Le Titre du Roman

AccueilAccueil  AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  
Partagez | 
 

 Les dernières parutions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Dim 3 Juil - 19:08

- Comment Carmen tua Bizet
de Mario Bois
Éditions Séguier / Octobre 2013


Ce récit s'appuie sur des faits strictement authentiques. 1874: Bizet est un compositeur de second ordre, harassé de travail donnant des leçons ou faisant des travaux secondaires pour des compositeurs célèbres, tout cela à fin de survivre. Son ami le librettiste Halévy, obtient pour lui une commande. Ce sera CARMEN, pour l'Opéra Comique. Bizet compose la partition en 8 mois. Il ne se rend pas compte qu'il écrit un chef d'œuvre. La première du 3 mars 1875, sera un scandale, les critiques effroyables. Bizet, accablé, se réfugie dans une petite maison à Bougival. Trois mois après, le 3 juin, il se baigne dans la Seine. L'eau est trop froide, il meurt dans la nuit d'un abcès à la gorge. Deux ans plus tard, Carmen est donné sur la scène de 5 des plus grands opéras du monde.


- Condamné à me tuer
de Jonathan Destin
Éditions XO / Octobre 2013


En France, 14% des enfants ne se sentent pas en sécurité au collège. 10% sont victimes de harcèlement. Certains finissent par en mourir. Jonathan est encore à l'école primaire lorsque les brimades, les insultes, les coups commencent. On se moque de lui, de son physique, de son nom de famille. Puis on le menace, on lui demande de l'argent, on lui dit qu'on va tuer ses parents. La peur et la honte l'empêchent de parler. Les adultes ne voient rien ou lui assènent que c'est un jeu. Jonathan est seul face à ses bourreaux. Le calvaire qu'il a enduré, jusqu'à s'immoler par le feu parce que la mort lui semblait être la seule solution, d'autres enfants le vivent tous les jours. Ils n'osent pas parler, sont en butte au déni des adultes et perdent tout espoir. Jonathan a été brûlé à 72%. Il a passé trois mois dans un coma artificiel, a subi dix-sept opérations et continue de souffrir de douleurs incessantes. Pour lui, aujourd'hui, la reconstruction passe par le partage de son histoire, afin que les enfants victimes osent enfin parler. Et que les adultes ouvrent les yeux. Un témoignage bouleversant pour briser le silence.


- Connivences
de Jean-Claude Dassier
Éditions Michel Lafon / Octobre 2013


À 71 ans, Jean-Claude Dassier est un vieux routier des médias. Derrière le regard perçant, les traits durs et le verbe haut se cache un indéboulonnable professionnel qui a voué sa vie à l'information. Sa route, rectiligne et ascensionnelle, ne devait a priori jamais croiser les chemins tortueux du football professionnel. Et pourtant… Par goût du challenge et aussi par passion, l'homme a plongé dans la bouillonnante marmite phocéenne. Une "folie" assumée qui lui vaudra finalement plus de déboires que de satisfactions. En dépit des premiers trophées rapportés sur le Vieux-Port après dix-sept ans de disette, il apprend, à ses dépens, les codes d'un univers qu'il pensait pouvoir maîtriser mais qui s'avère lui être chaque jour un peu plus insaisissable. Des petites mesquineries aux grandes perfidies, des espoirs déçus par Didier Deschamps à la trahison de Vincent Labrune, des dessous du foot-business à la rupture brutale de son contrat, Jean-Claude Dassier raconte ses deux années intenses passées à Marseille, qui ont compté autant que les quarante précédentes dans les médias.


- Dans les coulisses d'Intouchables
de Isabelle Giordano / Eric Nakache / Olivier Toledano
Éditions Grasset & Fasquelle / Octobre 2013


20 millions de spectateurs en France, 30 millions à travers le monde: plus qu'une comédie, "Intouchables" est un phénomène de société. Comment expliquer cet incroyable succès? Est-ce l'humour des réalisateurs? Le sourire d'Omar Sy? Le message réconciliateur de cette amitié entre un riche aristocrate et un petit voyou? Ou l'espoir que cette histoire a su redonner à une société en mal de rêve? Des premières ébauches du scénario, dans le Riad marocain de Philippe Pozzo di Borgo, à la tournée mondiale, entre Los Angeles et Tokyo, Isabelle Giordano a retracé l'exceptionnel parcours du film. Pour la première fois, les réalisateurs Eric Toledano et Olivier Nakache lui ont ouvert leurs archives personnelles: anecdotes inédites, photos du tournage, articles, confessions, lettres d'Omar Sy et de François Cluzet. Vous pensiez tout savoir sur "Intouchables "? Bienvenue dans les coulisses. Ce riche album comprend également les analyses de sociologues (Gerald Bronner, Gilles Lipovetsky), d'un anthropologue (Dominique Desjeux), du président du Conseil économique, social et environnemental (Jean-Paul Delevoye), d'une philosophe (Cynthia Fleury) et d'un psychiatre (Serge Tisseron).


- Gainsbourg à rebours
de Franck Maubert
Éditions Fayard / Octobre 2013


Derrière l'interprète de Je t'aime… Moi non plus, qui fit scandale et conquit la planète en 1969, se cache un Gainsbourg plus secret. C'est l'homme intime que révèle Franck Maubert, son histoire et ses goûts. Si, pour Serge Gainsbourg, il y avait les arts majeurs et les arts mineurs, il ne s'est illustré, à son grand regret, que dans la chanson. Il s'ouvrait peu sur son destin de peintre contrarié, qui a persévéré dans cette voie jusqu'en 1957, année où Boris Vian lance sa carrière. Son admiration pour les chefs-d'œuvre des maîtres suscite l'intérêt d'un jeune critique d'art, Franck Maubert. Leur rencontre les lie en 1985. Gainsbourg a trouvé à qui parler peinture, dandysme, esthétique. Ensemble ils passeront des journées chez lui, rue de Verneuil, visiteront le Louvre, feront la tournée des grands ducs. Ce livre retrace le parcours d'un artiste hors norme, qui a traversé non seulement la chanson, mais aussi l'écriture, la photographie, le cinéma. Il montre la force d'un créateur et d'un poète qui a marqué son époque et influence encore, loin des clichés, la musique d'aujourd'hui.


- Gibraltar
de Marc Fievet
Éditions Michel Lafon / Octobre 2013


Pendant huit ans, Marc Fiévet a travaillé pour les douanes françaises. Pourtant son nom n'apparaît dans aucun rapport officiel. Car cet homme, inconnu du grand public, a risqué chaque jour sa vie pour infiltrer les plus puissantes organisations internationales de narco-trafiquants. Marc Fiévet est ce que l'on appelle dans le jargon du milieu un "aviseur", autrement dit un informateur qui travaille dans l'ombre. Vingt-six opérations réalisées, des tonnes de cannabis et de cocaïne saisies, une centaine de grands truands arrêtés. Il a même réussi à pénétrer les réseaux complexes du blanchiment d'argent. Et puis tout bascule. Les douaniers canadiens l'arrêtent et arraisonnent son bateau bourré de cocaïne au large d'Halifax, persuadés qu'ils ont pris un gros poisson. Or Marc Fiévet est en pleine mission et cinq tonnes de drogue sont saisies grâce à lui. Mais le piège se referme: les douanes françaises n'interviennent pas et le poussent même à plaider coupable pour ne surtout pas dévoiler les méthodes peu orthodoxes de leur administration. L'aviseur est condamné à la prison à perpétuité avant d'être extradé vers la France. Il ne sera libéré en conditionnelle que le 26 mai 2005. Ce document exceptionnel, écrit derrière les barreaux de la prison de Nantes, nous fait découvrir, pour la première fois, l'envers du décor des grands trafics de drogue. Marc Fiévet nous livre un témoignage sans complaisance où l'on mesure les risques qu'il a dû prendre pour faire tomber les chefs des réseaux, surtout lorsque sa propre fille s'est éprise d'un parrain de la mafia qu'il était chargé de confondre. Ce pourrait être un roman, mais ici tout est absolument vrai.


- Jacques Brel, l'aventure commence à l'aurore
de Fred Hidalgo
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Juillet 1974: Jacques Brel largue les amarres de son voilier pour un voyage qui va le mener jusqu'à l'"île au trésor" dont il rêvait depuis l'enfance. Bientôt seul à bord avec sa compagne Maddly, il traverse le Pacifique et jette l'ancre aux Marquises, dans la baie d'Hiva Oa. Ce devait être une simple escale, mais après un sérieux coup de semonce à l'amorce du voyage, ce sera sa dernière demeure, à côté de Paul Gauguin. Ce récit retrace l'histoire méconnue, et passionnante, d'un marin au long cours et d'un pilote au grand cœur. L'histoire d'un homme qui tourna le dos à la gloire pour réaliser "un impossible rêve": transformer une vie d'artiste en destinée d'exception. On connaissait le géant de la chanson, l'auteur-compositeur qui avait "mal aux autres"; on découvre l'être humain prêtant assistance à autrui jusqu'à la limite de ses forces. Opérant la jonction avec son œuvre, Brel s'illustre par un rare altruisme, aux manettes de son avion, volant par tous les temps pour transporter courrier et malades. Ce livre à la construction originale, à la fois reportage, essai biographique, roman et enquête, révèle notamment les secrets de l'écriture du dernier album (1977) et suit le Grand Jacques, pas à pas, jusqu'au bout de la vie.


- J'ai connu l'enfer
de Fayza D. et Djénane Kareh-Tager
Éditions Plon / Octobre 2013


Le premier témoignage d'une jeune syrienne de 19 ans au cœur de l'enfer du régime des Assad. À travers son récit poignant, Fayza nous immerge dans l'histoire récente de la Syrie, auprès d'un peuple piétiné et des réfugiés. Mais jamais elle ne baisse les bras. "J'ai 19 ans et j'ai l'impression d'avoir vécu mille vies. J'ai lutté pour demeurer en vie". Fayza est syrienne. Elle est née à Zabadani, non loin de Damas. Enfant, elle a étudié "les principes du Baas" à l'école et assisté aux atrocités que commettait le régime des Assad à l'encontre de son peuple. Elle a fui quand sa ville a été rasée par l'armée syrienne. Elle a été contrainte, comme deux millions de Syriens, de prendre la route de l'exil. Son monde s'est écroulé. Elle vit aujourd'hui au Liban. Un jour, dit-elle, elle sera médecin. À condition de réussir à survivre. À travers son témoignage poignant, Fayza nous immerge dans l'histoire récente de la Syrie, auprès d'un peuple piétiné, auprès des rebelles de l'Armée libre, auprès des réfugiés. Mais jamais elle ne baisse les bras.


- J'ai oublié 30 ans de ma vie
Histoire d'une renaissance
de Jacques-Michel Huret
Éditions Michel Lafon / Octobre 2013


Lorsqu'il ouvre les yeux, un soir de 1987, face aux marches de l'Opéra de Paris, cet homme a tout oublié. Son nom, sa profession, le lieu où il habite, tout. Pas de papiers sur lui: "Je ne sais pas qui je suis", dit-il aux policiers qui l'interpellent, puis au médecin qui l'interne dans un hôpital psychiatrique. Serait-il malade? Commence alors une quête douloureuse, à la recherche de son identité. Mais quand on la retrouve grâce à un détail insolite livré sous narcose, il se sent perdu comme jamais. Car ces parents, cette épouse, ces jeunes enfants qui sont les siens, il ne les reconnaît pas. Il a 30 ans. Comment reprendre le cours d'une vie à jamais effacée? Comment va-t-il recouvrer toutes ses aptitudes, son talent d'architecte, la faculté d'aimer à nouveau cette famille qui a disparu de sa mémoire? Est-il le même qu'avant? Ce qu'on lui raconte sur son passé ne lui plaît qu'à moitié. Deviendra-t-il meilleur? Dans un témoignage poignant, Jacques-Michel Huret nous livre une aventure pleine de courage et de détermination. La sienne, et celle de Martine, sa femme. Une petite femme douce et fragile, qui a opposé à cette longue épreuve une force de titan: celle de l'amour inconditionnel.


- J'ai vendu mon âme à McDo
de Jean-Pierre Petit
Éditions Cherche Midi / Octobre 2013


Mais que diable est-il allé faire dans cette galère? Lorsque l'on est un brillant publicitaire, épicurien, amoureux de Marseille et du vélo, comment peut-on mettre son talent au service d'une entreprise qui symbolise la malbouffe et l'impérialisme américain? Si McDo est aujourd'hui une réussite au pays de la gastronomie et de l'art de vivre, il aura fallu beaucoup de culot aux Frenchies pour oser proposer au géant américain de changer sa carte, ses restaurants et même son logo. Pour la première fois, Jean-Pierre Petit raconte les coulisses de cette histoire, parfois conflictuelle, toujours passionnelle. Son parcours d'autodidacte dresse aussi le portrait d'une époque où, dit-il, l'audace et l'impertinence avaient autant de pouvoir que le capital et le diplôme. Ce livre est un témoignage passionnant sur un itinéraire personnel des années fastes, des Trente Glorieuses à la crise actuelle, et sur l'étonnante métamorphose d'un modèle d'entreprise qui est au cœur de nos modes de vie, de notre quotidien.


- L'enfance de Bibendum
de André Michelin
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


"Sans André, je n'aurais peut-être pas eu le culot d'aller au-delà du pneu vélo". Édouard Michelin
"Le champagne, c'est Édouard… Moi, je suis la mousse". André Michelin
Une aventure industrielle et humaine initiée par un ingénieur et son frère artiste peintre, héritiers, en 1890, d'une fabrique de machines agricoles en faillite à Clermont-Ferrand. Une histoire passionnante, pleine d'intuition et d'audace, qui commence avec des balles rebondissantes en caoutchouc et qui mène à Bibendum et ses "pneumatiques démontables" pour vélocipèdes, fiacres et automobiles en tout genre. Un portrait vivant de la France industrielle à la veille de la Grande Guerre. Une iconographie rare ou inédite de très grande qualité, issue des collections du musée Michelin.


- L'astragale
de Albertine Sarrazin
Éditions Fayard / Octobre 2013


"Albertine est unique. Son style est sombre et aristocratique, poétique et cynique. Son regard de poète, aigu et épuré, traverse ses récits comme un ruisseau qui se heurte à des cailloux; une artère sombre qui s'écrase et se reforme. Albertine, la petite sainte des écrivains non conformistes. Avec quelle rapidité j'ai été entraînée dans son monde, prête à gribouiller toute la nuit et à descendre des litres de café brûlant, m'arrêtant à peine le temps de remettre du mascara. J'ai accueilli son chant ardent de toute mon âme. Sans Albertine pour me guider, aurais-je fanfaronné de la même façon, fait face à l'adversité avec la même ténacité? Sans L'Astragale comme livre de chevet, mes poèmes de jeunesse auraient-ils été aussi mordants?" Patti Smith


- L'étincelle
de Kristine Barnett
Éditions Fleuve Noir / Octobre 2013


La victoire d'une mère contre l'autisme. Jacob a 15 ans. Génie des mathématiques, il étudie depuis cinq ans à l'université aux États-unis et est déjà pressenti pour un futur prix Nobel. Pourtant, quelques années plus tôt, les spécialistes lui prédisaient qu'il n'aurait jamais une vie "normale", qu'il ne saurait jamais ni lire ni écrire, qu'il ne saurait même jamais lacer ses chaussures. Diagnostiqué autiste à l'âge de 2 ans, Jacob est d'abord scolarisé dans une institution spécialisée. Après cette expérience désastreuse, sa mère, Kristine, tente un pari fou: arrêter de force Jake à accomplir des tâches pour lesquelles il n'a pas de capacités naturelles et le laisser faire ce qu'il aime. Elle seule semble avoir remarqué sa passion pour les jeux d'ombre et de lumière, son don pour mémoriser des suites de chiffres et des langues étrangères. Elle seule a su déceler l'étincelle qui brille en lui et qui ne demande qu'à s'embraser.


- La fille. Ma vie dans l'ombre de Roman Polanski
de Samantha Geimer
Éditions Plon / Octobre 2013


Samantha Geimer, "la fille" de la tristement célèbre "affaire Polanski", rompt un silence de trente-cinq ans pour revenir sur les événements de cette journée et raconter leurs répercussions sur sa vie. Mars 1977, Californie. Roman Polanski conduit une Mercedes le long de Mulholland Drive en direction de la maison de Jack Nicholson. Assise à côté de lui, une actrice en herbe, Samantha Geimer, treize ans. Tout le monde a eu un avis sur ce qui s'est passé ensuite. Pourtant, même si l'"affaire Polanski" a longtemps fait la une des journaux du monde entier, une grande partie de cette journée et "la fille" même qui se trouve au cœur de cette histoire restent un mystère. Qui était le prédateur? Qui était la proie? "La fille" était-elle une victime innocente ou une Lolita utilisée par sa mère? Comment le système judiciaire a-t-il pu négliger les deux parties concernées de manière aussi spectaculaire? Une fois que Polanski a fui les États-Unis, qu'est devenue l'adolescente à jamais associée à l'un des épisodes les plus sinistres d'Hollywood? Trente-cinq ans après les faits, Samantha Geimer, "la fille" de l'affaire Polanski, s'exprime enfin.


- La mort des grands hommes
de Isabelle Bricard
Éditions Cherche Midi / Octobre 2013


Il n'est pas de sujet plus vivant qu'un dictionnaire qui répertorie le dernier quart d'heure de quelque 1200 hommes et femmes célèbres de l'Antiquité à nos jours. Pas de sujet plus divers non plus, car la mort, si elle est universelle, n'est pas uniforme pour autant, et il existe mille et une façons de passer de vie à trépas. On peut mourir de maladie ou au champ d'honneur, bien sûr, mais aussi de faim (le duc d'Albe) ou d'indigestion (Frédéric III), de froid (Scott) ou de chaud (Philippe II d'Espagne), de chagrin (Marie Dorval) ou de joie (Goya), de honte (Henri II d'Angleterre), d'amour et pendant l'amour (Félix Faure). Sans oublier les accidents, tous stupides, surprenants parfois, et les assassinats où le machiavélisme le dispute à l'ingéniosité. Les derniers mots de ces illustres moribonds résonnent souvent comme une sorte d'ultime chef-d'œuvre: à l'instar du savoir-vivre, il y a bien, et ce livre le prouve, un savoir-mourir.


- La petite fille à la balançoire
de Frédérique Bedos
Éditions Les Arènes / Octobre 2013


La présentatrice de télévision Frédérique Bedos raconte son parcours chaotique avant son entrée dans le show business. Elle retrace son enfance agitée, sans son père. Elle évoque Michel et Marie-Thérèse, deux responsables d'une association d'aide à l'enfance qui ont changé son destin, ses années sous les projecteurs, et sa décision de changer de vie pour consacrer son temps à un projet philanthropique.


- La pièce et le geste
de Liliane Hilaire-Pérez
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


Qu'on l'admire ou qu'on la critique, il semblait entendu que la Révolution industrielle anglaise avait été avant tout une histoire de capital financier, de machines à vapeur et de travailleurs déqualifiés et sous-payés. C'est oublier ceux qui l'ont rendue possible, par leurs talents manuels, leur imagination et leur dynamisme: les techniciens. Pour décrire concrètement ce que fut l'industrialisation, Liliane Hilaire-Pérez nous propose de l'observer là où elle se manifesta en premier lieu comme innovation. En plein essor en Europe au cours du XVIIIe siècle, le marché des bibelots, jouets, instruments scientifiques, outils de précision, est le plus concurrentiel de tous, et le plus innovant. C'est dans les ateliers des mécaniciens venus de tout le continent que se créent alors les matériaux, les machines et les procédés de l'industrie à venir et que se forment ceux qui sauront construire, régler et diriger les machines installées dans les usines. En mettant en scène les talents manuels des techniciens et entrepreneurs, en décrivant le travail qu'ils accomplissent sur les matières, les gestes, les langages et les images, ce livre renouvelle notre connaissance de l'événement fondateur de notre histoire économique. Il contribue par là-même au débat en cours sur l'avenir industriel de l'Europe.


- La pilule est amère
de Marion Larat
Éditions Stock / Octobre 2013


En juin 2006, Marion Larat, une jeune fille vive et brillante, s'effondre chez ses parents, victime d'un AVC massif dont elle réchappe. S'ensuivent neuf opérations et des mois de rééducation pour récupérer la marche et l'usage de la parole. Elle apprend à vivre avec son handicap, mais ne peut reprendre une scolarité normale; dès lors, s'engage une lutte pour s'insérer dans le monde du travail. Quatre ans plus tard, elle découvre que la pilule est responsable de son AVC. Pourquoi aucun médecin n'a-t-il identifié plus tôt le lien finalement avéré entre cette tragédie et la prise de la pilule? Pourquoi sa gynécologue ne l'a pas informée des risques d'accidents graves causés par la pilule, deux fois plus fréquents avec celles de troisième et quatrième générations? Décidée à lancer l'alerte, elle dépose plainte pour atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine. Immédiatement, les témoignages et les accusations affluent, incitant la ministre de la Santé à prendre des décisions. Avec ce livre, auquel collabore sa sœur Pauline, Marion Larat veut que désormais toutes les femmes soient informées des risques inhérents à la pilule du quotidien. Elle nous offre une formidable leçon de vie, de courage et de dignité.


- La vie est plus forte que la mort
de Sœur Marie-Paul Ross
Éditions Michel Lafon / Octobre 2013


Comment une petite fille fragile et condamnée par les médecins a-t-elle pu mener une vie de sœur missionnaire aux quatre coins du monde? Comment une religieuse en est-elle arrivée à faire un doctorat de sexologie pour lutter contre les abus dont sont victimes les jeunes garçons et filles un peu partout sur la planète? Comment a-t-elle affronté la misère, la souffrance et le terrorisme sans jamais perdre la foi? La vie de Marie-Paul Ross est un pari gagné contre l'adversité. Elle a sillonné le Pérou, la Bolivie et la Corée du Sud pour venir en aide aux plus démunis. Elle a débusqué, même dans les pays développés, les misères cachées, les violences sexuelles et la prostitution enfantine. Et en même temps, elle a dû se battre contre son Église, non seulement pour exercer son métier de sexologue, mais aussi pour faire connaître ses techniques visant l'épanouissement du corps autant que la paix de l'âme. Forte de l'appui que lui a accordé Jean-Paul II, elle poursuit sa mission.


- Le bêtisier fiscal
de Robert Matthieu
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


Qu'est-ce qui peut bien pousser un ancien inspecteur des impôts à rire du sujet qui fâche le plus les Français? L'envie de les réconcilier, justement, avec ce qui les prive d'une partie de leurs revenus et réduit leurs libertés. Robert Matthieu, auteur de plusieurs best-sellers dont Le Racket fiscal, raconte la désopilante histoire des impôts de l'Antiquité à nos jours à travers une myriade d'anecdotes cocasses, insolites et authentiques. Qui sait que l'empereur Vespasien taxait les lieux d'aisances qu'il avait créés à Rome? Qu'au Moyen Âge, il fallait acquitter un droit de péage pour traverser un pont parisien, dont les saltimbanques possédant un singe étaient exonérés à condition de présenter un numéro au douanier (d'où l'expression "payer en monnaie de singe")? Ou qu'un professeur de l'université de Yale a avancé l'idée que si les 200 millions de citoyens américains sexuellement actifs payaient au moins 2 dollars pour chaque passage à l'acte, le budget récupérerait 10 milliards de dollars par an. Hilarant et indispensable, un livre à lire avant de faire sa déclaration.


- Le cri et le silence
de Claudine Rohr
Éditions XO / Octobre 2013


Chaque année en France 75 000 femmes sont violées. Une victime toutes les 7 minutes. Mais combien de femmes, par peur, par honte, n'osent pas briser le silence? Pendant plus de vingt ans, Claudine s'est tue. Elle ne pouvait pas, elle ne voulait pas évoquer l'inceste dont elle avait été victime. Elle a tenté de se reconstruire, de croire en une nouvelle vie, mais le destin s'est acharné. À quarante-deux ans, elle a été violée par le médecin à qui elle s'était confiée. Après le procès de son agresseur, Claudine a décidé de faire de son cauchemar un combat. Ce livre, elle l'a écrit pour que d'autres femmes surmontent ce mur du silence. Un témoignage poignant pour en finir avec le tabou qui entoure le viol.


- Le dernier amour d'Édith Piaf
de Christie Laume
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Théophanis Lamboukas, dit Théo Sarapo ("Je t'aime" en grec), a 26 ans lorsqu'il fait la connaissance d'Édith Piaf, le 20 janvier 1962. Il sera son second mari et l'interprète en duo de l'un de ses derniers succès, "À quoi ça sert l'amour?" Le fils d'un coiffeur grec installé à Paris en 1934 a rencontré la chanteur par l'intermédiaire du chanteur Claude Figus. La première fois, Théo est si impressionné par la "Môme" qu'il ne peut pipermot. Au point qu'Édith, mordue, dira à Figus: "J'aimerais inviter ton copain pour savoir s'il est aussi intelligent qu'il est beau, car il n'a pas dit un mot de toute la soirée". Conduits à se revoir, Piaf encourage Théo à entreprendre une carrière de chanteur. Ils formeront un couple à la vie et à la scène, jusqu'à la mort de Piaf. Théo Sarapo la rejoint sept ans plus tard, en 1970, victime d'un accident de voiture à seulement 34 ans. Christie Laume retrace les derniers mois de la vie de la chanteuse en mêlant éléments biographiques et souvenirs.


- Le grand café des brèves de comptoir
de Jean-Marie Gourio
Éditions Robert Laffont / Octobre 2013


9 000 brèves inédites. Un étourdissant feu d'artifices. Ce livre est un bistrot. Le Grand Café des brèves de comptoir. Il suffit d'ouvrir la porte et d'entrer. S'installer au comptoir. Écouter ce que les gens accoudés disent sur tout et sur rien en buvant un verre. On repart quand on veut. On y retourne à l'envi. Le Grand Café des Brèves de comptoir ne ferme jamais. Pendant des mois, Jean-Marie Gourio a poussé les portes de centaines de bistrots et, des milliers de fois, a recopié sur son carnet ces trouvailles spontanées, étonnantes, fulgurantes, drôles ou cruelles qui traversent la tête de tous ces gens ordinaires. Dans quel état d'esprit faut-il être pour dire entre deux gorgées: "Se marier avec Dieu, c'est bien, y'a pas de vaisselle"? Dans ce livre extravagant, énorme, intarissable, Jean-Marie Gourio nous offre toute la rumeur de notre monde sous cette forme dont il restera à jamais l'inventeur: La brève de comptoir.


- Le livre noir de l'esthétique
de François Malye et Jérôme Vincent
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2013


Alors que depuis ses débuts la chirurgie plastique ne cesse de connaître des scandales, la médecine esthétique est une véritable bombe à retardement: les produits injectables dont le plus célèbre, le Botox, et tout l'arsenal thérapeutique destiné à rajeunir, sont autant de procédés vendus comme anodins mais qui exposent à bien des inconnues. Quels sont les véritables risques? Qui sont les victimes des traitements à la mode? Pour répondre à ces questions, les auteurs ont mené une enquête détaillée et rigoureuse. Ils ont rencontré des dizaines de spécialistes, des usagers heureux ou malheureux, en France et jusqu'en Tunisie, nouvel Eldorado du business de l'apparence. Ce livre salutaire entend lutter contre la désinformation des patients en leur rappelant tout ce qu'ils doivent savoir avant de pousser la porte des cabinets médicaux.


- Le mystère de la chambre Jeanne Calment
de Jean-Claude Lamy
Éditions Fayard / Octobre 2013


Journaliste au Figaro, j'ai souvent rencontré Jeanne Calment, notamment à l'occasion de ses anniversaires: le 120ème, le 121ème, le 122ème. Chaque fois j'étais sidéré par sa mémoire phénoménale, sa vivacité d'esprit, son humour surprenant et sa prodigieuse santé de fer. Née le 21 février 1875 sous Mac-Mahon, disparue le 4 août 1997 sous Jacques Chirac, Jeanne Calment était tout à fait consciente de son statut de star planétaire. Du monde entier, des journalistes lui consacraient articles et reportages, des scientifiques s'interrogeaient sur son exceptionnelle longévité, des milliers d'admirateurs lui écrivaient. Passablement sourde, presque aveugle, mais toujours parfaitement apprêtée, parfumée, la reine Jeanne trônait dans son fauteuil et recevait sa cour dans sa chambre d'une maison de retraite d'Arles, la ville où elle était née et où elle avait toujours vécu. Était-ce de se sentir au centre de tant d'attentions qui lui permit de vivre aussi longtemps? Tel est mon sentiment. Jeanne Calment était la preuve que la vitalité n'est pas qu'une affaire d'ADN, mais aussi de désir, d'optimisme, de gaîté et de sociabilité. À tel point que, même à son âge, sa mort devint pour moi une énigme. J.C. L.


- Les Fantassins du Chemin des Dames
de René-Gustave Nobécourt
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


Parmi tous les livres évoquant "la Grande Guerre" avec un recul de cent ans, il en fallait un qui fût consacré aux fantassins du Chemin des Dames. Cette falaise du Soissonnais évoque surtout l'offensive du général Nivelle le 16 avril 1917, les espoirs qu'elle fit naître, puis l'abattement et les mutineries. Cette offensive prend place dans une suite de péripéties dont le Chemin des Dames fut en quelque sorte le champ clos, de septembre 1914 à octobre 1918. Sous la plume de R.-G. Nobécourt, tout ressurgit: les "grands chefs", leurs doctrines, leurs ordres, leurs rapports, leurs humeurs, les "hommes"  surtout, et les chefs de section ainsi que les capitaines, leur vérité quotidienne, dans les tranchées, dans les cantonnements, avec leurs chansons et leurs peines, et pour beaucoup leur vingtième printemps. Les lettres mêmes des poilus, gardées, censurées ou résumées par le contrôle postal expriment ici, selon les saisons et les moments de la guerre, les chutes et les remontées du moral.


- Les noms de famille et leurs secrets
de Jean-Louis Beaucarnot
Éditions Robert Laffont / Octobre 2013


Comment est né notre nom? Que signifiait-il à l'origine? Plus qu'un guide, un passionnant voyage à travers la vie de nos ancêtres. Notre nom fait partie de notre patrimoine le plus intime. Nous y sommes profondément attachés, et pourtant qu'en savons-nous? Que connaissons-nous de l'origine de ce mot qui nous vient du fond des âges? Pourquoi l'a-t-on donné à l'un de nos ancêtres et comment a-t-il pu se transmettre jusqu'à nous, au fil d'un long parcours souvent semé d'embûches? Que signifiait-il à l'origine, dans le contexte de la région de France ou il a vu le jour? Spécialiste de généalogie et de l'étymologie des patronymes, bien connu pour ses émissions radiophoniques et télévisées sur ces sujets, Jean-Louis Beaucarnot analyse ici six mille noms de famille. Il les dissèque minutieusement et leur fait livrer mille secrets qui nous font revivre la vie de nos ancêtres. Métiers disparus, habitudes, patois, mentalités d'autrefois, mots oubliés. Avec la passion qu'on lui connaît, Jean-Louis Beaucarnot raconte la curieuse histoire de nos vieux noms de France.


- Mes Berlin
de Edgar Morin
Éditions Cherche Midi / Octobre 2013


"1945: l'Allemagne était effondrée, décapitée, morcelée, dévastée, hagarde, terrorisée. Et c'était du Berlin désormais en ruines qu'était partie la puissance fabuleuse qui avait asservi l'Europe et déferlé jusqu'au Caucase et à l'Égypte". Ce livre décrit les expériences et les rencontres incroyables d'Edgar Morin dans Berlin, d'abord dans la ville morte de l'été 1945, puis au cours de séjours successifs dans les années 1946, 1950, 1990, 2012 et 2013. Il assiste à la scission d'une ville en deux parties, puis, à partir de chacune d'elles, à la naissance de deux métropoles juxtaposées et opposées relevant de deux systèmes solaires étrangers et ennemis, dont naissent deux nations qui semblent stabilisées à jamais, la RDA et la RFA. Enfin, après la chute du mur, un nouveau Berlin en métamorphose ininterrompue. Voici le récit personnel, subjectif et objectif, de près de soixante-dix ans d'ébranlements et de transformations formidables dans la ville où se sont joués, à diverses reprises, le sort de l'Europe et celui du monde.


- Moi, Malala, je lutte pour l'éducation et je résiste aux talibans
de Malala Yousafzai et Christina Lamb
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2013


Lorsque les talibans ont pris le contrôle de la vallée du Swat, au Pakistan, une toute jeune fille a élevé la voix. Refusant l'ignorance à laquelle la condamnait le fanatisme, Malala Yousafzai résolut de se battre pour continuer d'aller à l'école. Son courage faillit lui coûter la vie. Le 9 octobre 2012, alors qu'elle n'avait que quinze ans, elle fut grièvement blessée par un taliban dans un car scolaire. Cet attentat censé la faire taire n'a que renforcé sa conviction dans son combat, entamé dans sa vallée natale pour la conduire jusque dans l'enceinte des Nations unies. À seize ans à peine, Malala Yousafzai est la nouvelle incarnation mondiale de la protestation pacifique et la plus jeune candidate de l'histoire au prix Nobel de la paix. Moi, Malala est le récit bouleversant d'une famille exilée à cause du terrorisme; d'un père qui envers et contre tout a fondé des écoles; de parents courageux qui, dans une société où les garçons sont rois, ont manifesté un amour immense à leur fille et l'ont encouragée à s'instruire, à écrire, à dénoncer l'insoutenable et à exiger, pour toutes et tous, l'accès au savoir.


- Née sous les étoiles
de Nathanaëlle Arginthe
Éditions Les Arènes / Octobre 2013


Nathanaëlle a vécu une enfance heureuse à La Réunion, jusqu'à l'intrusion de la maladie dans sa vie. Elle raconte le cancer, les traitements, les rechutes, les erreurs médicales, jusqu'aux greffes du cœur et du rein. À l'âge de 18 ans, elle se souvient de tout et évoque son désir de se lancer dans des études de médecine pour, à son tour, aider les autres.


- Piaf-Cocteau
de Bernard Lonjon
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


11 octobre 1963. Alors qu'on lui passe commande d'un article pour rendre hommage à Piaf, qui vient de s'éteindre, Jean Cocteau a une troisième crise cardiaque. Fatale. Le poète surréaliste, le cinéaste, le peintre, l'homme de théâtre n'aura survécu que 24 heures à la reine de la chanson réaliste d'après-guerre. C'est la fin d'une longue amitié; pendant vingt-trois ans, ils se sont écrit. Elle l'appelle "le Ronsard d'aujourd'hui", il lui trouve "un front de Bonaparte". S'appuyant sur la correspondance inédite de ces deux monstres sacrés, l'auteur révèle la nature de cette longue amitié qui commence en pleine Occupation. Cocteau ne rate pas les premières des spectacles de Piaf, qui lit avec délectation tous les ouvrages de Cocteau, voit tous ses films, admire ses dessins et ses sculptures. Elle lutte chaque jour pour sa survie. Cocteau, lui, saupoudre sa vie de sagesse mortelle en espérant retrouver au plus tôt "l'autre côté du miroir d'Orphée".


- Piaf secrète
de Jean Noli
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Personnage caméléon, Édith Piaf a su, au gré de ses rencontres et de ses humeurs, brouiller les pistes et camoufler sa véritable identité. Parce qu'il l'a bien connue, il a été l'un des rares journalistes à gagner sa confiance, Jean Noli témoigne dans ce livre de la double personnalité de l'artiste, tantôt enjouée, tantôt en colère, trônant au milieu de sa cour, de ses fidèles réunis chez elle, boulevard Lannes, à Paris, tantôt épuisée, minée par l'alcool et la drogue, à bout de résistance et, soudain, ressuscitant lorsque tout semble fini. Ce livre est un témoignage sans pareil des cinq dernières années de sa vie où, diminuée par l'alcool et la drogue, comme l'explique Jean Noli, "Édith camouflait, derrière les truculences de l'artiste, sa détresse et sa solitude".


- Pour la peau de Kadhafi
de Roumiana Ougartchinska et Rosario Priore
Éditions Fayard / Octobre 2013


En quarante-deux ans de règne, Kadhafi a résisté à une vingtaine de tentatives d'assassinat et de coups d'État. Des snipers aux bombes téléguidées, des opérations commandos aux bombardements aériens, tout a été tenté. Sur fond de guerres non déclarées, de secrets inavouables et de mensonges diplomatiques, la longue traque pour la peau de Kadhafi a pourtant fait naître l'opposition libyenne, aujourd'hui au pouvoir. La lutte contre le "fou du désert" n'a cependant empêché ni les négociations parallèles, ni les ventes d'armes, ni les contrats juteux. Comment la France a-t-elle réalisé avec la Libye la grande vente de Mirage F-5 en 1970 avant de chercher à se débarrasser de celui qui venait chatouiller les intérêts de la Françafrique? Qui veut occulter la vérité sur le vol Alitavia, pulvérisé par un missile égaré en 1980, dans l'un des épisodes cachés de la guerre contre la Libye? Quelles tractations ont conduit à la libération des infirmières bulgares? Quel rôle a joué le Qatar dans la chute de Kadhafi? Comment en est-on arrivé à la révolution du 17 février 2011, et qui sont les nouveaux maîtres de Tripoli? S'appuyant sur des documents inédits et des témoignages exclusifs des acteurs des services de renseignement et des leaders de l'opposition libyenne, notamment du Front national du Salut et du Groupe islamique combattant, cette enquête implacable lève enfin le voile sur l'autre histoire de la Libye.


- Prédire
de Arnaud Esquerre
Éditions Fayard / Octobre 2013


Alors que l'astrologie est très répandue sous la forme populaire des horoscopes, mais aussi des consultations astrologiques, nous savons peu de choses sur elle. Pourtant les questions ne manquent pas: les astrologues sont-ils des "charlatans" qui s'auto-désignent "astrologues"? Peuvent-ils être comparés à des thérapeutes ou à des poètes? Les horoscopes sont-ils rédigés de la même manière depuis la Renaissance, voire depuis l'Antiquité? L'enquête menée propose de conduire le lecteur au cœur de la consultation astrologique: que s'y passe-t-il précisément? Cette expérience peut-elle être rapprochée de la sorcellerie ou de la voyance? Enfin, pourquoi tant de personnes ont-elles recours à l'astrologie au début du XXIe siècle en France? À toutes ces interrogations, les réponses apportées par l'étude sociologique d'Arnaud Esquerre sont souvent inattendues et invitent à s'interroger, plus largement, sur le rapport entre temps et langage.


- Probe et libre
Un écrivain juré d'assises
de Sophie Képès
Éditions Buchet Chastel / Octobre 2013


À la fin des années 2000, Sophie Képès est convoquée au palais de justice de Paris. Désignée en tant que juré de cour d'assises, elle sera par trois fois tirée au sort pour examiner des affaires de viols et d'abus sexuels sur mineurs, jugées à huis clos. Il y a cent ans, en 1912, André Gide faisait lui aussi cette expérience de juré d'assises. Il en produisait un texte, paru en 1913, Souvenirs de la cour d'assises, qui donnait un aperçu de la justice à son époque et suggérait des améliorations possibles. Sophie Képès, engagée depuis toujours à tisser un lien entre écriture et citoyenneté, s'interroge à son tour sur ce que c'est que juger. Pourquoi une telle intensité de l'expérience? Comment décrire cette forme sociale exceptionnelle? Questionner son propre rapport au châtiment, la valeur de la parole en l'absence de preuves concrètes, explorer de l'intérieur la psychologie de l'agresseur et de la victime, avec leurs ambiguïtés, observer de près le fonctionnement de la justice, c'est tout l'enjeu de l'ouvrage. Par des références régulières au texte de Gide, elle nous donne à voir ce qui a changé ou non en cent années de justice de la République.


- Rien n'est grave dans les aigus
de Michel Legrand
Éditions Cherche Midi / Octobre 2013


Cent cinquante longs-métrages, trois oscars, des collaborations en avalanche avec Miles Davis, Ray Charles ou Claude Nougaro: Michel Legrand est l'un des compositeurs français les plus célèbres au monde. Pour la première fois, il se raconte. Avec humour, gravité et liberté. Entremêlant présent et passé, il réveille des souvenirs enfouis, des images intimes: l'enfance, la guerre, le Conservatoire, la révolution du be-bop, les débuts chez Philips, la Nouvelle Vague, Hollywood. Au détour du récit, des invités surgissent: Maurice Chevalier, Jacques Brel, Bill Evans, Jacques Demy, Louis Aragon, Françoise Sagan, Steve McQueen, Natalie Dessay... Tous prennent part au destin d'un créateur avide de musique au pluriel, dont l'identité doit autant à Bach, à Stravinski qu'à Dizzy Gillespie. Entre swing, lyrisme et comédie musicale, entrez dans l'univers d'un pulvérisateur de frontières, d'un monstre sacré qui a réussi, selon le mot de Malraux, à "être plusieurs dans une même existence".


- Tiphaine ou le silence du moi
de Guillaume Monod
Éditions Albin Michel / Octobre 2013


Tiphaine se tourne et se retourne dans son lit. Arrivée hier à l'hôpital, elle a été accueillie par des gens vêtus de blanc qui se sont affairés autour d'elle pendant des heures. Ce matin, elle a peur de ce qui va lui arriver: va-t-elle rentrer chez elle? Retourner à l'école? Va-t-elle devoir redire ce qu'elle a déjà dit à l'école hier matin, à la police l'après-midi? Comment expliquer à sa famille pourquoi elle a fait ce qu'elle a fait? Face à ces questions, elle reste muette. Tiphaine, huit ans et demi, ne pourra pas rester à l'hôpital. Il faudra la transférer dans une unité de pédopsychiatrie. Et là-bas, il y a déjà Jennifer, Vincent, Bakari, Kader, Bastien, Ludovic… Des enfants retirés à leur famille, qui affrontent l'hôpital, le foyer, le tribunal, des mondes inconnus et effrayants. Des enfants qu'il est si important d'écouter, parfois à travers leur violence, souvent à travers leurs silences. Avec ce récit inspiré de son expérience professionnelle, le Dr Guillaume Monod, pédopsychiatre, pose sans théorie ni discours une question lancinante: peut-on rester indifférent à l'histoire de Tiphaine et des autres enfants?


- Tu ne diras jamais rien
La fille de Klaus Kinski raconte 15 ans de calvaire
de Pola Kinski
Éditions Michel Lafon / Octobre 2013


Les premiers attouchements ont eu lieu lorsque j'avais 5 ans. Le premier viol, dans ma robe de communiante, ce fut à 9 ans. Ses yeux ont fixé les miens: "Tu ne diras rien. Jamais! Si tu parles, j'irai en prison". Pola a subi l'enfer jusqu'à ses 19 ans, atrocement seule. Elle n'a jamais dénoncé ce père qui n'en était pas un. Elle s'est tue pendant plus de deux décennies après sa mort. Aujourd'hui, elle raconte son enfance fracassée par cet homme que vénérait l'Allemagne tout entière. "Ton père? Fabuleux! Inoubliable! Je l'adore!" Ce refrain, Pola l'a entendu jusqu'à la nausée. La ritournelle des fans prêts à fermer les yeux sur les excès de l'"enfant terrible", qui ne faisait pourtant pas mystère de son attirance pour les mineures. Et c'est parce qu'elle ne pouvait plus supporter cette hypocrisie qu'elle a décidé de parler, de révéler au monde le vrai visage de "cet être humain qui n'en respectait aucun".


- Une famille en noir et blanc
de Stéphanie Claverie
Éditions Anne Carrière / Octobre 2013


Tout commence avec un courrier de la Ddass leur proposant d'adopter un bébé français, pupille de la Nation. Après des années de démarches, d'attente, d'espoirs déçus, Stéphanie et Pascal sont fous de joie. Ce qu'ils ne savent pas, et qu'on se garde bien de leur dire, c'est que cet enfant, leur enfant, est noir. Ils n'avaient pas prévu ce cas de figure, pas imaginé former une "famille mixte". Deux parents blancs, un enfant noir. Comment vont-ils s'adopter mutuellement? Pourront-ils se reconnaître? Et comment réagiront les gens autour d'eux? Ce livre est le récit d'une adoption particulière, une histoire qui fait la peau aux préjugés et un pied de nez à la bien-pensance. Une histoire qui n'a pas peur d'aller gratter sous le vernis des apparences pour voir ce qui s'y cache, et qui n'est pas toujours joli. Une histoire qui envoie promener le politiquement correct et interroge nos idées toutes faites. Une histoire d'amour qui nous en fait voir de toutes les couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Dim 3 Juil - 17:09

- Une vie de pintade en Afrique du Sud
de Sophie Bouillon
Éditions Calmann Lévy / Octobre 2013


Le plus grand danger qui guette les touristes en Afrique du Sud, c'est de passer à côté de Johannesburg. La capitale économique du pays a été trop longtemps négligée par les voyageurs. Mais elle commence à rivaliser avec sa petite sœur Cape Town sur les circuits touristiques. Certes, Cape Town a été mieux servie par Mère Nature, qui lui a offert un physique à couper le souffle. Pourtant Johannesburg a le parfum et l'élan d'une ville au destin farouchement ancré dans la modernité. Les globe-trotteurs ne s'y trompent pas qui, de plus en plus, s'arrêtent à Joburg pour profiter de l'énergie de la mégalopole. Les habitantes de Cape Town et de Johannesburg sont à l'image de leurs villes. Les Capétoniennes sont simples, saines, musclées et dorées par le soleil austral. Les Joburgeoises sont intransigeantes et courageuses, excessives et passionnées. L'Afrique du Sud est la proue de l'Afrique. C'est aussi un paradoxe. Sophie Bouillon prend à bras-le-corps le pays tout entier. Avec appétit, elle relève le défi de nous conter deux villes aux personnalités aussi fortes que des lionnes. Les Sud-Africaines sont multiples et complexes. Ici, la diversité est bien sûr maître-mot. Nelson Mandela a œuvré pour la réconciliation et pour l'égalité, à l'abolition de l'apartheid. Une mission qui perdure. Le pays compte onze langues officielles et mille fois plus de nuances de vies. Sophie Bouillon est notre interprète dans ces jungles urbaines. Elle nous prend sous son aile et nous donne les codes pour naviguer sans danger dans ces basses-cours effervescentes, depuis les gradins des matchs de cricket et les ateliers des designers locaux, les tables de massage des spas exotiques. Elle est notre guide dans les labyrinthes des townships. L'Afrique du Sud est une aventure, pas une promenade. C'est une destination, pas un trajet. On ne va pas traîner à l'autre bout du monde par hasard. Entre cours de yoga à Cape Town et bars branchés à Johannesburg, entre barbecue à Soweto et restaurant de curry du Cape Malay, Sophie nous aide à trouver nos repères, dans un pays fascinant et en pleine mutation.


- Willy Brandt
de Hélène Miard-Delacroix
Éditions Fayard / Octobre 2013


C'est un Allemand qui a traversé le XXe siècle, témoin de ce que l'Allemagne y a fait de pire et acteur de son rachat et de son relèvement, sans jamais être un héros idéal. Willy Brandt est resté un homme de failles et de faiblesses, accusé d'indignité et victime de trahisons, humain en somme. Il fut résistant au nazisme dans les années 1940, anticommuniste durant les années 1950, maire de Berlin-Ouest lors de la construction du Mur en 1961, et, en 1969, le premier social-démocrate à devenir chancelier dans la République de Bonn. Prix Nobel de la paix pour son Ostpolitik, l'image de cet homme à genoux devant le mémorial du ghetto de Varsovie a fait le tour du monde. C'est l'histoire d'un fils de personne qui s'exila tout jeune en Norvège pour combattre la Wehrmacht, et consacra sa vie à la social-démocratie et à son désir d'Europe. Son autorité fut incontestable quand le Mur tomba et que cessa la guerre froide. Cette histoire est aussi celle d'une génération d'Allemands. Beaucoup ont vu en lui ce qu'ils auraient tellement préféré être.


- À demain mes amours...
de Lola Marois
Éditions Michel Lafon / Septembre 2013


Novembre 2012. Lola Marois est enceinte de six mois. Elle et son mari, le célèbre humoriste Jean-Marie Bigard, attendent des jumeaux et nagent dans le bonheur. 11 novembre: de violentes contractions amènent Lola aux urgences. Dans la nuit, les deux petits viennent au monde. Ce sont de grands prématurés: Bella pèse 600 grammes et Jules, 800. Et ils sont bien sûr en danger. La vie de Lola bascule. Adieu les fêtes, les caprices et jalousies d'une enfant gâtée que son mari adore. Seul compte le combat pour la vie des bébés. Deux mois dans les services de l'hôpital, tour à tour pleine d'espoir ou d'angoisse, la peur au cœur quand elle voit ses enfants soumis à des traitements qui paraissent inimaginables pour leur taille minuscule, mais qui s'avéreront miraculeux. Dans ce huis clos cruel, Lola Marois nous décrit la dureté du monde hospitalier, mais aussi son acharnement à sauver de jeunes existences en péril. Cette parenthèse terrible, qui se referme avec succès, lui permet également de se rapprocher des siens, de ses origines judaïques, et de porter unregard plus sage sur l'avenir: de grandir, en somme, comme ses deux amours.


- Ce qu'il reste des mots
de Matthieu Mégevand
Éditions Fayard / Septembre 2013


Le 13 mars 2012, à Sierre, en Suisse, vingt-deux enfants décèdent dans un accident d'autocar. Le véhicule était en parfait état; le chauffeur, sobre, respectait les limitations de vitesse; la chaussée était sèche et bien entretenue. Nulle négligence ne permet de comprendre le drame. Aucune faute. Aucun coupable. Aucune explication. Situation intolérable pour l'esprit. Face à cette aporie, Matthieu Mégevand refuse de s'incliner. Il mobilise toutes les ressources de la pensée et de l'écriture dans une quête à la fois philosophique et romanesque. Il replonge dans d'anciennes lectures, se retire dans la solitude, taquine l'autofiction, s'invente des interlocuteurs, contradicteurs ou complices, et des situations imaginaires qui pourraient l'éclairer. Les mots sont impuissants? C'est à voir. Avant de proclamer leur défaite, il faut au moins leur faire livrer bataille. Envisager tous les recours. Quitte à admettre que grammaire et logique n'épuisent pas le langage, qui doit se transcender lui-même lorsqu'il s'agit de trouver la raison pour laquelle la mort nous est insupportable.


- En place publique
de Nicolas Offenstadt
Éditions Stock / Septembre 2013


Les crieurs publics semblent aujourd'hui faire partie du folklore. Ils évoquent le bon temps des communautés de proximité, au point que, non sans nostalgie, la fonction renaît ici et là. Au Moyen Âge, les crieurs avaient en revanche un rôle crucial. Chargés de porter la parole des autorités, le roi, le seigneur ou la ville, ces hommes du "petit peuple" parcouraient les routes, les rues et les places pour annoncer et lire à haute voix les ordres et les règlements. Plutôt que d'envisager ces crieurs publics comme de simples agents administratifs, ce livre défend une thèse: ils sont des acteurs-clés de la politique médiévale. Et la proclamation en place publique, un moment central du gouvernement médiéval. C'est à travers la figure d'un de ces crieurs, Jean de Gascogne, valet de la ville de Laon dans le second XVe siècle, que chemine la démonstration. Le défi porte ainsi sur la capacité de l'historien à restituer, au plus près, les pratiques et les expériences de ces gens de peu pour comprendre la possibilité de déploiement d'un véritable espace public, qui laisse place à la critique. Chemin faisant, En place publique donne à voir les expériences possibles de vie des humbles au Moyen Âge, de ceux qui laissent si peu de traces. Jusqu'où peut-on aller pour retrouver les voix du peuple?


- Girlfight
de Audrey Chenu et Catherine Monroy
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2013


Originaire de Caen, Audrey est une jeune fille qui réussit à l'école. Mais le cadre familial n'est pas brillant, entre un père maniaco-dépressif et une mère qui ne s'en sort pas. Pour ne pas sombrer avec le navire, Audrey décide de prendre sa vie en main et de quitter la maison. Mais à 16 ans, comment gagner sa vie? Elle a deux choix: vendre son corps, pas son genre, ou dealer; c'est la seconde option qu'elle choisit, sans états d'âme. Et sa clientèle, elle la recrute naturellement dans le lycée où elle étudie, qu'elle continue de fréquenter. Qui soupçonnerait cette bonne élève qui réussit à passer son bac de science éco? La drogue, c'est juste un moyen de gagner sa vie. C'est l'escalade. Et ce qui devait arriver, arrive, et son réseau tombe: direction la prison. Versailles puis Fresnes, où elle découvre l'univers carcéral féminin. Sa brutalité, mais aussi, pour la première fois, la solidarité entre femmes. La prison la révolte, elle se heurte de front à l'administration pénitentiaire, mais la rencontre d'un vieux prof qui anime des débats lui permettra de se reconstruire, et de découvrir sa vocation d'enseignante. Aujourd'hui, après avoir réussi à faire purger son casier judiciaire, un véritable parcours du combattant, Audrey est institutrice dans une école primaire à Bondy où en plus de l'enseignement classique, elle initie les enfants à la boxe, sa passion. Toute une philosophie de la vie: la maîtrise de soi, apprendre à esquiver les coups, se sentir forte; des principes fondateurs, qu'elle veut transmettre aux enfants pour survivre dans ce monde de brute.


- Histoire de Chicago
de Pap Ndiaye et Andrew Diamond
Éditions Fayard / Septembre 2013


Depuis un siècle et demi, la ville de Chicago attire et fascine les observateurs de l'Amérique tant elle incarne une modernité urbaine spectaculaire et triomphante. Barack Obama, qui s'y installa et y entama sa carrière politique, la qualifie de "ville éminemment américaine". D'autres avant lui l'ont surnommée la "ville aux larges épaules", en référence à ses foules laborieuses. Car, pendant des décennies, c'est par centaines de milliers que des ouvriers d'Europe, mais aussi des Noirs du sud des États-Unis et des Hispaniques sont venus travailler dans ses abattoirs, ses aciéries et ses usines rugissantes, faisant de Chicago la capitale manufacturière du pays. Ils ont construit les gratte-ciel orgueilleux du centre-ville, le fameux Loop, posé des kilomètres de rails, creusé des canaux et empli les bateaux de grain. À l'image de la violence des abattoirs, l'histoire politique et syndicale de Chicago est d'une grande brutalité, en partie parce que des richesses considérables y sont concentrées entre les mains de quelques-uns. La municipalité a ainsi longtemps été tenue par des "machines" politiques corrompues liées aux milieux d'affaires, et parfois à la mafia, celle d'Al Capone ou de ses successeurs. Au-delà de son statut de symbole industriel, la ville fut également un haut lieu du jazz et du blues, en même temps que "la ville la plus ségréguée du pays". À ce titre, elle devint la capitale incontestée de l'Amérique noire au milieu du XXe siècle, jouant un rôle déterminant dans la lutte pour les droits civiques. Richement documenté et illustré, ce livre n'est pas seulement une histoire "populaire" de Chicago, des gens ordinaires qui y ont vécu, travaillé, consommé, prié ou joué de la musique. Il propose l'histoire sociale et politique, jusqu'à nos jours, d'une ville américaine à la fois archétypale et exceptionnelle.


- JFK, le dernier jour
de François Forestier
Éditions Albin Michel / Septembre 2013


Dallas, le 22 novembre 1963. John Fitzgerald Kennedy est abattu à 12h30, devant des millions de téléspectateurs. Le polar du siècle vient de commencer, avec ses politiciens douteux, ses truands cyniques, ses flics fiévreux, ses millionnaires pleins de haine, ses crapules d'extrême-droite, ses gardes du corps inertes, ses voyous des bas-fonds, ses faux coupables, ses fous et ses justes. De l'arrivée à Dallas à l'enterrement de JFK à Washington, on assiste minute après minute à cette mort annoncée. Ce livre n'est pas une enquête sur un complot. Ni un roman. Ni une fresque littéraire sur un drame resté dans l'Histoire. C'est tout cela à la fois.


- L'enfant du 15 août  
de Régine Deforges
Éditions Robert Laffont / Septembre 2013


Audacieuse, belle, écrivain, éditeur, sulfureuse, censurée, courageuse... Pour définir Régine Deforges, les qualificatifs ne manquent pas. Elle a eu mille vies et mille aventures, elle s'est engagée sur tous les fronts, elle croit aux livres et aux êtres humains. Ses mémoires sont attendues car on est loin de tout savoir d'elle. Elles sont le témoignage d'un fougueux parcours personnel qui se confond avec la vie intellectuelle et politique de ces cinquante dernières années. Après une enfance dans le Poitou, Régine traverse une adolescence tumultueuse, se marie à dix-huit ans et s'installe à Paris. Elle prend des cours de théâtre au cours Simon, fait un peu de mannequinat mais trouve sa vocation en devenant libraire au drugstore des Champs-Élysées. Elle est représentante pour les Éditions Jean-Jacques Pauvert puis crée sa librairie, se spécialise dans les ouvrages érotiques avant de monter sa maison d'édition en publiant des ouvrages qui déchaînent la censure et lui valent de nombreux procès. Régine Deforges passe de l'autre côté du miroir: elle écrit et connaît d'immenses succès avec notamment la série des romans qui commence par La Bicyclette bleue. Divorcée, elle se remarie avec Pierre Wiazemsky, dit "Wiaz", le célèbre dessinateur du Nouvel Observateur. Son ardeur dans la vie n'a d'égale que sa curiosité passionnée pour le monde qui l'entoure. Quelqu'un a dit: "Ce qu'il y a d'important, ce sont les rencontres". Pas n'importe qui dans la vie de Régine. Des écrivains: Mandiargues, Vailland, Abellio, Hervé Guibert, Pascal Jardin, Pierre Emmanuel, Romain Gary. Des personnages: l'abbé Pierre, Jacques Lacan, Gaston Deferre, Louis Malle, René Andrieu. Les meilleures amies: Sonia Rykiel, Madeleine Chapsal, Geneviève Dormann et la plus admirée: Dominique Aury, l'auteur longtemps mystérieuse d'Histoire d'O. Un grand homme, François Mitterrand, qui l'emmène dîner et lui parle littérature. Tous se pressent autour d'elle avant qu'elle ne reparte courir le monde: le Vietnam, l'Argentine, l'Algérie, Cuba, la bien-aimée. Retour à Malagar, la maison de François Mauriac, le grand-père de son mari, détours par Pigalle, les bars mal famés et les rues sombres. Mystérieuse Régine qui veut tout connaître et qui se cache en se dévoilant. Elle raconte aussi sa jeunesse à hue et à dia au fond d'une petite ville et d'une famille traditionnelle qu'elle a voulu fuir à tout prix et sur qui elle se retourne maintenant dans le respect et la tendresse. "Fille de Colette", a écrit Le Monde, "papesse de l'érotisme", Régine Deforges ne s'épargne pas dans ces magnifiques mémoires; elle écrit comme elle vit, avec un style, du courage, un grand charme.


- La force de l'âme
de Pierre Lunel
Éditions Fayard / Septembre 2013


Ils avaient entre vingt et trente ans quand leur existence a été foudroyée. Et pourtant, ces filles et ces garçons, disparus si vite, illustrent l'incroyable capacité de la jeunesse du XXe siècle à maintenir, même dans les pires moments, la joie et la générosité. Leur exemple a conduit l’Église catholique à ouvrir une procédure pour en faire des saints. Pierre Lunel raconte ces destins: Claire de Castelbajac et Chiara Luce, toutes deux malades, illuminent la vie de ceux qui les ont connues jusqu'au bout. Chrysostome Chang, trappiste chinois, et Marcel Van, dominicain vietnamien, subissent la persécution pour avoir voulu croire. Il y a même un condamné à mort, Jacques Fesch, dont les derniers jours sont l'histoire d'une rédemption et d'un don de soi. Chacune de ces vies prouve l'importance de l'engagement et dévoile son sens. Dans un style émouvant, Pierre Lunel nous donne ainsi une belle leçon de résistance à l'accablement du monde.


- La lie de la terre
de Arthur Koestler
Éditions Calmann Lévy / Septembre 2013


"Si j'ai narré tout au long mes aventures, c'est qu'elles sont typiques de l'espèce d'humanité à laquelle j'appartiens: les exilés, les persécutés, les traqués de l'Europe; les milliers et les millions qui, à cause de leur race, de leur nationalité ou de leurs croyances, sont devenus la lie de la terre". Entre journal de guerre et récit autobiographique, La Lie de la terre raconte, avec une grande sensibilité et une lucidité implacable, comment Arthur Koestler, Juif hongrois et ancien militant communiste, se retrouve bloqué sur le sol français à la déclaration de guerre. Écrit sur le vif durant les mois sombres de la "drôle de guerre" et de la capitulation de la France, ce témoignage est chargé de l'angoisse des arrestations, de l'horreur de l'internement dans les camps, dont celui du Vernet, qui ne sont que des antichambres de la mort. Malgré l'absurdité cruelle de l'administration française, Arthur Koestler réussit à rejoindre Londres où paraît, dès 1941, ce livre bouleversant. La justesse historique tout comme l'exceptionnelle qualité littéraire font de La Lie de la terre un chef-d'œuvre


- La troisième oreille
de Jean-Yves Bras
Éditions Fayard / Septembre 2013


Que la musique soit faite pour être écoutée semble une évidence, et pourtant… C'est pour guider les mélomanes et les aider à passer d'une audition passive à une écoute active que Jean-Yves Bras partage ici son expérience d'écouteur. Après avoir défini ce qu'est la musique (en présentant les éléments du domaine sonore, leur fonction, leur évolution au cours des siècles), il s'interroge ensuite sur la nature de l'écoute: que faut-il entendre par écouter? Sur quoi porter notre attention? Comment écouter? Les conditions matérielles dans lesquelles nous consommons la musique, notre comportement au concert ou à l'écoute d'un disque, ont également une incidence importante sur la qualité de notre écoute. Puis il analyse ces liens si mystérieux et si essentiels tissés entre compositeurs, interprètes et nous-mêmes, auditeurs. Enfin, il trace à grands traits l'histoire de nos oreilles de l'Antiquité à nos jours, pour conclure sur les différentes catégories d'auditeurs actuels.


- Le cœur américain
de Guy Sorman
Éditions Fayard / Septembre 2013


Le don, le volontariat, les fondations, la philanthropie sont au cœur de la société américaine: 90% des Américains participent, en donnant du temps ou de l'argent, à une activité dite "non lucrative" pour soutenir les écoles, les universités, les arts, la nature, l'action humanitaire, les églises... Ce troisième secteur, ni capitaliste ni socialiste, représente 10% de l'économie américaine et emploie 10% des Américains. Curieusement, le sujet est peu connu, peu décrit: il n'existe aucun livre qui en donne une vision d'ensemble. Le Cœur américain propose cette vision sous la forme d'une enquête menée dans tous les États-Unis auprès de ceux qui donnent et de ceux qui reçoivent. Ce voyage est accidenté: bien des fondations sont inefficaces ou relèvent du spectacle. Certaines Églises font œuvre utile, d'autres non. Quelques fondations, dites think tanks, jouent un rôle politique déterminant. D'autres défendent bruyamment des causes qui divisent (drogue, armes), si bien que les minorités actives se révèlent souvent plus influentes que la majorité silencieuse. C'est la philanthropie qui vient réparer la société américaine, fragmentée par la violence, les conflits ethniques et la faiblesse des protections sociales collectives. Observer aujourd'hui ce troisième secteur permet de découvrir une face méconnue des États-Unis, mais aussi de la comparer à la France et à l'Europe: en Europe, où l'État providence est à bout de souffle, l'expérience américaine nous enseigne quelques approches innovantes pour promouvoir la solidarité, améliorer la vie des quartiers difficiles, l'éducation, voire créer de nouvelles formes de citoyenneté fondées sur la société civile plutôt que sur la dépendance envers l'État.


- Marylin Monroe, la cicatrice
de Claude Delay
Éditions Fayard / Septembre 2013


On croyait tout savoir du destin tragique de la petite Norma Jeane, née illégitime le 1er juin 1926 dans la "Cité des Anges", fille non désirée d'une Gladys déchue dont on la sépare dès la naissance. Et pourtant. Norma à l'orphelinat et Gladys à l'asile: voilà le programme d'une vie. Voilà le cœur de ce livre. Cette béance inaugurale, cette blessure fondatrice, Marilyn Monroe s'épuisera en vain à les combler. Scène primitive d'une enfance jamais exorcisée qu'elle ne cessera de rejouer au long de sa trop courte existence. Elle appellera ses trois maris "Papa", comme du reste tous les hommes de sa vie, à l'exception de son dernier amant, son "Prez", John Fitzgerald Kennedy. Ses maîtres à penser? Rilke et Lee Strasberg. Ses maîtres à jouer? John Huston, Billy Wilder, Mankiewicz, Cukor, Logan, Nunnally Johnson. Ses maîtres à mourir? La petite fille de trente-six ans emporte avec elle son énigme. Claude Delay s'attache ici à élucider, pas à pas, la généalogie des chocs affectifs de Marilyn, tel un sismographe qui enregistre les lignes de faille d'un terrain que n'auront cessé de menacer, dès le premier jour, les "tremblement de père et tremblement de mère" dévastateurs.


- Prisonnier du sexe
de Norman Mailer
Éditions Robert Laffont / Septembre 2013


La guerre des sexes est déclarée. Quand Norman Mailer s'attaque aux dérives du féminisme, il n'y va pas avec des pincettes. Dans cet illustre pamphlet, scandaleux au possible, il revient sur les fondements des mouvements féministes, en particulier ceux de la deuxième vague. Cette dernière surgit dans les années 1960 aux États-Unis avec tout d'abord la naissance du Mouvement de libération des femmes (MLF) et du Women's Lib. Prenant une ampleur incroyable, ces procès du sexisme attaquent les institutions dans lesquelles s'épanouit la domination masculine: la famille, l'éducation, l'économie, la politique et le marché du travail. Dans sa thèse de doctorat "La politique du mâle", Kate Millet, chef de file du Women's Lib, va même jusqu'à soutenir que des écrivains ou philosophes réputés libertaires, tels que Lawrence, Miller, Freud, et Mailer lui-même, ne sont autres que des sexistes d'un genre moderne. Norman Mailer démontre l'absurdité de ces arguments. Ce faisant, il s'insurge contre les outrances du sexisme à rebours. Sans contester la légitimité des revendications féminines, il prend le contre-pied absolu pour défendre des auteurs et des positions extrêmes. Dans un style décapant, drôle et passionné, Mailer, comme à son habitude, transgresse toutes les limites.


- Sale fille
de Anna-Maria Scarfo et Cristina Zagaria
Éditions Presses De La Cité / Septembre 2013


À 13 ans, Anna Maria, qui vit dans un village reculé du sud de l'Italie, n'est encore qu'une enfant. Pour la première fois, elle est amoureuse. Malheureusement, son petit ami n'a rien d'un prince charmant. Lorsqu'il lui propose une promenade en rase campagne, l'adolescente ne se doute pas qu'il s'apprête à la livrer à trois hommes du village. Traumatisée, Anna Maria se confie à un prêtre. Celui-ci, préférant éviter le scandale mettant en cause des bons pères de famille du village, choisit de se taire. Et c'est ainsi que, pendant trois ans, la jeune fille subit des violences sexuelles. Jusqu'à ce que l'un de ses tortionnaires menace de s'en prendre à sa sœur cadette et qu'Anna Maria trouve le courage de briser la loi du silence.


- Petits contes de sagesse pour temps turbulents
de Henri Gougaud
Éditions Albin Michel / Août 2013


Ce livre n'est pas fait pour être lu mais pour être fréquenté comme un ami proche, secret. Vous pouvez lui demander de vous nourrir, il vous nourrira, de vous éclairer, il vous éclairera, de jouer, il jouera avec vous le jeu le plus mystérieux du monde, celui du hasard qui n'existe pas. Ouvrez-le, simplement, par curiosité. Quelqu'un est là qui vous parle. Il ne vous dit pas seulement quelque chose de plus ou moins intéressant, non. Il répond à une question que vous n'avez même pas formulée à voix haute. Il y répond à sa manière, qui peut être déconcertante. Mais ne grimacez pas. Ce qui vous est dit là s'avère toujours étrangement sensé. Car les contes sont des vieillards immémoriaux et bienveillants. Ils savent tout de la musique du cœur du monde. Allez les voir. Ils répondent toujours à nos questions pour peu qu'ils soient interrogés avec cette lumière simple dont ils sont eux-mêmes pétris, et que l'on appelle l'innocence.


- Confession d'un hypocondriaque
de Christophe Ruaults
Éditions Michalon / Juin 2013


Un rhume? C'est sûrement une pneumonie qui s'annonce. Un mal de tête? Les prémices d'une méningite. Un trou de mémoire? Un Alzheimer précoce… Et le narrateur enchaîne les visites chez les spécialistes, multiplie analyses et scanners. Le diagnostic est évident: Thomas est hypocondriaque. Mais combien de temps la femme de sa vie va-t-elle tenir le coup face à cet anxieux obsédé par sa santé? Dans un récit enlevé, ponctué de scènes où le rire côtoie l'émotion, l'auteur met le doigt sur un mal qui nous touche tous à divers degrés. Un délicieux remède à l'hypocondrie ambiante.


- Moi, Phoolan Devi, reine des bandits
de Phoolan Devi
Éditions Robert Laffont / Juin 2013


Elle luttait contre la misère et l'esclavage. Le 25 juillet 2001, elle a été assassinée. Ce livre est son testament. Née en Inde dans une famille de basse caste, Phoolan Devi a onze ans quand on la marie de force à un cousin trois fois plus âgé qu'elle. Régulièrement battue et violée, elle s'enfuit pour tâcher de gagner sa liberté. Mais, très vite, elle tombe entre les griffes d'une bande de hors-la-loi chargés de l'enlever. L'un d'eux, devenu son compagnon, est assassiné sous ses yeux par une bande rivale. C'est à ce moment-là que notre jeune Cendrillon se métamorphose en reine des bandits. En 1981, devenue le chef de file de sa propre bande, elle se serait vengée en tuant vingt-deux propriétaires terriens de haute caste à Behmai, dans l'État d'Uttar Pradesh. Phoolan Devi prend alors le maquis avant de se livrer deux ans plus tard à la justice qui la condamne à onze ans de prison. Écrit à sa libération, ce livre est le témoignage d'une femme insoumise qui s'attaque aux plus grandes injustices de ce monde: violence faites aux femmes, misère, inégalités sociales... Combat qu'elle n'avait cessé de mener quand elle fut élue députée de l'Uttar Pradesh. Phoolan Devi, après avoir reçu des menaces de mort, a été assassinée le 25 juin 2001 à New Delhi par trois hommes en voiture, bras armés de la vengeance, pour le compte d'un notable de Behmai. Ce livre est son testament.


- Le plus drôle de McSweeney's
de Sweeney's M.C.
Éditions Cherche Midi / Mai 2013


Vous avez toujours rêvé de savoir: Comment Jean-Paul Sartre répondait à ses interlocuteurs lorsqu'il travaillait au standard des urgences de la police? Ce qui se passe dans la tête de Robert Plant pendant les solos de Jimmy Page? La vérité sur le séjour de Jorge Luis Borges chez les scouts? Ce qui se passe dans l'atelier d'écriture d'Homer Simpson? Quels sont les rapports qu'entretient Winnie l'Ourson avec ses collègues de bureau? Ce qu'on peut faire à Denver, Colorado, quand on est mort? Ce que révèle Noam Chomsky dans son commentaire audio du Seigneur des anneaux? Ce que montre un examen détaillé du broyeur d'ordures de l'Étoile de la mort de La Guerre des étoiles? Quels sont les dix plus mauvais films de tous les temps, selon Ezra Pound? Alors lisez ce livre, le livre d'humour le plus jubilatoire et le plus déjanté de son temps, qui pour notre plus grand bonheur, contient également des conseils avisés pour le touriste en goguette à Brême, à Dresde, à Düsseldorf et dans quelques grandes villes allemandes.


- Rouge est la terre
de Bertrand Pulman
Éditions Calmann Lévy / Mai 2013


Les grandes compétitions sportives internationales reposent sur une organisation colossale. Plongeant au cœur des coulisses de Roland-Garros, ce livre explore l'envers du décor. Il met en lumière les enjeux économiques, l'arrière-plan logistique, les retombées médiatiques et les dimensions culturelles du sport aujourd'hui. Comment les arbitres et les ramasseurs de balles sont-ils sélectionnés? Comment les courts sont-ils préparés? Comment est assurée la sécurité des joueurs? Qui décide de la programmation des matchs? Que se passe-t-il derrière la porte des vestiaires? Quelles sont les sommes en jeu? Une enquête minutieuse permet de répondre à ces questions. Un tournoi comme Roland-Garros est bien davantage qu'un simple évènement sportif. Il s'agit d'un fait social total. Chaque année, un demi-million de spectateurs viennent dans le stade. Les matchs sont retransmis dans cent quatre-vingts pays. Pour mettre au point un tel spectacle, des milliers de personnes travaillent sans relâche. De l'entraîneur au médecin, en passant par le cordeur, l'hôtesse d'accueil, l'agent de sécurité, le cuisinier, jusqu'à l'orfèvre qui réalise les coupes, une extraordinaire diversité de savoir-faire préside à l'organisation de cette manifestation. Ces acteurs de l'ombre, et les rapports sociaux qu'ils tissent, constituent la matière vive de cet ouvrage. Un récit vivant et informé, une façon originale de parler du sport et de sa place dans nos sociétés


- L'affaire Beltracchi
Enquête sur le plus grand scandale de faux tableaux du siècle
de Tobias Timm et Stefan Koldehoff
Éditions Jacqueline Chambon / Avril 2013


Scandale d'ampleur européenne, la révélation de l'affaire Beltracchi fait en 2010 l'effet d'une bombe dans le monde de l'art. Wolfgang Beltracchi, faussaire génial et flamboyant, a pendant près de trente ans peint et vendu, avec l'aide de sa femme Helene et de deux autres complices, des dizaines de faux chefs-d'œuvre de Max Ernst, Fernand Léger, André Derain, Heinrich Campendonk, entre autres. Les sommes des ventes de ces tableaux effectuées par de prestigieuses maisons comme Christie's, Sotheby's ou Lempertz se chiffrent en millions de dollars ou d'euros. En octobre 2011, Beltracchi est condamné par le tribunal de Cologne à six ans de prison. Stefan Koldehoff et Tobias Timm ont mené une enquête approfondie sur la personnalité du faussaire et son modus operandi. Mais au-delà du personnage, les auteurs analysent avec une rigueur implacable le fonctionnement du marché de l'art, la légèreté, voire la vénalité des experts, le rôle des galeries, le passage par les musées pour faire monter les prix et l'opacité des transactions.


- La 97 heures
Un commissaire en garde à vue
de Christophe Gavat
Éditions Michalon / Avril 2013


En octobre 2011, des policiers lyonnais et grenoblois, dont le commissaire de police Christophe Gavat, alors chef de la PJ de Grenoble, sont placés en garde à vue pendant quatre jours et mis en examen pour "association de malfaiteurs", "trafic de stupéfiants", "détournement de scellés" et "vol en réunion", dans le cadre de "l'affaire Neyret". L'inspection générale des services (IGS) suspecte les policiers d'avoir détourné de la drogue, sur ordre de leur supérieur, le commissaire divisionnaire Michel Neyret, numéro Deux de la police judiciaire de Lyon, afin de rétribuer des indicateurs. Christophe Gavat n'est plus celui qui interroge. Les rôles se sont inversés. Pendant ces 96 heures, il fait le bilan de ses 25 ans de carrière: beaucoup de cadavres, la vie de famille réduite à peau de chagrin, les missions ingrates, les moqueries, le mépris, la ligne jaune à ne pas franchir, les injustices quand le flic devient bouc émissaire, la complexité du système judiciaire, les vices de procédure, le rôle désinformateurs, les planques. Mais aussi des rencontres étonnantes, et l'admiration de beaucoup. Un document à la fois poignant et plein d'humour où se mêlent chroniques et réflexions sur le métier de policier.


- Margarita Louis-Dreyfus
de Élise Conesa
Éditions Grasset & Fasquelle / Avril 2013


Quand on est une orpheline russe élevée à Leningrad, qu'on a rencontré son mari, le milliardaire Robert Louis-Dreyfus, dans un avion entre Zurich et Londres, et que rien ne vous a préparé à hériter d'un empire planétaire et obscur, comment vit-on? De Leningrad à Zürich, de Davos à Paris, des salles de marchés aux officines du pouvoir, la journaliste Elsa Conesa a enquêté sur l'un des secrets les mieux gardés du monde économique. Comment une discrète mère de famille a-t-elle pu prendre les rênes d'une multinationale centenaire, véritable institution des matières premières, et évincer les barons de l'establishment financier? De Robert Louis-Dreyfus, businessman redoutable, repreneur d'Adidas et patron de l'OM, Margarita a hérité la ténacité, l'intelligence stratégique, et le sens viscéral de ses intérêts. L'orpheline devenue la Tsarine, qui ne quitte jamais son petit chien, fait désormais régner l'ordre. Mais à quel prix? Quel est le mystère de cette réussite?


- Aristo ?
de Valentine de Ganay
Éditions JC Lattès / Mars 2013


"J'aurais dû être un garçon. Je suis seulement la quatrième fille. Un berceau en rotin a été préparé: un ruban bleu court entre les tiges de saule peintes en blanc. Impossible de me faire dormir là-dedans. C'est pourquoi j'ai passé les premières nuits de ma vie dans un tiroir, et les premières journées aussi, un tiroir, j'ose l'espérer, un peu aménagé dans le bureau de mon père. Qui raconte cette histoire? Ma mère ou moi? Ces histoires de tiroirs ont déformé ma perception des choses. Avant d'épouser mon père, ma mère s'appelait Marie-Madeleine de Noailles de Mouchy de Poix. Je retranscris certains noms parce qu'ils sont déjà écrits dans l'Histoire de France. C'est, n'est-ce pas, ce qu'on appelle un nom à tiroirs". L'aristocratie n'est pas une classe sociale mais est l'objet de tous les fantasmes, y compris en son sein. Mais que signifie être aristocrate en 2013 dans la France de Mélenchon, des Bettencourt ou de la boulangère du quartier? Valentine de Ganay appartient à l'une de ces familles dont les noms sont mêlés à l'histoire de France, et dont les codes tacites sont inscrits dans l'ADN de chaque membre. Dès lors, comment vivre avec cet héritage? Aristo? est une tentative de sociologie subjective qui explore la sensation d'inconfort au sein du clan comme au-dehors. Un récit lucide et plein d'humour, qui dessine en creux les ambiguïtés de la société française.


- Détraquements
de Catherine Tanvier
Éditions Michalon / Mars 2013


De la colère à la torpeur. Il faut se le dire. La misère au corps n'est qu'un mot. La dignité, un autre. Oser extraire la révolte qui germe en soi, aussi. Tout ceci prend du temps. Du temps et de la réflexion. Il y a des règles à respecter, des étapes à suivre, quand on n'est plus rien aux yeux de la société. On apprend plus vite à résister autrement, à réfléchir plus intuitivement. On met en place des stratégies, d'autres instincts plus élémentaires, plus denses à opposer, forcément. Le témoignage-choc que nous présente ici Catherine Tanvier, icône du tennis moderne des années 80, propulsée dès l'âge de quinze ans sur le circuit professionnel, n°1 française à dix-sept ans, 20e mondiale et médaillée de bronze aux J.O. de L.A. (84) à dix-neuf ans, est édifiant et bouleversant. Détraquements raconte la détresse financière, le nihilisme de la société, le mépris et l'indifférence du système juridique, qui l'anéantissent et continuent à contaminer sa vie au quotidien: déboires financiers, comptes saisis, huissiers qui la traquent, procès à répétition, précarisation plus grande. L'auteur dénonce sans retenue cette violence sociale et universelle, qui sonne comme une mise en garde, dans une autobiographie poignante à l'écriture incandescente.


- L'infini et nous
Dieu, la vie et l'univers vus par une scientifique athée
de Margherita Hack
Éditions Robert Laffont / Mars 2013


C'est à une vaste fresque à la fois historique et scientifique que l'astrophysicienne Margherita Hack convie ici le lecteur. Il y croise les plus grands esprits de tous les temps, d'Aristote à Albert Einstein, de Nicolas Copernic à Edwin Hubble, en passant par Newton ou Max Planck. Depuis les mythes antiques sur l'origine du monde à la théorie moderne du big bang, nous voyons de quelle façon l'image de l'univers a profondément évolué. On découvre comment, avec le miracle grec, des hommes à l'esprit scientifique ont envisagé de mesurer le ciel, calculer ses caractéristiques et les décrire, sans plus faire appel aux dieux. La scientifique athée évoque longuement l'influence négative que l'Église a exercée tout au long de l'histoire sur l'évolution des idées en matière cosmique, rappelant les batailles qu'ont dû mener, parfois au péril de leur vie, de grands esprits tels Galilée et bien sûr Giordano Bruno, qui périt sur le bûcher. Elle s'efforce par ailleurs de revenir très concrètement sur toutes les avancées techniques et scientifiques qui ont permis, siècle après siècle, de comprendre la nature de cette mystérieuse voûte céleste qui s'étend au-dessus de nos têtes. De façon détaillée Margherita Hack nous explique comment on a pu mesurer la distance de la Terre à la Lune puis au Soleil et aux planètes, découvrir la nature chimique des objets célestes, la vie et l'évolution des étoiles, petites et grosses, ainsi que la formation des galaxies, trouver des exoplanètes (planètes hors de notre système solaire), s'interroger scientifiquement sur l'apparition de la vie. C'est une masse considérable de connaissances que les hommes ont désormais accumulée sur l'univers. Reste qu'ils continuent de se poser des questions fondamentales: cet univers est-il fini ou infini? Et comment comprendre notre esprit, énigme plus extraordinaire encore? Selon l'auteur, on ne saura jamais pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, car la science ne peut y répondre. Mais cela n'empêche pas de s'émerveiller, comme le lecteur ne manque pas de le faire tout au long de ce livre à la fois pédagogique et libre de ton.


- On ne meurt qu'une fois et c'est pour si longtemps
Les derniers jours des grands hommes
de Patrick Pelloux
Éditions Robert Laffont / Mars 2013


Dis-moi comment tu meurs, je te dirai qui tu es... et à quoi ressemblait ton temps. Médicale, littéraire, politique, sociale, artistique... une promenade passionnante dans l'histoire de France (et pas seulement). Délaissant momentanément les urgences de nos maux contemporains qui forment son quotidien, le Dr Pelloux se penche ici sur de curieux patients: quasi morts, et tous illustres. Et si leur agonie en disait plus sur l'époque que l'époque elle-même? Partant de cette intuition, Patrick Pelloux s'est lancé dans une recherche inédite, à la fois médicale et historique: retracer, au plus près de la vérité clinique et du contexte politico-socioculturel, les derniers moments de ces personnalités qui ont fait l'Histoire. Le résultat en est trente chroniques, de Jésus à Churchill dans l'ordre chronologique, écrites d'une plume aussi précise qu'un bistouri (pour la vérité des faits), mais également pleine de verve, d'empathie et, souvent, d'humour, voire d'une pointe d'ironie. On y croise des rois, bien sûr (Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIV...), des révolutionnaires (Danton, Robespierre), des résistants (Jean Moulin), des savants (Marie Curie), mais aussi des soldats (à Waterloo ou le 6 juin 1944), des écrivains (La Fontaine, Voltaire, Balzac, Zola...), des saltimbanques (Molière, Fréhel, Laurel et Hardy), et même un canard (Satunin) et un faux philosophe (devinez son nom). À l'image de son titre emprunté à Molière, un livre très sérieux mais qui ne se prend pas au sérieux, dans lequel on se promène au gré des époques, des thèmes, des personnages, avec le plaisir rare d'apprendre en s'amusant.


- Dans l'enfer du bagne
Mémoires d'un transporté de la commune
de Bruno Fuligni et Alexis Trinquet
Éditions Les Arènes / Février 2013


Cordonnier à Belleville, Alexis Trinquet prend en 1871 le parti de l'insurrection et est élu membre de la Commune. Échappant aux exécutions sommaires de la Semaine sanglante, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité et envoyé à Toulon, où il s'embarque pour le bagne de la Nouvelle-Calédonie. Ce témoignage, d'une rare vigueur, est rédigé par un homme à vif qui ne veut pas que soient ignorées les atrocités commises sous ses yeux.


- La bande du conservatoire
de Philippe Durant
Éditions Sonatine / Février 2013


Années 50. Au lendemain de la guerre, une jeunesse avide de liberté et de nouveauté prend d'assaut le Conservatoire National d'Art Dramatique, la plus prestigieuse des écoles de comédiens. Ces jeunes loups débordants d'énergie et d'humour ont pour nom Belmondo, Marielle, Rochefort, Rich, Cremer, Vernier, Beaune. Ils vont former une bande qui, avec un sens aigu de la déconnade et de la décontraction, va malmener une structure trop scolaire pour elle. Entre deux frasques et des dizaines blagues, les apprentis comédiens vont ainsi apprendre leur métier dans la joie mais aussi, parfois, dans la douleur. En chemin, ils vont croiser des personnalités telles Annie Girardot, Françoise Fabian, Sophie Daumier, Claude Brasseur, Michel Galabru… Ensemble, ils vont découvrir les étranges coulisses de la Comédie-Française, vivre les remous du Conservatoire, subir la dure loi des concours de fin d'année, admirer Louis Jouvet, Pierre Brasseur, Michel Simon… Jamais aucun livre n'avait raconté les vrais débuts de ces acteurs, la naissance de leur amitié, les premières manifestations de leur talent. Fourmillant d'anecdotes inédites, La Bande du conservatoire repose sur de nombreux témoignages recueillis par l'auteur. Il constitue une véritable immersion dans cette école telle qu'elle était dans les années 50, où de jeunes frondeurs s'opposaient à quelques vieilles barbes qui leur semblaient appartenir à un monde révolu. Les amis, les amours, les rires et les larmes; c'est la fabuleuse histoire du Conservatoire qui nous est ainsi contée.


- Mesdames et messieurs, votre attention s'il vous plaît...
Aux commandes du RER A
de Cédric Gentil
Éditions Plon / Février 2013


Le livre qui vous fera aimer les transports en commun. Pour la première fois, un conducteur de RER dévoile l'envers du décor. Depuis son poste de pilotage, Cédric Gentil nous explique ce qui se cache derrière les retards, les incidents techniques, les voyageurs malades et autres avaries qui empoisonnent notre quotidien et suscitent la colère des usagers. Mais il nous raconte aussi sa hantise des suicides sur les voies, ses relations avec les passagers, ce qu'il voudrait leur dire lorsqu'il fait des annonces, la solitude de la cabine, comme ce 31 décembre passé seul à conduire un train sans voyageurs. Au fil des pages, on comprend mieux le fonctionnement de cette immense machinerie, qui avec Cédric Gentil prend enfin un visage humain. Un livre drôle, sensible et instructif d'utilité publique.


- Beaucoup de chance malgré tout
de Bernard Chaussegros
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2013


"Je vais vous raconter l'histoire d'une petite fille. Une petite fille dont l'enfance, l'adolescence et la jeunesse, n'ont été qu'un long et perpétuel combat contre la maladie. Une petite fille courageuse et toujours souriante. Elle s'appelait Anne-Lise, et c'était ma fille. Si je veux raconter son histoire, ce n'est pas seulement pour elle. C'est aussi et surtout pour nous ouvrir les yeux sur cette évidence que, pris par notre quotidien, nous oublions trop souvent: la vie est belle, pour peu que nous sachions en saisir chaque instant, comme Anne-Lise le faisait si bien. C'est pourquoi ce livre est écrit à la première personne: c'est Anne-Lise qui nous parle. Non pas pour nous donner des leçons, mais parce que c'est ce qu'elle a toujours fait, ce qu'elle a toujours voulu faire. Elle ne faisait jamais de longs discours. Elle parlait d'elle, de ses épreuves et de ses joies et allumait en chacun de nous cette étincelle d'espoir qui l'animait à tout instant. Si ce livre n'est pas de sa main, je sais qu'elle aurait pu, qu'elle aurait voulu, l'écrire".


- Chanson, la bande-son de notre histoire
de Louis-Jean Calvet
Éditions L'Archipel / Octobre 2013


Les chansons ont existé bien avant l'écriture. Certaines composent à la fois notre mémoire collective et un kaléidoscope de la mémoire affective de chacun. Dans cette histoire de la chanson francophone du Moyen-Âge à nos jours, Louis-Jean Calvet invente une cantologie, inaugurant ainsi une façon de parler de la chanson qui prend en compte toutes ses composantes, le texte, la voix, la mélodie, l'orchestration, la scène, afin de construire un véritable discours critique. Il y aborde plusieurs thématiques: la chanson enfantine et ses sens cachés, qui renoue avec la tradition orale des débuts; la chanson politique et pamphlétaire qui prend son essor au XIXe siècle; la censure et l'ingéniosité déployée par les chansonniers pour la contourner, l'arrivée du jazz en Europe dans les années 20, l'évolution des supports et l'influence des progrès techniques sur le format et la chanson elle-même, jusqu'au grand retour ces dernières années de la "nouvelle chanson française", phénomène qui dépasse nos frontières et atteint également le reste des pays francophones. Un ouvrage qui prend la forme d'un voyage au sein de notre mémoire, où les chansons sommeillent, témoins de temps révolus et pouvant parfois les ressusciter.


- Google, un ami qui ne vous veut pas que du bien
de Pascal Perri
Éditions Anne Carrière / Janvier 2013


Le but de cet essai choc est de proposer une enquête inédite et rigoureuse qui alerte le grand publicsur l'hégémonie radicale d'une entreprise dont le souhait avoué est de "contrôler toute l'information du monde". En huit chapitres thématiques, ce livre démontre comment Google tisse la toile d'un contrôle permanent de notre vie et menace le pluralisme démocratique ainsi que la notion de propriété intellectuelle, tout cela en faisant preuve d'un "banditisme fiscal" éhonté. En soutien de chacun de ces thèmes, l'enquête recense notamment l'ensemble des plaintes et condamnations déjà déposées contre l'entreprise à travers le monde. Sur un ton très vivant, ce livre progresse par exemples et, malgré le sérieux de son contenu, reste accessible au plus grand nombre.


- J'aurais voulu être le fils de quelqu'un
de Frédéric Deban
Éditions Michel Lafon / Janvier 2013


"1968. J'ai quatre ans. Ma main dans celle de ma mère, au milieu d'un village où rien ne bouge, je franchis une immense porte rouge. Une grille grince, mal huilée. "Bonjour, madame, alors voici donc le petit garçon?" À partir de là, tout va très vite. On me tire par le bras, j'avance à reculons en hurlant des "maman" auxquels elle ne répond pas. À travers les jupes grises des fiancées de Jésus, je la vois disparaître". Ce témoignage intense, sans complaisance, est le récit d'une existence fracturée dès le plus jeune âge. Avec ses fugues d'adolescence au cœur de la misère humaine, sa quête d'amour et d'identité, les femmes recherchées comme autant de mères, et la hantise de l'abandon. Avec, enfin, la révélation du métier d'acteur. Pour oublier le manque initial, jouer à la vie, la vraie, celle où il y a des familles. Sauf que c'est une vie en trompe-l'œil: dans la réalité, on ne prend jamais l'habitude de l'absence.


- L'affaire Jean Zay
de Gérard Boulanger
Éditions Calmann Lévy / Janvier 2013


Jean Zay? Ce nom n'évoque souvent rien de précis, si ce n'est parfois un collège ou un lycée. C'est pourtant ce très jeune ministre radical de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front populaire qui créa, entre autres, le Festival de Cannes, le musée de l'Homme ou le musée d'Art moderne; qui organisa l'Exposition universelle de 1937, lança la Cinémathèque française, rénova la Bibliothèque nationale, fi t restaurer le château de Versailles et la cathédrale de Reims; qui fonda le CNRS, instaura l'obligation scolaire jusqu'à 14 ans, l'éducation physique et la médecine préventive à l'école; et qui inventa l'ENA, n'en déplaise à Michel Debré. Ce grand républicain, dont Léon Blum disait que "tout en lui respirait la noblesse de la pensée, le désintéressement, la loyauté, le courage, l'amour du bien public", n'est pas seulement dans un angle mort de la mémoire nationale. À force de dénigrement mensonger, il a été poussé dans l'oubli par une extrême droite maurrassienne qui haïssait l'homme de gauche, le ministre réformateur et, bien sûr, le Juif. Accusé en 1940 de désertion avec Pierre Mendès France et Georges Mandel parce qu'il avait rejoint le Maroc à bord du Massilia pour résister, emprisonné, jugé par un tribunal militaire aux ordres de Vichy, diffamé, spolié, Jean Zay fut assassiné par la Milice en juin 1944 après le débarquement allié. Il avait 40 ans. L'essai de Gérard Boulanger explore les causes profondes de cette injustice mémorielle, en allant chercher jusqu'aux tréfonds de l'imaginaire national-catholique qui opposa Jeanne d'Arc à l'Orléanais Jean Zay. Au terme d'une enquête minutieuse dans les archives de la Justice militaire et dans celles de Catherine et Hélène, les filles de cet homme étincelant, sensible et courageux, il analyse cette silencieuse affaire Dreyfus dans une république qu'il dépeint à l'agonie. Et il dévoile le rôle insidieux de Pétain, celui décisif de Darlan dans le piège du Massilia enfin élucidé et celui du faux document qui aboutit à l'inique condamnation de Jean Zay, à qui la France doit tant.


- Parsifal et l'enchanteur
de Nicola Montenz
Éditions JC Lattès / Janvier 2013


Au printemps 1864, alors qu'il fuit ses créanciers, Richard Wagner aperçoit dans la vitrine d'un magasin de Munich le portrait de Louis II de Wittelsbach, alors âgé de dix-huit ans, et tout récemment couronné roi de Bavière. Fasciné par la beauté du jeune homme, le compositeur fait le vœu de pouvoir un jour faire sa connaissance. Puis il reprend sa route, désespéré, et à deux doigts du suicide. Un mois plus tard, un émissaire du monarque contacte Wagner à Stuttgart. Ce dernier n'en croit pas ses oreilles: le souverain souhaite le libérer de toute contrainte matérielle pour lui permettre de se consacrer exclusivement à son art. Commence alors, comme dans un conte, l'amitié légendaire du "roi fou" et de Richard Wagner, une relation qui a changé le cours de la culture européenne, mais aussi une histoire palpitante chargée d'intrigues, de scandales et de coups de théâtre. Un véritable roman psychologique où musique et histoire se confondent. On y croise Sissi, Cosima, Hans Von Bülow, Franz Liszt, la troublante Judith Gautier, et même l'ombre d'Hitler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Dim 3 Juil - 16:51

- Frissons d'assises
L'instant où le procès bascule
de Stéphane Durand-Souffland
Éditions Denöel / Novembre 2012


Tous les grands procès d'assises connaissent un point de bascule, un moment précis qui résume l'audience et, parfois, en détermine l'issue. Revirement spectaculaire d'un témoin, aveux inattendus d'un accusé, plaidoirie d'un avocat, ces instants constituent un condensé d'émotion et de tragédie. Ils font de la cour d'assises un théâtre du réel. Guy Georges, Michel Fourniret, Yvan Colonna, Jacques Viguier, Jean-Michel Bissonnet, Outreau. Les procès importants de ces dix dernières années ont donné lieu à des scènes d'anthologie judiciaires, racontées dans ce livre par un journaliste qui les a vécues. Témoin privilégié de ces procès, toujours très informé du dossier d'instruction, Stéphane Durand-Souffland sait en reconstituer l'histoire, les personnages et l'atmosphère. Au-delà de son métier de chroniqueur, il parvient à en restituer le ressort dramatique, la finesse souvent diabolique des rouages et surtout l'intense émotion.


- La disparue de San Juan
de Philippe Broussard
Éditions 10-18 / Novembre 2012


Marie-Anne Erize avait 24 ans, un physique de mannequin, des utopies de rebelle. Un jour d'octobre 1976, des militaires en civil l'ont enlevée à San Juan, petite ville du nord-ouest de l'Argentine. Ses parents, ses amis, ses six frères et sœurs ne l'ont jamais revue. Depuis, elle fait partie des 30 000 disparus de l'époque de la dictature dont le souvenir hante à jamais ce pays à la mémoire lourde. Parti sur les traces de Marie-Anne, Philippe Broussard a interrogé des dizaines de personnes et tenté d'assembler le puzzle de sa vie, de Paris à Buenos Aires. De ses vies, plutôt. Née dans une famille de "pionniers" français établis en Argentine, elle a grandi dans la jungle, fréquenté diverses écoles catholiques, défilé comme top-modèle, côtoyé le chanteur Georges Moustaki, le guitariste Paco de Lucia et vécu un temps à Paris. Son destin bascule en 1973, quand elle renonce au milieu de la mode, trop superficiel à ses yeux. Militante péroniste, aide sociale dans les bidonvilles, elle entre peu à peu dans la clandestinité au sein des Montoneros, une guérilla d'extrême gauche. Cette fuite en avant, sur fond de répression ultra violente, s'achèvera à San Juan, un vendredi de 1976.


- Les origines de l'écriture
Écrit en collectif
Éditions Le Pommier / Novembre 2012


Voici un peu plus de 5 000 ans se produisait au bord des fleuves de Mésopotamie un événement majeur pour l'histoire du monde: des hommes écrivaient. Premiers dont on ait conservé des documents écrits, les Sumériens étaient sans doute loin de soupçonner que l'invention de leur nouvelle technique allait engager l'humanité dans une aventure qui, au regard des 60 000 ans écoulés depuis l'origine du langage, ne fait sans doute que commencer: l'aventure des écritures. Chaque culture qui en a l'usage en réinvente les graphies, se les réapproprie selon ses mythes et ses langues, mais partout, chez les Égyptiens, les Mayas, les Phéniciens, les Aztèques, comme chez les Africains ou les peuples de la Chine et de l'Inde, l'écriture naît du besoin de fixer des messages et de consigner faits et pensées de façon durable. Elle fonde l'ordre social et politique. Les premiers systèmes d'écriture s'attachent à dessiner le monde, ils construisent le sens à partir de signes symboliques, pictogrammes et idéogrammes. D'autres systèmes, souvent plus tardifs, notant lettres ou syllabes, se préoccupent de fixer les sons du discours: ils dessinent la parole. Tout système d'écriture représente cependant une alliance singulière entre l'image et la parole.


- Nos cadeaux à la con
de Jean-Baptiste Giraud
Éditions Du Moment / Novembre 2012


"Il n'y a pas de plus grand plaisir que celui d'offrir". Et certains se lâchent. Qui n'a jamais reçu un cadeau nul, inutile ou contraire à ses goûts? Presque fait pour vous embarrasser ou se débarrasser de vous à jamais. Cadeaux d'anniversaire, de mariage, de naissance, pour se faire aimer, se faire pardonner, pour plaisanter ou rompre. Censés entretenir l'amitié, les présents partent souvent, mais pas toujours, d'un bon sentiment, pour finir dans la catégorie "cadeaux à la con". Avec son talent habituel, Jean-Baptiste Giraud accumule les anecdotes aussi hilarantes qu'instructives. N'ouvrez surtout pas ce livre, vous risqueriez d'y reconnaître votre belle-mère - beau-frère - chéri(e) - collègue (rayez les mentions inutiles) et leurs improbables trouvailles qui ont fini à la cave.


- Roissy, un monde secret
Enquête dans les coulisses du plus grand aéroport d'Europe
de Cyril Azouvi
Éditions Denöel / Novembre 2012


Au fil d'une enquête passionnante, Cyril Azouvi nous fait découvrir pour la première fois la face cachée du premier aéroport d'Europe, qui reste l'un des plus mal aimés de la planète. Il nous introduit dans les lieux les plus fermés, depuis les pistes jusqu'aux zones de rétention des clandestins, en passant par le salon d'accueil des chefs d'État. Et nous présente le "peuple de Roissy", un univers en soi: pilotes, aiguilleurs du ciel, mais aussi cuisiniers, médecins, aumôniers ou encore "placeurs", "repousseurs", "effaroucheurs". Autant de personnages hauts en couleur que l'auteur interroge, recueillant des histoires cocasses ou tragiques. On y croise une hôtesse de l'air qui écrit des romans, un chasseur d'oiseaux et un apiculteur de pistes, un chien renifleur d'explosifs, des phobiques de l'avion qui s'entraînent dans un simulateur de vol, Dany Boon en plein tournage, le SDF le plus riche du monde. Du Roissy qui dérange au Roissy qui fascine, au centre des questions de sécurité, d'immigration, d'environnement, mais aussi au cœur du rêve et du voyage, Cyril Azouvi explore un monde à la fois proche et très secret.


- 5e avenue, 5 heures du matin
de Sam Wasson
Éditions Sonatine / Octobre 2012


L'actrice: Audrey Hepburn. L'écrivain: Truman Capote. Le metteur en scène: Blake Edwards. Le compositeur: Henry Mancini. Le couturier: Hubert de Givenchy. Et dans les rôles secondaires: Colette, Doris Day, Marilyn Monroe, Billy Wilder, Mickey Rooney, Mel Ferrer... Un casting de rêve pour Sam Wasson, qui nous raconte la genèse et le tournage de Breakfast at Tiffany's (Diamants sur canapé). Un roman réputé inadaptable, une héroïne sexuellement libérée, un personnage ouvertement gay, un happy-end introuvable: tels sont quelques-uns des obstacles que durent affronter les principaux protagonistes pour finir par briser, avec un charme fou, tous les tabous d'une époque. Sam Wasson nous offre ici une chronique savoureuse, illustrée de photos inédites, fourmillant d'anecdotes et de secrets de tournage. Une balade chic et glamour aux côtés des plus grandes stars d'Hollywood, à lire champagne à la main, en écoutant Moon River.


- La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'Histoire
de D. Alliot / P. Charlier / O. Chaumelle / F. Chef / B. Fuligni / B. Léandri
Éditions Les Arènes / Octobre 2012


Les manuels d'Histoire sont remplis de morts héroïques. Nous avons déterré les morts stupides. Tué par une tortue tombée des serres d'un rapace, le tragédien grec Eschyle est l'une des plus anciennes personnalités victimes d'une mort stupide. Après lui, le Romain Pline l'Ancien meurt d'avoir voulu observer de trop près l'éruption du Vésuve, l'empereur Frédéric Barberousse disparaît pour s'être baigné en armure, le roi de France Louis III se fracasse le crâne en poursuivant une femme et Adolphe-Frédéric de Suède expire en prenant pour la quatorzième fois du dessert. Plus près de nous, Félix Faure, Lawrence d'Arabie, Durruti, le colonel Fabien, le général Patton et beaucoup d'autres ont payé de leur vie leurs appétits, leurs maladresses ou leurs marottes.


- Le feu
Journal d'une escouade
de Henri Barbusse
Éditions Payot & Rivages / Octobre 2012


"Rien ne bouge, que le vent qui passe et que l'immense humidité qui s'égoutte. Je lève les yeux. Un deuil épouvantable écrase tout. J'ai l'impression d'être tout seul, naufragé au milieu d'un monde bouleversé par un cataclysme". Prix Goncourt 1916, Le Feu est un chef-d'œuvre de la littérature de guerre. Il provoqua un choc d'autant plus grand qu'il exprimait le pacifisme des poilus: avec ce livre, ce sont les héros, ceux-là mêmes qui font l'épreuve du feu, qui réclament que cesse le carnage. D'une justesse de ton bouleversante qui empoigne son lecteur et le force à descendre dans les tranchées, à hauteur d'homme, Le Feu alterne l'action, l'attente et l'horreur pour cerner ce que vécurent ces hommes et le sens qu'ils tentèrent désespérément de donner au "cataclysme".


- Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs
de Greg Smith
Éditions JC Lattès / Octobre 2012


Le 14 mars 2012, plus de trois millions de personnes lisent Pourquoi je quitte Goldman Sachs, l'éditorial de Greg Smith paru dans le New York Times. L'article se propage, devient un sujet récurrent sur Twitter, et suscite des réponses enflammées de la part de Paul Volcker, ancien président de la Réserve Fédérale, de Jack Welch, mythique P-DG de General Electric, et de Mike Bloomberg, maire de New York. Mais surtout, il touche un point sensible de l'opinion publique qui s'interrogeait déjà sur le rôle de Wall Street au sein de la société et sur l'impitoyable mentalité du "Prends l'argent et tire-toi" qui a ébranlé l'économie mondiale ces dernières années. Aujourd'hui, Greg Smith reprend là où il en était resté dans son éditorial. Depuis les combines de son stage d'été pendant la bulle internet jusqu'au drame du 11 septembre, depuis les abîmes du marché baissier jusqu'aux jacuzzis de Las Vegas, les excès du boom immobilier, et le jour où Warren Buffet sauve Goldman Sachs de la faillite, Greg Smith retrace son parcours et nous emmène pour la première fois au cœur de la banque la plus puissante et secrète au monde. À travers des détails passionnants, Greg Smith décrit comment la banque qui réalisa l'introduction en bourse d'entreprises comme Ford, Sears et Microsoft, est devenue la "grande pieuvre vampire enserrant le visage de l'humanité" qui traite ses clients de "muppets" et a dû verser un demi-milliard de dollars au gouvernement pour mettre fin aux poursuites pour le plus grand délit d'initié de tous les temps. Après de nombreux entretiens au cours de douze mois avec neuf associés qui s'avérèrent insatisfaisants, Greg Smith a fini par estimer que le seul moyen pour tenter de sauver le système est que quelqu'un de l'intérieur révèle au grand jour l'évolution très périlleuse et égoïste des mentalités et des comportements de nos financiers. Il abandonne sa carrière et décide de prendre les choses en mains. Voici son histoire.


- Baltimore
de David Simon
Éditions Sonatine / Septembre 2012


Baltimore, fin du siècle dernier. Une des villes au taux de criminalité le plus élevé des États-Unis. Journaliste au Baltimore Sun, David Simon a suivi pendant un an, jour après jour, les inspecteurs de l'unité des homicides de la ville. Depuis le premier coup de fil annonçant un meurtre jusqu'au classement du dossier, David Simon était là, inlassablement, derrière l'épaule des enquêteurs, sur les scènes de crime, dans les salles d'interrogatoire, au service des urgences. Durant de longues heures, il a partagé jour et nuit leur quotidien dans les rues de la ville, aux marges de la société. Des tensions raciales aux circuits de la drogue, en passant par les décisions politiques, judiciaires et administratives, parfois aberrantes, David Simon passe en revue chacun des aspects du crime à Baltimore. Et c'est avec une empathie rare, un réalisme et un sens du détail exceptionnels qu'il nous offre ce portrait profondément humain d'une cité à la dérive. De ce document exceptionnel naîtra, quelques années plus tard, la série Sur écoute, aujourd'hui légendaire, que David Simon a écrite en collaboration avec George Pelecanos, Richard Price et Dennis Lehane.


- Petits et grands secrets d'un notaire
de Christian Bastard de Crisnay
Éditions L'Archipel / Septembre 2012


La profession de notaire est gouvernée par le non-dit. Il n'est pas d'usage que soient dévoilés les secrets, notamment de famille, dont cet officier assermenté est par essence, un jour ou l'autre, le dépositaire. C'est tout ce qui fait le sel de ce récit. Dossiers insolites, cas épineux, situations tragiques, voire cocasses ou touchantes y sont tour à tour dévoilés non sans humour. Le livre s'ouvre sur le parcours de l'auteur, aborde les dossiers sensibles qu'il a eu à traiter, les mésaventures de certains de ses clients où se révèle la noblesse ou la petitesse de l'âme humaine et offre une réflexion sur la profession. Dévoilant ce qui se passe dans le secret de l'office, la façon dont se déroulent les procédures, il s'attache à rendre clair ce que nous avons toujours voulu toujours savoir sur cette profession sans oser le demander.


- "Vous êtes naïve, Madame le juge"
Prison, délinquants, récidive... ces mots qui font peur
de Isabelle Rome
Éditions Du Moment / Septembre 2012
"

Vous êtes naïve, Madame le Juge" est une immersion dans le quotidien d'un juge d'application des peines, à travers son témoignage et ses rencontres avec des présumés coupables ou des détenus, le temps d'une instruction ou lors de leur réinsertion. C'est aussi une série de portraits sans concession, ici un personnage trouble, meurtrier d'une jeune femme, là un enfant violenté le jour de Noël, ou encore le criminel nazi Klaus Barbie et le terroriste longtemps recherché par toutes les polices du monde, Khaled Khelkal.


- Pisser à Paris
Guide pratique et culturel des WC gratuits
de Claude Lussac et Sarah Toumi
Éditions Du Palio / Juin 2012


Que faire si un besoin urgent vous saisit place du Panthéon? On peut se précipiter dans l'un des cafés branchés de la rue Soufflot. Encore faut-il être d'humeur à s'acquitter d'une consommation ou à soutenir le regard du patron. Pour ceux qui, par principe, s'y refusent, la montagne Sainte-Geneviève ne manque pas d'endroits où l'on peut, sans péage, parvenir là où le roi se rend seul. Les plus pressés, et les plus républicains, choisiront la mairie du Ve, les lecteurs de Joyce le Collège des Irlandais et les matheux l'Institut Poincaré. Par la rue d'Ulm, les humanistes pourront pousser jusqu'à l'École normale. Musées et universités, palaces et grands magasins, monuments, administrations ou jardins publics: Paris abonde de WC gratuits où souffle l'esprit. Insolites et pittoresques, ce sont autant d'occasions de joindre l'utile à l'agréable et le corps à l'esprit. Mais il faut les connaître et oser y entrer. Pisser à Paris fournit leur mode d'emploi et en dresse l'inventaire culturel.


- Éloge des tubes
De Maurice Ravel à David Guetta
de Emmanuel Poncet
Éditions Nil / Mai 2012


De Maurice Ravel à David Guetta: quel est le secret des tubes? "J'ai eu l'idée de ce livre grâce à David Guetta et aux Black Eyed Peas. Leur hit planétaire "I gotta feeling" m'habite, m'énerve, m'innerve. Il me passionne, et m'insupporte à la fois. En un mot, je l'haime". Comment "I gotta feeling" est-il devenu un hymne international comme en leur temps "Imagine" de John Lennon (1971) ou le Boléro de Maurice Ravel (1928)? Quel mystérieux circuit empruntent ces virus sonores qui nous prennent littéralement la tête? Les tubes ne sont-ils que de scandaleuses machines commerciales destinées à divertir les masses? Ou des objets sonores complexes qui échappent à leurs créateurs et réveillent nos souvenirs les plus intimes? En une dizaine de chapitres, et plus de deux cents exemples ( Michaël Jackson, The Beatles, Beyoncé, Boris Vian, Lady Gaga...), cet essai dévoile toutes les facettes des "ritournelles marchandes" d'hier et d'aujourd'hui. Il nous fait entrer dans le mystère des tubes. De tous les tubes.
(Rectificatif fait à la demande de Monsieur David Guetta et de Monsieur Frédéric Riesterer)
Par un jugement en date du 30 mars 2012, la Cour du District de Californie a débouté intégralement M. Bryan Pringle de l'ensemble de ses prétentions pour retenir que l'œuvre "I gotta feeling" composée par M. David Guetta et M. Frédéric Riesterer n'était aucunement le plagiat d'une œuvre musicale qu'aurait écrite M. Bryan Pringle, celui-ci ayant de mauvaise foi enregistré sa prétendue œuvre postérieurement à l'enregistrement et la commercialisation de lœuvre "I gotta feeling" interprétée par les Black Eyed Peas)


- Tombée du ciel
de Juliane Koepcke
Éditions Presses De La Cité / Mai 2012


Unique survivante d'un accident d'avion en pleine forêt péruvienne, Juliane Koepcke trouve la force, quarante ans après, de revenir sur ce drame. Le 24 décembre 1971, vol 508, en partance de Lima, Pérou. L'avion explose en plein ciel. Tous les passagers et membres d'équipage meurent, sauf Juliane, dix-sept ans, qui était à bord avec sa mère. Quand elle reprend conscience, elle sait qu'attendre les secours en plein cœur de la forêt tropicale lui serait fatal. Juliane se met donc en route malgré ses blessures et, au bout de onze jours, réussit l'incroyable: elle retrouve la civilisation. Ce n'est qu'une fois mariée, et en compagnie du réalisateur Werner Herzog, lui aussi miraculé, puisqu'il devait prendre ce vol, que Juliane retourne sur les lieux du drame. Dans ce livre, pour la première fois, elle témoigne de toute son histoire.


- Bête noire
de Éric Dupond-Moretti
Éditions Michel Lafon / Avril 2012


Encensé par ses admirateurs, critiqué par beaucoup de magistrats, la "Bête noire" des prétoires s'explique pour la première fois. Non, il n'est pas fasciné par le mal, mais il défend autant la présomption d'innocence que le droit, pour les criminels de tout bord, à une juste peine qui ne varie pas du simple au double d'une cour d'assises à l'autre. Non, il n'est pas l'ennemi des magistrats, mais il s'interroge sur l'absence de la notion d'humanité dans leur serment, alors qu'elle figure dans celui des avocats. Car ceux qui lui confient leur destin sont aussi des êtres humains, dont la ligne de vie a parfois de quoi inspirer aux jurés une certaine clémence. Non, il n'est pas contre l'État, mais il est souvent révolté par le fonctionnement de la Justice. Comme personne ne l'a fait auparavant, il raconte les petits arrangements, les influences et les pièges qui peuvent biaiser un verdict. À travers les anecdotes et les souvenirs édifiants des grands procès d'assises auxquels il a participé, il dresse le portrait d'un système judiciaire implacable, au sein duquel la défense n'est guère que tolérée, même quand elle tente désespérément d'éviter les erreurs judiciaires. "J'ai décidé de devenir avocat à quinze ans. C'était le 28 juillet 1976 et j'avais entendu à la radio que Christian Ranucci, l'homme du "pull-over rouge", avait été exécuté à l'aube. Ce n'est pas le récit d'une vocation que je fais ici, mais d'une sorte de fatalité. Je suis condamné à plaider".


- Français, je vous ai tant aimés
L'impossible intégration?
de Mai Lam Nguyen-Conan
Éditions Michalon / Avril 2012


À sept ans, Mai Lam Nguyen-Conan est arrivée en France avec sa famille en tant que réfugiée politique. Comme bon nombre de Vietnamiens, elle incarne le modèle d'intégration à la française, "la bonne élève" que l'on distingue, et qui n'oublie pas de remercier la France. Pour se fondre dans la masse, elle s'est appliquée à raboter toutes les saillances trop ethniques. Mais le débat sur l'identité nationale, l'emploi de l'expression "Français de souche", les dérapages récurrents des politiques ont déclenché en elle un malaise, la renvoyant encore et toujours à sa différence et à ce parcours semé d'obstacles, dont les règles souvent édictées par d'autres sont sans cesse modifiées. Tout est revenu... Tout ce qui était de l'ordre du refoulé... violemment... cette si belle intégration, si réussie, et ce qu'elle masque... Les souvenirs de l'affront au quotidien, la nécessité de paraître ce que l'on n'est pas, l'oubli même de ce que l'on était à peine, la peur d'être rejeté ou montré du doigt, le sourire toujours prêt et ce "pardon, excusez-moi", toujours dégainé, la tête baissée. Pour raconter son histoire, la construction complexe de son identité plurielle, Mai Lam, comme Nathalie Sarraute dans Enfance, s'adresse à un double qu'elle tutoie et qui la rudoie: Ne commence pas à vouloir faire tant de bruit. C'est normal que ce soit à toi de faire des efforts. Un très beau récit introspectif qui pose la question de "l'impossible intégration", impossible quand le discours emprunte à l'amour ses illusions. Je les ai trop aimés, ces Français, et sûrement mal aimés. Était-ce de l'amour, cette soumission?


- Louis pas à pas
de Francis Perrin et Gersende Perrin
Éditions JC Lattès / Avril 2012


"Votre fils Louis est pris en charge parce que votre mari est une vedette. Il s'appelle Francis Perrin. Mais nous, on n'est pas connus, tout le monde s'en fout de notre gamin autiste". Nous avons entendu cette phrase trop souvent. Aujourd'hui, par notre engagement, nous voulons porter la voix des parents brisés, comme nous-mêmes l'avons été. En 2004, notre vie bascule au moment où un "grand ponte" spécialisé dans l'autisme prononce cette phrase indélébile: "Faites le deuil de votre enfant." S'ensuit une année d'épreuves où des soi-disant professionnels arrivent à cette atterrante conclusion: "Madame, vous êtes une mauvaise mère, Monsieur, vous êtes un père trop vieux!" Ce sont eux qui nous ont fait souffrir, jamais Louis. En 2005, à l'âge de trois ans, Louis est diagnostiqué autiste sévère par des professionnels compétents qui nous font découvrir l'A.B.A. (Applied Behavior Analysis), un traitement de stimulation non médicamenteux pratiqué depuis près de cinquante ans partout dans le monde. Nous passons alors de l'avant à l'après. Louis évolue dès les premiers jours du traitement. Il communique peu à peu avec ses frères, ses sœurs, ses amis, et commence à acquérir une véritable autonomie. Ses progrès sont spectaculaires: il devient pas à pas "un enfant presque comme les autres". Avec courage et détermination, Gersende et Francis Perrin redonnent espoir aux parents et montrent que l'autisme n'est pas une fatalité.


- Boomerang
de Michaël Lewis
Éditions Sonatine / Mars 2012


La crise qui s'est abattue sur la planète depuis 2008 a eu de nombreuses conséquences, dont l'une des plus notables est l'écroulement financier progressif de quelques pays européens. Nous savons quelle est aujourd'hui la situation en Grèce et en Irlande. Nous avons entendu les avertissements concernant l'Espagne, l'Italie et le Portugal. Du haut de leur triple A, la France et l'Allemagne paraissent sauves. C'est du moins ce qu'on nous dit. Michaël Lewis a donc décidé de faire un tour d'Europe afin de juger de la situation sur le terrain. Et les séquelles humaines, sociales et financières de la crise qu'il a constatées sont pour le moins saisissantes. Entre les États les plus touchés, qui peu à peu commencent à s'apparenter à de véritables pays du tiers-monde, et ceux qui sont encore épargnés, dont l'inconscience est difficile à croire, le tableau est éloquent.


- Moi, on ne m'a jamais demandé comment j'allais...
de Marie Fugain
Éditions Michel Lafon / Mars 2012


18 mai 2002. Laurette vient de quitter ce monde dans les bras de sa grande sœur. La famille est ravagée, les amis arrivent, tous s'apitoient sur la douleur des parents, sur son petit frère Alexis, si jeune pour un tel drame. Et Marie, elle n'a pas mal, elle? Elle l'aînée, la belle fiancée de vingt-huit ans, la vivante: pas de quoi se plaindre, sans doute. Personne ne lui a demandé comment elle allait, ni ce jour-là, ni après. Et cet "après" a duré des années. Des années à subir les ravages d'un chagrin que chacun garde pour soi et compense comme il peut. "Je suis mort(e) avec Laurette", disent les parents. Ah bon? Et moi, et Alexis, on est orphelins, en plus? Une maman qui se consacre au don de plaquettes dans une association admirable, "mais qui m'a volé et ma mère et ma sœur". Laurette, icône de la leucémie? Marie, dans son souvenir, la veut pleine de vie, farceuse, "chiante" parfois (mais oui.). Et si forte, dans sa lutte ultime. Elle disparaît et tout s'effondre. La tribu Fugain éclate, le chef de famille s'enferme dans la musique, puis fuit la maison mausolée. Marie ne sait plus où elle en est. "Ah, comme j'aurais voulu qu'il y ait un mode d'emploi. Comment réussir sa vie en vingt leçons, sans traumatiser par sa tristesse son mari, ses enfants, sans haïr un père qui se reconstruit ailleurs et laisse une mère éplorée qui se change les idées en côtoyant tout le malheur du monde?" Marie a fini par trouver. Mais cela lui a pris dix ans.


- Une larme m'a sauvée
de Angèle Lieby
Éditions Les Arènes / Mars 2012


La veille du 14 juillet, Angèle Lieby se rend aux urgences d'un hôpital de Strasbourg pour une mauvaise migraine. Son état s'aggrave et on doit la plonger dans un coma artificiel. Quelques jours plus tard, les médecins n'arrivent pas à la réveiller?: malgré toutes les stimulations, Angèle ne montre aucun signe de vie. "Il faut la débrancher?" finit-on par dire à son mari. Pourtant, le jour anniversaire de son mariage, sa fille voit une larme perler au coin de sa paupière. Angèle est non seulement vivante, mais parfaitement consciente. Et ce depuis le premier jour...


- Une semaine avec Marylin
de Colin Clark
Éditions Payot & Rivages / Mars 2012


En 1956 à Londres, le jeune Colin Clark est l'assistant de Laurence Olivier, qui tourne Le Prince et la Danseuse et partage la vedette avec Marylin Monroe. Elle qui aspire au rang d'authentique comédienne est traitée comme une blonde écervelée par son partenaire et comme une enfant difficile par Arthur Miller, son nouveau mari. Le sex-symbol du grand écran tente alors de noyer son mal-être en séduisant Colin. Entre le 11 et le 19 septembre, se noue une étrange idylle faite de longues conversations et d'escapades. Mais que se passera-t-il lorsque le garçon se retrouvera assis au bord du lit de Norma Jean?


- Défense d'aimer
de Florent Gonçalves
Éditions Presses De La Cité / Février 2012


"On pourra toujours dire et penser que nous n'aurions pas dû. Mais depuis quand l'amour se commande-t-il? Toutes les bonnes raisons que nous avions l'un et l'autre d'arrêter ne nous ont jamais séparés. Rien n'y a fait. Et ça m'a coûté tout ce qui jusque-là était ma vie". Début 2011, Florent Gonçalvès, directeur modèle de la prison de Versailles, était arrêté pour avoir entretenu une liaison avec l'une de ses détenues, et pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agissait de la jeune femme qui avait servi d'appât dans l'affaire du gang des barbares. Les médias se déchaînèrent, les colonnes des journaux s'emplirent d'accusations et d'insinuations: l'homme bénéficiait d'un système, la fille l'avait manipulé. Or tout était faux, chassé de l'administration pénitentiaire, lâché par sa famille, poursuivi en justice, Florent Gonçalvès avait tout perdu, y compris son honneur, pour la plus inexcusable et la plus belle des fautes: l'amour d'une femme. Aujourd'hui, Florent Gonçalvès a décidé de rétablir la réalité des faits en livrant dans ce témoignage, qui paraîtra au moment ou s'ouvrira son procès, sa part de vérité.


- Haine ta mère
de Salomé Fortini
Éditions Du Moment / Février 2012


Salomé n'a pas joué à la poupée comme les autres petites filles. Pour sa mère, belle adolescente de Madagascar, il faut à tout prix échapper à la misère des femmes de là-bas en séduisant un Vahaza, un Blanc. Mariée enfin à un homme qui n'est peut-être pas leur père, elle emmène Salomé et sa sœur en banlieue parisienne. Mais, déchirée par l'exil, elle élève ses enfants dans sa folie, les croyances vaudous et l'initiation brutale à la sexualité. L'une de ses filles ne trouvera d'autre issue à cette souffrance que le suicide. À seize ans, Salomé échappe à cette emprise terrifiante en signant un contrat chez Élite, une des plus grandes agences de mannequins. Elle fait alors le tour du monde et des boîtes de nuit et se lie d'amitié avec quantité de personnalités du show-biz. Mais elle rêve au grand Amour, cherchant un guerrier pour la libérer de ses maux et de sa mère. Elle rencontre Didier Morville (alias Joey Starr). Dans sa passion fusionnelle avec le rappeur, elle va trouver un appui mais aussi un tourment renouvelé. Ce livre qui dévoile une enfance torturée brosse aussi le portrait intime du chanteur de NTM, loin des provocations auxquelles il a habitué ses fans. Le témoignage parfois cru, constamment touchant, d'une jeune femme belle et énergique que rien n'a brisée. Salomé Fortini a 34 ans. Après une carrière de mannequin chez Élite, elle désapprend et se reconstruit.


- N'oublions pas les bons profs
de Nicolas Mascret
Éditions Anne Carrière / Février 2012


Un cours qui passe trop vite, une autorité respectée, un certain sens de l'humour, ou encore une passion communicative pour sa matière: autant de qualités que l'on peut évoquer en se remémorant les bons profs rencontrés au cours de notre scolarité. L'ambition de cet ouvrage est de mettre en valeur le travail quotidien de ces enseignants souvent oubliés dans les discours sur l'école, alors qu'ils influencent des générations d'élèves tout au long de leur carrière. Quelques personnalités ont également accepté d'évoquer les bons profs ayant jalonné leur parcours. Ainsi, Marcel Rufo affirme que certains de ses enseignants l'ont marqué pour la vie. Jean-Jacques Goldman insiste sur leur exigence et leur confiance, qui lui ont permis de se révéler à lui-même. Jack Lang se souvient avec émotion de ceux qui ont éveillé son désir de s'élever, de grandir, de découvrir. D'Axel Kahn à Claude Onesta, de Philippe Meirieu à Jean-Claude Gaudin, en passant par Hervé Mathoux ou Bruno Julliard, ils font revivre les figures mémorables de leur histoire scolaire. Dans la situation asphyxiante de l'école actuelle, s'intéresser aux bons profs et leur rendre hommage est un bol d'air plus que nécessaire.


- Nos enfants ne sont pas à vendre
Comment les protéger du marketing
de Joël Bakan
Éditions Les Arènes / Février 2012


La manipulation des enfants est devenue la règle du business. Il est temps de réagir. Nos enfants sont devenus la cible la plus lucrative du business: ces vingt dernières années, un système global s'est mis en place qui permet aujourd'hui aux entreprises de les exploiter sans que nous nous en rendions compte. Un décryptage sans concession. Comment le business transforme les enfants en mini-consommateurs obsessionnels, narcissiques, addicts des jeux vidéos, et en cobayes pour les laboratoires pharmaceutiques.


- 1962 l'année prodigieuse
de Bertrand le Gendre
Éditions Denöel / Janvier 2012


1962 a réinventé la France. Le 28 octobre est adopté par référendum le principe de l'élection du président de la République au suffrage universel direct, une révolution dont la campagne de 2012 est l'héritière. Cette année-là, bercés par "Salut les copains", les baby-boomers plébiscitent le premier 45 tours de Françoise Hardy, Tous les garçons et les filles. Leurs parents pleurent la mort de Marilyn Monroe et s'émerveillent du lancement du premier satellite de communication, Telstar. En 1962, la France tire un trait sur son passé colonial. L'Algérie, dernier fleuron de l'empire, accède à l'indépendance. Un nouvel horizon s'offre aux Français: l'Europe, perçue par eux comme une chance. De Gaulle est le grand ordonnateur de ce basculement. Il décide la réconciliation avec l'Allemagne, l'ennemi héréditaire. 1962 marque la naissance du "couple" franco-germanique, le moteur, pour l'avenir, de la construction européenne. Cette année-là, les Français ont le sentiment que le spectre de la guerre, qui hante encore leur mémoire, s'éloigne. Ils observent, soulagés, qu'en octobre, au pire moment de la crise de Cuba, les deux grands ont renoncé à appuyer sur le bouton nucléaire. L'air est plus léger. La France connaît alors une expansion économique miraculeuse, sans chômage ou presque. C'est ce moment charnière, décisif pour son avenir, que ce livre raconte. Sur le ton du reportage, il relate les événements heureux ou tragiques, futiles ou déterminants que les Français ont vécus voici cinquante ans. 1962 est une année prodigieuse, la plus glorieuse des "trente glorieuses".


- Cette femme qui dit être ma mère
de Judith Uyterlinde
Éditions Presses De La Cité / Janvier 2012


Quand l'histoire familiale se répète. Après de longues démarches médicales, Judith et son mari Frank décident d'adopter un enfant. La mère de Judith, qui souffre d'une tumeur au cerveau, comprend que le moment est venu de révéler à sa fille des éléments de son passé familial restés jusqu'alors secrets. La veille de son hospitalisation, elle confie à Judith une boîte contenant des lettres de sa propre mère qui datent de la Seconde Guerre Mondiale. Désireuse d'en savoir davantage, Judith interroge ses proches et découvre que les enfants des deux générations précédentes ont perdu très tôt leur mère et ont dû appeler une autre femme "maman". En adoptant un enfant, Judith, qui pensait briser la lignée, s'est au contraire inscrite dans une tradition dont elle ignorait absolument tout.


- Les éléphants
de Philippe Durant
Éditions Sonatine / Janvier 2012


Coup de tête, Le Sucre, Le Magnifique, Comment réussir dans la vie quand on est con et pleurnichard, Un éléphant ça trompe énormément, Les Aventures de Rabbi Jacob, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, Comme la lune, L'Emmerdeur, L'aventure c'est l'aventure, Le Grand Blond avec une chaussure noire, Adieu poulet, Buffet froid, Mais où est donc passée la 7e compagnie?… Les films populaires des années soixante-dix sont dans toutes les mémoires. Sur le modèle de La Bande à Gabin, Philippe Durant retrace la vie quotidienne des tournages, multiplie les anecdotes relatives à des personnages aussi hauts en couleur que Jean Yanne, Jean Rochefort, Pierre Brasseur, Pierre Richard, Bernard Blier, Jean Carmet ou encore Michel Audiard. Des frasques de Patrick Dewaere et Gérard Depardieu sur le plateau des Valseuses aux conséquences sur la production des Bronzés de l'absence d'algues sur les plages de Côte d'Ivoire, en passant par les conversations surréalistes de Lee Marvin et Jean Carmet sur le tournage de Canicule ou l'erreur magistrale d'un producteur qui négligea les tagliatelles aux fruits de mer de Lino Ventura, Philippe Durant multiplie les petites histoires plus réjouissantes les unes que les autres. Il nous convie ainsi à un voyage désopilant dans les cuisines et les coulisses du cinéma, souvent plus animées encore que la plupart des films de cette époque.


- Nous étions à bord du Titanic
Revivez le naufrage comme si vous y étiez
de Gérard Piouffre
Éditions First / Janvier 2012


Lorsque le RMS Titanic quitte le port irlandais de Queenstown (aujourd'hui Cobh) le jeudi 11 avril 1912, il emmène avec lui 2228 hommes, femmes et enfants de toutes conditions sociales. Le dimanche 14 avril 1912 à 23 h 40, il heurte un iceberg et coule deux heures et quarante minutes plus tard. 1523 personnes disparaissent dans la catastrophe. 705 d'entre elles se retrouveront, toutes barrières sociales effacées, dans de petits canots dérivant en plein Atlantique nord. À travers les destins d'une trentaine de personnes, passagers et membres d'équipage, la courte existence du Titanic est reconstituée de l'intérieur. En se basant sur leurs témoignages et sur celui de ceux qui les ont côtoyés, la parole a été donnée à quelques-uns des acteurs du drame pour mieux le comprendre et revivre les derniers moments du majestueux paquebot. Certains ont disparu avec le Titanic, d'autres ont survécu. Un ouvrage vivant et vibrant, qui fait revivre avec intensité et précision les derniers jours du Titanic.


- Contre le vide moral
de Tony Judt
Éditions Héloïse d'Ormesson / Novembre 2011


"J'espère avoir tracé quelques lignes directrices à l'intention de ceux, surtout des jeunes, qui essaient de formuler leurs objections à notre mode de vie. Mais cela ne suffit pas. En tant que citoyens d'une société libre, nous avons le devoir de jeter un œil critique sur notre monde. Et si nous pensons savoir ce qui ne va pas, encore faut-il agir en conséquence. Les philosophes, suivant un mot célèbre, se sont contentés d'interpréter le monde de diverses manières; il s'agit aujourd'hui de le changer". T. J.
Livre manifeste incontournable, Contre le vide moral fournit les outils indispensables à l'élaboration d'une nouvelle forme de gouvernance. Fervent défenseur de l'héritage de la social-démocratie, Tony Judt y clame la nécessité de repenser l'État et en prône un rôle accru, qui ne menacerait pas nos libertés. En déplorant l'absence de considérations éthiques dans le débat public, il incite les prochaines générations à retrouver le sens du politique. Un testament intellectuel fulgurant et optimiste.


- Conversations avec Martin Scorsese
de Richard Schickel
Éditions Sonatine / Novembre 2011


Depuis son arrivée sur la scène internationale avec Mean Streets puis Taxi Driver, Martin Scorsese n'a cessé de surprendre et d'enthousiasmer son public, construisant au fil du temps une œuvre majeure de l'histoire du cinéma. Sur le modèle du Hitchcock par Truffaut et des Conversations avec Billy Wilder de Cameron Crowe, il nous offre aujourd'hui le livre qu'on attendait depuis longtemps. Dans ces entretiens au long cours avec Richard Schickel, l'un des plus illustres critiques américains, illustrés de nombreuses photos inédites, le metteur en scène, connu pour son insatiable curiosité et sa connaissance encyclopédique et vivante du monde du cinéma, revient sur son parcours, depuis son enfance à Little Italy jusqu'à Shutter Island. Outre la genèse et le tournage de ses films, sur lesquels il nous confie bon nombre d'anecdotes inédites, Martin Scorsese nous laisse entrer dans son intimité, évoquant au fil des discussions ses passions multiples, l'évolution de la société américaine, dont il est l'un des portraitistes les plus lucides, ou encore son rapport à la spiritualité. Ce sont, pour finir, de véritables mémoires en forme de conversations que nous offre ce créateur protéiforme, doublés d'une vision originale du cinéma, de la culture et du monde d'aujourd'hui.


- Il y avait un monstre en moi
de Frédéric Matwies
Éditions Michalon / Novembre 2011


Pourquoi donner la parole à un mari violent? Quel crédit apporter à son témoignage? Et comment cet homme peut-il avoir l'indécence de raconter les dix années de sa vie au cours desquelles il a frappé, humilié la femme qu'il disait aimer? Frédéric Matwies s'est posé mille fois ces questions. Jusqu'au jour où Sabrina, celle qu'il a tant martyrisée, lui a donné son accord, mieux, son aide, pour qu'il témoigne de ce qu'ils appellent "leur cauchemar". Il revient sur les coups donnés, la honte, les promesses non tenues, "le monstre" qui était en lui et qui revenait sans cesse, le coup de trop qui l'enverra devant un tribunal, mais aussi son enfance, les services sociaux, puis sa rédemption par des thérapies. Il raconte enfin son autre combat, celui qu'il mène encore quotidiennement, pour "réparer Sabrina". Il est aujourd'hui "un autre" homme, "soigné". Et la justice, fait exceptionnel, lui en a donné la plus belle preuve: il y a sept ans, elle lui a accordé la garde de leurs deux filles, aujourd'hui âgées de 12 et 13 ans.


- Paris VS New York
de Vahram Muratyan
Éditions 10-18 / Novembre 2011


Un match visuel amical entre ces deux villes, c'est le regard croisé d'un amoureux de Paris sur un New York, rempli de détails, de clichés et de contradictions. Suivez le guide.


- Pour une poignée de cerises
de Edgar Marie et Edmond Vidal
Éditions Michel Lafon / Novembre 2011


Edmond Vidal a 17 ans lorsque sa destinée bascule, à la suite du vol d'un cageot de cerises. Véritable "blouson noir", le jeune homme n'est pas le dernier à se jeter dans une bagarre. Plusieurs fois arrêté mais jamais incarcéré, cette fois-ci, il n'y coupera pas: 63 jours de prison ferme. Pour Edmond, le coup est dur. "Momon", comme on le surnomme, découvre alors le monde carcéral et celui du grand banditisme. Il rencontre notamment Pierrot, condamné pour "braquo", qui deviendra son ami et lui mettra le pied à l'étrier. À sa sortie de prison, Edmond retrouve ses amis d'enfance, gitans comme lui, et quelques connaissances de taule. Ensemble, ils commettent de nombreux braquages, de plus en plus spectaculaires, ce qui leur vaut d'être appelés "le gang des Lyonnais", jusqu'au casse de la Poste de Strasbourg, en 1971. La police finit par les arrêter, et Momon écope de 10 ans de prison. Au-delà de son itinéraire de gangster, l'auteur revient sur le parcours d'un homme aujourd'hui grand-père, sur les amitiés, l'adrénaline, la grande vie de l'époque. Il dévoile également la solitude, l'enfermement, la difficile réinsertion dans notre société.


- American stories
Ils vont changer l'Amérique
de Louise Couvelaire
Éditions Nil / Octobre 2011


Ils ont entre vingt et quarante ans, ils sont la relève, le nouveau visage de l'Amérique. Ils sont entrepreneurs, militants, politiques, journalistes, financiers, militaires, ingénieurs, pasteurs ou encore comédiens. Ils viennent des quatre coins des États-Unis. Ils habitent la Californie, New York, le Texas, la Floride, le Michigan, l'Iowa, le Massachusetts, Washington DC ou encore le Connecticut. Ils ont entre 20 et 40 ans. Ils ont grandi avec les attentats du 11 septembre 2001, la tuerie du lycée de Columbine, deux guerres, l'inertie des pouvoirs publics après le passage de l'ouragan Katrina et George Bush Junior. Ils entrent dans le monde avec un krach boursier, une crise économique, des concurrents internationaux qui leur disputent le titre de leader mondial et Barack Obama. Pendant plusieurs mois, Louise Couvelaire est partie à la découverte de cette jeunesse américaine. Elle a sillonné les États-Unis, est allée à leur rencontre, elle a partagé leur quotidien, suivi leurs pas. Chaque histoire est singulière, aucune n'est anecdotique. Chacun d'entre eux incarne un mouvement plus vaste, un changement, une rupture avec le passé, un passé avec lequel ils veulent rompre, tout en préservant les valeurs qui, selon eux, ont fait la grandeur de leur pays. Raconter leurs vies, dresser leurs portraits, c'est plonger au cœur de cette Amérique qui tente de relever la tête. Une Amérique qui crée, qui innove et se cherche un nouvel avenir.


- Le père noël est une hypothèse
de Gaëlle de Malglaive
Éditions Michel Lafon / Octobre 2011


"J'ai percuté un mur et derrière, juste derrière ce tout petit mur, il y a la mort qui soustrait des vies, sans préavis, comme ça, en une seconde. On a un enfant et hop, on n'en a plus". Max a huit ans. Sous le regard de ses parents, il gravit les marches du festival de Cannes pour le film Versailles dans lequel il tient le premier rôle. Sa maman, Gaëlle, a une vision: de là où elle est placée, Max ne monte pas vers les portes du Palais, il grimpe vers le ciel. Pourtant, Max a côtoyé l'enfer. Leucémie à deux ans et demi, rechute à quatre avec greffe de la moelle osseuse, pneumocystose pulmonaire foudroyante à cinq. Puis la terreur absolue, indicible: vingt et un jours en réanimation, intubé, écartelé, à tenter d'échapper au baiser glacial de la mort. Alors, en bas de ces marches qui font rêver tant de gens, Gaëlle pleure, pas à cause des paillettes, mais parce que son fils est en vie. Aujourd'hui Max est en rémission. Il a enchaîné les films tandis qu'apparaissaient, un par un, les dommages collatéraux des traitements reçus. Un jour il a déclaré à un chauffeur de taxi: "Vous savez, monsieur, j'ai eu une leucémie et une otite. Eh ben, la leucémie, c'est pas grave, mais l'otite, qu'est-ce que ça fait mal".


- Avec le diable
de James Keene et Hillel Levin
Éditions Sonatine / Septembre 2011


1990: James Keene, fils d'une famille influente de Chicago, vient d'être jugé pour trafic de drogue et condamné à dix ans de prison. Désespéré, il reçoit dans sa cellule une visite inattendue, celle de l'assistant du procureur à l'origine de sa détention. Conquis par l'intelligence et l'habileté de James, celui-ci vient lui proposer un incroyable deal: sa peine sera annulée s'il aide le FBI à piéger un serial killer, Larry Hall. Suspecté d'une vingtaine d'assassinats, Hall a été inculpé pour un seul d'entre eux lors d'un procès qui risque d'être bientôt révisé en appel, faute d'éléments suffisants. Keene devra amener le tueur à se confesser, et réunir assez de preuves contre lui pour le faire tomber définitivement. Tâche ardue, qui ne peut être confiée à un agent du FBI du fait du flair légendaire de Hall. Après quelques hésitations, Keene accepte de relever le défi. Il est alors transféré à Springfield, dans l'unité psychiatrique de la prison de haute sécurité dévolue aux criminels les plus dangereux, où Hall est détenu. Seuls le directeur et le psychiatre en chef sont au courant de sa mission. Là, au milieu des psychopathes, il va devoir gagner la confiance du plus redoutable d'entre eux pour lui faire avouer où il a caché les corps de ses victimes. Cet incroyable scénario n'a rien d'une fiction. Avec un sens de l'intrigue et du suspense digne des plus grands romanciers, le journaliste Hillel Levin, en collaboration avec James Keene, nous livre un document incroyable, qui va ravir tous les amateurs de thrillers.


- Du premier cri au dernier souffle
de Martina Niernhaussen
Éditions L'Archipel / Septembre 2011


Adolescente, Martina Niernhaussen est victime d'un grave accident de voiture et fait une expérience de mort imminente qui va changer le cours de sa vie. Elle décide alors de devenir chanteuse lyrique, puis chef de chœur, chef d'orchestre, et enfin musicothérapeute. Elle explique les bienfaits de la thérapie musicale destinée à apaiser des souffrances physiques et psychologiques, qu'elle utilise dans les services médicaux: lymphologie, réadaptation orthopédique, infectiologie, troubles autistiques, mais aussi soins palliatifs. Comment se passe une séance chorale avec ses patients? Quelle musique choisir pour leur permettre d'évacuer l'angoisse, ou d'affronter la mort? Comment monter un concert de Noël ou une session de jazz dans une unité de soins palliatifs ou un service HIV? Au fil de son travail au quotidien, Martina tente d'instaurer un nouveau rapport à la musique et de montrer la richesse et la profondeur qu'elle est susceptible d'apporter à chacun dans sa vie quotidienne. Un hymne à la vie.


- La face cachée de Franck Ribéry
de Matthieu Suc et Gilles Verdez
Éditions Du Moment / Septembre 2011


En 2006, la France tombe sous le charme d'un footballeur brillant, généreux, un peu fou-fou. Une image à l'opposé des sportifs hautains et aseptisés. La France croit avoir trouvé le successeur de Zidane. En 2010, avec l'affaire Zahia et celle du bus de Knysna, elle découvre un autre visage du champion. Les révélations sur ses mauvaises fréquentations, ses coups fourrés, la vérité sur ses relations avec Gourcuff, les coulisses de son retour chez les Bleus, les témoignages exclusifs de personnes impliquées dans ses affaires de mœurs dévoilent la face cachée de Franck Ribéry, alias "Lascar Face".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
Elisabeth
Admin
avatar


MessageSujet: Les dernières parutions   Sam 2 Juil - 20:39

- Le canapé de Beria
de Claude Quétel
Éditions JC Lattès / Septembre 2011


Mémoires d'un chasseur d'objets. Savez-vous ce qu'il est advenu du téléphone rouge? Pas l'américain, non: le russe. Savez-vous qu'en 1994, seize fusées Katiouchas ont survolé Berlin, pour découvrir à leur atterrissage qu'elles n'étaient pas démilitarisées? Savez-vous de quoi fut le témoin le canapé de Beria, et ce qu'il nous raconterait aujourd'hui s'il pouvait parler? Les objets qui traversent l'histoire renferment de précieux symboles. Ils sont la mémoire vive de notre passé, et si on les interroge avec doigté et savoir-faire, ils peuvent nous révéler bien des secrets. C'est tout le talent de Claude Quétel, historien, nommé il y a quelques années chief historian du Mémorial de Caen. Après 1989, dans un univers muséographique jusque-là essentiellement tourné vers les deux guerres mondiales, il a bien fallu faire un peu de place à la Guerre froide. Claude Quétel a donc revêtu sa cape de Superman, ses bottes de sept lieues et le sourire de James Bond à la recherche de ces objets qui en disent long. C'est surtout, au-delà d'une aventure historique insolite, le destin d'un grand enfant lancé dans une prodigieuse chasse aux trésors.


- Le sortir de son monde
de Florentine Leconte
Éditions Michel Lafon / Septembre 2011


"Nous ne pouvons plus garder Jules à l'école, vous devez le placer en hôpital de jour. Là seulement on pourra le calmer". Et achever de le couper des autres et de la vie, à 7 ans? Florentine refuse. Son fils a des crises de violence, rejette tout le monde, mais a un Q.I. de 120, une mémoire et une créativité phénoménales. En plus, les psys se contredisent. L'un le juge tout à fait normal, mais très perturbé par le remariage de sa mère, en somme c'est sa faute; l'autre le trouve psychotique. Une amie dit un jour qu'il est juste "dans son monde". Aussitôt Florentine pense à l'autisme. Mais Jules ne reste pas recroquevillé dans son coin, selon l'image classique de cette affection. Il parle, il aime les mots. Seulement il n'a jamais souri et ses cris sont des cris de détresse. C'est de cette détresse que Florentine, avec le soutien inconditionnel d'Henri Leconte, a voulu le sauver, envers et contre tout. Contre la difficulté d'obtenir une explication, contre l'ironie ou la colère des médecins: non, l'autisme, ce n'est pas ça. Eh bien si, c'est ça, aussi. Une forme particulière de cet état dont la médecine est peu familière. Jules est soigné dans ce sens depuis plusieurs années. Et lui qui restait si indifférent aux rires comme aux larmes de sa mère lui a dit l'autre jour: "J'aime pas quand tu pleures, maman. Ça ne va pas?" La petite phrase de tous les espoirs.


- Le royaume enchanté
de James B. Stewart
Éditions Sonatine / Août 2011


Prenant pour fil rouge l'empire Disney, depuis toujours synonyme d'opacité, l'auteur nous invite à une véritable épopée shakespearienne en nous confiant les détails jusqu'ici inédits d'une partie d'échecs géniale, qui, entre 1984 et 2004, a opposé, à coups de millions de dollars, les grands noms de l'industrie du cinéma, de Barry Diller à Jeffrey Katzenberg, en passant par Steve Jobs, Michaël Ovitz ou les frères Weinstein. Personnage principal de cette histoire pleine de bruit et de fureur: Michaël Eisner, PDG de Disney, chef d'entreprise le mieux payé des États-Unis, mi-Machiavel, mi-roi Lear, qui, au fil des années, de luttes fratricides en trahisons diverses, de manipulations en machinations, a peu à peu érigé la paranoïa en véritable méthode de management. James B. Stewart a eu accès à toutes les archives inédites (mails, mémos, lettres...) de cette période; il a recueilli les confidences de ses principaux protagonistes. De l'affaire Euro Disney aux démêlés de Disney avec Pixar, on y croise la plupart des grands talents de ces deux dernières décennies, Tim Burton, Martin Scorsese, Johnny Depp, Michaël Moore, George Lucas, Steven Spielberg... D'anecdotes en révélations, il lève le voile sur un monde stupéfiant, plus haut en couleur encore que la plupart de ses productions et nous offre le plus explosif des scénarios: celui de l'industrie du spectacle d'aujourd'hui.


- Jury
de Macha Méril
Éditions Albin Michel / Juin 2011


"Un festival de cinéma au Maroc. Six femmes d'horizons totalement différents, enfermées pendant six jours dans le huis clos d'un jury. Une Égyptienne, une Marocaine, une Portugaise, une italienne, une Camerounaise et moi, la présidente du jury. Au fur et à mesure des projections, des différences se dessinent, de plus en plus violentes. Les opinions  divergent, les passions se déchaînent. Moi qui avais innocemment accepté de participer à ce festival afin de retrouver les lieux de mon enfance et passer quelques jours au soleil avec mon compagnon, me voici prise dans un tourbillon de conflits et de turbulences sentimentales. Cette semaine a marqué ma vie à jamais". Macha Méril


- Une prison sans murs
Comment j'ai vaincu mon agoraphobie
de Catherine Hamelle
Éditions Michalon / Juin 2011


"Catherine Hamelle a souffert d'agoraphobie avec trouble panique pendant trente ans, sans que quiconque dans son entourage ne devine son handicap. Les attaques de panique, qui survenaient chaque fois qu'elle devait accomplir des gestes simples du quotidien, comme prendre le métro, emprunter un ascenseur, faire ses courses, rester dans une file d'attente, ou même simplement sortir de chez elle, l'ont coupée du monde extérieur. Se sentant protégée par le contexte familial dans lequel elle a travaillé de longues années, Catherine a pu au moins se réaliser professionnellement. Mais personnellement, elle s'est repliée sur elle-même, et si elle est parvenue à affronter sa vie, elle n'a guère pu y participer. Véritable enfermement à l'intérieur de soi, l'agoraphobie constitue bien "une prison sans murs". Son itinéraire a été long et douloureux avant de pouvoir connaître et utiliser des approches thérapeutiques qui l'ont aidée à sortir de son enfermement. Ce livre témoigne sans complaisance du courage et de la détermination dont elle a fait preuve pour se libérer. Il s'adresse à tous ceux dont la vie est perturbée voire détruite par l'agoraphobie et qui ont perdu l'espoir d'en sortir un jour". Docteur Florence Morel Fatio, psychiatre


- Ce jour-là, j'ai décidé de ma vie
de Jean-Daniel Fallery
Éditions Robert Laffont / Mai 2011


Le témoignage inédit d'un très jeune homme s'engageant dans la Résistance durant la Seconde Guerre Mondiale. Au-delà d'un document historique saisissant, la voix d'un homme remarquable. C'est à peine âgé de 16 ans que Jean-Daniel Fallery va se lancer dans une folle aventure. Voulant servir sa patrie contre l'oppresseur mais peu conscient des dangers qu'il va encourir, le jeune homme intègre secrètement le réseau "Comète", un cercle de résistants très actif à Paris. Devenant expert dans l'art de voler et de fabriquer des faux papiers, Jean-Daniel Fallery doit cesser brutalement son activité lorsque la Gestapo démantèle le réseau auquel il appartient. Fuyant la France, il part se réfugier en Espagne. Malheureusement, il y est arrêté par la milice de Franco et emprisonné au camp de Miranda. Libéré grâce à l'intervention d'un haut commandant de la Résistance, Jean-Daniel Fallery rejoint le Maroc ou il est formé militairement par les Américains. Malgré son jeune âge, il n'a pas encore 18 ans, on lui confie au mois d'août 1944 le commandement d'une dangereuse mission de sabotage baptisée "Opération Virus", qui favorisera le débarquement des Alliés en Provence.


- La p'tite coquelicot
de Annabelle Mouloudji
Éditions Calmann Lévy / Mai 2011


J'aimais regarder mon père chanter car, dans ces moments-là, il avait l'air heureux. Son visage s'illuminait, animé par ce besoin de plaire et d'être aimé. Sur scène, papa prenait du plaisir, et ce plaisir inépuisable enchantait mon être tout entier. Le dialogue entre nous était entrecoupé de longs silences qui venaient témoigner de nos peurs, de notre difficulté à nous raconter. Comme deux naufragés perdus en pleine mer, nous nous accrochions aux bouées de nos sourires timides.


- Une maison qui brûle ?
Enquête sur 240 000 pompiers français
de José d' Arrigo
Éditions Denöel / Mai 2011


La cote d'amour des "soldats du feu" est aujourd'hui au zénith. Héros du quotidien, les pompiers civils et militaires paient un lourd tribut à leur profession: plus de 70 morts depuis 2002, entre incendies et accidents de la route. Pourtant, si légitime qu'elle soit, cette popularité masque des problèmes grandissants: dérives financières, explosion des coûts, confusion des tâches avec celles du Samu social. Dans une enquête qui s'appuie sur plusieurs rapports officiels et sur de nombreux témoignages, José d'Arrigo met en cause le fonctionnement et la hiérarchie de cette grande machine en laquelle les Français, en une période de fréquentes catastrophes, ont plus que jamais confiance. Loin d'être un livre à charge, revenant sur de nombreux épisodes dramatiques, tel l'incendie du Var qui en 2003 fit plusieurs victimes, l'enquête de José d'Arrigo rend justice à cette profession exposée mais s'interroge sur la crise d'un métier et la dérive d'un système.


- Baron rouge et cigogne blanche
de Patrick de Gmeline
Éditions Presses De La Cité / Avril 2011


De leur naissance et leur jeunesse, de leur passion naissante des airs à leurs victoires respectives à bord de leurs avions mythiques, le triplan rouge et la blanche cigogne, Patrick de Gmeline retrace en seize chapitres deux destins extraordinaires presque parallèles, ceux de Von Richthofen et de René Fonck, à la lumière de leur engagement militaire et de leur parcours privé, et analyse tout ce qu'ils ont légué à l'Histoire. Le Baron rouge, la Cigogne blanche. Les deux plus grands As, les As des As, de l'aviation de la Première Guerre Mondiale. L'Allemand, le Français. L'aristocrate prussien, le fils d'un ouvrier forestier. Richthofen tué au combat en 1918, Fonck disparu en 1953. Le Baron rouge encore célèbre dans le monde entier, films, livres, mémoriaux, cérémonies. René Fonck presque totalement oublié. Tous les oppose, tous les rapproche. Ce livre les fait revivre au quotidien. Avec leur personnalité, leurs idées, leurs stratégies, leurs combats, leur environnement humain, familial et guerrier, leur vie quotidienne, privée et publique. Pour Manfred Von Richthofen, cette double biographie est une nouvelle approche car parallèle à celle de son alter ego français. Pour René Fonck, c'est la réparation d'une injustice, celle de l'ombre et de l'oubli.


- Inestimable
de Robert K. Wittman et John Shiffman
Éditions Sonatine / Avril 2011


Une légende vivante, selon le Wall Street Journal, Robert K. Wittman est le fondateur de la division du FBI en charge de la délinquance dans le monde de l'art. Avec ce livre, best-seller dès sa parution aux États-Unis, il lève le rideau pour la première fois sur un milieu où les secrets sont bien gardés. De Miami à Rio, en passant par Copenhague, Madrid ou Paris, Robert K. Wittman a collaboré avec les gouvernements du monde entier pour infiltrer les trafiquants et dévoiler les marchés parallèles et souterrains où s'échangent des Monet, des Rodin, des Picasso volés. Il nous fait ainsi entrer au cœur même d'un univers insoupçonné, où se côtoient réseaux organisés et voleurs à la tire, diplomates de haut rang et experts internationaux, mafias et collectionneurs. Parmi les nombreux dossiers évoqués ici, Robert K. Wittman revient en particulier sur ce qui est considéré comme l'un des plus grands cambriolages du siècle, le vol d'une douzaine de toiles de maître au musée Gardner de Boston. Il raconte comment, se faisant passer pour un riche collectionneur d'art intéressé par deux des tableaux volés, un Rembrandt et un Vermeer, il est entré en contact avec deux intermédiaires français qui l'ont mené sur la piste de la mafia corse. Une aventure ahurissante à laquelle est notamment lié le vol de quatre toiles de maître au musée des Beaux-Arts de Nice en 2008. Après vingt ans passés au FBI, Robert K. Wittman est aujourd'hui spécialiste indépendant en matière de sécurité des œuvres d'art. John Shiffman est reporter au Philadelphia Inquirer. Les droits d'adaptation cinématographique d'Inestimable ont été achetés par Graham King, producteur attitré de Martin Scorsese.


- Magnéto
de Françoise Hamel
Éditions Presses De La Cité / Avril 2011


Les années 80 racontées à travers le récit drolatique d'une jeune Candide normande travaillant dans une grande radio à Paris. Candide et curieuse de tout, elle est arrivée de son Cherbourg natal. Elle se voyait écrivain mais, à trente ans déjà, elle veut être quelque part, travailler. La voilà embauchée dans une radio populaire, et rapidement sollicitée par le Tout-Paris des années 80 qui rêve d'être invité à son émission. C'est ainsi qu'un intellectuel connu pour son art de la provocation, le célèbre Jean-Edern Hallier, la harcèle et la place bien malgré elle au cœur de la fameuse affaire des Écoutes de l'Élysée. Notre héroïne naïve mais sans complexe, qui se nomme Cotentin, subira alors ennuis et filatures sans jamais se douter de quoi que ce soit. Pour elle, la vie est un roman. Dans une langue truculente, entre cocasse et burlesque, Françoise Hamel raconte aussi le quotidien presque ordinaire d'une femme des années 80. Une histoire parfois délirante, entre réalité et fantasmes.


- Deux petits pas sur le sable mouillé
de Anne-Dauphine Julliand
Éditions Les Arènes / Mars 2011


Une femme, un homme, deux enfants. Un bonheur ordinaire. Brusquement, une maladie orpheline se déclare. Thaïs, 2 ans, est condamnée. Alors? Il y a encore de l'amour à donner et à recevoir. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut plus ajouter de jours à la vie.


- Je n'ai pas de rôle pour vous
de Bruno de Stabenrath
Éditions Robert Laffont / Mars 2011


Il était une fois, un petit garçon inconnu qui rencontre un metteur en scène célèbre. Ce metteur en scène s'appelle François Truffaut, et ils vont tourner ensemble "L'Argent de poche". La promesse d'une belle histoire, d'une initiation rêvée au cinéma et à l'amour. Quand on est le septième et petit dernier d'une famille versaillaise monochrome, que votre corps vous semble une coquille vide et votre petite taille une punition divine, on rêve de grandeur et d'aventures. Bruno, une mauvaise herbe de quatorze ans, voudrait s'enfuir en mobylette biplace à Hollywood, sur les traces de James Dean, son idole, pour conquérir le cœur des filles et découvrir le monde en technicolor. Des rêves qui lui semblent inaccessibles. Un jour pourtant, son destin bascule, il pousse par hasard la porte d'un cours d'art dramatique et se livre en secret à sa nouvelle vocation. Quelques mois plus tard, il passe sans y croire une audition, un homme qu'il ne connaît pas lui donne aussitôt un rôle dans son prochain film, "L'Argent de poche". Il ne sait pas encore qu'il vient d'être engagé par l'un des plus grands cinéastes de son temps. Et que celui-ci va changer sa vie. Mais l'apprentissage de la gloire, de l'amour et de la séduction est un chemin difficile, et si Bruno tente de marcher sur les pas de Truffaut, l'homme irrésistible qu'il voudrait devenir, il comprend vite que les baisers de cinéma sont toujours des baisers volés, et que le septième art est une aventure aussi captivante qu'une femme insaisissable, surtout quand elle s'appelle Éva, et qu'elle est la propre fille du grand metteur en scène.


- Les destins extraordinaires de Timothée Trimm et de son Petit Journal
de Pierre-Robert Leclercq
Éditions Anne Carrière / Mars 2011


George Sand, Victor Hugo, Mistral s'honorent d'être cités par lui; il est le premier à publier des poèmes de Baudelaire; sa signature dans un journal apporte à ce dernier des dizaines de milliers de lecteurs, et des rédactions lui offrent mille fois le salaire quotidien d'un ouvrier; du champagne à la margarine, des firmes se réclament de son nom, qui est aussi donné à une danse; dès qu'il paraît sur le boulevard, on l'acclame. Et ce personnage, assez important pour que les frères Goncourt reconnaissent qu'il est "l'homme le plus lu" de son temps, est tombé dans l'oubli. Né en 1815 dans une famille d'officiers d'Empire, destiné à une carrière militaire qu'il abandonne par refus d'une injustice, il devient détective au service de Vidocq et rédacteur dans divers journaux, jusqu'à être de la création du Petit Journal, un quotidien où, sous le pseudonyme de Timothée Trimm, il crée un journalisme populaire d'un incroyable succès. Voici, enfin racontée, la vie de celui qui fut certainement le journaliste le plus aimé de l'histoire de la presse française.


- Tox
Comment je suis mort et ressuscité
de Marc Rioufol
Éditions Robert Laffont / Mars 2011


"L'addiction est une maladie spirituelle". Telle est la conclusion qu'a tirée le comédien Marc Rioufol de ses dix-neuf années de voyage dans la toxicomanie. Presque deux fois l'odyssée d'Ulysse, note-il. Enfant hypersensible né au sein d'une famille dysfonctionnelle de la bourgeoisie de province, le jeune Marc fait une rencontre décisive en la personne de Jacques de Bascher, ami avec Karl Lagerfeld. À ses côtés, il sera bientôt introduit parmi la fine fleur du gotha parisien, entre Le Sept et Les Bains Douches, ou défile tout l'underground des années 1980, en même temps que les substances les plus convoitées. Blanche ou rose, la cocaïne est toujours pure; ses effets décomplexent l'adolescent, entré comme par effraction dans les milieux de la mode ou de la nuit. Puis c'est l'escalade: déjà alcoolique, il se laisse aller à la consommation d'héroïne et de crack. Devenu junkie, il entre dans la spirale infernale du manque; chaque dose entretient l'obsession qu'il ne parvient jamais à tenir à distance. Dix-sept cures, sept psys et un coma plus tard, un centre de traitement pilote lui permet miraculeusement de décrocher. Marc a désormais trente-deux ans, pas de situation, pas de repère ni de goût particulier. Il s'agit de naître à nouveau. Mais le singe, ce démon de la tentation, est toujours là "à frapper à la fenêtre". Comment l'éloigner durablement?  Comment construire sa vie loin de toute addiction quand même un médicament peut provoquer la rechute? Marc Rioufol parle de son expérience au sein des fraternités anonymes, ces associations composées de dépendants en résilience qui, régulièrement, se réunissent pour rester abstinents. En marge de ce réseau d'entraide, il entreprend une quête spirituelle sur mesure entre bouddhisme, Kabbale, gnose et catholicisme. Il ira jusqu'au Pérou pour expérimenter des techniques chamaniques susceptibles de l'aider à se délivrer du mal. Plus qu'un livre sur l'addiction, Marc Rioufol nous offre un récit d'apprentissage ou un jeune homme, qui s'est rêvé une vie de luxe et de volupté décadente, découvre sur le tard les vertus de la parole et de l'authenticité. Ce qui, avouons-le, n'est pas le parcours ordinaire d'un acteur de cinéma.



- Lettres à mes filles
de Fawzia Koofi
Éditions Michel Lafon / Février 2011


Son père avait sept épouses; sa mère, qui ne voulait plus de fille, l'a rejetée et abandonnée dès sa naissance sous le soleil cuisant pour la laisser mourir. La volonté de fer de Fawzia s'est révélée durant ces premières heures. Malgré de nombreuses brûlures, elle a survécu et est devenue à cet instant l'enfant préféré de sa mère. La politique coule dans le sang des Koofi. Membre du Parlement pendant 25 ans, le père de Fawzia était un homme de pouvoir incorruptible et attaché aux traditions du pays. Lors de son assassinat par des moudjahidines, la mère analphabète décide d'envoyer sa fille de 10 ans à l'école, faisant d'elle la seule femme de la famille à recevoir une éducation. Tandis que la guerre civile fait rage, Fawzia excelle à l'école et devient chef de clinique. Elle épouse aussi un homme qu'elle aime et qui lui donne deux filles, qu'elle chérit. Mais l'arrivée des talibans sonne le glas de toutes les libertés et son époux meurt après avoir été torturé. Recluse sous sa burka, Fawzia Koofi s'éveille alors à la politique. En 2005, elle accède enfin aux responsabilités. Pour la première fois, la future candidate à l'élection présidentielle afghane raconte son incroyable histoire.


- Un long silence
de Mikal Gilmore
Éditions Sonatine / Février 2011


Gary Gilmore est l'un des condamnés à mort les plus célèbres des États-Unis. Accusé de meurtre en juillet 1976, il réclama lui-même la peine de mort plutôt qu'une condamnation à perpétuité. Le 17 janvier 1977 au matin, il est exécuté. Deux ans plus tard, Norman Mailer lui consacre un des chefs-d'œuvre de la littérature américaine, Le Chant du bourreau. Pendant des années, le frère cadet de Gary, Mikal Gilmore, rédacteur en chef du Rolling Stone Magazine, a essayé d'oublier cette histoire tragique. En vain. Avant qu'elle ne dévaste complètement son existence, comme elle a dévasté les siens, il a décidé de prendre la plume afin d'essayer de mieux comprendre son héritage, de dénouer les liens du sang et d'échapper à la malédiction familiale. Poussé par l'urgence et un instinct de survie impérieux, il s'est ainsi lancé dans une véritable enquête, à la fois affective, douloureuse et sans concessions, sur sa propre famille et ses origines. Un sombre voyage, au terme duquel il a découvert un terrible secret. Avec une force d'émotion rare, il nous donne à lire un document passionnant, à la fois cru, intime et bouleversant, sur les traumatismes et la résilience, qui n'est pas sans évoquer De sang-froid de Truman Capote dans sa description de l'enfer américain. Un document humain qui en aucun cas ne laissera le lecteur intact.


- Le coupe-ongles
Le jour où ils l'ont confisqué à mon fils, j'ai compris que c'était grave
de Stéphane Alexandre
Éditions Les Arènes / Janvier 2011


Ce livre est une formidable déclaration d'amour d'un père à son fils. Un père qui n'est pas un héros, un père lucide, un père aussi fondamentalement faillible qu'humain. Une maladie qu'on ne voit pas venir: La schizophrénie survient le plus souvent en fin d'adolescence, entre 15 et 25 ans. Il y a dans cette psychose des signes avant-coureurs que Stéphane Alexandre n'a pas repérés: la négligence physique, l'appauvrissement du langage, le manque de motivation, le repli social. Tout cela, il l'a attribué à la crise d'adolescence. Dans ce livre, il revient sur ces années d'incompréhension. Pour mieux comprendre, pour exorciser la culpabilité, pour aider d'autres parents à y voir plus clair, plus tôt. Une plongée dans l'univers étrange de l'hôpital psychiatrique: Un Français sur cent est atteint de cette maladie incurable. Pendant des mois, Stéphane Alexandre prend le TGV tous les week-ends pour rendre visite à son fils dans un grand hôpital psychiatrique lyonnais. Il décrit une véritable saga, avec des rebondissements, des mystères, des bons et des méchants. Un regard sur une maladie qui fait peur: Dans les médias, la schizophrénie est associée, à tort, à des crimes violents (le meurtre des deux infirmières de Pau). Il est temps que la société, l'école, la médecine ouvrent les yeux sur l'exclusion, l'incompréhension, le silence que 800 000 citoyens endurent. L'écriture, violente et dure, taille à vif dans le réel et touche au plus profond de nous: Stéphane Alexandre, par son métier de journaliste et d'écrivain, nous fait vivre son expérience avec beaucoup d'intensité, sans mièvrerie.


- Ali, le combat
de Abbas
Éditions Sonatine / Novembre 2010


Le 30 octobre 1974, Kinshasa. Mohamed Ali, affronte George Foreman pour le titre de champion du monde poids lourd. Ce "combat du siècle", immortalisé par Norman Mailer, est bien plus qu'un simple match de boxe. Aboutissement et consécration de la légende Mohamed Ali, qui atteint avec cette victoire inattendue le sommet tactique, sportif et médiatique de sa carrière, ce combat historique est devenu au fil du temps le symbole d'un moment charnière des années 1970. Abbas, immense photographe et figure emblématique de l'agence Magnum, promène depuis près de 40 ans un œil acéré, engagé et poétique, sur les sociétés en conflit et les enjeux religieux partout dans le monde. De la rencontre de l'artiste avec ce moment mythique est née une série photographique exceptionnelle et encore inédite à ce jour. À travers près de 80 clichés, l'œil du grand reporter a su saisir toute l'ampleur de la rencontre entre les deux champions. La figure terriblement charismatique d'Ali, le choc culturel entre le monde occidental et l'Afrique, l'effervescence incroyable qui accompagne l'organisation du combat: chacune de ces photos est empreinte d'une force et d'une tension extraordinaire. À travers cet ouvrage magnifique, Abbas, nous offre un voyage exceptionnel au cœur d'un des évènements sportifs les plus importants du XXe siècle.


- Fortune et calcul
de Hans Magnus-Enzensberger
Éditions Jacqueline Chambon / Novembre 2010


L'homme a toujours tenté de parer de diverses manières aux vicissitudes imprévisibles de l'existence. Mais les Modernes n'ont pas souhaité se contenter des vieilles recettes des shamans et des magiciens. Le calcul scientifique a chassé la superstition et l'irrationalité, et on ne parle plus du destin, mais du hasard. Les mathématiques ont été chargées de faire venir à nous sécurité, fortune et bonheur par le biais de modèles censés être d'un grand secours à la fois pour les jeux de hasard et les prédictions plus lourdes d'enjeux. Leur utilisation ne va pas toujours sans déconvenues. Hans Magnus-Enzensberger, à sa manière rigoureuse et ludique, nous offre une brève histoire de ces théories qui se mettent au service de domaines aussi divers que la prévision météorologique, l'assurance ou la spéculation boursière. En ces matières, comme pour les voyages aventureux, ou les chances de trouver un partenaire, notre bonne fortune reste chose précaire. Et là où le symbole "infini" entre en fin de compte en jeu, se réveillent les sautes d'humeur métaphysiques des mathématiques.


- Frapper n'est pas aimer
Enquête sur les violences conjugales en France
de Natacha Henry
Éditions Denöel / Novembre 2010


Chaque année, des milliers de femmes fuient leur domicile en pleine nuit, courent en larmes chez une amie, sont sauvées in extremis par les voisins ou atterrissent aux urgences, victimes de coups, de brûlures, de viol conjugal. Pour quitter un homme violent, il faut du courage. Du courage, mais aussi des volontaires prêts à tendre la main. Qui ne pensent pas que "si elle reste, c'est qu'elle aime ça". Car, dans tous les milieux, si elle reste, c'est qu'elle ne sait ni comment partir ni où aller. Surtout si elle a des enfants. Partir c'est échapper aux coups et se libérer des reproches incessants, des mots qui blessent, d'une emprise psychologique qui enferme dans une cage parfois dorée. Pendant plusieurs mois, Natacha Henry s'est immergée dans un foyer d'accueil pour femmes battues. Frapper n'est pas aimer fait ainsi entendre Fatou, Djamila, Christine et les autres, avec leurs soucis, leurs peurs et leurs éclats de rire. Bien loin d'une descente dans un quotidien misérabiliste, ce livre donne de l'espoir. Il nous fait rencontrer des policiers formés à l'écoute des victimes, des assistantes sociales qui conseillent les plus vulnérables, des médecins qui refusent de croire au "je me suis cognée contre la porte" et des magistrats qui ne sont pas dupes devant la comédie des agresseurs. Partant du constat que le silence encourage les violences, Natacha Henry a choisi de donner la parole aux acteurs et aux actrices de terrain. Pour que les victimes sachent qu'elles ne sont pas seules.


- Mon étoile filante
de Sabrina Durel et Alain Froissart
Éditions Michel Lafon / Novembre 2010


Sabrina Durel a déjà deux enfants lorsqu'elle donne la vie à Mégane. Dernière de la tribu, celle-ci est choyée et au centre de toutes les attentions. Mais elle semble avoir des difficultés à se développer normalement. Après plusieurs tests et l'acharnement de sa mère à savoir ce qui ne va pas, le diagnostic tombe: Mégane est atteinte de progéria, une maladie génétique responsable d'un vieillissement accéléré qui conduit à une mort précoce. Sabrina va se battre pour sa fille en bousculant les hôpitaux et les médecins, traverser l'Atlantique pour se rendre au centre mondial d'étude de ce mal que personne ne voulait reconnaître, chercher un espoir de guérison et accompagner Mégane dans un environnement qui exclut les êtres différents. Mais la vie de Mégane et de Sabrina ne se résume pas à un combat. C'est surtout celle d'un quotidien certes pas facile, mais empli de joie et de bonheur, poussés à l'extrême face à la mort imminente et à l'envie débordante de vivre.


- Chroniques américaines, chroniques européennes
de Pauline Kael
Éditions Sonatine / Octobre 2010


Pour la première fois en français, les textes de la plus célèbre critique américaine. Un volume consacré au cinéma américain, un autre au cinéma européen. Pauline Kael (1919-2001) est certainement la critique de cinéma la plus célèbre et la plus controversée des États-Unis. Pendant près de quatre décennies, principalement dans les pages du New Yorker, elle a fait, et défait, les réputations de bon nombre de metteurs en scène et acteurs. Elle fut en particulier l'un des principaux artisans à la fin des années soixante de la promotion d'un certain cinéma européen (celui de Jean-Luc Godard, de Bernardo Bertolucci…) puis de l'émergence des cinéastes du Nouvel Hollywood (de Francis Ford Coppola à Robert Altman en passant par Martin Scorsese). Ses critiques virulentes du système des studios, de ses travers mercantiles, et ses descentes en flammes de certains réalisateurs (comme Stanley Kubrick, Clint Eastwood ou encore Federico Fellini) sont restées célèbres dans le monde entier. Depuis Bonnie and Clyde jusqu'à Raging Bull, en passant par Le Parrain, Orange mécanique, Le Dernier Tango à Paris, La Maman et la Putain ou encore Nashville, les articles réunis dans ces deux volumes dépassent largement la simple critique de films pour illuminer toute une époque qui, de la fin des années soixante au début des années quatre-vingt, aura vu la société et le cinéma se transformer en profondeur. D'une plume jamais tiède, Pauline Kael porte aux nues, dénonce, égratigne, assassine, se passionne, toujours avec une insolence réjouissante, un enthousiasme communicatif et, plus que tout, un amour inconditionnel du cinéma.


- La jeune fille et Gainsbourg
de Constance Meyer
Éditions L'Archipel / Octobre 2010


À Paris, à l'automne 1985, une lycéenne de 16 ans dépose, d'un coup de mobylette, une longue lettre sous la porte de Serge Gainsbourg, 5 bis rue de Verneuil. Quelques heures plus tard, celui-ci l'appelle et l'invite à dîner. C'est le début d'une liaison qui durera jusqu'à la mort de Gainsbourg, en mars 1991. Serge et Constance se voient régulièrement, chez l'artiste ou ailleurs. Restaurant, séance de travail, boîte de nuit, émission TV, virée au commissariat voisin, palace parisien, nuits blanches, ils partagent nombre d'excentricités. "Constant dans l'inconstance/Tu ne sais pas où tu vas", écrit Serge dans Sois plus doux avec moi, en forme de clin d'œil. Constance Meyer n'avait jamais fait état publiquement de cette relation. 25 ans plus tard, elle nous livre ce récit personnel, tendre et poétique. Ses mots, pour quitter le silence du secret, servent de thérapie à la jeune fille devenue femme.


- Chère école de notre enfance
de Claude Duneton
Éditions Presses De La Cité / Août 2010


En 180 pages défilent tous les souvenirs de l'école et de l'enfance, de 1875 à 1960. Les grands thèmes de l'école, la rentrée des classes, la cantine, la cour de récré, le maître et la maîtresse, les copains, racontés par de grands écrivains français contemporains dont de Jean Anglade, de Henriette Bernier, Yves Jacob, Jean Siccardi, mais aussi à travers de célèbres plumes, parmi lesquelles Gustave Flaubert, Jules Renard, Jules Vallès. Des photos, des gravures jalonnent cet album à la fois nostalgique et joyeux qui évoquera à chacun les moments forts, inoubliables des années passées sur les bancs de l'école.


- Les sentiments
de Agnès Michaux
Éditions Flammarion / Août 2010


Septembre 1960, Let's Make Love, le dernier film de George Cukor, plus pudiquement rebaptisé Le Milliardaire pour le marché français, sort sur les écrans américains. Marilyn Monroe et Yves Montand y tiennent la vedette. Mais plus que le film lui-même, ce qui tient le public en haleine, c'est l'histoire d'amour entre les deux acteurs. Derrière les murs du plus glamour des hôtels de Los Angeles, le Beverly Hills Hotel, les sentiments naissent et s'affrontent. Dehors, les journaux se chargent d'inventer la légende. Mais, pour ses quatre protagonistes, plus rien ne sera jamais comme avant. Marilyn Monroe, amoureuse, aura tout tenté. En vain. Montand ne quittera pas Signoret. Sur le tournage des Misfits, la blonde la plus célèbre du monde vit le point final de la lente désintégration de son mariage avec Arthur Miller. Quant à Simone, quelque chose en elle semble irrémédiablement ébranlé.


- Mémoires d'une catin
de Francesca Petrizzo
Éditions Michel Lafon / Mai 2010


"La catin. C'est ainsi qu'ils m'appellent. La catin. Ils murmurent ce mot derrière mon dos, mais je les entends. Ils disent aussi que j'étais la plus belle femme du monde, inventent des légendes et racontent des poèmes sur ma vie. Ce ne sont que des légendes. Car ils n'y étaient pas. Moi, j'y étais". Et si la belle Hélène racontait elle-même son histoire. Hélène de Troie, ou l'archétype de toutes les femmes, qui depuis des millénaires, ont choisi de suivre les élans de leur cœur plutôt que les exigences de la raison d'État. Prisonnière de sa propre beauté, et des ambitions politiques de son père, Hélène tente pourtant d'assouvir sa soif d'amour. Mais le Destin en décide autrement, et décrète qu'on la considérera à jamais telle une femme infidèle et traîtresse.


- Mes amis, mes artistes, mes emmerdes
de Mick Lanaro
Éditions Du Moment / Mai 2010


Producteur des plus grandes stars de la chanson française, Mick Lanaro nous embarque sur les routes des tournées, les coulisses des concerts ou encore dans l'intimité des studios. Depuis plus de vingt ans, il accompagne les artistes les plus célèbres, de Barbara, Léo Férré et Jacques Brel à Patrick Bruel, Bernard Lavilliers en passant par Johnny Hallyday ou encore Claude Nougaro. Un parcours agité, semé d'embûches, guidée par sa passion pour la musique et les artistes. Ponctué d'anecdotes, son récit sans langue de bois dévoile également les difficultés insoupçonnées du métier de producteur de disque.


- Chroniques du purgatoire
de Catherine Paris
Éditions Calmann Lévy / Avril 2010


Ce livre aurait pu s'intituler Mon dieu comment suis-je tombée si bas?, La cigale et la fourmi ou Les Illusions perdues. En nous contant l'histoire de sa glissade par temps de crise, Catherine Paris nous embarque au fil tragi-comique de son parcours de petite fille de français moyens, née entre la "génération Doisneau" et celle de l'Internet 2.0. Pigiste permanente, Catherine Paris a traversé un nombre étonnant de rédactions et entreprises emblématiques pour vendre du désir, de la santé, de l'espoir ou du vent, puis partagé les aventures des combattants du retour à l'emploi, au sein de la jungle de l'insertion et de ce cancer du travail qu'est le stage pour tous. Mère sur le tard, elle découvre grâce à sa fille et les institutions auxquelles elle la confie, la crèche, l'école, ses personnels et parents, la véritable identité nationale. Et la solidarité des gueux de la République. Catherine Paris pose la question de notre devenir d'insectes sociaux, à travers des monologues, citations et interviews dont chaque strophe ouvre un minuscule abîme de réflexion, le tout avec un humour féroce et sans la moindre amertume.


- Histoires incroyables d'un anesthésiste-réanimateur
de Jean-Jacques Charbonier
Éditions Cherche Midi / Avril 2010


De toute évidence, le rire efface les peines et les douleurs. Certes, mais peut-on se permettre de rirede nos propres faiblesses face à la maladie et à la mort? Ce livre relève ce très improbable défi. Les confidences sur son quotidien, les coulisses des blocs opératoires, des réanimations ou des services d'urgence, un univers jusqu'à ce jour jamais dévoilé où l'humour est malgré tout omniprésent. Des erreurs médicales les plus cocasses aux malades les plus comiques en passant par des histoires d'opérés les plus incroyables, toutes les anecdotes rapportées ici sont pourtant bien réelles. Nous découvrons des personnalités attachantes et d'émouvants moments où la vie ne tient plus qu'à un fil. Plus sérieusement, mais toujours d'une plume allègre, sont évoqués sans détour ni langue de bois les problèmes posés par les soins palliatifs, l'euthanasie, les dons d'organes, la chirurgie esthétique, les campagnes de vaccinations massives. Mais, au final, avec Jean-Jacques Charbonier le rire, donc la vie, reprend le dessus pour le plus grand bonheur du lecteur.


- Les violons sur le moi
Pourquoi la célébrité nous fascine
de Catherine David
Éditions Denöel / Avril 2010


Qui n'a jamais rêvé d'être célèbre? Drogue toute-puissante, la célébrité nous replonge dans les angoisses et les sortilèges de la petite enfance. Elle nous fait revivre indéfiniment ces quelques mois pendant lesquels le nourrisson ne rencontre que des visages souriants et disposés à combler ses besoins. De Michaël Jackson à Michel Drucker, en passant par Susan Boyle ou Rama Yade, Catherine David s'interroge sur cette double nature des célébrités, à la fois profane et sacrée, constituée de chair et d'os mais aussi de pixels et de décibels. Elle décrit ce monde parallèle où leur légitimité n'est jamais contestée, où leurs caprices sont satisfaits, où leurs humeurs sont sacrées. Est-ce un désir surhumain ou une énorme névrose qui les a conduits là-haut? Faut-il les envier ou les plaindre? Les admirer ou les mépriser? Y a-t-il encore une place aujourd'hui pour une notoriété juste et méritée? Et surtout, comment vivre sans vouloir être célèbre?


- Au nom de mes fils
de Catherine Martin
Éditions Calmann Lévy / Mars 2010


Sans relâche, pendant onze ans, elle les a cherchés. Sans jamais baisser les bras, jour après jour, elle a remué ciel et terre. Elle a sillonné la France entière, frappant à toutes les portes, traquant le moindre signe de leur existence, tour à tout suppliante, déterminée, désespérée, invaincue. Catherine Martin a retrouvé ses deux fils. Shahi'yena et Okwari Fortin, onze ans après leur enlèvement par leur père, le 29 décembre 1997. Mère courage qui pensait son calvaire terminé, elle a dû se rendre à l'évidence. Ses fils se sont éloignés d'elle. On lui a volé ses enfants. Aujourd'hui, on lui rend des adolescents, presque des hommes. Chaque jour, chaque heure, elle a tourné ses pensées vers ses fils. Eux la disaient morte d'une tumeur au cerveau. Quand enfin elle a pu à nouveau les serrer dans ses bras, ils repartaient déjà, aux côtés d'un père qui, trop longtemps, a constitué leur seul univers. Dans ce témoignage sans concession, Catherine Martin raconte ses onze années de souffrance et leurs retrouvailles manquées. Une mère qui explique comment malgré tout, elle a réussi à survivre. À travers ce récit poignant se dessine le vrai visage d'une affaire qui a bouleversé la France.


- Deleuze, Sheila et moi
de André Manoukian
Éditions Calmann Lévy / Mars 2010


Les Dédéphiles vont adorer. Les autres aussi. Ce qui fait le charme d'André Manoukian, c'est qu'il ne se prend jamais au sérieux. Dans l'émission Nouvelle Star, il est le jury réputé pour ses envolées philosophico-érotico-cosmico-musicales. Il est vrai que citer Gilles Deleuze ou Platon en prime time tout en commentant les prestations de chanteurs en devenir n'est pas donné à tout le monde. Ses fameuses "petites phrases" (J'aime bien votre côté Nana Mouskouri  posmoderne, On a invoqué l'esprit de Jim Morrison et on a eu Rika Zaraï.), qu'il décrypte ici pour nous, sont autant d'occasions de nous faire rire et de parler de ce qu'il aime, la musique, les femmes, le groove, les penseurs. Parce que le "petit Manoukian illustré" ne serait pas complet sans explorer quelques thèmes chers à l'auteur, il nous propose ensuite un Abécédaire très personnel (de Alchimie à Zorba) et termine en beauté avec une galerie de portraits de philosophes, avez-vous déjà imaginé Spinoza en Bob Dylan ou Aristote en Jamel  Debbouze? Lui si. Et il nous dit pourquoi.


- Pour que justice te soit rendue
de André Bamberski
Éditions Michel Lafon / Mars 2010


Une quête obsessionnelle? Non. Une nécessité sans cesse relancée par les faits.
1982: Kalinka succombe à la suite d'une injection pratiquée par le Dr Krombach, cardiologue, nouveau compagnon de sa mère. L'Allemagne, où réside le médecin, classe l'affaire. Anéanti, André Bamberski dépose une plainte en France.
1985, nouveau choc: il découvre que lors d'une première autopsie, les organes génitaux de sa fille ont été prélevés, puis ont disparu. Il multiplie les interventions et en 1995, la cour d'assises de Paris condamne le Dr Krombach à 15 ans de prison. Mais l'Allemagne refuse d'extrader le condamné.
En 1997, de quoi lever les derniers doutes de M. Bamberski: le cardiologue se voit infliger 2 ans de prison avec sursis pour viol sur mineure. Le père déterminé poursuit sa traque. Krombach fuit de ville en ville la justice (un mandat d'arrêt international jamais exécuté), et sans doute aussi cet homme détruit qui harcèle sa conscience. Finalement, celui-ci finira par le faire capturer pour le livrer aux autorités françaises, même s'il encourt désormais, à 71 ans, une lourde peine de prison. Un témoignage bouleversant, digne, courageux, terriblement humain.


- Madeleine Vionnet, ma mère et moi
de Madeleine Chapsal
Éditions Michel Lafon / Février 2010


"Marcelle Chaumont, ma mère, et Madeleine Vionnet, ma marraine, ont créé et dirigé la plus grande maison de haute couture d'avant-guerre, à Paris. Elles m'ont éduquée dans le luxe, mais aussi l'exigence. Je devais exceller en tout, à l'école, aux cours de maintien, dans mon apparence. À leur image. Dès mes trois ans, j'ai assisté aux collections et peu à peu j'ai pris conscience de la grandeur de ce travail accompli par une ruche de douze cents employées, dans une discipline quasi militaire, pour créer et reproduire plus de mille modèles par an. Reste que je ressentais la futilité de ce monde aujourd'hui disparu. Une femme ne valait-elle que par ce qu'elle portait? Ces chiffons sublimes pouvaient-ils consoler certaines d'avoir dû renoncer à un métier, à une vocation, à leurs rêves d'autonomie? Derrière cette coûteuse élégance se menait en sourdine un combat. C'est cette histoire ambiguë de femmes en marche vers leur libération, d'une mode à l'autre, que j'ai voulu raconter. J'en fais partie". M. C.


- Princesse de l'ombre
de Indu Sundaresan
Éditions Michel Lafon / Février 2010


Jahanara n'a que dix-sept ans à la mort de sa mère. Accablée de chagrin, elle doit faire face à ses multiples obligations. En effet, elle est la fille de Shah Jahan, le puissant empereur de l'Inde Moghole qu'elle doit désormais assister. Très vite, elle devient la femme la plus influente de l'Inde, régissant les affaires de l'Empire comme celles du harem, et supervise même la construction du Taj Mahal en hommage à sa mère. Cependant, cette fille tant aimée vit sous la chape d'une terrible interdiction: elle n'est pas autorisée à se marier. Subjugué par sa ressemblance avec sa défunte épouse, son père exige qu'elle demeure à ses côtés. Jahanara doit rester près de lui, et dans l'ombre, à jamais.


- L'amie
de Michèle Manceaux
Éditions Robert Laffont / Janvier 2010


Le récit exceptionnel d'une amitié de trente ans entre deux écrivains. "Marguerite assise comme d'habitude, toute petite, à la grande table dans la pièce centrale qui donne sur le parc. On voit juste sa tête et ses épaules qui dépassent. Elle parle à voix haute, mais comme pour elle seule. Il n'y a pas de roman sans amour. Dans mes livres, l'amour est là d'emblée, mais ce n'est pas en tant qu'amour qu'il est écrit, c'est en tant que scandale, dans sa portée dans la société qui est phénoménale comme la peste, comme le feu". Elle alterne le ton complice et le ton magistral. "Les désabusés, je ne les aime pas. Tu peux être désespérée mais pas désabusée". L'amie, c'est Marguerite Duras, que l'on découvre ici à la fois dans son intimité et plus profondément dans son œuvre.


- La dernière à gauche en montant
de Michèle Manceaux
Éditions Nil / Janvier 2010


On entre dans ce livre comme dans les malles de nos grands-mères, découvertes dans l'obscurité d'un grenier: pleines de souvenirs, de joies et de peines, de secrets et d'espoirs enfouis, témoins du temps qui passe. Familier et bouleversant. Á l'origine de la maison de Neauphle dans les Yvelines, il y a l'argent laissé à sa mort par un père absent. Et il y a aussi les deux amies du Théâtre de l'Athénée, Françoise Spira et Marguerite Duras, qui toutes deux habitent des rues avoisinantes, elles promettent "la campagne, les œufs à la coque et du fromage frais". Il y a surtout l'envie d'une maison à soi, après avoir été ballottée d'appartements en internats, de parents en parents, d'avant en après-guerre. Un rêve surgit: Neauphle sera la maison de famille que Michèle Manceaux n'a pas eue dans son enfance. Une maison-refuge non loin de Paris, où il fera bon vivre, écrire, manger et rire, une saison après l'autre, une génération après soi. Mais la vie, dans son mouvement, n'épargne pas toujours les rêves. Neauphle sera vidée de ses meubles, de ses livres, de ses bibelots, puis vendue en 2007 par l'auteur. Dans ce texte, Michèle Manceaux nous raconte quarante ans d'existence; "On peut se rappeler avec plaisir le plaisir d'avoir eu du plaisir", dit-elle. Ainsi, les jours d'été, la rue de la Gouttière voit défiler des stars sans maquillage, des militants révolutionnaires, des féministes endiablées, des émigrés en cavale, des psychanalystes qui dansent dans le grenier. C'est un lieu où flotte la présence de l'amie Marguerite, toujours prompte à l'invective, ou résonnent les rires des enfants, François, Caroline et Nathalie puis Antoine et Elsa. Un lieu où l'on aime intensément. Mais Neauphle est aussi le théâtre d'une série de drames si terribles qu'une distance devient quelquefois nécessaire, via des fuites à l'étranger ou des détours par la fiction.


- La nostalgie de l'Ange
de Alice Sebold
Éditions Nil / Janvier 2010


Nom de famille: Salmon (saumon, comme le poisson); prénom: Susie. Assassinée à l'âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973. Susie est au Paradis. Elle vient d'être violée et assassinée. Or, son aventure ne fait que commencer. Depuis le Ciel, elle observe avec tendresse et ironie ceux qui restent et se déchirent autour de sa mort: son meurtrier et le policier chargé de l'enquête, sa mère qui fuit au loin ou son père anéanti, sa sœur chérie qui découvre l'amour ou encore l'adolescent avec qui Susie n'a pu qu'échanger un premier baiser. Plus encore qu'un thriller, un roman d'amour à la fois déchirant, émouvant, surprenant, un livre plein de grâce et d'une subtilité envoûtante, ou l'humour n'est pas absent. Susie égrène son histoire de douleur et d'espoir d'une voix à la fois naïve et omnisciente. Elle a la sérénité d'un ange mais la nostalgie d'une enfant morte trop jeune. L'intensité de ses mots est celle d'un être privé de chair qui vit à travers d'autres ce qui lui est désormais interdit: la douleur absolue, la rage, la passion, le désir et le plaisir, et, enfin, l'amour absolu. Ce ton unique dans la littérature fait de Susie un fantôme inoubliable.


- Le jour où ma fille est devenue folle
de Michaël Greenberg
Éditions Flammarion / Janvier 2010


Le jour où ma fille est devenue folle est l'implacable chronique de l'été durant lequel Sally, la fille de l'auteur, âgée de quinze ans, a connu sa première crise maniaco-dépressive, un événement qui a bouleversé sa vie et celle de toute sa famille. Dans un style simple et vibrant, Michaël Greenberg brosse le portrait saisissant d'un esprit et d'un corps assiégés. Il décrit son combat quotidien, peuplé de personnages inoubliables. Il dit l'espoir placé dans les psychiatres, les infirmières et les thérapeutes. Il évoque le sentiment d'impuissance, les appels à l'aide mais aussi les secousses et les révélations au sein de la famille. Il tente de comprendre la maladie qui ronge Sally, se documente sans relâche sur les troubles mentaux, allant jusqu'à prendre une pleine dose des médicaments qui lui sont prescrits. Un récit surprenant, déchirant, tout sauf sentimental, d'un père qui tente désespérément de ramener sa fille à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-titre-du-roman.forumactif.org
 
Les dernières parutions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» ICOM - CC : les dernières parutions.
» Parution du Petit Chaperon Rouge !
» Dernières parutions d'Archetype
» 15 photos marquantes des dernières décénies
» Parutions trollopiennes en livre de poche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Titre du Roman :: Les romans :: 5. Témoignages / Documents-
Sauter vers: