Le Titre du Roman

PortailPortail  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:12

- Se lever à nouveau de bonne heure
de Joshua Ferris
Éditions JC Lattès / Septembre 2015

 
Paul O'Rourke est un dentiste hors-pair, un New-Yorkais qui entretient avec sa ville des rapports ambigus, un athée convaincu, un supporter désenchanté des Red Sox, et grand amateur de mokaccino. Et pourtant il est hors du monde moderne. Son métier, certes, occupe ses journées, mais ses nuits ne sont qu'une succession de regrets; il ressasse les erreurs qu'il a commises avec Connie, son ex-petite amie (qui est également l'une de ses employées) et, tour à tour, vitupère ou s'émerveille devant l'optimisme du reste de l'humanité. Ainsi va sa vie, jusqu'à ce que quelqu'un se fasse passer pour lui sur le web. Impuissant, Paul O'Rourke voit, avec horreur, paraître en son nom un site internet, une page Facebook et un compte Twitter, qui semblent vouloir faire l'apologie d'une religion ancienne tombée dans l'oubli. Mais cette imposture on line, bientôt, ne se contente plus d'être une simple et odieuse atteinte sa vie privée. C'est son âme même qui se retrouve en danger, car son double numérique est peut-être bien meilleur que sa version de chair et de sang. Ce nouveau roman de Joshua Ferris, vertigineux d'inventions, emprunt d'un humour caustique, s'attaque aux trois fondamentaux de notre existence moderne: le sens de la vie, l'inéluctabilité de la mort, et la nécessité d'avoir une bonne hygiène dentaire.


- Si tard, il était si tard
de James Kelman
Éditions Métailié / Septembre 2015


Glasgow, dimanche matin, Sammy émerge de deux jours de beuverie. Il n'a plus de portefeuille et est chaussé de baskets qui ne lui appartiennent pas. Suspect, il est arrêté et sauvagement tabassé par la police. À la sortie il se découvre complètement aveugle. Les choses empirent encore: sa petite amie disparaît, la police l'interroge pour un crime mystérieux lié au terrorisme politique et le médecin qu'il finit par consulter refuse d'admettre qu'il est aveugle. Il erre dans les rues pluvieuses de Glasgow, en tentant vainement de donner un sens au cauchemar qu'est devenue sa vie. Sammy navigue avec un curieux détachement entre ingénuité et acceptation, avec une combinaison de courage et de méfiance exprimée dans une prose torrentielle, faite de rudesse, de tension qui ne faiblit jamais. On y lit une parabole politique subtile et noire sur la lutte et la survie, riche d'ironie et d'humour noir.


- Souvenirs de mon enfance
de Albert Schweitzer
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


"Si les hommes devenaient en réalité ce qu'ils sont à quatorze ans en possibilité, que le monde serait différent. Je suis de ceux qui ont tenté de conserver juvéniles leurs pensées et leurs sentiments, et j'ai lutté contre les démentis de l'expérience pour garder intacte ma foi au bien et au vrai. À notre époque, où la violence, sous le masque du mensonge, occupe, plus menaçante que jamais, le trône du monde, je n'en reste pas moins convaincu que la vérité, l'amour, l'esprit pacifique, la douceur, la bonté sont des forces supérieures à toute force. C'est à elles que le monde appartiendra, pourvu qu'un nombre suffisant d'hommes gardent dans leur âme et pratiquent dans leur vie, avec pureté et constance, l'esprit de charité, de vérité, de paix et de douceur". Albert Schweitzer


- Suzon
de Louise Bachellerie
Éditions Le Cercle Points / Septembre 2015


Au couvent, la petite Suzon s'échappait en écoutant les histoires de corsaires racontées par son amie Ederna. Aussi quand un duel lui arrache son mari, la laissant fortunée et inconsolable, elle s'invente un destin: Suzon se travestit en homme et arme une frégate. Elle part sillonner les mers au côté du séduisant capitaine Thomas Raquidel, qui ne sait rien de sa vraie nature. Louise Bachellerie est romancière. Avec Suzon, elle inaugure une saga qui évoque les destins d'une lignée de six femmes prises dans la tourmente de l'histoire entre 1698 et 1968.


- Today we live
de Emmanuelle Pirotte
Éditions Cherche Midi / Septembre 2015


Décembre 1944. C'est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d'exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l'enfant, tue l'autre soldat. Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d'une humanité soumise à l'instinct de survie. Aucun personnage de ce roman palpitant n'est blanc ou noir. La guerre s'écrit en gris taché de sang. Une écriture efficace et limpide.


- Tous nos jours parfaits
de Jennifer Niven
Éditions Gallimard / Septembre 2015


Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la "bête curieuse" de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante: l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.    


- Tout cru
de Arnon Grunberg
Éditions Actes Sud / Septembre 2015


Économiste, spécialiste d'Adam Smith, des bulles spéculatives et des profits générés par l'Holocauste, Roland Oberstein se rêve en homme de science, en universitaire parfait. Ce quadragénaire vient d'accepter un poste aux États-Unis, laissant derrière lui sa mère, vieille dame indigne rescapée des camps de la mort, Sylvie, son ex-femme, Jonathan, leur petit garçon, et Violette, sa nouvelle amie. Mais brader sa vie privée n'a rien de douloureux pour lui. Oberstein est un infirme du sentiment. Or c'est là que se situe son indéniable pouvoir de séduction: une infirmité qui fascine les femmes, gage de désirs insondables. Oberstein n'aime pas décevoir: au fil de ses rôles de composition, il navigue en tutoyant l'imposture, happe au passage l'amour des unes et des autres et, dans ce marché libre du plaisir qu'est notre société, il aborde les rives de l'autodestruction. Virtuose des partitions inavouables de l'âme, Arnon Grunberg est aujourd'hui mondialement reconnu. Toujours penchés au-dessus du vide, prêts à basculer dans les ténèbres, ses personnages ricanent de leurs propres faiblesses et s'enivrent avec délices de celles des autres.


- Transparence
de Alex Christofi
Éditions Fleuve Noir / Septembre 2015


À l'image du verre, dont il porte le nom, Günter Glass est la transparence, la pureté, l'honnêteté même. Dans la ville de Salisbury ou il a grandi (un peu), il fait figure de Candide bouboule, myopeet accro aux gaufres. Si bien qu'à vingt ans, muni d'un optimisme débordant, d'une frêle culture wikipédiesque et d'une fascination immodérée pour la matière translucide, il se satisfait pleinement d'un emploi de laveur de carreaux, discipline ou il excelle au point d'être réclamé sur les plus hauts gratte-ciel londoniens. Mais la vie est opaque aux ingénus. Entre un patron fasciste, un premier amour désarçonnant, un frère aussi teigneux que sourd-muet et un colocataire aussi allemand qu'ermite, le naïf Günter expérimente les vertiges de l'âge adulte. Comment faire le bien quand tout est si compliqué? Voir au travers d'un monde aux facettes si multiples? Et si la perfection, comme le verre, passait plutôt par des milliards de petites impuretés?


- Un diamant gros comme le Ritz
de F. Scott Fitzgerald
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


Un descendant de Washington découvre une montagne constituée d'un seul diamant qui va assurer sa fortune; une jeune femme du Sud profond des États-Unis suit son mari dans le Nord, mais ne parvient pas à s'adapter à la froideur du climat et de la vie sociale, symbolisée par le Palais de glace; un brave homme, mari fidèle, ne peut empêcher les autres femmes de tomber amoureuses de lui; un couple se querelle lors d'une traversée difficile; une jeune fille pleine de charme (qui n'est pas sans rappeler Zelda jeune) pèche par vanité professionnelle. Bienvenue dans l'Europe des Années folles, fascinée par le faste, le clinquant, les exilés millionnaires de l'après-guerre et les luxueux rivages suisses. Considéré comme le plus brillant représentant, sinon le chef de file, de la fameuse "génération perdue", Francis Scott Fitzgerald a peint l'attrait et la futilité de la richesse et livré une des plus magistrales allégories littéraires sur l'Amérique des Années folles dans ses romans mais aussi, et surtout, dans ses nouvelles. Celles, apparemment légères et désinvoltes, qui composent Un diamant gros comme le Ritz constituent une histoire très libre de vingt ans de la vie américaine. Elles illustrent aussi à merveille la vie de leur créateur: l'extravagance, la tendresse, l'insolence, la mélancolie et le génie. Comme dans une sorte de journal, Fitzgerald y offre le plus émouvant témoignage sur la vie des écrivains, leur solitude et leurs deux démons, les femmes et l'alcool. Nostalgiques, envoûtants, ces récits en forme d'éternels adieux à la jeunesse ont le pouvoir immuable de faire naître l'émotion.


- Un dimanche soir en Alaska
de Don Rearden
Éditions Fleuve Noir / Septembre 2015


Quelques baraques bancales posées sur un monde en sursis. Aux confins de l'Amérique et des glaces, le petit village indigène de Salmon Bay vit ses derniers instants. Bientôt, le littoral cédera, la baie l'engloutira. En attendant la barge chargée de les mener au nouveau site, les habitants disent adieu à la terre, cette terre où plane l'esprit des ancêtres, cette boue ou les petites filles dessinent des histoires. Adieu à la toundra pelée, à la station de radio locale ou Jo-Jo, le DJ, passe sans fin des vieux disques, aux chemins de planches et aux mélopées yupik. Tyler, le premier esquimau de la planète allergique au froid, Dennis dit "l'Embrouille", Angelic, Panika, Josh, Junior et les autres, tous sentent pourtant que Salmon Bay n'a pas dit son dernier mot. Avant la grande traversée, pour le meilleur peut-être, le village leur réserve un cataclysmique chant du départ.


- Un milliardaire cinq étoiles
de Tash Aw
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


Imaginez un jeu de société intitulé "Comment devenir milliardaire". Choisissez le cadre de la partie, mettons Shanghai en ce début de XXIe siècle, ainsi que les cinq joueurs qui la disputeront: une pop star, un milliardaire, une provinciale ambitieuse, une femme d'affaires et un héritier déchu. Désignez enfin parmi eux le maître du jeu, au hasard, le milliardaire cinq étoiles du titre. Sur cette trame, Tash Aw tisse les fils d'une intrigue aussi virtuose que vertigineuse. S'y croisent le destin de cinq individus plongés dans le maelström d'une mégalopole aux multiples facettes ou cohabitent tradition et modernité, richesse et pauvreté, rêves et désillusions. Pour le meilleur et pour le pire. Portrait d'un monde ou l'argent règne en maître et broie sans merci ceux pour qui il n'est point de salut hors de la réussite matérielle, Un milliardaire cinq étoiles offre une réflexion magistrale sur les valeurs fondamentales de l'existence et sur le courage nécessaire pour briser le miroir aux alouettes.


- Un millier d'années de bonnes prières
de Yiyun Li
Éditions 10-18 / Septembre 2015


Licenciée, une ouvrière se résigne à épouser un vieillard, un ex-acteur homosexuel épaule une jeune femme déboussolée, un père traverse le Pacifique pour se heurter aux mensonges de sa fille. De Pékin à Chicago, ces destins ordinaires, cocasses ou bouleversants nous plongent au cœur de la Chine d'aujourd'hui, curieux empire, inlassablement confronté à son histoire tourmentée. Avec une extraordinaire finesse d'observation et une profonde humanité, Yiyun Li cisèle ses dix récits entre amour et idéologie et livre une ode féroce à son pays. Une révélation.


- Un sentiment humain
de Pierre-Alain Tilliette
Éditions Le Passage / Septembre 2015


Kervoyal, un paisible village de bord de mer. Malchus, journaliste d'un jour, y débarque pour interviewer Georges Dubois-Maginerre, vieux romancier oublié, sur son abandon de la littérature. Ils roulent tranquillement dans une grosse voiture américaine quand le vieil homme confond le frein et l'accélérateur. Et c'est l'accident. Dans les éclats de pare-brise et le froissement des tôles vont s'enchevêtrer une dizaine de destins. Le grand écrivain et son biographe d'occasion vont se cogner à la vie et à Vitalie, costumière de la Comédie-Française aux cheveux rouges, Rozenn, plus intéressée par Schubert que par les petites annonces de l'agence immobilière qui l'emploie, Jaouen, moniteur d'équitation avec son faux air de Che Guevara, et tutti quanti. Sans oublier la plus jolie fille de la terre, Ingrid la brune aux yeux gris, la jeune épouse du vieil homme, disparue en mer il y a bien longtemps. Et si le choc de cette rencontre était pour chacun d'eux l'occasion de changer sa vie, de la recommencer en suivant une route nouvelle, conforme au pli secret de son cœur?


- Une génération perdue
Les poètes-guerriers dans l'Europe des années 1930
de Maurizio Serra
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


Fascinés par le mythe et par l'action, ils étaient les enfants de D'Annunzio, de Barrès, de Jünger et de T. E. Lawrence. Ils avaient le goût de l'utopie, le culte de la jeunesse et celui de la belle mort. Ils se nommaient René Crevel, Klaus Mann, W. H. Auden, Stephen Spender ou Lauro de Bosis. Trop jeunes pour avoir connu l'épreuve des tranchées et hantés par le sentiment d'avoir manqué la grande occasion de leur vie, ils ont espéré rendre leur existence "inimitable". À ces esthètes armés, poètes guerriers en mal d'héroïsme, l'ère des totalitarismes montants a offert une chance inespérée de se faire entendre. La guerre d'Espagne a été leur moment. Ils ont succombé à la tentation marxiste ou fasciste, ils sont tombés les armes à la main, aux commandes d'un avion ou d'une balle dans la tempe, ils ont parfois glissé vers l'autodestruction: nulle cohérence idéologique n'unifie leur groupe, mais la rupture avec le monde des pères, la révolte des sens, la tentation de l'absolu. C'est tout l'esprit de cette jeunesse que fait revivre ici Maurizio Serra, et la richesse de ses paradoxes.


- Une aurore au-devant des jours
1940. Le destin d'une famille juive en exil
de Nadia Sweeny
Éditions Michalon / Septembre 2015


Paris, juin 1940. La famille Diamant-Berger doit quitter la capitale. Juif et bien trop impliqué dans la lutte anti-nazie pour pouvoir rester, Henri Diamant-Berger, cinéaste connu du tout-Paris a tout juste le temps ses derniers appels à la radio avant de plier bagage. Accompagné de sa femme, Suzanne Lévy, et de ses filles, Ginette et Colette, il rejoint les États-Unis afin d'organiser la propagande gaulliste dans le sanctuaire du cinéma: Hollywood. Entre vie quotidienne et nouvelles du front, la famille Diamant-Berger correspond des quatre coins du monde. Tandis que Henri s'engage corps et âme dans le mouvement Free French, les filles Diamant-Berger poursuivent leur existence de réfugiées françaises outre-Atlantique, Jean-Claude, le fils emprisonné pour ses idées, s'est enfui et, intrépide, se lance dans le combat pour atteindre le seul et unique but commun à cette famille: Paris libre. Nadia Sweeny, arrière-petite-fille Diamant-Berger, a recoupé lettres, carnets, télégrammes, discours officiels et coupures de journaux afin de retracer le destin de cette grande famille d'intellectuels juifs, intimement lié à l'histoire d'u pays, d'une époque, d'un combat. Un éclairage croisé sur une page méconnue de la Seconde Guerre mondiale: la résistance française à l'étranger.


- Une autre idée du silence
de Robyn Cadwallader
Éditions Denöel / Septembre 2015


Angleterre, 1255. À seulement dix-sept ans, Sarah décide de devenir anachorète. Dévouée à Dieu, elle vivra recluse dans une petite cellule mesurant neuf pas sur sept à côté de l'église du village. Fuyant le deuil de sa sœur adorée, morte en couches, et la pression d'un mariage imposé, elle choisit de renoncer au monde, à ses dangers, ses désirs et ses tentations, pour se tourner vers une vie de prière. Mais petit à petit elle comprend que les murs épais de sa cellule ne pourront la protéger du monde extérieur. Une autre idée du silence raconte l'histoire intemporelle d'une femme rebelle, prête à des sacrifices inimaginables pour se libérer des chaînes de la société. Elle enchante et hante le lecteur jusqu'à la dernière page.


- Zoé à Bercy
de Zoé Shepard
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Elle a dénoncé les dérives du service public avec un humour ravageur. Mise à pied par sa hiérarchie, elle a persisté en racontant l'application absurde des trente-cinq heures (par mois) dans une mairie de province. Après le succès phénoménal de Absolument débordée et de Ta carrière est finie, Zoé Shepard récidive. Bien plus irrésistibles et pas moins édifiantes qu'un rapport de la Cour des comptes, voici ses nouvelles aventures à Bercy, où Zoé découvre vite qu'au ministère des Finances, le rêve de tout fonctionnaire, c'est pareil qu'ailleurs en pire. Surtout lorsque l'on a pour dir' com Herr Kaiser (qui confond féminisme et promotion canapé), pour assistante l'indéboulonnable Coconne (qui se croit au Palais omnisports) et pour Ministre du budget le Don, ce petit maire de province dont Zoé pensait être débarrassée. Un tableau aussi drôle que désespérant (de vérité) de l'administration française à son plus haut niveau.


- 7
de Tristan Garcia
Éditions Gallimard / Août 2015

 
Sept fois le monde. Sept romans miniatures. Il y sera question d'une drogue aux effets de jouvence, de musique, du plus beau visage du monde, de militantisme politique, d'extraterrestres, de religion ou d'immortalité. Sept récits indépendants dont le lecteur découvrira au fil des pages qu'ils sont étroitement liés. Peu à peu, comme un mobile dont les différentes parties sont à la fois autonomes et solidaires, 7 compose une image nouvelle de la psyché de l'homme contemporain, de ses doutes et de ses croyances nécessaires. Exploration réaliste de divers milieux sociaux, 7 est aussi le récit fantastique d'une humanité qui tourne volontairement le dos à la vérité et préfère se raconter des histoires.


- 78
de Sébastien Rongier
Éditions Fayard / Août 2015


Il y a cet homme qui a gardé le réflexe de tendre la main sous la table pour caresser son chien, alors que son chien est mort. Cette femme qui boit du Get 27 pour oublier que son amant ne viendra pas. Ce militant d'extrême droite qui cherche à embrigader le patron de la brasserie. À l'abri des regards, dans la cuisine, il y a le rescapé d'une nuit d'octobre. Et puis il y a l'enfant. L'enfant qu'un adulte accompagnait mais qui est seul à présent devant son verre vide. L'enfant qui attend que l'adulte revienne. Nous sommes en 1978, dans une brasserie près de la cathédrale de Sens. C'est un instantané de la France et d'une époque. Mais aussi le récit atemporel et poignant de la perte de l'enfance, dans le bourdonnement indifférent de cette ruche française. Sébastien Rongier fait d'un café une chambre d'échos, où résonnent les voix d'un pays venant tout juste de basculer dans la crise. Avec les guerres mondiales et coloniales, le paysage social se décompose et se recompose. Et les différentes lignes de forces du passé et du présent se croisent toutes, dans ce bar, dressant un portrait à la fois morcelé et puissant du XXe siècle français.


- 2084; la fin du monde
de Boualem Sansal
Éditions Gallimard / Août 2015

 
L'Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, "délégué" de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l'amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions. Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l'existence d'un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion… Boualem Sansal s'est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d'un récit débridé, plein d'innocence goguenarde, d'inventions cocasses ou inquiétantes, il s'inscrit dans la filiation d'Orwell pour brocarder les dérives et l'hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.
 

- Adieu aux espadrilles
de Arnaud le Guern
Éditions Du Rocher / Août 2015


"Finalement, il n'y a toujours eu que nos étés. J'avais envie de te raconter ce que tu sais déjà. Nos semaines plein soleil, les jours et les nuits où nous n'en faisons qu'à notre fête. La légèreté des petits matins, la plage des Mouettes, les baignades, les terrasses ombrées, les caresses sous l'œil de la lune. Après, il sera trop tard. La lourdeur des feuilles mortes écrase la douceur des choses. Écrire, ce devrait être ça. Pas de scoops, d'enfants cachés, de cadavres en carton-pâte. Juste les minutes fugitives d'une saison belle comme la porcelaine de Mort Shuman chantée par Sophie Barjac".


- Ah ! ça ira...
de Denis Lachaud
Éditions Actes Sud / Août 2015


Sur le bord du trottoir, dans la fraîcheur de l'aube, il attend. Dans un instant cet homme va agir sans le moindre état d'âme, et se placer en état de guerre. Deux décennies plus tard, Antoine sort de prison. Sa fille Rosa n'a pas trente ans, c'est elle qui, pour une large mesure, l'a maintenu en vie pendant tout ce temps. Nous sommes en 2037, Paris est une ville où il est impossible de se loger, la faillite sociale est infernale, la rébellion gronde, les inégalités sont innommables mais le temps de la révolte ne passe plus par la violence. Lointaines pour la génération de Rosa, ces idées de libération armée sont en quelque sorte périmées: les actions terroristes, les endoctrinements idéologiques n'ont plus de sens, plus de poids, et la démocratie telle que l'a connue l'histoire du XXe siècle a fait long feu. Une autre époque de l'engagement s'est ouverte, celle du passage à l'acte citoyen. Ah ! Ça ira… est un livre construit sur le réel mais habité de rêves comme devrait l'être tout projet d'avenir, toute utopie sincère. À cela Denis Lachaud a ajouté une pointe d'humour, un peu de fantaisie nécessaire pour considérer l'État et le monde qu'il nous promet.


- Ailleurs
de Richard Russo
Éditions 10-18 / Août 2015

 
"Vous ne pouvez pas créer un écrivain sans créer d'abord un lecteur et c'est ce que ma mère a fait de moi". Peu de temps après la disparition de sa mère, Richard Russo prend la plume pour décrire la vie de cette femme autoritaire mais fragile qu'il adora autant qu'il la subit. À chaque étape de l'existence de son fils, de son enfance dans la banlieue industrielle de New York à sa carrière dans les universités américaines, à travers les différents seuils de son mariage, elle le suivit comme une ombre encombrante et intouchable, ballottée au gré des déménagements successifs, écartelée entre ses tentatives de préserver un mode de vie qu'elle souhaitait "indépendant" et les violentes crises nerveuses dont elle était si souvent victime, et qui marquèrent à jamais l'ensemble de la famille Russo.


- À l'enseigne du cœurs épris
de Jean-François Pigeat
Éditions Le Dilettante / Août 2015


Au chapitre des bois dont sont faites nos amours, nous avions déjà, en magasin, divers modèles: les très écologiques Philémon et Baucis, mêlant tendrement la croissance de leurs ramures, dans un style plus brut et élagué Héloïse et Abélard, au chapitre des essences vénéneuses Tristan et Isolde. Avec Stéphane et Geneviève, les héros d'À l'enseigne du cœur épris de Jean-François Pigeat, l'offre s'enrichit. C'est l'amour au temps d'Habitat ou du Bon Coin qui s'offre à nous, mi-kit, mi-bonne occase, trouvaille et bricolage: à la complexité du mode d'emploi répondent les problèmes de pièces manquantes et surtout les difficiles étapes de l'assemblage. Stéphane capte Geneviève sur un site de rencontres, premier baiser romantique dans les ruines de l'abbaye de Jumièges, s'engage alors entre eux un lent montage amoureux, pièce à pièce, fait d'exquis moments d'aisance ou de douloureuses difficultés d'emboîtages, d'autant que les matériaux ne sont pas les mêmes: elle est un bois fluide, tendre, aisé à tordre ou à briser, lui un matériau noueux, compact, dur à travailler. Parents, amis, enfants secrets, chacun découvre à l'autre des cloisons coulissant sur les mystères intimes, des doubles fonds amers. Survient, nette, la brisure. À la survenue d'un fils caché, Stéphane s'efface, s'éloigne d'une Geneviève au corps handicapé par une douloureuse blessure. Quelques mois plus tard, il apprend la disparition de Geneviève. Il s'adonne alors à un fiévreux chinage amoureux: lieux, choses, présences. Qu'est devenue Geneviève? Puis soudain, à la grande braderie de la vie, la revoilà. Mais les amours mises en pièces se reconstruisent-elles? Dans ce premier roman, Jean-François Pigeat, met en scène, au sein d'un monde d'objets intimes ou standardisés, une douloureuse mécanique amoureuse tout en engrenages et échappement.


- Amelia
de Kimberly McCreight
Éditions Cherche Midi / Août 2015


Connaissez-vous vraiment vos enfants? À New York, Kate élève seule sa fille de 15 ans, Amelia. En dépit d'un rythme professionnel soutenu, elle parvient à être à l'écoute de cette adolescente intelligente et responsable, ouverte et bien dans sa peau. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. C'est en tout cas ce que croit Kate, jusqu'à ce matin d'octobre où elle reçoit un appel de l'école. On lui demande de venir de toute urgence. Lorsqu'elle arrive, Kate se retrouve face à une cohorte d'ambulances et de voitures de police. Elle ne reverra plus jamais sa fille. Amelia a sauté du toit de l'établissement. Désespoir et incompréhension. Pourquoi une jeune fille en apparence si épanouie a-t-elle décidé de mettre fin à ses jours? Rongée par le chagrin et la culpabilité, Kate tente d'accepter l'inacceptable... Mais un jour, elle reçoit un SMS anonyme qui remet tout en question: "Amelia n'a pas sauté". Obsédée par cette révélation, Kate s'immisce alors dans la vie privée de sa fille et réalise bientôt qu'elle ne la connaissait pas si bien qu'elle le pensait. À travers les SMS, les mails d'Amelia, les réseaux sociaux, elle va tenter de reconstruire la vie de son enfant afin de comprendre qui elle était vraiment et ce qui l'a poussée à monter sur le toit ce jour-là. La réalité qui l'attend sera beaucoup plus sombre que tout ce qu'elle avait pu imaginer.


- Animarex
de Jean-François Kervéan
Éditions Robert Laffont / Août 2015


"Un roman historique, quel enfer. Quelle idée à la con. Tout a été dit sur Quatorze". Eh bien non: en cette année de tricentenaire, qui sera marquée par de nombreuses célébrations, Jean-François Kervéan réinvente à sa manière iconoclaste la jeunesse du roi en explorant la passion amoureuse qu'il vécut, à vingt ans, avec Marie Mancini, nièce du cardinal Mazarin et sœur d'Olympe, sa favorite officielle. Pour Marie et pour la seule fois de son long règne, Louis voulut abdiquer. C'est aussi à cause d'elle qu'il plongea dans l'unique dépression de sa vie. Et par amour pour elle qu'il lança avec la munificence que l'on sait les grands travaux qui firent de son siècle le Grand Siècle et de son règne, en même temps que la naissance de "l'esprit français", le symbole suprême de la monarchie à la française. Raconter un amour comme celui de Louis et Marie, princesse insoumise éprise de belles lettres et de sentiments vrais là ou la cour n'était qu'ambitions, calculs et trahisons, c'est traquer l'or du temps dans ce qu'il a de plus précieux, sauter par-dessus les siècles parfois à la hussarde pour approcher, ne serait-ce que fugacement, l'âme d'un homme, fût-il roi. Fût-il le Roi-Soleil. Anima rex, l'âme du roi. Quête irrévérencieuse de la vérité intime de Louis XIV, irradiée de désir autant que de solitude, Animarex dépoussière avec une vitalité contagieuse les figures figées et convenues du monarque absolu le plus célèbre de l'Histoire. Un roman insolent, moderne, comme ce Grand Siècle dont il ranime toute la splendeur et la férocité


- Anne F.
de Hafid Aggoune
Éditions Plon / Août 2015

 
Anne Frank peut-elle réconcilier un homme désespéré avec son époque? Après un attentat commis par l'un de ses élèves, qui réveille les plus sombres heures de la vieille Europe, un professeur est au bord de l'effondrement. Rongé par la culpabilité, décidé à en finir, il redécouvre un soir le Journal d'Anne Frank; bouleversé par son actualité et sa vivacité, il se met à écrire à sa "petite sœur juive" disparue à quinze ans à Bergen-Belsen. Entre ses lignes, la jeune fille vive et courageuse renaît, avec son désir d'écrire, sa volonté de devenir une femme indépendante et forte, et sa vision d'un monde meilleur. À travers cette invocation qui renouvelle notre regard sur ce symbole universel d'espoir qu'incarne Anne Frank, ce roman poignant interroge notre présent, invite à la réflexion et ravive le courage de résister.


- Années Foch
de Jean-Pierre Montal
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Août 2015


1995. Pierre, 20 ans, débarque à Paris pour retrouver la trace d'Anne, son amie d'enfance disparue depuis plus d'un an. Ses recherches le conduisent Avenue Foch. Il découvre l'envers nocturne de cette luxueuse adresse: les prostituées, les "aventuriers" du Bois de Boulogne, les riverains fortunés, les fêtards égarés les policiers du Club de tir en sous-sol, les gardiens d'ambassades et même Gérard de Villiers ou le musicien Prince. Tous se croisent dans cet univers parallèle que dessinent les contre-allées, fait de recoins sombres et de secrets.


- Appartenir
de Séverine Werba
Éditions Fayard / Août 2015


De la guerre, de la déportation et de la mort de ses proches, Boris, le grand-père de la narratrice, n'a jamais parlé. Autour de lui chacun savait, mais, dans l'appartement du 30, rue de Leningrad, que tout le monde appelait "le 30", le sujet n'était jamais évoqué. Et puis Boris est mort. La jeune femme a vécu un moment au 30, en attendant que l'appartement soit vendu, elle avait vingt ans, et elle a cédé à une bibliothèque les livres en russe et en yiddish de son grand-père. Plus personne ne parlait ces langues dans la famille. Ce n'est que dix ans plus tard, au moment de devenir mère, que s'est imposé à elle le besoin de combler ce vide et de reprendre le récit familial là où il avait été interrompu. Moins pour reconstituer le drame que pour réinventer des vies. Retrouver les rues de Paris autrefois populaires où vivaient Rosa, la sœur de Boris, avec sa fille Lena, déportées en 1942; voir ce village lointain d'où son grand-père était parti pour se créer un avenir qu'il espérait meilleur; entendre couler cette rivière d'Ukraine sur laquelle, enfant, il patinait l'hiver. Comprendre où ils vécurent et furent assassinés. Alors elle cherche, fouille, interroge, voyage, croisant la mort à chaque pas dans son étrange entreprise de rendre la vie à ces spectres. C'est une quête insensée, perdue d'avance, mais fondamentale: celle d'une identité paradoxale qu'il lui faut affirmer. Séverine Werba nous livre une enquête profane, intense, et part à la recherche de l'histoire dont elle procède comme d'elle-même. Elle montre qu'écrire est sans doute la façon la plus poignante de rompre et d'appartenir.


- Après le silence
de Didier Castino
Éditions Liana Levi / Août 2015


"Quand on parle de moi, il y a toujours l'usine. Pas facile de parler d'autre chose". Dans un monologue destiné au plus jeune de ses fils, Louis Catella se dévoile. Mouleur syndicaliste aux Fonderies et Aciéries du Midi, il s'épuise dans la fournaise des pièces à produire et le combat militant. Il raconte aussi la famille, l'amour de Rose, le chahut des garçons, les efforts rageurs pour se payer des vacances. Une vie d'ouvrier, pas plus, pas moins. Jusqu'au grand silence du 16 juillet 1974. Louis meurt accidentellement. Et pourtant l'impossible monologue se poursuit, retraçant la vie sans père de ce fils qui n'avait que sept ans au moment du drame. Partagé entre le désir d'échapper à ce fantôme encombrant dont tout le monde tisse l'éloge et la peur de trahir, c'est à lui maintenant de devenir un homme. Ce roman intense brosse la chronique de la France ouvrière des années 60-70, le récit intime de l'absence, la honte et la fierté mêlées des origines.


- Au café du rendez vous
de Ingrid Winterbach
Éditions Phébus / Août 2015


À Voorspoed, petite ville d'Afrique du Sud, Karolina Ferreira, entomologiste, recense et observe les espèces rares de papillons du veld. Ses soirées, elle les passe au Café du Rendez-vous où elle danse le tango pendant des heures, joue au billard, boit du whisky et examine avec une acuité toute scientifique les êtres mystérieux qui traversent ce décor: un fermier jaloux, un lieutenant de police obsédé sexuel, un acteur amant de l'épouse d'un notable, enfin Jess Jankowitz, avec lequel l'amour se construit en douceur et le temps s'oublie avec ferveur. Tout droit venu d'Afrique du Sud, ce joyau littéraire d'une densité rare rend charnel, palpable l'indicible, bouleversant tout ce qui anime le cœur des hommes.


- Au paradis
de Peter Matthiessen
Éditions Les Deux Terres / Août 2015


Un demi-siècle après la libération des camps d'extermination, une centaine de personnes se rassemblent à Auschwitz pour prier et méditer. Le soir, dans les bâtiments où vivaient les officiers nazis, chacun apporte son témoignage. Mais entre les participants de nationalités, de confessions et de sensibilités variées, rancœurs et préjugés refont surface, donnant lieu à des situations absurdes. Clements Olin, un universitaire américain non-juif d'origine polonaise, présent en tant qu'observateur, s'interroge, lui, sur l'utilité de ce pèlerinage pour comprendre l'indicible. En proie à des émotions d'une grande intensité, Clements Olin est contraint de témoigner à son tour de sa propre histoire, qui n'a rien d'un voyage au paradis.


- Au pays d'Alice
de Gaëlle Bantegnie
Éditions Gallimard / Août 2015


"- Qu'est-ce que tu écris Maman?
- J'écris sur toi.
- Pas partout sur moi.
- Sur toi.
- Sur mon cou?"
Au pays d'Alice raconte les quatre premières années d'une petite fille d'aujourd'hui. Une période, rarement décrite dans les livres, où rien n'est encore fixé, ni le langage ni la motricité. En s'exerçant à regarder le monde à la hauteur d'Alice, Gaëlle Bantegnie redécouvre les objets, gestes, paroles qui le peuplent et auxquels l'adulte s'est accoutumé. Une expérience aussi sérieuse que légère qui la rapproche de sa fille et la conduit à réexaminer notre rapport au quotidien. Gaëlle Bantegnie poursuit son travail d'exploration des bouleversements invisibles de l'existence, qu'elle mène avec un sens aigu du détail.


- Au pays du p'tit
de Nicolas Fargues
Éditions P. O. L. / Août 2015


Le héros et narrateur de ce roman a 44 ans et il enseigne la sociologie à l'université. Il vient de publier un essai violemment anti-français (La France… Ses Pfff, ses Chhht, ses Rhôlâlââ… Ses: On va pas s'emmerder, ses Y'en a qui dorment, ses Ça va comme un lundi et ses Avec ceci… Les lunettes de ses Jacques François et les barbichettes de ses Cyril Lignac… L'odeur de pieds de ses piscines municipales et de pisse des toilettes de ses cafés… Ses cadenas d'amour, ses belles paroles et ses beaux salauds). Cela lui vaut d'être invité à l'étranger pour exposer ses thèses et lui donne l'occasion de mener à peu près tranquillement une carrière de Don Juan sur le presque retour. Car il est arrivé à cet âge, à ce moment, où certains, comme lui, se foutent de tout. Sauf, peut-être, des femmes et des voyages. Encore que… s'agissant des femmes, est-ce les aimer que de jouer avec leurs sentiments à des fi ns exclusivement prédatrices? Quant aux voyages, si c'est par haine de son propre pays qu'il s'y livre.


- Avant de rejoindre le grand soleil
de Daniel Parrochia
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


Une jeunesse dorée, sur le littoral méditerranéen, dans l'insouciance de la fin des années 50. On y retrouve l'atmosphère de ces années-là, époque paisible et prospère, que rien ne paraît menacer. Mais il existe un personnage supplémentaire: notre soleil, étoile de dimension moyenne, dont on cherche à se protéger dès cette époque à l'aide de crèmes qui embaument l'existence. Ses effets réels dépassent ceux des rayons ultraviolets. Ainsi provoque-t-il indirectement la déviation de trajectoire d'une voiture, engendrant à partir de là tout un monde tourbillonnaire, des rencontres et une vie inédite pour le héros (Joël) qui, sortant de son apathie, découvre l'amour et ses souffrances (Liliane). Lorsque, l'été s'avançant, le soleil baisse en intensité, l'ambiance légère va aussi s'alourdir. La guerre d'Algérie n'est pas loin, et un drame va définitivement ternir cette jeunesse éclatante. Ce n'est pas seulement la noyade mystérieuse d'une jeune femme (Evelyne) ou l'effondrement d'un célèbre barrage près de Fréjus qui est en cause. C'est la chance qui tourne, le passage du temps qui marque, en fin de compte, les corps et transforme les papillons d'autrefois en porcelaines fêlées. Joël devra sa vie professionnelle et sa réussite aux événements qu'il  aura vécus cet été-là, au prix d'une blessure qui ne se refermera jamais, ou alors à sa mort, quand il aura rejoint, comme le dit le poète JeanTardieu, "le grand soleil".


- Barracuda
de Christos Tsiolkas
Éditions Belfond / Août 2015


Daniel Kelly sort de prison. Vingt ans plus tôt, il était Danny "Barracuda", le grand espoir de la natation australienne. Un adolescent rageur, animé par la soif de vaincre, tout entier tendu vers un seul but: devenir champion. Pour n'être plus le petit métèque, fils d'une coiffeuse grecque et d'un routier australien. Pour montrer à ces petits bourges pour qui tout semble facile que lui, le boursier, peut les battre. Pour ne plus être prisonnier de ce corps encombrant, de ces pensées qui lui viennent dans les vestiaires. Aujourd'hui, Daniel est ce champion déchu qui a commis l'irréparable. Il est cet homme que la prison a à la fois brisé et révélé. Il est ce fils, ce frère qui veut se réconcilier avec les siens. Il est cet adulte qui va devoir une dernière fois se confronter à l'ado qu'il était pour mieux tenter de revivre.


- Bâtisseurs de l'oubli
de Nathalie Démoulin
Éditions Actes Sud / Août 2015


Sur les vestiges des cités antiques, Marc Barca a, depuis son rapatriement d'Algérie, et durant cinq décennies, édifié, de La Grande-Motte à Sète, un empire de béton gagné sur un delta toujours plus menacé par les eaux montantes de la Méditerranée. En ce jour de Saint-Sylvestre 2012, ce Titan vieillissant peut désormais méditer sur cette œuvre imposante et chimérique, secrètement née de l'arrachement à la terre natale, et qui lui a valu de partager des années heureuses avec sa compagne, la belle Hélène. Dans le même temps la fille de celle-ci, Rachel, en compagnie des musiciens de son modeste groupe de rock, fait route vers une soirée de concert privée, consciente que la désillusion envahit son rêve de carrière artistique autant qu'elle a anéanti ses amours avec Malek, le jeune père de son enfant. Conjuguées mais distinctes, les voix de ces personnages intérieurement fracassés viennent tour à tour percuter le mythe des success-stories, l'ardente et pure exaltation des grandes espérances, pour faire surgir, sauvage et chaotique, le véritable paysage que chacun d'entre eux porte en lui et tente de rendre habitable sur les rives d'une Méditerranée qui, aujourd'hui comme hier, ne cesse de résonner de la plainte des errants, des bannis ou des réprouvés. À travers le personnage solaire et prométhéen d'un homme habité du désir de créer une beauté nouvelle en façonnant concrètement un monde à l'image de ses rêves, Nathalie Démoulin rend un hommage inspiré à tous les aventuriers de l'existence dont un exil, réel ou intérieur, corrompt, avant même que le Temps ne fasse son œuvre, les constructions vulnérables.


- Bestiaire
de Éric Dupont
Éditions Du Toucan / Août 2015


Bestiaire, c'est l'histoire d'un frère et d'une sœur qui partent en guerre contre l'oubli de leur mère que veut leur imposer un père autocrate. Ce séducteur impénitent ne veut plus entendre parler de sa première épouse, commodément qualifiée de folle. Enfant des premiers divorces, victime du choc entre les nouvelles valeurs et le vieux monde chrétien qui a tant marqué la "belle province", le narrateur (qui ressemble fort à l'auteur) cherche l'équilibre dans un Québec vacillant. Fasciné par les animaux, le petit Éric construit un édifice de savoir et de rêve pour contrer l'oppression et le régime de censure qui pèse sur son enfance. Il dialogue aussi facilement avec Laika, la petite chienne de Spoutnik qu'avec les baleines échouées sur les berges du Saint-Laurent. Éric Dupont déploie dans ce roman son immense talent de conteur, inventeur d'histoires tentaculaires aux accents de réalisme magique.


- Blasmusikpop
de Vea Kaiser
Éditions Presses De La Cité / Août 2015


Johannes se destinait à autre chose qu'à cette vie fruste dans le village de ses ancêtres. Son grand-père, Johannes premier du nom, avait lui-même quitté Saint-Peter-sur-Anger pour aller étudier en ville, et observer le développement des vers solitaires, avant de revenir et de s'établir comme médecin. C'est ce dernier qui a communiqué à son petit-fils son goût du savoir et sa passion pour Hérodote, qui font de lui aussi un original dans ce microcosme alpin où se cultiver est considéré comme hautement suspect. Ainsi, lorsque le jeune homme échoue au baccalauréat, quel drame. Le voici condamné à rester parmi les "barbares". Et il ne tarde pas à se faire embrigader dans l'un des événements majeurs de la localité: la venue d'un grand club de football hambourgeois. Des dialogues savoureux, une langue inventive, tantôt désuète, tantôt moderne, des personnages hauts en couleur, un luxe de détails, de l'esprit, beaucoup d'esprit. Avec son premier roman, très remarqué au moment de sa parution, Vea Kaiser s'en est donné à cœurs joie.


- Brutes
de Anthony Breznican
Éditions Denöel / Août 2015


Pittsburgh, années 1990. Saint-Mike est un lycée catholique en perdition. Sa réputation désastreuse l'a transformé en décharge à délinquants et le corps enseignant a depuis longtemps baissé les bras, préférant fermer les yeux sur les agissements de certains élèves qui se livrent à un bizutage sans merci sur les plus jeunes. C'est au milieu de cet enfer que Peter Davidek fait son entrée en première année. Il se lie avec Noah Stein, un garçon plein de ressources portant une mystérieuse cicatrice au visage, et la belle et fragile Lorelei, qui rêve d'entrer dans le clan très fermé des filles populaires. À trois, auront-ils une chance de survivre à ce système scolaire cruel où l'on entre innocent et dont on ressort en ayant fait de l'intimidation et de la brutalité un mode de vie? Brutes est un roman d'apprentissage inversé, où les élèves découvrent qu'au lieu de chercher la maturité et la sagesse, mal tourner est le meilleur moyen de s'en sortir.


- Boussole
de Mathias Enard
Éditions Actes Sud / Août 2015


La nuit descend sur Vienne et sur l'appartement où Franz Ritter, musicologue épris d'Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre songes et souvenirs, mélancolie et fièvre, revisitant sa vie, ses emballements, ses rencontres et ses nombreux séjours loin de l'Autriche, Istanbul, Alep, Damas, Palmyre, Téhéran…, mais aussi questionnant son amour impossible avec l'idéale et insaisissable Sarah, spécialiste de l'attraction fatale de ce Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes, les voyageurs occidentaux. Ainsi se déploie un monde d'explorateurs des arts et de leur histoire, orientalistes modernes animés d'un désir pur de mélanges et de découvertes que l'actualité contemporaine vient gifler. Et le tragique écho de ce fiévreux élan brisé résonne dans l'âme blessée des personnages comme il traverse le livre. Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour doux-amer, Boussole est un voyage et une déclaration d'admiration, une quête de l'autre en soi et une main tendue, comme un pont jeté entre l'Occident et l'Orient, entre hier et demain, bâti sur l'inventaire amoureux de siècles de fascination, d'influences et de traces sensibles et tenaces, pour tenter d'apaiser les feux du présent.


- Camille, mon envolée
de Sophie Daull
Éditions Philippe Rey / Août 2015


Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d'une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. Écrire pour ne pas oublier Camille, son regard franc, droit, lumineux, les moments de complicité, les engueulades, les fous rires; l'après, le vide, l'organisation des adieux, les ados qu'il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent. Écrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l'enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes. Loin d'être l'épanchement d'une mère endeuillée ou un mausolée, puisque l'humour n'y perd pas ses droits, ce texte est le roman d'une résistance à l'insupportable, où l'agencement des mots tient lieu de programme de survie: "la fabrication d'un belvédère d'où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde". "Dans les jours d'après, nous distribuerons tes soixante-dix-sept peluches, une par une ou deux par deux, à des fossés dans les campagnes, à des clairières, à des rochers. C'est joli, ces ours, ces lapins, ces petits chats abandonnés sur les tapis de mousse, prenant la pluie sous les marguerites".


- Ce cœurs changeant
de Agnès Desarthe
Éditions de l'Olivier / Août 2015


"Face à la vie, elle avait la même impression que lorsqu'elle regardait le paysage défiler par la fenêtre du train: si elle était dans le sens de la marche, le panorama semblait se jeter sur elle, et ses yeux affolés ne savaient à quel détail s'attacher ni quelle ligne suivre. Elle se sentait écrasée par l'image qui ne tenait pas en place, ne cessait de se transformer. Assise en sens inverse, elle retrouvait son calme et contemplait l'horizon jusqu'à sombrer dans le sommeil. Alors… alors, songeait-elle, peut-être pourrait-on dire que c'est la même chose lorsqu'on regarde soit en direction de l'avenir, soit vers le passé. Peut-être est-ce pour cela que j'ai tant besoin de mes souvenirs". Née à l'aube du XXe siècle, Rose débarque à Paris à 20 ans et se trouve projetée dans un univers totalement inconnu. L'affaire Dreyfus, puis la guerre de 14 éclatent. Les années folles se succèdent. Les bas-fonds, la vie de bohème, la solitude. Rose risque à tout moment de tomber.


- Ce pays qui te ressemble
de Tobie Nathan
Éditions Stock / Août 2015


C'est dans le ghetto juif du Caire que naît, contre toute attente, d'une jeune mère flamboyante et d'un père aveugle, Zohar l'insoumis. Et voici que sa sœur de lait, Masreya, issue de la fange du Delta, danseuse aux ruses d'enchanteresse, le conduit aux portes du pouvoir. Voici aussi les mendiants et les orgueilleux, les filous et les commères de la ruelle, les pauvres et les nantis, petit peuple qui va roulant, criant, se révoltant, espérant et souffrant. Cette saga aux couleurs du soleil millénaire dit tout de l'Égypte: grandeur et décadence du roi Farouk, dernier pharaon, despote à l'apparence de prince charmant, adoré de son peuple et paralysé de névroses. Arrivée au pouvoir de Gamal Abdel Nasser en 1952 et expulsion des Juifs. Islamisation de l'Égypte sous la poussée des Frères musulmans, première éruption d'un volcan qui n'en finit pas de rugir. C'est la chute du monde ancien, qui enveloppait magies et sortilèges sous les habits d'Hollywood. La naissance d'un monde moderne, pris entre dieux et diables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:04

- Ces amis qui enchantent la vie
de Jean-Marie Rouart
Éditions Robert Laffont / Août 2015


Ouvrage original, puisqu'il mêle portraits d'écrivains et morceaux choisis de leurs meilleurs livres, Ces amis qui enchantent la vie est l'aboutissement et le fruit d'une longue histoire d'amour. Jean-Marie Rouart a toujours eu la passion de la littérature. Depuis sa prime adolescence, elle n'a cessé de l'accompagner. Il a même écrit qu'elle lui avait sauvé la vie, sauvé du désespoir en donnant un sens à une existence qui commençait sous les pires auspices. Grâce à elle, il a pu faire d'une passion une vie, puisqu'il s'y est consacré avec enthousiasme comme écrivain et en tant que directeur du Figaro littéraire pendant vingt ans. Rassemblant 120 écrivains français et étrangers, ne visant pas à rivaliser avec la critique universitaire, ce livre est avant tout celui d'un écrivain. À ce titre, il est subjectif, arbitraire, et cherche moins à donner des notes, des prix d'excellence, à établir des hiérarchies, qu'à mettre en valeur des créateurs sur le seul critère du plaisir qu'ils donnent, de la magie qu'ils font naître. Cet enchantement qui fait d'eux les plus indispensables et les plus fidèles des amis. C'est pourquoi, délaissant souvent les grands boulevards des auteurs consacrés, Jean-Marie Rouart n'hésite pas à suivre les chemins buissonniers qu'empruntent des écrivains plus rares comme Joseph Delteil, Malcolm de Chazal, Luc Dietrich ou Carson McCullers. Il a ainsi voulu rendre hommage à un grand nombre d'entre eux, notables ou non, qui ont fait plus que jalonner son propre parcours de romancier. De ces lectures il a tiré non seulement de grands moments d'ivresse littéraire, mais aussi une leçon de vie. Car c'est bel et bien la vie qui est au cœur de cette entreprise, comme il s'en explique dans sa préface: "Je demandais aux livres: comment fait-on pour vivre, pour aimer, pour être heureux?"  Cet ouvrage est, d'une certaine façon, aussi personnel qu'une confession, aussi intime qu'une autobiographie.


- Comme Ulysse
de Lise Charles
Éditions P. O. L. / Août 2015


De 1953 à sa mort en 1978, le peintre Norman Rockwell vit à Stockbridge, une petite ville du Massachusetts. Il y fait notamment de nombreuses couvertures pour le Saturday Evening Post, parfois en prenant des habitants de la ville pour modèles. À en croire l'histoire racontée dans ce roman, vers la fin de sa vie il peint Rebecca, une fillette de Stockbridge. Une fois adulte, Rebecca épouse un autre peintre, Peter Milton, avec qui elle a deux enfants, Tom et Hannah. Tandis que Rebecca rêve de devenir écrivain mais n'arrive visiblement à rien, Peter devient progressivement un grand artiste. Il propose un jour à une jeune Française, rencontrée dans le Vermont, de venir vivre dans sa famille; en échange, elle devra poser pour lui et enseigner le français à ses enfants. Comme Ulysse est l'histoire de cette Française, racontée par elle-même. De la narratrice, on ne connaît ni l'âge, ni le nom véritable; elle se fait appeler Lou et se présente le plus souvent en adolescente écervelée, un peu ignare et mal dégrossie. Alors qu'elle ne devait rester aux États-Unis que le temps d'un séjour linguistique avec sa sœur, elle y passe plusieurs années, d'abord à New York puis en Nouvelle-Angleterre, et ses souvenirs de France (sa vie à Paris, ses vacances en Bretagne), de plus en plus douloureux, doublent le récit de ses aventures américaines, au point que la côte Est apparaît comme un mauvais reflet de la côte bretonne. La nostalgie est aussi celle de l'enfance. Lou raconte à la fois ses relations avec le peintre, sa femme et leurs amis, et ses longues conversations avec Tom et Hannah. Ces deux enfants un peu fantomatiques semblent évoluer dans un univers qu'elle comprend de moins en moins. Ainsi, de même qu'elle flotte entre deux langues et deux cultures, Lou n'a-t-elle sa place ni dans le monde des adultes, ni dans celui de l'enfance.


- Corps subtils
de Norman Rush
Éditions Payot & Rivages / Août 2015


Le retour très attendu de Norman Rush, né en 1933, légende vivante de la littérature américaine. Équivalent d'un James Salter, il publie son premier roman à 58 ans, Accouplement, chef-d’œuvre et succès international couronné par le National Book Award. Corps subtils est une comédie dramatique aux dialogues ciselés qui réunit un groupe d'amis après la mort de l'un d'eux. Qu'avons-nous fait de nos 20 ans? se demande Rush, mais au-delà, qu'avons-nous fait de nos rêves, de notre idéalisme politique et amoureux?


- Courrier des tranchées
de Stefan Brijs
Éditions Héloïse d'Ormesson / Août 2015


Londres, à l'aube de la Première Guerre. John refuse de s'enrôler, à l'inverse de son meilleur ami Martin, mû par un patriotisme vibrant. Bercé par Keats et Thackeray, John préfère se consacrer à la littérature, loin de la violence du conflit. Mais celle-ci ne va pas tarder à se rappeler à lui lorsqu'il découvre une terrible lettre, que son père, facteur, a omis de remettre à la mère du jeune soldat. Fresque d'une période où les notions de courage et de lâcheté paraissent soudain floues, Courrier des tranchées raconte le gouffre entre l'exaltation de la guerre et son effroyable réalité. En virtuose de la construction romanesque, Stefan Brijs donne chair à des personnages déchirants, portés par une intrigue ingénieuse qui surprendra le lecteur jusqu'à la dernière page.


- Courir après les ombres
de Sigolène Vinson
Éditions Plon / Août 2015
 

Du détroit de Bab-el-Mandeb au golfe d'Aden, Paul Deville négocie les ressources africaines pour le compte d'une multinationale chinoise. De port en port, les ravages de la mondialisation lui sautent au visage et au cœur la beauté du monde dont il ne peut empêcher la destruction. Les merveilles qui ne s'achètent pas ne risquent-elles pas de disparaître dans un système ou toute valeur se chiffre? Paul se met alors à chasser un autre trésor: les "écrits jamais écrits" d'Arthur Rimbaud, il veut le croire, le marchand d'armes n'a pas tué le poète. Inlassablement, il cherche. Trouvera-t-il plus que le soleil aveuglant, la culpabilité d'être et la fièvre?


- Crans-Montana
de Monica Sabolo
Éditions JC Lattès / Août 2015


Dans les années 60, à Crans-Montana, une station de ski suisse, des garçons observent, de loin, trois jeunes filles qui les fascinent: les trois C. Chris, Charlie et Claudia. Elles forment une entité parfaite, une sorte de constellation. Claudia, cheveux blonds, hanches menues, sourire enjôleur. Chris, boucles brunes, peau mate, ongles longs comme des griffes. Charlie, cheveux noirs, petits seins, longues jambes. Pour ces garçons elles sont un rêve impossible. Pendant les vacances d'été ou d'hiver, sur les pistes, à la piscine ou dans les night-clubs ils les regardent, sans jamais les aborder. Les années passent. Leur souvenir les poursuivra, comme un amour fantôme. Les voix des garçons, puis des filles déroulent les destinées d'une jeunesse, dorée en apparence, mais qui porte les secrets, les fautes et l'indifférence des générations précédentes. Durant près de trente ans, tous tenteront de toucher du doigt quelque chose de plus grand, l'amour, la vérité, ou simplement le sentiment d'exister. Mais des espoirs romantiques de l'adolescence à l'opulence glacée des années fric, la vie glisse entre leurs doigts.


- Crash-test
de Claro
Éditions Actes Sud / Août 2015


Au commencement était l'accident. Il faut donc procéder à des crash-tests, mettre un mort à la place du mort, étudier la destruction et ses lois. Un homme s'y emploie, jour après jour, jusqu'à la fêlure. Au commencement était l'accident, puis aussitôt: le sexe. C'est ce qu'elle pense, à chaque fois qu'elle s'avance sur scène, c'est cette pensée qui marche avec elle quand débute son numéro de strip-tease et qu'elle affronte la tribu des pornographes. La jouissance? Laquelle? Il n'en connaît qu'une, pour l'instant: celle qu'il invente dans sa chambre d'ado, à grand renfort de bandes dessinées pour adultes, tandis que dans le salon de famille l'alcool dicte sa loi. Pris dans les feux croisés d'une violence sociale, ces trois isolés forment un trio aux liens instables mais fiévreux. À travers eux, un combat est livré, et peut-être aussi délivré: comment chanter la résistance des corps, leur incandescence? Le nouveau roman de Claro explore et bouscule des mondes apparemment distincts, l'industrie automobile, le strip-tease, le porno naissant des années 1970, marqué par le film Gorge profonde, les bandes dessinées pour adultes, la cellule familiale, la domination masculine. Rythmique et intense, inventif et pugnace, obéissant à une partition implacable, Crash-test donne voix et vertige aux chairs contrariées et à leur nécessaire insurrection, et tout le reste est poésie.


- D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds
de Jón Kalman Stefánsson
Éditions Gallimard / Août 2015

 
"Elle est plus belle que tout ce qu'il a pu voir et rêver jusque-là, à cet instant, il ne se souvient de rien qui puisse soutenir la comparaison, sans doute devrait-il couper court à tout ça, faire preuve d'un peu de courage et de virilité, pourtant il ne fait rien, comme s'il se débattait avec un ennemi plus grand que lui, plus fort aussi, c'est insupportable, il serre à nouveau les poings, récitant inconsciemment son poème d'amour. Elle s'en rend compte et lui dit, si je dénoue mes cheveux, alors tu sauras que je suis nue sous ma robe, alors tu sauras que je t'aime". Ari regarde le diplôme d'honneur décerné à son grand-père, le célèbre capitaine et armateur Oddur, alors que son avion entame sa descente vers l'aéroport de Keflavík. Son père lui a fait parvenir un colis plein de souvenirs qui le poussent à quitter sa maison d'édition danoise pour rentrer en Islande. Mais s'il ne le sait pas encore, c'est vers sa mémoire qu'Ari se dirige, la mémoire de ses grands-parents et de leur vie de pêcheurs du Norðfjörður, de son enfance à Keflavík, dans cette ville "qui n'existe pas", et vers le souvenir de sa mère décédée. Jón Kalman Stefánsson entremêle trois époques et trois générations qui condensent un siècle d'histoire islandaise. Lorsque Ari atterrit, il foule la terre de ses ancêtres mais aussi de ses propres enfants, une terre que Stefánsson peuple de personnages merveilleux, de figures marquées par le sel marin autant que par la lyre. Ari l'ancien poète bien sûr, mais aussi sa grand-mère Margrét, que certains déclareront démente au moment où d'autres céderont devant ses cheveux dénoués. Et c'est précisément à ce croisement de la folie et de l'érotisme que la plume de Jón Kalman Stefánsson nous saisit, avec simplicité, de toute sa beauté.


- Daniel Avner a disparu
de Elena Costa
Éditions Gallimard / Août 2015
 

Durant l'Occupation, les parents et la sœur du jeune Daniel Avner ont été arrêtés et déportés. Plusieurs mois après la Libération, le grand-père de Daniel envoie le garçon attendre le retour de sa famille au Lutetia, tout en sachant que personne ne reviendra plus. Commence alors une longue période de sévices infligés par le grand-père à son petit-fils. Pourquoi Daniel accepte-t-il sans protester de souffrir, comme si sa douleur lui permettait de revivre celle des disparus, et ainsi de les rejoindre? Pourquoi se sent-il tenu, après la mort de son grand-père, de retourner attendre devant le Lutetia, alors que l'établissement a depuis longtemps retrouvé sa fonction d'hôtel? Sa rencontre avec Dora sur le boulevard Raspail le délivrera-t-elle de son obsession?


- Dans les eaux du lac interdit
de Hamid Ismaïlov
Éditions Denöel / Août 2015


Un voyageur anonyme a pris place à bord d'un train pour un interminable voyage à travers les steppes kazakhes. Le train s'arrête dans une toute petite gare et un garçon monte à bord pour vendre des boulettes de lait caillé. Il joue Brahms au violon de manière prodigieuse, sortant les passagers de leur torpeur. Le voyageur découvre que celui qu'il avait pris pour un enfant est en fait un homme de vingt-sept ans. L'histoire de Yerzhan peut alors commencer. À travers ce conte envoûtant, l'auteur nous livre une parabole glaçante sur la folie destructrice des hommes et la résistance acharnée d'un jeune garçon qui voulait croire en ses rêves.


- D'après une histoire vraie
de Delphine de Vigan
Éditions JC Lattès / Août 2015


"Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu'un écrivain ne devrait jamais rencontrer". Dans ce roman, Delphine de Vigan raconte l'histoire d'une amitié. Séduction, dépression et trahison sont les trois temps de ce récit qui entraîne le lecteur dans les coulisses de la création, là où le doute, les apparences et les faux-semblants tendent un piège redoutable. Qui est le maître du jeu? "Tu sais parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi".


- Délivrances
de Toni Morrison
Éditions Christian Bourgois / Août 2015


Dans son roman, qui se déroule à l'époque actuelle, Toni Morrison décrit sans concession des personnages longtemps prisonniers de leurs souvenirs et de leurs traumatismes. Au centre du récit, une jeune femme qui se fait appeler Bride. La noirceur de sa peau lui confère une beauté hors norme. Au fil des ans et des rencontres, elle connaît doutes, succès et atermoiements. Mais une fois délivrée du mensonge, à autrui ou à elle-même, et du fardeau de l'humiliation, elle saura, comme les autres, se reconstruire et envisager l'avenir avec sérénité. Rusé, sauvage, et élégant, Toni Morrison distille des éléments de réalisme et d'hyperréalisme dans un chaos magique, tout en maintenant une atmosphère narrative séductrice et poétique, voire toxique.


- Des mots jamais dits
de Violaine Bérot
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


"On ne sait pas où elle va. Elle, ne le sait sans doute pas non plus. Elle est maintenant dans la rue, son sac sur l'épaule. Elle marche, non pas comme on la voit marcher dans son habituelle frénésie, non, elle marche d'un pas nouveau, décidé et calme. Elle est dans la rue. Elle a commis l'impensable et pourtant elle est légère, une princesse se réveillant d'un sommeil de cent ans". Elle est l'aînée et ne s'est jamais comportée en enfant. Elle s'occupe des frères et sœurs, du père et de la mère. Elle joue la maîtresse de maison, tient ce rôle avec un tel sérieux qu'elle ne parvient plus à s'en défaire. Depuis toujours, l'amour qui lie ses parents la fascine. Dans sa solitude, elle observe et rêve de vivre une aussi merveilleuse histoire. Un jour, pourtant, elle décide de quitter les siens. Des mots jamais dits est un conte. Avec sensibilité, Violaine Bérot explore les failles mystérieuses que l'enfance et la famille creusent en chacun.


- Dieu, les affaires et nous
de Jean d'Ormesson
Éditions Robert Laffont / Août 2015


Il est démocrate, il est libéral: cet écrivain n'a jamais cessé d'affirmer ses convictions. Si l'idée de faire de la politique ne lui a pas traversé l'esprit, le spectacle de la politique, du combat des idées, de la marche du monde l'a fasciné. Il s'est toujours engagé. Nous sommes liés au monde et il nous faut participer au grand jeu des événements qui nous entourent parce que nous dépendons de l'histoire et que l'histoire dépend de nous. Ces textes surprennent par leur fraîcheur et leur allant. Dix ou trente ans après, ils continuent d'exciter l'esprit et de donner les causes des événements actuels. On y trouvera des portraits de grands hommes, des reportages à l'étranger, bien sûr des commentaires et des prises de position sur la politique intérieure française. Il faut relire les écrits passés (et toujours actuels). Sinon comment juger ceux qui jugent et voir s'ils ont eu tort ou raison? Comment savoir si un commentateur de l'actualité porte un regard juste sinon en vérifiant après coup ses analyses et ses prévisions? Pour dire s'il est équitable, il faut attendre que la passion tombe et que l'histoire ait au moins commencé à faire son œuvre. C'est donc un bel exercice de vérification auquel se livre l'auteur. Il s'est parfois trompé. Sur plusieurs points, les faits lui ont donné raison. Pendant toutes ces années, Jean d'Ormesson a observé le monde et les hommes et les femmes qui nous gouvernent. Prenez parti, dit-il, et trompez-vous sans trop de bassesses. Ceux qui ne défendent pas leurs amis sont ignobles. Ceux qui ne défendent que leurs amis sont aveugles. Il faut se débrouiller dans ce labyrinthe. C'est ce qu'on appelle l'honneur des hommes.


- Discours d'un arbre sur la fragilité des hommes
de Olivier Bleys
Éditions Albin Michel / Août 2015
 

Dans la banlieue de Shenyang, ancienne ville industrielle, la famille Zhang vit pauvrement au milieu d'usines désaffectées et d'entrepôts à l'abandon. Pourtant, Wei et les siens détiennent un trésor: le dernier arbre à laque. Leur rêve: devenir propriétaires de leur petite maison, afin d'honorer un serment fait aux parents de Wei, enterrés sous le fameux arbre. Ce rêve est sur le point de se réaliser lorsqu'un grand projet minier menace soudain la famille d'expulsion. Une lutte inégale va alors s'engager opposant l'humble famille aux représentants du puissant capitalisme chinois. Prenant comme toile de fond les transformations violentes de la Chine contemporaine, Discours d'un arbre sur la fragilité des hommes revisite la fable du pot de terre contre le pot de fer. Belle et profonde méditation sur les liens qui unissent l'homme et la nature, ce roman, écrit dans une langue magnifique, est un conte réel qui ne laissera aucun lecteur indifférent.


- Djibouti
de Pierre Deram
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


"C'est demain, se répète Markus, que je rentre à Paris". Pour sa dernière nuit africaine, le jeune militaire se jette à corps perdu dans Djibouti, son implacable désert, son désordre étourdissant, ses putains redoutables, et sa faune de soldats fous d'ivresse et de solitude. Entre violence brute et errance onirique dans les bas-fonds de la ville, Pierre Deram met à nu la bouleversante férocité des rapports humains. À Djibouti, berceau de l'humanité et barque de perdition, prostituées et légionnaires sont les mêmes enfants de la violence et de la beauté...


- Effondrement
de Alain Fleischer
Éditions Cherche Midi / Août 2015


C'est dans les bras de sa maîtresse, une employée du grand hôtel où il séjourne à Sils-Maria en Suisse, que Simon, jeune pianiste virtuose, apprend le décès de son père, un milliardaire dont il s'est éloigné depuis l'enfance. Simon devient l'héritier de la plus grande collection d'art contemporain au monde, où il ne voit qu'un immense tas de cochonneries, œuvres d'artistes dont les cotes ont été artificiellement poussées jusqu'à des sommets aberrants. La décision de Simon de liquider la collection par une gigantesque vente aux enchères et sa critique radicale du marché de l'art lui valent une déclaration de guerre de ce dernier, qui voit la menace de son effondrement. En cette époque proche où l'art contemporain est devenu une bulle spéculative, un secteur financier et bancaire essentiel, où terrorisme et mafias ont partie liée pour recourir à la violence extrême, Simon voit sa carrière de musicien compromise et sa vie privée sujette à un grave dérèglement. On peut voir dans ce roman "nietzschéen" une fable prophétique où les plus forts triomphent, même si c'est la beauté qui peut sauver le monde.


- Effraction
de Alain Defossé
Éditions Fayard / Août 2015


Au départ, un simple cambriolage qu'Anne Rivière voudrait considérer comme un non-événement, à peine un fait divers. Depuis quarante ans qu'elle vit seule dans son deux-pièces parisien du XIXe arrondissement, c'est la première fois que l'on fracture sa fenêtre. Elle n'en fait pas un drame. Pourtant, quelque chose s'infiltre par la vitre brisée. Une brèche s'ouvre qu'elle ne pourra plus combler. Elle regarde, témoin d'elle-même, le passé qui s'engouffre. Affluent les images, et les trous noirs dans sa vie. Quand la police lui apprend l'identité de son voleur, un jeune type du quartier, cette dame effacée à l'existence mécanique semble sortir d'un long rêve. La voilà qui arpente les rues et le cherche. Elle découvre son adresse et lui écrit, passe la nuit sur son palier, l'attend au tribunal. Et se souvient de la jeune fille qu'elle fut, qui portait un autre prénom, qui était amoureuse. Avant. Avant un épisode de sa vie qu'elle s'est employée à oublier et auquel son cambrioleur fantôme vient sans le savoir de la ramener.


- Entre les deux, il n'y a rien
de Mathieu Riboulet
Éditions Verdier / Août 2015


À l'orée des années soixante-dix, à Paris, à Rome, à Berlin, les mouvements de contestation nés dans le sillage des manifestations étudiantes de 68 se posent tous peu ou prou en même temps la question du recours à la lutte armée et du passage à la clandestinité. S'ils y répondent par la négative en France, ce n'est pas le cas en Allemagne ni en Italie, mais pour les trois pays s'ouvre une décennie de violence politique ouverte ou larvée qui laissera sur le carreau des dizaines et des dizaines de morts, sans compter ceux qui, restés vivants mais devenus fantômes, s'en sont allés peupler les années quatre-vingt de leurs regrets, leurs dépressions ou leur cynisme. Témoin de cette décennie de rage, d'espoir et de verbe haut, le narrateur s'éveille au désir et à la conscience politique, qui sont tout un, mais quand son tour viendra d'entrer dans le grand jeu du monde, l'espoir de ses aînés se sera fracassé sur les murs de la répression ou dans des impasses meurtrières. Il aura pourtant eu, dans un bref entre-temps, loisir de s'adonner aux très profonds bonheurs comme aux grandes détresses de la politique et du corps aux côtés de tous ceux qui, de Berlin à Bologne, de Billancourt à Rome, de Stammheim à Paris, tentèrent de combattre les forces mortifères qui, dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, s'attachèrent à faire de l'Europe le continent à bout de souffle où nous vivons encore.


- Et ne reste que des cendres
de Oya Baydar
Éditions Phébus / Août 2015


Ne reste que des cendres. Des cendres chaudes, brûlantes, des poussières incandescentes au goût âcre: les vestiges des feux allumés par toute une génération qui croyait pouvoir enrayer le mécanisme infernal des dictatures militaires et des fanatismes. Une génération de révolutionnaires, de militants, parmi lesquels la flamboyante Ülkü. Personnage obsédant, amoureuse éperdue, elle traverse la tête haute et le cœur battant les tourmentes politiques et sociales qui ont secoué la Turquie depuis les années 70. Elle qui a vécu dans sa chair la torture et les deuils; dans son cœur: la passion, la fascination et la lâcheté des hommes. Des cendres de cet engagement des plus contemporains, Oya Baydar fait renaître les cris, les passions, les espoirs de son peuple, de ces militants du monde entier qui, de Paris à Istanbul en passant par Moscou et Leipzig, ont comme elle connu la lutte, l'exil et le désenchantement.


- Eva
de Simon Liberati
Éditions Stock / Août 2015


Un soir de l'hiver 1979, quelque part dans Paris, j'ai croisé une femme de treize ans dont la réputation était alors terrible. Vingt-cinq ans plus tard, elle m'inspira mon premier roman sans que je ne sache plus rien d'elle qu'une photo de paparazzi. Bien plus tard encore, c'est elle qui me retrouva à un détour de ma vie où je m'étais égaré. C'est elle la petite fée surgie de l'arrière monde qui m'a sauvé du labyrinthe et redonné une dernière fois l'élan d'aimer. Par extraordinaire elle s'appelle Eva, ce livre est son éloge. Simon Liberati


- Extrêmes et lumineux
de Christophe Manon
Éditions Verdier / Août 2015


D'énigmatiques annotations au dos de photos défraîchies d'aïeuls oubliés, des souvenirs disparates et diffus, la saga d'un théâtre ambulant, un petit hameau perdu au cœurs d'une campagne ingrate et inhospitalière, deux vieilles femmes, des filles et des garçons, un bureau, un grenier, un side-car, des tractions avant et des Fiat 500, une tribu de Ritals, un enterrement, de l'alcool et des drogues, toute l'immensité des détresses enfantines, des moments de grâce, des étreintes sauvages, ardentes, exaltées, et cependant d'une douceur presque insoutenable, des destins d'hommes comme tous les hommes, un maelström de voix et de paroles. À la fois, exploration de la mémoire, histoire d'amour et enquête familiale, ce récit composé d'une succession haletante de scènes fondatrices nous livre le tableau d'une sensibilité qui s'éveille et s'ouvre au monde. Un hommage rendu aux morts et aux mots qui sauvent, à la mémoire, au papier tue-mouche, au tabac Caporal, au Langage secret des animaux.


- Fable d'amour
de Antonio Moresco
Éditions Verdier / Août 2015


"Fable d'amour, écrit Antonio Moresco, raconte une histoire d'amour entre deux personnages qu'il serait impossible d'imaginer plus éloignés: un vieux clochard qui ne se souvient plus de rien et qui a pratiquement perdu la raison, et une fille merveilleuse. C'est l'histoire d'une de ces rencontres qu'on croit impossibles mais qui peuvent avoir lieu dans les territoires libres et absolus de la fable, et aussi quelquefois dans la vie". Fût-il le plus pur, l'amour a-t-il vocation à durer? Mais puisque l'amour est sans pourquoi, doit-on chercher plus d'explications à ce qui le tue qu'à ce qui le fait naître? Et si la fable était le seul mode pour raconter aujourd'hui la puissance d'aimer?


- Fils du shéol
de Anouar Benmalek
Éditions Calmann Lévy / Août 2015


Trois histoires d'amour pour remonter à l'origine du mal… Trois générations, deux génocides. Tout commence dans la touffeur ignoble d'un wagon à bestiaux. Le jeune Karl y fait la connaissance d'Helena, son bref et unique amour le temps du voyage. À son arrivée en Pologne, le gamin juif est gazé. Dès lors, depuis un étrange séjour des morts, le Shéol, il est condamné à regarder évoluer les siens et à tenter d'éviter désespérément la catastrophe. Ainsi retrouve-t-il son père, devenu Sonderkommando. Dans la noirceur de sa condition, ce dernier rêve à sa lumineuse Élisa, la mère de Karl, rencontrée et épousée en Algérie des années auparavant. Poursuivant son effroyable voyage à rebours, Karl croise Ludwig, son grand-père, qui au début du siècle a servi dans l'armée allemande du Sud-Ouest africain. Et le secret que l'aïeul n'a jamais pu raconter de son vivant, sans doute la clé de leur destinée à tous, son petit-fils finit par l'apprendre depuis sa nouvelle demeure: celui de l'existence d'Hitjiverwe, une jeune femme héréro passionnément aimée, victime avec son peuple d'une barbarie oubliée, terrible avertissement aux générations futures.


- Funny girl
de Nick Hornby
Éditions Stock / Août 2015


Dans les Swinging Sixties la nation tout entière est sous le charme de Sophie Straw, la nouvelle star de la comédie à succès de la BBC. Ça tombe bien, cette ancienne Miss Blackpool n'a qu'une ambition dans la vie: faire rire les gens. En studio comme à l'écran, l'équipe du feuilleton vit de grands moments. Les scénaristes, pour qui le genre comique est une religion, cachent tous deux un secret. Pur produit d'Oxbridge, le producteur est dévoué corps et âme à l'équipe en général et à Sophie en particulier. Quant à Clive, le premier rôle masculin, il a la tenace intuition que ce n'est qu'une parenthèse dans sa carrière. Lorsque la fiction rejoint la réalité de trop près et que le scénario épouse les péripéties de la vie, chacun doit faire un choix. Continuer ou changer de chaîne? Une défense et illustration de la pop culture et du divertissement, pleine de fous rires et de tendresse.


- Gratis
de Félicité Herzog
Éditions Gallimard / Août 2015
 

Au début des années quatre-vingt-dix, Ali Tarac interrompt brutalement de brillantes études à Paris pour tenter l'aventure. Une intuition fulgurante et une série de rencontres à Londres, Hart, un limier de la finance, Léna, sa future femme, et Celsius, un milliardaire philanthrope et mélancolique, vont faire de lui un champion de la nouvelle économie et de sa start-up un empire mondial. En 2001, le jeune prodige perd tout. Ruiné, déchu, calomnié, il choisit de disparaître et se réfugie sur l'île de Jersey. C'est là, dans le plus grand secret, qu'il conçoit et bâtit la Transition, une "solution" à la condition humaine, produit croisé d'Internet et d'Orwell, qui révolutionnera la société du XXIe siècle.


- Hanns et Rudolf
de Thomas Harding
Éditions Flammarion / Août 2015


À partir de documents d'archives, l'auteur retrace les existences de Rudolf Hoss, commandant du camp d'Auschwitz, et d'Hanns Alexander, un Juif allemand, qui se croisent lorsque ce dernier s'engage dans une traque des criminels de guerre nazis.


- Histoire de l'amour et de la haine
de Charles Dantzig
Éditions Grasset & Fasquelle / Août2015
 

Voici sept personnages avec qui nous vivons, des premières manifestations contre le "mariage pour tous" jusqu'aux dernières. Il y a Ferdinand, garçon de vingt ans blessé par la vulgarité de son père, le député Furnesse, vedette homophobe des médias et fier de l'être; Pierre, le grand écrivain n'écrivant plus; Ginevra, qu'il tente d'aimer; Armand et Aron, qui vivent en couple; Anne, si belle et victime de sa beauté; bien d'autres encore. Tous apportent leur voix à ce concert de l'esprit où le comique le dispute à la rage. Que s'est-il passé durant cette période? Quel esprit est entré dans Paris, si contraire à Paris? Comment ce qu'on appelle un événement transforme-t-il la vie des hommes? Le grand roman de l'amour au temps de la haine.


- Il était une ville
de Thomas B. Reverdy
Éditions Flammarion / Août 2015


Détroit, 2008. Alors que les maisons ne valent plus rien et que les gens s'en vont en les abandonnant, Eugène, un jeune ingénieur français, débarque pour superviser un projet automobile. Au même moment, l'inspecteur Brown enquête sur la disparition du petit Charlie, qui a grandi dans l'un de ses quartiers désertés.


- Il faut tenter de vivre
de Éric Faye
Éditions Stock / Août 2015


"Dans les temps qui avaient précédé notre rencontre, je m'étais représenté Sandrine Broussard d'une manière très subjective, sur la base de ce qu'on me racontait. À vrai dire, peu m'importait de savoir si j'étais près de la vérité ou non. Je faisais évoluer la jeune femme sur une orbite éloignée de Bonnie Parker, où elle gravitait comme un astre de faible brillance, et je l'imaginais de taille moyenne, blonde, mignonne, pareille à Faye Dunaway dans le film. Sandrine était la portion incongrue de mon univers, différente de tout, rétive aux classements". Lorsque le narrateur croise enfin Sandrine Broussard il est happé par ce personnage magnétique, son exact contraire. La jeune femme va lui raconter ses vies multiples et tumultueuses, faites d'arnaques et de clandestinité. Mais au plus profond d'elle-même, elle aspire à ne plus être une "passagère clandestine" et à retrouver une place dans ce monde. Pour "tenter de vivre", il faut abandonner plusieurs "moi" derrière soi. Le peut-on? Et quel est le prix à payer pour sortir du tunnel?


- Illska
de Eiríkur Orn Norddahl
Éditions Métailié / Août 2015


Événement dans l'histoire mondiale: Agnès et Omar se rencontrent par un dimanche matin glacial dans la queue des taxis au centre-ville de Reykjavik. Agnès rencontre aussi Arnor, un néonazi cultivé, pour sa thèse sur l'extrême droite contemporaine. Trois ans, un enfant et une crise de jalousie plus tard, Omar brûle entièrement leur maison et quitte le pays. L'histoire commence en réalité bien avant, au cours de l'été 1941, quand les Einsatzgruppen, aidés par la population locale, massacrent tous les Juifs de la petite ville lituanienne de Jurbarkas. Deux arrière-grands-pères d'Agnès sont pris dans la tourmente, l'un d'eux tue l'autre, et, trois générations plus tard, Agnès est obsédée par le sujet. Illska parle de l'Holocauste et d'amour, d'Islande et de Lituanie, d'Agnès qui se perd en elle-même, d'Agnès qui ne sait pas qui est le père de son enfant, d'Agnès qui aime Omar qui aime Agnès qui aime Arnor. Dans un jeu vertigineux, Norđdahl interroge le fascisme et ses avatars contemporains avec une étonnante maîtrise de la narration. Illska est un livre surprenant et immense écrit par un homme jeune, mais appelé à devenir un grand, sans doute un très grand écrivain.


- Ils nous traitaient comme des bêtes
de Sara
Éditions Flammarion / Août 2015


Sara a 27 ans. Il y a un an, cette jeune yézidie préparait son mariage dans son village de Sinjar en Irak. Mais début août les hommes en noir ont déferlé sur les terres des yézidis: les Daech. Ils ont tué les hommes et emmené les femmes. Sara a été leur prisonnière pendant deux mois. Elle a subi violences, humiliations, souffrances. Malgré le danger, elle a réussi à s'échapper.


- Intérieur nuit
de Marisha Pessl
Éditions Gallimard / Août 2015

 
Par une froide nuit d'octobre, la jeune Ashley Cordova est retrouvée morte dans un entrepôt abandonné de Chinatown. Même si l'enquête conclut à un suicide, le journaliste d'investigation Scott McGrath ne voit pas les choses du même œil. Alors qu'il enquête sur les étranges circonstances qui entourent le décès, McGrath se retrouve confronté à l'héritage du père de la jeune femme: le légendaire réalisateur de films d'horreur Stanislas Cordova, qui n'est pas apparu en public depuis trente ans. Même si l'on a beaucoup commenté l'œuvre angoissante et hypnotique de Cordova, on en sait très peu sur l'homme lui-même. La dernière fois qu'il avait failli démasquer le réalisateur, McGrath y avait laissé son mariage et sa carrière. Cette fois, en cherchant à découvrir la vérité sur la vie et la mort d'Ashley, il risque de perdre bien plus encore. Jouant avec les codes du thriller, incluant dans son récit des documents, photographies, coupures de journaux ou pages web, Pessl nous entraîne dans une enquête vertigineuse autour de Stanislas Cordova et de sa fille, deux êtres insaisissables attirés par l'horreur et le mal. L'inventivité de l'auteure et son goût indéniable pour les pouvoirs de la fiction font penser tour à tour à Paul Auster, Georges Perec, ou Jorge Luis Borges. Avec son style maîtrisé et ses dialogues incisifs, ce roman, sous l'apparence classique d'un récit à suspense, explore la part d'ombre et d'étrangeté tapie au cœur de l'humain.


- J'ai vu un homme
de Owen Sheers
Éditions Payot & Rivages / Août 2015


Michael laisse planer le doute jusqu'à la dernière page, tel un héros de Hitchcock. Est-il simplement un mari détruit par la mort de sa femme, reporter de guerre tuée au Pakistan? Ou un personnage manipulateur? J'ai vu un homme est un formidable page-turner, dans la lignée de Samedi de Ian McEwan. Histoire d'amour, portrait d'un monde globalisé qui a banalisé la violence, récit d'un deuil, ce roman magnifique sera publié dans une douzaine de pays et s'annonce comme un succès international.


- Juste avant l'oubli
de Alice Zeniter
Éditions Flammarion / Août 2015


Franck a rencontré Emilie il y a huit ans. Il est convaincu qu'elle est la femme de sa vie. Mais la jeune femme, thésarde, connaît une passion sans bornes pour l'écrivain policier Galwin Donnell, mystérieusement disparu en 1985. Elle se rend sur une petite île pour organiser un colloque qui lui est consacré. Franck compte l'y rejoindre et la demander en mariage. Mais rien ne se passe comme prévu.


- L'amour à trois
de Olivier Poivre d'Arvor
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2015
 

C'est en Guyane, de Cayenne à Maripasoula, au pays des orpailleurs et des indiens Wayanas, que Léo entreprend de retrouver la trace de son ami d'adolescence, Frédéric. Il veut lui annoncer la mort du grand amour qu'ils ont partagé, Hélène, qui fut il y a trente ans leur professeur de philosophie et leur initiatrice érotique. À la surface de sa brumeuse mémoire ressurgit la géographie dangereuse, belle et imprécise du désir de trois jeunes gens dans les années soixante-dix. Que s'est-il vraiment passé entre eux trois à l'époque? En remontant le cours du fleuve Maroni et celui du temps, Léo caresse la nostalgie de cet âge d'or, ce rêve perdu de la jeunesse baigné de refrains musicaux: fragile, blessé, amnésique, il s'obstine à retrouver la trace de l'homme qui pourra, peut-être, résoudre l'énigme de sa propre existence.


- L'Ange de l'oubli
de Maja Haderlap
Éditions Métailié / Août 2015


Maja Haderlap raconte l'histoire d'une fillette et de sa famille, mais aussi l'histoire d'un peuple, la minorité slovène en Autriche. Elle raconte une enfance dans les montagnes de Carinthie, et son écriture sensible fait entendre les bruits de la maison et du village, les disputes des parents, elle fait sentir les senteurs de l'été, le parfum de la cuisine de sa grand-mère. Son héroïne est aussi une adolescente qui essaie de trouver sa voie dans un univers extrêmement étouffant, englué dans les réminiscences du passé familial et du passé slovène. La Seconde Guerre Mondiale est certes terminée depuis longtemps, mais pour la minorité slovène elle est encore omniprésente, marquée par les règlements de comptes, les rapports difficiles avec l'Autriche et la présence d'une frontière quasiment infranchissable avec la Slovénie pour cause de guerre froide. En grandissant la jeune protagoniste lutte pour rassembler les fragments épars de l'histoire familiale et  finit par trouver son propre chemin, et son salut, dans l'écriture.


- L'atelier des morts
de Daniel Conrod
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


"Marie ma mère, écoute ce qui surgit. Il n'y a pas d'image s'il n'y a pas de corps. Pas de corps s'il n'y a pas de mots. Pas de mots s'il n'y a pas de voix. Pas de voix s'il n'y a pas de souffle". Il peut arriver qu'il faille ré-ensevelir ses propres morts. Car il y a des morts négligés, comme il y a des individus négligés, qui souffrent au-dedans de nous et nous font souffrir en retour. L'Atelier des morts, admirable tombeau, raconte une famille française, ses secrets, ses hontes, ses douleurs. Avec cette oraison funèbre, long poème pour réconcilier les vivants et les morts, l'auteur délivre le passé.


- L'envers du feu
de Anne Dufourmantelle
Éditions Albin Michel / Août 2015
 

"Les grands incendies sont une espèce en voie de disparition. Ils se propagent à la vitesse du vent et de la nuit. Leur souveraineté soumet l'espace. Pareils aux météorites et au désir, leur dangerosité, leur degré de combustion, leur trajectoire sont imprévisibles. Dévastation. Régénération. Nous sommes de même nature; des feux". Thriller psychanalytique, roman initiatique, histoire d'une passion, quête de soi, labyrinthe de mensonges et de faux-fuyants, de souvenirs écrans, ce suspense qui emprunte les arcanes de l'analyse nous mène de Brooklyn jusqu'aux confins du Caucase à la poursuite d'une mystérieuse disparue.


- L'été contraire
de Yves Bichet
Éditions Mercure de France / Août 2015


Une infirmière, un agent d'entretien, deux retraités, une simplette… Cinq petits héros du quotidien qui refusent de céder à la morosité alors que l'été arrive, qu'il fait de plus en plus chaud, que la canicule menace. Le pays se délite mais eux se découvrent, s'aiment et se confrontent à la manière batailleuse des timides. Loin de s'apitoyer sur leur sort, ils nous guident vers des chemins de traverse où le burlesque côtoie le drame et, peut-être, une nouvelle forme d'utopie.


- L'exercice de la médecine
de Laurent Seksik
Éditions Flammarion / Août 2015


Léna Kotev, cancérologue à Paris, est issue d'une longue lignée de médecins: Pavel Alexandrovitch exerçait dans la Russie tsariste, Mendel était professeur dans le Berlin des années 1920, Nataliaavait été victime de l'affaire du complot des blouses blanches sous Staline. Elle rêve de se soustraire à cette légende familiale mais il n'est pas facile d'échapper à son destin.


- L'illusion délirante d'être aimé
de Florence Noiville
Éditions Stock / Août 2015


"Une évidence. Une évidence aussi tangible qu'une pierre au milieu d'un jardin: C. est persuadée que je l'aime, que je l'ai toujours aimée. Comment puis-je faire semblant d'avoir oublié?" L'illusion délirante d'être aimé est une maladie, chronique, dangereuse, et parfois mortelle, nommée syndrome de Clérambault, car elle fut découverte par le célèbre psychiatre. C'est aussi un roman implacable, un thriller des sentiments: l'histoire d'une obsession et d'une dépossession. Un amour à perpétuité. Un amour qui ne peut que mal finir. Milan Kundera a dit de ce roman de Florence Noiville: "Ce que dévoile L'Illusion délirante d'être aimé, c'est la présence aussi forte qu'inexplicable de l'amour dans la haine".


- L'inconstance des démons
de Eugène Green
Éditions Robert Laffont / Août 2015


"Dans la première partie de ma vie, je fus heureux". C'est ainsi que Nikolau Aztera commence son récit. Jeune neurologue, Nikolau s'installe avec son épouse et leur enfant unique à Saint-Jean-de-Luz. À l'âge de quinze ans, son fils disparaît inexplicablement. Peu après, sa femme meurt de chagrin. Nikolau abandonne alors la médecine et se retire dans le village d'Ossès, en Basse-Navarre. Il transforme sa passion pour la bibliophilie en métier, devenant antiquaire de livres, dans ce qu'il envisage comme une retraite du monde, et une attente de la mort. Or un jour il reçoit la visite d'une dame dont le fils adolescent subit depuis peu des crises effrayantes, ou il semble dialoguer dans un basque archaïque avec une voix parlant un français étrange. Elle demande à Nikolau de l'aider. L'enquête va le plonger dans l'abîme d'un mystère ou sa vie prendra un nouveau sens. Ce roman, qui comporte une énigme, des crimes, et un véritable suspense, s'ouvre également sur des voies spirituelles et, à travers les plaisirs du récit policier, s'offre comme une réflexion sur le Mal et la grâce. Il soulève aussi, dans le cadre précis du Pays basque, la question générale du passé historique comme force du présent évoquant les grands procès en sorcellerie du début du XVIIe siècle et la caste des cagots.


- L'infinie comédie
de David Foster-Wallace
Éditions de l'Olivier / Août 2015


L'Amérique, dans un futur proche. Les U.S.A., le Canada et le Mexique ont formé une fédération surpuissante, et la Société du Spectacle a gagné: les habitants ne vivent plus qu'à travers la télévision, les médicaments, l'ultra-consommation et le culte de l'excellence. Parmi eux, la famille Incandenza, avec les parents James et Avril et leurs trois fils, dont Hal, un tennisman surdoué promis à un brillant avenir. Mais de dangereux séparatistes québécois, en lutte contre la fédération, traquent cette famille singulière pour mettre la main sur une arme redoutable: L'Infinie Comédie, une vidéo réalisée par James Incandenza, qui suscite chez ceux qui la regardent une addiction mortelle.


- L'oiseau du Bon Dieu
de James McBride
Éditions Gallmeister / Août 2015


En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir. Jusqu'à ce que le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve alors libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d'une robe et d'un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l'Ouest, traversant quelques-unes des heures les plus marquantes du XIXe siècle américain. Dans cette épopée romanesque inventive et désopilante, récompensée par le prestigieux NationalBook Award en 2013, James McBride revisite avec un humour féroce et une verve truculente l'histoire de son pays et de l'un de ses héros les plus méconnus.


- L'oragé
de Douna Loup
Éditions Mercure de France / Août 2015


Antananarivo, 1920. Rabe, orphelin d'une famille princière déchue, gagne de petites sommes en travaillant la dentelle. Il est feuilletoniste à l'occasion. À presque vingt ans, il rencontre Esther, poétesse de dix ans son aînée. Ils forment alors un pacte: veiller sur l'œuvre de l'autre. Ce roman s'inspire de deux figures majeures de la littérature malgache, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, dite Anja-Z. L'écriture de Douna Loup recrée les audaces et les richesses nées du va et vient d'une langue à l'autre, du français imposé à la poésie Hova. D'enthousiasmes en créations, Rabe, Esther et leurs amours successifs nous interrogent sur la liberté des sentiments, la liberté d'expression, la liberté absolument.


- L'orage
de Clara Arnaud
Éditions Gaïa / Août 2015


À la veille d'un sommet international, l'orage monte dans la moiteur des rues défoncées de Kinshasa. Un enfant des rues croise la route d'une patrouille, et l'anonymat urbain explose en un chaos de drames individuels. Li, un homme d'affaires chinois, découvre la profondeur de son attachement pour Merveille, sa compagne congolaise, au moment où il risque de la perdre. Peter, haut fonctionnaire de l'ONU, a laissé les désillusions l'éloigner de sa vocation humanitaire. Désiré vit au jour le jour, en bande, le ventre creux et l'esprit embrumé. Nostalgique des collines de son enfance, Mado a trouvé refuge auprès d'une Église évangélique. Et puis il y a Kinshasa, Kinshasa à la saison des pluies, Kinshasa crépusculaire et envoûtante sous la colère qui gronde.


- La brigade du rire
de Gérard Mordillat
Éditions Albin Michel / Août 2015


Il y a Kowalski, dit Kol, né en colère. Betty, licenciée de l'imprimerie où elle travaillait. Dylan, prof d'anglais et poète. Les jumelles Dorith et Muriel, pour qui la vie est une fête permanente. L'Enfant-Loup, coureur et bagarreur. Suzana, infirmière en psychiatrie. Rousseau, beau gosse et prof d'économie. Hurel, industriel, lecteur de Marx et de Kropotkine. Isaac le rouquin, distributeur de films, et Victoria que personne n'attendait. Constitués en "Brigade du rire", par jeu, ils kidnappent Pierre Ramut, l'éditorialiste vedette de Valeurs françaises, et, dans un bunker transformé en atelier, l'installent devant une perceuse à colonne. Forcé de travailler selon ce qu'il prescrit dans ses papiers hebdomadaires, semaine de 48h, salaire de 20% inférieur au SMIC, productivité maximum, travail le dimanche, Ramut saura désormais de quoi il parle. Dans une grande fresque tragi-comique, fidèle à son univers, Gérard Mordillat parle du monde d'aujourd'hui, de ses injustices, de ses luttes, de ceux qui refusent de se soumettre et se vengent d'un grand éclat de rire.


- La cache
de Christophe Boltanski
Éditions Stock / Août 2015


"Nous avions peur. De tout, de rien, des autres, de nous-mêmes. De la petite comme de la grande histoire. Des honnêtes gens qui, selon les circonstances, peuvent se muer en criminels. De la réversibilité des hommes et de la vie. Du pire, car il est toujours sûr. Cette appréhension, ma famille me l'a transmise très tôt, presque à la naissance". Que se passe-t-il quand on tête au biberon à la fois le génie et les névroses d'une famille pas comme les autres, les Boltanski? Que se passe-t-il quand un grand-père qui se pensait bien français, mais voilà la guerre qui arrive, doit se cacher des siens, chez lui, en plein Paris, dans un "entre-deux", comme un clandestin? Quel est l'héritage de la peur, mais aussi de l'excentricité, du talent et de la liberté bohème? Comment transmet-on le secret familial, le noyau d'ombre qui aurait pu tout engloutir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 11:00

- La carte des Mendelssohn
de Diane Meur
Éditions Sabine Wespieser / Août 2015


Je savais que Felix Mendelssohn le compositeur (1809-1847) était le petit-fils de Moses Mendelssohn le philosophe (1729-1786), et longtemps je n'en ai pas pensé grand-chose. Un jour pourtant, j'ai pensé à l'homme qui avait été le père du premier et le fils du second. Quel merveilleux sujet de roman, m'étais-je dit alors. D. M.
Au retour d'un séjour marquant à Berlin, Diane Meur, fidèle à son goût pour les filiations, décide de mener l'enquête sur Abraham Mendelssohn, banquier oublié de l'histoire, qui servit de pont entre le Voltaire allemand et un compositeur romantique plus précoce encore que Mozart. Mais comment ne pas remonter d'abord à l'origine, à Moses, le petit infirme du ghetto, qui à onze ans maîtrisait Torah et Talmud, à quatorze ans partit seul sur les routes rejoindre à Berlin un professeur bien-aimé? Comment, en pleines années 2010, ne pas se passionner pour cet apôtre de la tolérance, grand défenseur de la liberté de culte et d'opinion? Et, accessoirement, père de dix enfants dont le banquier Abraham n'était que le huitième. Happée par son sujet, l'auteur explore cette descendance, la voit s'étendre au globe entier et aux métiers les plus divers, jusqu'à une ursuline belge, des officiers de la Wehrmacht, un planteur de thé à Ceylan. Même quand on est, comme elle, rompue aux sagas familiales d'envergure, impossible de tenir en main cette structure: l'arbre généalogique se transforme en carte, La Carte des Mendelssohn, qui envahit d'abord la table de son salon, puis le projet lui-même. Le roman devient dès lors celui de son enquête, une sorte de Vie mode d'emploi où la famille tentaculaire apparaît comme un résumé de l'histoire humaine. La romancière nous enchante par ses libres variations sur les figures les plus tragiques ou les plus excentriques, tout en nous dévoilant ses sources, sa chronologie, et en mêlant sa propre vie à la matière de son livre. Tour de force d'un écrivain qui jamais ne perd le nord, La Carte des Mendelssohn finit par mettre à mal toute idée de racines, et par donner une image du monde comme un riche métissage où nous sommes tous un peu cousins. Il est urgent de lire Diane Meur.


- La chute des idoles
de Arnaud Ardoin
Éditions Michalon / Août 2015


À première vue, Patrick Carlotti, directeur d'agence bancaire, et Christophe Leduc, ancien joueur professionnel de football, n'ont rien en commun. Jusqu'au jour où les deux hommes se croisent dans la gare d'une ville de province. Christophe, amaigri et crasseux, est atteint de la maladie de Charcot. Devenu SDF, il n'est plus que l'ombre de lui-même, au bord de la folie. Pourtant Carlotti ne peut le quitter des yeux, il le connaît, il en est certain... Mais où se sont-ils rencontrés? Les pots belges et autres produits dopants, vendus par un agent de football véreux, ont scellé à jamais leur destin. Un destin tragique. Des stades à la rue, en passant par "l'Arizona", le plus grand marché de contrebande de médicaments, au cœur des Balkans, un roman noir sur une réalité brûlante encore taboue: le dopage dans le football. Plongée en eau trouble dans l'univers du foot business, un monde où l'argent et le mensonge coulent à flots.


- La couleur de l'eau
de Kerry Hudson
Éditions Philippe Rey / Août 2015


Sous le charme, Dave, vigile dans un luxueux magasin londonien, laisse partir une jeune voleuse qu'il vient de surprendre. Sa journée terminée, il la découvre dehors, à l'attendre. C'est le début d'une relation complexe entre deux êtres abîmés. Comment Alena, venue avec tant de projets de sa Russie natale, s'est-elle retrouvée à la rue et sans papiers? Pourquoi Dave vit-il comme en exil à quelques kilomètres de chez lui? Qu'ont-ils bien pu traverser l'un et l'autre pour être si tôt désabusés? Page après page, ils s'apprivoisent, se rapprochent, et prennent soin d'éviter leurs zones d'ombre: les réseaux de prostitution, les compromissions, les peurs et les espoirs étouffés de l'une, les cités anglaises à l'horizon bien bas, les rêves d'aventure et les lâchetés de l'autre. Se gardant des clichés et du larmoyant, Kerry Hudson donne voix aux classes souvent délaissées par la littérature et raconte ses personnages avec leurs fragilités et leurs faiblesses. De l'East London à la Sibérie en passant par Moscou, elle tresse un récit d'une grande finesse, mêlant portrait social et histoire d'amour moderne. Un roman lumineux.


- La couleur des ombres
de Colm Tóibín
Éditions 10-18 / Août 2015
 

C'est sans doute parce qu'ils étaient différents, trop sensuels et rebelles à l'hypocrisie, qu'ils ont quitté leur famille et se sont exilés. Pourtant, ils ne souffrent plus d'être éloignés de leur passé. Au contraire. Malik, jeune Pakistanais immigré à Barcelone, découvre son homosexualité dans une communauté musulmane plus tolérante que son père. Pour Frances, l'Irlandaise devenue américaine, revenir au pays, c'est se réconcilier avec l'une des plus belles pages de sa vie amoureuse, avant de repartir définitivement. Carme, rejetée par ses parents franquistes, les retrouve alors qu'ils s'apprêtent à brader aux promoteurs la vieille demeure où règne encore le souvenir de sa grand-mère.


- La dernière nuit du Raïs
de Yasmina Khadra
Éditions Julliard / Août 2015


"Longtemps j'ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J'étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd'hui, je n'ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence. Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l'Histoire retiendra-t-elle? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l'on n'est que ce que les autres voudraient que l'on soit". Avec cette plongée vertigineuse dans la tête d'un tyran sanguinaire et mégalomane, Yasmina Khadra dresse le portrait universel de tous les dictateurs déchus et dévoile les ressorts les plus secrets de la barbarie humaine.


- La famille Middlestein
de Jami Attenberg
Éditions 10-18 / Août 2015

 
"Mais sincèrement, quel mal y aurait-il à grignoter quelques chips?" Bienvenue chez les Middlestein, une famille au bord de la crise de nerfs depuis que Edie, la mère, risque d'y passer si elle ne prend pas au sérieux ses problèmes d'obésité. Cerise sur le gâteau, le père la quitte pour découvrir à 60 ans les affres du speed dating. Une trahison impardonnable pour leur célibataire invétérée de fille; un rebondissement que voudrait bien oublier le fils en fumant son joint quotidien, si sa femme ne s'était pas mis en tête de sauver Edie, quand elle n'oblige pas leurs jumeaux à répéter leur chorégraphie hip-hop pour leur bar-mitsvah. Une question taraude toutefois les Middlestein: et s'ils étaient tous un peu responsables du sort d'Edie?


- La femme qui pleure
de Zoé Valdés
Éditions Flammarion / Août 2015


Quelques années après sa rupture avec Picasso, Dora Maar fait un dernier voyage à Venise pour tenter d'échapper à l'emprise du peintre et de se reconstruire en tant que femme. À son retour, elle se réfugie dans son appartement parisien, vivant en recluse jusqu'à sa mort.


- La fin de rien
de Frédérick Tristan
Éditions Cherche Midi / Août 2015


Années 1930. Dans un pays de l'Est indéterminé, un homme est arrêté et conduit à la prison d'État où il est interrogé sans ménagement. Il prétend s'appeler Greedich et être représentant de commerce, mais ses geôliers lui donnent du "monsieur Hortsman". Il veut que l'on prévienne sa femme. Les bourreaux assurent qu'il n'est pas marié. Hortsman appartient à une organisation terroriste qui vise l'armée. Mais l'homme maintient qu'il n'est pas Hortsman, il est Greedich. Usurpation d'identité, effroyable méprise? Les questions pleuvent comme les coups. L'interrogatoire est tendu à l'extrême. Entre Kafka et Orwell, l'atmosphère de ce roman, qui n'est pas sans rappeler l'intemporalité de certaines œuvres d'anticipation classiques, en sublime le suspense jusqu'à le rendre quasi insoutenable. Violent et envoûtant.


- La logique de l'amanite
de Catherine Dousteyssier-Khoze
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2015
 

Nikonor, érudit snob et acariâtre, vit retranché dans son château, en Corrèze. Il se passionne pour la mycologie (surtout cèpes et amanites) et la littérature. Au fil des pages, on va découvrir les confidences étranges qu'il nous livre sur sa famille. Pourquoi voue-t-il une telle haine à sa sœur jumelle Anastasie? Et qu'est-il advenu de ses proches?


- La mémoire des anges
de Martine Delomme
Éditions Calmann Lévy / Août 2015


Issue d'une grande famille de producteurs de cognac, Mauve, interprète à Bruxelles, revient au château de Bassan pour assister aux funérailles de sa sœur Véronique. L'accueil est glacial. Douze ans auparavant, elle avait rompu ses fiançailles avec l'homme qui avait finalement épousé sa sœur, puis coupé toute relation avec sa famille. Contre toute attente, la défunte l'a nommée tutrice légale de Guillaume, sept ans, et Laurie, cinq ans, deux enfants aujourd'hui orphelins. Mais Paule, vieille tante acariâtre qui a toujours régné en maître sur le domaine, n'entend pas les choses ainsi. Et pour cause, le lendemain des obsèques, le maître de chai annonce à Mauve que l'entreprise est au bord de la faillite. Or, si elle veut protéger l'héritage de son neveu et de sa nièce, Mauve doit absolument redresser la situation. Elle prolonge son séjour à Bassan, le temps de trouver des alternatives, mais compte bien rentrer au plus vite à Bruxelles où elle mène une existence heureuse avec Liang, l'homme qui partage sa vie. Supportera-t-il d'être séparé d'elle longtemps? Vient l'heure des décisions. Mauve choisit de se battre pour sauver le domaine et préserver les enfants.


- La neige noire
de Paul Lynch
Éditions Albin Michel / Août 2015
 

L'âpreté lyrique du premier roman de Paul Lynch, Un ciel rouge, le matin, métamorphosait le paysage irlandais en un vaste territoire à l'horizon sans limites, au fil d'une impitoyable chasse à l'homme qui poussait inéluctablement un jeune métayer vers l'exil américain, dans un récit visuel fracassant. Son nouveau roman raconte le retour d'un émigré irlandais au pays. Après des années passées à New York, Barnabas Kane retrouve le Donegal en 1945 et s'installe sur une ferme avec sa femme et son fils. Mais l'incendie, accidentel ou criminel, qui ravage son étable, tuant un ouvrier et décimant son bétail, met un frein à ce nouveau départ. Confronté à l'hostilité et à la rancœur d'une communauté qui l'accuse d'avoir tué l'un des leurs, il devient un étranger sur son propre sol. Confiné sur cette terre ingrate où l'inflexibilité des hommes le dispute à celle de la nature, Barnabas Kane va devoir choisir à quel monde il appartient.


- Là où tombe la pluie
de Catherine Chanter
Éditions Les Escales / Août 2015


Quelques années auparavant, Ruth et son mari Mark quittent Londres pour fuir leurs souvenirs et reconstruire leur vie. Ils emménagent à La Source, la maison de leur rêve. Tandis que le monde fait face à une sécheresse hors du commun, leur propriété est mystérieusement épargnée. Le couple s'attire la jalousie de ses voisins agriculteurs, la curiosité du gouvernement mais aussi le fanatisme d'une secte, La Rose de Jéricho, dirigée par une femme étrange, Amelia. Ses membres s'insinuent dans la vie de Ruth et Mark, de leur fille, Angie, et de leur petit-fils, Lucien. L'emprise d'Amelia sur Ruth grandit de jour en jour, au grand désarroi de son mari. Les relations s'enveniment entre les habitants de La Source, la tension monte et atteint son point culminant avec un crime odieux. Le meurtrier se cache parmi ses plus proches confidents, Ruth en est sûre. Seule dans cette enclave, elle se décide à affronter ses plus grandes peurs pour comprendre ce qu'il s'est vraiment passé cette nuit-là à La Source.


- La petite barbare
de Astrid Manfredi
Éditions Belfond / Août 2015


"Moi, monsieur, je suis pleine du bruit assourdissant de vivre". En détention on l'appelle la Petite Barbare; elle a vingt ans et a grandi dans l'abattoir bétonné de la banlieue. L'irréparable, elle l'a commis en détournant les yeux. Elle est belle, elle aime les talons aiguilles et les robes qui brillent, les shots de vodka et les livres pour échapper à l'ennui. Avant, les hommes tombaient comme des mouches et elle avait de l'argent facile. En prison, elle écrit le parcours d'exclusion et sa rage de survivre. En jetant à la face du monde le récit d'un chaos intérieur et social, elle tente un pas de côté. Comment s'émanciper de la violence sans horizon qui a fait d'elle un monstre? Comment rêver d'autres rencontres et s'inventer un avenir? La barbare est un bâton de dynamite rentré dans la peau d'une société du néant. Un roman brut et stupéfiant.


- La petite femelle
de Philippe Jaenada
Éditions Julliard / Août 2015


Au mois de novembre 1953 débute le procès retentissant de Pauline Dubuisson, accusée d'avoir tué de sang-froid son amant. Mais qui est donc cette beauté ravageuse dont la France entière réclame la tête? Une arriviste froide et calculatrice? Un monstre de duplicité qui a couché avec les Allemands, a été tondue, avant d'assassiner par jalousie un garçon de bonne famille? Ou n'est-elle, au contraire, qu'une jeune fille libre qui revendique avant l'heure son émancipation et questionne la place des femmes au sein de la société? Personne n'a jamais voulu écouter ce qu'elle avait à dire, elle que les soubresauts de l'Histoire ont pourtant broyée sans pitié. Telle une enquête policière, La Petite Femelle retrace la quête obsessionnelle que Philippe Jaenada a menée pour rendre justice à Pauline Dubuisson en éclairant sa personnalité d'un nouveau jour. À son sujet, il a tout lu, tout écouté, soulevé toutes les pierres. Il nous livre ici un roman minutieux et passionnant, auquel, avec un sens de l'équilibre digne des meilleurs funambules, il parvient à greffer son humour irrésistible, son inimitable auto-dérision et ses cascades de digressions. Un récit palpitant, qui défie toutes les règles romanesques.


- La quête de Schindler
de Thomas Keneally
Éditions Sonatine / Août 2015


Si tout le monde connaît Oskar Schindler, grâce au livre de Thomas Keneally, La Liste de Schindler, et au film qu'en a tiré Steven Spielberg, personne ne savait encore comment son histoire était sortie de l'ombre. Thomas Keneally raconte pour la première fois dans cet incroyable récit comment il a découvert l'existence d'Oskar Schindler et l'enquête passionnante qu'il a menée sur les traces de cet homme exceptionnel. Tout a commencé lorsque l'écrivain, de retour d'un festival de cinéma, décide d'acheter une valise dans un magasin de Beverly Hills. Là, il fait par hasard la connaissance du propriétaire du magasin, l'extraordinaire Leopold Pfefferberg, qui, le premier, lui parle d'Oskar Schindler. "Il a sauvé ma femme, il m'a sauvé. Bien que ce fût un nazi, pour moi, il était Jésus-Christ". Intrigué par cette étrange histoire, Thomas Keneally se met alors à faire des recherches sur le sujet avant d'aller retrouver aux quatre coins du globe ceux qui ont survécu grâce à Schindler. Ce sont leurs histoires déchirantes qu'il nous raconte ici, ainsi que de nombreuses anecdotes inédites liées à la genèse du film, dont il fut également le scénariste, et aux répercussions de son succès international.


- La saison des bijoux
de Éric Holder
Éditions Du Seuil / Août 2015


"Faire une saison", c'est l'idée que Jeanne et Bruno se sont mise en tête: quitter les monts du Lyonnais pour aller planter parasols et tréteaux au grand vent de l'Atlantique, sur la place du village balnéaire de Carri, à la lisière des dunes. Marchands ambulants, ils forment une petite tribu que complètent Alexis, onze ans, et Virgile, soixante et un. On les appellera en toute simplicité les Bijoux, ils disposeront d'une poignée de mètres carrés au soleil et seront adoubés par des confrères nommés Nanou Primeurs, Fromage ou Château-Migraine le bougnat. Et puis il y a Forgeaud, le boss du marché, protecteur incontournable et despote au passé obscur, Forgeaud qui, frappé par la beauté de Jeanne, en perd le souffle et se promet de la posséder avant la fin de l'été. Plus que jamais dans son élément, Éric Holder s'empare de cette saison mouvementée au goût de sel, prétexte à un exercice virtuose de portraitiste, à des scènes et tableaux qui réservent un régal de lecture. Mais surtout, cette chronique délicate et amoureuse rend hommage à une société, à la fois marginale et populaire, dont la littérature parle rarement.


- La septième fonction du langage
de Laurent Binet
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2015
 

"À Bologne, il couche avec Bianca dans un amphithéâtre du XVIIe et il échappe à un attentat à la bombe. Ici, il manque de se faire poignarder dans une bibliothèque de nuit par un philosophe du langage et il assiste à une scène de levrette plus ou moins mythologique sur une photocopieuse. Il a rencontré Giscard à l'Élysée, a croisé Foucault dans un sauna gay, a participé à une poursuite en voiture à l'issue de laquelle il a échappé à une tentative d'assassinat, a vu un homme en tuer un autre avec un parapluie empoisonné, a découvert une société secrète où on coupe les doigts des perdants, a traversé l'Atlantique pour récupérer un mystérieux document. Il a vécu en quelques mois plus d'événements extraordinaires qu'il aurait pensé en vivre durant toute sa vie. Simon sait reconnaître du romanesque quand il en rencontre. Il repense aux surnuméraires d'Umberto Eco. Il tire sur le joint". Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980. L'hypothèse est qu'il s'agit d'un assassinat. Dans les milieux intellectuels et politiques de l'époque, tout le monde est suspect.


- La source
de Anne-Marie Garat
Éditions Actes Sud / Août 2015


Venue au Mauduit, petit village de Franche-Comté, au motif officiel d'obtenir de la mairie l'autorisation, pour ses étudiants en sociologie, de consulter les archives communales de cette si banale petite bourgade française, la narratrice, hantée par la sombre énigme de son propre passé familial, ignore qu'elle va y faire une rencontre décisive en la personne de Lottie, solide et intimidante nonagénaire, désormais seule occupante de la vaste demeure des Ardenne, construction aussi baroque qu'extravagante édifiée sur des terres de mauvaise assise dans un méandre de la rivière qui coule en contrebas du bourg. Soir après soir, la vieille dame qui, faute d'hôtel au village, accepte de loger la visiteuse, dévide pour elle l'histoire du domaine où elle est entrée comme bonne d'enfant à l'orée du XXe siècle. Mais faut-il la croire sur parole, elle qui dit n'être que la récitante des fantômes qui ont jadis habité ces murs, ou sont partis vers l'Afrique, le Tonkin ou les forêts du Yukon? Et que faire du récit de cette conteuse acharnée qui, sans avoir jamais quitté sa campagne, rêve peut-être à haute voix quelque exotique roman de la filiation dont elle contraint la narratrice à devenir la dépositaire? Où les histoires prennent-elles source et où vont-elles une fois racontées? La narratrice, écoutant la vieille Lottie, devine-t-elle en quoi celle-ci va éclairer son propre destin? Car les récits ni les contes ne sont d'inoffensives machines et leurs puissants sortilèges s'entendent à recomposer jusqu'à la matière même du temps.


- La terre qui penche
de Carole Martinez
Éditions Gallimard / Août 2015
 

Blanche est morte en 1361 à l'âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort. La vieille âme qu'elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu'elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent. L'enfance se raconte au présent et la vieillesse s'émerveille, s'étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l'y attend. Veut-on l'offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais? Par la force d'une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l'orée du rêve mais deux siècles plus tard.


- La vie selon Florence Gordon
de Brian Morton
Éditions Plon / Août 2015
 

Florence Gordon est directe, brillante, acariâtre et passionnée. Maîtresse femme, elle est capable de réduire les imbéciles au silence d'une seule de ses piques acérées. Icône féministe aux yeux des filles, invisible aux yeux du reste du monde, à soixante-quinze ans, elle a mérité, enfin, de se délester du fardeau de la famille pour se consacrer à son œuvre. Mais à peine a-t-elle entamé ses mémoires, si longtemps différés, que son fils Daniel revient s'installer à New York avec sa femme et sa fille. Florence se retrouve alors impliquée dans leurs mélodrames familiaux qui vont assombrir ses journées et menacer son rempart de solitude. Sans parler de son pied gauche, qui commence à la faire boiter.


- La zone d'intérêt
de Martin Amis
Éditions Calmann Lévy / Août 2015


Décor: Camp de concentration Kat Zet I en Pologne. Personnages: Paul Doll, le Commandant: bouff on vaniteux, lubrique, assoiffé d'alcool et de mort. Hannah Doll, l'épouse: canon de beauté aryen, mère de jumelles, un brin rebelle. Angelus Thomsen, l’officier SS: arriviste notoire, bellâtre, coureur de jupons. Szmul, le chef du Sonderkommando: homme le plus triste du monde.  Action: La météorologie du coup de foudre ou comment faire basculer l'ordre dans un système allergique au désordre. Comment explorer à nouveau la Shoah sans reprendre les mots des autres? Comment oser un autre ton, un regard plus oblique? En nous dévoilant une histoire de marivaudage aux allures de Monty Python en plein système concentrationnaire, Martin Amis remporte brillamment ce pari. Une manière habile de caricaturer le mécanisme de l'horreur pour le rendre plus insoutenable encore.


- Le beau temps
de Maryline Desbiolles
Éditions Du Seuil / Août 2015


Maurice Jaubert naît dans les premiers jours de 1900, à Nice où le siècle, lavé par les vagues et lustré par la lumière, est encore plus neuf. Sa courte vie se dessine entre ce front de mer et la ligne de front où il meurt en juin 1940. Mais il aura inventé la musique de cinéma (il travaille avec Vigo, Storck, Renoir, Carné ou Duvivier) et cru à l'effervescence créatrice de son époque, malgré les années noires, malgré les tragédies: il aura cru ardemment aux vertus du nouveau sans lequel il n'y a ni désir ni joie. C'est cette énergie de vie et d'invention que Maryline Desbiolles restitue en un roman enthousiaste et généreux, qui nous fait partager un destin, une ville, une époque, ressuscitant cet homme que beaucoup ont admiré, et même vénéré, comme ce fut le cas de Truffaut. C'est une véritable lettre d'amour qu'elle adresse à travers le temps.


- Le censeur
de Clélia Anfray
Éditions Gallimard / Août 2015
 

Dans les salons littéraires de la Restauration, Charles Brifaut est un courtisan influent, vêtu à la dernière mode, menant grand train et dont on réclame le prochain chef-d'œuvre. Un seul succès dramatique n'a-t-il pas suffi à le faire entrer à l'Académie? En 1827, pour plaire à Charles X, son roi, Brifaut conclut un pacte fatal en acceptant la fonction de censeur des théâtres et règne désormais sur tout le répertoire du Théâtre-Français, sur les romantiques et notamment Hugo. Cette emprise sera bientôt troublée par l'arrivée d'un étrange secrétaire, un copiste gris et inquiétant du nom de Kovaliov. Inspiré d'un personnage historique qui dans ses Mémoires se garda bien d'évoquer sa fonction, Le Censeur dépeint de façon vivante et enlevée un XIXe siècle nourri du secret des archives de la censure dramatique, autant que de la folie des Contes d'E.T.A. Hoffmann et des romans russes.


- Le chant du canari
de Anne-Frédérique Rochat
Éditions Luce Wilquin / Août 2015


Anatole et Violaine sont en couple depuis de nombreuses années. Combien de temps exactement? Ils ne s'en souviennent plus, cela fait si longtemps. Lui travaille dans une animalerie, entouré de sifflements et de plumes de canaris ; elle surveille la section zoologie du Musée d'Histoire Naturelle, silence et relents de camphre. Leur vie quotidienne est une suite d'habitudes rassurantes et de paroles répétées, Bien dormi? – Oui, merci chéri, bien dormi. Et toi, bien dormi? Ils ont tout pour être heureux. Et pourtant. Quelque chose, imperceptiblement, semble les éloigner l'un de l'autre. Il disparaît de plus en plus souvent. Pour aller où? Faire quoi? Le doute s'immisce, les certitudes s'émoussent. Et s'il suffisait d'un grain de sable, d'une pensée (un peu trop obsédante) pour tout remettre en question, tout perturber?


- Le cœurs du problème
de Christian Oster
Éditions de l'Olivier / Août 2015


En rentrant chez lui, Simon découvre un homme mort au milieu du salon. Diane, sa femme, qui, selon toute vraisemblance, a poussé l'homme par-dessus la balustrade, lui annonce qu'elle s'en va. Elle ne donnera plus de nouvelles. Simon, resté seul avec le corps, va devoir prendre les décisions qui s'imposent. C'est lors de sa visite à la gendarmerie que Simon rencontre Henri, un gendarme à la retraite amateur de tennis. Une relation amicale se noue. Mais Simon est sur la réserve; chaque mot, chaque geste risque d'être sévèrement interprété. S'engage alors entre les deux hommes une surprenante partie d'échecs.


- Le crime du comte Neville
de Amélie Nothomb
Éditions Albin Michel / Août 2015

 
Le comte Henri Neville est aux prises avec les tourments d'adolescence de Sérieuse, sa fille cadette, la désinvolture de son épouse et ses soucis financiers. Un jour, une voyante lui prédit qu'au cours d'une grande fête il va tuer l'un de ses invités. Cette révélation le bouleverse et il ne cesse de s'interroger sur l'identité de sa future victime.


- Le fleuve guillotine
de Antoine de Meaux
Éditions Phébus / Août 2015


10 août 1792. Aux Tuileries, une poignée de fidèles se rassemble autour du roi et de sa famille. Les jacobins s'apprêtent à porter le coup de grâce. La France est en révolution, autant dire en plein chaos. Pour Louis du Torbeil et son jeune beau-frère Jean de Pierrebelle, c'est une journée de larmes et de sang. Mais à Lyon, cité industrieuse, la colère monte contre Paris. Venu du pays entier, tout un peuple se rebelle. Bientôt, les armées révolutionnaires font le siège de la ville. Antoine de Meaux nous offre un premier roman flamboyant: la peinture d'un monde qui bascule. Les corps à corps de la guerre civile se mêlent aux amours naissantes. La sauvagerie des forêts offre son décor aux tristes jeux des marionnettes humaines. Le long du "fleuve guillotine", nul ne sera épargné.


- Le maître des apparences
de Jane Gardam
Éditions JC Lattès / Août 2015


Filth fut pendant des années un avocat international de renom à Hong Kong. Mais il fut aussi un de ces enfants appelés "Orphelins du Raj" né dans l'empire britannique en Malaisie et rapatrié tout jeune en Angleterre pour être éduqué. En déroulant sa vie ainsi que celle de sa femme Betty, Jane Gardam nous raconte la gloire de l'empire, la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début du XXIe siècle. Mais elle réussit aussi à éclairer la complexité de son héros que l'on appelle alternativement Eddie, le juge, fevvers, Filth, le maître de l'Inner Temple et sir Edward Feathers.


- Le malheur sera ta chance
de Renaud Santa Maria
Éditions Belfond / Août 2015


Il est là. Face à une des stèles de la division 74 du Père-Lachaise. Il observe le nom de celle qui l'a tant aimé. Celle qu'il a tant aimée. Un an tout juste qu'elle a disparu. Un an que lui non plus ne respire plus, ne vit plus, guettant le signe qu'elle lui a promis sur son lit de mort. Un an sans que le temps ne parvienne à tempérer la tristesse de cet homme au cœur en berne. La tristesse de cet enfant qui a perdu sa mère, la femme parmi toutes les femmes. Puis un jour un frémissement. Du bruit autour de la tombe, régulièrement. Augustin se sent épié, suivi. Ses amis un brin moqueurs le croient fou, fatigué et lui ordonnent le retour à la vie. Car les souvenirs, la nostalgie qu'affectionnent tant Augustin, comme des palliatifs à cette insoutenable absence, sont-ils la clef pour la vie à retrouver? Entre sa fascination pour la mort et la mélancolie, couplée à ce désir de vivre qui lui fut légué par celle qui la lui donna, Augustin descendra aux enfers pour mieux en jaillir et retourner vers le bleu et la lumière. Une leçon de vie fulgurante, une véritable esthétique de vie.


- Le metteur en scène polonais
de Antoine Mouton
Éditions Christian Bourgois / Août 2015


Le metteur en scène polonais doit adapter, pour l'ouverture de saison d'un théâtre français, le roman d'un auteur autrichien mort. Mais ce roman est instable: entre deux lectures, des personnages disparaissent, d'autres surgissent, sans explication. Un texte doté d'une vie propre, indépendant du regard du lecteur, c'est une idée plaisante a priori. Pourtant, dans les coulisses du théâtre, on commence à se douter que le spectacle ne pourra pas éviter la catastrophe. Le metteur en scène polonais devient fou, dit-on.


- Le pain de l'exil
de Zadig Hamroune
Éditions La Table Ronde / Août 2015


Enfant, le narrateur guettait le départ pour l'usine d'Adan, son père, et venait prendre sa place encore chaude au creux du lit conjugal. Là, sa mère Nahima, conteuse d'exception, lui transmettait des bribes de l'histoire familiale. Il traverse en esprit la Méditerranée pour mettre ses pas dans ceux de ses parents, voués à quitter leur terre natale. Le Pain de l'exil s'ouvre sur l'exécution en place publique du père de Nahima, bandit d'honneur, sous les yeux de la petite fille. Il se clôt sur la fuite d'Adan pour la France au moment même où se perpétuent les massacres de Sétif et de Guelma.
Des neiges éternelles de la Kabylie à la cité ouvrière de la banlieue de Caen, de la forge familiale aux chaînes de montage de l'industrie automobile, Zadig Hamroune entrelace l'âpre réalité et le merveilleux du conte oriental.


- Le pardon
de Rodolphe Blavy
Éditions Arléa / Août 2015


C'est l'histoire d'un homme qui part. L'histoire d'un rendez-vous qu'il donne à une femme, dont on ne saura pas grand-chose, si ce n'est qu'il attend d'elle un pardon, dont il a besoin pour continuer tout simplement à avancer. Il la retrouvera au cœur de l'Afrique, au bord du fleuve, des chutes Victoria, emblèmes du continent et de sa vie à lui. Elle y sera, de ça il est sûr. Pour être prêt, il se plonge dans un voyage qui va mêler l'urgence et la profondeur, comme une course en apnée pour prendre sa respiration. Loin des chemins balisés qu'il laisse derrière lui. Axel est un homme jeune, à qui tout sourit. Brillantes études, famille aimante, réussite sociale. Au premier abord, sa vie semble pleine, comblée. Mais qui sait sur quelles blessures se forgent les apparences? Lui-même le sait-il, qui va, de rencontre en rencontre, tenter de se retrouver, de décaper son image trop lisse, trop simple, pour atteindre, peut-être, une paix qui semble lui manquer. Toutes ces vies croisées par hasard au fil de son déplacement infusent en lui, le portent plus avant, l'aident à se défaire de ses anciennes peurs, et les récits qu'il en fera donneront à voir une Afrique peu souvent décrite avec autant de justesse, mélange détonnant de désespoir et de force de vie. Qu'ont en commun Purity, rencontrée dans un bar, Raymond, étudiant appliqué, ou César, orphelin livré à lui-même, si ce n'est qu'ils ont tous, à un moment ou à un autre, fait un choix. Le choix de s'écarter du chemin tracé pour eux, sursaut vital qui vient contrer la fatalité, les rendant libres de leurs destins. Parvenu au terme de son voyage, Axel ne sera plus tout à fait le même. Les lignes de force de sa vie auront bougé, insensiblement mais suffisamment pour que le besoin de perfection qui semblait l'habiter s'évanouisse dans l'évidence tranquille de l'amour.


- Le poisson
de Dean Garlick
Éditions Les Allusifs / Août 2015


La mer, la chaleur des tropiques, le clapotis des flots et la perspective d'un engourdissement délibéré de l'esprit: voilà à quoi aspire Patrick Kaye, travailleur social frôlant l'épuisement professionnel, lorsqu'il embarque à bord de L'esprit des Caraïbes. Mais à peine le navire de croisière a-t-il rejoint la haute mer que l'infortuné voyageur se retrouve aux prises avec des individus peu recommandables. Sa vie prend alors un tout autre tournant. Jeté par-dessus bord, il se retrouve piégé dans le ventre d'un gigantesque poisson préhistorique. Dans l'univers parallèle qu'abrite la créature, il croisera les destinées de bien des personnages: un vieil aristocrate anglais, un guerrier maori, un ancien courtier en bourse cocaïnomane, une sorcière bienveillante, une fillette espiègle et un dodo qui y laissera quelques plumes. Fable moderne à mi-chemin entre le livre de Jonas et Les aventures d'Alice au pays des merveilles de Carroll, Le Poisson dépeint un monde étrange et fantastique qui procure au lecteur le prisme nécessaire pour observer d'un regard tantôt grave, tantôt amusé une humanité en rupture de sens.


- Le présent infini s'arrête
de Mary Dorsan
Éditions P. O. L. / Août 2015


"Bon, j'écris ce qui se passe dans mon service. Je travaille dans un appartement thérapeutique, rattaché à un hôpital psychiatrique. On accueille des adolescents. Très malades, souvent, dont personne ne veut. Qui en plus de leurs troubles psychiatriques, ont des troubles de l'attachement, des pathologies du lien. Alors ça remue. Ça remue les soignants. J'écris les souffrances de ces jeunes. La difficulté de les soigner, de les accompagner ou tout simplement de rester là, avec eux. Je tente d'écrire la complexité des relations avec eux et la complexité des effets sur les soignants et les relations des soignants entre eux. Je veux raconter ce que c'est, ce travail, leur vie. Je veux… Dire. Décrire. Montrer. Tout. Le bon et le mauvais. Je voudrais que l'on pense davantage à eux. Ces adolescents sont invisibles ou méconnus dans notre société. Ou incompris. Terriblement vulnérables, fragiles, si près de l'exclusion totale, ils sont à la marge. À la marge de notre pensée, de nos yeux. Au cœur de mon cœur".


- Le Projet Almaz
de Françoise Baqué
Éditions Jacqueline Chambon / Août 2015


Deux frères, deux destins, deux visions du monde. Basile à Paris s'accommode avec humour de son handicap physique et vit en philosophe humaniste, Victor à Léningrad croit à l'homme nouveau et se prête à des expérimentations visant à faire de lui un homme augmenté, le vieux rêve de son père, chercheur parti en 1958 en URSS pour participer au Projet Almaz. Ce roman choral et foisonnant ne s'intéresse pas seulement aux tentatives de la science pour que l'homme ne soit pas dépassé par la machine, il est aussi le roman du déracinement et de la perte des origines. Russes exilés à Paris pour fuir le communisme ou la guerre, Français exilés en URSS pour construire le pays de l'avenir et l'homme nouveau. Avec une douceur trompeuse, cette histoire évoque un futur qui fait froid dans le dos.


- Le renversement des pôles
de Nathalie Côté
Éditions Flammarion / Août 2015


Deux couples d'une quarantaine d'années ont loué des appartements voisins sur la Côte d'Azur. Ils veulent en profiter pour s'occuper de leurs enfants, se reposer et faire de nouveaux projets. Mais les vacances font surgir les problèmes, les rancœurs et les non-dits.


- Le secret de l'empereur
de Amélie de Bourbon Parme
Éditions Gallimard / Août 2015
 

En 1555, l'empereur Charles Quint annonce aux dignitaires des Pays-Bas qu'il abandonne le pouvoir et qu'il transmet sa couronne à son fils Philippe, pour rejoindre le monastère de Yuste, au fin fond de l'Estrémadure. Déçu par un idéal impossible à réaliser, épuisé par des voyages incessants à travers ses royaumes, il se retire du monde pour se consacrer à sa dernière passion, digne d'un prince de la Renaissance: les instruments de mesure du temps. Ce roman est le récit de son renoncement, un acte exceptionnel dans l'Histoire, qui frappe ses contemporains autant qu'il résonne par son étrange modernité. C'est aussi l'histoire de son règne et de son obsession pour une horloge mystérieuse, dont le fonctionnement et la finalité, soudain, lui échappent. Aucun des maîtres horlogers qui l'entourent ne peut percer le secret de cet incroyable mécanisme. Après avoir étendu son Empire de l'Europe aux Amériques, parviendra-t-il à percer l'insondable mystère du temps? Pourquoi l'homme le plus puissant d'Occident, empereur du Saint Empire romain germanique, qui s'est opposé de toutes ses forces à la montée de l'Empire ottoman musulman, décide-t-il de quitter le monde?


- Le silence de ma mère
de Antoine Silber
Éditions Arléa / Août 2015


"On croit que la mort éloigne, mais c'est le contraire: la mort rapproche. C'est un peu comme si en parlant de ma mère avec Anne, en repensant à elle sans cesse, je l'aimais plus et, en l'aimant plus, je la faisais revivre". Une enfance dans les années 1950 au sein d'une famille placée sous l'ombre tutélaire d'un père passionné de littérature et d'une mère à la fois crainte et admirée, peintre prometteuse tour à tour fantasque et ombrageuse. Les instants du passé remontent à la surface, entre la maison familiale au charme baroque de Neauphle-le-Château et les incursions dans le Saint-Germain-des-Prés de l'époque. Un récit intimiste et cathartique sur les non-dits et les zones d'ombre d'une figure maternelle énigmatique. Une élégie à la mère disparue qui dessine le puzzle d'une enfance de l'après-guerre.


- Le testament de Marie
de Colm Tóibín
Éditions Robert Laffont / Août 2015


Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, à l'écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Lentement, elle extirpe de sa mémoire le souvenir de cet enfant qu'elle a vu changer. En cette époque agitée, prompte aux enthousiasmes comme aux sévères rejets, son fils s'est entouré d'une cour de jeunes fauteurs de trouble infligeant leur morgue et leurs mauvaises manières partout où ils passent. Peu à peu, ils manipulent le plus charismatique d'entre eux, érigent autour de lui la fable d'un être exceptionnel, capable de rappeler Lazare du monde des morts et de changer l'eau en vin. Et quand, politiquement, le moment est venu d'imposer leur pouvoir, ils abattent leur dernière carte: ils envoient leur jeune chef à la crucifixion et le proclament fils de Dieu. Puis ils traquent ceux qui pourraient s'opposer à leur version de la vérité. Notamment Marie, sa mère. Mais elle, elle a fui devant cette image détestable de son fils, elle n'a pas assisté à son supplice, ne l'a pas recueilli à sa descente de croix. À aucun moment elle n'a souscrit à cette vérité qui n'en est pas une.


- Le valet de trèfle
de Fabrice Pataut
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Août 2015


Deux camarades de classe, naguère prostitués, se retrouvent comme dans un miroir, chacun mariés à une poupée Barbie appelée Kyle, au City Hall du comté de Los Angeles qui distribue les unions par tranche de 4. Deux Latinos aux mères usées par les ménages, qui sont de la "jeune chair" à vendre et se souviennent du "pays natal", la chambre d'enfants où ils ont grandi et de leur côté "ombre". Avant de sombrer dans la prostitution, ils ont été initiés par Dolores Salinas, une cliente pas comme les autres, descendue un beau jour dans un hôtel de Santa Monica, et qui lisait, relisait et déclamait dans la pénombre de sa chambre Lorca, Gongora and so on. Hélas, la misère veille et le motel de Ben, leur souteneur et ancien camarade de classe, va bientôt les dévorer. Du moins jusqu'à son meurtre. Puis c'est la fuite au Mexique hors la loi, hanté par un précédent voyage sur les traces d'Artaud en pays Tarahumaras aux côtés d'un prêtre tout droit sorti de Don Quichotte, une fuite après meurtre, transformée en sarabande improbable par la grâce de "La Muchacha", une prostituée mexicaine qui ouvre toutes les portes et semble parler la langue des oiseaux au point de les attirer à l'intérieur. Cette ambiance Mulholland drive, on l'a dans la peau comme le rythme subtil de l'envoûtement qui a frappé nos deux compères. On en suit avec émerveillement le leitmotiv sulfureux et magique: ce secret des chambres fermées qui semble communiquer avec le secret des mots enfermés au fond des livres.


- Le vieux
de Edward Limonov
Éditions Bartillat / Août 2015


Dans ce livre, un personnage surnommé "le Vieux" par ses proches fait de la politique, vit, aime et s'indigne. Il se retrouve au dépôt spécial d'un commissariat. Le Vieux est leader de parti, amant, grand original devant l'Éternel et non moins véritable intellectuel. Dans ses activités, il a surtout affaire à des flics simples et frustes, à des adversaires politiques fourbes et aux amis politiques qui le protègent. Ses gardes du corps forment son entourage le plus proche. Le Vieux a une copine qu'il surnomme "la Fille". Mais il l'appelle "Fifi", même si elle a un tout autre prénom formé de deux syllabes. Un drôle de type ce Vieux, qui se sent plus proche des flics que de ses alliés libéraux. Le lecteur découvrira dans ce livre les événements politiques tumultueux des années 2011-2013: la rébellion de citadins excédés, les fameux meetings de la place Bolotnaïa et autres réunions publiques, les erreurs politiques et les trahisons vicieuses. Outre le Vieux, le lecteur retrouvera les leaders les plus en vue de l'opposition russe: Nemtsov, Navalny, Oudaltsov et autres personnages avec qui il a des relations complexes. C'est l'Histoire russe la plus immédiate qui vit et trépide dans ces pages.


- Le vol
de Aude D'Achon
Éditions Les Presses Du Midi / Août 2015


Ilse voit ses affaires disparaître jour après jour. Qui est coupable? Elle s'interroge et tente de comprendre. Le vol est un fléau. Même si elle se heurte à l'indifférence de ses proches et au laxisme des autorités, elle apporte quelques lumières sur les motivations profondes des voleurs. La vivacité du style et l'humour font passer l'amertume générée par cette situation.


- Les amygdales
de Gérard Lefort
Éditions de l'Olivier / Août 2015


"Aux aguets perpétuels, je suis tout ce que je vois". Rien n'échappe à ce jeune garçon, qui grandit dans une maison pleine de domestiques, entre une mère fantasque, un père insomniaque et une fratrie encombrante. Doué d'une imagination débordante, il passe tout au crible de ses visions: scènes de la vie familiale, rencontres amicales, rêves cinématographiques, épisodes d'une scolarité houleuse, aventures et tentations anarchistes. Les Amygdales est une plongée dans l'intime et le sauvage, dans l'histoire et les désordres de l'humain. Car écrire, c'est se confronter au chaos du monde. Gérard Lefort y met bon ordre dans ce roman d'apprentissage foisonnant.


- Les bannis
de Laurent Carpentier
Éditions Stock / Août 2015


"Tous, ils marchent en chantant. Ils ne sont ni joyeux ni tristes, mais ils chantent. Ils sont ma famille, mon peuple, ma condamnation à l'errance. Ils viennent de Picpus ou de Bretagne, de Bucarest ou de Tunisie, d'Istanbul ou de Lannemezan, de Pittsburgh ou du Jura. Ils n'ont souvent rien en commun et pourtant ils fredonnent tous le même chant d'exil, le même récit d'un bannissement". Une histoire vraie racontée comme une fiction, celle d'une famille unique et surprenante.


- Les bêtes a sept têtes
de Patricia Campagne
Éditions Michalon / Août 2015


C'est l'été, en Ardèche. Elle a 11 ans. Il y a la petite masure, la pêche aux écrevisses, les draps rêches, les histoires de bêtes à sept têtes que lui raconte grand-père pour l'endormir. Il y a aussi les mains sournoises, humides de l'oncle, "celui qui ravissait aux petites filles leur ravissante éclosion". De cette enfance piétinée, à jamais fixée au silence, Patricia Campagne sculpte le portrait d'une femme soumise au désir des autres, esclave lourde du poids de la faute. Lorsque, dans un acte d'amour fou, son fils se décide à la venger, les bêtes à sept têtes des contes enfantins vont soudain prendre corps. Un roman implacable qui révèle du besoin d'amour ses formes les plus troubles: culpabilité, soumission et manipulation.


- Les cheveux de Lucrèce
de Étienne Barilier
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


À l'origine de ce roman, la longue mèche de cheveux blonds de Lucrèce Borgia, qu'on peut voir à Milan, présentée dans un véritable ostensoir. Deux amis, Clément et Arnaud, qui se ressemblent comme deux frères, sont également fascinés par cette chevelure. Ils vont bientôt rencontrer une Lucrèce bien vivante, dans laquelle ils voudront retrouver, chacun à leur manière, celle de la Renaissance. Ils ne pourront s'accomplir qu'en la rejoignant, qu'en se faisant reconnaître d'elle, par l'amour ou par la force. Dans la lumière de Florence, puis de Capri, le courage et la lâcheté, le sordide et le beau vont s'affronter et se combattre. D'abord impalpable et légère, puis implacable et violente, cette brève tragédie n'est pas sans rappeler les récits d'amour et de mort dont un Stendhal a pu s'inspirer pour ses "chroniques italiennes". Mais les personnages qu'elle met en scène, avec leurs espérances, leurs passions, leurs abîmes, sont bien d'aujourd'hui.


- Les désœuvrés
de Aram Kebabdjian
Éditions Du Seuil / Août 2015


La sainte religion de la culture triomphe dans la Cité. Les autorités ont construit, sur les quais de la Maleine, une résidence où les artistes travaillent sans soucis matériels. Mike Bromberg invente des moustiques-papillons, Amin Carmichael installe dans la campagne des routes qui ne mènent nulle part, Lucinda Hernández a conçu une machine à mauvais temps. Il y en a bien d'autres, déjà prestigieux ou très prometteurs: ils répandent la bonne parole, accomplissent des miracles, élèvent les âmes. Chaque chapitre du roman porte le nom d'une œuvre. Aram Kebabdjian les a toutes inventées, comme il a inventé les noms, les vies, les principes esthétiques de leurs créateurs. Certains s'imposent: leur cote monte, les musées leur consacrent des expositions. D'autres sont victimes de leurs démons intérieurs, de leur trop grand succès ou de tortueux complots. Dans les vernissages se pressent galeristes, critiques d'art, collectionneurs et fonctionnaires de la culture. Roman de pure fiction, Les Désœuvrés dévoile le monde de l'art contemporain avec une justesse, une pertinence, une vérité et une maestria littéraire impressionnantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 10:55

- Les douze portes dans la maison du sergent Gordon
de George Makana Clark
Éditions Anne Carrière / Août 2015


Voici l'histoire d'un homme qui commence par la fin, et l'histoire d'un pays qui connaît un nouveau départ. Le pays, c'est la Rhodésie, qui devient le Zimbabwe. L'homme est le sergent Gordon, dont la dépouille repose enfin en paix. De profundis s'élève le récit de ses années sur terre. Un chant puissant et ravageur qui conte à rebours le destin d'un damné: les années en enfer dans la prison d'une mine de cuivre, l'armée et la guerre dans un pays ensorcelé, l'adolescence rebelle entre les murs d'une institution religieuse pour délinquants, l'enfance éclatée, l'initiation, la naissance, le secret des origines. Les Douze Portes dans la maison du sergent Gordon est un premier roman qui s'impose d'emblée comme un "classique moderne" par sa virtuosité et sa capacité à convoquer le mythe et l'Histoire en un même souffle. À sa sortie en Angleterre, la critique dans The Guardian commençait par: "L'épopée rhodésienne de George Makana Clark devrait être assortie d'un avertissement en gros caractères: âmes sensibles s'abstenir. Une fois que le lecteur aura fini le premier chapitre, non, la première page, il est quasiment impossible qu'il repose le livre". L'article s'achevait sur ces mots: "Les éditeurs abusent trop souvent de comparaisons illustres dans la promotion de leurs auteurs. L'éditeur de Makana Clark a cette fois-ci invoqué Coetzee et Conrad, et a aussi affirmé que ce roman est une révélation littéraire impossible à oublier. Dans le cas de ce roman, son éditeur avait raison".


- Les enfants de chœur de l'Amérique
de Héloïse Guay de Bellissen
Éditions Anne Carrière / Août 2015


En 1980, à quatre mois d'intervalle, Mark David Chapman assassine John Lennon et John Hinckley tire à bout portant sur Ronald Reagan. Chapman et Hinckley, rien à voir en apparence, si ce n'est leur âge (25 ans) et leurs origines middle-class. Rien, sauf leur passion dévorante pour L'Attrape-cœurs et son héros, Holden Caufield. Sauf qu'ils aiment tous les deux les mômes, rien que les mômes. Qu'ils se méfient des pères qui picolent. Et des mères, hystériques. À moins que Chapman et Hinckley soient seulement les rejetons paumés d'une Amérique affamée de chair fraîche, de fric et de célébrité. Avec leurs airs d'enfant de chœur, ces deux-là racontent leur jeunesse. Chapman, le petit gros qui s'inventait des amis imaginaires. Hinckley, l'étudiant solitaire, fou amoureux de Jodie Foster, la gamine de Taxi Driver, qui le sauverait de son existence médiocre. De son côté, Caufield en a marre d'être bloqué dans la tête de ces tarés qui se sont emparés de sa vie en lisant L'Attrape- cœurs; il en a marre que Salinger, ce génie mutique et égoïste, le maintienne dans son éternelle jeunesse et dans sa rage. Il voudrait que Salinger écrive la suite. Il voudrait grandir. Pas Hinckley, ni Chapman. Ces deux-là prétendront avoir dégainé leur arme par amour. Trop d'amour c'est sûr, un amour maladif pour eux-mêmes.


- Les ennemis de la vie ordinaire
de Héléna Marienské
Éditions Flammarion / Août 2015


Sept personnages addicts (alcoolisme, sport, jeux d'argent, sexe, cocaïne, etc.) sont réunis par Clarisse, la psy qui les suit, pour des séances de thérapie de groupe. Mais la cure ne les aide pas et ils décident tous les sept de s'associer pour gagner des tournois de poker en trichant et avoir enfin les moyens financiers pour nourrir leurs addictions.


- Les folles espérances
de Alessandro Mari
Éditions Albin Michel / Août 2015


Années 1830: l'Italie n'est pas encore une nation. Tandis que les partisans de l'unité luttent du nord au sud, quatre personnages sont aux prises avec leur destin et avec l'Histoire: Colombino l'orphelin, paysan candide, parti à Rome avec son mulet Astolfo demander au pape la bénédiction de son union avec la belle Vittorina; Leda, passée malgré elle du couvent à l'espionnage; Lisander, cynique au grand cœur, photographe expérimental, courant après la fortune et les beaux yeux d'une prostituée; et enfin le jeune Garibaldi, trouvant au Brésil l'inspiration de ses combats futurs pour l'unité italienne, mais aussi l'amour de la voluptueuse Aninha. Alessandro Mari signe un roman magistral sur la jeunesse. Jeunesse du corps, de l'esprit, jeunesse d'une nation. Une grande fresque, portée par le souffle romanesque du 19e siècle, mais à l'écriture résolument moderne, puissante et sensuelle.


- Les hémisphères
de Mario Cuenca Sandoval
Éditions Du Seuil / Août 2015


Deux jeunes étudiants, Gabriel et Hubert, se trouvent à Ibiza. Ils viennent d'y passer des vacances où ils ont donné libre cours à leurs passions communes: les discussions sur le cinéma, les filles, l'alcool et une poudre orange, la dantéine, qu'ils consomment sans relâche. Sous son emprise, ils ont un accident de voiture qui provoque la mort d'une jeune femme. La disparition de cette inconnue au corps fascinant, elle a des jambes interminables et ne possède pas de nombril, va les conduire, chacun de son côté, à la poursuite d'une silhouette à peine aperçue mais néanmoins obsédante, celle qui restera à tout jamais "la Première Femme". Près de trente ans plus tard, les anciens amis semblent retrouver la "Première" sous les traits de Carmen, une femme qu'ils vont tous deux aimer. Avant de la perdre, à Barcelone, de manière tragique. Tout comme Gabriel, à Paris cette fois, perdra bientôt Mériem, nouvelle incarnation de la "Première". Dans une seconde partie hallucinée, la quête amoureuse tourne au road movie, avant de s'achever, de manière magistrale, au cœur d'un volcan.


- Les loups à leur porte
de Jérémy Fel
Éditions Payot & Rivages / Août 2015


Un premier roman magistral qui nous plonge dans une atmosphère trouble, entre Stephen King et David Lynch, et nous mène, de rebondissement en rebondissement, à explorer la face monstrueuse du "self made man" américain.


- Les maîtres du printemps
de Isabelle Stibbe
Éditions Serge Safran / Août 2015


Un métallurgiste charismatique. Un sculpteur au soir de sa vie. Un député aux dents longues. Trois hommes que tout sépare se retrouvent au cœur du combat pour sauver le dernier haut-fourneau d'Aublange, en Lorraine. Alors que l'élection présidentielle se rapproche, ravivant l'idéal d'un monde meilleur, les parcours s'entrecroisent, les espoirs grandissent. Face aux trahisons des politiques, aux plans de licenciements ou à la montée de l'extrême droite, la beauté n'est jamais loin. Notamment dans le spectacle grandiose de la fonte en fusion, la solidarité à l'œuvre ou une naissance à venir. Inspiré par la fermeture des hauts-fourneaux de Florange, ce roman est l'histoire d'une lutte collective et héroïque pour préserver son humanité face à la logique implacable de la finance. Bataille perdue d'avance?


- Les prépondérants
de Hédi Kaddour
Éditions Gallimard / Août 2015


Au printemps 1922, des Américains d'Hollywood viennent tourner un film à Nahbès, une petite ville du Maghreb. Ce choc de modernité avive les conflits entre notables traditionnels, colons français et jeunes nationalistes épris d'indépendance. Raouf, Rania, Kathryn, Neil, Gabrielle, David, Ganthier et d'autres se trouvent alors pris dans les tourbillons d'un univers à plusieurs langues, plusieurs cultures, plusieurs pouvoirs. Certains d'entre eux font aussi le voyage vers Paris et Berlin, vers de vieux pays qui recommencent à se déchirer sous leurs yeux. Ils tentent tous d'inventer leur vie, s'adaptent ou se révoltent. Il leur arrive de s'aimer. De la Californie à l'Europe en passant par l'Afrique du Nord, Les Prépondérants nous entraînent dans la grande agitation des années 1920. Les mondes entrent en collision, les êtres s'affrontent, se désirent, se pourchassent, changent. L'écriture alerte et précise d'Hédi Kaddour serre au plus près ces vies et ces destins.


- Les promesses
de Amanda Sthers
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2015


La vie, en général, n'en finit pas de faire des promesses qu'elle prend plaisir, ensuite, à ne pas tenir, et telle est bien l'histoire d'Alexandre, le héros de ce roman. On lui avait ainsi promis, dès sa naissance, le bonheur, l'amour, le soleil, l'Italie et toutes les nuances du plaisir, et il en eut sa part. Mais il s'avisa, à mesure, que chaque promesse accomplie portait également en elle une part de regret, une zone de mélancolie où le destin murmurait: "le bonheur, ce n'était donc que cela?" Dans ce roman qui se déploie entre Paris et l'Argentario, cette presqu'île bénie de Toscane, on croisera beaucoup de désirs, de folles sensualités, des jours glorieux, des amantes, des amis fidèles, et, en même temps, leurs contrepoints douloureux et sombres. Cette histoire, on l'aura deviné, concerne la plupart des hommes qui entrent dans l'existence en grands vivants. Qui en jouissent. Et qui, par négligence, y font d'irrémédiables dégâts. Surtout dans le cœur des femmes qui ont pris le risque de les aimer.


- Les transparents
de Ondjaki
Éditions Métailié / Août 2015


Une source d'eau douce, ou une fuite intarissable, s'est ouverte au premier étage d'un vieil immeuble du centre de Luanda. Les habitants s'y retrouvent pour un moment de conversation et de repos. Ce sont des gens simples qui partagent leurs vies et leurs souvenirs, ce sont des personnages surprenants et complexes qui ont des désirs, des rêves, des peines. Ils racontent leurs histoires, la guerre, et pensent à l'avenir. Il y a Odonato qui a la nostalgie de la Luanda d'autrefois, il a cessé de manger pour laisser la nourriture à ses enfants et est en train de devenir transparent. Il y a Amarelinha sa fille, la brodeuse de perles, qu'aimerait approcher le jeune Marchand De Coquillages, toujours accompagné du bruit de son sac de marchandise et de l'Aveugle qui le suit. Il y a MariaComForça, qui vend du poisson grillé, et son mari le débrouillard qui monte une salle de cinéma sur le toit de l'immeuble. Le Facteur qui distribue ses lettres de protestation et réclame une mobylette à tous les représentants d'une autorité quelconque. Et Paizinho, le jeune garçon qui cherche à la télévision sa mère dont il a été séparé par la guerre. L'immeuble abrite aussi des journalistes, des chercheurs, des contrôleurs, tous intéressés par les richesses naturelles du pays et le développement de la grande ville africaine: pétrole ou eau potable, corruption ou bien public. Toutes ces histoires tissent la toile de fond d'une Angola en cours de transition brutale entre sa culture traditionnelle et la modernité. L'écriture d'Ondjaki, entre ironie tranquille et critique intelligente, imagination poétique et habileté narrative, emporte le lecteur séduit dans cette aventure.


- Les uns contre les autres
de Franck Maubert
Éditions Fayard / Août 2015


Chroniqueur sans attache, Moby mène une vie débridée et tente de se reconvertir dans la télévision en cherchant à concilier l'inconciliable: le monde de la télévision et les artistes. Ferdyck, c'est son pseudo, publicitaire, lance une nouvelle émission avec l'aide de Moby, sur une chaîne privée naissante. Avec ses questions coup de poing, il se construit un personnage et veut faire de son nom un label. Christophe Mistral, couturier, coqueluche des magazines de mode, monte sa maison de haute couture et prépare sa première collection. Albertine, sa femme, noctambule avec Moby. Tout comme Roda, poète et parolier de chansons à succès, qui refait le monde. Rodolphe, patron de la boîte de nuit en vogue, les Lumières, les réunit tous, les uns contre les autres. Dans le chaos nocturne des années quatre-vingt, Paris les happe, Paris existe. Ils s'éprouvent inconsidérément. Combien de temps l'insouciance frénétique durera-t-elle? Luttes d'influence, fric facile, pouvoir, cocaïne, mannequins, amours d'une nuit: un portrait sans complaisance des illusions d'une décennie.


- Lettres d'Otrante
de Geneviève Bergé
Éditions Luce Wilquin / Août 2015


À Otrante, la vie est redevenue calme, les visiteurs sont rares hors saison dans les Pouilles. Mais en réalité, ici comme ailleurs, le monde poursuit sa course. De nouveaux clandestins viennent de débarquer, que l'on cache et ne sait comment accueillir. Des silhouettes passent, des signes semblent laissés, mais qu'indiquent-ils? Interpréter est difficile et peut-être inutile. Après avoir travaillé toute sa vie comme responsable de chantier, Aafke, originaire des Pays-Bas, a décidé de se consacrer à la restauration de la remarquable mosaïque médiévale de la cathédrale. Et de raconter son quotidien à Peter, un ami (peut-être un ancien amant) entièrement paralysé resté dans le Nord et dont elle a du mal à décoder les silences. Heureusement, il y a une enfant au rire clair, un chat, et la beauté de la ville et de la mer.


- Lisières du corps
de Mathieu Riboulet
Éditions Verdier / Août 2015


Six textes brefs, en forme de portrait, de rêverie, de peinture, tentent de saisir au plus près du geste, de l'intention, de la peau et des os, comment le corps se courbe, s'offre ou se dérobe, dans le clair-obscur du désir, le flou du rêve, la franchise du sexe, le mystère de la représentation, l'opacité de l'art, le calme de la mort. Six apparitions, six vacillements au bord des êtres, six disparitions. Et le secours des mots.


- Magique aujourd'hui
de Isabelle Jarry
Éditions Gallimard / Août 2015


Dans un futur proche, Tim est un jeune chercheur; il entretient une relation fusionnelle avec Today, son assistant androïde. Lorsque Tim est envoyé une semaine en cure de déconnexion dans une campagne isolée, sans réseau ni communications, le robot, livré à lui-même, va s'essayer à l'autonomie. Tim fait l'expérience de la solitude et du sevrage. Plongé en pleine nature, il découvre le lien puissant qui l'unit à la terre, au ciel, aux animaux. Le jeune homme se dévoile au fil des situations tandis qu'on assiste, ému et réjoui, à la naissance d'une conscience et d'une personnalité originales: celles du robot. Dans un texte où affleurent sans cesse l'humour et la poésie, Isabelle Jarry nous propose quelques visions de ce que pourrait être le monde de demain, ou plutôt de cet "aujourd'hui magique", que nous voudrions enchanté par la technologie.


- Mary
de Emily Barnett
Éditions Payot & Rivages / Août 2015


De l'enfance sauvage aux atermoiements amoureux d'une femme dans le New York d'après-guerre, Mary sonde les thèmes de l'adultère, de la maternité et de la filiation. Un premier roman à la forme soignée et maîtrisée qui emprunte à la Rebecca de Daphné du Maurier et aux romans de Laura Kasischke.


- Méfiez-vous des femmes exceptionnelles
de Claire Delannoy
Éditions Albin Michel / Août 2015


Elles se sont rencontrées aux Beaux-Arts quand elles avaient vingt ans et sont restées amies, même si l'une vivait à New York, les autres à Casa, Naples ou Paris. Elles ont connu des amours différentes et des carrières parfois en dents de scie. Elles se sont rarement retrouvées toutes ensemble, sauf ce fameux "été Diesel". Et maintenant, après la mort du compagnon de Diane, pour affronter ce que les années ont accumulé de demi-vérités ou de vraies trahisons. Roman sur l'amitié, ce tissage complexe, subtil et mystérieux qui se nourrit de toutes les strates de la mémoire, Méfiez-vous des femmes exceptionnelles évoque les paradoxes de la liberté et de la fidélité, le faux et le réel dans un monde incertain et éclaté, où chacun s'invente sa vérité.


- Mémoires d'outre-mer
de Ferrier Michaël
Éditions Gallimard / Août 2015


Parti sur les traces de son grand-père, acrobate dans un cirque itinérant de l'océan Indien, Michaël Ferrier découvre et revisite une partie méconnue de l'Histoire de France: sur fond de colonisation, le "Projet Madagascar", par lequel les nazis, "rêvant d'étoiles jaunes sur l'île Rouge", visaient à se débarrasser physiquement des Juifs d'Europe. Roman d'une plongée dans la mémoire et dans l'oubli, qui passe par Hitchcock et par Montaigne, par Paris et par Mahajanga, par Chateaubriand et par le jazz, Mémoires d'outre-mer ouvre à une réflexion sur l'identité française abordée par ses marges et rongée par ses silences.


- Mémoires fauves
de René Guitton
Éditions Calmann Lévy / Août 2015


Fauves est une rock-star tout en démesure, à la renommée planétaire. Sa compagne, Aurélie, grand reporter, parcourt le monde, quand Michel dirige des carrières d'artistes pour un label international. En trois mois, de novembre 2013 à janvier 2014, un triangle amoureux complexe et déconcertant se tisse sur une toile d'Occident et d'Orient, de phobies extrémistes, de personnages écorchés, d'animaux et de masques qui peuplent l'univers de Fauves depuis sa secrète enfance.


- Miroitements
de Erwin Mortier
Éditions Fayard / Août 2015


Dans ce roman-miroir, Edgard Demont s'adresse à Matthew, son amant mais aussi l'époux de sa sœur Hélène, la narratrice de Sommeil des dieux. Ce long monologue d'Edgard est une sorte d'apologie de son existence, une recherche proustienne du temps perdu. Edgard a survécu aux tranchées de 14-18, mais comme tous ceux qui sont passés par là, il ne s'en est jamais libéré. Le monde a radicalement changé, succombe à de nouvelles illusions et prépare de nouveaux cauchemars. Impuissant face à ces remous, Edgard cherche un soulagement dans la compagnie de ses cinq amants successifs, qui l'aident à vivre avec ses blessures, plus profondes que les cicatrices qu'il porte dans sa chair. Ce portrait d'un homme qui veut fuir l'Histoire dans l'amour et le désir est porté par la langue éclatante et sensuelle d'Erwin Mortier: descriptions poétiques des lieux et des paysages, palette très physique, emplie de mélancolie et de désespoir.


- Monarques
de Sebastien Rutes et Juan Hernandez Luna
Éditions Albin Michel / Août 2015


"Comme les Monarques, quitter le sanctuaire pour migrer sur des routes dont le souvenir n'est pas nôtre, quêter ces lieux qu'on n'imagine qu'en rêve, se sacrer soi-même souverain de monarchies nouvelles ou, en chemin, se brûler les ailes". Ménilmontant, Mexico, un ring de catch, un studio hollywoodien, l'Ange français, Berlin 1936, un nain et un bocal d'escargots, un vol de papillons, une troublante espionne allemande et une correspondance qui tisse le fil entre passé et présent, réalité et vie rêvée. Née au Mexique devant une bouteille de rhum et un soda pamplemousse, l'idée de ce roman de la mémoire, aussi baroque que virtuose, est celle d'un jeu de piste à la Cortázar entre deux écrivains: le Mexicain Juan Hernández Luna et le Français Sébastien Rutés.


- Monsieur a la migraine
de Valérie Cohen
Éditions Luce Wilquin / Août 2015


Vous pensiez tout connaître sur le désir féminin? Anna, Noémie, Lucia et Julie aussi, jusqu'à ce qu'elles rencontrent Patrice Denis, un sexothérapeute aux méthodes originales. Mariée depuis trente ans, Anna simule le plaisir et est bien plus attachée à son chien qu'à son acariâtre époux. Noémie supporte mal la libido fatiguée de son compagnon. Julie, divorcée et mère de quatre enfants, enchaîne les relations sans lendemain tout en espérant trouver l'amour. Quant à Lucia, le plaisir l'a désertée depuis qu'elle a quitté son amant. Leur point commun? Les soirées de partage sur le désir féminin organisées par Patrice Denis. Entre rires, pleurs et actes symboliques, elles y livreront leurs secrets les plus intimes, leurs ombres et leurs désirs inavouables. Quatre semaines pour oser se raconter, mettre des mots sur ce qui est communément tu et nouer une indéfectible amitié.


- Montecristo
de Martin Suter
Éditions Christian Bourgois / Août 2015


Jonas Brand est reporter vidéo à Zurich. Spécialisé dans les émissions people, il rêve un jour de tourner Montecristo, un long métrage de fiction dont on lui a jusqu'alors refusé le financement. Lorsqu'il découvre qu'il est en possession de deux billets de cent francs suisses porteurs du même numéro de série, ce qui est a priori techniquement impossible, il décide de mener l'enquête. Sans le savoir, il se trouve mêlé à une affaire dont il ne mesure pas l'ampleur.


- Nos âmes seules
de Luc Blanvillain
Éditions Plon / Août 2015


Chez Vogal Software, société high-tech perchée au treizième étage de la tour Eole, à la Défense, Clément pilote habilement sa carrière. Hyper adaptable, hyper connecté, il analyse, stocke, classe, utilise la moindre inflexion qui finit toujours par trahir ses rivaux. Sa compagne, Myriam, constitue sa meilleure alliée dans le jeu du pouvoir. Mais le monde ne perd pas si facilement de son épaisseur. La vie s'impose, complexe, visqueuse. Elle freine ses gestes, envahit ses pensées, lui fait rencontrer Meryl. Sensible, bizarre, abîmée, la jeune femme n'essaie pas de paraître normale. Sa puissance est incalculable. Entre eux, une relation inédite se noue. Une nouvelle alliance est possible, un contrat faustien. Clément y perdra-t-il sa liberté?


- Notre désir est sans remède
de Mathieu Larnaudie
Éditions Actes Sud / Août 2015


Quand la jeune Frances est apparue dans des productions de la Paramount ou de la MGM, à la fin des années 1930, on a d'abord apprécié sa blondeur, ses pommettes hautes, son menton dédaigneux, sa raisonnable impertinence. On l'a dite tour à tour provocatrice, communiste, féministe, athée, amoureuse. Puis on l'a déclarée folle et les dispositions nécessaires ont été prises. Son indocilité affichée dérangeait Hollywood et la bonne société américaine, qui n'acceptaient pas qu'elle déborde le cadre auquel on voulait la cantonner. En évoquant le destin de cette femme dont seul le corps aura été considéré, sublimé par les chefs op, admiré par les fans, contraint par la justice, brisé par la médecine, Mathieu Larnaudie, qui attaque (comme on le dirait d'un acide) le réel par la fiction pour donner à penser le contemporain, livre une réflexion politique sur l'image et l'individu. De la lumière à l'ombre, des écrans de cinéma à la claustration puis à une forme plus insidieuse d'exposition, Notre désir est sans remède suggère que la célébrité est peut-être la manière la plus irrémédiable d'échapper à soi-même, ou de se perdre.


- Nous serons des héros
de Brigitte Giraud
Éditions Stock / Août 2015


"Les nuits où je ne dormais pas, j'ouvrais le velux et je m'installais sur le toit, j'étais le seul dans la cité à jouir de ce privilège, passer la nuit à la belle étoile, dans le plus grand secret. Le ciel était-il le même ici qu'au Portugal, les constellations étaient-elles visibles depuis la lucarne de la prison de Peniche où mon père avait été enfermé?" En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s'installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrié d'Algérie, avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l'adolescent, Olivio se lie à Ahmed, un immigré algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort.


- Orfeo
de Richard Powers
Éditions Cherche Midi / Août 2015


Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l'entendre à propos d'une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu'il n'ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d'être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu'une existence trop tranquille avait émoussé. Richard Powers revient ici à son amour passionné de la musique et fait défiler toute la bande-son du XXe siècle. C'est une véritable fugue qu'il nous offre. Fugue au sens musical du terme. Fugue pour échapper à une société de surveillance qui ne nous laisse d'autre choix que de devenir clandestins. Fugue dans le passé où se trouvent, peut-être, les solutions à un présent problématique. Fugue face à la mort qui, inexorablement, se profile. Avec ce portrait d'un homme littéralement hanté par la musique, Richard Powers donne à ses thèmes de prédilection une ampleur inégalée et s'impose comme l'un des romanciers les plus fascinants de la littérature américaine.


- Otages intimes
de Jeanne Benameur
Éditions Actes Sud / Août 2015


Photographe de guerre, Étienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l'ampleur de ce qu'il lui reste à réapprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril. De retour au village de l'enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre depuis lequel il pourrait reprendre langue avec le monde. Au contact d'une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l'Italien, l'ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, "la petite qui vient de loin", devenue avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de mettre en mots ce qu'elles ont vécu. Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l'urgence de la question cruciale: quelle est la part d'otage en chacun de nous? De la fureur au silence, Jeanne Benameur habite la solitude de l'otage après la libération. Otages intimes trace les chemins de la liberté vraie, celle qu'on ne trouve qu'en atteignant l'intime de soi.


- Parole perdue
de Oya Baydar
Éditions 10-18 / Août 2015


Ömer, célèbre romancier en panne d'écriture, se lance sur les routes anatoliennes à la recherche de sa vérité et de celle du peuple kurde. Il s'éloigne ainsi de son épouse Elif, scientifique de renom, elle aussi en plein questionnement: pourquoi leur fils a-t-il décidé de fuir ses parents et un monde à feu et à sang pour la tranquillité d'une île norvégienne? En quoi leur génération militante a-t-elle failli?


- Petit piment
de Alain Mabanckou
Éditions Du Seuil / Août 2015


Jeune orphelin de Pointe-Noire, Petit Piment effectue sa scolarité dans une institution placée sous l'autorité abusive et corrompue de Dieudonné Ngoulmoumako. Arrive bientôt la révolution socialiste, les cartes sont redistribuées. L'aventure commence. Elle le conduira notamment chez Maman Fiat 500 et ses dix filles, et la vie semble enfin lui sourire dans la gaîté quotidienne de cette maison pas si close que ça, où il rend toutes sortes de services. Jusqu'à ce que ce bonheur s'écroule. Petit Piment finit par perdre la tête, mais pas le nord: il sait qu'il a une vengeance à prendre contre celui qui a brisé son destin. Dans ce roman envoûté et envoûtant, l'auteur renoue avec le territoire de son enfance, et sait parfaitement allier la naïveté et la lucidité pour nous faire épouser le point de vue de ses personnages.


- Petits plats de résistance
de Pascale Pujol
Éditions Le Dilettante / Août 2015


Tout tient au ventre, chez l'homme, chacun le sait. Dis-moi ce que tu mitonnes je te dirai ce que tu mijotes, confie-moi ce que tu goûtes, je te dirai quoi tu guignes. C'est forte de pareilles maximes que Pascale Pujol nous convie à la dégustation de ses Petits plats de résistance, un premier roman à la carte en forme de comédie urbaine tressautante, de pochade érotique et de sociodrame papillaire où chaque chapitre est mis sous l'invocation d'un plat ou d'une denrée. Soit, en entrée, Sandrine Cordier, une Pôle-employée tant futée et ambitieuse qu'allante et dodue, nantie d'un Guillaume de mari dont le grand œuvre est une arnaque aux kiosques de presse et deux enfants, une fillette surdouée du net et un ado mode et sous-tendu; soit, en plat principal, le groupe Lacarrière résumé au patriarche patron de presse libéral, Marcel, à son rejeton, un baise dru jet-setteur et plutôt nigaud, et à son porte-flingue, Bricard is the name, finaud et haut en magouilles. Épice l'ensemble et agrémente l'assiette toute une garniture aux petits oignons: une internationale de cordons-bleus sans trop de papiers, Ferreira le voyeur, Benoliel l'agent immobilier, une flottille de drôlesses cascadantes et minaudantes et de ploucs grandioses dont, trônant parmi quelques mannequins d'un soir, l'opulente et vorace Annabelle Villemin-Dubreuil (ex Lamoul Véronique), ancienne de Langues O' passée à la carte du tendre et au courrier du cœur. Tels sont les ingrédients de base de cette goûteuse potée romanesque où l'on savourera selon les bonheurs de la pêche: des secrets familiaux, une géographie poétique de la Goutte d'Or, un tribunal de commerce mué en ring de catch, une crépitante méditation sur la tectonique des classes et le choc des cultures et surtout, surtout, où l'auteur affirme un goût certain pour une vision papillaire des mots et gustative de la littérature. À table.


- Pirates
de Fabrice Loi
Éditions Gallimard / Août 2015


Tony Palacio, forain, trompettiste de jazz, quitte la loterie familiale et monte à Marseille. Entre survie et petits trafics, il y rencontre Max Opale, un ancien militaire devenu expert en balistique. Tour à tour ami, mentor et rival, Max Opale initie Tony à la violence dans une enquête liée aux pirates de Somalie. Et avec Awa, femme d'Opale et soprano sud-africaine, Tony Palacio vivra un singulier duo. Plus encore: Awa lui apprendra que tous les mondes ne se valent pas. Au-delà du destin tragique de Tony, homme libre, Pirates dessine un portrait de Marseille, ville splendide, tendre et brisée, et des infortunés d'ici et d'ailleurs. C'est aussi le récit d'un mystère africain, et des conflits contemporains, aux guerres fragmentées qui prospèrent sur l'oubli et le mensonge. Un roman sur nos idéaux, et sur les liens qui unissent musique, poésie et politique.


- Popcorn melody
de Émilie de Turckheim
Éditions Héloïse d'Ormesson / Août 2015


Tom Elliott tient une supérette dans un trou perdu du Midwest. Malgré les rayons désespérément dégarnis, les clients défilent du matin au soir. Ce succès, Tom le doit au fauteuil, devant la caisse, où chacun s'assoit pour livrer ses secrets. Jusqu'au jour où jaillit du trottoir d'en face un fabuleux hypermarché climatisé. Comment combattre un concurrent si déloyal? Tom n'a que deux armes: sa folie douce et son amour de la poésie. Au cœur des terres ardentes des Indiens des Plaines, Popcorn Melody porte un regard fantasque sur la quête du bonheur dans nos sociétés d'abondance.


- Profession du père
de Sorj Chalandon
Éditions Grasset & Fasquelle / Août 2015


"Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d'une Église pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu'en 1958. Un jour, il m'a dit que le Général l'avait trahi. Son meilleur ami était devenu son pire ennemi. Alors mon père m'a annoncé qu'il allait tuer de Gaulle. Et il m'a demandé de l'aider. Je n'avais pas le choix. C'était un ordre. J'étais fier. Mais j'avais peur aussi… À 13 ans, c'est drôlement lourd un pistolet".


- Ressources inhumaines
de Frédéric Viguier
Éditions Albin Michel / Août 2015


"La vie d'un hypermarché bat au rythme de l'humanité manipulée. Et cela fait vingt ans qu'elle participe à cette manipulation". Un univers absurde, construit sur le vide et les faux-semblants. Un premier roman implacable, glaçant, dérangeant.


- Retiens ma nuit
de Denis Tillinac
Éditions Plon / Août 2015


Médecin de campagne, François promène sa langueur à l'ombre du château de Chaumont. Hélène dilue son désenchantement dans la galerie d'art qu'elle tient à Blois, au bord de la Loire. Ils ont tous deux passé la soixantaine, sont mariés, ont des enfants au bout du monde ou au bord du divorce, et des parents en EPAD ou au cimetière. Quand, à l'âge de tous les crépuscules, un amour printanier les surprend dans le huis clos de la bourgeoisie blésoise, ils s'y vouent corps et âme, dans une clandestinité qui les protège et les emprisonne. Sous la plume tendre et malicieuse d'un expert en nostalgies, l'histoire de leur liaison passionnée devient aussi celle, douce et cruelle, d'une génération, les enfants paumés du baby-boom.


- Sauve qui peut la vie
de Nicole Lapierre
Éditions Du Seuil / Août 2015


"Dans ma famille, on se tuait de mère en fille. Mais c'est fini. Il y a longtemps déjà, je me suis promis qu'accidents et suicides devaient s'arrêter avec moi. Ou plutôt, avant moi. Sauve qui peut la vie. J'aime cette expression. C'est le titre d'un film de Jean-Luc Godard de 1980. Mais lui, il avait mis des parenthèses à (la vie), comme une précision, une correction de trajectoire. Le sauve-qui-peut, c'est la débandade, la déroute. Le sauve qui peut la vie, c'est la ligne de fuite, l'échappée parfois belle. J'en fais volontiers ma devise. Il m'a fallu du temps pour comprendre que ce qui était une manière d'être, une tendance à parier sur l'embellie, un goût de l'esquive, un refus des passions mortifères, une appétence au bonheur envers et contre tout?, avait aussi profondément influencé ma façon de penser. J'aimerais que ce livre, écrit sur fond de drames passés, collectifs et privés, soit une lecture revigorante, une sorte de fortifiant pour résister au mauvais temps présent".


- Sfumato
de Xavier Durringer
Éditions Le Passage / Août 2015


La vie de Raphaël est coupée en deux. D'un côté, le vertige rock'n'roll au 1 passage de la Main d'Or. Les rapports fumeux avec ses voisins, ses histoires d'amour hallucinantes, ses nuits à s'enfermer dans le théâtre Marie Stuart, son ami Simon largué par la femme de sa vie après une semaine de vie commune, son petit frère qui cherche par tous les moyens à s'échapper en se diluant dans une petite cuillère. Et le souvenir mordant de Madeleine, fille d'un écrivain célèbre, ancienne mannequin cramée par la coke. De l'autre, sa rencontre énigmatique avec Viktor, vieux juif russe initié, batteur de jazz et ancien conseiller à la Maison Blanche, qui lui ouvre les portes d'un univers inconnu, merveilleux et effrayant. Devant La Joconde, Viktor affirme que ce n'est pas un tableau mais une cartographie. Et que lui, Raphaël, doit retrouver l'endroit caché sous les voiles brumeux du sfumato. Et si tout cela n'était qu'une énorme farce, un grand jeu où Raphaël se serait définitivement perdu? Il n'y a pas de hasard sans cause.


- Sœurs de miséricorde
de Colombe Schneck
Éditions Stock / Août 2015


"Elle n'a pas le choix, elle doit partir. À Santa Cruz, tout est fermé, plus rien ne circule, l'argent, les gens, même les fruits pourrissent sur les arbres. Les femmes partent les unes après les autres, de plus en plus loin. Comment trouver du travail, un logement, quand on ne connaît personne? Ni la langue, ni les rues, ni ce qu'on mange, ni les règles?" Née en Bolivie dans une famille indigène, Azul a grandi dans un paradis où les fruits, les fleurs, les couleurs, les goûts prospéraient. Immigrée économique, laissant mari et enfants, langue et robes indiennes, rites et prières, elle va découvrir l'Europe et ses riches propriétaires. Comment montrer à ses patronnes ce que leurs yeux ne voient pas du monde? Comment conserver la bonté reçue dans l'enfance?


- Someone
de Alice Mcdermott
Éditions La Table Ronde / Août 2015


Brooklyn, années 30, quartier irlandais. Marie vit avec ses parents, immigrés avant sa naissance, et son grand frère Gabe dans un minuscule appartement bien astiqué. Son père boit trop mais il aime sa fille tendrement. Sa mère a la rudesse des femmes qui tiennent le foyer. Tandis que Gabe se destine dès le plus jeune âge à la prêtrise, Marie traîne sur les trottoirs de New York avec ses copines, colportant les cancans du bloc d'immeubles, assistant aux bonheurs et aux tragédies d'une quartier populaire. Viendront le temps des premiers émois, puis du premier emploi, chez le croque-mort du quartier, le débonnaire M. Fagin. Un jour, elle rencontre Tommie, GI détruit par la guerre qui vient de s'achever, employé d'une brasserie de bière et ancien paroissien de Gabe. Tommie est ce qu'on appelle "un gars bien". Ensemble, ils vont élever quatre enfants qui connaîtront l'ascension sociale américaine. Poignant et caustique, le récit de la très ordinaire vie de Marie, un parcours de femme, des tracas et des joies d'épouse, de mère, de fille, de sœur, d'amie, devient un témoignage historique évocateur de la communauté irlandaise du New York des années 30, du traumatisme de la guerre, des mutations sociologiques de l'époque contemporaine.


- Son of a gun
de Justin Saint Germain
Éditions 10-18 / Août 2015


"Peu après la nouvelle du décès de maman, mon frère et moi sommes allés dans un bar". Septembre 2001. Alors que les Twin Towers viennent d'être attaquées à New York, un autre drame, plus intime, se joue à Tombstone, en Arizona. Debbie, la mère de Justin St. Germain, est retrouvée morte dans sa caravane, le corps criblé de balles. Son cinquième mari, Ray, a disparu. Dix ans plus tard, Justin revient sur ce tragique événement, fouillant le passé pour tenter de comprendre l'insondable: la descente aux enfers d'une femme instable, fragile malgré les apparences, et aimante. Sa mère. Que Debbie ait été tuée à Tombstone, ville qui fut le théâtre de la fameuse fusillade d'O.K. Corral, prend alors une autre dimension.


- Stations (entre les lignes)
de Jane Sautière
Éditions Les Escales / Août 2015


"Maintenant, je ne travaille plus. J'aurai eu beaucoup de mal à atteindre la date limite, je suis un vieux cheval, marqué au col. Je circule à mes heures, et presque toujours parce que j'ai envie d'aller quelque part, évitant les heures de pointe. Et je veux absolument, alors que je quitte des moments durs et l'agitation furieuse, donner les notes prises lors de ces déplacements". Au gré de ses déménagements et emplois successifs, de ses passions amoureuses aussi, Jane Sautière raconte à travers les moyens de transport qu'elle a empruntés tout ce qui l'a imprégnée, traversée, déplacée. Entre regard documentaire et enquête impressionniste, elle expose les nuances d'une relation ambivalente avec ce "lieu commun", chaque station d'un vécu où se confrontent l'intime et le collectif, l'enfermement routinier et l'aventure d'un voyage sans cesse renouvelé.


- Tandis que je me dénude
de Jessica L. Nelson
Éditions Belfond / Août 2015


Elle ne se dénude pas vraiment. Elle garde tous ses vêtements. Et pourtant, devant les caméras, cet auteur d'un premier roman aura l'impression d'être à découvert. Que tous, les invités du plateau, l'animateur, les téléspectateurs, le public ou encore son attachée de presse dans les coulisses, auront exploré la moindre parcelle de son corps et de son intimité, sans bienveillance aucune. Alors elle se fissure de l'intérieur, en direct. Et, tandis qu'elle s'effondre et se débat contre elle-même, consciente qu'elle est sans doute son pire ennemi, c'est son histoire qui se construit en un redoutable puzzle à mesure que se déconstruit son être.


- Titus n'aimait pas Bérénice
de Nathalie Azoulai
Éditions P. O. L. / Août 2015


Quand on parle d'amour en France, Racine arrive toujours dans la conversation, à un moment ou àun autre, surtout quand il est question de chagrin, d'abandon. On ne cite pas Corneille, on cite Racine. Les gens déclament ses vers même sans les comprendre pour vous signifier une empathie, une émotion commune, une langue qui vous rapproche. Racine, c'est à la fois le patrimoine, mais quand on l'écoute bien, quand on s'y penche, c'est aussi du mystère, beaucoup de mystère. Autour de ce marbre classique et blanc, des ombres rôdent. Alors Nathalie Azoulai a eu envie d'aller y voir de plus près. Elle a imaginé un chagrin d'amour contemporain, Titus et Bérénice aujourd'hui, avec une Bérénice quittée, abandonnée, qui cherche à adoucir sa peine en remontant à la source, la Bérénice de Racine, et au-delà, Racine lui-même, sa vie, ses contradictions, sa langue. La Bérénice de Nathalie Azoulai veut comprendre comment un homme de sa condition, dans son siècle, coincé entre Port-Royal et Versailles, entre le rigorisme janséniste et le faste de Louis XIV, a réussi à écrire des vers aussi justes et puissants sur la passion amoureuse, principalement du point de vue féminin. En un mot, elle ne cesse de se demander comment un homme comme lui peut avoir écrit des choses comme ça. C'est l'intention de ce roman où l'auteur a tout de même pris certaines libertés avec l'exactitude historique et biographique pour pouvoir raconter une histoire qui n'existe nulle part déjà consignée, à savoir celle d'une langue, d'un imaginaire, d'une topographie intime. Il ne reste que peu d'écrits de Racine, quelques lettres à son fils, à Boileau mais rien qui relate ses tiraillements intimes. On dit que le reste a été brûlé. Ce roman passe certes par les faits et les dates mais ce ne sont que des portes, comme dans un slalom, entre lesquelles, on glane, on imagine, on écrit et qu'on bouscule sans pénalités.


- Ton père pour la vie
de Antoine Silber
Éditions Arléa / Août 2015


Ton père pour la vie: ce sont les mots sur lesquels Michel Chrestien concluait invariablement les très nombreuses lettres qu'il écrivait à son fils. Antoine Silber qui en a fait le titre de ce livre l'a conçu comme une longue adresse d'un fils à un père aujourd'hui disparu, et un retour sur la vie d'un homme qui vivait parmi les livres et qui avait choisi à la fin de sa vie de ne plus quitter son lit, dans le petit appartement qu'il occupait rue de l'Odéon. C'est là que nous remontons le temps, de confidences en anecdotes, suivant en témoins discrets les derniers mois de cette relation père fils, souvent bouleversante dans sa simplicité. Il faut dire que la vie de ce père est à elle seule un roman. Mort en 1991, Michel Chrestien, de son vrai nom Jacques Silberfeld, était un homme de lettres né dans une famille de diamantaires juifs polonais installée à Anvers. De là, il vint à Paris pour y faire ses études et n'a plus quitté ensuite le sixième arrondissement où il habitait rue de l'Odéon. Écrivain, traducteur, proche d'Alexandre Vialatte ou de Jean Dutourd qu'il rencontra lors de son engagement dans la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale, il était un personnage tout à fait singulier du Paris littéraire des années soixante. Antoine Silber qui, après avoir publié son premier livre, Le Silence de ma mère, où il s'attachait à la figure maternelle, consacre ce roman, tout en pudeur et retenue, à son père mais où l'on peut dire sans emphase que l'homme paie sa dette envers celui qui a fait ce qu'il est. Ce livre est un texte d'amour. Le temps a passé qui ne reviendra plus. Il s'est rétréci aux dimensions d'une chambre, pleine de souvenirs, d'où Antoine Silber nous livre une réflexion profonde sur l'amour filial, long fleuve intranquille plein de malentendus et de regrets doux-amers, de souvenirs d'enfance heureux, de questions irrésolues, avec toujours la certitude d'appartenir à une même histoire, celle d'une famille. Mais si Ton père pour la vie est un récit de vie, c'est aussi un livre de questionnement ou plutôt de positionnement.


- Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman
de Kerry Hudson
Éditions 10-18 / Août 2015


Accueillie dans ce monde par une flopée d'injures, la petite Janie Ryan est vite projetée au milieu de cris, de fumées de cigarettes, de vapeurs d'alcool, mais aussi de beaucoup d'amour. Dans une langue saisissante et originale, elle remonte à ses premiers jours pour nous raconter sa jeunesse écossaise, de centres d'accueil en HLM minables et autres bed and breakfasts douteux. Alcool, drogue, fins de mois difficiles et beaux-pères de passage: rien ne lui est épargné. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes.


- Tourner la page
de Audur Jonsdottir
Éditions Presses De La Cité / Août 2015


Un beau matin, Eyja se réveille dans un petit village de pêcheurs islandais, mariée à un ivrogne de vingt ans son aîné. Si ce dernier empoisonne son quotidien, elle ne parvient pourtant pas à s'en détacher. Mais sa grand-mère, déterminée à la bousculer, lui offre un nouveau départ et l'envoie rejoindre sa cousine, l'audacieuse Rúna, en Suède. Il est temps que la jeune femme tourne la page. Là-bas, parviendra-t-elle à écrire le roman auquel elle pense depuis des années?


- Tous les lointains sont bleus
de Daniel de Roulet
Éditions Phébus / Août 2015


Pendant quarante ans, l'auteur a noté pour lui-même le récit de ses pérégrinations dans le simple but de ne pas les oublier. Sur tous les continents, au fil de voyages d'affaires ou d'agrément, en des endroits chargés d'histoire, au gré de rencontres, à Buchenwald, dans la Kolyma, au Nicaragua ou à Okinawa, il promène un regard doux-amer, une vision inconsolable mais gaie. D'une plume vive et intelligente, cette trentaine de chroniques rendent compte d'une rumeur du monde qui se moque de la mondialisation. Elles racontent comment, à travers les voyages, les pensées vagabondent et la réflexion se forment. Un sentiment nouveau naît quand les lointains se rapprochent.


- Tous nos noms
de Dinaw Mengestu
Éditions Albin Michel / Août 2015


Événement littéraire aux États-Unis, Tous nos noms est sans doute le livre le plus ambitieux de l'auteur. Roman de la maturité, où l'évocation d'une amitié mise à mal par l'Histoire se confond avec le portrait d'un continent déchiré, il pousse plus loin encore l'exploration de l'exil et du déracinement. Isaac, un jeune Africain, est venu aux États-Unis dans le cadre d'un programme d'échange universitaire. Ni Helen, la jeune assistante sociale qui tombe amoureuse de lui, ni le lecteur ne connaissent son vrai nom: il l'a laissé derrière lui, en Ouganda, avec les promesses d'une révolution réprimée dans le sang par la future dictature, abandonnant aussi son ami le plus cher. Du chaos de l'Afrique à la solitude du Midwest, dans une Amérique déchirée entre la guerre du Vietnam et la lutte pour les droits civiques, l'écriture intimiste et mélancolique de Dinaw Mengestu, mêlant les voix d'Helen et d'Isaac, saisit les paradoxes de l'Histoire et de la nature humaine avec une force et une intelligence peu communes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 10:14

- Tout ce qui est solide se dissout dans l'air
de Darragh Mckeon
Éditions Belfond / Août 2015


Dans un minuscule appartement de Moscou, un petit prodige de neuf ans joue silencieusement du piano pour ne pas déranger les voisins. Dans une usine de banlieue, sa tante travaille à la chaîne sur des pièces de voiture et tente de faire oublier son passé de dissidente. Dans un hôpital non loin de là, un chirurgien s'étourdit dans le travail pour ne pas penser à son mariage brisé. Dans la campagne biélorusse, un jeune garçon observe les premières lueurs de l'aube, une aube rouge, belle, étrange, inquiétante. Nous sommes le 26 avril 1986. Dans la centrale de Tchernobyl, quelque chose vient de se passer. Le monde ne sera plus jamais le même.


- Un amour impossible
de Christine Angot
Éditions Flammarion / Août 2015


Châteauroux, fin des années 1950. Pierre séduit Rachel mais refuse de l'épouser. Il accepte cependant d'avoir un enfant avec elle, Christine, qu'elle devra élever seule. À l'adolescence, Pierre reconnaît officiellement sa fille, qui, fascinée par ce qu'il lui fait découvrir, s'éloigne de sa mère. Bien plus tard, Rachel apprend que Pierre viole Christine depuis des années.


- Un cheval entre dans un bar
de David Grossman
Éditions Du Seuil / Août 2015


Sur la scène d'un club miteux, dans la petite ville côtière de Netanya en Israël, le comique Dovalé G. distille ses plaisanteries salaces, interpelle le public, s'en fait le complice pour le martyriser l'instant d'après. Dans le fond de la salle, un homme qu'il a convié à son one man show? ils se sont connus à l'école?, le juge Avishaï Lazar, écoute avec répugnance le délire verbal de l'humoriste. Mais peu à peu le discours part en vrille et se délite sous les yeux des spectateurs médusés. Car ce soir-là Dovalé met à nu la déchirure de son existence. La scène devient alors le théâtre de la vraie vie. Un cheval entre dans un bar est un récit vibrant, porté par un souffle dévastateur qui évolue sur une frontière mouvante entre réalité et inconscient, sentiments violents et actes inaboutis, et où l'humour et la dérision infiltrent les épisodes poignants. David Grossman le magicien se fond dans ses personnages, reproduit leurs propos, du plus cru au plus délicat, exhume les souvenirs refoulés. Tient, en somme, la comptabilité des âmes.


- Un fou dans la manche
de Stanislas Cotton
Éditions Luce Wilquin / Août 2015


Devant l'insistance de Mariana, le commissaire Santino Cuffaro a cédé: d'accord pour quelques jours de vacances. Et le voilà sur la terre de ses origines, pas celle où il est né, mais celle de sa famille, de son sang. Ils séjournent dans le village de son père au pied de l'Etna: a muntagna. Septembre, été finissant, dernière fête au Camping Mare Blu, dernière bagarre. Salvatore Volpino et Andrea Pastore spéculent sur leur avenir. Elena Lanfredi, l'Azzurra, court la montagne, guettant l'éruption qui s'annonce. Don Cosimo célèbre la messe, hanté par les fesses de sa gouvernante. Mais voilà qu'on découvre le corps d'une jeune femme sur la plage. Il n'en faut pas plus pour que Santino se remette à gamberger sérieusement ; il imagine qu'une malédiction le poursuit, qui met en péril la vie des gens et provoque leur mort violente. Car, hélas, ce cadavre est le premier d'une longue série.


- Un homme dangereux
de Émilie Frèche
Éditions Stock / Août 2015


"- Maintenant que tu as vraiment quitté ton mari, on va pouvoir parler. Je veux que tu deviennes ma femme. Je t'aime, je veux vivre avec toi, mais avant, il faut que tu laisses tes enfants.
- Pardon?
- Je suis sérieux. Il faut que tu les laisses à leur père, je te dis ça pour leur bien. Elles seront très heureuses avec lui; ils partiront vivre en Israël, ce sera beaucoup plus simple, et tu iras leur rendre visite pour les vacances.
- T'es complètement malade.
- Tu sais bien que non, puisque c'est comme ça que ça va se terminer pour les juifs de France. Sept mille juifs sont partis rien que cette année, c'est moi qui l'invente? Bientôt, il n'y aura plus de juifs en France. Plus un seul juif. Tu te rends compte, un peu? Le grand rêve de Vichy réalisé par des Merah, des Nemmouche, des Kouachi. Que des petits enfants de bicots qu'on a fait venir du bled pour assembler des boulons, et qui feront mieux que les idéologues du Troisième Reich, sans même avoir besoin de vous mettre dans des trains. Tout ça simplement en jouant avec votre peur. Quelle intelligence. Quelle économie, surtout. La France nettoyée pour pas un rond".


- Un jour avant la fin du monde
de Sorour Kasmaï
Éditions Robert Laffont / Août 2015


L'histoire se passe à Téhéran, le premier hiver après la révolution islamique. Mariam, une jeune fille de 16 ans, découvre la date de sa mort dans le livret de famille. Son père lui explique qu'elle était dans le ventre de sa mère lorsque celle-ci est morte du fait de l'effondrement du toit de leur maison, et qu'elle en a été extirpée quelques heures après. Elle apprend de surcroît l'existence d'une sœur homonyme, disparue dans les mêmes circonstances et dont elle serait la réincarnation. Mariam entreprend alors sa quête de vérité et d'identité par un changement de prénom. Or, cette simple démarche administrative est confrontée au refus du nouveau pouvoir politico-religieux qui voit en la jeune fille une miraculée et cherche à vérifier l'hypothèse de sa résurrection. Les autorités veulent à tout prix lui ravir son pouvoir supposé. Au fil des pages, le dossier de Mariam prend de plus en plus d'importance à leurs yeux. Elles s'efforcent de comprendre les mécanismes d'une telle résurrection afin de remédier aux lourdes pertes humaines sur les champs de bataille de la guerre Iran-Irak. La célèbre parole du Prophète qui en son temps avait proclamé qu'un jour avant la fin du monde quelqu'un de sa descendance ressusciterait les morts trouve une tournure toute pratique en ces circonstances et sert de référence idéologique au chef de la Commission de résurrection pour poursuivre Mariam. Sur fond de croyances religieuses et de légendes sacrées, s'engage dès lors une course effrénée qui, à travers les méandres de la ville de Téhéran, embarque le lecteur dans des situations singulières et des lieux insolites. Un ancien temple zoroastrien transformé en centre de musculation pour blessés de guerre, une clinique ou l'on garde les "foudroyés", autrement dit les soldats choqués par ce qu'ils ont vu au front et qui passent désormais pour visionnaires. Mais aussi des jardins de mosquées, des ruelles, un labyrinthe urbain hanté par une agitation politique et religieuse mêlée d'angoisse et de fureur. Une spirale infernale qui finit par conduire la narratrice et son entourage à la catastrophe.


- Un mauvais garçon
de Deepti Kapoor
Éditions Du Seuil / Août 2015


Elle a vingt ans à New Delhi. Elle n'a ni père (parti vivre à Singapour), ni mère (décédée), ni repères. Sa tante, chez qui elle vit, cherche à la marier. Elle brûle d'une énergie qui n'a nulle part où aller, alors elle se plie aux conventions et garde ses pensées pour elle-même. Un jour, dans un café, il la dévisage. Plus âgé, il semble venir d'ailleurs. Il est laid, et pourtant tout chez lui attire la jeune fille. Il l'initiera au sexe, à l'alcool, aux drogues; aux plaisirs du corps et à la noirceur de l'âme. Elle bravera les interdits et découvrira avec lui un New Delhi sensuel et dangereux où se côtoient la richesse et la putrescence, le profane et le sacré, et où pulse une rage de vivre que rien n'arrête. Portrait de l'Inde moderne, spirale d'amour et de destruction virtuose, Un mauvais garçon vibre de désir et de révolte, jusqu'à l'incandescence.


- Un mot sur Irène
de Anne Akrich
Éditions Julliard / Août 2015


Un parfum de scandale sexuel flotte dans le milieu universitaire depuis la mort, à New York, d'Irène Montès, une intellectuelle de renom. Alors qu'elle devait donner une importante conférence sur les gender studies, son cadavre a été retrouvé nu dans une chambre d'hôtel, au côté d'une poupée gonflable. Mais qui était-elle vraiment? À travers les yeux de son mari, Léon Garry, professeur à la Sorbonne, la flamboyante personnalité d'Irène nous est peu à peu dévoilée, tout comme la relation trouble qui unissait les deux époux. Jadis mentor d'Irène, Léon était devenu son pantin, dans un théâtre de la cruauté qui le condamnait au rôle de voyeur. Jusqu'où peut dériver un homme dont les fantasmes inassouvis brouillent la perception du réel et de l'imaginaire? Porté par une écriture et un érotisme vibrants, ce récit crépusculaire fouille les arcanes du couple dans ses replis les plus intimes.


- Un papa de sang
de Jean Hatzfeld
Éditions Gallimard / Août 2015


Jean Hatzfeld revient sur les collines de Nyamata, au bord de ses marais, vingt ans après le génocide. Il donne la parole ici non plus aux tueurs et aux rescapés dont les récits peuplaient ses précédents livres, mais à leurs enfants. Ils n'ont pas connu les machettes, mais ont grandi dans leur souvenir. Ils s'appellent Idelphonse, Fabiola, Immaculée, Fabrice, sont lycéens, couturiers ou agriculteurs. Ils partagent le génocide en héritage, mais pas du tout la même histoire familiale. Dans ces familles décimées, certains ont grandi dans le silence et le mensonge, ont affronté les crachats sur le chemin de l'école, d'autres ont été confrontés aux troubles de comportement de leurs parents, à la houe sur une parcelle aride dès l'adolescence. Ils dansent ensemble, fréquentent les mêmes cafés internet mais ne parviennent jamais à parler des fantômes qui ont hanté leur enfance. Leurs récits à la première personne, au phrasé et au vocabulaire métaphorique si particuliers, se mêlent aux chroniques de la vie de tous les jours sur les parcelles ou dans la grande rue.  


- Une fille est une chose à demi
de Eimear McBride
Éditions Buchet Chastel / Août 2015


Une fille est une chose à demi nous plonge dans les replis intimes de l'existence d'une fille en devenir. La voix âpre et puissante de sa narratrice, grandie au sein d'une famille brisée, dans une Irlande écrasée par le poids de la religion, happe littéralement le lecteur dans un flux de conscience cru et poétique. Soliloque enragé, solaire, le texte saisit parfaitement les ambiguïtés de cet entre-deux, de ce temps où l'on est une fille, pas encore une femme. La violence, l'amour filial et fraternel, la découverte de soi, de la sexualité, la honte chevillée au corps: rien n'échappe au talent de l'auteur. Récit brutal et dérangeant s'il en est, le premier roman d'Eimear McBride est un phénomène à part dans la littérature contemporaine, une expérience de lecture unique qui a propulsé l'auteur parmi les voix les plus prometteuses de sa génération.


- Venus d'ailleurs
de Paola Pigani
Éditions Liana Levi / Août 2015


Ils sont arrivés à Lyon au printemps 2001. Ils ont un peu plus de vingt ans et leur voyage ressemble à celui de milliers d'autres Kosovars qui fuient la guerre: le passage clandestin des frontières, les mois d'attente poisseux dans un centre de transit avant d'obtenir le statut de réfugié. Mirko et sa sœur Simona partagent la même histoire et pourtant leur désir de France n'est pas tout à fait le même. Son intégration, Simona veut l'arracher au culot et à la volonté. Alors elle s'obstine à apprivoiser les lois du labyrinthe administratif et les raffinements de la langue. Mirko est plus sauvage. Pour lui, le français reste à distance. Il travaille sur des chantiers avant de regagner la solitude d'un foyer anonyme. Souvent, il pousse jusqu'aux lisières de la ville où il laisse sur les murs des graffs rageurs. C'est dans ces marges qu'il rencontre Agathe et tisse le début d'un amour fragile. Dans de brefs chapitres, Paola Pigani dépeint avec délicatesse chaque nuance de l'exil. En filigrane, la beauté de la ville, le hasard des rencontres, le goût amer de la nostalgie.


- Vie et mort de Sophie Stark
de Anna North
Éditions Autrement / Août 2015


"Sophie comprenait beaucoup mieux les gens, et la façon de les manipuler, qu'elle ne le laissait paraître. Au moment même où j'ai ouvert la porte, elle a su qu'elle pouvait faire de moi ce qu'elle voulait". Allison vient de quitter sa Virginie natale pour New York. Elle travaille dans un bar et n'a aucune ambition, aucun avenir. Puis elle rencontre Sophie Stark, une jeune réalisatrice décidée à faire d'elle une star. Daniel, ancien champion de basket, se remet d'un terrible accident de voiture. Ses retrouvailles avec Sophie Stark, son amour de jeunesse, lui redonnent le goût de vivre. La carrière de George, producteur hollywoodien, est au point mort. Pour renouer avec le succès, il décide d'appeler Sophie Stark, étoile montante du cinéma indépendant. Artiste passionnée, géniale et insaisissable, Sophie transforme et transcende la vie de ceux qui croisent sa route. Pour le meilleur et pour le pire.


- Villa des femmes
de Charif Majdalani
Éditions Du Seuil / Août 2015


Tout sourit à Skandar Hayek. À la tête d'un négoce de tissu, il règne sur son usine, sur ses terres et sur son clan, malgré les nuages qui s'amoncellent sur le Liban en ce milieu des années 1960, malgré aussi les disputes incessantes entre Mado, son acariâtre de sœur, Marie, son épouse, et Karine, sa fille chérie. Quant au successeur, il sera bien temps, le moment venu, de le choisir, entre Noula, ce fils aîné qui ne doute de rien et surtout pas de lui-même, et Hareth, le cadet, épris de livres et d'aventures. Depuis la terrasse ensoleillée de la villa familiale où il passe le plus clair de son temps, le narrateur, qui est aussi le chauffeur et le confident du vieux Skandar, observe et raconte un âge d'or que rien ne semble devoir vraiment ternir. Mais les aléas de la vie vont bouleverser cet ordre que tous croyaient immuable et pousser les femmes à prendre les rênes du domaine. Seul Hareth pourrait leur prêter main-forte. Mais Hareth est loin, il voyage de par le monde.


- Vivarium
de Thomas Kryzaniac
Éditions L'Âge d'Homme / Août 2015


"J'ai rencontré Mathilda au milieu d'un cauchemar. Je n'aurais pas pu la rencontrer ailleurs". Joseph Rivière est un écrivain misanthrope, une épave oubliée du monde. Il invite un jeune admirateur à le rejoindre sur une île des Caraïbes où il vit reclus avec sa nouvelle et intrigante compagne. L'arrivée du jeune homme ne se déroule pas comme prévu. Tenu à l'écart, humilié, il ne reçoit de son ancien mentor que des confessions alarmantes. Quand enfin il est admis dans l'intimité du couple, il découvre une réalité où chaque acte, chaque parole semblent contaminés par une présence hostile.


- Vladimir Vladimirovitch
de Bernard Chambaz
Éditions Flammarion / Août 2015


Pendant une année, Vladimir Vladimirovitch Poutine, homonyme du président russe, consigne la vie de son double dans trois cahiers. Le cahier rouge raconte son enfance puis son entrée au KGB. Le gris retrace ses cinq années comme agent secret en Allemagne puis sa lente métamorphose en homme de l'ombre dans les années 1990. Le noir décrit sa vie depuis son accession à la présidence.


- Zeina, bacha posh
de Cécilia Dutter
Éditions Du Rocher / Août 2015


Née à Kaboul, Zeina n'a que trois ans à la mort de son père. Selon une coutume ancestrale, elle sera une bacha posh, une fille déguisée en garçon, seul moyen de survivre à la honte d'une famille de femmes dans un pays où elles ne peuvent se déplacer qu'accompagnées d'un homme. À la puberté, elle refuse de recouvrer son identité d'origine et s'enfuit. Réfugiée au sein d'une association militant pour le droit des Afghanes, elle va suivre cette ONG à Paris afin de sensibiliser les médias à cette cause. Elle survit misérablement dans la capitale jusqu'à ce que sa route croise celle d'Olivier. Fasciné par sa beauté qu'il devine sous son allure masculine, ce photographe parvient à l'imposer dans le milieu de la mode et en fait sa maîtresse. Égérie des plus grands couturiers, Zeina sillonne le monde tout en multipliant les conquêtes amoureuses. Cependant, en quittant son Afghanistan natal pour rejoindre le monde occidental, la femme moderne et affranchie dont elle est désormais le symbole a-t-elle gagné sa liberté? Un roman bouleversant qui interroge de façon vertigineuse la quête identitaire et l'émancipation féminine contemporaine.


- Cent portes battant aux quatre vents
de Steinunn Sigurdardottir
Éditions 10-18 / Juillet 2015
 

Plus de vingt ans se sont déroulés depuis que Brynhildur a quitté Paris ou elle a été étudiante à la Sorbonne. Mais un court séjour dans la capitale ainsi qu'une aventure inattendue et sans lendemain la projettent malgré elle face à ses souvenirs de jeunesse, parmi lesquels, celui du grand amour à côté duquel elle est passée. Pourquoi ne saisit-on pas le bonheur lorsqu'il passe? Pourquoi tous ces tourments et ces attirances non réciproques?


- Courir sur la faille
de Naomi Benaron
Éditions 10-18 / Juillet 2015

 
Depuis le jour où il comprend que la course à pieds est sa passion, le jeune Tutsi Jean Patrick Nkuba n'a qu'un rêve: devenir le premier champion olympique du Rwanda. Mais les gens comme lui ne sont pas censés gagner. Avril 1994: le pays s'embrase et Jean Patrick se trouve sans protection. Si ce n'est celle de son énigmatique coach, qui plus que quiconque croit en la réussite de ce jeune athlète. La seule solution: lui procurer une fausse carte d'identité ethnique pour échapper aux génocidaires et tenter d'accomplir sa destinée. Mais peut-on renier ses origines? Et que sont devenus les siens? Le temps passe. Les retrouver sera la course de sa vie.


- La langue d'Altmann
de Brian Evenson
Éditions 10-18 / Juillet 2015


Un paysan enterre sa fille en secret, un couple louche cherche à se débarrasser de chatons, un père pousse ses proches au suicide. Avec ce premier recueil publié en 1994, Brian Evenson s'imposait en maître du bizarre. Régis par la loi du plus fou, ses récits, absurdes, cruels, inquiétant, sondent l'âme humaine, abandonnée à son animalité et à son mystère. Corrosif, et sidérant.


- Les lumières de Dingle
de Catherine de Montfort
Éditions Les Presses Du Midi / Juillet 2015


Dans le village irlandais de Dingle, Rings of Kerry, Linsey 22 ans, natif du village et aimé de tous, disparaît une nuit d'orage, juste avant ses fiançailles. Les pêcheurs et sa famille partent à sa recherche. Une inquiétante prédiction, faite par Seamus, Conteur du Connemara et Mage blanc celte, entraînera les personnages jusqu'en Écosse, au péril de leur vie. Quel mystère se cache derrière les lumières de Dingle? C'est ce que vous découvrirez dans cette stupéfiante aventure, au sein des magnifiques paysages d'Irlande, des îles d'Aran et d'Écosse. Navigations et chevauchées vous conduiront dans le Temple de la Confrérie du Serpent Bleu, les légendes, le surnaturel et' les bombes de l'I.R.A.


- Nora ou le paradis perdu
de Cecilia Samartin
Éditions L'Archipel / Juillet 2015
 

Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante. Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s'installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s'apprête à vivre des heures sombres à La Havane. Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s'accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu'elles continuent d'échanger, Nora comprend que la vie d'Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide. Mais ce qu'elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu'elle pouvait imaginer.


- Sensorium
de Abha Dawesar
Éditions 10-18 / Juillet 2015
 

À l'occasion d'un voyage sur sa terre natale, Durga, jeune artiste indienne, est conduite par son cousin chez un voyant. Celui-ci lui prédit que tant qu'elle n'aura pas expié les péchés de ses vies antérieures, elle ne parviendra pas à accomplir son destin. Cette jeune femme aux facettes multiples, scindée entre l'Orient et l'Occident, met à profit son séjour dans une résidence d'écrivain en Flandre pour explorer son identité multiculturelle. En détective de l'âme, elle va s'examiner et tenter, sous l'égide de Ganesh, de trouver sa voie.


- Toujours la même tige avec une autre fleur
de Albert Win
Éditions Du Palio / Juillet 2015


Ce livre est celui de deux enfants surdoués qui grandissent et apprennent à s'adapter en trouvant leur propre voie d'expression de leurs capacités. La petite fille, armée de son nounours et de ses couches pour la nuit, décortique pourtant les relations humaines avec une lucidité et une maturité déroutantes, pour mieux tenir debout au cœur de son univers familial qui s'effondre. Elle cherche éperdument l'attention des siens, trop occupés à démêler leur histoire qui se répète, et s'approprie la vie de façon singulière afin de ne pas se laisser happer par le tempo familial. Le jeune garçon au potentiel illimité prend plaisir à polir ses talents dans la vie comme on apprend à jouer d'un instrument de musique. Il recherche et expérimente; mais sa maîtrise précoce du monde qui l'entoure rend ce jeune maestro rapidement désabusé et démotivé. Les deux enfants, devenant de jeunes gens, restent en quête permanente d'une excitation cérébrale, au point d'en devenir de vrais petits phénomènes. Mariant rigueur d'observation et allégresse d'expression, Toujours la même tige avec une autre fleur est une ode à la résilience. Sursaut de l'enfant dont les parents se séparent, rebond de l'élève surdoué malgré sa sensibilité extrême et ses difficultés relationnelles, résistance de ceux qui décident que rien, pour eux, ne sera totalement écrit d'avance: chacune des étapes qui cadencent le récit montre que la meilleure façon de transformer son destin, c'est de se l'approprier en éprouvant et en assumant sa différence.


- Une semaine légèrement agitée
de Chrissie Manby
Éditions Mosaïc / Juillet 2015


Va-t-elle survivre à une (longue, très longue) semaine de vacances avec (toute) sa famille? C'est le casse-tête obsédant de Chelsea Benton depuis que sa mère a lancé sa bombe: les réunir tous en hôtel-club à Lanzarote pour fêter ses 60 ans. Bien sûr, Chelsea les aime. Mais il y aura son petit neveu aux doigts poisseux (très mauvais pour les fringues de marque), sa nièce ado que tout "saoule", son grand-père adorable mais pas du genre à passer inaperçu, son beau-frère. Aucune chance de mettre à profit ces vacances forcées pour approfondir les relations avec le beau mec de l'avion (oui, celui qui est accompagnée de la petite peste de 6 ans). Mais la goutte d'eau qui fait déborder la piscine, c'est que la sœur de Chelsea est de la partie. La fille parfaite, mariée, femme au foyer exemplaire dont Chelsea se demande si elle doit l'envier (elle, elle vient encore de se faire larguer) ou la plaindre (franchement, lâcherait-elle son job d'esclave dans un magazine glamour à Londres pour devenir épouse et maman? Elle se tâte). Bref des vacances (horribles) sans surprise? Pas sûr. Des surprises, il va y en avoir au contraire. Et même, de vraies révélations.


- Ainsi passe le temps...
de Robert Landi
Éditions Les Presses Du Midi / Juin 2015


Le présent récit, Ainsi passe le temps qu'il qualifie d'imaginaire illustre le talent d'écrivain de Robert Landi. Il y unit harmonieusement dans une composition très singulière, les caractères fondamentaux de la tragédie classique à ceux du drame romantique. La fatalité y dirige les destinées. Implacable, inexorable, elle conduit au sort funeste. Ce récit est-il complètement imaginaire? Oui, dans sa mise en scène, mais à travers ses personnages, c'est l'auteur qui raconte certains de ses réflexions ou pensées sur la vie. Sa richesse de langage ne pourrait s'exprimer avec autant de justesse et de bonheur sans un ressenti profondément personnel et sincère. Ainsi passe le temps... est un récit original, un texte émouvant que le lecteur saura apprécier.


- À un détail près
de Kristan Higgins
Éditions Mosaïc / Juin 2015


Quand elle débarque pour deux mois à Manningsport, la petite ville des Finger Lakes où vit toute sa famille, Faith Holland a dans la poche une liste ambitieuse de projets:
- Rénover la vieille grange du domaine familial de Blue Heron.
- Faire en sorte que la ville oublie, enfin, que son ex-fiancé l'a larguée devant l'autel le jour de leur mariage en faisant son coming out (un moment particulièrement bien choisi, non?).
- Trouver une nouvelle compagne à son père, lequel pourrait bien vouloir se remarier avec une femme cupide et d'un absolu mauvais goût (pour elle, le comble du chic est de porter une robe à imprimé léopard).
- Régler ses comptes avec Levi Cooper, le copain ô combien attentionné qui a tout fait pour que son ex-fiancé clame son homosexualité devant la moitié de la ville.
Car pour Faith, une chose est sûre: rien, ni le sex-appeal affolant de Levi ni ses magnifiques yeux verts, ne viendra altérer la colère que suscite en elle celui qui, trois ans plus tôt, a fichu sa vie en l'air.


- Banjo
de Claude McKay
Éditions De L'Olivier / Juin 2015


Marseille, 1929. Lincoln Agrippa Daily, alias Banjo (comme l'instrument dont il joue dans les bars), docker occasionnel, est un Noir américain en quête de plaisirs et d'aventures. Dans cette ville légendaire pour tous les marins du monde, il déambule, en compagnie d'amis et de connaissances de passage. C'est dans les bas-fonds, les lieux clandestins, les rades plus ou moins louches qu'ils rencontrent prostitué(e)s et maquereaux, voyous en tout genre, marins en bordée et surtout, des musiciens.


- Bernard, François, Paul et les autres...
de Jean-Emmanuel Ducoin
Éditions Anne Carrière / Juin 2015
 

En 1985, Bernard Hinault remporte son cinquième et dernier Tour de France. Trente ans plus tard, aucun Français n'a réussi à regagner l'épreuve mythique de juillet. Comment prévoir une telle déveine dans le pays qui inventa la course la plus importante de toute l'histoire, celle qui façonna la légende des "Forçats de la route"? Il y a trente ans, Jean-Emmanuel Ducoin, qui n'est pas encore journaliste, suit la Grande Boucle en touriste, avec son grand-père, Paul, dans une Simca 1000. Durant trois semaines, le vieil homme et son petit-fils, mus l'un et l'autre par la passion pour leur idole Bernard Hinault, traversent la France de part en part et assistent, au gré de leurs rencontres, mais sans en prendre pleinement conscience, au basculement d'un monde. Au milieu des années quatre-vingt, c'est la France de la gauche au pouvoir, celle de Mitterrand. Mais c'est aussi la fin des promesses de mai 1981, oubliées sur l'autel du réalisme économique. C'est la casse de la sidérurgie, la fermeture de Manufrance, le temps de la rigueur. C'est la fin des illusions. Les ouvriers se sentent trahis, tandis qu'avec l'arrivée de Bernard Tapie dans le cyclisme, les meilleurs coureurs deviennent des millionnaires. L'année 1985 scelle la disparition d'un âge d'or. Celui du cyclisme. Celui d'une certaine idée de la France.


- Ça peut pas rater !
de Gilles Legardinier
Éditions Fleuve Noir / Juin 2015
 

"J'en ai ras le bol des hommes. J'en ai plus qu'assez de vos sales coups. C'est à votre tour de souffrir. Cette fois, vous allez payer. Puisque aucun bonheur ne descendra du ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers. La gentille Marie est morte. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume".


- Ce genre de choses n'arrive jamais
de Mika Waltari
Éditions Actes Sud / Juin 2015
 

C'est la veille de la Seconde Guerre Mondiale et la situation géopolitique en Europe est explosive. Un homme en escale, tendu vers un obscur projet professionnel, se retrouve coincé dans un aéroport où règne la plus grande confusion. Un pilote décidé à conduire coûte que coûte son avion à destination lui propose, ainsi qu'à une passagère déterminée elle aussi à poursuivre son voyage, de passer outre les avertissements des autorités. Ils embarquent alors pour un vol extrêmement périlleux qui les mènera en terre inconnue, dans un lieu énigmatique au bord du chaos, où la violence et l'absurde se côtoient et se confondent.


- Chaque jour est une vie
de Jean Maltèse
Éditions Les Presses Du Midi / Juin 2015


Entre anecdotes et nouvelles vécues ou ayant existé ainsi que quelques petits récits en forme de poèmes, cet ouvrage regroupe certaines rencontres exceptionnelles qui ont marqué son auteur. C'est un récit ponctué de souvenirs parfois douloureux de plusieurs générations dont les pages ne seront jamais tout à fait tournées. Le dialogue avec Martin Grey ou avec Alain Mercier, est entre autre un moment inattendu de ce livre. C'est une longue promenade où l'amour est pratiquement toujours présent. Avec ce grand-père qui avant sa mort raconte à son petit-fils les grands principes de la vie. Puis la rencontre avec cet homme qui dans les hauteurs de l'île de la Réunion, au lieu-dit "le cirque de Mafate" raconte ses conditions de vie. C'est un ouvrage à lire sans prise de tête. Chaque chapitre est un instant d'espoir, de vie, de mort et d'amour. Ainsi va le monde. Car chaque jour est une vie.  


- cœurs de chêne
de Alexander Kent
Éditions Phébus / Juin 2015
 

Février 1818. La marine anglaise sort épuisée de trente ans d'incessants conflits, et le capitaine de vaisseau Adam Bolitho, qui vient de quitter le commandement de l'Athéna, n'aspire finalement qu'à une seule chose: se marier avec sa douce Lowenna et trouver enfin un havre de paix personnel. Mais l'Amirauté a d'autres ambitions, et lui confie le commandement d'une frégate flambant neuve de trente-huit canons, dont la première mission n'est pas la guerre, mais la diplomatie, de conserve avec la frégate française Nautilus, prise aux mains des Anglais des années plus tôt. Adam, une nouvelle fois, prend la mer, parfaitement conscient de la jalousie et de l'ambition qui règnent chez ses officiers, de l'inquiétude de ses aspirants et, enfin, de la proximité du vieil ennemi. C'est seulement lorsque le Nautilus est offert en sacrifice sur l'autel de l'Empire que tous découvrent combien la fraternité des gens de mer est plus forte que tous les souvenirs amers nés d'un océan de sang et de décennies de guerre.


- Comment j'ai attrapé un espion russe
de Ellis Henican et Naveed Jamali
Éditions Du Seuil / Juin 2015

 
New York, années 2000. Naveed Jamali mène l'existence ordinaire d'un jeune diplômé américain qui travaille dans l'entreprise familiale, sans idée précise de ce qu'il va faire de sa vie. Mais tout bascule lorsqu'un authentique espion russe tente de le recruter pour obtenir des informations confidentielles, et qu'il décide de s'improviser agent double pour le compte du FBI. Comment apprendre les ficelles du métier? Sur le tas, du fond de son canapé, en visionnant Spy Game, Magnum, Deux flics à Miami, James Bond et Jason Bourne. C'est son histoire qu'il raconte aujourd'hui, dans un récit qui porte sans complexe un regard teinté d'auto-dérision sur ses fantasmes et maladresses d'espion amateur. Une plongée captivante dans les coulisses du renseignement américain post-guerre froide.


- Dans la maison de l'autre
de Rhidian Brook
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
Hambourg, 1946. La ville est en ruine, la nation brisée. La vie peine à reprendre ses droits. Des ombres errent parmi les décombres à la recherche de nourriture, d'un proche, d'un espoir. Lewis Morgan, colonel de l'armée britannique, est chargé de superviser les opérations de reconstruction du territoire et de dénazification de la population. Il s'installe dans une villa réquisitionnée à son intention avec son épouse et leur dernier fils encore en vie. Le colonel propose aux propriétaires des lieux, un architecte allemand éploré par la mort de sa femme et de sa fille, de rester. Les deux familles partagent le même toit mais comment supporter pareille situation quand une haine viscérale continue d'opposer les deux peuples?


- De si jolies ruines
de Jess Walter
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
Avril 1962. La jeune actrice Dee Moray accoste, souffrante, dans le village de Porto Vergogna, en Italie, une douzaine de maisons blotties dans les replis d'une falaise. Elle est accueillie par le propriétaire de l'unique hôtel-pension, un homme au grand cœur ébloui par la beauté de cette starlette fraîchement débarquée du tournage mouvementé de Cléopâtre. Suivront le légendaire Richard Burton et un jeune loup de la production, chacun ayant sa raison de lui courir après. Entre appât du gain, amour et culpabilité, une toile de sentiments se tisse autour de la magnifique blonde, finalement pas si malade que ça. C'est le début d'une tempête d'émotions qui va balayer leurs existences et inextricablement lier leurs destins à tous.


- Emma
de Brigitte Varel
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015
 

Sur une route sinueuse de montagne, Chris perd Emma, la femme qu'il aimait. À l'hôpital, emmuré dans son amnésie, sa vie bascule dans un long cauchemar; son entourage semble le manipuler tout en le soupçonnant du pire. On l'accuse d'avoir tué sa femme pour en hériter. Plongé dans de terribles doutes, est-il vraiment l'assassin de celle qu'il croyait aimer?, il cherche par tous les moyens à recouvrer la mémoire. Mais ses appels au secours n'ont aucun écho. Jusqu'au jour où, cruellement assassinée, Laure, sa belle-mère, soulève un coin du voile avant de mourir.


- En cas de forte chaleur
de Maggie O'farrell
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
Comme chaque matin depuis trente ans, Robert Riordan part acheter son journal. Mais en ce jour caniculaire de juillet 1976, il part et ne revient pas. Dans leur maison londonienne, Gretta, sa femme, s'interroge: quelle mouche a bien pu le piquer? Doit-elle prévenir les enfants? À peine réunis, ces derniers tentent de prendre la situation en main: les placards sont retournés, les tiroirs vidés, chaque pièce fouillée en quête d'indices. Mais, alors que le mystère autour de leur père s'épaissit, les vieilles rancœurs resurgissent. L'aîné en a assez: pourquoi est-ce toujours à lui de prendre en charge sa famille? Quant aux deux sœurs, jadis si proches, quel événement a brisé leur lien, si terrible que la cadette a décidé de mettre un océan entre elles? Et Gretta, a-t-elle vraiment tout dit?


- Faussaire
de Jean-François Ferrillon
Éditions L'Âge d'Homme / Juin 2015


Jean-Bernard Bonnot est un Parisien au chômage, qui vit d'expédients, et donne quelques cours de philosophie. La trentaine, marié, un enfant, il écrit un livre sur Drouot. Un jour, il fait la connaissance de Marlene, une Américaine fortunée qui va l'introduire dans le monde opaque des marchands de tableaux. Giordano, un italien, lui explique combien sont ambiguës les attributions et très approximatives les expertises. Il lui révèle surtout comment fabriquer de faux tableaux anciens. Ce premier roman nous entraîne dans le milieu du trafic d'art, dont les contrefaçons se retrouvent parfois dans les musées.


- Free fall
de Leah Reader
Éditions Prisma / Juin 2015
 

Maise O'Malley vient de fêter ses 18 ans et rêve de faire des études de cinéma, mais elle qui prétend n'avoir peur de rien et ment souvent sur son âge et a toujours eu l'impression d'avoir grandi trop vite. Quand elle rencontre Evan un soir d'été dans une fête foraine, l'attirance entre eux est immédiate, intense, et aurait dû rester sans lendemain. À la rentrée c'est le choc: Evan est en réalité son nouveau prof au lycée. Ensemble, ils se sentent vivre; ailleurs, ils sont des acteurs qui jouent un rôle, mais ce jeu dangereux avec les interdits va les mettre en danger.


- Il était une fois dans le métro
de Karen Merran
Éditions Michel Lafon / Juin 2015

 
Ce que la pétillante Maya préfère dans sa routine quotidienne "métro, boulot, dodo", c'est le métro. Elle aime observer les gens et imaginer leur vie. Chef de produits capillaires au sein du service marketing de Beauty Corporation, c'est aussi dans le métro qu'elle trouve les idées de shampoings ou de soins les plus innovantes. Un matin, à la station Saint-Lazare, elle se fait voler son portable, et voit un homme courir pour rattraper son agresseur. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance de Roger, un SDF qui gagne sa vie en vendant le Guide des restos pas chers. Roger l'émeut, et elle décide de l'aider en élaborant une stratégie: trouver une idée originale qui lui permette de sortir de l'impasse. Un projet bien ambitieux, et pas très réaliste. Mais la générosité peut devenir contagieuse, et parfois provoquer de belles surprises.


- Inconnu à cette adresse
de Kressmann Taylor
Éditions Autrement / Juin 2015


Ils sont tous deux allemands. L'un est juif, l'autre non, et leur amitié semble indéfectible. Ils partent fonder une galerie d'art en Californie. Quelques années plus tard, Martin rentre en Allemagne. Au fil de leur échange épistolaire, Max prend la mesure d'une contamination morale sournoise et terrifiante: Martin est peu à peu gagné par l'idéologie du IIIe Reich. Le sentiment de trahison est immense, et la tragédie ne fait que commencer.


- Je n'avais rien compris
de Diego de Silva
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015
 

Prenez la personne la plus sympathique que vous connaissez. Puis la plus intelligente. Maintenant, la plus narcissique. La plus généreuse. La plus folle. Mélangez bien. Voici, grosso modo, le protagoniste de ce livre. La vie de Vincenzo Malinconico est un désastre. Le jour, il fait semblant de travailler dans son minuscule cabinet d'avocat. La nuit, il lambine devant des émissions de téléachat, toujours dans l'attente d'un appel de son ex-épouse, Nives, qui vient de temps à autre se réfugier dans ses bras. Beau-père d'une jeune Alagia, étudiante à la fac, qu'il rencontre clandestinement au Burger King de l'aéroport (la malbouffe est proscrite, chez Nives), il est aussi le père d'un adolescent bizarre, Alfredo, journaliste en herbe, adepte de la prise de risque. Mais tout change le jour où l'avocate la plus séduisante du barreau de Naples jette son dévolu sur lui; et que, à ce moment même, il est commis d'office pour défendre un homme de main de la Camorra. Les péripéties rocambolesques commencent. Un roman subtil et drôle, dans lequel le personnage principal, irrésistible philosophe du quotidien, parle d'amour et de Camorra avec la même énergie, à la fois lucide et railleuse. L'humour napolitain dans toute sa splendeur.


- Je peux très bien me passer de toi
de Marie Vareille
Éditions Charleston / Juin 2015

 
Chloé et Constance sont bonnes copines, bien qu'elles n'aient en commun que leurs vies sentimentales catastrophiques. Chloé écume les boîtes de nuit et enchaîne les histoires d'un soir, pour oublier que l'homme qu'elle aime se marie. Constance, éternelle romantique et perpétuelle célibataire, lit Jane Austen une tasse de thé à la main, en attendant que le Prince Charmant tombe du ciel. Les deux jeunes femmes décident alors de prendre leur vie en main en concluant un pacte. Chloé, parisienne jusqu'au bout des ongles, devra s'exiler avec ses talons aiguilles en pleine campagne avec interdiction d'approcher un homme pendant six mois. Constance, elle, s'engage à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. Des vignobles du Sauternais à Londres en passant par Paris, cet étrange pacte entraînera les deux amies bien plus loin que prévu.


- J'suis pas plus con qu'un autre
de Henry Miller
Éditions Buchet Chastel / Juin 2015
 

"En général, j'aime ceux qui sont un peu, ou largement, fous. L'imbécile, non! L'idiot, oui! Il y a une grande distinction entre les deux. D'être fou, c'est d'être poète. Ce sont des imbéciles qui gouvernent le monde". Ce court texte, le seul que Miller ait jamais écrit en français, reprends inlassablement le meilleur de l'auteur: sa verve, son érudition, sa drôlerie libertaire, sa foi en la poésie et en l'homme. Comme souvent avec Miller, on se balade dans les recoins de sa mémoire, de ses réflexions. Il nous parle de ce qu'il a aimé, de ce qu'il a honni, de ce siècle qu'il a traversé les yeux grands ouverts et nous livre, une fois de plus, une joyeuse leçon de vie et d'intelligence. Ode à la vie, l'art et la littérature, J'suis pas plus con qu'un autre fait revivre l'esprit frondeur et généreux du grand Henry Miller.


- L'art acrobatique de la fugue
de Roopa Farooki
Éditions Gaïa / Juin 2015

 
Maqil, connu aussi sous le nom de Mike, Mehmet, Mikhail, Miguel, est un charmeur et un charlatan. Habile arnaqueur, il s'invente des identités, abandonne femme, enfant, carrière derrière lui. Dès sa naissance à Lahore, Pakistan, aux côtés de son jumeau mort-né, il a démontré quel battant il serait. Il vole d'une vie à l'autre, vers Le Caire ou Paris, Londres ou Hong Kong, mais finit seul dans un hôtel miteux de Biarritz quelque quatre-vingts ans plus tard. L'histoire le rattrape, ainsi que ses créanciers. Mais jusqu'au bout, il ne pourra s'empêcher de jouer son va-tout. En joueur compulsif, qui perd au moins autant qu'il gagne, au jeu comme dans la vie.


- L'aventurier du Rio Grande
de Tom Lea
Éditions Actes Sud / Juin 2015

 
Un grand western, illustré de dessins de l'auteur, jamais traduit en français et dont l'adaptation cinématographique de Robert Parrish connut un immense succès. Martin Brady, jeune Américain, se cache depuis son adolescence au Mexique après avoir tué l'assassin de son père. Pistolero au service de deux frères mexicains riches et voyous, sa vie bascule quand une blessure le retient à El Paso, ville américaine jouxtant le Mexique. Au moment où les luttes de pouvoir des deux côtés de la frontière se déchaîneront, Brady, éternel étranger, sera tiraillé entre les belligérants et aura des décisions importantes à prendre. Un roman juste, quasi historique sur les deux cultures qui s'affrontent, riche en suspens et en émotion, mais aussi enchanteur par ses descriptions de paysages époustouflants.


- L'entremetteuse
de Ellen Hilderbrand
Éditions JC Lattès / Juin 2015

 
La réputation de Dabney pour ses talents d'entremetteuse n'est plus à faire sur l'île de Nantucket: avec quarante-deux couples heureux à son actif, elle ne s'est jamais trompée quand il s'agissait d'amour. Enfin… jamais, sauf pour elle-même: Clendenin Hughes, le beau jeune homme aux yeux noisette, lui a autrefois brisé le cœur en quittant l'île pour réaliser son rêve de journaliste. Et soudain, après vingt-sept ans d'exil au bout du monde, voilà que Clen revient à Nantucket, et Dabney ne s'est jamais sentie aussi bouleversée, ni aussi vivante. Mais quand une tragédie menace cette seconde chance, Dabney se trouve forcée d'affronter les conséquences de ses choix et de révéler de douloureux secrets à sa famille.


- L'été du cyclone
de Beatriz Williams
Éditions Belfond / Juin 2015
 

1931. Discrète et réservée, Lily Dane n'a jamais su laisser parler son cœurs. Jusqu'à ce que son chemin croise celui de Nick Greenwald. Le coup de foudre est immédiat, mais Lily est inquiète: elle, issue de la haute société new-yorkaise, pourra-t-elle jamais faire accepter à sa famille son amour pour un étudiant désargenté d'origine juive?
1938. Alors qu'elle séjourne avec sa mère et sa petite-sœur dans la paisible station balnéaire de Seaview, Rhode Island, Lily a un choc: Budgie, son amie d'enfance qu'elle n'a pas revue depuis sept ans, est là. Accompagnée de son mari, le beau Nick Greenwald. Effondrée, Lily fait son possible pour éviter le couple. Tout l'inverse de Kiki, son espiègle petite sœur de six ans, qui s'est prise d'une affection immédiate et réciproque pour Nick. Quel lien celui-ci cherche-t-il à créer avec l'enfant? Et si, à travers Kiki, Nick essayait de se rapprocher de Lily? Alors qu'une tempête menace de s'abattre sur la côte, Lily ne tarde pas à faire de terribles découvertes et met au jour de troublants secrets sur sa famille, sur la perfide Budgie, et sur le lien si spécial qui unit Kiki et Nick.


- L'homme du verger
de Amanda Coplin
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
À l'aube du XXe siècle, dans une région reculée le long de la côte pacifique des États-Unis, Talmadge prend soin de ses arbres fruitiers. Depuis près d'un demi-siècle, cet homme mène une existence apaisée, rythmée par les saisons des fruits. Jusqu'au jour où deux jeunes filles farouches et abandonnées font irruption dans son domaine. Leur arrivée bouleversera définitivement la vie de ces personnages, les rappelant à leurs douloureux passés.


- L'homme qui parlait à la nuit
de Mira Jacob
Éditions Actes Sud / Juin 2015
 

Lorsque sa mère l'appelle un soir de l'autre bout des États- Unis, Amina comprend que quelque chose ne va pas: depuis trois jours et trois nuits, son père, un neurochirurgien reconnu, est assis sous le porche de leur maison et parle sans discontinuer. Il parle à sa mère, à son frère, à son neveu, à tous ses proches restés en Inde et aujourd'hui disparus. Tout le monde le croit devenu fou, jusqu'à ce qu'une photo prise par Amina dans le cadre d'un cours de photographie à l'université, sur le thème de la solitude, révèle, derrière la figure de son père qui parle à la nuit, l'ombre bienveillante d'une petite vieille femme en sari. Le spectre de sa grand-mère... Elle abandonne tout et saute dans un avion pour Seattle. En revenant à Albuquerque, dans la maison qui l'a vue grandir, Amina retrouve aussi la chambre d'Akhil, son frère, décédé dans un accident de voiture des années plus tôt, et peu à peu ses certitudes vacillent. Elle qui donnerait tout pour une dernière discussion sous les étoiles avec son cher grand frère, devrait convaincre son père de rompre le fil d'or de sa conversation avec les morts?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 10:06

- L'île du feu sacré
de Barbara Wood
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015


Emily a reçu une éducation religieuse et morale des plus strictes. Aussi, est-elle complètement déstabilisée lorsqu'elle arrive à Hawaï avec son mari, en tant que missionnaire, et qu'ils découvrent les us et coutumes des habitants. La jeune femme est très vite nostalgique de son pays, mais elle reste déterminée à partager sa foi, jusqu'à ce qu'elle rencontre le fringant capitaine Farrow. La sauvera-t-il d'un mariage sans amour contre lequel elle n'a jamais pensé à se révolter? C'est là la première étape du voyage humain et sentimental qu'elle s'apprête à accomplir, car l'île est bientôt en proie à une terrible épidémie, qui a tout d'une malédiction.


- L'instant infime d'une respiration
de Catherine Bex
Éditions L'Âge d'Homme / Juin 2015


Martin vit comme il court, court comme il vit. Avec une exigence extrême. Perfectionniste, introverti, il passe aux yeux de tous pour un homme travailleur et sportif, bon père et bon mari. Pourtant, Martin est faille, bloc fragile sur le ballant. Rattrapé insidieusement par la maladie, aspiré par l'idéal et obnubilé peu à peu par son sentiment d'impuissance face à Dieu, il perdra pied inexorablement. Jusqu'au drame.


- La cachette du diable
de Carlos Acosta
Éditions Kero / Juin 2015


Dans la grande tradition du réalisme magique sud-américain, une épopée foisonnante ancrée dans l'histoire mouvementée de Cuba. Le jour où Oscar Kortico se retrouve seul au monde, il se souvient des paroles de son grand-père: "On ne peut pas savoir qui l'on est vraiment avant de connaître son propre passé, son histoire et aussi celle de son pays". Sur les traces de sa famille, il part à la recherche du minuscule hameau de Pata de Puerco, fondé dans les années 1800 par ses ancêtres. Qui étaient ces esclaves fugitifs aux haines féroces, aux amours improbables, et que signifie cette amulette étrange, un collier avec un pied de cochon séché, qui a donné son nom au hameau et qui constitue le seul héritage d'Oscar? Au cours de sa quête, Oscar plongera dans son passé familial et dans celui de son île, son peuple.


- La dernière œuvre de l'architecte
de Nigel Packer
Éditions Terra Nova / Juin 2015


À 70 ans passés, Otto commence franchement à se sentir vieux. Ça ne s'arrange pas quand on lui annonce que Marlowe House, un building qu'il a dessiné et construit dans les années 60, va être détruit. Aux yeux de la municipalité et des habitants, cette tour est en effet le vestige démodé d'un temps révolu. Mais Otto considère que ce bâtiment est son chef d'œuvre, et il décide de se battre jusqu'au bout pour le sauver de la destruction. Sur les traces de son passé, l'architecte s'embarque pour un voyage qui va changer le regard qu'il porte sur lui-même et sur les autres. Un voyage qui, finalement, pourrait totalement transformer sa vie.


- La facture
de Jonas Karlsson
Éditions Actes Sud / Juin 2015

 
5 700 000 couronnes (à peu près 600 000 euros): c'est le montant de la facture qu'un beau jour un organisme de recouvrement adresse à un modeste employé. Esseulé depuis la mort de ses parents, négligé par ses amis qui ont charge de famille et mènent carrière, ce célibataire se contente d'une vie aussi paisible qu'insignifiante. Mais voilà que l'Administration a décidé d'une taxe sur le bonheur. Or, si modeste que soit l'existence de notre homme, des petits riens suffi sent à le réjouir et font de lui, pour ce nouvel impôt, un contribuable de choix. Soupçonnant d'abord un canular ou une arnaque, il doit apprendre à ses dépens que, dans une société régie par l'argent, facturer le bonheur n'est pas illogique. Peut-il faire appel? Contester l'impôt? Plaider l'erreur de calcul? Est-il vraiment heureux au point de devoir une telle somme? "Réjouissez-vous, on va vous taxer": refrain cala miteux que chantent à tue-tête les gouvernements, bien décidés à ratisser large et à mettre jusqu'aux fauchés à contribution. Mais le héros de cette histoire pleine de sagesse se débat de son mieux, finit par trouver une oreille attentive et, au passage, nous invite à prendre conscience de notre bonne fortune.


- La lettre de Queenie
de Rachel Joyce
Éditions XO / Juin 2015

 
Vingt ans que leurs chemins s'étaient séparés. Il a suffi d'une lettre de Queenie, lui annonçant qu'elle allait mourir, pour qu'Harold Fry décide de la retrouver. Alors qu'il traverse, à pied, l'Angleterre, Queenie, de son côté, redoute les retrouvailles. Comment lui faire face? Comment lui dire ce qu'elle cache depuis tant d'années? Queenie lui écrit une seconde lettre. Elle lui raconte toute l'histoire. Cette fois-ci,, pas de mensonges. Il est temps pour elle de lever le voile et de se libérer de cette culpabilité qui la ronge. Mais qu'a-t-il bien pu se passer, il y a vingt ans, dans cette petite ville du sud de l'Angleterre, pour qu'elle veuille la quitter et ne jamais y revenir?


- La mélodie du passé
de Hans Meyer Zu Düttingdorf
Éditions Les Escales / Juin 2015

 
En vidant l'appartement de sa mère qui vient de mourir, Christina, une jeune journaliste berlinoise, trouve une vieille carte postale représentant un groupe de joueurs de tango, sur au dos de laquelle est écrit un mystérieux message. Intriguée, Christina décide de fouiller le passé de sa mère et apprend que celle-ci n'était pas celle qu'elle croyait. À la recherche de ses véritables origines, la journaliste part pour l'Argentine. De l'autre côté de l'Atlantique, elle enquête dans le sillage de son arrière-grand-mère Emma, une jeune femme audacieuse qui a quitté son Allemagne natale dans les années vingt pour trouver le bonheur auprès de Juan, un riche exportateur argentin ambitieux épousé dans la précipitation. La jeune mariée est pourtant troublée par Eduardo, un joueur de bandonéon qui exerce sur elle une fascination irrésistible. Cette passion bouleversera son existence, mais aussi celle de ses descendants. Un premier roman éblouissant, un voyage à travers le temps et la musique sur les traces d'un amour resté secret pendant près d'un siècle.


- La rameau d'amandier
de Michel Cohen-Corasanti
Éditions Terra Nova / Juin 2015


La Palestine, dans les années 50. Alors que le conflit israélo-palestinien s'enflamme, Ahmed, douze ans, découvre la violence et la peur. L'armée israélienne contraint sa famille à s'installer sur un misérable lopin de terre où rien ne pousse. Rien, sauf un amandier. Quand son père est emprisonné, Ahmed n'a pas le choix: il doit travailler pour aider sa famille. Année après année, injustice après injustice, sa famille succombe à la haine. Ahmed, lui, découvre qu'il a un véritable don pour les sciences. Et c'est ce talent qui va lui ouvrir un monde nouveau: lui, le petit Arabe, va étudier aux États-Unis, malgré l'opposition de sa famille. Traversant le siècle, Ahmed va vivre un extraordinaire destin. Une vie qui suit les soubresauts de l'Histoire, entre colère, pardon et espoir.


- La Volta
de Bruno d'Halluin
Éditions Gaïa / Juin 2015
 

Ils sont deux navigateurs et un voilier de 10 mètres, La Volta, partis pour un voyage de 14 mois depuis la Bretagne jusqu'aux confins de l'océan Atlantique. Le mystérieux Pot au noir, les Quarantièmes rugissants et surtout le mythique cap Horn sont autant d'objectifs que se fixent les deux hommes. Passionnés d'histoire maritime et curieux de tout, ils font escale à Lisbonne, aux îles du Cap-Vert, sur les côtes brésiliennes et argentines puis, à l'extrême sud de la Patagonie, dans les recoins tourmentés de la Terre de Feu. La Volta est le récit de ce périple, émaillé de rencontres chaleureuses, de coups de vent tempétueux, d'émotions fortes.


- Le bruit de la douche
de David Desgouilles
Éditions Michalon / Juin 2015
 

Et si ça s'était passé ainsi... New York - 14 mai 2011. Alors qu'elle vient d'entrer dans la suite 2806 du Sofitel pour y faire le ménage, Nafissatou Diallo peste contre elle-même. Elle a oublié de charger son lecteur MP3 qui vient de s'éteindre. Elle retire ses écouteurs et perçoit le bruit d'une douche. Elle comprend alors que la chambre est encore occupée et rebrousse chemin. Dominique Strauss-Kahn, qui n'a rien entendu, sort de la salle de bains et se prépare à prendre l'avion l'après-midi même pour Paris. Dans quelques semaines, il va annoncer sa candidature à l'élection présidentielle. Anne-Sophie Myotte, jeune économiste franc-comtoise de trente ans, militante socialiste, sera sa conseillère stratégique.


- Le cercle de Dinas Bran
de Sophia Raymond
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015

 
Survivante du tsunami de 2004, Anna Jensen a été déclarée cliniquement morte pendant quelques instants lors de son hospitalisation. Depuis, la graphiste parisienne est hantée, la nuit, par d'angoissantes visions de l'enfer et par l'image d'une jeune mariée enterrée vivante. Aidée par Will Aberdeen, journaliste new-yorkais enquêtant sur les expériences de mort imminente, elle cherche à comprendre le sens de ses cauchemars. Traqués par de mystérieux tueurs professionnels, Will et Anna se lancent sur les traces d'un secret ancestral mêlant magie druidique et croyances ésotériques. Leur soif de vérité va rapidement se transformer en course contre la mort. Du tremblement de terre de Lisbonne en 1755 à Paris de nos jours, en passant par la forêt de Brocéliande en Bretagne et le pays de Galles, l'intrigue de ce premier roman est basée sur des lieux et des faits réels. Et pour cause, Sophia Raymond est passionnée par l'histoire, ses mystères et ses énigmes.


- Le chemin d'Izzara
de André-Jean Lafaurie
Éditions Anne Carrière / Juin 2015
 

En 1944, à la libération de Bayonne, Zeta, 18 ans, fille de chocolatiers, est tondue en place publique. Manex Irribarne, collaborateur et trafiquant au marché noir, résistant de la dernière heure, excite la foule dans ce sens. Puis il assassine les parents de la jeune fille pour les voler. Mais Zeta le surprend et lui fait signer des aveux. Quelques années plus tard, Manex récupère ces aveux et s'efforce de ruiner Zeta, qui entre-temps a repris et développé la chocolaterie familiale. Par peur, elle prend la fuite avec sa fille, Mayalen, et s'installe sous un faux nom à Pampelune. L'Espagne est encore sous la coupe de Franco. Tandis que ses entreprises criminelles prospèrent des deux côtés de la frontière, Manex rencontre une riche industrielle et l'épouse. Ils ont une fille, Bidane. Mayalen et Bidane font connaissance à Pampelune et deviennent amies. Lorsque, à sa mort, Zeta dévoile son passé à sa fille, celle-ci n'aura de cesse de se venger de Manex; elle y parviendra par l'intermédiaire d'un groupuscule de l'ETA avant de s'enfuir en exil. Puis, à la mort de Franco, en 1975, elle rentrera en Espagne et se fera violer à Biarritz par le fiancé de Bidane, la veille de leur mariage. Conçus quasiment la même nuit, naissent alors Jakes, le fils de Mayalen, et Jakine, la fille de Bidane. De nos jours, Jakes et Jakine marchent sur le chemin de Compostelle, mais pas dans le même sens: lui, parti de Bayonne, se rend à Saint-Jacques pour expier une humiliation vécue par sa mère jadis; elle a pris la route pour moderniser le chemin séculaire, développer un chaîne d'hôtels et de restaurants. Ils vont se croiser à Ostabat, et tomber amoureux alors qu'un crime est commis au refuge où ils dorment. Quand on retrouve leur ADN sur le corps de la victime, ils ne comprennent pas, se savent innocents et prennent la fuite. Commence alors une grande traque. Quel lien secret peut unir deux familles issues d'horizons aussi éloignés?


- Le complot Médicis
de Susana Fortes
Éditions 10-18 / Juin 2015
 

Florence, 1478. Laurent de Médicis réchappe à l'attentat qui le vise lui et sa famille, plongeant la ville dans un climat de stupeur et d'effroi. Florence, de nos jours. Ana Sotomayor, chercheuse en histoire de l'art, étudie les carnets de notes du peintre Pierpaolo Masoni, l'un des témoins du drame, et se passionne pour cette sombre affaire. Que s'est-il passé ce jour-là? Qui était dans la confidence de cette trahison? Et surtout, qui est le "troisième homme", fomentateur du complot contre les Médicis? Ana est loin de se douter que ses recherches vont faire d'elle la cible d'une police parallèle et des hommes de main du Vatican.
 

- Le feu sur la montagne
de Edward Abbey
Éditions Gallmeister / Juin 2015
 

Chaque année, aux premiers jours de l'été, Billy quitte ses parents et la ville, il monte dans un train et traverse le pays en direction de l'Ouest. Arrivé sous le ciel infini et le soleil éclatant du Nouveau-Mexique dans le ranch de son grand-père, Billy chausse ses bottes, retrouve son cheval et parcourt les étendues arides et sauvages. L'été de ses douze ans, il découvre le ranch au bord de l'insurrection: l'US Air Force s'apprête à réquisitionner les terres de son grand-père pour y installer un champ de tir de missiles. Mais le vieil homme ne l'entend pas ainsi. Et Billy compte bien se battre à ses côtés. Le Feu sur la montagne dresse le portrait d'un homme prêt à tout pour défendre ses idées, et celui d'un enfant qui réalise le prix de la liberté. Inspiré de faits réels, ce roman bouleversant a contribué à faire d'Edward Abbey une des grandes voix de l'Ouest américain.


- Le passé malgré nous
de Pierre Delerive
Éditions Plon / Juin 2015
 

Pourquoi Claire Stottmeyer a-t-elle mis fin à ses jours à 70 ans passés? En remontant le fil de l'histoire, son fils Patrick exhume le passé du mari de Claire, Roland, et met à nu le drame des Malgré-Nous: Roland a fait partie de ces Alsaciens et Mosellans enrôlés de force dans l'armée allemande pendant la Seconde Guerre Mondiale et contraints de porter l'uniforme ennemi. Il a vécu le rattachement de l'Alsace au IIIe Reich en 1940, l'incorporation forcée dans la Wehrmacht, le front russe, la guerre dans des conditions épouvantables, les combats dans les rangs de la division SS Das Reich, puis le retour précipité en France pour contrer l'avancée des alliés. À quel moment le passé de Roland a-t-il télescopé l'histoire de Claire? Elle aussi porte les cicatrices de ces années de guerre passées à Fécamp, autre théâtre de tragédies. S'est-elle jamais totalement remise de la mort de son fiancé, membre de la Résistance et fusillé par un détachement SS? Avant de se marier au soir de leur vie, Roland et Claire ont surmonté le poids de leur passé et se sont tout dit. Tout, vraiment?


- Le pays vide
de Catherine Gullebaud
Éditions Arléa / Juin 2015


Que fait François Ricci, écrivain en mal d'inspiration, à Shibam, ville du Yémen posée au milieu de l'Hadramaout, à la lisière du grand désert d'Arabie, le Rub al-Khali? Que s'est-il passé pour que ce lieu improbable le retienne, sans espoir de retour? Ce qui devait être un séjour organisé dans le cadre d'une bourse littéraire se transforme peu à peu en fuite irrémédiable où rien ni personne ne pourra détourner François de son projet. Lentement, il se défait de son ancienne vie, de ses peurs, de ses ruses et de ses accommodements. Et dans ce lent mouvement de déconstruction, tout paraît plus clair, plus apaisé. En allant dans les pas de François Ricci, Catherine Guillebaud lève le voile sur ce sentiment si particulier qu'est le désir de disparition.


- Le secret de la manufacture de chaussettes inusables
de Annie Barrows
Éditions Nil / Juin 2015
 

Été 1938. Layla Beck, jeune citadine fortunée, refuse le riche parti que son père lui a choisi et se voit contrainte, pour la première fois de sa vie, de travailler. Recrutée au sein d'une agence gouvernementale, elle se rend à Macedonia pour y écrire un livre de commande sur cette petite ville. L'été s'annonce mortellement ennuyeux. Mais elle va tomber sous le charme des excentriques désargentés chez lesquels elle prend pension. Dans la famille Romeyn, il y a... La fille, Willa, douze ans, qui a décidé de tourner le dos à l'enfance... La tante, Jottie, qui ne peut oublier la tragédie qui a coûté la vie à celui qu'elle aimait. Et le père, le troublant Félix, dont les activités semblent peu orthodoxes. Autrefois propriétaire de la manufacture, cette famille a une histoire intimement liée à celle de la ville. De soupçons en révélations, Layla va changer à jamais l'existence des membres de cette communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.


- Le serpent et la perle
de Kate Quinn
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015

 
Rome, 1492. La belle Giulia Farnese épouse le jeune et séduisant Orsino et croit que la fortune lui sourit. Mais elle découvre avec stupeur que son mariage n'est qu'un leurre, orchestré par l'influent cardinal Borgia, bien décidé à en faire sa concubine. Enfermée dans une prison dorée, espionnée par les serviteurs, Giulia peut compter sur le soutien de Leonello, un cynique garde du corps qui poursuit de sa vengeance un mystérieux tueur, et de Carmelina, cuisinière irascible au passé secret. Tandis que la corruption grandit au Vatican et que le nombre de leurs ennemis ne cesse de croître, Giulia et ses acolytes doivent faire preuve de ruse pour survivre dans le monde des Borgia. N'est pas intrigant qui veut.


- Les aventures de Cluny Brown
de Margery Sharp
Éditions Belfond / Juin 2015

 
Délicieuse comédie so british sur l'émancipation des femmes, critique espiègle de l'Angleterre des années 1930 engoncée dans son carcan moral, Les Aventures de Cluny Brown, ou quand une femme de chambre aussi délurée qu'attachante fait fi de toutes les conventions pour former un couple improbable avec un fantasque intellectuel polonais fuyant les nazis. Surprenante création d'un auteur par ailleurs connu pour sa série jeunesse Bernard et Bianca, Les Aventures de Cluny Brown font l'objet d'un véritable culte en Angleterre et ont été adaptées au cinéma par Ernst Lubitsch en 1946. Un concentré d'humour et d'impertinence à redécouvrir sans plus attendre.


- Les carnets du palais noir
de Álvaro Mutis
Éditions Grasset & Fasquelle / Juin 2015

 
En 1957, Álvaro Mutis a dû fuir son pays natal, la Colombie, accusé de détournements de fonds alors qu'il n'était qu'un bouc émissaire. A 39 ans, incarcéré dans la prison de Lecumberri, il a déjà derrière lui une double vie largement remplie, celle d'un bourlingueur et d'un poète reconnu: deux faces complémentaires d'un même personnage qui se retrouveront dans son œuvre romanesque. Si les lettres envoyées en 1959 à Elena Poniatowska depuis la prison sont comme une sorte de journal écrit au jour le jour sur un ton proche de la confidence, Les Carnets du Palais noir est un texte longuement élaboré, d'abord en détention, puis retravaillé, ciselé. Certains personnages des aventures de Maqroll le gabier se retrouvent dans ces carnets.


- Les chemins de Saba
de Philippe Schnepf
Éditions Les Presses Du Midi / Juin 2015


En 29 av. J. C., les armées romaines échouent dans l'invasion de l'Arabie. Les récits de l'époque éviteront de relater cette calamiteuse campagne. En 1843 un voyageur français, ancien pharmacien un peu excentrique, est le premier Européen à pénétrer dans l'ancien royaume de Saba. Son nom aujourd'hui est pratiquement oublié. En 2003 Blackwater la plus grande armée privée du monde assiste l'armée américaine dans la guerre d'Irak et mène diverses missions. Trois récits historiques fondés sur des faits réels s'échappent et se rejoignent dans l'univers du fantastique. Trois héros suivent leur destin et rejoignent Bilkis la mystérieuse reine de Saba. Sur un même lieu, à des centaines d'années de distance malgré les révolutions techniques et scientifiques, le comportement humain lui n'évolue pas. La cruauté des légions romaines, la violence des civilisations préislamiques et islamiques, la brutalité de l'occident ont ensanglanté le monde jusque dans les sables du désert. Un livre qui nous fait voyager dans le temps et mieux comprendre le choc des civilisations au cours des siècles.  


- Les condisciples du pentagone
de Christian Becquet
Éditions Les Presses Du Midi / Juin 2015


Ils sont cinq camarades de terminale du Lycée Corneille de Rouen. Certes, ils n'ont pas fréquenté ensuite la promotion Voltaire de Sciences Po' Mais ce fut quand même la "classe prépa" de ce réputé établissement qui a laissé bien des séquelles et une grande amitié. Marcel est agrégé, Julien toubib humanitaire, Harry expert financier, Gaston étudiant attardé, Auguste reporter-baroudeur sur la planète. Ados, jeunes hommes, quinquagénaires, ils imaginent un Pentagone, puis une communauté et enfin un curieux Comité de relecture. Ils aiment faire la fête et les femmes les inspirent. Mais l'un d'eux va dérailler et entraîner les autres dans une burlesque chute collective. Alors, devant le tribunal, on évoque les maux de la société e les copains de promo qui en France se serrent les coudes.


- Les femmes de Cavendon
de Barbara Taylor Bradford
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015
 

En ce jour de juillet 1926, Miles Ingham, héritier du titre de Mowbray, a convoqué sa famille au château de Cavendon. Une révolution familiale se prépare: son père Charles, 6ème comte de la lignée, va annoncer son remariage avec Charlotte Swann. Depuis des générations, le destin de leurs deux familles est étroitement lié, les Swann étant au service des Ingham, de père en fils et de mère en fille. Mais jamais on n'aurait imaginé une telle alliance. C'est au nom de cette sacro-sainte transmission du titre que, six ans auparavant, Miles s'était résigné à un mariage de convenances, délaissant Cecily Swann, son amie d'enfance. La jeune femme a fait du chemin depuis: brillante créatrice de mode, ses collections sont très en vogue à Londres. Une fois de plus, les deux familles devront s'unir pour sauver le château, véritable gouffre financier, et il faudra toute la détermination et la combativité des femmes de Cavendon pour venir à bout de ces nouvelles épreuves.


- Les fleurs sauvages des bougainvilliers
de Katherine Scholes
Éditions Belfond / Juin 2015

 
Peintre australienne, Kitty Hamilton a été contrainte de renoncer à son art pour suivre son mari Theo au bout du monde, dans la colonie britannique du Tanganyika. Car Kitty a bien des choses à se faire pardonner. Après le scandale qu'elle a déclenché à Londres, la jeune femme n'a pas le choix: si elle veut regagner la confiance de Theo, elle doit endosser son rôle d'épouse modèle. Sans faire de faux pas. Mais, très vite, Kitty s'ennuie, étouffe dans l'univers ultra-codifié des colons. Alors, quand son chemin croise celui de Taylor, un Anglais aux positions anticoloniales tranchées, qui lutte aux côtés des Massaï pour la préservation de leurs terres, sa nature fougueuse refait surface. À l'ombre des bougainvilliers, drames et passions couvent. Déchirée entre son besoin de venir en aide à ce peuple démuni, son attirance pour le charismatique Taylor et le devoir de rester loyale envers Theo, Kitty saura-t-elle faire le bon choix?


- Les jeux de garçons
de Adèle Breau
Éditions JC Lattès / Juin 2015
 

Mathilde, Alice, Lucie et Éva nous ont ouvert la porte de La Cour des grandes. De leurs joies et peines à leurs pensées les plus intimes, nous avons tout appris de ces héroïnes du quotidien. Pendant une année entière, elles nous ont embarqués dans le tourbillon de leurs journées à cent à l'heure. Mais qu'en est-il des hommes qui ont lié leur destin au leur? De Fred, le chef bourru secrètement amoureux d'Eva; de Max, égaré dans la paternité autant que dans son couple et sa vie tout court; de Christophe, en apparence si lisse et sûr de ses choix; de Vincent, aux absences mystérieuses, d'Adrien, emporté par le démon de midi, et de Jacques, cet inconnu d'une nuit, que savons-nous finalement, si ce n'est ce qu'en perçoivent leurs compagnes? D'ailleurs, que savent-ils de leur femme? Comment vivent-ils leur paternité, leur place dans le couple? Que ressentent-ils, ces hommes si peu enclins à la confidence, qui peinent à trouver leur place dans une société en pleine mutation? Adèle Bréau a choisi d'en faire les héros de ce nouveau roman. Tiraillés entre leur ambition et la quête d'un bonheur personnel, comment gagneront-ils ces Jeux de garçons où les plus forts ne sont plus les mêmes qu'autrefois? Car les règles ont changé.


- Les quatre filles du révérend Latimer
de Colleen McCullough
Éditions L'Archipel / Juin 2015
 

Australie, début du XXe siècle. Les sœurs Latimer sont au nombre de quatre: Edda et Grace, les aînées, sœurs jumelles nées de la première union de leur père, un pasteur dont l'épouse est morte en couches; Heather et Kitty, des jumelles également, filles de l'ancienne gouvernante du presbytère qui a épousé le révérend en secondes noces. En 1925, les sœurs âgées de 18 et 19 ans fuient l'austérité du presbytère et l'autorité maternelle pour se former au métier d'infirmière dans l'hôpital de leur ville natale, en Nouvelle-Galles du Sud. Là, chacune pourra aussi laisser libre cours à ses aspirations personnelles, dont la recherche de l'amour. Mais la Grande Dépression n'est pas loin, qui pourrait balayer bien des rêves d'émancipation dans une société encore très patriarcale. Une grande fresque sentimentale qui s'attache à la destinée de quatre jeunes femmes énergiques et attachantes.


- Les secrets d'Angelkov
de Linda Holeman
Éditions Les Escales / Juin 2015

 
La comtesse Antonina règne sur le domaine d'Angelkov où elle mène une existence luxueuse mais solitaire aux côtés de son mari, un homme dur et redouté de tous. Antonina vit pour sa passion de la musique et pour son fils Micha qu'elle aime plus que tout. Son quotidien est ébranlé quand Micha est enlevé par des Cosaques, son mari sortant grièvement blessé de l'échauffourée. Terrassée par le chagrin, la belle et délicate Antonina se retrouve sans défense quand le comte décède des suites de ses blessures. Désormais seule au monde, Antonina s'en remet à Gricha, le mystérieux intendant du domaine, pour l'aider à retrouver son fils. Dans sa quête, elle affrontera des trahisons assassines et puisera en elle des forces insoupçonnées. Son destin est celui de son fils dépendront du pouvoir qu'a l'amour d'apaiser la haine, même la plus profonde. Une odyssée familiale bouleversante dans la Russie pré-révolutionnaire et un vibrant hommage à l'amour maternel.


- Les vacanciers
de Emma Straub
Éditions Presses De La Cité / Juin 2015
 

C'est l'été, New York est une véritable fournaise mais Franny Post a tout organisé pour quitter Manhattan avec son mari et sa fille Sylvia. Direction Majorque pour quinze jours de rêve. Le prétexte officiel de ces vacances idylliques? Fêter les trente-cinq ans de mariage du couple et récompenser Sylvia pour son diplôme de fin d'études. Ce sera aussi l'occasion de revoir Bobby, l'aîné de la fratrie installé à Miami avec sa compagne, Carmen. Le soleil, les plages paradisiaques, la bonne nourriture et une somptueuse villa perchée un peu à l'écart sur une montagne promettent une échappatoire aux tensions latentes du quotidien. Pourtant, rien ne se passe comme prévu. Les soucis et les secrets ne restent pas longtemps tapis dans les bagages.


- Mélodie du temps ordinaire
de Mary McGarry Morris
Éditions Belfond / Juin 2015
 

Été 1960, Atkinson, petite ville ordinaire du Vermont. Divorcée d'un ivrogne pathétique qui vient encore parfois cogner la nuit à sa porte, Marie Fermoyle s'épuise à joindre les deux bouts, animée d'une ambition farouche pour ses trois enfants et portée par un orgueil qui l'empêche d'accepter l'aide de quiconque. Sa solitude va faire d'elle une proie toute désignée pour Omar Duvall, escroc minable et beau parleur, qui se présente un soir chez elle. Oscillant entre colère et résignation, englués dans leur mal-être adolescent, ni Alice ni Norm, les deux aînés, ne sauront s'opposer à Omar, dont la personnalité inquiétante se révélera peu à peu. Avide de voir sa mère enfin heureuse, le jeune Benjy, lui, taira obstinément son terrible secret: le jour même de l'arrivée de Duvall, il l'a vu poignarder un homme dans la forêt. À travers l'histoire des Fermoyle, à laquelle se trouve inextricablement liée celle de leurs proches et voisins, Mary McGarry Morris a écrit la chronique d'une petite communauté où s'affrontent l'espoir et la peur, le mensonge et la honte, l'obsession du péché et la piété, où se joue une lutte incessante entre la soif de réussite et l'amertume de l'échec. La force de l'intrigue et des personnages, la beauté du style, l'atmosphère lourde et envoûtante qui se dégage du roman en font une œuvre à part, parmi les plus marquantes de la littérature américaine contemporaine.


- Mères et filles
de Sally Hepworth
Éditions Belfond / Juin 2015
 

À sept mois de grossesse, Neva Bradley, vingt-neuf ans, doit se résoudre à annoncer l'événement à sa mère et à sa grand-mère. Mais comment leur dire que le père ne fait pas partie du tableau et qu'elle compte bien élever l'enfant seule? Un choc pour Grace. Aussi exubérante que Neva est réservée, Grace n'a jamais vraiment su communiquer avec sa fille. Et aujourd'hui moins que jamais: elle qui a grandi sans présence paternelle souhaite plus que tout préserver son futur petit-enfant du sentiment d'abandon dont elle a souffert toute sa vie. À quatre-vingt-trois ans, Floss, la grand-mère, ne dit mot. Et se laisse aller à ses souvenirs: ceux d'une mère célibataire qu'un drame avait poussée à quitter l'Angleterre et les siens, pour se reconstruire avec son bébé de l'autre côté de l'Atlantique. Et tenter d'oublier. Alors que l'incompréhension se creuse entre la mère et la fille, la grand-mère, elle, le sait: l'heure est venue de parler; de briser le sceau de secrets vieux de soixante ans, quoi qu'il en coûte.


- Moins que rien
de Slavoj Zizek
Éditions Fayard / Juin 2015

 
La modernité a commencé et se terminera avec Hegel. Au cours des deux derniers siècles, la philosophie occidentale s'est développée dans l'ombre du philosophe de la transition historique vers la modernité et chaque nouveau penseur a essayé en vain de se soustraire à son influence. Aujourd'hui, alors que le capitalisme mondial menace de sombrer dans le chaos, nous entrons dans une nouvelle période de transition. C'est pourquoi il est impératif non pas seulement de revenir à Hegel, mais de répéter ses exploits et de surmonter ses limites. Grand œuvre de Slavoj Zizek, Moins que rien propose de relire Hegel à travers Lacan et vice versa. La psychanalyse et la dialectique hégélienne réapparaissent ainsi sous une forme nouvelle et inattendue qui permet de saisir les grands événements contemporains, du capitalisme global à la physique quantique.


- Ninon de Lenclos, notre dame des amours
de Madele Arnold-Tetard
Éditions Coëtquen / Juin 2015


Courtisane, libertine, musicienne, tenancière de salon, Ninon de Lenclos a connu les plus grands noms de son époque: le cardinal de Richelieu, Lully, Molière, Charles Perrault, Scarron, Saint-Evremond, le jeune Voltaire, la marquise de Maintenon. Sa manière de vivre débridée lui a valu de nombreux ennemis, à commencer par Anne d'Autriche, qui la fit emprisonner. À travers la plume de l'auteur, découvrez la vie hors-norme de cette femme qui a eu les hommes les plus puissants du royaume à ses pieds. Revivez la Fronde, l'affaire des poisons, les intrigues à la Cour, l'apparition du Masque de fer.


- Passé imparfait
de Julian Fellowes
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
Une invitation de Damian Baxter? Voilà qui est inattendu. Cela fait près de quarante qu'ils sont fâchés. Inséparables durant leurs études à Cambridge, leur indéfectible amitié s'est muée en une haine féroce, suite à de mystérieux événements survenus lors de vacances au Portugal en 1970. Après de déconcertantes retrouvailles, la révélation tombe: riche, à l'article de la mort, Damian charge le narrateur, sur la foi d'une lettre anonyme, de retrouver parmi ses ex-conquêtes, six jeunes filles huppées qu'ils fréquentaient alors, la mère de son enfant. Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations.


- Pour un soir seulement  
Journal (sexuel) d'une ex-petite moche
de Thomas Raphaël
Éditions Flammarion / Juin 2015
 

Julie doit se faire opérer d'un anévrisme au cerveau et risque de ne pas y survivre. La veille, elle modifie son annonce sur un site de rencontres: elle ne cherche plus une histoire pour toute la vie, mais pour un soir seulement. Deux heures plus tard, elle a reçu 154 messages. Elle décide de repousser l'opération.


- Promesses aveugles
de Audrey Magee
Éditions Plon / Juin 2015
 

Peter Faber, soldat allemand, s'apprête à épouser une femme qu'il n'a jamais rencontrée, il ne connaît d'elle que son nom, Katherina Spinell, et la photo qu'elle a envoyée. Pour elle, c'est la garantie d'une pension de veuve s'il meurt au front; pour lui, la promesse d'une permission de dix jours. Pendant cette courte lune de miel, les jeunes mariés découvrent qu'ils se ressemblent et s'assemblent bien plus qu'ils ne s'y attendaient. Lorsque Peter retrouve le champ de bataille, à l'approche du bourbier de Stalingrad, seul le souvenir de Katherina lui donne du courage. À Berlin, la famille de la jeune femme s'enfonce de plus en plus dans les arcanes du système nazi, tentant, sans scrupule ni regret, de tirer avantage des circonstances, même les plus horribles. Mais alors que le conflit bascule et que les nazis perdent Berlin, Katherina et Peter, eux, garderont la souillure individuelle de la culpabilité collective allemande.


- Quatre cercueils: deux noirs et deux blancs
de Pep Coll
Éditions Actes Sud / Juin 2015
 

Pallars Jussà, une bourgade sur les contreforts des Pyrénées catalanes en 1943. L'après-guerre civile est rude, les clivages politiques incertains, la terre capricieuse. Une banale querelle de villageois autour de terrains en fermage provoque une effroyable boucherie. Une famille entière est décimée et quatre cercueils sont mis en terre: deux noirs pour les parents et deux blancs pour leurs enfants. L'histoire est véridique et les protagonistes de ce livre correspondent à des personnes réelles qui sont toutes, de près ou de loin, parties prenantes dans le drame: le juge militaire, l'avocat de la défense, le garde champêtre... Photographies d'archives à l'appui, chacun témoigne des circonstances qui ont conduit au massacre, resté impuni malgré des preuves accablantes. Par ses dimensions politique, l'amnésie collective qui a suivi la guerre civile espagnole, sociale, une communauté rurale enclavée qui plie face au développement implacable des grands centres urbains industriels, ou psychologique, comment partager le quotidien d'assassins avérés, ce roman place un hameau figé dans le temps et dans l'espace au centre névralgique de notre monde.


- Reconstitutions
de Nick Flynn
Éditions Gallimard / Juin 2015
 

Il est rare de retrouver son père dans un foyer pour sans-abri, de devoir faire face au suicide de sa mère, et d'observer Robert De Niro et Julianne Moore interpréter les existences tragiques de ses parents. C'est pourtant ce qu'a vécu, puis revécu Nick Flynn lorsque le récit de sa vie, son premier livre, a été adapté au cinéma en 2012. Reconstitutions raconte le long cheminement émotionnel et intellectuel qui résulte de l'étrange expérience que fut pour lui le tournage de Monsieur Flynn. Nick Flynn entame alors un dialogue avec lui-même et avec les auteurs qui l'inspirent (Beckett, Nietzsche, Simone de Beauvoir, Virginia Woolf, Edgar Morin...), et établit des parallèles avec d'autres formes de reconstitution: les représentations en verre de Leopold et Rudolf Blaschka, les espèces disparues dont on ne conserve que quelques spécimens empaillés. Au fil de courts chapitres, fragments, anecdotes, il examine ses différentes "réflexions", dans tous les sens du terme, miroirs, pensées, idées, reflets. Sans rien perdre de sa prose habituelle et de son regard sans concession, il réalise une profonde introspection qui part pourtant d'une question simple: "Et là, qu'est-ce que vous ressentez?"


- Rose et ses sœurs
de Amanda Hodgkinson
Éditions Belfond / Juin 2015
 

Pour Vivian et Nellie Marsh, le décès de Rose, leur sœur aînée, sonne à la fois comme un malheur et une libération. Certes, les deux jeunes femmes voient disparaître leur pilier, celle qui les a élevées à la mort de leurs parents, mais n'est-ce pas aussi l'occasion de s'affranchir d'une tutelle parfois étouffante? L'arrivée d'un homme vient remettre en question ce qui les unissait et compromettre la promesse faite à Rose de rester toujours soudées et de se garder des tourments du cœur. Vingt ans plus tard, un événement va provoquer les retrouvailles de Vivian et Nellie. Et les deux sœurs n'ont d'autre choix que de retourner là où tout a commencé, dans ce petit cottage de campagne. L'occasion de replonger dans l'histoire familiale, de comprendre enfin de quoi Rose cherchait tant à les protéger et découvrir son secret, un secret si lourd qu'il continue de peser sur les femmes de la famille Marsh.


- Seuls sont les indomptés
de Edward Abbey
Éditions Gallmeister / Juin 2015
 

Au milieu des années 1950, Jack Burns reste un solitaire, un homme hors du temps. Il s'obstine à parcourir le Nouveau-Mexique à cheval, vit de petits boulots et dort à la belle étoile. Lorsqu'il apprend que son ami Paul vient d'être incarcéré pour avoir refusé de se soumettre à ses obligations militaires, Jack décide de se faire arrêter. Retrouver Paul en prison et s'évader ensemble, tel est son plan. Mais il n'imaginait pas que son évasion déclencherait une traque d'une telle ampleur. Nul ne peut impunément entraver la marche de l'ordre et du progrès. Seuls sont les indomptés est un chef-d'œuvre d'Edward Abbey, auteur insoumis et emblématique de l'Ouest américain, qui dévoile avec cette échappée sauvage le prix à payer pour la liberté.


- Sucré, salé, poivré
de Mary Wesley
Éditions Héloïse d'Ormesson / Juin 2015
 

Hébé revient d'un voyage en Italie enceinte et sans mari. À seize ans, dotée d'une détermination sans faille, la jeune fille de bonne famille fait fi des règles de bienséance. Son entourage l'encourage à sauver les apparences en la précipitant dans un mariage de convenance ? Elle ne cède pas, prend en main sa destinée et prône l'infidélité comme fidélité à elle-même. Et au diable les censeurs. Mary Wesley vitriole la bourgeoisie britannique et sa rigoureuse étiquette, paravent de la mesquinerie. Plus impertinente que jamais, elle explore la liberté sexuelle et l'indépendance de la femme en s'affranchissant avant l'heure de préjugés tenaces.


- Sweetwater
de Roxana Robinson
Éditions 10-18 / Juin 2015

 
Au cœur des monts Adirondacks, connus pour la richesse et la variété de leur faune, Paul et Isabel Simmons, mariés depuis peu, viennent passer l'été. Ils s'installent en bordure d'un lac qui donne sur le pavillon familial, Sweetwater. Là, tous deux tentent de se reconstruire. Isabel, meurtrie par la perte de son premier mari, nourrit juste l'espoir de ne pas vieillir seule auprès de Paul qui, lui, se remet d'un douloureux divorce. Le couple se ressoude au contact de la nature et de la famille de Paul. Pourtant, ce fragile équilibre va progressivement se fissurer jusqu'à faire éclater au grand jour les failles de chacun. Le drame approche, inéluctable.


- Un été sans toi
de Karen Swan
Éditions Prisma / Juin 2015
 

Rowena Tipton tombe de haut lorsque l'homme de sa vie lui annonce qu'il a décidé, avant de l'épouser, de partir pour un trek de six mois au Cambodge sans elle. Déboussolée, la jeune femme quitte l'Angleterre sur un coup de tête pour s'installer, le temps d'un été, au cœur des Hamptons. Dans cette région huppée où les enseignes de luxe voisinent avec les plages de sable blanc, trois colocataires haut en couleurs l'attendent et peut-être, aussi, des réponses à ses questions: réussira-t-elle à s'épanouir à des milliers de kilomètres de l'homme qu'elle aime? Son couple survivra-t-il à cette séparation? N'est-il pas temps pour elle de prendre un nouveau départ?


- Un jour par la forêt
de Marie Sizun
Éditions Arléa / Juin 2015


Qu'est-ce qui pousse Sabine, petite élève de 5e, solitaire et rêveuse, à ne pas se rendre en classe, ce matin de printemps? Pourquoi décide-t-elle ce jour-là de faire l'école buissonnière, et d'aller à la découverte d'un Paris qu'elle ne connaît pas très bien et qui l'a toujours fascinée? Ce n'est pas seulement pour échapper au rendez-vous que la prof de français, excédée par son désintérêt, a fixé à sa mère. La fuite de Sabine parle de honte et d'incompréhension. Honte de sa mère, qu'elle sent ne pas correspondre à l'image qu'on se fait d'une mère attentive, soucieuse de la scolarité de son enfant; mais aussi honte de son milieu social où la culture reste un mot opaque, presque hostile. La petite prend soudain conscience que ce monde du lycée lui est fermé, comme il l'a été aux siens. Mais, au cours de sa journée vagabonde, bien des choses vont changer pour elle. Le hasard d'une rencontre lui fera découvrir le trésor qu'elle porte en elle et qui ne demande qu'à être révélé.


- Une lettre en été
de Debbie Macomber
Éditions Charleston / Juin 2015
 

L'été est une saison importante pour la maison d'hôtes de Jo Marie Rose. Mark Taylor et elle ont passé beaucoup de temps ensemble pour aménager au mieux ce lieu paradisiaque. Et même si la jeune femme essaie de se persuader que Mark n'est qu'un ami, elle pense beaucoup à lui ces derniers temps, alors que, finalement, elle se rend compte qu'elle le connaît très peu. Désireuse d'en apprendre plus sur son passé, elle sait aussi qu'il lui faudra affronter d'abord le sien avant d'avancer dans la vie. Mais pour le moment, il est nécessaire d'accueillir trois nouveaux visiteurs. Ellie Reynolds a 23 ans, et arrive à Cedar Cove pour rencontrer Tom, un homme avec qui elle correspond depuis des mois et dont elle pense être tombée amoureuse. Maggie et Roy Porter sont là pour leurs premières vacances seuls sans les enfants. Ils espèrent retrouver la flamme de leur amour et regagner chacun la confiance de l'autre. Mais Maggie a un dernier secret à lui avouer, qui pourrait bien faire éclater son mariage.


- Vernon Subutex. Tome 2
de Virginie Despentes
Éditions Grasset & Fasquelle / Juin 2015

 
Vernon subutex, 2 est la suite du volume publié en janvier 2015, et salué par une presse magnifique.


- Younger
de Paméla Redmond Satran
Éditions Denöel / Juin 2015

 
Alice, quarante-quatre ans, s'ennuie. Maintenant qu'elle est divorcée et que sa fille a quitté la maison pour faire du volontariat en Afrique, elle rêve de changer de vie. À la veille du Nouvel An, elle part retrouver son amie Maggie à Manhattan. Cette dernière prend les choses en main au cours d'une séance de transformation: coupe de cheveux, maquillage, tenue... Métamorphosée en jeune femme, Alice a du succès et rencontre Josh, un bel étudiant qui pourrait être son fils. Se prenant au jeu, elle décroche un job d'assistante marketing dans la maison d'édition où elle avait commencé à travailler vingt ans plus tôt. Tout le monde lui donne vingt-neuf ans, y compris Josh, de plus en plus amoureux. Mais cette nouvelle vie n'est pas sans risque et tout peut basculer à chaque instant, surtout lorsque la fille d'Alice décide de rentrer soudainement. Younger dresse le portrait drôle et juste d'une femme qui s'autorise enfin à vivre la vie dont elle rêve. Un véritable guide pour toutes celles qui n'ont pas renoncé à un nouveau départ, quel que soit leur âge.


- Adieu Calcutta
de Bunny Sauraiya
Éditions Albin Michel / Mai 2015

 
Calcutta, 1959. Douze années se sont écoulées depuis la proclamation de l'indépendance de l'Inde, mais l'ancienne capitale de l'empire britannique n'a rien perdu de son dynamisme. Sa vie nocturne, ses bars, ses cafés, ses théâtres sont légendaires et cette ville cosmopolite accueille un mélange éclectique de communautés. Robert Ryan, un Anglo-Indien, a un bon poste dans l'un des meilleurs cabinets juridiques, une épouse merveilleuse, Grace, et deux ravissantes filles qui ont chacune trouvé une place dans la société de Calcutta. Pourtant Robert est profondément malheureux. Depuis que les Anglais ont laissé le pays aux mains de ces autochtones qu'il méprise, une idée l'obsède: retrouver sa chère Angleterre, qu'il n'a pourtant jamais connue. Les lettres de sa sœur évoquant la misère des classes moyennes anglaises ne sont pas parvenues à altérer la vision idyllique du pays de ses ancêtres. Mais Robert est soudain assailli par le doute à l'idée de tout abandonner pour se lancer dans un futur bien incertain. Dans ce premier roman à la fois drôle, émouvant et captivant, Bunny Suraiya fait revivre avec éclat le Calcutta des années 1960, et pose une question cruciale: qu'est-ce que la patrie?


- Alphabet city
de Eleanor Henderson
Éditions 10-18 / Mai 2015
 

Vermont, années 1980. Jude Keffy-Horn, fils adoptif d'un couple de hippies, est élevé par sa mère qui, pour subsister, vend des bangs artisanaux. Livré à lui-même, l'adolescent passe ses journées à tromper l'ennui en fumant de l'herbe avec son meilleur ami Teddy en rêvant à une vie plus palpitante. Après un terrible drame, Jude va rejoindre son père, dealer de marijuana à New York. Là, il découvre une ville violente et dépressive, loin du Flower Power, celle de l'ère Reagan, des junkies de Tompkins Square Park, des débuts du sida, mais aussi une ville plus vivante et excessive que jamais, qui voit naître l'explosion du punk hardcore au CBGB.


- Alyah
de Eliette Abécassis
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Il y a quelques années, je sortais dans la rue avec une étoile de David autour du cou. J'étais fière de m'appeler Esther Vidal et je ne baissais pas la voix pour dire mon nom. Nous n'étions pas en danger dans la ville. Ni agressées à la sortie de l'école, de la synagogue, ou chez soi. Traiter quelqu'un de "sale juif" était un tabou. Je ne pensais pas qu'il pût y avoir dans Paris des manifestations contre les juifs. A vrai dire, je n'aurais même pas imaginé que l'on puisse entendre, lors d'une manifestation: "A mort les juifs". Une jeune femme, deux enfants, deux amours. La peur, le désir, l'espoir, la tentation de quitter la France et de faire son "alyah".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 10:02

- Anatomie d'une fille à l'ouest
de Andréa Portes
Éditions Michel Lafon / Mai 2015


Pour tout le monde, Anika Dragomir est la troisième adolescente la plus populaire du lycée. Cheveux blonds, lèvres glossées, elle a la panoplie de la fille parfaite. De loin, car si on se rapproche, on découvre qu'elle n'est pas tout à fait irréprochable: elle empoisonne petit à petit son patron, vole dans la caisse, et est en train de tomber amoureuse de Logan, le pire loser du lycée. Elle est prête à tout pour que personne ne le sache, car un pas de travers et Becky Vilhauser, le Dark Vador rose bonbon qui tyrannise le lycée, fera de sa vie un enfer. Et lorsque Jared, le garçon le plus populaire de la ville, décide qu'elle sera sa petite amie, Anika va devoir choisir. Après tout, serait-ce si improbable de tout lâcher pour un raté?


- À parts égales
de Joanna Trollope
Éditions Les Deux Terres / Mai 2015


Susie Moran est une femme de caractère. Elle dirige sa propre entreprise de céramique, qu'elle a fondée quand elle avait une vingtaine d'années. Depuis toujours, chaque décision lui appartient, et elle n'envisage pas qu'il en soit autrement. Chez les Moran, travail et famille ne connaissent pas de frontière. Ses trois filles et l'un de ses beaux-fils ont tout naturellement rejoint l'entreprise familiale. Le retour du vieux père de Susie, après des années d'absence, pousse finalement chacun à s'affirmer, et l'équilibre au sein de la famille part en lambeaux. Le temps est venu pour une redistribution des rôles, à parts égales.


- Au secours j'ai 40 ans (depuis 4 ans)
de Gaëlle Renard
Éditions Charleston / Mai 2015


On dit que 40 ans, c'est le nouveau 30. Certes, mais c'est quoi avoir 40 ans pour une femme aujourd'hui? Un livre désopilant sur vous, les jeunes quarantenaires, mais aussi un peu sur vos hommes (l'ancien et le nouveau), votre belle-mère (ou ex.), vos copines qui s'appellent toutes Véronique ou Virginie… Sans oublier vos enfants qui grandissent, votre banquier, votre cher patron, votre panier à provisions, votre miroir, votre estime de vous-même, votre crème de jour. Et la question qui taraude l'héroïne: et si je faisais un dernier bébé pour la route?


- Au temps pour nous
de Caroline Lunoir
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Défiant l'un des derniers hivers de la Seconde Guerre, les hommes du capitaine Sonnal vont de campements en embuscades, luttent, s'épaulent, ont froid et faim, sont las. Ils doivent maintenir l'activité du groupe, coûte que coûte, avec pour ciment la discipline et la rudesse des jours qu'ils partagent. Si certains cherchent la gloire et d'autres la liberté, tous vivent avec la mort au bout des doigts, le pouvoir de tuer, le devoir de juger. Parfois celui d'exécuter. Comment différencier les lâches des braves, et faire taire les différends d'autrefois au profit d'une cause commune? Récit du quotidien âpre et des enjeux contradictoires de la Résistance, le second roman de Caroline Lunoir convoque tout ensemble les conditions de vie extrêmes de ces confréries improbables, les actions d'éclat et leurs revers cuisants, la dureté et la solitude du commandement, la cruauté de l'ennemi. D'une écriture pondérée révélant la détresse ou l'irrémissible culpabilité des hommes face aux choix qui ne vont pas de soi, aux logiques vengeresses, au regard du mal accusé, Au temps pour nous est la chronique d'une exécution, de celles que le combat impose et que la victoire tait.


- Avant et après la chute
de Richard Bausch
Éditions Gallimard / Mai 2015


Quand Natasha Barrett et Michaël Faulk se rencontrent, chacun voit en l'autre la lumière inespérée venue éclairer sa nuit. Elle, la trentaine, rêve d'être peintre mais s'est perdue dans une vie qui ne lui ressemble pas. Lui, à l'approche de la cinquantaine, quitte la prêtrise après des années de sacerdoce. Quelques semaines avant leur mariage, Natasha part en Jamaïque avec une amie tandis que Michaël se rend à New York. Surviennent alors les attentats du 11 septembre. Natasha croit avoir perdu Michaël pour toujours et vit sur la plage un autre drame dont elle ne veut ni ne peut parler. Leur rêve de bonheur vacille; de nouveau réunis, tous deux s'enferment dans un silence et une incompréhension de plus en plus profonds. Richard Bausch décrit les ravages que produisent ces quelques jours, avant, pendant et après le 11 septembre, sur la destinée d'un couple rongé par les malentendus. Dans ce vaste roman où s'imbriquent l'intime et le collectif, il explore avec beaucoup de finesse les méandres du repli sur soi, les zones d'ombre de l'existence et les sentiments contradictoires qui nous animent.


- À votre santé, monsieur Parpot
de Alain Monnier
Éditions Flammarion / Mai 2015


Comment Barthélémy Parpot, cet éternel rêveur, va-t-il vivre son séjour à l'hôpital? À sa façon, avec curiosité et tendresse. En écrivant des lettres à tout-va aux médecins, chercheurs, psychologues, aides sociales, Parpot va mettre des visages sur le mystérieux corps médical. Et peut-être même tomber amoureux. Alain Monnier convoque une nouvelle fois son alter ego pour poser son regard sur les travers et les mensonges de notre société. Ce faisant, il parle de nous, de ce qui nous fait peur, de ce qui nous unit viscéralement aux autres.


- Beast
de Elsa Boyer
Éditions P. O. L. / Mai 2015


L'écriture de Beast est née de deux éléments: l'envie de mettre en scène un personnage de chanteur et la vision d'un reportage sur le véhicule présidentiel de Barack Obama, une Cadillac blindée et suréquipée dénommée, pour cette raison, "The Beast". Ces deux points ont fini par trouver une forme plus nette à travers un récit articulé autour d'un président véhiculé de show en show, ou meeting en meeting, qui use de sa voix, d'images, de déhanchements aussi, pour frapper les cœurs et crânes de ses auditeurs. Le livre ne suit pas une carrière politique mais l'épuisement du corps réduit au spectacle et aux effets qu'ils produisent sur les sondages, les statistiques. Le seul corps qui ne finit pas brisé ou épuisé dans cette fiction est celui de la voiture. Cette dernière devient non pas humaine, Beast souhaiterait éviter l'anthropomorphisme, mais plutôt un automate: elle se conduit seule, suit ses propres programmes, le cuir de ses sièges produit l'impression d'une peau synthétique. Les autres personnages du récit se situent également sur des lignes de fuite non humaines: le président et la première dame apparaissent comme des robots déréglés, les hommes de main du président répondent à des surnoms animaux et portent des masques, les services secrets sont quant à eux du côté de la mutation. Beast joue à reproduire en littérature les effets spéciaux d'un film d'action en accentuant le rôle du véhicule, les gestes et les situations critiques ou de crise dans lesquelles la psychologie, les affects des personnages n'ont pas le temps de se développer. La déroute de la psychologie et de l'intériorité des personnages poursuit la ligne tracée dans les trois précédents romans d'Elsa Boyer. Beast reprend aussi les scénarios, récits, ou "narrative" comme disent les Américains, que met en place une présidence pour faire face aux événements et mettre en scène, voire surjouer, son action, ses prises de position. Il s'agit donc de reprendre les techniques du "storytelling" et de les confronter à la fiction.


- Brainless
de Jérôme Noirez
Éditions Gulf Stream / Mai 2015


Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s'ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu'il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n'a pas beaucoup changé depuis qu'il est atteint du SCJH, le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux États-Unis, depuis qu'il est un zombie, autrement dit. Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se demander quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres.


- Ça aussi ça passera
de Milena Busquets
Éditions Gallimard / Mai 2015


C'est l'été, la saison préférée de Blanca. Après le décès de sa mère, elle quitte Barcelone pour s'installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sur cette terre riche des souvenirs de son enfance, sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l'apaisement. Mais elle ne part pas seule, une troupe disparate et invraisemblable l'accompagne: ses deux ex-maris, les fils qu'elle a eus d'eux, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère défunte, à qui elle ne cesse de parler par-delà la mort, tant cette disparition lui semble difficile et inacceptable. Les baignades, les promenades en bateau et les siestes dans le hamac vont se succéder, tout comme ces longs dîners estivaux au cours desquels les paroles s'échangent aussi facilement que les joints ou les amours. Les souvenirs affleurent alors, faisant s'entrelacer passé et présent. Blanca repense à cette mère fantasque, intellectuelle libre et exigeante, qu'elle a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre silencieuse et intense dans laquelle elle essaie de faire le bilan le plus honnête de leur relation douloureusement complexe. Elle lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants que face à la mort elle choisit l'élégance, la légèreté, la vie. Elle lui dit qu'elle choisit l'été et Cadaqués car elle sait que ça aussi, ça passera.


- Cavalcades romaines
de Murielle Levraud
Éditions Julliard / Mai 2015


Ils viennent des quatre coins de l'Europe. Ils ont été jetés sur un marché d'esclaves perdu au fin fond de l'Empire romain. Ils sont cinq: deux jeunes Gauloises intrépides, un Grec dépressif, un Germain terrifiant et un timide savetier. Condamnés à vivre comme des chiens ou à mourir de privations, ils vont pourtant résister à un tremblement de terre, fuir l'Illyrie, traverser l'Adriatique et remonter la Via Appia à marche forcée pour atteindre enfin cette Rome mythique dont ils espèrent tous les bonheurs. Une odyssée hilarante ou Murielle Levraud laisse éclater sa fantaisie et son humour rare.


- Changer la vie
de Antoine Audouard
Éditions Gallimard / Mai 2015


1981. Les murs de Paris se couvrent des affiches du candidat Mitterrand, avec le slogan socialiste "changer la vie". André et son ami François ont une vingtaine d'années. Par tempérament, fidélité ou rébellion, ils participent à la grande fête du 10 mai. L'occasion leur étant donnée de passer l'été à New York, les deux amis s'y précipitent, persuadés de croiser Bob Dylan dans le Village ou de rencontrer Lou Reed au Max's Kansas City. Tandis que François s'éclipse dans les recoins de la scène gay new-yorkaise, André, guidé par la jolie Giulia et par son employeur, Logan, gauchiste devenu patron d'une maison d'édition marginale, découvre le rythme frénétique de la "ville qui ne dort jamais".


- Charles Bell, chirurgien à Waterloo
de Martine Devillers-Argouarc'h
Éditions Michalon / Mai 2015


Dans ce récit entièrement inspiré de faits et personnages réels, Martine Devillers-Argouarc'h, tout en offrant une magnifique reconstitution de Bruxelles au lendemain de Waterloo, fait revivre un homme de science peu banal qui, d'abord mû par son ambition, a fini par n'écouter que son humanisme.


- Coconut
de Kopano Matlwa
Éditions Actes Sud / Mai 2015

Entre Ofilwe, jeune fille de milieu aisé, et Fikile issue de la pauvreté, il n'est qu'un point commun: ce sont des coconuts, des gosses noires dehors et blanches dedans. Nées bien après l'Apartheid, ces deux adolescentes par ailleurs très différentes vivent chaque instant du jour en espérant trouver dans le regard des autres le reflet de ce qu'elles pensent être. Au fil d'un dimanche dans un restaurant chic, les dérives parfois naïves de la pensée de ces filles ne tarderont pas à les confronter aux aléas du désespoir. Mais peut-il en être autrement aux portes de l'enfance, dans un monde où les certitudes et le confort sont en voie de disparition?


- Cœurs de cailloux
de Cécile Chartre
Éditions Alice / Mai 2015


Il y a la mer. Éternelle, immuable. En face de la mer, il y a ce banc. Éternel, immuable. Sur ce banc, tous les jours, de 8 heures à 20 heures, il y a la vieille. Éternelle, immuable. Aux pieds de la vieille, il y a le mignon chien chien. Et à côté de la vieille, il y a le tas de cailloux, bien ronds, petits, mais qui doivent faire mal si on les lance fort. Puis arrive un jeune. Qui ose s'asseoir sur le banc. Qui ose caresser le mignon chien chien. Et qui ose même adresser la parole à la vieille. "Que faites-vous là?" "J'attends Théodore". Et la machine à parole se met en route. Théodore l'a embrassée, hier, au bal, derrière la roulotte. Le si séduisant Théodore l'a choisie, elle, entre toutes. Et ils vont se marier, demain, Théodore l'a promis. Il est parti en mer mais il revient à 17 heures 30. Alors elle l'attend. Le jeune comprend que tout ça s'est passé il y a au moins 60 ans, que Théodore n'est jamais revenu, et que la vieille attend depuis lors, désespérément. "Et toi, mon gars, tu as déjà embrassé une fille?" Pour qui elle se prend, la vieille, avec sa question qui fait mal tellement elle sonne juste? La compassion du jeune cède la place à la colère. Il va inventer une réponse. Et une autre, le lendemain. Puis encore une autre. Le rituel se répète tous les jours. La vieille raconte son histoire, le jeune s'invente une vie. Puis la compassion revient. Et le jeune dit la vérité. Il dit aussi à la vieille qu'il ne sert plus à rien d'attendre, que Théodore ne reviendra pas.


- Comme une envie de voir la mer
de Anne Loyer
Éditions Alice / Mai 2015


À seize ans, Ludivine vient d'avoir son bac. C'est une fierté pour ses parents. Pour elle, c'est surtout le moment tant attendu de prendre son envol et de se défaire des attentes qu'ils ont fait peser toutes ces années sur ses jeunes épaules. Entourée de tous ses amis, Ludivine fête l'événement comme il se doit. Rien ne pourrait gâcher cette journée. Sauf un message laissé sur son répondeur. Le message d'une inconnue qui va bouleverser sa vie. Du jour au lendemain, exit Ludivine, bonjour Ludie. La jeune fille impose à tous, et surtout à ses parents, ce nouveau prénom. Mais ça amuse plus que ça n'interpelle. Alors, sans prévenir qui que ce soit, Ludie fugue vers la mer avec, en guise de bagage, son grand frère handicapé et l'espoir de trouver une réponse au mensonge qui a régi toute son existence jusqu'ici.


- Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne
de Pascal Morin
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Comment fait-on à 18, 30, 40 ou 50 ans pour changer le cours de sa vie insatisfaisante et conquérir l'apaisement, peut-être même le bonheur et l'amour? Pascal Morin orchestre la ronde d'une petite dizaine de personnages parisiens, d'âges et de conditions sociales et raciales différentes, tous saisis à un moment de questionnement et de basculement vers un avenir meilleur. Un roman très contemporain, optimiste et convaincant, sur la force des rencontres qui nous amènentà devenir autres.


- Conversion
de Katherine Howe
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes: perte de cheveux, paralysie, quintes de toux… La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser: elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller. Et ses recherches la mènent en 1692, au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman qui fit semblant d'être ensorcelée. Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrive-t-il aux élèves de St Joan? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt?


- Coup de foudre  
de Danielle Steel
Éditions Presses De La Cité / Mai 2015


À quelques heures du lancement de son défilé à Paris, Timmie O'Neill, grande prêtresse de la mode, se trouve affreusement souffrante. Aussitôt arrivé, le docteur Jean-Charles Vernier la somme de se rendre à l'hôpital, mais Timmie refuse de l'écouter: elle a travaillé des mois sur cet événement. Le lendemain, au plus mal, Timmie appelle à nouveau Jean-Charles; le diagnostic tombe: c'est une péritonite. L'opération réveille des souvenirs douloureux et la femme d'affaires têtue se révèle être une femme fragile. Des liens forts se tissent entre les deux personnages. Ils ne peuvent cependant envisager de relation sérieuse: elle vit aux États-Unis, lui à Paris; et, surtout, Jean-Charles est marié. Pourront-ils surmonter les obstacles semés sur leur route?


- Crazy rich à Singapour
de Kevin Kwan
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Lorsque la New-Yorkaise Rachel Chu débarque à Singapour au bras de son boyfriend Nicholas Young, venu assister au mariage de son meilleur ami, elle pense juste passer de paisibles vacances en amoureux. Mais le beau Nick a "oublié" de lui dire que sa famille est l'une des plus fortunées d'Asie, que le mariage prévu est l'événement de l'année, et qu'il est l'héritier le plus convoité de tout l'Extrême-Orient. Pour Rachel, le séjour de rêve se transforme en un véritable parcours du combattant, en stilettos et robes couture. Sino-américaine, pauvre et roturière: bonne chance.


- Cygnes noirs
de Gaïto Gazdanov
Éditions Viviane Hamy / Mai 2015


Chacune des nouvelles de Cygnes noirs est une fenêtre ouverte sur la destinée de Russes exilés que l'auteur a côtoyés, perdus de vue ou retrouvés. L'exil a redistribué les cartes sans pitié: les grandes aristocrates sont devenues femmes de chambre, les anciens professeurs d'université, ouvriers d'usine; Gazdanov lui-même se retrouve chauffeur de taxi. Ces histoires, tour à tour graves, ou ironiques, se télescopent. Elles parlent de personnages qui ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, mais au plus près de choix existentiels. Avec un regard distancié mais profondément humaniste, l'auteur les rend attachants. Dans un clair-obscur du Paris de l'Occupation à la lumineuse Côte d'Azur, Gazdanov parcourt sans fin les souvenirs et cueille les hommes face à leur destin. Il pose la lancinante question de la liberté, y compris face à la mort. Peut-on choisir sa fin ou doit-on l'accepter? Le lecteur sera fasciné par les allers-retours entre passé et présent, entre rêve et réalité, et se laissera hypnotiser par l'écriture d'un des plus grands auteurs russes du XXe siècle. Ce recueil comprend quatre nouvelles, parues à des moments très différents de la vie de Gaïto Gazdanov. Elles se répondent. Au fil du temps, l'inspiration française y est toujours plus marquée.


- Dans la brume du Darjeeling
de Mikael Bergstrand
Éditions Gaïa / Mai 2015


Göran, Suédois divorcé, 50 ans, fan du club de foot de Malmö, voit la dépression le guetter. Toujours pas de nouvel amour, un boulot ennuyeux, angoissé par l'idée même d'une vie sociale. Mais il se soigne et la belle Karen, sa psy, lui apprend à dompter son anxiété. Göran attend avec impatience la date du mariage de son ami Yogi, un beau prétexte pour retourner en Inde. Une fois sur place, il se jette à corps perdu dans des aventures rocambolesques qui le mènent jusqu'aux plantations brumeuses du Darjeeling et dans l'État du Sikkim. Dépaysement assuré. Bollywood revisité par un Suédois: un roman saturé d'épices et de couleurs.


- Dans la maison du père
de Yanick Lahens
Éditions Sabine Wespieser / Mai 2015


Couchée sur l'herbe dans sa robe bleue, Alice Bienaimé est sous le choc. Son père vient de la gifler. Sans penser à mal, dans l'euphorie d'une fin d'après-midi dansante, elle s'était mise à onduler, comme envahie par la force obscure d'autres rythmes. La culture populaire n'a pas droit de cité dans la stricte éducation donnée à la jeune fille de treize ans par sa famille petite-bourgeoise de Port-au-Prince, qui a fait tant d'efforts pour s'arracher à ses origines paysannes et à son ascendance africaine. Cette scène de 1942 sera fondatrice dans la vie d'Alice. Yanick Lahens, dans ce percutant premier roman de formation, annonciateur des leitmotivs de son œuvre à venir, raconte l'enfance apparemment sans histoire d'une gamine que rien ne destinait à sortir du rang pour mener une carrière de danseuse. Même si, toute petite, le territoire chatoyant de la servante, Man Bo, dans l'arrière-cour de la maison, l'attirait bien plus que l'école.


- Dans les eaux profondes...
de Sara Lövestam
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Malte, cinq ans, le sait bien, on le lui rappelle assez chez lui: les services sociaux viendront le chercher s'il évoque devant les maîtresses de la crèche l'apathie de sa mère, son haleine douceâtre, les bouteilles qui s'accumulent sous l'évier; s'il dit un mot des insultes proférées par Ove, le compagnon de maman; s'il évoque la violence quotidienne dont il est tour à tour témoin et victime. Lorsqu'il fait la connaissance de cet homme blond qui lui parle à travers la grille de la crèche, il voit en lui un ami. D'ailleurs Roger, gentiment, lui propose son aide pour garder un secret. Enfin quelqu'un qui lui accorde ce semblant d'attention que sa mère et le compagnon de celle-ci, sous l'effet de la colère ou de l'alcool, lui refusent. Puis Roger rencontre sa mère, se fait insistant, lui offre de garder Malte. Ce spectacle, le Témoin, depuis sa fenêtre donnant sur la crèche, l'observe d'un mauvais œil. Quelque chose cloche derrière l'amabilité de cet homme, ses gestes trop appuyés. Poussé par des souvenirs douloureux, le Témoin décide de passer à l'action. Au fil de ce récit d'une grande audace, mêlant avec brio les perspectives, Sara Lövestam propose un voyage dans les pensées de Malte. Épousant son regard, restituant son interprétation personnelle de tout ce à quoi il est confronté, elle parvient à approcher de manière aussi saisissante qu'inédite un thème éminemment complexe, frôlant l'indicible. Une œuvre subtile et magistrale qui confirme le talent de la jeune romancière suédoise.


- Danse noire
de Nancy Huston
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Sur un lit d'hôpital, Milo s'éteint lentement. À son chevet, le réalisateur new-yorkais Paul Schwarz rêve d'un ultime projet commun: un film qu'ils écriraient ensemble à partir de l'incroyable parcours de Milo. Vivre, écrire, créer dans une langue étrangère, porter en soi la polyphonie des mondes d'un bout à l'autre du XXe siècle: au cœur de ce livre puissant résonne la force riche et douloureuse de l'exil. Le Québecois Milo Noirlac, cœurs sombre du roman. Être étrangement passif et comme détaché de tout, sombre mais joyeux, dépressif mais curieux, scénariste de son état, il reconstitue l'histoire de sa vie avec l'aide de son amant le réalisateur Paul Schwarz, pour en faire un film. Ainsi assiste-t-on en direct (et en abyme) à la cuisine de la création: comment les deux hommes s'y prendront-ils pour construire les scènes, échafauder les dialogues et amener les "spectateurs" à s'identifier aux personnages? Prostituée indienne de Montréal, Awinita, la mère de Milo, l'a abandonné dès sa naissance. Les autochtones sont depuis cinq siècles l'ombre portée des deux continents américains.


- Desolation road
de Jérôme Noirez
Éditions Gulf Stream / Mai 2015


Dans le quartier des femmes de la prison de San Quentin, une jeune fille de dix-sept ans attend le jour de son exécution. Elle s'appelle June, a une bouille d'ange, parle avec maladresse et timidité. Elle raconte ce qui l'a menée là, sur la desolation road, la route de la désolation qu'on emprunte un jour et qu'on ne peut plus jamais quitter: une passion absolue, déchirante pour un garçon nommé David, une histoire d'amour ponctuée par le vol, le kidnapping et le meurtre à travers la Californie de la Grande Dépression, en compagnie des parias, des criminels et des fantômes. Quand le journaliste venu l'interviewer demande à June ce qu'est l'amour à ses yeux, elle répond: "De la poussière et des étoiles, monsieur". Le long de la desolation road, il n'y a rien d'autre à contempler.


- Des vies parallèles
de Lucy Caldwell
Éditions Plon / Mai 2015


À bientôt quarante ans, Lara veille sa mère mourante et se décide enfin à affronter le passé pour trouver les réponses qui lui ont manqué quand elle était enfant. Lara avait douze ans, et son frère Alfie huit, à la mort de leur père dans un accident d'hélicoptère. Chirurgien de renom, il travaillait à Belfast et ne revenait à Londres que deux fois par mois pour travailler dans sa clinique ou il avait rencontré leur mère. Lors de leurs seules vacances en famille, Lara a découvert le terrible secret de ses parents: la vraie vie de son père était ailleurs, à Belfast, avec son épouse légitime et les enfants qui portaient son nom. Aussi douloureux que soient ses souvenirs, Lara trouve un apaisement dans l'exploration de son histoire personnelle. Elle s'approprie le passé de sa mère, allant jusqu'à le réécrire, réussissant ainsi pour la première fois à comprendre ce qu'elle a pu vivre et les raisons qui l'ont poussée à être "l'autre femme".


- Dieu me déteste
de Hollis Seamon  
Éditions 10-18 / Mai 2015


New York, hôpital Hilltop. Richard sait qu'il ne fêtera pas ses dix-neuf ans, mais il a une furieuse envie de vivre. Et d'embrasser Sylvie, la jolie fille de la 302. Contre la montre, le corps médical et sa famille toquée, ce Roméo casse-cou décide donc de flamber ses derniers rêves. Jusqu'à jouer son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort. Ode explosive à l'adolescence et à l'amour, défiant la maladie et ses clichés, ce roman bouleversant offre une leçon d'humour ravageuse et une extraordinaire leçon de vie.


- Dis-moi que tu m'aimes
de Joy Fielding
Éditions Michel Lafon / Mai 2015

Une nuit, planquée dans un buisson à espionner un suspect, la détective privée Bailey se fait surprendre par un inconnu qui la viole, en lui susurrant ces paroles glaçantes: "Dis-moi que tu m'aimes". Commence alors pour la jeune femme une longue descente aux enfers. Elle ne dort plus, fait toujours le même cauchemar, se lave frénétiquement plusieurs fois par jour, traque le moindre bruit. Et revit la scène encore et encore. Qui est son violeur? Le voisin bizarre qu'elle épie toute la journée à travers ses jumelles? Son ex avec lequel la rupture fut extrêmement violente? Chaque passant ressemblant de près ou de loin à la silhouette de son agresseur devient suspect numéro un. Entre rêves, hallucinations et réalité, le lecteur vacille avec Bailey, suivant chacun de ses pas, le cœur battant.


- Dites aux loups que je suis chez moi
de Carol Rifka Brunt
Éditions Buchet Chastel / Mai 2015


Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu'ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d'art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu'on n'évoque qu'à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d'amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l'ami de Finn. Confrontée à l'incompréhension de son entourage, et à la réalité d'une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie. Roman d'apprentissage bouleversant, chronique des années sida vues par les yeux d'une adolescente, Dites aux loups que je suis chez moi révèle une auteure à la plume sensible et puissante.


- Dora la dingue
de Lidia Yuknavitch
Éditions 10-18 / Mai 2015


Seattle. Dora, 18 ans, souffre de toux persistante, d'évanouissements intempestifs et d'aphonie spontanée au moindre geste d'affection. Gênant, surtout lorsqu'on est secrètement amoureuse de sa meilleure amie et que c'est réciproque. Pour ses parents, qu'elle surnomme M. et Mme Pharma-zombie, il n'y a aucun doute, Dora doit aller consulter un psychiatre. On assiste hilare, médusé et fasciné, aux séances rocambolesques entre Dora et Sigmund, le psy, ainsi qu'aux aventures tout aussi insolites de Dora et ses amies, qui tentent de résister à la morosité et au puritanisme ambiant, tout en affirmant leur différence, malgré le qu'en-dira-t-on.


- En fugue
de William Navarrete
Éditions Stock / Mai 2015


"Fuir, dans le sens de prendre un radeau de fortune et se tirer parce que de toute façon, ici, nous passions notre temps à tout fuir". Un mari, un père, un pays. Une mère et son fils quittent leur province natale, Holguín, berceau ironique des derniers dictateurs, Fulgencio Batista et Fidel Castro, pour La Havane. Première fugue avant le grand exil. À distance, le narrateur replonge dans l'histoire décousue de sa famille, de son île corrompue et irrationnelle. Sans nostalgie, il en restitue toutes les saveurs et les contrastes au rythme endiablé de la musique populaire cubaine.


- Fleurs de dragon
de Jérôme Noirez
Éditions Gulf Stream / Mai 2015


Japon, 1489. Officier de justice, Ryôsaku se voit confier par le shôgun la mission de poursuivre de mystérieux criminels qui traversent une partie du pays en laissant derrière eux des cadavres de samouraïs. Pour accomplir sa tâche, Ryôsaku sera aidé de trois jeunes samouraïs d'une quinzaine d'années, Kaoru, jeune coq et peureux; Keiji, adolescent tourmenté ayant déjà tenté de se faire seppuku; Sôzô, joueur de biwa qui rêve de devenir compositeur. Dans un pays sombrant dans la guerre civile, en compagnie de trois adolescents maîtrisant l'art du sabre, mais hantés par un passé douloureux, Ryôsaku traque sans merci ces tueurs insaisissables. Intrigue policière et roman d'apprentissage, Fleurs de dragon entraîne le lecteur dans un monde mouvant, peuplé de moines aveugles, d'un monstre légendaire et de fillettes se prenant pour des ninjas, un monde sombre où est enfoui un terrifiant secret.


- Histoire d'Irène
de Erri de Luca
Éditions Gallimard / Mai 2015


"Toutes les nuits, Irène rejoint la famille des dauphins, onze avec elle, guidés par une femelle adulte. Elle vide pour eux les filets sans les couper, elle descend sur le fond et détache des hameçons les anchois et les morceaux de calamars, elle ouvre les nasses. Avec son couteau italien, elle libère et sauve les siens empêtrés dans les filets. Elle reste avec eux jusqu'à la fin de la nuit. Elle a le même âge que deux des dauphins, une femelle et un mâle. Ils ont grandi ensemble, ils ont exploré les jeux jusqu'à la venue de la maturité". Dans une langue épurée et puissante, Erri de Luca nous offre ici l'histoire d'une jeune femme vivant sur une île grecque qui passe ses nuits à nager avec les dauphins.


- HK
de Chochana Boukhobza
Éditions Les Arènes / Mai 2015


Guy Brun est né en 1941, et a passé son enfance et son adolescence dans des pensionnats religieux. Obstinément, il veut connaître le vrai nom de sa mère et comprendre pourquoi elle l'a abandonné.  Il a quarante ans lorsqu'enfin il la retrouve. Elle s'appelle Hélène Kalmu. Elle est juive, née en Autriche et arrivée en France en 1938 pour fuir le nazisme. HK révèle également un pan méconnu de l'Occupation, l'affaire Finaly, du nom de deux enfants juifs cachés pendant la guerre puis baptisés pour les soustraire à leurs parents biologiques au moment de la Libération.


- Homer et Langley
de Edgar-Lawrence Doctorow
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Inspiré d'une histoire vraie, celle des frères Homer et Langley Collyer, les célèbres ermites new-yorkais décédés en 1947, un roman qui narre à travers deux personnages délirants l'épopée du matérialisme américain, mais aussi de la solitude américaine. Un insolite portrait de la condition humaine entre romantisme et psychose.


- Il est temps de trouver ton monde
de Cyrielle Cohen
Éditions Les Presses Du Midi / Mai 2015


Du jour au lendemain, Marina se retrouve propulsée malgré elle bien loin de sa vie ordinaire d'étudiante, à cause d'un objet ancien et d'une étrange apparition. Elle découvre ainsi les mondes secrets qui se cachent derrière notre réalité, habituellement interdits aux humains de leur vivant. L'envers du décor est incrusté de dimensions dont les règles n'ont rien à voir avec les nôtres. Dimensions peuplées d'être surnaturels insoupçonnables, de créatures angéliques et bien sûr de créatures démoniaques. La jeune fille enchaîne les rencontres qui défient l'imagination et ne sait plus à qui faire confiance. Un ange a tôt fait de se transformer en démon dans cet univers inconnu et vice versa. Un plongeon au cœur des secrets de l'univers peut être dangereux et irréversible. Mais qui est le mystérieux Rubiel, celui qui l'a entraînée dans cette spirale autant infernale qu'envoûtante? Un animal, un homme, un être surnaturel ou autre chose? Marina, choisis bien tes alliés et fais en sorte de revenir dans ta vie réelle. Un jour? Mais est-il seulement possible d'en revenir? Peut-on rester la même après avoir percé les mystères de ce qui est invisible aux êtres humains?    


- Jackie
de Kelly Dowland
Éditions Sabine Wespieser / Mai 2015


Si la grand-mère centenaire de Kelly Dowland n'était pas tombée malade, cette exubérante trentenaire blonde, joueuse de tuba dans un orchestre symphonique, ne se serait probablement pas mise à écrire. Tant qu'un souffle de vie animera encore Jackie, sa grand'ma, elle tiendra son journal. Les souvenirs heureux avec la vieille dame se mêlent à son quotidien de mère de famille new-yorkaise et de musicienne d'orchestre. Kelly ne passe pas inaperçue parmi ses collègues masculins de la section des cuivres. D'eux, de Joe, son compagnon, acteur shakespearien et amateur de vins français, d'Elton, son petit garçon fou de Star Wars, ou de ses copines qui ne teignent pas leurs cheveux blancs, elle livre des portraits où la précision le dispute à un humour ravageur. Au fil des pages pourtant, l'émotion prend le pas, tout entière dans la tendresse de Kelly Dowland pour ses personnages, et dans l'évocation de son lien avec une grand-mère dont la liberté et la fougue lui ont été laissées en héritage.


- J'ai toujours su parler aux femmes
de Adam Biro
Éditions Arléa / Mai 2015


"Ce livre a trois origines, toutes trois littéraires. D'abord, j'ai été très impressionné par les "romans miniatures" de l'extraordinaire écrivain japonais Kawabata Yasunari. Chacune de ses histoires contient un roman en puissance. L'autre influence que j'ai subie est le petit livre délicieux de J.-B. Pontalis, Elles. Et le troisième auteur qui m'a profondément ému est Krúdy Gyula. J'aimerais parler de femmes, de sentiments, de souvenirs aussi délicatement qu'a su faire, dans ses textes sur les voyages de Sindbad, ce très grand Hongrois, maître ès nostalgie". Projet merveilleusement abouti, J'ai toujours su parler aux femmes est un autoportrait: en creux? Non, plutôt en volutes, en courbes, en ellipses, d'un homme plein de tendresse, de malice et d'esprit qui crut ne pouvoir exister pleinement que dans le regard des femmes, leurs rires, leur gravité ou leur amour.


- Je le veux
de Eliza Kennedy
Éditions Robert Laffont / Mai 2015


Je vais me marier. Il est parfait. C'est la cata. Il reste à Lily huit jours avant le grand bonheur: son mariage avec Will, l'homme idéal que toutes ses copines lui envient. Mais est-ce une bonne idée de se marier quand on est incapable de résister à un beau garçon? Terrifiée par la fidélité, mais trop amoureuse de Will pour renoncer à lui, Lily passe la semaine précédant son mariage à ingurgiter des cocktails bien tassés et à s'envoyer en l'air avec qui lui chante. Et ce qui devrait être le plus beau jour de sa vie menace de tourner au drame. Une comédie qui donne à réfléchir sur fond de coke, vodka et sexe à gogo. Imprévisible mais pertinente, Lily pose les bonnes questions sur l'amour et la monogamie avec un mélange détonant de gravité et d'humour.


- Je suis là
de Clélie Avit
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Elsa n'a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu'un accident de montagne l'a plongée dans le coma. Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture. Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d'Elsa et s'installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu'un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse. Ce qu'il ignore, c'est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit?


- Je suis vivant
de Kettly Mars
Éditions Mercure de France / Mai 2015


Suite aux chamboulements provoqués par le séisme de 2010 en Haïti, Alexandre, interné depuis de nombreuses années, ne peut plus être pris en charge par l'institution qui le garde. En deux jours, sa famille doit s'organiser pour l'accueillir. Éliane, la matriarche infatigable, réunit ses enfants et met tout ce petit monde en ordre de bataille pour installer parmi eux ce fils depuis longtemps absent, quasi inconnu pour certains. Alexandre va donc réapprendre à vivre avec sa famille, et réciproquement. Sa présence va bouleverser la vie de chacun, agir comme un révélateur sur ses frères, sœurs, oncles, tantes, cousins et cousines et faire remonter à la surface des souvenirs heureux ou amers, et des émotions enfouies. Même les domestiques de cette grande famille ne seront pas épargnés par le vent nouveau  qui souffle sur la maisonnée.


- Jours de conquête
de Sabrine Delaveau
Éditions Actes Sud / Mai 2015


L'équipe de France de saut d'obstacles a décroché deux médailles d'argent lors des derniers Championnats du monde. L'évènement réunissait toute la planète équestre pour la première fois en France, au cœur de la Normandie. Galvanisés par la pression, les cavaliers Patrice Delaveau, Simon Delestre, Pénélope Leprevost et Kevin Staut ont su se faire aimer et porter par un stade vibrant, passionné, exigeant. En partageant la vie d'un des acteurs de cette épopée, Sabrine Delaveau a vécu par ricochet toute la violence et l'anxiété, les joies, les déceptions, mais aussi la passion et le poids des sacrifices engendrés par l'exercice délicat du sport de haut niveau. Le carnet de route qu'elle a tenu durant près de deux ans lève le voile sur les coulisses de la préparation et montre comment le chef d'équipe, Philippe Guerdat, a réussit à construire patiemment un groupe déterminé qu'il a mené jusqu'au podium.


- Jours de libération
de Mathieu Lindon
Éditions P. O. L. / Mai 2015


"Partir ou rester, telle est la question que tout le monde se pose quand elle n'a pas déjà été résolue. La direction et les syndicats ont négocié, suite au changement d'actionnaire majoritaire, une clause de cession qui permet de quitter le journal avant le 28 novembre avec comme indemnités un mois de salaire brut par année de présence, sans limitation, ce qui doit donner aux plus anciens une excellente raison de partir d'eux-mêmes. Il y avait une prime supplémentaire de douze mille euros pour ceux qui déposaient leur demande avant fin octobre, certains l'ont saisie et le journal se vide". Ce fragment tiré d'une des premières pages du nouveau livre de Mathieu Lindon en montre bien le cadre, et les enjeux. Il s'agit d'un journal intime qui raconte les quelques semaines de crise d'un Journal d'un autre type, public celui-là, Libération. Mathieu Lindon hésite. Partir, rester, le tentent également. Il réfléchit, suppute, hésite, ce qui est pour lui l'occasion de se remémorer "Les Jours de Libération" de son entrée il y a plus de trente ans à aujourd'hui, tout en tenant la chronique précise, drôle, paradoxale, lucide ou émue des événements quotidiens: l'attitude des uns et des autres, les rumeurs, les départs que l'on regrette et les autres, les espoirs et les regrets, le journal qui doit continuer de paraître malgré les avanies réelles ou supposées, des pannes d'ascenseur aux menaces de déménagements dans des banlieues lointaines. C'est ainsi, au jour le jour, au passé et au présent, le fonctionnement d'un journal, et pas n'importe quel journal comme on sait. C'est aussi la vie dans ce journal de l'un de ses plus emblématiques collaborateurs, et l'évocation de quantité d'autres, de Serge July, son fondateur, aux plumes les plus prestigieuses, celles qui ont su créer "l'esprit Libération". L'esprit Libération qui anime ce livre de Mathieu Lindon, fait d'indépendance d'esprit, de non-conformisme, de remises en question continuelles, d'inventivité, a marqué durablement, continue de marquer notre temps. Le journal tenu par Mathieu Lindon s'étendant du 7 novembre 2014 au 6 février, il comporte le récit des événements du 7 au 11 janvier 2015 tels qu'ils sont vécus par le narrateur comme par le journal: un autre document à l'intérieur de ce document irremplaçable sur la liberté de la presse.


- Jours tranquilles, brèves rencontres
de Eve Babitz
Éditions Gallmeister / Mai 2015


Un acteur qui fuit les studios le temps d'un match de base-ball et une starlette qui déteste sa célébrité, des plages californiennes et des bars où l'alcool coule à flot, Los Angeles et Eve. Eve qui promène au cœur de ce monde son insolente sensualité et nous le raconte avec beaucoup d'esprit et une superbe légèreté. Hédoniste et éternelle amoureuse, Eve Babitz possède une voix sans égale et nous entraîne à travers une ville frénétique comme un studio de cinéma et pétillante comme une coupe de champagne.  


- Jules
de Didier Van Cauwelaert
Éditions Albin Michel / Mai 2015


"À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c'est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu'une obsession, la sienne: retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur". Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l'énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d'aveugle.


- Juste retour des choses
de Jeffrey Archer
Éditions Les Escales / Mai 2015


Emma Clifton espère bien remplacer Ross Buchanan à la présidence de la compagnie maritime Barrington. Mais c'est sans compter sur Don Pedro Martinez qui compte faire élire son pantin, le major Alex Fisher, pour couler l'affaire familiale. À Londres, Jessica, la fille adoptive d'Emma et Harry, organise son mariage avec un certain Clive Bingham. Les deux familles sont ravies, jusqu'à ce que la mère de Clive reçoive la visite d'une vieille connaissance, Lady Virginia Fenwick, qui se fera un plaisir de semer la discorde entre les deux familles. C'est alors que l'arrivée d'un parfait inconnu, Cedric Hardcastle, au conseil d'administration de la firme Barrington cause un raz-de-marée qui changera la vie des Barrington et des Clifton. Qui Hardcastle soutiendra-t-il à la présidence du groupe? Emma ou Alex Fisher?


- Kouri
de Dorothée Werner
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Février 1950. Un train file vers l'Allemagne. Kouri, nom de résistante de Germaine Tillon, n'aime pas les voyages et celui-ci qui l'emmène vers le pays maudit moins que les autres. Là-bas, un curieux procès l'attend. Rescapée de Ravensbrück, où elle a été déportée pour des faits d'insoumission en 1943, elle part pour témoigner au procès de deux anciennes gardiennes du camp. À l'époque, ces femmes cruelles avaient tout pouvoir sur les détenues. Cette fois, Kouri tient leur vie entre ses mains. Elles risquent la peine de mort et son témoignage fera basculer le procès d'un côté ou d'un autre. Kouri suffoque dans son étroit compartiment bondé. Tout au long du trajet, des événements curieux la confrontent à son passé, fait de chagrins inconsolables, de folles aventures et de souvenirs éblouissants de sa vie d'ethnologue en Afrique. Kouri doute et vacille. Elle porte sous sa peau la mémoire de l'enfer, une connaissance de la part d'ombre des hommes et le manque d'une mère partie en fumée dans le ciel de la Baltique. "Justice, camarades", Kouri entend encore le cri des prisonniers emmenés vers la mort. C'est au nom de cet idéal qu'elle a survécu, mais la vérité est brûlante et voilà qu'elle doute. La justice ou la vengeance, la loyauté ou la trahison? Avant que le train n'arrive à sa destination, elle aura choisi.


- L'accro du shopping à Hollywood
de Sophie Kinsella
Éditions Belfond / Mai 2015


En s'installant avec sa famille à Los Angeles, Becky s'y voyait déjà: virées shopping avec Victoria Beckham, pauses détox avec Gwyneth Paltrow, play-dates de sa fille Minnie avec les petits Brangelina. Et puis le rêve ultime: devenir styliste pour ses nouvelles amies les stars. Mais pas si simple de se faire une place sur la A-list quand on n'entre pas dans du triple 0, qu'on ne jure que par le breakfast saucisses-bacon et que la seule star de l'école de Minnie est le hamster mascotte. Quant à ses dons de styliste, disons que Becky les exerce surtout sur elle-même. Heureusement, quand tout espoir semble perdu, notre Accro du shopping a toujours plus d'un tour dans ses sacs. Notamment ce superbe sac vintage qui pourrait bien lui ouvrir les portes de la gloire. Ou celles de l'enfer. Car au pays des stars, les apparences sont souvent trompeuses et cette pauvre Becky va comprendre à ses dépens que derrière les paillettes règne un monde sans pitié.


- L'amour des Loving
de Gilles Biassette
Éditions Baker Street / Mai 2015


Ce roman nous plonge dans l'histoire, réelle et méconnue, du couple Loving, dont le combat a conduit à la légalisation des mariages mixtes, en 1967, aux États-Unis, au prix de la prison et de l'exil. L'été 1958, dans la campagne de Virginie, le shérif fait irruption, en pleine nuit, dans la chambre de Mildred Jeter et Richard Loving. Leur seul crime : s'aimer. Car le Sud, dans les années 1950, punit toujours les unions mixtes. Or Mildred a hérité du teint sombre de ses ancêtres noirs et indiens, Richard, lui, est blanc. Le certificat de mariage de Washington, punaisé sur un des murs, n'y change rien. Jetés en prison, ils seront condamnés, puis bannis du comté et de Virginie, jusqu'à ce que des avocats travaillant pour le mouvement des droits civiques adoptent leur cause et portent l'affaire devant la Cour suprême. Cinquante ans plus tard… Alors que Barack Obama vient d'être élu à la tête des États-Unis, John Bouvier, journaliste à l'Alexandria Chronicle, découvre cette histoire qui l'intrigue, et bientôt le passionne, en interviewant Harry Connors, l'ancien homme fort de Virginie dans les années 50 et 60. Le jeune journaliste doit écrire le portrait du politicien vieillissant. Gouverneur, puis sénateur, Harry Connors a défendu bec et ongles la ségrégation. Il a tout fait pour contrarier l'amour des Loving. Mais dans sa course effrénée au pouvoir, le sénateur a dû enfouir ses propres démons. John Bouvier va les sortir au grand jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:48

- L'amour, en théorie
de E. J. Levy
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


En théorie, l'amour semble d'une simplicité enfantine. Il suffit de suivre son instinct: on se rencontre, on se plaît, on s'aime. Mais, bien sûr, la réalité adore compliquer les choses et les personnages de ce livre vont l'apprendre à leurs dépens. En dix contes drôles et mordants, E.J. Levy s'impose comme la digne héritière de Lorrie Moore, Grace Paley ou Alice Munro.


- L'amour est une île
de Claudie Gallay
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Alors que le Festival d'Avignon 2003 s'enlise dans la grève des intermittents, une actrice célèbre retrouve sa ville natale, après dix ans d'absence. Elle y a vécu un amour passionnel avec le directeur d'un théâtre du festival off, qu'elle a quitté pour faire carrière. Ce dernier met en scène une pièce d'un auteur inconnu, sorte de poète maudit décédé dans des circonstances obscures.


- L'art de ne pas rompre
de Daniel Glattauer
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2015


Joana et Valentin, qui se sont rencontrés des années plus tôt en faisant de la plongée, heureux parents de deux enfants, sont en pleine crise conjugale. Ils n'arrivent plus à se parler, ne se supportent plus, se disputent sans cesse. Pour tenter de sortir de cette impasse et de retrouver l'harmonie de leurs premières années de vie commune, ils décident de se faire aider par un conseiller conjugal. Mais à peine entrés dans le cabinet du thérapeute, ils recommencent leurs querelles stériles et chacun essaie de prendre le conseiller à témoin des défauts de l'autre. Celui-ci leur propose bien quelques exercices afin de rétablir le dialogue, mais en vain. Soudain, un téléphone portable sonne. Le conseiller s'excuse et sort du cabinet. Peu après, il revient, l'air absent et, de but en blanc, demande à Joana et Valentin pourquoi ils ne se séparent pas. Joana et Valentin vont dès lors changer de ton.


- L'empire invisible
de Jérôme Noirez
Éditions Gulf Stream / Mai 2015


Caroline-du-Sud, 1858. Dans le comté d'Anderson, près du fleuve Savannah, des esclaves noirs triment dans les champs de coton de la riche famille Wingard, s'éreintant sous le soleil d'un été caniculaire. Parmi eux, une jeune fille Clara Walker, qui supporte sans rien dire cette vie de labeur et d'humiliations. Jusqu'à cette terrible nuit où de mystérieux cavaliers s'en prennent à son père. Désormais, Clara ne vivra plus que pour la vengeance, quitte à s'allier, pour atteindre son but, à un psychopathe aussi dangereux qu'incontrôlable. Elle se retrouvera au cœur de l'Empire Invisible, là où, dans la folie et l'ivresse du sang, l'homme redevient un prédateur. Un monde où la mort semble être la seule issue possible.


- L'enfant en fuite
de Jean-Hugues Lime
Éditions Cherche Midi / Mai 2015


Paris, juillet 1942. Lazare Tcherkowitz, 13 ans et demi, assiste depuis sa cachette à la rafle de toute sa famille. En une seconde, le voilà seul au monde. Dans sa tanière de fortune, il s'immerge dans son livre de pirates en rêvant à un mystérieux diamant noir caché dans la crypte d'un vieux château de la côte bretonne, à Brec'h Helien. En danger dans son appartement, affamé, il doit fuir. Il pense naturellement à la Bretagne, à se diriger vers ce petit port de pêche où il allait avec ses parents passer ses vacances, Brec'h Helien. Un long voyage initiatique commence. Les adultes, qu'ils soient flics ou miliciens, sont tous à ses trousses. Seul, un garçon de son âge, Fernand, rencontré au cimetière Montparnasse où tous deux se cachaient, deviendra son ami. Des geôles parisiennes à Rennes, le Bezen Perrot, fameuse milice bretonne pronazie, en passant par le bagne d'enfants de Belle-Île-en-Mer, Lazare marche vers son destin. Enfin parvenu à Brec'h Helien, il rencontrera de vrais pirates modernes, un réseau de résistants bretons qui, sur le pied de guerre, préparent en hâte la Libération. Vont-ils l'aider à retrouver le diamant noir?


- L'étrangère
de Valérie Toranian
Éditions Flammarion / Mai 2015


"Elle tricote. Je sors mon carnet. - Raconte-moi précisément ce qui s'est passé dans les convois... - Plus tard... Je rêve de recueillir cette histoire qui est aussi la mienne et elle s'y oppose comme une gamine butée. - Quand plus tard? - Quand tu auras eu ton bébé". Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu'elle lui raconte son histoire, l'Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d'Aravni: de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu'à la grand-mère aussi aimante qu'intransigeante qu'elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l'histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère "étrangère" de la plus belle façon qui soit.


- L'île aux mille couleurs
de Tamara Mckinley
Éditions L'Archipel / Mai 2015


Londres, 1920. Au lendemain de la Grande Guerre, Loulou Pearson, une jeune et talentueuse sculptrice originaire de Tasmanie, vit seule dans la capitale britannique. Un brillant avenir lui semble promis. Ne prépare-t-elle pas sa première exposition dans une prestigieuse galerie londonienne? Un jour, Loulou apprend qu'un mystérieux donateur lui a légué un cheval de course. La surprise passée, elle décide d'embarquer pour sa Tasmanie natale, cette île aux mille couleurs, afin de prendre possession de son héritage. Mais ce retour aux sources et les retrouvailles avec sa mère, une aristocrate distante qui l'a abandonnée, ne seront pas qu'une partie de plaisir. Bientôt, des secrets de famille pourtant bien enfouis refont surface. L'occasion pour Loulou de savoir qui elle est vraiment et de faire table rase du passé.


- L'inconnue du Père Lachaise
de Bénédicte Lapeyre
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Dans les allées du Père-Lachaise où il aime se promener, le commandant Leclerc, policier à la retraite, croise une belle inconnue. Cette élégance, cette grâce mystérieuse ne lui sont pas étrangères, et brusquement, les souvenirs affluent: une gamine en état de choc, prostrée dans son silence, un homme d'affaires assassiné dans une cité d'Orgeville, un gang local aussitôt identifié, une affaire trop vite classée. Se pourrait-il que la petite fille de banlieue soit devenue cette femme, à quelques pas de lui? Des tours de la Courneuve à l'île Saint-Louis, cette rencontre fortuite va pousser Leclerc à rouvrir le dossier. Et il découvrira un grand amour. Bénédicte Lapeyre évoque ici avec subtilité l'attachement émouvant de deux êtres que tout aurait dû séparer.


- L'incroyable histoire de Wheeler Burden
de Edwards Selden
Éditions 10-18 / Mai 2015


Wheeler Burden vit à San Francisco en 1988. Il a donc peu de raisons de se réveiller un beau matin à Vienne en 1897.C'est pourtant ce qui lui arrive, de façon tout à fait inexplicable. Totalement démuni, il décide d'aller consulter un jeune thérapeute viennois, Sigmund Freud. Tandis que celui-ci réfléchit à son cas, Wheeler fait connaissance avec la ville où Mahler et Klimt révolutionnent leurs arts respectifs. Alors qu'il tombe amoureux d'une jeune Américaine de passage dans la capitale autrichienne, il réalise ce qui est en jeu dans cette curieuse mésaventure: l'incroyable possibilité de changer le destin des siens et, peut-être plus encore, celui de l'humanité tout entière. À quelques kilomètres de Vienne, dans le village de Lambach, vit en effet un petit garçon âgé de 6 ans, nommé Adolf Hitler. Wheeler est néanmoins loin de se douter de tous les risques qu'il encourt et des dangers qu'il y a à vouloir modifier le cours des choses.


- L'un des nôtres
de Willa Cather
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


Le grand roman de Willa Cather, couronné par le Prix Pulitzer, qui développe ses thèmes de prédilection, avec la Première Guerre Mondiale comme toile de fond: l'amitié, la beauté des paysages, les liens profonds d'un jeune homme avec sa terre. Puissant et envoûtant.


- La douceur du miel
de Silvia Baron-Supervielle
Éditions Gallimard / Mai 2015


"Jusqu'au jour, elle ne saurait pas dire pourquoi, où Stella leva son regard sur un homme, Loïc, qui tenait le café à côté de l'école. Depuis ce jour, lorsqu'elle achève ses cours et sort de l'école, elle entre dans le café pour boire un verre de blanc avant de repartir à vélo chez elle. Loïc le Guen est grand et souple, il a des yeux clairs, des gestes lents et cléments. Il ne parle presque pas. Son silence, ses manières, ses yeux expriment quelque chose qui attire la jeune femme. Peu après, un soir, Loïc vit Stella entrer dans le café, qui se trouvait exceptionnellement vide, il vint à sa rencontre et ferma la porte à clef. Et, main dans la main, ils se dirigèrent vers l'escalier du fond".


- La drôle de vie de Zelda Zonk
de Laurence Peyrin
Éditions Kero / Mai 2015


Foutu mardi, foutue pluie. Sur cette route d'Irlande qu'Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c'est l'accident. À l'hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c'est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant... Tout en menant l'enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l'anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie?


- La fabrique d'hormones
de Saskia Goldschmidt
Éditions Gallimard / Mai 2015


Motke, de son vrai nom Mordechai de Paauw, aimerait bien mourir. À quatre-vingt-dix-sept ans, il regrette le temps où son corps était encore le moteur de tous ses plaisirs, et il se fait alors le narrateur d'une existence hors du commun. Jeune homme, il est contraint de reprendre l'abattoir familial, mais son ambition le pousse à transformer la florissante entreprise en faisant appel à Rafaël Levine, un scientifique d'origine juive-allemande, pour lui adjoindre un laboratoire. Utiliser les déchets de l'abattoir pour procéder à l'extraction de l'insuline, puis d'autres hormones, sexuelles, voilà le projet industriel de Motke. Le succès est au rendez-vous, l'argent coule à flots. Grisé et doté d'une libido indomptable, Motke ne parvient pas à rester fidèle à son épouse Rivka et n'hésite pas à exercer une sorte de droit de cuissage sur ses ouvrières. Mais le drame se noue quand il pousse son propre frère jumeau Aron à s'administrer des doses de plus en plus élevées de testostérone. La fabrique d'hormones, basée sur une histoire vraie découverte par l'auteur dans les archives de sa propre famille, tient le lecteur en haleine par son sujet extrêmement original et une écriture fluide, précise. Avec pour cadre les Pays-Bas des années trente, ce roman, qui par ailleurs offre une vraie réflexion sur le rapport entre sexualité et pouvoir, n'est pas sans rappeler certains scandales sexuels récents.


- La face froide du soleil
de Mustapha Nadi
Éditions Riveneuve / Mai 2015


Natori, au Nord de Tokyo, le 11 mars 2011. Riki voit fondre sur lui le tsunami le jour de ses quinze ans. Réfugié sur le toit de sa maison avec une vieille marchande de thé du quartier, il est un des rares survivants de la ville. Sur sa tablette numérique, Riki vit en direct les catastrophes qui se suivent. Le lendemain, c'est dans un pays ravagé qu'il cherche à retrouver son amie Kimiko partie dans la ville voisine de Fukushima avec ses parents. Au cours de son périple, hanté par les images qu'il a vues, Riki fait de fantomatiques rencontres. Confusion d'identités, réalités indicibles ou illusions: le docteur Tanizaki parle de "la face froide du Soleil", ce monde virtuel où l'on peut réellement sombrer lorsqu'on navigue trop dans l'univers numérique. Retrouvera-t-il Kimiko? Quel secret lui cache-t-elle?


- La femme qui ne savait pas garder les hommes
de Vénus Khoury Ghata
Éditions Mercure de France / Mai 2015


Une femme s'interroge: pour quelle raison n'a-t-elle pas su garder les hommes qui ont partagé sa vie? La passion d'écrire est-elle incompatible avec l'amour? Vénus Khoury-Ghata parle de toutes les femmes qui vivent dans une grande solitude après une disparition. Vénus Khoury-Ghata rend le deuil presque supportable.


- La fille du train
de Paula Hawkins
Éditions Sonatine / Mai 2015


Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 l'après-midi. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d'un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu'elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu'elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l'être par le passé avec son mari, avant qu'il ne la trompe, avant qu'il ne la quitte. Rien d'exceptionnel, non, juste un couple qui s'aime. Jusqu'à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il? Jess tromperait-elle son mari? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d'en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c'est avec stupeur qu'elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu. Avec ce thriller psychologique exceptionnel, Paula Hawkins fait figure de révélation de l'année. Il vous suffit d'ouvrir ce livre et de vous laisser entraîner dans le piège paranoïaque et jubilatoire qu'elle vous tend et vous comprendrez combien cette publication fait figure d'événement.


- La mer couleur de vin
de Leonardo Sciascia
Éditions Denöel / Mai 2015


Rebelle à toute forme d'oppression, Leonardo Sciascia n'a cessé de lutter contre les différents pouvoirs. Dans ce recueil de treize récits écrits entre 1959 et 1972, l'enfant du pays raconte la Sicile et sa "mer couleur de vin". Dénonçant les ravages causés par la mafia et l'avidité des nantis, il met en lumière le poids de la tradition religieuse et livre de la misère du peuple une série de tableaux saisissants. Sans aucun doute l'une des voix les plus marquantes de la littérature italienne du XXe siècle.


- La nostalgie des buffets de gare
de Benoît Duteurtre
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


Ce bref essai raconte la transformation des trains et des gares. Il montre comment un service pratique et bon marché, desservant l'ensemble du territoire, s'est reconverti en entreprise calquée sur le modèle aérien avec ses réservations obligatoires, ses offres low cost et ses galeries commerciales. Décrivant ses errances dans les "trains déclassés" et ses attentes infinies gare Saint-Lazare, Benoît Duteurtre nous fait voir le revers du TGV. Il ne cache pas sa nostalgie des buffets de gare (transformés en Starbucks Coffee) ou des wagons-lits (sacrifiés sur l'autel de la rentabilité). Mais, surtout, il bouscule certaines urgences de notre société comme le démantèlement des services publics, la passion des marques, l'obsession sécuritaire; tout ce qui contribue à asservir nos vies en éliminant la part d'imprévu et de poésie.


- La nuit de Walenhammes
de Alexis Jenni
Éditions Gallimard / Mai 2015


Walenhammes est la plus grande ville industrielle du nord de la France, et on sait à peine qu'elle existe. Quand les terribles événements que l'on sait commencèrent à la détruire, Charles Avril y vint sur un coup de tête, pour écrire quelques articles qu'il pourrait vendre au site d'information où il est pigiste. À Walenhammes, après la fermeture des mines et du haut-fourneau, il ne reste qu'un peuple abondant dont on ne sait pas quoi faire. Georges Fenycz, maire de cette immense municipalité décatie, a une idée simple: la pauvreté enrichit. Alors se déverse sur Walenhammes la cruelle guignolade du libéralisme, qui absorbe toutes les critiques qu'on lui adresse, dont on ne peut plus rien dire à moins d'en écrire un roman qui déborde. Charles en est le spectateur, tout en découvrant ce à quoi il ne s'attendait pas: l'amour d'une maître-nageuse, l'amitié d'hommes qui continuent de vivre malgré tout, et l'affection d'une petite fille qui pense devenir adulte en lisant jusqu'au bout Les Démons de Dostoïevski. Ce roman décrit l'installation d'un monde nouveau qui désormais sera le nôtre.


- La petite communiste qui ne souriait jamais
de Lola Lafon
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Retraçant le parcours d'une fée gymnaste qui, dans la Roumanie des années 1980 et sous les yeux émerveillés de la planète entière, mit à mal guerres froides, ordinateurs et records, ce roman dont la lecture politique n'épargne ni le bloc de l'Est ni la version falsifiée qu'en donnait à voir l'Occident délivre une passionnante méditation sur l'invention et l'impitoyable évaluation du corps féminin.
 

- La première blessure
de Ali Knight
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Plus rien ne va dans la vie de Nicky. Sa meilleure amie a été assassinée plusieurs années auparavant, un drame dont elle ne s'est jamais vraiment remise, et depuis quelque temps son couple bat de l'aile. Aussi, lorsqu'elle rencontre un jeune homme aussi beau que séduisant, se dit-elle qu'un léger flirt ne peut que l'aider à oublier un peu ses problèmes. Mais ce qui commence comme un petit jeu innocent vire bientôt au cauchemar le plus sordide et l'amène à déterrer un terrible secret enfoui depuis de nombreuses années. Elle découvrira que les blessures amoureuses ne cicatrisent jamais vraiment.


- La première femme nue
de Christophe Bouquerel
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Phrynê a seize ans et déjà la beauté du diable quand le jeune Praxitélês pose pour la première fois les yeux sur elle. Il n'est pas encore le plus grand artiste de son temps, elle est encore loin de devenir l'hétaïre la plus scandaleuse d'Athènes. Ni l'un ni l'autre ne devine que la déshabiller les rendra tous deux célèbres pour l'éternité. Mais ce premier regard va sceller leurs destins, miroirs d'une civilisation à l'aube de sa métamorphose. De la débauche codée des banquets aux corps à corps avec l'inspiration dans l'atelier du sculpteur, de la furie sans merci des champs de bataille aux dangereux périples jusqu'aux confins de l'Orient, du bouillonnement de la philosophie grecque en pleine découverte d'elle-même aux déchaînements païens des rituels les plus révolutionnaires… voici une expérience de lecture kaléidoscopique. Magistral et joueur, Christophe Bouquerel s'inspire d'un personnage dont la légende a traversé les siècles pour tracer la trajectoire hors du commun d'une femme de chair et de passions, fougueusement engagée dans la tentative de conduire sa propre histoire, qui défie constamment la société et les hommes sans jamais renoncer à l'affirmation de son identité. Roman initiatique dans tous les sens du terme, à la fois fresque et portrait, La Première Femme nue raconte autant le perpétuel apprentissage d'une héroïne subversive par instinct de survie que l'aventure d'un monde qui vacille et se réinvente.


- La quête du bleu divin
de Sylvain Treperman
Éditions La Grande Ourse / Mai 2015


Chartres, capitale de la lumière. Au début des années 1970, Raoul, jeune étudiant, découvre  dans une chapelle un vitrail dont la lueur bleutée sert à apaiser la folie des hommes. Déjà, trente ans plus tôt, sous l'occupation allemande, un haut officier nazi, professeur d'histoire médiévale, avait décidé après la lecture d'un vieux manuscrit, de partir à la recherche de ce même vitrail fabuleux. Mais cette quête avait réellement débuté au Moyen Âge, avec la tentative d'un maître-verrier juif de contacter l'Éternel par le biais d'une clarté merveilleuse émise par un vitrail de sa fabrication. Trois époques, trois destins, une même quête: celle du bleu divin, qui selon la tradition avait le pouvoir d'insuffler la grâce suprême aux âmes les plus pures. Au centre de ce roman historique se dresse la cathédrale de Chartres et ses fabuleux vitraux.


- La regrettable importance de la beauté
de Amanda Filipacchi
Éditions XO / Mai 2015


Au cœur de New York, un petit groupe d'amis totalement  fantaisistes appelés "Les chevaliers de la création" se retrouvent régulièrement pour travailler. Parmi eux, Barbara, une femme éblouissante de beauté, et Lily, dont le physique est terriblement ingrat, ont un rêve commun: être aimée pour ce qu'elles sont, au-delà de leur apparence. Barbara, costumière, s'enlaidit dans l'espoir de trouver le véritable amour, tandis que Lily, musicienne talentueuse, s'acharne à conquérir l'homme qui l'ignore. Alors que toutes deux cherchent désespérément des solutions à leur tourment, elles réalisent qu'un meurtrier se cache parmi leur entourage, se jouant de leurs failles les plus intimes.


- La tournée d'adieux
de Thomas Paris
Éditions Buchet Chastel / Mai 2015


Le jour de ses 28 ans, Alex comprend qu'il ne fera pas partie du mythique Club 27. Il a pourtant créé son groupe de rock, 'Assemblée nationale', il compose et joue sur scène (bien que modestement) depuis des années. Mais il ne sera jamais Janis Joplin, Jim Morrison, Kurt Cobain ou Jimi Hendrix (tous morts à 27 ans). Il ne connaîtra pas de destin flamboyant. Il est donc temps, pour lui, d'arrêter de rêver et de se confronter au réel. Il décide de dissoudre son groupe et de trouver une autre activité pour le restant de ses jours. C'est compter sans ses compagnons de musique. Et c'est compter sans son père. De Paris à San-Francisco, La Tournée d'adieux est un roman à l'humour léger. C'est aussi l'histoire d'un père et de son fils, des regrets que l'on collectionne tout au long de nos vies, et de l'envie irrésistible qui nous saisit, parfois, de prendre la tangente.


- La vie conjugale
de David Vogel
Éditions De L'Olivier / Mai 2015


"Et parfois, vous rencontrez quelqu'un pour la première fois et vous sentez instinctivement qu'il est la source du malheur indispensable à votre existence. Et vous êtes lié à cette personne comme son ombre". La passion qui unit Rudolf Gurdweil, un écrivain juif sans le sou, et Thea Von Takow, une baronne autrichienne désargentée, se transforme après leurs noces en un piège. Thea le trompe, le tourmente, le raille en permanence. Peu importe. Car Gurdweil ne cherche pas à s'évader de cette vie pourtant devenue impossible. Dans Vienne où plane l'ombre de la catastrophe à venir, le jeune homme traîne son désarroi et son amertume de café en café. La Vie conjugale relève d'un projet littéraire surprenant: celui d'écrire en hébreu un roman européen comme s'il était traduit de l'allemand. Il est l'unique roman publié du vivant de son auteur.


- La vie prodigieuse de Garnet Ferrari
de Marie Manilla
Éditions Autrement / Mai 2015


"Je ne crois pas à toutes ces foutaises, vous savez. - Vous non, mais le monde entier y croit". Garnet Ferrari a-t-elle des pouvoirs magiques? Elle jure que non. Le Vatican, convaincu du contraire, dépêche l'archevêque Gormley pour découvrir la vérité. Ultime descendante d'une lignée de guérisseuses légendaires, Garnet n'a pas la langue dans sa poche. Elle raconte à l'archevêque la prodigieuse histoire de sa famille italo-américaine depuis les premiers miracles de son ancêtre sicilienne.


- La vieille fille et le mort
de Violette Leduc
Éditions Gallimard / Mai 2015


"Les partis ne vous ont pas manqué. Vous avez toujours refusé. Pourquoi? On ne le saura jamais". Ainsi parle à Mademoiselle Clarisse, cinquante-quatre ans, un client de son café-épicerie-mercerie de village. Nous non plus, nous ne saurons pas pourquoi Clarisse, fort sociable pourtant, et qui entretient avec sa clientèle des relations harmonieuses, a vécu et vit solitaire. Mais nous comprenons qu'il y a en elle quelque chose de noué, et qui ne favorise pas les relations avec les hommes. Dans sa jeunesse elle fuyait les rencontres, maintenant elle rêve "d'un homme ne sachant pas se défendre". Et voilà que survient un homme inattendu. Il s'est réfugié dans la salle de café, il y est mort. Aussitôt Clarisse s'empare de lui. Une tempête de tendresse, d'amour et de dévouement la saisit devant ce corps qui lui est livré, et de qui elle prend soin comme si son activité terrestre n'était pas interrompue à jamais. Elle invente son histoire, s'invente une histoire avec lui, mais doit vite reconnaître que le mort ne pourra rien lui donner.


- La ville de nulle part
de Alison Lurie
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


Née en 1926, Alison Lurie est l'une des plus célèbres romancières américaines, et surtout l'un des auteurs emblématique de Rivages, lauréate du prix Pulitzer (1984) et du prix Femina (1988). Ironique, subtile, Lurie a un style inimitable, conjuguant la satire et la grâce. Dans La Ville de nulle part, elle s'intéresse au charme illusoire de Los Angeles, la machine à rêves. À travers l'histoire d'un couple en crise, Lurie passe au crible de son humour l'Amérique des Sixties.


- La ville orpheline
de Victoria Hislop
Éditions Les Escales / Mai 2015


Été 1972. La ville de Famagouste, à Chypre, héberge la station balnéaire la plus enviée de la Méditerranée, cité rayonnante et bénie des dieux. Un couple ambitieux ouvre l'hôtel le plus spectaculaire de l'île, Le Sunrise, ou Chypriotes grecs et turcs collaborent en parfaite harmonie. Deux familles voisines, les Georgiou et les Özkan, sont de celles, nombreuses, venues s'installer à Famagouste pour fuir des années de troubles et de violences ethniques dans le reste de l'île, ou la tension monte. Lorsqu'un putsch grec plonge l'île dans le chaos, celle-ci devient le théâtre d'un conflit désastreux. La Turquie envahit Chypre afin de protéger sa minorité sur place, et Famagouste est bombardée. Quarante mille personnes, n'emportant que leurs biens les plus précieux, fuient l'armée en marche. Qu'adviendra-t-il du Sunrise et des deux familles restées dans la ville désertée?


- Le bal du siècle
de Stéphanie des Horts
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Lahore, 1947. Dans un pays déchiré par les rumeurs de partition, Nina, la fille d'un officier britannique, tombe éperdument amoureuse du meilleur ami de ses parents. Aventurier élégant et cynique, Jack O'Hara n'a d'yeux que pour sa mère, une Indienne d'une subjuguante beauté. L'adolescente rôde autour de cet étrange trio, dont elle menace l'équilibre fragile. Jusqu'à ce que tout bascule. Quatre ans plus tard, Venise s'apprête à célébrer ce qui restera dans toutes les mémoires comme "Le Bal du Siècle", où l'excentrique Charles de Beistegui a convié tout ce que la planète compte de stars, d'hommes de lettres et de milliardaires. Perdue dans cette foule brillante, Nina attend Jack qu'elle n'a pas revu depuis son départ de l'Inde. Mais les masques cachent de dangereux sentiments, et lorsqu'ils finissent par tomber, la vérité se perd dans les eaux noires de la lagune.


- Le ciel de Cambridge: Rupert Brooke, la mort et la poésie
de Philippe Barthelet
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mai 2015


"Nous t'avons trouvé pâle et calme, étrangement couronné de fleurs, beau et secret comme un enfant. Dans ce chant funèbre d'un jour qu'il a aimé, Day that I loved, Rupert Brooke se trahit dans cette parenthèse, trahit cette intime prophétie du poète qui sait ce qu'il dit, d'une science obscure et définitive: c'est un jour qu'il a aimé dont il décrit l'embarquement de la dépouille sur quelle mer ténébreuse, et là-bas nulle clameur de gloire comme chez Lord Tennyson, mais le dernier feu sur l'abîme, flame ultimate on the deep (…)" Rupert Brooke (1887-1915) fut le prince de la jeunesse et aussi, à son corps défendant, le prince du paradoxe: l'auteur d'un des plus beaux poèmes jamais écrits sur l'amour de la patrie, The Soldier, "Le Soldat", qui fit de lui le plus célèbre "poète de guerre" anglais n'a pas eu le temps de combattre: il est mort et a été enterré à Scyros le 23 avril 1915, deux jours avant le débarquement des Dardanelles.


- Le classique du thé
de Yu Lu
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


Une petite feuille amère, sur un arbre qui pouvait atteindre plus de vingt mètres de haut, est devenue, un jour, l'origine de la boisson la plus recherchée dans le monde entier: le thé. En Chine, cette petite feuille doit aussi son succès à un homme dont le fabuleux destin l'a conduit à devenir le dieu du thé: Lu Yu (733-804). Il est le premier à avoir présenté une synthèse des différents aspects du thé et à avoir posé les bases de l'art de la dégustation dans son ouvrage élevé au rang de livre canonique: Le classique du thé.


- Le double des corps
de Juliette Bouchet
Éditions Robert Laffont / Mai 2015


Julia, sublime trentenaire spontanée et rêveuse, raconte ses rencontres amoureuses sans tabou. Accumulant les échecs et les désillusions, elle va peu à peu perdre contact avec la réalité et commettre un crime. En cavale, obligée de se travestir en homme pour cacher son identité, elle tombe amoureuse de Mathias.


- Le facteur émotif
de Denis Thériault
Éditions Anne Carrière / Mai 2015


Bilodo a vingt-sept ans, il est facteur et mène une existence tranquille. À l'ère des mails et des téléphones portables, il n'a plus souvent l'occasion d'acheminer une lettre personnelle. Alors, quand il en trouve une dans le flot de courriers administratifs et de publicités, il lui fait faire un petit détour et, le soir venu, ouvre l'enveloppe à la vapeur pour en découvrir le contenu. Sagement, le lendemain, il la remet à son destinataire. Son petit vice va le conduire à faire la rencontre epistolaire de Ségolène, qui écrit régulièrement de beaux haïkus à un certain Gaston Grandpré. Tandis que son amour pour la belle grandit à l'abri du réel, un étrange coup du sort va lui offrir une opportunité providentielle. Mais le destin ne favorise que les audacieux. Bilodo va devoir devenir poète et abandonner tout espoir de tranquillité, en laissant entrer dans sa vie l'intrigue et le sentiment.


- Le fil
de Sophie Lemp
Éditions Bernard de Fallois / Mai 2015


La narratrice trouve trois carnets qui lui sont destinés alors qu'elle vide l'appartement de sa grand-mère. Cette dernière a relaté durant 25 ans leurs mercredis, leurs vacances, leurs échanges quotidiens. La jeune femme prend la plume à son tour pour faire le portrait de sa grand-mère.


- Le fils de Sam Green
de Sibylle Grimbert
Éditions 10-18 / Mai 2015


Un puissant financier entraîne les membres de sa famille dans les vastes escroqueries qu'il organise. Alors qu'il prend conscience des méfaits perpétrés par son père, le fils de Sam Green se demande s'il a été victime ou complice du fraudeur. Directement inspiré de la retentissante affaire de l'Américain Bernard Madoff, "l'homme qui valait cinquante milliards", le plus grand escroc de tous les temps arrêté par le FBI en 2008 et condamné à une peine de 150 ans de prison pour laquelle il n'a pas fait appel, le roman de Sibylle Grimbert se concentre sur le fils de "Sam Green" et, en s'immisçant dans ses pensées intimes, imagine ce qu'un membre proche pourrait avoir vécu et ressenti.


- Le héros discret
de Mario Vargas Llosa
Éditions Gallimard / Mai 2015


Après plusieurs romans situés dans les géographies les plus éloignées dans l'espace et dans le temps (le Congo belge, le Tahiti de Gauguin), Mario Vargas Llosa revient au Pérou et fait de son pays natal le décor du Héros discret. Il nous dépeint la situation actuelle d'une société dopée par une croissance économique sans précédent mais qui voit également se développer la corruption, la cupidité et le crime. À Piura, Felícito Yanaqué, patron d'une entreprise de transports, est l'objet de chantage et d'intimidations mafieuses. Aussi frêle de corps qu'énergique de caractère, il saura cependant y faire face, et son opiniâtreté d'homme du peuple qui s'est élevé à la force des bras, fera de lui un héros national. À Lima, Ismael, patron d'une riche compagnie d'assurances, se voit menacé par ses deux fils, qui convoitent sa fortune en souhaitant sa mort. Là encore, l'homme saura répondre à ces menaces, et sera tout aussitôt doté par le romancier d'une aura héroïque. Mais il ne faut pas prendre leur épopée trop au sérieux. Car entre le mélodrame et le vaudeville, Vargas Llosa s'amuse, et nous amuse, avec ces deux histoires qu'il mène avec brio et dont le résultat final est une œuvre drôle, corrosive et magistralement écrite.


- Le kimono de neige
de Mark Henshaw
Éditions Christian Bourgois / Mai 2015


Paris, 1989. Auguste Jovert, inspecteur de police à la retraite depuis peu, reçoit la lettre d'une jeune femme qui dit être sa fille. Deux jours plus tard, un inconnu frappe à sa porte. De Paris au Japon, en passant par l'Algérie, s'entrecroisent les histoires de trois hommes: l'inspecteur Jovert, l'ancien professeur de droit Tadashi Omura, et Katsuo Ikeda, son ami de longue date. Tous trois n'ont cessé de se mentir à eux-mêmes, aux uns et aux autres. Mais ces mensonges semblent sur le point de les rattraper. Mark Henshaw nous livre un thriller psychologique complexe doublé d'une méditation profonde sur l'amour et la perte, la mémoire et ses aléas.


- Le livre du thé
de Kakuso Okakura
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


"La cérémonie du thé est un culte basé sur l'adoration du beau parmi les vulgarités de l'existence quotidienne. Il inspire à ses fidèles la pureté et l'harmonie. Il est essentiellement le culte de l'Imparfait. puisqu'il est un effort pour accomplir quelque chose de possible dans cette chose impossible que nous savons être la vie". K. O.
L'auteur du Livre du thé, Kakuzo Okakura, né en 1862 et mort en 1913, a été un fervent défenseur des traditions et des mœurs qui ont fait, durant des siècles, la force de la civilisation japonaise. Le Livre du thé a été publié en 1906.


- Le lys blanc
de François Cérésa
Éditions L'Archipel / Mai 2015


1788. Marie, jolie Vendéenne rousse de seize ans, fille de boulanger, est violée par le comte de la Rose-Pitray lors d'une fête au château. De ce crime naît un garçon, prénommé Maximilien. Elle se fait alors la promesse que plus un aristocrate ne la touchera jamais. Après la Révolution, elle prend parti pour Robespierre et les jacobins. À Nantes, le comte de la Rose-Pitray est arrêté et condamné à mort, grâce au témoignage de Marie, impliquée auprès des femmes révolutionnaires. Le jour de son exécution, un représentant de la Convention, amoureux d'elle, la force à tremper de la mie de pain dans le sang du comte. Le "Lys blanc", un bandit masqué, qui a tenté de faire délivrer le condamné, décide, en s'enfuyant, de prendre en otage le fils du couple qu'il a vu commettre l'ignoble rituel. Il ignore que l'enfant est, comme lui, le fils du comte exécuté. C'est le début d'une course-poursuite riche en rebondissements, où les jeux du cœur le disputent aux liens du sang.


- Le mensonge de Daniel Branwell
de Helen Dunmore
Éditions Mercure de France / Mai 2015


Quand Daniel Branwell rentre dans son village de Cornouailles, après la guerre, celle de 14, il n'est pas vraiment accueilli à bras ouverts. Il n'a plus de famille et comme pas mal de ses copains d'autrefois ont réussi à échapper à la conscription, un héros n'est pas trop bien vu. Seule la vieille Mary Pascoe, un peu considérée comme une sorcière le laisse se construire un abri près de chez elle, à l'écart, sur la falaise qui domine le village. Mais il y a un prix à payer, une terrible promesse à faire et quand il faudra la tenir, Daniel devra mentir, s'enfoncer dans un mensonge de plus en plus lourd. Le fantôme de Frederick, mort à ses côtés dans les tranchées, qui l'accompagne partout, peut-il l'aider? Ou alors la tendresse de Felicia, la petite amie d'enfance autrefois perdue mais jamais oubliée? Un roman très fort. Un final inoubliable.


- Le mondologue
de Heinrich Steinfest
Éditions Carnets Nord / Mai 2015


Sixten Braun a l'allure d'un homme d'affaires à qui tout réussit: sillonnant l'Asie comme commercial, il est fiancé à une jeune femme de la bourgeoisie colonaise qui l'attend sagement au pays. Mais derrière ce complet veston se cache un homme qui rêve de devenir maître-nageur plutôt que manager, et qui n'éprouve que de l'indifférence envers cette fiancée bien sous tous rapports. En l'espace de seulement quelques jours, sa vie est bouleversée par deux accidents incroyables dont il réchappe de peu: primo, l'explosion d'une baleine dans une rue de Tainan, qui le fait rencontrer le grand amour, secundo le crash de son avion en mer de Chine, qui le renvoie illico vers sa mère patrie et un mariage sans amour. Mais parfois, le destin n'a pas dit son dernier mot et voici qu'il apparaît de nouveau dans la vie de Sixten, quelques dix ans plus tard, sous la forme du jeune Simon, son fils présumé avec la femme de Taïwan. Un garçon de 8 ans hors du commun qui grimpe comme un chamois, dessine comme de Vinci, ne parle qu'une langue inconnue de tous.


- Le mouton de la place des Vosges
de Catherine Siguret
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Il n'y a pas que le Petit Prince qui aime les moutons. L'héroïne de ce drôle de roman les adore depuis l'enfance. À tel point qu'elle décide de revenir à ses premières amours en adoptant en Corse un jeune ovin qu'elle appellera Toi. Qu'y a-t-il de mal à cela? De quel droit décréter qu'il s'agit d'une idée délirante? Mais voilà, lorsqu'on habite la très chic place des Vosges à Paris, ce genre d'extravagance passe mal. Fermement décidée à braver les interdits et les conventions sociales, l'apôtre de la cause du mouton parisien ira jusqu'au bout pour prouver que vivre en couple avec un animal qui bêle n'est pas plus absurde que de s'abêtir avec un humain qui parle. Inclassable, loufoque et poétique, le roman de Catherine Siguret est une ode à la liberté d'être et de penser. Une comédie farfelue et caustique à contre-courant de toutes les idées reçues.


- Le paradis des animaux
de David-James Poissant
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Aussi fou que deux hommes prêts à tout pour sauver un alligator, aussi tendre qu'un père essayant de se racheter auprès de son fils, Le paradis des animaux donne vie à un univers riche et émouvant. On y croise des arnaqueurs pleins d'illusions, de charmants dépravés et de jeunes amants égarés. Criants de vérité et terriblement attachants, ces personnages sont tous au bord du précipice. Sauter dans le vide ou détourner le regard: telle est la question. Avec un humour décalé et une grâce infinie, David James Poissant explore la dérive poétique d'êtres ordinaires. Il sonde les âmes et les cœurs de son un style aussi vif que tendrement mélancolique, et donne à des sujets éternels une force renouvelée.


- Le portefeuille rouge
de Anne Delaflotte Mehdevi
Éditions Gaïa / Mai 2015


Les doigts habiles de la relieuse du gué viennent de se poser sur un trésor, un exemplaire du Premier Folio de Shakespeare découvert par une consœur à la personnalité ambiguë. Voilà un travail de restauration inédit pour Mathilde. D'autant qu'un trésor peut en cacher un autre, si l'on prend la peine de déchiffrer les traits de plume à l'encre passée. Et si l'on tente de saisir au vol les personnes qui croisent notre chemin pour goûter leurs secrets, même les plus noirs, et parfoisl'amour qui s'en échappe. Un duel ardent et tragique entre deux femmes aux mains d'or découvrant une face cachée de la vie de Shakespeare.


- Le temps des bâtisseurs
de Louis Caron
Éditions L'Archipel / Mai 2015


Aux environs de 1860, on parcourait encore le Bas-Canada sur des routes de terre et on traversait les rivières sur des bacs. Trois membres de la famille Saintonge contribuèrent de façon déterminante à forger le Québec d'aujourd'hui. Le père, Frédéric, surnommé le Visionnaire, s'exile pour fonder une communauté francophone dans le Midwest américain. Le fils de celui-ci, également nommé Frédéric et qualifié de Prodige, dresse églises, presbytères et nombre de résidences prestigieuses. Enfin, son frère Jean-Charles, dit "l'Affranchi", mène une existence libre, en précurseur des temps nouveaux. Ces pionniers, et les femmes qui les ont accompagnés, sont ceux et celles qui ont mis le Québec au monde. Ce livre est leur histoire.


- Le temps des insoumises
de T. J. Brown
Éditions Mosaïc / Mai 2015


1914. Alors que les festivités vont bon train dans le magnifique domaine de Summerset Abbey, la guerre approche et va venir tout bouleverser. Victoria et Rowena, les belles héritières Buxton, ont bien changé depuis la mort de leur père et leur arrivée au domaine de Summerset. Si Victoria n'aspire qu'à mener une vie indépendante, Rowena, elle, n'a qu'une passion: piloter son avion. Quant à Prudence, leur sœur d'adoption, elle trouve peu à peu la sérénité malgré son éloignement. Et pourtant, de nombreux tourments agitent encore les jeunes femmes. Serait-ce le carcan d'une existence trop traditionnelle pour ces trois êtres épris de liberté? Ou la douce torture d'amours romantiques et contrariées? L'arrivée de la guerre va changer la donne. Et, au-delà des drames et des chagrins, Victoria, Rowena et Prudence sauront trouver la voie de l'émancipation.


- Le testament de Lapérouse
de François Bellec
Éditions JC Lattès / Mai 2015


À la mi-septembre 1827, un capitaine marchand britannique, Peter Dillon, fut conduit par un habitant de Tikopia dans l'île de Vanikoro, au sud de l'archipel des Salomon. Il y recueillit les preuves du naufrage des frégates de Lapérouse disparues depuis trente-neuf ans. La tradition orale lui rapporta que les survivants avaient construit un petit navire. Ils étaient tous repartis sauf deux hommes. L'un était mort quelques années plus tôt, l'autre venait de quitter l'île emportant leur secret. François Bellec imagine la vie du célèbre navigateur sur l'île, abandonné, solitaire, cherchant à s'adapter à la vie sauvage pour survivre et prêt à tout tenter pour se sauver. Le romancier nous raconte l'expédition malheureuse qui fit de Lapérouse un ermite forcé. Il dresse surtout le portrait intime d'un homme admiré, auréolé de gloire, passionné par le savoir et les découvertes de son temps, privé de tout, dépouillé de tout, et seul face à son destin. Ancien directeur du musée national de la marine, François Bellec est un des experts du dossier Lapérouse. Il est allé pour la première fois à Vanikoro en 1970. Il y est retourné deux fois en 2005 et 2008 avec deux expéditions archéologiques. Il a pris sa plume d'écrivain de marine pour construire un roman sur une trame attestée par les archéologues et par l'histoire, mêlant intimement le vrai et le possible.


- Les beignets d'Oscar
de Fausto Brizzi
Éditions Fleuve Noir / Mai 2015


Chaque matin Lucio déguste un beignet d'Oscar, son beau-père, assis à une table devant la boutique, partageant quelques miettes avec un moineau extraverti. Un instant privilégié, une madeleine de Proust qu'il garde secrète. Il ne faudrait pas que Paola, sa femme, apprenne ses écarts gourmands. Quoique maintenant, ça n'ait plus grande importance. Elle a découvert son aventure avec Mme Moroni. Une incartade qui lui vaut d'être mis à la porte. Et comme les ennuis, c'est bien connu, débarquent toujours par paire, il fait la rencontre de l'ami Fritz. Lucio aurait sûrement préféré ne jamais croiser sa route. Pourtant, avec lui, il va passer les cent jours les plus heureux de sa vie. De ceux que l'on veut laisser derrière soi comme les plus heureux, des souvenirs que nos proches chériront toujours. Cent jours qu'il se doit de rendre inoubliables.


- Les crevettes ont le cœurs dans la tête
de Journal sexy d'une trentenaire
[/size]de Marion Michau
Éditions Albin Michel / Mai 2015


"Je m'appelle Marion, je fais 1m70 (en talons) et 52 kilos (en rêve). Je suis née en 1980, une année détestable pour le bordeaux et franchement pas terrible pour Joe Dassin qui est mort pendant les grandes vacances, et je suis célibataire, mais ça, vous oubliez, ça ne devrait pas durer: je suis enfin décidée à trouver l'homme de ma vie seulement les mecs bien, c'est pas comme les métros, il n'en passe pas toutes les quatre minutes".


- Les enfants du sable
de Gaston Zossou
Éditions Riveneuve / Mai 2015


Un abcès s'est formé dans le ventre du nourrisson: qu'on l'ouvre ou qu'on ne l'ouvre pas, l'enfant mourra. C'est ce qu'avait déclaré l'oracle quand il avait été consulté au commencement des présents ennuis, et qui avait été gardé en secret par les anciens, par crainte d'affoler le peuple. Même si l'Esprit de Lumière avait aussi assuré que quand le grand bananier tombera sur sa base pourrie, il se trouvera une douzaine de bourgeons pour prendre le relais de la vie sur leur berge, et que demain sera meilleur. Mais avant cela, que de douleurs, que de sacrifices, que de morts, que de calebasses d'offrandes aux dieux et aux mânes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:42

- Les filles chéries
de Corinne Atlas
Éditions Du Seuil / Mai 2015


Paris, 1966. Trois collégiennes grandissent ensemble, coincées entre leur fantasme de l'amitié éternelle, leurs rêves d'émancipation et des parents encore marqués par les années de guerre. Mina est née dans une famille communiste mais ignore tout de ses origines, jusqu'au jour où sa mère s'enferme dans sa chambre pour ne plus jamais ressortir d'une inquiétante dépression. Perle, élevée dans la crainte d'une tragédie imminente, vit avec des parents toujours sur le qui-vive. Vingt ans après la Shoah, le drame surgit de nouveau. Lili, gamine complexée, arrogante et solitaire, est hantée par l'idée de prendre la place de Perle dans le cœur de Mina. Petite bâtarde d'une employée de maison, elle s'invente une famille idéale, et se fait passer pour une gosse de riches.


- Les filles de hallows farm
de Angela Huth
Éditions La Table Ronde / Mai 2015


Octobre 1941. Trois jeunes filles volontaires se retrouvent dans une ferme isolée du Dorset pour remplacer les hommes partis à la guerre: Prue l'effrontée, coiffeuse à Manchester; Stella la romantique, qui se croit amoureuse d'un enseigne de vaisseau; Agatha, l'étudiante rêveuse de Cambridge. Leur intrusion bouleversera la vie des fermiers, et notamment celle de Joe, leur fils, réformé pour raisons de santé et très officiellement fiancé à Janet qui travaille dans une usine d'armement. Dans cet univers rustique déroutant, Prue, Stella et Agatha nouent entre elles et avec leurs hôtes des liens compliqués et intenses, qui dureront toute la vie. Une fresque psychologique émouvante et drôle dans la grande tradition des romancières anglaises.


- Les floraisons intérieures
de Jacqueline Kelen
Éditions La Table Ronde / Mai 2015


Le visage clair et recueilli, une jeune femme aux habits somptueux se tient au centre d'une île fleurie, où ne règne aucune ombre. On l'a nommée la Dame à la licorne. Les historiens s'accordent à voir dans les six tapisseries exposées au musée de Cluny une allégorie des cinq sens et une invitation à bien user d'eux pour une vie morale. Or, l'atmosphère sacrée émanant de cette tenture engage à une lecture plus profonde. Dans une perspective métaphysique, ce livre étudie les vêtements et les coiffures, la symbolique des arbres, des fleurs et des animaux, celle des couleurs et des armoiries. Il suggère les liens étroitement tissés entre les mondes visible et invisible, entre les sens corporels et les sens spirituels, en suivant le fil secret du désir.


- Les gens de la nuit
de Michel Déon
Éditions La Table Ronde / Mai 2015


"Une absence pèse un poids beaucoup plus intolérable qu'une présence. Contre une absence, on ne peut pas se battre. Elle est un mal qui ronge jusqu'au jour où, dans l'éclair d'une rencontre, le voile se déchire: "Ce n'était que cela…", se dit Jean Dumont, mais pour se libérer il a dû se plonger dans la nuit de Paris des années 50. En vivant la nuit, en vivant aussi la nuit, il a lutté contre ce monstre caché au fond du labyrinthe: le temps dévorant. Sur son chemin, il a rencontré des êtres qui lui ont tenu la main un instant. Il n'était pas aussi seul dans la vie qu'il l'aurait cru, et Paris est une ville grosse de mystères, de tendresses inattendues et de violences soudaines. Paris est une ville infiniment poétique où les femmes ont reçu le don de guérir les hommes de leurs obsessions". M. D.


- Les héritiers de la mine
de Jocelyne Saucier
Éditions Denöel / Mai 2015


Notre famille est l'émerveillement de ma vie et mon plus grand succès de conversation. Nous n'avons rien en commun avec personne, nous nous sommes bâtis avec notre propre souffle, nous sommes essentiels à nous-mêmes, uniques et dissonants, les seuls de notre espèce. Les petites vies qui ont papillonné autour s'y sont brûlé les ailes. Pas méchants, mais nous montrons les dents. Ça détalait quand une bande de Cardinal décidait de faire sa place.
- Mais combien étiez-vous donc?
La question appelle le prodige et je ne sais pas si j'arrive à dissimuler ma fierté quand je les vois répéter en chœur, ahuris et stupides:
- Vingt et un? Vingt et un enfants?
Les autres questions arrivent aussitôt, toujours les mêmes, ou à peu près: comment nous faisions pour les repas, comment nous parvenions à nous loger, comment c'était à Noël, à la rentrée des classes, à l'arrivée d'un nouveau bébé, et votre mère, elle n'était pas épuisée par tous ces bébés? Alors je raconte… Eux, c'est la tribu Cardinal. Ils n'ont peur de rien ni de personne. Ils ont l'étoffe des héros et leur fragilité.


- Les lumières d'Assam
de anet Macleod-Trotter
Éditions Presses De La Cité / Mai 2015


Clarrie Belhaven vit une jeunesse idyllique sur la plantation de thé indienne de son père, avec sa sœur Olivia. Mais l'alcoolisme et les dettes de ce dernier mettent en péril leur patrimoine et, lorsqu'il meurt brutalement, les jeunes femmes se retrouvent démunies. La fière Clarrie ayant rejeté l'aide de leur voisin, le séduisant Wesley Robson, les deux sœurs doivent quitter l'Inde et rejoindre leur cousin, tenancier d'un pub, en Angleterre. Transformée en esclave domestique par l'épouse de celui-ci, Clarrie va tenter d'échapper à son emprise en se faisant engager comme gouvernante chez un avocat. Mais la réapparition d'un homme de son passé risque de tout bouleverser.


- Les noces fabuleuses du polonais
de Fouad Laroui
Éditions Julliard / Mai 2015


Un mariage "forcé" a-t-il la moindre chance de devenir un mariage heureux? Les catcheurs doivent ils "tuer le père"? Peut-on réduire l'amour à une formule mathématique? Les sangliers sont-ils moins superstitieux que les hommes? Avec sa verve inimitable, son imagination foisonnante et son humour décapant, qui lui valent un public toujours plus fervent, Fouad Laroui nous livre ici un recueil de cinq nouvelles drôles et poétiques autour des thèmes du mensonge et de l'absurde.


- Les oubliés du dimanche
de Valérie Perrin
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d'autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d'apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre jusqu'au jour où un mystérieux "corbeau" sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu'on ne sait jamais rien de ceux que l'on connaît. À la fois drôle et mélancolique, Les oubliés du dimanche est un roman d'amours passées, présentes, inavouées et éblouissantes.


- Les partisans
de Aharon Appelfeld
Éditions De L'Olivier / Mai 2015


Pendant les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale, des partisans juifs repliés dans une forêt d'Ukraine résistent à l'armée allemande qui les traque. Sous le commandement de leur chef, Kamil, ce groupe composé d'hommes, de femmes et d'enfants s'organise pour lutter contre le froid et le dénuement extrême, et harceler l'ennemi jusqu'au bout. Leur but: survivre, faire dérailler les trains, sauver des Juifs et atteindre "la cime", lieu à la fois géographique et spirituel de leur accomplissement. Dans ce roman où action et méditation ne cessent de se répondre, Aharon Appelfeld interroge l'Histoire avec une énergie, une subtilité et un sens de la dramaturgie remarquables.


- Les rois du pétrole
de Tore Renberg
Éditions Presses De La Cité / Mai 2015


Fraîchement divorcé, avec deux filles à charge, Pål, la quarantaine, est un joueur endetté jusqu'au cou. Acculé par ses créanciers, il ne voit bientôt plus qu'une issue: faire appel à Rudi, de la bande à Jani. Et la solution ne se fait pas attendre. Une bonne vieille arnaque à l'assurance, qui dit mieux? Pourtant, rien ne va se passer comme prévu; car en matière d'escroquerie il est préférable de ne pas avoir recours à un gangster en pleine crise existentielle et, surtout, d'éviter les témoins. Manque de bol, les jeunes amoureux Daniel et Sandra ont aperçu le petit groupe comploter dans la forêt. En ces jours de septembre, de nombreux destins vont basculer à Stavanger, ville portuaire du sud-ouest de la Norvège.


- Les sautes d'humour de Marcel Proust
Écrit en collectif
Éditions Payot &Rivages / Mai 2015


Florilège de citations humoristiques et autres bons mots de Marcel Proust tirés de son œuvre et de sa correspondance, ou La Recherche du temps perdu à temps partiel et avec le sourire.


- Les sentinelles des blés
de Li Chi
Éditions Actes Sud / Mai 2015


À travers le voyage tardif d'une mère à la recherche de sa fille depuis longtemps partie pour Pékin, une réflexion sur les destins qui divergent, sur ce qui sépare les gens ou sur les expériences communes qui les rapprochent. Un texte de la maturité et une halte surprenante et rafraîchissante dans l'œuvre de Chi Li, plus âpre et provocante d'ordinaire.


- Les sept sœurs; Maia
de Lucinda Riley
Éditions Charleston / Mai 2015


À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses sœurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève. Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leurs origines. La piste de Maia la conduit au-delà des océans, dans un manoir en ruines sur les collines de Rio de Janeiro, au Brésil. C'est là que son histoire a commencé. Secrets enfouis et destins brisés: ce que Maia découvre va bouleverser sa vie.


- Les suprêmes
de Edward Kelsey Moore
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Elles se sont rencontrées dans les années 1960 et ne se sont plus jamais quittées: tout le monde les appelle "Les Suprêmes", en hommage au célèbre groupe des années 1970. Complices dans le bonheur comme dans l'adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines se retrouvent tous les dimanches dans l'un des restaurants de leur petite ville de l'Indiana: entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de poulet frit en élaborant leurs stratégies de survie.


- Les vies turbulentes de Lady M.
de Agathe Colombier-Hochberg
Éditions Fleuve Noir / Mai 2015


Personne ne peut se targuer d'avoir un jour dompté Lady M, surtout pas un homme, et encore moins à 70 ans passés. Mais cette fois, c'est la crise qui s'abat sur ses dignes épaules. Contrainte de quitter son appartement du Champ-de-Mars, la plus britannique des Parisiennes décide de s'installer à Casteljaloux, dans le pied-à-terre familial, avec son majordome. Mais loin d'elle l'idée de mener une existence où les heures tournent, rythmées par le seul chant du coucou. Alors qu'elle n'avait jamais levé le petit doigt, si ce n'est pour boire le thé, la voilà à présent euphorique à l'idée de se retrousser les manches. La plus agitée des retraitées va joindre l'utile à l'agréable et transformer sa demeure en chambres d'hôtes pour le meilleur, ou presque.


- Lettres pour le monde sauvage
de Wallace Stegner
Éditions Gallmeister / Mai 2015


Écrivain majeur de l'Ouest américain, Wallace Stegner a grandi au début du XXe siècle dans larégion des Prairies, au nord du Montana et du Dakota. Évoquant les trésors, les mirages et les gens de passage, l'auteur livre ici un témoignage sur un monde qui n'est plus. Mais un monde qui lui a appris à tendre l'oreille au bruit de l'eau des montagnes et à respecter des valeurs héroïques comme la grandeur d'âme et la dignité. Un monde qui lui a fourni la matière essentielle à son œuvre et à l'engagement politique pour la préservation d'une nature vierge. Mêlant récits autobiographiques et réflexions sur l'environnement, Lettres pour le monde sauvage donne à voir la complexité de la vie dans l'Ouest, la beauté immaculée de ses paysages et les hommes qui ont fait l'Amérique d'aujourd'hui.


- Lisbonne mélodies
de João Tordo
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Contrebassiste sans contrat, vaincu par les dettes, l'alcool et la drogue, Hugo quitte le Canada et rentre auprès des siens, au Portugal, pour tenter de retrouver l'envie de jouer et le plaisir de vivre. À peine débarqué à Lisbonne, il assiste à un concert au cours duquel Luís Stockman, un pianiste en vue, improvise une lancinante mélodie en do dièse parfaitement identique à la composition originale à laquelle Hugo travaille depuis des années, et qu'il s'était donné pour mission d'achever. Se pensant spolié de sa création, le musicien sombre dans la folie, obsédé par Stockman, son alter ego et son contraire. Comment expliquer une telle symbiose entre des êtres qui ne se connaissent pas? Quel fil relie ces deux hommes qui semblent partager bien plus qu'une ressemblance physique stupéfiante? Dans une descente aux enfers, à l'issue fatale, il perçoit en Stockman le jumeau décédé quelques heures après sa naissance, le miroir de ce qu'il aurait pu être, la réincarnation de celui qui est mort pour que lui puisse vivre, la partie de lui-même dont il s'est trouvé amputé. De la même façon, Stockman n'aura d'autre remède, pour poursuivre son existence, que de partir sur les traces d'Hugo à Montréal afin de s'approprier son passé. C'est la possibilité d'une même vie pour deux hommes qui est ici évoquée, dans cette éblouissante et sombre variation sur la schizophrénie.


- Lost boy
de Austin Ratner
Éditions Calmann Lévy / Mai 2015


Petit garçon, Isidore Auberon a perdu sa mère. Ce gamin intelligent, vif et curieux grandit avec ses frères à l'ombre d'un père juif immigré polonais, violent et colérique, dans le Cleveland des années 60, entre misère et débrouille. Pour échapper à l'enfer paternel, Isidore se jette à corps perdu dans ses études de médecine, intègre Harvard et finit par tomber amoureux. Un beau jour, il est père à son tour mais, comme sa mère avant lui, ne verra pas grandir ses fils, Leo et Mack. Pour eux, Isidore devient un être mythique, un héros légendaire qui leur a laissé en héritage une rage sourde et la douleur de l'absence. Des années après sa disparition, Leo et Mack, qui se détestent désormais autant qu'ils s'aiment, doivent entreprendre ensemble un voyage en forme de retour aux sources. Un road-trip entre Los Angeles et Cleveland, durant lequel alterneront crises de rire, épisodes de complicité, accès de fureur et déchirements, avec pour horizon la tentative de se libérer d'un poids venu du fond des âges. Une épopée familiale bouleversante et drôle, à travers les États-Unis des années 60 à 90, servie par la plume toujours juste et tendre d'Austin Ratner.


- Luke et Jon
de Robert Williams
Éditions 10-18 / Mai 2015


Duerdale, bourgade paumée dans la campagne anglaise. Luke, treize ans, petit génie de la peinture, les yeux vert émeraude, vient de perdre sa mère et emménage avec son père dans une bâtisse à demi en ruine située dans les collines. Tiraillé entre sa peine et le chagrin de son père qui ne jure plus que par le whisky, Luke se lie d'amitié avec Jon, un véritable ovni au look désuet doté d'une mémoire extraordinaire, et souffre-douleur de l'école. Ensemble, ces êtres en perdition vont apprendre lentement à se reconstruire. Un roman poétique et juste, sur la perte d'un être cher et la différence.


- Lumières allumées
de Bella Chagall
Éditions Mercure de France / Mai 2015


Bella Chagall est la première femme de Marc Chagall, née comme lui à Vitebsk, en Biélorussie et dont le peintre s'éprit quand elle n'avait que quatorze ans. Parti étudier à Berlin et Paris, il revint l'épouser et elle le suivit en France, puis aux États-Unis au début de la guerre. Elle est morte jeune encore à New York en 1944. Elle avait laissé des cahiers où elle racontait son enfance dans sa bruyante et chaleureuse famille, elle avait six frères aînés, où l'on respectait scrupuleusement les grandes fêtes juives qui rythmaient l'année et les saisons. Au fil de pages pleines de couleurs, d'odeurs, de saveurs, de musiques empreintes de tendresse et de nostalgie, qu'aurait aimées Bashevis Singer, c'est tout un monde aujourd'hui disparu qui revit. Bella Chagall a écrit ce livre en yiddish. Il a été traduit par Ida Chagall, sa fille, publié en 1973 et réédité aujourd'hui.


- Malerba
de Giuseppe Grassonelli
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Grassonelli, né dans la province d'Agrigente, mène la vie d'un jeune délinquant. Dans les années 1980, son père, un maffieux sérieux, l'envoie à Hambourg où il a de la famille. Là, il va découvrir un autre monde, apprendre les secrets du poker et les différentes manières de tricher au jeu. Il se met à gagner de l'argent, se fait des amis. Mais quelques années plus tard, il doit effectuer son service militaire à Rome. Le service militaire terminé, il va passer l'été dans sa famille et avant de repartir le 21 septembre 1986, son billet d'avion pour Hambourg en poche, il va prendre un dernier verre avec sa famille. Soudain une série de coups de feu s'abat sur la table qu'il vient de quitter. Le grand-père adoré, les oncles, les cousins sont tués. Un des tueurs le remarque et lui tire dessus. Blessé, il s'enfuit et en réchappe. Après avoir vécu discrètement quelque temps en Allemagne, il revient en Sicile et organise la Vengeance. Et c'est une véritable guerre qui s'installe entre les deux maffias: Cosa Nostra et la Stidda. Il tuera ceux qui ont tués les siens. Une des rares personnes à savoir où il vit le donnera à la police. "Je n'avais que vingt-sept ans, j'avais déjà dévoré mon existence". Arrêté, soumis à un sévère régime carcéral les seize premières années, il pourra ensuite accéder à des cours universitaires et sa découverte de la littérature et surtout de la philosophie va le transformer. C'est encouragé par son professeur de philosophie qu'il va écrire ses souvenirs.


- Mémé dans les orties
de Aurélie Valognes
Éditions Michel Lafon / Mai 2015


Solitaire, bougon, acariâtre, certains diraient: seul, aigri, méchant…, Ferdinand Brun, 83 ans, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans larésidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie jusqu'au jour où une fillette précoce et une geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.


- Mésaventures à Honolulu
de Jack Handey
Éditions Du Seuil / Mai 2015


Le narrateur, une sorte de mélange entre Indiana Jones et Homer Simpson, est invité à partir à la chasse au trésor par son meilleur ami. Direction la mystérieuse et puante ville d'Honolulu, ses rues fumantes et nauséabondes, ses ruines d'anciennes civilisations. Ensemble, ils devront faire face aux innombrables dangers de la jungle: le maléfique docteur Ponzari, connu pour avoir éradiqué la peste, les féroces hommes-tortues, des fléchettes empoisonnées, des peaux de banane et des pirates. Heureusement, la belle Leilani, indigène revêche, sera là pour les guider, le long de la rivière Palounga.


- Meurtres à la pause déjeuner
de Viola Veloce
Éditions Liana Levi / Mai 2015


C'est toujours avant le retour des trois cents autres salariés que se termine la pause-déjeuner de Francesca. Cela lui permet d'éviter de rébarbatifs échanges entre collègues. Et aussi de bénéficier en toute quiétude des lavabos. Jusqu'au jour où, brosse à dents à la main, elle aperçoit sous l'indiscrète porte des toilettes deux pieds dans une position peu naturelle. Deux pieds qui appartiennent à son insupportable collègue Marinella, laquelle gît là, une corde autour du cou. Ce n'est que le début d'une longue série de meurtres. Dans ce que les médias surnomment désormais l'Entreprise Homicides il paraît évident que l'assassin rôde toujours. Sermons directoriaux, regards suspicieux, bruits de couloir, mails revendicatifs amènent le syndicat à s'en mêler pour demander une prime de risque. Mais le risque majeur pour Francesca n'est-il pas de mourir étouffée entre une mère qui ne pense qu'à la marier et un papa-poule à l'envahissante sollicitude? Drôle, enlevé et mordant, ce roman, après être devenu un best-seller sur Internet, n'a pas mis longtemps à trouver un éditeur et un producteur de cinéma.


- Mille excuses
de Jonathan Dee
Éditions 10-18 / Mai 2015


Helen, Ben et Sara forment la famille en apparence parfaite: maison proprette, mère attentive, épouse dévouée, préadolescente normalement dysfonctionnelle, mari associé dans un cabinet d'avocats. En un après-midi, Ben fait voler en éclats son couple et son foyer. Parachutée dans Manhattan, Helen, seule avec sa fille, doit regagner son indépendance. Par hasard, elle se découvre alors un talent insoupçonné et infiniment précieux dans un monde de communicants: elle est capable de faire s'excuser même le plus arrogant des hommes de pouvoir. Elle transforme les crises en secondes chances. Face aux scandales toujours plus sombres, au naufrage de son mariage et à sa fille qui part lentement à la dérive, Helen éprouve ses forces, ses désirs et sa propre capacité à pardonner.


- Mirage
de Douglas Kennedy
Éditions Belfond / Mai 2015


Robyn le sait, son mari Paul est loin d'être parfait. Artiste fantasque, insouciant, dépensier, ce jouisseur invétéré a du mal avec les limites du quotidien. Le couple s'aime encore mais la crise couve. Sans compter la question des enfants. Robyn en veut un, Paul est d'accord. Mais le temps presse, et rien ne se passe. Pourquoi pas un voyage au Maroc? Changer d'air, prendre le temps de vivre, se redécouvrir, et faire enfin ce bébé qui leur manque tant. Sur place, la magie opère: Paul se remet à peindre et Robyn à espérer. C'est alors qu'une nouvelle tombe, un secret révélé, si lourd, si explosif qu'il dévaste tout. Et Paul disparaît. Folle de douleur, terrifiée à l'idée de perdre celui qu'elle ne peut s'empêcher d'aimer, Robyn va se lancer à sa recherche. Une quête qui la conduira au bout d'elle-même.


- Moi, Amélie, dernière reine de Portugal
de Stéphane Bern
Éditions Denöel / Mai 2015


Née en Angleterre en 1865, Marie-Amélie d'Orléans, princesse de France, épouse en 1886 l'héritier du trône portugais, dom Carlos de Bragance. À l'âge de quarante-trois ans, elle est foudroyée par le double assassinat de son mari et de son fils aîné. Impuissante à conjurer la révolution de 1910, elle est contrainte à l'exil, en Angleterre puis à Versailles, où elle s'éteindra en 1951 à quatre-vingt-six ans. De l'exil de sa famille à l'échec de son mariage, de la mort de son mari et de ses deux fils aux chemins de l'errance, de la révolution et des guerres, cette femme aura connu toutes les vicissitudes d'une existence romanesque. À partir de la correspondance et du journal intime de la reine Amélie, documents inédits appartenant aux archives de la Maison de France, Stéphane Bern a imaginé ses Mémoires, reflet fidèle d'une figure méconnue de l'Histoire contemporaine. Il signe ainsi son premier roman à la croisée de deux passions, le Portugal et l'histoire des monarchies européennes, et nous fait partager l'exceptionnelle leçon de vie de La reine Amélie.


- Mr Gwyn
de Baricco Alessan
Éditions Gallimard / Mai 2015


Romancier britannique dans la fleur de l'âge, Jasper Gwyn a à son actif trois romans qui lui ont valu un honnête succès public et critique. Pourtant, il publie dans The Guardian un article dans lequel il dresse la liste des cinquante-deux choses qu'il ne fera plus, la dernière étant: écrire un roman. Son agent, Tom Bruce Shepperd, prend cette déclaration pour une provocation, mais, lorsqu'il appelle l'écrivain, il comprend que ça n'en est pas une: Gwyn est tout à fait déterminé. Simplement, il ne sait pas ce qu'il va faire ensuite. Au terme d'une année sabbatique, il a trouvé: il veut réaliser des portraits, à la façon d'un peintre, mais des portraits écrits qui ne soient pas de banales descriptions. Dans ce but, il cherche un atelier, soigne la lumière, l'ambiance sonore et le décor, puis il se met en quête de modèles. C'est le début d'une expérience hors norme qui mettra l'écrivain repenti à rude épreuve. Qu'est-ce qu'un artiste? s'interroge Alessandro Baricco, dans ce roman intrigant, brillant et formidablement élégant. Pour répondre à cette question, il nous invite à suivre le parcours de son Mr Gwyn, mi-jeu sophistiqué mi-aventure cocasse. Et, s'il nous livre la clé du mystère Gwyn, l'issue sera naturellement inattendue.


- Musulman roman
de Zahia Rahmani
Éditions Sabine Wespieser / Mai 2015


Enfermée dans un camp du simple fait de ses origines musulmanes, la narratrice se souvient. Enfant, elle a été marquée par l'abandon de sa langue maternelle, le berbère, qu'elle parlait en Algérie où elle est née. L'école française lui a donné les clefs d'un autre monde, et une nouvelle langue. Plus tard, elle devra apprendre à vivre avec une autre violence: le déni de la diversité de celui qu'on noie sous la figure générique du "Musulman". Cette femme, devenue adulte, étouffe. Acculée, elle tente de fuir. Mais la convulsion islamique qui agite le monde la rattrape. Elle se retrouve prisonnière. Dans ce texte inspiré et visionnaire, dont la première édition date de 2005, Zahia Rahmani témoigne de l'injonction qui nous est faite de coller à une identité prédéterminée et, plus largement, elle interroge la fabrication du paria.


- N'appartenir
de Karim Miské
Éditions Viviane Hamy / Mai 2015


"Au commencement, il y a la honte. [...] Et puis un jour, boum. La vérité". Un uppercut, voilà ce que nous expédie Karim Miské. Né d'un père mauritanien, diplomate et musulman, d'une mère française, assistante sociale, professeure, athée et féministe, Karim Miské est une bizarrerie aux yeux des autres. Sans cesse ballotté entre une identité et une autre, il essaiera d' "appartenir" à toutes pour finalement n'en accepter aucune. Mais son miroir et les autres lui renverront toujours l'image du bâtard, du paria. Documentaires, scénarii, livres, tous ses travaux tourneront indéfiniment autour de thème de l' "appartenance". Perdu entre différents mondes, Arabe, Blanc, Chrétien, Athée, Musulman, Noir, communiste; entre plusieurs pays, la France, la Mauritanie, et même l'Albanie d'Hoxha pour laquelle s'est passionnée sa mère, Karim Miské s'est trouvé un refuge, un navire qui l'aide à traverser la vie: la littérature. Les mots des autres pour échapper à ceux de ses proches. N'appartenir, comme son titre le laisse présager, refuse toute relégation dans une quelconque catégorie. Il est à la fois essai, récit, témoignage, autobiographie, radioscopie de la complexité du monde, ou encore l'expression d'une colère salvatrice et pleine d'humour. Récit d'un parcours atypique, d'une blessure encore vive, de souvenirs d'enfance, N'appartenir raconte une histoire universelle, nourrie des lectures d'Arendt, Sartre, Balzac, Orwell, Manchette, des musiques de Johnny Rotten, Patti Smith, Janis Joplin, Jimi Hendrix. De celles et ceux qui ont dit la réalité écorchée, dissimulée et emmurée dans l'hypocrisie et le mensonge de toutes les sociétés. Enlevée, cocasse, généreuse, provocatrice, à la fois réflexion politique, sociologique, philosophique, cette explosion est un miroir tendu au lecteur qui pourra s'y reconnaître, à celui qui refuse d'appartenir.


- Néfertiti en bikini
de Claire Huynen
Éditions Cherche Midi / Mai 2015


Une mère offre à sa fille un voyage. Une croisière sur le Nil à bord du Cleopatra, hôtel flottant affrété par Magic'Vacances. Mais, dès l'arrivée, la mère trébuche et se trouve immobilisée par une entorse. Condamnée à rester sur le bateau, elle attend chaque jour le récit des excursions de sa fille. Une femme et sa mère, que tout éloigne, se rencontrent à travers l'approche d'un pays qu'elles découvrent d'une manière différente. Quand la première sera entraînée dans le rythme effréné des visites, la seconde, à travers les histoires et les rencontres, prendra le temps lent du voyage. Néfertiti en bikini dresse avec humour les travers du tourisme moderne et les symptômes du phénomène de groupe qu'il génère. Il sera aussi question d'éblouissement, de résistance et de reddition.


- Noir et or
de Pierre Lepape et Michèle Gazier
Éditions Du Seuil / Mai 2015


Issue d'un milieu modeste, Juliette a tout pour elle. Excellente élève, elle est belle, intelligente, obstinée. Elle intègre Sciences Po, cornaquée par le père d'un copain de lycée qui a ses entrées dans le monde politique et lui trouve un point de chute à Paris, chez François de Maule. Ce dernier pourrait être son père, il tombe amoureux d'elle. Guidé par son amant, Juliette fait ses premiers pas au ministère de la Santé. Elle ne tarde pas à s'y faire remarquer par son intelligence et sa roublardise, allant jusqu'à monter une magouille portant sur le trafic de médicaments périmés. Ni vu, ni connu. Tout irait à merveille dans cette réussite fulgurante s'il n'y avait la jalousie de François. Roman de l'ambition et de la revanche sociale, Noir et Or est une histoire d'aujourd'hui, qui fait écho à ce classique de la littérature qu'est Le Rouge et le Noir, de Stendhal.


- Nous les menteurs
de E. Lockhart
Éditions Gallimard / Mai 2015


Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs. Un accident. Un secret. La vérité.


- Nuit de noces à Ikonos
de Sophie Kinsella
Éditions Belfond / Mai 2015


Sea, sex and fun sous le soleil des Cyclades. Star mondiale de la comédie, créatrice de la très déjantée accro du shopping, Sophie Kinsella est de retour avec un roman toujours plus délirant, toujours plus hilarant; en un mot: irrésistible. En apprenant l'énième rupture amoureuse de sa petite sœur Lottie, Fliss se met en mode action.
Étape 1: mettre à l'abri les vases en cristal le temps que Lottie donne libre cours à sa colère
Étape 2: la freiner dans ses envies de tout envoyer valser/s'exiler sur une île déserte/entrer dans une secte
Étape 3: prévoir quelques soirées pyjama en attendant qu'elle trouve un nouveau fiancé.
Un plan bien rodé qui a fait ses preuves. Sauf que cette fois. Coup de fil de Lottie: surprise, elle vient de trouver un mari. Un vague flirt d'autrefois. Et tous deux sont en route pour une lune de miel dans un sublime hôtel en Grèce. Catastrophe. Fliss en est sûre, Lottie a fait le pire des choix. Une seule solution: empêcher à tout prix que les deux tourtereaux consomment leur union express et faire annuler le mariage. Et pour saboter la nuit de noces, Fliss a plus d'un stratagème en réserve.


- Numéro zéro
de Umberto Eco
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2015


En 1992, à Milan, un groupe de journalistes, cinq hommes et une jeune femme, sont embauchés pour créer un nouveau quotidien qu'on leur promet dédié à la recherche de la vérité, mais qui se révèle un pur instrument de calomnie et de chantage. Ils fouillent dans le passé pour mettre en page leur "numéro zéro", et c'est le présent qui leur saute au visage. "L'ombre de Mussolini, donné pour mort, domine tous les événements italiens depuis 1945": est-ce là le délire d'un journaliste d'investigation paranoïaque? Mais alors, pourquoi le retrouve-t-on assassiné un beau matin? Attentats, tentatives de coups d'État, empoisonnements, complots, stratégie de la manipulation, de la désinformation et de la tension: quand tout est vrai, où est le faux? Umberto Eco nous offre ici la tragédie burlesque de notre temps.


- O my darling
de Amity Gaige
Éditions Belfond / Mai 2015


Cela commence comme la plus belle des histoires: Charlotte et Clark, trois ans de mariage, des rêves plein la tête, un futur radieux. Et un projet, emménager dans cette jolie maison de la banlieue de Boston qu'ils ont achetée sur un coup de tête. Une maison idéale pour se construire un avenir commun, pour abriter la famille qu'ils vont former. Une maison comme un cocon. Ou comme une prison. Car peu de temps après leur installation, la maison qui hier encore leur paraissait si parfaite semble avoir changé. Comme si les murs s'étaient rapprochés, les plafonds abaissés, comme si tout l'espace s'était rétréci. Comme si la maison elle-même ressentait un certain malaise. Quelles angoisses se cachent derrière les murs? Quel drame s'est joué dans l'enfance de Clark qui l'empêche d'envisager un avenir? Pourquoi Charlotte a-t-elle un tel empêchement face à la maternité? Parviendront-ils à renouer le lien? Avec une douce ironie et une sidérante lucidité, Amity Gaige dissèque le quotidien d'un jeune couple, entre joies simples, angoisses tues et preuves d'amour.


- On s'est déjà vu quelque part ?
de Nuala O'faolain
Éditions Sabine Wespieser / Mai 2015


Née à Dublin en 1940, dans une famille de neuf enfants, Nuala O'Faolain se dépeint, dans ce premier livre, comme "l'Irlandaise type: une pas grand-chose, issue d'une longue lignée de pas grand-chose": devenue chroniqueuse à l'Irish Times, après un brillant parcours universitaire et journalistique, elle raconte ici, avec spontanéité et humour, comment elle n'est pas restée une Irlandaise type. Cette évocation de ses souvenirs n'a pourtant rien d'une success story: au fil des aventures sans lendemain, des plongées dans l'alcool, elle dit avec une honnêteté scrupuleuse sa solitude, sa difficulté à se détacher du modèle maternel, et l'impossibilité de trouver l'âme sœur, qu'elle cherche avec un sentimentalisme souvent à l'opposé de son féminisme exacerbé. Avec ses contradictions, ses enthousiasmes, ses souffrances et ses passions, la lecture en est une, et pas des moindres, Nuala O'Faolain construit un livre qui va droit à l'essentiel: son humanité sans fard.


- Pas sans lui
de Katie McGarry
Éditions Mosaïc / Mai 2015


Je m'appelle Rachel. On a une belle maison, de l'argent, mes parents m'aiment, mes frères aussi. Alors dites-moi pourquoi je souffre? Pourquoi, si souvent, j'étouffe d'être moi. Dans ces moments-là, je ne connais qu'un moyen de me libérer: la vitesse. Je monte dans ma voiture, je fais rugir le moteur, bondir mon bolide et je roule comme une folle. Je roule toute la nuit. J'aurais dû me douter que, la nuit, on rencontre forcément le garçon qu'il ne faut pas. Je m'appelle Isaiah. Je fais partie de ces mecs qui n'ont jamais eu de chance. Pas de famille, pas de foyer, pas d'espoir. Même l'amour m'a tourné le dos. Mais une chose de m'a jamais, jamais trahi: ma caisse, même quand je la lance à  200 à l'heure. Alors, je n'aurais jamais imaginé qu'elle m'apporterait un jour les pires ennuis: une fille qui n'aurait jamais dû se trouver sur ma route.


- Perdu, le jour où nous n'avons pas dansé
de Caroline Deyns
Éditions Philippe Rey / Mai 2015


ll révolutionna la danse, connut un succès mondial, électrisa les audiences, inspira les plus célèbres artistes qui tentèrent de capter son éclat singulier. Mais comment imaginer une telle gloire attendait Isadora Duncan, née en 1877 à San Francisco dans une famille de quatre enfants, abandonnée par le père ruiné, élevée par un mère bohème et pianiste? Après des années de faim et de misère à travers les États-Unis, Isadora, 22 ans, persuade les siens de la suivre en Europe: à Londres puis à Paris où, en deux années, elle obtient la renommée à laquelle elle se savait destinée. Avec grâce et détermination, elle bouleverse tous les codes de son art, s'affranchit de la danse de ballet, redonne sa place à l'harmonie du geste et à la beauté du corps. Un corps qu'elle offre à tous les regards, quasi nu sous les tuniques et voiles légers. D'une écriture fiévreuse, le roman de Caroline Deyns raconte le destin hors norme d'Isadora: sa force de caractère, ses amours, nombreuses et mouvementées, ses enfants, ses triomphes, les écoles qu'elle fonda, son engagement aux côtés de la révolution bolchévique, ses années d'errance, sa mort tragique à Nice qui stupéfia le monde entier. L'histoire d'une énergie, d'une femme fascinante pour qui la vie n'était qu'une danse. Qu'elle exécuta magistralement, libre et entière.


- Petite vie
de Patrick Varetz
Éditions P. O. L. / Mai 2015


Petite vie fait suite à Bas monde avec le même "salaud de père", la même "folle de mère", la même grand-mère dominatrice et infirmière, le même horrible docteur Caudron. Mais cette fois l'enfant a quitté la boîte à chaussures qui lui servait de berceau. Quand son salaud de père ne cogne pas sa folle de mère c'est sur lui que s'abat sa violence, quand il ne craint pas sa mort c'est celle de sa mère qu'il redoute, tandis que les soins de Caudron et l'autorité de sa grand-mère finissent de transformer le monde en enfer. "Sans eux, sans leur inconcevable propension au malheur, je ne suis rien. Je ne vaux rien. Il me tarde que les mains de mon père s'égarent et s'abattent à nouveau sur mon visage: je veux fermer les yeux devant lui, reculer pas à pas sous la puissance de ses cris. Je veux disparaître de la surface de la terre, et retourner d'où je viens, là où la folie de ma mère depuis toujours me contient et me protège. Moi aussi, chaque jour, je veux pouvoir contempler le monde à travers l'écran de notre télévision, et sentir la réalité m'échapper. Pas plus que ces deux-là, je n'ai été conçu pour agir, et je ne crois pas qu'il y ait grand-chose de bon à découvrir, pour nous tous, au-delà des limites qui ont été fixées par ceux qui décident de notre vie".


- Pitié pour leurs âmes
de John Searles
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Tout commence par un appel téléphonique, une nuit neigeuse de février. Couchée dans son lit, la jeune Sylvie Mason entend ses parents au téléphone à l'autre bout du couloir. Ce n'est pas la première fois qu'on les appelle si tard car ils ont une occupation pour le moins inhabituelle: ils prêtent main-forte aux "âmes tourmentées" pour les aider à retrouver la paix. Mais cette fois, Sylvie sent que cet appel n'est pas comme les autres, d'autant qu'on les convainc de se rendre à la vieille église à l'orée de la ville. Là, ses parents disparaissent, l'un après l'autre, par les portes rouges de l'édifice, laissant Sylvie seule dans la voiture. Bientôt, elle s'endort, réveillée un peu plus tard par des coups de feu. Au fil du roman, qui oscille entre les années ayant mené à cette nuit-là et les mois qui suivirent, la jeune Sylvie n'aura de cesse de chercher les réponses aux questions qui la harcèlent, quitte à découvrir des secrets qui hantent sa famille depuis des années.


- Plume fantôme
de Isabel Wolff
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Jenni est ghostwriter (nègre), qui prête sa "plume fantôme" aux autobiographies de ses clients. Ce travail lui convient parfaitement, toujours hantée par une tragédie de son enfance, elle préfère se réfugier dans les souvenirs d'autrui plutôt que de ressasser les siens. Klara, petite fille pendant la Seconde Guerre mondiale, a passé plusieurs années dans un camp d'internement à Java, sous l'occupation japonaise. Elle n'a jamais parlé de ce qu'elle y a vécu, mais à l'approche de son quatre-vingtième anniversaire, elle comprend qu'il est temps de partager l'extraordinaire récit de sa survie. Tout en amenant Klara à raconter son enfance et à dévoiler un épisode méconnu de l'histoire mondiale, Jenni est contrainte de revenir sur son propre passé. Jenni et Klara pourront-elles s'aider l'une l'autre à apaiser leurs fantômes?


- Plus loin, plus près
de Hannah Harrington
Éditions Mosaïc / Mai 2015


Aujourd'hui, ma grande sœur a décidé de mourir. C'est moi qui l'ai trouvée et depuis je ne tourne pas rond. June avait une vie parfaite, bien plus belle que la mienne, alors pourquoi? Je croyais la connaître par cœur et je me suis trompée. Pourtant, il y a une chose dont je suis tout à fait sûre: June n'a pas pu m'abandonner. Elle m'a forcément laissé un signe, quelque chose, elle me tend la main quelque part. Peut-être en Californie où elle rêvait d'aller vivre. Ma meilleure amie est de mon avis et Jake, ce confident secret de June, est d'accord aussi. Alors, même si pour trouver ce que je cherche on doit traverser tout le pays et aller jusqu'en Californie, on va le faire. Ensemble.

 
- Pour la gloire
de James Salter
Éditions De L'Olivier / Mai 2015


C'est la guerre de Corée et le capitaine Cleve Connell n'a qu'un objectif: descendre cinq avions ennemis et devenir ainsi un "as". Mais l'ascension vers la gloire est périlleuse: le sort s'acharne contre Cleve et une rivalité sans merci s'immisce entre les aviateurs. Après la fougue des premiers combats, le doute et la frustration s'installent. Et pour ces héros modernes, sur la terre comme au ciel, la moindre faiblesse peut s'avérer fatale. James Salter était encore pilote de chasse dans l'US Air Force quand il a écrit ce premier roman. Le sens de l'honneur, la camaraderie, mais aussi la peur de la mort qui vient ronger les esprits les plus déterminés, tout prend corps d'une manière saisissante au fil des pages.


- Pour tout cet amour
de Irène Cao
Éditions JC Lattès / Mai 2015


Lorsque Tommaso lui propose de le suivre à Lisbonne, Linda n'hésite pas une seconde: elle est prête à tout pour lui, son amour n'a pas de limites. Une folie, pour cette décoratrice d'intérieur si indépendante. Mais comment résister à Lord Perfection en personne? Linda court désormais le long du Tage, en suivant les courbes douces des collines lisboètes. Hélas, son entrée quelque peu mouvementée dans la jet-set internationale que fréquente Tommaso, avec son ennuyeux cortège de dîners diplomatiques et son obsession pour les apparences, est loin d'être une franche réussite. Linda doit apprendre à tempérer son fort caractère et s'ouvrir à l'art subtil du compromis pour ne pas décevoir l'homme qui veut la rendre heureuse à tout prix. De fait, Tommaso adore la surprendre et la désire avec une intensité dévastatrice. Quitte à ce que sa passion pour elle prenne parfois une dimension ambiguë et se transforme en un jeu aux règles perverses venant troubler leur vie parfaite. Parfaite: c'est le mot exact, Linda en est sûre. Du moins tente-t-elle de s'en persuader, jusqu'à ce que le passé la rattrape. Mais le véritable amour n'est pas parfait. Il est unique. Il vous connaît. Et il ne vous demande jamais de changer.


- Pour vous servir
de Véronique Mougin
Éditions Flammarion / Mai 2015


"Gouvernante: nom féminin. Personne qui gouverne, qui a le pouvoir en main. Tu parles. C'est le plumeau que j'ai en main, moi. Je suis celle qui repasse les robes sublimes de Madame, celle qui sert les invités de Monsieur. Personne ne me remarque mais dans l'ombre je les étudie, ces drôles d'oiseaux. Au lieu de faire domestique, j'aurais pu travailler au Muséum d'histoire naturelle". Aristocrates maniaques, héritière hystérique, intégriste passionnée, industriel névrosé, sénateur épicurien... Leurs points communs: ils sont riches, très riches, et leur gouvernante c'est Françoise. Après vingt ans d'une carrière silencieuse, la voilà qui raconte sa vie et la leur, avec une réjouissante malice. Des hôtels particuliers de Neuilly aux châteaux du Luberon, elle nous entraîne dans les coulisses de ce théâtre contemporain. Mais quelle mouche a bien pu la piquer?


- Prête à tout
de Joyce Maynard
Éditions Philippe Rey / Mai 2015


Jeune, belle, mariée à un homme qui la vénère, installée dans une jolie maison, Suzanne Stone ressemble à ces filles trop parfaites des magazines. Mais elle veut davantage, elle veut la célébrité. Isolée dans une petite ville de province, Suzanne décide que la télévision sera son royaume et, à force de persuasion, obtient un petit poste dans la station locale. Quand son époux est retrouvé mort, la veuve éplorée, point de mire des caméras, devient rapidement suspecte. Alternant les témoignages, le roman tisse avec brio les voix de Suzanne et de son entourage. Énigmatique, capricieuse, la jeune femme est-elle pour autant l'arriviste perverse que certains dénoncent? Où est le vrai dans ce que raconte Jimmy, son admirateur adolescent? Jusqu'où est-elle disposée à aller pour atteindre cette renommée si convoitée? Admirablement construit, Prête à tout est une satire acérée de la culture de la célébrité et de l'omniprésence de la télévision, tout autant qu'un passionnant roman noir.


- Puissions-nous être pardonnés
de A. M. Homes
Éditions Actes Sud / Mai 2015


Historien spécialiste de Nixon, Harold Silver a passé sa vie à observer son arrogant et belliqueux cadet George, magnat de l'industrie tv, se bâtir une vie cossue dans la banlieue de New York et n'est que trop au fait du tempérament explosif de son frère. Le jour où George perd totalement le contrôle, la sauvagerie de son geste est telle que tous deux se voient projetés dans des vies radicalement nouvelles. Du jour au lendemain, Harry se retrouve en charge d'une nièce et d'un neveu, auxquels viendront bientôt se greffer un orphelin pour le moins excentrique et un couple de retraités farfelus. Tandis qu'il s'emploie à fonder cette famille d'un genre nouveau, Harry, héros malgré lui, navigue dans la tempête avec une intelligence des autres salutaire et, ce faisant, trouve le chemin de lui-même.


- Rappelez-vous cela, rappelez-vous bien tout
de Radovan Ivsic
Éditions Gallimard / Mai 2015


Comment, après avoir choisi de se retirer au fond d'une forêt d'Europe centrale, se retrouve-t-on aux sources vives de la modernité? Pourquoi, au croisement des routes, prend-on l'une et pas les autres? Si Radovan Ivsic a attendu le plus tard possible pour tenter de répondre à ces questions qui l'auront hanté pendant près de cinquante ans, c'est d'abord par souci de ne tirer aucun profit d'une trajectoire qui l'aura conduit d'une solitude délibérée à une ultime proximité d'André Breton. Mais c'est aussi afin d'avoir le plus de recul pour considérer ce qu'auront dessiné les chemins empruntés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:37

- Rien ne finit
de Emmanuel Moses
Éditions Gallimard / Mai 2015


Une ville en proie à la violence, quelque part sous la constellation de la Croix du Sud, voilà le décor de ce roman qui se passe entre l'arrière-salle d'un café et la "ruelle sans nom n°5". Alors que s'enchaînent des faits divers d'une brutalité inouïe, les habitants assistent, horrifiés, à la montée de graves troubles sociaux et politiques. Ces événements sont-ils reliés les uns aux autres par un fil invisible? Et si tel est bien le cas, qui tire les ficelles? Au Triumph, ce café d'un quartier délabré, quatre personnages tentent de répondre à ces questions. Josué, l'aspirant écrivain, Martin, l'avocat, Feher, le médecin alcoolique, et Lucas, l'ancien flic, glosent sur ces drames mystérieux et se perdent en conjectures. L'alcool et la chaleur tropicale aidant, ils recréent leur passé, paradis ou enfer, et peuplent la petite salle où ils se réunissent de femmes réelles ou rêvées, comme pour conjurer la folie meurtrière qui sévit autour d'eux, mais aussi leur propre naufrage. L'amitié jette une fragile lueur d'espoir sur leur existence, foyer d'un éternel combat entre la lumière et l'obscurité, sans vainqueur ni vaincu.


- Ruby
de Cynthia Bond
Éditions Christian Bourgois / Mai 2015


Ephram Jennings n'a jamais oublié la petite fille aux longues nattes avec qui il s'était aventuré dans la forêt de pins de Liberty, à l'est du Texas. Mais la jeune Ruby a souffert plus qu'on ne saurait l'imaginer. Aussi s'échappe-t-elle dès qu'elle le peut pour aller vers les lumières du New York des années 1950. Si belle et si noire, Ruby se fait rapidement une place au cœur même de la ville, tout en ne cessant d'espérer croiser sa mère. Lorsqu'un télégramme de sa cousine la rappelle chez elle, Ruby Bell se retrouve, à trente ans, confrontée à l'extrême violence raciale de son enfance. Ephram décide de tout tenter pour l'arracher à la spirale de malheur qui la guette.


- Saphira, sa fille et l'esclave
de Willa Cather
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


Depuis 1992, Rivages a entrepris de publier les œuvres complètes de Willa Cather (1876-1947), grande dame de la littérature honorée par le prix Pulitzer en 1922 et auteur du célèbre Mon Ántonia. Saphira, dernier roman de Willa Cather paru en 1940 est traduit pour la première fois en français: superbe portrait de l'Amérique avant la guerre de Sécession, le roman évoque la question de la ségrégation raciale au sein d'une famille, partagée entre les traditions esclavagistes et le progressisme abolitionniste.


- Savannah
de Jean Rolin
Éditions P. O. L. / Mai 2015


Savannah est, en quelque sorte, ce que l'on appelle un tombeau, au sens littéraire du terme (Le Robert: "Composition poétique, œuvre musicale en l'honneur de quelqu'un"). C'est le tombeau de Kate Barry, morte en 2013. Elle était une amie très proche de Jean Rolin. Tous deux avaient fait ensemble un voyage aux États-Unis, sur les traces de Flannery O'Connor à laquelle Kate vouait une véritable passion, plus précisément à Milledgeville, près de Savannah. C'était en 2007. En 2014 Jean Rolin a voulu refaire ce voyage, en réunir les traces, en reconstituer le souvenir et, avec, celui de Kate. Ainsi, au long de ces pages, à travers des paysages, des lieux, des personnages qui ne coïncident que très rarement avec ceux de la première fois, et cela seul déjà souligne avec une grande force l'inéluctable passage du temps, Jean Rolin évoque à légères touches la figure de Kate. Tout son immense talent descriptif (le Sud moite des États-Unis), sa minutie topographique (les lieux), son écriture documentaire et poétique (faite de précision et d'observation généreuse), se rassemblent dans un double mouvement qui vise autant à éloigner la mort qu'à l'affronter.


- Scènes de la vie de Spinoza
de Jacques Atlan
Éditions Les Presses Du Midi / Mai 2015


Hegel, dans son Histoire de la philosophie, écrit: "Spinoza est un point crucial dans la philosophie moderne. L'alternative est: Spinoza ou pas de philosophie? La pensée doit absolument s'élever au niveau du spinozisme avant de monter plus haut encore. Voulez-vous être philosophes? Commencez par être spinozistes; vous ne pouvez rien sans cela". De son côté Freud disait: "J'avoue volontiers ma dépendance à l'égard des enseignements de Spinoza". Et Bergson ajoutera: "On pourrait dire que tout philosophe a deux philosophies: la sienne, et celle de Spinoza". Le lecteur trouvera, dans ce livre quelques-unes des scènes marquantes de la vie du philosophe qui, le premier, devant le fait de la pluralité des religions, a clairement énoncé ce que devrait être, pour l'État, le principe de ce que nous nommons aujourd'hui, la laïcité.  


- Schroder
de Amity Gaige
Éditions 10-18 / Mai 2015


Son procès approche, il écrit à son ex-femme pour expliquer ses actes. Lui dire qu'il est un bon père, qu'il n'a jamais voulu enlever leur fille, Meadow. Que leur road-trip n'avait qu'un but: voler quelques heures de bonheur. Avant de déraper, forçant cet homme acculé à révéler ce qu'il avait tu pendant trente ans. Quels secrets cache son passé? Qui est vraiment Erik Schroder? Troublant, haletant, bouleversant. Avec une rare délicatesse, Amity Gaige offre une brillante méditation sur l'amour et la paternité, les lois du mensonge, et l'invention de soi.


- Seppuku
de Richard Collasse
Éditions Du Seuil / Mai 2015


1er janvier 1965. Dans un parc de Tokyo, peu avant l'aube, un homme entame le rituel du seppuku, le suicide des samouraïs d'antan. Quelques jours après, un attaché de l'ambassade de France au Japon reçoit un curieux paquet abritant une suite de trente-six carnets: l'histoire d'Émile Monroig, ami et mentor du narrateur au pays du Soleil-Levant. Français comme lui, Monroig a choisi de lui confier, en guise de testament, le roman de sa vie. Qui était Monroig? Comment en est-il arrivé à mettre fin à ses jours, dans la grande tradition nippone? Se prénommait-il Émile, Maurice, ou Wolfgang? À mesure que les carnets s'égrènent, le narrateur, et avec lui le lecteur, sont emportés dans un drame personnel qui épouse les méandres de la grande Histoire, du Berlin nazi d'avant-guerre où Monroig vit le jour, au Paris de la Libération, jusqu'à la Corée où il couvrira en tant qu'envoyé spécial d'un quotidien français le premier grand conflit de la guerre froide. Jusqu'à ce que son destin, scellé depuis l'enfance, le rattrape enfin, au Japon, cet archipel du bout du monde, pour le meilleur et pour le pire.


- Seul contre Osbourne
de Joey Goebel
Éditions Héloïse d'Ormesson / Mai 2015


Retour de vacances pour les élèves du lycée Osbourne. James, vêtu du costume de son père récemment décédé, constate une nouvelle fois qu'il est le seul adulte responsable parmi ses congénères. Il déplore, sous leurs apparences branchées, des brutes insensibles et vulgaires, se tirant constamment dans les pattes. Et voilà que Chloé, unique créature qui trouvait grâce à ses yeux, semble s'être métamorphosée durant un sulfureux Spring Break en Floride. Ne voyant d'autre solution, James décide d'entrer en guerre contre Osbourne, vil ramassis de tout ce qu'il exècre. Sa première cible: le principal, qu'il fait chanter à propos d'une liaison qu'il aurait entretenue avec une élève. James tient alors l'opportunité de rêve pour torpiller l'année scolaire et faire annuler le bal de promo. Non content de son coup, le "plus exclu de tous les exclus" est bien déterminé à semer le trouble vaille que vaille. Une immersion férocement drôle dans l'univers ô combien impitoyable des ados. Des élèves marginaux aux sportifs les plus cool, chacun en prend pour son grade. Seul contre Osbourne est une anthropologie satirique de la jeunesse qui cristallise les dérives et excès de l'Amérique puritaine et conservatrice. Conformistes et bien-pensants s'abstenir.


- Si j'étais riche
de Sophie Talneau
Éditions Plon / Mai 2015


Franck Marcou: informaticien au chômage et veuf inconsolable. Elève ses trois filles dans un petit appartement triste de Nantes. Mal à l'aise dans le monde en général et dans le beau monde en particulier. Croit dur comme fer que la chance peut tourner. Elisabeth de Vaugrenard: prof de français à la retraite, aussi seule que riche. Baronne. Malgré un air revêche, voue une affection sans limite à Charles, son chat. Julia de Vaugrenard: styliste divorcée au tempérament frondeur. Accessoirement fille d'Elisabeth et un peu jalouse de Charles. Du charme à revendre et beaucoup d'amour à donner. Simple hasard ou extraordinaire coïncidence? Lorsque Franck Marcou se retrouve à enseigner l'informatique à Elisabeth de Vaugrenard et à concevoir un site web pour sa fille Julia, il n'imagine pas à quel point ces deux femmes au caractère bien trempé vont bouleverser sa vie.


- Soudains, seuls
de Isabelle Autissier
Éditions Stock / Mai 2015


Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Une île déserte, entre la Patagonie et le cap Horn. Une nature rêvée, sauvage, qui vire au cauchemar. Un homme et une femme amoureux, qui se retrouvent, soudain, seuls. Leurs nouveaux compagnons: des manchots, des otaries, des éléphants de mer et des rats. Comment lutter contre la faim et l'épuisement? Et si on survit, comment revenir chez les hommes? Un roman où l'on voyage dans des conditions extrêmes, où l'on frissonne pour ces deux Robinson modernes. Une histoire bouleversante.


- Sur la pointe des pieds
de Luca Rastello
Éditions La Table Ronde / Mai 2015


Ils sont des milliers, disséminés aux quatre coins du pays. Main dans la main, ils montent des projets, constituent des coopératives, organisent des campagnes de sensibilisation. Leur objectif: faire le Bien. Dans ce combat contre la pauvreté, la mafia, la drogue ou le sida, ils s'en remettent à don Silvano, fondateur de l'ONG "Sur la pointe des pieds". Depuis son QG de Turin, sur les plateaux télévisés ou dans les meetings politiques auxquels il est régulièrement convié, le charismatique et puissant curé de la rue donne un sens à la vie de ses disciples. Aza est de ceux-là. Pour cette ancienne enfant des égouts de Bucarest, rescapée de la drogue et des violences en tout genre, l'Italie est une terre de salut. À mesure qu'elle gravit les échelons de l'ONG, la jeune femme découvre à ses dépens combien l'enfer est pavé de bonnes intentions. Illuminé par la force d'un personnage féminin, Sur la pointe des pieds brosse un portrait au vitriol d'une Italie malade de son hypocrisie et des relations entre État, Église et médias.


- Today
de Rochelle Fack
Éditions P. O. L. / Mai 2015


Today est un roman, qui raconte la stabilisation affective, par crises successives, d'une toxicomane. Les tensions qui sourdent de ces crises, en s'opposant, finissent par établir un équilibre fragile qui ouvre la voie à l'amour. La solution de Nausicaa pour rester présente à elle-même, c'est de se parler sans s'interrompre. Se parler pour vérifier qu'elle est bien toujours là. Comme un tissu figé par le sevrage, la vie se craquèle ponctuellement, offrant des failles vertigineuses dans lesquelles la narratrice s'engouffre, et son langage avec. Le langage de Nausicaa est poétique et prosaïque, Il est lacunaire mais possède une dimension incantatoire, exorciste, magique. Il est comme un courant alternatif en ce qu'il a trop conscience de lui-même mais qu'il peut aussi continuer quand cette conscience s'arrête. C'est un langage qui déparle. Ainsi atteint-on des moments où les mots ne sont plus rien censés dire mais renvoient à un état, un moment de crise. Today ne porte pas sur la poly-consommation, la criminalité, les traitements de substitution ou les cures de sevrage. Il ne porte pas sur la drogue mais sur le manque qui entraîne son irruption. Today est une histoire d'amour. Pas l'histoire d'un amour qui finit mal ou bien. L'amour, dans Today, recommence. Il reprend, se reprend et il commence enfin.


- Toute la lumière que nous ne pouvons voir
de Anthony Doerr
Éditions Albin Michel / Mai 2015


Véritable phénomène d'édition aux États-Unis, salué par l'ensemble de la presse comme le meilleur roman de l'année, le livre d'Anthony Doerr possède la puissance et le souffle des chefs-d'œuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l'existence: Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance. En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d'une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d'une beauté envoûtante. Bien plus qu'un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde.


- Un doux pardon
de Lori Nelson-Spielman
Éditions Cherche Midi / Mai 2015


Hannah Farr est une personnalité en vue de La Nouvelle-Orléans. Animatrice télé, son émission quotidienne "The Hannah Farr Show" est suivie par des milliers de fans. Côté cœurs, elle file depuis deux ans le parfait amour avec Michael Payne, le maire de la ville. Mais sa vie toute tracée va être bousculée par deux petites pierres. Ces "pierres du Pardon" connaissent un immense succès aux États-Unis. Le concept est simple: si vous avez quelque chose à vous faire pardonner, il suffit d'envoyer une lettre d'excuses à la personne que vous avez blessée, accompagnée de deux pierres. Si cette dernière accepte vos excuses, elle vous renvoie l'une des deux pierres. Bien inoffensives à première vue, celles-ci vont toutefois forcer Hannah à replonger dans son passé, celui-là même qu'elle avait soigneusement mis de côté depuis de nombreuses années, et toutes les certitudes de sa vie vont être balayées comme un château de cartes. Est-il encore temps de changer le destin?


- Un été 63
de Tracy Guzeman
Éditions Flammarion / Mai 2015


Les sœurs Kessler n'ont pas grand-chose en commun dans leur caractère: tandis que Natalie est manipulatrice, Alice est plutôt rêveuse. Cette dernière tombe amoureuse d'un peintre désargenté mais sa sœur perturbe son idylle. Quarante ans plus tard, Bayber l'artiste est riche et dévoile une œuvre qui fait ressurgir les démons du passé.


- Un homme s'il vous plaît
de India Desjardins
Éditions Michel Lafon / Mai 2015


Jasmine, la vingtaine, célibataire, découvre un matin dans la chronique "In et out" de son magazine préféré que le célibat n'est plus à la mode. Elle se lance alors à la conquête de l'homme idéal. Et les spécimens qu'elle rencontre ne vont pas lui faciliter la tâche.
Yannick: spécialiste du grand huit amoureux. Déclaration enflammée un jour, rupture le lendemain. Jasmine a failli y laisser sa peau (façon de parler) et a contracté une certaine paranoïa depuis.
Thomas: généreux en amitié, radin en amour. Charmant-en-plus-d'être-original-et-terriblement-beau mais atteint d'une légère amourophobie. Pas décidé à être amoureux d'elle, pas décidé à la perdre non plus.
Guillaume: un fantasme au long cours.
Daniel: le maître ès dragues. Le tombeur de tous les tombeurs. Et elle n'a pas fait exception.


- Un monsieur de compagnie
de André Coûteaux
Éditions Bartillat / Mai 2015


"Il réfléchit une seconde.
- Il n'y a pas de règle, dit-il. Sauf peut-être une seule: qu'il ne faut pas trop travailler. Cesse de croire que la paresse est un défaut; elle est, au contraire, la mère de toutes les vertus et non pas, comme on le prétend, de tous les vices. Parce qu'elle ne nous impose aucune contrainte, elle permet à nos vertus naturelles d'éclore et de croître dans une divine liberté. C'est par elle, et par elle seulement que nous réalisons de grandes choses: "Tout ce qui est divin est sans effort", affirmait déjà Eschyle. Oui, la paresse est divine en son essence".
Ce premier roman d'André Coûteaux met en scène Antoine, qui très tôt se rend compte que la fainéantise est sa seule compétence. Il déploiera des ressorts d'ingéniosité pour s'épargner le devoir de gagner sa vie en travaillant. Pour Antoine, la paresse est "encore la seule aventure que nous puissions vivre en ces temps contrôlés". Un monsieur de compagnie fut adapté au cinéma en 1964 par Philippe de Broca dans une version aujourd'hui redécouverte.


- Un parfum de Jitterbug
de Tom Robbins
Éditions Gallmeister / Mai 2015


Une serveuse de tacos qui joue les apprenties chimistes, une parfumeuse déchue qui prépare son come-back et un excentrique "nez" des hautes sphères de l'industrie s'interrogent: qui donc leur envoie des betteraves sans le moindre message? La clé du mystère se trouve peut-être au cœur de l'épopée d'Alobar, un roi du VIIIe siècle qui, fuyant la mort, se retrouvera en Bohême où il découvrira le secret de l'immortalité en compagnie d'une jeune Indienne fascinée par les essences. Un parfum de jitterbug est un roman délirant et explosif dans lequel Tom Robbins célèbre les joies de l'existence et agite au shaker toutes les croyances de ce monde pour nous livrer les secrets d'un parfum perdu.


- Un pas dans les nuages
de Catherine Velle
Éditions Anne Carrière / Mai 2015


Après le décès dramatique de sa jumelle, Alex, seule pour la première fois de sa vie et brisée de chagrin, trouve refuge sous une nouvelle identité dans les Cévennes pour animer une petite radio locale perdue en pleine montagne. L'endroit est sauvage et inquiétant, comme certains habitants, d'ailleurs. Alex subit des accès de terreur, très inhabituels chez elle. Heureusement, il y a cet Observatoire météo, au sommet du mont Aigoual, qui l'attire comme un aimant. Elle y découvre un horizon et des conditions climatiques extrêmes toujours différentes. À l'image de son existence. Elle y connaît aussi des amitiés nouvelles, et un homme qui la bouleverse et qu'elle commence à aimer. Petit à petit, cœur et corps bousculés par les éléments, Alex écrit sa nouvelle vie. Mais on ne tourne pas impunément le dos à son histoire. C'est au moment même où elle croit toucher enfin à la paix et au bonheur que son passé la rattrape soudain, mettant en péril tout ce qu'elle a réussi à construire. Alex saura-t-elle entendre les voix du vent, des arbres et des êtres qui pourraient l'aider?


- Un père et passe
de Christophe Carrière
Éditions Michel Lafon / Mai 2015


Placé en nourrice depuis son plus jeune âge, William Carbonnier vit une enfance heureuse et choyée auprès de celle qui lui tient lieu de maman. Tout bascule à l'âge de neuf ans, lorsque ses parents biologiques décident de le reprendre avec eux. Or, non seulement sa mère est incapable de lui témoigner la moindre affection, mais son père se révèle être un manipulateur abusif, au passé, et au présent, des plus troubles. Cet homme si charismatique d'apparence est en réalité un pervers qui exerce sur son fils une pression psychologique proche de la torture mentale. Mais porté par un redoutable optimisme, William n'en est pas moins déterminé à être heureux. Et sa passion pour le cinéma, de singulières expériences, ou encore de belles rencontres pourraient bien lui permettre de se libérer de cette emprise toxique et de faire face à la révélation de secrets infamants.


- Un roman anglais
de Stéphanie Hochet
Éditions Payot & Rivages / Mai 2015


En 1917, dans la campagne anglaise du Sussex, le roman d'émancipation d'une jeune femme, inspirée de la vie de Virginia Woolf.


- Une adolescence américaine
de Joyce Maynard
Éditions 10-18 / Mai 2015


1972, Joyce Maynard, dix-huit ans, témoigne de sa génération dans le New York Times. J. D. Salinger lui écrit. Chez lui, durant leur liaison orageuse, elle donne suite à cet article et raconte avec une désarmante maturité: la guerre du Vietnam, Woodstock, la télévision et la minijupe, l'(in)égalité des sexes, les prom nights, une jeunesse américaine, dans un monde en mutation. Mêlant mémoires, histoire culturelle et critique sociale, Joyce Maynard signe un document intime et universel, passionnant.


- Une mort à Kitchawank
de T. C. Boyle
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2015

Des adolescents qui se promènent dans un zoo à leurs risques et périls, au couple qui retourne vivre sur les ruines radioactives de son passé, en passant par un pauvre homme frôlant la folie à cause d'un amour impossible ou encore un géant élevé pour devenir un super-héros. Les personnages se succèdent et Boyle, entre douceur et cruauté, prend plaisir à les malmener, à perturber leur quotidien, à laisser s'exprimer sa créativité débordante. Des histoires tour à tour sombres, hilarantes ou sordides qui brillent par leur humour noir et leur cynisme mordant.


- Anna Madrigal
de Armistead Maupin
Éditions De L'Olivier / Avril 2015


Anna Madrigal, la légende du 28, Barbary Lane, sait qu'elle n'est pas éternelle. À 93 ans, pour s'en aller comme une dame, elle part affronter son passé. La voici de retour dans le Nevada, là où elle fut Andy, adolescent amoureux du ténébreux Lazko. Entourée de tous ceux qu'elle aime (Brian, Shawna, Michaël et quelques nouveaux venus), ses aventures vont la conduire jusqu'au Burning Man, un festival déjanté où tout peut arriver. Anna Madrigal est un formidable hymne à l'affirmation de soi et à l'amour sous toutes ses formes.


- À toi
de Claudia Pineiro
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Un cœur dessiné au rouge à lèvres, transpercé d'un "je t'aime" et signé "À toi". Il n'en faut pas davantage à la perspicace Inés pour découvrir que son mari la trompe, puisque, bien sûr, À toi ce n'est pas elle. Drapée dans sa dignité, elle sauve les apparences mais n'en exerce pas moins une vigilance active. C'est ainsi qu'elle surprend une conversation téléphonique sans équivoque et décide de filer discrètement le mari volage. Elle assiste alors impuissante (et soulagée?) à l'assassinat d'À toi par les mains de son doux et, d'ordinaire du moins, si prévisible Ernesto qui vient de se défaire de sa secrétaire. Et l'auteur de déployer un thriller tragicomique addictif, avec une femme au bord de la crise de nerfs, prête à toutes les audaces pour éviter l'humiliation publique des femmes bafouées. Surtout ne jamais ressembler à sa pitoyable mère. Pendant qu'elle sillonne la ville de Buenos Aires, sanglée dans un ravissant tailleur de soie beige, subtilisant sans vergogne des pièces à conviction ou interrogeant habilement de présumés témoins qui n'ont rien vu, sa fille adolescente semble de bien méchante humeur. Se pourrait-il qu'elle ait des soucis autrement plus préoccupants? Un portrait au vitriol des vicissitudes de la vie domestique dans la classe moyenne argentine.


- Au nom de sa majesté
de Laurent Graff
Éditions Le Dilettante / Avril 2015


Malade du monde, rétif à autrui et se défiant de tous les autres, Laurent Graff se soigne à fortes doses d'insuline. L'insuline étant, je n'apprends rien à personne, une tendance prononcée à l'exil insulaire, à l'insularisation forcenée: le "je" se fait île, l'il s'isole, se désempoisse du commun, se barde de solitude, s'encapsule, devient un électron libre de toute attache. Opération délicate vu la fragilité de votre bulle offerte à toutes les crevaisons. D'où le choix d'une île loin de tout, une vraie, petite et bien bretonne, rongée des flots et battue comme plâtre par les vents, avec de vrais morceaux d'îliens en surface. Seul, en location estivale, Graff nous fait les honneurs du lieu, d'abord à coups d'haïku minéraux, copeaux de mots qui donnent du lieu une vision éclatée, kaléidoscopique. On entre ensuite dans le vif du sujet : un mémorable conseil municipal improvisé réuni chez Graff à la suite d'une rumeur récurrente, le possible tournage du prochain James Bond. Et Graff de nous offrir même, en exclusivité, un fragment de scénario hallucinant. Mais arrive le temps où il faut rentrer, sur le continent et dans le jeu, consentir à se désingulariser. Retour sur soi pour finir, bilan sur seize ans d'écriture, l'"il mystérieux" de Laurent Graff dissipe la brume, ébauche ses contours.


- Belleville Shanghai Express
de Philippe Lafitte
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Au cœur du quartier chinois de Belleville, deux jeunes gens n'auraient jamais dû se rencontrer. Vincent est vietnamien par son père, français par sa mère: une "banane", en argot local. Line est la fille de monsieur Li, ogre du business chinois, protecteur des traditions et des secrets de son passé. Vincent est photographe et serveur dans un restaurant à ses heures, Line fait de brillantes études. Il cherche son père disparu, elle est en quête de liberté;  il étouffe entre sa mère et sa grand-mère, elle est sous la protection rapprochée d'un de ses cousins, Yan, une crapule qui parade en Porsche Cayenne. Deux mondes si proches et si lointains, qui cohabitent mais ne se fréquentent pas. Quand la rencontre a lieu, elle est explosive. Line disparaît au bout du monde et Vincent, seul dans la ville, désespéré, traque Yan et doit déjouer les menaces qui s'amoncellent sur lui, sa famille et son amour. Comment s'affranchir d'un passé qui ne passe pas? Quête des origines sur fond de courses poursuites vers la liberté, Belleville Shanghai Express nous entraîne tambour battant dans le sillage d'une jeunesse aux destins contrariés.


- Bon rétablissement
de Marie-Sabine Roger
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Sauvé d'une chute dans la Seine, un sexagénaire misanthrope se retrouve immobilisé sur un lit d'hôpital pendant un mois et demi, le temps pour lui de revisiter sa vie, ses bons et mauvais côtés, et surtout de rencontrer des personnes inattendues, lui qui n'espérait plus beaucoup de surprises de l'existence. Bon rétablissement a été adapté au cinéma par Jean Becker en septembre 2014 avec Gérard Lanvin, Jean-Pierre Darroussin et Fred Testot.


- Borgen
de Jesper Malmose
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Quand Birgitte Nyborg accède au pouvoir, sa vie bascule. Devenue Premier ministre elle fait son entrée à Borgen, "le château", où siège le Parlement danois. Le caractère bien trempé de cette femme épanouie, soutenue par son mari et ses enfants, a fait sa réputation tant auprès de ses adversaires que de son audacieux spin doctor. Saura-t-elle tout mener de front? Contracter les bonnes alliances?


- Ces chers cousins
de Sophie Coignard et Romain Gubert
Éditions Plon / Avril 2015


Quelle famille. Plus de mille héritiers, réunis autour du chef de clan, Ernest-Antoine Seillière. Des noms plus célèbres les uns que les autres. Une histoire qui remonte au règne de Louis XIV. Des beaux mariages et des châteaux. Un pouvoir industriel et politique hors du commun. Rien de ce qui leur arrive au fil des siècles ne nous est étranger, leur destin coupe et recoupe celui du pays. Puis survient la faillite de la sidérurgie. Et l'arrivée au pouvoir de la gauche. Les Wendel demeurent, malgré tout. Et certains d'entre eux rêvent de reconquêtes. Le groupe familial renaît, prospère, éblouit. Ces chers cousins voient revenir le temps des dividendes. Et avec lui, pour leur plus grand malheur, celui de l'amour de l'argent. La dynastie se déchire, règle ses comptes devant les tribunaux. Chacun cherche des appuis politiques: Sarkozy, Hollande, Filippetti, Cahuzac... Sophie Coignard et Romain Gubert plongent au cœur de cette élite française ou, derrière les bonnes manières, tous les coups sont permis.


- Ces morts qui se tiennent par la taille
de Frank Andriat
Éditions Du Rocher / Avril 2015


"Vous avez l'air de beaucoup vous aimer, appuyés tendrement l'un contre l'autre, le bras de Fred serrant la taille d'Élise, celui d'Élise s'arrimant à Fred, son homme, son amour. Fred a tout d'un dominateur: de sa présence sur la photo, c'est surtout cela qui se dégage. Je vous observe. Tout est dit dans ce cliché de vous deux et, en même temps, tout est caché. On ne voit de vous qu'une apparence. Vous êtes là, figés en un éternel instant qui ne raconte rien des soubresauts de votre existence future. De celle-ci, je ne connais pas tout, mais l'essentiel est gravé en moi, dans mon corps. Pour toujours". Elle retrouve une photo d'Élise et de Fred, ses grands-parents. La seule qu'elle possède d'eux. Parce que Clara a détruit les autres. Elle retrouve son passé et le soir de ses treize ans, quatre mois et onze jours, quand tout a basculé. Elle retrouve Freya, la lumineuse, l'unique personne qui ne lui a jamais menti et qui lui donnera la force d'aller de l'avant. Finira-t-elle par se retrouver elle-même?


- Check-point
de Jean-Christophe Rufin
Éditions Gallimard / Avril 2015


Maud, vingt et un ans, cache sa beauté et ses idéaux derrière de vilaines lunettes. Elle s'engage dans une ONG et se retrouve au volant d'un quinze tonnes sur les routes de la Bosnie en guerre. Les quatre hommes qui l'accompagnent dans ce convoi sont bien différents de l'image habituelle des volontaires humanitaires. Dans ce quotidien de machisme, Maud réussira malgré tout à se placer au centre du jeu. Un à un, ses compagnons vont lui révéler les blessures secrètes de leur existence. Et la véritable nature de leur chargement. À travers des personnages d'une force exceptionnelle, Jean-Christophe Rufin nous offre un puissant thriller psychologique. Et l'aventure de Maud éclaire un des dilemmes les plus fondamentaux de notre époque. À l'heure où la violence s'invite jusqu'au cœur de l'Europe, y a-t-il encore une place pour la neutralité bienveillante de l'action humanitaire? Face à la souffrance, n'est-il pas temps, désormais, de prendre les armes?


- Chroniques de mon crématorium
de Caitlin Doughty
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


En général, les gens se décarcassent sacrément pour repousser la mort dans les marges. Caitlin Doughty, elle, fraîchement diplômée d'histoire médiévale, se fait embaucher dans une petite entreprise de pompes funèbres. Comment va-t-elle se dépatouiller avec ses premiers cadavres? Fermer des yeux dont les paupières ne cessent de se rouvrir, clore des bouches béantes, retirer un pacemaker, mettre des bas à un mort gonflé comme un bonhomme Michelin ou enfiler un string à grand-mère car tel est le souhait de la famille? Comment enfin sortir les cendres du crématorium sans que ses noodles en prennent un coup et le même soir séduire un mec alors qu'elle sent le roussi? Caitlin Doughty explore sa vocation de croque-mort avec un humour noir réjouissant. Le récit est fascinant. Qu'on ne s'y trompe pas pourtant, l'objectif, atteint, de cette jeune femme engagée est de nous réapprendre à accueillir nos morts, de façon plus humaine, sans peur, et nous aider ainsi à accepter l'inacceptable


- Coal Creek
de Alex Miller
Éditions Phébus / Avril 2015


Robert Blewitt, alias Bobby Blue, a vingt ans lorsqu'il rejoint Daniel Collins au sein de la police de Mount Hay, dans l'état du Queensland, Australie. Il fait alors la connaissance d'Esme, l'épouse de Daniel, et de leurs deux filles, Irie et Miriam. Bobby Blue semble emprunter une voie bien éloignée de celle de son enfance libre et orageuse passée dans le bush avec son ami de toujours, Ben Tobin, jeune chien fou à la réputation de mauvais garçon. Condamné par son passé, Ben Tobin devient bientôt la cible de Daniel Collins, esprit étroit et sous influence, peu enclin à ergoter sur la nature du coupable. Bobby Blue se retrouve alors pris au piège entre la loyauté qu'il doit à son supérieur, l'inébranlable amitié qui le lie à Ben Tobin et l'ardente complicité qu'il entretient avec Irie, adolescente aventureuse qui n'aspire qu'à embrasser les chemins de la tragédie. Un pas de plus dans le bush. Un pas de plus vers Coal Creek et leur destinée à tous s'en trouvera bouleversée.


- Crème anglaise
de Kate Clanchy
Éditions 10-18 / Avril 2015


"Géant de la littérature recherche jeune homme pour pousser sa chaise à roues. Logé, nourri, chambre individuelle à Hampstead". Du fin fond de son Écosse natale, le jeune et naïf Struan décide de tenter l'aventure londonienne et répond à l'annonce de Philip Prys. Suite à une attaque, ce dernier enrage, coincé à l'intérieur de son propre corps. Rien à attendre ni de ses enfants, ni de son ex-femme, ni même de sa jeune épouse. Commence alors un été riche en bouleversements pour la maisonnée comme pour le monde qui l'entoure. Nous sommes en 1989, l'année où le jeune Struan perd son innocence et apprend: le règne des faux-semblants et de l'hypocrisie, les familles délitées, les limites de la gentillesse et celles du talent.


- Daisy sisters
de Henning Mankell
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Été 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s'offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L'aventure, d'abord idyllique, l'été de toutes les joies, de tous les espoirs, est de courte durée: Elna, violée, revient chez elle enceinte d'une petite fille qu'elle appellera Eivor.
1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme libre. Elle s'enfuit du village avec un jeune délinquant. Que lui réserve l'avenir? Réalisera-t-elle son rêve d'indépendance et de liberté, et à quel prix? En s'attachant aux destins d'une mère et de sa fille entre 1941 et 1981 en Suède, Mankell brosse le portrait de ces générations de femmes (épouses, mères, ouvrières) qui ont dû lutter avec leurs propres désirs et renoncements pour exister et se faire une place au cœur d'une société où s'élaborait le modèle suédois. Daisy Sisters premier roman de Henning Mankell, renferme déjà les idéaux sociaux et politiques qui sous-tendent l'ensemble de son œuvre.
 

- Désir de chocolat
de Care Santos
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Désir de chocolat, c'est l'histoire de Sara, de Cándida et de Mariana, trois jolies femmes qui, à trois époques différentes, ont un jour croisé le chemin d'une chocolatière de porcelaine fabriquée pour Madame Adélaïde de France au XVIIIe siècle. La première entretient une liaison sulfureuse avec l'inventeur de trois chocolats parfumés aux épices. La deuxième, en quête de sensations plus fortes qu'un délicat breuvage, s'enfuit avec un ténor napolitain. La troisième devient la cible d'une série de complots quand les rois de France et d'Angleterre veulent s'approprier sa merveilleuse machine à broyer les fèves de cacao.


- Des vies de chat
de Christian Viollet
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


Ils sont deux à vouloir abattre le même homme en lisière d'une forêt solognote, au petit matin du 4 septembre 1992. Devancé par un sniper inconnu, Manu, qui porte le souvenir de la guerre d'Espagne comme une écharde au cœurs, n'aura désormais de cesse de découvrir qui l'a fait, et pourquoi. Avec l'aide de sa compagne Hélène, jeune historienne qui "flaire la chair humaine", autrement dit qui cherche le pire et le meilleur de l'homme dans les archives de l'Occupation, il se lance dans une quête qui le conduira à révéler ses vies de chat multiples. Mais cette investigation confrontera également Hélène à ses racines et mettra à nu sa propre histoire. Des barricades de Barcelone, au printemps 1937, aux trafics de l'Occupation; des camps de réfugiés espagnols aux camps d'internement du Loiret, antichambre d'Auschwitz; des cercles de jeu parisiens du milieu corse aux ors de l'Élysée sous lesquels s'agitent les pantins de la mitterrandie finissante, en passant par la ligne de démarcation et les châteaux de Sologne, ils sont entraînés dans un parcours initiatique qui déchiffrera les cendres de leurs mémoires. Un roman où les ombres de l'histoire revivent au fil des pages.


- Deux amantes au Caméléon
de Francine Prose
Éditions Gallimard / Avril 2015


Fraîchement arrivé de sa Hongrie natale dans le Paris des années vingt, il fait de la ville sa muse, traquant ses ombres et ses protagonistes nocturnes. Sa curiosité pour les marges le conduit sans surprise au Caméléon, club d'initiés et de travestis où se croise le Tout-Paris, de la baronne Lily de Rossignol, mondaine et mécène à ses heures, au sarcastique écrivain américain Lionel Maine. C'est en ce lieu mythique des Années folles qu'il rencontre Louisiane Villars. Ancienne prodige sportive devenue danseuse, Lou est désormais l'amante scandaleuse de la meneuse de revue. Mais alors que l'exubérance de l'époque commence à pâlir sous la montée des extrêmes, un désir d'amour et de reconnaissance entraîne la jeune femme au physique d'homme dans une voie bien plus dangereuse encore. En réinventant les vies de Brassaï et de personnalités marquantes de l'époque, Francine Prose restitue de manière saisissante les bouleversements sociaux, les troubles politiques et les questionnements artistiques de ces années. Plus encore, elle interroge la difficulté de situer la vérité historique et de porter un jugement moral sur ses acteurs.


- Dix minutes par jour
de Chiara Gamberale
Éditions Michel Lafon / Avril 2015


Chiara, la trentaine pétillante, a tout pour être heureuse: un mari parfait, une chronique qu'elle adore dans un hebdo branché, plusieurs best-sellers à son actif. Bref, une vie de rêve jusqu'au jour où… elle perd tout: adieu mari (volage et immature), chronique, romans et certitudes. Pour l'aider à remonter la pente et à sortir de ses idées noires, sa psy lui propose un petit jeu. Et si, chaque jour pendant un mois, elle faisait, dix minutes durant, quelque chose de complètement nouveau? Quelque chose d'anodin ou d'un peu fou. Entourée de sa facétieuse bande d'amis, Rodrigo, Gianpietro et le jeune Ato, Chiara accepte de relever le défi et de consigner l'expérience dans un journal. Et si une nouvelle vie surgissait de ce grand saut dans l'inconnu?


- Double secret
de Willa Marsh
Éditions Autrement / Avril 2015


"Matt ouvrit l'enveloppe avec curiosité. Elle était vide, mis à part une photographie. Il la prit et se trouva face à face avec son propre visage". Matt, jeune écrivain londonien, est en pleine crise existentielle. Depuis le succès inattendu de son premier roman, il est devenu incapable d'écrire la moindre ligne. La jolie Annabel lui reproche de ne pas s'investir davantage dans leur relation. La découverte d'étranges photos dans un coffret ayant appartenu à sa mère libère les fantômes du passé. Qui est l'auteur de ces clichés? Pourquoi sa sœur n'apparaît-elle jamais à ses côtés? Désorienté, Matt retourne à Exmoor, sur les lieux de son enfance. Chassés-croisés amoureux, secrets de famille et scones à volonté: un roman délicieusement british.


- Du paradis souffle une tempête
de Johannes Anyuru
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Un fils retrace la vie d'un père, tendue vers un seul et unique rêve: apprendre à voler. Une obsession qui persiste, de l'Ouganda à la Suède en passant par les pays africains traversés au fil de longues années de fuite et d'exil. Ce futur père, si désireux de fendre le ciel, quitte son Afrique natale pour la Grèce afin de suivre une formation militaire et de devenir pilote de chasse dans le cadre du renforcement militaire de son pays. Il est sur le point d'obtenir son diplôme lorsque lui arrive la nouvelle du coup d'État d'Idi Amin Dada le 26 janvier 1971. Le jeune homme ne sait pas si sa famille est encore en vie et il ignore le sort qui l'attend s'il retourne dans son pays. Refusant d'obéir à l'ordre de rapatriement, il décide de partir pour la Zambie dans l'espoir de poursuivre son rêve de piloter un jour un avion. Une décision qui va se révéler fatale. C'est le début d'une odyssée vertigineuse sur le continent africain des années 1970, marqué par les conflits tribaux, les coups d'État et les combats territoriaux entre différentes factions de la guérilla. Des années de fuite, de famine et de terreur attendent le jeune Ougandais, qui ne vit que pour réaliser son rêve d'envol. Johannes Anyuru dresse avec tendresse et poésie le portrait virtuose d'un père, d'un voyage, d'une quête et d'une vie prise au piège de l'Histoire. Un destin à la fois terrible et inoubliable qui résonne comme un cri d'espoir dans le plus grand désespoir. Un voyage périlleux mais salvateur, ne serait-ce que pour ne plus jamais oublier de lever les yeux vers le ciel.


- En même temps, toute la terre et tout le ciel
de Ruth Ozeki
Éditions 10-18 / Avril 2015


Écrivain privé d'inspiration, Ruth découvre sur une plage canadienne un sac abandonné, qui renferme bien des secrets : à l'intérieur, un vieux carnet et quelques lettres illisibles. Piquée par la curiosité, Ruth entreprend de traduire le journal. Elle plonge dans l'histoire de Nao, adolescente japonaise de 16 ans, qui, après une enfance passée dans la Silicon Valley, a dû regagner Tokyo, sa ville natale, terre inconnue dont elle ne maîtrise pas les codes. À des milliers de kilomètres, Ruth n'a qu'une obsession: sauver Nao. Mais comment la retrouver? De quand date ce journal? Se peut-il que la jeune fille ait disparu, emportée par le tsunami?


- Eroica
de Pierre Ducrozet
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


À la fin des années 1970, un jeune Américain, fils d'un Haïtien et d'une Portoricaine, recouvre les murs de Manhattan de phrases énigmatiques qu'il signe du nom de SAMO. Quatre ans plus tard, riche et célèbre, il invente un langage pictural d'une puissance inégalée, fait de corps, de mots, de rage. Jean-Michel Basquiat, aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands peintres du XXe siècle, devient ici, pour la première fois, un personnage de roman. Pierre Ducrozet suit le parcours d'un garçon qui se rêve héroïque dans un monde qui ne l'est pas. Rock, hip-hop, clubs de l'East Village et galeries de SoHo; dans ce New York en pleine renaissance émerge une nouvelle scène artistique autour de lui, de Keith Haring et d'Andy Warhol. Basquiat danse, peint, cavale, et devient, malgré lui, le symbole des années 80. Au-delà de la légende, Eroica raconte le combat d'un artiste contre le monde, contre ses passions destructrices, contre son succès même, le dangereux succès. Il a le génie, il a la grâce. Aura-t-il le courage? Un personnage fascinant dans une ville en ébullition; une épopée contemporaine.


- Espaces sauvages. Voyage à travers les États-Unis avec un chien et un fusil
de Jim Fergus
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


Comment être en même temps un amoureux de la nature sauvage, un citoyen soucieux de l'environnement et un chasseur dans la plus pure tradition américaine? C'est en partie pour répondre à cette question mais surtout pour réaliser un rêve d'enfant que Jim Fergus a décidé, au début des années 1990, de parcourir le continent nord-américain comme le faisaient les anciens indiens nomades à la poursuite du gibier. Il a ainsi sillonné les Interstates et les dirt-roads d'une vingtaine d'États, avec un truck aménagé, ses fusils et son chien Sweetzer. C'est cette aventure qu'il nous fait partager ici, à travers les déserts, les champs, les marais et les forêts du pays, en compagnie parfois d'écrivains comme Jim Harrison ou Richard Ford, parfois d'anonymes, tous réunis par un même amour fervent des espaces sauvages. On y retrouve le talent incomparable de conteur de Jim Fergus, qui a fait le succès de ses romans, mais surtout son extrême sensibilité, sa passion immense des animaux, des gens simples et de la terre. Plus qu'un récit de voyage ou qu'un simple carnet de chasse, ce livre époustouflant en forme de balade sauvage nous permet d'atteindre à l'essence même de ce qui a fait la grandeur de la littérature américaine.


- Évadées du harem
de Alain Quella-Villéger
Éditions Actes Sud / Avril 2015


L'histoire rocambolesque et pourtant bien réelle d'un des plus grands scandales de la fin de l'Empire ottoman: l'évasion en 1906 de deux jeunes Ottomanes de bonne famille, lassées de leur vie cloîtrée, dans le cadre d'une supercherie littéraire dont Pierre Loti a fait les frais. Une aventure haute en couleur à laquelle Alain Quella-Villéger a réussi à donner vie en puisant aux sources privées les plus inédites, et qui révèle la face cachée du best-seller de Pierre Loti, Les Désenchantées.


- Faillir être flingué
de Céline Minard
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


Un souffle parcourt les prairies du Far-West, aux abords d'une ville naissante vers laquelle toutes les pistes convergent. C'est celui d'Eau-qui-court-sur-la-plaine, une Indienne dont le clan a été décimé, et qui, depuis, exerce ses talents de guérisseuse au gré de ses déplacements. Elle rencontrera les frères McPherson, Jeff et Brad, traversant les grands espaces avec leur vieille mère mourante dans un chariot tiré par deux bœufs opiniâtres; Xiao Niù, qui comprend le chant du coyote; Elie poursuivi par Bird Boisverd; Arcadia Craig, la contrebassiste. Et tant d'autres dont les destins singuliers se dévident en une fresque sauvage où le mythe de l'Ouest américain, revisité avec audace et brio, s'offre comme un espace de partage encore poreux, ouvert à tous les trafics, à tous les transits, à toutes les itinérances. Car ce western des origines, véritable épopée fondatrice, tantôt lyrique, dramatique ou burlesque, est d'abord une vibrante célébration des frontières mouvantes de l'imaginaire.


- Fiançailles
de Chloé Hooper
Éditions 10-18 / Avril 2015


Venue d'Angleterre, Liese Campbell travaille dans une agence immobilière à Melbourne. Afin de rembourser ses dettes, elle a pris l'habitude de retrouver Alexander, un riche homme d'affaires, dans des appartements en location, pour s'adonner à des jeux érotiques rémunérés. Alexander ne sait rien du double jeude Liese, qui commence quant à elle à éprouver un certain malaise par rapport au rôle qu'elle s'est façonné, qui l'oblige à mythifier son passé et à redoubler de prudence. Résolue à quitter l'Australie, elle accepte toutefois la proposition d'Alexander de passer un week-end dans sa grande propriété au milieu du bush. Mais rien ne se passera comme elle l'avait imaginé.


- Fin d'été
de Johan Theorin
Éditions Albin Michel / Avril 2015


Comme tous les étés, des milliers de touristes débarquent sur l'île d'Öland pour fêter la Saint-Jean. Parmi eux cette année-là, un vieil homme à l'allure inquiétante qui rôde autour du domaine des Kloss, propriétaire d'un vaste complexe touristique. Un "Revenant" venu régler ses comptes. Romancier des territoires inexplorés où les frontières s'estompent et le crépuscule envahit le paysage et le cœur des hommes, Johan Theorin s'impose comme un maître du thriller psychologique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:33

- Fortune de mer
de Jean-Luc Coatalem
Éditions Stock / Avril 2015


En Bretagne, il faut se méfier des apparences autant que de la météo. Ainsi, quand dans le petit avion à destination de Ouessant embarquent deux druides, un spécialiste des abeilles et une Espagnole couronnée par un donut de cheveux, tout peut arriver et tout va arriver, et pas de la façon qu'on imagine… Sur place, ils retrouveront une clique d'ornithologues japonais, le sieur Pommereau, qui joue au détective privé, et ce chanteur à succès, Vassili, beau ténébreux venu se mettre au vert après une histoire de mœurs. Dans ce mouchoir de poche qu'est Ouessant, les histoires de chacun vont s'entrecroiser, et les désirs s'affoler. De surcroît, face à la tempête qui gronde, il faudra faire face aux légendes comme celle du poulpe géant. Et au délire de quelques-uns que le grand large a déjà bien secoués. Avec poésie et fantaisie, Jean-Luc Coatalem signe une sorte de polar métaphysique, où le dérisoire tutoie le drolatique. À lire comme une fable du grand Ouest.


- Frog music
de Emma Donoghue
Éditions Stock / Avril 2015


À l'été 1876, la ville de San Francisco suffoque sous une chaleur accablante. Dans le saloon des McNamara, en lisière d'une voie ferrée, un coup de feu retentit dans la nuit. Blanche Beunon échappe de justesse à la mort qui n'épargne pas son amie Jenny. Inconsolable, Blanche va tout mettre en œuvre pour confondre le meurtrier de Jenny et le conduire devant la justice. Leur histoire est à l'image de la ville, bruyante et crasseuse, peuplée de femmes au verbe haut, d'hommes jaloux et de chansons des rues. Leur amitié est plus qu'improbable tant elles sont opposées: Jenny est d'un drôle de calibre, une chasseuse de grenouilles qui aime défier la loi en arborant des pantalons et un colt. Danseuse de burlesque aguerrie, Blanche prend la vie comme elle vient au risque de passer à côté d'elle-même et de son enfant, pour le plaisir de son homme et de ses michetons. Leur rencontre accidentelle va changer le cours de leur destin. Une envoûtante histoire de femmes bataillant pour s'affranchir dans le monde sans foi ni loi de la grande ville de l'Ouest.


- Génération affalés
de de Michèle Serra
Éditions Flammarion / Avril 2015


Père d'un adolescent, le narrateur s'interroge sur les caractéristiques de cet âge: décalage et incompréhension entre les générations, nonchalance, mutisme, etc. Il espère retrouver sa relation avec son fils, mise à mal par la mue que ce dernier est en train de vivre, grâce à son invitation à aller se promener en montagne.


- Georges et les dragons
de Jean-Pol Hecq
Éditions Luce Wilquin / Avril 2015


À l'été 1927, Maximilien Jelgersma débarque à Mons. Ce journaliste néerlandais prétend faire des reportages sur le Borinage, la reconstruction de l'après-guerre et la réalité sociale de la région montoise. Sa motivation est toutefois plus personnelle: il recherche Georges, un de ses cousins disparu pendant la guerre. Au cours de son enquête, Max croise notamment le cinéaste Joris Ivens, en repérage pour son film Misère au Borinage, et Stefan Zweig, le célèbre écrivain autrichien. Il reçoit l'aide d'un sous-officier véreux, côtoie un drôle de psychiatre franc-maçon et la supérieure d'un couvent. Mais, surtout, il se lie d'amitié avec un homme paisible qui prétend avoir vu de ses propres yeux saint Georges voler au secours des Britanniques au plus fort de la bataille d'août 1914. Qu'a réellement vu cet homme ce jour-là? Et pourquoi y a-t-il tant de chevaux dans cette affaire? Ils peuplent les cauchemars de Max, tirent le Car d'Or dans la Procession de la Trinité, sont les montures de saint Georges et des hommes du 2e régiment de Chasseurs à cheval; ils forment les attelages des livreurs de bière. Peut-être sont-ils en fin de compte au cœur de l'énigme?


- Guide du loser amoureux
de Junot Diaz
Éditions 10-18 / Avril 2015


Le centre de gravitation de ces histoires, c'est Yunior: jeune tête brûlée, aussi cœur d'artichaut qu'incorrigible désinvolte. Dans chaque histoire, une femme, des femmes, mère, épouse, maîtresse, petite amie, extraordinaires et sans cesse perdues. Et en point de mire: l'amour, l'obsessionnel, l'illicite, le léger, le fou, le périssable, l'éternel amour. Et Yunior court après les filles, les fantasme, les largue, les adore ou les maudit. Toujours la passion semble l'emporter sur l'expérience, et l'amour, malgré tout, reste irréductible.


- Histoire du basilic
de Olivier Dubouclez
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Ce livre est né de la rencontre avec le basilic tel qu'il est décrit et parfois représenté dans les traités d'histoire naturelle du XVIIe siècle. Au contact de ce serpent mythique, que l'on dit capable de tuer à la seule force des yeux, c'est une histoire du regard qui a commencé à s'écrire, de ses effets les plus insensibles et les plus destructeurs, autrefois désignés par le terme de "fascination". La frontière entre l'érudition et l'imaginaire a été aussitôt abolie: l'histoire du basilic s'est construite au fil d'observations savantes, de notes historiques et de rêveries mêlées ensemble. Des détails véridiques ont donné naissance à de grossiers mensonges. Des scènes hallucinatoires ont pris force de preuves. Le basilic est alors apparu pour ce qu'il est en chacun: un ennemi intime qui dévore la mémoire, paralyse toutes les facultés, introduit la mort dans le moindre désir. De la mélancolie de Louis Bertier aux théories télépathiques de Thomas Browne, du voyage de Zérah le Sabéen à l'agonie du pape Léon X, la falsification s'est imposée, toujours, comme l'unique moyen de revenir à soi-même. "Personne ne saurait affirmer catégoriquement que le basilic n'existe pas. Celui qui oserait le prétendre, aussitôt saisi d'une terreur inconnue, en viendrait à se demander s'il n'a pas traversé l'Histoire à pas de voleur et si, à cet instant même où il se plaît à en agiter le fantôme, quelque vilaine bestiole ne se trouve pas à deux ou trois mètres de lui, rampant sous un meuble du salon familial". O. D.


- Histoire humaine et inhumaine
de Giorgio Pressburger
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Après Dans l'obscur royaume, Giorgio Pressburger poursuit sa réécriture de l'Enfer de Dante. Guidé par Freud, mais aussi par Simone Weil, conscience exemplaire du XXe siècle qui incarne sa Béatrice, le narrateur traverse d'abord un "purgatoire" où apparaissent de grands "perdants victorieux", comme Kafka, le funambule de Prague, Jan Palach, la torche humaine, ou encore Che Guevara, l'homme au visage honnête. Quant au "paradis", l'auteur y aura pour guide son propre père: ensemble, à bord d'une vieille guimbarde, ils retrouvent des personnages du Huitième District de Budapest, qui ont rencontré l'Histoire et ont parfois été broyés par elle. Dans cette recherche des racines, personnelles et collectives, qui prend souvent l'allure d'une sarabande onirique, Marx peut dialoguer avec Simone Weil, et saint François croiser le chemin de nos voyageurs. Œuvre à la fois familière et théologique, Histoire humaine et inhumaine gomme la frontière entre les vivants et les morts, mais nous rappelle aussi que c'est la vie terrestre elle-même, où cohabitent beauté et laideur, abjection et pureté, où les contraires se concilient, qui constitue le seul "paradis" possible. Mêlant les genres littéraires et les langues, le livre nous fait entendre, dans une vaste polyphonie, toutes sortes de voix qui nous questionnent, nous interpellent, nous entraînent dans un voyage initiatique à travers le temps et l'espace. Une œuvre puissante, profonde, l'aboutissement, sans doute, du parcours exceptionnel de ce grand auteur mittel européen.


- Hortensias
de David Thomas
Éditions Stock / Avril 2015


Gabriel Vialle, la cinquantaine, a un double choc au tournant de sa vie: il met fin à une relation compliquée et apprend la mort brutale de sa mère. Confiné chez lui alors que sa fiancée obstinée tape à la porte, il voit tous les moments forts de sa vie lui revenir en rafales. La mort de son père sur un chemin de Formentera. Son enfance de petit faune aux Baléares. Sa jeunesse dans les quartiers populaires de Barcelone. Ses rapports difficiles et lointains avec sa mère partie brûler sa vie dans le Swinging London. Au terme de dix-sept jours d'enfermement, il décide de tout abandonner et revient dans la maison de son enfance hippie, à Formentera. Mais son retour sera plus brutal que prévu.


- Il était une fois Morris Jones
de Ran Walker
Éditions Autrement / Avril 2015


"La silhouette, tout au fond de la maison, était grande, sombre, mince.
- Monsieur Jones?
- Appelle-moi Mojo, dit le vieil homme d'une voix grave et éraillée. Tu dois être le petit jeune qui va écrire mon histoire".
Morris Jones vit à Oak Bluff, dans le delta du Mississippi, avec pour seule compagnie Erica, sa belle-fille, et Ole Annie Mae, sa guitare bien aimée. Morris Jones est un bluesman de génie, oublié de tous, ou presque. Comment imaginer qu'un prestigieux magazine new-yorkais enverrait un écrivain en pleine crise existentielle pour l'interviewer? Coltrane Washington ne connaît rien au blues mais tombe peu à peu sous le charme de Mojo, de sa musique, de son histoire et de la ravissante Erica. Avec une infinie douceur, Ran Walker brosse le portrait d'un homme génial et ordinaire, pour qui le blues et la vie ne font qu'un.


- Incandescences
de Ron Rash
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Les douze nouvelles de ce recueil sont des portraits de désespoir rural, des tranches de vie oblitérées par la misère, le manque d'éducation, la drogue. Situées dans le décor sauvage et magnifique des Appalaches, elles évoluent entre l'époque de la guerre de Sécession et nos jours. Elles décrivent avec une compassion affligée et lucide de pathétiques gestes de survie, une violence quotidienne banalisée par la pauvreté, des enfants sacrifiés par leurs parents au culte de la meth ou des actes meurtriers commis sous couvert de bonnes intentions. Elles parlent aussi de vieux mythes et des croyances qui perdurent dans cette contrée imperméable au progrès et à la modernité. Ron Rash écrit une prose d'une noirceur poétique, laissant par instants entrevoir un éclair d'humanité même chez les êtres les plus endurcis.


- Incroyable Horace
de Christophe Ruaults
Éditions Michalon / Avril 2015


Horace Bertholet a tout pour être heureux: marié avec la présentatrice vedette du 20 heures de TV1, il habite un très bel appartement à Paris, possède une résidence secondaire au Cap Ferret et passe ses vacances à l'Île Maurice. Mais il étouffe. Au point de commettre, sur la route des vacances, un acte qui va bouleverser le cours de son existence. Un roman, plein d'humour et de tendresse, qui renvoie aux questions que chacun se pose sur le sens de sa vie et les désirs profonds qui nous animent.


- Je me suis tue
de Mathieu Menegaux
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Du fond de sa cellule de la maison d'arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous livre l'enchaînement des faits qui l'ont conduite en prison: l'histoire d'une femme victime d'un crime odieux. Elle a choisi de porter seule ce fardeau. Les conséquences de cette décision vont se révéler dramatiques. Enfermée dans sa solitude, Claire va commettre l'irréparable. Le mutisme sera sa seule ligne de défense, et personne, ni son mari, ni ses proches, ni la justice ne saisira ses motivations. Cette tragédie moderne est servie par une narration fluide et efficace.


- Jésus-Christ buvait de la bière
de Alfonso Cruz
Éditions Les Allusifs / Avril 2015


Dans son village perdu de l'Alentejo, Rosa, quinze ans, rêve à ses héros de romans policiers tout en suçant des cailloux qui lui rappellent des moments plus ou moins heureux de son existence. Avec sa sensualité brute, elle enflamme aussi la libido des autres habitants et subsiste tant bien que mal comme bonne chez de riches entrepreneurs. Aux petits soins pour sa grand-mère, elle est désarmée lorsque celle-ci exprime son désir de se rendre en Terre Sainte. C'est Miss Whittemore, une millionnaire anglais dormant dans le squelette d'une baleine et organisant d'étranges déjeuners entre "Nouveaux Déipnosophistes", qui relève le défi et s'emploie à exaucer ce vœu bien trop onéreux de l'aïeule. Un roman baroque et désopilant, semé d'histoires gigognes, qu'on lit à bride abattue, immergé dans un monde rural aussi vrai qu'imaginaire où philosophie et religion dialoguent sans le savoir.


- Jour de feu
de René Barjavel
Éditions Denöel / Avril 2015


C'est l'été. Le village de Collioure se prépare pour la fête du Roussillon. L'air sent le pastis et le melon. Les vieilles Catalanes vêtues de noir croisent les Parisiennes en bikini. Deux nouvelles courent parmi la foule: hier, Barabbas a été emprisonné. Et pendant la nuit les gardes de Caïphe ont arrêté Jésus. Les croix dressées sur la colline attendent les prisonniers. Tandis que Judas boit un demi au café, Pilate débat avec Caïphe pour savoir lequel de Barabbas ou de Jésus sera gracié. Un avion tourne sur la ville et laisse tomber des tracts: Libérez Barabbas. Où sommes-nous? En quel temps? C'est l'éternité d'une histoire tragique, toujours présente, en tout lieu et en tout temps. Jour de feu de René Barjavel, roman inclassable et fascinant, révèle un autre visage du maître du fantastique et de l'anticipation.


- L'ascendant
de AlexandrePostel
Éditions Gallimard / Avril 2015


Le narrateur, à la demande d'une psychiatre, raconte les événements qui, en l'espace de cinq jours, ont dévasté sa vie. Tout commence lorsque ce vendeur de téléphones mobiles apprend le décès de son père, avec lequel il entretenait des rapports très lointains. Afin d'organiser les obsèques, le jeune homme se rend dans la petite ville où vivait le défunt et s'installe dans la maison paternelle. Il fait alors une découverte terrifiante qui le plonge, au fil d'un enchaînement insidieux de faux pas, dans une situation cauchemardesque. On retrouve ici ce qui faisait la force du premier roman d'Alexandre Postel: une narration implacable et ironique, qui donne au récit la forme d'une tragédie. Le sentiment de culpabilité, au centre du texte, génère une atmosphère trouble et inquiétante: jusqu'à la dernière ligne, le lecteur hésite entre l'empathie, la révolte et l'effroi.


- L'effet Rosie
Graeme Simsion
Éditions Nil / Avril 2015


"Dis-moi quel effet ça te fait d'être bientôt père.
- Ça ne me fait aucun effet du tout. C'est trop tôt.
- Et si je te reposais la question tous les jours, jusqu'à ce que nous ayons trouvé la réponse? Tu dois être un peu inquiet, non?
- Comment tu sais ça?
- Tous les hommes le sont. Anxieux à l'idée que le bébé monopolise leur femme. Anxieux à l'idée de ne plus jamais coucher avec elle. Anxieux à l'idée de ne pas être à la hauteur.
- Je ne suis pas comme la moyenne des gens. Je suppose donc que mes problèmes seront uniques.
- Et que tu les résoudras à ta façon. Unique elle aussi".
Don et Rosie sont mariés depuis dix mois et dix jours et ils sont "enceints". Don se lance corps et âme dans ce nouveau défi: devenir père. Scientifique hors norme, atteint du syndrome d'Asperger, il aborde la paternité avec sa rigueur toute mathématique. Et sa logique particulière. Ce qui ne semble pas toujours correspondre à ce qu'attend Rosie de lui.


- L'importun
de Aude le Corff
Éditions Stock / Avril 2015


Une nouvelle maison, pleine de charme, qui se révèle inquiétante. L'ancien propriétaire ombrageux qui s'impose. Lorsque la narratrice emménage avec son mari et ses enfants, elle n'imagine pas que sa vie va étrangement basculer. Quels souvenirs hantent le vieil homme? Quelle réparation cherche-t-il auprès d'elle? De quelle mémoire les murs de la maison sont-ils les gardiens?


- L'empreinte amoureuse
de Mélanie Chappuis
Éditions L'Âge  d'Homme / Avril 2015


Bruno souffre d'un mal dont il ne peut identifier l'origine et qui prend la forme d'un cancer. Se pensant condamné, il décide que la mort est une belle façon de s'inscrire durablement dans les cœurs de celles qu'il a aimées. Il part à leur recherche, désireux de connaître son empreinte sur ces femmes, les leurs sur lui. Bruno voyage d'un amour à l'autre, d'un pays à l'autre également. Il se souvient des lieux de son enfance nomade, douloureusement quittés une fois adoptés, de ces années passées à recommencer jusqu'à ce que l'ailleurs devienne foyer.


- L'histoire épatante de M.Fikry & autres trésors
de Gabrielle Zevin
Éditions Fleuve Noir / Avril 2015


A. J. Fikry a l'un des plus beaux métiers du monde: il est libraire. Un libraire misanthrophe et bourru qui file un mauvais coton depuis le décès de Nic, son épouse. Peu importe, livre ou être humain, il est devenu bien difficile de trouver grâce à ses yeux. L'irrésistible petite Maya va pourtant fendre son armure. Sa maman souhaitait qu'elle grandisse au milieu des livres et l'a donc laissée dans les rayons de l'unique librairie d'Alice Island. C'est ainsi qu' A. J., faussement récalcitrant, se retrouve à pouponner ce chérubin aussi malicieux que despotique. Et dans le sillage de ce duo improbable, tout leur entourage va découvrir que les aventures étonnantes, épatantes et émouvantes n'arrivent pas que dans les livres.


- L'invention de la pauvreté
de Tancrède Voituriez
Éditions 10-18 / Avril 2015


Conseiller star à l'ONU, Rodney est le spécialiste mondial de la misère. Mais comment éradiquer les pauvres quand on vit dans un luxe béat? Grâce aux calculs de Jason, brillant biologiste fauché suite à un divorce honteux, obsédé par l'épouse de Rodney, une belle asiatique sauvée du tiers-monde. Mais entre économie et érotisme, l'amour pourrait bien bouleverser l'équation. Une satire féroce de la mondialisation et du charity business des puissants, doublée d'un formidable roman d'amour. Grinçant et profondément émouvant.


- L'Ouzbek muet et autres histoires clandestines
de Luis Sepúlveda
Éditions Métailié / Avril 2015


Il était une fois, dans les années 60 du siècle dernier, des pays où la politique occupait une place primordiale dans la vie des jeunes gens. Au Chili comme ailleurs, le langage était codé et les slogans définitifs. Mais on est très sérieux quand on a dix-sept ans à Santiago du Chili et qu'on s'attaque au capitalisme avec un succès mitigé. On peut monter une opération contre une banque pour financer une école et utiliser toute la logistique clandestine pour trouver du lait en poudre pour empêcher un bébé de pleurer; chanter Blue Velvet en plein hold-up pour que les clients présents dans la banque n'aient pas peur; se tromper d'explosif et rentrer à pied; préférer la musique américaine à la dialectique marxiste pour séduire les filles; apprendre le taekwondo qui rend les Coréens du Nord invincibles et trouver contre leur champion des solutions créatives. En état de grâce littéraire, Luis Sepúlveda nous raconte ces histoires irrésistiblement drôles et tendres en hommage à un temps où on pouvait rêver d'être jeune sans en demander la permission.  


- La brûlure de l'été
de Jacques Weber
Éditions Stock / Avril 2015


Un couple, deux jeunes enfants, vivant pauvrement dans une gare désaffectée et à qui, faute de paiement, on coupe l'eau, en plein été. Ce terrible fait-divers, qui a défrayé la chronique dans les années 1980, a inspiré à Jacques Weber un récit bouleversant, à la fois âpre et tendu, jusqu'au drame final. Un récit où il serait question d'une France en marge, de cirque, de tigre échappé, de bistrots, de rêves, d'amour, de désespoir et d'idéaux. Jacques Weber déploie ses talents de conteur dans une langue inventive et puissante, précise et évocatrice. Il nous livre un premier roman humaniste.


- La chute de Constantia
de Yannis Makridakis
Éditions Sabine Wespieser / Avril 2015


Quand le facteur, par une belle journée ensoleillée d'octobre 2005, remet à Constantia une grande enveloppe blanche, il ne se doute pas de l'émotion qu'elle va susciter chez sa destinataire. Constantia, bien que grecque, vit depuis toujours à Istanbul, qu'elle n'a pas quittée malgré les pogroms organisés en 1955 pour chasser de la Ville la plupart de ses compatriotes. Elle aurait bien préféré que sa fille unique, Anna, partie étudier à Athènes, épouse un Romiote (un Grec de la Ville,  Constantinople, comme la désignent encore les habitants de la communauté) plutôt qu'un Grec de Grèce. Au moins s'est-elle mariée à un garçon de Khios, île dont était originaire la propre grand-mère de Constantia. Son gendre, Yannis, dans la très longue lettre qu'elle parcourt après avoir décacheté l'enveloppe, la plonge pourtant dans la stupeur: il serait turc. À peine a-t-elle lu ces mots qu'elle tombe en syncope et est immédiatement secourue par sa voisine du dessous, alertée par le bruit de la chute. C'est avec Vanguelia qu'elle va trouver le courage de lire dans sa totalité la confession de Yannis. Alternant, dans le huis clos de leur nuit agitée, extraits de la lettre et commentaires acides ou consternés des deux vieilles dames, Makridakis livre un formidable portrait de cette minorité grecque arc-boutée sur ses particularismes. Comme dans une comédie d'Aristophane, tout finira bien mais, jusqu'au bout, il maintiendra le lecteur en haleine.


- La cigale du huitième jour
de Mitsuyo Kakuta
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Une jeune femme court dans les rues de Tokyo, un bébé dans les bras. Cette enfant n'est pas la sienne; sans préméditation, elle vient de la voler. Dès lors, la vie de Kiwako n'est plus qu'une longue cavale à travers l'Archipel. Paniquée à l'idée de se faire repérer, elle change toujours plus vite d'endroit et d'identité, emportant l'enfant dans l'instant, la déracinant chaque fois plus violemment. Et pourtant, tout demeure absolument doux entre la jeune femme et la petite. Étrangement, la complicité qui s'installe entre elles ne cesse de s'intensifier, la peur et l'insécurité n'entament pas ce bloc de tendresse, cette harmonie dans laquelle nul témoin ne peut déceler la moindre faille. D'une efficacité au suspens remarquable, ce livre a immédiatement été adapté au cinéma tant l'intrigue et la force de ses personnages semblaient faites pour l'image. Mais au-delà de la tension et de l'angoisse, derrière ce road-movie d'une jeune femme en quête de bonheur filial s'éploie une indéniable poésie.


- La contagion
de Walter Siti
Éditions Verdier / Avril 2015


Dans un immeuble populaire, au cœur des borgate de Rome, vivent Chiara et son mari Marcello, ancien bodybuilder entre deux sexes, Francesca, handicapée militante, Bruno supporter de la Roma aux arrêts domiciliaires. Et puis il y a aussi Gianfranco, dealer qui veut s'élever, Eugenio, dit la Toupie, qui travaille dans un atelier et se découvre amoureux de sa colocataire, prostituée. Dans ce paysage romain fait de bouts de campagne, de villages et de lambeaux de métropole, dans le bric-à-brac d'un présent bouillonnant, il y a tant d'autres figures encore toutes défoncées par la vie, toutes défoncées comme la vie. Les borgate sont le laboratoire des transformations les plus profondes de la société italienne, et, plus largement, européenne: on y assiste à la contagion des modes de vie qui rend toute division de la société en classes à la fois simpliste et aveugle. Roman baroque, excessif, destructeur, provocateur, La Contagion est une arche de Noé, une nef des fous, un volcan d'énergies qui fait ruisseler sur ses pentes, les styles et les genres, les vies et les langues, les corps et les rêves. C'est trop peu de dire qu'on n'en sort pas indemne. On n'en sort pas.


- La dernière réunion des filles de la station-service
de Fannie Flagg
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


Point Clear, Alabama. Après avoir marié la dernière de ses filles, Sookie Poole aspire à un repos bien mérité. Elle aimerait se consacrer enfin à elle, à son couple, faire avec Earle, son mari, les voyages dont elle rêve. Mais elle doit encore compter avec sa mère, l'incroyable Lenore Simmons Krackenberry qui, à 88 ans, épuise les infirmières à domicile les unes après les autres. Si certains de ses coups d'éclat récents peuvent laisser penser qu'elle souffre de démence sénile, le diagnostic n'est pas aisé à établir car, toute sa vie, son comportement a été des plus excentriques. Le jour où un mystérieux interlocuteur révèle à Sookie un secret de famille parfaitement inattendu, son existence vole en éclats, à commencer par ses rapports avec sa mère. Afin de comprendre qui elle est vraiment, Sookie va alors se mettre sur la piste d'une femme exceptionnelle, Fritzi, qui, en 1940, tenait avec ses trois sœurs une station-service dans le Wisconsin. Le destin incroyable de Fritzi donnera-t-il à Sookie une nouvelle inspiration pour sa propre vie? Fannie Flagg met ici en scène deux femmes, Sookie et Fritzi, qui, à quelques décennies d'intervalle, vont devoir se réinventer. Connaisseuse aguerrie des pleins et des déliés de la destinée, elle nous offre une nouvelle fois un roman au charme fou, à la fois tendre, touchant, comique et riche en retournements.


- La désobéissance
de Alberto Moravia
Éditions Denöel / Avril 2015


Luca grandit dans l'Italie des années quarante. À l'âge de quinze ans, il ressent un malaise persistant. Il est irritable, le moindre détail le plonge dans une colère monstre. Cette nouvelle réalité, qu'il juge brutale, le pousse à remettre absolument tout en question: l'école, les parents, la religion. Une désobéissance totale qui le conduit à ce qu'il nomme le "désir de mort". À son grand étonnement, seule la présence de certaines dames semble le rattacher, presque malgré lui, à la vie. Lorsque Luca tombe malade, une infirmière est appelée à son chevet. C'est avec cette femme, à la fois maternelle et charnelle, qu'il scellera définitivement son initiation. Roman d'initiation au titre insolent, La Désobéissance autopsie la naissance du désir à travers les yeux d'un jeune garçon.


- La direction de l'absent
de Ruth Zylberman
Éditions Christian Bourgois / Avril 2015


"Lui qui n'avait jusqu'ici été qu'une ombre morte, il avait été vivant, la lettre nous le disait, il l'était peut-être encore. Cette certitude transfigurait la maison de banlieue. Le salon était envahi par une présence qui occupait les lieux: derrière nos fauteuils, à côté de nos corps et nos visages, près du visage douloureux de Pesia, des mains inquiètes de maman, près de nos pieds, ceux de Judith et les miens, bien calés sur le sol, Ovadia avait bondi hors de sa relégation, il avait parcouru les lieux et les années, il avait traversé les frontières, mi-fantôme, mi-homme, il avait bouleversé les successions normales du temps et de la mémoire, pour nous apparaître (et cette apparition c'était un tourbillon, du sang neuf) en instance de rapatriement".


- La musique de la douleur
de Aude Hauser-Mottier
Éditions Mercure de France / Avril 2015


Physiothérapeute, musicienne, analyste jungienne, diplômée en médecine des arts et philosophie esthétique, Aude Hauser-Mottier soigne tout particulièrement la dystonie de fonction, un blocage incontrôlable acquis lors de l'exécution de mouvements rapides. Le dysfonctionnement dont souffre l'artiste n'est jamais uniquement d'origine physique mais aussi psychique et exacerbé par un stress de performance. Raison pour laquelle Aude Hauser-Mottier traite ses patients par une rééducation physique combinée à une forme d'analyse fondée sur l'interprétation des rêves. Ce recueil raconte de manière simple et vivante sept cas cliniques: on y rencontre un violoncelliste rongé par la culpabilité, un pianiste hanté par des rêves de pianos, une galeriste qui rend vie et sens à son métier, une ancienne cantatrice désorientée qui entreprend de littéralement réorchestrer son existence.


- La nuit des lucioles
de Julia Glass
Éditions Les Deux Terres / Avril 2015


À quarante ans passés, Kit est un bon père de famille. Pourtant, lui n'a jamais connu l'identité de son père, que sa mère a toujours refusé de révéler. Après avoir perdu son emploi, il est plongé dans l'inertie la plus totale. Sa femme, lasse de cette situation, le convainc que s'il veut se construire un futur, il est temps qu'il fasse la lumière sur ses origines. S'ensuit une quête d'identité, la rencontre avec une famille si longtemps étrangère, mais aussi avec Fenno McLeod, libraire gay new-yorkais, qui l'aidera à lever le voile sur ce père absent. Kit retracera l'histoire de ses parents, sa propre histoire, jusqu'à cette fameuse nuit où brillaient les lucioles.


- Là où s'arrête la terre
de Sylvie le Bihan
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Marion, parisienne de 40 ans, prise à son propre jeu entre deux hommes, fuit la réalité et croise un soir d'automne à Paris, Roger qui lui, cherche à tout prix à éviter un choix entre sa vengeance et la résilience. Par défi, il lui propose de l'emmener loin de Paris. Sur un coup de tête, elle le suit. Dans une Bretagne à leur image, à la fois dramatique et mystérieuse, s'ensuit un terrible huis-clos fait d'attirance mêlée de répulsion et de révélations violentes. Un secret se profile, trop lourd pour être dévoilé, jusqu'au drame qui sera peut-être leur unique chance de tout recommencer. Un roman noir, cruel, ancré dans la société d'aujourd'hui avec ses tabous, son hypocrisie et son égoïsme. L'histoire terrible d'une vengeance par procuration.


- La porte du secret
de Christel Noir
Éditions Héloïse d'Ormesson / Avril 2015


Marie a hérité de la librairie de son grand-père Samuel, qui l'a élevée. Elle vit entourée de livres et de souvenirs de famille. Lors d'un week-end à la campagne, elle rencontre Josh, un charmant scénariste franco-américain. Si l'attirance est immédiate, Marie s'interdit de rêver à une histoire d'amour avec Josh, veuf depuis trois ans, prisonnier du fantôme de sa femme. Leurs destins semblent irréconciliables, leur passé trop lourd à porter. Mais c'est sans compter sur l'aide de l'ange gardien de Marie qui ne laissera pas sa protégée passer à côté du bonheur. La Porte du secret est un roman optimiste qui saupoudre habilement le quotidien de magie. Un texte que l'on referme le sourire aux lèvres, prêt à saisir sa chance et à déverrouiller son cœur.


- La poupée
de Ismail Kadaré
Éditions Fayard / Avril 2015


Dédié à la mémoire de sa mère, ce court récit est, pour le grand écrivain albanais, prétexte à évoquer à nouveau sa ville natale Gjirokastër. C'est aussi, et surtout, l'occasion de décrire les relations entre une mère aussi frêle et légère qu'une poupée de papier mâché, égarée dans une vaste maison dont elle est censée assumer la gestion sous le regard revêche des femmes de sa belle-famille, et un fils intellectuel, émancipé, entretenant une relation hors mariage, usant de mots qu'elle ne comprend pas, dont elle redoute qu'il en vienne à renier tout ce qu'elle incarne: une des plus anciennes traditions balkaniques.


- La spirale de la mort
de Leena Lehtolainen
Éditions Gaïa / Avril 2015


Noora était destinée à devenir championne du monde de patinage artistique. Lorsque la jeune prodige de seize ans est retrouvée assassinée à coups de patins à glace, le rêve de ses parents et de ses entraîneurs s'écroule. L'inspectrice Maria Kallio, qui entame son sixième mois de grossesse, est chargée de l'enquête. Motivée par la compétition avec son collègue Pertti pour prendre la direction de la brigade, Maria n'exclut aucune piste. Mais la spirale de la mort a déjà pris de la vitesse.


- La soudure
de Alain Guyard
Éditions Le Dilettante / Avril 2015


Tremblez faiseurs et vous indignes passeurs de momies et autres fourgueurs de mornifle littéraire, le Guyard circus is back in town. Les yeux regagnent leurs orbites en catastrophe, les pendules sont remises à l'heure au pas de charge, on retouche terre dans l'euphorie: voilà du vrai, du velu et du carné. Voilà de l'écriture. La Soudure qui est, je n'apprends rien à personne, l'art de boucler son mois et de fusionner les métaux. Romance chienne pour Gitan technophile, saga en roue libre pour quelques éborgnés de la vie. J'énonce: Lui, c'est Ryan Moreau, impatient-né et dentellier-soudeur virtuose, elle, c'est Cyndie Roux, une gentille téléportée du bulbe qui vit d'amour pur et d'art métallique ; autour de ces accortes tourtereaux démonétisés et sans enfant gravite une galaxie de monstres joviaux comme maître Cube, obèse avocat marron, les patibulaires frères Patrac, Kristopher, compagnon de route et de déroute, la reine Josépha, impératrice des caravanes. Et tout ce beau monde d'affiner à l'infini l'art de gagner plus en travaillant peu, si ce n'est en trafiquant de l'herbe louche ou de la poudre d'escampette, en désossant les 4 X 4 et en rêvant méthode, planning et dividende. Après passage par la case prison et embrasement généralisé, tout cela aurait pu mal finir, dans l'hécatombe et le déficit, si ce n'était l'appui poétique d'un capitaine lyrique aux élans homériques qui remettra à flot tout ce beau monde. Alors quoi, en définitive? Eh bien c'est : "criard, vulgaire, agressif et disproportionné comme une femme saoule qui accouche debout (...) absolument mochetingue, mais joyeusement barbare, délicieusement obscène comme un bikini de petite fille taillé dans une escalope crue". C'est l'auteur qui le dit, croyons-le.


- La surface de réparation
de Alain Gillot
Éditions Flammarion / Avril 2015


Vincent, entraîneur d'une équipe de jeunes footballeurs, se voit confier la garde de son neveu, qui souffre du syndrome d'Asperger. Il se révèle un gardien de buts hors normes. Mais dans sa vie quotidienne, si un geste ou une parole ne correspond pas à ses schémas mentaux, il est pris de panique. Vincent remettra en cause ses certitudes et sortira, lui aussi, de son propre enfermement.


- La tyrannie des apparences
de Valérie Clò
Éditions Buchet Chastel / Avril 2015


Pour ses dix-huit ans, Thalia reçoit de ses parents le plus beau des cadeaux: ses premières injections pour vieillir prématurément la peau. Elle sait qu'être jeune est la pire des conditions. Elle a beau teindre ses longs cheveux en gris, elle reste laide. Le monde a bien changé. La jeunesse est devenue maudite et chaotique. Désormais, la vraie vie commence à cinquante ans et le pouvoir est aux mains des anciens. Le père de Thalia, vieillard tout puissant, pense à l'avenir de sa fille et décide qu'il est grand temps de la marier à un homme d'âge mûr. En effet, rien n'est plus choquant et socialement déplacé que de s'unir entre jeunes. Thalia faillira-t-elle à l'ambition de son père?


- La vérité à propos d'Alice
de Katherine Webb
Éditions Belfond / Avril 2015


En acceptant sur le tard d'épouser Richard, Rachel Crofton croyait enfin échapper à son destin de gouvernante. Hélas, derrière le négociant en vins affable, bien introduit dans la bonne société de Bath, se cache un homme colérique, opportuniste et pingre. Pour tromper l'ennui et les regrets, Rachel accepte la proposition de lady Alleyn, figure de l'establishment, qui recherche une dame de compagnie pour son fils, Jonathan, vétéran de la guerre d'Espagne. Dès sa première visite, Rachel comprend que les belles apparences masquent de profondes failles: pourquoi Jonathan réagit-il si fortement à sa vue? Ses traumatismes sont-ils uniquement liés à ses souvenirs de guerre? Que complote Starling, la petite servante? Quelle emprise lady Alleyn exerce-t-elle sur ces esprits troublés? Et surtout, qui était Alice, la fiancée de Jonathan, disparue sans aucune explication? Décidée à percer le secret de la maison Alleyn et à sauver Jonathan du mal qui le ronge, Rachel n'a bientôt plus qu'une idée en tête: découvrir la vérité à propos d'Alice.


- La vie de couple des poissons rouges
de Guadalupe Nettel
Éditions Buchet Chastel / Avril 2015


Nos destins et ceux des animaux qui nous entourent ont-ils, au-delà de l'affection que nous nous portons, à voir? C'est la question qui travaille cet étonnant recueil de nouvelles. Au fil de narrations sensibles et iconoclastes, presque toujours servies par de puissants portraits de femme, Guadalupe Nettel confronte le lecteur à ce que notre humanité a de plus cruellement animal. Des poissons, des chats, ou encore des cafards mêlent ainsi leur destinée à celles des humains dont ils partagent, volontairement ou non, l'existence, mettant en lumière les liens spéculaires qui les unissent, les instincts qui les tenaillent. La maternité, le lien amoureux, la manière d'être au monde sont autant de thèmes qu'explore l'auteur à travers ce prisme quasi totémique. Il en ressort des textes d'une inquiétante étrangeté. Porté par la prose épurée de Nettel La vie de couple des poissons rouges parvient, à travers un jeu métaphorique remarquable, à nous plonger dans ce qu'il y a de plus vivant en nous, et dans ce que notre quotidien recèle de plus sauvagement mystérieux.


- La vie est facile, ne t'inquiète pas
de Agnès Martin-Lugand
Éditions Michel Lafon / Avril 2015


"Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres". Depuis son retour d'Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de son ami Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C'est là, aux Gens heureux lisent et boivent du café, son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser: les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.


- Le balai rose
de Richard Montaignac
Éditions Riveneuve / Avril 2015


La découverte de la sexualité dans la période de l'adolescence relève souvent de l'implosion anatomique. Mais quand cela se passe durant l'été, dans les années soixante, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, et sous les conseils avisés d'un mainate savant, bien entendu il en va tout autrement. Un roman couleur menthe à l'eau, qui s'appuie sur certains faits réels qui ont défrayé la chronique d'alors, avec une écriture toute nourrie des plus belles séquences du grand écran.


- Le blues du troglodyte
de Kenneth Cook
Éditions Autrement / Avril 2015


"Presque toute la population de Ginger Whisker habite dans des maisons troglodytes. Nous vivons comme des taupes ou plutôt comme des wombats, puisque nous sommes australiens. Mais qu'est-ce que je suis venu foutre dans ce satané trou perdu?" Rien ne va plus dans la vie de Simon Crown. À trente-cinq ans, il est déjà divorcé. La station de radio dont il est propriétaire est au bord de la faillite. Pas la moindre trace d'opales dans la mine où il a englouti ses dernières économies. Pire, il habite une petite ville écrasée de soleil où la seule question qui vaille est: bière ou whisky? Soudain pris d'une irrésistible envie d'en découdre, Simon se retrouve empêtré dans une succession de situations absurdes, dangereuses et parfaitement réjouissantes.


- Le cercle des plumes assassines
de J. J. Murphy
Éditions Baker Street / Avril 2015


Critique, nouvelliste, poète, et plus tard scénariste, Dorothy Parker fut l'un des piliers de la célèbre Table Ronde de l'hôtel Algonquin, où déjeunaient ensemble les esprits les plus caustiques de New York. Dans ce roman qui nous fait revivre les années 20, elle se retrouve malgré elle au centre d'une enquête criminelle. Un matin, elle découvre, sous la table habituelle du cercle d'amis, un inconnu poignardé en plein cœur. Pour compliquer l'affaire, un jeune outsider, venu du Sud, un certain William ("Billy") Faulkner, qui rêve de devenir écrivain, apporte un témoignage troublant. Il prétend avoir eu un furtif aperçu du tueur. Bientôt il sera traqué aussi bien par la police que par les malfrats les plus redoutables de la ville. Dans un rythme endiablé, ce roman qui allie suspense et humour nous plonge dans l'ambiance de Manhattan à l'époque de la Prohibition. On y croise gangsters notoires, stars de cinéma, légendes littéraires, des personnes réelles côtoyant des êtres de fiction. Jeux de mots, propos acidulés, insultes à peine voilées : les répliques fusent comme des tirs de mitraillette, le tout dans une joyeuse anarchie.


- Le concert posthume de Jimi Hendrix
de Andreï Kourkov
Éditions Liana Levi / Avril 2015


Il se passe des choses étranges, la nuit, à Lviv. Lorsque Alik le hippie se rend au cimetière pour honorer la mémoire de Hendrix, dont la main droite a été enterrée là trente ans plus tôt, le capitaine du KGB qui le persécutait dans sa jeunesse lui avoue avoir toujours partagé son admiration pour le dieu occidental de la guitare. La nuit encore, après que Taras, "vibrothérapeute" d'un nouveau genre, a brinquebalé ses clients dans les rues défoncées de la ville, il rencontre au bureau de change une étonnante jeune fille allergique à l'argent. La nuit toujours, voilà que l'air se met à sentir l'iode, que l'eau coule salée des robinets et que des mouettes agressives attaquent les habitants. Et nos personnages de se mettre en quête de la cause de ces inquiétantes anomalies. L'imagination gouverne ce roman rythmé où l'absurde devient la norme. Car chez Kourkov, les histoires les plus irréalistes sont celles qui conduisent le mieux à méditer sur le sens de la vie.


- Le cri muet de l'iguane
de Daniel Picouly
Éditions AlbinMichel / Avril 2015


"Jean Jules Joseph, mon grand-père, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. À en croire, Paulette, ma mère, il l'aurait quasiment gagnée à lui tout seul. C'est la légende familiale qui m'a accompagné dont j'ai été nourri et que j'ai voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l'intrusion d'une historienne et d'un vieux carnet oublié au fond d'une malle pour mettre à bas ce récit héroïque et découvrir l'incroyable et tumultueuse histoire de mon grand-père. Jean, Jules Joseph a été élevé par de véritables Amazones. Amoureux dès l'enfance d'Aurore, la fille du plus riche planteur de l'île, il a été le témoin direct d'un assassinat politique raciste, a survécu à l'éruption de la Montagne Pelée grâce à son iguane, a boxé contre le premier champion du monde noir des poids lourds, et s'est trouvé mêlé à une mystérieuse "guerre du rhum" à la Martinique, avant de mettre le pied à Tarbes, de rencontrer Marie, ma grand-mère, d'établir notre famille et d'enfouir dans un carnet le secret de sa "vie d'avant nous". Le cri muet de l'iguane, c'est ce secret qui vous égorge de l'intérieur, sauf à l'écrire. C'est ce que j'ai fait". Daniel Picouly


- Le fabuleux voyage du jeune homme en combinaison spatiale dans un volkswagen
de Scarlett Thomas
Éditions Terra Nova / Avril 2015


Luke a vingt-cinq ans et il est allergique au soleil. Depuis sa naissance, il est coincé dans sa chambre. Le monde ne vient à lui que par la télévision, Internet et grâce aux visites de Julie. De son côté, Julie est terrifiée par les catastrophes d'avion, les accidents de la route et les bactéries potentiellement mortelles. Au point qu'elle n'ose surtout pas quitter sa ville natale. Un jour, Luke apprend qu'une sorte de gourou, à l'autre bout de l'Angleterre, peut le guérir. Avec Julie, ils prennent alors la plus importante des décisions: ils doivent faire face à leurs peurs et affronter le monde extérieur. Avec quatre amis et une combinaison spatiale bricolée pour protéger Luke de la lumière du jour, ils partent dans un vieux combi. Cet incroyable voyage de tous les dangers va changer leur vie.


- Le festival n'aura pas lieu
de Gilles Jacob
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Lucien Fabas est envoyé en reportage en 1952 sur le tournage de Mogambo, au Kenya, où il côtoie John Ford, Clark Gable, Ava Gardner et Grace Kelly. C'est là qu'il rencontre pour la première fois la sœur d'Ava, Béatrice, dite "Bappie": naissance d'une passion qui, en marge de la vie officielle de chacun, durera jusqu'à leur dernier souffle. C'est par les yeux de Lucien, nommé secrétaire général du Festival de Cannes en 1954, que le lecteur va vivre de l'intérieur l'épopée de la Croisette, de la séduction d' Hollywood pour lever le boycott des Américains jusqu'au  Londres des années 70, en passant par  la révolte des jeunes cinéastes menée en 1968 par Truffaut et Godard. On croise Louis Malle, Lelouch, Polanski, Welles, Fritz Lang, Fellini... On chasse dans le monde entier les films et les stars pour nourrir cette immense fabrique à rêves condamnés à se consumer en cendres. Quand un amour éternel croise la mythologie du festival de Cannes pour composer le grand roman de la nostalgie.


- Le fils d'une autre
de Kathleen McCleary
Éditions Belfond / Avril 2015


À quarante ans, Georgia n'a qu'une obsession: avoir un deuxième enfant, revivre ce sentiment de pur bonheur que lui a procuré sa première grossesse, treize ans plus tôt. Mais rien n'y fait. Un jour, Alice, sa meilleure amie, sa presque sœur, a une idée: offrir à Georgia le cadeau que la nature lui refuse. Un don d'ovocyte; un geste qui scellerait éternellement la profonde amitié qui unit leurs deux couples. La décision est prise, chacun est impatient: dans neuf mois, un petit garçon viendra les combler de joie. Mais, alors que le ventre de Georgia s'arrondit, de douloureux secrets sont révélés, qui viennent rompre brutalement l'équilibre des deux familles. Et bientôt une question terrible se pose: quels parents pour ce nouveau-né? De qui est-il légitimement l'enfant? Qui pour prendre soin de lui? Face aux mensonges, aux trahisons, lequel sera le plus fort: lien du sang ou lien du cœur?


- Le garçon aux icônes
de Desmond Hogan
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Irlande, début des années 1970. Susan O'Hallrahan, depuis sa petite boutique de confection à Ballinasloe, dans le comté de Galway, ne perçoit plus du tumulte du monde qu'une lointaine rumeur. Depuis la mort de son époux, elle vit seule, bercée par les souvenirs, et elle attend. Elle attend, avec une ferveur mêlée d'appréhension, le retour de son fils, Diarmaid, un garçon étrange, solitaire et ombrageux, parti à Londres en quête d'aventure. Jusqu'au jour où, poussée par un funeste pressentiment, Susan décide de ne plus attendre et de se lancer à sa recherche. Son iliade miniature sera pour elle l'occasion de se confronter aux révélations les plus douloureuses, sur elle-même, sur son fils, et sur la nature exacte, magnifique et terrible, du lien qui les attache l'un à l'autre. Ce premier roman d'une beauté foudroyante révèle l'une des plus grandes voix de la littérature irlandaise contemporaine, demeurée inexplicablement méconnue depuis près de quarante ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:29

- Le grain amer
de Anne Brochet
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Enfant, Anne Brochet a vécu chez ses grands-parents: c'était le paradis. La maison familiale jouxtait une belle propriété habitée par des parisiens très chics. Elle les admirait, en secret, car une brouille mystérieuse séparait les familles. Était-ce parce qu'ils étaient juifs? En évoquant des périodes de son passé, elle prend conscience que sa vie s'est sans doute construite à partir de l'énigme du mur qui a séparé les deux propriétés au mois de juin 1944. Après ce récit à la première personne, elle en entame un autre en imaginant cette fois-ci le personnage d'une actrice en quête d'elle-même. Sylvia est partie à Jérusalem pour se convertir au judaïsme. Elle va se heurter à un autre mur, celui des Lamentations. L'histoire qui l'obsède la dépasse.


- Le grand courage
de Sébastien Amiel
Éditions De L'Olivier / Avril 2015


"Il était épuisé. Depuis plus de vingt-quatre heures, il n'avait rien mangé. Il roulait doucement à présent, sur des lignes droites qui épargnaient enfin ses muscles, et il profitait du vent chaud qui venait de se lever et soufflait paisiblement le long de la rivière. Une heure plus tard, il entrait dans Bélisarda, et se disait que la ville n'avait pas l'air d'avoir beaucoup changé". Bien décidé à se confronter au frère qu'il a trahi quelques années plus tôt, Abel revient dans la ville de son enfance. Mais il découvre une maison familiale vide. Commence une attente, oppressante, qui le livre aux réminiscences et aux visions les plus noires. De ce roman où tout se joue hors champ émerge peu à peu l'histoire d'une relation fraternelle, faite de violence latente, de silences et d'acharnements.


- Le pacte des Hitler
de Emmanuel Amara et Alexandra Ranz
Éditions Michalon / Avril 2015


Dans une banlieue américaine à Long Island, trois frères portant le nom de Stuart-Houston vivent reclus. Sous ce patronyme ambigu se cachent les derniers descendants d'Adolf Hitler. Une enquête minutieuse qui part sur les traces de William Patrick, l'indésirable neveu anglais du Führer, fils d'une jeune Irlandaise et d'Aloïs Hitler, le demi-frère d'Adolf Hitler. Un document inédit qui dévoile l'histoire des Hitler, un des secrets les mieux gardés depuis la Seconde Guerre Mondiale.


- Le parcours du combattant
de Michaël Malone
Éditions Sonatine / Avril 2015


Au terme de ce livre, la vie de Raleigh ne sera plus jamais la même. La vôtre non plus. Milieu des années 1980, Thermopylae, petite ville de Caroline du Nord. Marié, deux enfants, Raleigh Wittier Hayes, 45 ans, est aux yeux de tous un citoyen modèle et un bon père de famille. Agent d'assurances prospère, il ne laisse rien au hasard, et sa retraite est aussi soigneusement planifiée que son existence. Le jour où il apprend que son père, Earley, a disparu de l'hôpital après avoir vidé ses comptes, pour prendre la route dans une Cadillac cabriolet jaune en compagnie d'une adolescente noire qu'il dit vouloir épouser, l'existence de Raleigh vole en éclats. À la recherche de son père, notre homme va devoir affronter des épreuves plus riches en rebondissements les unes que les autres. À l'issue de ce formidable périple initiatique, l'ennuyeux et routinier Raleigh Wittier Hayes ne sera plus jamais le même. Dès les premières lignes, le lecteur est emporté par le souffle formidable d'un auteur qui lui impose un rythme tel qu'il est difficile, voire impossible d'en interrompre la lecture. Monument d'humour et de romanesque, proche du génie, ce livre, dans le droit fil des premiers romans de John Irving, est considéré aux États-Unis comme un chef-d'œuvre. Publié en 1986 et jusqu'aujourd'hui inédit en France, nous sommes ravis d'en offrir à nos lecteurs la première traduction.


- Le secret de Tristan Sadler
de John Boyne
Éditions L'Archipel / Avril 2015


1919. Dans une Angleterre qui se remet à peine du traumatisme de la Première Guerre Mondiale, Tristan Sadler, 21 ans, fait le trajet de Londres à Norwich pour remettre des lettres à Marian Bancroft, celles que la jeune femme avait envoyées à son frère Will alors qu'il était sur le front. Tristan et Will étaient proches. Au fil des batailles et des drames qu'ils ont connus dans les tranchées, les deux hommes ont beaucoup partagé. Mais Will, pour s'être rebellé contre l'autorité, a été passé par les armes. Pour tous, il fait désormais figure de lâche. Tristan, revenu vivant, passe au contraire pour un héros. Mais il a un lourd secret, un remords qui le ronge. Osera-t-il en parler à Marian? Ou devra-t-il seul porter ce fardeau jusqu'à la fin de ses jours?


- Le secret du mari
de Moriarty Liane
Éditions Albin Michel / Avril 2015


Jamais Cecilia n'aurait dû trouver cette lettre dans le grenier. Sur l'enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari: "À n'ouvrir qu'après ma mort". Quelle décision prendre? Respecter le vœu de John-Paul, qui est bien vivant? Ou céder à la curiosité et découvrir un secret qui risque de bouleverser sa vie?


- Le serpent à plumes
de D. H. Lawrence
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Belle Irlandaise aux chairs épanouies, Kate Leslie séjourne au Mexique au début des années 1920 avec son cousin américain et poète. Elle y fait la connaissance d'un érudit, Don Ramón Carrasco, et d'un général, Don Viedma Cipriano, qui lui dévoileront un pays fascinant, en proie à une violence explosive mais plein de charme et de magie. Avec Cipriano, elle découvrira aussi son exquise et insoupçonnée sensualité. Partition musicale au rythme effréné et palette de couleurs éclatantes, Le Serpent à plumes est, selon D. H. Lawrence, son "vrai roman de l'Amérique".


- Le tapissier de Jérusalem
de Lucien Lazare
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Au début des années 1980, en même temps qu'il se découvre une passion pour la broderie, Lucien Lazare commence à tirer les fils de sa propre histoire. Il entame ses recherches d'historien sur la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale, à laquelle il a activement participé. Trente ans plus tard, son frère lui révèle de précieuses informations sur leurs ascendants juifs et provoque de nouvelles interrogations chez cet ancien clandestin. Ses mémoires n'omettent aucun aspect de sa vie. Son enfance, sa vie de couple puis sa vie de famille qui se poursuit en Israël à partir de 1968. Lucien Lazare fait le récit des multiples luttes qui ont animé sa vie: il s'engage pour l'unification des différentes identités juives, tout comme pour la valorisation de la culture juive en France et de la culture française à Jérusalem, où il fonde le lycée René Cassin. Malgré ses études religieuses et son attachement au judaïsme, il défend la laïcité et justifie son pacifisme. Il raconte comment son admiration de l'État hébreu se mue progressivement en réserves sur la politique des récents gouvernements conservateurs. Ce dernier engagement politique est à l'image de ceux qui ont fait sa vie: touchant et lourd de conséquences. Aujourd'hui âgé de 90 ans, Lucien Lazare vit à Jérusalem. Résistant, puis enseignant, il est l'auteur d'ouvrages sur la résistance juive en France et sur les Justes parmi les nations. Avec Simone Veil, il est à l'origine de l'entrée des Justes au Panthéon en 2007.


- Le verger des âmes perdues
de Nadifa Mohamed
Éditions JC Lattès / Avril 2015


Nous sommes en 1987, à Hargeisa, 2e ville de Somalie. Les vents secs transportent des rumeurs de révolution, mais la dictature n'en reste pas moins ferme sur ses bases. Bientôt, à travers les yeux de trois femmes, nous allons assister à la chute de la Somalie. Deqo, neuf ans, a quitté le vaste camp de réfugiés où elle est née, attirée en ville par la promesse de recevoir sa première paire de chaussures. Kawsar, veuve solitaire prisonnière de sa petite maison volée au désert, est obligée de garder le lit, après avoir été passée à tabac au commissariat local. Filsan, jeune soldate, a quitté Mogadiscio pour réprimer la rébellion qui gronde dans le Nord. Et tandis que fait rage la guerre civile qui va mettre le monde en état de choc, les destins de ces trois femmes s'entremêlent de façon irrévocable. Intime, sans détours, débordant de beauté et d'amour, Le Verger des âmes perdues est un récit inoubliable.


- Le vieux qui déjeunait seul
de Léa Wiazemsky
Éditions Michel Lafon / Avril 2015


Clara, une jeune et jolie serveuse de vingt-sept ans, se prend d'affection pour un vieux monsieur dont elle ne sait rien sinon que, dans le restaurant où elle travaille, chaque lundi, invariablement, il déjeune à la même table et commande le même plat. Elle est loin de se douter qu'elle-même a piqué la curiosité de cet homme éprouvé par la vie. Derrière la gentillesse et l'éternelle bonne humeur de la jeune femme, ce vieil habitué a décelé une blessure secrète. Et pour cause: accablée par le poids des actes d'un ancêtre, Clara s'interdit d'être heureuse. Mais au fil des conversations avec Clément, ce grand-père qu'elle se choisit, le contexte historique va refaire surface et changer sa vie.


- Les blondes à forte poitrine
de Isabelle Baldacchino
Éditions Quadrature / Avril 2015


Des nouvelles âpres ou cyniques, dont le ton cruel ou cru cache des âmes écorchées, à vif. Des portraits brossés vivement dans une matière brute, entre Egon Schiele et Toulouse-Lautrec. Des vies faufilées, des ourlets déchirés, lambeaux de chair ou de tissu qui voilent ou qui révèlent, illuminés çà et là par un humour truculent, rabelaisien, salvateur. L'auteure a assassiné beaucoup de personnages dans son premier recueil. Elle les érafle, affame, insulte et caresse dans le deuxième, avec une grande part de dérision. Les gens sans histoire, les secrets, les failles sont ses récurrences.


- Les désenchantées
de Pierre Loti
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Immense succès à sa parution en 1906, ce dernier roman de Pierre Loti raconte les rencontres clandestines d'un romancier français avec trois jeunes Ottomanes révoltées par la vie cloîtrée qui leur est imposée. Écrit dans une langue fluide et élégante, ce brillant exercice d'autofiction, qui avait ravi les Orientalistes par son histoire d'amour exotique et ses magnifiques descriptions de Constantinople, est avant tout un roman politique d'une grande modernité narrative, qui plaide pour l'émancipation de la femme musulmane.


- Les émeutiers
de Philippe Huet
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


1922 au Havre: la paix revenue, c'est la crise économique. Le patronat, qui entend imposer une baisse des salaires, décide de passer en force dans cette ville "rouge" afin de sonner les organisations ouvrières françaises. La grève se durcit, mais le patronat veut qu'elle dégénère.


- Les fiancés  
de Deborah Levy-Bertherat
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


Un roman d'une grande efficacité narrative, qui mêle avec brio, sur fond d'évocations de souvenirs d'enfance et de guerre, le motif romanesque des retrouvailles amoureuses et celui de l'usurpation (involontaire) d'identité. Madeleine retrouve soixante ans après son premier fiancé qu'elle croyait mort à la guerre d'Indochine, mais il s'avère que le vieux René qu'elle serre dans ses bras est un autre. Un traitement très fin et subtil du malentendu tragique entre des êtres qui étaient voués à s'aimer et que la vie a destiné à se perdre.


- Les gens de Holt County
de Kent Haruf
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


À Holt, bourgade des plaines arides du Colorado, voici les frères Harold et Raymond McPherson, vieux cow-boys célibataires aux mains calleuses et au cœur d'or. Avec leurs encouragements, leur protégée, Victoria, maman d'une petite Katie âgée de deux ans, part s'installer en ville pour reprendre ses études. Malgré la solitude, la vie suit son cours dans le bruissement des éoliennes et le piétinement des troupeaux. Jusqu'à ce que le malheur frappe, implacable. Au rythme lancinant d'une ballade folklorique traditionnelle, Kent Haruf explore avec sobriété et pudeur les passions et les tragédies humaines. Dans une prose d'une simplicité poétique, celui qui fut le chantre de son Colorado natal célèbre la force de l'espérance et l'élégance du cœur.


- Les idées noires
de Justine Augier
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Jean Verdier n'est pas sorti de l'enfance quand, à l'été 1942, un événement dramatique le précipite dans la Résistance. Promu héros presque malgré lui, il ne se débarrassera plus jamais d'un sentiment d'imposture. Mais y gagnera le grand amour. Au crépuscule de sa vie, Jean cohabite avec le passé et ses fantômes, séance permanente d'un film infiniment démonté/remonté, aux interruptions aléatoires, par le jeu des visites: sa fille, son petit-fils, sa femme, morte près de vingt ans auparavant… Et puis cette historienne qui, obstinément, le ramène aux lendemains de la guerre. Sur les trahisons, les faillites et les entêtements de la mémoire, sur les ambiguïtés intrinsèques à l'héroïsme et sur les menaces cycliques de l'histoire, Les Idées noires invente une musique obsédante, entre cri d'alarme et testament amoureux.
 

- Les jours infinis
de Claire Fuller
Éditions Stock / Avril 2015


Il n'a pas l'air d'un menteur, pense Peggy Hillcoat en regardant la photo de son père. Elle a été prise l'été de ses huit ans. Il avait transformé la cave en abri antiatomique et discutait de fin du monde avec ses amis survivalistes. Sa mère retenue au loin, ils s'étaient amusés à camper dans le jardin, avant qu'il ne l'emmène en voyage dans une forêt lointaine. Les vacances se muent en perpétuité quand il lui annonce que le reste du monde a disparu. La vie de Peggy sera désormais réduite à un piano bricolé qui joue de la musique dans sa tête, à la forêt immense et à une hutte en bois. En 1985, Peggy est de retour à la maison, après neuf ans d'absence. Comment a-t-elle survécu mais surtout comment est-elle revenue?


- Les liaisons dangereuses
Ou la vertu des libertins
de Roger Vailland
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


L'auteur des Liaisons dangereuses a été une des personnalités les plus moqueuses, les plus insolentes, les plus insoumises de la fin du XVIIIe siècle. Successivement défenseur du roi, ami de la famille d'Orléans, soutien de la République, membre du club des jacobins, partisan de Napoléon Bonaparte, Choderlos de Laclos a traversé la Révolution et ses fracas sans jamais épouser une autre cause que celle de la liberté. Voici sa vie fabuleuse, où littérature et légèreté n'ont cessé d'affronter la politique et la guerre, racontée par son plus grand admirateur.


- Les mémoires de Joss B.
de Thomas Moralès
Éditions Du Rocher / Avril 2015


Ancien journaliste, Joss B. est devenu détective privé presque par hasard, par romantisme et nostalgie. Lui qui n'aime que les longues voitures américaines et les rôles flamboyants du cinéma français d'après-guerre, n'a ni le courage ni la détermination nécessaires pour mener à bien ses enquêtes. Et pourtant… Sans course-poursuite ni fusillade, ce quinquagénaire au charme suranné arrive toujours à ses fins. Dans ces mémoires en deux actes, Joss B. va croiser la route, parsemée de morts, de toute une galerie de personnages aussi fantasques qu'intrigants: un homme d'affaires hispanique, une ambitieuse call-girl, un brocanteur des bords de mer mais aussi une troublante voyante, une assistante berbère au franc-parler, une douce avocate et un cercle secret de personnalités peu recommandables. Un hymne à la variété française, à Belmondo, aux dialogues d'Audiard, à la presse d'antan, qui n'oublie pas l'amour ni les amitiés indéfectibles.


- Les mémorables
de Lídia Jorge
Éditions Métailié / Avril 2015


La photo était là sur l'étagère tout en haut de la bibliothèque de son père. Un groupe d'hommes et de femmes autour d'une table de restaurant et parmi eux ses parents, l'éditorialiste lucide et la comédienne étrangère. Lorsque la CBS lui commande un documentaire revisitant les mythes de la révolution des Œillets, Ana Maria réalise que tous les acteurs du coup d'État qui renverse la dictature se trouvent sur cette photo. En compagnie de deux journalistes aussi jeunes qu'elle, elle les retrouve et, au fil de son enquête, découvre l'effet du passage du temps non seulement sur ces héros, mais aussi sur la société portugaise. Survivants d'un temps oublié, les personnages de la photo essaient de recréer ce qu'a été l'illusion révolutionnaire, et le difficile chemin vers la démocratie. Le regard des jeunes gens sur les protagonistes d'une histoire que personne ne veut plus entendre réécrit cruellement leur épopée. Lídia Jorge s'intéresse à l'espace indéfini qui sépare le récit que l'Histoire dévoile, avec ses vérités difficiles à affronter et la création du mythe, le moment où la vie a été transformée en une construction de l'imaginaire ou de la volonté. Un roman exceptionnel sur la politique et le destin des rêves.


- Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquête
de Minna Lindgren
Éditions Calmann Lévy / Avril 2015


En plein cœurs d'Helsinki, venez découvrir la résidence du Bois du Couchant. D'apparence charmante, il ne fait en réalité pas si bon finir ses jours dans cette maison de retraite où le drame ne cesse de frapper. Olavi, l'ancien combattant, est convaincu que son infirmier a abusé de lui sous la douche; son ami Reino, prote et grand séducteur, se voit confiné au service de démence lorsqu'il dénonce le scandale en pleine partie de cartes; et Tero, le jeune cuistot, est retrouvé pendu. Pour Siiri et Irma, il n'y a aucun doute: quelque chose de louche se profile au sein de l'administration de la résidence. C'est alors que les deux amies se décident à enquêter, épaulées par un chauffeur de taxi Hells Angels qui connaissait bien Tero. Entre tension artérielle, pertes de mémoire, surdité et déambulateur, l'enquête va s'avérer ardue, d'autant plus qu'Irma est soudainement internée de force dans la section fermée de la résidence. Mais pour Siiri, pas question de jeter l'éponge.


- Les possédés
de Elif Batuman
Éditions De L'Olivier / Avril 2015


Pourquoi se contenter de lire des livres quand on peut aussi les vivre? Brillante étudiante à Harvard, puis à Stanford, Elif Batuman prend la tangente et part à l'aventure, sur les traces des auteurs russes qu'elle affectionne. Elle rencontre les héritières fantasques d'Isaac Babel, visite le jardin de Tolstoï en Russie, apprend la langue ouzbek à Samarcande et s'installe dans une mystérieuse maison de glace à Saint-Pétersbourg. En chemin, elle relit les classiques et fait la connaissance d'une série d'excentriques, d'originaux et d'hurluberlus, tous membres d'un club très fermé: celui des fanatiques de la littérature russe. Récit d'initiation à la vie et à la lecture, Les Possédés nous emporte dans un tourbillon d'épisodes rocambolesques et littéraires.


- Les quatre saisons de l'été
de Grégoire Delacourt
Éditions JC Lattès / Avril 2015


Été 99, dont certains prétendent qu'il est le dernier avant la fin du monde. Sur les longues plages du Touquet, les enfants crient parce que la mer est froide, les mères somnolent au soleil. Et partout, dans les dunes, les bars, les digues, des histoires d'amour qui éclosent. Enivrent. Et griffent. Quatre couples, à l'âge des quatre saisons d'une vie, se rencontrent, se croisent et s'influencent sans le savoir. Ils ont 15, 35, 55 et 75 ans. Ils sont toutes nos histoires d'amour.


- Les quatre vies d'Arséni
de Evguéni Vodolazkine
Éditions Fayard / Avril 2015


Le héros, Arséni, naît en 1440 près du monastère Saint-Cyrille du lac Blanc et meurt en 1520 au terme d'une longue vie qui le conduit de son lieu de naissance à Pskov, puis jusqu'à Venise et Jérusalem, avant de le ramener à son point de départ. Ses dons de guérisseur lui valent partout où il séjourne une grande renommée et pourraient lui assurer honneurs et fortune. Mais, ayant involontairement causé dans sa jeunesse la mort de la femme aimée sans qu'elle ait reçu les sacrements de l'Église, il renonce à tous biens terrestres et tente par la mortification d'obtenir le rachat de celle qu'il ne veut pas livrer au néant. Chronique imaginaire d'un être tourmenté par la sainteté, ce roman-fable nous entraîne dans une Russie du Moyen Âge ravagée par la peste et dans le quotidien d'un petit peuple humble et brutal, de moines énergiques et visionnaires, de pèlerins exposés aux dangers de longs voyages. Inspiré par des vies de saints russes, stylistiquement aussi dentelé que les feuilles d'un herbier, il dépayse fortement, tout en nous menant aux sources du christianisme russe.


- Les prisons mobiles
de Jean Hansmaennel
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


"Je" est prisonnier. Prisonnier d'un quotidien qui l'étouffe, il croupit entre les quatre murs de ses cellules: l'espace, le temps, la langue, l'autre. Réduit à son espace vital, soumis au temps interminable de la peine, coupé de l'autre et du monde, le prisonnier n'a que le verbe pour se sauver. Alors il raconte sa réclusion et se rend à l'évidence: ce n'est pas tant le cachot qui l'emprisonne que la façon de l'habiter. Il s'évade de l'ordinaire et démarre sa cavale. "Je" se libère par le jeu, celui du corps et celui de l'esprit. Il écrit, il produit un sujet, celui qu'il est: un sujet du verbe. Thriller poétique en trois actes, Les Prisons mobiles est une belle métaphore de notre finitude et de nos capacités à en jouer. Il vous captivera sûrement, comme un miroir capture votre image et vous renvoie à vous-même.


- Les ravisseurs
de Alain Veinstein
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


"Les ravisseurs sont légion autour des lecteurs. Ce sont tous ces livres découverts au fil des ans avec lesquels se nouent des liens d'étroite proximité. On leur doit l'expérience de la fascination, qui est une sorte de rapt, une façon de prendre possession de nous avec ou sans notre consentement. Ceux dont il est question dans ce volume m'ont ravi le cœur. Je les garde à portée de main, car ils ont pris une place durable dans ma vie sans jamais rien perdre de ce qui m'a saisi en première lecture. J'ai beau sans cesse les relire, c'est toujours la première fois. Leurs auteurs, je les ai rencontrés sur le terrain de l'amitié. J'aurais d'ailleurs pu intituler ces pages L'Amitié si Maurice Blanchot n'en avait pas eu l'idée bien avant moi".


- Les virevoltants
de Leila Meacham
Éditions Charleston / Avril 2015


1979. Catherine Ann est encore une petite fille lorsqu'elle perd ses parents dans un accident de voiture en Californie. Au Texas, chez sa grand-mère Emma, elle fait la connaissance de deux garçons, John et Trey, également orphelins, qui décident de la protéger. Ils formeront un trio remarquable, elle la plus belle fille de la région, eux des champions de football américain adulés par leur petite ville du Texas. En grandissant, ils nourrissent le projet de partir tous les trois à l'université. Mais, à la veille d'un match, une mauvaise blague vire à la tragédie. Le trio va se déchirer et les trois inséparables devront apprendre à vivre chacun de son côté. Le passé est-il éteint pour toujours? Une histoire d'amitié et de triangle amoureux pleine de suspense et de rebondissements.


- Les voyages de Daniel Ascher
de Deborah Levy-Bertherat
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


Une année particulière commence pour Hélène, quand elle s'installe à Paris pour étudier l'archéologie. Elle est logée par son grand-oncle Daniel, un vieux globe-trotter excentrique qu'elle n'apprécie guère. Il est l'auteur, sous le pseudonyme de H.R. Sanders, de La Marque noire, une série de romans d'aventures qu'elle n'a même pas lus. Son ami Guillaume, fanatique de cette série, l'initie à sa passion. Mais pour Hélène, le jeu des lectures ouvre un gouffre vertigineux. Elle découvre en Daniel un homme blessé, écartelé entre deux identités et captif d'un amour impossible. Elle exhume de lourds secrets de famille remontant aux heures sombres de l'Occupation. Pendant ce temps, les lecteurs de H.R. Sanders attendent le vingt-quatrième volume de la série, dont les rumeurs prétendent qu'il sera le dernier. En explorant avec finesse les blessures d'une mémoire tentée par le vertige de l'imaginaire, Déborah Lévy-Bertherat rend ici hommage aux sortilèges ambigus de la fiction.


- Last exit to Brooklyn
de Hubert Selby Jr.
Éditions 10-18 / Avril 2015


Brooklyn, le quartier portuaire de Red Hook et sa faune brutale: voyous désœuvrés cognant à l'aveugle, marins sournois, ouvriers syndicalistes salaces, travestis papillonnant leur fantasme d'amour, prostituées entaulées dans des bars minables. Des vies frustrées, gonflées d'ego, obsédées par le sexe, la violence et l'alcool, qui tournoient dans un lacis de flashs hallucinés. Cru, désespéré, sublimement trash. Paru avec fracas en 1964, ce roman inclassable et culte et un chef-d’œuvre à (re-)découvrir absolument.


- Lettre à Line
de Amélie Billon
Éditions Alice / Avril 2015


Louise, aujourd'hui adulte et maman, prend sa plume pour écrire à Line, son amie d'enfance. Le déclic, c'est une photo que sa fille a retrouvée entre les pages d'un livre, sur laquelle Line et Louise ont treize ans. Au fil des mots de l'adulte qui se souvient de son adolescence, le drame se dessine: Louise qui s'intègre, Line qui s'isole et subit la méchanceté récurrente des autres élèves, exacerbée sans cesse par sa discrétion. On assiste à une vraie histoire de harcèlement, avec, en filigrane, une maladie dont on ne prononce jamais le nom mais qu'on devine à mesure qu'on avance dans la lettre.


- Lettres à mes parents sur le monde de demain
de Dominique Nora
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Les parents d'hier transmettaient à leurs enfants le savoir du passé pour les préparer à l'avenir. Les enfants d'aujourd'hui initient leurs géniteurs aux nouvelles technologies pour qu'ils ne soient pas complètement perdus dans le monde de demain. Émile, 27 ans, vit depuis plus de six mois à San Francisco, où il travaille pour UbiFrance, qui aide les PME hexagonales à se développer en Californie. La vingtaine de lettres qu'il écrit à ses parents durant un an nous révèle les bouleversements en cours dans tous les champs de la connaissance. Des steaks de synthèse aux cerveaux augmentés par l'intelligence artificielle, des automates remplaçant les travailleurs aux cours en ligne remplaçant les enseignants, des drones livrant les colis à l'argent virtuel, en passant par l'utopie libertarienne de techno-paradis offshore affranchis de tout contrôle par les États: c'est le rêve ou le cauchemar d'un monde nouveau qui s'invente sous nos yeux dans les labos de la Silicon Valley. En prêtant à Émile, dans une langue compréhensible par tous, son expertise, ses enquêtes de terrain et ses interrogations, Dominique Nora nous raconte de la manière la plus vivante ces innovations de rupture qui vont transformer notre vie quotidienne: une manière originale de nous offrir à la fois l'antisèche des parents et l'encyclopédie des ados…


- Lord Mountbatten
de Francois Kersaudy
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


Il était grand, beau, fort, noble, riche, courageux, tolérant, travailleur, intelligent, énergique, inventif, généreux, charmeur, chevaleresque, enjoué, intuitif, éloquent, diplomate, patriote et professionnel jusqu'au bout des ongles. Il était aussi imprudent, ambitieux, mesquin, vaniteux, intrigant, bavard, égocentrique, capricieux, manipulateur, cyclothymique et passablement mythomane. Mais avec tous ses défauts et toutes ses qualités, lord Louis Mountbatten (1900-1979), cousin du roi George VI, amiral de la Flotte, père du débarquement de Normandie, libérateur de l'Asie du Sud-Est, dernier vice-roi des Indes et chef d'état-major de la Défense britannique, a joué un rôle considérable dans la plupart des événements majeurs du XXe siècle. Ses exploits sur trois continents lui ont valu l'admiration sans bornes de Churchill, Roosevelt, de Gaulle, Tchang-kaï-Chek, Marshall, Nehru, Gandhi, Kennedy et bien d'autres. L'auteur, qui avait rencontré lord Mountbatten en 1979, a rédigé en 2006 sa première biographie française pour les éditions Payot. Neuf ans plus tard, l'abondance de nouveaux documents et témoignages justifie pleinement cette nouvelle édition très augmentée. Puisse-t-elle faire revivre ce flamboyant personnage aux yeux des Français: il l'a amplement mérité


- Lucy in the sky
de Pete Fromm
Éditions Gallmeister / Avril 2015


Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l'âge adulte. Prise entre l'urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l'amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n'est pas aussi solide qu'enfant, elle l'a cru. Son père, bûcheron, est toujours absent. Sa mère, encore jeune, rêve d'une autre vie. Et Lucy entre eux semble soudain un ciment bien fragile. Armée d'une solide dose de culot, elle s'apprête à sortir pour toujours de l'enfance et à décider qui elle est. Quitte à remettre en question l'équilibre de sa vie et à en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l'aiment. Dans un Montana balayé par les vents, c'est la peur au ventre et la joie au cœur que Lucy, pleine de vie, se lance à corps perdu dans des aventures inoubliables.


- Madame rêve
de Pierre Grillet
Éditions Stock / Avril 2015


"Madame rêve, c'était quelqu'un. Fantasque, drôle, kleptomane, dépensière, égoïste, toxicomane, infidèle, belle et gracieuse. Elle passait partout et on lui passait tout. Madame rêve, c'était quelqu'un avant d'être une chanson. Je parle d'elle pour la première fois". À l'origine de la chanson la plus mythique d'Alain Bashung, il y a un homme. Et un amour impossible. Pierre Grillet raconte cette femme qui lui a inspiré des paroles qu'on connaît malgré soi par cœurs: ils se sont aimés, fuis, trahis, ils se sont réconciliés. Ils ont joué avec leurs vies. Natasha a hanté New York, les hôtels de luxe et les hôpitaux psychiatriques. Les amants se sont perdus mais l'amour est resté; c'est ce qu'on découvre, page à page, dans ce livre envoûtant.


- Ma grand-mère vous passe le bonjour  
de Fredrik Backman
Éditions Presses De La Cité / Avril 2015


Elsa est une enfant solitaire. Sa seule amie est sa grand-mère, une femme fantasque, prête à tout pour faire rire sa petite-fille, même aux pires bêtises (entrer dans un zoo par effraction; dire des insanités; flirter avec des policiers). Moquée et persécutée à l'école, Elsa sait qu'elle trouvera toujours du réconfort auprès de Mamie, qui lui change les idées en lui racontant aussi de merveilleuses histoires. Puis, un jour, les contes s'arrêtent brutalement lorsque la vieille dame meurt. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires: lettres d'excuse, de regret et d'amour. Petit à petit, elle comprend que les contes de son aïeule s'inspiraient de personnages bien réels.


- Mets et merveilles
de Maryse Condé
Éditions JC Lattès / Avril 2015


"Lorsque je reçois des invités pour la première fois, en disposant les mets sur la table, je hasarde une plaisanterie, toujours la même: "Vous allez aimer. Je ne suis pas sûre d'être une bonne romancière mais je suis certaine d'être une cuisinière hors pair." Personne ne rit jamais. C'est que dans leur for intérieur mes convives sont choqués: comment a-t-elle eu l'audace de rapprocher littérature et cuisine? Le récit de mon crime de lèse-majesté est l'objet de ce livre". Maryse Condé nous fait voyager à travers les mots et les mets. Tout au long de ce livre, elle s'interroge: pourquoi la cuisine est-elle si importante dans sa vie et dans son œuvre de romancière? Comment ces deux dons, celui d'écrire, celui d'inventer des plats, ont-ils cohabité en elle, s'influençant, s'enrichissant mutuellement? On découvre une vie passionnante, de curiosité, de générosité, aussi bien à son bureau d'écrivain que derrière les fourneaux et à table; une vie d'épreuves surmontées par la gourmandise: gourmandise pour les mots, les hommes, les histoires et les mets. Maryse Condé se souvient de la cuisine de son enfance. Elle se laissait enivrer par les épices et les odeurs, réussissant à merveille le flan koko et le colombo de cabri, inventant aussi de nouveaux plats. Depuis elle n'a cessé d'apprendre, de créer, dans les cuisines du monde entier: chaque voyage est l'occasion de découvrir de nouveaux goûts, de réussir de nouveaux plats, de parcourir des marchés et des supermarchés aussi instructifs que les musées et les librairies pour découvrir l'âme d'un peuple. Chaque livre s'enrichit d'une recette d'un personnage, d'un souvenir de cuisinière ou d'un repas inoubliable. Et puis la cuisine est là pour les moments simples du quotidien: avec son mari, avec sa famille, avec ses enfants qui se régalent et réclament toujours le fameux "jambalaya".


- Mira Corpora
de Jeff Jackson
Éditions Buchet Chastel / Avril 2015


Mira Corpora, est le récit onirique, électrique et noir d'un jeune fugueur. Reprenant par bribes ses carnets intimes, on y suit un enfant déraciné, confronté très jeune à la cruauté et qu'une mère alcoolique dépassée par les événements ne parvient pas à contrôler. Seule la vision fugitive d'une petite fille derrière un rideau qui s'ouvre à la fenêtre d'en face parvient à le faire rêver. La vie en captivité devient alors impossible: ce sera la fuite, la plongée dans l'immensité du monde et sa solitude. Réfugié au cœur de la forêt parmi une colonie d'enfants livrés à eux-mêmes, il hante des parcs d'attractions abandonnés, s'adonne à d'étranges rituels adolescents avant de fuir les bois pour la ville où il lui faudra pour devenir adulte vivre en exil, affronter ses cauchemars, et peut-être, au final, s'affranchir de ses démons. Véritable poème en prose, Mira Corpora est un bouleversant et inquiétant conte moderne sur la rédemption et la possibilité d'être libre, une sorte d'anti-roman d'apprentissage, rock et violent.


- Monologue du nous
de Bernard Noël
Éditions P. O. L. / Avril 2015


Monologuer, c'est parler avec soi-même. Si l'on décale un peu le genre, c'est parler avec l'Autre comme s'il était soi-même. Cet exercice, qui décale la parole, révèle tout à coup qu'il permet à l'écriture de s'exprimer crûment dans un face à face avec son sujet. Bernard Noël a poursuivi cette confrontation en passant du On au Vous, du Il au Tu, du Je au Elle, dans différents livres mais il a longtemps désespéré de jeter le Nous dans ce jeu où prendre la tête des phrases, c'est risquer l'auto-destruction. Finalement, après bien des années dans l'impossible, le Nous a tiré derrière lui une histoire de violence et de désespoir qui est aussi une fable politique d'assez mauvais genre pour servir de fable d'actualité puisqu'il y est question de désespoir politique et de terrorisme.


- Monsieur
de Alexandre Diego Gary
Éditions Mercure de France / Avril 2015


Bonjour Monsieur. J'ai bien l'honneur. Permettez-vous que je m'installe sur ce banc à vos côtés? Je souhaite moi aussi avoir vue sur Notre-Dame de Paris de Victor Hugo et sa magnificence architecturale toute en virginale blancheur propice à l'imagination. Et j'aimerais fort m'asseoir tout  près de vous pour la chaleur humaine, le rapprochement entre les peuples et, si vous le permettez, la confidence. Voyez-vous, je m'épancherais bien un tant soit peu. Seriez-vous d'humeur à converser ou tout du moins à écouter, à prêter sans gage une oreille un tant soit peu attentive? Le narrateur est un étrange personnage. D'autorité, il décide de raconter sa vie, et notamment ses prouesses sexuelles, à un inconnu. Il se moque bien d'être écouté ou même compris: il y a chez lui une nécessité vitale à se raconter. Parler, c'est exister. Et de se lancer dans un discours vertigineux: dans sa bouche, la situation la plus banale devient un morceau de bravoure, une épopée héroïque. Émouvant et sublime, le personnage créé par Alexandre Diego Gary semble trouver dans la jouissance du langage, souvent d'une crudité toute rabelaisienne, une compensation à son extrême solitude.


- Monsieur K
de Marc Michel-Amadry
Éditions Héloïse d'Ormesson / Avril 2015


Monsieur K est un richissime collectionneur d'art français. Derrière la gloire, se cache un lourd passé familial. Son père, d'origine allemande et réfugié en France, a accumulé des toiles volées pendant la Seconde Guerre Mondiale. À sa mort, elles ont toutes été saisies par la police, à l'exception d'un Renoir, dont la vente clandestine, vingt ans plus tard, assure à Viktor sa fortune. Aujourd'hui, il est atteint d'un cancer incurable. Cette condamnation l'incite à réparer les fautes commises. Il doit, coûte que coûte, racheter la toile de maître naguère cédée à la mafia japonaise. Monsieur K est le récit d'une quête de rédemption. Mais peut-on jamais réparer le passé? S'inspirant de nombreuses affaires de biens spoliés à des familles juives, l'auteur, en fin connaisseur du milieu de l'art, déploie avec subtilité une intrigue captivante tout en dévoilant les arcanes des salles de vente et des marchands d'art.


- Nabab
de Sophie Dacbert  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Fraîchement diplômée de la Tisch School of Arts, l'école de cinéma de l'université de New York, Zoé, jeune réalisatrice française, revient à Paris déterminée à tourner son premier film. Tout est prêt: scénario, actrices principales, techniciens, décor. Ne lui manque plus "que" le nerf de la guerre: le financement, autrement dit un producteur qui accepte de la suivre. Or, malgré l'expérience américaine qui distingue son CV et les deux courts métrages déjà à son actif, Zoé n'a aucune connexion dans ce milieu, réputé particulièrement difficile à pénétrer. Qui pourrait l'aider à se faire une place au soleil? À travers les aventures de Zoé, Nabab brosse, dans un savant mélange de fiction et de réalité, un formidable portrait du cinéma français contemporain. Des artistes aux quatre ou cinq grands patrons qui y font la pluie et le beau temps, on y croise tous les décideurs de ce milieu ou le glamour le dispute en permanence au business. Amour vache, plume acérée et infos de première main: en dévoilant les coulisses et les rouages de cette usine à rêves qui ne cesse de fasciner, Nabab nous entraîne dans une comédie sociale pleine de verve et de justesse ou les enjeux, artistiques et financiers, sont toujours intimement mêlés aux passions humaines.


- Noire
La vie méconnue de Claudette Colvin
de Tania de Montaigne
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


"Prenez une profonde inspiration, soufflez, et suivez ma voix, désormais, vous êtes noir, un noir de l'Alabama dans les années cinquante. Vous voici en Alabama, capitale: Montgomery. Regardez-vous, votre corps change, vous êtes dans la peau et l'âme de Claudette Colvin, jeune fille de quinze ans sans histoire. Depuis toujours, vous savez qu'être noir ne donne aucun droit mais beaucoup de devoirs". Seulement, le 2 mars 1955, dans le bus de 14h30, Claudette Colvin refuse de céder son siège à un passager blanc. Malgré les menaces, elle reste assise. Jetée en prison, elle décide de plaider non coupable et d'attaquer la ville. Avant elle, personne n'avait osé et ce jour marque le début d'un itinéraire qui mènera Claudette Colvin de la lutte à l'oubli. Noire est l'histoire de cette héroïne de quinze ans, toujours vivante, et presque méconnue. Noire est le portrait d'une ville légendaire, où se croisent Martin Luther King, pasteur de vingt-six ans et Rosa Parks, couturière de quarante ans, pas encore Mère du mouvement des droits civiques. Noire est le récit d'un combat qui dure encore contre la violence raciste et l'arbitraire.


- Nous
de David Nicholls
Éditions Belfond / Avril 2015


Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. Le Louvre, le musée Van-Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondées: l'été s'annonce chargé pour les Petersen.
Douglas, le père, est extatique.
Connie, la mère, est plus mesurée.
Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c'est carrément l'enfer.
Et pour tous, c'est peut-être l'occasion d'un nouveau départ.
Douglas le sait, c'est sa dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père superfun. Connie, elle, va devoir affronter le souvenir de celle qu'elle était, cette étudiante en art qui sillonnait l'Europe en quête de folles expériences. Et celle qu'elle est devenue, une épouse rangée qui voudrait bien passer à autre chose. Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arrivera-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes? Crise de la cinquantaine, crise de couple, crise d'adolescence: Nous, c'est vous.


- Nous étions l'avenir
de Yaël Neeman
Éditions Actes Sud / Avril 2015


"Le kibboutz n'est pas un village au paysage pastoral, avec ses habitants pittoresques, ses poules et ses arbres de Judée. C'est une œuvre politique, et rares sont les gens de par le monde qui ont vécu, par choix et de leur libre volonté, une telle expérience, la plus ambitieuse qui fut jamais tentée. Qui pourrait dire non à une tentative de fonder un monde meilleur, un monde d'égalité et de justice? Nous n'avons pas dit non. Nous avons déserté." Avec humour, compassion, mais aussi avec une lucidité totale, Yaël Neeman raconte l'histoire dukibboutz Yehi'am fondé par ses parents, originaires de Hongrie, et nous initie à cette vie si particulière. Elle nous fait partager la perception d'une enfant, puis d'une adolescente qui ne sait pas dire "je", qui se fond mentalement dans un "nous" permanent au service d'une utopie insatiable, hors d'atteinte. Un jour, la séparation se produit. Elle est à l'armée, cette autre idéologie collective. La brillante soldate craque et est réformée. La bulle communautaire éclate, le monde s'ouvre à elle en même temps que viennent les mots justes pour dire la double désertion. Une analyse d'une fécondité extrême sur l'individu, la société, le poids des idéologies et des bonnes intentions, dans ce qui fut l'expérience la plus audacieuse du XXe siècle: le kibboutz.


- Nous rêvions juste de liberté
de Henri Loevenbruck
Éditions Flammarion / Avril 2015


Hugo, dit Bohem, et ses amis Freddy, le Chinois et le Fouine, rencontrés dans un lycée de Providence, prennent la route à moto. Au fil des années, leurs idéaux de fraternité et de liberté perdent de leur force.


- On a tué tous les indiens      
de Jules Gassot  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


"C'est quoi une rupture? Deux êtres qui se disent au revoir en sachant qu'ils ne se reverront jamais. Deux enfants qui font la guerre, pas dans le même camp. Deux joueurs avec les mauvaises cartes qui ne veulent pas perdre. Une rupture c'est un truc dégueulasse qui arrive par surprise. C'est le gouffre ou l'on sombre comme lorsqu'on est amoureux. Une rupture c'est la mort qui change de nom parce qu'on est toujours vivant". K.O. au 7e round. À quelques jours de ses trente ans, Benjamin Chambertin se fait larguer. Après sept ans, Julie ne l'aime plus. Un rêve d'éternité s'écrase sur ses baskets. Tel le Alain Leroy du Feu follet, il cherche à se heurter à quelque chose de solide, à trouver un sens. Errances nocturnes, vertige de la solitude, soigner la vie au whisky, tout faire pour échapper au tocsin de la trentaine. Drogue, sexe et réalité virtuelle dans la steppe des sentiments. Même si tout est foutu, même si tout est perdu, il y a toujours un visage à viser, à espérer, à vaincre.


- On ne joue pas avec les épées
de Fanny Salmeron  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Je regarde comment on dit Panda. Ça se prononce Chiong-mao. Littéralement: ours-chat. Est-ce que Panda ronronne? Je le caresse comme ça sous la gorge. Panda grogne un peu. Je feuillette le dictionnaire. J'apprends qu'amour se dit "aïe". Au moins, les Chinois on les prévient. L'amour c'est aïe. Riche se dit "fou". Pour parler de la mort, ce n'est qu'un petit sifflement. Comme le dernier souffle d'une abeille. On se promènera sur une plage, on apprendra le chinois avec un panda, on allumera des incendies, on papotera avec un sushi, on sera jaloux et joyeux, on tombera amoureux des filles et des garçons (ça dépendra des fois), on fera de la magie noire, on se racontera des histoires et surtout on saura pourquoi il ne faut pas jouer avec les épées. Un univers décalé, soyeux, triste et drôle. Des nouvelles qui rendent les journées plus jolies.


- On pouvait tout lui dire
de Michel Richard
Éditions Fayard / Avril 2015


La jeune femme pouvait rentrer chez elle, en France, sa mission dans la filiale américaine de son entreprise était achevée. Elle avait pris un taxi pour gagner l'aéroport. La course avait duré une quarantaine de minutes et s'était passée sans incident de parcours. Rien d'anormal non plus entre elle et son chauffeur. Pourtant, sa vie en avait été bouleversée.


- Pardonne-moi, Leonard Peacock
de Matthew Quick
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Leonard Peacock a préparé une fête d'anniversaire que le monde entier n'est pas près d'oublier. "En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi. Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie. Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer". Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent. Mais pas aujourd'hui.


- Pas exactement l'amour  
de Arnaud Cathrine  
Éditions Verticales / Avril 2015


Ce n'est pas l'amour. Pas encore. Ou presque trop. Ou plus tout à fait. Pourtant les personnages de ce livre se croient tous amoureux. Alors quoi? Leurs histoires d'amour ne seraient-elles que des tentatives d'amour? Passant de l'humour à la gravité, de la confidence à l'outrage, de la pudeur à la sensualité résolue, Arnaud Cathrine revisite, au fil de dix nouvelles, un motif universel, fluctuant et insaisissable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:25

- Pension des mondes perdus
de Pedro Rosa-Mendes
Éditions Métailié / Avril 2015


Timor oriental, 1999. Alor, un jeune architecte indonésien, arrive à Díli chargé de concevoir une maison pour le leader indépendantiste du Timor. Il s'installe dans la Pension du Monde Perdu, où les chambres portent des noms de massacres. Dans les mois qui précèdent le vote pour l'indépendance, il va vivre un crescendo de violence, être manipulé, rencontrer une princesse, un moine soldat, un évêque, un agent de Jakarta et le Généralissime, alias La Relique, le premier chef de la nation, survivant d'un bombardement, caché dans une grotte dans la montagne. Alor représente l'élu, le sauveur envoyé par le destin. Mais Dieu "est un crocodile étranger", dit-on à Díli. Dans l'euphorie du référendum, Jakarta lance une opération, Alor disparaît dans le chaos, et on ne retrouve qu'une tête coupée dans une boîte. La Suède envoie un évêque pour mener l'enquête. Ce livre réunit toutes les pièces et les rapports de sa mission. Ce roman magnifique est un requiem pour les mondes perdus des restes de l'Empire portugais. Il est écrit du point de vue des colonisés. Nul ne pouvait mieux parler du Timor que le journaliste qui y a été correspondant dans une des périodes sanglantes de son passé récent.


- Perdue et retrouvée
de Cat Clarke  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Essayez d'imaginer: Une enfant kidnappée. Une famille déchirée. Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux. Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie. Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison. C'est là que l'histoire commence. Et si la fin du cauchemar n’était que le début d'un autre?


- Peyton Place  
de Grace Metalious
Éditions Presses De La Cité / Avril 2015


États-Unis, années 40. Peyton Place est une petite ville de la Nouvelle-Angleterre, aux apparences tranquilles. Le paysage est en réalité moins glorieux: derrière les façades proprettes des demeures victoriennes ou celles plus vétustes des maisons des faubourgs, de nombreux drames se jouent. Dans les beaux quartiers, la jeune Allison ignore tout du secret qui entoure sa naissance et du passé immoral de sa mère, la belle et froide Constance McKenzie. Tout ce qui lui importe pour le moment est l'amitié de la jolie Selena Cross, issue des taudis de la ville et qui subit les violences d'un beau-père alcoolique


- Pour l'amour du capitaine
de Hervé Hamon
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Avec des traîtres et des amoureuses, des escrocs et des cœurs purs, un philosophe et un graisseur, des spéculateurs et des syndicalistes, un grand lecteur d'Homère, une femme si belle qu'on en mourrait, des morts dont on se demande s'ils ne seraient pas vivants, sans compter un théologien libertin, un astrophysicien mené par la passion, des vieilles dames plus ou moins convenables, et quelques joueurs de roulette, pas avant minuit, toutefois. Avec, surtout, le valeureux capitaine Shrimp ainsi que la suave Pamela qui l'adore, sans oublier Be-bop, son chef mécanicien, non moins courageux mais dont le langage est imprévisible. Vous l'aurez compris, c'est un livre qui raconte des histoires. Des vraies, comme dans les romans. Et c'est l'histoire d'un paquebot, un vieux paquebot relooké, qui emmène ses passagers au large des côtes du Chili pour leur vanter la Nature, la Nature en danger. Mais, vous l'aurez aussi compris, ce n'est là qu'un prétexte. Et la Nature va se venger. Ce en quoi elle aura mille fois raison.


- Pour quelques milliards et une roupie
de Vikas Swarup
Éditions 10-18 / Avril 2015


Vendeuse d'électroménager pour entretenir sa famille, harcelée chaque jour par sa sœur, starlette en devenir, son propriétaire pressé et son patron incompétent, Sapna Sinha voit s'éloigner toujours un peu plus ses rêves d'avenir. Mais voilà qu'un jour, le plus grand patron d'Inde lui offre sa fortune et son entreprise, à condition qu'elle passe sept mystérieuses épreuves. S'agit-il d'un jeu cruel ou se pourrait-il que ses prières soient enfin exaucées? Embarquée malgré elle dans d'incroyables aventures auprès de stars désespérées, de jeunes fiancées suicidaires et d'enfants exploités, Sapna devra prouver sa vaillance, son empathie et son honnêteté afin de construire un avenir meilleur pour elle et sa famille.


- Poussières d'exil
de Patrick Bard
Éditions Du Seuil / Avril 2015


Lea Soler, jeune femme dure et déterminée, se débat avec les siens dans la misère rurale de l'Espagne des premières années du 20ème siècle quand la Grande Guerre vient lui apporter l'espoir d'une émancipation sociale: les vignes du Midi de la France manquent de bras. Mais les années passent sans que l'exil lui apporte ce dont elle a rêvé. En 1936, frustrée par tant de vain labeur, elle convainc son mari, ses fils et ses deux filles de retourner en Espagne. Presque malgré eux, les Soler sont précipités dans le chaudron de la guerre civile. Une fois les hommes dévorés par le brasier, Lea et ses filles, Gloria et Soledad, demeurent prisonnières d'un pays que la victoire de Franco transforme en immense geôle. Jusqu'à leur fuite à travers les Pyrénées et un second exil en France. Paris, début des années 50. Migrants et réfugiés s'entassent dans des taudis. Rebecca y grandit sous l'autorité de sa grand-mère Lea et de ses parents, Gloria et Diego. Elle ne va pas à l'école. Pressentant un terrible secret, Rebecca étouffe et se rebelle, jusqu'au jour où Lea lui remet une vieille boîte à chaussures dont le contenu bouleversera sa vie. Traversé par le souffle des grandes sagas, Poussière d'exil est un formidable roman et un hymne au courage des femmes dont le farouche désir de vivre l'emporte sur la misère, la guerre et la mort.


- Prises
de Stephan Enter
Éditions Actes Sud / Avril 2015


À vingt ans, ils étaient quatre, trois garçons et une fille, qui partageaient une passion pour la montagne. Grandes randonnées, escalade, alpinisme, quatre regards fascinés par la beauté des cimes, cœurs à l'unisson exaltés par la performance, le silence. À quarante ans, l'un d'eux vient d'acheter au pays de Galles une maison au bord de la mer, un rêve de jeunesse qui à l'époque s'accompagnait de la promesse de s'y retrouver: de chacun revenir de tous les ailleurs de la vie pour reconstruire le temps d'un jour le territoire de l'amitié d'antan. À Bruxelles, Paul, demeuré en Europe, et Vincent, installé à Tokyo depuis de nombreuses années, prennent le train pour l'Angleterre, ils vont rejoindre Martin et Lotte aujourd'hui mariés. Espaces et paysages, les voyageurs et les mots sont empreints d'une étrange gravité: le temps prend corps, pose soudain sur les choses un éclairage coloré d'indulgence. Et la mémoire se déploie. Ils étaient quatre dans la lumière des Lofoten, ces îles où se confrontent les vagues et la démesure des cimes. Il y a vingt ans, trois hommes, une femme, mais seul Paul a vu Lotte chuter dans les profondeurs d'une crevasse. Éprouver ses forces, maîtriser ses gestes, rester en vie. Dans quels replis du temps s'inscrivent l'émotion d'un instant, celles de toute une vie, les stigmates de la peur comme ceux de l'amour, de la douleur et du renoncement? La montagne comme des vagues, des déferlantes aux crêtes blanches, crêtes de pierre issues de la nuit des temps, et au-dessus, le vol papillonnant de la présence humaine. Un très beau roman classique, évocation subtile du passage du temps, le monde porté ici en majesté, miroir tendu à la fragilité humaine.


- Quand nous reverrons nous ?
de Michel Lambert
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Avril 2015


Un beau matin de printemps, il avait appris dans un couloir de la radio que son émission ne fêterait pas ses dix ans d'existence. Dès septembre, elle disparaîtrait des grilles des programmes. Il était rentré chez lui effondré, en rage, un peu ivre aussi. Il lui avait demandé de le rejoindre au plus vite mais elle n'avait pas su trouver les mots pour le consoler, c'était une femme faite pour le bonheur, le faste, qui, plus que lui, croyait en l'avenir. Alors, au moment de le quitter, sur le seuil de la porte, comme elle évoquait la tiédeur de l'air, les arbres qui embaumaient et le bleu pâle du crépuscule et que, soudain, après l'avoir embrassé, elle lui avait murmuré: "Ne t'en fais pas, mon chéri. Quand nous reverrons-nous?", il l'avait fixée durement et, à l'issue d'un long moment, de sa voix déjà perdue: "Quand? Le jour de la fin du monde". Il y a comme une lumière qui traverse ces multiples mondes. Et qui rayonne au cœur battant des vies qui s'attirent puis s'éloignent. Lumière vue de tout près dans les yeux de la bien-aimée. Lumière qui brillera une dernière fois dans la nuit la plus longue. Dans cette nuit où l'on s'appelle en secret, où toujours renaît l'ardeur intacte.


- Quatre essais sur la vie de l'âme
de Jean-Claude Rolland
Éditions Gallimard / Avril 2015


""Un jour je ramènerai l'âme au bout de mon scalpel" proclamait le maître de mon professeur d'anatomie. L'audace de ce défi qui m'arrachait au sommeil "bien-pensant" et aux tentations de l'obscurantisme me subjuguait. C'est ce même défi que j'ai trouvé, cette fois relevé chez Freud avec la notion d'appareil d'âme, le Seelischer Apparat, dont la représentation, sous le scalpel de la théorie, ne peut pas ne pas convaincre un esprit exigeant. Né du mariage de l'intérêt scientifique et de la passion culturelle, le concept d'appareil d'âme est si moderne qu'il n'est pas encore totalement admis dans les mentalités. La notion d'appareil, apparue là où on ne l'attendait vraiment pas, n'est pas une simple représentation de l'objet "âme": elle rend à cet objet la réalité qui lui est propre, l'âme est le lieu où l'homme se révèle dans son irréductible "appareil". Cet appareil est immatériel, mais vivant. Il rayonne dans la durée, a une étendue, et "n'en sait rien", ajoutait Freud. Il a une épaisseur parce qu'il se développe par à-coups, chaque vague de sa croissance laissant des traces qui se superposent". La douleur, l'image, le processus et l'attente stratifient ces quatre essais sur la vie de l'âme et sa consistance indéniable. Au fil de pages inspirées, Jean-Claude Rolland retrouve cette consistance même dans la pratique de l'analyse et dans une clinique exploratrice où son invention de l'interprétation analogique entre en écho avec d'autres inventions, littéraires et picturales.


- Qu'est-ce qui fait courir Julia Verdi ?
de Geneviève Lefebvre  
Éditions Nil / Avril 2015


"Cette histoire commence avec un rejet. Pour être franche, cette histoire est ponctuée de rejets. Celui que j'avais infligé dans la cruelle insouciance de mes dix-sept ans à un garçon qui n'en méritait pas tant, et celui qui allait me renverser comme une grosse boule déterminée à abattre toutes les quilles d'un seul et sale coup. Bang". Qu'est-ce qui fait courir Julia Verdi, cette cadre de 37 ans haut placée dans une entreprise de bois à Montréal? La recherche de gloire et d'argent? Ses relations avec des hommes qui semblent parfaits sur le papier, mais qui la quittent les uns après les autres? La maladie de sa mère, qu'elle fuit? À force de ne pas se remettre en question, Julia court surtout le risque de finir seule et malheureuse. Mais un soir, au coin d'une ruelle, voilà qu'une petite chienne abandonnée tourne ses yeux noirs vers elle. Qui aurait cru que cet animal allait tout changer? Un roman plein d'entrain qui ne se lâche pas. Une étonnante leçon de vie pour tous ceux qui tournent en rond.


- Refuge
de Tim Winton
Éditions Payot & Rivages / Avril 2015


Tom Keely, la quarantaine, perd son travail puis divorce. Il ne reste plus rien de l'écologiste engagé qui défendait ses idéaux. Recroquevillé au Mirador, dans une tour surplombant Fremantle, il se détache lentement de la réalité pour sombrer dans le sommeil et l'alcool. Le hasard met de nouveau sur sa route Gemma, une amie d'enfance: elle élève seule son petit-fils, Kai, un garçon intelligent mais inquiet. Tous trois vont former peu à peu une famille à part, seul refuge protégeant des coups durs et de la peur du lendemain.


- Regarder l'océan
de Dominique Ané
Éditions Stock / Avril 2015


En quelques textes qui se répondent et s'éclairent, Dominique Ané dresse le portrait d'un jeune homme inquiet qui lui ressemble. Livre des premières fois et des découvertes fondatrices, il dit toutes les rencontres, avec la musique, les amis, les filles, et rend compte des chagrins, des colères, et de la peur devant l'existence. La détermination à devenir musicien est l'endroit où converge tout le récit, là où il puise le courage. Des expériences de groupes aux tournées et nuits d'hôtel, le chanteur se construit dans sa relation singulière aux mots et à la voix, celle qu'il redonne à l'enfant et à l'adolescent qu'il a été. Une voix d'une force vibrante qui traverse tout le livre.


- Richie
de Raphaëlle Bacqué
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Richie. C'est ainsi que ses étudiants le surnommaient, scandant ce prénom, brandissant sa photo, comme s'il s'agissait d'une rock star ou d'un gourou. Le soir de sa mort énigmatique dans un hôtel de New-York, une foule de jeunes gens se retrouva, une bougie à la main, devant le temple de la nomenklatura française, Sciences Po. Quelques jours plus tard, le visage mélancolique de Richard Descoings couvrait la façade de l'église Saint-Sulpice. Sur le parvis, politiques, grands patrons et professeurs défilèrent silencieusement, comme si l'on enterrait un roi secret. Au premier rang, l'épouse et le compagnon pleurèrent ensemble sa disparition. Après des années d'enquête, Raphaëlle Bacqué nous livre ce destin balzacien: l'ascension vertigineuse au cœur de la vie politique française d'un fils de bonne famille, amateur de transgression. Un de ces hommes qui traversent leur temps et le transforment. Il a fait de Sciences Po le vivier de tous les pouvoirs. Distribuant à l'élite des cours rémunérés, faisant de son conseil d'administration une pièce maîtresse de l'échiquier politique, le Tout Paris l'adorait. Mais il a aussi ouvert les amphithéâtres aux élèves des banlieues. Envoyé ses étudiants dans les universités les plus prestigieuses du monde. Changé la vie de milliers de jeunes gens. Tout juste s'interrogeait-on sur ce directeur homosexuel, pourtant marié à une femme dont il avait fait sa principale adjointe. Monarque éclairé mais omnipotent, encensé par les médias puis brûlé avec le même entrain, personne ne l'a percé à jour. Raphaëlle Bacqué nous entraîne aujourd'hui sur ses pas; dans les boîtes du Marais, les cabinets ministériels de la gauche et les salons sarkozystes; dans les soirées étudiantes déjantées, les bureaux du conseil d'Etat, les couloirs de la Cour des comptes et les plus grandes universités du monde; dans ses nuits solitaires réchauffées par des substances interdites… Personne n'a résisté à la folie de Richard Descoings. Surtout pas lui.


- Si j'ai bonne mémoire
de Anne Icart  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Violette est de retour à Toulouse, bercail de la tribu Balaguère, avec son mari, leur petit garçon et toute leur joyeuse ménagerie. Là-bas, ils replongent dans l'univers d'enfance et d'adolescence de Violette. Un monde chamarré, chaleureux, plein de soleil, mais aussi de ces ombres silencieuses, secrets et non-dits "qui pourrissent tout" et qui l'ont fait fuir quelques années plus tôt. Elles ont un peu vieilli, mais ses tantes, ces merveilleuses mères de substitution, sont toujours là, Babé, le cœur du foyer, et son inépuisable tendresse, Justine, la magicienne aux doigts de fée, et son indéfectible énergie. Leur générosité, leur optimisme, leur amour de la vie, quels que soient les obstacles et les coups du sort. Et puis il y a Blanche, sa mère. Blanche et ses silences, Blanche et ses trous de mémoire, Blanche, de plus en plus cahin-caha Justement, la raison officielle de ce retour est de se rapprocher d'elle. Mais Violette en a une autre, plus intime: retrouver son père, dont elle ne connaît même pas le nom. Sa mère acceptera-t-elle enfin de l'accompagner dans cette quête?


- Sonatines de deuil
de Hubert Lucot
Éditions P. O. L. / Avril 2015


En mars 2010, l'épouse d'Hubert Lucot (A.M.) fut déclarée atteinte d'un cancer du pancréas.
Elle mourut à Auteuil dans une unité de soins palliatifs, le 9 août 2012. Le 24 août, à Soulac-sur-Mer, Emmanuel Lucot, le fils d'A.M. et H.L., dissémina ses cendres dans l'Océan. Du 1er septembre 2012 au 7 novembre 2013, Hubert Lucot a tenu un journal de deuil qui, travaillé, est devenu un roman.


- Sous la terre
de Courtney Collins
Éditions 10-18 / Avril 2015


Australie, 1921. Jessie vit au fin fond d'une province sans foi ni loi avec son tuteur et mari. Depuis sa sortie de prison sous caution, elle travaille comme apprentie pour le compte de celui-ci. Vols de chevaux et de bétail, recel et autres misérables larcins: Jessie se retrouve complice malgré elle des trafics de ce mari, violent et alcoolique.Isolée dans une vallée hostile et sauvage, Jessie s'étiole. Mais, une nuit, tout bascule. C'est le début d'une incroyable cavale, une fuite hallucinée à travers une nature impitoyable et grandiose.


- Sous un ciel immense
de Catherine de Saint Phalle
Éditions Sabine Wespieser / Avril 2015


Perchée sur un tabouret, la narratrice se laisse porter par le brouhaha du bar de Melbourne où elle a trouvé refuge. Elle est seule, plongée dans sa lecture, et visiblement étrangère. Dans les bribes de conversation qui l'atteignent, il est question d'une jeune fille violée et assassinée. Comme pour couper court à l'inquiétude ambiante, ou la conjurer, sa voisine, une animatrice de radio nommée Bernice, interrompt la lectrice et, sans plus de préliminaires, évoque son désir d'enfant. La scène donne le ton de ce roman du bout du monde, où la spontanéité des êtres et la chaleur des rencontres réparent les blessures. Autour de la narratrice, aide-jardinier chez une paysagiste taciturne, va graviter un quatuor de femmes: sa collègue Mitali, qui se bat contre un deuil aveugle; Sarah, la propriétaire du bar, sculptrice à ses heures; sa fille Mary, dont on finira par comprendre ce qu'elle dissimule obstinément sous sa burqa bleue; la lumineuse Bernice, que la vie va combler.  L'écriture dense, libre et inventive de Catherine de Saint Phalle fait merveille pour donner corps au mystère de ces existences, dans une nature majestueuse. On pense, en la lisant, aux images et aux personnages étranges et si attachants de Jane Campion.


- Tel fils
de Pierre Cochez
Éditions Phébus / Avril 2015


J'avais quatre mois quand mon père est mort. Personne ne m'en a parlé et je n'ai pas demandé grand-chose. J'ai construit ma vie avec son ombre. Cette lettre, qui lui est adressée, décrit comment j'ai grandi sans lui, comment je me suis débrouillé avec lui, comment on m'a abîmé et comment on m'a aidé. En l'écrivant, j'ai mieux compris le manque charnel que j'avais de cette présence bienveillante d'un père. Ceux qui ont perdu tôt leur père retrouveront dans ce texte des expériences qu'ils ont vécues. Ceux qui sont pères ou qui sont fils pourront comprendre un peu de la force qu'ils ont reçue.


- Tentative d'évasion
de Miguel Ángel Hernández
Éditions Du Seuil / Avril 2015


"Je savais quelque chose. Quelque chose que les autres ignoraient. Je le savais parce que j'y étais. Parce que, longtemps auparavant, dix ans plus tôt, j'avais été un témoin privilégié de cette tentative d'évasion". Devant une œuvre d'art aussi mystérieuse que dérangeante, au Centre Pompidou, un homme se souvient… En Espagne, dans une ville de province qui n'est jamais nommée, Marcos, un étudiant en histoire de l'art introverti et malade de théorie", voit son existence bouleversée par l'arrivée de Jacobo Montes, le grand artiste radical du moment. Le temps d'une nouvelle installation, grâce à l'intercession d'Helena, l'enseignante qui le fascine, le jeune homme devient l'assistant de Montes et le premier spectateur de ses pratiques sulfureuses. C'est que cette fois Montes a décidé de travailler sur l'immigration dans une œuvre dont Omar, un sans-papiers qui survit dans des conditions misérables, sera pleinement l'objet. Tentative d'évasion est une plongée dans les dérives les plus perverses de l'art contemporain, une mise à nu d'une société profondément malade, un roman d'une actualité brûlante. Et la révélation d'un auteur.


- Tous les conspirateurs
de Christopher Isherwood
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Philipp Lindsay annonce à sa mère qu'il démissionne de son travail à la City pour se consacrer à la poésie. Et que fait-elle, cette mère? Elle se moque. Tournant son ambition en dérision, elle lui interdit de changer de vie. Et voici la lutte patiente, tenace et passionnée entre un fils rêveur et une mère tyrannique, entre l'esprit pratique et idéal. Philipp sortira-t-il vainqueur de son combat contre le conformisme? Ce premier roman éblouissant de talent et d'intelligence fait comprendre la phrase Virginia Woolf lorsqu'elle l'a lu: "Voici un jeune homme qui tient l'avenir du roman anglais entre ses mains".


- Tout ce qui m'est arrivé après ma mort
de Ricardo Adolfo
Éditions Métailié / Avril 2015


"Et je n'arrivais pas à m'habituer à vivre mort". Brito a émigré clandestinement dans une ville qu'il ne connaît pas et dont il ignore la langue. Un dimanche après-midi, à la suite d'un incident dans le métro, après avoir fait du lèche-vitrine avec sa femme et son fils, il se perd et ne retrouve plus le chemin de sa maison. Le retour chez lui s'avère impossible. Après une nuit d'errance dans la ville, où il ne rencontre que des étrangers qui ne parlent pas sa langue, il se rend compte que s'il ne demande pas de l'aide il se perdra pour toujours, mais que s'il le fait il détruit tout son rêve d'une vie nouvelle. En moins de 24 heures l'auteur explore ce que signifie vivre en ayant l'impression d'être immigré à l'intérieur de soi-même, ce qui s'avère plus difficile que l'exil.  


- Toutes nos mères
de Margherita Giacobino
Éditions Stock / Avril 2015


Margherita, la narratrice, est née fille dans une famille de femmes, elle représente l'avenir et la continuité. Une histoire qu'elle explore pour retrouver les êtres aimés: au premier rang se tient Ninin, origine et archétype, entourée de ses sœurs Maria, Margherita et Michin. Tout commence à la fin du XIXe siècle dans une bourgade du Canavese, une région du Piémont aux frontières incertaines. Le quotidien à la ferme est rude. Exposées à la tyrannie de la matriarche, les sœurs ne rêvent que de la ville. Elles seront mieux dans la vallée où les fabriques de textile embauchent des femmes et des adolescentes et où l'on ne se contente pas de polenta. Au nouveau siècle tout juste entamé, elles réalisent leur rêve et s'installent à Circé, où elles élèveront ensemble leur fille, à elles toutes, elles n'en auront qu'une, et leur petite-fille. Pas facile pour les hommes de trouver leur place quand ils ne sont pas contraints à l'exil. Ils constituent pourtant des figures fugitives mais incontournables de ce portrait de groupe. Au-dessus de leur tête va défiler "l'histoire de près d'un siècle, avec ses événements et ses prodiges: la lumière électrique, les vagues d'émigration, les automobiles, le cinéma, Mussolini, la Libération et la République, la populaire émission de variétés Canzonissima, les premiers pas sur la Lune, les minijupes". Au gré de photos retrouvées, des fables transmises de génération en génération, des couleurs et des odeurs ni vues ni senties, juste imaginées dans l'écho des mots, Margherita recompose l'histoire de sa famille, "une histoire minuscule, obstinée, toujours à recoudre et à sauver, une aventure discrète" qui coupe le souffle.


- Transgressions
de Vaiju Naravane
Éditions Du Seuil / Avril 2015


La cinquantaine passée, Kranti, styliste indienne, esprit libre et indépendant, met en scène sa propre mort dans son superbe appartement parisien, qu'elle lègue, avec ses écrits personnels et ses œuvres d'art, à son amant Robert-Pierre, homme marié et psychiatre de renom. À mesure que ce dernier cherche à élucider le mystère de ce geste fatal, sa réputation et sa propre existence en subissent les contrecoups. Quand Shanti, la sœur, décide de faire le voyage depuis l'Inde pour contester le testament, elle ignore que Robert-Pierre a exhumé des secrets de famille. Que révèle Kranti dans ses carnets? Comment les turbulences d'une existence bousculée d'une ville à l'autre, écartelée entre deux continents et deux cultures, comment l'histoire et les comportements déviants de ses proches ont-ils influencé ses choix d'adulte jusqu'à sa décision ultime? Les voix narratives fortes, le rythme enlevé et l'écriture précise entraînent le lecteur dans la spirale complexe du désir amoureux.


- Trente filles
de Susan Minot
Éditions Mercure de France / Avril 2015


Le monde entier a été bouleversé par l'enlèvement de 220 très jeunes filles par Boko Haram voici quelques mois. Depuis, il y a eu au moins deux tragédies semblables et malgré des manifestations unanimes, "Rendez-nous nos filles", à travers la planète, on n'a jamais revu ces enfants. Mais ce genre de tragédie n'a hélas rien de nouveau. Le livre de Susan Minot a pour point de départ le kidnapping en 1996 de 139 élèves, toutes des filles, au collège catholique St Mary's, à Aboke, en Ouganda. Il est tout à fait authentique qu'une des religieuses italiennes qui dirigeait cette école s'est lancée à leur poursuite, à pied, et les a retrouvées. Là, le chef de ce qu'on nommait alors "les Rebelles", lui a mis le marché en mains: "je vous en rends 109, j'en garde 30, que vous désignerez vous-même, en leur présence bien sûr". Ce qui fut fait. Avait-elle le choix? À partir de là, Susan Minot a écrit en parallèle deux histoires, en chapitres alternés: celle des trente petites victimes, battues, violées, terrorisées, et celle d'une jeune journaliste américaine venue enquêter au Kenya et en Ouganda sur ce drame. Jane va d'abord connaître la vie encore insouciante des expatriés et des anciens colons, avant de savoir regarder en face la réalité africaine. Jusqu'à sa bouleversante rencontre avec une des petites rescapées.


- Un cœurs en silence
de Blanca Busquets et Catalina Salazar
Éditions Les Escales / Avril 2015


Berlin, de nos jours. Lors des derniers préparatifs d'un concert en hommage à Karl T., un chef d'orchestre décédé dix ans auparavant, quatre personnes originaires de Barcelone se remémorent le passé. Teresa, la virtuose sauvée par la musique; Anna, la soliste jalouse; Maria, la simple gouvernante secrètement éprise du chef d'orchestre et Mark, le fils de Karl. À travers leurs récits se révèlent peu à peu les liens qui les unissaient: relations de haine ou d'amour, de filiation ou d'abandon, mais surtout la passion, parfois destructrice, pour la musique. Quatre destins marqués par un même musicien et par son violon, un précieux Stainer disparu depuis longtemps. À qui Karl a-t-il légué son instrument fétiche? Des années plus tard, ce dernier concert fera éclater la vérité. Magnifique roman choral construit comme un concerto, entre envolées lyriques et murmures, Un cœurs en silence est une ode à la musique et à son pouvoir.


- Un été au bord du lac
de Alberto Vigevani
Éditions Liana Levi / Avril 2015


Sur les bords du lac de Côme, lieu de villégiature privilégié de la bourgeoisie milanaise, les heures s'écoulent encore avec douceur. En cet été d'entre deux guerres, les femmes, dans leurs costumes de bain, osent les coiffures à la garçonne. Les jeunes hommes, en jaquette et cravate, dansent sur le rythme du Saint-Louis blues. Et les adolescents ressentent le trouble des premiers émois amoureux. Giacomo, envoûté par la mère de l'un de ses camarades, fait son éducation sentimentale dans une mélancolie nostalgique. Est-elle due à son âge ou pressent-il déjà le crépuscule de ce monde tissé de privilèges?


- Un lundi sans bruit
de Max Férandon
Éditions Carnets Nord / Avril 2015


Saint-Priest-la-Brume est niché dans un coin de la Creuse. Ce village "oublié du monde" va pourtant devenir le théâtre d'une course poursuite invraisemblable mettant en scène un scieur aux doigts coupés (Amédée), un fabricant de cercueils un peu naïf (Goguenard) et deux brutes ukrainiennes qui manient mieux les armes que le français. Tout cela à cause d'un tableau, le portrait d'une femme, qui est au cœur d'une escroquerie montée par les deux frères slaves et que Amédée et Goguenard ont involontairement récupéré. Soixante-dix ans plus tôt (1940), dans ce même village embrumé, oublié du monde, certes, mais pas de l'occupant allemand, les habitants décident de se rebiffer. Un câble de communication allemand est coupé et des Juifs cachés, non sans éveiller les doutes d'un officier de la Wehrmacht quelque peu spécial, alors qu'une liste mortelle circule pour rafler cinq habitants, dont une mystérieuse jeune femme. Ajoutons au milieu de ce joyeux capharnaüm un théâtre ambulant, un jeune mime passé maître dans l'art de la dissimulation, ou encore une vieille voisine qui retrouve en ce jeune homme celui qui était passé dans le village, avec sa malle à costumes et son petit chapiteau, un lundi de 1940. Avec sa douce folie et son imagination débordante, Max Férandon tisse dans Un lundi sans bruit une toile faite de calembours et de poésie. Les personnages sont hauts en couleur et les histoires se croisent et s'entremêlent pour peindre un tableau burlesque.


- Une idée de l'enfer
de Philippe Vilain
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


C'est l'histoire qu'un homme qui joue. Pourquoi joue-t-il? Paul gagne convenablement sa vie, il a une femme belle et intelligente qui réussit dans son métier. Il n'a qu'une passion: les matches de football en ligne. Il calcule, il pronostique, il parie, il gagne, il perd. Sara souffre. Paul promet d'arrêter. Il recommence. Ment. Croit à ses mensonges. Recommence. Et toujours en se donnant les justifications les plus habiles, les plus spécieuses, les plus mensongères. Avec la finesse psychologique qu'on lui connaît, la délicatesse dans l'approche des sentiments violents, Philippe Vilain fait dans Une idée de l'enfer le portrait d'une passion, le portrait d'un couple. C'est avec sa vie que le joueur joue.


- Une saison de granit
de Florian Ferrier
Éditions Plon / Avril 2015


En 1943, Léonie, 17 ans, retourne sur son île natale après le bombardement de son pensionnat rennais. Elle y retrouve son père, mutilé de la Grande Guerre, et sa mère, une femme hautaine qui lui voue une haine profonde depuis sa naissance. Lasse d'endurer les humiliations quotidiennes, Léonie décide d'en comprendre l'origine. Quelle obscure vérité se cache derrière tant d'acharnement? Tandis que Léonie exhume un à un les secrets du passé, sa route croise celle d'un parachutiste anglais dont l'avion s'est écrasé sur l'île. Elle décide de lui venir en aide. Alors que l'occupant se fait de plus en plus menaçant, Léonie parviendra-t-elle à sauver le jeune homme sans risquer sa propre vie?


- Une semaine de juin
de Jean-François Coulomb
Éditions Albin Michel / Avril 2015


Alexandre et Félicien, c'est trois décennies d'amitié. Toujours là, l'un pour l'autre. Ils ont noyé leur chagrin dans des océans de champagne, écouté en boucle "Melody" des Stones. Plus qu'une chanson, un baume. Les filles les ont fait rêver, les femmes les ont enthousiasmés, aimés, parfois trahis. Ils ne savent plus dans quel ordre. Qu'importe. L'amour est une fiction. Au fond d'eux-mêmes, il leur arrive d'y croire encore.


- Une simple lettre d'amour
de Yann Moix  
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Dans L'amour en fuite, Antoine Doinel, héros de Truffaut, publie un roman intitulé Les salades de l'amour. Je me suis toujours demandé ce qu'il y avait dedans. N'y tenant plus, j'ai fini par l'écrire. Alors? Dedans? Que trouvera-t-on? Un affligeant constat sur ceux qui si souvent prétendent aimer et si souvent en sont incapables: les hommes. Car, comme Doinel, mais souvent pires encore que lui, les hommes sont bel et bien ceux que les femmes, sans oser se l'avouer, subodorent: des lâches, des égoïstes, des menteurs, des infidèles, et des frimeurs. Bref: des salauds.


- Vanity Bagh
de Anees Salim
Éditions Actes Sud / Avril 2015


Comment rompre avec l'ennui quand on est jeune à Vanity Bagh, quartier musulman délaissé d'une ville anonyme de l'Inde, sinon en créant une bande aussi redoutable que redoutée? Mais le gang des "5 ½", ainsi nommé en raison du mutisme de l'un des siens, ne se signale que par de bien piètres débuts que tentent de compenser des soirées entières passées, près de la mosquée, à rêver de coups d'éclat, sous le regard noir de l'imam qui n'est autre que le père du jeune Imran, narrateur du roman. Un soir, enfin, alors que les 5 ½ désœuvrés se sont réunis pour visionner un film pornographique, se présente un certain Qadir, lequel leur propose de convoyer sur des scooters de prétendus lingots d'or à déposer dans la partie hindoue de la ville où se révélera leur véritable nature. Arrêté pour terrorisme, Imran écope d'une lourde peine de prison. Au fil du fastidieux travail de reliure qui lui a été assigné, il découvre qu'il peut échapper à la réalité carcérale en faisant surgir des feuilles vierges des cahiers, dont il est chargé de coller la tranche, toute l'histoire du quartier aimé où il a grandi. À travers la reconstitution par Imran de cette vie "d'avant", Anees Salim invite le lecteur à pénétrer le quotidien, rarement exploré dans les littératures de l'Inde, d'une communauté musulmane. Roman noir, chronique des laissés-pour-compte et florilège de citations (de Gandhi à Sylvester Stallone), cet ovni littéraire, qui retrace l'itinéraire de destins confisqués, est aussi un magnifique hommage rendu aux pouvoirs de l'imaginaire et de la fiction.


- Viazac la maison perdue
de Antoinette Maux-Robert
Éditions Les Presses Du Midi / Avril 2015


"J'admire la façon dont vous savez donner vie aux moindres objets d'une maison, que vous parvenez à faire goûter presque physiquement. À vous lire, je sens l'odeur de l'entrée de Viazac, ou de sa cuisine. J'entends les bruits de l'étage, je reconnais les pas d'oncle Roger, je frissonne au vent qui balaie la terrasse. Il y a, dans votre façon d'écrire, une sorte de réalisme à la fois méticuleux et léger. Vous dîtes les choses avec une densité étonnante. Vos phrases, précises et nettes, semblent s'enchaîner à toute vitesse mais les termes en sont si exactement choisis, parce qu'intensément sentis, qu'elles contiennent une prodigieuse richesse descriptive, inaperçue en première lecture. On est pris, ensorcelé et c'est pourquoi on y revient. Ces souvenirs, nés du cœurs, sont plus humains que les plus intelligents montages. Merci pour Viazac, que j'ai envie maintenant de connaître. Donner à d'autres le désir de ce que l'on aime, n'est-ce pas la meilleure satisfaction que puisse connaître un écrivain".    


- Vide-Grenier
de Patrick McGuinness
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Fils de diplomate qui a beaucoup voyagé à travers le monde, enseignant à Oxford, Patrick McGuinness a un lieu de mémoire secret. C'est la ville de Bouillon, en Belgique, où se trouve la maison de sa grand-mère. Il y est allé enfant, il n'a cessé d'y revenir, il y retourne à son tour avec ses propres enfants. Bouillon, si proche de Charleville, où Rimbaud a vu le jour, de Sedan, où l'armée française a été défaite par les troupes prussiennes en 1870. Bouillon, ville de deux mille habitants qui a jadis été au cœur de l'Europe et a vu naître le chef du parti collaborationniste belge pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Bouillon avec son pittoresque de murs où d'antiques "réclames" vantent la Mandarine Napoléon, Bouillon où se parlent deux langues, la flamande et wallonne ("en Belgique, même les moines trappistes doivent choisir dans quelle langue se taire"), bouillon de culture et de rêverie. C'est dans ce grenier de sa mémoire que se nourrit l'imagination de l'écrivain.


- Vivre
de Anise Postel-Vinay
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


"Je pensais qu'en vieillissant, l'ombre de ce que j'ai vécu pendant la guerre s'estomperait, que j'oublierais un peu. J'ai l'impression que c'est le contraire: soixante-dix ans après mon retour, ce passé est de plus en plus présent en moi. J'ai perdu mon sommeil d'enfant pendant la guerre et je ne l'ai jamais retrouvé. Je fais souvent le même cauchemar: la Gestapo me pourchasse. Mais je cours tellement vite que je me réveille". A. P.-V.
Écrit avec la complicité de Laure Adler et Léa Veinstein, Vivre relate avec simplicité le quotidien de celle qui n'aime pas qu'on l'appelle "résistante". Arrêtée le 15 août 1942, déportée à Ravensbrück aux côtés de Germaine Tillion et Geneviève Anthonioz de Gaulle, Anise Postel-Vinay nous offre le récit d'une humanité plus forte que la barbarie.


- Vladimir et Clémence
de Cécile Hennerolles et Sandrine Bonini
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


"La vie avait donné à Vladimir un prénom qui sentait la neige fraîche, et une vilaine myopie qui le contraignit très tôt à porter d'affreuses lunettes. On n'a jamais vraiment su si c'était à cause de ses yeux qui ne voyaient pas très bien que Vladimir avait décidé de regarder le monde à travers son appareil photo. Ou peut-être était-ce simplement parce qu'il aimait le petit "clic" qu'on entend à l'oreille, et qu'on sent sous les doigts, au moment d'appuyer sur le bouton pour fixer l'instant à tout jamais". L'histoire d'amour étonnante de Vladimir, photographe, et de Clémence, une femme invisible et toute petite, toujours vêtue de rouge. Depuis leur première photo sur un vieux banc du square Périmony, au bout du petit chemin où serpentent les roses trémières, ils ne se quittent plus. Mais il n'est pas toujours facile, même pour un artiste, de cohabiter avec un être extraordinaire dont la famille habite une maison que tout le monde croit hantée.


- Voie sans issue
de Charles Dickens et Wilkie Collins
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


Alors que Walter Wilding se croit condamné à une existence misérable, il hérite une somme d'argent considérable d'une mère qu'il n'a jamais connue. Se croyant sauvé, il apprend que cette mystérieuse bienfaitrice s'est trompée d'enfant. Son seul but: retrouver le vrai Walter Wilding. Des beaux quartiers de Londres aux montagnes suisses, où le héros risque sa vie à chaque instant, cette trépidante enquête policière combine la virtuosité de raconteur d'histoire de Collins au génie créateur de personnages de Dickens.


- 12, rue Carioca
de Jean-Paul Delfino
Éditions Le Passage / Mars 2015


À l'aube du XXe siècle, le Brésil est une poudrière. Avec l'avènement de la démocratie et la fin de l'esclavage, le pays bouillonne et se cherche un futur. À Rio de Janeiro, les bandes s'affrontent avec violence pour défendre leurs territoires et la capoeira est encore l'apanage des mauvais garçons. Naissance du cinéma, idéaux anarchistes venus d'Europe, droits des travailleurs et des syndicats bafoués par la force, premières luttes féministes, émergence de la samba, déferlement du carnaval, reconstruction du centre historique: la ville fait table rase du passé, bien décidée à devenir enfin la capitale flamboyante de l'Amérique latine. Au même moment, entre Vieux-Port, quais de la Joliette et Belsunce, Marseille se glorifie d'être la porte de l'Orient et d'accueillir l'Exposition universelle de 1906. Mais entre les troubles sociaux, le ressentiment envers les premières vagues d'immigrés et les terribles conditions de vie du prolétariat, la cité phocéenne semble prête elle aussi à exploser. C'est là, de Rio de Janeiro à Marseille, que Marina et Filomena vont suivre leurs destins tumultueux. C'est là encore que vont se faire et se défaire les passions amoureuses de leurs petites-filles, Josefina et Sigisberta. C'est là, enfin, que vont naître et grandir Jean Dimare et Zumbi, les deux héros de Corcovado, premier volet de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino.


- 99 nuits
de Yves Cabana
Éditions Gallimard / Mars 2015


"Passez les cent prochaines nuits devant ma porte, assis sur un tabouret, et je serai à vous". C'est ainsi, dit une légende chinoise, qu'une fameuse courtisane répondit au mandarin qui lui déclarait sa flamme. Le mandarin follement épris s'exécuta stoïquement mais, au milieu de la quatre-vingt-dix-neuvième nuit, il se leva, ramassa son tabouret, le mit sous son bras et s'en alla. À la façon d'un conte moderne, 99 explore les dédales d'une histoire d'amour fracassante qui voit Judith, l'aimée, partir sans parvenir à s'éloigner de plus de quelques mètres, tandis que Corso, l'homme de sa vie, se confronte, nuit après nuit, à l'énigme irritante de la fin d'une passion absolue. Dans ce premier roman, Yves Cabana entrelace un récit amoureux entêtant avec une fresque pointilliste, acide et drôle du monde actuel.


- Academy Street
de Mary Costello
Éditions Du Seuil / Mars 2015


Tess a sept ans lorsque sa mère meurt de la tuberculose. Nous sommes en Irlande dans les années 40, dans le vaste domaine familial d'Easterfield. Avec cette perte, se creuse en l'enfant silencieuse une solitude fondamentale. Tess a vingt ans lorsque des études d'infirmière la poussent à Dublin; peu après, sa sœur Claire lui propose de venir tenter comme elle sa chance à New York. La vaste métropole et le tourbillon des années 60 emportent la timide jeune femme vers son destin. Portrait lumineux d'une vie en marge, Academy Street balaie plus d'un demi-siècle avec l'ardeur et la délicatesse de son inoubliable anti-héroïne. Sous la sobriété de la phrase, derrière la discrétion de Tess se cachent une force prodigieuse et une existence d'une beauté rare, menée à distance du bruit et de la fureur, suspendue entre la terre natale et le pays d'adoption, guidée par la puissante lame de fond des émotions.


- Achille
de Marie Richeux
Éditions Sabine Wespieser / Mars 2015


"Je prononce ton prénom Achille. Dans ton prénom, il y a l'armée, les tueurs, les assassins. Il y a la foule qui combat la foule. Il y a un bruit qui avance et dont je ne peux me défaire, un bruit qui m'aimante, et m'effraie. Un bruit que je voudrais ne pas aimer, mais ce sont les sabots déchaînés des chevaux contenus dans ton nom, contenus par l'armée, qui m'attirent. Leurs naseaux excités quand le sable monte du sol, leur façon de hennir, leur façon de chanter aussi. Il y a ce son, qui est un bruit, qui est un nom dans un nom et me foudroie, comme me foudroie la façon dont on te nomme". Rien d'étonnant, alors que le prénom d'Achille a toujours sonné à ses oreilles comme un poème qu'elle a "appris avant de naître", à ce que la narratrice convoque dans son salon, armé et casqué, celui dont l'Iliade ne raconte pas la mort. Au moment où Achille fait irruption chez elle, Marie contemple sur l'écran de son ordinateur l'image de Thétis, la mère du héros; la présence de la nymphe marine dans sa salle de bains n'a pas davantage de raison de la troubler. Allant et venant entre ces deux figures de légende, la jeune femme engage avec une tranquille audace la conversation, et tisse sa trame très douce et très contemporaine du mythe.


- Anecdotes enfantines
de Elsa Morante
Éditions Arléa / Mars 2015


"J'étais la première de la classe. Les autres petites filles, en cachette, me mettaient dans la poche des nougats ou des objets en terre cuite comme des casseroles ou des poêles miniatures. Mais je savais qu'elles ne m'aimaient pas et qu'elles le faisaient par intérêt, afin que je leur souffle les réponses et les laisse copier mes devoirs. Rien d'étonnant du reste, car je ne m'aimais pas moi-même". Il y a déjà tout Morante dans ces premières lignes. L'enfance farouche, l'Histoire, et cette fascinante volonté d'être toute liée à la douleur d'être. De juin 1939 à janvier 1940, Elsa Morante évoque ses souvenirs d'enfance dans la revue Oggi. Elle revit à travers ces quinze récits les moments les plus intenses de son enfance. Depuis les jeux avec ses frères jusqu'à ses premières amours, sans oublier ses camarades de classe et ses dignes institutrices, c'est sur un ton ironique et malicieux qu'elle raconte cette époque insouciante. La jeune Elsa apparaît pleine de vitalité, d'imagination, et toujours exubérante. Elle s'improvise metteur en scène, crée une pièce de théâtre et tombe amoureuse de l'aviateur Lindberg à qui elle envoie des lettres passionnées. "Je lui écrivais qu'en dehors de lui aucun homme n'existait, et j'avançais au milieu des autres, hautaine, portant à la place du cœur un feu sacré".


- Assaisonnez à votre goût
de Natalie Young
Éditions Michel Lafon / Mars 2015


Lizzie Prain, femme au foyer, la cinquantaine, vit dans un cottage au milieu des bois avec son chien. Elle aime cuisiner, vendre les gâteaux qu'elle prépare, et préfère éviter les voisins. Lundi dernier, sans crier gare, elle a tué son mari Jacob d'un grand coup de pelle sur la tête. Et pour se débarrasser du corps de façon absolument définitive, elle a trouvé une solution radicale. Mais aura-t-elle le courage d'aller jusqu'au bout? Afin de se donner du cœur à l'ouvrage, elle note ses conseils pour elle-même ou pour d'autres femmes malheureuses en mariage qui céderaient à de semblables pulsions.


- Au lac des bois
de Tim O'Brien
Éditions Sabine Wespieser / Mars 2015


Au bord du Lac des Bois, en lisière des somptueuses forêts du Minnesota, John et Kathy Wade tentent de reprendre pied dans leur vie après l'échec cuisant de John aux élections sénatoriales. Un jour, Kathy ne revient pas d'une promenade sur le lac. Le canot n'est plus là. Noyade, enlèvement? À moins qu'elle ne se soit enfuie pour refaire sa vie? Les recherches s'intensifient, les hypothèses les plus troublantes abondent, et une enquête sur le passé de Wade s'impose. Le Vietnam, la compagnie Charlie à laquelle il appartenait, la tragédie de My Lai, c'est la guerre de Wade qui ressurgit. Mais lui, passionné de prestidigitation, ne s'est-il pas aussi employé à effacer toute trace de certains chapitres de son existence? Au lac des bois, livre merveilleux sur la mémoire et la culpabilité, révèle comme une enquête les secrets d'une destinée.


- Balistique
de D. W. Wilson
Éditions de l'Olivier / Mars 2015


"Comment tout a commencé: bonne question. Qui équivaut à demander quand, exactement, la balle s'élance vers sa cible. Quand elle jaillit de la gueule du fusil? Quand j'appuie sur la détente? Au moment où le vendeur de l'armurerie va chercher le carton de munitions dans sa vitrine?" Alan West est au chevet de son grand-père, qui lui confie une dernière volonté: revoir son fils. Alan se lance alors dans un road trip sauvage en quête de ce père qu'il n'a jamais connu. S'éveilleront sur son chemin les fantômes du passé, les traumatismes nés de la guerre du Vietnam et les amitiés brisées. Les incendies font rage dans les Rocheuses canadiennes, et les cœurs des hommes aussi sont prêts à s'embraser. D'une écriture tour à tour rugueuse et poétique, Balistique signe l'irruption de la tragédie grecque dans le nature writing.


- Bienvenue au paradis
de Angel Parra
Éditions Métailié / Mars 2015


Après trente ans d'exil à Paris, Andrés revient au Chili. Madeleine, sa compagne parisienne, lui a offert son billet en l'informant qu'elle le quitte pour un joueur de bandonéon, excellent danseur de tango. Au paradis chilien il est accueilli avec un barbecue succulent et du pisco, il va manger à satiété pour soigner sa nostalgie mais va mal digérer ce que lui révèle l'histoire de la famille, reflet de la nouvelle société chilienne. Témoin impassible de l'impunité la plus insolente, il saisira l'occasion d'exercer sur un mode grotesque et tragi-comique une véritable justice poétique. Ángel Parra dépasse les thèmes classiques de la nostalgie et du retour en mettant à nu la réalité de ses personnages et de leur entourage, à l'aide de ses armes favorites: l'humour, la parodie et l'ironie subtile. Le roman est écrit dans une langue brillante et précise qui s'avère être tout ce qui reste de ce lieu perdu pour toujours qu'est l'exil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:20

- Bilqiss
de Saphia Azzeddine
Éditions Stock / Mars 2015


"Vous priez encore Dieu?
- Bien sûr. Pourquoi ne le ferais-je pas?
- Eh bien, il me semble qu'Il vous a abandonnée ces derniers temps.
- Allah ne m'a jamais abandonnée, c'est nous qui L'avons semé".
Bilqiss est l'héroïne de ce roman: c'est une femme indocile dans un pays où il vaut mieux être n'importe quoi d'autre et si possible un volatile. On l'a jugée, on l'a condamnée, on va la lapider. Qui lui lancera la première pierre? Qui du juge au désir enfoui ou de la reporter américaine aux belles intentions lui ôtera la vie? Le roman puissant de Saphia Azzeddine est l'histoire d'une femme, frondeuse et libre, qui se réapproprie Allah.


- Bioy
de Diego Trelles Paz
Éditions Buchet Chastel / Mars 2015


Lima, années 2000. Bioy est désormais à la tête d'un des gangs les plus violents de la ville, au service des cartels de la drogue et du crime organisé. Ses anciens collègues de l'armée sont en prison ou en fuite aux États-Unis. Vingt ans se sont écoulés qui ont plongé le Perou dans l'abîme, et c'est le récit de cette chute que ce roman nous livre à travers les destins croisés de Bioy, d'Elsa, d'un flic infiltré et d'un étrange garçon assoiffé de vengeance. Intrigue tentaculaire, récit à la chronologie chaotique qui mêle le passé au présent et emprunte à des formes aussi diverses que l'écriture cinématographique ou le blog, Bioy forme un puzzle romanesque qui déploie toutes les facettes de la violence, de l'horreur et la déchéance humaine et tente sans relâche de répondre à cette question: l'idée même de rédemption a-t-elle encore un sens?


- Bohemian Flats
de Mary Relindes Ellis
Éditions 10-18 / Mars 2015


Cherchant à s'affranchir d'une Allemagne rurale et moyenâgeuse, les fils Kaufmann font cap sur l'Amérique, accompagnés de leur amie Magdalena. Dans les Bohemian Flats, banlieue boueuse de Minneapolis ou immigrés tchèques, suédois, juifs et irlandais cohabitent, c'est une communauté extraordinaire qui leur ouvre les bras. Mais bien vite, la Première Guerre Mondiale éclate et soumet les habitants au poids de leurs origines. Après avoir conquis le public français avec son premier roman, Wisconsin, Mary Relindes Ellis nous livre une inoubliable fresque familiale.


- Bravo
de Régis Jauffret
Éditions Du Seuil / Mars 2015


Comment imaginer qu'on puisse marcher gaillardement vers la mort, "cet inévitable pays où l'on finit tous par aller se faire foutre", pour reprendre les mots de Régis Jauffret? Ce roman mosaïque est constitué de seize fictions. La vieillesse est le véritable héros du livre qu'incarnent des fous, des sages, des braves gens et des infâmes. Ces naufragés du grand âge, hantés par leur fin prochaine, s'avancent comme autant de doubles de nous-mêmes. Une prose rigoureuse, drôle, impitoyable, d'une gaieté macabre, aux phrases affûtées comme le fil d'un rasoir.
 

- Camanchaca
de Diego Zuniga
Éditions Christian Bourgois / Mars 2015


Un jeune Chilien d'une vingtaine d'années accompagne son père en voiture de Santiago, où il réside seul avec sa mère, à Iquique, dans le nord du pays. Son père, qu'il ne voit que rarement, était venu à la capitale pour affaires. Une fois à Iquique, où habite également le grand-père maternel du narrateur, il est prévu qu'ils se rendent à Tacna, dans le sud du Pérou, où le père a décidé de faire soigner (à bon marché, sans doute) la dentition bien mal en point de son fils. C'est cette longue remontée du pays du sud au nord, en passant par le désert d'Atacama, que nous relate le jeune homme. Mais plutôt que de livrer un récit linéaire, le narrateur donne sa voix à une succession de fragments, triste désordre de monologues, de souvenirs mutilés et de visions fantasmagoriques. C'est ainsi que le lecteur va reconstituer peu à peu l'histoire d'une famille en lambeaux. Il est par exemple question de la mémoire lacunaire et des problèmes de surpoids de ce narrateur sans nom qui a encore un pied dans l'adolescence. De son grand-père, embrigadé dans une secte religieuse. De sa mère, en proie à une insondable solitude depuis le départ de son mari. De la mort d'un oncle, tué peut-être volontairement par le père. De ce père, distant, satisfait de lui-même, indifférent au sort de son fils aîné puisqu'il a refait sa vie et a eu un autre garçon. De la liste d'effets que le père devrait acheter à son fils, et dont presque rien, significativement, ne sera acquis. À l'image de ce titre mystérieux qui désigne ce brouillard de la frange côtière du Pacifique chilien qui vient planer de nuit au-dessus du désert d'Atacama, Camanchaca plonge le lecteur dans une ambiance déroutante toute en clair-obscur. Road-movie à la fois grave et halluciné, portrait émouvant d'êtres abandonnés, emmurés dans des carapaces de chair ou de silence, radiographie d'une famille en décomposition, le premier roman de Diego Zuñiga peut également être lu comme l'allégorie d'un peuple en quête d'identité.


- Camille s'en va
de Éliane Girard
Éditions Buchet Chastel / Mars 2015


Camille vit avec sa mère, Maryline, dans une ville moyenne du nord de la France. Il y a déjà bien des années, son père est mort accidentellement, d'une balle qui ne lui était pas destinée. Maryline, depuis, s'est coupée de tous. Elle survit grâce aux médicaments. Elle oblige sa fille à rester enfermée avec elle dans leur appartement où la télévision, toujours allumée, tient lieu de réel. La mère et la fille n'ont pas le même regard sur l'image. Pour Maryline, le drame est permanent et sa peur du monde extérieur empire de jour en jour. Pour Camille, à travers un jeu de télé-réalité qui va la motiver à partir, le rêve est à portée de main. Le jour de sa majorité, excédée par la vie mortifère imposée par sa mère, Camille s'en va. Elle n'a pas d'amis et très peu d'argent. Elle s'invente un personnage et part en stop, à la découverte des autres, et d'elle-même. Roman ancré dans le quotidien de 'petites gens', Camille s'en va parle aussi de notre société, de solidarité, de situations extrêmes qui, cependant, ne sont jamais sans espoir.


- Ce que les hommes appellent amour
de Joachim Maria Machado de Assis
Éditions Métailié / Mars 2015


Le livre se présente comme le journal intime d'un diplomate revenu à Rio après trente années de service en Europe. Ces notes couvrent une période importante où l'esclavage est enfin aboli au Brésil. L'événement est présent en filigranes dans le roman. Il marque la fin d'un monde, tout comme l'intrigue est le signe intérieur d'une autre fin, celle des affections humaines et du temps des passions.


- Ce quotidien qui nous agace
de Roger Mouret
Éditions Les Presses Du Midi / Mars 2015


Lecteur, dans ce livre humoristique qui parle le marseillais j'ai décidé de te tutoyer, ne m'en veux pas, cela me donne l'impression de te connaître et de mieux te faire partager mes ressentiments sur le comportement d'autrui et de moi-même dans notre quotidien. Tu découvriras le personnage de "Bendosi", petit Marseillais affublé de ce surnom par sa mère Lazarine, une pure Marseillaise. Tel un triptyque, cet ouvrage est composé de trois parties dont la première rentre de plein fouet dans son titre, tous azimuts, sans ordre établi, on appelle ça le tout venant du quotidien. La deuxième est un dialogue, une prise de conscience entre l'espérance et le désespoir. La troisième partie lâche dans la rue le Marseillais que je suis, le Seynois que je suis devenu. L'humour nous empêche de faire mauvaise figure, déride les muscles et nous rend joyeux.  


- Champion
de Maria Pourchet
Éditions Gallimard / Mars 2015


Fabien, adolescent subversif et railleur, écrit d'un centre de repos où il poursuit une thérapie inédite: il doit raconter en détail les événements qui l'y ont conduit. Il ne pourra sortir que s'il y parvient. Dans des cahiers à carreaux, il adresse à sa psychiatre le récit mordant de sa vie de pensionnaire dans un collège catholique du nord-est de la France, au début des années quatre-vingt-dix. Il raconte aussi ses week-ends de fils unique, dont l'humour ne masque pas tout à fait le désarroi, au sein d'une famille décomposée par un mystérieux drame. De cahier en cahier, la vérité attendue par le médecin reste pourtant dissimulée dans les motifs tragi-comiques du récit de Fabien. Sa mémoire se fait plus inventive à mesure qu'elle semble refouler un secret qui, tel celui de la chambre de Barbe-Bleue, serait mortellement dangereux à découvrir. Tout en essayant d'en retarder l'émergence, Fabien livre une chronique singulière et effrontée où scintillent ses incessantes trouvailles de langage.


- Chercher le garçon
de Jeremy Lorca  
Éditions Cherche Midi / Mars 2015


Peut-on coucher avec un marchand de kebab quand on est végétarien? Est-on plus sexy en lisant du Kundera ou du Marc Levy? Le sauna ou l'agence matrimoniale? Givenchy ou Margiela? Ellias va voir 25 ans et ça l'angoisse. Depuis qu'il est enfant, il est convaincu que c'est l'âge où l'on devient adulte. Il s'est toujours imaginé avec une femme, un fils, une décapotable. Aujourd'hui, il est gay, célibataire, et n'a pas le permis. Il lui reste donc un an pour trouver l'amour, le vrai. Jeremy Lorca nous invite dans le milieu gay de la capitale, avec ses codes, ses adresses, sa vie trépidante et son esprit extravagant. Oui, Paris est encore une fête. Mais derrière l'insouciance et les soirées branchées, pointe la gravité des solitudes au petit matin. Un portrait drôle, touchant et sans concession d'un célibataire d'aujourd'hui.


- Chez eux
de Carole Zalberg
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Ce récit sobre et tendre raconte près de deux ans de la vie d'une fillette juive venue de Pologne en France avec sa famille et confiée seule à des fermiers de Haute-Loire. Un monument de pudeur dressé à la mémoire des enfants cachés de la Seconde Guerre Mondiale et de ceux qui les ont aidés malgré les risques.


- Chien
de Samuel Benchetrit
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2015


"Je ne pouvais pas trop regarder mon fils jouer avec le chien de notre petite voisine parce que ma femme me parlait:
- La peau me brûle, je perds mes cheveux et mes ongles jaunissent. Je suis allée consulter un spécialiste, le docteur Zenger, et figure-toi qu'il a fini par trouver la cause de cette maladie. Tu veux connaître la cause, Jacques?
- Oui.
- C'est toi… C'est toi, Jacques.
- Moi?
- Oui. D'ailleurs, tu apprendras que désormais cette maladie porte ton nom, c'est une Blanchoïte  aiguë. (Je m'appelle Jacques Blanchot.) Pour le moment, il n'y a rien à faire pour la soigner. Ni traitement. Ni crème. Alors… il faudrait que tu partes.
- Quand ça?
- Maintenant..."
Bienvenue dans le roman le plus déjanté, drôle, tendre et cruel de notre monde contemporain où "l'homme est un chien pour l'homme".


- Chronique des monts jolis
de Miguel Duplan
Éditions Du Seuil / Mars 2015


"C'était quelque part, en Amérique du Sud, pas très loin de l'Équateur, vers le cinquième parallèle, quelque part. Il faut bien qu'on se le dise: le long de cette route étroite et droite, il flotte dans ce ciel couvert une odeur qui ne ressemble à nulle autre. Il s'agit d'un souffle qui nous arrive de l'océan Atlantique qui bat non loin et qui s'entre-déchire entre la courte montagne verte plantée bien grasse par des mains silencieuses et la plaine rachitique qui la borde". À Cayenne, le Poète, devenu clochard, invective les uns et les autres, les engageant à se révolter contre toutes les oppressions, contre la pauvreté qui est leur lot, pour la plupart. Il croise différents personnages: une vieille veuve originale, un enfant brésilien venu des favelas, un brigadier bourreau des cœurs, une toute jeune fille qui se prend pour Beyoncé, une intellectuelle amoureuse. En quelques heures, tout un monde tragique, comique, poétique, prend vie devant nous et nous émerveille.


- Cigogne
de Jean-Luc d'Asciano
Éditions Serge Safran / Mars 2015


Cigogne, recueil de sept nouvelles aux liens subtils entre elles, parle de l'enfance, du poids de l'héritage, du rapport au monde et des manières de fuir la violence et la bêtise des humains. Adolescente en rébellion contre une cigogne, enfant chamane découvrant les animaux d'un cirque, SDF un peu fou squattant une maison en ruine, frères siamois à la voix miraculeuse ou reclus schizophrène, tous ces personnages portent en eux une vision du monde critique, drôle et désenchantée. Évoluant dans un univers à la lisière du fantastique, ils passent des alliances avec des figures tutélaires, d'étranges bestioles à plumes, à poils ou à peau. Un univers enchanteur, mélange de réalisme très cru et d'onirisme ouvert sur l'amour de la vie.


- Circuit intérieur
de Francisco Goldman
Éditions Christian Bourgois / Mars 2015


En 2012, Francisco Goldman quitte New York pour s'installer deux ans à Mexico. Surmontant son angoisse liée au légendaire chaos urbain local, il fait l'acquisition d'une voiture pour mettre à exécution un fantaisiste projet d'immersion automobile dans la capitale mexicaine. Il en traverse les intersections tentaculaires et les quartiers les plus reculés pour aller à la rencontre des habitants, des politiciens, et tâcher d'en apprendre davantage sur le narcotrafic. Entremêlant souvenirs personnels et enquêtes de terrain, Francisco Goldman dresse un portrait vif de cette ville multiple et surprenante.


- C., la face noire de la blanche
de Lolita Sene  
Éditions Robert Laffont / Mars 2015


À travers le personnage de Juliette, Lolita Sene raconte ses années d'addiction à la cocaïne. De sa province natale à Paris où elle travaille dans l'événementiel, du monde euphorique de la nuit aux soirées en appartement, de son cercle d'amis à ses histoires d'amour, Juliette rencontre de la cocaïne partout. Soutien factice de la confiance en soi, celle-ci s'est considérablement banalisée. Comme les autres, Juliette sombre dans la dépendance. Portrait d'une génération sans cesse en représentation, avide de rêves mais désorientée, C. montre toute la détermination qu'il faut pour s'affranchir de cette drogue dure et redonner un sens à sa vie.


- Comédie musicale
de Sophie Bassignac
Éditions JC Lattès / Mars 2015


Quelques jours avant Noël, un drôle de drame va se jouer dans un vieil immeuble du cœur de Paris totalement paralysé par vingt centimètres de neige. Le beau Max est accessoiriste de cinéma, hyperactif et rongé par une collection de tics et de tocs. Il partage un appartement capharnaüm avec son cousin Raphaël, rêveur incorrigible et bricoleur de génie. Leur fragile tranquillité ne va pas tarder à voler en éclats grâce à cinq femmes dévorantes qui veulent à tout prix leur bonheur. L'infernal binôme de leurs mères jumelles, Louise, la jeune provinciale qui se prend pour Rita Hayworth, Cécile, la brillante prof de fac portée sur la bouteille et Eva, la grande bourgeoise en cavale vont chacune à sa manière les forcer à sortir de leur cocon. Dans ce roman drolatique aux allures de conte d'hiver, il s'agira alors pour Max et Raphaël d'affronter courageusement le passé, les préjugés et l'inquiétant regard des autres.


- Comment marier Chani Kaufman
de Ève Harris
Éditions Plon / Mars 2015


Londres, 2008. Chani Kaufman, jeune fille de dix-neuf ans élevée dans la tradition juive ultra-orthodoxe, s'apprête à épouser Baruch Levy, futur rabbin. Elle attend avec une intense anxiété le jour de son mariage et plus encore la fatidique nuit de noces, synonyme d'inconnu et de mystère. Rivka, épouse du rabbin Chaïm Zilberman, elle-même rabbine, prépare Chani à cette union. Alors qu'elle lui enseigne les secrets de la vie conjugale, Rivka se remémore la rencontre avec son mari et le chemin parcouru, fait d'amour, de concessions et de trahisons. Mais ses échanges avec la jeune mariée ébranlent ses convictions les plus profondes, tant personnelles que religieuses. Chani et Baruch, Rivka et Chaïm. Deux couples, deux générations aux parcours différents. Aux prises avec les évolutions du monde moderne, tous vont devoir se confronter à des choix difficiles.


- Corps étranger
de Adriana Lunardi
Éditions Gallimard / Mars 2015


Mariana est une artiste, déjà d'un certain âge, qui aime la solitude et la nature. Elle vit dans la forêt atlantique brésilienne où elle s'est retirée après la mort de son frère, José. Passionnée par son art, elle s'applique à dessiner une plante très rare, la bromélie, qui ne fleurit qu'une seule fois. Mais il lui manque une couleur pour achever son dessin. C'est de cette façon qu'elle va rencontrer Manu, photographe chargée de lui apporter le tube de peinture manquant. Manu sort d'une relation toxique qui l'oblige à être hébergée par Paulo, son galeriste, qui n'est autre que l'ancien amant de José. La rencontre de ces trois personnages peu désireux d'avoir affaire les uns aux autres les contraint, en un week-end, à des décisions qui vont influer sur leur destin et les conduire, en même temps qu'ils se libèrent du passé, à affronter les temps à venir.


- Cry Father
de Benjamin Whitmer
Éditions Sabine Wespieser / Mars 2015


Depuis qu'il a perdu son fils, Patterson Wells parcourt les zones sinistrées de l'Amérique pour en déblayer les décombres. Le reste du temps, il se réfugie dans sa cabane perdue près de Denver. Là, il boit et tente d'oublier le poids des souvenirs ou la bagarre de la veille dans un bar. Mais ses rêves de sérénité vont se volatiliser lorsqu'il fera la rencontre du fils de son meilleur ami, Junior, un dealer avec un penchant certain pour la bagarre. Les deux hommes vont se prendre d'amitié l'un pour l'autre et être peu à peu entraînés dans une spirale de violence.


- Daroussia la douce
de Maria Matios
Éditions Gallimard / Mars 2015


À Tcheremochné, dans cette région bousculée par l'histoire que l'on appelle Bucovine, vit Daroussia. Tout le monde se moque d'elle dans le village, de son mutisme, de son prétendu handicap mental. On la dit folle mais Daroussia sait qu'elle n'est pas simple d'esprit. Si elle ne parle jamais aux autres ses pensées fusent sans retenue, et il n'y a qu'au cimetière, seule près de la tombe de son père, que Daroussia la Douce parvient à converser à voix haute. De plus, la simple mention d'une sucrerie provoque d'affreuses migraines chez Daroussia, elle est comme frappée d'une hache mal aiguisée. Pour apaiser la douleur, elle s'immerge dans la rivière où s'enterre jusqu'à la taille. Un jour, arrive Ivan Tsvytchok, un excentrique fabricant de guimbardes. Tous deux s'entendent à merveille et décident d'habiter sous le même toit. Ivan fait son possible pour aider Daroussia, il parvient même à la faire parler, mais lorsqu'il rentre un jour habillé en soldat soviétique, la souffrance et le mutisme se réveillent. Pour comprendre comment un uniforme et de simples sucreries peuvent ainsi torturer Daroussia, Maria Matios nous plonge dans l'enfance de cette orpheline, une enfance intimement liée au destin de l'ouest ukrainien. Balancée dès la fin de la Première Guerre Mondiale entre la Pologne, la Roumanie, l'Allemagne et l'Union soviétique, cette région aussi surnommée la douce Bucovine a lourdement marqué l'identité de ses occupants successifs. Grâce à son style singulier et puissant, Maria Matios parvient à décrire ces chairs meurtries par l'histoire, elle dresse avec justesse le portrait de Daroussia et de ses aînés qui incarnent le XXe siècle européen autant que les crises et combats qui secouent, aujourd'hui encore, cette région du monde.


- Débarquement
de Riikka Ala-Harja
Éditions Gaïa / Mars 2015


Julie est guide touristique sur les lieux du débarquement. Elle se bat sur plusieurs fronts à la fois et dans sa tête tout se mélange, les jeunes soldats américains fauchés sur les plages normandes, le combat de sa fille Emma contre la leucémie, la séparation avec son mari Henri. Les sentiments de solitude, d'impuissance et de culpabilité rendent plus lumineuse encore la réminiscence des jours heureux. Débarquement est la chronique d'un combat.


- De chair et de sang
de Michael Cunningham
Éditions 10-18 / Mars 2015


Constantin Stassos, un immigrant grec, n'a pas grand-chose en commun avec Mary, une belle Américaine d'origine italienne épousée durant la grande utopie des années cinquante. Promoteur immobilier installé à Newark, dans le New Jersey, il va bâtir sa réussite sur le dos de plus infortunés que lui et se révéler un homme violent. Mary est une femme frustrée, qui accepte mal l'étroitesse du quotidien. Trois enfants naissent et, sous la façade respectable, le scandale sera absolu.


- De fer et d'acier
de Israël Joshua Singer
Éditions Denöel / Mars 2015


Pologne, Première Guerre Mondiale. Le soldat Benyomen Lerner a décidé de s'enfuir du front pour revenir dans sa ville natale, Varsovie. C'est en qualité de spectateur qu'il assiste désormais aux ravages de la guerre. Personnage ambigu et complexe, constamment tiraillé entre la peur et le goût de l'action, Lerner erre de nombreuses journées dans la ville qui l'a vu grandir, une ville ravagée par la pauvreté et les combats incessants. Il enchaîne les petits boulots clandestins, les combines entre réfugiés et déserteurs de guerre. Très vite, il se fait remarquer pour ses qualités de leader et son charisme. Les semaines passent. Varsovie est maintenant sous l'emprise allemande. Lerner travaille d'arrache-pied à la reconstruction du pont de Praga dans un camp où les conditions de travail sont terribles. Il parvient à organiser une mutinerie avec l'aide de ses camarades polonais et russes quand des épidémies meurtrières se propagent dans la ville. À travers Lerner, tour à tour déserteur et héros, lâche et victime, Joshua Singer dresse un portrait sidérant de réalisme du quotidien des habitants de Varsovie pendant la Première Guerre Mondiale. De fer et d'acier est un roman poignant, unique, enfin publié en France.


- Dégage !
de Valentina Diana
Éditions Denöel / Mars 2015


Mino est en pleine crise d'adolescence: il vit avec son iPod sur les oreilles, boit des litres de Coca-Cola, passe des heures dans la salle de bains à s'enduire les cheveux de gel, ne met jamais la table et, bien sûr, ne fait strictement rien au lycée. Ses parents sont divorcés et sa mère, qui s'apprête à se remarier, se sent quelque peu dépassée. Désespérée de n'avoir pas su offrir à Mino une vie de famille modèle, elle décide de s'engager dans un parcours de formation à la parentalité. Et de changer les règles du jeu avec son fils. Entre achats en ligne compulsifs, conversations avec des enseignants démoralisés et tentatives de pâtisseries lyophilisées, Valentina Diana aborde avec talent l'adolescence et l'éducation dans ce roman percutant, explosif et d'une infinie tendresse.


- De l'importance d'avoir sept ans
de Alexander McCall Smith
Éditions 10-18 / Mars 2015


Rien n'est plus important pour un enfant de six ans que la perspective d'en avoir sept. Bertie, le petit prodige du 44 Scotland Street, est impatient de se libérer des occupations absurdes de son enfance, la psychothérapie, les cours d'italien et de saxophone, pour passer aux choses sérieuses, à savoir jouer au rugby, aller camper et être un vrai petit garçon. C'est sans compter sur sa mère, la redoutable Irene, qui compte bien poursuivre le programme éducatif de son fils. Tandis que Matthew se débat dans les affres de la paternité, Angus et Domenica s'embarquent pour le voyage de leur vie en Italie. Mais les chefs-d’œuvre ne sont pas sans danger et le syndrome de Stendhal, endémique à Florence, s'apprête à faire une nouvelle victime. Avec son charme, son humour et son talent légendaires, Alexander McCall Smith nous livre une nouvelle tranche de vie d'Édimbourg, additionnée de questions morales et d'amitiés (tant humaines que canines), et couronnée d'un immense amour pour l'humanité.


- Demain, le soleil  
de Ishmael Beah
Éditions Presses De La Cité / Mars 2015


La guerre civile terminée, la petite ville d'Imperi, en Sierra Leone, devrait enfin pouvoir revivre. Kadie, Moiwa et Kainesi, trois anciens revenus les premiers sur leur terre natale, vont s'employer à réveiller l'esprit de leurs ancêtres en attendant le retour des plus jeunes, qui ne tardera pas. Malgré les champs de ruines et les ossements qui jonchent encore le sol, tout le monde est déterminé à reconstruire le village; Bockarie et Benjamin, tous deux instituteurs, le sont plus que quiconque. Mais le conflit a beau être derrière eux, les dangers continuent à menacer les survivants. La nourriture manque, le travail aussi, et, lorsque la compagnie minière rouvre ses portes, une série de nouveaux fléaux s'abat sur les habitants: alcoolisme, viols, pollution des cours d'eau et accidents tragiques liés à la négligence d'investisseurs cupides.


- Deux frères
de Milton Hatoum
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Fils d'une Indienne au service d'une famille libanaise installée à Manaus, le narrateur tente de reconstituer le passé et de savoir qui est son père. Partagé entre l'admiration et le dégoût pour Yaqub et Omar, jumeaux condamnés à répéter le mythe de la haine fraternelle, lui, le bâtard, le domestique, entreprend de raconter la chute d'une famille dans un quotidien où se dissimulent la passion, la vengeance et l'inceste.


- Devenir une légende
de Thimothy Lane
Éditions Stock / Mars 2015


C'est le soir. Jimmy Kirkus, seize ans, est seul dans le gymnase. Quatorze foulées, Jimmy se jette tête la première contre un mur de brique, une fois, deux fois, trois fois. Il est couvert de sang. Maintenant tout Columbia City, Oregon, est au courant; trop petite ville pour garder un secret aussi grand. L'histoire fait boule de neige, intégrant ses prouesses de basketteur, la vie chaotique de ses parents, pleine de fuites, où la tragédie a trouvé bien trop d'occasions de s'infiltrer. Tout le monde parle à nouveau de la "malédiction des Kirkus". Timothy S. Lane compose un premier roman dans la pure tradition américaine et ausculte les relations entre père et fils, leurs attentes, leurs déceptions et leurs possibles rédemptions.


- Diane dans le miroir
de Sandrine Roudeix
Éditions Mercure de France / Mars 2015


New York, une nuit d'été, la chaleur est étouffante. Dans sa salle de bains, une photographe s'apprête à réaliser un autoportrait. Il lui faut trouver le cadre idéal, caler son Leica, choisir focale et vitesse d'obturation, préparer le déclencheur... Cette photographe, c'est la grande Diane Arbus qui, en photographiant des inconnus dans la rue, des personnages hors-normes, travestis, prostituées, handicapés, nains, a révolutionné la photographie, montrant que ces individus n'étaient pas des "monstres" mais des êtres de chair et d'émotions comme les autres. Cette nuit-là, Diane semble à bout de force. Cet autoportrait, elle tarde à l'accomplir, comme si elle reculait l'échéance, comme s'il devait être l'ultime. Bientôt il fera jour. Mais auparavant, elle se sera confiée à ce miroir dans lequel elle scrute son visage, au bord de la folie. Revenant sur son enfance, ses rencontres, sa carrière, la sexualité, les difficultés d'argent, la peur de l'abandon. Avec une sensibilité rare, Sandrine Roudeix se glisse au plus près de Diane Arbus, dans cette salle de bains qui ressemble à un dernier refuge. Lentement, patiemment, elle l'accompagne jusqu'au bout de sa nuit, et livre d'elle un émouvant portrait.


- Dom Casmurro et les yeux de ressac
de Joachim Maria Machado de Assis
Éditions Métailié / Mars 2015


"Mes doigts frôlaient la nuque de la fillette ou ses épaules vêtues d'indienne, et c'était une sensation délicieuse. Mais enfin, bien malgré moi, les cheveux tiraient à leur fin, alors que je les aurais voulus interminables. Si cela vous paraît emphatique, malheureux lecteur; c'est que jamais vous n'avez coiffé une fillette, jamais vous n'avez posé des mains d'adolescent sur la jeune tête d'une nymphe. Une nymphe. Me voilà tout mythologique".


- Duane est amoureux
de Larry McMurtry
Éditions Sonatine / Mars 2015


Duane a 64 ans. Il a perdu sa femme dans un accident de voiture, et ne s'en remet pas. Réalisant un vieux rêve, il est parti en Égypte pour tenter de soulager son chagrin, mais le retour à Thalia, la petite ville texane où il a passé toute sa vie, s'avère bien difficile: ses amis sont partis (quand ils ne sont pas morts), son entreprise, désormais dirigée par son fils Dickie, se porte très bien sans lui, ses filles l'ennuient et son cœur est en train de le lâcher. Heureusement, il y a l'amour ou plus précisément la poitrine d'Annie Cameron, une jeune géologue particulièrement affriolante embauchée par son fils, et qui ne semble pas insensible aux charmes de notre héros. Il y a aussi Honor Carmichael, sa psychanalyste lesbienne, avec laquelle Duane s'est lancé dans une sorte de défi aux lois de l'attraction.


- Duane est dépressif
de Larry McMurtry
Éditions 10-18 / Mars 2015


Pour Karla, c'est l'évidence même: son mari, Duane, est en pleine dépression. Il néglige son entreprise et se désintéresse des problèmes, pourtant nombreux, de ses enfants. Plus inquiétant encore, il a décidé de ne plus conduire son pick-up, mais de se déplacer à pied le long des routes, ce qui au Texas constitue une véritable hérésie. Pour Duane, cependant, la vérité est ailleurs: il a toujours fait ce que les autres attendaient de lui, il a été un citoyen modèle, un mari modèle, un entrepreneur modèle et il n'en peut plus. Ce qu'il veut maintenant, c'est vivre pour lui-même, à son rythme et établir ses propres priorités. Bien décidé à se débarrasser de tout ce qui l'encombre, il s'installe seul avec un chien dans une cabane à la sortie de la ville. Nettoyer le désert de tous les déchets qui le polluent, faire du vélo, lire. À la recherche du temps perdu, sa nouvelle vie, ponctuée de rencontres rocambolesques et de tragédies douloureuses, lui apportera-t-elle le bien-être auquel il aspire?


- Du miel pour les abeilles  
de Cathy Kelly
Éditions Presses De La Cité / Mars 2015
 

Alors qu'elle traverse une période difficile, Lillie, adoptée à la naissance, apprend qu'elle a un frère à l'autre bout du monde. L'Australienne s'embarque donc pour Redstone, une adorable petite ville irlandaise, pour rencontrer cette famille dont elle ignore tout. Seth et sa femme Frankie l'accueillent chaleureusement; Lillie comprend cependant très vite que le mariage de son frère ne tient plus qu'à un fil. Peggy est une nouvelle venue dans la région également. Sur le point d'ouvrir son commerce, elle possède son lot de secrets et de souvenirs douloureux, rien qui soit étranger à Lillie. À force d'entraide et de solidarité, la vie va-t-elle offrir à ces abeilles qui se sont perdues en chemin le rayon de miel qu'elles méritent?


- Éden Utopie
de Fabrice Humbert
Éditions Gallimard / Mars 2015


Au début du XXe siècle, une jeune fille perd sa mère et est élevée en compagnie d'une cousine qu'elle considère comme sa sœur. Elle fait un mauvais mariage, doit abandonner ses enfants, gagne sa vie par tous les moyens. Sa cousine, de son côté, fait un beau mariage et mène une vie heureuse et prospère. Toutefois, l'écart des destins n'empêche pas les deux femmes de se voir chaque semaine. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, leurs deux familles créent une étrange communauté utopique qui a pour nom la Fraternité. À partir des années 1960, la France se transforme, les idéaux évoluent aussi et les descendants de la Fraternité tentent d'appliquer dans leur vie ce qu'ils ont appris au cours de leur enfance: l'un d'entre eux devient Premier ministre sous la Ve République, une autre choisit les voies de la gauche radicale et fait malgré elle partie du groupe terroriste français Action directe. Mais pour les autres, et notamment pour l'auteur, quelle utopie est encore possible de nos jours? Roman d'une des aventures les plus secrètes et les plus intenses du XXe, siècle, ce livre est l'histoire d'une double famille, celle de Fabrice Humbert, qui signe ici une éblouissante plongée dans les passions et les utopies des êtres et des sociétés.


- En surnombre dans l'économie nationale
de Eveline Rapoport
Éditions Les Allusifs / Mars 2015


Comme chaque année, une mère âgée accompagnée par sa fille se rend en cure thermale. Le trajet est gratuit pour toutes les deux, payé à vie par la Société nationale des voyageurs. Leurs billets, elles les ont en quelque sorte réglés d'avance: un autre train les a débarquées il y a longtemps dans un lieu d'enfermement absurde. À travers une narration subtilement décalée, Eveline Rapoport trace dans le secret de deux rescapées, dont les attitudes quelquefois incongrues ont médusé leurs proches. Et dont la survie a déboussolé la bureaucratie étatique. Un premier roman qui ébranle le lecteur en lui offrant un point de vue d'une fraîcheur insolite sur les infimes ondes de choc d'un cauchemar totalitaire.


- Ester ou la passion pure
de Lena Andersson
Éditions Autrement / Mars 2015


"Elle se dit: c'est le moment de dire non et de m'éloigner la tête haute. Elle se dit: c'est le moment de partir sans me retourner. Elle lui emboîta le pas". Pourquoi n'appelle-t-il pas? Est-il submergé de travail? Est-il chez l'autre femme, celle de Malmö? Depuis sa rencontre avec Hugo Rask, un artiste célèbre, Ester Nilsson ne dort plus, ne lit plus, ne vit plus. Elle attend. Son cerveau enfiévré analyse, encore et encore, chacune de ses actions. Elle est incapable de faire face aux situations les plus anodines: peut-elle inviter Hugo à dîner même si elle n'a qu'une seule et unique chaise? Doit-elle enlever son manteau quand elle passe chez lui à l'improviste? Tout semble lui échapper, pourtant une chose est sûre: la raison est soluble dans la passion.


- Et je danse, aussi
de Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat  
Éditions Fleuve Noir / Mars 2015


Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n'écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d'un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n'importe quelle lectrice. Adeline Parmelan, "grande, grosse, brune", pourrait bien être son cauchemar. Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l'un à l'autre. Jusqu'au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets. Ce livre va vous donner envie de chanter, d'écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d'écouter le Jeu des Milles Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse.


- Femme interdite
de Ali Al-muqri
Éditions Liana Levi / Mars 2015


À quoi bon ce corps? se lamente l'héroïne de ce roman, en égrenant ses souvenirs. Élevée dans une famille yéménite traditionnelle, elle a grandi sous le joug des préceptes et des interdits. Soumission ou transgression, elle n'a pas d'autre choix. Loula, sa sœur aînée, qui se sert de ses charmes pour vivre, a choisi la rébellion et l'initie, en cachette, à la sexualité. Quant à son frère, il délaisse Marx pour Dieu et l'entraîne dans le djihad, jusqu'en Afghanistan. Entre religion et frustration, elle suivra son inexorable destin. Un portrait brûlant, dérangeant, d'une femme brisée par une société hypocrite.


- Finir la guerre
de Michel Serfati
Éditions Phébus / Mars 2015


Confronté au brutal suicide de son père, Alex va se mettre en tête de comprendre les raisons qui ont poussé le vieil homme à commettre l'irréparable. Une mystérieuse lettre en provenance d'Algérie, arrivée quelques jours avant sa mort, éveille sa curiosité et l'incite à explorer cette piste, celle de son père mobilisé au sud de Tébessa en 1959. Là-bas, il découvrira une culture fascinante, des paysages grandioses et Kahina, l'auteure de la fameuse lettre, mais aussi les affres de la guerre qui ont tôt fait de transformer les héros en bourreaux. Divorcé, père en mal de reconnaissance, Alex a besoin de connaître la vérité sur son aïeul pour devenir le pilier qu'il souhaite être pour son fils et faire éclater la chape de plomb qui écrase leur famille.


- Fleurs sauvages
de Kimberley Freeman
Éditions Charleston / Mars 2015


Beattie Blaxland avait des rêves. De grands rêves. Elle rêvait d'une vie remplie de mode et d'étoffes. Ce dont elle n'avait jamais rêvé, c'était de tomber enceinte de son amant, un homme marié, à la veille de son dix-neuvième anniversaire. Londres, 2009. Emma Blaxland-Hunter vivait son rêve. Danseuse étoile au Ballet de Londres, elle avait tout jusqu'au jour où elle a tout perdu. Des décennies les séparent mais les deux femmes devront trouver la force de reconstruire leur vie. Un héritage les mènera au cœur des terres australiennes, à Wildflower Hill, la colline aux fleurs sauvages, là où une femme peut apprendre à se relever et découvrir ce qu'elle veut vraiment.


- Hanoï
de Adriana Lisboa
Éditions Métailié / Mars 2015


Alex est mère célibataire, elle essaie de concilier les études et le travail dans une épicerie asiatique. Elle vient d'une lignée de femmes vietnamiennes qui ont aimé des Américains, d'abord pendant la guerre du Viêtnam puis aujourd'hui à Chicago, où Alex a toujours vécu sans jamais avoir mis les pieds à Hanoï. Fils d'une mère mexicaine et d'un père brésilien, David est passionné de jazz, il joue de la trompette et le futur devrait s'ouvrir à lui sans cette nouvelle inattendue: il est atteint d'une maladie au stade terminal. Mais il est aussi amoureux d'Alex qu'il regarde de loin. Ces enfants d'émigrants vivent dans un mélange de cultures et de coutumes, une véritable mosaïque d'identités. L'urgence de sa situation décide David à liquider toute sa vie et à partir mourir ailleurs. Il demande à Alex où elle aimerait aller, elle répond Hanoï. Il lui propose de l'accompagner. En entrelaçant des vies aussi différentes, Adriana Lisboa construit, avec profondeur et légèreté, autour de personnages fragiles et attachants, une histoire d'amour et de détermination, mais aussi d'acceptation et de renoncement, dans laquelle les choix des personnes peuvent changer le destin de ceux qui les entourent.


- Héloïse, ouille !
de Jean Teulé  
Éditions Julliard / Mars 2015


Jean Teulé revisite les amours tumultueuses d'Héloïse et Abélard dans une version d'une modernité ébouriffante. À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse: "Tu sais à quelles abjections ma luxure d'alors a conduit nos corps au point qu'aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n'était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t'étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j'aurais honte aujourd'hui de nommer". Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses? Jean Teulé s'y emploie avec gourmandise.


- Jeanne Lanvin, arpèges
de Isabelle Mestre
Éditions Le Passage / Mars 2015


Partie de rien, j'ai fait de mon nom une griffe, un symbole, un monde. Luxe et féminité. Mon nom est plus célèbre que moi. J'ai bâti un empire. On me dit ambitieuse. C'est le côté jour. Côté nuit, je touche les étoffes comme des paysages, j'associe des couleurs, je raconte des histoires. Je réinvente des enfances. J'ai une fille, l'arpège et le totem, mais comment peupler l'intime des maisons que l'on rêve? Robes ou parfums, je fais un voyage immobile en habillant mon désir de la splendeur des années folles. Les théâtres aussi sont pour moi sources et liens avec le monde; j'y transporte mes intérieurs. Je ne parle pas, car ma vie c'est mon nom et mon travail. Pas de mots sur les choses, rien que des légendes aux croquis des silhouettes que j'habille. Et moi, Jeanne, derrière, silencieuse. De la petite fille à la femme, les chambres restent voilées et les nuits solitaires. À vous pourtant, à peine croisé un dimanche d'été lointain sur l'hippodrome de Longchamp, et qui ce matin marchez près de moi, à vous, je raconte.


- Je suis un livre vivant !
de Cyrielle Cohen
Éditions Les Presses Du Midi / Mars 2015


"Sache qu'en ouvrant ce livre tu pénètres dans un monde qui te dépasse, petit être. Tu sais, il y a des livres qui sont juste des livres, et il y a des livres qui sont des Univers. Ces livres-là sont très rares, et tu viens d'en trouver un. Dans ce genre de livre, il n'y a aucune règle. Comme votre univers qui a beaucoup de pays et de planètes, mon univers a aussi plein d'endroits très, très différents. Certains lieux sont délicieusement terrifiants, il y en a qui sont doucement ensorcelants, d'autres sont divinement éblouissants tous sont magiques et imprévisibles. Tu crois être paisiblement en train de lire ce livre, en sécurité, mais en réalité une part de ton âme est ici, avec moi". Justin referma le livre: quel livre étrange. Soudain, un gros bruit le fit sursauter. Mais ce n'était que Fantasque, son chat. C'est alors que le chat ouvrit la bouche et parla. "Justin, prononça le chat avec une étrange voix humaine, tu n'es déjà plus dans ton univers, mais tu l'ignores".    


- Journal de bord du Snark
de Charmian London
Éditions Flammarion / Mars 2015


Le récit de la journaliste qui a suivi son époux, Jack London, à propos de la croisière de 18 mois effectuée à bord du Snark, de San Francisco à Sydney, en passant par Hawaii, les Marquises, Tahiti...


- Jours parfaits
de Raphaël Montes
Éditions Les Deux Terres / Mars 2015


Téo, étudiant en médecine légale, passe le plus clair de son temps au laboratoire de la faculté à disséquer des cadavres. Il sort peu et ne s'intéresse pas aux femmes, jusqu'au soir où il rencontre Clarice. Ils n'ont qu'un bref échange, mais la jeune femme l'obsède et Téo commence à la suivre. Lorsqu'il apprend qu'elle s'apprête à partir plusieurs mois, il ne voit qu'une solution pour éviter la séparation: la kidnapper, la droguer et la séquestrer loin de tout. Une fois à sa merci, il aura le temps de lui prouver qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Et il s'assurera que rien ni personne ne vienne entraver leurs jours parfaits.


- Juan Fortuna
de Jean-Philippe Rossignol
Éditions Christian Bourgois / Mars 2015


L'un danse quand l'autre le regarde. L'un semble toujours sur le départ quand l'autre est immobile. Tels sont les deux frères Fortuna, nés à la fin des années 1970, dans le quartier de Recoleta, à Buenos Aires. Ils grandissent et s'apprivoisent. Le père comme la mère sont aussi étranges qu'imprévisibles; les cousins jouent avec le feu. De tous, Juan Fortuna est le plus solitaire, le plus fou, le plus libre. Il croit à sa bonne étoile.


- Juste ciel
de Àric Chevillard
Éditions De Minuit / Mars 2015


Voici venue l'heure du verdict, l'heure des révélations. Albert Moindre est mort et il découvre l'au-delà, ce qu'il en est, ce qui s'y passe. Sommes-nous vengés? Sommes-nous punis? À quoi ressemble le Royaume des cieux? Ce témoignage de première main apporte des réponses à nombre de nos interrogations anciennes. On le lira si ces questions nous tourmentent, pour être fixés une bonne fois.


- Kinderzimmer
de Valentine Goby
Éditions Actes Sud / Mars 2015


En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l'énergie de survivre, au plus profond d'elle-même, puiser chaque jour la force d'imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a vingt ans; elle est enceinte, mais elle ne sait pas si ça compte, ni de quelle façon.


- L'affaire de la Soubeyranne
de Jean Contrucci
Éditions JC Lattès / Mars 2015


Où peut vous mener un souvenir d'enfance. Lors d'une sortie familiale avec Cécile et les enfants, Adèle et Thomas, Raoul Signoret se casse les dents sur une double énigme. Les grottes Loubière, sur les hauteurs de Marseille, près du village de Château-Gombert, abritent des trésors géologiques; mais l'entrée en est condamnée depuis des années, après la découverte du cadavre profané d'une fillette. Si les grottes sont murées, comment se peut-il que le ciment soit encore frais? Qui a pénétré récemment dans la caverne interdite? Et pour quelle raison a-t-on voulu dissimuler les traces d'effraction? Raoul n'entend pas en rester là. Mais la découverte promet d'être macabre. Derrière le mur gisent les corps de deux enfants. Lorsque l'ivrogne Delclos, oncle de la fillette assassinée voici onze ans, se pend après s'être accusé du double meurtre, le mystère s'épaissit. Toujours aidé de son oncle, Eugène Baruteau, commissaire central, et grâce à la perspicacité de Cécile, Raoul Signoret va remonter la piste d'un sordide trafic d'enfants qui va le conduire jusque devant les grilles d'une riche propriété au cœur du massif de l'Étoile. Il se passe d'étranges choses derrière les hauts murs de La Soubeyranne: des taureaux luttent à mort contre des tigres, des enfants disparaissent, et, pour mettre fin à leurs souffrances, certaines femmes sont prêtes à commettre l'impensable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Mer 29 Juin - 9:05

- L'âge difficile
de Henry James
Éditions Denöel / Mars 2015


Première parution en 1956. Écrivain iconoclaste, subtil observateur des petits bonheurs et curiosités de la vie, Denis Grozdanovitch pose son œil érudit sur Henry James. Nanda fait son entrée dans le "salon" de sa mère. Cette dernière, séduisante et égoïste, espérait trouver à sa fille l'indispensable mari, mais la jeune fille signe sa perte pour avoir eu en sa possession le livre interdit, objet de scandale dont tout le monde parle. Ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, Nanda emprunte les sentiers de l'âge difficile pour déjouer les roueries que lui réserve le monde. Il n'est pas rare de croiser la figure d'auteurs aimés dans l'œuvre de Denis Grozdanovitch. Henry James fait partie de ces écrivains à la rencontre desquels il nous convie. Quelle meilleure invitation pour savourer l'art du monumental Henry James?


- L'ambassadeur triste
de Ananda Devi
Éditions Gallimard / Mars 2015


Une romancière occidentale qui s'attache à un petit mendiant sale et pustuleux; trois riches Américaines parties en Inde se consacrer à la charité; la solitude d'une femme de maharaja; les mésaventures d'un écrivain couvert de ridicule par une journaliste. On retrouve dans ce recueil de onze nouvelles les grandes thématiques d'Ananda Devi, telles que la place des femmes dans la société, la critique du regard occidental sur l'Inde, la présence du fantastique dans le quotidien ou le choc entre tradition et modernité. Ananda Devi développe dans chacun de ces récits des univers violents et sensuels, très réussis. Chaque nouvelle est nette, superbement menée, empreinte d'une ironie féroce et troublante.


- L'enfer de Church Street
de Jake Hinkson
Éditions Sabine Wespieser / Mars 2015


Geoffrey Webb est en train de se faire braquer sur un parking. Et cette situation lui convient bien, il en redemanderait même. À son agresseur, il propose un marché: empocher les trois mille dollars qui se trouvent dans son portefeuille, le dépouiller de tout s'il le faut, en échange de cinq heures de voiture jusqu'à Little Rock, en Arkansas. Webb a besoin de se confesser. Ce braquage et ce pistolet pointé sur lui, il les mérite. Et il est prêt à expliquer pourquoi.


- L'étrange histoire de l'ours brun abattu dans les quartiers espagnols de Naples
de Antonio Menna
Éditions Liana Levi / Mars 2015


Un scoop, la une, Tony Perduto en rêve. Trente-cinq ans, célibataire tendance pas de veine, il doit pour l'instant se contenter de jobs alimentaires et de piges insignifiantes dans la rubrique faits divers du journal local. Mais la chance pourrait bien tourner cette nuit de juin lorsqu'il sort de chez lui au petit matin pour tromper une insomnie. Il manque de trébucher sur un corps affalé en travers du macadam. Un ours. Abattu comme un mafieux en plein cœur des quartiers populaires. Cette fois, Tony tient son histoire. À condition qu'il parvienne à affronter les deux faces de Naples, bruyante et lumineuse en surface, secrète et sombre sous terre. Ce roman d'ambiance, rythmé et plein d'humour, est aussi un hommage à Naples et à ses habitants.


- L'étrange visiteur
de André de Richaud
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2015


Le héros de L'Étrange Visiteur, Aloys Protesteing, jeune homme d'une vingtaine d'années, sans famille, sans fortune et sans occupation, connaît la misère la plus absolue dans un hôtel miteux du Quartier Latin, jusqu'à ce qu'un étrange visiteur qui ne songe même pas à se présenter lui apporte un héritage inespéré et lui enjoigne de se rendre dans une certaine bourgade. Aloys obéit aveuglément mais, quelques jours après son arrivée, un crime est commis dans le village. Un vieil acteur de cinéma muet, qui habitait une maison transformée en une sorte de musée Grévin, est retrouvé assassiné. La victime n'est autre que l'étrange visiteur. Dans ce roman de la maturité, André de Richaud a donné, plus encore qu'ailleurs, libre cours à ses obsessions et à sa fantaisie. Roman de mœurs, roman policier, roman d'un fantastique sombre. André de Richaud mêle les registres avec une suprême désinvolture pour illustrer les manigances perverses du destin. En outre, une verve tempère le drame de drôlerie et donne à ce roman d'une splendeur baroque.


- L'histoire de Foxy Moll
de Carlo Gébler
Éditions Gallimard / Mars 2015


En 1940, une femme de trente-neuf ans aux mœurs légères, Moll McCarthy, fut assassinée de deux balles en pleine tête. Aussitôt l'un de ses voisins, Harry "Badger" Gleeson, fut arrêté, jugé et condamné à mort malgré des preuves approximatives. L'entourage et les voisins de Gleeson, tous à peu près convaincus de son innocence, ne firent rien pour s'opposer à la sentence: ils ne tenaient pas à être associés à cette femme connue pour sa vie sexuelle libre, même, et surtout, si beaucoup d'entre eux y avaient recours. Carlo Gébler utilise ce fait divers pour construire un roman dont on peut dire qu'il est à la fois un roman social et un thriller dont la lecture est impossible à interrompre. Il observe le genre humain dans ce qu'il a de plus sombre, de plus mystérieux, avec une acuité troublante, sans compter que la jeune femme, par sa liberté affichée, est sans conteste le plus beau personnage du livre.


- L'hiver nous demandera ce qu'on a fait l'été
de Henry Cuny
Éditions Du Rocher / Mars 2015


"Comment lui aurais-je expliqué ce qui me fascinait chez Marina? Elle se situait à la croisée de plusieurs mondes dont chacun avait sa logique propre, pour autant qu'il ne soit pas confronté aux autres; ce monde de liberté dont je me réclamais, mais dont l'argent était le maître; celui de la pensée unique, du Parti-Dieu, dont la terreur était le ressort; ce monde au temps aboli qui était celui des Rom". En revenant, quarante ans après, en Slovaquie sur les traces d'un amour de jeunesse, alors qu'il était stagiaire d'ambassade à l'époque du Printemps de Prague et de Mai 68, le narrateur s'immerge dans les fantasmagories du monde rom au cœurs des paysages idylliques du "paradis slovaque" et découvre, à travers une plongée stupéfiante dans les archives de la Sécurité d'État, la terrible ŠtB, alors l'équivalent tchécoslovaque du KGB, les secrets d'une relation qui n'a pas fini de bouleverser sa vie. Un récit envoûtant dont la poésie, la musique des mots et la profonde humanité évoquent une symphonie lumineuse et tragique.


- L'homme du côté gauche
de Alberto Mussa
Éditions Phébus / Mars 2015


"Ce qui définit une ville, c'est l'histoire de ses crimes". Fort de ce principe, le narrateur nous entraîne dans un Rio de Janeiro labyrinthique, violent et contrasté, avec en son cœur la Casa Das Trocas, bordel légendaire, lieu de tous les désordres. Les corps s'enlacent en même temps que les multiples récits mêlent légendes et faits divers, orgies fantasmagoriques et épopées guerrières. Surgissent alors Fortunata, prostituée accusée d'avoir assassiné le secrétaire du président de la République; son frère Aniceto, jeune capoeira à l'ambiguïté absolue, ou le docteur Zmuda, ancien condisciple de Freud, et pour le moins mystérieux, autant d'êtres aussi improbables qu'inoubliables. Au croisement du conte, du roman policier et du récit mythologique, Alberto Mussa, grâce à son art joyeux et consommé de la digression, promène avec délectation le lecteur dans une ville subversive, brutale et sensuelle.


- L'homme qui aimait trop travailler
de Alexandre Lacroix
Éditions Flammarion / Mars 2015


Sommer a un problème, mais il est le seul à l'ignorer: il travaille sans cesse. Directeur de la chaîne logistique d'une grande entreprise, il a oublié qu'une autre vie était possible. Jusqu'à ce qu'un grain de sable vienne gripper cette machine bien huilée.


- L'un d'entre nous dort
de Josefine Klougart
Éditions Actes Sud / Mars 2015


À la suite d'une rupture amoureuse difficile, une jeune femme retourne chez ses parents, à la campagne, dans l'espoir que le paysage rassurant de son enfance, ce séjour thérapeutique parmi les siens, l'aidera à surmonter son deuil. Mais elle se retrouve comme aliénée dans cet univers pourtant si familier. Pourquoi ne se sent-elle plus chez elle? Qu'est-ce qui a changé? Petit à petit, elle doit admettre que ses repères dans le monde, tout ce qu'elle a tenu pour stable, sont éphémères. Comme des empreintes dans la neige. Ou les saisons qui passent. Y a-t-il un moyen de s'affranchir de cette fatalité? De faire fleurir un arbre en plein hiver? En quête d'un sentiment d'appartenance, d'un chez-soi immuable, elle cherche refuge dans l'unique étreinte qui semble encore s'ouvrir à elle, l'appréhension poétique du monde. Prise dans une sorte de huis clos existentiel, elle trouve dans l'écriture son seul moyen de résilience. Selon le mode du flux de conscience, les souvenirs surgissent et se matérialisent telles des images superposées qui ne sauraient exister que dans leur configuration immédiate, une mise en abyme de leur singularité. Un univers mélancolique et silencieux s'ouvre ainsi par fragments, formant un ensemble hybride et organique. Un nid poétique intangible, délicatement tissé, qui semble pourtant porter en lui la promesse de l'indélébile.


- La charrue de feu
de Eli Chekhtman
Éditions Buchet Chastel / Mars 2015


Elle tient d'abord au lieu où se déroule son action, qui commence en Ukraine et se poursuit en Union soviétique et au temps sur lequel se déploie cette action, la période évoquée court de la fin du XIXe siècle aux déportations vers les camps d'extermination après l'invasion de l'Union soviétique par l'Allemagne nazie. Elle tient ensuite à ce que le texte mentionne explicitement, et c'est l'un des seuls à le faire, l'une des mise en œuvre de l'anéantissement des Juifs d'Europe longtemps passée sous silence: la Shoah par balles ou l'exécution sommaire de près d'un million cinq cents mille Juifs par les Einzatsgruppen, les milices de la Wermacht. Elle tient enfin à la manière dont Chekhtman a relevé, par le langage, ce défi terrible qui consiste à dire l'apocalypse.


- La coloc
de Jean-Philippe Blondel
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Les parents de Romain ont hérité d'un grand appartement situé dans la ville de son lycée. Ils hésitent à le vendre ou le louer. L'adolescent y voit un coup de pouce du destin: et si c'est lui qui l'habitait, moyen d'en finir avec les longs trajets en car entre le domicile familial et son bahut? Les parents se laissent convaincre et il faut alors trouver deux autres co-locataires. Une année pleine de changements s'ouvre pour Romain, entre émancipation, amitié et contraintes de la vie en communauté.


- La femme du héros
de Jean-Pierre Poccioni
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mars 2015


"Même l'achat de la voiture neuve, à crédit, est l'occasion d'observer que le monde de l'argent n'aime pas les contes de fée. Leur banquier s'est habitué au mépris confortable, aux facilités accordées avec cette parcimonie imprévisible des puissants qui laissent voguer leurs humeurs. Il observe le contrat de travail, concède un "c'est très bien tout ça" qui laisse poindre le maximum de défiance et parle d'un délai incompressible. Gérard désappointé comme l'enfant qu'il est resté face aux désirs d'objets, tourmenté par l'image du roadster Mazda qui n'attend que lui, décide de se confier à monsieur Porcel. Cet homme qui dirige International Furniture, l'a accueilli et inséré dans l'entreprise avec un merveilleux sens diplomatique et Gérard le vénère. Monsieur Porcel sourit, donne du cher ami, et conseille un banal changement de banque. - Pourquoi pas la nôtre? Et c'est ainsi, progressivement, on pourrait dire modestement et sans éclat que l'argent s'installe". Un roman pince-rire dont on savourera les aléas et les surprises sur fond de routine aveugle. Ou comment triompher par l'absurde de l'épreuve permanente et quasi musculaire du quotidien.


- La fille
de Éric Marty
Éditions Du Seuil / Mars 2015


"Dans le village de Landon, à l'extrême nord de la France, celui qu'on appelait la fille était déjà depuis longtemps la proie de nombreux hommes. Il était la proie. Un joli gibier". La fille, c'est Claudie, un garçon du village avec qui le narrateur a connu une idylle lorsqu'ils étaient enfants. Mais une dizaine d'années plus tard, c'est à une sorte de chasse à la fille que Claudie est confronté, avec pour protecteur et sauveur celui qui raconte l'histoire. Protecteur et sauveur? Disons aussi l'un de ses poursuivants les plus acharnés. Ce roman cruel, tendre, poétique, réaliste, ne raconte pas seulement une histoire d'amour et de violence hors des normes, il dépeint aussi toute une humanité, celle d'un petit village à l'écart du monde, dont les habitants terribles et attachants hantent et colorent les rêves, les errances, les désirs des deux héros.


- La fille
de Tupelo Hassman  
Éditions 10-18 / Mars 2015


"La Calle", un trailer park miteux à Reno, Nevada. C'est là que Rory Dawn Hendrix vit avec sa mère, barmaid au Truck Stop. Chèques d'allocations, services sociaux, familles éclatées, alcool: son existence vulnérable semble jouée d'avance. Mais pour cette fillette hardie, prodige en orthographe, le Manuel de la parfaite scoute pourrait bien faire des miracles. Porté par une construction brillante, La Fille raconte avec une poésie inattendue l'Amérique white trash et ses destins précaires.


- La légende de l'assassin
de Kangni Alem
Éditions JC Lattès / Mars 2015


"Je m'appelle Apollinaire, j'ai soixante-dix ans, un diabète, du cholestérol, et je fais de l'hypertension. Ce tableau clinique généreux pourrait surprendre, si je ne m'empressais d'ajouter qu'il ne m'empêche pas aussi de m'offrir, de temps à autre, quelques plaisirs, ceux-là même qu'un vieillard sous les tropiques ne se refuse pas, même avec un risque d'AVC suspendu au-dessus de sa tête. Je ne sais ce qui me pousse à l'avouer, sinon le désir de nouer un pacte de vérité dès l'entrée de ce récit qui couvre trois journées de ma vie". Pendant trois jours, Apollinaire cherche à comprendre l'affaire la plus emblématique qu'il ait perdue. Son client, KA, avait été accusé d'un crime atroce. Il avait pris les proportions de la légende: KA était devenu le criminel le plus honni, le plus médiatisé du jeune État de Tibrava. Le pays tout juste indépendant, mené d'une main de fer par un dictateur soucieux de l'ordre publique, avait rendu un jugement sans appel. KA avait été condamné à mort sans qu'Apollinaire ne puisse rien tenter. Trop jeune, trop inexpérimenté, commis d'office, un peu lâche aussi, il n'avait pas su comprendre le crime et la sentence. Apollinaire ne veut pas prendre sa retraite sans comprendre ce crime qui le hante. Il s'engage alors sur un chemin tortueux. Il cherche la Justice. Il cherche surtout le souvenir du jeune avocat qu'il était et qui n'avait pas pu ou pas voulu se battre pour elle. Le portrait d'un homme seul et d'un pays qui joue avec les mots, les mythes et les légendes.


- La lune du tigre
de Antonia Michaëlis
Éditions Les Grandes Personnes / Mars 2015


Dans l'Inde coloniale, une belle jeune fille attire l'attention d'un riche et cruel marchand, lequel souhaite aussitôt en faire sa huitième épouse. Il l'emmène d'autorité dans sa superbe demeure de Jaisalmer, en plein désert du Thar; mais comme il tombe malade, leur union ne peut être consommée sur-le-champ. Une échéance que redoute la jeune fille. Soir après soir, telle Shéhérazade, elle se met alors à raconter une histoire au jeune eunuque qui s'occupe du harem: l'histoire d'une princesse, fille du dieu Krishna, attire l'attention d'un cruel roi-démon, lequel souhaite aussitôt l'épouser et l'emmène chez lui, dans une ville en plein désert. Krishna va confier un peu par hasard à un jeune homme, voleur et poltron, le soin d'aller sauver sa fille. Avec l'aide d'un tigre blanc aux yeux bleus. Mais ils ne sont faits que du récit tissé, nuit après nuit, par la jeune captive: comment pourraient-ils donc la sauver du marchand avant l'échéance fatale de la prochaine lune? Dans cet univers de l'Inde magique la mise en abyme de ces contes, dont les frontières se font de plus en plus perméables, explore le pouvoir du récit et sa capacité à changer le cours de la vie.


- La maison au toit rouge
de Kyoko Nakajima
Éditions Du Seuil / Mars 2015


La vieille Taki rédige pour son neveu les souvenirs de ses années de service, avant-guerre, dans la petite maison de style occidental que M. Hirai, sous-directeur d'une entreprise de jouets florissante, a fait construire à Tokyo pour sa femme. Taki se souvient avec ferveur de son quotidien dans le foyer de Tokiko, de l'intimité qui se noue entre les deux femmes, pendant ce qui fut, pour elle, un long moment de bonheur. Elle évoque l'amour platonique entre les époux Hirai puis les sentiments de Tokiko pour un jeune dessinateur de la fabrique de jouets, Itakura. L'atmosphère se tend, le commerce périclite tandis que les préparatifs de la guerre envahissent peu à peu le quotidien. Les amants auront-ils le temps de s'aimer? Après la mort de Taki, son neveu découvre le cahier de sa tante et des dessins d'une maison au toit rouge qui ont fait le succès d'un artiste connu après la guerre, un certain Itakura. Taki n'a pas tout dit et l'on sent dans son récit la douleur qu'elle porte encore.


- La maison du lac
de Hannah Richell
Éditions Belfond / Mars 2015


Pour Lila, tout commence par un paquet déposé sur le pas de sa porte. À l'intérieur, un plan et la clé d'un cottage abandonné près d'un lac. Le legs d'un parent inconnu, une surprise qui ne pouvait pas mieux tomber. Car, à trente ans, la Londonienne traverse une période douloureuse: une tragédie familiale impossible à cicatriser, un mariage au bord de l'implosion, une carrière au point mort. Le moment est venu pour elle de prendre du recul, loin de la ville, loin des siens. Mais, alors qu'elle prend possession des lieux, Lila va découvrir peu à peu l'histoire de ses anciens occupants, cinq étudiants venus vivre ici clandestinement en 1980. Qui étaient-ils? Pourquoi ont-ils fui en laissant tout derrière eux? Et d'où lui vient cette étrange impression que quelque chose la lie à leur destin? Dans la maison du lac, de lourds secrets sommeillent. Des secrets aux conséquences inattendues, et dont les répercussions pourraient changer la vie de Lila, à jamais


- La mémoire des embruns
de Karen Viggers
Éditions Les Escales / Mars 2015


Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare. Les retrouvailles avec la terre aimée prennent des allures de pèlerinage. Entre souvenirs et regrets, Mary retourne sur les lieux de son ancienne vie pour tenter de réparer ses erreurs. Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique et le divorce qui l'a détruit, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre. Une femme au crépuscule de sa vie. Un homme incapable de savourer pleinement la sienne. La Mémoire des embruns est une émouvante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.


- La montre en or et autres contes
de Joachim Maria Machado de Assis
Éditions Métailié / Mars 2015


Une montre en or apparaît sur une table de nuit; les bras d'une femme troublent un adolescent; une cartomancienne révèle un avenir radieux; un miroir ne reflète plus un jeune homme et permet la naissance d'une nouvelle théorie sur l'âme humaine; une mère refuse obstinément de vieillir; un jeune homme écoute une dame, un soir de Noël, et ne comprend plus rien. L'auteur met en scène ces situations pour l'intense plaisir du lecteur qui y retrouve la joie, le bonheur et l'incertitude qui ravit l'intelligence.  


- Là où commencent et s'achèvent les voyages
de Kamila Shamsie
Éditions Stock / Mars 2015


Au printemps 1914 en Turquie, Vivian Rose Spencer découvre sa passion pour l'archéologie, l'appel de l'aventure et l'amour auprès de son maître, Tahsin Bey. Surpris par la guerre, ils se font la promesse de se retrouver bientôt à Peshawar. À bord du train, Viv rencontre Qayum, un Pachtoun qui a combattu au sein de l'armée des Indes britanniques. Ensemble, ils contemplent la vallée de Peshawar, pays au-delà des monts, puis la ville effervescente se révèle, cité des fleurs cosmopolite qui tutoie le passé. Tous les sépare et pourtant Vivian et Qayum l'ignorent encore mais leurs vies seront désormais liées. L'amitié, l'injustice et la trahison s'entremêlent dans ce roman qui nous emporte à travers le monde rappelant que, dans le chaos de l'Histoire, ce qui est perdu ne sera pas oublié.


- La part des flammes
de Gaëlle Nohant
Éditions Héloïse d'Ormesson / Mars 2015


4 mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir tenu par la charismatique duchesse d'Aleçon qui, au mépris du qu'en-dira-t-on, a accordé le privilège de l'assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d'Estingel, qui vient de rompre ses fiançailles. Dans un monde d'une politesse exquise qui vous assassine sur l'autel des convenances, la bonté de Sophie d'Alençon leur permettra-t-elle d'échapper au scandale? Mues par un désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins à jamais liés par l'incendie du Bazar de la Charité. Enlèvements, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du XIXe au cœur d'une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.


- La petite danseuse de Degas
de Michel Peyramaure
Éditions Bartillat / Mars 2015


Marie Van Goethem naît dans une famille pauvre d'origine belge. Le père est tailleur, la mère blanchisseuse. La famille s'est établie à Paris en 1861. Comme ses deux sœurs, Marie entre à l'Opéra et devient petit rat. Sa participation aux spectacles ainsi que des séances de pose auprès d'artistes fournissent un complément non négligeable aux revenus de la famille. Elle croise Degas qui en fait le modèle d'une de ses œuvres les plus originales. Comment s'opère cette rencontre décisive? Quelle relation s'instaure entre le peintre amoureux des corps et des formes au point de lui faire produire cette statue, œuvre magnifique parmi les plus célèbres au monde? Une histoire se noue, avec ses passions et ses drames. Michel Peyramaure en retrace toute la saveur, ressuscitant l'univers artistique de la deuxième moitié du XIXe siècle et les débuts de l'impressionnisme.


- La politesse
de François Bégaudeau
Éditions Verticales / Mars 2015


François Bégaudeau, écrivain, rend compte ici, à sa manière, de la tournée promotionnelle d'un auteur, alias lui-même. Il énumère les étapes obligées de l'écrivain lors de la sortie d'un ouvrage: émission de radio, salon ou foire du livre, plateau télévisuel, séance photo, intervention en bibliothèque, signature en librairie, etc. Il donne ainsi à voir un vaste échantillon des lieux et cas de figure qui attendent ce VRP de son propre livre: entre parcours du combattant, traversée du désert et quiproquo déceptif. Si certaines situations prennent l'allure d'un gag, il s'agit moins de moquer les travers du microcosme parisianiste ou des professionnels de la culture que de mettre à nu les rouages d'une machinerie culturelle globale qui, au gré des flux de produits interchangeables, semble condamnée à faire l'impasse sur la confrontation aux textes eux-mêmes. Dans une deuxième partie, l'auteur décide de sortir de sa réserve, répond à côté, fait l'idiot ironique, torpille les débats biaisés, bref cesse de jouer le jeu de la comédie littéraire. Autant de joutes verbales qui, brisant le moule des conversations standardisées, ne cèdent pas aux règlements de compte personnels mais produisent un théâtre burlesque de l'absurde où chacun reconnaîtra une part de vérité. Enfin, nous voici transportés en 2023. Jouant sur les codes du roman d'anticipation, François Bégaudeau imagine une société française où les îlots de vie communautaire d'une jeunesse altermondialiste auraient gagné du terrain. Et c'est là, dans ces zones d'expérimentation coopérative que le narrateur se surprend à découvrir les échanges intellectuels que rend soudain possible un monde libéré des rivalités commerciales. Une façon pour l'auteur de dépasser la déploration ou la résignation en réaffirmant, à travers cette marge d'utopie, que le meilleur moyen d'interroger le rôle politique de l'intellectuel reste la fiction.


- La position
de Meg Wolitzer
Éditions 10-18 / Mars 2015


Au plus fort de la révolution sexuelle, Paul et Roz Mellow publient un guide du plaisir amoureux, décrivant la plupart des positions connues, illustré de dessins représentant le couple d'écrivains en action. Lorsque leurs quatre enfants, âgés de 6 à 15 ans, découvrent par hasard le livre, le choc est de taille. 2005. À l'occasion d'un projet de réédition du livre, la famille se réunit. Paul et Roz sont aujourd'hui divorcés. Quant aux enfants, qui ont grandi dans un contexte social radicalement différent de celui de leurs parents, ils sont tous, à des degrés divers, marqués par la vie libérée de ces derniers. Tous sont la proie de contradictions diverses, entre besoin d'être libres et d'être aimés, émancipation et fidélité à leurs racines.


- La prise du Sébastopol
de Bernard Thilie
Éditions Ravet Anceau / Mars 2015


"Que la musique semblait loin. La seule mélodie ici, c'était le bruit des crapouillots, le sifflement des obus, celui des explosions qui duraient des heures, le claquement des fusils ou le staccato des mitrailleuses". La Grande Guerre a mobilisé Raphaël Verstraete sur le front. Fait prisonnier, envoyé en Russie, blessé à la main, le jeune Roubaisien poursuit pourtant sa passion: la musique. Découverte lorsqu'il avait 10 ans devant une représentation des Noces de Figaro, elle ne le quitte pas. À chaque instant, les notes accompagnent le violoniste. Et composent la partition de sa vie. Dans son roman, Bernard Thilie rend hommage à l'histoire de sa région natale mais aussi à la musique. Tandis que la Grande Guerre bouleverse le contexte géopolitique international, le monde musical subit une profonde mutation. De nouvelles formes naissent, Le Sacre du printemps de Stravinsky déchaîne la critique. Sur scène, au cœur des combats ou à l'arrière du front, la musique est omniprésente. Et jamais elle ne laisse indifférent.


- La promesse de l'Ouest  
de Robert Lautner
Éditions Presses De La Cité / Mars 2015


Avril 1837. Le jeune Tom Walker quitte New York avec son père, commis voyageur. Tous deux se dirigent vers l'Ouest, au-delà des montagnes et des plaines arides, pour vendre, de petite ville en petite ville, le célèbre revolver Colt. La joie d'être sur la route, de partager un repas autour d'un feu et de dormir l'un près de l'autre, est cependant de courte durée. Tandis que la nature se fait de plus en plus sauvage, une rencontre dévastatrice laisse Tom seul et démuni. Déterminé à regagner l'Est et la civilisation, le jeune garçon place alors tous ses espoirs en Henry Stands, un cowboy taciturne croisé en chemin. Ensemble, cet étonnant duo se lance dans un périlleux périple. Voyage des ténèbres vers la lumière, de l'ignorance vers la connaissance, de la confusion de l'enfance vers la lucidité de l'âge adulte, La Promesse de l'Ouest est un magnifique roman.


- La sœur
de Pascal Herlem
Éditions Gallimard / Mars 2015


Toute son enfance, l'auteur de ce livre l'a vécue dans un silence pesant. Silence entretenu autour de l'existence d'une sœur "qu'en croyant bien faire on a lobotomisée". Éloignée du foyer, internée dans divers établissements fermés dès son plus jeune âge, Françoise a pourtant toujours été absente et présente à la fois, comme en témoignait cette chambre gardée pour elle dans la maison et qu'elle n'occupait jamais. Grâce à des carnets tenus par sa mère, Pascal Herlem a reconstitué la vie de sa sœur: son éducation, son itinéraire chaotique à l'école, son placement en institutions religieuses, la lobotomie, décidée quelques temps après la naissance de l'auteur, les étranges légendes inventées par la famille pour résister au malheur, enfin ce timide retour à la vie, qui suit le décès de la mère. Trouver les mots pour dire ce silence, tel est le projet de ce récit hors norme.


- La silencieuse
de Ariane Schreder
Éditions Philippe Rey / Mars 2015


"Je n'ai jamais été très douée avec les mots. Ceux qu'il faut prononcer, échanger. Les miens restent bloqués à l'intérieur, encombrés au moment de sortir, disparus. Ils me reviennent quand il n'y a plus personne pour les recevoir". C'est dans une grande maison isolée au bord d'un fleuve que Clara vient se réfugier après une rupture amoureuse. Là, elle passe ses journées dans l'atelier à sculpter d'aériennes silhouettes, des mobiles qui touchent terre. Au contact de la nature et des gens du village, la jeune artiste va s'ouvrir peu à peu, reprendre pied. Jusqu'à ce qu'une nouvelle perte menace cet équilibre fragile. Dans ce roman délicat, Ariane Schréder dépeint une femme discrète sur le chemin qui la mènera des mots du silence à ceux de la vie.


- Le bal de Mayfair
de Anne Barton
Éditions Mosaïc / Mars 2015


Angleterre, 1817. Lady Olivia a toujours su exactement ce qu'elle attendait de la vie. Et, avec son tempérament de feu et son esprit vif, elle n'a jamais eu de mal à réaliser ses rêves. Après avoir reçu une éducation allant au-delà des cours de broderie et de maintien, elle mène sa vie à sa guise dans le luxueux quartier de Mayfair. Mais, en amour, c'est une autre affaire. Car face à James Averill, le meilleur ami de son frère, sa belle assurance semble fondre comme neige au soleil. Pourtant, elle ne peut s'empêcher d'y croire. Si James la regarde à peine, l'ignore au bal et la traite comme une enfant, c'est qu'il connaît mal son propre cœur, comme tant d'hommes. Un jour, c'est certain, il ouvrira les yeux. Mais, quand elle apprend que ce passionné d'archéologie va bientôt s'embarquer pour l'Égypte et passer deux années loin d'elle, Olivia comprend qu'elle n'a plus le choix. Si elle veut retenir James et le séduire, ce sera cet été ou jamais.


- Le boxeur polonais
de Eduardo Halfon
Éditions La Table Ronde / Mars 2015


Un enfant est fasciné par les cinq chiffres tatoués à l'encre verte que son grand-père, né à Lódz, en Pologne, porte sur son avant-bras gauche. Le vieillard explique qu'il s'agit de son numéro de téléphone reproduit là pour ne pas l'oublier. Le mystère, jamais abordé en famille, reste entier jusqu'à un après-midi pluvieux, quand le grand-père raconte à son petit-fils comment il a survécu dans le camp d'Auschwitz. Mais faut-il croire à ce récit? Est-il unique? Et où se situe la frontière entre réalité et littérature?


- Le club des pauvres types
de Jonathan Curiel
Éditions Fayard / Mars 2015


Et si l'homme parfait n'existait pas? C'est la question que se pose Paul, que sa compagne vient de presser d'emménager à deux, et tous les aventuriers de la vie conjugale qu'il croise sur sa route, du jeune père de famille en burn-out à l'addict aux sites de rencontres. Ont-ils définitivement perdu le mode d'emploi avec les femmes? Le récit incisif de leurs histoires hilarantes n'épargne personne, pas même leurs compagnes, à qui tout semble réussir. Comment surmonter cette crise de la masculinité? Ils choisissent de se révolter et mettent en place une drôle de structure d'entraide, dans le plus grand secret: le club des pauvres types… Guide de survie conjugale, ce roman réjouissant et libérateur décrypte les nouvelles relations entre hommes et femmes.


- Le cœurs qui tourne
de Donal Ryan  
Éditions Albin Michel / Mars 2015


Bobby Mahon était une figure respectée du village. L'ancien contremaître de l'entreprise locale est désormais, comme la majorité des habitants, au chômage. Sans indemnités ni espoir de retrouver du travail. La crise qui frappe de plein fouet l'Irlande comme toute l'Europe déchire les liens de sa communauté autrefois soudée. Les langues se délient, les rumeurs circulent, les tensions et les rivalités émergent. Et, faute de pouvoir s'en prendre au patron qui a mis la clé sous la porte, Bobby devient la cible d'hommes et de femmes démunis et amers. Jusqu'à l'irréparable.


- Le faussaire, l'espionne et le faiseur de bombes
de Alex Capus
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Novembre 1924, gare de Zurich, trois jeunes gens se croisent sous la plume d'Alex Capus. La vie les attend, les voies à emprunter semblent innombrables. À chaque intersection, une décision s'impose pour engager leur destin et choisir leur camp. En biographe passionné et passionnant, Alex Capus raconte le cheminement de deux hommes et d'une femme ayant vécu intensément le XXe siècle. Émile Gilliéron, génial dessinateur, émigrera en Grèce où il immortalisera des œuvres d'art de l'Antiquité. Laura d'Oriano, chanteuse de cabaret, risquera sa vie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Felix Bloch, grand physicien pacifiste, participera au programme américain de conception de la bombe atomique, mais ne se laissera pas enrôler.


- Le fil des kilomètres
de Christian Guay-Poliquin
Éditions Phébus / Mars 2015


Poussé par un sentiment d'urgence, et une étrange panne d'électricité, un homme va tout abandonner pour traverser le continent et aller voir son père. Il veut arriver le plus vite possible, ne pas s'arrêter, même pas pour dormir, à peine pour manger. Son père va mourir, il le sent et veut le revoir avant qu'il ne soit trop tard. Commence alors un long trajet pendant lequel il prendra en stop une femme mystérieuse et un homme volubile. Ils le forceront à faire des détours dans ce paysage inquiétant où la pénurie d'essence et de vivres, due à cette panne d'électricité qui n'en finit plus, agite les populations. La fatigue de la route fait monter l'angoisse aussi rapidement que défilent les kilomètres. Le ciel prend les couleurs d'un orage imminent et dans le rétroviseur apparaît l'ombre de la Bête. Celle d'un Minotaure menaçant qui, dans les dédales du labyrinthe, pourrait bien prendre le dessus sur Thésée.


- Le géant enfoui
de Kazuo Ishiguro
Éditions Les Deux Terres / Mars 2015


Axl et Beatrice vivent un amour constant qui a résisté aux années. Ils décident de faire un voyage pour rejoindre leur fils, parti depuis longtemps. De nombreux obstacles se dressent sur leur chemin, parfois étranges, parfois terrifiants, et mettent leur amour à l'épreuve. Leur parcours est une métaphore de nos vies à tous. Dix ans après Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro revisite, dans Le Géant enfoui, les thèmes shakespeariens qui traversent son œuvre: la mémoire et l'oubli, la confiance et la haine, la vengeance et la justice. L'histoire d'Axl et Beatrice, une allégorie du monde moderne, est d'ores et déjà un monument de la littérature.


- Le jardinier des morts
de Alain Lercher
Éditions Verdier / Mars 2015


Ce qui relie ces différents récits, c'est peut-être la violence. Non pas la violence des faits divers, des attentats ou des films policiers, mais la violence inhérente à la condition humaine et indissociable de la vie: celle de la mort, de l'abandon, de la passion, de la séparation irrémédiable des sexes, du désir d'avoir un enfant ou du regret d'en avoir un, la violence que les hommes font subir aux animaux et celle qu'ils s'infligent les uns les autres même et surtout quand ils s'aiment. Dans une langue directe et sobre, la remémoration des différents narrateurs (ou bien est-ce le même?) devient explication avec soi comme une nécessité qui n'aurait rien de narcissique ni de morbide et qui n'exclut ni la tendresse ni l'amour de la vie.


- Le loup dans le camion blanc
de John Darnielle  
Éditions Calmann Lévy / Mars 2015


À dix-sept ans, Sean est défiguré. Sous l'effet des pilules analgésiques ingurgitées trois fois par jour, son imaginaire, nourri des lectures de Conan le Barbare, des fanzines de science-fiction ou de musique rock, s'enflamme: il crée Trace Italian, un jeu de rôle par correspondance dans lequel les joueurs cherchent un abri dans une Amérique post-apocalyptique. Reclus dans sa maison du sud californien, Sean, devenu adulte, reçoit un jour une lettre d'injures le tenant pour responsable de la mort de deux adolescents qui ont voulu transposer Trace Italian dans le monde réel. Ce drame réactive chez lui des souvenirs enfouis. Dans le labyrinthe de sa mémoire, il tente, à travers des événements anodins, de comprendre comment certains choix ont pu bouleverser toute sa vie. Le Loup dans le camion blanc est une histoire envoûtante, à la fois sombre et brillante, débordante d'imprévu, de solitude et de fuite.


- Le médaillon de Budapest
de Ayelet Waldman
Éditions Robert Laffont / Mars 2015


En 1945, Jack Wiseman, lieutenant américain basé à Salzbourg, est chargé de garder le "train de l'or hongrois", rempli de biens volés aux Juifs. Avant d'être démobilisé, il dérobe un médaillon en forme de paon, en souvenir d'une femme qu'il a rencontrée là et dont il est tombé amoureux. Soixante ans plus tard, voulant faire la paix avec sa conscience, il confie une mission à sa petite-fille, Natalie: retrouver la propriétaire du bijou. De l'Empire austro-hongrois à l'Amérique contemporaine, un bouleversant roman polyphonique qui combine avec brio trois intrigues: un puissant roman d'amour, un thriller sur le trafic d'œuvres d'art, l'histoire vraie enfin d'un scandale historique.


- Le nénuphar et l'araignée
de Claire Legendre
Éditions Les Allusifs / Mars 2015


Vous avez peur des araignées, du vide, du regard des autres, de la maladie. Qu'on vous trahisse, qu'on vous abandonne, que les prédictions de la petite gitane se réalisent. Vous arrêtez de fumer, vous fuyez les insectes et les confidences médicales, vous évitez de monter sur scène, de prendre l'avion, de tomber amoureux, de vous pencher au balcon. Vous ne passez pas le permis de conduire et vous commencez à lire les romans par la fin, un peu comme on mettrait une ceinture de chasteté. Vous croyez que vous êtes paré, qu'on ne pourra jamais vous prendre au dépourvu, qu'il ne vous arrivera rien. Et puis on découvre un papillon dans votre poitrine, vous le sentez battre des ailes. Vous ne pourrez pas faire mine de l'ignorer. Essai autobiographique sur la peur, Le nénuphar et l'araignée explore les symptômes, les sources et la genèse de l'angoisse, de la plus intime à la plus ordinaire. Au fil de courts chapitres qui sont aussi des fragments de vie, Claire Legendre démonte les mécanismes psychologiques, physiques et sociaux associés à ce sentiment. Dans un style alerte, parfois drôle, souvent grave sans jamais être complaisant, le récit dessine un chemin singulier entre la France, le Québec et la République tchèque, portant sur l'existence un regard à la fois défiant et désarmé.


- Le passage du canyon
de Ernest Haycox
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Oregon, 1850. Quand Logan Stuart, aventurier et homme d'affaires, arrive à Jacksonville, il découvre une bourgade sur laquelle plane la menace des Indiens mais aussi les rivalités qui opposent prospecteurs, paysans et autres émigrants. Logan va se trouver au cœurs de tous ces conflits. Une bagarre qui éclate, un joueur qui est prêt à tuer pour dissimuler ses dettes, des rumeurs qui courent, des colons soudainement massacrés, et voilà que toute une société animée par la passion de l'argent ou du jeu, l'amitié profonde ou l'amour caché, est sur le point d'exploser. Le Passage du canyon, histoire d'aventures et d'amour, séduit autant par la force de ses personnages, notamment féminins, et par sa véracité quasi documentaire que par sa perception des différentes formes de capitalisme, à l'origine de tensions et d'affrontements.


- Le plancher de Jeannot
de Ingrid Thobois
Éditions Buchet Chastel / Mars 2015


À la mort de son père, Jeannot est contraint de quitter dans l'urgence l'Algérie et la guerre: c'est à lui, désormais, de s'occuper de la ferme, de sa mère et de sa sœur Paule. Cette famille du Béarn, réduite à un trio fusionnel, va progressivement se couper du monde et s'enfoncer dans un délire paranoïaque dont témoigne, aujourd'hui encore, le "Plancher de Jeannot", exposé à l'entrée de l'hôpital Sainte-Anne à Paris. La voix de Paule, brute et poétique, s'élève pour nous faire entendre le récit de cette tragédie familiale, librement inspiré d'une histoire vraie. Dans une langue envoûtante, ce monologue aux résonances antiques nous mène aux frontières du silence pour nous hanter durablement.


- Le poids du temps
de Lutz Seiler
Éditions Verdier / Mars 2015


Les nouvelles de Lutz Seiler, dont une bonne moitié relèvent de l'autofiction, ont toutes pour toile de fond l'Allemagne de l'Est où l'auteur a grandi, et dont il restitue l'atmosphère avec un art de la narration exceptionnel. Ses héros sont issus comme lui-même de cette classe ouvrière censée être l'objet de toutes les attentions du régime, mais dont le quotidien restait inévitablement banal, avec ses joies et ses misères cachées. Les mots qui n'ont pas été dits, ceux qui l'ont été mais qu'on a mal interprétés ou qui sont restés incompréhensibles, et aussi les oublis et les négligences en tous genres, les coups de téléphone donnés trop tard, les bonnes intentions non suivies d'effet, sont au cœur de ces nouvelles qui disent comment, dès l'enfance, toute destinée se charge de culpabilité. Comment le temps, la plus immatérielle des choses, pèse sur les épaules des êtres, dont même la force apparente cache toujours une irrémédiable fragilité.


- Le prince charmant est infidèle
de Ondine Khayat
Éditions Michel Lafon / Mars 2015


Il était une fois une magnifique princesse, prénommée Cathy, qui vivait un conte de fées avec son prince charmant, Ben, dans leur ravissant château F3 parisien. Mais bizarrement, les contes de fées ne précisent pas que le prince charmant est parfois infidèle. D'ailleurs, Ben cache bien son jeu: c'est en fait un séducteur compulsif, qui carbure à la vodka-orange. Jusqu'au jour où la mort de sa mère le plonge dans une terrible crise  existentielle. Son chemin croise alors celui de Claire, une coach-thérapeute déjantée, qui lui lance un défi: accepter de Cathy ce qu'il se permet lui-même. Pour Ben, le cauchemar commence. Il va se retrouver dans des situations désopilantes qui l'obligeront à voir les choses en face: si le prince charmant est infidèle la princesse peut l'être aussi.


- Le prolongement du point
de Andreï Baldine
Éditions Verdier / Mars 2015


Prolonger le point, c'est cesser d'avoir Moscou pour seul centre et se tourner aussi bien vers l'Europe que vers les steppes et leur immensité, c'est le refus du repli, la pensée en mouvement. C'est refaire, parfois les pieds dans la boue, les voyages de Karamzine ou de Tolstoï, pleurer Lenz, tenter d'oublier Pouchkine et comprendre enfin qui il est. C'est traverser sans timidité des œuvres inconnues et rêver de s'y plonger. Puis embarquer sur l'Espérance pour la première expédition maritime russe autour du monde, y croiser un orang-outang et le désastreux neveu de Tolstoï. C'est bercer le tsar russe. Tracer des lignes de symétrie ou de fuite, suivre les méandres de l'errance, jongler avec des instruments d'optique, changer de focale ou de prisme. C'est être pris dans un joyeux tourbillon d'érudition, arpenter sans relâche l'espace créé par le mot, dynamiter le temps, bousculer les catégories, sauter par-dessus les frontières, penser, penser encore. C'est l'exercice de la liberté.


- Le revenant
de Yigit Bener
Éditions Actes Sud / Mars 2015


L'exilé politique condamné à une longue absence ne retrouve pas sa terre natale sans ressentir une profonde douleur. L'indifférence de ceux qui l'ont jeté sur les chemins de l'étranger, le poids du temps qui efface et transforme, la difficulté de se réinsérer et la tristesse de ne plus retrouver les êtres aimés se conjuguent d'une insidieuse façon. Écrivain, enseignant universitaire, traducteur, interprète, Yiğit Bener interroge et analyse sous une forme romanesque ce que furent et demeurent encore pour lui, bien des années après, l'expérience et l'épreuve du retour dans le pays de sa vie, celui de ses combats, de ses engagements politiques et intellectuels. Critique acerbe de l'évolution contemporaine de la Turquie et des obsessions des années 1980, ce livre fait le bilan, aussi subjectif que nécessaire, de cette période de grands changements; il convoque la désillusion de toute une génération tout en révélant, avec clairvoyance, l'extraordinaire multiplicité de cette nation amputée mille fois de sa mémoire, mais plus que jamais vibrant d'Histoire passée et à venir.


- Le sommeil de Grâce
de François Emmanuel
Éditions Du Seuil / Mars 2015


Grâce est plongée dans le coma. Alertés, ses proches se réunissent dans la ferme de l'ancienne maison familiale de Chavy, en Normandie. La nuit tombe, la neige fige toute chose. Chacun s'installe dans l'attente des nouvelles venues de l'hôpital. Dans ce temps indécis, intenable, Jivan, le frère adoptif de Grâce, Marina et Alexia, ses sœurs, se retrouvent livrés à eux-mêmes autant qu'ils se livrent les uns aux autres. Et lorsque, au terme de deux jours et de deux nuits, le sommeil de Grâce prendra fin, tous auront opéré à leur manière une traversée intérieure, faisant le bilan de leur vie, des liens qui les unissent comme aussi de tout ce qui les sépare.


- Le songe d'Empédocle
de Gérard Christopher
Éditions L'Âge d'Homme / Mars 2015


Roman initiatique, Le Songe d'Empédocle narre le périple du jeune Oribase sur les traces de la Phratrie des Hellènes, une mystérieuse société secrète qui, depuis vingt-cinq siècles, transmet les mythes et les rites de la Grèce des sages et des chamanes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: 1. Les romans :: Les dernières parutions-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: