ne figurent pas d'encouragements. Mon âme est le mode d'emploi du lave-vaisselle remplacé depuis huit ans, un bordereau de la poste datant de trois mois (le paquet est reparti, mais où, et que contenait-il? Une rivière de diamants, sans doute). Mon âme est pleine de "Bonjour, madame", "Au revoir, madame", elle est salie par les corvées, corrompue par la fatigue de jours sans héroïsme, sans passion, sans péril". Qui parle ainsi? Une femme à qui le diable a proposé un pacte. Mais le diable ferait bien de se méfier: dans le monde d'Agnès Desarthe, qui perd gagne, l'oubli est source de mémoire, les enfants engendrent leurs parents et le châtiment précède la faute. En 14 histoires étourdissantes, Agnès Desarthe rend visible ce qui se cache derrière ce qui nous semble le plus familier. Comme une trame secrète où viendrait s'inscrire le paradoxe qui gouverne notre vie. Un sens constamment perdu, et retrouvé.


- Chocolates for breakfast
de Pamela Moore
Éditions Nil / Mai 2014


Courtney Farell est une jeune fille révoltée de quinze ans. Depuis le divorce de ses parents, elle partage son temps entre Manhattan, ou son père, figure absente, travaille dans l'édition, et Los Angeles, ou sa mère, actrice oubliée, tente de se refaire un nom à Hollywood. Avec ses amis de débauche, mis à la porte de Yale ou d'Harvard les uns après les autres, Courtney s'efforce partous les moyens possibles d'échapper à son quotidien. Roman mordant et désenchanté, mais aussi tendre, d'une adolescente qui s'éveille à l'amour avant de s'engouffrer dans les délices de l'alcool et du sexe, Chocolates for Breakfast a scandalisé l'opinion à sa parution en 1956. Soixante ans plus tard, il reste un témoignage poignant de la façon dont les jeunes filles se heurtent à l'adolescence, souvent avec fracas. "Pamela Moore est la représentante d'une jeunesse gâtée, instruite, aimée, mais de telle sorte qu'elle finit par en pourrir. Ce n'est pas la faute de l'Amérique. Il y a des Pamela Moore partout où règne cette forme douce de la liberté: la licence". L'Express, 1956 Pamela Moore a écrit Chocolates for Breakfastà l'âge de 18 ans. Ce premier roman, pour lequel on l'a tout de suite comparée à Françoise Sagan, a connu un immense succès aux États-Unis, avant de devenir un best-seller international. Cette nouvelle édition est enrichie d'une postface de son fils, Kevin Kanarek, dans laquelle il revient sur la publication française du livre en 1956, mais aussi sur le suicide de sa mère en 1964, à l'âge de 26 ans. Elle permettra de découvrir ou redécouvrir un roman culte.


- Comment peut-on (encore) être une femme ?
de Caitlin Moran
Éditions Flammarion / Mai 2014


Jeune immigrée kurde, Esma porte une histoire familiale entachée de sang. Décidée à comprendre, elle retrace sur trois générations le lourd destin qui la lie à ses ancêtres; des rives de l'Euphrate à l'Angleterre, quand l'émancipation et la quête de liberté se heurtent aux traditions, Esma démêle lentement les fils de l'amour et de la haine.


- Crime d'honneur
de Elif Shafak
Éditions 10-18 / Mai 2014


Jeune immigrée kurde, Esma porte une histoire familiale entachée de sang. Décidée à comprendre, elle retrace sur trois générations le lourd destin qui la lie à ses ancêtres; des rives de l'Euphrate à l'Angleterre, quand l'émancipation et la quête de liberté se heurtent aux traditions, Esma démêle lentement les fils de l'amour et de la haine.


- Danny Boy
de Alan Duff
Éditions Actes Sud / Mai 2014


Chez les Ryan et les McNeil, on est truand de père en fils. Derniers rejetons de leur lignée, Johno et Shane n'entendent pas déroger à la tradition familiale. À l'orée des années 1980, tout juste sortis de l'adolescence, ils se lancent dans les "affaires". Après un séjour en prison, les deux amis vont prendre des chemins différents: tandis que Johno se bat pour devenir un homme respectable en élevant seul son jeune fils Danny, Shane récidive et retourne en détention, où il est "adopté" par des membres de la pègre locale. Jusqu'au jour où leurs trajectoires se croisent à nouveau. L'amour inconditionnel et rédempteur que Johno porte à Danny illumine ce roman noir dans lequel Alan Duff explore la violence du milieu criminel australien. À travers ces portraits d'êtres désirant réécrire le scénario tragique de leur vie, l'auteur néo-zélandais signe peut-être ici son roman le plus poignant.


- De l'argent pour les fantômes
de Edgardo Cozarinsky
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Andrés Oribe, un vieux cinéaste, confie ses cahiers à Martin avant de se retirer du monde. Ceux-ci relatent l'histoire de Céleste, une fille des bidonvilles de Buenos Aires qui deviendra, à Berlin, la maîtresse d'un magnat russe. Au milieu du dernier carnet, se trouve un papier d'argent, de ceux que les Chinois brûlent le jour des morts. Martin et Elisa, tous deux étudiants à l'École de cinéma, proposent, comme trame de leur premier film, de partir à la recherche d'Oribe. Un jour, leur passé se croiseront. Peut-être revivront-ils alors dans le monde disparu d'Oribe et s'approprieront-ils l'histoire d'un homme qui, coûte que coûte, a laissé, dans ses cahiers, une trace de son passage sur terre? Que faire d'une histoire dont on a hérité et faut-il, pour la sauver de la pesanteur du passé, lui insuffler une passion nouvelle, en donner une version différente? Ou devrait-on plutôt suivre les conseils d'Oribe: vivre l'instant présent, fuir à tout prix le passé, ne jamais revenir là où on a été heureux, ne jamais revoir ceux qu'on a aimés?


- Demain à Santa Cecilia
de María Dueñas
Éditions Robert Laffont / Mai 2014


À quarante-cinq ans, Blanca Perea s'est construit une existence qu'elle croit solide: un mariage qui dure depuis vingt-cinq ans, deux grands fils bien dans leur peau et une carrière universitaire honorable. Mais son mari la quitte. Dévastée, elle n'a plus qu'une idée: fuir l'Espagne et ses souvenirs. Elle accepte un emploi temporaire à Santa Cecilia, une université californienne. Elle y est chargée du classement des archives d'Andrés Fontana, professeur réputé, mort depuis trente ans. Peu à peu, Blanca découvre qu'Andrés Fontana se passionnait pour les missions construites par les Jésuites en Californie. Et notamment pour la dernière de ces missions, dont la trace semble être perdue. Quand elle fait part de ses trouvailles à son entourage, elle provoque une curieuse agitation. Pourquoi le président de l'université s'inquiète-t-il soudain de ces vieux papiers oubliés? Que cherche le séduisant Daniel Carter, universitaire de renom, en lui proposant son aide? Et quelles relations entretient-il avec l'énigmatique fondation qui finance les archives? Malgré elle, Blanca se trouve plongée dans les secrets d'un très lointain passé. Des secrets qui, livrés au grand jour, vont l'entraîner vers une renaissance qu'elle n'aurait pas crue possible.


- Derrière les masques
de Ignacio Del Valle
Éditions Phébus / Mai 2014


Une violente explosion survient dans le restaurant d'un mafieux russe de Manhattan et ce sont toutes les certitudes de Daniel Isay et Sailesh Mathur, deux enquêteurs de la police de New York, qui volent en éclats. D'autant que la photographe Erin Sohr, qui se trouvait sur les lieux, croit avoir reconnu dans la foule le visage de Viktor, un criminel de guerre serbe. Les deux policiers et l'ancienne photographe de guerre vont unir leurs forces pour retrouver le fuyard, ce fantôme tout droit issu des heures les plus sombres des Balkans. Commence alors une enquête au cœur de Belgrade, La Haye, Tel-Aviv et New York qui voit la vermine du monde refaire surface.


- Des secrets bien gardés
de Jeffrey Archer
Éditions Les Escales / Mai 2014


Londres, 1945. Qui héritera de la fortune de Hugo Barrington? Sir Giles Barrington, son fils légitime, ou Harry Clifton, probable bâtard né juste avant Giles, déjà père de l'enfant d'Emma Barrington? Une décision qui va déterminer les destins de cette génération de façon irréversible. Tandis que Harry retourne aux États-Unis pour promouvoir son dernier best-seller, Giles se retrouve pris au piège de haines de longue date dans sa lutte pour le pouvoir à Londres. Mais c'est Sebastian, représentant de la nouvelle génération des Clifton, le fils de Harry et d'Emma, qui va finalement faire basculer la carrière politique de son oncle Giles une décennie plus tard. Secrets trop longtemps enfouis, vengeances longuement méditées, amours enfin possibles ou alliances intéressées, une saga époustouflante portée par des personnages inoubliables.


- Éloge de l'esquive
de Olivier Guez
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Le dribble n'est pas né par hasard au Brésil. Les premiers joueurs noirs ont commencé à dribbler pour éviter les contacts avec les défenseurs blancs et éviter de se faire rosser sur la pelouse et à la fin des matchs. Il s'est développé sur les plages et les terrains vagues, avec une pelote de chaussettes ou une petite balle en caoutchouc. C'est un mouvement de hanche, similaire à celui des danseurs de Samba et des lutteurs de Capoeira, ludique, acrobatique, marque des plus grands solistes, de Leonidas à Pelé. Il est ludique et acrobatique, "audace et joie", la devise de Neymar: l'un des grands joueurs brésiliens, devenu l'emblème de toute une nation et de son rayonnement international. Cet éloge nous raconte ce que le dribble révèle de la culture et de la société brésiliennes. Il narre ses origines et ses développements. Il parle de ses légendes, de ses plus grands artistes, ces funambules qui ont transformé le foot en une danse irrationnelle. Qui ont fait du football un art sublime et puéril: si le foot demeure encore un jeu et suscite tant d'émotions, il le doit au dribble brésilien: un art, oui, libre, joyeux, passionné, habité par les mots.


- Entre mes mains le bonheur se faufile
de Agnès Martin-Lugand
Éditions Michel Lafon / Mai 2014


Depuis l'enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l'aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n'ont toujours vu dans ses ambitions qu'un caprice: les chiffons, ce n'est pas "convenable". Et Iris, la mort dans l'âme, s'est résignée. Aujourd'hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s'être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s'ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire. Portrait d'une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.


- Fils d'Heliópolis
de James Scudamore
Éditions 10-18 / Mai 2014


Ludo est l'un des nombreux fils d'Heliópolis, favela géante qui règne sur la ville de São Paulo. Alors que son destin semble figé par sa naissance, il se fait adopter par Zé Carnicelli, une opulente fortune du pays. Déchiré entre ces deux mondes, Ludo s'égare. S'il ne se reconnaît pas dans le regard désormais étranger des favelados, il ne s'est jamais non plus épanoui dans le piège doré de sa nouvelle vie. Roman multicolore, Fils d'Heliópolis est une plongée vertigineuse dans un univers dissonant et pluriel: le vrai visage du Brésil. Un essai sur la condition féminine, entre coup de gueule et mémoires, dans lequel l'auteure raconte son 13e anniversaire désastreux, son adolescence, des amours, ses kilos en trop, son avortement ou sa maternité et aborde les questions récurrentes agaçantes: pourquoi les femmes doivent se faire le maillot en ticket de métro, pourquoi tout le monde veut savoir quand elles feront un bébé...


- Fräulein France
de Romain Sardou
Éditions XO / Mai 2014


Septembre 1940. Après la débâcle, l'Occupation commence. À Paris, les Allemands profitent de tous les plaisirs. Au Sphinx, la célèbre maison close, l'arrivée d'une nouvelle pensionnaire fait sensation. Mademoiselle France est d'une beauté troublante. Elle ne "monte" qu'avec le gratin de l'armée allemande. Que cache-t-elle derrière son apparente froideur? Rien de ce qu'elle fait ou dit n'est laissé au hasard.


- Haut vol
de Olivier Bleys
Éditions Gallimard / Mai 2014


Paris, fin du XIXe siècle. Samson Vaillant est un brillant acrobate, très populaire sur les champs de foire. Alors qu'il prend de l'âge et que sa carrière est sur le déclin, il va connaître un regain de célébrité inespéré lorsqu'un imprésario, Tiburce Lefranc, lui propose de monter une attraction inédite et spectaculaire. Il s'agit de profiter de la vogue des montgolfières pour exécuter des numéros de trapèze et d'anneaux en voltige, suspendu à un aérostat à vingt ou trente mètres du sol, voire davantage. La femme de Samson s'y oppose tout d'abord farouchement, tant à cause de la réputation sulfureuse de Tiburce que du danger de l'exercice. Par manque d'argent, elle finit par céder, car la rétribution promise est importante. La mise au point du numéro n'est pas sans difficulté ni danger. Samson et son ballon, dès lors, attirent les foules. Mais l'acrobate, sujet au vertige, se sent de moins en moins assuré, et un rhumatisme persistant à l'épaule le fait horriblement souffrir. Olivier Bleys développe à plaisir sa prose nostalgique et sensuelle, qui restitue avec beaucoup de charme les atmosphères des champs de foire d'autrefois, et atteint à une vraie grâce dans la description du ballon, du vent, du ciel: l'aérostat est un personnage central, au même titre que l'acrobate.


- Il est de retour
de Timur Vermes
Éditions Belfond / Mai 2014


Nous sommes à Berlin en 2011 et il est de retour. Qui? Hitler. Tout à la fois hilarante et édifiante, une satire virtuose et prophétique sur nos sociétés fascinées par la célébrité et le culte de la personnalité, même si (ou a fortiori?) ces "people" font, au mieux, preuve d'une bêtise crasse ou, au pire, professent des idées nauséabondes. Succès inouï en Allemagne, traduit dans trente-cinq langues, bientôt adapté au cinéma, Il est de retour est un véritable phénomène. Entre Chaplin, Borat et Shalom Auslander, une satire aussi hilarante que grinçante qui nous rappelle que face à la montée des extrémismes et à la démagogie, la vigilance reste plus que jamais de mise. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content: comment, plus personne ne fait le salut nazi? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue? Et, surtout, c'est une femme qui dirige le pays? Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon client alléchée, est toute prête à lui en fournir une. La machine médiatique s'emballe, et bientôt le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries. En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise. Hitler est ravi, qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste à porter l'estocade qui lui permettra d'achever enfin ce qu'il avait commencé.


- Index
de Camille Laurens
Éditions Gallimard / Mai 2014


Vous achetez un livre au hasard d'un voyage, vous le parcourez sans méfiance quand soudain vous comprenez qu'un auteur indélicat y révèle votre secret le plus intime. Tout vous montre du doigt, c'est votre vie, vous vous y reconnaissez. Mais lui, qui est-il, qui lui a raconté? Commence alors une enquête dont la rigoureuse progression alphabétique se heurte à la multiplicité des interprétations, où rencontres, souvenirs et affabulations déforment votre vérité. C'est à ce chassé-croisé entre lecteur et auteur que vous invite Index. À travers les interrogations d'une jeune femme confrontée à sa propre histoire est posée avec insolence la question clef du roman, qui est de savoir, en tout récit, qui parle.


- Indian Roads
de David Treuer
Éditions Albin Michel / Mai 2014


C'est un écrivain qui nous entraîne à la rencontre de l'une des faces cachées de l'Amérique contemporaine: celle des réserves indiennes, plus de trois cents aux États-Unis. Certaines ne font que quelques hectares, d'autres sont immenses, mais la plupart d'entre elles sont d'une extrême pauvreté. D'origine ojibwé, David Treuer a grandi sur une réserve du nord du Minnesota, et il nous permet de découvrir ce monde de l'intérieur sous toutes ses facettes: crime et misère, casinos et richesses, sauvegarde des langues et de la culture autochtones. Voyage à travers le continent américain mais aussi dans le passé, Indian Roads est une histoire que nous n'avions encore jamais entendue racontée ainsi, un récit passionnant et un formidable exemple de résilience.


- J'ai rencontré quelqu'un
de Emmanuelle Cosso-Merad
Éditions Flammarion / Mai 2014


"Vous n'êtes pas drôle, Monsieur Toulemonde, c'est ça votre problème. Vous êtes triste. Triste à mourir. Et c'est justement ce que vous êtes en train de faire". La médecine a tranché: Jean Toulemonde, père de famille et employé modèle, n'est pas drôle. Il doit trouver le sens de l'humour, c'est une question de vie ou de mort. Cette quête va bouleverser son existence et le conduire à rencontrer quelqu'un. Un roman pas comme les autres, plein de suspense, d'humour et de fantaisie, sur la fragilité des êtres et des sentiments.


- J'aurais préféré m'appeler Dupont
de Guillemette le Vallon de la Ménodière
Éditions Stock / Mai 2014


Sa mère fait tout comme il faut, elle prend du sucre avec une pince, elle ne pouffe pas, elle sourit et baisse la voix pour ne pas déranger même quand il n'y a personne. Son père a des chaussettes en fil d'Écosse, l'été il met des espadrilles bleu marine. Guillemette, elle, rêve de sabots en bois cloutés, d'aller au Flunch le dimanche à midi, d'intégrer le corps des majorettes et de danser avec les Clodettes. Ça ne peut plus durer. À sept ans, sa petite valise à la main, elle annonce à ses parents: "Je vous quitte".


- Je dénonce l'humanité
de Frigyes Karinthy
Éditions Viviane Hamy / Mai 2014


Je ne plaisante jamais avec l'humour: telle était la devise que Frigyes Karinthy aimait énoncer haut et fort. Ce recueil de quarante nouvelles, écrites entre 1912 et 1934, de presque "sketchs", met en avant ici la "petitesse" de l'être humain confronté à la "grandeur" de l'administration, là les préoccupations quotidiennes et mesquines de tout un chacun. Ou encore les questions existentielles et métaphysiques de l'Homme, les paradoxes du quotidien.


- Je n'ai pas toujours été un vieux con
de Alexandre Feraga
Éditions Flammarion / Mai 2014


Après l'incendie accidentel de son logement, Léon, sans famille, est envoyé dans une maison de retraite. Renouant avec son passé de rebelle, il décide, aidé d'un autre acolyte d'arracher Roger, un autre pensionnaire, d'une mort certaine.


- Je ne renie rien
de Françoise Sagan
Éditions Stock / Mai 2014


"Si tout était à recommencer, je recommencerais bien sûr, en évitant quelques broutilles: les accidents de voiture, les séjours à l'hôpital, les chagrins d'amour. Mais je ne renie rien". Françoise Sagan, dans ces entretiens donnés entre 1954, date de parution de Bonjour tristesse, le premier roman publié à dix-huit ans qui fit sa notoriété internationale, et 1992, ne renie rien: son regard sur l'amour, l'amitié, l'argent, l'écriture, les hommes et les femmes, les voyages, dessine une figure incroyablement cohérente et sincère à travers les années. Et le lecteur, sous le charme de cette conversation entre confidences et mots d'esprit, ne renie rien au plaisir qu'il y prend.


- Journal d'un looser
de Stéphane Lavarenne
Éditions Buchet Chastel / Mai 2014


Il s'appelle Cyril. Il a trente ans. Elle vient de le quitter, et le monde s'écroule. Pour elle, il a pourtant presque tout fait. Choisi un boulot sûr et emmerdant. Ecouté la musique qu'elle aimait. Pensé comme elle pensait. Pour elle, il est devenu l'ombre de lui-même. Et ça n'a servi à rien. Heureusement l'ami de toujours, Hubert, frappe à sa porte. Hubert n'a pas de domicile fixe, préfère la C, et tombe toutes les filles. En plus, Hubert n'est jamais à cours d'idées délirantes. Journal d'un looser raconte avec beaucoup d'humour un moment de crise. Un jour, il faut choisir: être un insoumis ou assumer son rôle d'homme responsable.


- Journal d'une accoucheuse
de Priyamvada N. Purushotham
Éditions Actes Sud / Mai 2014


Jusqu'à ce cours de sciences naturelles où il lui a fallu disséquer une grenouille, Mrinalini avait décidé de devenir actrice, mais cette expérience a suscité en elle une tout autre vocation: elle sera médecin et mettra des enfants au monde. Après des années d'études à Delhi puis en Angleterre, Mrinalini retourne à Madras afin d'y ouvrir une clinique de gynécologie. C'est à travers son récit que le lecteur fait connaissance avec six de ses patientes aux origines, âges et aspirations différents. Zubeida, qui porte la burqa et regarde Jules et Jim en cachette, est, en effet, bien éloignée de Megha, la mère en souffrance dans une famille patriarcale, ou de Leela, la jeune beauté ultra-protégée. Quant à Pooja, la lycéenne, violée par "le beau capitaine de l'équipe de cricket", elle n'a rien à voir ni avec Tulsi, l'insatisfaite publicitaire qui vit en union libre, ni avec Anjolie, la performeuse franco-indienne au lourd passé. Au fil des consultations, Mrinalini s'implique toujours plus dans leur vie, car depuis que l'inconstant Sid l'a abandonnée pour épouser une surfeuse, la jeune femme n'a plus qu'un seul désir: donner des ailes à ses patientes. De l'infanticide des filles au viol, ou à l'avortement, c'est sous le signe de la sensibilité mais non sans humour que ce premier roman se confronte, avec une fraîcheur de ton inédite, aux graves questions de société qui affligent en profondeur l'Inde contemporaine.


- L'alliance de sel
de Martine Desjardins
Éditions Phébus / Mai 2014


Au début du XIXe siècle, dans un domaine isolé à l'est de Québec, l'héritière de la seule mine de sel du pays s'apprête à recevoir maître Anselme, l'artisan qui a sculpté dix ans plus tôt l'étrange monument funéraire à la gloire de sa famille. Pendant que les servantes croquent du sucre d'érable en cachette, la maîtresse des lieux prise du sel, convoque le passé et évoque les ombres de son père, héros de la Conquête, et de sa mère, la "fille du fleuve" aux pieds palmés. Ce souper fantastique aux bougies, où les salières sont pleines mais les verres vides, sera l'occasion d'exhumer les secrets d'un passé familial cruel et dangereux mené par l'amour et la folie.


- L'autre
de Sylvie le Bihan
Éditions Du Seuil / Mai 2014


11 septembre 2011. Emma fait partie des invités d'honneur de la Maison Blanche pour les commémorations des attentats. Debout sous le soleil de septembre, elle est au plus mal. Mais est-ce son veuvage qui la fait tant souffrir? Rien n'est moins sûr. Strasbourg. janvier 1996, Emma est insouciante, une séductrice capricieuse qui croque les hommes et les jette sans remords. Jusqu'au moment où elle rencontre l'Autre. Avec l'Autre, sa vie va prendre une tournure plus grave. Emma éprouvera au quotidien, dans les gestes les plus banals, que l'enfer existe. Sylvie le Bihan, dans son premier roman, a choisi de traiter un sujet que connaissent beaucoup de femmes et dont peu savent parler pourtant: celui du pervers narcissique. Elle excelle, grâce à une écriture aussi mordante que délicate, à décrire comment la violence entre, parfois sans fracas, dans la vie d'une femme.


- L'élixir d'amour
de Éric-Emmanuel Schmitt
Éditions Albin Michel / Mai 2014


"L'amour relève-t-il d'un processus chimique ou d'un miracle spirituel? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l'élixir qui jadis unit Tristan et Yseult? Est-on, au contraire, totalement libre d'aimer?" Anciens amants, Adam et Louise vivent désormais à des milliers de kilomètres l'un de l'autre, lui à Paris, elle à Montréal. Par lettres, tout en évoquant les blessures du passé et en s'avouant leurs nouvelles aventures, ils se lancent un défi: provoquer l'amour. Mais ce jeu ne cache-t-il pas un piège? Observateur pertinent des caprices du cœur, Eric-Emmanuel Schmitt explore le mystère des attirances et des sentiments.


- L'empereur aux mille conquêtes
de Javier Moro
Éditions Robert Laffont / Mai 2014


L'histoire vraie et rocambolesque de Pedro Ier, père fondateur du Brésil, par Javier Moro, maître du roman historique. Sous ses airs de mauvais garçon, le prince Pedro descend d'une longue lignée: les Bragance. Il a vécu à Lisbonne jusqu'à l'âge de huit ans, en 1807, date à laquelle les armées de Napoléon marchèrent sur la capitale portugaise et ou son père décida d'embarquer la Cour vers la principale colonie du royaume, le Brésil, pour sauver la monarchie. Pedro se souvient encore de cette nuit-là, tandis que les matelots chargeaient à la hâte les caisses sauvées de la débâcle, et qui, pour la plupart, resteraient à quai. Il revoit les membres de sa famille monter à bord du navire, sous le regard accusateur de la foule. Rio de Janeiro devint ainsi la capitale de l'empire portugais et, pour Pedro, le royaume de son enfance. Ce garçon qui n'aime rien tant que sa liberté, qui grandit comme un faune heureux entouré de serviteurs, de maîtresses et d'esclaves attentifs à ses moindres désirs, ne peut imaginer qu'un jour il sera appelé à devenir un héros. Pourtant, au côté de Leopoldine, sa femme, il changera non seulement le destin du Brésil mais aussi celui du Portugal, et fera de leurs deux peuples deux nations libres et modernes.


- L'enfant des Maures
de Frédérick d'Onaglian
Éditions Calmann Lévy / Mai 2014


Lorsque son père, atteint de la maladie d'Alzheimer, n'est plus en mesure de diriger l'entreprise familiale de marrons glacés, Maurine Casténat, une jeune médecin de 32 ans, décide de quitter Toulon où elle réside depuis plusieurs années et revient s'installer à Collobrières, son village natal, pour y ouvrir un cabinet et aider sa sœur Carole qui doit maintenant gérer seule la société. Les relations sont tendues entre les deux femmes, l'entreprise subit de plein fouet la crise et Carole doit trouver des financements pour éviter la faillite. Parallèlement, un ingénieur de l'ONF informe Maurine que les châtaigneraies du domaine sont atteintes du cynips, un parasite qui touche tout l'arrière-pays varois et menace de décimer les plantations. La jeune femme, pour qui la forêt a toujours été un refuge, va s'investir à bras le corps pour éviter le désastre. Jusqu'au jour où l'une de ses patientes lui révèle des informations troublantes à propos d'un drame qui a frappé Collobrières trente ans plus tôt et avait à l'époque défrayé la chronique. La jeune femme décide de mener l'enquête, malgré les violentes réactions au village et alors qu'un secret de famille semble lié à l'affaire. Maurine est victime d'un corbeau. Bientôt, les passions se déchaînent.


- L'enfant du parc
de Philippe Routier
Éditions Stock / Mai 2014


Juliette, une jeune femme en mal d'enfant, rencontre un petit garçon, Thomas, abandonné dans un jardin public. Il ignore qu'il vient de perdre tragiquement ses parents. Lui cachant la vérité, elle décide de le garder auprès d'elle, hors d'atteinte des recherches de police. Rapidement l'enfant est retrouvé sans qu'elle soit soupçonnée. Des années plus tard, Juliette, à présent mère d'une adolescente, apprend que le garçon mène une vie heureuse. Avoir croisé la route de Thomas a non seulement bouleversé le destin de Juliette mais aussi celui de ses proches, de son père, de sa meilleure amie ou de son ancien compagnon. Des liens mystérieux se sont noués, généreux et inattendus. Philippe Routier marie avec maestria tension psychologique et suspense dramatique. À travers une histoire efficace aux multiples rebondissements, il évoque avec tendresse et humanité les difficultés de couple, les amours déçues, l'implacabilité du monde du travail, le désir et l'absence d'enfant. Des personnages aux espérances déçues, au destin bridé, vont se révéler à eux-mêmes et aux autres.


- L'épouse modèle
de Emma Chapman
Éditions Plon / Mai 2014


"Je sais ce que dirait mon mari: que j'ai trop de temps, qu'il faut que je m'occupe, que je prenne mes médicaments. C'est le syndrôme du nid vide, voilà ce qu'il raconte à ses amis au pub, à sa mère. Il a toujours dit que j'avais une imagination débordante". Mais voilà les hallucinations de Marta redoublent, d'intensité, de réalisme, de significations. Qui est vraiment son mari? Que lui est-il arrivé? Pourquoi n'a-t-elle plus d'autre famille? Et, elle-même, peut-on lui faire confiance? Peut-elle se faire confiance?


- L'homme désœuvré
de Yusuf Atilgan
Éditions Actes Sud / Mai 2014


Flâneur, amoureux maladroit et désabusé, le personnage de ce livre est très éloigné des idéaux masculins de la république kémaliste. Outsider jouisseur et angoissé, il promène sa quête de beauté sur les rives du Bosphore, dans les ruelles d'Istanbul, et dérive ainsi, au fil du temps, sans jamais croire à l'amour. Amant insaisissable des femmes de passage, cet homme est à lui seul une fulgurance d'émotions partagées. Occupant pour le lecteur turc la même place que L'Étranger de Camus dans la littérature française, ce livre paraît en 1959 à Istanbul. Il bouleverse d'emblée le paysage romanesque, où dominent alors et depuis la guerre la littérature villageoise et le roman psychologique teinté d'existentialisme.


- L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes
de Karine Lambert
Éditions Michel Lafon / Mai 2014


Les hommes sont omniprésents dans cet immeuble de femmes, dans leurs nostalgies, leurs blessures, leurs colères et leurs désirs enfouis. Cinq femmes d'âges et d'univers différents unies par un point commun fort: elles ne veulent plus entendre parler d'amour et ont inventé une autre manière de vivre. Jusqu'au jour où une nouvelle locataire vient bouleverser leur quotidien. Juliette est séduite par leur complicité, leur courage et leurs grains de folie. Mais elle, elle n'a pas du tout renoncé. Et elle le clame haut et fort. Va-t-elle faire vaciller les belles certitudes de ses voisines? Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d'aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s'y sent bien.


- L'invité du soir
de Fiona McFarlane
Éditions de l'Olivier / Mai 2014


"Ruth s'est réveillée à quatre heures du matin et son cerveau endormi lui a murmuré: Tigre". Ruth Fields, 75 ans, vit seule avec ses chats dans une maison isolée de la côte australienne. Sa santé décline, mais elle tient à son indépendance. La vie s'écoule lentement, bercée par le rythme des vagues et le bruit du vent. Mais certaines nuits, Ruth entend un tigre rugir dans son salon. Est-elle en train de perdre la tête? Ou est-ce une manigance de Frida, son aide-ménagère depuis peu à son service? À mesure que surgissent de troublants détails, chacune des deux femmes va s'accuser d'être une menace pour l'autre, et l'on ne sait à qui se fier. Tout cela finira mal, c'est certain. L'Invité du soir est un huis-clos à l'ambiance hitchcockienne, où "l'inquiétante étrangeté" règne en maître. Au fil d'un suspens implacable, Fiona McFarlane esquisse un émouvant portrait du dernier âge de la vie, et interroge l'origine de nos peurs, réelles ou fantasmées.


- L'ombre d'une différence
de Sefi Atta
Éditions Actes Sud / Mai 2014


Soucieuse de son confort et de son indépendance, Deola vit à Londres, tenant ainsi à distance son pays, le Nigeria, et sa famille installée à Lagos. Marquée par une jeunesse ballottée entre deux mondes, elle manœuvre, dans ses relations professionnelles et amicales, pour éviter de s'exposer, de cristalliser sa différence. Sous ses dehors impassibles, rires, indignations, espoirs, affections et doutes se bousculent en une émouvante effervescence. De retour au Nigeria dans le cadre d'une mission, elle retrouve sa famille, qui commémore le décès de son père, et elle cède à la tentation d'une aventure amoureuse. Cette rencontre, véritable grain de sable dans la vie bien rodée de Deola, l'amène à se libérer du carcan qu'elle s'était imposé, à dépasser son insidieuse frustration pour s'engager dans une voie risquée, mais choisie. Avec une sobriété ciselée, une tenue remarquable, un humour incisif, une vraie tendresse pour ses personnages et pour les villes de Lagos et de Londres, Sefi Atta explore les questions de l'exil, de la famille, de l'amitié, de la féminité, de l'altérité, restant au plus près du bruissement entêtant de la vie.


- La ballade de Baby
de Heather O'Neill
Éditions 10-18 / Mai 2014


Baby est une môme qui traîne à Montréal avec son père Jules, junky immature et imprudent. À chaque rechute, ils déménagent et explorent les coins les plus sombres et hostiles de la ville. Entre-temps, dans son propre univers, Baby essaie de se réinventer son enfance ratée. Mais garder son innocence peut être plus dur que ce qu'il paraît. La Ballade de Baby est une méditation sensible sur le royaume de l'imagination, le pouvoir de l'esprit et l'espoir que chacun porte en soi.


- La cité sans aiguilles
de Marc Torres
Éditions Viviane Hamy / Mai 2014


Qu'ont donc en commun l'Horloger, l'Écrivain et le Guerrier? Une quête et une même destination dont ils ignorent tout: la Cité sans aiguilles. Alors qu'ils cheminent irrémédiablement en solitaire, ces trois hommes vont voir leurs destins se croiser. Et c'est ensemble qu'ils réaliseront le grand dessein auquel ils étaient prédestinés. Autrefois connu sous le nom de Cité Blanche, ce territoire est gouverné par le Roi Blanc dont la renommée n'est plus à faire. Son royaume est prospère et il est entouré de sa précieuse reine et de Guillaume, son fidèle conseiller. Pourtant, cet équilibre va bientôt être mis à mal, les fondations de la cité fragilisées, bouleversées, par une nouvelle de bien mauvais augure. Quelle est l'origine de ce basculement? Quelle est la nature de la souffrance qui consume le Roi Blanc pour qu'il plonge ainsi ses sujets dans un profond désarroi? Quel rôle vont jouer nos trois héros dans l'histoire de cette cité désormais sans aiguilles, là où le Roi Blanc essaie de maîtriser le temps?


- La clinique de l'amnésie
de James Scudamore
Éditions Stock / Mai 2014


"Parfois les grands conteurs disparaissent avant l'heure. Il nous revient donc de raconter sur eux de belles histoires. Je vais m'y employer". Amis pour la vie, Anti et Fabian sont résolument différents, "une panthère languissante à côté d'un cochon albinos à la respiration sifflante". Anti, populaire et sportif, grandit dans le cercle fade et surprotégé des expatriés britanniques à Quito, capitale de l'Équateur, tandis que Fabian vit à plein temps chez le fantasque oncle Suarez. Conteur hors pair, Suarez transmet aux garçons sa passion pour les histoires extravagantes. Un pouvoir nouveau qui va leur permettre de réinventer la vie et de tenter d'expliquer la disparition inexpliquée des parents de Fabian. Pour consoler son ami, Anti l'embarque dans un voyage chimérique à travers l'Équateur qui les conduira jusqu'à une étrange clinique de l'amnésie.


- La dernière aventure de Long John Silver
de Björn Larsson
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Long John Silver, notre vieux pirate unijambiste qui aspirait à couler des jours paisibles dans une anse de Madagascar, entouré de sa garde d'anciens esclaves affranchis, entreprend de compléter ses mémoires et de relater sa dernière aventure, sa rencontre, tout aussi édifiante qu'inattendue, avec Charles Barrington, un lord désargenté, cupide et roué, qui souhaitait se lancer dans la traite négrière jusqu'à ce que l'aventure tourne court. Long John, toujours aussi beau parleur et qui n'a rien perdu de son esprit de révolte, s'amuse un temps de la naïveté et de l'audace de cet homme sans scrupules, qu'aucun revers de fortune ne semble pouvoir atteindre. Mais bientôt, lassé de son arrogance, il décide de lui réserver une punition exemplaire.


- La femme de l'aviateur
de Mélanie Benjamin
Éditions Michel Lafon / Mai 2014


Lorsque la jeune et timide Anne Spencer Morrow fait la connaissance du célèbre aviateur Charles Lindbergh, dont toutes les femmes rêvent, elle n'imagine pas une seconde pouvoir le séduire. C'est pourtant elle qu'il choisit le jour même pour l'accompagner dans un vol de nuit mystérieux. Un vol décisif. Car non seulement le héros la demande en mariage, mais elle devient bientôt une aviatrice confirmée, doublée d'une exploratrice. Avec son mari, en effet, elle défriche des terres vierges dans les cinq continents pour ouvrir des voies aériennes. Mais cette belle aventure a ses revers. Car Anne est aussi une épouse blessée, et une mère à jamais meurtrie par l'enlèvement de son premier bébé, dont elle ne cessera de pleurer la disparition tout en élevant avec courage et amour ses cinq autres enfants. Féministe et écrivaine reconnue, sensible mais solide à travers les épreuves, Anne Morrow Lindbergh s'est battue pour affirmer son existence de femme libre. Ce roman la fait enfin sortir de l'ombre.


- La galerie des maris disparus
de Natasha Solomons
Éditions Calmann Lévy / Mai 2014


Quand son mari se volatilise, Juliet Montague disparaît à son tour. Ni veuve ni divorcée, elle n'a pas le droit de refaire sa vie selon les règles de la communauté juive à laquelle elle appartient. Juliet s'efforce pourtant de son mieux d'assumer le quotidien et d'élever ses deux enfants. Mais le jour de ses trente ans, un matin de l'hiver 1958, elle prend une décision tout sauf raisonnable: au lieu de consacrer ses économies à l'achat d'un réfrigérateur, elle s'offre un portrait à son effigie. Ce tableau, premier d'une longue série, signe le début de son émancipation: passionnée de peinture, Juliet va peu à peu repérer les talents émergents, frayer avec le gotha artistique de Londres et ouvrir sa propre galerie. Ses nouvelles amitiés et, plus tard, son amour pour un brillant peintre reclus dans sa maison du Dorset l'aideront à affronter les commérages et la réprobation des siens. Mais Juliet reste enchaînée et, pour se sentir tout à fait libre, il lui reste un mystère à élucider.


- La maquisarde
de Nora Hamdi
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


"J'ai seize ans. La guerre me frappe de plein fouet. Comme beaucoup de jeunes filles menacées de mort, je n'ai jamais eu autant envie de vivre. J'ai faim de tout. Le vent glacial ne cesse de souffler. Tout le village vit dans la peur". Depuis plusieurs générations, la famille de la narratrice vit paisiblement de l'élevage et des plantations d'oliviers, près de Sidi Ali Bounab. Mais l'armée française confisque les terres et rafles les jeunes hommes. Déplacée dans un camp dont elle réussit à s'enfuir pour gagner le maquis, la jeune femme prend les armes aux côtés des hommes. Elle découvre une liberté, la fraternité combattante et bientôt l'amour. Mais elle est capturée et envoyée cette fois-ci dans un centre où les réfractaires sont torturées jusqu'à la mort. Elle y rencontre Suzanne, une infirmière française qui a soigné clandestinement des Algériens avant d'être elle aussi emprisonnée et questionnée. Une profonde amitié naît entre ces deux femmes, mais Suzanne disparaît. La maquisarde est le récit vrai d'une vie héroïque: une très jeune femme met son courage au service de l'indépendance de son pays. Mais l'Algérie libre lui laissera-t-elle sa liberté? Dans une langue pure et pleine d'émotion, Nora Hamdi raconte l'histoire de sa mère.


- La mauvaise pente
de Chris Womersley
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Lee, un petit voyou d'une vingtaine d'années, se réveille dans un motel sordide avec une balle dans le ventre, une valise pleine de dollars, et pas la moindre idée de ce qui a pu le mener jusqu'ici. À son chevet, Wild, médecin morphinomane en rupture de ban, son seul recours pour l'aider à quitter les lieux avant que la police ne débarque. Complices malgré eux, ils vont chercher refuge dans la maison de campagne d'un confrère de Wild. Une intimité maladroite s'installe entre ces deux hommes en cavale dont l'un est hanté par un séjour en prison et l'autre fuit un procès pour erreur médicale. Mais un troisième larron est à leurs trousses: Josef, un vieux gangster roumain superstitieux et violent, qui a pour mission de récupérer l'argent et de s'occuper de Lee. Une bonne fois pour toutes. Couronné en Australie par le prestigieux Ned Kelly Award, ce grand roman noir, qui est aussi un conte moderne sur l'aliénation et le désespoir.


- La mer, le matin
de Margaret Mazzantini
Éditions 10-18 / Mai 2014


Jamila fuit la Libye en guerre. Avec Farid, son garçon qui n'a jamais vu la mer, elle embarque sur un bateau pour gagner la Sicile, traversée du désespoir. Quarante ans plus tôt, Khadafi chasse les colons italiens de Tripoli. Angelina fuit en Sicile ou elle ne se sentira jamais chez elle, Italienne au cœur arabe qui rêve de revenir, avec son fils Vito, sur la terre de son passé. Deux mères, deux fils, deux vies; deux mémoires brûlantes dans le roulis de l'Histoire: ce roman sensible raconte avec une infinie justesse l'exil et ses déchirures.


- La musique des illusions
de Jean-Marc Moura
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Dans la forêt picarde, à l'aube du vingtième siècle, une jeune paysanne met au monde une petite fille. En grandissant, l'enfant développe un don inouï: capable d'imiter toutes les voix de la création, Franceska peut d'un cri strident tuer un être humain. Un don qui intéresse de très près le jeune scientifique suisse qui vient de mettre au point une machine capable d'enregistrer la voix. Au gramophone, qui concurrence le pouvoir de Dieu et de l'Église, Franceska oppose sa pureté et une conviction sincère. Il existe un cri que l'homme ne lance que deux fois dans sa vie et qui le résume tout entier: l'un à sa naissance, l'autre à sa mort. Sainte ou sorcière, Franceska va tenter d'en percer le mystère. Réflexion sur les rapports entre l'homme et nature, le roman de Jean-Marc Moura interroge les frontières du bien et du mal, la tension entre progrès et obscurantisme.


- La nuit grecque
de Pierre Vens
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Il a suffi de quelques heures pour que Vincent, quadra marié, père de famille et chef d'entreprise, mesure le naufrage qu'est sa vie. Le temps d'une rencontre totalement inattendue dans un bar d'Athènes, à mille lieues de son quotidien et de sa morale. Récit d'une passion violente et bouleversante, La nuit grecque raconte la révolution intime d'un homme et la découverte de son identité.


- La petite reine de Bahia
de Alejandro Reyes
Éditions Denöel / Mai 2014


À tout juste dix ans, Maria Aparecida est d'une beauté rare, et il émane d'elle une joie de vivre contagieuse qui séduit tous ceux qui la rencontrent. Après la mort de sa mère, elle déménage à Bahia pour gagner sa vie en vendant des cacahuètes et en cirant des chaussures. Un jour, elle fait la connaissance de Betinho, jeune homosexuel à peine plus âgé qu'elle. Lui aussi a été sacrément cabossé par la vie. Il sera le frère, l'ami, l'allié de la petite fille. Le jour où un flic véreux décide que Maria Aparecida est en âge de se prostituer pour des touristes étrangers, les deux gamins décident de s'enfuir. Magnifique mélodrame inspiré d'une histoire vraie, La petite reine de Bahia est le récit âpre et dur d'une amitié indestructible qui éclôt au milieu du chaos. Maria et Betinho, ces oubliés de la vie qui transitent dans les bas-fonds de Salvador, incarnent ce Brésil mystérieux, sensuel, misérable et insouciant à la fois.


- La Reine, le Moine et le Glouton
La grande fissure des fondations
de Shafique Keshavjee
Éditions Du Seuil / Mai 2014


Durant les jours heureux, il est facile de jouir de l'instant présent, dans l'insouciance des lendemains. Mais quand le malheur frappe soudain à la porte, le besoin de réponses fortes sur le sens de la vie et de la mort renaît. Que pouvons-nous croire, connaître, espérer? L'amour même a-t-il encore un sens? Qui pose ces questions voit affluer des réponses très diverses, et plus d'un est désorienté. Pour la famille royale d'un pays pas si lointain, plongée dans de multiples drames, un "Grand Débat des convictions" s'impose. Interviennent un professeur de philosophie, un scientifique athée, une enseignante de sagesse orientale et une mathématicienne croyante: leurs vérités sont passionnantes mais inconciliables. Et si dormait en chacun de nous à la fois un athée, un agnostique et un croyant? Un roman pour apprendre à vivre avec courage et espérance la beauté fragile de nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mar 28 Juin - 18:30

- La ronde des désirs impossibles
de Paola Calvetti
Éditions Albin Michel / Mai 2014


"Je m'appelle Olivia, j'ai trente-trois ans, onze mois et douze jours. Assez vieille pour avoir été déçue mille fois, mais assez jeune pour me laisser encore surprendre". Quand, à 9h06 précises, Olivia apprend qu'elle est licenciée, elle hésite entre tuer sa boss (la "Witch") ou penser très fort à sa grand-mère adorée qui lui a appris à conjurer le sort. Dans le petit bar-tabac où elle se réfugie, elle observe les clients en se remémorant sa vie, ses moments de bonheur. Le même jour, Diego, un jeune avocat, décide de prendre un nouveau départ. Comme Olivia, il a perdu un être cher; comme elle, il prend la résolution de se libérer du passé. Diego et Olivia ignorent tout l'un de l'autre. Pourtant, ils se connaissent, mais ils ne le savent pas encore. Paola Calvetti nous entraîne dans une comédie sentimentale pleine d'humour, de poésie et d'optimisme, l'émouvante aventure de deux solitudes qui se rencontrent.


- La splendeur des Vaneyck
de Annie Degroote
Éditions Presses De La Cité / Mai 2014


Au XIXe siècle, sous le Second Empire, un vent de folie bouleverse les Vaneyck, famille de filateurs lillois. Ils ont tout: la fortune, le renom, une honorabilité qu'ils tiennent coûte que coûte à préserver. Pourtant, le bel équilibre va être renversé. Les Vaneyck vouent une inimitié ancestrale à leurs lointains cousins, les Maes. Et lorsqu'un certain Julien Maes tombe amoureux d'Alex Vaneyck la rebelle, lorsque la ravissante Isla outrepasse les convenances pour danser à Saint-Pétersbourg, et que Raphaël rentre d'exil, tout s'écroule chez les Vaneyck.


- La vie rêvée des gens heureux
de Katrina Onstad
Éditions Belfond / Mai 2014


James et Ana ont passé des années à tenter l'impossible pour avoir un enfant, avant de se résigner. Alors que James reporte son affection sur Finn, son filleul de trois ans, Ana, elle, se noie dans le travail. Et puis, un jour, le choc: les parents de Finn ont un terrible accident de voiture. Du jour au lendemain, James et Ana deviennent les tuteurs du petit garçon. Si James s'improvise instantanément père dévoué, les sentiments d'Ana sont beaucoup plus ambivalents. Comment faire une place à Finn tout en préservant son couple? Comment créer l'intimité avec cet enfant qui n'est pas le sien? Comment concilier devoir maternel et désir d'accomplissement personnel? Les femmes ne peuvent-elles se réaliser que dans la maternité?


- La voilette de ma mère
de Nadine Trintignant
Éditions Fayard / Mai 2014


Une mère les deux pieds sur terre, un père deux mètres au-dessus du sol, ils se complétaient à merveille. À nous, leurs six enfants, ils ont légué un solide sens de la vie, une énergie, une liberté qui nous a tous aidés au long de nos différents chemins. Notre enfance s'est passée au jour le jour, même en pleine guerre. Nous n'avons pas eu une maison, nous en avons eu plein. Joyeuse pagaille que j'ai tant aimée. J'ai aimé mes fièvres, grâce auxquelles je sentais la main fraîche de maman sur mon front. J'ai aimé être patraque et passer des matinées dans sa chaleur, à plat ventre sur elle. J'ai aimé les voyages, les chansons dans la voiture, les folles promesses d'un père imaginatif. Les mots "cafard", "blues", "chagrin" étaient proscrits. Chaque jour était une fête. Les hauts étaient vécus comme les bas. Avec insouciance. Maman nous fit des adieux magnifiques. Une grande comédienne… Et puis elle resta… Courageuse, capricieuse et coquette jusqu'à la fin, je la revois sur la promenade des Anglais, à Nice, souriante sous son nouveau chapeau à voilette qui l'enchantait. N.T.


- Le bleu de tes yeux
de Mary Higgins Clark
Éditions Albin Michel / Mai 2014


"Toi, dis à ta mère qu'elle est la prochaine. Puis ce sera ton tour…" Cela fait désormais cinq ans que le petit Timmy vit sous la menace du tueur qui a abattu froidement son père devant lui. Est-ce dans l'espoir de retrouver la trace de l'assassin que sa mère Laurie, célèbre productrice télé, lance une série choc sur des cold cases? Le premier épisode revient sur l'affaire du "Gala des lauréates": il y a vingt ans, la mondaine Betsy Powell et son mari organisaient une grande soirée en l'honneur du diplôme de leur fille et de ses trois amies. La nuit même, Betsy mourait étouffée. Réunis pour la première fois, les acteurs du drame s'apprêtent à reconstituer la scène du crime dans un climat de suspicion générale. Surexposée médiatiquement, Laurie ne risque-t-elle pas d'attirer l'attention de l'inconnu qui a juré de la tuer? Mené de main de maître, un suspense fascinant signé par une Mary Higgins Clark au sommet de son art.


- Le bonheur en prime
de Emmanuelle de Boysson
Éditions Flammarion / Mai 2014


Depuis 30 ans, Gaspard est le majordome du riche et fantaisiste Jules Berlingault. Un jour, celui-ci décide de léguer toute sa fortune à son domestique. Gaspard décide d'offrir des vacances à l'île de Ré aux voisins de son immeuble, pour les réconcilier après de complexes querelles de palier.


- Le bonheur n'est pas un sport de jeune fille
de Élise Tielrooy
Éditions Belfond / Mai 2014


Dans un centre de thalasso qui sent bon le chlore et les algues, les clients croient être venus pour une cure de détente. Tous comptent oublier leur quotidien et leurs vergetures dans l'intimité des cabines surchauffées; tous espèrent trouver la beauté grâce à des mains suaves et à la nourriture pour futurs minces. Tous sont prêts à ne plus s'occuper que d'une chose: leur corps. Mais Guillemette, masseuse de 22 ans, va voir son passé ressurgir et mettre un joyeux désordre dans le bel équilibre des soins, entamant au passage bien des défenses et fragilisant les curistes les plus résistants. Mona, Victor, Iris, Claudine ou encore Thomas. Tous seront secoués, tous seront transformés, pour le pire comme pour le meilleur. Car le bonheur n'est pas un sport de jeune fille. Une comédie pétillante et cocasse, où le bonheur fait changer de peau.


- Le chant des plaines
de Kent Haruf
Éditions Robert Laffont / Mai 2014


Kent Haruf nous entraîne au cœur de cette Amérique profonde que l'on ne connaît pas assez. Nous sommes dans un bled perdu du Colorado. Entre le bruissement des éoliennes et le piétinement des troupeaux, des destins se croisent. Une lycéenne demi-indienne de dix-sept ans enceinte d'un garçon parti sans laisser d'adresse est jetée à la rue par sa mère. Un prof du lycée du coin tente de s'en sortir avec deux gamins sur les bras après la fuite de sa femme dépressive. Ce petit monde se retrouve dans la ferme des McPheron, deux vieux célibataires aux mains calleuses mais au cœurs en or. Dans l'attention minutieuse qu'il porte à ses personnages et à leur vie quotidienne, tout en émotion contenue, Haruf n'est pas sans faire songer au grand Richard Yates. On n'oubliera pas de sitôt la poussière soulevée par les vieux pick-up sillonnant les grandes plaines.


- Le cinquième Beatles
de Vincent Duluc
Éditions Stock / Mai 2014


"J'ai dépensé tout mon argent en filles, en verres et en voitures. Tout le reste, je l'ai gaspillé". George Best a été la première popstar du football, un joueur d'une grâce infinie, un génie, une gueule d'ange qui a débarqué dans la nuit en même temps que la minijupe et la pilule. Les penseurs d'alors affirmaient que les Beatles s'occupaient de la musique et George Best de la chorégraphie. Il est devenu une légende parce qu'il a arrêté le football de haut niveau à vingt-sept ans, dans le désintérêt d'autres sommets, parce que la plupart de ceux qui l'ont vu étaient persuadés qu'il était le plus grand, parce que personne n'a jamais osé, ni avant ni après, vivre et brûler comme lui. Le Cinquième Beatles est une histoire d'innocence, de sexe et de rock'n'roll.


- Le diable au ventre
de Vincent Pichon Varin
Éditions Cherche Midi / Mai 2014


Que feriez-vous s'il ne vous restait plus qu'un an à vivre? À 46 ans, Mathias présente la matinale d'Europe 1 et forme avec sa femme Élise, leur ado Justine et le petit Émile une famille sans histoires. Mais, lorsqu'il découvre qu'il est atteint d'une maladie menaçant sa virilité, et peut-être pire encore, un compte à rebours angoissant se déclenche. L'urgence d'aimer s'impose alors à lui. Oser ou mourir. Donnant libre cours à ses fantasmes, Mathias brûle sa vie pour ne pas la laisser s'éteindre. Or, ces chemins de traverse risquent aussi de le mener à sa perte et de déterrer de lourds secrets.


- Le fabuleux destin d'une vache
Qui ne voulait pas finir en steak haché
de David Safier
Éditions Presses De La Cité / Mai 2014


Décidément, les taureaux... tous les mêmes. Lolle est sous le choc: son beau, son fier, son viril Champion la trompe avec cette peste de Susi. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, voilà la vachette bafouée qui apprend que le fermier a décidé de vendre son troupeau et qu'elle a toutes les chances de finir en steak haché. Mais il existe, paraît-il, un lointain pays où les vaches sont sacrées. Un pays où Lolle et ses semblables pourraient vivre d'amour et d'herbe fraîche, en toute sérénité. Ce pays, c'est l'Inde. Des pâturages allemands à l'Ouest américain, territoire des bisons, jusqu'aux contreforts de l'Himalaya, dans l'antre du yéti, Lolle et ses amis entreprennent un périlleux voyage.


- Le livre secret
de Grégory Samak
Éditions Flammarion / Mai 2014


Un vieillard solitaire, Elias Ein, se retire à Braunau am Inn, un village isolé en Autriche. Bientôt, Elias découvre dans sa nouvelle maison un escalier dérobé qui donne accès à une vaste bibliothèque souterraine. Sur les étagères figure le "Grand livre de la vie", où Dieu a consigné le destin de chaque être humain.


- Le livre des secrets
de Fiona Kidman
Éditions Sabine Wespieser / Mai 2014


En 1953, quand s'ouvre le roman, Maria vit depuis plus de cinquante ans seule dans la maison de famille délabrée. On la surnomme "la sorcière de Waipu", elle qui très jeune se rebella contre sa mère pour vivre sa passion avec un cantonnier. Mise au ban d'une communauté encore très respectueuse des strictes règles morales édictées par son sourcilleux fondateur, l'autoritaire et charismatique Norman McLeod, avec qui sa grand-mère Isabella quitta l'Écosse en 1817, elle a tout le temps de se pencher sur le passé. Après plus de trente-cinq ans de voyage à travers le vaste monde et quelques longues étapes, en Nouvelle-Écosse et dans l'île de Cap-Breton, sur les côtes d'Amérique du Nord, McLeod, que ses disciples appelaient l'"Homme", décida, en 1854, que leurs tribulations prendraient fin sur cette côte du Nord de la Nouvelle-Zélande où Maria vit le jour bien des années plus tard. L'Homme qui guida là son peuple, convaincu de le conduire sur le droit chemin, reposait depuis vingt ans déjà dans le cimetière près de l'océan. Le journal tenu par sa grand-mère tout au long de sa vie aventureuse, et sur lequel Maria met la main, lui révèle pourtant l'envers du décor: s'y dessine non le portrait d'une diablesse dont elle aurait hérité les penchants pervers et indociles, comme sa propre mère tentait de l'en convaincre, mais celui de l'héroïne indépendante et téméraire que fut Isabella. Il fallait bien du courage en effet pour s'imposer face à un McLeod peu enclin à accepter chez ses ouailles des opinions individuelles, surtout quand celles-ci étaient des femmes. Et l'on comprend, au fil de cette formidable saga, que le Livre des secrets est celui de ces femmes qui, pour exister dans une communauté masculine et rétrograde, n'avaient d'autre choix que d'en contourner les préceptes.


- Le pardon
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Mai 2014


À la tête d'un empire commercial, Olivia s'est toujours sentie coupable: pour réussir, elle a sacrifié sa vie de famille. Ses enfants le lui reprochent durement, surtout depuis la mort soudaine de leur père, qui s'occupait si bien d'eux. Cassie, la petite dernière, ne le lui a d'ailleurs jamais pardonné: après l'enterrement, elle est partie vivre en Angleterre. Depuis, Olivia organise chaque été des vacances qui se veulent mémorables. Aucun travail, juste ses enfants et ses petits-enfants. Cette fois-ci, elle a loué l'un des plus grands yachts au monde. Mais le pardon ne s'achète pas, elle ne le sait que trop bien: Cassie ne viendra pas cette année-là non plus. Ses frères et sœur font bonne figure mais, de découvertes en révélations, le séjour familial s'avère explosif. Olivia a changé, mais ses enfants ne sont peut-être pas encore prêts à l'accepter.


- Le Pilote et le Petit Prince
de Peter Sís
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Au tournant du siècle dernier, naissait un petit garçon aux cheveux blonds, qui allait devenir un grand aventurier… En ces temps de grandes découvertes, on rêvait de nouvelles inventions. Alors que l'on assistait au début de l'aviation, Antoine construisait déjà, à l'âge de douze ans, sa propre machine volante. Et même si elle ne fonctionnait pas, cela ne le découragea pas. Dans cet album foisonnant qui s'adresse aussi bien aux enfants qu'aux adultes, Peter Sís nous raconte l'histoire de ce petit garçon qui s'est donné tous les moyens pour réaliser son rêve: voler. On suit, pas à pas, ses débuts dans l'Aéropostale, mécanicien avant de devenir pilote, et on découvre des anecdotes de sa vie hors du commun. Au fil de rencontres et des voyages qui l'ont marqué, jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale au cours de laquelle il disparut, les planches magnifiques et captivantes de Peter Sis nous immergent totalement dans la vie de ce formidable aviateur, qui aimait lire et écrire pendant qu'il volait.


- Le principe de Pauline
de Didier Van Cauwelaert
Éditions Albin Michel / Mai 2014


"Pauline avait un grand principe dans la vie: l'amour sert à construire une véritable amitié. Maxime et moi en sommes la démonstration vivante. Nous aurions pu nous contenter d'aimer la même femme, d'être des rivaux compréhensifs. Mais non. Maxime, pour appliquer le principe de Pauline, a voulu devenir mon protecteur. Et c'est ainsi qu'un voyou à la générosité catastrophique a pris en main le destin d'un romancier dépressif". Haletant, poignant, irrésistible de drôlerie, le nouveau roman de Didier Van Cauwelaert nous plonge dans la tourmente d'une amitié encore plus ravageuse que la passion.


- Le roman de Louise
de Henri Gougaud
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Qui mieux que Gougaud l'anarchiste pourrait évoquer l'extraordinaire parcours de l'indomptable Louise Michel, figure emblématique de la Commune? Dans ce portrait flamboyant de la "Vierge rouge", le romancier se glisse dans la peau de Louise pour faire revivre tour à tour la petite bâtarde sans le sou passionnée de littérature, la jeune institutrice, l'insurgée bravant la mitraille des Versaillais, la bannie de Nouvelle-Calédonie éblouie par les splendeurs de l'île, enseignant le français aux Canaques. Mais toujours attachée au drapeau rouge, jamais lassée d'appeler à la Révolution. Henri Gougaud sait nous faire aimer cette femme sauvage et téméraire, éprise d'indépendance et d'absolu, dont l'extraordinaire personnalité dépasse tous les clivages. Ne cachant rien de son personnage, son esprit intransigeant, son courage presque fou, sa curiosité d'esprit, sa bonté, son dévouement à la cause des démunis, il trouve les mots justes et le souffle qui donnent à son récit une force incomparable. Jamais Louise Michel n'a été aussi vivante, jamais vous ne l'aurez tant aimée.


- Le témoin invisible
de Carmen Posadas
Éditions Du Seuil / Mai 2014


À Montevideo, Leonid Sednev, âgé de 91 ans, décide avant de mourir de révéler le secret de sa vie. Embauché en 1912 comme ramoneur au palais impérial de Russie grâce à sa tante Nina, ancienne femme de chambre de la tsarine, le petit Leonid sera jusqu'en 1918 le "témoin invisible" de l'intimité des Romanov et le seul survivant de l'épouvantable massacre d'Ekaterinbourg. Rien n'échappe à son regard tantôt ironique et curieux, tantôt amoureux et tendre, et plus d'une fois épouvanté. Avec son ami Youri, il découvre le quotidien de l'impératrice et de ses filles, apprend quels sont les véritables commanditaires de l'assassinat de Raspoutine, console le jeune et fragile tsarévitch Alexis, assiste aux conspirations de palais, côtoie des agents secrets, avant d'être emporté par le tourbillon de l'Histoire, le soulèvement de Petrograd puis la révolution d'Octobre. Mais c'est en rejoignant la famille impériale dans son exil que Leonid, serviteur loyal, secrètement amoureux de la grande-duchesse Tatiana, livrera à l'Histoire le plus déchirant des témoignages.


- Le vieux bateau
de Wei Zhang
Éditions Du Seuil / Mai 2014


À Wali, petit bourg de la province du Shandong, à l'est de la Chine, sont fabriqués depuis aussi longtemps que l'on s'en souvienne des vermicelles transparents et délicieux. Des restes de la Grande Muraille rappellent l'existence de royaumes anciens et la présence d'un temps infiniment long et lointain. Le fleuve, sur lequel les vermicelles étaient transportés jusqu'au-delà des mers, s'est tari, le port est désert, seuls restent les vieux moulins dont la rumeur roule au gré du vent. Longtemps maître d'une fabrique, le clan des Sui a subi le triste sort de l'ancienne civilisation, violentée et transformée tout au long du XXe siècle. Cette grande saga où alternent tragédie et farce, récit épique et vie sentimentale, trace le destin des trois enfants de la famille Sui au cœur de Wali, de la Chine et du monde. La ritournelle des moulins et un style plein de poésie nous entraînent dans la ronde des personnages et du temps.


- Les âmes égarées
de Joseph O'Connor
Éditions Phébus / Mai 2014


Les âmes égarées se compose de sept nouvelles et d'une novella qui traduisent l'essence d'une Irlande à la fois éternelle et contemporaine. Sombres, et soudain lumineuses, elles parlent de solitude, de désespoir, mais aussi de foi en l'avenir et en l'homme, d'amitié et d'amour, sentiments que l'auteur analyse et décrit en maître. Ralliant le Londres et le Dublin d'aujourd'hui au New York du XIXe siècle, tantôt avec ironie, tantôt avec la plus grande simplicité, les nouvelles de Joseph O'Connor incarnent les rêveurs et les âmes perdues de notre monde dans ces moments magiques de la vie où tout semble possible.


- Les Anges Aquatiques
de Mons Kallentoft
Éditions Du Seuil / Mai 2014


Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés assassinés dans le jacuzzi de leur villa cossue de Linköping. Ella, cinq ans, leur fille adoptive, a disparu. Aussitôt, la police pense à l'enlèvement... mais il y a aussi le fleuve tout proche. Malin Fors, consciente qu'après la grave blessure dont elle a été victime en service elle ne pourra sans doute plus avoir d'enfant, prend l'affaire particulièrement à cœur. Faut-il chercher du côté de la sœur de Cecilia, les deux femmes étaient en conflit ouvert, ou plutôt du côté des agences d'adoption, qui ne semblent pas au-dessus de tout soupçon? Alors que la tension monte, où est passée Ella?, Malin Fors dirige l'enquête de la brigade criminelle avec opiniâtreté tout en luttant contre ses vieux démons: la tentation de l'alcool est d'autant plus forte que ses problèmes personnels semblent insolubles. Argent, maternité, adoption, racisme sont au cœur de ce roman poignant, placé sous le signe de l'eau.


- Les combats du cœurs
de Alain Stoeffler
Éditions Anne Carrière / Mai 2014


Pour les quatre-vingt-dix ans de son arrière-grand-père, Alexis crée la surprise en lui faisant un cadeau peu ordinaire: il sent bien que le vieil homme, s'il avait le don d'écrire, aimerait laisser une trace de ce qui a marqué son existence. Il lui offre donc les services d'un écrivain public pour rédiger ses mémoires et coucher sur le papier ses souvenirs, notamment ceux de la guerre de 1914-1918, dans l'enfer des tranchées. Au milieu de tant d'inhumanité, deux jeunes hommes avaient tissé un lien tendre qui leur permettait de s'épauler afin de surmonter l'horreur, une amitié admirable dont veut désormais témoigner le vieillard. L'amour emprunte parfois des chemins de traverse qui obligent au secret. Un roman tout en délicatesse, en émotion et en sensibilité.


- Ligne de fracture
de Jesmyn Ward
Éditions Belfond / Mai 2014


À Bois Germaine, dans l'État de Louisiane, deux frères jumeaux entrent dans l'âge adulte: l'un trouve du travail, l'autre pas. L'un s'élèvera, l'autre chutera. Premier roman de Jesmyn Ward, une œuvre violente, tragique mais aussi pleine de chaleur et d'espoir. Depuis qu'ils ont fêté leurs dix-huit ans en décrochant leur diplôme, les jumeaux Joshua et Christophe n'ont plus qu'une idée en tête: trouver du travail. Mais que faire quand on habite un trou paumé de Louisiane, qu'on est noir, pauvre, fils d'une mère absente et d'un père junkie et dealer? Alors, en attendant, les deux frères tuent le temps avec les copains, entre matchs de basket et virées en voiture, séances de fumette et pelotage des filles sur les banquettes arrière. Et s'occupent comme ils le peuvent de Ma-Mee, leur grand-mère adorée. Et puis Joshua trouve un boulot chez les dockers. Christophe, lui, ne voit toujours rien venir. Et la frustration monte. De passer ses journées à glander, de ne pas avoir de copine régulière, d'être le moins dégourdi des deux, de ne pas pouvoir payer sa part des médicaments de Ma-Mee. Que faire? Tenter d'échapper à son destin? Ou tomber dans le piège de l'argent facile et répéter l'histoire familiale.


- Lola Bensky
de Lily Brett
Éditions La Grande Ourse / Mai 2014


Le nouveau roman de Lily Brett, très autobiographique, raconte l'histoire captivante et drôle d'une jeune journaliste de rock un peu naïve qui, lorsqu'elle n'interviewe pas Mick Jagger ou Jimi Hendrix, pense au prochain régime alimentaire qu'elle va suivre. C'est un émouvant hommage à tous ces génies du rock des années 60 et 70 qui ont marqué la mémoire collective de sonorités indélébiles. Mais c'est surtout un destin: celui d'une femme, fille de rescapés de la Shoah, qui se bat contre ses fantômes avec humour, tendresse et générosité.


- Mémoires d'un bison
de Acosta Oscar Zeta
Éditions 10-18 / Mai 2014


San Francisco, été 1967. Rongé par les ulcères et la psychanalyse, Oscar Acosta plante son job d'avocat à l'aide sociale. Filant sur les routes de l'Ouest, halluciné, il se livre: l'enfance déçue, le malaise d'être né basané, son obésité, la découverte du sexe, le bal des drogues..., folies qui nourriront son œuvre, hantée par la discrimination raciale et la quête identitaire. Avec cet autoportrait vociférant, Oscar Acosta, légende de la culture chicano acoquinée au journaliste gonzo Hunter S. Thompson, signe un roman foisonnant, sincère, révolté.


- Miss Alabama et ses petits secrets
de Fannie Flagg
Éditions Cherche Midi / Mai 2014


Birmingham, États-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision: elle va mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails. Or, peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d'une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l'ultime échéance. Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en événements imprévus, lesquels vont lui montrer que l'existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le croyait.


- Miss Bomb
de François Luciani
Éditions Michalon / Mai 2014


"Puis, comme par magie, tout se mit à vibrer autour, un peu comme dans le thriller mexicain à deux balles qu'elle avait loué la veille chez le Chinois: la vaisselle, les placards, les murs, les plafonds et les appliques, les premières fissures traçant des figures murales cinétiques comme des signes avant-coureurs d'une secousse sismique de sérieuse amplitude. Elle entendit des cris, des ordres, des gens qui fuyaient dans tous les sens comme dans La Liste de Schindler qu'elle avait aussi vu la veille à la suite du thriller car elle n'arrivait pas à s'endormir, puis elle sortit". Lisa a vingt ans, un sang mêlé de France et de désert, elle a décidé d'échapper à un destin absurde qui lui collerait à la peau depuis la nuit des temps: celui des femmes kamikazes.


- Mon sommeil sera paisible
de Alain Absire
Éditions Gallimard / Mai 2014


Cette nuit-là, Robespierre frappe à la porte de Marie, une céroplasticienne à laquelle il va ordonner de modeler dans la cire le visage d'un vieillard arraché aux cachots de la Bastille. C'est en vérité un mort-vivant qu'il confie à une artiste dont les pouvoirs lui sont inconnus. Comment imaginerait-il qu'une aussi jeune femme sache capter l'essence physique, morale et psychologique des êtres auxquels, par son toucher, elle donne un "autre visage"? Stupéfait de voir cette magicienne rendre la vie à qui semble l'avoir à jamais perdue, il revient dans l'étrange Cabinet de curiosités. S'en remettant lui-même aux mains de la modeleuse d'âme et de chair, du tréfonds de la Terreur dont il est le premier instrument, c'est le chemin de son propre destin qu'il entrevoit et sur lequel il s'engage sans retour possible, mais avec la folle espérance d'y percevoir ne fût-ce qu'une trouée de lumière. Au fil de tableaux saisissants évoquant les toiles de Goya, il offre une lueur d'espoir aux âmes les plus déchirées, capables, par-delà l'effroi de la guillotine, d'éprouver la plénitude de l'amour humain.


- Nom de Dieu !
de Philippe Grimbert
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Nom de Dieu ! est un roman décapant dans lequel la cruauté de notre société finit par avoir raison des élans les plus nobles de son héros, Baptiste. La foi de ce fervent croyant y est mise à l'épreuve par une avalanche de catastrophes qui le transformeront en prophète halluciné, réglant publiquement ses comptes avec le Créateur. Émotion et humour sont les ressorts de ce roman qui se lit avec jubilation tout en proposant au lecteur, sous les dehors d'une comédie grinçante, une interrogation plus grave sur la condition de l'homme moderne.


- Ni toi ni moi
de Camille Laurens
Éditions Gallimard / Mai 2014


Il est réalisateur, elle est romancière. Ils savent ou croient savoir quelque chose des histoires qu'on se raconte et du cinéma qu'on se fait. Et pourtant, comment enchaîner ces deux phrases qui les lient, puis les délient, ces deux plans fixes: Je t'aime - Je ne t'aime plus? Qu'est-ce qui se passe entre deux? Qu'est-ce qui passe – ne fait que passer? Comment dire ce qui ne s'entend pas, comment montrer ce qui ne peut pas se voir? C'est un roman d'amour? Un roman de haine? Peut-être un roman policier: on enquête sur la disparition de l'amour.


- Notre Dame d'Alice Bhatti
de Mohammed Hanif
Éditions 10-18 / Mai 2014


Au cœur de Karachi, ville tentaculaire et vénéneuse, Alice Bhatti s'enrôle comme infirmière à l'hôpital du Sacré-Cœur. Catholique pauvre mais pugnace, elle s'efforce de prodiguer ses remèdes aux milliers de patients délaissés. Contre le système des castes et des religions, contre les préjugés de son mari, gorille à tout faire de la police locale, et contre la corruption, Alice est prête à payer le prix fort pour survivre et répandre le salut.


- Nous sommes tous morts
de Salomon de Izarra
Éditions Payot & Rivages / Mai 2014


Nous sommes tous morts est le journal de bord de Nathaniel Nordnight, jeune second du baleinier Providence. Le voyage tourne au cauchemar lorsque le bateau est pris dans les glaces. Entre un récit d'aventure à la Stevenson et un roman d'épouvante lovecraftien.


- Nuit de noces à Ikonos
de Sophie Kinsella
Éditions Belfond / Mai 2014


Sea, sex and fun sous le soleil des Cyclades. Star mondiale de la comédie, créatrice de la très déjantée accro du shopping, Sophie Kinsella est de retour avec un roman toujours plus délirant, toujours plus hilarant; en un mot: irrésistible.
En apprenant l'énième rupture amoureuse de sa petite sœur Lottie, Fliss se met en mode action.
Étape 1: mettre à l'abri les vases en cristal le temps que Lottie donne libre cours à sa colère.
Étape 2: la freiner dans ses envies de tout envoyer valser/s'exiler sur une île déserte/entrer dans une secte.
Étape 3: prévoir quelques soirées pyjama en attendant qu'elle trouve un nouveau fiancé.
Un plan bien rodé qui a fait ses preuves. Sauf que cette fois... Coup de fil de Lottie: surprise, elle vient de trouver un mari. Un vague flirt d'autrefois. Et tous deux sont en route pour une lune de miel dans un sublime hôtel en Grèce. Catastrophe. Fliss en est sûre, Lottie a fait le pire des choix. Une seule solution: empêcher à tout prix que les deux tourtereaux consomment leur union express et faire annuler le mariage. Et pour saboter la nuit de noces, Fliss a plus d'un stratagème en réserve.


- Où vont les hirondelles en hiver
de Pierre Rival
Éditions Plon / Mai 2014


Fuyant L'URSS en 1945, la jeune Tania décide de traverser une Europe en ruine, terre de tous les dangers. Mais peut-on échapper aux griffes de Staline? Tania Smirnova vit à Moscou aux heures les plus sombres de la Seconde Guerre Mondiale. L'hiver 1941 s'est abattu sur la Russie. Les Allemands sont aux portes de la capitale, l'Armée rouge est en déroute. Dans les rues, les habitants creusent des tranchées, élèvent des barricades. Certains tentent de s'enfuir, d'autres se livrent au pillage. La fin de l'empire soviétique paraît imminente. À l'heure du désastre, Staline cherche à resserrer les rangs. Les coups s'abattent sans pitié sur la population: on traque les défaitistes, les profiteurs, les traîtres. Tania voit son amoureux, l'un de ses voisins et bientôt son propre père tomber tour à tour, victimes d'une implacable répression. Demain, ce sera peut-être son tour. À moins qu'elle ne parte pour le front, comme des centaines de milliers d'autres femmes soviétiques, condamnée à se battre ou à mourir comme un homme.


- Panorama City
de Antoine Wilson
Éditions Buchet Chastel / Mai 2014


Sur son lit d'hôpital, Oppen Porter est occupé à enregistrer des cassettes-testament pour son enfant à naître, Juan-George. Quarante jours plus tôt, sa vie tranquille d'idiot du village a basculé: son père est mort, le laissant orphelin. Incapable de vivre seul, Oppen, qui se définit comme un "absorbeur lent", se retrouve placé chez sa tante à Panorama City, archétype de la ville de banlieue californienne sans âme. De rencontres hasardeuses en petits boulots abrutissants, de gourou en psychiatre, il entame une improbable odyssée, guidé par une idée fixe: devenir un homme du monde. Empreinte d'une douce ironie, l'histoire d'Oppen Porter, véritable manuel de survie dans le vaste monde moderne, cache derrière son apparente extravagance une critique mordante de l'american way of life contemporain.


- Passé imparfait
de Julian Fellowes
Éditions Sonatine / Mai 2014


Lorsque commence cette histoire, le narrateur est sans nouvelles de Damien Baxter depuis près de quarante ans. Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Aussi, le jour où notre homme reçoit une invitation de Damien, la surprise est-elle de taille. Après des retrouvailles déconcertantes dans un magnifique manoir de la campagne anglaise où Damien vit seul, entouré de son personnel, ce dernier fait à son invité une révélation inattendue: il est atteint d'une maladie incurable et n'a pas d'héritier à qui léguer son immense fortune. À moins que... Quelques années auparavant, une femme lui a adressé une lettre anonyme dans laquelle elle prétendait qu'il était le père de son enfant. Une femme rencontrée entre 1968 et 1970. Damien propose alors à notre héros de partir à la recherche de ses anciennes conquêtes, cinq jeunes filles de bonne famille que les deux amis ont fréquentées dans le Londres des Swinging Sixties. C'est le début d'un voyage vers un passé plein de fantômes, de secrets et de révélations surprenantes. Retraçant l'évolution de la haute société anglaise depuis la fin des années 1960, Julian Fellowes dresse le tableau d'une classe et d'un pays en pleine mutation. Il nous offre surtout un personnage inoubliable qui, au rythme de révélations qui le bouleverseront tout autant que le lecteur, va peu à peu prendre conscience que si les temps ont changé, lui aussi.


- Personne ne se sauve tout seul
de Margaret Mazzantini
Éditions Robert Laffont / Mai 2014


Autopsie du désamour, par la plus fiévreuse des plumes italiennes.
"- Dis-le.
- Quoi?
- Dis que tu ne m'aimes plus. Dis-le maintenant que nous avons fait la paix... Comme ça je pourrai le digérer.
Elle lui sourit avec ces dents qui ont avalé le paradis.
- Je ne t'aime plus, Gaetano.
Il acquiesce et rit avec elle... puis ses yeux se ferment et se gonflent tout entiers, comme ceux des enfants.
- Dis-le, toi aussi.
- Je ne peux pas le dire.
- Dis-le.
- Je ne t'aime plus, Delia.
- Tu vois... On peut le dire".
Margaret Mazzantini renoue avec le roman sentimental. Elle nous offre ici l'autobiographie d'une génération: l'histoire des cendres et des flammes d'un couple contemporain. Sans la peur du lyrisme, sans l'écueil du pathos.


- Poupées de Chine
de Lisa See
Éditions Flammarion / Mai 2014


À San Francisco, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, trois jeunes américaines d'origine chinoise se rencontrent en auditionnant pour un cabaret chic de la ville. De caractères et de familles très différentes, Grace, Helen et Ruby tentent de réaliser leurs rêves. Mais l'attaque de Pearl Harbor, exacerbant la paranoïa et la méfiance des Américains, va leur compliquer la tâche.


- Pourquoi j'existe ?
de Richard David Precht
Éditions Belfond / Mai 2014


On dit souvent que les enfants sont les vrais philosophes; incroyablement curieux, ils veulent comprendre le pourquoi de toute chose et n'ont de cesse de connaître la réponse. Mais que dire à votre enfant quand il vous demande d'où vient la vie, pourquoi les gens ont des soucis ou ce que ça fait d'être une chauve-souris? Dans ce petit livre passionnant, le philosophe Richard David Precht s'inspire de ses discussions avec son fils Oskar lors de leurs promenades dans Berlin. D'où viennent les noms des animaux? Comment sait-on ce qui est juste? Pourquoi se reconnaît-on dans un miroir? A-t-on le droit de se débarrasser de la tante Bertha? Échangeant interrogations et anecdotes, père et fils proposent des pistes de réflexion autour des grandes questions philosophiques que nous nous posons tous.


- Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœurs
de Christine Orban
Éditions Albin Michel / Mai 2014


"Après qu'il m'eut répudiée, j'ai eu envie d'écrire à Bonaparte. L'idée a germé une nuit, seule à la Malmaison alors qu'il était parti à l'île d'Elbe. Moi, Joséphine, répudiée, lui exilé, comment en sommes-nous arrivés là?" Avec une empathie troublante, l'auteur s'empare du personnage de Joséphine et nous fait partager ses passions amoureuses. On retrouvera dans ce récit l'analyse des sentiments et la profondeur qui ont fait le succès de la romancière.


- Radio Éthiopie
de Steve Erickson
Éditions Actes Sud / Mai 2014


Au lendemain de l'élection du premier président noir des États-Unis, Alexander "Zan" Nordhoc, romancier en panne d'écriture et universitaire reconverti en dj d'une inaudible radio-pirate émettant du fin fond d'un canyon des alentours de Los Angeles, et sa femme Viv, photographe aux cheveux turquoise spoliée de son œuvre par un artiste de renom, sont tentés de croire que l'Amérique a enfin atteint l'âge de raison. Parents d'un jeune garçon de douze ans, les Nordhoc ont récemment accueilli dans leur foyer une petite Éthiopienne de quatre ans, Saba, dont le dossier d'adoption présente d'embarrassantes zones d'ombre. De revenus déclinants en dépenses croissantes, la très bohème maison des Nordhoc, quoique foutraque et infestée de rats, est bientôt menacée de saisie. Invité à prononcer à Londres une conférence sur la fin du roman, Zan saisit l'occasion pour offrir à sa famille un temporaire exil salvateur que les mystérieuses disparitions successives de Viv et de Saba métamorphosent en odyssée de la déconstruction. À travers le parcours d'une famille blanche qui, confrontée à la crise économique et à l'ailleurs radical que représente une fillette meurtrie et toute vibrante de la musique de son pays, tente sa refondation au fil d'un étrange et perturbant voyage entre Londres, Berlin et l'Afrique, Steve Erickson, sur une bande-son où les rythmes de Van Morrison ou de David Bowie rencontrent ceux des ballades éthiopiennes, dresse le portrait d'un Occident que la "démocrazy" a transformé en illisible labyrinthe.


- Retour à Stonemouth
de Iain M. Banks
Éditions Calmann Lévy / Mai 2014


Stonemouth: petite ville portuaire maussade au nord d'Aberdeen, en Écosse, réputée pour sa brume, ses gangsters, sa drogue à bas prix et son pont suspendu irrésistible pour les candidats au suicide. Après un exil de cinq ans, Stewart Gilmour est convoqué pour les obsèques de Joe, le patriarche du clan Murston. La dernière fois qu'il a vu les Murston, une des deux familles régnant sur le crime organisé de la ville, ils voulaient sa peau. Mais Stonemouth est aussi la ville de la jeune femme qui hante encore ses rêves. Si son retour sème la discorde, il représente une seconde chance, l'occasion pour lui d'affronter le passé et ce huis clos où tout le monde se connaît. Des souvenirs comiques ou tragiques à l'instant présent, le héros passe de l'adolescence à la maturité, des anciennes amitiés toujours flamboyantes aux ennemis qui n'ont rien oublié. La semaine de deuil s'écoule entre douceur diffuse et violence extrême, jusqu'à sa conclusion explosive, que Stewart lui-même n'aurait pas pu prévoir. De sa plume acerbe, intelligente et toujours amusante, l'auteur installe ses personnages dans une ambiance cotonneuse et nostalgique, théâtre d'une histoire complexe et tendre à la fois.


- Roman américain
de Antoine Bello
Éditions Gallimard / Mai 2014


Vlad Eisinger, journaliste économique américain, publie une série d'articles sur le marché du "lifesettlement". Cette pratique, qui consiste à revendre à des tiers des assurances-vie en cours, est devenue un véritable marché aux États-Unis, sur lequel assureurs et investisseurs opposent leurs intérêts respectifs jusqu'aux limites de la légalité. Vlad étudie ce phénomène à travers le microcosme d'une résidence de Floride, Destin Terrace, où cohabitent des personnes ayant revendu leurs assurances-vie et des investisseurs qui ont bâti leur fortune sur ce marché. Dans la résidence vit l'autre narrateur du roman, Dan Siver, écrivain sans succès, qui décrit de l'intérieur les répercussions tragicomiques des articles de Vlad sur les membres de la communauté. Avec une virtuosité exceptionnelle, Antoine Bello trace un portrait de l'Amérique contemporaine à travers le prisme d'un phénomène économique et financier emblématique. Il mélange littérature et économie dans un roman vif, drôle et original, qui est à la fois une radiographie de l'économie capitaliste dans ses extrémités et une réflexion sur les armes propres à la littérature pour donner à voir le monde.


- Rue du Bonheur
de Anna Fredriksson
Éditions Denöel / Mai 2014


Mère célibataire, Johanna lutte pour joindre les deux bouts, tandis que son ex-mari, Calle, a refait sa vie loin d'elle. Il a quitté la ville pour s'installer à Stockholm avec sa nouvelle petite amie, la très sophistiquée et cultivée Fanny, et commencer une carrière couronnée de succès. De son côté, Johanna s'inquiète pour ses filles, dont la plus jeune est le souffre-douleur du collège. Pour ne rien arranger, un patient se suicide dans le centre pour toxicomanes dans lequel elle travaille comme aide-soignante, et Calle refuse désormais de lui verser sa pension alimentaire. Un beau jour, Johanna gagne vingt millions de couronnes au loto. Sa vie va alors prendre un tout autre chemin. Anna Fredriksson nous invite Rue du Bonheur et on s'y sent immédiatement comme chez soi. À la manière de Cédric Klapish ou de Katherine Pancol, elle brosse des personnages si réels, si attachants, à notre image tout compte fait, qu'on ressort euphorique et revigoré de ce séjour chez Johanna, Calle et leurs filles.


- Sept années de bonheur
de Etgar Keret
Éditions de l'Olivier / Mai 2014


Si une roquette peut nous tomber dessus à tout moment, à quoi bon faire la vaisselle? Et les oiseaux du jeu Angry Birds, lancés à pleine vitesse sur de frêles maisons, ne ressemblent-ils pas à de furieux terroristes? Avec une ironie hors du commun, Etgar Keret relate sept années de sa vie à Tel-Aviv: la naissance de son fils, l'histoire de sa sœur ultra-orthodoxe et de ses onze enfants, les chauffeurs de taxi irascibles, ses parents rescapés de l'Holocauste, les tournées littéraires mouvementées et l'attitude peu banale qu'il convient d'adopter lors d'une alerte à la bombe. Etgar Keret offre dans ces chroniques intimes une étonnante radiographie de ses contemporains, où l'émotion et l'humour se conjuguent à tous les temps de l'insolence.


- Si tu me dis viens, je laisse tout tomber...
de Albert Espinosa
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Enfant, Dani est nain, comme ses parents. Après leur disparition brutale, des "perles" jalonnent son chemin, des personnages farfelus et pleins d'humanité qui l'aident à accepter sa différence. À l'hôpital, le petit garçon rencontre Monsieur Martín, un vieil oculiste dévoué à ses phares et amoureux d'une mystérieuse lanceuse de casino, qui lui enseigne que la passion est un guide parfois plus avisé que la raison. Sur l'île de Capri, George, boxeur et photographe malgré sa jambe en moins, recueille le jeune Dani en fuite. Ensemble, ils réinventent l'univers grâce au cinéma et à la photographie. Dani apprend à maîtriser son corps pour mieux vivre ses rêves. Il dépasse sa condition, grandit et devient un homme. Pourtant, à la veille de ses quarante ans, il se retrouve seul, abandonné par la femme de sa vie. Déboussolé, il part pour Capri afin d'enquêter sur l'enlèvement d'un enfant. Ce retour inattendu sur l'île est un signe. Au bout de son enquête, Dani trouvera peut-être la force de devenir père.


- Splendour
de Géraldine Maillet
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


Le 29 novembre 1981, Natalie Wood se tue (accident? crime? suicide?) en tombant du Splendour, le yacht magnifique à bord duquel elle passait les fêtes de Thanksgiving au large d'une île californienne, avec son mari Robert Wagner et leur ami Christopher Walken. Géraldine Maillet imagine les dernières minutes de la vie de cette actrice super-star de Hollywood, consacrée par La Fureur de vivre et West Side Story, dont la carrière a commencé à décliner à la fin des années 1960.Splendour est le récit d'une descente aux enfers: monologue d'une femme trompée et malheureuse qui revit en accéléré les instants de sa gloire et ses années de déchéance.


- Tombée du ciel
de Cecelia Ahern
Éditions Flammarion / Mai 2014


Une nuit, sur le Ha'penny Bridge de Dublin, Christine croise Adam, qui s'apprête à sauter dans le vide. Christine lui lance un défi: elle promet de lui prouver en quelques jours que la vie mérite d'être vécue. Une course contre la montre teintée de romantisme.


- Tout entière
de Irene Cao
Éditions JC Lattès / Mai 2014


Avancer sans amour et sans attaches, à l'abri des sentiments et de leurs effets dévastateurs: ainsi entend vivre Elena. Depuis qu'elle a renoncé à sa passion absolue pour Leonardo et à la stabilité de son histoire avec Filippo, elle est devenue une autre femme. Elle multiplie les sorties et les amants, joue avec le feu, cherche par tous les moyens à remplir le vide dévorant qui la hante. À Rome, elle ne peut compter que sur Paola, sa collègue un peu râleuse, et Martino, le timide étudiant qui ne cache pas son faible pour elle. Eux seuls se souviennent de celle qu'elle était avant de se perdre complètement. Un jour, pourtant, tout s'arrête: Elena a un grave accident. Lorsqu'elle se réveille à l'hôpital, elle trouve Leonardo à son chevet. Afin de la sauver d'elle-même, il décide de l'emmener sur son île natale de Stromboli. Mais ni l'un ni l'autre ne s'attend à ce que leur réserve le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: 1. Les romans :: 1. Les romans-
Sauter vers: