Le Titre du Roman

PortailPortail  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 19:32

- Ne t'aide pas et l'État t'aidera
de Éric Verhaeghe
Éditions Du Rocher / Janvier 2016


La Sécurité sociale est-elle une institution responsable du déclin français? Dans les années 40, la France de Vichy a construit un système de protection sociale fermé et monopolistique qui perdure au XXIe siècle. De sa naissance à sa mort, le Français est pris en charge par cette structure qui le déresponsabilise et l'anesthésie sous couvert de "solidarité". Le citoyen peut-il se libérer de ses entraves et adhérer à une institution qui le rendra à la fois plus libre et plus riche? L'auteur dresse un état des lieux souvent caustique de la situation et propose de sortir du cercle vicieux généré par le système obsolète des années 40. Un livre décapant.


- Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre
de Alain Badiou
Éditions Fayard / Janvier 2016


Dans ce court essai, Alain Badiou revient sur les tueries perpétrées le 13 novembre à Paris et propose d'élucider ce qui est arrivé. Qui sont les agents de ce crime de masse? Et comment qualifier leur action? Où en est notre monde, du point de vue de ce qui a été ainsi mis en place insidieusement, puis avec acharnement depuis un peu plus de trente ans? Ce dont nous souffrons, c'est de l'absence à échelle mondiale d'une politique disjointe du capitalisme hégémonique. Tant qu'une proposition stratégique autre ne sera pas faite, le monde restera dans une désorientation essentielle. C'est un travail pour tous que d'essayer de faire que l'histoire de l'humanité change de direction et s'arrache au malheur opaque où en ce moment elle s'enfonce.


- Portrait de mon père. Georges H. W. Bush
de Georges W. Bush
Éditions Odile Jacob / Janvier 2016


Un fils trace le portrait de son père. Un homme d'État se penche sur la carrière et l'action d'un autre homme d'État. Un président des États-Unis raconte la vie d'un héros, un autre président des États-Unis, son père. Un livre, sincère et émouvant: le portrait d'un très grand président, George H. W. Bush, par son fils, le président George W. Bush. La saga d'une grande famille américaine qui nous fait pénétrer au cœur d'une dynastie et au cœur du pouvoir. George H. W. Bush a été le 41e président des États-Unis (1989-1993). George W. Bush a été le 43e président des États-Unis (2001-2009)


- Pour un état fort
de Alain Juppé
Éditions JC Lattès / Janvier 2016


"Nous avons besoin d'un État fort, telle est ma conviction. Pour garantir la liberté de ses citoyens, un État de droit se doit d'assurer la sécurité et de rendre la justice de manière efficace. Si notre État a de nombreux atouts, il a aussi des fragilités qui, j'en ai la conviction, peuvent être surmontées. Elles nécessitent une action résolue à court terme, pour mieux préserver notre État à long terme. Nous ne pouvons plus attendre, l'avenir de la France se joue dès aujourd'hui". Sécurité, bon fonctionnement du système judiciaire, respect du droit et des principes républicains, lutte contre l'immigration illégale, laïcité: les défis pour l'État sont nombreux. Alain Juppé expose ses valeurs, sa conception de l'État, la nécessité de le recentrer sur ses missions premières et ouvre un débat essentiel. Il a consulté les professionnels de la sécurité et de la justice: magistrats, policiers, gendarmes, directeurs de prison… Il présente une série de propositions pour redonner à l'État force et autorité pour accomplir ses missions.


- Quand la gauche agonise. La république des bons sentiments
de Paul-François Paoli
Éditions Du Rocher / Janvier 2016


Pourquoi la gauche a-t-elle perdu le soutien des classes populaires et celui des intellectuels? Parce qu'elle a fait l'impasse sur ce qui constitue l'identité de la France, brutalisée par la mondialisation. La gauche ne s'est pas seulement ralliée au libéralisme, elle a adhéré à une vision post-nationale de la République qui trahit l'héritage de Clemenceau et De Gaulle. Face au défi que représente l'islam, elle a recours à un discours creux sur le "vivre ensemble" qui tente de camoufler l'ampleur de fractures ethniques et religieuses. Paul-François Paoli rappelle que la question de l'identité de la France, marquée par la tradition chrétienne et l'héritage gréco-romain, et celle de sa souveraineté sont liées. S'il existe un peuple français, celui-ci a des droits historiques sur la France, laquelle n'est pas qu'une idée mais une terre et un pays. C'est cette réalité que certaines élites occultent alors qu'elles reconnaissent ce principe pour d'autres pays, de la Russie à Israël. L'auteur exhorte à une décolonisation des esprits. Il nous rappelle l'avertissement de Jean-Paul II, en 1980, lors de sa venue à Paris: "Veillez par tous les moyens à votre disposition sur cette souveraineté fondamentale que possède chaque nation en vertu de sa propre culture".


- Robert F. Kennedy. La foi démocratique
de Jean-Pierre Mignard et Hugo Roussel
Éditions Stock / Janvier 2016


Robert F. Kennedy est une grande figure de la vie politique américaine, éclipsée à l'étranger par l'aura de son frère John, président charismatique assassiné le 22 novembre 1963. Directeur de campagne de ce dernier, ministre de la Justice (Attorney General) dans son gouvernement, puis sénateur de l'État de New York, il se lance à son tour dans la course à la Maison-Blanche en 1968. Mais il est lui aussi assassiné, le 5 juin 1968, alors qu'il vient de remporter la primaire de Californie. C'est un personnage singulier, un catholique fervent, un lutteur passionné et parfois violent, un homme d'action animé de spiritualité dont les combats, contre la corruption, le racisme et les discriminations, l'injustice et la misère, sont toujours d'actualité. Dans ce portrait alerte et vibrant, Jean-Pierre Mignard, socialiste et catholique engagé, ne dissimule pas son empathie. RFK incarne à ses yeux la quintessence de la "foi démocratique": celle d'un leader politique audacieux et vertueux, liant la force du verbe et la résolution de l'action. À l'évidence, son admiration exprime aussi une aspiration pour la France.


- Souveraineté, démocratie, laïcité
de Jacques Sapir
Éditions Michalon / Janvier 2016


"La nation rassemblée et l'état d'urgence décrété: nous vivons un moment souverainiste. Mais à quel prix, et sous quelles conditions, pouvons-nous vivre ensemble? Cette question fait clivage. Le souverainisme est ce nouveau spectre qui hante le monde. Rien de plus normal pourtant, car la question de la souveraineté est fondatrice de la démocratie. Elle fonde la communauté politique, ce que l'on appelle le peuple, et définit un ordre politique. Partout en Europe et dans le monde s'exprime la volonté populaire de retrouver sa souveraineté. Que ce soit face aux incohérences de l'Union européenne sur la crise des réfugiés, ou face aux questions suscitées par le déni de la souveraineté grecque des institutions de la zone Euro, la souveraineté est la question d'aujourd'hui. Si la notion de souveraineté a pris une place centrale dans le débat, c'est bien parce qu'elle touche à quelque chose d'essentiel: la liberté. Celle de faire et de décider, en son propre nom comme de manière collective. Mais qui dit souveraineté dit aussi peuple et laïcité. Aujourd'hui plus que jamais, il est impératif de rejeter les définitions du peuple fondées sur l'ethnie ou la religion, et d'affirmer la nature historique et politique de cette notion. Faire disparaître du champ politique le principe de souveraineté ne peut se justifier que par une volonté de faire disparaître aussi le principe de démocratie. Il ne faut alors pas s'étonner de ce que la société glisse vers l'anomie et la guerre de tous contre tous". J.S.
Un essai de sciences politiques pour nous aider à penser la société et reconstruire le lien républicain.


- Un si cher ami
de Jean-Marie Pontaut et Dominique Torres
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


Au départ, tout semblait devoir séparer leurs destins. François Mitterrand, fin lettré, issu de la bourgeoisie de droite; Patrice Pelat, ouvrier chez Renault. Mais ces deux-là se sont rencontrés lors d'une séance d'épouillage dans un camp de prisonniers de guerre en Allemagne, et de cette promiscuité humiliante allait naître une indéfectible fidélité. Patrice Pelat, qui fera fortune dans l'industrie, aidera toujours, ô combien, moralement et financièrement, son compagnon de captivité. Et le Président couvrira ses fautes. Sans doute parce que Patrice est son seul véritable ami, et aussi parce qu'il y trouve son compte. Alors bien sûr, ce livre est un document exceptionnel étant donné les qualités d'enquêteurs de ses deux auteurs qui dévoilent les dessous de l'affaire Péchiney comme ceux du suicide de Pierre Bérégovoy, entre autres, mais c'est également un roman balzacien. Avec pour décor les lambris lézardés du pouvoir où s'infiltrent les forces douteuses de la finance, des moments d'intense émotion, des épisodes drolatiques…


- Winter is coming
de Garry Kasparov
Éditions Michel Lafon / Janvier 2016


L'ascension de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie en 1999 aurait dû être le signal que le pays allait s'éloigner de la démocratie. De fait, l'ancien lieutenant-colonel du KGB est devenu non seulement un dictateur, mais une menace pour le reste du monde. En effet, pour Garry Kasparov qui le combat depuis plus de dix ans, Poutine, comme al-Qaida ou l'organisation État islamique, se définit contre les pays libres. Dans ce livre, l'ex-joueur d'échecs exilé volontaire à New York appelle à une levée de boucliers urgente, tant diplomatique qu'économique. Car aussi longtemps que les puissances démocratiques le considéreront comme un chef d'État ordinaire, Poutine conservera sa crédibilité en Russie. Winter is coming, grâce à la force de persuasion, l'intelligence, la conviction et l'espoir de Garry Kasparov, est un manifeste brillant contre une menace trop longtemps ignorée.


- Au plus près du mal
de Frédérique Balland
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


Tandis que les enquêteurs établissent les premières constatations, elle furète, regarde, examine. Les scènes de crime lui parlent. Psychologue de la police, certains diraient "profileuse" mais elle n'aime pas ce terme, Frédérique Balland cherche à élucider ce qui se tait et pourtant signifie. Pourquoi le meurtrier a-t-il recouvert sa victime d'une couverture? Pourquoi les a-t-il toutes attachées de la même façon? Pourquoi cet assassin a-t-il tué les victimes qui se débattaient et laissé en vie celles qui se sont résignées? Avec les policiers de la Brigade criminelle, au célèbre "36" ou à Versailles, elle a travaillé plus de huit ans. Elle côtoie les enquêteurs, mais surtout les suspects. Elle ne dit rien, elle n'écoute pas ce qu'ils disent. Elle regarde autre chose. Leurs gestes, leurs yeux, leurs nerfs. Elle remonte leurs parcours. Et approche leur enfance, aussi. Son métier? Analyste de profil. Les criminels obéissent à une logique. Frédérique Balland a appris à la comprendre, du moins à l'approcher, jusqu'aux frontières du mal. Dans ce livre unique, plein de force et de retenue, Frédérique Balland retrace des affaires inconnues, d'autres, célèbres en apparence, elle raconte son parcours personnel, nous livre ses émotions, son travail, sa passion. Une traversée.


- Décomposition française
Comment en est-on arrivé là ?
de Malika Sorel-Sutter
Éditions Fayard / Novembre 2015


La décomposition de la France est engagée. Cela ne fait plus de doute. C'est en observant le système administratif et le monde politique, de l'intérieur, que Malika Sorel a pris la mesure de la faillite de nos élites. L'auteur a dû faire le constat de la servilité, de l'incurie, de l'impéritie, du cynisme, mais aussi de la peur, et de son corollaire, le mépris de la liberté, de la liberté d'esprit. La pente est prise depuis trop longtemps, par les mêmes toujours au pouvoir, du renoncement à analyser les problèmes en profondeur, à reconnaître leurs erreurs et à reprendre les questions douloureuses, dont les conclusions se révèlent bien souvent déplaisantes. Nos élites de commandement savent pourtant exactement ce qu'il en est des difficultés inhérentes à l'immigration et à l'intégration, qui se posent d'une manière plus aiguë que jamais. Et c'est là la source majeure de la dépression collective dans laquelle les Français ne cessent de s'enfoncer. Dans ce livre très personnel, elle raconte les choix opérés, auxquels les Français n'auront pas été associés, qui ont conduit le pays à sa situation actuelle.


- Dormez tranquilles jusqu'en 2100
de Jean-Marc Jancovici
Éditions Odile Jacob / Novembre 2015


Qu'est-ce qu'on oublie souvent quand on analyse la situation du monde? Les ressources énergétiques. Elles sont non seulement le nerf de la guerre, mais aussi celui de l'économie et de l'écologie. La méconnaissance de leur importance cruciale a incité Jean-Marc Jancovici à exposer la face énergétique" des grands thèmes qui font de façon récurrente la une de l'actualité. Si vous pensez que l'extrémisme politique n'a aucun rapport avec notre addiction au pétrole, que le changement climatique attendra avant de se manifester vraiment, que le nucléaire n'est pas écologique, que l'Allemagne est un exemple à suivre en matière de transition et que la croissance économique reviendra nécessairement pour financer ce qu'il faudra entreprendre, ce livre va vous surprendre et vous faire découvrir la face cachée d'une actualité trop consensuelle pour être écologiquement honnête. Jean-Marc Jancovici, ingénieur de l'École polytechnique, est consultant, enseignant et fondateur de la société Carbone 4. Il anime The Shift Project destiné à accélérer la transition énergétique et a collaboré à l'élaboration du Pacte écologique de la Fondation Nicolas Hulot. Inlassable médiateur des questions écologiques via ses chroniques à la télévision ou son blog sur Internet, il est l'auteur de nombreux ouvrages qui ont rencontré un vif succès.


- L'étrange Monsieur Rohani
de Bertrand Delais
Éditions Les Presses Du Midi / Novembre 2015


Avec l'arrivée d'Hassan Rohani à la présidence de la République islamique d'Iran, un vent d'espoir souffle dans les chancellerie sur une possible modération de la théocratie qui entretient des relations conflictuelles avec l'Occident depuis le début. Faut-il se fier aux apparences et aux allures de ce mollah qui a été dans tous les rouages de la dictature iranienne, y compris à des postes extrêmement sensibles de la sécurité et de la défense? L'Occident ne découvre pas Rohani qu'en 2013; il a été le principal interlocuteur de la troïka européenne pendant les négociations nucléaires en 2003. Bien que l'accord nucléaire conclu en 2015 permette un brin d'optimisme, l'absence d'amélioration dans le domaine des droits humains et la poursuite des aventures hégémoniques de l'Iran islamiste dans la région laissent perplexes. Rohani est-il finalement un "pragmatique modéré" ou un magicien qui vient, dans l'ombre du Guide suprême religieux, illusionner le monde pour prolonger la survie d'un système en fin de course?


- La démocratie face à Wall Street
de Pablo Iglesias
Éditions Les Arènes / Novembre 2015


Podemos, le mouvement espagnol des Indignés, est devenu la troisième force politique nationale en moins de deux ans. Mais face au "parti de Wall Street", son leader Pablo Iglesias préfère la statégie subtile du jeu d'échecs à la violence d'un combat de boxe perdu d'avance. Sa génération, celle des trentenaires, est en état d'urgence. Elle possède la fraîcheur et l'enthousiasme qu'ont perdus les partis politiques traditionnels. Déjà à l'œuvre dans les mairies de Madrid et Barcelone, elle appelle à une refondation démocratique de l'Europe et de la zone euro. Ce livre interpelle les jeunes Européens souvent en marge de la politique conventionnelle mais qui veulent une régulation pacifique à la crise et non le chaos. La génération des Indignés ne veut plus se tromper d'ennemi et rêve, par-delà l'échec grec, d'une nouvelle Europe, légitime et démocratique.


- La République des conseillers
de David Sénat
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


"À l'été 2010, au terme de huit années passées au sein de quatre cabinets ministériels, j'étais contraint de quitter mes fonctions. Ce rouleau compresseur auquel j'ai consacré toute mon énergie, aux ministères de la Justice, de la Défense et de l'Intérieur, avait fini par se retourner contre moi. Une poignée d'agents du renseignement intérieur, la DCRI, avaient découvert mes échanges avec un journaliste. J'étais soudain frappé du sceau de l'infamie. Considéré comme indésirable, voire dangereux. Banni du pouvoir, j'ai eu le temps de réfléchir à l'exercice de l'État: ses petitesses, ses lâchetés et surtout son absence de sentiment. Il faut survivre, quitte à tuer ou blesser". D. S.
Le conseiller travaille dans les grands ministères, participe aux réunions sensibles, reçoit dans son bureau, explique, suggère, influence, avertit. Les textes de loi, c'est lui. Les amendements, c'est lui. Les parapheurs, c'est lui. Il connaît et maîtrise ses dossiers, tandis que les ministres font de la communication et passent. Mais ces femmes et ces hommes, dont le nom est parfois cité, n'écrivent pas. David Sénat, lui, raconte cette République des conseillers. Et c'est un événement.


- Le sport contre les femmes
de Ronan David
Éditions Le Bord de l'Eau / Novembre 2015


Là où les mouvements féministes avaient lutté pour un corps vivant, jouissant, érotique, poétique, le sport réduit à néant les perspectives de libération et produit sur les jeunes filles et les femmes une violence meurtrière. Le sport moderne se constitue ainsi comme une véritable machinerie visant à domestiquer les corps charnels, voluptueux et s'oppose en tout point à toutes les revendications émises par le mouvement féministe. Le sport comme "nouvelle industrie de masse" pour transformer les femmes en hommes virils?


- Les aventuriers de la République
de Jacques Ravenne et Laurent Kupferman
Éditions Fayard / Novembre 2015


De la chute de la monarchie absolue à la IIIe République, la France vit une riche épopée, jalonnée de personnages hors du commun qui ont façonné notre société et ses valeurs républicaines fondamentales. Parmi eux, des francs-maçons ont joué un rôle novateur souvent méconnu quoique décisif. Certains sont célèbres, d'autres injustement tombés dans les oubliettes de l'histoire: Voltaire, Choderlos de Laclos, Lafayette, Mirabeau, Marat, Guillotin, le peintre David, Fouché, Talleyrand, Gambetta, Léon Bourgeois, Maria Deraismes, Ledru-Rollin, Adolphe Crémieux, Victor Schoelcher, Raspail, Bartholdi, Jules Ferry, Émile Combes… Sans oublier les non-initiés, dits "maçons sans gants ni tablier", tel, étonnamment, l'ambivalent et sulfureux Sade. Les auteurs proposent un passionnant et inédit voyage initiatique à travers les siècles, généreux en anecdotes rétablissant le vrai et le faux dans la mythologie colportée autour de la franc-maçonnerie, à la découverte de ces grandes voix pionnières qui, par leur engagement politique, artistique, maçonnique, ont été des bâtisseurs de l'humanisme et de l'universalisme à la française. Des aventuriers de la République.


- Les derniers jours de François Mitterrand
de Christophe Barbier
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


Que s'est-il vraiment passé pendant les derniers jours de François Mitterrand? Comment le monarque à l'agonie a-t-il, ces jours-là, bâti sa propre légende et sculpté sa statue pour l'Histoire? Pourquoi a-t-il voulu, du 17 mai 1995 au 8 janvier 1996, revisiter Venise, Belle-Ile et Assouan, relire saint Paul et honorer sainte Thérèse de Lisieux? Quels témoins s'est-il alors choisis pour porter son image, méticuleusement tracée, et défendre son bilan, soigneusement épuré? C'est ce que ce livre raconte, en traversant 237 jours énigmatiques et en interrogeant la centaine de confidents qui ont défilé, alors, au chevet du Président. Cette course contre la mort possède sa propre liturgie, en une minutieuse mise en scène qui doit autant à Mitterrand-le-Grand, un homme opiniâtre et libre qui veut mourir sans se rendre, qu'à Mitterrand-le-Petit, un vieillard obsédé par d'ultimes règlements de comptes avec son passé, ses familles et sa postérité. À l'occasion du centenaire de sa naissance ainsi que des vingt ans de sa mort, Christophe Barbier revisite en expert cette "cérémonie des adieux" qui n'a rien perdu de son mystère.


- Les droites extrêmes en Europe
de Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg
Éditions Du Seuil / Novembre 2015


La fin du XXe siècle a vu, à la droite de l'échiquier politique, l'émergence de partis extrêmes ou radicaux, en rupture avec les traditions nazie ou fasciste, et dont l'objectif est bien la conquête du pouvoir par la voie électorale et démocratique. Ces mouvements permettent de penser les mutations de l'extrême droite et son adaptation aux temps présents. Ce livre définit et décrit les différentes familles de cette partie du spectre idéologique, avec une attention particulière portée aux 28 pays membres de l'UE, sans négliger la Russie. Il revient ainsi sur l'histoire récente de ces partis ou mouvances, leur programme idéologique et, au-delà, leur vision du monde. Leurs résultats électoraux et la sociologie de leur électorat y sont exposés de façon à faire émerger le "minimum commun" qui les rassemble, même si leur hétérogénéité et le poids des spécificités nationales ne permettent pas de parler d'une "internationale de l'extrême droite". Contrairement aux idées les plus paresseuses, Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg montrent qu'on fait fausse route en expliquant la montée des partis nationalistes, populistes et xénophobes, par la seule variable de la crise économique. Leur audience croissante est plutôt le symptôme d'un très profond questionnement des cadres traditionnels de l'identité européenne, de la représentation politique et des références libérales ou conservatrices des droites de gouvernement.


- Les guerres du président
de David Revault d'Allonnes
Éditions Du Seuil / Novembre 2015


François Hollande, chef de guerre? L'affirmation peut prêter à sourire: rien ne semble a priori plus étranger au président que le conflit ou l'affrontement armé. Homme politique tout en rondeurs et en compromis, il s'est toujours refusé au rapport de forces direct, lui préférant l'art de l'esquive et de l'évitement. À l'usage du pouvoir, il s'est pourtant révélé un chef des armées sans complexes et sans remords, déclenchant sans ciller interventions extérieures et opérations des services secrets, bousculant volontiers les militaires afin d'obtenir des résultats politiques, se révélant enfin face au terrorisme qui a frappé la France en 2015, et la menace encore. Comment Hollande est-il entré en guerre au Mali, première opération extérieure d'un quinquennat qui en comptera beaucoup d'autres? Quels ont été les dessous des frappes avortées contre le régime de Damas, à l'été 2013? Ceux de l'offensive lancée contre l'État islamique, en septembre 2015? Pourquoi se montre-t-il souvent plus dur encore dans ses positions que Washington, au point d'espérer bénéficier du retrait global des Américains, notamment au Moyen-Orient? Comment prend-il ses décisions militaires? Qui sont ses faucons? Comment les attentats de janvier 2015 ont-ils conféré un tour plus sécuritaire encore à son quinquennat? Au fil d'une enquête fouillée, associant des documents d'archives exclusifs et de nombreux témoignages, dont celui du président lui-même et des principaux dirigeants de l'exécutif, mais également des acteurs et des observateurs les plus avertis de ces dossiers sensibles, ce livre révèle la face cachée du président.


- Naissance de l'action française
de Laurent Joly
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2015


L'Action française est assurément, en France, le mouvement d'extrême droite le plus influent du XXe siècle. Née en 1899 sous l'égide intellectuelle de Maurice Barrès, elle tombe rapidement sous l'emprise du royaliste Charles Maurras. Laurent Joly nous livre ici la première étude consacrée à cette naissance, dans le contexte de l'affaire Dreyfus. Fondateur de l'AF, Henri Vaugeois en appelle alors à une dictature militaire ennemie de "l'humanitarisme" judéo-protestant. Maurras, pour sa part, n'hésite pas à encenser l'action antisémite de Jules Guérin, escroc notoire. Quant à Barrès, compromis dans la tentative de coup d'État de Déroulède en février 1899, il reconsidère son nationalisme à la lueur du racisme crépusculaire de Jules Soury. Tous se retrouvent autour de l'Action française, qui s'institue "laboratoire de nationalisme" avant de se convertir à la "monarchie de salut public" (1901). Le petit groupe fait ainsi le lien entre l'extrême droite du XIXe siècle, royaliste et cléricale, et celle du XXe siècle, ultra-nationaliste, xénophobe et volontiers athée. À partir d'archives privées et de multiples sources inédites, Laurent Joly restitue, à l'échelle des individus, les conditions sociales et les logiques cachées d'une conversion politique. Battant en brèche le récit héroïque des débuts de l'"école" d'AF, l'enquête fourmille de révélations sur la personnalité et les aspirations du duo Barrès-Maurras à l'aube du XXe siècle. Elle apporte ainsi une contribution décisive à l'étude de la magistrature intellectuelle et du charisme en politique.


- Secrètes histoires
de François Heisbourg
Éditions Stock / Novembre 2015


Nous savons tous, en gros, que le monde actuel, avec ses dés, ses crises endémiques et ses acteurs en quête de puissance ou de revanche, est né de l'effondrement de l'URSS et du triomphe en trompe-l’œil des États-Unis. Mais nous ignorons les histoires, petites ou grandes, qui ont accompagné ou précédé les décisions les plus spectaculaires. Nous ne connaissons pas le "dessous des cartes". À travers des exemples puisés dans sa propre expérience de conseiller au plus haut niveau, François Heisbourg révèle quelques-uns de ces secrets: certains sont piquants, d'autres dénotent beaucoup d'aveuglement de la part des décideurs, et on apprend aussi que la paix du monde a tenu parfois à bien peu de chose, au courage d'un marin soviétique, par exemple.


- Tribulations financières au pays des entrepreneurs
de Christophe Bavière
Éditions Cherche Midi / Novembre 2015


Idinvest Partners. Ce nom ne vous dit rien? Pourtant, sans leur aide et leur financement, les aventures de Meetic, Dailymotion, Criteo, Materne, Sarenza ou Deezer n'auraient peut-être pas été si flamboyantes. Depuis vingt ans, Christophe Bavière et Benoist Grossmann investissent avec succès dans de jeunes entreprises innovantes. En les suivant dans leurs tribulations financières, on découvre que la France est une formidable terre d'entrepreneurs. Encore faut-il leur donner les moyens humains et financiers pour développer leurs idées, créer des emplois, s'internationaliser et participer ainsi au redressement et au rayonnement de notre économie. Ce livre nous raconte les dessous du financement des entreprises et décrypte le rôle essentiel des fonds d'investissement comme Idinvest, à la fois partenaire financier, conseiller stratégique et sparring-partner des plus brillants entrepreneurs français. Les fonds d'investissement sont rien de moins que le fer de lance de nos PME.


- Voltaire ou le jihad
de Jean-Paul Brighelli
Éditions L'Archipel / Novembre 2015


Vilipendée par des médias soucieux de ne fâcher personne, la "culture européenne" est aujourd'hui concurrencée par les "cultures plurielles". Dans les cervelles soigneusement vidées des nouvelles générations peuvent dès lors s'insinuer des cultures de substitution, "culture des banlieues", "culture jeune", bien frêles face à l'offensive de l'islam fondamentaliste. Les nouvelles technologies, proposées comme panacée, sont le vecteur de cette substitution. Héritière de siècles de marche vers la lumière, la culture française doit aujourd'hui affronter une culture obscurantiste, celle du jihad mondial. À moins d'une prise de conscience radicale, l'issue du combat est fort douteuse. Sommes-nous vraiment les héritiers de Voltaire, ou glissons-nous vers la barbarie sans nous en apercevoir? Question posée dans ce livre, qui désigne les responsables et les complices de cette démission.


- Africanistan
de Serge Michailof
Éditions Fayard / Octobre 2015


En 2050, l'Afrique sera plus peuplée que la Chine, mais les jeunes en âge de travailler y seront trois fois plus nombreux et les emplois manqueront encore plus cruellement qu'aujourd'hui. Or le chômage massif de jeunes à demi scolarisés constitue l'une des principales explications de l'effondrement dramatique de l'Afghanistan, la Syrie ou l'Irak. Le Sahel francophone est une zone d'immense fragilité, dont les caractéristiques rappellent l'Afghanistan. Nous ne voulons voir que l'Afrique en progrès, celle qui offre de nouveaux marchés et regorge de matières premières. Mais l'Afrique en crise existe toujours et se comporte comme un cancer, envoyant ses métastases dans les pays voisins, et jusqu'en Europe. Bien naïf celui qui croira que la charité et les interventions militaires suffiront à éteindre l'incendie qui couve dans ces zones déshéritées. Nous ne pourrons rester longtemps indifférents: pour ne pas être nous aussi victimes de ces métastases, tentons de comprendre la réalité, et réfléchissons à ce qui peut encore être envisagé pour endiguer le feu et éviter que l'Afrique en crise n'arrive dans nos banlieues.


- À mi-parcours
de André Rousselet
Éditions Kero / Octobre 2015


Ce livre est un événement. André Rousselet, qui n'avait jamais raconté sa vie, se confie pour la première fois.
Ami de longue date puis exécuteur testamentaire de François Mitterrand, fondateur de Canal Plus, président de la G7, directeur de cabinet du président de la République, président de Havas, collectionneur d'art… André Rousselet, que rien ne destinait à une existence aussi romanesque, s'est trouvé au centre de la vie politique et médiatique de la Ve République. Avec humour ou gravité, toujours direct, il retrace ici un parcours extraordinaire et nous entraîne dans une surprenante autobiographie pleine de révélations.


- Apprendre et oser
Au XXIe siècle, le business fait l'histoire
de Bernard Ramanantsoa
Éditions Albin Michel / Octobre 2015


La France traverse une crise sans précédent et chaque jour les critiques contre les patrons, la mondialisation et l'affairisme font reculer une ambition simple: permettre à notre pays de rester une grande puissance et de garantir à ses habitants un haut niveau de vie. Pire, en handicapant, par une succession de politiques de gribouille, le long terme comme l'esprit d'initiative, nous voici marginalisés. Or, comme le martèle Bernard Ramanantsoa: "Au XXIe siècle, le business fait l'histoire". Il faut donc défendre ceux qui chaque jour agissent pour maintenir la France au cœur du monde des affaires et des affaires du monde. Depuis vingt ans à la tête d'HEC, Bernard Ramanantsoa se bat pour les entreprises et les entrepreneurs. Car HEC n'est pas une simple business school. C'est un laboratoire où se préparent les dirigeants de demain et où des chercheurs d'excellence s'appliquent à améliorer les performances économiques. Une école de vie.


- À quoi rêvent les algorithmes
Nos vies à l'heure des big data
de Dominique Cardon
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Parmi les espoirs et les craintes que suscite la numérisation de nos sociétés, la constitution de grandes bases de données confère une place de plus en plus centrale aux algorithmes qui gouvernent les comportements de chacun. L'ambition de ce livre est de proposer une exploration critique de la manière dont les techniques de calcul façonnent nos sociétés. Classement de l'information, personnalisation publicitaire, recommandation de produits, orientation des déplacements, mesures corporelles..., les calculateurs sont en train de s'immiscer, de plus en plus profondément, dans la vie des individus. Cet ouvrage voudrait montrer comment les techniques statistiques qui prennent leur essor avec les big data enferment des conceptions différentes de la société qu'elles calculent. Loin d'être de simples outils techniques, les algorithmes enferment un projet politique. La thèse défendue dans cet ouvrage est que la personnalisation des calculs est à la fois l'agent et la conséquence de l'individualisation de nos sociétés. Elle témoigne de la crise des catégories statistiques traditionnelles qui permettaient à la société de se représenter. Elle encourage le déploiement de la course méritocratique vers l'excellence, la compétition des individus pour la visibilité et le guidage personnalisé des existences. Comprendre la logique des nouveaux algorithmes du web, c'est aussi donner aux lecteurs les moyens de reprendre du pouvoir dans la société des calculs.


- Bruno Lemaire, l'insoumis
de Olivier Biscaye
Éditions Du Moment / Octobre 2015


L’Élysée, il n'y pense pas seulement en se rasant le matin. Fort de ses 29% recueillis lors de l'élection pour la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire se prépare. C'est un secret de polichinelle: l'ancien ministre de l'Agriculture sera candidat à la primaire en novembre prochain. Il croisera certainement sur sa route Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy. Chacun avec son parcours, ses doutes, ses atouts et ses faiblesses. Bruno le Maire peut-il faire la différence face aux poids lourds de l'UMP, plus capés et plus expérimentés? Le député de l'Eure en a l'intime conviction: il peut s'imposer comme l'homme du renouveau en 2017. Cette première biographie consacrée à Bruno le Maire revient sur les moments-clés de son histoire personnelle: l'influence de sa grand-mère Isabelle, ses relations difficiles avec son père, son voyage initiatique en Croatie, sa rencontre avec Dominique de Villepin... Une immersion dans la galaxie BLM pour comprendre la mutation du fils de bonne famille biberonné par les jésuites qui a décidé de s'affranchir de son milieu qui l'écrase. Pour comprendre aussi comment l'agrégé de lettres, normalien et écrivain, s'est retrouvé à faire de la politique de terrain loin des salons dorés de la République. De l'avenue d'Eylau dans le 16e arrondissement de Paris à Ciboure où il passait ses vacances, de sa thurne rue d'Ulm à son bureau de directeur de cabinet à Matignon, du marché d'Évreux aux sommet européens, de ses désillusions sur Nicolas Sarkozy à la course à la présidence de l'UMP, une centaine de témoins racontent Bruno Le Maire. Sa construction, ses contradictions, sa détermination.


- Comment les rabbins font les enfants
de Delphine Horvilleur
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


À l'heure des replis communautaires et des identités figées, que signifie appartenir et transmettre? Contrairement à ce qu'affirment tous les fondamentalismes, la transmission d'un héritage ne doit pas être une réplication à l'identique. Elle dépend d'une infidélité partielle, garante de surgissements inattendus, aujourd'hui comme hier. Mariant filiation et rupture, la tradition juive ne se renouvelle qu'en étant bousculée et nourrie par sa rencontre avec d'autres; cela implique l'ouverture à l'Étranger, ainsi que l'ouverture au Féminin. Cet ouvrage est donc d'abord un plaidoyer pour une "religion matricielle" qui, à la manière d'un utérus, est un lieu de fertilisation. Les textes sacrés eux-mêmes y sont fécondés par des lectures inédites. Illustrant brillamment cette vision ouverte de la religion, Delphine Horvilleur revisite, loin des interprétations convenues, quelques épisodes fameux de la Genèse, notamment Adam et Ève, Caïn et Abel, l'histoire biblique des premiers parents et des premiers enfants de l'humanité. Elle montre aussi sa capacité à repenser les grands problèmes contemporains à partir de la tradition rabbinique. Trois thèmes sont successivement abordés: Comment, selon le judaïsme, se fabriquent un parent, une identité et un désir, c'est-à-dire la possibilité d'enfanter l'avenir. Procédant avec clarté et humour, citant aussi bien Émile Ajar et Amos Oz que la Genèse et le Talmud, elle conclut son livre par une analogie entre le Texte et le Féminin, dotés d'une même capacité de croître et de multiplier.


- Contre-enquête sur l'affaire De Broglie
de Christian Chatillon
Éditions Du Toucan / Octobre 2015


Le 24 décembre 1976, le prince Jean de Broglie, ancien secrétaire d'État et Président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée, député de l'Eure, est assassiné dans le XVIIème arrondissement de Paris. C'est un coup de tonnerre médiatique et politique. De façon stupéfiante, le ministre de l'intérieur Michel Poniatowski n'attend pas cinq jours pour annoncer publiquement, au mépris de toute procédure judiciaire, que les coupables sont identifiés et que l'affaire est éclaircie. Pourtant, aujourd'hui encore, une certitude demeure: aucune explication solide, aucun mobile sérieux ne figurent au dossier pour expliquer ce crime dont les pièces judiciaires importantes sont toujours classées "secret défense" en 2015. Christian Chatillon a entrepris de remonter le fil de l'enquête, d'éplucher tous les PV, de rencontrer tous les acteurs encore vivants et disponibles, à la recherche de la pièce manquante. Tous les faits évoqués dans cet ouvrage ont été recoupés et vérifiés. Des sources sont citées, d'autres non. Certains informateurs n'ont en effet accepté d'être interviewés que si leurs noms n'étaient pas mentionnés. C'est dire si l'affaire, près de quarante ans plus tard, reste sensible. À la fin de ce livre, on comprend pourquoi.


- De la destinée
de Raoul Vaneigem
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


"Le stade de délabrement auquel est arrivée une civilisation, bâtie par l'homme et contre lui-même, révèle l'imposture d'un système fondé sur l'inversion de l'homme et de la vie. Chacun est désormais amené à redécouvrir, avec sa spécificité d'être humain, un potentiel de création que la croyance à son statut d'esclave le dissuadait de revendiquer. Destin et destinée s'opposent. Version profane de la Providence, le destin, identifié au hasard, à la fatalité, à la nécessité, est inéluctable. La destinée, elle, met en œuvre les capacités créatrices de l'homme en voie d'humanisation, la faculté de se créer en recréant le monde. À l'encontre des mécanismes du corps fonctionnel et rentabilisé, elle tend à privilégier le corps mû par une énergie vitale qui a été vampirisée pendant des siècles pour être transformée en force de travail. Construire sa destinée concrétise la réalité d'une vie authentique, s'émancipant de l'état de survie où elle végétait. Tout annonce une mutation de civilisation, une société où il nous appartiendra d'éradiquer les comportements prédateurs en établissant la prééminence de la vie et de la conscience humaine". R. V.


- Demain abolir la prison ?
de Roland Agret
Éditions Michalon / Octobre 2015


La prison est une grotesque prothèse sociale qui représente matériellement la distinction entre le Bien et le Mal. Elle joue un rôle de "sécateur social" entre la société et les détenus, qui à force de ruptures, sont complètement déshumanisés. La situation carcérale en France est d'un archaïsme absolu, humainement indigne jusque dans ses fonctionnements. De nombreux rapports dénoncent les conditions de détention inhumaines, les cellules insalubres, les activités proposées sont souvent "débilisantes". Les droits aux soins sont dispensés selon le bon vouloir administratif et les disponibilités. Les condamnés en fin de vie sont totalement délaissés, leur cellule devient un mouroir. On compte un suicide tous les trois jours. Le constat est terrible et la prison se révèle un microcosme social où tout est exacerbé: la peur, la punition, l'émasculation collective, les privations et surtout la violence. L'enfermement est une pseudo-thérapie dangereuse, qui attise la dangerosité de ceux qui y sont soumis. En vérité, la prison est un échec constant. Alors quelles alternatives au milieu carcéral? Les auteurs font plusieurs propositions: promouvoir une stratégie policière d'infiltration, plus d'accompagnement à la sortie, la libération sous contrainte, et surtout plus de prisons ouvertes. Il n'y en a qu'une seule en France, Casabianda en Corse, alors que les établissements pénitentiaires ouverts fonctionnent parfaitement et les résultats sont positifs: moins de récidive, moins de suicide, meilleur réinsertion dans la société (pays scandinaves, 20 % à 30 % de la population carcérale vit dans des prisons ouvertes). Les réformes ont été assez superficielles et tout reste à faire.


- Enquête sur un suicide politique
Jean Germain, maire de Tours
de Alain Dayan
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Mardi 7 avril 2015, Tours. Tôt dans la matinée, l'ancien maire de la ville encore sénateur se suicide avec un fusil de chasse. Dans une lettre posthume retrouvée dans sa voiture, il a écrit: "Il est des êtres, j'en suis, pour lesquels injustice et déshonneur sont insupportables". Le Sénat et son président sont en émoi. Gérard Larcher s'adresse aux sénateurs dans l'hémicycle du palais du Luxembourg: "Jean Germain s'est senti condamné avant même d'être jugé, par un système qui n'a finalement jamais rien retenu depuis Pierre Bérégovoy". Les jours suivants, toute la classe politique française, droite et gauche confondues, essaiera de comprendre ce geste désespéré d'un élu qui a régné dix-neuf ans sur la ville de Tours. 2011, quatre ans plus tôt. À l'apogée de sa carrière politique, ce franc-maçon est cité dans Le Canard enchaîné. L'affaire des "mariages chinois" éclate et, avec elle, son lot de rumeurs. Jean Germain n'a jamais accepté le verdict de la vulgate, de la rue et des médias. Ce livre est la rencontre entre un journaliste politique et un ami proche de Jean Germain. Ils analysent le drame. Et révèlent au passage de nombreux faits inconnus.


- Frères ennemis
L'hyperviolence en politique
de Renaud Dély et Henri Vernet
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2015


La politique est un jeu de massacre. Jadis, des parrains, Mitterrand ou Chirac, faisaient régner un semblant d'ordre. En 2014, il n'y a plus de figure tutélaire, plus aucun respect et il n'y a donc plus que du désordre. Depuis la publication de Tous les coups sont permis, précédent livre des auteurs, le rythme des exécutions s'accélère. Sous l'impact de la "webisation" de la planète, de la prise de pouvoir des réseaux sociaux et de la dictature de l'image, la lessiveuse tourne à plein régime, broyant carrières, destins et parfois familles au gré d'une foultitude de coups bas, crocs en jambe et trahisons. À gauche, la figure de François Hollande, profondément délégitimée, ne suscite (presque) plus que railleries et critiques dans son propre camp. De Duflot à Montebourg en passant par Hamon et Filippetti, tous les "ex" souvent virés sans ménagement, quand ils dépeignent le pouvoir de l'intérieur, relatent la rapide dégringolade du hollandisme et déversent leur ressentiment à l'endroit du chef de l'État et du petit caporal Manuel Valls. De son côté, Nicolas Sarkozy continue d'inspirer la terreur parmi ses ex-vrais-faux fidèles. Xavier Bertrand, François Fillon, Bruno Lemaire, Hervé Mariton s'affranchissent à leurs risques et périls. D'autres ont fini par se ranger, un temps, résignés. Tous épanchent leurs états d'âme et dévoilent ce qu'ils pensent vraiment d'un chef qui les opprime autant qu'il les fascine. Depuis le cas Trierweiler et le Gayetgate, jusqu'aux blessures qui divisent le clan Le Pen, la haine se déploie dans chaque camp, et d'abord entre alliés, camarades, voire frères autoproclamés. Lâches ou aigris, revanchards ou tout simplement découragés, un long cortège de grands blessés de la politique, eux-mêmes tour à tour assassins et victimes, se racontent dans ce livre. Une somme de confessions inédites et explosives qui racontent, au-delà de ces destins individuels, cette grande machine à dépecer les êtres qu'est devenue la vie politique. Jusqu'à la boucherie finale qui achèvera les politiques, et la démocratie avec eux?


- Georges Mandel
L'homme qu'on attendait
de Jean-Noël Jeanneney
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Le destin tragique de celui que Churchill appelait "Mandel le grand" et qui fut assassiné par la Milice en juillet 1944 sort du commun. Il est d'abord le collaborateur intime de Clemenceau, avec qui il forme un attelage orageux et qui le marque pour toujours. Plus tard, dans les années 1930, son intelligence, sa mémoire et son autorité l'imposent comme un ministre hors de pair. Aux yeux de beaucoup, il est l'homme du recours en cas de drame national. Et pourtant, en 1940, il manque le rendez-vous de l'Histoire. Pourquoi? Enquête à conduire, mystère à élucider, en prenant en compte, dans la vie de Georges Mandel, l'héritage ambigu du Tigre, la solitude du sans-parti, les limites de son pragmatisme. Et surtout le doute secret que font naître en lui, dissimulées derrière son courage et le masque de son mépris, les haines suscitées par sa différence.


- Hamburger au paradis
de Louise Fresco
Éditions Robert Laffont / Octobre 2015


Pourquoi continuons-nous de manger même lorsque nous sommes rassasiés? Est-il raisonnable de se nourrir de fruits importés par avion de l'autre bout du monde et cueillis par des ouvriers sous-payés? Les denrées alimentaires génétiquement modifiées représentent-elles un danger ou offrent-elles, au contraire, une solution pour nourrir une population mondiale à la croissance exponentielle? Depuis la nuit des temps, l'homme a consacré toute son énergie à trouver de la nourriture. Prédateur omnivore, il n'a cessé de chasser, de pêcher et de cueillir. Ingénieux, observateur et pragmatique, il a asservi les animaux et domestiqué les plantes, œuvrant avec obstination pour assurer à tout un chacun une alimentation suffisante. La lutte acharnée contre la pénurie alimentaire est une des lignes de force de l'histoire de l'humanité et c'est cette longue, tragique et magnifique histoire que Louise Fresco nous raconte dans un récit passionnant et détaillé. Mais dans ce beau livre, Louise Fresco nous dit aussi autre chose. Elle affirme que, pour la première fois, l'humanité est entrée dans une ère d'autosuffisance. Contrairement aux inquiétudes des écologistes et aux élucubrations des tenants de l'apocalypse imminente, Louise Fresco affirme que les ressources naturelles et les avancées prodigieuse des sciences et des techniques offrent à l'humanité toute entière, quelle que soit sa croissance démographique, le retour à l'abondance si justement décrit dans la Genèse.


- Hunter killer
La guerre des drones par ceux qui la font
de Mark McCurley et Kevin Maurer
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


2004, Afghanistan. Le pilote de drone Mark McCurley est certain d'avoir Ben Laden dans sa ligne de mire ; le doigt sur la gâchette, il attend l'autorisation de tirer. 2004, Irak. Pour la première fois, un drone apporte un soutien armé à des troupes au sol prises sous le feu ennemi. 2005, Afghanistan. McCurley participe aux opérations de sauvetage du Navy SEAL Marcus Luttrell. 2006, Irak. Tir manqué contre le chef d'al-Qaïda, Moussab al-Zarqaoui. 2011; élimination du terroriste Anwar al-Awlaqi au Yémen et prise d'otage du navire The Quest au large d'Oman. Dans chacune de ces opérations, les drones ont été en première ligne, et Mark McCurley était aux commandes d'un appareil ou à la tête de l'intervention. Grâce à lui, on passe derrière la console de pilotage, on ressent l'adrénaline des frappes, l'atmosphère électrique du poste de commandement, mais aussi la frustration et parfois les traumatismes de pilotes qui, chaque soir, regagnent la vie civile avec les images d'une guerre qui se mène à des milliers de kilomètres de chez eux.


- Il m'a volé ma vie
de Morgane Seliman
Éditions XO / Octobre 2015


"Une heure, déjà, que le compte à rebours a débuté. Je me dépêche de faire mon repassage. Après, j'aurai trop mal.
- Trente minutes.
J'ai encore mal au crâne des coups d'hier.
- Dix minutes.
Je prends mon fils dans les bras pour aller le coucher. Je ne veux pas que mon bébé sente ma peur. Yassine a mis de la musique pour couvrir le bruit.
- Viens là.
Trois pas.
- Mets les bras le long du corps.
J'ai l'impression que mon cœur va exploser. Une claque, deux, puis les coups de poing. Quand je tombe, il passe aux coups de pied.
- Je t'en supplie, arrête.
J'essaie de me protéger comme je peux, roulée en boule".
Ces scènes de violence, répétées et programmées, Morgane Seliman les a subies pendant quatre ans. Aujourd'hui, avec courage, elle témoigne de ce cauchemar quotidien, mais aussi de la difficulté de partir, de s'éloigner, d'oublier et de se reconstruire. Un témoignage rare sur les violences conjugales et les mécanismes de l'emprise psychologique. En France, chaque année, plus de 200 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles.


- Jamais sans elles
de Patrice Duhamel
Éditions Plon / Octobre 2015


À côté de chaque grand homme d'État ou de pouvoir, il y a une femme. Ou plusieurs. Des femmes d'influence. Une vraie influence, personnelle, politique, psychologique. Une influence qui va marquer l'enfant, façonner l'adolescent ou forger l'homme mûr qui part à la conquête du pouvoir. Qu'y a-t-il de commun entre Yvonne de Gaulle, Adelaïde Jaurès, Jeanne Blum, Marie-Louise Chirac, Charlotte Badinter et la princesse Mathilde Bonaparte? Elles confirment toutes l'adage populaire qui nous dit que derrière chaque grand homme se cache une femme. Qui connaît par exemple l'influence réelle d'Yvonne de Gaulle auprès de son mari, notamment pour l'autorisation de la pilule contraceptive? Ou encore la complicité étonnante et peu connue entre Tante Yvonne et André Malraux? Sait-on que la femme la plus influente dans la vie de François Mitterrand, celle qui lui a appris à aimer charnellement la France, fut sa grand-mère "Maman Ninie"? Le rôle de Claude Chirac auprès de son père est connu mais sait-on qu'Elisabeth de Gaulle a souvent influencé son Général de père? Et que dire de Liliane Marchais, la militante communiste au soutien indéfectible; de Denyse Seguin, à qui son fils Philippe vouait un véritable culte; ou encore de Michelle Auriol, la première des Premières dames à avoir joué un rôle politique réel? De Napoléon à Valls en passant par Giscard, Badinter, Juppé, Jospin, Bayrou, Sarkozy ou Hollande, quelle aurait été leur carrière politique sans leur mère, ces femmes qui les ont façonnés et épaulés dans leurs combats? Aucun de ces hommes n'aurait franchi les étapes les conduisant au pouvoir sans ces femmes dont la vie nous est racontée ici et qui offrent un éclairage original sur l'histoire politique française.


- Justice et politique: le couple infernal
de Patrick Maisonneuve
Éditions Plon / Octobre 2015


De l'affaire Urba au dossier Bygmalion, Patrick Maisonneuve, star du barreau, raconte les secrets du couple infernal formé par la Justice et la Politique, source de subordination, d'émancipation, de fantasmes, de soupçons et de nombreuses affaires qui ont défrayé la chronique. Défenseur d'Henri Emmanuelli et de Pierre Bérégovoy hier, de l'agence Bygmalion aujourd'hui, maître Patrick Maisonneuve a pu observer de près les relations tumultueuses qu'entretiennent le pouvoir politique et l'autorité judiciaire. Il en raconte la vie intime, pour mieux montrer combien, en quelques décennies, la donne a changé.Quand il défend les indépendantistes corses, dans les années 80, certains juges d'instruction se mettent au garde-à-vous quand ils reçoivent un appel du ministère de la Justice. Puis vient le temps des "affaires". Des magistrats, ivres de leur nouveau pouvoir et grisés par la célébrité, sont prêts à tout pour "aligner" les puissants. Les politiques ripostent mais d'une manière aussi maladroite qu'inefficace. Des excès qui ont pu conduire à un drame tel que le suicide d'un ancien Premier ministre, sur lequel il a décidé de dire toute la vérité. Les relations entre politique et justice, assure-t-il, sont désormais apaisées. Ce qui n'empêche pas intrigues, manœuvres et calculs en tout genre. Ce récit de première main, ou l'on voit en action des gardes des Sceaux, des hommes d'État et des magistrats lancés dans un jeu d'enfer, permet d'analyser les progrès, encore perfectibles, accomplis par la démocratie française.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 19:23

- L'affaire Air cocaïne
Mafia et jets privés
de Marc Leplongeon et Jérôme Pierrat
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Le 19 mars 2013 à Punta Cana, le Falcon 50 d'Alain Afflelou est intercepté sur le tarmac de l'aéroport alors qu'il s'apprête à décoller pour Saint-Tropez. À bord, quatre Français et 700 kg de cocaïne répartis dans vingt-six valises bourrées dans la soute et le salon VIP de l'appareil. Aussitôt les pilotes crient au coup monté et jurent n'avoir fait que leur métier de chauffeurs de luxe au service des plus fortunés. Alors qu'en République dominicaine l'équipage et le passager ont été condamnés à 20 ans de prison, la juge d'instruction française Christine Saunier-Ruellan enquête partout en Europe sur la trace de flux financiers suspects. Grand banditisme marseillais, boîtes de nuit roumaines gérées par des héritiers de la mafia napolitaine, vols empruntés par Nicolas Sarkozy ou Alexandre Balkany, avocats tenus par le "milieu", blanchiment d'argent, trafics d'or et de devises, autorités impuissantes: c'est tout le monde trouble de l'aviation d'affaires qui émerge. Jérôme Pierrat et Marc Leplongeon lèvent le voile sur ses dessous, et leur verdict est sans appel: la France des riches est une véritable passoire.


- La comédie du climat
de Olivier Postel-Vinaya
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


"Le changement climatique fournit à mes yeux un matériau de choix pour analyser la comédie du pouvoir et des croyances dans le monde contemporain. Autour de la thèse: la Terre se réchauffe du fait des activités humaines, l'affrontement est violent. D'un coté, les "climatozélotes" qui pensent qu'il n'y a plus de doute et qui ont fait de cette thèse une croyance absolue. De l'autre, les "climatosceptiques" qui pensent avoir relevé suffisamment d'incohérences dans les présentations et les chiffres pour afficher un scepticisme argumenté. Je me considère comme un climatoagnostique. Il en va de la thèse comme de Dieu. Pour l'heure, elle ne peut être ni démontrée ni infirmée. L'un des objets de ce livre est d'expliquer pourquoi, d'analyser données et observations, d'interpréter objectivement les résultats. J'interroge aussi la science d'aujourd'hui, sa relation à l'argent, à la politique et aux médias. Comment fait-on la différence entre une croyance collective et une certitude scientifique? Un débat qui donne naissance à un spectacle quasi shakespearien. À l'exception de l'amour, toutes les passions humaines s'y déchaînent: soif de savoir et de pouvoir, quête de notoriété, goût inavoué pour l'argent, vanité, délire, et même haine jusqu'à l'excommunication ou la mise à mort". O. P.-V.


- La dernière bataille de France
de Vincent Desportes
Éditions Gallimard / Octobre 2015


Jamais l'armée française n'a été mobilisée simultanément sur autant de théâtres d'intervention, et cela alors que les moyens budgétaires qui lui sont alloués n'ont cessé de diminuer depuis un quart de siècle. C'est cette contradiction, avec des armées aujourd'hui proches du point de rupture, qui justifie le cri d'alarme du général Vincent Desportes. Tandis que les menaces de toute nature se multiplient à l'échelle internationale et que le territoire national est désormais directement menacé, la France peut-elle se permettre de ne plus compter que sur des armées aux capacités très fortement dégradées à cause d'une politique d'économies à courte vue? L'effort budgétaire est nécessaire, mais il ne suffit pas de réclamer des moyens; il faut en redéfinir la nature et l'emploi. De quelle armée la Nation a-t-elle aujourd'hui besoin? C'est à un profond renouveau de la réflexion stratégique française qu'en appelle l'ouvrage.


- La domination masculine n'existe pas
de Peggy Sastre
Éditions Anne Carrière / Octobre 2015


L'homme (avec un petit h et un pénis de taille variable) est une pourriture: c'est lui qui vole, viole, tape, tue, refuse de laver ses slips et préférerait crever plutôt que de vivre dans un monde où des bonniches ont le droit de devenir PDG. Voici la "version officielle" de notre histoire. L'histoire humaine est, dit-on, l'histoire d'une domination masculine, faite par et pour des hommes prêts à tout pour tenir les faibles femmes à leur botte. Sauf que cette histoire est fausse. Du moins en partie. Si les hommes ont le pouvoir, c'est parce que les femmes l'ont bien voulu, tout au long des 99,98 % de l'histoire de notre espèce. Et ces millions d'années qui nous ont vus devenir lentement ce que nous sommes, elles les ont passés à frétiller du derche au moindre indice de force, de puissance et de brutalité. Pourquoi? Parce lorsque votre organisme renferme des ovaires et un utérus, que votre reproduction vous fait courir un danger vital aussi extrême qu'indispensable, et que vous vivez dans un environnement hostile, de tels attributs sont encore les meilleurs pour vous protéger, vous et le fruit de vos entrailles, et vous aider à transmettre vos gènes aux générations suivantes. En d'autres termes, il n'y a pas de domination masculine. Un tel système oppresseur, vertical et unilatéral n'existe pas. Ce qui existe, c'est une histoire évolutive qui aura poussé les deux sexes à des stratégies reproductives distinctes. En décortiquant les principaux territoires de la "domination masculine", les inégalités scolaires et professionnelles, le harcèlement, les violences familiales et conjugales, le viol et les violences sexuelles, la culture de l'honneur, l'agressivité, la guerre et le terrorisme, cet ouvrage non seulement les éclaire d'une lumière radicalement nouvelle dans notre paysage intellectuel, mais il permet surtout de mieux les comprendre et de les expliquer, quitte à risquer de saisir, au passage, que les femmes ne s'en sortent vraiment pas si mal.


- La faim
de Martín Caparrós
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


25 000 hommes, femmes, enfants meurent chaque jour de faim ou de malnutrition à travers le monde. Aucun fléau, aucune épidémie, aucune guerre n'a jamais, dans toute l'histoire de l'humanité, exigé un tel tribut. Et pourtant, la nourriture ne manque pas: la planète ploie sous l'effet de la surproduction alimentaire et le négoce va bon train. Comment documenter ce paradoxe sans tomber dans la vaine accumulation statistique? C'est la question qu'explore Martin Caparrós en partant à la rencontre de ceux qui ont faim, mais aussi de ceux qui s'enrichissent et gaspillent à force d'être repus. Leurs histoires sont là, rendues avec empathie et perspicacité par l'auteur. Fouillant sans relâche les mécanismes qui privent les uns de ce processus essentiel, manger, alors que les autres meurent d'ingurgiter à l'excès, le texte livre une réflexion éclairante sur la faim dans le monde et ses enjeux, du Niger au Bangladesh, du Soudan à Madagascar, des États-Unis à l'Argentine, de l'Inde à l'Espagne. Un état des lieux implacable et nécessaire.


- La promesse
de Anne Lauvergeon
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015
 

"Oui, Mitterrand manque. Et il me manque, pourquoi ne pas le dire? J'aimerai tant pouvoir échanger avec lui sur la situation actuelle. Dans des cadres conviviaux, on pouvait l'entretenir de tout. Les discussions n'étaient jamais à sens unique, il fallait souvent être sur le qui-vive  et déployer une acuité mentale et intellectuelle. À chaque nouveau sujet, il vous obligeait à faire un pas de côté, à changer votre perspective et vous vous surpreniez alors à penser: "Tiens, je n'avais pas vu cela sous cet angle". Il était aussi capable à partir d'un faisceau d'événements en apparence disparate de discerner, de relever des lignes de force. Mais dans l'exercice de ses fonctions, il n'y avait jamais place pour le relâchement. Jamais. Beaucoup d'ouvrages lui ont été consacré et qui reprennent comme dans une farandole éditoriale jusqu'à l'étourdissement les termes "énigme", "masque", "florentin", "sphinx"… Je ne conteste pas le fait qu'il est difficile sinon impossible d'appréhender François Mitterrand dans sa globalité, dans le vain espoir d'en avoir une image complète pour mieux pouvoir l'assigner à résidence, l'étiqueter, le ranger dans un des tiroirs du grand magasin des curiosités historiques. D'abord parce que l'homme ne se prêtait guère à ce genre d'exercice, et c'est tant mieux. Ensuite parce que sa personnalité était extrêmement complexe, et c'est heureux. C'est précisément cette complexité que j'ai eu le souci de respecter et de retranscrire ici. J'ai voulu dans cet ouvrage tendre des miroirs afin que se reflètent les différents facettes de François Mitterrand et montrer combien un homme, peut-être à plus forte raison un homme d'État, singulier parce que pluriel est plus proche de nous que ceux, lestés par le vide du vide, qui sont revenus de tout sans être allés nulle part. Pour lui, rien ne pouvait rivaliser avec l'expérience d'une vie et surtout pas les artifices de la communication. Alors, oui, il me manque et ce livre est aussi un des moyens de renouer nos conversations autant que d'honorer cette promesse donnée un certain soir de juin, il y a presque vingt ans". A. L.


- La violence féminine
de Liliane Daligand
Éditions Albin Michel / Octobre 2015


Parler de la violence féminine provoque toujours un malaise tant il est difficile d'imaginer la femme en criminelle. Lorsque c'est le cas, elle est aussitôt traitée comme un cas unique, voire comme une victime. Pourtant, la majorité des cas de maltraitance des enfants au sein de la famille est le fait des mères, et la délinquance des adolescentes est en nette progression, y compris pour des actes d'agression à caractère sexuel. Quant aux hommes battus, ils sortent de leur silence. Les médias font un large écho aux crimes les plus spectaculaires, infanticides répétés, actes de barbarie guerrière. Sans compter les agressions quotidiennes souvent plus discrètes, verbales ou psychologiques, mais courantes au bureau ou à l'école, qui peuvent provoquer d'immenses dégâts. Alors, faut-il en finir avec un tabou: la figure de la femme protectrice et aimante? Ou, comme Liliane Daligand, se demander, en allant au-delà des statistiques, des faits et des études théoriques, ce qui a changé pour que cette violence, qui a peut-être toujours existé, éclate maintenant au grand jour? S'appuyant sur les expertises qu'elle a été amenée à réaliser, l'auteur éclaire les ressorts de cette violence, une violence que nous maîtrisons, mais qui n'en reste pas moins enfouie en chacun de nous, hommes et femmes.


- Les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter
de Thomas Amadieu et Nicolas Framont
Éditions Le Bord de l'Eau / Octobre 2015


Quel est le phénomène massif qui fait écho au discrédit de la classe politique française? Le vote Front National? Non, l'abstention. En hausse à chaque scrutin, elle est devenue une attitude commune qui entache la démocratie représentative. Régulièrement, on entend des appels à rendre le vote obligatoire. On veut effacer les symptômes plutôt que de s'interroger sur le mal. Plutôt que de culpabiliser les citoyens, les auteurs accordent du crédit aux "préjugés" populaires concernant les dérives de la classe politique et lancent une critique de fond concernant l'incapacité de nos institutions et de nos élus à agir pour l'intérêt général. Ils proposent quelques mesures pour sortir de cette impasse où nos représentants sont désormais élus par une minorité de la population. La crise politique, en France comme en Europe, est-elle inéluctable?


- Les innovateurs
de Walter Isaacson
Éditions JC Lattès / Octobre 2015


L'auteur de la biographie magistrale de Steve Jobs parue quelques mois après la mort du patron d'Apple et aujourd'hui adaptée au cinéma nous livre un nouveau travail monumental et unique. Depuis le milieu du XIXe siècle et jusqu'à nos jours, Walter Isaacson dresse l'histoire des premières machines, de la naissance de l'ordinateur jusqu'à l'explosion de l'ère numérique. Une formidable saga qui met en scène des hommes et des femmes de génie, des intuitions spectaculaires, des aventures industrielles totalement hors du commun. De la vision d'Ada Lovelace, fille de Byron, qui fut la première à imaginer que les calculatrices deviendraient des ordinateurs multitâches, aux nouvelles réflexions vertigineuses des créateurs de Google, Walter Isaacson nous offre la plus stimulante galerie de portraits. L'aventure numérique n'est pas uniquement associée à l'inventivité de quelques génies, c'est une aventure collective faite de centaines d'étapes, chacune associée à la créativité d'une équipe. Comment fonctionnaient leurs esprits, quel terrain économique et social les a rendus si inventifs, qui furent les pionniers de la programmation, des circuits intégrés, d'internet, du web… quelles idées ont inspiré des personnalités aussi fascinantes, que John Von Neumann, Alan Turing, Robert Noyce, Steve Jobs, Larry Page…


- Les rois fous
de Claude-Henry du Bord
Éditions Du Moment / Octobre 2015


Le système monarchique est certainement le plus ancien mode de gouvernement. Depuis l'Antiquité, un nombre considérable de rois se sont succédés et parmi eux certains régnèrent alors qu'ils étaient atteints de démence. Le pouvoir rend-il fou? Pas toujours, mais parfois. Le pouvoir absolu favorise-t-il, à force de solitude et d'autorité, des névroses voire des délires empreint de sadisme, d'extravagance, de rage meurtrière? Mais est-ce vraiment l'exercice d'une autorité suprême qui incline à la folie? De Caligula à Louis II de Bavière, Claude-Henry du Bord s'interroge sur le regard que les contemporains posent sur un souverain soit déséquilibré soit souffrant de désordres mentaux, sur l'étonnante résistance des monarchies à ces folies parfois furieuses, sur la conception que chaque époque se fait de la folie. Mais la bonne question n'est-elle pas de se demander s'il ne faut pas être fou pour vouloir accéder à une fonction aussi écrasante? À travers les biographies de Ming Hongwu, empereur de Chine, Charles VI, roi de France, Jeanne Ière de Castille, Paul Ier, empereur de Russie, Georges III, roi d'Angleterre, Marie Ière de Portugal, Christian VII de Danemark, l'auteur s'interroge sur ces destins hors normes, sur les conditions du pouvoir, ses dangers, ses dérives, et l'expression d'une aliénation qui, d'une époque à l'autre, discrédite l'exercice même du pouvoir.


- Mémoires de crise
de Ben S. Bernanke
Éditions Du Seuil / Octobre 2015


Ben Bernanke, président de la banque centrale des États-Unis de 2006 à 2014, s'est retrouvé au poste de commande clé face à la plus grande crise financière et économique internationale depuis la Grande Dépression de 1929. Il a eu à décider de sauver ou non la banque Lehman Brothers, dont la faillite a mené la finance mondiale au bord du gouffre. Il a dû ensuite mener des politiques monétaires pas du tout orthodoxes pour sauver le système financier mondial et soutenir l'économie américaine. Il a été impliqué dans toutes les discussions internationales pour tenter de coordonner la gestion de la crise, notamment avec les dirigeants européens et les patrons successifs de la BCE (J.-C. Trichet et M. Draghi). Il livre ici le récit vivant d'une crise vécue de l'intérieur, au cœur du système de gouvernance de l'économie mondiale. Excellent pédagogue, il a aussi le souci d'expliquer les événements, de justifier et d'évaluer les politiques menées. Pourquoi n'a-t-on pas prévu la crise? Aurait-on pu l'éviter? Quelles en sont les causes? Lehman Brothers aurait-elle pu être sauvée? Quelles leçons tirer pour l'avenir? Les choix politiques de Ben Bernanke, comme ses prises de position, sont controversés. Il est tantôt encensé pour son interventionnisme efficace, tantôt contesté pour sa défense d'un système économique dont il nie la responsabilité dans la crise. Son analyse, désormais libérée de toute obligation de réserve, est attendue et va assurément relancer le débat en Europe.


- Mes années avec Mitterrand
de Jean-Louis Bianco
Éditions Fayard / Octobre 2015


"On pense à vous pour le poste de secrétaire général". C'est par ces mots que François Mitterrand, président de la République, m'accueille dans son bureau, un soir de juin 1982. Je resterai secrétaire général pendant neuf années, record de longévité sous la Ve République, avant d'exercer des responsabilités ministérielles aux Affaires sociales et à l'Équipement. Ce récit, c'est celui des rendez-vous quotidiens avec François Mitterrand pour évoquer la marche du pays. Celui des réveils en pleine nuit par l'annonce d'un attentat, celui des négociations dans les coulisses des grandes réunions internationales, des nuits blanches passées à l'élaboration d'un discours. J'ai eu la chance de participer, aux côtés de François Mitterrand, à un moment unique dans l'histoire de la France, avec l'arrivée de la gauche au pouvoir. Un moment marqué par de formidables bouleversements, les changements décisifs de 1981 accomplis en quelques mois, la montée du terrorisme international, la fin de la sidérurgie française, la bataille de l'école privée, la chute du Mur de Berlin, la crise en Nouvelle-Calédonie, la cohabitation Mitterrand-Chirac, la guerre du Golfe, la naissance de l'euro…


- Moi, Josée Laval
de Yves Pourcher
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


"Moi, Josée Laval, dont le nom aujourd'hui fait si peur à certains, j'ai été, dans l'entre-deux-guerres et pendant ces années si passionnantes de l'Occupation, une des reines de Paris. La seule qui ait vraiment compté, la seule qu'on ait autant couverte de fleurs et de cadeaux, de compliments et de louanges, et la seule qui, par sa présence, faisait frémir ou trembler les assistances et les soirées". Elle avait aimé son père jusqu'à la folie. Partis de rien, ils s'étaient élevés ensemble dans le grand monde. Pacifiste et homme de gauche, Laval devint la figure noire de la collaboration. Son procès et sa mort furent qualifiés de "crime judiciaire". Spectre des années noires, sa fille erra ensuite en solitaire dans la France d'après-guerre. Moi, Josée Laval est une pierre lancée à nos figures qui rappelle une histoire terrible dont on a honte.


- Non-assistance à peuple en danger
de Pierre Larrouturou
Éditions Fayard / Octobre 2015


6 millions de chômeurs. 0 % de croissance. Et 1 200 milliards d'euros offerts aux banques. Notre pays s'enfonce dans une crise bien plus grave que ce que l'on imaginait. Le chômage, la précarité et la montée du FN risquent de le rendre ingouvernable. Est-ce une fatalité? Non. Pourtant, nos dirigeants s'obstinent à conduire des politiques qui nous mènent droit dans le mur. Lassé de l'inertie impardonnable de ceux qui nous gouvernent, Pierre Larrouturou brise le off, dénonce la langue de bois et les occasions ratées. Alors que, depuis 2012, François Hollande se contente (et le revendique) d'une action "très souterraine", il propose un plan d'urgence: cinq mesures concrètes, qui peuvent changer la donne. À crise exceptionnelle, réponse exceptionnelle: pour stopper l'hémorragie des licenciements, créer 500 000 emplois et sauver les PME, des solutions simples et efficaces existent. Reste à avoir le courage politique de les mettre en œuvre.


- Nous sommes la France
de Natacha Polony
Éditions Plon / Octobre 2015


Après les attentats de janvier 2015, 4 millions de Français ont défilé sous le slogan "Nous sommes la France". Mais qui sont ce "nous" et cette France? Il est essentiel d'affirmer ce qui nous rassemble, au-delà des diversités, à travers la France et la République, pour ne pas voir les fractures se creuser et les plaies s'infecter. "Plus rien ne sera comme avant. C'est ce qu'ont proclamé des politiques, des journalistes... Et puis, certains se sont employés à réinterpréter les événements en désignant les coupables et les complices, à contrôler les mots qu'il convenait de prononcer et ceux qu'il fallait bannir. Pourquoi une telle puissance de déni? Parce qu'il s'agissait d'éviter à tout prix de poser la question cruciale: si 4 millions de Français ont pu descendre dans la rue, proclamant derrière le slogan "je suis Charlie" (réduit par la suite et jusqu'à l'absurde à l'expression simpliste d'une injonction à l'émotion) un immense "nous sommes la France", encore faut-il se demander qui est ce nous et ce qu'est la France. De ne pas poser cette question, nous nous condamnerons à voir se creuser les fractures et s'infecter les plaies. De ne pas proposer à tous les jeunes Français, d'où qu'ils viennent, l'adhésion à une identité nationale qui leur raconte autre chose qu'un vague catéchisme mâtiné de développement durable et de droits de l'homme pour habiller d'idéal le consumérisme et le spectacle, nous nous préparons le pire des cauchemars: un pays fragmenté, rongé par les haines et les sécessions. Alors, saisissons cette occasion que nous offre le drame et affirmons ce qui nous rassemble, au delà des diversités, à travers la France et la République". Natacha Polony  


- Paul Quiles ou comment rester socialiste
De Mitterrand à... Jaurès
de Serge Regourd et André Cabanis
Éditions Cherche Midi / Octobre 2015


Directeur de la campagne présidentielle de Mitterrand en 1981, ministre de la Défense, de l'Intérieur, député et président de commission parlementaire, Paul Quilès fut l'une des figures majeures du mitterrandisme et du parti socialiste durant plusieurs décennies. Sa biographie retrace, notamment, nombre des moments forts de la première expérience de la gauche au pouvoir sous la Ve République: congrès de Valence et les "têtes qui vont tomber", affaire du Rainbow Warrior, suicide de Bérégovoy, campagne des municipales à Paris en 1983 contre Chirac mais aussi la chronique des luttes fratricides au sein de la direction du PS. Cette biographie constitue en outre un prisme exceptionnel pour mesurer les mutations du parti socialiste au pouvoir et ses graves difficultés contemporaines: comment un légitimiste devient un acteur critique et retient fondamentalement la pensée et l'action de Jaurès pour remettre le PS sur ses pieds. Aujourd'hui maire de Cordes-sur-Ciel et militant du désarmement nucléaire, Paul Quilès vit dans la circonscription de Jaurès et y retrouve ses combats de prédilection.


- Sauver le climat
de Tim Flannery
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


Tim Flannery revient sur la crise climatique sans précédent dont nous sommes responsables, et souligne que notre temps est compté. Mais il se veut ici résolument optimiste car, pour lui, tout peut encore changer. S'appuyant sur les recherches les plus récentes et de nombreux exemples, il propose des solutions concrètes face au changement climatique. À travers le monde, des initiatives originales permettent déjà aux populations de s'adapter, comme dans l'Himalaya, où un homme crée des glaciers artificiels. La géo-ingénierie offre aussi de multiples options: pulvériser des particules de soufre dans l'atmosphère pour la refroidir, réfléchir les rayons solaires grâce à des miroirs spatiaux... Une autre piste consiste à séquestrer davantage de carbone, en fertilisant les océans, en optimisant la photosynthèse grâce à la reforestation, en augmentant les capacités de capture et de stockage des sols, des roches et de certains matériaux, tel que le ciment. L'auteur lance ici un véritable cri d'espoir. Il est encore temps de sauver notre climat.


- Un français de tant de souches
de Alain Minc
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2015


"L'identité française s'est longtemps enracinée dans une tradition dont Renan, De Gaulle, Bernanos, Michelet et tant d'autres demeuraient les repères immuables. Elle allait de soi, sans culte des origines communautaires ou régionalistes ni doute existentiel. Cette identité est aujourd'hui en crise. Chacun bricole son identité, qui  se démembre en chromosomes existentiels comme notre ADN en chromosomes biologiques. Comment je suis Français devient une manière de décliner ce que je crois. Parce que je ne crois ni à l'"identité malheureuse" ni au "suicide français", il me semble que la manière la plus honnête de participer au débat fiévreux sur l'identité de la France est de présenter ici ma "carte d'identités": mille-feuille dont les couches correspondent à mon itinéraire personnel, intellectuel, idéologique. Ce livre mêle donc l'autoportrait, les souvenirs, les analyses et les idées d'un "Français de tant de souches", pour mieux exprimer ce que je ressens des problèmes existentiels que traverse notre pays".  


- Un homme d'action
de Bernard Debré
Éditions Stock / Octobre 2015


La grippe A? "Une grippette"; les frasques de Strauss-Kahn? "Tout le monde savait"; Sarkozy? "Une revanche à tout prix". Depuis des années Bernard Debré distille les petites phrases assassines. Mais parler franc n'empêche pas un retour distancié sur plus de soixante années d'une vie trépidante. Petit-fils de Robert Debré, créateur de l'Unicef, fils de Michel Debré, Premier ministre rédacteur de la Constitution, frère jumeau de Jean-Louis, l'actuel président du Conseil constitutionnel, Bernard Debré raconte sa famille. Une enfance et une adolescence presque ordinaires entre un père intransigeant mais attentionné et une mère tendrement aimée. Ses études de médecine, ses premiers pas en politique, ses missions humanitaires, ses nombreux voyages en tant que ministre de la Coopération et chirurgien mêlent vision politique et anecdotes colorées. À travers une galerie de portraits savoureuse, Mitterrand, dont il participera à l'intervention chirurgicale à deux reprises, en florentin sympathique, Chirac amical et manipulateur, Juppé en surprenant calculateur, Sarkozy en enjôleur prêt à tout pour garder, reprendre, le pouvoir, nul n'échappe au scalpel aiguisé de ce médecin épris de politique. De celui qui exaspère autant qu'il séduit il reste l'image d'un homme d'action, humain et sensible, profondément attaché à sa famille et fidèle à ses engagements, quoi qu'il lui en coûte.


- Visages de la crise
Écrit en collectif
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2015


À partir de 2008, touchés par la crise des subprimes, le Portugal, l'Espagne, l'Italie et la Grèce s'enfoncent dans la dette et les déficits. Les plans d'austérité se multiplient, les agences de notation, à la fois juge et partie, accablent les pays du Sud, décidément mauvais élèves du néolibéralisme, jusqu'à l'arrivée de la "troïka", ces experts nommés par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, qui muselle les élus et met les États sous tutelle. Or, ce remède de cheval contre la dette n'est pas infligé aux vrais malades, banques, financiers, investisseurs inconséquents, appareil d'État, mais aux simples citoyens. Elles s'appellent Céu, Mónica ou Irini; ils se nomment José Salsa, José Roldán, Salvatore, Stefano ou Toly. Ils ont en commun, eux que l'on croyait passifs, plus tentés par la siesta, la dolce vita et le farniente, de réagir avec une surprenante vigueur aux plans d'austérité dont on les accable. Les huit portraits-témoignages réunis dans cet ouvrage sont significatifs et symboliques de la crise, complexe et dramatique, que traversent les pays du sud de l'Europe. Ces gens ordinaires donnent de la situation actuelle une lecture charnelle, émouvante, mais aussi pleine de la force de la révolte.


- Alstom: scandale d'état
de Jean-Michel Quatrepoint
Éditions Fayard / Septembre 2015


Le 19 décembre 2014, presqu'à la sauvette, les actionnaires d'Alstom décident de vendre à l'américain General Electric les activités énergie du groupe, un des leaders mondiaux pour l'équipement des centrales électriques. Une bonne affaire pour GE. Une mauvaise pour la France. Après Pechiney, Arcelor, Alcatel, c'est le dernier acte du grand démantèlement de l'industrie française. La France perd le contrôle d'un secteur stratégique: l'électricité, l'un des piliers de la croissance économique du XXIe siècle. D'Alstom, il ne reste que la branche Transport. De la fabrication des turbines Arabelle indispensables à la nouvelle génération des EPR à la maintenance du parc existant de centrales nucléaires, c'est toute la filière nucléaire française qui est ainsi déstabilisée. Au moment même où Areva est en grande difficulté. Il n'y aura pas d'"Airbus européen" de l'énergie non plus. Comment une telle chose a-t-elle pu se produire? Pourquoi n'a-t-on pas négocié un accord équilibré? Pourquoi l'État n'a-t-il rien vu venir? Quel rôle ont joué les deux ministres, Montebourg, puis Macron? Oui, il y a bien une affaire Alstom. Jean-Michel Quatrepoint mène une enquête serrée autour de ce dossier. Il raconte la nouvelle stratégie des États-Unis pour faire main basse sur les fleurons industriels européens, et français en particulier. Notre classe dirigeante se révèle impuissante à faire prévaloir les intérêts du pays.


- À ouvrir en cas d'apocalypse
de Lewis Dartnell
Éditions JC Lattès / Septembre 2015
 

Était-ce une pandémie virale? La chute d'un astéroïde sur notre planète? Une guerre nucléaire? Quelle qu'en soit la cause, le monde tel que nous le connaissions a pris fin, ce qui va vous contraindre, vous et les autres survivants, à tout recommencer. De quelles connaissances essentielles auriez-vous dès lors besoin pour entamer la reconstruction d'une civilisation à partir de zéro? Une fois que vous aurez exploité tout ce que la catastrophe aura épargné, comment recommencerez-vous à produire ce qui vous est indispensable? Comment cultiver de quoi vous nourrir, produire de l'électricité, préparer des médicaments ou extraire du métal des entrailles de la Terre? Parviendriez-vous à empêcher un nouvel âge des ténèbres, ou à prendre des raccourcis pour accélérer le retour à une société avancée? La vie moderne nous a déconnectés des processus de base qui sous-tendent nos existences, tout comme du b.a.-ba de la science, celui-là même qui nous permettrait de réemprunter le chemin peu à peu parcouru par nos ancêtres. À n'ouvrir qu'en cas d'apocalypse est un voyage de découverte, un ouvrage qui se donne pour but de vous expliquer tout ce qu'il vous faudrait connaître pour redémarrer une civilisation digne de ce nom. Il transformera votre compréhension du monde, et vous aidera à vous préparer à sa disparition.


-  Au-delà du mur de l'argent
de Édouard Tétreau
Éditions Stock / Septembre 2015


Une parole peut abattre un mur. Jean-Paul II le savait, lui qui contribua à faire tomber le mur de Berlin, et sombrer le communisme. Le pape François, révolutionnaire à sa manière, et bien décidé à se mêler des affaires du monde, fera-t-il tomber le mur de l'argent ? N'a-t-il pas exhorté à ce qu'on sauve les "exclus" de l'économie, considérés aujourd'hui comme "des déchets, des restes"? Alors, paroles pieuses, et sans effets? Édouard Tétreau est un expert financier, mais aussi un homme de conviction et de foi. Dans ce livre iconoclaste et généreux, des coulisses du Vatican aux lobbies de Washington, l'auteur démontre avec sa virtuosité coutumière que l'économie mondiale est dominée par deux forces inhumaines et sans frontières: la finance et les nouvelles technologies. Un Veau d'or à deux têtes qu'il nous faudrait abattre, ou soumettre. Au-delà des idéologies, au-delà du mur de l'argent, au-delà de la prochaine crise financière mondiale, remettre l'homme au centre.


- Bienvenue dans le capitalisme 3.0
Philippe Escande
de Sandrine Cassini
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Le capitalisme 3.0 est à nos portes. Après l'âge de la vapeur, puis celui de l'électricité, une nouvelle révolution industrielle est en marche. Google, Uber, Amazon, Apple, Facebook, Wikipedia sont les éléments avancés d'une vague qui va emporter l'économie et la société toute entière. Entreprises, administrations et salariés sont menacés. À moyen terme, nous disent Philippe Escande et Sandrine Cassini, journalistes au Monde et aux Echos, un emploi sur trois pourrait disparaître. Avocat, médecin, banquier, professeur, journaliste… toutes les professions sont concernées. Fin du salariat, fin des petits chefs et des grandes organisations, le monde du travail construit au début du XXe siècle est en train de se recomposer. Fin de l'intimité aussi. États et entreprises peuvent désormais tout savoir de nos besoins, de nos désirs, de nos vies. Mais il est aussi plus facile qu'hier d'entreprendre, de travailler, de se faire connaître. Le numérique rend plus libre, plus informé plus créatif. Moins seul. Sommes-nous à l'aube d'un hyper capitalisme marchand où tout sera à vendre? Ou inversement la société va-t-elle se convertir à l'échange et au partage? Enfer ou paradis? Un voyage au cœur du nouveau monde qui nous attend.


- Blablabanque
Le discours de l'inaction
de Jézabel Couppey-Soubeyran
Éditions Michalon / Septembre 2015


La crise bancaire et financière de 2007-2008 avait offert une occasion de changer en profondeur le fonctionnement du secteur. Pourtant, en dépit de leur nécessité, les réformes ont provoqué une levée de boucliers de la part des banques et de leurs représentants. Au moyen d'un discours bien rôdé, le lobby bancaire est parvenu à convaincre citoyens et gouvernants que le renforcement de la réglementation mettrait en péril l'investissement des entreprises, l'emploi et la croissance. Comment parvient-il à tisser sa toile jusqu'aux plus hautes sphères du pouvoir? Quels sont donc les ressorts de son discours aussi influent que paralysant? Comment réussit-il à capter les esprits? Un ouvrage critique qui décrypte la rhétorique du lobby bancaire en s'appuyant sur la grille de lecture du socio-économiste Albert O. Hirschman. Il s'adresse à vous tous et vise à vous faire prendre conscience que la finance n'est toujours pas sous contrôle, toujours pas au service de l'économie. Réappropriez-vous le débat.


- De bons élèves
de Marie-Laure Delorme
Éditions Stock / Septembre 2015


Ils ont le goût de la liberté. Une seule voie pour l'atteindre: les études. Ils ont intégré l'École normale supérieure et, très vite, ont déjà un destin. Ils racontent leurs espoirs, leurs angoisses, leurs obsessions et leurs fiertés. Lila Azam Zanganeh est romancière. Pianiste et compositeur, Karol Beffa a dirigé la chaire de création artistique du Collège de France. Tristan Garcia est philosophe et romancier. Sarah Gensburger est sociologue au CNRS. Maître de conférences à la Sorbonne, Adrien Goetz est historien de l'art et écrivain. Marielle Macé est professeur de littérature et directrice de recherches au CNRS. Bruno Le Maire a intégré l'ENS et l'ENA avant de devenir homme politique. Xavier Leroy dirige un des meilleurs laboratoires d'informatique français. Le physicien Frédéric Mazzella a fondé la start-up BlaBlaCar. Philosophe et ancienne championne de tennis, Géraldine Muhlmann est journaliste. Constance Rivière est directrice adjointe du cabinet de François Hollande. Laure SaintRaymond, mathématicienne, a été élue à l'Académie des sciences. Cette excellence si éclectique, c'est une école unique en son genre qui sait l'accueillir. Chaque normalien porte en lui la question de la culture et de la transmission. Leur parcours scolaire est un précipité de vie: ils tombent et se relèvent aussitôt. L'époque est au divertissement, au présent compulsif, à l'avoir, eux incarnent l'effort, le temps long, le savoir. Et si les bons élèves d'aujourd'hui étaient plus subversifs qu'on ne le croit?


- De l'antisionisme à l'antisémitisme
de Léon Poliakov
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2015


Les discussions passionnées dont le conflit du Moyen-Orient est l'objet, tournent en grande partie autour de la relation des Juifs avec l'État d'Israël. Ceux -ci se voient reprocher de divers côtés un parti-pris sioniste en des termes équivoques. L'anti-sionisme ne serait-il que le masque d'un nouvel antisémitisme? Léon Poliakov fait l'historique et le point de la question. Au temps du procès Slansky et de l'affaire des "médecins empoisonneurs" de Moscou, le sionisme était accusé, en des termes qui rappelaient les anciens thèmes nazis, d'être le fer de lance d'un complot mondial anti-soviétique. Or, cet antisémitisme stalinien était contraire à la politique suivie par le régime communiste avant les Grandes Purges, lorsqu'il conciliait un anti-sionisme de principe avec une lutte implacable, inaugurée par Lénine, contre toutes les formes d'antisémitisme et de haines raciales. La connaissance de ces faits permet d'apporter quelque clarté dans une controverse à propos de laquelle il convient d'opérer des distinctions suivant les régions et les régimes, puisque des intérêts et toutes sortes de considérations s'emploient à alimenter les campagnes anti-sionistes. "Au Moyen-Orient, écrit Léon Poliakov, il s'agit d'abord de la volonté de détruire d'État juif. du côté de l'Occident, la convergence anti-sionisme-anti-sémitisme est récente et, faut-il l'espérer, conjecturelle. en Russie, il s'agit d'une tradition gouvernementale remontant à une vingtaine d'années et dont les récents événements et purges anti-juives en Pologne, par exemple, montrent la portée internationale".


- François et Angela
de Nicolas Barotte
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2015


En 2012, tout les oppose. Président "normal" adepte de la "synthèse", François Hollande avait promis de remettre en cause la politique de rigueur européenne menée par sa voisine, Angela Merkel, dite "Mutti", la Mère de la nation, connue pour son intransigeance glaciale. Des mois durant, alors que le marasme économique français préoccupe Berlin, ils se sont affrontés, puis progressivement rapprochés pour finir par présenter un front commun à l'occasion des dernières grandes crises, au Mali, en Ukraine, face au terrorisme, et en Europe. À une Grèce en faillite, ils ont imposé leur solution: l'austérité pour éviter au pays une sortie de la zone euro. Comment le président le plus impopulaire de la Ve République et la dame d'acier sont-ils parvenus à s'entendre? François Hollande a-t-il définitivement renoncé à toute "confrontation" avec l'Allemagne? Nicolas Barotte a suivi le chef de l'État et la Chancelière et a recueilli les confidences de leur entourage. Entre tensions silencieuses et ententes publiques, diplomatie et sincérité, de Paris, Berlinet Bruxelles, le journaliste nous fait revivre les conflits et moments forts de ces dernières années pour nous livrer les clés de ce couple étonnant, plus complexe qu'il n'en a l'air.  


- François Mitterrand
De l'intime au politique
de Éric Roussel
Éditions Robert Laffont / Septembre 2015


L'originalité de cette biographie de François Mitterrand tient à deux éléments: le recentrage du personnage dans une perspective historique et des éclairages inédits sur de multiples épisodes de la vie de l'ancien Président. Grâce aux correspondances avec François Dalle, l'un de ses plus proches amis de jeunesse et avec une cousine très liée à lui, on découvre à quel point François Mitterrand fut dévasté par une déception sentimentale et comment le jeune provincial catholique se transforme en un personnage cynique, ce qui va modifier ses rapports avec les femmes et les hommes en général. D'autres documents permettent de revisiter les circonstances curieuses de son départ pour la Grande-Bretagne en 1943. On saura aussi comment il devait beaucoup et sans doute la vie, à René Bousquet. À redécouvrir également sa carrière sous la IVe république et sa participation an gouvernement Guy Mollet. L'affaire de l'Observatoire étudiée sur la base d'éléments nouveaux est l'un des points forts du livre. La suite de son extraordinaire parcours est racontée grâce à l'utilisation d'archives aussi bien françaises qu'étrangères et aux témoignages de grands acteurs parmi lesquels Laurent Fabius, Roland Dumas, Pierre Mauroy, Hubert Védrine, Mario Soares ou Mikhail Gorbatchev. À travers ses métamorphoses et ses contradictions, François Mitterrand aura réussi l'exploit de permettre à presque tous les Français de se reconnaître en lui. Cet homme de culture à l'allure si romanesque a pris une figure tutélaire. Il a marqué notre Histoire.


- Histoire mondiale des services secrets
de Rémi Kauffer
Éditions Perrin / Septembre 2015


Le plus vieux métier du monde? Non, mais un des plus anciens. Si l'espionnage plonge ses racines dans l'histoire la plus reculée, celle des Grecs, Romains, et Chinois, il trouve aujourd'hui des débouchés exponentiels avec la cyber surveillance et l'écoute téléphonique mondialisées. Entre-temps, il a connu l'émergence de l'Intelligence Service sous Elisabeth Ire d'Angleterre, le combat des agents secrets de Louis XVI pour l'indépendance américaine, la guerre de l'ombre franco-anglaise sous la Révolution puis l'Empire, l'essor des services du tsar ou du Kaiser. La Grande Guerre et plus encore la Seconde Guerre Mondiale marquent l'entrée en lice de la société civile, des femmes notamment, aux côtés des espions de métier. La guerre froide entre URSS et Occidentaux, qui se prolonge jusqu'en 1991, constituera enfin l'"âge d'or" de l'espionnage. Histoire toujours vivante, après le Mossad israélien, les Moukhabarat arabes et le NaishXLIOX333; japonais, de nouveaux acteurs font irruption dans l'univers multipolaire des services secrets d'aujourd'hui, comme la R&AW indienne ou le Guoanbu chinois, mais aussi les mouvements djihadistes auxquels cet ouvrage consacre de substantiels développements. L'espionnage se fait numérique, ses technologies montent en puissance. Trente-cinq années d'investigation pour la presse et l'édition sur le monde opaque des services secrets auront été nécessaires pour composer cette première histoire totale, inédite par son ampleur, ses mises en perspective et ses multiples révélations.


- Informer n'est pas un délit
Écrit en collectif
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2015


En démocratie, savoir est un droit fondamental. Normalement. Mais quand le sujet devient trop sensible, quand il touche à des intérêts protégés, il constitue un problème. C'est, souvent, l'assurance pour le journaliste de s'attirer des ennuis: menaces, surveillances, censure qui ne dit pas son nom. Pire, informer devient parfois un délit. Nous ne pouvons nous y résoudre. Vingt journalistes d'investigation français ont décidé de faire cause commune pour raconter dans un livre choral les dessous de leurs enquêtes interdites. Comment ils sont suivis et écoutés. Comment les pressions économiques s'exercent sur eux. Comment le droit est régulièrement contourné pour criminaliser le journalisme, entre secret défense et secret des affaires. Comment leurs sources sont traquées ou menacés. Comment le harcèlement judiciaire est organisé par de puissantes multinationales. Oui, la France est une démocratie. Non, on n'y meurt pas d'être journaliste. Ce n'est pas une raison pour accepter les nouvelles censures qui affectent insidieusement les principes de liberté d'informer et de transparence, ingrédients indispensable d'une République vivante et fière d'elle-même. Ce livre est un livre de journalistes pour des citoyens éclairés.


- Journées particulières
de Laure Adler
Éditions Flammarion / Septembre 2015


À partir d'entretiens et d'archives, l'auteure met en scène une centaine de journées particulières qui ont forgé François Mitterrand et influé sur son parcours personnel et ses combats politiques, du 26octobre 1934, où le jeune étudiant d'Angoulême débarque à Paris, à ces derniers instants.


- L'ineffaçable trahison
de Jean-François Kahn
Éditions Plon / Septembre 2015


On a rarement à ce point trompé les électeurs. Il arrive qu'à une trahison assumée, ainsi le Général de Gaulle du "Je vous ai compris", l'Histoire rende hommage comme à une preuve courageuse de lucidité. Mais François Hollande n'assume pas. "J'ai tenu mes promesses", clame-t-il. Dès lors, à sa trahison, flagrante, unanimement constatée, s'en ajoute-t-il une autre, la trahison de la trahison. Guy Mollet, lui, assumait. Cette volte-face aurait pu avoir une conséquence: l'approbation par la droite de ce qu'elle n'avait cessé de préconiser et même d'exiger. Mais non: dès lors qu'on lui piquait ses présumées convictions, elle se retourna contre elle-même. Elle brûla ce qu'elle avait jusque-là adoré. Alors la trahison fut totale. Et son souvenir laissera dans les consciences une trace ineffaçable. Dont les conséquences seront lourdes. Très lourdes.


- La fabrique des diplômés
de Fabienne Maillard
Éditions Le Bord de l'Eau / Septembre 2015


Au nom de la lutte contre le chômage et du développement de l'employabilité, le diplôme est devenu une condition pour accéder à l'emploi et conserver une place sur le marché du travail. Autrefois simple recommandation bienveillante, l'appel au diplôme est devenu, dans un contexte de massification scolaire, une injonction. Chaque individu doit se sentir responsable de son parcours professionnel puisque désormais tous les diplômes sont à finalité professionnelle et rendus accessibles tout au long de la vie. Cette politique de certification rompt avec le modèle éducatif traditionnel et promeut une nouvelle relation salariale ainsi qu'une nouvelle figure de travailleur: mobile, flexible, autonome et proactif, capable d'anticiper les évolutions du marché du travail.


- La fabrique du conformisme
de Éric Maurin
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


L'effacement des grandes normes religieuses et politiques nourrit le mythe d'une société peuplée d'individus autonomes, indépendants, capables de "s'auto-réaliser". Cette vision néglige les liens profonds et durables que nous entretenons les uns avec les autres. La tendance à imiter ceux dont nous voulons rester proches traduit moins un manque d'originalité que la volonté de ne pas s'en éloigner encore davantage. Un conformisme contraint par la tradition, dominé par la peur de la réprobation sociale, a cédé la place à un conformisme d'adhésion, qui s'observe aussi bien dans l'entreprise que dans la famille, à l'école que dans les quartiers des grandes villes. Du même coup, les politiques publiques ciblées touchent un public beaucoup plus large et varié qu'elles ne le croient. Ce livre renouvelle notre compréhension du fonctionnement social et ouvre la voie à des politiques moins naïves et plus efficaces.


- La ferme des énarques
de Adeline Baldacchino
Éditions Michalon / Septembre 2015


Ne rien entendre, ne rien dire, ne rien voir. L'énarque est bien obligé de le reconnaître, il obéit depuis trop longtemps au principe des trois petits singes. Soixante-dix ans après sa création en 1945, l'École nationale d'administration, parce qu'elle incite à escamoter les problèmes plus qu'à les résoudre, à fuir la pensée critique plus qu'à confronter pensée politique et action publique, à séduire plus qu'à convaincre, ne répond plus à sa vocation initiale: "développer le sentiment des hauts devoirs que la fonction publique entraîne et les moyens de les bien remplir". Adeline Baldacchino, 33 ans, issue de la promotion 2007-2009 de l'ENA, passionnée de littérature et de poésie, propose un plaidoyer pour une autre école, qui redeviendrait plus soucieuse de l'invention des possibles et moins adepte de l'étrange devise PDVMVPDV, "pas de vagues, mon vieux, pas de vagues". La Ferme des énarques a-t-elle encore une chance de mieux finir que celle des animaux de George Orwell? Peut-être, à condition d'inciter ses habitants à combler l'écart entre le discours et le réel, en leur offrant les moyens de savoir, de penser et d'agir, tout en n'oubliant jamais que l'un ne peut aller sans les autres. Préparer la révolte salvatrice plutôt que de subir la révolution coupeuse de têtes; réformer en profondeur plutôt que de supprimer brutalement; mais surtout choisir entre aveuglement et lucidité, naufrage et sursaut. Voici le programme que l'auteure nous suggère avec verve, en convoquant au passage un original bestiaire de l'impatience, anguilles et méduses, albatros et abeilles, perroquets et escargots, tous unis sous la même bannière: pour la liberté de servir sans s'asservir.


- La France juste
de Daniel Fasquelle
Éditions Fayard / Septembre 2015


En France, la droite s'est fait confisquer l'idée de justice. Pire, elle s'est laissé culpabiliser et elle a laissé s'installer l'idée qu'elle portait en elle l'injustice parce qu'elle est censée soutenir le fort et être moins attentive aux faibles. La gauche, au contraire, a depuis longtemps récupéré à son profit l'idée de justice, qu'elle prétend être la seule à incarner. Au point que François Hollande s'est fait élire en 2012 sur l'idée du "redressement dans la justice". Dans les faits, pourtant, les politiques menées par le gouvernement de gauche conduisent aujourd'hui à l'effondrement du pays et à l'injustice. D'ailleurs, dans le même temps, le mot de justice a disparu des discours officiels. Daniel Fasquelle, dans cet ouvrage, démasque l'imposture et montre que la justice est une valeur historique de la droite. C'est elle, pense-t-il, qui porte les valeurs qui permettent à chacun de se réaliser pleinement et de recevoir en fonction de ses mérites. La droite a, d'ailleurs, gagné les élections quand elle a revendiqué la justice. Que l'on se souvienne, par exemple, de Valery Giscard d'Estaing rétorquant à François Mitterrand qu'il n'avait pas "le monopole du cœur". Ce livre a donc pour ambition d'inviter la droite à tenir un discours de justice pour 2017 et, surtout, de la convaincre de mettre en œuvre au plus vite les réformes indispensables pour faire de notre pays une France juste. Député du Pas-de-Calais, vice-président de la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, maire du Touquet-Paris-Plage et trésorier des Républicains, Daniel Fasquelle est également agrégé des facultés de droit et professeur des universités. Spécialiste des questions économiques et européennes, il est en outre très impliqué dans la défense des enfants; il est, entre autres, co-président du groupe d'études Autisme, qu'il a créé.


- La seule exactitude
de Alain Finkielkraut
Éditions Stock / Septembre 2015


Les années trente, dit-on, sont de retour. La droite intégriste et factieuse occupe la rue, l'ordre moral sort des catacombes, la crise économique pousse à la recherche d'un bouc émissaire et l'islamophobie prend le relais de l'antisémitisme. Cette analogie historique prétend nous éclairer: elle nous aveugle. Voulant lire ce qui arrive à la lumière de ce qui est arrivé, elle en occulte la nouveauté inquiétante. Montrer que nous vivons un tournant historique, paradoxalement masqué par la référence incessante à l'Histoire; appréhender ce moment crucial dans ce qu'il a d'irréductible au répertoire de nos vicissitudes: tel est le pari de ce livre. Et l'enjeu est existentiel autant qu'intellectuel. Si, comme l'écrit François Mauriac, "l'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions", il nous incombe d'être à l'heure au rendez-vous et de regarder en face le visage que nous n'attendions pas. Dans une époque qui tend à se prendre pour une autre, l'exactitude devient la tâche prioritaire de la pensée. A. F.


- Le massacre fiscal
de Manon Laporte
Éditions Du Moment / Septembre 2015


La France vit depuis 2012 une véritable frénésie fiscale. La valse des prélèvements commencée sous la présidence de Nicolas Sarkozy s'est accélérée avec François Hollande. Impôts, taxes, surtaxes, accises. Pour remplir les caisses de l'État, les fonctionnaires du ministère des Finances font preuve d'une imagination débordante. Jusqu'à taxer des revenus "virtuels". Et qui doit payer? Les classes moyennes. Salariés, artisans, commerçants ou petits entrepreneurs, ni riches, ni pauvres, ils sont les principales victimes de la crise et de la politique des gouvernements Ayrault et Valls. Ils ont vu leurs prélèvements augmenter de 80 milliards d'euros et leur revenu disponible faire du sur place. Toujours sous pression, la pause fiscale reste pour eux un vœu pieux. Combien de temps encore pourront-ils tenir? Combien de temps faudra-t-il encore avant de réformer notre système fiscal illisible et caduc? Dans cet essai, Manon Laporte dresse un diagnostic impitoyable du système fiscal français et donne des pistes pour sortir de l'ornière dans laquelle la France s'est embourbée depuis des années. Un constat alarmant et des propositions audacieuses.


- Le moment est venu de dire ce que j'ai vu
de Philippe de Villiers
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


"J'ai été un homme politique. Je ne le suis plus. Ma parole est libre. Je suis entré en politique par effraction. Et j'en suis sorti avec le dégoût. Le désastre ne peut plus être maquillé. Partout monte, chez les Français, le sentiment de dépossession. Nous sommes entrés dans le temps où l'imposture n'a plus ni ressource ni réserve. La classe politique va connaître le chaos. Il n'y a plus ni précaution à prendre ni personne à ménager. Il faut que les Français sachent. En conscience, j'ai jugé que le moment était venu de dire ce que j'ai vu". P. d. V.


- Le stage est fini
de Françoise Fressoz
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


C'est l'histoire d'un homme aimable qui, voulant  plaire à chacun, finit par se faire détester de tous. La chronique d'un roi qui a promis l'apaisement et ne fait qu'exacerber les tensions. Son règne n'est jusqu'à présent qu'une succession d'épisodes tragi-comiques; rien n'a préparé François Hollande à affronter l'une des pires crises économiques de l'Histoire. Lorsqu'il s'installe sur le trône, il est encombré d'une compagne instable, d'équipes faibles, d'un projet incertain. Son seul guide: un inébranlable optimisme. Dans ce livre qui dresse le bilan du règne des amateurs qui nous gouvernent, Françoise Fressoz, journaliste politique au Monde, co-auteur de La malédiction de Matignon, raconte avec une joyeuse férocité les coulisses du "tweet fatal de Marie-Antoinette" qui fait éclater le couple Hollande-Trierweiler un mois après la victoire. Mais aussi le refus de la main tendue par François Bayrou, la domination exercée par "Mutter Merkel" sur une France rongée par ses déficits, les négociations burlesques que le monarque se croit obligé de conduire avec des ministres qui ne dissimulent pas leur mépris à son égard, le complot qui aboutit à la nomination de Valls et l'apprentissage du régalien dans le drame de la guerre. Le stage est fini mais les enjeux restent vertigineux: c'est ce que nous apprend cette enquête inquiétante sur un pouvoir qui ne sait pas où il va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 19:17

- Le véritable coût du capital
de Olivier Besancenot
Éditions Autrement / Septembre 2015


De toutes parts, on ne cesse de déplorer le manque de compétitivité et la paralysie d'un monde de l'emploi accablé par l'impôt: la France vivrait au-dessus de ses moyens, le travail coûterait trop cher. Contrairement aux idées reçues, le travail en France n'a jamais été aussi productif et rentable. En revanche, le capital, dans son aspect le plus parasitaire, triomphe au détriment des salaires, des droits sociaux et des investissements: la rémunération du travail est devenue une simple variable d'ajustement pour garantir des dividendes exponentiels aux marchés financiers. Une situation inédite dans l'histoire, dont s'alarment les économistes de tous bords. Comprendre les mécanismes à l'œuvre permet de s'affranchir de cette société du renoncement et de la culpabilité collective, pour appeler à plus de justice sociale face au despotisme du capital.


- Les désarrois d'un fou de l'état
de Pierre Birnbaum
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Sociologue du politique et spécialiste de l'histoire de l'État et des élites, Pierre Birnbaum est taraudé depuis toujours par la question du pouvoir. De l'État protecteur de l'espace public au pouvoir qui en vient à user de la force extrême pour persécuter, traquer, attenter à l'existence même des citoyens. L'État fort à la française, plus encore que la démocratie, est-il le meilleur rempart aux mobilisations nationalistes, aux idéologies radicales, aux mythes meurtriers, aux préjugés xénophobes venus de la société et des voisins? Représente-t-il, au contraire, la source des pires contraintes contemporaines, depuis l'assimilation extrême, destructrice des cultures singulières et multiples, jusqu'aux répressions les plus radicales? À partir de sa propre expérience d'enfant juif caché dans les Hautes-Pyrénées durant la Seconde Guerre Mondiale, devenu plus tard, grâce à l'école républicaine méritocratique, un universitaire "fou de l'État", Pierre Birnbaum, avec la complicité de Jean Baumgarten et Yves Déloye, aborde les grandes questions de la théorie politique. Les fondements de la citoyenneté commune menacée par les divers communautarismes, les contradictions entre passions démocratiques et contrainte étatique, les ressorts du totalitarisme ou du nationalisme meurtrier, les raisons des mobilisations antisémites qui menacent de nos jours, et particulièrement en France, l'alliance verticale avec un État affaibli: autant de thèmes qui sont l'occasion de suivre le déploiement d'une pensée originale.


- Les irremplaçables
de Cynthia Fleury
Éditions Gallimard / Septembre 2015


Nous ne sommes pas remplaçables. L'État de droit n'est rien sans l'irremplaçabilité des individus. L'individu, si décrié, s'est souvent vu défini comme le responsable de l'atomisation de la chose publique, comme le contempteur des valeurs et des principes de l'État de droit. Pourtant, la démocratie n'est rien sans le maintien des sujets libres, rien sans l'engagement des individus, sans leur détermination à protéger sa durabilité. Ce n'est pas la normalisation, ni les individus piégés par elle, qui protège la démocratie. La protéger, en avoir déjà le désir et l'exigence, suppose que la notion d'individuation, et non d'individualisme, soit réinvestie par les individus. "Avoir le souci de l'État de droit, comme l'on a le souci de soi", est un enjeu tout aussi philosophique que politique. Dans un monde social où la passion pour le pouvoir prévaut comme s'il était l'autre nom du Réel, le défi d'une consolidation démocratique nous invite à dépasser la religion continuée qu'il demeure.


- Les jeunes de banlieue mangent-ils les enfants ?
de Thomas Guénolé
Éditions Le Bord de l'Eau / Septembre 2015


Le "jeune-de-banlieue" est devenu l'ogre des temps modernes. Arabe mal rasé de 15-35 ans vêtu d'un survêtement à capuche, il se promène avec un cocktail Molotov dans une main et une kalachnikov dans l'autre. Il fume du shit dans les cages d'ascenseur, il brûle des voitures; il gagne sa vie grâce à des trafics de toutes sortes et en fraudant les allocations sociales. Sa sexualité consiste à violer les filles en bande dans des caves; sa spiritualité, à écouter les prêches djihadistes de l'"islam-des-banlieues", dans des caves également. Il hait la France, l'ordre, le drapeau, et bien sûr, il déteste les Français (comprendre: "les Blancs"). Il aime le jihad et l'islamisme. Son rêve: partir en Syrie se battre aux côtés d'Al Qaïda, pour ensuite revenir en France commettre des attentats. Il ne serait donc pas étonnant que bientôt les parents disent à leurs enfants: "Si tu n'es pas sage, le jeune-de-banlieue viendra te chercher". La réalité est moins spectaculaire. L'ascenseur social étant à l'arrêt depuis longtemps, seule une toute petite minorité de jeunes de banlieue arrive à s'en sortir. Pour les autres, tous les autres, la vie est une galère de jeune pauvre urbain qui vivote et ne sortira pas du ghetto. Thomas Guénolé déconstruit le stéréotype du monstrueux "jeune-de-banlieue". Il décrit la "balianophobie" qui inonde la société française des élites aux classes populaires.


- Les orphelins de la République
Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945)
de Olivier Wieviorka
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


Au cours de la journée dramatique du 10 juillet 1940, députés et sénateurs, réunis au Grand Casino de Vichy, votent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Seuls quatre-vingts parlementaires les refusent. Qu'est devenu ce camp du refus? Et quels itinéraires ont suivi leurs collègues qui, à une écrasante majorité, ont contribué à ériger l'institution vichyste? Grâce à des sources inédites et principalement les dossiers du Jury d'honneur devant lequel ont comparu une grande partie des élus qui avaient voté oui en 1940, l'auteur retrace ces itinéraires complexes. Contre toute idée reçue, il montre que les approbateurs de Pétain en 1940 n'ont pas tous adhéré à la Révolution nationale, et que les hommes du refus n'ont pas nécessairement rejoint les rangs de la Résistance. Il dévoile ainsi les ressorts d'un épisode profondément traumatique de notre histoire nationale dont la mémoire ne cesse de nous hanter.


- Les Ouattara: une imposture ivoirienne
de Bernard Houdin
Éditions Du Moment / Septembre 2015


Le 11 avril 2011, au terme d'une période dramatique pour la Côte d'Ivoire, coups d'État, occupation du territoire par des forces étrangères, rébellion et partition du pays, l'armée française bombarde la résidence officielle du président de la République, Laurent Gbagbo, avant de l'arrêter et de le remettre aux hommes d'Alassane Ouattara. Vainqueur constitutionnel de l'élection présidentielle d'octobre 2010, Laurent Gbagbo est envoyé à la Cour pénale internationale de La Haye. Au prix d'une manipulation historique, la France "installe", selon le mot même de l'ancien président Nicolas Sarkozy, Alassane Ouattara à la tête du pays. Il est temps de démonter ce storytelling orchestré pendant près de dix ans, avec une débauche de moyens matériels, financiers et médiatiques. Qui est vraiment Alassane Dramane Ouattara? Pourquoi a-t-on voulu à tout prix l'imposer à la tête de la Côte d'Ivoire, alors que selon l'article 35 de la Constitution, ses origines burkinabé le lui interdisaient? Quel rôle a joué, de façon très ambigüe, l'ancien président Henri Konan Bédié? Pourquoi s'est-on acharné sur Laurent Gbagbo? Quel jeu a joué, et joue encore, la France, incapable de rompre avec son passé colonialiste? Enfin, qui est véritablement Dominique Nouvian Folloroux-Ouattara, la Première dame de Côte d'Ivoire qui, depuis ses années passées dans l'intimité du président Houphouët-Boigny, n'a cessé d'étancher sa soif de pouvoir? Témoin privilégié de toute cette époque, Bernard Houdin, Franco-Ivoirien, conseiller de Laurent Gbagbo depuis 2007, multiplie les révélations fracassantes sur ce qu'il appelle une imposture ivoirienne.


- Les somnambules
de Christopher Clark
Éditions Flammarion / Septembre 2015


Les somnambules Le 28 juin 1914, dans Sarajevo écrasée de soleil, un certain Gavrilo Princip se réfugie à l'ombre d'un auvent pour guetter le cortège officiel de l'archiduc François-Ferdinand. Cinq semaines plus tard, le monde plonge dans une guerre qui entraînera la chute de trois empires, emportera des millions d'hommes et détruira une civilisation. Pourquoi l'Europe, apparemment prospère et rationnelle, était-elle devenue si vulnérable à l'impact d'un unique attentat perpétré à sa périphérie? Quels formidables jeux d'alliances géopolitiques toujours fluctuantes et d'intérêts nationaux contradictoires se mêlaient-ils? Quelles craintes ancestrales, quelles mythologies nationales animaient les opinions publiques et influencèrent les décisions des diplomates? C'est ce que raconte cette fresque magistrale. Multipliant les points de vue et faisant dialoguer avec brio études classiques et sources inédites (en anglais, allemand, français, bulgare, serbe et russe), Christopher Clark replace les Balkans au cœur de la crise la plus complexe de l'histoire moderne et en décrit minutieusement les rouages. Plus clairement que jamais, il montre que rien n'était écrit d'avance: l'Europe portait en elle les germes d'autres avenirs, sans doute moins terribles. Mais de crise en crise, les personnages qui la gouvernaient, hantés par leurs songes et aveugles à la réalité des horreurs qu'ils allaient déchaîner, marchèrent vers le danger comme des somnambules.


- Nous, sujets humains
de Alain Touraine
Éditions Du Seuil / Septembre 2015


Les promesses de la globalisation et du développement des technologies de l'information sont aussi vastes que sont grands les obstacles à leur réalisation. Alors que nous prenons de plus en plus conscience du droit inaliénable au respect de la dignité humaine, nous nous heurtons dans nos pays à la puissance d'un capitalisme financier déconnecté de l'économie productive et, ailleurs dans le monde, à des régimes tyranniques ou totalitaires qui menacent de dominer la sphère de la subjectivité autant que celle des ressources matérielles. Si notre capacité de nous transformer nous-mêmes et d'agir sur notre environnement n'a jamais été aussi forte, le potentiel de destruction de l'humanité apparaît simultanément inégalé. Face à ces enjeux décisifs auxquels l'indignation ne peut à elle seule répondre, Alain Touraine en appelle à la mobilisation de nouveaux acteurs susceptibles de remplacer les mouvements sociaux dont les conflits structuraient les sociétés industrielles. À la fois éthiques et démocratiques, ils doivent se faire les défenseurs des droits fondamentaux du sujet humain pour combattre des formes de pouvoir dont l'emprise se révèle de plus en plus totale. Un pays qui maltraite sa jeunesse est un pays en danger. L'auteur  propose ici une nouvelle alliance entre générations.


- On achève bien les jeunes
de Bernard Spitz
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2015


La France a sacrifié sa jeunesse. Année après année, le pays finance à crédit son administration, ses collectivités, sa protection sociale. Résultat: chaque nourrisson, en guise de cadeau de naissance, trouve dans son berceau 30.000 € de dette à rembourser. La variable d'ajustement de réformes toujours repoussées? Nos enfants. Filières de formation sans espoir, contrats précaires, logement inaccessibles, retraites en voie de disparition, fiscalité punitive: nous ne laissons plus à nos jeunes le choix qu'entre la résignation,


- Pourquoi ils font le djihad
Enquête sur la génération Merah
de Jean-Paul Ney
Éditions Du Rocher / Septembre 2015


Qui sont ces voyous devenus terroristes? Pourquoi toute cette violence, cette haine de la France et de la police? Qui sont ces ados qui adorent Ben Laden et nourrissent une admiration sans faille pour les gangsters, les terroristes, Mohamed Merah et Scarface? Qui sont ceux qui s'identifient à la cause palestinienne et importent ce conflit en France? Parmi eux, des jeunes hommes désemparés, à bout de souffle, que seul les religieux extrémistes reçoivent avec bienveillance. Des jeunes éduqués, diplômés aussi, préférant mourir loin de la France, en Irak ou en Syrie, nouvelles terres de djihad. L'auteur a plongé discrètement pendant plusieurs années au cœur des gangs, des cités, des prisons, des lieux de culte et des services de police pour mieux comprendre: émeutes, braquages, embuscades, voyoucratie, guerre des gangs, trafics… Il dresse ici un rapport sans concessions évoquant le face à face avec une jeunesse perdue dans des messages de violence, de complots et qui s'identifie elle-même comme "étrangère" à la France. Apolitique et non partisan, Jean-Paul Ney nous livre un état des lieux impitoyable: le constat de l'indifférence d'une justice, de l'échec des politiques et du système éducatif. Au bout, l'impensable: un boulevard pour l'extrême droite et une guerre qui ne dit pas son nom, mais qui est déjà sur toutes les lèvres.


- Qui vivra, qui mourra ?
de Frédérique Leichter-Flack
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Prenez une situation verrouillée et un univers clos, où il n'y a pas assez de ressources pour tous ceux qui veulent vivre: nourriture, eau, air, soins, etc. Tout le monde ne pourra pas survivre; vous le savez, ils le savent aussi. Qui vivra? Qui mourra? Ou plutôt: qui sauver et qui laisser mourir? La fiction contemporaine se délecte de ces choix tragiques. Du Choix de Sophie au thriller Saw, en passant par la trilogie des Hunger Games, la littérature pour la jeunesse et les fictions post-apocalyptiques, décider qui doit vivre quand tout le monde ne le peut pas est désormais le thème récurrent des productions culturelles à succès. Alors que l'égalité de valeur des vies s'est imposée comme un principe fondamental de nos sociétés, la question du tri entre les vies nourrit un tabou très protégé. Pourtant, elle n'est pas toujours provoquée par des choix sadiques, pas plus qu'elle ne surgit exclusivement de situations exceptionnelles. On la repère aussi dans des contextes plus ordinaires, comme l'action sociale ou la santé publique. Du triage des blessés les plus graves sur un champ de bataille à l'évacuation de naufragés perdus en mer, de l'exfiltration de quelques-uns au cours d'un génocide à l'ordre de vaccination en cas de pandémie, des situations extrêmes aux dilemmes quotidiens de l'éthique médicale se reconnaît le scénario d'une époque travaillée par ces questions dans son quotidien et sa mémoire blessée. Doit-on, et comment, réfléchir publiquement à ces choix de l'ombre?


- Thierry Lepaon: la vie continue
de Thierry Lepaon
Éditions Cherche Midi / Septembre 2015


La chasse à l'homme (public) menée via une virulente campagne de presse n'est pas une nouveauté en France. "L'honneur d'un homme jeté aux chiens", selon l'expression de François Mitterrand, eut pour conséquences les suicides de Roger Salengro (1936), Pierre Bérégovoy (1993) et, récemment, Jean Germain. Thierry Lepaon a subi cette épreuve il y a quelques mois. Des milliers d'articles à charge à propos des travaux "dispendieux" dans son logement de fonction de secrétaire général de la CGT. Une manière pour d'aucuns d'attaquer le principal syndicat ouvrier. Quoi qu'il fasse ou dise pour se défendre, Thierry Lepaon sait que sa parole n'est plus audible. Aussi, il démissionne en janvier 2015 afin de libérer son syndicat de la tourmente et pour reprendre sa liberté. Disculpé par une commission d'enquête interne de la CGT, Thierry Lepaon n'entend pas, avec ce livre, régler des comptes mais exprimer la force de ses engagements et donner sa vision d'un syndicaliste en mouvement, adapté aux enjeux actuels du monde du travail. Les mots d'un homme blessé mais ô combien debout.


- Un autre monde est possible
de Yanis Varoufakis
Éditions Flammarion / Septembre 2015


Le ministre des Finances du premier gouvernement Tsipras met en scène un père qui parle à sa fille. En partant de sa culture et de ses références (jeux vidéo, réseaux sociaux, films de science-fiction...), il lui montre à quel point l'économie fait partie intégrante de son quotidien et lui explique comment s'est constitué le monde moderne depuis la révolution industrielle.
 

- Voulons-nous vraiment plus d'égalité ?
de Patrick Savidan
Éditions Albin Michel / Septembre 2015


Nos démocraties s'étiolent, la solidarité publique vacille, d'importantes inégalités se creusent. Il y a, entre ces trois constats, des liens qu'il est urgent d'explorer et de prendre en compte. Alors, nous pourrons comprendre cet étrange paradoxe qui, pour nous, consiste aujourd'hui à renforcer les inégalités que nous ne cessons pourtant de dénoncer.


- Winston: comment un seul homme a fait l'histoire
de Boris Johnson
Éditions Stock / Septembre 2015


"Je veux essayer de transmettre un peu du génie de Churchill à la nouvelle génération, mais non à travers une énième biographie, il en existe déjà des dizaines écrites par des auteurs bien plus érudits que moi. Je propose de raconter l'histoire de "mon" Winston, la façon dont il a transformé les événements, et comment il imprègne encore aujourd'hui notre monde". B. J.
Le maire de Londres, Boris Johnson, explore la quintessence du leader britannique, Winston Churchill, et son influence très large sur le monde. L'auteur étudie comment cet homme unique a joué un rôle dans toutes les guerres qu'il a connu, de la guerre des Boers à la Guerre froide. Le jeune Churchill, ignoré par un père aristocratique et à peine regardé par sa mère, a pourtant développé un égo et une foi indéfectibles en ses possibilités hors du commun. Boris Johnson explore la personnalité de Churchill pour comprendre la façon dont il réagissait face à certaines situations. Parce qu'il avait un tempérament de joueur, il n'avait pas peur de prendre des risques et savait retourner sa veste quand il le fallait. De son père, déloyal avant tout, il a hérité un dédain de la pensée constante, bornée, et c'est grâce à cette particularité qu'il a inscrit son nom comme l'un des plus significatifs dans l'histoire de la diplomatie. Ce nom continue d'ailleurs de rayonner sur le monde moderne, du Moyen-Orient (il est le premier à l'avoir appelé ainsi) à la Guerre froide (il a aussi inventé le terme "rideau de fer") et à l'Union européenne.


- Zones de traduction
de Emily Apter
Éditions Fayard / Septembre 2015


À l'heure où les échanges culturels sont véhiculés par un anglais standardisé, même si d'autres langues de portée mondiale commencent à modifier l'équilibre des forces dans la production de la culture, Emily Apter mène une réflexion sur les zones de traduction. Traduire, est-ce perpétuer ou effacer la mémoire culturelle? Tout est-il traduisible? À travers une grande variété de champs, de l'invention de la littérature comparée par Leo Spitzer et Erich Auerbach à la situation de la littérature algérienne après l'Indépendance, et du rôle politique crucial de la traduction après le 11-Septembre à la fabrique des langues (pidgins, créoles), son questionnement est ouvert aux littératures du monde entier. Elle ne traite pas de la seule discipline littéraire, mais des rapports entre les langues. Une nouvelle littérature comparée se dessine ici, celle dont nous avons besoin pour préserver l'intraduisible sans renoncer à mettre en relation. Penser la traduction, c'est faire une politique du vivre ensemble.


- À gauche les valeurs décident de tout
de Jean-Claude Cambadelis
Éditions Plon / Août 2015
 

"La gauche a laissé ses valeurs au bord du chemin. Tout à sa volonté du redressement économique du pays. Tout à sa démonstration que le procès de la droite en incompétence est infondé. Elle a oublié l'essentiel: à gauche les valeurs décident de tout. La politique a horreur du vide. Lorsqu'on ne travaille pas ses valeurs, ce sont celles des autres qui s'imposent. Depuis vingt ans, l'identité, l'insécurité, l'immigration ont pris la place de l'égalité, la liberté, la solidarité... Ce livre est une tentative de reprendre pied dans ce combat culturel, indispensable, au rapport de force idéologique, lui-même préalable au combat politique et électoral". J.-C. C.


- Ce pays qui aime les idées
de Sudhir Hazareesingh
Éditions Flammarion / Août 2015


Aux yeux du monde, les Français seraient arrogants, présomptueux, ingouvernables. Ne seraient-ils pas d'abord et avant tout de grands amoureux des idées? C'est, en tout cas, dans cette passion spécifiquement française qu'il faut, selon l'historien britannique Sudhir Hazareesingh, chercher les racines de notre identité, et en particulier celles de notre fameuse exception culturelle. Au fond, à quoi reconnaît-on la pensée française? Peut-être à cette façon d'être un art de vivre partagé par tous. Sans doute aussi à son inextinguible vitalité: si les Français donnent l'impression de ne jamais débattre sans se disputer, c'est qu'ils ont l'exercice de la controverse trop à cœur; s'ils passent facilement pour des donneurs de leçons, c'est qu'ils aspirent toujours vivement à l'universel, au point de s'en estimer seuls garants; s'ils sont râleurs, anarchiques et prompts à la révolte, c'est qu'ils ont une âme frondeuse et l'esprit critique chevillé au corps; s'ils se croient supérieurs, c'est qu'ils ont le goût de l'abstraction, l'art d'inventer des concepts qui séduisent au-delà des frontières, le socialisme, le structuralisme, l'existentialisme, la déconstruction, le mot même d'intellectuel. Enfin, s'ils sont enclins aujourd'hui à broyer du noir, c'est qu'ils sont nostalgiques de leur grandeur passée et qu'ils refusent d'abdiquer. Catalogue passionné des spécificités de la pensée française, ce livre nous décrit mieux que nous ne saurions le faire, en même temps qu'il nous pousse à interroger l'inquiétude que nous inspire l'idée de notre déclin.


- Écologie ou gauchisme: il faut choisir
de François de Rugy
Éditions L'Archipel / Août 2015


Mai 2012: François Hollande élu, les écologistes comptent dix-huit députés et peuvent constituer lepremier groupe parlementaire de leur histoire, tandis que Cécile Duflot et Pascal Canfin font leur entrée au gouvernement. Mars 2014: récusant la nomination de Manuel Valls, les deux ministres verts rendent leur portefeuille, avec l'aval du parti. François de Rugy n'est pas d'accord avec cette démission en bloc. "À s'enfermer dans des postures toujours négatives, à emboîter le pas à la gauche de la gauche, l'écologie politique dévoie son ADN et va dans le mur ", lance-t-il aujourd'hui à ses camarades. Convaincu qu'une majorité qui n'inscrit pas l'écologie au cœur de son action se condamne à la défaite, il souligne en outre la responsabilité des socialistes. À quoi servent les Verts? Sont-ils plus utiles dans ou hors du gouvernement? Des compromis sont-ils encore possibles avec les socialistes? L'ambition politique a-t-elle eu raison de l'idéal écologique? Questions qui fâchent, posée par l'auteur dans ce plaidoyer pour une écologie réformiste qui s'assume sans complexe.


- État social, propriété publique, bien communs
de Pierre Cretois et Thomas Boccon-Gibod
Éditions Le Bord de l'Eau / Août 2015


Et si les biens communs, par ou en dehors de la propriété publique, constituaient l'une des armes pour penser une société nouvelle qui permette de sortir de l'impasse du "tout marché"? Certes, la propriété publique se donne souvent comme un moyen efficace de lutte contre les déséquilibres sociaux induits par le marché. Mais ne servirait-elle pas en réalité de soutien, ou au mieux de paravent, à la logique individualiste d'appropriation? Elle serait alors vouée à l'échec, faute de s'attaquer radicalement à la cause même du mal: le primat de l'appropriation individuelle, source perpétuelle d'inégalités, en contradiction flagrante avec l'idéal démocratique dont elle se réclame pourtant. C'est pourquoi la question du statut de la propriété publique constitue une porte d'entrée stratégique pour comprendre les modes de mise en œuvre de la démocratie réelle dans les États modernes. Cet ouvrage collectif invite ainsi à confronter la notion de propriété publique à celles, aujourd'hui en vogue, de propriété commune et de biens communs, porteurs d'une conception radicalement égalitaire des relations sociales, en deçà des institutions politiques, et notamment étatiques. Dans un cadre juridique fortement marqué par la notion de propriété, comment les biens communs ont-ils été pensés? Comment peuvent-ils l'être aujourd'hui et quelles sont les voies concrètes d'institutionnalisation du commun? Peut-on considérer que, historiquement, l’État républicain en France en a été une forme à un degré ou à un autre? Et quel est, dans cette perspective, l'avenir même de l'État social?


- Et François Hollande enterra le socialisme
de Francis Brochet
Éditions L'Archipel / Août 2015


2017 approchant, l'avenir politique de la France est plus que jamais incertain, et la confiance en François Hollande plus que jamais ébranlée, jusque dans sa propre majorité. Quel regarder jeter sur sa présidence? François Hollande a-t-il vraiment honoré le rêve socialiste? A-t-il tenu les promesses formulées au Bourget en 2012? Des éclats médiatiques aux affrontements d'idées, Francis Brochet dresse le bilan d'un gouvernement houleux et indécis. Revenant sur les positions prises par le président dès le début de sa carrière politique (en 1985 sous Fabius, puis en 1991 sous Rocard), il analyse ses positions, en regard notamment de ceux qu'il a choisis pour l'épauler (Ayrault, puis Valls et Macron): et si François Hollande était devenu un social-libéral? Dans un modèle actuellement très critiqué, quel avenir reste-t-il donc au socialisme en France? Et, de fait, que peut-on espérer ou redouter pour 2017?


- La grande désillusion
L'argent des dictatures et des printemps arabes
de Taïeb Talbi
Éditions Riveneuve / Août 2015


Derrière le rideau des faits, pleins de bruits et de fureur, de la séquence historique des "Printemps arabes" ou des "révolutions arabes", il y a des masses lourdes et des courants qui offrent un autre décodage de l'histoire. L'argent bien sûr. L'argent des dictatures comme en Libye, en Tunisie, en Égypte et ailleurs l'argent du Golfe, sommes immenses qui cherchent à s'investir en Occident et dans le monde arabe pour peser sur le cours des événements et la politique mondiale. Et des contre-courants. Les mouvements sociaux et politiques qui enflamment, à des degrés divers, la rue arabe, suscités ou accompagnés par les médias satellitaires et les ONG activistes, avant de basculer dans la violence et la guerre civile parfois, sont aussi des affaires d'argent. Car il faut de l'argent pour faire la guerre. Au cœur des événements, bénéficiant par son métier d'un poste d'observation unique, l'auteur raconte les termes de la grande désillusion des Printemps arabes. Il souligne aussi les compromissions de l'Occident qui joue avec le feu, mettant chacun devant ses responsabilités dans la crise actuelle. Il aborde la crise au sein du monde arabe, entre modernité et tradition, entre un islam des Lumières et un islam des ténèbres. Un témoignage de premières mains autant qu'une réflexion humaniste.


- Le bon gouvernement
de Pierre Rosanvallon
Éditions Du Seuil / Août 2015


Nos régimes sont dits démocratiques parce qu'ils sont consacrés par les urnes. Mais nous ne sommes pas gouvernés démocratiquement, car l'action des gouvernements n'obéit pas à des règles de transparence, d'exercice de la responsabilité, de réactivité ou d'écoute des citoyens clairement établies. D'où la spécificité du désarroi et de la colère de nos contemporains. À l'âge d'une présidentialisation caractérisée par la concentration des pouvoirs entre les mains de l'exécutif, Pierre Rosanvallon montre que le problème n'est plus seulement celui de la "crise de la représentation". Il est devenu celui du mal-gouvernement. Or la théorie de la démocratie a jusqu'à présent fait l'impasse sur cette question des rapports entre gouvernés et gouvernants en se limitant à penser la représentation et l'élection. Il est donc urgent d'aller aujourd'hui plus loin pour comprendre les mécanismes de ce mal-gouvernement et déterminer les conditions d'une nouvelle révolution démocratique à accomplir. Ce livre propose d'ordonner les aspirations et les réflexions qui s'expriment aujourd'hui dans de nombreux secteurs de la société civile et dans le monde militant autour de ces questions en distinguant les qualités requises des gouvernants et les règles organisatrices de la relation entre gouvernés et gouvernants. Réunies, celles-ci forment les principes d'une démocratie d'exercice comme bon gouvernement.


- Le français
de Julien Suaudeau
Éditions Robert Laffont / Août 2015


Qu'y a-t-il dans la tête et le cœur de ces petits Français "de souche" qui partent se faire tuer en Syrie au nom du djihad? Le Français est la réponse romanesque à cette interrogation. Le narrateur, dont on ne connaîtra pas le nom, broie du noir dans sa Normandie natale, zone grise entre province et grande banlieue de Paris. La belle Stéphanie éclaire un temps la monotonie de ses jours, mais elle n'est qu'un mirage. Puisque l'horizon est sans issue, pourquoi ne pas fuir? Ce sera d'abord l'Afrique, au Mali, dans le sillage d'individus peu recommandables. Aux portes du désert, il suffit de se rêver grand pour le devenir. Cette illusion-là non plus ne dure pas longtemps. Le rêve se termine quelque part en Syrie, dans une forteresse djihadiste ou les hommes ont oublié leur humanité. Le Français, dont nous avons suivi pas à pas le chemin, y devient un monstre presque contre son gré. Sa lucidité d'enfant perdu est un cri déchirant dont l'écho se prolonge bien après la dernière page. En faisant parler son anti-héros à la première personne, Julien Suaudeau nous oblige à partager ses sentiments, ses peurs, ses envies. L'horreur du monde contemporain, vue mille fois dans les médias, devient une matière complexe et riche en nuances. Au-delà de sa résonance avec la réalité, ce parti pris audacieux donne un texte puissant, porté par une voix autre, un sens du détail et des dialogues qui évoque les grands naufragés du roman américain.


- Le grand refoulement
de Nicolas Bouzou
Éditions Plon / Août 2015
 

La France vit aujourd'hui dans la passion, et a oublié la raison. Elle est devenue le seul pays où l'on refuse de nommer les problèmes avant de pouvoir commencer à les régler: dénoncer l'illettrisme chez les salariés, c'est les traiter d'incultes; vouloir réformer l'indemnisation des chômeurs, c'est les faire passer pour des fainéants; considérer le bac pour ce qu'il est, c'est-à-dire un gouffre financier inutile, c'est remettre en cause un rite. Et les Français sont responsables: ils élisent des dirigeants qui leur donnent ce qu'ils veulent entendre. La droite utilise la peur, la gauche la jalousie. Aujourd'hui, nous devons faire un choix. Oui, on peut revenir au plein-emploi. Oui, on peut réformer l'école et l'université dans le sens de l'excellence. À condition de soigner notre refoulement. Rien ne nous empêche de le faire, sauf notre incapacité à penser notre avenir. Si elle renoue avec sa véritable tradition qui est celle du débat rationnel, la France redeviendra le pays de la prospérité et du plaisir de vivre.


- Le monde est clos et le désir infini
de Daniel Cohen
Éditions Albin Michel / Août 2015
 

"La croissance économique est la religion du monde moderne. Elle est l'élixir qui apaise les conflits, la promesse du progrès indéfini. Elle offre une solution au drame ordinaire de la vie humaine qui est de vouloir ce qu'on n'a pas. Hélas, en Occident du moins, la croissance est devenue intermittente, fugitive. Les krachs succèdent aux booms et les booms aux krachs. Comme les sorciers qui veulent faire venir la pluie, les hommes politiques lèvent les mains vers le ciel pour la faire tomber, aiguisant le ressentiment des peuples quand elle n'est pas au rendez-vous. Tout à la recherche de boucs émissaires, le monde moderne évite pourtant la question centrale: que deviendra-t-il si la promesse d'une croissance indéfinie est devenue vaine? Saura-t-il trouver d'autres satisfactions ou tombera-t-il dans le désespoir et la violence?" D. C.


- Le nouvel ordre démocratique
de Jérôme Sainte-Marie
Éditions Du Moment / Août 2015


Le système démocratique français se disloque sous nos yeux. La gauche enchaîne les déroutes électorales et la droite s'enferre dans ses impasses. Cet affaissement se traduit dans les bulletins de vote, les mouvements de l'opinion, les mutations idéologiques, et même la récente production littéraire. Il libère un espace d'où émerge un Front national conquérant bien que lui aussi traversé de contradictions. Comme ailleurs en Europe et déjà dans bien des villes et départements français, au clivage gauche-droite se substitue un nouvel affrontement opposant un pôle identitaire et un pôle libéral. De cette histoire qui se déroule en accéléré, l'élection présidentielle de 2017 sera l'heure de vérité. L'une des deux forces qui ont fait la vie politique française risque d'être absente du tour décisif. Elle laissera alors la place au parti de Marine Le Pen, et notre vie démocratique s'en trouvera bouleversée. Ces glissements de terrain politiques se produisent dans un contexte de crise sociale sans précédent, avec une opinion publique exaspérée, disponible pour un changement radical. L'actuel jeu à trois est trop instable pour durer, une vaste recomposition se prépare. Pour en cerner les contours et mesurer les enjeux, l'auteur a mobilisé sa pratique du monde politique, sa connaissance des évolutions de l'opinion publique et son suivi des travaux universitaires. Il en résulte une enquête objective et passionnée sur le nouvel ordre démocratique qui sortira des urnes à l'horizon 2017.


- Une brève histoire de l'avenir
de Jacques Attali
Éditions Fayard / Août 2015


Jacques Attali raconte ici l'incroyable histoire des cinquante prochaines années telle qu'on peut l'imaginer à partir de tout ce que l'on sait de l'histoire et de la science. Il dévoile la façon dont évolueront les rapports entre les nations et comment les bouleversements démographiques, les mouvements de population, les mutations du travail, les nouvelles formes du marché, le terrorisme, la violence, les changements climatiques, l'emprise croissante du religieux viendront chahuter notre quotidien. Il révèle aussi comment des progrès techniques stupéfiants bouleverseront le travail, le loisir, l'éducation, la santé, les cultures et les systèmes politiques; comment des mœurs aujourd'hui considérées comme scandaleuses seront un jour admises. Il montre enfin qu'il serait possible d'aller vers l'abondance, d'éliminer la pauvreté, de faire profiter chacun équitablement des bienfaits de la technologie et de l'imagination marchande, de préserver la liberté de ses propres excès comme de ses ennemis, de laisser aux générations à venir un environnement mieux protégé, de faire naître, à partir de toutes les sagesses du monde, de nouvelles façons de vivre et de créer ensemble.


- Vie privée, vie publique: un voyeurisme d'État
de Philippe Labi
Éditions First / Août 2015


Ils chassent les voix et traquent les électeurs. Élus au suffrage universel, ils font don, toute modestie rentrée, de leur personne à la nation. Ce sont les Chefs de L'État. Souverains Républicains, ils sont l'épicentre de toute la vie politique, et leur vie privée est désormais publique. Parfois, ils en jouent, parfois, ils subissent. Naguère, le discours et les actes l'emportaient quasiment sur l'essentiel. Aujourd'hui, la manière et le style impriment, non pas tout, mais une part non nulle de l'essentiel, marquant durablement les esprits. En quelques années la cinquième République a changé de nature. Le rapport au pouvoir, à son esprit et à son respect, a vacillé. Désormais, le Roi est nu. L'auteur a été témoin de ces mutations, se frottant directement et sans ménagement, comme il le raconte lui-même, aux grands fauves élyséens et à leurs entourages. Il revisite ici les chapitres et secrets de ce grand basculement. Des explications crues de Nicolas Sarkozy aux confessions inédites de son épouse Carla, aux transgressions subies ou voulues de François Hollande, soumis à la prose au vitriol de son ex-compagne, Valérie Trierweiler, il dessine les contours du roman vrai d'une République qui a désacralisé la fonction même du Président, l'affaiblissant durablement. Il interroge les acteurs, proches et témoins de premier plan qui font sauter tous les verrous. Il nous donne à voir ce qui est caché autant qu'il nous interpelle: comment en sommes-nous arrivés là? Quelle est la part de mise en scène, de connivence, de responsabilité et d'instrumentalisation des médias dans ce feuilleton permanent? Cette ère nouvelle balaye tout. Ce véritable voyeurisme d'État consume tous les codes. Jusqu'à quand?


- Moulay Hicham, itinéraire d'une ambition démesurée
de Ali Amar
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Juillet 2015


Prince de sang royal, cousin germain du roi Mohamed VI, Moulay Hicham a su se donner l'image d'un démocrate, d'un "prince rouge" au discours sans complaisance. Et pourtant, s'appuyant sur ses enquêtes, ses analyses, mais surtout fort de sa proximité avec Moulay Hicham, Ali Amar tente à travers ce document de mettre en lumière le vrai visage de celui qui se rêvait en "Philippe-Egalité" du royaume chérifien, mais a été désavoué par le peuple marocain tout d'abord, puis peu à peu par l'escorte de journalistes et d'hommes de main qu'il s'était constituée. S'il se pose en victime persécutée par le pouvoir, Moulay Hicham dissimule soigneusement les manigances et les complots dont il est l'infatigable instigateur; s'il se proclame seul héraut de la vérité sur son pays, il prend soin de garder secrets les moyens troubles par lesquels il s'est garanti une audience. L'auteur montre, à travers des faits et des anecdotes vécues, que si rien n'a jamais destiné ce dernier à un avenir dans la gestion de la chose publique, il est en revanche passé maître dans l'art de la manipulation, la première de toutes consistant à se faire passer pour un prince moderne et réformateur, quand il ne sert en réalité qu'une ambition démesurée.


- Dialogues avec Geneviève Anthonioz de Gaulle
de Michaël de Saint Chéron
Éditions Grasset & Fasquelle / Juin 2015


Cet ouvrage se compose d'une série d'entretiens entre Michaël de Saint-Chéron et Geneviève de Gaulle-Anthonioz et d'un essai de Michaël de Saint-Chéron. Les entretiens (qui furent déjà publiés en 1998, mais qui sont ici complétés et "mis en situation") revisitent le parcours exceptionnel de cette femme admirable, nièce du Général de Gaulle (elle était la fille de son frère, Xavier) qui s'illustra aussi bien pendant la Résistance que dans la lutte contre l'extrême pauvreté. Rappelons que, déportée à Ravensbrück à la suite d'une dénonciation (elle fut torturée par la Gestapo et la bande de Bonny et Lafon), elle s'y lia d'amitié avec Germaine Tillion et fut "épargnée"  car Himmler voulait en faire une "monnaie d'échange" à un moment où de Gaulle prenait la tête de la France Libre. À la Libération, cette femme intransigeante (le premier volume des Mémoires du Général de Gaulle lui est dédié) s'engagea dans un nouveau combat, contre la misère. Elle fut ainsi à l'origine de la fameuse loi de 1958, dite "loi contre la grande pauvreté". Témoin au procès Barbie, elle impressionna la France entière par la sobriété et la puissance de son intervention. De cette vie prodigieuse, elle tira un récit, La Traversée de la nuit (1958) qui fut en son temps un énorme best-seller. Dans ces entretiens avec Michaël de Saint-Chéron, elle revisite l'ensemble de son parcours et affine sa réflexion sur le bien, le mal, l'horreur absolue et le destin de l'humanité.


- Flics et corses: grosses affaires et coups tordus
de Charles Pellegrini
Éditions Du Toucan / Juin 2015


Charles Pellegrini est né dans un petit village corse. Il  a eu assez tôt la "vocation" policière, chose plus fréquente qu'on ne le croit sur l'île de beauté. Car, si l'on entend souvent parler des gangsters corses, il faut remarquer que les policiers de haut rang d'origine insulaire ne sont pas rares. Se connaissent-ils? S'apprécient-ils? Est-ce que leurs racines et leurs contacts leur sont utiles? Jean-Louis Fiamenghi, patron du RAID, Ange Mancini, ancien patron de la PJ, Georges Nicolaï ou Bernard Squarcini, autant de confrères avec qui Charles Pellegrini  a souvent travaillé, pour le meilleur ou pour le pire. Ce sont leurs enquêtes, en Corse et sur le continent, qu'il raconte ici pour la première fois.


- Hommes de...
de Bérengère Bonte
Éditions Du Moment / Juin 2015


Ils s'appellent Xavier, Louis, Jean, Joseph, Mathieu ou Laurent. Député ou psychiatre, photographe, haut fonctionnaire ou encore chef d'entreprise, ils ont en commun de partager ou d'avoir partagé la vie d'une femme politique. Qui sont-ils? D'où viennent-ils? Pour qui votent-ils? Sont-ils les conseillers occultes de leur dame? Berengère Bonte a mené la première enquête sur ce phénomène politique nouveau, amplifié depuis la parité, interrogé des "hommes de..." mais aussi les entourages, voire des collaborateurs qui doivent parfois gérer les affaires familiales. Quarante ans après les débuts de Simone Veil et son combat pour asseoir son époux Antoine à côté d'elle lors des dîners élyséens, certaines femmes préfèrent désormais cacher leur mari. Eux-mêmes s'accommodent tant bien que mal du silence qui leur est imposé. On se souvient des tweets défouloirs du compagnon militant de Cécile Duflot... L'auteur raconte les réunions où se croisent les époux Vallaud-Belkacem, Pellerin/Olléon ou Yade/Zimet. Elle dévoile la véritable place réservée aux "pièces rapportées" de la dynastie Le Pen. Elle braque aussi le projecteur sur Jean-Louis Brochen, le très discret "Monsieur Aubry". Ce livre est une plongée inédite dans la profondeur des sentiments des "hommes de..." qui oscillent entre fierté et crainte, frustration et ambition, opportunisme et abnégation.


- La clef
de Fabrice Lhomme et Gérard Davet
Éditions Stock / Juin 2015


180 milliards d'euros, enfouis dans une clef USB. Huit personnes, dont un juge, un espion, un agent du fisc, décidées à briser l'omerta financière. Deux enquêteurs du Monde à l'affût d'un scoop mondial: 106 000 comptes cachés chez HSBC, en Suisse, la plus grande fraude fiscale jamais révélée. Et, bien sûr, une source providentielle. Voici, enfin, les dessous de l'affaire SwissLeaks. Les auteurs produisent des documents inédits, issus de cette petite clef USB rouge dont ils ne se séparent jamais. Elle est loin d'avoir livré tous ses secrets. Oui, l'affaire n'en est qu'à ses débuts.


- Le sport ou la passion de détruire
de Patrick Vassort
Éditions Le Bord de l'Eau / Juin 2015


Derrière l'idéologie dominante d'un sport "facteur d'épanouissement et de bien-être pour tous", se cachent les dérives d'une compétition toujours plus prégnante, toujours plus massive, qui déstabilise les individus, les déséquilibre, les met en situation de souffrance et parfois les détruit (dopage, agression, addiction, violence, pathologies et déséquilibres psychologiques divers…).


- Le sursaut ou le chaos
de Thibault de Montbrial
Éditions Plon / Juin 2015


Les évènements du 7 janvier 2015 ont révélé à la face du pays l'ampleur de la dégradation de son tissu social. Fruit de décennies de petites lâchetés et de grands renoncements, ces évènements tragiques placent chacun des responsables politiques, mais aussi tous ceux et celles qui exercent des responsabilités au sein de notre corps social, face à leurs responsabilités. De notre capacité à comprendre comment nous nous sommes retrouvés dans cette situation naîtra une faculté de reconstruire une société homogène, autour des valeurs fondamentales de la République Française, sur lesquelles il est urgent de ne plus transiger. L'existence (selon Manuel Valls lui-même) de 3 000 Français combattants potentiels, sur notre propre territoire, haineux contre notre propre système, génère des enjeux majeurs en termes de sécurité et d'avenir de notre cohésion. Elle pose également un défi particulier à l'ensemble de notre économie dont il est essentiel qu'elle ne soit pas paralysée par la violence. 2015 sera décisive pour l'avenir de notre pays.


- Le sens de la République
de Patrick Weil et Nicolas Truong
Éditions Grasset & Fasquelle / Juin 2015


Depuis le traumatisme de janvier 2015, la République n'a cessé d'être invoquée et convoquée,  notamment lors des immenses manifestations du 11 janvier. Fondement de notre société, socle de la citoyenneté et rempart de notre laïcité, elle fut aussi décriée. À force de ne pas tenir ses promesses, il lui fut reproché de favoriser l'entre-soi, le communautarisme, voire l'apartheid social. Après la Concorde vint le temps de la discorde. C'est alors que la volonté de questionner Patrick Weil apparut comme une évidence. Historien de l'immigration et de la nationalité, directeur de Recherche au CNRS, professeur invité à l'Université de Yale et à l'école d'économie de Paris, il est un des rares intellectuels à pouvoir intervenir dans le débat public sur des sujets aussi brûlants que l'intégration, les migrations, la religion, le racisme, l'antisémitisme. Sans langue de bois, sans éviter les sujets qui fâchent, comme l'islam ou l'identité nationale, les frontières ou l'héritage colonial, il se nourrit de véritables recherches empiriques et d'une longue pratique des politiques publiques, à la différence de tant de ceux qui occupent la scène médiatique. Il donne ici du sens à la République, à savoir une direction et une orientation. Son récit savant et vivant d'une histoire partagée par tous les Français, quelque soit leur origine, ranime les valeurs républicaines. Contre les prophètes de la division, il nous donne les raisons d'espérer en un avenir commun.


- Mao, sa cour et ses complots
de Jean-Luc Domenach
Éditions Fayard / Juin 2015


En 1949, après leur grande victoire militaire, les dirigeants communistes s'installent dans le palais impérial à Pékin; ils aménagent un vaste ensemble résidentiel, bientôt entouré d'un long mur rouge. Quelques centaines de familles y habitent, protégées par des gardes surarmés. Plus le temps passe, plus elles jouissent de conditions de vie exceptionnelles: nourriture abondante, fêtes et loisirs. Pendant ce temps, le reste du pays traverse la famine, affronte les catastrophes naturelles et subit les effets d'une collectivisation inefficace. Mao, non moins jouisseur que ses compagnons, mais redoutant un coup d'État, attaque plusieurs fois ces cadres repus avides de privilèges. En révélant l'obsession du pouvoir, la soif des plaisirs et le poids des relations personnelles, Jean-Luc Domenach bouleverse notre regard sur le totalitarisme version chinoise. Grâce à lui, le lecteur sait désormais que le communisme a été autant un moteur qu'un masque, une manière de cacher derrière de belles idées la quête sinistre d'une domination vaine. Il découvre aussi que les protagonistes de cette terrible histoire sont les parents des dirigeants actuels. Ce passé engage donc notre avenir.


- Parrains du Sud
Un infiltré au cœur du grand banditisme
de Christian Lestavel
Éditions Du Toucan / Juin 2015


Christian Lestavel a 18 ans quand il est arrêté et condamné à 20 ans de réclusion pour tentative de meurtre. Enfant abandonné, il a très tôt versé dans la délinquance puis les braquages. En prison, il est "retourné" par un haut responsable des RG et se voit proposé un "marché": infiltrer le Milieu du sud-est de la France et en particulier les plus grands trafiquants de drogue et d'armes. Il passe ainsi plus de vingt ans aux côtés des caïds les plus redoutés, italiens et français, Tagliamento, Zampa, Garcia et autres. Aujourd'hui, il fait le récit d'une tranche de vie vécue aux côtés de ceux que toutes les polices recherchent. L'occasion de faire le portrait intime de ceux qu'il a cotoyés tous les jours: les truands et leurs familles. Exécutions, rackets, prostitution, organisation du business de la drogue comme on structure une entreprise, mais aussi vie de famille et liens amoureux, amitié, amour de la Corse et séjours en prison. En un mot pour la première fois la face cachée du grand banditisme dans le sud de la France.


- Pléonexie; vouloir posséder toujours plus
de Dany-Robert Dufour
Éditions Le Bord de l'Eau / Juin 2015


On connaît la grande prohibition fondatrice du lien social, celle de l'inceste. On connaît moins la seconde prohibition, nécessaire à la vie en société: celle de la pléonexie. Comment limiter le désir de posséder toujours plus? Dans notre monde, caractérisé par l'hyperconcentration de la richesse, cette question est devenue cruciale. Dany-Robert Dufour, après une présentation de la question, a choisi quatre textes permettant d'y réfléchir à nouveaux frais. Deux textes de Platon (l'un tiré de La République, l'autre du Gorgias) et un texte de Bernard de Mandeville (La fable des Abeilles, 1705), adaptés et réécrits pour les rendre aussi audibles, c'est-à-dire actuels, que possible. Dans le quatrième texte, Socrate et son contradicteur se retrouvent aujourd'hui pour faire le point. Le lecteur trouvera également en annexe un étonnant texte sur la pléonexie, traduit pour la première fois en français, écrit en 1705 par le grand philosophe roumain, Dimitri Cantemir.


- Qui est vraiment Charlie ?
Ces 21 jours qui ébranlèrent les lecteurs du Monde
Écrit en collectif
Éditions François Bourin / Juin 2015


"Qui est vraiment Charlie?" s'interrogent en 21 jours, en 3 semaines, en 3 temps les lecteurs du Monde: "Je suis Charlie!", "Je suis Charlie?" et "Charlie… et après". Les lecteurs écrivent comme des journalistes. Les mots sont forts et les phrases cognent: c'est la conscience d'un peuple de lecteurs qui veut partager avec d'autres lecteurs-citoyens:
"Charb pensait-il entraîner la disparition de son journal en faisant le djihad contre le djihad?… Ceux qui témoignent contre la mafia changent de pays et d'identité".
"Au-delà du choc et de la tristesse, je m'interroge sur l'utilisation de cet "Allah akbar" […] repris en chœur par tous les médias. Ce n'est pas une arme de guerre, et son usage est strictement limité au début des cinq prières obligatoires".
"Triomphe de la pensée unique, laïque, obligatoire et gratuite: Je ne suis pas Charlie. Je ne serai jamais plus Charlie". En 2015, la société des lecteurs du Monde fête ses 30 ans. Cet ouvrage est à la fois un hommage à ses lecteurs "militants de l'ombre" et à ce quotidien qui tient lieu de conscience nationale.
Les textes sont choisis et présentés par Pascal Galinier, le médiateur du Monde et par le journaliste Dominique Buffier. Cet ouvrage est sans doute le témoignage le plus symbolique et le plus complet de ce qu'a vécu la France en janvier 2015.


- Robe noire et nuits blanches
de Gilles-Jean Portejoie
Éditions Du Moment / Juin 2015


Que se passe-t-il dans la tête d'un avocat à la veille de plaider une affaire importante? Comment se prépare-t-il à défendre l'indéfendable? À travers les plus belles affaires de sa carrière, pas toujours médiatisées d'ailleurs, Gilles-Jean Portejoie retrace l'itinéraire du fils d'instituteur devenu ténor du barreau: ses moments de doute, ses espoirs, ses batailles, ses victoires, mais aussi ses défaites. Il revient sur des affaires qui ont marqué les esprits, comme Johnny Hallyday, accusé de viol, le mari de Lolo Ferrari, suspecté d'être indirectement responsable du décès de la star, ou encore Laurent Ségalat, généticien réputé, accusé du meurtre de sa belle-mère. Ce livre est le témoignage d'un auxiliaire de justice, placé au cœur du système mais qui, malgré une forte médiatisation liée à la personnalité de ses clients, a su garder la tête froide. C'est aussi une réflexion sur la justice, son fonctionnement et parfois ses dérives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 19:11

- Une crise devenue française
de Éric Woerth
Éditions L'Archipel / Juin 2015


La France est entrée dans la crise en 2008 avec le reste du monde, mais elle compte parmi les derniers pays à en sortir. Le retour de la croissance dans le monde accentue le sentiment de notre impuissance, nous dont les perspectives de reprise ne cessent de s'éloigner et qui semblons incapables de redresser nos finances publiques. Les fragilités de notre économie préexistaient largement au choc de 2008, tant notre pays a accumulé un retard de réformes, rendant notre système économique et social obsolète. Tout n'est pourtant pas perdu, et la France peut échapper à la fatalité de la croissance faible, du chômage de masse et du déclassement. Véritable vade-mecum du redressement, cet ouvrage apporte des réponses concrètes à ces questions qui hantent depuis trop longtemps le débat politique: comment faire repartir la croissance? Peut-on vaincre le chômage de masse? Comment et pourquoi réduire la dépense publique? Dans quel sens réformer notre système fiscal? La France peut-elle tirer profit de la mondialisation?


- Affaires sensibles
de Fabrice Drouelle
Éditions Robert Laffont / Mai 2015


Pour la première fois, les meilleurs dossiers de l'émission phare de France Inter réunis dans un livre.
Les micros dissimulés au Canard enchaîné, la folie meurtrière de Jean-Claude Romand, l'assassinat non résolu du juge Renaud, la fin d'Action directe, le coup de bluff du deux fois Goncourt Romain Gary, l'imbroglio politico-judiciaire du Carrefour du développement, le naufrage suspect du Bugaled Breizh... Autant d'événements sensibles et édifiants qui ont bouleversé l'opinion en leur temps et qui continuent de nous captiver aujourd'hui. Fabrice Drouelle nous en fait revivre une vingtaine dans un livre prenant qui nous aide à mieux comprendre l'actualité à la lumière de notre passé, les soubassements de notre société et la complexité humaine.


- Anthologie regrettable du machisme en politique
de Rama Yade
Éditions Du Moment / Mai 2015


Autant de petites phrases qui en disent long sur la condition féminine en politique. Soixante-dix ans après avoir exercé pour la première fois leur droit de vote et au moment où les Français se disent favorables à l'accession de l'une d'elles à l'Élysée, les femmes ont subi bien des attaques machistes avant de s'imposer dans les cercles éminemment masculins du pouvoir. Aujourd'hui encore, la palette des réflexions sexistes qu'usent ces messieurs pour les disqualifier semble sans limites: trop belles pour être compétentes, elles sont juste bonnes à sourire sur la photo. Leur engagement politique ne serait pour elles qu'un moyen de compenser l'échec de leur vie sentimentale. Elles sont traitées de caractérielles lorsqu'elles font preuve de caractère. Leur autorité passe pour de l'autoritarisme. Quant à leur ambition, elle est souvent assimilée à de l'arrivisme... Florilège des pires répliques du genre recensées sous la Ve République et commentées par une responsable politique ayant exercé le pouvoir au plus haut niveau de l'État, cette Anthologie regrettable du machisme en politique raconte avant tout l'histoire d'une lutte pour l'égalité des sexes. Un ouvrage qui peut aussi se lire comme une exhortation féministe à ne jamais rien lâcher.


- Anti-secrets
Fillon-Sarkozy: ce qui n'a jamais été dit
de Jean de Boishue
Éditions Plon / Mai 2015


Plus rien, aujourd'hui, n'est vraiment secret. Les notes internes, les télégrammes diplomatiques, les archives confidentielles, tout s'étale, au vu et au su de la presse. Mais, constate Jean de Boishue, ce qui, en politique, restera toujours indéchiffrable, c'est l'irrationnel des comportements, les aléas de l'actualité, la crédibilité des dirigeants. L'auteur est un fin connaisseur de la vie politique. C'est un très proche de François Fillon. Mais pas son hagiographe. De 2007 à 2012, Jean de Boishue mène ainsi à Matignon une double vie: celle, au grand jour, d'un équipier influent d'une écurie politique; et l'autre, cachée, celle, d'un observateur, discret et solitaire. Beaucoup a été dit sur Nicolas Sarkozy, mais peu de choses ont filtré sur la manière dont a été vécue cette période côté Matignon. Quelle fut la réalité des relations Sarko-Fillon? Comment survit-on sous le feu roulant de l'Élysée? Qui est Fillon: un feu-follet ou un poids lourd? Anti-secrets n'est pas seulement un livre politique. L'auteur décrit ce qu'il sent, devine, entend, croit voir. Et on ne s'ennuie jamais à suivre cette plume brillante, rêveuse et émouvante, mais n'hésitant jamais à trancher dans le vif.


- Autorité
de Éric Ciotti
Éditions Du Moment / Mai 2015


La République est en train de sombrer dans une idéologie molle sur fond de renoncement de l'État à imposer des règles, à faire respecter les lois qui protègent la société et à punir les délinquants. Trois autorités fondamentales sont en train de s'effondrer: l'autorité parentale, la force et le respect de la loi, le pouvoir même de l'état. Depuis les années 1990, après la permissivité induite par les événements de Mai-68, nous voyons clairement, sondages et enquêtes à l'appui, que la société française ne veut plus de ces laxismes idéologiques quand la gauche est au pouvoir ou de ces renoncements coupables quand la droite n'ose pas prendre ses responsabilités. Un élu UMP, député et président du conseil général des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a décidé de démontrer dans ce livre-programme qu'il est possible d'en finir avec cette démission généralisée. Il prône le dépistage de la drogue au lycée, la tolérance zéro pour toutes les incivilités, la révision du Code pénal pour les mineurs. Il démontre que seul un manque de volonté politique est responsable de ces échecs. Au-delà, il veut travailler à rétablir la laïcité comme principe étatique de gouvernement et en finir avec le terrorisme prétendument religieux. Il appelle à restaurer l'autorité comme valeur première, concrètement, rapidement, même si cela épouvante la gauche et tétanise la droite.


- Chirac, entre perles et culture
de Guy Baret
Éditions Du Moment / Mai 2015


Au fil de sa longue carrière politique, Jacques Chirac a toujours dénoté par sa liberté de ton. Du drôle "En matière de politique internationale, on ne retient de mes propos que si je dis une connerie" à l'émouvant "J'aime la France autant que je vous aime" lors de sa dernière allocution aux Français en tant que chef d'État, en passant par le déroutant "Si les Français répondent oui, c'est très bien. S'ils répondent non, c'est très bien aussi". À travers les citations souvent drôles et parfois méconnues du 22e président de la République, c'est un pan de notre histoire politique que l'auteur revisite avec humour. Une façon également de revenir sur la vie d'un homme qui a marqué l'histoire du pays et dont beaucoup de Français ont la nostalgie. Un essai distrayant qui rappellera aux lecteurs des moments oubliés de celui qui fut leur président, les faisant rire ou sourire et les émouvra parfois. Chacun pourra peut-être y trouver sa madeleine de Proust à la recherche d'un temps enfui.


- Comment les socialistes m'ont enrichi
de Guy Ferré
Éditions Du Palio / Mai 2015


Alors que Descartes lui souhaite bonne chance dans la nouvelle aventure qui l'attend après sa brillante réussite industrielle, l'arrivée des déménageurs dans l'atelier-bibliothèque arrache soudain Frédéric à sa torpeur. L'ancien président des Chaussures Herbin se lève et, comme il s'apprête à quitter la vaste pièce à laquelle le rattachent plus de trente années de sa vie, soudain lui revient en mémoire cette journée du mois de mai 1981 où, deux jours après la victoire de François Mitterrand, assis sur un banc en face d'un platane, il avait eu l'intime et géniale conviction qu'il devait acheter l'immeuble du boulevard de Courcelles. "Je l'ignorais alors, songe-t-il, mais c'était la première de mes intimes convictions. Je demanderai à Jeanne, qui m'a si bien conseillé depuis le premier jour, si je ne devrais pas commencer mon cycle de conférences en expliquant comment les socialistes m'ont enrichi". Au moment où François Mitterrand s'installe à l'Élysée, Frédéric Herbin découvre en autodidacte l'art, la littérature et la philosophie à l'âge où d'autres achèvent leurs études supérieures. Au gré de ses voyages, de ses rencontres avec des politiques et du dialogue intérieur qu'il entretient avec les grands auteurs, il devient un chef d'entreprise averti. Dans ce roman où abondent les pastiches littéraires, Guy Ferré fait le récit des trente années qui ont vu la boutique dont Frédéric Herbin a hérité se transformer en un groupe de luxe international et son propriétaire développer une pratique de la décision fondée sur l'intime conviction.


- Connivences au service de l'état
de Alain Prissette et Grégoire Pinson
Éditions Du Moment / Mai 2015


De l'existence de Mazarine à la traque d'action directe en passant par les escapades de Cécilia Sarkozy et bien d'autres affaires: Alain Prissette a passé sa carrière aux premières loges à suivre ces dossiers qui ont embarrassé la République et ses hauts responsables. Son poste d'observation? La section presse des renseignements généraux (RG), qu'il a dirigée, jusqu'en 2008, année où il fut décidé de l'enterrer. Ses missions? Connaître les enquêtes en cours, anticiper leurs publications, mettre la main sur quelques exemplaires de journaux avant qu'ils n'atteignent les kiosques. Pendant plus de 30 ans, cette section a constitué un solide réseau de sources dans les rédactions pour éviter que les pouvoirs successifs, de l'Élysée à Matignon en passant par la place Beauvau, ne se laissent surprendre, à froid, par quelques révélations dérangeantes. Pas de micros baladeurs ou de fouilles en règle des boîtes à lettre dans cette section dont les agents travaillaient à visage (presque) découvert, intégrés dans ce monde des médias mais aussi de l'édition. Aujourd'hui encore, Alain Prissette est fier du travail accompli au service de l'État et veut rompre le silence en révélant ses méthodes, quitte à rouvrir certains dossiers chauds, comme les débuts de la romance entre François Hollande et Valérie Trierweiler.


- Dans les coulisses de la diplomatie française
de Xavier Panon
Éditions L'Archipel / Mai 2015


Nicolas Sarkozy, François Hollande: deux styles très différents sur le terrain diplomatique. D'un côté, "Sarkozy, l'atlantiste et l'occidentaliste", qui fait la leçon à Obama, ami puis ennemi d'Assad et Kadhafi. De l'autre, "Hollande l'urgentiste", confronté au cynisme de Poutine et au lâchage d'Obama, s'impose en chef de guerre contre les djihadistes d'Aqmi au Sahel et les massacreurs de Daech en Irak. Les nombreux faits et confidences "off" des principaux acteurs de la diplomatie et des Armées, rapportés par Xavier Panon, plongent le lecteur au cœur des négociations au sommet. Elles illustrent les rapports différents de Sarkozy et Hollande avec Angela Merkel, comme avec Pékin, Washington, ou le Qatar. Entre continuité et volonté de se démarquer, ils offrent le spectacle de deux présidents, l'un transgressif, l'autre consensuel, qui se veulent porteurs de valeurs "universelles" et d'un rôle mondial pour la France de "Charlie".


- Dans les griffes du Qatar
de Zahir Belounis et Arnaud Ramsay
Éditions Robert Laffont / Mai 2015


"Ce que j'ai vécu, je ne le souhaite à personne, pas même à mon pire ennemi. Otage et prisonnier d'un système, privé de liberté et de visa, sans possibilité de quitter le pays, j'ai cru devenir fou. J'ai même craint d'y laisser ma peau". Retenu un an et demi au Qatar, Zahir Belounis est devenu le symbole malgré lui des dérives de ce pays si cher aux intérêts français. Son histoire débute pourtant idéalement. Footballeur modeste, le milieu de terrain est recruté en 2007 par un club qatari présidé par le ministre de la Défense, à qui la France essaie de vendre des Rafale... Si son salaire n'a rien de mirifique, Zahir Belounis a enfin l'occasion de toucher du doigt le haut niveau. Mais, du jour au lendemain, il n'est plus payé et le rêve vire au cauchemar: pour avoir osé protester, le joueur est assigné à résidence avec sa femme et ses filles et se trouve dans l'impossibilité de travailler et de quitter le pays. Passivité des autorités françaises, chantage et menaces en tout genre, rencontres avec François Hollande et Manuel Valls, lettre à Zidane... L'auteur raconte avec courage son combat pour retrouver la liberté. Le témoignage-choc d'un footballeur français piégé au Qatar dont l'histoire a fait le tour du monde.


- Génération tonique
de David Baverez
Éditions Plon / Mai 2015


Le nouveau monde né de la crise de 2008 n'est pas un monde qui s'écroule, comme on le croit trop souvent en France, c'est juste un monde qui tourne. Comme dans toutes les révolutions, s'offriront des opportunités uniques à ceux qui sauront les saisir. Bienvenue à la Génération tonique. L'année 2008 se révèle celle d'une rupture historique, dont nous n'avons pas encore saisi toute l'ampleur, illustrée par l'accélération du retour de la Chine face à l'Occident et l'avènement d'un nouveau monde multipolaire. En découlent de nouveaux enjeux, soulignant comment les tendances des dix dernières années sont amenées à s'inverser durant les dix prochaines. En résulte une nouvelle manière de vivre et de penser. Période d'autant plus excitante que ces nouvelles interactions se devront d'intégrer la nouvelle donne asiatique, notamment chinoise, qui surprendra par ses capacités d'innovation, telles que déjà observées depuis Hong-Kong, la New York du XXIe siècle. À chacun d'entre nous d'inventer sa propre grille de lecture d'un futur inversé: nécessité d'abandonner la pensée unique de la génération précédente pour la pensée tonique, remettant en cause nombre de nos convictions acquises.


- Il était une fois l'économie
de Luca Gallesi
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mai 2015


Si les contes et les fables comportent toujours quelque leçon de morale, l'on s'attend moins à ce qu'ils dispensent un cours d'économie. Certes, l'histoire du roi Midas, par exemple, enseigne que la cupidité mène à bien des malheurs, "mais la sagesse économique propre aux fables ne se trouve pas seulement dans les classiques de la tradition populaire ou dans les mythes", explique Luca Gallesi. "Deux chefs-d’œuvre modernes de la littérature pour la jeunesse contiennent des réflexions sur l'économie incontestablement plus brillantes et pointues que celles exposées par d'illustres professeurs dans leurs traités bavards et hermétiques. Il s'agit du Magicien d'Oz et de Mary Poppins, deux romans à succès qui ont vu leur popularité grandir encore grâce aux films qu'ils ont inspirés". On lira en effet dans Le Magicien d'Oz une référence aux grands débats qui, aux États-Unis, ont entouré la question du bimétallisme, et dans Mary Poppins une déclinaison faussement farfelue des théories dites du "Crédit social", très en vogue en Angleterre pendant l'entre-deux-guerres. À travers ces deux best-sellers, Luca Gallesi retrace l'histoire des grandes crises économiques qui ont bouleversé le monde à la charnière des XIXe et XXe siècles puis, de là, pose une question fondamentale: sur quoi se fonde la valeur de l'argent? Pour trouver une réponse, peut-être vaut-il mieux, comme le préconise l'auteur, "écouter ce que disent les contes et regarder la réalité en face".


- L'énigmatique monsieur Hollande
de Vanessa Schneider et Jean-Claude Coutausse
Éditions Stock / Mai 2015


Réunions de cabinet, soirées privées, Conseil des ministres, cuisines, L'énigmatique monsieur Hollande nous invite à une visite inédite de l'Élysée au fil des textes de Vanessa Schneider et des photos de Jean-Claude Coutausse. Le chef de l'État leur a donné accès aux coulisses du Palais comme aucun président de la Ve République ne l'avait fait jusque-là avec des journalistes. Ce qu'ils ont observé va bien au-delà de la politique. Car l'Élysée est également un lieu de vie avec ses histoires d'amitié, d'amour, ses tensions et ses frictions. Cette plongée intime au cœur du pouvoir est aussi le portrait d'un personnage insaisissable et contesté, François Hollande.


- L'esprit de Résistance au Panthéon
de Bernard Zahra
Éditions Riveneuve / Mai 2015


Soixante-dix ans après la Libération du monde du joug nazi, l'année 2015 est marquée par le transfert au Panthéon de Germaine Tillion et de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Jean Zay et Pierre Brossolette qui y rejoignent René Cassin et Jean Moulin. Aux antipodes des fanatiques du totalitarisme, qu'ils se réclament de la Race, de Dieu ou de la Dictature d'un parti unique, ces démocrates se sont engagés, au péril de leur vie, à servir les valeurs républicaines: Liberté, Égalité, Fraternité. Six destins d'exception qui se sont révélés pendant les heures noires de la Seconde Guerre Mondiale et qui incarnent l'esprit de Résistance. Le présent ouvrage brosse pour un large public, de façon lisible et documentée, cette galerie de portraits pleine d'enseignements et de réflexions. Pleine de lumière aussi pour les temps sombres que traversent la France et le monde aujourd'hui.


- La Shoah censurée: la sorcière de Nancy
de Simon Marty et Catherine Pederzo-Ventura
Éditions Le Bord de l'Eau / Mai 2015


Catherine Pederzoli-Ventura, professeur d'histoire, organisait chaque année un voyage de la mémoire de la Shoah au cours duquel les élèves du lycée étudiaient cet événement majeur de l'histoire contemporaine sur le site d'Auschwitz-Birkenau. Refusant les visites banalisées et au pas de course, elle intégrait les voyages à son enseignement, situant la Shoah dans son contexte: le nazisme, la Seconde Guerre Mondiale, et menant ses élèves sur les lieux de la vie juive, en Pologne et en République tchèque. Or, comme le héros du Procès de Kafka, Catherine Pederzoli-Ventura a dû, ce faisant, commettre quelque chose de grave puisqu'elle a été dénoncée de manière anonyme, harcelée et, à la suite d'une inspection menée telle une instruction judiciaire à charge, suspendue durant quatre mois. L'administration de l'Éducation nationale ayant usé de tous les moyens pour l'écarter de ces voyages et de l'enseignement de l'histoire. Après avoir affronté un véritable procès en sorcellerie, instruit au cœur de l'école laïque, où lui fut reproché jusqu'à l'emploi du mot "Shoah", Catherine Pederzoli-Ventura put enfin se défendre devant le conseil de discipline de l'académie de Nancy. C'est alors que, résultat de leur peu de solidité, toutes les accusations s'évanouirent. Aujourd'hui réintégrée dans ses fonctions, Catherine Pederzoli-Ventura récidive, avec la complicité du journaliste Simon Marty, en associant le récit de ses voyages de la mémoire de la Shoah à celui du harcèlement qu'elle a subi pour les avoir organisés.


- Le boa et le naja
de Patrick Girard
Éditions L'Archipel / Mai 2015


La Ve République refuse l'idée d'une dyarchie au sommet de l'État. Depuis 1958, une sourde rivalité n'a cessé d'opposer l'Élysée et Matignon, les deux principaux pôles du pouvoir. Une rivalité exacerbée par les questions d'ego, les querelles entre conseillers et les inimitiés personnelles. Une lutte semblable oppose aujourd'hui François Hollande ("le boa"), qui peine à convaincre l'opinion publique, à un Manuel Valls ("le naja") bénéficiant d'une popularité acquise au ministère de l'Intérieur. Une "forme singulière de cohabitation", estime l'auteur, que l'"esprit du 11 janvier" ne masquera pas longtemps, à deux ans de la présidentielle. Cette empoignade intestine n'est pas inédite dans notre histoire politique: Mitterrand-Mauroy en 1981, Chirac-Juppé en 1995. Le livre raconte ainsi les différents épisodes de ces conflits larvés et les replace dans la perspective des scrutins de 2017 et 2022.


- Le hareng de Bismarck
Le poison allemand
de Jean-Luc Mélenchon
Éditions Plon / Mai 2015


Ceci est un pamphlet. Mon but est de percer le blindage des béatitudes de tant de commentateurs fascinés par l'Allemagne. Je prends la plume pour alerter: un monstre est né sous yeux, l'enfant de la finance dérégulée et d'un pays qui s'est voué à elle, nécrosé par le vieillissement accéléré de sa population. L'un ne serait rien sans l'autre. Cette alliance est en train de remodeler l'Europe à sa main. Dès lors, l'Allemagne est, de nouveau, un danger. Le modèle qu'elle impose est, une fois de plus, un recul pour notre civilisation. Ce poison allemand est l'opium des riches. Changer la donne politique et faire changer l'Allemagne sont devenus une seule et même chose. Il faut le faire avant qu'il ne soit trop tard.


- Le mur de l'ouest n'est pas tombé
de Hervé Juvin
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mai 2015


"Qu'est-ce que l'Europe aujourd'hui? Sinon le moyen de l'intérêt national américain. Gouvernance, création de valeur actionnariale, compétitivité et attractivité des territoires. Quatre expressions d'une idéologie, celle de la primauté de l'économie comme moyen de la puissance. Sans oublier le copié-collé d'une "culture" d'importation américaine: toute puissance de la com', adoption du mariage pour tous, bientôt peut-être de la procréation médicalement assistée, dogme de l'indifférenciation des sexes, tiré de la théorie du genre qui fit fureur aux États-Unis voici vingt ans; dévaluation de l'appartenance nationale, et déchéance d'un projet national fédérateur et identifiant... Faire Europe oui mais à condition de rompre avec l'erreur de l'occidentalisme qui la dresse contre ses voisins et alliés naturels, de la Russie aux pays du sud, ceux sans qui elle ne se fera pas l'Europe ne participera à une renaissance de la civilisation qu'en affirmant la séparation nécessaire entre les cultures et les Nations, qui garantit leur diversité. Le rêve totalitaire d'un gouvernement mondial est la promesse de l'esclavage, et la négation du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Pour en finir avec cette utopie qui a fait tant de mal, l'Europe doit réaffirmer l'importance politique de frontières internationalement reconnues, de la citoyenneté comme appartenance nationale exclusive de tout marché, et le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États."


- Le mystère Taubira
de Caroline Vigoureux
Éditions Plon / Mai 2015


Discrète quand elle le souhaite, loyale quand elle le veut, provocatrice quand elle le décide. À quoi joue Christiane Taubira? En trois ans place Vendôme, la ministre de la Justice est devenue l'un des piliers du quinquennat Hollande. Elle a apporté à cette gouvernance un supplément d'âme, jusqu'à devenir une icône pour la gauche. Et une cible idéale pour la droite. La garde des Sceaux résiste à toutes les attaques. Cette carapace épaisse, l'ancienne députée de Guyane se l'est forgée tout au long de son parcours. Première femme noire à l'élection présidentielle en 2002, Christiane Taubira est une figure atypique du paysage politique français. Tout le monde connaît son visage mais rares sont ceux qui savent vraiment qui est cette femme de 63 ans, au caractère volcanique. Pudique et réservée, elle cache de nombreuses blessures. À Cayenne, cette mère de quatre enfants a laissé derrière elle une histoire personnelle douloureuse. Place Vendôme, certains de ses collaborateurs admirent sa rigueur et son intelligence. D'autres craignent une femme dure et autoritaire. Christiane Taubira décide de tout. C'est sa version de l'histoire qu'elle veut faire entendre. Quitte à parfois romancer sa vie pour construire son propre mythe. Pour percer "le mystère Taubira", première biographie non autorisée sur la ministre de la Justice, l'auteur a mené une enquête pendant près d'un an, de Paris à Cayenne. Ses plus proches comme ses meilleurs ennemis ont accepté de témoigner. Leur récit est édifiant.


- Les clés du futur
de Jean Staune
Éditions Plon / Mai 2015


Expert en sociologie, en économie, en management, en philosophie et en science, Jean Staune est un intellectuel atypique. Ses compétences pluridisciplinaires lui ont permis de développer une approche inédite pour appréhender l'extraordinaire mutation que connaît notre époque: cinq révolutions, scientifique, technologique, managériale, économique, sociétale, simultanément à l'œuvre qui vont profondément impacter notre façon de produire, de consommer et de vivre, bouleversant ainsi tous nos repères traditionnels. Dans cette synthèse exceptionnelle, fruit de quinze années de recherches, Jean Staune dessine les contours du monde de demain et livre à chacun d'entre nous les clés pour s'y adapter. Un ouvrage essentiel, résolument optimiste, nourri de dizaines de rencontres avec ceux qui développent les idées et inventent les pratiques d'une nouvelle aventure humaine.


- Les ombres d'un Président
de François Bazin
Éditions Plon / En mars 2015


La déception, puis la colère, enfin, plus grave, l'indifférence signent la fin des dernières espérances de Hollande. Mais rien n'est dû au seul hasard. Ce livre est un essai de compréhension. En janvier 2015, dans la vague d'attentats qui a frappé le pays, François Hollande a été à la hauteur de sa fonction. Il a ainsi sauvé sa réputation. Les Français ne le regarderont plus jamais comme avant. Et pourtant... C'est le même homme qui, au mitan de son quinquennat, semblait promis à un désastre sans pareil dans l'histoire de la Cinquième République. Les nouvelles pages qui s'écrivent sous nos yeux n'effacent pas les précédentes. Elles les complètent, elles les précisent et entraînent du même coup, une relecture complète du roman de Hollande. Quelles sont les convictions de ce curieux président? Quelle est sa vraie carte d'identité? Qui est-il vraiment pour que le regard que portent sur lui les Français oscille sans cesse entre sympathie et mépris? Dans un essai qui mêle politique, histoire et psychologie, François Bazin dévoile le vrai Hollande, celui qui a failli sombrer, celui qui se cramponne, celui qui ne renonce jamais alors même qu'il est l'expression achevée d'une gauche moribonde à force de paresse intellectuelle et d'une manière trop souvent hors d'âge de faire de la politique.


- N'oublie pas de gagner
de Dominique Bonnot
Éditions Stock / Mai 2015


Le tennis est le sport professionnel féminin le mieux organisé, le plus diffusé de la planète, le plus rémunérateur aussi pour ses stars multimilliardaires. Mais que cache le sourire parfait des businesswomen présentées comme des gravures de mode? En marge de quelques destins auréolés, combien de vies brisées, de corps meurtris, de personnalités ravagées, de familles éclatées, de pressions morales, de trahisons, d'humiliations, de chantages affectifs ou d'abus sexuels? Certes, les sœurs Williams, Steffi Graf, Monica Seles, Jennifer Capriati, Cathy Tanvier, Mary Pierce, Anna Kournikova… ont connu des moments de grâce. Elles ont eu le monde à leurs pieds, mais toutes, sans exception, ont un jour trébuché et souffert. Et que penser de ces périodes où, passant des rubriques sportives aux faits divers, le tennis a dévoilé sa part d'ombre, confrontant d'innocentes victimes pré-adolescentes à la cruauté d'entraîneurs pervers ou à l'ambition sans bornes de pères abusifs et violents? Parce qu'elles étaient plus fortes que les autres, ces athlètes ont affronté toutes les douleurs, mais c'est aussi parce qu'elles sont de vraies battantes qu'elles ont pu se reconstruire, obtenant ainsi leur plus belle victoire.


- Pourquoi pas moi !
de Jean-Vincent Placé et Rodolphe Geisler
Éditions Plon / Mai 2015


"Je suis devenu père il y a un peu moins de dix-huit mois. Un heureux bouleversement qui m'a aussitôt fait ressentir les limites de l'image que je peux encore renvoyer auprès des médias. Je ne pense pas en effet être un affreux politicard seulement motivé par des "coups tordus", comme beaucoup me présentent. Maintenant, peut-être suis-je un peu coupable d'avoir laissé s'installer dans les journaux cette image pour la moins caricaturale de ce que je suis réellement. Je n'aimerais pas que, dans dix ou quinze ans, ses amis disent à ma fille que son père n'est qu'une sorte de politicien sans conviction. Je pense, en toute modestie, mériter mieux. Enfin, sur le plan politique, cette mauvaise image personnelle pourrait finir par nuire aux idées que je porte avec sincérité. L'écologie politique est en train de plonger. J'en ai conscience. Aussi, pour ma fille, pour l'écologie, et après avoir longtemps hésité car je suis en réalité quelqu'un de plutôt pudique, je me suis résolu à dire la part de vérité qui est la mienne. Après tout: pourquoi pas moi?" Jean-Vincent Placé
Jean-Vincent Placé parle ici pour la première fois de son adoption à l'âge de sept ans, de son formidable désir d'intégration et de son émouvant retour en Corée ou il visita l'orphelinat qui l'a accueilli. Un témoignage bien loin des clichés.


- Première dame
de Bertrand Meyer-Stabley
Éditions Bartillat / Mai 2015


Le rôle et la place de la Première dame ont beaucoup évolué depuis les débuts de la Ve République. Bertrand Meyer-Stabley revient sur le parcours et le caractère de chacune des femmes de président de la République depuis 1958: Yvonne de Gaulle, Claude Pompidou, Anne-Aymone Giscard d'Estaing, Danielle Mitterrand, Bernadette Chirac, Cécilia Sarkozy pour un passage éphémère et puis bien sûr les deux dernières Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, dont les actions ont suscité de nombreux commentaires. Certaines ont pu être discrètes et effacées, d'autres au contraire ont choisi d'apparaître sur le devant de la scène, jouant un rôle politique majeur et pouvant participer activement à l'action de leur mari et à la vie du pays. À l'heure où fait débat la position qui devrait être réservée au conjoint du président, ce livre permet de mieux cerner l'évolution de cette fonction particulière, régulièrement au cœur de l'actualité.


- Quelques réflexions blasphématoires
de Slavoj Zizek
Éditions Jacqueline Chambon / Mai 2015


Dans un court essai écrit à chaud, le philosophe slovène Slavoj Zizek revient sur les attentats perpétrés le 7 janvier 2015 dans les bureaux de Charlie Hebdo. Les terroristes sont-ils de vrais fondamentalistes? Quel est leur rapport à la modernité? Et si les idées véhiculées par l'islam radical portaient déjà la marque d'une défaite idéologique face au modèle occidentalo-capitaliste? Qu'a à nous dire la psychanalyse lacanienne du voile? Dans des pages incisives et roboratives, Slavoj Zizek met en perspective un événement encore largement impensé.


- Recherche du politique perdu
de Georges Balandier
Éditions Fayard / Mai 2015


"Le politique ne se supprime pas, il se dégrade. Il laisse alors un vide où s'expriment la plainte et l'attente d'un autre monde. C'est dans ce vide aussi que la violence fait irruption et réveille le sentiment d'insécurité". Dans ce court essai, Georges Balandier se penche sur l'effacement du politique au cœur de nos démocraties, il décrypte cette perte à la fois dans l'histoire de la Ve République et dans l'analyse du mal-être démocratique. Il lit la disparition du politique sous l'éclairage des différences, en opposant "pouvoir gouvernant" et "pouvoir du symbolique", en constatant la nécessaire référence à l'espace, au territoire politique; en montrant la démocratie sous l'aspect de la civilisation en action. En considérant, à partir de la tragédie de janvier 2015 à Paris, la confrontation du besoin de sécurité avec le désir démocratique. Un bref détour par l'anthropologie politique, par des références de l'ailleurs, donne à ce parcours son orientation et sa force singulière.


- Terreur: la nouvelle ère
de Mathieu Guidère
Éditions Autrement / Mai 2015


Des Twin Towers à Charlie. Janvier 2015. Le monde entier assiste avec sidération aux attentats de Paris. Près de quinze ans après le 11 septembre, les modes d'action du terrorisme et ses acteurs ont beaucoup évolué et la radicalisation gagne les jeunes Occidentaux. Qui sont les nouveaux commanditaires? Quelles sont leurs stratégies de recrutement? Quelles solutions s'offrent à nous pour lutter contre cette radicalisation? Spécialiste de l'islamisme radical et du terrorisme, Mathieu Guidère mène l'enquête et propose un état des lieux depuis la disparition de Ben Laden en 2011. D'Al-Qaida à Boko Haram, en passant par les loups solitaires, les cellules dormantes et les programmes de déradicalisation, l'ouvrage donne des clés de compréhension pour envisager l'avenir avec lucidité et intelligence.


- C'est ainsi que les hommes meurent
de Jean Leonetti
Éditions Plon / Avril 2015


À l'heure ou le débat sur l'euthanasie divise la France, Jean Leonetti, auteur de la loi de 2005relative aux droits des malades et à la fin de vie, sort la mort de son tabou et de son enfermement médical pour l'intégrer dans une réflexion humaniste moderne et laïque. "Par nature, l'homme est voué à souffrir et à mourir. Comment le préparer à affronter ces maux qui s'inscrivent à l'horizon indépassable de sa vie terrestre: telle est la question fondamentale qui hante l'esprit humain et à laquelle toute société est amenée à répondre. Par la religion, pour offrir une explication à l'angoisse de l'homme. Par des remèdes et des soins, pour différer la mort. Par des rites, pour la conjurer ou l'accompagner. Par la réflexion et la méditation, propres à l'espèce humaine, pour définir une éthique du comportement face à l'incompréhensible finitude de l'existence. Dans ce combat prométhéen, l'homme a fait reculer les barrières de l'inconnu, dissipé bien des mystères de la vie et fait progresser sans cesse les savoirs et les techniques des sciences de la vie. Mais toujours infranchissable, la ligne qui demeure à l'horizon lui rappelle qu'il est vivant sur cette terre, mais que demain il sera mort, c'est-à-dire autre ou rien. De cette confrontation ou Jean Leonetti s'est illustré en France, notamment par le vote de la loi qui porte son nom, ce livre dense et lucide est l'expression". Robert Badinter, Préface


- Changeons la banque !
Plaidoyer pour une banque qui rend plus autonome
de Benoît Legrand
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


Alors que les Français délaissent leur agence et gèrent directement un nombre croissant d'opérations, les frais bancaires ne cessent d'augmenter malgré la pression des pouvoirs publics et des associations de consommateurs. Ce paradoxe est, en réalité, le symptôme d'un secteur bancaire qui peine à se transformer. Les banques confrontées à un triple choc, révolution digitale, érosion de leurs marges et explosion de la réglementation suite à la crise de 2008, cherchent à faire évoluer un modèle économique du siècle dernier tout en défendant leurs intérêts. Pourtant, le monde et les clients ont bien changé et leurs attentes aussi. S'inspirant du succès croissant de la banque en ligne dont l'approche bouscule les conventions, ce livre analyse les bouleversements à l'œuvre dans la société et décrit ce que pourrait être la banque de demain. En cette période passionnante qui nous donne enfin les moyens de changer la banque, il invite le lecteur à agir dès aujourd'hui pour gérer ses finances de manière libre et autonome.


- En finir avec le libéralisme à la française
de Guillaume Sarlat
Éditions Albin Michel / Avril 2015


Si la France est aujourd'hui en crise, c'est parce qu'elle s'est enlisée depuis trente ans dans le libéralisme. Car, la France, malgré ses dépenses publiques records et son droit du travail pléthorique, est bel et bien libérale. L'État a démissionné. Après avoir libéralisé l'économie sans aucune stratégie, il se contente de porter à bout de bras ceux, toujours plus nombreux, qui ne trouvent pas leur place dans le système. Dans ce contexte, chacun défend ses intérêts. Les investisseurs et les entreprises se concentrent sur le court terme. Les grands groupes engagent des luttes fratricides avec les PME et négligent leurs employés. Les banques s'écartent de leur mission, et la politique monétaire joue les pousse-au-crime. Tous les gouvernements sans exception soutiennent ce modèle libéral. Mais aucun ne l'assume, ce qui fait le lit de tous les extrêmes et discrédite la classe politique. Pour Guillaume Sarlat, polytechnicien et Inspecteur des Finances, fondateur d'une société de conseil en stratégie aux entreprises, en finir avec le libéralisme à la française passe par des mesures concrètes: sortir de la BCE, créer une dette publique perpétuelle, défiscaliser l'investissement de long terme. Nul besoin de nouvelles idéologies, mais de politiques qui osent passer à l'action.


- Envoyez les hélicos
de Pierre Verborg
Éditions Du Rocher / Avril 2015


"Envoyez les hélicos!" L'ordre de l'Élysée tombe le 13 mai 2011. La France est engagée en Libye depuis plusieurs semaines déjà. Des nuits de combats redoutables vont suivre. Au cœur des équipages de l'aviation légère de l'armée de Terre (ALAT), au cœur de l'action, les hommes et les femmes du groupement aéromobile (GAM) s'engagent derrière leur "patron", le lieutenant-colonel Pierre Verborg, un chef de guerre charismatique, audacieux, atypique et résolument novateur. Avec une conscience aiguë du danger et la connaissance du risque permanent de la mort, ils embarquent sur le bâtiment de projection et de commandement Tonnerre. Nuit après nuit, en mode "hibou", l'engagement est total, les combats d'une haute intensité, les hommes prêts à tout pour réussir des missions aux limites du possible. Réflexion, capacité d'analyse de l'adversaire, maîtrise tactique et technique, faculté d'adaptation, solutions originales et efficaces, tout est réuni pour une réussite collective, dans une dynamique de victoire. L'ALAT, arme singulière et redoutable, par ses succès opérationnels, s'impose comme une arme de contact de portée stratégique. Dénominateur commun entre Terre, Air et Mer, elle peut, par sa mobilité et ses capacités d'action, emporter la décision sur des terrains d'opération improbables. Un récit haletant et poignant, dans un style alerte et efficace, un plongeon dans l'action avec des Hommes d'exception pour des missions d'exception. Un exemple pour tous. Un livre essentiel. Le Colonel Pierre Verborg est officier de carrière dans l'aviation légère de l'Armée de terre et totalise plus de 3 300 heures de vol. Il a participé à de très nombreuses opérations en métropole et à l'étranger et a commandé le bataillon d'hélicoptères de manœuvre et d'assaut du 5e régiment d'hélicoptères de combat.


- Espérance banlieues
de Harry Roselmack et Éric Mestrallet
Éditions Du Rocher / Avril 2015


Aujourd'hui, 30 à 40 % des enfants des banlieues sont en échec scolaire et le risque d'éclatement de la communauté nationale n'a jamais été aussi grand. C'est pour répondre à ces graves défis que l'école Alexandre-Dumas de Montfermeil a été créée par la Fondation Espérance banlieues. École associative issue de la société civile, cet établissement se distingue par la priorité qu'il accorde à la maîtrise de la langue française ainsi que par le caractère innovant de ses méthodes éducatives. De manière vivante et claire, ce livre-interview nous fait découvrir de l'intérieur cette école pilote qui a utilisé la liberté que lui donne son statut d'école indépendante pour apporter une réponse efficace et réaliste aux besoins éducatifs de ces enfants. Ils y retrouvent le goût de réussir à l'école et l'envie de participer positivement à la vie de la nation. Lever du drapeau, amour de la France, vouvoiement, port de l'uniforme, équipes d'élèves inter-âges qui assument des responsabilités de service et de solidarité, disponibilité des professeurs en dehors des cours, autorité et discipline selon des modalités originales qui renforcent les parents dans leur rôle d'éducateurs… autant de caractéristiques et d'outils qui ont été forgés sur le terrain, pragmatiquement, par des hommes et des femmes totalement engagés dans leur mission au service des enfants des cités. Les auteurs estiment, et c'est le sens même de leur démarche, que cette école de Montfermeil a inventé un nouveau modèle d'école capable de répondre aux défis éducatifs que la France doit absolument relever aujourd'hui. Le modèle vient d'être imité dans les quartiers nord de Marseille, et plus d'une dizaine d'autres projets sont en cours de construction dans son sillage. De quoi rendre un avenir prometteur aux jeunes des "banlieues de la République" et, plus largement, donner sa chance au vivre-ensemble?


- Et si on aimait la France
de Bernard Maris
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


""Ainsi vous écrivez un livre sur la France?" "Oui" "Ah… et sous quel angle? Le déclin? L'avenir? L'universalité? Le messianisme? La cuisine? Les filles?" C'est vrai, il faut un angle. Alors, disons que je me pose moi aussi des questions de dettes et de créances. Une manière de dresser un bilan, actif passif, mais surtout de redonner au mot dette tout son sens, celui de faute, de culpabilité. Un livre pour dire: non, Français, vous n'êtes pas coupables, vous ne devez rien; le chômage, la catastrophe urbaine, le déclin de la langue, ce n'est pas vous; le racisme, ce n'est pas vous, contrairement à ce qu'on veut vous faire croire. Vous n'êtes pas coupables. Retrouvez ce sourire qui fit l'envie des voyageurs pendant des siècles, au "pays où Dieu est heureux". Revenant de Rome, ville où je pourrais définitivement vivre, je me sens plein d'optimisme pour la France et songe qu'un petit rien pourrait redonner à ce Paris si triste, si bruyant et qui fut autrefois si gai, son sourire".


- Faire l'opinion
de Patrick Champagne
Éditions De Minuit / Avril 2015


Les sondeurs et la télévision ne sont pas deux acteurs de plus dans le jeu politique. Ils contribuent à mettre en place un système politico-médiatico-sondagier dans lequel ils jouent un rôle de premier plan. Omniprésents, les sondeurs revendiquent officiellement le monopole de la connaissance scientifique de la "volonté populaire" et proposent officieusement aux partis politiques les moyens pour la manipuler. Par ailleurs, la médiatisation de la politique et notamment des manifestations de rue, et leur accompagnement par les sondages et les baromètres de notoriété, ont contribué à redéfinir ce qu'on met aujourd'hui sous l'expression "faire de la politique".


- Fantômes de l'État en France
de Pierre Legendre
Éditions Fayard / Avril 2015


Quel est l'état de la France? À l'époque où fleurissent les doctrines enchanteresses de la transparence totale et planétaire, l'obscure question du centralisme revient sur le tapis. Bavarder pour ne rien en dire de significatif mobilise de nouveau les gouvernants et leurs conseillers, les spécialistes du débat public et les fabricants du "story-telling" approprié. En vérité, la vieille Nation qui inventa le mot "bureaucratie" est confrontée une fois de plus à la viabilité de ses montages anciens, rafistolés depuis plusieurs décennies par accumulation de mesures en trompe-l'œil. Mais aujourd'hui, sous la férule de la tyrannie du Marché et du Management généralisé, souffle non plus le zéphir de la scolastique pro ou anti-jacobine, mais l'ouragan de la Mondialisation, autant dire un vent de panique. Au vu et au su d'observateurs extérieurs, l'État français se momifie. Le Monument lézardé de l'Administration mériterait d'être revisité au XXIe siècle par les experts, perplexes devant les trésors si bien conservés: le joyau révolutionnaire du département ou les anciens habits de la fonction publique. Aller à la rencontre des fantômes, c'est faire d'utiles découvertes sur nos manières institutionnelles toujours en vigueur. Sans faire retour sur la logique centraliste et ses effets, à l'œuvre dans la conception du pouvoir, son organisation et sa pratique, le dépérissement de l'État se poursuivra, incompris. Gouverner à coups d'expédients gestionnaires ne sera d'aucun remède sans l'interrogation nécessaire sur le sens qui fait la vitalité du lien social et, au-delà de l'Hexagone, la sincérité de l'allégeance à l'Europe. Éloigné de la République des idées simples, ce livre appartient au genre scrutateur. Il est à la tâche de se réapproprier ce qui, du passé, nous échoit, et donc de mettre au jour les sédiments politiques et juridiques, mais aussi religieux, sur lesquels repose un très vieux bâti: l'habitat de la Nation française.


- Faut-il quitter Marseille ?
de José d'Arrigo
Éditions Du Toucan / Avril 2015


José d'Arrigo a consacré plus d'un an à rencontrer des habitants de Marseille, de tous âges, toutes confessions, toutes professions. Au-delà des habituels commentaires télévisés et autres articles à sensation, son objectif était de connaître en vérité l'état d'esprit de la population. Il en ressort un constat alarmant: Les Marseillais sont angoissés car depuis quarante ou cinquante ans, ils hurlent dans le désert et ils ont désormais le sentiment que leur ville est en train de partir en "biberine" comme on dit sur le Vieux Port. Insécurité, immigration, chômage, pauvreté, saleté, trafics: les politiques promettent de se saisir de ces problèmes récurrents pour mieux éviter de les résoudre. La ville s'enlise, elle perd pied, mais selon José D'Arrigo, le naufrage serait non seulement spectaculaire mais probablement contagieux. Pour la première fois de leur vie, un très grand nombre de Marseillais se demandent si, la mort dans l'âme, ils ne vont pas quitter Marseille.


- L'argent maudit
Au cœur du système Dassault
de Bruno Piriou et Ulysse Rabate
Éditions Fayard / Avril 2015


"Lorsqu'en 1995, je me lance dans le combat politique contre le milliardaire Serge Dassault qui vient d'être élu maire de Corbeil-Essonnes, je ne me doute pas que je serai au cœur d'un feuilleton politico-judiciaire inédit sous la Ve République. Cette banlieue parisienne dont je connais chaque rue est devenue, au tournant des années 2000, le laboratoire d'un système complexe nourri par le rêve de toucher, du simple billet aux sommes les plus folles. J'ai décidé de révéler ce système de l'intérieur, de ses premiers pas et succès jusqu'à son emballement". Bruno Piriou vous emmène ainsi au cœur du système Dassault, des plus hautes sphères du pouvoir aux "petites mains" des cités. Son témoignage unique est celui d'un combat politique, "des communistes au milliardaire", devenu inévitablement judiciaire lorsqu'il dépose un recours pour achat de voix. Ce livre fourmille de détails et d'anecdotes hallucinantes, le plus souvent glaçantes, sur les conséquences du clientélisme. Plus fort que la description d'une situation isolée, il permet de comprendre comment la République est, dans de nombreux lieux, mise en échec par la force de l'argent. Bruno Piriou, conseiller général de Corbeil-Essonnes de 1998 à 2015, perd au second tour les élections municipales de 2008 contre Serge Dassault, d'un écart de 174 voix. Les conditions dans lesquelles se déroule la campagne le conduisent à lancer un recours au Tribunal administratif, puis au Conseil d'État. C'est le point de départ d'un combat judiciaire qui mène à l'annulation du scrutin de 2008 et à l'inéligibilité de Serge Dassault. Ce combat judiciaire est encore d'actualité.


- La fin de notre système de santé ?
de Jean-Paul Hamon et Daniel Rosenzweg
Éditions Albin Michel / Avril 2015


La Sécu a 70 ans. Sa branche "assurance maladie", chargée de rembourser nos soins, s'enfonce inexorablement dans le déficit. Pourtant, elle ne cesse de réduire ses prises en charge. Pendant ce temps, les médecins libéraux disparaissent, des cliniques ferment, nos meilleurs spécialistes partent à l'étranger, les médicaments de pointe ne sont plus accessibles à tous. Pourtant, les Français paient. Partout et de plus en plus. Jusqu'à renoncer à se soigner. Le système, lui, continue d'engraisser les industriels, assureurs et mutuelles, prestataires, mandarins, élus influents... Et les lois qui s'annoncent vont creuser le fossé: la privatisation va s'étendre, la santé à deux vitesses menace. Où donc va votre argent? Comment en est-on arrivé là? Et demain? Jean-Paul Hamon, médecin généraliste, président de la FMF (Fédération des médecins de France), et Daniel Rosenweg, grand reporter au Parisien-Aujourd'hui en France, dénoncent, exemples à l'appui, les abus, gaspillages, dysfonctionnements et trafics d'influence qui gangrènent notre système de santé. Ils démontrent comment, sans perte de qualité, on peut rebâtir un système juste, égalitaire et pérenne. Et économiser au passage trente milliards d'euros.


- Le 2e à 1€ ?
de Sibylle Vincendon
Éditions Fayard / Avril 2015


Comment faire voler un avion à 20 € le billet? En taxant d'autres passagers, en sous-payant le pilote? Pourquoi achète-t-on plus cher les produits bio (moins de pesticides), locaux (qui viennent de moins loin) ou de terroir (dont les coûts de développement sont amortis depuis des siècles)? Un objet peut-il être gratuit? Bref, quel est le prix des choses? Partons de ce que nous voyons autour de nous, dans les vitrines, les magasins, les publicités, sur les étiquettes. Décryptons comment le dispositif fonctionne quand on veut nous vendre du luxe, du sain, du made in France, de la nostalgie, du low cost, et même du gratuit. Regardons l'arrière-boutique. À l'intérieur se trouvent la mondialisation, la dématérialisation des échanges, la révolution des nouvelles technologies, l'économie du XXe siècle. Tout cela à partir d'une emplette. Tentons enfin de retrouver quelques marges de liberté, car elles existent. Cet ouvrage entend leur faire un peu de publicité. Juste retour des choses.


- Le business des vanités
de Julien Oeuillet
Éditions Du Moment / Avril 2015


Vous rêvez d'être une Princesse ou un Chevalier? Comte ou Baron? Faute d'être né avec un titre, il va falloir s'en trouver un. Un chemin semé d'embûches car les arnaqueurs et les excentriques sont au coin de la rue. Le juteux business de la vente de faux titres est passé au crible dans ce livre qui démonte le mécanisme permettant de profiter de la soif de gloire des plus faibles. Véritables gourous planqués dans des paradis fiscaux, les soi-disant négociants en noblesse s'empareront de vos économies contre un papier sans valeur et quelques viles flatteries. Les apparences sont trompeuses dans cet univers où les signes extérieurs de grandeur sont détournés pour cacher les arnaques les plus sordides. Et pendant ce temps, de doux rêveurs ont créé leur propre noblesse rêvée, drôle et insolite, et parfois même utile. Des hôtels particuliers parisiens à la Chambre des Lords, d'un château-fort de Camargue au désert Australien, en passant par les rutilants palais de Bruxelles et des ruines médiévales Suisses, ce livre vous fera voyager dans le monde d'une noblesse "alternative" souvent scandaleuse, parfois intéressante, et toujours amusante.


- Le fils perdu de la République
de Michel Taubmann
Éditions Du Moment / Avril 2015


Le 7 janvier 2010 au matin, Philippe Séguin décède d'une crise cardiaque dans son sommeil. Sa mort brutale, à 66 ans, suscite une émotion nationale. Pourtant, président de la cour des Comptes, il n'occupe plus alors de fonction élective. Il s'est retiré de la vie politique en octobre 2002 après un échec cinglant aux élections municipales parisiennes en 2001. Son parcours semblait faire de lui un modèle de réussite républicaine. Né en Tunisie en 1943, il avait été élevé par sa mère dans le culte d'un père, engagé volontaire dans les troupes de la France libre, mort au combat en 1944. La France était sa passion, de Gaulle son héros. Entré à 30 ans au cabinet du président Pompidou, il lie son destin à celui d'un jeune ministre, Jacques Chirac, qui lui ouvrira les portes du gouvernement. Élu député en 1978, Philippe Séguin deviendra ministre des Affaires sociales dans le gouvernement de Chirac en 1986. Héraut du "non" au référendum sur Maastricht en 1992, il apparaît pendant quelques années comme un présidentiable crédible. Pourtant, près des cimes, son destin vacille. Philippe Séguin s'acharne à détruire ce qu'il a construit. En 1999, il démissionne soudainement et sans raison apparente de la présidence du RPR et de la tête de liste aux élections européennes. L'année suivante, son attitude pendant la campagne des élections municipales à Paris face à Bertrand Delanoë décourage ses plus fidèles partisans. Buvant deux bouteilles d'alcool par jour, fumant trois paquets de cigarettes, il mène une vie qui ruine sa santé personnelle et son crédit politique. Quel est le mystère de cet homme tourmenté, colérique, dépressif qui pouvait aussi être joyeux, chaleureux, amical? Pour l'élucider, Michel Taubmann, à travers une enquête approfondie, a rencontré plus de 80 témoins: dirigeants politiques, membres de la famille, amis d'enfance et de jeunesse. Il révèle le secret qui a sans doute miné l'homme politique: celui de sa naissance


- Le libéralisme, une cage de fer
de Matthieu Douérin
Éditions Le Bord de l'Eau / Avril 2015


Depuis la chute du mur de Berlin et l'éclatement du bloc soviétique, le libéralisme serait-il devenu l'horizon politique indépassable de notre temps? De quel libéralisme parle-t-on? Quels effets contraignants produit-il sur les États et les individus? Le libéralisme contemporain a pris la forme d'un système de pensée, d'un ensemble de croyances, d'une pratique gouvernementale et d'un modèle de civilisation. Il puise ses ressources dans des textes et des auteurs "savants" pour en faire, aujourd'hui, des armes théoriques dans les luttes politiques. Contre les représentations naïves, fausses et déréalisantes des libéraux, cet essai critique met au jour les erreurs, les mensonges, les illusions, les mythes et la vision fataliste de l'idéologie libérale obnubilée par les "solutions de marché" et l'extension du droit privé. Ce fatalisme, qui emprisonne de plus en plus les consciences des élites dirigeantes, est fabriqué par toute une chaîne institutionnelle mise au service de la seule logique capitaliste. Dans cette volonté de démanteler le service public et le droit du travail, une certaine science économique asservie au dogme de la "libre entreprise" ne porte-t-elle pas une lourde responsabilité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 18:55

- Le Versailles des présidents
de Fabien Oppermann
Éditions Fayard / Avril 2015


Le château de Versailles, symbole de la grandeur monarchique française, est, depuis cent cinquante ans, un haut lieu de représentation de la République. D'Adolphe Thiers, poussé par la Commune de Paris à s'installer dans la ville royale, à François Hollande, qui conserve le pavillon de la Lanterne pour l'usage présidentiel, les acteurs de la vie républicaine française, présidents, ministres, parlementaires, chefs d'État en visite, ont contribué à écrire l'histoire contemporaine du domaine. Jusqu'en 1953, l'ancienne demeure royale accueille les élections présidentielles dans la grande salle du Congrès et, à partir de 1958, le Parlement s'y réunit pour réviser la Constitution. Les têtes couronnées et les chefs d'État étrangers les plus illustres sont invités à assister à des concerts à l'Opéra royal, à dîner dans la galerie des Glaces, à loger dans les somptueux appartements du Grand Trianon. De Gaulle y reçoit les Kennedy en 1961, Mitterrand choisit le château pour le sommet du G7 en 1982. Mais le domaine de Versailles est aussi le refuge privilégié des politiques, que l'on songe à Giscard d'Estaing y organisant ses cinquante ans en famille ou à Nicolas Sarkozy se réservant les douceurs de la Lanterne. Deux siècles après la chute de la monarchie, le château de Versailles continue d'être le théâtre du pouvoir, de la République et de ses secrets.


- Malaise dans l'inculture
de Philippe Val
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2015


À quoi bon la culture puisque le monde tient désormais en deux catégories: like et unlike? C'est ainsi qu'on subit jusqu'à la nausée les dénonciations d'Edwy Plenel, les indignations d'Edgar Morin, la nostalgie totalitaire d'Alain Badiou ou les leçons de morale de Cécile Duflot, qui ont au moins un point commun avec Marine le Pen: ils sont "antisystèmes". Le "système", c'est le mal. Ça ne veut rien dire, mais ça défoule. Le prêt-à-s'indigner médiatique, c'est la trop mince couche de glace sur laquelle  titubent nos démocraties modernes. Il alerte sur la disparition des escargots, mais reste indifférent à la résurgence de l'antisémitisme. Qu'il s'agisse de la réintroduction des ours, d'un licenciement à la Poste ou du meurtre de Juifs perpétrés par un djihadiste dans une école, c'est le sociologisme qui, immanquablement, dit le bien et le mal, repris par les rédactions, les chroniqueurs, les humoristes, les parlementaires, sous les yeux de plus en plus indifférents des citoyens désespérés. Les autres points de vue sont insultés, ridiculisés, marginalisés, refoulés aux confins de l'hérésie. On n'a jamais vu dans l'Histoire qu'une telle censure morale des points de vue puisse durer bien longtemps. Face à ce mur derrière lequel agonise le débat démocratique, Malaise dans l'inculture propose la réhabilitation du marteau-piqueur.


- Ma mort m'appartient
de Jean-Luc Roméro
Éditions Michalon / Avril 2015


Le droit de mourir dans la dignité: c'est le combat d'une vie, celui de Jean-Luc Romero. Dans ce livre d'entretien, il revient sur les raisons de son engagement, détaille ses idées, explique ses positions, propose des solutions et compare la situation de la France à celles de ses voisins, notamment le Benelux, où l'euthanasie est légalisée depuis plusieurs années.


- Médicaments, effets secondaires: la mort
de John Virapen
Éditions Cherche Midi / Avril 2015


De nombreux médicaments sont mis sur le marché, sans que souci soit fait des effets secondaires non suffisamment contrôlés et qui causent des dizaines de milliers de morts chaque année à travers le monde. De grands universitaires ont consacré de nombreuses études aux perversions cyniques et scandaleuses des grandes firmes pharmaceutiques mondiales, qui se retirent de plus en plus de la recherche sur les grands fléaux (cancers, Alzheimer, maladies neurologiques, psychiatriques, virales et parasitaires du tiers-monde), au profit quasi exclusif de la création d'immenses marchés artificiels à rentabilité immédiate, leur assurant des bénéfices exorbitants, trois à quatre fois supérieurs à ceux de toutes les autres industries, sans aucun avantage pour la santé et les malades. Elles y parviennent de deux façons: d'abord, par la promotion de molécules prétendues nouvelles, quoique peu novatrices, simples copies des médicaments plus anciens et dont certaines ont déjà provoqué des dizaines et parfois des centaines de milliers de morts; ensuite, en suscitant l'anxiété, donc la demande de la population et des parents, inventant et promouvant par un marketing forcené dans tous les médias des maladies qui n'existent pas (pré-hypertension, cholestérol, dépression, hyperactivité de l'enfant, dysphorie menstruelle, etc.) et pour lesquelles elles proposent des pseudo-médicaments, qui ont d'autant moins de chance d'être efficaces qu'ils n'ont rien à traiter, mais qui sont loin d'être sans danger.


- Poison présidentiel
de Ghislaine Ottenheimer
Éditions Albin Michel / Avril 2015


La France n'arrive pas à s'adapter? On incrimine les syndicats, les corporatismes, un surmoi marxiste, des dirigeants politiques de plus en plus médiocres… Mais si c'était avant tout la faute de nos institutions? La vérité? Un monarque décide de tout. Se mêle de tout, de la guerre au Mali, du sort de Léonarda, des allocations familiales, de la carte des régions, du découpage des tranches de l'impôt sur le revenu et, désormais, de la lutte contre le terrorisme… Mais il n'arrive ni à faire passer les réformes nécessaires ni à juguler le chômage et les déficits. Ghislaine Ottenheimer, rédactrice en chef à Challenges et auteur de nombreux best-sellers dont Les deux Nicolas, Les Frères invisibles ou Les Intouchables montre, en s'inspirant de ce qu'elle a vu, les origines de la centralisation quasi hystérique à la base de notre système politique. De Mitterrand à Chirac, de Sarkozy à Hollande, elle dévoile l'improvisation des décisions, l'esprit de soumission des entourages et la volonté obsessionnelle de l'Élysée d'avoir raison sur tout. Voilà un cocktail baroque qui est aussi un poison. Ce livre est un voyage savoureux et inquiétant dans cette monarchie républicaine condamnée à terme car déconnectée des vrais enjeux, à la fois frivole et décadente.


- Profession caméléon
de Thierry Lorho
Éditions Fayard / Avril 2015


"J'ai un don: je sais obtenir de l'information et m'introduire partout. Je suis un caméléon. Filature, pénétration d'entreprises… J'ai exercé ce talent au service de mon pays, en tant qu'agent clandestin au sein de la DGSE. J'ai couru d'une mission à l'autre, spécialisé sur l'organisation écologique Greenpeace. Après dix-huit années de bons et loyaux services, je me suis reconverti dans le renseignement privé, l'intelligence économique. Les méthodes sont calquées sur celles des renseignements. Je redeviens le caméléon que j'ai toujours été. Les plus grandes entreprises font appel à moi… En 2004, je suis contacté pour  travailler sur Greenpeace. C'est le début de l'affaire EDF qui me conduira en prison". Du fond de sa cellule, cet espion nous livre son témoignage: au-delà d'une histoire au cœur des services secrets, il nous raconte les coulisses de l'industrie française, ses pratiques et de ses failles. Ancien de la DGSE, Thierry Lorho est un espion qui a longtemps travaillé dans le renseignement économique.


- Razzia sur la Riviera
de Hélène Constanty
Éditions Fayard / Avril 2015


Entre Cannes et Menton, sommes-nous vraiment en France? Sur cette Côte d'Azur à la beauté fatale, les lois de la République peinent à s'appliquer. Après les émirs du Golfe persique, les Russes et les Kazakhs viennent flamber dans les boîtes de nuit et placer leur fortune dans des villas à plusieurs dizaines de millions d'euros. Les mafieux italiens, pourchassés dans la péninsule, ne se contentent plus de chercher refuge sur la Riviera française. Ils s'y sont incrustés et blanchissent les revenus du trafic de drogue. Cet argent d'origine douteuse fait tourner les têtes. Chacun, à son niveau, cherche à en grappiller quelques miettes. Par tous les moyens. Au point que, selon un élu poursuivi par la justice, "les gens écœurés par les affaires, ce sont ceux qui n'ont pas eu leur part". Corruption et passe-droits paraissent aussi naturels que l'air qu'on respire: les places dans les ports de plaisance se négocient sous le manteau, tandis que des maires déclassent des terrains pour les rendre constructibles au profit de leurs amis haut placés. Face à ces dérives, l'État semble passif et la justice peu curieuse des malversations financières impliquant des notables. Les requins de la Côte d'Azur ont le champ libre. Fantômes de l'État en France


- Retour au sens
Pour en finir avec le déclinisme
de Michel Wieviorka  
Éditions Robert Laffont / Avril 2015


Pour en finir avec le cynisme et le pessimisme ambiant, ré-enchantons les valeurs universelles.  Notre monde va très mal, va trop vite? L'injustice et la violence règnent sans partage? Pourtant, il n'y a aucune fatalité, ni naturelle ni divine, qui mène nécessairement au pire, au déficit de repères, à l'incapacité de nous projeter vers le futur. L'histoire est ce qu'en font les hommes. D'où l'importance qu'il y a à redonner aux valeurs universelles la place centrale qu'elles méritent, à embrasser dans un même mouvement de pensée la globalité du monde et la subjectivité individuelle. D'où la nécessité aussi de renouveler nos idées et nos concepts et de transformer la crise en débats et conflits producteurs de sens.


- Trafiquants d'hommes
de Andrea Di Nicola et Giampaolo Musumeci
Éditions Liana Levi / Avril 2015


"Chaque année des milliers de clandestins jouent leur vie pour rejoindre l'espace Schengen. Via Lampedusa, la Grèce, la Tunisie, la Turquie ou la Slovénie. À pied ou en camion, dans la cale d'un bateau ou en avion avec un billet de première classe. Pour chaque migrant parvenu à bon port, quelqu'un a empoché entre 1000 et 10000 euros. Le chiffre d'affaires global de ce business est estimé entre 3 et 10 milliards de dollars par an, juste après celui du trafic de drogue. Au sommet de la pyramide, d'insaisissables et puissants criminels orchestrent de vastes réseaux d'intermédiaires. Qui sont ces trafiquants d'hommes, comment travaillent-ils, comment échappent-ils aux contrôles? Depuis 2012, nous avons parcouru des milliers de kilomètres, interrogé des dizaines de magistrats et de policiers, rencontré des passeurs et des trafiquants en prison ou dans les bistrots des ports de transit. Nous avons recueilli leurs confidences, analysé leurs méthodes et leurs livres de comptes. Notre enquête décrit la plus grande et la plus impitoyable “agence de voyages” du monde".


- Un messager pour l'Europe
Plaidoyer contre les nationalismes
de Robert Menasse
Éditions Buchet Chastel / Avril 2015


Comment redonner confiance en l'Union européenne, alors même que l'Europe traverse une crise sans précédent, et que les politiques comme les citoyens de ses États membres ne cessent de la défier? C'est la question à laquelle s'attelle Robert Menasse dans cet essai instructif, souvent drôle et franchement vivifiant. Européen convaincu, Menasse décide de plonger en ethnologue au cœur des institutions de l'Union et enquête à Bruxelles auprès des hommes et des femmes qui travaillent à la réalisation du projet européen. C'est de cette faune cosmopolite et engagée que l'auteur s'inspire. Il livre ici un vibrant plaidoyer pour que l'Europe, née au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale dans une volonté de dépasser les nationalismes, mais surtout ses citoyens ne perdent jamais de vue la paix durable et la prospérité que ces institutions supranationales nous ont assurées. Défense de l'Europe dans ses fondements, Un messager pour l'Europe, loin de se limiter à un projet hagiographique, aide à penser les enjeux de la construction européenne et son avenir.


- Un nouveau rêve américain
de Sylvain Cypel
Éditions Autrement / Avril 2015


Un nouveau rêve américain ou la fin du mâle blanc? L'Amérique a changé de visage. Bouleversement démographique, crise économique, révolution idéologique: l'Amérique ne se ressemble plus, ne se reconnaît plus. La traditionnelle population blanche deviendra minoritaire dès 2042, éclipsée par les minorités noires, latino, asiatique, qui ont fait le succès d'Obama en 2012. Le métissage tous azimuts de la population croît très rapidement. Les femmes, plus progressistes que leurs maris, sont désormais les plus nombreuses à l'université et occupent davantage les sphères du pouvoir. Le mythe du super-héros blanc est bien révolu. De leur côté, les jeunes ne croient plus à la suprématie du modèle national. Et si les États-Unis étaient en passe d'inventer un nouveau rêve?


- Une vie sous le regard de Dieu
La foi du général De Gaulle
de Laurent de Gaulle
Éditions Du Toucan / Avril 2015


La dimension chrétienne est non seulement au centre de la vie privée de Charles de Gaulle, mais aussi dans l'accomplissement de son destin, si étroitement mêlé à celui de la France. Laurent de Gaulle n'était qu'un enfant à la mort de son grand-oncle. De ce manque sont nées une quête et une conviction profonde: sans une relation singulière avec Dieu, Charles de Gaulle n'aurait pas été le grand homme que nous connaissons. Des indices de cet enracinement chrétien sont présents dès l'enfance du petit Charles. Dans son comportement de soldat, de résistant, d'homme d'État, l'empreinte chrétienne apparaît comme une évidence. Cette redécouverte, permet de mieux saisir le sens de son engagement presque sacerdotal au service de la France. De Gaulle est un soldat de Dieu qui combat au nom du Bien contre le mal. La démonstration de l'auteur emporte la conviction. Elle impose une vision nouvelle du personnage du général et de son action.


- Arrêtez de nous enfumer !
de Denis Boulard
Éditions Du Moment / Mars 2015


Le fumeur appartient à la grande famille des coupables. Comme le conducteur qui roule forcément trop vite. Le riche qui s'exile pour ne pas payer ses impôts. Le politique qui ne fait rien pour améliorer notre société en crise. Et si la réalité était plus nuancée que ces images d’Épinal? Certes, fumer tue. Chaque année, c'est officiel et comptabilisé, 73.000 personnes meurent du tabac en France. Certains responsables de cette première cause de mortalité évitable sont évidents, ce sont les cigarettiers. Mais trop souvent, on laisse de côté de nombreux acteurs incontournables des différents marchés du tabac. L'État, en premier lieu, qui derrière ses discours moralisateurs engrange annuellement plus de 13 milliards d'euros directement liés à la consommation de tabac. Mais aussi, les "anges blancs". C'est à dire les laboratoires pharmaceutiques ou les associations de lutte contre le tabac. Pour la première fois, une enquête prend le temps de décrypter ce qui se passe en coulisses. Du lobbying des laboratoires contre la déferlante "vapoteuse" jusqu'aux solutions thérapeutiques mensongères, en passant par le financement obscur des associations anti-tabac, Arrêtez de nous enfumer ! s'attaque à toutes ces hypocrisies sur la guerre officiellement déclarée au tabac, grâce à une enquête basée sur des chiffres et des documents inédits, mais aussi à travers des témoignages rares, pour essayer de comprendre pourquoi les dix millions de fumeurs français ne sont pas, loin s'en faut, les coupables dans cette affaire de Santé publique mais bien les premières et seules victimes.


- Ce modèle social que le monde ne nous envie plus
de Jean-Olivier Hairault
Éditions Albin Michel / Mars 2015


Autrefois considéré comme un exemple à l'échelle planétaire, le modèle social français est aujourd'hui à bout de souffle. Temps de travail en baisse, pré-retraites longtemps encouragées, disparition progressive de secteurs entiers de l'industrie, refus de créer des emplois peu qualifiés car jugés "indécents", système d'aides aux effets pervers: en voulant éviter à tout prix le chômage, la France a fait le choix de l'inactivité. Pour finalement récolter les deux. Redéfinir un nouveau modèle social s'impose, selon Jean-Olivier Hairault, économiste et chercheur associé au CEPREMAP (Centre pour la recherche économique). En sacrifiant l'illusoire égalité idéologique pour oser un nécessaire pragmatisme. En travaillant davantage pour réduire les impôts et la dette publique tout en préservant un haut niveau de protection sociale. Ainsi seulement la France se prouvera à elle-même qu'elle est à la fois protectrice et compétitive.


- Chine, l'âge des ambitions
de Evan Osnos
Éditions Albin Michel / Mars 2015


Vue de loin, la Chine nous apparaît sous des traits déformés: une nation de ploutocrates pragmatiques et d'étudiants implacables dont le seul rêve est de contrôler l'économie globale. Ou un géant un peu confus, rongé par la corruption et au bord de la stagnation. Nous ne voyons pas l'extraordinaire façon dont les Chinois, puissants ou modestes, réinventent leurs vies dans un pays en pleine mutation. Durant les nombreuses années qu'il a passées en Chine, Evan Osnos, lauréat du prix Pulitzer, a été le témoin des profonds changements politiques, économiques et culturels qui s'y sont déroulés. Couronné par le National Book Award 2014, il décrit dans ce récit fascinant la collision entre la montée de l'individualisme et la lutte du Parti communiste pour reprendre le contrôle. Pourquoi ce pays qui a permis à son peuple d'accéder à la richesse s'acharne-t-il à lui refuser la liberté d'expression? Pourquoi des millions de jeunes Chinois séduits par la culture occidentale résistent-ils à ce point à son influence? Autant de questions auxquelles répond ce portrait saisissant de la Chine d'aujourd'hui et de demain.


- De Gaulle et Mauriac
de Bertrand le Gendre
Éditions Fayard / Mars 2015


Prix Nobel de littérature, journaliste étincelant, François Mauriac doit à sa passion pour Charles de Gaulle de figurer parmi les grands témoins de son temps. À la différence des intellectuels et des éditorialistes de l'époque tels Jean-Paul Sartre ou Hubert Beuve-Méry qui, pour la plupart, tenaient le fondateur de la Ve République en suspicion, il ne s'est jamais départi de la conviction que le Général était une chance pour la France en dépit de son caporalisme, de ses préjugés et de ses faux pas. Qui le contredirait aujourd'hui? Figures d'un autre siècle, ils ne sont pas grands seulement par leur stature, de gouvernant pour le premier, de chroniqueur habité pour le second. Ils le sont par les liens qui les unissent et par l'éclat de leur dialogue qui court sur trente ans, de l'Occupation aux lendemains de Mai 68. Tel est le propos, jamais approfondi jusqu'ici, de Bertrand le Gendre, dans ce bel essai qui retrace la relation de Gaulle-Mauriac, fondée sur une admiration mutuelle. Et si leur biographie croisée les montre chacun sur leur hauteur, leurs ombres portées se confondent aujourd'hui dans nos mémoires, modèle de dialogue jamais égalé entre un homme d'État et un homme de plume.


- De Hiroshima à Fukushima
de Marc Petitjean
Éditions Albin Michel / Mars 2015


Le 11 mars 2011, soixante-six ans après Hiroshima et Nagasaki, le Japon a connu une terrible catastrophe nucléaire, et immédiatement, comme en 1945, les mécanismes du secret et de la désinformation se sont mis en place. Face au silence complice des politiques et des industriels, une frêle silhouette presque centenaire s'est dressée: le docteur Shuntaro Hida, médecin présent en 1945 à Hiroshima dans les heures qui ont suivi l'explosion atomique. Témoin direct des effets redoutables de l'irradiation externe puis, au cours des années qui ont suivi, médecin des victimes de la contamination interne (les particules radioactives que l'on ingère ou inhale), le Dr Hida s'est battu toute sa vie pour faire reconnaître les ravages de l'atome et les droits des victimes. Le cinéaste Marc Petitjean, qui l'avait déjà suivi en 2005 pour son film Blessures atomiques, est retourné le voir en 2012. À travers son histoire, il nous fait découvrir l'ampleur du mensonge atomique, depuis Hiroshima, les victimes utilisées comme des cobayes, le secret-défense opposé à toute investigation, jusqu'à Fukushima: les seuils d'alerte manipulés, et les déchets radioactifs disséminés. Ce témoignage puissant nous ouvre les yeux sur la réalité accablante de sept décennies de nucléaire militaire et civil au Japon.


- De Révolution en République
de Mona Ozouf
Éditions Gallimard / Mars 2015


"Qui s'intéresse à la Révolution française rencontre toujours, peu ou prou, l'ivresse que procure l'idée, ou l'espérance, d'une société régénérée et d'un homme neuf. Mais c'est pour découvrir l'ingéniosité mise par les hommes à résister à la refonte autoritaire de leurs vies. La Révolution, qui a fendu en deux l'histoire nationale, réserve le même sort à ses historiens. Fille de la Révolution, la République hérite de cette ambivalence. Tout ce Quarto raconte comment elle a dû composer avec les particularités religieuses, régionales et sociales, renoncer au modèle républicain pur, apporter des correctifs à l'esprit d'uniformité. Elle n'a pu se pérenniser en France qu'en se prêtant à ces accommodements. Aujourd'hui, la France que dessine ce livre semble se dérober à nos yeux. L'idée révolutionnaire a cessé de déterminer nos choix et nos affrontements. Et perdant ses ennemis, la République a perdu la ferveur militante que lui donnaient leurs anathèmes. L'école, hier dépositaire de l'identité nationale, est aujourd'hui l'objet d'un profond désarroi. Toutefois, il arrive à l'histoire de réanimer des enjeux engourdis, et l'apparition de menaces inédites peut redonner de l'éclat à des idées qui semblaient avoir perdu leur force inspiratrice. Et comme nous avons appris à quel point nos héritages conditionnent notre liberté, il n'est pas inutile de remettre nos pas dans les chemins buissonniers que, de Révolution en République, les Français ont dû emprunter". M. O.


- François Mitterrand
de Michel Winock
Éditions Gallimard / Mars 2015


"Prince de l'ambiguïté", personnalité ondoyante, maître de l'équivoque, François Mitterrand a souvent déconcerté ses contemporains: vichyste et résistant, homme de droite devenu chef de la gauche, anticommuniste allié aux communistes, dénonciateur de la Ve République dont il finit par incarner comme personne les formes et les usages les plus discutables. Cet homme doublement enraciné dans sa Saintonge natale et dans son fief du Nivernais, aussi féru de littérature et d'histoire que de politique, sut cultiver le secret, dérouter ses partisans et se montrer un jouteur de première force, combatif mais patient, stratège jamais découragé par l'échec. Chez Mitterrand, le privé et le public paraissent si intimement noués que l'un n'est intelligible qu'à la lumière de l'autre. Michel Winock les met en miroir pour explorer la vérité d'un enfant du siècle,qui a traversé les époques, les milieux et les idées sans jamais en renier aucun. Devenu Président, François Mitterrand a marqué en profondeur la vie politique française. Figure originale d'un monarque de gauche, il réussit à imposer l'alternance et, par-là, à consolider la Constitution. S'il échoue à réaliser les espérances socialistes, il ouvre à la France le nouvel horizon de la construction européenne. Dans la maladie, cet épicurien fit preuve jusqu'à la fin d'un stoïcisme digne d'admiration. Honni ou adulé, il reste un grand homme politique du XXe siècle. Complexe, séduisant, attachant, détesté, il a suscité des fidélités inconditionnelles et des rancunes indélébiles. Plus on le découvre et plus on mesure ce qu'il a d'insaisissable.


- Général Charles de Gaulle
De Gaulle au présent
de Henri Guaino
Éditions Cherche Midi / Mars 2015


À une époque où la Providence semble avoir déserté le monde, les Français n'attendent plus, comme si souvent dans l'histoire, l'homme providentiel duquel viendrait le salut. Mais ils espèrent, consciemment ou non, qu'apparaisse sur la scène l'homme d'État dans lequel ils pourraient placer leur confiance. Qu'est-ce qu'un homme d'État? Le contraire d'un politicien dont tous les actes et toutes les pensées ne sont orientés que vers le seul but de gagner les élections? Le contraire de l'ambitieux qui ne veut le pouvoir que pour le pouvoir, fût-il dérisoire dès lors qu'il n'est inspiré par aucun grand dessein, animé d'aucun idéal? Sans doute les deux, mais pas seulement. L'histoire du gaullisme, ce qu'a exprimé, écrit et accompli le général de Gaulle, nous en dit quelque chose de plus grand, de plus élevé. D'abord d'un point de vue moral, "Pour un homme qui s'est donné la charge de conduire la France depuis le désastre et la servitude jusqu'à la victoire et à la liberté, il n'y a pas d'autre "récompense" acceptable que d'y avoir réussi " (lettre à Léon Blum, chef du Gouvernement provisoire, janvier 1947), mais aussi politique, "Le génie du politicien, c'est de contourner l'obstacle" (André Malraux, discours au Palais des Sports de Paris, 15 décembre 1965), le général de Gaulle ne chercha jamais à contourner les obstacles réels: en toutes circonstances, il fit face. Ce recueil n'a d'autre ambition que de rappeler ce que la fermeté de caractère de l'homme d'État peut accomplir lorsque la civilisation traverse l'une des crises qui, périodiquement, en ébranle les fondements. À chacun d'en tirer pour lui-même des leçons pour le présent.


- Histoire d'une République fragile (1905-2015)
de Emmanuel Laurentin
Éditions Fayard / Mars 2015


Comment l'histoire longue de la République française, de ses promesses et de ses impasses, peut-elle aider à comprendre les attentats de janvier 2015? Que s'est-il passé, de la décolonisation à la fin des années 1980, quand la France s'est mise à rêver d'une République métissée? Pourquoi les politiques se sont-ils montrés aussi surpris, dans les années 1990, du retour des religions dans l'espace public? Comment la question de l'identité nationale a-t-elle resurgi dans le débat public depuis une quinzaine d'années? Le terrorisme n'est pas un phénomène nouveau en France: depuis les années 1880 et tout au long du XXe siècle, la République a essuyé toutes sortes de contestations et d'attentats. Au cours de son histoire mouvementée, elle a sans cesse dû s'adapter aux mutations de la société française, et entendre ses revendications. Autour d'Emmanuel Laurentin, Émile Chabal, Martine Cohen, Jean-Philippe Dedieu, Gilles Ferragu, Nancy L. Green, Nacira Guénif, Abdellali Hajjat, Arnaud-Dominique Houte, Ivan Jablonka, Gérard Noiriel, Michaël Prazan, Carole Reynaud-Paligot, Karine Salomé, Jean-Louis Schlegel et Benjamin Stora et Thomas Wieder éclairent comment et pourquoi la République nous paraît aujourd'hui si fragile.


- Ils sont fous ces coréens !
de Éric Surdej
Éditions Calmann Lévy / Mars 2015


Éric Surdej a passé dix ans chez LG, un des chaebols coréens, l'un des leaders mondiaux de l'électronique de loisirs, d'abord comme Directeur général, puis comme PDG de LG France. Premier non-Coréen à être nommé patron d'une filiale de ce grand groupe, il a également été le seul à accéder au "saint des saints", le club très fermé des 400 cadres dirigeants mondiaux de LG Corporation. La description qu'il fait de la vie quotidienne dans une boîte coréenne est proprement hallucinante: dix, voire douze heures de travail par jour sous l'œil inquisitorial d'une hiérarchie obsédée de notation et de rendement, une soumission fanatique à l'entreprise, une vie privée inexistante, une férocité extrême dans les rapports humains qui aboutit parfois à des affrontements physiques, des séminaires de motivation dignes d'une secte, et toujours cette injonction: "Pali, Pali": Plus vite, Plus vite. Qu'allait-il donc faire dans cette galère? C'est qu'Éric Surdej, en vingt ans de carrière dans l'électronique de loisirs, avait également eu l'occasion d'observer l'extraordinaire efficacité de ses concurrents coréens, leur souci du détail lors de l'exécution d'une stratégie, leur capacité à mobiliser une énergie et une volonté presque illimitées pour parvenir à leurs fins. Marier l'esprit conquérant des Coréens et l'esprit de finesse français pour construire un "village gaulois" dans l'empire: voilà le challenge qu'il s'était fixé, et cela a marché. Longtemps, LG France a eu les meilleurs résultats du groupe LG. Et puis finalement, comme tout village gaulois, il a été balayé par un nouvel empereur qui ne voulait voir qu'une seule tête coréenne. Voici un livre qui va donner des éléments de comparaison à tous ceux, nombreux en France, qui pensent que le monde du travail est un enfer. Il explique aussi comment les chaebols coréens ont damé le pion aux keiretsus japonais, sans parler des entreprises occidentales. Il contient aussi quelques leçons dont ces dernières feraient bien de s'inspirer si elles veulent survivre dans une économie mondialisée où la Corée fait figure non plus de "jeune tigre", mais d'ogre à l'appétit insatiable.


- L'Amérique après Obama
de Amy K. Greene
Éditions Autrement / Mars 2015


Le rôle et l'image des États-Unis dans le monde ont changé. Face à la crise économique, le pays est divisé entre une volonté réformatrice, portée par Barack Obama, et un repli conservateur prôné par ses adversaires politiques, le Tea Party républicain en tête. S'il a osé la réforme (système bancaire, santé...), le président Obama n'a pas répondu aux immenses espoirs placés en lui. Il se retrouve aujourd'hui pris en étau entre l'exaspération d'une partie de la population, les attentes d'une nouvelle génération multiculturelle, et les résistances de la vieille Amérique. Quelles sont les recompositions idéologiques à l'œuvre aux États-Unis? Qui sont ces nouveaux leaders qui projettent de redessiner le paysage politique du pays? Cet ouvrage écrit par une Américaine décrit et analyse avec précision les forces en présence, les raisons de leur émergence et leurs chances de réussite, pour nous aider à mieux comprendre l'Amérique de demain. Un regard inédit sur la vie politique tumultueuse des États-Unis, à l'heure où tous les avenirs semblent possibles.


- L'état islamique
de Loretta Napoleoni
Éditions Calmann Lévy / Mars 2015


"Connais ton ennemi" reste l'adage le plus important dans la lutte contre le terrorisme. Si l'État islamique est présenté le plus souvent, dans les journaux occidentaux, comme un gang de voyous enchaînant les victoires, l'experte en terrorisme, Loretta Napoleoni, nous rappelle que l'organisation a véritablement pour ambition de proposer un modèle alternatif d'édification de la nation. À la différence d'Al-Qaida et des talibans, l'EI tâche d'asseoir sa souveraineté et de créer un consensus autour de son projet. Engagé dans une guerre de conquête pour recréer l'ancien califat de Bagdad version XXIe siècle, l'EI utilise toutes les technologies modernes pour recruter et collecter des fonds, en enrôlant les populations locales dans la construction d'un nouvel État. Mais c'est surtout un grand communicant, plagiant Bush ou Blair dans leurs méthodes pour justifier l'invasion de l'Irak. Il a ainsi vanté sa puissance au point de devenir l'ennemi public Nº1 et d'attirer les sponsors. Largement financé par l'étranger, l'EI a aujourd'hui assis son autonomie financière. Et grâce à Twitter et autres, il s'est aussi assuré un approvisionnement en recrues étrangères: 10 000 djihadistes, dont 2 000 européens. L'EI n'est pas un réseau terroriste de plus, mais un ennemi puissant en phase avec le désordre mondial actuel. Comme l'écrit Loretta Napoleoni: "Ignorer ces faits est plus que trompeur et superficiel, c'est dangereux".


- La fabrique de pauvres
de Simone Wapler
Éditions Ixelles / Mars 2015


C'est incroyable. Ils ont vingt-sept, vingt-huit ans, parfois plus, des diplômes, des vrais diplômes avec lesquels on est censé pouvoir gagner sa vie, mais après deux années de recherche intensives, toujours pas de vrais bulletins de paye, rien d'autre que des stages. Arnaud, bac + 5, pensait être embauché rapidement. Un an après sa sortie de l'école, il n'a toujours pas trouvé de CDI dans sa branche. Ses copains de promo rament de stages en petits boulots. Il va falloir que je vive avec moins de 1 000 € par mois et mon fils est encore étudiant pour au moins trois ans. Je ne sais plus comment faire. Claire a cinquante ans. Son mari l'a quittée après presque deux ans de chômage qui ont englouti l'épargne du foyer. Il a retrouvé du travail mais aussi une nouvelle jeunesse avec une nouvelle compagne et refuse de payer une pension alimentaire. Le seul revenu de Claire est un travail de vendeuse à temps partiel censé payer ses dépenses courantes, celles de leur dernier fils encore dépendant ainsi que les charges du domicile autrefois conjugal et dont elle est copropriétaire à 70%. Tout a basculé après le décès de Serge. La pension de réversion est insuffisante pour que je garde cette maison qui nous a abrités pendant plus de quarante ans. Une caisse de retraite à laquelle il cotisait volontairement a fait faillite. Bien sûr, je vais vendre, m'installer dans plus petit, ne plus recevoir mes petits-enfants comme avant. Mais lorsque j'aurai consommé ce petit capital pour ma vie quotidienne, que vais-je devenir? Louise a soixante-seize ans et n'est pas une veuve joyeuse, loin de là. En plus du chagrin, elle se retrouve accablée de soucis matériels. Serge avait pourtant pensé avoir paré à tout sur ce plan. Plus que les statistiques sèches des journaux sur le chômage des jeunes, plus que les discours politiques sur les inégalités ou les ravages de la mondialisation, ces témoignages font toucher du doigt ce que la France est réellement devenue: une fabrique de pauvres. Lorsque même ceux qui ont suivi un parcours sans faute se retrouvent eux aussi laissés au bord de la route ou partent chercher meilleure fortune à l'étranger le doute n'est pas permis. Ce ne sont pas les vilains immigrés, la méchante mondialisation, la Finance sans visage, la crise, le libéralisme sauvage ou encore le manque de qualification qui sont coupables. Il y a autre chose… 57% des Français craignent de basculer un jour dans la précarité. Ils n'ont pas tort, tout au moins pour ceux qui vivent soumis à la concurrence ou ceux qui n'ont pour seul revenu que leur retraite.  La précarité désigne l'incertitude, la crainte d'une situation qui ne serait plus "acceptable", c'est l'antichambre de la pauvreté. Pour nourrir cette crainte, notre pays est atteint d'un chômage de masse croissant. "La fabrique de pauvres" titrait déjà en 2012 un documentaire d'Arte. Il estimait que 11 millions d'Allemands et 9 millions de Français vivaient sous le seuil de pauvreté. Sans parler de l'Espagne où 400 000 familles dépendent des grands-parents. Est-ce vrai? Précarité et pauvreté progressent-elles et ceci malgré la politique jamais démentie depuis un demi-siècle du "taxer plus pour aider plus"? Ce livre aide à comprendre les mécanismes qui font de la France, malgré ses atouts, une fabrique de pauvres. Il ne s'agit pas de dresser un énième bilan déprimant de la décadence et du gâchis national mais de comprendre les mécanismes fondamentaux qui y conduisent car on ne combat bien que ce qu'on connaît bien. Votre combat sera solitaire puisque ceux qui nous ont conduits jusque-là sont toujours aux commandes et inaptes à proposer des solutions aux problèmes qu'ils ont fait naître, parlant de réformes mais incapables de les mettre en œuvre. Vous découvrirez que la fabrique de pauvres est en réalité le résultat d'un système qui pousse dans ce sens. Le pays est dirigé par des politiciens professionnels et un corps de fonctionnaires à vie qui sont deux castes ayant intérêt à ce que l'État soit puissant et important. Une des façons de justifier le gros État est de rendre la population dépendante des largesses publiques, c'est-à-dire de l'argent des contribuables. Une fois les engrenages bien identifiés, vous trouverez dans ce livre des solutions personnelles et des pistes à suivre pour éviter de vous faire happer par les rouages de la fabrique de pauvres. Quelles études conseiller à vos enfants, comment maintenir votre "employabilité", comment vous vendre sur le marché de l'emploi, comment épargner et où trouver des revenus complémentaires, devriez-vous être propriétaire ou locataire, avoir une résidence secondaire ou non, quelles précautions prendre pour votre retraite, comment préserver votre santé sans plomber votre budget? Après avoir lu ce livre, vous grossirez certainement les rangs des Français qui ne craignent plus la précarité pour eux-mêmes ou pour leurs enfants ou petits-enfants et seront prêts à tirer profit de la mondialisation.


- La force de la conviction
de Henri Pailleux
Éditions L'Archipel / Mars 2015


Une commune est un balcon d'observation de la vie sociale française sans égal. Au-delà de son parcours, l'auteur raconte, au quotidien, les petits et grands événements de sa vie de maire, de conseiller général du canton de Maurepas et de vice-président du Conseil général des Yvelines. Mieux: il dit dans quelles circonstances il s'est présenté pour la cinquième fois à l'élection municipale et a été réélu. Le livre d'un homme de conviction attaché à la défense du bien commun comme à une certaine idée de la France.


- La société automatique
de Bernard Stiegler
Éditions Fayard / Mars 2015


Le 19 juillet 2014, le journal Le Soir révélait à Bruxelles que selon des estimations américaines, britanniques et belges, la France, la Belgique, le Royaume-Uni, l'Italie, la Pologne et les États-Unis pourraient perdre entre 43 et 50 % de leurs emplois dans les dix à quinze prochaines années. Trois mois plus tard, le Journal du dimanche soutenait que trois millions d'emplois seraient condamnés à disparaître en France au cours des dix prochaines années. L'automatisation intégrée est le principal résultat de ce que l'on appelle "l'économie des data". Organisant des boucles de rétroactions à la vitesse de la lumière (à travers les réseaux sociaux, objets communicants, puces RFID, capteurs, actionneurs, calcul intensif sur données massives appelées big data, smart cities et robots en tout genre) entre consommation, marketing, production, logistique et distribution, la réticulation généralisée conduit à une régression drastique de l'emploi dans tous les secteurs, de l'avocat au chauffeur routier, du médecin au manutentionnaire, et dans tous les pays. Pourquoi le rapport remis en juin 2014 au président de la République française par Jean Pisani-Ferry occulte-t-il ces prévisions? Pourquoi le gouvernement n'ouvre-t-il pas un débat sur l'avenir de la France et de l'Europe dans ce nouveau contexte? L'automatisation intégrale et généralisée fut anticipée de longue date, notamment par Karl Marx en 1857, par John Maynard Keynes en 1930, par Norbert Wiener et Georges Friedmann en 1950, et par Georges Elgozy en 1967. Tous ces penseurs y voyaient la nécessité d'un changement économique, politique et culturel radical. Le temps de ce changement est venu, et le présent ouvrage est consacré à en analyser les fondements, à en décrire les enjeux et à préconiser des mesures à la hauteur d'une situation exceptionnelle à tous égards, où il se pourrait que commence véritablement le temps du travail.


- Le mauvais génie
de Ariane Chemin et Vanessa Schneider
Éditions Fayard / Mars 2015


Patrick Buisson fut le conseiller le plus influent de Nicolas Sarkozy. Son âme damnée, un oracle capable d'un coup de formule magique d'inverser la courbe des sondages. Mais son emprise s'étendait bien au-delà des grilles de l'Élysée, dans les couloirs des rédactions, au sommet des partis. Dans le sillage de cet idéologue d'extrême droite, une cohorte de bannis de la République a retrouvé la route du pouvoir. Après l'état de grâce, le chemin de croix: Pauline de Préval, sa muse, l'abandonne. Nicolas Sarkozy est battu à la présidentielle. Georges, son fils, se rebelle. Voilà Patrick Buisson rattrapé par un petit dictaphone caché dans une poche de sa veste. Qui tire les ficelles de ce roman d'espionnage où se croisent abbés de cour, journalistes dociles, Jeanne d'Arc belliqueuses et ministres courtisans? Passions contrariées, confidences trahies, mais aussi revanche sur l'histoire, autant d'ingrédients qui façonnent le destin maudit de Patrick Buisson.


- Le révolutionnaire, l'expert et le geek
Combat pour l'autonomie
de Gaspard Koenig
Éditions Plon / Mars 2015


Pays des libertés, la France meurt de ses interdits. Ce n'est pas la mondialisation, l'Europe ou le capitalisme sauvage qui nous menacent, mais l'enlisement dans la servitude volontaire. L'État est devenu le bourreau de nos libertés. Le problème n'est pas économique mais philosophique. Un révolutionnaire sommeille en chaque Français, prêt hier comme aujourd'hui à briser les rentes et les privilèges. En même temps, un expert l'observe et le dirige, planifiant autoritairement la société. Et un geek lui tape sur l'épaule, l'entraînant dans le monde inconnu des nouvelles technologies, fourmillant de promesses et de menaces. Ces trois influences parfois contradictoires nous font tourner la tête. Gaspard Koenig propose donc de les interpréter à la lumière d'une nouvelle philosophie politique, fondée sur l'autonomie individuelle. Car ce dont la France a besoin, ce n'est pas d'un énième diagnostic économique, mais de principes solides dont on pourra déduire des réformes radicales. Revenons au modèle révolutionnaire, ce "jacobinisme libéral" incarné par le député du Tiers État Isaac Le Chapelier. Rejetons la tentation planiste, léguée par le régime de Vichy et responsable encore aujourd'hui de tant d'injustice et d'exclusion. Apprenons à maîtriser l'utopie numérique, en imaginant un nouvel humanisme qui réponde aux défis de la Silicon Valley et un État 2.0 qui nous redonne le contrôle de notre destin numérique. Pays des libertés, la France meurt de servitude volontaire. Terminons, enfin, notre Révolution. Et chacun deviendra son propre maître.


- Les Présidents face à Dieu
de Marc Tronchot
Éditions Calmann Lévy / Mars 2015


De Charles de Gaulle, chrétien fervent qui installera une chapelle au Palais de l'Élysée, à François Hollande, président non marié qui affiche à l'égard de toute croyance la distance du libre penseur, se sont succédé cinq autres présidents de la République, tous très différents dans leur approche du fait religieux. Georges Pompidou, le chercheur en transcendance, Valéry Giscard d'Estaing, le catholique détaché, François Mitterrand, le socialiste mystique, Jacques Chirac, l'humaniste méfiant, Nicolas Sarkozy, l'opportuniste identitaire. Tous seront confrontés durant leurs mandats respectifs au fait spirituel. La société évolue, le monde bouge, les débats seront donc nombreux: contraception, avortement, divorce, enseignement privé, antisémitisme, voile, racines chrétiennes de la France, mariage pour tous, attentats à motivation religieuse… À l'heure où les questions de laïcité et de culte sont, plus que jamais, d'une cruelle actualité en France, Marc Tronchot livre ici le fruit d'une enquête minutieuse, riche en révélations et témoignages recueillis auprès de proches, de familles, d'amis, d'hommes et de femmes politiques sur les Présidents de la Ve, dans leur expression publique comme dans l'intimité de leur foi.


- Lutter contre la corruption
Naissance d'un contre-pouvoir citoyen en France
de Séverine Tessier
Éditions François Bourin / Mars 2015


En 2011, l'association anti-corruption, Anticor, créée par Séverine Tessier, se porte partie civile dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Jacques Chirac est condamné pour détournement de fonds publics. Pour la première fois une peine de prison avec sursis est prononcée à l'encontre d'un président de la République. Afin de faire entendre la voix citoyenne, Anticor et ses membres multiplient les actions: dépôts de plainte, création de chartes anti-cumul des mandats, remise de prix éthiques, campagnes de soutien aux lanceurs d'alerte... Autant de dispositifs pour dénoncer la corruption et réhabiliter l'honnêteté en politique. Dans Lutter contre la corruption, Séverine Tessier démonte les tenants et aboutissants de la corruption en France. Puis, elle propose, grâce à des exemples précis, des solutions et des méthodes concrètes pour combattre la corruption, ce fléau grandissant de la société française. Un manifeste clair, stimulant et concret qui permet aux citoyens de retrouver leur place dans la société et de conquérir un nouveau pouvoir.


- Mais qui a voulu tuer Charlie ?
de Patrick Vassort
Éditions Le Bord de l'Eau / Mars 2015


L'idée nous est insupportable. La Barbarie semble à notre porte ou déjà là. Par les massacres des trois journées noires de janvier 2015, la question doit encore être posée. Comment cela est-il possible? Qu'avons-nous échoué, raté, manqué, depuis des années pour que le destin nous mène vers un tel drame? "La barbarie persiste tant que durent les conditions qui favorisèrent la rechute" que fut Auschwitz dans cette barbarie. Malgré le devoir de mémoire, les conditions d'une éducation à l'humanisme ne sont pas créées. S'affrontent, désormais, dans une malédiction que nous n'avons pas réussi à rompre, la société capitaliste inhumaine, dans ses parties dominantes, qui sélectionne et élimine les hommes comme quantité superflue, et des poches d'oppositions régressives religieuses faisant croire, comme les nazis en leur temps, à l'existence d'un âge d'or sacré constitué de totems et tabous. La catastrophe ne pourra être évitée que dans un effort de compréhension des tensions qui existent au cœur même du système capitaliste et par la disparition de ce dernier.


- On va dans le mur...
de Agnès Verdier-Molinié
Éditions Albin Michel / Mars 2015


Tout le monde, ou presque, est d'accord, de la gauche à la droite: l'État doit être réformé au plus vite. Et la baisse de la dépense publique est une priorité absolue. Mais alors qu'attendons-nous pour passer à l'action? Face à un système devenu fou, en vérité personne ne sait comment faire. Pourtant on sait que l'empilement, des taxes, des lois, des décrets, des aides sociales, des strates administratives, des régimes de retraite, des exonérations, a produit un monstre dont la complexité et les dérives sont chaque année plus coûteuses pour les Français. Combien de temps encore allons-nous accepter cet insupportable harcèlement? En comparant les bonnes pratiques en France et à l'étranger et en montrant comment sortir de ce terrible engrenage, Agnès Verdier-Molinié s'attaque à une machine qui doit d'urgence être mise hors d'état de nuire. Agnès Verdier-Molinié est la directrice de l'IFRAP, la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques.


- Pour en finir (vraiment) avec le millefeuille territorial
de Éric Giuily et Olivier Régis
Éditions L'Archipel / Mars 2015


Le processus de décentralisation en France, lancé par les lois Defferre, vient de fêter ses trente ans. L'organisation territoriale actuelle, et son mille-feuille de collectivités, est-elle en mesure de répondre aux enjeux du redressement économique de la France? Alors que la carte des régions vient d'être redessinée et qu'une nouvelle étape de la décentralisation est en cours d'examen au Parlement, le livre propose une nouvelle organisation territoriale pour la France.


- Rebelle
Itinéraire d'un militant
de Marc Blondel  
Éditions Cherche Midi / Mars 2015


Marc Blondel, engagé dans le militantisme syndical dès 1958, a été l'un des protagonistes principaux de l'histoire sociale française. De Georges Pompidou à Nicolas Sarkozy en passant par Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, Marc Blondel a bien connu les arcanes du pouvoir politique, ferraillé avec des dizaines de ministres et côtoyé bon nombre de chefs de gouvernement différents. Élu quatre fois secrétaire général de son organisation syndicale, il a œuvré durant quinze ans à la tête de la CGT-Force ouvrière. À travers ses souvenirs et une galerie de portraits aussi haute en couleur que contrastée, Marc Blondel, "l'homme aux bretelles, au cigare et à l'écharpe rouge", grand témoin de notre temps, protagoniste du refus face au capitalisme et au libéralisme mondialisés, convaincu par la nécessité de la lutte des classes, libertaire, franc-maçon et libre-penseur, avait réaffirmé sa foi dans l'homme et, après une longue période de silence volontaire, décidé de faire des révélations sur les dessous de la vie politique et syndicale à la fois française et internationale de ces dernières décennies.


- Résistance au meilleur des mondes
de Éric Letty et Guillaume de Premare
Éditions Pierre Guillaume De Roux / Mars 2015


En 1932, l'écrivain britannique Aldous Huxley publie un roman d'anticipation, intitulé Le Meilleur des mondes. Il y décrit un État mondial administrant une société eugéniste idéale, sans violence, entièrement reconfigurée par la science, la technique et des mœurs nouvelles: la famille n'existe plus, la maternité est taboue, les enfants sont créés en laboratoires, développés par ectogénèse dans des flacons et conditionnés dès le plus jeune âge; la sexualité n'est plus procréative, mais uniquement tournée vers le plaisir; les sentiments amoureux et la fidélité n'ont plus cours. Nous voici plongés dans la société utopique par excellence. Près d'un siècle plus tard, ce qui relevait de la simple fiction est devenu réalité. N'assiste-ton pas, en effet, à une révolution insidieuse de la culture et des mœurs, notamment familiales? Fruit d'un progressisme scientifique à outrance, cette révolution, promue par des institutions internationales, défendue bec et ongles par toutes sortes d'idéologies de "déconstruction" et de puissances d'argent aveugles, cette révolution porte en germe l'homme nouveau imaginé par Huxley. Résister au meilleur des mondes est un combat d'actualité. D'une certaine manière, le vaste mouvement populaire qui s'est levé contre la loi Taubira, la PMA et la GPA, dans le sillage de la Manif pour tous, constitue un acte fondateur de résistance à l'avènement d'une nouvelle utopie totalitaire.


- Solitudes du pouvoir
de Jean-Michel Djian
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2015


En France, plus encore que la politique c'est le pouvoir qui fascine. Mais qui en connaît vraiment les secrets de fabrication? Que sait-on de la solitude  que nos hommes d'États affrontent au moment critique de ce qui, de simple politique, devient Histoire? C'est dans les profondeurs de ces solitudes que Jean-Michel Djian est allé chercher l'énigme et tenter de comprendre le fonctionnement si singulier de notre République. Du général De Gaulle à Baden-Baden à François Hollande au Mali en passant par Alain Juppé lors des grandes grèves de 1995, voici révélés les secrets du pouvoir et de ceux qui l'exercent. Un livre nourri par de nombreux entretiens et archives inédites, par un spécialiste éclairé de la vie politique française.


- Tout peut changer
Capitalisme et changement climatique
de Naomi Klein
Éditions Actes Sud / Mars 2015


Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le réchauffement climatique. La "vérité qui dérange" ne tient pas aux gaz à effet de serre, la voici: notre modèle économique est en guerre contre la vie sur Terre. Au-delà de la crise écologique, c'est bien une crise existentielle qui est en jeu, celle d'une humanité défendant à corps perdu un mode de vie qui la mène à sa perte. Pourtant, prise à rebours, cette crise pourrait bien ouvrir la voie à une transformation sociale radicale susceptible de faire advenir un monde non seulement habitable, mais aussi plus juste. On nous a dit que le marché allait nous sauver, alors que notre dépendance au profit et à la croissance nous fait sombrer chaque jour davantage. On nous a dit qu'il était impossible de sortir des combustibles fossiles, alors que nous savons exactement comment nous y prendre, il suffit d'enfreindre toutes les règles du libre marché: brider le pouvoir des entreprises, reconstruire les économies locales et refonder nos démocraties. On nous a aussi dit que l'humanité était par trop avide pour relever un tel défi. En fait, partout dans le monde, des luttes contre l'extraction effrénée des ressources ont déjà abouti et posé les jalons de l'économie à venir. Naomi Klein soutient ici que le changement climatique est un appel au réveil civilisationnel, un puissant message livré dans la langue des incendies, des inondations, des tempêtes et des sécheresses. Nous n'avons plus beaucoup de temps devant nous. L'alternative est simple: changer ou disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 18:51

- À la recherche du réel perdu
de Alain Badiou
Éditions Fayard / Février 2015


Faut-il accepter comme une loi de la raison que le réel exige en toutes circonstances une soumission plutôt qu'une invention? Le réel est toujours ce qui se découvre au prix que le semblant qui nous subjugue soit arraché. Aujourd'hui, nous devons être convaincus qu'en dépit des deuils que la pensée nous impose, chercher ce qu'il y a de réel dans le réel peut être, est, une passion joyeuse. Professeur émérite à l'École normale supérieure, Alain Badiou est philosophe, dramaturge et romancier.


- Au service secret de la République
de Roger Auque et Jean-Michel Verne
Éditions Fayard / Février 2015


Journaliste baroudeur, ex-otage au Liban, homme de réseaux, ambassadeur en Érythrée, Roger Auque a eu plusieurs vies, mêlant services secrets, amitiés politiques et négociations occultes. Emporté par une tumeur au cerveau en septembre 2014, il avait choisi, avant son décès, de se confier sans retenue ni faux-fuyants à son ami et confrère Jean-Michel Verne. Roger Auque nous livre son testament, poignant, parfois dérangeant, mais qui témoigne d'un terrible besoin de vérité et raconte les arcanes les plus secrètes du pouvoir.


- Bon appétit !
de Anne Deloisy
Éditions Presses De La Cité / Février 2015


Manger de la viande: un risque ou un plaisir? Une enquête approfondie sur un sujet encore largement tabou. Depuis la crise de la vache folle, notre pays se targue d'avoir l'une des meilleures viandes au monde et d'être à la pointe de la sécurité alimentaire. Le message des industriels de la viande se veut clair et rassurant: "La viande est tracée et contrôlée de la fourche à la fourchette". Les Français peuvent savourer en paix. Cela tombe bien, nous consommons en moyenne 84 kilos de viande par personne et par an. L'envers du décor est beaucoup moins idyllique. Depuis quelques années, plusieurs rapports des inspecteurs vétérinaires européens, du ministère de l'Agriculture ou encore de la Cour des comptes tirent la sonnette d'alarme. Abattoirs non conformes, carcasses contaminées, prédominance de l'abattage halal et casher pour des raisons économiques, diminution du nombre d'inspections vétérinaires, absence de sanctions. Conséquences? Des tromperies à répétition, des intoxications alimentaires et des maladies qui peuvent affecter gravement jeunes enfants et personnes âgées. Bon appétit ! dresse un bilan sans concession et vous donne les clés pour mieux choisir votre alimentation.


- Chine. Le grand bond dans le brouillard
de Gabriel Grésillon
Éditions Stock / Février 2015


La Chine est la deuxième économie mondiale. Les investissements à l'étranger d'entreprises chinoises ont explosé. Les bénéfices des cinq premières banques nationales dépassent les 100 milliards d'euros. Le président Xi Jinping verrouille, en stratège et héritier du système communiste, toutes les portes des pouvoirs. Et les classes moyennes consomment et s'amollissent. Tout va bien, alors, pour la Chine au grand concert des nations? Il y a un risque chinois, dit l'auteur, dans cet essai documenté au quotidien, et fruit d'enquêtes à Pékin et ailleurs depuis 2010: "Il n'est pas excessif de dire que l'injustice politique fondamentale de la Chine a accouché d'un système inégalitaire mais que cette inégalité a contribué à propulser le pays sur la trajectoire du développement". La croissance, mais à quel prix? Absence de liberté politique, concentration des pouvoirs, périls sur la contestation 2.0, dégradation de l'environnement, smog urbain, cancer des pollutions dévastant les campagnes, inégalités devant l'immobilier, marginalisation des minorités, et 230 millions d'humbles infortunés qui vivent clandestinement, sans le fameux passeport intérieur. Le modèle chinois aurait-il vécu? Pris en étau entre la crise industrielle du low cost, car il y a désormais moins cher que la Chine au Bangladesh ou au Cambodge, et l'étouffement de l'arbitraire politique, la Chine entre dans le brouillard. Pour combien de temps et à quel risque imposé aux démocraties occidentales, dont la France?


- Converties
de Virginie Riva
Éditions Du Seuil / Février 2015


Elles s'appelaient Delphine, Cécile, Sabine, Irène… Elles ont maintenant pour prénom Assia, Itjhiad, Chayma, Naima… Au-delà des fantasmes et des discours lénifiants, cette première enquête de terrain part à la rencontre de onze femmes converties à l'islam. Surprise: bien que parties prenantes d'un mouvement collectif, ces converties ont des motivations et des parcours irréductiblement personnels. Comment survient le premier contact avec l'islam? Quel parcours, intime et public, dessine la conversion? Comment réagissent les familles? Quel rapport les autorités musulmanes entretiennent-elles avec leurs converties? Au-delà de sa passionnante galerie de portraits, et des anecdotes saisissantes qui la jalonne, Virginie Riva interroge le témoignage de ses interlocutrices, en dégage les implications et les contradictions. Elle met en relief les difficultés rencontrées dans le processus religieux et social de la conversion, puis dans leur nouveau quotidien de femmes musulmanes. Elle aborde les différents aspects de leur cheminement et montre des profils étonnamment variés, loin des idées reçues que favorise une actualité dont on ne retient plus, hélas, que la dérive jihadiste. Docteure en science politique, Virginie Riva est aujourd'hui correspondante d'Europe 1 à Rome.


- Dans les coulisses des voyages présidentiels
de Jean-Marie Cambacérès
Éditions Cherche Midi / Février 2015


Pour tout savoir sur la préparation des voyages officiels des présidents de la République, leurs invités, leurs accompagnateurs, l'avion présidentiel. Plongez dans ce livre qui, pour chaque président, vous raconte deux à trois de ses voyages ayant un caractère particulier comme, par exemple, la plus grande répercussion politique, la première venue dans un pays, le plus gros contrat ou encore le plus long trajet, le plus court, et bien d'autres aspects de ces déplacements présidentiels toujours singuliers. Vous connaîtrez les évolutions de ces voyages depuis cinquante ans et la façon dont va se dessiner, dorénavant, leur devenir. L'auteur, proche des hauts dirigeants politiques français depuis une trentaine d'années, mêle dans ce document les anecdotes à la grande Histoire, en s'appuyant sur son expérience personnelle. Il vous invite à présent à monter dans l'avion présidentiel pour voyager, comme si vous y étiez, aux côtés d'un chef d'État, et à connaître tous les détails parfois drôles ou cocasses de ces expéditions où tout est prévu... enfin presque...


- Et si on enquêtait sur la Cour des comptes ?
de Bruno Botella
Éditions Du Moment / Février 2015


Jamais la Cour des comptes, créée il y a plus de deux siècles par Napoléon, n'a été aussi influente qu'aujourd'hui. La vieille dame de la rue Cambon, fière d'avoir donné récemment à la France deux présidents de la République, Jacques Chirac et François Hollande, est écoutée comme un oracle sur la situation de nos finances et le gaspillage de l'argent public. Influente, cette haute juridiction financière l'est aussi par ses magistrats, inamovibles, qui font partie de l'aristocratie administrative française. Détachés de la Cour, ils peuplent les cabinets ministériels, les directions des ministères, les grands organismes d'État, les plus prestigieuses institutions culturelles. Alors que la Constitution lui a confié pour mission d'informer le citoyen sur l'utilisation des deniers publics, comment la Cour des comptes s'acquitte-t-elle de sa tâche? Se montre-t-elle toujours accueillante pour les Rastignac de la politique? La rue Cambon, volontiers donneuse de leçons, est-elle si irréprochable, indépendante et austère qu'elle le prétend? Pour la première fois, un livre plonge le lecteur dans les coulisses de l'une des institutions les plus redoutées et les plus secrètes de la République.


- Guérir la France, la thérapie de choc
de Marc Touati
Éditions Du Moment / Février 2015


L'économiste Marc Touati monte au créneau pour présenter ses solutions de sortie définitive d'une crise qui n'en finit plus et qui menace désormais les fondements de la société française. Selon lui, il ne nous reste plus beaucoup de temps. Voici ses dix mesures à prendre d'urgence pour ne pas tomber dans la confusion générale, parmi lesquelles baisser les impôts pour tous, actionner la planche à billets ou encore faire baisser l'euro au niveau du dollar. Un livre engagé, pédagogique mais aussi plein d'énergie pour éviter le chaos.


- Jihad Academy
de Nicolas Hénin
Éditions Fayard / Février 2015


À force de répéter que le pire est toujours certain, il finit par se réaliser. La menace terroriste nous a rattrapés. Que ce soit par l'invasion de l'Irak en 2003 ou la non-intervention en Syrie depuis 2011, nous avons alimenté la radicalisation. Et nous continuons de la nourrir, par nos compromissions diplomatiques avec des dictateurs, par notre refus d'entendre la souffrance des peuples, par notre incapacité à produire un contre-discours. Quelle est la responsabilité de nos sociétés dans la fabrique de ces nouveaux djihadistes? Comment se forment-ils? Comment avons-nous fait le jeu de l'État islamique et relayé sa propagande pour lui permettre de recruter au sein de nos quartiers toujours plus de candidats prêts à se battre au nom d'un islam fantasmé? Nicolas Hénin livre ici un plaidoyer à charge contre l'Occident qui a, par ses erreurs ou son inaction, contribué au fiasco. Avec des pistes, aussi, pour tenter de réparer ce qui est encore possible.


- La CIA et la torture
de Dianne Feinstein
Éditions Les Arènes / Février 2015


Le rapport de la Commission sénatoriale américaine sur les méthodes de détention et d'interrogatoire de la CIA. Après les attentats du 11 septembre, l'administration Bush déclare une guerre totale au terrorisme, "par tous les moyens". Au cœur du dispositif: la CIA. L'Agence s'arroge des pouvoirs inconnus jusque-là, même au plus fort de la Guerre froide. S'estimant au-dessus de tout contrôle, elle capture, séquestre et torture des suspects, au nom de la recherche d'informations. En 2009, le Sénat américain décide d'enquêter sur ses méthodes. Après des mois de lutte d'influence, le rapport a enfin été déclassifié et rendu public en décembre 2014. Le voici. Il renferme le pire et le meilleur des États-Unis. Le pire: la torture et les criminels de bureau; le meilleur: les moyens d'enquêtes dévolus aux parlementaires et la publication de ce rapport. C'est la première fois que la pratique de la torture d'État est racontée et analysée avec une telle précision. Conclusion implacable: la torture est aussi délétère qu'inefficace. Les auteurs de la préface, John R. MacArthur, directeur de la revue Harper's, et Scott Horton, avocat, journaliste et spécialiste des droits de l'homme, ont été les premiers à s'opposer à la croisade de George W. Bush en Irak et à la manipulation de l'opinion dans la "guerre contre le terrorisme". Ils nous aident à comprendre la dérive sécuritaire américaine. Ce rapport est un avertissement pour les démocraties victimes du terrorisme.


- La domestication de l'humain
de Alain Cotta
Éditions Fayard / Février 2015


Comment l'envolée du savoir humain, en particulier celle des sciences physiques, a-t-elle déterminé l'évolution de l'espèce humaine assujettie depuis ses origines aux processus darwiniens? Balayant son histoire du néolithique à nos jours, du chasseur-cueilleur au paysan puis à la révolution industrielle mise en œuvre par l'entreprise, Alain Cotta explore l'âge nouveau, la révolution digitale née des progrès accélérés de la biologie et de l'informatique. Cette dernière évolution ne peut rester sans effets sur la sociabilité humaine: il dépeint en ce sens les différents niveaux de domestication auxquels l'être humain est astreint par la toute-puissance de l'entreprise et l'avènement des oligarchies dans des sociétés mondialisées, gouvernées par l'avidité financière et la hantise de la mort. Plutôt qu'épris de liberté, les êtres humains ne sont-ils pas davantage attirés par une égalité semblable à celle des fourmis, des abeilles et des termites, leur reine exceptée? Et, "roués pour le confort" ne seront-ils pas satisfaits d'une domestication de plus en plus stricte, génératrice d'un ordre social assurant la sécurité individuelle et collective? Alain Cotta est professeur émérite de gestion et d'économie politique à l'Université Paris-Dauphine.


- La France à quitte ou double
de François de Closets
Éditions Fayard / Février 2015


Ce "quitte ou double" porte un nom: Marine Le Pen. "Quitte": ce serait l'arrivée au pouvoir du populisme nationaliste, "double": le sursaut du redressement. François de Closets nous montre pourquoi et comment les Français vont se retrouver face à cette alternative. Bulletin de vote en main. La France du "quitte ou double" nous fait découvrir des millions de Français, abandonnés par l'État, qui pourraient rejoindre le Front national. De nouveaux électeurs qui ne suffiront pas à lui donner la majorité. En revanche, un peuple traumatisé par un choc financier peut basculer vers les extrêmes. En Grèce ce fut à gauche, en France ce serait à droite. Or notre pays ne peut plus éviter une telle crise. En l'absence de vraies réformes, les baisses du pétrole, de l'euro et des taux d'intérêt, les milliards de la BCE n'apporteront qu'un répit. L'incapacité de redresser nos finances nous conduira fatalement à la cessation de paiement, c'est-à-dire à la mise sous tutelle financière de notre pays. Face à l'angoisse et à la colère des Français, le pire aura toutes ses chances. Le meilleur aussi. Ce sera l'occasion unique de rompre avec les mensonges. En finir avec la diabolisation du FN qui lui a tant profité. Cesser de nier le problème de l'islam en France et imposer partout la laïcité. Réhabiliter la patrie, la fierté nationale, avec les marcheurs du 11 janvier. Cesser d'opposer des politiques de droite et de gauche qui sont les mêmes. Dire enfin que nous faisons depuis quarante ans de la relance sans aucun résultat et que nous n'avons toujours pas commencé l'austérité. Et, surtout, faire sauter les oligopoles bureaucratiques, corporatistes, politiques et syndicaux qui étouffent le pays. Au rendez-vous du destin, il nous faudra quitter tout espoir ou redoubler d'efforts.


- La France au défi
de Hubert Védrine
Éditions Fayard / Février 2015


La France va-t-elle réussir à surmonter ce découragement qui, depuis si longtemps, la conduit à redouter a priori toute réforme, à penser de façon irrationnelle qu'elle n'arrivera jamais à s'adapter à son avantage au monde nouveau? Retrouvera-t-elle confiance en elle-même et en ses atouts, qui sont incomparables? La défiance et le pessimisme généralisés seront-ils vaincus? La classe politique osera-t-elle forger un consensus sur quelques mesures clés? Embrassant économie, géopolitique et psychologie, Hubert Védrine porte un diagnostic lucide sur notre pays et cherche à définir les moyens de le sortir des pièges dans lesquels il s'est lui-même enfermé. Hubert Védrine fut pendant dix-neuf ans au cœur du pouvoir dont quatorze ans auprès de François Mitterrand à l'Élysée et cinq à la tête du Quai d'Orsay. Il a assisté à tous les événements internationaux des trente dernières années. Depuis, il voyage, écrit, enseigne et conseille.


- La question musulmane en France
de Bernard Godard
Éditions Fayard / Février 2015


La Question musulmane en France développe un certain nombre de points qui sont le signe d'une évolution récente de l'islam à l'intérieur de nos frontières européennes. Les évolutions géopolitiques du monde musulman, les échos de l'affrontement entre Israël et le Hamas bouleversent en effet en profondeur la réalité de l'islam dans notre société. Marqué par l'affirmation de deux hégémonies, marocaine et turque, sur nos propres communautés, l'islam traditionnel tend à être décrédibilisé depuis l'apparition d'un islam combattant, voire terroriste, apparu depuis l'affaire Merah et surtout depuis la guerre en Syrie. Celle-ci a suscité de nombreuses vocations djihadistes au cœur même de notre pays. Quel est le rôle des imams, quelle place pour les mosquées dans la cité, pour les écoles coraniques, quelle est l'influence d'Internet dans cette évolution? Voici quelques-unes des interrogations, parmi de nombreuses autres, que soulève ici Bernard Godard. Il analyse également en profondeur les arrière-plans de l'islamophobie et la guerre des cultures que ces questions génèrent au cœur de notre société. Bernard Godard est un ancien fonctionnaire du ministère de l'Intérieur. De 1997 à 2014, il a été un acteur important des politiques publiques liées à l'islam en France. Titulaire d'un master 2 de sociologie des religions et d'un diplôme de l'Inalco, il est le co-auteur de plusieurs ouvrages sur l'islam et le monde arabo-musulman.


- Le business est dans le pré
de Aurélie Trouvé
Éditions Fayard / Février 2015


C'est bien connu: le bonheur et l'amour sont dans le pré. Ces images bucoliques nourrissent notre imaginaire, pourtant, depuis des décennies, le monde agricole ne cesse de subir une brutalité quotidienne: celle des marchés. Cette réalité a des retombées concrètes dans nos champs et nos assiettes. S'appuyant sur quinze ans d'expériences associatives et professionnelles, Aurélie Trouvé retrace ici de façon pédagogique l'essor de l'agro-business et sa mainmise sur l'alimentation. Comment les multinationales et les fonds financiers en ont fait un instrument de profit, détruisant au passage l'emploi et la nature tout en utilisant des slogans pseudo-écologistes, voire éthiques. Mobilisations contre la ferme des 1 000 vaches et le barrage de Sivens, contre les OGM et l'accord transatlantique, réquisition de terres, développement du bio, de circuits courts ou de coopératives locales. Le business est dans le pré veut plus que jamais témoigner des luttes et alternatives qui transforment déjà nos façons de produire, de consommer et d'échanger.


- Le vicomte
de Maud Guillaumin
Éditions Du Moment / Février 2015


Personnage Balzacien, Arnaud Montebourg est un ambitieux, évoluant au gré des changements de société qu'il pressent instinctivement. De son fief de la Bresse à l'Assemblée nationale, des plateaux de télévision aux meetings, il aime être vu, écouté, admiré, bref, il veut exister. Pourfendeur de l'immobilisme, invoquant sans cesse une nouvelle cause à défendre, il finit par se perdre dans les méandres de ses élucubrations doctrinales. Hâbleur et séducteur impénitent, il entraîne toujours de nouveaux fidèles. qu'il délaisse au fil de ses aventures. Florange, SFR, Alstom. À Bercy aussi, entre les mains du ministre du Redressement productif, un dossier chasse l'autre. "Montebourg gouverne de façon narcissique et superficielle", assurent ses détracteurs. Pourtant, lorsqu'il endosse une marinière pour défendre le made in France, ce risque-tout croit sincèrement être le nouveau Colbert, capable de relancer l'industrie nationale. Après en avoir dénoncé l'"idéologie destructrice" à l'été 2014, Arnaud Montebourg a démissionné du gouvernement avec fracas. Le troisième homme de la primaire socialiste a choisi: il n'occupe plus aucune fonction, ne possède plus aucun mandat. Pour autant, s'il passe pour un animal à sang chaud qui agit sans plan de carrière, sous l'empire de son immense ego, cette enquête montre que le "coq bressan" a la politique chevillée au corps et continue de ne rêver que d'une chose: la conquête de l'Élysée.


- Les 101 questions les plus posées en matière électorale
de Christine Fabro
Éditions Les Presses Du Midi / Février 2015


La législation électorale française est complexe car en constante évolution. Il est parfois difficile pour n'importe quel citoyen de s'y retrouver. Du coup les interrogations sont nombreuses et fréquentes. Ainsi, les différents acteurs impliqués dans l'organisation et le déroulement des élections ont besoin de guides d'accès rapides et précis pour répondre immédiatement aux différentes situations qui peuvent se présenter. Les 101 questions les plus posées en matière électorale de Christine Fabro s'inscrivent parfaitement dans cette optique, alternant clarification des textes et cas concrets. Ces ouvrages de référence concernent non seulement le grand public dans ses démarches administratives et de vote, mais encore les élus dans leurs fonctions de responsabilité et les agents territoriaux pour leur permettre à la fois d'appréhender directement le processus électoral dans son ensemble et d'améliorer considérablement leurs connaissances. Complémentaires, ils présentent un intérêt particulier au niveau de l'accessibilité directe aux informations et directives issues du Code Electoral. Ce sont, en définitive, les filtres indispensables dans la triple démarche d'interprétation des textes, de prévention des risques et de maîtrise juridique. Des ouvrages clairs, précis et concis qui faciliteront la vie du personnel municipal et donc des administrés.


- Les secrets d'un juge
de Michel Legrand
Éditions Fayard / Février 2015


Pour la première fois, un juge livre les secrets de la cuisine judiciaire. Il donne les dessous des décisions ou des non-décisions qui président au destin des affaires sensibles, en particulier des dossiers politico-médiatiques ou de terrorisme. Les interventions du pouvoir exécutif ne sont pas celles que l'on imagine. Les juges d'instruction n'ont nul besoin de recevoir des instructions du garde des Sceaux ou de son entourage. Au parquet et surtout au parquet général, les magistrats savent s'y prendre pour orienter l'évolution d'un dossier, pour que celle-ci soit plutôt conforme aux attentes du pouvoir. Ce qui ne gâche jamais la carrière… C'est là que se font et se défont les dossiers. Avec une lucidité implacable, Michel Legrand épingle les mœurs de la magistrature, les arcanes de la justice française et les jeux troubles du juge, de l'avocat et du journaliste. Il raconte l'envers d'affaires qui ont défrayé la chronique depuis trente ans et dont il s'est occupé: de Luchaire à l'affaire Roman, en passant par ETA, Gordji ou Carignon. Diplômé de l'École nationale de la magistrature, Michel Legrand fut notamment juge d'instruction à la Cour de sûreté de l'État (1979-1981), premier juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris et affecté à la Section antiterroriste du parquet (1986-1989), puis avocat général à la cour d'assises de Grenoble (1989-2000) avant de finir sa carrière à la cour d'appel de Montpellier. Il a fondé l'Association S.O.S. Jeunes destinée à enseigner le droit pénal et l'organisation judiciaire dans les collèges et lycées.


- Marine Le Pen prise aux mots
Décryptage du nouveau discours frontiste
de Cécile Alduy et Stéphane Wahnich
Éditions Du Seuil / Février 2015


À l'heure où Marine Le Pen s'impose sur la scène politico-médiatique et engrange des scores électoraux sans précédent, il est urgent de décrypter la logique de son discours et d'expliquer son efficacité rhétorique. Que dit-elle qui parle tant à tant d'électeurs? Avec quels mots, quels mythes, quelles images parvient-elle à faire mouche là où la parole politique semble partout ailleurs discréditée? Et dit-elle autre chose que son père? Pour la première fois, une analyse littéraire et statistique de près de cinq cents textes permet de mesurer très précisément l'originalité de cette nouvelle parole frontiste. Discours, éditoriaux, entretiens radio et télévisés des deux présidents successifs du Front national sont passés au crible d'un double traitement informatique et rhétorique afin de cerner au plus près continuités et différences. Dans sa stratégie de "dédiabolisation" Marine Le Pen a entrepris de réécrire le code frontiste: elle en a modernisé le vocabulaire, les thèmes et l'image. Mais derrière le changement de style, le sens de l'offre politique du Front national a-t-il changé? Il n'est pas certain qu'il suffise d'adopter les mots de la République pour en porter véritablement les valeurs.


- Politiquement incorrect
Secrets d'État et autres confidences - Carnets 1984-2014
de Roland Dumas
Éditions Cherche Midi / Février 2015


Présenté comme un personnage sulfureux de la "Mitterrandie", Roland Dumas ouvre son Journal et son cœur. Pendant presque dix ans, il a été, au côté de François Mitterrand, le personnage-clé de la politique étrangère de la France. Il révèle le dessous des cartes d'une époque où l'Europe a connu de violents soubresauts, entre l'implosion de l'Union soviétique, la chute du mur de Berlin et la réunification allemande. Puis, en tant que président du Conseil constitutionnel, il a eu à connaître bien des secrets de Marianne dont l'éternel séducteur soulève un coin du voile. Le bilan exceptionnel d'une vie au service de l'État a été ensuite quelque peu écorné par des affaires qui ont défrayé la chronique et dont il est sorti blanchi. Ce livre fourmille d'anecdotes prises dans le feu de l'action mais aussi de réflexions sur l'art de gouverner d'un "monarque" dont il a recueilli les confidences parfois déroutantes. Mais le plus passionnant, ce sont les notes personnelles d'un homme qui ne craint pas de révéler ses doutes, ses cas de conscience, voire ses contradictions. Pour lui, la diplomatie, c'est d'abord et avant tout éviter la guerre dont il a tant souffert, quitte à aller au contact des dictateurs. Les "bien-pensants", comme il dit, lui reprochent de s'y être brûlé les ailes. Il s'en explique sans langue de bois.


- Singulière noblesse
de Éric Mension-Rigau
Éditions Fayard / Février 2015


La revendication aristocratique de distinction a-t-elle encore un sens aujourd'hui? Fondée sur le principe d'une hérédité, prolongeant le souvenir d'un privilège et attachée à la permanence des usages, elle paraît en complet désaccord avec la culture dominante qui exalte la justice sociale et l'aspiration égalitaire. Depuis près de vingt-cinq ans, Éric Mension-Rigau, en historien, rassemble des sources, côtoie, observe, interroge les descendants des grandes familles aristocratiques afin de comprendre comment cette "caste" aujourd'hui sans statut officiel, tente de s'adapter aux évolutions sociales et politiques du monde qui l'entoure. Entre résistance et concession, les nobles français sont en charge d'un héritage qui dépasse leurs simples familles, dépositaires d'une histoire et d'une mémoire collective qu'ils se doivent d'entretenir. Entre l'essai sociologique et la recherche historique, Singulière noblesse invite à saisir une catégorie sociale dans sa spécificité, mais aussi dans le rapport que la société tout entière entretient à son égard, révélant, en creux, notre rapport au passé. Professeur d'histoire contemporaine à la Sorbonne, où il est titulaire de la chaire d'histoire sociale et culturelle, Éric Mension-Rigau consacre ses recherches aux élites depuis la Révolution française.


- Travailler à tout prix !
de Nicolas Chaboteaux
Éditions Du Moment / Février 2015


"Alors, vous ne moufetez pas, vous ne l'ouvrez que pour dire bonjour et au revoir, rien d'autre. Si le client vous pose une question, vous ne répondez pas. Vous n'êtes pas autorisé à parler". Après des années de vache maigre, Cédric et Nicolas retrouvent un boulot. Un parfum d'espérance souffle sur leur vie. Ils sont bien loin d'imaginer ce qu'ils vont subir. Bienvenue chez MSS, une PME dirigée par une patronne aux multiples visages. Ici, règne le management par la terreur, avec son cortège de délations, ses séances d'humiliation, cette volonté de contrôle absolu de l'individu. Cédric et Nicolas troquent un enfer pour un autre, bien plus pernicieux et violent. Mais que faire? Le travail, leur bouée de sauvetage, les attire vers le fond. Cette histoire vécue met l'accent sur un phénomène dont on parle trop peu et qui, pourtant, fait des ravages. Aujourd'hui, en France, de nombreuses entreprises profitent d'un marché de l'emploi tendu. D'abord, parce que le proverbe "un de perdu, dix de retrouvés" prend tout son sens, mais surtout parce que la menace de l'exclusion et la perspective de grosses galères développent chez les individus une capacité d'acceptation hors norme. Plongée inédite à l'intérieur du "travailler à tout prix", du système décrit, non sans humour, par deux auteurs qui l'ont subi de plein fouet.


- À la rencontre des français
de Jean Lassalle
Éditions Cherche Midi / Janvier 2015


"Demain, mercredi 10 avril 2013, j'entamerai, depuis l'Assemblée nationale, une marche à travers routes et chemins de France, à la rencontre de celles et ceux qui le souhaiteraient. Un brutal changement de monde nous a pris au dépourvu. Nous avons perdu nos repères, et notre pouvoir, au nom du peuple souverain, s'efface. Pour enrayer la résignation et reprendre en main le fil de notre histoire, il me paraît urgent de rendre la parole aux citoyens". Durant huit mois de marche et plus de 5 000 kilomètres, Jean Lassalle a rencontré des milliers de ses concitoyens de tous âges et de toutes conditions. Il a recueilli leurs colères, leurs doutes et leurs aspirations. Cet ouvrage rapporte leurs témoignages. Il est l'expression d'hommes et de femmes de notre pays. Désespérés au premier abord, ils ont retiré leur confiance aux hommes politiques et n'apprécient guère l'ensemble des "sachants". Contre toute attente, ils ont surtout besoin de parler et exigent d'être écoutés. Si on ne les interrompt pas, on découvre alors qu'ils veulent redevenir les citoyens du peuple souverain. Dans son style inimitable, Jean Lassalle rend hommage aux héros rencontrés tout au long de la marche, autant de destins silencieux dont les livres ne parlent que rarement. Toutes ces petites histoires qui fonderont la grande.


- Bernadette et Jacques
de Candice Nedelec
Éditions Stock / Janvier 2015


Récemment, sur un plateau télé, un animateur goguenard demandait à Bernadette si elle ne regrettait pas d'avoir épousé Jacques Chirac. "J'aurais pu en épouser un autre", répondit-elle cruellement. Ils se sont pourtant tant aimés. Depuis leur rencontre à l'âge de vingt ans, le couple Chirac a traversé deux siècles, cent turbulences, une succession de saynètes à la Labiche, de séquences impitoyables, de sentiments extrêmes. Mais cet ouvrage, qui se lit comme un roman, est le premier à se pencher vraiment sur ce duo, à décortiquer les ressorts du couple, qui ont considérablement évolué au fil des années. Ni complaisant ni injuste, il démontre, anecdotes à l'appui, la manière dont se sont installés puis inversés les rapports de forces entre ces deux personnalités hors normes.


- Camarade, la lutte continue !
De la résistance à l'espionnage communiste
de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Ils sont passés de la Résistance à l'espionnage au profit des pays de l'Est: une enquête historique exceptionnelle. Après-guerre, un certain nombre de résistants communistes participent activement à l'instauration de dictatures en Europe de l'Est. Les uns s'investissent dans des services de sécurité, d'autres optent pour l'espionnage des pays "capitalistes". Pour tous, la lutte continue. À partir d'archives inédites, issues de la justice militaire ou de la DST, conservées en France ou en Pologne, Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, auteurs de livres qui ont déjà durement secoué les mythes et légendes de la Résistance communiste, ont mis au jour la première et la plus extraordinaire des affaires d'espionnage au profit des pays de l'Est. Ils ont mené pendant trois ans une enquête rigoureuse qui les a conduits de la Pologne à l'Espagne, de la Palestine au Japon, sur les traces de personnages aux destins complexes et fascinants. Longtemps considérés en France comme des objets mineurs, encombrés de fantasmes, tout juste bons pour les journalistes et les amateurs de John Le Carré ou de Ian Fleming, l'espionnage et le renseignement n'ont fait leur entrée dans le champ des recherches historiques académiques que depuis peu. Ce livre passionnant démontre qu'il y a là un domaine dont l'exploration n'a pas fini d'apporter son lot de surprises et de révélations.


- Cannabis sur ordonnance
de Martine Schachtel
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Alice n'a plus que quelques mois à vivre. Son cancer du poumon va l'emporter. Les médecins ne lui proposent plus que des doses massives de morphine qui la plongent dans une semi-hébétude. Ses sœurs, qui l'accompagnent dans cette intolérable descente aux enfers, ponctuée d'éprouvantes séances de chimiothérapie et de trop brèves rémissions, n'ont qu'une idée en tête: soulager ses douleurs et atténuer son angoisse. Bravant les risques (en Floride où vit Alice, la détention de stupéfiants est interdite), elles lui font confectionner des sablés au cannabis. Trois à quatre par jour lui redonneront le goût de vivre et l'envie de rire. Un témoignage poignant dans lequel Martine Schachtel, qui a longtemps exercé la profession d'infirmière, dénonce une médecine qui ne prend pas suffisamment en compte la douleur psychologique. Elle relance le débat sur l'usage thérapeutique du cannabis, dont les effets antalgiques et euphorisants réduisent sensiblement la souffrance physique et morale.


- Cette comédie qu'on appelle le travail
de Corinne Berthaud et Gaëlle Rolin
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2015


Corinne Berthaud a exercé de nombreux métiers: serveuse, téléopératrice, commerciale… Avec son bagout et son seul BTS en poche, elle reprend une première entreprise en redressement judiciaire à 24 ans, avant d'être engagée par un groupe du Cac 40. À la suite d'une restructuration, son poste est visé par son supérieur hiérarchique. Tous les coups sont permis pour la faire démissionner. Cet épisode lui permet de prendre conscience du gâchis humain qui a trop souvent cours dans nos entreprises. Elle devient manager de transition: missionnée par des sociétés en difficulté, elle fait en sorte de relancer les affaires avec éthique en tentant de préserver les emplois, dans le respect des collaborateurs. En s'appuyant sur son expérience personnelle et de nombreux témoignages, l'auteur analyse ici les rapports de force au sein des entreprises et montre comment déceler les symptômes qui doivent alerter. Elle dénonce également le fonctionnement de la médecine du travail, de la justice et des ressources humaines, un corps de métier qui, selon elle, cautionne trop souvent la déstabilisation des employés. Mais surtout, elle veut faire prendre conscience aux salariés qu'ils sont libres. Ils peuvent refuser l'autoritarisme et le chantage du CDI à tout prix, retrouver l'audace d'entreprendre, le courage de s'écouter, choisir de ne plus avoir peur de vivre ni de travailler.


- Croissance zéro, comment éviter le chaos ?
de Patrick Artus et Marie-Paule Virard
Éditions Fayard / Janvier 2015


Cessons de nous voiler la face: les prévisions de croissance retrouvée que nous égrènent, depuis 2009, les gouvernements successifs sont une vaste plaisanterie. 2 % de croissance en 2016: même pas en rêve. Pas plus qu'en 2017, en 2018 ou en 2023. La croissance qu'a connue la France à la fin du XXXe siècle, fondée sur les gains de productivité et le progrès technique, n'était pas la règle d'un monde nouveau mais l'exception d'une histoire têtue. Ce livre démontre, au travers de brefs détours théoriques et de multiples anecdotes, que les rêves de croissance de nos gouvernants sont de funestes chimères. Faut-il pour autant se décourager? Bien sûr que non. La France ne tombe pas. Elle est au seuil d'un nouveau modèle de développement. Soit elle refuse d'affronter cette réalité et Billancourt, désespéré, pourrait bien basculer dans la violence la plus légitime. Soit elle change de logiciel, elle s'adapte à son nouvel environnement et elle s'ouvre de nouvelles pistes de création de bien-être. Ces nouvelles pistes peuvent permettre à notre pays, non pas de raser gratis dès demain, mais d'offrir à sa jeunesse des perspectives qui lui ôtent toute envie de s'enliser dans le triangle des Bermudes que délimitent aujourd'hui le repli sur soi, l'expatriation et la violence.


- Dans la peau d'une djihadiste
Enquête au cœur des filières de recrutement de l'État islamique
de Anna Erelle
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Convertie à l'islam, Mélanie rencontre sur Facebook le chef français d'une brigade islamiste. En quarante-huit heures, il tombe amoureux d'elle, l'appelle nuit et jour, la presse de venir faire son djihad en Syrie et dans la foulée la demande en mariage, lui faisant miroiter une vie paradisiaque... De "chat" Facebook en conversation Skype, Mélanie se prend au jeu et commence à préparer secrètement son départ. Des jeunes Européennes comme Mélanie, chaque semaine plus nombreuses à se laisser embrigader via Internet, l'auteur de ce livre en connaît des dizaines: c'est elle, Anna Erelle, qui se cache en réalité derrière le profil de "Mélanie". Jeune reporter, elle travaille sur les réseaux de l'État islamique (EI), dont la propagande numérique, le "djihad 2.0", constitue l'une des armes les plus redoutables. Pendant un mois, Anna se glisse ainsi dans la peau de Mélanie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son "prétendant", proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EI, livre le soir derrière un écran d'ordinateur à sa "future épouse". Dans une impatience grandissante que celle-ci le rejoigne. Ce voyage est l'ultime étape, la plus dangereuse, de son reportage, et Anna l'a planifié dans les moindres détails. Elle part, comme prévu. Mais tout va déraper. Une enquête-choc impossible à lâcher. Le livre qui aide à comprendre le vrai visage des terroristes de l'EI.


- Hippocrate aux enfers
de Michel Cymes
Éditions Stock / Janvier 2015


"Ce livre est une pierre posée sur le fragile édifice de la mémoire de la Shoah". M. Cymes
Les médecins ont été parmi les premiers malades atteints de la Peste Brune: à Auschwitz, à Dachau, à Buchenwald ou à Strasbourg, les pires atrocités ont été commises par ceux qui avaient prêté le serment d'Hippocrate. Si le nom de Mengele est encore connu, il ne faut pas oublier les actes et les victimes de Rascher, Clauberg, Heim et Hirt: c'est à cet exercice de mémoire que nous convie Michel Cymes, qui jette son regard de médecin d'aujourd'hui sur une facette moins connue de la barbarie nazie, les expérimentations médicales pratiquées sans consentement sur les détenus. S'appuyant sur de nombreux témoignages ainsi que sur une documentation récente voire inédite, révélant des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à entendre, Michel Cymes raconte avec franchise et passion comment Hippocrate est descendu aux enfers.


- Hors procédure
de Patrick Ramaël
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2015


La justice est-elle indépendante? "Perquisition au 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré", à Paris. C'est la seule indication que le juge Ramaël donne au parquet pour annoncer sa venue à l'Élysée le 22 juillet 2008. Entré presque par effraction dans le saint des saints du pouvoir exécutif, il repart, le dossier qu'il recherchait sous le bras, après des échanges houleux avec les occupants des lieux. Des mandats d'arrêt lancés à l'encontre des dignitaires marocains dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Mehdi Ben Barka aux confrontations avec le couple Gbagbo, en passant par la violence et les drames ordinaires, ce témoignage unique fait pénétrer le lecteur au cœur du quotidien d'un cabinet d'instruction. Avec un constant souci d'intégrité, le magistrat dévoile les coulisses de la justice, ses méthodes personnelles, ses doutes et ses difficultés. Patrick Ramaël raconte aussi comment le pouvoir a souvent la tentation de contrôler des enquêtes qui peuvent mener au plus haut niveau politique ou, comme ce fut le cas sous Nicolas Sarkozy, de supprimer cette fonction spécifiquement française de magistrat-enquêteur indépendant, fonction qui connaît pourtant aujourd'hui une nouvelle jeunesse.


- L'art de la révolte
de Geoffroy de Lagasnerie
Éditions Fayard / Janvier 2015


Edward Snowden, Julian Assange et Chelsea Manning sont les figures essentielles des luttes qui se jouent autour des secrets d'État et de la surveillance de masse, des libertés à l'ère d'Internet, de la guerre et du terrorisme. Ils sont souvent considérés comme des lanceurs d'alerte révélant des informations. Pour Geoffroy de Lagasnerie, ils sont bien plus que cela: ce sont des personnages exemplaires qui réinventent un art de la révolte. Avec eux, nous assistons à l'émergence d'une nouvelle manière de penser la politique et de se constituer comme sujet politique. La pratique de l'anonymat telle que WikiLeaks la fait fonctionner, les gestes de fuite et les demandes d'asile de Snowden ou d'Assange rompent avec les formes traditionnelles de la contestation. Dès lors, ces modes d'action nous conduisent à nous interroger sur le fonctionnement de l'espace démocratique, sur les notions de citoyenneté, d'État, d'appartenance, de prise de parole, d'espace public, de collectif, et nous invitent à reformuler le langage de la philosophie critique. La théorie contemporaine concentre son attention sur les rassemblements populaires comme Occupy, les Indignés ou les printemps arabes. Et si c'étaient les démarches solitaires de Snowden, d'Assange, de Manning qui constituaient les foyers où s'élabore une conception inédite de l'émancipation?


- L'histoire, pour quoi faire ?
de Serge Gruzinski
Éditions Fayard / Janvier 2015


Comment intéresser les nouvelles générations à l'histoire? Le récit de notre épopée nationale ne dit pas grand-chose sur les racines de notre monde globalisé. Pas plus que les produits dérivés de l'histoire fabriqués par des industries culturelles: des jeux vidéo aux reconstructions historiques à grand spectacle, le passé recyclé donne rarement des clefs pour comprendre le présent. Quant aux diverses commémorations orchestrées ici ou là, elles privilégient trop souvent la scène nationale, sans apporter de réponses aux préoccupations d'aujourd'hui. Alors quelle histoire enseigner? Comment construire une mémoire critique face à tous ces passés reconstruits selon les intérêts des uns et des autres, voire face à l'histoire virtuelle? "L'avenir est un miroir où se reflète le passé", Serge Gruzinski se fait ici l'avocat d'une histoire qui permet de faire dialoguer le passé et le présent. Une histoire globale donc, qui décentre notre regard et se focalise sur une étape cruciale pour l'humanité: la Renaissance. Avec la conquête des océans, l'Europe découvre qu'il existe des mondes différents et prend ainsi conscience d'elle-même. Soudain, tout change d'échelle. Les horizons s'élargissent, des sociétés qui s'ignoraient entrent en contact, parfois au prix d'affrontements d'une extrême violence. Mais les hommes et les idées commencent à circuler, voire à se mêler, tandis que les premiers réseaux commerciaux se tissent autour du globe. Un immense bouleversement pour les contemporains dont l'histoire éclaire, par bien des situations concrètes, les mondes mêlés dans lesquels nous vivons.


- L'insécurité culturelle
de Laurent Bouvet
Éditions Fayard / Janvier 2015


La crise économique ne suffit pas à expliquer le malaise français. Face aux bouleversements de l'ordre du monde et aux difficultés du pays, la montée du populisme et du Front national témoigne d'une inquiétude identitaire et culturelle. Comment vivre ensemble malgré nos différences? Laurent Bouvet, spécialiste des doctrines politiques et observateur attentif de la vie politique, examine l'origine de cette angoisse et ses effets. En décortiquant les représentations, vraies ou fausses, que nos concitoyens se font de la mondialisation, de l'Europe, de l'immigration, de l'islam ou des élites, il montre comment des dimensions culturelles se mêlent étroitement aux conditions matérielles. Rompant avec l'aveuglement et le conformisme, Laurent Bouvet propose des pistes pour combattre ce mal qui ronge la société française: l'insécurité culturelle.


- L'offensive chinoise en Europe
de Philippe le Corre et Alain Sepulchre
Éditions Fayard / Janvier 2015


Les entreprises chinoises sont parties à la conquête de l'Europe et ont fait leur entrée dans notre paysage, occupant une place grandissante dans l'économie européenne, employant déjà des milliers de salariés. Elles s'adaptent tant bien que mal à notre continent. Comment s'est effectuée cette "offensive"? Ces entreprises sont-elles de bons employeurs au regard des pratiques occidentales? Comment concilier ces derniers avec les recettes qui leur réussissent en Chine: relations privilégiées, rôle du politique et pression sociale? À l'heure du réveil nationaliste, quel accueil est réservé à ces nouveaux venus? Philippe Le Corre et Alain Sepulchre ont travaillé pour ces grandes firmes. Dans un essai enlevé, ils répondent à ces grandes questions, et à bien d'autres, dépeignant finalement la rencontre dérangeante d'une puissance montante et d'un vieux continent secoué par la crise. Philippe le Corre, chercheur à la Brookings Institution (Washington), enseigne à Sciences Po depuis 2005. Il a été journaliste, correspondant en Asie de grands médias français pendant dix ans et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur le monde chinois. Alain Sepulchre est consultant international et expert senior Asie chez BCG, ex-McKinsey. Ancien dirigeant de Total en Chine, il est maître de conférences à l'université Paris-Dauphine et à la Chinese University de Hong Kong.


- La déconnexion des élites
de Laure Belot
Éditions Les Arènes / Janvier 2015


Les élites assistent passivement à une transformation sans précédent de la société par le numérique. Qui sont ces pionniers qui brisent les codes du pouvoir traditionnel en créant les nouveaux pouvoirs hégémoniques, stockent nos données personnelles dans des clouds et alimentent les big data avec notre profil de consommateur. Quel avenir nous réservent-ils et à quelles fins? Un document inédit, une radiographie d'un monde encore inconnu.


- Le bal des aveugles
de Michel Turin
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Économistes, financiers, ministres… les experts n'ont rien vu venir, et pourtant ils continuent de nous asséner leurs prévisions avec un aplomb incroyable. Plus grave encore, ils persistent dans l'erreur. La crise mondiale de 2008? La guerre de 14-18 prévue pour durer six mois? La fausse baisse annoncée du chômage? L'explosion inévitable des inégalités? Le retour soi-disant imminent de la croissance? Toutes ces aberrations, ces prévisions ridicules prêteraient à sourire si elles n'avaient conduit à des catastrophes dont nous payons chaque jour les conséquences.


- Le dictionnaire indispensable de la dette
de Marc Touati
Éditions Du Moment / Janvier 2015


Un simple chiffre est parfois plus parlant qu'un long discours: pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale, la dette publique de la France sera égale à sa richesse, autrement dit à 100% de son produit intérieur brut (PIB), courant 2015. "Et alors, s'interrogeront certains, est-ce vraiment dangereux?" Et comment. Depuis bientôt sept ans, notre croissance molle ne suffit plus à assurer le paiement annuel des intérêts de la dette publique. Cela signifie que, pour les régler, il faut encore s'endetter. On appelle ce processus pernicieux la "bulle de la dette". Celle-ci ne manquera pas d'exploser, avec des dégâts économiques et sociaux inévitables: flambée du chômage, baisse du pouvoir d'achat, aggravation des inégalités. La dette publique a pris des proportions dramatiques, mais qui en comprend les raisons, les enjeux économiques et politiques? Connaît-on précisément l'identité de nos créanciers? Quelle influence tirent-ils de leur position dominante, en France et en Europe? Existe-t-il des solutions pour en sortir? Et, si oui, pourquoi les dirigeants qui se sont succédé à la tête du pays n'ont-ils rien fait? Ce dictionnaire écrit pour tous, sans langue de bois, répond à ces questions décisives pour notre avenir. Un ouvrage pédagogique mais aussi engagé, à l'image de son auteur.


- Le linge du Palais-Bourbon
Corps, matérialité et genre du politique à l'ère démocratique
de Delphine Gardey
Éditions Le Bord de l'Eau / Janvier 2015


Que faut-il pour faire vivre une assemblée délibérative et souveraine? Un toit, des murs, un palais, une salle, des œuvres d'art. Des lingères, des hommes de peine, des commis, des gardes Suisses. Mais encore? Un territoire sanctuarisé, une force militaire, des prérogatives, une police intérieure, des règlements, un personnel dédié, des procédures rituelles et codifiées. Et surtout, le désir et la possibilité de durer. Loin des visions désincarnées de la philosophie politique, ce livre propose un voyage historique et anthropologique inédit dans les soubassements de l'Assemblée Nationale. Lecture au ras de l'archive, cette plongée dans le quotidien du Palais-Bourbon s'intéresse à la façon dont les Assemblées législatives se sont organisées pour exister depuis la Révolution française jusqu'à nos jours. Comment produire un corps autonome et souverain qui ne soit pas l'État? Comment le rendre capable de survivre aux aléas de la rue et de l'exécutif? Comment faire vivre ce lieu inédit, ce contre-emplacement, cette hétérotopie? Le linge, métaphore et réalité, est le moyen de questionner la tessiture des institutions démocratiques occidentales contemporaines réputées neutres et universelles. L'enquête rend compte de la fabrique matérielle et sociale d'une institution dont les traits aristocratiques et domestiques se poursuivent dans le cadre républicain. Elle s'interroge alors sur la culture masculine qui règne durablement à l'Assemblée et les rapports de genre qui y ont cours. Que penser, finalement, de l'anatomie politique du parlementarisme républicain?


- Le moment antisémite
de Pierre Birnbaum
Éditions Fayard / Janvier 2015


Au tournant du siècle, en 1898, année de tous les dangers, la société française plonge dans un tourbillon antisémite. Dans les grandes villes comme dans les petites bourgades endormies, des foules en colère se lèvent qui brisent tout sur leur passage, arpentent inlassablement les artères principales en lançant: "À bas Zola! Mort aux Juifs! Vive l'Armée!" ajoutant même parfois: "Vive la République!" Jour après jour, des milliers de personnes défilent et affrontent durement la police. Les forces de l'ordre quadrillent l'espace urbain, c'est l'état de siège. On brutalise les rabbins et les passants, on attaque les synagogues, on brise les vitres des boutiques, on brûle des mannequins représentant Zola et Dreyfus, on organise le boycott et la délation. L'usage de la violence est constant. Celui de la moquerie, de l'ironie, de la dérision à travers cris, chansons, poèmes parfois rédigés en patois local, saynètes ou charivaris, tout aussi fréquent. Pogrome sans victimes, ce moment antisémite est longtemps demeuré inconnu: de la Lorraine à la Vendée, en passant par la côte méditerranéenne, ce tour de la France en propose une première recension.


- Le syndrome du poisson lune
Un manifeste d'anti-management
de Emmanuel Druon
Éditions Actes Sud / Janvier 2015


Le Poisson Lune est le seul organisme vivant qui croît sans discontinuer, jusqu'à la mort. Le syndrome du Poisson Lune est cette logique qui anime nos sociétés, fondée sur la croissance sans limite. Entrepreneur atypique et profondément sensible, Emmanuel Druon prend très rapidement conscience que ce modèle épuise les ressources naturelles, les espèces, les gens et qu'il n'y aura bientôt plus rien à épuiser. Il décide alors d'engager une transformation radicale de l'entreprise Pocheco. Bientôt rejoint par une équipe inspirée, ils inventent ce que nous appelons désormais l'économie circulaire: tout, ou presque est recyclé, les déchets sont utilisés comme des ressources, la production de papier, d'encre, d'électricité sont issus de sources renouvelables, l'usine est autonome en eau, surplombée de ruches et bordée par un verger. Ils démontrent, par l'exemple, que la solidarité, la direction écologique et sociale donnée à l'entreprise, la participation de tous, donne du sens au travail de chacun, permet une constante amélioration des relations humaines et ainsi, de l'efficacité. À l'heure où nous ne voyons pas d'issue à la désindustrialisation, à la délocalisation et à la montée inexorable du chômage, cet ouvrage propose une nouvelle voie. Une autre façon d'entreprendre ensemble est possible: elle existe déjà à Forest-sur-Marque, dans l'usine de Pocheco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:52

- Les Chirac
de Béatrice Gurrey  
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Fruit d'une enquête rigoureuse, ce livre dévoile les coulisses d'une fin de règne et d'une fin de vie, celles de l'ancien président Jacques Chirac, et à travers elles d'un système familial devenu étouffant. "J'ai eu un petit pépin. Je ne sais pas si je rentre ou si je reste". La violente migraine du président de la République, ce 2 septembre 2005, est un accident vasculaire cérébral. Il ne rentrera pas à l'Élysée. Jacques Chirac est contraint de passer une courte semaine à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. Six jours interminables pendant lesquels se mettent en place les ressorts tragiques de la fin du pouvoir. Autour du vieux lion qui combat désormais par réflexe plus que par goût, les personnages de sa vie. Bernadette, épouse vigilante et impératrice inflexible qui prétendra régenter son agenda. Claude, sa fille, vestale du feu politique chargée de faire croire qu'il brûlera à jamais. Et puis Frédéric Salat-Baroux, le secrétaire général de l'Élysée, "le dernier chambellan" qui va peu à peu entrer dans le cercle intime de la famille. Insensiblement, tandis que le quinquennat ressemble chaque jour davantage à une pathétique fin de règne, ce trio, tantôt soudé, tantôt déchiré par des passions contraires, va prendre en main la destinée du souverain. La presse dénonce son affaiblissement patent? On trouve un scribe, Pierre Péan, pour tresser la légende du dernier président. Et quand le biographe aura rempli son office, il se verra interdit de séjour pour s'être trop approché des secrets. L'enfer personnel du président est fait d'ennui, de solitude, de maladie. Un jour, dans la salle des fêtes de l'Élysée, après une cérémonie, le chef de l'État s'était approché de moi qui le suivais, chaque jour, pour Le Monde. À peine m'avait-il adressé la parole que sa fille Claude dépêchait un fidèle pour le soustraire à d'éventuelles questions. "Vous voyez? On m'empêche de vous parler", avait alors lancé Chirac, mi-hilare mi-contrit, en s'éloignant. De cet isolement subi et consenti il n'est jamais sorti. Que les juges l'attendent aux portes du Palais, que la maladie le frappe, et ces circonstances aggravantes donnent à sa femme, à sa fille, à son gendre, des motifs respectables pour resserrer leur étau, fait d'amour et d'ambition. Même en vacances, désormais, ils préfèrent le savoir à l'abri d'un palais royal au Maroc plutôt qu'à l'hôtel ou il a ses habitudes. S'est-il jamais senti libre? Les magazines racontent aujourd'hui une édifiante histoire sur papier glacé avec des bribes savamment distillées. Au-delà de la parole officielle, voici l'histoire d'un clan, d'une famille consumée au feu du pouvoir.


- Les grands garçons
Valls, Montebourg, Hamon...
de Claude Askolovitch
Éditions Plon / Janvier 2015


L'histoire d'une alliance générationnelle et d'une désillusion brutale mais aussi l'histoire de garçons grandis sous Mitterrand et Jospin, de parcours parallèles, de deux brutalités dissidentes, qui aujourd'hui s'affrontent. De la pure politique dans un pays assiégé.


- Les grandes affaires de la Ve République
de Philippe Broussard et Jean-Marie Pontaut
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2015


De Bygmalion à Bettencourt, de Jérôme Cahuzac à Nicolas Sarkozy, la République ne connaît guère de répit sur le front des "affaires". Ce livre le confirme. Les journalistes Philippe Broussard et Jean-Marie Pontaut ont puisé dans les archives de leur journal, L'Express, des articles de référence sur une trentaine de scandales ayant marqué la vie politique nationale des six dernières décennies. Ces articles, précédés de textes de présentation, offrent une vision saisissante de ce gros demi-siècle d'intrigues et de coups tordus, à droite comme à gauche. Au-delà des cas emblématiques que furent par exemple l'affaire Ben Barka sous De Gaulle ou celle dite de la "cellule" de l'Élysée à l'époque de François Mitterrand, des dossiers bien plus récents complètent ce singulier voyage dans les coulisses de la Ve République. Ainsi, cette nouvelle édition, fruit d'un partenariat entre Presses de la cité et L'Express, aborde pour la première fois les dernières affaires, qui concernent Nicolas Sarkozy, Bernard Tapie, Claude Guéant et Dominique Strauss-Kahn, dont le procès lillois se tient début 2015.


- Les mains propres
Plaidoyer pour la société civile au pouvoir
de Corinne Lepage
Éditions Autrement / Janvier 2015


Corinne Lepage a toujours refusé de choisir: pour elle, action citoyenne et engagement politique ne font qu'un. Tour à tour adjointe au maire de Cabourg, avocate engagée dans le procès de l'Erika, ministre du gouvernement Juppé, députée européenne, elle a vécu le monde politique de l'intérieur et en dévoile la face obscure: enrichissement personnel d'élus, évasion fiscale de ministres en vue, connivences politico-médiatiques. Forte de ses années d'expérience et d'une foi inébranlable en l'avenir, Corinne Lepage appelle à la mise en place du référendum d'initiative populaire, d'un droit de pétition auprès du Parlement et d'une chambre représentant la société civile dotée de réels pouvoirs. Sa voix est reconnaissable entre mille parce qu'elle est libre, limpide et sans concession. Nécessaire.


- Les tueurs de la République
de Vincent Nouzille
Éditions Fayard / Janvier 2015


C'est l'un des secrets les mieux gardés de la République: en son nom et sur ordre des plus hautes autorités, des tueurs sont disponibles à tout moment pour éliminer des personnes jugées dangereuses pour la sécurité nationale ou conduire des guerres secrètes contre des ennemis présumés. Oui, la France tue parfois pour régler des comptes. Oui, la France mène clandestinement depuis des décennies, au nom de la protection de ses intérêts, du Moyen-Orient à la Françafrique, des actions meurtrières inavouables: vengeances d'État, assassinats en série, attentats commandités par l'Élysée, guérillas sanglantes, éradication de chefs terroristes, emploi de mercenaires sulfureux ou de services secrets alliés peu regardants... Pour ce faire, la DGSE dispose de son Service Action et, en marge de celui-ci, d'une cellule clandestine dont ce livre retrace l'histoire. Ses agents et des commandos des forces spéciales sont entraînés pour mener à bien ces exécutions ciblées, appelées "opération Homo" (pour homicide), ainsi que des opérations plus vastes de "neutralisation", souvent en marge des conflits déclarés. Les présidents successifs de la Ve République, de De Gaulle à Hollande, ont, chacun à leur manière, recouru à ce type d'actions, même s'ils s'en sont défendus. Au cours d'une enquête de plusieurs années, Vincent Nouzille a recueilli des témoignages exclusifs et des documents inédits. Des acteurs clés qui ont donné ou obtenu ce "permis de tuer" éclairent ici cette face sombre du pouvoir.


- Liquider les traîtres
La face cachée du PCF 1941-1943
de Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre  
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Un polar? Non, un livre d'histoire. Ou quand la réalité se fait plus noire que la fiction. Un des secrets les mieux gardés du Parti communiste français. Le PCF entretenait pendant l'Occupation une police politique, le détachement Valmy, chargée de l'assassinat des "renégats" et du châtiment des "traîtres". Nul autre groupe d'action n'était aussi proche de la direction du Parti communiste clandestin, dont il constituait le bras armé. Sur ordre de Jacques Duclos, ces "cadres spéciaux" organisèrent à Paris des attentats spectaculaires, dont celui du cinéma Rex, et exécutèrent ou tentèrent d'assassiner plusieurs dizaines de personnes. La découverte et le dépouillement d'archives totalement inédites par les historiens Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre ont mis en lumière l'existence de cette "Guépéou" du Parti. Ces documents ont permis aux auteurs de pénétrer les rouages méconnus du PC clandestin et, pour la première fois, de suivre au quotidien les policiers des RG dans la chasse implacable qu'ils menèrent contre ceux qu'ils appelaient "le groupe punitif communo-terroriste". Une enquête historique par les maîtres du genre qui se lit comme un roman et tord le cou à quelques épisodes légendaires de la Résistance communiste.


- Même les politiques ont un père
de Émilie Lanez
Éditions Stock / Janvier 2015


Père manquant ou père trop présent, défié, chéri ou renié: de quel père Manuel Valls, François Hollande, Marine Le Pen, Jean-François Copé, François Bayrou, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, Najat Vallaud-Belkacem, Nicolas Sarkozy, Pierre Moscovici, François Baroin ou Marisol Touraine sont-ils les enfants? Et ces pères, auprès desquels ils ont fourbi leur exceptionnelle ambition, qu'ont-ils transmis pour que leur progéniture fasse montre d'une telle voracité? Émilie Lanez a reçu, au cours de son enquête, beaucoup de confidences, parfois très inattendues, de personnalités politiques pourtant habituellement secrètes. Ces récits, croisés à ceux de leurs parents, de leur fratrie et de leurs proches, sont inédits. On y comprend combien tous, sans exception, demeurent prisonniers de leur histoire familiale.


- Opération Merah
de Marc Reisinger
Éditions Le Bord de l'Eau / Janvier 2015


Un malaise règne autour de l'affaire Merah, progressivement remplacé par un silence. Une multitude d'articles et de documents ont ouvert des questions auxquelles les médias semblent avoir cessé de vouloir répondre. Mohamed Merah a-t-il été manipulé? Devait-il être éliminé? Quel fût le rôle exact des services secrets? Et l'importance des élections présidentielles? Cette analyse, aussi passionnante qu'un thriller, tente de répondre aux questions ouvertes. Une recherche de la vérité qui dérangera. Le but de ce livre n'est pas de plaire, mais d'empêcher que de telles horreurs se reproduisent. Comme l'écrivait Albert Londres, à propos du journalisme: "Notre métier n'est pas de faire plaisir, ni de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie".


- Pourquoi la lucidité habite à l'étranger
de Nicolas Bouzou
Éditions JC Lattès / Janvier 2015


Un économiste part en voyage en Europe en espérant que la distance prise avec la France lui révélera les atouts de son pays. C'est l'inverse qui se produit. Au sud, la Grèce a été décimée par la crise mais le pays commence à se reconstruire. Le Portugal et l'Espagne retrouvent peu à peu l'esprit entrepreneurial des grandes découvertes. À l'est, Autrichiens, Suisses et Allemands considèrent qu'ils ont réglé le problème du chômage. Au nord, les Britanniques se sont attaqués à la question de la pauvreté en mettant en place une immense réforme éducative. Les Hollandais ont réformé de fond en comble leur système de santé. Les Danois, peuple le plus heureux au monde, entendent faire de leur pays un paradis pour les entreprises pour revenir rapidement au plein-emploi. Les Suédois ont sauvé leurs retraites. Dans tous ces pays, les débats politiques sont rudes, sans concession. On désigne les problèmes et on essaie de les régler, avec plus ou moins de bonheur. La France, elle, préfère fermer les yeux et refoule ses difficultés, continuant de vanter en pilotage automatique son hôpital, ses écoles, ses monuments ou ses infrastructures. Les Français ne sont pas déprimés parce qu'ils sont moins intelligents, moins travailleurs ou moins innovants, mais parce qu'ils manquent de lucidité.


- Quand le parlement s'éveillera...
de Laurent Baumel
Éditions Le Bord de l'Eau / Janvier 2015


Élu à l'Assemblée nationale en 2012, Laurent Baumel dresse, dans ce texte court et incisif, le portrait sans concession de la Ve République, cette monarchie républicaine à bout de souffle devenue une machine à produire de la désillusion. La "fronde" des députés socialistes, dont il est un des animateurs, constitue de ce point de vue un épisode salutaire d'émancipation et le prélude d'un changement culturel plus profond dont il démontre ici la nécessité et l'urgence.


- Soldat Jaurès
de Jean-Emmanuel Ducoin
Éditions Fayard / Janvier 2015


Devançant l'appel, à seize ans à peine, il a rejoint de son plein gré la boue des tranchées. Il s'appelait Jaurès. Louis Jaurès. Voulait-il, par son geste, laver son nom des accusations d'antipatriotisme si souvent adressées à son père? Voire sauver l'idée même du pacifisme, en la dissociant par son courage de l'idée de lâcheté? Quelques mois avant l'armistice de 1918, Louis est mort en faisant face, seul, à une patrouille ennemie, pour couvrir la retraite de ses compagnons. Courageux, Louis Jaurès le fut. Seulement, qui s'en souvient? Sans doute fallait-il qu'un romancier s'empare de ce paradoxe: le fils d'un des plus grands pacifistes de tous les temps volontaire pour aller se battre, et mort en héros ignoré de tous. Même un siècle plus tard, sans doute fallait-il, pour qu'il ne reste pas vain, tenter de comprendre le sens de son incroyable sacrifice.


- Sur la route des invisibles
de Claire Lajeunie
Éditions Michalon / Septembre 2015


"Aujourd'hui, je vois des femmes SDF partout, à chaque coin de rue... Ces invisibles, je les ai pourtant cherchées pour évaluer et valider cette incroyable donnée: en France, 40 % des SDF sont des femmes, deux sur cinq. Au premier regard, elles n'ont pas l'air de sans-abri, sont correctement habillées, semblent prendre soin d'elles tout en essayant de gommer leur féminité afin de se protéger. Pour rendre visible cette réalité sociale méconnue, je suis partie à leur recherche. J'ai passé cinq mois avec ces oubliées, sur les trottoirs parisiens, dans les gares, les bus, les parkings souterrains, les associations. En plein hiver, pour tenter de comprendre comment elles ont basculé et comment elles survivent. Elles s'appellent Catherine, Julie, Anna, Sophie... Certaines ont vingt ans, d'autres approchent la soixantaine. Autant de parcours singuliers, qui m'ont particulièrement touchée". Une "immersion" dans le quotidien de ces invisibles, un livre de rencontres et d'impressions, né d'un documentaire réalisé pour France 5.


- Sur proposition du Premier Ministre
de Jean-Pierre Bédéï
Éditions L'Archipel / Janvier 2015


Sait-on que qu'Aimé Césaire a refusé d'être ministre de François Mitterrand? Que Dominique Bussereau a été nommé à Bercy par Jacques Chirac pour surveiller Nicolas Sarkozy? Ce livre raconte des tractations qui se sont nouées derrière les remaniements opérés par les 7 présidents "sur proposition" des 20 Premiers ministres qu'a comptés la Ve depuis 1958: les postes refusés, les ralliements, les négociations, les quiproquos liées à l'annonce de la composition des équipes gouvernementales. Un remaniement peut être tout à la fois une arme pour écarter ou faire chuter un adversaire, un coup de com', un acte d'autorité et un règlement de comptes? Le président de la République jouit en effet de ce pouvoir discrétionnaire lui permettant de nommer à imposer au premier d'entre eux les ministres dont il veut s'entourer. Ce livre, nourri de témoignages et d'anecdotes, montre que les remaniements sont toujours brutaux, même lorsqu'ils sont attendus.


- Toxique ?
Santé et environnement: de l'alerte à la décision
de Francelyne Marano / Robert Barouki / Denis Zmirou
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Cancers, asthme, allergies, maladies neurologiques et métaboliques, obésité… En quoi la forte progression de ces pathologies est-elle liée aux profondes transformations de notre environnement? Nous sommes aujourd'hui continuellement exposés à des mélanges de substances toxiques (pesticides, PCB, amiante, polluants atmosphériques, perturbateurs endocriniens, nanoparticules…): quels sont leurs impacts sur notre santé? Quel est leur itinéraire une fois qu'ils ont franchi nos barrières de protection (peau, poumon, système digestif)? Comment notre organisme s'adapte-t-il à ces agressions? Doit-on craindre les effets d'autres agents, par exemple les ondes électromagnétiques? Les réponses à ces questions sont essentielles, non seulement sur le plan individuel mais aussi en termes de politiques publiques. Certaines relations entre la santé et l'environnement sont scientifiquement avérées et amènent les pouvoirs publics à réglementer; doivent-ils faire encore plus? D'autres sont suspectées (comme l'impact sanitaire des perturbateurs endocriniens, par exemple) et la décision, pour la gestion de ces risques incertains, s'appuie, en cas de doute sérieux, sur le principe de précaution. Les trois auteurs ont choisi ici de partager leurs connaissances avec un public non spécialiste afin de lui ouvrir des voies pour comprendre et agir en citoyen. Francelyne Marano est professeur émérite de biologie cellulaire et de toxicologie à l'université de Paris Diderot. Elle participe activement aux différents plans nationaux santé-environnement.
Robert Barouki est toxicologue et professeur à l'université Paris Descartes. Denis Zmirou est épidémiologiste de l'environnement et professeur à l'École des Hautes Études en Santé publique et à l'université de Lorraine.


- Travailler au XXie siècle
Des salariés en quête de reconnaissance
de Maëlezig Bigi / Olivier Cousin / Dominique Méda / Lætitia Sibaud / Michel Wieviorka
Éditions Robert Laffont / Janvier 2015


Le travail est-il un instrument d'aliénation ou de progrès? Dans un contexte de crise permanente, dont les grands marqueurs sont le chômage de masse, la pénibilité et la perte de sens, le travail peut-il encore être une expérience heureuse? Tandis que s'effacent les repères de l'ère industrielle (organisation "scientifique" de la production, poids politique de la classe ouvrière), Travailler au XXIe siècle donne la parole aux salariés et revisite le concept classique de reconnaissance. Comment le travail, au-delà de sa dimension lucrative, peut-il être source de prestige et de gratification personnelle? Forts de trois ans d'enquête et d'entretiens avec des salariés, des syndicalistes et des cadres dirigeants, les auteurs explorent la réalité complexe du monde de l'entreprise aujourd'hui en France et montrent les vertus de la reconnaissance au travail.


- "Tu seras un raté, mon fils !"
de Frédéric Ferney
Éditions Albin Michel / Janvier 2015


Des grands personnages qui ont façonné le XXe siècle, Winston Churchill apparaît comme le plus sûr de son destin et de son génie. Pas une once de doute chez ce fils de famille, célèbre à vingt-cinq ans, tour à tour officier, aventurier, journaliste, ministre, écrivain, peintre. Jusqu'à l'apothéose de la Seconde Guerre Mondiale, qui en fera de son vivant plus qu'un homme d'État: un mythe. Pourtant, ce touche-à-tout égocentrique et généreux, cynique et rêveur, fantasque et indomptable, cachait un secret, une blessure intime que nous dévoile, d'une plume éblouissante, le journaliste et écrivain Frédéric Ferney: le mépris absolu dans lequel le tenait son père. Ce père trop tôt disparu, Winston Churchill cherchera toute sa vie à l'épater et à lui donner tort. En faisant revivre les grands moments d'une existence menée au galop, cette traversée d'une vie extraordinaire explore l'insondable lien entre un père et un fils.


- Un magistrat politique
de Michel Deléan
Éditions Pygmalion / Janvier 2015


Ce magistrat discret s'appelle Jean-Claude Marin. Il est peu connu du grand public, mais incarne la puissance de la justice voire, parfois, les dérives des procureurs. En 2011, Nicolas Sarkozy l'a nommé procureur général près la Cour de cassation. Faisant de lui le plus haut procureur de France. À ce poste prestigieux, cet ancien chef du parquet de Paris peut déployer une influence considérable, pilotant l'accusation contre d'anciens ministres devant la Cour de Justice de la République, supervisant les nominations des magistrats du parquet devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). C'est dire le pouvoir qu'il concentre. Aux yeux de certains, ce pouvoir, Jean-Claude Marin, expert des affaires politico-financières, l'a toujours mis au service des politiques plus que de la justice. Évidemment il s'en défend, mais celui qui a traité la plupart des dossiers les plus médiatiques et les plus sensibles des 25 dernières années est soupçonné d'avoir rendu des services, quels que soient les gouvernements. Quels sont les secrets de cette carrière? Ses réseaux? C'est l'objet de l'enquête menée dans ce livre par Michel Deléan, une plongée dans les coulisses d'une justice très politique.


- Villes rebelles
Du droit à la ville à la révolution urbaine
de David Harvey
Éditions Buchet Chastel / Janvier 2015


Sur les grandes places du Caire, de Madrid, d'Athènes ou de New York, des mouvements de contestation et d'opposition au capitalisme financiarisé se font jour. Ils sont la marque, selon David Harvey, d'une revendication, toujours renouvelée, du "droit à la ville". Car la ville, en tant que centre par excellence d'accumulation du capital, est également la ligne de front des luttes pour le contrôle de l'accès aux ressources urbaines. Promoteurs immobiliers, banquiers et financiers dictent ainsi la qualité et l'organisation de la vie quotidienne d'une population tenue à l'écart des décisions les concernant au premier chef. Villes rebelles place la cité au cœur de la réflexion sur le capitalisme et la lutte des classes. À travers la Commune de Paris, Occupy Wall Street ou les émeutes de Londres, Harvey s'interroge: dans quelle mesure peut-on construire des villes socialement plus justes et écologiquement plus rationnelles? Ne sont-elles pas le foyer d'une résistance anticapitaliste? Mais aussi le lieu d'une réappropriation révolutionnaire du tissu urbain?


- Voter Pétain ?
Députés et sénateurs sous la collaboration
de François-Marin Fleutot
Éditions Pygmalion / Janvier 2015


Voter Pétain, ce fut, pour 569 députés et sénateurs élus de 1932 à 1939, donner les pleins pouvoirs à un maréchal héros de guerre de 84 ans, le 10 juillet 1940. Voter Pétain, ce fut, pour 294 élus du Front populaire (socialistes, communistes, radicaux-socialistes et divers gauches) et 275 élus de droite (radicaux, libéraux et conservateurs), approuver massivement le projet présenté par Pierre Laval (ministre néo-socialiste). Seulement 80 de leurs collègues votèrent non. Qui furent ces hommes, que devinrent-ils? De cette période d'une complexité absolue, dans laquelle les valeurs et les grilles de lectures habituelles furent retournées, et où gauche et droite se mélangèrent et se renièrent au sein d'une succession de désordres et de hasards, François-Marin Fleutot offre ici une approche nouvelle à la lumière d'une analyse scrupuleuse de l'attitude des élus pendant la Seconde Guerre Mondiale.


- "What's wrong with France ?"
de Laurent Cohen-Tanugi
Éditions Grasset & Fasquelle / Janvier 2015


"What's wrong with France?: telle est la question que me posent inlassablement, à l'étranger, les amis de notre pays. J'ai écrit ce petit livre pour y répondre. La France ne va pas bien. Le constat en est devenu banal, mais les remèdes proposés évitent généralement de poser les vraies questions. Pourquoi le débat politique français s'est-il à ce point dégradé? Pourquoi l'esprit d'entreprise et d'innovation sont-ils si atrophiés, au point de faire émigrer de nombreux talents? Où sont passés notre leadership intellectuel et notre universalisme? Pourquoi la France aborde-t-elle le XXIe siècle à reculon? En un mot, pourquoi nos élites politiques, économiques, intellectuelles faillissent-elles à leur mission? Repenser le fonctionnement de notre vie politique, le mode de formation et d'évaluation de nos élites, notre relation au travail, notre rapport au monde: telles sont certaines des pistes, parfois radicales, souvent inattendues, sur lesquelles nous entraîne ce petit ouvrage". L. C.-T.


- Arrêtons d'élire des présidents !
de Thomas Legrand
Éditions Stock / Novembre 2014


L'élection présidentielle au suffrage universel direct, voulue par de Gaulle en 1962, nous plonge tous les cinq ans dans une période d'illusion collective, nous conforte dans un affrontement binaire dépassé, entretient le mythe de l'homme providentiel, interdit l'esprit de compromis et personnalise tous les débats publics. Depuis 1995, les présidents ne réforment plus. Ils ont perdu le pouvoir et abîmé la fonction. Car ce ne sont pas les hommes mais la fonction qui est en cause. La plupart des responsables politiques en sont conscients mais tous considèrent que les Français sont attachés à l'élection du président au suffrage direct. La réforme s'imposera pourtant. À l'occasion d'une crise, comme toujours. Et ce jour approche.


- Fin de vie
Le choix de l'euthanasie
de Emmanuel Hirsch
Éditions Cherche Midi / Novembre 2014


"Faut-il, peut-on aller plus loin dans les cas exceptionnels où l'abstention thérapeutique ne suffit pas à soulager des patients aux prises avec une douleur irréversible?" François Hollande, président de la République, le 17 juillet 2012 moult débats médiatisés, le Parlement pourrait décider de la dépénalisation de l'assistance médicalisée au suicide ou de l'euthanasie. Dans le cadre d'une révision de la loi relative à la fin de vie, il conviendrait notamment de "définir les conditions et les circonstances précises dans lesquelles l'apaisement des souffrances peut conduire à abréger la vie dans le respect de l'autonomie de la personne". Ce livre examine dans quelles conditions le "droit de mourir dans la dignité" compris comme droit à l'euthanasie constituerait une mutation sociale aux conséquences peu ou mal évoquées. Ni considérations générales ni point de vue définitif, il donne à comprendre que des circonstances toujours exceptionnelles, personnelles et ultimes, ne sauraient justifier le recours à ce qui pourrait être considéré demain comme une loi d'exception. Prudence et discernement s'imposent donc, "entre immobilisme et changement", dans l'exercice d'une responsabilité politique qui engage les valeurs de la démocratie. Reprenant les temps forts de la concertation nationale sur la fin de vie, cet ouvrage en est aussi l'une des contributions.


- Histoire de la gendarmerie
de Pierre Montagnon
Éditions Pygmalion / Novembre 2014


Le 16 février 1791, la Révolution transforme la maréchaussée royale, apparue dès le Moyen Âge et profondément réformée aux XVIIe et XVIIIe siècles, en gendarmerie nationale. Cette dernière est chargée d'une mission bien précise: le maintien de l'ordre et l'exécution des lois. À elle revient désormais d'assurer la sécurité à l'intérieur du pays, de prévenir les troubles, de pacifier les territoires conquis, de lutter contre les pillages et de veiller au calme sur les arrières des armées en campagne. Pierre Montagnon nous raconte l'histoire de cette institution familière aux Français. Il rappelle sa difficulté à asseoir son autorité lors de sa création, due principalement à son manque d'effectifs et de moyens, puis son évolution à travers les différents régimes qu'a connus la France et son essor à partir de la monarchie de Juillet dans son organisation sous forme de brigades. Il évoque les épreuves qu'elle dut affronter au cours du siècle passé, les gendarmes mal aimés de 1914-1918 ou contestés en 1940-1944, et il rappelle les exploits des plus fameux d'entre eux, combattants, résistants, et, aujourd'hui, des membres du GIGN. Enfin, pour être complet, l'auteur aborde les problèmes actuels que pose l'avenir de la gendarmerie dans notre monde bouleversé par la technologie moderne: son statut militaire, son rattachement au ministère de l'Intérieur et la vie quotidienne des brigades.


- Histoire politique de l'affaire Dreyfus
de Bertrand Joly
Éditions Fayard / Novembre 2014


L'affaire Dreyfus est souvent décrite comme un coup de massue tombant sur le jeu politique. Or c'est la crise politique larvée qui permit à l'erreur judiciaire initiale de devenir une affaire majeure, la première tentant d'ignorer la seconde, puis la récupérant tardivement pour relancer le régime et en empêcher la réforme. Cette vision heurtera sans doute ceux qui veulent d'abord voir dans l'Affaire un grand combat moral, mais cet élargissement de la perspective révèle les défaillances du moment et les déceptions ultérieures. Pourquoi une erreur judiciaire est-elle devenue l'Affaire tout court? Pourquoi l'opinion publique et la classe politique ont-elles été si longtemps hostiles aux dreyfusards? Pour analyser le paysage et le climat où a surgi l'affaire Dreyfus et mieux en comprendre les évolutions puis l'insatisfaisant dénouement, il faut examiner les structures du régime qui la subit tant bien que mal; la Troisième République et l'affaire Dreyfus s'éclairent dès lors l'une et l'autre. Bertrand Joly, ancien conservateur aux Archives nationales, enseigne à l'université de Nantes.


- L'affaire Yasser Arafat
de Emmanuel Faux
Éditions L'Archipel / Novembre 2014


Le 11 novembre 2004, Yasser Arafat meurt à l'hôpital militaire Percy de Clamart, dans les Hauts-de-Seine. Curieusement, les médecins français sont incapables d'expliquer les causes de don décès. À ce jour, aucun diagnostic n'a jamais été fourni. Pendant les sept premières années qui suivent la disparition du leader palestinien, les interrogations se multiplient. Seul l'entourage proche d'Arafat a connaissance du dossier médical qui détaille son agonie, les traitements qu'il a reçus en France et les divers symptômes observés. Quant à sa veuve, Souha Arafat, elle constate que le dossier qui lui été remis est incomplet. Elle s'en étonne auprès des autorités françaises et apprend que certains documents ont été détruits. Or les documents manquants concernent des résultats d'analyses effectuées durant l'hospitalisation. Fin 2012, le corps est exhumé pour une nouvelle autopsie. Deux équipes médico-légales, suisses et russes, rendent leurs conclusions: totalement opposées, puisque les premiers détectent la présence de polonium 210 en quantité importante sur les effets personnels et les os du défunt. Sur ces bases, Emmanuel Faux conduit une enquête explosive, entre Paris, Ramallah et Jérusalem.


- La théorie du genre
Ou Le monde rêvé des Anges
de Bérénice Levet
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2014


Le Genre se veut notre nouvel Évangile, porteur de la "bonne nouvelle" que le masculin et le féminin ne sont que constructions et peuvent par conséquent être déconstruits. À cet historicisme intégral qu'elle récuse, Bérénice Levet n'oppose pas Dieu, la nature ou la tradition mais la partition que l'Europe et spécialement la France ont composée sur cette donnée universelle de la dualité des sexes: la galanterie, l'érotisme et la conversation. Non parce qu'ils sont des legs du passé mais parce qu'ils exhalent une saveur incomparable. Forte d'une position critique, Bérénice Levet se situe à égale distance des partisans du Genre et de ses opposants: au cœur du Genre, dans cette promesse d'un monde où il n'y aurait plus ni hommes ni femmes mais des êtres rendus à une prétendue neutralité originelle, n'y a t-il pas une volonté de couper les ailes du désir hétérosexuel, d'exorciser la hantise de l'attirance que les deux sexes s'inspirent? En d'autres termes le Genre n'est-il pas le dernier avatar de la haine d'Éros, l'ultime mouture d'un puritanisme qui n'ose pas dire son nom et se pare d'un alibi progressiste?


- Le califat du sang
de Alexandre Adler
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2014


"Parfois les apocalypses sont de fer et de sang, forgées par les images, comme ce fut le cas le 11 septembre 2001. Nul n'a oublié cette décennie de "guerre sans fin", de Madrid à Londres, des grottes de Tora Bora aux grandes villes du Pakistan. Parfois ces apocalypses n'existent pas, et soudain, les voici devant nous, désordonnées, follement ressemblantes, telle une flamme courant de pays en pays, avec d'autres images, d'autres corps égorgés, d'autres présidents, d'autres combattants inconnus. Le Moyen Orient semble se désagréger, d'un coup, dans la haine et la fermeture au monde. Est-ce l'Islam dans sa pire radicalité? Est-ce la haine de l'Occident, qui n'est pourtant plus incarné par Georges Bush? Est-ce l'anarchie totale d'une région en déséquilibre depuis longtemps? Ou bien est-ce l'instant de la grande reconfiguration? Cette dernière menace, incarnée par l'État islamique, transnational et d'une ambition illimitée, vient sans doute clore un cycle: tout semble détruit et angoissant, mais la fabrique de l'histoire est à l'œuvre: l'hésitation de l'Amérique, la force de l'arc chiite, le nouvel Iran et la nouvelle Egypte, le jeu des grands voisins, Arabie saoudite, Turquie, Jordanie, la prétendue guerre sans hommes. À la fin du compte, la question est de savoir si nous assistons à la naissance d'une plateforme insurrectionnelle à l'échelle d'un continent ou bien au contraire au dernier spasme d'un mouvement meurtrier".


- Notre histoire
de Philippe Juvin
Éditions JC Lattès / Novembre 2014


L'Europe n'est pas née au traité de Rome. Un sondage, effectué auprès des députés européens des 28 États de l'Union européenne, le prouve. Il fut demandé à chacun de citer les événements qui avaient, selon eux, marqué l'histoire collective de l'Europe. Des Britanniques évoquèrent Jeanne d'Arc, un Polonais la Reconquista et un Espagnol la retraite de Russie. Un Italien cita les Vikings et des Français la grande famine d'Irlande. Revenaient souvent l'antiquité grecque, Rome, les croisades, Charlemagne, la Réforme, les Lumières, la Révolution française, Napoléon, les guerres mondiales, les camps, le Mur... La synthèse de ce travail est présentée ici: ce sont les 100 dates qui firent l'Europe, entre ombre et lumière, entre gloires et regrets, mais révélant toujours ce sentiment d'appartenir à un "grand tout", au-delà des frontières originelles de chacun.


- Omerta sur la viande
de Pierre Hinard
Éditions Grasset & Fasquelle / Novembre 2014


Éleveur, fils d'éleveurs, ingénieur agronome et ancien créateur de marchés bio à Paris, Pierre Hinard entre il y a dix ans dans une importante société d'abattage et de découpe de Loire-Atlantique qui sert tout le bottin de l'agroalimentaire, de McDonald's à Flunch, d'Auchan à William Saurin. Un parcours exceptionnel et très spécialisé, des vertes prairies normandes aux steaks hachés en barquettes, via le monde secret des abattoirs. Pierre Hinard, qui a longtemps voulu croire que la qualité et l'excellence pouvaient trouver leur chemin jusqu'aux rayons des supermarchés, découvre les dessous pas très propres des "usines à viande": des asticots dans la viande hachée, des pièces congelées, décongelées, recongelées, des analyses faussées, des dates truquées, du sang déversé dans les champs. Face à ces manquements, les services vétérinaires sont absents ou corrompus et les pouvoirs publics pour le moins distraits. En bout de chaîne, des consommateurs lésés, méprisés et trop souvent malades. Quand il lance l'alerte, Pierre Hinard est licencié et, cinq ans plus tard, rien n'a changé. Il décide aujourd'hui de raconter de l'intérieur les dérives d'un système qui méprise paysans et consommateurs. Il présente des documents inouïs, et révèle tout le circuit de l'empoisonnement ordinaire. Quelles conséquences pour nous, consommateurs? Quelles sont les alternatives? Il propose des solutions concrètes pour trouver et consommer des produits de qualité. Que manger redevienne un plaisir.


- Qu'Allah bénisse la France !
de Abd al Malik
Éditions Albin Michel / Novembre 2014


Il a connu tout ce qu'un fils d'immigrés, noir, pauvre, élevé par une mère seule avec six frères et sœurs, peut vivre dans les cités: vols et trafics en tous genres, amis tués par balles, morts d'overdose, ou qui ont sombré dans le fanatisme. Converti lui-même à cet islam obscurantiste qui sévit dans certaines banlieues, il a parcouru les routes de France pour prêcher dans des mosquées de fortune. Abd al Malik le rappeur avait donc tout pour entrer dans l'univers de "la haine". Pourtant, en rencontrant le soufisme, il s'est réconcilié avec l'esprit de citoyenneté. La suite, on la connaît: couronné par plusieurs Victoires de la musique, il compte parmi les plus talentueux auteurs et interprètes d'aujourd'hui. Abd Al Malik a réalisé lui-même l'adaptation cinématographique de son livre, avec dans les rôles principaux Marc Zinga et Sabrina Ouazani.


- Tout est normal
de Stéphane Guillon
Éditions Cherche Midi / Novembre 2014


Autant l'admettre, je me suis largement fourvoyé au soir du 6 mai 2012: après cinq années passées sous Nicolas Sarkozy, j'étais persuadé que plus jamais on ne rirait autant. Les Morano, Besson, Hortefeux, nous avaient tellement régalés par leurs outrances et leurs dérapages qu'il me semblait illusoire d'espérer un nouveau spectacle à la hauteur. Et, comble de malchance, pour succéder à la dream team sarkozyenne, les Français avaient élu un "président normal". "Lui président" aurait en tout point un comportement exemplaire. C'était sans espoir, on allait s'emmerder. In fine, le spectacle offert depuis deux ans et demi ne cesse de nous éblouir. Les affaires Cahuzac, Taubira, Aquilino Morelle, l'épisode du scooter, les promesses non tenues, la répudiation de Valérie Trierweiler, la courbe du chômage qui s'apprête toujours à baisser. Un régal. D'autant que, de peur de perdre la main, la droite s'est, elle aussi, surpassée: élection truquée de l'UMP, affaire Bygmalion, démission de Jean-François Copé, mises en examen à répétition de Nicolas Sarkozy... Du grand art. Sans oublier le FN, le Front de gauche, nos amis les Verts, tous ont donné le meilleur d'eux-mêmes. Aujourd'hui, je m'en veux d'avoir douté de nos hommes politiques, car, encore et toujours, ils m'ont bluffé.


- Vaclav Havel
de Michaël Zantovsky
Éditions Buchet Chastel / Novembre 2014


Faire la biographie de Václav Havel est chose complexe, car il s'agit de tracer le portrait tout à la fois de l'iconoclaste, de l'intellectuel, de l'artiste auteur dramatique, du leader politique, du dernier président de Tchécoslovaquie, du premier président de la République tchèque. Il y a l'enfance heureuse de Václav Havel à Prague, ses origines familiales bourgeoises, ses premières pièces. Puis il y a Václav Havel le dissident qui participe activement au printemps de Prague, celui de la Charte 77, qui passe cinq ans de sa vie dans les geôles communistes au début des années 1980, celui qui conduit dans la paix la Révolution de velours en 1989. Enfin il y a le président, quatorze années durant. Václav Havel est l'un des hommes politiques les plus fascinants du dernier siècle. Il a joué un rôle décisif dans l'enterrement d'une des utopies les plus séduisantes, et les plus meurtrières, de tous les temps, et a mis en œuvre l'une des métamorphoses majeures de l'époque récente. Michaël Žantovský, ancien porte-parole de Václav Havel et ami de dissidence depuis la fin des années 1970, fut un témoin privilégié de toutes ces années. L'ouvrage qu'il nous livre ici est tout autant le portrait d'un homme qu'un document historique majeur pour la compréhension d'une époque pas si lointaine qu'il y paraît.


- 10 milliards
de Stephen Emmott
Éditions Fayard / Octobre 2014


Il faut 3 000 litres d'eau pour produire un hamburger. Et environ 4 litres pour produire une bouteille en plastique d'un litre contenant de l'eau. Le nombre total de véhicules à moteur produits depuis 1900 a dépassé 2 milliards en 2013. La demande de nourriture va au moins doubler d'ici à 2050. Tous ces problèmes et bien d'autres vont s'aggraver dans les décennies à venir, car nos petits-enfants vont devoir partager la Terre avec 10 milliards d'habitants. Dans cet essai coup de poing, Stephen Emmott réussit un exploit: nous faire saisir en quelques mots, quelques chiffres, à l'aide d'une simple courbe ou d'une photo, le fonctionnement de notre planète dans toute sa complexité, et son devenir. Loin des constructions théoriques, des discours moralisateurs, il livre des faits, juste des faits, à la manière de Ben Schott dans ses Miscellanées, et même à celle d'un comédien de stand-up, ce texte a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs représentations théâtrales à Londres. Le résultat: nous rendre enfin intelligibles des phénomènes que nous avions toujours pensé ne pas pouvoir vraiment comprendre.


- 20 ans et au front
Les nouveaux visages du FN
de Charlotte Rotman
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Une enquête exceptionnelle au cœur de la jeunesse frontiste. Ils ont vingt ans. Ils s'appellent Jordan, Jimmy, Mathilde, Bruno... Ils ont pris leur carte au Front national et s'y sont engagés corps et âme. De plus en plus nombreux dans les meetings et les sections locales du FN, ces nouveaux visages qui ne se cachent plus sont une aubaine pour un parti politique en quête de renouveau. Mis en avant par l'équipe de Marine Le Pen, ils sont devenus l'un des outils de sa stratégie de "dédiabolisation" et la vitrine de la génération "bleu Marine". Un tabou est tombé. Pourquoi, à leur âge, pousser la porte du Front national? Quels sont leur parcours, leurs valeurs, leurs ambitions? Que dit leur engagement sur notre époque? Véritable plongée au cœur du système frontiste, du recrutement sur les réseaux sociaux aux méthodes de formation, de l'implantation locale au succès électoral, cette enquête de terrain, émaillée de portraits fouillés de jeunes militants et d'élus, nous livre les clés pour comprendre le désarroi actuel d'une partie de la jeunesse et la crise du politique.


- Au cœur des prud'hommes
de Véronique Brocard
Éditions Stock / Octobre 2014


Pendant deux ans, Véronique Brocard s'est installée dans les salles d'audience de la justice du travail, les prud'hommes, et a écouté les salariés qui se battent pour leurs droits, voire leur dignité. Leurs histoires sont grinçantes, édifiantes, parfois drôles, invraisemblables ou d'une grande cruauté, jamais banales. Il est question de harcèlement, de travail précaire ou dissimulé, de salariés assimilés à des "variables d'ajustement", de l'inventivité des patrons pour ne pas payer et celle de certains salariés pour ne pas bosser. On croise des travailleurs immigrés sous-payés, des femmes de ménage maltraitées, un jeune couple poursuivi par leur nounou, des cadres licenciés "sans cause réelle et sérieuse", des ouvriers polonais. Ces histoires, on ne les avait jamais lues.


- Au nom du vivant
Plaidoyer pour réconcilier l'homme et la nature
de Robert Barbault
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2014


Nos cultures s'appuient sur de multiples mémoires. Elles sont faites de monuments, mais aussi de récits, de livres et de légendes, tous riches de plantes et d'animaux variés. [...] Les éléphants, par exemple, jouent un rôle clé dans la dynamique et l'entretien des paysages africains, dans la diffusion de certaines espèces végétales. Mais, je soutiens qu'ils sont beaucoup plus que cela: comme la baleine, comme notre cousin gorille, l'éléphant est d'abord une véritable cathédrale vivante. Oui, quelque part au fond de nous, les splendeurs de la vie ont quelque chose de sacré. Oui, un monde sans baleines serait, pour notre inconscient collectif, un océan meurtri, désespérément vide: le lieu de notre honte indéfiniment répétée de vague en vague, proclamation sourde de notre fin en tant qu'homme. Avec conviction et lucidité, Robert Barbault nous met face nos responsabilités. Mais il n'est pas trop tard pour redresser le cap, développer une nouvelle solidarité écologique et sauver le vivant: il est encore temps de nous réconcilier avec la nature, car c'est notre nature.


- Ce que l'argent ne saurait acheter
Les limites morales du marché
de Michaël J. Sandel
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


Nous savons bien que l'argent ne saurait tout acheter. Et pourtant, la marchandisation des biens et des valeurs progresse sans cesse. Mais c'est en Amérique que cela se passe, pensons-nous. Là-bas, les écoles en sont à payer les enfants s'ils ont de bonnes notes; les entreprises paient les travailleurs qui font des efforts pour améliorer leur santé… Serions-nous à l'abri de ces dérives? Nous sommes en réalité déjà contaminés. Il est mal de vendre le droit de faire du tort aux autres. Pourquoi alors acceptons-nous l'une des mesures phares sur le changement climatique, à savoir le marché des droits à polluer, qui permet à certains d'aller au-delà de leur permis d'émission en payant ceux qui se restreignent davantage? Nous ne confondons pas l'amour vénal et l'amour tout court. Pourquoi alors acceptons-nous que l'INSEE inclue dans la richesse nationale le temps que les parents passent à s'occuper des enfants au tarif de la baby-sitter? Nous n'avons pas encore réfléchi à ce que devrait être la place du marché dans une société démocratique et juste. Ce livre, déjà un best-seller mondial, nous y aide puissamment.


- Chirac-Hollande, une histoire corrézienne
de Denis Tillinac
Éditions Plon / Octobre 2014


Chirac, Hollande: deux ambitions, un même terroir. Avec des anecdotes savoureuses et des confidences inédites, Denis Tillinac restitue le parcours corrézien de ces deux Présidents qu'il a bien connus et observés et met en évidence leurs similitudes plus profondes qu'on le croit. Chirac, Hollande: deux ambitions, deux générations, un même terroir. Deux élus au long cours d'un département rural et excentré du Massif central, voisin des anciens fiefs de Pompidou et de Giscard, ou poussent au naturel les ministres et les cèpes. Deux rivaux qui se sont longtemps et violemment combattus avant de se rapprocher, de sympathiser, jusqu'à la fameuse phrase de Chirac: "Je voterai pour toi". Avec des anecdotes savoureuses et certaines confidences inédites, Denis Tillinac restitue le parcours corrézien de ces deux Présidents qu'il a bien connus et observés en romancier. Son livre est une traversée buissonnière de près d'un demi-siècle de vie politique, dans le sillage des deux patrons successifs de son département. Il a repéré des similitudes profondes et découvert dans une bourgade le berceau de la "chiracollandie". Existerait-il un art corrézien d'accommoder la politique? Un récit vivant et chaleureux, dans une certaine nostalgie de l'ère Chirac et dans l'expectative quant à la vraie nature de Hollande.


- Comédie française
de Georges-Marc Benamou
Éditions Fayard / Octobre 2014


"J'ai besoin de toi, de ta sensibilité", dit Nicolas Sarkozy à Georges-Marc Benamou, un jour de 2006. Une proposition amicale que ce dernier aura du mal à refuser. Pris dans le tourbillon de la campagne, le conseiller novice connaît le temps héroïque de la conquête, celui de l'éblouissement en arrivant à l'Élysée, puis celui de la désillusion. Il découvre la Cité interdite, il voit vivre et gouverner le "premier Sarkozy", perçoit la noirceur des coulisses de l'État, assiste aux colères du jeune prince mais aussi à ses coups de génie. De ce voyage au royaume des ambitieux, Georges-Marc Benamou ne sortira pas indemne. Dans ce livre sans fard, la cruauté et la grandeur voisinent parfois avec le ridicule. L'auteur nous emmène au cœur du pouvoir, dans l'Élysée intime de Sarkozy où se joue une incroyable comédie française.


- Confucius et les automates
de Charles-Édouard Bouée et François Roche
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


La science va plus loin que ne l'avait imaginé la science-fiction. L'homme a vraiment inventé des créatures qui sont en passe de s'affranchir de leur créateur: pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, l'intelligence artificielle et l'intelligence humaine vont entrer en concurrence. Des tâches de plus en plus sophistiquées vont être prises en charge par des robots: que restera-t-il de l'emploi industriel, si les usines sont automatisées et pilotées à distance? Dans le même temps, l'Internet deviendra un espace totalement privé, aux mains d'entreprises surpuissantes (transnationales, connaissant tout de nous grâce à une exploitation massive des données, dotées d'armées de robots à leur service exclusif) en mesure de concurrencer les États. Dans cette nouvelle civilisation des machines, l'homme sera-t-il le maillon faible? Que faire de lui, s'il tend à devenir oisif (raréfaction du travail) et immortel (allongement de la durée de vie)? Le retour à la sagesse universelle constituera-t-il son ultime recours dans le monde futur?    


- Corruption
Nous sommes tous responsables
de Antoine Peillon
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


En vingt ans, la corruption a connu en France un développement vertigineux. Au point qu'elle menace aujourd'hui de mettre à bas l'édifice de l'État et la société tout entière. Mais s'il est vrai qu'elle est le fruit naturel de l'institution du marché, comment en venir à bout? En prenant d'abord la mesure exacte du phénomène. Et qui, mieux que celui qui ouvrit sa carrière de grand-reporter en apportant des éléments décisifs sur l' "Affaire Carignon", il y a précisément vingt ans, pouvait s'en charger? En comprenant ensuite que si nous devons contraindre nos gouvernants à mobiliser tous les moyens politiques et judiciaires propres à lutter contre cette pathologie de la démocratie, il nous faut également prendre conscience que le mal traverse, au-delà des hautes sphères dirigeantes, chacun d'entre nous: la République gangrénée ne se meurt-elle pas aussi et surtout des conflits d'intérêt de tous les jours et des petits arrangements de chacun avec la morale civique? Depuis que des hommes achètent les actes et la conscience d'autres hommes, philosophes, écrivains, hommes de sagesses et de religions ont accumulé un trésor de réflexions et d'expériences propres à nous enseigner l' esprit de résistance à la corruption. En voici les plus beaux joyaux, en forme d'invitation à l'action. Car nous sommes tous responsables de notre bien commun, la République.


- Docteur, ne me dites pas tout
de Anne-Marie Merle-Béral
Éditions Anne Carrière / Octobre 2014


Tout voir, tout savoir, tout dire, tel est le nouveau modèle de la médecine. De nos jours, persuadé qu'aucun symptôme n'est anodin, le malade a peur de consulter du fait des performances du diagnostic; il est vite terrifié par les trains d'examens aussitôt mis en route et par ce qu'il risque d'apprendre sur lui-même, sur sa vie, sur son avenir… De son côté, le médecin, soumis à une nouvelle législation, très contraignante, n'est plus libre ni de son intuition, ni de sa pensée, ni de ses propos. Il est obligé de dire tout ce qu'il voit: c'est la fameuse exigence de vérité. Issue de la révolution technique des années 1990 et de la législation de 2002, une "nouvelle culture médicale" est née. Elle heurte, fragilise, interroge tous ceux qui y sont confrontés de près. Que se passe-t-il alors lors du voyage d'un être humain à travers sa maladie? Cet ouvrage tente de le décrire et de proposer des pistes pour aider la médecine à sortir d'une impasse où l'on essaie de guérir mais pas de soigner, et où l'on soigne la maladie mais pas le malade. La première partie, clinique, se fonde sur les témoignages de malades et de leur famille, ainsi que sur ceux de médecins de tous horizons qui ont bien voulu parler sincèrement de leur pratique. La deuxième, plus théorique, s'est enrichie des explications de professionnels non médecins, afin d'éclairer et de relativiser les notions de vérité, de statistiques et de probabilités, tant utilisées en médecine. La troisième partie concerne les conséquences psychiques dramatiques pour le malade des "vérités" qui lui sont assénées, apparemment ignorées des médecins, et qui ajoutent une détresse supplémentaire à son désarroi. Nous tenterons de les décrire afin qu'elles soient mieux prises en compte. Enfin, une analyse critique de la loi Kouchner 2002 par une juriste spécialisée en droit de la santé permet de la faire connaître, car elle ne l'est pas, afin de mieux l'appliquer, en particulier sur la question du pronostic, qui n'est pourtant pas obligatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:45

- Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
de Claude Halmos
Éditions Fayard / Octobre 2014


Aujourd'hui, la crise économique n'épargne plus personne. Et elle n'épargne plus rien. Perdre son travail, craindre de le perdre, voir ses possibilités de consommation se réduire comme peau de chagrin, être témoin du malheur des autres et redouter d'en être à son tour victime: ces épreuves atteignent l'individu au-delà du simple stress. Car ces coups ne sont pas seulement des atteintes à un "avoir", ils sont autant de blessures infligées à notre "être". La crise économique a enfanté une autre crise, une crise psychologique qui érode, corrode, lamine les cœurs, les corps et les têtes. Or, de cette crise, nul ne parle: ni les politiques, ni les médias, ni les "psys". Ce silence a de graves conséquences sur les individus; il renforce leur angoisse et les enferme dans une honte qui n'a pas lieu d'être. Dire à quelqu'un: "Ce n'est pas vous qui êtes malade, c'est le monde qui l'est. Si vous ne supportez pas ce que vous avez à vivre, ce n'est pas parce que vous êtes fragile, c'est parce que c'est invivable", c'est lui dire qu'il ne doit pas se laisser abattre, qu'il doit se battre. Ce livre a un but: en finir avec ces souffrances tues. Dire les ravages psychologiques de la crise pour apprendre à y résister.


- Infiltrée dans l'enfer Syrien
de Sofia Amara
Éditions Stock / Octobre 2014


"D'État islamique, qui terrorise l'Orient et menace l'Occident, est la créature de Bachar al Assad, son meilleur allié, son alibi auprès de la communauté internationale. Celui utilisé pour martyriser tout un peuple". Après plus de trois ans d'enquête en Syrie, depuis le 15 mars 2011 et le début de la révolte pacifique syrienne, c'est la conclusion à laquelle est arrivée Sofia Amara, l'une des seules journalistes à avoir pu pénétrer dans le pays à cette période. Très vite, elle comprend l'ampleur du désastre qui est en train de se jouer. Des actes de torture les plus ignobles à la djihadisation de la rébellion, grâce à ce récit haletant, Sofia Amara nous aide à mieux comprendre les enjeux de la guerre civile syrienne et espère alerter l'opinion internationale sur la plus sanguinaire des révolutions du Printemps arabe.


- Insoumise
de Delphine Batho
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


Pendant 1 an, 1 mois et 17 jours, Delphine Batho a été ministre de François Hollande, avant d'être brutalement limogée. Avant tous les "frondeurs" en vogue, elle a eu l'audace de dénoncer une politique qui, selon elle, n'annonçait qu'échecs et désillusions. Observatrice et actrice du fonctionnement de l'État, elle livre ici un récit inédit, vif, saisissant, de son expérience de Ministre. Sans amertume, elle y raconte la faiblesse des uns, la lâcheté des autres, la droiture de quelques-uns, ainsi que le grand bal des vanités ou des ambitions. Plus gravement, elle y déplore les pratiques d'une République dont l'énarchie et la bureaucratie ont perverti les mécanismes. Et surtout, elle décrit avec lucidité comment, au sommet de l'État, règne ouvertement une navrante connivence avec les lobbies et les puissances financières que la gauche était censée combattre.


- L'économie du bonheur
de Claudia Senik
Éditions Du Seuil / Octobre 2014


Nos sociétés ont fait du bonheur une idée neuve, un principe constitutionnel, presque un devoir. Le bonheur de l'individu est devenu l'objectif suprême des choix politiques. Mais peut-on mesurer quelque chose d'aussi subjectif et impalpable que le bonheur? Depuis une trentaine d'années, les économistes ont tenté de relever ce défi. Ils ont fait le pari de mesurer le bonheur tel qu'il est ressenti et déclaré par les individus eux-mêmes. Leur enquête concerne plus particulièrement le rôle de la richesse. L'argent fait-il le bonheur? La croissance rend-elle les gens plus heureux? Dans le cas contraire, faut-il opter pour la décroissance ou, du moins, mesurer le bien-être au-delà du PIB? Ce passionnant champ de recherches permet de comprendre pourquoi la France, pays objectivement riche, souffre d'un tel "déficit de bonheur".


- L'ère du peuple
de Jean-Luc Mélenchon
Éditions Fayard / Octobre 2014


Que François Hollande soit menteur, fourbe, servile, et que son projet soit glauque, est-ce une raison pour nous condamner à ne penser qu'à lui et au risque de la disparition de l'idée de gauche qu'il a usurpée? Je propose de voir plus loin que l'horizon désespérant du présent. Regardons le monde fascinant qui s'est constitué sous nos yeux en quelques décennies. Un monde plein d'êtres humains, couvert de villes, où l'occupation de la mer elle-même a débuté. Mais un monde engagé dans un changement climatique irréversible et un bouleversement de la hiérarchie des puissances qui menacent l'existence même de la civilisation humaine. Un monde où surgit un acteur nouveau: le peuple. Les puissants se moquent de lui, le méprisent, lui bourrent le crâne et insultent tous ceux qui lui donnent la priorité. Mais si les puissants n'ont plus peur de la gauche édentée par Hollande, ils ont plus peur que jamais du peuple. Sa révolution citoyenne peut tout changer, en commençant par faire entrer la France dans la 6e République.


- L'État-voyou
de Caroline Brun et Marie-Christine Tabet
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Il est en France une puissance qui nous fait tous les jours la morale. Mais est-elle irréprochable pour autant?
L'État-client? C'est le plus mauvais payeur qu'on puisse imaginer. Jusqu'à menacer ceux qui osent se plaindre.
L'État-patron? Entre contrats précaires systématiques et irrégularités encouragées, son cynisme va au-delà des pires comportements du privé.
L'État-organisateur? Des logiciels en rade aux abus de pouvoir de l'expropriation, il nous fait honte. L'État-justicier? Expert pour étrangler les PME en difficulté, pour voler à l'étranger des fichiers de banque ou pour harceler des automobilistes vite transformés en grands délinquants, il peine à rendre la justice. Le constat des auteurs est, au terme de trois ans d'enquête, accablant: cette puissance nous a désormais échappé. Se situant volontiers au-dessus des lois, cet État-voyou assure trop souvent l'impunité à ceux qui le servent. Provocatrice, documentée, nourrie d'innombrables anecdotes, voilà une enquête qui fera date. Cette vérité-là sera désormais difficile à étouffer.


- L'homme de cèdre
de Nada Anid
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Le cèdre est un arbre connu pour fournir un bois ligneux, rigide, et peu sensible aux intempéries. C'est aussi le symbole national du Liban. Libanais, Samir Geagea l'est par la naissance, par la tête et par les tripes. Jeune combattant, puis chef de guerre redouté pendant la guerre civile qui a ravagé le Liban de 1975 à 1982, il défend alors avec âpreté, à la tête des Forces Libanaises, le "réduit chrétien" menacé de liquidation et s'oppose à toute forme de vassalisation de son pays, que ce soit par la Syrie, les Palestiniens ou les Israéliens. Accusé de plusieurs meurtres à la fin des hostilités, menacé, vilipendé, il refuse de fuir son pays malgré les mises en garde. Arrêté et condamné à mort par un tribunal à la solde de l'occupant syrien pour ces crimes qu'il n'a pas commis, il croupit onze ans dans une geôle de 6m2 au troisième sous-sol du ministère de l'intérieur à Beyrouth. Onze années passées à lire, à réfléchir, à prier et à effectuer un travail en profondeur sur lui-même. C'est un homme métamorphosé qui sort de prison en 2004: le guerrier s'est transformé en homme politique, le chef de bande à la réputation sulfureuse en intellectuel. Seul rescapé de la vague d'assassinats qui a emporté en trente ans tous les partisans de la souveraineté libanaise, de Bachir Gemayel à Rafiq Hariri, il incarne mieux que quiconque l'idée d'indépendance nationale, car c'est un principe sur lequel il est aujourd'hui le seul, parmi les responsables politiques libanais, à n'avoir jamais transigé. Depuis son nid d'aigle du Mont Liban où il vit reclus par crainte, encore, des tentatives d'assassinat, Samir Geagea prêche désormais l'unité et le dialogue entre les communautés dans le cadre de l' "Alliance du 14 mars". C'est néanmoins avec angoisse qu'il voit la guerre civile en Syrie ranimer les haines confessionnelles qui ont failli, une fois déjà, aboutir au suicide de la nation libanaise. Le guerrier, le réprouvé, le sage: Samir Geagea aura vécu trois vies, en attendant peut-être, enfin, une quatrième: celle d'homme d'État?  


- L'homme qui déclara la guerre à la misère
de Georges-Paul Cuny
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Issu lui-même du Quart Monde dont il inventera plus tard le concept et défendra les droits, Joseph Wresinski a connu dès sa naissance l'extrême misère, celle qui implique désorganisation de la famille et humiliations en tous genres. On ne peut comprendre sa rage à défendre l'honneur des plus pauvres sans prendre conscience, comme nous y invite avec grand talent Georges-Paul Cuny, cette condition de malheur et de mépris qui fut la sienne. Ce livre engagé est plus qu'une biographie. Au-delà de la geste de ce fils de l'exclusion devenu prêtre, qui choisit un jour de partager à nouveau la vie des exclus et de porter leur voix jusque dans les plus hautes instances républicaines et internationales, Georges-Paul Cuny nous introduit aussi à la spiritualité sans concession de Joseph Wresinski. Ancrée dans une lecture de l'Évangile où ne s'agit plus d'aider le prochain mais d'être avec lui, cette vision de l'homme a profondément bouleversé la société civile dans de nombreux pays, et même certains dirigeants politiques, ainsi qu'en témoigne Michel Rocard dans sa préface: "Des hommes qui voulaient soulager la misère, j'en ai connu, et non des moindres. Des hommes qui connaissaient comme lui ce champ de la blessure humaine et voulaient la détruire, je n'en ai connu qu'un: lui".


- La Ve République et le monde arabe
de Ignace Dalle
Éditions Fayard / Octobre 2014


En 1958, quand de Gaulle revient aux affaires, la France n'a plus de politique arabe. La guerre d'Algérie, l'expédition de Suez et la livraison à Israël de sa technologie nucléaire ont réduit à leur plus simple expression ses relations séculaires avec le monde arabe. Le Général rétablit les liens en restaurant la paix en Algérie et en offrant une troisième voie entre le soutien inconditionnel de Washington à Israël et l'appui de Moscou aux régimes socialisants. Mais c'est à l'initiative de Georges Pompidou que l'Europe des Neuf évoque pour la première fois, en 1973, "les droits légitimes" des Palestiniens. Si, par la suite, Paris a pu parfois faire entendre sa voix en ce domaine, c'est grâce à d'éminents ministres comme Michel Jobert, Claude Cheysson, Hubert Védrine ou Alain Juppé. Cependant, la France, pas plus que l'Europe, n'a guère pesé dans le règlement du contentieux israélo-arabe, encore moins depuis le réalignement de Nicolas Sarkozy sur Washington. Est-ce cette impuissance qui l'a conduite à se montrer trop souvent aussi affairiste et indifférente au respect des droits humains que ses partenaires dans ses relations avec les dictateurs? Il est vrai que la donne a changé avec l'apparition de l'islamisme radical, les menaces qu'il fait peser, et, par ailleurs, avec la difficile intégration d'une immigration maghrébine dans un contexte de crise économique et de réflexes sécuritaires. La France a peut-être encore un rôle à jouer, des idées à défendre, mais lesquelles?


- La Défense passe à l'attaque
de Christian Pellerin
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


La vie de Christian Pellerin est une épopée digne des meilleures fictions: la réussite la plus éblouissante y voisine avec des échecs retentissants, la vie privée vient se mêler à la vie professionnelle, les déchaînements médiatiques font écho à des instructions judiciaires en cascade.  Le combat commence très jeune. Christian Pellerin se construit en s'opposant à un père violent qui le rejette. Étudiant à l'ESSEC, il lui faut vendre le week-end des appartements afin de poursuivre ses études. Ensuite, les choses s'accélèrent: À 25 ans il monte sa propre entreprise, construit appartements puis bureaux par centaines et, dès la fin des années 70, contribue par ses idées et son énergie à la relance du quartier de La Défense, alors en panne. À 35 ans, il figure parmi les plus grosses fortunes de France. Puis c'est la chute. Crise économique, mévente des bureaux, série de mises en examen, campagne médiatique, acharnement de la justice, et jusqu'à sa propre épouse qui déclenche contre lui une série d'actions toutes plus insidieuses les unes que les autres. Tout s'achèvera par des non-lieux, mais l'homme est à terre. Pas pour longtemps. Bientôt il recommence à entreprendre, construire, aménager, créer la ville, humaniser les bureaux. Celui qui fut proche de Raymond Barre comme de François Mitterrand mérite donc bien le titre qui lui fut donné au temps de sa splendeur: pour toujours il restera "le roi de La Défense". Son livre fourmille d'anecdotes sur l'art de construire et la déchéance actuelle des villes, le rôle des politiques et de l'administration, la mort d'un métier au profit des "bétonneurs". En conservant le même enthousiasme, Christian Pellerin nous fait revivre un des épisodes les plus flamboyants et méconnus des "Trente Glorieuses": l'épopée l'immobilière d'une France qui croyait alors en son avenir.


- La panique identitaire
de Joseph Macé-Scaron
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


"Verra-t-on bientôt une carte identitaire remplacer nos vieilles cartes d'identité? Devra-t-on déclarer nos origines sur quatre générations, notre ethnie, notre religion? “Sois et éternellement demeure”, garde l'étiquette qu'on t'a apposée et qui va t'accompagner toute ton existence. Telle est l'injonction qui s'élève des temples anciens et modernes, des édifices religieux et des hypermarchés. Ces dernières années, nos sociétés se sont transformées en gigantesques laboratoires pour identités devenues folles. La panique identitaire est le nouveau fléau qui vise non pas le lointain mais le voisin, de la Seine aux rives du Gange, de Glasgow à Barcelone. Jamais la tentation de se construire dans le rejet d'autrui n'a été portée à un tel degré d'incandescence. Est-ce vraiment ce monde-là que nous désirons?"


- Le gouvernement des émotions
de Pierre le Coz
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


Polémiques, faits divers, téléréalité… Partout, c'est l'émotion qui triomphe. Le pouvoir médiatique fait vibrer la corde sensible au rythme de stimulations sonores et visuelles qui produisent une véritable fièvre émotionnelle. Le pouvoir politique joue sur les mêmes ressorts. S'il est vrai que l'émotion est le cheval de Troie de la manipulation, cette débauche d'incitations à adhérer plutôt qu'à réfléchir soulève des enjeux éthiques majeurs. Car, quand nos émotions sont dévoyées, ce sont nos jugements de valeur qui se trouvent pervertis. Sommes-nous désormais voués à être gouvernés par les émotions? De quelles ressources intérieures disposons-nous face à ce tapage? Pierre Le Coz plaide en faveur d'un rationalisme critique qui mette à jour les rouages des stratégies manipulatrices. Avec cet essai, il apporte une réflexion salutaire pour déjouer les oppositions simplistes et restaurer la complexité des débats de société.


- Le mal français n'est plus ce qu'il était
de Alain Minc
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


"La société française est devenue un simple agrégat d'individus: il est urgent pour notre avenir de réinventer un contrat social. Dès lors que, réduit au rôle d'ingénieur de la réalité, l'État a perdu son rôle central, il nous faut le contourner par au-dessus et par en-dessous: d'un côté par l'utopie européenne, de l'autre par l'ennoblissement de la société du bas, celle des micro-solidarités. Ne nous trompons pas de diagnostic: le mal français n'est plus ce qu'il était".


- Le sceptre et le sang
de Jean des Cars
Éditions Perrin / Octobre 2014


À l'été 1914, l'Europe est majoritairement monarchique: sur vingt-deux Etats, dix-neuf sont des royaumes, des empires, des principautés ou des grands-duchés. Aujourd'hui, ils ne sont plus que dix sur vingt-huit. Les deux guerres mondiales provoquent l'écroulement de quatre empires pour la première (Allemagne, Russie, Autriche-Hongrie, Empire ottoman) et de quatre royaumes (Italie, Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie) pour la seconde. Ces souverains, qui étaient-ils? Et les femmes qui partageaient leur existence, qui étaient-elles? De l'ambition à l'aveuglement, du courage à la faiblesse, de la jalousie à l'abnégation, quels furent leurs triomphes et leurs échecs? Comment vécurent-ils leur gloire, leurs épreuves et la montée des extrêmes de l'entre-deux-guerres marquée par l'avènement des totalitarismes? Étaient-ils conscients des conséquences de leurs actes? Ou furent-ils incapables d'arrêter l'engrenage des nationalismes? Quelles furent leurs vies personnelles, leurs amours et leurs passions secrètes? Circonstance exceptionnelle: ces monarques, qui vont s'unir, se combattre et parfois se trahir, sont presque tous parents, liés par le sang et leurs mariages respectifs. Ainsi la "guerre des rois" sera-t-elle un incroyable règlement de comptes familial à l'échelle d'un continent puis du monde.


- Le suicide français
de Éric Zemmour
Éditions Albin Michel / Octobre 2014


"La France se couche. La France se meurt. La France avait pris l'habitude depuis le XVIIe siècle et, plus encore, depuis la Révolution française, d'imposer ses idées, ses foucades mêmes, sa vision du monde et sa langue, à un univers pâmé devant tant de merveilles. Non seulement elle n'y parvient plus, mais elle se voit contrainte d'ingurgiter des valeurs et des mœurs aux antipodes de ce qu'elle a édifié au fil des siècles. Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, héritières de mai 68, s'en félicitent. Elles somment la France de s'adapter aux nouvelles valeurs. Elles crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant. Elles en tirent gratification sociale et financière. Elles ont désintégré le peuple en le privant de sa mémoire nationale par la déculturation, tout en brisant son unité par l'immigration. Toutes observent, goguenardes et faussement affectées, la France qu'on abat; et écrivent, d'un air las et dédaigneux, “les dernières pages de l'Histoire de France”. Ce vaste projet subversif connaît aujourd'hui ses limites. Le voile se déchire. Il est temps de déconstruire les déconstructeurs. Année après  année, événement après événement, président après président, chanson après chanson, film après film. L'histoire totale d'une déconstruction joyeuse, savante et obstinée des moindres rouages qui avaient édifié la France". Éric Zemmour se livre à une analyse sans tabou de ces quarante années qui, depuis la mort du Général de Gaulle, ont "défait la France".


- Les chemins de Damas
Le dossier noir de la relation franco-syrienne
de Georges Malbrunot et Christian Chesnot
Éditions Robert Laffont / Octobre 2014


Alors que le drame syrien est plus que jamais d'actualité, cette enquête explosive révèle le double jeu permanent des autorités françaises dans leurs relations avec les dirigeants syriens. Ce livre explore les méandres de quarante années de relations entre la France et la Syrie. Des relations jalonnées de cadavres, d'affrontements, mais aussi de lunes de miel tant spectaculaires qu'épisodiques. Quarante ans pendant lesquels Paris et Damas n'ont cessé de faire des affaires sans interrompre le fil d'une coopération sécuritaire aux aspects parfois inavouables. Christian Chesnot et Georges Malbrunot révèlent le dossier noir de cette relation quasi schizophrénique. Ils montrent que les dirigeants français ont sous-estimé la solidité du régime de Damas, un monstre froid aux mœurs politiques implacables dont ils n'ignoraient pourtant rien de la férocité. Nos présidents successifs ont souvent agi dans l'émotion, la précipitation ou l'improvisation, jusqu'à aboutir à l'impasse que l'on constate aujourd'hui. Ainsi, au moment même où Jacques Chirac, après l'assassinat de son ami Rafic Hariri, veut faire "rendre gorge" à Bachar el-Assad, la France lui livre dans le plus grand secret deux hélicoptères Dauphin et fournit à son entourage un système de communications sécurisées. Nicolas Sarkozy puis François Hollande commettront à leur tour les mêmes erreurs en s'aveuglant sur la capacité du pouvoir syrien à se maintenir en place. Fondée sur des témoignages inédits, l'enquête dévoile les dysfonctionnements entre diplomates et services secrets français dans la gestion de la crise et met en lumière l'inconséquence de notre classe dirigeante face aux véritables réalités du monde.


- Les derniers jours de la Ve République
de Christian Salmon
Éditions Fayard / Octobre 2014


Que se passe-t-il dans la présidence de François Hollande? L'hallucinante succession d'affaires, de tête-à-queue idéologiques, de télescopages entre vie privée et vie publique, de remaniements surprise, est-elle imputable uniquement à un homme? De quoi le jeu délétère des alliances temporaires, Hollande-Valls, Valls-Montebourg, et les autres, relève-t-il? Valls a-t-il une chance, seul? Y a-t-il encore quelqu'un qui tienne le pouvoir ou bien est-il passé ailleurs? De quoi retourne-t-il dans la grande confusion politique actuelle? De la fin d'un régime, démontre Christian Salmon, après une enquête de près de deux ans. Ce n'est pas seulement à la chute de la maison Hollande à laquelle il nous est donné d'assister mais aux derniers jours de la Ve République. C'est ce qui donne à l'exercice du pouvoir par François Hollande son côté crépusculaire si fascinant à observer et si inquiétant. L'auteur a plongé au cœur de l'exécutif, là où le pouvoir présidentiel, naguère tant magnifié, se donne à voir dans son dénuement et son désarroi. Son livre raconte un pouvoir à l'agonie, au fil des confidences qu'il a recueillies auprès de plusieurs ministres et leurs conseillers.


- Les hauts revenus en France au XXe siècle
de Thomas Piketty
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2014


La question des inégalités est au cœur de la vie politique française. On a dit et écrit tout et son contraire sur ce sujet. La somme proposée ici sera, sans conteste, l'ouvrage de référence sur la question. Ce livre dresse le tableau d'un siècle d'inégalités. Il montre que, contrairement à une idée reçue, l'inégalité des salaires et restée sensiblement la même en France tout au long du XXe siècle: le pouvoir d'achat a été multiplié par 5, mais la hiérarchie n'a pratiquement pas changé. L'inégalité totale des revenus a fortement diminué au cours des années 1914-1945, mais cette baisse est due pour l'essentiel aux chocs subis par les revenus du capital (destructions, inflation, crise des années 1930), et non pas à un processus économique "naturel". La concentration des fortunes et des revenus du capital n'a par la suite jamais retrouvé le niveau astronomique qui était le sien à la veille de la Première Guerre Mondiale, ce qui semble s'expliquer par l'impact de l'impôt progressif sur l'accumulation et la reconstitution de patrimoines importants. En l'absence de ces chocs et de l'impôt progressif, il est probable que la France n'aurait pas quitté de sitôt le sommet inégalitaire du début du siècle. Thomas Piketty, qui se fonde notamment sur une exploitation systématique de sources fiscales permettant de couvrir l'ensemble du siècle (déclarations de revenus, de salaires et de successions), analyse également comment les perceptions de ces inégalités ont évolué de 1901 à 1998 ("fin des rentiers", "montée des cadres"...). La question des inégalités apparaît alors comme une véritable grille de lecture de l'histoire générale de la France au XXème siècle.


- Montebourg: Moi, président…
de Valentin Spitz
Éditions L'Archipel / Octobre 2014


Qu'il séduise ou qu'il horripile, il est devenu une figure de premier plan du paysage politique français. Avocat et député à 35 ans malgré un échec à l'Ena, ministre à 50. Jusqu'où ira le fringant Arnaud Montebourg, promu à l'Économie dans le gouvernement de Manuel Valls? Mais qui est vraiment ce matamore, mi-rustre mi-mondain, que certains trouvent arrogant? Une rock star ratée en mal de reconnaissance? Un imprécateur au verbe haut? Un imposteur, un embrocheur de moulins à vent? Ou au contraire un homme courageux prêt à se sacrifier pour ses idées, quitte à froisser la Commission de Bruxelles? Et que veut-il vraiment: la VIe République, l'Élysée ou les deux? Au-delà des images d'Épinal, Valentin Spitz présente l'envers du décor. Une enquête d'un an qui luia permis de recueillir les témoignages de ses proches: sa mère, son ex-compagne Audrey Pulvar, le syndicaliste Édouard Martin, Ségolène Royal, mais aussi ses ennemis jurés sans oublier Montebourg lui-même, que l'auteur a suivi sur le terrain.


- Mort pour la Françafrique
de Jean-Philippe Leclaire / Robert Dulas / Marina Ladous
Éditions Stock / Octobre 2014


Le seul mort français de la guerre en Libye: Pierre Marziali. Le 11 mai 2011, lors d'un banal contrôle d'identité, ce patron d'une société militaire privée, Secopex, est abattu à Benghazi par un milicien anti-Kadhafi au visage cagoulé. A-t-il été victime d'une bavure? Selon Robert Dulas, associé et meilleur ami de la victime, Pierre Marziali a été froidement exécuté. Mais pourquoi et par qui? Au nom de la raison d'État? Dans Mort pour la Françafrique, Bob Dulas avoue pour la première fois que Secopex servait de paravent à un vaste réseau d'espionnage des groupes islamistes radicaux. Alors Pierre Marziali et lui, escortés par les Touaregs au nord du Mali, accueillis en VIP à Tripoli, snobés par les services spéciaux français mais reçus à l'Élysée, seraient-ils allés trop loin? Complété par une contre-enquête rigoureuse à base de documents exclusifs et de témoignages inédits, le récit de Robert Dulas est digne d'un thriller de John Le Carré: sauf qu'ici, tout est vrai.


- Nouvelles affaires africaines
de Pierre Péan
Éditions Fayard / Octobre 2014


En 1983, Pierre Péan publie Affaires africaines sur le rôle de ce qu'on appelle la Françafrique dans l'"émirat noir" regorgeant de pétrole, dominé par le groupe Elf. Le scandale créé par le livre vaut à son auteur menaces de mort, attentat à son domicile, et la rancœur d'Omar Bongo, "papa" indéboulonnable de son pays pendant quarante ans, témoin des relations incestueuses entre l'ex-colonie et Paris, notamment des subsides versés par le potentat de Libreville aux partis et au personnel politique de la métropole. Vers la fin de son règne, Bongo fait savoir à Péan que, le temps ayant fait son œuvre, il aimerait lui laisser son témoignage. Ce livre-là ne se fera pas, Bongo mourant en 2009. Mais Péan avait déjà pu glaner assez de confidences pour amorcer le présent ouvrage, entre autres sur les débuts de règne calamiteux du successeur d'Omar, Ali Bongo. Accusations de corruption, de détournement de fonds publics, d'assassinats, d'élections truquées avec la complicité de Paris, de "biens mal acquis" en France et ailleurs, de folie des grandeurs: tel est le bilan catastrophique du pouvoir gabonais.


- Passer les frontières sociales
de Paul Pasquali
Éditions Fayard / Octobre 2014


Cible principale des débats sur les vices et vertus de l'élitisme à la française, les grandes écoles font aujourd'hui l'objet de multiples mesures pour élargir leur vivier de recrutement. L'instauration de la discrimination positive à Sciences Po Paris, puis l'obligation faite aux grandes écoles d'accueillir au moins 30 % de boursiers ont provoqué de vives polémiques. Mais ce tumulte médiatique laisse dans l'ombre les principaux intéressés, les étudiants bénéficiaires des politiques d'ouverture sociale. Ils ont leur mot à dire. Souvent issus des milieux populaires et, pour beaucoup, de familles immigrées, qui sont ces jeunes? En franchissant les frontières sociales, à quelles épreuves sont-ils confrontés au quotidien? Grâce à une enquête ethnographique au long cours sur une classe préparatoire réservée à des bacheliers ZEP, dans un lycée prestigieux de province, ce "polar sociologique" montre comment ces étudiants sont sélectionnés, formés et transformés au fil de leur parcours, jusqu'à leur arrivée dans le monde du travail. À travers leurs espoirs et leurs craintes, leurs découvertes et leurs déconvenues, leurs succès et leurs échecs, ces étudiants s'affrontent à un problème qui nous concerne tous: que signifie concrètement changer de milieu social et tout faire pour "réussir"? Paul Pasquali est sociologue, chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens). Ses travaux portent principalement sur la mobilité sociale, l'éducation et l'histoire des sciences humaines.


- Poutine
de Frédéric Pons
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2014


Vladimir Poutine reste une énigme. Que veut-il? Affirmer son pouvoir personnel et celui de son clan, quel qu'en soit le prix, dans la lignée des autocrates qui se sont succédé au Kremlin depuis des siècles? Restaurer la grandeur de son pays, en faisant la synthèse de l'histoire russe, des tsars aux Soviétiques? Comment le petit lieutenant-colonel du KGB qu'il fut à la fin de la guerre froide a-t-il pu s'imposer ainsi au sommet de l'une des premières puissances du monde? Qui est cet homme qui semble en permanence porter un masque? Un politicien cynique et brutal, assoiffé de pouvoir et d'argent, ou un patriote sincère, attaché à défendre les intérêts de son pays? Au fil d'une enquête rigoureuse, nourrie de rencontres inédites à Saint-Pétersbourg et à Moscou, Frédéric Pons brosse un portrait saisissant du maître du Kremlin: sa formation, ses rêves et ses ambitions, sa passion et sa maîtrise de nombreux sports, la diversité et la force de ses réseaux de pouvoir et d'influence, les étapes décisives de sa formidable ascension, qui alterne la brutalité et la séduction. Sans occulter les ambiguïtés de Poutine, Frédéric Pons rappelle aussi les erreurs commises par l'Occident, aujourd'hui pris de court pour ne pas avoir voulu comprendre les craintes et les aspirations de la Russie après la chute du communisme, un "mépris" qui explique en partie les blocages actuels.


- Quand les tontons flingueurs rencontrent les bronzés
de Léo Scheer
Éditions Michel Lafon / Octobre 2014


Il y a trente ans, un ovni débarquait dans le paisible paysage audiovisuel français: Canal +. On connaît ses figures emblématiques et le fameux "esprit Canal" qui avait pour mots d'ordre impertinence et liberté. Mais sait-on qui est à l'origine de ce projet fou? Quel petit malin parvint à développer et imposer, en pleine ère socialiste, la première chaîne cryptée à péage? Nombreux sont ceux qui s'en attribuent la paternité, mais de vrai créateur il n'y en a qu'un. Léo Scheer, l'éditeur aux mille vies, sort pour la première fois de sa réserve et nous révèle son secret: Canal +, c'est lui. Revenant sur cette aventure rocambolesque, il nous offre une plongée fascinante dans les coulisses du pouvoir, de la toute-puissante Havas et de son univers impitoyable. Il fallait bien l'audace et la fougue d'un jeune homme de la génération des "Bronzés" pour défier celle des "Tontons flingueurs" de la politique, arrivés enfin aux commandes d'un monde qui déjà ne leur appartenait plus. Un monde connecté qui préparait la révolution numérique.


- Qui a peur du petit méchant juge ?
de Marc Trévidic
Éditions JC Lattès / Octobre 2014


On connaît tous les Trois Petits Cochons et le Grand Méchant Loup. Mais connaît-on aussi bien le Petit Méchant Juge? Pour éclairer notre lanterne, Marc Trévidic, juge d'instruction au pôle antiterroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris, nous propose un voyage aussi riche que personnel dans l'histoire et les arcanes de la justice. De la Révolution française à nos jours, il brosse un portrait vivant de la figure du juge, ce lieutenant-criminel devenu, au fil du temps, juge d'instruction, qui semble toujours coincer aux entournures de l'Élysée. Dans un monde d'apparences où le pouvoir et la corruption se présentent parfois comme les deux faces d'une même pièce, la justice doit se garder de tous les côtés. Un exercice de haute voltige auquel le Petit Méchant Juge est bien décidé à ne pas renoncer.


- Qui a tué le Juge Michel ?
de Éric Pelletier et Jean-Marie Pontaut
Éditions Michel Lafon / Octobre 2014


Une enquête fascinante dont Marseille est l'héroïne. Le 21 octobre 1981, à Marseille, le juge Pierre Michel est assassiné, en pleine rue, à l'âge de 38 ans. Les "exécuteurs" ont été condamnés. Pour les commanditaires, c'est une autre histoire. Jean-Marie Pontaut et Éric Pelletier, journalistes d'investigation, ont mené pour ce livre une enquête scrupuleuse, consulté l'intégralité du dossier judiciaire, interrogé des dizaines de témoins de cette affaire. Le portrait d'un homme. Le roman d'une ville. La chronique d'une époque. À Marseille, en ce temps-là, les truands tiennent le haut du pavé. Les caïds de la drogue attirent le beau monde dans leurs établissements nocturnes, "rendent service" aux politiciens, sont pratiquement intouchables. Venu de l'est de la France, l'incorruptible juge Michel n'apprécie pas ce folklore. Il traque les Parrains locaux et débusque les laboratoires où l'on continue de fabriquer l'héroïne la plus pure, avant de l'exporter dans le monde entier. De l'Arizona à la montagne Sainte-Victoire, du Liban à Palerme, il va se faire ainsi une kyrielle d'ennemis qui ont toutes les raisons de vouloir sa mort. Les auteurs ont suivi à la trace chacun des personnages impliqués dans ce drame, et leurs incroyables trajectoires font de ce document exceptionnel un véritable polar.


- Surveillance
Le risque totalitaire
de Franck Leroy
Éditions Actes Sud / Octobre 2014


Téléphones sur écoute, viol des correspondances, données intimes quotidiennement collectées et stockées. Le tout pratiqué dans la plus grande impunité. Le scandale planétaire de la surveillance de masse interpelle. Franck Leroy analyse les systèmes actuels, leur mise en place durant des décennies et la gigantesque industrie, militaire et civile, qui, aux États-Unis, leur est dédiée. Si ce pays est en première ligne, rien n'exonère les États européens, partenaires actifs de ces dispositifs remettant en cause le droit à la vie privée. Surveillance, technologie et pouvoir se révèlent alors intimement mêlés. Franck Leroy resitue ce modèle politique et social dans une perspective historique en apportant des éclairages inédits. Sommes-nous face à un simple dérapage ou doit-on déceler dans ces structures les germes d'un totalitarisme prêt à l'emploi? Face au risque d'abolition de droits fondamentaux, l'auteur démontre qu'une réponse en forme de surenchère technologique est une chimère. Bienvenue à l'action citoyenne.


- Une France sous influence
de Pierre Péan et Vanessa Ratignier
Éditions Fayard / Octobre 2014


Nombre d'États du Golfe lorgnent sur le patrimoine français et tentent, des pétrodollars plein les poches, d'acheter tout ce qui peut l'être avant épuisement de l'or noir. Jusqu'ici nos dirigeants leur avaient résisté, du moins en apparence, offusqués par tant d'audace. Mais, avec le Qatar, c'est une tout autre histoire. La France est devenue le terrain de jeu sur lequel la famille Al-Thani place et déplace ses pions politiques, diplomatiques, économiques, immobiliers ou industriels. Dans son enquête au cœur du pouvoir, Vanessa Ratignier, avec le concours de Pierre Péan retrace l'histoire d'un partenariat ancien qui a mal tourné: la France est désormais "sous influence", comme si elle était devenue une chasse gardée de l'émirat. Nos élites, maniant l'art du double langage, amalgament depuis des années intérêt général et enjeux personnels, si bien qu'on se demande parfois où s'arrête le mélange des genres. Cette situation, qui rappelle le pire de la Françafrique, marque l'avènement d'une Qatar-France oublieuse de nos valeurs et héritière des tares du petit émirat.


- Une morale pour les aigles, une autre pour les pigeons
de Éric de Montgolfier
Éditions Michel Lafon / Octobre 2014


En plus de trente-cinq ans d'une carrière judiciaire où il s'est souvent heurté à l'ordre établi, Éric de Montgolfier a eu tout le loisir de débusquer les mensonges des prédateurs de la démocratie qui tentent de nous courber sous leurs exigences de morale alors qu'eux-mêmes ne s'y plient pas. On se sentirait pigeon à moins. Pressions du Pouvoir sur les magistrats, dossiers curieusement classés sans suite ou grâces surprenantes, traitements différents des affaires fiscales selon que vous êtes puissant ou misérable, influence ambiguë de la presse ligotée par ses annonceurs et ses connivences avec le monde politique, indélicatesses de certains avocats, enrichissement illégal de quelques notaires, aberrances de la législation sur les femmes, dévalorisation du travail dans les textes: oui, il s'agit de Justice. Mais pas seulement de l'institution. Nous sommes tous concernés. Et parce que ce livre talentueux dont les anecdotes vécues soutiennent le discours respire l'intégrité, il donne à chacun de nous l'envie de s'y soumettre, pour être digne de l'exiger. Ceux qui seraient spontanément tentés d'adopter le plumage du pigeon comme une justification de leur passivité doivent se rappeler sans cesse que, plus qu'un droit, la citoyenneté est un devoir qui ne souffre pas de compromis.


- De combien d'injustices suis-je coupable ?
de Jean-Michel Lambert
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Où est la justice quand les victimes de délits ne touchent pas un centime des dommages-intérêts que leurs auteurs ont été condamnés à leur payer?
Où est la justice quand le préjudice moral des parents d'un enfant tué dans un accident de la circulation n'est réparé, au mieux, qu'à hauteur de quelque 30 000 euros?
Où est la justice quand les victimes d'une détention injustifiée reçoivent des sommes calculées " à la louche ", d'un montant ridicule?
Où est la justice quand des justiciables ayant gagné leur procès gardent à leur charge une partie des honoraires de leur avocat?
Quelques questions parmi beaucoup d'autres, auxquelles répond Jean-Michel Lambert pour dénoncer les vices d'un système qui traite souvent les victimes par un mépris dont les magistrats ne sont pas les seuls responsables: les hommes politiques sont coupables de favoriser l'injustice en votant des lois mal ficelées. Évoquant l'affaire d'Outreau et l'épisode du "mur des cons", il revient aussi sur l'un des faits divers les plus marquants des cinquante dernières années, l'affaire Grégory, pour démontrer comment un homme ordinaire peut être broyé par la machine judiciaire et payer de sa vie des soupçons abjects. Pourtant, moyennant quelques réformes qu'il suggère dans ce livre, l'injustice n'est pas une fatalité. Un témoignage percutant qui prouve, faits à l'appui, que la justice reste encore un idéal à atteindre.


- De l'intérieur
de Cécile Duflot
Éditions Fayard / Septembre 2014


J'y ai cru. J'ai cru en François Hollande, en sa capacité de rassemblement. J'ai cru en nous tous. Je me suis trompée. J'ai essayé d'aider le président de la République à tenir ses promesses, de l'inciter à changer la vie des gens, de le pousser à mener une vraie politique de gauche. Et j'ai échoué. Alors je suis partie. Je livre ici le récit de mon voyage dans les coulisses du pouvoir. Avec sincérité, en reconnaissant mes erreurs, en rappelant aussi comment de belles batailles ont été gagnées, en racontant sans fard comment les choses se passent "de l'intérieur", sans cacher qu'être une femme ministre, écologiste, mère de quatre enfants est souvent difficile. J'ai refusé de rester ministre parce que pour moi la politique n'est pas l'art du renoncement, et parce que j'ai la conviction qu'il existe un autre chemin possible: celui de l'écologie. Cécile Duflot a dirigé le parti écologiste de 2006 à 2012. Elle a été ministre de l'Égalité des territoires et du Logement de mai 2012 à avril 2014. Urbaniste de profession, elle est aujourd'hui députée de la sixième circonscription de Paris.


- Du mensonge à la violence
de Hannah Arendt
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2014


Hannah Arendt est l'un des grands penseurs politiques de notre temps. On trouvera dans ce livre quatre essais qui sont autant de méditations sur la politique et la condition de l'homme dans le monde contemporain. Dans le premier, Du mensonge en politique, Hannah Arendt tire la leçon des documents du Pentagone, révélés en 1971 par la presse américaine. Allant à l'essentiel, elle examine sans pitié l'accumulation de mensonges officiels, d'obstination dans l'erreur, voire de naïveté qui a conduit les États-Unis à l'échec au Vietnam. Documents à l'appui, elle reconstitue les mécanismes psychologiques dont les responsables politiques ont été les inventeurs et les victimes. En politique aussi, l'illusion a des limites, et les "réalistes" n'ont pas été les derniers à la cultiver. La Désobéissance civile contient une réflexion originale sur la question: au nom de quoi et jusqu'à quel point peut-on désobéir à l'autorité établie? De Socrate à Thoreau, de Gandhi à Martin Luther King, sans oublier les objecteurs de conscience, de multiples exemples illustrent la nécessité et l'efficacité de ce qui peut être plus qu'une contestation: un témoignage et une action politique. Sur la violence, celle-ci considérée en tant que phénomène politique distinct du pouvoir et de la force brute, constitue le troisième essai. Ses doctrinaires, de Sorel à Fanon et à leurs épigones contemporains, sont analysés notamment au travers des mouvements étudiants, avec une lucidité qui n'exclut pas la compréhension. Politique et Révolution contient des réflexions sur les systèmes politiques en Amérique et en Europe. Quel système peut assurer la plénitude de l'homme et du citoyen?


- Et surtout, pas un mot à la maréchale...
de Hervé Bentégeat
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


En septembre 1914, il y a tout juste cent ans, un obscur colonel nommé Philippe Pétain sort brutalement de l'anonymat, et devient, en quelques semaines, l'un des principaux chefs de l'armée française. Ce futur maréchal a un secret: il aime passionnément les femmes. Reine, espionne, chanteuse, poétesse, célèbres ou inconnues. Au moment de l'offensive meurtrière des Allemands à Verdun, l'état-major le cherche désespérément. À trois heures du matin, on finit par le trouver dans un petit hôtel en galante compagnie. Certaines joueront de leur influence: l'une d'elles tiendra un rôle décisif dans son accession au pouvoir après la défaite de juin 1940. Une autre va devenir son héritière, alors qu'elle est juive. La vie privée de l'homme de l'armistice est pleine de surprises. Dans ce récit Hervé Bentégeat, journaliste et spécialiste d'histoire contemporaine, nous fait entrer dans les coulisses de la grande Histoire.


- Histoire d'une névrose, la France et son économie
de Jean Peyrelevade
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Pourquoi l'enrichissement individuel, fût-ce par le travail, est-il si mal vu chez nous? Comment expliquer que nos constitutions ignorent l'entreprise depuis deux siècles? Sur quelles fondations s'est construit un État monarchique qui voudrait continuer à tout décider lui-même? Quel lien existe-il entre le déclin français et nos fantasmes collectifs? Jamais la névrose française n'a été aussi clairement diagnostiquée. En son temps, Voltaire préférait les "négociants qui enrichissent leur pays" aux "marquis bien poudrés". Mais a-t-il été entendu? Car si les symptômes de cette maladie remontent à la Révolution, ses conséquences sont chaque jour plus évidentes. À travers ce tableau iconoclaste, l'auteur dévoile, au nom de la gauche dont il se réclame, les conditions de la guérison collective d'un pays aujourd'hui en proie à une morosité persistante. Jean Peyrelevade, ancien directeur adjoint du cabinet de Pierre Mauroy, qui a présidé les plus grandes entreprises (Suez, Crédit Lyonnais…), dresse un constat terrible. Par-delà les dysfonctionnements de notre système économique, il livre une véritable réflexion, mêlant expérience du combat politique, érudition historique et pratique aguerrie de la gestion des grands groupes.


- Hôtel Europe
de Bernard-Henri Lévy
Éditions Grasset & Fasquelle / Septembre 2014


Deux textes en vérité. D'abord Hôtel Europe, monologue en cinq actes, dont l'action se déroule le 27 juin 2014, à Sarajevo, en pleine cérémonie de commémoration du déclenchement de la guerre de 1914. Un homme, sans doute un écrivain, est enfermé entre les quatre murs d'une chambre d'hôtel qu'il a connue vingt ans plus tôt et où il est censé préparer le discours qui lui a été commandé pour la circonstance et qui doit porter sur l'Europe, ses valeurs constitutives, son futur et l'état présent de son esprit. Il est seul. Le monde extérieur ne lui parvient qu'à travers l'indistincte clameur qui monte de la rue en fête. Et il a, posé devant lui, un ordinateur où il navigue en quête de vieilles photos, de documents vagues, d'inspiration. Ensuite, Nouvelles vues sur l'Europe, un essai philosophico-politique développant ou élucidant les points les plus énigmatiques du texte théâtral. Il y est question de Husserl, de Heidegger, de la montée des populismes et des souverainismes, du malaise (ou de l'impasse…) dans la civilisation d'aujourd'hui ainsi que des progrès, partout, du nihilisme, et puis, aussi, de la façon dont peut et doit se nouer, ici et maintenant, le triple fil, constitutif du génie européen, de l'esprit d'Athènes, de celui de Rome et du génie de Jérusalem. Un diagnostic. Des solutions. Et des raisons de croire et d'espérer.


- J'ai servi Pétain. Le dernier témoin
Paul Racine. Entretien: Arnaud Benedetti
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Pourquoi, en novembre 1942, Pétain refuse-t-il de partir en Algérie? Pourquoi, dès le début, le Maréchal croit-il à l'entrée en guerre des Américains et à leur victoire probable? Pourquoi, finalement, accepte-t-il de cautionner par sa présence une politique qui s'enfonce tous les jours un peu plus dans la soumission? Qui sont les hommes qui composent, au fil des ans, son entourage? Et ceux qui, à l'intérieur du régime, vont aider et basculer dans la Résistance? Et lui, Paul Racine, patriote laissé presque mort sur le champ de bataille lors de l'offensive allemande de juin 1940, animé par une hostilité constante à l'occupant, pourquoi a-t-il fait le choix de servir le maréchal Pétain? Paul Racine entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État français. Il s'y occupe, entre autres, des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vivra au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partagera le quotidien de Pétain et y croisera toutes les figures de la collaboration, de Laval à Darlan. Il y rencontrera aussi, fait plus surprenant, de nombreux acteurs engagés dans la Résistance tels l'Alsacien Paul Dungler ou le colonel Groussard mais également des personnalités qui, comme François Mitterrand dont il instruira le dossier de francisque, marqueront la vie politique de l'après-guerre. Dans une atmosphère crépusculaire, il assistera, les armes à la main, au départ forcé de Pétain en août 1944. Paul Racine, aujourd'hui âgé de 100 ans, est le dernier témoin du cabinet du maréchal Pétain durant l'occupation nazie en France.


- Jean Vanier
de Anne-Sophie Constant
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Jean Vanier est aujourd'hui connu dans le monde entier pour avoir créé l'Arche il y a exactement cinquante ans, une institution unique, où vivent ensemble volontaires et personnes avec un handicap mental, et qui compte cent cinquante communautés sur les cinq continents. Mais sait-on que le grand fondateur est aussi un philosophe, un maître spirituel qui touche croyants et non-croyants, et un véritable aventurier à la vie pleine de rebondissements? Le livre d'Anne-Sophie Constant brosse d'une plume vive le portrait de ce personnage hors-norme. À l'âge de treize ans, après en avoir arraché l'autorisation à son père (le général Vanier, futur gouverneur général du Canada), Jean Vanier s'engage dans la Royal Navy, en pleine guerre. Puis à vingt-deux ans, alors qu'il est promis à une belle carrière militaire, il quitte tout pour des études de philosophie et de théologie, qui le mèneront jusqu'au doctorat et au professorat. Sa vie bascule encore en 1964 lorsqu'il décide de créer dans un village de l'Oise un lieu de vie avec des personnes handicapées. Plus tard encore, cet homme d'action profondément habité par l'Évangile deviendra un infatigable messager de la paix et de l'œcuménisme. Anne-Sophie Constant, nourrie d'une longue fréquentation des communautés de l'Arche et d'une connaissance intime de l'œuvre de Jean Vanier, met en lumière les influences, décrypte les événements, distingue les hasards qui ont pu déterminer ce destin si singulier. Elle nous fait vivre l'histoire exceptionnelle d'un homme libre.


- L'état nucléaire
de Corinne Lepage
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Les médias parlent souvent de lobby nucléaire. En réalité, ils ne traitent qu'une partie du problème. Aujourd'hui, c'est l'ensemble de l'État français qui est irradié par les nucléocrates et autres défenseurs de l'atome. En tant qu'ancienne ministre de l'environnement et ex-députée européenne, Corinne Lepage sait comment fonctionne ce système bien verrouillé. Dans ce livre extrêmement documenté, elle démonte les idées reçues sur le sujet et dévoile les connexions entre décideurs politiques, industriels prêts à tout et scientifiques formatés par l'idéologie dominante du Corps des Mines et d'EDF. Ce corporatisme, dont les enjeux financiers et sociaux sont colossaux, fait l'objet d'une omerta scandaleuse depuis plus de trente ans, toute remise en question se révélant impossible, dans les faits, en dépit (ou à cause) des alternances politiques. Un document choc qui lève le voile sur les nombreuses dissimulations et les mensonges d'État, et propose une alternative au tout-nucléaire. Avec, en point de mire, un seul objectif: l'intérêt général et notre sécurité.


- La bêtise de gauche
Abécédaire
de Josephine
Éditions Plon / Septembre 2014


La bêtise n'est ni de gauche ni de droite bien sûr, mais la bêtise de gauche est inégalable. Depuis mai 2012, le pouvoir lui donne des ailes. "Elle ose tout" comme disait Audiard. Depuis qu'elle existe la gauche est persuadée d'incarner l'intelligence, la justice et la générosité. Elle veut changer le monde, ou à tout le moins la vie. Et comme elle n'y parvient pas, elle se contente de changer les mots. Elle veut abolir la prostitution. Et pourquoi pas la douleur ou la méchanceté. La bêtise de gauche adore les victimes. Toutes les Léonarda de la terre. Le pauvre, le clandestin, le sans papier sont ses nouveaux héros qui ont remplacé l'ouvrier disparu ou parti au FN. L'école est son champ d'expérimentation préféré. Il est urgent de niveler par le bas. L'école doit aussi enseigner le nouveau catéchisme de la bien-pensance. "Comment appelle-t-on un homme sage-femme?" demande Najat Vallaud-Belkacem à des élèves de CM1-CM2 abasourdis. Réponse dans l'ABC de l'égalité. La bêtise de gauche est vigilante. Elle démasque les riches dès 4 000 euros. La bêtise de gauche roule parfois, masquée, à scooter. La liste est infinie... "Elle ose tout", comme disait Audiard.


- La tentation totalitaire de la gauche
de Michèle Alliot-Marie
Éditions Plon / Septembre 2014


Après avoir détenu tous les pouvoirs, la gauche vient d'être sanctionnée en prenant un sérieux revers électoral aux municipales et aux européennes. Dans ce livre polémique, Michèle Alliot-Marie fait éclater la vérité sur la tentation totalitaire de la gauche. "Oui, ce livre est polémique. Oui, c'est un livre de combat. Je l'ai voulu comme tel. Je n'aime guère l'outrance, je déteste la critique systématique. Je préfère la recherche d'une vérité constructive, mais le moment est venu de faire éclater la bulle des faux-semblants, de révéler l'immense manipulation dont la France et les Français sont victimes. J'ai décidé qu'il était temps de tirer une sonnette d'alarme, parce que j'ai trop le sentiment que les politiques de mon propre camp ont le nez dans le guidon et l'œil fixé sur les prochaines échéances, surtout celle de 2017, sans voir ce qui se tisse, et qui pourtant peut les priver de l'alternance qu'ils souhaitent. J'ai décidé de tirer une sonnette d'alarme, parce que les Français s'exaspèrent des atteintes quotidiennes aux principes de la démocratie républicaine et au nécessaire équilibre des pouvoirs, mais ont l'impression que personne ne les dénonce ni n'en prend même conscience. Alors oui, le ton peut paraître polémique, mais l'analyse ne repose que sur des faits que vous, lecteur, avez pu constater pour certains, mais dont d'autres vous sont encore inconnus, car pratiqués dans des enceintes interdites au public". Michèle Alliot-Marie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:23

- Les abandonnés de la République
de Yves Gery / Christopher Gruner / Alexandra Mathieu
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


Avec un sixième de la superficie de l'Hexagone, la Guyane est la plus vaste région française. Environ dix mille Amérindiens de différentes ethnies y vivent, pour l'essentiel, sur la côte et le long des fleuves. Parmi eux, les Amérindiens du Haut Maroni, installés au cœur de la forêt amazonienne, sont victimes depuis plusieurs décennies d'un drame qui se joue dans le silence et l'indifférence.  Une terrible épidémie de suicides ravage la population, tout particulièrement les jeunes, et l'orpaillage clandestin, source d'une véritable catastrophe sanitaire et environnementale, par la contamination au mercure qu'elle provoque, créé un climat de guerre. Face à cette violence et à des conditions de vie déplorables (absence quasi-totale d'infrastructures, d'équipements et de services publics), la France n'agit pas comme elle le devrait. Elle se contente d'offrir aux Amérindiens, qui ont déjà souffert d'un passé tragique comme d'une acculturation forcée, une nationalité et un drapeau, quelques maigres ressources, mais aucun accès véritable à leurs droits fondamentaux de citoyens français, à la santé et à une éducation respectueuse de leur culture, leur  refusant par là-même le droit d'être Amérindiens. C'est un tableau à la fois bouleversant et accablant qui s'offre ainsi au lecteur au moment même où, devant l'indifférence de la France, les Amérindiens ont décidé de porter plainte contre l'État et tentent de mobiliser l'opinion internationale. Fondée sur de nombreux témoignages, cette enquête menée sur le terrain par Yves Géry, Alexandra Mathieu et Christophe Gruner, saisit la réalité dramatique d'un peuple dont la survie dépend plus que jamais de la République.


- Les banksters
de Marc Roche
Éditions Albin Michel / Septembre 2014


"Je suis un libéral qui a toujours admiré le monde financier et ses opérateurs. Je n'aurais pas, sinon, choisi de couvrir pour Le Monde depuis 25 ans l'univers de Wall Street et de la City. Mais depuis la crise, je suis un libéral qui doute, un déçu du capitalisme, un angoissé de l'avenir. J'ai cherché à comprendre les racines profondes de cette transformation personnelle. Ce carnet de route sans complaisance est à la fois un voyage intérieur et une enquête sur un monde très fermé, celui des Banksters, dominé par l'opacité et l'impunité. Car tout a changé le 15 septembre 2008".  


- Les saboteurs
Quand les politiques bloquent une France qui veut avancer
de Éric le Boucher
Éditions Plon / Septembre 2014


La France souffre de voir son identité se dissoudre. Elle devrait, au contraire, ne rien craindre de l'avenir. Non, le pouvoir d'achat n'a pas diminué et oui, nos enfants auront une meilleure vie, si les politiques ("les petits cochons") ne s'y opposent pas. Le XXIe siècle sera celui des grands défis. Éric Le Boucher s'insurge résolument contre les déclinistes. Les Français, un "peuple fort qui, s'il s'étourdit à caresser des chimères, est invincible dès qu'il a su prendre sur lui de les chasser". Général de Gaulle Puissent les Français décider de chasser leurs chimères d'aujourd'hui. La France n'est pas condamnée au renoncement à elle-même, au contraire. La crise lui offre paradoxalement l'occasion de se rétablir. Elle peut redevenir un modèle de créativité, de justice et d'humanisme. Encore faut-il que la classe politique cesse, comme elle le fait depuis trente ans, de nous saboter l'avenir en nous enfermant dans le passé et en attisant nos peurs. Il est temps de trouver des dirigeants qui osent tourner la France radicalement et positivement vers le XXIe siècle. La classe politique doit être renouvelée, les saboteurs renvoyés.


- Les secrets de la Maison Blanche
de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet
Éditions Perrin / Septembre 2014


C'est le lieu le plus stratégique de la planète, l'un des plus secrets. Là, dans cette mythique Maison Blanche, on a déclenché des guerres, bouleversé le destin de millions de gens, organisé mille coups tordus. En puisant dans des sources récemment déclassifiées, les notes confidentielles des présidents, les archives des services de renseignement, les conversations captées clandestinement à l'intérieur même du Bureau ovale, les auteurs éclairent d'une lumière inédite des événements clés de l'Histoire. Sait-on, par exemple, que Thomas Jefferson a contrecarré le projet de Napoléon d'établir un Empire français en Amérique? Qu'Abraham Lincoln, en réalité réticent à l'émancipation des esclaves, voulait les exiler? Que Franklin Roosevelt s'est engagé dans la Seconde Guerre Mondiale bien avant la déclaration officielle? Que de discrets visiteurs du soir ont convaincu Harry Truman de reconnaître l'État d'Israël? Que Ronald Reagan avait conclu un pacte secret avec le pape Jean-Paul II? Ou que Barack Obama distribue chaque semaine des permis de tuer? Un récit stupéfiant, écrit comme un thriller, qui nous révèle la face cachée de la puissance américaine.


- Larmes de silence
de Jean Vanier
Éditions Plon / Septembre 2014


À l'occasion des 50 ans de l'Arche, Jean Vanier, son fondateur, nous ouvre son cœur dans un texte profond et touchant, une méditation sur la vie, l'amour, l'amitié, la compassion. Accompagnée de magnifiques photos et préfacée par Frédéric Lenoir.


- Médecin catholique, pourquoi je pratique l'euthanasie
de Corinne Van Oost
Éditions Plon / Septembre 2014


Le témoignage exclusif d'une femme médecin, chrétienne engagée, qui, au nom de sa foi, pratique l'euthanasie sur les patients qui en font la demande (en Belgique). Une réflexion inédite sur la place du soignant, ses forces et ses faiblesses face à l'impuissance et la mort.


- Merci pour ce moment
de Valérie Trierweiler
Éditions Les Arènes / Septembre 2014


Un jour, un amour violent a incendié ma vie. Il avait quatre enfants. J'en avais trois. Nous avons décidé de vivre ensemble. Mais la politique est une passion dévorante. Parti de très loin, François Hollande a été élu Président de la République. J'ai été aspirée dans son sillage. Le pouvoir est une épreuve pour celui qui l'exerce, mais aussi pour les siens. À l'Élysée, je me sentais souvent illégitime. La petite fille de la ZUP en première dame: il y avait quelque chose qui clochait. J'ai appris l'infidélité du Président par la presse, comme chacun. Les photos ont fait le tour du monde alors que j'étais à l'hôpital, sous tranquillisants. Et l'homme que j'aimais a rompu avec moi par un communiqué de dix-huit mots qu'il a dicté lui-même à l'AFP, comme s'il traitait une affaire d'État.


- Sommes-nous tous des individus ?
de Maurice Rajsfus
Éditions Cherche Midi / Septembre 2014


Y aurait-il soixante-cinq millions d'individus au pays des droits de l'homme? Au sens où l'entendent les policiers, cela va de soi. Selon ceux qui nous gouvernent, en fonction des alternances, la réflexion est légèrement différente car il y aurait "la France d'en haut" et celle "d'en bas", d'après l'expression délicate de Jean-Pierre Raffarin au temps où il était Premier ministre. Avec cette certitude que les suspects ne peuvent se trouver que dans la masse des individus. Sans que cela soit clairement exprimé, il y aurait des personnes de qualité, souvent bien nées, et une masse d'individus peu recommandables avec, parmi eux, des étrangers venus polluer notre belle démocratie. Il serait trop facile d'en rester à ces constats car nombre d'individus désignés peuvent être tout aussi rétrogrades que ceux qui les dominent. Au-delà d'une triste revue de détail, il reste, pour Maurice Rajsfus, l'espoir d'assister à l'instauration d'une société apaisée où l'être humain serait considéré seulement pour ce qu'il est, et non pas d'abord ou uniquement en fonction de son statut social.


- Une histoire personnelle de la Ve République
de Alain Duhamel
Éditions Plon / Septembre 2014


Depuis 50 ans, Alain Duhamel est le témoin privilégié de la vie politique française. Après le succès de ses Portraits-Souvenirs, il nous livre ici les scènes politiques les plus frappantes, les plus significatives, les plus pittoresques, parfois les plus cocasses et quelquefois les plus sombres auxquelles il a assisté. Une lecture inédite des temps forts de la Ve République. "À partir de 1965, j'eus très vite l'occasion d'assister à nombre de scènes politiques mémorables, publiques ou privées. La presse écrite, les livres, puis la télévision et enfin la radio m'ont permis de le faire sans désemparer depuis un demi-siècle, en assez bonne place pour avoir une vue directe sur les événements et les hommes qui y contribuent. Sous les sept présidents successifs de la Ve République j'ai ainsi, comme toute ma génération, vu défiler sous mes yeux Mai 1968, le départ fracassant du Général, les héritiers puis les alternances, l'Europe s'édifiant puis chancelant, les victoires de la gauche et le retour du libéralisme, les grands conflits sociaux, les fortes querelles sociétales, l'effondrement du communisme, la crise du capitalisme, les guerres civiles de la droite française et la troisième mort du socialisme. Des centaines de scènes politiques, parmi lesquelles j'ai trié celles qui me semblaient les plus frappantes, les plus significatives, les plus pittoresques, parfois les plus cocasses, quelquefois les plus sombres. Comme toute sélection, celle-ci comporte une part assumée de subjectivité et une part nécessaire de hasard. Ma mémoire n'est pas non plus impartiale, personne ne peut revendiquer d'être objectif. J'espère qu'elle est honnête et sans détour". Alain Duhamel


- Affinités révolutionnaires
de Michaël Lowy et Olivier Besancenot
Éditions Fayard / Août 2014


L'histoire du mouvement ouvrier raconte en détail les désaccords, les conflits et les affrontements entre marxistes et anarchistes, jamais les véritables alliances et solidarités agissantes entre ces deux mouvements. Olivier Besancenot et Michaël Löwy ont choisi d'éclairer ce versant ignoré, souvent délibérément, qui révèle la fraternité de leurs combats depuis la Commune de Paris jusqu'à nos jours, souvent au cœur de sanglants affrontements. De Louise Michel  au sous-commandant Marcos, en passant par Walter Benjamin, André Breton et Daniel Guérin. Un livre militant et sensible, porté par l'espoir que l'avenir sera rouge et noir. Ancien candidat à l'élection présidentielle, Olivier Besancenot est membre de la direction du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). Directeur de recherches émérite au CNRS, Michaël Löwy a travaillé sur l'histoire du marxisme en Amérique latine et sur l'écosocialisme.


- Jeter le JT
Réfléchir à 20 heures est-ce possible ?
de William Irigoyen
Éditions François Bourin / Août 2014


Ce n'est pas une polémique anti-médias de plus, mais une franche séance d'explications avec son métier, une mise au net avec la fabrication de l'info audiovisuelle et de son joyau encore à peu près intact: le JT, le journal télévisé de 20 heures. William Irigoyen, lui-même journaliste du sérail, s'insurge ici contre l'info industrielle, les stéréotypes de l'image, la déontologie floutée et surtout, l'étonnante paresse intellectuelle et le manque de prise de risque de la télévision de service public. Si le JT est (encore) considéré comme la grand-messe préférée des Français, un Vatican II de l'info est-il possible? L'auteur le croit et ouvre des piste.


- Les partis vont mourir... et ils ne le savent pas
de Robert Hue
Éditions L'Archipel / Août 2014


La gauche sinistrée est devenue étrangère aux souffrances quotidiennes des gens. Les populismes et l'extrême droite occupent l'espace laissé en jachère. Et l'attitude des Français vis-à-vis des "politiques" passe du désintérêt à l'exaspération. Face à la tentation du repli des citoyens sur eux-mêmes, de nouvelles constructions collectives sont indispensables. Les partis traditionnels sont condamnés à mourir, car ils ne remplissent pas leur mission démocratique. Un "travail de deuil" commence, afin que se revivifie la politique. Adieu "appareils", technostructures vieillissantes et "antichambres du pouvoir" ! Il faut réinventer le goût, l'envie, l'intérêt pour la politique. Afin de remplacer le capitalisme financier qui contamine la mondialisation, une révolution progressiste est possible. Bousculer l'action politique, lui redonner sens et vertu, la construire et la partager: telle est l'ambition de ce livre de réflexion où Robert Hue évoque ses années de formation et de militantisme au PC.


- Premières dames
de Robert Schneider
Éditions Perrin / Août 2014


Qu'y a-t-il de commun entre Yvonne de Gaulle, la prude, et Carla Bruni-Sarkozy, la délurée; Anne-Aymone Giscard d'Estaing, la discrète, fille de la princesse de Faucigny-Lucinge, et Valérie Trierweiler, la twitteuse, fille d'une caissière de la patinoire d'Angers; Bernadette Chirac, la catholique, née Chodron de Courcel, et Danielle Mitterrand, la laïque, fille d'instituteurs socialistes et francs-maçons; Claude Pompidou, fidèle pendant trente ans à la mémoire de son mari, et Cécilia Sarkozy, qui a quitté le sien cinq mois seulement après son élection? Toutes ont connu un destin exceptionnel auquel elles n'étaient ni prédestinées ni préparées. Comment ont-elles vécu cette existence hors du commun, tenu leur place auprès du monarque républicain? Quelle a été leur influence? Pourquoi, à l'exception de Bernadette Chirac, ont-elles toutes été malheureuses à l'Élysée, ce palais prestigieux où elles étaient servies comme des reines? Au terme de plusieurs années d'enquête, Robert Schneider nous fait pénétrer l'intimité de ces huit femmes, loin des clichés sur papier glacé, loin des caricatures dont elles ont été victimes, loin aussi de l'image qu'elles ont tenté de donner d'elles-mêmes. Des portraits savoureux qui retracent un demi-siècle d'histoire contemporaine.


- La république des imposteurs
de Gilles Gaetner
Éditions L'Archipel / Juillet 2014


Autour de François Hollande, des élus sont épinglés par la justice, son ministre du Budget est au cœur d'une faramineuse affaire de fraude fiscale, son ami et trésorier de campagne possède des entreprises aux îles Caïman. Mais lui, le président "normal", n'a rien vu d'anormal pendant des mois et continue de parler de "République exemplaire". Qui sont ou ont été les "maîtres ès dérives" du PS? Jean-Pierre Kucheida, l'ex-baron de Liévin, cacique de la Fédération du Pas-de-Calais, qui attend son jugement. Gérard Dalongeville, ex-maire de Henin-Beaumont, en correctionnelle en mai 2013. Jean-Noël Guérini, encore président du conseil général des Bouches-du-Rhône, mis en examen pour association de malfaiteurs. Sylvie Andrieux, députée du même département, objet de poursuites judiciaires. L'ex-sénateur de l'Hérault Robert Navarro, mis en examen, et ses 40 000 euros annuels de pizzas. Jean-Paul Huchon, président d'Île-de-France, condamné pour prise illégale d'intérêts. Philippe Kaltenbach, sénateur-maire de Clamart, mis en examen pour corruption. Résultat: le PS, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption. Et l'opinion s'exaspère. Veut-on vraiment moraliser la vie politique?


- Au service du palais
de Bernard Vaussion et Christian Roudaut
Éditions Du Moment / Juin 2014


Aucun cuisinier n'a servi autant de présidents français que Bernard Vaussion. Six au total! Quand il fait mijoter son premier plat au "château", le locataire de l'Élysée s'appelle Georges Pompidou. Lorsqu'il y prépare son dernier repas, le maître des lieux se nomme François Hollande. Entre-temps, le jeune commis-cuisinier arrivé au Palais en 1974 s'est hissé au sommet des cuisines de l'État sous Jacques Chirac. C'est à ce voyage "politico-culinaire" que nous convie Bernard Vaussion. À la première table du pays, chaque président impose son style: la cuisine se veut "normale" sous Hollande, au pas de charge avec Sarkozy, conviviale sous Chirac, quasi-monarchique avec Mitterrand, moderne sous Giscard. "Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es". Au fil des pages, on découvre aussi le rôle crucial des premières dames dans ce domaine: de Claude Pompidou à Valérie Trierweiler en passant par l'omniprésente Bernadette Chirac. À travers ses souvenirs à la fois émerveillés, drôles et émouvants, Bernard Vaussion, délié de son devoir de réserve, nous plonge dans l'atmosphère trépidante des cuisines de la République: le stress des dîners de gala, l'intimité des repas privés, les vacances au Fort de Brégançon, la vie mouvementée de la brigade élyséenne. Chef de chef d'État, un métier de l'ombre que l'auteur dévoile par le menu.


- Ce pays qu'on abat
Chroniques 2009-2014
de Natacha Polony
Éditions Plon / Juin 2014


La sélection des meilleures chroniques de Natacha Polony parues dans Le Figaro enfin disponible. Une relecture des grandes questions et des débats qui ont marqué ces dernières années par une plume qui ne mâche pas ses mots.


- Chronique d'une revanche annoncée
de Christelle Bertrand
Éditions Du Moment / Juin 2014


Ce soir-là, il est le seul à ne pas craquer. Autour de lui, on pleure. Étrangement, Nicolas Sarkozy, lui, est serein. Apaise même, diront certains. Pas une larme en tout cas, pas un nœud dans la gorge. Ce soir du 6 mai 2012, après avoir fait ses adieux aux Français, il console à tour de bras. "Allez, ne sois pas triste", lance-t-il aux proches qu'il croise, à l'issue de son discours, dans les coulisses de la Mutualité. "Qu'est-ce qui le fait pleurer? Tu as peur de trop me voir à partir d'aujourd'hui?" Il plaisante parce qu'il sait que, dès le lendemain, il sera en campagne. Une campagne de cinq ans. Il s'apprête à réaliser ce que personne n'a jamais fait: revenir après une défaite. Séduire à nouveau après le rejet. Nicolas Sarkozy aime, les défis autant que la France. Celui-là l'enthousiasme, plus que d'autres. Il confiera à une amie: "Ils ont voulu Hollande, ils vont voir. Ce type est un sucre dans un verre d'eau, il va fondre au contact du réel. Dans un an et demi je serai à nouveau l'homme politique le plus populaire du pays". Nicolas Sarkozy n'avait prévu ni les attaques de François Fillon, ni le retour d'Alain Juppé, et encore moins l'appétit des quadras prêts à lui barrer la route. Il ne s'imaginait pas cerné par les juges, trahi par son gourou, Patrick Buisson, vieilli par son clone, Manuel Valls. Il n'avait pas rêvé non plus que son épouse, Carla, devienne son principal soutien. Chaque jour, depuis mai 2012, Nicolas Sarkozy réécrit ses plans de retour, recrute ses équipes. C'est cette volonté irrépressible de revanche que l'auteur décortique, nourrissant son récit de témoignages inédits. Christelle Bertrand a rencontré les membres de la "firme 2.0" du candidat annoncé qui, jusqu'à présent, sont sagement restés dans l'ombre.


- Le lobby de l'eau
Comment la gauche noie ses réformes
de Marc Laimé
Éditions François Bourin / Juin 2014


La possibilité pour les communes de déléguer la gestion remonte au milieu du XIXe siècle. Les majors du secteur, trois groupes français sur les quatre premiers mondiaux, se chargent de tout. Huit habitants sur dix y sont desservis par un opérateur privé, neuf sur dix dans les grandes agglomérations. On parle d'ailleurs d'école française de l'eau. Une véritable emprise qui, depuis quelques années, suscite de plus en plus, des broncas d'élus, des contestations de citoyens en France et à l'étranger: Contrats léonins, réformes bloquées, qualité de l'eau médiocre, scandale écologique, mépris de la transparence démocratique. Tempête dans un verre d'eau? Voire. La gauche qui devait réformer la gestion publique de l'eau noie ses propres réformes face au lobby. Ancien journaliste d'enquêtes, devenu consultant en eaux et assainissement pour les collectivités locales, Marc Laimé explique comment une centaine de personnes en France font main basse sur la gestion de l'eau et un marché qui génère 22 milliards d'euros chaque année. Sans aucun contrôle et apparemment sans aucun frein.


- Le temps des décisions
de Hillary Rodham-Clinton
Éditions Fayard / Juin 2014


Après sa participation à l'élection présidentielle de 2008, Hillary Rodham Clinton s'attendait à reprendre son siège de sénatrice de New York. À sa grande surprise, son ancien rival dans la course à l'investiture démocrate, Barack Obama, lui a demandé de devenir sa secrétaire d'État. Dans ce livre, elle raconte les quatre années qui ont suivi, extraordinaires et historiques, les décisions qu'elle et ses collègues ont dû prendre, et nous explique en quoi cette expérience a façonné sa vision de l'avenir. Hillary Rodham-Clinton et Barack Obama ont dû renouer des alliances rompues, mettre un terme à deux guerres et affronter une crise économique mondiale. Ils ont assisté à la montée en puissance de la Chine, aux menaces grandissantes de l'Iran et de la Corée du Nord et aux révolutions du Moyen-Orient. Ils ont été confrontés à quelques-uns des plus grands dilemmes de la politique étrangère américaine, en choisissant par exemple d'envoyer des Américains en Afghanistan, en Libye, ou encore de traquer Oussama Ben Laden. Au cours de son mandat, Hillary Rodham-Clinton a visité 112 pays, parcouru plusieurs milliers de kilomètres et acquis un point de vue mondial sur les tendances majeures qui redéfinissent le paysage du XXIe siècle, des inégalités économiques au changement climatique en passant par les révolutions de l'énergie, des communications et de la santé. S'appuyant sur des échanges avec de nombreux leaders et experts, elle expose les défis que les États-Unis devront relever pour rester compétitifs et continuer de prospérer dans un monde interdépendant. Défendant passionnément les droits de l'homme, elle se bat pour une plus grande participation dans la société des femmes, des jeunes et des LGBT. Témoin attentif du changement social de ces dernières décennies, elle sait distinguer les tendances profondes et décrire les progrès visibles chaque jour dans le monde. Elle propose ici aux lecteurs une véritable leçon de politique internationale dans un monde en mutation rapide, un monde qui ne peut pas se passer de l'Amérique. Hillary Rodham-Clinton a occupé la fonction de secrétaire d'État de 2009 à 2013, après presque quarante ans passés au service de l'État en tant qu'avocate, juriste, première dame et sénatrice.


- Marine Le Pen vous dit merci !
de Jean-François Kahn
Éditions Plon / Juin 2014


Sous prétexte de faire barrage au Front National, notre classe politique ne cesse de faire son jeu et de le nourrir. De Fillon et Copé à Mélenchon en passant par BHL et Moscovici, on nous sert le même discours culpabilisant. Comment mieux pousser les classes moyennes dans les bras de Marine Le Pen?


- Nulle part où se cacher
de Glenn Greenwald
Éditions JC Lattès / Juin 2014


Sortie mondiale simultanée dans 20 pays. La plus grosse fuite de l'histoire de l'espionnage. Des nouvelles révélations sur les techniques de la N.S.A pour surveiller les sphères publiques et privées du monde entier et de la France en particulier. Glenn Greenwald est le seul, avec Edward Snowden, à disposer de la totalité des documents de l'affaire dont une faible partie a déjà été publiée. L'histoire au jour le jour de ce que l'on appelle dorénavant "l'affaire Snowden".


- Passions d'État
de Yves Azéroual
Éditions Du Moment / Juin 2014


Il était une fois un président amoureux d'une comédienne. Secrètement amoureux. Jusqu'à ce 10 janvier 2014 où un magazine people a révélé l'idylle en publiant des photos volées. La romance entre Julie Gayet et François Hollande est alors exposée au grand jour. Malgré l'importance de la couverture médiatique, mesure-t-on l'ampleur du drame politico-sentimental qui se joue sous les yeux des Français? Passions d'État, fruit d'une enquête minutieuse et de confidences de proches du couple, montre que certains mystères restent à percer. Car souvent, dans pareille situation, la vérité est ailleurs. Depuis quand les deux amants se fréquentaient-ils? Qui est à l'origine de leur rencontre? De quels stratagèmes le Président a-t-il usé pour tenir Valérie Trierweiler à l'écart des rumeurs parisiennes alors qu'elle avait des doutes sur sa fidélité? Quel homme puissant a agi dans l'ombre pour protéger le chef de l'État et sa maîtresse le plus longtemps possible? Quel rôle politique Julie Gayet tient-elle auprès de François Hollande? Conseillère? Relations Publiques? Ministre de la Culture bis? Malgré sa répudiation, Valérie Trierweiler a-t-elle dit son dernier mot? Toutes les réponses sont dans Passions d'État. Au-delà de cette histoire d'amours compliquées, de femme trompée, apparaît un nouveau François Hollande plus déterminé, assumant ses convictions sociales-démocrates. Mine d'informations inédites, ce livre-enquête fait la lumière sur le trio sentimental qui a vu un "président normal" devenir un homme ordinaire.


- Quelle France dans dix ans ?
de Jean Pisani-Ferry
Éditions Fayard / Juin 2014


Les Français ne sont pas le plus mal loti des peuples, que ce soit en termes de niveau ou de qualité de vie. Pourtant, ils sont les plus pessimistes quant à leur avenir. Désunis et comme paralysés, ils se sentent mis à l'écart du progrès et peinent à se projeter dans l'avenir. Pouvons-nous inverser la tendance? Quels buts la France peut-elle rêver d'atteindre dans dix ans? Quelles priorités doit-elle se fixer? Quels moyens doit-elle se donner? Ces questions, le président de la République et le Premier ministre les ont posées à Jean Pisani-Ferry et aux équipes de France Stratégie (Commissariat général à la stratégie et à la prospective). Pour y répondre, ceux-ci ne se sont pas contentés d'un travail en chambre. Ils ont interrogé les Français. Ils ont sillonné le pays à la recherche des initiatives qui préparent nos lendemains. Ils ont recueilli les propositions des jeunes. Ils ont dialogué avec des parlementaires de tout bord. Ils ont écouté les think tanks, les partenaires sociaux et les associations. Ils ont confronté leurs analyses à celles des meilleurs experts français et internationaux. Cet ouvrage offre au lecteur l'essentiel d'un travail ambitieux, rigoureux et exemplaire. Jean Pisani-Ferry est, depuis le 1er mai 2013, commissaire général à la stratégie et à la prospective. Il a été directeur de Bruegel, centre de recherche et de débat sur les politiques économiques en Europe qu'il a contribué à fonder en 2005 à Bruxelles. France Stratégie, nom d'usage du Commissariat général à la stratégie et à la prospective, conseille le gouvernement pour la détermination des grandes orientations de l'avenir de la nation au travers de ses quatre métiers: évaluer, anticiper, débattre, proposer.


- Un partenariat pour l'avenir
de Hubert Védrine
Éditions Fayard / Juin 2014


L'Afrique est appelée à être l'un des pôles majeurs de la mondialisation du XXIe siècle. Depuis quelques années, les appels à l'investissement et à la confiance dans l'éveil économique du continent africain se multiplient: l'Afrique est présentée comme le nouvel "eldorado", qui aiguise une véritable course aux marchés engagée par des pays de plus en plus nombreux. Si elle représente aujourd'hui 2 % du commerce mondial, elle est le continent qui a connu la plus forte croissance dans les échanges internationaux entre 2000 et 2011; l'indice de développement humain s'y accroît; et d'ici 2050, la population aura doublé pour atteindre quasiment 2 milliards d'individus, ce qui en fera l'un des plus grands marchés du monde. Favoriser de manière concrète cette nouvelle dynamique économique en mettant en œuvre un partenariat entre l'Afrique et la France, tel est le défi que propose cet ouvrage issu d'un rapport au ministre de l'Économie et des Finances réalisé par Hubert Védrine, Lionel Zinsou, Tidjane Thiam, Jean-Michel Severino et Hakim El Karoui.


- Dans les entrailles du pouvoir
de Stéphanie Von Euw
Éditions Du Moment / Mai 2014


Paul est nommé secrétaire d'État à la Construction et aux Énergies. Un nouveau monde s'ouvre à lui. Celui du pouvoir, qui implique d'être armé pour pouvoir l'affronter, au risque de se faire broyer. Cette arme, c'est son cabinet. Un cabinet qu'il doit constituer, selon des codes bien arrêtés. Tantôt cocon, famille, "firme" (comme ont été surnommés les membres du cabinet de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2004), tantôt jungle, théâtre d'ombres ou lieu de complots, un cabinet ministériel est un lieu d'exercice du pouvoir pour apprentis politiques, fonctionnaires engagés ou conseillers occultes. Quelle que soit leur ambition, tous ont mis leur vie entre parenthèses le temps de cette expérience de quelques mois ou quelques années, dont ils sortiront grandis ou meurtris, présumés puissants ou "has been". Au fur et à mesure des réunions de cabinet, des déplacements de terrain, des pièges parlementaires ou des conflits interministériels, Paul, Sophie, Caroline et les autres font l'apprentissage du pouvoir. Mais la cour des grands est un tout petit bac à sable où la moindre erreur peut se révéler fatale. À travers ce récit basé sur des expériences vécues de l'intérieur, vous découvrirez la face cachée des cabinets ministériels où l'urgence, la maîtrise de l'image et de la parole mais aussi l'art de brasser de l'air guident chaque instant de ces laboratoires du pouvoir. La République comme vous ne l'avez jamais vue.


- En tout espoir de cause
Le monde de demain a déjà commencé
de Philippe Dessertine
Éditions Anne Carrière / Mai 2014


Notre époque est celle d'un tournant majeur, historique. La crise économique commencée en 2007 avec les subprimes annonçait la fin d'un monde. Le nouveau modèle se met en place, sous nos yeux, parfois sans que nous y prenions garde. Une chose est sûre: nos enfants, nos petits-enfants ne vivront pas comme nous; ils seront sans doute épouvantés par les folies de notre temps. Ce livre positif, optimiste, veut d'abord dire à la nouvelle génération, celle du numérique, des big datas, des impressions 3D, que les temps qui viennent lui appartiennent. Dans la première partie, les trois grandes révolutions, celles de l'agriculture, de l'énergie et surtout de l'univers numérique, sont présentées comme les réponses aux impasses dans lesquelles le monde semble enfermé. La dette, mais aussi le réchauffement climatique, l'expansion démographique, l'urbanisation anarchique et galopante ne sont pas une fatalité. L'humanité dispose déjà des moyens d'éviter ces périls, la mutation a commencé. Il suffit d'y croire, d'accepter le pari du futur, au lieu de rester arcbouté sur les ressorts anciens. Il suffit aussi d'effacer le résultat de nos folies passées, dont la dette publique est l'une des formes les plus terrifiantes. Cette fameuse crise, on y revient dans la deuxième partie, est en fait celle des riches vieillards d'Occident, qui tentent par tous les moyens de stopper une évolution dont ils seront les premières victimes. Leur conservatisme en est à l'origine même, et il constitue la clef de lecture de nombreuses mesures prises pour "gérer" la crise, en réalité pour la prolonger et pour éviter à tout prix l'avènement du monde nouveau. En troisième partie sont évoquées les conditions fondamentales pour que les vieillards ne "tuent" pas les jeunes, pour que les grands projets voient le jour, pour qu'au lieu de ralentir les grandes mutations s'accélèrent et que les gamins d'aujourd'hui, ceux de demain trouvent leur place dans une société apaisée.


- Jaurès le prophète
de SophieViguier-Vinson et Éric Vinson
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Tout le monde croit connaître Jean Jaurès, icône républicaine, qui demeure encore dans les mémoires, cent ans après sa mort, le père du socialisme français, le fondateur de L'Humanité, l'historien de la Révolution française, l'inlassable combattant dreyfusard, le champion parlementaire de la séparation des Églises et de l'État, le pacifiste assassiné à la veille de la Grande Guerre. Mais d'où lui venait ce souffle qui l'habitait, quel était le fondement de son élan humaniste, et en quoi croyait-il? Éric Vinson et Sophie Viguier-Vinson nous donnent à voir le vrai visage de Jaurès, celui du penseur et du "mystique" qui a inspiré le politique. Car Jaurès est non seulement un philosophe, normalien, agrégé et docteur rivalisant avec Bergson, mais aussi un authentique spirituel. Si l'on néglige sa thèse sur La Réalité du monde sensible, si l'on passe à côté de sa spiritualité, qui s'oppose au pouvoir temporel de l'Église catholique, mais reconnaît en l'homme la présence du divin, on ignore les principes mêmes qui ont guidé toute son action. Voici donc un Jaurès "prophète" d'une laïcité spirituelle, qui a encore beaucoup à nous apprendre pour construire l'humanisme de demain.


- L'Europe au banc des accusés
Pour en finir avec les idées reçues
de Catherine Chatignoux et Renaud Honoré
Éditions Plon / Mai 2014


L'Europe est plus que jamais mise au banc des accusés. La querelle s'annonce passionnée et d'autant plus cruciale qu'elle a toutes les chances de profiter aux partis nationalistes et populistes. À chacune des accusations portées contre l'Europe, les auteurs apportent des réponses courtes et argumentées. Un ouvrage à la fois ludique et informatif, impertinent et sérieux. Accusée Europe, levez-vous! Après cinq ans de crise économique, l'Union européenne a la dégaine du coupable idéal, et il n'y a guère de calamités dont elle soit présumée innocente. Partout sur l'échiquier politique, son procès est ouvert. De l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par les partis de gouvernement, c'est le même concert de critiques et de réprimandes. La liste des accusations est interminable:
L'Europe est un monstre antidémocratique.
L'Europe se mêle de ce qui ne la regarde pas.
L'euro est un échec cuisant.
L'Europe est l'ayatollah du libéralisme économique.
L'Europe ne se préoccupe pas de ses citoyens.
L'Europe est aux mains des lobbies.
L'Europe ne protège pas contre la mondialisation.
L'Europe a accueilli trop de pays.
L'Europe est dirigée par des nuls.
Faut-il désespérer de l'Union? À chacun de ces griefs, les auteurs, loin de défendre aveuglément l'Europe, apportent des réponses claires et argumentées, dans un récit vivant bourré d'anecdotes. Un ouvrage à la fois informatif, impertinent et indispensable pour comprendre enfin comment fonctionne cette Europe si décriée.


- L'Europe: Dernière chance pour la France !
de Jean Arthuis
Éditions Calmann Lévy / Mai 2014


Tout va mal, et les Français sont encouragés à considérer l'Europe et sa monnaie unique comme la source de tous leurs maux. Par l'abstention ou le vote protestataire, ils sont tentés de saboter tout ce qui a été construit depuis quarante ans. Cette situation révolte Jean Arthuis, bien qu'il en comprenne les causes: l'ineptie d'avoir doté des pays avec des économies aussi disparates que l'Allemagne et la Grèce d'une monnaie unique; la frénésie d'élargissement qui aggrave le problème année après année; l'hypocrisie et la veulerie des gouvernements de l'Union, dont celui de la France, qui s'emploient à rendre inopérant un système qu'ils font mine de défendre en faisant de l'Europe le bouc émissaire commode de tous leurs échecs. Mais revenir à une France isolée et sortir de l'euro n'est tout simplement pas envisageable: qu'on le veuille ou non, l'économie s'est mondialisée, et de surcroît, notre énorme dette publique est libellée en euros. Un franc dévalué précipiterait le pays dans l'abîme, n'en déplaise aux irresponsables qui font miroiter cette fausse solution. Si le salut ne peut venir d'un repli sur soi, le fonctionnement de l'Europe doit en revanche être radicalement transformé. Avec sa lucidité et son franc-parler coutumiers, Jean Arthuis affirme que la France ne peut s'en sortir seule. L'Europe est sa dernière chance, à condition qu'elle se requalifie en se réformant elle-même et fasse de la zone euro l'embryon du fédéralisme européen. La métamorphose de l'Europe conditionne sa vocation de puissance mondiale.


- L'Europe sous la menace national-populiste
de Jean-Christophe Cambadelis
Éditions L'Archipel / Mai 2014


De la Hongrie à la Suisse, l'Europe communautaire est de plus en plus tentée par les solutions populistes. La déconstruction des États-nations, l'émergence d'une droite xénophobe, d'un national-populisme est dangereuse: elle mène à terme à la guerre civile ou au recours à un état autoritaire. Jean-Christophe Cambadélis analyse les métamorphoses de ce phénomène en Europe et expose la défaite de la pensée progressiste au détriment d'un nouveau "politiquement correct": l'identité nationale, voire régionale, qui favorise les tendances centripètes à l'œuvre en Europe. À la veille des élections européennes, un pavé dans la mare quand on sait que les partis populistes devraient compter près de cent eurodéputés sur les 754 siégeant au Parlement européen.


- La marque Europe
de Georges Lewi
Éditions François Bourin / Mai 2014


Et si l'Europe était une marque? Plutôt que les sciences politiques, un spécialiste de la gestion des marques, Georges Lewi, a tenté une analyse avec ses propres moyens d'investigation. Le résultat est étonnant et stimulant. Un mythe est une histoire à laquelle des gens croient, une marque est une histoire que des gens achètent. Dès 1951, l'Europe se présente aux Européens comme un espoir fou, un mythe auquel on n'osait plus croire. Le retour du mythe de l'âge d'or fondé sur la paix, le bien-être et l'équité. Hugo en avait rêvé, les Européens contemporains vont faire passer ce mythe du rêve à la réalité. Europe: un mythe génial, un cauchemar politique. Mais pour qu'un mythe géopolitique puisse se réaliser, il doit se frotter au réel, à la durée et passer par le stade de la marque, "ce mythe qu'on achète". Le beau mythe est progressivement saccagé par une gestion catastrophique de la  marque et de sa communication. Quand l'Europe parle, on ne sait même plus qui est l'émetteur. En conséquence, le mythe lui-même s'évapore car nul n'est capable de lui donner désormais une réalité géographique, politique, économique, morale… Chaque élection européenne devient un enjeu non de gouvernance du parlement européen mais un référendum pour ou contre l'Europe. Du jamais vu dans aucune élection. C'est désormais à mythe contre mythe que l'avenir de l'Europe se joue


- La transparence et la vertu
de Daniel Soulez-Larivière
Éditions Albin Michel / Mai 2014


Aujourd'hui, l'idéalisation médiatique de la transparence en fait une vertu au nom de laquelle le vol et la publication d'écoutes et de documents secrets en tout genre seraient légitimes. Daniel Soulez-Larivière éclaire l'ambiguïté fondamentale de cette transparence abusivement sacralisée. À partir des "affaires" (Bettencourt, WikiLeaks, Snowden…), et en revisitant l'Histoire, il dénonce les dangers de sa revendication dogmatique, qui fait basculer dans un monde manichéen où tout serait forcément bon à dire, où le respect de l'intimité, donc du secret, serait par définition suspect. Pour la société comme pour le citoyen, un tel monde irait à rebours de la vérité, avec les plus grands risques pour la démocratie, et de la justice. Car la transparence n'est pas plus une vertu que le secret. Ce sont les deux faces d'une médaille qui constituent avant tout des techniques politiques, judiciaires et médiatiques, dans un exercice du pouvoir "normal", et non pas machiavélique ou totalitaire. La politique est ainsi l'art de voiler et de dévoiler.


- Le crépuscule de la démocratie
de Nicolas Grimaldi
Éditions Grasset & Fasquelle / Mai 2014


"Tout a toujours très mal marché". C'est la leçon que Péguy avait tirée de l'histoire. En observant que tout va mal, nous n'avons donc aucune raison de nous lamenter. C'est la preuve que tout va aussi bien que jamais. Dans ce court essai, Nicolas Grimaldi dresse un constat de la situation politique contemporaine. Ni critique, ni polémique, c'est un état des lieux. Qu'en est-il de ce qui nous tient lieu de démocratie? Dans un aussi vaste pays que le nôtre, il va de soi que la volonté populaire ne peut être que déléguée. Son expression se résume donc à ce qu'en manifestent ses représentants. Toute la vie politique se réduit par conséquent au mode de leur désignation, à leur capacité d'instruire les problèmes de la nation, et à l'indépendance de leur jugement par rapport aux initiatives du gouvernement. Or que représentent aujourd'hui ceux qu'une ancienne coutume nous fait encore désigner comme "les représentants du peuple"? Les plus audacieux représentent ceux qui les ont élus. Les plus disciplinés représentent leur parti. Lorsqu'ils appartiennent à la majorité, la voix de leur parti est celle du gouvernement. Mais comme leur investiture dépend de quelques caciques du parti, ils représentent dans le parti la tendance de ces barons. Autant reconnaître, par conséquent, que ces régimes parlementaires n'ont quasiment plus rien ni de démocratique ni de républicain. Aussi ne peut-on se retenir d'en poser aujourd'hui la question: la démocratie n'est-elle pas chose trop précieuse et trop importante pour être abandonnée à ses représentants?


- Les Cinq-Mille
Fortune et faillite de l'élite française
de Simplicius Aiguillon
Éditions Cherche Midi / Mai 2014


La France est désorientée. Si les explications ne manquent pas, aucune ne met en cause ceux qui, chaque jour, le plus souvent dans l'ombre, prennent les décisions capitales pour le pays. Leur pouvoir est tel qu'ils sont peu visibles, et jamais coupables. Pourtant, ils existent, ils seraient l'élite de la nation. Les auteurs de cet ouvrage, réunis dans un collectif non partisan sous le nom de Simplicius Aiguillon, mettent, pour la première fois, un nom sur les responsables réels du mal dont souffre la France: les 5 000 membres d'une hyper-élite française qui dirigent de droit ou de fait le pays, et dont l'archétype est "le Cinq-Mille". Ils sont hauts fonctionnaires, élus, personnalités politiques, grands patrons du public ou du privé, journalistes vedettes et autres communicants. La communauté du Cinq-Mille est une méritocratie jalouse de son train de vie princier, de ses avantages en nature, de ses offices réservés et des faveurs fiscales exorbitantes qu'elle s'est octroyées. Homogène, malthusienne et restreinte à l'extrême, elle jouit de ses privilèges et de la toute-puissance qu'elle doit à son contrôle de l'appareil étatique. Livrée à l'égoïsme du Cinq-Mille qui n'a ni réelle orientation ni grand dessein pour elle, la France, désarmée, subit les conséquences de son échec dans sa conduite. Par ce livre qui dévoile la fortune et la faillite des vrais responsables, Simplicius Aiguillon n'entend pas proposer des recettes miracles, mais ouvrir le débat sur une réforme urgente et préalable à toute autre, celle de l'élite française.


- Les flingueurs
Anthologie des cruautés politiques
de Patrice Duhamel et Jacques Santamaria
Éditions Plon / Mai 2014


Patrice Duhamel et Jaques Santamaria nous invitent à découvrir, sous la forme d'un dictionnaire, les personnalités, les discours, les décisions et les duels politiques les plus cruels. Des bons mots de Clemenceau aux duels de Gaulle/Pompidou, Giscard/Chirac, Sarkozy/Fillon, mais aussi les affaires, le "Hollande bashing"...


- M. le président, je te fais cette lettre
de Valérie T.
Éditions L'Archipel / Mai 2014


Au motif qu'il se prénomme François et qu'il est président de la République, Monsieur Hollande s'est pris pour Dieu et a chassé du paradis élyséen sa compagne, Valérie Trierweiler, répudiée par voie de communiqué à l'AFP après avoir été brièvement exilée dans un service psychiatrique comme une vulgaire dissidente soviétique. De quoi provoquer la colère de la malheureuse. Témoin privilégié de la grande et petite histoire, voici le journal apocryphe qu'elle a tenu durant les vingt mois passés à l'Élysée aux côtés François Hollande. Elle y revient sur plusieurs épisodes qui firent en leur temps la Une de la presse, notamment l'affaire du tweet de soutien à Olivier Falorni, candidat à La Rochelle contre Ségolène Royal, ou les différents complots ourdis contre elle par l'entourage proche du chef de l'État. Guidée par le seul souci de rétablir la vérité, Valérie T. nous brosse un tableau insolite et insolent de la vie politique française des derniers mois et n'épargne personne.


- Nouveaux enjeux internationaux
de Roland Dumas et Charles Crettien
Éditions Cherche Midi / Mai 2014


En mars 2012, Vladimir Poutine, réélu président de la Fédération de Russie, annonce dans la presse moscovite les fondements de sa politique de défense. Elle tourne le dos à toutes les tentatives de détente et de désarmement initiées sous Gorbatchev. La guerre civile en Syrie apporte la tragique démonstration des dangers qui menacent l'équilibre international alors que nous n'avions pas prêté attention ni considération à la nouvelle politique d'un pays, la Russie, qui démontre, en septembre 2013, qu'elle joue un rôle déterminant sur la scène internationale. Roland Dumas et Charles Crettien analysent le drame syrien, la situation au Moyen-Orient, au Sahel, au Maghreb, en Afrique et partout dans le monde où ces nouveaux enjeux internationaux doivent être appréhendés en gardant en tête les leçons du conflit syrien comme celles des interventions militaires en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Mali. Ils soulignent les dangers que représente l'irruption des religions dans le contexte international. Ils condamnent les improvisations d'une diplomatie française discréditée, le manque d'analyse et les attitudes bellicistes, stériles et dangereuses de son chef. Ils appellent au retour d'une politique internationale fondée sur le dialogue, y compris avec la Russie. Ils refusent de croire que la guerre puisse être une solution.


- Parions France !
Petit traité d'optimisme pour les générations futures
de Xavier Louy
Éditions Cherche Midi / Mai 2014


La France est-elle condamnée à subir la domination de la Chine et des pays émergents? Doit-elle se résoudre au déclin de son économie? Ce n'est pas l'avis de Xavier Louy, qui dresse ici un inventaire passionnant du potentiel industriel de notre pays en passant en revue les nombreuses filières et les entreprises françaises qui font la course en tête. Mieux, il démontre comment la France, grâce à son territoire planétaire, à son immense domaine maritime, deuxième au monde et premier par sa diversité, et à ses savoir-faire performants, possède tous les atouts pour accéder à la première place mondiale à l'horizon 2050. Message d'espoir basé sur une analyse fouillée et rigoureuse, ce livre propose aussi des pistes concrètes et parfois iconoclastes pour parvenir à relever ce défi qui se veut d'abord un projet pour les jeunes Français.


- Si la banque m'était contée
de Jean-Philippe Bidault
Éditions Du Palio / Mai 2014


Par leur esprit d'entreprise et leur sens du risque, les banquiers façonnent la société: ils la financent, la transforment, l'inspirent. Pourquoi, en dépit de son utilité économique et de son rôle philanthropique, la figure du banquier est-t-elle incomprise de l'opinion publique? Pour répondre à cette question, Jean-Philippe Bidault s'est penché sur cinq moments clés de l'histoire bancaire française: les révolutions de 1789 et de 1848, l'aventure des Pereire sous le Second Empire, l'affaire de la Banque industrielle de Chine à l'aube du XXe siècle, et la chute du Crédit Lyonnais à son crépuscule. Au fil des tableaux vivants que propose l'auteur, on découvre que la banque, l'administration et la politique ont toujours su se réunir dans d'improbables combinaisons pour maintenir la confiance lorsque celle-ci vacille. Dans un mélange des genres où chacun dépasse les conventions, on entend Talleyrand et Mirabeau raisonner en banquiers, les Rothschild en hommes d'État, les diplomates en hommes d'affaires et les hauts fonctionnaires en capitaines d'industrie. Et l'on découvre que, comme il y a une raison d'État, il existe une "raison bancaire" qui condamne le banquier à une position ambiguë, où il suscite à la fois curiosité et méfiance, hostilité et envie, respect et dérision. Parce que l'argent est affaire de passion, celui dont la mission est de le faire circuler, inspire à son tour les passions.


- Tout est fichu !
de Christine Clerc
Éditions Albin Michel / Mai 2014


On croyait connaître de Gaulle et tout savoir de l'homme comme du personnage public. L'image qu'il a fixée de son vivant, celle d'un "Connétable" que rien n'affecte, domine encore. Mais il est un autre de Gaulle, inconnu, secret, vulnérable. Très loin de la légende et des clichés. Un homme qui traverse de profonds moments de doute et songe parfois à l'exil, voire au suicide. Pendant la Première Guerre Mondiale, où il est fait prisonnier, comme en 1940, à Dakar, quand il est accueilli par des tirs alors qu'il espérait rallier la population à la France libre, il perd espoir. En janvier 1946, lorsqu'il démissionne de sa fonction de président du Gouvernement provisoire, en décembre 1965, au soir du premier tour de la présidentielle, quand il se voit mis en ballottage par Mitterrand, et bien sûr en mai 1968, il croit voir la France se défaire sous ses yeux. Cette face inconnue du Général, ses coups de blues, n'était perçue que par ses proches collaborateurs et sa femme, Yvonne. Avec une connaissance intime de l'histoire et des ressorts du personnage, Christine Clerc lève le voile. Elle met en scène ces moments où de Gaulle, en artiste qu'il était, désespéra de tout. De lui-même, et de son grand amour, la France.


- Ukraine
L'indépendance à tout prix
de Annie Daubenton
Éditions Buchet Chastel / Mai 2014


Pour "quitter" l'Union soviétique, il ne suffit pas de la désagrégation d'un "bloc", d'un putsch raté et de déclarations de souveraineté. Des murs tombent et des traités sont bons à jeter, mais quels épisodes un État nouveau traverse-t-il en quelque vingt années, fût-il en quête de démocratie et de valeurs européennes? L'Ukraine aura fait figure de pionnière en matière de subversion, révolution démocratique, révolution civile, "révolution orange", elle n'en est pas moins confrontée à toutes les difficultés propres aux pays issus de l'Union soviétique: bataille avec les structures de l'ancien régime, lutte contre la corruption, mutation dans les mentalités. La population parfois freine, puis prend de l'avance sur ses dirigeants qui se comportent comme des nouveaux riches de la politique, davantage soucieux d'exhiber le droit que de l'appliquer. Annie Daubenton explore le kaléidoscope ukrainien en juxtaposant des approches qui touchent à l'histoire, à la vie de la société, à l'analyse des pouvoirs anciens ou nouveaux, sans oublier le caractère romanesque des égarements d'un État qui se cherche. Il en ressort un livre qui éclaire un pays mal connu, sinon sous la forme de quelques clichés, la "révolution orange", Viktor Iouchtchenko, le président au visage grêlé, ou Ioulia Tymochenko, Premier ministre, auréolée d'une natte, pour entrer dans les méandres d'un État en construction où parfois l'absurde le dispute au paradoxe ou à une forme d'idéalisme.


- Ainsi nous parle Jean Jaurès
de Jean Jaurès
Éditions Fayard / Avril 2014


Le 31 juillet 1914, l'assassinat de Jaurès laissait le champ libre au déclenchement de la guerre. Cent ans plus tard, la mémoire du pacifiste, du républicain, du tribun socialiste est toujours présente et revendiquée. Mais souvent cette référence à Jaurès demeure vague ou ne s'appuie que sur quelques citations. Ce recueil a pour vocation de replonger le lecteur au cœur de la pensée jaurésienne. Il pourra retrouver des discours qui sont devenus des classiques ("République et socialisme", "Pour la laïque", "Discours à la jeunesse"). Il aura aussi l'occasion de découvrir ou de redécouvrir des aspects moins connus: Jaurès face à la violence d'État ou à l'immigration, Jaurès cherchant les voies d'un dialogue avec les civilisations non-occidentales, ou Jaurès observateur de la première mondialisation. Loin d'être un hommage au passé, ce livre entend montrer que la réflexion jaurésienne est, plus que jamais, d'une brûlante actualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:19

- Contre la justice laxiste
de Philippe Bilger
Éditions L'Archipel / Avril 2014


Durant sa vie professionnelle, notamment à la cour d'assises de Paris, Philippe Bilger a affronté etaussi tenté de comprendre les criminels. Face à la montée d'une délinquance de plus en plus juvénile, il ne supporte plus la mansuétude perverse de la gauche, les explications sociologiques hypocrites, la culpabilisation des élites. Non, estime-t-il, ce n'est pas la prison qui crée le crime, c'est le criminel. La justice selon Mme Taubira, obsédée par la surpopulation carcérale et qui ne pense qu'à vider les prisons, oublie juste un détail: les victimes. Peines de substitution, probation: du vent, de la démagogie, de l'idéologie. L'actuelle Garde des Sceaux pratique la politique du verbe. Elle incarne toutes les tares d'une gauche morale qui fait fi des réalités. Cet essai dresse un tableau sans concession de notre justice, qui n'est d'ailleurs pas l'apanage de la seule gauche et qu'une certaine droite a parfois essayé de copier.


- Incorrect
de Aymeric Caron
Éditions Fayard / Avril 2014


Les réacs, néoconservateurs et autres fachos sont aujourd'hui en position de force en France. On les voit et on les entend partout, et leurs idées dominent désormais le débat. Comment cette emprise idéologique est-elle possible? Quelle est la responsabilité de la classe politique et des médias? Et surtout, leurs arguments sont-ils valides? Dans ce livre, le journaliste Aymeric Caron fait tomber les masques et révèle les impostures sur lesquelles s'appuient les maîtres à penser faux. Il démontre comment les radios, télévisions et journaux se font complices d'une manipulation dont les Français n'ont pas conscience. Il s'attaque aux porte-parole de ce charlatanisme qui squatte les micros. Pendant un an, il a disséqué tous les arguments véhiculés sur les sujets particulièrement sensibles que sont l'immigration, l'insécurité et l'islam. Il a analysé les vraies statistiques, rencontré les meilleurs experts, décortiqué les JT, et il s'est plongé dans les discours alarmistes pour les confronter à la réalité. Aymeric Caron nous livre un récit qui est celui du grand mensonge mais aussi celui, plus personnel, d'un journaliste dont les prises de position dérangent. Il dévoile les réactions les plus violentes auxquelles il doit faire face. Et en miroir à cette prétendue gauche bobo vilipendée par la droite la plus dure, il dénonce l'émergence d'un nouveau courant: la droite bobards. Aymeric Caron est journaliste. Après Canal+ et Europe 1, il a rejoint, à la rentrée 2012, l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couché".


- L'Europe
de Élisabeth Guigou
Éditions Cherche Midi / Avril 2014


Les défis à venir de la première puissance économique mondiale. Plus que jamais, l'Europe est notre avenir. Première puissance économique au monde, seul espace politique où la peine de mort est abolie, référence universelle pour ses valeurs, sa justice sociale et son modèle de développement, premier donateur d'aide au développement des pays du tiers-monde, l'Europe est enviée à l'extérieur de ses frontières. Les peuples privés de liberté, de droits, d'éducation, de protection sociale la regardent comme un modèle et un espoir alors que certains Européens s'en écartent, voire la rejettent. Serait-elle devenue une entité bureaucratique déconnectée de leurs attentes et de leurs besoins? Un gouffre se creuse entre l'Union européenne et la majorité de ses citoyens, qui aujourd'hui menace l'idée même d'Europe. Ce diagnostic n'est pas totalement infondé. Les dirigeants de l'Union européenne n'ont pas vu venir la crise. L'Europe est pourtant notre seule chance dans la mondialisation. Encore faut-il lui fixer un cap et des priorités. C'est possible, si l'on retrouve pragmatisme et vision, volonté et courage. De la crise, naîtra la nouvelle Europe.


- L'horreur fiscale
de Irène Inchauspé et Sylvie Hattemer
Éditions Fayard / Avril 2014


L'horreur fiscale, ce n'est pas seulement le taux d'imposition élevé qui touche les Français. C'est un système déréglé, incohérent, opaque et, qui plus est, injuste. Irène Inchauspé et Sylvie Hattemer, journalistes économiques, ont mené l'enquête, épluché des rapports, rencontré des experts, soulevé les tapis, débusquant les idées reçues, les démonstrations biaisées, les fausses solutions. Et elles ont découvert que la préférence française pour l'impôt a abouti à une situation bien pire encore que ce que l'on pouvait imaginer. Classes moyennes, chefs d'entreprise, héritiers, retraités: personne n'échappe à la tonte généralisée. Et le pire, c'est que cette rafle fiscale ne sert à rien, puisque la dette continue à progresser. Alors, oui, les Français sont en colère, et ils expriment leur ras-le-bol avec les armes à leur portée: les plus riches s'exilent, les grands groupes délocalisent une partie de leurs équipes dirigeantes, les patrons créent leur entreprise à l'étranger. Ceux qui restent manifestent dans les rues, et les autres se révoltent en silence, soit en travaillant moins, soit en basculant dans la fraude. Il va falloir faire preuve de courage et d'imagination pour nous sortir de là. En étudiant non seulement les recettes utilisées par les pays qui s'en sont sortis, mais aussi ce qui s'est fait en France dans le passé, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, lorsqu'il s'agissait de reconstruire le pays. Rien ne nous empêche de monter sur des épaules de géants pour voir plus loin.


- L'oreille de Cahuzac
Dans les coulisses d'un scandale
de Michel Gonelle
Éditions François Bourin / Avril 2014


De l'affaire Cahuzac, il a tout entendu. Malgré lui. Un beau jour de 2001, par une erreur de manipulation, Jérôme Cahuzac déclenche sur son téléphone mobile, le contact de son adversaire politique, maire de Villeneuve-sur-Lot, Michel Gonelle. Le mobile enregistre alors cette déclaration étonnante: à un interlocuteur, Cahuzac évoque un compte en Suisse. Et vous, que feriez-vous d'un secret dont vous n'êtes pas le destinataire? Dans ce récit personnel, Michel Gonelle raconte comment il a su et pourquoi il a conservé durant des années, un document sonore politiquement explosif. Comment celui-ci a fait l'objet de toutes les convoitises et tous les embarras politiques et curiosités médiatiques. Qui mieux que Michel Gonelle pouvait raconter les coulisses de l'affaire, dont il fut l'épicentre? Au-delà de l'affaire Cahuzac, l'un des plus gros scandales de la 5e république, une question nous concerne tous: et vous, que feriez-vous d'un secret dont vous seriez le détenteur sans le vouloir?


- La cérémonie cannibale
de Christian Salmon
Éditions Fayard / Avril 2014


La politique est passée de l'âge de la joute à celui de l'interactif. L'homme d'État apparaît de moins en moins comme une figure d'autorité, une instance productrice de normes et de plus en plus comme quelque chose à consommer. C'est là le résultat d'une certaine impuissance à exercer le pouvoir, sous l'effet conjugué du néolibéralisme et des nouvelles technologies. L'État est désormais désacralisé, profané par les médias, ridiculisé par les marchés, soumis à la tutelle des institutions internationales et des agences de notation. Aussi la com' politique ne vise-t-elle plus seulement à formater le langage (storytelling), mais à capter et à plonger les esprits dans cet univers spectral dont les hommes politiques sont à la fois les performers et les victimes.


- La différence, la concurrence et la disproportion
de Pierre-Michel Menger
Éditions Fayard / Avril 2014


Le travail crée et transforme le monde social. Son incarnation la moins prévisible et la plus admirée. Son incarnation la moins prévisible et la plus admirée, l'invention artistique et scientifique, semble défier l'analyse causale et les régularités statistiques. Bien plus que l'exploitation des processus conscients et l'infraconscients de l'inventivité individuelle, c'est l'écologie sociale du travail créateur qui donne prise à l'analyse sociologique. Celle que propose Pierre-Michel Menger distingue trois caractéristiques essentielles: une différenciation illimitée des productions, des mécanismes de concurrence exploitant l'incertitude de la réussite et une concentration disproportionnée des gains et des réputations.


- Le président qui voulait vivre ses vies
de Élise Karlin
Éditions Fayard / Avril 2014


"Les affaires privées se règlent en privé", affirmait-il. François Hollande l'avait promis, il serait un président "exemplaire". Il est devenu le héros d'un vaudeville dont s'est gaussée la France entière. Une affaire de cœur, de casque intégral et de dérobades à scooter. Était-ce écrit? Était-il inscrit quelque part, loin des incertitudes du hasard, que les élans de ce chef d'État marqueraient à ce point son quinquennat? Valérie, Ségolène, Julie, c'est sa vie. Mais c'est aussi la nôtre, notre vie publique, qui, depuis deux ans, s'en trouve parasitée. Jamais la confusion des genres n'avait été portée à cette extrémité.


- Sa vie après l'Élysée
de Patrice Machuret
Éditions L'Archipel / Avril 2014


Physiquement, il est épuisé. Quand Nicolas Sarkozy s'envole vers Marrakech, en mai 2012, quelques jours après sa défaite, il est l'ombre de lui-même. Dans la résidence prêtée par son ami le roi, l'ex-candidat à la présidentielle ne veut plus entendre parler de politique. Sa femme Carla non plus. Le couple digère à peine l'échec de la campagne et l'affront de la passation de pouvoir, avec ce couple Trierweiler-Hollande qui leur a manqué de respect. Pour des raisons sans doute personnelles. Les mois sont ensuite passés, rythmés par la petite Giulia et le cercle des intimes. Et puis, une fois dans ses nouveaux bureaux, l'envie est revenue. Dès octobre 2012, il confie à un proche, avec l'aval de son épouse: "Je vais revenir, je vais gagner en 2017 et en 2022, et je serai le premier président de la République à faire trois mandats". En attendant, il faut continuer à susciter le désir à droite, se réconcilier un peu avec les Français, ne pas trop parler. Pendant deux ans, de mai 2012 à mai 2014, l'ancien président de la République va ainsi assurer la lucrative tournée des conférences, recevoir à tour de bras les amis et ennemis d'aujourd'hui; contrôler et freiner à distance les ambitions des loups de l'UMP et de certains centristes; préparer enfin sa future campagne en observant à la loupe le bilan de François Hollande. Avec ses incertitudes, comme le calendrier des affaires judiciaires le concernant. C'est la nouvelle vie de Nicolas Sarkozy, sa vie après l'Élysée.


- Dans l'ombre du président
de Paul Poudade
Éditions Michel Lafon / Mars 2014


Par le chef du Protocole de Jacques Chirac. "Chef du Protocole d'État": cet homme joue un rôle central dans le fonctionnement de l'Élysée. Sa mission? Mettre de l'huile dans les rouages du pouvoir afin que toutes les cérémonies officielles et les relations que la France entretient avec les chefs d'État, ambassadeurs et diplomates étrangers se déroulent sans fausse note. Au quotidien, cette fonction exige un sens aigu de la diplomatie, qu'il s'agisse de régler tous les détails d'un déplacement du président de la République hors frontières ou d'un dîner d'apparat à l'Élysée. Rien ne doit échapper au chef du Protocole: ni les affinités ou les tensions entre les Grands de ce monde, ni le respect des préséances de la République. Paul Poudade a occupé ce poste auprès de Jacques Chirac. Visite sous haute surveillance de George Bush en Normandie, commémoration de l'Entente cordiale avec la reine Elizabeth, accueil triomphal en Algérie, voyage stratégique en Chine: au fil des anecdotes, le voile se lève sur un visage inédit de la République et une facette méconnue de Jacques Chirac.


- L'économie cordiale
de Xavier de Bayser
Éditions L'Archipel / Mars 2014


Notre monde en crise appelle une métamorphose: une nouvelle socialité doit émerger, tissée de valeurs différentes. Mais quel chemin emprunter pour faire advenir concrètement cette métamorphose? Si de nombreux acteurs souhaitent ce changement, l'attente de solutions reste forte. Concilier les impératifs d'efficacité et le souci des valeurs et des finalités est devenu une exigence essentielle dans la société, et particulièrement dans le monde de l'entreprise. Il est indispensable de replacer l'Homme au cœur de sa communauté. Aussi pour continuer à créer de la richesse, le chef d'entreprise doit désormais s'approprier de nouvelles valeurs et prendre acte de cette nécessité de partage et d'échange en étayant sa vision stratégique par une réelle exigence éthique. De la conversion du regard et de l'écoute à l'économie cordiale, il n'y a qu'un pas.


- La captive de Mitterrand
de David le Bailly
Éditions Stock / Mars 2014


Le 11 janvier 1996, lors des obsèques de François Mitterrand, la France entière découvre le visage d'Anne Pingeot. La maîtresse de l'ancien président de la République, la mère de Mazarine, au premier rang à côté de Danielle, l'épouse officielle: l'image fera le tour du monde, émouvante pour les uns, scandaleuse pour les autres. Depuis ce jour, Anne Pingeot est retournée dans l'obscurité. Obstinément silencieuse. Que veut-elle dissimuler? Sa force de caractère, seule femme qui savait tenir tête à François Mitterrand? Ou son ambition, elle qui, comme les reines de France, a laissé son empreinte sur le patrimoine national, veillant à la réalisation du Grand Louvre et au réaménagement des Tuileries? Par-delà l'exercice du pouvoir, ce livre raconte l'histoire d'une rencontre entre un homme mûr, voluptueux, d'une intelligence rouée, et une jeune fille de dix-huit ans qui n'a presque rien connu de la vie. L'histoire d'un amour interdit. D'une captivité. D'un secret d'alcôve devenu secret d'État. De Clermont-Ferrand à Hossegor, en passant par Paris et Château-Chinon, le journaliste David Le Bailly dévoile enfin le visage de l'énigmatique Anne Pingeot.


- La censure militaire et policière
1914-1918
de Maurice Rajsfus
Éditions Cherche Midi / Mars 2014


Dès les premiers jours de la Grande Guerre, la censure est instaurée et cette mesure va bien au-delà du contrôle pointilliste de la presse. L'état-major de l'armée, chargé des opérations de censure, délègue une grande partie de son pouvoir à la préfecture de police. Sont traqués prioritairement les propos défaitistes, les slogans et écrits divers appelant à la paix. Plus généralement, l'attention est portée à tout ce qui pourrait nuire au moral des troupes et à celui de l'arrière. Des pères-la-pudeur s'acharnent sur des chansons datant de la Belle Époque et il en va de même pour le théâtre, le cinéma et la littérature. Une armée de censeurs veille également dans le domaine du contrôle postal aux armées, tandis que nombre de civils voient leur correspondance interceptée par la police. L'intérêt supérieur de l'État commande de régenter aussi la vie privée des Français. En fait, tous les moyens d'expression sont devenus suspects et les Français sont encadrés dans un système qui ne laisse plus d'espace à l'expression libre.


- La France au défi
de Hubert Védrine
Éditions Fayard / Mars 2014


La France va-t-elle réussir à surmonter ce découragement qui, depuis si longtemps, la conduit à redouter a priori toute réforme, à penser de façon irrationnelle qu'elle n'arrivera jamais à s'adapter à son avantage au monde nouveau? Retrouvera-t-elle confiance en elle-même et en ses atouts, qui sont incomparables? La défiance et le pessimisme généralisés seront-ils vaincus? La classe politique osera-t-elle forger un consensus sur quelques mesures clés? Embrassant économie, géopolitique et psychologie, Hubert Védrine porte un diagnostic lucide sur notre pays et cherche à définir les moyens de le sortir des pièges dans lesquels il s'est lui-même enfermé.


- La pub est morte, vive la communication
de Édouard Rencker
Éditions L'Archipel / Mars 2014


Consommateurs méfiants, citoyens désabusés, salariés déprimés. Le marché de la méfiance s'est durablement installé dans nos sociétés. Une crise de foi, doublée d'une crise morale alimentée autant que révélée par la communication. L'ensemble des baromètres converge vers les mêmes constats: les deux tiers des Français se disent plus méfiants qu'auparavant envers les entreprises. La communication est devenue l'outil qui manipule, qui cache, qui abuse; un phénomène amplifié par les multiples techniques déployées par les communicants ces dernières années, du fameux storytelling à la mode du "360º", perçu comme une tentation permanente de manipulation de discours. Pourtant, 80 % de la valeur des grandes entreprises est désormais immatérielle: 40 milliards pour McDonald's, LVMH ou Apple. Le moment est donc venu de réinventer les modèles de communication et d'expérimenter de nouveaux chemins mixant écoute des médias sociaux, analyse des "Big Data", conversations avec les publics... Une réaction devenue urgente, sous peine d'un divorce grave entre l'entreprise, ses publics et même ses salariés, entre "com'" et le corps social. Oui, il faut réhabiliter et sauver la communication.


- La ville de demain
de Christophe Barge et Thierry Solere
Éditions Cherche Midi / Mars 2014


La ville idéale, les hommes l'imaginent depuis toujours. Parce qu'elle se doit d'être le lieu de la créativité, des échanges, de la foi en l'avenir, ils ont ainsi bâti les villes d'Al-Andalus ou les cités italiennes de la Renaissance. Mais aujourd'hui, alors que plus de 50 % de la population mondiale vit en milieu urbain, pollution, surpopulation, trafic saturé, services inadaptés... semblent avoir eu raison de nos cités. Pourtant, loin d'aborder avec pessimisme notre avenir, ce livre nous convie à un fascinant voyage au cœur des villes de demain, à travers les formidables possibilités ouvertes par les nouvelles technologies. Transformées en métropoles intelligentes, nos vieilles villes sauront bientôt devancer nos besoins de consommation, anticiper donc fluidifier la circulation, fournir de l'énergie verte, des espaces de loisirs. Nouvelles technologies et solutions concrètes aux défis actuels, voici l'inventaire passionnant des outils dont nous disposons désormais pour esquisser les contours de nos futurs modes de vie.


- Le tsunami numérique
de Emmanuel Davidenkoff
Éditions Stock / Mars 2014


"Un tsunami s'apprête à déferler sur nos écoles, nos universités, nos grandes écoles. Du nord au sud de la Silicon Valley californienne, l'écosystème qui a converti en quelques décennies des milliards d'êtres humains au smartphone et à Internet a mis toute sa puissance de travail et d'innovation au service d'un objectif: réinventer l'éducation". Parents, enseignants, élèves, étudiants, nous sommes tous concernés. Le numérique, qu'on le veuille ou non, va bouleverser le système éducatif français, dont Emmanuel Davidenkoff dénonce au passage l'élitisme et la rigidité. Suivi personnalisé des élèves à l'école primaire, correction des copies par ordinateur, cours magistraux consultables sur Internet (MOOC), tableaux blancs interactifs, formation continue des professeurs. Si l'on veille à ne pas en laisser le monopole aux Américains, cette véritable révolution sera extrêmement bénéfique: elle offrira une meilleure égalité des chances et une formation davantage tournée vers l'accès à l'emploi. Mais sommes-nous prêts?


- Les Balkany
de Julien Martin
Éditions Du Moment / Mars 2014


Ne les appelez pas les Balkany. "Je déteste. Le concept des Balkany est réducteur, s'emporte aussitôt Isabelle. Avec Patrick, on est lié par un amour indéfectible, mais on est deux entités, deux personnalités extrêmement différentes". Lui, le mari. Elle, l'épouse. Lui, le député-maire UMP de Levallois. Elle, la première adjointe. "Patrick, c'est le show-off; Isabelle, c'est la bosseuse", confirme un conseiller municipal. Lequel prend immédiatement soin d'ajouter: "Mais ils sont inséparables. Ils ont besoin l'un de l'autre". Leur vie est leur ville. Et vice versa. Trente-huit années qu'ils sont passés devant le maire, trente-et-une qu'ils ont pris la mairie. Un destin qui ne cessera de marcher sur quatre jambes. Le seul véritable couple que la politique française ait compté n'a évolué que dans le sulfureux département des Hauts-de-Seine, mais il y a tout connu. L'ascension, la chute, l'exil, la reconquête. Des barres d'immeubles aux riads de Marrakech, de l'échec du mentor Charles Pasqua au succès de l'ami Nicolas Sarkozy, de l'enfer des prétoires aux paradis fiscaux, les Balkany ne peuvent laisser indifférent. Parfois adorés, souvent détestés, voici enfin narrée l'incroyable destinée de ces nouveaux Thénardier.


- Les combats des frères Klitschko
de Léo G. Linder
Éditions Du Moment / Mars 2014


"Et encore, ils ne sont pas jumeaux. Les frères Klitschko forment une paire de champions telle que l'histoire de la boxe n'en a jamais connue. Deux poids lourds, deux puncheurs qui ont décidé ensemble de régner sans partage sur la catégorie reine. Fils d'un militaire rugueux qui les a élevés dans l'amour de l'Union soviétique, Vitali et Wladimir ont lancé leur carrière grâce au soutien de la mafia ukrainienne. Toujours solidaires, jamais rivaux, les deux géants ont cependant développé des approches très différentes de leur carrière comme de leur célébrité. Vitali est un père de famille rangé, Wladimir un séducteur invétéré. L'aîné des Klitschko veut devenir président de la république d'Ukraine tandis que son cadet se contenterait de réunifier le titre de champion du monde des quatre fédérations. Lequel parviendra à ses fins? Les deux? L'enquête étonnante de Leo G. Linder démontre qu'à l'impossible, les Klitschko sont tenus. Ce livre brosse le portrait d'une fratrie de légende. Et, en particulier, celui d'un boxeur, Vitali Klitschko, qui rêve de devenir président d'un pays pourtant plongé dans une violente crise économique, politique et morale".


- Les fruits défendus
de Thomas Bouchet
Éditions Stock / Mars 2014


Socialismes et émancipation sensuelle sont-ils compatibles? C'est à cette épineuse question que Thomas Bouchet tente de répondre en passant au crible du plaisir des sens deux siècles d'histoire des socialismes français. Depuis les harmonies sensuelles de Charles Fourier jusqu'au socialisme gouvernemental et pâlot d'aujourd'hui, via les colonies libertaires de la Belle Époque, les colonnes de L'Humanité ou encore les fêtes de Lutte ouvrière, deux tendances s'opposent: d'un côté, dominants, des socialismes anguleux adeptes de l'ascèse militante; de l'autre, minoritaires, des socialismes tout en rondeurs qui intègrent la bonne chère, la fête et l'amour à leurs programmes. Un parcours étonnant et inédit, au terme duquel se dessine une autre histoire des socialismes.


- Leurs gestes disent tout haut ce qu'ils pensent tout bas
de Stephen Bunard
Éditions First / Mars 2014


Que nous révélaient les mouvements de langue de Hollande lors du débat qui l'opposait à Nicolas Sarkozy? Comment interpréter les démangeaisons de Rafael Nadal ou de Laurent Blanc lors d'événements sportifs à enjeu? Que nous apprennent les mouvements de sourcil de Jean Dujardin? Coach en communication, synergologue, Stephen Bunard intervient régulièrement dans les médias pour analyser les gestes de politiques, patrons et sportifs. Il nous initie ici à l'art de cerner la vraie personnalité et les intentions véritables de ceux qui occupent la scène médiatique, mais aussi, à travers eux de nos interlocuteurs les plus divers. L'objectif? Développer votre regard, ne rien laisser vous échapper, pour mieux interagir grâce à ce que vous décrypter.


- NKM l'indomptable
de Julien Arnaud
Éditions L'Archipel / Mars 2014


En dix ans, Nathalie Kosciusko-Morizet, 40 ans, a vécu une irrésistible ascension politique et médiatique. Conseillère environnement à Matignon, ministre de l'Écologie, ministre de la Francophonie, maire de Longjumeau et ex-porte-parole du candidat Sarkozy, elle est aujourd'hui candidate à la mairie de Paris. Un parcours sans faute ou presque, mais à quel prix? NKM n'a pas que des amis à droite et elle le leur rend bien. Pas question de laisser passer sa chance. Dans le viseur: l’Élysée. Contrairement à d'autres, elle ne s'en cache pas - ou si peu. Et elle a déjà pris quelques longueurs d'avance sur les autres quadras de l'UMP. Un mentor: Chirac. Un pygmalion: Sarkozy. Une référence: Thatcher. NKM, une main de fer dans un gant de velours? Julien Arnaud a enquêté sur le parcours de cette polytechnicienne accro aux réseaux sociaux qui fut officier à Djibouti, sur le suicide de son frère pendant la législative de 2012, sur son bilan de maire à Longjumeau, sur ses rapports avec Copé ou Pécresse, ou encore sur sa stratégie de communication.


- Petit guide du mensonge en politique
de Thomas Guenole
Éditions First / Mars 2014


Oui, les politiques nous mentent, nous dit Thomas Guénolé. Mais pas plus que tous ceux qui ont quelque chose à nous vendre. Cela étant, comment se fait-il que l'image d'un politicien soit beaucoup plus négative que celle d'un publicitaire? Comment expliquer que des deux professions qui utilisent le plus le mensonge, seule celle de politicien soit si violemment rejetée? C'est que le publicitaire, lui, ne nous a jamais demandé notre confiance en nous regardant droit dans les yeux, pour ensuite la trahir. Thomas Guénolé décrit ici pour nous les techniques utilisées par les politiques pour nous mentir. À l'aide d'exemples concrets, tirés du débat politique actuel, il nous aide à comprendre les astuces de langage et le double sens si chers à nos politiciens. Ce livre est utile à tous: à la politique, à laquelle il veut rendre ses lettres de noblesse, et aux électeurs, qui comprendront qu'embellir le "produit électoral" fait partie intégrante du rôle du "vendeur politique". À la fin de chaque chapitre, des exercices suivis de leurs corrigés permettent au lecteur de s'entraîner à détecter les mensonges en politique.


- Petit manuel de désobéissance citoyenne
de William Bourdon
Éditions JC Lattès / Mars 2014


Avocat médiatique, grand défenseur des Droits de l'Homme, William Bourdon sillonne le monde au nom de son association Sherpa, tournée vers la notion de responsabilité sociale des entreprises. On comprend que ce professionnel vigilant ait été particulièrement attentif à l'émergence du phénomène des lanceurs d'alertes. Les Snowden, Falciani, Frachon et autres Julian Assange ont ouvert la voie à davantage de transparence et contribué à libérer la parole dans tous les versants de la société. Certes, leurs motivations sont diverses, nourries par un réel souci de l'intérêt général, mais aussi quelquefois par des ressorts plus personnels. Cependant, toutes ces raisons, bonnes ou moins bonnes, ont un objectif commun: assainir une société corrompue dont ils ne veulent plus être les complices. Mais que dit la loi? Dans quel cadre juridique s'insèrent ces lanceurs d'alertes? Voici donc, pour la première fois, le vade-mecum qui permettra d'accompagner ce nouveau mouvement citoyen.


- Pourquoi les nuits parisiennes sont nulles et ne créent pas d'emploi
de Christian Harbulot
Éditions François Bourin / Mars 2014


Paris s'ennuie la nuit et se provincialise. Une étude, commandée en 2009 par la Mairie de Paris, entre autres, et conçue par l'Ecole de guerre économique (EGE), formation de 3e cycle créée par Christian Harbulot au sein de l'école de commerce ESLS-CA, l'atteste: le "rapport sur la compétitivité nocturne de Paris" face à d'autres capitales européennes telles que Berlin, Amsterdam, Londres et Barcelone, met la capitale française sous éteignoir. L'analyse SWOT scanne de façon impitoyable des nuits parisiennes particulièrement ensommeillées Comment en est-on arrivé là, après les flamboyantes années 1980-90? Les rédacteurs de l'EGE ont utilisé une technique des sciences commerciales pour mieux comprendre le phénomène parisien, celle des "l'analyse SWOT", à savoir l'établissement d'un carré des forces (Strengths), des faiblesses (Weaknesses), des opportunités (opportunities) et des menaces (Threats) de chaque ville nocturne. Ils ont fait une comparaison des nuits parisiennes avec celles de Barcelone, Berlin et Londres. Les auteurs ont découvert chez nos voisins européens, une réelle stratégie qui fait de la nuit un levier de croissance pour la culture, l'emploi et l'économie. Selon le rapport de l'EGE, Paris, elle, n'a plus aucune stratégie globale de la nuit alors qu'elle pourrait créer un gisement d'emplois intéressant. Un débat qui, avec la crise et les élections municipales, prend de l'importance.


- Un destin européen
de Georges Berthoin / Gérard D. Khoury / Danièle Sallenave
Éditions Albin Michel / Mars 2014


Georges Berthoin  fut le directeur de cabinet de Jean Monnet de  1952 à 1955. Les entretiens qu'il a accordés à Danièle Sallenave et à Gérard D. Khoury éclairent le destin d'un homme qui s'est toujours senti européen, prônant le bien commun et la paix, des valeurs qui caractérisent son combat pour l'Europe, de l'utopie à l'espérance. Il a consacré sa vie à lutter, contre vents et marées, pour le renforcement de l'Europe et n'a jamais cessé de soutenir cette cause auprès d'hommes politiques européens et américains. Les portraits qu'il fait de Robert Schuman, Jean Monnet, Zbigniew Brzezinsky, Henry Kissinger sont saisissants. Au moment où l'Europe est traversée par le doute, Georges Berthoin nous met en garde: "Pour nous, Européens, avant de provoquer ou rendre plus assassines les critiques actuelles, réfléchissons avec attention et gravité. Si l'édifice inauguré en 1950 se lézarde et s'écroule, quand ailleurs il s'en construit de multiples, une situation irréversible prévaudra. La désespérance n'est pas digne du génie de nos nations. Alors, au-delà des légendes, des distorsions historiques et des accusations mensongères, il faut se souvenir que l'Europe a restauré les identités nationales et la démocratie, et non proclamer le contraire".


- Vino business
de Isabelle Saporta
Éditions Albin Michel / Mars 2014


Est-il utile d'avoir un parking pour devenir un grand cru classé? Sur quels critères repose exactement le fameux classement de 1855 des bordeaux? L'Institut National des appellations d'origine contrôlée, l'INAO, est-il un gendarme ou un garde-champêtre? Pourquoi les grandes fortunes ont-elles racheté autant de prestigieuses propriétés? Nous cache-t-on la vérité sur les effets des pesticides utilisés massivement dans les meilleures vignes? Pourquoi beaucoup de ces grands potentats se livrent-ils des guerres dignes de Clochemerle? Pour la première fois, l'enquête inédite d'Isabelle Saporta, auteur du Livre noir de l'agriculture, dévoile la face cachée de nos vins et la férocité d'un petit monde raffiné où tous les coups sont permis. Car derrière les étiquettes flamboyantes se dissimulent tous les ingrédients d'un impitoyable Dallas hexagonal, animé par une poignée de winemakers rusés, avec ses rivalités, ses haines viscérales, ses intrigues et ses coups bas. Un document explosif sur une des gloires de notre patrimoine protégée par une loi du silence qui a résisté à tous les scandales.


- Vu de l'intérieur
Les ministres racontent les dessous de la place Beauvau
de Laurent Huberson
Éditions Cherche Midi / Mars 2014


Que se passe-t-il dans la tête d'un ministre de l'Intérieur quand il parcourt une station de métro dévastée par un attentat, quand il est informé qu'un préfet a été assassiné en Corse, quand il apprend que des routiers s'apprêtent à bloquer toutes les voies d'accès à la capitale? Que ressent-il lorsqu'il s'installe derrière le grand bureau de Cambacérès, à la tête d'une puissante administration notamment policière, pour gérer à la fois l'extraordinaire, les événements hors normes, les catastrophes, mais aussi l'ordinaire et la sécurité des Français? Comment ces fortes personnalités, souvent des cadors de la vie publique rompus aux joutes partisanes les plus cruelles, à la fois grands commis de l'État et princes de la manœuvre politique, ont-elles enduré le quotidien oppressant de la place Beauvau? De Pierre Joxe à Jean-Louis Debré, de Jean-Pierre Chevènement à Claude Guéant en passant par Brice Hortefeux, Paul Quilès et Michèle Alliot-Marie, une dizaine d'anciens ministres de l'Intérieur, et l'actuel Manuel Valls, se livrent sans fard et racontent avec force anecdotes leur vécu à Beauvau, les moments tragiques, la solitude du pouvoir, les chausse-trappes politiques, les relations privilégiées avec le président, les adieux souvent amers, le tout sous un angle inédit: vu de l'Intérieur.


- AfricaFrance
de Antoine Glaser
Éditions Fayard / Février 2014


Et si l'Afrique avait marabouté la France? Depuis les indépendances des années 1960, l'ancienne métropole se croit toute-puissante dans son pré carré africain. Un leurre qui plaît aux pays des masques: le chef doit être invisible. À l'issue de la guerre froide, les dirigeants africains ont totalement inversé les rapports de dépendance. Ce sont désormais eux les vrais patrons. Le monde entier trépigne dans leur salle d'attente. Pour la France, fini le temps du pétrole et de l'uranium à des prix "politiques", des marchés protégés pour une poignée d'entrepreneurs qui figurent dans le "top 50" des grandes fortunes de l'Hexagone. Les interventions militaro-humanitaires, comme au Mali ou en Centrafrique, et les déclarations d'amitié de l'Élysée n'y changent rien. Habiles à se présenter en "victimes" de la Françafrique, les dirigeants africains profitent de cette nouvelle situation pour imposer à huis clos leurs exigences à leurs interlocuteurs officiels. Et ce n'est pas sans condescendance qu'ils traitent leurs anciens parrains tricolores. L'Ivoirien Alassane Ouattara, le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Tchadien Idriss Déby, le Camerounais Paul Biya, le Burkinabé Blaise Compaoré, le Sénégalais Macky Sall, le Guinéen Alpha Condé, le Gabonais Ali Bongo: en une dizaine de chapitres enlevés fourmillant d'anecdotes et de révélations, ce livre raconte comment l'Afrique a pris la main à Paris. Adieu Françafrique, bonjour AfricaFrance. Qui paie commande.


- Aux armes, citoyens ?
Marseille n'est pas à acheter
de Jean-Marc Coppola et Pierre Dharreville
Éditions Cherche Midi / Février 2014


Marseille est au plus mal. Les règlements de comptes à répétition en font le théâtre d'un feuilleton sanglant. Le récit médiatique la présente comme l'enfant terrible de la République qu'il faudrait mettre au pas et diriger depuis Paris. Mais on se trompe. Marseille n'est pas pauvre, elle est inégalitaire. Marseille n'est pas bloquée par les travailleurs portuaires mais par son patronat rentier. Marseille n'est pas victime de ses voisines égoïstes mais crève des politiques libérales de la municipalité et du désengagement massif de l'État. Loin des caricatures, la ville dispose de ressources sociales, économiques, associatives, culturelles qui en font une ville fascinante, une ville d'avenir. Pourtant, Marseille s'enfonce dans la crise sociale, économique et politique. Son mal le plus profond? Ses citoyens en sont de plus en plus dépossédés. Au cœur de cette ville populaire, des énergies formidables ne demandent qu'à jaillir et à prendre le gouvernail. Ce livre n'est pas une entreprise publicitaire où la cité phocéenne ne serait qu'un piédestal. Il porte un autre regard sur Marseille. C'est un cri de colère et d'espoir, un appel à prendre les "armes citoyennes" pour sortir enfin de la violence et de la crise.


- Big data
La révolution des données est en marche
de Kenneth Cukier et Viktor Mayer-Schoenberger
Éditions Robert Laffont / Février 2014


Nous assistons à une véritable "mise en données du monde", ou la quantité d'informations double tous les trois ans, 98 % de l'information étant sous forme numérique. Voici le premier livre sur cette révolution qui va transformer nos vies, notre travail et notre pensée. La Big Data c'est l'accumulation impressionnante de milliards et de milliards de données numérisées de toutes sortes: celles concernant les individus, celles recueillies par des acteurs multiples, des entreprises telles Google, Facebook, Twitter..., ou encore les sites de ventes en ligne, les gouvernements, les institutions diverses. Un vrai déluge numérique que le professeur Viktor Mayer-Schönberger (université d'Oxford) et le journaliste Kenneth Cukier (The Economist) n'hésitent pas à qualifier de révolution aussi importante que l'imprimerie, un vrai "moment Galilée", selon eux. Pour que nous comprenions l'ampleur du phénomène, les deux auteurs rappellent, de façon pédagogique, que cette masse de données s'accumule essentiellement depuis une dizaine d'années et expliquent comment elle est désormais traitée, le bénéfice à en tirer (pour les acteurs économiques, sociaux, politiques, ONG...) mais aussi ce qu'on peut en craindre (pour la vie privée, pour la protection des individus). On découvre ainsi que des sciences comme l'astronomie ou la génétique furent les premiers secteurs à bénéficier des détecteurs, ordinateurs et réseaux de plus en plus puissants qui permettent de capter plus rapidement les données et en plus grand nombre, puis de les stocker, de les analyser plus vite et d'en tirer des observations inattendues. En effet, et c'est un des messages principaux du livre, l'analyse de données massives autorise des prédictions inouïes (parfois inquiétantes) et des capacités entièrement nouvelles: voiture sans pilote capable de se conduire toute seule, prédiction climatique, détection de phénomènes de censure ou de fraude, suivi d'une épidémie de grippe, amélioration de la prise en charge de grands prématurés, prévisions de votre consommation. Tous les domaines sont touchés (médecine, finance, automobile, sport, jeux, communication, grande distribution...). De nouveaux experts (les data scientists) commencent à prendre en charge le développement de ce secteur, et une nouvelle éthique est à construire. Moins qu'un Big Brother qui surveillerait en permanence tous les individus d'une société, les deux auteurs insistent enfin sur le danger qui consisterait à utiliser les big data pour prédire le comportement de certains, et leur attribuer "à l'avance" la responsabilité d'un acte qu'ils n'ont pas commis. Un cauchemar à la Minority Report qu'ils condamnent fermement.


- Coupole et dépendances
Les secrets bien gardés de l'Académie Française
de Daniel Garcia
Éditions Du Moment / Février 2014


Bien des ouvrages ont traité l'histoire de l'Académie française, mais aucun n'avait encore regardé sous les jupes de la Vieille Dame du quai Conti. L'aventure s'est révélée plus complexe, mais aussi plus fructueuse, que prévu. Daniel Garcia a ausculté l'institution sous toutes ses facettes: les "clans" qui s'y disputent le pouvoir, les mécanismes retors des élections de ses membres, la "fièvre verte" (l'ambition académique) du monde littéraire. L'auteur décrit avec précision certains rituels méconnus auxquels se livrent les Immortels et révèle le patrimoine de l'Académie. Car la Vieille Dame est riche. Pas aussi riche, cependant, que l'Institut de France qui la coiffe. Cet ouvrage passionnera le lecteur par son érudition, sa vision de l'histoire de l'Académie qui fêtera bientôt ses quatre cents ans, des anecdotes savoureuses sur quelques sommités de la littérature et, de manière inattendue, par des révélations sur des affaires et des pratiques qui concernent directement l'argent du contribuable.


- Disparues
de Karl Zéro
Éditions L'Archipel / Février 2014


Où est passée la petite Maddie McCann, fillette anglaise de 4 ans disparue en Algarve? Qui a kidnappé Estelle Mouzin? Quel assassin a imaginé, autour de la dépouille d'Anaïs Marcelli, ce curieux mausolée? Saura-t-on un jour qui a massacré ces jeunes filles qu'on appelle "les oubliées de l'A6"? Et les premières "disparues de Perpignan", le sont-elles pour toujours? Karl Zéro sonde ces mystères à la première personne dans des enquêtes à vif, inédites et exclusives, où il cherche à comprendre par qui et pourquoi tant de vies sont brisées. Le livre porte un éclairage nouveau sur cinq dossiers de disparitions non élucidées, toujours brûlants. Karl Zéro a su imposer un ton novateur et très personnel au traitement des faits divers, une approche humaine, jamais voyeuriste, extrêmement fouillée.


- Génération Kalachnikov
de Frédéric Ploquin
Éditions Fayard / Février 2014


Le milieu traditionnel n'est pas mort, mais les jeunes se bousculent au portillon pour prendre la relève. Ce livre, quatrième tome de la série "Parrains et caïds", est une immersion dans le banditisme français mûri à l'ombre des cités. D'Aubervilliers à Nanterre, de Roubaix à Montpellier en passant par Lyon, Grenoble, Marseille et Nice, ceux qui ont repris la "boutique" sont plus nombreux que leurs prédécesseurs, mais surtout plus anonymes: à la différence de leurs aînés dont les noms s'affichaient dans les journaux, on les connaît peu. Un atout considérable, même si certains rêvent de reconnaissance médiatique. Que disent-ils d'eux-mêmes? Qu'en pensent les policiers qui les traquent et les magistrats qui les poursuivent? Comment les voyous d'hier les considèrent-ils? Qui sont les têtes d'affiche? Que font-ils de leurs millions? Réponses dans ce livre étayé de très nombreux témoignages inédits. Le roman vrai d'une génération qui ne fait pas toujours la différence entre réalité et cinéma, surtout à l'heure de vider un chargeur.


- Heureux comme un socialiste en France
de Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit
Éditions Plon / Février 2014


Comment le Parti Socialiste a conquis tous les pouvoirs de la République, de la présidence à la plupart des grandes villes? Une enquête inédite sur des méthodes et des stratégies très calculées et pas toujours licites. Un livre explosif à deux mois des élections municipales de mars 2014. La donne pourrait être changée. Heureux, les socialistes ont tout pour l'être: l'Élysée, Matignon, le gouvernement, le Parlement, les régions, la moitié des départements, les grandes villes, la France est à eux. Mais cette conquête, que même les gaullistes n'avaient pu réaliser en leurs belles années, est le fruit d'une stratégie méticuleuse de quadrillage du territoire. Douze ans après avoir évoqué la prise de Lille par Martine Aubry dans leur best-seller La Dame des 35 heures, Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit racontent cette conquête dans ses épisodes les plus saignants: Marseille et sa dérive mafieuse, l'Île-de-France et ses associations innombrables, le Pas-de-Calais et le trésor très convoité des Houillères, Paris enfin ou la droite a prêté à la gauche un concours inattendu. Pour mettre un comble à leur bonheur, il ne reste aux socialistes qu'à gagner la confiance des Français. Et, en attendant, ils ont tout mis en place pour conserver coûte que coûte leurs chers bastions.


- Hollande et l'argent
Enquête sur l'homme qui n'aimait pas les riches
de Guillaume Évin
Éditions Du Moment / Février 2014


En France, la gauche n'a jamais été à l'aise avec l'argent. Ni collectivement, ni individuellement. Au pouvoir, elle a souvent louvoyé entre un idéal de classe (taxer les riches) et un impératif de pragmatisme dans la gestion des affaires de l'État. Une ambivalence que le premier ministre Lionel Jospin a un jour traduite par cette formule restée célèbre: "Oui à l'économie de marché; non à la société de marché". Quant à François Hollande, qui se targue de vivre "normalement" et à qui l'on ne prête aucun goût de luxe, il s'est aventuré un jour à déclarer en direct, à la télévision: "Je n'aime pas les riches, j'en conviens". Que cache cet aveu qu'il traîne depuis près de six ans? Quel rapport entretient-il vraiment avec l'argent? Et les socialistes autour de lui? Au terme d'une enquête fouillée, nourrie d'entretiens avec l'intéressé lui-même et ceux qui le connaissent le mieux, les auteurs répondent à ces questions devenues essentielles et reviennent sur ses vingt premiers mois à la présidence de la République.


- L'homme libre
de Jean-Jacques Bourdin
Éditions Cherche Midi / Février 2014


Jean-Jacques Bourdin est un journaliste qui ne laisse personne indifférent. Fuyant toute connivence, il a imposé des règles strictes à ses invités politiques. Son style direct et sans complaisance est devenu incontournable. Toutes les grandes figures de l'État, du gouvernement et de l'opposition savent qu'en allant "chez Bourdin", l'exercice sera rude, mais toujours franc, avec l'auditeur et le téléspectateur pour seuls juges. Ce n'est pas un hasard si ceux qui l'écoutent et le regardent au quotidien l'encouragent sans cesse à continuer. Dans ce livre-témoignage, Jean-Jacques Bourdin nous emmène dans les coulisses de ses rencontres avec François Hollande, Nicolas Sarkozy, Manuel Valls, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Ségolène Royal, et bien d'autres encore. Ses "entretiens d'embauche" électoraux sont décryptés, tout comme les questions posées "les yeux dans les yeux" à Jérôme Cahuzac et les questions "politiquement concrètes", qui ont provoqué "buzz" et scoops. Jean-Jacques Bourdin affiche son exigence et n'épargne aucun conservatisme politique, journalistique ou citoyen. Dénonçant sans relâche l'esprit partisan, cet "homme libre", journaliste farouchement indépendant, rappelle chacun à ses responsabilités face à une opinion publique inquiète et troublée.


- L'homme qui ne voulait pas être pape
de Nicolas Diat
Éditions Albin Michel / Février 2014


Quand Joseph Ratzinger devient le 265e souverain pontife de l'Église catholique, la foule qui se presse devant la basilique Saint-Pierre est bien loin d'imaginer que cet homme élu par les cardinaux ne voulait pas être pape. Benoît XVI pressent que son règne ne sera pas facile et que les loups guettent, prêts à la moindre faiblesse pour le faire trébucher. Dans ce système monarchique de droit divin, cet intellectuel lutte pour purifier l'Église, parler de Dieu, redonner un sens au rapport entre la foi et la raison. Très vite, le pontificat est rattrapé par les lois secrètes de la Curie, gouvernement unique par ses codes, ses coutumes, ses grandeurs et ses rigidités. Cette véritable tour de contrôle est alors tenue d'une poigne de fer par le cardinal Bertone dont le pouvoir sera mis à rude épreuve par l'affaire Vatileaks. Après la renonciation historique de Benoît XVI et l'élection du jésuite Bergoglio, l'Église semble entrer dans une nouvelle ère. Réforme spirituelle, effet de mode ou véritable rupture? Grand spécialiste des arcanes du Vatican, Nicolas Diat répond à cette question et à bien d'autres dans ce document fascinant qui nous plonge dans les coulisses et les secrets du Saint-Siège.


- La Corse, le cactus de la République
de Paul Bernard
Éditions Cherche Midi / Février 2014


Pourquoi faudrait-il encore parler de la Corse? Trop souvent, le bruit des explosions, des attentats, des meurtres, des règlements de comptes fixe l'attention des citoyens vers cette île dont la beauté est altérée par une image regrettable de corruption, de violence et de mort. En fait, la chronique des faits divers ne rend pas compte de l'identité profonde de la Corse. Il existe une autre façon de traiter ce territoire, dans la perspective d'une vision d'avenir. De ce cactus de la République, on n'a voulu voir que les épines. Il est grand temps d'en considérer aussi les fleurs. Pour cela, l'État doit prendre ses responsabilités afin de mettre un terme à une situation qui n'a que trop duré et dont les Corses sont les premières victimes. Telle est la conviction de Paul Bernard, qui reprend le "dossier Corse", tellement symptomatique de l'état général du pays, avec des anecdotes révélatrices et des analyses acérées.


- La femme qui en savait vraiment trop
Les coulisses de l'évasion fiscale en Suisse
de Stéphanie Gibaud
Éditions Cherche Midi / Février 2014


Septembre 1999, Stéphanie Gibaud est embauchée chez UBS (Union des banques suisses). Elle ne ménage pas sa peine pour organiser des événements à l'attention de clients et de ceux qui pourraient le devenir. Son employeur n'ouvre ses portes qu'aux personnes pesant plusieurs millions d'euros. Juin 2008. Sa supérieure hiérarchique surgit dans son bureau. Celui du directeur général d'UBS vient d'être perquisitionné et l'on exige qu'elle efface de son disque dur tous les fichiers contenant le nom des clients et de leurs chargés d'affaires. Stéphanie Gibaud refuse. Débute alors un vrai thriller entre un établissement bancaire et l'une de ses cadres qui n'accepte pas d'être complice quand elle se rend compte qu'UBS pourrait contribuer à l'évasion fiscale de Français fortunés vers la Suisse et, comme le souligne Antoine Peillon dans sa postface, "au blanchiment en bande organisée de fraude fiscale". Son téléphone est placé sur écoute. Des enquêteurs lui donnent des rendez-vous secrets pour en savoir plus sur les méthodes d'UBS. La banque cherche à la pousser à la faute. Son ordinateur est piraté. Les fichiers convoités sont détruits avant de réapparaître, modifiés. Menaces, brimades, mise à l'écart, collègues dressés contre elle, tout est bon pour la détruire, et quand la dépression s'installe, on la fait passer pour folle.


- La France au front
de Pascal Perrineau
Éditions Fayard / Février 2014


Le Front National est-il en passe d'accéder au statut de "grand parti"? Après avoir prospéré pendant près de trente ans sur les désillusions, les rejets et les inquiétudes, il aspire aujourd'hui à sortir de cette enclave. Le moment est propice: plus que jamais, la crise économique et sociale accentue le discrédit qui touche les deux grandes forces de gouvernement autour desquelles s'organisent les alternances depuis des décennies. Pascal Perrineau propose une analyse de la stratégie du FN depuis sa création et de son évolution sur la longue durée. Décryptant les ressorts de sa dynamique actuelle, il montre comment l'appropriation des thèmes de la République et de la laïcité, le renouveau générationnel en son sein ou encore l'effort de "respectabilisation" lui confèrent une influence électorale croissante. Soigneusement lissée, l'image de son leader, Marine Le Pen, ne cesse de s'améliorer, et nombre d'idées véhiculées par le parti attirent une audience de plus en plus large. Alors, la France va-t-elle au Front? Quels que soient les scénarios pour l'avenir, le FN est désormais une force avec laquelle le pays doit compter. Avec une certitude: la grande échéance présidentielle de 2017 rebattra les cartes du pouvoir.


- La guerre invisible
Révélations sur les violences sexuelles dans l'armée française
de Leila Minano
Éditions Les Arènes / Février 2014


Cette enquête, menée durant dix-huit mois, sur les violences sexuelles dans l'armée française, se fonde sur une centaine d'entretiens de soldates victimes de harcèlement, agression ou viol mais aussi sur des témoignages d'officiers, anciens ministres, médecins, avocats et chercheurs. Elle dresse un état des lieux, s'appuyant sur des statistiques, des rapports français et étrangers.


- La politique des oracles
de Ariel Colonomos
Éditions Albin Michel / Février 2014


Que sera demain? Nous voulons que la lumière soit faite sur les révolutions ou les guerres à venir, qu'on nous dise à l'avance lorsque les États qui détiennent nos créances seront mis en faillite. À défaut de percer le secret du futur ou d'en maîtriser la science, nous multiplions les scénarios, les prédictions, les prévisions que nous déléguons à des cohortes de spécialistes, de savants et d'experts relayés par les médiateurs de l'espace public et les pourvoyeurs d'opinion. Or, savoirs et pouvoirs s'organisent autour d'une parole oraculaire. Et si les think tank et les agences de notations financières n'étaient que la version contemporaine des oracles delphiques de l'Antiquité? Dans ce livre passionnant qui traite des récits du futur et de leurs paradoxes, Ariel Colonomos plonge au cœur des usines du savoir et met à jour les mécaniques sociales qui gouvernent ces nouveaux temples des sciences politiques, des technologies de la sécurité et des fabriques de la finance. Il donne à comprendre pourquoi, en réalité, c'est la frilosité qui triomphe, pourquoi le futur, lié à des intérêts nationaux, est constitué dans une recherche systématique de la stabilité. Les intérêts des penseurs et des décideurs convergent dans le conservatisme: ceux qui sont censés savoir rassurent ceux qui sont censés agir, et l'industrie du futur ralentit la marche du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:13

- La République Bobo
de Laure Watrin et Thomas Legrand
Éditions Stock / Février 2014


Vous le pensiez obsolète? Pourtant le bobo n'a jamais été aussi présent. Il est de toutes les joutes politiques, de toutes les brèves de comptoir et de magazine, que l'on devise carte scolaire, terrorisme du bio, prix de l'immobilier ou causes de la montée de l'extrême droite. Que recouvre ce néologisme ridicule, assemblage new-yorkais de deux mots français? Une construction médiatique rejetée par la plupart des sociologues. Un travailleur social au SMIC tout autant qu'un patron de start-up. Mais surtout, un bouc émissaire idéal. En ces temps de bobobashing, il faudrait être sacrément téméraire pour se revendiquer aficionado de la Courgette solidaire. Pourtant, selon Laure Watrin et Thomas Legrand, eux-mêmes bobos, il est grand temps de réhabiliter ce pauvre hère. Car il est le promoteur des modes urbains de demain. Alors oui, il frôle parfois la caricature, vacille sans (presque) aucun scrupule entre un hédonisme individualiste et des élans de faiseur de lien social. Mais il redynamise le vivre-ensemble tout en restant connecté au monde. Il tente de concilier des contraires et de s'adapter dans une société morcelée. En ce sens, le bobo est l'un des fers de lance de la république du XXIe siècle. En déclinant ses engagements et ses marottes, ce livre s'engage non seulement à clarifier son identité, mais aussi à redorer son blason.


- La République et les Tribus
de Philippe Velilla
Éditions Buchet Chastel / Février 2014


Les "tribus": le mot est fort, et un peu provocateur. C'est que, au sein de la République une et indivisible, le rôle des communautés dans la vie politique demeure une question taboue. Mais depuis quelques années, sous couvert de nobles préoccupations, la lutte contre les discriminations ou la promotion de la diversité, les formations politiques de l'arc républicain dissimulent une motivation moins avouable: la recherche d'un vote ethnique, réel ou supposé. Car les partis instrumentalisent les tribus, quand ce n'est pas le contraire. Ainsi, François Hollande n'aurait peut-être pas été élu en 2012 sans le soutien massif des communautés arabo-musulmane, noire et gay, contre un Nicolas Sarkozy qui voulait rééditer son succès de 2007 auprès des électeurs catholiques, arméniens, juifs et pieds-noirs. On souhaitait que les tribus donnent un aspect joyeux à un monde multicolore. Elles risquent plutôt d'imposer la grisaille de la société de l'entre-soi. La tribalisation de la politique viendrait ainsi renforcer l'éclatement d'une société où tous les intégrismes auraient beaucoup d'avenir. Le racisme et le populisme aussi.


- La souplesse du dragon
de Cyrille J. D. Javary
Éditions Albin Michel / Février 2014


On ne pense pas, on n'imagine pas, on ne sent pas de la même façon en Chine et en Occident. Ce constat déroutant doit nous interpeller: notre vision du monde n'est pas universelle, elle est un héritage culturel qui imprègne notre quotidien autant que notre philosophie. Nous avons donc tout à apprendre d'un monde si différent et qui entend aujourd'hui jouer un rôle de premier plan. Cyrille Javary, dont on connaît par ses nombreuses publications le talent d'initiateur à la culture chinoise, nous livre ici une synthèse à la fois profonde et ludique des dynamiques à l'œuvre dans le "penser" chinois. Ce n'est pas l'essence des êtres et des choses qui est centrale dans cette perception du monde, mais le changement incessant, la dialectique féconde entre Yin et Yang, le subtil balancement entre Terre et Ciel. De ces entre-deux omniprésents jaillit un rapport particulier à l'espace et au temps, une vision originale de la civilisation, de la spiritualité et de la politique. Cyrille Javary nourrit son propos de mille anecdotes du quotidien, mais aussi de la grande Histoire de la Chine, pour nous faire découvrir de l'intérieur cette civilisation à la fois antique et ultra-moderne.


- Le changement, c'est pour quand ?
de Salima Saa
Éditions Cherche Midi / Février 2014


La confiance des Français envers les politiques est bientôt proche de zéro et ces derniers continuent à faire comme si de rien n'était. Pas assez de renouvellement, de jeunes, de femmes. Les prochaines élections vont remettre en scène des professionnels de la politique que l'on observe depuis trente ans et qui accumulent les mandats avec un seul but, leur réélection, faisant peu de cas de la France et des Français. La politique est désormais une grande scène de théâtre où l'on promet sans agir. On déclame, on se regarde, on se congratule. Mais, aujourd'hui, il n'y a presque plus de public. Si on ne contrarie pas les penchants machos de la société pour favoriser l'accession des femmes aux postes à responsabilité, nos sociétés resteront défaillantes et déséquilibrées. En politique et dans l'entreprise, les clichés privent encore largement la France des talents féminins. On perd du temps. On n'adapte pas l'action publique aux nouvelles exigences de l'époque: agilité, interaction, écoute. Salima Saa veut la dépoussiérer et s'engage pour plus d'efficacité, de mesure, de performance et de mobilité dans les politiques publiques.


- Le nouvel état stratège
de Alain Boublil
Éditions L'Archipel / Février 2014


Cette question est au centre de toute politique. Elle est rendue plus aiguë encore avec la crise. Mais y répondre n'a jamais été aussi difficile. Jamais on n'a observé une telle contradiction entre la montée des attentes et la réduction des marges de manœuvres publiques, du fait des règles internationales, de l'endettement et des contraintes environnementales. En dix chapitres, Alain Boublil prend la mesure des possibilités et des impuissances de l’État. Il évoque le sauvetage de l'euro, le fardeau de la dette et le ras-le-bol fiscal, l'État-patron de Colbert à Jean-Marie Messier, le retour du complexe vis-à-vis de l'Allemagne, les nouveaux outils de l'État-stratège dans la mondialisation face aux défis industriels et aux enjeux de la transition énergétique, la "dictature du CO2" et la révolution du gaz de schiste. Et il met en garde contre les dérives de l'État-spectacle et les facilités de l'État-guichet.


- Les nouveaux bien-pensants
de Michel Maffesoli
Éditions Du Moment / Février 2014


En période électorale, la montée en puissance de l'extrémisme politique surprend les uns et scandalise les autres. L'électorat populaire est stigmatisé pour sa xénophobie, son racisme et son absence de lucidité. Et si la cause de la séparation toujours plus accentuée entre les élites et le peuple était à chercher ailleurs que dans les racines économiques et sociales de la crise? Car ceux qui ont le pouvoir de dire et de décider ne veulent pas voir le monde, leur monde, changer. Il faut, pourtant, trouver de nouveaux mots pour éviter les maux qui frappent notre société et construire de nouvelles règles du vivre-ensemble. S'inspirant de la tradition française de la polémique intellectuelle, cet ouvrage insiste sur l'urgence de renouveler nos schémas de pensée, d'écouter et de voir ce qui est plutôt que de se réfugier derrière ce qui devrait être. Quelques figures emblématiques de la bien-pensance actuelle incarnent cette pratique trop répandue chez nos hommes politiques, journalistes, intellectuels et hauts fonctionnaires: parler et agir entre soi. Aujourd'hui, la valeur travail, la foi dans un progrès matériel et technique infini, la croyance en la démocratie représentative qui ont permis la cohésion de la population et des élites ne font plus sens. Il est donc urgent de repérer les valeurs postmodernes en train d'émerger.


- Mafias
de Gilbert Thiel
Éditions Fayard / Février 2014


Juge d'instruction antiterroriste au caractère bien trempé, réputé pour son franc-parler et son humour, Gilbert Thiel nous convie, à quelques semaines de sa retraite, à un inquiétant Tour de France du crime organisé et de ses connexions internationales qui, de la Corse à Paris en passant par Marseille et la Côte-d'Azur, fait parfois étape en Suisse, aux États-Unis, en Amérique latine et en Afrique de l'Ouest. Trafics de stupéfiants et d'êtres humains, blanchiment, racket, corruption, règlements de comptes, connivences avec des organisations terroristes, l'auteur dresse dans une langue drue, drôle, plus riche de vérités crues que d'euphémismes, l'inventaire sans frontières d'une criminalité structurée, omniprésente, brassant des sommes considérables et aux velléités corruptrices avérées, qui fait craindre que demain le crime organisé ne devienne plus fort que des États insuffisamment armés et déjà dominés par les marchés financiers.


- Moi Président
de Claire Gallois
Éditions Stock / Février 2014


Romancière et essayiste, Claire Gallois publie depuis plus d'un an, sur le site du Point, des chroniques impertinentes et éclairantes sur l'actualité. Elles sont placées sous l'ère politique du "Moi Président", la fameuse anaphore de François Hollande, qui a pu laisser croire que changer de chef d'État ferait changer de destin. Malheureusement l'espoir a vite été déçu, et il a suffi de découvrir le portrait officiel du Président, tel un Playmobil oublié sur la pelouse du Palais, pour mesurer le début d'une ère "moyenne". Au fil de ses chroniques, l'auteur évoque des gens qui ne sont preneurs ni de la droite ni de la gauche. Ils se lèvent, ils se battent, que ce soit pour l'incroyable avancée du mariage pour tous, la tragédie de Florange, les mensonges courageux de Cahuzac à seule fin d'épargner d'autres menteurs, le surprenant retournement de l'Église catholique qui, avec son nouveau Pape, symbolise l'ouverture de cette religion à tous les pays, le dialogue incessant se nourrit des nombreux commentaires. Il démontre la stupéfiante démocratie du web.


- Ni vu ni connu
de Jean-Yves Ollivier
Éditions Fayard / Février 2014


Jusqu'ici, le nom de Jean-Yves Ollivier ne se chuchotait que dans les hautes sphères du pouvoir d'un certain nombre d'États, de la Chine à l'Afrique du Sud en passant par la Russie, le Qatar ou le Congo-Brazzaville. En France, "JYO" n'était connu que de rares spécialistes. S'ils le savaient appartenir au cercle fermé des hommes d'affaires internationaux de haut vol, ces initiés s'interrogeaient sur le secret de fabrication de cet homme de l'ombre qui, outre ses activités dans le commerce, s'adonnait à une véritable diplomatie parallèle. Autant dire que Jean-Yves Ollivier était soupçonné d'appartenir aux "services", voire d'être un trafiquant d'armes ou, du moins, d'influence. En vérité, ni vu ni connu, JYO a coécrit nombre de pages passionnantes de l'histoire de la fin du XXe siècle. Proche de Jacques Chirac et ami de Michel Roussin, il a joué un rôle notable dans la libération des quatre otages français retenus au Liban par le Hezbollah en 1988. Missi dominici de Jacques Foccart en Afrique anglophone et lusophone, il a initié en Afrique australe une négociation de paix couronnée de succès: elle a conduit à la libération de Nelson Mandela et à la fin de l'apartheid. Avec verve et humour, Jean-Yves Ollivier raconte sa vie de "négociant en politique", son auto-définition. Il retrace sa fulgurante ascension comme trader en grain, puis en pétrole. Il évoque sans fard les conditions dans lesquelles il a choisi de commercer avec la Chine de Mao, puis avec l'Afrique du Sud sous embargo, tout en se liant d'amitié avec le président congolais Denis Sassou Nguesso et en courant après des rebelles malfamés tels que Jonas Savimbi ou Afonso Dhlakama. Fascinant par sa liberté de ton et d'action, ce témoignage révèle nombre de petits secrets qui font la grande histoire.


- On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort
de Jérôme Morin
Éditions L'Archipel / Février 2014


Il y a des livres qui font voyager, d'autres qui parlent de la vie, et d'autres encore qui font trembler les institutions. Bienvenue dans le petit monde de la fonction publique. L'administration telle que vous ne la voyez pas grâce au fameux devoir de réserve. Jérôme Morin, lui, l'a outrepassé pour que vous sachiez enfin où passent vos impôts. Découvrez l'univers de Fabien (héros du livre), un père de famille, fonctionnaire aux excellents états de service, qui raconte, avec humour et sarcasme ce qu'il vit tous les jours dans cette institution dépourvue selon lui d'efficacité, mais ô combien riche en conflits d'intérêts, magouilles et dysfonctionnements. Un livre qui montre le vrai visage de notre grande pieuvre et de ceux (élus, cadres) qui font tout pour que jamais elle ne change.


- Paris de femmes
de Marie-Ève Malouines
Éditions Fayard / Février 2014


Comment deux femmes aussi différentes sont-elles parvenues à l'avant-scène d'un théâtre dirigé par des hommes? Nathalie Kosciusko-Morizet, la "hussarde" d'origine polonaise, s'est révélée aux côtés de Nicolas Sarkozy; Anne Hidalgo, la discrète fille d'immigrés espagnols, s'est épanouie dans l'ombre de Bertrand Delanoë. Elles tiennent désormais les premiers rôles. Toutes deux se veulent des femmes indépendantes, dégagées des tutelles machistes ou paternalistes. Malgré leur apparente fragilité, Nathalie Kosciusko-Morizet et Anne Hidalgo sont aussi ambitieuses l'une que l'autre. Tous les oppose pourtant: leur enfance, leur histoire, leurs blessures, leur carrière, leur méthode, leur tempérament et même leur look. Quelle est la plus solide face à la brutalité du monde politique? Quelle est la plus rusée face aux crocs-en-jambe machistes? Ce livre-reportage dresse le portrait de ces nouvelles héroïnes politiques, de leurs conjoints discrets mais engagés, de leurs rivaux parfois phallocrates et de leurs rivales très féminines. Il fait le récit d'une épopée inédite, riche d'enseignements sur le combat de femmes dans un jeu organisé par les hommes. Cette bataille capitale, dans la capitale, constitue deux remarquables paris de femme


- Partager le pouvoir, c'est possible
de Éric Albert
Éditions Albin Michel / Février 2014


La vérité? L'entreprise et ses salariés sont au bout du rouleau. Épuisement, stress, injustices salariales, rivalités entre services, pression de l'actionnaire: la règle du chacun pour soi domine. Entre recherche de compétitivité par tous les moyens et volonté obsessionnelle de baisser les coûts, le monde du travail se transforme en épreuve, voire parfois en enfer. Dans cet univers où la compétition est devenue de plus en plus forcenée, des lueurs d'espoir apparaissent néanmoins: Il n'y a pas de fatalité à la dictature du toujours plus, toujours plus vite. Partout dans le monde, des entreprises réinventent d'autres formes de relations entre partenaires, construisent leur modèle sur la satisfaction et les envies des salariés, mettent en avant la collaboration plutôt que la performance individuelle. De toutes tailles, présentes dans tous les secteurs d'activité, elles renouvellent un modèle capitaliste en déclin et répondent aux aspirations d'une société plus horizontale. Ces entreprises qui refusent de copier les autres pour créer leur propre système sont aussi celles qui réussissent le mieux: voilà ce que nous apprend Éric Albert, dans ce livre décapant et très documenté.


- Surtout ne rien décider
Manuel de survie en milieu politique
de Pierre Conesa
Éditions Robert Laffont / Février 2014


"Je ne connais pas de problèmes qu'une absence suffisamment prolongée de réponse n'ait fini par résoudre", Henri Queuille, président du Conseil. L'art suprême en politique? Ne rien décider tout en donnant l'illusion de l'action. Le président Chirac est parvenu à mettre un terme à près de cinquante ans de vie politique en n'attachant son nom à aucune grande réforme de la société française. Faut-il s'étonner qu'il soit l'homme politique favori des Français? La rémanence de certains grands thèmes qui ponctuent la vie politique française comme les retraites, le statut des fonctionnaires, la réforme de l'administration, de l'Éducation nationale, la question corse, l'agriculture française confrontée à la PAC, la réforme des ex-NMPP (liste non exhaustive) laissent à penser que l'action publique est depuis quelques décennies fondée sur la non-décision. Livre blanc, vert, bleu, rapport, mission, consultation préalable, table ronde, haut comité: les hommes politiques disposent d'ailleurs d'un arsenal sans pareil pour les conforter dans leurs non-choix. En politique le ridicule ne tue pas, seule la réforme est létale. Apprendre l'art ultime de la non-décision en laissant une trace dans l'Histoire, tel est l'objet de ce petit ouvrage qui livre clés en main techniques et conseils pratiques à nos gouvernants. Le lecteur pourra s'entraîner avec des travaux dirigés (tracts prérédigés, sondages multi-usage, clichés et platitudes) et jouer avec ses amis au Jeu de l'oie de la non-décision.


- Cap sur l'avenir !
de Christian Buchet
Éditions Du Moment / Janvier 2014


"Nous allons dans le mur"... "C'est la crise"... Jour après jour, pour ne pas dire heure après heure, qui n'entend pas ce vacarme ambiant? Mais sommes-nous vraiment en crise? Nous avons aujourd'hui, au contraire, la chance de vivre une période de mutation exceptionnelle, telle que le monde n'en n'a pas connue depuis la Renaissance. Sait-on que la France n'a jamais été aussi grande et que les accords de Montego Bay (1994) font de notre pays le deuxième espace maritime au monde? Ce qui nous donne accès à toutes les matières premières stratégiques, les "terres rares", utilisées notamment pour la fabrication des téléphones portables, dont notre pays devrait devenir l'un des premiers producteurs. Mesure-t-on que l'ouverture des routes maritimes du nord, liée à la fonte des glaces, va entraîner une nouvelle donne géopolitique favorable à l'Occident? Que les innovations technologiques s'enchaînent à un rythme sans précédent, de la peinture solaire à l'énergie thermique des mers capable de répondre aux multiples besoins des régions chaudes, dont la production d'eau douce? Des découvertes susceptibles de transformer en profondeur notre civilisation. Non, nous ne sommes pas dans "un monde fini" mais dans un monde débordant d'opportunités et de promesses. C'est cette vision optimiste, confiante, fondée sur vingt-cinq années de recherches en Histoire et d'études prospectives, que Christian Buchet souhaite partager.


- Chine, banquier du monde
de Claude Meyer
Éditions Fayard / Janvier 2014


Ressources naturelles, entreprises industrielles, filières technologiques: rien ne semble échapper à la boulimie d'acquisitions qui projette le dragon chinois aux quatre coins de la planète. Premier créancier des États-Unis, la Chine finance les déficits occidentaux, mais s'impose aussi auprès des pays pauvres comme une Banque mondiale bis. Après le rouleau compresseur des exportations, se profile une déferlante chinoise sur la finance. À quelles sources s'alimente cette puissance financière? Qui sont les acteurs de cette offensive et quels en sont les objectifs? Le yuan pourra-t-il détrôner le dollar? Domination commerciale, expansion financière: le géant chinois va-t-il céder à la tentation hégémonique? Cet essai s'efforce d'apporter des réponses solidement argumentées, sans procès d'intention mais aussi sans complaisance. Dans cet ouvrage essentiel, Claude Meyer fait le bilan de la puissance financière chinoise et la confronte aux stratégies du Parti communiste. Alliant analyse économique et prospective, il nous décrit le monde qui vient avec, en arrière-plan, cette énigmatique "du peuple chinois", dont le président Xi Jinping a fait son leitmotiv.


- Dans le secret du conseil des ministres
de Bérengère Bonte
Éditions Du Moment / Janvier 2014


C'est l'un des rendez-vous les plus formels et les plus mystérieux de la Ve République. Chaque mercredi, le Conseil des ministres délivre à l'Élysée un compte rendu très officiel des grandes réformes, projets et nominations décidés par le gouvernement sous la présidence du chef de l'État. Une cinquantaine de témoins directs, président, premiers ministres, ministres ou secrétaires généraux, qui ont opéré depuis 1958, ont raconté leur Conseil à Bérengère Bonte. Elle révèle ainsi la comédie humaine et politique d'un rendez-vous à huis clos, jamais filmé ni enregistré. L'auteure a recueilli pour cette édition actualisée les témoignages inédits de François Hollande et Jean-Marc Ayrault.


- Guerre et paix entre les monnaies
de Jacques Mistral
Éditions Fayard / Janvier 2014


L'histoire risque-t-elle de se répéter? Est-ce au niveau des principales monnaies, le dollar, l'euro et le yuan, que pourrait se jouer la prochaine et la plus dramatique des séquences de la crise que nous vivons aujourd'hui? Que l'on parle de l'Amérique et de la Chine ou de l'Allemagne et de l'Europe du Sud, la question des dettes et des déficits empoisonne à nouveau l'atmosphère internationale. Gouvernance inachevée de l'eurozone, fin problématique des excès monétaires aux Etats-Unis, insertion réticente de la Chine dans l'ordre monétaire mondial, dévaluation compétitive agressive au Japon: le cœur de la crise est aujourd'hui monétaire. L'histoire nous enseigne que la paix monétaire est le plus important des biens publics globaux. Ce livre, pour la première fois, formule des propositions concrètes pour éviter le retour tragique des guerres monétaires. Jacques Mistral est économiste, il a fait carrière dans l'université, la haute fonction publique et dans l'entreprise. Il enseigne aujourd'hui dans les universités de Harvard, du Michigan et de Nankin; il est senior fellow à la Brookings Institution à Washington, conseiller spécial de l'Ifri à Paris et membre du Cercle des économistes.


- L'argent
de Jean-Claude Carrière
Éditions Odile Jacob / Janvier 2014


"Aujourd'hui plus qu'hier encore, l'argent gouverne en maître. J'ai voulu comprendre pourquoi. J'ai cherché et me suis lancé sur les traces de cette énigme. L'argent, on l'adore et on le maudit tout à la fois. J'ai découvert le règne de l'argent fou, de l'argent roi, de l'argent dieu. Et aussi un secret que, vers la fin, je me hasarde à délivrer". J.-C. C.
Une grande enquête, riche et documentée, où le talent de l'écrivain se conjugue au souffle du pamphlétaire.


- L'horreur médiatique
de Jean-François Kahn
Éditions Plon / Janvier 2014


Impartiale la presse française? Jean-François Kahn n'en est pas si sûr et nous le dit. "Vous les médias": derrière cette apostrophe, qui revient à identifier tous les professionnels de l'information à une "caste" coupée de la réalité des gens, c'est le procès du système médiatique tout entier que l'opinion publique instruit. De façon de plus en plus implacable. Injuste? Peut-être. Mais encore convient-il de comprendre les raisons de ce dramatique divorce. Le pire peut, en effet, en surgir. D'où ce livre. Terrible. Révélateur d'un univers qui devient de plus en plus fou. Uniformément fou. Un livre qui risque donc de déclencher des fureurs. Mais qui se veut une interpellation salvatrice. Il se termine d'ailleurs par ces mots: "Une nouvelle génération devra assumer cette mission: contre l'horreur médiatique, rétablir l'honneur médiatique. Elle y parviendra".


- La caste cannibale
de Sophie Coignard et Romain Gubert
Éditions Albin Michel / Janvier 2014


- Comment l'école de Chicago, qui a réinventé le libéralisme a-t-elle transformé la gauche, de Mitterrand à Hollande?
- Par quel mécanisme pervers nos impôts financent-ils ce qu'il y a de plus toxique dans les salles de marché?
- Le grand patron de Renault, Carlos Ghosn, sait-il vraiment ce qui se passe dans son entreprise?
- Pourquoi le Forum de Davos censure-t-il un grand banquier?
- Dans quelles conditions trois hauts fonctionnaires français, tous de gauche, ont-ils accéléré la mondialisation financière?
- Que fait Nicolas Sarkozy avec le Washington Speakers Bureau?
- Que cachent parfois les décisions stratégiques de certains grands patrons?
Dans cette enquête qui mêle reportage et analyse, Sophie Coignard et Romain Gubert, grands reporters au Point et auteurs de L'Oligarchie des Incapables, nous racontent comment, de Londres à Washington en passant par Francfort, Bercy ou Chicago, l'alliance contre nature entre un État immoral et un capitalisme cupide a produit un système cannibale qui peut à tout moment se retourner contre chacun d'entre nous.


- La conjuration des inégaux
de Olivier Besancenot
Éditions Cherche Midi / Janvier 2014


Dans l'élan de la Révolution française, en 1796, Gracchus Babeuf imaginait prolonger l'égalité sur les questions économiques à travers un ultime combat contre le Directoire qui lui coûta la vie, à lui et à ses camarades, lors de la "conjuration des Égaux". Deux siècles plus tard, à front renversé, une "conjuration des inégaux" semble s'être imposée à nous. Vue d'en haut, la lutte des classes ne fait pas débat, elle se mène, point barre, et elle se gagne. Elle n'est ni anonyme ni virtuelle; elle est au contraire symbolisée par une élite, des noms et des visages, unis par de multiples relations opératoires et redoutablement efficaces. Au sol, elle cherche à dépasser les ravages de la division sociale savamment provoquée et entretenue par les classes possédantes afin de saper toute amorce de reprise de conscience de classe. Derrière ce pare-feu illusoire que constitue le mythe des "classes moyennes", les identités sociales se diluent, se perdent et s'ignorent. Au point que l'écrasante majorité s'oublie jusqu'à en devenir invisible. Les prolétaires, celles et ceux qui sont obligés de vendre leur force de travail, manuelle ou intellectuelle, pour vivre, n'ont jamais été aussi nombreux dans l'histoire du capitalisme. Pourtant, et c'est un paradoxe, ils n'ont jamais eu aussi peu conscience d'exister en tant que tels. Dans cet essai, Olivier Besancenot apporte une contribution pour tenter de redéfinir les contours de ce que la Communarde Louise Michel désignait déjà en son temps comme "le nombre immense qui ne connaît pas sa propre force".


- La souveraineté numérique
de Pierre Bellanger
Éditions Stock / Janvier 2014


"La mondialisation a dévasté nos classes populaires. L'Internet va dévorer nos classes moyennes. La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans n'est qu'un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s'annonce. La France et l'Europe n'ont aucune maîtrise sur cette révolution. L'Internet et ses services sont contrôlés par les Américains. L'Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté. Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique. Y a-t-il pour nous une alternative? Oui. L'ambition de ce travail est de nous en donner la chance".


- Le grand racket des automobilistes
de Philippe Vénère
Éditions Cherche Midi / Janvier 2014


Du PV à la cour de cassation, comment s'en sortir? Il n'y a pas une semaine sans que la presse évoque la grogne des automobilistes contre les radars pièges. Qui, mieux que Philippe Vénère, pouvait écrire un guide de conseils à leur attention? Ce commissaire divisionnaire a été officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. En clair, il était le n° 1 du service des contraventions. Aujourd'hui, il traverse le miroir pour vous livrer les secrets de son métier. Cet ouvrage apporte enfin les moyens concrets de se défendre: délais, textes de contestation, audience devant les tribunaux, recours. Il dénonce aussi les dérives de la répression actuelle, les violations de vos droits et la course effrénée à la rentabilité via une dictature des résultats mettant sous pression des policiers exténués. Philippe Vénère pointe les failles de ce système, dissèque les jurisprudences et incite l'automobiliste à ne plus se laisser faire. Il fournit les textes relatifs aux contestations, délivre les lettres et autres recours types, et donne une vraie méthodologie pour se présenter devant un tribunal avec une défense bien préparée. Espérons que ce livre incitera les pouvoirs publics à redonner leur statut de citoyens libres et égaux en droits aux automobilistes.


- Les chefs des chefs
de Gilles Bragard
Éditions Du Moment / Janvier 2014


Ils sont les cuisiniers de l'ombre: pas d'étoiles au Guide Michelin, interdits de surexposition médiatique. Pourtant, ces chefs de haut vol jouent un rôle crucial dans les palais officiels. Leur cuisine met de l'huile dans les rouages diplomatiques et du baume au cœur des chefs d'État. À chaque réception, c'est un peu de l'honneur national qui se joue. Une mission aussi exaltante que stressante. À la première table du pays, le droit à l'erreur n'existe tout simplement pas. Mais les chefs des chefs sont aussi les ambassadeurs d'une cuisine officielle qui se veut désormais exemplaire: diététique, éthique, goûteuse, sans être trop coûteuse. Pour la première fois dans un livre, les chefs-cuisiniers des palais du monde entier nous décrivent la comédie du pouvoir par le menu: paranoïas alimentaires de la guerre froide, crises de nerfs à la Maison Blanche, folies des dictateurs ou lubies de l'Élysée. Une enquête exclusive truffée d'informations croustillantes et d'anecdotes savoureuses.


- Les roitelets ou la France des fiefs
de Olivier de Lagarde
Éditions L'Archipel / Janvier 2014


Jean-Claude Gaudin, 74 ans, maire de Marseille depuis 18 ans; André Rossinot, 74 ans, premier magistrat de Nancy depuis 30 ans; Martine Aubry, 63 ans, à la tête de Lille depuis 12 ans; Alain Juppé, 68 ans, en poste depuis 7 ans à Bordeaux... Au-delà du fauteuil d'édile, ils ont établi une baronnie, un fief, un territoire dont ils sont le roi avec bien souvent l'assentiment de leurs électeurs. C'est en effet un paradoxe de la vie politique française: alors que depuis plus de trois décennies, les électeurs balayent systématiquement la majorité en place lors des scrutins nationaux, ils plébiscitent leurs maires. Pourquoi Alain Juppé, battu aux législatives à Bordeaux, est-il archi-favori pour un 3e mandat? Comment Jean-Claude Gaudin, à 74 ans, parvient-il à régner sans partage à Marseille? À Lille, Nice ou Lyon, comment expliquer que rien ne semble pouvoir mettre en danger Martine Aubry, Christian Estrosi et Gérard Collomb? Cet essai révèle et recense grands projets et petites magouilles, coups de génie et coups bas. Et décortique les méthodes qui permettent à ces hommes et ces femmes de se maintenir au pouvoir.


- Les sales gosses de la République
de Cyrille Lachèvre et Marie Visot
Éditions Michel Lafon / Janvier 2014


6 mai 2012, François Hollande est élu président de la République. Après une campagne parfaitement menée, dotée d'un programme économique solide, il a mobilisé une équipe d'hommes et de femmes sur-motivés par dix années d'opposition. Politiques chevronnés et jeunes fonctionnaires surdoués, ils avaient tout pour réussir. Et pourtant. Que s'est-il passé pour que dix-huit mois plus tard ces brillants élèves que l'on disait prometteurs fassent figure de cancres? "Amateurs, brouillons, mauvais camarades", les appréciations sont loin d'être élogieuses, et leurs résultats pâtissent de leur comportement frondeur. Marie Visot et Cyrille Lachèvre vous dévoilent la face cachée de ceux qui nous gouvernent: Président en mal de cap, Premier ministre inexistant, luttes de pouvoir à Bercy, aberrations administratives, querelles d'ego fratricides. Dans cette enquête sur les coulisses de l'État, vous découvrirez pour quelles raisons "les sales gosses" de la République ont dû faire face à la "révolte fiscale", battu des records d'impopularité et déçu les espoirs de millions de Français.


- Nathalie Kosciusko-Morizet, l'affranchie
de Marion Mourgue
Éditions Pygmalion / Janvier 2014


Nathalie Kosciusko-Morizet, plus connue désormais sous le sigle NKM qu'elle s'est forgé comme un nom de guerre, est une femme pressée. Elle ne déteste pas qu'on la traite d'"emmerdeuse" et revendique pour elle-même la qualité de "tueuse". Elle se dit et se répète "libre, totalement libre". Libre de faire campagne à Paris en se passant du logo de l'UMP. Libre de prétendre à L'Élysée sans laisser la préséance aux aînés de son parti. Première femme présidente de la République? Elle y pense assurément, avec autant de fougue qu'une certaine "insoumise" socialiste qui l'a devancée dans cette voie. L'ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy, trois fois ministre avant ses 40 ans, n'aime rien tant que se jouer des codes. Héritière d'une lignée de polytechniciens et d'hommes politiques, elle se veut sans passé. Meilleur espoir féminin de la droite, elle a pour époux et intime conseiller un ancien du PS. NKM ne craint pas les contradictions, elle en fait son moteur. Des proches sortent d'une prudente réserve pour la raconter. Père, frère, mari, ami(e)s, rivaux... Des personnalités politiques de premier plan aussi. Comme celui qui l'a précédée dans l'art de la "rupture", Nicolas Sarkozy, expert à décrypter le parcours et les stratégies de celle qu'il appelle son "amie".


- Nazarbaev, votre ami le dictateur
de Viktor Khrapounov
Éditions Du Moment / Janvier 2014


"En guerrier solitaire, je me dresse contre un monolithe qui possède d'immenses moyens et profite d'énormes complicités. Je n'espère pas le vaincre, j'espère tout simplement être entendu". Ce guerrier solitaire, c'est Viktor Khrapounov, ancien maire d'Almaty, ex-ministre de l'Énergie du Kazakhstan, contraint désormais à l'exil. Depuis la Suisse où il réside, il dresse un puissant réquisitoire sur les vingt ans de règne de Noursoultan Nazarbaev, ce jeune et dynamique président devenu, au fil des années, un vieux dictateur rusé et impitoyable. Privatisation abusive des richesses du pays enfouies dans ses sols, corruption à grande échelle, étouffement des libertés, élimination d'opposants politiques, intrigues de palais et culte de la personnalité, Khrapounov raconte Nazarbaev sans tabou. Et si le public occidental en sait si peu, c'est parce que le pouvoir kazakh jouit de la duplicité de moult gouvernements et multinationales. Des chefs d'État, parmi lesquels Nicolas Sarkozy et François Hollande, s'empressent de dérouler le tapis rouge devant ce leader d'apparence joviale, visé pendant des années par la justice de plusieurs pays pour avoir reçu des pots-de-vin somptueux en échange de juteux contrats. À travers un récit haletant, Viktor Khrapounov nous plonge dans les réalités de ce pays lointain et mystérieux qu'est le Kazakhstan, et nous permet de mieux comprendre ce qu'il s'est passé dans le monde post-soviétique depuis l'éclatement de l'URSS en 1991.


- NKM, la présidente
de Soazig Quéméner
Éditions JC Lattès / Janvier 2014


Écolo et patriote, ingénieur et mystique, Nathalie Kosciusko-Morizet sait piloter un pétrolier-ravitailleur, fait retourner les hommes sur son passage, terrorise son entourage, flingue ses adversaires, adore sa belle-mère, peut adopter un vocabulaire de corps de garde en conservant des langueurs de marquise. Une femme qui répète Bérénice au théâtre pour ne plus avoir de cheveu sur la langue, développe une communication au cordeau mais trimballe des pudeurs. Fausses? NKM construit sa trajectoire vers l'Élysée, se rêvant en nouvelle "Iron lady". Cette année, le chemin de l'ancienne ministre et porte-parole de Nicolas Sarkozy traverse la campagne de Paris. Vainqueur de la primaire à droite, au centre du jeu pour les municipales, elle vit cette candidature comme une petite présidentielle. La répétition générale de cette polytechnicienne qui a troqué uniforme et bicorne contre une paire de Stilettos. Tandis que les responsables de l'UMP se déchirent dans l'après-Sarkozy, la députée se bâtit une nouvelle notoriété, dans l'espoir de devenir, en mars 2014, la reine de Paris. Quelle que soit l'issue de cette élection, NKM incarnerait un nouvel archétype. La femme d'État post-moderne selon son ami, le sociologue Michel Maffesoli. Et peut-être la première fille d'Eve à pouvoir un jour diriger la France, ce vieux pays? À 40 ans, celle qui a déjà "emmerdé" deux présidents, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, ne s'interdit "rien". Par principe. Enquête sur l'une des figures les plus intrigantes de notre vie politique.


- Notre Europe
de Edgar Morin et Mauro Ceruti
Éditions Fayard / Janvier 2014


"Dans un sens, ce livre prolonge et actualise mon Penser l'Europe ainsi que Barbarie et culture européennes. Mais il s'agit surtout d'une "repensée de l'Europe" en notre époque de crises conjuguées, dont la crise multidimensionnelle de l'Europe, en une grande crise de l'humanité qui n'arrive pas à se constituer en humanité. Cette repensée est l'œuvre de deux esprits frères, celui de Mauro Ceruti et le mien: je me retrouve en lui comme il se retrouve en moi. Notre communauté de pensée s'est ainsi trouvée concrétisée dans cette œuvre méditante et militante". Edgar Morin


- Pourquoi les riches ont gagné
de Jean-Louis Servan-Schreiber
Éditions Albin Michel / Janvier 2014


Depuis l'an 2000, nous assistons à une explosion de la richesse mondiale. Désormais la planète compte 12 millions de millionnaires, dont 500 000 en France. Heureusement, malgré la crise, la pauvreté s'est en même temps réduite plus vite que prévu sur la planète.
Trois causes à cette progression spectaculaire des fortunes:
- Une forte croissance mondiale (sauf en Europe).
- La révolution numérique qui multiplie les jeunes millionnaires.
- La domination croissante des financiers, maîtres du jeu de l'argent.
Les riches ont gagné sur tous les tableaux: l'argent, l'influence politique et souvent le contrôle des médias. Et l'on ne voit pas venir ce qui pourrait s'opposer à leur pouvoir. Mais contrairement aux clichés, les Français ne détestent pas les riches et souvent les admirent. En même temps les inégalités s'accroissent et peuvent déstabiliser nos sociétés. Comment réduire cette fracture devient la question primordiale des vingt prochaines années.


- Rachida ne meurt jamais
de Élisabeth Chavelet
Éditions Du Moment / Janvier 2014


RA-CHI-DA. Ça ne sonne pas comme Lo-li-ta, la troublante nymphette de Nabokov, ça claque. Comme un fouet. Celui d'une femme qui se bat pour survivre dans un monde dont elle n'a adopté les codes qu'en surface. "Des méthodes du 9-3" cinglent ses adversaires? Plutôt une James Bond girl qui sait aussi bien séduire que cogner, selon la nécessité du moment. Dans cette enquête très fouillée, riche d'une centaine de témoignages, Élisabeth Chavelet trace les contours d'un personnage hors norme, irritant et attachant à la fois. Sont ici révélés les réseaux de Rachida Dati dans les médias, la politique et le business. Mais aussi la longue liste de ses ennemis qui tentent, en vain, de l'éliminer du jeu. L'auteure s'attaque, en outre, au "mystère Dati" en dévoilant les dessous de sa relation avec Dominique Desseigne, le puissant homme d'affaires désigné par la députée européenne comme le père de sa fille Zohra.


- Réinventons la France !
de Gérard Mermet
Éditions L'Archipel / Janvier 2014


Depuis le milieu des années 1960, la France est bousculée dans ses fondements; elle a accumulé les factures économiques et laissé se développer des fractures sociales. Les citoyens ont perdu espoir en l'avenir et confiance en l'État. Le "modèle républicain" est en panne et fait le lit du communautarisme. La mondialisation, les difficultés de l'Europe et la "crise" récente n'ont fait qu'exacerber les inégalités, les tensions et les risques. L'État ne peut plus agir seul. Il faut redéfinir son rôle et restaurer sa relation avec la nation. Pour cela, il faut créer les conditions d'une mobilisation générale, organiser de nouveaux modes de consultation et de collaboration, mettre en œuvre une intelligence collective. La réinvention de la France passe par l'instauration d'une démocratie positive, c'est-à-dire active, collaborative, empathique et permanente. En liaison avec un État animateur-modérateur, les citoyens y exerceront en commun un pouvoir de proposition, délibération, décision, expérimentation, contrôle. Ils accepteront d'autant mieux les réformes et innovations nécessaires qu'ils en seront les instigateurs. Cette révolution culturelle et structurelle est possible dans une société devenue "horizontale", qui dispose d'outils de réflexion et de partage totalement inédits.


- Renault, nid d'espions
de Matthieu Suc
Éditions Du Moment / Janvier 2014


"Ta carrière, tout est arrêté, tout est fini. À l'instant même tu quittes ce bureau, tu quittes Renault, Michel" annonce le DRH. "Il est question de corruption et de comptes offshore, ça va être très lourd" assène le directeur juridique. Nous sommes le 3 janvier 2011. Trois cadres auraient trahi. Ils sont virés. L'affaire Renault démarre. Enquêtes sur la vie privée, filoches, manipulations, fausses factures, fouilles de comptes en banque. Au cœur du dispositif: la Source, l'informateur mystère qui détiendrait la preuve de l'espionnage industriel. Dix ans. Il aura fallu dix ans à Renault pour devenir le théâtre des complots et des coups fourrés. On transporte un adolescent de nuit dans un coffre de voiture pour qu'il pirate les ordinateurs des employés, on enquête sur la vie sexuelle des syndicalistes. On fait croire à des ingénieurs qu'ils sont pourchassés par de sanguinaires Tchétchènes, on interroge un sous-traitant dans un faux commissariat. Quatorze salariés sont licenciés sur la base d'accusations farfelues. Sept suicidés sont recensés dans les effectifs du Technocentre. Fruit de trois ans d'enquête, Renault, nid d'espions propose à travers de nombreux témoignages et documents inédits, une plongée hallucinante dans une entreprise mythique où les barbouzes manipulent les polytechniciens. Une histoire glaçante. Pourquoi? Parce que tout est vrai.


- Soif de justice
de Pierre Joxe
Éditions Fayard / Janvier 2014


Sait-on qu'aujourd'hui encore on compte 700 000 accidents du travail par an en France, soit 2 000 par jour? Que 40 000 d'entre eux entraînent une incapacité permanente, et que 500 en moyenne sont mortels, soit une dizaine par semaine? Comment sont jugés les contentieux de pareils drames humains? Pierre Joxe explore ici un domaine peu connu et encore moins décrit: le fonctionnement des juridictions spécialisées dans l'application des lois sociales. Il s'agit en particulier du Conseil des prud'hommes, des tribunaux des affaires de sécurité sociale, des Commissions départementales d'aide sociale, des tribunaux du contentieux de l'incapacité, de la Cour nationale de l'incapacité et de la tarification de l'assurance des accidents du travail, de la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées... Comme à son habitude, Pierre Joxe illustre son propos d'études de cas et de "choses vues"; il le complète en comparant l'état de notre droit social avec ses homologues allemand, suisse, belge, et conclut en proposant un plan à long terme pour créer un ordre de juridictions sociales à part entière, au sein d'un pouvoir judiciaire enfin rendu indépendant, en France, comme il l'est chez nos proches voisins européens qui consacrent tous plus de moyens humains et financiers à leur justice. Ancien ministre, ancien président de la Cour des comptes, Pierre Joxe a désormais revêtu la robe d'avocat.


- Valls, à l'intérieur
de Laurent Borredon et David Revault d'Allonnes
Éditions Robert Laffont / Janvier 2014


Favori des sondages dans un gouvernement qui ne l'est guère, populaire chez les sympathisants de droite mais controversé dans son propre camp, qui est vraiment Manuel Valls? Le livre-vérité sur le ministre le plus ambitieux et le plus iconoclaste du paysage politique. "Mais où va donc Manuel Valls? Est-il comme il l'affirme l'homme sincère d'une gauche moderne et "réaliste", désireux d'adapter celle-ci aux réalités du XXIe siècle et menant un combat culturel pour lui apprendre à gouverner dans la durée? Juste un redoutable communicant, à la méthode de surexposition médiatique éprouvée à l'ère des tweets et des chaînes d'infos en continu? Ou plus prosaïquement un ambitieux d'un cynisme forcené, prêt pour s'imposer à tous les opportunismes idéologiques, jusqu'à l'abandon des idéaux les plus fondamentaux des socialistes? Peu importe, au fond, les moyens d'y parvenir. Pour Manuel Valls, seul compte l'objectif: l'Élysée. De la Place Beauvau au palais présidentiel, il n'y a que quelques mètres, mais un océan politique. Délicate traversée en perspective. Les résultats policiers de Manuel Valls, immanquablement, le rejoindront au tournant. Sur sa droite, on est déjà résolu à lui faire la peau. Sur sa gauche, on l'attend de pied ferme, prêt à le torpiller. Ses concurrents pour la suite des opérations, dans et hors le gouvernement, sont à l'affût du moindre faux pas. Et puis, surtout, il y a François Hollande, qui est là, en face, dans son bureau de l'Élysée. Et bien là. Le plan de navigation s'annonce long et tortueux. Mais Manuel Valls, aux commandes de son go fast, appuie encore et toujours sur l'accélérateur, persuadé que son allure effrénée le gardera des avanies du temps".


- Absurdité à la française
Enquête sur ces normes qui nous tyrannisent
de Philippe Eliakim
Éditions Robert Laffont / Novembre 2013


Comment les normes asphyxient notre économie: un sujet chaud pour la rentrée. Se doute-t-on qu'en France un simple réverbère doit répondre à plusieurs centaines de préconisations obligatoires qui, d'ailleurs, changent tout le temps? Imagine-t-on que des dizaines de piscines publiques installées en milieu rural vont bientôt être acculées à la fermeture, car la surface de leur cafétéria est inférieure au minimum légal? Sait-on que notre administration réglemente tout, du grammage des portions de purée dans les cantines scolaires à la puissance de l'éclairage dans les corridors d'hôtel (pas moins de 150 lux mesurés à 1,30 mètre de hauteur), en passant par la taille des draps de lit, la pression des bas de contention et la hauteur des potelets scellés sur les trottoirs pour y interdire le stationnement. Aux derniers pointages, le Journal officiel de la République française recensait quatre cent mille normes, ce qui constitue probablement un record du monde. Chaque jour, nos fonctionnaires nous pondent en moyenne cinq nouvelles réglementations, sans se soucier de leurs conséquences. Bien sûr, lorsqu'on les regarde de près, ces règles présentent toutes une certaine utilité. Elles facilitent l'accès des handicapés aux équipements publics, améliorent la sécurité des usines, imposent une bonne isolation thermique aux logements, confortent la lutte contre l'obésité. Qui oserait s'opposer à cela? Le problème, c'est qu'à force de vouloir tout réglementer, protéger, contrôler dans les moindres détails, notre pays est en train de se détruire lui-même. Il sape le pouvoir d'achat de ses ménages, grève ses finances publiques, freine la construction de logement et, c'est cela le plus grave, sacrifie la compétitivité de son économie avec l'eau du bain.


- La France enfin première de la classe
de Maryline Baumard
Éditions Fayard / Novembre 2013


Comment s'y prendre pour avoir la meilleure école du monde dans dix ans? PISA, le Programme international pour le suivi des acquis des élèves, révèle une école française sur le déclin. Le niveau n'en finit pas de baisser. Ce n'est pas une surprise. C'est encore moins une fatalité. La nouvelle gifle de fin 2013 doit être salutaire car la France peut se hisser dans le peloton de tête. Pour y parvenir, il faut penser différemment, regarder ce qui fonctionne à l'étranger. Cette enquête au cœur des pays qui font mieux que nous raconte comment la Floride apprend à lire à tous et pourquoi les adolescents de Shanghai pulvérisent les records mondiaux en maths. L'auteur a interrogé les meilleurs scientifiques. Du spécialiste du cerveau Stanislas Dehaene à l'économiste Esther Duflo, les chercheurs savent ce qui rend l'école efficace, ils ont étudié les méthodes qui permettent à tous les enfants de vraiment apprendre à lire, écrire et compter. Écouter ces experts doit aider les parents et les enseignants à donner enfin à l'élève France le bulletin scolaire qu'elle mérite.


- Les conquérantes
Douze femmes à l'assaut du pouvoir
de Christine Clerc
Éditions Nil / Novembre 2013


Dans le combat politique, les femmes n'ont plus rien à envier aux hommes. Démonstration en douze portraits de conquérantes d'aujourd'hui. Elles arrivent. Députées, ministres ou maires de grandes villes, les femmes sont encore minoritaires dans le paysage politique français. Mais les voici partout en première ligne pour les prochaines batailles municipales, européennes et présidentielle. Libérées de leurs complexes, instruites par l'expérience de pionnières comme Martine Aubry, elles ont appris à jouer de toutes les armes masculines: l'audace, le calcul, le mensonge... auxquelles s'ajoute la séduction qu'elles n'ont plus peur, telles Rachida Dati, Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet, de déployer. Ce sont des combattantes. Avant d'affronter les hommes de leur camp et des partis adverses, elles ont dû se confronter à ceux de leur propre famille: un père autoritaire comme celui de Ségolène Royal ou de Marine Le Pen; un mari supportant mal, comme ce fut le cas d'Antoine Veil, de voir son épouse faire la carrière dont il aurait rêvé. Car si les hommes de pouvoir ont eu longtemps la chance d'être soutenus par des compagnes dévouées à leur carrière, les femmes politiques ont toujours dû composer. Elles ont puisé en elles une énergie hors du commun: pour assumer plusieurs vies en une. En douze portraits (les pionnières: Veil, Royal, Aubry; les hussardes: Le Pen, Dati, Filippetti; les Américaines: Lagarde, Taubira; les futures reines: Kosciusko-Morizet, Pécresse, Hidalgo, Duflot), nourris de vingt années d'observation et de confidences, Christine Clerc nous fait pénétrer dans leur intimité. Elle suit la route de ces femmes d'exception, met à nu leurs ambitions, leurs souffrances. Et leur férocité de tigresses.


- Carnets du pouvoir; 2006-2013
de Rama Yade
Éditions Du Moment / Octobre 2013


Ses carnets rouges, Rama Yade les a soigneusement conservés. Depuis le premier jour de son engagement politique, en 2006, elle y a tout transcrit, tout raconté, tout décrit: son itinéraire exceptionnel de jeune femme arrivée au sommet de l'État, avec la conquête du pouvoir par la "génération Sarkozy", ses transgressions et ses ruptures. Mais aussi l'épreuve des renoncements, sous la pression de la crise et surtout du Front national. Au cœur de ce gouvernement soumis à rude épreuve, Rama Yade tente de préserver l'idéalisme républicain de ses débuts. Ne se résolvant pas à voir la droite absorbée par une extrême droite qui, selon elle, n'a jamais changé, elle se bat pour défendre une alternative moderne, absolument républicaine, ouverte sur le monde, qu'elle tente d'incarner, quitte à surprendre par des changements soudains dans ses engagements publics.


- Cela devient cher d'être pauvre
de Martin Hirsch
Éditions Stock / Octobre 2013


Dans le domaine de la pauvreté, il existe un gouffre spectaculaire, mais rarement exploré: celui de la double peine. Des loyers plus chers au mètre carré. Des tarifs d'assurance moins avantageux pour les chômeurs. La minute de téléphone plus coûteuse pour les petits budgets. Un accès à la santé menacé par des barrières financières plus hautes. Le gaz et l'électricité en constante augmentation. Un gouffre qui engloutit une bonne part du revenu des plus modestes et des aides sociales. Prenant acte que les caisses sont désormais vides, l'auteur propose d'inverser la stratégie de lutte contre la pauvreté: réduire les coûts supportés par ceux qui ont moins, faire payer en fonction du revenu, restituer aux plus modestes les sommes importantes qui leur ont été subrepticement subtilisées et renforcer un revenu de solidarité active inachevé, plutôt que le démanteler. Les entreprises ont toute leur place dans cette nouvelle stratégie, comme le montrent des initiatives récentes pour diminuer le coût de l'alimentation infantile, des lunettes, de la réparation automobile, que ce livre propose de multiplier et développer à plus large échelle. Une stratégie offensive pour que les pauvres, mais aussi l'ensemble de la société, en aient davantage pour leur argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 17:08

- Ces discours qui ont marqué la Ve République
de Jean-Louis Debré
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Du fondateur "Je vous ai compris" de Charles de Gaulle à la défense du mariage pour tous par Christiane Taubira, du mythique discours du Panthéon sur Jean Moulin signé Malraux au plaidoyer anti-guerre d'Irak prononcé par Dominique de Villepin à l'Onu, Jean-Louis Debré commente les "grands discours" de la Ve République, depuis sa naissance en 1958. Institutions, Europe, société: autant de domaines abordés par président, Premiers ministres et ministres. Tous, par leur parcours, leur génie de la langue, leur personnalité, leur rencontre avec les événements ont fait honneur à l'art oratoire. Une affiche de rêve: de Gaulle, Malraux, Chaban, Debré, Pompidou, Mitterrand, Marchais, Giscard, Mauroy, Badinter, Sédar Senghor, Séguin, Chirac, Jospin, Villepin, Sarkozy, Taubira, Hollande...


- Comment le voile est tombé sur la crèche
de Caroline Eliacheff
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


Le conflit qui oppose depuis cinq ans la direction de Baby Loup à Fatima L., une salariée qui a enfreint le règlement intérieur en décidant de porter le voile, a divisé l'opinion et mis un terme au projet porté depuis vingt ans par cette crèche: l'accueil des enfants sept jours sur sept et l'intégration des femmes par la formation professionnelle. La pédopsychiatre et psychanalyste Caroline Eliacheff raconte l'emprise insidieuse du fondamentalisme au sein de la crèche et ses conséquences sur les enfants. Car ce sont eux, écrit-elle, les héros silencieux et les victimes oubliées de "l'affaire Baby-Loup".


- Défense française; le devoir d'inventaire
de Yvan Stefanovitch
Éditions Du Moment / Octobre 2013


Les 40 000 soldats français engagés dans des Opérations extérieures ont parfois le sentiment d'avoir été sacrifiés par la République. Souvenons-nous des dix marsouins tués dans l'embuscade d'Uzbin, un jour funeste d'août 2008, en Afghanistan. Dans leurs chars et leurs hélicoptères datant des années 1970, ces hommes ne sont pas assez protégés. Ils n'ont, pour les appuyer, ni drone armé, ni avion anti-guérilla à hélices, ni aéronef de surveillance avec boule optronique. En outre, sans les Américains et leurs avions gros porteurs ou ravitailleurs, l'engagement de nos fantassins et pilotes de Rafale ou Mirage 2000 aurait été impossible en Afghanistan, en Libye ou au Mali, et le sera peut-être en Syrie. N'y a-t-il donc pas assez de crédits pour équiper décemment ces guerriers qui risquent leur vie au sein d'une "armée mexicaine" de 290 000 hommes au total? En réalité, au nom des 300 000 emplois concernés et du savoir-faire français, le gouvernement privilégie notre complexe militaro-industriel, quitte à entretenir des matériels obsolètes ou beaucoup trop chers, donc difficiles à vendre à l'étranger. L'auteur démontre que, pour adapter notre armée aux "nouvelles guerres", il faudrait faire des choix drastiques en coupant dans les budgets du nucléaire et des grands programmes. Et s'attaquer à la gabegie du ministère de la Défense: la gestion d'un palace à Nice, le projet pharaonique d'un "Pentagone à la française", les hôpitaux des armées lourdement déficitaires, les 1 200 agents du service de communication. Dans un temps où la France manifeste une vocation de gendarme du monde, Yvan Stefanovitch a mené un minutieux travail d'inventaire sur nos forces armées. Une enquête sans concession.


- Du CNPF au Medef
Confidences d'un apparatchik
de Bernard Giroux
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


- Reçu au siège du PS, une première, Ernest-Antoine Seillière (président du Medef de 1997 à 2005) lâche: "Monsieur le Premier secrétaire, vous n'êtes pas souriant avec les télés et les photographes". Réponse de François Hollande: "C'est parce que vous me broyez la main".
- Prisonnier en Allemagne au début de la guerre, Francois Ceyrac (président du CNPF de 1972 à 1981) fut formé au métier de terrassier par des ouvriers communistes.
- Laurence Parisot (présidente depuis 2005) aime tant son personnel qu'elle ne supporte de partager l'ascenseur avec personne.
Tout le monde connaît ou croit connaître le Medef. Pourtant, s'il est une organisation qui reste opaque, c'est bien celle qui représente les patrons. Anecdotes et révélations émaillent ce livre où des portraits mi-figue mi-raisin d'Yvon Gattaz, Jean Gandois ou d'Ernest Antoine Seillere, mais aussi de Denis Kessler et Denis Gautier-Sauvagnac (patron de l'UIMM), apportent un regard décalé sur notre histoire économique et sociale récente. Dévoiler cette grande pudique qu'est cette étrange maison: telle est la prouesse que se fixe l'auteur.


- French corruption
de Fabrice Lhomme et Gérard Davet
Éditions Stock / Octobre 2013


Ils ont menti. Ils mentent encore. Depuis des décennies, ils trompent les juges, manipulent les médias, trahissent les électeurs. Une seule drogue: le pouvoir. Et l'argent qui va avec. Ils forment un clan, une poignée d'hommes shootés à la politique, à l'affut d'un siège, d'une élection. Cette bande, c'est celle de l'ex-RPR, de Patrick Balkany à Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy à Charles Pasqua. Un homme les a beaucoup fréquentés, aidés parfois. Il en a payé le prix, bon soldat, parfait exécutant des basses œuvres dans les Hauts-de-Seine, le bastion, le Fort Knox du mouvement gaulliste. Il connaît leurs secrets les plus inavouables. Cet homme de l'ombre, c'est Didier Schuller, l'ancien conseiller général de Clichy-la-Garenne. Longtemps il s'est tu, lui aussi a dupé les juges. Mais aujourd'hui, il parle. Voici ses confessions, explosives. Il a fallu cinq ans aux auteurs pour recueillir ses déclarations, puis les conforter par des investigations poussées, en France, en Suisse, en République dominicaine ou au Liechtenstein. Et mettre des noms sur la French corruption.


- Jean-Marc Ayrault, l'inconnu de Matignon
de Jean-Marie Biette
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Chacun sait qu'il fut maire de Nantes et qu'il dirigeait depuis quinze ans le groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Mais qui est vraiment Jean-Marc Ayrault? Quelles sont ses ambitions? Fils d'ouvrier agricole et d'une couturière, aîné de cinq enfants, il naît le 25 janvier 1950 à Maulévrier (Maine-et-Loire). Adolescent, il adhère au Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), premier pas vers l'engagement politique. Il enseigne l'allemand à Saint-Herblain, ville dont il devient maire à 27 ans. Adhérent du PS depuis 1972, il entre au comité directeur en 1979, puis au bureau exécutif national en 1981. Député de la circonscription nantaise depuis 1988, il est élu l'année suivante dès le premier tour à la mairie de Nantes, et sera constamment réélu jusqu'en 2008, année au cours de laquelle il se fait remarquer en recevant à Nantes le dalaï-lama. À son crédit, l'essor de la vie culturelle nantaise (Royal de Luxe, Folle Journée, Festival des trois continents), un ambitieux programme d'urbanisme (réaménagement du centre-ville, lignes de tramway, bus propre "Busway", etc.) et le projet contesté d'un nouvel aéroport, surnommé "Ayraultport" par ses opposants. Jean-Marie Biette retrace ce parcours qui serait tache sans le rappel de l'"affaire Omnic": en 1997,Jean-Marc Ayrault fut condamné à 6 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d'amende pour favoritisme dans l'octroi, sans mise en concurrence, du marché d'impression du journal municipal Nantes Passion à un homme d'affaires proche du PS, au travers d'une association subventionnée par la commune.


- L'adieu à l'Europe
de Olivier Compagnon
Éditions Fayard / Octobre 2013


Il est temps que l'histoire de la Grande guerre devienne véritablement mondiale. Elle n'est le plus souvent qu'une histoire européenne, à l'exception de l'entrée en guerre des États-Unis. L'Amérique latine semble n'y avoir aucune place, comme si elle s'était tenue en marge du conflit. Pourtant l'Argentine et le Brésil ont bien été confrontés à la guerre. Les populations, largement composées d'immigrants européens, se sont senties concernées par l'issue des combats, d'autant que de nombreuses communautés étaient appelées à rejoindre leur patrie en Europe et à prendre les armes. L'impact de la guerre se fit sentir aussi dans le domaine économique et transforma en profondeur les sociétés latino-américaines. Spectatrices à distance du suicide de l'Europe, elles ont été choquées par cet effondrement d'une civilisation qu'elles admiraient. Les intellectuels, jusque-là convaincus de la nécessité d'imiter la culture européenne, s'en sont détournés pour la seconde fois, après les indépendances du début XIXe siècle, et ont commencé à promouvoir d'autres modèles, d'autres idéaux culturels, du panaméricanisme à l'affirmation nationale. Il n'est pas ici question des sempiternelles histoires de poilus ou des débats sur les résistances à l'effort de guerre. L'Adieu à l'Europe propose une histoire décentrée, depuis cet ailleurs si proche et si lointain qu'est l'Amérique latine. À ce titre, il ne se contente pas de renouveler notre géographie de la guerre, il offre aussi un plaidoyer pour une autre histoire du XXe siècle latino-américain.


- L'identité malheureuse
de Alain Finkielkraut
Éditions Stock / Octobre 2013


L'immigration qui contribue et contribuera toujours davantage au peuplement du Vieux Monde renvoie les nations européennes et l'Europe elle-même à la question de leur identité. Les individus cosmopolites que nous étions spontanément font, sous le choc de l'altérité, la découverte de leur être. Découverte précieuse, découverte périlleuse: il nous faut combattre la tentation ethnocentrique de persécuter les différences et de nous ériger en modèle idéal, sans pour autant succomber à la tentation pénitentielle de nous déprendre de nous-mêmes pour expier nos fautes. La bonne conscience nous est interdite mais il y a des limites à la mauvaise conscience. Notre héritage, qui ne fait certes pas de nous des êtres supérieurs, mérite d'être préservé, entretenu et transmis aussi bien aux autochtones qu'aux nouveaux arrivants. Reste à savoir, dans un monde qui remplace l'art de lire par l'interconnexion permanente et qui proscrit l'élitisme culturel au nom de l'égalité, s'il est encore possible d'hériter et de transmettre. A. F.


- La guerre des deux droites
de Hubert Huertas
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Novembre 2012: l'UMP a un nouveau président. Mais le sera-t-il à la façon dont François Fillon fut le Premier ministre de Nicolas Sarkozy. C'est que l'UMP n'a pas tourné la page. Les acteurs du combat tranché par les militants, Fillon, Copé et les autres, ont tous pris leurs distances avec l'ancien président, tout en proclamant leur fidélité au père. Cette situation étrange est contraire à toutes les traditions de la droite: Pompidou s'est émancipé de De Gaulle, Chirac a fait battre Giscard en 1981, Balladur a tenté l'assassinat politique de Chirac en 1995, Sarkozy a cru liquider le "roi fainéant" Chirac. La droite serait-elle devenue "normale"? Son chef occulte ne serait-il pas Sarkozy lui-même, et le président de l'UMP un simple "collaborateur"? La primaire sanglante pour 2017 est-elle déjà commencée? Et si d'aventure Nicolas Sarkozy décidait de revenir? L'UMP est-elle viable? L'UDF est-elle en train de renaître? Que faire du Front national? Cette enquête d'actualité, nourrie de témoignages inédits, retrace l'élection du nouveau président de l'UMP. Un récit historique, qui démontre qu'en réalité la guerre des deux droites n'a jamais vraiment cessé, depuis le "oui mais" de Giscard à de Gaulle, en 1969.


- La tragédie du pouvoir
de Édouard Balladur
Éditions Fayard / Octobre 2013


"Durant dix ans, j'ai été le collaborateur de Georges Pompidou, dans les jours heureux comme dans ceux qui le furent moins. Après sa disparition, j'ai fait mon possible pour que le jugement porté sur lui fût éclairé et juste. Reste que la gravité de la maladie dont il fut atteint à la fin de sa vie, le doute entretenu sur sa capacité à poursuivre sa tâche, son refus de s'en expliquer publiquement pèsent sur sa mémoire. Aussi ai-je décidé d'écrire ce que j'ai vécu à ses côtés pendant les derniers mois de son existence, lorsque j'étais Secrétaire général de l'Élysée, étroitement associé à sa réflexion et à son action et, par-là, le mieux à même de porter témoignage. Je tiens à ce que justice lui soit rendue afin qu'aucun doute ne subsiste sur la façon dont la France a été gouvernée au cours de cette période où elle était assaillie de dangers. Je le ferai en me gardant d'outrepasser certaines limites, celles au-delà desquelles l'intimité d'un être humain est piétinée. Je montrerai qu'il fut égal à lui-même dans sa capacité de réflexion et de décision qui faisait de lui un homme supérieur par l'esprit et le caractère, digne de respect par le souci de sa responsabilité, son abnégation, sa volonté d'affronter l'adversité et d'assumer sa tâche aussi longtemps qu'il le pouvait. Ce fut sa grandeur". Édouard Balladur


- Le Tout-Politique
de Jean-Louis Beaucarnot
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Depuis la sortie du livre, chacun sait, drôle de coïncidence, que l'arrière-grand-père de DSK tenait une maison close. Mais Jean-Louis Beaucarnot a poursuivi ses investigations et trouvé des indiscrétions et cousinages inattendus. Le pedigree des 90 hommes et femmes politiques qui comptent est ici pimenté de nouvelles anecdotes ou indiscrétions. Rappelons que ce livre offre une approche originale et complète, par fiche, donnant état civil, origines, famille, parcours mais aussi taille, goûts, sports, anecdotes et indiscrétions. Il inclut des analyses graphologiques, morpho-psychologique et astrologiques des ténors de notre vie politique. Sont ainsi décryptées la signature de Martine Aubry, la paupière tombante de Villepin, les gesticulations de Borloo et les planètes de Sarkozy.


- Les Bettencourt
de Ian Hamel
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


De jour en jour, depuis 2010, le périmètre de nuisance de l'affaire Bettencourt ne cesse de s'élargir, menaçant d'emporter un ex-président de la République. Il ne s'agit pas seulement d'une querelle entre la femme la plus riche de France, Liliane Bettencourt, 90 ans, actionnaire principale de L'Oréal, et sa fille unique, Françoise Bettencourt-Meyers, convaincue que sa mère, depuis le décès de son mari en 2007, se fait dépouiller de ses biens par son entourage, notamment le photographe F.M. Banier. Cette histoire se double d'une affaire politique éclaboussant tour à tour Éric Woerth, ministre du Budget et trésorier de l'UMP, puis Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Au-delà de l'affaire politique, Ian Hamel retrace l'histoire familiale des Bettencourt et met à jour les racines du conflit opposant Liliane à sa fille. Il reconstitue le passé sulfureux du patriarche Eugène Schueller, fondateur du groupe, et d'André Bettencourt. L'un est un pronazi déclaré, l'autre a été décoré pour des actes de Résistance douteux, et tous deux sont d'authentiques antisémites. Lorsque Françoise épouse Jean-Pierre Meyers, dont une partie de la famille a disparu dans les camps de concentration, la famille se divise. Un aspect de l'"affaire" crucial, trop souvent passé sous silence.


- Les voleurs de la République
de Nicolas Dupont-Aignan
Éditions Fayard / Octobre 2013


Des millions de revenus évanouis dans les paradis fiscaux, des milliards de bénéfices de sociétés atterrissant sur des incomptes offshore sans avoir connu l'imposition, des milliards de TVA non collectés, et même parfois directement volés à la source, au Trésor public. L'État, qui n'arrive déjà pas à équilibrer son budget dans la crise, voit fondre dramatiquement, phénomène nouveau et très alarmant, ses recettes. La faible activité économique n'explique pas tout. La grande évasion fiscale tourne au pillage. Les chiffres de la fraude fiscale donnent le tournis: 60 milliards chaque année, soit 10 fois le déficit des retraites. Un manque à gagner, du vol pur que pratiquent multinationales, particuliers et le crime organisé. La France réagit-elle? À l'occasion d'une enquête parlementaire qu'il a dirigée avec Alain Bocquet, Nicolas Dupont-Aignan a auditionné dans le secret du huis clos des dizaines de juges, banquiers, hauts fonctionnaires, douaniers, repentis et infiltrés. Il raconte de manière vivante cette industrialisation de la fraude et dénonce les résistances aux changements indispensables. En dévoilant le scandale de l'escroquerie à la TVA, l'ambiguïté des gouvernements révélée par l'affaire Cahuzac, la faiblesse de l'état, Nicolas Dupont-Aignan prouve que le matraquage fiscal est le prix de notre renoncement. Oui, il est possible de baisser fortement les impôts de tous, à condition de s'armer contre la fraude fiscale. Pour cela, il faut un pacte révolutionnaire de modération fiscale et d'égalité devant l'impôt.


- Rançons
de Dorothée Moisan
Éditions Fayard / Octobre 2013


Qui paie et combien? Dès qu'un otage est libéré, la question resurgit. Djihadistes au Sahel, pirates en Somalie, Farc en Colombie, ils n'ont d'yeux que pour elle: la rançon. Vieille comme le monde, elle alimente aujourd'hui un véritable business, trusté par les assureurs anglo-saxons qui louvoient entre preuves de vie, jeux de piste et intermédiaires. Face à ce terrible marché, précisément tarifé, les acheteurs se sont organisés: la police a découvert les vertus de la négociation, les consultants privés ont développé des services aussi spécialisés que coûteux. Tiraillés entre le sauvetage de leurs ressortissants et la lutte antiterroriste, les gouvernements tâtonnent. À quatre millions l'otage à l'Argus sahélien, la facture grimpe vite. "On ne paiera pas", a dit François Hollande. Vraiment? Pour le savoir, Dorothée Moisan a rencontré espions, négociateurs et assureurs, nous plongeant au cœur d'un univers où le secret règne en maître. Correspondante de l'Agence France-Presse à Bruxelles puis au Palais de Justice de Paris, Dorothée Moisan est spécialiste des affaires judiciaires et policières.


- Richard Nixon
de Antoine Coppolani
Éditions Fayard / Octobre 2013


Prince des ténèbres? À maints égards, Richard Nixon est entré dans l'Histoire comme une figure maléfique. Seul président américain à avoir jamais été contraint à la démission, son nom reste attaché au scandale du Watergate. Mais sur toute son œuvre flotte comme un parfum de soufre. Sa fulgurante ascension politique s'est faite aux pires heures de l'anticommunisme de Guerre froide et du maccarthysme. Sa présidence s'est déroulée aux pires heures de la guerre du Vietnam, alors que l'Amérique déchirée était au creux de la vague. Sa politique étrangère, jugée sanglante, a été conspuée. Et il est vrai que Nixon et son âme damnée, Henry Kissinger, ne sont pas pour rien dans la fin tragique de Salvador Allende. Entre autres. Pourtant, Nixon voulait être un homme de paix et son bilan en politique étrangère est aussi marqué par des succès extraordinaires: l'entrée du monde dans la Détente; le spectaculaire rapprochement avec la République populaire de Chine de Mao Zedong; la fin de la guerre du Vietnam; la conclusion des accords de désarmement avec l'Union soviétique; la diplomatie des sommets; l'amorce du processus de paix au Proche-Orient. En politique intérieure, là encore Nixon est "plus que le Watergate" et son œuvre a été réévaluée. Il incarne un type de républicain aux politiques plutôt centristes, voire progressistes, dans le domaine social. Un positionnement politique qui a aujourd'hui pratiquement disparu, en raison des dérives droitières successives du Parti républicain depuis cette époque. À la lumière d'archives et de sources nouvelles, cette monumentale biographie de Nixon retrace l'histoire des États-Unis au XXe siècle et certaines des étapes les plus importantes de l'histoire des relations internationales, celles qui ont forgé notre monde actuel.


- Sexe, mensonge et politique
de Pierre Lunel
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


À l'examen de leur vie privée, un constat s'impose: bien des politiques sont des séducteurs parfois plus fidèles à leurs promesses qu'à leur femme, quand bien même ils n'ont pas le profil d'un Casanova. Ainsi, Staline empestait la vodka, Mussolini était petit, Bokassa cruel, Berlusconi porte moumoute, Giscard n'en porte pas. Oui, mais tous ont un philtre d'amour irrésistible: le pouvoir, "aphrodisiaque absolu" selon Henry Kissinger. Tout le monde a son talon d'Achille. Le leur, c'est le sexe. Et leur devise tient en un seul mot: séduire. Pierre Lunel dresse le portrait sans concession de quelques-uns des modernes héritiers d'Henri IV (58 maîtresses avouées) et de Napoléon, "sportifs de haut niveau des délices d'alcôves", tel Arnold Schwarzenegger et ses soubrettes ou Bokassa et ses impératrices. Au fil des pages, on apprend que Mao s'était fait construire un lit immense pour y accueillir une dizaine de jeunes vierges, que François Mitterrand faisait volontiers "l'amour à la foule" ou que VGE se disait "amoureux de 17 millions de Françaises". Ce livre raconte les obsessions et dévoile les secrets de ces tartuffes qui, de JFK à DSK, soumis à la loi de leur libido, n'en craignent pas moins le scandale lié à la révélation de leurs frasques.


- Député, pour que ça change
de Michel Pouzol
Éditions Cherche Midi / Septembre 2013


Du RMI à l'Assemblée nationale. Le 18 juin 2012, je franchissais les portes de l'Assemblée nationale. Cinq ans auparavant, je prenais ma carte au Parti socialiste après un meeting de campagne présidentielle animé par François Hollande. Ségolène Royal était la candidate du Parti socialiste. Cinq ans plus tôt, j'arrivais en Essonne, à Brétigny-sur-Orge. Ma femme, nos enfants et moi-même venions de quitter mon petit appartement parisien pour nous réfugier dans un cabanon de 25 m2, sans confort, en bordure de forêt. Ce n'était pas vraiment un choix, juste un toit fragile pour éviter la rue. Endetté, intermittent, chômeur puis rmiste, notre vie basculait dans le vide, la précarité, les petits boulots et le désespoir au quotidien... Mon épouse attendait un enfant, difficile d'y entrevoir une chance, au-delà du cadeau que s'apprêtait à nous faire la vie. Nous n'avions plus rien. Et une seule préoccupation: ne pas couler complètement. Impossible d'imaginer à ce moment-là que je m'investirais en politique et qu'un jour, député de l'Essonne, je siégerais au Palais-Bourbon. Tout comme il avait été impossible au fils d'ouvrier Michelin de Clermont-Ferrand que j'étais, au petit-fils de paysan, de penser qu'il deviendrait journaliste, réalisateur, scénariste, plein d'espoir et de projets. Ni que tout s'arrêterait. Mais que tout recommencerait...


- Europe
de Sylvie Goulard
Éditions Flammarion / Septembre 2013


La députée européenne s'interroge sur le bien-fondé de l'Europe telle qu'elle existe aujourd'hui. La déclaration Schuman de 1950 parlait d'une Europe organisée et vivante au service de la paix. Organisée, l'Union européenne l'est de moins en moins, les Européens étant tenus à l'écart des décisions qui les concernent.


- Il faut que je vous que dise
de Louis Mermaz
Éditions Odile Jacob / Septembre 2013


De François Mitterrand à François Hollande, une histoire où le récit d'un engagement politique se conjugue au talent très personnel d'un écrivain.
"En chacun de nous il y a plusieurs vies. Me raconter, c'est aussi retracer l'histoire d'une génération, témoigner de ce que j'ai vu, des événements, des hommes et des femmes. Je veux faire ici le récit de mes joies, de mes espoirs, des attentes, des bonheurs, des frustrations, des échecs et des douleurs immenses. Puis il y a eu mes premiers combats, ma rencontre avec François Mitterrand, les campagnes, le coup d'État du 13 mai 1958, la longue route que nous avons suivie jusqu'à la victoire du 10 mai 1981 et à la présidence de l'Assemblée nationale, mes fonctions gouvernementales". L. M.



- La fin du rêve européen
de François Heisbourg
Éditions Stock / Septembre 2013


L'économie européenne va mal et les peuples de notre continent sont à la peine. Cependant, avec l'apaisement des crises successives de l'euro à partir de l'été 2012, on pourrait penser que la phase la plus aiguë des difficultés est derrière nous et que moyennant un assouplissement de la politique d'austérité après les élections allemandes, l'horizon commencerait à s'éclaircir. Les élections indécises en Italie et la secousse chypriote seraient ainsi des queues de comète, avant un retour progressif à la croissance. Hélas, cette vision est fausse. Faute d'un soubassement politique solide et d'institutions robustes, l'euro continue d'aggraver les déséquilibres entre États du Nord et du Sud, compromettant à terme sa propre survie. Les conditions même de son sauvetage accentuent les divergences entre les États membres de l'Union, nourrissent les populismes et le repli sur soi, et renforcent le rejet d'un rêve européen qui vire au cauchemar. La sécurité, la prospérité, les valeurs démocratiques dont était porteuse la construction européenne des pères fondateurs de l'immédiat après-guerre sont compromises, mettant en cause la raison d'être de l'Union Européenne. Pourtant, la fin de l'Union Européenne serait une catastrophe qui doit être évitée, faute d'alternatives acceptables. Mais pour ce faire, il va falloir reculer pour mieux sauter: en profitant de l'actuelle accalmie, le temps n'est-il pas venu de mettre entre parenthèses l'aventure malheureuse qu'a été le lancement prématuré de l'euro? Partant de là, ne pourrait-on relancer à partir d'une structure démocratique saine le débat sur l'intégration politique et économique de l'Union Européenne, processus au terme duquel la monnaie unique serait rétablie sur des bases durables?


- La gauche a mal à son entreprise
de Olivier Mathiot
Éditions Plon / Septembre 2013


Aujourd'hui, notre pays a plus que jamais besoin de ses entreprises et paradoxalement, on a l'impression qu'il ne les aime pas. L'entreprise doit être un instrument pour sortir de la crise. C'est une occasion unique pour la gauche française de se guérir enfin. Peut-elle le reconnaître? La gauche et l'entreprise peuvent-elles enfin s'entendre? C'est pour vous, messieurs et mesdames de cette gauche d'avant, que j'ai voulu écrire ce livre, pour vous inviter à réviser le manuel de la petite entreprise. Oui, on peut être un employé aux revenus modestes et voter à droite; oui, on peut être un entrepreneur à succès ou en échec et voter à gauche. Reste à comprendre pour les citoyens de quelle gauche on parle, et pour la gauche de quel projet de société on rêve. Dans le fond, c'est plus la question essentielle de la confiance que chacun place dans le politique et dans sa capacité à affronter les problèmes. Mais en France aujourd'hui le politique ne sait pas traiter l'économique, il agite les bras, puis les baisse, à droite comme à gauche. Comme un volatile.


- Le nouveau luxe
de Yves Michaud
Éditions Stock / Septembre 2013


Entre 1995 et 2012, le marché mondial du luxe, qui inclut traditionnellement mode, accessoires, produits de beauté, horlogerie, joaillerie, alcools, vins, parfums, est passé d'un chiffre d'affaires de 77 milliards à celui de 212 milliards d'euros. Dans le même temps, un nouveau luxe s'est développé, le luxe d'expérience, où l'on consomme palaces, festivals, instituts de remise en forme et spas, haute gastronomie, croisières, safaris et packages touristiques d'exception, automobiles de plus de 100 000 euros, réceptions mondaines, cocktails sélects, îles et yachts privés, escorts de charme et voyages spatiaux. Le chiffre d'affaires annuel de ce nouveau luxe n'est plus de 200 milliards mais de 1 000 milliards d'euros. Dans cette débauche de dépense, il s'agit d'abord de jouir. Il faut aussi se différencier avec le plus d'arrogance possible. Il faut surtout se trouver une identité, même creuse et vide, à travers une quête obsessionnelle de l'authenticité, plus authentique et plus fabriquée que jamais.


- Le pique-nique des vautours
Ou comment le capitalisme détruit la planète
de Greg Palast
Éditions Denöel / Septembre 2013


20 avril 2010, une plate-forme pétrolière explose dans le golfe du Mexique, bilan: onze morts et une marée noire. Quelques jours plus tard, un message confidentiel arrive sur le bureau de Greg Palast: un informateur très bien placé lui conseille de chercher les causes de l'explosion dans les méandres d'une pétro-dictature d'Asie centrale. À partir de là se déroule une enquête qui, de l'Alaska au Liberia en passant par Fukushima, dévoile bien plus que l'enchaînement de circonstances ayant mené à une catastrophe parmi tant d'autres. Car ce que Greg Palast dévoile, c'est la manière dont les grandes compagnies pétrolières parviennent à mettre la main sur des pays entiers et ruinent la planète en profitant de la complicité, plus ou moins active, des institutions financières internationales. Avec un sens de l'intrigue et du rebondissement digne des meilleurs romans d'espionnage, Le Pique-nique des vautours met en scène une équipe de reporters prêts à tout pour explorer la face noire de la mondialisation. Doté pour seules armes d'un humour dévastateur, d'une solide expérience du monde des affaires et d'une capacité d'indignation hors norme, Greg Palast expose avec clarté les pratiques inavouables des industriels du secteur de l'énergie et donne un visage à ces vautours de la finance prêts à tout pour gagner encore plus, qu'importe le nombre de leurs victimes.


- Théories du bordel économique
de Pierre-Henri de Menthon et Airy Routier
Éditions JC Lattès / Septembre 2013


Les périodes de crise sont fécondes pour les intellectuels. Il en est ainsi pour l'économie. Depuis 2007 et le début de la crise, la pensée économique est en effervescence. Pourquoi et comment a-t-elle eu lieu? Comment s'est-elle propagée? Quel est le meilleur moyen de s'en sortir? Les idées et les hommes s'affrontent, souvent avec une certaine violence. Pierre-Henri de Menthon et Airy Routier nous dressent le panorama de ces combats. Première interrogation: les économistes sont-ils vraiment indépendants? Le décalage abyssal entre les théories abstraites et l'économie réelle, la recherche de moyens, ne les incitent-ils pas à trop se rapprocher du monde des entreprises? Comment un politique peut-il choisir entre un néolibéral prônant l'austérité ou un néo-keynésien qui au contraire croit à une politique de relance. Risque-t-il d'être trop à la mode s'il écoute les schumpétériens ou totalement dépassé s'il se tourne vers le renouveau du marxisme ou du monétarisme? Doit-il porter son attention sur la "paléo-économie" qui compare les comportements humains et ceux des macaques du Japon, ou sur la "neuro-économie" qui analyse les tempêtes hormonales traversant le crâne des traders? Les deux auteurs nous font aussi découvrir les lieux où les idées se construisent, s'opposent et se disloquent. Qu'ils soient connus comme des grandes universités américaines, les salons de Davos, ou moins connus comme Jackson Hole ou les rencontres d'Aix. Un ouvrage passionnant pour comprendre les grands enjeux économiques, leur complexité et la fragilité des hommes qui conseillent et de ceux qui décident.


- 10 Downing Street
de Margaret Thatcher
Éditions Albin Michel / Août 2013


Première et seule femme Premier ministre du Royaume-Uni, Margaret Thatcher (1925-2013) a régné sur le 10 Downing Street pendant près de onze ans, revendiquant fièrement son surnom de "Dame de fer". Jamais depuis Winston Churchill, un chef de gouvernement n'aura marqué à ce point la politique britannique et la vie internationale. Farouche adepte du libéralisme, amie de Ronald Reagan et de Michaël Gorbatchev, Margaret Thatcher s'est attachée à redresser une Grande-Bretagne fragilisée tout en portant la nation aux avant-postes des grandes confrontations mondiales, de la dénonciation du communisme à l'amorce des évolutions sud-africaines, de la guerre des Malouines à celle du Golfe. Ce livre raconte les combats que cette admiratrice avouée du général de Gaulle a menés une décennie durant contre le terrorisme irlandais ou les syndicats travaillistes, pour réformer l'administration, et imposer une nouvelle conception de la construction européenne, laissant un héritage qui va bien au-delà du Royaume-Uni et des idéologies.


- Les amazones de la République
Sexe et journalistes à l'Élysée
de Renaud Revel
Éditions First / Juin 2013


Qui sont-elles, ces Amazones qui hantent les palais de la République et séduisent nos Présidents? Des courtisanes, des confidentes, des compagnes? Des gourgandines de passage, des maîtresses attitrées? Ces femmes ont en tous cas un point commun: elles sont toutes journalistes. Depuis les premières heures de la Ve République, elles sont ainsi une lignée à avoir franchi les grilles de l'Élysée, dont elles ont séduits les différents locataires. Célèbres ou non, elles ont hanté les murs de l'Élysée. Romanesques, burlesques, grivoises et parfois surréalistes, les anecdotes qui peuplent cet ouvrage éclairent d'un jour particulier la fonction présidentielle. Et dressent un portrait parfois décapant des relations entre la politique et une génération d'Amazones venues de la presse écrite ou de l'audiovisuel, qui ont marqué à leur manière la "petite" histoire de ce palais.


- Manuel Valls, les secrets d'un destin
de Jacques Hennen et Gilles Verdez
Éditions Du Moment / Juin 2013


Ministre le plus populaire de l'équipe Hollande, Manuel Valls est parfois décrit comme un "Sarko de gauche". Préparant lui aussi sa conquête du pouvoir depuis son bureau de ministre de l'Intérieur, il incarne l'énergie et l'autorité. Mais que savent vraiment les Français de cet homme charismatique et secret? Pour la première fois, Valls se confie longuement, sans tabou, sur ses origines catalanes, sa jeunesse pétrie de culture, ses débuts en politique émaillés de succès à la hussarde mais aussi d'échecs tombés dans l'oubli. Fils d'un célèbre peintre espagnol, Xavier Valls, et d'une mère suisse, Luisa, belle comme un tableau de Léonard de Vinci, Manuel n'a obtenu la nationalité française qu'à dix-neuf ans. Sa saga familiale qui prend racine dans des contrées lointaines et inattendues est marquée par une douleur secrète: sa sœur cadette Giovanna a connu une descente aux enfers qui tourmente ce conquistador au caractère pourtant bien trempé. Les auteurs ont rencontré plusieurs dizaines de témoins de tous horizons, en France et à l'étranger, et retrouvé des documents inédits pour percer le mystère de celui qui est devenu le premier des "premiers ministrables" socialistes. L'étudiant engagé, né en 1962, élu maire d'une grande ville de banlieue, Évry, père de quatre enfants et amoureux d'une musicienne de renom le cache à peine: l'Élysée, il y pense, même quand il regarde un match du Barça dont il est un fervent supporter.


- Élite Academy
Enquête sur la France malade de ses grandes écoles
de Peter Gumbel
Éditions Denöel / Mai 2013


Si la France était une émission de télévision, ce serait l'Élite Academy. Un concours que l'on adore critiquer mais qui nous fascine. Et d'ailleurs, qui ne rêve pas d'envoyer ses enfants dans une grande école? Carrière prestigieuse, esprit de corps et sécurité de l'emploi sont en théorie à portée de tous les élèves brillants, sans distinction d'origine. La vérité est bien différente. Sans doute parce que dans notre pays les élites sont chargées de former les futures élites, un système hermétique s'est ainsi mis en place. Dans cette culture éducative fermée à la diversité, la compétition et la sélection l'emportent sur le bien-être et les progrès du plus grand nombre. Une fois lâchées dans le monde réel, les bêtes de concours obtiennent bien souvent des résultats médiocres, surtout si on les compare à ceux des diplômés des meilleures universités étrangères. De ce point de vue, l'élitisme omniprésent dans l'Hexagone nourrit un sentiment général de frustration, de démotivation et d'abandon. Et explique le rapport si complexe qu'ont les Français avec l'autorité. En témoigne la crise que traverse Sciences Po depuis deux ans. Peter Gumbel l'a vécue aux premières loges et le récit irrévérencieux qu'il en fait sert ici de toile de fond à une enquête implacable sur les atouts et les faiblesses des élites françaises.


- Exilés fiscaux, tabous, fantasmes et vérités
de Manon Sieraczeck-Laporte
Éditions Du Moment / Mai 2013


Bienvenue dans le monde complexe et secret des riches. Attention, rien à voir entre un Depardieu, "exilé fiscal" installé en Belgique, et un Cahuzac qui, avec un compte non déclaré à l'étranger, relève de "l'évasion fiscale", pénalement répréhensible. Nombreux sont les retraités très aisés, chefs d'entreprise, professions libérales, sportifs ou stars du show-business qui ont déjà choisi de résider ailleurs pour échapper à l'impôt sur la fortune, à la taxe sur les plus-values ou à des droits de succession élevés. Combien sont-ils vraiment? Qui sont-ils? Comment vivent-ils cette situation? Suisse, Belgique, Luxembourg, Monaco, Maroc, île Maurice, ces pays sont-ils vraiment des paradis fiscaux? L'annonce de François Hollande sur une taxe exceptionnelle de 75 % pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros a eu une conséquence immédiate: relancer vigoureusement le désir d'exil fiscal. L'auteure, avocate fiscaliste, a enquêté pour comprendre et tenter de mesurer ce phénomène. Si ceux qui ont de l'argent quittent la France, si les cadres supérieurs vont vendre leurs compétences ailleurs, tous les Français en pâtiront, pas seulement les caisses de l'État. Manon Sieraczek-Laporte, qui a aidé à rapatrier les capitaux dans le cadre de la "cellule de dégrisement" mise en place sous Nicolas Sarkozy, propose d'autres pistes pour freiner un mouvement qui semble prendre une ampleur jamais atteinte dans notre pays.


- La vie cachée des Champs-Elysées
de Florian Anselme
Éditions Du Moment / Mai 2013


Vitrine incontestable de l'Hexagone, fantasmée dans le monde entier, l'avenue des Champs-Élysées se transforme en même temps que la société française. Les boutiques de luxe continuent de prospérer et le prix du mètre carré ne cesse de s'envoler. Mais les enseignes populaires et l'affluence touristique ont dégradé son image et, à l'ombre de l'opulence affichée, le quartier abrite une tout autre réalité. À la tombée du jour, il devient le théâtre d'un chassé-croisé entre flics et voyous. Agressions, trafic de drogue, prostitution. Au cœur du Triangle d'or, petits délinquants et grands mafieux se disputent leur part du gâteau. Cependant, célébrités, hommes d'affaires, jeunes gens de bonne famille ou banlieusards sont comme aimantés par cette artère magique. L'auteur s'est invité dans cette danse endiablée. Il a rencontré les rois et les reines de ces fêtes où le champagne coule à flots. Il révèle dans ce livre les lieux préférés des people, où trinquer avec George Clooney et danser avec des starlettes de la télé-réalité. Mais il raconte aussi les guerres fratricides qui plombent un univers où palaces et haute couture côtoient cercles de jeux et clubs de strip-tease. Une enquête inédite et audacieuse qui embarrassera certains initiés et quelques bons tuyaux qui feront de vous un privilégié de la nuit sur les Champs-Élysées.


- Le mythe du 14 juillet
de Claude Quétel
Éditions JC Lattès / Mai 2013


Une nation a besoin de mythes fondateurs. La Révolution française aussi. Ainsi est né le mythe du 14 Juillet qui fête l'unité nationale autour de la prise de la Bastille, qui doit faire table rase du passé et de 1789 l'an I de la vraie liberté. Mais comment le 14 Juillet a-t-il pris cette place dans notre histoire? En vérité, la prise de la Bastille ne fut pas un moment glorieux de la geste révolutionnaire, un assaut où le courage ne fut pas vraiment au rendez-vous ni parmi les assaillants ni chez les défenseurs. Son accession au statut de fête nationale? En 1880 seulement, au terme de près d'un siècle de mise hors la loi et après de longues hésitations. Et depuis, son sens n'a cessé d'être renouvelé au gré des régimes et des idéologies. C'est à cette histoire d'un mythe contesté que vous invite Claude Quétel.


- Ils travaillent au noir
Enquête sur un mal français
de Hubert Prolongeau
Éditions Robert Laffont / Avril 2013


Économie de survie ou fraude massive? Le phénomène du travail au noir est complexe. Hubert Prolongeau est parti sur le terrain à la rencontre de ceux qui bossent "au black". Pour la première fois, ils se racontent. Officiellement le travail au noir représente en France 5 % du PIB, soit un manque à gagner d'une dizaine de milliards d'euros pour l'État. Officieusement, ce chiffre serait nettement supérieur, avoisinant les 10 %. Qui n'a jamais travaillé au noir ou accepté qu'on travaille au noir pour lui? Une pelouse à faire tondre, un enfant à garder, une tuyauterie à faire réparer? Dès que cela nous paraît plus simple, économique ou pratique, nous n'hésitons pas à franchir la frontière légale en oubliant, comme le rappelle la loi, que le travail dissimulé est une infraction passible d'amendes et de poursuites. Mais la réalité du travail au noir devient autrement plus complexe lorsque ce sont des entreprises qui ne déclarent pas leurs salariés ou lorsque, par contrainte plus que par choix, le travail au noir devient, pour certains, la seule façon de survivre. On est alors loin du petit boulot qui dépanne ou du simple service rendu. L'État a beau tenter de légiférer et durcir le ton, la réalité du travail au noir perdure. Pire, elle gagne du terrain et touche aujourd'hui de plus en plus de secteurs. "Ils ont été faciles à trouver et difficiles à faire parler", révèle Hubert Prolongeau au terme de son investigation. Parti sur le terrain pour rencontrer ceux pour qui le travail au noir est désormais synonyme de quotidien, le journaliste s'est d'abord confronté à un mur de silence. Le travail au noir, on le pratique mais on n'en parle pas. Motus. C'est finalement sous couvert d'anonymat que la plupart des contacts établis ont choisi de lever le voile sur leur vie professionnelle et accepté de raconter leur histoire. Modeste a quitté le Rwanda et distribue des prospectus à Paris. Il a longtemps habité dans un squat. Singh, venu du Bangladesh, vend des petites tours Eiffel face à l'esplanade du Trocadéro. Mme Zhou, venue de Chine, travaille depuis plusieurs années dans les ateliers de confection à Aubervilliers. Tadesz, le Polonais, œuvre sur les chantiers. Le travail est là mais tous sont précaires et fragilisés socialement. Pareil pour Marie, la nounou, Mme Carvalo, la concierge, Marie-Jeanne, l'ancienne corsetière de chez Lejaby, qui est devenue femme de ménage après son licenciement. Sillonnant le pays, Hubert Prolongeau dresse le portrait méconnu de cette France silencieuse. Comment en sont-ils arrivés là? Peuvent-ils s'extraire de la logique pernicieuse? Au travers des témoignages recueillis, on découvre des vies entières assujetties à la loi du silence et à l'usure de la précarité.


- Les Wildenstein
de Magali Serre
Éditions JC Lattès / Avril 2013


Que sait-on des Wildenstein? Leur nom est associé aujourd'hui à l'une des supposées plus grosses fraudes fiscales de ces dernières années, à l'un de ces dossiers noirs du mandat de Nicolas Sarkozy où de riches donateurs de l'UMP sont suspectés de négocier protections et arrangements avec Bercy. Mais la destinée des Wildenstein ne peut se résumer aux seules stratégies d'évitement d'une famille fortunée qui n'aime pas payer ses impôts. Au-delà de l'enjeu fiscal, l'histoire de cette dynastie est aussi fascinante qu'inquiétante. Sa discrétion légendaire occulterait presque l'influence extraordinaire qu'elle a acquise tout au long du XXe siècle sur le monde de l'art. Qui sait que les Wildenstein ont tout pouvoir pour faire et défaire l'expertise d'un tableau de Monet, de Manet, de Gauguin? Qui connait le contenu de leurs coffres réputés renfermer plus de 10 000 tableaux et qui recèlent plus d'un secret sur les grandes familles de collectionneurs français? À travers la succession mouvementée du patriarche Daniel Wildenstein, de la bataille judiciaire de sa veuve contre ses beaux-fils, Magali Serre nous plonge dans l'intimité de ce clan qui se jouerait des frontières et des lois. Au point d'en abuser, au point de devenir les marchands les plus admirés, les plus craints et les plus détestés de leur siècle.


- Médicaments génériques, la grande arnaque
de Sauveur Boukris
Éditions Du Moment / Avril 2013


"Les génériques ça ne devrait pas être systématique". Tel pourrait être le mot d'ordre du docteur Sauveur Boukris à destination des patients français. À force de constats alarmants dans sa pratique quotidienne de médecin généraliste, l'auteur a décidé de mener l'enquête sur les médicaments génériques. Pourquoi ces effets secondaires inattendus? Pourquoi ces retards dans le processus habituel de guérison? Qui a autant intérêt à prescrire des génériques coûte que coûte? Les résultats de son investigation ne sont pas rassurants. Témoignages de médecins méprisés, alertes de collèges médicaux demeurées sans suite, retraits de génériques dans d'autres pays, scandales étouffés... Bienvenue dans le business pharmaceutique et le labyrinthe des autorités sanitaires qui n'ont qu'une idée en tête: le gouffre de la Sécu. Aubaine apparente pour le consommateur et le système de santé, le commerce des génériques cache des deals énormes au niveau international, des pressions morales et financières sur les médecins et les pharmaciens, tout cela dans une totale opacité sur les procédés de fabrication en Inde ou en Chine. À l'heure où la traçabilité des aliments devient une exigence, le docteur Sauveur Boukris pose une question majeure: et si le grand perdant était le malade lui-même?


- La fabrique du mensonge
Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger
de Stéphane Foucart
Éditions Denöel / Mars 2013


Un pan entier de l'activité des grandes entreprises consiste aujourd'hui à manipuler la science. Confrontés aux faits, les industriels utilisent le discours scientifique comme un instrument de propagande pour instiller le doute. Les fabricants de tabac sont les premiers à avoir recruté des faux experts, fait publier des études biaisées, organisé des fausses conférences scientifiques et corrompu des sociétés savantes afin de convaincre que le tabac n'était peut-être pas responsable du cancer du poumon. Les mêmes procédés ont été remis au goût du jour pour dédouaner l'amiante de ses méfaits, pour relativiser ou nier le réchauffement climatique, pour faire du déclin des abeilles un "mystère" sans lien avec les nouvelles générations d'insecticides. Ils sont également à l'œuvre dans l'affaire du bisphénol A, l'un des plus graves scandales sanitaires de ces dernières décennies. Quant au "débat" sur les OGM, cela fait bien longtemps qu'il n'a plus rien à voir avec la science. Les intérêts en jeu sont trop colossaux pour laisser les chercheurs s'exprimer librement. Au-delà de tout militantisme, La Fabrique du mensonge décortique les mécanismes de ces manœuvres et montre comment abîmer la science et détruire le savoir met nos vies en danger.


- Sexe, business & politique
de Bénédicte des Mazery et Vanina Kanban
Éditions Plon / Mars 2013


Des parties fines à Washington au réseau de proxénétisme du Carlton, "l'affaire DSK" a connu de multiples rebondissements, largement commentés par la presse. Tout a été dit, semble-t-il. Tout? Mais que sait-on au juste de ceux qui étaient avec lui lors de ces rencontres libertines? Des hommes accusés de proxénétisme eux aussi, des hommes ordinaires mêlés à une affaire extraordinaire et dont la vie a basculé? Ceux-là racontent une autre histoire. Au terme d'une enquête exclusive, les protagonistes lèvent le voile sur une autre réalité. Celle d'un système où le sexe est considéré comme l'arme discrète du business. Et l'une des plus couramment utilisées. Où l'on s'aperçoit que le véritable visage des affaires revêt très souvent celui d'une femme d'une affaire beaucoup plus banale qu'il n'y paraît.


- Ma République se meurt
de Jeannette Bougrab
Éditions Grasset & Fasquelle / Février 2013


Jeannette Bougrab est une femme insoumise. Athée dans une famille de musulmans, fille d'ouvriers immigrés devenue maître des requêtes au Conseil d'Etat, ministre passionnée dans un gouvernement conformiste, elle a transgressé les règles pour honorer celle à qui elle doit tout: la République Française. Mais que sont devenus nos institutions et nos principes fondamentaux dans une société où règnent les inégalités et les discriminations, où le communautarisme religieux menace, et où la laïcité, l'école et l'armée, sont en danger? En nous entraînant dans les coulisses du pouvoir, elle nous donne à voir l'envers d'une France fissurée. Analyse d'une société fragile, confessions d'une femme atypique, ce témoignage est surtout un manifeste où le politique retrouve un visage humain. Née à Châteauroux en 1973, Jeannette Bougrab est une femme politique française. Docteur en droit public à la Sorbonne, et maître des requêtes au Conseil d’État, elle fut secrétaire d’État auprès du Ministre de la Jeunesse et de la vie associative et présidente de la HALDE. Elle est aujourd'hui associée dans le cabinet d'avocats Mayer Brown.


- Le PSG, le Qatar et l'argent; l'enquête interdite
de Arnaud Hermant
Éditions Du Moment / Janvier 2013


Depuis sa prise de contrôle par le Qatar, le PSG bouleverse tous les codes, toutes les habitudes du football français. Sous l'impulsion de son nouveau propriétaire, le club de la capitale a basculé dans un autre monde. Celui des puissants, des plus grands clubs européens, des FC Barcelone, Real Madrid, Manchester United et Bayern Munich. S'il n'en possède pas encore le palmarès et le prestige, le PSG en a désormais les moyens. La manière dont Leonardo a "nommé" Nasser al-Khelaïfi au poste de président lors de son voyage épique à Doha, le vrai prix de Javier Pastore, les coulisses de la vente du club, la vérité sur les transferts d'Ibrahimovic et de Thiago Silva, le nom de code du projet du cheikh Tamim, voilà autant de révélations exclusives nourries par des témoignages inédits. Mais cette révolution du PSG dépasse la seule sphère footballistique. Car les objectifs de cet émirat fabuleusement riche se situent bien au-delà du challenge sportif et des considérations de notoriété. Au fil de cette enquête, les auteurs dévoilent les vraies raisons pour lesquelles ce petit émirat du golfe Persique a autant investi dans le club parisien. Et révèlent ses projets, son ambition, ses hommes et ses réseaux.


- Petits secrets et grands privilèges de l'Assemblée Nationale
de Bruno Botella
Éditions Du Moment / Janvier 2013


À l'heure de la transparence-reine, que connaît-on de l'Assemblée nationale? S'abritant derrière la séparation des pouvoirs, la maison des députés continue de vivre en vase clos. Quand des magistrats de la Cour des comptes, sous la conduite de Philippe Séguin aujourd'hui disparu, sont venus mettre leur nez dans les affaires du Palais-Bourbon en 2008, ils en ont quasiment été chassés. Fièvre immobilière, organisation défiant toute logique, us et coutumes d'un autre temps, le Palais-Bourbon vit selon ses propres règles, contournant le tour de vis budgétaire auquel l'État se soumet, payant royalement ses 1 200 fonctionnaires. Leurs salaires? L'un des secrets les mieux gardés de la République enfin révélé dans ce livre. Alors que les députés se plaignent de ne pas avoir les moyens d'exercer correctement leurs missions, l'administration censée les servir continue de mener grand train. L'enquête minutieuse de l'auteur pointe sans concession dysfonctionnements et gaspillages, dans un temps où tous les Français sont appelés à se serrer la ceinture.


- L'anniversaire
Mensonges, lâchages et lynchages entre camarades
de Yves Azéroual
Éditions Du Moment / Novembre 2012


Le samedi 28 avril 2012, le député PS Julien Dray convie, dans un bar parisien, ses amis du PS, Ségolène Royal, Manuel Valls et Pierre Moscovici notamment, pour fêter son 57e anniversaire. Nous sommes à la veille de l'élection présidentielle, à quelques jours du débat de l'entre-deux-tours. Les tweets d'un journaliste pourtant absent des agapes vont déclencher un tsunami médiatico-politique. Raison invoquée: la garde rapprochée du candidat Hollande s'affiche aux côtés d'un invité qui n'est autre que...Dominique Strauss-Kahn. Le diable en personne donc. Gaffe, piège, acte manqué, suicide politique ou manipulation savamment orchestrée par Julien Dray? Ségolène Royal ignorait-elle vraiment que Dominique Strauss-Kahn serait parmi les convives? Comment le candidat Hollande a-t-il réagi au lendemain de l'anniversaire? Comment, quelques jours après cette soirée, Valérie Trierweiler s'est-elle saisie de cette fête controversée pour porter le coup de grâce à Julien Dray qu'elle n'aime guère? Fin connaisseur du PS et du monde politique, Yves Azéroual, avec force révélations et témoignages inédits, nous guide dans les arcanes d'un monde violent, la politique: on y croise des traîtres, des victimes collatérales, des femmes bafouées, des agents doubles, voire triples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 16:45

- Quand la zone euro explosera...
de Marc Touati
Éditions Du Moment / Novembre 2012


2 janvier 2013. Après quatre ans de crise, deux récessions historiques et une quantité de sommets "de la dernière chance", les pays de la zone euro décident de mettre un terme à l'Union économique et monétaire. S'ensuivent une nouvelle vague d'effondrement des indices boursiers et une flambée des taux d'intérêt qui aggravent encore le marasme économique et social dans lequel notre pays est plongé. Dans certaines banlieues, les forces de l'ordre ont du mal à contenir les émeutes qui se multiplient. Ce scénario cauchemardesque est malheureusement possible. Pour l'éviter, nos dirigeants doivent agir vite, en restaurant la croissance et en refusant tous les dogmatismes qui ont fait tant de mal à notre Vieille Europe et à notre Douce France. Comment en sommes-nous arrivés là? Et surtout, comment pouvons-nous en sortir? C'est ce que dit cet essai qui retrace de façon claire et synthétique quarante ans de crises économiques et financières, avec en point d'orgue celle de la zone euro. Pour étayer son propos, Marc Touati relate des anecdotes qu'il a personnellement vécues, depuis les cités HLM d'Orly où il a grandi jusqu'aux marchés financiers qu'il pratique depuis vingt ans, en passant par les coulisses des médias et du pouvoir politique.


- La frondeuse
de Alix Bouilhaguet et Christophe Jakubyszyn
Éditions Du Moment / Octobre 2012


"Je connais les codes", se persuade l'ancienne journaliste depuis qu'elle a franchi le perron du palais de l'Élysée. Forte de sa culture politique, sûre de son cœur jusque dans ses élans impétueux, Valérie Trierweiler n'a pas écouté l'avertissement de Carla Bruni qui l'avait prévenue lors de la passation de pouvoirs, c'est un scoop de ce livre, des risques du "métier". La déflagration surgit aussitôt, avec ce fameux tweet qui a suscité la colère de Ségolène Royal et la première tempête médiatique du quinquennat Hollande. Après des années de passion secrète qui l'ont obligée à un double jeu, tiraillée entre sa passion pour "François" et sa carte de presse, Valérie Trierweiler n'a pas mesuré que tout écart lui était désormais interdit. Ce premier portrait biographique consacré à la First Lady, depuis son enfance modeste jusqu'aux rencontres avec les grands de ce monde, prend tout son sens dans l'intrication des intrigues amoureuses et politiques au sommet de l'État. Grâce à une enquête riche en révélations sur son passé sentimental et professionnel, nourrie d'entretiens inédits avec Valérie Trierweiler ainsi que nombre de ses proches, les auteurs lèvent le voile sur l'esprit tourmenté de cette femme de feu. Où l'on devine que la personnalité de la compagne du Président n'a pas fini d'affoler acteurs et observateurs de la vie politique française.


- Les 24 présidents de la République Française
de Philippe Valode
Éditions L'Archipel / Octobre 2012


L'histoire des présidents français couvre deux siècles et se confond avec l'histoire de la France moderne. Pourtant, rappeler que la République est née au XVIIIe siècle surprendra encore nombre de lecteurs. Proclamée par Danton en septembre 1792, plus de deux mois après la prise des Tuileries, elle devra toutefois attendre 1848 pour se doter de son premier président élu, Louis-Napoléon Bonaparte, dont, ironie de l'Histoire, le principal objectif fut de rétablir l'Empire. En un sens, le président est donc l'héritier de la Révolution. Mais il perpétue une habitude nationale plus ancienne encore: celle de la personnalisation du pouvoir. Ce livre abondamment illustré parcourt deux siècles de réceptions officielles et de conciliabules secrets, de négociations et d'affaires, de fastes et de drames. Au lendemain des élections de mai 2012, il n'est pas inutile de se replonger dans ces deux siècles de petite et de grande histoire, pour y mesurer le poids de l'héritage qui pèse sur les épaules du nouveau président.


- Valérie Trierweiler, la dame de pique
de Alain Bourmaud et Nadia le Brun
Éditions First / Octobre 2012


Comme son modèle américain, la first lady Eleanor Roosevelt, Valérie Trierweiler revendique fièrement son indépendance. Une indépendance professionnelle, morale, financière et intellectuelle, conquise de haute lutte. Petite-fille de banquier mais fille d'un père invalide et d'une mère caissière, la compagne de François Hollande a grandi dans une cité populaire. Est-ce là l'origine de ce cocktail explosif, unissant volonté de fer et tempérament de feu, dont les Français ont déjà eu un aperçu? Dans cette enquête fouillée, Nadia Le Brun et Alain Bourmaud dressent le portrait de la première dame de France. Ils retracent son histoire hors du commun et nous plongent dans l'intimité de ce caractère bien trempé, qui s'est construit à travers les joies et les peines, malgré les difficultés familiales, les mariages et les divorces. Une biographie exceptionnelle, riche en informations et témoignages inédits, qui lève le voile sur une personnalité plurielle et complexe, sur un destin romanesque qui, entre zones d'ombre, coups de cœur et coups d'éclat, aura conduit Valérie Trierweiler des quartiers nord d'Angers aux ors de l'Élysée.


- Dans le secret des archives britanniques
de François Malye et Kathryn Hadley
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2012


Qui mieux que nos fidèles ennemis pour observer les bouleversements de l'histoire de France? Ambassadeurs, conseillers diplomatiques ou agents secrets britanniques ont noirci des milliers de notes et de télégrammes pour relater, au jour le jour, l'actualité française. Informations confidentielles, analyses et recommandations doivent en effet aider le gouvernement de Sa Majesté à mener avec finesse le subtil pas de deux qui se joue depuis des siècles entre les deux nations. Parmi ce véritable trésor que sont les National Archives, les auteurs ont sélectionné une série de documents inédits pour raconter les épisodes méconnus et les grandes heures de notre histoire. De la première apparition du colonel Charles de Gaulle, "fervent partisan de l'attaque" dès 1940, à l'élection de François Mitterrand l'hédoniste en 1981, notre histoire défile ainsi sous l'œil étonné et souvent caustique de nos voisins. Une façon originale et inattendue d'écrire l'histoire de France, qui nous entraîne avec plaisir dans les coulisses de la diplomatie.


- Les trois vies de Danielle Mitterrand
de Jocelyne Sauvard
Éditions L'Archipel / Septembre 2012


Généreuse et rebelle, engagée et souveraine, elle aura vécu trois vies. Danielle est d'abord la jeune résistante "aux admirables yeux de chat", l'amie de Berty Albrecht, la fille d'Antoine et Renée Gouze, laïcs convaincus, qui parcourt sur sa bicyclette les maquis de Bourgogne: elle a rendez-vous avec l'Histoire de France et un chef de réseau, François "Morland". Ces deux-là ne se quitteront plus, elle vient d'avoir dix-neuf ans et c'est le grand amour de sa vie qu'elle a rencontré. Danielle est ensuite la femme de François Mitterrand, soutien inébranlable de son ambition politique, courageuse toujours, malgré les blessures du cœur, et qui n'entend pas être une Première dame de figuration. Sa vie à l'Élysée? Très active. Nancy et Ronald Reagan, Raïssa et Mikhaïl Gorbatchev sont ses hôtes. Tout comme les "sans voix", les opprimés du reste de la planète sont ceux de la présidente de France libertés-Danielle Mitterrand, sa fondation. Danielle est enfin la citoyenne du monde, qui, quinze ans durant, va se donner tout entière à ses combats: auprès des Kurdes, des indiens du Chiapas, du Dalaï Lama, de Nelson Mandela, des enfants du Vietnam et du Sénégal; et partout dans le monde où l'eau est menacée. Depuis le Var jusqu'au Brésil. "La liberté se conquiert" aimait à dire Danielle Mitterrand. Ni sainte laïque ni icône, elle aura mené ses passions comme on s'en va-t-en guerre, avec pour munitions sa parole et son sourire. Et les trophées qu'elle rapporte sont des sourires d'enfant. Vive, libre, obstinée: l'image même d'une femme passionnée, indifférente aux éloges comme aux trahisons, poursuivant le destin qu'elle s'est tracé. Pour évoquer les trois vies de l'éternelle rebelle, Jocelyne Sauvard la suit pas à pas à travers sa trajectoire. Elle a recueilli les témoignages des grands résistants (dont Ginette Munier qui s'exprime pour la première fois), ceux de ses proches et de ses partenaires de lutte: Jean-Christophe et Gilbert Mitterrand, Pierre Péan, Mazarine Pingeot, Pierre Bergé... Et, bien sûr, celui de Danielle Mitterrand.


- L'ex
de Sylvain Courage
Éditions Du Moment / Août 2012


En 2007, elle était sûre de mener son camp vers des victoires futures. En 2012, la gauche l'a emporté mais c'est François Hollande, son ancien compagnon, qui s'est installé à l'Élysée. Ségolène Royal ne siège pas à la table des vainqueurs. La déroute des législatives de La Rochelle a compromis son avenir politique. Le "tweet" assassin de sa rivale Valérie Trierweiler l'a renvoyée à ses malheurs sentimentaux. Et son rêve de présider l'Assemblée nationale a viré au cauchemar. Ségolène Royal est l'ex-candidate, l'ex-compagne, l'ex-madone des sondages. Comment en est-elle arrivée là? Pourquoi le couple mythique qu'elle formait avec François Hollande a-t-il explosé? Comment est née la rivalité féroce qui l'oppose à l'actuelle First Lady? Qui a tiré les ficelles du complot de La Rochelle? Sylvain Courage a suivi Ségolène Royal pendant de longs mois, recueilli ses confidences, celles de ses proches, mais aussi les piques de ses ennemis. Avec force détails et révélations, il tire les fils d'un destin dramatique qui aura marqué notre histoire politique.


- Coups pour coups
Les petits secrets et grandes manœuvres du duel Hollande-Sarkozy
de Nicolas Barotte et Nathalie Schuck
Éditions Du Moment / Mai 2012


Plat arrive. "Maintenant, vous allez être obligés de regarder dîner le roi" lance-t-il en riant. Bien qu'il vise la présidence de la République, l'homme de Tulle n'a pas perdu son légendaire sens de l'humour. Autre tempérament, autre ambiance. Nicolas Sarkozy, tendu mais déterminé, n'éprouve que mépris pour ce rival qu'il surnomme "le petit". "Je vais gagner. Ce sont tous des nuls. Je suis un boxeur. Je tape et je tape" clame-t-il lors d'un dîner début mars. Les convives accablés par les mauvais sondages en restent bouche bée. Coups pour coups. Pour terrasser l'adversaire, les deux hommes ne reculent devant aucune manœuvre. Barre à droite toute pour Sarkozy, haro sur les riches côté Hollande. Mais loin des stratégies élaborées en petit comité, une autre campagne se déroule. C'est cette aventure souterraine que révèlent Nathalie Schuck et Nicolas Barotte. Les querelles entre les clans qui se sont formés autour du Président, la compétition entre les premiers ministrables socialistes. Côté jardin, on apprend que Ségolène Royal a vécu la campagne de son ex-compagnon, tiraillée par des sentiments antagonistes. On découvre aussi comment François Hollande a encaissé son "enfarinage" ou la réaction de Nicolas Sarkozy face au cadeau exotique qu'on lui a réservé dans un hôtel d'Amazonie. Jour après jour, les auteurs nous font revivre le duel Hollande-Sarkozy, leurs coups de com et leurs coups de blues, les grands débats et les petites vacheries, jusqu'à l'issue finale.


- Ceux qui passent
de Haydée Sabéran
Éditions Carnets Nord / Mars 2012


On entend parler d'eux quand ils coulent dans une barque au large de Lampedusa ou quand on les retrouve, gelés, dans le train d'atterrissage d'un avion à Roissy. Un peuple de clandestins, un phénomène mondial qui effraie l'Europe. Pourtant, pour une poignée de gens du nord de la France, ces migrants qui, toutes les nuits, cherchent à grimper dans un camion vers l'Angleterre, ont un visage, une histoire, un prénom. Ici, dans les forêts, les chemins creux des villages, parfois sur les plages, on croise des hommes, quelquefois des femmes, qui ont vu leur voisin de traversée mourir de soif dans le désert, qui brûlent leurs empreintes digitales sur des clous chauffés à blanc, ne dorment plus jamais dans des draps; des enfants qui ont parcouru la moitié du monde pour arriver là et qui pleurent en cachette. Vu de loin, ce sont des ombres; de près, ce sont des héros. On croise aussi, dans ce coin de France modeste, des supporters de foot qui emmènent les migrants au stade voir un match, des grands-mères qui rechargent des portables, des paysans qui laissent traîner des bouteilles de lait dans leur grange pour les voyageurs de passage. Haydée Sabéran nous raconte ces existences, celles des migrants et des habitants, qui se mêlent et souvent se réchauffent l'une l'autre. Des histoires où circulent la méfiance et la tendresse, le désir et le désarroi. Elle livre un récit poignant qui donne à réfléchir sur la vie, la leur et la nôtre, sur ses ressorts, insoupçonnés parfois, sur ce qui nous motive et nous porte.


- Du compromis et des compromis pourris
Réflexion sur les paix justes et injustes
de Avishai Margalit
Éditions Denöel / Mars 2012


Être capable de faire des compromis est une grande vertu politique, particulièrement lorsqu'il s'agit de sauver la paix. Mais il existe des limites morales à l'acceptation des compromis. Ces limites, y compris lorsque la paix est en jeu, sont tout le sujet de ce livre. Quelles sont-elles? À partir de quand une paix garantie par un compromis devient-elle injuste? Et à quel moment un compromis devient-il fondamentalement pourri, c'est-à-dire ce quelque chose qu'il ne faudrait jamais accepter, quoi qu'il advienne? Mais qu'en est-il lorsqu'un compromis pourri se révèle nécessaire? Avishai Margalit nous montre que nous ne devons pas seulement nous soucier de savoir ce qui rend une guerre juste, mais nous soucier de savoir quels types de compromis permettent une paix juste, seule garante de la sécurité sur le long terme. En étudiant une vaste série d'exemples, pour l'essentiel tirés du XXe siècle, de l'accord de Munich au pacte germano-soviétique en passant par les négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens, Avishai Margalit propose une médiation approfondie et originale sur la nature même du compromis politique, son ambiguïté morale intrinsèque et ses implications toujours lourdes de conséquences. Il nous offre ainsi des outils pour analyser de manière probe et précise les choix de nos dirigeants. Le compromis, à la condition d'être pensé, peut-être la moralité en actes.


- Le pays où la vie est plus dure
de Philippe Manière
Éditions Grasset & Fasquelle / Mars 2012


Chaque année, des millions de touristes viennent goûter à l'art de vivre à la française, s'imaginant que la France est le pays où la vie est plus douce. Mais, curieusement, depuis près de vingt ans, les Français, eux, broient du noir, dans les sondages, nous sommes le peuple le plus pessimiste de la planète. Pourquoi? Il est de coutume de dire que la France est un "paradis perdu". Avant, nous étions heureux et la vie était belle. Et puis est venue la mondialisation, qui détruit les emplois, crée partout de l'angoisse et met tout par terre. Pourtant, beaucoup de pays bien plus exposés que nous aux grands vents de la mondialisation sont bien moins déprimés, y compris certains de nos voisins aussi soucieux que nous de solidarité. Pourquoi? La vérité, c'est que la France a, seule au monde, épousé la mondialisation pour le pire, mais pas pour le meilleur. Le livre de Philippe Manière démontre que ce n'est pas tant la mondialisation qui est en cause dans ce terrible échec, que la France elle-même, ses élites zélées, son État immobile et ses structures sociales d'un autre âge. Parce que la société française est restée profondément inégalitaire et favorable à la rente, la mondialisation y crée des opportunités nouvelles au bénéfice exclusif de ceux qui y tiennent le haut du pavé, renforçant la reproduction sociale et dévoilant le cynisme d'une promesse républicaine que nous trahissons chaque jour.


- Si l'argent m'était conté...
de Jean-Philippe Bidault
Éditions Du Palio / Mars 2012


Ce livre chemine du siècle de Périclès au nôtre pour s'achever en l'an 2024 devant la fenêtre ouverte d'une fiction. Il est construit comme une série de reportages sur de grands moments de l'aventure économique et monétaire de l'humanité. L'auteur a voulu voir revivre les protagonistes, les replacer dans leur contexte historique, les observer agir et réagir, les entendre parler et discuter, recréer les enthousiasmes ou les craintes de leur époque. Au gré des chapitres, on voit passer Périclès et Louis XIV, le Parthénon et Versailles, puis les deux Jean, Bodin et Malestroit, découvreurs des premières lois économiques, un Newton spéculateur et un John Law philosophe prenant le café, à Venise, avec Montesquieu. On aperçoit Charles Quint, à Bonifacio, bien avant Bonaparte. Inattendues, apparaissent les figures de Gregor MacGregor, un mégalomane sympathique, et du cardinal Antonelli, dans les coffres du Vatican. On assiste à une réunion secrète dans l'île Jekyll d'où sortira la Fed, et à la rencontre à Paris, en 1928, de Poincaré et de Churchill. Puis viennent Keynes à Bretton Woods, les GIs à Berlin, Hayek et Myrdal, deux prix Nobel qui s'opposent, à Stockholm, en 1974. Regardez défiler les personnages qui hantent ces pages. Leurs paroles et leurs actes ne résonnent-ils pas avec l'actualité?


- Cette obscure envie de perdre à gauche
de Jean-Philippe Domecq
Éditions Denöel / Février 2012


"La gauche n'aime pas le pouvoir et fait perdre la gauche. En deux siècles de démocratie partout dans le monde, elle a gouverné bien moins que la droite, dont l'électorat n'est pas si pudibond et sait qu'il faut d'abord l'avoir, le fameux Pouvoir. La gauche qui parle, celle qui influence l'opinion, trouvait Mitterrand à peine élu déjà trop habile. C'est la même qui aux États-Unis fit perdre Gore en votant Nader, ainsi put-elle déplorer Bush pendant huit ans. C'est elle encore qui en Italie congédia Prodi pour avoir Berlusconi. En France, le 21 avril fut tout sauf un accident. Il résume ce que diagnostique ce livre: le bovarysme de gauche, la "belle âme" qui trouve toujours que la gauche responsable n'est "pas assez à gauche". Cette gauche d'insatisfaction pratique l'éthique d'irresponsabilité. Et pourquoi? Parce qu'elle voit compromission dans le compromis, qui est pourtant l'élémentaire levier de la politique. En décrivant les épisodes symptomatiques de la vie électorale des trente dernières années en Europe et aux États-Unis, cet essai dégage l'épure d'une tendance d'anthropologie politique si longtemps suicidaire pour le peuple de gauche, et qui touche peut-être à sa fin". Jean-Philippe Domecq.


- Comment j'ai sauvé le Président
de Jean-Michel Thénard et Didier Hassoux
Éditions Calmann Lévy / Février 2012


Je suis l'homme à tout faire du Président, son valet de chambre, son valet de pied. Je ne suis pas un cador, mais il suffit qu'il me siffle pour que j'accoure, qu'il me jette pour que je m'évanouisse, qu'il baisse le pouce pour que je m'exile. Je suis le souffre-douleur, le paillasson, la carpette, j'ai vocation à faire tapisserie, à ce qu'on me marche dessus. Mais rien de ce qui se dit à l'Élysée, rien de ce qui s'y prépare, rien de ce qui s'y manigance ne m'est étranger. Je suis là pour parer les mauvais coups, les flairer, les monter. On me croit condamné à une vie de soumission, on se trompe, je suis un homme de mission. Mille fois, mon Nico a failli périr, mille fois j'ai fait barrage. Aujourd'hui, alors que le suffrage universel menace, il me revient de dire toute la vérité sur son règne. Il faut dissiper les ombres, révéler les pièges, narrer ces complots invisibles, mais incessants, fomentés au cœur du Palais et que j'ai dû déjouer. Dussé-je y perdre la raison et ma réputation.


- François Duprat
L'homme qui inventa le Front National
de Joseph Beauregard et Nicolas Lebourg
Éditions Denöel / Février 2012


Mort dans un attentat à la voiture piégée le 18 mars 1978, François Duprat est devenu "le martyr de l'extrême droite", un personnage rêvé pour les affabulations complotistes. Mais il est aussi un mythe politique qui déborde le Front national, une figure emblématique des années 60 et 70 capable de déchaîner les passions et les fantasmes les plus irrationnels. Vingt ans durant, il s'est voué à réinventer l'extrême droite, d'Occident au Front national, d'Ordre nouveau aux milieux néonazis. Stratège du FN, dont il était le numéro 2, il imposa à Jean-Marie Le Pen le slogan "un million de chômeurs c'est un million d'immigrés en trop". Pionnier dans la diffusion du négationnisme, professeur débonnaire, théoricien fanatique, politicien pragmatique et homme de l'ombre lié à plusieurs services de renseignement: François Duprat était mystérieux et complexe. Il s'est propulsé au travers de son époque en y laissant une odeur de soufre. Remonter le fil de sa vie, c'est parcourir l'Afrique et le Moyen-Orient, s'immerger dans la décolonisation et la guerre froide, traverser Mai 68 et les bagarres du Quartier latin, décrypter les rivalités au sein de l'extrême droite et la machinerie politique de la Ve République. Dans leur ouvrage, Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard le suivent ainsi pas à pas dans sa tortueuse trajectoire et tentent d'éclaircir les circonstances de son spectaculaire assassinat, jamais élucidé. Fruit de quatre années d'enquête, cette biographie s'appuie sur de nombreux entretiens (famille, hommes politiques, militants, adversaires, hommes de l'ombre) ainsi que sur des archives policières et judiciaires inédites. François Duprat y apparaît comme le révélateur des tourments inavouables de la vie politique française.


- Prendre soin de nos aînés, c'est déjà prendre soin de nous
de Pascal Champvert
Éditions Carnets Nord / Février 2012


La question de la prise en charge du quatrième âge est au cœur des débats politiques français. C'est un enjeu économique crucial dans le contexte démographique actuel, mais également un problème moral. Il était temps pour un professionnel du secteur d'apporter sa pierre à l'édifice. Pascal Champvert, grâce à son expérience de vingt-cinq ans dans le milieu des soins aux personnes âgées, entreprend de combattre les idées reçues et d'interroger les mots liés à l'âge qui font peur, comme celui de "dépendance". Économie du quatrième âge, bienfaits et méfaits du maintien à domicile, choix d'une maison de retraite. Il décortique le système existant et les améliorations nécessaires, en rappelant qu'il s'agit avant tout de respecter la personne âgée, avec ses besoins et ses envies. Un véritable plaidoyer pour qu'évoluent les valeurs de notre société et que les "vieux" soient enfin considérés comme des personnes, et des citoyens, à part entière.


- La vie de famille
Chronique (presque) vraie d'une famille (presque) normale
de Jean-François Derec
Éditions Du Moment / Janvier 2012


Nicolas m'accueille, surexcité, à l'entrée de la villa du Cap Nègre. Sa montre Patek Philippe 3940G (41 050 €, prix catalogue) jure avec son maillot de bain Décathlon, qui doit faire montgolfière dès qu'il entre dans l'eau. "Tu as vu cette piste pour l'hélico? On l'a fait aménager rien que pour moi!" Il n'en revient toujours pas d'être président. Le vrai môme. Il me prend par le bras: "Viens, tu connais tout le monde?". Je salue quelques invités avachis autour de la piscine. Jacques Attali, son maître d'hôtel srilankais agitant une ombrelle au-dessus de lui, est en train de brosser un tableau saisissant de ce qui nous attend pour le millénaire à venir et rappelle qu'il est le seul humain à avoir prévu la crise des subprimes, le 11 Septembre, l'invention du portable et le coup de boule de Zidane. Mais personne n'écoute, à part Johnny. BHL tente sans succès de convaincre Bernard Tapie d'investir dans sa revue La Règle du jeu, alors que celui-ci lui propose de mettre des billes dans un site de paris sportifs en ligne. Bigard sort de l'eau et s'approche d'Attali: "Un petit concours de pets, Jacques?" Les vacances, quoi. La famille présidentielle recomposée a défrayé la chronique tout au long du quinquennat. Voici ses aventures, politiques et privées, revisitées façon sitcom, sous la plume candide mais caustique de l'humoriste Jean-François Derec, jusqu'à la naissance de la petite Giulia. Instructif et hilarant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 16:42

- L'Élysée Fantôme
1940-1947, les années noires
de François d'Orcival
Éditions Robert Laffont / Novembre 2011


Officiellement fermé faute de président de la République, l'Élysée a été le théâtre durant ces années tragiques d'intrigues et de jeux de pouvoir qui sont passés totalement inaperçus dans l'opinion publique et ont été jusqu'ici méconnus par les historiens. Le 13 juin 1940, trois jours après que le président Albert Lebrun se fut évanoui en abandonnant son palais, la rumeur assure que Maurice Thorez, le secrétaire général du PCF, est sur le point de l'occuper pour y tenter un coup de force. Le lendemain, à peine entrés dans Paris, les Allemands hissent sur le toit leur immense drapeau rouge à croix gammée. En mai 1942, l'énigmatique amiral Darlan y ouvre ses bureaux parisiens avant de décider finalement de s'envoler pour Alger ou il sera assassiné. Dans les premiers jours d'août 1944, le maréchal Pétain envoie des émissaires à Paris et fait aménager des appartements à l'Élysée: il rêve de transmettre ses pouvoirs aux Américains et au général de Gaulle. Le rêve se termine dans les fourgons de la Gestapo. À la Libération de Paris, les Américains vont-ils à leur tour occuper le palais comme les Allemands avant eux? De Gaulle, lui, refuse de s'y installer, comme si les spectres du désastre de 1940 continuaient de l'habiter. Le palais va alors être remis en état et remeublé, pour être prêt à recevoir un nouveau président de la République. Il s'appellera Vincent Auriol et sera élu au mois de janvier 1947. Pendant sept ans, l'Élysée sera donc apparemment resté vide. Son histoire secrète n'avait jamais été révélée. Elle l'est ici pour la première fois à travers des témoignages et des documents inconnus, inédits ou passés sous silence, les complots et les manœuvres que l'Élysée fantôme abrita durant ces années noires.


- La reine mère
de Pascale Tournier
Éditions Du Moment / Septembre 2011


Elle est devant, dynamique et décidée, régnant sur son monde avec autorité. Lui se tient en arrière, marche à petits pas et manifeste quelques absences. Elle, c'est Bernadette, ex-Première dame de France, sainte patronne des Pièces jaunes et membre du conseil d’administration de l'VMH. Lui, c'est Jacques, ancien président de la République, roi déchu empêtré dans les affaires. Les Chirac: un vieux couple toujours présent sur la scène parisienne, plus populaire que jamais. Mais, entre eux, les rôles se sont inversés. Bernadette a l'oreille de Nicolas Sarkozy et des jeunes ambitieux de l'UMP, soignant au passage sa relation avec François Hollande. Sait-on jamais... Jacques, le mari volage, l'époux "né pour commander", se limite désormais à quelques sorties remarquées. Pascale Tournier tient la chronique d’une revanche, celle d'une femme intelligente mais longtemps ringardisée, qui brûlait d'être autre chose que l'épouse bafouée d'un "macho mal conseillé". En toile de fond, la rivalité avec sa fille Claude, son emprise sur la Corrèze, ses fameux "frais de bouche" et le procès de son mari dans l'affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. S'appuyant sur une enquête minutieuse, l'auteure dessine le portrait contrasté d'une authentique reine mère jalouse de ses avantages, au sommet de son influence et bien décidée à peser dans la campagne présidentielle.


- Qu'allons-nous faire de vous ?
de Marie de Hennezel et Edouard de Hennezel
Éditions Carnets Nord / Août 2011


Comment les quadras d'aujourd'hui envisagent-ils la vieillesse et l'éventuelle dépendance de leurs parents? Marie de Hennezel et son fils Édouard abordent dans un ouvrage à quatre mains ce sujet délicat qui entraîne des réactions variées. Entre ceux pour qui l'entraide familiale est naturelle et ceux qui pensent ne rien devoir à cette génération "bénie des dieux", qui a connu les Trente Glorieuses et Mai 68, les désaccords sont profonds. À travers une trentaine de témoignages touchants d'humanité, mère et fils entament une réflexion pleine de tact sur ce tabou qu'est la vulnérabilité des parents vieillissants, pour faire réfléchir toutes les générations sur les notions de transmission et de solidarité.


- Si le Palais Bourbon m'était conté
de Bruno Fuligni
Éditions Du Moment / Mai 2011


De Victor Hugo à Jacques Chaban-Delmas, la vie parlementaire vue par les députés. Nombreux furent les députes qui voulurent rassembler leurs souvenirs. Autobiographies, mémoires, journaux intimes, romans à clefs nous fournissent aujourd'hui une somme extraordinaire de scènes vécues, d'anecdotes et d'informations. À côté de grandes figures comme Victor Hugo, on trouvera dans cette anthologie les meilleures pages de témoins oubliés, de tous horizons politiques, qui surent trousser avec esprit des récits savoureux: Paul Vigné d'Octon, Louis Barthou, Adolphe Messimy, Aristide Jobert nous racontent les grandeurs et servitudes de la vie publique d'autrefois. Des auteurs plus récents, comme Jacques Chaban-Delmas, décrivent un Parlement moderne, avec ses rumeurs et ses débats. Tous se souviennent avec émotion de leur arrivée au Palais-Bourbon, de leur premier discours à la tribune, des discussions dont bruissent les couloirs et les commissions. Dans ce florilège, la qualité du style renforce l'intérêt historique des témoignages.


- Une vie ordinaire
de Maxime Brunerie et Christian Rol
Éditions Denöel / Mai 2011


""Oh! Brunerie! Facho! On va t'faire la peau! On va t'éclater ta petite gueule de nazi! Enculé! Attends un peu qu'on te chope, bâtard!" Je suis au centre de la cour de promenade, cernée de murs gris, pétrifié. Deux cents mecs, peut-être trois cents, toute la prison me semble-t-il, sont derrière les barreaux des cellules qui me surplombent. Je balaie du regard en levant les yeux, immobile. Vision dantesque que cette scène où je suis seul au monde contre cette meute hurlante, déchaînée, qui me balance pots de yaourt, conserves, bouteilles à la gueule sans que j'ébauche le moindre mouvement. Je suis déjà au-delà de la peur mais mon sang se glace. Seul au cœur de l'arène, unique gladiateur que ces centaines de poings surgis entre les barreaux promettent à la mort". Le 14 juillet 2002, Maxime Brunerie est arrêté sur les Champs-Élysées. Il a tenté d'assassiner le président de la République puis de se suicider. Après sept ans et un jour de prison, il raconte son parcours. Examen de conscience et histoire d'une dérive intérieure, ce livre témoigne du jugement lucide et sans complaisance que l'auteur porte aujourd'hui sur son acte et sur les milieux d'extrême droite.


- Ce si gentil David Douillet
de Arnaud Ramsay
Éditions Du Moment / Avril 2011


Plus grand judoka français de l'histoire, David Douillet, longtemps parrain de l'opération Pièces jaunes, est aujourd'hui, à 41 ans, député UMP des Yvelines. Mais aussi chef d'entreprise, homme de médias, franc-maçon. Cette biographie non autorisée décrypte les nombreuses vies de celui qui a été la personnalité préférée des Français, dévoilant que, derrière les sourires du gamin élevé par sa grand-mère dans un village normand et après la soif de victoires, se cachent une ambition dévorante, véritable boulimie de pouvoir, d'argent et de reconnaissance. L'auteur a mené une enquête fouillée qui éclaire d'un jour nouveau le champion populaire: on apprend par exemple que Michel Denisot voulait en faire son successeur à la tête des sports de Canal+, et qu'une phrase sévère à l'encontre du PSG lui a coûté un poste de secrétaire d'État aux Sports. Derrière la carrière hors-normes de l'athlète, le désir d'ascension est permanent.


- Bercy au cœur du pouvoir
Enquête sur le ministère des Finances
de Thomas Bronnec et Laurent Fargues
Éditions Denöel / Mars 2011


Rigueur, plans sociaux, dette publique, réforme fiscale, G20. Même à l'heure de l'hyper-présidence de Nicolas Sarkozy, le ministère des Finances est en première ligne. Bien au-delà de l'influence de ses locataires actuels, Christine Lagarde à l'Économie et François Baroin au Budget, Bercy reste un des lieux de pouvoir les plus emblématiques de France. Des ministres en rivalité permanente, un subtil jeu de cache-cache avec l'Élysée et Matignon, une force de proposition qui n'a d'égale qu'une redoutable capacité de nuisance, des hauts fonctionnaires puissants dont le réseau s'étend à tous les étages de la vie politique et économique. Bienvenue à Bercy, un ministère qui a, chevillés au corps, le service de l'État et le sens de l'intérêt général, autant que le goût de l'opacité. La forteresse était réputée imprenable? Cette enquête, basée sur plus de cent cinquante témoignages, explore dans ses profondeurs le ministère le plus puissant et le plus secret de la République.


- Authentiquement français
de Bruno Roger-Petit
Éditions Héloïse d'Ormesson / Février 2011


Ami de jeunesse de François Mitterrand, Philippe connaît bien l'homme-sphinx. Entre ombre et lumière, les deux camarades ont croisé Pétain, Laval, de Gaulle, Clouzot et bien d'autres. Confident privilégié, il retrace en initié l'itinéraire politique de son ami. Intime de la première heure, il explique comment le jeune étudiant de Sciences Po, catholique social, est devenu un farouche adversaire de la droite française, au point de la haïr. Dans les coulisses de l'élection présidentielle de 1981, des luttes intestines aux alliances contre-nature, rien n'échappe au complice ironique et tendre. Bruno Roger-Petit écrit le roman vrai du candidat Mitterrand. En imaginant cette figure du double, il explore le mystère et sonde l'âme de l'énigmatique président. Grâce à la fiction, il comble les vides d'une biographie impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 16:38

- François Mitterrand et la guerre d'Algérie
de Benjamin Stora et François Malye
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2010


Une enquête passionnante sur le dernier tabou du mitterrandisme.1er novembre 1954, l'Algérie s'embrase. En tant que ministre de l'Intérieur, François Mitterrand se retrouve au cœur de la tourmente. Pas question pour lui, ni d'ailleurs pour la majeure partie de la classe politique, d'envisager l'indépendance de ces départements français. Il tente en revanche d'imposer des réformes sociales. Devenu ministre de la Justice du gouvernement socialiste de Guy Mollet, il reste un homme d'ordre, fidèle à la politique répressive qui s'installe. La guillotine en devient une des armes. Quand François Mitterrand quitte la place Vendôme à la fin du mois de mai 1957, quarante-cinq condamnés à mort ont été guillotinés en seize mois. Comment celui qui, vingt-cinq ans plus tard, abolira la peine de mort peut-il accepter l'exécution des militants algériens? Comment expliquer le silence autour de cet épisode noir de la carrière du futur président de la République? Ce livre montre que François Mitterrand n'a pas été au rendez-vous de la décolonisation algérienne. Nourri de documents et de témoignages inédits, il est le fruit d'un long et méticuleux travail mené par un journaliste et un historien. Évoquant cette période plusieurs décennies plus tard, le président fera cet aveu: "J'ai commis au moins une faute dans ma vie, celle-là".


- Carla et les ambitieux
de Michaël Darmon et Yves Derai
Éditions Du Moment / Septembre 2010


Que cache Carla Bruni-Sarkozy derrière ses poses d'ancien top model? Quelle est son influence réelle au sommet de l'État? Comment concilie-t-elle son statut de Première dame, ses missions humanitaires et son métier d'artiste? Au fil d'entretiens et de récits glanés dans le premier cercle du pouvoir, Michaël Darmon et Yves Derai ont découvert une personnalité bien loin de l'image tout en retenue qu'elle renvoie à l'opinion. La belle Italienne sait taper du poing et montrer les dents, engageant d'ailleurs un bras de fer avec certains conseillers de son mari pour imposer son point de vue. Bien qu'elle préfère vivre hors de l'Élysée, elle garde un œil sur tout ce qui se passe au "Château". Plus surprenant encore, au sein de la famille présidentielle recomposée, elle a favorisé des relations insoupçonnées, notamment avec Cécilia et Richard Attias, qu'elle a rapprochés du chef de l'État. S'appuyant sur des confidences inédites, les auteurs cernent les véritables intentions de Nicolas Sarkozy pour 2012, mais aussi les interrogations existentielles de la First Lady: doit-elle continuer de jouer en solo ou se couler dans le moule, afin d'aider son mari qui se prépare à une nouvelle bataille? Une enquête passionnante sur le destin iconoclaste de celle qui est devenue, en février 2008, l'épouse du Président.


- Dans les coulisses du GIGN
de Daniel Cerdan
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2010


"J'étais persuadé que quelque part, quelqu'un avait besoin de moi". De sa passion, Daniel Cerdan a fait son métier. Membre du GIGN pendant quatorze ans, ce chevalier des temps modernes relate le quotidien de l'unité d'élite, les entraînements éprouvants, les opérations périlleuses comme la neutralisation d'Éloi Machoro en Nouvelle-Calédonie ou les prises d'otages mémorables. L'occasion aussi pour Daniel Cerdan de revenir sur la mort de son autorité, François de Grossouvre, le conseiller et ami du président Mitterrand, et de révéler ce qui s'est réellement passé le jour où il a constaté le décès de "FDG", dans son bureau à l'Élysée. Sortant de son devoir de réserve, l'auteur crie également sa colère. "Pour la première et la dernière fois". Climat d'injustice et de mépris, comparatifs de salaires ahurissants. Un "deux poids deux mesures inacceptable" à l'annonce de la fusion police-gendarmerie. Avec ce témoignage alerte, truffé d'anecdotes, entre émotion et action, Daniel Cerdan nous invite à le suivre sous les dorures de la République, là où se sont joués quelques pans de l'Histoire.


- Le casse du siècle, The Big Short
de Michaël Lewis
Éditions Sonatine / Septembre 2010


À l'automne 2008, les principales places boursières se sont effondrées dans le sillage de Wall Street, plongeant du même coup le monde dans la crise. Si le désastre financier fut une surprise pour beaucoup, quelques-uns l'avaient néanmoins anticipé. Le véritable krach avait en effet commencé quelques mois plus tôt aux États-Unis, un krach obscur celui-là, silencieux, lié à l'inconséquence des subprimes, ces produits financiers inventés par des apprentis sorciers pour jouer avec les dettes des classes les plus défavorisées. Très vite, quelques personnes ont compris que ce système courait droit à sa faillite. Certains d'entre eux se sont tus, par peur ou espoir de se tromper, d'autres ont essayé en vain de briser le silence et l'indifférence, d'autres enfin ont décidé de parier sur cette catastrophe pour gagner plus d'argent encore. C'est à ces quelques visionnaires que s'intéresse ici Michaël Lewis. Privilégiant l'aspect humain à l'analyse d'un système trop souvent opaque et anonyme, il nous livre une galerie de portraits édifiants. Ses "modèles", qui mêlent de façon incroyable cynisme et naïveté, autisme et arrogance, nous accompagnent ainsi dans un récit passionné et passionnant, où la morale et les millions de dollars sont quantité négligeables, les anecdotes plus édifiantes les unes que les autres. Combinant la grande et les petites histoires, il nous livre au final le document le plus captivant, le plus humain et le plus instructif sur la crise et le monde financier tel qu'il se présente aujourd'hui.


- Vous êtes français ? Prouvez-le !
de Catherine Coroller
Éditions Denöel / Septembre 2010


En 2010, en France, un nom "à consonance israélite" éveille les soupçons de l'administration.
En 2010, en France, un militaire noir n'est pas un Français comme les autres.
En 2010, en France, un sous-préfet peut enjoindre à un Français de naissance de demander une carte de séjour.
En 2010, en France, si les hasards de la vie vous ont fait naître à l'étranger ou si votre histoire familiale trouve ses racines à l'étranger, y compris les anciennes colonies, un acte aussi banal qu'une demande de passeport vire au calvaire et à l'humiliation. Il vous faudra alors prouver que vous êtes français, mais comment prouver une évidence qui vous accompagne depuis la naissance? Au fil des années, les témoignages de recalés de la nationalité se sont accumulés. Aujourd'hui, devant l'exaspération croissante, le ministère de l'Intérieur affirme, contre toute évidence et en empiétant sur les prérogatives de la justice, que l'administration est moins tatillonne, tout en menaçant de déchéance de leur nationalité les "Français d'origine étrangère". On n'empêche pas un pyromane de jouer avec le feu au risque de mettre le feu à la maison.
Bien plus qu'une simple tracasserie administrative, cette suspicion d'usurpation interroge sur la nation (la nationalité française serait-elle si précieuse?) et sur soi-même (si je ne suis pas français, que suis-je?).


- Le surintendant de Versailles
Grandes et petites histoires d'un château mythique
de Christophe Tardieu
Éditions Du Moment / Juin 2010


L'envers du château de Versailles vous est conté, sous l'angle du fonctionnement de cette énorme machine. L'auteur nous emmène dans les coulisses d'un lieu historique mondialement connu dont la gestion se rapproche de celle d'une grande entreprise. Mais lorsqu'il s'agit de Versailles, d'autres éléments entrent en ligne de compte. Le Versailles d'hier mais aussi celui d'aujourd'hui. La grande Histoire imprègne les murs du château, où chaque couloir dévoile des anecdotes, ces petites histoires étonnantes qui traversent les siècles.


- Le dernier jour du Général De Gaulle
de François Broche
Éditions L'Archipel / Mai 2010


François Broche a choisi pour évoquer le plus illustre des Français un angle particulier, celui de la mort. La sienne, celle de ses amis, de ses ennemis, mais aussi les conceptions religieuses de celui qui aimait à citer ce mot de Staline, "Après tout, il n'y a que la mort qui gagne". Car la mort, des tranchées de la Grande Guerre jusqu'à l'ultime retraite de Colombey, fut la compagne la plus familière du Général. Sa vie fut jalonnée de deuils intimes, d'ennuis de santé, d'attentats, et marquée par la hantise du déclin physique, la constante tentation de tout quitter et même de se suicider, après 1969.Sans a priori ni complaisance, grâce à une documentation minutieuse et une enquête approfondie auprès de grands témoins, Bernard Tricot, Philippe de Gaulle, Alain de Boissieu, Maurice Druon, Maurice Schumann, Pierre Lefranc, Jacques Massu, Jean Mauriac, Robert Poujade..., François Broche réhabilite, preuves à l'appui, l'homme prétendu insensible par ses détracteurs, dément certains clichés malveillants et tenaces quant à son manque de cœur et de magnanimité.


- People politicus
de Yves Azéroual
Éditions Du Moment / Mai 2010


Pourquoi les politiques sont-ils si fascinés par les peoples, et réciproquement? Les peoples ont-ils conscience des risques qu'ils prennent lorsqu'ils vont jusqu'au bout de leur engagement? Faudrait-il alors une bonne fois pour toutes remiser ces listes de soutien aux accessoires d'antan et laisser les artistes à la scène et les intellectuels à leurs chères études? Autant de questions auxquelles cette enquête tente de répondre en s'appuyant sur des témoignages inédits, des révélations-chocs et des anecdotes originales. De Thierry Le Luron avec Valéry Giscard d'Estaing, aux tandems Sarkozy-Hallyday et Royal-Cali en passant par Barbara avec François Mitterrand, l'auteur nous guide à travers les appareils politiques, les coulisses du show-biz et les agences de communication.


- EDF: Les dessous du scandale
de Pascal Perri
Éditions JC Lattès / Avril 2010


Comment EDF risque de nous imposer des tarifs trop élevés et rêve d'étouffer la concurrence émergente. Officiellement, EDF a aujourd'hui renoncé à son monopole au profit d'une saine concurrence. En réalité, elle déploie des efforts considérables pour maintenir un monopole qui joue contre nos intérêts. En étouffant les nouveaux entrants, EDF nous prive des innovations qui naissent quand les marchés sont ouverts. Nous avons toujours nos vieux compteurs alors que des compteurs intelligents permettant de réaliser des véritables économies auraient dû voir le jour. À force de lobbying, EDF apparaît comme le défenseur du consommateur contre de nouveaux entrants qui ne rêveraient, selon elle, que d'augmenter les tarifs. La réalité est inverse. En tant qu'opérateur historique, EDF bénéficie du monopole de la rente nucléaire financée par l'impôt. Une rente qu'elle n'a pas du tout l'intention de rendre à son légitime bénéficiaire: le contribuable. C'est, entre autres, ce scandale que ce livre dénonce. Ce livre montre de façon claire comment l'ancien monopole s'y prend pour garder ses positions dominantes notamment en jouant sur la complexité des modalités tarifaires. Démontant la rhétorique anticoncurrentielle entretenue avec soin, il dénonce et expose les mécanismes qu'EDF a mis en place pour barrer la route à toute concurrence tout en faisant croire au grand public qu'elle les protège. Au moment où le parlement s'apprête à voter une nouvelle loi mieux adaptée au marché concurrentiel, l'arrivée d'Henri Proglio à la tête d'EDF n'a rien de rassurant. M. Proglio garde un pied chez Veolia et rêve de réintégrer une partie d'AREVA. Sa stratégie fait planer le risque d'un"Gazprom" à la française qui réunirait la production et la distribution des fluides en France. Les consommateurs doivent savoir ce qui se trame en coulisse. À défaut, ils prennent le risque de demeurer des vaches à lait au service des intérêts d'industriels, pilotés d'en haut et parés des vertus de l'intérêt général.


- La petite demoiselle et autres affaires d'état
de Christian Prouteau
Éditions Michel Lafon / Mars 2010


De 1982 à 1995, Christian Prouteau a été chargé de la sécurité de François Mitterrand et de ses proches. Il avait créé le GIGN, affronté les plus grands dangers: il ignorait les voies détournées des manœuvres politiciennes. Il plaçait le respect de la vie au-dessus de tout: il s'est aperçu qu'on pouvait en faire fi dans les arcanes du pouvoir. Il n'avait pas voté pour le Président: il a été conquis par l'homme, dont il nous brosse ici un portrait surprenant. Il a dû surveiller, "écouter" les ennemis potentiels de l'État, sur ordre: il en a résulté un procès humiliant, qu'il a assumé, mais non sans douleur. Et il a également été chargé de préserver l'anonymat de celle que l'hôte de l'Élysée chérissait particulièrement: sa fille cachée, que personne ne nommait, et qu'il a baptisée pudiquement "La petite demoiselle". Mission insolite pour ses hommes du GSPR, des ex du GIGN soudain transformés en nounous, jouant à cache-cache avec leur protégée et aux boules avec son père, veillant à ses fréquentations, prenant garde aux menaces d'enlèvement. Cela aussi, on l'a reproché à Christian Prouteau. À quoi il répond sans détour: "Avoir permis à une fillette, nullement responsable d'une situation délicate, d'avoir une vie à peu près normale et heureuse. C'est peut-être ce dont je suis le plus fier".


- Les yeux grands fermés
L'immigration en France
de Michèle Tribalat
Éditions Denöel / Mars 2010


La question de l'immigration serait-elle devenue trop sensible en France pour être sérieusement débattue? À en croire la plupart des médias, des politiques, des ONG et des organisations internationales, l'économie et les bons sentiments marcheraient main dans la main. Mais l'impact de l'immigration en France n'est guère étudié et la répétition du discours sur ses bienfaits tient lieu d'évidence. Les rares études françaises sur la question sont prudemment étouffées. L'effet sur le peuplement des territoires, en particulier dans la région parisienne, n'est guère envisagé, car il risque de révéler l'ampleur des bouleversements et du fait accompli. Pourquoi, en effet, produire des connaissances sur un phénomène que l'on décrit à la fois comme inévitable et bénéfique? Pourtant, en dehors de l'Hexagone, les débats scientifiques sont vifs, aux États-Unis notamment, où les études réalisées sur l'impact économique de l'immigration ne confortent pas le postulat français d'une contribution essentielle. En réintroduisant dans le débat français ces études, dont l'écho n'a guère franchi nos frontières, Michèle Tribalat nous met en garde contre le mépris des faits au nom de l'idéologie.


- Les enfants de Mitterrand
De la gauche à Sarkozy, l'itinéraire de Georges-Marc Benamou
de Maud Guillaumin
Éditions Denöel / Janvier 2010


À sa mort en 1996, François Mitterrand a laissé une génération orpheline. Sympathisants de SOS-Racisme, étudiants contestataires de 1986, lecteurs de Globe, tous l'avaient porté lors de sa réélection en 1988 avant de s'en détacher au crépuscule du second septennat. À l'instar de Julien Dray, Harlem Désir ou Isabelle Thomas, ces jeunes gens à qui l'avenir semblait promis se sont retrouvés pris en tenaille entre une gauche cadenassée par ses apparatchiks et une droite honnie. Il aura fallu l'élection d'un Nicolas Sarkozy fasciné par les années Mitterrand pour leur ouvrir les portes du pouvoir. Si beaucoup ont été approchés, seuls quelques-uns ont franchi le pas, reniant les idéaux de leur jeunesse. Parmi eux Fadela Amara et, surtout, Georges-Marc Benamou, figure emblématique de ces "enfants de Mitterrand". Porte-voix de sa génération lorsqu'il dirigeait le magazine Globe entre 1985 et 1994, ultime confident du président socialiste, conseiller de Nicolas Sarkozy, son itinéraire illustre le destin de la génération Mitterrand. Sachant flairer l'air du temps mieux que quiconque, ce personnage balzacien passe pour un intrigant sans foi ni loi. Si l'on retient surtout de lui les polémiques auxquelles son nom a été associé, l'enquête incisive de Maud Guillaumin montre qu'il est le fils de son époque, celle des coups médiatiques où le culot finit toujours par payer. En filigrane, l'histoire de Georges-Marc Benamou raconte aussi les années 80 et 90. Entre le portrait en clair-obscur et la fresque collective, Les Enfants de Mitterrand revient sur un moment déterminant pour la gauche et jette un éclairage inédit sur la situation politique actuelle.


- Holds-uPS, arnaques et trahisons
de Antonin André et Karim Rissouli
Éditions Du Moment / Septembre 2009


Moins d'un an après la lutte fratricide du congrès de Reims, le parti socialiste poursuit sa descente aux enfers. Débâcle aux européennes, direction contestée et "bunkerisée" et déjà, en coulisse, les couteaux qui s'aiguisent en vue de la prochaine élection présidentielle. Dans Hold-uPS, arnaques et trahisons, Antonin André et Karim Rissouli ne taisent rien des petits secrets et gros mensonges des dirigeants socialistes. Pourquoi la rivalité entre Martine Aubry et Ségolène Royal est-elle condamnée à durer? Comment le clan Strauss-Kahn a-t-il géré l' "affaire DSK" et préservé les chances de son champion pour 2012? Pourquoi Julien Dray, dans le collimateur de la justice, a-t-il été lâché par ses camarades? Où s'arrête l'ambition des quadras du PS, Vincent Peillon, Manuel Valls et Benoît Hamon? S'appuyant sur une enquête très fouillée, les auteurs racontent la tragédie socialiste de l'intérieur. Ils révèlent surtout la faute originelle, le complot qui a porté Martine Aubry à la tête du PS, et qui n'aurait jamais dû sortir des tiroirs de la rue de Solférino.


- Les coups tordus de Churchill
de Bob Maloubier et Brigitte Rossigneux
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2009


Tout le monde a en tête l'image de Winston Churchill, le "vieux lion" ministre dès 1905, qui fait le V de la victoire en juin 1940, mais qui connaît l'autre facette du personnage, le Mister Hyde et sa politique de coups tordus? Chez Churchill, les coups fourrés, c'est pourtant une vieille histoire. Où qu'il se trouve, il s'inspire de ce qu'il voit pour l'adapter à ses besoins et à ceux de l'histoire. De l'horrible pensionnat anglais où il a été envoyé enfant, il apprend la ruse et la curiosité. D'un voyage à Cuba, il rapporte les méthodes de la guérilla, enseignement bien précieux pour organiser la résistance, mais aussi pour mettre à genoux l'Irlande. De l'échec de la bataille des Dardanelles, il découvre, bien plus tard, comment faire de l'intox une arme de prédilection. Pour plomber les nazis avant le débarquement, il a ainsi l'idée de larguer au sud de l'Espagne le corps d'un soldat anglais afin de convaincre l'ennemi d'une présence britannique dans le secteur, bien qu'un débarquement soit planifié en Sicile. Autant de ruses mises en œuvre avec plus ou moins de bonheur par son bras armé, l'Intelligence Service, puis par le SOE (Special Operation Executive), officine de services secrets à sa dévotion. Ancien membre actif du SOE, Bob Maloubier a eu accès aux archives des services secrets britanniques pour nous raconter les coulisses de ces coups spectaculaires, pour certains orchestrés avec tant de discrétion qu'ils sont jusqu'ici restés méconnus.


- Les loges de la République
de Pierre Lambicchi
Éditions Du Moment / Septembre 2009


Si vous entendez "francs-maçons", comment réagissez-vous? Vous imaginez une société de pensée œuvrant pour le bien de l'humanité? Ou des membres sectaires qui s'entraident et hantent les couloirs du pouvoir pour influencer la politique et l'économie à leur profit? Pierre Lambicchi, grand maître du Grand Orient de France, rompt avec le silence si favorable aux nouvelles dérives anti-maçonniques qui réactivent la désinformation terrifiante d'hier. Sans langue de bois, il révèle ce qui se passe vraiment dans les temples du GOF: à quoi "servent" ses mille deux cents loges, comment il dialogue avec le président de la République, non maçon. Il explique aussi pourquoi certaines obédiences à la réputation sulfureuse nuisent à celles qui œuvrent pour le bien de l'humanité. En un texte personnel écrit avec passion et courage, Pierre Lambicchi tend aussi la main aux femmes étrangement minoritaires dans cette "multinationale humaniste" qu'est la franc-maçonnerie. Un livre vérité qui fait l'éloge d'une République de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité.


- L'affaire Salengro
Chronique d'une calomnie
de Christian Blanckaert
Éditions Michalon / Juin 2009


4 mai 1936. Le Front populaire a gagné. Alors que cette victoire est accueillie par des grèves et des manifestations dans tout le pays, Léon Blum, nouveau président du Conseil, nomme au poste stratégique de ministre de l'intérieur un homme de fermeté et de diplomatie: Roger Salengro. Maire de Lille depuis 1925 et député du Nord, ce militant socialiste infatigable s'attelle alors à résoudre le plus grand mouvement social que la France ait connu et devient l'artisan des accords de Matignon. Puis, il s'attaque aux ligues factieuses qui menacent la République et obtient leur dissolution. Pour la droite et l'extrême-droite, c'est une véritable déclaration de guerre: Roger Salengro devient l'homme à abattre. Victime d'une campagne de calomnie d'une violence inouïe relayée par L'action française, Gringoire, Charivari, Je suis partout et autres feuilles de la droite ultra, Roger Salengro se suicide le 17 novembre 1936. Avec talent et justesse, Christian Blanckaert retrace l'histoire fascinante de l'un des plus grands hommes politiques de la France des années trente. L'histoire d'une ascension construite et d'une chute fulgurante, le récit d'un destin tragique qui marque encore les cœurs et les esprits.


- Les mots des riches, les mots des pauvres
de Jean-Louis Fournier
Éditions Anne Carrière / Juin 2009


Les riches et les pauvres ne vivent pas sur la même planète: ils n'habitent pas les mêmes maisons, ne portent pas les mêmes vêtements, ne mangent pas les mêmes choses. Et quand ils parlent, les riches et les pauvres n'utilisent pas les mêmes mots. Dans la bouche de Monsieur Pauvre, le poireau devient une asperge et le mousseux du champagne. Le safari devient chasse aux mouches, le plan social la fin des haricots et croire en Dieu, croire au père Noël. Le mot "cher" n'a pas le même sens pour Monsieur Riche et Monsieur Pauvre, le mot "beau" non plus. Et là où Monsieur Riche gagne, Monsieur Pauvre doit se contenter de rêver. Soixante chroniques de la vie quotidienne, où se croisent Monsieur & Madame Riche, Monsieur & Madame Pauvre et Monsieur & Madame Nouveau-Riche, dressent un inventaire des mots des riches et des mots des pauvres, tentant de les traduire: comment dit-on Rolex en pauvre?


- Belle-Amie
de Michaël Darmon et Yves Derai
Éditions Du Moment / Février 2009


Phénomène fulgurant issu du sarkozvsme, Rachida Dati pourrait être l'héroïne d'un roman digne du Bel-Ami de Maupassant, arriviste machiavélique lové dans le Paris de la fin du XIXe siècle. Sans a priori mais sans concession, Michaël Darmon et Yves Derai dénouent les énigmes cachées derrière l'histoire officielle: celle d'une jeune femme jolie et touchante qui monte à Paris et rencontre des hommes et femmes d'influence, bonnes fées veillant sur son ascension. En réalité, pour s'introduire au cœur de la sphère intime de Nicolas Sarkozy, la "petite beurette de Chaton" a intrigué plus que de raison. Comment a-t-elle réellement conquis le cœur et la confiance de Cécilia, l'ex-épouse du président? Pourquoi ce dernier l'a-t-il nommée à un poste où, de toute évidence, ses lacunes risquaient d'éclater au grand jour? Comment s'est-elle comportée avec les autres personnalités issues de l'immigration ambitionnant d'incarner la diversité dans la société française? La garde des Sceaux a-t-elle une chance de séduire un jour Carla Bruni-Sarkory qui s'est méfiée d'elle dès son arrivée auprès du chef de l'État? Qui est le nouveau protecteur discret de Rachida Dati? Autant de questions auxquelles répondent les auteurs qui se sont aussi penchés sur les coulisses de sa maternité. Ils révèlent que la ministre de la Justice a orchestré un débat national autour du nom du père de son enfant pour mieux masquer l'identité véritable de celui-ci. De scènes à couper le souffle en témoignages inédits, ce récit ne laissera personne insensible au destin hors norme de cette "Belle-Amie" de notre temps.


- Derrière Laporte
Enquête sur la face cachée de l'ami du Président
de Michel Biet
Éditions Du Moment / Octobre 2008


Au sein du gouvernement, Bernard Laporte est un ovni. Modeste employé d'EDF à vingt ans, il est devenu star grâce au rugby. Ou plutôt grâce à son statut de coach charismatique car sa carrière de joueur ne l'avait pas particulièrement distingué. Ami personnel du président de la république, il a été nommé secrétaire d'état aux sports en octobre 2007, un poste qu'il n'aurait jamais imaginé occuper selon ses propres mots. Mais le sympathique et dynamique Laporte à l'accent méridional a un côté obscur. Au terme d'une longue enquête qui a mené l'auteur au sommet de l'état, étayée par des témoignages exclusifs de ses proches et notamment de sa femme, Nadine Laporte, Michel Biet dresse le portrait d'un homme complexe et caractériel. Âpre au gain, nouant des relations sulfureuses, le ministre est cerné par les enquêtes judiciaires et fiscales. Actionnaire ou propriétaire de casinos, de campings, de logements et de restaurants, il étend son influence des beaux quartiers de paris au bassin d'arcachon. Ce livre est une immersion au cœur du système Laporte, ses mécanismes, ses réseaux et ses petits arrangements entre amis.


- Washington confidential
de Patrick Sabatier
Éditions JC Lattès / Octobre 2008


Washington est la capitale du monde. Mais que connaît-on vraiment de cette ville qui, plus que tout autre depuis Rome, mérite le titre de "cité impériale"? Quelle est la réalité cachée derrière l'écran des mythologies hollywoodiennes, des clichés médiatiques, des "photo-ops", et des idées reçues? Savez-vous que le plan du District de Columbia a été conçu par un officier français, compagnon de La Fayette? De quelle salle secrète le président des États-Unis gère les crises? Quel rôle les employés de la SAIC jouent dans la lutte contre Ben Laden? Comment la Fed a conjuré la menace d'une nouvelle Grande Dépression? Qui est Fannie Mae, dont on dit qu'elle possède Washington? Quel est l'enjeu du combat aérien qui oppose Boeing et EADS dans le ciel de la capitale? Que fait le Groupe Carlyle? Une année durant, Patrick Sabatier a vécu et enquêté dans les coulisses d'une ville au cœur de la démocratie en Amérique, et l'arène de luttes pour le pouvoir qui sont aussi des jeux du cirque ponctués de scandales, d'affaires de corruption et d'épreuves de force dont le résultat concerne le monde entier. Il a suivi plusieurs acteurs de ce jeu du pouvoir, qui ont accepté de lui révéler "leur" Washington.


- Les chambres du pouvoir
de Valentine Lopez et Géraldine Woessner
Éditions Du Moment / Septembre 2008


À trop vouloir surfer sur la vague people, c'est un raz-de-marée qui a submergé la classe politique française. Avant de devenir objet de dérives, l'intimité des hommes de pouvoir a été dans leurs mains une arme redoutable. Comment a-t-elle été exploitée? Pourquoi les médias l'ont-ils protégée? En tout état de cause, cette "intimité publique" est un continent aux frontières mouvantes et insaisissables. À travers une enquête nourrie de nombreuses anecdotes, les auteures invitent à prendre du recul dans la course effrénée de l'actualité. On arpente avec elles les coulisses du pouvoir, où se tiennent des conversations qui dévoilent à demi-mots un système de réseaux et de favoritisme décomplexé. Fausse pudeur, manipulations, "transparence" affichée d'un monde où le mérite se résume parfois à un nom, une école fréquentée, un réseau d'amitiés ou une aventure amoureuse. Ou comment l'intimité des puissants se mêle à leurs activités politiques, brouillant la limite entre vie publique et vie privée. Déstabilisant des électeurs à la fois choqués et fascinés. Et des médias en quête de nouveaux repères.


- Carla et Nicolas, la véritable histoire
de Valérie Benaïm et Yves Azeroual
Éditions Du Moment / Juin 2008


Il était une fois un pauvre Chef d'État abandonné par sa femme, qui tombe amoureux d'une belle chanteuse célibataire, italienne et ex-mannequin, au cours d'une soirée entre amis. Voilà pour le joli conte de fées qui a été couché sur des milliers de pages depuis six mois dans la presse française et internationale. Mais a-t-on tout dit sur ce coup de foudre hors norme qui a doté la France du couple présidentiel le plus médiatisé de la planète. L'enquête menée par les auteurs de Carla et Nicolas, la véritable histoire, montre que de nombreuses questions restaient, jusqu'à présent, taboues. Les deux futurs époux se sont-ils vraiment croisés par hasard chez le publicitaire Jacques Séguéla? Quel rôle étonnant Bernadette Chirac a-t-elle joué dans cette love affair? Comment s'est déroulé le mariage secret, la cérémonie civile à l'Élysée et la fête à La Lanterne? La conversion du président "bling bling" à plus de sobriété revient-elle seulement à ses conseillers? Riche de révélations, d'anecdotes insolites et de témoignages de première main, cet ouvrage répond à toutes ces interrogations. Avec, en exclusivité, les confidences de Carla Bruni-Sarkozy sur cette séquence passionnée. La première dame de France a, en outre, accepté pour la première fois de poser un regard lucide sur la vie politique française.


- La guerre des "ex"
de Renaud Dély
Éditions Du Moment / Août 2008


Un couple a jeté la gauche dans le mur en 2007. Le même couple continue, malgré les apparences, de présider aux destinées socialistes en cette rentrée. Mieux encore, Ségolène Royal et François Hollande, puisque c'est d'eux dont il s'agit, se préparent déjà à un affrontement hors norme en 2012. L'enquête démarre au lendemain de la défaite de Ségolène Royal à la dernière élection présidentielle, qui coïncide avec l'explosion du tandem amoureux et politique qu'elle a formé pendant 25 ans avec François Hollande. Dans un premier temps, Ségolène et François s'évitent. Elle est blessée, il la craint. Elle le dit, il se tait. C'est le temps des entremetteurs. Celui, aussi, des opportunistes qui cherchent à tirer parti d'une guerre sans concession. Secoué par le choc des ambitions de ses dirigeants, menacé par les appétits féroces de François Bayrou et Olivier Besancenot, travaillé de l'intérieur par la "guerre des ex", le PS souffre. Parviendra-t-il à se remettre sur pied? Si oui, grâce à Ségolène? François? Bertrand? Dominique? Un autre, moins attendu? Révélant des conversations secrètes, des scènes d'une rare intensité, les pactes et les trahisons des acteurs de cette palpitante chronique où se mêlent stratégies et sentiments, l'auteur Renaud Dély guide le lecteur dans les arcanes de ce Parti Socialiste qu'il connaît si bien, à un moment-clé de son histoire.


- Neuilly, village people
de Adeline Fleury et Pauline Revenaz
Éditions Du Moment / Octobre 2007


Neuilly-sur-Seine, capitale du Who's Who, cité de la jet-set et de l'Impôt de Solidarité sur la Fortune. Ceux qui comptent, et qui comptent leurs millions, y vivent. Liliane Bettencourt, Lindsay Owen-Jones, Martin Bouygues se croisent dans la même rue. Jean Reno, Frank Dubosc, Hélène Segara, Patrick Bruel apportent la touche show-biz. Et puis, il y a les enfants chéris de Neuilly. Tombés tout petits dans la potion du prestige, comme les faux cancres du Splendid, élèves du lycée Pasteur. Neuilly porte aussi le sceau de Nicolas Sarkozy. Elle exhibe la fierté d'avoir vécu aux premières loges l'ascension de celui qui fut son maire avant d'être élu président de la République. Vivier de la grande bourgeoisie et d'une aristocratie qui s'essouffle, Neuilly entame sa mue, cédant la place à des cadres supérieurs décomplexés. Itinéraire d'une cité gâtée devenue un symbole national à travers ses lieux légendaires et ses personnalités hors du commun.


- Abus de pouvoir
de Vincent Quivy
Éditions Du Moment / Septembre 2007


Avantages colossaux, passe-droits innombrables, pouvoir sans limite: certains élus de notre République ont perdu le sens de la modestie et du service public. Véritables princes d'Ancien Régime, épris de luxe et d'apparat, ils évoluent dans un univers clos qui, derrière les bonnes intentions affichées, n'est ni vertueux ni transparent. Ministres, dirigeants ou "barons locaux", ils accumulent mandats, revenus et prérogatives, dirigeant en seigneurs et maîtres une démocratie d'apparence. Abus de Pouvoir, à la lumière de nombreuses anecdotes, livre une enquête sans concession dans les coulisses d'un monde jaloux de ses secrets, une visite inédite dans les décors fastueux où évoluent des responsables tout puissants. Clientélisme, affairisme, autoritarisme, une description sans tabou des rouages et des dérives du monde politique actuel.


- Le dernier secret de Jacques Chirac
de Jean-Jacques Depaulis et Pascal Marchand
Éditions Du Moment / Mars 2007


Incontestablement, Jacques Chirac, 74 ans dont 52 passés dans les sphères dirigeantes, laissera son empreinte dans l'histoire. Le chef de l'état a été préparé très tôt à occuper de hautes fonctions par un père autoritaire et terriblement "mystérieux", Abel-François Chirac. Financier habile, cet homme n'hésita pas dans les années 1930-1940, à mettre tous ses talents de banquier roué et opportuniste au service de l'avionneur Henri Potez. C'est en grande partie grâce à ses conseils avisés que le capitaine d'industrie associé à Marcel Dassault réussit à bâtir une colossale fortune sur le dos de la 3ème république et du front populaire. Jacques Chirac, né en 1932, fut élevé dans cette période trouble qui, au seuil des années noires, était celle des grandes affaires, des grands secrets et des grands mensonges. Ses années de prime jeunesse recèlent tout le secret de l'irrésistible ascension du petit "jacky" jusqu'au sommet de l'état et expliquent pour partie la complexité du personnage. Son enfance sous l'occupation qu'il dissimula toute sa vie fut le premier avant d'être le dernier secret de Jacques Chirac.


- Ces fous qui nous gouvernent
Le premier ouvrage en français consacré à la psychologie politique.
de Pascal de Sutter
Éditions Les Arènes / Janvier 2007


Comment la psychologie permet de comprendre les hommes politiques. "Le pouvoir est une drogue qui rend fou quiconque y goûte", confiait François Mitterrand. À moins qu'il ne faille être fou pour accéder au pouvoir? Suffisamment mégalomane pour viser les sommets, un peu paranoïaque pour se jouer des trahisons, légèrement psychopathe pour éliminer ses adversaires. Pour les médias, l'affaire est entendue. G.W. Bush est "autiste", Silvio Berlusconi "mégalomane", Nicolas Sarkozy un "hyperactif maladif". Qu'en est-il vraiment? Depuis un demi-siècle, une discipline, née aux États-Unis, étudie la personnalité de ceux qui nous gouvernent: la psychologie politique. Au sein de la CIA, dans les coulisses des négociations internationales et parmi les équipes des présidentiables, des "profileurs politiques" observent à laloupe nos leaders. Ils dissèquent leurs discours, analysent les moindres de leurs gestes, interrogent leurs collaborateurs et recoupent leurs informations. Pascal de Sutter est allé à leur rencontre (Jerry Post, Aubrey Immelman, David Winter). Il a aussi interrogé les meilleurs experts mondiaux de la psychologie (Antonio Damasio, Paul Ekman). Ce livre est le premier ouvrage en français consacré à la psychologie politique. Il analyse la personnalité et les humeurs de nos dirigeants. Pascal de Sutter révèle également les profils psychologiques de Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, réalisés avec une équipe d'experts internationaux. Un livre surprenant et éclairant, accessible à tous.


- Monsieur François. Le milieu et moi de A à Z
de François Marcantoni
Éditions Cherche Midi / Mai 2006


Il n'en reste qu'un. Il s'appelle François Marcantoni. Dernier témoin d'une époque révolue, à 85 ans, "monsieur François" se demande encore comment il a pu passer entre toutes les balles. Jeune résistant blessé en opération, arrêté par la police française qui le livre à la Gestapo, il subit les interrogatoires, la torture. Décoré, pensionné, il aurait pu, à la Libération, aspirer à vivre paisiblement. Mais il choisit la vie marginale des "hommes" du milieu. Il arnaque d'anciens collabos, puis devient braqueur de banques. Gang des tractions-avant, gang des blouses grises, François Marcantoni se retrouve fiché au grand banditisme. En 1968-1969, le voilà propulsé au cœur d'une affaire d'État: le meurtre de Stefan Markovic, un proche d'Alain Delon. En fait, ce cadavre permet d'ourdir une machination politique visant à couper la route de l'Élysée à Georges Pompidou. L'auteur, qui a bénéficié d'un non-lieu en 1976, donne au lecteur toutes les pièces du puzzle Markovic. Une affaire qui en dit long sur le cynisme et le machiavélisme des gens du pouvoir. François Marcantoni évoque les grands truands qu'il a côtoyés: Henri Laffont, Abel Danos, Pierrot le Fou, Émile Buisson, Paul Dellapina, Ange Salicetti, Jo Attia, les Guérini, Tany Zampa et Francis le Belge. À la jonction de la grande truanderie, du show-biz et de la politique, François Marcantoni nous livre un témoignage étonnant, unique, sur les trente glorieuses du milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières parutions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: 4. Faits de société :: Les dernières parutions-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: